Version classiqueVersion mobile

Le saint, le moine et le paysan

 | 
Olivier Delouis
, 
Sophie Métivier
, 
Paule Pagès

Des pères et des fils. Note de numismatique sicilienne pour servir à l’histoire du règne de Constantin IV

Vivien Prigent

Texte intégral

On ne fera point mourir les pères pour les enfants, et l’on ne fera point mourir les enfants pour les pères ; mais on fera mourir chacun pour son péché.
2 Rois 14.6

1J’aimerais ici aborder trois problèmes, d’importance inégale, mais que je crois liés : la composition d’un trésor découvert à Syracuse, le problème des monnaies attribuées à l’usurpateur Mézézios et la chronologie du « premier siège de Constantinople » par les armées du califat.

  • 1 M. T. Currò Pisanò, Vita dei Medaglieri. Soprintendenza alle Antichità della Sicilia Orientale, An (...)
  • 2 G. Guzzetta, La circolazione monetaria in Sicilia dal iv al viii secolo d.C., Bollettino di Numism (...)

2Le dépôt qui m’intéresse fut découvert en 1964 à Syracuse sur un chantier, au 1, Corso Gelone. Comme on va le voir, il pose a priori d’importants problèmes. Cent-dix-neuf des quelque sept cents monnaies initialement trouvées ont été déposées au médaillier de la Surintendance et brièvement décrites en cette occasion par Maria Teresa Currò Pisanò1. Les descriptions ultérieures ont longtemps présenté le dépôt comme comprenant exclusivement des espèces frappées à Syracuse, pour 103 d’entre elles sous Constant II durant les années 661-668, le reste (16 monnaies) sous Constantin IV, antérieurement à 6742.

  • 3 Cité BMC.
  • 4 L’information donnée par Currò Pisanò (BMC 31) renvoie au no 31 du classement offert par Wolfgang (...)
  • 5 BMC 49 = MIB 1B.
  • 6 BMC 52 = MIB 31.
  • 7 BMC 54 = MIB 9.
  • 8 Pour l’usurpateur, voir PmbZ, no 6476. Je reviendrai ici même longuement sur le problème de la chr (...)
  • 9 W. Hahn, Mezezius in peccato suo interiit. Kritische Betrachtungen zu einem Neuling in der Münzrei (...)
  • 10 Voir plus avant.

3Les indications données par la description initiale de Maria Teresa Currò Pisanò, fondée sur le catalogue pionnier de Warwick Wroth3, permettaient toutefois de nuancer cette image à condition de retracer l’évolution des classifications monétaires jusqu’aux propositions des catalogues modernes. En se fondant sur le travail de Wolfgang Hahn, cette étude amenait à restituer à Constantinople les monnaies au nom de Constant II4. Pour le règne de Constantin IV également, quatre solidi revenaient à l’atelier central5, tandis que les monnaies siciliennes auraient été émises en 674-6756. Enfin, information essentielle, deux solidi devaient être réattribués, passant de Constantin IV à l’usurpateur Mézézios7 qui prit le pouvoir au lendemain de l’assassinat de Constant II à Syracuse8. Dans ce cas précis, on ne peut toutefois se fonder sur le catalogue de Wolfgang Hahn, celui-ci ayant contesté l’existence des frappes de Mézézios et attribué ces espèces à Constantin IV9. Toutefois, tant Cécile Morrisson que Philip Grierson ont ultérieurement apporté des éléments permettant de rejeter les doutes du savant autrichien et l’existence d’émissions de Mézézios est à présent communément acceptée10.

  • 11 G. Guzzetta, Moneta locale e moneta metropolitana nella Sicilia bizantina, dans Bisanzio e le peri (...)
  • 12 DOC, II.

4Récemment, Giuseppe Guzzetta a donné une description nouvelle du trésor du Corso Gelone fondée sur une étude directe du matériel11. Même si les types précis ne sont pas donnés, l’association des descriptions et des datations proposées permet d’établir des correspondances avec le catalogue de Dumbarton Oaks auquel il se réfère12. Ces nouvelles informations modifient sensiblement l’image que l’on pouvait se faire de la composition du trésor. On trouvera ci-dessous les deux séries d’informations.

5On le voit, la description que donne à présent Giuseppe Guzzetta de la composition du trésor est sensiblement différente, avec l’apparition de monnaies siciliennes pour Constant II et trois ateliers représentés (Constantinople, Sicile, Carthage) au lieu d’un. Par ailleurs, les rythmes d’accumulation sont nettement distincts, de même que les césures, et la fermeture du trésor se trouve repoussée au lendemain de la déposition des deux frères de Constantin IV. Enfin, fait essentiel, les monnaies de Mézézios disparaissent.

  • 13 Hypothèse déjà formulée par M. F. Hendy, Studies in the Byzantine Monetary Economy c. 300-1450, Ca (...)

6L’apparition des monnaies siciliennes de Constant II ne pose pas de problème, car, les différences étant subtiles avec les frappes de la capitale, le recours au catalogue de Warwick Wroth pouvait aisément induire en erreur. Quant à la différence de chronologie des frappes constantinopolitaines de Constant II, elle tient ici uniquement à la différence des ouvrages de référence utilisés. Giuseppe Guzzetta identifie 100 solidi constantinopolitains émis entre 661 et 663, ce qui revient à évoquer des DOC, 30c. Toutefois cette émission est placée à une date légèrement postérieure par Wolfgang Hahn (662-667 au lieu de 661-663). A priori, leur présence en masse dans le trésor confirmerait les positions du savant autrichien, puisque l’on s’expliquerait mal la présence d’un noyau massif d’espèces frappées à la veille de l’arrivée en Sicile de Constant II, suivie d’une lacune complète de frappes constantinopolitaines (et presque de frappes tout court) durant le séjour de l’empereur en Sicile. Ceci d’autant plus qu’il est très probable qu’une délégation de l’atelier central ait accompagné l’empereur dans l’île13. On notera quoi qu’il en soit la faible présence des monnaies insulaires qui concorde avec l’affaissement de la production de l’atelier local lors du séjour de l’empereur.

7Le règne de Constantin IV présente un problème difficile à résoudre, qui touche à l’identification des ateliers et à la chronologie du trésor (rythme d’accumulation et date de dépôt).

  • 14 Les dates fournies amènent au type DOC, II, 55, lequel correspond au MIB 30.
  • 15 Le modèle imberbe BMC 31, est également bien illustrée pl. XXXVII, 9 et il n’y a donc pas de raiso (...)
  • 16 Voir la note de Philip Grierson à la monnaie DOC, II, 56b.
  • 17 Le modèle glabre est daté des années 668-673 (DOC et MIB). Le modèle barbu menait à 674 (DOC) ou 6 (...)

8Avant de l’aborder, soulignons qu’en ce qui concerne les solidi siciliens, les indications de Currò Pisanò renvoyaient à un portrait de Constantin IV présentant une courte barbe, tandis que Guzzetta évoque un type imberbe14. La présence effective de la barbe étant difficile à établir15 sur les exemplaires usés, ce d’autant plus que, dans certains cas, les monnayeurs se contentèrent de « griffonner » des coins « imberbes » pour doter l’empereur de ce signe de maturité16, il serait difficile de trancher. Néanmoins, Giuseppe Guzzetta a eu l’extrême obligeance de me confirmer l’absence de la barbe, un point essentiel pour la suite. On est donc bien face à une césure dans l’accumulation à partir du milieu des années 670 environ17.

  • 18 Currò Pisanò, Vita dei Medaglieri (cité n. 1), p. 263 : « Costantino IV di prospetto con barba e b (...)
  • 19 Voir ci-dessous, p. 593-596. Aucune autre description ne reprend ce détail, si caractéristique des (...)

9Venons-en à présent au point problématique. Il concerne l’apparition des monnaies carthaginoises dans la dernière description synthétique offerte. Ces frappes africaines postérieures à la déposition des deux frères de Constantin IV introduisent un nouvel atelier et un nouveau terminus post quem (681) qui pose le problème de la césure dans le processus d’accumulation, jusqu’ici continu, entre 673-674 et 681. Mais, au-delà de ces étrangetés, le véritable problème vient de l’extraordinaire différence entre les identifications de Maria Teresa Currò Pisanò et de Giuseppe Guzzetta. La première renvoie à la planche XXXVII, 12 du catalogue du British Museum et sa description, en mettant l’accent sur les moustaches de l’empereur18, indique bien qu’il ne s’agit pas d’une erreur de citation. On a bien affaire au BMC 54, caractérisé par des moustaches surdimensionnées (figure 1), un type qui ne peut correspondre à aucune émission carthaginoise : non seulement l’iconographie n’a rien à voir, mais la seule différence de module est patente (figure 2). Or, la question est d’importance parce que le type BMC 54 correspond aux fameuses émissions monétaires au nom de Mézézios19. La proposition de Giuseppe Guzzetta fait donc disparaître les frappes de l’usurpateur.

Figure 1 - BMC, pl. XXXVII, 12, 54

Figure 2 - Classical Numismatic Group, 100-1, 7 octobre 2015, lot 309

Figure 3 - BMC 54 (Gemini, LLC, janvier 2006)

  • 20 On pourrait autrement supposer, puisque les monnaies de Mézézios, n’apparaissent pas dans le catal (...)

10On notera que ceci réglerait a priori un point extrêmement problématique : comment ces émissions auront-elles pu circuler parallèlement à celles de Constantin IV pour intégrer le trésor du Corso Gelone ? Aussi « pratique » que soit la disparition des monnaies attribuées à Mézézios, on ne peut écarter à la légère une telle différence d’identification, ce d’autant plus que, comme on vient de le voir, les informations de Currò Pisanò s’avèrent jusqu’ici très fiables pour la reconstruction du dépôt. Personnellement, une telle différence d’identification par deux savants également compétents ne me semble pouvoir s’expliquer que par un problème interne au médaillier, survenu, par exemple, lors du transfert des collections de Piazza Duomo vers le site actuel du Museo Paolo Orsi, événement propice aux confusions20.

  • 21 Le dernier exemplaire proposé à la vente (Gemini, LLC, Auction II, 11 janvier 2006, lot 531) a att (...)

11Je voudrais à présent m’arrêter un instant sur les fameuses émissions attribuées à Mézézios et leur implication pour l’interprétation du trésor du Corso Gelone et, plus largement, des troubles civils qui affectèrent la Sicile sous Constantin IV. Comme évoqué brièvement plus haut, la réalité des émissions au nom de Mézézios même a été mise en doute par Wolgang Hahn. Celui-ci considérait comme une forgerie moderne l’unique pièce qu’il connaissait présentant le nom bien lisible de l’usurpateur et qui avait bien évidemment atteint un prix record lors de son passage en salle de vente21. Les autres exemplaires de même type iconographique, excessivement rares et qui présentent des légendes difficiles (« Scheinlegende »), étaient selon lui à attribuer à Constantin IV. Elles constitueraient la première émission postérieure à la déposition de ses deux frères par l’empereur, un essai sans lendemain avant la reconduction du fameux type militaire à la lance.

  • 22 Je résume ici les positions exprimées dans Hahn, Mezezius in peccato suo interiit (cité n. 9).
  • 23 C. Morrisson, Notes de numismatique byzantine : à propos de quelques ouvrages récents, RN 25, 1983 (...)
  • 24 Ph. Grierson, A Semissis of Mezezius (668-9), Numismatic Chronicle 146, 1986, p. 231-232.
  • 25 Comme mentionné n. 21, un nouvel exemplaire parfaitement lisible est passé il y a dix ans en vente (...)

12La conviction de Wolgang Hahn reposait sur le fait que le monnayage attribué à Mézézios présente des éléments iconographiques propres au règne de Constantin IV, tout en lui étant nécessairement antérieur22. Cécile Morrisson a toutefois souligné que le nom de Mézézios peut également être lu sur la monnaie du British Museum, celle-là même à laquelle renvoie Currò Pisanò à propos du trésor du Corso Gelone. Or cette pièce n’entra pas dans la collection britannique en tant que monnaie de l’usurpateur et donc avec quelque prix extravagant qui pourrait faire soupçonner là aussi l’intervention d’un faussaire23. En outre, Philip Grierson a ultérieurement publié un sémisse au nom de Mézézios24, également entré dans une collection sans avoir été identifié comme tel (et donc sans plus-value commerciale suspecte), achevant de démontrer l’existence de frappes au nom de l’usurpateur25. La présence ou non de telles monnaies dans le trésor du Corso Gelone est donc évidemment du plus haut intérêt, non seulement parce qu’elle confirmerait l’existence de ce monnayage en fournissant des monnaies trouvées en contexte archéologique, mais aussi parce qu’elle démontrerait un fait étonnant : la circulation de ces monnaies sous Constantin IV, parallèlement aux émissions de l’empereur légitime. Inutile, je pense, de souligner l’étrangeté du fait.

  • 26 Outre Morrisson, Notes de numismatique (cité n. 23).
  • 27 Voir notamment les réflexions de J. Haldon, Constantine or Justinian ? Crisis and Identity in Impe (...)
  • 28 MIB, p. 157-159.
  • 29 C. Morrisson, Byzance au viie siècle : le témoignage de la numismatique, dans Byzance : hommage à (...)
  • 30 MIB 77. Le seul détail différent étant la présence du bouclier ou « manteau de hussard » présent s (...)

13Toutefois, alors même qu’elle mettait en exergue le témoignage de la monnaie du British Museum, Cécile Morrisson soulignait la force de l’argumentaire iconographique développé par Wolfgang Hahn26. Comment admettre en effet que Mézézios ait été à l’origine du type au buste casqué et cuirassé, puisque l’introduction de ce modèle iconographique semble s’expliquer par l’imitatio Iustiniani à laquelle s’adonna Constantin IV, désigné ouvertement comme « nouveau Justinien » par la propagande impériale, et qui donna ce nom à son héritier27. Rappelons que cette politique s’étendit d’ailleurs jusqu’à la métrologie monétaire elle-même28. Confrontée à cette aporie, la grande numismate se résolut à admettre que l’adoption d’un type militaire par Mézézios, ancien comte de l’Opskion, n’était pas « impensable »29, une concession qui souligne surtout la force de l’argumentaire iconographique développé par Wolfgang Hahn. Mais si l’on accepte l’attribution à Mézézios, le problème n’en devient en fait que plus ardu, puisque nous serions obligés d’admettre que Constantin IV reprit l’iconographie de l’usurpateur, ce qui serait encore plus déroutant. Et ce, en outre, non pas après l’avoir éliminé, mais d’emblée, puisque les premières émissions de bronze de Constantinople adoptent immédiatement cette iconographie30. On se heurte donc à un problème apparemment insoluble : l’argumentaire iconographique de Wolfgang Hahn est imparable et pourtant l’existence des monnaies au nom de Mézézios ne peut plus être mise en doute.

