Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le saint, le moine et le paysan

 | 
Olivier Delouis
, 
Sophie Métivier
, 
Paule Pagès

« Choses de femme » et accès au crédit dans l’Égypte rurale sous les Omeyyades1

Arietta Papaconstantinou

Texte intégral

  • 1 Les abréviations pour les documents papyrologiques suivent les normes de la Checklist of Editions (...)
  • 1 A. Papaconstantinou, Les propriétaires ruraux en Palestine du Sud et en Égypte entre la conquête p (...)

1Il y a quelques années, Michel Kaplan m’a demandé de participer à l’un des séminaires du programme Élites rurales méditerranéennes au Moyen Âge, afin d’y intégrer les données de la riche documentation papyrologique1. La préparation de cette communication m’avait permis de constater qu’un des fondements de l’autorité et du pouvoir économique des élites rurales pendant le premier siècle après la conquête arabe était leur rôle de prêteurs à titre privé dans une micro-économie de crédit qui imprégnait la vie agricole locale. Cela n’est certainement pas une surprise pour ceux qui travaillent sur l’Europe préindustrielle, où ce phénomène a été abondamment étudié. Les spécialistes d’histoire de l’Égypte et du Proche-Orient de la première époque islamique n’ont en revanche jamais relevé ni la taille, ni l’importance socio-historique de cette économie de crédit rural. Ce fut pour moi un tournant, qui m’a ouvert de nouveaux horizons de recherche – et je voudrais offrir à son instigateur quelques réflexions sur un aspect particulier de ce système économique.

  • 2 S. von Reden, Money in Ptolemaic Egypt from the Macedonian Conquest to the End of the Third Centur (...)
  • 3 R. Bogaert, La banque en Égypte byzantine, Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik 116, 1997, p (...)
  • 4 T. Wilfong, The Archive of a Family of Moneylenders from Jême, Bulletin of the American Society of (...)
  • 5 Voir A. Papaconstantinou, A Preliminary Prosopography of Moneylenders in Early Islamic Egypt and S (...)
  • 6 Ead., Credit, Debt, and Dependence (cité note précédente).

2Attestée abondamment par les papyrus depuis l’époque ptolémaïque, l’économie du crédit n’a pas été étudiée avec la même intensité pour les différentes époques. Pour l’Égypte hellénistique on dispose depuis 2008 du livre de Sitta von Reden, et, pour la période romaine, la thèse ainsi que plusieurs articles de François Lerouxel ont renouvelé le sujet2. L’Antiquité tardive n’a soulevé qu’un intérêt plus réduit, avec des articles isolés réunissant les données, mais aucune étude d’ensemble3. Enfin, le sujet est presque vierge en ce qui concerne la première époque arabe, si ce n’est les pages consacrées par Terry Wilfong à Kolodjé, une prêteuse sur gage habitant le bourg rural de Djemé, sur laquelle je reviendrai plus longuement4. La période allant de la conquête arabe à la fin du viiie siècle a pourtant livré une documentation fort intéressante pour l’étude de ce sujet, permettant en particulier de repérer plusieurs pratiques sociales liées au crédit. Les recherches préliminaires que j’ai conduites font apparaître l’intérêt de cette documentation non seulement pour l’histoire financière et économique, mais aussi pour l’analyse des relations sociales et leur évolution, des structures hiérarchiques et des formes d’autorité qui régissent la société rurale5. La levée de la capitation en monnaie d’or après la conquête rend les paysans dépendants de ces membres de la communauté qui peuvent la leur prêter, avec un intérêt relativement élevé de 1/6, soit 16,67 %. Ces prêts de courte durée sont payables au moment des récoltes en monnaie, en biens en nature, en travail, ou en une combinaison des trois. L’incapacité de payer se constate à tous les niveaux, et se trouve à l’origine d’autres prêts, de transferts de propriété, de paiements par des garants, voire d’appels d’intervention à l’évêque6.

  • 7 Voir, par exemple, les articles de D. Lord Smail, J. Claustre et J. Sibon dans Objets sous contrai (...)
  • 8 The Social Life of Things : Commodities in Cultural Perspective, éd. A. Appadurai, Cambridge 1986  (...)

3Je voudrais ici me concentrer sur une forme particulière de la conversion de la valeur monétaire des prêts, qui pour le haut Moyen Âge oriental reste, faute de documentation, peu reconnue et encore moins étudiée, à savoir la mise en gage d’objets dans l’économie du crédit privé. Ce phénomène est reconnu par les historiens de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne comme un des facteurs principaux de la circulation des biens meubles7. Le sujet a aussi fait couler beaucoup d’encre sur le plan théorique, depuis les pages consacrées par Karl Marx à l’objet comme marchandise jusqu’aux réflexions plus récentes des anthropologues et historiens de l’art sur les itinéraires ou les « biographies » d’objets particuliers8. S’il est vrai que cette circulation est souvent le résultat d’un ou de plusieurs échanges marchands, les transferts d’autre nature, notamment la transmission en héritage, le don, la saisie ou le vol, attirent de plus en plus l’intérêt des chercheurs.

  • 9 La seule tentative de faire le bilan de nos connaissances sur la société de Djemé d’un point de vu (...)

