Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le saint, le moine et le paysan

 | 
Olivier Delouis
, 
Sophie Métivier
, 
Paule Pagès

Théodore II Lascaris fut-il associé au règne de son père Jean III Doukas Vatatzès ?

Michel Stavrou

Texte intégral

1Dans la longue galerie des empereurs byzantins, Théodore II Doukas Lascaris (1222-1258) est connu à la fois comme l’empereur-philosophe surdoué qui s’efforça d’incarner les aspirations humanistes de son temps et comme l’une des figures les plus tragiques de l’histoire byzantine : il périt d’une crise d’épilepsie à l’âge de 36 ans, après quatre années à peine de règne. La question de sa nomination en tant que co-empereur aux côtés de son père Jean III Doukas Vatatzès est apparue longtemps comme énigmatique. Les chroniqueurs byzantins sont, en effet, muets ou partagés entre eux. Georges Acropolite (v. 1217-1282), sans jamais évoquer directement une proclamation officielle comme co-empereur, laisse penser que Théodore fut basileus bien avant la mort de son père, tandis que Georges Pachymère (1242-v. 1310) semble prétendre le contraire, suivi en cela par Nicéphore Grégoras (v. 1295-1360), ces deux derniers ayant toutefois écrit longtemps après les événements qu’ils rapportent. La question du statut officiel de Théodore II sous le règne de son père présente un double enjeu : une meilleure compréhension de la politique intérieure que mena Jean III Doukas durant une période reconnue comme prospère avant la déliquescence du xive siècle byzantin, mais aussi la relative facilité avec laquelle Théodore succéda à son père, alors que la dynastie des Lascarides devait s’éteindre de facto après la mort de Théodore II et l’usurpation immédiate de Michel Paléologue.

  • 1 Voir F. Dölger, P. Wirth, Regesten der Kaiserurkunden des oströmischen Reiches von 565-1453. 3, Re (...)
  • 2 Voir M. Angold, A Byzantine Government in Exile. Government and Society under the Laskarids of Nic (...)
  • 3 Voir C. Dupont-Gy, Jean III Vatatzès et l’empire de Nicée (1222-1254) ; Byzance ou l’impossible Re (...)
  • 4 Voir P. I. Žavoronkov, Iz’branie i koronacija Nikejskih imperatorov, VV 49, 1988, p. 55-59 ; voir (...)
  • 5 Voir Macrides, Akropolites : The History, p. 39-40.
  • 6 D. Angelov, Imperial Ideology and Political Thought in Byzantium, 1204-1330, Cambridge 2007, p. 11 (...)

2En se fondant sur deux lettres de Théodore II, Franz Dölger a supposé en son temps1 que le jeune prince avait sans doute été associé au trône de son père comme co-empereur dès 1241, à l’âge de dix-neuf ans. Dans ses travaux sur le règne de Jean III Doukas, Michael Angold2, suivi par Claire Dupont-Gy3, considère comme probable que Jean III Doukas, par intelligence politique, n’ait pas associé de son vivant son fils à l’empire par respect de la consécration théocratique du pouvoir impérial, car cela aurait heurté les valeurs politiques de l’aristocratie byzantine. Dans un article paru il y a près de trente ans, le byzantiniste russe Petr Žavoronkov avait succinctement abordé la question qui nous occupe et livré quelques indices plaidant dans le sens d’une association de Théodore au règne de son père4. Ruth Macrides, dans l’introduction de sa traduction anglaise de l’Histoire de Georges Acropolite, revient incidemment sur ce point et tire la même conclusion, mais sans procéder à un examen systématique des sources en dehors des écrits d’Acropolite5. Récemment, Dimiter Angelov, dans son ouvrage consacré à l’idéologie impériale byzantine après 1204, considère que Théodore II ne fut jamais couronné co-empereur par son père, tout en ayant reçu de lui, au plus tôt en 1242, l’autorisation d’émettre des documents « in the official capacity of an emperor »6.

  • 7 Voir M. Stavrou, La doctrine trinitaire de Nicéphore Blemmydès (1197-v. 1269), 2 vol., thèse de do (...)

3En plus des points de vue contradictoires des trois historiens byzantins invoqués dans ce dossier – Georges Acropolite, d’une part, Georges Pachymère et Nicéphore Grégoras, d’autre part –, un certain nombre de textes et de faits supplémentaires pourraient être pris en compte pour renouveler la réflexion. C’est ce que nous proposons dans le présent article offert au professeur Michel Kaplan, en poursuivant une première recherche qui avait donné lieu à une longue note historique dans notre thèse doctorale7.

Les sources évoquant le statut de Théodore II sous le règne de son père

4Nos recherches, dans les catalogues de monnaies byzantines, d’éventuelles pièces du xiiie siècle où seraient représentés ensemble les empereurs Jean III Doukas et son fils Théodore II Lascaris sont restées infructueuses. Par conséquent, nous ne disposons que de sources écrites.

Les écrits de Théodore II Lascaris

  • 8 Voir Constantin VII Porphyrogénète, Livre des Cérémonies, I, 38, p. 19412-13 ; on distingue en ce (...)

5On remarque d’emblée que, dans la publication de la correspondance de Théodore II, les titres des lettres le présentent souvent comme fils du « grand empereur (μέγας βασιλεῦς) » Jean III Doukas. On doit noter, sans certitude sur sa portée exacte dans ce recueil, que cette expression était utilisée couramment au xe siècle pour distinguer l’empereur des co-empereurs qui partageaient son règne8.

  • 9 Voir Dölger, Wirth, Regesten von 1204-1282 (cité n. 1), p. 50, nos 1823-1823a.
  • 10 PLP, no 21596.
  • 11 Voir M. Stavrou, dans l’introduction de l’éd. de Nicéphore Blemmydès, Œuvres théologiques, t. 1, p (...)
  • 12 Théodore II Lascaris, Lettres, éd. Festa, 107, p. 14724.
  • 13 Voir J. Preiser-Kapeller, Der Episkopat im späten Byzanz. Ein Verzeichnis der Metropoliten und Bis (...)
  • 14 Théodore II Lascaris, Lettres, 107, éd. Festa, p. 14716.
  • 15 Ibid., p. 14843.
  • 16 Voir F. Dölger, J. Karayannopulos, Byzantinische Urkundenlehre. 1, Die Kaiserurkunden, Munich 1968 (...)

6En examinant la correspondance de Théodore II Lascaris, Dölger a mis en évidence deux lettres qui se présentent comme des documents à caractère officiel et les a incluses dans son recueil des regestes impériaux9 : la Lettre 107 adressée à Nicéphore Pamphile, métropolite d’Éphèse10, entend régler un problème attaché au monastère Saint-Georges-le-Thaumaturge à Éphèse, dont l’higoumène était Nicéphore Blemmydès depuis 123711, présenté dans la lettre comme « le père très saint de ma majesté (ὁ ἁγιώτατος πατὴρ τῆς βασιλείας μου) »12. Le monastère avait été lésé par la vente, à des clercs de la métropole, d’un champ transformé par la suite en vigne. Théodore entend mettre fin à cette injustice. Cette lettre est datée de 1241-1248 par Dölger ; le terminus post quem est plus précisément 1244, année de l’élection à Éphèse de Nicéphore Pamphile13. Théodore impose au métropolite son autorité impériale, utilisant même un pluriel de majesté : « Nous sommes fils d’empereur et empereur (βασιλέων υἱοὶ ἐσμέν τε καὶ βασιλεῖς)14. » Et il achève sa lettre en présentant sa requête comme « l’ordre de [sa] majesté (τὸ τῆς βασιλείας μου πρόσταγμα) »15, formule qui présente un caractère tout officiel. Rappelons qu’un prostagma désigne un ordre de l’administration impériale portant en principe la signature et le sceau de l’empereur16.

  • 17 Voir Preiser-Kapeller, Der Episkopat im späten Byzanz (cité n. 13), p. 352.
  • 18 Sur ce monastère situé non loin du mont Galèsios, voir R. Janin, Les églises et les monastères des (...)
  • 19 Théodore II Lascaris, Lettres, 116, éd. Festa, p. 1624-5.
  • 20 Ibid., p. 162 : Τοῦ αὐτοῦ βασιλέως κυροῦ Θεοδώρου τοῦ Λάσκαρι πρὸς τὸν πανιερώτατον μητροπολίτην Φ (...)
  • 21 Voir F. Tinnefeld, Das Niveau der abendländischen Wissenschaft aus der Sicht gebildeter Byzantiner (...)

7Dans la Lettre 116, adressée à Phokas, métropolite de Philadelphie17, Théodore affirme d’emblée, dès la première phrase, sa décision d’imposer lui-même le choix de l’higoumène du monastère de Kouzèna18, et cela par autorité impériale : « Celui qui dirigera ce (monastère) ne pourra le faire autrement que par l’ordre et la volonté de ma majesté (ὁ μέλλων καθηγήσασθαι ταύτης οὐκ ἄλλως τοῦτο δυνήσεται, εἰ μὴ καὶ ὁρισμῷ καὶ θελήματι τῆς βασιλείας μου).19 » D’après l’indication même de son titre20, cette lettre fut rédigée avant l’ambassade du marquis Berthold von Hohenburg à Nicée. On sait que celle-ci eut lieu durant l’hiver 1253-125421, la lettre a donc dû être écrite entre la fin de l’année 1253 et le début de 1254, près d’un an avant la mort de Jean III Doukas qui advint en novembre 1254.

  • 22 Sur les 48 lettres de la correspondance de Théodore II adressées à Blemmydès, seules les lettres 4 (...)
  • 23 Voir Stavrou, dans l’introduction de l’éd. de Nicéphore Blemmydès, Œuvres théologiques, t. 1, p. 4 (...)

8Dans la Lettre 25 adressée à son maître Nicéphore Blemmydès, Théodore offre une méditation chrétienne sur le sens des dons reçus qui doivent de façon ultime être rapportés au Créateur et il improvise un hymne de reconnaissance un peu exalté à celui qui l’a intellectuellement formé et à qui il offre son amitié entière, une amitié par laquelle les deux hommes ne feront plus qu’une seule âme. Cette lettre, qui n’appartient pas à la correspondance échangée avec Blemmydès après la mort de Jean III22, semble avoir été rédigée par Théodore II durant sa formation auprès du moine philosophe (vers 1240-124623). Il utilise à trois reprises l’expression officielle « ἡ βασιλεία μου » pour parler de lui-même. Peut-être entend-il valoriser ainsi le don de son amitié à Blemmydès.

