Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le saint, le moine et le paysan

 | 
Olivier Delouis
, 
Sophie Métivier
, 
Paule Pagès

L’ange et le pape : le témoin géorgien d’une Vie grecque perdue de Grégoire le Grand

Bernadette Martin-Hisard

Texte intégral

  • 1 Entre le début du viiie siècle et la fin du ixe, quatre Vitae Gregorii ont été rédigées : par l’An (...)
  • 2 On laisse ici de côté BHG 721b et 721f : le premier (narratio vel epilogus de monacho excommunicat (...)
  • 3 H. Delehaye, Grégoire le Grand dans l’hagiographie grecque, An. Boll. 23, 1904, p. 449-454. F. Hal (...)
  • 4 Opinion reprise par X. Lequeux, Latin Hagiographical Literature Translated into Greek, dans The As (...)
  • 5 E. Follieri, I santi dell’Italia greca, RSBN 34, 1997, p. 3-36, pour qui « Italie grecque » corres (...)
  • 6 M. Re, Italo-Greek Hagiography, dans Efthymiadis, Byzantine Hagiography (cité n. 4), p. 227-258, d (...)

1Grégoire le Grand a passé toute sa vie à l’intérieur de l’Empire byzantin. Romain de naissance et fier de l’être, il fut le sujet, toujours respectueux mais non servile, des autorités impériales ; relevant de l’Italie byzantine, il fut donc un Byzantin latin et il a été à juste titre inscrit dans le Synaxaire de la Grande Église. L’importance du dossier hagiographique latin qui lui a été consacré dès le viiie siècle1 rend par contraste singulièrement maigre le dossier grec réduit à quelques notices dans des collections liturgiques (Synaxaire de Constantinople [BHG 721m] et Ménologe impérial [BHG 721e]) et à un court texte dénommé Vita (BHG 720-721-721a) avec d’autres menues entrées (BHG 721b, c, d, dx)2. Ce dossier a suscité d’autant moins d’intérêt que la présentation succincte et réductrice qu’en firent Hippolyte Delehaye en 1904 et François Halkin en 1955 et 1963 n’eut rien d’encourageant3 ; la Vita notamment resta marquée par le jugement des deux Bollandistes qui n’y virent que la simple traduction d’une « historiette » droit venue de l’œuvre de Jean Diacre4. Pour cette raison peut-être, Grégoire fut implicitement exclu du nombre des « saints de l’Italie grecque5 » et sa Vita explicitement bannie du champ de l’hagiographie italo-grecque6. La « Dumbarton Oaks Hagiography Database » ne la retient pas davantage dans son corpus. Quant aux spécialistes de Grégoire le Grand, ils l’ignorent.

  • 7 B. Martin-Hisard, Le christianisme et l’Église dans le monde géorgien, dans Églises d’Orient et d’ (...)

2Cet évêque de Rome n’est pourtant pas inconnu du monde géorgien, comme en témoigne la lettre du 22 juin 601 que celui-ci adressa aux autorités de l’Église d’Ibérie en réponse à une demande de consultation7 et comme l’atteste encore une Vie de Grégoire, pape des Romains, écrite en géorgien. Plus longue que la Vita grecque, cette Vie géorgienne est la traduction d’un texte grec perdu, traduction qui fut effectuée au tout début du xie siècle ; elle prouve que le dossier hagiographique grec de Grégoire le Grand ne saurait plus être réduit à BHG 720-721 et doit donc être reconsidéré.

  • 8 M. Kaplan, Le « schisme » de 1054. Étude des sources et chronologie des événements, D. E. S., Pari (...)

3Le dédicataire du présent ouvrage ayant consacré son premier travail de recherche aux relations entre Rome et Constantinople8 et manifesté ensuite un intérêt constant pour l’hagiographie, il a semblé à l’auteure de ces lignes qu’un travail sur une Vie de Grégoire, ainsi sauvée par les Géorgiens, pouvait à la fois l’intéresser et contribuer à ajouter un lien supplémentaire à ceux déjà tissés entre lui et elle par plus de trente ans de vie professionnelle commune et sans nuage au service de l’empire de Constantinople et d’apprentis byzantinistes et par plus de quarante ans d’estime et d’amitié. À lui donc cette traduction et ce commentaire du texte géorgien de la Vie de Grégoire, pape des Romains. Le ré-examen des textes BHG 720-721 et la ré-appréciation du dossier hagiographique grec de Grégoire trouveront place dans une seconde publication.

La Vie géorgienne de Grégoire, pape des Romains

  • 9 K’. Kek’elije, Kartuli agiograpiuli jeglebi I. K’imeni, t’omi 1/Monumenta Hagiographica Georgica (...)
  • 10 A 121, copié en 1715 : Catalogue A I2, p. 99-100 ; il contient (fol. 1r-11r) une traduction de la (...)
  • 11 A 167, copié en 1748-1754 : ibid., p. 250-253 ; il contient L’Échelle de Jean Climaque (fol. 9r-19 (...)
  • 12 Catalogue A IV, p. 76-84 : il contient la Vie de Grégoire (fol. 2v-10r), le prologue et les quatre (...)
  • 13 N. Soxaje, Grigol didis dialołoni [Les Dialogues de Grégoire le Grand], Tbilissi 2002, n’apporte r (...)

4La Vie de Grégoire, pape des Romains a été éditée en 1918 par K’. K’ek’elije9, sur la base de deux manuscrits du xviiie siècle conservés à l’Institut des Manuscrits de Tbilissi, dans l’ancien fonds du Musée ecclésiastique : A 12110 et A 16711. La Vie est encore contenue dans un troisième manuscrit du même fonds, non exploité par l’éditeur, A 110312. Dans les trois manuscrits la Vie de Grégoire précède la traduction des Dialogues et son prologue en prose13.

  • 14 Voir B. Martin-Hisard, La Vie de Jean et Euthyme et le statut du monastère des Ibères sur l’Athos,(...)

5Les textes contenus dans ces manuscrits correspondent tous à des traductions d’Euthyme (v. 963-1028), moine du monastère géorgien d’Iviron sur le Mont Athos, dont il fut l’higoumène pendant quelques années (1005-1019) ; il se consacra surtout à traduire du grec des textes de natures diverses destinés à enrichir le patrimoine de l’Église géorgienne14.

  • 15 Catalogue A IV, p. 79 (fol. 117v).
  • 16 Ł. Menabde, Jveli kartuli mc’erlobis k’erebi [Les foyers de la littérature géorgienne ancienne], t (...)
  • 17 Catalogue A IV, p. 77 (fol. 2v).
  • 18 Le colophon qui suit les Dialogues (éd. Catalogue A IV, p. 79, fol. 117v-118r) donne la date de la (...)
  • 19 Ibid., p. 79, fol. 131v : Jean dit avoir travaillé « sous le gouvernement (zeobasa) d’Euthyme ».
  • 20 I. Abulaje, Kartuli c’eris nimušebi. p’aleograpiuli albomi [Types d’écriture géorgienne. Album pal (...)

6Le manuscrit A 1103, non pris en compte dans l’édition, est particulièrement précieux par sa date et par ses colophons. Il eut pour copiste Jean Grjelisje15 ; ce moine, arrivé à Iviron au tout début du xie siècle, à la fois copiste et traducteur, fut le très proche collaborateur d’Euthyme, avant lequel il mourut16. C’est lui qui précise dans le titre de la Vie de Grégoire qu’elle est une œuvre traduite du grec par Euthyme17. On lui doit aussi un premier colophon qui permet de dater la traduction des Dialogues de Grégoire de 1011/101218, tandis qu’un autre, un peu plus loin, situe globalement l’activité du copiste durant l’higouménat d’Euthyme19. On peut donc considérer que le manuscrit fut copié entre 1011/1012 et 101920 ; le manuscrit grec utilisé par Euthyme, antérieur à cette date, n’a, semble-t-il, laissé aucune trace sur l’Athos.

  • 21 Voir ainsi B. Martin-Hisard, Le discours des Géorgiens sur leur orthodoxie. Pierre le Foulon et le (...)
  • 22 Martin-Hisard, La Vie de Jean et Euthyme (cité n. 14), p. 109-110 n. 143 ; V. Von Falkenhausen, Il (...)
  • 23 Martin-Hisard, La Vie de Jean et Euthyme (cité n. 14), p. 109-110 (§ 27-28).

7Les qualités de traducteur d’Euthyme sont au-dessus de tout soupçon ; mais, l’homme étant connu pour sa capacité à introduire une part d’originalité dans ses traductions, jamais sans raison toutefois21, on ne peut écarter la possibilité que tel ait été le cas dans sa traduction de la Vie de Grégoire. Au moment où il l’effectua, il y avait en effet des moines latins établis sur l’Athos, depuis les années 980, dans le monastère des Amalfitains22 où ils menaient « une vie belle et ordonnée selon la règle et les dispositions de saint Benoît dont la Vie est écrite dans les Dialogues23 ». Euthyme et son père Jean, qui avaient joué un grand rôle dans la fondation de ce monastère, entretenaient des relations excellentes avec ces moines bénédictins qui auraient pu apporter à Euthyme quelque tradition nouvelle sur l’auteur des Dialogues. Je n’ai cependant repéré aucun passage qui m’ait semblé suspect dans la Vie de Grégoire.

  • 24 Citée n. 9.
  • 25 P. Peeters, Bulletin des publications hagiographiques, An. Boll. 43, 1925, p. 379-383, ici p. 382. (...)

8Le texte de A 1103 n’a pas été édité ; j’ai donc établi la traduction qui suit de la version géorgienne de la Vie de Grégoire à partir de l’édition de K’. K’ek’elije24. Bien que signalée en Occident en 1925, puis en 195525, cette édition n’y a rencontré aucun écho et n’est pas vraiment facile d’accès, raison pour laquelle il a semblé opportun de la reproduire en appendice.

  • 26 Voir G. Ferrari, Early Roman Monasteries. Notes for the History of the Monasteries and Convents at (...)

9Disons au préalable quelques mots du monastère fondé à Rome par Grégoire et qui va jouer un grand rôle dans les pages qui suivent26.

10Il était désigné par sa dédicace à l’apôtre André, mais souvent aussi en référence à la voie en bordure de laquelle il se trouvait, le Clivus Scauri. Depuis le Circus Maximus cette « montée » s’élevait le long de la colline du Caelius et se prolongeait par la via Caelimontana en direction de la cathédrale de Rome, la basilique Saint-Jean de Latran, flanquée du palais du Latran où résidaient alors les évêques de Rome ; elle assurait ainsi les liens entre le Tibre et le Latran. Elle n’était pas éloignée de la Muraille Aurélienne qui définissait toujours le territoire de la Rome médiévale, dans laquelle s’ouvrait, à quelque distance, la Porta Ostiense, encore dite Porte Saint-Paul, au-delà de laquelle avait été construite hors les murs, au ive siècle, sur la via Ostiense, la basilique Saint-Paul. La domus Aniciorum, cœur des domaines de la famille paternelle de Grégoire, se trouvait sur le Caelius ; c’est elle qui fut la base matérielle du monastère Saint-André, établi face au Palatin sur les toutes premières pentes de la colline, en bas du Clivus, non loin de la bibliothèque fondée par Agapet Ier (535-536) ; le Clivus le séparait, un peu plus haut, à gauche, du titulus Pammachus, fondé à la fin du ive siècle par le sénateur Pammachus pour les soldats romains Jean et Paul, exécutés en 362, d’où le nom d’église des Saints-Jean-et-Paul que prit ensuite le titulus. En face du Caelius, en direction de la Porte Saint-Paul se trouvait la colline de l’Aventin dont l’un des deux sommets, le Petit Aventin, portait depuis le viie siècle le monastère grec de Saint-Sabas, à proximité d’un lieu-dit Cella nova.

11Dans la traduction qui suit du texte de la Vie de Grégoire, ont été ajoutés entre chevrons < > les mots absents du texte géorgien, entre crochets [] la numérotation en courts paragraphes et les titres intercalaires, également absents du géorgien, et entre accolades {} les rares corrections apportées au texte édité.

  • 27 ganbrjnobili.
  • 28 J’ai retenu ici le titre du manuscrit A 1103 : voir n. 17.

Vie de notre saint et béni père Grégoire, pape des Romains, récemment traduite du grec par notre saint père Euthyme, rendu sage27 par l’Esprit saint28.

  • 29 Voir le commentaire de ces premiers paragraphes, p. 470-472.

12[Premières années]29

  • 30 net’ari qui traduit μακάριος, makarios.
  • 31 Sur le surnom de Dialogos, voir p. 489 et n. 232 ; sa traduction ne peut être que le fait du tradu (...)
  • 32 mtavrisa didisa da didebulisa ; mtavari, chef, ici aristocrate, qualifié de didi, grand, et même d (...)
  • 33 « Philosophie » couvre les enseignements du trivium.
  • 34 Il s’agit du Psautier (daviti) et des différents livres contenant les lectures liturgiques tirées (...)
  • 35 Pr 1, 7 ; Ps 111, 10.
  • 36 Ps 143 (142), 8.
  • 37 Ps 143 (142), 10.

13[1] Notre théophore et bienheureux30 père Grégoire, qui fut appelé Dialogos, ce qui se traduit par narrateur de récits divins31, était par sa naissance citoyen de la grande ville de Rome, fils d’un grand aristocrate de très haut rang32 qui s’appelait Gordien. [2] Quand le bienheureux Grégoire eut douze ans, son père le livra à l’instruction ; la grâce de Dieu était sur l’enfant et il apprit parfaitement toute la science de la sagesse et les enseignements des philosophes33. [3] Lorsqu’il fut rempli de toute sagesse, il commença à étudier aussi les sciences ecclésiastiques, le David et l’Évangile, l’Apostolikon et le Prophètologion34 ; et comme une abeille il rassembla la douceur de la sagesse divine et humaine dans son cœur et, avant tout, la crainte du Seigneur qui est le commencement de toute sagesse35. [4] Il avait une telle crainte du Seigneur que sa seule préoccupation, nuit et jour, était de savoir comment plaire à Dieu ; et il le priait sans cesse : « Apprends-moi, Seigneur, la voie sur laquelle aller36 et enseigne-moi à faire ta volonté37. »

  • 38 didta mtavarta : voir n. 32.

14[5] Et quand il eut vingt ans, son père forma le projet de lui faire épouser la fille de grands aristocrates38 ; mais Grégoire s’en irrita et refusa. [6] Tandis qu’ils en étaient encore là, son père Gordien mourut : l’homme, qui craignait le Seigneur et était miséricordieux envers les pauvres, partit vers le Seigneur. [7] Son fils Grégoire l’ensevelit alors comme il convenait et il donna aux pauvres et offrit à des églises et des monastères toute une partie de la fortune de son père pour l’âme de celui-ci.

  • 39 Mt 10, 38 ; 16, 24. Mc 8, 34. Lc 9, 23 ; 14, 27.
  • 40 Voir Mt 13, 45-46.
  • 41 monageba, en grec κτῆμα, ktèma (Index 1, p. 453) : biens possédés.
  • 42 sopeli : terre, territoire, habitat.
  • 43 mamasaxlisi : père de la maison, abbé.
  • 44 šesavali, en grec εἴσοδος, eisodos (Index 2, p. 238) : revenus.
  • 45 Le monastère Saint-André (voir plus haut, p. 460-461 et n. 26) ; sur la date de sa fondation, plus (...)
  • 46 sapase, en grec πλοῦτος, ploutos ou χρῆμα, chrèma (Index 2, p. 75) : biens, fortune.

15[8] Il fit une bonne proposition à sa mère Sylvie, à savoir qu’ils choisissent la vie monastique et accomplissent le commandement du Seigneur de prendre sa croix et de le suivre39. [9] Cela plut à la bienheureuse Sylvie, sa mère, et elle lui donna pouvoir sur toute sa fortune. [10] Alors, tel un marchand avisé, le bienheureux Grégoire commença à vendre tout ce qu’il avait pour acheter la perle sans prix40. [11] Le patrimoine41 maternel était dans la grande île de Sicile ; il s’y rendit et transforma les domaines42 en monastères ; il aménagea six monastères, rassembla des moines, établit des abbés43, hommes vertueux et spirituels, et dota chaque monastère de revenus44 et de règles spirituelles. [12] Et il partit à Rome, vendit le patrimoine paternel et construisit un beau monastère45 ; il y établit un abbé, un homme théophore, et, à partir du patrimoine paternel, il dota de tout le nécessaire les moines qui s’y rassemblèrent. [13] Ainsi géra-t-il ses biens et sa richesse46 selon la volonté du Seigneur.

  • 47 Commentaire de ce passage, p. 472.

16[Grégoire moine]47

  • 48 Voir plus haut, p. 460.
  • 49 C’est-à-dire un abbé, également père spirituel (voir § 16), en l’occurrence Valentio, voir p. 472 (...)
  • 50 mołuaceba, combat (de la vie monastique), ascèse.

17[14] Il ne s’institua supérieur d’aucun des monastères qu’il avait fondés, mais il entra, obéissant, dans le monastère qui est à Rome, dédié à saint André, qu’on appelle K’leosk’avri [Clivus Scauri]48, dans lequel il y avait un père théophore49 et des frères spirituels ; le bienheureux Grégoire y reçut la règle de la vie monastique et il donna à son père spirituel la totalité de la fortune qui lui restait. [15] Il commença à combattre50 d’une manière surnaturelle, par des jeûnes nombreux, des prières continuelles, des veilles semblables à celles des <anges>, une humilité divine, une obéissance inébranlable, un rejet constant de sa volonté propre. Il accomplit tout le combat de la vie monastique, il pratiqua à la perfection toutes les vertus et il resplendissait en toute œuvre de bien.

  • 51 Voir le commentaire de ce passage, p. 473-476.

18[Grégoire higoumène, diacre et apocrisiaire]51

  • 52 mamay monast’risa da mojłuari misi : « le père du monastère et son guide (à lui, Grégoire) » ; voi (...)
  • 53 Au lieu de vingt (oci) de l’édition, il faut lire deux (ori) : voir p. 473.
  • 54 Il s’agit de la vie monastique de Grégoire : voir p. 472-473.
  • 55 łirsi, ἅγιος, agios : digne, bienheureux, que je rends par vénérable pour le distinguer de net’ari(...)
  • 56 Le pape Benoît Ier (2 juin 575-30 juillet 579) : voir p. 476-480.
  • 57 C’est-à-dire l’ordination diaconale, voir p. 473-474 et 477-478.
  • 58 c’inamjłuari, ἡγούμενος, higouménos (Index 2, p. 338) : celui qui marche devant, higoumène.
  • 59 mojłureba, διδασκάλιον, didaskalion (Index 2, p. 475) : enseignement d’un maître.

19[16] Mais le père du monastère et son guide52 mourut au bout de {deux}53 ans de sa vie monastique54. Alors le vénérable55 pape de Rome, Agathon56, appela les moines du monastère pour qu’ils choisissent un abbé. [17] Et tous, comme d’une seule voix, demandèrent le bienheureux Grégoire. Le vénérable pape fut rempli de joie en entendant cela, car lui aussi désirait Grégoire ; mais Grégoire ne voulait pas, car il aimait infiniment la solitude et l’absence de troubles. [18] Le pape lui répondit et lui dit : « Fils, il ne faut pas rechercher sa propre tranquillité, mais ce qu’il y a de mieux pour les frères. Ne tombe donc pas maintenant dans le péché de désobéissance, mais accepte la récompense de l’obéissance. » [19] Par de telles paroles et injonctions il infléchit son cœur ; il lui donna d’abord la bénédiction du sacerdoce57 et la grâce de l’Esprit saint vint sur lui encore davantage et il le bénit ainsi comme higoumène58 du monastère du saint apôtre André et il fit paître ses frères dans la crainte du Seigneur et par un véritable enseignement59.

  • 60 Ce sont les miracles dont l’accomplissement est promis par le Christ aux apôtres envoyés en missio (...)
  • 61 sameupo, de mepe, littéralement roi, terme qui est toujours utilisé pour désigner un empereur, tra (...)
  • 62 Tibère II depuis octobre 578 ; Eutychios, pour la seconde fois (577-582).

20[20] Or il avait aussi reçu la grâce des miracles ; il guérissait de nombreux infirmes et des gens en proie à de mauvaises maladies par la prière et en traçant le signe de croix ; il expulsait les démons impurs et il ouvrit les yeux de nombreux aveugles par le toucher de ses mains et de nombreux sourds-muets furent guéris60. [21] Et non seulement le renom de sa sainteté et des miracles qu’il faisait se répandit dans la région de Rome et en Italie, mais il parvint dans la Ville impériale61 de Constantin et arriva aux oreilles de l’empereur et du patriarche62.

  • 63 ačrdili : ombre ; voir n. 199.
  • 64 Voir plus haut, p. 460.
  • 65 Sur la date possible de ce départ au début de l’année 579, voir p. 474-475.

21[22] En ces jours-là des gens s’étaient dressés à Constantinople qui disaient : « Notre corps ne ressuscitera pas à la seconde résurrection, mais une sorte d’ombre63 de corps se verra » et ils disaient d’autres nombreuses paroles vaines ; ce fut au point qu’ils dévoyèrent aussi le patriarche ; il suivit leurs vaines idées et il y eut du trouble dans les églises. [23] Le pape Agathon l’apprit et s’en attrista ; il appela le bienheureux Grégoire et le supplia de partir à Constantinople et d’exposer au roi et au patriarche la parole de vérité. [24] Le vénérable accueillit avec joie l’ordre du pape et partit ; il salua les frères de son monastère et leur prescrivit comment ils devaient vivre jusqu’à son retour. [25] Puis il se rendit auprès de la bienheureuse Sylvie, sa mère, qui demeurait près de la Porte du saint apôtre Paul64 et servait le Seigneur par toutes aumônes et vertus ; il lui donna la paix et reçut sa prière. [26] Et il partit auprès du pape et reçut sa bénédiction ainsi que des lettres pour l’empereur et le patriarche, puis il prit la direction de Constantinople65. [27] Chemin faisant, le Seigneur effectua de nombreux miracles et guérisons par le bienheureux Grégoire.

  • 66 Voir le commentaire de ce passage p. 480-482.

22[L’ange de Constantinople]66

  • 67 Les partisans du patriarche.
  • 68 Ce chef des philosophes, anonyme, est distinct du patriarche.

23[28] À son arrivée dans la Ville impériale, l’empereur le reçut avec de grands honneurs et <Grégoire> lui remit la lettre du pape ; l’empereur la lut et envoya <Grégoire> chez le patriarche. [29] Il donna au patriarche la lettre et l’informa de la raison de sa venue. Et le patriarche lui dit : « Nous fixerons un jour et nous nous réunirons ensemble et nous examinerons l’affaire comme il convient. » [30] Trois jours plus tard les évêques se réunirent et le patriarche appela le bienheureux Grégoire. Ils lurent la lettre du pape, et le patriarche et les autres philosophes67 commencèrent à tenir de vains propos. [31] Alors le bienheureux Grégoire ouvrit la bouche et il fut rempli de la grâce de l’Esprit saint et il commença à prononcer des paroles divines et ils prolongèrent la discussion pendant trois jours et le chef des philosophes68 refusait de croire afin que sa défaite ne fût pas manifeste ; par des objections variées il s’opposait au saint père et il détournait le peuple et les évêques. [32] Et le troisième jour, comme il parlait de manière vaine, un ange le frappa d’une épée invisible et il mourut subitement. [33] Alors tous s’écrièrent : « Véridiques sont les paroles de Grégoire ! » ; et le patriarche et tous les prêtres et toute la multitude du peuple crurent en son enseignement.

  • 69 car’gzavna, envoyer, expédier, ici au sens de laisser partir.
  • 70 Tibère II étant mort le 13 août 582, il s’agit maintenant de Maurice.
  • 71 Benoît Ier/Agathon est mort le 30 juillet 579 ; Pélage II a été consacré le 26 novembre 579.
  • 72 Sur la date de ce retour (585/586 ? 587 ?), voir p. 479-480.

24[34] Le bruit en parvint à l’empereur et il fut rempli de joie parce que le Seigneur avait manifesté la vérité et il renvoya69 Grégoire avec de grands honneurs et des présents impériaux70 ; car il voyait les nombreux miracles et les guérisons qu’il faisait. [35] Et pendant que Grégoire se trouvait à Constantinople, le bienheureux Agathon, pape de Rome, était mort et le vénérable Pélage fut établi pape71. [36] Quand Grégoire arriva à Rome72, il rencontra le pape et tous les prêtres et ils l’accueillirent avec joie et il leur raconta tout ce qui s’était passé à Constantinople et tous rendirent grâces au Seigneur.

  • 73 Sur les paragraphes qui suivent, voir p. 481 et 491-492.

25[Ascèse monastique]73

  • 74 mc’erloba, ou mc’erlobit qelovneba, καλλιγράφειν, kalligraphein.
  • 75 qelt-sakmari, ἐργόχειρον, ergocheiron (Index 2, p. 366) : travail manuel.
  • 76 c’igni, tout texte écrit, livre ou lettre ; ici plutôt livres.
  • 77 Les trois derniers verbes sont au permansif qui indique une action répétée.
  • 78 sc’avla, παιδεία, paideia, διδασκαλία, didaskalia.

26[37] Le bienheureux Grégoire regagna son monastère et se livra de nouveau à l’ascèse de la solitude. [38] Il avait la calligraphie74 pour travail manuel75 : il écrivait parfois des livres76, mais il prononçait surtout lui-même et mettait par écrit77 de divines catéchèses ; le bienheureux écrivit en effet de nombreux enseignements78 et des commentaires des Écritures, soit pendant qu’il était au monastère, soit lorsqu’il s’assit sur le siège de l’épiscopat. [39] Mais, à côté de toutes ses vertus, il était très ardent en matière d’amour des pauvres et d’aumônes et il s’empressait de toutes les manières de pratiquer la miséricorde envers les nécessiteux et les indigents.

  • 79 Sur ce passage, voir p. 483-484.

27[Le pauvre naufragé]79

  • 80 menavet-mojƚuari : littéralement pilote, commandant de navire ; en grec, κυβερνήτης, kubernètès (I (...)
  • 81 mač’urč’le : trésorier, en grec βεστιάριος, vestiarios.
  • 82 drahk’ani, en grec νόμισμα, nomisma : pièce d’or.
  • 83 sač’urč’le : trésor, pièce où sont gardés les objets de valeur, en grec βεστιάριον, vestiarion.
  • 84 č’urč’eli, en grec σκεῦος, skeuos (Index 2, p. 357) : objet d’équipement, vase, récipient.
  • 85 lodak’i : plat, jatte, écuelle.
  • 86 dambali : mouillé, humecté ; osp’ni, en grec φακός, phakos (Index 2, p. 23) : lentille.
  • 87 La répétition du verbe k’urtxeva (eulogein), est voulue.

