Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir et contestations à Byzance (963-1210)

 | 
Jean-Claude Cheynet

Troisième partie. Interprétation des révoltes

Chapitre VI. Le temps des désordres : 1180-1204

Texte intégral

  • 1 Eustathe de Thessalonique, Espugnazione, p. 18. L’opinion d’Eustathe est partagée par Nicétas Chôn (...)

1La mort de Manuel Comnène, le 24 septembre 1180, marqua une rupture dans l’histoire de l’Empire, dont les contemporains furent rapidement conscients. Selon Eustathe de Thessalonique, “il apparut, selon la volonté de Dieu, qu’à la mort de Manuel Comnène, périt aussi tout ce qu’il y avait de solide chez les Romains et que, lui manquant, comme le soleil s’éteint, tout s’obscurcit pour nous. Sans doute partit-il à son heure, mais il laissait une descendance qui ne convenait pas, un tout jeune homme, dans l’incapacité de gouverner par lui-même un très vaste Empire et qui n’aurait même pas pu dominer des enfants. Négligent, il laissa comme tutrice de l’enfant sa mère, une belle femme amoureuse, même si elle affectait de cacher ce sentiment par ses vêtements de deuil et ses airs de spiritualité affichée”1. Cet affaiblissement était habituel à Byzance, où toute régence provoquait une éclipse du pouvoir central et une rivalité pour le contrôle du jeune empereur.

L’échec d’Andronic Comnène (1180-1185)

  • 2 Marie devint Augusta dès son mariage, Kinnamos, p. 211.
  • 3 Seul Michel le Syrien, p. 381, parle explicitement des douze notables choisis par Manuel, mais ce (...)

2Manuel Comnène avait pris les précautions habituelles d’un empereur qui laissait une veuve et un héritier mineur, il avait associé son fils au trône, l’avait couronné autokratôr, et avait laissé la direction des affaires à Marie d’Antioche, l’Augusta2, lui imposant de devenir moniale, donc de ne pas se remarier afin de ne pas créer un co-empereur. Le patriarche devait garantir le respect des droits du jeune Alexis II. Ces mesures rappelaient celles établies par Constantin X sur son lit de mort. Manuel avait également voulu éviter à son successeur les périls extérieurs et avait fait prêter le serment de secourir son fils, en cas de menace, au roi de Hongrie Béla, ancien fiancé de la porphyrogénète Marie, au sultan d’Iconium, au prince d’Antioche et au roi de Jérusalem. Manuel avait-il établi un véritable conseil de régence pour assister l’impératrice Marie ? La réponse n’est pas claire3. Le fait serait inhabituel, mais il semble bien que certains des proches parents aient reçu des responsabilités particulières.

3Deux proches de Manuel, son neveu protovestiaire, Alexis le Protosébaste, et son cousin redouté et exilé, Andronic, prirent successivement l’ascendant sur leurs rivaux et eurent à surmonter des obstacles identiques : comment gouverner face à l’opposition du reste de la famille Comnène et sur quelles forces s’appuyer ? Les principaux acteurs furent les Comnènes, en premier lieu l’impératrice-régente, le patriarche, la population de Constantinople soucieuse des intérêts du jeune Alexis II, retrouvant le légitimisme qui avait marqué son action au siècle précédent, les provinces qui n’étaient pas intervenues depuis 1081 dans les luttes pour la conquête du pouvoir et, facteur nouveau, les étrangers établis dans l’Empire dont les Latins formaient le plus gros contingent.

  • 4 Pantechnès n’était nullement un homme nouveau, mais avait servi Manuel durant toute la seconde moi (...)

4Le protosébaste Alexis obtint l’appui de l’impératrice, d’une partie de la haute administration héritée de Manuel, l’éparque Théodore Pantechnès notamment4, des Latins de Constantinople soudoyés grâce au trésor impérial, et la neutralité des provinces, sauf dans le Pont. Andronic fut soutenu par les Paphlagoniens et par les habitants de Constantinople.

  • 5 Cf. f. d. n° 150.
  • 6 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 245 ; Eustathe de Thessalonique, Espugnazione, p. 32 ; les habitan (...)
  • 7 Que le patriarche Théodose n’ait pas été un ennemi personnel du protosébaste, mais seulement hosti (...)

5Cette répartition des forces explique les émeutes contre le protosébaste et les complots contre Andronic. La fille de l’empereur Manuel, la porphyrogénète Marie, adversaire résolue du protosébaste, fut rejointe par une bonne partie de la famille impériale, dont certains occupaient les postes militaires les plus élevés, tels le mégaduc Andronic Kontostéphanos ou Andronic Ange, responsable de l’armée de terre5 ; la sympathie du patriarche et de la foule de la capitale lui était également acquise. Pour venir à bout du protosébaste, la porphyrogénète et sa faction acceptèrent l’aide d’Andronic, qui ne décida de se mouvoir vers Constantinople qu’après deux ans. Mais lorsqu’il fut clair qu’Andronic visait à se substituer au protosébaste, la rupture de l’équilibre en sa faveur leur fut inacceptable et ils passèrent à nouveau dans l’opposition, ce qui justifie que les listes des adversaires des deux dirigeants comportent bien des noms communs, Marie, Andronic Ange, Andronic Kontostéphanos. Andronic réagit différemment du protosébaste Alexis pour se maintenir au pouvoir. N’étant pas arrivé à Constantinople à la tête d’une armée notable6, il pratiqua l’intimidation, aveuglant ceux que le protosébaste avait simplement emprisonnés. Le patriarche Théodose, qui avait résisté à Alexis7, démissionna plutôt que de se soumettre à Andronic mais lui laissa le champ libre.

  • 8 Ibid., p. 140 ; Michel Chôniatès I, p. 168.
  • 9 Ibid., p. 163.

6Andronic a parfois passé pour un empereur “révolutionnaire” car il aurait mené une politique à la fois anti-aristocratique et hostile aux Latins, qui rompait avec celle de ses prédécesseurs, notamment Manuel. Assurément Andronic laissa ses hommes et la foule de la capitale massacrer la colonie latine, mais rien dans les nombreuses péripéties antérieures de sa longue carrière ne montre, semble-t-il, qu’il ait manifesté une haine personnelle à l’égard des Latins. Sans doute avait-il en priorité cherché refuge auprès des Turcs, mais il avait vécu dans les États croisés, prenant une part brillante à la défense de Jérusalem lors d’un raid musulman8. Attaquer les Occidentaux offrait à Andronic plusieurs opportunités, flatter les sentiments xénophobes de l’opinion publique, punir les Latins pour l’aide apportée au protosébaste, préparer l’arrestation de l’impératrice Marie d’Antioche, d’origine latine, et réduire la popularité de Marie la Porphyrogénète qui avait épousé un Latin, Rénier de Montferrat. Sa propagande laissa croire qu’il avait sauvé Constantinople de la domination latine, comme en témoigne le discours de bienvenue de l’archevêque d’Athènes, Michel Chôniatès, à Dèmètrios Drimys : “Andronic a anéanti la tyrannie des Latins, qui déjà s’insinuait et enserrait, comme un liseron, la jeune pousse croissante de l’Empire (Alexis II), il a détourné la ville de Constantin de ces amants grossiers et insolites qui bouleversaient complètement les affaires romaines”9.

  • 10 Michel Chôniatès I, Éloge d’Andronic, p. 170, rappelle qu’il était digne de régner par sa race et (...)
  • 11 Le bruit courait qu’Andronic avait corrompu un eunuque de sa famille, Ptérygônitès, pour verser un (...)
  • 12 Nicétas Chôniatès (p. 250) condamne sa mollesse, cause de son malheur plus que la force de ses adv (...)
  • 13 Ibid., p. 258.
  • 14 Ibid., p. 369.
  • 15 Michel Chôniatès I, p. 218-219.
  • 16 Ibid., p. 220.

7Vis-à-vis de l’aristocratie, le comportement d’Andronic fut clair, éliminer tous les rivaux potentiels. Il descendait directement du fondateur de la dynastie, Alexis, dont il était un des derniers petits-fils vivants10, mais trois Comnènes étaient mieux placés que lui pour la dévolution de la couronne, Alexis II qui fut discrètement étranglé, sa demi-soeur, Marie, qui mourut subitement11, et Alexis, un bâtard de Manuel, qu’Andronic réussit à se concilier en lui donnant sa propre fille Irène au mépris des canons ; ultérieurement, Alexis, suspecté à tort ou à raison d’avoir comploté, fut aveuglé. Quant aux autres Comnènes qui auraient pu faire valoir des droits au trône, Andronic, méditant l’échec du protosébaste trop modéré12, les traita avec la dernière rigueur. Il s’attaqua systématiquement aux parents de Manuel d’autant plus aisément que ceux-ci vivaient concentrés à Constantinople selon la tradition établie par les Comnènes. Nous ignorons bien des victimes d’Andronic, mais sous les Anges nous découvrons que beaucoup de leurs parents avaient été aveuglés sous le règne du “tyran”, tels Constantin Ange, frère d’Isaac II, ou Jean Kantakouzènos, son beau-frère13, ou encore Alexis Comnène, son cousin14. Non seulement, comme le dit Michel Chôniatès, Andronic avait détruit “l’arbrisseau” (Alexis II), mais avec lui toute la forêt (la famille impériale)15. Ses victimes se comptaient par milliers16.

  • 17 Ainsi périrent Constantin Makrodoukas et Andronic Doukas, Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 294. Mic (...)
  • 18 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 314.

8La cruauté indéniable d’Andronic surprit ses contemporains car les exécutions capitales étaient devenues fort rares dans le domaine politique, et l’emploi du pal contre des membres de la famille impériale constituait aux yeux des Byzantins une scandaleuse ignominie17. La méfiance de l’empereur n’épargnait pas ses plus ardents partisans, au point que le grand hétériarque Constantin Tripsychos qui avait accepté d’exécuter l’impératrice Marie et le jeune Alexis II fut à son tour aveuglé18.

  • 19 Ibid., p. 343.

9Cependant cette terreur était bien de nature politique, car il s’agissait d’effrayer les survivants au point qu’ils n’osent plus réagir. Andronic avait de surcroît mis au point un système interdisant toute tentative de sédition ou de trahison, en tirant parti de la solidarité familiale qui jusqu’ici fournissait plutôt des armes aux comploteurs. Il fit prêter un serment tel que les membres d’une famille étaient mutuellement responsables de la loyauté de chacun, sous peine d’encourir le même châtiment, ce qui eut pour conséquence inattendue que lorsqu’un rebelle se déclarait, ses parents n’avaient d’autre choix que de le soutenir. Ainsi Jean Doukas-Ange, bon gré mal gré, accompagna son neveu Isaac à Sainte-Sophie, après que ce dernier eut tué Hagiochristophoritès19.

  • 20 Il n’hésita pas à recourir à la ruse quand le danger était trop grand et il envoya ainsi aux respo (...)
  • 21 Andronic se vanta de laisser survivre seulement les bouchers, boulangers et parfumeurs, et Eustath (...)

10L’anéantissement des opposants ne devait donc rien au hasard ; Andronic s’attaqua à tous les chefs militaires de talent susceptibles de soulever l’armée20 pour laisser à ses fils, notamment à Jean son préféré, un héritage incontesté21.

  • 22 Le discours élogieux de Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 325-326, à propos de ces mesures contraste (...)
  • 23 Lavra I, n° 66 de 1184, jugement concernant un conflit entre le monastère et ses pronoiaires couma (...)
  • 24 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 356.
  • 25 Eustathe de Thessalonique, Espugnazione, p. 64.

11En province, les adversaires d’Andronic pouvaient résister longtemps dans les forteresses qu’ils commandaient. Tant que Jean Comnène-Batatzès demeura en vie, Philadelphie et sa puissante garnison tinrent bon. L’empereur en personne assiégea longtemps Nicée jusqu’à ce qu’Isaac Ange préfère abandonner une lutte incertaine et il prit d’assaut Brousse et Lopadion. Or à l’exception de la Paphlagonie, les provinces de l’Empire, surtout en Orient, ne semblent pas avoir accueilli avec un enthousiasme particulier le nouvel empereur. Les fameuses mesures attribuées à Andronic pour contenir la rapacité des gouverneurs de provinces furent-elles décrétées pour se concilier la faveur des provinciaux et pour lutter contre l’aristocratie impériale en la privant de soutien ? Une réponse affirmative serait imprudente puisque, selon nous, l’aristocratie visée par Andronic n’avait plus sous les Comnènes de base territoriale dans les provinces. De plus, nous ignorons si ces mesures furent réellement appliquées22. Le seul acte conservé d’Andronic ne dénotait pas une pratique différente de celle de ses prédécesseurs par rapport aux puissants23. Comme au siècle précédent, il attribua à ses partisans les biens des proscrits24. Qu’Andronic ait voulu remettre de l’ordre dans l’administration fiscale est fort probable, mais il ne pouvait en attendre une réduction des forces de l’aristocratie constantinopolitaine, du moins à court terme. S’il sévit contre ses propres amis, coupables d’extorquer des avantages indus aux populations locales, comme Théodore Dadibrènos le Paphlagonien, les exactions de son gambros Romain commises à Dyrrachion ne semblent pas avoir été sanctionnées25.

  • 26 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 265-6 et p. 312.
  • 27 Ibid., p. 274. Jean Kamatèros n’appartenait pas à la branche de cette famille apparentée aux Comnè (...)
  • 28 Eustathe De Thessalonique, Espugnazione, p. 44 ; Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 270. Ce changemen (...)
  • 29 Jean Kamatèros devint archevêque de Bulgarie (ibid., p. 274) et Constantin Patrènos était protoasè (...)
  • 30 Ibid., p. 147.
  • 31 Brand (Byzantium, p. 59) l’a déjà noté : même Constantin Patrènos ne peut être qualifié d’homme no (...)
  • 32 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 331, apparat 1. 91.

12Andronic fut-il novateur dans sa manière de contrôler l’Empire ? 11 faut distinguer comme d’habitude entre l’administration civile et les hauts commandements de l’armée. Le personnel des bureaux de l’administration centrale ne changea guère entre le règne de Manuel et celui d’Andronic, ni du reste entre ce dernier et son successeur Isaac Ange ; des raisons techniques expliquent le maintien à leur poste de l’immense majorité des fonctionnaires : il était impossible de remplacer tout un personnel compétent et instruit. Même les juges du tribunal du Velum, qui avaient en charge les grands procès politiques, conservèrent leur place en dépit de l’opposition de certains d’entre eux ; Léon Monastèriôtès faillit être tué en compagnie de Dèmètrios Tornikios et de Constantin Patrènos lorsqu’ils refusèrent de condamner Marie d’Antioche, mais Léon gardait en 1185 assez d’influence pour épargner à son gendre Dishypatos le châtiment prévu par l’empereur26. Parmi ce groupe, Andronic choisit quelques favoris ; Etienne Hagiochristophoritès, le plus connu et le plus haï, devint logothète du drome, Jean Kamatèros, épi tou kanikleiou27, Constantin Patrènos, passé dans le camp d’Andronic après la mort d’Alexis II, épi ton déèséôn28. Aucun d’eux n’était arrivé de Paphlagonie en compagnie d’Andronic et tous avaient déjà servi le protosébaste Alexis et sans doute l’empereur Manuel, et les deux derniers continuèrent leur carrière sous les Anges29. Andronic prit volontiers à son service les victimes de Manuel, tel Isaac Aarôn, aveuglé par ce dernier30. Aucun homme nouveau n’apparaît dans cette liste à l’exception de Jean Apotyras31. Andronic poursuivit Léon Synésios et Léon Lachanas de sa vindicte et les fit exécuter parce qu’ils avaient pris les armes contre lui. Les autres, comme Alèthinos32, furent seulement menacés des pires châtiments s’ils n’abandonnaient pas leur comportement.

  • 33 David n’était du reste pas un vrai partisan de l’empereur ; mais cela même montre la force de la p (...)

