Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tsunarisque

 | 
Franck Lavigne
, 
Raphaël Paris

Chapitre 3. Impacts socio-culturels, reconstruction et prévention des risques

De l’urgence à la reconstruction de Banda Aceh (2005-2006) : enjeux urbanistiques, acteurs et perspectives

Raffaele Cattedra, Jean-Charles Denain, Freddy Vinet et Jean-Christophe Gaillard

Résumé

This article analyzes the territorial contexts and the urbanistic stakes in the reconstruction of the city of Banda Aceh and its province, following December 26th, 2004 tsunami. A particular attention was paid to the role and strategies of the diverse actors implied in the emergency phases and during the reconstruction. Based on inquiries on the ground, on the analysis of several official documents, and on conversations with the main present actors, this contribution gives new insights to the difficulties of the coordination of the multiple actors (national and international bodies, the NGO, etc.) involved in the reconstruction, strengthened in a complex political settings due to the armed conflict between the national power Jakarta government or authorities and the Aceh separatists.
The reconstruction phase is also complex because two documents of planning were successively produced in 2005 and were strongly criticized by the populations and the local actors. Indeed, the socio-economic aspects and the human dimension were not being taken into account. The third document will make then more or less the consensus and will lay the foundations for the new planning of Banda Aceh and its region.

Texte intégral

Introduction

  • 1 En août 2005, on dénombre 167 000 morts dans la province d’Aceh sur les230 000 victimes du tsunami (...)
  • 2 Voir dans cet ouvrage Clavé et al., « Aceh : les déséquilibres et les tensions de la province à la (...)

1Le tsunami du 26 décembre 2004 compte parmi les catastrophes les plus importantes des dernières décennies. Au regard de l’étendue des dégâts, pas moins de 15 districts (kabupaten), 654 villages et la capitale provinciale de Banda Aceh ont été touchés. Constituée de quartiers urbains à maisons basses, de terrains arborés et de villages, de lagunes et de rizières, la vaste agglomération s’étend sur 62 km2 dans la plaine entre la mer et la montagne. Elle a été détruite sur un tiers à la moitié de sa superficie et a perdu en quelques heures près du quart de ses 265 000 habitants1. La reconstruction ne peut qu’être longue et problématique (BAPPENAS, 2005, Buku Utama, p. 11). À ce lourd bilan s’ajoute la situation de la province d’Aceh, appauvrie et socialement affaiblie par des années de conflit, vivant encore sous l’état d’urgence civile au moment de la catastrophe SATKORLAK, 2005, p. 10-12)2.

2La reconstruction d’Aceh se fait, en ligne de principe, sur la base de plusieurs évaluations qui s’étayent et se complètent dans le temps. Une étude des documents composant les rapports élaborés au cours de la période 2005-2006 nous a permis de relever certaines faiblesses et contradictions dans les divers plans de réhabilitation et de reconstruction. Une revue de la presse de 2005 et une enquête de terrain conduite en 2006 nous ont par ailleurs éclairés sur les points de contentieux les plus prégnants dans les différentes révisions des textes. Nous présentons ici une étude critique des propositions de planification qui ont rythmé les 18 premiers mois de la reconstruction, afin d’en dégager les principales orientations.

  • 3 Voir le site de l’UNIMS www.humanitarianinfo.org/sumatra et du BRR www.e-acehnias.org. Sur l’usage (...)

3Mais si le contexte politique et socio-économique a influencé la réponse des populations à la catastrophe, il a aussi influencé la gestion de l’urgence et de la reconstruction. De même, la multiplicité des acteurs a formé une composante importante dans la mise en place et l’élaboration du processus de reconstruction. La profusion de statistiques, rapports, cartes et SIG fait état d’une violente rupture territoriale et sociale. Non sans se contredire, cette profusion de données traduit aussi l’attention internationale portée sur Aceh. On peut se demander si autant d’informations ont jamais été produites sur un seul lieu de la planète, dans un laps de temps si court3.

1. Les acteurs et les temps de la reconstruction

1.1. Le « phasage » officiel

4Le 27 décembre 2004, le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono invite les différentes agences gouvernementales à intervenir devant l’ampleur des dégâts qu’ont provoqué le tremblement de terre et le tsunami. Face à l’importante intervention humanitaire, il fixe à 3 mois le temps de séjour des ONG étrangères, mais devant l’ampleur de la tâche à accomplir cette échéance est repoussée et la date butoir finit par disparaître.

5La phase d’urgence, de janvier à mars 2005, est marquée par plusieurs difficultés, toutes liées à la situation préexistante. L’accès à certaines zones est en effet problématique, en particulier dans les régions connues pour soutenir la rébellion. La législation concernant la circulation des ONG dans la province change à plusieurs reprises. Durant les premiers mois, l’utilisation du livret de route « Blue Book » est obligatoire, puis il devient nécessaire de s’enregistrer et de porter un badge personnalisé lors de tout déplacement. Les contrôles et les interdictions militaires sont fréquents, en particulier dans les zones de Pidie, Sigli et Bireuen où les projets humanitaires sont systématiquement découragés le premier mois de l’urgence, du fait d’une présence importante de la guérilla dans ces régions (entretiens avec plusieurs ONG françaises et canadiennes présentes à Aceh, mars 2005). Le début des négociations de paix entre le GAM (Gerakan Aceh Merdeka – Mouvement pour Aceh libre) et le gouvernement indonésien à la fin du mois de janvier 2005, puis en février, n’a pas de retombées immédiates sur la situation.

  • 4 Dont l’USAID en tête, suivie par le JICA (Japan International Cooperation Agency), l’Agence de coo (...)

6Il apparaît que la répartition inégale de l’aide et des projets de reconstruction ait été conditionnée dans un premier temps par le conflit, et les restrictions imposées par celui-ci dans certains kabupaten. Il ne s’agit cependant pas des seuls critères qui ont pesé sur la répartition de l’aide, les questions de couverture médiatique et l’accessibilité du territoire ayant aussi joué un rôle important. En effet, plus de 450 organismes d’aide et de coopération sont intervenus dans la province autonome de Nanggroe Aceh Darussalam (NAD) au cours de la période 2005-2007. Des centaines d’ONG européennes, asiatiques, australiennes, arabes et des pays musulmans, plusieurs dizaines de gouvernements étrangers et de donateurs bilatéraux4, banques, fondations, organisations onusiennes, missions des diverses Croix-Rouge ou Croissant Vert (ces dernières soutenues par les pays musulmans) ont ainsi établi leurs sièges dans la capitale régionale Banda Aceh. Plutôt habituées aux séismes et aux inondations, les ONG se sont trouvées face à une situation inédite : faire face à une catastrophe internationale, fortement médiatisée mais aussi « inconnue », qui a touché directement une dizaine de pays. Néanmoins, avec le tsunami, Banda Aceh s’est internationalisée avec la présence de plusieurs centaines de coopérants internationaux, dont les projets d’aide humanitaire et de reconstruction s’accompagnaient d’un affichage diffus de pancartes et panneaux dans la ville, reproduisant les logos des divers organismes.

