Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le saint, le moine et le paysan

 | 
Olivier Delouis
, 
Sophie Métivier
, 
Paule Pagès

La sécularisation du monachisme byzantin à l’époque macédonienne : l’évidence manuscrite

Inmaculada Pérez Martín

Texte intégral

1Les nombreuses contributions de Michel Kaplan portant sur l’administration monastique du xie siècle et, en particulier, sur les responsables de la gestion économique des monastères constituent le point de départ des réflexions que nous allons exposer dans le présent travail. Ses études nous donneront l’occasion d’expliquer le changement culturel induit par les conditions socio-économiques, un exercice particulièrement intéressant du fait que le contexte de la production livresque à Byzance reste encore, sous de nombreux aspects, difficile à appréhender.

  • 1 P. Hatlie, The Monks and Monasteries of Constantinople, ca. 350-850, Cambridge 2007, p. 353-440 ; (...)
  • 2 Sur les couvents fondés ou habités par les femmes de la noblesse byzantine, A.-M. Talbot, Bluestoc (...)

2Que le monastère byzantin fut une réalité multiforme capable de s’adapter et de se réinventer en fonction de nouvelles circonstances socio-économiques ou légales, cela est bien connu. En effet, rien n’est plus difficile à représenter de manière, disons, « photographique » qu’une communauté monastique byzantine, institution ouverte sur la société et dont les objectifs étaient si variés qu’ils allaient jusqu’à trahir l’idéal premier et essentiel de retrait du monde et de rapprochement de Dieu, de recherche de sainteté. Devenir moine ne signifiait pas nécessairement abandonner son ancien mode de vie et en adopter un nouveau : c’était développer une nouvelle facette de sa personnalité, que l’on pouvait mobiliser ou démobiliser à sa convenance et qui n’empêchait ni la mobilité géographique, ni les rapports sociaux. L’engagement entre le moine et sa communauté était aussi souple que la relation entre le moine et la société1. Les exilés politiques et les femmes de l’aristocratie semblent avoir été les principaux bénéficiaires de cette combinaison entre protection et liberté d’action que fournissait, par sa perméabilité, l’institution monastique2.

  • 3 G. Cavallo, Πόλις γραμμάτων. Livelli di istruzione e uso di libri negli ambienti monastici a Bisan (...)
  • 4 N. Patterson Ševčenko, Illuminating the Liturgy : Illustrated Service Books in Byzantium, dans Hea (...)
  • 5 La bibliothèque monastique sur laquelle on est le mieux renseigné est celle de Saint-Jeande-Patmos (...)
  • 6 L’école n’était pas indispensable au monastère byzantin, elle pouvait même souffrir une interdicti (...)
  • 7 À ce sujet, le cas paradigmatique est, bien sûr, Saint-Jean-Prodrome de Stoudios. Cf. N. X. Éléopo (...)
  • 8 Cavallo, Leggere (cité n. 3), p. 154-158. Un cas emblématique du travail intellectuel dans la Cons (...)

3En nous concentrant sur la culture écrite, nous pouvons observer que la fonction du monastère byzantin est multiple et peut changer de manière diachronique et synchronique3. Tout d’abord, l’omniprésence de livres liturgiques en son sein procède de sa nature d’institution sacrée et dédiée au culte, jusque dans les communautés les plus modestes4. En même temps, son statut d’institution protégée par ses privilèges et ses propriétés fait de lui une réserve idéale pour les livres, rassemblés en collections qui peuvent compter des centaines d’exemplaires5. Ces livres ne sont pas nécessairement en lien avec la vie monastique : dans leur nouveau foyer, où ils sont arrivés par des donations, ils seront considérés comme une propriété facile à vendre en cas de besoin. En deuxième lieu, le monastère peut abriter une école élémentaire, ce qui implique que des manuels servaient à l’acquisition de τὰ πρῶτα γράμματα6. Dans le prolongement de cette activité, le monastère peut avoir également la capacité de soutenir une production organisée et systématique de livres subvenant aux nécessités internes (administratives, liturgiques et spirituelles) de la communauté tout en répondant à des commandes extérieures7. En troisième lieu, le monastère peut héberger une activité étrangère à la vie spirituelle et à la religion, parce qu’il fait office de refuge temporaire ou de logement stable pour un érudit qui y concentre son travail et celui de ses disciples. Bien que le monastère en tant que centre de copie soit une réalité commune à toutes les époques et régions de Byzance, le fait qu’il héberge un groupe d’étude de la θύραθεν σοφία semble un phénomène plutôt propre à Constantinople et Thessalonique durant le premier siècle paléologue8.

Voies de sécularisation des monastères byzantins au xie siècle

  • 9 La sécularisation est aussi mise en évidence dans les textes hagiographiques du xie siècle, qui co (...)

4En tant qu’unité de production omniprésente sur le territoire byzantin, le monastère et ses propriétés suscitèrent ouvertement la convoitise des institutions ecclésiastiques, des membres de la cour et de l’administration impériale de Constantinople et des provinces ; de ce fait l’histoire institutionnelle du monachisme est marquée par les pressions exercées par ces groupes sociaux sur le pouvoir impérial ou ecclésiastique afin de conserver leur ascendant sur les propriétés monastiques, d’avoir accès à celles-ci ou bien d’en créer de nouvelles sous certaines garanties légales. Les écrits qui abordent la question de la propriété monastique usent de concepts tels que la corruption économique, l’abus de groupes de pouvoir, l’assujettissement, le détournement de l’idéal de sainteté, ou la sécularisation. Derrière ces termes et les plaintes qu’ils recouvrent, il n’est pas toujours aisé de discerner qui bénéficia et qui pâtit des diverses initiatives légales, mais tous les historiens s’accordent sur le fait que l’un des changements les plus visibles du monachisme byzantin fut son processus de sécularisation au cours du xie siècle9.

5L’objet du présent article sera d’exposer la manière dont cette sécularisation se reflète dans la production manuscrite monastique, en particulier à travers la figure du notaire-moine copiste de livres, propre à ce moment de l’histoire. Mais permettons-nous auparavant une brève présentation du contexte socio-culturel de la production de livres, tout en évitant le terrain (pour nous) miné de la terminologie utilisée par les Byzantins pour évoquer les pratiques légales et fiscales relatives à l’administration de la richesse monastique. L’enjeu qui nous intéresse ici sera de déterminer quels furent les promoteurs ou les protagonistes de l’intervention dans l’économie monastique et leur profil intellectuel, plutôt que de déceler les mécanismes précis de cette intervention.

  • 10 Sur cette donation du monastère géré comme un bien personnel, le travail classique est celui de P.(...)
  • 11 A. Failler, Le monachisme byzantin aux xie-xiie siècles. Aspects sociaux et économiques, dans Aspe (...)
  • 12 N. Oikonomidès, L’évolution de l’organisation administrative de l’Empire (1025-1118), TM 6, 1976, (...)
  • 13 Ibid., p. 123-132 ; A. Kazhdan, S. Franklin, Studies on Byzantine Literature of the Eleventh and T (...)

6Pour commencer, il importe, à nos yeux, de relever le rôle fondamental que joua l’empereur dans la sécularisation des monastères, soit à travers la charistikè10, soit par d’autres procédés11. Aux temps agités de la fin de l’époque macédonienne et du règne d’Alexis Comnène, la distribution de ressources monastiques était une manière de récompenser ceux qui avaient soutenu l’empereur12, un procédé particulièrement fréquent à l’époque de Michel VII Doukas et de Nicéphore Botaneiatès13.

  • 14 Oikonomidès, L’évolution de l’organisation (cité n. 12), p. 138-139. Sur les rentes fiscales accor (...)
  • 15 En réalité, le nom « bureau pieux », attesté aussi par les actes conciliaires de l’Antiquité tardi (...)
  • 16 Michaelis Pselli Orationes forenses et Acta, éd. G. T. Dennis, Leipzig 1994 (Bibliotheca scriptoru (...)

7Par ailleurs, comme l’a signalé Nicolas Oikonomidès14, l’empereur associa les églises ou les monastères à la perception des impôts des propriétés dont dépendait leur activité de bienfaisance dans la capitale, les εὐαγεῖς οἴκοι, « fondations pieuses », ou bien εὐαγῆ σέκρετα15, variante du terme impliquée par leur fonction primordiale d’organisme fiscal, dont la gestion complexe était entre les mains d’un haut fonctionnaire, le (megas) oikonomos τῶν εὐαγῶν οἴκων. À Constantinople, ce fut en grand nombre que furent administrées de cette manière les fondations pieuses. Michel Psellos, dans l’un des rares textes légaux de sa plume que nous conservons, mentionne l’un de ces σέκρετα, celui de l’église du Christ Antiphônétès (τὸ τοῦ Ἀντιφωνητοῦ σέκρετον), rattachée à la Chalkoprateia, où le fiancé de sa fille, Elpidios, était « petit notaire impérial »16.

  • 17 Failler, Le monachisme byzantin (cité n. 11), p. 179 ; P. Magdalino, Adelphaton, ODB, t. 1, p. 19  (...)
  • 18 Lemerle, Les charisticaires (cité n. 10), p. 22-23 ; Kaplan, Les monastères et le siècle (cité n. (...)
  • 19 P. Gautier, Monodies inédites de Michel Psellos, REB 36, 1978, p. 83-151, ici p. 87.
  • 20 Dès 1054, Michel Psellos fut lui-même moine ou plutôt profita du monastère comme d’un lieu d’exil. (...)
  • 21 Sur ce monastère, fondé en 780, R. Janin, Les églises et les monastères des grands centres byzanti (...)

8S’il est vrai que l’empereur distribua des revenus fiscaux à travers des institutions religieuses, ces dernières prirent également des initiatives, en rétribuant par exemple un laïc pour la gestion (éphoreia) d’un monastère, sous la forme d’un adelphaton, ou rente viagère, en échange de ses donations, récompense qui pouvait inclure la résidence du bienfaiteur sur place17. Comme l’a rappelé Michel Kaplan, Michel Psellos fut invité à plusieurs reprises à prendre en charge de petits monastères de Thrace et de Bithynie18, et nous devons supposer que la participation de cet intellectuel et homme politique à l’administration d’un monastère aura marqué ces lieux de l’empreinte des cercles de la capitale19, avec lesquels Psellos entretenait des liens multiples20. Les lettres de Psellos dans lesquelles il aborde la gestion de ces communautés ne font pas mention de livres ou de documents : il s’agit, en réalité, de communautés très modestes que le charisticaire a coutume de traiter comme un ensemble, mais même pour la fondation la plus remarquée d’entre elles, Mèdikion, nous ne savons pas si la gestion de l’érudit eut une conséquence quelconque sur le plan culturel21.

  • 22 Kaplan, Les monastères et le siècle (cité n. 13) ; Id., Les moines et leurs biens fonciers à Byzan (...)
  • 23 Id., The Evergetis Hypotyposis and the Management of Monastic Estates in the Eleventh Century, dan (...)
  • 24 Ataliates, Historia (cité n. 11), éd. Pérez Martín, p. xxx-xxxi ; D. Krallis, Michael Attaleiates (...)
  • 25 Lemerle, Cinq études, p. 82 ; Gautier, La Diataxis, p. 47, l. 508-509.
  • 26 Lemerle, Cinq études, p. 66-112 ; Gautier, La Diataxis ; M. Kaplan, Les hommes et la terre à Byzan (...)
  • 27 Trad. Gautier, La Diataxis, p. 60 (p. 59, l. 705-708 : ἄνδρας δὲ ἐνεργεῖς εἴτε εἰς τὴν ἐκκλησίαν ἢ (...)

9Sur les acteurs de cette intervention laïque dans la réalité monastique, diverses contributions de Michel Kaplan livrent des considérations qui replacent l’institution de la charistikè dans un contexte plus large22. Il a constaté que la gestion du monastère ne manque pas d’occuper une position centrale dans les intérêts des fondateurs, même dans des monastères comme celui de l’Évergétis, dont la création suppose une réaction contre la charistikè et une réaffirmation de l’indépendance monastique23. Le cas le plus évident de cet intérêt porté à la gestion de ses propriétés est celui de Michel Attaleiatès, juge du velum, proconsul, vestès, magistros et sénateur, auteur d’une Histoire de Byzance circonscrite aux années centrales du xie siècle et d’un manuel de droit24. Attaleiatès fut charisticaire de Saint-Georges-de-Kyparission à Raidestos25 et obtint de Michel Doukas et de Nicéphore Botaneiatès la confirmation d’une fondation pieuse possédant des propriétés à Constantinople et Raidestos, dont il contrôla le bon fonctionnement dans sa célèbre Diataxis26. L’une des dispositions prises par Attaleiatès concerne la condition sociale des moines du monastère du Christ-Panoiktirmon, ceux-ci devant se montrer « des gens capables de rendre service à l’église, ou des comptables, ou des notaires, ou des secrétaires, et que ce soit des hommes graves et vénérables, ni querelleurs ni chicaneurs ni prétentieux ni déloyaux ni cruels27 ».

  • 28 Gautier, La Diataxis, p. 35, l. 289. Sur le mystographe, N. Oikonomidès, Les listes de préséance b (...)
  • 29 Lemerle, Cinq études, p. 90 et n. 42.

