Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tsunarisque

 | 
Franck Lavigne
, 
Raphaël Paris

Conclusion

Franck Lavigne et Raphaël Paris

Texte intégral

1Les objectifs initiaux du programme Tsunarisque ont été atteints et ouvrent de nouvelles perspectives pour une étude intégrée des risques de tsunami. Outre les apports scientifiques, présentés ci-dessous, une des principales satisfactions est la symbiose qui s’est progressivement mise en place au sein d’un consortium franco-indonésien pluridisciplinaire.

1. Les apports des relevés de terrain, de l’imagerie satellitaire et des modélisations pour une meilleure prévention des risques

2Le premier chapitre du rapport a mis en évidence l’intérêt majeur d’une étude synoptique de la catastrophe du 26 décembre 2004, qui a combiné relevés et enquêtes de terrain, imagerie satellitaire et modélisations. Les contributions présentées soulignent l’intérêt majeur de disposer d’une base de données de terrain aussi précise et fiable que possible afin de pouvoir valider les modèles numériques.

3À l’heure actuelle, les modèles ne sont pas encore parvenus à reconstituer la vitesse réelle de propagation des vagues ni leur hauteur à la côte, ces données étant toutes deux sous-estimées par les modèles. Ces modèles de propagation étant fiables, ils traduisent peut-être la complexité de la source du tsunami, à savoir le séisme, dont les modalités spatiales et temporelles sont toujours en cours d’étude. Une des limites de la modélisation concerne le déferlement des vagues de tsunami (dans le cas présent, entre 1,5 et 2,5 km à l’intérieur des terres), qui n’est pas encore pris en compte dans la mesure où ce phénomène est très rare. Notre étude va ainsi permettre à des équipes d’hydrauliciens spécialisés dans le déferlement des vagues d’adapter leur modèle aux tsunamis de forte magnitude. Dans l’état actuel des choses, seules les données de terrain permettent de rendre compte de la dynamique de la vague principale et des lieux de déferlement, à partir des témoignages, des mesures de hauteur des vagues et de l’analyse des destructions. L’intensité du tsunami est en effet maximale lorsque la vague n’a pas encore déferlé (destruction totale), puis diminue brusquement au niveau du déferlement (destructions partielles), pour atteindre une faible valeur quelques centaines de mètres après le déferlement (endommagement léger).

4À terme, une meilleure compréhension des modalités de propagation des tsunamis et de leur impact devrait aboutir à une meilleure prévention des risques, en tirant aussi l’enseignement du récent tsunami au Japon (février 2011).

2. Interpréter les tsunamis du passé et leur impact sur l’environnement à long terme pour estimer les risques et proposer des aménagements côtiers

5Les principales conclusions de nos investigations sur l’impact géomorphologique du tsunami sont à la fois d’ordre fondamental (ex. formes d’érosion, interprétation des dépôts) et appliqué (ex. impact sur les sols et l’eau, influence des aménagements côtiers).

6Le tsunami a eu un impact très étendu en termes d’érosion des côtes. Nous avons pu quantifier et cartographier le recul du trait de côte et les volumes de sédiments emportés à Lhok Nga, qui a été en quelque sorte notre laboratoire grandeur nature. La morphologie de la côte et la topographie locale (falaises, digues, constructions) influencent en grande partie l’impact du tsunami. La corrélation entre les taux d’érosion et la hauteur des vagues du tsunami n’est pas du tout évidente. Les mangroves et récifs frangeants n’ont absolument pas réduit l’impact du tsunami, comme cela a pu être suggéré en Inde et au Sri Lanka. Quels aménagements côtiers envisager dès lors pour contrer des vagues de tsunami de 30 m de haut ? Aucun, car seule une prévention et une évacuation efficaces peuvent sauver des vies. La colonisation massive d’un littoral très exposé mais aussi très attractif est inévitable et un aménagement concerté pourrait à l’avenir limiter les dégâts pour des tsunamis de moindre intensité (digues, construction des villages sur les buttes et les remblais, pièges à sédiments, routes d’évacuation secondaires, développement de zones tampons en bord de mer, etc.).

