Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le saint, le moine et le paysan

 | 
Olivier Delouis
, 
Sophie Métivier
, 
Paule Pagès

Les martyrs de l’Union sur le mont Athos

Renaud Rochette

Texte intégral

1La persécution des moines du mont Athos peu après l’union des Églises réalisée lors du second concile de Lyon (1274) est une des traditions que l’on rapporte sur la sainte montagne. Les moines, devenus des martyrs, sont commémorés le 10 octobre (martyrs de Zôgraphou) et le 5 décembre (martyrs de Karyès). La mémoire de cet événement est soigneusement entretenue : entre autres témoignages, les moines de Zôgraphou firent ériger, à la fin du xixe siècle, un monument à leur gloire au nordouest de la cour du monastère.

  • 1 Lampros, Τὰ πάτρια.
  • 2 Koder, Patres Athonenses, p. 82-85.

2Le détail de ces événements a été copié dans plusieurs manuscrits des xvie-xixe siècles conservés dans les monastères athonites. Spyridon Lampros en a édité une version à partir d’un manuscrit de Saint-Pantéléèmôn, en indiquant les variantes (BHG 2333a)1. Plus récemment, Johannes Koder en a publié une autre version, plus courte, qui se trouve dans un manuscrit du xviie siècle conservé à Venise (BHG 2333)2. La trame des événements est identique, mais il y a des nuances importantes entre les deux récits, dont voici une traduction d’après ces éditions :

  • 3 Littéralement « avec une aide en bois de figuier » (συκίνης ἐπικουρίας). La tradition orthodoxe, b (...)
  • 4 2 Tm 4, 10.
  • 5 Dt 32, 5.
  • 6 Is 31, 3.
  • 7 Ps 124, 1.
  • 8 Ac 8, 21.
  • 9 Ps 6, 9.
  • 10 Littéralement : Mont-Gibet.
  • 11 Ps 57, 5.
  • 12 Variante : Tout ceci arriva en l’an mille quatre cent quatre-vingt du Salut (M. Gédéon, Ἄθως. Ἀν (...)
  • 13 Ps 78, 1-2.
  • 14 Ps 78, 1-3.
  • 15 Ps 77, 28.
  • 16 Mt 7, 6.
  • 17 Ps 79, 14.
  • 18 En qualifiant Jean Bekkos de φ (ρ) ατριάρχης (chef de fratrie), l’auteur joue avec son titre de πα (...)

BHG 2333a

BHG 2333

Mémoire […] sur l’attaque du mont Athos par Michel, le premier Paléologue, et Bekkos le patriarche, accompagnés d’une armée de Latins lors de leur retour, et sur les nombreux méfaits qu’ils commirent là.

Récit sur les saints pères de la sainte montagne assassinés par les latinophrones.

1. Michel, le premier des Paléologues, tenait alors le sceptre romain, et constatait que l’Empire était complètement humilié par les Agarènes et les Bulgares qui lui faisaient la guerre des deux côtés, au levant et au couchant : il prit avec le patriarche d’alors, Jean Bekkos le latinophrone, la décision lamentable et qui déplaît à Dieu d’imposer la doctrine des Latins en prétextant la paix de l’Église et l’aide latine que l’on pourrait

En ce temps-là, les Bulgares et les Turcs avaient le dessus sur les Romains. L’empereur des Romains, Manuel [sic] Paléologue, eut une discussion avec le patriarche Jean Bekkos, et ils partirent pour l’Italie afin de demander aux potentats locaux de l’aide contre les Bulgares et les Turcs ; c’est pour cette raison qu’ils firent l’union, puis ils partirent de chez les Italiens pour regagner Constantinople.

obtenir contre ceux qui les attaquaient, mais en réalité parce qu’il redoutait Charles, l’empereur de France, couronné par le pape d’alors, et auprès de qui Baudouin, qui avait régné illégitimement à Constantinople, s’était réfugié dans sa fuite pour obtenir de l’aide afin de repartir et de reprendre le sceptre byzantin. C’est pourquoi Michel Paléologue s’empressa d’attirer dans cette hérésie pontificale les moines distingués qui habitent sur les montagnes au saint nom, l’Athos, l’Olympe et le Galèsion, afin de s’attirer les bonnes grâces du pape ; mais les moines rejetèrent les lettres dogmatiques et persuasives qui leur avaient été envoyées ; mais lui, accompagné du patriarche, qui partageait son avis, et d’autres, partit pour l’Italie, chez les Latins, et adhéra à leur hérésie et à leurs dogmes étranges, et réalisa l’union et la paix perturbatrice, qui dérangea pendant huit ans toutes les Églises, jusqu’à ce qu’elle soit écrasée dans le tomos du Saint Synode réuni par l’empereur Andronic.

2. En revenant chez lui, armé de la force corrompue et du soutien maléfique3 qu’il avait obtenu là-bas, il croisa en chemin la sainte montagne de l’Athos (car il voyageait par la mer) et se dit que, s’il parvenait à rallier les moines qui vivaient là à sa doctrine, il attirerait sans difficulté tous les autres vers le précipice de la destruction. Il se rendit dans la laure de saint Athanase, et les moines, en le voyant, cédèrent à la peur et à la lâcheté, contrairement à ce qui convient, ou plutôt s’accrochèrent à la vie et préférèrent les malheurs éternels aux soucis momentanés, comme Démas, par amour du monde présent4, et devant la torture et les menaces, ils courbèrent la tête, abandonnèrent leur piété, et ils l’accueillirent avec

En chemin, ils firent un détour par la sainte montagne et, dans la laure de saint Athanase, ils demandèrent qu’on commémore l’empereur et le patriarche, et les moines, par peur, convinrent d’adopter une conduite sacrilège et célébrèrent tous ensemble une liturgie sacrilège et misérable en faisant mémoire de l’empereur et du patriarche. Plus tard, Dieu leur donna une leçon on ne peut plus claire.

des cierges, des hymnes et une procession, comme des enfants indignes5, ces fils malfaisants et dévoyés de leur saint père Athanase : le dimanche, ils célébrèrent une liturgie impie avec les Latins et les latinophrones qui l’accompagnaient, et firent mémoire de ceux qui utilisent les azymes, je veux dire le pape, le patriarche, ainsi que l’empereur.