  • 24 Voir L. Delobette, Théodore II Lascaris, Éloge de Nicée, Éloge de Jean Vatatzès : édition, traduct (...)
  • 25 Théodore II Lascaris, In laudem Iohannis Ducae imperatoris, 13, dans Opuscula rhetorica, éd. L. Ta (...)
  • 26 Ibid., 8, éd. Tartaglia, p. 36285-286 ; trad. Delobette, Théodore II Lascaris (cité n. 24), t. 2, (...)
  • 27 Théodore II Lascaris, In laudem Iohannis Ducae imperatoris, 14, éd. Tartaglia (cité n. 25), p. 608 (...)
  • 28 Ibid., p. 30145 ; p. 45503 ; p. 55736-737.
  • 29 Cette onction peut s’entendre aussi bien de manière métaphorique et spirituelle, que matérielle et (...)

9Théodore II a composé également un Éloge à l’empereur Jean III Doukas. Dans cette longue œuvre rhétorique, composée selon toute vraisemblance en 1254, à la fin du règne de son père Jean III24, Théodore II s’adresse au « très haut empereur » encore en vie et loue sans retenue ses multiples qualités et sa domination sur les nombreux peuples qui entourent et menacent la Romanie ; puis, vers la fin de son éloge, se référant aux fondements constantiniens du pouvoir politique byzantin, il présente son père comme une véritable icône du Christ : « médiateur de Dieu », Jean III est « vraiment la bouche impériale du Christ (βασιλικὸν Χριστοῦ στόμα ὄντως ἐστίν) » et l’élu de Dieu. Nous trouvons aussi, développée de manière évidemment métaphorique, l’image de l’empereur prêtre qui, comme son modèle, le Christ, intercède sans cesse auprès du Créateur pour le salut de son peuple25. La théorie eusébienne de l’empereur chrétien trouve ici son application la plus radicale, qu’on pourrait qualifier sans crainte de césaropapiste. En effet, l’empereur « exerce l’autorité lorsqu’il rend inflexibles l’Église et l’État »26, son pouvoir étant défini comme une « dyade »27. Comme si, étant « l’oint du Seigneur (χριστὸς Κυρίου) »28 par son onction impériale29, le souverain, représentant et image visible de Dieu sur terre, recevait d’en haut une sainteté et une dignité quasi sacerdotales, exerçant son pouvoir sur tous les hommes, y compris les clercs.

10Puis Théodore évoque un mystérieux engagement pris par son père :

  • 30 Théodore II Lascaris, In laudem Iohannis Ducae, 13, éd. Tartaglia (cité n. 25), p. 52669-675. Trad (...)

Avant que j’aie vu l’étoile du matin, m’ayant engendré, tu m’as fortifié sur la pierre, celle, bien sûr, de ton amour. Tu as même promis en conséquence de me faire monter vers ton saint temple, et j’ose croire que la promesse a été accomplie. Voilà pourquoi, à la fois je me réjouis de [porter] l’empreinte de ton sceau paternel et je jubile d’avoir part à tes nombreuses prières (καὶ ἐπὶ πέτραν τῆς σῆς δηλαδὴ ἀγάπης πρὸ τοῦ ἰδεῖν με τὸν Ἑωσφόρον γεννήσας ἐστήριξας. Ὤμοσας δὲ κἀντεῦθεν τοῦ ἀναβῆναί με εἰς ναὸν σὸν τὸν ἅγιον, καὶ πέποιθα θαρρικῶς ἐκπληρωθῆναι τὸ ὁρκωμόσιον. Διὰ τοῦτο καὶ τὸ σὸν πατρικὸν ἐκσφράγισμα χαίρω καὶ ἀγαλλιῶμαι σῶν πολλῶν εὐχῶν εὐμοιρῶν)30.

11Ce passage assez énigmatique de l’Éloge, qui n’a pas été commenté par Luigi Tartaglia ni par Laurence Delobette, mérite d’être référencé :

καὶ ἐπὶ πέτραν… ἐστήριξας

ἔστησεν ἐπὶ πέτραν τοὺς πόδας μου

Ps 39,3

πρὸ τοῦ ἰδεῖν με τὸν Ἑωσφόρον γεννήσας

πρὸ ἑωσφόρου ἐξεγέννησά σε

Ps 109,3

ὤμοσας δὲ κἀντεῦθεν

ὤμοσεν Κύριος καὶ οὐ μεταμεληθήσεται · σὺ εἶ ἱερεὺς εἰς τὸν αἰῶνα κατὰ τὴν τάξιν Μελχισεδέκ

Ps 109,4

τοῦ ἀναβῆναί με εἰς ναὸν σὸν τὸν ἅγιον

ἀχθήσονται εἰς ναὸν βασιλέως

Ps 44,16

  • 31 Voir Dagron, Empereur et prêtre (cité n. 29), p. 187-189 et passim.
  • 32 Dans le grand palais de Constantinople, le Chrysotriklinos (salle d’audience octogonale) était dis (...)

12L’auteur de l’éloge emprunte les expressions du psaume messianique 109 et du psaume royal 44 pour présenter sa relation à son père comme une sorte de reflet de la relation qui existe entre Dieu et son Messie, entre le Père et le Fils. Rappelons que le verset psalmique Ps. 109,4 évoque le personnage mystérieux de Melchisédech, considéré par les Pères de l’Église comme une figure vétérotestamentaire du Christ, mais vu aussi à Byzance comme un modèle de royauté sacerdotale et de sacerdoce royal pour l’empereur chrétien à l’image du Christ31. Dans ce contexte, la référence au « saint temple » de Jean III pourrait désigner de façon métaphorique le palais impérial – temple dont le basileus régnant était vu comme le grand prêtre32 ; par conséquent, la « montée », pour Théodore, au temple de Jean III indiquerait à mots couverts le partage effectif du pouvoir impérial auquel il aspirait.

  • 33 Voir Stavrou, dans l’introduction de l’éd. de Nicéphore Blemmydès, Œuvres théologiques, t. 1, p. 4 (...)

13Ce passage semble illustrer le fait que Théodore Lascaris se considérait comme ayant été désigné, dès sa naissance, par Jean III comme l’héritier du trône impérial et qu’il fut formé dans ce but avec une attention toute particulière, confié notamment par son père, de 1240 à 1246, aux soins du meilleur savant et pédagogue de Nicée, le moine Nicéphore Blemmydès33. Son élection est signifiée par l’image du sceau de celui qui est lui-même élu de Dieu et dont il porte l’empreinte, et par l’accomplissement du « serment » paternel qui semble mettre en avant le soutien de son père à sa formation et à son exercice du métier d’empereur. La portée proprement politique de cet éloge devient évidente : Jean III Doukas, même malade, était vraisemblablement de connivence avec son fils. La composition de ce discours avait pour but de renforcer le sentiment dynastique des Lascarides, alors que le règne de Jean III venait d’être éprouvé par la conspiration du jeune général Michel Comnène Paléologue.

Les écrits de Nicéphore Blemmydès

  • 34 Voir N. Festa, Theodori Ducae Lascaris Epistulae CCXVII, Florence 1898, Appendix III, p. 290-319.
  • 35 Blemmydès fit interrompre la liturgie eucharistique dans son monastère lors de la venue impromptue (...)

14La correspondance de Nicéphore Blemmydès adressée à Théodore II se révèle également précieuse. Dans la plupart des trente lettres qui ont été conservées et éditées par Nicola Festa34, Nicéphore écrit à Théodore en s’adressant à « τῇ Βασιλείᾳ σου », mais la majorité de ces lettres ne sont pas aisément datables. Néanmoins, deux d’entre elles, les Lettres 9 et 13, peuvent être datées de 1254 sous le règne de Jean III Doukas, car elles évoquent la rédaction de la Statue impériale, le traité d’éducation politique offert à Théodore II par Blemmydès après sa disgrâce passagère liée à l › affaire de la Marchesina35, composé du vivant de Jean III.

  • 36 Nicéphore Blemmydès, Lettres, 9, éd. Festa (cité n. 34), p. 30012.
  • 37 Ibid., p. 30017-19.
  • 38 Ibid., p. 30025-27.

15Dans sa Lettre 9, Nicéphore appelle son interlocuteur « εἰκὼν τοῦ Χριστοῦ καὶ χριστὲ τοῦ Κυρίου »36 et écrit un peu plus loin : « Car nous avons pour consolation exceptionnelle la présence continuelle de ta majesté (ἔχομεν γὰρ τὸ ἐξαίρετον παρηγόρημα, τὴν ἐν ἡμῖν ἀδιάλειπτον παρουσίαν τῆς Βασιλείας σου) »37 – deux expressions qui ne peuvent s’adresser qu’à un empereur. Puis Nicéphore explique à son auguste disciple que celui-ci pourra juger du succès de la Statue impériale qui lui est dédiée, puisqu’il possède déjà la « science du gouvernement impérial » (βασιλικὴν ἐπιστήμην) en théorie et en pratique : « Παρὰ σοὶ κριθήσεται διαγνώμονι τῷ τὴν βασιλικὴν ἐπιστήμην ἐξακριβώσαντι θεωρητικῶς καὶ πρακτικῶς. Ἐκείνοι γὰρ ἴσασι κρίνειν ἐπιστήμας καὶ τέχνας οἱ μετέχοντες ὡς δέον αὐτῶν38. »

  • 39 Nicéphore Blemmydès, Lettres, 13, éd. Festa (cité n. 34), p. 3031.

16De même la Lettre 13 de Nicéphore Blemmydès confirme l’envoi à Théodore II de la Statue impériale : « Ἐστάλη τῇ Βασιλείᾳ σου ὁ Βασιλικὸς Ἀνδριάς39. » Ces deux lettres envoyées du vivant de Jean III Doukas attestent non seulement que Théodore II avait des responsabilités effectives dans la conduite des affaires de l’État impérial mais jouissait officiellement du titre de co-empereur.

