Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le saint, le moine et le paysan

 | 
Olivier Delouis
, 
Sophie Métivier
, 
Paule Pagès

L’impératrice byzantine et le cérémonial (viiie-xiie siècle)

Élisabeth Malamut

Texte intégral

  • 1 G. Dagron, Réflexions sur le cérémonial byzantin, Palaeoslavica 10/1, 2002, p. 26-36 ; P. Buc, Dan (...)
  • 2 B II. 6.1.
  • 3 Constantin VII Porphyrogénète, Le Livre des cérémonies, t. 2, chap. 72, p. 92.

1À Byzance le cérémonial donne à la société son ordre interne symboliquement calqué sur l’ordre divin en même temps qu’il donne à l’impératrice comme à l’empereur la réalité du pouvoir avec les regalia1. Néanmoins, les prérogatives de l’impératrice lui sont déléguées par l’empereur le jour où il met la couronne sur la tête de son épouse, signifiant par là qu’elle ne détient pas, contrairement à lui, son pouvoir de Dieu2. Le cérémonial attaché à l’impératrice prend donc un sens différent. Il est intégré à la sacralité ordonnancée pour la gloire de l’empereur : « Vous embellissez le trône du pouvoir royal que vous tenez de vos pères, avec l’augousta, projetant une étincelante lumière de bon ordre » est-il énoncé à l’adresse de l’empereur dans le Livre des cérémonies3. Chaque geste, chaque manifestation, chaque acclamation donnent leur légitimité à l’empereur et à l’impératrice. Nous examinerons successivement le cérémonial d’intégration de la future impératrice (choix, arrivée et réception de la fiancée impériale, mariage et couronnement), le cérémonial palatial, en premier lieu lors de l’accouchement, ensuite lors des banquets, réceptions et fêtes, et le cérémonial observé lors des processions et des déplacements de l’impératrice à l’extérieur du palais, en concluant sur la fonction de représentation du corps public de l’impératrice aux grands rituels.

Le cérémonial d’intégration

Le concours de beauté

  • 4 Nous ne revenons pas ici sur la mise en cause du concours de beauté (L. Rydén, The Bride-Shows at (...)
  • 5 Il s’agissait de Rotrude, fille de Charlemagne : Théophane, AM 6274 (781/782), p. 628 ; Royal Fran (...)
  • 6 The Life of St Philaretos the Merciful, Written by His Grandson Niketas, éd. L. Rydén, Uppsala 200 (...)
  • 7 Une fois les autres concurrentes éliminées, l’épouse de Philarète est introduite avec ses trois fi (...)
  • 8 Théophane, AM 6300 (807/808), p. 663-664. Selon l’auteur arabe Tabari, Nicéphore aurait envoyé une (...)
  • 9 Théodora était issue d’Ébissa de Paphlagonie (cf. Théophane continué, III. 5, p. 131), ce qui dut (...)
  • 10 Syméon Magistros, éd. S. Wahlgren, Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, Berlin 2006 (CFHB 44 (...)
  • 11 M. Vinson, The Life of Theodora and the Rhetoric of the Byzantine Bride Show, JÖB 49, 1999, p. 47- (...)
  • 12 Life of Theodora, p. 363.
  • 13 Buc, Dangereux rituel (cité n. 1), p. 10-12.
  • 14 Sur le rôle de mère comme le plus important fondement idéologique du rôle de l’impératrice à parti (...)
  • 15 P. Buc, Rituel politique et imaginaire politique au haut Moyen Âge, RH 2001/4, no 620, p. 843-883.
  • 16 Life of Theodora, p. 365. Pour la pomme comme symbole de l’autorité impériale, voir D. Dželebdžić,(...)

2C’est à la fin du viiie siècle que s’instaure le « concours de beauté » pour choisir une fiancée à l’empereur4. Irène l’Athénienne, ayant échoué à négocier une épouse franque5 pour son fils Constantin VI, inaugure cette pratique visant à mettre sur le trône la plus belle femme de l’empire. Ses émissaires trouvent la future élue dans un village de Paphlagonie et la ramènent avec ses parents et ses deux sœurs à Constantinople6. Cet usage se ritualise au fil du siècle où le concours de beauté est en vogue. Dans l’exemple mentionné, les trois jeunes filles de la maison de Philarète se rendent à Constantinople avec dix autres candidates7. De même, Nicéphore Ier procède pour le mariage de son fils Staurakios à une « vaste sélection » qui se conclut par le choix de trois jeunes filles dont une est l’élue, Théophanô l’Athénienne, une parente de l’impératrice Irène, tandis que les deux autres, encore plus belles, sont violées par Nicéphore8. Le concours devient avec le temps de plus en plus sophistiqué et donne lieu pour la fiancée de Théophile à un cérémonial palatial dont deux versions distinctes nous sont parvenues. Selon Syméon Magistros, c’est Euphrosyne, la belle-mère du jeune empereur âgé alors de seize ans, qui en a l’initiative9. Trois jeunes filles sont amenées à Constantinople et reçues dans le Triklinos de la Perle. L’empereur les soumet à un véritable examen avant de donner la pomme qu’il a reçue de sa belle-mère à celle qu’il a choisie. Émerveillé par la beauté de la concurrente nommée Kassia, il lui murmure « par la femme le mal est né ». Cette dernière réplique « avec modestie », est-il souligné, « par la femme est né le meilleur ». La vivacité de Kassia la perd, c’est à Théodora que Théophile offre la pomme10. L’autre version donnée par la Vie de Théodora raconte que c’est Théophile lui-même qui fait rechercher les jeunes filles « les plus remarquables par leur beauté et leur silhouette » et en convoque plusieurs au palais11. L’empereur les aligne pour un premier examen et en sélectionne sept. Il donne à chacune une pomme et les renvoie dans leur chambre jusqu’au lendemain. Il les convoque une nouvelle fois « pour tester leur vertu » et leur demande de restituer les pommes impériales. Une seule sur les sept, ladite Théodora « qui se tenait derrière les six autres comme une rose parmi les épines ouvrit ses mains comme un lys et donna à l’empereur Théophile une seconde pomme en plus de la pomme impériale »12. La signification de son geste est clairement énoncée par la promise : la première pomme symbolise la vertu et la chasteté, la seconde l’enfantement d’un héritier au trône. Quelle que soit l’authenticité de cette seconde version, finalement aussi crédible que la première13, le récit souligne combien le rôle de mère est déjà le plus puissant levier idéologique de la fonction d’impératrice14. Quant au concours de beauté, ce n’est pas seulement une cérémonie, mais fondamentalement un rituel : à chaque fois plusieurs jeunes filles sont sélectionnées, dont le nombre varie selon les circonstances et parfois selon les différentes versions de l’événement. Quel crédit donner à ces récits qui sont la proie facile de falsification des contemporains, car, comme le dit Philippe Buc, « la présence d’un rituel dans une source médiévale est rarement innocente »15 ? Par ailleurs, la narration fait entrer la volonté divine dans l’élévation de Théodora au trône : en effet, si Théodora sait donner un sens à la seconde pomme, c’est grâce à la révélation faite à la jeune fille par un saint homme à Nicomédie, sur le chemin qui l’a conduite à Constantinople depuis la Paphlagonie. Il lui a prédit qu’elle serait impératrice et donné alors la seconde pomme en lui disant : « Ainsi revêtue de pourpre, tu seras au-dessus de toutes les femmes sur le trône impérial dans la pièce au toit d’or16. »

  • 17 Histoire trop proche de celle de la rencontre d’Isaiah et de Théodora pour être véridique, d’autan (...)
  • 18 Présente au concours de beauté organisé pour Michel III, Eudocie Ingérina (PmbZ, no 1632) n’aurait (...)
  • 19 G. Dagron, Théophanô, les Saints-Apôtres et l’église de Tous-les-Saints, Σύμμεικτα 9 (Mélanges à l (...)

3Le concours de beauté eut une vie limitée. De plus, certains auteurs ont occasionnellement inventé un concours pour falsifier une réalité dérangeante. Il est probable que le choix par Théodora d’Eudocie Dékapolitissa comme épouse pour son fils Michel ne se fît pas par concours de beauté, car les allusions audit concours sont mentionnées dans deux sources suspectes de justifier a posteriori les histoires qu’elles relatent. Ainsi, la Vie d’Irène de Chrysobalanton lie au concours de beauté organisé par Théodora la venue à Constantinople d’Irène, originaire de Cappadoce – et qui ne put d’ailleurs arriver à temps, car elle aurait été retardée sur son chemin par une visite à saint Ioannikios17 ; et l’Oraison Funèbre composée par Léon VI pour son père Basile a comme but de revaloriser l’union forcée de Basile avec Eudocie Ingérina18, qui jusqu’à l’assassinat de Michel III ne fut pas consommée. Le dernier exemple connu de concours de beauté est celui organisé pour le mariage de Léon VI en 882, dont l’élue fut Théophano. Le mariage ne fut pas heureux, même si Léon VI, après l’avoir reléguée au monastère pour le restant de sa vie, finit par lui vouer une réelle ferveur en lui consacrant l’église qui porta son nom jusqu’à ce qu’elle fût rebaptisée en l’église de Tous-les-Saints19.

La réception de la fiancée impériale

4La réception de la fiancée impériale à la cour byzantine est décrite dans les textes cérémoniels comme le rite qui la transforme en impératrice de Byzance. Son entrée dans la ville est initiatique : le franchissement des murs de la ville s’accompagne de son passage au statut d’augousta en même temps qu’elle se dépouille de ses vêtements d’origine pour revêtir l’habit impérial.

  • 20 Théophane, AM 6261 (novembre 769), p. 613.

5Les fiancées qui sont venues par mer depuis leur pays d’origine, comme Athénaïs-Irène, la fiancée de Léon IV, venue de Grèce, ou Agnès de France, venue de plus loin encore, arrivent dans la capitale par bateau depuis Hiéreia sur la rive opposée du Bosphore, dernière halte avant l’entrée dans la Ville. Aux viiie-xe siècles, quand l’empereur et sa cour résident au Grand Palais, elles débarquent au port du Boukoléon. Irène l’Athénienne, en novembre 769, est escortée de nombreux dromones et de chelandia décorés d’étoffes de soie. Arrivée au port, elle est reçue par les plus éminents dignitaires et leurs épouses20.

  • 21 Pseudo-Kodinos, Traité des offices, éd. J. Verpeaux, Paris 1966 (Le monde byzantin), p. 286-287. M (...)
  • 22 M. Jeffreys, The Vernacular εἰσιτήριοι for Agnes of France, Byzantine Papers : Proceedings of the (...)

6Au xiie siècle, quand le palais impérial est désormais celui des Blachernes, situé au nord-est de la Ville, la fiancée arrive à un débarcadère qui se trouve non loin de l’église des Blachernes et, à cet endroit, elle est reçue par la cour des femmes, épouses des plus hauts dignitaires. Les données du Pseudo-Codinos sur la fiancée impériale21 sont corroborées par un poème du xiie siècle en grec vernaculaire, en forme de livret illustré à l’intention de la fiancée impériale, rédigé à l’occasion de la réception et du mariage d’Agnès de France en 117922. Le livret raconte que les messagers du roi (Louis VII) ont apporté à l’empereur Manuel Ier deux lettres successives, l’une annonçant les noces, l’autre la venue imminente de la princesse. L’une et l’autre étaient avant tout des instruments de propagande adressés au peuple de la capitale. À la lecture de la première éclate la joie de l’empereur, de la cour et du peuple. La seconde lettre ne manque pas de congratuler « l’empereur de Rome », monarque invaincu surpassant tous les souverains de la terre, et le fils porphyrogénète de l’empereur qui va accueillir la noble jeune fille, la beauté de l’Occident, la princesse d’un âge tendre.

  • 23 Discours d’Eustathe de Thessalonique sur l’arrivée de la fiancée impériale venue de France à Const (...)

7Eustathe de Thessalonique est également l’auteur d’un discours de bienvenue pour la fiancée impériale venue de France, où il décrit son arrivée : la foule du peuple n’était pas seulement alignée le long des murs, mais emplissait aussi l’espace entre ces murs et le quai et elle chantait des hymnes d’acclamation avec ceux qui étaient juchés sur les remparts ; une flottille de trières s’étalait comme une prairie fleurie par les habits étincelants des gens à bord, les uns d’or, les autres d’argent, d’autres d’un autre métal encore23. La jeune fille resplendissant de mille grâces – sur laquelle aucun soleil plus éclatant ne brillera à jamais – allait descendre du bateau génois dont le capitaine, Baldovino Guercio, était bien connu des Byzantins.

  • 24 On rappellera qu’un siècle plus tard, en 1296, Rita-Maria accosta à l’extrémité de la Corne d’Or p (...)
  • 25 Nicétas Choniatès, éd., p. 255 ; trad., p. 142.
  • 26 É. Malamut, La tente impériale à Byzance : une cour ambulante (ive-xiie siècles), dans Dynamiques (...)
  • 27 Hilsdale, Constructing a Byzantine “Augusta” (cité n. 22), p. 465.

8Le livret décrit ensuite la réception de la princesse : l’empereur a envoyé une cour de soixante-dix femmes à la rencontre de la jeune fille. Ce sont toutes des descendantes de césars, de sébastocrators et de souverains couronnés. À la tête du cortège l’empereur a mis celle en laquelle il a le plus confiance, pour la recevoir en son nom. Il est dit plus loin qu’il s’agit de la fille de l’empereur, en l’occurrence il s’agirait de la Porphyrogénète Marie, née du premier mariage de Manuel Ier avec Berthe de Sulzbach. C’est elle qui revêt la fiancée de son habit de souveraine (despoina) avec tous les insignes qui conviennent à l’augousta, afin qu’elle puisse être vénérée de tous. Une illustration dudit livret marque ce passage d’un monde à l’autre, passage symbolisé par un pont en pleine page : sur le registre supérieur figurent, à gauche, la princesse étrangère vêtue d’une longue cape rouge avec capuche et sa suite aussi simplement vêtue de manteaux rouge et bleu et, à droite, les femmes de la cour byzantine portant de grandes coiffes en éventail, de larges boucles d’oreille, des robes dorées brodées de pourpre. La princesse et l’une des femmes de la cour byzantine ont le visage entouré d’un nimbe pour signifier leur majesté. Sur le registre inférieur, la princesse étrangère devenue despoina byzantine trône au centre, en habit impérial, avec, de chaque côté, les dames de sa cour. De même que le Pseudo-Codinos évoque la réception par l’empereur de sa fiancée (« Si elle arrive en bateau, l’empereur va à cheval à sa rencontre dans la région de l’acropole, à la porte d’Eugène, avec les archontes »), le livret mentionne la procession impériale qui va à la rencontre de la princesse dans un magnifique château hors les murs dont le nom n’est pas donné, mais que l’on pourrait identifier au Kosmidion24. Le poème parle ensuite de la réception par la nouvelle impératrice de la princesse porphyrogénète désormais à son service, tandis que l’illustration correspondante nous montre une grande tente dorée avec des tentures rouges. Dans le registre supérieur est représentée une scène d’embrassade entre les deux impératrices, la nouvelle augousta et la Porphyrogénète dite basilissa, et dans le registre inférieur on voit les deux femmes échanger des confidences en aparté dans une chambre séparée par une portière de la suite de l’impératrice. La résidence de la fiancée impériale dans une tente à l’extérieur des murs ne surprendra pas si l’on rappelle que Marie d’Antioche a dû, selon Nicétas Choniatès25, résider dans une tente au Philopation sur ordre d’Andronic Ier ; or le Philopation était l’un des plus beaux parcs, situé hors les murs de Constantinople au nord-ouest, où l’empereur aimait chasser. La tente est largement utilisée non seulement lors des campagnes militaires, mais aussi comme résidence temporaire hors les murs de la capitale lors d’une chasse, d’une réception, d’une rencontre diplomatique : c’est un petit palais26. La nouvelle impératrice est représentée portant une robe entièrement dorée avec des motifs pourpres et sa tête est ornée d’un diadème incrusté de perles avec un cabochon au centre posé sur un voile doré tandis que la Porphyrogénète porte une tunique et au dessus un manteau à larges manches à motifs rouges avec le loros constellé de pierreries et un voile rouge sous une couronne à trois cabochons. Elles tiennent leurs mains enlacées. Toutes les deux ont le visage entouré d’un nimbe. Assises sur deux trônes, leurs pieds reposent sur des suppedia (figure 1). La concurrence entre ces deux impératrices est déjà visible dans leur représentation, tandis que Marie d’Antioche, alors l’augousta principale, figure sur une illustration antérieure du livret auprès de son époux Manuel et de son fils Alexis, écoutant le messager prosterné aux pieds de l’empereur. Les souverains sont à l’étage d’un palais, peut-être sur une terrasse, se révélant à leurs sujets comme dans une prokypsis, l’impératrice dominant son époux par la taille, portant la couronne évasée de l’impératrice principale, surmontée de pointes, avec des pendeloques, un grand manteau à larges motifs dont les pans ouverts laissent entrevoir le loros constellé de pierreries, ses pieds reposant sur un suppedion27.

Figure 1 - Agnès de France et Marie la Porphyrogénète, Vat. gr. 1851, fol. 6r (© Biblioteca Apostolica Vaticana)

Mariage et couronnement

  • 28 Constantin VII Porphyrogénète, Le Livre des cérémonies, I, chap. 48-50, t. 2 ; The Book of Ceremon (...)
  • 29 J. B. Bury, The Ceremonial Book of Constantine Porphyrogennetos, The English Historical Review 22, (...)
  • 30 Théophane, AM 6261 (768/769), p. 613 ; Bury, The Ceremonial Book (cité note précédente), p. 429-43 (...)
  • 31 Voir infra ce que nous savons de la réalité de ces cérémonials à l’époque considérée.
  • 32 Bury, The Ceremonial Book (cité n. 29), p. 430. Le cas de Zoé, la quatrième épouse de Léon VI, est (...)
  • 33 Ibid. Même si couronnement et mariage se suivaient de peu, ils n’étaient pas simultanés.

9Le cérémonial scrupuleusement décrit pour le couronnement et le mariage d’une impératrice dans le Livre des cérémonies28 fait partie de ces chapitres anonymes dont le protocole remonte aux Isauriens et est révisé au fil du temps. Plusieurs cérémonials sont décrits. Les chapitres 39 et 41 se réfèrent au mariage avec un jeune empereur, mais diffèrent selon que le mariage a lieu alors que la fiancée est déjà couronnée augousta (chapitre 39 sur le couronnement nuptial d’un empereur) ou que le mariage suit immédiatement le couronnement (chapitre 41 sur le couronnement et le couronnement nuptial d’une augousta)29. Le chapitre 41 aurait, selon Bury, été rédigé sur le modèle en 769 du couronnement d’Irène à l’Augusteus et de son mariage à Saint-Étienne de Daphné30. Néanmoins Bury pense que le couronnement et le mariage du chapitre 41 ne sont pas ceux d’Irène l’Athénienne du fait de l’absence des césars et du nobilissimos, demi-frères de Léon IV, et suggère que ce cérémonial fut suivi au xe siècle avec les adaptations nécessaires. Il mentionne le couronnement et le mariage, en 934, d’Anne avec Étienne, le fils de Romain Ier, et, en 944, de Berthe avec Romain II31. Dans ces deux exemples il s’agit d’un couronnement et d’un mariage simultanés. Bury suggère même que le chapitre 41 est en fait la description du mariage de Théophanô avec Romain II avec en arrière-plan le modèle de 769. Le chapitre 40 qui ne concerne que le couronnement de l’augousta serait quant à lui le modèle du couronnement de Théodora, l’épouse de Romain Ier Lécapène, ou de Sophie, l’épouse de Christophore en 922, ou de Zoé la quatrième épouse de Léon VI32. Enfin, le chapitre 39 serait le modèle du mariage de Constantin VII avec Hélène en 91933.

  • 34 Pour les vêtements de l’impératrice, voir infra.
  • 35 Constantin VII Porphyrogénète, The Book of Ceremonies, t. 1, p. 203 n. 1.
  • 36 Ibid., I, chap. 40, p. 204, et I, chap. 41, p. 211 : il y a quelques nuances dans cette partie du (...)

10Selon les chapitres 40 et 41 du Livre des cérémonies, le couronnement de l’augousta a lieu dans la salle de l’Augusteus où trônent les souverains. Il y a d’abord la réception des patrices, puis celle du reste de la cour. Le patriarche est introduit. Sur un signe de l’empereur, le préposite va chercher l’augousta qui porte le maphorion et le sticharion34. Le patriarche fait une prière sur la chlamyde, la donne aux souverains qui enlèvent le voile de l’augousta et la vêtent de la chlamyde. Puis le patriarche fait la prière sur la couronne et la donne « aux souverains » qui posent la couronne sur la tête de l’impératrice, à moins que le patriarche ne donne la couronne « au seul empereur » qui la pose sur la tête de l’impératrice. Deux situations distinctes peuvent en effet se présenter. Soit l’empereur trône avec son père s’il est en vie, comme il est dit au chapitre 41 où il est question « des souverains » qui placent la couronne sur la tête de l’augousta et y ajoutent les pendeloques, ce qui correspondrait au couronnement d’Irène, puisqu’il y avait alors deux empereurs, Constantin V et son fils Léon IV. Soit l’empereur, père de l’empereur, est mort et le couronnement de la fiancée impériale a lieu en présence de l’augousta mère de l’empereur. Le chapitre 40 suggérerait une telle situation, puisqu’il y est fait mention de « souverains » au pluriel, mais d’un seul empereur couronnant l’augousta. Ensuite, les souverains et l’augousta se rendent à la chapelle Saint-Étienne de Daphné35. Ils s’assoient sur leur trône et reçoivent successivement la cour des hommes et la cour des femmes. Le chapitre 40 détaille le cérémonial des entrées : ce sont les patrices qui entrent les premiers faire obéissance aux souverains et, immédiatement après, la cour des femmes est introduite. Les patriciennes à ceinture et les épouses des dignitaires entrent selon leur rang, font obéissance et embrassent les genoux des souverains et de la nouvelle augousta. Celle-ci, suivie de la chambre, quitte Saint-Étienne et, selon un parcours bien déterminé, par la Main d’Or, l’Onopodion où elle est reçue par les patrices et le reste du Sénat, le Dikioinion où elle est reçue par les mêmes, le Tribunal où elle passe au milieu d’une haie d’honneur des insignes et des sceptres, elle arrive enfin à la Terrasse du Tribunal et là, en présence des factions, elle se montre dans sa splendeur au peuple : c’est la prokypsis à laquelle répondent le Trisagion et les acclamations des factions. Ensuite, l’impératrice s’incline devant la croix : les dignitaires se prosternent et les enseignes lui rendent honneur. L’impératrice s’incline devant les deux factions qui l’acclament, puis elle retourne à l’Augusteus avec le cortège du Sénat et de la cour des femmes36. Le cérémonial du couronnement de l’impératrice aux viiie-xe siècles a donc lieu à l’intérieur du Grand Palais, dans une sphère privée entièrement dépendante de l’empereur.

