Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le saint, le moine et le paysan

 | 
Olivier Delouis
, 
Sophie Métivier
, 
Paule Pagès

Un peu de l’or de Byzance. Le trésor de Pınarbaşı en Cappadoce (enfoui vers 654)1

Sophie Métivier et Cécile Morrisson

Texte intégral

  • 1 Nous prions Monsieur Hamdi Biçer, directeur du musée de Kayseri, de trouver ici l’expression de nos (...)
  • 1 S. Métivier, V. Prigent, La circulation monétaire dans la Cappadoce byzantine d’après les collectio (...)

1Au cours de ses recherches en Cappadoce, la première d’entre nous put inventorier les monnaies byzantines du musée de Kayseri. Les monnaies de bronze de ce musée, ainsi que celles du musée de Niğde, firent l’objet d’une première étude sur la circulation monétaire dans la Cappadoce byzantine1. Nous sommes heureuses d’offrir à Michel Kaplan, historien de l’économie rurale et urbaine qui connaît bien la valeur de la monnaie et de « l’or de Byzance », ce trésor inédit qui vient combler une lacune de la documentation anatolienne très pauvre pour cette période.

  • 2 DHGE, t. 4, s.v. Ariarathia, col. 115-116 (R. Janin). TIB 2, p. 151 (Ariaratheia).
  • 3 G. Fedalto, Hierarchia Ecclesiastica Orientalis. Series episcoporum ecclesiarum christianarum orien (...)
  • 4 Notitiae episcopatuum Ecclesiae Constantinopolitanae, éd. J. Darrouzès, Paris 1981 (Géographie eccl (...)

2Les informations sur sa provenance sont très succinctes ; qu’il s’agisse vraisemblablement d’un trésor est déduit du fait que ce lot homogène porte des numéros d’inventaire consécutifs, groupés par type, et parfois inscrits à l’encre de Chine au revers de l’un ou l’autre exemplaire : 2344/1 à 2344/17 pour les solidi de Constant II imberbe, 2345/1 à 2345/8 pour les solidi de Constant II à la barbe courte, 2346/1 à 2346/8 pour les solidi de Constant II à la barbe longue, 2347 pour l’unique solidus à la barbe pointillée, 2348/1 à 2348/4 pour les solidi d’Héraclius avec ses deux fils. La première monnaie de la série (2344/1) est inscrite dans le cahier d’inventaire comme provenant de Pınarbaşı, site de l’ancienne Ariaratheia, à 80 km à l’est de Kayseri2 (figure 1). Cet évêché suffragant de Mélitène (province d’Arménie I au viie siècle) est fort mal attesté : un seul de ses titulaires nous est connu, Akakios, entre 431 et 4583. Ariaratheia n’est ensuite mentionnée que dans le Synekdèmos de Hiéroklès, la novelle XXXI de Justinien et les notices épiscopales4.

Image 10000000000002B9000001F0F6BCBD9CEFCA3138.jpg

Figure 1 - Les trésors monétaires d’or anatoliens de l’époque de Constant II

3Le trésor compte 36 solidi, soit une demi-livre d’or, pour un poids total de 156,96 g et sa composition est la suivante (voir le catalogue détaillé in fine, p. 515) :

  • Héraclius et ses 2 fils : 4 solidi (nos 1-4) (dont un avec Héraclonas non couronné ; 632-638) ;

  • Constant II imberbe : 17 solidi (nos 5-21) ;

  • Constant II barbe courte (pointillée) : 1 solidus (no 22) ;

  • Constant II barbe courte (normale) : 8 solidi (nos 23-30) ;

  • Constant II barbe longue : 6 solidi (nos 31-36) (651/652-654).

  • 5 Les cérémonies de l’élévation d’Héraclonas du césarat à l’augustat sont décrites dans le De Cerimon (...)
  • 6 MIB nos 45-47.
  • 7 G. Bijovsky, A Hoard of Byzantine solidi from Bet She’an in the Umayyad Period, Revue numismatique (...)

4Quelques observations numismatiques tout d’abord sur les quelques inédits ou quasi inédits que compte le trésor : le no 1 d’Héraclius avec Héraclonas sans couronne, mais grand et non enfant, peut être placé, vu la date indictionnelle qu’il porte dans le champ, à la fin de cette émission que les sources textuelles permettent de dater du césarat d’Héraclonas entre le 1er janvier 632 et le 3 juillet 6385. Ce type manque au répertoire par ailleurs si complet de Wolfgang Hahn, qui ne connaît avec la marque de la onzième indiction que des solidi d’Héraclonas auguste, avec la couronne6. Le no 5 est un solidus de Constant II avec CONOBK à l’exergue connu seulement, dans les ouvrages de référence, pour le type précédent qui représentait le jeune empereur de douze ans portant une couronne crucigère surmontée de la toufa (MIB 1). Il est donc à placer immédiatement à la suite de celui-ci et à dater de fin 642 ou 643 au plus tard. Un exemplaire semblable mais d’officine et de coins différents avait déjà été signalé en 2002 dans le grand trésor d’époque omeyyade de Bet She’an (Skythopolis)7. La répartition des 34 solidi de Constant II entre les officines montre une prépondérance des officines Θ et Z suivies de e qui n’occupe plus la première place avec I comme sous Phocas et Héraclius entre 610 et 629. Comme à Bet She’an, mais dans une plus faible proportion (17 % au lieu de 34 %), un certain nombre de pièces portent des graffiti ou surtout, le plus souvent, des rayures au revers de part et d’autre de la croix : voir les nos 19, 20, 27, 32, 34 et 35. À l’exception du no 19 dont le poids est relativement élevé (4,46 g), tous les autres sont de poids faible (en moyenne 4,268 g), mais le fait qu’ils portent des graffiti peut être l’effet du hasard plutôt qu’une volonté systématique de vérifier l’aloi de pièces trop légères.

  • 8 C. Morrisson, Le trésor byzantin de Nikertai, Revue belge de numismatique 118, 1972, p. 29-91, à la (...)
  • 9 G. F. Carter, A Simplified Method for Calculating the Original Number of Dies from Die Link Statist (...)
  • 10 F. Füeg, Corpus of the Nomismata from Anastasius II to John I in Constantinople 713-976. Structure (...)

5L’étude de coins n’a révélé aucune identité de revers et quelques rares paires de droit seulement ; elles lient les nos 7 et 10 ainsi que 13 et 18 au sein du type de Constant II imberbe et les nos 25 et 26 parmi les solidi de Constant II barbe courte. Si ces deux derniers solidi sont de même type, en revanche les autres paires associent des solidi de revers différents : le 10 porte un exergue simple CONOB et le 7 CONOBK, de même le 13 porte un exergue simple CONOB et le 18 CONOBK. Le même phénomène observé à « Nikertai » et à Bet She’an a déjà conduit les numismates à considérer ces variétés plus rares avec des lettres supplémentaires à l’exergue comme des queues d’émission8. L’échantillon est trop limité pour déduire du nombre de coins observés une estimation acceptable du nombre originel de coins de droit. L’application de la méthode de Carter9 aux 31 coins de droit observés pour 34 exemplaires du trésor amène à une estimation d’un nombre originel de 129,456 coins, soit 9,25 coins par an pour les 14 premières années du règne de Constant II. Il s’agit là d’un ordre de grandeur comparable avec celui de 11,7 déduit de l’analyse des 158 solidi des 27 années du règne du trésor de « Nikertai ». On peut le comparer aux quelque 10 à 20 coins par an estimés par Franz Füeg pour les émissions de nomismata du viiie et du ixe siècle sur un échantillon beaucoup plus large de près de 8 000 pièces10.