  • 40 Nicephori Blemmydae Autobiographia sive curriculum vitae, II, 76, éd. J. A. Munitiz, Turnhout 1984 (...)

17Dans son Autobiographie, Nicéphore Blemmydès ne se réfère jamais directement au statut de Théodore comme co-empereur associé au règne de son père. Cependant, en évoquant sa Statue impériale, Nicéphore écrit : « [...] Nous [le] présentons devant les empereurs régnants (τοῖς βασιλεύουσι προϊστῶμεν ἐνώπιον) en fournissant un portrait complet des personnes exemplaires que doivent être ceux qui sont honorés d’une telle suprématie40. » Ce passage suggère clairement que Théodore II régnait bien auprès de son père du vivant même de celui-ci.

Les écrits de Georges Acropolite

  • 41 Georges Acropolite, Histoire, 34, éd. Heisenberg et Wirth, p. 5220-24.

18Dans son Histoire, Georges Acropolite, après avoir évoqué la mort de l’empereur latin de Constantinople Jean de Brienne (mort qui advint en 1237), se réfère à Théodore II comme à un « empereur (βασιλεῦς) » : « Quant à Asen, il regretta les accords conclus avec l’empereur Jean et cherchait le moyen de soustraire sa fille à son mari l’empereur Théodore et de lui faire épouser quelqu’un d’autre (ὁ δέ γε Ἀσὰν μετάμελος ἐπὶ ταῖς μετὰ τοῦ βασιλέως Ἰωάννου συνθήκαις, ὡς ἐφάνη, γενόμενος τρόπον ἐζήτει, ὅπως ἂν τὴν θυγατέρα ἀποσπάσῃ τοῦ συζύγου βασιλέως τοῦ Θεοδώρου καὶ ἑτέρῳ ταύτην κηδεύσῃ)41. »

  • 42 Ibid., 31, p. 4819-24.
  • 43 Voir Macrides, Akropolites : The History, p. 39-40.

19En 1237, Théodore avait 16 ans et était marié depuis l’âge de 11 ans avec Hélène, la fille du tsar bulgare Jean II Asen42. Acropolite, dont Ruth Macrides souligne le sens aigu de la chronologie et la rigueur dans l’indication des titres et fonctions des protagonistes de sa chronique43, indique que Théodore était déjà empereur.

  • 44 Georges Acropolite, Histoire, 40, éd. Heisenberg et Wirth, p. 673-5.

20Dans un autre chapitre de son Histoire, Georges Acropolite retrace l’expédition de l’empereur Jean III Doukas en Macédoine durant l’été-automne 1241 pour tenter de reprendre Thessalonique. Il évoque la manière dont lui parvint la nouvelle de l’invasion des Tatares, victorieux contre les Turcs : « Et la nouvelle parvint à l’empereur, informé par son fils l’empereur Théodore (καὶ ὁ λόγος φθάνει πρὸς τὸν βασιλέα, διαμηνυθεὶς παρὰ τοῦ υἱέος αὐτοῦ τοῦ βασιλέως Θεοδώρου)44. » L’indication du titre de basileus est donc, là encore, notable.

  • 45 Aujourd’hui Melnik, au sud-ouest de la Bulgarie.

21Plus loin, Acropolite raconte la campagne militaire de Jean III Doukas dans les territoires de Macédoine et de Thrace occidentale et la manière dont, en 1246, il s’empara sans coup férir du bourg fortifié de Mélénikon45. Un des notables de la ville, Nicolas Manglavitès, harangue, à cette occasion, ses concitoyens pour qu’ils se rallient à l’empereur Jean III :

  • 46 Georges Acropolite, Histoire, 44, éd. Heisenberg et Wirth, p. 7628 -775.

[…] L’empereur des Romains a en vérité des droits sur nous, même si nous sommes rattachés aux Bulgares. Car son fils, l’empereur Théodore, a fait alliance par mariage avec Asen, l’empereur des Bulgares, et actuellement la fille de l’empereur Asen, épouse de cet empereur (Théodore), est appelée et est souveraine des Romains (ὁ τῶν Ῥωμαίων βασιλεὺς ἀληθῶς καὶ ἐν ἡμῖν δικαιοῦται, καὶ εἰ Βουλγάροις προσήκοιμεν· ὁ γὰρ υἱὸς τούτου καὶ βασιλεὺς Θεόδωρος τῷ βασιλεῖ τῶν Βουλγάρων τῷ Ἀσὰν κεκήδευτο, καὶ νῦν ἡ τοῦ βασιλέως τοῦ Ἀσὰν θυγάτηρ ἡ σύζυγος τοῦ τοιούτου βασιλέως δέσποινα Ῥωμαίων ὀνομάζεταί τε καὶ ἐστί)46.

  • 47 Pour le xe siècle, voir Constantin VII Porphyrogénète, Livre des Cérémonies, II, 15, p. 59520-21, (...)

22Là encore, le diadoque Théodore apparaît comme portant le titre de basileus, et son épouse celui de despoina, un terme utilisé couramment à Byzance pour désigner une impératrice47.

  • 48 Georges Acropolite, Histoire, 44, éd. Heisenberg et Wirth, p. 777-9.
  • 49 Voir Macrides, Akropolites : The History, p. 229, n. 14.

23La fin du discours de Nicolas Manglavitès rapporté par Acropolite est tout aussi éclairante : « Car le joug des empereurs sages et mûrs est agréable et plus léger que celui de ceux qui sont encore des enfants (χρηστὸς γὰρ ὁ ζυγὸς τῶν φρονίμων βασιλέων καὶ γηραιῶν, καὶ πολλῷ κουφότερος τῶν ἔτι διατελούντων ἐν μείραξι)48. » L’orateur oppose ici le joug des deux empereurs romains à celui des deux jeunes tsars bulgares. À cette époque, Théodore, âgé de 24 ans, était adulte, tandis que le jeune tsar bulgare Kaliman Ier (1241-1246), fils de Jean II Asen, venait de mourir à l’âge de 12 ans, laissant le trône à son demi-frère Michel II Asen, âgé seulement de 8 ans49. Le pluriel employé par l’orateur pour les empereurs comme pour les tsars n’est pas un pluriel de majesté, mais laisse clairement entendre que la souveraineté impériale était partagée à Nicée entre Jean III et son fils Théodore.

  • 50 Georgii Acropolitae opera. 2, Scripta minora, éd. A. Heisenberg, corr. P. Wirth, Stuttgart 1978, p (...)

24Dans la préface versifiée de son édition d’une collection de lettres de Théodore II, réalisée quelque temps avant 1254, Georges Acropolite mentionne « l’empereur Théodore Lascaris, fils du très glorieux prince Jean (Θεοδώρου Λάσκαρι τοῦ βασιλέως | Ἄνακτος υἱοῦ παγκλεοῦς Ἰωάννου) »50.

25C’est surtout dans son Éloge funèbre écrit pour la mort de Jean III Doukas en 1254 que Georges Acropolite apporte un témoignage probant sur la question qui nous intéresse. Comparant le nouvel empereur Théodore II à son père, il s’interroge de manière rhétorique :

  • 51 Georges Acropolite, Discours funèbre à Jean III, 18 (dans Scripta minora [cité note précédente]), (...)

Ne lui est-il pas semblable par les propriétés de l’âme ? N’est-il pas son image vivante ? N’est-il pas une réplique de sa nature même ? N’a-t-il pas régné avec son père depuis sa naissance ? N’a-t-il pas été avec lui aux commandes du navire cosmique ? N’a-t-il pas tenu avec lui les rênes du char universel et achevé les combats ? (οὐκ ἰδιώμασι ψυχικοῖς ἐκείνῳ ἄντικρυς ἀφωμοίωται ; οὐκ ἔμψυχος ἐκείνου εἰκών, οὐ φύσεως ἀγαλματούργημα τῆς αὐτῆς ; οὐ τῷ πατρὶ συνῆρχεν ἐκ γενετῆς ; οὐκ ἐπὶ τῶν αὐτῶν οἰάκων συνῆν τῷ τῆς ὁλκάδος κυβερνήτῃ τῆς κοσμικῆς, οὐ τῶν ἡνιῶν συναντελαμβάνετο τοῦ οἰκουμενικοῦ δίφρου καὶ τοὺς ἀγῶνας διήνυεν ;)51.

  • 52 Cela avait déjà été suggéré dans J. S. Langdon, Byzantium in Anatolian Exile : Imperial Vicegerenc (...)
  • 53 Voir Oikonomidès, Cinq actes inédits (cité n. 47), p. 123, 143-144.

26Ce passage, on le voit, ne souligne pas seulement la continuité de la basiléia, mais pourrait évoquer l’association des deux empereurs à la tête de l’État nicéen, depuis la naissance de Théodore II52. Rappelons que le prédécesseur de Jean III, son beau-père, Théodore Ier Lascaris, avait lui-même déjà associé en 1208 son fils Nicolas au trône impérial53.

  • 54 Voir Georges Acropolite, Histoire, 63, éd. Heisenberg et Wirth, p. 129-132.

27Il conviendrait d’expliquer alors pourquoi Acropolite ne mentionne nulle part la proclamation de Théodore comme basileus par son père. On remarquera qu’il n’évoque pas non plus l’association par Théodore Ier Lascaris de son fils Nicolas à son règne en 1208, événement pourtant attesté par un acte officiel. Il semblerait que l’historien de Michel Paléologue ne veuille pas s’étendre sur l’histoire politique des Lascarides et ait gardé un fort ressentiment à l’égard de Théodore II, son ancien étudiant qui, on le sait, l’avait fait rosser en l’humiliant devant toute l’armée, en août 125654. Il suffit pour s’en convaincre de relire le chapitre 75 de l’Histoire, avec le défilé des victimes du règne de Théodore II qui lancent l’hallali contre les frères Mouzalôn et vont déverser leur haine sur la tombe du basileus : épilogue shakespearien d’un règne de terreur, aux antipodes de l’éloge de Théodore II que l’on trouve dans l’Histoire de Pachymère. On comprend aussi qu’Acropolite ne souhaitait pas s’attarder sur les détails concernant la vie d’un personnage dont le souvenir lui était douloureux.

