Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le saint, le moine et le paysan

 | 
Olivier Delouis
, 
Sophie Métivier
, 
Paule Pagès

Petri Diaconi Altercatio pro Romana Ecclesia contra Graecum quendam(1137)

Édition, traduction et commentaire

Jean-Marie Martin

Texte intégral

  • 1 [A. Amelli], dans Miscellanea Cassinese 1, 1897, p. 10-32.
  • 2 Voir toutefois Michel, Amalfi und Jerusalem, Exkurs I D, p. 50-52.

1Le texte ici publié a déjà été édité il y a plus d’un siècle1. Je pense qu’il mérite une réédition pour plusieurs raisons. Tout d’abord, la première édition, publiée dans le volume I de la Miscellanea Cassinese (sans même le nom de l’éditeur), est demeurée confidentielle, pour ne pas dire inconnue. Elle a en outre été faite, manifestement, à la hâte et sans grand soin. Enfin, elle n’a utilisé que l’un des deux manuscrits qui nous ont transmis le texte. Certes, il n’y a pas de véritable différence entre les leçons de ces deux manuscrits (à l’exception de quelques petites erreurs manifestes de l’un ou de l’autre), mais le cumul des raisons qu’on vient d’invoquer me paraît constituer une justification suffisante. Enfin, il ne semble pas que cet opuscule de Pierre Diacre ait fait l’objet d’un véritable commentaire2 ; il est vrai que son originalité peut sembler assez mince, si on ne le replace pas dans l’ensemble de la production de l’auteur.

2Si je propose ce texte en hommage à Michel Kaplan, on ne doit pas y voir le reflet d’une altercatio entre nous. Bien que spécialiste de la Pouille, je ne me prends pas pour Jean de Trani (ni non plus pour Pierre Diacre) ; et, en dépit de ses hautes fonctions universitaires et de son prénom, je ne le confonds pas avec le patriarche du xie siècle.

  • 3 Le Repertorium fontium historiae Medii Aevi (« Nouveau Potthast »), t. 9, Rome 2002, p. 124 (qui a (...)
  • 4 E. Caspar, Petrus Diaconus und die Monte Cassineser Fälschungen. Ein Beitrag zur Geschichte des it (...)
  • 5 Caspar, Petrus Diaconus (cité note précédente), p. 183-184 n. 5 : « Die Urschrift ist verloren. »

3Le texte de l’Altercatio pro Romana Ecclesia contra Graecum quendam nous a été transmis par deux manuscrits du xviie siècle, l’un conservé à Naples (Biblioteca Nazionale, cod. II C 2 = Biblioteca Brancacciana, cod. IV C 13) [= B], l’autre à Rome (Biblioteca Vallicelliana, cod. G 99) [= V]3. L’édition ici proposée se fonde sur le manuscrit V et, accessoirement, sur l’édition par Amelli du manuscrit B : je n’ai examiné que le premier, me contentant, pour le second, de la vieille édition cassinésienne. Il s’agit d’un manuscrit composite sur papier, qui contient vitae sanctorum et alia diversi generis opuscula et antiqua monumenta ; le texte de l’Altercatio contra Graecum quendam, qui ne figure pas dans l’index, est considéré comme l’appendice de l’Altercatio pro coenobio Casinensi, sur laquelle nous allons revenir, dont le manuscrit de la Vallicelliana contient apparemment le seul texte complet, édité par Erich Caspar4 ; toutefois un sous-titre en marge en indique le début. Les textes des deux manuscrits ont manifestement été copiés sur le même archétype ancien, aujourd’hui perdu5, qui contenait, sans doute l’un après l’autre, les textes de l’Altercatio pro coenobio Casinensi et celui de l’Altercatio contra Graecum quendam, composés, on le verra, à la même époque ; le fait qu’ils s’arrêtent au même endroit l’indique. Dans le manuscrit V, les deux altercationes, écrites d’une seule main, occupent trois cahiers (le dernier incomplet). Les citations scripturaires sont identifiées en marge sur certaines pages (fol. 205r-v, partie supérieure de 206r, 207r).

4Selon le copiste du manuscrit napolitain, l’archétype, au moment de la copie, aurait été mutilé et le texte s’arrêterait avant la fin. Cette hypothèse est plausible, mais n’est pas sûre : en V, le texte s’arrête en milieu de page, sans aucune indication sur une éventuelle suite perdue. Or l’Altercatio elle-même s’arrête après la dernière intervention du Grec, qui se dit convaincu par son contradicteur sur deux points (primauté romaine et pratique de ne pas rebaptiser les hérétiques déjà baptisés), mais pas sur les deux autres (azymes et mariage des prêtres). Le soir tombant, le Grec entreprend de traduire dans sa langue les réponses de Pierre Diacre pour les transmettre au patriarche de Constantinople et à l’empereur porphyrogénète – ce qui ne pouvait que flatter Pierre. La fin du texte qui nous a été transmis, sous forme d’appendice, est la transcription (par Pierre) des auctoritates […] per quas mulieres Graeci defendebant, c’est-à-dire d’un certain nombre de passages de l’Ancien et du Nouveau Testament prônant le mariage en général.

  • 6 Il a laissé trois textes (deux dans des manuscrits autographes, les cod. Casin. 361 et 257, le tro (...)
  • 7 Bibliotheca Casinensis…, 5 vol., Mont-Cassin 1873-1894 (réimpr. Hildesheim 2004), t. 5/1, Florileg (...)
  • 8 Chronica monasterii Casinensis, éd. H. Hoffmann, Hanovre 1980 (MGH. Scriptores 34), IV, 66, p. 529 (...)

5Les deux opuscules intitulés Altercatio ne figurent pas dans la plus ancienne des autobio-bibliographies de Pierre Diacre (cod. Casin. 361, fol. 71r)6, mais apparaissent dans la seconde (cod. Casin. 257, fol. 15v-16r7) et sont repris dans la troisième (très semblable à la deuxième), intégrée aux Chronica monasterii Casinensis, achevés par Pierre Diacre8. Ils sont en effet censés avoir été prononcés en 1137 (et sans doute mis en forme peu après) pendant la mission de Pierre Diacre auprès de l’empereur Lothaire III, à l’époque où s’affrontaient dans l’Italie méridionale d’une part Innocent II et Anaclet II, de l’autre Lothaire III et Roger II.

  • 9 Voir P. F. palumbo, Lo scisma del mcxxx . I precedenti, la vicenda romana e le ripercussioni europ (...)
  • 10 F. Chalandon, Histoire de la domination normande en Italie et en Sicile, 2 vol., Paris 1907 (réimp (...)
  • 11 Ibid., p. 13.
  • 12 Ibid., p. 70-71.
  • 13 Chronica monasterii Casinensis (cité n. 8), IV, 108, p. 570.

6Rappelons ici le contexte. Après la double élection pontificale de 11309, l’« antipape » Anaclet II Pierleoni, alors installé dans l’enclave pontificale méridionale de Bénévent, avait créé, le 27 septembre 1130, en faveur du duc de Pouille et comte de Sicile Roger II (dont le duché entourait Bénévent), un royaume s’étendant à toutes les possessions normandes de l’Italie méridionale10 ; le nouveau roi fut sacré à Palerme à Noël 1130. Des révoltes éclatèrent en 113111, alors que l’empereur germanique Lothaire III prenait parti pour le pape Innocent II. En 1137 Lothaire III conduisit une opération militaire en Italie méridionale contre Roger II. Avec Innocent II, il resta près d’un mois à Lagopesole, entre Melfiet Potenza, en Basilicate, pendant l’été12. Une délégation du Mont-Cassin, comprenant notamment Pierre Diacre, quitta l’abbaye le 24 juin13 et arriva à Lagopesole au début de juillet pour négocier le passage du grand monastère dans l’obédience d’Innocent II.

  • 14 Ibid.

7La justification de l’attitude du Mont-Cassin (jusqu’alors favorable à Anaclet) et les modalités de son passage dans l’autre camp sont l’objet de l’Altercatio pro coenobio Casinensi, qui oppose Pierre Diacre à un certain nombre de personnages importants (Bernard de Clairvaux et plusieurs cardinaux et futurs papes). Or, pendant le séjour de Pierre Diacre auprès de l’empereur, arrivèrent à Lagopesole des représentants de Jean II Comnène venus, chargés de présents, féliciter Lothaire III pour sa lutte contre Roger II. L’empereur occidental aurait alors organisé une controverse entre Pierre Diacre et l’un de ces envoyés14 : c’est elle que rapporte le texte que nous publions et qui se présente bien, par conséquent, comme un appendice de l’autre Altercatio.

  • 15 Lotharii III. diplomata nec non et Richenzae imperatricis placita, éd. E. von Ottenthal et H. Hirs (...)
  • 16 Voir H. Bloch, Monte Cassino in the Middle Ages, 3 vol., Rome 1986.

8Le séjour à Lagopesole auprès de l’empereur a laissé à Pierre Diacre un souvenir inoubliable. D’une part, en effet, il a, peu après, obtenu de Lothaire III un précepte général de confirmation des biens et droits du Mont-Cassin (fait à Aquino le 22 septembre 113715) qui entérinait les revendications cassinésiennes, même les moins fondées, en utilisant des faux parfois faits par Pierre Diacre16. Ensuite, dans sa seconde autobio-bibliographie (comme encore dans la troisième), il raconte que, pendant son séjour, l’empereur l’a intégré au corps des cappellani Romani imperii et l’a nommé a secretis, logotheta, exceptor et auditor Romani imperii. Enfin, il avait vu de ses yeux un véritable empereur romain (Lothaire III).

  • 17 Registrum Petri Diaconi (Montecassino, Archivio dell’Abbazia, Reg. 3), éd. et commentaires J.-M. M (...)

9Pour comprendre un tel choc, il faut revenir rapidement sur la personne et l’œuvre de Pierre Diacre, connu surtout comme continuateur des Chronica monasterii Casinensis et comme promoteur de la compilation du Registrum Petri Diaconi, grand cartulaire du Mont-Cassin composé en 1131-113317. L’homme et l’œuvre sont à présent bien connus grâce aux travaux d’Erich Caspar et à ceux (plus récents) de Paul Meyvaert, d’Herbert Bloch, d’Hartmut Hoffmann.

10Né dans la famille des comtes de Tusculum, qui a occupé le trône pontifical et gouverné Rome pendant la première moitié du xie siècle, Pierre Diacre appartient à la plus haute aristocratie romaine, qu’il croit descendre en droite ligne des gentes qui ont fait l’empire dans l’Antiquité. Né sans doute en 1107, oblat au Mont-Cassin à l’âge de cinq ans, il dut partir en exil à Atina (à 18 km du Mont-Cassin) lorsque le pape Honorius II déposa l’abbé Oderisius II en 1128. Revenu en 1131, il devint archiviste et bibliothécaire de l’abbaye.

11Pour cet homme cultivé, passionné d’histoire romaine et de littérature latine classique, une institution compte plus que tout au monde : l’Empire romain. Il ne méprise en rien l’Empire byzantin (et son empereur porphyrogénète, auquel il est flatté qu’on rapporte son argumentation), mais c’est au sein de l’empire occidental restauré par Charlemagne (considéré comme un grand bienfaiteur du Mont-Cassin) qu’il vit et travaille. Sa vision de la papauté est plus nuancée (ce qui n’apparaît pas dans ce texte). Certes l’institution pontificale (moins ancienne que l’empire) a été tenue par sa famille un siècle plus tôt, avant le début de la réforme de l’Église ; elle a à présent pris son autonomie. Comme le Mont-Cassin dans son ensemble, Pierre Diacre avait des raisons de choisir Anaclet II après le schisme de 1130. Enfin, pour lui, le Mont-Cassin, l’église cassinésienne, traditionnellement protégée par les empereurs, est comparable à l’Église romaine, qui lui reconnaît depuis longtemps le droit d’élire son abbé.

12Il ne faut donc pas s’étonner si, dans l’Altercatio pro coenobio Casinensi, il traite l’Église romaine sur un pied d’égalité avec l’église cassinésienne : fondée par Benoît, que Dieu seul a choisi, celle-ci a été dès le départ favorisée par l’aristocratie romaine avant de l’être par les empereurs, de Justinien à Lothaire III. Au cours du dialogue, au « Cistercien » (saint Bernard) qui affirme que le pape super omnes mortales est, Pierre Diacre demande insolemment : Romanus pontifex homo est an Deus ? Il accuse Innocent II de s’être comporté en mercenaire ne se souciant pas de ses brebis (v. Jn X, 12).

13C’est, à mon avis, à la lumière de cette première polémique (pro-impériale, mais anti-pontificale) qu’il faut considérer la seconde, ici présentée : ayant fait la paix avec Innocent II grâce au souverain arbitrage de l’empereur, Pierre Diacre peut maintenant défendre l’Église romaine contre celle de Constantinople, c’est-àdire, en d’autres termes, démontrer la supériorité globale de l’Occident sur l’Orient. La seconde Altercatio est bien venue pour corriger la première. Elle a d’ailleurs (comme la première) pour seul instigateur l’empereur occidental Lothaire III et Pierre se borne à répondre aux accusations du Grec. La seule (et brève) intervention d’un tiers est celle du patriarche d’Aquilée Pilgrim. Le Grec accuse d’emblée le pape de se comporter en empereur, non en évêque, et traite les membres du clergé occidental d’excommuniés et d’azimitae.

14L’Altercatio se présente comme un dialogue dans lequel Pierre répond à chacun des points controversés soulevés par le Grec. La première question abordée est le Filioque. La discussion est rapide puisqu’au Grec qui reproche l’introduction du mot dans le Credo Pierre Diacre se borne à répondre que le maintien de son absence dans le texte initial est tout aussi choquant.

15Le second thème de discussion part d’une accusation récurrente portée par les Grecs contre le clergé latin : pontifices ad bella ruunt, milites congregant, purpurea vestimenta amiciuntur. La réponse de Pierre Diacre s’appuie essentiellement sur les actions belliqueuses rapportées dans l’Ancien Testament, mais finit par citer la mort d’Ananie et de Saphire à la suite des reproches de Pierre.

16Le troisième argument, complexe, a pour objet le patriarcat de Constantinople. Pierre Diacre en rappelle la création tardive et controversée et note qu’il a de surcroît été occupé par des hérétiques (dont Nestorius). Il soutient encore que la plupart des provinces de l’Empire romain – en Orient comme en Occident – ont été converties par Pierre et surtout par Paul, évidemment liés à Rome ; il cite également, pour la Gaule, l’action (mythique) de Front de Périgueux et de Martial de Limoges. Il ajoute que, de toutes façons, le patriarcat de Constantinople n’a pas le moindre fondement apostolique. Il souligne que, dans l’Antiquité, les Grecs ont été durement soumis par les Romains, qui en ont fait leurs esclaves. Il précise enfin que le siège romain a été occupé par de nombreux papes ensuite morts en martyrs, à l’époque des persécutions, mais aussi, plus récemment, du fait des Byzantins, comme Martin Ier.

17On discute encore du mariage des clercs ; la réponse de Pierre Diacre s’appuie principalement sur le Lévitique et sur saint Paul. Il s’efforce de lier la traditionnelle sagesse des Grecs – revendiquée par son contradicteur – à l’hérésie, avant de revenir au mariage des prêtres et au port de la barbe.

18Le débat porte ensuite sur la primauté romaine. Pierre assène les arguments définitifs qui placent Rome au-dessus de tout : la donation de Constantin et le Tu es Petrus.

19La question du second baptême pour les hérétiques (que Rome refuse) lui fournit l’occasion de revenir sur les hérésiarques grecs (il en compte plus de 90) et les patriarches non orthodoxes (il en dénombre 16).

20C’est alors que la tombée de la nuit clôt la discussion. Pierre Diacre ajoute, en appendice, les arguments des Grecs en faveur des femmes et du mariage (détaché de tout contexte spécifiquement clérical).

21Au total, l’Altercatio n’apporte aucun argument qui ne soit connu et même rabâché à la controverse entre les Églises, qui a repris au xie siècle, notamment à l’occasion des événements de 1054. La forme du dialogue, déjà utilisée par Pierre dans son autre Altercatio, lui permet en effet d’avoir toujours le dernier mot, puisque c’est lui qui fait les réponses. Il est possible qu’il l’ait empruntée au Dialogus du cardinal Humbert de Silva Candida, qui avait le même objet dans le cadre de la controverse du siècle précédent, et qu’il a de fait utilisé ; c’est même peut-être ce modèle qui a servi aussi pour l’autre Altercatio.

  • 18 Voir A. Peters-Custot, Les Grecs de l’Italie méridionale post-byzantine. Une acculturation en douc (...)

22D’ailleurs, à la fin de l’échange, le Grec se dit convaincu sur deux points : la primauté de l’Église romaine (admise depuis toujours par les Églises orientales dans le domaine théologique) et l’inutilité d’un second baptême pour les hérétiques : il n’a plus le moindre doute à ce sujet (ut omnis dubietas a corde meo fugata sit). Il n’est en revanche pas convaincu à propos des azymes et du mariage des prêtres ; mais il s’en excuse presque, exposant qu’il se borne à suivre la foi de ses pères, car il n’est pas meilleur qu’eux. Cette réserve nous semble correspondre à une situation historique bien connue à l’époque de Pierre Diacre. La conquête normande de l’Italie méridionale (aussi bien de la région latine du Mont-Cassin que des zones grecques situées plus au sud) a en effet, après les événements de 1054, placé sous la juridiction romaine des églises et un clergé grecs, auxquels ont été laissés leurs usages disciplinaires (prêtres mariés) et liturgiques (utilisation de pain fermenté pour l’eucharistie)18. Le contradicteur de Pierre Diacre a donc parfaitement le droit de conserver dans ces deux domaines des usages traditionnels, qui ne sont sûrement pas les meilleurs, mais qui restent acceptables.

23L’Altercatio pro Romana Ecclesia contra Graecum quendam donne, en tout cas, à Pierre Diacre l’occasion de se battre pour l’Église romaine contre les Grecs, juste après s’être battu pour l’église cassinésienne en égratignant l’Église romaine ; il va jusqu’à citer nommément Innocent II, qu’il vient tout juste de reconnaître : il dit en effet mener le combat maxime pro fidelitate et iustitia sanctae Romanae Ecclesiae et universalis Ecclesiae dominique mei Innocentii summi et universalis papae, avant d’évoquer le sort jadis réservé à son prédécesseur Martin Ier à Constantinople.

  • 19 Voir Chronica monasterii Casinensis (cité n. 8), II, 85, p. 333-334.
  • 20 Michel, Amalfiund Jerusalem, p. 7-8. Bloch, Monte Cassino in the Middle Ages (cité n. 16), t. 1, p (...)

24À côté de ce parti pris tout récent, l’Altercatio permet aussi à Pierre Diacre de rappeler ses prises de position traditionnelles les plus fermes. D’abord, le Mont-Cassin participe à la controverse : Pierre fait une citation textuelle qu’il attribue (on y reviendra) au Casinensis abbas Fridericus, Frédéric de Lorraine, chancelier pontifical (1051-1053) et apocrisiaire à Constantinople en 1054 avec le cardinal Humbert de Silva Candida et l’archevêque d’AmalfiPierre19. Entré au monastère du Mont-Cassin en 1055, il devint en 1057 abbé et cardinal prêtre du titre de Saint-Chrysogone avant d’être élu pape sous le nom d’Étienne IX (3 août 1057-29 mars 1058). Le personnage symbolise parfaitement, aux yeux de Pierre Diacre, l’alliance de l’Église romaine et du Mont-Cassin – et même l’emprise du second sur la première. La tradition de la controverse avec les Grecs s’est d’ailleurs poursuivie au Mont-Cassin : Brunon de Segni, qui en fut abbé (1107-1111), avait écrit un Argumentum de sacrificio azymo20.

25Enfin Pierre ne peut s’empêcher de citer Tite Live, qu’il connaît bien, pour enraciner l’histoire chrétienne dans l’histoire de la Rome classique et païenne. Ses citations lui permettent à la fois de faire état de ses connaissances en histoire romaine et de démontrer la supériorité historique des Romains sur les Grecs, qu’ils ont réduits en esclavage. Là se trouve l’une des rares originalités de l’argumentation de Pierre Diacre : par nature, les Romains sont supérieurs aux Grecs, certes intelligents, mais esprits faux et donc tentés par l’hérésie, appelés à obéir, non à gouverner ; il était naturel que Pierre et Paul fissent de Rome la capitale de la chrétienté tout entière.

  • 21 Bibliotheca Casinensis, t. 5/1 (cité n. 7), Florilegium, p. 175-191. Voir P. Meyvaert, The Exegeti (...)

26À vrai dire, par delà les arguments, c’est la recherche manifeste de l’érudition qui constitue la marque propre de ce texte (qui traite les Grecs d’Achivi, Achéens). Il faut donc se demander à quelles sources Pierre Diacre a puisé. Passons rapidement sur la plus évidente, la Bible, dont il cite des passages tirés de la Genèse jusqu’à l’Apocalypse ; mais on le sent particulièrement à l’aise dans l’Ancien Testament : on sait qu’il a écrit des Scolie in questionibus Veteris Testamenti, médiocre compilation d’auteurs anciens et récents21. Ajoutons les Actes apocryphes de Pierre et Simon ; citons encore, dans un autre domaine, les hagiographies de Front de Périgueux et de Martial de Limoges.

27En revanche, les références patristiques sont très faibles : on n’en trouve que trois, l’une de Jean Chrysostome (en fait tirée de l’Opus imperfectum in Matthaeum qu’on met alors généralement sous son nom), une autre attribuée à Ambroise, la troisième à Augustin ; cette dernière, reprise à la lettre de Léon IX à Michel Cérulaire (Ep. 20, p. 77, qui l’attribue à Augustin et à Chrysostome), est en fait d’Origène, traduit par Rufin ; quant à la seconde, passablement déformée, elle est passée dans les compilations canoniques de l’époque de la réforme. Dans le domaine canonique, on trouve encore une lettre du pape Clément, également passée dans les collections, et un passage des Canones apostolorum qui a dû suivre une voie semblable. On peut encore placer sous la même rubrique le Constitutum Constantini, cité mot à mot, mais sans doute également repris dans la lettre de Léon IX.

  • 22 Cod. Vat. Lat. 2953.

28C’est en effet l’approche historique que Pierre Diacre privilégie ; c’est dans un genre historique assez particulier qu’il excelle : la reconstruction du passé sur une base idéologique, qui lui permet de bâtir sa hiérarchie du monde. Il se fonde donc sur des sources de type historique. Pour l’Antiquité romaine, il indique explicitement l’Historia Titi Livii ; les quelques passages dont il se sert pour exalter les victoires des Romains en Orient ont déjà été utilisés pour son Catalogus regum, consulum, dictatorum, tribunorum, patriciorum ac imperatorum gentis Troianae, apparenté à son Histoire romaine conservée dans un manuscrit de la Bibliothèque Vaticane22 ; l’exaltation de l’origine troyenne des Romains n’est évidemment pas favorable aux Grecs.

  • 23 Michel, Amalfiund Jerusalem, p. 52 : « Petrus hatte also eine Sammlung von Humbertschriften vor si (...)
  • 24 Pierre Diacre, Liber de viris illustribus Casinensibus, dans PL 173, col. 1003-1062 ; col. 1026-10 (...)

29Quant à l’Antiquité chrétienne, Pierre Diacre cite explicitement l’Historiae ecclesiasticae textum, c’est-à-dire, très probablement, l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe de Césarée, traduite en latin par Rufin d’Aquilée. En fait, ce qu’il dit des hérésiarques antiques et des patriarches hérétiques est entièrement emprunté aux textes latins de la controverse de 1054, à laquelle a participé directement Frédéric de Lorraine : lettre de Léon IX à Michel Cérulaire, Dialogus d’Humbert de Silva Candida, Responsio du même à Nicétas, enfin bulle d’excommunication de Michel Cérulaire. Pour Anton Michel et Herbert Bloch, il disposait d’une collection de ces écrits, peut-être celle même qu’on trouve dans le manuscrit B qui nous a transmis l’Altercatio23. La dépendance d’une telle collection, démontrée par Michel, montre que l’érudition un peu pédante qui est la marque de notre texte a été acquise à bon compte. Ses sources sont en outre présentées comme cassinésiennes : le cardinal Humbert n’est pas cité, alors que, dans son De viris illustribus, Pierre Diacre attribue à l’abbé Frédéric deux textes polémiques contre les Grecs24. Enfin, Pierre Diacre a dû se servir du Liber pontificalis romain pour dresser la liste des papes martyrs, avec quelques approximations.