  • 31 V. Prigent, La Sicile de Constant II : l’apport des sources sigillographiques, dans La Sicile byza (...)
  • 32 Je rappelle que Mézézios ne participa apparemment pas à l’assassinat de l’empereur. L’événement la (...)
  • 33 Respectivement empereurs sous les noms de Tibère III, Philippikos et Léon III.
  • 34 Ce même nom est à la base des tentatives pour faire de Mézézios un représentant de la grande famil (...)
  • 35 Chronique de Michel le Syrien, p. 455. Il est clairement distinct de son père mentionné plus haut, (...)
  • 36 Voir la présentation du problème dans Prigent, La Sicile de Constant II (cité n. 31).

14À ce stade, j’aimerais donc introduire une hypothèse alternative pour rendre compte de la difficulté en rappelant que l’on sait depuis peu que la Sicile fut également le théâtre, sous le règne de Constantin IV, d’une usurpation menée par le fils de Mézézios, nommé Jean31. Attribuer les monnaies au nom de Mézézios au fils expliquerait parfaitement qu’il ait pu copier les modèles déjà bien établis de Constantin IV. Serait-il si étonnant que le fils ait tenté l’aventure en assumant le nom de son père qui régna effectivement en Sicile avec l’accord de l’élite locale et défendit probablement l’île avec succès contre une invasion musulmane32 ? Le nom de Mézézios semble d’ailleurs avoir eu une valeur qui nous échappe, puisque, à la différence d’Apsimar, de Vardanès ou de Conon l’Isaurien33, le général arménien ne jugea pas bon de se doter d’un nom de règne plus « romain »34. Que le fils ait repris le nom de règne du père expliquerait d’ailleurs au mieux non seulement que Jean soit inconnu des sources écrites, à l’exception de la Chronique de Michel le Syrien35, mais aussi que la chronologie de l’usurpation de Mézézios et de sa répression soit aussi embrouillée, la double rébellion se compliquant pour les chroniqueurs d’une homonymie entre les usurpateurs36. Bien entendu, ce dernier point est hypothétique, mais cette hypothèse me semble la seule à permettre de surmonter l’aporie numismatique et historique à laquelle nous sommes confrontés. Elle permet en outre de régler un second point extrêmement problématique : la chronologie du trésor du Corso Gelone. On l’a vu, le dépôt associe des frappes au nom de Constantin IV aux frappes de l’usurpateur. Si les monnaies reviennent au père, on doit expliquer comment elles circulèrent en parallèle aux frappes officielles ; si l’on transfère les frappes au fils, non seulement le problème du costume disparaît, mais l’on a classiquement un trésor se clôturant avec les frappes d’un rebelle, les émissions au nom de Constantin IV étant antérieures au second soulèvement. En l’état de nos connaissances, nous devons choisir entre deux maux et la réattribution me semble de très loin le moindre. Nous verrons ultérieurement qu’il est également possible que Jean ait été d’emblée associé au pouvoir de son père, ce qui était d’ailleurs de bonne politique, puisque seule cette lecture des faits permet de donner sens à la légende de revers de la monnaie.

  • 37 Ce problème inspira un article dès 1908 : E. W. Brooks, The Sicilian Expedition of Constantine IV,(...)
  • 38 Liber Pontificalis, éd. L. Duchesne, t. 1, Paris 1886, p. 344, IV, l. 6-7.
  • 39 Concilium universale Constantinopolitanum tertium, éd. R. Riedinger, Berlin 1990-1992 (Acta Concil (...)
  • 40 Chronique de Michel le Syrien, p. 455 : « À cette époque, Iwannis, fils de Mīzīzi, se souleva cont (...)

15Avant d’aller plus loin sur ce point, je rappelle brièvement les données disponibles pour reconstruire les événements politiques en Sicile. Les sources orientales, grecque et syriaques, et le Liber pontificalis présentent deux versions contradictoires de la répression de la révolte de Mézézios : dans un cas, par les forces orientales menées par Constantin IV ; dans l’autre, par l’armée d’Italie37. En outre, dans la source romaine, la répression de la révolte de Mézézios est placée sous le pontificat d’Adéodat II (11 avril 672-17 juin 676), alors que le récit du pontificat de Vitalien (30 juillet 657-27 janvier 672), sous lequel se place l’événement, ne contient qu’une mention lapidaire de l’assassinat de Constant II38. Par ailleurs, une lettre que Constantin IV adressa au pape Donus, dans le cadre de la préparation du IIIe concile œcuménique de Constantinople, loue le pape Vitalien pour son aide contre « les tyrans » qui s’opposèrent à son pouvoir39. Enfin, la Chronique de Michel le Syrien, seule source littéraire à mentionner Jean, fils de Mézézios, attribue une durée de sept mois à sa révolte40.

  • 41 La structure du Liber pontificalis oblige à placer les événements sous un pontificat précis, ce qu (...)
  • 42 Le caractère extrêmement hostile à Constant II de cette biographie pourrait expliquer que le texte (...)
  • 43 Jankowiak, The First Arab Siege, p. 283-285.
  • 44 Liber pontificalis (cité n. 38), t. 1, p. ccxxxii-ccxxxiii. La vie de Vitalien appartient à un gro (...)

16Dans un article antérieur, j’avais donc proposé, en me fondant sur la découverte en Sicile d’une bulle de plomb portant le nom du patrice Jean, fils de Mézézios, la reconstruction suivante. La Sicile connut deux révoltes successives, celle de Mézézios et celle de son fils, Jean. En l’absence de toute autre usurpation connue contre Constantin IV sous Vitalien, le pluriel de la lettre renverrait à nos deux rebelles siciliens. Ce double soulèvement expliquerait le dédoublement du récit de la répression. Que le récit unique de révolte dans le Liber pontificalis soit placé sous Adéodat II indiquerait que la seconde révolte, si elle commença bien sous Vitalien, aurait pris fin sous son successeur. La révolte de Jean, fils de Mézézios, se serait donc déroulée de part et d’autre du 27 janvier 672, date de la mort du pape Vitalien, ou au moins lors de la vacance entre les deux pontificats41. L’absence de récit de la révolte de Mézézios père dans le Liber pontificalis pourrait s’expliquer par le caractère tronqué de la vie de Vitalien42, les dernières années n’étant nullement évoquées. Un schisme prévalait alors avec Constantinople43 et les rédacteurs du Liber pontificalis, actifs vers la fin du viie siècle44, passèrent sans doute sous silence la période. J’avais ensuite proposé que la répression de la révolte de Mézézios père corresponde au récit du Liber pontificalis, sur la foi de la mention de la présence d’éléments de l’armée d’Orient en Sicile et surtout parce que les forces de Constantin IV se trouvaient alors bloquées en Orient en raison de l’attaque musulmane contre Constantinople. Ce dernier point n’était toutefois pas entièrement satisfaisant, puisque l’on n’avait plus une simple omission dans la vie de Vitalien, liée aux modalités de sa rédaction, mais une véritable confusion entre les deux révoltes, la répression du père étant relatée sur un créneau chronologique occupé par la révolte du fils. Trois études récentes prennent des positions différentes sur cette question et m’amènent à reformuler mes propres conclusions.

  • 45 J. Howard-Johnston, Witnesses to a World in Crisis : Historians and Histories of the Middle East i (...)
  • 46 Jankowiak, The First Arab Siege, p. 307, réhabilite avec force cette date.
  • 47 Voir ce texte de Michel le Syrien ci-dessus, n. 40.

17Dans son ouvrage de 2010, James Howard-Johnston se fonde sur le Liber pontificalis et admet que Mézézios ait pu contrôler la Sicile jusqu’en 672, sa répression, effectuée par les forces occidentales, étant alors bien datée du pontificat d’Adéodat II45. Cette reconstruction, qui ne bénéficiait pas de la mise en évidence de la rébellion de Jean, pose, à juste titre, le problème de la durée de la révolte de Mézézios après la mort de Constant II en juillet 66846. En effet, on postule généralement que celle-ci dura sept mois sur la foi du témoignage de Michel le Syrien, mais dans le passage en question ce dernier parle explicitement de Jean et non de son père47.

  • 48 Jankowiak, The First Arab Siege, p. 311 : « His revolt does not necessarily need to have been shor (...)
  • 49 Je rappelle que la révolte et la répression sont placées sous le pontificat d’Adéodat (672-676).
  • 50 Jankowiak, The First Arab Siege, p. 310, en revient donc à une position hybride : chronologie fond (...)
  • 51 Voir ci-dessus, p. 596. La Chronique de Michel le Syrien, p. 45, mentionne aussi que, au tout débu (...)
  • 52 Voir dans Jankowiak, The First Arab Siege, la chronologie présentée p. 318 qui indique « between 6 (...)

18Marek Jankowiak, qui a également dédié plusieurs pages aux affaires siciliennes dans son monumental article sur le siège de Constantinople par Yazīd ibn Mu‘āwiya, se rallie également à l’idée d’une longue révolte de Mézézios et accepte ici la position de James Howard-Johnston48. De fait, même en faisant abstraction de la description des événements dans le Liber pontificalis49, dans la reconstruction des événements militaires proposée par ce chercheur, Mézézios ne saurait avoir été éliminé avant l’été 670 au plus tôt. En effet, Marek Jankowiak réattribue la répression contre Mézézios père aux forces orientales de Constantin IV sur la foi des chroniques mozarabes50, un point sur lequel je le suivrai à présent volontiers51. Or, dans son modèle, les forces arabes étant censées être actives autour de Constantinople jusqu’à une date avancée dans l’année 669, la flotte envoyée par l’empereur contre la Sicile ne pourrait avoir quitté Constantinople avant le printemps 670 au plus tôt52.

  • 53 F. Montinaro, Les premiers commerciaires byzantins, dans TM 17 (Constructing the Seventh Century, (...)
  • 54 Ibid., par. 4.
  • 55 Ibid., p. 424, par. 6. Voir aussi la n. 216 où l’auteur expose le débat existant entre les chronol (...)
  • 56 Ibid., p. 433-434.

19Enfin, Federico Montinaro a également proposé des réflexions sur plusieurs bulles de plomb susceptibles d’avoir un impact sur la discussion. Se fondant sur l’examen des portraits impériaux présents sur les bulles de commerciaires, Montinaro attire l’attention sur le fait que, pour la dernière phase du règne de Constant II, on ne trouve que des représentations montrant l’empereur coiffé de la couronne. Pourtant, les émissions de Constantinople présentent dans les années 660 une iconographie de l’empereur casqué. Selon cet auteur, l’absence de représentations casquées de Constant II s’expliquerait ainsi : « Ces boullotèria ont été sans aucun doute produits en Occident, où le casque manque dans la plupart des émissions. Ici, son introduction sur la monnaie est un fait tardif et éphémère, en tout cas impossible à dater avec certitude. Or l’alignement sur le type iconographique des ateliers occidentaux […] s’observe sur quelques sceaux des premières années de Constantin IV sous qui le type militaire finit clairement par l’emporter. Ce lien évident et continu avec les modèles occidentaux sous Constant II et au début du règne de Constantin IV serait à mettre en rapport avec l’installation du premier en Italie en 663 et avec le séjour du second en Occident53. » Ces bulles « offrent ainsi un témoignage indépendant de l’expédition italienne de Constantin IV, au début de son règne »54. Ce séjour de Constantin IV aurait perduré jusqu’en 673-674, date à laquelle les ateliers occidentaux adoptent le type militaire. Là encore, à la façon de James Howard-Johnston, on fait idéalement durer la révolte de Mézézios jusqu’au pontificat d’Adéodat55. Ainsi, les commerciaires, fonctionnaires centraux bien que gérant des activités en province, auraient sans doute été présents en Occident aux côtés de l’empereur, ce qui expliquerait le « style occidental » de leurs matrices. Mais au-delà, il en aurait été de même pour les bulles des premiers commerciaires de Constantin IV, ce qui s’expliquerait par un long séjour de l’empereur en Occident, les matrices en question étant datées de l’automne 668-printemps 674. Les premières matrices orientales, témoins du retour de l’empereur en Orient, ont pour terminus post quem mars 67456.

  • 57 Je m’écarte d’emblée de l’analyse que propose l’auteur du silence du Liber pontificalis sur l’inte (...)

20Telles quelles, ces reconstructions ne me satisfont pas, ce d’autant plus qu’elles laissent toutes pendant le problème de la chronologie de la révolte de Jean et de la présentation de la répression dans le Liber pontificalis57, et je voudrais m’en expliquer ici.

  • 58 Voir les informations rassemblées et les réflexions sur ce point dans V. Prigent, The Mobilisation (...)
  • 59 Voir l’illustration fournie dans MIB, pl. 23.
  • 60 Catalogue of Byzantine Seals at Dumbarton Oaks and in the Fogg Museum of Art. 6, Emperors, Patriar (...)
  • 61 Voir par exemple les bulles présentant Constant II en pied sans équivalent sur les solidi (Catalog (...)
  • 62 Ce qui évidemment ne veut pas dire que l’empereur ne vint pas en Occident, c’est la durée de ce sé (...)