13Andronic pourvut aussi de manière traditionnelle les hauts postes militaires en privilégiant sa proche parenté. Sans parler de lui-même qui conduisait l’armée contre les villes de Bithynie, son fils Jean dirigea un corps de troupe au secours de Thessalonique, assiégée par les Normands en août 1185 et défendue par un cousin issu de germain, David Comnène33. Ce David, fils d’Alexis Comnène et de Kataè de Géorgie, se rattachait dans une certaine mesure au groupe géorgien qui entourait Andronic depuis son séjour dans ce pays. L’empereur avait conservé des relations avec les Géorgiens et ceux des Comnènes qui épousèrent des princesses de ce pays. Le fils aîné d’Andronic, Manuel, épousa lui aussi une princesse géorgienne, Rousandanè, arrière-petite-fille de David III, qui lui donna deux fils ; après la mort de leur grand-père et avant 1204, ces derniers trouvèrent refuge auprès de leur tante Thamar, reine de Géorgie.

  • 34 Ibid., n° 140.
  • 35 Ibid., n° 138. Le Doukas-Kamatèros époux de cette soeur de Théodôra ne peut être, semble-t-il, qu’ (...)

14Parmi les principaux soutiens d’Andronic, il faut encore noter, quoiqu’il ne semble pas avoir utilisé leurs services aux armées, les proches parents de sa maîtresse favorite, Théodôra, nièce de Manuel et fille du sébastocrator Isaac. Constantin Monomaque n’avait pas agi différemment un siècle plut tôt envers les parents de Marie Sklèraina. Constantin Makrodoukas était l’époux d’une soeur de Théodôra34, Andronic Doukas, probablement un Kamatèros, en avait épousé une autre35 : tous deux comptèrent parmi les favoris d’Andronic et obtinrent sans difficulté que l’empereur vienne en aide à Isaac Comnène, leur neveu et donc celui de Théodôra. Mais ce dernier ayant profité des libéralités d’Andronic pour s’emparer de l’île de Chypre, Andronic Doukas et Constantin Makrodoukas subirent le châtiment mortel qu’impliquait le principe de co-responsabilité familiale établi par Andronic.

  • 36 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 318.
  • 37 Le frère de cette épouse, dont le nom ne nous est pas parvenu, s’appelait Georges, sébaste. Or le (...)
  • 38 Théodore commandait l’aile gauche à Myrioképhalon (Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 180).
  • 39 Eustathe de Thessalonique, Espugnazione, p. 88. Son comportement comme celui de David ne fut pas e (...)
  • 40 Cependant, une hypothèse de Szabolce de Vajay, rapportée par Barzos (Généalogie II, p. 398), ferai (...)
  • 41 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 278.

15Un Paléologue, Andronic, comptait au nombre des généraux qui défendirent Thessalonique en 1 18536. La présence de ce grand nom de l’aristocratie pourrait s’expliquer si la première épouse d’Andronic appartenait à cette famille37. D’autres branches de la famille Comnène furent favorables à Andronic ; les Maurozômai, dont Théodore, un des principaux responsables militaires sous Manuel38, et Jean, sébaste donc parent (frère ?) du précédent, qui participa aux secours envoyés vers Thessalonique en 118539. Les Branas eurent aussi la confiance de l’empereur ; Alexis s’opposa aux Hongrois et enfin combattit les Normands. Jean Branas détenait le poste de duc de Dyrrachion, position très délicate à la veille d’une invasion attendue. Comment expliquer cette amitié inhabituelle et durable pour de proches parents de Jean II et Manuel I ? Des liens familiaux très proches ne semblent pas avoir uni l’empereur à ces deux branches des Comnènes40. D’une manière plus générale, les Macédoniens d’Andrinople, dont les Branas, ne causèrent pas de souci à Andronic, au point qu’Andronic Lappardas, originaire de cette ville41, savait qu’il n’y trouverait aucun appui pour se révolter. L’attitude de Jean Comnène-Batatzès ne contredit pas cette observation, puisqu’il était soutenu par les troupes et la population de Philadelphie ; cet événement paraît marquer le transfert de la zone d’influence des Batatzai d’Andrinople vers l’Orient, ce qui ne manqua pas de servir Jean III Batatzès quelques décennies plus tard.

  • 42 Nous savons qu’il procéda à de nombreuses confiscations, consécutives à des condamnations pour cri (...)

16Le règne d’Andronic Comnène ne marquait donc point de rupture avec les pratiques des règnes précédents. Sans doute la transgression des règles de la solidarité familiale qui conduisit l’empereur à assassiner Alexis II provoqua-t-elle de violentes réactions des garants du jeune empereur, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de l’Empire. Cependant, pour gouverner, Andronic s’appuya en priorité sur sa parenté, c’est-à-dire sur le même groupe social que ses prédécesseurs Comnènes, en privilégiant ceux qui lui étaient les plus proches au sein de cette lignée, les parents de sa maîtresse Théodôra, et les alliés des Ibères. Il conserva l’administration centrale sans y introduire vraiment d’hommes nouveaux. Cela interdit de voir en Andronic un révolutionnaire qui aurait eu l’ambition de soutenir les couches populaires contre l’aristocratie. Certes, certaines condamnations prononcées par cet empereur avaient été inspirées par le désir de confisquer la fortune des condamnés42. Cependant son grand-père Alexis, fondateur de la dynastie, avait usé des mêmes pratiques pour remplir le trésor impérial sans que personne ait jamais fait de lui un adversaire de l’aristocratie.

  • 43 Každan, Structure de la classe dominante (d’après le compte-rendu d’Irène Sorlin), p. 374.

17Tout au plus Andronic fut-il un réformateur qui tenta de refréner les abus de la fiscalité ; encore les exactions commises par son gambros Romain laissent-elles sceptique sur la réalité de ces réformes. Nous ne suivons pas non plus l’opinion de Kazhdan qui interprète les violences exercées par cet empereur comme une revanche de la classe civile contre le clan des Comnènes43. Rien n’indique qu’il y ait eu une tension préalable entre ces deux groupes, d’autant plus que les détenteurs des postes les plus élevés de l’administration civile pouvaient espérer entrer, s’ils n’en faisaient déjà partie, dans la famille impériale, certes sans obtenir la main d’une princesse très proche de l’empereur, mais seulement d’une de ses nombreuses petites cousines disponibles.

Une branche des Comnènes dépourvue de charisme : les Anges

  • 44 Michel Chôniatès (I, p. 233-235) dans son éloge au nouvel empereur, écrit vers 1187, n’hésitait pa (...)

18Isaac Ange, cherchant refuge à Sainte-Sophie après le meurtre du favori d’Andronic, Etienne Hagiochristophoritès, ne songeait nullement à l’Empire mais seulement au châtiment que l’empereur lui réservait. La foule rassemblée auprès de lui à Sainte-Sophie restait aussi dans l’expectative. Son succès surprit tous les contemporains, à commencer par lui-même44.

  • 45 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 269 et 357.

19Isaac cependant n’était pas dépourvu d’atouts. Créé basileus par les Constantinopolitains, il fut reconnu sans difficulté dans tout l’Empire, et même avec enthousiasme dans les provinces qui, telle la Bithynie, avaient eu à souffrir d’Andronic45. Vainqueur, Isaac II enleva toute chance de revanche au clan dirigeant précédent car il laissa les émeutiers massacrer Andronic et lui-même ordonna l’aveuglement de ses deux fils, y compris l’aîné Manuel, qui pourtant n’avait pas participé aux entreprises de son père. La foule de Constantinople fut satisfaite de s’emparer sans opposition des réserves monétaires du Grand Palais, comme elle l’avait été de piller les demeures des partisans du protosébaste quelques années plus tôt.

  • 46 Pour Michel, ibid. p. 125 ; pour Jean, Kinnamos, p. 148,162, 238 ; pour Nicolas, ibid., p. 47, 52, (...)
  • 47 Ce fut lui -ironie de l’Histoire -qui libéra Andronic Comnène de ses fers sur l’ordre de Manuel (N (...)

20Sur le plan de la légitimité, le nouvel empereur était, comme Andronic, issu en ligne directe du fondateur de la dynastie, dont il était l’arrière-petit-fils. Les Anges formaient une branche aussi illustre au sein de la famille impériale des Comnèno-Doukai. Manuel Comnène avait confié des commandements à tous les membres de la famille Ange en âge de combattre, Constantin mais aussi ses frères Michel, Jean, Nicolas46, ses fils, Jean Doukas et Andronic, le père d’Isaac. La confiance accordée à ce dernier était d’autant plus surprenante que ce général ne semble pas avoir été doté de qualités exceptionnelles. Mais en 1180, Andronic se trouvait être un des principaux chefs de l’armée, sinon le plus important. Isaac Ange était donc issu d’une lignée d’officiers fameux, et lui-même avait reçu, semble-t-il, une éducation militaire et avait fait partie de l’entourage impérial sous Manuel47.

21Sa position était toutefois affaiblie par les prétentions au trône que pouvaient faire valoir au moins une dizaine de prétendants potentiels, ayant échappé à l’aveuglement. De plus, à considérer le droit d’aînesse, Isaac était moins bien placé que d’autres car il descendait de la dernière des filles d’Alexis Comnène. Il souffrait encore d’arriver au pouvoir en une période de périls croissants, danger normand, bientôt attaques bulgaro-valaques, et maintien de la pression turcomane en Orient.

22Comme le protosébaste Alexis, puis Andronic auparavant, Isaac, tentant de s’imposer indiscutablement à ses pairs, devait rapidement définir la manière dont il entendait contrôler les institutions de l’État, une fois satisfaites les exigences immédiates de la foule qui l’avait porté au pouvoir, et déterminer en particulier sa position vis-à-vis des Latins installés dans l’Empire.

  • 48 Michel Chôniatès I, Éloge d’Isaac II, p. 235-236
  • 49 MM VI, p. 125.
  • 50 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 369.

23Isaac décida de s’appuyer à la fois sur les adversaires du régime précédent, dont sa propre famille, et de se montrer clément envers les anciens partisans de l’empereur déchu. Les victimes de ce dernier non seulement furent libérées des cachots mais reçurent du nouveau souverain des libéralités et, accueillies dans les palais impériaux, obtinrent de hautes dignités48. Quatre familles avaient particulièrement souffert, les Kontostéphanoi, les Doukai-Kamatèroi, les Kantakouzènoi, les Comnènes-Batatzai. Aussi relève-t-on leurs noms parmi les responsables civils et militaires du règne d’Isaac. De surcroît, il renforça les liens créés par la commune hostilité à Andronic par ceux plus durables du mariage lorsqu’ils n’étaient pas encore établis. Les alliances entre les Anges et les Kontostéphanoi ne sont pas explicitement attestées, mais Etienne Kontostéphanos, duc de Crète en 1193, est appelé anepsios de l’empereur Isaac II49. Isaac confia au vieux Jean Kontostéphanos le soin de reconquérir Chypre aux dépens de l’usurpateur Isaac Comnène50.

  • 51 Michel Chôniatès II, Lettres, p. 62-64.

24Les Doukai-Kamatèroi continuèrent comme par le passé d’assumer les hautes charges civiles. Jean Doukas-Kamatèros négocia avec l’empereur d’Allemagne Frédéric Barberousse ; Basile Kamatèros fut rappelé d’exil par Isaac51. Ils étaient beaux-frères d’Isaac puisque son frère Alexis était uni à Euphrosyne Doukaina-Kamatèrissa, leur soeur.

25L’empereur jugeà utile que Jean Kantakouzènos, à demi aveuglé sous Andronic, épousât sa soeur Irène au début de 1186 ; il le fit César et lui confia, en dépit de son infirmité, une armée contre les Bulgares de Pierre et Asen. Une cousine germaine d’Isaac devint plus tard l’épouse d’un autre Kantakouzènos, probablement Michel.

  • 52 Barzos, Généalogie II, p. 852-853.

26Andronic s’était acharné à la perte des Comnènes-Batatzai ; aussi Isaac se tourna-t-il vers une branche plus modeste qui jusqu’ici n’était pas apparentée aux Comnènes, mais dont il y a lieu de penser qu’elle n’en appartenait pas moins à la souche des Batatzai, puisqu’elle aussi est dite originaire de Thrace. En 1186, Basile Batatzès épousa une autre cousine germaine d’Isaac, fille d’un oncle de ce dernier, prénommé lui aussi Isaac52, et il fut nommé duc de Mylasa-Mélanoudion avant d’être promu domestique des Scholes. Cette opération matrimoniale avait sans doute aussi pour objectif de contrebalancer l’influence d’Alexis Branas dans la région d’Andrinople.

  • 53 Michel Chôniatès (1, Éloge d’Isaac II, p. 238-239) offre une interprétation intéressante des mesur (...)

27Isaac se comporta également avec modération envers les anciens partisans d’Andronic, attitude qui correspondait certes au caractère du nouvel empereur, mais aussi à une juste appréciation politique53.

  • 54 Michel Chôniatès II, Lettres, p. 67-68.
  • 55 Ibid., p. 81-84.
  • 56 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 408.
  • 57 Les Kastamonitai apparaissent pour la première fois dans les sources dans la première moitié du xi(...)
  • 58 Nicétas Chôniatès avait épousé une soeur de Jean Bélissariôtès.

28Dès 1186-1187, Nicolas Tripsychos, parent de Constantin, l’assassin d’Alexis II, était préteur d’Hellade54. Dèmètrios Drimys, également préteur d’Hellade sous Andronic, refusa la même charge qui lui était proposée par Isaac55. Théodore Choumnos, chartulaire sous Andronic, le resta jusqu’à sa mort en 1192. Georges Xiphilinos, ancien clerc de Sainte-Sophie, qui s’était rangé du côté d’Andronic alors que le protosébaste l’avait chargé de sonder les intentions de celui qui n’était encore qu’un rebelle56, fut néanmoins choisi comme patriarche par Isaac II, pourtant si prompt à intervenir dans la nomination des chefs de l’Église. Il est vrai que l’empereur avait poussé le précédent patriarche Basile Kamatèros, créature d’Andronic, à abandonner sa charge ; il le fit condamner par un synode. Enfin Isaac II ne jugea pas souhaitable, ou possible, de se passer des services du meilleur général d’Andronic, Alexis Branas, dont le prestige venait d’être renforcé par sa victoire sur les Normands et au printemps 1186, pour se le concilier, il donna pour époux à la fille de Branas, Isaac, fils du sébastocrator Jean Ange, donc un cousin germain. La venue au pouvoir d’Isaac II Ange eut pour conséquence de modifier à nouveau l’équilibre à l’intérieur du vaste groupe des Comnènes au profit de sa famille et de donner un poids important aux familles apparentées aux Comnènes par l’intermédiaire des Anges, souvent moins brillantes, telles les Kastamonitai57 ou les Kamatèroi. La venue des Anges accrut incontestablement le poids des civils, car nous pourrions ajouter à ces exemples les noms des Chôniatai et des Bélissariôtai auxquels les précédents étaient unis58 ; cependant, il convient de le remarquer, ceux-ci avaient commencé leurs études dès le règne de Manuel, et sans les bouleversements des années 1180-1185, ils seraient de toute manière parvenus à de hauts postes administratifs. Il faut donc se garder de voir en Isaac Ange un empereur qui aurait délibérément choisi de favoriser les familles à tradition civile aux dépens de celles qui exerçaient habituellement des charges militaires. Le résultat des événements de 1180-1185 ne fut pas en fait différent de celui qu’aurait obtenu une telle politique d’abaissement des militaires, mais il est la conséquence indirecte -dont rien n’indique qu’elle fut consciemment recherchée par Andronic Comnène et Isaac Ange -de l’élimination des rivaux sérieux pour le premier et de la place du second dans l’arbre généalogique des Comnènes.

  • 59 Elle était petite-fille du premier sébastocrator Isaac (Barzos, Généalogie I, p. 419 n. 20 et II, (...)
  • 60 Ces dignités ne sont connues que par ses sceaux. Contrairement à ce qu’affirme Laurent, il ne semb (...)