30Il est très difficile de savoir pourquoi Pierre Diacre a fait suivre son Altercatio de la série des auctoritates… per quas mulieres Graeci defendebant et je ne sais d’où il a tiré cette énumération de citations et allusions bibliques. Le texte, même s’il s’achève sur une lacune de l’archétype, n’est pas forcément incomplet tel qu’il nous a été transmis, on l’a dit : la même citation de la Genèse (crescite et multiplicamini) qui ouvre la longue liste, la clôt également et ce retour au point de départ peut valoir conclusion. Si on compte bien, on rencontre dans cette liste vingt-trois passages (ou allusions à des passages) de l’Ancien Testament, dont treize de la Genèse ; deux des évangiles, un des Actes des Apôtres, un de l’épître aux Hébreux et onze tirés de saint Paul. L’écrasante primauté de l’Ancien Testament vient peut-être des connaissances acquises par Pierre Diacre pour écrire ses Scolie (mais aucune évidence ne s’impose à ce sujet). L’exaltation du mariage, de la procréation (et même du plaisir) a valeur générale et ne concerne donc pas directement le clergé ; toutefois on cite, parmi les hommes mariés, outre les patriarches, Moïse et Samuel, qui sont des figures sacerdotales. Le Christ lui-même, à défaut d’être marié, profitant du moins de la nature que Dieu a soumise à l’homme, aurait été considéré par les pharisiens comme vini potitor et vorator. Après l’admonestation présentée aux Romani pontifices et qui s’appuie d’abord sur Paul, il est affirmé que le mariage ne doit être interdit à personne : Quicumque masculum foemina uti prohibet, praecepto Dei contraire et repugnare dinoscitur ; le mariage des prêtres est donc bien tout de même l’un des thèmes de ce passage final.

  • 25 J.-M. Martin, Le Mont-Cassin et l’évêché d’Ugento, dans Vaticana et medievalia. Études en l’honneu (...)

31Était-il primitivement suivi d’une réfutation ? Rappelons, en tout cas, qu’un clergé grec marié (et soumis à Rome) était présent à l’époque de Pierre Diacre dans les zones grecques de l’Italie méridionale. On a même tenté de montrer que l’important monastère grec de Saint-Pierre Impérial de Tarente, donné au Mont-Cassin par Robert Guiscard en 1080, avait peut-être conduit la grande abbaye à s’intéresser à la pastorale des Grecs du Salento25. D’ailleurs, on l’a vu, le célibat ecclésiastique est l’un des points sur lesquels Latins et Grecs, à défaut de se mettre d’accord, admettent empiriquement l’usage des autres. Quant à Pierre, qui n’était pas prêtre, mais moine du Mont-Cassin depuis l’âge de cinq ans, il est a priori exclu qu’il se soit senti concerné par le problème. L’absence de commentaire de ce dernier passage ne nous permet pas de dire à quel point il pouvait supporter l’idée du mariage des prêtres ; la seule certitude est que les arguments avancés par les Grecs sur la question l’intéressaient, intellectuellement du moins. Quoi qu’il en soit, l’appendice de l’Altercatio sur le mariage pour tous (laïcs et prêtres) est certainement la partie la plus originale du texte.

Conclusion

32Le dialogue entre Pierre Diacre et l’envoyé de Jean II Comnène auprès de Lothaire III contient peu d’originalités. Il reprend inlassablement (avec des répétitions concernant les turpitudes attribuées à l’Église grecque) les points de désaccord et les arguments développés depuis des décennies et souvent depuis des siècles. Le seul ajout – qui relève de ce qu’on appellerait aujourd’hui le racisme – dû à l’érudition personnelle de Pierre est l’évocation de l’infériorité militaire des Grecs par rapport aux Romains pendant l’Antiquité, qui correspond à une infériorité permanente ; ajoutons encore le rôle de Paul, assimilé abusivement et contre toute évidence à l’Église romaine, dans l’expansion du christianisme en Orient. L’Altercatio a du moins le mérite, sans doute à la lumière de la situation sud-italienne, de distinguer les questions suscitant une opposition déterminée (primauté romaine au sens où l’entend l’Église occidentale réformée et absence de second baptême pour les hérétiques, deux points sur lesquels le Grec se dit convaincu, mais aussi le Filioque, sur lequel personne ne revient) et celles qui peuvent être traitées avec souplesse (usage du pain fermenté et mariage des prêtres). Enfin, s’il utilise les textes écrits à l’occasion des événements de 1054, il faut noter qu’il ne fait pas la moindre allusion au trop fameux schisme : ses reproches à l’égard de l’Église de Constantinople remontent bien au-delà dans le temps.

33L’Altercatio permet à Pierre Diacre d’accomplir un exercice littéraire et ecclésiologique convenu (ce qu’il affectionnait manifestement), reprenant une forme – le dialogue direct – utilisée par Humbert de Silva Candida et une argumentation déjà longuement développée en 1054. Il peut ainsi se poser en champion de l’Église occidentale, dans la lignée d’illustres Cassinésiens du dernier siècle – Frédéric de Lorraine, qui a directement participé à la controverse de 1054, et, plus récemment, Brunon de Segni.

  • 26 RPD nos 144 (Constantin IX Monomaque, 1054) ; 145 (Michel VII Doukas, 1076) ; 146 (Alexis Ier, 109 (...)

34Il démontre ainsi que le Mont-Cassin, qui vient tout juste de rejoindre l’obédience d’Innocent II, peut reprendre son rôle historique de héraut de l’Église occidentale. Il corrige aussi les propos assez rudes envers l’Église romaine dont il avait usé dans l’Altercatio précédente. C’est sans doute dans ce but qu’il s’en prend aussi violemment à l’Église de Constantinople et aux Grecs en général, qu’en tant que Romain il a déjà tendance à mépriser. Mais, à cet égard encore, il s’agit avant tout d’un jeu rhétorique, fondé essentiellement sur des arguments historiques dont aucun n’est récent. Le Registrum Petri Diaconi, grand cartulaire dont il a organisé la compilation, réalisée entre 1131 et 1133 (quelques années avant les deux Altercationes), nous a notamment transmis le texte latin de six lettres écrites par des empereurs byzantins au monastère fondé par saint Benoît (qui a d’autre part reçu Nil de Rossano au xe siècle)26. Laissons de côté celle de Constantin VII, qui remonte au milieu du xe siècle et se borne à confirmer au Mont-Cassin ses possessions sur le territoire du thème de Langobardie. Mais les autres sont postérieures à la fin de la présence byzantine en Italie et au trop fameux schisme de 1054. Annonçant souvent l’envoi de riches présents ou même de rentes, elles manifestent le respect des empereurs envers la grande abbaye occidentale et la cordialité des rapports : dans la plus récente, Alexis Ier remercie les moines de prier pour son empire.

35L’Altercatio pro Romana Ecclesia contra Graecum quendam est bien un jeu rhétorique, dont le but principal est de restaurer, à partir d’arguments historiques, le rôle du Mont-Cassin au sein de l’Église romaine. Elle arrive en outre à contretemps dans l’histoire des relations entre Orient et Occident chrétiens : on n’est plus en 1054, on n’est pas encore en 1204.

Edition

36Mss. : Naples, Bibl. Nazionale, cod. II C 2 (Bibl. Brancacciana, cod. IV C 13), du xviie s., fol. 237v sq. (= B).

37Rome, Bibl. Vallicelliana, cod. G 99 (vitae sanctorum et alia diversi generis opuscula et antiqua monumenta…), du xviie s., fol. 201r-211v (= V).

38Édition : [A. Amelli], dans Miscellanea Cassinese 1, Mont-Cassin, 1897, p. 10-32 (d’après B).

  • 27 Jean II Comnène (associé le 16 août 1113, empereur régnant, 15 août 1118-8 avril 1143).
  • 28 Lothaire III (von Süpplingenburg), empereur, 4 juin 1133-4 décembre 1137.

39Eadem praedicta die, nuncius Ioannis Constantinopolitani imperatoris27 eminus astans, canino latratu sanctam Romanam et apostolicam sedem totamque Occidentalem Ecclesiam corrodere coepit, dicens Romanum pontificem imperatorem, non episcopum esse, clericosque Romanos excommunicatos et azimitas vocare. Contra quem 5 Petrus diaconus conversus opportune, importune contra eum altercare modis omnibus coepit. Sed cum nox supradictae disputationi finem daret, Lotharius imperator28 praecepit, ut summo mane ante imperiale consistorium convenirent, et si quid Graecus contra Romanam haberet Ecclesiam, in medium proferre morigeraret.

40Quod dum factum fuisset, in hanc vocem Graecus prorupit : « Viri cordati 10 et sensu vigentes, advertite et in vestrae mentis solio aequa libratione decernite, si excommunicatus cum catholico debeat conferre sermonem. »

41Petrus autem diaconus, reputans Graecum contra se excommunicationis iaculum protulisse, dixit ad eum : « Contra quem anathematis vinculum intulistis, si placet edicito, contra me, an contra omnem Occidentalem Ecclesiam ? »

4215 Graecus respondit : « Et contra te, et contra omnem Occidentalem Ecclesiam. » Petrus diaconus dixit : « Cur ? » Graecus respondit : « Quia decreta Niceni concilii transgressi estis. » Petrus diaconus dixit : « In quo transgressi sumus statuta Niceni concilii ? » Graecus respondit : « In eo, quod adiunxistis quia Spiritus Sanctus procedit a Patre.» 20 et Filio ; nam in eodem concilio scriptum est quia Spiritus Sanctus procedit a Patre. »

43Petrus diaconus dixit : « Si nos excommunicatos appellatis pro eo, quod adiunximus quia Spiritus procedit a Patre et Filio, ergo et vos excommunicati estis, quia adiunxistis quia Spiritus procedit a Patre solo. »

  • 29 Is XXIV, 2.

44Ad hanc vocem Graecus conticuit, atque post paululum eundem diaconum taliter 25 alloqui coepit : « In occidentali climate nunc impletum esse perspicimus, quod Dominus per prophetam dicit : Erit ut populus sic et sacerdos29, cum pontifices ad bella ruunt, milites congregant, purpurea vestimenta amiciuntur. »

45Petrus diaconus dixit : « Videnturne tibi prophetae imitandi ? »

46Graecus respondit : « Prophetas imitandos esse, libera voce pronuncio. »

  • 30 Ex II, 12.
  • 31 Nb XXV, 6-8.
  • 32 Jos X, 26.
  • 33 1 R XV, 8.
  • 34 3 R XVIII, 40.

4730 Petrus diaconus dixit : « In Veteri Testamento legimus quia Moyses interfecit virum Egyptium Israelitis iniuriam inferentem30 ; similiter etiam Finees filius Eleazari filii Aaron sacerdotis Israelitam cum Madianitide concubentem interfecit31 ; Iosue quoque filius Nun quinque reges patibulo suspendisse legitur32 ; Samuel propheta et sacerdos Agag regem Amalech in frustra concidit33 ; Elias sacerdos et propheta 35 ducentos prophetas Baal gladio trucidavit34 ; et tamen ob hoc repudiati non sunt. »

48Graecus respondit : « Illos quos interfecerunt alienos a fide et exteros a Dei cultura fuisse perspicuum est. »

49Petrus diaconus dixit : « Omnes fere qui intra Italiam sunt manifeste noverunt Romanos pontifices non alios quam hostes Ecclesiae gladio expugnasse. »

  • 35 2 Co V, 17.

5040 Graecus respondit : « Perge quo vis, argumentare quod libet ; mihi enim nulla ratione persuadere poteris, ut super huiusce rei negotium emulatores Romani pontifices existere debeant : vetera namque transierunt et facta sunt omnia nova35. Si vero aliqua in Novo Testamento similia invenisti, in conspectu omnium prome. »

  • 36 Ac V, 3-6.
  • 37 Ac V, 7-10.
  • 38 Voir Ac VIII, 18-24, et Actes de Pierre et Simon, § 32, trad. G. Poupon, Actes de Pierre, dans Écr (...)

51Petrus diaconus dixit : « Huc, huc accede vertex apostolici agminis Petre, dic 45 Ananiae quid Spiritus Sanctus revelavit : “Anania, inquit apostolus, cur tentavit Sathanas cor tuum, mentiri te Spiritui Sancto ? Nonne ager manens tibi manebat, et venundatus in tua erat potestate ? Quare posuisti in corde tuo hanc rem ? Non es mentitus hominibus, sed Deo.” Audiens autem Ananias haec verba, cecidit et expiravit ; surgentes autem iuvenes amoverunt eum, et efferentes sepelierunt36. Similiter et uxor 50 eius simili sorte metas vitae persolvit37. Simonem etiam magum contra Deum superbientem de sublimi, una cum coapostolo suo Paulo ad terram deiecit38. Videturne tibi hoc a Petro et Paulo actitatum, an non ? »

  • 39 2 Tm II, 4.
  • 40 Mt VI, 24.
  • 41 Ibid.
  • 42 Jn XV, 19.

52Graecus respondit : « Ut video, ad nostra obiecta prout placuit respondisti, et emissa a nobis spicula scuto lectionis apostolicae eludis. Unum tantummodo spiculum 55 iaciam, quod umbram tegminis tui et verba crepitantia vi sua penetret. Nam quia apostolos ad exemplum traxisti, apostolum audi loquentem, dicens : Nemo militans Deo implicat se negotiis saecularibus39. Et Dominus : Nemo potest duobus dominis servire : aut enim unum odio habebit et alterum diliget, aut unum sustinebit et alterum contemnet40. Et rursum : Non potestis Deo servire et Mammonae41. Et in alio loco : 60 Si de mundo fuissetis, mundus quod suum erat diligeret ; quia vero de mundo non estis, sed ego elegi vos de mundo, propterea odit vos mundus42. Quid ergo ? Verba ista plena sunt auctoritate, an non ? »

  • 43 Mt XXII, 21.

53Petrus diaconus dixit : « Quam maxime equidem ; sed recole Dominum discipulis suis praecepisse, ut Deo redderent quae sunt Dei et Caesari quae sunt Caesaris43. 65 Praecepit hoc Dominus discipulis suis an non ? De spiculo vero quod iaciendum minitasti, non paveo, quia spirituali scuto tectus sum et galea salutis et umbone verae fidei amictus sum, illius scilicet fidei, quam Iesus Christus, qui per Petrum in Romana fundavit Ecclesia. Spiculus autem, qui contento nervo dirigitur, difficile evitatur ; ante enim ad eum cui iactatus est perveniet, quam obiice clypeus frustretur ; 70 et e contrario tuae propositiones, quae quasi ferri acumine mittuntur, filium Romanae civitatis et servum apostolicae sedis non valent perforare. Hoc itaque spiculum quem totis enitendo viribus in nos iaculasti, per unam Domini sententiam vitavimus, reddendo Caesari quae sunt Caesaris et quae sunt Dei, Deo. »

  • 44 Citation tirée de l’Opus imperfectum in Matthaeum, attribué à Jean Chrysostome, éd. dans PG 56, co (...)

54Graecus respondit : « Quid mirum si clerici in errorem lapsi non facile corriguntur cum, 75 iuxta vocem universalis patriarchae nostri Ioannis Constantinopolitani, clerici delinquentes inemendabiles sint44 ? »

55Petrus diaconus dixit : « Nunc freneticorum, ut video, more discurrens, in tantam prorumpere non timuisti vesaniam, ut privilegium summi pontificatus, quod omnipotens Deus per Petrum apostolum Romanae concessit Ecclesiae, annullans 80 et parvipendens, Bizantiae villae episcopum oecumenicon ante praesentiam domini imperatoris appellare praesumpsisti. Sed si ita est, immo quia non est, dic, rogo, quis hanc praerogativam episcopo Constantinopolitano concessit. »

56Graecus respondit : « Sessio imperii et observantia mandatorum Dei. Semper enim in Constantinopolitana Ecclesia venerabiles et orthodoxi patriarchae fuerunt, 85 agrum dominicum excolentes, spineta vitiorum et pravorum dogmatum eradicantes et arbusta virtutum, catholicorum scilicet hominum, plantantes. »

  • 45 Maurice (582-602).
  • 46 Jean IV le Jeûneur, patriarche (582-595).

57Petrus diaconus dixit : « Non est verum. Nam a temporibus Claudii Tiberii Neronis usque ad tempora Mauritii imperatoris45, quando istud pravitatis et perfidiae nomen, Ioannes vester episcopus46 usurpavit contra fas et ius, nullus episcoporum 90 arripere praesumpsit. Sed dic, quaeso : antequam Crispus Constantinus villam Bizantii nomini suo dicaret, episcopi Constantinopolitani cui archiepiscoporum subditi erant ? »

  • 47 Pilgrim, patriarche d’Aquilée ; reçoit le pallium en 1132 ; déposé par Alexandre III peu avant sa (...)

58Ad hanc vocem Graecus conticuit. Cumque Petrus diaconus instaret, et ille non daret interroganti responsum, Peligrinus patriarcha47 respondit, postquam lingua 95 Graeci aruit et haesit in faucibus : « Vos dicite, cui archiepiscoporum Constantinopolitani episcopi subditi erant. »

  • 48 Évêque de Constantinople (342-346 et 351-360).
  • 49 Évêque arien de Germanicée, il s’empare du siège d’Antioche (357) ; devenu anoméen (arien extrémis (...)
  • 50 Évêque de Constantinople (370-380).
  • 51 Évêque de Constantinople (380).
  • 52 Patriarche de Constantinople (428-431).
  • 53 Mt I, 20.
  • 54 Jn IX, 36.
  • 55 Moine de Constantinople, hérétique (ve siècle).
  • 56 Patriarche de Constantinople (472-489).
  • 57 Patriarche de Constantinople (535-536).
  • 58 Patriarche de Constantinople (610-638).
  • 59 Patriarche de Constantinople (638-641 et 654).
  • 60 Paul II, patriarche de Constantinople (641-653).
  • 61 Patriarche de Constantinople (654-666).

59Petrus diaconus dixit : « Ab ipso fere nascentis Ecclesiae primordio, episcopi Constantinopolitani archiepiscopo Nicomediae subditi fuisse luce clarius patet. Postea vero sexcenti Patres in Chalcedonensi concilio congregati decreverunt ut 100 Constantinopolitanus episcopus, sicut et Nicomediensis, archiepiscopali pallio decoraretur, salvo nimirum privilegio Ecclesiae Nicomediensis ; Romanum quoque pontificem “universalem” appellare sanxerunt. Sed sancti et vere apostolici Romanae Ecclesiae praesules, totius bonitatis, iustitiae ac virtutum magistri, utpote Christi vicarii, illius sequentes vestigia, qui est mansuetus, mitis corde et humilis, semet 105 ipsos “servos servorum Dei” appellare decreverunt. De eo autem quod Graecus affirmare conatus est, in Constantinopolitana Ecclesia catholicos semper et orthodoxos patriarchas extitisse, Domini agrum excolentes, vitia et prava dogmata eradicantes, arbusta catholicorum hominum plantantes, in domini imperatoris praesentia falsum illum dixisse aperta locutione monstrabo. Ecclesia namque 110 Constantinopolitana habuit quidem catholicos et orthodoxos episcopos, habuit et nefandos haereticos, de quibus, si placet, summam eorum huic annectam opusculo, et tunc liquido vera me dixisse manifestis indiciis comprobabitis. Nonne Constantinopolitani episcopi fuerunt Macedonius48 haereticus, Eudoxius49 et Demophilus50 Ariani ? Iam vero de Maximo Cynico51 eorum quid dicam ? Sed ad te 115 nunc veniam Constantinopolitanorum doctorum totiusque perversitatis, nequitiae et fortitudinis false patriarcha Nestori52, qui super omnes pene haereticos atque schismaticos Iesum filium Dei Dominum nostrum et beatissimam virginem Mariam dominam nostram, coeli terraeque reginam, blasphemare non timuisti. Dic, inquam, dic quid contra sanctam et apostolicam fidem in Ecclesia Constantinopolitana tuis 120 similibus praedicasti : “Maria, inquit perversus Nestorius, genuit hominem, non Deum.” Huc, huc accede, caelestis imperatoris signifer et paranimphe Gabriel, iacula nefandum haereticum spirituali fulmine, concide perversum gladio Spiritus Sancti ; dic Ioseph, quid tibi dicendum Dominus pater aeternus, Deus omnipotens, delegavit : Ioseph fili David, noli timere accipere Mariam coniugem tuam, quod enim 125 in ea natum est, de Spiritu Sancto est53. Ecce Gabriel archangelus dicit Mariae quia quod ex te nascetur sanctum vocabitur Filius Dei ; et ad Ioseph : quod in ea natum est, de Spiritu Sancto est. Et non dico haereticus, sed ultra omnes haereticos haereticissimus, falsus patriarcha Nestorius dogmatizare veritus non est, quia beata Maria purum hominem genuit. Dominus quoque illuminato caeco dixit : Tu credis in 130 Filium Dei ? Et caecus : Quis est, Domine, ut credam in eum ? Et Dominus : Et vidisti eum, et qui loquitur tecum ipse est54. Advertite, inquam, advertite, sanctissimi Patres, quomodo flammis ultricibus exurendus nefandissimus patriarcha Nestorius contra ipsum Dei Filium, contra archangeli Gabrielis oraculum pugnare non timuit. Iam vero de nefandissimo Eutice55 et Dioscoro quid dicam ? Quales sceleratos 135 et perversissimos haereticos memorem, Acatium56 scilicet, Antimum57, Sergium58, Pirrhum59, Paulum60 et Petrum61 e pharetra Satanae progredientes ? Sed cur ego sceleratos viros in medium promam, cum faeminas patriarchas in sede Constantinopolitana fuisse dicantur ? »

60Graecus respondit : « Super Constantinopolitanae sedis episcopos satis superque 140 debacchatus es, acuisti ingenium, accendisti et irritasti animum eidem sedi iniurias inferendo, quae quamplures per orbem terrarum provincias ad Christum convertere studuit. »

61Petrus diaconus dixit : « Non est verum. Nam si recenseas Historiae Ecclesiasticae textum, invenies per nostrae civitatis apostolos, Petrum dico et Paulum, et per 145 eorum discipulos totum paene orbem terrarum ad Dei agnitionem venisse. »

62Graecus respondit : « Omissis argumentationum simultatibus, simpliciter itinerarium tantorum apostolorum in omnium audientia replica, quatenus vestra famina appareant veritate subnixa. »

63Petrus diaconus dixit : « Discere vis, an contendere ? »

64150 Graecus respondit : « Utique contendo, quia dicti tui quod proposuisti audire cupio rationem. »

65Petrus diaconus dixit : « Si contendis, iam tibi sub brevitate respondisse me memini, quia Petrus et Paulus totum pene orbem terrarum per se et per discipulos suos ad Christi fidem convertere studuerunt. Si vero discere cupis, in domini 155 nostri Innocentii summi et universalis papae aciem transgredere ; nam tanti patris censura hoc habet ut adversarius vincatur, discipulus doceatur. »

66Graecus respondit : « Non possem ante Latinorum esse discipulum quam magistrum audiam praedicantem. »

67Petrus diaconus dixit : « Ut video, tergiversando incedis, et sic ab universalis 160 papae Innocentii filio doceri cupis, ut adversarium ex integro habeas. Audi iterum quia praedicaverunt per totum paene orbem Romanum, aliud a me non audies, quia tu pacem cum scuto petis, et nos olivae ramum gladio inseruimus. »

68Graecus respondit : « Ecce do manus, discipuli formam assumo, tantum inchoata prosequere. »

  • 62 Saint Martial de Limoges, consacré évêque à Rome et envoyé à Limoges selon Grégoire de Tours : voi (...)
  • 63 Saint Front de Périgueux, envoyé par saint Pierre selon sa légende : voir M. Coens, La Vie ancienn (...)