  • 37 Théophane continué, éd. I. Bekker, Bonn 1828 (CSHB), p. 370.
  • 38 Vita Euthymii Patriarchae Cp., éd. P. Karlin-Hayter, Bruxelles 1970 (Bibliothèque de Byzantion 3), (...)
  • 39 Ibid., p. 132.
  • 40 Ibid., p. 136.

11Un grave problème se posa lors du mariage et du couronnement de Zoé Karbonopsina. Si le mariage de Léon VI avec Zoé, béni par un prêtre inconnu au lieu du patriarche qui s’y refusait, fut entériné, tout autre chose était l’affaire du couronnement37. En effet, il ne suffisait pas que Zoé fût proclamée basilissa par Léon et le Sénat, comme en témoigne la démarche de deux sénateurs proches de l’impératrice, Himérios, l’amiral de la flotte, et Nicolas le patrice, auprès du patriarche Euthyme. Ils voulurent le persuader de proclamer l’impératrice augousta « en l’église », ce à quoi il se refusa absolument38. Après la mort de l’empereur Alexandre, qui succéda de quelques mois à celle de Léon VI, le patriarche Nicolas Mystikos, promu à la tête du gouvernement, se dépêcha, pour éviter le retour au palais de Zoé, de faire signer un document au Sénat et au Synode, selon lequel ils ne l’acceptaient pas comme basilissa : elle ne devait ni revenir au palais ni être acclamée impératrice par quiconque39. Mieux encore, elle fut contrainte de prendre l’habit monastique et de changer son nom en celui d’Anne. Mais, en février-mars 914, Zoé finit par se rétablir sur le trône à la suite d’un coup d’État et Nicolas se réfugia dans un monastère. La première chose que fit alors Zoé fut de garantir au patriarche l’immunité en échange de sa promesse de la proclamer « en l’église »40.

  • 41 Herrin, Women in Purple (cité n. 4), p. 62-63 : le bain de Sainte-Christine se trouvait dans le co (...)
  • 42 Bury, The Ceremonial Book (cité n. 29), p. 430.
  • 43 Dagron, Empereur et prêtre, p. 216.

12Le mariage et le « couronnement nuptial » étaient célébrés par le patriarche dans l’église Saint-Étienne selon le Livre des cérémonies (chap. 41) et, selon Théophane, le mariage d’Irène l’Athénienne se déroula effectivement à Saint-Étienne. Les nouveaux mariés empruntaient un itinéraire au départ identique à celui emprunté par l’augousta lors de son couronnement, passant par la Main d’Or et l’Onopodion où avait lieu la réception des patrices. Ils se rendaient alors au sékréton des consuls où avait lieu la réception des patrices et du reste du Sénat. En ce temps-là, les nouveaux mariés étaient acclamés par les chantres des deux factions qui se tenaient au pied des marches de la Magnaure, car la chambre nuptiale se trouvait alors à la Magnaure où se rendaient les jeunes mariés. Au troisième jour l’augousta sortait de la chambre nuptiale pour prendre un bain purificateur et l’auteur a soin de nous indiquer l’itinéraire de la procession : « Depuis la Magnaure jusqu’au bain, il y a les factions, les orgues, une partie des dignitaires : les patrices l’escortent à la descente du pont du côté de l’Oaton. Les consuls s’avancent et l’escortent jusqu’à la descente de Sainte-Christine. L’augousta prend son bain et ensuite elle revient dans la Chambre nuptiale escortée par les membres du Sénat et les factions […] Il faut savoir que trois grenades pourpres ornées de pierres précieuses l’escortent ; la dame d’honneur (parakathistra) porte l’une derrière l’augousta ; les deux autres sont portées de l’un et l’autre côté41. » Reste à savoir si, du temps du mariage de l’augousta Hélène avec Constantin VII (919), sur le modèle du mariage de l’augousta déjà couronnée du chapitre 3942, le bain nuptial avait toujours lieu à Sainte-Christine et même si cette coutume était toujours en vigueur. En effet, nous savons par une note de la main de Constantin VII, à la fin de ce même protocole du chapitre 39, que le mariage avait désormais lieu dans l’église de la Théotokos du Phare. Or, si Constantin utilise l’expression « en ces tout derniers temps », nous savons que c’est Léon VI qui a transféré la célébration des mariages impériaux à la Théotokos du Phare43, chapelle dont le narthex s’ouvrait sur le Chrysotriklinos. Puis les nouveaux mariés se dirigeaient dans la chambre nuptiale du koitôn du Chrysotriklinos.

  • 44 Théophane, AM 6287 (août 795), p. 645.
  • 45 Life of Theodora, p. 366. Il s’agit peut-être du clergé affecté au service religieux des chapelles (...)
  • 46 Léon le Grammairien, p. 213. Les autres sources ont fait quelques confusions entre le couronnement (...)
  • 47 Syméon Magistros (cité n. 10), 130.4, p. 216-217. Même version dans Georges le Moine Continué (cit (...)
  • 48 Syméon Magistros (cité n. 10), 131.6, p. 234.

13Nous avons quelques exemples précis des noces de l’impératrice au cours du ixe siècle. Contrairement à l’usage établi, quand, en août 795, Constantin VI se maria à Théodotè, après avoir répudié Marie d’Amnia, il est précisé que le mariage eut lieu non à l’église Saint-Étienne du Grand Palais, mais dans le palais de Saint-Mamas situé dans la banlieue suburbaine au sud des remparts, sans doute pour éviter le scandale44. Le 5 juin 830 le couronnement et le mariage de Théodora furent célébrés à l’église Saint-Étienne de Daphné où les souverains reçurent la cour et une partie du clergé45. Selon Léon le Grammairien, ce fut Théophile qui posa la couronne sur la tête de Théodora et le mariage fut célébré par le patriarche46. Syméon Magistros dit que la cérémonie s’acheva par une procession à Sainte-Sophie au terme de laquelle il y eut une distribution d’or au patriarche, au clergé et au Sénat47. Le Livre des cérémonies mentionne au chapitre 41 qu’un banquet avait lieu aux Dix-Neuf Lits après le mariage. La Vie de Théodora ne mentionne pas de banquet, mais les libéralités de l’impératrice : 15 livres d’or au patriarche, 50 au Sénat, 15 au clergé. En 855, le mariage de Michel III avec Eudocie Dékapolitissa fut célébré à l’église Saint-Étienne de Daphné et la chambre nuptiale était encore à la Magnaure48. Syméon Magistros précise que le Sénat se retira ensuite aux Dix-Neuf Lits, ce qui semble accréditer le fait que s’y tint à cette occasion le banquet nuptial.

  • 49 Ibid., 136.68, p. 334.
  • 50 Tsamakda, The Illustrated Chronicle, miniature 314, fol. 129r ; Jean Skylitzès, éd. p. 230, trad. (...)
  • 51 Tsamakda, The Illustrated Chronicle, miniature 318, fol. 130v ; Jean Skylitzès, éd. p. 231, trad. (...)
  • 52 Elle vécut, selon Skylitzès, jusqu’en 949.
  • 53 Voir ci-dessous.

14À partir du règne de Léon VI, il y a tout lieu de penser que les couronnements et mariages de l’impératrice se déroulèrent dans la partie basse du Grand Palais et ne suivirent pas le protocole du chapitre 41 en ce qui concerne les lieux du cérémonial. Ainsi, le mariage en 934 d’Anne avec Étienne, le fils de Romain Ier, et celui en 944 de Berthe avec Romain, fils de Constantin VII, eurent lieu, selon toute vraisemblance, dans la Théotokos du Phare. Le couronnement d’Anne dut également avoir lieu à la Théotokos du Phare. Syméon Magistros précise, en effet, que la couronne du mariage et celle de l’empire furent données à Anne en même temps49. Une miniature du Skylitzès montre une chapelle comme décor du cérémonial pour le couronnement et le mariage d’Anne. On voit dans la partie gauche de la miniature le couronnement où le seul empereur représenté est Romain Lécapène. Dans la partie droite figure le couple couronné par le patriarche (figure 2). Le texte du Skylitzès mentionne que ce fut l’empereur Romain qui donna à Anne le diadème impérial et la couronne nuptiale50. Ce fut sans doute en raison de la mort de son fils Christophore (août 931), dont l’épouse Sophie avait assuré la fonction d’impératrice au palais depuis la mort de Théodora, sa propre épouse, en 922, que Romain Lécapène se dépêcha de trouver une nouvelle augousta pour son second fils Étienne qui désormais faisait figure de successeur. Une autre miniature du Skylizès représente le mariage de Romain II avec Berthe-Eudocie, fille d’Hugues d’Italie. Le couple des jeunes mariés est représenté comme précédemment dans une chapelle. Mais aucune miniature ne représente le couronnement d’Eudocie. Le texte ne mentionne que le mariage, ce qui est naturel puisque Romain n’a reçu le diadème impérial que le 22 mars 94651, mais il est étonnant que, lors de cette cérémonie, Skylitzès n’y associe pas le nom de son épouse encore vivante à cette date52. Néanmoins, l’ivoire conservé au nom de Romain et d’Eudocie, où le Christ bénit les souverains, semble bien commémorer ledit couronnement53.

Figure 2 - Couronnement d’Anne et mariage d’Étienne Lécapène et Anne, codex Vitr. 26-2, fol. 129r, registre inférieur (© BNE, Madrid)

  • 54 Théophane continué, éd. I. Bekker (cité n. 37), p. 458.
  • 55 Jean Skylitzès, éd. p. 260-261, trad. p. 219-220 ; Zonaras, éd. T. Büttner-Wobst, Ioannis Zonarae (...)
  • 56 G. Dagron, Nés dans la pourpre, TM 12, 1994, p. 105-142, ici p. 131.
  • 57 Michel Psellos, t. 1, p. 54 (ne mentionne pas le mariage) ; Jean Skylitzès, éd. p. 391, trad. p. 3 (...)
  • 58 M. Featherstone, The Great Palace as Reflected in the De Cerimoniis, dans Visualisierungen von Her (...)
  • 59 Jean Skylitzès, éd. p. 423, trad. p. 352 : c’est le premier prêtre de la Néa qui bénit le mariage (...)

15Ce fut dans le Triklinos de Justinien somptueusement décoré que furent célébrées les noces de Théophanô, la seconde épouse de Romain II vers 95554. Le 20 septembre 963 quand Nicéphore épouse Théophanô, le mariage se déroule à la Néa, l’église palatiale fondée par Basile Ier. Les auteurs contemporains mentionnent que Nicéphore fut empêché de franchir les barrières du chancel par le patriarche Polyeucte, qui lui infligea une pénitence du fait des secondes noces, d’autant plus que la rumeur le désignait aussi comme le parrain de l’un des fils de Théophanô55. En 1034, Zoé la Porphyrogénète, issue de sang royal depuis cinq générations et par conséquent héritière du pouvoir impérial56, procède au couronnement de Michel dans le Chrysotriklinos tout orné pour la circonstance : elle revêt Michel d’un habit d’or, lui pose la couronne impériale sur la tête, le fait asseoir sur un « trône somptueux », s’assied à ses côtés, également couronnée et vêtue d’un habit d’or, et « ordonne à ceux qui résidaient alors dans le palais de se prosterner devant eux et de faire l’acclamation ». Puis elle fait venir le patriarche pour la bénédiction du mariage qui se déroule soit dans le Chrysotriklinos où l’on a placé un autel portatif soit dans une chapelle attenante (la Théotokos du Phare ou Saint-Dèmètrios). Le lendemain les dignitaires et le reste du Sénat vinrent faire obéissance aux nouveaux mariés et reconnaître leur nouvel empereur en lui baisant la main droite57. Ce n’est pas un hasard si Zoé a choisi le Chrysotriklinos pour le couronnement et le mariage : l’espace où l’empereur trône sous l’image du Christ dans l’abside orientée vers l’est est similaire à un espace ecclésial58. Le pouvoir de l’empereur est ici délégué directement par le Christ et le patriarche n’est plus que son serviteur. Après que le mariage a été célébré, Zoé procède aux distributions habituelles d’or : 50 livres au patriarche, 50 au clergé. Le 11 juin 1043 le troisième mariage de Zoé – avec Constantin Monomaque – est célébré de façon plus traditionnelle à la Néa, tandis que le couronnement de Constantin a lieu le lendemain à Sainte-Sophie59.

  • 60 Michel Psellos, t. 1, p. 108-109.

16Ainsi, de la fin du viiie siècle jusqu’à la fin du xie, le mariage des impératrices s’est déroulé le plus souvent dans une chapelle au sein du Grand Palais : d’abord Saint-Étienne de Daphné, puis la Théotokos du Phare, enfin la Néa. La chambre nuptiale a connu des pérégrinations identiques : elle est d’abord située à la Magnaure, avant de l’être dans les appartements privés impériaux jouxtant le Chrysotriklinos. Le couronnement de l’impératrice était primitivement célébré à l’Augusteus, il s’est déplacé à l’église Saint-Étienne, puis à la Théotokos du Phare. Il faut noter néanmoins le mariage et sans doute le couronnement de Théophanô en 955 dans le Triklinos de Justinien et une autre exception, de taille, celle de la proclamation de Théodora la Porphyrogénète comme impératrice en 1042 à l’église Sainte-Sophie : le contexte était certes différent, puisqu’il s’agissait d’une révolte populaire contre l’empereur Michel V et également de la volonté d’associer la dernière princesse porphyrogénète à l’impératrice Zoé60.

  • 61 Skylitzès Continuatus, éd. E. Tsolakis, Ἡ Συνέχεια τῆς Χρονογραφίας τοῦ Ἰωάννου Σκυλίτση, Thessalo (...)
  • 62 Jean Kinnamos, éd. p. 211, trad. p. 140.
  • 63 Guillaume de Tyr, Histoire des croisades, t. 3, Paris 1824 (Collection des mémoires relatifs à l’h (...)

17Par la suite le mariage à Sainte-Sophie s’institutionnalisa : Eudocie Makrembolitissa épousa Romain Diogène à Sainte-Sophie en même temps qu’il était couronné61. Marie d’Antioche fut unie en grande pompe à Manuel Ier Comnène à Sainte-Sophie où elle reçut la couronne des mains de son époux le 25 décembre 1161, jour de Noël. Il est dit que les festivités se prolongèrent au palais, sans doute le Grand Palais, avec un banquet magnifique offert aux dignitaires et le lendemain il y eut des libéralités pour le patriarche et la Grande Église62. Le mariage d’Agnès de France avec l’héritier Alexis eut lieu au Grand Palais le 2 mars 1180 dans la salle dite in Trullo tandis qu’un mois plus tard la princesse impériale, la Porphyrogénète Marie, était unie à Rénier de Montferrat aux Blachernes. Il y eut donc une succession de fêtes sans interruption selon Guillaume de Tyr63. Nous ne savons pas où se déroulèrent le couronnement et le mariage de Marguerite de Hongrie, fille de Béla III, avec l’empereur Isaac II, sans doute aux Blachernes, peut-être à Sainte-Sophie.

Le cérémonial palatial

La nécessité d’une impératrice pour le cérémonial

  • 64 Le Traité de Philothée (899), dans N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantine des ixe et xe (...)
  • 65 Jean Skylitzès, éd. p. 181, trad. p. 152.
  • 66 Ce fut en 900 qu’Anne dut quitter la cour byzantine, cf. W. Ohnsorge, Drei Deperdita der byzantini (...)
  • 67 Nicolas I Patriarch of Constantinople, Letters, éd. R. J. H. Jenkins et L. G. Westerink, Washingto (...)
  • 68 Théophane continué, II. 24, p. 115 ; Jean Skylitzès, éd. p. 44, trad. p. 42-43.
  • 69 Guillaume de Tyr, Histoire des Croisades (cité n. 63), 18.30, p. 148. Pour le déroulement de l’amb (...)
  • 70 Chronicon Paschale, 284-628 AD, trad. M. Whitby et Mary Whitby, Liverpool 1989 (Translated texts f (...)

18Ce fut pour les empereurs byzantins une évidence qui s’imposa chaque fois que l’impératrice manquait à la cour. Si l’on rappelle que les banquets étaient l’occasion sans cesse renouvelée pour l’empereur de publier la taxis aux yeux de tous en donnant à chacun des dignitaires son rang par sa place à table64 et que « sans impératrice, il était impossible de célébrer les banquets selon la tradition et la coutume prescrites », il ne pouvait y avoir, selon les auteurs, vacance d’impératrice à la cour : Léon VI fut dans la nécessité de couronner en 899 Anne, la fille qu’il avait eue de sa seconde épouse, Zoé Zaoutzaina, une fois cette dernière défunte65. Et quand Anne dut, selon les termes d’un traité passé avec Louis de Germanie, être envoyée à la cour franque66, il se maria avec Eudocie Baianna : Nicolas Mystikos lui-même convint qu’en ce cas la législation canonique permettait les troisièmes noces car, dit-il, « il doit y avoir une femme dans le palais, qui gère les cérémonies relatives aux épouses de tes archontes »67. Quand l’empereur perdait son épouse, le gynécée n’avait plus de maîtresse, la cour n’avait plus de souveraine. En un tel cas, l’empereur veuf pressait en sous-main les sénateurs de lui demander de se remarier au plus vite, comme le fit Michel II à la mort de son épouse Thècle68. De même Manuel Ier Comnène écrivit à Baudouin III de Jérusalem que la mort de l’impératrice Irène l’avait laissé inquiet de sa succession puisqu’il ne lui restait qu’une fille. Il avait donc décidé avec les illustres membres du sacré palais que le mieux était de se marier en secondes noces. Il lui envoyait dans ce but une ambassade et lui demandait son avis sur le choix de la fiancée69. L’autre solution pour l’empereur veuf ou trop jeune pour être marié au moment de son accession au trône était de couronner une princesse impériale qui remplît la fonction d’impératrice. C’était une habitude séculaire depuis Théodose II qui régna avec sa sœur Pulchérie comme augousta jusqu’à son mariage avec Eudocie, et Héraclius qui, à la mort de sa première épouse en 613, couronna sa fille âgée d’un an, plutôt que de laisser l’empire sans impératrice70 !

Cérémonial et/ou rituel de l’accouchement

19La fonction primordiale de l’épouse de l’empereur est de lui donner un fils à tel point que le couronnement pour certaines d’entre elles ne s’imposa qu’à la naissance de l’héritier. Un cas mérite d’être cité, celui de la troisième épouse de Constantin V qui donna cinq fils à l’empereur avant d’être couronnée le 1er avril 769. On rappellera que Constantin V avait de sa première épouse un héritier couronné empereur, Léon IV, qui épousa quelques mois après Irène l’Athénienne (en novembre) ; il s’agissait certainement de donner son statut officiel à Eudocie pour que sa place ne fût pas usurpée par la nouvelle augousta. Nous avons vu que Zoé Karbonopsina, la maîtresse de Léon VI, qui donna à l’empire l’héritier tant attendu, devint alors la quatrième épouse en dépit des canons et put finalement porter le titre d’augousta.

  • 71 Anne Comnène, Alexiade, éd. et trad. B. Leib, 3 vol., Paris 1937-1945 (Collection byzantine), VI, (...)
  • 72 Patria III, 107 : G. Dagron, Constantinople imaginaire. Études sur le recueil des « Patria », Pari (...)
  • 73 Théophane, AM 6562 (janvier 771), p. 614 ; AM 6289 (juillet 797), p. 649.

20La maternité donnait lieu non seulement à une cérémonie, mais à un rituel. C’est dans la Porphyra que l’impératrice donnait naissance : « Cette salle du palais réservée depuis longtemps aux couches des impératrices ; nos ancêtres l’ont appelée “porphyra” et voilà pourquoi le nom de “porphyrogénètes” s’est répandu dans le monde entier » dit Anne Comnène71. Il est vrai que le terme « porphyrogénète » est mentionné pour la première fois pour Léon IV, fils de Constantin V et d’Irène la Khazare, né en 750. Léon III fit construire ladite salle après que sa propre épouse, Anne, eut accouché chez un particulier au retour d’une procession qu’elle avait faite à Notre-Dame des Blachernes sans avoir eu le temps de revenir au Palais72. La Porphyra acquit une célébrité sinistre du temps d’Irène l’Athénienne qui fit aveugler son fils en été 797 dans la chambre où elle l’avait enfanté vingt-six ans auparavant et Théophane rapporte : « Le soleil s’obscurcit pendant dix-sept jours et n’émit plus ses rayons de sorte que les vaisseaux déviaient de leur trajectoire et erraient ; et, à ce qu’on dit, tous convinrent que, si le soleil cachait ses rayons, c’était parce qu’on avait aveuglé l’empereur73. »

  • 74 Voir le sermon inédit de Samuel Mauropous, chartophylax, cité dans P. Magdalino, The Empire of Man (...)
  • 75 On rappellera qu’un poème accompagnant un portrait de Manuel et Marie d’Antioche invoquait Dieu po (...)
  • 76 Nicétas Choniatès, éd. p. 168-169, trad. p. 96. Il faut rappeler que sa première épouse n’avait eu (...)
  • 77 Au sujet de l’astrologie byzantine sous Manuel Ier, voir P. Magdalino, L’orthodoxie des astrologue (...)

21L’impératrice pénétrait donc dans la Porphyra dans les douleurs de l’accouchement. Cette chambre était richement décorée pour l’occasion : le toit était couvert de tissus pourpres. Des tentures de soie étaient suspendues aux murs extérieurs tandis qu’à l’intérieur se trouvait un lit à baldaquin drapé de rideaux brodés d’or et de couvre-lits garnis de pierreries. À côté se trouvait une petite couche pour recevoir le nouveau-né et par-dessus un couvre-lit qui protégeait du mauvais œil74. Avant l’accouchement, le patriarche bénissait la chambre. L’empereur assistait parfois à la naissance comme Manuel Ier le fit, quand Marie d’Antioche accoucha d’Alexis le 14 septembre 116975. Son anxiété, selon Nicétas Choniatès, activa les contractions de l’impératrice et facilita la délivrance76. L’astrologue auquel Manuel vouait une confiance totale était également présent. Il était important de savoir l’heure précise de la naissance de l’héritier pour calculer la conjonction des astres et prédire son avenir. L’art de l’astrologue prédit qu’il serait béni, un enfant favorisé par le destin et l’héritier de son père. Alors s’élevèrent les chants de remerciement à Dieu, une fois que l’astrologie eut apporté la caution symbolique des astres77.

  • 78 Pour la permanence de ce rituel au xiiie siècle, cf. R. Macridès, The New Constantine and the New (...)