6En ce qui concerne la métrologie, le poids total du trésor s’élève à 156,96 g avec un poids modal du solidus de 4,34 g, un poids moyen de 4,36 g et un écart type de 0,08169 (1,87 %). Contrairement à la plupart des autres trésors, notamment Szikáncs ou Bet She’an, la répartition gaussienne des poids convertis en carats est symétrique avec un mode dans l’intervalle 23-23 ½ carats et une moyenne à 23 ¹⁄ ³ carats, sans l’habituel étalement vers les poids faibles à gauche (figure 2).

Image 10000000000002B8000001B0FBAC225446834930.jpg

Figure 2 - Poids en carats

  • 11 Morrisson, Le trésor byzantin de Nikertai (cité n. 8), fig. 8-10, p. 56-57 ; Bijovsky, A Hoard of B (...)

7Cette répartition symétrique pourrait s’expliquer par l’état de conservation des pièces qui paraissent fleur de coin ou presque. Vu la nature limitée de l’échantillon, on ne peut commenter plus avant et on se contentera de signaler à titre de comparaison la similitude du poids modal avec celui observé dans les trésors de l’Asklèpieion, de « Nikertai » ou de Bet She’an (Skythopolis) ou pour les solidi de Constant II des grandes collections publiées11. Dans ces deux derniers trésors le poids moyen est de 4,37 g au lieu de 4,34 g ici.

  • 12 Voir PmbZ, no 3702.
  • 13 C. Morrisson, V. Popović, V. Ivanišević et al., Les trésors monétaires byzantins des Balkans et d’A (...)
  • 14 Le point de fusion de l’or est de 1064°C, une température aisément atteinte dans l’incendie d’un bâ (...)

8L’arc chronologique couvert est court : 17 années. La première monnaie date au plus tôt du 1er septembre 638, la dernière au plus tard du 13 avril 654, date de l’élévation de Constantin IV à l’augustat12. Cette durée limitée est typique des trésors de monnaies d’or enfouis dans la crainte et l’urgence au moment des troubles du viie siècle en Asie Mineure, qu’il s’agisse de l’avancée des armées perses ou de celle des Arabes : 24 et 10 ans pour les trésors de Kratègos (602-626) et de Polychnitos à Mitylène (616-626), 14 ans pour celui de Çavuş en Pisidie (647-661), 14 ans ou plus pour celui de Cücük Köy en Galatie (654-668 et suivantes), soit une moyenne de 18 ans13. Il n’est pas impossible que le lot de Pınarbaşı ait été caché en un lieu qui fut livré au feu : l’état du no 9 (inv. 2344/2), sérieusement déformé, le laisse penser14.

  • 15 J. Gorecki, P. Niewöhner, dans P. Niewöhner et al., Bronze Age Hüyüks, Iron Age Hill Top Forts, Rom (...)
  • 16 M. Asolati, C. Crisafulli, Tyana bisantina : circolazione e tesaurizzazione, dans La Cappadoce méri (...)

9La date de la dernière monnaie (émise entre 651/652 et 654), terminus post quem de l’enfouissement, n’est pas sans relation avec le contexte des premières incursions arabes dans la région. De la même période, 654-668 environ, datent les deux autres trésors de monnaies d’or anatoliens déjà mentionnés : Çavuş en Pisidie (dernière monnaie : 661) et Cücük Köy en Galatie Première (dernière monnaie : 668) ainsi que le trésor de 47 solidi mis au jour dans les fouilles de l’église de Germia également en Galatie Première (dernière monnaie : 668)15. Plus au sud, à Tyane16, en Cappadoce Seconde, sur la route des Portes ciliciennes, les fouilles italiennes ont mis au jour, outre 530 monnaies, essentiellement du ive siècle, trois dépôts de monnaies de bronze dont un groupe aggloméré de 13 folles et demi-folles, clos par un groupe de monnaies de Constant II datées vraisemblablement de 656/657.

  • 17 F. Hild, Das byzantinische Strassensystem in Kappadokien, Vienne 1977 (Veröffentlichungen der Kommi (...)
  • 18 Ibid., p. 100.

10L’enfouissement du trésor à Pınarbaşı ou dans ses environs peut en effet avoir été provoqué par une offensive arabe dans la région, d’autant plus qu’Ariaratheia était au carrefour de deux routes qui gagnaient l’une et l’autre les territoires sous domination islamique. Il s’agit d’une part de la plus septentrionale des routes Césarée-Mélitène (la route C1 de Friedrich Hild), d’autre part de l’axe Sébastée-Koukousos (D2 dans cette même étude)17. Hild note précisément l’importance de la première (par rapport à son doublon méridional qui passe par Komana et Koukousos) pendant le premier siècle de la guerre arabo-byzantine18.

11Il n’en est pas moins difficile d’établir avec certitude la chronologie des expéditions arabes dans la région de Césarée, étant donné les dates et les informations divergentes transmises par les chroniques. La Cappadoce est mentionnée à l’occasion de deux événements différents.

    • 19 Ibn al-Athīr mentionne certes une expédition qui alla jusqu’à Amorium en 25 de l’hégire (28 octobre (...)
    • 20 Chronique de Michel le Syrien patriarche jacobite d’Antioche 1166-1199, éd. et trad. J.-B. Chabot, (...)
    • 21 Chronicon anonymum ad annum domini 819 pertinens, trad. J.-B. Chabot, Louvain 1937 (CSCO 109. Scrip (...)
    • 22 Anonymi auctoris chronicon ad annum Christi 1234 pertinens, trad. J.-B. Chabot, Louvain 1937 (CSCO (...)
    • 23 La chronique de 819 mentionne Césarée de Cappadoce, celle de 1234, Césarée, sans autres précisions. (...)
    • 24 Voir R.-J. Lilie, Die byzantinische Reaktion auf die Ausbreitung der Araber, Munich 1976 (Miscellan (...)

    Plusieurs chroniques syriaques (et elles seules19) signalent que Césarée aurait été prise par Mu‘āwiya et son armée à la fin des années 630 ou dans la décennie 640 : en l’an des Grecs 958 (A.D. 646/647) suivant Michel le Syrien et Bar Hebraeus20, en 954 (A.D. 642/643) dans la Chronique de 81921, en 950 (A.D. 638/639) dans la Chronique anonyme de l’année 123422. Dans les deux derniers cas, il s’agit de la prise de Césarée de Palestine23. Parce que Michel le Syrien livre un récit circonstancié de la prise de la ville, qui capitula (récit cité infra), l’événement est considéré comme avéré par les historiens modernes, à la date donnée par ce dernier24.

    • 25 Sur la bataille, voir A. N. Stratos, Byzantium in the Seventh Century. 3, 642-668, Amsterdam 1975, (...)
    • 26 Théophane, Chronographia, p. 34526-27 : « Mu‘ āwiya fit une expédition contre Césarée de Cappadoce. (...)
    • 27 Sur cette campagne, voir O’Sullivan, Sebeos’Account of an Arab Attack on Constantinople in 654 (cit (...)
    • 28 R. W. Thomson, J. Howard-Johnston, The Armenian History Attributed to Sebeos, Liverpool 1999 (Trans (...)
    • 29 Agapius de Manbij, Histoire universelle (cité n. 23), p. 483-484. Al-ṭabarī, Ta’rīkh al-rusul wa’l (...)