Le témoignage de l’archevêque Jacques de Bulgarie

  • 55 Voir Nicéphore Blemmydès, Œuvres théologiques, éd. Stavrou, t. 2, p. 74-153.
  • 56 Voir S. G. Mercati, Sulla vita et sulle opere di Giacomo di Bulgaria, Bulletin de l’Institut arché (...)

28L’archevêque Jacques de Bulgarie, destinataire d’une lettre célèbre du moine théologien Nicéphore Blemmydès sur la procession du saint Esprit55, nommé vers 1240 archevêque de Bulgarie par Jean III Doukas Vatatzès, accueillit celui-ci lors de sa visite à Thessalonique durant l’automne 1252. À cette occasion, il prononça un discours adressé à l’empereur56. Dans cet éloge à l’éloquence profuse et ampoulée, l’archevêque Jacques cherche à frapper son auditoire par le flot des images, des figures de style et des néologismes. Au milieu de son discours, il introduit le personnage du fils de l’empereur Jean III en commençant par une évocation :

  • 57 Πρὸς τούτοις εὐπαιδία, […] δέδοται μονήρης παρὰ Θεοῦ, […], τὸ θεοδώρητον ἀγαθόν, ἡ πατρῴζουσα καλλ (...)

En outre est donnée par Dieu une belle et unique descendance […], le don divin bienfaisant, la beauté à l’image de celle de son père, l’empreinte devenue totalement semblable au modèle, le grand Théodore qui a fleuri dans la pourpre, qui a été proclamé empereur après le plus grand des Romains, portant le sceptre véritablement et non pas de manière oblique. Car, ce n’est pas à la façon des brillances solaires qui, émanant obliquement d’un miroir embué, détournent parfois la vision vers ce maître du jour, ce n’est pas ainsi que celui-ci apparaît en accord avec lui, mais, du fait qu’il est de même nature que son géniteur, qu’il partage les mêmes avis et est paré avec lui de la droiture divine, il est placé avec lui comme un astre au firmament de la majesté impériale57.

La chronique d’Albéric de Trois-Fontaines

  • 58 Ce chroniqueur d’origine champenoise a pu bénéficier des réseaux cisterciens qui transmettaient le (...)
  • 59 Chronica Albrici monachi Trium Fontium, a monacho Novi Monasterii Hoiensis interpolata, éd. P. Sch (...)

29Nous disposons également d’un témoignage intéressant laissé par le chroniqueur latin Albéric de Trois-Fontaines58. Ce moine cistercien, dans sa Chronique qui, reprenant plusieurs chroniques anciennes, va de la Création du monde jusqu’en 1241, rapporte pour la date du 24 juin 1241 : « Par ailleurs les Constantinopolitains ont conclu une trêve de deux ans à partir de la fête de saint Jean, avec Kaliman fils d’Asen et avec Vatatzès et son fils (Ceterum ab hoc festo sancti Iohannis in biennium firmaverunt Constantinopolitani treugas ad Colmannum Alsani filium et ad Vastachium et eius filium)59. »

  • 60 Voir Macrides, Akropolites : The History, p. 39.

30Le moine latin mentionne que la trêve fut conclue par les Latins de Constantinople avec l’empereur Jean III Vatatzès « et son fils », ce qui montre que ce dernier représentait officiellement l’État impérial aux côtés de son père en 124160.

Les témoignages de Georges Pachymère et de Nicéphore Grégoras

  • 61 Καὶ πῶς γὰρ οὐκ ἔμελλε τὴν ἀρχὴν διοικεῖν κατὰ τὸ προσῆκον ὅστις ὑπὸ τοιῷδε πατρί, μηδ’ὄνομα βασιλ (...)

31L’historien Georges Pachymère, qui écrivait sous le règne d’Andronic II Paléologue, a laissé, dans le livre I de son Histoire, un bel éloge de Théodore II Lascaris, à la fin duquel il note : « Comment ne devait-il pas gérer l’État comme il faut celui qui, sous un tel père et sans même porter le titre d’empereur, bien qu’il fût son unique fils, fut cependant formé d’avance à chasser la corruption d’une main sûre61 ? »

  • 62 πολλῷ πλέον πρὸς τὸν μετ’αὐτὸν τὸ κράτος ἔχοντα ἁλῶναι ταῖς ὑποψίαις διεφυλάττετο (ibid., I, 8, p. (...)

32Lorsqu’il relate le procès de Michel Paléologue, accusé de haute trahison en 1253 et finalement gracié en 1254 par Jean III Doukas, Pachymère témoigne incidemment de ce que Théodore II Lascaris exerçait bien réellement le pouvoir avec son père : il note, en effet, que Michel Paléologue « veillait beaucoup plus à ce que la suspicion ne le perdît pas dans l’esprit de celui qui détenait le pouvoir après le souverain »62.

  • 63 Voir Georges Pachymère, Relations historiques, I, 14, éd. Failler et Laurent, p. 6310-11.

33Ailleurs, Pachymère rapporte une anecdote sur la manière dont, un jour, Jean III Doukas fit des remontrances à son fils pour s’être rendu à la chasse vêtu d’un costume somptueux en or, ce qui portait préjudice aux Byzantins qui subvenaient au faste impérial, et il conclut : « C’est ainsi et par de telles leçons qu’était éduqué celui qui devait être élevé au pouvoir impérial (Οὕτω καὶ ἐπὶ τοιούτοις ὁ εἰς βασιλείαν ἀναχθησόμενος ἐπαιδεύετο)63. »

34Pour Pachymère, qui avait vécu sous Michel VIII et Andronic II Paléologue, on peut penser que cette indication selon laquelle Théodore II n’avait pas été « élevé à la basiléia » du vivant de son père signifiait qu’il n’avait pas été couronné. En effet, Michel VIII avait associé son fils comme co-empereur et l’avait couronné.

35De son côté, Nicéphore Grégoras, dans son Histoire romaine, rédigée à partir de 1347, aborde ainsi la question de la succession de Jean III Doukas :

  • 64 Ἐπεὶ δὲ κατὰ κλῆρον πατρικὸν τῆς βασιλείας διάδοχος ὁ υἱὸς αὐτοῦ Θεόδωρος ἔμελλεν εἶναι ὁ Λάσκαρις (...)

Puisque son fils, Théodore Lascaris, était destiné à être par héritage paternel le successeur du pouvoir impérial, il ne fut pas proclamé empereur par son père alors que celui-ci était encore en vie ; après la mort de celui-ci, il fut proclamé empereur par le concours de toute l’armée et il y n’avait pas moins de dignitaires et de nobles. Du fait que Jean ne voulait laisser le pouvoir impérial à nul autre qu’à son fils, il était clair pour tous qu’il était un père très aimant pour son enfant et qu’il ne laisserait jamais le pouvoir impérial à quelqu’un d’autre. Mais il ne voulait surtout pas le proclamer empereur alors qu’il était encore en vie, car le libre choix et la préférence de ses sujets n’étaient pas manifestes64.

  • 65 Voir A. Failler, Les sources de Nicéphore Grégoras pour le règne des premiers Paléologoi, REB 69, (...)
  • 66 Voir Id., La proclamation impériale de Michel VIII et d’Andronic II, REB 44, 1986, p. 237-251, ici (...)

36Grégoras paraît donc considérer que Jean III avait préféré ne pas « proclamer son fils basileus ». On sait que les indications de Grégoras sont généralement peu fiables pour la période du xiiie siècle, qu’il n’a personnellement pas connue : il dépend très largement de Pachymère pour la période 1204-131865. Mais surtout, il semble, comme l’a montré Albert Failler, que le vocabulaire du cérémonial a évolué sous les Paléologues et que le verbe ἀναγορεύειν a pris aussi le sens d’acclamer lors du couronnement impérial66. Grégoras aurait simplement expliqué ici que Jean III Doukas n’avait pas couronné son fils empereur. En ce cas, la contradiction entre lui et Acropolite sur le statut exact de Théodore II n’est qu’apparente.

Théodore II co-empereur avec son père Jean III Vatatzès

  • 67 Voir Georges Acropolite, Histoire, 40, éd. Heisenberg et Wirth, p. 674-6 ; Macrides, Akropolites : (...)
  • 68 Georges Acropolite, Histoire, 43, éd. Heisenberg et Wirth, p. 729-13 ; Macrides, Akropolites : The (...)

37Les sources du xiiie siècle que nous avons parcourues sont assez nombreuses et concordantes pour assurer pleinement le fait que Théodore II, à des fins dynastiques, avait été officiellement associé comme co-empereur au règne de son père. Cela explique que Théodore II était impliqué dans la conduite des affaires politiques et militaires de l’empire de Nicée. Il fut en effet désigné par son père responsable des armées sur le territoire asiatique pendant la campagne menée par Jean III en Occident en 124167, et sans doute pendant celle de 124668. On sait aussi qu’il assura la régence de l’empire pendant la maladie de son père en 1253-1254. Son autorité résultait largement de son statut de co-empereur.

  • 69 Voir A. Christophilopoulou, Ἐκλογή, ἀναγόρευσις καὶ στέψις τοῦ βυζαντινοῦ Αὐτοκράτορος, Athènes 19 (...)
  • 70 Voir Oikonomidès, Cinq actes inédits (cité n. 47), p. 123, 143-144.
  • 71 Voir Failler, La proclamation impériale (cité n. 66), notamment p. 247.

38Rappelons que le système des co-empereurs a été mis en œuvre très tôt et à maintes reprises dans l’histoire de Byzance, notamment avec Justin Ier et son neveu Justinien, mais qu’il prit un nouveau tour avec Héraclius lorsque celui-ci associa au pouvoir son fils, Héraclius Constantin, à peine âgé d’un an, en le faisant couronner en 613, permettant la création et le développement d’un sentiment dynastique. Ce procédé fut ensuite couramment utilisé sous les dynasties des Isauriens, des Macédoniens, des Doukai et des Comnènes69. Il n’y a pas de raison de penser que l’événement de 1204 aurait changé cette pratique. Ainsi Théodore Ier Lascaris associa-t-il en 1208 son fils Nicolas au trône impérial70, avant d’accepter finalement, après le décès de ses fils Nicolas et Jean, et un peu avant sa propre mort, que Jean Doukas Vatatzès (son gendre) prît sa succession. De même, Michel VIII Paléologue associa à son tour, en 1265, son fils Andronic au trône impérial71.

