Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le saint, le moine et le paysan

 | 
Olivier Delouis
, 
Sophie Métivier
, 
Paule Pagès

L’eulogie de saint Syméon Stylite l’Ancien aux cavaliers

Jean-Pierre Sodini

Texte intégral

  • 1 Sur la topographie de ce lieu de pèlerinage, cf. J.-L. Biscop, Le sanctuaire et le village de pèle (...)
  • 2 J.-P. Sodini, P.-M. Blanc, D. Pieri, Nouvelles eulogies de Qal‘ at Sem‘ an (fouilles 2007-2010), T (...)

1Dans les Mélanges récemment parus en l’honneur de Cécile Morrisson, Pierre-Marie Blanc, Dominique Pieri et moi-même avons publié les eulogies trouvées dans les dernières fouilles que la mission française a pu faire à Saint-Syméon près d’Alep, dans le secteur des boutiques près de l’arc triomphal et dans les thermes situés légèrement en contrebas de l’arc, au-dessus de la route moderne traversant le village actuel de Deir Sem‘ an (l’antique Telneshin ou Telanissos) en direction de la vallée de l’Afrin, l’affluent bien connu de l’Oronte1 (figures 1-2)2. L’une de ces eulogies mérite un nouvel examen.

2Cette eulogie (figure 3) a été trouvée, ainsi que quatre autres, dans le bâtiment accolé au montant sud de l’arc triomphal, désigné sous le sigle QSVS01 et interprété par Dominique Pieri comme un centre d’accueil des pèlerins. Il a été construit en même temps que l’arc vers la fin du ve siècle ou le début du vie siècle et abandonné dans la première moitié du viie siècle. L’eulogie a été trouvée sur un niveau de circulation correspondant à cette période (d’après l’étude préliminaire).

  • 3 Jean-Luc Biscop proposera dans les Mélanges en l’honneur de Leïla Badre une reconstitution du syst (...)
  • 4 Déjà Olivier Callot avait évoqué l’hypothèse et avait restitué ces frettes d’après les mortaises m (...)
  • 5 J.-P. Sodini, Remarques sur l’iconographie de Syméon l’Alépin, le premier stylite, Monuments et mé (...)

3L’objet, en terre cuite à basse température, présente un diamètre de 3,26 cm et une épaisseur de 1,5 cm. Un peu moins de la moitié gauche manque. Comme toutes les eulogies de Syméon dans ce matériau, on l’a fabriqué en imprimant sur une boule d’argile non encore cuite une sorte de sceau représentant le saint, tout en le faisant reposer dans le creux de la main, ce qui rend compte des empreintes digitales à son revers ainsi que des décentrements souvent observés de l’image. Celle-ci représente, comme dans la plupart des cas, la colonne avec sa base (dont la partie inférieure, hors champ, ne s’est pas imprimée dans l’argile), plus précisément, la colonne (avec des croisillons visibles sur le tronc, correspondant à un système de fixation de l’échelle3), les frettes métalliques schématisées supportant la plateforme ou peut-être le parapet qui l’entourait4, la plateforme surmontée du saint en buste, bras repliés sur sa poitrine et mains jointes ( ?), tête très détaillée (barbe, yeux et front coiffé du cuculle). Comme dans le schéma le plus répandu, le saint est encadré par deux anges volant, dont seul celui de droite est conservé, levant de son bras droit une couronne. L’échelle devait se trouver à gauche car on aperçoit en limite de cassure de l’eulogie son montant droit5.

Figure 1 - Plan du site de pèlerinage de Saint-Syméon-le-Protostylite (J.-L. Biscop)

Figure 2 - Plan schématique de l’implantation des bâtiments le long de la voie sacrée (J.-L. Biscop)

Figure 3 - Eulogie (QSVS01-325.0.1)

