Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tsunarisque

 | 
Franck Lavigne
, 
Raphaël Paris

Chapitre 3. Impacts socio-culturels, reconstruction et prévention des risques

L’éducation des populations : mesure essentielle pour la réduction du risque de tsunami en Indonésie

Julie Morin, Benjamin De Coster, François Flohic, Franck Lavigne, Damien Le Floch et Raphaël Paris

Résumé

Many more people should have survived the 26th December 2004 event if they have had a basic knowledge on tsunamis. The Indonesian public, as well as authorities, must be educated to face tsunami risks. NGO Planet Risk used scientific findings obtained during the Tsunarisque program and scientists’ advices for building adapted prevention actions among the Indonesian population. A tsunami education campaign (including photographs and posters exhibitions, distribution of leaflets, documentary broadcasting and the creation of a permanent sensitization centre) was implemented first on the southern Javanese coasts. Through these educative actions, our aim is to encourage the development of tsunami-resilient communities.

Texte intégral

1. Introduction

1Les tsunamis qui ont touché l’Indonésie ces dernières décennies ont révélé de graves lacunes en matière de gestion et de prévention des risques, particulièrement exacerbées lors de la catastrophe du 26 décembre 2004. Les autorités se sont montrées impuissantes face à une alerte tardive pour laquelle aucune réponse n’avait été planifiée. Les populations l’ont été tout autant du fait d’un manque de conscience du risque, d’une absence totale de préparation et de situations socio-économiques et politiques défavorables. Si le bilan des pertes humaines est lourd, il est également inégal et prouve que la catastrophe aurait pu être largement minorée par la simple diffusion d’information préventive. Certaines personnes ont en effet pu échapper au tsunami grâce à la connaissance des signes précurseurs et à l’adoption de comportements adaptés.

2Les travaux menés durant 2 ans par les équipes de recherche impliquées dans le programme Tsunarisque, riches d’enseignements en matière de prévention des risques, ont débouché sur la mise en place de mesures opérationnelles pour la réduction du risque de tsunami. L’association française Planet Risk (http://www.planetrisk.fr) a ainsi été chargée de la conception et de la diffusion de documents de sensibilisation tenant compte de ces enseignements et des expériences en matière d’éducation aux tsunamis décrites dans la bibliographie scientifique, et s’appuyant sur une connaissance fine du terrain indonésien. Le but final de cette démarche éducative est de favoriser la résilience des communautés côtières indonésiennes pour, à l’avenir, pouvoir sauver des vies.

3La résilience face aux tsunamis est un concept relativement nouveau, créé pour orienter les mesures de mitigation du risque de tsunami lorsqu’aucun désastre n’est en cours. Bernard (1999) a initialement décrit les communautés résistantes aux tsunamis comme étant capables de produire des cartes de l’aléa, d’implanter et de maintenir des mesures éducatives, et de développer des systèmes d’alerte précoce. Le concept a ensuite été enrichi dans le cadre de deux programmes américains de réduction du risque de tsunami : l’American National Tsunami Hazard Mitigation Program (NTHMP) et le TsunamiReady Program développé par les services météorologiques américains depuis 2001. Dengler (2005) définit les critères qu’une communauté côtière doit remplir pour accéder au statut de communauté résiliente : comprendre l’aléa tsunami, posséder les outils de réduction des risques nécessaires, diffuser l’information sur l’aléa, échanger cette information avec d’autres zones à risque, institutionnaliser des programmes de gestion du risque. Jonientz-Trisler et al. (2005) en offrent cette définition globale : les communautés résilientes aux tsunamis peuvent inévitablement subir des dommages, mais auront mis en place des mesures de planification, exercé et éduqué leurs citoyens et dirigeants en vue de sauver des vies, protégé autant que possible les biens, essayé de garantir des lieux sécurisés où sont maintenues les fonctions essentielles dont la population a besoin, et tiré les leçons de tsunamis qui les auraient touchées (elles ou d’autres communautés) pour améliorer leur niveau de résilience face à de futurs évènements. Gaillard (2007) ajoute que ces communautés sont capables de dépasser les dommages générés par l’occurrence d’aléas naturels aussi bien que de maintenir la cohésion sociale en place avant leur occurrence, ou d’accepter des changements marginaux ou majeurs afin de survivre. Le concept de résilience est ainsi intimement lié à celui de changement. Ces changements survenant après un désastre au sein des sociétés touchées peuvent être d’ordre technologique, économique, comportemental, social ou culturel (Gaillard, 2007). Pour se remettre de la catastrophe du 26 décembre 2004 et être préparée pour le prochain tsunami, l’Indonésie a besoin de ces changements.

4Notre but est donc de faciliter leur survenue à travers la sensibilisation et l’éducation pour permettre aux communautés indonésiennes menacées de développer un niveau de résilience élevé. L’éducation est en effet considérée comme un outil clef pour le développement de la résilience des communautés côtières, et occupe une large place dans tous les programmes de réduction des risques (Priest et al., 1996 ; Dudley, 1999 ; Prasad et al., 2000 ; Aswathanarayana, 2005 ; Darienzo et al., 2005 ; Dengler, 2005 ; Jonientz-Trisler et al., 2005 ; Farreras et al., 2007 ; Gregg et al., 2007 ; Joku et al., 2007 ; Satake et al., 2007).