4Pour l’Égypte le sujet reste peu abordé, ce qui pourrait surprendre compte tenu de la documentation abondante et variée relative aux objets, qui pour le haut Moyen Âge reste un cas unique. Les papyrologues se sont bien intéressés aux nombreux inventaires ou transactions contenant des objets, mais se sont concentrés surtout sur leur valeur lexicale et sémantique, cherchant avant tout à déterminer le sens des nombreux termes obscurs qui y apparaissent. Cette riche documentation mérite une étude d’ensemble tenant compte des problématiques historiques développées sur les objets. Mon propos ici, plus modeste, est de tenter une première approche socio-économique des documents produits à l’occasion de transactions de crédit sur gage, à travers le prisme de la circulation des objets, afin d’amorcer une véritable analyse des bases de la richesse et de l’autorité dans la société rurale égyptienne9.

  • 10 Voir en particulier R. Ago, Using Things as Money : An Example from Late Renaissance Rome, dans Al (...)

5Le crédit sur gage est généralement perçu comme une pratique de dernier ressort, et l’on considère dans l’ensemble que son développement est le signe d’une économie en difficulté. Cette conception est toutefois mise à mal par des travaux récents qui montrent que le crédit sur gage se pratique dans des sociétés et par des acteurs de statut économique très varié10. Il est vrai que dans les papyrus qui nous sont parvenus, les objets servent surtout à assurer des prêts de petite valeur, alors que les prêts plus importants sont plutôt assurés sur des biens immobiliers, ou contre la garantie d’un tiers tenu pour solvable ; il est vrai aussi que la région de l’ancienne Thèbes, d’où viennent la plupart de ces documents, est généralement considérée comme une des régions les moins riches de l’Égypte de la fin de l’Antiquité. Toutefois, ce jugement sur la région reste encore à démontrer sur pièces, et la surreprésentation du crédit sur gage à Djemé et ses environs ne reflète pas une situation endémique, mais le hasard des trouvailles, notamment la mise au jour des archives d’une famille de prêteurs sur plusieurs générations. Cet ensemble documentaire nous permet de disposer d’un ensemble diachronique et relativement cohérent, et de repérer ainsi des réseaux difficiles à identifier autrement, mais il faut garder à l’esprit que si cette maison n’avait pas été fouillée, Djemé ne sortirait guère de la norme. Par ailleurs, même dans cette région, le crédit sur gage représente une minorité des transactions globales de crédit.

6Les transactions impliquant des gages nous sont connues à travers plusieurs catégories de documents :

  • les reconnaissances de dette mentionnant des objets gagés (rarement détaillés) ;
  • les reconnaissances de retour des gages lorsque la dette a été remboursée ;
  • les transferts de propriété des gages suite à un défaut de paiement ;
  • les documents produits à la suite de litiges liés aux gages ;
  • et enfin, divers documents de nature moins claire qui semblent liés à des objets gagés.
  • 11 Wilfong, The Archive (cité n. 4) ; Id., Women of Jeme (cité n. 4).

7Comme je l’ai dit précédemment, une partie importante des documents provenant de Djemé, datés pour la plupart du viiie siècle – ou, pour certains, de l’extrême fin du viie –, fait partie des archives d’une famille de prêteurs dont on peut suivre la grand-mère Katharôn, son fils Hellô, sa fille Kolodjé et son mari Manassé, leur fils Peqosh, et enfin leur petit-fils Manassé11. Les textes sont écrits sur des ostraca dont la plupart ont été retrouvés dans le sous-sol d’une maison du bourg appartenant sans doute à la famille. On n’y a pas trouvé d’accumulation d’objets, mais cela n’a rien d’étonnant puisque Djemé a été abandonnée vers la fin du viiie siècle, et les habitants ont certainement emporté leurs objets de valeur, laissant derrière eux des ostraca avec des textes obsolètes.

  • 12 O.Medin.Habu 67.

8Le contrat de prêt habituel se présentait plus ou moins dans les termes suivants12 :

[…] Je te dois huit hêne de jute, que je te rendrai avant le 20 epeiph [14 juillet] de la première année. S’il devait arriver que la date prévue passe sans que je te les aie rendus, tu seras propriétaire de mes gages, de sorte que je ne pourrai plus jamais te les demander. Moi, Athanase, fils du bienheureux Papnouté, je suis témoin. Jean, fils d’Isaac, je suis témoin.

9En général, la raison de l’emprunt n’est pas notée et on décrit les objets déposés de manière globale comme ἐνέχυρα (gages), sans en donner le détail. Même si la plupart des documents qui nous sont parvenus viennent de transactions différentes, ils représentent diverses étapes d’une transaction-type. Aussi, la disproportion entre le petit nombre de ces reconnaissances de dette initiales et celui, plus grand, des documents mentionnant des cessions ou retours de gages, fait penser que souvent l’accord de prêt initial ne mentionnait pas les éventuels objets laissés comme sécurité.

  • 13 P.Mon. Epiph. 94.
  • 14 O.Vind.Copt. 181.
  • 15 O.Medin.Habu 70.