21L’analyse des bulles ne me retiendra guère. Autant je trouve intéressante l’idée que certains sceaux de commerciaires en charge de provinces orientales aient pu être produits en Occident, les titulaires travaillant au contact direct de l’empereur, autant la mise en évidence du « style occidental » ne me convainc absolument pas. Le modèle casqué a bien été adopté en Occident en Sicile, à Rome et à Ravenne. S’il est vrai que les exemplaires sont rares pour les deux derniers ateliers, c’est la simple et directe conséquence de la faiblesse de leurs émissions. En revanche, en Sicile, les types MIB 95-96, n’ont vraiment rien d’anecdotique : même si les émissions marquent le pas dans les années 660, lorsque ce modèle est en vigueur, l’examen des coins tend à indiquer une production de l’ordre d’un peu moins de 4 coins de droit annuels, soit, par exemple, près de 50 % de plus que la production de Carthage sous Justinien, les deux tiers de la production de ce même atelier à la fin du vie siècle, celle du début du règne d’Héraclius ou encore 20 % des frappes de Constantinople au viiie-ixe siècle58. On est clairement face à une production plus qu’honorable. Face à ce problème, Montinaro propose que les émissions casquées soient « peut-être plutôt à assigner aux premiers mois après l’installation de Constant II en Occident, avant le développement d’un style indépendant ». Laissons de côté le fait que ces ateliers ouverts depuis le vie siècle n’avaient pas attendu 663 pour réfléchir à leur style et que les ateliers provinciaux, s’ils peuvent adopter avec retard un modèle oriental, voire l’ignorer, ne le rejettent normalement pas après l’avoir reçu. Je préfère rappeler qu’il existe un hybride associant un revers sicilien de Constantin IV à un droit sicilien de Constant II casqué59. Le fait est très difficile à expliquer si ce type iconographique avait été abandonné très tôt dans les années 660. En outre, si les boullotèria produits dans l’entourage de l’empereur lors du séjour en Occident reprenaient un « style occidental » caractérisé par la couronne, pourquoi l’empereur apparaît-il au contraire casqué sur son propre sceau pour ces mêmes années60 ? Je crois ici dangereux de rechercher un parallélisme trop absolu entre les portraits monétaires et sigillographiques61. La conséquence de ce qui précède est la suivante : si l’on écarte l’existence du « style occidental » à la couronne, on ne peut plus en tirer argument pour affirmer que les premiers sceaux de commerciaires du règne de Constantin IV furent produits à l’occasion d’un long séjour en Occident de l’empereur, motivé, au moins en partie, par la lutte contre Mézézios, long séjour totalement ignoré par ailleurs de nos sources62. Il ne s’agit d’ailleurs pas de faire fond sur ce matériel pour soutenir l’opinion inverse : le témoignage des bulles ne me semble simplement pas à même de faire avancer la question qui nous occupe.

  • 63 Philip Grierson (DOC, II, p. 515) souligne leur « extreme rarity » et propose même d’en limiter l’ (...)
  • 64 La chlamyde n’est, bien entendu, pas exactement « civile » mais, associée à la couronne et au glob (...)
  • 65 Non pas forcément parce qu’il n’était pas en vigueur quand Mézézios tomba, mais au moins parce qu’ (...)
  • 66 Carthage conserva le modèle en chlamyde jusqu’en 675/676 (MIB 20), mais le problème se posait ici (...)

22Le problème posé par les reconstructions de James Howard-Johnston et Marek Jankowiak se situe sur un autre plan. Contrairement à ce que ces deux auteurs proposent, je crois très difficile d’admettre que Mézézios soit demeuré à la tête de la Sicile durant une période dépassant un an, et ce en raison des choix iconographiques des monnayeurs de l’atelier de Sicile. Quel que soit le schéma chronologique adopté, on sera d’accord pour admettre que les premières monnaies émises au nom de Constantin IV dans l’île ne purent être frappées avant l’élimination de Mézézios. Ces émissions présentent l’empereur imberbe coiffé d’une couronne surmontée d’une croix, vêtu d’une chlamyde et portant un globe crucigère (figure 4). Or ce modèle reprend directement celui des toutes premières monnaies constantinopolitaines de Constantin IV (figure 5). Mais la chronologie de ces dernières espèces pose en fait problème. En effet, du fait de leur extrême rareté, les spécialistes s’accordent à n’attribuer qu’un temps de production très bref à cette émission, avant que ne soit introduite, dès l’année 669, l’iconographie caractéristique du règne de Constantin IV : le buste cuirassé, casqué, à la lance tenue sur l’épaule (figure 6)63. Que les monnayeurs siciliens au lendemain de l’élimination de Mézézios par les forces impériales aient adopté le premier modèle, le type en « costume civil »64, et non l’iconographie militaire triomphale en vigueur en Orient lors de la reconquête, pourtant tellement appropriée, incite évidemment à penser que ce second modèle leur était encore inconnu65. Si le modèle triomphal fut introduit à Constantinople en 669 (peut-être en avril, anniversaire de l’accession au pouvoir de Constantin IV ?), la flotte destinée à éliminer Mézézios devait obligatoirement être déjà en route à cette date. Je crois nécessaire de bien insister sur ce point : il arrive qu’un atelier provincial n’adopte pas un type constantinopolitain ; il arrive qu’un atelier provincial maintienne un type abandonné dans la capitale ; mais je ne connais pas de cas d’atelier provincial allant rechercher un type monétaire déjà dépassé pour commencer sa série monétaire66.

Figure 4 - MIB, III, 30 (Numismatica Ars Classica, mars 2009)

Figure 5 - MIB, III, 1B (Numismatica Ars Classica, novembre 2010)

Figure 6 - MIB, III, 4B (Gemini I, janvier 2005)

  • 67 Je reviens plus avant sur les problèmes posés par cette source.
  • 68 Je rappelle que Constant II était parti en Occident avec des forces considérables : écraser Mézézi (...)

23Bien entendu, ce constat pose un problème pour les deux reconstructions proposées plus haut. Je ne m’étends pas ici sur le modèle Howard-Johnston puisque, la mise en évidence de la révolte de Jean étant postérieure à son livre, il était naturel de fonder la reconstruction chronologique sur le témoignage du Liber pontificalis. Dès lors que cette source peut faire référence à la révolte de Jean, son schéma chronologique, qui place le « premier siège de Constantinople » en 670-671, peut aisément s’adapter à ce que je viens de dire. En revanche, le modèle proposé par Marek Jankowiak pose ici problème puisque jusqu’à la fin de l’année 669 Constantinople est censée être menacée par les armées musulmanes, au point que le patriarche Thomas n’aurait pas pu envoyer sa lettre synodique au pape Vitalien avant de mourir67. Il est évidemment difficile d’admettre que Constantin IV ait envoyé ses forces vers l’Occident avant d’être bien certain que la capitale était hors de danger68. En d’autres termes, le témoignage des monnaies siciliennes n’est pas compatible avec la reconstruction des événements militaires au tournant des années 660 et 670 récemment proposée par ce chercheur.

  • 69 Pas de « siège de sept ans » durant les années 670 et réhabilitation de l’importance de l’expéditi (...)

24Sans méconnaître ni vouloir relativiser l’impressionnante érudition déployée dans ce travail et la pertinence de bien des analyses (sur lesquelles je vais d’ailleurs m’appuyer ici), sans prétendre davantage pouvoir répondre à la masse considérable de problèmes évoqués, ni remettre en cause les deux acquis fondamentaux de l’étude69, je dois toutefois m’inscrire en faux vis-à-vis de certaines conclusions. Je crois notamment la chronologie des événements moins assurée qu’elle n’y paraît.

25Si l’on met de côté le foisonnement de dates contradictoires fournies par les sources littéraires de tout poil relatives aux campagnes, trois points de chronologie « absolue » me semblent fonder la reconstruction chronologique proposée :

  • un papyrus prouvant l’existence d’une expédition navale musulmane en 667/66870 ;
  • l’existence d’un kontakion mentionnant une menace musulmane sur Chalcédoine et Syracuse71 ;
  • l’affirmation parallèle dans une chronique espagnole et dans les actes du sixième concile œcuménique d’une période de deux ans durant laquelle Constantinople fut, du temps du patriarche Thomas, menacée par les forces musulmanes. La chronologie du patriarcat (667-669) fixe alors la chronologie de l’attaque72.
  • 73 En 654, peut-être comme aboutissement de la mobilisation de l’année précédente, la flotte arabe au (...)

26Le premier de ces trois points d’accroche est le plus fragile : le papyrus évoqué mentionne pour une indiction 11 un kourson, c’est-à-dire une expédition navale : « A papyrus from the dossier of Flavius Papas mentions sailors sent […] for a kourson, or a naval raid, in an 11th indiction, which can only correspond to the year 667/8 ; it consequently refers to the Egyptian fleet which participated in the expedition of Yazīd against Constantinople. » En note, on lit : « No other 11th indiction within the brackets determined by Gascou – Worp, Problemes […], i.e. 652/3 and 682/3, saw any Muslim naval activity. » L’argument me semble ici irrecevable, car non seulement on ne saurait prétendre que nous connaissons toutes les expéditions navales du viie siècle73, mais surtout rien ne permet de lier la mobilisation attestée à une attaque contre la capitale byzantine.

  • 74 Jankowiak, The First Arab Siege, p. 300 : « The implication is that it was composed when both citi (...)
  • 75 A. Acconcia Longo, Il Concilio Calcedonense in un antico contacio per S. Eufemia, An. Boll. 96, 19 (...)
  • 76 Sur le personnage, voir M. Nichanian, V. Prigent, Les stratèges de Sicile. De la naissance du thèm (...)
  • 77 Du moins tant qu’on ne prouvera pas qu’il est possible de différencier sur le seul critère du styl (...)

27Invoquer le témoignage du kontakion ne me semble pas davantage pertinent. L’auteur de l’hymne invoque la protection de sainte Euphémie sur Chalcédoine et Syracuse, ce qui peut amener à rechercher quand ces deux villes furent menacées simultanément74. Or, Yazīd ibn Mu‘ āwiya atteignit bien Chalcédoine, tandis que Syracuse subit une attaque peu après la mort de Constant II. Dès lors, le rapprochement des deux événements nous conduirait bien en 668. Notons toutefois que la mention d’une attaque arabe sur Syracuse en 668 repose sur l’idée que le Liber pontificalis se trompe dans la chronologie de la révolte de Mézézios. Or nous avons vu que cela n’a rien d’assuré. L’attaque a très bien pu advenir sous Adéodat, dans la foulée de l’usurpation de Jean, fils de Mézézios. Mais sans entrer sur ce terrain mouvant pour l’instant, notons que la protection de la sainte est invoquée de façon très générale puisque l’auteur requiert son intervention en faveur de « toute cité » (Καλχηδόνα καὶ τῶν Συρακουσαίων τε καὶ πᾶσαν πόλιν φύλαξον)75. Dans ce cadre général, les mentions spécifiques de Chalcédoine et de Syracuse peuvent s’expliquer beaucoup plus simplement, plutôt que par un danger partagé, par l’association des patries respectives de la sainte et de l’auteur. En outre, il faut sans doute tenir compte du fait que dans les dernières années du viiie siècle, une insigne relique de sainte Euphémie fut apportée en Sicile, précisément à Syracuse, par le stratège Nicétas76. À mon sens, le transfert de la relique suffirait à expliquer l’invocation de la sainte de Chalcédoine dans la capitale sicilienne, mais si l’on veut absolument rechercher un contexte historique précis à ce kontakion, l’invasion de la Bithynie menée en 798-799 par les forces de Hārūn al-Rashid un an après la translation de la relique en Sicile fournirait un contexte idéal77.

  • 78 Je renvoie aux sources citées in extenso dans son article. Ce qui m’intéresse ici en effet n’est p (...)
  • 79 Voir néanmoins Jankowiak, The First Arab Siege, p. 294 n. 256, qui relève que l’édition Mommsen fa (...)
  • 80 Chronica Byzantia-Arabica, dans Corpus scriptorum Muzarabicorum, éd. J. Gil (cité n. 50), t. 1, p. (...)
  • 81 Jankowiak, The First Arab Siege, p. 304.
  • 82 Le même auteur (ibid., p. 294) écrit que « both events coincide chronologically ». Je crois que de (...)

28Venons-en à présent aux témoignages croisés des chroniques espagnoles et des actes du concile de 680/681 qui sont en définitive au cœur du système de datation de Marek Jankowiak78. La seconde source mentionne que le patriarche Thomas ne put envoyer sa lettre synodique à Rome car, durant les deux années de son patriarcat, les forces arabes menaçaient Constantinople, empêchant les communications. Quant aux chroniques espagnoles (ou à leur source commune), elles décrivent bien l’expédition de Yazīd ibn Mu‘āwiya comme ayant duré deux ans79. Toutefois, le texte indique que, si l’expédition dura deux ans, la pression contre Constantinople fut nettement plus limitée dans le temps, un printemps, et que le biennium correspondait à l’ensemble de la campagne80. Or pour quelle raison durant les longs mois de la retraite de Yazīd, le patriarche Thomas n’aurait-il pas pu envoyer sa lettre en Occident ? Marek Jankowiak évoque à ce propos les difficultés de communication liées à la révolte de Mézézios81, mais une lettre pouvait parfaitement transiter par Ravenne, voire le devait étant donné les prérogatives des exarques en Italie. Je crois donc que le parallélisme des deux ans mentionnés dans les actes et la chronique ne peut fonder un rapprochement significatif pour dater la campagne de Yazīd82.

  • 83 Ici je ne peux donc pas suivre Marek Jankowiak qui veut rattacher étroitement l’expédition à la me (...)
  • 84 Chronica Byzantia-Arabica (cité n. 80), p. 11, par. 27 : Expletis ergo Moabia principatus sui anni (...)
  • 85 Ibid., p. 14, par. 43 : Igitur Yzit rex Sarracenorum quarto explicato anno ab hac luce migravit fr (...)
  • 86 Ibn Khayyât précise que Yazīd prit la tête du pèlerinage en l’an 50 de l’hégire (décembre 670) alo (...)
  • 87 EI 2, t. 11, Leyde 2002, p. 519.
  • 88 H. Lammens, Le califat de Yazîd Ier (suite), Mélanges de la Faculté orientale 5/1, 1911, p. 79-268 (...)
  • 89 Le texte intervient après une lacune dans le manuscrit, mais les événements suivants sont placés s (...)
  • 90 Jankowiak, The First Arab Siege, p. 296.
  • 91 Je mets ici des guillemets pour ne pas entrer dans la polémique autour de cet auteur et de son lie (...)
  • 92 Cette homonymie a notamment posé bien des problèmes aux numismates pour départager les émissions d (...)
  • 93 Par exemple, chez Michel le Syrien, l’attaque des Maronites est datée de la 9e année du règne de C (...)
  • 94 En tant donc que « grand empereur ». Sur ce concept politique, voir C. Zuckerman, On the Title and (...)
  • 95 La dernière année expressément mentionnée avant la longue lacune du manuscrit est la 18e, donc, à (...)
  • 96 Surtout si l’on repense aux traditions musulmanes selon lesquelles Mu‘ āwiya envoya son fils rejoi (...)
  • 97 Théophane le Confesseur, Chronographie (cité n. 32), p. 354-355. Sur l’identification de la source (...)