28[40] Un jour qu’il était assis dans sa cellule et écrivait, un pauvre vint à lui, il le suppliait et disait : « Aie pitié de moi, serviteur de Dieu, car j’étais capitaine de navire80 et mon bateau a fait naufrage, j’ai perdu à la fois tous mes biens et ceux des autres et maintenant je suis sans ressources. » [41] Et le véritable serviteur du Christ et ami des pauvres appela son trésorier81 et lui dit : « Va et donne à ce pauvre six pièces d’or82. » Il fit ce qu’il ordonnait et donna <au pauvre> six pièces d’or ; le pauvre les prit et partit. [42] De nouveau, peu après, le même jour, le pauvre vint auprès du bienheureux Grégoire et lui dit : « Aie pitié de moi, serviteur du Dieu <très> haut, car j’ai perdu une grande somme et tu m’as donné peu de choses. » [43] Alors le théophore appela de nouveau le frère et lui dit : « Va et donne à cet homme six autres pièces d’or. » Le pauvre prit également ces six pièces d’or et partit. [44] Et comme un peu de temps s’était écoulé, le même jour, l’homme revint une troisième fois et dit au bienheureux : « Serviteur de Dieu, aie pitié de moi et donne-moi encore une autre eulogie, car je suis tombé dans une grande détresse. » [45] Le saint < homme> appela une troisième fois son trésorier et lui dit : « Va, frère, et donne-lui six autres pièces d’or. » Le frère lui répondit et lui dit : « Crois-moi, ô saint, il ne reste même pas une seule pièce d’or dans le trésor83 ! » [46] Le bienheureux Grégoire lui dit : « Donne-lui autre chose, un objet84 d’argent ou un vêtement, afin qu’il ne parte pas sans rien. » [47] Le trésorier lui répondit et lui dit : « Nous n’avons aucun autre objet de ce genre, saint père, sinon l’écuelle85 d’argent que ta mère a envoyée hier comme d’habitude avec des lentilles trempées86. » [48] Le bienheureux Grégoire lui dit : « Va, frère, et donne l’écuelle à cet homme. » [49] Le frère fit comme il lui disait ; le pauvre prit les douze pièces d’or et l’écuelle d’argent et il partit en bénissant le béni Grégoire87 à la mesure de la bonté d’âme de ce dernier.

  • 88 Sur ce passage, voir p. 482-484.

29[Élection au trône de saint Pierre]88

  • 89 Le 5 février 590.
  • 90 łmertisa mier : par Dieu, par son action ; en grec, ἐκ θεοῦ, ek théou, ἀπὸ θεοῦ, apo théou.
  • 91 Maurice Ier (582-602).
  • 92 Jean IV le Jeûneur (582-595).
  • 93 brjaneba qui correspond à la kéleusis grecque.
  • 94 c’ameba, en grec μαρτύριον, martyrion (Index 2, p. 307) : témoignage, approbation.
  • 95 Des problèmes de santé devaient affecter Grégoire jusqu’à la fin de sa vie : voir p. 493.
  • 96 Voir plus haut, n. 32.

30[50] Au bout d’un certain temps le vénérable Pélage, pape de Rome, mourut89. Alors, par l’action de Dieu90, tous les chefs des prêtres et les aristocrates et aussi tout le peuple ne firent qu’un en esprit et intention pour établir Grégoire comme pape. [51] De même l’empereur91 l’apprit et il écrivit une lettre à Rome pour que personne d’autre que Grégoire ne siège sur le trône de l’apôtre Pierre. Le patriarche de Constantinople écrivit de même92. [52] Alors les chefs des prêtres romains se réunirent, ils firent venir le bienheureux Grégoire et lui firent part de leur intention, du mandement de l’empereur93 et du témoignage du patriarche94. [53] Et Grégoire refusa et allégua son indignité spirituelle et sa faiblesse physique ; car vraiment à cause de ses grands jeûnes et de son ascèse il avait l’estomac démoli, et il souffrait des pieds du fait de ses stations debout en prière95. [54] Les chefs des prêtres et les aristocrates de très haut rang96 lui dirent : « Notre père, nous nous sommes promis de ne consacrer personne d’autre que ta Sainteté. Maintenant donc, nous t’en adjurons par le Seigneur, ne nous cause pas de souci ! » Mais le bienheureux ne voulait pas et il demanda un délai pour prier le Seigneur.

  • 97 Voir Jn 21, 15-17.
  • 98 Grégoire fut consacré le 3 septembre 590.

31[55] Et dans une apparition nocturne il vit le saint apôtre Pierre qui lui dit : « Grégoire, Grégoire, ne sois pas indocile, mais accepte ce troupeau et fais paître ces brebis parlantes, car le Seigneur m’a dit à moi aussi : “Pierre, si tu m’aimes, pais mes brebis97.” » [56] Alors que le bienheureux Grégoire avait eu cette vision, les chefs des prêtres arrivèrent de nouveau le matin et ils le pressaient ; alors il partit tristement et en soupirant. [57] Et ils le consacrèrent selon le rituel établi et ils le firent asseoir sur le trône du chef des apôtres98. [58] Une lumière resplendissante se répandit soudain d’en haut sur lui et tous rendirent grâces au Seigneur ; et il y eut une grande joie dans la ville et tout le pays.

32[59] Et à partir de ce moment le théophore fit paître le peuple comme un bon et véritable pasteur : il soignait les malades, il avait soin des pauvres, il réconfortait les opprimés, il convertissait les égarés, il cherchait ceux qui étaient perdus, il relevait ceux qui étaient tombés, il ramenait à la règle les désordonnés par des enseignements spirituels. Il fut à tous égards agréable au véritable chef des pasteurs, le Christ, et sa conduite rivalisa avec < celle > des anges.

  • 99 Sur ce passage, voir plus bas, p. 483-485.

33[Le treizième convive]99

  • 100 sakelari.
  • 101 mqcovani, en grec πολιός, polios (Index 1, p. 520) : cheveux gris.

34[60] C’est une coutume des patriarches de Rome que douze pauvres mangent quotidiennement à leur table. Et le grand Grégoire respectait pieusement cette coutume plus que toute autre et elle était du ressort de son sacellaire100 qui invitait chaque jour douze pauvres. [61] Un jour il invita comme d’habitude douze pauvres ; ils s’assirent avec le bienheureux Grégoire à sa table et il y avait treize pauvres. [62] Le vénérable pape appela son sacellaire et lui dit : « Comment as-tu fait entrer sans mon ordre treize pauvres ? » [63] Le sacellaire fut effrayé et lui dit : « Crois-moi, saint seigneur, ils sont douze ! » ; personne en effet ne voyait le treizième, sinon le bienheureux Grégoire. [64] Et comme ils étaient assis à table, le pape observait le treizième qui était assis au bout du banc et voilà que l’aspect de son visage changeait : il apparaissait tantôt les cheveux gris101 et tantôt juvénile.

  • 102 sak’wrveli, repris par l’ange dans sa réponse (§ 66 et note suivante).
  • 103 Ps 8, 2 ou 10 : « Seigneur…, que ton nom est admirable par toute la terre ! »
  • 104 Ac 4, 34-35.

35[65] Et quand ils se levèrent de table, il renvoya les autres avec une aumône, mais il retint le treizième qui lui paraissait si admirable102, il le fit entrer dans sa cellule et lui dit : « Je t’en conjure par la puissance de Dieu : dis-moi qui tu es ou quel est ton nom. » [66] Il lui répondit et lui dit : « Pourquoi demandes-tu mon nom ? Celui-ci est admirable103 ! et moi je suis le pauvre, venu à toi dans le monastère Saint-André lorsque tu étais assis dans ta cellule et que tu écrivais, et tu m’as donné douze pièces d’or et la petite écuelle en argent que ta mère t’avait envoyée avec des lentilles trempées. [67] Et sache que dès lors, depuis ce jour où tu as ainsi pris soin de moi avec patience et simplicité de cœur, le Seigneur a ordonné de t’établir évêque de son Église pour laquelle il a versé son sang précieux et de te faire asseoir sur le trône de Pierre, le chef des Douze, dont tu as imité la vertu ; car ainsi partageait-il les biens que les fidèles lui apportaient et il donnait généreusement à chacun selon ses besoins104. »

36[68] Le bienheureux Grégoire lui dit : « Comment sais-tu que le Seigneur a ordonné que je sois établi évêque ? » [69] Il lui répondit et lui dit : « Moi je suis un ange du Seigneur tout-puissant, c’est pourquoi je le sais ; car c’est à ce moment que le Seigneur m’a envoyé mettre à l’épreuve tes intentions afin de manifester que tu fais l’aumône par bonté et non par faux-semblant. »

37[70] Lorsque Grégoire entendit que c’était un ange, il eut peur, car il n’avait pas vu <en lui> un ange, mais il lui avait parlé comme à un homme. [71] Mais l’ange lui dit : « Ne crains pas ; voici que le Seigneur m’a envoyé pour être toujours avec toi tant que tu es en cette vie. Maintenant donc quelque demande que tu veuilles faire à Dieu, fais-la savoir au Seigneur par mon intermédiaire. »

  • 105 Mt 25, 34.
  • 106 Les versets suivants (35-36) précisent les raisons qui justifient cette bénédiction : « J’ai eu fa (...)

38[72] Quand le bienheureux entendit ces paroles, il se prosterna sur la face, adora le Seigneur et dit : « Si pour une petite offrande de rien le Seigneur de bonté a fait montre envers moi d’une telle abondance de compassion qu’il a envoyé son ange demeurer avec moi, quelle gloire sera donc accordée à ceux qui accomplissent ses commandements et pratiquent une véritable et large miséricorde, [73] eux dont le Seigneur a ordonné qu’ils soient placés à sa droite et entendent la parole de béatitude : “Venez les bénis de mon père et demeurez dans le royaume qui vous a été préparé105” » et la suite ?106 [74] Et à partir de ce jour l’ange fut toujours avec le bienheureux Grégoire et il lui apparaissait fréquemment.

  • 107 Voir plus bas, p. 486 et 488.

39[L’ange de la liturgie]107

  • 108 Sur l’archidiacre Pierre, que l’on retrouve, au § 90, qualifié d’« homme véridique et théophile », (...)

40[75] Notamment, lorsqu’il s’avançait pour la sainte liturgie, le saint ange soudain se présentait à lui et se tenait près de lui jusqu’à la fin de la liturgie, et Grégoire le voyait de ses yeux, comme il l’a lui-même raconté à son ami l’archidiacre Pierre, homme divin et orné de toutes les vertus108. [76] Et <l’ange> donna au vénérable et saint Grégoire une grande liberté de parole devant le Seigneur et quelque affaire miraculeuse qu’il demandât au Seigneur, aussitôt le Seigneur l’écoutait, comme le saint ange lui avait promis qu’il en serait ainsi.

  • 109 Voir le commentaire de ce passage, plus bas, p. 485-489.

41[Grégoire, l’empereur Trajan et l’ange]109

  • 110 gza, en fait le Forum de Trajan ; voir p. 487.
  • 111 dasq’muli : garni, planté.
  • 112 mosctebodes, de moctoma, se tromper, se détourner ; voir p. 487.
  • 113 sakme : acte, action ; voir p. 487-488.
  • 114 sat’anǰveli : en grec κόλασις, kolasis, βάσανος, basanos, châtiment, souffrance.

42[77] Un jour le grand Grégoire se rendit dans un autre endroit pour une affaire ecclésiastique ; il fit route par la rue110 qu’avait faite l’empereur Trajan, avec ses marbres dressés111 ; les passants s’y délassaient et les ignorants ne se trompaient pas112. [78] Quand le bienheureux vit la rue, une action accomplie par l’empereur lui plut113 ; il se tint en prières et offrit à Dieu une fervente supplication pour qu’il délivre l’âme de Trajan des tourments114 éternels. [79] Or l’empereur était un idolâtre et un impie ; et comme il prolongeait sa prière fervente, il entendit du ciel cette voix : « J’ai entendu ta supplication et j’ai délivré des tourments l’âme de Trajan ; mais toi, ne recommence pas à me supplier pour des incroyants ! » [80] Après cela le saint ange lui apparut également et lui dit : « Voici que le Seigneur a entendu ta supplication, cependant ne recommence plus à supplier ainsi le Seigneur pour des impies et des idolâtres ! » On voit par cette histoire quelle liberté il avait devant Dieu.

43[81] Si nous mettions par écrit chacun des miracles qu’il fit, cela ferait de très nombreux textes, car personne, en proie à une mauvaise maladie, n’est venu à lui avec foi sans rentrer chez lui, guéri et louant Dieu.

  • 115 Voir le commentaire de ce passage, plus bas, p. 489-491.

44[L’ange et la conversion des Bretons]115

  • 116 c’arumart’os de c’armart’eba, (avec le préfice – u) que j’interprète comme ayant ici le sens de ka (...)

45[82] En ce temps-là les habitants de l’île de Bretagne étaient en proie à l’erreur de l’idolâtrie, et cette île est la plus grande de toutes les îles et un peuple innombrable l’habite, de beaux hommes ; et le bienheureux Grégoire était triste de la perdition d’un si grand peuple. [83] Alors il pria le Seigneur de le guider dans leur conversion116. L’ange de Dieu lui apparut et lui dit : « Le Seigneur a entendu ta prière : que des hommes instruits partent là-bas les convertir. » [84] Alors le bienheureux fut rempli de joie ; il choisit quatre moines pleins de grâces : Théodore, André, Paul et Éleuthère ; il consacra Théodore évêque, André prêtre, Paul et Éleuthère diacres. Et il les envoya en Bretagne, munis de sa prière. [85] Et quand ils arrivèrent dans l’île, avec l’aide de Dieu et la prière du grand Grégoire, ils convertirent à Dieu en peu de temps tout le peuple et le roi de l’île et les chefs et ils les baptisèrent au nom du Père, du Fils et de l’Esprit saint. Ils renversèrent les temples des idoles et construisirent des églises et ils enseignèrent toutes les règles du christianisme. [86] Le bienheureux Grégoire apprit cela : il leva les bras et rendit grâces à Dieu avec des larmes ferventes.

46[87] Il écrivit souvent des lettres au peuple des Bretons, pleines d’enseignements spirituels, et chaque jour il en arrivait à Rome venus saluer leur père spirituel. [88] Ainsi, le bienheureux Grégoire mérita la grâce de l’apostolat, il arracha au démon des peuples innombrables et les offrit au Christ.

  • 117 Sur ce passage, voir p. 491-493.

47[Grégoire et la colombe]117

  • 118 Allusion aux homélies de Grégoire, prononcées, puis mises par écrit : voir § 38.
  • 119 Sur le récit qui suit, voir p. 492.

48[89] Et le théophore accomplit beaucoup d’autres œuvres bonnes et divines, il écrivit de nombreux livres, orna de toutes manières l’Église de Rome et le renom de ses vertus gagna toute la terre. [90] En effet ce n’est pas seulement selon un enseignement et une sagesse humaine qu’il exposait et écrivait ses livres118, mais la grâce de l’Esprit saint était donnée à sa parole comme nous l’a raconté son archidiacre Pierre, un homme véridique et théophile. [91] Il disait119 : « Lorsque notre saint père Grégoire écrivait soit une homélie soit un commentaire des Écritures, je voyais distinctement une colombe blanche voler devant sa bouche au point que ses ailes lui frappaient la bouche et elle se promenait sur ses mains et sur ce qu’il écrivait, comme si elle-même parachevait et arrangeait le texte. » On sait donc que la grâce de l’Esprit saint se voyait sous l’aspect d’une colombe et illuminait le bienheureux.

  • 120 Sur les dernières années de Grégoire, voir plus bas, p. 493.

49[Aux derniers jours]120

  • 121 Sur cette seconde mission, voir plus bas, p. 490.

50[92] Et le bienheureux vécut de nombreuses années dans cette divine conduite et il devint vieux et comblé de bons jours. [93] Et il convertit aussi à Dieu et délivra de l’idolâtrie les tribus des Saxons, un très grand peuple égal aux Bretons, et il rendait grâces à Dieu121.

51[94] Alors le saint ange vint à lui et lui annonça son appel. [95] Et il régla d’heureuse manière toutes les affaires de l’Église, comme il plaisait à Dieu. [96] Il fut malade peu de temps et partit au nom du Seigneur sous la conduite des anges qui étaient avec lui en ce lieu.

  • 122 Voir le commentaire plus bas, p. 494.

52[Mort et miracles]122

  • 123 En 604.

53[97] Et il mourut le 12 du mois de mars123, tout le peuple de Rome le pleura et on l’ensevelit dans l’église du saint apôtre Pierre. [98] Et de nombreux miracles se produisirent et se produisent encore sur son tombeau, par la grâce et la philanthropie de notre Seigneur Jésus-Christ, à qui est la gloire et la puissance avec le Père et en compagnie de l’Esprit saint, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

54Le texte traduit par Euthyme est, on le voit, une Vie de longueur moyenne (8 à 10 folios). Elle embrasse l’ensemble de l’existence de Grégoire de ses premières années jusqu’à sa mort. Elle rapporte d’abord les débuts de la vie de Grégoire, jeune aristocrate promis à un bel avenir (§ 1-7), qui choisit de vivre la vie monastique dans le monastère romain de Saint-André qu’il avait fondé (§ 8-15) ; il en fut élu higoumène alors même qu’il devenait également diacre et il fut peu après envoyé comme apocrisiaire à Constantinople (§ 16-35). À son retour il se consacra dans son monastère à la calligraphie et à des œuvres de charité (§ 37-49). Le texte s’attache alors au pontificat de Grégoire pour évoquer, après son élection (§ 50-58), sa conduite pastorale (§ 59-81), la conversion des Bretons (§ 82-88), son activité littéraire inspirée (§ 89-91), sa vieillesse et la conversion des Saxons (§ 92-93), sa mort et son ensevelissement (§ 94-97) ; elle s’achève par la mention de miracles opérés sur sa tombe (§ 98).

55La Vie de Grégoire suit donc un plan chronologique et se subdivise en deux parties sensiblement égales, consacrées respectivement aux années pré-pontificales de Grégoire et à son pontificat. Mais une telle présentation ne rend pas compte de la construction réelle du texte dont le contenu change de caractère dans les paragraphes consacrés au séjour de Grégoire à Constantinople. Jusque-là le texte a suivi de manière événementielle et, pour ainsi dire, réaliste les étapes successives de la vie de Grégoire. Mais à partir de la période constantinopolitaine, ce registre factuel s’efface devant une autre approche de la vie de Grégoire, désormais jalonnée de manifestations surnaturelles. On s’attachera donc, dans le commentaire, à dégager les traits caractéristiques de chacune de ces deux parties.

De Rome à Constantinople : variantes et nouveautés

56La Vie géorgienne apporte quelques éléments nouveaux à la connaissance que l’on avait des premiers temps de la vie de Grégoire, de son enfance romaine à son départ pour Constantinople ; ils conduisent à proposer, à titre d’hypothèse, une chronologie de la vie de Grégoire en partie différente de celle qui procède des traditions latines. Or cette nouvelle chronologie met en valeur le rôle qu’aurait joué dans la carrière de Grégoire un pape peu connu : Benoît Ier.

Commencements romains

Premières années

  • 124 Boesch Gajano, Grégoire, p. 28-29.
  • 125 Sur Gordien : PIC 1, s.v. Gordianus 2, p. 936 ; Müller, Führung, p. 20-21.
  • 126 En 573 il souscrit en cette qualité la déclaration d’adhésion du nouvel évêque de Milan à la conda (...)
  • 127 Morales, Lettre-Dédicace (t. 1, p. 114). Boesch Gajano, Grégoire, p. 37-38. Müller, Führung, p. 25

57Certains apports du texte sont en apparence menus. Ainsi apprend-on que Grégoire, qui suivit, on le sait, le cycle littéraire du trivium (appelé philosophie dans le § 2) à partir de l’âge normal de douze ans, se serait également consacré aux « sciences ecclésiastiques » et à l’étude des livres liturgiques (§ 3) ; cette dernière formation, rendue possible par la proximité de la bibliothèque d’Agapet, était jusqu’ici uniquement supposée124. Au cours de ces premières années qui laissent dans l’ombre la mère de Grégoire, Sylvie, la Vie met l’accent sur son père, Gordien125, le montrant impliqué dans l’instruction de son fils (§ 2) et dans son avenir. En effet le texte, surtout attentif à la quête religieuse de Grégoire (§ 4) et muet sur la belle carrière qui le mena à la fonction de préfet de la ville, fonction qu’il exerçait en 573126, fait état – et il est le seul à le faire – d’un projet de mariage, et même d’un très beau mariage, formé par Gordien pour son fils, alors âgé de vingt ans (§ 5), âge raisonnable et crédible dans les milieux aristocratiques. Ce projet paternel fait peut-être partie, comme Grégoire devait plus tard l’évoquer, des « multiples soucis » que le monde développa à un moment contre lui au point de le retenir jusque dans son âme127.

  • 128 Point de vue différent dans L. Pietri, C. Fraisse-Coué, Grégoire le Grand et le nouveau prestige d (...)
  • 129 Sur ce lieu, voir plus haut p. 460.
  • 130 Voir § 11 et 12. Sur le patrimoine paternel : PIC 1, p. 945.

58Le texte fait état de l’irritation de Grégoire et de son opposition immédiate à ce projet, qui tomba de lui-même avec la mort de Gordien, à la suite de laquelle il adopta la vie monastique (§ 6-8). Ce choix de Grégoire, facilité par la mort de son père, qui était donc clairement partisan d’une carrière laïque pour son fils, se fit, ce qui est un autre apport de la Vie, en concertation avec sa mère Sylvie qui apparaît à ce moment : en adoptant, en même temps que lui et en accord avec lui, le même type de vie (§ 8)128, elle rendit possible la concrétisation de son choix. Administration et vente du patrimoine maternel (§ 9, 11), entrée en possession et vente du patrimoine paternel (§ 9, 12), permirent à Grégoire de doter sept fondations monastiques (§ 11 et 12), déduction faite de larges aumônes prélevées sur le patrimoine paternel pour l’âme de Gordien (§ 7). Sylvie se retira « près de la Porte du saint apôtre Paul129 » (§ 24). Sur ces derniers points la Vie n’apporte rien que l’on ne sache déjà, sinon, au passage, quelque précision sur la localisation de la fortune familiale : seul le patrimoine maternel se trouvait en Sicile, le patrimoine paternel étant dans la région romaine130.

  • 131 « Poco prima della metà del sec. vi » dans S. Boesch Gajano, Gregorio I, dans EncP, p. 546-574, ic (...)
  • 132 JD, I, 5 (col. 65A) parle de la mort de Gordien après avoir mentionné en I, 4 (col. 64B) les fonct (...)
  • 133 Le texte précise au § 6 : « Tandis qu’ils en étaient encore là… »

59Au cours de ces premiers paragraphes, le texte géorgien introduit dans la vie de Grégoire des points de repère chronologiques, d’autant plus précieux que la seule date assurée pour ses premières années reste celle de 573, citée plus haut, les autres n’étant qu’hypothétiques : ainsi de la date de naissance de Grégoire, qu’aucun texte ne permet de préciser et que l’on situe, sans raison évidente pour moi, vers 540131, ou encore de la mort de Gordien placée assez raisonnablement vers 573, son fils étant, semble-t-il, alors préfet132. Je retiendrai cette dernière date. D’après la Vie géorgienne, Grégoire avait 20 ans (§ 5) lorsque Gordien envisagea son mariage et la discussion qui s’ensuivit n’était pas close lorsque Gordien mourut133. L’indice est fragile, mais, en admettant que la mort de Gordien soit intervenue dans le courant de 573 et que la discussion qui la précéda ait duré déjà depuis plusieurs mois, on peut supposer que Grégoire avait au moment de cette mort encore 20 ans ou déjà 21, ce qui placerait sa naissance en 553 ou en 552 : la Vie « rajeunirait » donc Grégoire d’une dizaine d’années. Retenons 553 à titre d’hypothèse.

  • 134 Boesch Gajano, Grégoire, p. 38 ; Bartola, Gregorio Magno (cité n. 26), p. 133.
  • 135 Müller, Führung, p. 25 et 62.
  • 136 Castaldi, Biografia (cité n. 131).
  • 137 PIC 1, p. 945, et Pietri, Fraisse-Coué, Grégoire le Grand (cité n. 128), p. 842.
  • 138 Bartola, Il regesto (cité n. 26), p. vii : entre 575 et 581.

60La chronologie des années suivantes est mal assurée. L’entrée de Grégoire au monastère, qu’aucune source ne fixe, est généralement placée après la mort de Gordien, ce que dit aussi la Vie géorgienne, mais à des dates variables : vers 573134, « um 574135 », « probabilmente verso il 574-575136 », avant 577 ou avant 577/579137. On se contentera d’observer ici que le voyage en Sicile et la fondation de six monastères durent bien nécessiter au minimum plusieurs mois d’absence de Rome et que le règlement des affaires romaines (avec la démission de la préfecture de la ville), la fondation d’un monastère et l’organisation de la vie de Sylvie ne se firent pas en quelques semaines. Même pressé de quitter le monde, Grégoire dut employer à tout cela une bonne année, voire davantage : en tout cas au moins l’année 574 qui pourrait être la date de fondation de Saint-André. C’est donc dans le courant de l’année 575 que pourrait se placer l’entrée de Grégoire dans son monastère, en tout cas peu après la fondation et la consécration de celui-ci138. Selon la chronologie reçue, Grégoire aurait eu environ 35 ans, âge déjà mûr pour l’époque ; les 22 ans correspondant à la chronologie géorgienne semblent plus raisonnables.

Moine et higoumène

  • 139 Dialogues, IV, 22, 1 (t. 3, p. 78).
  • 140 Ferrari, Early Roman Monasteries (cité n. 26), p. 151 ; PIC 2, s.v. Valentio 2, p. 2235-2236. Müll (...)

61La Vie ne donne pas le nom de l’« homme théophore » (§ 12), que Grégoire plaça à la tête du monastère Saint-André, lors de sa fondation ; elle le désigne un plus loin comme « le père du monastère et le guide <de Grégoire> » (§ 16), termes que l’on retrouve presque identiques sous la plume même de Grégoire dans les Dialogues pour dire de l’abbé Valentio qu’il fut « en charge de lui-même (Grégoire) et du monastère »139. Valentio est donc bien le premier abbé de Saint-André et l’initiateur de Grégoire à la vie monastique, décrite au § 15140.