10La petite communauté d’Attaleiatès, comptant un maximum de sept moines, paraît s’être spécialisée dans la gestion économique et juridique, ce qui semble plus compréhensible dans le contexte constantinopolitain des εὐαγῆ σέκρετα évoqués plus haut. Même ainsi, tout porte à croire qu’Attaleiatès eut recours à ses propres cercles pour former la communauté du Panoiktirmon. Le membre le plus remarqué de celle-ci, Michel Panergès, sur lequel nous reviendrons plus loin, était notaire impérial, excellent calligraphe ; il prit la tonsure dans la fondation d’Attaleiatès et finit par en assurer la direction. Le propre fils d’Attaleiatès, Théodore, qui devait lui succéder à la tête du Panoiktirmon, était mystographe et notaire, c’est-à-dire qu’il avait fait carrière dans le même département de justice que son père28. Jean, le grammatikos d’Attaleiatès et l’un des bienfaiteurs du Panoiktirmon, est mentionné dans la Diataxis comme praepositus παρὰ τοῦ κοιτῶνος (l. 1310-1311), et comme notaire et mystikos (l. 1778)29.

Le moine formé dans l’administration : codex et documents

  • 30 Jean l’Oxite appelait ces nouveaux arrivés κοσμικοὶ ἀδελφοί : P. Gautier, Réquisitoire du patriarc (...)

11Comme nous le rappelions au début de ces pages, l’un des traits constitutifs du monastère byzantin réside dans sa perméabilité et c’est pourquoi, lorsque l’on parle de sa sécularisation, il est nécessaire d’éviter de recourir aux maigres témoignages dont nous disposons pour départager les protagonistes de la vie culturelle du monastère entre laïcs et moines. On peut montrer, dans certains cas, que le contexte d’une activité déterminée (en l’occurrence, pour le cas qui nous intéresse ici, la production manuscrite) n’est autre que celui engendré par l’arrivée de laïcs dans l’administration d’une communauté monastique, que cette arrivée aille ou non de pair avec la prise d’habit de la part des administrateurs30. D’une manière générale, les renseignements livrés par les colophons des manuscrits sont de faible teneur en la matière, mais l’analyse paléographique aidera à déterminer les filiations culturelles des acteurs de cette production manuscrite, étant donné que nous possédons des connaissances suffisantes sur la manière dont on écrivait à la chancellerie pour pouvoir déterminer la formation du scribe.

  • 31 C. Mango, The Availability of Books in the Byzantine Empire, A.D. 750-850, dans Byzantine Books an (...)

12En effet, la culture séculière pénétra dans le monastère grâce, entre autres, à ceux qui prirent l’habit après avoir exercé une carrière professionnelle. Ce fut massivement le cas de la génération qui fut à la tête du renouveau culturel à l’époque iconoclaste, une génération partageant non seulement une conviction iconodoule mais aussi une formation administrative. C’est à elle que nous devons sans aucun doute, depuis la fin du viiie siècle à Constantinople, le recours, dans la copie des livres, à l’écriture cursive propre à l’administration, une réalité qui a été traditionnellement masquée par l’importance du rôle des Stoudites dans la résistance à la politique impériale et dans l’usage de cette écriture31. De la même manière, à l’époque macédonienne, le patronage impérial ne fut pas sans conséquences pour la production manuscrite, étant donné que – comme nous allons le montrer ici – il entraîna le déplacement de calligraphes, dotés d’une formation administrative, depuis la cour vers les nouvelles fondations qui bénéficiaient d’une protection impériale.

  • 32 J. Irigoin, Pour une étude des centres de copie byzantins, Scriptorium 12, 1958, p. 208-227, et 13 (...)
  • 33 Lamberz, Die Handschriftenproduktion (cité note précédente), p. 33-34.
  • 34 Actes d’Iviron. 1, Des origines au milieu du xie siècle, éd. J. Lefort et al., Paris 1985 (Archive (...)
  • 35 J. Irigoin, Centres de copie (cité n. 32), p. 200, mentionnait « combien le travail de ce copiste (...)
  • 36 Actes de Lavra. 1, Des origines à 1204, éd. P. Lemerle et al., Paris 1970 (Archives de l’Athos 5), (...)
  • 37 Sur l’origine sociale des moines athonites, R. Morris, Where Did the Early Athonite Monks Come fro (...)

13Exemple précoce de ces transferts d’hommes qui expliquent la diffusion, à travers le territoire impérial, d’innovations graphiques issues de la capitale, le moine et copiste Jean de Lavra fut responsable de la transcription de neuf manuscrits patristiques et liturgiques, qui furent probablement tous copiés dans la laure d’Athanase sur le Mont Athos32. Ces manuscrits sont datés de 984-995 et relèvent de la phase initiale de la fondation d’Athanase comme monastère impérial (963). Même si l’écriture de Jean est l’écriture calligraphique attendue de l’époque macédonienne, qu’on appelle habituellement « écriture perlée », et même si, de ce fait, son usage n’apporte pas grande information, certains textes copiés dans une écriture plus informelle ont permis à Erich Lamberz d’identifier sa main à celle du moine Jean qui écrivit pour Athanase l’acte Iviron no 6, en 98433. La copie du document (figure 1)34 permet d’assurer que la formation graphique acquise par Jean est constantinopolitaine et que, par conséquent, Athanase de Lavra avait à son service des moines qui s’étaient probablement formés dans l’administration35. La propre Diathèkè du fondateur, qui refusait l’entrée au monastère aux eunuques et aux jeunes imberbes36, encourageait la tonsure de ceux qui avaient auparavant rempli quelque fonction dans le siècle37.

Figure 1 - Acte de donation, décembre 984, Iviron (© Ass. Archives de l’Athos)

Figure 2 - Lavra Γ 112, fol. 307r (© droits réservés)

  • 38 Spyridon Lavriotes, S. Eustratiades, Κατάλογος τῶν κωδίκων τῆς Μεγίστης Λαύρας τῆς ἐν Ἁγίῳ Ὄρει, P (...)
  • 39 G. Cavallo, Scritture informali, cambio grafico e pratiche librarie a Bisanzio tra i secoli xi e x (...)

14Michel-Maxime, qui entre à la Grande Lavra de l’Athos en 1013 et fait don d’un Ancien Testament copié par lui (Lavra Γ 112, fol. 307r [figure 2])38, demandant : μισθὸς τῶ γράψαντι, ἔλεος τῶ δωρησαμένω, se présente comme μοναχοῦ καὶ μαΐστωρος. Flôrentia Évangélatou-Notara entend maistôr au sens de maître de « degré moyen », même si ce terme peut désigner de nombreuses occupations correspondant à des niveaux intellectuels divers, depuis l’artisan jusqu’au magistros. Cependant l’écriture, bien qu’elle soit lisible et n’utilise pas d’abréviations, trahit par la rapidité du trait le professionnalisme de Michel-Maxime de Lavra39.

  • 40 Actes d’Iviron. 1 (cité n. 34), no 21, l. 37-38 (éd. p. 220) : Ἐγράφη ἡ παροῦσα […] ἀσφάλεια […] δ (...)

15L’acte Iviron no 21, de 1015, est copié et signé par Jean, kathigoumène du monastère de l’Archistratège au Mont Athos et grammatikos40. Ce terme peut sûrement se rapporter à des fonctions différentes, ne relevant pas nécessairement de la vie séculière, mais le fait qu’il occupe une position en clôture du document (διὰ χειρὸς Ἰωάννου μοναχοῦ καὶ καθηγουμένου μονῆς τοῦ Ἀρχιστρατήγου τοῦ γραμματικοῦ) suggère qu’il s’agit d’une fonction indépendante de la fonction monastique et porteuse d’un prestige auquel Jean ne veut pas renoncer. Par ailleurs, son écriture (figure 3), bien qu’elle ne présente pas une grande qualité esthétique, comporte tous les tics d’une écriture de chancellerie, apprise dans l’administration, sans doute plus difficilement dans un monastère.

Figure 3 - Acte du prôtos Nicéphore, 19 avril 1015, Iviron (© Ass. Archives de l’Athos)

  • 41 Sur le titre de mégadoux, qui, en 1089-1090, est attesté à nouveau comme commandant de la flotte, (...)
  • 42 V. Laurent, Le Corpus des sceaux de l’Empire byzantin. 5.1, L’Église de Constantinople. A, La hiér (...)

16L’acte Xéropotamou no 7, de 1085, fut composé par un copiste réunissant les conditions de moine, fonctionnaire patriarcal (πρωτοσύγκελλος) et mandataire d’un mégas doux anonyme41. De lui nous ne savons rien de plus, mais la conservation de l’acte athonite nous livre un témoignage supplémentaire de l’imbrication entre le tagma monastique et l’administration laïque. Le prôtosynkellos Nikétas dont nous conservons le sceau de 1050 n’est pas forcément le rédacteur de l’acte de 108542.

  • 43 Actes du Pantocrator, éd. V. Kravari, Paris 1991 (Archives de l’Athos 17), p. 67-71, ici p. 70, l. (...)

17La formule employée par le moine Nicolas pour signer en tant que témoin l’acte Pantokrator no 2, de 1107, suggère que Nicolas remplit sa fonction de grammatikos dans le monastère de Dôrothéos au Mont Athos, dont il est abbé : τοῦ μοναχοῦ Νικολάου γραμματικοῦ καὶ ἡγουμένου μονῆς τοῦ Δωροθέου43. Mais notre grammatikos fait montre d’une écriture vigoureuse et sophistiquée, qui est la preuve de sa formation dans la chancellerie et, en dépit de la modestie à laquelle oblige le contexte, sa signature se distingue parmi les autres, bien plus banales.

  • 44 Nicolas, d’origine crétoise, arriva à l’âge de dix ans au Stoudios, où son oncle Théophane était m (...)
  • 45 Sur le pourcentage à Byzance de moines-copistes, qui, au xie siècle, représentait la moitié du tot (...)

18Ces cas d’individus qui ont exercé une profession en rapport avec l’administration et qui rejoignent la vie du monastère, voire qui sont en même temps moines et administrateurs, nous interdisent de considérer que le « moine-copiste » qui se définit du moins ainsi dans le colophon de sa copie est un membre d’une communauté monastique ayant appris l’orthographe et la grammaire dans l’enceinte de son monastère et qui a été encouragé par son higoumène à se consacrer à la copie de manuscrits. L’exemple par excellence en est sans nul doute Nicolas Stoudite, le disciple très cher à Théodore Stoudite, qui copia le premier codex grec daté conservé, l’Évangéliaire Uspenskij, de 83544. Certes, ce paradigme peut être très commun dans le monastère byzantin, mais il n’est pas correct de considérer que tous les moinescopistes avaient le même profil45. C’est ce qu’indiquent l’analyse paléographique de leurs écritures, voire, dans quelques cas rares, l’information fournie par le manuscrit lui-même.

Le notaire dans le monastère : Michel Panergès

  • 46 E. Gamillscheg, Beobachtungen zum Oeuvre des Kopisten Michael Panerges, Chrisograf 3, 2009, p. 76- (...)

19Le cas le mieux documenté du moine-notaire est sans nul doute celui de Michel Panergès, notaire impérial, identifié de manière convaincante à Michel, moine puis kathigoumène du monastère constantinopolitain du Christ-Panoiktirmon, par Ernst Gamillscheg, lequel a en outre attribué à sa main un nombre considérable de codex46. Son cas constitue un exemple exceptionnel de copiste dont la bibliothèque nous est connue et dont le travail peut être contextualisé.

  • 47 Sur la localisation du Panoiktirmon, qui se situerait entre Stoudios et Psamathia, près de la mer, (...)
  • 48 Sur l’économe, qui était assisté par des chartulaires et des notaires dans l’administration du mon (...)
  • 49 Voici la transcription du colophon du Mosq. Bibl. Univ. gr. 2, fol. 346v, à partir de l’Abb. 1 de (...)

20En effet, grâce à la Diataxis (l. 1016) du fondateur du Panoiktirmon47, Michel Attaleiatès, nous savons que Michel fut nommé économe : la responsabilité de la gestion du monastère lui fut attribuée à un grade juste inférieur à celui du fondateur lui-même, puisqu’il n’y avait pas d’higoumène48. Avant 1077, date de la Diataxis, Michel exerçait déjà sa profession de notaire et calligraphe, et il nous faut supposer qu’Attaleiatès lui concéda une pension (l. 1024-1027) pour l’attirer vers ses nouvelles fonctions et sa nouvelle demeure. En effet, Michel fut le premier tonsuré de la nouvelle fondation (l. 1017-1018, πρώτως τὴν κοσμικὴν ἀποθέμενον τρίχα) ; il n’était donc pas moine avant 1077, même si ses copies répondaient bien à des commandes liturgiques, l’une d’entre elles ayant été destinée à l’empereur Michel VII Doukas, en 1072, et signée par Michel Panergès en tant que notaire impérial49.

  • 50 Gautier, La Diataxis, l. 1273-1275 : Καὶ τὰ προσενεχθέντα τῇ ἁγίᾳ ταύτῃ μονῇ κατὰ τὸν μάρτιον μῆνα (...)
  • 51 Selon I. Hutter, Corpus der byzantinischen Miniaturenhandschriften. 4, Oxford Christ Church, Stutt (...)

21Le fait que, une fois au Panoiktirmon, Michel fut promu kathigoumène nous est assuré par l’en-tête de la liste de livres dont il fit don au cours d’une 8e indiction qu’on identifie habituellement à l’année 108550. Puisque Attaleiatès mourut vers 1080 et qu’il ne voyait pas expressément le besoin de nommer un higoumène, laissant la décision entre les mains de son fils Théodore, le moine-notaire a dû être promu entre 1081 et 1085. En 1081, en effet, il signe sa copie du Christ Church gr. 6 comme simple moine ; la souscription de ce codex mentionne le Panoiktirmon, probable destinataire de cette copie décorée, mais non enluminée, des homélies liturgiques de Grégoire de Nazianze51.

  • 52 G. Mercati, Confessione di fede di Michele categumeno del Monastero fondato da Michele Attaliate, (...)