  • 5 Voir dans cet ouvrage : Clavé et al., « Aceh : les déséquilibres et les tensions de la province à (...)
  • 6 Entretiens à Aceh Besar, janvier et mars 2005.
  • 7 Le mukim est une sorte de fédération villageoise dont le critère d’appartenance communautaire est (...)

7Les 3 mois de la phase d’urgence sont consacrés à la mise en terre des corps, au maintien d’une situation sanitaire correcte, au déblayage des routes ainsi qu’au nettoyage des quartiers et des villages. Ces moments sont aussi ceux du recensement des réfugiés et de leur relocalisation provisoire. Si les premières tâches (ensevelissement des morts, déblayage) sont en général accomplies dans leur totalité les premiers mois, les relocalisations et le nettoyage des villages sont plus progressifs. Les réalités varient considérablement d’un village à un autre et dépendent des instances ainsi que des personnalités villageoises. Les années de conflit ont affaibli le pouvoir décisionnel des communautés5. À Aceh Besar, ce facteur, ajouté au sentiment de peur et à la méfiance résultant du traumatisme des dernières années, a influencé la capacité de réaction et de cohésion des populations6. Il apparaît cependant qu’à Aceh Besar, certains mukim7 aient joué un rôle important dans la gestion de la crise.

8La phase dite de réhabilitation débute au mois d’avril 2005 avec la fondation par décret présidentiel de l’Organisme pour la réhabilitation et la reconstruction (Badan Rehabilitasi dan Rekonstruksi – BRR, le 29 de ce même mois). Lors de cette seconde période, de nouvelles rencontres pour la résolution du conflit ont lieu (13 avril, 29 mai et 12 juillet 2005), aboutissant finalement à des accords de paix entre le GAM et le gouvernement indonésien le 15 août 2005. La reconstruction d’Aceh doit alors officiellement prendre en compte les deux phénomènes qui ont marqué la province : le tsunami et le conflit (BRR 2005, p. 23). Précisons que si les deux vont de pair, le premier n’a pas causé la résolution du second, mais a aidé à canaliser des rapprochements qui s’étaient effectués en décembre 2004 (entretien avec Yusuf Irwandi, janvier 2006).

9La réhabilitation a donc été fortement marquée par la fin du conflit avec la signature des accords de paix, l’arrivée d’une instance médiatrice internationale (Aceh Monitoring Mission – AMM) en septembre 2005 et le dépôt des armes le 15 décembre de la même année. Le retour à une stabilité politique relative n’a pourtant pas accéléré le processus de réhabilitation prévu pour durer jusqu’à la fin de l’année 2006. Le bilan annuel 2005 est en effet particulièrement léger. Sur les 80 000 à 110 000 maisons à construire, seules 16 200 ont été réalisées et 13 200 sont en cours ; moins de 10 % des routes ont été réhabilitées ou reconstruites (BRR, 2005, p. 16).

10Il faut remarquer que les tensions ont été nombreuses entre les ONG les plus puissantes, soucieuses de contrôler elles-mêmes leurs programmes de reconstruction, et le pouvoir indonésien qui cherche à centraliser ces derniers autour du BRR (et dont la plupart des responsables sont des Javanais venant de Jakarta). L’administration locale et régionale, disposant déjà de peu de moyens et désorganisée par le tsunami, ne peut guère s’imposer face aux machines surpuissantes qui sont les agences de l’ONU, le BRR ou les ONG.

11Enfin, la phase officielle de reconstruction, telle qu’elle a été prévue, démarre en 2007 et s’étend sur 2 ans. Selon les prévisions, il ne s’agit plus de s’occuper des bâtiments publics et privés, priorités de la réhabilitation, mais désormais des communications, de l’économie et des divers secteurs agricoles et industriels, ainsi que de la culture et de la prévention des phénomènes naturels (JICA, 2005, vol. I, p. 14). Cette ultime étape paraît en effet primordiale pour la stabilité future de la province, puisqu’elle prend en compte les principaux éléments de son développement, sans toutefois négliger la prévention de l’aléa naturel. Il s’agit selon les déclarations du BRR de « reconstruire mieux » puisque les fonds récoltés (9 milliards de dollars) dépassent les estimations des besoins (5,8 milliards de dollars) (BRR, 2005, p. 23).

12L’élan est tel qu’une troisième phase de développement est d’ailleurs planifiée de 2010 à 2015. Ces trois étapes prévues pour la reconstruction d’Aceh sont menées par divers acteurs qu’il convient de présenter afin de saisir la complexité de l’élaboration de la planification.

1.2. Les principaux acteurs de la reconstruction

13Dès les premiers jours de la crise, le vice-gouverneur d’Aceh, Azwar Abu Bakar (le gouverneur de l’époque, Abdullah Puteh, étant incarcéré pour corruption), assure la coordination des secours avant l’établissement d’une Unité de coordination spéciale pour Aceh. Au cours des premiers mois, la reconstruction induit un nombre de plus en plus important d’instances et de personnes qui s’efforcent de travailler en étroite collaboration. Ce travail de coordination des différents acteurs est un facteur important de réussite dans le passage à la phase de la reconstruction. Il est cependant rendu difficile par la diversité des intervenants, de leur hiérarchie et de leur nationalité.

  • 8 Le salaire des fonctionnaires étant constitué d’une base fixe augmentée de suppléments officieux e (...)

14Le BRR, qui doit gérer la réhabilitation et la reconstruction d’Aceh, est formé d’experts indonésiens et étrangers, répartis dans 8 secteurs, tous dirigés par un député et dont la coordination revient à Kuntoro Mangkusubroto, le président du BRR. Cet organisme doit également composer avec les autresagences de l’État indonésien dont les différents niveaux de hiérarchie compliquent la tâche. L’Agence de planification du développement national (Badan Perencanaan dan Pembangunan Nasional – BAPPENAS) et le ministère du Logement et des Infrastructures régionales (Kantor Permukiman dan Prasarana Wilayah, KIMPRASWIL) représentent l’échelon national. Ce dernier compose au niveau inférieur avec le gouvernement provincial (Pemerintah Daerah – Pemda) et le Bureau des travaux publics (Pekerjaan Umum – PU, municipal pour Banda Aceh et départemental pour les districts). De manière annexe, l’Agence de contrôle environnemental (Badan Pengendalian Dampak Lingkungan Daerah – BAPEDALDA) ainsi que l’Unité de coordination et de gestion des catastrophes (Satuan Koordinasi Pelaksana Penanggulangan Bencana – SATKORLAK PBP) sont impliquées dans ce processus. Toutes ces composantes gouvernementales participent à la prise de décision concernant la planification de la reconstruction. Or, dans les faits, les conflits sont courants puisque les domaines de compétence et de pouvoir de chacun se rencontrent. La répartition des compétences entre le PU et le KIMPRASWIL est loin d’être évidente, et illustre les luttes de pouvoir à l’échelon national et local. Les spécificités de ces instances n’ont en effet jamais été définies avec précision, ce qui aboutit à la banalisation de conflits d’intérêts entre les différentes instances8.