4Le reste du décor, celui de la zone inférieure du médaillon, est surprenant. À gauche surgit, au galop, un cheval monté par un cavalier qui s’avance à vive allure comme s’il passait devant la colonne ou tournait autour d’elle. Le cavalier tient les rênes de sa main gauche et brandit de sa droite un objet mal défini qui paraît offrir un bord incurvé, peut-être un arc. Son buste semble moulé dans une cuirasse, sa tête est entourée d’un cerne : nous avions pensé à une auréole, mais il pourrait s’agir d’un casque. Un bouclier, accroché à la selle, masque en partie le bas de son corps mais laisse visible sa jambe, dissimulant le flanc du cheval. Le poitrail et la tête du cheval, mais surtout la position décalée des pattes, la patte avant droite levée et pliée, la gauche abaissée, traduisent la course. L’impression de mouvement autour de la colonne est confirmée par la présence d’une tête de cheval immédiatement à l’arrière et, de l’autre côté de la colonne, par celle de l’arrière-train et de la queue d’un troisième cheval. On n’est donc pas dans une représentation statique et symétrique de trois cavaliers de part et d’autre de la colonne, mais dans une sorte de défilé ou de course.

  • 6 F. R. Trombley, Hellenic Religion and Christianization c. 370-529, t. 2, Leyde/New York/Cologne 19 (...)
  • 7 R. Doran, The Lives of Simeon Stylites, Kalamazoo, Mich. 1992 (Cistercian Studies Series 112), p.  (...)
  • 8 F. Lent, The Life of St. Simeon Stylites. A Translation of the Syriac Text in Bedjan’s Acta Martyr (...)

5Lors de notre première publication, nous n’avions pu identifier la scène en question. Grâce à un signalement dans un ouvrage assez récent de Frank R. Trombley6, nous avons trouvé la source de l’image des cavaliers, un miracle du saint mentionné dans deux recensions au moins de la Vie syriaque de Syméon. L’une est conservée dans un manuscrit du Vatican (Vaticanus Syr.160), l’autre dans un manuscrit de Londres (London BL Add. 14484). La première (BHO 1124) a été éditée par Étienne-Évode Assemani et traduite en anglais par Robert Doran7, la seconde (BHO 1121) éditée par Paul Bedjan et traduite, en anglais également, par Frederick Lent8. Cette dernière expose chronologiquement la vie du saint, à la différence de la première. L’une et l’autre font connaître, en des termes similaires, le miracle représenté sur l’eulogie qui nous intéresse.

6Celui-ci ouvre la série des épisodes de la lutte sans merci que mène le saint contre Satan. Ce dernier surgit dès que le saint s’est enfermé dans sa clôture après la visite du périodeute Bassus. Voici une adaptation française de la traduction anglaise de Lent :

  • 9 Il s’agit ici de l’enclos ou mandra que le moine fait ériger autour de l’endroit où il pratique la(...)
  • 10 Lent, The Life of St. Simeon Stylites (cité n. 8), p. 129. Les assauts de Satan se répètent aux p. (...)

Quand [Syméon] eut fermé la porte et se trouva tout seul, surgit soudain devant lui l’Ennemi qui se lança dans un combat terrible contre le Saint et commença une guerre ouverte avec lui. Il l’agressa en prenant l’apparence de soldats montés à cheval. Ils brandissaient leur épée, ajustaient les flèches dans leur arc et laissèrent leurs montures attaquer impétueusement le saint homme. Mais lui, le saint, ne se laissait pas distraire du service de son Maître. Encore une fois, ils montèrent et se tinrent sur le mur de l’enclos9, faisant rouler des blocs sur lui pour qu’il abandonnât la place où il se tenait10.

  • 11 S. Ashbrook Harvey, Jacob of Serug, Homily on Simeon the Stylite, dans Ascetic Behavior in Greco-R (...)

7La scène des cavaliers armés surgissant et tournoyant autour du saint me paraît correspondre tout à fait à l’épisode moulé sur l’eulogie. On pense alors à l’homélie de Jacques de Saroug en grande partie consacrée à la lutte de Syméon contre Satan, où c’est toutefois Syméon, par un curieux renversement, qui manie l’arc et l’épée : « Et tandis que ses membres ruisselaient de sueur et étaient éclaboussés de sang, son épée était dégainée et son arc tendu contre Satan. » L’image du saint sur sa colonne couronné par les anges évoque plutôt la sainteté sereine acquise par le saint et contraste avec l’agitation vaine des forces du Mal. Comme le proclame encore le poète, « les [démons] apparaissaient sous l’apparence de serpents et de bêtes, mais il ne baissa pas les bras qui étaient tendus vers le ciel11 ».