22Comme kathigoumène du Panoiktirmon, Michel composa un manuscrit assez particulier, le Vat. gr. 342 : un codex luxueux, enluminé, qui conserve quelques textes personnels, qu’un scribe ne pouvait ajouter qu’à un manuscrit lui appartenant, comme sa Confessio fidei (fol. 276v-277) et quelques clés d’interprétation des rêves (Ὀνειροκρίτης κατὰ τὴν σελήνην, fol. 28052). La date habituellement attribuée à cette copie est celle des Tables pascales qui apparaissent aux fol. 20v-23 et couvrent les années 6596-6667 (1087/8-1158/9), étant donné qu’il manque au codex un vrai colophon et que le nom de Michel apparaît seulement au fol. 24 (où, à la suite de 17 vers politiques dédiés au Psautier, on peut lire : Μιχαὴλ μοναχῶ εὐτελεῖ καὶ ἀλύτρω) et au fol. 276v, dans le titre de sa Confessio fidei. C’est dans ce texte que Michel évoque sa charge de kathigoumène et l’on y trouve la confirmation qu’il est bien le copiste du manuscrit : Ὁμολόγησις Μιχαὴλ εὐτελοῦς μοναχοῦ καὶ καθηγουμένου μονῆς τοῦ κυρίου ἡμῶν Ἰησοῦ Χριστοῦ τοῦ Πανοικτήρμου τοῦ Ἀτταλ(ειάτου). [Inc.] Οὕτω κἀγὼ Μιχαὴλ εὐτελὴς μοναχὸς καὶ καθηγούμενος ὁ ταῦτα γράφων. Le fait que, dans l’invocation du fol. 24, il ne se présente pas comme kathigoumène peut indiquer un large éventail temporel pour la confection de ce manuscrit conçu pour un usage personnel, mais la mention de kathigoumène pouvait également être de trop dans une invocation si modeste.

  • 53 On transcrit ici succinctement les deux listes, en donnant un chiffre à chaque entrée de l’inventa (...)
  • 54 Voir n. 46.
  • 55 Les manuscrits sur parchemin (σωμάτιον) que Michel possédait n’avaient pas de contenu liturgique ( (...)
  • 56 Le premier texte de A1 coïncide avec le Mosq. Bibl. Univ. gr. 2, le deuxième peut correspondre ave (...)
  • 57 R. Devreesse, Catalogue des manuscrits grecs de la Bibliothèque Nationale. 2, Le fonds Coislin, Pa (...)
  • 58 Les inventaires de livres commençaient normalement par l’Ancien et le Nouveau Testament. Λιτόγραφο (...)

23Le contenu central du Vat. gr. 342 est un psautier avec catena ; parmi les livres dont Michel fit don à son monastère se trouve un ψαλτήριον ἑρμηνευμένον (l. 1281), un βαμβύκινον qui ne peut donc être le Vat. gr. 342, en parchemin. Si nous comparons les manuscrits dont Michel a fait don et qui sont mentionnés dans les ajouts de la Diataxis d’Attaleiatès (Athen. EBE Metochion tou Panagiou Taphou 375)53, avec les codex copiés par Michel lui-même54, il ressort avec évidence que les manuscrits que possédait Michel étaient pour la plupart en papier (βαμβύκινον), alors que les manuscrits copiés de sa main que nous avons conservés et localisés sont en parchemin55, ce qui s’explique de manière évidente : la bibliothèque d’un copiste comme Michel devait être constituée en partie des modèles ou antigraphes qu’il reproduisait dans les copies dont on lui faisait commande et ces antigraphes étaient confectionnés dans une matière plus économique et accessible, le papier. Le profil des textes en possession de Michel ne coïncide pas exactement avec celui des copies, mais le complète plutôt56. Par exemple, le copiste possède plusieurs commentaires de textes liturgiques et nous trouvons, dans les manuscrits dont la copie répond à une commande, les commentaires aussi bien disposés en catena (Vat. gr. 342) que dans des livres indépendants : le Mosq. Synod. gr. 61 conserve les 45 homélies de Jean Chrysostome qui constituent son commentaire à l’Évangile de Matthieu (PG 57) ; le Par. Coislin 259 contient, entre autres œuvres, Anastase Sinaïte, In psalm. 6, et Jean Chrysostome, In psalm. 5057. Relevons une autre coïncidence patente : Michel avait en sa possession les Antiquités juives de Flavius Josèphe sur parchemin et en onciale (A3), un codex sûrement tardif qui a dû représenter le joyau de sa bibliothèque, bien qu’il n’occupe pas le premier rang dans la liste58. L’un des extraits ajoutés dans le Vat. gr. 342, à la suite du Psautier (fol. 282v-283), est justement issu de cette œuvre et permet de tisser ainsi un lien de plus entre notre copiste et la Diataxis.

  • 59 Gamillscheg, Beobachtungen (cité n. 46), p. 45.
  • 60 A. Weyl Carr, Diminutive Byzantine Manuscripts, Codices manuscripti 6, 1980, p. 130-165, ici p. 13 (...)
  • 61 Parpulov, Toward a History (cité n. 46), p. 93-97.
  • 62 Les mesures de l’Ath. EBE Metochion tou panagiou Taphou 375 sont semblables : 180 × 135 mm. La Dia (...)

24Dans son étude sur Michel Panergès, Ernst Gamillscheg attirait l’attention sur le petit format commun à plusieurs manuscrits exécutés de sa main59. Ce format n’est pas la conséquence de la rareté ni du prix élevé d’un parchemin de grande taille, puisque ces mêmes dimensions ont été choisies pour le Praxapostolos de l’empereur Michel VII (Mosq. Bibl. Univ. gr. 2), mais la réponse à un changement dans la sensibilité envers le livre liturgique de luxe, destiné à la dévotion privée et non à être exhibé durant le cérémonial60. Il est évident que notre notaire Michel pouvait proposer à ses clients des formats réservés à la dévotion privée, par exemple 110/120 × 90 mm, taille approximative des trois exemplaires des Psaumes et Odes (Athen. MIET Pezarou 50, Vindob. Theol. gr. 336, Vatop. 76161) et d’un Praxapostolos (Mosq. Bibl. Univ. gr. 2), tandis que les Psaumes du Vat. gr. 342, copiés par Michel pour son usage personnel, sont légèrement plus grands (176 × 130 mm), sans aucun doute parce qu’il souhaitait insérer le commentaire dans la marge62.

  • 63 Parpulov, Toward a History (cité n. 46), p. 9-11 sur les préfaces du Psautier, p. 11-12 sur les co (...)
  • 64 Éd. Mercati, Confessione di fede (cité n. 52), p. 272-273 ; cf. Vassis (cité n. 16), p. 81, 257, 8 (...)
  • 65 On reproduit ici la transcription de Hutter, Corpus (cité n. 51), p. 46 (cf. Vassis [cité n. 16], (...)

25Notre moine-notaire pouvait de même offrir à ses clients la transcription d’un ensemble de textes brefs dont la finalité était d’introduire, encadrer ou expliquer le texte sacré copié63, mais il pouvait en outre accompagner les illustrations ou les copies de poèmes dédiées à l’auteur de l’œuvre ou au destinataire du manuscrit. C’est le cas des épigrammes et ïambes composés ou adaptés par Michel et copiés dans le Vat. gr. 34264, ainsi que de l’épigramme qui apparaît au fol. 246 du Christ Church gr. 6, entre l’invocation au Christ et le colophon, et qui fut peut-être composée par Michel lui-même65.

  • 66 R. Browning, C. N. Constantinides, Dated Greek Manuscripts from Cyprus to the Year 1570, Washingto (...)
  • 67 G. Galavaris, The Illustrations of the Liturgical Homilies of Gregory Nazianzenus, Princeton NJ 19 (...)
  • 68 Cf. n. 64.

26Il est intéressant de s’arrêter un instant sur ce qui peut constituer un autre témoignage de la production poétique de Michel, l’épigramme qui accompagne la miniature du fol. 3v du Par. gr. 53366, où est représenté un évêque ou patriarche assis sur son trône et entouré d’un groupe de personnes tenant des livres (figure 4)67. L’identification de la figure centrale à Grégoire de Nazianze ignore la mention de la légende, qui s’adresse à un Nicolas en ces mots : « Jadis, divin émissaire, ton don divin nous rendait riches quand nous partagions tes paroles sur la terre. À présent, ce serait à nous de t’enrichir, toi, notre protecteur, en nous réunissant tous dans nos prières. Toi, notre bon Nicolas, tu es celui qui, inspiré par Dieu, accueilles tes paroles d’or dans le livre. » Il s’agit de six décasyllabes ïambiques, très semblables aux quatre vers du Christ Church gr. 6 et aux poèmes composés avec le même mètre du Vat. gr. 342. Les deux premiers ensembles de vers ont pour motif le pouvoir de la parole écrite ; ceux du Vat. gr. 342, plus longs et ambitieux, pourraient ne pas être entièrement originaux, d’après les dires de Mercati68, mais font également du livre leur motif central.

Figure 4 - Gregorius Nazianzenus, Orationes, Parisinus graecus 533, fol. 3v (© BnF)

  • 69 A. Marava-chatzinikolaou, Παραστάσεις τοῦ πατριάρχη Νικολάου Γʹ τοῦ γραμματικοῦ σε  ? ? ? ? ?γραφί (...)
  • 70 Le poème ressasse l’origine divine de son destinataire : ἐκ Θεοῦ, θεηγόρε… ἐνθεὶς ἐνθέως. Il s’agi (...)
  • 71 Darrouzès, L’éloge de Nicolas III (cité n. 70), p. 29 (§ 12) ; sur l’école de Saint-Pierre, R. Bro (...)
  • 72 Darrouzès, L’éloge de Nicolas III (cité n. 70), p. 15, l’interprète comme relatif à l’édit de 1107 (...)
  • 73 Darrouzès, L’éloge de Nicolas III (cité n. 70), p. 53 (§ 32, l. 693).

27Le Nicolas mentionné dans le poème du Par. gr. 533 a été identifié par Anna Marava-Chatzinikolaou avec le patriarche Nicolas Grammatikos (1084-1111)69, une proposition qui semble très plausible70, contrairement à celle qui identifie ceux qui entourent Nicolas à des moines ; Marava-Chatzinikolaou étaie son interprétation d’autres miniatures qu’elle met en relation avec ce personnage. Même si leurs visages, de part et d’autre du trône, sur la miniature du Par. gr. 533 sont très endommagés, leurs vêtements ne sont pas monastiques et les livres qu’ils ont en main suggèrent qu’il s’agit d’un groupe d’étudiants. Que leur identité soit telle semble, en effet, fortement probable si l’on songe à l’activité professorale de Nicolas au sein de l’école patriarcale de Saint-Pierre71. La première partie du poème présenterait Nicolas comme un prostatès dont l’enseignement enrichit ses élèves, elle ferait donc référence à l’école de Saint-Pierre, tandis que la deuxième traite du choix de Nicolas pour le trône patriarcal suivant un motif habituel, le choix divin qui aurait résulté du tirage au sort. Ainsi, la production du Par. gr. 533 célèbre la promotion de Nicolas au trône patriarcal et il faut donc lui attribuer une date légèrement postérieure à 1084. Le fait que, dans ce manuscrit, les personnages représentés autour de Nicolas soient ses élèves de Saint-Pierre, non seulement n’est pas problématique, mais en plus est bien dans l’esprit de l’Éloge de Nicolas Grammatikos écrit par Nicolas Mouzalôn. Celui-ci recourt à la métaphore du berger et de son troupeau pour décrire les disciples de Nicolas72 et il insiste sur la proximité de Nicolas avec son troupeau et sur la richesse que celui-ci produit (ὁ ποιμὴν ἀγάλλεται πλουτιζόμενος καὶ ἀμέλγει γάλα καὶ ἐρανίζεται βούτυρον73) : la richesse est justement le motif des décasyllabes déja cités du Par. gr. 533, le fil qui unit l’intronisé à ceux qui l’entourent.

  • 74 Il est intéressant de mentionner que, d’après Browning, The Patriarchal School (cité n. 71), p. 16 (...)
  • 75 Lemerle, Cinq études, p. 97 ; Gautier, La Diataxis, p. 14, qui considère la liste de livres postér (...)
  • 76 Browning, The Patriarchal School (cité n. 71), p. 167 n. 1.
  • 77 Cf. Hutter, Corpus (cité n. 51), p. 47 : « Der Mönch Michael, erster Oikonomos und Abt des Panoikt (...)

28L’identification du personnage central de la composition à Nicolas Grammatikos permet non seulement d’expliquer et de contextualiser l’illustration, mais de mettre aussi en lumière la personnalité de son auteur, selon toute probabilité Michel Panergès. En effet, le mot ἐκλιπαροῦμεν associe le copiste à la prière de la communauté, laquelle exprime par le poème la valeur spirituelle du livre de Grégoire de Nazianze en possession du destinataire. Même si l’illustration ne représente pas l’acte de donation, celle-ci est suggérée par le possessif (τοὺς σοὺς […] χρυσοὺς λόγους) et par le fait que le poème mette sur le même plan le cadeau qu’a représenté l’enseignement spirituel de Nicolas et celui qu’est le livre. Étant donné que Nicolas a été le directeur spirituel ou le professeur de théologie de la communauté figurée, celle même dont émane le cadeau, Michel Panergès aurait donc été l’un des élèves de Nicolas74. Son lien avec l’école patriarcale peut se voir confirmé par la présence parmi ses livres de quatre volumes comportant les commentaires de Théophylacte d’Ohrid aux Évangiles (B1). Lemerle comme Gautier ont tenté de s’appuyer sur ce point pour dater la liste75, mais nous ignorons à quel moment Théophylacte fut nommé à l’évêché d’Ohrid et la mention de l’œuvre ne nous offre pas de plus grande précision chronologique. Sa présence même ne manque pas pour autant de signification, et elle nous conduit à penser que Michel se trouvait parmi les premiers destinataires d’une des copies des commentaires, ce qui prouverait non seulement l’intérêt de notre copiste pour l’œuvre (intérêt parallèle à celui qu’il montre à l’égard d’autres commentaires de textes sacrés), mais aussi sa proximité avec Théophylacte, ancien μαΐστωρ τῶν ῥητόρων76. Enfin, l’intervention de Michel dans l’apparat des textes accompagnant les corpora liturgiques qu’il a copiés et le bon niveau linguistique de son travail suggèrent qu’il ait pleinement appartenu aux cercles des lettrés de Constantinople77.