* BRA (Badan Reintegrasi Damai Aceh) : organisme pour la réintégration et la paix à Aceh AMM (Aceh Monitoring Mission) : mission de l’UE pour le respect des accords de paix
Réalisation : E. Clavé, F. Vinet (2006)
FIG. 1. Le phasage de la reconstruction.

15Les agences des Nation unies sont également nombreuses et, parmi les plus importantes, l’UNHCR (United Nations High Commissioner for Refugees) assure le début de la crise tout en « outrepassant » son mandat : les Acihais étant dans leur propre pays, ils ne peuvent être considérés juridiquement comme des réfugiés. Jakarta « congédie » au cours de l’année l’agence qui avait pourtant commencé un travail de planification avec les instances gouvernementales locales (entretien de mars 2005, Kamel Deriche, UNHCR). De même, l’UNDP (United Nations Development Program) arrive très tôt sur les lieux et se joint à la coordination de la crise. Dans les phases postérieures, il joue un rôle majeur dans les programmes de « cash for work », qu’il instaure en majorité (notons que ces programmes pervertissent la culture de l’entraide « gotong royong » très forte en Indonésie en induisant une contre partie au travail communautaire et que leur efficacité est limitée). D’autres agences, comme l’UNIMS (United Nations Information Map System) et l’OCHA (Organization for the Coordination of Humanitarian Affairs), travaillent quant à elles en étroite collaboration avec le BRR pour qui l’UNIMS réalise la cartographie. Puis, divers programmes sont menés à grande échelle par l’UN-Habitat pour le logement, la FAO (Food and Agricultural Organization) pour l’agriculture, la WHO (World Health Program) pour la santé, et l’UNICEF (United Nations Children’s Fund) pour l’enfance et l’éducation.

  • 9 S’ajoutent bien évidemment à ces dernières les agences de coopération européennes (française, ital (...)

16Outre ces dernières agences, plusieurs autres organismes émanant d’États étrangers pèsent un poids important dans la reconstruction par leurs dons ou leurs compétences. L’Agence de coopération japonaise (Japan International Cooperation Agency – JICA), dont l’intervention est coutumière en Indonésie (aide au développement), réalise ainsi les premières missions d’expertise de terrain et un fonds de cartes à l’aide d’un système d’information géographique (SIG). Son intervention se fait surtout sur la base d’une aide d’urgence, puis par la transmission de compétences dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’administration. Elle tient cependant avant tout une place primordiale dans l’élaboration des plans de planification urbaine. De même, l’Agence de coopération allemande (Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit – GTZ) travaille en collaboration avec son Agence de secours technique (Technischen Hilfswerks – THW) sur des projets phares de réformes du gouvernement local et participe aux efforts de planification spatiale. L’USAID, agence du gouvernement des États-Unis, s’investit aussi dans la restauration du marché de Banda Aceh avec l’Organisation internationale pour la migration (International Organization for Migration – IOM), ainsi que dans la planification villageoise et la construction de la route Banda Aceh - Meulaboh. Enfin, l’AusAID (Australian Aid), autre agence gouvernementale d’importance à Aceh, travaille dans le domaine du capacity building, visant à renforcer les compétences du gouvernement local. Toutes ces agences mettent donc l’accent sur le renfort des capacités gouvernementales au niveau local, dont l’efficacité reste cependant à évaluer9. L’exemple du recensement de 2005, réalisé en partie avec l’AusAID et l’Agence de développement international canadienne, amène de nombreuses questions, notamment au regard des erreurs de programmation commises et de la qualité souvent médiocre du travail réalisé.

17Enfin, un nombre considérable d’ONG internationales, nationales et locales (acihaises) sont présentes sur le terrain et jouent un rôle d’importance variable. Parmi les regroupements d’ONG acihaises anciennes et influentes, notons la branche locale d’une ONG pour la protection de l’environnement WALHI (Wahana Lingkungan Hidup Indonesia – Les Amis de la terre indonésienne), le Forum LSM Aceh, l’Aceh Recovery Forum ainsi que GeRAK (Gerakan Anti Korupsi – Mouvement anticorruption), tous trois regroupant plusieurs organisations sous leur aile. Leur légitimité historique dans le combat des inégalités à Aceh constitue une composante importante et relativement représentative des aspirations de la population, dont les organisations se font souvent les porte-parole. Elles siègent ainsi dans la majorité des assises de discussions sur la planification et la reconstruction à grande échelle métropolitaine et provinciale. Contrairement aux ONG internationales ou nationales (indonésiennes), leur rôle se limite à la consultation, voire aux revendications qu’elles font remonter ; en aucun cas elles ne jouent le rôle de bailleur de fonds. Quant aux autres ONG présentes à Aceh leur importance est proportionnelle aux projets qu’elles mettent en place. Pour la construction, elles sont parfois mises à contribution dans la planification de l’aire à reconstruire. Il est difficile de connaître le nombre exact de ces acteurs. Le BRR a recensé officiellement 124 ONG internationales et 430 nationales en 2006, mais ces chiffres sont inférieurs à la réalité des acteurs présents. Ils correspondent en effet aux ONG enregistrées par le gouvernement ; or, dans les faits, un grand nombre ne le sont pas.

18Toutes ces organisations et ces agences participent donc, à différents niveaux, à la reconstruction de la province d’Aceh. À cela s’ajoutent les bailleurs de fonds, la Banque mondiale, la Banque de développement asiatique et l’UE, regroupés au sein du Multi-Donor Fund, avec 12 autres donateurs. Divers gouvernements étrangers, dont le rôle décisionnel est cependant limité, participent également à cet effort.