62Moyennant une correction de l’édition (§ 16), la Vie fait mourir Valentio deux ans après l’entrée de Grégoire au monastère, donc au cours de l’année 577 selon la chronologie qu’elle suggère.

  • 141 Sur la regula mixta qui aurait été suivie à Saint-André : ibid., p. 41-42, 62-63.
  • 142 Boesch Gajano, Grégoire ; PIC 1, p. 945. Müller, Führung, p. 41.
  • 143 Ferrari, Early Roman Monasteries (cité n. 26), p. 149-151.
  • 144 Castaldi, Biografia (cité n. 131), p. 35 : après son retour de Constantinople.
  • 145 Dialogues, III, 33, 7 (t. 2, p. 396) ; 9 (t. 2, p. 398). Pour PIC 1, p. 945, et Pietri, Fraisse-Co (...)
  • 146 Epist. Reg., VII, 1212 (p. 461) ; voir J.F. Niermeyer, Mediae Latinitatis Lexicon Minus, rééd. C. (...)
  • 147 JD, I, 6 (col. 65B), et plus loin, I, 10 (col. 66C). Voir plus bas, p. 484-485.

63À la mort de Valentio, Grégoire aurait été élu higoumène du monastère par la communauté unanime (§ 17). C’est donc très normalement qu’on le trouve plus loin « faisant paître » les moines (§ 19) et leur prodiguant un enseignement, c’est-à-dire des éléments de règle orale141, ou encore, avant son départ pour Constantinople, « prescrivant à ses frères comment ils devaient vivre jusqu’à son retour » (§ 24). Les sources latines ne parlent pas de manière claire de l’higouménat de Grégoire, ce qui a généralement conduit à ne pas l’envisager142, parfois à l’écarter143, au mieux à le déplacer dans le temps144. Pourtant Grégoire lui-même semble l’évoquer quand il parle de l’époque où il était in dispositione monasterii145, employant là une expression qu’il utilise ailleurs pour désigner le gouvernement d’un monastère146. Jean Diacre dit encore que, pressé par toute la communauté (votiva concordia), Grégoire ne put pas ne pas consentir à la diriger (non renuit praeesse), ajoutant plus loin que les vertus de Grégoire laissaient penser « qu’il dirigeait (praefuisse) son monastère non pas seul, mais associé (socialiter) au bienheureux apôtre André147 ». Je ne vois donc pas de raison de ne pas retenir l’affirmation de la Vie sur l’higouménat de Grégoire, affirmation retenue par l’hagiographie grecque de Grégoire.

64La nomination de Grégoire, réticent comme il se doit, comme higoumène dut suivre de près la mort de Valentio, intervenue en 577. Au moment de cette succession, en 577 (à la rigueur au début de 578), Grégoire aurait eu environ 37 ans dans la chronologie traditionnelle, environ 24 ans, voire 25, selon la Vie géorgienne.

Diacre et apocrisiaire

65En plein accord avec la tradition latine, la Vie fait ensuite de Grégoire un diacre et un apocrisiaire.

  • 148 Morales, Lettre-Dédicace (t. 1, p. 115) : sub praetextu ecclesiastici ordinis […], eo quoque tempo (...)
  • 149 Gregorii Turonensis Historia Francorum Opera, éd. W. Arndt et B. Krusch, Hanovre 1937 (MGH. Script (...)
  • 150 Sur les diacres régionaires, voir p. 475 et n. 164.
  • 151 Bède, II, 1, 3 (t. 1, p. 272-274).
  • 152 PD, VII (p. 1084-88), et JD, I, 25-26 (col. 72C) : voir plus bas, n. 172 et 173.
  • 153 Pietri, Roma christiana, p. 682.
  • 154 LP, p. 19 et 309.
  • 155 C’est l’âge requis depuis le canon 16 du concile de Carthage en 419 ; il était respecté à Rome : P (...)

66Le diaconat auquel il accéda est désigné par lui-même comme un ordo ecclesiasticus ou un ministerium altaris148, expression qu’avait déjà utilisée à son sujet Grégoire de Tours qui précisait même, levant ainsi toute ambiguïté, que Grégoire était devenu le « septième lévite » de l’Église de Rome149, c’est-à-dire le septième diacre régionaire150 ; Bède en fait autant151, suivi par Paul Diacre et Jean Diacre, qui emploient l’expression ecclesiastici ordinis officium152. La « bénédiction du sacerdoce », conférée par le pape dans le texte géorgien (§ 19), correspond donc à la consécration au ministerium altaris ou à l’ordo ecclesiasticus des textes latins et désigne l’ordination diaconale. D’après la Vie, elle serait intervenue en même temps que la consécration abbatiale de Grégoire (§ 19), et même avant elle, donc plutôt en 577 ; on peut même préciser : en décembre 577, puisque les ordinations diaconales, comme toutes les autres, avaient lieu dans l’Église romaine au mois de décembre153, usage qui fut respecté aussi bien par Benoît Ier (575-579) que par Pélage II (579-590)154. L’âge requis pour une ordination étant de 25 ans155, Grégoire était dans les normes ou presque : né en 553 il approchait en décembre 577 des 25 ans.

  • 156 Voir plus loin, p. 481.
  • 157 Morales, XIV, 73 (t. 3, p. 436) et 74 (t. 3, p. 438) cite un libellus ou liber de resurrectione, é (...)

67Le terme technique d’apocrisiaire, employé en latin comme en grec pour désigner le messager ou le représentant d’un évêque auprès de l’empereur ou d’un patriarche, n’a pas d’équivalent géorgien ; mais l’idée, à défaut du mot, est présente dans la Vie qui parle du départ de Grégoire à Constantinople à la demande du pape, avec mission « d’exposer à l’empereur et au patriarche la parole de vérité » (§ 23). Il s’agissait concrètement de répondre aux troubles nés des récentes prises de position du patriarche Eutychès sur la résurrection des morts (§ 22-23)156. Même si la mission, on le verra, pouvait avoir d’autres raisons d’être, la référence au caractère récent de ces troubles donne une précieuse indication chronologique. En effet, c’est le 30 octobre 577 qu’Eutychès, destitué en 565, avait repris possession du siège de Constantinople ; même s’il exprima très tôt ses idées, oralement ou par écrit157, et même en admettant que les contestations fussent apparues rapidement, leur écho n’a pu parvenir au pape et l’inquiéter que dans le courant de l’année 578, sous le pontificat de Benoît.

  • 158 Ménandre le Protecteur, Excerpta de Legationibus, éd. R. Blockley, The History of Menander the Gua (...)
  • 159 … ἅμα ἱερεῦσιν ἐκ τοῦ προεστῶντος τῆς ἐν Ῥώμῃ…
  • 160 LP, p. 309.

68Or précisément, en 579, d’après Ménandre, une ambassade envoyée par le Sénat partit de Rome pour solliciter l’aide de Constantinople contre les Lombards158 et les ambassadeurs furent accompagnés de délégués du pape, désignés par Ménandre comme des hiéreis159, c’est-à-dire des clercs du sanctuaire ou clercs majeurs : prêtres, diacres ou sous-diacres. Au nombre de ceux-ci pouvait donc figurer un diacre apocrisiaire du pape auprès du nouvel empereur et du nouveau patriarche, Grégoire en l’occurrence. Cette année-là, 579, le trône pontifical devait rester vacant entre la mort de Benoît, le 30 juillet, et la consécration absque iussione principis de Pélage, le 26 novembre160. Si l’on suit la Vie (§ 35) selon laquelle Benoît mourut alors que Grégoire était en fonction à Constantinople, le pape évoqué par Ménandre serait donc Benoît, précisément alerté depuis l’année précédente par les bruits en provenance de la capitale.

  • 161 Voir aussi Müller, Führung, p. 67.

69Dans cette hypothèse, que l’on fonde sur Ménandre, Grégoire serait parti comme apocrisiaire dans la première moitié de l’année 579161, un peu plus d’un an après son ordination diaconale que l’on a placée plutôt en décembre 577. Au moment de son départ il aurait eu sans doute 27 ans, 39 ans selon la chronologie reçue.

  • 162 Voir plus bas, p. 477 et n. 171.
  • 163 Sur le développement qui suit, voir Pietri, Roma Christiana 1, p. 624-638, 645-659, 693-696, 708-7 (...)
  • 164 V. Saxer, La Chiesa di Roma dal v al x secolo. Amministrazione centrale e organizzazione territori (...)
  • 165 Pélage Ier (556-561) avait été diacre et apocrisiaire et on connaît sous le pontificat de Grégoire (...)
  • 166 Saxer, La Chiesa (cité n. 164), p. 543.
  • 167 Pietri, Roma Christiana, p. 718. Plusieurs papes passèrent directement du diaconat au pontificat : (...)

70Le délai fut donc court entre l’ordination diaconale et l’envoi comme apocrisiaire, ce que Grégoire lui-même ne manqua pas d’interpréter162. Mais il n’y avait là rien de vraiment surprenant. La succession de ces deux nominations correspond en effet à un profil de carrière fort bien connu dans la Rome de ce temps, où se distinguaient depuis longtemps déjà carrière presbytérale et cursus diaconal163. Tandis que le collège presbytéral, d’environ une centaine de prêtres en 595, avait en charge la pastorale des églises titulaires de la ville et exerçait une mission de type liturgique, le collège diaconal, plus restreint et dominé par les sept diacres régionaires sous la direction d’un archidiacre, était responsable de l’administration de l’assistance dans le cadre des sept régions qui découpaient le territoire de Rome164. Mais en outre, et à la différence des prêtres, les membres du collège diaconal, fréquemment issus des services de l’administration pontificale, avaient également un rôle majeur dans l’administration du patrimoine apostolique et étaient souvent impliqués dans de multiples tâches à Rome, en Italie, mais aussi à Constantinople comme apocrisiaires165 ou dans divers conciles166. Dans l’Église romaine, le collège diaconal ne menait donc pas, comme on le pense, à la prêtrise, mais ses membres constituaient une petite élite nécessairement cultivée et très au fait des réalités romaines, souvent liée à l’aristocratie, engagée dans les affaires de l’Église et proche collaboratrice du pape. Mieux même, à l’intérieur de ce collège, les chances d’accéder au pontificat étaient sérieuses : « En pratique, à chaque génération, le diaconat donne un évêque au clergé romain167. »

71Ainsi, le texte géorgien introduit dans les années pré-monastiques de Grégoire un projet de mariage attribué à Gordien et une complicité avec Sylvie, qui montrent Grégoire pris entre deux influences, paternelle et mondaine, maternelle et religieuse. Mais, en rajeunissant Grégoire, il conduit, du moins à titre d’hypothèse, à reconsidérer les jalons chronologiques de son itinéraire et à faire des années 577-579 des années-charnières qui engagèrent Grégoire, devenu higoumène, dans une carrière ecclésiastique de type diaconal dont l’initiative vint de celui que le texte appelle le pape Agathon.

Grégoire et le pape Agathon/Benoît

72Agathon apparaît derrière chaque étape de la carrière pré-pontificale de Grégoire : ce fut lui qui le convainquit d’accepter l’higouménat (§ 17-18), qui lui conféra la consécration diaconale en décembre 577 (§ 19) et le nomma apocrisiaire dans la première moitié de l’année 579 (§ 24), avant de mourir pendant le séjour de son envoyé dans la capitale (§ 35), du moins selon des hypothèses nées du texte géorgien.

  • 168 F. Baix, Benoît Ier, DHGE 8, 1935, col. 7-9 ; C. Sotinel, Benoît Ier, dans Dictionnaire historique (...)
  • 169 Évagre, Histoire ecclésiastique, éd. J. Bidez et L. Parmentier, Londres 1898 : V, 16, p. 212.
  • 170 PIC 1, p. 344-350, relève six Bonosus et onze Bonus. Pour une période plus restreinte (527-641), P (...)

73Agathon désigne ici Benoît Ier, consacré le 2 juin 575 pour succéder à Jean III, mort le 13 juillet 574168, mais je ne connais aucune attestation latine de ce second nom. Je n’en ai trouvé qu’une, en grec, dans un texte écrit vers 593 et qui appelle Benoît (peu après sa mort) Bonosos169 ; c’est ce nom, dérivé selon toute vraisemblance du latin bonus, en grec ἀγαθός (agathos), que l’on retrouve derrière la forme géorgienne ałaton, évidente translittération du grec. Dans le texte grec perdu, Benoît pouvait donc être appelé Bonosos. Cependant je ne connais aucun texte latin ayant désigné Benoît Ier sous les noms de Bonosus ou de Bonus qui ne sont pourtant pas absents de l’anthroponymie paléochrétienne170.

  • 171 Morales, Lettre-Dédicace (t. 1, p. 115) : « À l’époque même où j’accédai au ministère de l’autel, (...)
  • 172 Bède, II, 1, 3 (t. 1, p. 272-274) : dum primo de monasterio abstractus ad ministerium altaris ordi (...)
  • 173 PD, VII (p. 1084-88) : Denique cernens Romanus pontifex, qui tunc Ecclesia praeerat, virtutum grad (...)
  • 174 JD, I, 25-26 (col. 72C) : Denique cernens Benedictus, venerabilis pontifex, virtutum […] conscende (...)
  • 175 JD, I, 31 (col. 75CD), notamment la lettre adressée par Pélage à l’apocrisiaire Grégoire en 584 et (...)
  • 176 Pour PIC 1, p. 946, Pélage est « vraisemblablement » l’auteur des deux nominations ; de même chez (...)

74Le rôle attribué à Benoît Ier dans la vie de Grégoire est l’une des grandes originalités du texte géorgien, car rien de tel ni d’aussi clair ne ressort des sources latines. Grégoire, qui connaissait évidemment le responsable de ses promotions comme diacre et apocrisiaire, n’a désigné nommément personne, se contentant de suggérer la mise en œuvre d’un plan le concernant, forcément ourdi par une seule et même personne171. Les informations parvenues jusqu’à Bède lui ont permis de rapprocher également les deux promotions qu’il impute sans s’avancer à la sedes apostolica en général172. Paul Diacre met explicitement un seul et même Romanus pontifex derrière les deux nominations, à peine séparées par « et peu de temps après »173 ; ce pontifex reste malheureusement anonyme. On n’en est que plus frappé par les précisions que Jean Diacre introduit sans explications, un siècle et demi plus tard, dans le texte de Paul Diacre, qu’il suit par ailleurs dans ce passage quasi littéralement : Benoît Ier est le responsable du diaconat, Pélage II celui de la nonciature174 ; en ce qui concerne ce dernier, il est possible que Jean Diacre, ayant découvert dans le scrinium pontifical des lettres de Pélage II adressées à l’apocrisiaire Grégoire175, ait attribué à Pélage sa nomination. D’une manière générale la littérature scientifique tend plutôt à suivre Jean Diacre et à tout attribuer à Pélage176.

75Cependant, en l’absence de convergence des sources, rien n’empêche de prendre au sérieux l’hypothèse géorgienne. À bien examiner les faits, elle n’a rien d’invraisemblable, au contraire.

  • 177 Voir plus haut, n. 126.
  • 178 Son bisaïeul Félix III (483-492).
  • 179 Müller, Führung, p. 20-21, souligne que le portrait de Gordien, placé par Grégoire dans l’atrium d (...)
  • 180 Tout dépend bien sûr de la date de fondation du monastère. Comme le rappelle Müller, Führung, p. 3 (...)

76Benoît Ier avait été consacré le 2 juin 575, après l’élection qui suivit, à une date inconnue, la mort de Jean III (13 juillet 574). Benoît était un Romain. Quels qu’aient été alors son âge et sa carrière antérieure au sein de l’Église, toutes choses que nous ignorons, il ne pouvait pas ne pas avoir connu Grégoire, brillant préfet de la ville qui avait souscrit deux ans auparavant un document ecclésiastique important177, rejeton d’une haute famille sénatoriale qui avait déjà donné au moins un pape à Rome178 et dont le père, en tant que regionarius, c’est-à-dire peut-être alors defensor, avait eu avec les milieux pontificaux des rapports certains que Grégoire se plut à souligner179. Au moment de son avènement comme pape, Benoît devait donc connaître Grégoire, son réseau familial, sa compétence administrative, l’expérience de Rome qui en découlait, sans doute aussi sa double culture et certainement sa récente renonciation au monde qui avait dû faire du bruit et qui témoignait de sa foi. Peut-être Benoît fut-il même associé à la consécration du monastère Saint-André180.

  • 181 Après l’assassinat du roi Cleph (printemps/été 574), les ducs de plus en plus autonomes profitèren (...)
  • 182 Selon l’heureuse expression de P. Delogu, Le passage de l’Antiquité au Moyen-Âge, dans Rome au Moy (...)
  • 183 PLRE 3A, s.v. Baduarius 2, p. 164-165 ; PIC 2, s. v. Baduarius, p. 249.
  • 184 D’après Ménandre le Protecteur, Excerpta de Legationibus (cité n. 158), § 25 (= éd. Blockley, fr. (...)
  • 185 Faroald, commandant lombard dans l’armée de Baduarius, rompit avec les Byzantins après leur défait (...)
  • 186 On ne semble plus contester l’attribution à Justin Ier de l’envoi à Benoît Ier d’une célèbre croix (...)
  • 187 Paul Diacre, Histoire des Lombards, III, 11 (éd. L. Capo, Paolo Diacono, Storia dei Longobardi, Mil (...)
  • 188 G. Braga, Elia, DBI 42, 1993, p. 446-448. Élia devait réunir entre 577 et 582 (peut-être le 3 nove (...)
  • 189 La lettre que Pélage II adressa à Grégoire le 4 octobre 584 montre que la papauté attendait de ses (...)
  • 190 Voir plus haut, n. 171. Le corps des Excubites (créé vers 460), sous l’autorité d’un comte, était (...)

77On peut donc comprendre que, devenu pape, Benoît Ier ait souhaité adjoindre à son administration, au sein du collège diaconal, un homme à la stature prometteuse, mais alors simple moine. Il en avait grand besoin. Le contexte nouveau, créé dans le courant de l’année 574 par les Lombards181, était préoccupant pour Rome qui touchait alors « le bas de la pente »182 ; une intervention militaire de Constantinople échoua en 576183, une autre fut sollicitée en vain en 577184 tandis que les Lombards se renforçaient à Spolète185. La situation devenait difficile dans Rome comme on le voit encore aux signes de sympathie et de solidarité venus de Constantinople sous Justin Ier, dans des années que l’on peine à préciser : croixreliquaire tutélaire envoyée par l’empereur186 ou secours en blé à la ville dépêché par le même Justin187. Des problèmes, de nature ecclésiastique, persistaient, comme les suites que le nouvel évêque d’Aquilée/Grado, Élia (571-586), semblait vouloir donner à la querelle des Trois Chapitres188 ; d’autres, on l’a vu, allaient naître à Constantinople, ajoutant aux préoccupations causées par les Lombards189 une raison supplémentaire de veiller à ce qui se passait dans la capitale : plus tard, devenu apocrisiaire, Grégoire, employant une expression dont il ne pouvait ignorer le sens, devait se dire chargé de « monter la garde (excubere) » dans le palais impérial190.

  • 191 Je ne sais pas s’il y eut, avant Grégoire, d’autres moines devenus diacres.
  • 192 Voir p. 477 et n. 171.

78La Vie est donc crédible lorsqu’elle montre Benoît Ier saisissant l’occasion de la succession de l’abbé Valentio, en 577, pour conférer à Grégoire au mois de décembre une ordination diaconale, précédée ou accompagnée de la bénédiction abbatiale (§ 19). Les deux charges peuvent sembler difficilement compatibles ; mais si le pape voulait faire entrer Grégoire dans le collège diaconal, lui ouvrant ainsi un cursus dont on ne devinait pas encore l’aboutissement, peut-être valait-il mieux, compte tenu des missions qui pouvaient lui être affectées, qu’il ne fût pas un simple moine191. Grégoire n’avait donc peut-être pas tort de s’être senti, rétroactivement, pris dans un plan, comprenons une carrière, celle que Benoît commença à lui dessiner en 577192.

  • 193 Date de la lettre citée n. 189.
  • 194 On lui attribue la rédaction de la 3e lettre de Pélage II, en 585, aux évêques d’Istrie : Pélage ( (...)
  • 195 Il fait à cette date, en qualité de diacre, une donation à l’abbé Maximien : Gregorii I Papae Regi (...)
  • 196 En 585 : Müller, Führung, p. 110. En 585 ou en 586 : Gillet, Grégoire Ier le Grand (cité n. 131), (...)

79L’higoumène et diacre Grégoire resta apocrisiaire sous le successeur de Benoît Ier, Pélage II, lui aussi un Romain de souche, qui le maintint en fonction pendant quelques années avant de le rappeler. On ne peut préciser la date à laquelle prit fin le séjour de Grégoire à Constantinople, sous Maurice, empereur depuis le 14 août 582 (§ 34). Il n’était pas encore rentré en octobre 584193 ; il l’était probablement en 585/586194, peut-être seulement en décembre 587195. Il y a donc une marge d’incertitude de deux ans environ196 et l’on peut seulement dire que Grégoire resta dans la capitale impériale de 6 à 8 ans et qu’il avait donc entre 33 et 35 ans lorsqu’il revint à Rome selon l’hypothèse géorgienne, environ 42 ou 45 selon la chronologie reçue.

  • 197 La Novelle 123 de Justinien, § 13, fixe à 35 ans l’âge minimum requis pour la consécration d’un év (...)

80Ainsi, le choix d’une vie monastique a bien relevé du seul Grégoire, mais les premières étapes de sa carrière ecclésiastique pourraient être dues à Benoît Ier dont la Vie de Grégoire propose de revisiter le pontificat, un pontificat court (4 ans, 1 mois et 28 jours), mais marqué d’un discernement chargé d’avenir, puisque, après le retour de Grégoire à Rome, 3 à 5 ans à peine allaient s’écouler avant son élection comme pape le 3 septembre 590, ce qui parachève le profil idéal de la carrière d’un diacre romain. Il aurait eu environ 38 ans si l’on suit le texte géorgien, 50 dans la chronologie reçue197.

81On peut récuser le schéma chronologique et la place accordée au pape Benoît par le texte géorgien ou du moins s’en méfier parce qu’ils résultent d’une tradition éloignée du monde occidental et procédant d’un texte perdu. Pourtant la reconstitution qu’elle dessine de la carrière de Grégoire ne manque pas de cohérence et s’inscrit bien dans ce que l’on sait du contexte de l’époque. Rappelons enfin que la source du texte géorgien est grecque : comme nous aurons l’occasion de l’établir, l’origine romaine du texte grec ne fait aucun doute, son ancienneté non plus. D’inspiration occidentale et romaine, la tradition géorgienne mérite d’être prise au sérieux.

De Rome à Constantinople : lange et Grégoire

82À partir du départ de l’apocrisiaire Grégoire à Constantinople, la Vie s’attache à mettre en scène une série d’événements, dont chacun correspond à un trait caractéristique bien connu de Grégoire : son orthodoxie, sa charité, sa foi en Dieu, son activité littéraire, son esprit missionnaire. Le texte, glissant d’un strict bios à une politeia, tend alors à souligner le lien particulier tissé entre Grégoire et Dieu dès son séjour à Constantinople et qui, de plus en plus explicite sous son pontificat, se traduisit par la présence constante d’un ange à ses côtés et d’autres manifestations surnaturelles.

L’ange de Constantinople

  • 198 De ces années on sait ce qu’en dit Grégoire dans Morales, XIV, 72 (reconstitution d’une petite com (...)

83La première manifestation d’un ange dans la vie de Grégoire eut lieu à Constantinople où Grégoire demeura en tant qu’apocrisiaire pendant six ou huit ans198. L’événement le moins mal connu de cette période, évoqué par Grégoire lui-même, concerne le règlement des questions dogmatiques soulevées par le patriarche Eutychès, dont la Vie avait fait l’objet même de la mission de Grégoire et auquel elle accorde maintenant plusieurs paragraphes (§ 29-33).

  • 199 Voir Y.-M. Duval, La discussion entre l’apocrisiaire Grégoire et le patriarche Eutychios au sujet (...)
  • 200 Morales, XIV, 72-74 (t. 3, p. 432-438), suivi par Bède, II, 1, 2-4 (t. 1, p. 275-277), PD, VII-IX (...)
  • 201 Dans la Vie d’Eutychès il est aussi question du livre du patriarche et des objections qu’il suscit (...)

84Sur le fond qui touche à l’histoire du dogme, la Vie n’apporte rien que nous ne sachions déjà199. Mais elle offre une version du déroulement des faits singulièrement différente de celle que donne toute la tradition latine à partir de ce qu’en a dit Grégoire200. Celui-ci n’a pas fait un récit en forme des événements ; il se contente de parler des arguments qui furent échangés, d’évoquer le livre écrit par Eutychès, de souligner en quelques formules la durée (longa contentione) et l’âpreté (gravissima simultatio) d’échanges prolongés en une discussion tendue qui ne déboucha sur rien, du moins jusqu’à ce que l’empereur Tibère ait décidé d’intervenir personnellement ; après avoir entendu séparément les deux parties, lu et réfuté personnellement le livre d’Eutychès, Tibère conclut à la nécessité de brûler l’ouvrage incriminé. Chose qui fut sans doute faite. Les deux adversaires tombèrent alors malades simultanément ; mais, tandis que Grégoire se rétablissait, Eutychès mourut très rapidement, le 6 avril 582, après avoir reconnu ses erreurs201. L’affaire en somme se termina bien.

  • 202 Morales, XIV, 74 (t. 3, p. 438).
  • 203 Bède, II, 1, 4 (t. 1, p. 27623-28), repris par PD, IX (p. 13128-132).
  • 204 JD, I, 30 (col. 75C) : Eutychès mourant montrait la peau de sa main à ses visiteurs en disant : «  (...)

85Grégoire ne fait preuve d’aucun triomphalisme dans sa version des faits : c’est l’empereur qui a mis fin à une très pénible querelle (gravissima simultatione resilire) et Grégoire s’est bien abstenu par la suite de la ranimer202. À aucun moment, la tradition latine ne présente donc l’issue du conflit comme une victoire personnelle de l’apocrisiaire ; si l’orthodoxie qu’il défendait l’a emporté, c’est parce que, de manière pressante (instantia) l’empereur a broyé (comminuit) définitivement l’hérésie203 et parce que sa décision a été confirmée par une sorte de jugement de Dieu : « le méchant » mourant, heureusement mais discrètement converti204.

