Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le saint, le moine et le paysan

 | 
Olivier Delouis
, 
Sophie Métivier
, 
Paule Pagès

Saint Constantin, les Caramaniens et les Anasténarèdés1

Jean-Pierre Grélois

Texte intégral

  • 1 L’auteur remercie M.-É. Handman, E. Nonveiller et O. Delouis pour leur précieux apport de documenta (...)
  • 1 Voir Ch. Hannick, Jérémie II Tranos, le dialogue avec les protestants (1573-1581), dans La théologi (...)
  • 2 Pour un aperçu de cette correspondance, voir M. Crusius, Turcogræciæ libri octo, Bâle 1584 (réimpr. (...)
  • 3 Pour une biographie du personnage, voir A. Ferus, Die Reise des kaiserlichen Gesandten David Ungnad (...)
  • 4 Gerlach, p. 1.
  • 5 Allgemeine deutsche Biographie 9, Leipzig 1879, p. 23 (J. Hartmann).

1Dans les années 1570 et 1580, les théologiens du Stift de Tübingen, l’académie instituée dans le duché de Wurtemberg pour former des pasteurs luthériens, étaient engagés dans des polémiques les opposant aux catholiques et aux calvinistes. Soucieux d’appuyer leur argumentation, ils jugèrent utile de s’adresser directement aux Églises orientales, supposées avoir conservé des traditions plus proches des croyances et usages de l’Église primitive1. Il en résulta une correspondance relativement suivie entre le patriarcat œcuménique et les universitaires de Tübingen2. Une occasion de nouer des relations directes se présenta lorsque David Ungnad, baron de Sonnegg et Bleiburg3 (1530-1600), fut désigné en 1572 pour prendre la tête de l’ambassade que l’empereur Maximilien II (1564-1576) enverrait l’année suivante à Istanbul auprès du sultan Selim II (1566-1574). L’ambassadeur recherchait, par l’intermédiaire du duc Louis III de Wurtemberg (1568-1593), un « prédicateur évangélique, exemplaire et lettré, qui connût particulièrement le grec4 ». Le choix du Stift se porta sur Maître Stephan Gerlach (1542-1612), cadet d’une famille en voie d’ascension sociale et ancien étudiant en théologie à Tübingen5.

  • 6 Pour une synthèse sur le sujet, voir S. Yérasimos, À propos des sürgün du Karaman à Istanbul, dans (...)
  • 7 Forteresse édifiée par Mehmet II en 1457/1458 ; Müller-Wiener, Bildlexikon, p. 297.

2Tout au long de son séjour dans la capitale ottomane (6 août 1573-4 juin 1578), le Journal de Gerlach nous le montre participer à la vie de l’ambassade, rencontrer le patriarche de Constantinople Jérémie II Tranos (1572-1579) et des dignitaires du patriarcat, chercher à acquérir des manuscrits grecs, visiter la Ville et profiter de toute occasion pour assister à des cérémonies religieuses, tant celles des Latins et des Arméniens que celles des Grecs orthodoxes. De ces cérémonies il note infatigablement le déroulement dans ses moindres détails. Il s’informe aussi sur les diverses populations que compte Istanbul. Parmi les témoignages de cet ordre recueillis par Gerlach, nous nous attacherons ici à ceux qui concernent un groupe ethnicoreligieux, celui des Caramaniens6 (en turc « Karamanlılar », en grec Καρα-μανιῶται/Καραμανλῆδες) établis dans le quartier intra muros de Karamania, non loin de la forteresse des Sept-Tours (Yedikule)7. Ces témoignages n’ont, à notre connaissance, pas de semblables dans la documentation.

3C’est le 1er avril 1576, quatrième dimanche de Carême, que le Journal de Gerlach enregistre pour la première fois des informations concernant les Caramaniens.

  • 8 Cf. Müller-Wiener, Bildlexikon, p. 147, plan ; Z. Karaca, Konstantinos (Ayios) – Eleni (Ayia) kilis (...)
  • 9 Le vendredi 27 suivant, Gerlach (p. 186) précise que la rue se nomme « rue des Caramaniens » à caus (...)
  • 10 Gerlach, p. 173.

Le patriarche a dit la messe dans une localité nommée Karamania. Les gens sont certes de religion grecque, mais ils parlent turc, ne savent rien, ou alors fort peu, du grec et sont originaires de Caramanie. Ils ont là une belle église dédiée à saint Constantin8, d’autres belles bâtisses grecques et arméniennes aussi9. Après la messe ils donnent un savoureux banquet pour le patriarche, selon ce que permet la période10.

  • 11 Alors établi dans l’ancien monastère de la Vierge Péribleptos : Janin, ÉM, p. 218-222 ; Müller-Wien (...)

4Le vendredi 29 juin de la même année, Gerlach se rend au patriarcat arménien11, puis prend la direction des Sept-Tours pour descendre visiter l’église Saint-Constantin.

  • 12 Théodore Stoudite (759-826), dont le monastère Saint-Jean Prodrome de Stoudios, devenu Imrahor cami (...)
  • 13 Gerlach, p. 217.

Elle présente l’aspect d’un bâtiment ancien, orné d’icônes. À l’[entrée du] sanctuaire il y a l’icône du Christ, flanquée d’un côté par celle du Précurseur ; de l’autre, c’est-à-dire à gauche pour ceux qui entrent, se trouvent Marie et saint Théodore le confesseur12 ; au-dessus [de l’une] des deux portes du sanctuaire, la Dormition de Marie près de qui se tiennent tous les disciples du Christ et beaucoup d’autres, sur l’autre porte l’Assomption. Au-dessus de la porte du temple, saint Athanase avec une barbe grise, item Constantin le Grand et sa mère Hélène avec leurs couronnes impériales et des vêtements brodés d’or et de pierreries.
[…] Karamania […] dont les habitants, tous de religion grecque mais ne connaissant pour la plupart que la langue turque, sont de surcroît riches […]. Il y a parmi eux de nombreux orfèvres13.