    Les chroniques grecque, arménienne et arabes évoquent des raids arabes en Cappadoce ou en Arménie byzantine dans un contexte différent, celui de la bataille navale de Phoinix (sur la côte lycienne), qui fut disputée en 654 ou 65525. Théophane signale, pour la treizième année du règne de Constant II, une expédition de Mu‘āwiya contre Césarée de Cappadoce, avant de relater la confrontation militaire de Phoinix26. C’est le témoignage le plus précis sur le plan géographique. Dans son récit de la campagne maritime du califat contre l’Empire, Sébéos expose les événements suivants27 : une fois que la flotte arabe, parvenue à Chalcédoine la treizième année du règne de Constant II, eut été détruite, l’armée qui stationnait en Cappadoce fut défaite par les Byzantins et s’enfuit en pillant l’Arménie quatrième28. Enfin, pour cette même année, trois auteurs de langue arabe, Agapius de Manbij (en l’an 13 de Constant II), Al-Ṭabarī et Ibn al-Athīr (en 33 de l’hégire/2 août 653-21 juillet 654), notent que les armées de Mu‘āwiya attaquèrent la région de Malatya/Mélitène, en particulier Ḥiṣn al-Mara29. Le premier d’entre eux mentionne ensuite la défaite de Constant II à Phoinix.

  • 30 Les récits de Théophane et de Michel le Syrien diffèrent précisément sur ce point. Voir Howard-John (...)
  • 31 The Chronicle of Theophanes Confessor. Byzantine and Near Eastern History AD 284-813, trad. C. Mang (...)
  • 32 Howard-Johnston, Witnesses to a World Crisis, p. 298, p. 474-480, en particulier p. 478-480.

12Étant donné qu’aucune des sources syriaques citées plus haut n’évoque une expédition militaire ennemie en Cappadoce dans ce contexte chronologique et militaire30, le témoignage de Théophane a été récusé et considéré comme une interpolation par Cyril Mango et Roger Scott : puisque les chroniques syriaques font mention d’une expédition antérieure contre Césarée, il s’agirait de cet épisode, introduit à une date erronée dans la chronique de Théophane31. En revanche, et plus récemment, James Howard-Johnston, qui fonde son récit des événements de 653/655 sur la chronique attribuée à Sébéos, contemporaine de ces derniers, y intègre le témoignage de la chronique de Théophane32.

  • 33 Chronique de Michel le Syrien (cité n. 20), t. 2, p. 440-443, 445-446.

13La concordance entre l’un et l’autre oblige à examiner de nouveau le récit de la campagne militaire de Mu‘āwiya que livre la chronique de Michel le Syrien pour l’an des Grecs 958 ainsi que sa relation de l’ensemble des expéditions arabes dans les premières années du règne de Constant II. Sont exposés successivement33 :

Livre XI, chapitre X
An 958 des Grecs (AD 646/647), expédition des Arabes en Afrique à l’occasion de la révolte du patrice Grégoire. Campagne, en hiver, de Ḥabīb en Arménie ; campagne de Mu’awiyya contre Césarée de Cappadoce et Amorium.
An 960 des Grecs, expédition maritime de Mu’awiyya contre Chypre. Campagne d’Abu’l-‘Awar contre Chypre pour la seconde fois.
Siège de la ville d’Arouad (= Arados) par Mu’awiyya.
An 965 des Grecs, expédition d’Abu’l-‘Awar contre Kôs, la Crète et Rhodes.

Livre XI, chapitre XI
An 966 des Grecs, préparatifs de la campagne de Mu’awiyya contre Constantinople, bataille de Phoinix.
Expédition des Arabes en Isaurie et conclusion d’une trêve de trois ans.

  • 34 Théophane, Chronographia, p. 343-346.

14Par comparaison, voici les séquences du récit dans la chronique de Théophane34 :

  • 35 On retrouve le même ordonnancement des événements dans l’Histoire universelle d’Agapius de Manbij ( (...)

6e année du règne de Constant II, expédition des Arabes en Afrique à l’occasion de la révolte du patrice Grégoire.
7e année du règne de Constant II, expédition maritime de Mu‘āwiya contre Chypre et Arados.
8e année du règne de Constant II, prise d’Arados.
9e année du règne de Constant II, expédition des Arabes en Isaurie et conclusion d’une trêve de deux ans.
10e année du règne de Constant II, rébellion du patrice d’Arménie, Pasagnathès, contre l’Empire et traité avec les Arabes ; campagne de Constant II conduite jusqu’à Césarée de Cappadoce.
12e année du règne de Constant II, expédition de Mu‘āwiya contre Rhodes ; campagne d’Abibos (= Ḥabīb) en Arménie.
13e année du règne de Constant II, préparatifs de la campagne de Mu‘āwiya contre Constantinople ; expédition de Mu‘ āwiya contre Césarée de Cappadoce ; bataille de Phoinix.35

  • 36 Sur le problème de la datation dans la chronique de Théophane pour cette période, voir, en dernier (...)
  • 37 La Chronique anonyme de 1234 ne mentionne ni l’expédition contre Césarée de Cappadoce ni la campagn (...)

15Les mêmes événements auxquels participent les mêmes généraux arabes (Mu‘āwiya, Ḥabīb et Abū l-A‘war) sont exposés suivant un ordre différent dans l’une et l’autre chronique. Théophane et Michel le Syrien évoquent donc une seule et unique campagne arabe contre Césarée de Cappadoce, l’un en 653/65436, l’autre en 646/64737, une déduction que Cyril Mango et Roger Scott avaient formulée implicitement lorsqu’ils supposaient une interpolation dans la chronique de Théophane. Si interpolation il y a en effet, elle est dans la chronique de Michel le Syrien, et ce pour trois raisons. Les événements qui y suivent la campagne d’Afrique ne sont pas introduits dans le récit : « Mo‘avia, général des Ṭaiyayê, divisa ses troupes en deux camps. – Il mit à la tête de l’un, Ḥabîb, un Syrien méchant qu’il envoya en Arménie […] L’autre armée, restée avec Mo‘avia, pénétra dans la région de Césarée de Cappadoce […] » Le récit par Théophane des campagnes ordonnées par Mu‘āwiya entre 646 et 654 a une logique géographique que n’a pas celui de Michel le Syrien. Sont mentionnés successivement, dans le premier, Chypre et Arados, l’Isaurie, Rhodes, l’Arménie, enfin, à l’occasion d’une campagne contre Constantinople, Césarée et Amorium d’une part, Phoinix d’autre part. Ainsi les expéditions en Asie Mineure ne sont-elles décidées que dans un second temps et dans le cadre d’une vaste offensive par mer et par terre contre la capitale de l’Empire. Enfin, comme nous l’avons déjà signalé, la chronique de Théophane est corroborée par celle de Sébéos, contemporaine des faits. La prise de Césarée par les Arabes doit en conséquence être datée de 654 (ou de 655 si l’on adopte la révision de la chronologie proposée par Théophane pour ces années) et non de 646/647. Il n’en reste pas moins que le récit de Michel le Syrien peut éclairer les conditions de celle-ci, comme, sans doute, de l’enfouissement du trésor de Pınarbaşı :

  • 38 Chronique de Michel le Syrien (cité n. 20), t. 2, p. 441. Cet événement n’est pas intégré par Rober (...)

L’autre armée, restée avec Mo‘avia, pénétra dans la région de Césarée de Cappadoce. En passant par Callisura, ils trouvèrent les villages remplis d’hommes et d’animaux et s’en emparèrent. Après avoir rassemblé le butin de tout le pays, Mo‘ avia attaqua la ville. Il lutta contre elle pendant dix jours. Ensuite, ils dévastèrent totalement toute la province, laissèrent la ville abandonnée et s’en retournèrent. Au bout de quelques jours, ils revinrent pour la seconde fois contre Césarée. Ils combattirent contre elle pendant bien des jours. Les habitants de Césarée voyant qu’une grande colère était tombée sur eux et qu’ils n’avaient pas de libérateur, consentirent alors à traiter pour leur vie. Les chefs sortirent et convinrent de donner un tribut. Quand les fils de Hagar pénétrèrent dans la ville et virent la beauté des édifices, des églises, des monastères, et sa grande opulence, ils regrettèrent de leur avoir fait des serments. Mais ne pouvant revenir sur leurs serments, ils prirent tout ce qu’ils voulurent, et s’en allèrent dans la région d’Amorium38.