19Le nœud du problème se trouve donc au niveau du consensus et de la prise de décision, rendus difficiles dans un contexte international où les intérêts diffèrent et auquel les luttes de pouvoir local viennent se mêler. Les critiques sont également nombreuses quant à la connaissance que les acteurs ont du terrain de la reconstruction. La plupart des employés du BRR ne sont pas de la province d’Aceh, et les visites ou les vérifications sur le terrain sont rares. Aussi, les décalages entre les chiffres et la réalité sont parfois flagrants. A Pidie, par exemple, l’ONG Terre des hommes Netherlands a réalisé en partenariat avec l’ONG indonésienne Yayasan Bumi Kita 1 505 maisons permanentes. Or, dans les rapports du BRR et de UN-Habitat, aucune de ces habitations n’est comptabilisée, et ce malgré les rapports mensuels que Yayasan Bumi Kita remet en main propre au SATKORLAK (l’Unité de coordination et de gestion des catastrophes) de Bireun (BRR et UN-Habitat, 2006).

20Cette situation, la méconnaissance du terrain et les rapports de force entre les différents acteurs vont marquer l’élaboration du plan de réhabilitation et de reconstruction de la province, comme celui de la ville de Banda Aceh.

2. Les différentes tentatives de planification (2005-2006)

2.1. La planification gouvernementale : le Blue Print et l’émergence d’une approche participative

  • 10 Entretiens avec l’HIMAL – Himpunan Mahasiswa Lhok Nga, Regroupement des étudiants de Lhok Nga déce (...)

21La première réflexion sur la planification régionale, effectuée par l’Agence de planification du développement national (BAPPENAS), est financée par le Programme des Nations unies pour le développement (UNDP) à hauteur de 250 000 dollars (source : UNDP). Ce document d’émanation gouvernementale, appelé couramment Blue Print, est réalisé dans un laps de temps très court, durant les premiers mois qui ont suivi la catastrophe. Il est en effet présenté le 27 mars 2005, à la fin de la phase dite d’urgence (BAPPENAS, 2005, p. 9 ; Tempo, p. 27, mars 2005). En amont, plusieurs rencontres et débats ont été organisés autour du futur plan, tout au long du mois de mars, à l’université de Syiah Kuala (Banda Aceh). Des groupes de travail, formés d’universitaires, d’étudiants et de membres d’organisations humanitaires acihaises, ont également consulté la population pendant l’élaboration du document10. Se prévalant d’une consultation majoritaire des habitants et des autorités religieuses, le plan a malgré tout soulevé le mécontentement et des polémiques au sein des populations. La cause d’un tel rejet paraît provenir du mode de consultation des habitants, celle-ci ayant été réalisée seulement dans 16 communes réparties sur 5 districts et sur la seule ville (kota) de Banda Aceh (BAPPENAS, 2005, vol. I, p. 2), ainsi que de la prise en compte partielle des suggestions émanant des habitants. Lors d’une autre rencontre organisée le 31 mars 2005 à Jakarta, entre les acteurs de la « société civile » acihaise et les représentants du gouvernement central et local, il a été décidé que le Blue Print ne serait applicable qu’après des modifications à partir de juillet 2005 (Tempo, 31 mars 2005).

22Les 11 volumes et le récapitulatif présentés forment un travail important puisqu’ils traitent de l’aménagement du territoire (vol. 1), des ressources naturelles et de l’environnement (vol. 2), des infrastructures (vol. 3), de l’économie (vol. 4), des services (vol. 5), de l’éducation et de la santé (vol. 6), de la religion et de la culture (vol. 7), du droit (vol. 8), de la sécurité (vol. 9), de la comptabilité (vol. 10), et des fonds (vol 11) pour la totalité de la province d’Aceh. L’ébauche d’un plan d’aménagement territorial concerne non seulement Banda Aceh mais aussi les kabupaten d’Aceh Jaya, Aceh Barat, Nagan Raya, Simeulue, Lhokseumawe, Bireun, Pidie et Sigli (BAPPENAS, 2005, vol. I, p. 56-104). Malgré cela, le rapport est en majeure partie descriptif et les analyses restent superficielles. Le Blue Print s’apparente plus à un bilan, voire à un diagnostic de la catastrophe, qu’à la formulation d’un projet cohérent de réhabilitation et de reconstruction. Il est en même temps très ambitieux puisqu’il couvre du point de vue thématique un ensemble de domaines (traités de manière monographique), et du point de vue spatial une large partie de la province.

23Le Blue Print se révèle finalement peu rigoureux. Les solutions proposées se résument à des principes généraux, sans que des indications précises soient apportées sur les mesures à appliquer et sur les temps de réalisation. Ces propositions semblent aussi indiquer une mauvaise connaissance du terrain. Deux cas sont particulièrement représentatifs des carences de ce premier document de planification post-tsunami : la planification spatiale et la stratégie économique.

  • 11 Après le tsunami, les familles ont été dispersées ou anéanties, les titres de propriété perdus. Le (...)

24Le volume 1, qui concerne l’aménagement du territoire et la question foncière, ne prend pas explicitement en compte les spécificités régionales et démographiques des territoires étudiés. Les différents districts sont en effet présentés de manière similaire et la complexité de la question cruciale du foncier, qui varie considérablement selon les endroits, est éludée11. Les densités de population et les terres disponibles varient cependant beaucoup d’une côte à l’autre de l’agglomération de Banda Aceh, et le cas de la pointe nord (Banda Aceh, Aceh Besar) aurait mérité une étude particulière, au vu de la densité démographique de la capitale (plus de 3 000 hab/km2).

25Dans ce document, des cartes à l’échelle du sous-district (kecamatan) – et non pas au niveau de la commune – présentent les bilans des dégâts par district (kabupaten), sans chiffrer la superficie des terres englouties ou inondées. Par ailleurs, les rares projets de réaménagement envisagés sont énumérés en des termes concis et sans précision supplémentaire. À Aceh Barat, il s’agissait par exemple de reconstruire la ville de Meulaboh autour de deux centres : le centre des affaires, localisé à proximité du port, et celui de la zone résidentielle où se trouve les services, localisé à Leuhan (Johan Pahlawan) ou à Ujung Tanjong (Meurabo) (BAPPENAS, 2005, vol. I, p. 75). Aucune explication n’est apportée pour justifier ce choix et les modalités de mise en œuvre de ces projets d’aménagement post-tsunami ne sont pas fournies.