69165 Petrus diaconus dixit : « Sicut in catholica historia legimus, beatus Petrus, apostolici agminis vertex, Iudaeam, Pontum, Galatiam, Cappadociam, Asiam, Bithiniam ac totam Libyam atque Africam per Marcum discipulum suum, per Martialem62 vero atque Frontonem63 Aquitaniam et Germaniam verbo vitae illuminavit. Videturne tibi intra has provincias regnum Constantinopolitanum locatum ? Si autem audire 170 desideras quales quantasque provincias Ecclesiae Dei speculum et doctor egregius beatus Paulus apostolus lucratus fuerit Christo, sine mora retexam, ut evidentius pateat non solum Occidentem tantum, verum et Orientem, Meridionem quoque et Septentrionem de errorum squaloribus per illos ad portum veritatis et lucis reductum. Beatus namque Paulus apostolus, postquam Christi est gratia illustratus, 175 Arabiam, Ciliciam, Seleuciam, Cyprum, Salaminam, Paphum, Pergen Pamphiliae, Antiochiam Pisidiae, Iconium, Licaoniam, Listram, Derben, Syriam, Frigiam, Galatiam, Misiam, Troadem, Macedoniam, Samotraciam, Neapolim, Philippis, Amphipolim, Apolloniam, Thessalonicam, Beroen, Athenas, Corinthum, Ephesum, Caesaream, Inasson, Mitilenen, Chium, Samum, Trogilion, Miletum, Choum, 180 Rhodum, Patara, Ptolemaidam et Hispaniam ad Christi fidem convertit. Dic, rogo, prudentissime Achivorum, si Constantinopolitana civitas intra has provincias constituta sit an non. »

70Graecus respondit : « Nulla in hoc nobis inest cunctatio : liquido enim novimus civitatem Constantinopolitanam intra Europae terminos sitam. »

71185 Petrus diaconus dixit : « Et si Constantinopolitana civitas intra Europae fines constructa est, rei ratio poscit ut omnes provinciae quae per Petrum et Paulum ad verae lucis splendorem venerunt Romano pontifici, non Constantinopolitano, subiacere in omnibus debeant, salvo nimirum privilegio quo super totum orbem terrarum obtinet principatum. »

72190 Graecus respondit : « Dum Romano pontifici orbem terrarum subiacere debere aperta voce denuncias, omnes patriarchales sedes sub iugo constituens, desolatas et expoliatas dimittis. »

73Petrus diaconus dixit : « Patriarchales sedes quas ego expoliavi, si placet, edicito. »

74Graecus respondit : « Constantinopolitanam primum, deinde Antiochenam, 195 Ierosolimitanam, Alexandrinam. »

75Petrus diaconus dixit : « Constantinopolitanam Ecclesiam cur inter patriarchales sedes annumeraveris, ignoro. »

76Graecus respondit : « Ecclesia Constantinopolitana non tibi videtur patriarchalis et apostolica sedes ? »

77200 Petrus diaconus dixit : « Non. »

78Graecus dixit : « Quare ? »

79Petrus diaconus respondit : « Quia nullus apostolorum corporaliter in ea cathedram tenuit. »

80205 Graecus dixit : « Quae sunt patriarchales sedes edicito, quia ad hoc Romana civitas viperam genuit et educavit, ut omnia iura Ecclesiae Constantinopolitanae conetur destruere. »

81Petrus diaconus dixit : « Quem hominem viperae comparaveris, in praesentia domini imperatoris ostende ; nam quae sunt patriarchales sedes in propatulo pandam. »

82Graecus respondit : « Te, inquam, te viperae comparavi, tu versipellis, tu anguis 210 lubricus qui omnia iura Ecclesiae nostrae conculcare non timuisti. »

83Petrus diaconus dixit : « Ut video, beluina rabie debaccharis, qui bestialiter contra filios Romanae Ecclesiae frendens, servorum more ante sacratissimum imperatorem larvali furia depressus, me viperam appellare veritus non es. »

84Graecus respondit : « Nos servi sumus ? »

85215 Petrus diaconus dixit : « Graecos servos Romanorum olim fuisse Romana historia pandit ; quod si ita est, immo quia est, cur audetis cum Romanis ex aequo conferre sermonem ? »

86Graecus respondit : « Quis Graecum in servitutem redegerit, ignoro. »

  • 64 Voir Petri Diaconi Catalogus regum, consulum, dictatorum, tribunorum, patriciorum ac imperatorum g (...)
  • 65 Voir Tt I, 12.

87Petrus diaconus dixit : « Ego ostendam. » His dictis, in omnium audientia legit 220 ex Historia Titi Livii qualiter primo per Titum Quinctium Flaminium Graeci subiugati sunt ; demum vero cum rebellare coepissent, transmissus est contra eos a senatu Romano Lucius Cornelius Scipio, qui tria et quinquaginta millia Graecorum occidens, residuos in servitutem redegit ; sed cum adhuc inquieti existerent, Paulus Emilius viginti millia eorum occidit et alios in servitute manere decrevit ; 225 iterum vero recalcitrantes caput attollunt, sed a consulibus Romanis Perpenna et Gaio Caecilio Metello perpetuae servituti addicti sunt64. Quod autem Graeci beluinum morem habeant, idem Petrus ex Pauli apostoli epistola legit, uti de Graecis Cretam insulam inhabitantibus loquitur, dicens : Cretenses semper mendaces, pigri, malae bestiae65.

88230 Cumque haec et his similia Petrus diaconus recitasset, Peligrinus patriarcha Aquilegiensis, conversus ad Petrum diaconum, dixit : « Dum vestras iniurias vindicare satagitis, clementissimum et sacratissimum imperatorem suspensum et sollicitum reddidistis. Quapropter te, quem Romana gens edidit, apostolica sedes ad Christi fidem perduxit, quem pater Benedictus instituit, civiliter agi debere memento et 235 coeptae disputationis ad callem redire moneo, et quae sunt patriarchales sedes, prout Graecus interrogavit, ostende. »

  • 66 1 P II, 23.
  • 67 Martin Ier (649-655).
  • 68 Mt X, 25.
  • 69 Mt V, 11.

89Petrus diaconus dixit : « Prima patriarchalis sedes sancta et vere apostolica mater omnium Ecclesiarum Dei, Romana Ecclesia, est, per Christum Dominum nostrum super beati Petri apostoli fide fundata et pretiosissimo sanguine consecrata. Secunda 240 patriarchalis sedes Alexandrina Ecclesia esse dignoscitur, per beatissimum Marcum evangelistam, Petri discipulum atque in baptismate filium, ad Christum vocata et Petri apostoli nomine consecrata. Tertia sedes Antiochena Ecclesia est, quam beatus Petrus apostolus per semet ipsum ad Christi fidem convertit et in qua per septem annorum vertigines cathedram tenuit. Quarta sedes Ierosolimitana Ecclesia est, 245 beati Iacobi apostoli corpore et nomine consecrata. Has sedes patriarchales novi et in sanctorum conciliis scriptas reperi. Et quidem meas iniurias mihi specialiter irrogatas, et maxime pro fidelitate et iustitia sanctae Romanae et universalis Ecclesiae dominique mei Innocentii summi et universalis papae disputanti, a Graeco iustitiae impugnatore ingestas, libenter fero. Discipulus enim sum illius, de quo beatus 250 Petrus apostolus dicit quia cum malediceretur, non maledicebat, cum pateretur non comminabatur66. Sed quid mirum si nos a Graeco iniuriis lacessimur, cum antecessores sui, furore pleni et blasphemiam eructantes, multa indigna contra sanctam Romanam Ecclesiam ingesserint ? Cuius rei testis est Martinus sanctus ac beatissimus papa67, qui a Graecis de Lateranensi ecclesia raptus et Constantinopolim ductus, 255 ligatus, expoliatus, anathematizatus et in carcerem trusus et diversis suppliciis est affectus. De talibus Dominus loquitur : Si patremfamilias Beelzebub vocaverunt, quanto magis domesticos eius68 ? Et rursum : Beati eritis cum maledixerint vobis et persecuti vos fuerint et dixerint omne malum adversum vos mentientes propter me69.

90Ubi ergo, teste conscientia, Deus in causa est, ibi omnino beatitudo speranda, et 260 ubi mendacium saevit, ibi convitia nulla timenda. »

91Graecus respondit : « Quod in papa Martino actitatum est, imperatores fecisse perspicuum est. Sed mirari non sufficio tuam vecordiam, qui a principio fere nostrae disputationis Constantinopolitanae sedis patriarchas lacessisti iniuriis, qui pro Christi Ecclesia sanguinem suum fuderunt. »

92265 Petrus diaconus dixit : « Ostende mihi vel unum ex Constantinopolitanis pontificibus pro Christi fide interfectum. »

93Graecus respondit : « Et tu dic qui in Romana Ecclesia fuerint martyrio coronati. »

  • 70 Liste des premiers successeurs de Pierre selon le Liber pontificalis ; manquent Anaclet (entre Clé (...)
  • 71 Pape (283-296).
  • 72 Pape (296-304).
  • 73 Pape (308-309).
  • 74 Félix II (355-358), tué sur ordre de l’empereur.
  • 75 Jean Ier (523-526), aux prises avec le roi arien Théodoric.
  • 76 309 ou 310.
  • 77 Miltiade (313-314).
  • 78 Silvestre Ier (314-335).
  • 79 336.
  • 80 Jules Ier (337-352).
  • 81 366-384.
  • 82 384-399.
  • 83 399-401.
  • 84 492-496.
  • 85 Léon Ier le Grand (440-461).
  • 86 Grégoire Ier le Grand (590-604).

94Petrus diaconus dixit : « In Romana Ecclesia beatus Petrus apostolus, crucis patibulum sustinens, beatae mortis sumpsit poculum suique magistri et Domini 270 imitator apparuit. Ibi etiam doctor gentium beatus Paulus apostolus pro Christo, extenso collo, martyrio coronatur. Horum sancta vestigia sacer exercitus Romanorum pontificum sequentes, per diversa supplicia Deum in corporibus suis glorificaverunt, de quibus iure potest dici quia plantaverunt Ecclesiam sanguine suo. De quibus, ut certior legentibus constet fides, nomina eorum in omnium audientia recitabo : 275 Linus, Cletus, Clemens, Evaristus, Alexander, Xystus, Telesphorus, Anicetus, Pius, Sother, Eleutherius, Victor, Zephirinus, Calixtus, Urbanus, Antherius, Pontianus, Fabianus, Cornelius, Lucius, Stephanus, Xystus, Felix, Eutichianus70, Gaius71, Marcellinus72, Marcellus73, Felix74, Ioannes75 atque Martinus, qui omnes pro Christi fide animam posuerunt. Iam vero de Anacleto, Ygino, Dionysio, Eusebio76, Meltiade77, 280 Silvestro78, Marco79, Iulio80, Damaso81, Syricio82, Anastasio83, Gelasio84, Leone85, Gregorio86 et aliis quinque viginti et centum Romanis pontificibus quid dicam, qui vita verboque non solum Romanam Ecclesiam, in qua corporaliter conversati sunt, sed totum etiam orbem terrarum illustraverunt ? »

95Graecus respondit : « De Romanis pontificibus satis superque dixisti. Nunc in 285 animo est apponere quare Romani pontifices, praeceptum Domini transgredientes et Pauli apostoli consilium abdicantes, novam doctrinam mundo induxerunt. »

96Petrus diaconus dixit : « In quo Romani pontifices Domini praecepta transgressi sunt ? »

  • 87 Voir Jn II, 1-11.
  • 88 1 Co VII, 2-4.
  • 89 Voir 1 Tm III, 2-4 (à propos des episcopi).
  • 90 Voir Tt I, 6 (à propos des episcopi).
  • 91 1 Co VII, 9.
  • 92 Voir Lv XXI, 13-14.

97Graecus respondit : « Rerum sator et altor cum in principio hominem de limo 290 terrae plasmasset ut sacra testatur historia, de costa eius illi formavit uxorem, per quam mundus repletus est. Patriarchae etiam et prophetae omnes uxores habentes, nubentes et nuptui tradentes, Spiritum Sanctum habuerunt Deique amici appellati sunt. Semper enim honesta coniugia a Deo benedicta sunt et in tanta districtionis censura praefixa, ut maledictione mulctarentur qui semen super terram non reliquissent. 295 Sed quid ego, veterum Patrum acta revolvens, per devia quaeque discurro ? Ipse, ipse, inquam, mediator Dei et hominum, homo Christus Iesus in mundum veniens nuptias benedixit et miraculum in Cana Galileae, ubi nuptiae celebrabantur, patravit87. Sed forsitan anguis lubricus, cui tot sunt linguae quot artus, super huiusce rei negotium allegoricis dictionibus nos conatur eludere. Non recipio, 300 sed simpliciter, prout Paulus apostolus descripsit, sententias eius intelligo. Paulus namque apostolus, Corinthiis scribens, dicit : Propter fornicationem unusquisque suam uxorem habeat, et unaquaeque suum virum habeat. Uxori vir debitum reddat, similiter et uxor viro. Mulier sui corporis potestatem non habet, sed vir88. Et in alio loco : Oportet presbiterum irreprehensibilem esse, domui suae curam gerentem,305 unius uxoris virum89. Similiter autem de diaconibus idem Paulus loquitur dicens : Diacones oportet sine crimine esse, unius uxoris virum, filios educantem cum timore Dei90. Et rursum : Melius est nubere quam uri91. Et Dominus in Lege loquitur per Moysen : Sacerdos virginem non repudiatam accipiet92. Ioannes quoque Baptista, veri sponsi amicus, quo inter natos mulierum maior nemo surrexit, de pontifice 310 Zacharia natus est. Petrus quoque, Philippus et quamplures apostolorum nonne filios et filias habuerunt ? Ecce quorum constitutiones, quorum scita, quorum iura Romani pontifices contemnunt et pro nihilo ducunt. »

  • 93 Rm VIII, 9.
  • 94 1 Co VI, 15-20.
  • 95 1 Co VII, 1.
  • 96 1 Co VII, 5.
  • 97 1 Co VII, 5-8.
  • 98 1 Co VII, 27-28.
  • 99 1 Co VII, 38-40.

98Petrus diaconus dixit : « Omissis allegoricis disputationibus, Paulum, quem proposuisti, audi loquentem : Vos in carne non estis, sed in spiritu93. Et in alio loco : 315 Nescitis quoniam corpora vestra membra Christi sunt ? Tollens ergo membra Christi faciam membra meretricis ? Absit. An nescitis quoniam qui adhaeret meretrici unum corpus efficitur ? “Erunt enim duo in carne una.” Qui autem adhaeret Domino unus spiritus est. Fugite fornicationem. Omne peccatum quodcumque fecerit homo extra corpus est, qui autem fornicatur in corpus suum peccat. An nescitis quoniam membra vestra 320 templum sunt Spiritus Sancti, qui in vobis est, quem habetis a Deo, et non estis vestri ? Empti enim estis pretio magno. Glorificate et portate Deum in corpore vestro94. Et rursum : Bonum est homini mulierem non tangere95. Et coniugatis loquitur dicens : Nolite fraudare invicem, nisi forte ex consensu ad tempus, ut vacetis orationi96. Et iterum : Revertimini in id ipsum, ne tentet vos Sathanas propter incontinentiam 325 vestram. Hoc autem dico secundum indulgentiam, non secundum imperium. Volo autem omnes homines esse sicut me ipsum ; sed unusquisque proprium habet donum ex Deo : alius sic, alius vero sic. Dico autem non nuptis et viduis : bonum est illis si sic permaneant, sicut et ego97. Et rursus : Alligatus es uxori ? Noli querere solutionem ; solutus es ab uxore ? Noli quaerere uxorem. Si autem acceperis uxorem, non peccasti ; 330 et si nupserit] virgo, non peccavit. Tribulationem tamen carnis habebunt huius modi98. Et paulo post : Igitur et qui matrimonio iungit virginem suam bene facit, et qui non iungit melius facit. Mulier alligata est legi quanto tempore vir eius vivit ; quod si dormierit vir eius, liberata est : cui vult nubat, tantum in Domino. Beatior autem erit, si sic permanserit, secundum meum consilium99.

  • 100 Lv XXII, 3.
  • 101 Lv XXII, 4.
  • 102 Lv XXI, 21-23.
  • 103 Lv XV, 31.
  • 104 Lv X, 9-10.
  • 105 Jr V, 7-8.
  • 106 Jr XXIII, 11-12.
  • 107 Is I, 12-13.
  • 108 Jr VI, 20.
  • 109 Ml I, 6-7.
  • 110 Ml II, 3.
  • 111 Is I, 15.
  • 112 Epistola Clementis secunda (adressée Iacobo fratri Domini), XLVI, éd. P. Hinschius, Decretales pse (...)
  • 113 Epistola Clementis secunda, ibid., reprise par Gratien dans le chapitre suivant (XX) ; nous avons (...)
  • 114 Fin des Canones apostolorum, 27 (éd. P. Hinschius, Decretales… [cité n. 112], p. 27-30, ici p. 29) (...)

99335 De eo autem quod Moysen nobis opposuistis, audi quid Dominus per eum sacerdotibus dicat : Omnis homo qui accesserit de stirpe vestra ad ea quae consecrata sunt, et quae obtulerunt filii Israel Domino, in quo est immunditia, peribit coram Domino100. Et rursum : Homo de semine Aaron, qui fuerit leprosus aut patiens fluxum seminis, non vescetur de his quae sanctificata sunt mihi donec sanetur101. Et in Levitico : 340 Omnis qui habuerit maculam de semine Aaron sacerdotis non accedet offerre hostias Domino nec panes Deo suo ; vescetur tamen panibus, qui offeruntur in sanctuario, ita dumtaxat ut intra velum non ingrediatur, nec accedat ad altare, qui maculam habet et contaminare non debet sanctuarium meum102. Et in alio loco : Docebitis filios Israel ut caveant immunditias, et non moriantur in sordibus suis, cum polluerint tabernaculum 345 meum quod est inter eos103. Et Dominus ad Aaron : Vinum et omne quod inebriare potest non bibetis tu et filii tui, quando intrabitis in tabernaculum testimonii, ne moriamini ; quia praeceptum sempiternum est in generationes vestras. Et ut habeatis scientiam discernendi inter sanctum et profanum, inter pollutum et ex mundum104. Dominus quoque per Ieremiam dicit : Saturavi eos, et moechati sunt et in domo 350 meretricis luxuriabantur. Æqui amatores in feminas et emissarii facti sunt : unusquisque ad uxorem proximi sui inhiebat105. Et iterum : Propheta namque et sacerdos polluti sunt, et in domo mea inveni malum eorum, ait Dominus ; idcirco via eorum erat quasi lubricum in tenebris ; impellentur enim et corruent in ea ; afferam super eos mala, annum visitationis eorum, ait Dominus106. Hinc per Isaiam Dominus dicit : 355 Cum veniretis ante conspectum meum quis quaesivit haec de manibus vestris, ut ambularetis in atriis meis ? Ne offeratis ultra sacrificium frustra : incensum abominatio est mihi107. Et per Ieremiam : Ut quid mihi thus de Saba affertis, et calamum suave olentem de terra longinqua ? Holocaustomata vestra non sunt accepta, et victimae vestrae non placuerunt mihi108. Et per Malachiam : O sacerdotes, qui despicitis nomen meum et 360 dixistis : In quo despeximus nomen tuum ? Offertis super altare meum panem pollutum109. Et paulo post : Ecce ego proiiciam vobis brachium et dispergam super vultum vestrum stercus sollemnitatum vestrarum110. Rursusque per Isaiam : Cum extenderitis, ait, manus vestras, avertam oculos meos a vobis ; et cum multiplicaveritis orationem, non exaudiam111. Hinc beatus Clemens de talibus loquitur dicens : Ministri altaris, 365 presbiteri sive diaconi, ad dominica tales eligantur officia [qui continenciam servent. Si vero post ordinationem suam ministro contigerit propriae uxoris invadere cubile, sacrarii non intret limina, nec sacrarii portitor fiat nec altare contingat, nec ab offerentibus holocausti oblationem suscipiat, nec ad dominici corporis portionem accedat, nec propinet neque sine maioris natu auctoritate minora gerat offitia] urceum sane ad salutare 370 calicem non suggerat112. Et rursum : Clericus solus ad faeminae tabernaculum non accedat, nec [properet sine maioris natu sacerdotis iussione. Nec solus presbiter cum sola femina fabulas misceat, nec archidiaconus sub pretextu humilitatis aut offitii frequenter intret domicilia matronarum, aut forte per clericos aut domesticos matronae mandet aliquid secrete ; si agnitum fuerit, et ille deponatur, et illa a limitibus Ecclesiae arceatur113…] 375 sed lectores cantoresque tantummodo114. »

  • 115 Gn II, 18.
  • 116 Gn I, 28.

100Graecus respondit : « Si omnes tui corporis artus verterentur in linguas universaeque membrorum compages articulatas ederent voces, a priori sententia nullatenus revocare valebis animum meum. Audio enim Dominum dicentem : Non est bonum esse hominem solum, faciamus ei adiutorium simile sibi115. Deus dicit quia non est 380 bonum esse hominem solum, et Romanus papa dicit bonum est esse hominem solum. Deus dixit : Crescite et multiplicamini et replete terram116, et Romanus papa dicit : ne homines multiplicentur, ne crescant, ne repleant terram. Paulus apostolus dicit ut propter fornicationem unusquisque suam uxorem habeat, et Romanus papa praedicat ne uxores accipiant. Ideoque perge quo vis, quia contritos lacus fugio, 385 nec de vestra aqua poculum sumam. Hoc namque Constantinopolitana Ecclesia meruit ut Pauli praecepta servaret. »

101Petrus diaconus dixit : « Dic quid Constantinopolitana Ecclesia meruit, et ego quid Romana Ecclesia promeruit promam. »

  • 117 1 Co I, 22.

102Graecus respondit : « Hoc interim negare non potes, quia omnes fere sapientes 390 ad Graecos venerunt et Graeci semper sapientiam quaesierunt, iuxta illud Pauli apostoli : Iudaei signa petunt, et Graeci sapientiam quaerunt117. »

  • 118 Prêtre d’Alexandrie, mort en 336.
  • 119 Le patriarche Eutychius (552-565) ou le moine constantinopolitain hérétique de la première moitié (...)
  • 120 Voir Ap II, 6 et 14-15.
  • 121 Quos in Constantinopolitana… abstraxit : voir Adv. Nic. 34, p. 149-150.
  • 122 Frédéric de Lorraine, chancelier du pape (1051-1055), apocrisiaire à Constantinople en 1054 avec H (...)
  • 123 Sicut Valesii… non recipiunt est, à peu près mot à mot, emprunté à Excom., p. 153-154.
  • 124 O abominabilis… cynicorum : voir Adv. Nic. 26, p. 147.
  • 125 Voir Sancti Ambrosii opera, pars X, Epistulae et acta, t. 3, éd. M. Zelzer, Vienne 1982 (CSEL 82),(...)

103Petrus diaconus dixit : « Scio, et bene scio, quia sapientes in gente Graecorum fuerunt, contemnentes humilem Christum et non pervenientes ad altitudinem Christi ; sed mirari non sufficio Graecos sapientes appellatos, quos in Constantinopolitana 395 Ecclesia Arrius118 corrupit, Macedonius prostituit ; quos radix perditionis et nequitiae Nestorius, Eutices119, Monothelithae, Theupaschitae et alii haeretici a recta via aberrare fecerunt, quos Nicolaus haeresiarcha120 a via veritatis abstraxit121. Nam, sicut a Casinensi abbate Friderico, post vero Romano pontifice122, agnovimus, “clerici Ecclesiae Constantinopolitanae, sicut Valesii, hospites suos castrant et non 400 solum ad clericatum, sed insuper ad episcopatum promovent. Sicut Arriani, rebaptizant in nomine sanctae Trinitatis baptizatos, et maxime Latinos. Sicut Donatistae affirmant, excepta Graecorum Ecclesia, Ecclesiam Christi et verum sacrificium atque baptismum ex toto periisse. Sicut Nicolaitae, carnales nuptias concedunt et defendunt sacri altaris ministris. Sicut Severiani, maledictam dicunt legem Moysi. 405 sicut Pneumatomachi vel Theomachi, absciderunt a Symbolo processionem Spiritus Sancti a Filio. Sicut Manichaei, inter alia, quodlibet fermentatum fatentur animatum esse. Sicut Nazzareni, carnalem Iudaeorum munditiam adeo servant, ut parvulos morientes ante octavum a nativitate diem baptizari contradicant, et mulieres in menstruo vel partu periclitantes communicari, vel si paganae fuerint, baptizari 410 prohibeant, et capillos capitis ac barbas nutrientes, eos qui comam tondunt et secundum institutionem sanctae Romanae et universalis Ecclesiae barbas radunt, in communionem non recipiunt123.” O abominabilis et detestanda doctrina, non dico sapientum, sed cynicorum124. Cur non advertitis ? Cur non ad mentem beati Ambrosii sententiam reducitis, quae dicit quia si quis cum Romana Ecclesia non 415 concordat, vel in aliquo ab eadem Ecclesia dissentire videtur, vere est per omnia haereticus aestimandus125. »

  • 126 Voir Dial. 11, p. 119.
  • 127 Mc XIV, 22, Lc XXII, 19.