22Du xiie siècle date la coutume de suspendre depuis la galerie supérieure du Grand Palais la pantoufle rouge ornée de perles du nouveau-né porphyrogénète pour annoncer la nouvelle78. Toute la ville était décorée pour cet heureux événement : aux portiques des avenues et des places, partout des lampes d’argent étaient suspendues ainsi que de brillantes étoffes. À la Chalcé, sur les marches qui conduisaient au Grand Palais, des trompettistes éthiopiens et latins se mettaient à souffler dans leurs trompettes d’argent dès que la nouvelle de la naissance était parvenue. Alors fusaient les acclamations de la foule. Toutes les corporations étaient présentes pour s’unir au concert populaire. Il paraît que les écoliers sortaient de leurs écoles et les infirmes de leurs lits. Le vin coulait à flot dans les rues de la capitale.

  • 79 Constantin VII Porphyrogénète, The Book of Ceremonies, II, chap. 21, t. 2, p. 618-619 ; Dagron,(...)
  • 80 Nicétas Choniatès, éd. p. 168-169, trad. p. 96. Voir Magdalino, The Empire (cité n. 74), p. 200.
  • 81 Il est peu vraisemblable que l’on ait pris le risque d’amener l’enfant à Sainte-Sophie et de l’exp (...)
  • 82 Constantin VII Porphyrogénète, The Book of Ceremonies, II, chap. 21, t. 2, p. 619 ; Dagron, Nés da (...)

23Le chapitre du Livre des cérémonies consacré à la naissance de l’enfant mâle porphyrogénète79 mentionne que le lendemain était offerte, et ce pendant sept jours, une sorte de collation – sans doute un breuvage à base de bouillon de mouton – dite lochozema (breuvage des couches) dans le portique des Dix-Neuf Lits ainsi qu’aux carrefours de la Mésè depuis la Chalcé jusqu’au forum du Bœuf. Le quatrième jour se déroulaient les courses à l’occasion desquelles le préposite était chargé, sur ordre de l’empereur, de réunir cinquante militaires des tagmata, cinquante représentants de chacune des deux factions et cinquante membres de l’administration de la ville, qui étaient priés d’acclamer le lendemain l’enfant par « tel nom ». Certes, le choix était celui de l’empereur, mais le rituel soulignait l’accord de l’empereur avec tout son peuple pour nommer l’héritier. Il est rapporté que Manuel nomma son fils Alexis, non sur un coup de tête ni en l’honneur de son grand-père, mais à cause de la réponse de l’oracle à la question : « Combien durera la dynastie d’Alexis Comnène ? » La réponse fut aima (sang) ; si on épelait, l’alpha désignait clairement Alexis, le iota Jean, les deux autres lettres Manuel et son successeur80. Le cinquième jour avait lieu à l’hippodrome la séance au cours de laquelle le Porphyrogénète était acclamé par son nom. Le huitième jour la chambre de l’impératrice était décorée de tentures tissées d’or et de lampes. L’enfant était alors porté dans une chapelle où le prêtre disait la prière en imposant son nom : au milieu du xe siècle, la mère et l’enfant reposaient alors dans le koitôn jouxtant la grande salle du Chrysotriklinos, sans doute dans l’appartement de l’impératrice. Il faut penser qu’il s’agissait d’une chapelle palatiale voisine : la Théotokos du Phare, Saint-Démétrios ou Saint-Paul81. Après avoir été béni, l’enfant était ramené aux côtés de sa mère dans une petite couche. Tous deux étaient recouverts de tissus brodés d’or. Les dignitaires, puis les épouses des dignitaires se succédaient pour rendre honneur à l’enfant par des acclamations et des vœux semblables à ceux qui étaient adressés à l’empereur82. La mère portait alors l’enfant dans la pourpre pour le présenter aux visiteurs.

  • 83 Variante de l’édition I. Bekker, Nicetae Choniatae Historia, Bonn 1835 (CSHB), p. 220.

24Le huitième jour après la naissance, soit le 22 septembre 1169, le fils de Manuel fut, selon Samuel Mauropous, conduit à l’église par sa demi-sœur pour recevoir son nom. L’empereur invita le clergé patriarcal et les évêques résidant à Constantinople pour un banquet dans la salle du trône qu’il avait construite au palais des Blachernes, où ils s’assirent en deux rangées qui prenaient toute la longueur de la salle. Manuel présidait, assis sur un splendide trône. Selon Choniatès, il régala alors les citoyens de la capitale, comme il était de coutume, et il paraît que, dans un autre banquet somptueux, il régala les dignitaires de très haut rang tandis que la Ville entière une fois encore recevait nourriture et vin83.

Les cérémonies de cour

  • 84 Entre le 24 novembre et le 17 décembre, cf. Théophane continué, III. 44, p. 211.
  • 85 Voir l’énumération donnée par le Klétorologion lors de la promotion de la patricienne à ceinture :(...)
  • 86 PmbZ, no 7899 ; Herrin, Unrivalled Influence, p. 227.
  • 87 Constantin VII Porphyrogenète, Le Livre des cérémonies, chap. 59, t. 2, p. 64-65 ; The Book of Cer (...)
  • 88 A. P. Kazhdan, M. Mccormick, The Social World of the Byzantine Court, dans Byzantine Court Culture (...)

25L’impératrice était entourée de sa cour (le sékréton des femmes), d’abord les femmes des dignitaires auxquelles elle distribuait de la pourpre lors des Broumalia84, ensuite les femmes attachées à son service : les koitonitai, les servantes attachées à sa chambre, la protovestiaria, qui veillait sur sa garde-robe, la parakoimôménè, qui veillait sur son sommeil, la primikèrissa, qui ordonnançait les cérémonies, les koubikoularéai, pour toute cérémonie, procession et promenade, qui escortaient l’impératrice85. Ces cubiculaires étaient souvent de grandes dames, comme Théodotè, attachée à la cour de Marie d’Amnia, cousine de Théodore Stoudite, qui devint la maîtresse de Constantin VI avant d’être sa femme86. Il faut y ajouter un personnel eunuque comme le maître d’hôtel ou l’échanson de l’impératrice, mais aussi ses gardes du corps. Enfin, la nouvelle impératrice amenait à la cour sa parenté féminine, en particulier sa mère qui reçut à une époque cette dignité proprement féminine qu’était la patricienne à ceinture dont la promotion est relatée dans le Livre des cérémonies87. Il y avait encore ses sœurs, ses amies d’enfance qu’elle avait amenées d’un lointain pays si elle venait elle-même de l’étranger. Il est probable que la cour féminine calquée sur la cour masculine de l’empereur se comptait aussi en centaines de personnes et peut-être dépassait le millier88.

  • 89 Outre les monnaies, il faut mentionner le panneau d’un diptyque en ivoire avec une impératrice trô (...)
  • 90 Il est désormais établi que le manuscrit a été écrit au xiie siècle.
  • 91 « Chaque document possède sa spécificité et donne au réel une interprétation qui lui est propre », (...)
  • 92 A. Grabar, Les illustrations de la Chronique de Jean Skylitzès à la Bibliothèque Nationale de Madr (...)
  • 93 Tsamakda, The Illustrated Chronicle, miniatures fol. 24r et fol. 24v.
  • 94 Jean Skylitzès, éd. p. 20, trad. p. 21.
  • 95 Ibid.
  • 96 Treadgold, The Byzantine Revival, p. 203, 224. Pour l’iconophilie de l’impératrice, voir la lettre (...)

26L’impératrice assistait-elle à toutes les cérémonies de cour aux côtés de son époux ? Il s’agit ici de s’interroger sur le rôle officiel et protocolaire de l’impératrice. Les représentations de l’impératrice trônant sont nombreuses dès la haute époque, en particulier sur les monnaies89. À l’époque que nous étudions, non seulement les monnaies représentent l’impératrice avec les insignes de l’augousta (couronne avec pendeloques, globe crucigère), mais encore nous avons la chance de disposer des miniatures du Skylitzès du codex de Madrid90, qui permettent une approche plus concrète, même si les représentations impériales sont largement idéalisées. L’impératrice était-elle pour autant présente à toutes les cérémonies ? La chronique du Skylitzès que le peintre illustre ne nous aide guère, car il y a souvent une distance entre le texte et l’image91. Il faut, concernant les représentations des empereurs et des impératrices, comme le souligne André Grabar, faire la part des schémas convenus et des images symboles, ce que l’on peut définir comme « l’art impérial », un langage qui était entièrement compréhensible pour le lecteur byzantin92. L’image de l’impératrice trônant aux côtés de son époux n’est pas un décalque du texte. Un exemple intéressant est la représentation dans deux miniatures de Théodosia trônant aux côtés de son époux Léon V : une première fois alors que Michel d’Amorion est amené enchaîné devant l’empereur, une seconde fois quand le questeur interprète un oracle sibyllin écrit dans un livre de la bibliothèque impériale prophétisant la mort de l’empereur93. Or la chronique ne mentionne absolument pas l’impératrice trônant dans ces deux séquences. Concernant Michel, la chronique rapporte que Léon V suit Michel enchaîné, près d’être exécuté, quand Théodosia « sort de ses appartements le plus vivement du monde et comme une bacchante en furie, elle aborde l’empereur […] et entrave son élan »94. Concernant la scène de l’oracle, le texte ne mentionne pas davantage que l’impératrice se tenait alors aux côtés de l’empereur95. Nous pouvons donc nous interroger sur la volonté délibérée du peintre de représenter par deux fois Théodosia trônant aux côtés de son époux. Tout d’abord, nous savons que l’impératrice eut un rôle déterminant dans la grâce impériale et ce, en invoquant le jour où devait se dérouler le supplice de Michel, qui était la veille de la Nativité. Elle traitait Léon V de « maudit ennemi de Dieu, lui qui n’épargne pas cette sainte journée et qui va communier au divin corps ». Il n’y a pas de doute que l’argument religieux plaît aux iconodoules et que son image sur la miniature symbolise sa piété envers Dieu. Pour le second événement, nous savons que le père de Théodosia, Arsaber, était alors questeur : la représentation de Théodosia a pu de ce fait être associée à cette prophétie et nous relevons une fois de plus le lien de Théodosia avec l’iconophilie, lien réel ou reconstruit. L’image n’illustre pas telle ou telle séance du conseil à laquelle aurait participé l’impératrice, elle est signifiante de sa position religieuse et de son influence auprès de l’empereur96.

  • 97 Pour un avis contraire, voir Herrin, Unrivalled Influence, p. 177.
  • 98 Il est intéressant de constater que la reine en Occident avait un rôle important dans la réception (...)
  • 99 Maqqari, The History of the Mohammedan Dynasties in Spain, Munich 1828, t. 2, p. 115, cité dans Tr (...)

27S’il nous paraît certain que l’impératrice n’assistait qu’à une partie des cérémonies97, il nous apparaît néanmoins que sa présence était en certaines occasions indispensable. Nous avons donc relevé les cérémonies où l’impératrice est explicitement mentionnée. Il semble que son rôle de représentation lors des ambassades étrangères reçues à Constantinople était essentiel98. Nous savons qu’en 840 Théodora était présente lors de la réception d’un émissaire de Cordoue, lequel disait ne pouvoir suivre la conversation avec sérieux, car il ne pouvait détacher son regard de sa très grande beauté, qui lui apparaissait comme un lever de soleil99. La scène se passaitelle au Chrysotriklinos ou à la Magnaure ?

  • 100 La date reste controversée, voir à ce sujet C. Zuckerman, Le voyage d’Olga et la première ambassad (...)
  • 101 Ce mariage ne fut jamais consommé, les mariés ayant respectivement cinq et six ans, et Berthe mour (...)
  • 102 Constantin VII Porphyrogenète, The Book of Ceremonies, II, chap. 15, t. 2, p. 595-596.
  • 103 Ibid., p. 596-597.
  • 104 Constantin VII Porphyrogenète, Le Livre des cérémonies, I, chap. 59, t. 2.
  • 105 Voir Herrin, Unrivalled Influence, p. 246.
  • 106 Treadgold, The Problem of the Marriage, p. 285.
  • 107 Constantin VII Porphyrogenète, The Book of Ceremonies, II, chap. 15, t. 2, p. 597-598.
  • 108 Jean Skylitzès, éd. p. 240, trad. p. 202.
  • 109 Voir ci-dessous les déplacements de l’impératrice à l’extérieur du palais.
  • 110 Constantin VII Porphyrogenète, The Book of Ceremonies, II, chap. 16, t. 2, p. 598.
  • 111 Parisinus gr. 510, cf. Byzance : l’art byzantin dans les collections publiques françaises, musée d (...)

28Nous sommes mieux renseignés concernant la réception de la princesse russe Olga le 9 septembre 946 ou 957100. Comme il s’agissait d’une femme, elle fut reçue successivement par l’empereur Constantin VII et par l’impératrice Hélène. La réception par l’impératrice était exclusivement féminine : la suite masculine d’Olga n’y fut pas conviée. Elle se déroula dans le Triklinos de Justininien, grande salle d’apparat du Grand Palais, où l’on dressa sur une estrade le trône impérial de Théophile et, à côté, un siège impérial en or. Olga attendait à l’extérieur, aux Skyla. L’impératrice Hélène s’assit sur le trône de Théophile tandis que sa bru s’asseyait à côté d’elle sur le siège préparé à cette intention. Si la réception eut lieu en 946, la bru était la petite Berthe-Eudocie, fille d’Hugues d’Arles, arrivée à Constantinople en 944, maintenant âgée de huit ans101. Si ladite réception eut lieu en 957, soit deux ans avant la mort de Constantin VII, il s’agit de Théophanô, qui venait d’être mariée à Romain II (956) : elle avait alors seize ans. Avant de faire entrer Olga, l’impératrice avait convoqué sa cour au grand complet et l’on remarque qu’à la première entrée ont été appelées les patriciennes à ceinture avant toutes les autres, que suivaient les femmes de dignitaires, des épouses de magistres jusqu’aux femmes de spathaires, de stratores et de candidats, qui participèrent à la septième et dernière entrée. Olga entra alors avec sa suite. Il y eut un échange de salutations conforme au protocole102. Le texte n’en dit pas plus, mais l’on suppose que, devant toute la cour, Olga alla saluer l’impératrice et sa bru, puis qu’elle se retira. L’impératrice regagna ses appartements. Olga fut priée d’aller avec sa suite jusqu’à la salle du Kainourgion qui était attenante à la chambre de l’impératrice. Quand l’empereur eut rejoint son épouse, elle fut priée de venir converser avec eux, en présence également des Porphyrogénètes. Le même jour, un banquet fut donné en son honneur dans le même Triklinos de Justinien103. Le banquet était présidé par l’impératrice et sa bru. Olga entra escortée par les dames de sa suite qui firent une proskynèse, mais elle, pour sa part, inclina juste un peu la tête, comme le faisaient les patriciennes à ceinture, car leur coiffe trop haute (le propoloma) ne leur permettait pas de se prosterner aux pieds des souveraines104. Olga avait sans doute été, ce jour-là, promue patricienne à ceinture, raison pour laquelle elle alla s’asseoir avec les patriciennes qui l’accueillaient à leur table désormais105. Pendant ce temps, l’empereur donnait un banquet au Chrysotriklinos pour les hommes de la suite d’Olga. Mais, au dessert, l’empereur se leva et alla dans la salle à manger, l’Aristètèrion. On sortit du magnifique meuble d’apparat, appelé le pentapyrgion106, une petite table d’or et on servit le dessert dans des plateaux en émail sertis de pierres précieuses. C’était une collation en toute intimité : y assistaient l’empereur Constantin VII et l’augousta Hélène, l’empereur Romain, leur fils, avec sa jeune épouse et les autres enfants porphyrogénètes107. On rappellera qu’Hélène avait quatre filles. En cette occasion, ou plus tard, on procéda comme de coutume à des distributions d’argent pour la princesse russe et sa suite : 500 miliarèsia à l’archontissa dans un récipient d’or serti de pierres précieuses, 20 miliarèsia à chacune des six femmes de sa famille, 8 miliarèsia à chacune de ses dix-huit servantes. La princesse séjourna plusieurs semaines à Constantinople. Sans doute lui fit-on visiter les églises célèbres de Constantinople, notamment la Néa fondée par Basile et également lui montra-t-on le voile de la Vierge et l’icône miraculeuse conservés à la Théotokos des Blachernes. Tout cela était bien nécessaire à la nouvelle baptisée108. Sans doute aussi donna-t-on des jeux en son honneur, les célèbres courses à l’hippodrome qui à cette époque étaient encore une coutume bien vivace. Il est vraisemblable que chaque fois l’impératrice était présente109. En tout cas, le 18 octobre, peut-être pour clôturer sa visite, il y eut un autre banquet offert par l’impératrice en son honneur au Pentakouboukleion de Saint-Paul : y assistaient l’impératrice et sa jeune bru mais aussi les enfants porphyrogénètes, sans doute les quatre filles, mais peut-être pas Romain car il semble que ce fût là encore un banquet exclusivement féminin. Plus tard, on procéda encore à des donations d’argent pour Olga et sa suite110. Il convient ici de noter la présence des enfants porphyrogénètes dans les diverses cérémonies données par l’impératrice. Il semble bien qu’un tel cérémonial était habituel, comme en témoignent la miniature de Basile Ier du Parisinus gr. 510 montrant l’impératrice Eudocie Ingérina entre ses deux fils, despotes déjà couronnés, Léon et Alexandre, et les mosaïques du Kainourgion au Palais, qui représentaient Basile trônant avec sa femme Eudocie et « leurs enfants », vêtus d’habits impériaux et ornés de diadèmes. Les fils tenaient en main des rouleaux où étaient écrits des préceptes divins et les filles, le Livre des Évangiles111.

  • 112 Nicétas Choniatès, éd. p. 146-147, trad. p. 83.

29Deux siècles plus tard, Marie d’Antioche était présente aux audiences des ambassadeurs venus d’Occident. Ce fut à cette occasion qu’elle révéla à Manuel Ier la teneur des propos échangés avec l’interprète officiel Aaron Isaac de Corinthe qui leur conseillait de ne pas céder trop vite aux demandes de paiement de l’empereur112.

  • 113 Ibid., éd. p. 455-456, trad., p. 250-251. À ce sujet, voir A. Beihammer, Comnenian Imperial Succes (...)
  • 114 Nicétas Choniatès, éd. p. 460-461, trad. p. 252-253.

30La fin de la période étudiée donne une plus grande visibilité encore à la cour féminine et à celle qui se trouve à son faîte. Le cas d’Euphrosyne, l’épouse d’Alexis III Ange, dont le rôle politique fut indissociable de sa présence marquée dans le cérémonial, fut particulièrement commenté par les contemporains. En avril 1195, Euphrosyne eut, en effet, un rôle majeur dans l’intronisation de son époux proclamé empereur par l’armée au camp de Kypsella, car elle fut l’organisatrice de son couronnement à Sainte-Sophie. Elle reçut, avant l’entrée de son époux dans le palais, une assemblée de dignitaires laïques et ecclésiastiques qui, selon le rituel, « se prosternèrent devant la femme […] courbèrent la tête en guise de tabourets, et comme des chiens serviles posèrent leur nez sur ses chaussures », gage de leur obéissance113. Par la suite, sa position à l’égal de l’empereur dans le cérémonial était manifeste. Ainsi, elle exigeait qu’on laissât toujours deux trônes dans la salle d’audience des ambassadeurs, ce qui ne manquait pas d’irriter les contemporains. Ils jugeaient qu’elle dépassait les bornes en méprisant les règles tacites auxquelles se soumettaient antérieurement les impératrices. Assise aux séances du conseil aux côtés de son époux, elle présidait dans de splendides vêtements, avec une couronne ornée de pierres précieuses et le cou paré de petits colliers très précieux. Il paraît aussi qu’elle recevait séparément les dignitaires de la cour qui lui devaient une proskynèse plus appuyée que celle réservée à l’empereur. Enfin, les parents de l’empereur investis des plus hautes charges n’hésitaient pas à porter le splendide trône sur leurs épaules pour élever l’impératrice114.

  • 115 Le Traité de Philothée (899), dans Oikonomidès, Les listes de préséance (cité n. 64), p. 229, l. 4
  • 116 Constantin VII Porphyrogenète, Le Livre des cérémonies, chap. 41, t. 1, p. 164 : les entrées sont (...)
  • 117 Tsamakda, The Illustrated Chronicle, miniature 127, fol. 53v. Les interprétations divergent sur la (...)

31En dehors de sa participation aux manifestations politiques, les textes soulignent la nécessaire présence de l’impératrice lors de certaines fêtes et cérémonies d’anniversaire à l’intérieur du palais où « la table de l’empereur et de l’impératrice » est dressée dans les différents banquets115. À la fête des Rameaux, l’impératrice siégeant au Chrysotriklinos aux côtés de l’empereur reçoit les entrées et prend les croix des personnes qui entrent comme l’empereur le fait « suivant le cérémonial de l’empereur qui est aussi le sien »116. L’impératrice Théodora assiste aux côtés de Théophile au mariage de sa sœur avec Nasr, un chef de tribu kurde surnommé Théophobe, qui a déserté le califat abbasside avec toute son armée et s’est réfugié à Byzance117.

  • 118 Constantin VII Porphyrogenète, The Book of Ceremonies, II, chap. 18, t. 2, p. 606. Ce chapitre a é (...)
  • 119 Ibid., p. 602-603.
  • 120 Le Traité de Philothée (899), dans Oikonomidès, Les listes de préséance (cité n. 64), p. 222.
  • 121 C’est l’apélatique qui donne en effet le thème de la fête : « Dieu vous a confirmé autocrator souv (...)
  • 122 Ce banquet avec saximon du chap. 65 doit être lié à la réception de l’empereur par les factions de (...)
  • 123 Tsamakda, The Illustrated Chronicle, Miniature 484, fol. 198v.
  • 124 N. Oikonomidès, La couronne dite de Constantin Monomaque, TM 12, 1994, p. 241-262 (l’auteur présen (...)