10Les quelques documents certifiant le retour des objets gagés après acquittement du prêt sont eux aussi peu bavards sur la nature de ces objets. Elias et Isaac, par exemple, signent une déclaration selon laquelle ils ont payé tout ce qu’ils devaient et ont reçu (du prêteur) tout ce qui « était dans sa possession », sauf vingt-quatre [ ? – le mot manque]13. Un nommé Jot, fils de Tsanna et Kyriakos, écrit à Tsanna (vraisemblablement sa mère) pour demander le retour de ses objets (σκεύη) car « l’intérêt a été payé »14. Un peu plus élaborée, la déclaration faire par Pia, fille de Pélatos, donne quelques renseignements supplémentaires15 :

Moi, Pia, fille de Pélatos, la femme de Petemout, écris à Péqosh, fils de Manassé, l’homme de Djemé, disant : j’ai déposé des gages avec toi, notamment vingt-deux articles de textile et quinze articles de récipients en bronze. Maintenant tu me les as rendus et je n’ai plus d’affaire avec toi, ni aucun de mes enfants non plus. Moi, Pia, fille de Pélatos, je consens à tout ce qui est écrit sur cet ostracon. Moi, Jérémie, fils de Samuel, j’ai écrit ce document le 18 paone [12 juin], sous Daniel.

11Bien que les objets ne soient pas détaillés, on retrouve dans ce texte les deux principales catégories que l’on dépose dans le cadre de prêts : des textiles et des objets en métal. Par ailleurs, ce document reflète un autre trait de cette microéconomie de crédit, à savoir la présence relativement élevée des femmes.

  • 16 O.Medin.Habu 73.

12Ce sont les documents de transfert de gages suite à un défaut de remboursement de la dette qui donnent le plus de précisions. On trouve plusieurs exemples où un objet de vaisselle en argent est déposé contre un prêt inférieur à un solidus, mais aussi des transactions plus importantes, où des sommes plus élevées sont prêtées contre un ensemble d’objets mis en gage. Il n’est pas toujours facile de déduire le sens de certains termes qui apparaissent dans ces textes, mais on y retrouve aussi un certain nombre d’objets attendus16.

Moi, Léontios, fils d’Athanasios, l’homme de Djemé, j’écris à Kolodjé, fille de Phello, la femme de Djemé, dans le district d’Ermont. J’ai déposé quelques gages chez toi pour 4 solidi. Les gages déposés sont un collier en or, deux robes (καρακάλλιον), et deux couvertures (λῶδιξ). Ces choses que j’ai déposées chez toi comme gages, je n’ai plus de pouvoir sur elles maintenant. Je ne peux plus procéder contre toi au sujet de ces gages, plus jamais, ni moi, ni aucun de mes frères, ni aucun héritier appartenant à ma famille, ni aucun homme agissant en tant que mon représentant. Quiconque aurait l’intention de procéder contre toi au sujet de ces gages, devra donner une once d’or comme amende, puis viendra prendre connaissance de ce document de renonciation (ἀποταγή). Moi, Léontios, je consens à cette renonciation. Moi, Jérémie, fils de Samuel, Léontios m’a demandé, et j’ai écrit cette renonciation de ma propre main, le 19 paone [13 juin], sous Abraham, fils de Daniel, lashane de Djemé, et je suis témoin. Ezekiel, fils de Shai, témoin ; Kyriakos, fils de Joseph, le prêtre, témoin ; Aitheopos, fils de Paul, témoin.

  • 17 O.Medin.Habu 72 et 96.
  • 18 O.Brit.Mus.Copt. I, pl. LXXVIII 2.
  • 19 O.Brit.Mus.Copt. I, pl. LXXX 2.
  • 20 Au xvie siècle, à Rome, une mère qui a déposé des objets en gage les laisse en héritage à une égli (...)

13On voit ici de nouveau l’importance des textiles, ainsi que d’une catégorie particulière d’objets en métal, les bijoux. Leur importance est confirmée par plusieurs autres documents qui attestent le transfert de chaînes en or17, ainsi que d’une chaîne en argent18. Dans un autre document, deux femmes d’Apé, Maria, fille de Terheu, et Tsibla, probablement sa sœur, renoncent aux objets en argent gagés par leur mère pour trois solidi auprès d’un nommé Solomon. Parmi ces objets on trouve un μυροθήκιον (récipient à parfum), de la vaisselle en argent et plusieurs bagues19. On sait par des testaments que les parents laissaient aussi leurs dettes à leurs enfants, ce qui semble être le cas ici20.

  • 21 O.Medin.Habu 93.

14Les documents produits à la suite de litiges sont enfin parmi les plus intéressants, car ils reflètent des cas plus variés. Parmi les ostraca trouvés dans la maison de Kolodjé, par exemple, se trouve le texte suivant21 :

Par ce lieu saint qui est ici, à propos de ce collier en or (déposé comme gage) pour deux solidi : je n’ai rien enlevé de la chaîne, pour ces deux solidi d’or et leur intérêt.

  • 22 O.Medin.Habu 151 ; voir Wilfong, Women of Jeme (cité n. 4), p. 124.