D’autres moines-notaires

29Le cas de Michel Panergès ne fait pas figure d’exception dans la culture macédonienne, comme le montre le petit groupe de moines-notaires que nous présentons maintenant : c’est dans cette fonction qu’ils signent leur travail de copie, mais, à la différence de notre scribe du Panoiktirmon, nous n’en savons guère plus sur le contexte historique de leur activité que ce qu’en disent les colophons.

  • 78 Das Eparchenbuch Leons des Weisen, éd. J. Koder, Vienne 1991 (CFHB 33), p. 74 (1.1), trad. de J. N (...)
  • 79 En général, il est indispensable de consulter H. Saradi, Le notariat byzantin du ixe au xve  siècl (...)
  • 80 Sur les notaires patriarcaux, J. Darrouzès, Recherches sur les ὀφφίκια de l’Église byzantine, Pari (...)
  • 81 A. Dain, Formules de « commission » pour un « nomikos » et un « exarchos », REB 16, 1958, p. 166-1 (...)

30Suivant ce que stipule le Livre de l’éparque78, les notaires constituaient un corps administratif bien différencié, caractérisé par ses capacités avancées dans les divers niveaux d’écriture (calligraphie, orthographe et syntaxe)79. Si les notaires impériaux acquéraient leur formation à la cour ou dans une institution sous l’égide de celleci, d’autres notaires devaient se former au sein de l’école patriarcale80. De leur côté, les tabullaires (comme on les appelait plus fréquemment dans l’administration ecclésiastique provinciale) devaient effectuer leur apprentissage légal et administratif, plus modestement, là où se trouvait une administration ecclésiastique bénéficiant d’une certaine continuité81.

  • 82 Sur deux copistes-notaires qui ont travaillé pour Aréthas de Césarée, voir RGK I 30 et II 43 (Baan (...)
  • 83 Saradi, Le notariat (cité n. 79), passim, et Évangélatou-Notara, Σημειώματα, passim. Nous n’avons p (...)

31L’une des compétences du notaire était sa capacité à écrire de manière lisible et correcte ; dès le début de l’époque macédonienne, les bibliophiles de la cour firent appel à des notaires afin d’obtenir les copies les plus somptueuses des textes profanes ou théologiques qui les intéressaient82. Pour leur part, les tabullaires copièrent des livres à une fréquence égale à celle des notaires dont nous avons tendance à situer le travail dans la capitale de l’empire, mais en réalité tout poste dans l’administration rendait possible une mobilité provinciale qui fut sans nul doute à l’origine de la diffusion dans le reste de l’empire des styles d’écriture utilisés dans la capitale83.

  • 84 Lake I 7 ; A. Papadopoulos-Kérameus, Ἱεροσολυμιτικὴ βιβλιοθήκη, t. 1, Saint-Pétersbourg 1891, p. 1 (...)

32Nous citerons tout d’abord le notaire Léon, copiste en 1056 du manuscrit Jérusalem, Patriarchat, Panaghiou Taphou 54, un codex en parchemin aux dimensions moyennes (190 × 155 mm) comportant des œuvres de Jean Chrysostome et les Commentaires de Clément à l’Ancien et au Nouveau Testament84. La souscription ne dit pas de façon explicite si Léon était un moine : ἐτελειώθη μηνὶ ἰουνίω εἰς τ (ὴν) ιαʹ ἡ (μέρα) γʹ ἰνδ. θʹ ἔτους ͵ϛφξδʹ χειρὶ Λέ(οντος) νοτ(αρίου) καὶ ἀλείτ(ου) +. Le dernier mot pourrait être l’adjectif ἀλείτης, « pécheur », et justifierait de considérer qu’il était moine, mais on pourrait peut-être restituer ἀλείτ(ορος) pour ἀλήτορος, « prêtre », et l’on aurait alors un exemple unique de notaire-prêtre. L’écriture est caractérisée par une impression de mouvement, et son caractère de chancellerie est assuré par l’abondance d’abréviations et de ligatures, la richesse des formes, le κ étroit et légèrement penché et l’abréviation de grande taille de -ων.

  • 85 Kallinikos n’est pas le seul scribe du codex. D’après E. D. Kakoulidi, Ἡ βιβλιοθήκη τῆς μονῆς Προδ (...)
  • 86 Kakoulidi, Ἡ βιβλιοθήκη (cité note précédente), p. 8.
  • 87 Lake III 108 (pl. 185-186) ; Kakoulidi, Ἡ βιβλιοθήκη (cité n. 85), p. 17 ; Janin, La géographie ec (...)
  • 88 A. Cataldi Palau, Deux manuscrits de Ménées du monastère du Prodrome de Pétra et le groupe de Kokk (...)
  • 89 Lake V 176 (pl. 301, 310) et Vogel, Gardthausen, Die griechischen Schreiber (cité n. 84), p. 239 ;(...)
  • 90 Ils ne sont pas les seuls : il y a d’autres higoumènes Nicolas dans des monastères plus modestes. (...)
  • 91 Les textes sont complémentaires et les dimensions semblables : Athen. EBE gr. 20 : 250 × 200 mm ; (...)

33Le deuxième cas que nous souhaitons évoquer est celui du scribe qui souscrit le lectionnaire de l’Ancien Testament Athen. EBE gr. 20, au fol. 224v : Ἐτελειώθη ἡ βίβλος αὕτη διὰ Καλλινίκου μοναχοῦ καὶ νοταρίου ἐπὶ Νικολάου τοῦ εὐλαβεστάτου ἡγουμένου τῆς αὐτῆς μονῆς, μηνὶ σεπτεμβρίῳ, ἰνδ(ικτίωνος) δεκάτης, ἔτους ͵ςφπʹ [1071]. Οἱ ἀναγιγνώσκοντες εὔχεσθε τῷ γράψαντι85. La souscription indique que Kallinikos appartenait au même monastère que l’higoumène Nicolas, qui a été identifié au kathigoumène du Prodrome τῆς Πέτρας à Constantinople86. Au sujet de ce Nicolas kathigoumène de Pétra, nous ne disposons que du témoignage du colophon du Pantéleimonos 27, copié par le moine Loukas en 107287, mais la date est de beaucoup antérieure au patriarcat de Nicolas Grammatikos (1084-1111) pendant lequel fut fondé le monastère, d’après la Diathèkè de Pétra88. Le Nicolas du Par. gr. 1617 (un ménée des mois de mars à août, copié le 10 janvier 1071 par le hiéromoine Cyrille89) et de l’EBE 20 (copié le 20 septembre de la même année), remplit néanmoins la charge d’higoumène. En 1071, nous trouvons un Nicolas à la tête de la Grande Lavra de Saint-Athanase, tandis qu’en 1076 et 1080 sont attestés deux autres higoumènes Nicolas à Xénophon et à Iviron90. Par conséquent, malgré certaines similarités dans la production de ces trois manuscrits91, il semble bien hasardeux de placer le travail du moine-notaire Kallinikos dans le contexte du monastère de Pétra.

  • 92 Vogel, Gardthausen, Die griechischen Schreiber (cité n. 84), p. 140 ; RGK III 219.
  • 93 Voir les diverses études réunies dans Studi sulla tradizione del testo di Isocrate, Florence 2003 (...)
  • 94 Lake VIII 293, μονη ( ?) του αγιου Μεθοδειου ( ?), repris par Évangélatou-Notara, Σημειώματα, p. 5 (...)
  • 95 P. M. Pinto, Per la storia del testo di Isocrate. La testimonianza d’autore, Bari 2003 (Paradosis (...)

34Il nous faut encore citer deux cas de notaires-moines sur lesquels l’unique information dont nous disposons est tirée d’un colophon en mauvais état de conservation. Le premier cas nous est proposé par un codex doublement important pour l’histoire des textes classiques et de l’écriture grecque, le Vat. gr. 65 (daté de 106392), qui est à la tête d’une branche de la tradition manuscrite d’Isocrate93. Le colophon nous indique que son copiste est Théodore, notaire impérial et hypatos, et, d’après la transcription de Lake, suivie par Flôrentia Évangélatou-Notara, qu’il aurait pu réaliser son travail dans un monastère Saint-Méthode94. Nous serions une fois encore face à un cas de notaire actif dans un monastère, mais, en réalité, on lit dans le colophon, non pas τοῦ ἁγίου Μεθοδείου mais τοῦ ἁγίου Μάρκου. Il s’agit de la mention de la fête du 25 avril, jour où s’acheva la copie, et non d’un monastère95.

Figure 5 - Neapolitanus II. C. 26, fol. 255v (© Napoli, Biblioteca Nazionale)

  • 96 G. Pierleoni, Catalogus codicum graecorum Bibliothecae Nationalis Neapolitanae. 1, Rome 1962, p. 2 (...)

35Le dernier exemple est tiré du témoignage du Neap. II. C. 26, un volume en parchemin de grand format qui recueille des Vies de saint96. Le colophon (fol. 225v [figure 5]) a été gratté et réécrit mais il semble que ni le texte effacé, ni celui réécrit ne soient de la main du texte, qui utilise une encre marron d’une teinte différente. Entre la fin du texte et la souscription se trouve une note rédigée avec un calame fin et une encre marron qui pourrait être celle du texte inférieur de la souscription. Le texte que l’on peut lire actuellement (l’ensemble, à part quelques accents et esprits, provenant de la réécriture) est le suivant : + ἐτελἠὅθη τῶ παρὸν βιβλίον δἰἀχειρὸς ἑμοῦ τοῦ ἀμαρτωλοῦ καὶ ταπεινοῦ ἱερομονάχου Μαλλαχία καὶ ταβουλαρίου τῆς ἁγιωτάτης τοῦ Θεοῦ μεγάλης ἐκκλησίας. καὶ οἱ ἀναγυνόσκονταις [εὔ] χαιτε μοι, ἐξ ὅλης ψυχης δια τον κυριον ἐν ἀιτει ͵ςφνγʹ [6553 = 1045], ἡμέρα παρασκεβη κατα μηνα ἰουλίω ιγʹ, ἡλίου κυκλου εχώντος κʹ, καὶ σελήνης ιβʹ ἐπιυππατεύωντος φέρωντως ἀρχιερατεὔοντος ᾽Ελευθερίου βασιλεὔωντος Ἰωάννου [........] ξεἴνου. Nous observons un tel contraste entre le piètre niveau graphique et la sophistication de certains détails textuels qu’il est impossible de croire que le texte soit une invention de celui qui a copié la note. Nous pourrions ainsi admettre, d’une manière générale, l’existence d’un hiéromoine et tabullaire de Sainte-Sophie en 1045, bien que, à cette date, l’empereur ait été Constantin Monomaque, et non Jean, et que l’évêque Éleuthérios nous soit complètement inconnu. La date de 1045 est en accord avec l’écriture calligraphique du codex. Quoi qu’il en soit, si l’information est sûre, nous disposerions d’un cas supplémentaire de moine combinant les tâches de copiste de livres et celles de l’administration, en l’occurrence patriarcale.

  • 97 Un cas assez connu est celui du mégas droungarios Stéphanos, devenu le moine Syméon, et des problè (...)

36La prise d’habit par les membres d’une corporation aussi marquée socialement que celle des notaires doit être comprise comme un cas extrême de sécularisation du monastère byzantin, comme l’était la présence d’eunuques qui paraissait problématique à ceux qui étaient très attachés au modèle traditionnel du monastère97. Les cas de notaires-moines que nous connaissons grâce à leur activité en tant que scribes ne sont pas nombreux, mais ils sont les mieux caractérisés dans un contexte de présence massive au sein du monastère de membres de l’administration dont les charges (grammatikos, magistros) définissent mal le rang et la fonction mais dont nous connaissons l’intense activité dans l’administration monastique grâce aux archives de l’Athos et à d’autres documents du xie siècle.

37Les données rassemblées dans ces pages ainsi que l’interprétation que nous leur avons apportée mettent en lumière, à nos yeux, un phénomène historique que Michel Kaplan et d’autres historiens ont abordé à partir d’éléments de nature différente. L’intégration à la vie monastique de notaires qui ajoutaient à leurs activités la copie de livres est un aspect parmi d’autres de la sécularisation du monachisme. C’est ainsi l’occasion, une fois encore, de montrer que la bonne compréhension des témoignages écrits ne peut se passer de la réflexion sur leur contexte historique.

Abréviations

38Évangélatou-Notara , Σημειώματα
F. Évangélatou-Notara, Σημειώματα Ἑλληνικῶν κωδίκων ὡς πηγὴ διὰ τὴν ἔρευναν τοῦ οἰκονομικοῦ καὶ κοινωνικοῦ βίου τοῦ Βυζαντίου ἀπὸ τοῦ 9ου αἰῶνος μέχρι τοῦ ἔτους 1204, Athènes 1982

39Gautier, La Diataxis
P. Gautier, La Diataxis de Michel Attaliate, REB 39, 1981, p. 5-143

40Lake
Dated Greek Minuscule Manuscripts to the Year 1200,éd. K. Lake, S. Lake, 10 vol., Boston 1934-1945 (Monumenta palaeographica vetera. First Series)

41Lemerle, Cinq études
P. Lemerle, Cinq études sur le xie siècle byzantin, Paris 1977 (Le monde byzantin)

42RGK
Repertorium der griechischen Kopisten, 800-1600, éd. E. Gamillscheg et al., Vienne 1981-1997 (Veröffentlichungen der Kommission für Byzantinistik 3)

Notes

1 P. Hatlie, The Monks and Monasteries of Constantinople, ca. 350-850, Cambridge 2007, p. 353-440 ; A.-M. Talbot, A Monastic World, dans A Social History of Byzantium, éd. F. Haldon, Chichester 2009, p. 257-278, ici p. 258.