  • 39 Par ailleurs, La chronographie d’Élie bar-Šinaya, métropolitain de Nisibe, trad. L. J. Delaporte, P (...)

16Cette expédition arabe en Cappadoce39, conduite à l’occasion de la campagne maritime et terrestre des années 654/655, a pu menacer précisément Ariaratheia ou ses environs, puisque, suivant la chronique de Sébéos, les Arabes quittèrent la région par l’est, et non par le sud.

  • 40 Voir TIB 2, p. 144-145 (Arabissos), 152-153 (Arka), 208-209 (Komana), 217-218 (Koukousos).
  • 41 Les auteurs de la TIB 2 ne signalent que les ruines d’un monastère, disparues au xxe siècle.
  • 42 Pour une révision de la date de la composition de la notice 7, voir C. Zuckerman, Byzantium’s Ponti (...)
  • 43 Notitiae episcopatuum (cité n. 4), p. 274 : notice 7, no 112. Il s’agit du Hierosolymitanus Patr. 3 (...)
  • 44 Hild, Das byzantinische Strassensystem in Kappadokien (cité n. 17), p. 91-92. TIB 2, p. 151. Sur Ka (...)
  • 45 Notitiae episcopatuum (cité n. 4) : notice 9, p. 296, no 9 : ὁ Ἀραθείας (en Cappadoce), et p. 299, (...)
  • 46 C’est une pure et simple hypothèse qu’une fouille pourrait contredire.
  • 47 Voir Haldon, Byzantium in the Seventh Century (cité n. 24), p. 102-114.

17De la crise dont témoigne l’enfouissement du trésor de Pınarbaşı et que confirme assez généralement l’examen des chroniques, on ne sait rien de plus précis. Ariaratheia continue à n’être mentionnée que dans les notices épiscopales, à titre conservatoire peut-être. Les autres évêchés suffragants de la région qui sont connus depuis l’Antiquité tardive (Arabissos, Arka, Komana et Koukousos) sont en effet de nouveau attestés à partir du ixe ou du xe siècle40, ce qui n’est pas le cas d’Ariaratheia à notre connaissance. Peut-on en déduire que le site a été abandonné41 ? La notice épiscopale de Nicolas Ier Mystikos, qui, au début du xe siècle, opère une mise à jour des listes, le laisse supposer42 : elle inclut – et c’est la première à le faire – le siège d’Ariaratheia au nombre des suffragants de Césarée de Cappadoce ; dans deux des dix-neuf manuscrits recensés par Jean Darrouzès, on lit l’addition suivante : ὁ Ἀριαραθείας ἤτοι Κάσης43. Friedrich Hild a supposé que l’évêché d’Ariaratheia avait été transféré, momentanément, à Kasè, à près de 19 km au nord-est de Césarée44. Cette hypothèse explique pourquoi le siège d’Ariaratheia est désormais considéré comme un suffragant de la métropole de Cappadoce Première, même si, dans les notices suivantes, il est aussi mentionné dans la liste des suffragants de Mélitène45. Si l’on peut admettre un abandon du site d’Ariaratheia, antérieurement au xe siècle46, il serait bien audacieux de supposer qu’il ait eu lieu, dès le milieu du viie siècle, dans le contexte qui conduisit à l’enfouissement de notre trésor. Quoi qu’il en soit, la cohérence de ces données de natures diverses illustre avec quelque précision les bouleversements induits par la confrontation avec le califat dans les provinces de l’Anatolie centrale et orientale, notamment la modification de l’implantation des établissements urbains47.

  • 48 Pour un premier bilan, voir C. Morrisson, Coinage in Byzantine Anatolia, dans The Archaeology of By (...)
  • 49 P. Culerrier l’avait déjà souligné dans son article intitulé Les trésors d’Asie Mineure, dans Morri (...)
  • 50 Voir Morrisson, Popović, Ivanišević, Les trésors (cité n. 13), fig. 5, p. 52.
  • 51 M. Phillips, T. Goodwin, A Seventh-Century Syrian Hoard of Byzantine and Imitative Copper Coins, Nu (...)
  • 52 S. Bendall, C. Morrisson, Die byzantinischen Münzen, dans H. Voegtli, Die Fundmünzen aus der Stadtg (...)
  • 53 H. R. Baldus, Fundmünzen aus den Jahren 1962-1998, dans Didyma 3/3, éd. K. Tuchelt et A. Furtwängle (...)
  • 54 Comme le soulignent M. Asolati et C. Crisafulli en commentant le diagramme comparé des monnaies mis (...)
  • 55 S. Bendall, A Mid Seventh-Century Hoard of Byzantine Folles, Numismatic Circular 77, 1967, p. 198-2 (...)
  • 56 Agapius de Manbij, Histoire universelle (cité n. 23), p. 482 : « Ayant appris que les Arméniens s’é (...)

18Le trésor de Pınarbaşı constitue un modeste jalon dans la documentation numismatique anatolienne dont tant reste encore à découvrir dans les collections des musées turcs48. C’est un témoin probable de l’insécurité ou des destructions provoquées par la campagne arabe de 654 ou 655 qu’il vient confirmer49. Vu l’importance de la somme d’une demi-livre qu’il représente, il atteste aussi l’effort financier consenti par Constant II pour la défense de l’empire : un effort qu’illustre bien le renouveau des frappes de solidi au cours de son règne, tel que reflété dans les chiffres agrégés des trésors balkaniques et micrasiatiques50, un effort que montre encore l’abondance des monnaies de bronze de cet empereur retrouvées dans tout l’empire et notamment en Anatolie, voire sur les marges en Syrie du Nord51. En Asie Mineure occidentale ces émissions constituent 62 % des monnaies de la période 491-715 à Pergame52 et encore 13 % à Didymes (35 exemplaires sur 272 monnaies de la période 491-715)53. Elles sont également attestées à Tyane où elles forment quelque 20 % des 52 monnaies byzantines d’Anastase au milieu du viie siècle. Mais cette relative abondance ne se retrouve pas dans les médailliers de Kayseri et de Niğde54, ce qui peut s’expliquer par le biais souvent constaté dans les choix de conservation des musées turcs qui privilégient les monnaies de métal précieux et ne s’intéressent pas autant aux monnaies de bronze, surtout lorsqu’elles sont aussi mal frappées et aussi peu lisibles que celles de Constant II, qui, rappelons-le, étaient fort mal connues jusqu’à la classification proposée par Simon Bendall en 196755. L’or du trésor de Pınarbaşı peut en effet être mis en relation avec la campagne conduite par Constant II en Arménie antérieurement à l’offensive arabe en Asie Mineure. Théophane et Agapius nomment l’un et l’autre Césarée de Cappadoce dans ce contexte56.

19Alors même que le nouvel État islamique n’a pas encore imposé sa domination dans la partie la plus méridionale de l’Asie Mineure (la Cilicie), la région de Césarée et l’Anatolie centrale sont confrontées aux offensives arabes dès le milieu du viie siècle – en 654 et non en 648 comme on le supposait jusque là –, moins de cinquante ans après l’occupation de la ville par les Perses.

Catalogue

  • 57 Les polices de caractères spéciaux utilisées ici pour les inscriptions monétaires ont été créées en (...)

20Toutes les monnaies sont des solidi, frappés à Constantinople57. Les dates indiquées sont celles de l’émission.