  • 12 Trombley, Hellenic Religion and Christianization (cité n. 6), p. 247-279.

8La signification de la scène est donc avant tout – passage obligé pour les grands saints depuis les récits des évangélistes sur la tentation du Christ au désert – la lutte victorieuse du saint sur les forces du Mal, qui prennent des formes multiformes et effrayantes à la mesure de la gloire qui sera acquise par le saint. L’interprétation proposée par Frank R. Trombley, que cette lutte contre les guerriers du Mal symbolise la volonté d’éradiquer les Baalim des hauts lieux de Syrie, correspond aussi à une évidence « topographique ». Syméon a passé sa vie autour du mont Koryphé, l’actuel Sheikh Baraket, où se trouvait le temple le plus important de la région, dédié à Zeus Madbachos et Sélamanès. Formé au monastère de Téléda, sur les pentes méridionales de ce haut lieu, il s’est installé sur la croupe dominant Telanissos, bien en vue, au nord de ce haut lieu. Cet enracinement n’est pas anodin : il correspond nettement à une volonté d’éradiquer les restes d’un culte encore vivace tout autour du mont Koryphé dans la première moitié du ve siècle12.

  • 13 Doran, The Lives of Simeon Stylites (cité n. 7), § 6-7, p. 107-108. L’explicitation de ce poisson (...)
  • 14 Sodini, Blanc, Pieri, Nouvelles eulogies de Qal‘at Sem‘an (fouilles 2007-2010) (cité n. 2), eulogi (...)

9Le rapport qui s’établit ainsi entre la Vie syriaque et l’iconographie du saint montre le poids de la première dans le choix des sujets illustrant les eulogies du saint, alors que l’on pensait cette iconographie réduite pour l’essentiel à l’image du saint sur la colonne flanquée des anges volant. En fait, un autre exemple clair de ce rapport entre ce texte13 et les eulogies était déjà apparu sur des eulogies des fouilles de Déhès et de la collection Khoury de Beyrouth, à propos du poisson (silure ?) présent dans la partie inférieure de certaines d’entre elles14.

  • 15 C. Jolivet-Lévy, Contribution à l’étude de l’iconographie mésobyzantine des deux Syméon Stylites, (...)

10Entier reste le problème de l’existence de cycles figurés de Syméon dans son martyrium. Notons toutefois que des fresques et manuscrits illustrés sont attestés à l’époque médiévale15.

Notes

1 Sur la topographie de ce lieu de pèlerinage, cf. J.-L. Biscop, Le sanctuaire et le village de pèlerins à Saint-Syméon-le-Stylite (Syrie du Nord) : nouvelles recherches, nouvelles méthodes, CRAI 2009, fasc. 4, p. 1421-1444.

2 J.-P. Sodini, P.-M. Blanc, D. Pieri, Nouvelles eulogies de Qal‘ at Sem‘ an (fouilles 2007-2010), TM 16 (Mélanges Cécile Morrisson), 2010, p. 793-812, p. 803-804 pour l’eulogie aux cavaliers.

3 Jean-Luc Biscop proposera dans les Mélanges en l’honneur de Leïla Badre une reconstitution du système de fixation de l’échelle. Ces croisillons sont décrits sans être interprétés par O. Callot, Encore des eulogies de saint Syméon l’Alépin…, Déhès 2004, TM 15 (Mélanges Jean-Pierre Sodini), 2005, p. 705-712 (matrices A et B, p. 705-708, fig. 1-7).

4 Déjà Olivier Callot avait évoqué l’hypothèse et avait restitué ces frettes d’après les mortaises ménagées dans les colonnes d’autres stylites, qui devaient reproduire le modèle initial : O. Callot, À propos de quelques colonnes de stylites syriens, dans Architecture et poésie dans le monde grec. Hommage à Georges Roux, éd. R. Étienne, M.-Th. Le Dinahet et M. Yon, Lyon 1989 (Collection de la Maison de l’Orient méditerranéen 19. Série archéologique 11), p. 107-122, qui parle (p. 117) « d’équerres en bois ou en métal scellées au fût » ; O. Callot, P.-L. Gatier, Les stylites de l’Antiochène, Topoi. Suppl. 5. (Antioche de Syrie. Histoire, images et traces de la ville antique. Actes du colloque international, Lyon, 2001), 2004, p. 573-596 (notamment p. 582-587, fig. 6, p. 594 [colonne de Srir]).