15La tentation d’enlever, à l’occasion, des maillons de chaînes en or devait en effet être grande chez les prêteurs sur gage. Elle revenait, finalement, à augmenter subrepticement l’intérêt du prêt. L’affaire ici est réglée par un serment prêté dans une église, une procédure qui était courante lorsqu’il fallait faire l’équivalent d’une déclaration sur l’honneur. Un autre document mentionnant Kolodjé permet aussi d’entrevoir des difficultés : il s’agit d’une déclaration de règlement d’un prêt d’un solidus. L’emprunteur, un certain Pahatré, envoie un homme pour récupérer les objets gagés. Tout ne semble pas être en ordre pourtant, car il proteste qu’il est « quelqu’un », et demande à Kolodjé de ne pas aller au tribunal22.

  • 23 SPP III 343 (viiie s., Hérakléopolis).

16Ce genre de litiges n’était évidemment pas rare, ni, on s’en doute, spécifique à la région thébaine. Un document grec rédigé à la même époque dans le nome héracléopolite, beaucoup plus au nord, fait état d’un cas unique dans la documentation, mais sans doute moins dans la réalité. L’emprunteur, dont seul le patronyme – Georges – et l’origine – le village de Thelbô – sont conservés, avait accusé le prêteur d’avoir prétendu que les objets laissés en gage avaient été achetés, et d’avoir refusé de les lui rendre. L’affaire étant arrivée devant un magistrat, le prêteur, le clarissime riparios Flavius Paul, a eu gain de cause après avoir prêté serment dans l’église. En conséquence, l’emprunteur, d’un statut nettement moins élevé et originaire d’un village, non seulement dut abandonner ses objets, mais aussi payer une amende de 12 solidi en or. Il est clair que dans ce cas on a affaire à un prêt d’une certaine valeur, peut-être 6 solidi (les amendes sont souvent le double du prêt), et par conséquent à des objets certainement assez précieux23. Ceci est confirmé par le fait que le document est rédigé par un notaire et signé par trois témoins, dont deux diacres.

17On note encore une fois le rôle joué par le serment dans l’église, et ce même lors d’une procédure formelle gérée par un magistrat. La présence de deux témoins issus du clergé pourrait être en rapport avec cette sanction ecclésiastique du serment, mais pas nécessairement, car les clercs sont nombreux à signer comme témoins, même dans des documents sans rapport avec un établissement ecclésiastique.

18Plusieurs documents suggèrent aussi que les objets gagés pouvaient être à l’origine de certains trafics, dont la nature n’est pas toujours transparente faute de contexte. Les emprunteurs avaient besoin de ces objets et les empruntaient à des amis ou à la famille. Les prêteurs les déposaient chez des tiers, parfois membres de la famille, pour des raisons peu claires – peut-être pour obtenir eux-mêmes les sommes d’argent qu’ils prêtaient.

  • 24 SB Kopt. III 1306.
  • 25 O.Crum 472.
  • 26 S. Bacot, Avons-nous retrouvé la grand-mère de Kolw∂e ?, dans Ägypten und Nubien in spätantiker un (...)

19Un cas intéressant est celui d’une femme du nom de Tsia, qui semble avoir maintenu une sorte de banque d’objets laissés en dépôt24. On conserve, par exemple, une liste des objets (σκεύη) présents dans un coffre qu’elle donne à un certain Théodore « en accord avec les documents qu’il lui a apportés ce jour »25 ; il s’agit d’un chaudron, d’un pot de cuisine, d’un couteau, de deux papyrus, d’un récipient, de quatre cornes, d’un fichu (φακιάλιον), d’une pelle, de trois serviettes, d’un tissu en lin, et de plusieurs objets dont le nom n’est pas conservé. Aucune attestation directe ne montre Tsia engagée dans des opérations de prêt proprement dites, mais on peut rapprocher son activité de celle de la famille de Kolodjé avec laquelle elle était en relation. Elle est mentionnée, par exemple, dans un document conservé au musée du Louvre, où on la voit en rapport avec une femme du nom de Katharôn, sans doute la grand-mère de Kolodjé26.

Moi, Psaté de Santbt, lashane, écris à Iakôb : comme Katharôn allait à Fossaton, elle a rencontré Soua ; elle s’est renseignée sur […] ; il a répondu : « Ils sont chez Tsia ».
(A) chas a été au sud ; il les a trouvés, ainsi que les deux hkô, c’est-à-dire un lakôn de viande et un lakôn d’huile et aussi des objets (σκεύη) chez Tsia. À présent voici que Katharôn est revenue au sud. Envoie-les moi de sa part. Dès que vous irez au nord et trouverez un témoin en ce qui concerne Paham, je prendrai (en garantie) vos objets pour vous, d’une manière satisfaisante.

  • 27 Ibid., trad. p. 243.

20Le même Jacob a aussi reçu une lettre de Katharôn concernant l’huile et la viande mentionnés dans la lettre précédente27 :

Moi, Katharôn, écrivant à Iakôb, le fils de Charisia : étant donné qu’un lakôn de viande et un lakôn d’huile sont arrivés entre mes mains, si quelqu’un vient de ta part à leur sujet je suis prête à les lui remettre.