  • 72 Voir Nikephoros Blemmydes, A partial Account, trad. Munitiz (cité n. 40), no 48, p. 21 (avec une l (...)
  • 73 Voir Angelov, Imperial ideology (cité n. 6), p. 117.
  • 74 Voir Macrides, Akropolites : The History, p. 39, 198. De même, voir R. Macrides, J. A. Munitiz, D.(...)
  • 75 Georges Acropolite, Histoire, 31, éd. Heisenberg et Wirth, p. 4819-24.

39Aucune source historique ne nous informe sur la date et les conditions précises dans lesquelles Théodore II a pu recevoir cette dignité impériale. La légitimité dans le processus de désignation d’un successeur venait de la seule volonté de l’empereur régnant, volonté reconnue en principe comme inspirée de Dieu. Ce fut donc Jean III Doukas qui associa lui-même son fils Théodore à son règne. Dölger et Joseph Munitiz72 pensent que cela eut lieu vers 1241, position reprise par Dimiter Angelov73. Mais Ruth Macrides penche plutôt pour 1234, lors du mariage de Théodore avec la princesse bulgare Hélène74. Effectivement, c’est à propos de cet événement que Théodore apparaît dans l’Histoire d’Acropolite75 et se trouve présenté comme basileus – et l’on a rappelé la précision de la terminologie employée dans cette chronique.

  • 76 Voir M. Hendy, Catalogue of the Byzantine Coins in the Dumbarton Oaks Collection and in the Whitte (...)
  • 77 Voir supra, p. 698.

40Cependant, rien n’interdit de penser que cette association comme co-empereur fût encore plus ancienne. En effet, une enquête numismatique montre que Théodore II apparaît parfois avec le titre de « souverain (δεσπότης) porphyrogénète » sur ses pièces d’or76, ce qui rejoint le qualificatif de « πορφυροθαλής » employé à son égard par Jacques de Bulgarie77 : il était donc né sous le règne de son père. En outre, l’indication apportée par l’Éloge funèbre de Jean III par Georges Acropolite – « N’a-t-il pas régné avec son père depuis sa naissance ? » – porte à considérer qu’il fut associé à la basiléia peu après sa naissance, de même que cela avait été le cas pour le jeune Nicolas, fils de Théodore Ier Lascaris.

  • 78 Pour le couronnement du co-empereur Michel IX Paléologue, voir Georges Pachymérès, Relations histo (...)
  • 79 Voir le chapitre VII du Pseudo-Kodinos, Traité des offices, éd. Verpeaux (cité n. 47), p. 252-273  (...)

41Il reste à préciser quel était le statut exact de Théodore II en tant qu’associé à son père régnant. D’après les descriptions plus tardives laissées par Georges Pachymère78 et par le Pseudo-Kodinos79, le rituel complet de désignation d’un co-empereur comprenait plusieurs phases symboliques manifestant l’accès à la basiléia : proclamation officielle, élévation sur le pavois avec acclamations de l’armée (rituel qui marquait l’origine militaire du pouvoir impérial romain), serment de fidélité prononcé par les sujets, remise des insignes du pouvoir (chaussures de pourpre, sceptre, etc.), puis, au cours d’un office liturgique, onction et couronnement par le patriarche, suivis de chants et d’acclamations. Ces différentes étapes ont-elles été observées pour Théodore II ?

  • 80 Georges Acropolite, Histoire, 53, éd. Heisenberg et Wirth, p. 10518-22.
  • 81 Voir Nicephori Blemmydae Autobiographia, I, 80, éd. Munitiz (cité n. 40), p. 39-40.
  • 82 Voir Nicetae Choniatae Historia, éd. J.-L. Van Dieten, Berlin 1975 (CFHB 11), p. 169-170. Le couro (...)

42On sait que, juste après les funérailles de son père au monastère de Sosandra en décembre 1254, Théodore fut « assis sur le pavois comme c’est la coutume et ovationné par tous comme autokratôr (καθεσθεὶς ἐπ’ἀσπίδος ὡς ἔθος καὶ ὑπὸ πάντων φημισθεὶς αὐτοκράτωρ) »80. Un peu plus tard, il fut oint et couronné par le patriarche Arsène, avant son départ pour une nouvelle campagne contre les Bulgares81. On en déduit donc que, du vivant de son père, Théodore II jouissait simplement du titre de basileus et n’avait pas été assis sur le pavois, ni chrismé ni couronné. Il avait sans doute été simplement proclamé basileus par son père, possédant le droit de porter un sceptre d’après le témoignage de Jacques de Bulgarie. C’était d’ailleurs déjà le cas au temps des Comnènes pour Alexis II qui fut associé, encore enfant, comme basileus au règne de son père l’empereur Manuel Ier, sans jamais, bien évidemment, être couronné comme autokratôr82.

  • 83 Voir Nicéphore Blemmydès, Statue impériale, 1 (PG 142, col. 613B).

43On comprend d’autant mieux l’aspiration de Théodore II à « monter », comme on l’a vu, vers le « temple saint » du trône de son père, pour exercer pleinement la basiléia à l’image du Christ, éternel prêtre et basileus de toute la création83.

  • 84 Μεσαιωνικὴ Βιβλιοθήκη, éd. K. Sathas, t. 6, Paris/Venise 1877, p. 652. L’édition de Sathas s’appui (...)
  • 85 Voir N. G. Svoronos, Le serment de fidélité à l’empereur byzantin et sa signification constitution (...)
  • 86 Voir L. Lévi, Cinque lettere inedite di Emmanuele Moscopulo, Studii italiani di Filologia classica(...)

44Le caractère transitoire du statut de co-empereur – qui était celui de Théodore II auprès de son père – semble suggéré dans un document datant de l’époque des Paléologues, un siècle plus tard. Nous disposons, en effet, publié par Sathas, d’un formulaire du serment que devaient prêter, au xive siècle, les dignitaires et les fonctionnaires entrant au service d’un empereur84. Le principe même de l’exigence d’un tel serment semble remonter au ve siècle85. En outre il pouvait être utilisé par tous les sujets de l’empereur, tous étant appelés à exprimer la fidélité qu’ils lui devaient, comme le souligne Manuel Moschopoulos dans un petit traité adressé en 1321 à l’empereur Andronic II86. Ce « serment prêté à un empereur (ὁρκωμοτικὸν εἰς βασιλέα) » mentionne :

  • 87 Ce texte est partiellement cité en trad. française dans R. Rochette, Empereurs et serment sous les (...)

Je jure […] d’être, pour notre puissant et saint maître et empereur sire […], un fidèle serviteur durant toute ma vie […] ; (je jure) d’être (fidèle) non seulement envers lui mais aussi envers son pouvoir impérial, qu’il détient et qu’il détiendra (πρὸς τὴν βασιλείαν αὐτοῦ ἣν ἔχει καὶ ἣν ἔξει) […] Je serai avec lui dans les épreuves et les dangers jusqu’à sa mort, durant toute ma vie87.

45La mention du verbe ἔχειν au présent et au futur dans la fin de la phrase mise en exergue n’a pas pour seule fonction de rappeler qu’un serment engage pour l’avenir, truisme inapproprié pour un tel document. Elle semble plutôt prévoir le cas d’un co-empereur dont le mode d’exercice de la basiléia est a priori évolutif : d’abord proclamé basileus puis couronné et acclamé autokratôr, appelé à assumer la basiléia comme monarque principal. En d’autres termes la basiléia, si elle est unique et indivisible, peut être détenue selon des modalités diverses : le monarque principal et le co-empereur que celui-ci peut associer à son règne ne partagent pas le même pouvoir effectif, même si tous deux participent à l’unique basiléia. Le formulaire indique que l’engagement par serment est pris envers la personne d’un basileus jusqu’à sa mort et que, s’il s’agit d’un co-empereur, ce serment demeure valable après son éventuel avènement : il n’est pas besoin de le réitérer.

  • 88 Voir Svoronos, Le serment de fidélité (cité n. 85), p. 109-110.
  • 89 Georges Pachymère, Relations historiques, I, 17, éd. Failler et Laurent, p. 793-5. Même chose aprè (...)

46Même si ce document est un peu tardif par rapport à la période nicéenne, on sait que le principe du serment de fidélité de tous les sujets de l’empire au basileus, attesté au viiie siècle sous Léon IV, puis tombé en désuétude, avait été remis en vigueur sous les Comnènes88. Il était en vigueur dans l’empire de Nicée, puisque, après la mort de Théodore II (août 1258), on envoya dans les villes byzantines ordre de se rallier « selon la coutume » (κατὰ τὸ σύνηθες) par des pactes assermentés au nouvel empereur Jean IV Lascaris qui venait d’être officiellement proclamé89.

  • 90 Voir Théodore II Lascaris, Lettres, 42, éd. Festa, p. 53 ; 87, p. 113 ; 126, p. 177 ; etc.
  • 91 L’expression ἡ τῆς Βασιλείας ἐντελέχεια revient à 22 reprises dans différents titres d’œuvres de T (...)
  • 92 Ville fortifiée située au nord du Rhodope. Voir Georges Acropolite, Histoire, 57, éd. Heisenberg e (...)
  • 93 Théodore II Lascaris, Lettres, 205, éd. Festa, p. 255-256.