2 Sur les couvents fondés ou habités par les femmes de la noblesse byzantine, A.-M. Talbot, Bluestocking Nuns : Intellectual Life in the Convents of Late Byzantium, Harvard Ukrainian Studies 7, 1983 (Okeanos. Essays Presented to I. Ševčenko), p. 604-618 ; Ead., Women’s Space in Byzantine Monasteries, DOP 52, 1998, p. 113-127 ; cf. Ead., Women and Religious Life in Byzantium, Aldershot/Burlington 2001 (Variorum Collected Studies Series 733), où sont notamment repris ces deux articles ; C. Rapp, Figures of Female Sanctity : Byzantine Edifying Manuscripts and Their Audience, DOP 50, 1996, p. 313-344.

3 G. Cavallo, Πόλις γραμμάτων. Livelli di istruzione e uso di libri negli ambienti monastici a Bisanzio, TM 14 (Mélanges Gilbert Dagron), 2002, p. 95-113 ; P. Schreiner, ‘Il libro è la mia cella’. Letture monastiche, dans Lo spazio letterario del Medioevo. 3, Le culture circostanti. 1, La cultura bizantina, éd. G. Cavallo, Rome/Salerne 2004, p. 605-631 ; G. Cavallo, Leggere a Bisanzio, Milan 2007, p. 129-166 (texte français : Id., Lire à Byzance, Paris 2006 [Séminaires byzantins 1]). Voir la mise au point sur la culture écrite dans les monastères médiévaux dans Il monaco, il libro, la biblioteca. Atti del convegno, Cassino-Montecassino, 5-8 settembre 2000, éd. O. Pecere, Cassino 2003.

4 N. Patterson Ševčenko, Illuminating the Liturgy : Illustrated Service Books in Byzantium, dans Heaven on Earth : Art and the Church in Byzantium, éd. L. Safran, University Park (Penn.) 1998, p. 186-228. Dans les monastères, la bibliothèque proprement dite était séparée des livres utilisés dans la liturgie et conservés près de l’église du monastère, dans le skeuophylakion. D’après A. K. Orlandos, Μοναστηριακὴ ἀρχιτεκτονική, Athènes 19582, p. 73, 108-110, la bibliothèque non liturgique pouvait être déposée dans une cellule ou occuper un espace dans la tour du monastère ou dans le narthex de l’église principale, comme c’était le cas à la Grande Lavra. Cf. E. Litsas, Paleographical Researches in the Lavra Library on Mount Athos, Ἑλληνικά 50, 2000, p. 217-230.

5 La bibliothèque monastique sur laquelle on est le mieux renseigné est celle de Saint-Jeande-Patmos, grâce à plusieurs inventaires officiels rédigés dès 1200 que l’on a conservés. Voir C. Astruc, L’inventaire dressé en septembre 1200 du trésor et de la bibliothèque de Patmos. Édition diplomatique, TM 8, 1981, p. 15-30 ; Id., Les listes de prêt figurant au verso de l’inventaire du trésor et de la bibliothèque de Patmos dressé en septembre 1200, TM 12, 1994, p. 495-499 ; cf. J. Waring, Literacy of Lists : Reading Byzantine Monastic Inventories, dans Literacy, Education and Manuscript Transmission in Byzantium and Beyond, éd. C. Holmes et J. Waring, Leyde/Boston/Cologne 2002 (The Medieval Mediterranean 42), p. 165-185. Sur les bibliothèques monastiques, O. Volk, Die byzantinischen Klosterbibliotheken von Konstantinopel, Thessalonike und Kleinasien, thèse de doctorat, Munich, 1955 ; S. Franklin, Writing, Society and Culture in Early Rus, c. 950-1300, Cambridge/New York 2002, p. 28-30 ; S. Kotzabassi, Βυζαντινά χειρόγραφα από τα μοναστήρια της Μικράς Ασίας, Athènes 2004.

6 L’école n’était pas indispensable au monastère byzantin, elle pouvait même souffrir une interdiction explicite : Talbot, A Monastic World (cité n. 1), p. 268. Il y a néanmoins des exceptions à cette règle : Théodore Stoudite et Pakourianos se sont souciés de l’éducation de leurs moines ; cf. Cavallo, Leggere (cité n. 3), p. 131-139. Dans une communauté où la présence du livre était obligatoire (pas seulement dans les documents de fondation et le legs du fondateur, mais aussi dans la prière continue), il est difficile de croire que les moines qui savaient lire n’enseignaient pas aux novices. En réalité, l’apprentissage de la lecture et de l’écriture n’a pas besoin d’une école avec un espace et une dotation propres, ni d’un maître consacré à plein temps à cette tâche.

7 À ce sujet, le cas paradigmatique est, bien sûr, Saint-Jean-Prodrome de Stoudios. Cf. N. X. Éléopoulos, Ἡ βιβλιοθήκη καὶ τὸ βιβλιογραφικὸν ἐργαστήριον τῆς μονῆς τῶν Στουδίου, Athènes 1967 ; J. Featherstone, M. Holland, A Note on Penances Prescribed for Negligent Scribes and Librarians in the Monastery of Stoudios, Scriptorium 36, 1982, p. 258-260 ; Hatlie, The Monks and Monasteries (cité n. 1), p. 412-419 ; J. Leroy, Études sur le monachisme byzantin, éd. O. Delouis, Bégrolles-en-Mauges 2007 (Spiritualité orientale 85).

8 Cavallo, Leggere (cité n. 3), p. 154-158. Un cas emblématique du travail intellectuel dans la Constantinople paléologue est le monastère de Chora. Voir I. Pérez Martín, El Scriptorium de Cora : un modelo de acercamiento a los centros de copia bizantinos, dans Ἐπίγειος οὐρανός El cielo en la tierra. Estudios sobre el monasterio bizantino, éd. P. Bádenas de la Peña, A. Bravo García et I. Pérez Martín, Madrid 1997 (Nueva Roma 3), p. 203-224. L’ep. 79 de Jean Tzetzès (éd. P.L.M. Leone, Ioannis Tzetzae epistulae, Leipzig 1972 [Bibliotheca scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana]), adressée à Joseph, kathigoumène du Pantokrator, parle de la cellule dans laquelle habite l’écrivain, mais ses mots suggèrent une présence temporaire dans la communauté monastique, et non qu’il en faisait partie.

9 La sécularisation est aussi mise en évidence dans les textes hagiographiques du xie siècle, qui comprennent des renseignements sur l’économie monastique ; cf. M. Kaplan, L’économie des monastères à travers les Vies de saints byzantins des xie-xiiie siècles, dans Monastères, images, pouvoirs et société à Byzance. Nouvelles approches du monachisme byzantin, éd. Id., Paris 2006 (Byz. Sorb. 23), p. 27-41 (repris dans Id., Pouvoirs, Église et sainteté. Essais sur la société byzantine, Paris 2011 [Les classiques de la Sorbonne 3], p. 515-532). Sur la fondation et l’organisation interne de ces communautés, R. Morris, Monasteries and their Patrons in the 10th and 11th Centuries, Byz. Forsch. 10, 1985, p. 185-231.

10 Sur cette donation du monastère géré comme un bien personnel, le travail classique est celui de P. Lemerle, Un aspect du rôle des monastères à Byzance : les monastères donnés à des laïcs, les charisticaires, CRAI 111/1, 1967, p. 9-28 (repris dans Id., Le monde de Byzance. Histoire et institutions, Londres 1978 [Variorium Collected Studies Series 86], no XV) ; cf. E. Herman, Ricerche sulle istituzioni monastiche bizantine. Typika ktetorika, caristicari e monasteri « liberi », OCP 6, 1940, p. 293-375, ici p. 322-324 ; H. Ahrweiler, Charisticariat et autres formes d’attribution de fondations pieuses aux xe-xie siècles, ZRVI 10, 1967, p. 1-27 (repris dans Ead., Études sur les structures administratives et sociales de Byzance, Londres 1971 [Variorium Collected Studies Series 5], no VII) ; J. P. Thomas, Private Religious Foundations in the Byzantine Empire, Washington DC 1987 (Dumbarton Oaks Studies 24), p. 150-157.

11 A. Failler, Le monachisme byzantin aux xie-xiie siècles. Aspects sociaux et économiques, dans Aspects de la vie conventuelle aux xie-xiie siècles. Actes du 5e congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Saint-Étienne 7-8 juin 1974, Lyon 1975 (Cahiers d’histoire), p. 171-188 ; Byzantine Monastic Foundation Documents, 5 vol., éd. J. Thomas et A. Constantinides Hero, Washington DC 2000 (Dumbarton Oaks Studies 35), p. 305-309. Sur la politique d’expropriation des biens des grands monastères menée par Isaac Comnène, voir Michel Attaleiatès, Historia, 61-62 B (éd. I. Pérez Martín, Miguel Ataliates, Historia, Madrid 2002 [Nueva Roma 15], p. 47-48), qui exprime son acquiescement total.

12 N. Oikonomidès, L’évolution de l’organisation administrative de l’Empire (1025-1118), TM 6, 1976, p. 125-152 (repris dans Id., Byzantium from the Ninth Century to the Fourth Crusade : Studies, Texts, Monuments, Aldershot/Brookfield 1992 [Variorium Collected Studies Series 369], no X) ; Lemerle, Cinq études, p. 280-282 ; J.-C. Cheynet, Fortune et puissance de l’aristocratie (xe-xiie siècles), dans Hommes et richesses dans l’Empire byzantin. 2, viiie-xve siècles, éd. V. Kravari, J. Lefort et C. Morrisson, Paris 1991 (Réalités byzantines 3), p. 199-213, ici p. 206, 209-210 (repris dans Id., The Byzantine Aristocracy and Its Military Function, Aldershot/Brookfield 2006 [Variorum Collected Studies Series 859], no V) ; M. C. Bartusis, Land and Privilege in Byzantium. The Institution of Pronoia, Cambridge 2013, p. 23-24, 153-160.

13 Ibid., p. 123-132 ; A. Kazhdan, S. Franklin, Studies on Byzantine Literature of the Eleventh and Twelfth Centuries, Cambridge/Paris 1984 (Past and Present Publications), p. 51, 55-56 ; M. Kaplan, Les monastères et le siècle à Byzance : les investissements des laïques au xie siècle, dans L’Église et le siècle de l’an mil au début du xiie  siècle. Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public. 14e congrès, Poitiers 1983, Poitiers 1983 (Cahiers de civilisation médiévale 14/1), p. 71-83, ici p. 81 (repris dans Id., Byzance. Villes et campagnes, Paris 2006 [Les médiévistes français 7], p. 123-137).

14 Oikonomidès, L’évolution de l’organisation (cité n. 12), p. 138-139. Sur les rentes fiscales accordées à des particuliers ou des institutions, voir R. Morris, Monastic Exemptions in Byzantium, dans Property and Power in the Early Middle Ages, éd. W. Davies et P. Fouracre, Cambridge 1995, p. 200-220, ici p. 204-205.

15 En réalité, le nom « bureau pieux », attesté aussi par les actes conciliaires de l’Antiquité tardive, apparaît déjà dans une novelle de Léon VI de 918/919 (Les novelles de Léon VI le Sage, éd. et trad. A. Dain et P. Noailles, Paris 1944, p. 377, l. 2-8).

16 Michaelis Pselli Orationes forenses et Acta, éd. G. T. Dennis, Leipzig 1994 (Bibliotheca scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana), Actum 1, l. 55-60 : Τοῖς τε γὰρ πρωτοσπαθαρίοις τοῦτον ἐγκαταλέγει, καὶ τοῖς ἐς τὸ τοῦ Ἀντιφωνητοῦ σέκρετον μικροῖς βασιλικοῖς νοταρίοις ἐγκατατάττει, ἔτι γε μὴν καὶ τοῖς ἐς τὸν ἱππόδρομον ἐγκρίνει κριταῖς. Cf. A. Kaldellis, Mothers and Sons, Fathers and Daughters : The Byzantine Family of Michael Psellos, Notre Dame (Indiana) 2006, p. 149. Sur le Christ-Antiphônétès, R. Janin, La géographie ecclésiastique de l’Empire byzantin. I, Le siège de Constantinople et le patriarcat œcuménique. 3, Les églises et les monastères, Paris 19692, p. 506-507, qui ne connaît pas le texte de Psellos, mais fait allusion à une épigramme anonyme, éd. G. Sola, Giambografi sconosciuti del secolo xi, Roma e l’Oriente. Rivista Criptoferratense per l’Unione delle Chiese 61, 1916, p. 18-27, ici p. 24 : Στίχοι ἕτεροι εἰς τὸν Κύριον ἡμῶν καὶ Θεὸν Ἰησοῦν Χριστὸν τὸν ἀντ(ι) φωνητ(ήν) ; cf. I. Vassis, Initia carminum Byzantinorum, Berlin/New York 2005 (Supplementa Byzantina. Texte und Untersuchungen 8), p. 632.

17 Failler, Le monachisme byzantin (cité n. 11), p. 179 ; P. Magdalino, Adelphaton, ODB, t. 1, p. 19 ; Bartusis, Land and Privilege (cité n. 12), p. 153.