7Les différentes études de ce second chapitre serviront également de base à un éventuel suivi de l’évolution morphosédimentaire de la côte dans les années à venir. De même, il serait nécessaire de continuer à surveiller la qualité des sols et des nappes phréatiques dans les zones « polluées » par le tsunami. Dans un premier temps, la solution la plus économique pour l’approvisionnement en eau à usage domestique serait d’utiliser l’eau de pluie. Un an après le désastre, l’environnement côtier du nord-ouest de Sumatra est toujours dans une dynamique post-tsunami. Les nombreux déséquilibres initiés par le tsunami sur cet environnement réputé fragile vont nécessiter des temps plus ou moins longs pour se réajuster.

8La différence entre les grands tsunamis (amplitude >15 m) et les tsunamis d’intensité modérée (amplitude <15 m) pourrait donc résider dans leur impact géomorphologique sur le long terme. C’est pourquoi l’identification et l’étude de crises géomorphologiques passées permettra à l’avenir d’évaluer l’intensité d’anciens tsunamis et les risques actuels, pour proposer des solutions d’aménagement adéquates. Avec au moins 235 tsunamis répertoriés depuis 4 siècles, l’Indonésie est un des pays les plus affectés au monde. Bien que cet aléa soit connu, les dépôts d’anciens tsunamis et leurs intervalles de récurrence sont fort peu connus. Il s’agit là d’un grand défi à relever, pour améliorer la cartographie et la prévention des risques de tsunami en Indonésie.

3. Vers une cartographie des risques de tsunami en Indonésie

9Sachant qu’environ 12 000 km de côtes sont concernés, cartographier les risques de tsunamis en Indonésie pose avant tout un problème d’échelle. Il faut retenir deux niveaux d’analyse : (1) une carte de l’aléa tsunami en Indonésie, montrant les zones les plus vulnérables, et (2) des cartes détaillées des risques sur des sites particulièrement vulnérables, accompagnées de scénarios d’inondation et de plans d’évacuation. Ces sites de référence seront également la cible des actions de prévention programmées par l’association Planet Risk (paragraphe 4).

10Notre nouvelle carte de l’aléa tsunami en Indonésie (Fig. 1) est le fruit du croisement des données géophysiques caractérisant l’aléa (localisation et magnitude des séismes, récurrence et magnitude des tsunamis répertoriés depuis 400 ans) et des facteurs locaux de vulnérabilité (morphologie côtière, densités de population, activités socio-économiques, industries à risque, patrimoine historique et environnemental). Les données utilisées sont multiples : bases de données de la Smithsonian Institution (séismes), du National Geophysical Data Center (tsunamis), du BMG (Meteorological and Geophysical Agency of Indonesia), imagerie satellitaire (Spot 5, Landsat, Ikonos), base de données du serveur SIG de ESRI (densités de populations, activités socioéconomiques), modèle numérique de terrain SRTM (Shuttle Radar Topography Mission). Les travaux publiés par Hamzah et al. (2000) et Rynn (2002) ont fourni des informations complémentaires sur certains événements douteux, permettant ainsi de recouper plusieurs sources.

11Les côtes ont été classées suivant 4 niveaux d’exposition à l’aléa tsunami :

  • en rouge : plus de 4 tsunamis/siècle, parfois de forte magnitude (vagues >10 m à la côte) ;
  • en orange : 2 à 4 tsunamis/siècle, de magnitude moyenne (5-10 m), localement forte ;
  • en jaune : moins de 2 tsunamis/siècle, de magnitude faible (< 5 m) à moyenne ;
  • en vert : côtes rarement exposées aux effets lointains de tsunamis de forte magnitude.