3. Ensuite, ils se rendirent dans le vénérable monastère d’Ivirôn en espérant obtenir le même résultat. Mais la vanité de leur espoir6 leur mentit : les saints moines qui vivaient et pratiquaient l’ascèse en ce lieu ne succombèrent pas à la lâcheté et ne suivirent pas l’exemple misérable de Lavra, mais ils se dressèrent, fermes et solides, et ils sont comme le mont Sion, ceux qui ont foi dans le Seigneur7, ils ne furent pas ébranlés, ils maintinrent les traditions des apôtres et des Pères de l’Église, et qualifièrent avec dureté l’empereur impie et tous ceux qui pensaient comme lui d’hérétiques et de malfaisants. Celui-ci, ne supportant pas la remontrance, les divisa en deux groupes : ceux qui étaient ibères, il les bannit en Italie ; les autres, il les jeta dans le bateau du monastère, ordonna à ses écuyers d’appareiller et de saborder le navire pour l’envoyer dans les profondeurs. Ainsi, les saints martyrs et confesseurs connurent la fin bienheureuse par l’eau qui asphyxie. Ils accomplirent une magnifique profession de foi. Les autres pillèrent entièrement le monastère et le transformèrent en désert.

Ensuite, ils se rendirent au monastère d’Ivirôn et demandèrent aussi la commémoraison. Mais les moines ne voulurent pas du tout, et leur dirent : « Il n’y a pour nous ni part ni héritage8 dans ce qui vient de vous, latinophrones. » Les autres ne supportèrent pas la remontrance et ils jetèrent aussitôt les moines dans le bateau du monastère, puis le sabordèrent, les livrant aux profondeurs. Mais ceux qui étaient ibères, ils les envoyèrent en Italie.

4. Ils quittèrent cet endroit et se rendirent dans le saint et grand monastère de Vatopédi ; l’empereur y entra et demanda qu’on se rallie à ses préférences, c’est-à-dire l’hérésie de l’union et la mémoire des hérétiques ; mais les très saints moines du lieu ne

Après cela, ils se dirigèrent vers le monastère de Vatopédi ; là, ils demandèrent la commémoraison, mais l’higoumène et les moines qui se trouvaient avec lui leur dirent : « Éloignez-vous de nous, malfaisants, et tous ceux qui commettent des

l’acceptèrent pas et ne trahirent pas, mais s’opposèrent avec noblesse et traitèrent avec mépris les démonstrations de leurs écrits impies. Parce qu’il avait été déshonoré par cette résistance, l’empereur impie ordonna de tous les pendre sur une colline proche du monastère ; par cette pendaison, les bienheureux confesseurs rencontrèrent une mort heureuse et reçurent le bonheur et la vie éternelle à la place de la vie de ce monde. Les autres pillèrent tout le monastère et le dévastèrent. Douze moines furent pendus sur la colline à l’extérieur du monastère : mais ils attachèrent l’higoumène Euthyme avec une chaîne face à la mer dans un lieu appelé Kalamitzion, en haut d’une pierre découverte à marée basse, et cet homme louable obtint la couronne du martyre par la noyade.

actes malfaisants9, éloignez-vous. » Ces propos firent enrager Michel Paléologue et Jean Bekkos, qui les firent arrêter et pendre sur une colline à l’extérieur du monastère : depuis, la colline est appelée Phourkobouni10.

5. Après cela, l’empereur se rendit dans le saint monastère appelé Zôgraphou ; les moines très aimés de Dieu qui résidaient là, au nombre de 26, s’enfermèrent dans la tour du monastère et firent pleuvoir sur lui des paroles de mépris comme on jette des projectiles, en traitant l’empereur et sa suite d’impies et d’hérétiques. L’empereur impie ordonna de rassembler une grande quantité de broussailles et de les utiliser pour mettre le feu à la tour, et les bienheureux saints martyrs rencontrèrent la mort par le feu le dix octobre.

Ils dévastèrent entièrement le monastère, puis ils gravirent la montagne et arrivèrent au monastère des Bulgares dit Zôgraphou ; les moines de ce monastère (ils étaient 26) se barricadèrent dans la tour et, du haut de la tour, ils admonestaient ceux d’en bas en les qualifiant d’hérétiques et de malfaisants. Ceux-ci ne supportèrent pas la réprimande, firent un grand tas de broussailles et mirent le feu à la tour alors que les moines étaient toujours à l’intérieur (le dix octobre).

6. Il quitta cet endroit et se dirigea vers la laure de Karyès, où siège le prôtos de la montagne ; celui qui exerçait la charge de prôtos et ceux qui étaient avec lui résistèrent à l’empereur avec noblesse, et traitèrent avec dédain ses opinions ; ce dernier, pris de colère, ordonna de tous les passer par l’épée : ainsi, les saints confesseurs connurent leur fin. Il livra l’église au feu

Ensuite, ils partirent pour le Prôtaton et le ravagèrent car ils s’étaient fait houspiller par le prôtos et ceux qui étaient avec lui – ils les qualifièrent de malfaisants et d’impies. Et ils se bouchèrent l’oreille comme l’aspic11 et livrèrent au feu l’ensemble du Prôtaton, en même temps que l’église. Ils s’en prirent aux kellia qui se trouvaient autour, avec ceux qui y habitaient, tuèrent

et pilla les kellia des moines, puis il franchit le sommet et arriva au monastère dit de Xèropotamou.

les moines et gardèrent les matériaux comme butin.

7. Les moines qui habitaient là, tremblant de peur et préférant la vie de ce monde à la vie éternelle, comme celui qui, parmi les Quarante saints, a chuté et, suivant le mauvais exemple de Lavra, reçurent eux aussi l’empereur avec les lumières, les acclamations et de grandes marques d’honneur. Ensuite, dans l’église, ils célébrèrent la liturgie des azymites et firent mémoire des hérétiques. Le Seigneur porta son regard sur la terre et la fit trembler, la secouant aussitôt avec un grand bruit. L’église s’effondra et tomba sur les prêtres de la honte qui s’y trouvaient et les murs du monastère furent renversés : un seul mur demeura, penché, pour servir d’avertissement aux générations futures. En voyant cela, l’empereur et ceux qui se trouvaient avec lui furent pris de honte, se détournèrent en cachant leur visage, montèrent sur leurs navires et rentrèrent chez eux chargés de l’anathème. Tout ceci se déroula en 128012.