29Isaac, par sa politique tout à fait traditionnelle, aurait pu estimer qu’il avait éloigné les risques de rébellion. Pourtant son règne fut rempli de complots, sans compter une tentative d’usurpation à la tête des armées byzantines, telle qu’on n’en avait point vu depuis un siècle et qui fut la dernière du genre, celle d’Alexis Branas. Ce stratège, issu d’une glorieuse lignée de militaires -son père Michel gouverna plusieurs provinces pour le compte de Manuel -ne manquait pas de rappeler sur ses sceaux qu’il descendait des Comnènes par sa mère59. Partisan d’Andronic, il fut honoré par celui-ci du titre de protosébaste, devenu vacant après la chute du dernier titulaire, puis Isaac sans doute dut le promouvoir au titre plus élevé encore de panhypersébaste60. Il révéla une première fois ses ambitions lorsqu’en 1186 il voulut se faire proclamer empereur à Sainte-Sophie, imitant la voie prise par Isaac l’année précédente, mais il ne reçut pas le soutien escompté de la population de la capitale, demeurée fidèle à l’empereur qui lui accorda l’amnistie, se contentant de le relever de son commandement. Le prestige acquis par Branas à l’occasion de son triomphe sur les Normands interdisait à Isaac de le sanctionner plus sévèrement sans risquer une rébellion au sein de l’armée.

  • 61 Ibid., p. 377.
  • 62 La pression en faveur de Branas était si forte que même des gouverneurs de province commis par Isa (...)
  • 63 Ibid., p. 377 : lors de sa précédente révolte, il avait pensé que ce corps de troupes lui suffirai (...)
  • 64 Isaac les avait abandonnés dans leurs prisons sans les ravitailler convenablement au point que bea (...)
  • 65 La structure de l’armée de Branas, tagmata macédoniens, mercenaires francs, auxiliaires scythes, r (...)

30Les défaites successives des troupes envoyées contre Pierre et Asen contraignirent Isaac à faire de nouveau appel à lui. La concentration des troupes s’effectua à Andrinople, zone d’influence traditionnelle des Branas. Or ces derniers avaient acquis la prééminence depuis que les Bryennioi étaient devenus constantinopolitains par leur mariage avec la fille de l’empereur Alexis I, que les Comnènes-Batatzai avaient été éliminés par Andronic, et les Tornikioi reconvertis dans la haute administration civile. Isaac n’ignorait pas le danger encouru et avait pris quelques garanties en gardant à Constantinople l’épouse et le fils de Branas. Cette mesure ne retint pas Alexis Branas qui disposait d’une occasion exceptionnelle puisqu’il commandait l’ensemble de l’armée byzantine mobilisée contre les Bulgaro-Valaques. Une nouvelle fois le poids du clan macédonien se fit sentir. Pour Alexis Branas ses capacités militaires justifiaient ses prétentions à l’Empire. A Sainte-Sophie déjà, lorsqu’il incitait des citoyens à le suivre, il invoquait ses succès répétés sur les ennemis61. L’ensemble des forces politiques de l’Empire se mobilisa donc devant Constantinople, que ce fût en faveur de l’empereur ou contre lui. Alexis Branas s’appuya d’abord sur l’aristocratie d’Andrinople, mais en fait tous les cadres de l’armée le suivaient62, y compris, semble-t-il, ceux originaires de la partie orientale de l’Empire, puisque Chôniatès précise bien qu’Isaac ne pouvait attendre aucun secours. Si les troupes de Bithynie qui avaient accueilli dans l’enthousiasme son accession avaient souhaité lui porter secours, elles en auraient eu la possibilité puisque la flotte impériale était demeurée fidèle à l’empereur. Malheureusement, nous ne pouvons apporter davantage de précision, car Nicétas Chôniatès n’a pas relevé les noms des partisans de Branas. En dehors de ses soldats d’origine grecque, Alexis comptait sur des mercenaires, des Germains en qui il plaçait une totale confiance63, des Francs, anciens prisonniers siciliens, plus insatisfaits du comportement de l’empereur à leur égard64 que rancuniers vis-à-vis de leur vainqueur, et des troupes auxiliaires scythes commandées par Elpousès65. Enfin les pêcheurs de Propontide se joignirent à Alexis, lui offrant l’aide modeste de leurs bateaux de pêche.

  • 66 Le frère de Conrad, Rénier, avait déjà pu constituer une force de Latins et d’Ibères lorsqu’il ava (...)

31Face à Branas, Isaac trouva un soutien total dans la population constantinopolitaine qui refusa, comme au siècle précédent lors des révoltes de Léon Tornikios et de Nicéphore Bryennios, de rallier le candidat macédonien au trône. Isaac disposait aussi de la garnison de Constantinople, des soldats que pouvaient réunir ses proches parents, dont Manuel Kamytzès qu’une hostilité personnelle opposait à Branas, et enfin, grâce aux trésors impériaux, il leva sur place une force de mercenaires qu’il confia à Conrad de Montferrat dont il venait de faire son beau-frère pour prix de ses services. Ces mercenaires étaient des Latins, deux cent cinquante cavaliers, cinq cents fantassins, ce qui montre l’importance de la population latine vivant à Constantinople cinq ans après le massacre de 1182, des Ibères toujours disponibles pour se battre66, et enfin des Turcs.

  • 67 Ibid., p. 390.
  • 68 Ibid., p. 409. Il est possible qu’Isaac ait volontairement évité de placer sous ses ordres des sol (...)

32Plusieurs observations se dégagent de cette rébellion. Les Latins furent employés par les deux partis car ils étaient d’habiles techniciens ; avec Conrad ils emportèrent la décision. Mais aucun des deux adversaires ne tenta d’utiliser à son profit l’hostilité envers les Latins qui subsistait dans de larges couches de la population de Constantinople, chez les artisans et les boutiquiers notamment, animosité qui éclata quelques jours après la défaite de Branas lorsqu’une rixe opposa les Latins de Conrad de Montferrat et des habitants de la capitale. D’autre part, le comportement des provinciaux et des Constantinopolitains fut complètement divergent. Ces derniers se trouvèrent isolés face au reste de l’Empire. L’opposition commençait une fois franchies les murailles de la capitale, car les faubourgs s’étaient largement ralliés à Branas ; la situation annonçait celle de 1204 lorsque les habitants de la Thrace se moquaient des malheureux citadins fuyant la place prise par les Latins. La défaite de Branas, consécutive à son duel avec Conrad, ne rétablit pas le calme, car l’empereur victorieux ne put remettre de l’ordre autant qu’il l’aurait souhaité, tant ses opposants réunis autour de Branas formaient un groupe indispensable à la survie de l’Empire. Isaac pratiqua donc une généreuse amnistie, et malgré ce geste, certains rebelles préférèrent passer chez Pierre et Asen67. L’échec d’Alexis n’entama pas le crédit des Branas puisque, dès 1189, Théodore, fils d’Alexis, combattait à la tête de soldats alains les Croisés allemands68, et les événements postérieurs à la chute de Constantinople montrent qu’il conservait une influence prééminente à Andrinople.

  • 69 Nicétas Chôniatès, dépréciant systématiquement l’oeuvre des empereurs Anges, passe ce fait sous si (...)

33Cette usurpation de Branas ne marque pas une réaction militaire contre un empereur qui aurait favorisé les civils : Isaac menait personnellement de nombreuses campagnes contre les ennemis de l’Empire, remportant des succès aussi brillants que la reprise de Dyrrachion, l’année précédant l’attaque de Branas69, et il avait toujours confié les troupes les plus efficaces à des généraux et non pas à des eunuques ou des civils, ses familiers.

  • 70 Cf. f. d. n° 176, 177, 178.

34Les événements de 1187 éveillèrent cependant la méfiance d’Isaac qui préféra sévir préventivement plutôt que de risquer un nouvel affrontement généralisé, encore qu’il se montrât plus patient envers les généraux issus de la race des Anges. Tout stratège à la tête de troupes nombreuses, populaire à la suite de quelques succès, qui avait un empereur Comnène parmi ses ascendants, fut destitué et éventuellement aveuglé au premier soupçon. Furent ainsi successivement condamnés, Andronic Comnène, Constantin Aspiétès, Constantin Ange70.

  • 71 Cf. la fiche n° 174 ; Manuel, sébaste, assistait au synode de 1191 et appartenait donc à l’entoura (...)
  • 72 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 423.

35L’empereur contrôla donc difficilement l’armée, particulièrement en Occident où elle était active contre les Bulgaro-Valaques. Constantinople en revanche lui resta obstinément fidèle, en dépit de tous les prétendants qui surgirent à Sainte-Sophie pour s’y faire proclamer, et Nicétas Chôniatès laisse à penser qu’ils furent nombreux. Parmi eux, un neveu d’Andronic l’empereur déchu, Isaac Comnène, échappé d’une prison de la capitale, fut pris et tué sous la torture infligée pour lui faire dénoncer ses complices. Constantin Tatikios, dont nous ne savons rien sinon qu’il avait du sang Comnène71, avait pu secrètement réunir une troupe de cinq cents hommes à l’intérieur de la capitale, mais fut dénoncé avant d’avoir pu passer à l’action. Un autre Comnène fut pris et aveuglé pour avoir émis les mêmes prétentions ; Chôniatès le qualifie de ῥακενδύτης, “vêtu de haillons”, sans que nous sachions si l’historien le désignait ainsi par dérision pour insister sur la facilité de l’usurpation contre Isaac, ce que nous croyons, ou s’il s’agissait d’un descendant appauvri des Comnènes72.

Le coup d’État d’Alexis Ange : une victoire de l’aristocratie occidentale

  • 73 Brand, Byzantium, p. 111-112.

36En raison de la fidélité exemplaire de la capitale envers l’empereur qu’elle avait créé, Alexis, frère d’Isaac II, réalisa son coup d’État au milieu de l’armée qui avait déjà manifesté à plusieurs reprises son mécontentement. Les circonstances étaient d’autant plus favorables que les troupes avaient largement été renouvelées après le désastre d’Arkadioupolis, comme l’a justement noté Brand73, et qu’elles étaient donc moins solidement attachées à l’empereur qui les avaient plusieurs fois conduites au combat. En outre, le domestique des Scholes, fidèle d’Isaac, Basile Batatzès, qui avait mis en échec les tentatives antérieures de subversion était tombé à Arkadioupolis. Ce complot d’Alexis Ange est un peu mieux connu que les précédents car Nicétas Chôniatès nous a livré une liste, assurément incomplète, des conjurés, et présenté les prétextes mis en avant pour évincer Isaac.

  • 74 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 459, 483, 518.
  • 75 Il s’était placé sous le patronage de Georges, saint militaire figuré sur son sceau de sébastocrat (...)
  • 76 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 528.
  • 77 En 1213, à une époque où le recrutement était limité à la partie occidentale de ce qui fut l’Empir (...)
  • 78 Supra, p. 241.
  • 79 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 465.
  • 80 Quelques indices laisseraient entendre qu’ils auraient pu être partiellement établis dans la régio (...)
  • 81 Leurs biens du Péloponnèse étaient trop éloignés de la menace bulgare pour entrer en ligne de comp (...)
  • 82 Alexis III confia un thème à Spyridonakès, d’origine chypriote, indice que des réfugiés de l’île a (...)

37Nicétas insiste sur la déception engendrée par Alexis III lorsqu’il ne se montra pas plus belliqueux que son frère74, car il avait passé dans sa jeunesse pour un homme prudent et courageux75. On attendait qu’il se montrât efficace contre les ennemis de l’Empire. Cinq des partisans d’Alexis nous sont connus, Théodore Branas, fils du rebelle, Georges Paléologue, Michel Kantakouzènos, Jean Pétraliphas, Constantin Raoul, qui tous appartenaient à l’élite de l’aristocratie militaire. Sur les cinq noms cités, deux étaient d’origine franque ; cette constatation traduit-elle une hausse de l’influence occidentale à la cour byzantine, d’autant plus qu’Alexis III employa un autre stratège d’origine franque, Constantin Phrangopoulos, chargé pour le compte de l’empereur de piller les bateaux dans le Pont-Euxin76 ? Rien en réalité n’indique qu’après un siècle de présence dans l’Empire et des mariages avec l’aristocratie locale, voire la famille impériale, ces personnages aient encore ressenti leur origine étrangère. Plus significative est la localisation de la zone d’influence de ces familles. Les Branas étaient d’Andrinople, les Pétraliphai, de Didymotique, les Phrangopouloi étaient probablement aussi installés dans la partie occidentale de l’Empire77. Les Raoul avaient au xiie siècle des propriétés en Thrace78. Les Aspiétai ne sont pas cités par Chôniatès, mais ils soutenaient aussi Alexis Ange car dès 1195 Alexis Aspiétès commandait à Serrés79 ; or ils tenaient la région de Philippoupolis. Nous ne pouvons rien dire à propos des Paléologues80 ou des Kantakouzènoi81. Tous avaient en commun d’être menacés par les progrès des Bulgaro-Valaques. Or Isaac II qui avait par ailleurs assez bien maintenu les frontières de l’Empire, avait échoué à contenir les attaques d’Asen, ainsi qu’à reprendre Chypre82.

  • 83 Mésaritès, Palastrevolulion, p. 25.

38Cet empereur avait été du reste bien accueilli en Orient en 1185, alors que parmi les anciens partisans d’Andronic renversé, nous avons relevé conjointement les noms de Paléologue et de Branas. La satisfaction que le groupe d’Andrinople tira de la chute d’Isaac se manifeste encore par la participation des Macédoniens à la garde impériale sous Alexis III83. En cette fin du xiie siècle apparut de nouveau une compétition entre l’Orient et l’Occident, après que les premiers Comnènes eurent réussi à maintenir un certain équilibre : l’Occident regardait plutôt favorablement Andronic Comnène, l’Orient Isaac II, puis Alexis III s’appuya sur l’Europe même après 1203, et l’alternance ne s’arrêta pas à la chute de Constantinople, puisque l’Orient trouva son champion en la personne de Lascaris et que l’Occident se rallia à un rejeton des Anges.

  • 84 Les Stryphnoi sont inconnus par ailleurs. Cependant, le motif si rare de saint Hyacinthe d’Amastri (...)
  • 85 Lavra I, n° 67 et 68 ; tableau des fonctionnaires p. 348.
  • 86 Si nous disposions de documents aussi riches pour la période des règnes de Jean II ou Manuel I, de (...)

39Ce coup d’État, soutenu par les grandes familles d’Andrinople et même plus largement par tout l’Occident, ne bouleversa pas les structures de l’Empire, car Alexis Ange, à la manière de ses prédécesseurs, favorisa sa proche parenté, mais comme il remplaçait son propre frère, les parents leur étaient communs. Certaines personnalités cependant reçurent de l’avancement, tels Michel Stryphnos84 qui avait épousé la soeur de la nouvelle impératrice et devint mégaduc, ou encore Basile Doukas-Kamatèros, frère de l’impératrice, ancien logothète du drome sous Manuel, qui redevint logothète (d’un service indéterminé). Ces modifications mineures ne sauraient pas effacer l’impression de stabilité déjà notée lors des changements de règnes précédents. Par chance nous disposons de deux documents à propos de la dîme sur le vin transporté par les bateaux de Lavra où sont conservés quarante-sept noms de fonctionnaires des bureaux centraux85. Or nous relevons peu de patronymes inconnus ; les familles, parfois les fonctionnaires cités dans le document avaient déjà servi sous les premiers Comnènes, sous Andronic I (pour les Tripsychoi et le juge Apotyras) et sous Isaac II86. Les chefs militaires étaient issus des mêmes familles qu’auparavant, Kontostéphanoi, Doukai, Branas, Kantakouzènoi, Paléologues et Aspiétai. Tout au plus noterions-nous paradoxalement une moins fréquente apparition des Anges. Mais le sébastocrator Jean qui avait assisté Isaac lors de son avènement au trône, était encore présent au couronnement d’Alexis et son fils bâtard Michel Ange-Doukas fut pendant une courte période gouverneur du thème de Mylasa-Mélanoudion, comme il l’avait été au temps d’Isaac II. L’empereur Alexis lui-même rejeta le nom d’Ange pour prendre celui de Comnène, plus prestigieux sans doute, mais aussi parce qu’il y avait légitimement droit, étant arrière-petit-fils de l’empereur Alexis I Comnène.