32Les Broumalia des empereurs, fêtes fort prisées de Michel III, sont mentionnés du temps de Léon VI et nous savons que Constantin VII eut à cœur de les remettre en usage après quelque éclipse lors du règne de Romain Lécapène118. La fête avait lieu le soir. Une table était dressée dans la salle à manger. Étaient présents ceux qui dînaient habituellement avec l’empereur : les magistres, les préposites, les détenteurs de grandes charges, parfois des stratèges et surtout les parents de l’empereur. On chantait les eulogies impériales qui convenaient aux Broumalia. Puis venaient les acclamations et les vœux habituels. On buvait. Après quoi chacun recevait un flambeau et repartait chez lui. Mais tout de suite après, en petit comité, une autre table était dressée dans la même salle à manger et là s’asseyaient le grand empereur, le petit empereur et l’augousta avec les porphyrogénètes ainsi que les serviteurs les plus intimes, c’est-à-dire le parakoimomène, et d’autres invités, et tous congratulaient l’empereur et l’augousta. Le jour suivant, on dressait une table pour seize personnes dans le Triklinos de Justinien, présidée par les souverains. Avec eux étaient assis les plus grands dignitaires. Puis, sur ordre de l’empereur, ils se levaient tous pour danser : c’était le saximon119. On dansait souvent à Byzance : ces soirs-là on faisait au nom de chacun « la danse avec lumières » et ensuite on distribuait des bourses. Au Broumalion de l’augousta Zoé Zaoutzaina, le 29 novembre, étaient distribuées huit livres d’or120. Il y avait aussi des ballets lors des anniversaires de la naissance de l’empereur ou des anniversaires d’avènement et de couronnement. Le chapitre 65 du premier livre du Livre des cérémonies décrit en détail le cérémonial du saximon donné en l’honneur de l’empereur lors de l’anniversaire de son avènement121 et mentionne qu’il s’applique au saximon donné en l’honneur de l’impératrice en la même circonstance. C’était un banquet avec ballet donné dans le Triklinos de Justinien. Le ballet est ici exécuté par les démarques des dèmes avec leurs factions et les grands officiers alternativement pour les Bleus et les Verts en tournant trois fois autour de la table122. Après la danse, on distribuait des bourses. Une miniature du Skylitzès représente des danseuses au mariage de Zoé avec Romain III Argyre (figure 3)123 ; les danseuses ont été immortalisées dans la couronne offerte au roi de Hongrie : Zoé, Théodora et Constantin Monomaque figurent dans leurs habits impériaux et avec des couronnes sur la tête. Deux danseuses sont représentées124.

Figure 3 - Le mariage de Zoé avec Romain III Argyre, codex Vitr. 26-2, fol. 198v (© BNE, Madrid)

Les vêtements d’apparat de l’impératrice et le jeu des couleurs

  • 125 Notamment celles du Skylitzès dont on n’oubliera pas néanmoins qu’elles ont été exécutées au milie (...)

33Grâce aux descriptions textuelles, aux miniatures125, aux fresques et aux objets d’art, nous avons quelque connaissance des vêtements de l’impératrice lors des cérémonies.

  • 126 Constantin VII Porphyrogenète, The Book of Ceremonies, II, chap. 15, t. 2, p. 580-581. Pour le man (...)
  • 127 Voir ci-dessus. Les vêtements des impératrices représentées dans les miniatures du Skylitzès de Ma (...)
  • 128 Cabinet des médailles, Bibliothèque nationale de France : Parani, Reconstructing the Reality of Im (...)

34L’importance des vêtements d’apparat de l’impératrice transparaît dans la description de la décoration du Grand Palais lors de la réception de l’ambassade de Tarse en 946. Aux huit absides voûtées du Chrysotriklinos étaient suspendues les couronnes impériales (celles de l’impératrice à côté de celles de l’empereur), également les chlamydes des empereurs et des impératrices : provenant du Panthéon, l’hèplèsion de l’augousta, peut-être son costume d’écuyère, et, provenant de la salle à manger, le mandion de l’augousta126. Lors de son couronnement, le Livre des cérémonies dit qu’elle revêtait la chlamyde bénie par le patriarche127. Sur l’ivoire qui orne la couverture d’un évangéliaire où le Christ bénit Romain et Eudocie128, cette dernière figure vêtue d’une tunique à larges manches avec, par-dessus, une chlamyde ornée de médaillons, agrafée par une grosse fibule sur l’épaule droite, et sur la poitrine un tablion. Elle porte un diadème surmonté d’un astérisque avec des prépendoulia (figure 4).

Figure 4 - Le Christ couronnant Romain et Eudocie, ancienne plaque de reliure, BnF Médailles et Antiques, inv. 55 300 (© BnF, Paris)

  • 129 Tsamakda, The Illustrated Chronicle, miniatures 43, fol. 24r, et 44, fol. 24v.
  • 130 Ibid., miniature 102, fol. 45r. Le maniakion était le large collier orné de perles et de pierres p (...)
  • 131 Génésios, éd. A. Lesmueller-Werner et I. Thurn, Iosephi Genesii Regum libri quattuor, Berlin/New Y (...)
  • 132 Pour le loros et le thorakion de l’époque médio-byzantine, voir Parani, Reconstructing the Reality(...)
  • 133 Tsamakda, The Illustrated Chronicle, miniature 127, fol. 53v. Il est possible que, le texte de Sky (...)
  • 134 Ibid., miniature 298, fol. 125r.
  • 135 Ibid., miniature 314, fol. 129r.
  • 136 Ibid., miniature 484, fol. 198v.
  • 137 Ibid., miniature 504, fol. 206v.
  • 138 Ibid., miniature 541, fol. 222r.
  • 139 Ibid., miniature 542, fol. 222r.
  • 140 Ibid., miniature 556, fol. 227v. Il semble bien que les couronnes de Zoé et de Théodora avec un ca (...)
  • 141 Sinait. gr. 364. Cf. J. Spatharakis, The Portrait in Byzantine Illuminated Manuscripts, Leyde 1976 (...)
  • 142 Parani, Reconstructing the Reality (cité n. 126), p. 318, no 26
  • 143 Vat. gr. 1176, fol. 2r. Cf. Spatharakis, The Portrait (cité n. 141), p. 208-210 ; Parani, Reconstr (...)

35Sur les miniatures du Skylitzès on voit souvent l’impératrice trônant aux côtés de son époux dans des vêtements entièrement dorés comme ceux de l’empereur, telle Théodosia, la femme de Léon V, qui porte une longue robe dorée avec un loros doré en forme de T, un voile doré sous son diadème129. Près de quatre siècles plus tard, nous avons la représentation d’Agnès de France arrivant à Byzance. Elle est d’abord vêtue à l’occidentale avec une robe rouge et dorée, puis elle est revêtue de la robe impériale dorée à motifs pourpres et elle porte le diadème perlé. L’impératrice est ailleurs représentée avec des vêtements plus spécifiques à sa fonction : ainsi Théodora trône avec Théophile, portant une tunique de dessous (divitèsion ?) dorée, le thorakion doré, un manteau bleu avec des pierres précieuses, le maniakion, les bottines rouges, une large couronne à un cabochon rouge au centre et des boucles d’oreille130. Ce n’était pas la seule couronne de l’impératrice. Il y avait le diadème simple comme nous l’avons vu, et aussi le diadème orné de pointes dit modiolos, qu’aurait porté Barka la première épouse de Léon V sous les moqueries de Prokopia, l’épouse de Michel Ier Rhangabé131. On remarquera que les princesses impériales, les filles de Théodora, portaient pour quatre d’entre elles le loros avec sa longue traîne132, le thorakion doré et passementé de pierreries de diverses couleurs sur leur tunique à larges manches, tandis que l’aînée, Thècle, portait une longue tunique dorée sur laquelle on entrevoit un loros croisé (figure 5). Au mariage de sa sœur, Théodora portait une robe rouge avec un maphorion doré, tandis que sa sœur portait une robe dorée avec le loros doré en forme de T, qui ressemble en tout point au costume de l’impératrice Théodosia133. Toutes les images de Théodora trônant seule la montrent en robe dorée avec un loros doré, portant une couronne dorée posée sur un large voile doré. Lors de son mariage avec Constantin VII, Hélène Lécapène portait une tunique et un manteau à manches rouges134. Anne, l’épouse d’Étienne, fils de Romain, portait lors de son couronnement une tunique bleue, un manteau rouge et le loros doré en forme de T, et lors de son mariage une longue tunique rouge et le loros doré en forme de T comme son époux135. Zoé la Porphyrogénète était lors de son mariage avec Romain Argyre vêtue d’une longue tunique dorée avec par-dessus un manteau rouge et d’un voile blanc sans couronne136. Quand le mariage de Zoé avec Michel IV est célébré dans le Chrysotriklinos, Zoé porte uniquement une grande tunique bleue. Les couronnes des deux époux sont reliées par un voile137. Lors de son mariage avec Constantin Monomaque, Zoé porte une longue tunique dorée138. Lors du couronnement de Constantin IX, l’empereur et l’impératrice sont vêtus de façon identique avec une tunique rouge et un loros doré en forme de T139. En robe dorée et couronnées, les deux impératrices Zoé et Théodora, peut-être la despoina Marie Sklèraina et/ou les sœurs de l’empereur se montrent au peuple, à un balcon du palais140. Sur la plaque émaillée d’or de la couronne offerte au roi de Hongrie, Zoé porte une robe bleue ornée de cœurs, le loros avec sa longue traîne, le thorakion orné d’une croix à double traverse, la couronne à pointes, des prépendoulia, un sceptre en main droite. Sur la miniature du manuscrit des homélies de Jean Chrysostome du monastère de Sainte-Catherine au mont Sinaï, les deux sœurs Zoé et Théodora, qui sont de chaque côté de Constantin Monomaque, portent le thorakion, le maniakion, la large couronne (tympanion) avec des pointes, mais Zoé est en rouge et Théodora en bleu141. Irène Doukaina sur la Pala d’Oro est représentée debout avec une robe bleue ornée de piques avec des manches larges aux poignets, le loros, sa grande traîne, le thorakion, orné d’une croix à double traverse, une couronne surmontée de trois pointes, de larges boucles d’oreille. Elle a des chaussons rouges et un sceptre en main droite142. Sur la miniature du manuscrit du Vatican représentant le couple impérial Manuel Ier Comnène et Marie d’Antioche, l’impératrice porte une robe rouge à motifs bleus, richement ornée avec des manches très larges aux poignets, un large maniakion constellé de pierreries, le loros doré, sa grande traîne, le thorakion enrichi de pierres précieuses rouges et bleues et orné d’une croix, une large couronne à trois pointes, des boucles d’oreille et des chaussures rouges. Elle porte le sceptre en main gauche143.

Figure 5 - Les filles de Théodora vénérant les icônes, codex Vitr. 26-2, fol. 44v (© BNE, Madrid)

  • 144 Jean Kinnamos, éd. p. 36, trad. p. 37. Généralement les auteurs byzantins emploient les termes « r (...)
  • 145 Voir à ce sujet Pastoureau, Une histoire symbolique (cité n. 91), p. 118.
  • 146 La miniature du manuscrit mentionné ci-dessus ornait le manuscrit de l’Ekthésis synodale de 1166.
  • 147 Tsamakda, The Illustrated Chronicle, miniatures 536, fol. 219v ; 537, fol. 220r ; 538, fol. 220v.
  • 148 Ibid., miniature 539, fol. 220v ; Michel Psellos, t. 1, p. 108-109 ; Jean Skylitzès, éd. p. 419, t (...)

36Nous remarquons la prééminence du doré, symbole de la puissance, mais aussi de la lumière qui resplendit, de l’énergie. L’empereur est représenté en doré et très souvent son épouse à ses côtés également : nous avons vu que l’impératrice Théodora apparut à l’ambassadeur al-Ghazal comme le soleil levant, car elle était vraisemblablement vêtue du loros doré en forme de T. Le bleu, couleur féminine, qui l’associe de façon allégorique à la Vierge, est également très présent : il recouvre en partie le doré comme pour l’adoucir, dans le cas de Théodora. Ce port du bleu virginal peut étonner dans le cas de Zoé lors de son mariage avec Michel IV, mais on pourrait dire que cette robe bleue vient comme purifier le côté sombre de l’événement et en adoucir la violence : le meurtre de Romain Argyre, le couronnement, la nuit même, de son amant Michel IV, le coup de force vis-à-vis du patriarche mis devant le fait accompli et pressé de donner immédiatement sa bénédiction. Il y avait également le rouge pourpre hérité de la Rome impériale, le symbole du pouvoir. Les bottines de l’impératrice sont toujours pourpres, comme parfois l’est sa longue robe ou sa tunique souvent rehaussée du doré du loros et, dans cette union des couleurs, c’est la majesté impériale qui est magnifiée : Zoé est représentée à l’égal de Constantin Monomaque, car c’est elle qui lui a donné sa légitimité. Mais on rappellera que Dobrodjeda, l’épouse du fils aîné de Jean II Comnène, qui était appelée à devenir impératrice, portait une robe pourpre foncé, le byssus, que Berthe de Sulzbach confondit avec le vêtement noir de nonne144. Ces couleurs n’étaient peut-être pas exactement celles portées dans la réalité quotidienne : nous savons par exemple que la tunique bleue, rouge ou pourpre était décorée de larges bandes au niveau du cou. De même l’uniformisation du couple impérial en vêtements dorés était dans la réalité moins répandue qu’il n’y paraît dans les miniatures. La couleur est avant tout symbole145. Le pourpre et l’or étaient des couleurs impériales. Le vêtement est sans doute le support chromatique le plus important aux yeux de tous et nul doute qu’il fallait de l’éclat et de la lumière dans les vêtements de l’impératrice. Ainsi, le portrait de Marie d’Antioche aux côtés de Manuel est présenté comme étant celui de la prokypsis de l’impératrice au concile de 1166146. En 1042, quand Théodora est arrachée du monastère du Pétrion où l’avait reléguée sa sœur pour être conduite au palais sur un bateau, elle porte alors un maphorion bleu, tandis que sa sœur Zoé, qui depuis le Grand Palais s’adresse aux citoyens, porte une robe pourpre et une couronne (figure 6), comme d’ailleurs pendant toute la durée des événements d’avril 1042 : elle est représentée dans le palais, assise sur un trône, dans sa robe rouge alors que Michel V s’adresse au peuple depuis le kathisma ou encore quand le peuple demande qu’elle associe au trône sa sœur Théodora147. Opposition du pourpre pour l’impératrice Zoé qui détient alors le pouvoir et du bleu pour celle qui est comme une vierge célibataire magnifiée par sa pureté ? Sur une autre miniature Théodora garde son maphorion bleu pour entrer au palais après que Michel V a été renversé, mais, en réalité, il paraît que le peuple l’avait revêtue d’une robe pourpre des plus somptueuses à Sainte-Sophie pour sa proclamation comme impératrice148, sans doute du pourpre foncé, le fameux byssus…

Figure 6 - 1042, Théodora retourne au palais. Zoé s’adresse aux citoyens, codex Vitr. 26-2, fol. 220v, registre inférieur (© BNE, Madrid)

Le cérémonial observé lors des processions et des déplacements de l’impératrice à l’extérieur du palais

  • 149 En septembre 796, Irène l’Athénienne était allée en compagnie de son fils, Constantin VI, aux bain (...)

37Quand l’impératrice quittait le palais, quel était le cérémonial qui régissait ses faits et gestes ? Il s’agit ici de suivre l’impératrice dans ses apparitions publiques en dehors même du cérémonial de cour et de son strict protocole, dans les processions ou les visites d’églises ou de monastères, dans sa présence aux côtés de l’empereur en campagne, dans ses visites dévotionnelles aux saints moines ou aux saintes reliques. Nous avons vu que son personnel se comptait par centaines, mais l’impératrice ne se déplaçait pas toujours avec l’ensemble de sa cour. Il faut distinguer les processions à l’intérieur de Constantinople, qui devaient comprendre sa suite de dames d’honneur, quelques membres de sa famille, ses enfants en particulier, et des gardes armés pour assurer sa sécurité, de ses déplacements au long cours quand elle accompagnait l’empereur en campagne, par exemple, où elle disposait d’une tente avec garde-robe, trésor, chapelle et objets de culte, service de table à l’égal de l’empereur. Il est certain que tout membre de sa suite avait sa place attribuée lors de ces sorties. Si la plupart des sorties de l’impératrice hors du palais se déroulaient dans l’enceinte de la Ville, l’impératrice pouvait cependant fréquenter la résidence d’été du palais de Hiéreia de l’autre côté de la Propontide ou se rendre aux bains de Prusa149 : tout était préparé pour ces déplacements comme nous le verrons. Elle pouvait aussi, nous l’avons dit, accompagner son époux dans ses lointaines expéditions.

Processions dans les églises de Constantinople

  • 150 Constantin VII Porphyrogenète, Le Livre des cérémonies, chap. 9, t. 1, p. 61 ; The Book of Ceremon (...)
  • 151 Théophane, AM 6211 (25 décembre 718), p. 551-553.
  • 152 Syméon Magistros, 132.3, p. 261.
  • 153 Théophane, AM 6268 (775/776), p. 621.
  • 154 Léon le Grammairien, p. 335. On rappellera que ce chemin était fort court, mais que la procession (...)

38L’impératrice avait coutume de se rendre dans les différentes églises de la Ville et dans la première d’entre elles, Sainte-Sophie. À certaines fêtes religieuses, comme celle du Dimanche de Pâques, l’impératrice venait à l’égal de l’empereur dans la Grande Église et y recevait la cour des femmes dans les catéchuménies à l’étage où se trouvait un siège qui lui était expressément réservé. Le kouboukleion qui avait œuvré précédemment pour les réceptions de l’empereur se mettait alors à sa disposition. Il y avait plusieurs entrées de la cour des femmes selon leur rang, depuis les patriciennes à ceinture jusqu’aux comtesses des Hicanates, et était alors échangé le baiser de paix entre l’impératrice et les dames de la cour. L’acclamation habituelle dite polychronion (nombreuses années) se faisait entendre, puis l’impératrice pénétrait dans le mitatorion avec ses propres cubiculaires femmes, sans doute pour changer de vêtement, peut-être pour offrir un banquet150. Le 25 décembre 718, l’épouse de Léon III, Marie, sitôt augousta, prit l’initiative de faire baptiser son fils par le patriarche Germain : « Elle fit une procession solennelle seule à la Grande Église sans son époux. Après avoir prié devant les portes du sanctuaire, elle se rendit au Grand Baptistère, où son époux était entré auparavant avec quelques membres de sa maison. » Après le baptême elle retourna au palais en procession et elle distribua de l’or aux citoyens sur le chemin qui la menait à la Chalcé151. Le baptême d’Étienne, fils de Basile Ier, fut plus traditionnel, puisque sur le chemin du retour, alors que le préposite Baanès tenait l’enfant, l’empereur et son épouse Eudocie, montés sur un char attelé de chevaux blancs, firent tous deux au peuple une distribution d’argent152. Léon IV couronna son fils, Constantin VI, le dimanche de Pâques (24 avril 776), comme il était de coutume de faire coïncider la plus grande fête religieuse avec la cérémonie du couronnement, mais ce fut à l’hippodrome. On ne dit pas que son épouse y assista. Le patriarche fit la prière sur l’autel portatif et le grand empereur couronna le petit. Ensuite il y eut une procession à Sainte-Sophie, très solennelle, qui réunit les cinq fils de la troisième épouse de Constantin V. L’augousta Irène, épouse de Léon IV, alla séparément en procession escortée des sceptres, par les Scholes, l’escalier de la Chalcé jusqu’à la tribune de l’église sans apparaître dans la Mésè à portiques. La jeune impératrice resta donc en retrait de la grande procession et cela parut assez insolite pour que le chroniqueur Théophane le notât153. En revanche, en 813, lors du couronnement de Théophylacte, fils de Michel Ier Rhangabé, Prokopia prit, dit-on, une part très active à la cérémonie et procéda à de grandes libéralités sur le chemin qui menait de Sainte-Sophie au Grand Palais154.

  • 155 Marie était le nom de la femme de l’empereur Léon III, appelée Anne dans les Patria sans doute par (...)
  • 156 Patria, III, 41. En cet endroit elle fonda l’église Sainte-Anne : Dagron, Constantinople imaginair (...)
  • 157 Voir ci-dessous. Cette cérémonie se situe entre 1042 (date de l’attribution du titre de sébaste à (...)
  • 158 J. Lefort, Rhétorique et politique : trois discours de Jean Mauropous en 1047, TM 6, 1976, p. 278.
  • 159 Théophane, AM 6305 (812/813), p. 623.

39Les impératrices se rendaient dans bien d’autres églises que Sainte-Sophie. Une des destinations les plus habituelles était la Théotokos des Blachernes située à l’extrémité nord-est de la Ville. L’église était réputée pour ses reliques et être favorable à la maternité à tel point qu’Anne (Marie), épouse de Léon III, surprise dans les douleurs, dut accoucher sur le chemin du retour, comme nous l’avons vu155. On notera que, l’église étant fort éloignée du Palais, les impératrices n’hésitaient pas à s’y rendre à cheval, ce qui valut quelque mésaventure à Théodora, l’épouse de Théophile, dont le cheval se cabra à l’aller et au retour au lieu-dit Digestheas156. On dit que ce fut au cours d’une procession à l’église des Quarante Martyrs, où se trouvaient les sœurs porphyrogénètes Zoé et Théodora ainsi que la Sklèraina, que le peuple s’en prit à cette dernière157. Les impératrices Zoé et Théodora inaugurèrent aux côtés de l’empereur Monomaque l’église Saint-Georges des Manganes le 21 avril 1047, cérémonie si exceptionnelle pour une fondation impériale qui avait accaparé l’empereur de longues années qu’elle fit l’objet de l’éloge du rhéteur Mauropous158. Les textes passent généralement sous silence les processions où l’impératrice se rendait aux côtés de son époux dans les diverses églises de la capitale ou de sa proche banlieue, et nous n’en avons mention qu’occasionnellement, ainsi le 25 février 813 quand Michel Ier et son épouse Prokopia se rendirent au monastère Saint-Taraise où fut célébré un service en mémoire du patriarche dont la tombe fut recouverte d’une feuille d’argent de 95 livres159.

  • 160 L’impératrice Théodora avait coutume d’aller à la sainte église de la Mère de Dieu aux Blachernes (...)
  • 161 Pour les miracles de l’église de la Vierge de Pègè, voir S. Efthymiadis, Le monastère de la Source (...)

40L’impératrice aimait également se rendre aux bains, le plus souvent en compagnie de ses dames d’honneur ou de ses filles. Le complexe des Blachernes comportait un établissement de bains, ce qui permettait à l’impératrice de faire ses dévotions et de se baigner160. D’autres églises jouissaient de la réputation d’eaux chaudes miraculeuses, en particulier la Théotokos de la Source (Pègè) qui bénéficia de la bienfaisance de nombreux empereurs et fut l’un des sanctuaires les plus visités par les membres de la famille impériale ou les dignitaires de haut rang. Irène l’Athénienne, selon l’auteur des miracles du xe siècle, y aurait été guérie de ses hémorragies. En tout cas, elle fit don à l’église de voiles tissés d’or et de rideaux filés d’or, d’une couronne et de vaisselle à usage liturgique décorée de pierres précieuses et de perles. Elle ordonna également qu’elle et son fils fussent représentés sur une mosaïque, de chaque côté de l’église, en figures de donateurs161. La même source raconte que Thècle, la fille de Théodora, fut guérie elle aussi par la source miraculeuse, raison pour laquelle l’impératrice, sa mère, aurait émis des chrysobulles de donation à l’église, ou encore que Zoé Karbonopsina aurait été délivrée de sa stérilité grâce au pouvoir de la Vierge de la Source.

41Comment se déplaçait l’impératrice dans une ville aussi grande que Constantinople ? Nous avons vu qu’elle montait à cheval facilement. Pour les courtes distances, comme du Palais à Sainte-Sophie, elle allait le plus souvent à pied.