Après cela, ils descendirent de la montagne et arrivèrent au monastère de Xèropotamou. Tenaillés par la peur, les moines de ce monastère sortirent avec prières et encens et allèrent au devant d’eux en les gratifiant de nombreuses marques d’honneur ; ils se rendirent dans l’église et célébrèrent ensemble la liturgie, et firent mémoire de l’empereur et du patriarche. Aussitôt, Dieu porta son regard sur la terre des malfaisants et la fit trembler avec un grand bruit : et les murs du monastère tombèrent comme autrefois les murs de Jéricho, et il ne resta qu’un seul mur, penché, pour servir d’avertissement pour les temps futurs, et l’église s’effondra tout entière sur les prêtres de la honte, et leurs cadavres servirent de sacrifice mort. L’odieux empereur et le patriarche virent cela, eurent honte, regagnèrent leurs navires et rentrèrent chez eux, honteux et misérables.

8. Quand ils furent partis, les moines qui, par peur, s’étaient enfuis et cachés dans des lieux boisés, sortirent et regagnèrent leurs monastères, trouvèrent ceux qui avaient été tués, leur donnèrent de saints tombeaux et entonnèrent le chant composé par David à ce propos : « Dieu, les païens sont venus dans ton héritage, ils ont souillé ton temple saint ; ils ont livré les cadavres de tes serviteurs en pâture aux oiseaux du ciel, la chair de tes consacrés aux bêtes de la terre13. »

Quelques jours plus tard, les secousses cessèrent et les moines qui avaient fui les hommes armés sortirent de leur cachette et chacun regagna sa demeure ; ils trouvèrent leurs voisins assassinés et implorèrent, avec force lamentations : « Dieu, les païens sont venus dans ton héritage, ils ont souillé ton temple saint ; ils ont livré les cadavres de tes serviteurs en pâture aux oiseaux du ciel, la chair de tes consacrés aux bêtes de la terre ; ils ont versé leur sang comme si c’était de l’eau14, tout autour de leur demeure15 Ils récitèrent la suite du psaume et enterrèrent les corps là même où ils furent trouvés : ces événements eurent lieu au mois d’octobre de l’an 6753 [1244]. Ceci marqua donc la fin.

9. Après cela, la lumière de la vérité brilla sur les Églises du Christ : la vermine venue de l’Église de Rome fut chassée du troupeau du Christ par le pieux empereur Andronic (celui qui devint Antoine en revêtant le divin et angélique habit de moine) lorsqu’il reçu le sceptre paternel et qui fit preuve d’un grand zèle pour la piété et consolida les dogmes droits : il réunit un concile œcuménique, chassa Bekkos du trône, voua à l’anathème ceux qui étaient avec lui, et présida à la paix des Églises avec Dieu, comme c’est clairement montré dans le tomos rédigé par le Saint Synode.

10. Andronic rebâtit le monastère de Xèropotamou sur ses fondations, mais le champignon qui poussait tout seul chaque année sous la sainte table en mémoire des 40 saints martyrs ne pouvait plus pousser, car le saint sanctuaire avait été profané par les latinophrones dont nous avons parlé.

Ensuite, il s’écoula peu de temps avant que ce qui avait été détruit soit reconstruit par les pieux empereurs : le monastère de Xèropotamou fut reconstruit de fond en comble par Andronic, l’empereur des Romains. Mais le champignon qui, d’après la tradition, poussait miraculeusement en mémoire des grands et célèbres saints martyrs de Sébastée, ne poussa plus comme avant, car ils ont donné aux chiens ce qui était sacré16, et il fait des ravages, le sanglier des forêts17, Jean Bekkos le « phatriarche18 » : au sol, seul demeure l’emplacement de la sainte table, vide, en témoignage pour temps futurs.

11. Le monastère de Vatopédi fut restauré par Stefan, le despote de Serbie, et l’icône de la très sainte Théotokos qui s’y trouvait fut décorée ; le monastère de Zôgraphou et les kellia de Karyès détruites dans le Prôtaton furent restaurés par les souverains de la Bulgarie.

Le monastère de Zôgraphou fut reconstruit en plus grand et amélioré par le prince des Bulgares. La laure du Prôtaton et tout ce qui se trouvait autour ont été reconstruits plus solidement et agrandis par le kralj de Serbie. La divine icône de la Théotokos de Vatopédi se trouvait alors à Kallioupolis : les moines de ce monastère l’apprirent et portèrent l’affaire devant l’empereur de Serbie Stefan. L’empereur envoya une délégation à Kallioupolis, obtint l’icône, la décora et la para magnifiquement d’un contour à l’or fin ;

puis il l’envoya au monastère de Vatopédi avec de nombreuses richesses. Les moines la reçurent avec beaucoup de vénération et d’actions de grâce, se prosternèrent comme il convient, l’embrassèrent et la déposèrent dans le synthronon du sanctuaire, comme auparavant.

12. Nous prierons donc avec ardeur le Seigneur afin qu’avec l’intercession de notre reine immaculée, la Théotokos, avec l’intercession de nos saints pères et confesseurs (ceux du présent récit), il nous protège des ténèbres italiennes. Amen.

Par son intercession, sauve-nous, Seigneur, et par les prières et les suppliques de nos saints pères assassinés, garde ce saint lieu de toute action impie et funeste commise par nos ennemis de la terre et de la mer : repousse-les et anéantis-les comme les Égyptiens, les Madianites et les Assyriens, pour les siècles des siècles, amen. Fin du récit sur les saints pères assassinés originaires de la sainte montagne de l’Athos.

  • 19 Rigo, La Διήγησις, p. 76-78.

3Malgré leur proximité, parfois pratiquement mot pour mot, ces deux textes présentent des différences notables. Antonio Rigo, auteur d’une des rares études sur ces deux textes, considère qu’on est en présence d’un unique récit : la version brève (BHG 2333) est la plus ancienne et veut dénoncer le comportement des latinophrones en général, tandis que la version longue (BHG 2333a) est une amplification qui est plus soucieuse de remise en contexte, comme le montrent une date moins improbable et l’absence d’erreur sur l’empereur persécuteur19.