29Or, une fois ce rapprochement écarté, la date de l’expédition de Yazīd ne se laisse pas fixer. Pas plus que les sources orientales, la source des chroniques espagnoles ne permet d’ancrer la chronologie de cette grande campagne contre l’empire. Dans les chroniques espagnoles, il s’agit du seul événement du règne de Constantin IV à être mentionné et il n’y a donc aucune raison a priori de remonter l’événement au début du règne83. Au contraire, le même paragraphe continue avec le récit de la mort de Mu‘āwiya84, ce qui inciterait plutôt à redescendre au maximum la date de la campagne, puisque le calife décéda en 680. Seul un détail du récit pourrait offrir une précision. L’auteur écrit en effet : Moabia Sarracenorum rex centum milia uirorum, quae Yzit filio suo, cui et regnum decreuerat, famularentur obsequio, direxit ad Constantinopolim debellandum. Si l’on reçoit le témoignage de la chronique, la campagne devrait donc être placée après la nomination de Yazīd en tant que successeur de Mu‘āwiya. Je rappelle ici que la source commune aux deux chroniques espagnoles, lorsqu’elle évoque la succession encore à venir de Yazīd II, utilise bien le futur85. Rien n’indique donc que l’auteur en relatant la nomination de Yazīd opère un raccourci en indiquant au passé (decreuerat) une nomination postérieure à la campagne dont il parle. Nous serions évidemment trop heureux si la date à laquelle Mu‘āwiya présenta Yazīd comme successeur était claire ! Bien que Yazīd ait été autorisé à guider le pèlerinage à La Mecque de l’année de l’hégire 51 (671)86, Henri Lammens place l’événement entre la mort de Ziyād ibn Abīhi, frère du calife, survenue en ramadan 53 (août/septembre 673)87, et la convocation par Mu‘āwiya en 59 ou 60 de l’hégire (678-679 ou 679-680) d’une grande assemblée destinée à mettre fin aux troubles provoqués par son ambition de créer une dynastie88. De façon générale, il faut d’ailleurs admettre que nommer Yazīd héritier au lendemain de ce qui restait un échec, et alors même que sa nomination soulevait des oppositions au sein du monde islamique, n’aurait pas été très adroit. Nous sommes évidemment ici dans le domaine de l’hypothèse, mais chercher à obtenir pour l’héritier désigné la légitimité qui lui faisait défaut en l’envoyant conquérir Constantinople après cette désignation me semble un scénario d’autant plus convaincant qu’il est conforme à la présentation des faits par la source espagnole. Je noterai également en ce sens que le seul épisode spécifiquement connu de l’attaque de Yazīd contre la capitale byzantine a été intégré dans la Chronique maronite sous la 21e année de règne de Constant II (662/663)89. Marek Jankowiak souligne à quel point ce texte apparaît brutalement (« lacks any context ») et constitue « a single anecdotal episode »90. Ce déplacement d’un règne à l’autre pourrait, selon lui, expliquer l’absence de tout récit de l’attaque de Yazīd contre Constantinople sous Constantin IV dans les sources dépendant de « Théophile d’Édesse »91. Celui-ci (ou ses dépendants) aurait puisé à la source de la Chronique maronite, laquelle serait donc l’origine de l’erreur commune. Cela est tout à fait possible et l’hypothèse est même très séduisante. Mais, dans ce cas, peut-être y a-t-il moyen de rétablir la chronologie. Il suffit en effet de prendre en considération que le véritable nom de règne de Constant II était également Constantin92. Puisqu’il y eut déplacement d’un règne à l’autre, les années de règnes ne seraient-elles pas tout simplement celles de Constantin IV ? Comme Théophane, les chroniques syriaques utilisent couramment les années de règne personnel93 ce qui pourrait expliquer l’erreur des chroniqueurs : puisque Constantin IV n’exerça que 18 ans les fonctions d’empereur majeur, un événement placé sous la 21e année d’un empereur Constantin pouvait aisément passer sous son père sous la plume d’un auteur se contentant des années personnelles94. La 21e année de règne nous amènerait dans ce cas en 673/674. Or, cette année cadrerait au mieux avec la chronologie de la désignation officielle de Yazīd comme héritier après la mort de Ziyād ibn Abīhi (terminus post quem ramadan 53 [20 août-18 septembre 673])95. Je pourrais également rappeler que cela correspondrait d’assez près à l’année sous laquelle Théophane place le début du siège (672/67396) sur la foi du récit de sa source grecque (le « patrice Trajan »)97, si je ne craignais pas, dans le désordre des sources, de succomber aux sirènes des coïncidences. Je n’entends pas ici fixer une date alternative pour « le premier siège de Constantinople », mais beaucoup plus modestement montrer la plasticité des sources invoquées et souligner que l’on ne peut tenir la date de 668 pour acquise, d’autant plus qu’elle pose un problème numismatique difficile à contourner.

  • 98 Ibid., p. 240-241. L’auteur considère comme intangible la reconstruction proposée par E. W. Brooks (...)

30Pour ce faire, je dois enfin revenir à la question du témoignage des actes du concile de 680/681. En effet, c’est la déclaration du chartophylax Georges qui fonde toute la chronologie proposée par Marek Jankowiak puisque nous avons vu que le biennium de la campagne de Yazīd ne peut lui servir de parallèle. C’est en vertu de ce seul témoignage que le « premier siège de Constantinople » est placé durant le printemps 668, précédé et suivi de périodes de blocus, afin que la campagne atteigne une durée totale de « deux ans »98.

  • 99 Howard-Johnston, Witnesses to a World in Crisis (cité n. 45), p. 492 n. 13. Pour cet auteur, le pa (...)

31Il est nécessaire de rappeler que la chronologie des patriarches établie par Ernest Brooks repose, pour l’époque considérée, sur des catalogues indiquant la durée des patriarcats, sans indications chronologiques absolues et sans spécification des temps de vacance entre chaque décès et consécration (à une exception près), et ce alors que de tels épisodes peuvent être assez longs. Il m’apparaît donc qu’aucune chronologie ne saurait être tenue pour acquise, qui se fonderait au premier chef sur ces données. Sur ce point, je serais parfaitement d’accord avec James Howard-Johnston qui, dans une démarche parallèle à celle de Marek Jankowiak, préféra cerner la date du patriarcat de Thomas d’après celle du siège de Constantinople, plutôt que de s’essayer à faire l’inverse99.

  • 100 En écartant la passation de pouvoir entre Pierre et Thomas (pour laquelle on a une durée de vacanc (...)
  • 101 172 jours en moyenne.
  • 102 Brooks, On the Lists (cité n. 98), p. 47.
  • 103 Voir le stemma, ibid., p. 39.
  • 104 Ibid., p. 36-37.
  • 105 Pas plus de quinze ans avant le VIe concile œcuménique, voir le commentaire sur ce point, ibid., p (...)
  • 106 Ibid., p. 39.

32À titre de comparaison, intéressons-nous aux papes, mieux connus, et prenons en compte la période courant de 625 à 701 (d’Honorius à Serge), soit une période comparable à celle étudiée par Brooks sur la foi des catalogues (638-715). Si l’on additionne les durées des pontificats indiquées par le Liber pontificalis, on obtient un peu plus de 70 ans (70,4), près de sept ans (10 %) disparaissant en vacances. En revanche, les listes des patriarches arrivent selon les reconstructions de Brooks à un écart de moins de deux ans sur une même durée (76,24 sur 78), une précision (97,7 % de temps couvert) éminemment suspecte, ce d’autant plus que mois et jours sont couramment omis dans ces catalogues. Les vacances sont en tous cas réduites à un mois en moyenne100, alors que ces intervalles occupent en moyenne près de six mois pour les successions pontificales101. Tout ceci évoque à l’évidence, pour l’origine des catalogues, un travail de recomposition a posteriori par les compilateurs médiévaux, d’ailleurs très exactement sur le modèle de ce que réalisa Brooks. On rappellera également que c’est précisément pour la date de la mort du prédécesseur de Thomas que la reconstruction est la plus problématique102. La durée de la longue vacance entre Pierre et Thomas n’est en plus donnée que dans deux catalogues, qui plus est de même dérivation103. En outre, si Brooks place sous le patriarcat de Nicéphore Ier (806-815) la composition du meilleur de ces catalogues104, la Chronographie de Théophane, rédigée à peu près simultanément, donne pour le patriarcat de Thomas une chronologie tout autre (664-665/666-667), tandis qu’à Nicée II le patriarche Taraise, tout haut fonctionnaire ayant accès aux archives qu’il ait été, était incapable de préciser exactement quand son prédécesseur Pierre avait été en fonction105. Brooks lui-même écrit de sa reconstitution : « It must be remembered however that this catalogue of Nikephoros [que l’article vise à reconstituer] is itself (at least down to the accession of Kallinikos) derived from earlier lists, so that many errors may have crept into it, which our present lists, which are all derived from Nikephoros, give us no means of checking106. » Au vu de ce qui précède, on sera convaincu, je crois, du danger qu’il y aurait à faire fond sur la chronologie patriarcale pour ancrer tout le récit des guerres arabo-byzantines des années 660-670.

  • 107 Encore faudrait-il des arguments très forts car les actes du concile de 680/681, par exemple, ne m (...)
  • 108 On pourrait mettre en avant une exception, la Chronica Muzarabica qui place le couronnement de Con (...)
  • 109 Voir ci-dessus la question du témoignage de la Chronique maronite.

33Un dernier point m’incite à rejeter cette méthode. Pour entériner la reconstruction proposée, nous devrions admettre que non seulement toutes les nombreuses sources musulmanes, mais encore le « patrice Trajan », la source grecque de Théophane, se trompent sur un point à la fois simple et absolument capital : l’identité de l’empereur sous le règne duquel le siège aurait eu lieu. En effet, « Trajan », pourtant membre des cercles de l’armée et qui écrit environ cinquante ans après des faits d’une importance cruciale pour l’empire, place bien le siège sous Constantin IV et non Constant II, au pouvoir durant le printemps 668. Que « Trajan » invente ou se trompe sur les détails, on peut l’accepter sans difficultés. Qu’il se trompe d’empereur est difficile à envisager. On pourrait admettre107 que la tradition byzantine ait voulu transférer sur Constantin IV les mérites d’un père à l’orthodoxie douteuse, mais cette explication ne peut concerner les nombreuses sources musulmanes : elles sont unanimes à placer l’expédition de Yazīd sous Constantin IV108. Seules les sources qui dépendent de « Théophile d’Édesse » placent une campagne du fils du calife à la fin du règne de Constant II, mais ces sources ne mentionnent pas Constantinople comme objectif de cette campagne. En outre, si l’on souhaite suivre l’hypothèse de Marek Jankowiak, selon laquelle le détail de la campagne fut déplacé sous Constant II109, on a vu que le contenu de ce passage dans la Chronique maronite non seulement mentionne bien Constantin IV, mais amènerait également à dater l’expédition de 673/674, en accord précisément avec ce que Théophane emprunte à « Trajan le Patrice » et avec le terminus post quem fourni par la chronique espagnole.

  • 110 Jankowiak, The First Arab Siege, p. 316 : « After a winter in Chalcedon, the Arabs gave assault in (...)
  • 111 Sur le personnage, PmbZ, no 710.
  • 112 À Georges, évêque de Syracuse, et au métropolite de Gortyne. Je postule (mais cela ne change rien (...)
  • 113 Jankowiak, The First Arab Siege, p. 305.

34Enfin, un silence me semble ici assourdissant. La reconstruction proposée veut que l’armée de Yazīd soit devant Constantinople dès la fin de l’année 667, se préparant à un assaut qui aurait eu lieu au printemps 668110. Or, en janvier de cette même année 668, le pape Vitalien écrivit une lettre à l’un des proches serviteurs de l’empereur Constant II, le cubiculaire et chartulaire Baanès111. Comme le souligne Marek Jankowiak lui-même, cette lettre, comme les deux autres envoyées simultanément à la cour en Sicile112, « display no hint of the impending Arab assault against Constantinople »113. Je n’ignore pas évidemment le danger des arguments a silentio, mais l’absence de la moindre référence à un péril imminent, ne serait-ce que pour en appeler à la protection de Dieu, à la veille d’un assaut massif sur la capitale impériale me semble tout à fait significative.

35Résumons : pour admettre que le siège eût lieu en 668, il nous faudrait non seulement admettre que le patrice Trajan et l’ensemble des sources musulmanes se soient trompés sur l’empereur qui fut confronté à l’attaque, mais également que le pape n’ait prêté aucune importance à la présence d’une armée musulmane aux portes de Constantinople. Je rappelle enfin le problème numismatique spécifique à la Sicile que pose cette reconstruction. Si Constantin fut incapable d’intervenir en Sicile avant 671, pourquoi les monnayeurs siciliens adoptèrent-ils pour leurs premières frappes à son nom un modèle iconographique abandonné deux ans plus tôt ? Or la seule raison pour laquelle nous devrions faire ces concessions exorbitantes à la logique est la fiabilité supposée d’une chronologie des successions patriarcales dont la fragilité me semble pourtant patente.

  • 114 S. Cosentino, Constans II, Ravenna’s Autocephaly and the Panel of the Privileges in St. Apollinare (...)
  • 115 Concilium universale Constantinopolitanum tertium, éd. R. Riedinger (cité n. 39), p. 9.
  • 116 Brooks, On the Lists (cité n. 98), p. 48.
  • 117 Les […] dans la citation remplacent « and the expedition of his successor to Sicily ». Cet aspect (...)