104Graecus respondit : « Ut video, adolescentia tua te stulte loqui coegit, reprehendendo Graecorum intemeratam fidem, et Romanam Ecclesiam iudaizantem in azimis et in quatuor temporibus anni toto orbi praeferentem. Nam azima Iudaei per praeceptum 420 Moysi custodiunt, et utique observationem azimorum usque ad Caenam dominicam, quando Veteris Testamenti umbra cessavit et Novum coepit, teneri debuit. Cur autem de azimis sacrificetis, ignoramus : azima enim nihil distat a lapide126 ; panis vero fermentatus est, ut ita dicam, animata res, et Dominus Iesus Christus panem discipulis suis, non azimam, teste evangelista dedit127. »

  • 128 Voir Dial. 11, p. 99.
  • 129 Humbert de Moyenmoutier, cardinal évêque de Silva Candida, apocrisiaire à Constantinople en 1054.
  • 130 Sans doute Dial.
  • 131 Voir Mt V, 17.
  • 132 Lc XXII, 19.
  • 133 Ex XII, 18-20, repris de Dial. 4, p. 95.
  • 134 Ex XII, 15-17, repris de Dial. 4, p. 95.
  • 135 Ex XIII, 6-7, repris de Dial. 4, p. 95.
  • 136 Ex XXXIV, 18.

105425 Petrus diaconus dixit : « De azima nobis pauca dicenda sunt, et ob hoc vel maxime quia contra vestros latratus128 prudentissimi viri Umbertus episcopus Silvae Candidae129 et Fridericus Casinensis abbas opusculum pulcherrimum composuerunt130, sanctorum Patrum testimoniis roboratum. Unum autem vos nosse volo : quia Dominus caenans cum discipulis suis azima, non fermentatum, comedit. 430 Non enim venit solvere legem, sed adimplere131 ; et ipse tunc fecit, sicut nos agendum docuit, dicens : Hoc facite in meam commemorationem132. Quid autem Moyses de azimis praecipiat audiamus : Primo mense, quartadecima die mensis ad vesperam comedetis azima usque ad diem vicesimam primam eiusdem mensis ad vesperam. Septem diebus fermentatum non invenietur in domibus vestris : qui comederit fermentatum, 435 peribit anima eius de coetu Israel, tam de advenis quam de indigenis terrae. Omne fermentatum non comedetis, in cunctis habitaculis vestris edetis azima133. Et rursum : Septem diebus azima comedetis : in die primo non erit fermentum in domibus vestris ; quicunque comederit fermentum, peribit anima illa de Israel, a primo die usque ad diem septimum. Dies prima erit sancta atque solemnis, et dies septima eadem festivitate 440 venerabilis. Nihil operis facietis in eis, exceptis his quae ad vescendum pertinent, et observabitis azima134. Et in alio loco : Septem diebus vesceris azimis ; et in die septima erit solemnitas Domini. Azima comedetis septem diebus ; non apparebit apud te fermentatum, nec in cunctis finibus tuis135. Et rursum : Solemnitatem azimorum custodies, septem diebus comedes azima, sicut praecepi tibi in tempore mensis novorum136.

  • 137 Lv XXIII, 5-7, repris de Dial. 4, p. 95.
  • 138 Nb XXVIII, 16-18, repris de Dial. 4, p. 95 (où la citation se poursuit).
  • 139 Dt XVI, 1-3, repris de Dial. 4, p. 95.
  • 140 Dt XVI, 4, repris de Dial. 4, p. 95.
  • 141 Voir Dial. 20, p. 104.

106445 Et in Levitico : Mense primo, quartadecima die mensis ad vesperum Phase Domini est, et quintadecima die mensis huius solemnitas azimorum Domini est. Septem diebus azima comedetis. Dies primus erit vobis celeberrimus sanctusque ; nullumque opus servile fiet in eo137. Et in Numero : Mense primo, quartadecima die mensis Phase Domini erit, et quintadecima die solemnitas. Septem diebus vescentur azimis, quarum 450 dies prima venerabilis et sancta erit : omne opus servile non facietis in eo138. Et in Deuteronomio : Observa mensem novarum frugum et verni primum temporis, ut facias Phase Domino Deo tuo, quoniam in isto mense eduxit te Dominus Deus tuus de Ægypto nocte. Immolabisque Phase Domino Deo tuo de ovibus et de bobus in loco, quem elegerit Dominus Deus tuus, ut habitet nomen eius ibi. Non comedes in eo 455 panem fermentatum, septem diebus comedes absque fermento afflictionis panem139. Et rursum : Non apparebit fermentatum in omnibus terminis tuis septem diebus140. Quod vero panem animatum fateris, Manichaeorum te sequi sectam liquido comprobasti141, et cum ipse mediator Dei et hominum homo Christus Iesus Mosaycum Pascha cum discipulis celebraret, Iudaeorum more diebus azimorum 460 azima cum discipulis suis comedit, et azimum panem eis contradidisse perspicuum est. Unde sanctus vereque apostolicus dominus noster Innocentius papa secundus, universalis omnium Christianorum pater, magister, doctor et princeps, et in Petro apostolo terrenum caelesteque post Deum imperium possidens, sacrificandi ritum a salvatore discipulis traditum retinens, profanas Graecorum novitates ceu stercora 465 contemnit et pro nihilo ducit. »

107Graecus respondit : « Dum Romanum pontificem omnium Christianorum patrem, magistrum, doctorem et principem nominasti, omnes sacerdotes denudans, despectos et ignobiles reddidisti. Unde qua ratione Romanum pontificem tantis extuleris laudibus, perconctanti mihi edissere. »

  • 142 Const. Constantini, 11 p. 81, 14 p. 87, 17 p. 93 ; le passage specialem… satrapibus figure dans Ep (...)

108470 Petrus diaconus dixit : « Quia non legisti, saltem vel audisse te perspicuum est, quanta magnificentia quantoque dignitatis privilegio Constantinus imperator sacrosanctam Romanam Ecclesiam eiusque pontifices exaltare studuerit, dans privilegium quarto sui baptismatis die, ut in toto orbe sacerdotes ita Romanum pontificem caput habeant, sicut omnes iudices regem. Idem etiam piissimus imperator in privilegio 475 quod beato Silvestro et eius successoribus contulit, specialem sanctae Romanae Ecclesiae dignitatem sic promulgavit dicens : Utile iudicavimus una cum omnibus nostris satrapibus et universo senatu, optimatibus etiam et cuncto populo Romanae gloriae imperio subiacente, ut sicut beatus Petrus in terris vicarius Filii Dei videtur esse constitutus, ita etiam et pontifices ipsius principis apostolorum vice, tradidimus 480 quoque beato Silvestro et eius successoribus tam palatium Lateranense quamque et Romanam civitatem et omnis Italiae seu occidentalium regionum provincias142. »

109Haec Petrus diaconus ex privilegio Constantini imperatoris in omnium audientia dum recitasset, Graecus respondit : « De privilegio Romanae Ecclesiae, ut verum fatear, apud Constantinopolim constitutus, nonnulla me audisse memini, sed non ita ad 485 plenum sicuti nunc tanti privilegii secreta addidici. Iure itaque a nobis Romanus pontifex patrum pater et pastorum omnium princeps et universalis appellatur, quem sacratissimus Constantinus tanto privilegio decoravit. »

  • 143 Voir Ep. 15, p. 74.
  • 144 Voir Jn III, 31.
  • 145 Mt XVI, 18-19, cité dans Ep. 15, p. 74.
  • 146 Jn XXI, 17.

110Petrus diaconus dixit : « Licet Constantini augusti privilegium satis superque sufficere [490] videretur ad Romanae Ecclesiae primatum demonstrandum, tamen privilegium 490 illius qui caelum et terram creavit maius est privilegio Constantini143. Nam, teste beato Baptista Ioanne, qui de terra est de terra loquitur, qui de caelo venit super omnes est144. Audi ergo privilegium a creatore caeli et terrae beato Petro collatum, et tunc liquido dignoscere valebis iura et primatum Romanae Ecclesiae per Iesum Christum Dominum nostrum concessum, dicentem ad Petrum : Tu es Petrus, et 495 super hanc petram aedificabo Ecclesiam meam, et portae inferi non prevalebunt adversus eam, et tibi dabo claves regni caelorum, et quodcumque ligaveris super terram erit ligatum et in caelis, et quodcumque solveris super terram erit solutum et in caelis145. Et rursus : Pasce oves meas146. »

  • 147 Mt VI, 24.
  • 148 Voir 2 Co VI, 14-15.
  • 149 Voir Dt XVII, 1.
  • 150 Voir Ex XIX, 22.
  • 151 Voir Ex XXVIII, 43.

111Graecus respondit : « De privilegio Romanae Ecclesiae satisfactum mihi esse 500 profiteor. Sed unum a te requirere volo : cur ab haereticis venientes non rebaptizatis, sicut Constantinopolitani faciunt ? Nam haeretici Spiritum Sanctum conferre quomodo possunt ? Qui haereticus est, Dei non est ; et qui Dei non est, quomodo Spiritum Dei habet ? Quod si Spiritum Dei non habet, quomodo potest baptizare vel peccata dimittere ? Antichristi discipulus quomodo potest baptizare ? Et ubi est 505 illud quod Dominus dicit : Nemo potest duobus dominis servire147 ? Quae communicatio luci ad tenebras ? Quis consensus Christi et Belial148 ? Et Moyses : Homo in quo fuerit macula aut vitium, non accedet offerre dona Deo149. Et in alio loco : Sacerdotes qui accedunt ad Dominum Deum sanctificentur, ne moriantur150. Et alibi : Cum accedunt ministrare sanctis, non adducent in se delictum, ne moriantur151. »

  • 152 En fait Saturninus (Satornil), gnostique de la première moitié du iie siècle.
  • 153 Voir Ap II, 4.
  • 154 Voir Ap II, 12-15.
  • 155 Voir Ap. II, 20.
  • 156 Voir Ap II, 16.
  • 157 Évêque de Constantinople (339-341).
  • 158 Eunomius de Cyzique, chef de la secte arienne des Anoméens, promu au diaconat par Eudoxe à Antioch (...)
  • 159 L’utilisation du mot grec εὐσεβής est peut-être tirée (indirectement) de l’Adversus Eunomium de Ba (...)
  • 160 Évêque de Constantinople (404-405).
  • 161 Voir supra, n. 55.
  • 162 Patriarche de Constantinople (472-489).
  • 163 Pierre Monge (477 et 482-489).
  • 164 Jean II le Cappadocien (518-520), en fait, s’est réconcilié avec Rome et a mis fin au schisme d’Ac (...)

112510 Petrus diaconus dixit : « Ipsorum apostolorum temporibus legimus fuisse Saturnum haereticum152, Ofitas, Caldaeos, Choitas, Carpocraten, Cherintum, Ebion et alias innumerabiles pestes, et tamen nullum eorum legimus rebaptizatum. Angelo quoque Ephesi deserta charitas imputatur153. Angelo Pergami idolotitorum esus, et Nicolaitarum doctrina reprehenditur154. In Angelo Tiatirenorum Iezabel prophetissae 515 doctrina et simulacrorum escae increpantur155, et tamen hos omnes ad poenitentiam Dominus hortatur, sub comminatione quoque futurae poenae nisi convertantur. Non autem cogeret poenitere, si non esset poenitentibus veniam daturus. Non dixit : Rebaptizentur qui in Nicolaitarum fide baptizati sunt, nec imponatur eis manus, qui ea tempestate apud Pergamas crediderunt, aut illis qui retinebant 520 doctrinam Balaam. Sed quid ? Age poenitentiam ; sin autem venio tibi cito et pugnabo tecum in gladio oris mei156. Nonaginta vero et eo amplius haereses diversis temporibus ex diverso errore venientes et ad corrumpendam virginitatem catholicae matris emergentes de Graecis exortae sunt, et tamen si aliquis ex supradictis haeresibus converteretur ad fidem catholicam, rebaptizatus non est. Iam vero de Constantino 525 politanae Ecclesiae episcopis quid dicam ? Quorum vesanias et novas nenias viriliter contrivit et conculcavit sancta et vere apostolica mater Ecclesiarum Dei, universalis Romana Ecclesia. Ecce Eusebius Constantinopolitanae sedis invasor157, signifer nefandi Arrii extitit. Secundus, Macedonius haeresiarcha, suffocator beati Pauli antecessoris sui, blasfemator Spiritus Sancti, coluber veternosus et antiqui serpentis 530 furiis debriatus, catholicorum virorum persecutor et usque ad mortem insectator, alter apostata Iulianus effectus, mille nocendi artes propter catholicos viros adinvenit. Tertius, Eudoxius arrianus, invasor Constantinopolitanae sedis et ordinator Eunomii158 haeretici, dicens patrem eusebis, quod nullum colat filium eusebis, quod patrem colat159. Quartus, Demophilus, columna et propago Arrii. Quintus, 535 Maximus Cynicus Apollinarista. Sextus, Arsacius160, perversus potius latro quam episcopus, qui militari odio in sequaces beati Ioannis desaeviit. Septimus, Nestorius, radix perditionis et nequitiae, filius diaboli, vas Sathanae, qui inter alias suae perversitatis blasfemias ex latrina foetidi oris sui tale virus evomuit : Dei genitricem Mariam nullus appellet ; Maria enim homo fuit, et Deum ab homine generari nimis 540 impossibile est. Octavus, Eutices abbas161, qui unam substantiam vel naturam in Christo praedicavit. Nonus, Acatius162, restitutor Petri Alexandrini episcopi163, qui multa homicidia commisit et a sancto Gelasio papa in perpetuum est damnatus. Decimus, Ioannes haereticus164, successor et defensor Acacii.

  • 165 Dans la Vie du pape Agathon, le Liber pontificalis (t. 1, p. 352-354) se borne à noter la condamna (...)
  • 166 Patriarche de Constantinople (552-565 et 577-582).
  • 167 578-582.
  • 168 Jean IV le Jeûneur (voir supra, n. 46).
  • 169 Pélage II (574-590).
  • 170 642-649.
  • 171 Le long passage qui commence par Nonaginta vero (l. 521) est très largement repris de Ep. 9-10, p. (...)
  • 172 Rm I, 8.
  • 173 Citation reprise de Ep. 20, p. 77 (qui l’attribue à Augustin et à Chrysostome). Il s’agit en fait (...)
  • 174 Voir Col I, 20.
  • 175 Voir Ph II, 10.
  • 176 Rm I, 11-12.
  • 177 Rm XVI, 17-19.

113Undecimus, Euticianus haereticus per papam Agathonem in ipsa civitate 545 Constantinopolitana depositus165. Duodecimus, Euticius166, qui dogmatizabat humanum corpus in resurrectione impalpabile futurum, et vento aereque subtilius ; et hic a beato Gregorio, tunc diacono, ita est convictus, ut in praesentia Tiberii imperatoris167 codices dogmatis eius flammis ultricibus traderentur. Decimus tertius, Ioannes perversus168 extitit, cuius superbiam, non dico civitatem Constantino-politanam, 550 verum etiam totus orbis capere non potuit, ycumenicon patriarcham, id est universalem, se et dici et scribi praecipiens, ob quam rem a sanctis pontificibus Romanis Pelagio169 et Gregorio anathematis vinculo innodatus est. Decimus quartus, Pirrhus haeresiarcha extitit, qui a papa Theodoro170 damnatus et depositus est. Decimus quintus, Paulus haereticus, qui velut simulacrum aut fantasma aliquod 555 insensibile Dominum nostrum Iesum Christum fuisse arbitratus est, nec unam vel duas voluntates vel operationes in Domino nostro Iesu Christo fuisse definiens, et altare Latinorum et legatorum sanctae Romanae Ecclesiae, quod nemo haereticorum ante eum praesumpserat, subvertit. Decimus sextus, Sergius haeresiarcha, qui propter blasphemias suas a beato Martino papa damnatus est atque depositus171. 560 Omnes itaque hi, licet diversis temporibus ab universali Romana Ecclesia depositi fuissent, sequaces tamen illorum ab errore ad viam veritatis revertentes, a Romanis pontificibus non ad rebaptizandum, sed ad poenitentiam agendam suscepti sunt. De fide porro et credulitate sanctae Romanae Ecclesiae, quam Graeci reprehendere non desistunt, scribit Paulus apostolus ad Romanos ita : Gratias ago Deo meo semper 565 pro omnibus vobis, quia fides vestra annunciatur in universo mundo172. Et sanctus Augustinus173 : “Fides ista, quam Romani habent, ipsa eademque sit et non alia, quae in universo mundo annunciatur et creditur, quae non solum in terra, sed et in coelis praedicatur ; quia Iesus pacificavit per sanguinem suum non solum quae in terra sunt, sed etiam quae in caelis174 ; et in nomine eius genu flectunt non solum 570 terrestria et inferna, sed et caelestia175.” Et hoc est in universo mundo fidem praedicari, per quam omnis mundus subditus sit Deo. Et in alio loco : Desidero videre vos, ut aliquid vobis impertiar gratiae spiritualis ad confirmandos vos, simul consolari in vobis per eam, quae invicem est, fides vestra atque mea176. Et rursum : Rogo vos, fratres, ut observetis eos qui dissensiones et offendicula, praeter doctrinam quam vos 575 didicistis, faciunt, et declinate ab illis. Huiusmodi enim Christo Domino nostro non serviunt, sed suo ventri, et per dulces sermones et benedictiones seducunt corda innocentium. Vestra enim obedientia in omni loco divulgata est. Gaudeo igitur in vobis177. ».

  • 178 Ga I, 9.

114Haec Petro diacono retexente, Graecus respondit : « Ut video, in longum tractatum tua te pertraxit oratio, et de primatu quidem Romanae Ecclesiae, et de non 580 rebaptizandis de haeresi venientibus, ita satisfecisti, ut omnis dubietas a corde meo fugata sit. Sed de azimis et clericorum coniugio vestra dicta non recipio, quia nec audeo, simulque beati Pauli sententiam ad mentem reducens : Si quis vobis aliud evangelizaverit praeter id quod a me accepistis, anathema sit178. Nam in fide in qua natus sum, in ipsa et moriar, neque enim melior sum quam patres mei. »

115585 His ita peroratis, cum nox diei finem imponeret, idem Graecus dicta sua et supradicti diaconi responsa in Graecum sermonem transtulit, patriarchae Constantinopolitano et imperatori Ioanni porphirogenito deferenda. Auctoritates etiam, per quas mulieres Graeci defendebant, tunc in scriptis tradidit, quae in his verbis concludebantur.

  • 179 Gn I, 28.
  • 180 Gn II, 24.
  • 181 Mt XIX, 6.
  • 182 Voir Gn V, 21-24.
  • 183 Voir Gn VI, 18.
  • 184 Voir Gn XXII, 15-19.
  • 185 Voir Gn XXI, 1-2.
  • 186 Voir Gn XXV, 23.
  • 187 Voir Gn XXX, 1.
  • 188 Voir Gn XXXVIII.
  • 189 Voir Nb XII.
  • 190 Voir Jg XIV-XVI.
  • 191 Voir Jg IV.
  • 192 Voir 1 S I-II.
  • 193 Rt IV, 13.
  • 194 1 S XVIII, 17-28.
  • 195 1 R XI, 3.
  • 196 2 R XX, 21.
  • 197 2 R XXII, 18-20.

116590 Primum Dei ad homines praeceptum istud est : Crescite et multiplicamini et replete terram179. Virgines enim, viduas et maritatas, quae semel in Christo lotae sunt, si non discrepent veris vel virtuosis uteris operibus, eiusdem esse meriti. Prima namque Dei sententia est : Propter quod dimittet homo patrem et matrem suam et adhaerebit uxori suae, et erunt duo in carne una180. Et rursum : Quod Deus coniunxit,595 homo non separet181. Seth enim, Enos, Cainan, Malalehel, Iareth, Enoch, Mathusalem, Lamech, Noe, omnes uxores habuerunt et ex Dei sententia filios procreaverunt. Iste est Enoch, qui ambulavit cum Deo et raptus in coelum est182. Iste Noe qui, cum essent utique multi virgines, solus cum filiis et uxoribus naufrago orbe servatus est183. Abraham ob fidei meritum benedictionem in filii generatione suscepit184. 600 Sara, cui defecerant muliebria, maledictionem sterilitatis partus benedictione mutavit185. Rebecca quasi prophetes interrogat Dominum et audit ab eo : Duae gentes et duo populi in utero tuo sunt186. Iacob in uxore servivit et, existimante Rachele, viri esse dare liberos et dicendo : Da mihi liberos, responderit : Numquid pro Deo ego sum, qui te conclusit187 ? In tantum sciebat fructus nuptiarum esse Domini, non mariti. 605 Ioseph vir sanctus et omnes patriarchae uxores habuerunt, quibus aequaliter per Moysen benedixit Deus. Iudas quoque Thamar habuit, et Onan a Domino occisus est, quia fratri invidit et semen operis nuptiarum perdebat188. Moyses plures foeminas habuit, et cum Deo locutus est facie ad faciem. Maria fratre suo uxore detrahens, lepra a Deo in ultionem percussa est189. Sampson, vir fortissimus et per angelum 610 annunciatus, plures foeminas habuit190, Debbora et Barach coniugio operam dantes, Sysaran et Iabin, et currus ferreos debellarunt191. Samuel Nazareus, qui ab infantia est nutritus in tabernaculo et vestitus erat ephod192, filios procreavit, nec sacerdotalis pudicitia uxoris est diminuta complexu. Booz Ruth in aream cognovit193, et Iesse ac David inde produxit. David ducentis praeputiis et vitae periculo filiae 615 regis quaesivit concubitum194. Salomon quoque trecentas reginas et septingentas concubinas et adulescentularum, quarum non est numerus, naturas cognovit195. Ezechias vir sanctissimus Manassen filium genuit196. Iosias iustissimus ab Olda uxore Sellum instructus est197. Zacharias quoque et Elisabeth, et Petrus ac reliqui apostoli filios et filias habuerunt.

  • 198 Voir 1 Tm V, 11 et 14.
  • 199 Voir He XIII, 4.
  • 200 1 Tm II, 14-15 (le passage autem seducta… et dilectione manque dans V).
  • 201 Cette fausse citation a pour origine celle de Jérôme (Homélies sur la Genèse, XI, 1) : Maledictus, (...)
  • 202 1 Co VII, 2-4.
  • 203 1 Co VII, 9.
  • 204 1 Co VII, 10-11.
  • 205 Rm VII, 2-3.
  • 206 1 Tm V, 14-15.
  • 207 Ep V, 25.
  • 208 1 Tm III, 2-4.
  • 1 lacune de 3 l. signalée par B, non par V

117620 Si autem voluerint Romani pontifices assumere vanas defensiones et ostendere quod mundus rudis eguerit incremento, audiant Paulum loquentem : Adolescentiores viduas volo nubere198. Et : Honorabiles nuptiae et cubile immaculatum199. Mulier autem seducta in praevaricatione fuit. Salvabitur autem per filiorum generationem, si permanserit in fide et dilectione et sanctificatione cum sobrietate200. Et Moyses : Maledictus 625 qui non reliquerit semen super terram201. Et Paulus : Propter fornicationem unusquisque suam uxorem habeat, et unaquaeque suum virum habeat. Uxori vir debitum reddat, similiter autem et uxor viro. Mulier sui corporis potestatem non habet, sed vir ; similiter autem et vir sui corporis potestatem non habet, sed uxor202. Et rursum : Si se non continent, nubant ; melius est 630 enim nubere quam uri203. Et iterum : Melius est enim nubere quam uri. Iis autem qui matrimonio iuncti sunt, praecipio, non ego, sed Dominus, uxorem a viro non discedere. Quod si discesserit, manere innuptam aut viro suo reconciliari. Et vir uxorem non dimittat204. Et alibi : Mulier quae sub viro est, vivente viro alligata est legi ; si autem mortuus fuerit vir eius, soluta est a lege viri. Igitur, vivente viro, vocabitur adultera, si fuerit cum alio viro ; si autem mortuus fuerit 635 vir eius, libera est a lege viri, ut non sit adultera, si fuerit cum alio viro205. Et ad Timotheum : Volo iuniores viduas nubere, filios procreare, matresfamilias esse, nullam occasionem dare adversario maledicti gratia. Iam enim quaedam conversae sunt retro post Sathanam206. Et Paulus : Viri, diligite uxores vestras, sicut et Christus Ecclesiam207. Et rursum : Oportet episcopum irreprehensibilem esse, unius uxoris virum, sobrium, 640 prudentem, ornatum, pudicum, hospitalem, doctorem, non vinolentum, non percussorem, sed [modestum, non litigiosum, non cupidum, sed suae domui bene praepositum, filios habentem subditos cum omni castitate208 …]1 et foeminae ardentissimam gulam viri libido restringat.