  • 87 Carile, Partitio Romanie, p. 218-219.
  • 88 Le chrysobulle d’exemptions de taxes concédé en 1198 aux Vénitiens complète le texte de 1204 ; en (...)

40Les soutiens du nouvel empereur reçurent de larges récompenses. Le texte de la Partitio Romanie nomme parmi les plus grands propriétaires fonciers de l’Empire les Anges, avec la fille d’Alexis, Irène, et son épouse l’impératrice Euphrosynè, les Raoul, les Kantakouzènoi, les Branas, les Kontostéphanoi, les Kamytzai87. La liste de la Partitio recoupe en partie celle des comploteurs de 1195 et celle des très proches parents d’Alexis88.

  • 89 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 550.
  • 90 Ibid., p. 479.
  • 91 Ibid., p. 503.
  • 92 Ibid., p. 461, 534. Michel Chôniatès II, p. 125 sq. compara même le parakoimomène à un nouveau Nar (...)
  • 93 Pour délivrer Dadibra de Paphlagonie, assiégée par les Turcs, Alexis désigna trois jeunes généraux (...)
  • 94 Každan, Structure de la classe dominante, p. 218-220, constate le renouveau du groupe des eunuques (...)

41Un certain changement est toutefois perceptible, la venue au premier plan d’eunuques en nombre tel qu’on n’en avait pas observé depuis le xie siècle, non seulement dans la gestion des affaires civiles, tels Constantin Philoxénitès préposé au trésor impérial89 , Georges le Barbare90, mais surtout dans la conduite des armées, Georges Oinaiôtès91 et le parakoimomène Ionopolitès92 . Par crainte des révoltes militaires, Alexis eut recours à des officiers eunuques ou à des aristocrates, mais jeunes et inexpérimentés, en évitant de confier l’armée à un commandant unique, aux dépens de l’efficacité militaire93. La présence de ces nombreux eunuques à la cour n’est pas nécessairement associée à l’idée d’un gouvernement dominé par l’aristocratie civile94.

42L’absence de prince héritier relança la compétition pour le pouvoir qui prit deux formes, l’une violente, la tentative d’usurpation à Constantinople en mettant à profit le sentiment d’hostilité populaire fermement établi à l’égard du souverain, et l’autre, plus pacifique, le choix d’un époux pour les filles de l’empereur, gendres destinés à hériter du pouvoir.

  • 95 Barzos, Généalogie II, p. 746. Andronic appartenait à la descendance d’un autre Andronic Kontostép (...)
  • 96 Ibid., p. 742. Isaac serait un Comnène-Batatzès.

43En 1195, les trois filles d’Alexis étaient déjà mariées, avec l’approbation d’Isaac alors empereur, Irène à Andronic Kontostéphanos95, Anne à Isaac Comnène96 et Eudocie la plus jeune à Etienne de Serbie. Une détérioration temporaire de la santé d’Alexis, alors que ses deux filles aînées, devenues veuves, n’étaient pas remariées, contraignit son entourage à préparer une éventuelle succession. Au premier rang des prétendants se pressaient les neveux d’Alexis III, sauf bien sûr le fils d’Isaac II toujours emprisonné, et deux proches parents, son beau-frère Jean Kantakouzènos, privé cependant d’un oeil sous Andronic, et son cousin germain, le très fortuné Manuel Kamytzès ; mais sa candidature était vivement repoussée par le sébastocrator Jean, oncle de l’empereur, qui gardait en dépit de son âge une grande influence car il était le membre le plus âgé de la famille des Anges. Ces querelles familiales montrent une fois de plus que nous ne saurions décrire toutes les péripéties de la lutte pour le pouvoir par des explications d’ordre politique. Un rétablissement d’Alexis lui donna le temps de choisir ses gendres et éventuels successeurs.

  • 97 Vannier, Paléologues, p. 170-172.
  • 98 Sur la signification du titre, voir entre autres G. Ostrogorsky, Unun’ Despoter, BZ 41, 1951, p. 4 (...)

44Sa fille aînée fut unie à Alexis Paléologue qui, étant lui-même déjà marié, dut divorcer, indice du prix que l’empereur attachait à cette union97. Il reçut le titre de despote qui désignait depuis le règne de Manuel le gendre devant régner en l’absence d’héritier mâle98. Sa femme Irène fut proclamée basilissa.

45Une dynastie Ange-Paléologue était donc destinée à régenter l’Empire au début du xiiie siècle. Les raisons de l’ascension des Paléologues nous échappent partiellement ; sans doute avaient-ils été associés au succès des Comnènes dès le règne d’Alexis, grâce à Georges, beau-frère de l’empereur, et depuis cette date ils n’avaient pas quitté les premiers rangs, mais à un niveau égal à celui d’une dizaine d’autres familles. Ils s’étaient ralliés à Andronic, échappant à toute répression, et réussirent à se maintenir ensuite, lorsque Georges Paléologue apporta son appui au coup d’État d’Alexis III, justifiant la faveur accordée par Alexis Ange.

  • 99 Ibid., n° 2753 ; sur son sceau de despote il abandonne même son patronyme de Lascaris :
    Μάρτυς Κομν (...)
  • 100 Schlumberger, Sigillographie, p. 672, repris dans Laurent, Bulles Métriques n° 403. V. Laurent évo (...)

46Le second gendre d’Alexis et donc le second sur la liste de succession, Théodore Lascaris, était issu d’une famille dont nous ignorons presque tout et qui semble de promotion récente, fait assez exceptionnel à la fin du xiie siècle. Cependant sur ses sceaux99 et sur les documents officiels, Théodore Lascaris adjoint toujours le patronyme Comnène et cela avant même qu’il ne soit devenu gendre de l’empereur, lorsqu’il était sébaste et protovestiarite100. Contrairement à l’opinion commune, il nous paraît inévitable de conclure que Théodore Lascaris avait du sang Comnène par sa mère ou ses grands-parents maternels, et n’était donc point un “homme nouveau”, même s’il n’était pas allié de très près aux empereurs Comnènes.

47La fille cadette d’Alexis Ange, Eudocie, mariée à Etienne de Serbie, ne redevint un enjeu politique qu’après son retour dans l’Empire, et surtout lors de sa liaison avec Alexis Doukas-Mourtzouphlos après 1203.

48Avant 1203, trois familles étaient donc bien placées pour fonder une nouvelle dynastie, les Paléologues, les Lascaris et dans une moindre mesure les Kantakouzènoi, sans oublier que les Anges avaient la prétention de continuer à occuper le pouvoir. Avant les bouleversements dus à la Quatrième Croisade, toutes les familles qui furent appelées à régner au cours de la dernière période de l’Empire y étaient déjà prêtes.

  • 101 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 456. La précédente tentative d’usurpation d’Alexis Kontostéphanos (...)

49Alexis n’eut pas à relever de graves défis à son pouvoir, sauf dans la capitale qui, toujours généreusement traitée par Isaac II, ne pouvait accueillir son remplaçant qu’avec inquiétude. De fait, le premier soin d’Alexis III proclamé empereur par l’armée avait été de s’assurer le Grand Palais. Sa femme, Euphrosyne Doukaina-Kamatèrissa, avait appris le succès de la conjuration à Kypsela et s’était emparé du palais impérial, bien qu’une partie des Constantinopolitains ait suivi Alexis Kontostéphanos qui de nouveau prétendait à l’Empire101. Cinq ans plus tard la tentative d’un autre Kontostéphanos fut facilement réprimée. Les raisons qui attachaient si fortement tout ou partie des Constantinopolitains aux Kontostéphanoi nous restent obscures. Était-ce le souvenir de la lutte d’Andronic et de ses fils qui avaient perdu la vue en combattant le “tyran” Andronic Comnène ?

  • 102 Par exemple sous Alexis III, ibid., p. 483-484.
  • 103 Ibid., p. 478.
  • 104 Ibid., p. 523-524. Ce curieux épisode nous laisse entrevoir l’existence d’une catégorie de riches (...)
  • 105 Ibid., p. 525. La famille de Jean Lagos, fort peu connue, est attestée dès le xe siècle par un sce (...)

50En dépit de ces alertes, Alexis III ne considéra pas les Constantinopolitains avec davantage de respect. Il est vrai que sous les Anges, les dignités se vendaient comme les légumes au marché, et que d’obscurs sujets en acquirent102, mais pas plus que sous son ancêtre Alexis I Comnène, les riches marchands n’obtinrent de satut politique ; leurs richesses demeuraient l’unique objectif visé par l’empereur. Pressé par les nécessités financières, la levée de Yalemanikon en 1197, Alexis s’efforça de trouver des ressources à Constantinople, mais il se heurta au refus du Sénat, du clergé et surtout des commerçants et des artisans de la ville. Ces derniers reprochaient vivement à Alexis d’avoir partagé les provinces de l’Empire (ἐπαρχίαι) entre les membres de sa famille, tous gens inutiles (ἀχρεῖοι) et totalement éteints103, reproche qui faisait curieusement écho aux paroles acerbes de Zônaras à l’égard de la parenté d’Alexis I, un siècle plus tôt. Tenté par la richesse du banquier Kalomodios, Alexis le fit arrêter sous un fallacieux prétexte et distribua sa fortune considérable à ses courtisans104. La réaction des marchands de l’Agora fut telle qu’Alexis dut renoncer à sa proie. Un troisième conflit éclata entre eux et l’empereur, lorsqu’Alexis laissa Jean Lagos, gardien de la prison du prétoire, piller d’abord les églises, puis s’attaquer à un artisan105, ce qui engendra un nouvel affrontement entre les émeutiers, compagnons de l’homme maltraité par Lagos et les forces de l’ordre, les Varanges dans un premier temps débordés, puis les tagmata commandés par Alexis Paléologue, alors en position d’héritier de l’Empire.

  • 106 Mésaritès, Palastrevolution, p. 21.

51La mieux connue de ces perturbations constantinopolitaines est la rébellion aux conséquences modestes de Jean Comnène-Axouch dit le Gros, dont un témoin oculaire, Nicolas Mésaritès, nous a laissé le récit détaillé. Brève, elle dura une seule journée, le 31 juillet 1201 ; selon l’habitude, Jean Comnène, arrière-petit-fils de l’empereur Jean II, força les portes de Sainte-Sophie et tenta d’emporter le Grand Palais alors qu’une nouvelle fois l’empereur en était absent. De nouveau, Alexis Paléologue, à la tête des parents du souverain et de la garde dont il fallut sérieusement réchauffer l’ardeur, reprit le contrôle de la ville. Deux caractéristiques des mouvements de ce type apparaissent clairement : la présence d’une masse nombreuse, prête au pillage et à la xénophobie croissante, et celle d’étrangers, notamment Italiens et Ibères que nous retrouvons constamment, tentant de faire main basse sur tout ce qui leur était accessible avec une prédilection pour les reliques. Nicolas Mésaritès défendit ainsi son église de la Vierge du Pharos en trouvant secours parmi les Grecs qui s’opposèrent à la cupidité de ces étrangers. Le sentiment d’humiliation et de décadence, exacerbé par les échecs des Anges, s’exprime clairement, pour la première fois, par le discours mis dans la bouche des amis de Jean Comnène-Axouch : “tout ira bien pour la Romanie et pour nous ; plus aucun barbare ne la vaincra, ni Scythe, ni Bulgare, ni Tauroscythe, ni Persarménien, Illyrien, Triballe, Péonien, Allemand, Italien, Ibère ou Lybien, pas même le Perse qui détient aujourd’hui la majeure partie de l’Asie. Ils se jetteront à nos pieds, ils seront humiliés, ils nous serviront, ils tomberont sous le joug de l’esclavage, eux dont les nuques restent jusqu’à maintenant inflexibles. Réjouis-toi, Reine des Villes, les basileis de la terre entière te feront la proscynèse, chargés de dons... Voici un autre Josué, fils de Noé, envoyé par la Providence qui anéantira les royaumes de Canaan, mais abattra également le Bulgare”106. En 1201, l’adversaire privilégié n’était plus alors le Latin, mais le Bulgare et les peuples balkaniques dans leur ensemble. La résignation n’avait cependant pas gagné la capitale, ferme dans sa volonté de voir l’Empire victorieux sur tous les fronts ; et cette distance entre les espérances des Constantinopolitains et les possibilités réelles de l’Empire montre bien l’impossible tâche des empereurs Anges ou de tout autre qui aurait prétendu se substituer à eux.

  • 107 Nicétas Chôniatès, Orationes, p. 159.

52Alexis III était donc à la fois peu menacé dans sa capitale, car à aucun moment l’armée des tagmata ne s’était jointe à la foule, et mal à l’aise dans cette ville qui ne l’aimait point et ne percevait pas les nouveaux rapports de forces. Cependant l’aisance avec laquelle la foule avait renversé Andronic lui donnait l’illusion de peser sur la marche de l’Empire, avec une part de réalité, puisqu’elle put imposer à Alexis III de renoncer à lever l’impôt de l’alemanikon ou de remplacer Jean Lagos. Retenons encore un texte de Nicétas Chôniatès, écrit après 1204 à l’occasion de la mort de Jean Bélissariôtès son beau-frère : “aussi longtemps que la puissance impériale était solidement assise et qu’avait été désigné comme chef (ήγεμών) un empereur qui n’avait point l’esprit émoussé comme le prince de Tanit, mais auquel il ne manquait rien pour exercer ses fonctions...le peuple (πολίτευμα) partageait aussi le bien-être, se moquait des vagues et surnageait. Mais... vous avez été chassés de l’administration, le bon fonctionnement des affaires publiques prit fin ; dès lors, la partie de la foule qui vit du travail de ses mains (ἀποχειροβίοτον), impudente, arrogante, audacieuse, ceux qui, hier, étaient chanteurs, tissaient de belles toiles, les tanneurs aussi, ceux dont l’aiguillle est l’outil de travail, ceux-là pesaient plus que les empereurs sur le plateau de la balance”107.

L’essor des autonomies provinciales (1180-1203)

53Lors de la crise du xie siècle, le comportement d’une province se déterminait en fonction de la pression fiscale et de la qualité de la protection assurée en échange de cette ponction. Au cours du xiie siècle, le rétablissement de la situation ne fut pas aussi complet que le calme apparent le laisserait croire. À la fin du siècle, l’aggravation de la condition fiscale des provinces a été trop souyent décrite pour que nous ayons à revenir trop longuement sur ce propos.

  • 108 Michel Chôniatès II, p. 106-107. En clair, Thèbes, chef-lieu du thème d’Hellade, et l’Eubée favori (...)

54L’exemple classique, toujours retenu, concerne l’Hellade et le Péloponnèse, connus à travers -les lettres de Michel Chôniatès, les éloges prononcés par lui et son fameux rapport ou υπόμνημα de 1198 adressé à Alexis Ange. La critique de Michel Chôniatès est triple ; les impôts normalement dus étaient en fait levés à plusieurs reprises au cours de l’année ; s’y ajoutaient des contributions extraordinaires, telles les ressources exigées pour combattre les pirates ; enfin ils étaient inégalement répartis, puisque seuls payaient ceux que le fisc atteignait ; les villes bien fortifiées ou inaccessibles y échappaient108. Même en tenant compte d’un certain excès dans les propos de Michel Chôniatès -ce territoire d’Athènes qu’il décrit désolé, infertile, dépeuplé fut, quelques décennies plus tard, le centre d’une principauté franque prospère -il est certain qu’ils reflétaient la réalité, car d’autres témoignages vérifient la pratique des suppléments d’impôts répétés au cours de la même année.

  • 109 Isaac réussit, en 1187, à reprendre aux Valaques douze mille prisonniers et une immense quantité d (...)
  • 110 Les participants de la Première Croisade trouvèrent les provinces byzantines de Belgrade à Sofia d (...)
  • 111 Les témoignages sont nombreux, celui de Michel Chôniatès, qui a laissé un sombre tableau des méfai (...)

55Or la contrepartie de l’impôt, la sécurité, n’était plus assurée, ni en Orient ni en Occident où nomades turcomans et scythes parcouraient le plat pays, pillant et transférant les populations. Pour un succès enregistré sous Isaac Ange109, que d’échecs110 ! La présence constante de bétail dans le butin de l’ennemi assure que le paysan était bien la principale victime de la guerre. Aux attaques étrangères s’ajoutait la piraterie croissante qui, à la fin du xiie siècle, prit une telle ampleur que les îles et les régions côtières furent dépeuplées et parfois même désertées111. En effet, la décadence accélérée de la flotte impériale lui interdisait toute action efficace.