1. Héraclius (637/638). Au centre, Héraclius (barbe longue), à droite Héraclius Constantin, à gauche Héraclonas sans couronne. Au-dessus de sa tête une croix. Anépigraphe Rev. VICTORIA AVʕЧЄ Croix potencée au-dessus de trois degrés. À l’exergue, CONOB Dans le champ à gauche Image 10000000000000150000000F04903D324B909329.jpgà droite A (monogramme d’Héraclius et indiction 11) Cf. MIB 40 (inconnu pour cette indiction). Voir commentaire plus haut, p. 504 Inventaire 2348/1. 4,54 g

212. Héraclius (638/639). Au centre, Héraclius (barbe longue), à droite Héraclius Constantin, à gauche Héraclonas, tous trois portant la couronne crucigère (stemma). Anépigraphe

Rev. VICTORIA AVʕЧЄ Comme le précédent mais dans le champ à gauche Image 10000000000000150000000F04903D324B909329.jpgà droite Image 10000000000000140000000F442B873EA63D5C46.jpg(indiction 12)

22MIB 48

23Inventaire 2348/2. 4,38 g. No 2348 inscrit à l’encre au revers

243. Héraclius et ses fils comme au précédent (638 / 639)

VICTORIA AVʕЧӨ dans le champ à gauche Image 10000000000000150000000F04903D324B909329.jpgà droite Image 10000000000000140000000F442B873EA63D5C46.jpg(indiction 12)

25MIB 48

26Inventaire 2348/4. 4,32 g

274. Héraclius et ses fils comme au précédent (type immobilisé pour Héraclonas, juillet-novembre 641 ?)

Rev. VICTORIA AVʕЧӨ dans le champ à gauche Image 10000000000000150000000F04903D324B909329.jpgà droite Є (indiction 15 ?)

28MIB 53 (« Héraclius II »)

29Inventaire 2348/3. 4,36 g

305. Constant II (vers 642 / 643)

ðNCOSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPI Buste de face de l’empereur imberbe portant le stemma, vêtu de la chlamyde. En main droite le globe crucigère

31Rev. VICTORIA AVʕЧA Croix potencée au-dessus de trois degrés. À l’exergue, CONOBK MIB manque avec cet exergue. Mais voir Bijovsky, A Hoard of Byzantine solidi (cité n. 7), no 489

32Inventaire 2344/1. 4,29 g

336. Constant II (642-646). Buste imberbe comme ci-dessus

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧPPAVΓ

34Rev. VICTORIA AVʕЧS À l’ exergue, CONOBK

35MIB manque avec cet exergue

36Inventaire 2344/11. 4,23 g

7. Constant II (642-646). Buste imberbe comme ci-dessus. Double frappe au droit ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAV

37Rev. VICTORIA AVʕЧA À l’exergue, CONOB

38MIB 3a

39Inventaire 2344/7. 4,29 g. Même coin de droit que 10

408. Constant II (642-646). Buste imberbe comme ci-dessus

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAV (VΓ ligaturés à la fin de la lég.)

41Rev. VICTORIA AVʕЧΓ À l’exergue, CONOB

42MIB 3a

43Inventaire 2344/4. 4,41 g. No 2344 inscrit à l’encre au revers

449. Constant II (642-646). Buste imberbe comme ci-dessus

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAV

45Rev. VICTORIA AVʕЧΔ À l’exergue, CONOB

46MIB 3a

47Inventaire 2344/2. 4,33 g. Déformé à gauche vraisemblablement par le feu

4810. Constant II (642-646). Buste imberbe comme ci-dessus

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAV

49Rev. VICTORIA AVʕЧH À l’exergue, CONOB

50MIB 3a

51Inventaire 2344/9. 4,47 g. Même coin de droit que 7

5211. Constant II (642-646). Buste imberbe comme ci-dessus

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAV

53Rev. VICTORIA AVʕЧH À l’exergue, CONOB

54MIB 3a

55Inventaire 2344/12. 4,34 g

5612. Constant II (642-646). Buste imberbe comme ci-dessus

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAV

57Rev. VICTORIA AVʕЧӨ À l’exergue, CONOB

58MIB 3a

59Inventaire 2344/13. 4,47 g

6013. Constant II (642-646). Buste imberbe comme ci-dessus

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAV

61Rev. VICTORIA AVʕЧӨ À l’exergue, CONOB

62MIB 3a

63Inventaire 2344/14. 4,30 g. Même coin de droit que 18

6414. Constant II (642-646). Buste imberbe comme ci-dessus

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAV

65Rev. VICTORIA AVʕЧӨ À l’exergue, CONOB

66MIB 3a

67Inventaire 2344/15. 4,46 g. Rayures horizontales au revers

6815. Constant II (642-646). Buste imberbe comme ci-dessus

69Rev. VICTORIA AVʕЧӨ À l’exergue, CONOB

70MIB 3a

71Inventaire 2344/16. 4,41 g. Image du doit manquante

7216. Constant II (642-646). Buste imberbe comme ci-dessus

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAV

73Rev. VICTORIA AVʕЧӨ À l’exergue, CONOB

74MIB 3a

75Inventaire 2344/17. 4,33 g

7617. Constant II (642-646). Buste imberbe comme ci-dessus mais plus âgé

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAV

77Rev. VICTORIA AVʕЧB À l’exergue, CONOB

78MIB 3b

79Inventaire 2344/3. 4,39 g

8018. Constant II (642-646). Buste imberbe comme ci-dessus

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAV

81Rev. VICTORIA AVʕЧΓ À l’exergue, CONOBC

82MIB 6

83Inventaire 2344/5. 4,31 g. Même coin de droit que 13

8419. Constant II (642-646). Buste imberbe comme ci-dessus

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAVΓ (VΓ ligaturés à la fin de la légende)

85Rev. VICTORIA AVʕЧЄ À l’exergue, CONOBC

86MIB 6

87Inventaire 2344/8. 4,46 g. Rayures verticales et marques de poinçons circulaires en haut du revers

8820. Constant II (642-646). Buste imberbe comme ci-dessus

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAV

89Rev. VICTORIA AVʕЧΔ À l’exergue, CONOBS

90MIB 7a

91Inventaire 2344/6. 4,27 g. Graffiti au revers

9221. Constant II (642-646). Buste imberbe comme ci-dessus

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAVΓ

Rev. VICTORIA AVʕЧImage 100000000000000F0000000F0247A66DAE274369.jpg À l’exergue, CONOBS

93MIB 7a

94Inventaire 2344/10. 4,37 g

22. Constant II (646/647). Buste barbe courte ajoutée au coin par une série de points ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAVЧϚ (la dernière lettre est peut-être un ϛ couché, pour augustus)

95Rev. VICTORIA AVʕЧЄ Dans le champ à droite e (5e indiction). À l’exergue, CONOB

96MIB 9

97Inventaire 2347. 4,30 g. No 2347 inscrit à l’encre au revers

9823. Constant II (648/649). Buste barbe courte

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAVЧϚ

99Rev. VICTORIA AVʕЧ Dans le champ à droite Z (7e indiction). À l’exergue, CONOB

100MIB 16a

101Inventaire 2345/2. 4,32 g

10224. Constant II (648/649). Buste barbe courte

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAV

103Rev. VICTORIA AVʕЧH Dans le champ à droite Z (7e indiction). À l’exergue, CONOB

104MIB 16a

105Inventaire 2345/5. 4,34 g

10625. Constant II (648/649). Buste barbe courte. Double frappe au droit

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAVΓ (VΓ ligaturés à la fin de la légende)

107Rev. VICTORIA AVʕЧH Dans le champ à droite Z (7e indiction). À l’exergue, CONOB

108MIB 16a

109Inventaire 2345/4. 4,37 g. Même coin de droit que 26

11026. Constant II (648/649). Buste barbe courte

ðNCONSNImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgA Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAV

111Rev. VICTORIA [AVʕ]ЧH Dans le champ à droite Z (7e indiction). À l’exergue, CONOB