2. Synthèse des besoins éducatifs pour faire face aux tsunamis

2.1. Conscience et connaissance basique du risque suffisent à réduire fortement la vulnérabilité humaine

5Le faible nombre de publications scientifiques concernant l’éducation au risque de tsunami a amené Keating (2006) à encourager les chercheurs à accroître leurs efforts dans ce domaine. Bien que ce thème ne soit pas un point focal dans les recherches liées aux tsunamis, les articles scientifiques soulignent souvent le besoin de mettre en place des actions d’éducation préventive destinées aux populations côtières. Cette tendance s’est renforcée depuis le tsunami de décembre 2004 qui a malheureusement fourni beaucoup d’exemples de réactions inappropriées des populations à l’approche d’un tsunami. La plus commune est la description de personnes suivant à pied le retrait de la mer pour aller collecter les poissons échoués sur les plages. Le manque de conscience du risque au sein des populations, l’absence d’un système d’alerte et d’un plan de secours et d’évacuation par les autorités locales et/ou nationales font partie des principales raisons pour lesquelles le tsunami a causé autant de pertes humaines. Bien que la hauteur des vagues ait atteint en moyenne une vingtaine de mètres, beaucoup de gens auraient pu s’échapper à temps s’ils avaient eu une connaissance basique de cet aléa. Deux types d’exemples en témoignent.

  • Les habitants de l’île de Simeulue se sont immédiatement enfuis vers les montagnes environnantes en voyant la mer se retirer. Alors que l’île est très proche de l’épicentre du séisme, seulement 44 personnes y ont trouvé la mort (Gaillard et al, 2008) contre 165 700 à Aceh (Rofi et al., 2006). La mémoire du tsunami mortel de 1907, transmise de génération en génération à Simeulue, leur a permis de comprendre ce qui était en train de se passer et d’agir en conséquence (Gaillard et al, 2008 et dans cet ouvrage p. 177). Les habitants de Simeulue ont même leur propre mot pour désigner le phénomène : smong. Les conséquences du 26 décembre 2004 ont amené le gouvernement indonésien à envisager l’intégration de ce mot dans la langue officielle pour poser les bases d’une connaissance nationale sur les tsunamis, d’autant plus que le mot smong constitue un acronyme utile : SeMua Orang Naik Gunung (« tout le mondegrimpe sur la montagne »). À l’inverse, la conscience du risque parmi les Acihais était quasiment inexistante avant les événements du 26 décembre 2004 (Iemura et al, 2006 ; Gaillard et al., p. 177). Malgré un petit tsunami identifié en 1964 à Sumatra-Nord et d’autres tsunamis mortels ces dernières décennies sur l’ensemble des côtes indonésiennes, beaucoup de gens n’avaient jamais entendu parler de tsunami et seulement très peu connaissaient la possibilité qu’un tsunami se produise après un séisme violent.
    Une autre évocation de connaissance héritée est décrite par Adger et al. (2005) sur les îles Surin en Thaïlande, où les communautés de pêcheurs, attentives aux signaux précurseurs, ont évacué avant l’arrivée du tsunami sur les côtes.
  • Tilly Smith, une fillette de 10 ans en vacances en Thaïlande avec ses parents, a interprété le retrait de la mer comme le signe précurseur d’un tsunami à l’approche en se remémorant une leçon de géographie reçue à l’école. L’alerte qu’elle a lancée a permis l’évacuation de la plage et de ses environs, où personne n’a perdu la vie (UNESCO, 2005).

2.2. Une éducation indispensable pour faire face aux tsunamis locaux comme distaux

6L’éducation des populations reste essentielle même dans les zones où un système d’alerte précoce existe, celui-ci étant tributaire de dysfonctionnements techniques et n’excluant pas les problèmes de communication pendant la période critique de transmission de l’alerte. Le 17 juillet 2006, alors que le Pacific Tsunami Warning Center (Centre d’alerte aux tsunamis du Pacifique) avait transmis une alerte aux autorités indonésiennes, un nouveau tsunami a fait 733 morts à Pangandaran, à Java-Sud. L’alerte, en raison de considérations politiques et de problèmes de mauvaise communication, n’a pas été transmise aux autorités locales ni aux populations.

7De plus, même si un tel système fonctionnait parfaitement, on ne peut pas exclure que la population réponde de façon indésirable, comme à Hilo en 1960 où l’incompréhension des sirènes d’alerte a contribué à des pertes humaines (Gregg et al., 2007), ou à Honolulu où une alerte a été synonyme d’attraction pour 400 surfeurs venus se mettre à l’eau dans l’espoir de surfer la vague (Keating, 2006).

8Par ailleurs, les systèmes d’alerte conçus par l’homme sont inutilisables dans le cas de tsunamis générés localement, pour lesquels le temps entre le déclenchement d’un signal d’alerte et l’arrivée des premières vagues est trop court. Les systèmes d’alerte globaux comme ceux du Pacific Tsunami Warning Center et du récent système de l’océan Indien ne peuvent être efficaces que pour des tsunamis distaux, dont la source est située à des centaines de kilomètres des côtes. Et même dans ce cas, il est inimaginable que ces systèmes permettent de délivrer l’alerte dans certaines zones côtières isolées.