  • 112 Pour les textes et leur commentaire, voir Vranoussi, ’Αγιολογικά κείμενα, p. 146.

56Les habitants des régions frontalières avaient d’autant plus intérêt à traiter directement avec leurs voisins qu’ils pouvaient en attendre des secours au cas où l’administration impériale réagirait. Or la géographie de ces régions se modifiait profondément en Occident avec la perte des provinces bulgaro-valaques ; la ligne de front concernait des terroirs à la fois profondément hellénisés et d’importance économique vitale pour l’Empire, autour d’Andrinople, de Serrés, de Thessalonique. Les îles et les provinces côtières s’éloignaient de Constantinople car, faute d’une flotte, elles devenaient difficiles d’accès, au moment même où elles étaient ouvertes aux nouvelles puissances maritimes. Ainsi, phénomène nouveau par rapport au siècle précédent, les Iles Ioniennes et même les Cyclades se sentaient plus proches de l’Italie normande que de la terre ferme byzantine. La crainte des pirates fit accepter l’occupation normande dans les Cyclades vers 1185-1186. Les habitants des îles de la Mer Egée versèrent l’impôt en échange de la sécurité apportée par l’amiral sicilien Mégaritès112.

  • 113 Michel Chôniatès II, p. 105, lettre à Georges Padyatès, datée des années 1198-1199 par Stadtmüller(...)
  • 114 Michel Chôniatès II, p. 81-84, lettre à Dèmètrios Drimys, ancien gouverneur d’Hellade sous Androni (...)

57L’archevêque d’Athènes, Michel Chôniatès, pourtant envoyé à contrecoeur en province, finit par devenir le porte-parole de ses ouailles auprès de l’administration impériale et exposa la lassitude des provinciaux qui avaient le sentiment de n’exister que comme matière fiscale : “la Reine des Villes envoie partout, surtout en Grèce, chaque année, des praktorés, praitorés, apographeis, anagrapheis, dasmologoi, nautologoi, et bien d’autres d’aussi mauvais aloi, telles les grenouilles envoyées par Dieu à l’Egypte”113. Il fustige le comportement des fonctionnaires de la capitale qui ne consentaient pas à quitter leur ville à cause de son confort, afin que les villes de province puissent jouir, grâce à eux, d’un ordre équitable (ευνομία)114.

  • 115 Michel Chôniatès II, p. 83-84. Toutes les richesses énumérées par Chôniatès venaient d’Occident et (...)

58Au-delà même de la fiscalité abusive, Chôniatès accuse Constantinople d’épuiser futilement les ressources de la province. “De quoi manquez-vous ? Les plaines fertiles en blé de Thrace, de Macédoine et de Thessalie ne vous ravitaillent-elles point ? L’Eubée, Cos, Chio, Rhodes ne foulent-elles point pour vous le vin ? À Thèbes et à Corinthe les doigts tissent pour vous les vêtements ; tous les fleuves des richesses ne coulent-ils pas vers la ville impériale comme ils feraient vers la mer ? Le comportement des Constantinopolitains est insensé, car si les villes étaient détruites de l’intérieur par toutes sortes d’exactions, ils ne pourraient plus constamment s’enrichir, une fois taries les sources qui nourrissent la ville impériale”115.

  • 116 Populace : ἀγροῖκοι και ἀγελαῖοι ; traduction par Hélène Ahrweiler (Idéologie, p. 96) du texte de (...)

59La manifestation la plus éclatante du mépris des provinciaux à l’égard des gens de la capitale est certes postérieure à 1204, mais cet épisode illustre trop parfaitement leur état d’esprit pour n’être pas cité dès maintenant. Nicétas Chôniatès fuyant la captivité, sortit de Constantinople et se trouva, avec ses compagnons d’infortune, “en butte aux moqueries des rustres et de la populace qui raillaient notre misère et notre nudité, qu’ils appelaient, les insensés, du nom d’égalité (ισοπολιτεία) pour signifier que notre état était comparable au leur ; certains même allaient jusqu’à louer Dieu de pouvoir s’enrichir en achetant pour rien les biens de leurs compatriotes”116.

  • 117 L’expression ἀλλοδαπαὶ χῶραι n’est pas claire ; s’agissait-il d’autres provinces de l’Empire ou de (...)
  • 118 La forteresse d’Aggélokastron, seul ouvrage fortifié qu’on puisse dater de l’époque des Anges, est (...)
  • 119 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 495.

60Autre forme de la désaffection de certaines populations provinciales, l’émigration en terre étrangère est préférée au maintien dans son pays d’origine. Michel Chôniatès demandait, sous Alexis Ange, des allégements d’impôts pour les contribuables si démunis que certains se trouvaient contraints d’émigrer sur un sol étranger117. Un tel fait se produisit sous Alexis III, dans cet Orient qu’Alexis était moins que son frère soucieux de protéger118. Un conflit avait éclaté entre Turcs d’Iconium et Byzantins. Le sultan prit deux bourgades de la vallée du Méandre, faisant cinq mille prisonniers. Il les traita correctement, en dressa la liste, regroupa les familles dispersées et s’enquit de leurs biens perdus. Parvenu à Philomèlion, il leur fit distribuer des maisons, de bonnes terres, des semences de toutes sortes et des vivres. Lorsqu’aurait été conclue la paix avec l’empereur, ces populations pourraient rester si elles le désiraient, bénéficiant durant cinq ans d’une dispense d’impôt, versant ensuite une somme qui ne devrait pas dépasser l’impôt convenu, sans qu’à plusieurs reprises dans la même année, des suppléments soient exigés comme les Byzantins en avaient l’habitude119. Ce programme correspondait à l’attente des paysans au point que beaucoup d’entre eux, ayant connu le traitement réservé par les Turcs à leurs parents et compatriotes, désirèrent les rejoindre et se dirigèrent vers Philomèlion. Au grand scandale de Chôniatès, ils avaient préféré quitter une ville byzantine et passer chez les barbares, tant les injustices à leur égard s’étaient multipliées.

  • 120 Supra, p. 419.

61Faut-il conclure que l’Empire à la veille de la Quatrième Croisade était en pleine décomposition, au point que ses habitants ne faisaient plus preuve du moindre loyalisme ? Cette émigration garde un caractère somme toute limité. La méfiance réciproque de la province et de la capitale n’était pas nouvelle ; l’attraction des provinces byzantines d’Asie Mineure vers l’État d’Iconium, apparemment mieux géré, était déjà forte, nous l’avons vu, même sous le règne si positif de Jean II120. Les deux régions où nous avons choisi nos exemples de dissenssions restèrent cependant fidèles au gouvernement central jusqu’en 1203.

  • 121 Nicêtas Chôniatès, Histoire, p. 197-198.
  • 122 Il était probablement parent du Thessalonicien Léon Sikountènos, cf. supra, p. 244 n. 326.
  • 123 Eustathe de Thessalonique, Espugnazione, p. 60-62.
  • 124 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 421. En 1191, le Pseudo-Alexis originaire de Constantinople bénéfi (...)
  • 125 Ibid., p. 462.

62Des facteurs favorables à la cohésion de l’Empire s’exerçaient encore. La branche impériale des Comnènes gardait un prestige certain en Orient, notamment auprès de la population rurale qui se souvenait des efforts des trois premiers empereurs de la dynastie pour assurer la défense de l’État. En 1180, Manuel, déjà fort affecté par la maladie, avait tout de même repoussé un raid turc sur Claudioupolis121. Cette popularité dynastique se mesure au nombre des Pseudo-Alexis qui apparurent après la mort du vrai fils de Manuel. Pas moins de cinq sont nommés par Chôniatès ; tous, sauf le premier, tentèrent précisément leur chance en Orient. En revanche, le premier, paysan originaire de Bagénétia, parut en 1184 alors qu’Andronic, l’assassin d’Alexis II, régnait encore. Il fut promené à travers les provinces balkaniques par son créateur, le moine Alexis Sikountènos122, et ceux qui ne suspectaient pas la fraude l’accueillirent favorablement, lui accordant la proscynèse et de nombreux dons123. En Asie Mineure, les paysans furent aussi touchés par les jeunes gens qui se prétendaient fils de Manuel, et les élites locales, connaissant pourtant la vérité à propos de la mort d’Alexis II, se montrèrent aussi favorables, par hostilité aux Anges124. L’arrivée au pouvoir d’Alexis III stimula l’émergence de nouveaux compétiteurs, passant eux aussi pour le fils de Manuel. L’un d’eux, soutenu par l’émir turc d’Ancyre, s’aventura dans l’Empire au moins jusqu’à Malagina. Lorsqu’Alexis Ange, enfin inquiet des progrès du rebelle, eut franchi les détroits, il rencontra ses sujets de Malagina. Leur dialogue, rapporté par Nicétas Chôniatès, nous prouve que la fidélité aux Comnènes ne s’était pas transmise aux Anges -du moins en Orient, bien que l’empereur Ange y ait été acclamé. Les habitants affirmaient à l’empereur qu’il serait lui-même charmé par le soi-disant Alexis ; à cela Alexis III répondait que le vrai Alexis était mort et que même s’il vivait, lui, Alexis Ange, disposait du droit de commander puisqu’il détenait le sceptre des Romains125. Comme le remarque Nicétas, les autochtones à Malagina ne souhaitaient pas choisir entre les deux et soutiendraient le vainqueur.

  • 126 Ibid., p. 421.

63Les secours en hommes reçus par les Pseudo-Alexis et les autres rebelles de la part des émirs turcs ne suffirent pas à ébranler durablement l’administration byzantine. Nous pouvons même affirmer que si le Pseudo-Alexis dit Kausalônès vit augmenter le nombre de ses partisans, c’est en dépit du comportement impopulaire de ses contingents turcomans qui brûlaient les récoltes et maltraitaient les paysans126. Les autres rebelles, tels Maggaphas une fois expulsé de Philadelphie en 1192, ou Michel Ange Doukas vers 1200, qui ne bénéficiaient que de l’alliance turque, ne remportèrent aucun succès notable. A la veille de la Quatrième Croisade, la paysannerie d’Asie Mineure n’était pas prête à se donner aux Turcs.

64Les facteurs de dissolution de l’Empire n’étaient pas seuls en action ; le sentiment dynastique -même s’il ne jouait pas suffisamment en faveur des Anges -, le loyalisme dû au clergé les contrariaient. Il est symptomatique que les premiers groupes à se détacher de Constantinople aient été les ethnies qui pouvaient se sentir plus étrangères encore au personnel envoyé de la capitale pour les gouverner.

Les révoltes ethniques

65Nous passons sous silence le détachement rapide des États vassaux que Manuel Comnène avait soumis à l’Empire, la principauté d’Antioche, la principauté serbe de Némanja, sans parler du sultanat d’Iconium qui avait déjà rejeté dès 1176 toute domination byzantine et avait même pris l’ascendant en Asie Mineure. Aux yeux des Byzantins, la renonciation des douloi à servir l’Empire constituait bien une rébellion de même type que celles affectant les provinces de l’Empire, mais nous ne prenons en considération que la perte des territoires effectivement administrés directement par Constantinople.

66La plus lourde de conséquences de ces rébellions ethniques fut celle de deux notables bulgares, Pierre et Asen. Il n’est pas question ici de traiter de la naissance du second Empire bulgare, mais il faut considérer qu’à ses débuts du moins, le soulèvement ne présentait pas de caractère “nationaliste”, l’ancien État bulgare ayant cessé d’exister depuis plus de cent cinquante ans. Du reste Pierre et Asen ne s’établirent pas au coeur de l’ancien État de Samuel, les provinces de Sofia, Achrida ou Skopje, mais dans la partie de la Bulgarie danubienne soumise de longue date. Sans vouloir entrer dans la querelle qui oppose historiens roumains et bulgares sur la nationalité des troupes rebelles, comme Chôniatès n’évoque que les Valaques et non les Bulgares, nous admettrons sans risque d’erreur qu’elles étaient à l’origine valaques, et qu’au cours des années suivantes, s’y joignirent des Bulgares et des Slaves.

  • 127 Ibid., p. 368. Les Valaques, nombreux en Thessalie autour de Larissa et Halmyros, au point que la (...)

67Le mouvement résultait de la conjonction de deux faits indépendants, le rejet des prétentions de Pierre et d’Asen qui souhaitaient servir dans l’armée en échange d’une modeste pronoia, et le mécontentement engendré par les impositions supplémentaires exigées par Isaac II à l’occasion de son mariage avec Marguerite de Hongrie127. Sous Constantin X déjà, les Valaques de Thessalie avaient jugé insupportable le niveau de la fiscalité impériale. L’expansion de la rébellion en raison de l’habileté de ses deux chefs et de l’impéritie byzantine n’entre pas dans notre propos, sauf à noter la création d’un nouvel État qui favorisa les troubles dans les thèmes restés byzantins.

68De même qu’avec la perte des frontières naturelles du Tigre, de l’Euphrate et des Monts du Taurus s’était établie en Asie Mineure une zone-tampon entre Byzantins et Turcs d’Iconium, de même en Occident, lorsque le limes danubien entre le nouvel État bulgaro-valaque et l’Empire eut été enfoncé, certains archontes tentèrent de se constituer des principautés -ce qui marquait une différence avec l’Orient où les Turcomans ne s’organisèrent jamais en unités structurées. Les archontes occidentaux, Ibankos ou Chrysos pourraient se comparer aux toparques arméno-géorgiens du siècle précédent essayant de jouer de l’un de leurs puissants voisins contre l’autre.

69Le schéma des troubles se répète : un allogène, d’abord fidèle, se fait confier un solide kastron -Stroumitza pour Chrysos, Philippoupolis pour Ibankos -qui lui permet de contrôler la population indigène puis de se rebeller. L’empereur tente de réduire le mouvement et lui propose une princesse de sang impérial avant de s’emparer par ruse du révolté : lorsqu’Alexis III, ou plutôt ses gendres bien plus efficaces, Alexis Paléologue et Théodore Lascaris, capturèrent Ibankos et Chrysos, leurs principautés revinrent immédiatement aux mains de l’empereur.

70Avant les Valaques et les Bulgares, l’ethnie arménienne avait déjà manifesté son hostilité aux Byzantins. La Cilicie avait été administrée par des ducs byzantins, notamment sous Manuel I, mais en dépit du maintien d’une population grecque et d’un fort parti probyzantin dont le représentant le plus influent fut Oshin de Lampros et ses descendants, les Héthoumides, il s’agissait en fait de l’occupation militaire d’un territoire dont les habitants restaient toujours avides de recouvrer leur indépendance à la première occasion favorable. Après la défaite de Myrioképhalon, les sources byzantines ne mentionnent plus la Cilicie qui avait sans nul doute rejeté le joug byzantin et se préparait à devenir un royaume arménien particulièrement prospère à la fin du xiie siècle et au xiiie siècle.

  • 128 Eustathe de Thessalonique, Espugnazione, note p. 124-126.

71Les Arméniens n’étaient pas seulement établis aux marges de l’Empire mais beaucoup étaient regroupés en Troade, en Chypre, dans la région de Philippoupolis. Ils ne furent jamais en mesure de constituer un État, étant trop dispersés et partout minoritaires, mais ils ne manquèrent pas de nuire aux Grecs, notamment dès que les Byzantins furent menacés ou maltraités par les Occidentaux. En 1185 lors de la prise de Thessalonique, les Normands trouvèrent en eux, avec les Juifs, de précieux auxiliaires, et Eustathe de Thessalonique note avec amertume qu’avant la prise de la cité, les Arméniens étaient aux côtés des ennemis et se montraient plus enragés qu’eux à nuire aux défenseurs ; qu’après la paix, ils vendirent à un prix exorbitant la moindre nourriture128.