5L’année suivante, notre théologien prend connaissance de pratiques particulières liées à la célébration de la fête de saint Constantin (mardi 21 mai 1577).

  • 14 Le verbe employé ici, springen, « sauter », peut aussi signifier « danser » (voir plus bas).
  • 15 Gerlach, p. 348-349.

Les Grecs ont célébré la fête de Constantin le Grand dans une église située non loin des Sept-Tours. Ils montrent là dans un coffre, ou châsse, un os avec la peau d’un doigt de l’empereur Constantin le Grand. Dès que les gens prennent la [châsse] sur les épaules, ou seulement la touchent, certains d’entre eux tombent par terre ou se mettent à sauter14, ou bien ils tremblent de tout leur corps, certains marchent à tâtons le long des murs, certains deviennent fous furieux, certains devenus tout blêmes perdent conscience, à d’autres il arrive autre chose. Chez d’autres, les enfants en particulier, il ne se produit rien. Et cela n’a lieu qu’à la Saint-Constantin. Alors, selon la gravité de l’état où quiconque se trouve plongé, on peut savoir, disent-ils, s’il a peu ou beaucoup de péchés sur la conscience. Voilà une bien étrange relique ! Après la messe de cette fête, ils donnent selon leur habitude un banquet, et ils touchent cette châsse de la même façon15.

  • 16 Saint-Georges au Kyparission : Janin, CB, p. 377 ; Id., ÉM, p. 70 ; Müller-Wiener, Bildlexikon, p.  (...)

6Quelques mois plus tard, le jeudi 10 novembre 1577, Gerlach revient dans le quartier de Karamania pour assister à un baptême dans une église Saint-Georges16. Il y voit :

  • 17 La suite de la phrase impose de comprendre ici qu’il s’agit en fait de Saint-Constantin.
  • 18 Gerlach, p. 406.

de nombreuses icônes du Seigneur Christ, de Jean-Baptiste, de Marie, de Théodore Stoudite, devant le chœur et à l’extérieur de la porte, celles de Constantin le Grand et sa mère Hélène, de saint Athanase, etc., qu’ils ont prises dans l’église voisine de Saint-Constantin que les Turcs possèdent maintenant. C’est l’église « Saint-Georges »17, dont il est mentionné plus haut qu’ils y promènent chaque année comme des reliques quelques ossements de Constantin le jour de sa fête, ce qui rend les gens comme fous furieux18.

7Le mercredi 21 mai 1578 enfin, Gerlach retourne à Saint-Constantin et en rapporte un compte rendu détaillé de la fête patronale.

  • 19 Petite monnaie d’argent (en turc « akçe ») dont 40 valaient un thaler (cf. Gerlach, p. 31).

Les Grecs ont célébré la fête de Constantin dans l’église du quartier des Caramaniens, non loin des Sept-Tours. Avant le service divin, quiconque le veut va voir le prêtre dans l’église et se découvre. Le prêtre lui pose sur la tête l’évangéliaire et y lit l’évangile au-dessus de lui. Le [fidèle] fait pendant ce temps-là de nombreux signes de croix. Quand cette lecture est terminée, il donne au prêtre quelques aspres19, baise l’icône de l’empereur Constantin et de sa mère Hélène, et il s’en va.

  • 20 Gerlach, p. 499.

Là-dessus commence la messe. Avant, pendant et après la messe quelques célibataires dansent ensemble devant les portes de l’église, à huit, dix ou plus. Ils se tiennent par les bras, dansent en ligne ou en cercle, font un pas après l’autre, l’un en arrière, l’autre en avant, et cette danse dure quelques heures. Mais ils n’y emploient pas de musiciens : au contraire, l’un entonne le chant et tous les autres reprennent après lui, ce qui s’accorde merveilleusement. Les spectateurs rient souvent à gorge déployée de les entendre chanter de si belles polissonneries et facéties.
Quand la messe eut pris fin, on distribua entre les [assistants] le pain bénit, du riz, des amandes et toutes sortes d’autres choses. Ils avaient là aussi, reposant sur le pupitre dans un coffret qu’ils baisaient, un petit os du bras de l’empereur Constantin. Jusqu’alors, ils le tenaient, lors de cette fête annuelle, déposé dans une petite châsse qu’ils portaient à quatre à travers l’église. Alors certains s’affaissaient à terre, certains en perdaient presque l’esprit, à ne plus savoir qui ils étaient, d’autres en prenaient un teint blafard de cadavre, etc. Le petit os aussi bougeait et faisait du vacarme dans la châsse. Mais maintenant les Turcs ne veulent plus tolérer cette circumambulation, ce pourquoi on doit désormais le laisser au repos.
Devant les portes de cette église étaient assis un grand nombre de mendiants, dont beaucoup avaient aussi à vendre toutes sortes de friandises, amandes, sucreries, miel, etc. Après la messe [les fidèles] banquetèrent honnêtement hors de l’église, dans le vestibule et dans le jardin, ainsi que chez eux.
Là, ils ont aussi une fontaine aux propriétés curatives où l’on descend par quelques marches. Turcs et Grecs viennent s’y laver contre la fièvre, et ils y suspendent en souvenir des ex-votos, petits cierges, cheveux, chiffons, etc.20

  • 21 La région de Lârende, l’antique Laranda, aujourd’hui Karaman, sur le versant nord du Taurus cilicie (...)
  • 22 Yérasimos, À propos des sürgün (cité n. 6), p. 355-356.
  • 23 Ibid., p. 360.
  • 24 À noter que, selon Aşıkpaşazade, Mehmet II avait fait déporter de Karaman en 1468 des « gens habile (...)
  • 25 N. de Nicolay, Dans l’empire de Soliman le Magnifique, présenté et annoté par M.-C. Gomez-Géraud et (...)