9Pour les zones proches de la source du tsunami, les activités éducatives destinées aux communautés locales sont le meilleur moyen d’éviter des pertes humaines (Darienzo et al, 2005 ; Dengler, 2005 ; Eisner, 2005 ; Walker, 2005 ; Gregg et al., 2007). Des systèmes d’alerte locaux peuvent efficacement compléter cette sensibilisation. Sur la plage de Baron, sur la côte sud de Java, les maîtres nageurs peuvent ainsi très rapidement avertir les environs de l’imminence d’un danger à l’aide de sirènes d’alerte implantées localement.

10Pour ces différentes raisons, nous suggérons que les signes avant-coureurs naturels observés fournissent la première alerte aux populations quelle que soit l’origine du tsunami (locale ou distale).

2.3. Nécessité d’une éducation intégrée aux programmes scolaires, régulièrement renouvelée, et adaptée au contexte local

11Pour certains auteurs, l’éducation aux risques devrait être offerte et institutionnalisée dans les programmes scolaires (Walker, 2005 ; Johnston et al., 2005, Jonientz-Trisler et al., 2005) car les enfants sont les plus réceptifs à ce type d’information et retransmettent leurs nouvelles connaissances à leur famille (Dudley & Lee, 1998). Ils constituent par ailleurs un public facilement accessible et mobilisable au sein duquel l’action peut être répétée dans le temps, pendant une même année comme pendant toute la scolarité, permettant ainsi une meilleure assimilation des règles de sécurité. L’étendue des côtes à couvrir étant considérable en Indonésie, cela présenterait par ailleurs l’avantage de toucher massivement les populations. Ces dernières années, sous l’impulsion du Centre international d’information sur les tsunamis (ITIC) et de l’UNESCO notamment, le continent américain s’est doté de programmes éducatifs reposant sur la préparation de manuels scolaires ludiques pour les enfants, accompagnés de manuels proposant des directives aux enseignants pour assurer la bonne diffusion des informations.

12D’autres auteurs soulignent la nécessité d’une éducation continue, pour faire face au renouvellement de la population avec l’arrivée de touristes et de nouveaux résidents (Darienzo et al., 2005), et adaptée à différents groupes (usagers des sports nautiques – surfeurs en particulier –, enfants, touristes, etc.).

13La nécessité d’adapter l’éducation en se référant aux contextes locaux (Alverson, 2005) est quant à elle moins souvent soulignée. Il est pourtant fondamental de la prendre en considération pour maximiser les effets des actions éducatives.

3. Actions spécifiques de sensibilisation auprès de la population indonésienne

3.1. Activités de recherche immédiatement applicables à la prévention du risque au sein de Tsunarisque

14Parmi les nombreux résultats présentés au cours du présent ouvrage, ceux directement utilisés pour la conception des documents de sensibilisation des populations portent en particulier sur :

  • la connaissance de l’aléa (mécanismes de déclenchement et de propagation). Les mécanismes de propagation des tsunamis à terre ainsi que les zones indonésiennes les plus menacées sont désormais mieux connus, ce qui devrait faciliter leur vulgarisation. La plupart des gens ignorent par exemple que plusieurs vagues peuvent frapper successivement les côtes pendant plusieurs heures, et que la première vague est rarement la plus haute. Zetler (1998) et Kelly et al. (2006) avaient déjà rapporté de telles lacunes respectivement en Californie et à Hawaï. Une majorité n’avait, avant décembre 2004, même pas conscience de la possibilité d’occurrence de cet aléa ;
  • la récurrence des tsunamis en Indonésie (étude des paléotsunamis, enquêtes sur les tsunamis historiques, étude des archives) et l’importance de leur impact environnemental (érosion côtière, sédimentation, résilience des récifs coralliens…). La conscience et la connaissance du risque tsunami sont faibles alors qu’un tsunami touche les côtes indonésiennes en moyenne tous les 2 ans, faisant parfois un grand nombre de victimes (1 960 morts à Flores en 1992, 238 à Java-Ouest en 1994, 110 en Irian Jaya en 1996, 733 à Java-Sud en 2006) ;
  • les signes précurseurs (témoignages de survivants, enquêtes de perception). Certains signes précurseurs ont souvent été décrits dans les témoignages des populations et la bibliographie scientifique : tremblement de terre et niveau de la mer inhabituel, forme des vagues, sons, odeurs, ou encore comportement des animaux. Lavigne et al. (p. 27) ouvrent la possibilité d’une alerte pour les populations qui n’ont pas de vue directe sur la mer en décrivant un signe précurseur nouveau dans la bibliographie : des changements de niveau, de couleur, de goût et d’odeur de l’eau des puits. En décembre 2004, ces signes précurseurs ont la plupart du temps été totalement ignorés, sauf cas exceptionnels décrits précédemment ;
  • le comportement des populations afin d’en tirer des conséquences pratiques et les attitudes justes à adopter pour faire face à un tsunami avant l’arrivée des vagues et une fois emporté par celles-ci (enquêtes culturelles et de perception, connaissance des mécanismes de propagation, témoignages dans la bibliographie, cartes d’évacuation). Une enquête menée en 2005 par la Japan International Cooperation Agency auprès de 1 000 Acihais indique que si 62 % des gens ont fui leur maison craignant un nouveau tsunami après le fort séisme du 28 mars 2005, seulement 57 % l’ont fait vers des zones sécurisées ;
  • le zonage de l’aléa (ajustement des modélisations, cartographie de l’aléa, des routes d’évacuation et des zones refuges) doit donc servir de base à l’éducation de la population ainsi qu’à son implication participative dans les processus de mitigation du risque.