4Cependant, les expressions « version courte » et « version longue » sont trompeuses, car il n’existe pas vraiment de rapport de réduction ou d’extension : à partir d’un canevas identique, chacune des deux versions adopte une perspective qui lui est propre et met en avant certains éléments de préférence à d’autres.

5Si BHG 2333a est effectivement plus longue, le récit développe certains épisodes : les contextes historiques de l’union de l’Église (§ 1) et de son annulation (§ 9, totalement absent de BHG 2333), la soumission des moines de Lavra (§ 2), la résistance des moines d’Ivirôn (§ 3) et celle des moines de Vatopédi, avec l’ajout du martyre de l’higoumène Euthyme (§ 4). En revanche, cette version est plus brève sur l’inhumation des martyrs par les survivants (§ 8) et la restauration des monastères (§ 10-11). La prière finale (§ 12) est de tonalité très différente dans les deux textes.

6Dans l’ensemble, BHG 2333a adopte une double perspective : d’une part, une remise en contexte qui se veut aussi précise que possible, et d’autre part un jugement moral sur l’action des moines. Les moines s’opposant à la volonté de Michel VIII sont systématiquement qualifiés de « confesseurs », même lorsqu’ils meurent : la qualité de martyr est réservée aux moines de Zôgraphou et à Euthyme de Vatopédi. Ceux qui se soumettent sont décriés pour leur couardise et renvoyés à de mauvais exemples bibliques et hagiographiques : les moines de Lavra sont comparés à Démas, qui a abandonné saint Paul, et deviennent un mauvais exemple, tandis qu’à ceux de Xèropotamou, dont le monastère est dédié aux Quarante martyrs de Sébastée, on rappelle qu’un des Quarante a failli. Dans l’ensemble, c’est un texte à la tonalité fortement anti-unioniste, comme le rappelle la prière finale. De son côté, BHG 2333, en insistant sur les restaurations des monastères et l’icône de la Théotokos de Vatopédi, a une dimension plus patrimoniale et mémorielle, et relève plus des patria que du martyrologe : ici, la prière finale est placée sous l’égide de cette icône et concerne des dangers tellement généraux et vagues qu’elle pourrait être reprise à n’importe quelle époque.

  • 20 Georges Pachymère, éd. A. Failler et trad. V. Laurent, Georges Pachymérès. Relations historiques. (...)
  • 21 Ibid., p. 585 et 617 ; Vie de Mélétios le Confesseur (BHG 1246a), éd. Spyridon Lavriôtès, Βίος καὶ (...)
  • 22 Georges Pachymère (cité n. 20), p. 507-509.

7Ce récit édifiant et pittoresque pose de nombreux problèmes. Le plus important est tout simplement qu’aucune autre source ne mentionne ces événements. Georges Pachymère, si prolixe sur les avanies subies par les opposants à Michel VIII, ne mentionne aucune difficulté avec les moines du mont Athos20. Ce silence est à rapprocher du récit complet des malheurs de Mélétios, l’authentique confesseur de l’opposition à l’Union, et de son compère Galaktiôn21. Du retour de l’ambassade byzantine envoyée pour accepter l’union des Églises au second concile de Lyon (mai-juillet 1274), on ne sait rien : la seule péripétie mentionnée par Pachymère se déroule à l’aller : le naufrage d’un des deux navires au large du cap Malée en mars 127422.

  • 23 Koder, Patres Athonenses, p. 8330-31 ; Lampros, Τὰ πάτρια, p. 15930.
  • 24 ͵ϛψνγʹ (6753) : Koder, Patres Athonenses, p. 8457. Pour faire correspondre à la date d’octobre 127 (...)
  • 25 J. Ivanov, Bălgarski starini iz Makedonija, Sofia 1931, p. 439-440.

8Les deux récits comportent deux dates qui ne sont d’aucune utilité et ne font qu’entretenir la suspicion quant à la véracité des événements. La première est celle du martyre des vingt-six moines de Zôgraphou : le 10 octobre, ce qui explique la date de commémoraison23. Après avoir mentionné le départ de Michel VIII, les deux textes précisent l’année des faits, mais sans être d’accord : 6753 (1244) pour BHG 2333, ce qui est trop tôt, tandis que BHG 2333a les fait se dérouler en 1280, ce qui est trop tard24. Le synaxaire (slave) de Zôgraphou indique 6784 (1275)25.

  • 26 Lampros, Τὰ πάτρια, p. 15919-20.
  • 27 Actes de Vatopédi. 1, Des origines à 1329, éd. J. Bompaire et al., Paris 2001 (Archives de l’Athos (...)

9BHG 2333a mentionne le nom de l’higoumène de Vatopédi : Euthyme26. Or aucun higoumène de Vatopédi n’est connu avec certitude entre 1270 et 1287, et les éditeurs des actes de Vatopédi n’ajoutent Euthyme qu’avec la plus grande circonspection27.

  • 28 Koder, Patres Athonenses, p. 821-5.
  • 29 Lampros, Τὰ πάτρια, p. 1571-1589.

10Le contexte donné par le récit n’a que l’apparence de l’exactitude. BHG 2333 va à l’essentiel en expliquant que l’Empire est en guerre contre les Bulgares et les Turcs, ce qui décide Michel Paléologue et Jean Bekkos à se rendre en Italie pour obtenir de l’aide28. BHG 2333a offre un récit plus complet. Il mentionne les mêmes conflits, mais en insistant sur la dimension religieuse de celui avec les Turcs en les qualifiant d’Agarènes. Il ajoute, et en fait le motif principal de l’Union, la volonté de faire pièce aux projets de Charles d’Anjou, présenté comme le bras armé du pape, qui l’a couronné, de soutenir les revendications de Baudouin II de Courtenay, l’empereur latin détrôné29.

11L’idée générale a donc quelque chose de familier et reprend bien les différents arguments évoqués à l’époque, mais le diable étant dans les détails, il apparaît que plus les rédacteurs s’efforcent d’être précis, plus le lien avec la réalité est ténu. Si la volonté de déjouer les projets de croisade de Charles d’Anjou est bien vue, quelqu’un de peu éloigné des événements n’aurait jamais fait du frère de saint Louis un « empereur de France » (Κάρολον τὸν αὐτοκράτορα Γαλλίας) : il a été couronné roi de Sicile en 1266 par le pape Clément IV.