86La Vie écrit l’histoire différemment, en ne parlant ni du livre contesté ni de la longueur des discussions ni de l’intervention et du jugement de l’empereur ni de la double maladie des protagonistes ni de la conversion d’Eutychès in articulo mortis. Dans la Vie, la controverse est devenue une joute oratoire publique de trois jours (§ 29-31), organisée sous l’égide du patriarche, victime plus que responsable de « paroles vaines » (§ 22). La joute oppose Grégoire à des « philosophes » et surtout à leur « chef » dont on ignore tout mais qui n’est pas le patriarche (§ 31). Or, bien que « rempli de la grâce de l’Esprit saint » et usant « de paroles divines », Grégoire ne réussit pas à vaincre l’obstination du « chef des philosophes » et à mettre fin à son emprise sur « le peuple et les évêques » (§ 31).

87Tout commence donc dans la Vie par un insuccès de Grégoire, mais c’est pour mieux le transformer en triomphe public. Car, après ces trois jours de débats infructueux, l’anonyme et entêté « chef des philosophes » fut frappé par l’épée invisible d’un ange et mourut sur le champ (§ 32) ; Grégoire fut alors publiquement acclamé, tous, patriarche en tête, se ralliant à son enseignement (§ 33), à la grande joie de l’empereur (§ 34).

88Comme dans les traditions latines, orthodoxie et unité ont donc été rétablies, mais sans qu’ait été mis en avant le rôle décisif de l’empereur, sans qu’un jugement de Dieu ait conduit à la mort d’Eutychès. En créant un « chef des philosophes » distinct du patriarche qui peut ainsi ainsi être épargné et garder la face, et en faisant de l’empereur non l’arbitre, mais un simple témoin et spectateur, la Vie met surtout en scène, au cœur de Constantinople, le triomphe public du diacre et apocrisiaire romain Grégoire, reconnu par tous comme le détenteur des paroles de vérité, grâce à l’intervention publique et décisive d’un ange. C’est par ce triomphe de Grégoire le Romain, reconnu dans la capitale de l’Empire par le peuple, le patriarche et l’empereur, que la Vie résume les années d’apocrisiaire de Grégoire. De ce triomphe un ange invisible fut l’artisan essentiel.

Saint Pierre

89Après son retour à Rome Grégoire reprit la vie monastique dans le monastère Saint-André (§ 37) jusqu’à son élection au pontificat (§ 50-58). La Vie met ici brièvement l’accent sur ses travaux d’écriture – de « calligraphie » (§ 38) – et sur ses œuvres de charité (§ 39) pour donner plus longuement un seul exemple de ces dernières (§ 40-49), exemple sur lequel on reviendra après avoir au préalable évoqué l’élection au pontificat, racontée dans les paragraphes qui suivent (§ 50-58) : cet événement donne lieu à une manifestation surnaturelle, discrète toutefois, puisque réservée au seul Grégoire.

  • 205 Boesch Gajano, Grégoire, p. 54-63 ; Müller, Führung, p. 111-118.
  • 206 Gregorii Turonensis Historia Francorum (cité n. 149), X, 1 (p. 4076-8) ; Morales, Lettre-dédicace,(...)
  • 207 Alors qu’il s’était réfugié dans une caverne, une colonne de feu descendue du ciel sur lui révéla (...)

90Les circonstances de l’élection de Grégoire sont bien connues : son prédécesseur Pélage mourut le 5 février 590 au cours d’une épidémie de peste, consécutive à une dramatique inondation du Tibre205. Élu a clero et populo, le diacre Grégoire, invoquant sa mauvaise santé206, essaya de manœuvrer pour éviter cette élection, demandant en vain par lettre à l’empereur Maurice de la refuser et au patriarche Jean IV le Jeûneur de s’y opposer ; une ultime tentative de fuite échoua, ses poursuivants l’ayant, dit-on, repéré grâce à une colonne de feu207. Grégoire fut donc consacré six mois après la mort de Pélage le 3 septembre 590.

91Sans insister sur la mort de Pélage (§ 50), la Vie souligne elle aussi le choix unanime des Romains (évêques, aristocrates, peuple), qui, « sous l’action de Dieu », se porta sur Grégoire, lequel argua de son indignité et de sa santé pour refuser (§ 53), tandis que de Constantinople arrivaient la jussio de l’empereur Maurice et l’approbation du patriarche Jean IV le Jeûneur (§ 50-52) qui renforcèrent la volonté des Romains. Rien de nouveau donc.

  • 208 Voir Jn 21, 15-17.

92Mais l’originalité de la Vie réside dans la non-mention de la fuite de Grégoire, remplacée par sa simple demande d’un délai pour prier (§ 54). C’est au cours de ce délai que saint Pierre se manifesta la nuit à Grégoire (§ 55), pour lui renvoyer en quelque sorte les paroles mêmes que le Christ ressuscité lui avait adressées pour lui confier son Église : « Si tu m’aimes, pais mes brebis »208 : il adoubait ainsi comme son successeur un Grégoire qui n’eut plus qu’à se soumettre. La colonne de lumière qui vint plus tard l’irradier, assis « sur le trône du chef des apôtres » (§ 57-58), devait matérialiser cet accord du ciel et de la terre et sceller la concorde de Rome et de Constantinople autour du diacre Grégoire, une concorde déjà manifestée autour de l’apocrisiaire. Un tableau édifiant du « bon pasteur » Grégoire confirme ensuite au § 59 que le nouvel élu se conforma en tout au Christ.

93Cependant, si l’intervention de saint Pierre, connue du seul Grégoire, a bien été décisive dans son acceptation d’un ministère pontifical préparé à Constantinople, le passage qui lui est consacré est en réalité la partie centrale d’un triptyque formé avec les deux récits qui l’encadrent, consacrés l’un à un pauvre naufragé, l’autre à un convive imprévu.

La révélation de l’ange gardien

94Le premier passage (§ 40-49) raconte comment le moine Grégoire, non encore pape et qui s’adonnait à l’écriture dans sa cellule, fut dérangé le même jour et à trois reprises par un capitaine de navire ruiné par un naufrage ; Grégoire fit chaque fois la charité au quémandeur importun : six nomismata les deux premières fois, une coupelle d’argent envoyée par sa mère Sylvie en dernier lieu. Ce récit est bien l’illustration de la charité de Grégoire, évoquée précédemment au § 39, une charité admirable tant par la patience du moine que par sa générosité, mais ce qui pourrait n’être lu que comme un bel exemplum trouve en réalité sa signification, au-delà de l’élection de Grégoire au trône de saint Pierre, dans un second récit (§ 60-74).

95On y voit Grégoire, devenu pape, recevoir douze pauvres à sa table, selon une coutume quotidienne des évêques de Rome, et découvrir parmi eux un treizième pauvre, non invité, visible de lui seul ; frappé par son insolite présence et par son allure changeante, il l’interroge discrètement après le repas. Ce treizième convive lui fait une première révélation : il n’est autre que le pauvre naufragé, que nous avons rencontré plus haut ; depuis qu’il l’a si généreusement et patiemment secouru, Dieu a décidé qu’il deviendrait le successeur de saint Pierre dont il imitait si bien la vertu (§ 67). À Grégoire qui s’étonne que les ordres de Dieu aient ainsi été connus du pauvre, ce dernier fait une seconde révélation : il est en réalité un ange ; autrefois chargé, sous l’aspect d’un naufragé, de vérifier la sincérité de la charité du moine, il a été depuis affecté par Dieu à Grégoire comme son ange gardien. Émerveillé de ce qu’« une petite offrande de rien » lui ait valu si grande récompense, Grégoire, en adoration, évoque la gloire « qui sera accordée à ceux qui accomplissent ses commandements et pratiquent une véritable et large miséricorde » (§ 72), précisant ensuite à partir de références bibliques qu’il s’agit du royaume des cieux (§ 73). L’histoire s’achève par l’affirmation que l’ange fut désormais le compagnon permanent de Grégoire auquel il se manifesta souvent (§ 74).

  • 209 Pour celui qui se définit comme le servus servorum Dei, le pontificat ne peut être qu’un ministère (...)
  • 210 Ce qui pose la question du moment où se diffusa vraiment la croyance en un ange gardien affecté à (...)

96Ces deux histoires qui n’en font qu’une encadrent étroitement le récit de l’élection pontificale avec l’apparition de saint Pierre ; elles expliquent les propos de celui-ci : si saint Pierre voit en Grégoire son successeur, c’est parce que Dieu en a décidé ainsi après avoir jugé que sa pratique de la charité le qualifiait pour lui succéder. La charité apparaît ainsi comme une condition sine qua non d’un choix qui appartient à Dieu, sans que le pontificat en tant que tel soit défini comme une récompense ou une « rétribution ». Ce qui bouleverse Grégoire et le jette à terre dans un acte d’adoration est le contraste entre le caractère misérable de l’offrande qu’il a faite et l’immensité du contre-don divin (§ 72) : non pas la succession de saint Pierre à laquelle Grégoire ne fait pas même allusion209, mais la présence désormais permanente à ses côtés d’un ange, protecteur et médiateur, un ange qu’il a vu et auquel il a parlé. Ce don de l’ange et sa présence permanente auprès de Grégoire sont suffisamment extraordinaires210 pour que devienne crédible la promesse du royaume des cieux, faite à tous ceux qui écoutent et mettent en pratique le commandement de charité de Dieu (§ 72-73). Il y aurait là les débuts d’une belle homélie, mais la Vie se contente de conclure (§ 74) : « À partir de ce jour l’ange fut toujours avec le bienheureux Grégoire et il lui apparaissait fréquemment. »

  • 211 Respectivement en I, 10 (col. 66A-C) et en II, 23 (col. 96A-D).

97Ces deux récits qui se font écho dans la Vie, de part et d’autre de la confidentielle apparition de saint Pierre, au point de ne former qu’une seule histoire ont leurs correspondants chez Jean Diacre, mais traités de manière bien différente211.

  • 212 Voir plus haut, p. 473 et n. 147.

98À partir d’un fond identique à celui de la Vie, Jean Diacre présente deux récits distincts, entre lesquels s’intercalent de nombreux chapitres, chaque récit étant intégré à un thème. La première partie qui appartient aux développements relatifs aux vertus monastiques de Grégoire est racontée sans le moindre « suspense » puisqu’il est dit dès le début que le naufragé est un ange ; au terme du récit l’auteur affirme que, après la visite de l’ange, Grégoire s’illustra par tant de miracles et de vertus que l’on croyait qu’il gouvernait son monastère associé (socialiter) à l’apôtre André212, une allusion intéressante si on la rapproche de la Vie qui se prépare ici à parler de saint Pierre et de l’élection pontificale, mais une allusion qui n’annonce rien sur un rôle ultérieur de l’ange.

  • 213 JD, II, 23 (col. 96D) :… tanta mihi retribuit […] Dominus, ut et pontificem me sanctae suae Eccles (...)
  • 214 Ibid. :… quanta putem mihi restitui si in praeceptis ejus totis viribus permanens plura studuero d (...)
  • 215 Ibid. : incipiens tantum largior esse de collato temporali commodo quantum certior de recipiendo p (...)

99À la fin de la seconde partie, Grégoire s’émerveille, d’après Jean Diacre, non pas d’une récompense accordée par Dieu, mais bien de deux, et il précise : d’abord le pontificat, puis l’ange213 ; enfin c’est pour lui seul qu’il évoque la gloire plus grande que des largesses plus grandes laisseraient espérer214. Ainsi est introduite la suite du texte : Grégoire, d’autant plus assuré des récompenses éternelles qui l’attendent, multiplie désormais les donations215, lesquelles font l’objet des chapitres qui suivent (24-30). Le second volet de l’histoire de l’ange sert donc d’introduction aux aspects caritatifs du pontificat de Grégoire. Il ne sera plus question de l’ange dans l’œuvre de Jean Diacre, alors que le texte géorgien, après avoir confirmé la présence permanente de l’ange auprès de Grégoire tout au long de sa vie et même ses apparitions (§ 74), va s’employer à en donner des exemples.

100Une même tradition a donc conduit à des développements différents.

  • 216 La peste qui emporta le pape Pélage en 590 aurait cessé lorsque Michel, apparu au sommet du môle, (...)

101Dans la Vie de Grégoire, l’ange invisible de Constantinople a précédé l’ange gardien et ses apparitions. Avec son épée qui tranche entre le vrai et le faux, entre le bon et le méchant, l’ange de Constantinople fait plutôt penser à saint Michel ; la Légende Dorée devait plus tard associer l’archange à Grégoire, après son retour de Constantinople et avant son élection216.

Le salut de Trajan et l’ange de la liturgie

  • 217 Sur la fortune littéraire et iconographique de cette tradition : G. Whatley, The Uses of Hagiograp (...)

102La promesse de l’ange d’assister Grégoire tout au long de sa vie et d’être son intermédiaire avec Dieu (§ 71) est illustrée par plusieurs récits qui ponctuent la vie de Grégoire devenu pape. Le premier de ces récits repose sur une tradition particulièrement ancienne et célèbre selon laquelle l’empereur Trajan fut délivré des supplices de l’enfer par l’intercession de Grégoire217.

  • 218 Sur Pierre, ami et interlocuteur de Grégoire dans les Dialogues, voir A. de Vogüe, dans Dialogues,(...)
  • 219 An. Whitby, chap. 29 (p. 126-128).

103L’histoire du salut de Trajan pouvait susciter et suscita scepticisme et embarras : pouvait-on vraiment arracher un païen à l’enfer ? L’hagiographe ne livre donc son récit qu’après avoir installé chez son lecteur la certitude que l’union entre l’ange et Grégoire donnait à celui-ci une audace, la parrèsia, lui permettant d’obtenir de Dieu l’impossible (§ 76, 80). C’est ainsi que Grégoire aurait confié à l’archidiacre Pierre218 que l’ange venait participer à chacune des eucharisties qu’il offrait à Dieu (§ 74-75). Je n’ai pu retrouver trace de cette tradition dans les sources latines. Inventée ou reprise, elle se présente ici comme une affirmation qui n’a pas vocation à se développer en récit puisqu’elle correspond à un fait répété. Tenue de Grégoire, via l’indiscutable Pierre, elle est ici une vérité incontestable qui sert d’introduction à un récit, déjà problématique au début du viiie siècle lorsque l’Anonyme de Whitby nous en laisse la première trace219.

  • 220 Ibid., p. 126.
  • 221 Trajan s’était, dit-on (fertur), arrêté au cours d’une campagne militaire pour rendre justice à un (...)
  • 222 Is, 1, 17-18 : « Jugez l’orphelin et défendez la veuve… »

104Émerveillé et presque dubitatif, l’Anonyme se fait en effet l’écho d’une histoire tenue de gens venus de Rome, selon laquelle « l’âme de Trajan fut rafraîchie (refrigeratam) ou baptisée par les larmes de Grégoire220 ». Alors qu’il traversait le Forum de Trajan, Grégoire prit conscience en le regardant (considerans) d’une œuvre de miséricorde (opus elemosinarium) accomplie par cet empereur et qui était plus digne d’un chrétien que d’un païen. Dans cette œuvre qu’il découvrait (inveniens), et que l’Anonyme raconte221, Grégoire vit l’accomplissement d’un précepte biblique222 et, ne sachant que faire pour le « rafraîchissement » de l’âme de celui qui avait fait naître en lui la pensée du Christ, il alla à Saint-Pierre verser des torrents de larmes jusqu’à apprendre par une révélation divine qu’il avait été exaucé, mais ne devait plus jamais intervenir ainsi en faveur d’un païen. L’âme de Trajan avait donc été « rafraîchie » grâce aux larmes muettes de Grégoire.

  • 223 An. Whitby, p. 161-163 n. 122.

105L’histoire devait être ancienne, car elle avait déjà une part d’obscurité ; on comprend mal notamment où et comment Grégoire avait découvert sur le Forum de Trajan l’opus qui avait provoqué son émotion. D’autre part la crédibilité du miracle qui y était affirmé était déjà mise en cause par les questions qu’il soulevait sur la possibilité pour une âme condamnée au feu éternel d’en être délivrée et sur la notion de baptême par les larmes223 ; la demande, au demeurant non formulée, de Grégoire devait être bien excessive ou à peine recevable pour qu’il lui ait été enjoint de ne jamais renouveler pour un autre païen ce qu’il venait de faire pour Trajan. Pourtant la tradition était déjà trop connue pour que l’Anonyme ait pu se dispenser de l’affronter ; il l’a fait prudemment, en préférant parler de rafraîchissement de l’âme (ce qui n’est pas vraiment explicite), plutôt que de salut de Trajan ou de libération de l’enfer et sans être troublé par l’imprécision du cadre topographique : vu d’Angleterre, cela n’avait pas vraiment d’importance.

  • 224 JD, II, 44 (col. 104D-106A).
  • 225 Ibid., col. 104D : la scène se déroule sur le Forum où Grégoire se souvient (recordatus) du jugeme (...)
  • 226 Dialogues, IV, 46, 8 (t. 3, p. 164-165).

106L’histoire fut reprise un siècle et demi plus tard par Jean Diacre qui avait lu tout ou partie des œuvres de Grégoire224. C’est pourquoi, sans éviter l’obscurité du récit de l’Anonyme225, il put expliquer pourquoi Grégoire n’avait pas prié pour Trajan, mais seulement pleuré, lui-même ayant formellement interdit dans les Dialogues de prier pour ceux qui ont été condamnés au feu éternel226. Jean Diacre peut ainsi rendre compte clairement de la fin de l’histoire : l’âme de Trajan n’a pas été arrachée à l’enfer et ne se trouve pas au paradis, mais elle a cessé d’être sensible aux souffrances de l’enfer ; tel est le sens du « rafraîchissement » accordé à Trajan par l’intercession de Grégoire, à qui ordre fut cependant donné de ne plus « répandre de prières pour aucun païen ».

107L’auteur de la Vie n’a pas non plus évité cette tradition qui met si bien en évidence la parrèsia de Grégoire devant Dieu (§ 77-80). Il ne semble pas avoir connu ou compris les problèmes quasi théologiques qu’elle soulevait ; mais son récit éclaire le contexte, aussi peu clair chez l’Anonyme que chez Jean Diacre, comme si l’hagiographe grec, bien que revu et, pourrait-on dire, corrigé par le traducteur géorgien, avait eu une certaine familiarité avec les lieux.

  • 227 Index 2, p. 233.
  • 228 Sur la numérotation et la description des bas-reliefs : F. Coarelli, La colonna Traiana, Rome 1999 (...)
  • 229 Coarelli, La colonna (cité note précédente), p. 73, tab. 29 (xxx-xxxi) : Trajan, debout, indique d (...)

108Dans le texte géorgien, la scène se déroule non pas sur le Forum de Trajan, mais dans une « rue » (gza) (§ 77), ce qui n’est pas sans surprendre dans un premier temps. Le terme grec correspondant au latin forum devait être ἀγορά (agora), mot rendu usuellement en géorgien par ubani ; c’est là cependant un terme ambigu qui renvoie à un espace public qui peut être aussi bien un marché (agora) qu’une place ou une large rue (πλατεῖα, plateia)227 ; dans une ignorance bien compréhensible des réalités romaines, le traducteur géorgien a donc défini l’espace public dont il s’agissait, et sur lequel Grégoire cheminait, comme une rue (gza) qui serait l’œuvre de Trajan, ce qui n’est pas totalement aberrant. Plus précise que les textes latins, la Vie parle des marbres qui se dressaient dans cette rue, ajoutant qu’ils contribuaient au délassement des passants et à l’instruction des ignorants ; à titre d’hypothèse, je dirais qu’il peut s’agir là d’une allusion aux blocs de marbre de la Colonne Trajane, gravés de 155 bas-reliefs qui constituent une sorte de bande dessinée en hélice, distrayante et instructive, qui raconte les guerres menées par Trajan en 101-102 et 105-106 contre le royaume dace de Décébale228. C’est en « considérant » cette Colonne, à tous égards remarquable, que Grégoire dut découvrir une action de l’empereur qui lui plut (§ 78) et dont nous connaissons par l’Anonyme de Whitby les personnages : l’empereur, des soldats en campagne, une femme, un enfant mort. Si l’on s’arrête à la scène du bas-relief no xxx229, le geste de Trajan debout, immobile dans un contexte militaire et qui tend la main vers une femme portant un enfant, peut être interprété, ainsi que le rapporte l’Anonyme de Whitby, comme le geste de clémence d’un empereur qui s’est arrêté afin de prendre en considération la requête d’une femme pour son enfant et de lui rendre justice. Quel qu’ait été le niveau du sol au Moyen Âge, ce bas-relief de la quatrième spire peut être distinctement vu et librement interprété par un promeneur qui n’a pas lu Dion Cassius. Sur ce point, je pense, la Vie éclaire donc les traditions latines.

109L’hagiographe grec ou peut-être uniquement son traducteur géorgien, qui parle seulement des prières et des supplications de Grégoire, mais pas de larmes, n’a probablement pas saisi la prudente distinction établie par les Latins entre prier pour ceux qui sont condamnés à l’enfer et ne verser que des larmes ; quant à l’expression « délivrance des tourments éternels » (§ 78), moins expressive que le refrigerium latin, elle peut signifier aussi bien délivrance du lieu qu’est l’enfer que délivrance des souffrances que l’on y ressent. Mais il a fort bien compris que le miracle obtenu par Grégoire ne devait pas être ordinaire ; car non seulement il a repris l’interdiction faite à celui-ci « par une voix venue du ciel » de renouveler ce genre de demande, mais il l’a même renforcée en faisant apparaître in fine l’ange venu lui répéter les propos de la voix céleste (§ 80) et l’on comprend que, confirmant la réponse de Dieu, ce dernier avait également dû précédemment porter et soutenir, non sans mal, l’impossible supplication de Grégoire. L’ange est ainsi acteur de l’histoire et garant de son heureuse conclusion.

110Le recours à l’ange dans l’histoire de Trajan peut avoir été motivé par le désir de renforcer la foi en un miracle resté si théologiquement problématique que l’intervention d’un ange s’imposait. C’est sans doute la raison pour laquelle, avant d’en venir à Trajan, l’hagiographe prudent a pris soin de souligner l’étroite union de l’ange et de Grégoire dans chacune des prières liturgiques que celui-ci faisait monter vers Dieu (§ 75).

  • 230 De his qui in fide dormierunt (éd. PG 95, col. 248-277) : CPG 3 8112 ; BHG Auct. 2103t ; indûment (...)
  • 231 PG 95, col. 261D-263A : « Grégoire le Dialogos, évêque de l’ancienne Rome, homme célèbre par la sa (...)
  • 232 La diffusion en Orient de la version grecque des Dialogues, qu’avait effectuée le pape Zacharie (7 (...)

111Qu’il y ait coordination entre l’histoire de l’ange de la liturgie et celle de Trajan, la première garantissant la seconde, me semble confirmé par le fait qu’on les trouve semblablement réunies dans une homélie grecque qui pourrait dater du ixe siècle230. Non seulement elle contient la seule autre allusion que j’ai pu trouver à l’ange qui assiste Grégoire dans l’opus Dei, mais elle est évoquée ici aussi en introduction à l’histoire de Trajan231, selon le même schéma que dans la Vie, mais sans l’intervention finale de l’ange. On notera que cette homélie et le § 1 de la Vie s’accordent encore pour parler de Grégoire en le qualifiant de Dialogos. Si la datation de l’homélie était confirmée, ce serait une des premières attestations (peut-être la première ?) de ce surnom, caractéristique de Grégoire dans le monde oriental et qui permettait de l’individualiser parmi de nombreux autres homonymes célèbres ; ce serait peutêtre aussi la preuve que son apparition au ixe siècle dépendit de la seule notoriété des Dialogues, traduits en grec au milieu du viiie siècle et déjà bien diffusés232.

L’ange et les Anglo-Saxons

  • 233 Anglos ad Christum vertit pietate magistra/Acquirens fideique agmina gente nova… ; voir G. Sanders (...)
  • 234 LP, p. 312 : Beatissimus Gregorius misit servos Dei Mellitum, Augustinum et Johannem et alios plur (...)
  • 235 Voir L. Pietri, Grégoire et l’Ocident latin, dans Églises d’Orient et d’Occident, p. 853-885, ici (...)

112La conversion des Anglo-Saxons constitue un titre de gloire de Grégoire, immédiatement enregistré par son épitaphe233 et rapidement entériné par le Liber Pontificalis234. L’histoire de cette conversion est trop connue pour que l’on y revienne235. On s’arrêtera ici au fait que la Vie en a fait le cadre d’une nouvelle manifestation de l’ange.

  • 236 Voir An. Whitby, chap. 9 (p. 90) et JD, I, 22 (col. 72A).
  • 237 Sept royaumes avaient été fondés par les Anglo-Saxons : Northumbrie, Mercie et East-Anglie sont pl (...)
  • 238 Voir P. Meyvaert, Le libellus responsionum à Augustin de Cantorbery : une œuvre authentique de sai (...)
  • 239 Les seuls que l’on connaisse nommément pour les deux missions, parce qu’ils devinrent archevêques, (...)

113Le texte évoque l’œuvre missionnaire de Grégoire en deux passages distincts (§ 82-88 et 93). Les Bretons, qu’il faut ici assimiler aux Angles dont la Vie n’ignore pas la beauté (§ 82)236, et les Saxons constituent pour l’auteur deux peuples différents et d’égale importance (§ 93), ce qui n’est pas faux, même si le temps a déjà bien amenuisé ces différences et si le texte, ignorant l’existence de sept royaumes237, semble considérer qu’il n’y avait qu’un seul roi en Bretagne (§ 85). La Vie attribue à Grégoire l’envoi d’une mission chez les Bretons, qui fut couronnée de succès (§ 84) : celle d’Augustin qui arriva dans le Kent en 597 et obtint de rapides conversions, notamment celle du roi du Kent, Éthelbert, baptisé dès 598 (§ 85). Elle n’ignore pas l’existence d’une correspondance entre Grégoire et les Bretons (§ 87), c’est-à-dire peut-être, plus exactement, entre Grégoire et Augustin238 ; toutefois le nom de ce dernier, responsable et acteur majeur de la mission, n’apparaît même pas parmi ceux des quatre missionnaires qu’elle cite au § 84 : Théodore, André, Paul et Éleuthère, lesquels, jusqu’à preuve du contraire, sont hautement fantaisistes239, même si le nom de Théodore peut suggérer une possible confusion anachronique avec le futur archevêque de Cantorbery, Théodore de Tarse, qui arriva en Angleterre en 669.

  • 240 Mellitus est devenu évêque de Londres l’année de la mort de Grégoire, mais je ne sais pas si ce de (...)