15Ces quelques résultats, parmi beaucoup d’autres décrits dans les précédents chapitres de cet ouvrage, sont au cœur de la création des outils de sensibilisation.

3.2. Formes et contenus du matériel éducatif

16Les supports éducatifs, tant dans leur forme que dans leur contenu, ont été développés en prenant notamment en compte les résultats et conseils des chercheurs franco-indonésiens engagés dans le programme Tsunarisque, afin de les adapter au mieux aux réalités scientifiques comme aux attentes du public. À cet effet, l’approche participative a également été étendue aux populations, dont les avis ont été collectés au travers d’interviews et de groupes de discussion impliquant des personnes d’origines variées (villageois, enseignants, étudiants, autorités et responsables de la gestion du risque…). Enfin, ces supports s’inspirent de documents déjà existants, essentiellement aux États-Unis (disponibles sur les sites Internet de la Tsunami Society : http://tsunamisociety.org/​, du Pacific Tsunami Museum : www.tsunami.org et de l’International Tsunami Information Center : http://ioc3.unesco.org/​itic/​). Trois types de matériels pédagogiques ont été choisis : vidéos, posters et flyers. Bien que reprenant la même information plus ou moins détaillée et sous différentes formes, ceux-ci apparaissent complémentaires dans les modalités de réception du message. Ils sont réalisés pour être utilisés ensemble. Le film active la mémoire visuelle et auditive du spectateur, le flyer permet de ramener chez soi une information simplifiée et essentielle, tandis que la lecture du poster donne le temps de la réflexion et de la prise de notes (très fréquente).

3.2.1. Un film de prévention franco-indonésien de 30 minutes

17Il s’agit d’un film de 30 minutes destiné à la fois au grand public (dès 10 ans) et aux autorités locales. Le film débute par le témoignage d’un survivant du tsunami de décembre 2004, méthode employée au Pacific Tsunami Museum pour son pouvoir à capter l’attention du public et influencer une écoute attentive (Dudley, 1999). L’historique des tsunamis survenus en Indonésie est ensuite présentée, agrémentée d’images des tsunamis désastreux de 1907 (Simeulue), 1994 (Java-Ouest) et 2004 (Banda Aceh), de témoignages de rescapés et de l’interview de M. Hamzah, spécialiste indonésien des tsunamis à l’Institut technologique de Bandung (ITB), le tout afin d’éveiller la conscience des populations sur la fréquence du phénomène et son intensité potentielle. Les sources et mécanismes des tsunamis, signes précurseurs, ainsi que les attitudes à adopter en cas de tsunami sont ensuite présentés très simplement, notamment au travers de dessins repris dans les brochures de prévention (Fig. 1). Une simulation d’évacuation spontanée, réalisée avec quelques habitants du village côtier de Parangkusumo (à Java-Centre), montre les comportements à suivre en cas de crise. L’interview d’un sauveteur en mer du SAR (Search And Rescue) de la plage de Parangtritis permet également d’obtenir des informations sur les gestes à adopter si l’on est happé par une vague de tsunami. Enfin, l’entretien au Bakornas (Centre de coordination national) de Jakarta avec un haut responsable de la gestion des risques permet d’obtenir des informations complémentaires concernant les méthodes et les moyens de mise en place des secours en cas de tsunami et d’avoir une idée plus claire des moyens qui seront mis en œuvre ultérieurement pour la prévention des tsunamis en Indonésie.

FIG. 1. Brochure rappelant les signes précurseurs d’un tsunami distribuée aux populations.

3.2.2. Posters, brochures et exposition photographique

18Des brochures éducatives au format A4 (Fig. 1) et 6 posters thématiques accompagnent ce film dont ils reprennent d’ailleurs l’essentiel du contenu. Une exposition photographique sur le tsunami de décembre 2004 y est également jointe. Chacun des documents promeut l’autopréparation des populations en fournissant les connaissances de base pour pouvoir faire face à un tsunami sans attendre une alerte officielle des autorités si des signes précurseurs sont observés.

19Les brochures décrivent la démarche à suivre et les moyens de se prémunir des tsunamis au moyen de 8 dessins simples accompagnés de quelques phrases courtes :

  • première image : un tremblement de terre se produit, les gens sortent des maisons ;
  • deuxième image : un homme observe le comportement de la mer. Le texte met en garde sur la durée d’observation nécessaire, un tsunami pouvant survenir plusieurs heures après le séisme qui l’a généré ;
  • troisième image : la mer se retire, les poissons s’échouent sur la plage. Il s’agit du signe précurseur le plus facile à interpréter ;
  • quatrième image : les habitants grimpent sur les lieux élevés ou courent vers l’intérieur des terres tandis qu’une vague frappe la côte et le village. Le texte précise qu’il faut attendre avant le retour au village car il y a souvent plusieurs vagues ;
  • de la cinquième à la huitième image : d’autres signes précurseurs sont décrits tels que le comportement étrange des animaux, un bruit semblable à une explosion ou un réacteur d’avion, une odeur de sel ou de soufre dans l’air, ou encore des variations d’état ou de niveau de l’eau des puits.

20Un des posters reprend l’ensemble de ces images, tandis que les 5 autres portent sur :

  • la définition d’un tsunami ;
  • ses causes de déclenchement et ses mécanismes de déroulement ;
  • l’historique des tsunamis en Indonésie, au moyen de cartes et de tableaux permettant d’insister sur leur localisation et leur fréquence ;
  • le tsunami du 26 décembre 2004 ;
  • les récits (textuels et graphiques) de témoins de tsunamis à Aceh et Simeulue en 2004, et à Banyuwangi (Java-Est) en 1994.