  • 30 Laurent, Darrouzès, Dossier grec, p. 1953-5 et p. 19515-28.

12Les menaces turques et bulgares sont elles aussi plus étonnantes qu’elles n’en ont l’air. La progression turque est lente et n’est pas le danger imminent que peuvent être les menaces de Charles d’Anjou. Michel VIII explique certes que la paix avec les Latins permettrait de reprendre le terrain perdu, mais l’argument est tellement général qu’il relève plus d’un objectif à long terme que de la parade à une attaque précise30. C’est plutôt vers la fin des années 1270 que le danger devient plus aigu, et il faut attendre l’arrivée au pouvoir d’Osman Ier Gazi (1281) pour que l’Empire doive faire face à un renouveau réellement inquiétant des raids turcs. De même, si les relations sont tendues avec la Bulgarie, on est loin, au début des années 1270, des campagnes de Théodore Ier Svetoslav (1300-1322).

  • 31 Oskar Halecki mentionne l’existence d’un récit dans lequel Jean V, de retour d’Italie, fait escale (...)
  • 32 Koder, Patres Athonenses, p. 82, n. 6. Certains manuscrits des Relations historiques de Pachymère, (...)

13Les circonstances mêmes de la persécution laissent perplexes. En effet, Michel VIII ne s’est pas rendu en Italie (sans compter que le concile a eu lieu à Lyon), ce qui rend douteux une escale sur le mont Athos lors de son inexistant retour. Surtout, Jean Bekkos ne peut l’avoir accompagné en tant que patriarche. En effet, Joseph Ier le Galésiote démissionne le 9 janvier 1275, tandis que Jean XI Bekkos n’accède au patriarcat que le 26 mai 1275. Ces éléments auraient pu être inspirés par le concile de Ferrare-Florence (1438-1439), qui aboutit de nouveau à l’union des Églises, car Jean VIII s’y est effectivement rendu avec le patriarche Joseph. Cependant, ce dernier est mort à Florence le 10 juin 1439, avant même la proclamation de l’Union, et son successeur est élu après le retour de Jean VIII, qui a regagné Constantinople le 31 janvier 1440. De même, le ralliement de Jean V à la foi latine en 1369 à Rome est purement personnel, s’est fait sans la présence du patriarche et n’engage en rien l’Église byzantine31. Le fait que BHG 2333 écrive « Manuel Paléologue » pour « Michel Paléologue » incite Johannes Koder à penser que le voyage de Manuel II en Occident (1399-1403) a aussi pu servir de modèle32. Cette idée d’une présence de l’empereur et du patriarche à l’Athos est suffisamment fragile pour avoir disparu au fil du temps : les synaxaires contemporains n’évoquent plus que des croisés envoyés par Michel Paléologue.

  • 33 Chrysobulle de Michel VIII en faveur de Xèropotamou (décembre 1275) : Actes de Xéropotamou, éd. J. (...)

14La persécution a eu des effets sur les monastères eux-mêmes : Vatopédi dévasté, une tour incendiée à Zôgraphou, le Prôtaton détruit par le feu, l’effondrement de Xèropotamou. Le seul moment où le mont Athos a subi d’importants ravages est lors de la campagne de la Compagnie catalane en Macédoine (1307-1308), soit bien après les événements supposés, mais il est difficile de ne pas relever qu’il s’agit de Latins s’en prenant aux moines. À l’inverse, le monastère de Xèropotamou a été relevé par le despote Jean Paléologue, frère cadet de Michel VIII actif en Macédoine et mort en 1273/127433, soit bien avant les événements.

  • 34 Koder, Patres Athonenses, p. 8467-68 ; Lampros, Τὰ πάτρια, p. 16112-14.
  • 35 Le fait que BHG 2333a parle de « Stefan, le despote de Serbie », incite Antonio Rigo à considérer (...)
  • 36 Koder, Patres Athonenses, p. 8468-75.
  • 37 Lampros, Τὰ πάτρια, p. 16110-14.

15La description du relèvement des monastères est trop vague pour être utile. Sans grande surprise, le tsar de Bulgarie reconstruit Zôgraphou, mais son nom n’est jamais précisé34. L’action du kralj (BHG 2333)/despote (BHG 2333a) de Serbie n’est pas clairement définie, et il reste tout aussi inidentifiable : il s’appelle Stefan, ce qui n’est d’aucune aide car, depuis le règne de Stefan Nemanja (1166-1196), les Nemanjić ajoutent systématiquement Stefan, utilisé comme un titre, devant leur prénom35. BHG 2333 lui attribue la reconstruction du Prôtaton et le don à Vatopédi d’une icône de la Vierge, elle aussi honorée à la date du 10 octobre, dans des circonstances assez développées dans un récit d’ordinaire plus elliptique36. BHG 2333a mentionne un relèvement de Vatopédi et le don de l’icône, mais attribue la reconstruction du Prôtaton au tsar de Bulgarie37.

  • 38 Koder, Patres Athonenses, p. 8460-65 ; Lampros, Τὰ πάτρια, p. 16026-1619.
  • 39 Macrides, Saints and Sainthood (cité n. 21), p. 82.
  • 40 Voir par exemple, au milieu du xive siècle : Philothéos de Sèlymbria, Éloge de saint Agathonikos ((...)

16Xèropotamou, de son côté, est reconstruit par Andronic II. Cette action fait partie d’un processus plus large de valorisation du successeur de Michel VIII, dont on rappelle qu’il s’est fait moine sous le nom d’Antoine et qu’il a mis fin à l’union des Églises et rétabli l’orthodoxie38. Contrairement à une partie de l’hagiographie du début de l’époque des Paléologues, il ne s’agit pas de condamner la dynastie39 : la valorisation des souverains orthodoxes de la région, y compris des bons Paléologues, indique que Michel Paléologue a rejoint la galerie des personnages types des persécuteurs comme incarnation de la latinophronie. La damnatio memoriae de Michel VIII n’est pas qu’une figure de style : elle est régulièrement rappelée par l’Église40. La figure de Michel Paléologue, l’empereur doublement maudit (pour l’aveuglement de Jean IV Laskaris et l’union des Églises) a un autre avantage : elle permet de montrer une résistance athonite dès les débuts de la politique d’Union et sa souffrance pour la foi de la main d’un empereur hérétique – d’autant plus qu’il n’y avait pas grand mérite à s’opposer à l’union de 1439, à un moment où la sainte montagne est sous autorité ottomane.