8Les Caramaniens apparaissent dans la documentation dès la seconde moitié du xve siècle. On sait qu’il s’agit de chrétiens déportés du Karaman21, dans le sud de l’Anatolie, par Mehmet II et installés à Istanbul en 1468 et 1471. Leur obédience religieuse reste alors incertaine, puisqu’un dénombrement les désigne en 1478 comme « Caramaniens d’aspect arménien22 ». Au siècle suivant, un registre de capitation mentionne en 1544 quatre contribuables constituant, à l’intérieur de la communauté grecque-orthodoxe, la « communauté faisant partie de la communauté des Arméniens de Karaman qui est venue dans le quartier de l’église Saint-Constantin23 ». S’il ne fait aucun doute qu’il s’agit là de l’église que visita plus tard Gerlach, le petit nombre de foyers fiscaux laisse supposer une installation récente, mais la documentation postérieure prouve une expansion notable du peuplement caramanien dans le quartier. Présent à Istanbul en 1551-1552, Nicolas de Nicolay mentionne « près les Sept-Tours […] une grande rue, la plupart habitée de Caramaniens […] exerçant marchandises ou arts mécaniques, dont ils sont fort ingénieux artisans24, spécialement en orfèvrerie ». Il ajoute qu’ils observent « même religion et croyance » que les Grecs et qu’ils « obéissent au patriarche de Constantinople »25. Le 7 octobre 1553, Hans Dernschwam donne des précisions supplémentaires.

  • 26 Hans Dernschwam’s Tagebuch einer Reise nach Konstantinopel und Kleinasien (1553/55), éd. F. Babinge (...)

Non loin dudit château appelé Yedikule, en un endroit solitaire de la Ville, habite une population chrétienne. On les appelle Caramaniens, d’après le pays de Karaman […]. Ils sont chrétiens, suivent la foi des Grecs, célèbrent leur messe en grec et pourtant ne comprennent pas le grec. Leur langue est le turc26.

  • 27 A. Papadopoulos-Kérameus, Κατάλογος τῶν ἐν τῷ Ἑλληνικῷ Φιλολογικῷ Συλλόγῳ χειρογράφων βιβλίων, EPhS (...)

9Par « endroit solitaire », Dernschwam semble suggérer que les Caramaniens habitent un quartier non encore complètement bâti, en tout cas éloigné du centre. Par ailleurs il est le premier à noter la particularité linguistique de cette population. Si l’on avait encore besoin d’une preuve du rattachement des Caramaniens à l’Église grecque-orthodoxe, on en serait définitivement convaincu par un acte du patriarche Métrophane III, daté de 1568/1569, réglant une querelle de préséance entre ecclésiastiques lors des cérémonies à l’église Saint-Constantin « de Karamania », et rappelant un usage en vigueur « depuis la prise de Constantinople »27. Cette dernière précision assure pratiquement que l’édifice était antérieur à 1453, car il est peu probable qu’il ait pu avoir été construit après cette date.

10À cette étape de l’étude, le lecteur aura constaté qu’une part notable des informations collectées par Gerlach en 1576-1578 se trouve confirmée par les documents antérieurs : on a affaire ici à une population grecque-orthodoxe turcophone originaire du Karaman, établie dans une même rue auprès de l’église Saint-Constantin, non loin de la forteresse des Sept-Tours. Assuré désormais de la fiabilité du témoignage de Gerlach sur les us et coutumes des Caramaniens, on pourra maintenant le comparer à d’autres, tirés du même auteur, concernant les chrétiens orthodoxes ou autres contemporains, ainsi qu’à de la documentation postérieure.

  • 28 Janin, CB, p. 418.

11Karamania, que Gerlach qualifie de « localité », est en fait une partie du quartier connu à l’époque byzantine sous le nom de Psamathion ou Psamathia, en turc Samatya28. À son époque, Saint-Constantin ne peut être, comme il l’écrit, qu’une église ancienne, c’est-à-dire datant de la période byzantine. Le 21 novembre 1652, Paul d’Alep donne à son sujet les précisions suivantes :

  • 29 Paul d’Alep, Voyage du patriarche Macaire d’Antioche, éd. et trad. B. Radu, PO 107 (t. 22/1), Paris (...)

Cette église est très ancienne, très vénérée, haute, en pierre, avec voûte, et à l’intérieur il y a une icône de Notre-Seigneur Jésus-Christ et une de la sainte Vierge, celle de saint Nicolas et celle de saint Jean-Baptiste, toutes très grandes et anciennes. On prétend qu’elles datent du temps de l’empereur Constantin. […] Nous baisâmes la main droite de l’empereur Constantin qui est en os jaune comme de l’or29.

  • 30 Papadopoulos-Kérameus, Églises, p. 140, n. 30.

12En commentant ce passage, Papadopoulos-Kérameus supposait avec quelque vraisemblance que Paul d’Alep faisait état d’une église à coupole30. Quant aux icônes dont celui-ci donne une liste, seule celle de saint Nicolas ne figure pas chez Gerlach. Ce dernier fournit certes des informations à propos de la relique de l’empereur Constantin, mais de façon incertaine (un os avec la peau d’un doigt, quelques ossements, un petit os du bras), ce qui laisse penser qu’il n’avait pas vu la châsse ouverte, contrairement à Paul d’Alep.