114La Vie connaît également l’existence d’une seconde mission qu’elle place vers la fin de la vie de Grégoire et qu’elle restreint aux seuls Saxons (§ 93). Il s’agit de la mission de Mellitus, envoyé trois ans avant la mort de Grégoire, en 601, pour épauler Augustin. Comme Augustin consacra Mellitus dès 604 comme évêque de Londres, dans le royaume des Saxons de l’Est, l’Essex, la mission fut bien d’une certaine manière en charge des Saxons. La phrase employée par la Vie à propos de la conversion des Saxons, « Grégoire convertit aussi à Dieu et délivra de l’idolâtrie les tribus des Saxons » (§ 93), renvoie donc à l’organisation de la mission de Mellitus240.

  • 241 Voir plus haut, n. 233.
  • 242 On reviendra sur ces textes dans l’étude à paraître sur le dossier hagiographique grec de Grégoire (...)

115De même que la formule de l’épitaphe : Anglos ad Christum vertit241 n’a jamais été comprise comme signifiant un départ personnel de Grégoire et son succès, la formule du texte géorgien relative aux Saxons ne signifie pas que Grégoire, à la fin de sa vie, serait parti en personne chez les Saxons, comme on le trouvera écrit au xie siècle dans le Ménologe impérial et dans une rédaction du Synaxaire de Constantinople (manuscrit N daté de 1070)242.

  • 243 An. Whitby, chap. 10 (p. 90-92) et JD, I, 22-24 (72A-C) : après trois jours de route, une sauterel (...)

116La conversion des Anglo-Saxons est l’occasion pour l’hagiographe de faire une nouvelle fois intervenir l’ange de Grégoire. À celui-ci qui prie Dieu de le guider dans l’œuvre de conversion des Bretons qu’il voudrait entreprendre, l’ange apparaît pour lui apporter l’approbation de Dieu et le conseil d’envoyer des gens instruits comme missionnaires (§ 83). Nous sommes loin des traditions rapportées par l’Anonyme de Whitby et Jean Diacre, selon lesquelles Grégoire, alors diacre, aurait voulu partir en personne convertir les Angles et reçut du pape Benoît l’autorisation qu’il avait sollicitée ; mais Grégoire revint trois jours plus tard, interrompu dans son élan par une simple sauterelle243. S’il est bien évident que la sauterelle latine n’est que l’expression du refus de Dieu de voir partir Grégoire, l’auteur de la Vie a évité le caractère négatif de ce faux départ et de son anecdote rustique pour souligner positivement l’adéquation du désir de Grégoire et du dessein divin.

  • 244 C’est ce que soulignent les rédactions quasi simultanées de l’œuvre de l’Anonyme de Whitby au débu (...)
  • 245 Ainsi les rois du Wessex Cadwalla en 668 et Ine en 726, Coenred roi de Mercie et Offa roi d’Essex (...)
  • 246 Bède, V, 7, 3 (t. 3, p. 44-45).
  • 247 La Schola Saxonum comportait église, hospice pour les pèlerins, maisons pour les résidents : voir (...)
  • 248 Voir n. 242.

117L’ange est une fois encore, comme il avait promis de l’être, l’intermédiaire entre Grégoire et Dieu (§ 71). Que l’hagiographe ait eu ici encore recours à lui souligne peut-être le caractère extraordinaire et novateur de l’initiative de Grégoire dans cette entreprise officielle de mission en terre païenne, impliquant des prédicateurs compétents244. Et c’est pourquoi, me semble-t-il, la Vie souligne, de manière totalement anachronique, l’arrivée quotidienne à Rome de Bretons « venus saluer leur père spirituel, Grégoire » (§ 87). Les traditions latines ne parlent pas de ces pèlerins, et pour cause : l’arrivée à Rome des premiers pèlerins, angles ou saxons, est bien postérieure à la vie de Grégoire ; elle n’est attestée qu’à partir de la fin du viie siècle et au début du viiie ; certains de ces pèlerins, nommément connus grâce à Bède, étaient de haut rang et fortunés, ainsi des rois venus parfois après abdication245 ; mais bien d’autres les auraient suivis ou accompagnés : « nobles, roturiers, laïcs et clercs, hommes et femmes246 … » Placer la venue de ces pèlerins du vivant même de Grégoire est donc anticiper un mouvement dont les traces matérielles étaient bien visibles à Rome depuis la fondation, dans le courant du viiie siècle, entre le Tibre et le portique de Saint-Pierre, de la Schola saxonum et ses développements247. C’est un élément à prendre en compte dans la datation de l’original grec de la Vie248.

Grégoire et la colombe

  • 249 LP, p. 312 : Hic exposuit omelias Evangeliorum numero XL, Job, Ezechielum, Pastoralem et Dialogoru (...)
  • 250 Voir Boesch Gajano, Grégoire, p. 83-99 ; Müller, Führung, p. 119-168, 214-278 ; ainsi que les intr (...)
  • 251 JD, IV, 71 (col. 223A).

118L’hagiographe de Grégoire aurait difficilement pu laisser de côté l’activité littéraire de Grégoire, dont l’importance et la variété furent immédiatement soulignées après sa mort249. Qu’ils aient été composés directement (la Règle pastorale, les Dialogues) ou résultent de la mise par écrit d’une catéchèse orale (Morales sur Job, Homélies sur Ézéchiel, Homélies sur les Évangiles, Commentaire sur le Cantique des cantiques, Commentaire sur le premier Livre des Rois)250 pour adopter la distinction de la Vie (§ 38), la rédaction de ces livres a absorbé une grande part du temps de Grégoire jusqu’en 602-603251. À cela s’ajoute, rassemblée largement dans le Registre des Lettres, une abondante correspondance qu’il poursuivait encore peu avant sa mort. La Vie a donc raison de dire que « la calligraphie fut son travail manuel » (§ 38) et ce n’est pas un hasard si la cellule dans laquelle il écrivait est le cadre retenu par la Vie (§ 40), comme par toute la tradition latine, pour y situer la venue intempestive du pseudo-naufragé et la mise à l’épreuve de la charité du moine.

  • 252 An. Whitby, chap. 26 (p. 120-122) ; commentaire, p. 157 n. 110-111.
  • 253 Ibid., p. 120. Jn, 1, 32.
  • 254 An. Whitby, chap. 26 (p. 122).

119L’importance et la qualité des œuvres de Grégoire sont à l’origine d’une tradition, aussi répandue que celle du salut de Trajan, selon laquelle une colombe assistait et même inspirait Grégoire lorsqu’il écrivait. Comme pour l’histoire de Trajan, la première mention s’en trouve dans l’Anonyme de Whitby252. Partant du livre d’Ézéchiel, qui vit le ciel s’ouvrir (I, 1), et évoquant le baptême du Christ253, l’auteur rapporte la tradition (dicitur) selon laquelle, un jour où Grégoire rédigeait les homélies sur Ézéchiel, l’un de ses familiers vit « s’asseoir » (sedisse) une colombe blanche254 ; la présence d’un témoin irrita fortement Grégoire qui lui ordonna de ne jamais révéler le fait de son vivant.

  • 255 JD, IV, 69 (col. 221C-222A).
  • 256 Ibid., col. 222A :… in similitudine columbae tractantis. Tractans, du verbe tractare, expliquer, i (...)
  • 257 JD, IV, 70 (col. 222B) : consuetudinaliter Spiritus sanctus in specie columbae super scribentis Gr (...)
  • 258 Ainsi dans le Sacramentaire du Paris. BN lat. 1141, fol. 3.
  • 259 Voir P. Cannata, Gregorio I. Iconografia, Bibliotheca Sanctorum 7, Rome 1966, col. 278-287 ; Réau,(...)

120Jean Diacre a repris cette tradition pour expliquer en quelles circonstances dramatiques elle fut connue255. Aux lendemains de la mort de Grégoire, comme la foule, exaspérée par la faim (vehementissima fames), reprochait au pape défunt ses gaspillages financiers et commençait à brûler ses œuvres ad obliterandum eius memoriam, le diacre Pierre vint courageusement dire que c’était là un sacrilège, car il pouvait se porter personnellement garant, pour avoir été très souvent témoin oculaire de la scène, de la présence de l’Esprit saint sous l’apparence d’une colombe256, au-dessus de la tête de Grégoire lorsqu’il rédigeait sous son inspiration les homélies sur Ézéchiel. Le diacre se disait prêt à mourir pour prouver la véracité de ses dires, affirmant que, s’il ne mourait pas, il contribuerait personnellement à brûler les œuvres de Grégoire ; et comme il montait à l’ambon en brandissant les Évangiles, il rendit l’esprit. Jean Diacre explique ainsi l’habitude, qu’il constate à son époque, de représenter la colombe de l’Esprit saint au-dessus de la tête de Grégoire en train d’écrire257. C’était bien le cas en effet au ixe siècle258 ; l’histoire de la colombe, figurée tantôt sur la tête de Grégoire tantôt juchée sur son épaule d’où elle chuchote à son oreille, est sans doute la scène la plus représentée de l’iconographie grégorienne259.

  • 260 C’est ainsi la colombe qui serait à l’origine du chant grégorien.
  • 261 Réau, Iconographie (cité n. 217), p. 611.

121La popularité d’une tradition, rapidement mise en images et bientôt étendue à différents champs d’activités de Grégoire260, rendait difficile de l’éviter et même de la modifier. L’auteur de la Vie l’a donc rapportée et respectée. Et pourtant la modification de cette tradition était possible puisque l’iconographie devait plus tard remplacer la colombe par un ange261.

L’ange des derniers jours

  • 262 An. Whitby, chap. 32 (p. 136) : De fine vero huis vitae viri, quomodo, qualis esset, minime audivi (...)
  • 263 JD, IV, 67 (col. 220C) (= Epist. Reg., XI, 32).
  • 264 Ibid., 67 (col. 220D) (= Epist. Reg., XI, 44).
  • 265 Ibid., 67 (col. 220D) (= Epist. Reg., XIII, 22).
  • 266 Ibid., 67 (col. 220AB) (= Epist. Reg., XIII, 41).
  • 267 Ibid., 67 (col. 220D) (= Epist. Reg., XIII, 22).
  • 268 Ibid., 67 (col. 221A) : tantis precibus Gregorium tandem aliquando divinitus exauditus...

122Les circonstances de la mort de Grégoire le 12 mars 604 ne sont pas connues262. On sait par sa correspondance que depuis l’année 600 déjà la mort semblait à Grégoire le seul remède à ses souffrances263, lui qui ne pouvait pratiquement plus se lever264. Il redisait en 602 qu’attendre la mort était sa seule consolation265 et que, affligé par les douleurs physiques et les difficultés du temps, il n’attendait plus que les consolations éternelles266 ; il demandait donc que l’on priât pour qu’il fût délivré de la prison de son corps267. Ses prières furent finalement exaucées, dit sobrement Jean Diacre, après 13 ans, 6 mois et 10 jours de pontificat268. Il aurait eu alors 64 ans environ selon la chronologie traditionnelle, 52 dans la chronologie de la Vie, un grand âge dans tous les cas pour l’époque, comme le souligne la Vie (§ 92).

123Sans évoquer ni les longues souffrances physiques de Grégoire ni le contexte qui le hantait, l’hagiographe a simplement parlé d’une courte maladie (§ 96) qu’avait précédée une dernière apparition de l’ange venu l’avertir de sa fin prochaine (§ 94) ; on pourrait ne voir dans cette apparition qu’un simple topos hagiographique, mais ce topos remplit ici une fonction : grâce à l’avertissement de l’ange, Grégoire a pu laisser en ordre « toutes les affaires de l’Église » (§ 95) avant de partir vers Dieu au milieu de l’usuel cortège des anges (§ 96).

  • 269 Boesch Gajano, Grégoire, p. 156.
  • 270 JD, IV, 99 (col. 240C) :… et reliqua ejusdem Patris miracula post me doctioribus memoranda relinqu (...)

124La Vie ne s’achève pas sur sa déposition à Saint-Pierre (§ 97)269, mais y ajoute une allusion aux nombreux miracles qui « se produisirent et se produisent encore sur son tombeau » (§ 98). Il n’existe aucune tradition sur de tels miracles ad corpus, ni aux lendemains de la mort de Grégoire sur la première tombe, ni sur la seconde dans laquelle sa dépouille fut transférée par Grégoire IV dans la première moitié du ixe siècle. Jean Diacre a surtout été frappé par les nombreuses apparitions de Grégoire post mortem et en a raconté certaines, mais il a laissé à d’autres le soin de parler de ses miracles270.

  • 271 Voir plus haut, n. 60.

125Cette allusion finale aux miracles de Grégoire clôt une série d’affirmations de la Vie qui soulignent la qualité de thaumaturge de Grégoire : peu avant son envoi à Constantinople (§ 20), pendant son voyage vers Constantinople (§ 27), pendant le séjour qu’il y fit (§ 34), pendant son pontificat (§ 81) et au-delà de sa vie (§ 98). Aucun exemple concret n’en est jamais donné : les miracles sont le complément naturel et pour ainsi dire obligé de la qualité d’apôtre qui lui est reconnue, d’abord implicitement (§ 20)271, plus nettement ensuite ; en effet, par son engagement missionnaire, il a « mérité la grâce de l’apostolat » (§ 88), mais surtout il a été le « bon et véritable pasteur » (§ 59), assis « sur le trône du chef des apôtres » (§ 57), « sur le trône de Pierre, le chef des Douze » (§ 67), veillant jusqu’au bout au bon ordre des affaires de l’Église.

  • 272 Voir plus haut, n. 210.

126Dans sa seconde partie, la Vie géorgienne nous offre ainsi un portrait de ce bon évêque de Rome, dont Benoît Ier avait su pressentir les mérites. Ce portrait passe par une succession de récits à caractère merveilleux dont l’acteur principal est l’ange. D’abord invisible de tous, lorsqu’il contribue à manifester l’orthodoxie de Grégoire à Constantinople, puis déguisé en capitaine de navire infortuné, l’ange se découvre au seul Grégoire devenu pape, fidèle assistant de toute célébration liturgique, portant ses prières à Dieu et rapportant la réponse divine, ange gardien omniprésent que valut à Grégoire sa charité, mais ange qui sait laisser place à l’Esprit saint et à saint Pierre. Le caractère extraordinaire attribué par la Vie à l’existence de cet ange gardien pose, on l’a dit, des questions qui relèvent de l’angélologie272.

  • 273 Bibliotheca Hagiographica Latina antiquae et mediae aetatis, éd. Socii Bollandiani, 2 vol., Bruxel (...)
  • 274 Bibliotheca hagiographica Latina antiquae et mediae aetatis : Novum Supplementum, éd. H. Fros, Bru (...)

127Le texte grec perdu, dont l’existence est attestée au tout début du xie siècle par sa traduction géorgienne, n’est pas étranger au monde latin : si l’inspiration de certains récits de l’hagiographe paraît originale, le fond de certains autres en revanche fait écho à des traditions latines, le plus souvent infléchies pour y faire place à l’ange. Il serait cependant imprudent et hasardeux d’en inférer qu’il représente nécessairement la traduction d’un original latin, au pire un simple montage de textes latins traduits. Les textes hagiographiques latins consacrés à Grégoire ne manquent pas avant la fin du xe siècle ; aucun n’est cet original latin duquel dériverait la Vie grecque perdue, aucun ne permet de rendre compte des originalités événementielles constatées dans la première partie, aucun ne comporte cette présence de l’ange qui donne une image inédite de la figure et de l’œuvre de Grégoire, aucun enfin ne peut rendre compte de l’ensemble des matériaux mis en œuvre par le texte grec ni de l’inspiration qui a guidé cette mise en œuvre, pas davantage les grands textes latins que les plus courts, tous dûment répertoriés par la Bibliotheca Hagiographica Latina273 et par son Supplément274. Et pourtant, à défaut d’une origine latine, les recoupements que l’on a pu constater entre Vie grecque perdue et traditions latines sont bien le signe qu’elles participent d’un même contexte religieux et géographique. Mais pour comprendre et apprécier ce contexte, il convient de revenir au dossier hagiographique grec BHG 720-721 dont la Vie est en somme une pièce détachée jusqu’ici ignorée ; ce dossier pouvait paraître bien mince : la Vie lui redonne épaisseur, sens et consistance.

Abréviations

128An. Whitby
Anonyme de Whitby, Vie de Grégoire le Grand, éd. et trad. B. Colgrave, The Earliest Life of Gregory the Great, by an Anonymous Monk of Whitby, Lawrence 1968

129Bède
Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais (Historia ecclesiastica gentis Anglorum). 1, Livres I et II, et 3, Livre V, éd. M. Lapidge, trad. P. Monat et Ph. Robin, Paris 2005 (SC 489, 491)

130Boesch Gajano, Grégoire
S. Boesch Gajano, Grégoire le Grand. Aux origines du Moyen Âge, Paris 2007

131CatalogueA I2
Sakartvelos saxelmc’ipo muzeumis kartul xelnac’erta ałc’eriloba. Q’opili saek’lesio muzeumis xelnac’erebi (A k’olekcia) [Description des manuscrits géorgiens du Musée d’État de Géorgie. Manuscrits de l’ancien Musée ecclésiastique (collection A)], vol. I2, Tbilissi 1976

132CatalogueA IV
id., vol. IV, Tbilissi 1954

133DBI
Dizionario biografico degli Italiani,Rome

134Dialogues
Grégoire le Grand, Dialogues. 1, Introduction, A. de Vogüé, Paris 1978 (SC 251) ; 2, Livres I-III et 3, Livre IV, éd. A. de Vogüé, trad. P. Antin, Paris 1979-1980 (SC 260, 265)

135Églises d’Orient et d’Occident
Les Églises d’Orient et d’Occident (432-610), éd. L. Pietri, Paris 1998 (Histoire du christianisme 3)

136EncP
Enciclopedia dei Papi.1, Pietro, santo – Anastasio Bibliotecario, antipapa, éd. M. Bray, Rome 2000

137Epist. Reg.
S. Gregorii Magni Registrum epistularum, éd. D. Norberg, Libri I-VII et Libri VIII-XIV, Appendix, 2 vol., Turnhout 1982 (Corpus Christianorum. Series Latina 140, 140A)

138Index 1-2
S. QAuxčišvili, Berjnul-kartuli dok’ument’irebuli leksik’onis kartul-berjnuli indeksi [Index géorgien-grec du Lexique documentaire grec-géorgien], 2 vol., Tbilissi 2007

139JD
Jean Hymmonides Diacre, Vita Gregorii I papae, éd. PL 75, col. 61-242

140LP
LeLiber Pontificalis, éd. L. Duchesne, t. 1, Paris 1886

141Morales
Grégoire le Grand,Morales sur Job. 1, Livres I-II, trad. A. de Gaudemaris, Paris 19893 (SC 32bis) ; 3.1, Livres XI-XIV, éd. et trad. A. Bocognano, Paris 1974 (SC 212)

142Müller, Fuhrung
B. Müller, Führung im Denken und Handeln Gregors des Grossen, Tübingen 2009 (Studien und Texte zu Antike und Christentum 57)

143PD
Paul Diacre, Vie de Grégoire le Grand, éd. H. Grisar, rééd. dans S. Tuzzo, Vita Gregorii Magni/Paolo diacono, Pise 2002 (Centro di cultura medievale 11), p. 3-31

144PIC
Prosopographie de l’Italie chrétienne (313-604),éd. Ch. Pietri et L. Pietri, 2 vol., Rome 1999-2000 (Prosopographie chrétienne du Bas-Empire 2)

145Pietri, Roma christiana
Ch. Pietri, Roma christiana, 2 vol., Rome 1976 (Bibliothèque de l’École française d’Athènes et de Rome 224)

Annexes

Appendice

Texte géorgien de la Vie de grégoire pape des Romains275

ცხორებაჲ276 წმიდისა და ნეტარისა მამისა ჩუენისა გრიგოლ ჰრომთა პაპისა, ახლად თარგმნილი ბერძულისაგან წმიდისა და სულითა წმიდითა განბრძნობილისა მამისა ჩუენისა ეფთჳმესი.

[1] ესე ღმრთშემოსილი და ნეტარი მამაჲ ჩუენი გრიგოლი, რომელსა ეწოდა დიალოღონი, რომელი გამოითარგმანების მთხრობელი საღმრთოთა თხრობათაჲ, იყო ნათესავით მოქალაქე დიდისა ქალაქისა ჰრომისაჲ, შვილი მთავრისა დიდისა და დიდებულისაჲ, რომელსა ეწოდებოდა გორდიანე. [2] ხოლო იყო რაჲ ნეტარი გრიგოლი ათორმეტისა წლისა, მისცა იგი მამამან მისმან სასწავლელად და იყო ყრმასა მას ზედა მადლი ღმრთისაჲ და კეთილად ისწავა ყოველივე სწავლაჲ სიბრძნისაჲ და სამოძღურონი ფილოსოფოსთანი. [3] და აღსავსე რაჲ იყო ყოვლითა სიბრძნითა, იწყო სწავლად სწავლათაცა საეკლესიოთა, დავითსა და სახარებასა, სამოციქულოსა და საწინაწარმეტყუელოთა და შეიკრიბა ვითარცა ფუტკარმან სიტკბოებაჲ იგი საღმრთოჲსაცა და კაცობრივისაცა სიბრძნისა გულსა შინა თჳსსა და ყოვლისა პირველად შიში უფლისაჲ, რომელ იგი არს დასაბამი ყოვლისა სიბრძნისაჲ. [4] ხოლო ესეოდენ აქუნდა შიში უფლისაჲ ვიდრეღა დღე და ღამე არარაჲ იყო სხუაჲ მისა წურთაჲ გარნა თუ ვითარ სათნო ეყოს უფლისა და მარადის ამას ილოცვიდა : « მაუწყე მე, უფალო, გზაჲ რომელსაც ვიდოდი. და მასწავე მე ყოფად ნებაჲ შენი ».

[5] ხოლო ვითარცა იქმნა იგი ოცისა წლისაჲ, დაეგულებოდა მამასა მისსა შერთვად მისა მეუღლისა, ასულისა დიდთა მთავართაჲსა. ხოლო გრიგოლის უძნდა ესე და არა ენება. [6] ვიდრეღა ამას შინა იყვნეს, მოიწია აღსასრული მამისა მისისა გორდიანესი და წარვიდა უფალსა კაცი მოშიში უფლისაჲ და მოწყალე გლახაკთაჲ. [7] მაშინ ძემან მისმან გრიგოლი დაჰმარხა იგი ჯეროვნად და ყოველი ნაწილი სიმდიდრისა მისისაჲ მისვა გლახაკთა და შეწირა ეკლესიათა და მონასტერთა სულისა-თჳს მამისა თჳსისა.

[8] ხოლო დედასა თჳსსა სილვიას აზრახა ზრახვაჲ კეთილი რაჲთა აღირჩიონ მოქალაქობაჲ მონაზონებისაჲ და აღასრულონ ბრძანებაჲ უფლისაჲ აღებად ჯუარი და შედგომად მისსა. [9] სთნდა ესე ნეტარსა მასცა სილვიას, დედასა მისსა, და მისცა მას ჴელმწიფებაჲ ყოველსა ზედა სიმდიდრესა მისსა. [10] მაშინ ვითარცა ბრძენმან ვაჭარმან, ნეტარმან გრიგოლი იწყო ყოველივე, რაჲცა აქუნდა განსყიდად რაჲთა მოიყიდოს უსასყიდლოჲ იგი მარგალიტი. [11] ხოლო დედული მონაგები მისი იყო ჭალაკსა მას დიდსა სიკილიას. წარვიდა მუნ და აღაშენა სოფლები იგი მონასტრად და შემზადა მონასტერი ექუსი და შეკრიბნა მონაზონნი და დაადგინნა მამასახლისნი, კაცნი სათნონი და სულიერნი, და განაწესსა თითოეულისა მონასტრისა შესავალნი და წესნი სულიერნი. [12] და წარვიდა ჰრომედ, და განყიდა მამული იგი მონაგები და აღაშენა მონასტერი შუენიერი და დაადგინა მამასახლისი, კაცი ღმერთშემოსილი, და განაწესა მონაგებთაგან მამულთა თჳსთა ყოველი საჴმარი მუნ შეკრებილთა მათ მონაზონთაჲ. [13] და ესრეთ ნებისაებრ უფლისასა განაგო ყოველი საფასე და სიმდიდრე თჳსი.

[14] ხოლო იგი თავადი არცა ერთსა დადგა მის მიერ აღშენებულთა მონასტერთაგანსა არამედ შევიდა მორჩილებად მონასტერსა ამას, რომელსა არს ჰრომს შინა, სახელსა ზედა წმიდისა ანდრიასსა, რომელსა ეწოდების კლეოსკავრი, სადა იგი იყო მამაჲ ღმერთშემოსილი და ძმანი სულიერნი. მუნ მიიღო მონაზონებისა წესი ნეტარმან გრიგოლი და რომელიცა დაშთომილ იყო საფასეთა მისთაგანი ყოველივე მისცა სულიერსა მას მამასა თჳსსა. [15] და იწყო მოღუაწებად უზეშთაეს ბუნებისა, მარხჳთა ფრიადითა, ლოცვითა სამარადისოჲთა, მღჳძარებითა ანგელოზთა მსგავსითა, სიმდაბლითა საღმთოჲთა, მორჩილებითა შეუორგულებელითა, უარყოფითა სამარად ნებისა თჳსისაჲთა. ყოველივე მოღუაწებაჲ მონაზონობისაჲ აღასრულა და ყოველი სათნოებაჲ სრულებით წარჰმართა და ყოვლითა კეთილისა საქმითა განბრწყინდა.

[16] ხოლო შემდგომად ოცისა წლისა მონაზონებისა მისისა აღესრულა მამაჲ იგი მონასტრისაჲ და მოძღუარი მისი. მაშინ ღირსმან აღათონ პაპმან ჰრომისამან მოუწოდა მონაზონთა მონასტრისათა რაჲთა გამოირჩიონ მამასახლისი. [17] ხოლო ყოველთა ვითარცა ერთითა პირითა ითხოეს ნეტარი იგი გრიგოლი. ესე რაჲ ესმა ღირსსა მას პაპსა აღივსო სიხარულითა, რამეთუ იგიცა გრიგოლის-თჳს წადიერ იყო. ხოლო გრიგოლი არა თავს იდებდა, რამეთუ უყუარდა მას ფრიად დაყუდებაჲ და უზრუნველობაჲ. [18] მიუგო პაპმან და ჰრქუა მას : « არა ჯერ არს, შვილო, თავისა თჳსისა განსუენებისა ძიებაჲ არამედ უმჯობესისა ძმათაჲსა. აწ უკუე ურჩებისა ბრალსა ნუ შთავარდები, არამედ მორჩილებისა სასყიდელი შეიტკბე ». [19] ესევითარითა სიტყჳთა და მცნებითა მოდრიკა გული მისი და პირველად მღდელობისა კურთხევაჲ მისცა და მოვიდა მის ზედა უმეტესად მადლი სულისა წმიდისაჲ, და ესრეთ აკურთხა იგი წინამძურად მონასტრისა მის წმიდისა მოციქულისა ანდრიაჲსსა და ჰმწყსიდა ძმათა მათ შიშითა უფლისაჲთა და მოძღურებითა მით ჭეშმარიტითა.