12Parmi les nombreuses zones menacées, nous avons retenu pour l’instant 8 sites très vulnérables (Tab. 1). Ont été considérées en priorité les grandes agglomérations situées à des altitudes basses et classées en zone de risque rouge ou orange, présentant parfois des circonstances aggravantes telles qu’une péninsule, une baie pouvant concentrer l’onde de tsunami, des activités portuaires, etc. La ville de Cilacap, bien que classée en zone jaune, sera certainement notre priorité, du fait de la conjonction entre des altitudes très basses, une très forte concentration de la population à moins de 10 voire 5 mètres d’altitude (1 500 000 personnes) et la présence d’un port pétrolier. La côte nord de l’Irian Jaya, classée en zone rouge, n’est pas très peuplée et n’a donc pas été placée dans les zones prioritaires pour l’instant. Les travaux récents de modélisation des déformations tectoniques le long de la subduction ouest de Sumatra démontrent une probable migration des principaux foyers sismiques vers le sud de l’île, où figurent 2 agglomérations très vulnérables, Bengkulu et Padang, regroupant plus d’un million d’habitants.

TAB. 1. Sites prévus pour une cartographie détaillée des risques de tsunami et pour la mise en place d’actions de prévention.

TAB. 1. Sites prévus pour une cartographie détaillée des risques de tsunami et pour la mise en place d’actions de prévention.

4. Favoriser le développement d’Aceh et intégrer les facteurs ethnoculturels dans la reconstruction et la mise en place d’une prévention adaptée

13Les réponses inégalement efficaces des groupes ethniques d’Aceh face au séisme et au tsunami du 26 décembre 2004 tiennent à des histoires ethniques divergentes et au poids différencié des contraintes structurelles qui forgent les identités ethniques. Les héritages historiques et culturels sont fondamentaux et incluent notamment l’expérience de tsunamis antérieurs comme dans le cas de Simeulue. Les facteurs culturels renvoient également au poids de la religion et du conflit armé entre le GAM et le pouvoir de Jakarta. Parallèlement aux mesures de prévision et de prévention, accroître la capacité de réponse des habitants d’Aceh face à l’éventuelle récurrence des tsunamis passe donc désormais par une amélioration des conditions de vie quotidienne au travers d’un meilleur accès aux ressources, aux moyens de protection et à la représentation politique.

14Mais le développement, la reconstruction et la planification territoriale sont également affaire de pouvoir où les intérêts gouvernementaux, civils et militaires se rencontrent. Nos premières analyses sur la reconstruction post-tsunami à Aceh montrent que la reconstruction de logements permanents ne s’est véritablement enclenchée qu’en octobre-novembre 2005. La polarisation de la reconstruction autour des noyaux villageois montre que la dynamique interne des communautés prime sur les superstructures spatiales (desserte, présence des zones d’emploi sauf littoral…). L’analyse plaide pour un démarrage rapide de la reconstruction pérenne. Ce démarrage dépend en grande partie de la capacité à prendre en charge le problème foncier et à reloger temporairement les populations au plus près possible de leur lieu d’habitation d’origine. Dès lors, la nécessité de répondre aux besoins des populations, en particulier de logement, a relégué au second plan les velléités technocratiques de réaménagement urbain et de planification de la prévention des risques naturels.

15Les actions de prévention menées par Planet Risk à Java dans le cadre du programme Tsunarisque se sont inspirées des conclusions précédentes, cherchant ainsi à tester et mettre en place des moyens de prévention adaptés aux tsunamis et à l’Indonésie. La réussite de cette première campagne de sensibilisation nous encourage à poursuivre et pérenniser nos investigations, tout en élargissant notre champ d’action.

16En effet, outre les milliers de kilomètres de côtes indonésiennes exposés aux tsunamis, la France n’est pas épargnée. Le risque majeur concerne les départements et territoires d’outre-mer (océan Indien et Antilles notamment), où les sources potentielles de tsunamis sont multiples : séismes (comme en 1690, 1823, ou 1867), coulées pyroclastiques et avalanches de débris volcaniques (Soufrière de Saint-Vincent et Montagne Pelée en 1902, volcan sous-marin Kick’Em Jenny en 1939, Soufrière Hills de Montserrat en 1997). Or, les moyens de prévision et de prévention mis en place jusqu’à présent sont insuffisants, qui plus est dans un contexte où l’essentiel des activités socio-économiques sont concentrées sur les côtes.

Table des illustrations

Légende FIG. 1.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3814/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre TAB. 1. Sites prévus pour une cartographie détaillée des risques de tsunami et pour la mise en place d’actions de prévention.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3814/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site