3.3. Test des supports éducatifs sur les côtes javanaises

21Ces documents ont ensuite été diffusés dans les villages de la côte méridionale de Java (Parangtritis, Parangkusumo, Cilacap, Pacitan) pour y être testés. La consultation d’habitants-spectateurs a permis d’en améliorer le contenu et de simplifier, le cas échant, le message à faire passer. Cette côte javanaise a été choisie pour sa forte exposition à l’aléa tsunami, sa forte densité de population, et la connaissance approfondie qu’ont les chercheurs aussi bien que les membres de Planet Risk du terrain dans cette zone.

FIG. 2. Les enfants sont attentifs aux informations délivrées dans les posters, les parents qui viennent les chercher également (école primaire de Parangkusumo).

22Cette diffusion a pris la forme d’une exposition itinérante. Le film de sensibilisation est projeté dans les écoles en journée (Fig. 2), puis le soir sur écran géant (un simple drap blanc) dans des lieux publics (place du village, salle, ou terrain vague pour les plus grandes villes). Avant, pendant et après sa diffusion, les posters sous forme de panneaux et l’exposition photographique sont mis à la disposition de la population. Un set de posters et de brochures est chaque fois laissé aux chefs de village et instituteurs afin que la diffusion de l’information subsiste. Chaque enfant reçoit par ailleurs à l’école la brochure sur les signes précurseurs et attitudes à suivre en cas de tsunami, de façon à sensibiliser un maximum de familles.

23Environ 5 000 personnes ont ainsi bénéficié des activités éducatives au cours de cette phase préliminaire.

24Afin de pérenniser les actions engagées, un centre permanent de sensibilisation aux tsunamis a également été créé à Parangtritis (au sein du laboratoire d’étude des milieux littoraux de l’université Gadjah Mada), une plage très fréquentée de la côte méridionale de Java-Centre où plusieurs milliers de personnes se massent les week-ends, jours fériés et jours de cérémonie. Son accès est libre et gratuit, ouvert au plus grand nombre. Le film de sensibilisation y est projeté en boucle, les documents de prévention exposés, et différents ouvrages sur les tsunamis sont consultables dans une bibliothèque.

3.4. Des résultats préliminaires encourageants

25Ces premières actions préventives ont donné des résultats encourageants suite au fort séisme survenu à Java le 27 mai 2006. Les habitants des villages côtiers de Parangkusumo et Parangtritis ont quitté leurs habitations pour rejoindre des lieux situés en hauteur ou éloignés à l’intérieur des terres, où ils sont restés plusieurs heures. Une majorité de la population a ainsi adopté un comportement adéquat en agissant rapidement et efficacement. Le tsunami de faible amplitude qui a suivi n’a causé aucune victime.

26Une enquête a été menée à deux reprises auprès de 91 enfants de 9 à 12 ans pour évaluer la pertinence de la campagne de sensibilisation : une fois avant la diffusion des différents documents, une fois après. Son analyse met en évidence une amélioration significative de la compréhension du risque de tsunami suite aux activités de sensibilisation. Le questionnaire – composé de neuf questions – a permis d’apprécier la connaissance des enfants sur quelques thèmes essentiels : phénoménologie, fréquence, localisation et origine des tsunamis en Indonésie ; signes précurseurs, comportements à adopter en cas de retrait de la mer ou de l’observation d’autres signes annonciateurs, endroits sûrs où se réfugier. Les principaux résultats indiquent que :

  • un nombre conséquent d’enfants détenait déjà quelques informations sur l’aléa tsunami suite à la médiatisation des évènements de décembre 2004. Ils savaient que les tsunamis peuvent frapper presque partout en Indonésie (97 %), qu’ils sont déclenchés par des éruptions volcaniques (70 %) et des tremblements de terre (86 %) et précédés par une baisse du niveau de la mer (62 %). Avant la campagne de sensibilisation, 92 % des enfants identifiaient déjà les montagnes comme l’endroit le plus sûr où s’échapper ;
  • une campagne éducative courte peut significativement augmenter le niveau de connaissance. Au-delà de l’amélioration des connaissances de base (passage de 91 à 99 % de bonnes réponses aux questions mentionnées ci-dessus), la campagne a engendré une prise de conscience soudaine de la fréquence des tsunamis qui frappent l’Indonésie (de 15 à 75 % de bonnes réponses) et des signes précurseurs (la baisse du niveau de la mer de 62 % à 90 % ; une odeur de soufre de 41 % à 87 % ; un bruit d’avion de 52 % à 93 %) ;
  • quelques idées fausses liées au poids du contexte socioculturel dans la perception du risque subsistent après la campagne : 58 % des enfants continuent à croire que les tsunamis surviennent à cause des péchés humains et 31 % que le dukun (ou chaman) peut prévoir les tsunamis. D’autres questions fournissent des informations sur la façon des enfants de voir le monde : ils considèrent les endroits qui leur sont familiers comme des endroits sûrs (la maison des parents 80 %, l’école 81 %) ainsi que les voitures (79 %), peut-être parce qu’elles sont faites d’acier, paraissent indestructibles et permettent de s’échapper plus rapidement dans l’esprit des enfants. Étonnamment, seulement 31 % d’entre eux considèrent la mosquée comme un lieu sûr alors qu’ils ont vu des images où seules les mosquées tenaient encore debout au milieu des ruines d’Aceh. De leur côté, les adultes considèrent les mosquées comme les lieux les plus sécurisants. Ces quelques observations indiquent clairement que les enfants ont leur propre perception du monde environnant.