  • 31 Şarlak, Églises, p. 47-48 (1689) ; S. Pétridès, Églises grecques de Constantinople en 1652, EO 4, 1 (...)

13Aujourd’hui, il subsiste dans Imrahor Ilyas Bey caddesi, à proximité des ruines du monastère de Stoudios, l’église dite des Caramaniens, dédiée aux saints Constantin et Hélène. L’église primitive aurait disparu dans un incendie en 1689 ou 1782 et l’édifice actuel, de plan basilical, résulte d’une reconstruction de 1805 et de restaurations ultérieures31.

14Dans le cadre de sa mission d’information sur les coutumes de l’Église orthodoxe, Gerlach a noté, non seulement chez les Caramaniens mais aussi en d’autres circonstances, les pratiques qui heurtaient le théologien évangélique qu’il était. C’est ainsi que le jeudi 24 avril 1578, fête de saint Georges dans l’église du même nom déjà mentionnée, il décrit en détail la façon dont les fidèles pensent libérer leur conscience de tous leurs péchés.

  • 32 Gerlach, p. 485.

Il se tient aussi un prêtre […], vers qui vont les pauvres pécheurs : ils ôtent leur turban et leur bonnet, il leur pose alors sur la tête un livre contenant l’acoluthie, ou office de la fête, et il en lit au-dessus d’eux l’évangile de ladite fête ; le laïc lui donne quelques aspres, fait différents signes de croix, s’incline et s’en va comme si tous ses péchés étaient désormais pardonnés32.

  • 33 Ibid., p. 368.

15En marge d’un compte rendu du même rite lors de la fête de sainte Paraskeuè, le vendredi 26 juillet 1577, l’éditeur de Gerlach n’a pas manqué, en bon disciple de Luther, de noter : « Trafic d’indulgences ! »33.

  • 34 Ibid., p. 289-290. L’épigramme a été publiée par Crusius (cité n. 2), p. 259-260.

16Les banquets qui suivent certaines fêtes religieuses ne suscitent pas à proprement dire de jugement de la part de notre auteur, mais il laisse transparaître ses réticences. Les orthodoxes respectent certes en ces occasions les interdits alimentaires constitutifs du jeûne – en période de carême, ou les mercredis et vendredis – mais cette observance se concilie fort bien avec les excès de table et de boisson auxquels se livrent les participants, fussent-ils de rang élevé. Le patriarche luimême donnait son aval à la goinfrerie et à l’ivrognerie, en ouvrant le banquet de l’Assomption, le mercredi 15 août 1576, avec ces paroles : « Qui m’aime mange et boive hardiment ! » Un interlocuteur habituel de Gerlach, le grand rhéteur du patriarcat Jean Zygomalas, mangea tant ce jour-là qu’il vomit le lendemain tous les poissons qu’il avait engloutis. Mais la Vierge lui apparut en songe et lui annonça sa guérison. Pour remercier la Mère de Dieu il composa une épigramme. Comme Gerlach avait loué les qualités littéraires de l’œuvrette, mais critiqué quelque peu la superstition dont elle faisait preuve, Zygomalas lui répondit vertement en traitant tous les Allemands d’hérétiques34.

  • 35 Cf. Janin, CB, p. 451-452 ; Id., ÉM, p. 223-228 ; Şarlak, Églises, p. 42-43 ; en dernier lieu : S. (...)

17Autre objet de curiosité, voire de scepticisme, pour Gerlach, la fréquentation des sources et fontaines sacrées (hagiasmata). Bien que chacune de ces dernières soit liée à un lieu de culte orthodoxe, les pèlerins qui s’y rendent dans l’espoir d’une guérison miraculeuse sont tout aussi bien des chrétiens, grecs et arméniens, que des musulmans. Deux exemples suffiront. Le premier concerne un sanctuaire abondamment documenté à l’époque byzantine, celui de la Vierge de Pègè, ou de la Source35. Le vendredi suivant les Pâques 1576, soit le 27 avril :

  • 36 C’est-à-dire de la Source d’or, appellation empruntée aux Grecs de l’époque par les voyageurs occid (...)
  • 37 D’où son nom turc de Balıklı (balık = poisson).
  • 38 Gerlach, p. 185-186.

les Grecs et les Arméniens ont célébré la fête de Chrysopègè36, ce qui est une épithète de Marie […]. Nous […] allâmes en excursion […] là […] où se dressait l’église de la Panagia dont on peut encore voir les murs effondrés de briques cuites. On descend à la source par 32 marches, car elle se trouve dans un souterrain fort vaste et construit avec des murs. Il semble qu’il y ait eu jadis une chapelle à proximité. Elle est revêtue à l’intérieur et par devant de marbre blanc. Devant la source s’élève un bloc de marbre blanc sur lequel se trouve un vase de terre cuite. Quiconque y vient le prend, l’emplit d’eau, s’en lave les mains et le visage et en boit. Et ce ne sont pas seulement les Grecs et les Arméniens qui le font, mais aussi les Turcs qui sont totalement convaincus que si l’on a la fièvre, que l’on se lave dans cette eau et que l’on en boit, on en est débarrassé. C’est ce qu’ont assuré plusieurs Turcs qui étaient descendus avec nous à la source. Il vint aussi une femme turque avec sa petite fille à qui elle lava le visage à cette source. Elle en but et en donna aussi à boire à la petite fille contre la fièvre. Cela fut aussi confirmé par notre janissaire, Ibrahim bey, qui, souffrant de la fièvre depuis trois ans, n’avait eu qu’à se laver à cette source pour en être débarrassé sur l’heure. Au-dessus du griffon pendaient de nombreux fils de soie, etc., des ex-votos accrochés par les gens qui avaient été délivrés là de la fièvre. En haut un Turc monte la garde, car l’entrée est close de lattes. Il a un logement à proximité, comme une boutique. Nous avons dû lui donner deux aspres.
Les Turcs disent aussi qu’il y a des poissons dans cette source37. Comme elle a des deux côtés des ouvertures voûtées si étroites que l’on ne peut voir les poissons, on les attire à l’extérieur avec de la nourriture. Tant qu’ils seront là, l’Empire turc durera. Et voici ce qu’ils disent de l’origine de ces poissons : il était une fois où l’empereur Constantin vint à cette fontaine auprès de laquelle il voulait se divertir ; on lui apporta alors un poisson grillé qui, après qu’il l’eut jeté dans la source, ressuscita, et il est encore là. Voilà ce que les Turcs tiennent pour certain38.