36Mais, au-delà même de ce constat, est-il si nécessaire de s’acharner à reconnaître une valeur absolument fondamentale au témoignage du chartophylax Georges ? La découverte, lors du concile, de la lettre synodique scellée, non envoyée, dans les archives appelait évidemment une explication, que la menace musulmane fournissait à peu de frais et sans mettre en cause aucun des groupes réunis pour l’occasion. Que la lettre n’ait pas été envoyée pourrait parfaitement s’expliquer par le conflit qui opposa après 666 la papauté et le pouvoir impérial sur la question de l’autocéphalie de Ravenne114. Lorsque le concile œcuménique sonna le signal de la réconciliation générale, la menace musulmane fournissait une excuse commode à tout le monde pour ne pas avoir à rouvrir la question des responsabilités de chacun dans le schisme. Rappelons que l’heure est alors à la réhabilitation de Vitalien comme l’expose clairement la lettre de l’empereur au pape Donus, défendant le rétablissement de la commémoration du pape dans les diptyques115. Bien évidemment, il s’agit là d’une hypothèse, mais elle nous dispense des théories en cascade auxquelles nous condamne le fait de fonder a contrario toute la succession des événements militaires sur ce témoignage éminemment suspect en raison même du contexte dans lequel il fut rendu. On rappellera enfin cette réflexion de Brooks lui-même au sujet de ce passage : « The statement that during the whole of its episcopate the Saracen blockade prevented him [le patriarche Thomas] from entering into communication with Rome is of course not true : the receipt of the news of the emperor’s [Constant II] death […] in the latter half of 668 is proof to the contrary116. » Ainsi, alors même qu’il proposait les dates de 667-669 pour Thomas, ce savant mettait en évidence la mauvaise foi patente du témoignage du chartophylax Georges, car il est en effet bien difficile d’admettre que les forces arabes laissaient circuler le courrier dans un seul sens117.

  • 118 Voir sur la date du couronnement de Constantin IV, Morrisson, Byzance au viie siècle (cité n. 29), (...)

37Je me refuse donc à faire de ce témoignage la pierre angulaire de la reconstruction des événements politiques et militaires. Toutefois, même si j’ai attiré l’attention sur le fait que chacun des témoignages de la Chronique maronite, des chroniques mozarabes et du « patrice Trajan » semble suggérer une date similaire pour l’attaque contre Constantinople, je n’y insisterai pas outre mesure, car je voulais surtout mettre en exergue le danger des reconstructions fondées sur les sources littéraires disponibles. Ce qui me semble nécessaire est, plus modestement, d’admettre une « fenêtre de tir » au début du règne de Constantin IV pour la répression de Mézézios. Rien n’oblige même à condamner totalement la chronologie patriarcale proposée par Brooks. Ce n’est pas parce qu’on ne peut pas la tenir pour assurée qu’elle en devient nécessairement fausse. Il suffirait pour que les diverses pièces du puzzle s’imbriquent correctement que l’attaque sur Constantinople ait commencé vers la fin de son patriarcat, justifiant que le pape ignore la menace en janvier 668, que les nouvelles de Sicile arrivent à Constantinople sans heurts au plus tard en septembre et que Constantin IV occupe bien le trône lors de l’assaut118. Le chartophylax aurait alors juste tiré profit de l’attaque pour masquer au mieux un conflit prolongé avec Rome.

  • 119 Il faut, en effet, le temps de recevoir la nouvelle, de préparer l’expédition et d’atteindre la Si (...)
  • 120 Prigent, La Sicile de Constant II (cité n. 31), p. 166-175.
  • 121 Voir les tableaux très parlants offerts par Jankowiak, The First Arab Siege, p. 264-265.

38Ceci étant, les arguments de Marek Jankowiak relatifs au témoignage de la chronique espagnole me convainquent de la valeur de cette source, ce qui m’amène à modifier mes positions antérieures sur les circonstances de la répression de la révolte de Mézézios. L’usurpateur fut sans doute bien abattu par les forces orientales, nécessairement très tôt, sans doute à la fin du printemps ou durant l’été 669119, et donc avant la grande attaque arabe. Cette reconstruction permet d’ailleurs également de mieux comprendre la capacité même de Constantin IV à résister au siège : les sources sigillographiques rendent en effet plus que probable la présence des troupes de l’Opsikion en Sicile aux côtés de Constant II120. Que ces forces aient pu être rapatriées avant le début du siège offrirait un élément capital pour expliquer le succès militaire face à l’assaut musulman, tout comme l’absence de ces mêmes forces explique au mieux les succès répétés des Arabes à partir de 662121, date du départ de l’empereur pour l’Occident.

  • 122 Je me range donc ici aux arguments de Brooks pour qui l’attribution de la répression de Jean à Con (...)
  • 123 Liber pontificalis (cité n. 38), t. 1, p. ccxxxii-ccxxxiii. La vie de Vitalien appartient à un gro (...)
  • 124 Je crois que ce n’est pas un hasard si Rome est alors sous l’ère des « papes grecs » : le lien ave (...)
  • 125 Brooks, The Sicilian Expedition (cité n. 37), p. 455-459. On peut aussi penser que Michel le Syrie (...)
  • 126 V. Prigent, Byzantine Military Forces in Sicily : Some Sigillographic Evidence, dans Byzantine and (...)

39Cette reconstruction sépare donc nettement le récit du Liber pontificalis de la révolte de Mézézios, permettant de le rattacher à la répression de la révolte de son fils122. Je dois à nouveau insister ici sur la qualité de cette source en ce qui concerne les affaires siciliennes. Tout comme celle de Vitalien, la vie d’Adéodat fut rédigée peu après 687, c’est-à-dire sous Serge Ier, un pape précisément sicilien et dont trois prédécesseurs immédiats, y compris Adéodat lui-même, furent siciliens123. Si l’on ajoute à cela que la province est alors fondamentale pour les pontifes de Rome124, on doit rejeter tout a priori négatif sur la qualité de l’information disponible à Rome. Le texte de la Chronique de Michel le Syrien, seule source littéraire à mentionner Jean, est légèrement problématique puisqu’il attribue aussi la répression de celui-ci à Constantin IV et il faut sans doute admettre ici l’argument de Brooks selon lequel qui facit per alium facit per se, puisque aucune information n’est cette fois donnée sur les forces effectivement déployées contre la Sicile125. L’épisode fut certainement moins dramatique pour Constantin IV et l’on comprendrait mieux que l’armée d’Italie ait pu suffire à ramener l’île dans le giron impérial. Se pose toutefois la question du sens à donner à la mention dans le Liber pontificalis du fait que Jean se trouvait en Sicile avec « l’armée orientale », mais les sources sigillographiques révèlent bien que la Sicile bénéficia longtemps de la présence d’unités détachées de l’armée centrale, y compris après la fondation du thème126. Rien n’oblige donc à voir derrière cette mention un déploiement de force semblable à l’arrivée de l’armée de Constant II.

  • 127 Et peut-être également S, voir les références données dans MIB, p. 255. La monnaie portant éventue (...)
  • 128 La seule indiction 5 sous Constantin IV tombe en 676/677, avant donc la déposition des frères de l (...)
  • 129 Voir n. 131.
  • 130 La signification de ces marques, qui n’est pas chronologique, demeure largement mystérieuse ; on p (...)

40J’en reviens pour finir aux monnaies frappées au nom de Mézézios et que je propose de réattribuer à Jean, fils de Mézézios, afin qu’il soit possible de sortir de l’aporie numismatique qui voudrait que le rebelle de 668 ait pu copier des modèles numismatiques encore inexistants ou que l’empereur légitime ait choisi de récupérer le canon iconographique mis au point par l’usurpateur. En effet, à ce stade, un nouvel élément pourrait être apporté au débat, susceptible d’aider à la datation des événements, même si je dois m’avouer incapable de régler de façon totalement satisfaisante les problèmes qu’il soulève. Les monnaies au nom de Mézézios que je propose d’attribuer au fils de celui-ci portent en fin de légende de revers une lettre E127. Wolfgang Hahn en a fait des mentions d’officine. En effet, son choix d’attribuer ces monnaies à Constantin IV amenait à les rattacher à l’atelier de Constantinople, ce qui ouvrait cette possibilité de lecture. L’absence des coempereurs de Constantin IV au revers hypothéquait en effet une interprétation « chronologique » de la lettre : la monnaie devant être postérieure à 681, ni indiction 5128, ni cinquième année de règne ne pouvaient être identifiées. Mais si l’on se place dans le cadre des rébellions en Sicile, rien n’interdit de tenter l’exercice, la présence de dates sur les monnaies insulaires n’ayant rien d’exceptionnel129, même si elle n’était pas aussi régulière qu’à Carthage. L’exercice est d’autant plus tentant que la lettre E ne figure précisément pas parmi les très nombreuses « marques d’émission » couramment utilisées par les monnayeurs siciliens, ce qui incite évidemment à lui attribuer un sens chronologique130.

  • 131 S. Bendall, La datation des monnaies de bronze de Constant II à Syracuse, Bulletin de la Société f (...)
  • 132 Et peut-être 677/678 si la lecture de la version en S était confirmée.
  • 133 La mention de la révolte suit la description de l’attaque des Mardaïtes, Chronique de Michel le Sy (...)
  • 134 Voir n. 118.
  • 135 En admettant que le décompte du chroniqueur syriaque parte de la mort de Constant II tout en maint (...)

41On pense en premier lieu à une valeur indictionnelle, couramment utilisée en Sicile, notamment sur le bronze où la valeur numérique est même associée à ANNO malgré le caractère illogique de la chose131. Une telle lecture date le monnayage de Mézézios de septembre 676/août 677132. La chose est a priori tentante, car la Chronique de Michel le Syrien relate, de façon indirecte133, la révolte de Jean Mézézios en lien avec la neuvième année de règne de Constantin IV. Bien évidemment, il ne peut s’agir ici que du règne personnel de l’empereur, compté, sinon depuis le décès de son père, du moins depuis l’arrivée à Constantinople de la nouvelle de l’événement : nous serions entre septembre 676 et septembre 677134. Le chevauchement serait donc parfait entre l’indiction marquée sur la monnaie et l’information chronologique fournie par Michel le Syrien. Aussi séduisante soit l’hypothèse, je préfère néanmoins la rejeter car nous sommes au-delà des dates du pontificat d’Adéodat II (11 avril 672-17 juin 676) et le Liber pontificalis me semble notre point d’ancrage le plus solide135. En outre, on perdrait évidemment le lien avec la lettre de Constantin IV qui semble placer au moins le déclenchement du soulèvement de Jean sous Vitalien. Or l’hypothèse d’une éventuelle amplification rhétorique ou de la désignation par le terme de « tyrans » de l’ensemble des conjurés entourant Mézézios pour résoudre le problème ne me satisfait pas. Je n’insiste pas sur ce dernier point, car je crois que l’explication doit être recherchée dans une autre direction.

  • 136 MIB 52 (Justinien II, second règne).
  • 137 Et sans même exclure qu’elle ait pu commencer sous Vitalien.
  • 138 Je suis ici les analyses de Jankowiak, The First Arab Siege, p. 276-281, tout en me démarquant de (...)
  • 139 Je souligne que si l’on laisse les monnaies à Mézézios père, je ne vois aucune possibilité de donn (...)

42Écarter la lecture indictionnelle nous conduit à interpréter la lettre E comme mention d’une cinquième année de règne. A priori, celle-ci est évidemment impossible puisque Jean ne contrôla certainement pas la Sicile aussi longtemps en ayant si peu marqué les sources. Malgré tout, il est au moins possible ici de proposer une hypothèse cohérente, aussi fragile soit-elle. Jean, dont on a vu qu’il reprit manifestement le nom de règne de son père, n’aurait-il pas été associé dès l’origine au pouvoir de celui-ci ? Cette pratique n’avait rien d’exceptionnel et était particulièrement utile à un pouvoir aussi mal assuré que celui de Mézézios. Une association règlerait d’emblée, à moindres frais, le problème de l’existence de plusieurs « tyrans » soulevés contre Constantin IV du temps du pape Vitalien. Dans ce cas de figure, les cinq années de règne pourraient être comptées depuis juillet 668. Point n’est besoin pour cela que Jean ait exercé le pouvoir en continu : Justinien II frappa à son retour au pouvoir des monnaies datées de sa vingtième année de règne. Cette mention prenait valeur de manifeste politique, mettant ainsi sous le boisseau les règnes de Léontios et de Tibère III136. Elle vaudrait de même revendication d’une légitimité continue pour notre rebelle. Or, cette « cinquième année » de règne de « Mézézios » tomberait entre juillet 672 et juillet 673, en accord donc avec les dates du pontificat d’Adéodat (11 avril 672-17 juin 676)137. En outre, cette solution place la révolte de Jean à un moment propice, les forces orientales de Constantin IV étant pleinement mobilisées face au califat, ce qui justifie également que la répression ait pu être menée par l’armée d’Italie, sans doute, pour des raisons logistiques, en 673138. Je souligne à nouveau que le point capital de cette dernière reconstruction, l’association de Jean au pouvoir de son père, ne peut être qu’hypothétique. Toutefois, en l’état, cette hypothèse a pour elle d’être la seule à régler l’ensemble des problèmes majeurs auxquels nous sommes confrontés, et ce de façon très économique139. Je m’en contenterai donc ici en attendant que meilleur que moi trouve pour cette lettre E présente en fin de légende de revers une interprétation qui ne crée pas plus de problèmes qu’elle n’en résout.

43Quoi qu’il en soit du sens à donner à la lettre E, la réattribution des monnaies au fils de Mézézios n’est pas remise en cause et je soulignerai à nouveau qu’elle seule rend sa lisibilité au trésor du Corso Gelone. Nous avons pour l’instant un trésor enfoui au début des années 680, après une césure dans l’accumulation et alors qu’aucun trouble n’est mentionné pour l’époque, et, point particulièrement troublant, un trésor qui témoignerait de la libre circulation des monnaies de Mézézios parallèlement à celle de Constantin IV. Dans l’hypothèse que je propose, nous aurions plus classiquement un trésor se clôturant par les monnaies de l’usurpateur et enfoui lors de la répression, en 673.