27Des outils pédagogiques appropriés doivent donc être conçus pour accroître leur résilience.

3.5. Poursuite des actions de prévention et de la collaboration avec les équipes scientifiques

28Le questionnaire ayant été réalisé peu après les actions de prévention, les élèves ont pu faire appel à leur mémoire immédiate. Il paraît essentiel de tester à nouveau l’état de leurs connaissances dans quelques mois avant d’effectuer un nouvel apport d’information préventive réajustée et enrichie. Tout comme les supports utilisés durant la campagne de prévention itinérante, les documents disponibles au centre permanent de Parangtritis feront l’objet d’une réflexion, afin de les faire évoluer si nécessaire. La bibliothèque devra être enrichie et fournir des renseignements (cartes d’évacuation et systèmes d’alerte définis localement) pour le plus grand nombre de localités côtières possible.

29Le but est maintenant d’étendre nos actions préventives à d’autres territoires menacés. Huit sites prioritaires, définis d’après la carte de l’aléa tsunami en Indonésie présentée en conclusion de cet ouvrage, requerront toute notre attention. Des actions similaires devraient également être engagées sur les côtes des îles françaises de l’océan Indien menacées par des tsunamis générés au large de l’Indonésie ou localement.

30Parallèlement à ces actions éducatives, les membres de Planet Risk (des géographes spécialisés dans le tournage de films documentaires, en particulier sur les risques naturels en Indonésie) ont produit un documentaire sur le programme Tsunarisque dans son ensemble (De Coster et al., 2007). Ce fut l’occasion de compléter le travail des scientifiques par plusieurs dizaines d’interviews utiles à la reconstitution du tsunami du 26 décembre 2004 et à l’enrichissement de la base de données générale sur les tsunamis en Indonésie. Cette collaboration d’un an et demi entre les équipes de recherche et l’équipe associative a été fructueuse et devrait être renouvelée. Le documentaire (disponible à la vente sur le site de CNRS image (http://www.cnrs.fr/​cnrs-images, bon de commande en fin de cet ouvrage) illustre étape par étape le programme des premières études de terrain aux actions préventives, montrant toute la pertinence de programmes scientifiques de ce type.

4. Discussion

31Que pouvons-nous attendre de plus en cas de nouveau tsunami maintenant que le système d’alerte de l’océan Indien est techniquement opérationnel (http://ioc3.unesco.org/​indotsunami/​) ? Ce système fonctionnait déjà partiellement quand un tsunami a frappé la côte sud de Java en juillet 2006. Encore une fois, le degré de conscience et de connaissance des populations et des autorités n’a pas permis d’empêcher des centaines de morts. L’alerte n’a pas été transmise au niveau local, parfois pour des raisons politiques (crainte d’une panique des populations) et les villageois n’ont pas systématiquement reconnu les signes précurseurs.

4.1. Un besoin d’implication et d’éducation des populations aussi bien que des autorités

32Notre expérience indonésienne nous amène en premier lieu à un constat classique : le besoin profond d’éducation des populations. Il est nécessaire de pérenniser les efforts engagés dans le domaine de l’éducation aux tsunamis. Un des moyens les plus appropriés est certainement de l’intégrer officiellement aux programmes scolaires. Le lancement par l’UNESCO en 2006 d’une campagne mondiale focalisée sur les risques naturels majeurs intitulée « La prévention des catastrophes commence à l’école » devrait faciliter une telle approche. (http://portal.unesco.org/​education/​en/​ev.php-URL_ID=48815*URL_DO=DO_TOPIC*URL_SECTION=201.html). Cette éducation scolaire devrait autant que possible porter sur une approche multialéa.

33Pour être efficaces, les mesures de prévention doivent intégrer les spécificités locales des lieux sensibilisés. Le rôle des scientifiques est fondamental dans cette optique. Une cartographie des risques précise est essentielle pour définir au mieux les zones fortement exposées, zones de refuge, voies d’évacuation, etc. Une implication des populations dans la mise en place des procédures d’alerte est indispensable pour prendre en compte certains éléments essentiels : qui prend les décisions au sein du groupe, qui sont les personnes les plus vulnérables qui auraient besoin d’aide en cas d’évacuation, comment croyances et spécificités culturelles ont-elles un impact sur le comportement des gens, etc. ? Comme la majorité des Indonésiens sont musulmans, que les haut-parleurs des mosquées utilisés pour l’appel à la prière portent loin et que les muezzins sont des hommes respectés, il est question dans certains secteurs que le message d’alerte soit transmis par les mosquées.

34La reconnaissance de spécificités en fonction des différents contextes aidera également à impliquer et éduquer les autorités locales. C’est un point focal pour assurer la protection contre les tsunamis. Les scientifiques ont un rôle à jouer dans l’explication des tenants et aboutissants du lancement d’une alerte aux autorités de tous niveaux et aux responsables de la communication de l’alerte. L’existence d’un système d’alerte ne doit pas faire oublier la nécessité de préparations institutionnelle et opérationnelle.