18 Lemerle, Les charisticaires (cité n. 10), p. 22-23 ; Kaplan, Les monastères et le siècle (cité n. 13), p. 80-81.

19 P. Gautier, Monodies inédites de Michel Psellos, REB 36, 1978, p. 83-151, ici p. 87.

20 Dès 1054, Michel Psellos fut lui-même moine ou plutôt profita du monastère comme d’un lieu d’exil. L’un des esprits les plus libres qui aient vu le jour à Byzance, il pouvait difficilement se sentir à l’aise dans le mode de vie de la communauté bithynienne qui l’accueillit. En fait, il est rentré à Constantinople dès qu’il l’a pu, en laissant une poignée d’ennemis derrière lui. L’œuvre de Psellos est parcourue par la critique de l’avarice, de l’hypocrisie et de l’indiscipline de la vie monastique : A. Kaldellis, The Argument of Psellos’Chronographia, Leyde/Boston 1999 (Studien und Texte zur Geistesgeschichte des Mittelalters 68), p. 80-89 ; F. Lauritzen, Psellos and the Nazireans, REB 64-65, 2006-2007, p. 359-364.

21 Sur ce monastère, fondé en 780, R. Janin, Les églises et les monastères des grands centres byzantins (Bithynie, Hellespont, Latros, Galèsios, Trébizonde, Athènes, Thessalonique), Paris 1975, p. 165-168 ; M.-F. Auzépy et al., À propos des monastères de Médikion et de Sakkoudion, REB 63, 2005, p. 183-194, ici p. 185-187. La Vie de Nicétas de Médikion se fait l’écho des origines aristocratiques du premier économe du monastère, Athanase, παιδευθεὶς παρ’αὐτῷ (τῷ πατρὶ) εἰς ἄκρον τὰ γράμματα, τῶν δημοσίων χαρτίων γραφεὺς εἰς τὸ λεγόμενον λογοθέσιον (bureau du fisc) ; cf. É. Kountoura-Galaki, Ὁ βυζαντινὸς κλῆρος καὶ ἡ κοινωνία τῶν σκοτεινῶν αἰώνων, Athènes 1996 (Εθνικό Ιδρυμα Ερευνών, Ινστιτούτο Βυζαντινών Ερευνών. Μονογραφίες 3), p. 188.

22 Kaplan, Les monastères et le siècle (cité n. 13) ; Id., Les moines et leurs biens fonciers à Byzance du viiie au xe siècle : acquisition, conservation et mise en valeur, Revue bénédictine 103, 1993, p. 209-223 (repris dans Id., Pouvoirs, Église et sainteté [cité n. 9], p. 479-495), p. 491 et n. 67, sur l’intérêt personnel des fondateurs pour la gestion de leurs monastères.

23 Id., The Evergetis Hypotyposis and the Management of Monastic Estates in the Eleventh Century, dans The Theotokos Evergetis and Eleventh-Century Monasticism, éd. M. Mullett et A. Kirby, Belfast 1994 (Belfast Byzantine Texts and Translations 6.1), p. 103-123 (version française : Le typikon de l’Évergétis et la gestion des biens monastiques au xie siècle, dans Id., Pouvoirs, Église et sainteté [cité n. 9], p. 497-514). Édition du typikon par P. Gautier, Le typikon de la Théotokos Évergétis, REB 40, 1982, p. 5-101. Sur la réaction contre la charistikè, voir Byzantine Monastic Foundation Documents (cité n. 11), p. 441-453.

24 Ataliates, Historia (cité n. 11), éd. Pérez Martín, p. xxx-xxxi ; D. Krallis, Michael Attaleiates and the Politics of Imperial Decline in Eleventh-Century Byzantium, Tempe 2012 (Medieval and Renaissance Texts and Studies 422), p. 1-42.

25 Lemerle, Cinq études, p. 82 ; Gautier, La Diataxis, p. 47, l. 508-509.

26 Lemerle, Cinq études, p. 66-112 ; Gautier, La Diataxis ; M. Kaplan, Les hommes et la terre à Byzance du vie au xie  siècle. Propriété et exploitation du sol, Paris 1992 (Byz. Sorb. 10), p. 336-337, 349-350 ; K. Smyrlis, La fortune des grands monastères byzantins (fin du xe - milieu du xive  siècle), Paris 2006 (Centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance. Monographies 21), p. 36 et passim.

27 Trad. Gautier, La Diataxis, p. 60 (p. 59, l. 705-708 : ἄνδρας δὲ ἐνεργεῖς εἴτε εἰς τὴν ἐκκλησίαν ἢ λογαριαστὰς ἢ νοταρίους ἢ γραμματικούς, σεμνοὺς ἀνθρώπους καὶ τιμίους καὶ μὴ ἐριστικοὺς ἢ φιλονείκους ἢ κενοδόξους καὶ προδότας ἢ ἀπανθρωπίας μετέχοντας). D. Krallis, Michael Attaleiates (cité n. 24), p. 30, a justement repéré la parenté entre ces termes et ceux qui décrivent Attaleiatès lui-même dans le chrysobulle de Michel Doukas.

28 Gautier, La Diataxis, p. 35, l. 289. Sur le mystographe, N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des ixe et xe  siècles, Paris 1972 (Le monde byzantin), p. 325 ; Id., L’organisation administrative (cité n. 12), p. 134 n. 54 ; P. Magdalino, The Not-so-secret Functions of the Mystikos, REB 42, 1984, p. 229-240 (repris dans Id., Tradition and Transformation in Medieval Byzantium, Aldershot/Brookfield 1991 [Variorum Collected Studies Series 343], no XI).

29 Lemerle, Cinq études, p. 90 et n. 42.

30 Jean l’Oxite appelait ces nouveaux arrivés κοσμικοὶ ἀδελφοί : P. Gautier, Réquisitoire du patriarche Jean d’Antioche contre le charisticariat, REB 33, 1975, p. 77-132, § 14 ; le texte a été réédité par T. Creazzo, Joannis Oxeitae Oratio de monasteriis laicis non tradendis, Spolète 2004 (Quaderni della Rivista di bizantinistica 8). P. Lemerle, Les charisticaires (cité n. 10), p. 17 et n. 1, comprend qu’il s’agit des pensionnaires, c’est-à-dire des titulaires d’un adelphaton.

31 C. Mango, The Availability of Books in the Byzantine Empire, A.D. 750-850, dans Byzantine Books and Bookmen : A Dumbarton Oaks Colloquium, Washington DC 1975, p. 29-45 (repris dans Id., Byzantium and Its Image. History and Culture of the Byzantine Empire and Its Heritage, Londres 1984 [Variorum Collected Studies Series 191], no VI), et E. Lamberz, Handschriften und Bibliotheken im Spiegel der Akten des VII. Ökumenischen Konzils (787), dans I manoscritti greci tra riflessione e dibattito. Atti del V Colloquio internazionale di paleografia greca (Cremona, 4-10 ottobre 1998), éd. G. Prato, Florence 2000 (Papyrologica florentina 31), t. 1, p. 47-63 ; M.-F. Auzépy, Controversia delle immagini e produzione di testi, dans La cultura bizantina (cité n. 3), p. 149-182. Sur la culture écrite des monastères de Bithynie, I. Hutter, Scriptoria in Bithynia, dans Constantinople and Its Hinterland, Papers from the 27th Spring Symposium of Byzantine Studies, Oxford, April 1993, éd. C. Mango et G. Dagron, Aldershot 1995 (Society for the Promotion of Byzantine Studies. Publications 3), p. 379-396 ; M.-F. Auzépy, Les monastères, dans La Bithynie au Moyen-Âge, éd. B. Geyer et J. Lefort, Paris 2003 (Réalités byzantines 9), p. 431-458, ici p. 457-458.

32 J. Irigoin, Pour une étude des centres de copie byzantins, Scriptorium 12, 1958, p. 208-227, et 13, 1959, p. 177-209, ici p. 196-200 ; E. Lamberz, Die Handschriftenproduktion in den Athosklöstern bis 1453, dans Scritture, libri e testi nelle aree provinciali di Bisanzio. Atti del seminario di Erice, 18-25 settembre 1988, éd. G. Cavallo, G. De Gregorio et M. Maniaci, Spolète 1991, t. 1, p. 25-78, ici p. 30-35. Une note écrite par une main récente sur le Lavra Δ 70 identifie son copiste Jean comme possible μαθητὴς καὶ διάδοχος du fondateur Athanase († 1001).

33 Lamberz, Die Handschriftenproduktion (cité note précédente), p. 33-34.

34 Actes d’Iviron. 1, Des origines au milieu du xie siècle, éd. J. Lefort et al., Paris 1985 (Archives de l’Athos 14), p. 135-140, pl. XV. À la fin du document (l. 40-41), on lit : Ἐγράφη δὲ ἡ παροῦσα δωρεὰ χειρὶ Ἰωάννου μοναχοῦ, μηνὶ Δεκεμβρίω ἰνδικτιῶνος τρισκαιδεκάτης ἔτους ͵ϛυϟγʹ.

35 J. Irigoin, Centres de copie (cité n. 32), p. 200, mentionnait « combien le travail de ce copiste rappelle la production des centres de copie de Constantinople ».

36 Actes de Lavra. 1, Des origines à 1204, éd. P. Lemerle et al., Paris 1970 (Archives de l’Athos 5), p. 16.

37 Sur l’origine sociale des moines athonites, R. Morris, Where Did the Early Athonite Monks Come from ?, dans The Monastic Magnet. Roads to and from Mount Athos, éd. R. Gothóni et G. Speake, Oxford/Berne/Berlin 2008, p. 21-40.

38 Spyridon Lavriotes, S. Eustratiades, Κατάλογος τῶν κωδίκων τῆς Μεγίστης Λαύρας τῆς ἐν Ἁγίῳ Ὄρει, Paris 1925, p. 48 : c’est un manuscrit sur parchemin, 310 × 210 mm. Je remercie Marie Cronier et l’IRHT de m’avoir procuré cette image. La note a été éditée par Évangélatou-Notara, Σημειώματα, p. 51, 140, 156, 194 ; et cf. Lamberz, Die Handschriftenproduktion (cité n. 32), p. 36. Lake n’inclut pas ce manuscrit dans sa collection parce que la note renseigne sur la donation et non sur la copie, mais vraisemblablement l’une n’est pas très éloignée de l’autre. Qu’un novice arrive à son nouveau foyer en faisant donation de sa bibliothèque n’est pas du tout exceptionnel, bien qu’il faille distinguer cette donation de la très commune donation d’un livre en échange des prières de la communauté. Dans le premier cas, les liens entre le donateur et le monastère sont forts, dans le deuxième cas le rapport est circonstanciel et ponctuel.

39 G. Cavallo, Scritture informali, cambio grafico e pratiche librarie a Bisanzio tra i secoli xi e xii, dans I manoscritti greci (cité n. 31), t. 1, p. 219-238, ici p. 222, a décrit ce type d’écriture avec l’expression « pretesa alla formalità ».

40 Actes d’Iviron. 1 (cité n. 34), no 21, l. 37-38 (éd. p. 220) : Ἐγράφη ἡ παροῦσα […] ἀσφάλεια […] διὰ χειρὸς Ἰωάννου μοναχοῦ καὶ καθηγουμένου μονῆς τοῦ Ἀρχιστρατήγου τοῦ γραμματικοῦ. Il a signé aussi la copie de l’acte no 24 (a. 1020) : διὰ χειρὸς Ἰωάννου μοναχοῦ καὶ πρεσβυτέρου τοῦ γραμματικοῦ.

41 Sur le titre de mégadoux, qui, en 1089-1090, est attesté à nouveau comme commandant de la flotte, R. Guilland, Recherches sur les institutions byzantines, Berlin/Amsterdam 1967 (Berliner byzantinistische Arbeiten 35), t. 1, p. 542-543.

42 V. Laurent, Le Corpus des sceaux de l’Empire byzantin. 5.1, L’Église de Constantinople. A, La hiérarchie, Paris 1963, no 220 : Γραφῶν σφραγὶς/Νικήτα πρωτοσυγκέλλου.

43 Actes du Pantocrator, éd. V. Kravari, Paris 1991 (Archives de l’Athos 17), p. 67-71, ici p. 70, l. 29, et voir pl. II. Sur la valeur de grammatikos (professeur de grammaire, secrétaire ou notaire), A. Kazhdan, Grammatikos, ODB, t. 2, p. 866 : selon lui, dans ces actes de l’Athos, grammatikos n’est qu’un sobriquet et, dans ce cas-ci, c’est fort probable.

44 Nicolas, d’origine crétoise, arriva à l’âge de dix ans au Stoudios, où son oncle Théophane était moine : J. Leroy, Un témoin ancien des Petites Catéchèses de Théodore Studite, Scriptorium 15, 1961, p. 36-60 (repris dans Études sur le monachisme [cité n. 7], p. 212, n. 4).

45 Sur le pourcentage à Byzance de moines-copistes, qui, au xie siècle, représentait la moitié du total des copistes, A. Cutler, The Social Status of Byzantine Scribes, 800-1500. A Statistical Analysis Based on Vogel-Gardthausen, BZ 74, 1981, p. 328-334.