  • 140 Voir n. 32.

44Je conclus en retraçant brièvement ce qui me semble être la reconstruction la plus probable des événements, ou du moins celle qui ne génère pas de difficultés majeures par ailleurs. Dès la nouvelle de l’usurpation de Mézézios connue, Constantin IV prend la tête d’une armada lancée contre la Sicile, sans doute dès le printemps 669. L’ordre restauré, l’atelier local adopte les modèles alors en vigueur en Orient. L’empereur retourne très rapidement en Orient pour s’opposer à une attaque contre Constantinople dont le début serait à placer avant la mort du patriarche Thomas, mais sans que la chronologie de ce patriarcat puisse offrir de datation parfaitement assurée. Cette attaque doit probablement être identifiée avec la grande campagne dirigée par Yazīd ibn Mu‘āwiya. La rapidité même de la répression initiale en Sicile et la phase de graves dangers qui s’ensuivit pour l’empereur auront mis Jean, fils de Mézézios, en mesure de réitérer l’usurpation en 672. Il récupère le nom de règne de son père et frappe monnaie. La faiblesse des moyens de l’usurpateur, et peut-être une attaque musulmane140, expliquent que l’armée d’Italie ait suffià réprimer ce second soulèvement. Dans le cadre de cette répression un riche trésor aura été enterré sous l’actuel Corso Gelone, 1.

Abréviations

45BMC
W.Wroth, Catalogue of the Imperial Byzantine Coins in the British Museum, 2 vol., Londres 1908

46Chronique de Michel le Syrien
Chronique de Michel le Syrien, patriarche jacobite d’Antioche, 1166-1179, trad. J. B. Chabot, t. 2, Paris 1901

47DOC, II
Ph. Grierson, Catalogue of Byzantine Coins in the Dumbarton Oaks Collection and in the Whittemore Collection. II, Phocas to Theodosius III. 2, Heraclius Constantine to Theodosius III (641-717), Washington DC 1968

48Jankowiak, The First Arab Siege
M. Jankowiak, The First Arab Siege of Constantinople, TM 17 (Constructing the Seventh Century, éd. C. Zuckerman), 2013, p. 237-320

49MIB
W. Hahn, Moneta Imperii byzantini. Rekonstruktion des Prägeaufbaues auf synoptischtabellarischer Grundlage. 3, Von Heraclius bis Leo III., Alleinregierung (610-720), Vienne 1981 (Veröffentlichungen der Kommission für Numismatik 10)

Notes

1 M. T. Currò Pisanò, Vita dei Medaglieri. Soprintendenza alle Antichità della Sicilia Orientale, Annali dell’Istituto Italiano di Numismatica 9-11, 1962-1964, p. 253-264, ici p. 262-263. Dans tout ce qui suit, il ne faut pas oublier qu’il demeurera toujours la possibilité que certains des types monétaires présents dans le trésor ne soient pas représentés dans la partie du dépôt qui trouva le chemin du médailler.

2 G. Guzzetta, La circolazione monetaria in Sicilia dal iv al viii secolo d.C., Bollettino di Numismatica 25, 1995, p. 7-30, ici p. 12 ; Id., Appunti di circolazione monetaria nella Sicilia orientale bizantina, dans La Sicilia rupestre nel contesto delle civiltà mediterranee, éd. C. D. Fonseca, Galatina 1986, p. 121-133, ici p. 124-125 ; A. M. Fallico, G. Guzzetta, Recenti apporti alle testimonianze sugli abitati della Sicilia orientale, dans Byzantino-Sicula IV, Palerme 2002 (Quaderni dell’Istituto Siciliano di Studi Bizantini e Neoellenici 15), p. 687-744, ici p. 722.

3 Cité BMC.

4 L’information donnée par Currò Pisanò (BMC 31) renvoie au no 31 du classement offert par Wolfgang Hahn dans MIB, mais il vaut mieux admettre ici de façon très large le type iconographique qui englobe les types 31-38.

5 BMC 49 = MIB 1B.

6 BMC 52 = MIB 31.

7 BMC 54 = MIB 9.

8 Pour l’usurpateur, voir PmbZ, no 6476. Je reviendrai ici même longuement sur le problème de la chronologie de sa révolte.

9 W. Hahn, Mezezius in peccato suo interiit. Kritische Betrachtungen zu einem Neuling in der Münzreihe der byzantinischen Kaiser, JÖB 29, 1980, p. 61-70.

10 Voir plus avant.

11 G. Guzzetta, Moneta locale e moneta metropolitana nella Sicilia bizantina, dans Bisanzio e le periferie dell’Impero. Atti del Convegno Internazionale, Catania, 2007, éd. R. Gentile Messina, Rome 2011, p. 125-144, ici p. 136. On attend évidemment avec impatience le catalogue annoncé en cette occasion.

12 DOC, II.

13 Hypothèse déjà formulée par M. F. Hendy, Studies in the Byzantine Monetary Economy c. 300-1450, Cambridge 1985, p. 421 n. 216 ; J. M. Fagerlie a également souligné la très grande parenté stylistique entre un solidus sicilien de type MIB 96 (663/4-668) et les émissions contemporaines de Constantinople, l’expliquant par l’activité au sein de l’atelier sicilien d’un graveur venu de Constantinople (J. M. Fagerlie, A Byzantine “Sicilian” Hoard, dans Near Eastern Numismatics, Iconography and History. Studies in Honor of Georges C. Miles, éd. D. K. Kouymjian, Beyrouth 1974, p. 175-183, ici p. 179). Une étude de coins en cours montre également que la production d’or de l’atelier de Sicile diminue avec l’arrivée de la cour, ce qui ne peut s’expliquer que dans le cadre de frappes simultanées dans l’île d’une délégation de l’atelier constantinopolitain, car la présence de l’armée et d’une partie de la cour avait bien évidemment un coût très élevé.

14 Les dates fournies amènent au type DOC, II, 55, lequel correspond au MIB 30.

15 Le modèle imberbe BMC 31, est également bien illustrée pl. XXXVII, 9 et il n’y a donc pas de raison de penser que Currò Pisanò ait péché par manque d’informations dans son choix.

16 Voir la note de Philip Grierson à la monnaie DOC, II, 56b.

17 Le modèle glabre est daté des années 668-673 (DOC et MIB). Le modèle barbu menait à 674 (DOC) ou 674-675 (MIB).

18 Currò Pisanò, Vita dei Medaglieri (cité n. 1), p. 263 : « Costantino IV di prospetto con barba e baffi. » Les « baffi » sont omises des autres descriptions.

19 Voir ci-dessous, p. 593-596. Aucune autre description ne reprend ce détail, si caractéristique des monnaies de Mézézios.

20 On pourrait autrement supposer, puisque les monnaies de Mézézios, n’apparaissent pas dans le catalogue de Dumbarton Oaks, que Giuseppe Guzzetta soit ici remonté à la référence de Currò Pisanò et ait attribué les monnaies à Carthage sur la foi de ce catalogue, utilisant l’absence des coempereurs comme critère de datation ; mais l’hypothèse semble des plus hasardeuses, étant donné sa compétence reconnue. Il faut bien admettre qu’il ait vu les monnaies carthaginoises. Dès lors, il ne reste plus que l’hypothèse d’une erreur de classement survenue entre les deux descriptions pour expliquer le décalage.

21 Le dernier exemplaire proposé à la vente (Gemini, LLC, Auction II, 11 janvier 2006, lot 531) a atteint 50 000 USD (figure 3).

22 Je résume ici les positions exprimées dans Hahn, Mezezius in peccato suo interiit (cité n. 9).

23 C. Morrisson, Notes de numismatique byzantine : à propos de quelques ouvrages récents, RN 25, 1983, p. 213-226, ici p. 215 n. 8, souligne que Warwick Wroth lui-même déchiffra les lettres qui permettent de recomposer le nom de Mézézios.

24 Ph. Grierson, A Semissis of Mezezius (668-9), Numismatic Chronicle 146, 1986, p. 231-232.

25 Comme mentionné n. 21, un nouvel exemplaire parfaitement lisible est passé il y a dix ans en vente aux enchères. Toutefois, pour tous les exemplaires « modernes », le soupçon de forgerie soulevé par Wolfgang Hahn peut légitimement être avancé. Réfléchir sur les monnaies anciennement entrées dans les collections et qui n’avaient pas été identifiées avec ces émissions à la valeur exceptionnelle est donc un gage de sécurité.

26 Outre Morrisson, Notes de numismatique (cité n. 23).

27 Voir notamment les réflexions de J. Haldon, Constantine or Justinian ? Crisis and Identity in Imperial Propaganda in the Seventh Century, dans New Constantines. The Rhythm of Imperial Renewal in Byzantium, 4th-13th Centuries, éd. P. Magdalino, Londres 1994 (Society for the Promotion of Byzantine Studies. Publications 2), p. 95-107, et M. T. G. Humphreys, Law, Power, and Imperial Ideology in the Iconoclast Era : c. 680-850, Oxford 2015 (Oxford Studies in Byzantium), p. 40-43. Pour ces habitudes onomastiques assimilant un empereur à l’un de ses prédécesseurs, voir la belle étude de D. Feissel, Trois notes sur l’empereur Maurice, TM 16 (Mélanges Cécile Morrisson), 2011, p. 253-272, ici p. 267-272.

28 MIB, p. 157-159.

29 C. Morrisson, Byzance au viie siècle : le témoignage de la numismatique, dans Byzance : hommage à André N. Stratos, Athènes 1986, t. 1, p. 149-163, ici p. 154-155 et n. 155. Je suis moins convaincu par l’identification du costume avec le paludamentum plutôt qu’avec une cuirasse, mais cela ne change pas le fond du problème.

30 MIB 77. Le seul détail différent étant la présence du bouclier ou « manteau de hussard » présent sur l’épaule gauche du souverain.

31 V. Prigent, La Sicile de Constant II : l’apport des sources sigillographiques, dans La Sicile byzantine de Byzance à l’Islam, éd. A. Nef et V. Prigent, Paris 2010 (De l’archéologie à l’histoire), p. 157-287, ici p. 175-184. Sur la chronologie et les liens entre ces événements et les tentatives califales pour s’emparer de Constantinople, voir également Jankowiak, The First Arab Siege, p. 309-314. Il me semble essentiel de souligner que ce n’est pas l’édition du sceau en elle-même qui est importante, mais sa présence en Sicile. Je reviens très largement sur la question du siège plus avant.

32 Je rappelle que Mézézios ne participa apparemment pas à l’assassinat de l’empereur. L’événement laissa dans le désarroi la cour installée à Syracuse. Seule une version de la Chronographie de Théophane attribue un rôle plus actif à ce général arménien, sans doute comte de l’Opsikion (Prigent, La Sicile de Constant II [cité note précédente], p. 166-175). Voir l’apparat critique dans Théophane le Confesseur, Chronographie, éd. C. de Boor, Theophanis Chronographia, t. 1, Leipzig 1883, p. 352, annus mundi 6160 : Τοῦ δὲ βασιλέως Κώνσταντος ἐν Σικελίᾳ ὄντος ἐπανέστη αὐτῷ Μιζίζιος μετὰ ἑτέρων ἐν τῷ λουτρῷ καὶ ἐθανάτωσαν αὐτόν. Ἠμύνατο δὲ ὁ βασιλεὺς τὸν Μιζίζιον καὶ τοὺς σὺν αὐτῷ τοὺς τοῦτο τετολμηκότας καὶ ἀπεκεφάλισεν αὐτούς. Ὡσαύτως δὲ καὶ Ἰουστινιανὸν τὸν πατρίκιον, τὸν πατέρα Γερμανοῦ τοῦ γενομένου πατριάρχου, τὸν δὲ Γερμανὸν τραχύτερον ὄντα εὐνούχισεν (« L’empereur Constant se trouvant en Sicile, Mézézios se rebella contre lui avec d’autres dans le bain et ils le tuèrent. L’empereur châtia Mézézios et ceux qui avaient partagé son audace en cela et les décapita, et il en fit de même avec le patrice Justinien, le père de Germain le futur patriarche ; et il castra Germain bien que sa voix eût déjà mué »). Je verrais volontiers dans cette version des faits qui charge le rebelle et les dignitaires installés en Sicile un reflet de la propagande officielle visant à légitimer Constantin IV. Je demeure en effet d’avis que ce fut l’entourage de Constantin IV, évidemment avec des intelligences à la cour de Constant II et pas nécessairement avec l’accord de son candidat au trône, qui fit assassiner l’empereur pour promouvoir l’avènement de son fils et l’abandon de sa politique occidentale. Pour ce qui est de l’invasion musulmane, voir Prigent, La Sicile de Constant II, op. cit., p. 181-182. Je n’y insiste pas trop car il est possible que cette attaque ait été lancée du temps de Jean. Cette solution est même sans doute meilleure, puisqu’elle rend sa cohérence au témoignage du Liber pontificalis. Elle ne contredit pas les informations issues des sources orientales que Jankowiak, The First Arab Siege, p. 313-314, présente avec clarté.

33 Respectivement empereurs sous les noms de Tibère III, Philippikos et Léon III.

34 Ce même nom est à la base des tentatives pour faire de Mézézios un représentant de la grande famille des Gnuni, et là résidait peut-être la raison de l’obstination du rebelle à l’arborer.

35 Chronique de Michel le Syrien, p. 455. Il est clairement distinct de son père mentionné plus haut, p. 451.

36 Voir la présentation du problème dans Prigent, La Sicile de Constant II (cité n. 31).

37 Ce problème inspira un article dès 1908 : E. W. Brooks, The Sicilian Expedition of Constantine IV, BZ 17, 1908, p. 455-459.