18Le second témoignage, daté de l’année suivante, apporte malgré sa concision quelques détails supplémentaires.

  • 39 Ibid., p. 341.

Le 1er [mai 1577] M. Schmeisser et moi sommes allés extra muros à Ayvansaray, là où les Grecs ont un pèlerinage à une fontaine. Ils sortent à quelques milliers de personnes, hommes, femmes et enfants. Ils se lavent les yeux et le visage à la fontaine. L’eau en effet serait bonne pour les yeux, la fièvre et autres maladies. Ils suspendent là des cheveux, des fils, des chiffons au mur, et la colline est remplie de gens. Certains allument des cierges et les font brûler là ; ils mangent aussi dehors39.

  • 40 Cf. Janin, ÉM, p. 286-289.
  • 41 Voir par exemple J. Covel, Voyages en Turquie (1675-1677), éd. et trad. J.-P. Grélois, Paris 1998 ( (...)
  • 42 Gerlach, p. 171 (à Chalcédoine) ; p. 255 (à Palorme/Bandırma) ; p. 377 (hagiasma de saint Jean-Bapt (...)
  • 43 Yérasimos, À propos des sürgün (cité n. 6), p. 361.
  • 44 Cf. RE III, 1897, col. 159. Sur le maintien du culte des sources, voir F. W. Hasluck, Christianity (...)
  • 45 Ibid., p. 164, p. 204-205 ; pl. 9.

19Observé en un lieu qui pourrait correspondre à l’ancien Kosmidion40, ce rituel correspond en plus complet à celui décrit lors de la Saint-Constantin de 1578. L’usage de suspendre des cheveux, des fils ou des chiffons en guise d’ex-votos auprès de lieux sacrés chrétiens, d’un hagiasma en particulier, est bien documenté par les voyageurs41 et Gerlach en donne plusieurs exemples42. Stéphane Yérasimos considérait cette pratique comme chamanique, héritée des Turkmènes43, mais elle est attestée dès l’Antiquité44, tout en restant bien vivante auprès de certains musulmans contemporains45.

20On en revient maintenant à la partie la plus spectaculaire du rituel pratiqué en 1577 par les Caramaniens lors de la Saint-Constantin, et uniquement lors de cette fête. À l’intérieur de l’église, quatre fidèles prenaient la châsse contenant la relique sur les épaules et il se produisait alors dans l’assistance des phénomènes qu’il faut bien qualifier de transe (chutes à terre, sauts et danse, tremblements, marche à tâtons, accès de folie furieuse, perte de connaissance, blêmissement, etc.). On peut supposer que les porteurs participaient aussi à la danse puisque l’on entendait la relique faire du vacarme dans la châsse. La transe ne concernait pas tous les assistants : certains, les enfants notamment, en étaient exempts, sans doute parce qu’ils étaient considérés innocents. Selon l’explication recueillie par Gerlach, la violence du phénomène aurait été proportionnelle au nombre de péchés de chacun.

  • 46 Gerlach, p. 406. Papadopoulos-Kérameus (Églises, p. 139, n. 29) voyait dans ces Turcs les chrétiens (...)

21Si l’auteur ne fait pas expressément état du sentiment de l’Église devant ce rituel, on peut penser qu’à une période de laisser-faire succéda une reprise en mains attestée en novembre 1577. L’autorité civile, c’est-à-dire l’administration ottomane de la Ville, sans doute à la demande du patriarcat, a dû procéder à une fermeture de l’église des Caramaniens, si nous comprenons bien que « les Turcs [la] possèdent maintenant46 ». On dispose, chez Gerlach lui-même, d’une mesure du même genre à propos du pèlerinage à Pègè.

  • 47 Gerlach, p. 186.

Auparavant, Turcs et Chrétiens y venaient tous les ans par milliers ce jour-là […]. Comme il s’y débitait quantité de vin tandis qu’il s’y produisait des meurtres et bien d’autres troubles, on y a mis bon ordre47.

  • 48 Ibid., p. 499.

22Au demeurant la fermeture ne fut que provisoire, puisque la fête de saint Constantin fut à nouveau célébrée l’année suivante, mais selon un rituel assagi. La relique était désormais offerte à l’adoration des fidèles sur un pupitre. La danse, accompagnée de chant, se déroulait à l’extérieur de l’église, durant plus longtemps que la messe, puisqu’elle avait lieu avant, pendant et après la cérémonie. Exécutée en cercle par les célibataires, cette danse pouvait être un rappel de la circumambulation. Quoi qu’il en soit, les danseurs donnaient alors un ton carnavalesque à leur prestation en chantant « polissonneries et facéties » et ce à la grande joie des spectateurs48.