La présence de l’impératrice aux jeux et aux spectacles

42La présence de l’impératrice aux jeux et aux spectacles était mal vue des auteurs byzantins. D’une part l’impératrice était perçue comme une femme dont la présence en public était réprouvée même si c’était une femme d’exception et d’autre part elle risquait par là d’affaiblir l’autorité impériale. Pourtant, les historiens ne manquèrent pas de raconter des anecdotes sur ce thème car ils avaient le dessein de s’en servir dans le jugement qu’ils portaient sur le règne et qui serait transmis à la postérité. C’est pourquoi il fallait que les histoires qu’ils rapportaient fussent crédibles.

  • 162 Nombre de contemporains en attribuaient la paternité à Michel III, cf. Léon le Grammairien, p. 249 (...)
  • 163 Minorsky, Marvazi on the Byzantines (cité n. 99), p. 461-462, et commentaire p. 467-468 ; N. P. Še (...)
  • 164 A. Vasiliev, Harun ibn-Yahya and his description of Constantinople, Seminarium Kondakovianum 5, Pr (...)
  • 165 Michel Psellos, t. 2, p. 6-7.
  • 166 M. McCormick, Eternal Victory : Triumphal Rulership in Late Antiquity, Byzantium and the Early Med (...)
  • 167 The Itinerary of Benjamin of Tudela, éd. et trad. M. N. Adler, New York 1907 ; Ševčenko, Wild anim (...)
  • 168 Nicétas Choniatès, éd. p. 508-509, trad. p. 280.
  • 169 Voir à ce propos Dagron, Empereur et prêtre, p. 284. L’auteur pense néanmoins que la coupure dater (...)

43L’impératrice Théodora assistait aux courses de l’hippodrome où son époux Théophile concourait sous la couleur bleue, ce qui ne manqua pas de surprendre une fois de plus l’ambassadeur omeyyade qui était admiratif de sa beauté, comme nous l’avons vu. Eudocie Ingérina, épouse de Basile, co-impératrice avec Eudocie Dékapolitissa, assistait aux courses de chevaux à l’hippodrome Saint-Mamas en septembre 866 en l’honneur du nouveau-né Léon162. Al-Marwazi, médecin arabe du début du xiie siècle, décrit les manifestations données à l’hippodrome : concert, luttes, courses, tout cela en présence de l’empereur et de l’impératrice avec leur cour respective, celle de l’empereur en rouge, celle de l’impératrice en vert. Il mentionne des combats d’animaux, entre chiens et renards, guépards et antilopes, lions et taureaux, tandis que les spectateurs festoyaient, buvaient et dansaient. Il s’étonne non seulement de la présence de l’impératrice aux jeux, mais plus encore du fait que les « hommes de l’impératrice défient ceux de l’empereur » et, si ses hommes étaient vainqueurs, l’impératrice elle-même leur distribuait les prix163. Al-Marwazi ajoute que si les cochers de l’impératrice l’emportaient sur ceux de l’empereur aux courses, c’était un mauvais présage pour l’issue de la guerre contre les musulmans. Ces données ne semblent pas être un témoignage du xiie siècle, mais davantage une mise en forme de récits d’auteurs arabes antérieurs, remontant sans doute aux ixe-xe siècles quand Harun ibn Yahya décrivait le cérémonial à Constantinople164. Zoé et Théodora assistèrent au printemps 1043, assises sur le parvis de l’église du Sauveur de la Chalcé aux côtés de Constantin IX Monomaque, au triomphe célébrant la victoire impériale sur la tentative d’usurpation de Maniakès dont la tête avait été fixée au sommet de l’hippodrome165. Il semble que la présence d’une impératrice lors de la célébration d’un triomphe fût assez inhabituelle, mais c’était dans le cas présent une façon de reconnaître que l’empereur tenait son pouvoir des deux princesses impériales166. À la fin du xiie siècle, Benjamin de Tudèle, qui visitait Constantinople, mentionne que chaque année, à Noël, il y avait nombre de divertissements à l’hippodrome. Des habitants du monde entier s’exhibaient devant l’empereur et l’impératrice. Il y avait des jongleurs, mais aussi des combats de bêtes sauvages, lions, léopards, ours, ânes sauvages, oiseaux. Nulle part ailleurs il n’existait de tels spectacles167. En 1200, à l’occasion du mariage des deux filles d’Alexis III Ange, Irène avec Alexis Paléologue et Anne avec Théodore Laskaris, furent offerts jeux et divertissements avec musique, dans un théâtre improvisé dans la cour du palais des Blachernes, auxquels assistaient l’empereur, l’impératrice et tous ceux qui étaient d’illustre génos, y compris les princesses impériales168. Furent données des courses de char, mais selon une parodie du cérémonial. Un eunuque très riche, appartenant aux plus hauts dignitaires, entra dans le théâtre sur un cheval de bois, jouant le rôle de l’éparque de Constantinople, en mimant à la fois un magnifique cavalier et un cheval qui se cabrait et hennissait, puis changeant de rôle il imitait le mapparios. Que la présence aux courses ou au théâtre des impératrices fût habituelle, on ne saurait en douter : il était du rôle de l’impératrice d’accompagner son époux et de se montrer au peuple, mais lors des jeux donnés par Alexis III Ange, la parodie du cérémonial aurait mis en danger l’impératrice et la cour si justement l’empereur n’avait pris soin d’en limiter l’accès à un nombre très réduit de spectateurs : l’empereur, l’impératrice, leurs proches les plus fidèles. Néanmoins la question se pose de savoir si le cérémonial avait gardé la signification qu’il avait au xe siècle de reproduire symboliquement l’ordre divin et d’assurer l’ordre politique et social. La sacralité religieuse ne se substituait-elle pas progressivement à la sacralité impériale ? Ou plutôt n’était-elle pas nécessaire désormais à la sacralisation de l’empereur ? N’est-ce pas l’époque où s’introduisit le rituel de l’onction par le patriarche qui seul permettait désormais de légitimer l’empereur169 ?

Les promenades champêtres, les résidences de loisir et les pèlerinages

  • 170 Constantine Porphyrogenitus, De administrando imperio, éd. G. Moravcsik et R. J. H. Jenkins, Washi (...)
  • 171 Jean Skylitzès, éd. p. 126, trad. p. 109-110.
  • 172 La Vie de saint Cyrille le Philéote moine byzantin († 1110), éd. et trad. É. Sargologos, Bruxelles (...)

44L’impératrice allait souvent résider dans un palais d’été, comme à Hiéreia par exemple, de l’autre côté du Bosphore. L’augousta disposait de bateaux, rouges et noirs, spécialement affrétés à son service. Du temps de l’empereur Léon VI, ils étaient sous l’autorité du préposé à la table de l’impératrice, séparément des bateaux de l’empereur qui se trouvaient quant à eux sous l’autorité du protospathaire de la phiale. Sous le règne de Romain Lécapène, ils furent réunis à la flotte de l’empereur, à la suite d’une rumeur selon laquelle les rameurs de la flotte de l’impératrice auraient fomenté un complot170. Il est probable que lors de ces déplacements l’impératrice partait avec toute sa cour féminine et emmenait avec elle ses enfants. Parfois, c’était l’impératrice mère comme Théodora, qui accompagnait son fils Michel III quand il allait pique-niquer après la chasse171. Y avait-il alors un certain laisser-aller dans le cérémonial ? Les déplacements en famille étaient bien plus fréquents qu’il n’y paraît d’après les sources et c’est un peu par hasard que l’on apprend que l’empereur Alexis Ier est allé par deux fois visiter saint Cyrille dans son village de Philéa de Thrace avec sa femme, l’impératrice Irène, et ses enfants ; il paraît qu’à la seconde visite, en 1105, le saint était tellement affaibli que ce fut l’impératrice elle-même qui lui donna à manger et à boire, mais ne nous y trompons pas : le geste de l’impératrice faisait partie du cérémonial de cette visite impériale172.

  • 173 Tsamakda, The Illustrated Chronicle, miniature 523, fol. 214v ; Jean Skylitzès, éd. p. 408, trad. (...)
  • 174 Vie de Basile (cité n. 111), chap. 74, p. 254-255.

45On peut se demander une fois de plus comment se déplaçait l’impératrice pour de si grandes distances. Sans doute a-t-on un indice dans la description du voyage de Marie, la sœur de Michel IV et mère du césar Michel (futur Michel V), qui se rend à Éphèse en pèlerinage en mai 1040. Elle est à cheval en amazone. Elle porte un pantalon ( ?) bleu et, dessus, un manteau sombre et un voile jaune. Elle est escortée de deux groupes de cavaliers avec un couvre-chef rouge173. Nous verrons plus loin que l’impératrice Irène Doukaina se déplaçait en litière. Néanmoins, contrairement à la veuve Danèlis dont les trois cents serviteurs se relayaient pour la porter du Péloponnèse à Constantinople174, l’impératrice avait sa litière portée par deux mules.

Aller à la rencontre de l’empereur quand il revient de campagne et accompagner l’empereur en campagne

  • 175 La date des deux triomphes de Théophile n’est pas bien établie : on a pu se demander s’il ne s’agi (...)
  • 176 Constantin VII Porphyrogenète, The Book of Ceremonies, t. 1, p. 504.

46En 831 (837 ?)175, Théodora alla jusqu’à Hiéreia à la rencontre de Théophile qui revenait de campagne. La cérémonie est solennelle : l’augousta sortit de la Ville avec le représentant de l’empereur, le magistros, l’éparque de la Ville et tout le Sénat, ce qui devait représenter une foule considérable. Les sénateurs allèrent à la rencontre de l’empereur juste avant son arrivée et se prosternèrent. L’impératrice rencontra l’empereur à l’intérieur de la clôture du Chamaitriklinos quand il descendit de cheval. Elle se prosterna et l’embrassa. L’empereur ordonna au Sénat de rester avec lui à Hiéreia une semaine pour laisser le temps aux prisonniers agarènes d’arriver. Il ordonna aussi aux femmes des sénateurs, qui avaient donc quitté la Ville, de raccompagner là-bas l’augousta176. On constate donc que l’augousta s’est déplacée jusqu’à Hiéreia avec sa cour en même temps que la cour masculine allait à la rencontre de l’empereur.

  • 177 Al-Marwazi s’étonnait qu’une impératrice puisse accompagner l’empereur, son époux, en campagne : M (...)
  • 178 Théophane, AM 6304 (juin 812), p. 679.
  • 179 Ibid., AM 6305 (813), p. 684 ; Léon le Grammairien, p. 337.
  • 180 Kazhdan, McCormick, The Social World (cité n. 88), p. 184. Les auteurs n’ont pas considéré assez a (...)
  • 181 Jean Skylitzès, éd. p. 268, trad. p. 225 ; Tsamakda, The Illustrated Chronicle, miniature 390, fol (...)
  • 182 L’impératrice est représentée à gauche de Nicéphore Phocas debout sur un trône tandis que le père (...)
  • 183 Michel Attaliate, trad. A. Kaldellis et D. Krallis, Michael Attaleiatès, The History, Cambridge MA (...)
  • 184 Anne Comnène (cité n. 71), XII, 3, 3, t. 3, p. 60.
  • 185 Ibid., XII, 3, 5, t. 3, p. 61.
  • 186 Zonaras (cité n. 55), 18.26.9, p. 752, 373.12.15.
  • 187 Anne Comnène (cité n. 71), XII, 3, 6, t. 3, p. 62.
  • 188 Ibid., XIII, 1, 7, t. 3, p. 89.
  • 189 Ibid., XIII, 4, 1, t. 3, p. 100.
  • 190 Ibid., XV, 1, 6, XV, 3, 1, t. 3, p. 190, 193.
  • 191 Ibid., XV, 2, 2, t. 3, p. 191.
  • 192 Voir Malamut, La tente impériale à Byzance (cité n. 26), p. 73-75.
  • 193 Prokopia distribuait des dons d’argent aux troupes et des cadeaux aux officiers (mai 813) en Thrac (...)
  • 194 Irène Doukaina faisait la charité pendant toute la route, cf. Anne Comnène (cité n. 71), XII, 3, 9 (...)

47Quelques impératrices accompagnèrent leur époux en campagne177 et cela était souvent source de troubles à l’intérieur de l’armée. En juin 812, Prokopia accompagna Michel Ier Rhangabé dans son expédition contre les Bulgares qui assiégeaient alors Déveltos. Sa présence suscita le mécontentement de l’armée qui trouvait que l’empereur était complètement soumis à son épouse178. Au début du mois de mai 813, Prokopia accompagna à nouveau son époux dans une campagne en Thrace contre les Bulgares : elle s’adressa aux soldats les exhortant à garder son époux en vie pendant la bataille. Les troupes se moquèrent de l’empereur179. Jusqu’à quel point l’impératrice n’allait-elle pas alors au-delà du rôle qui lui était imparti et de l’espace qui lui était réservé au palais ? Il semble que la transgression des espaces masculin et féminin était chose courante dans les campements militaires bien avant le xiie siècle180. Théophanô accompagna avec ses enfants Nicéphore Phokas dans sa campagne de Cilicie au printemps 964. Elle resta en arrière dans la forteresse de Drizion où la miniature du Skylitzès la représente trônant (figure 7)181. Les fresques du Grand Pigeonnier de Çavuşin en Cappadoce témoignent aussi de sa présence aux côtés de l’empereur dans cette campagne qui dura vraisemblablement plusieurs mois et à l’issue de laquelle la famille impériale résida en Cappadoce où Nicéphore Phocas fit décorer l’église182. Eudocie Makrembolitissa accompagna Romain Diogène au début de sa campagne de Mantzikert : elle traversa les détroits du Bosphore quand elle eut reçu la colombe envoyée par son époux et passa quelque temps avec lui avant qu’il ne s’enfonçât en Anatolie183. Irène Doukaina accompagnait Alexis Ier (surtout après 1105) dans de fréquentes expéditions184 sous prétexte de soigner l’empereur, qui souffrait énormément des pieds du fait de la goutte, et de déjouer les complots185. Son gynécée la suivait186. Néanmoins, la présence féminine dans le camp militaire s’avérait délicate pour l’impératrice qui devait conserver la distance nécessaire à sa majesté. Alors elle se déplaçait en litière qui était recouverte du voile impérial et « sa divine personne restait cachée »187. Peine perdue, l’impératrice était mal acceptée par l’armée : des libelles sont jetés dans la chambre impériale, contenant des invectives contre la basilissa Irène Doukaina188. Là encore, comme pour l’exemple de Prokopia, on constate que la présence de l’impératrice au sein de l’armée contrevenait à l’ordre de la cour. On retrouve Irène au siège de Dyrrachium (1107-1108) : elle restait à Thessalonique loin des opérations et l’empereur venait la rejoindre dès qu’il en avait la possibilité189. En 1116, elle résidait à Prinkipo, sans doute dans le monastère construit par Irène l’Athénienne, qui abrita nombre d’impératrices souvent contre leur gré, alors que l’empereur était en campagne contre les Turcs et elle le rejoignait dès que cela était possible190. Une monère était spécialement affrétée pour les déplacements de l’impératrice. On remarque qu’il n’est plus question d’une flotille de l’augousta comme au xe siècle, mais d’une seule monère réservée aux impératrices191. Penser que le cérémonial était absent lors des déplacements de l’impératrice est erroné : il y avait un ordonnancement très précis concernant la tente de l’augousta, son personnel, son trésor. Elle pouvait être très luxueuse192. Les impératrices n’hésitaient pas à faire des distributions d’or soit aux officiers de l’armée193, soit aux nécessiteux qu’elles rencontraient sur le chemin ou conviaient dans leur tente. Elles imitaient en cela l’empereur dont la table était comme « un banquet divin »194.

Figure 7 - Théophano à Drizion (Cilicie), codex Vitr. 26-2, fol 151r, registre supérieur (© BNE, Madrid)

La première place

  • 195 Voir les acclamations à la fête de la Nativité, lors des réceptions : « Nombreuses années, une tel (...)
  • 196 Si l’on s’en tient à la date traditionnelle du mariage, Théophile aurait couronné ses trois filles (...)
  • 197 P. Grierson, Catalogue of Byzantine Coins in the Dumbarton Oaks Collection and in the Whittemore C (...)
  • 198 Plusieurs augoustai, cf. Constantin VII Porphyrogenète, Le Livre des cérémonies, I, chap. 78, t. 2 (...)
  • 199 Jean Skylitzès, éd. p. 132, trad. p. 113.
  • 200 À cette époque, le moine Basile fut invité une semaine entière au palais par l’impératrice Hélène, (...)
  • 201 Jean Skylitzès, éd. p. 134, trad. p. 115.
  • 202 J. Herrin, Les femmes de la cour à Byzance, dans Impératrices, princesses, aristocrates et saintes (...)

48Il n’est pas rare que plusieurs augoustai autres que l’épouse de l’empereur résident dans le palais. Les possibilités étaient nombreuses, quand le fils et co-empereur du grand empereur se mariait : nous avons vu Hélène, épouse de Constantin VII, présider les cérémonies avec sa bru lors de l’ambassade d’Olga. Le cas de la présence simultanée de l’impératrice mère et de « sa » ou « ses » brus était fréquent, raison pour laquelle il est souvent fait mention d’augoustai au pluriel dans les acclamations195. On peut citer, à la fin du viiie siècle, la présence au palais d’Eudocie, épouse de Constantin V, et de sa bru Irène l’Athénienne épouse de Léon IV. Il y avait aussi, et fort communément, la présence des princesses impériales, filles du couple impérial, proclamées augoustai, comme ce fut le cas vers 830 des trois filles aînées de Théophile, Thècle, Anne et Anastasie196. Il est certain que Thècle, la conseillère de son père, devait occuper une place privilégiée dans le cérémonial, si l’on considère qu’elle figurait aux côtés de Théophile et de Théodora au droit d’une monnaie d’or sans doute commémorative197. Au début du règne personnel de Michel III en 856, Théodora s’accrocha au pouvoir pendant deux ans, puis, après avoir été envoyée au couvent, elle revint au palais. Il paraît que vers 863 il y avait plusieurs augoustai, d’abord l’épouse de Michel III, Eudocie Dékapolitissa, peut-être Théodora, sa mère, qui serait revenue en grâce, et enfin Thècle, sa sœur, qui aurait été le lot de consolation de Basile, son écuyer198. Skylitzès confirme la présence, sous le règne de Michel III, de plusieurs augoustai dont les robes d’apparat étaient conservées dans le trésor199. On peut se demander combien il y avait d’augoustai sous le règne de Romain Lécapène : outre Théodora son épouse, il y avait Hélène, fille de Romain et épouse de l’empereur Constantin VII, Sophie, l’épouse de Christophore, qui fut proclamée augousta à la mort de Théodora en 922, sans compter les épouses des autres fils de Romain Lécapène qui furent tous couronnés200. Basile Ier résolut une grande partie du problème en envoyant ses quatre filles au monastère201. À la fin du xiie siècle on peut citer la difficile, si ce n’est l’impossible coexistence ou plutôt la rivalité ouverte entre les trois augoustai, Marie d’Antioche, veuve de Manuel Ier, Marie la Porphyrogénète, fille de Manuel et de Berthe de Sulzbach, et Agnès, la jeune fille venue de France épouser Alexis II. Cette multiplication des augoustai et des problèmes posés par la multiplication concordante des gynécées et des crises palatiales issues de la jalousie entre les impératrices a attiré l’attention de Judith Herrin qui y a consacré plusieurs études202.

  • 203 Michel Psellos, t. 1, p. 145.

49La concurrence des impératrices se reflétait dans leur titulature et affectait même les maîtresses attitrées de l’empereur : on rappellera que Marie Sklèraina, maîtresse de Constantin IX Monomaque, était officiellement appelée despotis et basilis à la suite du traité et des serments échangés avec Zoé203. Une telle titulature officielle donnait droit à la Sklèraina de participer à part entière au cérémonial impérial : elle siégeait en avant avec Zoé et Constantin. Toutes deux (Zoé et la Sklèraina) assistaient l’empereur et s’entretenaient avec lui des mêmes affaires. Quant à lui, tenant la balance égale entre les deux femmes, il pesait leur avis et parfois donnait l’avantage à la « seconde impératrice » (deutera basilis).

  • 204 Il s’agit du célèbre vers d’Homère, ibid., t. 1, p. 147. Voir Iliade, III, 156 : « Il ne faut pas (...)
  • 205 Jean Skylitzès, éd. p. 434, trad. p. 361.

50Le peuple était toujours très sensible à une modification du cérémonial et de son ordonnancement comme en témoigne l’anecdote rapportée par Michel Psellos sur les impératrices Zoé et Théodora et la sébastè Sklèraina, alors qu’elles se rendaient au théâtre : « Défilaient et l’impératrice et sa sœur et, après elle, la sébaste (car les impératrices l’avaient, conformément à la volonté de l’empereur, honorée de cette dignité nouvelle). Comme donc elles défilaient – la procession les conduisait au théâtre – alors pour la première fois la foule la vit marchant avec les impératrices et quelqu’un de ceux qui sont experts en l’art de flatter émit à voix assez haute ce mot du poète “ ou nemesis” sans pousser plus loin le vers204. » Pourtant quelque temps plus tard, le 9 mars 1044, le jour de la fête des Quarante Saints Martyrs, l’empereur, sortant de la Chalcé pour aller en cortège vénérer les saints, dut affronter une révolte populaire au cri de « Nous ne voulons pas de la Sklèraina comme impératrice ! Nous ne voulons pas qu’elle fasse mourir nos mères, les porphyrogénètes Zoé et Théodora. » Et, ajoute le narrateur, si les impératrices n’étaient pas apparues aussitôt au balcon, il y aurait eu une véritable émeute et on aurait compté les morts205.

  • 206 É. Limousin, Zoé, derrière l’image et les mariages, une politique ?, dans Impératrices, princesses (...)
  • 207 Jean Skylitzès, éd. p. 420, 422, trad. p. 348, 350 : « Le pouvoir était revenu entre les mains de (...)

51Au-delà de l’interprétation de cet événement comme une révolte populaire contre le retour des dynatoi personnifiés par la Sklèraina, qu’a analysée Éric Limousin dans un article récent206, l’égalité de majesté entre les deux sœurs, chère au peuple de Constantinople, datait des événements de 1042. Le peuple révolté contre Michel V avait alors promu Théodora au même rang que sa sœur en la proclamant impératrice à Sainte-Sophie, ce qui n’avait pas été sans difficulté car, jusque là, elle avait été reléguée à la seconde place par Zoé et même enfermée au monastère du Pétrion et Zoé n’admettait pas facilement que sa sœur partageât la première place avec elle207.

  • 208 Sur ce bref moment d’unité, voir Limousin, Zoé, derrière l’image (cité n. 206), p. 75.
  • 209 Michel Attaliate (cité n. 183), p. 28.
  • 210 Michel Psellos, t. 1, p. 116.
  • 211 Ibid., t. 1, p. 118. Pour la renovatio du cérémonial par les deux sœurs, voir Hill, James, Smythe,(...)
  • 212 Michel Psellos, t. 2, p. 21.