  • 209 Ps VIII, 5-9.
  • 210 Gn IX, 3-4.
  • 211 Tt I, 15.
  • 212 Voir Mt XI, 19 : Venit Filius hominis manducans et bibens, et dicunt : Ecce homo vorax et potator (...)
  • 213 Voir Lc XIX, 1-10.
  • 214 Ac X, 9-XI-10.
  • 215 Ac XXVII, 35.
  • 2 lacune courte selon Amelli, complétée à la fin en V

118Igitur quicumque masculum foemina uti prohibet, praecepto Dei contraire et 645 repugnare dinoscitur. Deus enim generaliter omnibus filiis Adam praecepit, dicens : Crescite et multiplicamini, et replete terram, et hoc non uni, sed omnibus praecepit. Omnibus namque hominibus Deus membra divisit, oculos ad videndum, aures ad audiendum, nares ad odorandum, manus ad palpandum, genitalia ad gignendum et concipiendum, pedes ad ambulandum. Et qui alicui masculo vel faeminae 650 membra praeciderit, inimicus Dei per omnia esse probatur, quia quod Deus dedit, ille abstulit et per suam crudelitatem Deo contraire nititur. Ad hoc enim cuncta creata sunt, ut usui mortalium deservirent. Et sicut homo rationale animal, quasi quidam habitator et possessor mundi Deo subiacet, et suum veneratur auctorem, ita cuncta animantia aut in cibos hominum, aut in vestitum, aut ad scindendam 655 terram, aut ad subiectionem frugum ipsius hominis creata, unde et iumenta ab eo quod iubent appellantur. David quoque dicit : Quid est homo, quod memor es eius ? aut filius hominis, quoniam visitas eum ? Minuisti eum paulo minus ab angelis, gloria et honore coronasti eum et constituisti eum super opera manuum tuarum, omnia subiecisti sub pedibus eius, oves et boves universas, insuper et pecora campi, volucres coeli et pisces 660 maris qui perambulant semitas maris209. Est enim bos ad arandum, canis ad servandum, caprae ad lac, oves ad lanicia conditae sunt ; porci, caprae, cervi, dammulae, apri, lepores, omnes venationes, anseres silvestres et domestici, anates, ficedulae, fulica, turdus, gallina, si non comeduntur, haec omnia frustra a Deo creata sunt. Dominus quoque ad Noe : Omne, quod movetur et vivit, erit vobis in cibum : quasi olera virentia 665 tradidi vobis omnia ; excepto quod carnem cum sanguine non comedetis210. Et Apostolus : Omnia munda mundis, coinquinatis autem et infidelibus nihil est mundum211. Venturos autem esse in novissimo dicit, qui prohibeant nubere et vesci his quae Deus creavit ad utendum. Dominus quoque vini potator et vorator a Pharisaeis appellatur, publicanorum convivia et peccatorum212, et Zachaei prandium excusans213, 670 vadens ad nuptiarum epulas. Porro si dicitis eum esse ad prandium ieiunaturum, et impostorum more dixisse « hoc comedo, illud non comedo, nolo vinum bibere quod ex aquis creavi », in typo sanguinis sui non obtulit aquam, sed vinum, post resurrectionem piscem et favum comedit. Petrus apostolus non exspectat stellam more Iudaico, sed hora sexta in solarium pransurus ascendit214. Paulus in navi 675 panem fregit et comedit215. Patriarchae autem, prophetae et apostoli, cum uxores habuerint, filios genuerunt, Dei praecepta servaverunt. Nonne melius est masculum foeminam agnoscere, quam contra naturam in sexum suum ruere ? Et quod execrabile est naturam suam ad libidinem desiderantium simulando […]ptatam2 gratis polluendam corrumpendamque subiicere et membra sua talium turpitudinum 680 libidinibus miscere.

  • 216 1 Co VII, 28.
  • 3 lacune comblée par Amelli

119Neque enim mulier absque viro neque vir absque muliere in Domino ; sicut autem et mulier ex viro, ita vir per mulierem, omnia autem ex Deo. Copula ergo viri et mulieris bona est propter filiorum procreationem, et propter ipsam in diverso sexu societatem, et ut carnalis ac iuvenilis incontinentia ad propagandae prolis 685 redigatur honestatem. Ad hoc enim unusquisque masculus foeminam debet habere, ut concupiscentia carnis redacta ad legitimum vinculum, non dissoluta, fluctuet, habens de se ipsa irrefrenabilem carnis infirmitatem et indissolubilem utriusque naturae societatem. Debent ergo viri et foeminae non solum ipsius sexus sui commiscendi fidem filiorum procreandorum causa, quae prima humani generis in 690 ista mortalitate societas, verum etiam infirmitatis in […] excipiendae ad illicitos concubitus evitandos mutuam servitutem, ne si iunguntur, incidant, tentante Sathana, in sodomiticum vitium. Paulus quoque apostolus ait : Si acceperis uxorem non peccasti ; et, si nupserit virgo, non peccavit216. Misceri autem masculum feminae amore filiorum, officium est [……]do. Quod enim est cibus ad salutem hominis, 695 hoc est concubitus ad salutem generis, et utrumque non est sine delectatione carnali, quae tamen in usum naturalem redacta, libido esse non p [otest]3. Homo vero, sive de adulterio, sive de coniugio nascatur, opus est Dei. Ad utrumque namque sexum pertinet illa benedictio Dei dicentis : Crescite et multiplicamini.

  • 217 Gn II, 24.
  • 4 lacune signalée par V
  • 218 Gn IV, 1.
  • 219 Voir Gn IV, 25.
  • 5 en V, le texte s’arrête avec la fin de la page, sans indication de lacune ; en B, d’après l’éditeu (...)

120700 Ad hoc opus bonum diversi sexus diversa membra sunt condita. Nam propter hoc relinquet homo patrem et matrem suam et adhaerebit uxori suae, et erunt duo in carne una217. Deus enim, masculi et foeminae creator, convenientia generationi membra formavit et gigni corpora de corporibus ordinavit, et diversitas sexuum pertinet ad […]4gignentium, et utriusque commistio ad seminationem pertinet 705 filiorum, et ipsa foecunditas ad benedictionem pertinet nuptiarum, haec autem omnia ex Deo. Postquam autem Adam naturali carnis appetitu cognovit Evam et naturam inseruit naturae, concepit Eva et peperit filium, et vocavit nomen eius Cain, de quo dicit Adam : Acquisivi hominem per Deum218. Et rursum : Cognovit Adam Evam uxorem suam, et concepit et peperit filium, et vocavit nomen eius Seth, 710 dicens : Suscitavit mihi Dominus semen aliud pro Abel quem occidit Cain219. Ista autem corporum commixtio cum calore, cum voluptate, cum semine a Deo facta et pro suo modo laudabilis approbatur, quae aliquando et [……….] efficitur munus impiorum ; munus vero piorum propagatio est foecunda filiorum. Bona est masculi et faeminae coniunctio, de quordinate seminatus nascitur homo. 715 Hanc Deus benedixit, hanc patriarchae et prophetae retinuerunt, apostoli confirmaverunt. Ille, ille, inquam, carnalem copulam benedixit, qui coelum et terram creavit. Semel namque locutus est Deus, ultra non addidit : semel dixit : Crescite et multiplicamini5.

Traduction

121[p. 416] Le même jour, un envoyé de Jean, empereur de Constantinople, qui se tenait à distance, aboyant comme un chien se mit à agresser le Saint-Siège romain et apostolique et toute l’Église occidentale, disant que le pontife romain était un empereur, non un évêque, et traitant les clercs romains d’excommuniés et d’azymites. Pierre Diacre, s’étant opportunément tourné contre lui, se mit à l’importuner en le contredisant par tous les moyens. Mais, comme la nuit mettait un terme à cette discussion, l’empereur Lothaire leur commanda de se présenter de bon matin devant le consistoire impérial : si le Grec avait des griefs contre l’Église romaine, qu’il veuille bien les présenter publiquement.

122Lorsqu’on y arriva, le Grec proféra ces paroles : « Hommes avisés et sensés, réfléchissez et décidez par un jugement équilibré de votre raison si un excommunié doit s’entretenir avec un catholique. »

123[p. 417] Pierre Diacre, pensant que c’était lui que visait le Grec par le trait de l’excommunication, lui dit : « Contre qui avez-vous jeté l’anathème, dis-le s’il te plaît : contre moi ou contre toute l’Église occidentale ? » Le Grec répondit : « À la fois contre toi et contre toute l’Église occidentale. »

124Pierre Diacre dit : « Pourquoi ? »

125Le Grec répondit : « Parce que vous avez transgressé les décrets du concile de Nicée. »

126Pierre Diacre dit : « En quoi avons-nous transgressé les décisions du concile de Nicée ? »

127Le Grec répondit : « En ajoutant que l’Esprit saint procède du Père et du Fils ; car dans ce concile il est écrit que l’Esprit saint procède du Père. »

128Pierre Diacre dit : « Si vous nous traitez d’excommuniés parce que nous avons ajouté que l’Esprit procède du Père et du Fils, alors vous aussi êtes excommuniés, parce que vous avez ajouté que l’Esprit procède seulement du Père. »

129À ces mots, le Grec se tut, puis se mit très vite à s’adresser ainsi au diacre : « Dans le monde occidental, nous nous apercevons que s’est accompli ce que Dieu dit par le prophète : Il en sera du prêtre comme du peuple, puisque les pontifes se précipitent au combat, rassemblent des soldats, revêtent des vêtements de pourpre. »

130Pierre Diacre dit : « Ne crois-tu pas qu’il faille imiter les prophètes ? »

131Le Grec répondit : « Qu’il faille imiter les prophètes, je le proclame librement. »

132Pierre Diacre dit : « Dans l’Ancien Testament nous lisons que Moïse tua un Égyptien qui faisait tort aux Israélites ; de même encore Pinhas fils d’Éléazar fils d’Aaron le prêtre tua un Israélite qui couchait avec une Madianite ; on lit encore que Josué fils de Nun fit pendre cinq rois ; Samuel, prophète et prêtre, écrasa – en vain – Agag roi d’Amaleq ; Élie, prêtre et prophète, massacra à l’épée deux cents prophètes de Baal ; et pourtant ils n’ont pas été rejetés pour cela. »

133Le Grec répondit : « Il est évident que ceux qu’ils ont tués étaient étrangers à la foi et ne pratiquaient pas le culte de Dieu. »

134Pierre Diacre dit : « Pratiquement tous ceux qui sont en Italie savent parfaitement que les pontifes romains n’ont jamais combattu par l’épée que les ennemis de l’Église. »

135Le Grec répondit : « Va où tu veux, donne les arguments qui te plaisent ; tu ne pourras par aucun raisonnement me persuader que dans ce genre d’affaires les pontifes romains doivent les imiter : en effet l’être ancien a disparu, un être nouveau est là. Mais si tu trouves des faits semblables dans le Nouveau Testament, présente-les à la vue de tous. »

136Pierre Diacre dit : « Viens, viens, Pierre, premier de la troupe des apôtres, dis à Ananie ce que l’Esprit saint a révélé : “Ananie, dit l’apôtre, pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur, que tu mentes à l’Esprit saint ? Quand tu avais ton champ, n’étais-tu pas libre de le garder et quand tu l’as vendu, ne pouvais-tu disposer du prix à ton gré ? Comment donc cette décision a-t-elle pu naître dans ton cœur ? Ce n’est pas à des hommes que tu as menti, mais à Dieu.” En entendant ces paroles, Ananie tomba et [p. 418] expira ; les jeunes gens vinrent prendre le corps et l’emportèrent pour l’enterrer. De même encore un sort semblable fit parvenir son épouse à la fin de sa vie. Et Simon le Mage, orgueilleux envers Dieu, avec l’apôtre Paul [Pierre] le précipita de haut sur la terre. Penses-tu que cela a été fait par Pierre et Paul, ou non ? »

137Le Grec répondit : « Il me semble que tu as répondu de façon satisfaisante à nos objections, et que tu évites les dards que nous lançons grâce au bouclier des écrits apostoliques. Je me contenterai de lancer un dard, qui transpercera par sa force ce qui paraît te protéger et le crépitement de tes paroles. En effet, puisque tu as pris les apôtres comme modèle, écoute les paroles de l’apôtre, qui dit : Quand on prend les armes pour Dieu, personne ne s’encombre des affaires de la vie civile. Et le Seigneur : Nul ne peut servir deux maîtres : ou il haïra l’un et aimera l’autre, ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Et encore : Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon. Et dans un autre passage : Si vous étiez du monde, le monde aimerait son bien ; mais parce que vous n’êtes pas du monde, puisque mon choix vous a tirés du monde, pour cette raison le monde vous hait. Que conclure ? Ces paroles sont-elles pleines d’autorité, ou non ? »

138Pierre Diacre dit : « Certes, au plus haut point ; mais souviens-toi que le Seigneur a prescrit à ses disciples de rendre à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César. Le Seigneur l’a-t-il prescrit à ses disciples, ou non ? Du dard que tu as menacé de lancer, je n’ai pas peur, car je suis protégé par l’écu de l’esprit, le casque du salut et je suis couvert du bouclier de la vraie foi, de cette foi que Jésus-Christ, à travers Pierre, a fondée sur l’Église romaine. Certes le dard, envoyé par la corde tendue, est difficile à éviter : il peut atteindre celui qui est visé avant d’avoir été paré par l’interposition du bouclier ; au contraire, tes propositions, envoyées comme une pointe de fer, ne peuvent transpercer un fils de la cité de Rome, serviteur du siège apostolique. Car ce dard que tu as lancé contre nous en rassemblant toutes tes forces, nous l’avons évité grâce à une seule phrase du Seigneur, en rendant à César ce qui est à César et ce qui est à Dieu, à Dieu. »

139Le Grec répondit : « Il ne faut pas s’étonner si les clercs tombés dans l’erreur ne sont pas faciles à corriger puisque, selon l’expression de notre patriarche œcuménique de Constantinople Jean, les clercs délinquants sont inamendables. »

140[p. 419] Pierre Diacre dit : « Maintenant tu t’égares comme les frénétiques, à ce que je vois ; tu ne crains pas de te précipiter dans une déraison qui, annulant et méprisant le privilège du souverain pontificat que Dieu tout-puissant à travers l’apôtre Pierre a concédé à l’Église romaine, t’a fait oser, en présence du seigneur empereur, appeler oecumenicon l’évêque de la bourgade de Byzance. Mais si c’est le cas – en réalité ce ne l’est pas – dis, je te le demande, qui a concédé une telle prérogative à l’évêque de Constantinople. »

141Le Grec répondit : « Le siège de l’empire et l’obéissance aux ordres de Dieu. En effet, l’Église de Constantinople a toujours eu des patriarches vénérables et orthodoxes, cultivant le champ du Seigneur, extirpant les épines des vices et des dogmes pervers et plantant des arbres de vertu, c’est-à-dire des catholiques. »

142Pierre Diacre dit : « Ce n’est pas vrai. Car depuis l’époque de Claude Tibère Néron jusqu’à l’époque de l’empereur Maurice, lorsque votre évêque Jean, dont le nom évoque le vice et la mauvaise foi, a usurpé [le titre] au mépris du droit divin et humain, aucun évêque n’a osé se l’attribuer. Mais dis donc, je te prie : avant que Constantin ne dédie à son nom la bourgade de Byzance, auquel des archevêques les évêques de Constantinople étaient-ils soumis ? »

143À ces mots le Grec se tut. Comme Pierre Diacre insistait, sans qu’il fournît de réponse à sa demande, le patriarche Pilgrim reprit, après que la langue du Grec se fut desséchée et figée dans sa bouche : « Dites-nous vous-même auquel des archevêques les évêques de Constantinople étaient soumis. »

144Pierre Diacre dit : « Pratiquement dès le début, quand l’Église était à peine née, il est plus clair que le jour que les évêques de Constantinople étaient soumis à l’archevêque de Nicomédie. Ensuite les six cents Pères rassemblés au concile de Chalcédoine décidèrent que l’évêque de Constantinople, comme celui de Nicomédie, recevrait la distinction du pallium archiépiscopal, tout en sauvegardant le privilège de l’Église de Nicomédie ; ils décidèrent également de donner le titre d’“universel” au pontife romain. Mais les saints et vraiment apostoliques prélats de l’Église romaine, maîtres de parfaites bonté, justice et vertu, comme il convient aux vicaires du Christ, suivant les traces de Celui qui est aimable, doux de cœur et humble, décidèrent de s’appeler eux-mêmes “serviteurs des serviteurs de Dieu”. Quant à ce que le Grec s’est efforcé d’affirmer, que l’Église de Constantinople avait toujours eu des patriarches catholiques et orthodoxes, cultivant le champ du Seigneur, extirpant les vices et les dogmes pervers, plantant les arbres des catholiques, je vais démontrer en termes clairs devant le seigneur empereur que ce qu’il a dit est faux. En effet l’Église de Constantinople a bien eu des évêques catholiques et orthodoxes, mais aussi d’abominables hérétiques dont, si vous voulez, j’ajouterai la liste à ce petit ouvrage, et vous pourrez approuver, sur des preuves évidentes, que j’ai clairement dit la vérité. N’ont-ils pas été évêques de Constantinople, l’hérétique Macédonius, les ariens [p. 420] Eudoxe et Démophile ? Et encore, parmi eux, que dirai-je de Maxime le Cynique ? Mais je vais en venir à toi, Nestorius, faux patriarche des docteurs de Constantinople, de la perversité, de la fourberie et de l’audace intégrales, qui n’as pas craint, plus que presque tous les hérétiques et schismatiques, de blasphémer Jésus fils de Dieu notre Seigneur et la bienheureuse vierge Marie notre dame, reine du ciel et de la terre. Dis, je te le demande, dis ce que tu as prêché à tes semblables dans l’Église de Constantinople contre la foi sainte et apostolique : “Marie, affirme le pervers Nestorius, a engendré un homme, non Dieu.” Arrive, arrive, Gabriel, porte-enseigne et paranymphe de l’empereur céleste, frappe l’abominable hérétique de la foudre spirituelle, terrasse le pervers par le glaive de l’Esprit saint ; dis à Joseph, ce que t’a envoyé lui dire le Seigneur Père éternel, Dieu tout-puissant : Joseph fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ta femme : car ce qui a été engendré en elle vient de l’Esprit saint. Voici l’archange Gabriel qui dit à Marie que “ce qui naîtra de toi sera saint et sera appelé Fils de Dieu” ; et à Joseph : ce qui a été engendré en elle vient de l’Esprit saint. Et je ne dis pas l’hérétique, mais le plus hérétique des hérétiques, le faux patriarche Nestorius n’a pas craint de présenter comme dogme que la bienheureuse Marie a engendré un simple homme. Le Seigneur dit encore à l’aveugle guéri : Crois-tu au Fils de Dieu ? Et l’aveugle : Qui est-il, Seigneur, que je croie en lui ? Et le Seigneur : Tu le vois ; celui qui te parle, c’est lui. Voyez, voyez, très saints Pères, comment le très abominable patriarche Nestorius, qui doit brûler dans les flammes vengeresses, n’a pas craint de s’attaquer au Fils de Dieu lui-même et à l’annonce de l’archange Gabriel. Que dirai-je à présent du très abominable Eutychès et de Dioscore ? Quels hérétiques scélérats et très pervers mentionnerai-je, Acace, Anthyme, Serge, Pyrrhus, Paul et Pierre sortis du carquois de Satan ? Pourquoi encore m’arrêterai-je sur des hommes scélérats, alors qu’on prétend que des femmes ont été patriarches sur le siège de Constantinople ? »

145Le Grec répondit : « Tu as proféré trop d’attaques contre les évêques du siège de Constantinople, tu t’es aiguisé l’esprit, tu t’es enflammé et excité en traitant injustement ce siège, qui s’est efforcé de convertir au Christ bien des provinces de la terre. »

146[p. 421] Pierre Diacre dit : « Ce n’est pas vrai. Car si tu reprends le texte de l’Histoire Ecclésiastique, tu trouveras que c’est par les apôtres de notre cité, je veux dire Pierre et Paul, et par leurs disciples que presque toute la terre est parvenue à la connaissance de Dieu. »

147Le Grec répondit : « Laissons de côté les assauts d’arguments ; raconte simplement devant tous l’itinéraire de ces apôtres, de sorte que vos dires apparaissent confortés par la vérité. »

148Pierre Diacre dit : « Veux-tu apprendre, ou discuter ? »

149Le Grec répondit : « En tout cas je veux discuter, car je désire entendre la raison des paroles que tu as avancées. »

150Pierre Diacre dit : « Si tu discutes, je me souviens de t’avoir déjà répondu brièvement que Pierre et Paul s’étaient employés, par eux-mêmes et par leurs disciples, à convertir presque toute la terre à la foi du Christ. Mais si tu veux apprendre, passe dans les rangs de notre seigneur le pape souverain et universel Innocent ; car l’autorité d’un tel père est telle que l’adversaire est vaincu, mais le disciple est enseigné. »

151Le Grec répondit : « Je ne saurais être disciple des Latins avant d’entendre le maître prêcher. »

152Pierre Diacre dit : « À ce que je vois, tu progresses en tergiversant et tu veux donc recevoir l’enseignement d’un fils du pape universel Innocent, pour avoir un véritable adversaire. Entends encore qu’ils ont prêché dans presque tout le monde romain, mais tu n’entendras rien d’autre de moi, car tu demandes la paix en gardant le bouclier, alors que nous avons garni l’épée d’un rameau d’olivier. »

153Le Grec répondit : « Voilà, je tends les mains, je prends l’attitude du disciple, continue seulement ce que tu as commencé. »

154Pierre Diacre dit : « Comme nous lisons dans l’histoire catholique, le bienheureux Pierre, premier de la cohorte des apôtres, a éclairé de la parole de vie la Judée, le Pont, la Galatie, la Cappadoce, l’Asie, la Bithynie et toute la Libye, ainsi que l’Afrique par son disciple Marc, l’Aquitaine et la Germanie par Martial et Front. Ne te semble-t-il pas que le royaume de Constantinople est situé dans ces provinces ? Si tu désires entendre combien de provinces et lesquelles l’apôtre Paul, miroir de l’Église de Dieu et insigne docteur, a gagnées au Christ, je vais les énumérer, pour qu’il soit bien clair que par eux non seulement l’Occident, mais aussi l’Orient, le Midi et le Septentrion ont été amenés de la saleté des erreurs au port de vérité et de lumière. En effet le bienheureux apôtre Paul, après avoir été illuminé par la grâce du Christ, a converti à la foi du Christ l’Arabie, la Cilicie, Séleucie, Chypre, Salamine, Paphos, Pergè de Pamphylie, Antioche de Pisidie, Iconium, la Lycaonie, Lystra, Derbè, la Syrie, la Phrygie, la Galatie, la Mysie, la Troade, la Macédoine, Samothrace, Naples, Philippes, Amphipolis, Apollonie, Thessalonique, Bérée, [p. 422] Athènes, Corinthe, Éphèse, Césarée, Inasson, Mitylène, Chios, Samos, Trogili, Milet, Chôs, Rhodes, Patare, Ptolémaïs et l’Espagne. Dis, je t’en prie, toi le plus sage des Achéens, si la cité de Constantinople est située dans ces provinces, ou non. »

155Le Grec répondit : « Il n’y a chez nous aucune hésitation : nous savons évidemment que la cité de Constantinople est située dans les limites de l’Europe. »

156Pierre Diacre dit : « Et si la cité de Constantinople a été construite dans les frontières de l’Europe, pour cette raison toutes les provinces qui sont arrivées à la clarté de la vraie lumière grâce à Pierre et Paul doivent être en tout soumises au pontife romain, non à celui de Constantinople, sans parler du privilège par lequel elle a acquis la domination sur le monde entier. »

157Le Grec répondit : « En proclamant ouvertement que le monde doit être soumis au pontife romain, en mettant sous son joug tous les sièges patriarcaux, tu les désoles et les dépouilles. »

158Pierre Diacre dit : « Les sièges patriarcaux que j’ai dépouillés, si tu veux bien, nomme-les. »

159Le Grec répondit : « D’abord Constantinople, puis Antioche, Jérusalem, Alexandrie. »

160Pierre Diacre dit : « J’ignore pourquoi tu as compté l’Église de Constantinople parmi les sièges patriarcaux. »

161Le Grec répondit : « L’Église de Constantinople ne te semble pas être un siège patriarcal et apostolique ? »

162Pierre Diacre dit : « Non. »

163Le Grec dit : « Pourquoi ? » Pierre Diacre répondit : « Parce qu’aucun apôtre n’a personnellement occupé ce siège. » Le Grec dit : « Expose quels sont les sièges patriarcaux, puisque la cité de Rome a engendré et élevé une vipère pour essayer de détruire tous les droits de l’Église de Constantinople. »

164Pierre Diacre dit : « L’homme que tu compares à une vipère, désigne-le en présence du seigneur empereur ; quels sont les sièges patriarcaux, je vais le dire publiquement. » Le Grec répondit : « C’est toi, je le dis, c’est toi que j’ai comparé à une vipère, toi qui changes de forme, toi, serpent lubrique qui n’as pas craint de fouler aux pieds tous les droits de notre Église. »

165Pierre Diacre dit : « À ce que je vois, une rage sauvage te fait délirer, toi qui, grinçant des dents comme une bête contre les fils de l’Église romaine, déprimé comme un esclave d’une rage de larve devant le très saint empereur, n’as pas craint de me traiter de vipère. »

166Le Grec répondit : « Nous sommes des esclaves ? »

167Pierre Diacre dit : « Que les Grecs aient autrefois été esclaves des Romains, c’est ce que dit l’histoire romaine ; s’il en est ainsi, ou plutôt puisqu’il en est ainsi, pourquoi osez-vous parler d’égal à égal avec les Romains ? »

168Le Grec répondit : « Qui a réduit un Grec en esclavage, je l’ignore. »

169Pierre Diacre dit : « Je vais te le montrer. » Sur ce, il lut devant tout le monde, dans l’Histoire de Tite Live, comment d’abord les Grecs ont été soumis par Titus Quinctius Flaminius ; ensuite, comme ils avaient entrepris de se soulever, le Sénat romain avait envoyé contre eux Lucius Cornelius Scipion, qui avait tué cinquante trois mille Grecs et réduit les autres en esclavage ; mais comme ils demeuraient encore remuants, Paul Émile en tua vingt mille et décréta que les autres resteraient esclaves ; de nouveau rebelles, ils relèvent la tête, mais sont condamnés à la servitude [p. 423] perpétuelle par les consuls romains Perpenna et Caius Caecilius Metellus. Qu’en outre les Grecs ont des mœurs bestiales, Pierre lit dans une épître de Paul où il est dit en parlant des Grecs qui habitent l’île de Crète : Crétois perpétuels menteurs, paresseux, mauvaises bêtes.