23Pour ce qui en est de l’attitude officielle de l’Église, on peut se référer aux chapitres 55 et 56 d’une sorte de catéchisme orthodoxe rédigé à la fin du xviiie siècle par Théophile de Janina, évêque de Kampania en Macédoine. Le disciple y demande à son maître spirituel ce qu’il faut penser de

ce qui se passe dans les monastères et de nombreuses églises de village quand, lors des panégyries et autres fêtes commémoratives des saints et de la Vierge, on sort les saintes icônes du Christ, de la Vierge, de saint Dèmètrios, de saint Georges et autres, et qu’en présence d’une foule de gens, des laïcs et les premiers venus les prennent sur leur épaules et courent comme des fous.

24Après que le maître a, dans sa réponse, fait allusion à des pratiques semblables chez les païens, sa réponse est claire.

  • 49 Théophile de Janina, Ταμεῖον τῆς Ὀρθοδοξίας, Venise 1788, p. 130-132.

Quant à ceux qui se saisissent des icônes et qui marchent en désordre, la loi dégrade les clercs et excommunie lourdement les laïcs, […] et il n’est permis aux laïcs ni de les porter sur les épaules, ni de courir, ni de leur faire faire des tours […]. Que seuls les prêtres élèvent les icônes et les fassent sortir des églises avec piété49.

25Même s’il s’agit ici d’icônes et non pas de reliques, on ne peut manquer de relever des similitudes entre cet usage et ce que nous savons de la Saint-Constantin des Caramaniens : lors d’une fête patronale (panégyrie) des laïcs prennent en public les objets sacrés sur leurs épaules pour les emporter dans une circumambulation plutôt agitée. On observera que si l’Église éprouvait le besoin de condamner par principe ces usages, c’est qu’ils étaient couramment pratiqués dans la réalité. C’est pourquoi il se pourrait bien que la fermeture provisoire de Saint-Constantin ait été effectuée sur demande du patriarcat, afin de faire cesser un trouble à l’ordre public.

  • 50 Aujourd’hui Demirköy, district de Kırklareli (Thrace turque).
  • 51 Papachristodoulou, Anasténaria, p. 356-359.
  • 52 Un exemple : Ὁ Γεωργὴς ὁ Κοτρωνὴς’γαπᾷ τὸ μουνὶ πολύ, / καὶ ἀπ’τὴ διαστρεμνιά του γαμεῖ καὶ τὴν πεθ (...)

26D’autres aspects de la Saint-Constantin, telle que la célébraient les Caramaniens, se retrouvent dans des rituels pratiqués en milieu grec rural à l’époque contemporaine. Dans le bourg de Samakovo50, le lundi précédant le Carême voyait, avant les échanges de populations (1912-1923), se dérouler par les rues une procession carnavalesque dite des Pitéradés. Les participants déguisés dansaient au son de la cornemuse en chantant et faisant des pitreries51. Les paroles de leurs chansons allaient dans certains cas bien au-delà des sous-entendus obscènes52.

  • 53 Ibid., p. 265-332.
  • 54 Il est à remarquer que l’étude de 1873, signée An. Chourmouziadès, ne montre guère de bienveillance (...)
  • 55 Ce groupe de villages est situé dans l’arrière-pays d’Ahtopol (en grec Agathoupolis), près de la fr (...)
  • 56 Ibid., p. 304. Devenu bulgare, le village a gardé son nom (Kosti).
  • 57 Ibid., p. 294 et 308.

27Il est enfin un rituel bien connu, toujours pratiqué de nos jours, qu’il convient de comparer à la Saint-Constantin des Caramaniens, celui des Anasténaria53. Ce dernier a été observé et décrit, pour la première fois en 187354, dans des localités bulgarophones et surtout hellénophones de Roumélie orientale55, par des folkloristes qui y voyaient la survivance de rites orgiaques et dionysiaques. Il n’est peut-être pas anecdotique que le principal village où se célébrait le rituel des Anasténaria s’appelait Kôstè56, un diminutif du nom de Constantin, et que l’un des jours de célébration était le 21 mai. Transplantés en divers lieux de la Macédoine grecque, les adeptes du culte, appelés Anasténarèdés, y apportèrent leurs traditions, quitte à les tenir discrètes un certain temps, puisque l’on n’en signale de manifestations publiques qu’à partir de 194057.

  • 58 Pour une description détaillée du rituel exécuté dans le village d’Hagia Hélènè (Serrès) le 21 mai (...)
  • 59 Ibid., p. 330-331.
  • 60 Ibid., p. 320.
  • 61 Ibid., p. 362-365. À titre d’exemple, l’un de ces chants commence par ce distique : Ἀνάμεσα στὸ Μπε (...)

28Nous laisserons de côté les aspects les plus spectaculaires des Anasténaria, le sacrifice animal et la marche, ou danse, pieds nus sur le feu, qui ont été suffisamment décrits par ailleurs58. Des traits désormais familiers retiendront en revanche l’attention, par exemple l’existence d’un hagiasma qualifié de « monastère »59. Mais il s’agit surtout de la date, la fête des saints Constantin et Hélène. Ce jour-là, l’Église locale se fait discrète, en se limitant à une bénédiction par le pope au commencement de la cérémonie, avant le sacrifice animal. Les icônes des deux saints sont pour la plupart conservées non pas à l’église, mais dans un local spécialement affecté à leur culte, le konaki. Ces images présentent la particularité d’être munies d’un manche, de clochettes et d’ex-votos, afin que les participants puissent les tenir et les agiter bruyamment en tous sens au cours de leurs évolutions. Celles-ci consistent en une circumambulation dans le konaki, une procession jusqu’à la place où se trouve le brasier, et enfin les sauts et la danse sur le feu. Peu à peu, au son de la lyre et du tambour, les adeptes entrent en transe, ils poussent des cris rituels et, à mesure que le rythme s’accélère, certains sont pris de spasmes et ont le regard vitreux, ou les yeux révulsés, le visage blafard60. Pendant la danse, les assistants chantent des airs de circonstance qui n’ont rien de religieux61.