52En 1042 elles étaient toutes deux impératrices souveraines de par la volonté du peuple de Constantinople et le ralliement des principaux dignitaires208. Elles furent alors proclamées autokratores209. Elles siégeaient comme les empereurs en avant de la tribune impériale, mais, selon Psellos, Théodora était un peu retrait, signifiant par là qu’elle avait donné la préséance à Zoé et qu’elle tenait donc un rang inférieur210. Elles étaient entourées par un premier rang formé des différents corps d’armée du palais. Un second cercle était constitué des dignitaires « en faveur ». Un troisième cercle était encore constitué de gardes du palais. Elles « donnaient des ordres d’une voix tranquille » : les deux sœurs s’appliquaient à reproduire le modèle laissé par le cérémonial macédonien211. Elles furent ensuite considérées comme les authentiques dépositaires du pouvoir impérial, comme en témoigne leur nécessaire apparition publique lors de la révolte du peuple en 1042 et lors de la révolte de Léon Tornikès en 1047. L’empereur était à nouveau menacé de perdre son trône, d’autant que la rumeur enflait sur sa mort présumée, c’est alors qu’il se montra, revêtu des habits impériaux, avec les impératrices, assis à l’un des balcons du palais212.

  • 213 Théophane continué, IV. 11, p. 228.
  • 214 Zonaras (cité n. 55), p. 682-683.
  • 215 A-t-elle été proclamée autokratôr ? N. Oikonomidès est d’avis que, si Eudocie en a eu le rôle, ell (...)

53On peut imaginer que le cérémonial entourant la régente devait être identique, avec néanmoins la restriction que la régente au nom de son (ou ses fils) n’était pas proclamée autokratôr, même si elle en détenait le pouvoir. Les miniatures nous montrent Théodora trônant soit seule, soit avec son fils Michel, soit avec son conseiller Théoktistos : on distingue souvent un groupe de dignitaires ou de sénateurs, mais peu d’hommes en armes. Les textes parallèlement soulignent le rôle de l’augousta dans les fêtes de l’orthodoxie habituellement présidées par l’autokratôr : ainsi, Théodora, veuve de Théophile, présidait le banquet donné dans le palais de Karianos pour la fête de l’orthodoxie, assistée du clergé213. Eudocie Makrembolitissa est mentionnée comme trônant entre ses deux fils : Zonaras souligne « en toute circonstance officielle »214. Elle se tenait à la place prévue par le cérémonial pour l’autokratôr entre les autres basileis215.

54Nous n’avons pas fait l’inventaire de toutes les apparitions publiques de l’impératrice, qui d’ailleurs sont souvent éludées tant elles étaient habituelles, notamment leurs visites dans les églises ou les bâtiments religieux dont elles étaient les fondatrices ou les protectrices. Car il ne faudrait pas oublier le rôle particulièrement important qu’elles avaient dans leurs actions de dévotions et de donations pieuses que nous avons relevées à l’occasion d’un cérémonial qui a retenu l’attention des contemporains. Il suffit d’évoquer ici les célèbres mosaïques de Sainte-Sophie où sont représentées les impératrices Zoé Karbonopsina et Irène Piroska, l’épouse de Jean II, pour rappeler qu’elles ont été, comme les empereurs, des mécènes financiers et artistiques. Chaque fois un cérémonial adapté devait mettre en scène l’impératrice mécène, comme nous l’avons vu dans le cas des donations d’Irène l’Athénienne à Pègè. Nous nous sommes donc concentrée sur les cérémonies qui faisaient de la jeune fiancée une augousta et préparaient son entrée dans la capitale, sur son apparition lors de son mariage et de son couronnement telle un astre à ses sujets (la prokypsis) – scène maintes fois décrite ou illustrée dans les miniatures d’ouvrages importants comme le tome synodal de 1166 –, sur sa fonction de représentation dans les cérémonies de cour, sans oublier le rituel important de la naissance des porphyrogénètes, sur le déploiement de sa majesté lors des réceptions au palais ou de ses pérégrinations, qui étaient l’occasion de côtoyer ses sujets et de dispenser la charité. Nous l’avons vue vêtue de pourpre, symbole du pouvoir impérial, ou de bleu, s’assimilant de façon allégorique à la Vierge, ou encore de doré, diffusant la lumière aux côtés de son époux, l’empereur-soleil. Les couleurs étaient associées aux vêtements propres à l’impératrice, comme la longue robe à larges manches, le loros et le thorakion, et aux regalia : la couronne avec prépendoulia ou de grandes boucles d’oreille, et les chaussons rouges.

  • 216 Voir, en Occident, les relations par les chroniqueurs de la cérémonie des funérailles de la reine (...)
  • 217 Constantin VII Porphyrogenète, The Book of Ceremonies, II, chap. 42, t. 2, p. 647.
  • 218 Ibid., p. 647-648 ; Life of Theodora, p. 380-382.
  • 219 Constantin VII Porphyrogénète, Le Livre des cérémonies, II, chap. 69, t. 2.

55Pourtant, au terme de cette étude, nous sommes étonnée de ce que la cérémonie des funérailles soit le plus souvent passée sous silence216. Nous nous sommes interrogée sur cette curieuse absence. Nous en avons décelé des causes évidentes : retrait plus ou moins forcé du palais de la reine mère alors que son époux est mort et clôture dans un monastère où elle finit par décéder loin des honneurs impériaux. Les exemples foisonnent et concernent également les sœurs du jeune empereur si elles n’ont pas été mariées. Ainsi, Euphrosyne, peu de temps après le mariage de son beau-fils, Théophile, avec Théodora, se retira dans le monastère qu’elle avait fondé, dit de Kyra Euphrosyne, et elle y fut ensevelie dans un tombeau en marbre de Bithynie217. Théodora elle-même dut se retirer au monastère de Gastria quand son fils Michel III exerça seul le pouvoir souverain. Elle y fut ensevelie avec sa mère Théoktistè, son frère Pétronas et trois de ses filles. Si la Vie de Théodora livre une version suspecte de sa fin avec un cercle de pleureuses et la visite à son chevet de son fils Michel, en aucun cas il ne s’agit de « funérailles impériales »218. Pour les impératrices dont la mort survenait au cours du règne de leur époux, le Livre des cérémonies souligne que leurs funérailles devaient être identiques à celles de celui-ci, d’abord l’exposition du corps aux Dix-Neuf Lits sur le lit d’or. Ainsi est-il écrit : « Il faut savoir que le même cérémonial, le même ordre et la même liturgie ont lieu pour l’enterrement de l’augousta. » Étaient réunis les corporations, le clergé et l’ensemble du Sénat. Le maître des cérémonies devait dire, lorsque l’on emportait l’augousta hors du palais : « Sors impératrice, le Roi des Rois et le Seigneur des Seigneurs t’appelle219. » Ensuite la dépouille était portée à la Chalcé, puis le cortège s’avançait sur la Mésè jusqu’au lieu de sépulture, où la couronne était retirée, les Saints-Apôtres à l’époque considérée.

  • 220 Vie anonyme de sainte Théophanô (BHG 1794), éd. E. Kurtz, Zwei griechische Texte über die Hl. Théo (...)
  • 221 Jean Skylitzès, éd. p. 179, trad. p. 151.
  • 222 Vita Euthymii Patriarchae Cp. (cité n. 38), p. 62-64 ; P. Karlin-Hayter, L’adieu à l’empereur, Byz (...)
  • 223 Constantin VII Porphyrogenète, The Book of Ceremonies, II, chap. 42, p. 643.
  • 224 Jean Kinnamos, éd. p. 14, trad. p. 23 ; Chronique de Michel le Syrien patriarche jacobite d’Antioc (...)
  • 225 Gaude-Ferragu, La reine au Moyen Âge (cité n. 98), p. 188.
  • 226 Voir les commémoraisons prévues par son époux Jean II dans le typikon du monastère (Le Typikon du (...)

56Les témoignages des contemporains sont peu diserts sur les funérailles des impératrices et l’image de leur ensevelissement est contrastée. On rappellera ici les récits concernant les épouses de Léon VI. La première, Théophanô, qu’il avait recluse au monastère, fut sanctifiée après sa mort à la suite d’une série de miracles220. De Zoé Zaoutzaina, sa deuxième épouse morte fin 899, un an et huit mois après sa proclamation, un chroniqueur rapporte que l’on prépara un sarcophage pour y déposer son corps et « on y remarqua une inscription gravée qui disait ceci : “la misérable fille de Babylone” »221. La troisième, Eudocie Baïana, morte en couches un an après son mariage, après que l’higoumène du monastère Saint-Lazare eut refusé de l’ensevelir le jour de Pâques, eut droit le lendemain à des funérailles impériales en présence du Sénat sacré, dans une grande manifestation de deuil public222. Ces trois impératrices furent ensevelies aux Saints-Apôtres dans le mausolée de Constantin dans des sarcophages luxueux223. Des autres impératrices qui eurent pourtant grande réputation il n’est pas dit grand-chose, si ce n’est que leur corps était rapatrié à Constantinople si elles décédaient loin de la capitale, telle Irène Piroška, si vénérée pourtant, morte en Bithynie en août 1134. L’empereur Jean avait escorté sa dépouille jusqu’à Constantinople et observé le deuil224. Il est dit aussi qu’Irène avant sa mort avait abandonné ses insignes pour l’habit monastique sous le nom de Xéné. Eut-elle droit à des funérailles impériales ? Peut-être, comme Blanche de Castille, fut-elle revêtue des habits impériaux qui recouvraient ses vêtements de moniale et eut-elle le front ceint d’une couronne quand son corps fut exposé225. Mais le fut-il ? Rien n’est moins sûr après le transfert de la dépouille depuis la Bithynie car sa décomposition dut être rapide en pleine chaleur, à moins qu’elle n’ait été embaumée. Elle fut ensevelie dans le monastère qu’elle avait fondé avec son époux, le Pantocrator. Finalement, le plus important à la mort de l’impératrice n’était-ce pas le lieu de sépulture où allaient s’effectuer les commémoraisons226 et la splendeur du tombeau plutôt que la cérémonie proprement dite des funérailles, comme le porte à croire la liste détaillée des sarcophages impériaux dans le Livre des cérémonies ?

  • 227 On remarquera que même pour la Porphyrogénète Théodora qui régna comme autokratôr en 1055-1056 et, (...)

57La représentation de l’impératrice, « son corps public », échappait donc souvent au rituel des funérailles, sans doute parce que la transmission du pouvoir à l’héritier n’était pas en jeu227 et que son rôle se situait avant tout aux côtés de l’empereur pour l’ordonnancement de la cour, la taxis, au palais et à l’extérieur du palais, dans les franchissements des espaces sacrés et profanes, chaque fois que la mise en scène de l’univers cérémoniel nécessitait la présence de sa majesté.

Abréviations

58Constantin VII Porphyrogénète, Le Livre des cérémonies
Constantin VII Porphyrogénète, Le livre des cérémonies, éd. et trad. A. Vogt, 2 vol., Paris 1935-1939 (Collection byzantine)

59Constantin VII Porphyrogénète, Book of Ceremonies
Constantine Porphyrogennetos, The Book of Ceremonies, trad. A. Moffat et M. Tall, 2 vol., Canberra 2012 (Byzantina Australiensia 18)

60Dagron, Empereur et prêtre
G. Dagron, Empereur et prêtre. Étude sur le « césaropapisme » byzantin, Paris 1996 (Bibliothèque des histoires)

61Herrin, Unrivalled Influence
J. Herrin, Unrivalled Influence, Women and Empire in Byzantium, Princeton NJ 2013

62Jean Kinnamos
Ioannis Cinnami Epitome rerum ab Ioanne et Alexio Comnenis gestarum, éd. A. Meineke, Bonn 1832 (CSHB) ; trad. J. Rosenblum, Jean Kinnamos, Chronique, Paris 1972 (Publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Nice 10)

63Jean Skylitzès
Ioannis Scylitzae Synopsis Historiarum, éd. J. Thurn, Berlin 1973 (CFHB 5) ; trad. B. Flusin et J.-C. Cheynet Empereurs de Constantinople, Paris 2003 (Réalités byzantines 8)

64Léon le Grammairien
Leonis Grammatici chronographia, éd. I. Bekker, Bonn 1842 (CSHB)

65Life of Theodora
Life of Theodora, dans Byzantine Defenders of Images. Eight Saints’ Lives in English Translation, éd. A. M. Talbot, Washington DC 1998 (Byzantine Saints’ Lives in Translation 2)

66Michel Psellos
Michel Psellos, Chronographie ou histoire d’un siècle de Byzance (976-1077), éd. et trad. É. Renauld, 2 vol., Paris 1926-1928 (Collection byzantine)

67Nicétas Choniatès
Nicetae Choniatae Historia, éd. J. A. Van Dieten, Berlin 1975 (CFHB 11) ; trad. H. J. Magoulias, O City of Byzantium : Annals of Niketas Choniates, Détroit 1984 (Byzantine Texts in Translation)

68Théophane
The Chronicle of Theophanes Confessor : Byzantine and Near Eastern History AD 284-813,trad. C. Mango et R. Scott, Oxford 1997

69Théophane continué
Chronographiae quae Theophanis Continuati nomine fertur Libri I-IV, éd. et trad. J. Featherstone et J. Signes Codoñer, Boston/Berlin 2015 (CFHB 53)

70Treadgold, The Byzantine Revival
W. T. Treadgold, The Byzantine Revival, 780-842, Stanford 1988

71Treadgold, The Problem of the Marriage
W. T. Treadgold, The Problem of the Marriage of the Emperor Theophilus, GRBS 16, 1975, p. 325-341

72Tsamakda, The Illustrated Chronicle
V. Tsamakda, The Illustrated Chronicle of Ioannes Skylitzes in Madrid, Leyde 2002

Notes

1 G. Dagron, Réflexions sur le cérémonial byzantin, Palaeoslavica 10/1, 2002, p. 26-36 ; P. Buc, Dangereux rituel. De l’histoire médiévale aux sciences sociales, Paris 2003 (Le nœud gordien).

2 B II. 6.1.

3 Constantin VII Porphyrogénète, Le Livre des cérémonies, t. 2, chap. 72, p. 92.

4 Nous ne revenons pas ici sur la mise en cause du concours de beauté (L. Rydén, The Bride-Shows at the Byzantine Court : History or Fiction ?, Eranos 83, 1985, p. 175-191) réfutée depuis, voir J. Herrin, Considerations on the Education of a Byzantine Princess, dans The Empress Theophano, Byzantium and the West at the Turn of the First Millenium, éd. A. Davids, Cambridge 2002, p. 66-68. Voir aussi W. T. Treadgold, The Bride-Shows of the Byzantine Emperors, Byz. 49, 1979, p. 395-413. Nous ne commenterons pas non plus les perspectives historiques et sociales que ce concours induit (voir en particulier J. Herrin, Women in Purple, Rulers of Medieval Byzantium, Londres 2001, p. 132-138, 190-191, 222-225), car notre propos se limite au cérémonial.

5 Il s’agissait de Rotrude, fille de Charlemagne : Théophane, AM 6274 (781/782), p. 628 ; Royal Frankish Annals, trad. B. W. Scholz, Carolingian Chronicles : Royal Frankish Annals and Nithard’s Histories, Ann Arbor 1970, a. 781 ; Annales Mosellani, éd. J. M. Lappenberg, dans Annales aevi Suevici, éd. G. H. Pertz, Hanovre 1859 (MGH. Scriptores 16), a. 781.

6 The Life of St Philaretos the Merciful, Written by His Grandson Niketas, éd. L. Rydén, Uppsala 2002 (Studia Byzantina Upsaliensia 8), p. 60, 80, 82-86, 88, 90-92.

7 Une fois les autres concurrentes éliminées, l’épouse de Philarète est introduite avec ses trois filles devant l’empereur et sa mère : aussitôt la première, Marie, est fiancée à l’empereur (PmbZ, no 4727), la deuxième à l’un de ses grands officiers, le patrice Constantinakios, lui aussi d’une éclatante beauté. Quant à la troisième, le roi des Lombards, un nommé Argousis, envoie une ambassade à l’empereur Constantin, accompagnée de nombreux présents, pour la demander en mariage : The Life of St Philaretos the Merciful (cité note précédente), p. 90-92.

8 Théophane, AM 6300 (807/808), p. 663-664. Selon l’auteur arabe Tabari, Nicéphore aurait envoyé une ambassade au calife Harun al-Rashid après la prise d’Héraclée de Cilicie par les musulmans pour lui demander de lui restituer une jeune fille captive qu’il avait précédemment demandée en mariage pour son fils. Le calife y aurait consenti et renvoyé la jeune fille, cf. M. Canard, La prise d’Héraclée, Byz. 32, 1962, p. 359.

9 Théodora était issue d’Ébissa de Paphlagonie (cf. Théophane continué, III. 5, p. 131), ce qui dut influer sur le choix d’Euphrosyne (PmbZ, no 1705), dont la mère Marie d’Amnia était également originaire de Paphlagonie, voir à ce sujet Treadgold, The Problem of the Marriage, p. 338. Si le mariage de Théophile eut lieu en 821 et non en 829, comme il est traditionnellement admis, ce ne serait pas Euphrosyne qui aurait organisé le concours de beauté, mais Thècle, la première épouse de Michel II, cf. J. Signes Codoñer, The Emperor Theophilos and the East, 829-842. Court and Frontier in Byzantium during the Last Phase of Iconoclasm, Farnham/Burlington 2014 (Birmingham Byzantine and Ottoman Studies 13), p. 73-74.

10 Syméon Magistros, éd. S. Wahlgren, Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, Berlin 2006 (CFHB 44/1), 130.2-3, p. 216 ; version identique dans Georges le Moine Continué, éd. I. Bekker, Bonn 1832 (CSHB), p. 790.

11 M. Vinson, The Life of Theodora and the Rhetoric of the Byzantine Bride Show, JÖB 49, 1999, p. 47-52.

12 Life of Theodora, p. 363.

13 Buc, Dangereux rituel (cité n. 1), p. 10-12.

14 Sur le rôle de mère comme le plus important fondement idéologique du rôle de l’impératrice à partir du xie siècle : B. Hill, Imperial Women and the Ideology of Womanhood in the Eleventh and Twelfth Centuries, dans Women, Men and Eunuchs, Gender in Byzantium, éd. L. James, Londres/New York 1997, p. 83.

15 P. Buc, Rituel politique et imaginaire politique au haut Moyen Âge, RH 2001/4, no 620, p. 843-883.

16 Life of Theodora, p. 365. Pour la pomme comme symbole de l’autorité impériale, voir D. Dželebdžić, Un aspect négligé de la symbolique de la pomme dans la littérature byzantine. À propos de la Vita Basilii (4. 14-20) [en serbe avec résumé en français], ZRVI 41, 2004, p. 113-132. Pour la prophétie du saint et sa fonction politique, voir A. Timotin, Visions, prophéties et pouvoir à Byzance. Étude sur l’hagiographie méso-byzantine ( ixe-xie siècles), Paris 2010 (Dossiers byzantins 10), p. 66.

17 Histoire trop proche de celle de la rencontre d’Isaiah et de Théodora pour être véridique, d’autant que Iôannikios était mort depuis longtemps (J. O. Rosenqvist, The Life of St Irene Abbess of Chrysobalanton, Stockholm 1986 [Studia Byzantina Upsaliensia 1], chap. 6). Voir à ce sujet Herrin, Women in Purple (cité n. 4), p. 222-223. Pour le rôle d’Irène de Chrysobalanton dans le contexte historique du xe siècle, voir Timotin, Visions (cité note précédente), p. 251-260.

18 Présente au concours de beauté organisé pour Michel III, Eudocie Ingérina (PmbZ, no 1632) n’aurait pas été choisie par l’empereur, « il en épousa une autre […] c’était là une Providence d’en Haut qui la mettait en réserve pour une joie ultérieure [c’est à dire le mariage avec Basile] », cf. Oraison Funèbre de Basile I par son fils Léon VI le Sage, éd. A. Vogt et I. Hausherr, Rome 1932 (Orientalia Christiana 26, no 77), p. 52-54.

19 G. Dagron, Théophanô, les Saints-Apôtres et l’église de Tous-les-Saints, Σύμμεικτα 9 (Mélanges à la mémoire de D. A. Zakythinos), 1994 (1995), p. 201-218, ici p. 204.

20 Théophane, AM 6261 (novembre 769), p. 613.

21 Pseudo-Kodinos, Traité des offices, éd. J. Verpeaux, Paris 1966 (Le monde byzantin), p. 286-287. Même si le traité date du milieu du xive siècle, il est certain que ce protocole témoigne d’une réalité ancrée avant 1204.

22 M. Jeffreys, The Vernacular εἰσιτήριοι for Agnes of France, Byzantine Papers : Proceedings of the First Australian Byzantine Studies Conference, Canberra, 17-19 May 1978, éd. E. Jeffreys, M. Jeffreys et A. Moffat, Canberra 1981 (Byzantina Australiensia 1), p. 101-102 ; C. J. Hilsdale, Constructing a Byzantine “Augusta :” A Greek Book for a French Bride, The Art Bulletin 87/3, 2005, p. 458-483. La date a été récemment contestée et reportée au mariage d’Andronic II avec Anne de Hongrie (A. Iacobini, L’epitalamio di Andronico II. Una cronaca di nozze dalla Costantinopoli paleologa, dans Arte profana e arte sacra a Bisanzio, éd. A. Iacobini et E. Zanini, Rome 1995 [Million 3], p. 361-410), mais les arguments ne sont pas entièrement convaincants.

23 Discours d’Eustathe de Thessalonique sur l’arrivée de la fiancée impériale venue de France à Constantinople, cf. Fontes rerum Byzantinarum : Rhetorum saeculi XII orationes politicae, t. 1, 1-2, éd. W. Regel et N. Novosadky, Saint-Pétersbourg 1892 (réimpr. Leipzig 1982), V, p. 80-92, ici p. 85. Pour le contexte politique et la division de la noblesse française sur ce mariage, cf. A. F. Stone, The Oration by Eustathios of Thessaloniki for Agnes of France : A Snapshot of Political Tension between Byzantium and the West, Byz. 73, 2003, p. 112-126.

24 On rappellera qu’un siècle plus tard, en 1296, Rita-Maria accosta à l’extrémité de la Corne d’Or près de Kosmidion et qu’elle y fut accueillie avec les plus grands honneurs, cf. Georges Pachymérès, Relations historiques, t. 3, éd. A. Failler, Paris 1999 (CFHB 24/3), IX, 5, p. 232. Voir É. Malamut, L’impératrice byzantine et la cour (xiiie-xve siècle), ZRVI 50, 2013, p. 650.