47Il y a tout lieu de penser que cette distinction entre les étapes successives d’exercice de la basiléia était une réalité couramment admise dans l’empire de Nicée. On en trouve d’ailleurs une curieuse illustration dans la tradition manuscrite des écrits de Théodore II. En effet, plusieurs de ses compositions (Lettres, etc.)90 sont situées chronologiquement par la précision suivante en fin de titre : « avant/après l’obtention de la pleine basiléia (πρὸ τῆς τῆς βασιλείας ἐντελεχείας/μετὰ τὴν τῆς βασιλείας ἐντελέχειαν) »91. Point n’est besoin de souligner à quel point l’usage du mot ἐντελέχεια pour dater les écrits de Théodore II est singulier. Le syntagme « ἡ τῆς βασιλείας ἐντελέχεια » est à notre connaissance sans précédent par l’usage métaphorique d’un terme philosophique directement emprunté à Aristote. On peut penser que l’auteur était un membre du cercle étroit de Théodore II, voire le basileus lui-même. En effet, par l’enseignement reçu de Nicéphore Blemmydès (auteur d’une célèbre Epitome logica), sa pensée est fortement marquée par l’aristotélisme : on trouve dans le Thesaurus Linguae Graecae une cinquantaine d’occurrences du mot ἐντελέχεια dans l’ensemble de ses écrits répertoriés. Il existe même une lettre, adressée en 1255 à son ami Georges Mouzalôn et rédigée durant le siège de la forteresse bulgare de Tzépène92, où il reprend le mot à cinq reprises pour expliquer que toute affaire est portée à son achèvement et que le siège en cours arrivera bien à son terme93.

48Nous voyons finalement qu’il n’existe pas seulement trois historiens en apparente contradiction sur le fait qui a retenu notre attention, mais de nombreux témoignages de contemporains de Théodore II qui, à vrai dire, forment un large faisceau d’indices concordants. Par-delà les effets d’éloquence et de grandiloquence de certains de ces textes, cette recherche nous persuade que Théodore exerça bien lui-même la basiléia auprès de son père Jean III Doukas Vatatzès avant de prendre sa succession. Nous pouvons même considérer comme plausible l’hypothèse qu’il ait été proclamé basileus dès sa petite enfance.

  • 94 Voir Georges Acropolite, Histoire, 50, éd. Heisenberg et Wirth, p. 9912-18.
  • 95 Voir ibid., 75, p. 15420-15515 ; Georges Pachymère, Relations historiques, I, 19, éd. Failler et L (...)
  • 96 H. Ahrweiler, L’expérience nicéenne, DOP 29, 1975, p. 21-40, ici p. 34.
  • 97 Voir Georges Acropolite, Histoire, 60, éd. Heisenberg et Wirth, p. 1241-24 ; Georges Pachymère, Re (...)

49Ce point éclaire particulièrement les conditions dans lesquelles s’effectua la succession de Jean III Doukas au lendemain de sa mort. Ce fut parce qu’il avait été proclamé co-empereur par son père que Théodore put aisément être assis sur le pavois, proclamé autokratôr et un peu plus tard oint et couronné par le patriarche Arsène, tout cela malgré l’opposition grandissante d’une partie des aristocrates, ceux-là mêmes qui avaient soutenu le général Michel Paléologue lors de son procès en 1253 après sa tentative de coup d’État94 et qui allaient l’encourager à nouveau en 1258, lors de l’assassinat de Georges Mouzalôn nommé régent par Théodore II sur son lit de mort95. L’effacement de la dynastie des Lascarides malgré les précautions de Jean III illustre bien « l’insatiabilité »96 d’une aristocratie qui, devenue dominante, désavouait la politique nouvelle de recrutement des élites de la part de Jean III et surtout de Théodore II97. Cette même aristocratie avait reconnu en Michel Paléologue celui qui confirmerait ses prérogatives socio-politiques en échange d’une ascension impériale bientôt couronnée par la reprise de Constantinople.

Abreviations

50Constantin VII Porphyrogénète, Livre des Cérémonies
Constantini Porphyrogeneti imperatoris De cerimoniis aulae Byzantinae libri duo graece et latine, éd. J.J. Reiske, t. 1, Bonn 1829 (CSHB)

51Georges Acropolite, Histoire, éd. Heisenberg et Wirth
Georgii Acropolitae opera. 1, Historia, Breviarium historiae, Theodori Scutariotae additamenta, éd. A. Heisenberg, corr. P. Wirth (Bibliotheca scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana), Stuttgart 1978

52Georges Pachymère, Relations historiques, éd. Failler et Laurent
Georges Pachymérès, Relations historiques. 1, Livres I-III, éd. A. Failler et trad. V. Laurent, Paris 1984 (CFHB 24/1)

53Macrides, Akropolites : The History
R. Macrides, George Akropolites : The History – Introduction, Translation and Commentary, Oxford 2007 (Oxford Studies in Byzantium)

54Nicéphore Blemmydès, Lettres, éd. Festa
Nicéphore Blemmydès, Lettres, dans Theodori Ducae Lascaris Epistulae CCXVII, éd. Festa, Florence 1898, Appendix III, p. 290-319

55Nicéphore Blemmydès, Œuvres théologiques, éd. Stavrou
Nicéphore Blemmydès, Œuvres théologiques, éd. et trad. M. Stavrou, 2 vol., Paris 2007-2013 (SC 517, 558)

56Théodore II Lascaris, Lettres,éd. Festa
Theodori Ducae Lascaris Epistulae CCXVII, éd. N. Festa, Florence 1898 (Pubblicazioni del R. Istituto di studi superiori pratici e di perfezionamento in Firenze. Sezione di filosofia e lettere 29)

Notes

1 Voir F. Dölger, P. Wirth, Regesten der Kaiserurkunden des oströmischen Reiches von 565-1453. 3, Regesten von 1204-1282, Munich 19772 (Corpus der griechischen Urkunden des Mittelalters und der neueren Zeit), p. 50 ; voir aussi p. v, n. 1, et p. 14.

2 Voir M. Angold, A Byzantine Government in Exile. Government and Society under the Laskarids of Nicaea (1204-1261), Oxford 1975 (Oxford Historical Monographs), p. 40-41.

3 Voir C. Dupont-Gy, Jean III Vatatzès et l’empire de Nicée (1222-1254) ; Byzance ou l’impossible Renovatio Imperii, thèse d’État, université de Poitiers, 1996, p. 284.

4 Voir P. I. Žavoronkov, Iz’branie i koronacija Nikejskih imperatorov, VV 49, 1988, p. 55-59 ; voir aussi les notes de la trad. russe de l’Histoire d’Acropolite : Istorija Georgij Akropolit, trad. P. I. Žavoronkov, Saint-Pétersbourg 2005 (Vizantijskaja biblioteka istočniki).

5 Voir Macrides, Akropolites : The History, p. 39-40.

6 D. Angelov, Imperial Ideology and Political Thought in Byzantium, 1204-1330, Cambridge 2007, p. 117.

7 Voir M. Stavrou, La doctrine trinitaire de Nicéphore Blemmydès (1197-v. 1269), 2 vol., thèse de doctorat, université Paris IV-Sorbonne, 2004, t. 1, p. 208-209, n. 733.

8 Voir Constantin VII Porphyrogénète, Livre des Cérémonies, I, 38, p. 19412-13 ; on distingue en ce sens le « grand empereur » et le « petit empereur » : I, 41, p. 21321-22 ; II, 18, p. 6033-4 et pinax p. 511. Il est vrai que nous n’avons pas de témoignage de l’emploi de l’expression « petit empereur » sous le règne de Jean III Doukas.

9 Voir Dölger, Wirth, Regesten von 1204-1282 (cité n. 1), p. 50, nos 1823-1823a.

10 PLP, no 21596.

11 Voir M. Stavrou, dans l’introduction de l’éd. de Nicéphore Blemmydès, Œuvres théologiques, t. 1, p. 42.

12 Théodore II Lascaris, Lettres, éd. Festa, 107, p. 14724.

13 Voir J. Preiser-Kapeller, Der Episkopat im späten Byzanz. Ein Verzeichnis der Metropoliten und Bischöfe des Patriarchats von Konstantinopel in der Zeit von 1204 bis 1453, Sarrebruck 2008, p. 109.

14 Théodore II Lascaris, Lettres, 107, éd. Festa, p. 14716.

15 Ibid., p. 14843.

16 Voir F. Dölger, J. Karayannopulos, Byzantinische Urkundenlehre. 1, Die Kaiserurkunden, Munich 1968 (Byzantinisches Handbuch in Rahmen des Handbuchs der Alterumswissenschaft 3/1), p. 109-112 ; ODB, p. 740, s.v. prostagma.

17 Voir Preiser-Kapeller, Der Episkopat im späten Byzanz (cité n. 13), p. 352.

18 Sur ce monastère situé non loin du mont Galèsios, voir R. Janin, Les églises et les monastères des grands centres byzantins : Bithynie, Hellespont, Latros, Galèsios, Trébizonde, Athènes, Thessalonique, Paris 1975 (Géographie ecclésiastique de l’Empire byzantin 2), p. 241, n. 4.

19 Théodore II Lascaris, Lettres, 116, éd. Festa, p. 1624-5.

20 Ibid., p. 162 : Τοῦ αὐτοῦ βασιλέως κυροῦ Θεοδώρου τοῦ Λάσκαρι πρὸς τὸν πανιερώτατον μητροπολίτην Φιλαδελφείας κυρὸν Φωκᾶν πρὸ τῆς τοῦ μαρκίωνος Βερτόλδου Δε Ὁεμβοὺργ πρεσβείας.

21 Voir F. Tinnefeld, Das Niveau der abendländischen Wissenschaft aus der Sicht gebildeter Byzantiner im 13. und 14. Jh., Byz. Forsch. 6, 1979, p. 241-280, ici p. 254-255 ; C. Mazzucchi, Diodoro Siculo fra Bisanzio e Otranto (cod. Par. gr. 1665), Aevum 72, 1999, p. 385-420, ici p. 418.

22 Sur les 48 lettres de la correspondance de Théodore II adressées à Blemmydès, seules les lettres 42 à 48 semblent clairement dater du règne de Théodore II (1254-1258), comme l’indique le titre de la lettre 42 : « μετὰ τὴν τῆς βασιλείας ἐντελέχειαν ».