  • 129 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 408.
  • 130 Ibid., p. 403. Ansbert, p. 45. Les Arméniens conclurent avec les Allemands un véritable traité.
  • 131 Villehardouin II, p. 119. “Alors il (Henri de Flandre) commença pour sa part la guerre contre les (...)
  • 132 Le silence des sources grecques est complet, mais les historiens occidentaux témoignent de la prés (...)
  • 133 P. Charanis, The Armenians in the Byzantine Empire, Byzsl. 22, 1961, p. 238.

72Lors de la Troisème Croisade, les Arméniens se placèrent à nouveau aux côtés des Occidentaux, n’hésitant pas à prévenir les Allemands des embuscades tendues par l’armée byzantine et à leur assurer la victoire129. À Philippoupolis, eux seuls restèrent, avec quelques Bulgares, pour fournir des vivres aux Croisés130. Après 1204, les Arméniens de Troade appelèrent tout naturellement Henri de Flandre et ses Latins qu’ils guidèrent contre Théodore Lascaris131. Lorsqu’ils furent privés de la protection latine, les Grecs les massacrèrent jusqu’au dernier. Des Arméniens participèrent aussi au succès de certaines dissidences. En Chypre où leur population avait été accrue par des transferts au temps de Jean II, ils constituaient une partie de l’armée d’Isaac132. Les Arméniens étaient nombreux aussi dans la région de Stroumitza et de Mogléna. Or à la fin du xiie siècle, selon la Vie de saint Hilaire, évêque de Mogléna, ce dernier avait tenté de les convertir133. Si l’on se souvient que Stroumitza fut la forteresse choisie par Chrysos pour résister à l’empereur, l’hypothèse peut être avancée que les Arméniens secoururent vraisemblablement les Valaques. En cette fin de siècle, les Arméniens se révélèrent donc un redoutable facteur de désintégration, car ils n’hésitèrent pas à s’unir aux pires ennemis de l’Empire, alors qu’au siècle précédent leur ralliement aux Turcs avait été chaque fois exceptionnel et temporaire.

  • 134 Eustathe de Thessalonique, Espugnazione, p. 92.
  • 135 Sans doute marchandèrent-ils leur soutien à Constantin Lascaris au moment où les Latins étaient da (...)
  • 136 Ibid., p. 532.

73Dernier groupe allogène un peu conséquent, les Occidentaux servaient comme mercenaires dans les armées ou commerçaient dans les villes autorisées par l’empereur et dont la liste s’allongea par le chrysobulle de 1198. Parmi les militaires, certains de leurs chefs, nous l’avons vu, furent intégrés à l’aristocratie autochtone, les Pétraliphai ou les Raoul, sans se distinguer par leur comportement du reste de leur groupe social. En 1204 notamment, ils ne révélèrent pas de sympathie particulière à l’égard des Croisés. Les simples soldats, enrôlés par centaines dans la garde impériale -les Varanges -ou dans les garnisons, se rendaient indispensables par leurs qualités militaires, et après 1204, tous les potentats locaux s’offraient encore leurs services. Ces mercenaires se montrèrent fidèles à ceux qui les payaient, cause de quelques troubles dans la capitale lorsqu’ils ne servaient pas les autorités : Marie la Porphyrogénète en avait enrôlé contre le protosébaste Alexis. Hors de Constantinople, il ne semble pas qu’avant 1204 des notables aient pu disposer de ressources suffisantes pour en louer en nombre suffisant au point de menacer l’administration impériale. Etaient-ils fidèles à l’Empire ? En dehors de quelques Allemands de la garnison de Thessalonique qui furent pris en 1185 en flagrant délit de trahison par un poissonnier de la ville134, la réponse est positive. Outre les Varanges, toujours fidèles jusqu’en 1204135, les Latins défendant Varna se firent massacrer par Kalojean pour le compte d’Alexis Ange136. Nous ne voyons pas qu’ils aient facilité le cheminement des guerriers de la Troisième et de la Quatrième Croisade.

  • 137 Ibid., p. 545.
  • 138 Ibid., p. 536.
  • 139 Ibid., p. 420.
  • 140 Ernoul, p. 285. W. H. Rudt de Collenberg, Isaac Comnène et la Damsel de Chypre, Byz. 38, 1968, p. (...)
  • 141 On connaît l’une des opérations commerciales qu’il envisageait de réaliser à Constantinople une fo (...)
  • 142 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 481-483. Constantin Stilbès, éd. R. Browning, Byz. 28, 1958, p. 36 (...)

74Les marchands avaient un statut politique particulier puisqu’ils appartenaient à des cités indépendantes et alliées en principe à l’Empire. Us étaient nombreux à Constantinople où les Pisans participèrent, à côté des Varanges, à la défense de la ville lors de l’assaut de juillet 1203137. Mais ils furent ensuite expulsés de la capitale au moment du combat suprême de juillet 1204 où leur fidélité était, sans doute à tort, jugée peu sûre. Alexis IV, fils d’Isaac II, avait pu s’enfuir avec la complicité d’un marchand pisan138. En province, des Occidentaux causèrent également des troubles, tel ce marchand latin fort connu à Harmala chez lequel le Pseudo-Alexis originaire de Constantinople logea avant de partir auprès du sultan d’Iconium139. En une autre occasion, ils nuisirent sinon à l’empereur du moins à l’hellénisme. Lorsqu’Isaac de Chypre fut menacé par les Croisés anglais, la colonie latine, fort importante, compte tenu du rôle de l’île dans les liaisons entre l’Occident et la Terre Sainte, apporta une aide précieuse à Richard Coeur de Lion. Limassol fut livrée aux Anglais par les Latins, tandis que Grecs et Arméniens en étaient chassés140. Enfin un marchand génois141, Gafforio (Kaphourès), maltraité par les fonctionnaires byzantins dont le mégaduc Michel Stryphnos, se vengea durement. Avec quelques navires, il attaqua les îles de la mer Egée et les villes côtières dont Atramyttion qu’il pilla, battit la flotte de Steiriônès envoyée contre lui, contrôla les îles du nord de l’Egée et sans doute le détroit des Dardanelles, position vitale pour le contrôle du trafic maritime vers Constantinople. Il put même y lever l’impôt à sa guise et opéra jusque dans le Pont-Euxin, mais une seule défaite mit fin à sa carrière142.

75En dehors même de leur exploitation économique des ressources de l’Orient byzantin, les marchands occidentaux représentaient aussi un risque de trahison, même si avant 1204 l’hostilité croissante et réciproque entre les deux communautés depuis les massacres de 1182 et 1185 n’avait pas provoqué de sédition remarquable contre le pouvoir impérial.

Les premières révoltes de l’aristocratie locale : Théodore Maggaphas et Léon Sgouros

  • 143 Cf. f. d. n° 159.
  • 144 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 369-370.
  • 145 L’île avait toujours été indéfendable lorsque les côtes de Syrie et de Cilicie toutes proches étai (...)
  • 146 Sur les événements de Chypre, un des articles les plus précis est celui de W. H. Rudt de Collenber (...)

76La véritable nouveauté de cette période réside dans la dissidence de provinces byzantines sous la direction de notables locaux, sans que des nécessités de défense régionale face à une invasion aient justifié ce comportement, comme cela avait été le cas lors de la première vague de séparatisme provincial à la fin du xie siècle. Sans doute déjà au temps d’Andronic, Chypre avait-elle été détachée de l’administration impériale par Isaac Comnène qui se l’était appropriée ; mais les ambitions d’Isaac ne se limitaient pas à la possession de l’île ; il visait à conquérir Constantinople. Il conservait encore ce désir en 1195 quand il fut libéré par les Francs et tenta de contrôler l’Asie Mineure pour se diriger vers la capitale en s’appuyant sur le mécontentement local. Dans les faits, Chypre était devenue un État indépendant où Isaac levait l’impôt, battait monnaie143, s’alliait aux Normands, adversaires de l’Empire. La faiblesse de sa marine n’avait pas permis à Isaac Ange de mettre fin à la sécession de Chypre144, et lorsque Richard Coeur de Lion, dont les proches avaient été maltraités par Isaac de Chypre, décida de conquérir l’île par mesure de rétorsion, Chypre ne pouvait recevoir de secours venant de Constantinople et fut définitivement perdue pour l’Empire145. La population subit les événements et ne se rallia en 1184 que par nécessité à Isaac Comnène qui, pour imposer son pouvoir aux notables de l’île, se montra aussi cruel que l’empereur Andronic. Pour autant les Chypriotes ne se résignèrent pas aisément à la domination occidentale après 1191 et ne furent soumis qu’après une révolte durement matée par les Latins. Lorsqu’Isaac fut capturé, ils se choisirent un nouvel empereur - parent du précédent, indice que l’impopularité d’Isaac ne frappait pas toute sa famille ou que les jugements de Néophyte le Reclus et de Nicétas Chôniatès étaient peut-être excessifs. Sans être vraiment attachés à un Empire incapable de les protéger, du moins partageaient-ils l’hostilité du monde orthodoxe à l’égard de l’Occident. Après la chute de l’île, des notables s’exilèrent plutôt que de supporter la domination latine146. Toutes ces raisons nous conduisent donc à exclure Chypre des dissidences provinciales, car si l’empereur avait eu une flotte digne de rivaliser avec les puissances italiennes, la population aurait préféré la domination impériale à l’occupation étrangère et peut-être à un maître grec qui n’avait dû son salut qu’à l’intervention de la flotte du Sicilien Mégaritès.

  • 147 Pour toutes les références, cf. f. d. n° 168 et Cheynet, Philadelphie, p. 39-54.

77Les événements de Philadelphie en 1188 et 1189 furent d’une tout autre nature147. Isaac Ange faisait le siège de Philadelphie tenue par un certain Théodore Maggaphas dit Môrothéodore lorsqu’il apprit l’approche des soldats de la Troisième Croisade. En 1188, à l’annonce de la sédition de Maggaphas, l’empereur s’était esclaffé que jamais l’usurpateur n’aurait les moyens de venir assiéger la capitale, car Isaac n’avait pas compris les intentions véritables du rebelle. Celui-ci s’était en effet fait proclamer basileus après s’être concilié la foule de la ville puis la population du thème des Thracésiens et, audace encore plus extraordinaire, il avait émis des monnaies d’argent gravées à son effigie. La résistance de Maggaphas fut suffisamment efficace pour contraindre Isaac à traiter avec lui en lui laissant le pouvoir à Philadelphie et dans sa région, avec sans doute la fonction de duc des Thracésiens.

78Maggaphas fut expulsé de Philadelphie seulement en 1190, grâce à l’action de Batatzès dont le nom était aussi populaire dans cette région puisque la ville et les troupes du thème des Thracésiens avaient soutenu précédemment Jean Comnène-Batatzès contre l’empereur Andronic, mais l’enjeu, à cette date, était à l’échelle de l’Empire ; il s’agissait de connaître quel serait le tuteur du jeune Alexis II. En 1188, Maggaphas cherchait seulement l’autonomie de la région. Mais l’absence de menace sérieuse de la part des Turcs différencie son action de celle de Gabras, un siècle plus tôt à Trébizonde. Sans doute les Turcomans menaient-ils des raids de pillages et les habitants du thème des Thracésiens jugeaient-ils insuffisante la protection impériale, mais la province n’était pas sur le point d’être conquise. La population ne manifestait pas de sentiment philoturc puisque celle-ci refusa de suivre Maggaphas, réfugié auprès du sultan d’Iconium, lorsqu’il revint à la tête d’irréguliers turcs.

  • 148 Nicé(-tas, -phore) comte, Léon catépan, cf. ibid., p. 45-46.
  • 149 Pour la date de son retour, cf. f. d. n° 192.

79La carrière antérieure de Maggaphas nous échappe. Il appartenait à une famille de militaires, attestée depuis le xie siècle148, qui ne fut sans doute jamais liée à la famille impériale, même aux plus modestes de ses branches. Nous ignorons l’ancienneté de leur établissement à Philadelphie où ils demeuraient encore au xiiie siècle. Théodore était-il fonctionnaire du thème ou simple notable ? En ce dernier cas, un tel ascendant sur ses compatriotes est difficilement expliquable et donc Théodore Maggaphas exerçait sans doute une de ces fonctions subalternes confiées par les ducs aux notables locaux. Il parvint à rentrer dans Philadelphie, sans doute avant 1203, et à la détacher à nouveau de l’obédience impériale149.

  • 150 Cf. f. d. n° 198.
  • 151 Il hérita des biens patrimoniaux, Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 605.
  • 152 Cf. f. d. n° 198, n. 3.

80Une seconde révolte du même type éclata aux extrémités de l’Empire, en Hellade. Léon Sgouros, avec l’aide de son frère Gabriel, décida de s’émanciper de toute autorité impériale vers 1201-1202, profitant de la révolte de Kamytzès et de Chrysos qui envahirent la Thessalie et coupèrent la route terrestre menant d’Hellade-Péloponnèse à Constantinople. Sgouros, sans doute sébastohypertatos et fonctionnaire du thème de l’Hellade150, appartenait à une famille aisée du Péloponnèse151, établie à Nauplie où il était né. Le texte de Chôniatès implique que son père était un notable auquel les habitants de Nauplie obéissaient par force plutôt que par persuasion. Les origines de la rébellion des Sgouroi remonteraient-elles à une date bien antérieure au règne des Anges ? Attestés dès le xie siècle, comme les Maggaphas, les Sgouroi représentaient l’aristocratie moyenne, établie en province, mais dont certains membres pouvaient exercer des fonctions dans la capitale152.

81À la veille de la Quatrième Croisade, Léon Sgouros, mollement et vainement combattu par Michel Stryphnos en 1202-1203, restait solidement implanté dans le Péloponnèse mais son expansion était freinée par la résistance de l’archevêque Chôniatès à Athènes et des autorités à Thèbes.

82Deux gouverneurs de thèmes imitèrent Maggaphas et Sgouros, Michel Ange-Doukas dans le thème de Mylasa vers 1200, et Spyridonakès dans celui des Smolènes à la fin de 1201. L’objectif de ce dernier, personnage d’origine modeste, était clair ; compte tenu de la topographie de cette région particulièrement montagneuse, il souhaitait constituer un petit État indépendant aux côtés de ceux d’Ibankos et de Chrysos, non encore réduits à cette date. Les ambitions de Michel Ange-Doukas, cousin germain de l’empereur pouvaient être plus élevées, mais le petit nombre de ses troupes, l’éloignement de la capitale laissent présumer que lui aussi n’avait que des visées régionales, profitant, comme le fit Isaac de Chypre, du mécontentement des populations d’Asie Mineure devant un certain désintérêt de la part de l’empereur.

  • 153 Ahrweiler, Smyrne, p. 45. La région tirait profit de la prospérité du sultanat d’Iconium. Les marc (...)
  • 154 Roger de Howden, Chronica, p.108-109, “Imperator (Isaac)... obtulit pacem...quod ipse daret ei (Ri (...)
  • 155 Cognasso, Partiti politici e lotte dinastiche in Bisanzio alla morte di Manuele Comneno, Memorie d (...)
  • 156 Cf. les justes remarques de Lilie, Macht und Ohnmacht, p. 81-82.
  • 157 Les Probatai, illustre famille d’Asie Mineure au xie siècle, ne paraissent plus ensuite dans l’adm (...)
  • 158 Eustathe de Thessalonique, Espugnazione, p. 92.