25 Nicétas Choniatès, éd., p. 255 ; trad., p. 142.

26 É. Malamut, La tente impériale à Byzance : une cour ambulante (ive-xiie siècles), dans Dynamiques sociales au Moyen Âge en Occident et en Orient, éd. Ead., Aix-en-Provence 2010 (Le temps de l’histoire), p. 65-88 ; M. Mullet, Tented Ceremony : Ephemeral Performances under the Komnenoi, dans Court Ceremonies and Rituals of Power in Byzantium and the Medieval Mediterranean. Comparative Perspectives, éd. A. Beihammer, S. Constantinou et M. Parani, Leyde/Boston 2013 (The Medieval Mediterranean 98), p. 512.

27 Hilsdale, Constructing a Byzantine “Augusta” (cité n. 22), p. 465.

28 Constantin VII Porphyrogénète, Le Livre des cérémonies, I, chap. 48-50, t. 2 ; The Book of Ceremonies, I, chap. 39-41, t. 1.

29 J. B. Bury, The Ceremonial Book of Constantine Porphyrogennetos, The English Historical Review 22, 1907, p. 428-431, 436.

30 Théophane, AM 6261 (768/769), p. 613 ; Bury, The Ceremonial Book (cité note précédente), p. 429-430.

31 Voir infra ce que nous savons de la réalité de ces cérémonials à l’époque considérée.

32 Bury, The Ceremonial Book (cité n. 29), p. 430. Le cas de Zoé, la quatrième épouse de Léon VI, est plus complexe à notre avis, voir ci-dessous.

33 Ibid. Même si couronnement et mariage se suivaient de peu, ils n’étaient pas simultanés.

34 Pour les vêtements de l’impératrice, voir infra.

35 Constantin VII Porphyrogénète, The Book of Ceremonies, t. 1, p. 203 n. 1.

36 Ibid., I, chap. 40, p. 204, et I, chap. 41, p. 211 : il y a quelques nuances dans cette partie du cérémonial.

37 Théophane continué, éd. I. Bekker, Bonn 1828 (CSHB), p. 370.

38 Vita Euthymii Patriarchae Cp., éd. P. Karlin-Hayter, Bruxelles 1970 (Bibliothèque de Byzantion 3), p. 108 (juin 906).

39 Ibid., p. 132.

40 Ibid., p. 136.

41 Herrin, Women in Purple (cité n. 4), p. 62-63 : le bain de Sainte-Christine se trouvait dans le complexe de la Magnaure. Le cérémonial à l’aller et au retour de l’augousta établit la composition du cortège et l’itinéraire de l’augousta, ce qui donne une impression d’éloignement accrue par le nombre des participants (les factions, les patrices, les sénateurs, l’orchestre).

42 Bury, The Ceremonial Book (cité n. 29), p. 430.

43 Dagron, Empereur et prêtre, p. 216.

44 Théophane, AM 6287 (août 795), p. 645.

45 Life of Theodora, p. 366. Il s’agit peut-être du clergé affecté au service religieux des chapelles palatiales.

46 Léon le Grammairien, p. 213. Les autres sources ont fait quelques confusions entre le couronnement de Théophile et celui de l’impératrice, voir à ce sujet, Treadgold, The Problem of the Marriage : il y eut d’abord le couronnement de l’impératrice par Théophile, puis le couronnement nuptial des deux époux par le patriarche. Pour une remise en question complète de la datation, voir supra n. 9.

47 Syméon Magistros (cité n. 10), 130.4, p. 216-217. Même version dans Georges le Moine Continué (cité n. 10), p. 790.

48 Syméon Magistros (cité n. 10), 131.6, p. 234.

49 Ibid., 136.68, p. 334.

50 Tsamakda, The Illustrated Chronicle, miniature 314, fol. 129r ; Jean Skylitzès, éd. p. 230, trad. p. 192 (avril 934) : il y a un raccourci dans le texte et la miniature est plus fidèle à la réalité du cérémonial ; Théophane continué, éd. I. Bekker (cité n. 37), p. 422.

51 Tsamakda, The Illustrated Chronicle, miniature 318, fol. 130v ; Jean Skylitzès, éd. p. 231, trad. p. 195 (sept. 944). Couronnement de Romain II : ibid., éd. p. 237, trad. p. 200. C’était le dimanche de Pâques, cf. C. Angelidi, Designing Receptions in the Palace (De Cerimoniis 2.15), dans Court Ceremonies and Rituals of Power (cité n. 26), p. 465.

52 Elle vécut, selon Skylitzès, jusqu’en 949.

53 Voir ci-dessous.

54 Théophane continué, éd. I. Bekker (cité n. 37), p. 458.

55 Jean Skylitzès, éd. p. 260-261, trad. p. 219-220 ; Zonaras, éd. T. Büttner-Wobst, Ioannis Zonarae Epitomae historiarum libri XVIII, t. 3, Bonn 1897 (CSHB), p. 498-499 (le couronnement de Nicéphore Phocas avait eu lieu précédemment à Sainte-Sophie).

56 G. Dagron, Nés dans la pourpre, TM 12, 1994, p. 105-142, ici p. 131.

57 Michel Psellos, t. 1, p. 54 (ne mentionne pas le mariage) ; Jean Skylitzès, éd. p. 391, trad. p. 324. Psellos et Skylitzès ne mentionnent que le Chrysotriklinos entièrement décoré pour l’occasion. Sur ce cérémonial, voir B. Hill, L. James, D. C. Smythe, Zoe : The Rhythm Method of Imperial Renewal, dans New Constantines. The Rhythm of Imperial Renewal in Byzantium, 4th -13th Centuries, éd. P. Magdalino, Aldershot 1994 (Publications of the Society for the Promotion of Byzantine Studies 2), p. 226.

58 M. Featherstone, The Great Palace as Reflected in the De Cerimoniis, dans Visualisierungen von Herrschaft. Frühmittelalterliche Rezidenzen – Gestalt und Zeremoniell, éd. F. A. Bauer, Istanbul 2006 (Byzas 5), p. 47-61, ici p. 51 ; G. Dagron, Trônes pour un empereur, dans Byzantium : State and Society. In Memory of Nikos Oikonomides, Athènes 2003, p. 179-203 (repris dans Id., Idées byzantines, Paris 2012 [Bilans de recherche 8], t. 2, p. 487-509, ici p. 502-503).

59 Jean Skylitzès, éd. p. 423, trad. p. 352 : c’est le premier prêtre de la Néa qui bénit le mariage alors que c’est le patriarche qui couronne l’empereur.

60 Michel Psellos, t. 1, p. 108-109.

61 Skylitzès Continuatus, éd. E. Tsolakis, Ἡ Συνέχεια τῆς Χρονογραφίας τοῦ Ἰωάννου Σκυλίτση, Thessalonique 1968 (Institute for Balkan Studies. Publications 105), p. 124.

62 Jean Kinnamos, éd. p. 211, trad. p. 140.

63 Guillaume de Tyr, Histoire des croisades, t. 3, Paris 1824 (Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France 18), p. 378-380.

64 Le Traité de Philothée (899), dans N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantine des ixe et xe  siècles, Paris 1972 (Le monde byzantin), p. 82 : « Car toute la célébrité dans la vie, qui tient à la glorieuse valeur des titres, ne se manifeste pour les spectateurs que par l’appel à son ordre de préséance à la table splendide et au repas convoité de nos très sages empereurs. »

65 Jean Skylitzès, éd. p. 181, trad. p. 152.

66 Ce fut en 900 qu’Anne dut quitter la cour byzantine, cf. W. Ohnsorge, Drei Deperdita der byzantinischen Kaiserkanzlei und die Frankenadressen im Zeremonienbuch des Konstantinos Porphyrogennetos, BZ 45, 1952, p. 321-323.

67 Nicolas I Patriarch of Constantinople, Letters, éd. R. J. H. Jenkins et L. G. Westerink, Washington DC 1973 (CFHB 6), no 32, l. 74-84.

68 Théophane continué, II. 24, p. 115 ; Jean Skylitzès, éd. p. 44, trad. p. 42-43.

69 Guillaume de Tyr, Histoire des Croisades (cité n. 63), 18.30, p. 148. Pour le déroulement de l’ambassade, voir É. Malamut, Le récit de voyage (Hodoiporikon) de Constantin Manassès (1160-1162), dans Géographes et voyageurs au Moyen Âge, éd. H. Bresc et E. Tixier du Mesnil, Nanterre 2010, p. 253-273.

70 Chronicon Paschale, 284-628 AD, trad. M. Whitby et Mary Whitby, Liverpool 1989 (Translated texts for Historians 7), p. 154 ; Dagron, Empereur et prêtre, p. 49.

71 Anne Comnène, Alexiade, éd. et trad. B. Leib, 3 vol., Paris 1937-1945 (Collection byzantine), VI, 8, 1, t. 2, p. 60-61.

72 Patria III, 107 : G. Dagron, Constantinople imaginaire. Études sur le recueil des « Patria », Paris 1984 (Bibliothèque byzantine. Études 8), p. 317. C’est ainsi que la maison du protospathaire où l’impératrice accoucha fut transformée en monastère appelé Tès Spoudès (« De la Hâte »).

73 Théophane, AM 6562 (janvier 771), p. 614 ; AM 6289 (juillet 797), p. 649.

74 Voir le sermon inédit de Samuel Mauropous, chartophylax, cité dans P. Magdalino, The Empire of Manuel Komnenos (1143-1180), Cambridge 1993, p. 243.

75 On rappellera qu’un poème accompagnant un portrait de Manuel et Marie d’Antioche invoquait Dieu pour qu’ils donnent naissance à un héritier : P. Magdalino, R. Nelson, The Emperor in Byzantine Art of Twelfth Century, Byz. Forsch. 8, 1982, p. 123-183, ici p. 137-140. Marie d’Antioche donna naissance à Alexis huit ans après son mariage.

76 Nicétas Choniatès, éd. p. 168-169, trad. p. 96. Il faut rappeler que sa première épouse n’avait eu que deux filles, dont la cadette était morte dans la petite enfance, et que le ventre de Berthe de Sulzbach avait été l’objet de la malédiction patriarcale : ibid., éd. p. 81, trad. p. 47-48.

77 Au sujet de l’astrologie byzantine sous Manuel Ier, voir P. Magdalino, L’orthodoxie des astrologues. La science entre le dogme et la divination à Byzance ( viie-xive siècle), Paris 2006 (Réalités byzantines 12), p. 109-132, ici p. 109-110. De façon plus générale, sur les rapports entre événement et astrologie, voir G. Dagron, Une rhétorique de l’événement : l’astrologie, dans Faire l’événement au Moyen Âge, éd. C. Carozzi et H. Taviani-Carozzi, Aix-en-Provence 2007 (Le temps de l’histoire), p. 193-200.

78 Pour la permanence de ce rituel au xiiie siècle, cf. R. Macridès, The New Constantine and the New Constantinople – 1261 ?, BMGS 6, 1980, p. 28.

79 Constantin VII Porphyrogénète, The Book of Ceremonies, II, chap. 21, t. 2, p. 618-619 ; Dagron, Nés dans la pourpre (cité n. 56), p. 119-121.

80 Nicétas Choniatès, éd. p. 168-169, trad. p. 96. Voir Magdalino, The Empire (cité n. 74), p. 200.

81 Il est peu vraisemblable que l’on ait pris le risque d’amener l’enfant à Sainte-Sophie et de l’exposer, alors qu’il était âgé de quelques jours, aux aléas du temps ou à la présence de la foule.

82 Constantin VII Porphyrogénète, The Book of Ceremonies, II, chap. 21, t. 2, p. 619 ; Dagron, Nés dans la pourpre (cité n. 56), p. 120 n. 96.

83 Variante de l’édition I. Bekker, Nicetae Choniatae Historia, Bonn 1835 (CSHB), p. 220.

84 Entre le 24 novembre et le 17 décembre, cf. Théophane continué, III. 44, p. 211.

85 Voir l’énumération donnée par le Klétorologion lors de la promotion de la patricienne à ceinture : Le Traité de Philothée (899), dans Oikonomidès, Les listes de préséance (cité n. 64), p. 96-97.

86 PmbZ, no 7899 ; Herrin, Unrivalled Influence, p. 227.

87 Constantin VII Porphyrogenète, Le Livre des cérémonies, chap. 59, t. 2, p. 64-65 ; The Book of Ceremonies, chap. 50, t. 1, p. 257-261. La plus ancienne patricienne à ceinture connue est Théoktistè, la mère de Théodora, épouse de Théophile, cf. Jean Skylitzès, éd. p. 52, trad. p. 49 ; Théophane continué, III. 5, p. 131. On connaît son sceau : G. Zacos, Byzantine Lead Seals, éd. W. Nesbitt, Berne 1985, no 569. Cette dignité n’est plus attestée après le xie siècle ; cf. J.-C. Cheynet, La patricienne à ceinture, une femme de qualité, dans Au cloître et dans le monde. Femmes, hommes et sociétés ( ixe-xve siècle), Paris 2000, p. 179-187 (repris dans Id, La société byzantine. L’apport des sceaux, Paris 2008 [Bilans de recherches 3], t. 1, p. 163-173).

88 A. P. Kazhdan, M. Mccormick, The Social World of the Byzantine Court, dans Byzantine Court Culture from 829 to 1204, éd. H. Maguire, Washington DC 1997, p. 167-197 (p. 176, 183) : les auteurs ont estimé à 1600 le total des dignitaires invités aux banquets offerts par l’empereur entre Noël et l’Épiphanie ; L. Garland, Byzantine Empresses, Women and Power in Byzantium AD 527-1204, Londres/New York 1999, p. 5 ; Herrin, Unrivalled Influence, p. 222.

89 Outre les monnaies, il faut mentionner le panneau d’un diptyque en ivoire avec une impératrice trônant (ve siècle) : Byzantium 330-1453, éd. R. Cormack et M. Vassilaki, Londres 2008, no 24.

90 Il est désormais établi que le manuscrit a été écrit au xiie siècle.

91 « Chaque document possède sa spécificité et donne au réel une interprétation qui lui est propre », cf. M. Pastoureau, Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, Paris 2004 (La librairie du xxie siècle), p. 117.

92 A. Grabar, Les illustrations de la Chronique de Jean Skylitzès à la Bibliothèque Nationale de Madrid, CArch. 21, 1971, p. 191-211 (p. 198, topoi de l’empereur trônant, d’une scène de mariage et du couronnement) ; A. Grabar, M. Manoussacas, L’illustration du manuscrit de Skylitzès de la Bibliothèque nationale de Madrid, Venise 1979 (Istituto ellenico di studi bizantini e postbizantini di Venezia. Biblioteca 10), p. 148-150.

93 Tsamakda, The Illustrated Chronicle, miniatures fol. 24r et fol. 24v.

94 Jean Skylitzès, éd. p. 20, trad. p. 21.

95 Ibid.

96 Treadgold, The Byzantine Revival, p. 203, 224. Pour l’iconophilie de l’impératrice, voir la lettre qu’elle reçut du patriarche Nicéphore lui demandant d’intervenir auprès de son époux en tant que « femme » (Life of the Patriarch Nikephoros I of Constantinople, éd. A. M. Talbot, dans Byzantine Defenders of Images. Eight Saints’ Lives in English Translation, éd. Ead., Washington DC 1998 [Byzantine Saints’ Lives in Translation 2], p. 104), ce qui pose la question non résolue mais pertinente du lien des femmes avec l’iconophilie, en rappelant néanmoins qu’Ignace le Diacre écrivit la Vie du Patriarche Nicéphore après le rétablissement du culte des images par une autre femme.

97 Pour un avis contraire, voir Herrin, Unrivalled Influence, p. 177.

98 Il est intéressant de constater que la reine en Occident avait un rôle important dans la réception des visites diplomatiques, rôle protocolaire ou rôle actif, mais c’était en tout cas un temps fort de sa fonction représentative, cf. M. Gaude-ferragu, La reine au Moyen Âge. Le pouvoir au féminin xive-xve siècle, Paris 2014, p. 172-173.

99 Maqqari, The History of the Mohammedan Dynasties in Spain, Munich 1828, t. 2, p. 115, cité dans Treadgold, The Byzantine Revival, p. 322. Pour l’interprétation de ce passage, voir-ci dessous. La présence de l’impératrice aux côtés du basileus lors de la réception des ambassades a été soulignée par les auteurs arabes dont al-Marwazi dans sa description des coutumes byzantines, cf. V. Minorsky, Marvazi on the Byzantines, Annuaire de l’Institut de philologie orientale et slave 10 (Mélanges Henri Grégoire, t. 2), 1950, p. 457-469, ici p. 460 (repris dans Medieval Iran and Its Neighbours, Londres 1982 [Variorum Collected Studies Series 166], no VIII).

100 La date reste controversée, voir à ce sujet C. Zuckerman, Le voyage d’Olga et la première ambassade espagnole à Constantinople en 946, TM 13, 2000, p. 647-672 (946) ; M. Featherstone, Olga’s Visit to Constantinople in De Cerimoniis, REB 61, 2003, p. 241-251 (957) ; Id., Δι᾿ ἔνδειξιν : Display in Court Ceremonial (De cerimoniis II, 15), dans The Material and the Ideal : Essays in Medieval Art and Archeology in Honour of Jean-Michel Spieser, éd. A. Cutler et A. Papaconstantinou, Leyde/Boston 2008 (The Medieval Mediterranean 70), p. 81-112 ; F. Tinnefeld, Zum Stand der Olga-Diskussion, dans Zwischen Polis, Provinz und Peripherie. Beiträge zur byzantinischen Geschichte und Kultur, éd. L. M. Hoffmann et A. Monchizadeh, Wiesbaden 2005 (Mainzer Veröffentlichungen zur Byzantinistik 7), p. 531-563. La date de 946 a été en dernier ressort privilégiée.

101 Ce mariage ne fut jamais consommé, les mariés ayant respectivement cinq et six ans, et Berthe mourut en 949, donc à l’âge de onze ans, voir à ce sujet Treadgold, The Problem of the Marriage, p. 330.

102 Constantin VII Porphyrogenète, The Book of Ceremonies, II, chap. 15, t. 2, p. 595-596.

103 Ibid., p. 596-597.

104 Constantin VII Porphyrogenète, Le Livre des cérémonies, I, chap. 59, t. 2.

105 Voir Herrin, Unrivalled Influence, p. 246.

106 Treadgold, The Problem of the Marriage, p. 285.

107 Constantin VII Porphyrogenète, The Book of Ceremonies, II, chap. 15, t. 2, p. 597-598.

108 Jean Skylitzès, éd. p. 240, trad. p. 202.

109 Voir ci-dessous les déplacements de l’impératrice à l’extérieur du palais.

110 Constantin VII Porphyrogenète, The Book of Ceremonies, II, chap. 16, t. 2, p. 598.

111 Parisinus gr. 510, cf. Byzance : l’art byzantin dans les collections publiques françaises, musée du Louvre, 3 novembre 1992-1er février 1993, éd. D. Alcouffe et al., Paris 1992, p. 346-348 ; pour les mosaïques du Kainourgion, cf. Vie de Basile : éd. et trad. I. šEvčenko, Chronographiae quae Theophanis continuati nomine fertur liber quo Vita Basilii Imperatoris amplectitur, Berlin/Boston 2011 (CFHB 42), chap. 89, p. 290-293 ; Dagron, Empereur et prêtre, p. 53. On rappellera qu’en 843 Théodora, alors régente, recevait au Palais des visiteurs en compagnie de son tout jeune fils, âgé de trois ans, qui jouait à côté d’elle, cf. Actes de David, Syméon et Georges, dans Talbot, Byzantine Defenders of Images (cité n. 96), p. 219.

112 Nicétas Choniatès, éd. p. 146-147, trad. p. 83.

113 Ibid., éd. p. 455-456, trad., p. 250-251. À ce sujet, voir A. Beihammer, Comnenian Imperial Succession and the Ritual World of Niketas Choniates’s Chronike Diegesis, dans Court Ceremonies and Rituals of Power (cité n. 26), p. 190, 195-196.

114 Nicétas Choniatès, éd. p. 460-461, trad. p. 252-253.

115 Le Traité de Philothée (899), dans Oikonomidès, Les listes de préséance (cité n. 64), p. 229, l. 4.

116 Constantin VII Porphyrogenète, Le Livre des cérémonies, chap. 41, t. 1, p. 164 : les entrées sont celles des préposés aux institutions religieuses.

117 Tsamakda, The Illustrated Chronicle, miniature 127, fol. 53v. Les interprétations divergent sur la figure représentée en rouge, identifiée comme étant l’impératrice, cf. Ead., op. cit., p. 97. Néanmoins il serait assez invraisemblable qu’en cette occasion Théodora ne fût pas présente. Le texte ne mentionne pas la présence de l’impératrice, mais il élude la cérémonie, cf. Jean Skylitzès, éd. p. 67, trad. p. 61.

118 Constantin VII Porphyrogenète, The Book of Ceremonies, II, chap. 18, t. 2, p. 606. Ce chapitre a été rédigé sous le règne de Constantin VII après que Romain II a été couronné, soit entre 946 et 959.

119 Ibid., p. 602-603.

120 Le Traité de Philothée (899), dans Oikonomidès, Les listes de préséance (cité n. 64), p. 222.

121 C’est l’apélatique qui donne en effet le thème de la fête : « Dieu vous a confirmé autocrator souverain » est-il récité, cf. Constantin VII Porphyrogenète, Le Livre des cérémonies, chap. 74, t. 2, p. 104 ; The Book of Ceremonies, chap. 65, t. 1, p. 293-296.

122 Ce banquet avec saximon du chap. 65 doit être lié à la réception de l’empereur par les factions des chap. 62 et 63 lors de l’anniversaire de son accession et date du règne de Constantin VII, cf. G. Dagron, Quelques remarques sur le cérémonial des fêtes profanes dans le De Cerimoniis, TM 16, 2010, p. 241.

123 Tsamakda, The Illustrated Chronicle, Miniature 484, fol. 198v.

124 N. Oikonomidès, La couronne dite de Constantin Monomaque, TM 12, 1994, p. 241-262 (l’auteur présente la couronne comme une fabrication du xixe siècle) ; pour un avis contraire, voir E. Kiss, The State of Research on the Monomachos Crown and Some Further Thoughts, dans Perceptions of Byzantium and Its Neighbours (843-1261), éd. O. Z. Pevny, New York 2000, p. 60-83 (en particulier p. 72-74 pour les danseuses à la cour byzantine).

125 Notamment celles du Skylitzès dont on n’oubliera pas néanmoins qu’elles ont été exécutées au milieu ou à la fin du xiie siècle, même si les modèles semblent antérieurs et doivent selon toute vraisemblance être attribués au xie siècle.

126 Constantin VII Porphyrogenète, The Book of Ceremonies, II, chap. 15, t. 2, p. 580-581. Pour le mandion de l’impératrice, voir M. G. Parani, Reconstructing the Reality of Images. Byzantine Material Culture and Religious Iconography (11th-15th Centuries), Leyde/Boston 2003 (The Medieval Mediterranean 41), p. 15, 73. Le mandion (mandyas) était l’un des six vêtements de dessus que certains ont assimilé à la chlamyde. Il était d’or.