21L’éditrice comprend ces textes de la manière suivante : Jacob et Paham ont emprunté de l’argent à Psaté. Celui-ci attend des objets en gage, et Katharôn est chargée de les trouver. Elle apprend de Soua qu’ils sont déposés chez Tsia. Psaté acceptera les objets si les deux débiteurs ont un bon témoin (un garant ?). La présence de l’huile et de la viande est moins claire, mais peut bien refléter la tendance, commune dans les papyrus, à traiter plus d’une affaire par document. Ils peuvent aussi représenter l’intérêt du prêt, souvent payé en nature. Rien n’empêche, enfin, qu’ils aient servi de gages pour un prêt de courte durée, surtout si la « viande » était de la viande salée, auquel cas son temps de conservation permettait cette utilisation. Cette dernière hypothèse est rendue probable par le deuxième document, par lequel Katharôn promet de les rendre à Jacob, un des emprunteurs.

  • 28 P.Mon.Epiph. 544.
  • 29 L’éditeur note que le document est écrit par la même personne que deux autres textes sans aucun ra (...)

22On retrouve Katharôn dans un autre document qui enregistre des entrées et sorties d’objets28 : un certain Apollô apporte des « objets domestiques » et emporte quelque chose pour Menas, et un candélabre pour Katharôn. L’entrée suivante note la venue d’un nommé Moïse, qui vient avec un homme de Peshenai pour prendre « l’autre » pour « le lui donner », sur instruction de son père. Les « deux autres plats », dit l’entrée, sont toujours là. Il semble, encore une fois, que l’on a affaire à une personne qui tient en dépôt des objets pour des tiers, sans doute des gages, mais peut-être aussi des objets liés à des transactions d’autre nature. Le nom du propriétaire de ce registre n’est pas conservé, mais on peut bien imaginer Tsia dans ce rôle29.

  • 30 O.Medin.Habu 84.

23Un autre document indique que Péqosh, le fils de Kolodjé et arrière-petit-fils de Katharôn, gardait lui aussi des objets en dépôt chez lui30 :

La robe de femme, les deux récipients, et cinq vêtements sont à la maison de Péqosh, en commun, jusqu’à ce qu’on les demande.

24Il est évidemment difficile de se prononcer sans équivoque sur le sens de documents de cette nature, de même que sur celui des nombreux inventaires d’objets divers que l’on trouve parmi les papyrus qui nous sont parvenus. En regardant de plus près les objets mentionnés on retrouve dans l’ensemble les mêmes groupes : des textiles, des objets de métal divers et des bijoux. Dans quelques cas rares on voit apparaître d’autres biens dans ces transactions, tel le chameau cédé par un certain Jonas au moine apa Philotheos contre un solidus qu’il ne peut rembourser, ou les denrées alimentaires citées ci-dessus.

25Une étude exhaustive de la circulation des objets nécessiterait le traitement des objets dans les héritages, ventes, donations et inventaires, ce qui dépasse de loin mon objectif ici. Toutefois, même le domaine limité des gages pour prêt permet de faire plusieurs observations sur la communauté de Djemé et de son territoire.

  • 31 J. Claustre, Objets gagés, objets saisis, objets vendus par la justice à Paris (xive-xve siècles), (...)

26Tout d’abord, on notera l’utilisation des objets comme moyens d’obtenir rapidement de l’argent. Cette utilisation des objets comme équivalent monétaire est signalée à plusieurs reprises là où la documentation le permet, à savoir à partir de la fin du Moyen Âge en Italie, en France et en Angleterre, mais aussi en Inde contemporaine31. Thésauriser sous forme d’objets rapidement convertibles en numéraire apparaît comme une pratique qui fait concurrence au recours à l’épargne monétaire. Cela est généralement expliqué par la relative rareté de l’argent liquide, ou du moins de sa circulation sociale et géographique inégale, dans des sociétés où la liquidité est néanmoins nécessaire pour certaines opérations.

  • 32 Ago, Using Things as Money (cité n. 10), p. 44 et passim.
  • 33 Voir l’article classique de D. Graeber, Beads and Money : Notes towards a Theory of Wealth and Pow (...)

27On classe habituellement les objets dans deux grandes catégories, ceux qui ont une valeur d’usage et ceux qui ont une valeur marchande. On garde les premiers et on échange les seconds, de sorte que les premiers fonctionnent comme une fin en soi, alors que les seconds fonctionnent comme des moyens pour atteindre une fin32. On peut évidemment préciser le contenu de ces catégories. Parmi les objets que l’on garde, on trouvera des instruments de production, tels des outils agricoles, et des objets quotidiens utiles ; on utilisera plus volontiers pour leur valeur marchande des objets d’apparat, servant à la parure personnelle ou à l’étalage de richesse domestique, tels les bijoux ou la vaisselle d’argent33.

  • 34 Papaconstantinou, Credit, Debt and Dependence (cité n. 5).
  • 35 Faustilla : CIL 4, 4528, 8203, 8204 ; Rome : Ago, Using Things as Money (cité n. 10) ; Paris : Cla (...)