[20] ხოლო მიეცა მას მადლი სასწაულთაჲცა და მრავალთა უძღურთა და ბოროტითა სენითა შეპყრობილთა ლოცვითა და გამოსახვითა პატიოსნისა ჯუარისაჲთა ჰკურნებდა, სულთა არაწმიდათა განასხმიდა და შეხებითა ჴელთა მისთაჲთა მრავალთა ბრმათა თუალნი აღეხილნეს და მრავალნი ყრუნი და უტყუნი განიკურნეს. [21] და განისმა ჰამბავი სიწმიდისა მისისაჲ და სასწაულთა მათ რომელთა იქმოდა არა ხოლო თუ ქუეყანასა ჰრომისასა და იტალიისასა არამედ ვიდრე სამეუფოდ კოსტანტინეს ქალაკად მიიწია და მეფესა და პატრიაქსა ესმა.

[22] მათ დღეთა შინა აღდგეს ვინმე კოსტანტინეპოლეს რომელნი იტყოდეს ვითარმედ « არა აღდგებიანო გუამნი ჩუენნი მერმესა მას აღდგომასა, არამედ რეცა აჩრდილი რაჲმე გუამთაჲ იხილვებისო » და სხუასა მრავალსა ამაოებისა სიტყუასა იტყოდეს, ვიდრეღა პატრიაქიცა განდრიკეს და მათსავე ამაოებისა ზრახვასა მიერჩდა, და იყო შფოთი ეკლესიათა. [23] ესმა ესე აღათონ პაპსა და შეწუხნა. მოუწოდა ნეტარსა გრიგოლის და ევედრა რაჲთა აღვიდეს კოსტანტინეპოლედ და აუწყოს მეფესა და პატრიაქსა ჭეშმარიტებისა სიტყუაჲ. [24] შეიწყნარა ღირსმან მან სიხარულით ბრძანებაჲ პაპისაჲ. და წარვიდა და მოიკითხნა ძმანი მონასტრისა თჳსისანი და ამცნო ვითარ უჴმს ყოფაჲ ვიდრე მოსლვად მისდამდე. [25] და მივიდა ნეტარისა სილვია, დედისა თჳსისა, რომელი იგი იყოფოდა მახლობელად ბჭისა მის წმიდისა მოციქულისა პავლესსა და ყოვლითა ქველისა-საქმითა და სათნოებითა ჰმსახურებდა უფლისა. მისცა მას მშჳდობაჲ და მოიღო ლოცვაჲ მისი. [26] და წარვიდა პაპისა და მიიღო კურთხევაჲ მისი და ებისტოლენი მეფისა მიმართ და პატრიაქისა და წარემართა კოსტანტინეპოლედ. [27] ხოლო მრავალნი სასწაულნი და კურნებანი ქმნნა უფალმან ნეტარისა გრიგოლისა მიერ გზასა მას მისსა.

[28] და მოიწია რაჲ სამეუფოდ ქალაქად დიდითა პატივითა შეიწყნარა იგი მეფემან და მისცა ებისტოლე პაპისაჲ და წარიკითხნა მეფემან და წარავლინა იგი პატრიაქისა. [29] და მისცა პატრიაქსაცა წიგნი პაპისაჲ და აუწყა მიზეზი მოსლვისა მისისაჲ. ხოლო პატრიაქმან ჰრქუა მას : « განვაწესოთ დღე და შევკრბეთ ერთბამად და გამოვიძიოთ ამის ჯერისათჳს ». [30] და შემდგომად სამისა დღისა შეკრბეს მღდელთ- მოძღუარნი და უწოდა პატრიაქმან ნეტარსა გრიგოლის. და წარიკითხეს ებისტოლე პაპისაჲ და იწყეს სიტყუად პატრიაქმან და სხუათა მათ ფილოსოფოსთა მეტყუელთა მათ ამაოებისათა. [31] მაშინ ნეტარმან გრიგოლი აღაღო პირი თჳსი და აღივსო იგი მადლითა სულისა წმიდისაჲთა და იწყო სიტყუათა საღმრთოთა მეტყუელებად და განაგრძეს სიტყჳს-გებაჲ იგი სამ დღე და არა ენება ფილოსოფოსთა-მოძღუარსა მას დარწმუნებად, რაჲთამცა არა გამოჩნდა ძლეულებაჲ მისი, მრავალღონითა სიტყჳს-გებითა წინააღუდგებოდა წმიდასა მას მამასა: და განსდრეკდა ერსა მას და მღდელთ-მოძღუართა. [32] ხოლო მესამესა დღესა ვითარ იგი ცუდად მეტყუელებდა, სცა მას ანგელოზმან უხილავითა მახჳლითა და მყის მოკუდა. [33] მაშინ ყოველთა ჴმა ყვეს : « ჭეშმარიტ არიან სიტყუანი გრიგოლისნი » და ჰრწმენა მოძღურებაჲ მისი პატრიაქსა და ყოველთა მღდელთ-მოძღუართა და სიმრავლესა მას ერისასა.

[34] მიიწია სიტყუაჲ ესე მეფისა და აღივსო იგი სიხარულითა, რამეთუ უფალმან გამოაჩინა ჭეშმარიტბაჲ და დიდითა პატივითა და ნიჭითა სამეუფოჲთა წარგზავნა ნეტარი გრიგოლი, რამეთუ იხილნა მის მიერ მრავალნი სასწაულნი და კურნებანი. [35] ხოლო ვითარცა ღირსი გრიგოლი იყო კოსტანტინეპოლედ, აღსრულა ნეტარი აღათონ ჰრომთა პაპაჲ და დადგა პაპად ღირსი პელაგიოს. [36] მიიწია რაჲ გრიგოლ ჰრომედ, მიეგება მას პაპაჲ და ყოველნი მღდელნი და შეიყვანეს სიხარულით და აუწყა ყოველი რომელი იქმნა კონსტანტინეპოლეს და ყოველთავე მადლი მისცეს უფალსა.

[37] წარვიდა ნეტარი გრიგოლი თჳსსავე მონასტერსა და ჴელ-ყო კუალად მოღუაწებასა მასვე დაყუდებისასა. [38] და აქუნდა მას ჴელთსაქმარი მწერ|ლობისაჲ და ოდესმე წიგნთა წერნნ, ხოლო უმეტესად თავადი გამოიტყჳნ და აღსწერნ მოძღურებათა საღმრთოთა, რამეთუ მრავალნი სწავლანი და თარგმანებანი წერილთანი აღწერნა ნეტარმან მან რომელნიმე ვიდრეღა მონასტერსა იყო. და სხუანი ოდეს იგი მღდელთმოძღურებისა საყდარსა დაჯდა. [39] ხოლო ყოველთა მათ სათნოებათა მისთა თანა ფრიად მოღუაწე იყო გლახკთ- მოყუარებისა და მოწყალებისათჳსცა და ყოვლითა სახითა მოსწრაფე იყო ყოფად წყალობისა ყოველთა ჭირვეულთა და ნაკლულევანთა-თჳს.

[40] დღესა ერთსა ჯდა რაჲ იგი სენაკსა თჳსსა და წერდა, მოვიდა მისსა გლახაკი. ევედრებოდა და ეტყოდა : « შემიწყალე მე, მონაო ღმერთისაო, რამეთუ მენავეთ-მოძღუარი ვიყავ და ნავი დამექცა და წარვწყმიდე თჳსიცა საფასე და სხუათაჲცა და აწ უღონო ვარ ». [41] ხოლო ჭეშმარიტმან მან მონამან ქრისტესმან და მოყუარემან გლახაკთამან მოუწოდა მეჭურჭლესა თჳსსა და ჰრქუა : « წარვედ და მიეც გლახაკსა ამას ექუსი დრაჰკანი ». და მან ქმნა ბრძანებაჲ მისი და მისცა ექუსი დრაჰკანი. მოიღო იგი გლახაკმან მან და წარვიდა. [42] კუალად შემდგომად მცირედისა ჟამისა მასვე დღესა მოვიდა გლახაკი იგი ნეტარისა გრიგოლისა და ჰრქუა : « შემიწყალე, მონაო ღმერთისა მაღლისაო, რამეთუ ფრიადი საფასე წარვსწყმიდე და მცირედი მომეც ». [43] ხოლო ღმერთშემოსილმან მან კუალად მოუწოდა ძმასა მას და ჰრქუა : « წარვედ და მიეც კაცსა ამას სხუაჲ ექუსი დრაჰკანი ». და მოიღო გლახაკმან მან იგიცა ექუსი დრაჰკანი და წარვიდა. [44] და წარჴდა რაჲ მცირედი ჟამი მასვე დღესა მოვიდა კაცი იგი მესამედ და ჰრქუა ნეტარსა მას : « მონაო ღმერთისაო, შემიწყალე და მომეც სხუაჲცა ევლოგიაჲ, რამეთუ დიდი დაჭირვებაჲ შემემთხჳა ». [45] მოუწოდა წმიდამან მან მესამედ მეჭურჭლესა თჳსსა და ჰრქუა : « წარვედ, ძმაო, და მიეც სხუაჲ ექუსი დრაჰკანი ». მიუგო ძმამან მან და ჰრქუა : « გრწმენის ჩემი, წმიდაო, არა დაშთომილ არს საჭურჭლესა ჩუენსა არცა ერთი დრაჰკანი ». [46] ჰრქუა მას ნეტარმან გრიგოლი : « მიეც სხუაჲ რაჲმე, ანუ ვეცხლის ჭურჭელი ანუ სამოსელი, რაჲთა არა წარვიდეს ეგე ცარიელი ». [47] მიუგო მეჭურჭლემან და ჰრქუა მას : « სხუაჲ ესევითარი ჭურჭელი არა გუაქუს, წმიდაო მამაო, გარნა ვეცხლისა იგი ლოდაკი, რომელი გუშინ წარმოსცა დედამან შენმან დამბლითა ოსპნითა ჩუეულებისა-ებრ ». [48] ჰრქუა მას ნეტარმან გრიგოლი : « წარვედ ძმაო და მიეც კაცსა მას ლოდაკი იგი ». [49] ქმნა ძმამან მან ვითარცა უბრძანა და მიიღო გლახაკმან ათორმეტი იგი დრაჰკანი და ვეცხლისა იგი ლოდაკი. და წარვიდა და ეკურთხა კურთხეული იგი გრიგოლი შემსგავსებულად კეთილისა მის გონებისა მისისა.

[50] ხოლო შემდგომად რაოდენისამე ჟამისა აღესრულა ღირსი პელაგიოს ჰრომისა პაპაჲ. მაშინ ღმერთისა მიერ ყოველთა მღდელთ-მოძღუართა და მთავართა და ყოველისავე ერისა გონებანი და ზრახვანი ერთ იქმნნეს, რაჲთა გრიგოლი დაადგინონ პაპად. [51] ეგრეთვე მეფესა ესმა ესე და მოუწერა წიგნი ჰრომედ, რაჲთა არავინ დაჯდეს სხუაჲ საყდარსა მას პეტრე მოციქულისასა გარნა გრიგოლი. ეგრეთვე პატრიაქმან კოსტანტინეპოლელმან დაწერა. [52] მაშინ შეკრბეს მღდელთ-მოძღუარნი ჰრომაელნი და მოუ|129წოდეს ნეტარსა გრიგოლის და გამოუცხადეს განზრახვაჲ მათი და ბრზანებაჲ მეფისაჲ და წამებაჲ პატრიაქისაჲ. [53] ხოლო გრიგოლი იჯმნა საქმისა მის-გან და მიზეზ-ყო უღირსებაჲ სულიერი და უძლურებაჲ ჴორციელი, რამეთუ ნანდჳლვე ფრიადისა მარხვისა-გან და მოღუაწებისა დაჴსნილ იყო სტომაქი მისი და დიდისა ზედგომისაგან ლოცვათა შინა ვნებულ იყვნეს ფერჴნი მისნი. [54] ჰრქუეს მას მღდელთმოძღუართა და დიდებულთა მათ მთავართა : « ჩუენ, მამაო, აღთქუმაჲ გჳქმნიეს, რაჲთა გარეშე შენისა სიწმიდისა არავინ ვაკურთხოთ. აწ უკუე გაფუცებთ უფალსა, შრომასა ნუ შეგუამთხუევ ». არა ერჩდა ნეტარი იგი, არამედ დროებაჲ ითხოვა რაჲთა ევედროს უფალსა.

[55] ხოლო ჩუენებასა ღამისასა იხილა წმიდაჲ მოციქული პეტრე, რომელი იგი ეტყოდა მას : « გრიგოლი, გრიგოლი, ნუ ურჩ ხარ, არამედ მიითუალე სამწყსოჲ ესე. და მწყსიდი ცხოვართა მათ პირმეტყუელთა, რამეთუ მეცა ეგრეთ მიბრძანა უფალმან : “პეტრე, უკუეთუ გიყუარ მე, მწყსიდი ცხოვართა მათ ჩემთა.” » [56] ესე რაჲ იხილა ნეტარმან გრიგოლი, განთიად კუალად მოვიდეს მღდელთმოძღუარნი და აიძულებდეს მას. მაშინ წარვიდა მწუხარებით და სულთქუმით.

[57] და აკურთხეს იგი წესისა-ებრ განგებულებისა და დასუეს საყდარსა მას მოციქულთა თავისასა. [58] მეყსეულად ნათელი ბრწყინვალე მოეფინა მას ზეგარდამო და ყოველთა მადლი მისცეს უფალსა. და იქმნა სახარული დიდი ქალაქსა მას შინა და ყოველსა მას ქუეყანასა.

[59] და ამიერითგან ჰმწყსიდა ღმერთ-შემოსილი იგი ერსა მას ვითარცა ჭეშმარიტი და კეთილი მწყემსი. უძლურთა ჰკურნებდა, გლახაკთა იღუაწიდა, ჭირვეულთა ნუგეშინის სცემდა, შეცთომილთა მოაქცევდა, წარწყმედილთა ეძიებდა, დაცემულთა აღადგინებდა, უწესოთა სწავლითა მით სულიერითა წესიერ ჰყოფდა. ყოვლით-კერძო ჭეშმარიტსა მას მწყემსთ-მთავარსა ქრისტესა სათნო ეყოფოდა და იყო მოქალაქობაჲ მისი მობაძავ ანგელოზთა.

[60] ხოლო არს წესი პატრიაქთა ჰრომისათაჲ, რაჲთა მარადდღე ათორმეტი გლახაკი ჭამდეს ტაბლასა მისსა, და ამას წესსა უმეტეს ყოველთასა წადიერებით აღასრულებდა დიდი ესე გრიგოლი, და აქუნდა საქმე ესე საკელარსა მისსა რომელმანცა მოუწოდის დღითი-დღედ ათორმეტთა გლახაკთა. [61] ხოლო დღესა ერთსა მოუწოდა ჩუეულებისაებრ ათორმეტთა გლახაკთა და დასხდეს ნეტარისა გრიგოლის თანა ტაბლასა მისსა, და იპოვნეს ათცამეტნი გლახაკნი იგი. [62] მოუწოდა ღირსმან მან პაპმან საკელარსა თჳსსა და ჰრქუა : « ვითარ თჳნიერ სიტყჳსა ჩემისა ათცამეტნი გლახაკნი შემოგიყვანიან ? » [63] ხოლო საკელარი შეძრწუნდა და ჰრქუა მას : « გრწმენინ, წმიდაო მეფეო, ათორმეტნი არიან », რამეთუ მეათცამეტესა მას არავინ ხედვიდა, გარნა ხოლო ნეტარი გრიგოლი, [64] და ვითარ იგი სხდეს ტაბლასა, განიცდიდა პაპაჲ მეათცამეტესა მას, რომელი ჯდა კიდესა სკამისასა, და აჰა ესერა იცვალებოდა ხატი პირისა მისისაჲ : ოდესმე მჴცოვანი ჩანნ და ოდესმე ჭაბუკი.

[65] ხოლო აღდგეს რაჲ ტაბლისაგან, სხუანი წარგზავნნა ქველისსაქმითა. ხოლო მეათცამეტე იგი, რომელი ესრეთ საკჳრველად ეჩუენებოდა, დაიყენა და შეიყვანა სენაკად თჳსად და ჰრქუა : « გაფიცებ ძალსა ღმრთისასა : მითხარ ვინ ხარ შენ, ანუ რაჲ არს სახელი შენი ». [66] მიუგო მან და ჰრქუა მას : « რასა აკითხავ სახელსა ჩემსა და იგი არს საკჳრველი. გარნა მე ვარ გლახაკი იგი, რომელი მოვედ შენდა მონასტერსა წმიდისა ანდრიაჲსსა, ოდეს შჯედ სენაკსა შენსა და წერდი, და მომეც ათორმეტი დრაჰკანი და ვეცხლისა ლოდაკი, რომელი წარმოეცა დედასა შენსა დამბლითა ოსპნითა. [67] და უწყოდე, რომელ ამიერ დღით-გან, ოდეს ესრე სულგრძელებით და გულითა მარტივითა მიღუაწე, ბრძანა უფალმან დადგინებად შენდა მღდელთ- მოძღურად ეკლესიისა თჳსისა, რომლისათჳს პატიოსანი სისხლი თჳსი დასთხია, და დაჯდომად შენდა საყდარსა პეტრესსა, თავისა მის მოციკულთაჲსა, რომელისაცა სათნოებასა მიემსგავსე, რამეთუ ეგრეთ განუყოფდა იგი მონაგებთა მათ რომელთა მოართმევდეს მას მორწმუნენი, და მისცემდა უშურელად ვითარცა ვის უჴმნ ».

[68] ჰრქუა მას ნეტარმან გრიგოლი : « ვინაჲ უწყი შენ ვითარმედ უფალმან ბრძანა დადგინებად ჩემდა მღდელთმოძღურად ? » [69] მიუგო მან და ჰრქუა : « მე ანგელოზი ვარ ყოვლისა-მპყრობელისა უფლისაჲ და ამისთჳს უწყი, რამეთუ მაშინცა უფალმან მომავლინა გამოცდად გონებისა შენისა, რაჲთა გამოჩნდეს ვითარმედ კაცთ-მოყუარებით და არა მაჩუენებლობით იქმ მოწყალებასა ».

[70] ესმა რაჲ ესე გრიგოლის, ვითარმედ ანგელოზი არს, შეშინდა, რამეთუ არა ეხილვა ანგელოზი, არამედ ვითარცა კაცსა ეუბნებოდა მას. [71] ხოლო ანგელოზმან მან ჰრქუა მას : « ნუ გეშინის. აჰა ესერა მომავლინა უფალმან რაჲთა შენ თანა ვიყო მარადის ვიდრე ხარ შენ სოფელსა ამას შინა. აწ უკუე რაჲცა გაქუნდეს სათხოველი ღმრთისაგან, ჩემ მიერ აუწყე უფალსა ».

[72] ხოლო ნეტარსა მას ესმნეს რაჲ სიტყუანი ესე, დავარდა პირსა ზედა და თაყუანის-სცა უფალსა და თქუა : « უკუეთუ მცირედისა ამის და არარაჲსა გულსმოდგინებისათჳს ესოდენი სიმრავლე წყალობისა აჩუენა ჩემ ზედა სახიერმან უფალმან, ვიდრეღა ანგელოზი თჳსი მოავლინა ყოფად ჩემ თანა, ვითარსა-მე დიდებასა მიმთხუევად არიან, რომელნი არასრულებენ მცნებათა მისთა და იქმან სიმართლესა და მრავალსა მოწყალებასა, [73] რომელთაცა ბრძანა უფალმან დადგომად მარჯუენით მისსა და სმენად ჴმასა მას სანატრელსა : “მოვედით კურთხეულნო მამისა ჩემისანო და დაიმკჳდრეთ განმზადებული თქუენ-თჳს სასუფეველი და შემდგომი ამისი” ».

[74] ხოლო მიერ დღითგან იყო ანგელოზი იგი მარადის ნეტარისა გრიგოლის თანა და ზედაჲს-ზედა გამოეცხადებინ მას. [75] უმეტესად ოდეს წარდგის წმიდასა ჟამის-წირვასა, მეყსეულად წმიდაჲ იგი ანგელოზი წარმოუდგის მას და მის თანა დგან ვიდრე აღსრულებადმდე ჟამისწირვისა და გრიგოლის თუალნი ხოლო ხედვიდიან მას, ვითარცა თავად აუწყა საყუარელსა მას მისსა პეტრეს მთავარდიაკონსა, კაცსა საღმრთოსა და ყოვლითა სათნოებითა შემკობილსა. [76] ხოლო დიდი კადნიერებაჲ მოეცა ღირსსა და წმიდასა გრიგოლის წინაშე უფალსა და რაჲცა ითხოვის უფლისაგან სასწაულისა საქმე მყის ისმინის უფალმან მისი ვითარცა აღუთქუა მას წმიდამან მან ანგელოზმან ვიდრეღა იქმნა საქმე ესევითარი.

[77] მივიდოდა ოდესმე დიდი ესე გრიგოლი სხუად სოფლად საქმისა-თვს საეკლესიოჲსა. და იქმნა სლვაჲ მისი გზასა მას რომელი ექმნა ტრაიანოს მეფესა, |p. 131 ყოველი მარმარილოჲთა დასხმული, და იყო იგი მოგზაურთა განსასუენებელ და უმეცარნი არა მოსცთებოდეს. [78] იხილა რაჲ ნეტარმან მან გზაჲ იგი სთნდა საქმე მეფისაჲ მის და დადგა ლოცვად და შეწირა მჴურვალე ვედრებაჲ ღმრთისა, რაჲთა იჴსნეს სატანჯველთა- გან საუკუნეთა სული ტრაიანესი. [79] ხოლო იყო მეფე იგი კერპთ-მსახური და უღმრთოჲ. და ვითარცა განაგრძო ლოცვაჲ მჴურვალე, ესმა ზეცით ჴმაჲ ესევითარი : « შევისმინე ვედრებაჲ შენი და ვიჴსნე სული ტრაიანესი სატანჯველთა-გან. ხოლო შენ ნუღარა შესძინებ უშჯულოთა-თჳს ვედრებად ჩემდა ». [80] ამისა შემდგომად წმიდაჲცა იგი ანგელოზი წარმოუდგა და ჰრქუა : « აჰა ესერა ვედრებაჲ შენი ისმინა უფალმან გარნა ნუღარა იქმ ესრეთ რაჲთა უღმრთოთა და კერპთმსახურთათჳს ევედრებოდა უფალსა ».

[81] საცნაურ არს უკუე ამის საქმის-გან თუ რაბამი კადნიერებაჲ აქუნდა მას წინაშე ღმერთსა, ხოლო სასწაულთა რომელთა იქმოდა, უკუეთუ თითოეულად აღვსწერდეთ, ფრიადი სიმრავლე წერილთა იქმნას. რამეთუ არავინ შეპყრობილი სენისაგან ბოროტისა მოვიდა მისა სარწმუნოებით და არამცა განკურნებული მიიქცა სახედ თჳსად და ჰმადლობდა ღმერთსა.

[82] ხოლო მათ ჟამთა შინა მკჳდრნი იგი ვრეტანია ჭალაკისანი კერპთმსახურებისა საცთურითა შეპყრობილ იყვნეს, და არს ჭალაკი იგი უდიდეს ყოველთა ჭალაკთა და მკჳდრ იყო მუნ ერი აურაცხელი და კაცნი ჰაეროვანნი. და მწუხარე იყო ნატარი გრიგოლი წარწყმედისა-თჳს ესოდენისა მის ერისა. [83] მაშინ ევედრა უფალსა რაჲთა წარუმართოს მოქცევად მათდა. წარმოუდგა მას ანგელოზი იგი ღმერთისაჲ და ჰრქუა : « ესეცა ლოცვაჲ შენი ისმინა უფალმან. წარავლინენ მუნ კაცნი მეცნიერნი და მოაქცინენ იგინი ». [84] მაშინ ნეტარი იგი აღივსო სიხარულითა და გამოარჩინა ოთხნი მონაზონნი, სავსენი მადლითა, თევდორე, ანდრია, პავლე და ელევთერი. თევდორე აკურთხა ეპისკოპოსად და ანდრია ხუცად, პავლე და ელევთერი დიაკონად. და წარავლინნა იგინი ვრეტანიად, შეჭურვილნი ლოცვითა მისითა. [85] ხოლო მიიწინეს რაჲ იგინი ჭალაკსა, შეწევნითა ღმრთისაჲთა და ლოცვითა დიდისა გრიგილისითა, მცირედსა ჟამსა ყოველი იგი ერი და მეფე მის ჭალაკისაჲ და მთავარნი მოაქცინეს ღმერთისა და ნათელსცეს სახელითა მამისაჲთა და ძისაჲთა და სულისა წმიდისაჲთა. საკერპონი დაამჴუნეს და ეკლესიანი აღაშენნეს და ყოველი წესი ქრისტეანობისაჲ ასწავეს. [86] ესმა ესე ნეტარსა გრიგოლის და აღიპყრნა ჴელნი და მჴურვალითა ცრემლითა მადლი მისცა უფალსა.

[87] და ზედაჲს-ზედა მიუწერდა ებისტოლეთა ერსა მას ვრეტანელთასა, სავსეთა სწავლითა სულიერითა. და მათგანნი დღითი-დღედ მოვიდოდეს ჰრომედ მოკითხვად სულიერისა მის მამისა მათისა. [88] ესრეთ ღირს იქმნა ნეტარი გრიგოლი მადლსა მოციქულობისასა და ერნი აურაცხელნი მოსტაცნა ეშმაკსა და შეაწყნარნა ქრისტესა.