127 Voir ci-dessus. Les vêtements des impératrices représentées dans les miniatures du Skylitzès de Madrid lors de leur couronnement, que nous décrivons ci-après, ne confirment ni n’infirment cette donnée du cérémonial.

128 Cabinet des médailles, Bibliothèque nationale de France : Parani, Reconstructing the Reality of Images (cité n. 126), p. 314, no 9. Il s’agit du couronnement de Romain et de Berthe-Eudocie (946) que certains ont préféré identifier au couronnement de Romain Diogène et d’Eudocie Makrembolitissa (1068).

129 Tsamakda, The Illustrated Chronicle, miniatures 43, fol. 24r, et 44, fol. 24v.

130 Ibid., miniature 102, fol. 45r. Le maniakion était le large collier orné de perles et de pierres précieuses qui couvrait les épaules.

131 Génésios, éd. A. Lesmueller-Werner et I. Thurn, Iosephi Genesii Regum libri quattuor, Berlin/New York 1978 (CFHB 14), p. 5 ; Théophane continué, I. 9, p. 31 ; Jean Skylitzès, éd. p. 8, trad. p. 8. Pour le modiolos, voir C. Morrisson, Le modiolos : couronne impériale ou couronne pour l’empereur, TM 14 (Mélanges Gilbert Dagron), 2002, p. 499-510, ici p. 509. Pour l’identité de Barka, qui serait la sœur de Thècle, la première épouse de Michel II, cf. Treadgold, The Byzantine Revival, p. 198. Contra, P. Schreiner, Byz. 61, 1991, p. 189 et n. 43 (il s’agirait d’un sobriquet donné à Théodosia) ; PmbZ, no 7790.

132 Pour le loros et le thorakion de l’époque médio-byzantine, voir Parani, Reconstructing the Reality (cité n. 126), p. 25-26 et pl. 4.

133 Tsamakda, The Illustrated Chronicle, miniature 127, fol. 53v. Il est possible que, le texte de Skylitzès mentionnant la sœur « de l’empereur » au lieu « de l’impératrice », le peintre ait voulu signifier qu’elle était de sang impérial.

134 Ibid., miniature 298, fol. 125r.

135 Ibid., miniature 314, fol. 129r.

136 Ibid., miniature 484, fol. 198v.

137 Ibid., miniature 504, fol. 206v.

138 Ibid., miniature 541, fol. 222r.

139 Ibid., miniature 542, fol. 222r.

140 Ibid., miniature 556, fol. 227v. Il semble bien que les couronnes de Zoé et de Théodora avec un cabochon ne sont pas identiques à celles des deux autres femmes.

141 Sinait. gr. 364. Cf. J. Spatharakis, The Portrait in Byzantine Illuminated Manuscripts, Leyde 1976 (Byzantina Neerlandica 6), p. 99-102 ; C. Walter, The Iconographical Sources for the Coronation of Milutin and Simonida at Gračanica, dans L’art byzantin au début du xive siècle. Symposium de Gračanica 1973, éd. S. Petković, Belgrade 1978, p. 195-196 (repris dans Id., Prayer and Power in Byzantine and Papal Imagery, Aldershot 1993 [Variorum Collected Studies Series 396], no IV).

142 Parani, Reconstructing the Reality (cité n. 126), p. 318, no 26

143 Vat. gr. 1176, fol. 2r. Cf. Spatharakis, The Portrait (cité n. 141), p. 208-210 ; Parani, Reconstructing the Reality (cité n. 126), p. 319, no 29.

144 Jean Kinnamos, éd. p. 36, trad. p. 37. Généralement les auteurs byzantins emploient les termes « rouge » (kokkinos) ou « pourpre » (porphyra) pour décrire la couleur impériale. Le terme « byssus » a donc ici une connotation plus ambiguë : à la fois somptueux et solennel, d’une couleur tirant vers le violet.

145 Voir à ce sujet Pastoureau, Une histoire symbolique (cité n. 91), p. 118.

146 La miniature du manuscrit mentionné ci-dessus ornait le manuscrit de l’Ekthésis synodale de 1166.

147 Tsamakda, The Illustrated Chronicle, miniatures 536, fol. 219v ; 537, fol. 220r ; 538, fol. 220v.

148 Ibid., miniature 539, fol. 220v ; Michel Psellos, t. 1, p. 108-109 ; Jean Skylitzès, éd. p. 419, trad. p. 347.

149 En septembre 796, Irène l’Athénienne était allée en compagnie de son fils, Constantin VI, aux bains chauds de Prusa, quand la nouvelle parvint à l’empereur de la naissance de son fils Léon, cf. Théophane, AM 6289 (septembre-octobre 796), p. 648.

150 Constantin VII Porphyrogenète, Le Livre des cérémonies, chap. 9, t. 1, p. 61 ; The Book of Ceremonies, chap. 9, t. 1, p. 67. Nous savons que le mitatorion était un véritable petit appartement impérial à l’intérieur de Sainte-Sophie. L’édition d'Ann Moffat a rétabli la chronologie de cette cérémonie : il s’agit du Dimanche de Pâques et non de la Pentecôte.

151 Théophane, AM 6211 (25 décembre 718), p. 551-553.

152 Syméon Magistros, 132.3, p. 261.

153 Théophane, AM 6268 (775/776), p. 621.

154 Léon le Grammairien, p. 335. On rappellera que ce chemin était fort court, mais que la procession était si lente qu’il y avait possibilité pour les souverains à cheval, en char ou à pied de se faire acclamer et de distribuer des libéralités au peuple.

155 Marie était le nom de la femme de l’empereur Léon III, appelée Anne dans les Patria sans doute par confusion avec sa fille Anne ; PmbZ, no 4723.

156 Patria, III, 41. En cet endroit elle fonda l’église Sainte-Anne : Dagron, Constantinople imaginaire (cité n. 72), p. 317 n. 12.

157 Voir ci-dessous. Cette cérémonie se situe entre 1042 (date de l’attribution du titre de sébaste à Marie Sklèraina) et sa mort (1046).

158 J. Lefort, Rhétorique et politique : trois discours de Jean Mauropous en 1047, TM 6, 1976, p. 278.

159 Théophane, AM 6305 (812/813), p. 623.

160 L’impératrice Théodora avait coutume d’aller à la sainte église de la Mère de Dieu aux Blachernes pour y faire ses dévotions et s’y baigner avec ses filles, cf. Théophane continué, IV. 22, p. 249 ; Jean Skylitzès, éd. p. 98, trad. p. 86.

161 Pour les miracles de l’église de la Vierge de Pègè, voir S. Efthymiadis, Le monastère de la Source à Constantinople et ses deux recueils de miracles : entre hagiographie et patriographie, REB 64-65, 2006-2007, p. 283-309, ici p. 290 (repris dans Id., Hagiography in Byzantium : Literature, Social History and Cult, Farnham/Burlington 2011 [Variorum Collected Studies Series 989], no XV). Récit dans Miracles de la Vierge de Pègè : AASS Nov. III, p. 880 ; C. Mango, The Art of the Byzantine Empire : Sources and Documents, Englewood Cliffs NJ 1972, p. 156-157 (traduction) ; A. M. Talbot, Two Accounts of Miracles at the Pege Shrine in Constantinople, TM 14 (Mélanges Gilbert Dagron), 2002, p. 605-615.

162 Nombre de contemporains en attribuaient la paternité à Michel III, cf. Léon le Grammairien, p. 249-251 ; Syméon Magistros, 131.45-54, p. 255-259. Le palais, l’hippodrome et le port de Saint-Mamas étaient situés sur le Bosphore au sud des murailles, cf. R. Janin, Constantinople byzantine. Développement urbain et répertoire topographique, Paris 19642 (Archives de l’Orient chrétien 4A), p. 196, 473-474 (quartier de Beşiktaş).

163 Minorsky, Marvazi on the Byzantines (cité n. 99), p. 461-462, et commentaire p. 467-468 ; N. P. Ševčenko, Wild Animals in the Byzantine Parks, dans Byzantine Garden Culture, éd. A. Littlewood, H. Maguire et J. Wolschke-Bulmahn, Washington DC 2002, p. 75, n’a pas noté cette incohérence chronologique.

164 A. Vasiliev, Harun ibn-Yahya and his description of Constantinople, Seminarium Kondakovianum 5, Prague 1932, p. 149-163. On rappellera par ailleurs l’impression exceptionnelle que fit Théodora lors de l’ambassade d'al-Ghazal, cf. ci-dessus n. 99.

165 Michel Psellos, t. 2, p. 6-7.

166 M. McCormick, Eternal Victory : Triumphal Rulership in Late Antiquity, Byzantium and the Early Medieval West, Cambridge/Paris 1990 (Past and Present Publications), p. 204. En revanche, Théodora n’assista pas au triomphe de son époux Théophile en 831 : elle dut regagner le palais avec sa cour de femmes alors que la cour des hommes suivait Théophile, voir ci-dessous.

167 The Itinerary of Benjamin of Tudela, éd. et trad. M. N. Adler, New York 1907 ; Ševčenko, Wild animals (cité n. 164), p. 76.

168 Nicétas Choniatès, éd. p. 508-509, trad. p. 280.

169 Voir à ce propos Dagron, Empereur et prêtre, p. 284. L’auteur pense néanmoins que la coupure daterait de la quatrième croisade (ibid., p. 282). Quelques siècles auparavant, Michel III avait l’habitude de parodier le cérémonial religieux, chose inimaginable pour un empereur au xiie siècle, ce qui témoigne de l’évolution des mentalités entre les deux époques.

170 Constantine Porphyrogenitus, De administrando imperio, éd. G. Moravcsik et R. J. H. Jenkins, Washington DC 1967 (CFHB 1), chap. 51, l. 49-51, 65-68, 102-103, 145-555 : l’impératrice mise en question était certainement Zoé Karbonopsina.

171 Jean Skylitzès, éd. p. 126, trad. p. 109-110.

172 La Vie de saint Cyrille le Philéote moine byzantin († 1110), éd. et trad. É. Sargologos, Bruxelles 1964 (Subs. Hag. 39), chap. 52, p. 470.

173 Tsamakda, The Illustrated Chronicle, miniature 523, fol. 214v ; Jean Skylitzès, éd. p. 408, trad. p. 338.

174 Vie de Basile (cité n. 111), chap. 74, p. 254-255.

175 La date des deux triomphes de Théophile n’est pas bien établie : on a pu se demander s’il ne s’agissait pas d’un cérémonial reconstitué à partir des deux, cf. Treadgold, The Problem of the Marriage, p. 331-332 ; Id., The Byzantine Revival, p. 275.

176 Constantin VII Porphyrogenète, The Book of Ceremonies, t. 1, p. 504.

177 Al-Marwazi s’étonnait qu’une impératrice puisse accompagner l’empereur, son époux, en campagne : Minorsky, Marvazi on the Byzantines (cité n. 99), p. 460.

178 Théophane, AM 6304 (juin 812), p. 679.

179 Ibid., AM 6305 (813), p. 684 ; Léon le Grammairien, p. 337.

180 Kazhdan, McCormick, The Social World (cité n. 88), p. 184. Les auteurs n’ont pas considéré assez attentivement que la présence des femmes suscitait des problèmes depuis la haute époque.

181 Jean Skylitzès, éd. p. 268, trad. p. 225 ; Tsamakda, The Illustrated Chronicle, miniature 390, fol. 151r : elle est représentée assise sur un trône, en habits dorés, un voile rouge sous une couronne dorée, à l’intérieur d’un palais dans une forteresse. Devant elle trois dignitaires à bonnet blanc. À l’extérieur l’empereur Nicéphore Phocas, vêtu d’un loros doré et tenant un sceptre, s’apprête à partir en campagne.

182 L’impératrice est représentée à gauche de Nicéphore Phocas debout sur un trône tandis que le père et le frère de l’empereur figurent à droite, voir C. Jolivet-Lévy, La Cappadoce. Mémoire de Byzance, Paris 1997 (Patrimoine de la Méditerranée), p. 58-67. Une prière invoquant la protection divine la nomme despoina.

183 Michel Attaliate, trad. A. Kaldellis et D. Krallis, Michael Attaleiatès, The History, Cambridge MA/Londres 2012 (Dumbarton Oaks Medieval Library 16), p. 263.

184 Anne Comnène (cité n. 71), XII, 3, 3, t. 3, p. 60.

185 Ibid., XII, 3, 5, t. 3, p. 61.

186 Zonaras (cité n. 55), 18.26.9, p. 752, 373.12.15.

187 Anne Comnène (cité n. 71), XII, 3, 6, t. 3, p. 62.

188 Ibid., XIII, 1, 7, t. 3, p. 89.

189 Ibid., XIII, 4, 1, t. 3, p. 100.

190 Ibid., XV, 1, 6, XV, 3, 1, t. 3, p. 190, 193.

191 Ibid., XV, 2, 2, t. 3, p. 191.

192 Voir Malamut, La tente impériale à Byzance (cité n. 26), p. 73-75.

193 Prokopia distribuait des dons d’argent aux troupes et des cadeaux aux officiers (mai 813) en Thrace : cf. Théophane, AM 6305 (813), p. 684 ; Léon le Grammairien, p. 336-337.

194 Irène Doukaina faisait la charité pendant toute la route, cf. Anne Comnène (cité n. 71), XII, 3, 9, t. 3, p. 63-65. Voir pour Alexis Ier, ibid., t. 3, p. 214.

195 Voir les acclamations à la fête de la Nativité, lors des réceptions : « Nombreuses années, une telle et une telle augoustai des Romains. » Ces acclamations associent également les porphyrogénètes : chap. 2 (Constantin VII Porphyrogenète, Le Livre des cérémonies, I, chap. 2, t. 1, p. 30 ; The Book of Ceremonies, I, chap. 2, t. 1, p. 36). Mais il faut noter la variabilité pour les impératrices : les augoustai sont absentes aux acclamations, chap. 3 ; présentes chap. 4 dans le polychronion pour la fête de la Sainte Pâque, cf. Constantin VII Porphyrogenète, Le Livre des cérémonies, t. 1, p. 39 ; The Book of Ceremonies, t. 1, p. 44 ; présentes chap. 5 pour le Lundi après Pâques dans le Trisagion pour les « pieuses augoustai qui aiment Dieu », également dans l’apélatique : « Sauvez les souverains avec les souveraines et les porphyrogénètes », Constantin VII Porphyrogenète, Le Livre des cérémonies, t. 1, p. 42 ; The Book of Ceremonies, t. 1, p. 47-48, voir à ce sujet Dagron, Quelques remarques (cité n. 122), p. 244.

196 Si l’on s’en tient à la date traditionnelle du mariage, Théophile aurait couronné ses trois filles au tout début des années 830, voir Treadgold, The Byzantine Revival, p. 283. Il est vrai que cette datation rend très difficile la chronologie de si nombreuses naissances en si peu de temps, sans compter celles à venir de Constantin qui mourut accidentellement à l’âge d’un an et de deux autres filles, Pulchérie et Marie, et enfin celle de Michel qui avait, on le sait, trois ans lors de la mort de Théophile en 842, cf. Signes Codoñer, The Emperor Theophilos and the East (cité n. 9), p. 118-120 et p. 464. Néanmoins la chronologie haute donnée par l’auteur pour rendre compte du mariage de Marie, la dernière née, laisserait un laps de temps de près de quinze ans entre la naissance de celle-ci en 825-826 et celle de Michel en 840, ce qui est tout aussi invraisemblable.

197 P. Grierson, Catalogue of Byzantine Coins in the Dumbarton Oaks Collection and in the Whittemore Collection, t. 3/1, Washington DC 1973, p. 428 ; voir Garland, Byzantine Empresses (cité n. 88), p. 99.

198 Plusieurs augoustai, cf. Constantin VII Porphyrogenète, Le Livre des cérémonies, I, chap. 78, t. 2, p. 122, 123, 126, 128, 132 ; The Book of Ceremonies, I, chap. 69, t. 1, p. 315, 316, 320, 323, 331 : ce chapitre daterait du règne de Michel III ; retour de Théodora au palais, comme en témoigne le don équivoque qu’elle fit à son frère Bardas d’une tunique fastueuse ornée de perdrix dorées, mais trop courte pour lui, cf. Théophane continué, IV. 42, p. 294, Génésios (cité n. 131), p. 74 ; Thècle comme lot de consolation pour Basile à la place de sa femme Eudocie Ingérina, maîtresse de Michel III : Georges le Moine Continué (cité n. 10), p. 828.

199 Jean Skylitzès, éd. p. 132, trad. p. 113.

200 À cette époque, le moine Basile fut invité une semaine entière au palais par l’impératrice Hélène, la première augousta, et il fut reçu chaque jour par les empereurs, fils de Romain, et leurs épouses pour les bénir, cf. The Life of Saint Basil the Younger, éd. et trad. D. F. Sullivan, A.-M. Talbot et S. Mcgrath, Washington DC 2014 (Dumbarton Oaks Studies 45), p. 125-127.

201 Jean Skylitzès, éd. p. 134, trad. p. 115.

202 J. Herrin, Les femmes de la cour à Byzance, dans Impératrices, princesses, aristocrates et saintes souveraines de l’Orient chrétien et musulman au Moyen Âge et au début des Temps Modernes, éd. É. Malamut et A. Nicolaïdès, Aix-en-Provence 2014 (Le temps de l’histoire), p. 55-68. Herrin, Unrivalled Influence, p. 219-237.

203 Michel Psellos, t. 1, p. 145.

204 Il s’agit du célèbre vers d’Homère, ibid., t. 1, p. 147. Voir Iliade, III, 156 : « Il ne faut pas s’indigner si Troyens et Achéens aux beaux jambarts, pour une telle femme, souffrent longtemps des douleurs. On s’étonne de voir comme, à celui des immortelles, son visage ressemble. »

205 Jean Skylitzès, éd. p. 434, trad. p. 361.

206 É. Limousin, Zoé, derrière l’image et les mariages, une politique ?, dans Impératrices, princesses, aristocrates (cité n. 202), p. 71-83.

207 Jean Skylitzès, éd. p. 420, 422, trad. p. 348, 350 : « Le pouvoir était revenu entre les mains de Zoé qui, à son corps défendant, avait pour co-régnante, ainsi que je l’ai dit, sa sœur Théodora. »

208 Sur ce bref moment d’unité, voir Limousin, Zoé, derrière l’image (cité n. 206), p. 75.

209 Michel Attaliate (cité n. 183), p. 28.

210 Michel Psellos, t. 1, p. 116.

211 Ibid., t. 1, p. 118. Pour la renovatio du cérémonial par les deux sœurs, voir Hill, James, Smythe, Zoe : The Rhythm Method of Imperial Renewal (cité n. 57), p. 227.

212 Michel Psellos, t. 2, p. 21.

213 Théophane continué, IV. 11, p. 228.

214 Zonaras (cité n. 55), p. 682-683.

215 A-t-elle été proclamée autokratôr ? N. Oikonomidès est d’avis que, si Eudocie en a eu le rôle, elle ne fut pas proclamée pour autant, voir N. Oikonomidès, Le serment de l’impératrice Eudocie (1067) : un épisode de l’histoire dynastique de Byzance, REB 23, 1961, p. 123 (repris dans Id., Documents et études sur les institutions de Byzance, Londres 1976 [Variorum Collected Studies Series 47], no III). Pour un avis contraire, C. Christophilopoulou, La régence à Byzance, Σύμμεικτα 2, 1970, p. 65-75.

216 Voir, en Occident, les relations par les chroniqueurs de la cérémonie des funérailles de la reine pour une époque postérieure dans Gaude-ferragu, La reine au Moyen Âge (cité n. 98), p. 188-192.

217 Constantin VII Porphyrogenète, The Book of Ceremonies, II, chap. 42, t. 2, p. 647.

218 Ibid., p. 647-648 ; Life of Theodora, p. 380-382.

219 Constantin VII Porphyrogénète, Le Livre des cérémonies, II, chap. 69, t. 2.

220 Vie anonyme de sainte Théophanô (BHG 1794), éd. E. Kurtz, Zwei griechische Texte über die Hl. Théophanô, die Gemahlin Kaisers Leo VI., Saint-Pétersbourg 1898 (Zapiski imperatorskoj Akademii Nauk. 8e série, 3/2), chap. 24-31, p. 16-23. Pour le rôle de Théophanô dans la tentative de sanctification de la dynastie macédonienne, voir Dagron, Empereur et prêtre, p. 209-213.

221 Jean Skylitzès, éd. p. 179, trad. p. 151.

222 Vita Euthymii Patriarchae Cp. (cité n. 38), p. 62-64 ; P. Karlin-Hayter, L’adieu à l’empereur, Byz. 61, 1991, p. 148-149.

223 Constantin VII Porphyrogenète, The Book of Ceremonies, II, chap. 42, p. 643.

224 Jean Kinnamos, éd. p. 14, trad. p. 23 ; Chronique de Michel le Syrien patriarche jacobite d’Antioche 1166-1199, éd. et trad. J.-B. Chabot, t. 3, Paris 1906, p. 234.

225 Gaude-Ferragu, La reine au Moyen Âge (cité n. 98), p. 188.

226 Voir les commémoraisons prévues par son époux Jean II dans le typikon du monastère (Le Typikon du Pantocrator, éd. P. Gautier, REB 32, 1974, p. 5-165, ici p. 40 et 46).

227 On remarquera que même pour la Porphyrogénète Théodora qui régna comme autokratôr en 1055-1056 et, à son dernier souffle, couronna et proclama empereur Michel VI, il n’est pas mentionné de funérailles, cf. Michel Psellos, t. 2, p. 82.

Table des illustrations

Légende Figure 1 - Agnès de France et Marie la Porphyrogénète, Vat. gr. 1851, fol. 6r (© Biblioteca Apostolica Vaticana)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37687/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Figure 2 - Couronnement d’Anne et mariage d’Étienne Lécapène et Anne, codex Vitr. 26-2, fol. 129r, registre inférieur (© BNE, Madrid)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37687/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Figure 3 - Le mariage de Zoé avec Romain III Argyre, codex Vitr. 26-2, fol. 198v (© BNE, Madrid)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37687/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 4 - Le Christ couronnant Romain et Eudocie, ancienne plaque de reliure, BnF Médailles et Antiques, inv. 55 300 (© BnF, Paris)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37687/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende Figure 5 - Les filles de Théodora vénérant les icônes, codex Vitr. 26-2, fol. 44v (© BNE, Madrid)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37687/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Figure 6 - 1042, Théodora retourne au palais. Zoé s’adresse aux citoyens, codex Vitr. 26-2, fol. 220v, registre inférieur (© BNE, Madrid)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37687/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Figure 7 - Théophano à Drizion (Cilicie), codex Vitr. 26-2, fol 151r, registre supérieur (© BNE, Madrid)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37687/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540