46 E. Gamillscheg, Beobachtungen zum Oeuvre des Kopisten Michael Panerges, Chrisograf 3, 2009, p. 76-93 (= Mediaeval Book Centres. Local Traditions and Interregional Connections, Moscou 2009) (repris dans Id., Manuscripta Graeca. Studien zur Geschichte des griechischen Buches in Mittelalter und Renaissance, Vienne 2010 [Codices Manuscripti Supplementum 3], no IV, p. 45-52). – Voici les manuscrits datés copiés par Michel Panerges : Par. Coislin 259 (a. 1055/6), Mosq. Bibl. Univ. gr. 2 (a. 1072, souscrit par Michel Panerges), Athen. EBE Metochion tou Panagiou Taphou 375 (a. 1077, il s’agit de la Diataxis d’Attaleiatès), Vindob. Theol. gr. 336 (a. 1077/8), Oxford, Christ Church gr. 6 (a. 1081, avec souscription), Vat. gr. 342 (a. 1087/8), Hagion Oros, Vatopedi 761 + Walters W. 530b (a. 1087/88), London British Library Add. 24381 (a. 1088). – Voici les manuscrits non datés : Vindob. Theol. gr. 154, Par. gr. 533, Mosq. Synod. gr. 61, Athen. MIET Pezarou 50. Les manuscrits Hagion Oros, Vatopedi 761 + Walters W. 530b et Athen. MIET Pezarou 50 ont été identifiés à partir du copiste du Vindob. Theol. gr. 336 par G. Parpulov, Toward a History of Byzantine Psalters, thèse de doctorat, Chicago, 2004, t. 1, p. 93-97 ; Id., A Catalogue of the Greek Manuscripts at the Walters Art Museum, The Journal of the Walters Art Museum 62, 2004, p. 71-190, ici p. 110-111.

47 Sur la localisation du Panoiktirmon, qui se situerait entre Stoudios et Psamathia, près de la mer, cf. Krallis, Michael Attaleiates (cité n. 24), p. 235.

48 Sur l’économe, qui était assisté par des chartulaires et des notaires dans l’administration du monastère, Oikonomidès, L’évolution de l’organisation (cité n. 12), p. 138-139. Sur les administrateurs laïques des monastères, Smyrlis, La fortune des grands monastères (cité n. 26), p. 191-197.

49 Voici la transcription du colophon du Mosq. Bibl. Univ. gr. 2, fol. 346v, à partir de l’Abb. 1 de Gamillscheg, Beobachtungen (cité n. 46) : Ἐτελειώθη ἡ παροῦσα βίβλος μηνὶ Αὐγούστω ϛʹ ἡμέρα βʹ ἰνδ. ιʹ προστάξει τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγίου ἡμῶν βασιλέως κῦρ Μιχαὴλ τοῦ Δοῦκα + Γραφεῖσα παρ’ἐμοῦ Μιχαὴλ βασιλικοῦ νοταρίου τοῦ Πανέργη, ἔτει ͵ϛφπʹ. Le colophon, en onciale épigraphique, a une allure très solennelle.

50 Gautier, La Diataxis, l. 1273-1275 : Καὶ τὰ προσενεχθέντα τῇ ἁγίᾳ ταύτῃ μονῇ κατὰ τὸν μάρτιον μῆνα τῆς ηʹ ἰνδικτιῶνος παρὰ τοῦ μοναχοῦ Μιχαὴλ καὶ καθηγουμένου τῆς αὐτῆς μονῆς ταῦτα.

51 Selon I. Hutter, Corpus der byzantinischen Miniaturenhandschriften. 4, Oxford Christ Church, Stuttgart 1993 (Denkmäler der Buchkunst 9), t. 1, p. 47 ; Ead., Decorative Systems in Byzantine Manuscripts, and the Scribe as Artist : Evidence from Manuscrits in Oxford, Word and Image 12/1, 1996, p. 4-22, ici p. 6-7 : Michel « acted both as scribe and artist of both the figural and the ornamental compositions ». L’avis de G. Parpulov, Toward a History (cité n. 46), p. 101, est que le copiste n’a ni enluminé ni décoré le Vat. gr. 342.

52 G. Mercati, Confessione di fede di Michele categumeno del Monastero fondato da Michele Attaliate, OCP 21, 1955, p. 265-273 ; Id., Onirocritico lunare secondo i codici Vaticano greco 342 e Berolinese greco 168, BZ 32, 1932, p. 263-266, ici p. 264. Dans son article de 1955, p. 266-267, Mercati relevait déjà clairement l’erreur du catalogue de R. Devreesse, Codices Vaticani Graeci. 2, Codices 330-603, Cité du Vatican 1937, p. 15-18, qui avait confondu le moine Michel avec Michel Attaleiatès, une erreur reprise avec un point d’interrogation dans Facsimili di codici greci della Biblioteca Vaticana. 1, Tavole, éd. P. Canart et al., Cité du Vatican 1998 (Exempla scripturarum 5), no 29. Qu’Attaleiatès n’était pas le copiste du Vat. gr. 342 a également été démontré par Lemerle, Cinq études, p. 89 et 91 et n. 49, et par Gautier, Diataxis, p. 13-14.

53 On transcrit ici succinctement les deux listes, en donnant un chiffre à chaque entrée de l’inventaire : – Liste A (l. 1276-1288) : [A1] Βιβλίον [βαμβύκινον] ὁ Πραξαπόστολος ἑρμηνευμένος, ἔχον καὶ τὰς ἑπτὰ καθολικὰς ἐπιστολὰς καὶ αὐτὰς ἑρμηνευμένας, σὺν τούτοις ἔχον καὶ τὸν Ἰώβ, Παροιμίας Σολωμόντος, Ἐκκλησιαστήν, Aἶσμα ᾀσμάτων, Σοφίαν Σολομόντος καὶ Σοφίαν Ἰησοῦ υἱοῦ Σηράχ, τὰ ἀμφότερα μετὰ ἑρμηνείας, καλόγραφον ὅλον. [A2] Ἕτερον βιβλίον βαμβύκινον ψαλτήριον ἑρμηνευμένον. [A3] Ἕτερον βιβλίον σωμάτιον λιτόγραφον, ἡ Ἅλωσις τῆς Ἱερουσαλήμ. [A4] Ἕτερον βιβλίον σωμάτιον νομοκάνονον, τοῦ ἁγίου ἀποστόλου Πέτρου τὰ διὰ Κλήμεντος. [A5] Ἕτερον βιβλίον σωμάτιον, ἑρμηνεία τοῦ Θεολόγου. [A6] Ἕτερον, εἱρμολόγιον βαμβύκινον. [A7] Ἕτερον βιβλίον, κονδακάριον, ψαλτήριον, ἔχον καὶ τὰ ἀλληλουϊάρια προκ(είμενα). [A8] Ἕτερον βιβλίον, σχηματολόγιον [des. mut. ?]. – Liste B (l. 1723-1730) : [B1] Οἱ τέσσαρες εὐαγγελισταὶ ἑρμηνευμένοι τὴν ἑρμηνείαν τοῦ Βουλγαρίας, ἤγουν βιβλία τέσσαρα βαμβύκινα. [B2] Ἕτερον βιβλίον βαμβύκινον ἔχον ἐξ ἀρχῆς τὴν ἑρμηνείαν τοῦ ῥητοῦ τοῦ Χρυσοστόμου τοῦ· Οὐ θέλομεν ὑμᾶς ἀγνοεῖν περὶ τῶν κεκοιμημένων (Hom. 1-7 De Lazaro, éd. PG 48), καὶ ἑτέρας διαφόρους ἑρμηνείας οὐκ ὀλίγας. [B3] Καὶ ἕτερον βιβλίον μικρὸν ἔχον χαρτίον μέμβρινον τὸ σχηματολόγιον. – Gautier a avancé l’argument du manque d’espace dans le document pour justifier la division en deux listes, mais il s’agit plus probablement d’une donation en deux temps. En particulier, la deuxième liste commence avec une grande « nouveauté éditoriale » (B1) ; voir n. 75.

54 Voir n. 46.

55 Les manuscrits sur parchemin (σωμάτιον) que Michel possédait n’avaient pas de contenu liturgique (+ A4, un volume qui concerne sa formation comme notaire et ses tâches dans le Panoiktirmon). Sur le terme σωμάτιον, B. Atsalos, La terminologie du livre-manuscrit à l’époque byzantine. 1, Termes désignant le livre-manuscrit et l’écriture, Thessalonique 1971 (Ἑλληνικά, Παράρτημα 21), p. 147.

56 Le premier texte de A1 coïncide avec le Mosq. Bibl. Univ. gr. 2, le deuxième peut correspondre avec le lectionnaire de l’Ancien Testament reproduit dans l’Athen. EBE gr. 20. A2 coïncide avec le Vat. gr. 342. Nous ne connaissons pas de copies faites par Michel des livres des chants liturgiques et des cérémonies monastiques mentionnés dans la liste (A6, A7, A8 [= B3 ?]).

57 R. Devreesse, Catalogue des manuscrits grecs de la Bibliothèque Nationale. 2, Le fonds Coislin, Paris 1945, p. 237.

58 Les inventaires de livres commençaient normalement par l’Ancien et le Nouveau Testament. Λιτόγραφον signifie écrit en onciale, voir Atsalos, La terminologie (cité n. 55), p. 217-218.

59 Gamillscheg, Beobachtungen (cité n. 46), p. 45.

60 A. Weyl Carr, Diminutive Byzantine Manuscripts, Codices manuscripti 6, 1980, p. 130-165, ici p. 136. Parmi d’autres manuscrits, les réflexions d’Annemarie Weyl Carr s’appuient sur deux copies de Michel, le Vat. gr. 342 et le Vindob. Theol. gr. 336.

61 Parpulov, Toward a History (cité n. 46), p. 93-97.

62 Les mesures de l’Ath. EBE Metochion tou panagiou Taphou 375 sont semblables : 180 × 135 mm. La Diataxis n’inventorie pas le Vat. gr. 342, ni dans la bibliothèque du monastère ni parmi les livres donnés par Michel, soit qu’il ait voulu le conserver jusqu’à son dernier souffle de vie, soit que le codex ait appartenu au monastère, que Michel l’ait utilisé sans pouvoir le donner avec le reste de sa bibliothèque.

63 Parpulov, Toward a History (cité n. 46), p. 9-11 sur les préfaces du Psautier, p. 11-12 sur les commentaires.

64 Éd. Mercati, Confessione di fede (cité n. 52), p. 272-273 ; cf. Vassis (cité n. 16), p. 81, 257, 857, 875. Sur les paratextes du Vat. gr. 342, Parpulov, Toward a History (cité n. 46), p. 98.

65 On reproduit ici la transcription de Hutter, Corpus (cité n. 51), p. 46 (cf. Vassis [cité n. 16], p. 669) : Σὲ καὶ γραφὴ σιγῶσα κηρύσσει πάτερ/λόγοις ἀγαθοῖς καὶ τρόποις κεκασμένον/μεθ’ὧν ἀπώσω δυσμενῶν κακουργίας/ἐκσφηνδονῆσας τοῖς λίθοις τῆς Τριάδος.

66 R. Browning, C. N. Constantinides, Dated Greek Manuscripts from Cyprus to the Year 1570, Washington DC/Nicosie 1993 (Dumbarton Oaks Studies 30), p. 121 n. 3, le considèrent comme un manuscrit chypriote, lié au monastère d’Agros (cf. fol. 1, la note de possession du xive siècle du moine Méthode : ὃς ἔθηκεν τοῦτο ἐν τῆ ἁγία μονῆ τοῦ Ἀγροῦ). Mais il s’agit vraisemblablement du monastère homonyme de Bithynie. Sur ce dernier, cf. Auzépy, À propos des monastères de Médikion et de Sakkoudion (cité n. 21).

67 G. Galavaris, The Illustrations of the Liturgical Homilies of Gregory Nazianzenus, Princeton NJ 1969 (Studies in Manuscript Illumination 6), p. 236-239, pl. 234-255 (pl. 234 : fol. 3v) : Πάλαι σὲ δῶρον ἐκ Θεοῦ, θεηγόρε | πλουτοῦντες ἐν γῇ σῶν μετείχομεν λόγων | καὶ νῦν σε πλουτήσειεν αὔθις προστάτην | Ἐκλιπαροῦμεν πάντες οἱ συνηγμένοι | Ὁ τούσδε τοὺς σοὺς ἐν βίβλω χρυσοὺς λόγους | Ἄριστε Νικόλαε, ἐνθεὶς ἐνθέως. Cf. Vassis, Initia (cité n. 16), p. 591. Galavaris y voit la représentation d’un cours, tandis que M.-L. Concasty, Byzance et la France médiévale. Manuscrits à peintures du iie au xvie siècle, Paris 1958, no 22 (pl. XIII, fol. 34v), p. 15, la décrit ainsi : « Peinture-frontispice représentant saint Grégoire de Nazianze siégeant sur un trône placé sous un ciborium et dominant de sa haute stature les personnages qui l’accompagnent à droite et à gauche (auditeurs ou copistes). »

68 Cf. n. 64.

69 A. Marava-chatzinikolaou, Παραστάσεις τοῦ πατριάρχη Νικολάου Γʹ τοῦ γραμματικοῦ σε  ? ? ? ? ?γραφίες χειρογράφων, DChAE 10, 1980-1981, p. 147-160, ici p. 154-155. W. T. Woodfin, The Embodied Icon : Liturgical Vestments and Sacramental Power in Byzantium, Oxford 2012 (Oxford Studies in Byzantium).

70 Le poème ressasse l’origine divine de son destinataire : ἐκ Θεοῦ, θεηγόρε… ἐνθεὶς ἐνθέως. Il s’agit là d’expressions qui accompagnent souvent la mention de Nicolas dans les sources, parce que son élection comme patriarche se produisit à la suite d’un tirage au sort et était donc d’origine divine. Cf. J. Darrouzès, L’éloge de Nicolas III par Nicolas Mouzalon, REB 46, 1988, p. 5-53, ici p. 15.

71 Darrouzès, L’éloge de Nicolas III (cité n. 70), p. 29 (§ 12) ; sur l’école de Saint-Pierre, R. Browning, The Patriarchal School at Constantinople in the 12th Century, Byz. 32, 1962, p. 167-202 et 33, 1963, p. 11-40, ici p. 172-173 (repris dans Id., Studies on Byzantine History, Literature and Education, Londres 1977 [Variorium Collected Studies Series 59], no X).