  • 62 Ibid., p. 269. Sur ce point l’attitude de l’Église orthodoxe ne semble pas avoir changé de nos jour (...)
  • 63 Ibid., p. 271, n. 2.

29Il apparaît d’autre part que la hiérarchie ecclésiastique s’est toujours efforcée de combattre, ou à défaut de contenir, ce qu’elle considère comme une hérésie62. De son côté l’autorité civile n’était pas en reste, puisque le préfet de Serrès, interrogé sur le sujet en 1950, répondait sur un ton dédaigneux qu’il envisageait d’interdire l’année suivante les Anasténaria, parce que, disait-il, « c’est une honte »63.

  • 64 Les icônes, datant de « 700 ans », auraient été trouvées à Kôstè, « sous les ruines » : ibid., p. 3 (...)

30Si nous pouvons donc exposer des similitudes entre la Saint-Constantin des Caramaniens telle que Gerlach l’a vue en 1576-1578, et le rituel des Anasténaria décrit depuis la fin du xixe siècle – même date calendaire, danse et transe –, nous n’oserons toutefois prétendre qu’il y ait eu filiation entre les deux. Même si la première se situe à Istanbul, elle tire probablement son origine en Asie Mineure dans le pays de Karaman. Il serait peut-être éclairant de trouver des phénomènes semblables en milieu anatolien, chez les musulmans hétérodoxes par exemple. Quant au second, enraciné en milieu rural, il semble bien être originaire de Thrace et, si l’on en croit un informateur, fort ancien64.

  • 65 Ibid., p. 327.

31Quelle signification pouvaient et peuvent avoir ces pratiques pour les participants ? L’état de transe des Caramaniens pendant la danse était, dit-on, proportionnel au poids des péchés de chacun. De leur côté, les Anasténarèdés parlent de rédemption (lytrôsis)65. Les deux rituels auraient donc le même but, libérer les consciences.

Testimonia

32H. Dernschwam, Tagebuch einer Reisen nach Konstantinopel und Kleinasien (1553/55)

33[52] Nicht weit von abstander burg, so Giedicula genant, an einem oeden orth der stadt, wont ein cristen volkh, nent man Caramanos, aus dem landt Caramania, […] seind cristen, haben den krichischen glauben. Vnd ire mes haltten sy auff krichisch vnd vorstehen doch nicht krichisch. Ir sprach ist turkisch.

34St. Gerlach,Türckisches Tage-Buch

35[173A] Den 1. hat der Patriarch in einem Flecken Karmania genannt, Meß gelesen. Die Leute sind zwar Griechischer Religion, reden aber Türckisch, und können nichts, oder doch gar wenig Griechisch, und sind auß Karmania, haben da eine schöne Kirchen zu St. Constantin, auch andere hüpsche Griechisch-und Arminische Gebäue. Nach vollendeter Messe halten sie, wie es die Zeit leiden mag, dem Patriarchen eine köstliche Mahlzeit.

36[185A] Den 27. […] haben die Griechen und Armenier das Fest Χρυσοπηγῆς (welches ist ein Zunam Mariæ […]). Wir […] giengen Lusts halben, […] [185B] […] da […] die Kirche Παναγίας gestanden und die eingefallene Mauren von gebackenen Steinen noch zu sehen sind. Zu dem Brunnen steiget man 32. Staffeln hinunter. Dann er ist unter der Erden, sehr weit und mit Mauren auffgeführet, und scheinet, als wann einmahl ein Capell dabey gewesen wär. Ist innen und davor herauß mit weissem Marmelstein belegt. Vor dem Brunnen ist ein erhabener weisser Marmelstein, worauff ein irrdin Geschirr stehet, wer hinzu kommet, nimmet es, und füllets mit Wasser, waschet darauß die Händ und das Angesicht, und trinckt. Und das thun nicht allein die Griechen und Armenier : Sondern auch die Türcken, welche gäntzlich beredet sind, wer sich in diesem Wasser wascht und davon trincke, so er das Fieber hat, so verlaß es ihn. Das haben viel Türcken, die mit uns zum Brunnen hinunter gestiegen, bestätiget. Es kam auch ein Türckisches Weib mit ihrem Töchterlein, welchem sie auß dem Brunnen das Angesicht gewaschen, darauß getruncken, auch dem Töchterlein darauß zutrincken geben wider das Fieber. Das bekräfftigte auch unser Janitschar, Ibrahim Beg, der 3. Jahr das Fieber gehabt, sich aber nur auß diesem Brunnen gewaschen, daß ihn das Fieber von Stund an verlassen. Ob dem Loch hangen viel seidene Fäden etc. an stat einer Danckbarkeit, so die Leute hingehenget, die deß Fiebers da loß worden. Oben wacht ein Türck, dann der Eingang mit Latten verschlagen, und hat darneben ein Losament, wie ein Werckstat, dem wir zween Asper geben müssen.

37Es sagen auch die Türcken, daß in diesem Brunnen Fische seyen (als [186A] welcher auff beeden Seiten enge gewölbte Eingänge hab, daß man die Fische nicht sehen kan, man lockte sie dann mit Speise herauß) und so lang sie da, so lang werd auch das Türckische Reich währen. Und diese Fische, sprechen sie, kommen daher : Auff eine Zeit seye Käyser Constantinus zum Brunnen kommen, und sich dabey erlustigen wollen, da habe man ihm einen gebrahtenen Fisch gebracht, welcher, als er ihn in den Brunnen geworffen, wieder lebendig worden, und noch da sey : und das glauben die Türcken für gewiß.