23 Voir Stavrou, dans l’introduction de l’éd. de Nicéphore Blemmydès, Œuvres théologiques, t. 1, p. 44-45.

24 Voir L. Delobette, Théodore II Lascaris, Éloge de Nicée, Éloge de Jean Vatatzès : édition, traduction annotée, introduction et commentaire, 2 vol., thèse de doctorat, université Paris IV-Sorbonne, 1997, t. 1, p. 41-46.

25 Théodore II Lascaris, In laudem Iohannis Ducae imperatoris, 13, dans Opuscula rhetorica, éd. L. Tartaglia, Munich 2000, p. 52657-664.

26 Ibid., 8, éd. Tartaglia, p. 36285-286 ; trad. Delobette, Théodore II Lascaris (cité n. 24), t. 2, p. 136.

27 Théodore II Lascaris, In laudem Iohannis Ducae imperatoris, 14, éd. Tartaglia (cité n. 25), p. 60853.

28 Ibid., p. 30145 ; p. 45503 ; p. 55736-737.

29 Cette onction peut s’entendre aussi bien de manière métaphorique et spirituelle, que matérielle et liturgique. Tandis que le vocabulaire de l’onction est aussi ancien que l’empire chrétien, il semble que le rite de l’onction des empereurs a été introduit à Nicée à partir de Théodore Ier Lascaris, peut-être sous l’influence de l’empire latin de Constantinople : cf. G. Dagron, Empereur et prêtre. Étude sur le « césaropapisme » byzantin, Paris 1996 (Bibliothèques des histoires), p. 282. L. Tartaglia (Introduction de Teodoro II Duca Lascari, Encomio dell’imperatore Giovanni Duca, Naples 1990, p. 28) et L. Delobette (Théodore II Lascaris [cité n. 24], t. 1, p. 209) croient pouvoir associer à la détention du titre de χριστὸς Κυρίου la réception concrète d’une onction liturgique ; cette interprétation nous paraît abusive.

30 Théodore II Lascaris, In laudem Iohannis Ducae, 13, éd. Tartaglia (cité n. 25), p. 52669-675. Traduction reprise, légèrement modifiée, de Delobette, Théodore II Lascaris (cité n. 24), t. 2, p. 155.

31 Voir Dagron, Empereur et prêtre (cité n. 29), p. 187-189 et passim.

32 Dans le grand palais de Constantinople, le Chrysotriklinos (salle d’audience octogonale) était disposé symboliquement comme une église orientée dont le synthronon épiscopal, situé dans l’abside sous une grande icône du Christ, était occupé par le trône impérial : cf. ibid., p. 114. Nous n’avons pas de témoignage sur l’agencement du palais impérial à Nymphée.

33 Voir Stavrou, dans l’introduction de l’éd. de Nicéphore Blemmydès, Œuvres théologiques, t. 1, p. 44-45.

34 Voir N. Festa, Theodori Ducae Lascaris Epistulae CCXVII, Florence 1898, Appendix III, p. 290-319.

35 Blemmydès fit interrompre la liturgie eucharistique dans son monastère lors de la venue impromptue de la favorite de Jean III Doukas, ce qui causa un scandale à la cour impériale, voir Stavrou, dans l’introduction de l’éd. de Nicéphore Blemmydès, Œuvres théologiques, t. 1, p. 48-49.

36 Nicéphore Blemmydès, Lettres, 9, éd. Festa (cité n. 34), p. 30012.

37 Ibid., p. 30017-19.

38 Ibid., p. 30025-27.

39 Nicéphore Blemmydès, Lettres, 13, éd. Festa (cité n. 34), p. 3031.

40 Nicephori Blemmydae Autobiographia sive curriculum vitae, II, 76, éd. J. A. Munitiz, Turnhout 1984 (Corpus Christianorum. Series Graeca 13), p. 79. Malheureusement J. A. Munitiz ne commente pas ce point dans sa traduction annotée : Nikephoros Blemmydes : A Partial Account, Louvain 1988 (Spicilegium sacrum lovaniense 48), p. 23 et 133.

41 Georges Acropolite, Histoire, 34, éd. Heisenberg et Wirth, p. 5220-24.

42 Ibid., 31, p. 4819-24.

43 Voir Macrides, Akropolites : The History, p. 39-40.

44 Georges Acropolite, Histoire, 40, éd. Heisenberg et Wirth, p. 673-5.

45 Aujourd’hui Melnik, au sud-ouest de la Bulgarie.

46 Georges Acropolite, Histoire, 44, éd. Heisenberg et Wirth, p. 7628 -775.

47 Pour le xe siècle, voir Constantin VII Porphyrogénète, Livre des Cérémonies, II, 15, p. 59520-21, p. 59611. Pour le xiiie siècle, voir l’exemple d’Anne, fille d’Alexis III et épouse de Théodore Ier Lascaris, reconnue comme despoina, c’est-à-dire impératrice (N. Oikonomidès, Cinq actes inédits du patriarche Michel Autoreianos, REB 25, 1967, p. 113-145, ici p. 122 [repris dans Id., Documents et études sur les institutions de Byzance ( vii e -xve s.), Londres 1976 (Variorum Collected Studies Series 47), no XV]. Au xive siècle, voir Pseudo-Kodinos, Traité des Offices, éd. J. Verpeaux, Paris 1966 (Le monde byzantin), p. 17529-30, 20410

48 Georges Acropolite, Histoire, 44, éd. Heisenberg et Wirth, p. 777-9.

49 Voir Macrides, Akropolites : The History, p. 229, n. 14.

50 Georgii Acropolitae opera. 2, Scripta minora, éd. A. Heisenberg, corr. P. Wirth, Stuttgart 1978, p. 7-9, ici p. 819-20.

51 Georges Acropolite, Discours funèbre à Jean III, 18 (dans Scripta minora [cité note précédente]), p. 2611-17.

52 Cela avait déjà été suggéré dans J. S. Langdon, Byzantium in Anatolian Exile : Imperial Vicegerency Reaffirmed during Byzantino-Papal Discussions at Nicaea and Nymphaion, 1234, Byz. Forsch. 20, 1994, p. 197-233, ici p. 216-217, n. 71. Mais Langdon considère que Théodore II fut élevé sur le pavois comme co-empereur, ce qui n’est pas sûr du tout.

53 Voir Oikonomidès, Cinq actes inédits (cité n. 47), p. 123, 143-144.

54 Voir Georges Acropolite, Histoire, 63, éd. Heisenberg et Wirth, p. 129-132.

55 Voir Nicéphore Blemmydès, Œuvres théologiques, éd. Stavrou, t. 2, p. 74-153.

56 Voir S. G. Mercati, Sulla vita et sulle opere di Giacomo di Bulgaria, Bulletin de l’Institut archéologique bulgare 9, 1935 [Actes du 4e Congrès international des études byzantines], p. 165-176, ici p. 172-173. Le texte du discours a été édité par S. G. Mercati : Iacobi Bulgariae Archiepiscopi opuscula, Bessarione 21, 1917, p. 208-221 (repris dans Id., Collectanea byzantina, Bari 1970, t. 1, p. 81-93). La date de la visite de Jean III à Thessalonique est donnée à partir de la mention d’une bataille navale qui eut lieu près de Rhodes : I. Dujčev, Die letzten Jahre des Erzbischofs Iakobos von Achrida, BZ 42, 1943/1949, p. 369-376.

57 Πρὸς τούτοις εὐπαιδία, […] δέδοται μονήρης παρὰ Θεοῦ, […], τὸ θεοδώρητον ἀγαθόν, ἡ πατρῴζουσα καλλονή, ὁ τῷ ἀρχετύπῳ συνεξομοιούμενος χαρακτήρ, ὁ πορφυροθαλὴς καὶ μέγας Θεόδωρος, μετὰ τὸν μέγιστον Ῥωμαίων βασιλεὺς ἀνακηρυχθείς, ἀληθεύον ἔχων οὐ παρυφεστηκὸς τὸ σκηπτούχημα. Οὐ γὰρ ὡς ἐπὶ τοῦ ἡμεράρχου τοῦδε παρέπλαγξέ ποτε τὴν ὄψιν ἐξ ἀτμιδώδους ἐνόπτρου παρυφιστάμενά τινα ἡλιώδη αὐγάσματα, οὕτω καὶ οὖτος κατὰ σύμβασιν ἀναπέφηνεν, ἀλλ’ὠς ὁμοφυὴς τῷ τεκόντι καὶ συνομογνωμονῶν καὶ συγκαλλυνόμενος ταῖς θεοειδέσιν εὐθύτησι, τῷ τῆς βασιλείας συνηστροθέτηται στερεώματι (Mercati, Iacobi Bulgariae Archiepiscopi opuscula, Collectanea byzantina [cité note précédente], t. 1, p. 919-21).

58 Ce chroniqueur d’origine champenoise a pu bénéficier des réseaux cisterciens qui transmettaient les informations les plus variées depuis l’Orient vers l’Occident. Voir M. Schmidt-Chazan, Aubri de Trois-Fontaines, un historien entre la France et l’Empire, Annales de l’Est 36, 1984, p. 163-192.

59 Chronica Albrici monachi Trium Fontium, a monacho Novi Monasterii Hoiensis interpolata, éd. P. Scheffer-Boichorst, dans Chronica aevi Suevici, éd. G. H. Pertz, Hanovre 1874 (MGH. Scriptores 23), p. 631-950, ici p. 95023-24.

60 Voir Macrides, Akropolites : The History, p. 39.

61 Καὶ πῶς γὰρ οὐκ ἔμελλε τὴν ἀρχὴν διοικεῖν κατὰ τὸ προσῆκον ὅστις ὑπὸ τοιῷδε πατρί, μηδ’ὄνομα βασιλείας ἔχων, ὢν ἐξ ἐκείνου καὶ μόνος, ὅμως ἁγηλατεῖν ἀσφαλῶς προὐδιδάσκετο ; (Georges Pachymère, Relations historiques, I, 13, éd. Failler et Laurent, p. 6119-21).