28Les objets cités ci-dessus ne font pas exception à ce schéma. On y retrouve les bijoux et autres objets en métal précieux, dont l’utilité pratique en dehors du capital symbolique qu’ils conféraient était nulle. On est toutefois aussi frappé par la quantité de textiles de toute nature qui font partie des listes de gages. Comme pour les bijoux, ceci est à mettre en relation avec la plus grande présence des femmes dans l’économie du crédit sur gage : alors qu’elles forment à peine 10 % du nombre total des créditeurs, elles représentent environ 30 % des prêteurs sur gage34. De même, les femmes empruntent plus volontiers sur gage, et préfèrent souvent les femmes comme créditrices. Ce phénomène paraît être une constante dans les sociétés préindustrielles de la Méditerranée et de l’Europe. De Faustilla, prêteuse sur gage à Pompéi où elle faisait parfois ses comptes sur les murs des tavernes, à la bonne société romaine de la Renaissance, en passant par Paris à la fin du Moyen Âge35, les femmes s’engagent dans une économie de l’objet rapidement convertible en numéraire qui, si elle n’est pas souterraine, peut tout de même fonctionner parfois dans des circuits parallèles et difficilement quantifiables.

  • 36 Voir J. Beaucamp, Organisation domestique et rôles sexuels : les papyrus byzantins, DOP 47, 1993, (...)
  • 37 Wilfong, Women of Jeme (cité n. 4), p. 128.
  • 38 Lerouxel, Les femmes sur le marché du crédit (cité n. 2) ; J. Beaucamp, Le statut de la femme à By (...)

29Cette situation n’est pas étonnante compte tenu des régimes matrimoniaux de cette aire culturelle. Les femmes avaient un accès limité à l’argent liquide, mais un accès très facile aux objets. Ces derniers étaient soit, comme on l’a souvent remarqué, ceux qui constituaient leur trousseau dotal, soit ceux qu’elles produisaient ellesmêmes, notamment les textiles. Cette industrie domestique et féminisée était fort développée en Égypte36, et permettait une accumulation de pièces que l’on pouvait mettre de côté comme monnaie d’échange en cas de besoin urgent d’argent liquide – ou transformer en biens dotaux au moment du mariage d’une fille. Contrairement aux femmes de la bonne société romaine à la Renaissance, les femmes de Djemé ne mettaient sans doute pas des articles de leur trousseau en gage pour s’acheter des robes de bal, mais pour subvenir à des besoins plus essentiels – ou du moins plus provinciaux. En général, les documents liés au crédit ne mentionnent pas la raison des emprunts, si ce n’est dans le cas de ceux contractés pour payer la capitation, à laquelle les femmes n’étaient toutefois pas soumises. Il est frappant, néanmoins, que les femmes empruntent toujours de l’argent liquide, alors que les hommes empruntent aussi bien de l’argent que des biens en nature, en particulier des graines pour les semailles. Noté par Wilfong à propos de Kolodjé37, ce trait semble avoir été constant depuis l’époque romaine et pendant l’Antiquité tardive38.

  • 39 CPR IV 78 (viiie s., Hermopolis) : un homme de Shmoun (Hermopolis) a mis en gage auprès d’un monas (...)
  • 40 Fontaine, The Exchange of Second-hand Goods (cité n. 10).
  • 41 P.KRU 76, 40-41.
  • 42 T. Wilfong, Women’s things and Men’s Things : Notes on Gender and Property at Jeme, Bulletin of th (...)

30Les biens dotaux n’étaient évidemment pas utilisés de cette manière pour la seule consommation féminine : ils étaient aussi mis au service des besoins de la maison, et on voit parfois des hommes gager des objets appartenant à leur épouse ou à leur mère pour pouvoir emprunter une somme39, comme à Paris, à l’époque moderne, on voit les biens des femmes partir comme gages, voire être vendus, pour payer les dettes de jeu de leur mari ou leur fils40. Les biens en question sont par ailleurs identifiés comme biens féminins par ceux qui s’en servent, qu’ils soient hommes ou femmes. Ceci est exprimé très clairement par l’expression « mes choses de femme » trouvée dans le testament d’une certaine Susanna, qui les laisse à ses héritiers féminins, alors qu’elle laisse les « choses d’homme » qu’elle possède à ses héritiers masculins41. Wilfong, qui s’est penché sur ce texte, note que les choses « de femme » détaillées dans le document sont des vêtements et des récipients, et les « choses d’homme » plutôt des boîtes, des outils et des lampes42, de sorte que les objets « féminins » correspondent assez bien avec ceux que l’on retrouve dans les transactions de crédit. Wilfong ignore la suite du document, où Susanna laisse ses bijoux, trois chaînes et trois pectoraux en argent, à ses héritiers masculins : ceux-ci sont toutefois explicitement destinés à leurs épouses – donc aussi considérés comme des « choses de femme ».

31Tous ces biens « de femme » – textiles, bijoux et récipients en métal – entrent donc pour la plupart dans la catégorie des biens d’apparat, et sont de ce fait particulièrement appropriés pour l’usage qu’on en faisait, proche d’une fonction monétaire associant thésaurisation et circulation. Ils sont à la base d’une économie de crédit informelle dans laquelle les femmes sont des actrices centrales, aussi bien comme créditrices que comme débitrices. Reste à déterminer le degré d’autonomie économique que cela pouvait donner aux femmes à cette époque, en particulier dans un cadre plus large que celui d’une communauté rurale restreinte comme Djemé. L’aperçu offert par la documentation exceptionnelle de cette région soulève la question plus générale du rôle et du statut des objets dans l’économie égyptienne de la première époque islamique et ses éventuelles évolutions ou variations régionales. Pour y répondre il faudra amorcer une étude d’ensemble de la circulation des objets par d’autres moyens, de leur valeur monétaire absolue et relative dans des contextes divers, et une analyse plus fine des diverses catégories d’objets et de leurs fonctions respectives. La production textile et la circulation des métaux (et leur fonte et remise en circulation) à cette époque restent à étudier. Le dossier et les quelques réflexions présentés ici montrent l’intérêt qu’il y aurait à poursuivre ce genre de recherche pour une meilleure compréhension des sociétés rurales dans les provinces du califat.