26La planification de la capitale provinciale Banda Aceh reprend, quant à elle, les orientations du précédent City master plan élaboré en mars 2001, qui avait un cadre temporel décennal à l’horizon 2010 (Pemerintah Kota Banda Aceh, 2001). Ce schéma directeur conçu avant le tsunami était axé sur l’idée de la multi-centralité (multi-core type). Il prévoyait la réalisation d’une cité administrative et préconisait un développement linéaire des zones d’expansion urbaines, orientées le long des principaux axes de circulation. Deux modifications essentielles peuvent cependant être remarquées dans le Blue Print de 2005 par rapport au plan prétsunami de 2001. En premier lieu, il est prévu l’extension spatiale du territoire pris en compte, qui englobe ainsi plusieurs villages situés en dehors du périmètre urbain proprement dit (kota), ainsi que divers centres urbains, des infrastructures et des équipements situés dans l’aire du district administratif d’Aceh Besar, lequel entoure la ville de Banda Aceh : le grand village de Lhok Nga à l’ouest, la zone de l’aéroport au sud-ouest et une partie de Baitussalam à l’ouest. De plus, le Blue Print préconise une modification fonctionnelle concernant l’occupation des sols : l’ajout d’une barrière végétale, des routes et des bâtiments d’évacuation en cas de tsunami (BAPPENAS, 2005, vol. I, p. 59-64).

27Outre l’indication non détaillée des propositions et des relevés imprécis, liés sans doute aussi à la réalisation rapide du plan au cours des premiers mois qui ont suivi la catastrophe, il est à signaler que la dimension sociale et humaine n’est pas intégrée dans ces propositions d’aménagement. La question est pourtant d’importance, surtout au regard de la situation prétsunami où des populations vivaient déjà déplacées dans des camps.

28Quant aux thèmes économiques, abordés dans le volume 4, ils sont traités à deux niveaux. Au niveau macroéconomique, il est prévu la chute du PIB régional entre 0,1 et 0,4 % selon les premières estimations de la Banque mondiale (notons que la baisse est relativement faible puisque les hydrocarbures ne sont pas concernés, leurs sites et infrastructures ayant été peu ou pas touchés par le tsunami). Le nombre des actifs est revu à la baisse, et une hausse de la pauvreté est envisagée (BAPPENAS, 2005, vol. IV, p. 8-11). Au niveau microéconomique, s’il est prévu de faciliter l’accès au prêt et à la formation professionnelle pour les habitants, aucune stratégie n’est en revanche avancée. Par ailleurs, le Blue Print ne considère le volet économique que sur un court terme. Le responsable du groupe de travail sur l’économie, Nazamuddin, avoue d’ailleurs regretter que le Blue Print ne donne pas d’indications sur les secteurs destinés à se développer pour impulser l’économie régionale (Tempo, 31 mars 2005). Les ressources pétrolières et gazières, qui ont la primauté depuis plusieurs décennies, ne sont pas considérées, d’après ce plan, comme un atout de développement de la province. Par ailleurs, les secteurs de la pêche et de l’agriculture auraient pu être développés. En fin de compte, le Blue Print préconise la réhabilitation de l’économie locale prétsunami, sans se pencher sur les défaillances préexistantes du système, rétablissant en cela les déséquilibres antérieurs.

29Deux mois après la présentation du Blue Print, le Regroupement des oulémas des dayahs d’Aceh (Himpunan Ulama Dayah Aceh – HUDA), représentant l’autorité religieuse traditionnelle, a souligné que le Blue Print ne prenait toujours pas en compte les aspirations de la population locale et ne reflétait en rien les structures sociales, culturelles et économiques acihaises. Ce même conseil a également insisté sur le fait que la reconstruction d’Aceh ne signifiait pas simplement reconstruire physiquement la ville détruite par le tsunami et le tremblement de terre, mais qu’elle devait aussi prendre la mesure du conflit qui a agité la province depuis des décennies, laissant entendre que les aspects humains et socio-économiques ne devaient pas être oubliés (Detik.com, 10 mai 2005).

30Cependant, les discussions préalables à l’élaboration de ce premier document de planification territoriale pour la reconstruction ont comporté une démarche de type participative, impliquant le point de vue de plusieurs catégories d’acteurs, institutionnels ou non. Bien que ces propositions, et surtout la dimension sociale et communautaire, ne soient pas effectivement « remontées » au niveau de l’élaboration du document final, il est utile de s’interroger sur une telle démarche et de resituer sa dimension novatrice par rapport aux modalités courantes de la planification locale indonésienne, et plus particulièrement acihaise, en œuvre avant le tsunami.

2.2. Le plan de réhabilitation et de reconstruction de la ville de Banda Aceh élaboré par la Japan International Cooperation Agency (JICA)

31En mars 2005, alors que les résultats du Blue Print n’ont pas encore été publiés, et que se met en place la structure gouvernementale du BRR, la JICA prend la décision d’entreprendre l’étude d’un Plan d’urgence de réhabilitation et de reconstruction de la ville de Banda Aceh (URRP),à la demande du gouvernement indonésien. Cette étude se déroule sur 5 mois, de mars à août 2005, et est réalisée par les sociétés Nippon Koei Co., Yachiyo Engineering et Pasco Corporation sous contrat avec la JICA. Elle se base par ailleurs sur les résultats d’une mission scientifique réalisée par la JICA en janvier 2005. Si le terrain est déjà largement préparé par les deux premières expertises du BAPPENAS et de la JICA, la tâche est en outre facilitée par la délimitation de l’étude au seul territoire urbain de Banda Aceh (kota). La coopération japonaise se concentre ainsi sur le périmètre officiel de la capitale qui comprend 9 districts sur une superficie d’environ 61,5 km2, et compte une population estimée à 209 400 habitants (sur les 265 553 officiellement enregistrés avant le tsunami) (Fig. 2).

32Le document final, présenté à la fin du mois d’août 2005, est une étude de planification très détaillée et documentée, notamment au niveau technique et cartographique, comprenant 4 volumes : le résumé en volume 1, l’étude (URRP Plan for Banda Aceh) en volume 2, une annexe documentaire en volume 3, et une cartographie (Data Book ARRIS : Maps for Planning) en volume 4.

33Cette analyse, tout en s’appuyant sur les orientations de la planification prétsunami et sur le Blue Print en cours de validation, accorde une attention particulière aux problèmes sanitaires et de drainage (JICA, 2005, vol. II, p. 146171), ainsi qu’aux questions liées à la circulation et au réseau routier (JICA, 2005, vol. II, p. 172-272). L’ancien zonage de Banda Aceh réalisé par le BAPPENAS est retouché en y incluant un nouveau paramètre anticipant l’accroissement de la population. Ces documents de planification envisagent également la réalisation de dispositifs de protection face aux phénomènes et risques naturels (JICA, 2005, vol. I, p. 34). Aux 9 zones fonctionnelles proposées par le premier plan (zone côtière, zone de pisciculture, parc, zone résidentielle traditionnelle et limitée, centre urbain traditionnel, nouvelle zone résidentielle, nouveau centre urbain, zone d’éducation, zone agricole), la JICA en substitue 4 : la zone côtière, la zone écologique (zone d’évacuation), le centre traditionnel (zone d’évacuation guidée) et le centre urbain en développement (base d’urgence). Cette nouvelle approche simplifie le découpage fonctionnel de la ville de Banda Aceh en larges bandes parallèles à la côte, et du même coup prend en considération les aléas naturels dans la restructuration de l’espace.

