Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir et contestations à Byzance (963-1210)

 | 
Jean-Claude Cheynet

Préface

Hélène Ahrweiler

Texte intégral

1C’est avec une étude sur la composition ethnique de l’armée byzantine que J.-Cl. Cheynet, il y a plus de vingt ans, a fait son entrée dans le monde compliqué de Byzance. Ce fut la meilleure introduction pour comprendre l’armature d’un Empire dont l’unité politico-militaire est issue de la pluralité des traditions et des aspirations de ses populations.

2C’est avec une oeuvre accomplie, consacrée à l’étude des faits et des comportements qui sous-tendent l’organisation de la société byzantine, que J.-Cl. Cheynet se présente aujourd’hui comme un des meilleurs connaisseurs des rouages du monde byzantin. Grâce à son administration savante et efficace, Byzance a su réguler les structures de son Empire, à travers les vicissitudes du sort ; la résistance de cette armature lui a assuré sa durée et son apparente absence d’évolution.

3On l’a souvent souligné, Byzance puisa inlassablement ses forces dans un passé magnifié - les “patria”- et forgea ses certitudes sur la force de la tradition. Ainsi, pendant plus de mille ans, l’Empire Romain Chrétien d’Orient n’a pratiquement pas connu de révolutions susceptibles de menacer son régime ou simplement les fondements de sa société. Légataire et héritière de la Rome impériale devenue chrétienne, Byzance exalta l’idéologie qui lui garantissait au nom du Christ et devant le monde l’éternité de son être. Bouleverser l’ordre byzantin équivalait alors à contester son archétype, l’ordre divin, puisque l’empereur, délégué du Christ sur terre, gouvernait un monde placé sous la protection divine. Byzance s’est adaptée aux temps nouveaux, mais ne s’est jamais écartée du principe fondateur de l’Empire “aimé du Christ” ; elle a connu des réformes, mais ignoré les révolutions : les rivalités de personnes n’ont pas porté atteinte au modèle impérial.

4“Pouvoir et contestations dans l’Empire byzantin” est né de l’apparente contradiction entre la pérennité de l’idéologie et la multiplicité des formes d’opposition. L’indispensable analyse de ces troubles est traitée de manière économique, sans récit événementiel et en ne prenant en compte que la bibliographie la plus récente. Il s’agit seulement de faire ressortir les éléments utiles à l’explication. L’intelligence des compétitions politiques passe par l’analyse des moyens d’action de l’aristocratie : implantations provinciales, réseaux familiaux, solidarités militaires ou liens de service. Dès lors, le maquis des révoltes pour le pouvoir central devient largement intelligible. Des ensembles familiaux, appuyés le plus souvent sur une ou deux provinces (Cappadoce, Phrygie, Macédoine ...) mais soutenus par un parti à Constantinople, mettent en place des groupes de pression qui deviennent, en cas de succès, les équipes aptes à assumer le pouvoir. Ainsi se dessine à la fin du xe siècle et au xie siècle une véritable alternance entre deux clans qui ne passe pas par le clivage entre militaires et civils auquel on a trop facilement résumé cette lutte d’influence.

5Les traditions variées, souvent contradictoires, qui animaient les diverses populations de l’Empire se trouvent à l’origine des crises que Byzance a connues dès sa naissance - si l’on peut parler de naissance puisqu’il s’agit en vérité d’une Rome continuée. Ces crises, souvent exploitées par des éléments extérieurs, qui ont dressé une partie du monde byzantin contre l’autre, ont renforcé le rôle d’arbitre de Constantinople. Ainsi, la capitale de cet État centralisé à l’excès fut par nature au coeur de la décision. Constantinople a joué ce rôle de régulateur avec plus ou moins de bonheur ; mais les provinces restèrent longtemps fidèles tant que la protection des armées impériales justifiait, à leurs yeux, le prix de l’impôt.

6La période choisie, traversée par les convulsions qui ont affaibli l’Empire, trouve sa conclusion dans les événements dramatiques pour Byzance, marqués par la prise de Constantinople par les Latins de la Quatrième Croisade. Peut-on penser que l’incapacité finale de la capitale à maîtriser comme jadis les forces contestataires et centrifuges explique l’issue des événements de 1204 ? J.-Cl. Cheynet, grâce à l’analyse scrupuleuse de la situation de l’Empire, et grâce à l’examen minutieux des manifestations de crise qui parcourent le xiie siècle byzantin, donne les éléments nécessaires à cette interprétation. Il scrute le fonctionnement d’une machine, qui est entravé tantôt par les ambitions excessives des groupes ou des individus, tantôt par les frustrations de communautés ethniques mal intégrées à l’Empire, tantôt par les aspirations déçues des éléments sociaux déshérités, tantôt enfin par l’action irréfléchie des gouvernants par trop confiants en une administration à la vitalité contrariée par la corruption. Ce tableau complet présente un monde en désarroi où chacun s’interroge mais où tous se justifient, jusqu’au moment où ses ennemis extérieurs, ceux d’Orient et ceux d’Occident, l’ont contraint par leur assaut simultané, à une douloureuse remise en question.

7Cet ouvrage, grâce à la richesse de sa documentation, notamment sigillographique, répond aux attentes de la meilleure érudition, et nous fournit un instrument précieux pour comprendre une période cruciale de l’histoire byzantine : celle qui marque la fin de Byzance dans son rôle d’arbitre des affaires internationales qu’elle avait allègrement exercé jusqu’alors dans le sillage de la tradition universelle romaine.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540