62 πολλῷ πλέον πρὸς τὸν μετ’αὐτὸν τὸ κράτος ἔχοντα ἁλῶναι ταῖς ὑποψίαις διεφυλάττετο (ibid., I, 8, p. 412-3). Le pronom αὐτὸν renvoie à τὸν κρατοῦντα (ibid., p. 3926) dans la phrase précédente, désignant donc le souverain Jean III Doukas. Sur la formulation curieuse de ce passage (d’un chapitre décousu) et sur les mésinterprétations auxquelles elle a donné lieu dans la version brève de l’Histoire de Pachymère, voir S. Lampakis, Γεώργιος Παχυμέρης, πρωτέκδικος καὶ δικαιοφύλαξ. Εἰσαγωγικὸ δοκίμιο, Athènes 2004, p. 54 et n. 76 ; A. Failler, Pachymeriana ultima, REB 70, 2012, p. 5-93, ici p. 13. Je remercie Olivier Delouis d’avoir attiré mon attention sur ce passage de l’Histoire de Pachymère.

63 Voir Georges Pachymère, Relations historiques, I, 14, éd. Failler et Laurent, p. 6310-11.

64 Ἐπεὶ δὲ κατὰ κλῆρον πατρικὸν τῆς βασιλείας διάδοχος ὁ υἱὸς αὐτοῦ Θεόδωρος ἔμελλεν εἶναι ὁ Λάσκαρις, παρὰ δὲ τοῦ πατρὸς ἔτι ζῶντος οὐκ ἀνηγόρευτο βασιλεὺς, ἀνηγορεύετο ἤδη θανόντος ἐκείνου κοινῇ συνδρομῇ τοῦ τε στρατοῦ παντὸς καὶ ὁπόσοι τῶν ἐνδόξων ἦσαν καὶ εὐγενῶν. Τὸ μὲν γὰρ ὅτι τὴν βασιλείαν οὐδενὶ τῶν πάντων ἑτέρῳ πλὴν ἢ τῷ υἱῷ καταλιμπάνειν ὁ Ἰωάννης ἐβούλετο, παντί που δῆλον, ὅτι τε πατὴρ ἦν πάνυ φιλόπαις καὶ ὅτι οὐδ’ἄλλῳ οὐδενὶ καταλέλοιπε ταύτην. Τὸ δὲ ζῶν ἔτι βασιλέα ἀναγορεύειν αὐτόν, ἐν ἀδήλῳ κειμένης ἔτι τῆς τῶν ὑπηκόων ἑκουσίου γνώμης καὶ προαιρέσεως, τοῦτο δ’οὐ πάνυ ἐβούλετο (Nicephori Gregorae Byzantina historia, graece et latine, t. 1, éd. L. Schopen, Bonn 1829 [CSHB], p. 531-11).

65 Voir A. Failler, Les sources de Nicéphore Grégoras pour le règne des premiers Paléologoi, REB 69, 2011, p. 219-234. L’article évoque également la période antérieure au règne de Michel Paléologue.

66 Voir Id., La proclamation impériale de Michel VIII et d’Andronic II, REB 44, 1986, p. 237-251, ici p. 242 et 245.

67 Voir Georges Acropolite, Histoire, 40, éd. Heisenberg et Wirth, p. 674-6 ; Macrides, Akropolites : The History, p. 216.

68 Georges Acropolite, Histoire, 43, éd. Heisenberg et Wirth, p. 729-13 ; Macrides, Akropolites : The History, p. 227. Une lettre adressée par Théodore II à Blemmydès informe celui-ci de sa présence à Nymphée (siège du palais impérial) et évoque les délibérations quotidiennes échangées par Théodore avec son père à propos des « affaires utiles » regardant la gouvernance de l’empire au plan administratif et militaire (Théodore II Lascaris, Lettres, 19, éd. Festa, p. 257-9 : αἱ πρὸς τὰ τοῦ καιροῦ χρήσιμα ἀναμνήσεις καὶ ὑπομνήσεις καὶ ἄλλ’ἄττα πολλὰ καὶ κατάλληλα τῷ καιρῷ). Ce courrier privé, qui semble dater de 1246, illustre l’engagement direct de Théodore dans les affaires de l’État sous le règne de son père.

69 Voir A. Christophilopoulou, Ἐκλογή, ἀναγόρευσις καὶ στέψις τοῦ βυζαντινοῦ Αὐτοκράτορος, Athènes 1956 ; G. Ostrogorsky, Das Mitkaisertum im Mittelalterlichen Byzanz, dans E. Kornemann, Doppelprinzipat und Reichsteilung im Imperium Romanum, Groningue 19682, p. 166-178.

70 Voir Oikonomidès, Cinq actes inédits (cité n. 47), p. 123, 143-144.

71 Voir Failler, La proclamation impériale (cité n. 66), notamment p. 247.

72 Voir Nikephoros Blemmydes, A partial Account, trad. Munitiz (cité n. 40), no 48, p. 21 (avec une légère réserve exprimée p. 23).

73 Voir Angelov, Imperial ideology (cité n. 6), p. 117.

74 Voir Macrides, Akropolites : The History, p. 39, 198. De même, voir R. Macrides, J. A. Munitiz, D. Angelov, Pseudo-Kodinos and the Constantinopolitan Court : Offices and Ceremonies, Farnham 2013 (Birmingham Byzantine and Ottoman Studies 15), p. 422.

75 Georges Acropolite, Histoire, 31, éd. Heisenberg et Wirth, p. 4819-24.

76 Voir M. Hendy, Catalogue of the Byzantine Coins in the Dumbarton Oaks Collection and in the Whittemore Collection. 4, Alexios I to Michael VIII (1081-1261). Part 2, The Emperors of Nicaea and their Contemporaries (1204-1261), Washington DC 1999 (Dumbarton Oaks Catalogues), p. 514-527, notamment p. 516.

77 Voir supra, p. 698.

78 Pour le couronnement du co-empereur Michel IX Paléologue, voir Georges Pachymérès, Relations historiques. 3, Livres VII-IX, éd. et trad. A. Failler, Paris 1999 (CFHB 24/3), IX, p. 218-221.

79 Voir le chapitre VII du Pseudo-Kodinos, Traité des offices, éd. Verpeaux (cité n. 47), p. 252-273 ; Macrides, Munitiz, Angelov, Pseudo-Kodinos (cité n. 74), p. 414-429.

80 Georges Acropolite, Histoire, 53, éd. Heisenberg et Wirth, p. 10518-22.

81 Voir Nicephori Blemmydae Autobiographia, I, 80, éd. Munitiz (cité n. 40), p. 39-40.

82 Voir Nicetae Choniatae Historia, éd. J.-L. Van Dieten, Berlin 1975 (CFHB 11), p. 169-170. Le couronnement eut lieu après la mort de Manuel Ier : ibid., p. 264-265. Pourtant à l’époque des Macédoniens, il était encore courant que les empereurs associés fussent couronnés du vivant même de l’empereur régnant : voir Constantin VII Porphyrogénète, Livre des Cérémonies, I, 38, p. 194.

83 Voir Nicéphore Blemmydès, Statue impériale, 1 (PG 142, col. 613B).

84 Μεσαιωνικὴ Βιβλιοθήκη, éd. K. Sathas, t. 6, Paris/Venise 1877, p. 652. L’édition de Sathas s’appuie sur l’unique témoin Parisinus gr. 2511, fol. 5v, daté du dernier quart du xive siècle par B. Mondrain, La constitution de corpus d’Aristote et de ses commentateurs aux xiiie-xive siècles, Codices Manuscripti 29, 2000, p. 11-33, ici p. 22, pl. 3.

85 Voir N. G. Svoronos, Le serment de fidélité à l’empereur byzantin et sa signification constitutionnelle, REB 9, 1951, p. 106-142 (repris dans Id., Études sur l’organisation intérieure, la société et l’économie de l’Empire byzantin, Londres 1973 [Variorum Collected Studies Series 15], no VI), ici p. 106 avec citation de Constantin VII Porphyrogénète, Livre des Cérémonies, I, 91, p. 410 et suiv., qui décrit le couronnement de Léon Ier.

86 Voir L. Lévi, Cinque lettere inedite di Emmanuele Moscopulo, Studii italiani di Filologia classica 10, 1902, p. 64-68 ; Svoronos, Le serment de fidélité (cité note précédente), p. 130-134 et 142.

87 Ce texte est partiellement cité en trad. française dans R. Rochette, Empereurs et serment sous les Paléologues, dans Oralité et lien social au moyen âge (Occident, Byzance, Islam), éd. M.-F. Auzépy et G. Saint-Guillain, Paris 2008 (Centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance. Monographies 29), p. 157-167, ici p. 157. La traduction proposée pour la phrase en exergue, « envers sa basiléia, qu’il l’ait maintenant ou l’obtienne plus tard », nous semble problématique.

88 Voir Svoronos, Le serment de fidélité (cité n. 85), p. 109-110.

89 Georges Pachymère, Relations historiques, I, 17, éd. Failler et Laurent, p. 793-5. Même chose après l’association des deux co-empereurs Jean IV Lascaris et Michel Paléologue : voir ibid., II, 3, p. 13523-24.

90 Voir Théodore II Lascaris, Lettres, 42, éd. Festa, p. 53 ; 87, p. 113 ; 126, p. 177 ; etc.

91 L’expression ἡ τῆς Βασιλείας ἐντελέχεια revient à 22 reprises dans différents titres d’œuvres de Théodore.

92 Ville fortifiée située au nord du Rhodope. Voir Georges Acropolite, Histoire, 57, éd. Heisenberg et Wirth, p. 113-114.

93 Théodore II Lascaris, Lettres, 205, éd. Festa, p. 255-256.

94 Voir Georges Acropolite, Histoire, 50, éd. Heisenberg et Wirth, p. 9912-18.

95 Voir ibid., 75, p. 15420-15515 ; Georges Pachymère, Relations historiques, I, 19, éd. Failler et Laurent, p. 814-24.

96 H. Ahrweiler, L’expérience nicéenne, DOP 29, 1975, p. 21-40, ici p. 34.

97 Voir Georges Acropolite, Histoire, 60, éd. Heisenberg et Wirth, p. 1241-24 ; Georges Pachymère, Relations historiques, I, 8, éd. Failler et Laurent, p. 41-43.

Auteur

Institut Saint-Serge, Paris
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR 8167 Orient et Méditerranée

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540