112MIB 16a

113Inventaire 2345/6. 4,48 g. Même coin de droit que 25

11427. Constant II (648/649). Buste barbe courte

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPA •

115Rev. VICT[OR]IA AVʕЧH Dans le champ à droite Z (7e indiction). À l’exergue, CONOB

116MIB 16a

117Inventaire 2345/1. 4,28 g. Graffiti au revers

11828. Constant II (648/649). Buste barbe courte

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧS[ ]

119Rev. VICTORIA [AVʕЧ]Θ Dans le champ à droite Z (7e indiction). À l’exergue, CONOB

120MIB 16a

121Inventaire 2345/8. 4,31 g

12229. Constant II (650/651 ?). Buste barbe courte

[ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgA]N Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAVΓ (Γ allongé)

Rev. VICTO[RIA] AVʕЧImage 100000000000000F0000000F0247A66DAE274369.jpg À l’exergue, CONOB

123MIB 20

124Inventaire 2345/3. 4,45 g

12530. Constant II (650/651 ?). Buste barbe courte

[ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpg]AN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPA •

126Rev. VICTORIA AVʕЧH À l’exergue, CONOB

127MIB 20

128Inventaire 2345/7. 4,34 g

12931. Constant II (651/652). Buste barbe longue

ӘNCONsImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAVΓ (Γ allongé)

130Rev. VICTORIA AVʕЧB À l’exergue, CONOB

131MIB 23

132Inventaire 2346/1. 4,34 g. Numéro 2[34]6 inscrit à l’encre au revers

13332. Constant II (651/652). Buste barbe longue

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAV

134Rev. VICTORIA AVʕЧЄ À l’exergue, CONOB

135MIB 23

136Inventaire 2346/2. 4,20 g. Rayures verticales au revers

13733. Constant II (651/652). Buste barbe longue

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAV

Rev. VICTORIA AVʕЧImage 100000000000000F0000000F0247A66DAE274369.jpg À l’exergue, CONOB

138MIB 23

139Inventaire 2346/3. 4,43 g

14034. Constant II (651/652). Buste barbe longue

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAV :

Rev. VICTORIA AVʕЧImage 100000000000000F0000000F0247A66DAE274369.jpg À l’exergue, CONOB

141MIB 23

142Inventaire 2346/4. 4,29 g. Graffiti au revers ?

14335. Constant II (651/652). Buste barbe longue

ðNCONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAV

144Rev. VIC[ ] AVʕЧH À l’exergue, CONOB

145MIB 23

146Inventaire 2346/5. 4,30 g. Rayures au droit et au revers

14736. Constant II (651/652). Buste barbe longue

[ðNC]ONSImage 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgAN Image 100000000000000F0000000F407779ACF0917BE1.jpgINЧSPPAV

148Rev. VICTO[ ]AVʕЧӨ À l’exergue, CONOB

149MIB 23

150Inventaire 2346/6. 4,48 g. Rogné

Abréviations

151MIB
W. Hahn, Moneta Imperii Byzantini. 3, Von Heraclius bis Leo III. /Alleinregierung (610-720), Vienne 1981

152Howard-Johnston, Witnesses to a World Crisis
J. Howard-Johnston, Witnesses to a World Crisis. Historians and Histories of the Middle East in the Seventh Century, Oxford 2010

153Théophane, Chronographia
Théophane, Chronographia, t. 1, éd. C. de Boor, Leipzig 1883

154TIB 2
F. Hild, M. Restle, Kappadokien (Kappadokia, Charsianon, Sebasteia und Lykandos), Vienne 1981 (Österreischische Akademie der Wissenschaften. Philosophisch-Historische Klasse. Denkschriften 149. Tabula Imperii Byzantini 2)

Image 100000000000025B00000462B47D04551D9D3B53.jpg

Image 1000000000000272000004599529D08FECBD1100.jpg

Image 10000000000002600000045D1170F4E5E8BD22CE.jpg

Notes

1 S. Métivier, V. Prigent, La circulation monétaire dans la Cappadoce byzantine d’après les collections des musées de Kayseri et de Niğde, TM 16 (Mélanges Cécile Morrisson), 2010, p. 577-618.

2 DHGE, t. 4, s.v. Ariarathia, col. 115-116 (R. Janin). TIB 2, p. 151 (Ariaratheia).

3 G. Fedalto, Hierarchia Ecclesiastica Orientalis. Series episcoporum ecclesiarum christianarum orientalium. 1, Patriarchatus Constantinopolitanus, Padoue 1988, p. 43.

4 Notitiae episcopatuum Ecclesiae Constantinopolitanae, éd. J. Darrouzès, Paris 1981 (Géographie ecclésiastique de l’Empire byzantin 1) : notices 1, 2, 4, 7, 9, 10 (Aratheia) et 13.

5 Les cérémonies de l’élévation d’Héraclonas du césarat à l’augustat sont décrites dans le De Cerimoniis II, 27, éd. de Bonn, p. 627-628, et datées du 4 juillet de la onzième indiction (638).

6 MIB nos 45-47.

7 G. Bijovsky, A Hoard of Byzantine solidi from Bet She’an in the Umayyad Period, Revue numismatique 158, 2002, p. 161-227, no 489 (ill. pl. XXIII où il porte à tort le no 509).

8 C. Morrisson, Le trésor byzantin de Nikertai, Revue belge de numismatique 118, 1972, p. 29-91, à la p. 42 ; Bijovsky, A Hoard of Byzantine solidi (cité n. 7), p. 171.

9 G. F. Carter, A Simplified Method for Calculating the Original Number of Dies from Die Link Statistics, American Numismatic Society. Museum Notes 28, 1983, p. 195-205.

10 F. Füeg, Corpus of the Nomismata from Anastasius II to John I in Constantinople 713-976. Structure of the Issues, Corpus of Coin Finds, Contribution to the Iconographic and Monetary History, Lancaster PA 2007.

11 Morrisson, Le trésor byzantin de Nikertai (cité n. 8), fig. 8-10, p. 56-57 ; Bijovsky, A Hoard of Byzantine solidi (cité n. 7), p. 171-178.

12 Voir PmbZ, no 3702.

13 C. Morrisson, V. Popović, V. Ivanišević et al., Les trésors monétaires byzantins des Balkans et d’Asie Mineure (491-713), Paris 2006 (Réalités byzantines 13) : nos 317 (Kratègos), 318 (Polychnitos), 311 (Çavuş, près de Seydişehir), 336 (Cücük Köy). En Afrique à la même époque, l’arc chronologique des trésors est de quelque 38 ans, très inférieur à celui des dépôts du vie et du début du viie siècle (48, 76, 83 et un peu plus de 100 ans). Voir C. Morrisson, Étude numismatique, dans R. Guéry, C. Morrisson, H. Slim, Recherches archéologiques franco-tunisiennes à Rougga. 3, Le trésor de monnaies d’or byzantines, Rome 1982 (Collection de l’École française de Rome 60), p. 66.

14 Le point de fusion de l’or est de 1064°C, une température aisément atteinte dans l’incendie d’un bâtiment.

15 J. Gorecki, P. Niewöhner, dans P. Niewöhner et al., Bronze Age Hüyüks, Iron Age Hill Top Forts, Roman Poleis, and Byzantine Pilgrimage in Germia and Its Vicinity : ‘Connectivity’ and a Lack of ‘Definite Places’ on the Central Anatolian High Plateau, Anatolian Studies 63, 2013, p. 97-136, aux p. 129-130.

16 M. Asolati, C. Crisafulli, Tyana bisantina : circolazione e tesaurizzazione, dans La Cappadoce méridionale de la Préhistoire à la période byzantine : 3èmes Rencontres d’Archéologie de l’IFÉA, 2012, éd. D. Beyer, O. Henry et A. Tibet, Istanbul 2015, p. 233-249. Nous remercions les auteurs de nous avoir fait connaître, avant sa publication, le texte de leur communication.