  • 41 Koder, Patres Athonenses, p. 80 ; Rigo, La Διήγησις, p. 78-80. Ce dernier estime que le récit a ét (...)
  • 42 Stéphane Binon voit dans ce récit la conflagration de quatre épisodes distincts et également traum (...)
  • 43 « Le produit ne mérite guère de figurer dans les Patria de l’Athos » : Laurent, Darrouzès, Dossier (...)

17Une lecture un peu attentive permet donc de considérer ces faits comme fictifs. Le caractère tardif des plus anciens manuscrits rapportant les événements (xvie-xviiie siècle41) achève de convaincre que l’on a affaire à un récit composé bien après les événements à partir de souvenir épars qui se sont mélangés42. Le caractère fantaisiste de la persécution entraîne un jugement particulièrement sévère de plusieurs byzantinistes43.

  • 44 Laurent, Darrouzès, Dossier grec, p. 84-85.
  • 45 Lampros, Τὰ πάτρια, p. 1596, p. 15916, p. 15929-30 et p. 1607.
  • 46 Ibid., p. 1607. Les éditeurs des actes de Lavra relèvent l’existence d’une tradition attribuant de (...)
  • 47 Ivan Dujčev rapporte l’existence d’un texte en bulgare qui ne mentionne que l’incendie de Zôgrapho (...)
  • 48 Actes de Kastamonitou, éd. N. Oikonomidès, Paris 1978 (Archives de l’Athos 9), p. 100.

18À l’évidence, l’objectif est de donner au mont Athos des martyrs et confesseurs dans un combat que la sainte montagne n’a pas livré44. Les qualificatifs reviennent à plusieurs reprises45. Une telle valorisation du mont Athos, transformé en bastion de l’orthodoxie, est probablement à relier à l’officialisation de l’hésychasme lors du concile de 1351, qui a fait de la sainte montagne le cœur de la spiritualité orthodoxe. Le plus intéressant est que seule une petite partie des monastères est concernée. L’empereur et sa suite passent par six monastères : Lavra, Ivirôn, Vatopédi, Zôgraphou, Karyès et Xèropotamou. Surtout, les récits donnent l’image rare d’une communauté athonite désunie : Lavra et Xèropotamou plient devant Michel VIII, mais Ivirôn, Vatopédi, Zôgraphou et le Prôtaton résistent. Lavra subit un jugement particulièrement sévère, car le monastère a donné le mauvais exemple46. Le but de ces récits n’est donc pas vraiment de faire l’apologie de la résistance athonite, mais plutôt d’exalter la résistance de certains monastères et de critiquer les autres47. Cela conduit Kastamonitou à broder sur le récit pour être compté parmi les monastères persécutés en remplaçant les incendies de Zôgraphou et de Karyès par celui de Kastamonitou et de plusieurs monydria48.

  • 49 Rigo, La Διήγησις, p. 86-94.

19L’union des Églises de 1439 a donné lieu à une autre tradition athonite tout aussi fantaisiste mais étrangement similaire. Dans cette version, le pape endosse le rôle du persécuteur. Lorsque les circonstances sont précisées, il s’agit de Nicolas V (1447-1455) qui, soucieux d’imposer les décisions du concile de Ferrare-Florence à une Église byzantine peu enthousiaste, se rend à Constantinople, se fait refuser l’entrée dans la ville et entreprend de rallier la sainte montagne à sa cause. Ici aussi, Lavra se plie à la volonté du persécuteur, tandis que Vatopédi, Kutlumus, Zôgraphou, Docheiariou et même Xèropotamou sont détruits. Cette fois, le rôle des pieux restaurateurs est attribué à plusieurs voievozi de Valachie49.

20Si les récits de la persécution des moines athonites sont tardifs, la littérature suscitée par l’union des Églises invite à penser que la volonté d’exalter la résistance du mont Athos à cette union apparaît dès la fin du xiiie siècle. En effet, trois documents laissent entendre que la sainte montagne a rejeté l’union de 1274.

  • 50 Lettre des moines de l’Athos à l’empereur, éd. Laurent et Darrouzès, Dossier grec, p. 383-403.
  • 51 Ibid., p. 405-423.

21En 1275, après avoir reçu le prostagma de mise en application de l’union des Églises, les moines de l’Athos écrivent à Michel VIII avec le vain espoir de le fléchir. La lettre comporte les habituels griefs contre les Latins, ces judaïsants qui dénaturent le Credo, ce qui rend impossible toute communion, toute commémoraison, toute primauté du pape50. Une lettre rédigée plus tard et adressée à des évêques reprend les mêmes arguments, mais en y ajoutant le tableau angoissant d’une Église menacée de subversion par les forces des ténèbres51.

  • 52 R.-J. Lœnertz (éd.), Mémoire d’Ogier, protonotaire, pour Marco et Marchetto nonces de Michel VIII (...)

22Les effets de cette bronca restent inconnus. Dans le document rédigé vers 1278 par le protonotaire Ogier et destiné au pape, Michel VIII ne mentionne pas de résistance de l’Église ou des moines, mais évoque un synode anti-unioniste, réuni sous l’égide de Jean Doukas, qui règne sur la Thessalie, où l’on aurait trouvé huit évêques et une centaine de moines52. Du mont Athos lui-même, rien n’est dit.

  • 53 Procès de Nicéphore, éd. Laurent et Darrouzès, Dossier grec, p. 487-507.

23Le seul document contemporain à évoquer des violences contre le mont Athos est l’œuvre d’un moine athonite, Nicéphore, condamné par un tribunal latin pour avoir refusé l’union des Églises, et que Michel VIII a exilé à Chypre. Le temps fort du texte est un dialogue tendu avec un légat pontifical dans lequel Nicéphore et un autre moine, Clément, reviennent une nouvelle fois sur toutes les erreurs des Latins53.