72 Darrouzès, L’éloge de Nicolas III (cité n. 70), p. 15, l’interprète comme relatif à l’édit de 1107 sur les didascales ; cf. P. Gautier, L’édit d’Alexis Ier Comnène sur la réforme du clergé, REB 31, 1973, p. 165-227 ; P. Magdalino, The Reform Edict of 1107, dans Alexios I Komnenos. 1, Papers, éd. M. Mullett et D. Smythe, Belfast 1996 (Belfast Byzantine Texts and Translations 4.1), p. 199-218.

73 Darrouzès, L’éloge de Nicolas III (cité n. 70), p. 53 (§ 32, l. 693).

74 Il est intéressant de mentionner que, d’après Browning, The Patriarchal School (cité n. 71), p. 168, les membres de l’école avaient un faible pour la poésie de circonstance.

75 Lemerle, Cinq études, p. 97 ; Gautier, La Diataxis, p. 14, qui considère la liste de livres postérieure à 1090, date approximative de la nomination de Théophylacte. Cf. Théophylacte d’Achrida, Discours, traités, poésies, éd. P. Gautier, Thessalonique 1980 (CFHB 16/1), p. 34, où, avec plus de prudence, il indique que nous n’avons que la date ante quem de 1092 pour la nomination.

76 Browning, The Patriarchal School (cité n. 71), p. 167 n. 1.

77 Cf. Hutter, Corpus (cité n. 51), p. 47 : « Der Mönch Michael, erster Oikonomos und Abt des Panoiktirmon-Klosters in Konstantinopel, nicht nur theologisch versiert und literarisch ambitioniert, sondern zugleich ein in seiner Zeit führender Handschriftenkopist und ein Buchmaler von Rang war. »

78 Das Eparchenbuch Leons des Weisen, éd. J. Koder, Vienne 1991 (CFHB 33), p. 74 (1.1), trad. de J. Nicole, Le livre du préfet, ou, L’édit de l’empereur Léon, le Sage, sur les corporations de Constantinople, Genève 1894 : mises à part les qualités morales, « il faut qu’il connaisse parfaitement les lois, qu’il ait une écriture excellente, […] qu’il ait la parole aisée et qu’il possède une parfaite correction de style, qualité sans laquelle les fraudes qui peuvent altérer la teneur ou la ponctuation (τὰς τῶν φαλσευμάτων γραφὰς καὶ τὰς τῶν δελεασμάτων παραγραφάς) d’un texte l’embarrasseraient très facilement ».

79 En général, il est indispensable de consulter H. Saradi, Le notariat byzantin du ixe au xve  siècle, Athènes 1992 (Βιβλιοθήκη Σοφίας Ν. Σαριπόλου 86), p. 21 ; cf. W. Wolska-Conus, Les écoles de Psellos et Xiphilin sous Constantin IX Monomaque, TM 6, 1976, p. 223-243, ici p. 233-234, à propos du contrôle exercé par les corporations sur la formation des notaires et de la réforme de Constantin Monomaque.

80 Sur les notaires patriarcaux, J. Darrouzès, Recherches sur les ὀφφίκια de l’Église byzantine, Paris 1970 (Archives de l’Orient chrétien 11), p. 379-385.

81 A. Dain, Formules de « commission » pour un « nomikos » et un « exarchos », REB 16, 1958, p. 166-168, a édité une formule d’investissement de la charge de nomikos dans l’administration épiscopale, conservée par le Par. suppl. gr. 1238. Les attributions du nomikos portent sur les contrats de mariage et l’enregistrement des ventes entre particuliers.

82 Sur deux copistes-notaires qui ont travaillé pour Aréthas de Césarée, voir RGK I 30 et II 43 (Baanès) et RGK I 365 (Stéphanos). Sur ce dernier, A. A. Aletta, Su Stefano, copista di Areta, RSBN 41, 2004, p. 73-93 ; N. Kavrus-Hoffmann, From Pre-Bouletée to Bouletée : Scribe Epiphanios and the Codices Mosq. Synod. gr. 103 and Vat. gr. 90, dans The Legacy of Bernard de Montfaucon : Three Hundred Years of Studies on Greek Handwriting. Proceedings of the Seventh International Colloquium of Greek Palaeography (Madrid-Salamanca, 15-20 September 2008), éd. A. Bravo García et I. Pérez Martín, Turnhout 2010 (Bibliologia 31), p. 55-66 (planches p. 693-700). Il s’agit des plus anciens exemples connus, bien que le notaire-copiste de livres soit une figure commune tout au long de l’histoire de Byzance.

83 Saradi, Le notariat (cité n. 79), passim, et Évangélatou-Notara, Σημειώματα, passim. Nous n’avons pas trouvé de moines-taboullarioi, ce qui reflète la séparation entre les administrations ecclésiastique et monastique, cette dernière étant plus liée à l’administration impériale. Cf. B. Moulet, Du rapport d’autorité et de domination entre évêques et moines à Byzance (8e -11e siècles), REB 66, 2008, p. 39-69.

84 Lake I 7 ; A. Papadopoulos-Kérameus, Ἱεροσολυμιτικὴ βιβλιοθήκη, t. 1, Saint-Pétersbourg 1891, p. 134-137 ; Évangélatou-Notara, Σημειώματα, p. 118, 217 ; M. Vogel, V. Gardthausen, Die griechischen Schreiber des Mittelalters und der Renaissance, Leipzig 1909, p. 263 ; D. Bianconi, Età comnena e cultura scritta. Materiali e considerazioni alle origini di una ricerca, dans The Legacy of Bernard de Montfaucon (cité n. 82), p. 75-96, ici p. 92.

85 Kallinikos n’est pas le seul scribe du codex. D’après E. D. Kakoulidi, Ἡ βιβλιοθήκη τῆς μονῆς Προδρόμου Πέτρας στὴν Κωνσταντινούπολη, Ἑλληνικά 21, 1968, p. 1-39, ici p. 8 no 5, 16, les fol. 1-7, sur papier, ont été copiés par une main différente. Quant au volume ancien, copié en « écriture perlée », la pl. 64 de Lake (I 36, fol. 23) montre une écriture grande et ronde qui est différente de celle des pl. 65 (fol. 119) et 76 (colophon), plus petite et agitée, qui est celle de Kallinikos, d’après Lake. Autre exemple de sa main dans L. Politis, Ὁδηγὸς καταλόγου χειρογράφων, Athènes 1961, p. 122, Eik. 9. Copié sur parchemin, le volume mesure 250 × 200 mm, il comporte 224 folios à 2 colonnes et 22 lignes. Cf. éVangélatou-notara, Σημειώματα, p. 59, 155, 226. Le ms. a été utilisé par les éditeurs du Prophetologium. 5, Lectiones Sabbati Sancti, éd. C. Høeg et G. Zuntz, Copenhague 1962 (Monumenta musicae byzantinae. Lectionaria 1, 5).

86 Kakoulidi, Ἡ βιβλιοθήκη (cité note précédente), p. 8.

87 Lake III 108 (pl. 185-186) ; Kakoulidi, Ἡ βιβλιοθήκη (cité n. 85), p. 17 ; Janin, La géographie ecclésiastique (cité n. 16), p. 426.

88 A. Cataldi Palau, Deux manuscrits de Ménées du monastère du Prodrome de Pétra et le groupe de Kokkinobaphos, dans The Legacy of Bernard de Montfaucon (cité n. 82), p. 107-132, ici p. 108-118, qui n’a pas tenu compte du témoignage du Panteleimonos 27, dont la date repousserait la fondation du monastère à 1071 ou ferait des événements de l’époque du patriarche Nicolas une refondation. Le rapport de Jean Mauropous avec Pétra est fondé sur le titre (détaillé mais tardif) de l’éloge du fondateur de Pétra, Baras, conservé dans le manuscrit Lesbos, Mone Leimonos 43 (fin du xiiie siècle), fol. 248 : Ἰωάννου μοναχοῦ καὶ ἀρχιδιακόνου τῆς καθ’ἡμᾶς ταύτης σεβασμίας μονῆς τῆς εἰς ὄνομα τιμωμένης τοῦ τιμίου ἐνδόξου προφήτου Προδρόμου καὶ Βαπτιστοῦ Ἰωάννους καὶ Πέτρας ἐπικεκλημένης, Μαυροπόδου, ἐγκώμιον εἰς τὸν ὅσιον καὶ θεοφόρον πατέρα ἡμῶν Βάραν. D’autre part, nous conservons une lettre de Psellos adressée à un père spirituel identifié à Mauropous, où le rapport de celui-ci avec Pétra semble certain : γένοιτό σοι ἡ Πέτρα, τιμιώτατε πάτερ, χωρίον ἐρίβωλον καὶ ἄρουρα πίειρα. Cf. P. Canart, Nouveaux inédits de Michel Psellos, REB 25, 1967, p. 43-60, ici p. 54 (no 6).

89 Lake V 176 (pl. 301, 310) et Vogel, Gardthausen, Die griechischen Schreiber (cité n. 84), p. 239 ; Kakoulidi, Ἡ βιβλιοθήκη (cité n. 85), p. 34 ; RGK II 309. Cyrille a, encore une fois, une « écriture perlée » légère et élancée, très personnalisée.

90 Ils ne sont pas les seuls : il y a d’autres higoumènes Nicolas dans des monastères plus modestes. Cf. Prosopography of the Byzantine World (http://www.pbw.kcl.ac.uk/).

91 Les textes sont complémentaires et les dimensions semblables : Athen. EBE gr. 20 : 250 × 200 mm ; Pantel. 27 : 275 × 205 mm ; Par. gr. 1617 : 250 × 195 mm.

92 Vogel, Gardthausen, Die griechischen Schreiber (cité n. 84), p. 140 ; RGK III 219.

93 Voir les diverses études réunies dans Studi sulla tradizione del testo di Isocrate, Florence 2003 (Studi e Testi per il Corpus dei Papiri Filosofici Greci e Latini 12) ; M. Menchelli, Il notaio Teodoro e l’Argumentum dell’Evagora tra gli scolî del Vat. gr. 65 (Λ). Estratti da un commentario neoplatonico su vita e opere di Isocrate, Atti e Memorie dell’Accademia Toscana di Scienze e Lettere la Colombaria 70, 2005, p. 65-92 ; S. Martinelli Tempesta, La tradizione manoscritta del Panegirico di Isocrate. Gli apografidel Vat. gr. 65 (Λ), Segno e Testo 5, 2007, p. 173-225.

94 Lake VIII 293, μονη ( ?) του αγιου Μεθοδειου ( ?), repris par Évangélatou-Notara, Σημειώματα, p. 57, 219. G. Mercati, P. F. De Cavalieri, Codices Vaticani Graeci. 1, Codices 1-329, Cité du Vatican 1923, p. 61, lisent τοῦ ἁγ… αρίου. Au début de la l. 4 du colophon, avant τοῦ ἁγίου Μάρκου, il y a un espace vide (suffisant pour quatre caractères) et une ligne oblique que Lake a interprétée comme le trait vertical de μ. On pourrait donc restaurer ἡμέρᾳ.

95 P. M. Pinto, Per la storia del testo di Isocrate. La testimonianza d’autore, Bari 2003 (Paradosis 6), p. 43 ; M. Fassino, L’Encomio di Elena e il Plataico di Isocrate. Studi sulla tradizione manoscritta e testo critico, con note filologiche al Plataico, thèse de doctorat, Milan, 2011, p. 25.

96 G. Pierleoni, Catalogus codicum graecorum Bibliothecae Nationalis Neapolitanae. 1, Rome 1962, p. 263-265 ; Vogel, Gardthausen, Die griechischen Schreiber (cité n. 84), p. 273 ; Lake IX 357 (pl. 660-662) ; Évangélatou-notara, Σημειώματα, p. 87, 129, 206 n. 3. La transcription du colophon donnée par Lake est si fantaisiste qu’elle ne s’explique que par une confusion partielle avec un autre manuscrit. Je remercie Felicia Toscano et le service de reproduction de la Biblioteca Nazionale di Napoli de m’avoir procuré cette image.

97 Un cas assez connu est celui du mégas droungarios Stéphanos, devenu le moine Syméon, et des problèmes soulevés par sa présence et celle de ses amis eunuques au Mont Athos : R. Morris, Symeon the Sanctified and the Re-Foundation of Xenophon, GRBS 33, 2009, p. 133-147. Michel Attaleiatès préfère que les moines du Panoiktirmon ne soient pas des « barbus » et cette préférence s’accorde avec l’origine administrative des membres de la communauté. Voir S. Tougher, ‘The Angelic Life :’ Monasteries for Eunuchs, dans Byzantine Style, Religion and Civilization. In Honour of Sir Steven Runciman, éd. E. Jeffreys, Cambridge 2006, p. 238-252, ici p. 244-247.

Table des illustrations

Légende Figure 1 - Acte de donation, décembre 984, Iviron (© Ass. Archives de l’Athos)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37723/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Figure 2 - Lavra Γ 112, fol. 307r (© droits réservés)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37723/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 649k
Légende Figure 3 - Acte du prôtos Nicéphore, 19 avril 1015, Iviron (© Ass. Archives de l’Athos)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37723/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Légende Figure 4 - Gregorius Nazianzenus, Orationes, Parisinus graecus 533, fol. 3v (© BnF)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37723/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 874k
Légende Figure 5 - Neapolitanus II. C. 26, fol. 255v (© Napoli, Biblioteca Nazionale)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37723/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 738k

Auteur

Instituto de Lenguas y Culturas
Consejo Superior de Investigaciones Científicas

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540