17 F. Hild, Das byzantinische Strassensystem in Kappadokien, Vienne 1977 (Veröffentlichungen der Kommission für Tabula Imperii Byzantini 2), p. 86-87, 100-103 (route C1), 131-135 (route D2).

18 Ibid., p. 100.

19 Ibn al-Athīr mentionne certes une expédition qui alla jusqu’à Amorium en 25 de l’hégire (28 octobre 645-16 octobre 646), mais il n’évoque ni la Cappadoce ni l’une de ses cités : voir E. W. Brooks, The Arabs in Asia Minor (641-750), from Arabic Sources, Journal of Hellenic Studies 18, 1898, p. 182-208, à la p. 183.

20 Chronique de Michel le Syrien patriarche jacobite d’Antioche 1166-1199, éd. et trad. J.-B. Chabot, t. 2, Paris 1901, p. 441. The Chronography of Gregory Abû’l Faraj, the Son of Aaron, the Hebrew Physician, Commonly Known as Bar Hebraeus, Being the First Part of His Political History of the World, trad. E. A. Wallis Budge, Londres 1932, p. 97-98. Bar Hebraeus ne fait que reprendre le récit de Michel le Syrien.

21 Chronicon anonymum ad annum domini 819 pertinens, trad. J.-B. Chabot, Louvain 1937 (CSCO 109. Scriptores syri 56), p. 7, ou The Seventh Century in the West-Syrian Chronicles, trad. A. Palmer, Liverpool 1993 (Translated Texts for Historians 15), p. 77.

22 Anonymi auctoris chronicon ad annum Christi 1234 pertinens, trad. J.-B. Chabot, Louvain 1937 (CSCO 109. Scriptores syri 56), p. 202-203, ou The Seventh Century in the West-Syrian Chronicles (cité note précédente), p. 165-166. La ville est prise par la force.

23 La chronique de 819 mentionne Césarée de Cappadoce, celle de 1234, Césarée, sans autres précisions. Or la prise de Césarée de Palestine par les Arabes est signalée explicitement dans la chronique de Zuqnīn, en l’an des Grecs 953, ibid., p. 57, ainsi que par Agapius de Manbij, Kitab al-‘Unvan, Histoire universelle, éd. et trad. A. A. Vasiliev, PO 8, p. 454/194 et p. 478/218, l’année de la mort d’Héraclius, et par Théophane, l’année du règne d’Héraclonas (Théophane, Chronographia, p. 341).

24 Voir R.-J. Lilie, Die byzantinische Reaktion auf die Ausbreitung der Araber, Munich 1976 (Miscellanea Byzantina Monacensia 22), p. 63-64. TIB 2, p. 71 et p. 194. J. F. Haldon, Byzantium in the Seventh Century. The Transformation of a Culture, Cambridge 1990, p. 55. Howard-Johnston, Witnesses to a World Crisis, p. 477 (de manière allusive). S. Métivier, L’organisation de la frontière arabo-byzantine en Cappadoce (viiie-ixe siècle), dans Puer Apuliae. Mélanges offerts à Jean-Marie Martin, éd. E. Cuozzo et al., Paris 2008 (Centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance. Monographies 30), t. 2, p. 433-454, à la p. 435.

25 Sur la bataille, voir A. N. Stratos, Byzantium in the Seventh Century. 3, 642-668, Amsterdam 1975, p. 271-272 ; en dernier lieu, S. O’Sullivan, Sebeos’Account of an Arab Attack on Constantinople in 654, GMBS 28, 2004, p. 67-88, en particulier p. 73-74, et C. Zuckerman, Learning from the Enemy and More : Studies in “Dark Centuries” Byzantium, Millenium 2, 2005, p. 79-135, aux p. 114-117.

26 Théophane, Chronographia, p. 34526-27 : « Mu‘ āwiya fit une expédition contre Césarée de Cappadoce. »

27 Sur cette campagne, voir O’Sullivan, Sebeos’Account of an Arab Attack on Constantinople in 654 (cité n. 25), p. 67-88 : à la suite de James Howard-Johnston, l’auteur défend l’existence de cette campagne contre Constantinople, qui n’est mentionnée que par Sébéos. Pour lui, cependant, la bataille de Phoinix, que n’évoque pas Sébéos, eut lieu après l’échec des Arabes à Constantinople.

28 R. W. Thomson, J. Howard-Johnston, The Armenian History Attributed to Sebeos, Liverpool 1999 (Translated Texts for Historians 31), t. 1, p. 146 : « The other army, which was quartered in Cappadocia, attacked the Greek army. But the Greeks defeated them, and it fled to Aruastan pillaging Fourth Armenia. » Sur la région nommée Aruastan, voir ibid., t. 1, p. 18, n. 128 (« the region around Nisibis, Beth Aramaye »).

29 Agapius de Manbij, Histoire universelle (cité n. 23), p. 483-484. Al-ṭabarī, Ta’rīkh al-rusul wa’l mulūk, éd. M. J. de Goeje, Leyde 1879-1901, II 1185, trad. The History of al-Ṭabarī, Albany 1985-2002, t. 15 : The Crisis of the Early Caliphate, trad. R. S. Humphreys, p. 111. Ibn Al-athīr, Al-Kāmil fī at-tārīkh, éd. C. J. Tornberg, Leyde 1851, III 137, traduit dans Brooks, The Arabs in Asia Minor (641-750) (cité n. 19), p. 184 (même témoignage que celui d’Al-Ṭabarī). Dans ces deux derniers cas, ces expéditions ne sont pas liées directement à la bataille de Phoinix (ou « bataille des mâts »).

30 Les récits de Théophane et de Michel le Syrien diffèrent précisément sur ce point. Voir Howard-Johnston, Witnesses to a World Crisis, p. 298.

31 The Chronicle of Theophanes Confessor. Byzantine and Near Eastern History AD 284-813, trad. C. Mango et R. Scott, Oxford 1997, p. 482, n. 2.

32 Howard-Johnston, Witnesses to a World Crisis, p. 298, p. 474-480, en particulier p. 478-480.

33 Chronique de Michel le Syrien (cité n. 20), t. 2, p. 440-443, 445-446.

34 Théophane, Chronographia, p. 343-346.

35 On retrouve le même ordonnancement des événements dans l’Histoire universelle d’Agapius de Manbij (cité n. 23), p. 479/219-484/224 : expédition des Arabes en Afrique à l’occasion de la révolte du patrice Grégoire ; expédition maritime de Mu‘ āwiya contre Chypre et Arados ; prise d’Arados ; conclusion d’une trêve ; révolte de l’Arménie et marche, abandonnée, de Constant II vers l’Arménie via Césarée de Cappadoce ; expédition de Mu‘āwiya contre Rhodes ; campagne arabe en Arménie ; préparatifs de la campagne de Mu‘āwiya contre Constantinople ; expédition arabe dans « le pays de Bazantiyah et de Malatie […] jusqu’à Hisn-al-Mourrah » ; bataille de Phoinix. Sur la campagne qu’entama Constant II à la nouvelle de la révolte de l’Arménie et qu’il abandonna avant même de l’avoir atteinte (ibid., p. 482), une campagne que ne mentionne pas la chronique de Théophane, voir Howard-Johnston, Witnesses to a World Crisis, p. 478.

36 Sur le problème de la datation dans la chronique de Théophane pour cette période, voir, en dernier lieu, M. Jankowiak, The First Arab Siege of Constantinople, dans Constructing the Seventh Century, éd. C. Zuckerman, Paris 2013 (TM 17), p. 237-320, aux p. 258-259, qui préconise d’ajouter une année à la datation par l’annus mundi proposée dans la chronique byzantine, soit, dans notre cas, 654/655, et non 653/654. Nous conservons la datation en l’état.