35Les médias peuvent jouer un rôle fondamental dans les procédures d’alerte pendant la gestion de risques naturels. Ils devraient en ce sens bénéficier de mesures éducatives spéciales. Depuis 2006, un message est émis sur la chaîne nationale Métro TV aussitôt qu’un séisme se produit quel que soit le programme en cours de diffusion. Malheureusement, la localisation de l’épicentre n’est pas indiquée et les citoyens ne savent pas comment interpréter le signal et réagir. Cela démontre le besoin de rendre la médiatisation plus précise et fiable.

36De fortes interactions sont nécessaires à tous les niveaux pour atteindre un niveau acceptable de préparation au risque de tsunami. Une approche participative impliquant dans des groupes de discussion l’ensemble de la population (des deux sexes, de tous âges, avec des responsabilités sociales et des niveaux socio-éducatifs divers…) est donc absolument incontournable.

37Il est donc d’autant plus nécessaire de renforcer notre vigilance autour de ces questions d’éducation que, maintenant qu’un système d’alerte global pour l’océan Indien est en place, les gens pourraient se sentir injustement sécurisés et relâcher leur attention. L’éducation doit tenir compte des défaillances potentielles d’un tel système pour permettre aux populations de les anticiper. La bibliographie sur le système d’alerte du Pacifique relate ainsi des problèmes d’interprétation des signaux d’alerte, de fausses alertes ou d’alertes pour des évènements minimes, de réponses inadéquates du public, de méconnaissance des voies d’évacuation et des zones de refuge, etc. (Dudley, 1999 ; Bernard, 2005 ; Darienzo et al., 2005 ; Dengler, 2005 ; Jonientz-Trisler et al., 2005 ; Johnston et al., 2005 ; Gregg et al., 2007). Les leçons tirées de ces expériences dans le Pacifique sont un atout à exploiter pour maximiser l’efficacité du nouveau système de l’océan Indien.

4.2. Responsabilité des scientifiques quant à la mise en place d’applications opérationnelles de leurs recherches

38Les résultats scientifiques devraient systématiquement être transcris de façon compréhensible de façon à pouvoir contribuer à la gestion des risques et au développement d’outils d’éducation. C’est particulièrement évident dans le domaine des risques naturels dont les premiers objectifs sont de sauver des vies humaines et de minimiser l’impact économique en protégeant les biens et infrastructures. Keating (2006) est le seul auteur à clairement souligner combien il est important de réfléchir à la façon dont les recherches sur les tsunamis contribuent à l’éducation publique du risque. Au-delà des publications scientifiques, les chercheurs ont en quelque sorte une responsabilité humanitaire à assumer en rendant leurs résultats accessibles et en veillant à leur application. Des groupes de travail – virtuels ou physiques – s’avèrent nécessaires pour regrouper communautés scientifique et civile autour de la mise en application de ces résultats.

39Les collaborations avec des ONG et institutions diverses gagneraient à être institutionnalisées. Les scientifiques trouveraient à travers ces relations une opportunité de relégation de leurs résultats utilisés utilement en faveur du public. C’est un bon moyen pour eux de poursuivre leurs efforts de recherche tandis que d’autres poursuivent les efforts de mitigation du risque basés sur leurs résultats. La population semble d’ailleurs plus réceptive à l’information diffusée par des ONG ou d’autres institutions qu’elle juge souvent plus proches des réalités du terrain. Elle saisit également mieux l’intérêt de recherches qui peuvent habituellement lui paraître éloignées du tangible, et devient ainsi plus réceptive aux travaux engagés (réponses plus impliquées et appliquées aux enquêtes par exemple). En Indonésie comme en France et dans beaucoup d’autres pays, le lien entre monde opérationnel et monde de la recherche est encore très ténu. Nous pourrions prendre modèle sur le Japon et les États-Unis, leaders de la mitigation des tsunamis, en avance dans ce domaine. Le travail commun réalisé par les scientifiques du programme Tsunarisque et l’équipe de Planet Risk a montré que ce rapprochement est possible et fructueux. La première campagne d’éducation mise en place a permis une prise de conscience accrue du risque par les populations sur la côte méridionale de Java. Planet Risk a pu délivrer des messages précis et efficaces en prenant en compte les données, résultats et conseils des scientifiques.

40Un bon exemple indonésien dans ce domaine est celui de de l’ONG KOGAMI (un acronyme de Komunitas Siaga Tsunami – Communauté alerte tsunami – http://kogami.multiply.com/​), qui œuvre à Sumatra depuis 2005, en particulier à Padang où la moitié des 825 000 habitants vit à proximité de la côte. Des exercices d’évacuation et des campagnes d’éducation dans les écoles ont été menés quartier par quartier dans la région de Padang (Stone, 2006), zone où un séisme tsunamigénique majeur est attendu par les scientifiques (Normile, 2007).

41Avant le tsunami de 2004, relativement peu d’ONG étaient investies dans des programmes spécifiques de réduction des catastrophes. Ce domaine restait marginal, essentiellement faute de crédits, mais aussi par manque de visibilité et de reconnaissance. La multiplication récente des initiatives – qui laisse par ailleurs espérer le meilleur – doit inviter à la vigilance, en tenant compte du besoin d’une consultation scientifique afin que l’information délivrée soit juste.