170Alors que Pierre Diacre avait prononcé ces paroles et d’autres semblables, Pilgrim, patriarche d’Aquilée, se tournant vers Pierre Diacre, dit : « En cherchant à venger vos injures, vous avez rendu le très clément et très saint empereur anxieux et inquiet. Aussi toi qui es né de la noblesse romaine, que le siège apostolique a conduit à la foi du Christ, que le père Benoît a formé, souviens-toi qu’il faut se comporter civilement, et je te demande de revenir sur le sentier de la discussion entamée : montre quels sont les sièges patriarcaux, selon la demande du Grec. »

171Pierre Diacre dit : « Le premier siège patriarcal est la sainte et vraiment apostolique mère de toutes les Églises de Dieu, l’Église romaine, fondée par le Christ notre Seigneur sur la foi du bienheureux apôtre Pierre et consacrée par son très précieux sang. Le second siège patriarcal est reconnu dans l’Église d’Alexandrie, appelée au Christ par le très saint évangéliste Marc, disciple de Pierre et son fils par le baptême, consacrée par le nom de l’apôtre Pierre. Le troisième siège est l’Église d’Antioche, que le bienheureux apôtre Pierre lui-même convertit à la foi du Christ et dont pendant le cours de sept ans il occupa la chaire. Le quatrième siège est l’Église de Jérusalem, consacrée par le corps et le nom du bienheureux apôtre Jacques. Ces sièges patriarcaux, je les connais et je les ai trouvés cités dans les saints conciles. Les injures qui m’ont été personnellement adressées, surtout parce que je discutais pour la fidélité et la défense de la sainte et universelle Église romaine et de mon seigneur le souverain et universel pape Innocent, proférées par un Grec qui combat la justice, je les supporte volontiers. Car je suis un disciple de Celui dont le bienheureux apôtre Pierre dit que quand il était insulté il ne rendait pas l’insulte, souffrant il ne menaçait pas. Mais quoi d’étonnant que nous soyons harcelés d’insultes par un Grec, puisque ses ancêtres, pleins de fureur et éructant le blasphème, proféraient les pires indignités contre la sainte Église romaine ? En est témoin le saint et bienheureux pape Martin qui, enlevé par les Grecs dans l’église du Latran et conduit à Constantinople, a été lié, dépouillé, anathématisé, emprisonné et soumis à divers supplices. C’est de tels hommes que le Seigneur dit : Du moment qu’il ont traité de Béelzéboul le maître de maison, que ne diront-ils pas de sa maisonnée ? Et encore : Heureux serez-vous quand on vous insultera, qu’on vous persécutera et qu’on dira faussement contre vous toute sorte d’infamie à cause de moi. Ainsi, là où, [p. 424] en conscience, Dieu est en cause, on ne doit espérer que la béatitude, et là où sévit le mensonge, on ne doit pas avoir peur des invectives. »

172Le Grec répondit : « Ce qui a été perpétré contre le pape Martin, il est évident que c’est le fait des empereurs. Mais je n’arrive pas à m’étonner de ton extravagance puisque, presque dès le début de notre discussion, tu as harcelé d’injures les patriarches du siège de Constantinople, qui ont versé leur sang pour l’Église du Christ. »

173Pierre Diacre dit : « Présente-moi donc un seul des pontifes de Constantinople qui ait été tué pour la foi du Christ. »

174Le Grec répondit : « Et toi, dis qui, dans l’Église romaine, a reçu la couronne du martyre. »

175Pierre Diacre dit : « Dans l’Église romaine, c’est en subissant le supplice de la croix que le bienheureux apôtre Pierre a bu la coupe de la mort de la même façon que son maître. Là aussi le docteur des gentils, le bienheureux apôtre Paul, a reçu la couronne du martyre pour le Christ en tendant le cou. Suivant leurs saintes traces, la cohorte sacrée des pontifes romains ont glorifié Dieu en leur corps en subissant divers supplices, et on peut dire justement qu’ils ont planté l’Église par leur sang. Pour conforter la foi des lecteurs, je vais énumérer leurs noms devant tous : Lin, Clet, Clément, Évariste, Alexandre, Xyste, Télesphore, Anicet, Pie, Sother, Éleuthère, Victor, Zéphyrin, Calixte, Urbain, Anthérius, Pontien, Fabien, Corneille, Lucius, Étienne, Xyste, Félix, Eutychien, Gaius, Marcellin, Marcel, Félix, Jean et Martin, qui tous ont rendu l’âme pour la foi du Christ. Que dirai-je encore d’Anaclet, Hygin, Denys, Eusèbe, Miltiade, Silvestre, Marc, Jules, Damase, Syrice, Anastase, Gélase, Léon, Grégoire et des cent vingt-cinq autres pontifes romains, qui par leur vie et leur parole ont illustré non seulement l’Église romaine, où ils ont corporellement vécu, mais aussi le monde entier ? »

176[p. 425] Le Grec répondit : « Tu as assez, et même trop parlé des pontifes romains. Maintenant, il faut avoir en tête que les pontifes romains, transgressant le précepte du Seigneur et oubliant le conseil de l’apôtre Paul, ont introduit dans le monde une doctrine nouvelle. »

177Pierre Diacre dit : « En quoi les pontifes romains ont-ils transgressé les préceptes ? »

178Le Grec répondit : « Le créateur et nourricier du monde, après avoir, au début, formé l’homme avec le limon de la terre, selon le témoignage de l’histoire sacrée, à partir de sa côte créa pour lui une épouse, par laquelle le monde s’est peuplé. Même tous les patriarches et prophètes ont eu des épouses, se mariant et donnant en mariage ; ils avaient l’Esprit saint et ont été appelés amis de Dieu. Car les unions légitimes ont toujours été bénies par Dieu et considérées avec un tel respect, que ceux qui n’avaient pas laissé de semence sur la terre auraient été frappés de malédiction. Mais pourquoi prendre un chemin indirect en rappelant les faits des anciens Pères ? Le Christ lui-même, le Christ, médiateur entre Dieu et les hommes, l’homme Jésus Christ, venant dans le monde, bénit des noces et accomplit un miracle à Cana de Galilée, où on célébrait des noces. Mais peut-être le serpent lubrique, qui a autant de têtes que de membres, cherche-t-il à nous tromper à ce sujet par des expressions allégoriques. Je ne commente pas, mais je me contente de comprendre les phrases de l’apôtre Paul telles qu’il les a écrites. Or l’apôtre Paul, écrivant aux Corinthiens, dit : À cause des débauches, que chaque homme ait sa femme et chaque femme son mari. Que le mari s’acquitte de son devoir envers sa femme, et pareillement la femme envers son mari. La femme ne dispose pas de son corps, mais le mari. Et dans un autre passage : Il faut que le presbytre soit irréprochable, s’occupant de sa maison, mari d’une seule femme. Le même Paul parle de la même façon des diacres, disant : Il faut que le diacre n’ait commis aucun crime, mari d’une seule femme, instruisant leurs enfants dans la crainte de Dieu. Et encore : Mieux vaut se marier que de brûler. Et le Seigneur, dans la Loi, dit par Moïse : Le prêtre recevra une vierge non répudiée. Jean-Baptiste, ami des vrais époux, le plus grand des fils des femmes, est né du pontife Zacharie. Et Pierre, Philippe et de nombreux apôtres n’ont-ils pas eu des fils et des filles ? Voila de qui les pontifes romains méprisent les constitutions, les décrets, les lois, n’en tenant aucun compte. »

179Pierre Diacre dit : « Laissons les discussions symboliques. Paul, que tu a mis en avant, écoute-le parler : Vous, vous n’êtes pas dans la chair mais dans l’esprit. Et dans un autre passage : Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres du Christ ? Et j’irais prendre les membres du Christ pour en faire des membres de prostituée ? Jamais. Ou bien ne savez-vous pas que celui qui s’unit à la prostituée n’est avec elle qu’un seul corps ? “Les deux ne seront qu’une seule chair.” Celui qui s’unit au Seigneur, au contraire, n’est avec lui qu’un seul esprit. Fuyez la fornication. Tout péché que l’homme peut commettre est extérieur à son corps ; celui qui fornique, lui, pèche contre son propre corps. Ou bien ne savez-vous pas que votre corps est un temple de l’Esprit saint, qui est en vous et que vous tenez de Dieu ? Et que vous ne vous appartenez pas ? [p. 426] Vous avez été bel et bien achetés. Glorifiez donc Dieu et portez-le dans votre corps. Et encore : Il est bon pour l’homme de s’abstenir de la femme. Et il s’adresse aux personnes mariées en disant : Ne vous refusez pas l’un à l’autre, si ce n’est d’un commun accord, pour un temps, afin de vaquer à la prière. Et encore : De nouveau soyez ensemble, de peur que Satan ne profite, pour vous tenter, de votre incontinence. Ce que je dis là est une concession, non un ordre. Car je voudrais que tous les hommes fussent comme moi ; mais chacun reçoit de Dieu son don particulier, celui-ci d’une manière, celui-là de l’autre. Je dis toutefois aux célibataires et aux veufs qu’il est bon de demeurer comme moi. Et encore : Es-tu lié à une femme ? ne cherche pas à rompre. N’es-tu pas lié à une femme ? ne cherche pas de femme. Si cependant tu te maries, tu ne pèches pas ; et si la vierge se marie, elle ne pèche pas. Mais ceux-là connaîtront la tribulation dans leur chair. Et un peu plus loin : Ainsi celui qui se marie avec sa fiancée fait bien, mais celui qui ne se marie pas fait mieux encore. La femme demeure liée à son mari aussi longtemps qu’il vit ; mais si le mari meurt, elle est libre d’épouser qui elle veut, dans le Seigneur seulement. Elle sera pourtant plus heureuse, à mon sens, si elle reste comme elle est.

180Quant à Moïse, que tu as invoqué contre nous, écoute ce que le Seigneur lui fait dire aux prêtres : Tout homme de votre descendance qui s’approchera en état d’impureté des saintes offrandes consacrées à Dieu par les Israélites, sera retranché de la présence du Seigneur. Et encore : Tout homme de la descendance d’Aaron qui sera atteint de lèpre ou d’écoulement ne mangera pas des choses saintes avant d’être purifié. Et dans le Lévitique : Nul des descendants d’Aaron le prêtre ne pourra s’approcher pour offrir des mets au Seigneur ou des pains à son Dieu, s’il a une infirmité ; il pourra manger des pains offerts au sanctuaire, mais il ne viendra pas auprès du rideau et ne s’approchera pas de l’autel, celui qui a une infirmité et ne doit pas profaner mon sanctuaire. Et dans un autre passage : Vous avertirez les fils d’Israël d’éviter les impuretés, afin qu’à cause d’elles ils ne meurent pas en souillant ma Demeure qui se trouve au milieu d’eux. Et le Seigneur à Aaron : Quand vous entrerez dans la Tente du Rendez-vous, toi et tes fils avec toi, ne buvez ni vin ni autre boisson fermentée ; alors vous ne mourrez pas ; c’est pour tous vos descendants une loi perpétuelle. Qu’il en soit de même quand vous séparez le sacré et le profane, l’impur du pur. Le Seigneur dit encore par Jérémie : Je les rassasiais et ils devenaient adultères ; ils se précipitaient à la maison de la prostituée. Ce sont des chevaux repus de femmes et vagabonds : chacun hennit après la femme du voisin. Et encore : Même le prophète et le prêtre sont des impies, jusqu’en ma maison j’ai trouvé leur iniquité, dit le Seigneur. Aussi leur voie s’est-elle changée pour [p. 427] eux en fondrière ; engagés là, dans les ténèbres, ils y culbuteront. Car je vais amener sur eux un malheur, l’année de leur châtiment, dit le Seigneur. Le Seigneur dit encore par Isaïe : Quand vous venez vous présenter devant moi, qui vous a demandé de fouler mes parvis ? N’apportez plus d’oblation vaine : c’est pour moi une fumée insupportable. Et par Jérémie : Que m’importe l’encens importé de Saba, le roseau odorant qui vient d’un lointain pays ? Vos holocaustes ne me plaisent pas, vos sacrifices ne m’agréent pas. Et par Malachie : Vous les prêtres, qui méprisez mon nom et dites : En quoi avez-vous méprisé mon nom ? C’est que vous offrez sur mon autel du pain souillé. Et un peu plus loin : Voici que je vais vous briser le bras et vous jeter à la figure les ordures de vos solennités. De nouveau par Isaïe : Quand vous étendez les mains, dit-il, je détourne les yeux ; vous avez beau multiplier les prières, moi je n’écoute pas. Le bienheureux Clément parle aussi de cela et dit : Que les ministres de l’autel, prêtres ou diacres, soient choisis pour ces divins ministères [s’ils pratiquent la continence. Mais si, après son ordination, il arrive qu’un ministre gagne le lit de sa propre épouse, qu’il n’entre pas dans l’enceinte du sanctuaire, qu’il ne porte pas les objets sacrés ni ne touche à l’autel ni ne reçoive de ceux qui l’offrent l’offrande de l’holocauste, qu’il n’ait pas accès à la part du corps du Seigneur ni ne la boive et qu’il n’exerce pas de charge mineure sans l’autorisation d’un aîné], qu’il n’apporte pas le vase au calice du salut. Et encore : Que le clerc n’entre pas seul dans la demeure d’une femme, et [ne s’y rende pas sans un ordre d’un clerc plus âgé. Et que le prêtre n’entretienne pas seul une conversation avec une femme, et que l’archidiacre, sous prétexte d’humilité ou de devoir, ne prenne pas l’habitude d’entrer dans la demeure des femmes mariées, ou encore ne leur envoie quelque chose en secret par des clercs ou par des gens de sa maison ; si de tels faits étaient avérés, qu’il soit déposé et qu’elle soit expulsée de l’Église…] mais seulement les lecteurs et les chantres. »

181Le Grec répondit : « Même si toutes les parties de ton corps se transformaient en langues et si toutes les articulations de tes membres se mettaient à parler, tu n’arriverais pas à détourner mon esprit de ma première proposition. Car j’entends [p. 428] le Seigneur dire : Il n’est pas bon que l’homme soit seul. Il faut que je lui fasse une aide qui lui soit assortie. Dieu dit qu’il n’est pas bon que l’homme soit seul, et le pape romain dit qu’il est bon que l’homme soit seul. Dieu a dit : Soyez féconds, multipliez, emplissez la terre, et le pape romain dit : que les hommes ne multiplient pas, ne soient pas féconds, n’emplissent pas la terre. L’apôtre Paul dit que, à cause des débauches, chaque homme ait sa femme, et le pape romain leur prêche de ne pas prendre de femme. Va donc où tu veux, mais moi je fuis les lacs trop fréquentés et je ne boirai pas de votre eau. En tout cas l’Église de Constantinople a eu le mérite de garder les enseignements de Paul. ».

182Pierre Diacre dit : « Énonce les mérites de l’Église de Constantinople, et moi j’exposerai les avantages de ceux de l’Église romaine. »

183Le Grec répondit : « En tout cas, tu ne peux nier que presque tous les sages sont allés vers les Grecs et que les Grecs ont toujours recherché la sagesse, selon la parole de Paul : Les Juifs demandent des signes et les Grecs sont en quête de sagesse. »

184Pierre Diacre dit : « Je sais, je sais même bien qu’il y a eu des sages dans le peuple grec, qui méprisaient le Christ sans arriver à la hauteur du Christ ; mais c’est peu dire que je m’étonne qu’on traite de sages les Grecs que, dans l’Église de Constantinople, Arius a corrompus, que Macédonius a prostitués ; que Nestorius, racine de toute perdition et débauche, Eutychius, les monothélites, les théopaschites et autres hérétiques ont fait dévier de la voie droite, que l’hérésiarque Nicolas a entraînés hors de la voie de la vérité. Car, comme nous l’apprenons de Frédéric, abbé du Mont-Cassin devenu pape, “les clercs de l’Église de Constantinople, comme les valésiens, castrent leurs hôtes et les promeuvent non seulement à la cléricature, mais même à l’épiscopat. Comme les ariens, ils rebaptisent ceux qui ont déjà été baptisés au nom de la sainte Trinité, surtout les Latins. Comme les donatistes, ils affirment que, hors de l’Église des Grecs, l’Église du Christ, le véritable sacrifice et le véritable baptême ont complètement disparu. Comme les nicolaïtes, ils autorisent et protègent le mariage charnel des ministres de l’autel sacré. Comme les sévériens, ils déclarent maudite la loi de Moïse. Comme les pneumatomaques et les théomaques ils ont retranché du Symbole l’affirmation que l’Esprit saint procède du Fils. Comme les manichéens, entre autres, ils pensent que ce qui est fermenté est animé. Comme les nazaréens, ils conservent encore la pureté corporelle des Juifs, refusent le baptême aux enfants morts avant leur huitième jour et interdisent aux femmes éprouvées par les menstruations ou l’accouchement de communier, ou de se faire baptiser si elles sont païennes ; ils gardent leurs cheveux et leurs barbes et ne reçoivent pas en leur communion ceux qui se tondent les cheveux ou qui, selon les préceptes [p. 429] de la sainte Église romaine et universelle, se rasent la barbe.” Ô abominable et détestable doctrine, je ne dirais pas de sages, mais de cyniques ! Pourquoi ne vous ressaisissez-vous pas ? Pourquoi ne vous remettez-vous pas en tête la phrase du bienheureux Ambroise qui dit que quiconque est en désaccord avec l’Église romaine, même partiellement, doit être vraiment considéré comme hérétique. »

185Le Grec répondit : « À ce que je vois, ta jeunesse te fait parler sottement, en t’en prenant à la foi inaltérée des Grecs et en louant dans le monde entier l’Église romaine, qui judaïse avec les azymes et les quatre-temps. Car les Juifs conservent les azymes à cause de la prescription de Moïse, et il est vrai qu’il a fallu s’en tenir aux azymes jusqu’à la Cène du Seigneur, où l’ombre de l’Ancien Testament a cessé et le Nouveau a commencé. Mais pourquoi vous sacrifiez avec des azymes, nous l’ignorons : car l’azyme ne diffère pas de la pierre ; le pain levé au contraire est, pour ainsi dire, un objet animé et, selon l’évangéliste, le Seigneur Jésus-Christ a donné à ses disciples du pain, pas des azymes. »

186Pierre Diacre dit : « Sur les azymes, nous n’avons pratiquement rien à dire, d’autant que, pour contrer vos aboiements, les très sages Humbert, évêque de Silva Candida, et Frédéric, abbé du Mont-Cassin, ont écrit un magnifique petit traité, fondé sur le témoignage des saints Pères. Je veux que vous sachiez une chose : que lors de la Cène le Seigneur, avec ses disciples, mangea du pain azyme, non du pain fermenté. Car il n’est pas venu abolir la loi, mais l’accomplir ; et il l’a fait comme il nous a commandé de le faire, en disant : Faites cela en mémoire de moi. Écoutons donc ce que prescrit Moïse : Le premier mois, le soir du quatorzième jour, vous mangerez des azymes jusqu’au soir du vingt-et-unième jour. Pendant sept jours il ne se trouvera pas de pain levé dans vos maisons, car quiconque mangera du pain levé sera retranché [p. 430] de la communauté d’Israël, qu’il soit étranger ou né dans le pays. Vous ne mangerez pas de pain levé, en tout lieu où vous habiterez vous mangerez des azymes. Et encore : Pendant sept jours, vous mangerez des azymes. Dès le premier jour vous ferez disparaître le levain de vos maisons car quiconque, du premier au septième jour, mangera du levain, celui-là sera retranché d’Israël. Le premier jour vous aurez une sainte assemblée et le septième jour, une sainte assemblée. On n’y fera aucun ouvrage, vous préparerez seulement ce que chacun doit manger. Vous observerez la fête des Azymes. Et dans un autre passage : Pendant sept jours tu mangeras des azymes et le septième jour il y aura une fête pour le Seigneur. Ce sont des azymes qu’on mangera pendant les sept jours et l’on ne verra pas chez toi de pain levé, dans tout ton territoire. Et encore : Tu observeras la fête des Azymes. Pendant sept jours tu mangeras des azymes, comme je te l’ai ordonné au temps fixé du mois du renouveau.