37 La Chronique anonyme de 1234 ne mentionne ni l’expédition contre Césarée de Cappadoce ni la campagne de Ḥabīb en Arménie à laquelle elle est associée par les chroniques de Théophane et de Michel le Syrien. Voir The Seventh Century in the West-Syrian Chronicles (cité n. 21), p. 167-180 (« Dionysius reconstituted »).

38 Chronique de Michel le Syrien (cité n. 20), t. 2, p. 441. Cet événement n’est pas intégré par Robert Hoyland dans sa reconstitution du texte de la source orientale (identifiée comme étant une chronique de Théophile d’Édesse), à partir des œuvres de Théophane, d’Agapius de Manbij et de Michel le Syrien, ainsi que de la chronique anonyme de 1234 : voir Theophilus of Edessa’s Chronicle and the Circulation of Historical Knowledge in Late Antiquity and Early Islam, trad. R. G. Hoyland, Liverpool 2011 (Translated Texts for Historians 57).

39 Par ailleurs, La chronographie d’Élie bar-Šinaya, métropolitain de Nisibe, trad. L. J. Delaporte, Paris 1910, p. 86, mentionne la prise d’Ancyre par Mu‘ āwiya en 653/654.

40 Voir TIB 2, p. 144-145 (Arabissos), 152-153 (Arka), 208-209 (Komana), 217-218 (Koukousos).

41 Les auteurs de la TIB 2 ne signalent que les ruines d’un monastère, disparues au xxe siècle.

42 Pour une révision de la date de la composition de la notice 7, voir C. Zuckerman, Byzantium’s Pontic Policy in the Notitiae episcopatuum, dans La Crimée entre Byzance et le Khaganat khazar, éd. C. Zuckerman, Paris 2006 (Centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance. Monographies 25), p. 218-229.

43 Notitiae episcopatuum (cité n. 4), p. 274 : notice 7, no 112. Il s’agit du Hierosolymitanus Patr. 39 (xiie-xiiie siècle) et du Vallicellianus C 97 (année 1425).

44 Hild, Das byzantinische Strassensystem in Kappadokien (cité n. 17), p. 91-92. TIB 2, p. 151. Sur Kasè, mentionné comme tourma sous le règne de Léon VI, voir ibid., p. 202. Le terme ἤτοι, employé à plusieurs reprises dans les notices épiscopales, est ambivalent ; il introduit le plus souvent une deuxième dénomination de l’évêché, désuète ou non (Christoupolis dans le cas de Tyane, Héraclée dans celui de Kybistra, pour ne citer que des cas cappadociens). Sylvain Destephen a la gentillesse de nous signaler que, dans la notice 1, il peut aussi consigner la fusion de deux sièges (dans le cas de Pergè et Sylaion), même si, dans la grande majorité des cas, il s’agit en effet d’une double dénomination, comportant le nom traditionnel et un nom dynastique (Ioustinianopolis par exemple). Voir aussi A.-K. Wassiliou-Seibt, Reconstructing the Byzantine Frontier on the Balkans (Late 8th-10th c.), REB 73, 2015, p. 238-239, et son commentaire de l’expression στρατηγὸς Στρυμόνος ἤτοι Χρυσάβας.

45 Notitiae episcopatuum (cité n. 4) : notice 9, p. 296, no 9 : ὁ Ἀραθείας (en Cappadoce), et p. 299, no 172 : ὁ Ἀριαράθης (en Arménie) ; notice 10, p. 309, no 8 : ὁ Ἀραθείας (en Cappadoce), et p. 316, no 205 : ὁ Ἀριαράθης (en Arménie) ; notice 13, p. 354, no 9 : ὁ Ἀριαραθείας (en Cappadoce), et p. 357, no 195 : ὁ Ἀριαραθείας (en Arménie). La réintroduction de l’évêché d’Ariaratheia dans la liste des suffragants de Mélitène ne suffit pas à prouver que son titulaire ait de nouveau demeuré sur place.

46 C’est une pure et simple hypothèse qu’une fouille pourrait contredire.

47 Voir Haldon, Byzantium in the Seventh Century (cité n. 24), p. 102-114.

48 Pour un premier bilan, voir C. Morrisson, Coinage in Byzantine Anatolia, dans The Archaeology of Byzantine Anatolia. From Late Antiquity to the Coming of the Turks, éd. P. Niewöhner, Leyde/Boston à paraître.

49 P. Culerrier l’avait déjà souligné dans son article intitulé Les trésors d’Asie Mineure, dans Morrisson, Popović, Ivanišević, Les trésors (cité n. 13), p. 105-110, en particulier p. 109.

50 Voir Morrisson, Popović, Ivanišević, Les trésors (cité n. 13), fig. 5, p. 52.

51 M. Phillips, T. Goodwin, A Seventh-Century Syrian Hoard of Byzantine and Imitative Copper Coins, Numismatic Chronicle 157, 1997, p. 61-87.

52 S. Bendall, C. Morrisson, Die byzantinischen Münzen, dans H. Voegtli, Die Fundmünzen aus der Stadtgrabung von Pergamon, Berlin 1993 (Pergamenische Forschungen 8), p. 9.

53 H. R. Baldus, Fundmünzen aus den Jahren 1962-1998, dans Didyma 3/3, éd. K. Tuchelt et A. Furtwängler, Mayence 2006. Notons que ces folles de Constant II sont tous antérieurs à 659.

54 Comme le soulignent M. Asolati et C. Crisafulli en commentant le diagramme comparé des monnaies mises au jour à Tyane et de celles conservées à Niğde et à Kayseri (voir Asolati, Crisafulli, Tyana bisantina : circolazione e tesaurizzazione [cité n. 16], fig. 6). Reste à s’assurer à l’avenir, par d’autres publications de sites cappadociens, si cet échantillon de 52 monnaies (trouvailles isolées et dépôts réunis) est lui-même bien représentatif.

55 S. Bendall, A Mid Seventh-Century Hoard of Byzantine Folles, Numismatic Circular 77, 1967, p. 198-201.

56 Agapius de Manbij, Histoire universelle (cité n. 23), p. 482 : « Ayant appris que les Arméniens s’étaient révoltés et insurgés, Constant partit avec des troupes grecques et marcha sur Césarée de Cappadoce pour se rendre en Arménie. Pendant qu’il était en route, cette nouvelle lui parvint et l’attrista ; il avait eu l’intention de rentrer en Arménie, mais ensuite il s’en retourna, ayant désespéré de la restituer. » Théophane, Chronographia, p. 344. En revanche, pas plus que Michel le Syrien, Sébéos, qui traite en détail des événements, ne mentionne Césarée de Cappadoce. Voir Thomson, Howard-Johnston, The Armenian History Attributed to Sebeos (cité n. 28), p. 135-139. Sur cette campagne, voir Howard-Johnston, Witnesses to a World Crisis, p. 478-479.

57 Les polices de caractères spéciaux utilisées ici pour les inscriptions monétaires ont été créées en 1986 par Nicolas Oikonomidès et ultérieurement enrichies par Glenn Ruby (†) et le Département des publications de Dumbarton Oaks (Washington DC), puis redessinées et converties en Unicode. Elles sont téléchargeables sur http://www.doaks.org/resources/athena-ruby/athena-ruby-inscription-font-build-17/. Nous remercions le Programme d’Études Byzantines de Dumbarton Oaks d’avoir mis gracieusement ces polices à notre disposition pour la présente publication.

Notes de fin

1 Nous prions Monsieur Hamdi Biçer, directeur du musée de Kayseri, de trouver ici l’expression de nos remerciements.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540