42Pour des raisons d’ordre économique et pratique, les ONG peuvent engager des programmes d’éducation de masse pour enseigner des éléments universels tels que les signes précurseurs. Malgré tout, cette éducation ne sera jamais totalement efficace si elle ne prend en compte ni les facteurs socioculturels locaux (qui dictent en partie la réponse apportée par les populations face à un tsunami) ni la géographie et la planification territoriale locales (cartes des zones inondables, voies d’évacuation, zones sécurisées…). De bons programmes d’éducation ne peuvent se passer de ces spécificités. Les acteurs opérationnels ont à leur tour en ce sens une responsabilité scientifique à assumer.

43Il est évident que les différentes recherches décrites tout au long de cet ouvrage perdraient une grande partie de leur intérêt si aucune application en termes de prévention n’en avait été tirée.

4.3. Tsunamis : bientôt des communautés résilientes en Indonésie ?

44Tous les efforts scientifiques et apports financiers pour appuyer des programmes d’éducation aux tsunamis ne peuvent pourtant suffire à établir des communautés résilientes aux tsunamis. Il n’est plus à démontrer que les problèmes de développement contribuent largement à l’occurrence des désastres. La comparaison entre le Japon et l’Indonésie, deux pays similairement exposés aux risques naturels, prouve combien la vulnérabilité est liée au niveau de développement (15 % des tsunamis tuent des gens au Japon contre 35 % pour l’Indonésie). Des spécificités nationales doivent par ailleurs être évoquées. Le niveau d’éducation est assez bon en Indonésie (plus de 90 % de lettrés), mais l’apport de connaissance des risques naturels reste minime à l’école (peu d’informations dans les livres scolaires, connaissance limitée des enseignants, pas de plans d’urgence dans les écoles même pour les incendies, pas d’exercice d’évacuation). Quelques ONG débattent actuellement avec la Croix-Rouge indonésienne des termes d’une collaboration avec le département de l’Éducation pour inclure des programmes de réduction des risques dans les programmes scolaires ou apporter une formation après le temps d’enseignement. Au septième forum Disaster Risk Reduction, organisé par la Croix-Rouge indonésienne à Jakarta en septembre 2007, les représentants des départements de l’Éducation et de la Santé manquaient toujours, alors que 70 représentants d’institutions nationales et internationales et d’ONG se rencontraient pour mettre en œuvre un plan national pour la réduction des risques naturels. Une leçon utile a été tirée du manque de coordination expérimenté à Aceh en décembre 2004, l’indispensable travail avec les autorités gouvernementales est désormais en marche.

45Il reste cependant à l’Indonésie encore beaucoup de chemin à parcourir avant d’atteindre un niveau de résilience acceptable. Des problèmes structurels doivent avant tout être résolus par le gouvernement indonésien pour parvenir à cet objectif : investissement dans des services d’urgence, formation des responsables du niveau communautaire au niveau national, investissements technologiques, etc., et avant tout réduction de la pauvreté (Levy & Gopalakrishnan, 2005 ; Gaillard et al, p. 177). Les conditions optimales seront alors en place pour promouvoir l’éducation face aux risques.

5. Conclusion

46Le tsunami du 26 décembre 2004 a révélé l’urgence qu’il y a à mettre en place un système d’alerte efficace et à améliorer la conscience et la connaissance du risque au sein de la population et des autorités indonésiennes. Les résultats obtenus à travers Tsunarisque ont permis à Planet Risk, aidée par les équipes scientifiques, de construire une stratégie éducative visant à réduire la vulnérabilité des zones côtières et de poser les bases pour l’établissement de communautés résilientes aux tsunamis.

47La sensibilisation est un moyen clef pour réduire la vulnérabilité dans des secteurs menacés. Une éducation multi aléa adaptée aux considérations locales devrait être proposée aux populations, ainsi qu’aux autorités, décideurs et médias. Les partenaires humanitaires sont invités à fournir des fonds et une assistance technique dans cette perspective, et le gouvernement à assurer le niveau général de développement du pays. De leur côté, tous les scientifiques devraient s’assurer que leurs découvertes sont accessibles et utilisées à bon escient, notamment pour des actions éducatives.

48La prévention des risques résulte malheureusement trop souvent d’une nécessité révélée par un désastre. Notre plus grand défi est de faire en sorte que les Indonésiens soient prêts à faire face au prochain tsunami qui frappera leurs côtes pour éviter tout nouveau désastre. Une réflexion devrait être engagée dans le même esprit pour réduire le risque de tsunami et prévenir d’éventuels désastres sur l’ensemble des côtes menacées à l’échelle mondiale (en Méditerranée, aux Caraïbes, etc.).

49Planet Risk poursuivra ses actions de sensibilisation afin de soutenir le développement de communautés résilientes aux tsunamis en Indonésie, en commençant par les 8 sites prioritaires définis en conclusion de cet ouvrage. Le centre de sensibilisation permanent de Parangtritis sera mis à jour et enrichi autant que possible, et les activités éducatives se nourriront continuellement des résultats des travaux que ses partenaires scientifiques continuent d’entreprendre pour toujours mieux comprendre le risque de tsunami.

Table des illustrations

Légende FIG. 1. Brochure rappelant les signes précurseurs d’un tsunami distribuée aux populations.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3813/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 983k
Légende FIG. 2. Les enfants sont attentifs aux informations délivrées dans les posters, les parents qui viennent les chercher également (école primaire de Parangkusumo).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3813/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site