Notes

1 A. Papaconstantinou, Les propriétaires ruraux en Palestine du Sud et en Égypte entre la conquête perse et l’arrivée des Abbassides, dans Élites rurales méditerranéennes, éd. L. Feller, M. Kaplan et C. Picard (= MEFRM 124, 2012), p. 405-416 ; séminaire complet p. 287-545.

2 S. von Reden, Money in Ptolemaic Egypt from the Macedonian Conquest to the End of the Third Century BC, Cambridge 2008 ; F. Lerouxel, Le marché du crédit privé dans le monde romain d’après les documents de la pratique (Égypte et Campanie), thèse de doctorat, EHESS, 2008 ; Id., La banque privée romaine et le marché du crédit dans les tablettes de Murecine et les papyrus d’Égypte romaine, dans Pistoi dia tèn technèn. Bankers, Loans and Archives in the Ancient World : Studies in Honour of Raymond Bogaert, éd. K. Verboven, K. Vandorpe et V. Chankowski, Louvain 2008 (Studia Hellenistica 44), p. 169-197 ; Id., Les femmes sur le marché du crédit en Égypte romaine (30 avant J. C.-284 après J.-C.), Cahiers du Centre de recherches historiques 37, avril 2006, p. 121-136 ; Id., Le marché du crédit privé, la bibliothèque des acquêts et les tâches publiques en Égypte romaine, Annales HSS 67, 2012, p. 943-976 ; Id., Des prêts sans intérêt ? Le taux d’intérêt à Oxyrhynchos avant 79 après J.-C., Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik 181, 2012, p. 161-173.

3 R. Bogaert, La banque en Égypte byzantine, Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik 116, 1997, p. 85-140 ; T. Markiewicz, The Church, Clerics, Monks and Credit in the Papyri, dans Monastic Estates in Late Antique and Early Islamic Egypt : Ostraca, Papyri, and Essays in Memory of Sarah Clackson (P. Clackson), éd. A. Boudh’hors, J. Clackson, C. Louis et P. Sijpesteijn, Cincinnati 2009 (American Studies in Papyrology 46), p. 178-204. La thèse de doctorat de Herbert Preissner reste descriptive et aurait besoin d’une importante mise à jour : H. Preissner, Das verzinsliche und das zinslose Darlehen in den byzantinischen Papyri des 6./7. Jh., Jur. Diss., Erlangen, 1956.

4 T. Wilfong, The Archive of a Family of Moneylenders from Jême, Bulletin of the American Society of Papyrologists 27, 1990, p. 169-181 ; Id., Women of Jeme. Lives in a Coptic Town in Late Antique Egypt, Ann Arbor 2002, chap. 5, « Koloje the Moneylender and Other Women in the Economy of Jeme », p. 117-149.

5 Voir A. Papaconstantinou, A Preliminary Prosopography of Moneylenders in Early Islamic Egypt and South Palestine, TM 16 (Mélanges Cécile Morrisson), 2011, p. 631-648 ; Ead., Credit, Debt, and Dependence in Early Islamic Egypt and Southern Palestine, dans Authority and Control in the Countryside, éd. A. Delattre, M. Legendre et P. Sijpesteijn, Princeton, sous presse ; Ead., Les propriétaires ruraux en Palestine du Sud (cité n. 1).

6 Ead., Credit, Debt, and Dependence (cité note précédente).

7 Voir, par exemple, les articles de D. Lord Smail, J. Claustre et J. Sibon dans Objets sous contrainte. Circulation des richesses et valeur des choses au Moyen Âge, éd. L. Feller et A. Rodríguez, Paris 2013 (Histoire ancienne et médiévale 120, Série du LAMOP 1).

8 The Social Life of Things : Commodities in Cultural Perspective, éd. A. Appadurai, Cambridge 1986 ; D. Graeber, Toward an Anthropological Theory of Value : The False Coin of Our Own Dreams, New York 2001.

9 La seule tentative de faire le bilan de nos connaissances sur la société de Djemé d’un point de vue socio-historique est la courte synthèse de C. Wickham, Framing the Early Middle Ages : Europe and the Mediterranean, 400-800, Oxford 2005, p. 419-428, dans laquelle l’auteur appelle de ses vœux une étude plus approfondie de la documentation existante.

10 Voir en particulier R. Ago, Using Things as Money : An Example from Late Renaissance Rome, dans Alternative Exchanges : Second-hand Circulations from the Sixteenth Century to the Present, éd. L. Fontaine, New York/Oxford 2008 (International Studies in Social History 10), p. 43-60 ; L. Fontaine, The Exchange of Second-hand Goods between Survival Strategies and “Business” in Eighteenth-century Paris, ibid., p. 97-114.