  • 54 Ibid., p. 487-489.
  • 55 Laurent, Darrouzès, Dossier grec, p. 85.

24Le récit de Nicéphore ajoute que le prostagma de mise en application de l’union des Églises indiquait que les contrevenants subiraient toute la rigueur de la loi, ce qui est assez logique. Surtout, il explique que Michel VIII met ses menaces à exécution et, au printemps 1276, envoie une troupe armée sur l’Athos pour mettre au pas les moines récalcitrants54. Nicéphore nous montre une communauté de l’Athos livrée dans son intégralité aux tourments des soudards de l’empereur, mais les éditeurs du texte restent dubitatifs quant à l’ampleur réelle des arrestations qui ont eu lieu sur la sainte montagne55. Il est fort probable qu’il y eut quelques moines récalcitrants – peut-être à l’origine des lettres à l’empereur et aux évêques –, mais qu’ils furent aisément identifiés et mis hors d’état de nuire. En tout cas, le récit de Nicéphore témoigne d’une volonté d’attribuer à l’ensemble des moines de l’Athos les actes d’opposition d’une minorité. Bien entretenue après la révocation de l’Union en janvier 1283, l’arrestation de quelques fortes têtes par les hommes de Michel VIII a pu servir de canevas à un récit haut en couleurs digne des meilleurs martyrologes.

25Aussi fantaisiste soit-il, le récit du martyre des pères athonites donne un intéressant aperçu de la construction de la mémoire de l’Empire byzantin sur la sainte montagne. Élaboré comme une agrégation d’éléments réels mais distincts (destructions de monastères et politique unioniste des Paléologues), il met en exergue une résistance imaginaire de la sainte montagne dès le début de la politique d’union, quitte à subir les foudres impériales, ce qui permet aux athonites de fournir un important contingent de saints pour un motif qui n’en avait pas suscité beaucoup – seuls quelques moines ont eu le courage de s’opposer à l’empereur. En mettant en valeur les liens de l’Athos avec l’ensemble des souverains orthodoxes des Balkans, le récit fait de la sainte montagne le cœur d’une orthodoxie qui dépasse largement l’Empire byzantin : l’Athos est orthodoxe, mais l’orthodoxie n’est plus spécifiquement byzantine. Surtout, en faisant de Michel VIII Paléologue le méchant de l’histoire, le récit du martyre des pères athonites montre que le fondateur de la dernière dynastie de l’Empire a durablement rejoint, jusqu’à nos jours, la cohorte des empereurs hérétiques et maudits, au point de servir de référence stéréotypée quand il est question d’opposition à l’union des Églises.

Abréviations

26Koder, Patres Athonenses
Patres Athonenses (BHG 2333), éd. J. Koder, Patres Athonenses a latinophilis occisi sub Michaele VIII, JÖB 18, 1969, p. 79-88

27Lampros, Τὰ πάτρια
Patres Athonenses (BHG 2333a), éd. S. Lampros, Τὰ πάτρια τοῦ ῾Αγίου Ὄρους, Néos Hell. 9, 1912, p. 157-161

28Laurent, Darrouzès, Dossier grec
Dossier grec de l’Union de Lyon (1273-1277), éd. V. Laurent et J. Darrouzès, Paris 1976 (Archives de l’Orient chrétien 16)

29Rigo, La Διήγησις
A. Rigo, La Διήγησις sui monaci athoniti martirizziati dai latinofroni (BHG 2333) e le tradizioni athonite succesive : alcune osservazioni, Studi Veneziani n. s. 15, 1988, p. 71-106

Notes

1 Lampros, Τὰ πάτρια.

2 Koder, Patres Athonenses, p. 82-85.

3 Littéralement « avec une aide en bois de figuier » (συκίνης ἐπικουρίας). La tradition orthodoxe, brodant sur Mt 21, 18-22 (Jésus fait se dessécher un figuier), fait du figuier l’arbre maudit par le Christ.

4 2 Tm 4, 10.

5 Dt 32, 5.

6 Is 31, 3.

7 Ps 124, 1.

8 Ac 8, 21.

9 Ps 6, 9.

10 Littéralement : Mont-Gibet.

11 Ps 57, 5.

12 Variante : Tout ceci arriva en l’an mille quatre cent quatre-vingt du Salut (M. Gédéon, Ἄθως. Ἀναμνήσεις - ἔγγραφα - σημειώσεις, Constantinople 1885, p. 14415-16).

13 Ps 78, 1-2.

14 Ps 78, 1-3.

15 Ps 77, 28.

16 Mt 7, 6.

17 Ps 79, 14.

18 En qualifiant Jean Bekkos de φ (ρ) ατριάρχης (chef de fratrie), l’auteur joue avec son titre de πατριάρχης.

19 Rigo, La Διήγησις, p. 76-78.

20 Georges Pachymère, éd. A. Failler et trad. V. Laurent, Georges Pachymérès. Relations historiques. 2, Livres IV-VI, Paris 1984 (CFHB 24/2), p. 501-505 et 611-621.

21 Ibid., p. 585 et 617 ; Vie de Mélétios le Confesseur (BHG 1246a), éd. Spyridon Lavriôtès, Βίος καὶ πολιτεία Μελετίου τοῦ Ὁμολογητοῦ, Γρηγόριος ὁ Παλαμᾶς 5, 1921, p. 620-621 ; R. Macrides, Saints and Sainthood in the Early Palaiologan Period, dans The Byzantine Saint, éd. S. Hackel, Londres 1981 (Studies Supplementary to Sobornost 5), p. 81-82 ; A. Failler, Mélèce le Confesseur et le monastère Saint-Lazare de Constantinople, REB 56, 1998, p. 620-621.

22 Georges Pachymère (cité n. 20), p. 507-509.

23 Koder, Patres Athonenses, p. 8330-31 ; Lampros, Τὰ πάτρια, p. 15930.

24 ͵ϛψνγʹ (6753) : Koder, Patres Athonenses, p. 8457. Pour faire correspondre à la date d’octobre 1274, il faudrait corriger en ͵ϛψπγʹ (6783). Cependant, Antonio Rigo estime que la date de 1280 pourrait révéler une des origines du récit. Michel VIII envoie alors des troupes pour s’opposer aux armées de Charles d’Anjou qui ont envahi la Macédoine, et celles-ci auraient pu faire un détour par l’Athos pour convaincre quelques réfractaires à l’union des Églises : Rigo, La Διήγησις, p. 97.