FIG. 2. Les limites administratives de Banda Aceh en 2005 (source : université de Syiah Kuala, Banda Aceh, 2006).

34En revanche, si l’aspect technique paraît parfaitement maîtrisé et exposé avec précision, les aspects socio-économiques et la dimension humaine demeurent quasiment évacués des propositions pour la reconstruction. Aucun chapitre n’est véritablement dédié à ces questions qui sont abordées de manière annexe dans un volet de l’étude qui évoque des « considérations sur l’impact social » (JICA, 2005, vol. II, p. 246-253). Au demeurant, l’étude semble appréhender la ville de manière décontextualisée, en se limitant au seul périmètre officiel (les 9 districts) de la capitale (notons que ces périmètres sont d’ailleurs différents de ceux présentés par la cartographie de l’UNIMS), délaissant ainsi la réalité du territoire métropolitain de Banda Aceh. Si, dans l’introduction du volume II, les experts rappellent que les propositions du Blue Print pour la reconstruction de Banda Aceh couvrent une zone beaucoup plus vaste, comprenant les villages autour de la capitale, ils expliquent qu’ils se limiteront à étudier le seul périmètre urbain, en l’absence d’une réflexion publique et communautaire (« bottom-up ») sur la planification des villages au moment de l’élaboration du document. Ils reconnaissent cependant qu’il est « absolument nécessaire de coordonner et d’harmoniser le plan spatial urbain avec celui des villages pour envisager un développement agréable et efficace » (JICA, 2005, vol. I, p. 31).

35Dans l’analyse prospective de la JICA, 5 « modèles de développement » sont envisagés pour Banda Aceh, sur la base d’une croissance démographique qui ramènerait la population totale de la ville à plus de 250 000 habitants en 2009 :

  1. croissance de la centralité comportant un dédoublement résidentiel (vers le sud) ;
  2. croissance de la centralité avec un développement côtier ;
  3. dédoublement de la centralité avec dédoublement des zones résidentielles ;
  4. croissance linéaire avec dédoublement des zones résidentielles ;
  5. pluricentralité avec la réalisation de plusieurs zones résidentielles.

36C’est ce dernier modèle de développement qui sera finalement proposé. Ce parti d’aménagement trouve sa justification dans les 5 critères suivants :

  1. prévention des risques (futures catastrophes) ;
  2. flexibilité de développement futur ;
  3. prise en compte du développement commercial et industriel ;
  4. opportunité pour la vie urbaine et citadine ;
  5. efficacité dans l’organisation des communications routières.

37Ce modèle, qui compare les avantages de l’option choisie par rapport à celle indiquée par le Blue Print, propose un development concept (Fig. 3), et suggère de manière très fonctionnaliste une sorte de refondation (re-building) de la ville de Banda Aceh. La reconstruction, guidée par une logique de liens et réseaux (linkage and network) (JICA, 2005, vol. I, p. 33), identifie de manière assez schématique plusieurs centres intra-urbains (à fonction commerciale, culturelle, religieuse, d’enseignement…). Le modèle révèle surtout l’expansion de la capitale vers le sud, à travers la réalisation d’un nouveau pôle administratif localisé sur le ring externe de la ville, en direction de l’aéroport, afin d’attirer des investissements privés dans le domaine du commerce et des affaires. À bien regarder, l’idée de ce pôle s’inscrit en effet dans une option déjà présente dans les orientations du City Master Plan prétsunami de 2001.

  • 12 Entretien avec des urbanistes de Wiswakharman, avril 2006.

38Bien qu’il affiche des exigences d’aménagement supérieures au standard de la planification indonésienne courante12, ce plan de réhabilitation et de reconstruction a été fortement critiqué par le forum devant lequel il a été présenté. Ce dernier était composé du BAPPENAS, des services des travaux publics de Banda Aceh (PU), du gouvernement local (niveau de la province, du district d’Aceh Besar et de la ville de Banda Aceh), ainsi que de représentants de diverses agences des UN. La société civile y était aussi représentée par les chefs de village keucik, les universitaires de l’Universitas Syiah Kuala (Unsyiah), les organismes humanitaires locaux et les personnalités religieuses.

FIG. 3. Le « development concept » urbain pour Banda Aceh d’après le JICA
(source : JICA, 2005).

39Cette critique formulait sinon un refus du plan, la demande d’un approfondissement et d’une étude additionnelle portant sur certains aspects qui n’étaient pas traités. Ce sont surtout les indications proposées par les autorités municipales, le maire en tête (wali kota) en tant que représentant de la ville, qui devaient être prises en compte dans le cadre d’une étude additionnelle. Ces requêtes s’exprimaient plus particulièrement sur la nécessité :

  1. d’une vision à plus long terme (rappelons que la dimension d’urgence a caractérisé l’ensemble des documents jusqu’ici analysés) ;
  2. d’une proposition de planification comportant des stratégies plus orientées vers la dimension communautaire ;
  3. de privilégier trois orientations : la prise en compte du bilan des dégâts dans les villages environnant Banda Aceh ; les propositions de planification pour ces villages en articulation avec le projet de Banda Aceh ; les propositions sur la question de l’habitat.

40La nécessaire articulation avec les principes et les codes d’aménagement et d’urbanisme établis depuis par le BRR, ainsi qu’une attention approfondie pour les particularités géographiques, traditionnelles, culturelles et religieuses de Banda Aceh, devaient orienter la planification future (compte tenu des critiques de la société civile formulées envers l’étude de la JICA) (JICA & Wiswakharman, 2005).

2.3. La révision de la planification de la Japan International Cooperation Agency (JICA)

41À la suite de ces critiques, une troisième expertise, reprenant explicitement les points faibles de la planification établie par la JICA, est enfin menée par deux consultants de Jakarta, la PT Wiswakharman pour le macroplanning de Banda Aceh et la PT Wastuwidyawan pour le microplanning des villages d’Aceh Besar. Notons qu’il s’agit de deux branches appartenant à la même société. La première expertise est financée par la JICA qui collabore à la révision technique du projet, et la seconde par l’USAID, qui joue uniquement le rôle de bailleur de fonds.