83Les trois entités régionales, Chypre, le Péloponnèse, le thème des Thracésiens, qui réussirent à conquérir plus ou moins durablement leur autonomie, avaient en commun une économie et des ressources fiscales qui leur permettaient de prendre leurs distances vis-à-vis de la capitale. Isaac de Chypre, Théodore Maggaphas et sans doute Léon Sgouros, même si les sources ne l’expriment pas explicitement, ont levé l’impôt et les deux premiers ont battu monnaie. L’Empire de Nicée, centré plus tard dans la région qui s’était donnée à Maggaphas, établit un atelier monétaire à Magnésie153. Le trésor d’Isaac de Chypre et les revenus de l’île pouvaient exciter la convoitise des Croisés anglais. Isaac offrit vingt mille marcs d’or pour acheter la paix154, et les ressources annuelles de l’île, selon les Occidentaux, toujours prompts il est vrai à exagérer les richesses byzantines, se seraient élevées à soixante-dix centenaires par an155, situation florissante qui s’explique par l’importance commerciale de l’île. Le contrôle de Corinthe donna aussi à Sgouros les ressources tirées de cette ville active par l’artisanat et le commerce. Ainsi la prospérité de ces provinces facilita leur détachement de Constantinople d’autant qu’elles dépendaient d’itinéraires commerciaux qui ne passaient pas nécessairement par la capitale156. En dehors de ces rébellions caractérisées, d’une manière plus générale, l’aristocratie provinciale, au tournant des xiie et xiiie siècles, adopta un comportement pour le moins désinvolte à l’égard de l’autorité impériale. Théophane Probatas157, originaire de Dyrrachion, accompagnait en effet les Normands devant Thessalonique en 1185158, ce qui pourrait passer pour une trahison. Nous avons déjà souligné combien la façade occidentale de l’Empire était attirée par l’État normand puisque, déjà sous Manuel, Corfou, entraînée par les Gymnoi, n’avait pas combattu les assaillants normands.

  • 159 Les Karantènoi, après avoir été au premier plan aux xe et xie siècles, ne s’allièrent pas aux Comn (...)
  • 160 MM IV, p. 320-328.
  • 161 Michel Chôniatès I, p. 311, Hypomnèstikon à Alexis Ange. L’archevêque d’Athènes appelle καστρηνοί (...)
  • 162 MM IV, p. 325. L’empereur précise que personne ne peut s’emparer du bien d’autrui, même s’il réuss (...)
  • 163 Patmos I, p. 209. Les Chortatzai comptèrent au nombre des grandes familles archontales de l’île au (...)

84La tendance permanente de l’aristocratie à élargir ses possessions, même et surtout par des moyens illégaux, n’était plus refrénée. Quelques exemples nous convaincront. Le monastère de Saint-Jean du Latros possédait une oliveraie conséquente, louée trente-six hyperpères à Jean Karantènos159. Or dès la première année, celui-ci ne paya point le loyer convenu et s’empara ensuite du bien par la force. Une première condamnation au temps d’Isaac Ange par le duc de Mylasa-Mélanoudion, Michel Doukas, demeura sans effet. Jean Karantènos mort, son fils détint le bien et décida de le léguer à un autre monastère. L’affaire durait encore en 1204160. À Athènes, les puissants locaux s’emparaient des villages et des propriétés paysannes et se les partageaient161. Les notables parvenaient à faire légitimer leurs usurpations en les faisant inscrire sur les registres fiscaux, ce qui impliquait l’accord au moins tacite des recenseurs162. Cette complicité des autorités est confirmée par un document d’Alexis III. Saint-Jean de Patmos reçut de l’empereur un bien en Crète sur lequel avait été établi un petit monastère que son prédécesseur, l’évêque de Kalamôn, mort assassiné, avait légué. Un Chortatzès proche du domaine se le fit attribuer par le duc de Crète sous prétexte d’éphoria163.

85La fin du xiie siècle vit donc l’émergence d’une aristocratie sans lien avec la famille impériale, résidant encore dans les provinces de l’Empire où elle occupait probablement des fonctions thématiques subalternes. Ce n’étaient pas vraiment des hommes nouveaux puisque leurs ancêtres étaient actifs un siècle au moins auparavant. Léon Sgouros avait hérité de sa position privilégiée à Nauplie. Est-ce à dire qu’à la veille de la Quatrième Croisade, l’Empire était en pleine décomposition ? Alexis Ange ou plutôt ses gendres actifs avaient notablement réduit les zones de dissidence en 1201-1202 en reprenant les territoires contrôlés par Chrysos et Ibankos, Spyridonakès et Manuel Kamytzès. Cependant, les activités de Sgouros et de Maggaphas étaient inquiétantes, non point par leur ampleur, mais par le nouvel état d’esprit qu’elles révélaient parmi les provinces. Ce furent les événements de 1203-1204 qui donnèrent à cette couche sociale l’opportunité de saisir partout localement le pouvoir.

Notes

1 Eustathe de Thessalonique, Espugnazione, p. 18. L’opinion d’Eustathe est partagée par Nicétas Chôniatês, Histoire, p. 223-224.

2 Marie devint Augusta dès son mariage, Kinnamos, p. 211.

3 Seul Michel le Syrien, p. 381, parle explicitement des douze notables choisis par Manuel, mais ce nombre de douze, identique à celui des Apôtres, rend l’information un peu suspecte.

4 Pantechnès n’était nullement un homme nouveau, mais avait servi Manuel durant toute la seconde moitié de son règne, cumulant les charges de dikaiodotès, nomophylax, questeur, épi ton oikeiakôn (Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 235 ; Eustathe de Thessalonique, Espugnazione, p. 20 ; NE 13, 1916, p. 326 ; Typikon de Saint Marnas, éd. S Eustratiadès, ’Ελληνικά I, 1928, p. 304-305 ; Patmos I, p. 221).

5 Cf. f. d. n° 150.

6 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 245 ; Eustathe de Thessalonique, Espugnazione, p. 32 ; les habitants de Constantinople se dirigeant vers Andronic installé près de Chalcédoine, s’étonnaient de ce que ses navires de guerre n’aient guère été que des barques de pêche et que ses tentes aient été aussi éloignées les unes des autres, comme les plants dans un champ de pastèques ; son armée était de mauvaise qualité et les chevaux auraient mieux convenu pour servir des moulins.

7 Que le patriarche Théodose n’ait pas été un ennemi personnel du protosébaste, mais seulement hostile à sa prépondérance jugée menaçante pour le jeune Alexis II, nous en avons la preuve lors de la chute du protosébaste. Théodose se préoccupa de soulager son malheur, “oubliant le passé, sensible au changement du destin”, Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 249. Théodose visait seulement à éviter que quiconque devînt trop puissant aux côtés de l’héritier légitime du trône.

8 Ibid., p. 140 ; Michel Chôniatès I, p. 168.

9 Ibid., p. 163.

10 Michel Chôniatès I, Éloge d’Andronic, p. 170, rappelle qu’il était digne de régner par sa race et sa vertu, car il représentait la troisième génération de la race impériale des Comnènes : il tenait de son grand-père (Alexis I) l’héritage de l’Empire.

11 Le bruit courait qu’Andronic avait corrompu un eunuque de sa famille, Ptérygônitès, pour verser un poison à la Porphyrogénète (Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 260). La disparition rapide de son mari le César donnerait du crédit à cette information.

12 Nicétas Chôniatès (p. 250) condamne sa mollesse, cause de son malheur plus que la force de ses adversaires.

13 Ibid., p. 258.

14 Ibid., p. 369.

15 Michel Chôniatès I, p. 218-219.

16 Ibid., p. 220.

17 Ainsi périrent Constantin Makrodoukas et Andronic Doukas, Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 294. Michel Chôniatès attribue la sauvagerie d’Andronic à ses longs séjours chez les peuples étrangers où il aurait, à leur contact, emprunté leurs rudes moeurs (Michel Chôniatès I, p. 218).

18 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 314.

19 Ibid., p. 343.

20 Il n’hésita pas à recourir à la ruse quand le danger était trop grand et il envoya ainsi aux responsables de l’Orient des lettres affirmant que tout ce que ferait le fameux stratège Andronic Lappardas était conforme à ses ordres, alors qu’en fait ce général fuyait Andronic pour réunir des troupes en Orient.

21 Andronic se vanta de laisser survivre seulement les bouchers, boulangers et parfumeurs, et Eustathe de Thessalonique constate qu’il fut fidèle à la promesse faite à ses fils puisqu’en peu de temps, il priva Constantinople de personnalités remarquables (Eustathe de Thessalonique, Espugnazione, p. 54).

22 Le discours élogieux de Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 325-326, à propos de ces mesures contraste vivement avec le portrait très négatif que l’historien dresse d’Andronic. Cette contradiction s’explique seulement, comme l’a bien vu Brand (Byzantium, p. 65), par le souhait de Nicétas que Théodore Lascaris entreprenne de pareilles réformes ; ce texte ne nous apprend donc rien sur l’état réel de l’Empire sous le règne d’Andronic.

23 Lavra I, n° 66 de 1184, jugement concernant un conflit entre le monastère et ses pronoiaires coumans.

24 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 356.

25 Eustathe de Thessalonique, Espugnazione, p. 64.

26 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 265-6 et p. 312.

27 Ibid., p. 274. Jean Kamatèros n’appartenait pas à la branche de cette famille apparentée aux Comnènes, et qui se reconnaît au titre de sébaste porté par ses membres.

28 Eustathe De Thessalonique, Espugnazione, p. 44 ; Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 270. Ce changement illustre l’opportunisme de certains fonctionnaires : Patrènos n’avait plus de raison de soutenir Alexis, une fois celui-ci mort.

29 Jean Kamatèros devint archevêque de Bulgarie (ibid., p. 274) et Constantin Patrènos était protoasèkrètis et juge du Velum en 1185, Lavra I, n° 68, de 1196, p. 357.

30 Ibid., p. 147.

31 Brand (Byzantium, p. 59) l’a déjà noté : même Constantin Patrènos ne peut être qualifié d’homme nouveau par rapport à Andronic, car rien ne prouve que celui-ci l’ait nommé juge du Velum.

32 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 331, apparat 1. 91.

33 David n’était du reste pas un vrai partisan de l’empereur ; mais cela même montre la force de la pratique qui consistait à nommer des parents à de hauts postes militaires. Sur la place de David dans la généalogie des Comnènes, voir Barzos, Généalogie II, p. 62 n° 112 et tableau généalogique Κ 112.

34 Ibid., n° 140.

35 Ibid., n° 138. Le Doukas-Kamatèros époux de cette soeur de Théodôra ne peut être, semble-t-il, qu’Andronic.

36 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 318.

37 Le frère de cette épouse, dont le nom ne nous est pas parvenu, s’appelait Georges, sébaste. Or le prénom de Georges se rencontre exclusivement dans la branche des Paléologues-Comnènes : Barzos (Généalogie I, p. 502-503, n° 59) souligne à juste titre que ce Georges ne pouvait être le grand hétériarque, décédé vers 1170, comme le pense M. Kursanskis, L’Empire de Trébizonde et la Géorgie, REB 35, 1977, p. 242.

38 Théodore commandait l’aile gauche à Myrioképhalon (Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 180).

39 Eustathe de Thessalonique, Espugnazione, p. 88. Son comportement comme celui de David ne fut pas exempt de reproches, mais il obéit fidèlement à Andronic jusqu’à la chute de la ville aux mains des Normands. Son rapprochement avec ces derniers, si critiqué par Eustathe de Thessalonique, s’explique probablement par la crainte du châtiment encouru.

40 Cependant, une hypothèse de Szabolce de Vajay, rapportée par Barzos (Généalogie II, p. 398), ferait de Théodore Maurozômès l’époux d’une fille de Kataè de Géorgie, et le rattacherait au “clan ibère”, comme David Comnène, gouverneur de Thessalonique.

41 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 278.

42 Nous savons qu’il procéda à de nombreuses confiscations, consécutives à des condamnations pour crimes de lèse-majesté selon le droit byzantin. Nicétas Chôniatès (Histoire, p. 355-356) porte au crédit d’Isaac Ange d’avoir rendu aux victimes tous leurs biens.

43 Každan, Structure de la classe dominante (d’après le compte-rendu d’Irène Sorlin), p. 374.

44 Michel Chôniatès (I, p. 233-235) dans son éloge au nouvel empereur, écrit vers 1187, n’hésitait pas à qualifier l’événement de miracle divin.

45 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 269 et 357.

46 Pour Michel, ibid. p. 125 ; pour Jean, Kinnamos, p. 148,162, 238 ; pour Nicolas, ibid., p. 47, 52, 53.

47 Ce fut lui -ironie de l’Histoire -qui libéra Andronic Comnène de ses fers sur l’ordre de Manuel (Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 227), ce qui peut aussi expliquer la clémence d’Andronic à son égard après le siège de Nicée. Sur son éducation militaire, voir Michel Chôniatès I, Éloge d’Isaac II, p. 213. Les nombreuses expéditions qu’il mena en personne confirment qu’il avait quelques connaissances en ce domaine, alors que dans son jeune âge il était destiné à la cléricature, Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 390.

48 Michel Chôniatès I, Éloge d’Isaac II, p. 235-236

49 MM VI, p. 125.

50 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 369.

51 Michel Chôniatès II, Lettres, p. 62-64.

52 Barzos, Généalogie II, p. 852-853.

53 Michel Chôniatès (1, Éloge d’Isaac II, p. 238-239) offre une interprétation intéressante des mesures prises par Isaac à l’égard de ses adversaires : l’empereur chercha à amender les natures méchantes, se comportant en jardinier soigneux de son jardin ; comme il n’était pas possible à chacun d’obtenir réparation des souffrances subies, il exerça la vengeance au nom de tous. Il jugea selon la loi tous les complices et les serviteurs du tyran. Tous ceux qui avaient saisi l’occasion du pouvoir d’Andronic et acquis des biens durant ces jours néfastes, ou ceux qui avaient épousé une parente du tyran ne furent pas privés de la commune bienveillance... L’accès des palais impériaux demeura ouvert à tous, dignes et indignes.

54 Michel Chôniatès II, Lettres, p. 67-68.

55 Ibid., p. 81-84.

56 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 408.

57 Les Kastamonitai apparaissent pour la première fois dans les sources dans la première moitié du xie siècle. Originaires de la ville de Kastamôn, leurs premiers liens avec les Comnènes nous restent inconnus. Ils eurent une vocation militaire jusqu’au règne d’Alexis inclus, puis se consacrèrent ensuite à des fonctions civiles au xiie siècle ; toutes références dans Seibt, Bleisiegel, p. 231. L’oncle maternel d’Isaac, Théodore Kastamonitès, devint logothète des sekrèta (Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 437) ; Constantin, un de ses parents, fut parathalassitès (Patmos II, p. 132, acte de décembre 1203) ; Jean Kastamonitès obtint la métropole de Chalcédoine (Browning, Patriarcal School, p. 200) ; un homonyme fut éparque, mais peut-être au temps d’Alexis III (Laurent, Administration, n° 1047). Par l’intermédiaire des Kastamonitai, les Antiochoi furent proches des Anges : un sceau de Théodore Kastamonitès, sans doute le futur logothète, rappelle que sa mère était une Antiochaina (Sceaux M. 9283 et DO 58 106 1616).

58 Nicétas Chôniatès avait épousé une soeur de Jean Bélissariôtès.

59 Elle était petite-fille du premier sébastocrator Isaac (Barzos, Généalogie I, p. 419 n. 20 et II, p. 396 sq). Voir aussi Laurent, Vatican n° 64.

60 Ces dignités ne sont connues que par ses sceaux. Contrairement à ce qu’affirme Laurent, il ne semble pas qu’il ait pu être nommé protosébaste par Manuel, car le titre était réservé à un détenteur unique, comme celui de panhypersébaste. Or jusqu’en 1182, Alexis Comnène était protosébaste, et jusqu’au printemps 1185, Constantin Makrodoukas détenait le titre de panhypersébaste, Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 313-314. Alexis Branas ne put donc recevoir le titre qu’après cette date.

61 Ibid., p. 377.

62 La pression en faveur de Branas était si forte que même des gouverneurs de province commis par Isaac furent contraints de se rallier à lui, tel Constantin Stèthatos, duc d’Anchialos (ibid., p. 387).

63 Ibid., p. 377 : lors de sa précédente révolte, il avait pensé que ce corps de troupes lui suffirait.

64 Isaac les avait abandonnés dans leurs prisons sans les ravitailler convenablement au point que beaucoup y périrent (ibid., p. 363).

65 La structure de l’armée de Branas, tagmata macédoniens, mercenaires francs, auxiliaires scythes, rappelle singulièrement celle des troupes de Nicéphore Bryennios en 1077-1078 (supra, p. 353).

66 Le frère de Conrad, Rénier, avait déjà pu constituer une force de Latins et d’Ibères lorsqu’il avait combattu les Impériaux en 1181 (ibid., p. 233).