25 J. Ivanov, Bălgarski starini iz Makedonija, Sofia 1931, p. 439-440.

26 Lampros, Τὰ πάτρια, p. 15919-20.

27 Actes de Vatopédi. 1, Des origines à 1329, éd. J. Bompaire et al., Paris 2001 (Archives de l’Athos 21), p. 51-52. Euthyme est représenté sur une fresque dans le narthex de l’église : ibid., p. 16 n. 124.

28 Koder, Patres Athonenses, p. 821-5.

29 Lampros, Τὰ πάτρια, p. 1571-1589.

30 Laurent, Darrouzès, Dossier grec, p. 1953-5 et p. 19515-28.

31 Oskar Halecki mentionne l’existence d’un récit dans lequel Jean V, de retour d’Italie, fait escale à Thessalonique et se rend sur le mont Athos auprès du moine bulgare Euthyme, futur patriarche de Tărnovo, pour lui faire rendre de l’argent et des objets précieux qu’il était soupçonné d’avoir stockés : O. Halecki, Un empereur de Byzance à Rome. Vingt ans de travail pour l’union des Églises et pour la défense de l’empire d’Orient, 1355-1375, Varsovie 1930 (Travaux historiques de la Société des sciences et des lettres de Varsovie 8), p. 232 n. 1.

32 Koder, Patres Athonenses, p. 82, n. 6. Certains manuscrits des Relations historiques de Pachymère, datés du xive siècle, indiquent une autre origine possible à cette substitution, qui serait alors assez ancienne : Georges Pachymère (cité n. 20), p. 39112-17 et p. 390, n. 2.

33 Chrysobulle de Michel VIII en faveur de Xèropotamou (décembre 1275) : Actes de Xéropotamou, éd. J. Bompaire, Paris 1964 (Archives de l’Athos 3), no 10, p. 921-5.

34 Koder, Patres Athonenses, p. 8467-68 ; Lampros, Τὰ πάτρια, p. 16112-14.

35 Le fait que BHG 2333a parle de « Stefan, le despote de Serbie », incite Antonio Rigo à considérer qu’il s’agit de Stefan Lazarević, qui reçoit la dignité de despote en 1402 : Rigo, La Διήγησις, p. 95.

36 Koder, Patres Athonenses, p. 8468-75.

37 Lampros, Τὰ πάτρια, p. 16110-14.

38 Koder, Patres Athonenses, p. 8460-65 ; Lampros, Τὰ πάτρια, p. 16026-1619.

39 Macrides, Saints and Sainthood (cité n. 21), p. 82.

40 Voir par exemple, au milieu du xive siècle : Philothéos de Sèlymbria, Éloge de saint Agathonikos (BHG 43), PG 154, Paris 1856, col. 1237-1240. Voir surtout l’absence de Michel VIII de la liste des pieux empereurs dont la mémoire est célébrée par le Synodikon de l’orthodoxie : J. Gouillard, Le synodikon de l’Orthodoxie : édition et commentaire, TM 2, 1967, p. 97812-814 (la liste passe de Théodore II à Michel IX).

41 Koder, Patres Athonenses, p. 80 ; Rigo, La Διήγησις, p. 78-80. Ce dernier estime que le récit a été élaboré au xvie siècle.

42 Stéphane Binon voit dans ce récit la conflagration de quatre épisodes distincts et également traumatisants pour la sainte montagne : l’occupation latine après la quatrième croisade, le zèle de Michel VIII à faire appliquer l’union des Églises, les ravages de la Compagnie catalane, la piraterie turque et latine des xive et xve siècles : S. Binon, Les origines légendaires et l’histoire de Xéropotamou et de Saint-Paul de l’Athos, Louvain 1942 (Bibliothèque du Muséon 13), p. 112-113.

43 « Le produit ne mérite guère de figurer dans les Patria de l’Athos » : Laurent, Darrouzès, Dossier grec, p. 82-83. « S’il est un peu étonnant que ce genre de texte ait pu naître à l’Athos et y proliférer, il ne l’est pas moins que les historiens aient hésité à en dénoncer la fausseté » : Actes de Lavra. 4, Études historiques, actes serbes, éd. P. Lemerle et al., Paris 1982 (Archives de l’Athos 11), p. 11.

44 Laurent, Darrouzès, Dossier grec, p. 84-85.

45 Lampros, Τὰ πάτρια, p. 1596, p. 15916, p. 15929-30 et p. 1607.

46 Ibid., p. 1607. Les éditeurs des actes de Lavra relèvent l’existence d’une tradition attribuant des tendances latinophrones à Lavra, dont on aurait ici une expression : Lemerle et al., Actes de Lavra. 4 (cité n. 43), p. 11 n. 46.

47 Ivan Dujčev rapporte l’existence d’un texte en bulgare qui ne mentionne que l’incendie de Zôgraphou et donne la liste nominative des martyrs : I. Dujčev, Le Mont Athos et les Slaves au Moyen Âge, dans Le millénaire du Mont Athos, Chevetogne 1963, t. 2, p. 136-137.

48 Actes de Kastamonitou, éd. N. Oikonomidès, Paris 1978 (Archives de l’Athos 9), p. 100.

49 Rigo, La Διήγησις, p. 86-94.

50 Lettre des moines de l’Athos à l’empereur, éd. Laurent et Darrouzès, Dossier grec, p. 383-403.

51 Ibid., p. 405-423.

52 R.-J. Lœnertz (éd.), Mémoire d’Ogier, protonotaire, pour Marco et Marchetto nonces de Michel VIII Paléologue auprès du pape Nicolas III. 1278, printemps-été, OCP 31, 1965, p. 374-408, ici p. 392 (repris dans Id., Byzantina et franco-graeca : articles parus de 1935 à 1966, Rome 1970 [Storia e letteratura 118], p. 537-572).

53 Procès de Nicéphore, éd. Laurent et Darrouzès, Dossier grec, p. 487-507.

54 Ibid., p. 487-489.

55 Laurent, Darrouzès, Dossier grec, p. 85.

Auteur

UMR 8167 Orient et Méditerranée

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540