42La révision de la planification de Banda Aceh s’est étendue sur 4 mois, de décembre 2005 à mars 2006 ; les études sur les villages se sont quant à elles déroulées sur un an, de juin 2005 à juin 2006. Pour la partie qui porte sur l’évolution de la planification urbaine de Banda Aceh, deux modifications principales sont opérées : le développement futur de Banda Aceh est finalement pensé dans son contexte métropolitain, impliquant le cadre plus large d’Aceh Besar, et le tracé de la route circulaire à Banda Aceh est redessiné (JICA & Wiswakharman, 2005).

43La zone comprise dans la planification est ainsi étendue aux espaces extérieurs au périmètre urbain officiel de Banda Aceh, prenant en compte les communes situées dans un rayon de moins de 20 km et ayant de fortes interactions avec la capitale. Six zones urbaines principales sont ainsi identifiées, Banda Aceh et 5 autres noyaux : Lhok Nga, Malahayati, Sabang, Lambaro et Blang Bintang, en tant que villes-satellites. Ce système métropolitain associe également 8 centres de croissance : Peukan Bada (Peukan Bada), Lambada Lhok (Baitussalam), Lampeneurut (Darul Imara), Cot Iri (Krueng Barona Jaya), Peukan Bilui (Darul Kamal), Sibreh (Suka Makmur), Montasik (Montasik), et Lambara Agan (Darussalam) (JICA & Wiswakharman, 2005). Le développement de la capitale est donc finalement considéré dans son intégration au réseau local et dans une perspective de dynamique régionale. Ces interactions, calculées selon le rapport de la distance au nombre d’habitants, font nouvellement sens. Avant le tsunami, un troisième facteur – le conflit – empêchait une telle équation en raison des entraves à la circulation des biens et des personnes. Le développement de Banda Aceh dans la perspective de ses interactions avec des communes-satellites s’inscrit dans une logique jamais encore appliquée, et intervient à une autre échelle territoriale. Elle pouvait permettre de développer les marchés locaux, et le commerce des denrées alimentaires pouvait ainsi se faire sans transiter par Sumatra-Nord.

44L’idée est de développer le potentiel des villes d’Aceh Besar qui se trouvent en périphérie urbaine. Cela devait permettre de structurer un système intégré et diversifié au point de vue fonctionnel, pouvant contribuer à la prospérité économique sociale, culturelle et religieuse de Banda Aceh au sein de la province.

45À la suite de l’analyse, 3 modèles de développement correspondant à 3 zones intra-urbaines différentes, Ulee Lhee (Meuraxa : nord-ouest), Peunayong (Kuta Alam : centre-ville) et Lueng Bata (Lueng Bata et Darul Imara situés dans Aceh Besar, marges sud), sont proposés. Ces propositions prennent en compte les critères suivants :

  • la zone côtière profondément affectée par le tsunami : Ulee Lhee (vocation touristique et résidentielle à très basse densité) ;
  • la zone centrale : Peunayong (vocation commerciale) ;
  • la zone d’expansion aux marges sud de la ville de Banda Aceh : Lueng Bata (développement d’une zone urbanisée à vocation administrative et résidentielle).
  • 13 Des lieux de mémoire et de pèlerinage ont vu le jour au cours de l’année 2005. Le plus emblématiqu (...)

46Dans l’ensemble de la ville, plusieurs projets à vocation touristique sont également développés dans l’idée de tirer des avantages des traces du tsunami (Fig. 4)13.

47La seconde modification de taille concerne la route passant au nord de la ville. Trois sections (les sections 2 à 4) posaient un problème, deux d’entre elles passant sur des terres communales et la troisième sur la digue en construction. Il a finalement été décidé de redessiner les sections 2 et 3 sur le passage d’anciennes routes, et de faire passer la section 4 sur la digue (JICA & Wiswakharman, 2005, p. 19). Ces solutions ont été trouvées par les experts du consultant PT Wiswakharman comme une alternative entre le plan de la JICA, techniquement parfait, et le mécontentement de la population qui refusait le passage de la route sur des terres privées. Toujours au niveau des transports publics, est avancée la proposition de réintroduire le transport sur voie ferrée. En effet, une ligne ferroviaire (d’origine coloniale) liait jusqu’aux années 1970 Banda Aceh à Medan et à une série de villes du nord de Sumatra (Sigli, Bireuen, Langsa). Déjà évoqué les années précédant le tsunami, ce projet a été à chaque fois abandonné, faute de financement. Le développement d’une ligne de métropolitain léger sur site propre (LTD Light Rail Transit) était en 2005 considéré comme une priorité stratégique. Cette dernière est destinée à relier les principales zones résidentielles urbaines et métropolitaines aux infrastructures (port, aéroport, stations de bus, marchés, université, hôpitaux…).

48Il apparaît donc que, dans cette dernière phase de la planification, le volet social et humain commence à être finalement pris en compte dans les logiques de l’aménagement, et ce par la force des choses, puisque, comme on l’a vu, depuis l’avènement du tsunami, les différentes propositions émanant du gouvernement ou de la JICA n’ont pas obtenu le consensus.

49Malgré cela, force est de constater que la dimension sociale et économique n’est toujours pas centrale dans les logiques urbanistiques de la reconstruction, et que la résolution des déséquilibres territoriaux entre la côte est et la côte ouest avec le centre de Banda Aceh ne sont pas considérés comme une priorité dans les principes d’aménagement post-tsunami. La ligne ferroviaire, qui correspond à un des projets phare de la reconstruction, desservira en effet uniquement les villes de la côte est, contribuant à aggraver les différences de développement des deux côtes si aucun autre projet (infrastructures maritimes, amélioration et développement des réseaux routiers vers les terres intérieures) n’est développé à l’ouest. De plus, dans un entretien accordé en avril 2006, la PT Wiswakharman exprimait le désir d’une seconde étude qui s’intéresserait aux aspects économiques et sociaux de chaque commune (desa) de Banda Aceh, soulignant ainsi que toutes les communautés de la ville n’étaient pas concernées par les projets de grande envergure. Cependant, ni le gouvernement ni les bailleurs de fonds n’ont demandé une étude complémentaire.

50Par ailleurs, dans la vision à long terme qui explicite l’idée d’une structure métropolitaine, ce n’est pas le Green City Concept à teneur environnementale qui est le plus mis en exergue mais le Cyber City Concept. Cette « vision » du développement métropolitain, propose ainsi un re-engineering administratif afin de favoriser la transition vers l’e-Governance et permettre la mise en place du WAN : Wide Area Network […] to transform BAC (Banda Aceh City) into an IT driven economy (PT Wiswakharman, 2005). S’il est étonnant de trouver la mention de préoccupations qui pourraient sembler lointaines dans le plan d’aménagement d’une ville périphérique en développement, traumatisée par un tsunami, notons que cette approche semble prendre la place d’un véritable projet urbain à développer sur le long terme.