11 Wilfong, The Archive (cité n. 4) ; Id., Women of Jeme (cité n. 4).

12 O.Medin.Habu 67.

13 P.Mon. Epiph. 94.

14 O.Vind.Copt. 181.

15 O.Medin.Habu 70.

16 O.Medin.Habu 73.

17 O.Medin.Habu 72 et 96.

18 O.Brit.Mus.Copt. I, pl. LXXVIII 2.

19 O.Brit.Mus.Copt. I, pl. LXXX 2.

20 Au xvie siècle, à Rome, une mère qui a déposé des objets en gage les laisse en héritage à une église, avec obligation faite à ses enfants de rembourser le prêteur pour les récupérer.

21 O.Medin.Habu 93.

22 O.Medin.Habu 151 ; voir Wilfong, Women of Jeme (cité n. 4), p. 124.

23 SPP III 343 (viiie s., Hérakléopolis).

24 SB Kopt. III 1306.

25 O.Crum 472.

26 S. Bacot, Avons-nous retrouvé la grand-mère de Kolw∂e ?, dans Ägypten und Nubien in spätantiker und christlicher Zeit. Akten des 6. Internationalen Koptologenkongresses. Münster, 20.-26. Juli 1996. 2, Schrifttum, Sprache und Gedankenwelt, éd. S. Hemmel et al., Wiesbaden 1999, p. 241-248 (trad. p. 242).

27 Ibid., trad. p. 243.

28 P.Mon.Epiph. 544.

29 L’éditeur note que le document est écrit par la même personne que deux autres textes sans aucun rapport avec ce genre de transaction, et internes au monastère d’Épiphane (un des grands monastères de la région, ayant livré plusieurs centaines de documents). Il s’agit toutefois d’une appréciation paléographique et de ce fait nécessairement peu certaine.

30 O.Medin.Habu 84.

31 J. Claustre, Objets gagés, objets saisis, objets vendus par la justice à Paris (xive-xve siècles), dans Objets sous contrainte (cité n. 7), p. 385-402 ; A. Rodríguez, Conclusions, ibid., p. 419-428 ; Fontaine, The Exchange of Second-hand Goods (cité n. 10) ; Ago, Using Things as Money (cité n. 10) ; D. Hardiman, Usury, Dearth and Famine in Modern India, Past and Present 152, 1996, p. 113-156.

32 Ago, Using Things as Money (cité n. 10), p. 44 et passim.

33 Voir l’article classique de D. Graeber, Beads and Money : Notes towards a Theory of Wealth and Power, American Ethnologist 23, 1996, p. 4-24, et du même, Toward an Anthropological Theory of Value (cité n. 8), qui reprend et discute en détail le débat sur la valeur des objets, à partir de Marx jusqu’aux théories récentes de la consommation.

34 Papaconstantinou, Credit, Debt and Dependence (cité n. 5).

35 Faustilla : CIL 4, 4528, 8203, 8204 ; Rome : Ago, Using Things as Money (cité n. 10) ; Paris : Claustre, Objets gagés, objets saisis (cité n. 31).

36 Voir J. Beaucamp, Organisation domestique et rôles sexuels : les papyrus byzantins, DOP 47, 1993, p. 185-194. Dans P. KRU 27 (ca 730), on voit un homme vendre pour un solidus un métier à tisser ayant appartenu à sa mère, avec toute son installation, qui, d’après la description, était un véritable atelier dans un bâtiment séparé.

37 Wilfong, Women of Jeme (cité n. 4), p. 128.

38 Lerouxel, Les femmes sur le marché du crédit (cité n. 2) ; J. Beaucamp, Le statut de la femme à Byzance (4e -7e siècle). 2, Les pratiques sociales, Paris 1992 (TM, Monogr. 6), p. 235-236 et 244-247.

39 CPR IV 78 (viiie s., Hermopolis) : un homme de Shmoun (Hermopolis) a mis en gage auprès d’un monastère un objet ayant appartenu à sa mère ; CPR IV 80 (viiie s., Hermopolis) : apa Kyri emprunte un tremis avec sa mère, sans doute propriétaire des objets laissés en gage ; O.Medin.Habu 69 (viiie s., Djemé) : Abraham et sa femme renoncent à une chaîne en argent, appartenant vraisemblablement aussi à l’épouse.

40 Fontaine, The Exchange of Second-hand Goods (cité n. 10).

41 P.KRU 76, 40-41.

42 T. Wilfong, Women’s things and Men’s Things : Notes on Gender and Property at Jeme, Bulletin of the American Society of Papyrologists 40, 2003, p. 213-221, ici p. 214.

Notes de fin

1 Les abréviations pour les documents papyrologiques suivent les normes de la Checklist of Editions of Greek, Latin, Demotic and Coptic Papyri, Ostraca and Tablets, régulièrement mise à jour à l’adresse http://library.duke.edu/rubenstein/scriptorium/papyrus/texts/clist.html. Cette recherche a été facilitée par un Forschungsstipendium de la Gerda Henkel Stiftung.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540