5 J.-P. Sodini, Remarques sur l’iconographie de Syméon l’Alépin, le premier stylite, Monuments et mémoires de la Fondation Eugène Piot 70, 1989, p. 2953.

6 F. R. Trombley, Hellenic Religion and Christianization c. 370-529, t. 2, Leyde/New York/Cologne 1994 (Religions in the Graeco-Roman World 115/2), p. 184-199. Le texte en cause est cité p. 192 d’après la traduction allemande de H. Hilgenfeld publiée dans H. Lietzmann, Das Leben des heiligen Symeon Stylites, Leipzig 1908 (Texte und Untersuchungen zur Geschichte der altchristlichen Literatur 32/4), p. 100, § 40, traduite elle-même en anglais.

7 R. Doran, The Lives of Simeon Stylites, Kalamazoo, Mich. 1992 (Cistercian Studies Series 112), p. 169-170, § 93.

8 F. Lent, The Life of St. Simeon Stylites. A Translation of the Syriac Text in Bedjan’s Acta Martyrum et Sanctorum, Vol. IV, Journal of American Oriental Society 35, 1915, p. 103-198. Le passage concerné est p. 129, l. 15-25.

9 Il s’agit ici de l’enclos ou mandra que le moine fait ériger autour de l’endroit où il pratique la stasis avant l’élévation de ses colonnes successives : J.-P. Sodini, La hiérachisation des espaces à Qal‘at Sem‘an, dans Le sacré et son inscription dans l’espace à Byzance et en Occident. Études comparées, éd. M. Kaplan, Paris 2001 (Byz. Sorb. 18), p. 251-262, ici p. 252-253.

10 Lent, The Life of St. Simeon Stylites (cité n. 8), p. 129. Les assauts de Satan se répètent aux p. 129-132. Voir aussi la traduction de Hilgenfeld dans Lietzmann, Das Leben des heiligen Symeon Stylites (cité n. 6), § 40, p. 100. Le récit des multiples attaques démoniaques occupe les § 39-48, p. 100-104.

11 S. Ashbrook Harvey, Jacob of Serug, Homily on Simeon the Stylite, dans Ascetic Behavior in Greco-Roman Antiquity : A Sourcebook, éd. V. L. Winbush, Minneapolis 1990 (Studies in Antiquity and Christianity), p. 15-28. Les citations sont extraites des p. 19 (l. 653) et 22 (l. 658).

12 Trombley, Hellenic Religion and Christianization (cité n. 6), p. 247-279.

13 Doran, The Lives of Simeon Stylites (cité n. 7), § 6-7, p. 107-108. L’explicitation de ce poisson surgi de nulle part n’est pas donnée par le saint, mais on peut se demander s’il ne s’agit pas de renvoyer au terme ἰχθῦς, qui figure en lettres sur plusieurs linteaux de la région.

14 Sodini, Blanc, Pieri, Nouvelles eulogies de Qal‘at Sem‘an (fouilles 2007-2010) (cité n. 2), eulogies 05-09, p. 800-801.

15 C. Jolivet-Lévy, Contribution à l’étude de l’iconographie mésobyzantine des deux Syméon Stylites, dans Les saints et leur sanctuaire à Byzance. Textes, images et monuments, éd. C. Jolivet-Lévy, M. Kaplan et J.-P. Sodini, Paris 1993 (Byz. Sorb. 11), p. 35-47.

Table des illustrations

Légende Figure 1 - Plan du site de pèlerinage de Saint-Syméon-le-Protostylite (J.-L. Biscop)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37750/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Figure 2 - Plan schématique de l’implantation des bâtiments le long de la voie sacrée (J.-L. Biscop)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37750/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Figure 3 - Eulogie (QSVS01-325.0.1)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37750/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site