FIG. 4. Monuments et projets « touristiques » planifiés par la JICAet le Wiswakharman (source : JICA & Wiswakharman, 2005).

Conclusion

51Si, dans la phase d’urgence, le poids du contexte préexistant a été ressenti comme complexifiant la situation, il semble avoir été oublié des phases de réhabilitation et de reconstruction. Les discours officiels du gouvernement mentionnaient pourtant la nécessité de reconstruire dans la paix, mais la définition de ce terme paraît se limiter à l’arrêt des combats armés. Or la paix est un processus complexe qui dépasse la signature d’un traité et englobe les dimensions économiques et sociales d’une région. Aussi, pour que la paix soit viable, il serait bon que la planification d’Aceh aille dans le sens d’une réduction des déséquilibres et des sources d’inégalité. Et donc aussi d’une réduction de la vulnérabilité face aux aléas naturels, notamment.

52Pour ce faire, une étude de terrain concernant chaque région est nécessaire puisqu’il paraît évident qu’au moment des propositions les acteurs ne possédaient qu’une connaissance partielle des réalités de la province. L’exploitation des données recueillies au niveau du kecamatan n’étant pas toujours révélatrice de la situation, il est primordial d’étudier directement les résultats de la reconstruction sur le terrain. Enfin, il convient de ne pas négliger les régions des terres intérieures. Bien que n’ayant pas été touchées par le tsunami, ces dernières pourraient être mieux intégrées au réseau routier et participer à la dynamique de la province.

53Mais la planification territoriale est également une affaire de pouvoir où les intérêts gouvernementaux, civils et militaires se rencontrent. La commission anticorruption du BRR, la SAK (Satuan Anti-Korupsi) a été discréditée pour avoir couvert plusieurs d’entrepreneurs impliqués dans des cas de mauvaises reconstructions. Chaque contrat pour la reconstruction est en effet une négociation qui rapporte des intérêts à ceux qui y prennent part. Dans ce contexte, la planification raisonnée de la province n’a jamais été assurée.

Notes

1 En août 2005, on dénombre 167 000 morts dans la province d’Aceh sur les230 000 victimes du tsunami en Asie du Sud-Est (source CRED-Emdat).

2 Voir dans cet ouvrage Clavé et al., « Aceh : les déséquilibres et les tensions de la province à la veille du tsunami ».

3 Voir le site de l’UNIMS www.humanitarianinfo.org/sumatra et du BRR www.e-acehnias.org. Sur l’usage politique des statistiques en Indonésie : Hazid & Dhakidae, 2005.

4 Dont l’USAID en tête, suivie par le JICA (Japan International Cooperation Agency), l’Agence de coopération gouvernementale japonaise, très compétente en catastrophes de ce genre.

5 Voir dans cet ouvrage : Clavé et al., « Aceh : les déséquilibres et les tensions de la province à la veille du tsunami ».

6 Entretiens à Aceh Besar, janvier et mars 2005.

7 Le mukim est une sorte de fédération villageoise dont le critère d’appartenance communautaire est la fréquentation d’une même mosquée pour la prière du vendredi. Le mukim se trouve sous l’autorité de l’imam mukim (« chef religieux »).

8 Le salaire des fonctionnaires étant constitué d’une base fixe augmentée de suppléments officieux et officiels provenant de leur participation à des projets de développement, la rivalité administrative prend alors tout son sens (Fau, 2003, p. 279).

9 S’ajoutent bien évidemment à ces dernières les agences de coopération européennes (française, italienne, espagnole…).

10 Entretiens avec l’HIMAL – Himpunan Mahasiswa Lhok Nga, Regroupement des étudiants de Lhok Nga décembre 2004 ; GeRAK – Gerakan anti Korupsi, Mouvement anti-corruption janvier 2005.

11 Après le tsunami, les familles ont été dispersées ou anéanties, les titres de propriété perdus. Le premier défi a donc été d’ordre juridique : retrouver les propriétaires des parcelles. Après quelques déboires, les ONG on veillé à s’assurer de l’authenticité des titres fonciers présentés par les postulants à un nouveau logement. Le rôle des autorités locales fut fondamental. Lorsque cette autorité fut assurée, elle permit la coordination de l’aide, malgré d’inévitables abus. Sur les débris des maisons, des panneaux de toutes sortes affichaient le nom et le téléphone du propriétaire, ou le numéro du permis de bâtir. Aceh fut en ce sens un laboratoire foncier « à ciel ouvert ».

12 Entretien avec des urbanistes de Wiswakharman, avril 2006.

13 Des lieux de mémoire et de pèlerinage ont vu le jour au cours de l’année 2005. Le plus emblématique est le grand bateau de la compagnie nationale d’électricité (PLN), d’une cinquantaine de mètres de longueur, qui s’est échoué, emporté par les eaux, en plein milieu du quartier de Meuraxa, à environ 3 km de son port d’attache. Autour du navire, utilisé un temps comme générateur pour fournir de l’électricité, les Acihais et les touristes de passage ne manquaient pas. Le bateau est d’ailleurs devenu un symbole – sinon le symbole – du tsunami à Banda Aceh. Deux reproductions en bois, posées sur des colonnes à l’entrée du quartier indiquaient sa présence sur la route d’UleelLheue, près de l’ancien port, non loin du squelette en béton de ce qu’était autrefois le grand hôpital de Banda Aceh. La, une des plus vastes fosses communes a été aménagée à côté d’une mosquée. C’est ici qu’ont eu lieu, à une année du désastre, les célébrations officielles de décembre 2005. Une pancarte rappelait qu’il s’agissait du Point Zéro, comme un écho à la catastrophe, moins naturelle cette fois, de New York du 11-Septembre 2001.

Table des illustrations

Légende * BRA (Badan Reintegrasi Damai Aceh) : organisme pour la réintégration et la paix à Aceh AMM (Aceh Monitoring Mission) : mission de l’UE pour le respect des accords de paixRéalisation : E. Clavé, F. Vinet (2006)FIG. 1. Le phasage de la reconstruction.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3811/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende FIG. 2. Les limites administratives de Banda Aceh en 2005 (source : université de Syiah Kuala, Banda Aceh, 2006).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3811/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende FIG. 3. Le « development concept » urbain pour Banda Aceh d’après le JICA(source : JICA, 2005).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3811/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende FIG. 4. Monuments et projets « touristiques » planifiés par la JICAet le Wiswakharman (source : JICA & Wiswakharman, 2005).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3811/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 566k

Auteurs

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site