38 Liber Pontificalis, éd. L. Duchesne, t. 1, Paris 1886, p. 344, IV, l. 6-7.

39 Concilium universale Constantinopolitanum tertium, éd. R. Riedinger, Berlin 1990-1992 (Acta Conciliorum oecumenicorum. Series secunda 2/1-2), p. 9 : Ἀλλ’ἡμεῖς τοῦτο οὐ κατεδεξάμεθα, τουτέστι τὸ ἐκβληθῆναι τὸν αὐτον Βιταλίανον ἐκ τῶν διπτύχων, τοῦτο μὲν ὡς πᾶσαν ἰσότητα τηροῦντες καὶ τοὺς ἀμφοτέρους ὀρθοδόξους ἔχοντες, τοῦτο δὲ καὶ διὰ τὴν προσαχθεῖσαν ἡμῖν ἀγάπην παρὰ τοῦ αὐτοῦ Βιταλιανοῦ ἐν ζωῇ αὐτοῦ τῆς κινήσεως τῶν ἡμετέρων τυράννων.

40 Chronique de Michel le Syrien, p. 455 : « À cette époque, Iwannis, fils de Mīzīzi, se souleva contre Constantinus. Il était déjà en révolte depuis sept mois quand l’empereur marcha contre lui et le tua, en Sicile même. »

41 La structure du Liber pontificalis oblige à placer les événements sous un pontificat précis, ce qui peut poser des problèmes lors des longues vacances et conduire à placer un événement sous un pontificat en quelque sorte encore « à venir ». Cette dernière possibilité n’était pas évoquée dans mon article.

42 Le caractère extrêmement hostile à Constant II de cette biographie pourrait expliquer que le texte ait été émendé du récit des années cruciales de l’usurpation, après que, sous Constantin IV, la cour a renoué son alliance avec la papauté. On va revenir plus avant sur ces questions.

43 Jankowiak, The First Arab Siege, p. 283-285.

44 Liber pontificalis (cité n. 38), t. 1, p. ccxxxii-ccxxxiii. La vie de Vitalien appartient à un groupe rédigé, ou re-rédigé, peu après 687.

45 J. Howard-Johnston, Witnesses to a World in Crisis : Historians and Histories of the Middle East in the Seventh Century, Oxford 2010, p. 492 : « The second task proved more difficult. Constantine deputed it to his commanders in the west, who were only able to capture and execute the pretender in 672, after regrouping and launching a concerted attack on Syracuse. »

46 Jankowiak, The First Arab Siege, p. 307, réhabilite avec force cette date.

47 Voir ce texte de Michel le Syrien ci-dessus, n. 40.

48 Jankowiak, The First Arab Siege, p. 311 : « His revolt does not necessarily need to have been short-lived : the narrative of the life of Adeodatus, although biased, can perhaps be trusted for the date of the fall of Mezezios, around 672, a hypothesis supported by the sudden appearance of the Byzantine fleet in the war against the Arabs around that time, which suggests that Constantine IV did not control it before that date. » Je peine à suivre l’auteur sur ce dernier point, puisque la flotte impériale semble avoir quitté la Sicile sous le contrôle du patrice Severus du vivant de Mézézios comme il l’expose lui-même immédiatement après. Le même auteur prend plus de distance avec la chronologie du Liber pontificalis dans sa chronologie finale (p. 318) mais la logique interne de sa reconstruction le pousse, comme on va le voir, à admettre une date basse pour la répression.

49 Je rappelle que la révolte et la répression sont placées sous le pontificat d’Adéodat (672-676).

50 Jankowiak, The First Arab Siege, p. 310, en revient donc à une position hybride : chronologie fondée sur le Liber pontificalis, mais intervention des armées d’Orient. La Chronica muzarabica (Corpus scriptorum Muzarabicorum, éd. J. Gil, Madrid 1973, t. 1, p. 25, par. 24) relate : Hic aput Siracusam audiens seditione suorum occisum patrem, cum classe qua potuit palatium petit et tronum gloriose triumphando conscendit. La référence à la flotte réunie pour se porter contre le « palais » rend en effet nécessaire d’admettre que Constantin IV ne marche pas ici contre Constantinople, à moins d’admettre qu’à la mort de son père, il se trouvait hors de la capitale orientale, mais nous n’avons aucun élément en ce sens. En revanche, je ne peux me rallier à l’argument selon lequel l’envoi à Constantinople des victimes de la répression démontre l’intervention des forces orientales en Sicile. Les généraux de l’armée d’Italie pouvaient parfaitement envoyer vers l’Orient leurs prisonniers (Jankowiak, The First Arab Siege, p. 311 : « The intervention of troops from Constantinople is hinted at by the mention of the deportation of the mutilated supporters of Mezezios to the Byzantine capital »). Le même auteur met également l’exploit d’ingénierie par lequel Constantin IV fit passer sa flotte de Marmara en Méditerranée par la terre ferme en relation avec la nécessité d’aller réprimer la révolte de Mézézios, hypothèse séduisante, mais qu’en l’absence de toutes informations sur le sens du passage et sa date, on ne peut réellement exploiter.

51 Voir ci-dessus, p. 596. La Chronique de Michel le Syrien, p. 45, mentionne aussi que, au tout début de son règne, Constantin IV partit avec ses frères « en Gaule et en Italie, et [qu’] ils soumirent tous les peuples de la contrée occidentale », formule qui pourrait renvoyer confusément à l’expédition punitive.

52 Voir dans Jankowiak, The First Arab Siege, la chronologie présentée p. 318 qui indique « between 669 and 672 Sicilian expedition of Constantine IV, fall of Mezezios », mais également « 668, spring-late 669 ? the army of Yazīd plunders the region of Constantinople ». Le point d’interrogation se comprend en lisant p. 316 : « Meanwhile the Arab army roamed around Constantinople for another year or so, impeding communication with Rome until the death of Thomas in November 669. » Si l’armée arabe est active aussi tard dans l’année 669 et que Constantinople venait de subir une grave attaque, il était évidemment impossible de partir en Occident en 669.

53 F. Montinaro, Les premiers commerciaires byzantins, dans TM 17 (Constructing the Seventh Century, éd. C. Zuckerman), 2013, p. 351-538, ici p. 422-424, p. 423, par. 3 pour la citation.

54 Ibid., par. 4.

55 Ibid., p. 424, par. 6. Voir aussi la n. 216 où l’auteur expose le débat existant entre les chronologies du siège de Constantinople de Howard-Johnston et Jankowiak, sans toutefois prendre position, sauf erreur de ma part.

56 Ibid., p. 433-434.

57 Je m’écarte d’emblée de l’analyse que propose l’auteur du silence du Liber pontificalis sur l’intervention de Constantin IV (Jankowiak, The First Arab Siege, p. 311). Je suis d’accord sur le fait qu’il existait un schisme entre Rome et Constantinople dans les années 670, mais le groupe de vies de pontifes auquel appartient celle de Vitalien a été rédigé après 687 (voir n. 123). L’hypothèse selon laquelle le Liber pontificalis mentionne la révolte de Jean me semble plus simple. J’y reviens plus avant.

58 Voir les informations rassemblées et les réflexions sur ce point dans V. Prigent, The Mobilisation of Tax Resources in the Byzantine Empire (Eighth to Eleventh Centuries), dans Diverging Paths ? The Shapes of Power and Institutions in the Medieval Christian and Islamic Worlds, éd. J. Hudson et A. Rodriguez, Leyde 2014 (The Medieval Mediterranean 101), p. 182-229, ici p. 192-193, et Id., Production et circulation monétaire dans le bassin central de la Méditerranée au viie siècle, dans Monnaies du haut Moyen Âge. Histoire et archéologie (péninsule Ibérique-Maghreb, viie-xie siècle), éd. Ph. Sénac et S. Gasc, Toulouse 2015 (Villa 5), p. 59-84, ici p. 64-67. Lors des récentes ventes aux enchères, ces monnaies sont désignées comme « rare » (en anglais), ce qui est normal pour des pièces d’or siciliennes : les monnaies à couronne ont la même « note » et aucune frappe sicilienne n’obtient jamais « mieux » (voir par exemple les informations compilées dans M. Anastasi, Monete bizantine di Sicilia, Catane 2009). Quatre exemplaires sont passés en salle de vente pour les seuls mois d’octobre et novembre 2015 (ArtCoins Roma, Auction 19, lot 825, 11 novembre 2015 ; Stack’s Bowers and Ponterio, Baltimore Auction, lot 40077, 5 novembre 2015 ; Classical Numismatic Group, Auction 100, lot 306, 7 octobre 2015 ; Classical Numismatic Group, Auction 100, lot 2022, 7 octobre 2015). Sur la même période, je ne relève que trois exemplaires présentant la couronne.

59 Voir l’illustration fournie dans MIB, pl. 23.

60 Catalogue of Byzantine Seals at Dumbarton Oaks and in the Fogg Museum of Art. 6, Emperors, Patriarchs of Constantinople, Addenda, éd. J. Nesbitt et C. Morrisson, Washington DC 2009, no 21.1.

61 Voir par exemple les bulles présentant Constant II en pied sans équivalent sur les solidi (Catalogue of Byzantine Seals [cité note précédente], no 19.1-5). Les bulles de Constantin IV n’adoptent pas le buste militaire avant l’élimination des frères de l’empereur, avec donc environ huit ans de retard sur les monnaies (Catalogue of Byzantine Seals, op. cit., nos 22 et 23). Sous Justinien II, on note l’usage simultané de deux iconographies impériales sur les bulles des fonctionnaires (G. Zacos, A. Veglery, Byzantine Lead Seals, Bâle 1972, nos 167-168 [= Montinaro, Les premiers commerciaires (cité n. 53), nos 109-117 et p. 424-426], avec les remarques formulées dans C. Morrisson, V. Prigent, L’empereur et le calife (690-695). Réflexions à propos des monnayages de Justinien II et d’Abd al-Malik, dans Villes et campagnes aux rives de la Méditerranée ancienne. Hommages à Georges Tate, Lyon 2013 [Supplément à Topoi], p. 571-592). De même, les sceaux de commerciaires des règnes de Léontios, Tibère III, Anastase II, Théodose III n’ont pas de parallèles numismatiques stricts (Zacos, Veglery, Byzantine Lead Seals, op. cit., nos 189, 199, 207, 212, 220).

62 Ce qui évidemment ne veut pas dire que l’empereur ne vint pas en Occident, c’est la durée de ce séjour qui est ici en question.

63 Philip Grierson (DOC, II, p. 515) souligne leur « extreme rarity » et propose même d’en limiter l’émission aux derniers mois de 668 ; Wolgang Hahn place l’apparition du type cuirassé au début de l’année 669, MIB, p. 149 et 150 et planche synoptique VIII ; Cécile Morrisson (C. Morrisson, Catalogue des monnaies byzantines de la Bibliothèque Nationale, 2 vol., Paris 1970, t. 1, p. 374 n. 1) propose de mettre l’apparition du type « justinien » en relation avec la naissance de l’héritier homonyme et souligne que les demi-folleis datés placent bien l’adoption du buste militaire au plus tard dans la deuxième année de règne.

64 La chlamyde n’est, bien entendu, pas exactement « civile » mais, associée à la couronne et au globe, elle tranche néanmoins avec l’association cuirasse, heaume et lance des émissions postérieures. La rupture est également claire avec les dernières émissions de Constant II, on ne peut donc pas expliquer le choix par la reconduction d’un modèle récent en l’absence d’instructions précises.

65 Non pas forcément parce qu’il n’était pas en vigueur quand Mézézios tomba, mais au moins parce qu’il ne l’était pas avant que l’armada se soit déjà bien éloignée de Constantinople.

66 Carthage conserva le modèle en chlamyde jusqu’en 675/676 (MIB 20), mais le problème se posait ici en termes différents : l’atelier maintint le type du début de règne plus longtemps que Constantinople, ce qui arrive fréquemment, alors que la Sicile aurait sciemment choisi de commencer sa série monétaire au nom de Constantin IV par une iconographie déjà dépassée. En Sicile aussi d’ailleurs, le type du début de règne se maintint plus longtemps qu’en Orient, une fois entré en vigueur (MIB 31 qui présente l’empereur barbu).

67 Je reviens plus avant sur les problèmes posés par cette source.

68 Je rappelle que Constant II était parti en Occident avec des forces considérables : écraser Mézézios n’avait rien d’une opération de police.

69 Pas de « siège de sept ans » durant les années 670 et réhabilitation de l’importance de l’expédition de Yazīd.

70 Jankowiak, The First Arab Siege, p. 298-299.

71 Ibid., p. 300.

72 Ibid, p. 294-295.

73 En 654, peut-être comme aboutissement de la mobilisation de l’année précédente, la flotte arabe aurait déjà atteint Constantinople : S. Cosentino, L’assedio arabo di Costantinopoli del 654 in una pseudo-apocalisse del profeta Daniele poco nota, dans Studi di storia del cristianesimo per Alba Maria Orselli, éd. L. Canetti et al., Ravenne 2008 (Le Tessere 16), p. 91-97, avec la bibliographie antérieure.

74 Jankowiak, The First Arab Siege, p. 300 : « The implication is that it was composed when both cities were simultaneously under Arab occupation, which happened only around 668. »

75 A. Acconcia Longo, Il Concilio Calcedonense in un antico contacio per S. Eufemia, An. Boll. 96, 1978, p. 305-337, ici p. 337 : Αὕτη ταῖς σαῖς πρεσβείαις πόλιν σου Καλχηδόνα καὶ τῶν Συρακουσαίων τε καὶ πᾶσαν πόλιν φύλαξον, τὰ ἔθνη ἐξ αὐτῶν τὰ βάρβαρα ἐκδίωξον καὶ τῆς Ἄγαρ τὴν ἄνομον φυλήν.

76 Sur le personnage, voir M. Nichanian, V. Prigent, Les stratèges de Sicile. De la naissance du thème au règne de Léon V, REB 61, 2003, p. 97-141, ici p. 123-124. Nous avions alors admis (n. 176) la datation proposée par Augusta Acconcia Longo (le règne de Constant II).

77 Du moins tant qu’on ne prouvera pas qu’il est possible de différencier sur le seul critère du style les kontakia de la fin du viie de ceux du début du ixe siècle. Pour l’attaque contre la Bithynie, Théophane le Confesseur, Chronographie (cité n. 32), p. 473.

78 Je renvoie aux sources citées in extenso dans son article. Ce qui m’intéresse ici en effet n’est pas la lettre des témoignages, mais l’évaluation de leur pertinence.