[89] და სხუაჲ მრავალი საქმე კეთილი და საღმრთოჲ აღასრულა ღმერთშემოსილმან მან, და წიგნნი მრავალნი აღწერნა და ყოვლით-კერძო შეამკო ეკლედიაჲ ჰრომისაჲ და ყოველსა სოფელსა განჰჴდა ჰამბავი სათნოებათა მისთაჲ, [90] რამეთუ არა კაცობრივითა ხოლო სწავლულებითა და სიბრძნითა იყო გამოთქუმაჲ და აღწერაჲ მისი წიგნთაჲ, არამედ მადლი სულისა წმიდისაჲ მოსცემდა სიტყუასა ვითარცა გჳთხრა პეტრე, მთავარდიაკონმან მისმან, და იყო იგი კაცი ჭეშმარიტი და ღმრთისმოყუარე. [91] იტყოდა იგი ვითარმედ : « ოდეს იგი წერნ წმიდაჲ მამაჲ ჩუენი გრიგოლი გინა თუ სწავლასა გინა თუ თარგმანებასა წერილთასა, ვხედევდ განცხადებულად ტრედსა სპეტაკსა რომელი ფრინავნ წინაშე პირსა მისსა, ვიდრე ფრთანი მისნი პირსა მისსა ეცემოდიან და ჴელთა მისთა ზედა და წერილსა მას ზედა იქცევინ, ვითარმცა იგი თავადი სრულ ჰყოფნ და განაგებნ წერილსა მას ». საცნაურ არს უკუე ვითარმედ მადლი სულისა წმიდისაჲ იხილვებოდა სახითა ტრედისაჲთა და განანათლებდა ნეტარსა მას.

[92] ხოლო ამას ესევითარსა საღმრთოსა მოქალაქობასა შინა აღასრულნა ნეტარმან მან ჟამნი მრავალნი და იქმნა იგი მოხუცებულ და სავსე დღითა კეთილითა. [93] და მოაქცინა ნათესავნიცა იგი საქსონთანი ღმერთისა და იჴსნა იგინნი კერპთ-მსახურებისაგან ერი ფრიად დიდი და სწორი ვრეტანიელთანი და ჰმადლობდა ღმერთსა.

[94] მაშინ მოვიდა მისა წმიდაჲ იგი ანგელოზი და აუწყა წოდებაჲ მისი. [95] და განაგო ყოველივე საქმე ეკლესიისა კეთილად და ვითარცა ღმერთსა სთნდა. [96] და მცირედ დასნეულდა და წარვიდა უფლისა სახელით წინამძღურობითა ანგელოზთაჲთა, რომელნი იგი ამასვე სოფელსა მის თანა იქცეოდეს.

[97] ხოლო იყო აღსრულებაჲ მისი თუესა მარტსა ათორმეტსა, და იგლოვა იგი ყოველმან ერმან ჰრომისამან, და დაჰმარხეს ეკლესიასა შინა წმიდისა მოციქულისა პეტრესსა. [98] ხოლო მრავალნი სასწაულნი იქმნნეს სამარხოსაცა მისსა და აქამომდე იქმნებიან, მადლითა და კაცთმოყუარებითა უფლისა ჩუენისა იესჳ ქრისთესითა რომლისა არს დიდებაჲ და სიმტკიცე თანა მამით და სულით წმიდითურთ აწ და მარადის და უკუნით უკუნისამდე.

Notes

1 Entre le début du viiie siècle et la fin du ixe, quatre Vitae Gregorii ont été rédigées : par l’Anonyme de Whitby avant 714, Paul Diacre à la fin du viiie, Jean Diacre en 873-876, et l’anonyme interpolateur du texte de Paul Diacre à la fin du ixe ; on trouvera les références des éditions dans la liste des abréviations.

2 On laisse ici de côté BHG 721b et 721f : le premier (narratio vel epilogus de monacho excommunicato), parce qu’il s’agit du chapitre 192 du Pré spirituel de Jean Moschos (éd. PG 87, col. 2851-3112, ici col. 3072AC), qui a également circulé sous le nom d’Anastase le Sinaïte ou à l’intérieur des Pandectes de Nicon ; le second parce qu’il est une adaptation du précédent par Georges le Moine (Chronique, éd. PG 110, col. 929-932).

3 H. Delehaye, Grégoire le Grand dans l’hagiographie grecque, An. Boll. 23, 1904, p. 449-454. F. Halkin, Le pape S. Grégoire le Grand dans l’hagiographie grecque, OCP 21, 1955, p. 109-114 (repris dans Id., Recherches et documents d’hagiographie byzantine, Bruxelles 1971 [Subs. Hag. 51], p. 106-111) ; Id., La date de composition de la « Bibliothèque » de Photius remise en question, An. Boll. 81, 1963, p. 414-417. On notera toutefois les remarques précieuses, mais dispersées, de J.-M. Sansterre, Les moines grecs et orientaux à Rome aux époques byzantine et carolingienne (milieu du vie s.-fin du ixe s.), 2 vol., Bruxelles 1983 (Académie royale de Belgique. Mémoires de la Classe des lettres. Collection in-8o 66).

4 Opinion reprise par X. Lequeux, Latin Hagiographical Literature Translated into Greek, dans The Ashgate Research Companion to Byzantine Hagiography. 1, Periods and Places, éd. S. Efthymiadis, Farnham 2011, p. 385-399, ici p. 386 n. 3.

5 E. Follieri, I santi dell’Italia greca, RSBN 34, 1997, p. 3-36, pour qui « Italie grecque » correspond pourtant bien aux « regioni d’Italia che fecero parte dell’Impero di Bisanzio » (p. 4).

6 M. Re, Italo-Greek Hagiography, dans Efthymiadis, Byzantine Hagiography (cité n. 4), p. 227-258, dont le corpus (p. 227 n. 1) repose sur l’article de E. Follieri.

7 B. Martin-Hisard, Le christianisme et l’Église dans le monde géorgien, dans Églises d’Orient et d’Occident, p. 1169-1239, ici p. 1224-1225.

8 M. Kaplan, Le « schisme » de 1054. Étude des sources et chronologie des événements, D. E. S., Paris 1967 (dir. P. Lemerle).

9 K’. Kek’elije, Kartuli agiograpiuli jeglebi I. K’imeni, t’omi 1/Monumenta Hagiographica Georgica I. Keimena, t. 1, Tiflis 1918, p. 125-132.

10 A 121, copié en 1715 : Catalogue A I2, p. 99-100 ; il contient (fol. 1r-11r) une traduction de la Vie de Grégoire sous le titre : « Vie et conduite de notre saint et bienheureux père Grégoire pape des Romains », suivie du prologue (fol. 11r-12v) et des quatre livres des Dialogues (fol. 13r-235r) ; deux colophons précisent que ces traductions sont dues à Euthyme.

11 A 167, copié en 1748-1754 : ibid., p. 250-253 ; il contient L’Échelle de Jean Climaque (fol. 9r-194r), puis, après une lacune, la Vie de Grégoire (fol. 210r-215r), le prologue et les quatre livres des Dialogues (215r-341r) ; aucun colophon n’est signalé.

12 Catalogue A IV, p. 76-84 : il contient la Vie de Grégoire (fol. 2v-10r), le prologue et les quatre livres des Dialogues (fol. 10v-118r), puis dix textes hagiographiques.

13 N. Soxaje, Grigol didis dialołoni [Les Dialogues de Grégoire le Grand], Tbilissi 2002, n’apporte rien à la connaissance de ces trois manuscrits.

14 Voir B. Martin-Hisard, La Vie de Jean et Euthyme et le statut du monastère des Ibères sur l’Athos, REB 49, 1991, p. 67-142.

15 Catalogue A IV, p. 79 (fol. 117v).

16 Ł. Menabde, Jveli kartuli mc’erlobis k’erebi [Les foyers de la littérature géorgienne ancienne], t. 2, Tbilissi 1980, p. 200-202.

17 Catalogue A IV, p. 77 (fol. 2v).

18 Le colophon qui suit les Dialogues (éd. Catalogue A IV, p. 79, fol. 117v-118r) donne la date de la traduction de ce texte : chronikon 231 (soit 781 + 231 = 1012) ; année de la Création (selon les Grecs) 6519 (= 1010/1011) ; date d’indiction 4 : dans la diplomatique géorgienne l’indiction désignant une année de règne, 1011/1012 correspond à la quatrième année du règne de Bagrat’III qui succéda à son père, le roi Gurgen, mort en 1008.

19 Ibid., p. 79, fol. 131v : Jean dit avoir travaillé « sous le gouvernement (zeobasa) d’Euthyme ».

20 I. Abulaje, Kartuli c’eris nimušebi. p’aleograpiuli albomi [Types d’écriture géorgienne. Album paléographique], Tbilissi 1973, p. 355 : 1011/1019.

21 Voir ainsi B. Martin-Hisard, Le discours des Géorgiens sur leur orthodoxie. Pierre le Foulon et les hérétiques arméniens (viie-xiie s.), RSBN 47, 2010, p. 195-264, ici p. 229-236.

22 Martin-Hisard, La Vie de Jean et Euthyme (cité n. 14), p. 109-110 n. 143 ; V. Von Falkenhausen, Il monastero degli Amalfitani sul Monte Athos, dans Atanasio e il monachesimo al Monte Athos, éd. K. Chryssochoidis et al., Magnano 2005, p. 101-118, souligne (p. 104-111) l’existence d’un réseau de relations monastiques, de l’Italie centro-méridionale au Mont Athos, englobant le monastère des Amalfitains et le Mont-Cassin.

23 Martin-Hisard, La Vie de Jean et Euthyme (cité n. 14), p. 109-110 (§ 27-28).

24 Citée n. 9.

25 P. Peeters, Bulletin des publications hagiographiques, An. Boll. 43, 1925, p. 379-383, ici p. 382. M. Tarchnišvili, Geschichte der kirchlichen georgischen Literatur, auf Grund des ersten Bandes der georgischen Literaturgeschichte von K. Kekelidze, Cité du Vatican 1955 (Studi e testi 185), p. 477 no 65. Ce texte n’est pas signalé par E. Khintibije, Georgian-Byzantine Literary Contacts, Amsterdam 1996, même parmi les traductions d’Euthyme (ibid., p. 40).

26 Voir G. Ferrari, Early Roman Monasteries. Notes for the History of the Monasteries and Convents at Rome from the v through the x Century, Cité du Vatican 1957 (Studi di antichità cristiana 23), p. 138-151 ; Sansterre, Les moines grecs (cité n. 3), passim ; A. Bartola, Il regesto del monastero dei SS. Andrea e Gregorio ad Clivum Scauri, 2 vol., Rome 2003 (Codice diplomatico di Roma e della regione romana 7) ; Id., Gregorio Magno e il monastero di S. Andrea ad Clivum Scauri, dans L’orbis christianus antiquus di Gregorio Magno. Convegno di studi (Roma 26-28 ott. 2004), éd. L. Ermini Pani, Rome 2007 (Miscellanea della Società Romana di Storia Patria 51), p. 121-170, voir p. 134-138 ; A. Mosca, S. Andrea al Celio (monastero di), dans Enciclopedia Gregoriana. La vita, l’opera e la fortuna di Gregorio Magno, éd. G. Cremascoli, Florence 2008, p. 311-313.

27 ganbrjnobili.

28 J’ai retenu ici le titre du manuscrit A 1103 : voir n. 17.

29 Voir le commentaire de ces premiers paragraphes, p. 470-472.

30 net’ari qui traduit μακάριος, makarios.

31 Sur le surnom de Dialogos, voir p. 489 et n. 232 ; sa traduction ne peut être que le fait du traducteur géorgien.

32 mtavrisa didisa da didebulisa ; mtavari, chef, ici aristocrate, qualifié de didi, grand, et même de didebuli, prééminent, de très haut rang.

33 « Philosophie » couvre les enseignements du trivium.

34 Il s’agit du Psautier (daviti) et des différents livres contenant les lectures liturgiques tirées des Évangiles, des Épîtres de Paul (samocikulo : Apostolikon grec) et des Prophètes (sac’inac’armet’q’uloni : Prophètologion grec).

35 Pr 1, 7 ; Ps 111, 10.

36 Ps 143 (142), 8.

37 Ps 143 (142), 10.

38 didta mtavarta : voir n. 32.

39 Mt 10, 38 ; 16, 24. Mc 8, 34. Lc 9, 23 ; 14, 27.

40 Voir Mt 13, 45-46.

41 monageba, en grec κτῆμα, ktèma (Index 1, p. 453) : biens possédés.

42 sopeli : terre, territoire, habitat.

43 mamasaxlisi : père de la maison, abbé.

44 šesavali, en grec εἴσοδος, eisodos (Index 2, p. 238) : revenus.

45 Le monastère Saint-André (voir plus haut, p. 460-461 et n. 26) ; sur la date de sa fondation, plus bas, p. 472.

46 sapase, en grec πλοῦτος, ploutos ou χρῆμα, chrèma (Index 2, p. 75) : biens, fortune.

47 Commentaire de ce passage, p. 472.

48 Voir plus haut, p. 460.

49 C’est-à-dire un abbé, également père spirituel (voir § 16), en l’occurrence Valentio, voir p. 472 et n. 140.

50 mołuaceba, combat (de la vie monastique), ascèse.

51 Voir le commentaire de ce passage, p. 473-476.

52 mamay monast’risa da mojłuari misi : « le père du monastère et son guide (à lui, Grégoire) » ; voir p. 472.

53 Au lieu de vingt (oci) de l’édition, il faut lire deux (ori) : voir p. 473.

54 Il s’agit de la vie monastique de Grégoire : voir p. 472-473.

55 łirsi, ἅγιος, agios : digne, bienheureux, que je rends par vénérable pour le distinguer de net’ari (n. 30).

56 Le pape Benoît Ier (2 juin 575-30 juillet 579) : voir p. 476-480.

57 C’est-à-dire l’ordination diaconale, voir p. 473-474 et 477-478.

58 c’inamjłuari, ἡγούμενος, higouménos (Index 2, p. 338) : celui qui marche devant, higoumène.

59 mojłureba, διδασκάλιον, didaskalion (Index 2, p. 475) : enseignement d’un maître.

60 Ce sont les miracles dont l’accomplissement est promis par le Christ aux apôtres envoyés en mission (Mt, 10, 7 ; Lc 9, 1-2).

61 sameupo, de mepe, littéralement roi, terme qui est toujours utilisé pour désigner un empereur, traduction que l’on emploiera dans ce texte.

62 Tibère II depuis octobre 578 ; Eutychios, pour la seconde fois (577-582).

63 ačrdili : ombre ; voir n. 199.

64 Voir plus haut, p. 460.

65 Sur la date possible de ce départ au début de l’année 579, voir p. 474-475.

66 Voir le commentaire de ce passage p. 480-482.

67 Les partisans du patriarche.

68 Ce chef des philosophes, anonyme, est distinct du patriarche.

69 car’gzavna, envoyer, expédier, ici au sens de laisser partir.

70 Tibère II étant mort le 13 août 582, il s’agit maintenant de Maurice.

71 Benoît Ier/Agathon est mort le 30 juillet 579 ; Pélage II a été consacré le 26 novembre 579.

72 Sur la date de ce retour (585/586 ? 587 ?), voir p. 479-480.

73 Sur les paragraphes qui suivent, voir p. 481 et 491-492.

74 mc’erloba, ou mc’erlobit qelovneba, καλλιγράφειν, kalligraphein.

75 qelt-sakmari, ἐργόχειρον, ergocheiron (Index 2, p. 366) : travail manuel.

76 c’igni, tout texte écrit, livre ou lettre ; ici plutôt livres.

77 Les trois derniers verbes sont au permansif qui indique une action répétée.

78 sc’avla, παιδεία, paideia, διδασκαλία, didaskalia.

79 Sur ce passage, voir p. 483-484.

80 menavet-mojƚuari : littéralement pilote, commandant de navire ; en grec, κυβερνήτης, kubernètès (Index 1, p. 389), ou encore ναύκληρος, nauklèros.

81 mač’urč’le : trésorier, en grec βεστιάριος, vestiarios.

82 drahk’ani, en grec νόμισμα, nomisma : pièce d’or.

83 sač’urč’le : trésor, pièce où sont gardés les objets de valeur, en grec βεστιάριον, vestiarion.

84 č’urč’eli, en grec σκεῦος, skeuos (Index 2, p. 357) : objet d’équipement, vase, récipient.

85 lodak’i : plat, jatte, écuelle.

86 dambali : mouillé, humecté ; osp’ni, en grec φακός, phakos (Index 2, p. 23) : lentille.

87 La répétition du verbe k’urtxeva (eulogein), est voulue.

88 Sur ce passage, voir p. 482-484.

89 Le 5 février 590.

90 łmertisa mier : par Dieu, par son action ; en grec, ἐκ θεοῦ, ek théou, ἀπὸ θεοῦ, apo théou.

91 Maurice Ier (582-602).

92 Jean IV le Jeûneur (582-595).

93 brjaneba qui correspond à la kéleusis grecque.

94 c’ameba, en grec μαρτύριον, martyrion (Index 2, p. 307) : témoignage, approbation.

95 Des problèmes de santé devaient affecter Grégoire jusqu’à la fin de sa vie : voir p. 493.

96 Voir plus haut, n. 32.

97 Voir Jn 21, 15-17.

98 Grégoire fut consacré le 3 septembre 590.

99 Sur ce passage, voir plus bas, p. 483-485.

100 sakelari.

101 mqcovani, en grec πολιός, polios (Index 1, p. 520) : cheveux gris.

102 sak’wrveli, repris par l’ange dans sa réponse (§ 66 et note suivante).

103 Ps 8, 2 ou 10 : « Seigneur…, que ton nom est admirable par toute la terre ! »

104 Ac 4, 34-35.

105 Mt 25, 34.

106 Les versets suivants (35-36) précisent les raisons qui justifient cette bénédiction : « J’ai eu faim et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif… ; j’étais étranger… ; j’étais nu… ; j’étais malade… ; j’étais en prison… »

107 Voir plus bas, p. 486 et 488.

108 Sur l’archidiacre Pierre, que l’on retrouve, au § 90, qualifié d’« homme véridique et théophile », voir plus bas, n. 218 et p. 486.

109 Voir le commentaire de ce passage, plus bas, p. 485-489.

110 gza, en fait le Forum de Trajan ; voir p. 487.

111 dasq’muli : garni, planté.

112 mosctebodes, de moctoma, se tromper, se détourner ; voir p. 487.

113 sakme : acte, action ; voir p. 487-488.

114 sat’anǰveli : en grec κόλασις, kolasis, βάσανος, basanos, châtiment, souffrance.

115 Voir le commentaire de ce passage, plus bas, p. 489-491.

116 c’arumart’os de c’armart’eba, (avec le préfice – u) que j’interprète comme ayant ici le sens de kathègeisthai, montrer le chemin : Index 2, p. 312.

117 Sur ce passage, voir p. 491-493.

118 Allusion aux homélies de Grégoire, prononcées, puis mises par écrit : voir § 38.

119 Sur le récit qui suit, voir p. 492.

120 Sur les dernières années de Grégoire, voir plus bas, p. 493.

121 Sur cette seconde mission, voir plus bas, p. 490.

122 Voir le commentaire plus bas, p. 494.

123 En 604.

124 Boesch Gajano, Grégoire, p. 28-29.

125 Sur Gordien : PIC 1, s.v. Gordianus 2, p. 936 ; Müller, Führung, p. 20-21.

126 En 573 il souscrit en cette qualité la déclaration d’adhésion du nouvel évêque de Milan à la condamnation des Trois Chapitres (Epist. Reg., IV, 211, p. 218). Boesch Gajano, Grégoire, p. 31-35 ; PIC 1, p. 945 ; Müller, Führung, p. 23-25 et n. 89-93.

127 Morales, Lettre-Dédicace (t. 1, p. 114). Boesch Gajano, Grégoire, p. 37-38. Müller, Führung, p. 25.

128 Point de vue différent dans L. Pietri, C. Fraisse-Coué, Grégoire le Grand et le nouveau prestige du siège apostolique, dans Églises d’Orient et d’Occident, p. 839-914, ici p. 842.

129 Sur ce lieu, voir plus haut p. 460.

130 Voir § 11 et 12. Sur le patrimoine paternel : PIC 1, p. 945.

131 « Poco prima della metà del sec. vi » dans S. Boesch Gajano, Gregorio I, dans EncP, p. 546-574, ici p. 546, et Ead., Gregorio I, DBI 59, 2002, p. 110-128, ici p. 110. « Probablement vers 540 » dans Ead., Grégoire, p. 21 n. 2. « On a souvent proposé 540 ? » : Pietri, Fraisse-Coué, Grégoire le Grand (cité n. 128), p. 841. « Attorno al 540 » : L. Castaldi, Biografia di Gregorio Magno, dans Enciclopedia Gregoriana (cité n. 26), p. 34-41, ici p. 35. « Um das Jahr 540 » : Müller, Führung, p. 11. PIC 1, p. 945, s’abstient de toute précision. Selon R. Gillet, Grégoire Ier le Grand, DHGE 21, 1986, col. 1387-1420, qui retient 540 au plus tard (col. 1388), la date se laisse inférer de celle de son ordination (50 ans paraissant un âge convenable et conforme à Nb 23, 11, repris par Dialogues, II, 2, 3 [t. 2, p. 138]).

132 JD, I, 5 (col. 65A) parle de la mort de Gordien après avoir mentionné en I, 4 (col. 64B) les fonctions de praetoris urbani détenues par Grégoire en 573. Sur la date : Boesch Gajano, Grégoire, p. 38 ; Müller, Führung, p. 21 : « etwa im Jahr 573 ».

133 Le texte précise au § 6 : « Tandis qu’ils en étaient encore là… »

134 Boesch Gajano, Grégoire, p. 38 ; Bartola, Gregorio Magno (cité n. 26), p. 133.

135 Müller, Führung, p. 25 et 62.

136 Castaldi, Biografia (cité n. 131).

137 PIC 1, p. 945, et Pietri, Fraisse-Coué, Grégoire le Grand (cité n. 128), p. 842.

138 Bartola, Il regesto (cité n. 26), p. vii : entre 575 et 581.

139 Dialogues, IV, 22, 1 (t. 3, p. 78).

140 Ferrari, Early Roman Monasteries (cité n. 26), p. 151 ; PIC 2, s.v. Valentio 2, p. 2235-2236. Müller, Führung, p. 41.

141 Sur la regula mixta qui aurait été suivie à Saint-André : ibid., p. 41-42, 62-63.

142 Boesch Gajano, Grégoire ; PIC 1, p. 945. Müller, Führung, p. 41.

143 Ferrari, Early Roman Monasteries (cité n. 26), p. 149-151.

144 Castaldi, Biografia (cité n. 131), p. 35 : après son retour de Constantinople.

145 Dialogues, III, 33, 7 (t. 2, p. 396) ; 9 (t. 2, p. 398). Pour PIC 1, p. 945, et Pietri, Fraisse-Coué, Grégoire le Grand (cité n. 128), p. 842, cela signifie que Valentio avait associé Grégoire à la gestion du monastère.

146 Epist. Reg., VII, 1212 (p. 461) ; voir J.F. Niermeyer, Mediae Latinitatis Lexicon Minus, rééd. C. Van de Kieft, Leyde 1976, p. 341, s.v. dispositio 2 : organisation, gouvernement, administration.

147 JD, I, 6 (col. 65B), et plus loin, I, 10 (col. 66C). Voir plus bas, p. 484-485.

148 Morales, Lettre-Dédicace (t. 1, p. 115) : sub praetextu ecclesiastici ordinis […], eo quoque tempore quo ad ministerium altaris accessi…

149 Gregorii Turonensis Historia Francorum Opera, éd. W. Arndt et B. Krusch, Hanovre 1937 (MGH. Scriptores Rerum Merovingicarum I/1), p. 1-537, X. 1, p. 478 : ad altaris Dominici ministerium consecratur septimusque levita ad adjutorium papae asciscitur.

150 Sur les diacres régionaires, voir p. 475 et n. 164.

151 Bède, II, 1, 3 (t. 1, p. 272-274).

152 PD, VII (p. 1084-88), et JD, I, 25-26 (col. 72C) : voir plus bas, n. 172 et 173.

153 Pietri, Roma christiana, p. 682.

154 LP, p. 19 et 309.

155 C’est l’âge requis depuis le canon 16 du concile de Carthage en 419 ; il était respecté à Rome : Pietri, Roma christiana, p. 693-694.

156 Voir plus loin, p. 481.

157 Morales, XIV, 73 (t. 3, p. 436) et 74 (t. 3, p. 438) cite un libellus ou liber de resurrectione, écrit par Eutychès.

158 Ménandre le Protecteur, Excerpta de Legationibus, éd. R. Blockley, The History of Menander the Guardsman : Introductory Essay, Text, Translation and Historical Notes, Liverpool 1985 [Arca 17], § 29 (éd. Blockley, fr. 24, p. 283, datation proposée : 579). La date se déduit de celle d’une précédente ambassade reçue par le césar Tibère en 577/578 : ibid., § 25 (éd. Blockley, fr. 22, p. 196-197). Tibère est maintenant basileus depuis la mort de Justin le 5 octobre 578.

159 … ἅμα ἱερεῦσιν ἐκ τοῦ προεστῶντος τῆς ἐν Ῥώμῃ…

160 LP, p. 309.

161 Voir aussi Müller, Führung, p. 67.

162 Voir plus bas, p. 477 et n. 171.

163 Sur le développement qui suit, voir Pietri, Roma Christiana 1, p. 624-638, 645-659, 693-696, 708-718, et ses trois articles réimprimés dans Id., Christiana respublica. Éléments d’une enquête sur le christianisme antique. 1, Roma christiana. Empire et Église. Patristique et ecclésiologie, Rome 1997 (Collection de l’École française de Rome 234) : Clercs et serviteurs laïcs de l’Église romaine au temps de Grégoire le Grand, dans Grégoire le Grand. Colloque, Chantilly 15-19 sept. 1982, éd. J. Fontaine, R. Gillet et S. Pellistrandi, Paris 1986 (Actes des Colloques internationaux du CNRS), p. 107-121 (réimpr. p. 101-116) ; Régions ecclésiastiques et paroisses romaines, dans Actes du XIe Congrès international d’archéologie chrétienne (sept. 1986), Rome 1989 (Publications de l’École française de Rome 123), t. 2, p. 1035-1062 (réimpr. p. 173-200) ; La Rome de Grégoire, dans Gregorio Magno e il suo tempo, XIX Incontro di studiosi dell’antichità cristiana in collab. con l’École Française de Rome (Roma, 9-12 maggio 1990), 2 vol., Rome 1991 (Studia Ephemerides « Augustianum » 33-34), t. 1, p. 9-32 (réimpr. p. 77-100).

164 V. Saxer, La Chiesa di Roma dal v al x secolo. Amministrazione centrale e organizzazione territoriale, dans Roma nell’alto Medioevo, Spolète 2001 (Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto Medioevo 48), t. 2, p. 493-632, ici p. 538-543.