67 Ibid., p. 390.

68 Ibid., p. 409. Il est possible qu’Isaac ait volontairement évité de placer sous ses ordres des soldats originaires de Thrace et de Macédoine.

69 Nicétas Chôniatès, dépréciant systématiquement l’oeuvre des empereurs Anges, passe ce fait sous silence, mais Grégoire Antiochos a conservé le souvenir de cet exploit dans son éloge d’Isaac, Regel, Fontes, p. 300-301.

70 Cf. f. d. n° 176, 177, 178.

71 Cf. la fiche n° 174 ; Manuel, sébaste, assistait au synode de 1191 et appartenait donc à l’entourage immédiat d’Isaac.

72 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 423.

73 Brand, Byzantium, p. 111-112.

74 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 459, 483, 518.

75 Il s’était placé sous le patronage de Georges, saint militaire figuré sur son sceau de sébastocrator, Zacos-Veglery, sceau n° 2745.

76 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 528.

77 En 1213, à une époque où le recrutement était limité à la partie occidentale de ce qui fut l’Empire byzantin, le duc de Thessalonique s’appelait Jean Phrangopoulos, Chômatianos, col. 456.

78 Supra, p. 241.

79 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 465.

80 Quelques indices laisseraient entendre qu’ils auraient pu être partiellement établis dans la région de Sofia, supra, p. 208 n. 4.

81 Leurs biens du Péloponnèse étaient trop éloignés de la menace bulgare pour entrer en ligne de compte.

82 Alexis III confia un thème à Spyridonakès, d’origine chypriote, indice que des réfugiés de l’île avaient pu compter au nombre de ses partisans.

83 Mésaritès, Palastrevolulion, p. 25.

84 Les Stryphnoi sont inconnus par ailleurs. Cependant, le motif si rare de saint Hyacinthe d’Amastris qui apparaît en compagnie de saint Théodore sur ses sceaux (Zacos-Veglery n° 2478 et 2479) plaiderait pour une origine paphlagonienne. Les Stryphnoi seraient venus à Constantinople, comme les Dadibrènoi, lors de la marche d’Andronic sur la capitale. Cela confirmerait notre opinion d’un retour sous Alexis III d’un personnel plutôt favorable à l’empereur Andronic.

85 Lavra I, n° 67 et 68 ; tableau des fonctionnaires p. 348.

86 Si nous disposions de documents aussi riches pour la période des règnes de Jean II ou Manuel I, des patronymes réputés nouveaux y seraient sans doute déjà attestés, comme Chrysopouriôtès ou Déméthas.

87 Carile, Partitio Romanie, p. 218-219.

88 Le chrysobulle d’exemptions de taxes concédé en 1198 aux Vénitiens complète le texte de 1204 ; en effet parmi les lieux où le commerce des Vénitiens était licite figurait la province de Nicopolis (d’Épire) où les proches parents (ἕγγιστα συγγενείς) de l’empereur, sébastocrators, Césars, filles et encore l’impératrice étaient possessionnés, Tafel-Thomas, Urkunden I, p. 278-279.

89 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 550.

90 Ibid., p. 479.

91 Ibid., p. 503.

92 Ibid., p. 461, 534. Michel Chôniatès II, p. 125 sq. compara même le parakoimomène à un nouveau Narsès.

93 Pour délivrer Dadibra de Paphlagonie, assiégée par les Turcs, Alexis désigna trois jeunes généraux, Théodore Branas, Théodore Kazanès et Andronic Katakalôn qui se laissèrent facilement surprendre par une embuscade turque (Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 474-475). Andronic Doukas, envoyé contre le Turc Kaykhusraw, était lui aussi un tout jeune homme (νεανίας) (ibid., p. 496).

94 Každan, Structure de la classe dominante, p. 218-220, constate le renouveau du groupe des eunuques et en déduit que sa destinée est liée à celle de l’aristocratie civile dont il croit déceler le retour au pouvoir sous les Anges, opinion que nous ne partageons pas.

95 Barzos, Généalogie II, p. 746. Andronic appartenait à la descendance d’un autre Andronic Kontostéphanos et de son épouse Théodôra Comnène, petite-fille du premier sébastocrator Isaac.

96 Ibid., p. 742. Isaac serait un Comnène-Batatzès.

97 Vannier, Paléologues, p. 170-172.

98 Sur la signification du titre, voir entre autres G. Ostrogorsky, Unun’ Despoter, BZ 41, 1951, p. 448. La situation privilégiée du Paléologue est fidèlement transmise par son sceau :
’Αλεξίου σφράγισμα Παλαιολόγου
Κομνηνοφυοῦς δεσπότου τὴν ἀξίαν
γαμβρού κρατούντος γης πάσης Ῥωμαΐδος
εἰς πρωτόπαιδα βασίλισσαν Είρήνην
(Dernière édition du sceau, ΖACOS-VEGLERY, n° 2752).

99 Ibid., n° 2753 ; sur son sceau de despote il abandonne même son patronyme de Lascaris :
Μάρτυς Κομνηνòν Θεόδωρον δεσπότην
άνακτόπαιδος συζύγου Ἄννηςννννης σκέποις

100 Schlumberger, Sigillographie, p. 672, repris dans Laurent, Bulles Métriques n° 403. V. Laurent évoque la possibilité que la pièce ait appartenu à Théodore II Lascaris, ce qui est impossible car la titulature ne peut s’appliquer à un fils d’empereur. Elle a donc bien toutes les chances d’avoir été frappée par notre Théodore Lascaris avant son mariage, d’autant plus que le revers porte le motif de saint Georges, décidément bien populaire en cette période, comme les plombs ultérieurement frappés par le même. Théodore Lascaris est omis de la liste des protovestiarites dressée par R. Guilland, Protovestiarite, Rivista di Studi bizantini e neoellenici 4 (XIV), Rome 1967, p. 3-10 = Titres et fonctions de l’Empire byzantin, 1976, Variorum Reprints n° XV.

101 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 456. La précédente tentative d’usurpation d’Alexis Kontostéphanos nous reste inconnue ; voir aussi f. d. 181.

102 Par exemple sous Alexis III, ibid., p. 483-484.

103 Ibid., p. 478.

104 Ibid., p. 523-524. Ce curieux épisode nous laisse entrevoir l’existence d’une catégorie de riches marchands grecs dont nous ignorons tout, en particulier si leur fortune se constituait grâce au commerce italien ou au contraire contre lui.

105 Ibid., p. 525. La famille de Jean Lagos, fort peu connue, est attestée dès le xe siècle par un sceau, incomplètement édité par Konstantopoulos (Molybdoboulla, n° 428) qui n’a pas reconnu le patronyme : Θεοτόκε βοήθει ’Ιωάννη πρωτοσπαθαρίῳ ἐπὶ τοῦ Χρυσοτρικλίνου, μυστολέκτη, βασιλικῷ νοταρίφ της σακέλλης του Λαγοῦ.

106 Mésaritès, Palastrevolution, p. 21.

107 Nicétas Chôniatès, Orationes, p. 159.

108 Michel Chôniatès II, p. 106-107. En clair, Thèbes, chef-lieu du thème d’Hellade, et l’Eubée favorisée par son insularité et peut-être par la présence de marchands italiens, avaient obtenu des exemptions fiscales dont ne bénéficiait pas Athènes. Au xie siècle, le diocète d’Athènes découvrant l’Hellade avait l’impression de se trouver en Scythie et se plaignait déjà que les habitants fussent récalcitrants à leur devoir fiscal, Psellos, MB V, p. 268.

109 Isaac réussit, en 1187, à reprendre aux Valaques douze mille prisonniers et une immense quantité de bétail (Nicétas Chôniatès, Orationes, p. 11).

110 Les participants de la Première Croisade trouvèrent les provinces byzantines de Belgrade à Sofia dépeuplées en raison des guerres avec la Hongrie.

111 Les témoignages sont nombreux, celui de Michel Chôniatès, qui a laissé un sombre tableau des méfaits des pirates du Golfe Saronique, mais ceux aussi des auteurs latins. Benoit de Petersborough, Gesta Regis Henrici Secundi, W. Stubbs éd., Londres 1867, p. 198 : "sed in multis insularum nemo habitat propter metum piratorum. In quibusdam illarum habitant pirates". Son contemporain Ambroise, op. cit., p. 27, mentionne un grand nombre de tours délabrées dans l’île de Rhodes, jadis beaucoup plus largement peuplée. Mais, une fois de plus, ces témoignages doivent être reçus avec prudence pour illustrer la dégradation de l’administration à la fin du xiie siècle, puisque déjà au xe siècle, des bateaux pirates rendaient dangereux les abords du Golfe de Salamine, Vie de saint Nikôn, p. 94.

112 Pour les textes et leur commentaire, voir Vranoussi, ’Αγιολογικά κείμενα, p. 146.

113 Michel Chôniatès II, p. 105, lettre à Georges Padyatès, datée des années 1198-1199 par Stadtmüller, Michael Chômâtes, Metropolit von Athen (ca 1138-ca 1222), Orientalia Christiana XXXIII-2, 1932, p. 250.

114 Michel Chôniatès II, p. 81-84, lettre à Dèmètrios Drimys, ancien gouverneur d’Hellade sous Andronic, qui refusa une nouvelle fois de quitter la capitale parce qu’il préférait rester auprès de sa femme et de ses enfants pour mener une vie plus profitable (βιοτὴ και πολιτεία κερδαλεωτέρα).

115 Michel Chôniatès II, p. 83-84. Toutes les richesses énumérées par Chôniatès venaient d’Occident et des îles. L’Orient aurait-il moins efficacement contribué à l’enrichissement de la capitale, ou bien l’archevêque a-t-il tiré ses exemples de la partie de l’Empire qu’il connaissait le mieux ?

116 Populace : ἀγροῖκοι και ἀγελαῖοι ; traduction par Hélène Ahrweiler (Idéologie, p. 96) du texte de Nicétas Chôniatès (Histoire, p. 593-594). La province commençait dès le franchissement des murailles de la capitale.

117 L’expression ἀλλοδαπαὶ χῶραι n’est pas claire ; s’agissait-il d’autres provinces de l’Empire ou de pays étrangers -solution la plus probable ?

118 La forteresse d’Aggélokastron, seul ouvrage fortifié qu’on puisse dater de l’époque des Anges, est l’oeuvre de son frère Isaac, Hélène Ahrweiler, Chôma-Aggelokastron, REB 24, 1966, p. 278-283.

119 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 495.

120 Supra, p. 419.

121 Nicêtas Chôniatès, Histoire, p. 197-198.

122 Il était probablement parent du Thessalonicien Léon Sikountènos, cf. supra, p. 244 n. 326.

123 Eustathe de Thessalonique, Espugnazione, p. 60-62.

124 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 421. En 1191, le Pseudo-Alexis originaire de Constantinople bénéficia tout particulièrement de cet attachement à la famille de Manuel.

125 Ibid., p. 462.

126 Ibid., p. 421.

127 Ibid., p. 368. Les Valaques, nombreux en Thessalie autour de Larissa et Halmyros, au point que la région s’appelait la grande Valachie, restèrent fidèles. Peut-être Isaac n’avait-il pas levé l’impôt dans toutes les provinces de l’Empire ?

128 Eustathe de Thessalonique, Espugnazione, note p. 124-126.

129 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 408.

130 Ibid., p. 403. Ansbert, p. 45. Les Arméniens conclurent avec les Allemands un véritable traité.

131 Villehardouin II, p. 119. “Alors il (Henri de Flandre) commença pour sa part la guerre contre les Grecs et les Hermins de ce pays, dont il y avait beaucoup, commencèrent à tourner de son côté car ils haïssaient fort les Grecs”.

132 Le silence des sources grecques est complet, mais les historiens occidentaux témoignent de la présence d’Arméniens dans les rangs de l’armée d’Isaac : l’armée était composée “partem Graeciis, partem Armeniis” (Ernoul, p. 91 et 272).

133 P. Charanis, The Armenians in the Byzantine Empire, Byzsl. 22, 1961, p. 238.

134 Eustathe de Thessalonique, Espugnazione, p. 92.

135 Sans doute marchandèrent-ils leur soutien à Constantin Lascaris au moment où les Latins étaient dans la ville, mais les circonstances étaient bien particulières (Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 572).

136 Ibid., p. 532.

137 Ibid., p. 545.

138 Ibid., p. 536.

139 Ibid., p. 420.

140 Ernoul, p. 285. W. H. Rudt de Collenberg, Isaac Comnène et la Damsel de Chypre, Byz. 38, 1968, p. 144.

141 On connaît l’une des opérations commerciales qu’il envisageait de réaliser à Constantinople une fois la paix revenue, Bertolotto, Documenti p. 473.

142 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 481-483. Constantin Stilbès, éd. R. Browning, Byz. 28, 1958, p. 36-40.

143 Cf. f. d. n° 159.

144 Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 369-370.

145 L’île avait toujours été indéfendable lorsque les côtes de Syrie et de Cilicie toutes proches étaient entre les mains d’adversaires de l’Empire.

146 Sur les événements de Chypre, un des articles les plus précis est celui de W. H. Rudt de Collenberg, Damsel de Chypre, p. 123-179.

147 Pour toutes les références, cf. f. d. n° 168 et Cheynet, Philadelphie, p. 39-54.

148 Nicé(-tas, -phore) comte, Léon catépan, cf. ibid., p. 45-46.

149 Pour la date de son retour, cf. f. d. n° 192.

150 Cf. f. d. n° 198.

151 Il hérita des biens patrimoniaux, Nicétas Chôniatès, Histoire, p. 605.

152 Cf. f. d. n° 198, n. 3.

153 Ahrweiler, Smyrne, p. 45. La région tirait profit de la prospérité du sultanat d’Iconium. Les marchands italiens avaient obtenu le droit de commercer dans certaines villes d’Asie Mineure, Smyrne, Philadelphie entre autres, et s’y étaient établis.

154 Roger de Howden, Chronica, p.108-109, “Imperator (Isaac)... obtulit pacem...quod ipse daret ei (Richard) viginti millia marcorum auri”.

155 Cognasso, Partiti politici e lotte dinastiche in Bisanzio alla morte di Manuele Comneno, Memorie delta Reale Accademia delle scienze di Torino, Ser. 2, Vol. 62, 1912, p. 280, d’après Arnold de Lübeck. et Gesta Henrici II.

156 Cf. les justes remarques de Lilie, Macht und Ohnmacht, p. 81-82.

157 Les Probatai, illustre famille d’Asie Mineure au xie siècle, ne paraissent plus ensuite dans l’administration centrale, mais sont bien attestés à l’ouest de l’Empire. La fille de Théophane Probatas épousa en premières noces Alexis Kapandritès. Chômatianos (col. 285-287) nous fait connaître au début du xiiie siècle Georges Probatas et ses cinq enfants, dont une fille épousa Nicolas Zakynthinos.

158 Eustathe de Thessalonique, Espugnazione, p. 92.

159 Les Karantènoi, après avoir été au premier plan aux xe et xie siècles, ne s’allièrent pas aux Comnènes et perdirent de leur importance sociale sans toutefois disparaître. Ils eurent le même destin que les Probatai évoqués plus haut.

160 MM IV, p. 320-328.

161 Michel Chôniatès I, p. 311, Hypomnèstikon à Alexis Ange. L’archevêque d’Athènes appelle καστρηνοί ces accapareurs. Étaient-ils des notables abrités par le kastron d’Athènes ? Voir aussi, K. M. Setton, Athens in the Later Twelth Century, Speculum 1944, 19, p. 179-207 ; Athens in the Middle Ages, Variorum Reprints, Londres, 1975.

162 MM IV, p. 325. L’empereur précise que personne ne peut s’emparer du bien d’autrui, même s’il réussit à l’inscrire sur le registre fiscal.

163 Patmos I, p. 209. Les Chortatzai comptèrent au nombre des grandes familles archontales de l’île aux siècles suivants. Sur l’aristocratie crétoise, voir les articles discutables de E. Gerland, Histoire de la noblesse crétoise au Moyen-Age, Revue de l’Orient Latin 10, 1902-3, p. 173-247 et 11, 1905-1908, p. 7-144.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540