79 Voir néanmoins Jankowiak, The First Arab Siege, p. 294 n. 256, qui relève que l’édition Mommsen fait également usage du terme triennium. On peut le suivre lorsqu’il propose qu’il s’agisse ici d’une simple erreur éditoriale.

80 Chronica Byzantia-Arabica, dans Corpus scriptorum Muzarabicorum, éd. J. Gil (cité n. 50), t. 1, p. 11, par. 27 : Moabia Sarracenorum rex centum milia uirorum, quae Yzit filio suo, cui et regnum decreuerat, famularentur obsequio, direxit ad Constantinopolim debellandum. quam dum per omne uernum tempus obsidione cingerent et famis ac pestilentiae laborem non tolerarent, relicta urbe plurima oppida capientes onusti praeda Damascum et regem, a quo directi fuerant, post biennium salutifere reuiserunt.

81 Jankowiak, The First Arab Siege, p. 304.

82 Le même auteur (ibid., p. 294) écrit que « both events coincide chronologically ». Je crois que deux choses doivent être distinguées : certes, le texte affirme la coïncidence d’une menace sur Constantinople et du patriarcat de Thomas, mais rien n’oblige à établir le lien entre cette menace et l’expédition de Yazīd. Je reviens plus avant sur le problème du témoignage du chartophylax Georges.

83 Ici je ne peux donc pas suivre Marek Jankowiak qui veut rattacher étroitement l’expédition à la mention de l’avènement de Constantin IV au paragraphe précédant celui relatant la campagne (ibid., p. 307).

84 Chronica Byzantia-Arabica (cité n. 80), p. 11, par. 27 : Expletis ergo Moabia principatus sui annis XX. et quos civiliter vixit V. humanae naturae debitum soluit.

85 Ibid., p. 14, par. 43 : Igitur Yzit rex Sarracenorum quarto explicato anno ab hac luce migravit fratri regnum relinquens Hesciam nomine ; et post fratrem natum proprii seminis regnaturum adsciscit nomine Hulit.

86 Ibn Khayyât précise que Yazīd prit la tête du pèlerinage en l’an 50 de l’hégire (décembre 670) alors qu’il revenait de la terre des Romains, mais pour quelle raison devrait-on identifier à toute force cette campagne avec celle qui atteignit Constantinople ?

87 EI 2, t. 11, Leyde 2002, p. 519.

88 H. Lammens, Le califat de Yazîd Ier (suite), Mélanges de la Faculté orientale 5/1, 1911, p. 79-268, ici p. 98-106.

89 Le texte intervient après une lacune dans le manuscrit, mais les événements suivants sont placés sous la 22e année de Constant II. La lacune commence après sa 18e année, mais s’étend sur tout un folio.

90 Jankowiak, The First Arab Siege, p. 296.

91 Je mets ici des guillemets pour ne pas entrer dans la polémique autour de cet auteur et de son lien à la tradition historique syriaque qui transparaît tant chez Théophane que chez de nombreux auteurs syriaques tardifs. Sur ce « fantôme de l’historiographie syriaque », voir M. Debié, L’écriture de l’histoire en syriaque : transmissions interculturelles et constructions identitaires entre hellénisme et islam, Louvain/Paris/Bristol 2015 (Late Antique History and Religion 12), p. 139-143, et les contributions réunies dans TM 19 (Studies in Theophanes, éd. M. Jankowiak et F. Montinaro), 2015.

92 Cette homonymie a notamment posé bien des problèmes aux numismates pour départager les émissions de Constant II de celles de son fils.

93 Par exemple, chez Michel le Syrien, l’attaque des Maronites est datée de la 9e année du règne de Constantin IV (Chronique de Michel le Syrien, p. 455), le VIe concile de la 12e année de Constantin et de ses frères (ibid., p. 451-452).

94 En tant donc que « grand empereur ». Sur ce concept politique, voir C. Zuckerman, On the Title and Office of the Byzantine basileus, TM 16 (Mélanges Cécile Morrisson), 2010, p. 865-890.

95 La dernière année expressément mentionnée avant la longue lacune du manuscrit est la 18e, donc, à l’extrême rigueur, on pourrait faire remonter le passage sous une 19e année (671-672), mais c’est hautement improbable.

96 Surtout si l’on repense aux traditions musulmanes selon lesquelles Mu‘ āwiya envoya son fils rejoindre l’armée déjà présente sous les murs de Constantinople.

97 Théophane le Confesseur, Chronographie (cité n. 32), p. 354-355. Sur l’identification de la source par Dimitri Afinogenov et les modifications à apporter à ses conclusions, voir Jankowiak, The First Arab Siege, p. 249-256, avec la bibliographie antérieure.

98 Ibid., p. 240-241. L’auteur considère comme intangible la reconstruction proposée par E. W. Brooks, On the Lists of the Patriarchs of Constantinople from 638 to 715, BZ 6, 1897, p. 33-54, spécialement, p. 47-48 pour Thomas. Ces calculs sont repris, à quelques détails près, dans J. L. Van Dieten, Geschichte der Patriarchen von Sergios I. bis Johannes VI. (610-715), Amsterdam 1972, p. 117-120 (17 avril 667-15 novembre 669 pour le patriarcat de Thomas). Marek Jankowiak indique également (Jankowiak, The First Arab Siege, p. 240 n. 11) que « the patriarchal chronology in the 7th century is guaranteed by many synchronisms with securely dated events ; it is thus impossible to shift the patriarchate of Thomas to 669-671 ». Puisque tout repose sur cette question, je crois que la démonstration aurait gagné à un réexamen de ce point dont on va voir qu’il demeure problématique.

99 Howard-Johnston, Witnesses to a World in Crisis (cité n. 45), p. 492 n. 13. Pour cet auteur, le patriarcat de Thomas « ran from spring 669 to the beginning of winter 671 ».

100 En écartant la passation de pouvoir entre Pierre et Thomas (pour laquelle on a une durée de vacance précise, 6 mois, 16 jours), on a 13 successions pour occuper les 408 jours de décalage.

101 172 jours en moyenne.

102 Brooks, On the Lists (cité n. 98), p. 47.

103 Voir le stemma, ibid., p. 39.

104 Ibid., p. 36-37.

105 Pas plus de quinze ans avant le VIe concile œcuménique, voir le commentaire sur ce point, ibid., p. 47.

106 Ibid., p. 39.

107 Encore faudrait-il des arguments très forts car les actes du concile de 680/681, par exemple, ne me semblent pas illustrer une véritable tentative pour noircir la mémoire de Constant II. De même, pendant les premières années de son règne, Constantin IV fait usage de légendes monétaires insistant sur sa filiation avec l’empereur monothélite, DOC, II, p. 515-516, je préfère la mention de la filiation à la théorie d’une erreur de gravure étant donné que celle-ci semble systématique dans un premier temps et touche diverses classes.

108 On pourrait mettre en avant une exception, la Chronica Muzarabica qui place le couronnement de Constantin IV après l’expédition de Yazīd (Chronica Muzarabica [cité n. 50], p. 25, par. 23). Toutefois, cette chronique dépend d’une même source que la Chronica Byzantia-Arabica, citée plus haut (n. 80), qui présente l’ordre inverse. La Chronica Muzarabica présente les événements par « thèmes ethniques », si j’ose dire, avec des sections sur les « Romains », les « Goths », les « Arabes », ce qui bouleverse la chronologie. Nous avons donc le bloc « romain » du règne de Constant II, puis le bloc « goth » de Chindas, puis le bloc « arabe » du règne de Mu‘āwiya, au sein duquel se place naturellement l’expédition de Yazīd. On recommence ensuite avec le nouveau bloc « romain » du règne de Constantin IV. Le déplacement de l’expédition avant Constantin IV naît donc naturellement du fait que Mu‘ āwiya commence à « régner » avant Constantin IV.

109 Voir ci-dessus la question du témoignage de la Chronique maronite.

110 Jankowiak, The First Arab Siege, p. 316 : « After a winter in Chalcedon, the Arabs gave assault in spring 668. »

111 Sur le personnage, PmbZ, no 710.

112 À Georges, évêque de Syracuse, et au métropolite de Gortyne. Je postule (mais cela ne change rien à ce qui nous occupe) que cette dernière lettre devait au moins transiter par la Sicile, si même le destinataire ne s’y trouvait pas alors auprès de la cour.

113 Jankowiak, The First Arab Siege, p. 305.

114 S. Cosentino, Constans II, Ravenna’s Autocephaly and the Panel of the Privileges in St. Apollinare in Classe : A Reappraisal, dans Aureus, Volume Dedicated to Professor Evangelos K. Chrysis, éd. T. G. Kolias et K. G. Pitsakis, Athènes 2014, p. 153-169.

115 Concilium universale Constantinopolitanum tertium, éd. R. Riedinger (cité n. 39), p. 9.

116 Brooks, On the Lists (cité n. 98), p. 48.

117 Les […] dans la citation remplacent « and the expedition of his successor to Sicily ». Cet aspect de l’argument est évidemment moins fort au vu de ce qui précède.

118 Voir sur la date du couronnement de Constantin IV, Morrisson, Byzance au viie siècle (cité n. 29), p. 153.

119 Il faut, en effet, le temps de recevoir la nouvelle, de préparer l’expédition et d’atteindre la Sicile après la réouverture de la navigation. On pourrait d’ailleurs se demander si là n’est pas la raison de la mention de la mort de Constant II en 669, plutôt qu’en 668, dans le Liber pontificalis.

120 Prigent, La Sicile de Constant II (cité n. 31), p. 166-175.

121 Voir les tableaux très parlants offerts par Jankowiak, The First Arab Siege, p. 264-265.

122 Je me range donc ici aux arguments de Brooks pour qui l’attribution de la répression de Jean à Constantin IV n’a qu’une valeur symbolique.

123 Liber pontificalis (cité n. 38), t. 1, p. ccxxxii-ccxxxiii. La vie de Vitalien appartient à un groupe rédigé, ou re-rédigé, peu après 687. Or, le pape Agathon (678-681) était sicilien, tout comme apparemment Léon II (682-683), puis Conon (686-687) et Serge Ier (687-701).

124 Je crois que ce n’est pas un hasard si Rome est alors sous l’ère des « papes grecs » : le lien avec l’ascendant politique et économique que devaient exercer les agents pontificaux en charge des biens situés dans l’île hellénophone me semble évident. À Ravenne également les fonctions d’archevêque tendent à revenir à des individus ayant eu la haute main sur les finances.

125 Brooks, The Sicilian Expedition (cité n. 37), p. 455-459. On peut aussi penser que Michel le Syrien ne parvint pas tout à fait à éviter l’écueil de la confusion entre les deux révoltes et que, privé d’information précise au sujet du fils, il s’est contenté de reprendre ce qu’il savait de l’élimination du père.

126 V. Prigent, Byzantine Military Forces in Sicily : Some Sigillographic Evidence, dans Byzantine and Rus’Seals, Proceedings of the International Colloquium of Rus’-Byzantine Sigillography, “Sphragistic Meridian :” Kiev, Cherson, Constantinople, actes du colloque de Kiev, 13-16 septembre 2013, Kiev 2015, p. 163-178.

127 Et peut-être également S, voir les références données dans MIB, p. 255. La monnaie portant éventuellement la lettre S est commodément illustrée dans Hahn, Mezezius in peccato suo interiit (cité n. 9), sous le numéro 5 de la planche hors pagination. Avec la meilleure volonté du monde, je ne vois pas comment l’on peut lire la lettre.

128 La seule indiction 5 sous Constantin IV tombe en 676/677, avant donc la déposition des frères de l’empereur et leur disparition des revers des monnaies.

129 Voir n. 131.

130 La signification de ces marques, qui n’est pas chronologique, demeure largement mystérieuse ; on peut se faire une idée rapide de leur diversité en observant les tableaux synoptiques fournis par le MIB, notamment pour le règne de Constant II.

131 S. Bendall, La datation des monnaies de bronze de Constant II à Syracuse, Bulletin de la Société française de numismatique 30, novembre 1975, p. 834-835.

132 Et peut-être 677/678 si la lecture de la version en S était confirmée.

133 La mention de la révolte suit la description de l’attaque des Mardaïtes, Chronique de Michel le Syrien, p. 455.

134 Voir n. 118.

135 En admettant que le décompte du chroniqueur syriaque parte de la mort de Constant II tout en maintenant l’anniversaire d’avènement de Constantin IV en avril, on pourrait faire commencer sa 9e année de règne personnel en avril 676, laissant quelques mois en commun avec le pontificat d’Adéodat. Non seulement cette solution est plus qu’acrobatique, mais elle amène à nier tout sens chronologique à la légende monétaire, nous laissant avec un autre problème à traiter.

136 MIB 52 (Justinien II, second règne).

137 Et sans même exclure qu’elle ait pu commencer sous Vitalien.

138 Je suis ici les analyses de Jankowiak, The First Arab Siege, p. 276-281, tout en me démarquant de son utilisation des bulles de commerciaires. Le cas de la questura exercitus de Justinien montre à quel point les zones d’approvisionnement et d’opération de l’armée pouvaient être éloignées les unes des autres. Je préfère une répression en 673, plutôt que l’année précédente, parce qu’il me semble qu’une campagne de cette envergure, marquée par la conjonction d’armées venues de théâtres d’opérations différents, devait se préparer longtemps à l’avance. Mais si l’on veut mettre en valeur les sept mois indiqués par Michel le Syrien, on admettra que les monnaies furent frappées peu de temps avant la répression, après donc que Jean a déjà bien établi son pouvoir dans l’île.

139 Je souligne que si l’on laisse les monnaies à Mézézios père, je ne vois aucune possibilité de donner un sens à la lettre E, aussi acrobatique soit la solution envisagée.

140 Voir n. 32.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37732/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Figure 1 - BMC, pl. XXXVII, 12, 54
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37732/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Figure 2 - Classical Numismatic Group, 100-1, 7 octobre 2015, lot 309
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37732/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Figure 3 - BMC 54 (Gemini, LLC, janvier 2006)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37732/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 4 - MIB, III, 30 (Numismatica Ars Classica, mars 2009)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37732/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 5 - MIB, III, 1B (Numismatica Ars Classica, novembre 2010)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37732/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Figure 6 - MIB, III, 4B (Gemini I, janvier 2005)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37732/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search