187Et dans le Lévitique : Le premier mois, le quatorzième jour du mois, au crépuscule, c’est la Pâque du Seigneur, et le quinzième jour de ce mois, c’est la fête des Azymes du Seigneur. Pendant sept jours vous mangerez du pain azyme. Le premier jour il y aura pour vous une sainte assemblée ; vous ne ferez aucune œuvre servile. Et dans les Nombres : Le premier mois, le quatorzième jour du mois, c’est la Pâque du Seigneur, et le quinzième jour de ce mois est un jour de fête. Pendant sept jours on mangera des azymes. Le premier jour, il y aura une sainte assemblée. Vous ne ferez aucune œuvre servile. Et dans le Deutéronome : Observe le mois du renouveau et le début du printemps, et célèbre la Pâque pour le Seigneur ton Dieu, car c’est en ce mois que le Seigneur ton Dieu, la nuit, t’a fait sortir d’Égypte. Tu immoleras pour le Seigneur ton Dieu une pâque de moutons et de bœufs, au lieu choisi par le Seigneur ton Dieu pour y faire habiter son nom. Tu ne mangeras pas, avec la victime, de pain fermenté, pendant sept jours tu mangeras un pain de misère sans levain. Et encore : Pendant sept jours on ne verra pas chez toi de pain levé, sur tout ton territoire. En parlant de pain animé, tu confirmes clairement que tu suis la secte des manichéens, alors que quand l’homme Jésus-Christ, médiateur entre Dieu et les hommes, a célébré la Pâque mosaïque avec ses disciples, comme les Juifs les jours d’azymes il a mangé avec ses disciples du pain azyme, et il est évident que c’est du pain azyme qu’il leur a donné. C’est pourquoi notre saint et vraiment apostolique seigneur le pape Innocent II, père, maître, docteur et prince universel de tous les chrétiens, qui possède par l’apôtre Pierre, après Dieu, le pouvoir sur terre et au ciel, acceptant le rite du sacrifice transmis par le Sauveur à ses disciples, méprise comme du fumier les innovations impies des Grecs et les considère comme nulles. »

188Le Grec répondit : « En traitant le pontife romain de père, maître, docteur et prince de tous les chrétiens, tu as dépouillé tous les prêtres, les rendant méprisables et vils. Pourquoi donc exaltes-tu le pontife romain avec de telles louanges ? J’attends ta réponse. »

189[p. 431] Pierre Diacre dit : « Puisque tu ne l’as pas lu, il est bon qu’au moins tu entendes de quelle magnificence et de quel honneur l’empereur Constantin s’est appliqué à exalter par privilège la sacro-sainte Église romaine et ses pontifes ; le quatrième jour de son baptême, il lui a donné le privilège que le pontife romain soit à la tête de tous les prêtres du monde, comme le roi pour les gouverneurs. En outre ce très pieux empereur, dans le privilège qu’il a donné au bienheureux Silvestre et à ses successeurs, a défini la dignité particulière de la sainte Église romaine en disant : Nous avons jugé utile, avec tous nos satrapes et l’ensemble du sénat, ainsi que les grands et tout le peuple soumis au pouvoir de la gloire de Rome, que, de même que le bienheureux Pierre a été établi comme vicaire du Fils de Dieu sur la terre, ainsi que les pontifes successeurs du prince des apôtres, de même aussi nous remettons au bienheureux Silvestre et à ses successeurs aussi bien le palais du Latran que la cité de Rome et toutes les provinces d’Italie et de l’Occident. »

190Quand Pierre Diacre eut lu ce passage du privilège de Constantin devant tout le monde, le Grec répondit : « Je dois reconnaître que du privilège de l’Église romaine, j’ai entendu parler à Constantinople, mais je ne connaissais pas encore, comme maintenant, les détails de cet important privilège. Il est donc juste que nous traitions de père des pères et de prince de tous les pasteurs le pontife Romain, que le très saint Constantin a honoré d’un si grand privilège. »

191Pierre Diacre dit : « Même si le privilège de l’auguste Constantin suffit amplement à démontrer la primauté de l’Église romaine, le privilège de Celui qui a créé le ciel et la terre est supérieur au privilège de Constantin. Car, au témoignage du bienheureux Jean-Baptiste, celui qui vient de la terre est terrestre et parle en terrestre, celui qui vient du ciel est au-dessus de tous. Écoute donc le privilège conféré par le créateur du ciel et de la terre au bienheureux Pierre, et tu pourras connaître clairement les droits et la primauté de l’Église romaine, concédés par Jésus-Christ notre Seigneur qui dit à Pierre : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les portes de l’enfer ne tiendront pas contre elle. Je te donnerai les clefs du royaume des cieux : quoi que tu lies sur terre, ce sera tenu dans les cieux pour lié, et quoi que tu délies sur la terre, ce sera tenu dans les cieux pour délié. Et encore : Pais mes brebis. »

192Le Grec répondit : « Sur le privilège de l’Église romaine, je reconnais être convaincu. Mais je veux te demander une chose : pourquoi ne rebaptisez-vous pas ceux qui viennent de l’hérésie, comme font les Constantinopolitains ? En effet, comment les hérétiques peuvent-ils transmettre l’Esprit saint ? Les hérétiques ne sont pas de Dieu ; celui qui n’est pas de Dieu, comment peut-il avoir l’Esprit saint ? S’il n’a pas l’Esprit saint, comment peut-il baptiser ou remettre les péchés ? Comment un disciple de l’Antéchrist peut-il baptiser ? Et que fait-on de ce que dit le Seigneur : Nul ne peut servir deux maîtres ? Quel passage de la lumière aux [p. 432] ténèbres ? Quel accord entre le Christ et Belial ? Et Moïse : L’homme qui a une tare ou un défaut, qu’il ne s’approche pas pour offrir des dons à Dieu. Et dans un autre passage : Les prêtres qui approchent le Seigneur Dieu doivent se sanctifier, pour ne pas mourir. Et ailleurs : Lorsqu’ils s’approchent pour s’occuper du sanctuaire, qu’ils n’y apportent pas de faute, pour ne pas mourir. »

193Pierre Diacre dit : « À l’époque même des apôtres, nous lisons qu’il y a eu l’hérétique Satornil, les Ophites, les Chaldéens, les Choitae, Carpocrate, Cérinthe, Ébion et d’autres innombrables pestes, et pourtant nous ne lisons pas qu’aucun d’eux ait été rebaptisé. À l’Ange d’Éphèse on impute d’avoir perdu la charité. À l’Ange de Pergame on reproche la nourriture des idolothytes et la doctrine des nicolaïtes. L’Ange de Thyatire est attaqué pour la doctrine de la prophétesse Jézabel et la nourriture des idoles, mais tous, le Seigneur les exhorte à la pénitence, tout en les menaçant d’une peine à venir s’ils ne changent pas. Il ne les inciterait pas à la pénitence, s’il ne devait accorder le pardon aux pénitents. Il n’a pas dit : Qu’on rebaptise ceux qui ont été baptisés dans la foi nicolaïte, ou qu’on impose les mains à ceux qui y ont cru à cette époque à Pergame, ou à ceux qui suivaient la doctrine de Balaam. Mais quoi ? Repens-toi, sinon je vais bientôt venir à toi pour te battre avec l’épée de ma bouche. Plus de quatre-vingt-dix hérétiques, à diverses époques, venant de diverses erreurs, surgissant pour souiller la virginité de leur mère catholique, sont apparus chez les Grecs, et pourtant, si un de ces hérétiques se convertissait à la foi catholique, on ne le rebaptisait pas. Quant aux évêques de l’Église de Constantinople, qu’en dirai-je ? Leurs extravagances et leurs nouveautés incantatoires ont été vigoureusement écrasées et piétinées par la sainte et vraiment apostolique mère des Églises de Dieu, l’Église romaine universelle. Voici d’abord Eusèbe, usurpateur du siège de Constantinople, qui s’est présenté comme le porte-drapeau de l’abominable Arius. Second : l’hérésiarque Macédonius, qui a étouffé son prédécesseur le bienheureux Paul, a blasphémé contre l’Esprit saint, couleuvre engourdie et enivrée par les égarements de l’antique serpent, persécuteur des catholiques qu’il poursuivait jusqu’à la mort, devenu un autre Julien l’apostat, il inventa mille façons de nuire aux catholiques. Troisième : l’arien Eudoxius, usurpateur du siège de Constantinople et consécrateur de l’hérétique Eunomius, qui disait que le Père est pieux, que l’homme pieux ne doit pas adorer le Fils, mais le Père. Quatrième : Démophile, soutien et rejeton d’Arius. Cinquième : l’apollinariste Maxime le Cynique. Sixième, Arsace, brigand – plutôt qu’évêque – pervers, qui poursuivit de sa haine [p. 433] belliqueuse les discipes du bienheureux Jean. Septième : Nestorius, racine de toute perdition et débauche, fils du diable, réceptacle de Satan, qui, entre autres blasphèmes dus à sa perversité, vomit ce venin de la latrine fétide de sa bouche : que nul n’appelle Marie mère de Dieu ; car Marie était un être humain, et il est impossible que Dieu puisse être engendré par un être humain. Huitième : l’abbé Eutychès, qui prêcha que le Christ avait une seule substance ou nature. Neuvième : Acace, qui a rendu son siège à l’évêque d’Alexandrie Pierre, a commis de nombreux homicides et a été condamné pour toujours par le saint pape Gélase. Dixième : l’hérétique Jean, successeur et défenseur d’Acace. Onzième : l’hérétique Euticianus, déposé par le pape Agathon dans la cité même de Constantinople. Douzième : Eutychius, qui prétendait qu’à la résurrection le corps humain serait impalpable, plus léger que le vent et l’air ; il fut confondu par le bienheureux Grégoire, alors diacre, si bien que les livres de sa doctrine furent livrés aux flammes vengeresses en présence de l’empereur Tibère. Treizième : Jean, qui se montra pervers, et dont l’orgueil fut insupportable, je ne dis pas à la cité de Constantinople, mais au monde entier : il ordonna qu’on lui donne, par oral et par écrit, le titre de patriarche ocuménique, c’est-à-dire universel, et pour cette raison les saints pontifes romains Pélage et Grégoire le lièrent du lien de l’anathème. Quatorzième : Pyrrhus se montra hérétique et fut condamné et déposé par le pape Théodore. Quinzième : l’hérétique Paul, qui estimait que notre Seigneur Jésus-Christ était comme une sorte de figure ou de fantôme insensible et se refusait à affirmer qu’il y ait une ou deux volontés ou énergies en notre Seigneur Jésus-Christ ; il renversa l’autel des Latins et des légats de la sainte Église romaine, ce qu’aucun hérétique n’avait osé faire avant lui. Seizième : l’hérésiarque Serge, qui, pour ses blasphèmes, fut condamné et déposé par le bienheureux pape Martin. Or tous ceux-là, bien que l’Église romaine universelle les ait déposés à diverses époques, faisant revenir leurs émules de l’erreur sur la voie de la vérité, les pontifes romains les ont reçus non pour les rebaptiser, mais pour [p. 434] qu’ils fassent pénitence. En outre, au sujet de la foi et de la piété de la sainte Église romaine, que les Grecs ne cessent de critiquer, l’apôtre Paul écrit aux Romains : Je remercie toujours mon Dieu à votre sujet à tous, de ce qu’on publie votre foi dans le monde entier. Et saint Augustin : “Cette foi qu’ont les Romains, c’est exactement celle qu’on annonce et à laquelle on croit dans le monde entier, qui est prêchée non seulement sur terre, mais aux cieux ; car Jésus a donné la paix par son sang non seulement à ce qui est sur terre, mais aussi à ce qui est aux cieux ; et à son nom tous fléchissent le genou non seulement sur la terre et sous la terre, mais aussi au ciel.” Et cela signifie que dans le monde entier soit prêchée la foi par laquelle le monde entier sera soumis à Dieu. Et dans un autre passage : J’ai un vif désir de vous voir, afin de vous communiquer quelque don spirituel, pour vous affermir, ou plutôt éprouver le réconfort parmi vous de notre foi commune à vous et à moi. Et encore : Je vous en prie, frères, gardez-vous de ces fauteurs de dissensions et de scandales contre l’enseignement que vous avez reçu ; évitez-les. Car ces sortes de gens ne servent pas notre Seigneur le Christ, mais leur ventre, et par des discours doucereux et flatteurs séduisent les cœurs simples. En effet, le renom de votre obéissance s’est répandu partout et vous faites ma joie. »

194À cette démonstration de Pierre Diacre, le Grec répondit : « À ce que je vois, ton discours t’a conduit à un long développement ; sur la primauté de l’Église romaine, comme sur le fait de ne pas rebaptiser ceux qui viennent de l’hérésie, tu m’as convaincu au point qu’il n’y a plus aucun doute en mon cœur. Mais je n’accepte pas vos dires sur les azymes et le mariage des clercs, car je n’ose, me souvenant aussi de la phrase du bienheureux Paul : Si quelqu’un vous annonce un évangile autre que celui que vous avez reçu de moi, qu’il soit anathème. Car c’est dans la foi dans laquelle je suis né que je mourrai aussi : je ne suis pas meilleur que mes pères. »

195Sur cette conclusion, comme la nuit mettait fin au jour, le Grec traduisit en langue grecque ses propres paroles et les réponses du diacre pour les rapporter au patriarche de Constantinople et à l’empereur porphyrogénète Jean. Il mit aussi par écrit les références dont se servent les Grecs pour défendre les femmes, qui tenaient en ces mots.

196Le premier commandement de Dieu aux hommes est celui-ci : Soyez féconds, multipliez, emplissez la terre. Donc les vierges, les veuves et les femmes mariées, qui sont purifiées ensemble dans le Christ, si elles n’étaient pas séparées par la nature ou la vertu dans l’usage de leur ventre, seraient sur le même plan. Car la première proposition de Dieu est : À cause de cela l’homme laissera son père et sa mère et s’attachera à sa femme, et les deux seront une seule chair. Et encore : Ce que Dieu a [p. 435] uni, l’homme ne doit pas le séparer. De fait Seth, Enosh, Qénân, Mahalaléel, Yéred, Hénoch, Mathusalem, Lamek, Noé, tous ont eu des épouses et selon la proposition de Dieu ont procréé des enfants : parmi eux Hénoch, qui marcha avec Dieu et fut enlevé au ciel, Noé qui, alors qu’il y avait de nombreuses personnes vierges, fut, seul avec ses fils et leurs épouses, préservé dans le naufrage du monde. Abraham, à cause de sa foi, reçut la bénédiction d’engendrer un fils. Sarah, qui était stérile, échangea la malédiction de la stérilité contre la bénédiction de l’enfantement. Rebecca, telle un prophète, interroge le Seigneur et l’entend dire : Il y a deux nations et deux peuples en ton sein. Jacob fut serviteur de sa femme et, comme Rachel, estimant qu’un homme doit donner des enfants et disant : Fais-moi avoir des enfants, il répondit : Est-ce que je tiens la place de Dieu, qui t’a refermée ? Il savait bien que le fruit du mariage vient de Dieu, non du mari. Joseph, homme saint, et tous les patriarches ont eu des épouses, que Dieu bénit toutes par Moïse. Juda aussi eut Tamar, et Onan fut tué par le Seigneur parce que, par jalousie envers son frère, il laissait perdre la semence du fruit du mariage. Moïse eut plusieurs épouses, et parla avec Dieu face à face. Myriam, qui détestait l’épouse de son frère, fut frappée de la lèpre par la vengeance de Dieu. Samson, homme très courageux et annoncé par Dieu, eut plusieurs épouses, Déborah et Barak se marièrent, et vainquirent Sisera et Yabîn et leurs chars de fer. Samuel le Nazaréen, qui depuis sa tendre enfance était nourri dans le sanctuaire et était revêtu de l’éphod, a procréé des enfants et sa chasteté sacerdotale n’a pas été atteinte par l’étreinte de son épouse. Booz connut Ruth en plein air, et engendra Jessé et David. David demanda à s’allier à la fille du roi au prix de deux cents prépuces et au péril de sa vie. Et Salomon eut trois cents reines et sept cents concubines et connut charnellement d’innombrables filles très jeunes. Ézéchias, homme très saint, eut pour fils Manassé. Josias le très juste a été instruit par Hulda femme de Shallum. De même Zacharie et Élisabeth, comme Pierre et les autres apôtres, eurent des fils et des filles.

197[p. 436] Si les pontifes romains désirent se prévaloir de vaines interdictions et démontrer que le monde vide n’a pas besoin de se développer, qu’ils écoutent ce que dit Paul : Je veux que les jeunes veuves se remarient, et : Que les noces soient honorées et le lit sans souillure. C’est la femme qui, séduite, se rendit coupable de transgression. Néanmoins elle sera sauvée en devenant mère, à condition de persévérer avec modestie dans la foi, la charité et la sainteté. Et Moïse : Maudit celui qui ne laissera pas de semence sur la terre. Et Paul : À cause des débauches, que chaque homme ait sa femme et chaque femme son mari. Que le mari s’acquitte de son devoir envers sa femme, et pareillement la femme envers son mari. La femme ne dispose pas de son corps, mais le mari. Pareillement le mari ne dispose pas de son corps, mais la femme. Et encore : S’ils ne peuvent se contenir, qu’ils se marient : mieux vaut se marier que de brûler. Et à nouveau : Mieux vaut se marier que de brûler. Quant aux personnes mariées, voici ce que je prescris, non pas moi, mais le Seigneur : que la femme ne soit pas séparée de son mari ; au cas où elle en aurait été séparée, qu’elle ne se remarie pas ou qu’elle se réconcilie avec son mari. Et que le mari ne répudie pas sa femme. Et ailleurs : La femme mariée est liée par la loi au mari tant qu’il est vivant ; mais si l’homme meurt, elle se trouve dégagée de la loi du mari. C’est donc du vivant de son mari qu’elle portera le nom d’adultère, si elle devient la femme d’un autre ; mais en cas de mort du mari, elle est si bien affranchie de la loi qu’elle n’est pas adultère en devenant la femme d’un autre. Et à Timothée : Je veux que les jeunes veuves se remarient, qu’elles aient des enfants, gouvernent leur maison et ne donnent à l’adversaire aucune occasion d’insulte. Il en est déjà qui se sont fourvoyées à la suite de Satan. Et Paul : Maris, aimez vos femmes comme le Christ a aimé l’Église. Et encore : Il faut que l’épiscope soit irréprochable, mari d’une seule femme, qu’il soit sobre, pondéré, courtois, pudique, hospitalier, apte à l’enseignement, ni buveur ni batailleur, mais [ bienveillant, ennemi des chicanes, détaché de l’argent, sachant bien gouverner sa propre maison et tenir ses enfants dans la soumission d’une manière parfaitement digne…] et que le désir de son mari restreigne la féroce gourmandise de la femme.

198Ainsi, quiconque interdit à un homme d’avoir des rapports avec une femme, il contrevient et s’oppose manifestement au précepte de Dieu. Car c’est globalement à tous les fils d’Adam que Dieu a donné ce précepte, en disant : Soyez féconds, multipliez, emplissez la terre : il l’a prescrit non pas à un seul, mais à tous. Car c’est à tous les hommes que Dieu a distribué des membres, les yeux pour voir, les oreilles pour entendre, le nez pour sentir, les mains pour caresser, les organes génitaux pour engendrer et concevoir, les pieds pour marcher. Et quiconque retranche des membres à un homme ou à une femme, il est patent qu’il est ennemi [p. 437] absolu de Dieu, car ce que Dieu a donné, il l’enlève et, par sa cruauté, tente d’aller contre Dieu, puisque tous ont été créés pour servir les besoins des humains. Et de même que l’homme est un animal doué de raison, soumis à Dieu en tant qu’habitant et possesseur du monde et vénérant son créateur, de même tous les êtres animés ont été créés pour nourrir les hommes, ou pour les vêtir, ou pour labourer la terre, ou pour porter les récoltes de l’homme – c’est pourquoi les bêtes de somme (iumenta) tirent leur nom de ce qu’ils leur ordonnent (iubent). David dit aussi : Qu’est donc l’homme, que tu t’en souviennes, le fils d’Adam, que tu le veuilles visiter ? À peine le fis-tu moindre que les anges, tu le couronnes de gloire et de beauté, pour qu’il domine sur l’œuvre de tes mains ; tout fut mis par toi sous ses pieds, brebis et bœufs, tous ensemble, et même les bêtes des champs, les oiseaux du ciel et les poissons de la mer, quand il va par les sentiers des mers. Ainsi, le bœuf a été établi pour labourer, le chien pour garder, les chèvres pour le lait, les brebis pour le lainage ; les porcs, les chèvres, les cerfs, les daims, les sangliers, les lièvres, tous les animaux qu’on chasse, les oies sauvages et domestiques, les canards, les becfigues, le foulque, la grive, la poule, si on ne les mange pas, tous ces animaux, Dieu les a créés pour rien. Et le Seigneur dit à Noé : Tout ce qui se meut et possède la vie vous servira de nourriture, je vous donne tout cela au même titre que la verdure des plantes. Seulement, vous ne mangerez pas la chair avec le sang. Et l’Apôtre : Tout est pur pour les purs. Mais pour ceux qui sont souillés et qui n’ont pas la foi, rien n’est pur. Il dit aussi que viendront aux derniers temps ceux qui interdiront de se marier et de se nourrir de ce que Dieu a créé pour être utile. Le Seigneur lui-même est traité par les pharisiens d’ivrogne et de glouton, en allusion aux repas des publicains et des pécheurs et au banquet de Zachée, et il allait aux repas de noces. Maintenant si vous prétendez qu’il devait jeûner au banquet et disait, comme les imposteurs, « je mange ceci, je ne mange pas cela, je ne veux pas boire l’eau que j’ai changée en vin », en réalité, pour être son sang, il a offert non de l’eau, mais du vin et, après la résurrection, il a mangé du poisson et du miel. L’apôtre Pierre n’attend pas l’étoile, comme font les Juifs, mais à la sixième heure il monte sur la terrasse pour prendre son repas. Paul, en bateau, a rompu et mangé le pain. Les patriarches, les prophètes et les apôtres, ayant des épouses, ont engendré des enfants et observé les préceptes de Dieu. Ne vaut-il pas mieux pour l’homme connaître la femme que de s’en prendre, contre la nature, à son propre sexe ? Et il est condamnable de rendre sa nature semblable à celle des gens qui manquent de désir [..........] et de mêler ses membres à des désirs aussi honteux.

199Donc, pas de femme sans mari ni de mari sans femme devant Dieu ; de même que la femme vient de l’homme, l’homme agit par la femme et tout vient de Dieu. Car l’union de l’homme et de la femme est bonne à cause de la procréation des enfants, et à cause de la réunion même des deux sexes, enfin pour orienter l’incontinence charnelle des jeunes vers la propagation honorable de la descendance. Or, pour cela, chaque homme doit avoir une femme, afin que la concupiscence de la chair soit satisfaite, canalisée par un lien légitime, sans dépravation, considérant [p. 438] l’irrépressible faiblesse de la chair et l’indissoluble union des deux genres. Les hommes et les femmes doivent donc non seulement avoir confiance dans leur union sexuelle pour procréer des enfants, ce qui a constitué la première union du genre humain dans sa condition mortelle, mais encore [..........] un mutuel service pour éviter les unions illicites, qui peuvent, si elles se font, dériver vers le vice de la sodomie par la tentation de Satan. L’apôtre Paul dit encore : Si tu te maries, tu ne pèches pas ; si la vierge se marie, elle ne pèche pas. Unir l’homme et la femme par amour pour les enfants [..........]. Car ce qu’est la nourriture pour la santé de l’être humain, l’union sexuelle l’est pour la santé du genre humain ; l’une et l’autre procurent un plaisir charnel qui, toutefois, replacé dans un usage naturel, ne peut être une envie effrénée. L’homme, qu’il naisse de l’adultère ou du mariage, est une créature de Dieu. C’est donc aux deux sexes que s’adresse la bénédiction de Dieu qui dit : Soyez féconds, multipliez.

200Pour cette œuvre bonne, des membres différents sont établis pour les différents sexes. Car c’est pour cela que l’homme quitte son père et sa mère et s’attache à sa femme, et ils deviennent une seule chair. Aussi Dieu, créateur de l’homme et de la femme, fit des membres destinés à engendrer et fit en sorte que des corps soient produits par leurs corps ; la différence des sexes sert à [...] de ceux qui produisent, et la diversité des sexes sert à l’ensemencement des enfants, et cette fécondité sert à bénir le mariage, tout cela venant de Dieu. Après qu’Adam eut connu Ève par le désir naturel de la chair et inséré son corps dans le sien, Ève conçut et enfanta un fils et lui donna le nom de Caïn ; elle dit à Adam : J’ai acquis un homme de par Dieu. Et encore : Adam connut Ève sa femme, et elle conçut et enfanta un fils et lui donna le nom de Seth, disant : Le Seigneur m’a procuré une autre descendance à la place d’Abel, que Caïn a tué. Une telle union des corps avec chaleur, avec plaisir, avec la semence faite par Dieu et selon son dessein, est approuvée comme louable, même si parfois [........] l’œuvre d’impies ; l’œuvre des gens pieux est la féconde multiplication de la descendance. Elle est bonne, l’union de l’homme et de la femme ; de sa semence régulière naît l’homme. C’est elle que Dieu a bénie, que les patriarches et les prophètes ont approuvée, que les apôtres ont confirmée. Celui même, je le répète, qui a créé le ciel et la terre a béni l’union charnelle. Car Dieu n’en a parlé qu’une seule fois, sans rien ajouter ; il a dit une seule fois : Soyez féconds, multipliez.

Abréviations

201Adv. Nic.
Humberti episcopi Sylvae Candidae responsio sive contradictio adversus Nicetae Pectorati libellum, dans Will, Acta et scripta, p. 36-150

202Const. Constantini
Das Constitutum Constantini (Konstantinische Schenkung). Text, éd. H. Fuhrmann, Hanovre 1968 (MGH. Fontes iuris Germanici antiqui 10)

203Dial.
Humberti cardinalis Dialogus,dans Will, Acta et scripta, p. 93-126

204Ep.
Leonis IX epistola ad Michaelem Constantinopolitanum patriarcham…,dans Will, Acta et scripta, p. 65-85

205Excom.
Excommunicatio qua feriuntur Michael Caerularius atque eius sectatores,dans Will, Acta et scripta, p. 153-154

206Liber Pontificalis
Le Liber Pontificalis, éd. L. Duchesne, 2e éd. publiée par C. Vogel, 3 vol., Paris 1955-1957 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome)

207Michel, Die „Accusatio“ des Kanzlers Friedrich
A. Michel, Die „Accusatio“ des Kanzlers Friedrich von Lothringen (Papst Stephans IX.) gegen die Griechen, Römische Quartalschrift für christliche Altertumskunde und Kirchengeschichte 38, 1930, p. 153-208

208Michel, Amalfi und Jerusalem
A. Michel, Amalfiund Jerusalem im griechischen Kirchenstreit (1054-1090). Kardinal Humbert, Laycus von Amalfi, Niketas Stethatos, Symeon II. von Jerusalem und Bruno von Segni über die Azymen, Rome 1939 (OCA 121).