165 Pélage Ier (556-561) avait été diacre et apocrisiaire et on connaît sous le pontificat de Grégoire une série continue de diacres et apocrisiaires : Honorat (590-593), Sabinianus (593-597), Anatolius (597-602). Sur les apocrisiaires romains à Constantinople à cette époque, voir C. Fraisse-Coué, Grégoire et l’Orient, dans Églises d’Orient et d’Occident, p. 885-913, ici p. 885-889.

166 Saxer, La Chiesa (cité n. 164), p. 543.

167 Pietri, Roma Christiana, p. 718. Plusieurs papes passèrent directement du diaconat au pontificat : Sirice (384-399), Célestin Ier (422-432), Vigile (537-555), Pélage Ier (556-561), Grégoire Ier (590-604), Grégoire II (715-731). Léon Ier (440-461) était archidiacre, tout comme Jean Ier (523-526).

168 F. Baix, Benoît Ier, DHGE 8, 1935, col. 7-9 ; C. Sotinel, Benoît Ier, dans Dictionnaire historique de la Papauté, éd. Ph. Levillain, Paris 1994, p. 198-199 ; O. Bertolini, Benedetto I, papa, DBI 8, 1966, p. 324-325 ; Id., Benedetto I, dans EncP, p. 539-541.

169 Évagre, Histoire ecclésiastique, éd. J. Bidez et L. Parmentier, Londres 1898 : V, 16, p. 212.

170 PIC 1, p. 344-350, relève six Bonosus et onze Bonus. Pour une période plus restreinte (527-641), PLRE 1, p. 239-245, cite deux Bonosus et dix Bonus.

171 Morales, Lettre-Dédicace (t. 1, p. 115) : « À l’époque même où j’accédai au ministère de l’autel, on fit en sorte à mon insu que j’accepte le fardeau de l’ordre sacré, pour que je monte plus librement la garde (licentius excubarem) dans un palais terrestre. »

172 Bède, II, 1, 3 (t. 1, p. 272-274) : dum primo de monasterio abstractus ad ministerium altaris ordinatus atque Constantinopolim apocrisiarius ab apostolica sede directus est…

173 PD, VII (p. 1084-88) : Denique cernens Romanus pontifex, qui tunc Ecclesia praeerat, virtutum gradibus Gregorium ad alta conscendere, eum abstractum a monasterio ecclesiastici ordinis officio sublimavit levitamque septimum ad suum adiutorium ascivit, nec multo post pro responsis ecclesiasticis ad urbem Constantinopolim apocrisarium direxit.

174 JD, I, 25-26 (col. 72C) : Denique cernens Benedictus, venerabilis pontifex, virtutum […] conscendere, violenter eum a quiete monasterii sui abstrahens ecclesiastici ordinis officio sublimavit levitamque septimum ad suum adiutorium consecravit ; nec multo post pro responsis ecclesiasticis ad urbem Constantinopolim Pelagio praesule destinatur…

175 JD, I, 31 (col. 75CD), notamment la lettre adressée par Pélage à l’apocrisiaire Grégoire en 584 et citée par Jean Diacre dans le paragraphe suivant (voir n. 189).

176 Pour PIC 1, p. 946, Pélage est « vraisemblablement » l’auteur des deux nominations ; de même chez Pietri, Fraisse-Coué, Grégoire le Grand (cité n. 128), p. 842 ; Boesch Gajano, Grégoire, p. 42 ; Ead., Gregorio I (DBI, cité n. 131), p. 112 ; C. Sotinel, Pelagio II, dans EncP, p. 541-546, ici p. 541 ; O. Bertolini, Roma di fronte a Bisanzio et ai Longobardi, Bologne 1941, p. 224-225 ; Id., Benedetto I (DBI, cité n. 168), p. 324-325. Le diaconat n’est pas cité par Castaldi, Biografia (cité n. 131), p. 35, qui hésite à attribuer à Pélage l’envoi comme apocrisiaire. Restent indécis W. M. Gessel, Gregor I., der Grosse, Lexikon fur Theologie und Kirche 4, Fribourg/Rome/Vienne 1995, col. 1010-1013 ; Gillet, Grégoire Ier le Grand (cité n. 131), col. 1392 ; Müller, Führung, p. 66.

177 Voir plus haut, n. 126.

178 Son bisaïeul Félix III (483-492).

179 Müller, Führung, p. 20-21, souligne que le portrait de Gordien, placé par Grégoire dans l’atrium du monastère, représente Gordien debout devant saint Pierre assis, qui tient sa main droite dans la sienne (voir JD, IV, 83, col. 229B).

180 Tout dépend bien sûr de la date de fondation du monastère. Comme le rappelle Müller, Führung, p. 30, le canon 4 du concile de Chalcédoine impose la présence de l’ordinaire du lieu, ici l’évêque de Rome, à la consécration d’un monastère.

181 Après l’assassinat du roi Cleph (printemps/été 574), les ducs de plus en plus autonomes profitèrent d’un interrègne de dix ans pour développer leurs incursions en Italie centrale.

182 Selon l’heureuse expression de P. Delogu, Le passage de l’Antiquité au Moyen-Âge, dans Rome au Moyen Âge, éd. A. Vauchez, Paris 2010, p. 39-88, ici p. 45-46.

183 PLRE 3A, s.v. Baduarius 2, p. 164-165 ; PIC 2, s. v. Baduarius, p. 249.

184 D’après Ménandre le Protecteur, Excerpta de Legationibus (cité n. 158), § 25 (= éd. Blockley, fr. 22, p. 196-197 ; datation proposée : 577 ou 578), Pamphronius, probable préfet de la ville, avait apporté au césar Tibère 3 000 livres d’or pour le convaincre de mener une expédition en Italie contre les Lombards ; il rentra en 578 avec son or et de bonnes paroles ; Bertolini, Roma (cité n. 176) ; PLRE 3B, s.v. Pamphronius, p. 962-963 ; Müller, Führung, p. 48.

185 Faroald, commandant lombard dans l’armée de Baduarius, rompit avec les Byzantins après leur défaite et fit de Spolète en 976 le centre d’un duché lombard.

186 On ne semble plus contester l’attribution à Justin Ier de l’envoi à Benoît Ier d’une célèbre croix-reliquaire de bronze couvert d’argent doré (maintenant dans le Trésor de Saint-Pierre), dont l’inscription appelle sur Rome le secours céleste : Ligno quo Christus humanum subdidit hostem dat Romae Iustinus opem et socia decorem ; reproduction dans Bertolini, Benedetto I, EncP (cité n. 168), p. 540.

187 Paul Diacre, Histoire des Lombards, III, 11 (éd. L. Capo, Paolo Diacono, Storia dei Longobardi, Milan 20067 [Scrittori greci e latini], p. 138). À rapprocher de LP, 1, p. 19, sous Benoît Ier : Roma periclitaretur fame et mortalitate.

188 G. Braga, Elia, DBI 42, 1993, p. 446-448. Élia devait réunir entre 577 et 582 (peut-être le 3 novembre 579) un concile régional qui réaffirma des positions théologiques contraires à celles de Rome.

189 La lettre que Pélage II adressa à Grégoire le 4 octobre 584 montre que la papauté attendait de ses apocrisiaires une intervention dans les questions militaires : Grégoire était chargé d’agir auprès de l’empereur pour qu’il envoie des secours contre les Lombards (Pélage, Ep. app., 2, éd. P. Ewald et L. Hartmann, Gregorii I Papae Registrum epistolarum. 2, Libri VIII-XIV, Berlin 1899 [MGH. Epistolae 2] [réimpr. Munich 1978], appendices II-III, p. 440-467, ici p. 440-442) ; Boesch Gajano, Grégoire, p. 48.

190 Voir plus haut, n. 171. Le corps des Excubites (créé vers 460), sous l’autorité d’un comte, était cantonné dans le Palais impérial et formait la principale garnison de Constantinople ; Justin II leur devait son élection et Tibère, avant d’être nommé césar, avait été lui-même comte des Excubites. Grégoire avait vécu suffisamment longtemps au Palais pour ne pas l’ignorer.

191 Je ne sais pas s’il y eut, avant Grégoire, d’autres moines devenus diacres.

192 Voir p. 477 et n. 171.

193 Date de la lettre citée n. 189.

194 On lui attribue la rédaction de la 3e lettre de Pélage II, en 585, aux évêques d’Istrie : Pélage (cité n. 189), Ep. app., 3, p. 449-467 ; P. Meyvaert, A Letter of Pelagius II Composed by Gregory the Great, dans Gregory the Great : A Symposium, éd. J. C. Cavadini, Notre-Dame/Londres 1995, p. 94-116 ; Boesch Gajano, Grégoire, p. 52-53. Cette attribution est cependant parfois encore contestée : Braga, Elia (DBI, cité n. 188).

195 Il fait à cette date, en qualité de diacre, une donation à l’abbé Maximien : Gregorii I Papae Registrum epistolarum (cité n. 189), app. I, p. 437-439. PIC, p. 949 n. 52. Boesch Gajano, Grégoire, p. 41. Mais Bartola, Il regesto (cité n. 26), p. 4-8, qui édite ce document comme le premier des actes conservés du monastère Saint-André, rappelle les doutes qui existent sur son authenticité.

196 En 585 : Müller, Führung, p. 110. En 585 ou en 586 : Gillet, Grégoire Ier le Grand (cité n. 131), col. 1392. Peut-être dès 585/586 : PIC, p. 947. Peu avant décembre 587 : Boesch Gajano, Gregorio I (DBI, cité n. 131), p. 113.

197 La Novelle 123 de Justinien, § 13, fixe à 35 ans l’âge minimum requis pour la consécration d’un évêque.

198 De ces années on sait ce qu’en dit Grégoire dans Morales, XIV, 72 (reconstitution d’une petite communauté monastique, début de l’exégèse du Livre de Job, lutte contre les idées d’Eutychès) et ce que sa correspondance ultérieure révèle des contacts personnels qu’il établit en Orient ; mais il est pratiquement impossible de préciser la chronologie de ces années. Voir Boesch Gajano, Grégoire, p. 42-50, et surtout Müller, Führung, p. 79-99.

199 Voir Y.-M. Duval, La discussion entre l’apocrisiaire Grégoire et le patriarche Eutychios au sujet de la résurrection de la chair. L’arrière-plan doctrinal oriental et occidental, dans Grégoire le Grand. Colloque (cité n. 163), p. 347-366. Les idées d’Eutychès sur la résurrection s’inscrivent dans le prolongement de l’aphthartodocétisme qui affirmait l’incorruptibilité du corps du Christ sur la croix et l’impossibilité de sa mort. Grégoire, dans Morales, XIV, 72 (t. 3, p. 4341-3), les résumait ainsi : « Notre corps dans la gloire de la résurrection sera impalpable, plus subtil que les vents et l’air (impalpabile, ventis aereque subtilius), comme l’a écrit Eutychius, évêque de la ville de Constantinople. » Voir Vie, § 22.

200 Morales, XIV, 72-74 (t. 3, p. 432-438), suivi par Bède, II, 1, 2-4 (t. 1, p. 275-277), PD, VII-IX (p. 10-12), JD, I, 28-30 (col. 73C-75C). La tradition grecque présente elle aussi un autre point de vue sur ce débat dans la Vie d’Eutychès : Eustratius, Vita Eutychii patriarchae constantinopolitani, éd. C. Laga, Turnhout 1992 (Corpus christianorum. Series Graeca 25).

201 Dans la Vie d’Eutychès il est aussi question du livre du patriarche et des objections qu’il suscita, mais sans aucune mention de Grégoire ; le patriarche mourut après sept jours d’une brusque maladie, en excellente entente avec l’empereur et sans qu’il soit dit qu’il ait changé d’avis.

202 Morales, XIV, 74 (t. 3, p. 438).

203 Bède, II, 1, 4 (t. 1, p. 27623-28), repris par PD, IX (p. 13128-132).

204 JD, I, 30 (col. 75C) : Eutychès mourant montrait la peau de sa main à ses visiteurs en disant : « Je confesse que nous ressusciterons tous dans cette chair. »

205 Boesch Gajano, Grégoire, p. 54-63 ; Müller, Führung, p. 111-118.

206 Gregorii Turonensis Historia Francorum (cité n. 149), X, 1 (p. 4076-8) ; Morales, Lettre-dédicace, 5189-192 (t. 1, p. 6) ; Bède, II, 1.5 (t. 1, p. 278) ; PD, XIII (p. 22-23235-238) ; JD, II, 34-44 (col. 77C-81B).

207 Alors qu’il s’était réfugié dans une caverne, une colonne de feu descendue du ciel sur lui révéla sa cachette.

208 Voir Jn 21, 15-17.

209 Pour celui qui se définit comme le servus servorum Dei, le pontificat ne peut être qu’un ministère qui exige certainement la charité, mais ne saurait constituer une récompense.

210 Ce qui pose la question du moment où se diffusa vraiment la croyance en un ange gardien affecté à chaque fidèle.

211 Respectivement en I, 10 (col. 66A-C) et en II, 23 (col. 96A-D).

212 Voir plus haut, p. 473 et n. 147.

213 JD, II, 23 (col. 96D) :… tanta mihi retribuit […] Dominus, ut et pontificem me sanctae suae Ecclesiae faceret et custodem mihi suum angelum deputaret…

214 Ibid. :… quanta putem mihi restitui si in praeceptis ejus totis viribus permanens plura studuero de pluribus erogare ?

215 Ibid. : incipiens tantum largior esse de collato temporali commodo quantum certior de recipiendo praemio eterno.

216 La peste qui emporta le pape Pélage en 590 aurait cessé lorsque Michel, apparu au sommet du môle, eut remis l’épée à son fourreau ; peu après Grégoire fut élu pape. La Légende explique ainsi l’existence, au sommet du môle d’Hadrien (futur Château Saint-Ange), d’un oratoire dit sanctus Angelus in nubes, érigé par le pape Boniface III (607) ou IV (608-615) peu après la mort de Grégoire, selon le Martyrologe d’Adon : H. Quentin, Les martyrologes historiques du Moyen Âge. Étude sur la formation historique du martyrologe romain, Paris 1908, p. 561. Voir aussi V. Cerutti, Iconografia di Gregorio Magno. I temi devozionali, dans Enciclopedia Gregoriana (cité n. 26), p. 175-177, ici p. 175.

217 Sur la fortune littéraire et iconographique de cette tradition : G. Whatley, The Uses of Hagiography. The Legend of Pope Gregory and the Emperor Trajan in the Middle Ages, Viator 15, 1984, p. 25-63. L. Réau, Iconographie de l’art chrétien, t. 3, vol. 2, Iconographie des saints, Paris 1959, p. 612. Cerutti, Iconografia (cité note précédente), p. 176.

218 Sur Pierre, ami et interlocuteur de Grégoire dans les Dialogues, voir A. de Vogüe, dans Dialogues, t. 1, p. 44-45, et p. 79-80. Voir encore, plus bas, p. 492, les circonstances de sa mort.

219 An. Whitby, chap. 29 (p. 126-128).

220 Ibid., p. 126.

221 Trajan s’était, dit-on (fertur), arrêté au cours d’une campagne militaire pour rendre justice à une veuve dont le fils avait été assassiné ; la scène et le dialogue entre Trajan et la veuve sont rapportés.

222 Is, 1, 17-18 : « Jugez l’orphelin et défendez la veuve… »

223 An. Whitby, p. 161-163 n. 122.

224 JD, II, 44 (col. 104D-106A).

225 Ibid., col. 104D : la scène se déroule sur le Forum où Grégoire se souvient (recordatus) du jugement rendu en faveur de la veuve ; mais on ne sait toujours pas pourquoi ni comment.

226 Dialogues, IV, 46, 8 (t. 3, p. 164-165).

227 Index 2, p. 233.

228 Sur la numérotation et la description des bas-reliefs : F. Coarelli, La colonna Traiana, Rome 1999. L’éditeur de An. Whitby, p. 163 n. 124, suggérait une sculpture quelque part sur le Forum.

229 Coarelli, La colonna (cité note précédente), p. 73, tab. 29 (xxx-xxxi) : Trajan, debout, indique de la main à une femme détachée et isolée, portant un enfant, le bateau sur lequel elle va être déportée tandis que des soldats poussent un groupe d’hommes et de femmes avec enfants. La scène évoque probablement, à l’hiver 101-102, le départ en exil à Rome, sur le Danube, de la sœur de Décébale, récemment capturée (Dion Cassius, Histoire romaine, LVIII, 9, 4).

230 De his qui in fide dormierunt (éd. PG 95, col. 248-277) : CPG 3 8112 ; BHG Auct. 2103t ; indûment attribuée à Jean Damascène, elle pourrait être l’œuvre de Michel le Syncelle (ixe s.) d’après J. M. Hoeck, Stand und Aufgaben der Damaskenos-Forschung, OCP 17, 1951, p. 5-60, ici p. 3994.

231 PG 95, col. 261D-263A : « Grégoire le Dialogos, évêque de l’ancienne Rome, homme célèbre par la sainteté et la science, comme tous le savent, avec lequel un ange céleste et divin célébrait la liturgie lorsqu’il officiait, faisant route autrefois par une voie de pierre (ἀνὰ τὴν λίθινον πορείαν) et s’arrêtant à dessein, adressa au Seigneur qui aime les âmes une fervente prière pour le pardon des péchés de Trajan ; une voix venue de Dieu s’adressant aussitôt à lui, il l’entendit qui disait : “J’ai entendu ta prière et accordé mon pardon à Trajan ; mais toi, ne m’adresse plus de prières en faveur d’impies.” Et tout l’Orient et l’Occident sont témoins que ceci est véridique et indiscutable. »

232 La diffusion en Orient de la version grecque des Dialogues, qu’avait effectuée le pape Zacharie (741-752), étant souvent considérée comme peu abondante et tardive, le surnom de Dialogos est souvent plutôt lié à la présence d’extraits des Dialogues dans des collections spirituelles du xie siècle qui eurent un grand succès, comme celle de Paul de l’Évergetis : R. Lizzi, La traduzione greca delle opere di Gregorio Magno : dalla Regula Pastoralis ai Dialogi, dans Gregorio Magno e il suo tempo (cité n. 163), t. 2, p. 41-57 ; G. Rigotti, Gregorio il Dialogo nel mondo bizantino, dans L’Eredità spirituale di Gregorio Magno tra Occidente e Oriente. Atti del Simposio Internazionale « Gregorio Magno 604-2004 ». Roma 10-12 marzo 2004, éd. G. I. Gargano, San Pietro in Cariano 2005, p. 271-292 ; R. Lizzi Testa, La traduzione greca dei Dialogi di Gregorio Magno : trasmissione e fortuna del testo in area orientale, dans I Dialogi di Gregorio Magno. Traduzioni del testo e antiche traduzioni, éd. P. Chiesa, Florence 2006, p. 169-193.

233 Anglos ad Christum vertit pietate magistra/Acquirens fideique agmina gente nova… ; voir G. Sanders, L’épitaphe de Grégoire le Grand : banalité ou message, dans Gregorio Magno e il suo tempo (cité n. 163), t. 2, p. 251-281.

234 LP, p. 312 : Beatissimus Gregorius misit servos Dei Mellitum, Augustinum et Johannem et alios plures cum eis monachos timentes Deum ; misit eos in predicationem ad gentem Angulorum ut eos converteret ad Dominum Jesum Christum.

235 Voir L. Pietri, Grégoire et l’Ocident latin, dans Églises d’Orient et d’Occident, p. 853-885, ici p. 878-883.

236 Voir An. Whitby, chap. 9 (p. 90) et JD, I, 22 (col. 72A).

237 Sept royaumes avaient été fondés par les Anglo-Saxons : Northumbrie, Mercie et East-Anglie sont plutôt angles ; le Wessex et l’Essex plutôt saxons ; le Kent plutôt jute.

238 Voir P. Meyvaert, Le libellus responsionum à Augustin de Cantorbery : une œuvre authentique de saint Grégoire le Grand, dans Grégoire le Grand. Colloque (cité n. 163), p. 543-550.

239 Les seuls que l’on connaisse nommément pour les deux missions, parce qu’ils devinrent archevêques, évêques, abbés ou simples diacres, sont Augustin, Gratiosus, Honorius, Jacques, Jean, Juste, Laurent, Mellitus, Paulin, Pierre, Petronius, Romain, Rufinianus.

240 Mellitus est devenu évêque de Londres l’année de la mort de Grégoire, mais je ne sais pas si ce dernier en eut connaissance.

241 Voir plus haut, n. 233.

242 On reviendra sur ces textes dans l’étude à paraître sur le dossier hagiographique grec de Grégoire, qui fait suite au présent article.

243 An. Whitby, chap. 10 (p. 90-92) et JD, I, 22-24 (72A-C) : après trois jours de route, une sauterelle (locusta) qui vient déranger Grégoire lui fait comprendre qu’il doit revenir à Rome, son nom signifiant « Reste ici (sta in loco) ». Il est à ce moment rejoint par des messagers envoyés par le pape qui avait changé d’idée devant la colère des Romains.

244 C’est ce que soulignent les rédactions quasi simultanées de l’œuvre de l’Anonyme de Whitby au début du viiie siècle et de l’Histoire ecclésiastique du peuple anglais par Bède le Vénérable dès 732.

245 Ainsi les rois du Wessex Cadwalla en 668 et Ine en 726, Coenred roi de Mercie et Offa roi d’Essex en 709, Winfrid, le futur Boniface, en 718.

246 Bède, V, 7, 3 (t. 3, p. 44-45).

247 La Schola Saxonum comportait église, hospice pour les pèlerins, maisons pour les résidents : voir J. Moore, The Saxon Pilgrims to Rome and the Schola Saxonum, Fribourg 1937 ; L. Reekmans, L’implantation monumentale chrétienne dans le paysage urbain de Rome de 300 à 850, dans Actes du XIe Congrès d’Archéologie Chrétienne (cité n. 163), p. 861-915, ici p. 912 ; V. Saxer, Pilgerwesen in Italien und Rom im späten Altertum und Frühmittelalter, dans Akten des XII. Internationalen Kongresses für Christliche Archäologie (1991), éd. E. Dassmann et J. Engemann, Münster 1995 (Jahrbuch für Antike und Christentum. Ergänzungband 20/Studi di antichità cristiana 52), t. 1, p. 36-57, ici p. 41-46.

248 Voir n. 242.

249 LP, p. 312 : Hic exposuit omelias Evangeliorum numero XL, Job, Ezechielum, Pastoralem et Dialogorum et multa alia quae enumerare non possumus.

250 Voir Boesch Gajano, Grégoire, p. 83-99 ; Müller, Führung, p. 119-168, 214-278 ; ainsi que les introductions des volumes des Sources Chrétiennes consacrés aux œuvres de Grégoire le Grand.

251 JD, IV, 71 (col. 223A).

252 An. Whitby, chap. 26 (p. 120-122) ; commentaire, p. 157 n. 110-111.

253 Ibid., p. 120. Jn, 1, 32.

254 An. Whitby, chap. 26 (p. 122).

255 JD, IV, 69 (col. 221C-222A).

256 Ibid., col. 222A :… in similitudine columbae tractantis. Tractans, du verbe tractare, expliquer, interpréter, commenter.

257 JD, IV, 70 (col. 222B) : consuetudinaliter Spiritus sanctus in specie columbae super scribentis Gregorii caput depingitur.

258 Ainsi dans le Sacramentaire du Paris. BN lat. 1141, fol. 3.

259 Voir P. Cannata, Gregorio I. Iconografia, Bibliotheca Sanctorum 7, Rome 1966, col. 278-287 ; Réau, Iconographie (cité n. 217), p. 611. Je n’ai pu consulter N. Lafond, Recherche sur l’iconographie de saint Grégoire le Grand dans les manuscrits des ixe-xiiie siècles en Occident, thèse, université de Bourgogne, 2012.

260 C’est ainsi la colombe qui serait à l’origine du chant grégorien.

261 Réau, Iconographie (cité n. 217), p. 611.

262 An. Whitby, chap. 32 (p. 136) : De fine vero huis vitae viri, quomodo, qualis esset, minime audivimus, quomodo in Deum moritur, ubi maxime queritur sanctitas. PD, XVII (p. 31-32345-346), dit simplement : ex hac luce subtractus atque ad aeternam est regni caelestis sedem translatus.

263 JD, IV, 67 (col. 220C) (= Epist. Reg., XI, 32).

264 Ibid., 67 (col. 220D) (= Epist. Reg., XI, 44).

265 Ibid., 67 (col. 220D) (= Epist. Reg., XIII, 22).

266 Ibid., 67 (col. 220AB) (= Epist. Reg., XIII, 41).

267 Ibid., 67 (col. 220D) (= Epist. Reg., XIII, 22).

268 Ibid., 67 (col. 221A) : tantis precibus Gregorium tandem aliquando divinitus exauditus...

269 Boesch Gajano, Grégoire, p. 156.

270 JD, IV, 99 (col. 240C) :… et reliqua ejusdem Patris miracula post me doctioribus memoranda relinquo.

271 Voir plus haut, n. 60.

272 Voir plus haut, n. 210.

273 Bibliotheca Hagiographica Latina antiquae et mediae aetatis, éd. Socii Bollandiani, 2 vol., Bruxelles 1898-1911 (Subs. Hag. 6) : BHL 3636-3651 ; on y trouve : 1. Le Liber Pontificalis (3636) ; 2. Une vie anonyme (3637) ; 3. Un extrait de Bède, II, 1 (3638) ; 4. Paul Diacre (3639) et son interpolateur (3640) ; 5. Jean Diacre (3641-3643) ; 6. Un extrait du long poème en 14 livres de Flodoard († 966), De Christi triumphiis apud Italiam, livre X, 14-25, éd. PL 135, col. 773-786 (3644) ; 7. la Vita retroversata (3645) ; 8. Un extrait de la Légende dorée (3646). Dans cette série on mettra à part le texte classé 2, sous le no 3637, surtout consacré à la conversion des Anglo-Saxons (éd. P. Ewald, Die alteste Biographie Gregors I., dans Historische Aufsätze dem Andenken an Georg Waitz gewidmet, Hanovre 1886, p. 47-54). Sous les nos 3647-3651 sont répertoriés divers textes qui relèvent des récits édifiants.

274 Bibliotheca hagiographica Latina antiquae et mediae aetatis : Novum Supplementum, éd. H. Fros, Bruxelles 1986 (Subs. Hag. 70) : le volume apporte des précisions bibliographiques, répertorie des variantes de textes déjà connus et ajoute la Vie écrite par Jean Garzon (3645e).

275 L’édition est celle de C. K’ek’elije, signalée plus haut n. 9,, dont j’ai résolu les abréviations et dans laquelle j’ai inséré entre crochets la numérotation adoptée pour la traduction.

276 და მოქალაქობა add. P.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540