Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique et performativité de la patrimonialisation

 | 
Jean-Philippe Garric

Présentation du numéro

Texte intégral

1La dimension politique et performative des formes artistiques est au cœur des projets des postdoctorants 2018 du Laboratoire d’excellence Création, Arts et Patrimoines (Labex CAP) qui s’inscrivent dans des disciplines de recherche plurielles (sociologie, études cinématographiques, muséographie, histoire de l’art). La décentralisation géographique et l’hybridation caractérisant leurs divers objets de recherche conduisent à penser les liens entre création, art et patrimoine sous l’angle des enjeux sociaux et politiques des processus créatifs et de leur institutionnalisation.

2Loin de concevoir le patrimoine comme un corpus figé d’œuvres, d’objets ou de lieux issus du passé nécessitant une préservation, ces chercheurs entendent l’analyser dans une perspective transdisciplinaire en tant que production sociale dont la dynamique politique, créatrice et esthétique est façonnée au présent par des acteurs et des logiques pluriels. De cette manière sont interrogées, voire parfois contestées, les limites des institutions ou des hégémonies culturelles, tandis que se tissent des rapports de pouvoir qui connectent centres et périphéries, espaces locaux et globaux.

3Plutôt que de réduire les créations artistiques produites à leurs pures propriétés formelles ou à leur impact sociopolitique, les recherches présentées dans ce numéro des Cahiers du CAP mettent en lumière la nature dynamique et les tensions qui structurent la relation de ces créations à leur patrimonialisation. Explorer la variété des matériaux utilisés (mots, mouvements, sons, images) permet de saisir la dimension performative, sensible et affective des pratiques esthétiques. Leur articulation au contexte social de leur production conduit à dessiner l’espace des possibilités créatives qui modulent leurs conditions de réalisation. Selon quels mécanismes la prétention à l’« authenticité » produit-elle de l’assignation identitaire ? Comment certains dispositifs créatifs génèrent-ils des figures de l’altérité ? Comment les différents imaginaires se configurent-ils dans les processus créatifs ? Quelles formes de conflit et de résistance peut-on y observer ? Dans quelle mesure les événements sont-ils des actes performatifs qui agissent sur et transforment l’organisation sociale ?

4Ce volume est divisé en deux grandes parties. La première, intitulée « Politiques patrimoniales : performances collectives et ancrages territoriaux », s’ouvre sur l’étude de la patrimonialisation complexe de productions artistiques sans objet ni appartenance disciplinaire exclusive, qui invitent à réfléchir à la configuration sociale et politique des espaces d’écoute ainsi qu’à envisager des formes collaboratives de pérennisation. Tant pour les arts sonores intermédiaux intégrés dans un cadre institutionnel visuel (Annelies Fryberger) que pour le collectif inclusif configuré par les partitions indéterminées et les instructions des premiers happenings (Célia Galey), le contexte — et sa reconfiguration — sont définitoires de ces formes instables. Celles-ci, à leur tour, redéfinissent le fonctionnement des lieux et des institutions de la transmission ainsi que celui de la commercialisation de l’art. Puis seront explorés deux cas de tentatives de patrimonialisation des traces du passé politique ancrées dans des territoires singuliers : celles de la dictature chilienne, à travers la mise en forme du paysage par les routes de la mémoire (Camila van Diest), et celles de l’héritage des régimes dictatoriaux (fasciste et socialiste) en Albanie qui firent appel à l’art contemporain pour définir l’espace urbain désormais « biennalisé » de Tirana (Alessandro Gallicchio). Entre préservation, démolition et refoulement de ces traces, sera interrogée la relation entre architecture, inscriptions artistiques, mise en valeur du territoire et élaboration d’une mémoire nationale et sociale.

5La seconde partie, « Construire l’altérité. Une exploration des liens entre esthétique et politique », interroge le fait de montrer la culture dans le contexte d’efforts de patrimonialisation. Cette thématique sera d’abord étudiée au travers de projets documentaires amérindiens dont la mobilisation des esthétiques et des imaginaires liés à l’autochtonie manipule et détourne les notions d’ancestralité, d’héritage et d’authenticité (Magda Helena Dziubinska). L’étude sociologique de la Diablada (« danse des diables ») conduira ensuite à montrer comment, à partir d’une expérience culturellement organisée et codifiée, sont instituées des valeurs morales et corporelles propres à cette danse. Plus largement, il s’agira d’interroger dans quelle mesure cette dernière s’inscrit dans le phénomène d’expansion des fêtes patronales boliviennes œuvrant au renforcement d’une identité nationale dite « métisse » et « indigène » (Laura Fléty). La revue se clôt avec une réflexion sur la prise de position de Boubacar Boris Diop dans le contexte postcolonial sénégalais, contre l’idiome d’une francophonie dominante et néocoloniale (Kaoutar Harchi).

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540