209Michel, Humbert und Kerullarios
A. Michel, Humbert und Kerullarios. Quellen und Studien zum Schisma des xi . Jahrhunderts, 2 vol., Paderborn 1924-1930 (Quellen und Forschungen aus dem Gebiete der Geschichte 21, 23)

210Will, Acta et scripta
C. Will, Acta et scripta quae de controversiis Ecclesiae Graecae et Latinae saeculo undecimo composita extant, Leipzig/Marbourg 1861

Notes

1 [A. Amelli], dans Miscellanea Cassinese 1, 1897, p. 10-32.

2 Voir toutefois Michel, Amalfi und Jerusalem, Exkurs I D, p. 50-52.

3 Le Repertorium fontium historiae Medii Aevi (« Nouveau Potthast »), t. 9, Rome 2002, p. 124 (qui attribue la première édition au Cassinésien Amelli) ignore le second manuscrit.

4 E. Caspar, Petrus Diaconus und die Monte Cassineser Fälschungen. Ein Beitrag zur Geschichte des italienischen Geisteslebens im Mittelalter, Berlin 1909, p. 248-280. L’édition présentée dans la Miscellanea Cassinese 1, faite sur le manuscrit de Naples, est incomplète (elle ne couvre que les p. 263-271 de celle de Caspar).

5 Caspar, Petrus Diaconus (cité note précédente), p. 183-184 n. 5 : « Die Urschrift ist verloren. »

6 Il a laissé trois textes (deux dans des manuscrits autographes, les cod. Casin. 361 et 257, le troisième dans les Chronica monasterii Casinensis) racontant sa vie et énumérant ses œuvres.

7 Bibliotheca Casinensis…, 5 vol., Mont-Cassin 1873-1894 (réimpr. Hildesheim 2004), t. 5/1, Florilegium, p. 51-52.

8 Chronica monasterii Casinensis, éd. H. Hoffmann, Hanovre 1980 (MGH. Scriptores 34), IV, 66, p. 529-531, respectivement p. 530 l. 25 et p. 531 l. 23.

9 Voir P. F. palumbo, Lo scisma del mcxxx . I precedenti, la vicenda romana e le ripercussioni europee della lotta tra Anacleto e Innocenzo II, col regesto degli atti di Anacleto II, Rome 1942 (Miscellanea della R. Deputazione romana di storia patria 13).

10 F. Chalandon, Histoire de la domination normande en Italie et en Sicile, 2 vol., Paris 1907 (réimpr. New York 1969), t. 2, p. 7.

11 Ibid., p. 13.

12 Ibid., p. 70-71.

13 Chronica monasterii Casinensis (cité n. 8), IV, 108, p. 570.

14 Ibid.

15 Lotharii III. diplomata nec non et Richenzae imperatricis placita, éd. E. von Ottenthal et H. Hirsch, Berlin 1957 (MGH. Die Urkunden der deutschen Könige und Kaiser 8), no 120.

16 Voir H. Bloch, Monte Cassino in the Middle Ages, 3 vol., Rome 1986.

17 Registrum Petri Diaconi (Montecassino, Archivio dell’Abbazia, Reg. 3), éd. et commentaires J.-M. Martin et al., 4 vol., Rome 2015 (Fonti per la storia dell’Italia medievale. Antiquitates 45) (Sources et documents publiés par l’École française de Rome 4) [cité désormais RPD]. La personnalité et l’œuvre de Pierre Diacre, dont je ne parlerai ici que brièvement, sont évoquées dans l’introduction.

18 Voir A. Peters-Custot, Les Grecs de l’Italie méridionale post-byzantine. Une acculturation en douceur, Rome 2009 (Collection de l’École française de Rome 420), notamment p. 233-266. Pour la liturgie, voir en particulier A. Jacob, La lettre patriarcale du typikon de Casole et l’évêque Paul de Gallipoli, RSBN 24, 1987, p. 143-163. Notons que l’usage du pain levé était déjà toléré par le cardinal Humbert : Dial., 8, p. 98, et 29, p. 106.

19 Voir Chronica monasterii Casinensis (cité n. 8), II, 85, p. 333-334.

20 Michel, Amalfiund Jerusalem, p. 7-8. Bloch, Monte Cassino in the Middle Ages (cité n. 16), t. 1, p. 32-40 (chap. « Monte Cassino and the Schism of 1054 ») et plus précisément p. 39. Le texte de Brunon, écrit en 1107-1111 (soit trente ans au plus avant l’Altercatio de Pierre Diacre) est édité dans la PL 165, col. 1085-1090 ; Pierre Diacre ne semble pas s’en être inspiré (on y trouve surtout des citations néo-testamentaires). Selon Bloch (loc. cit.), le Mont-Cassin possédait encore un manuscrit du De processione Spiritus Sancti contra Graecos, écrit en 1113 par l’archevêque de Milan Pietro Grosolano.

21 Bibliotheca Casinensis, t. 5/1 (cité n. 7), Florilegium, p. 175-191. Voir P. Meyvaert, The Exegetical Treatises of Peter the Deacon and Eriugena’s Latin Rendering of the Ad Thalassium of Maximus the Confessor, Sacris Erudiri 14, 1963, p. 130-148.

22 Cod. Vat. Lat. 2953.

23 Michel, Amalfiund Jerusalem, p. 52 : « Petrus hatte also eine Sammlung von Humbertschriften vor sich. Vielleicht ist der Cd. bibl. Brancaccianae IV C 13, der Humbertschriften und die Altercatio enthält, also wohl aus Montecassino stammt, eine Nachschrift dieser Vorlage. » Voir encore Bloch, Monte Cassino in the Middle Ages (cité n. 16), p. 38-39.

24 Pierre Diacre, Liber de viris illustribus Casinensibus, dans PL 173, col. 1003-1062 ; col. 1026-1028 (De Stephano) : Scripsit apud Constantinopolim adversus Michaelem eiusdem Urbis abusivum patriarcham una cum Uberto [sic] librum De corpore Domini, in quo omnia, quae Graeci adversus Latinorum sacrificium delatrabant, destruxit. Alium etiam librum de eadem re edidit adversus quemdam monachum Constantinopolitanum. Mais Pierre Diacre ne semble pas utiliser son Accusatio (voir Michel, Die „Accusatio“ des Kanzlers Friedrich).

25 J.-M. Martin, Le Mont-Cassin et l’évêché d’Ugento, dans Vaticana et medievalia. Études en l’honneur de Louis Duval-Arnould, éd. J.-M. Martin, B. Martin-hisard et A. Paravicini Bagliani, Florence 2008 (Millennio Medievale 71), p. 311-322.

26 RPD nos 144 (Constantin IX Monomaque, 1054) ; 145 (Michel VII Doukas, 1076) ; 146 (Alexis Ier, 1098 ?) ; 147 (Alexis Ier, 1097 ?) ; 148 (Alexis Ier, 1112 ?) ; 149 ([Constantin VII], 951). Le dernier, attribué par le RPD à Léon VI, est en fait dû à Constantin VII : voir O. Kresten, Zur Datierung des kaiserlichen Sigillion Dölger, Reg. 555, für Monte Cassino : Konstantinos VII. (951) und nicht Leon VI. (891/911), RHM 31, 1989, p. 53-73, ici p. 58. Voir F. Dölger, Regesten der Kaiserurkunden des oströmischen Reiches von 565-1453. 1.2, Regesten von 867-1025, éd A. E. Müller, Munich 20032, no 659d ; 2, Regesten von 1025-1204, éd. P. Wirth, Munich 19952, nos 915, 1006, 1207, 1208, 1264. Ces lettres sont évidemment classées dans la section réservée aux actes impériaux et royaux du cartulaire. Celle de Constantin Monomaque a été apportée au Mont-Cassin par les légats de 1054 eux-mêmes : Bloch, Monte Cassino (cité n. 16), p. 37 (voir Chronica monasterii Casinensis [cité n. 8], II, 85, p. 334).

27 Jean II Comnène (associé le 16 août 1113, empereur régnant, 15 août 1118-8 avril 1143).

28 Lothaire III (von Süpplingenburg), empereur, 4 juin 1133-4 décembre 1137.

29 Is XXIV, 2.

30 Ex II, 12.

31 Nb XXV, 6-8.

32 Jos X, 26.

33 1 R XV, 8.

34 3 R XVIII, 40.

35 2 Co V, 17.

36 Ac V, 3-6.

37 Ac V, 7-10.

38 Voir Ac VIII, 18-24, et Actes de Pierre et Simon, § 32, trad. G. Poupon, Actes de Pierre, dans Écrits apocryphes chrétiens, éd. F. Bovon et P. Geoltrain, Paris 1997 (Bibliothèque de la Pléiade), p. 1040-1154, ici p. 1104-1105.

39 2 Tm II, 4.

40 Mt VI, 24.

41 Ibid.

42 Jn XV, 19.

43 Mt XXII, 21.

44 Citation tirée de l’Opus imperfectum in Matthaeum, attribué à Jean Chrysostome, éd. dans PG 56, col. 601-946, Homélie 43 sur le début de Mt XXIII, col. 876 : nam laici delinquentes facile emendantur, clerici autem, si mali fuerint, inemendabiles sunt. Sur cette œuvre, dont une édition scientifique est en préparation, voir Opus imperfectum in Matthaeum. Praefatio, éd. J. van Banning, Turnhout 1988 (Corpus Christianorum. Series Latina 87 B) ; F. Mali, Das „Opus imperfectum in Matthaeum“ und sein Verhältnis zu den Matthäuskommentaren von Origenes und Hieronymus, Innsbruck/Vienne 1991 (Innsbrucker theologische Studien 34).

45 Maurice (582-602).

46 Jean IV le Jeûneur, patriarche (582-595).

47 Pilgrim, patriarche d’Aquilée ; reçoit le pallium en 1132 ; déposé par Alexandre III peu avant sa mort, en 1161.

48 Évêque de Constantinople (342-346 et 351-360).

49 Évêque arien de Germanicée, il s’empare du siège d’Antioche (357) ; devenu anoméen (arien extrémiste), il est déposé en 359, mais devient évêque de Constantinople, dont il occupe pendant onze ans le siège vacant après la déposition de Macédonius.

50 Évêque de Constantinople (370-380).

51 Évêque de Constantinople (380).

52 Patriarche de Constantinople (428-431).

53 Mt I, 20.

54 Jn IX, 36.

55 Moine de Constantinople, hérétique (ve siècle).

56 Patriarche de Constantinople (472-489).

57 Patriarche de Constantinople (535-536).

58 Patriarche de Constantinople (610-638).

59 Patriarche de Constantinople (638-641 et 654).

60 Paul II, patriarche de Constantinople (641-653).

61 Patriarche de Constantinople (654-666).

62 Saint Martial de Limoges, consacré évêque à Rome et envoyé à Limoges selon Grégoire de Tours : voir Gregorii episcopi Turonensis Historia Francorum, éd. W. Arndt, dans Gregorii Turonensis opera, Hanovre 1885 (MGH. Scriptores rerum Merovingicarum 1), p. 1-450 : I, 29, p. 48 ; Liber in gloria confessorum du même auteur (ibid., p. 744-820), 27, p. 764-765.

63 Saint Front de Périgueux, envoyé par saint Pierre selon sa légende : voir M. Coens, La Vie ancienne de S. Front de Périgueux, An. Boll. 48, 1930, p. 324-360 (texte antérieur au ixe siècle) : 6, p. 347-348 ; Id., La « Scriptura de sancto Fronto nova » attribuée au chorévêque Gauzbert, An. Boll. 75, 1957, p. 340-365 (texte de la seconde moitié du xe siècle) : 6, p. 354-355. Je suppose que des hagiographies de ces deux personnages se trouvaient, peutêtre dans le même manuscrit, au Mont-Cassin.

64 Voir Petri Diaconi Catalogus regum, consulum, dictatorum, tribunorum, patriciorum ac imperatorum gentis Troianae, dans cod. Casin. 257, éd. dans Bibliotheca Casinensis, t. 5/1 (cité n. 7), p. 34-45, ici p. 40-41 : Titus Quintus Flaminius : hic Lacedemonas subiugavit. Lucius Cornelius Scipio : hic de Grecis LIII milia occidit. Paulus Emilius : hic Macedones rebellantes XX millia occidit, alios in servitutem redegit. Perpenna : hic Asiam in servitutem redegit. Caius Cecilius Metellus : hic Traces in servitutem redegit (le rapprochement avec ce texte a été fait par Amelli).

65 Voir Tt I, 12.

66 1 P II, 23.

67 Martin Ier (649-655).

68 Mt X, 25.

69 Mt V, 11.

70 Liste des premiers successeurs de Pierre selon le Liber pontificalis ; manquent Anaclet (entre Clément et Évariste), Hygin (entre Télesphore et Pie), Denys (entre Xyste et Félix), cités plus loin ; Pie et Anicet sont inversés.

71 Pape (283-296).

72 Pape (296-304).

73 Pape (308-309).

74 Félix II (355-358), tué sur ordre de l’empereur.

75 Jean Ier (523-526), aux prises avec le roi arien Théodoric.

76 309 ou 310.

77 Miltiade (313-314).

78 Silvestre Ier (314-335).

79 336.

80 Jules Ier (337-352).

81 366-384.

82 384-399.

83 399-401.

84 492-496.

85 Léon Ier le Grand (440-461).

86 Grégoire Ier le Grand (590-604).

87 Voir Jn II, 1-11.

88 1 Co VII, 2-4.

89 Voir 1 Tm III, 2-4 (à propos des episcopi).

90 Voir Tt I, 6 (à propos des episcopi).

91 1 Co VII, 9.

92 Voir Lv XXI, 13-14.

93 Rm VIII, 9.

94 1 Co VI, 15-20.

95 1 Co VII, 1.

96 1 Co VII, 5.

97 1 Co VII, 5-8.

98 1 Co VII, 27-28.

99 1 Co VII, 38-40.

100 Lv XXII, 3.

101 Lv XXII, 4.

102 Lv XXI, 21-23.

103 Lv XV, 31.

104 Lv X, 9-10.

105 Jr V, 7-8.

106 Jr XXIII, 11-12.

107 Is I, 12-13.

108 Jr VI, 20.

109 Ml I, 6-7.

110 Ml II, 3.

111 Is I, 15.

112 Epistola Clementis secunda (adressée Iacobo fratri Domini), XLVI, éd. P. Hinschius, Decretales pseudo-Isidorianae et capitula Angilramni, Leipzig 1863, p. 27-30, ici p. 29, reprise dans Decretum magistri Gratiani, prima pars, dist. LXXXI, c. XIX, éd. E. Richter et E. Friedberg, Leipzig 1879, p. 286. On a complété la lacune de trois lignes, signalée dans le manuscrit copié en B et V, avec le texte de Gratien, qui se distingue du prototype sur deux points : qui continenciam servent au lieu de qui ante ordinationem coniuges suas noverint et, plus loin, sed aquam sacerdotum porrigat manibus, ostia forinsecus claudat, minora gerat officia au lieu de nec propinet… gerat offitia.

113 Epistola Clementis secunda, ibid., reprise par Gratien dans le chapitre suivant (XX) ; nous avons rempli la lacune de deux lignes signalée comme la précédente.

114 Fin des Canones apostolorum, 27 (éd. P. Hinschius, Decretales… [cité n. 112], p. 27-30, ici p. 29) : Qui clerici debeant coniugibus copulari. In nuptiis autem qui ad clerum provecti sunt, praecipimus, ut si voluerint, uxores accipiant, sed lectores cantoresque tantummodo.

115 Gn II, 18.

116 Gn I, 28.

117 1 Co I, 22.

118 Prêtre d’Alexandrie, mort en 336.

119 Le patriarche Eutychius (552-565) ou le moine constantinopolitain hérétique de la première moitié du ve siècle (voir supra, n. 55).

120 Voir Ap II, 6 et 14-15.

121 Quos in Constantinopolitana… abstraxit : voir Adv. Nic. 34, p. 149-150.

122 Frédéric de Lorraine, chancelier du pape (1051-1055), apocrisiaire à Constantinople en 1054 avec Humbert de Moyenmoutier et Pierre archevêque d’Amalfi ; moine au Mont-Cassin en 1055, abbé en 1057, cardinal prêtre du titre de Saint-Chrysogone, pape sous le nom d’Étienne IX (3 août 1057-29 mars 1058). Il s’agit ici du texte de l’Excommunicatio.

123 Sicut Valesii… non recipiunt est, à peu près mot à mot, emprunté à Excom., p. 153-154.

124 O abominabilis… cynicorum : voir Adv. Nic. 26, p. 147.

125 Voir Sancti Ambrosii opera, pars X, Epistulae et acta, t. 3, éd. M. Zelzer, Vienne 1982 (CSEL 82), ep. 5 (= 11), p. 182-185 : Quod etiam si deforet, tamen totius nobis Romani caput Romanam Ecclesiam atque illam sacrosanctam fidem apostolorum ne turbari sineret obsecranda fuit clementia vestra (nous remercions Madame Camille Gerzaguet, qui nous a guidé dans les éditions d’Ambroise). En réalité la citation de Pierre Diacre est plus proche de textes plus récents inspirés d’Ambroise : le chapitre 26 du Dictatus papae : Quod catholicus non habeatur, qui non concordat Romanę Ecclesię (E. Caspar, Das Register Gregors VII., 2 vol., Berlin 1920-1923 [MGH. Epistolae selectae 2], t. 1, p. 201-208) ; d’autre part un passage de la lettre 88 de Pierre Damien : eos sacri canones hereticos notant, qui cum Romana Ecclesia non concordant (Die Briefe des Petrus Damiani, éd. K. Reindel, 4 vol., Munich 1983-1993 [MGH. Die Briefe der deutschen Kaiserzeit 4], t. 2, p. 521).

126 Voir Dial. 11, p. 119.

127 Mc XIV, 22, Lc XXII, 19.

128 Voir Dial. 11, p. 99.

129 Humbert de Moyenmoutier, cardinal évêque de Silva Candida, apocrisiaire à Constantinople en 1054.

130 Sans doute Dial.

131 Voir Mt V, 17.

132 Lc XXII, 19.

133 Ex XII, 18-20, repris de Dial. 4, p. 95.

134 Ex XII, 15-17, repris de Dial. 4, p. 95.

135 Ex XIII, 6-7, repris de Dial. 4, p. 95.

136 Ex XXXIV, 18.

137 Lv XXIII, 5-7, repris de Dial. 4, p. 95.

138 Nb XXVIII, 16-18, repris de Dial. 4, p. 95 (où la citation se poursuit).

139 Dt XVI, 1-3, repris de Dial. 4, p. 95.

140 Dt XVI, 4, repris de Dial. 4, p. 95.

141 Voir Dial. 20, p. 104.

142 Const. Constantini, 11 p. 81, 14 p. 87, 17 p. 93 ; le passage specialem… satrapibus figure dans Ep. 13, p. 72.

143 Voir Ep. 15, p. 74.

144 Voir Jn III, 31.

145 Mt XVI, 18-19, cité dans Ep. 15, p. 74.

146 Jn XXI, 17.

147 Mt VI, 24.

148 Voir 2 Co VI, 14-15.

149 Voir Dt XVII, 1.

150 Voir Ex XIX, 22.

151 Voir Ex XXVIII, 43.

152 En fait Saturninus (Satornil), gnostique de la première moitié du iie siècle.

153 Voir Ap II, 4.

154 Voir Ap II, 12-15.

155 Voir Ap. II, 20.

156 Voir Ap II, 16.

157 Évêque de Constantinople (339-341).

158 Eunomius de Cyzique, chef de la secte arienne des Anoméens, promu au diaconat par Eudoxe à Antioche en 358.

159 L’utilisation du mot grec εὐσεβής est peut-être tirée (indirectement) de l’Adversus Eunomium de Basile de Césarée (PG 29, col. 497-774).

160 Évêque de Constantinople (404-405).

161 Voir supra, n. 55.

162 Patriarche de Constantinople (472-489).

163 Pierre Monge (477 et 482-489).

164 Jean II le Cappadocien (518-520), en fait, s’est réconcilié avec Rome et a mis fin au schisme d’Acace en acceptant d’effacer des diptyques les noms d’Acace et de ses successeurs Flavita, Euphemius, Macedonius et Timothée, ainsi que des empereurs Zénon et Anastase. Il est peut-être ici confondu avec Jean d’Apamée, promu par Acace archevêque de Tyr.

165 Dans la Vie du pape Agathon, le Liber pontificalis (t. 1, p. 352-354) se borne à noter la condamnation du monothélisme à la fois par les envoyés du pape, l’empereur et le patriarche de Constantinople Georges Ier (679-686), qui entraîne la destitution de l’évêque de Crète Basile et de son disciple Étienne, et l’exil à Rome du patriarche (melkite) d’Antioche Macaire et de ses partisans ; on choisit comme nouveau patriarche d’Antioche un abbé sicilien, Théophane.

166 Patriarche de Constantinople (552-565 et 577-582).

167 578-582.

168 Jean IV le Jeûneur (voir supra, n. 46).

169 Pélage II (574-590).

170 642-649.

171 Le long passage qui commence par Nonaginta vero (l. 521) est très largement repris de Ep. 9-10, p. 69-70.

172 Rm I, 8.

173 Citation reprise de Ep. 20, p. 77 (qui l’attribue à Augustin et à Chrysostome). Il s’agit en fait d’un passage d’Origène, Commentaire sur l’épître aux Romains (dans la traduction de Rufin), repris mot à mot : Origène, Commentaire sur l’épître aux Romains. 1, Livres I-II, éd. C. P. Hammond Bammel, introd. M. Fédou, trad. L. Brésard, Paris 2009 (SC 532), I, 11, 4, p. 204.

174 Voir Col I, 20.

175 Voir Ph II, 10.

176 Rm I, 11-12.

177 Rm XVI, 17-19.

178 Ga I, 9.

179 Gn I, 28.

180 Gn II, 24.

181 Mt XIX, 6.

182 Voir Gn V, 21-24.

183 Voir Gn VI, 18.

184 Voir Gn XXII, 15-19.

185 Voir Gn XXI, 1-2.

186 Voir Gn XXV, 23.

187 Voir Gn XXX, 1.

188 Voir Gn XXXVIII.

189 Voir Nb XII.

190 Voir Jg XIV-XVI.

191 Voir Jg IV.

192 Voir 1 S I-II.

193 Rt IV, 13.

194 1 S XVIII, 17-28.

195 1 R XI, 3.

196 2 R XX, 21.

197 2 R XXII, 18-20.

198 Voir 1 Tm V, 11 et 14.

199 Voir He XIII, 4.

200 1 Tm II, 14-15 (le passage autem seducta… et dilectione manque dans V).

201 Cette fausse citation a pour origine celle de Jérôme (Homélies sur la Genèse, XI, 1) : Maledictus, qui non reliquerit semen in Istrahel, qui vient d’Is XXXI, 9 dans la Vetus Latina : voir N. Adkin, An unidentified Latin quotation of Scripture related to Is. 31, 9, Revue Bénédictine 93, 1983, p. 123-125.

202 1 Co VII, 2-4.

203 1 Co VII, 9.

204 1 Co VII, 10-11.

205 Rm VII, 2-3.

206 1 Tm V, 14-15.

207 Ep V, 25.

208 1 Tm III, 2-4.

209 Ps VIII, 5-9.

210 Gn IX, 3-4.

211 Tt I, 15.

212 Voir Mt XI, 19 : Venit Filius hominis manducans et bibens, et dicunt : Ecce homo vorax et potator vini, publicanorum et peccatorum amicus.

213 Voir Lc XIX, 1-10.

214 Ac X, 9-XI-10.

215 Ac XXVII, 35.

216 1 Co VII, 28.

217 Gn II, 24.

218 Gn IV, 1.

219 Voir Gn IV, 25.

Notes de fin

1 lacune de 3 l. signalée par B, non par V

2 lacune courte selon Amelli, complétée à la fin en V

3 lacune comblée par Amelli

4 lacune signalée par V

5 en V, le texte s’arrête avec la fin de la page, sans indication de lacune ; en B, d’après l’éditeur, « hoc loco scriptor adnotavit :Nonnisi parum quid unius vel alterius paginulae defectu, desiderari videtur in Ms.” »

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540