38Vor diesem sind alle Jahr auff diesen […] Tag viel 1000 Türcken und Christen hieher kommen, da man auch viel Wein dabey außgeschenckt, weil aber Todschläg und viel andere Unruh dabey fürgegangen, so hat mans abgeschafft.

39Im Hereingehen sind wir durch die Caramanier Gassen gegangen. Welche also genennt ist : Weil deren Inwohner auß Caramania sind, die zwar Griechischer Religion, aber Türckisch und sehr wenig Griechisch reden. Es hat darinnen schöne, grosse, und weite Häuser mit schönen Gärten dabey […].

40[217A] […] gegen den Sieben Thürnen ist die Kirche S. Constantini, scheinet ein altes Gebäu, mit Bildern gezieret : [217B] Bey der Sacristey ist das Bildnüs Christi, zur Seiten des Vorläuffers Christi, auff der andern oder den Eingehenden zur lincken Seiten ist Maria und St. Theodorus der Beichtiger, über den beeden Thüren der Sacristey ist das Sterben Mariä, dabey alle Jünger Christi und viel andere stehen : auff der andern Thüre ihre Himmelfahrt. Ob des Tempels Thüren der heilige Athanasius mit einem grauen Bart : item Constantinus der Grosse, und seine Mutter Helena mit ihren käyserlichen Cronen, und von Gold und Edelgesteinen gestickten Kleidern.

41[…] Karamania […] dessen Innwohner alle Griechischer Religion, aber mehrertheil nur der Türckischen Sprache kündig, dazu reich sind, […] und giebet unter ihnen viel Goldschmiede.

42[341A] Den 1. bin ich und Herr Schmeisser ber der Ejubanzarai draussen gewesen, da die Griechen eine Walfarth zu einem Brunnen haben, und gehen etlich 1000. Personnen, Männ-Weib-und Kinder hinauß, waschen die Augen und das Gesicht auß dem Brunnen. Dann das Wasser solle gut seyn für die Augen, das Fieber und andere Kranckheiten. Da hängen sie Haar, Faden, Lumpen an die Mauer, und sitzet der Berg voller Leute : Etliche zünden Wachßkertzen an, und lassens da verbrennen, essen auch draussen.

43[348B] Den 21. haben die Griechen das Fest deß grossen Constantini in einer Kirchen, nicht weit von den sieben Thürnen, gehalten. Da zeigen sie in einem Kasten oder Sarck ein Bein und die Haut von einem Finger deß Käysers Constantini deß Grossen, welchen wann die Leut auff die Achseln nehmen, oder rühren den nur an, darüber so bald ihrer etliche entweder zu Boden fallen, oder anfangen zu springen, oder zittern an den gantzen Leib, etliche tappen an den Wänden, etliche werden gar rasend, etliche gantz bleich und unmächtig, andern wiederfährt etwas anders. Andern, als den Kindern sonderlich, geschiehet gar nichts. Und das befindet sich allein also an dem Tag Constantini : Dabey, nachdeme nehmlich einen der Zustand [349A] hart befället, sagen sie, könne man wissen, ob einer wenig oder viel Sünden auff sich habe. Das ist ja ein wunderliches Heiligthumb. Nach der Meß dieses Festes halten sie, nach ihrer Gewohnheit, ein Gastmahl und rühren also diesen Sarck an.

44[406A] […] diese Tauffe geschahe in der Kirchen zu [406B] S. Georgen, darinnen viel Bilder, des Herrn Christi, Johannis des Täuffers, Mariä, Theodori Στουδίτου. Vornen bey dem Chor und heraussen bey der Thür Constant. des Grossen und seiner Mutter Helenæ, des H. Athan. etc. welche sie auß der nechsten Kirchen zu S. Constantin, so nun die Türcken haben, genommen. Das ist die Kirchen St. « Georgen » (Constantini corr.), davon oben gedacht, daß sie darinnen Jährlich etliche Beiner des Constantini an seinem Tag als Heiligthümer herumb tragen, darüber die Leute fast als rasend werden.

45[485A] Es stehet auch ein Priester […], zu deme kommen die arme Sünder, ziehen ihren Bund und Cappen ab, so leget er ihnen ein Buch auff den Kopff, in welchem die ἀκολουθία oder das Ampt deß Festes stehet, darauß lieset er über ihne das Evangelium gedachten Festes, der Lay giebet ihm etliche Asper, machet unterschiedliche Creutze vor sich, bucket sich, und gehet davon, als ob ihm nun alle seine Sünden vergeben wären.

46[499A] Den 21. haben die Griechen das Fest Constantini in der Kirchen deß Fleckens der Caramanier, nicht weit von den Siebenthürnen, gehalten. Vor dem Gottes-Dienst gehet wer da wil, zu dem Priester in der Kirchen, entblösset sein Haupt, der Priester leget ihm das Evangelien-Buch darauff, und lieset daraus das Evangelium über ihn, er aber machet indessen viel Creutz, wann dieses Lesen vollendet, giebet er dem Priester etliche Asper, küsset deß Käysers Constantini und seiner Mutter Helenæ Bildnüß, und gehet davon. Darauff gehet die Meß an. Vor, unter und nach der Meß tantzen etliche junge Gesellen, vor der Kirch-Thüre, miteinander ihrer 8. 10. oder mehr halten einander bey den Armen, tantzen in einem Reyen oder Zirckel herumb, und thun einen Schritt umb den andern, den einen hinter den andern vor sich, und solches dantzen währt etliche Stunde, haben aber dabey keine Spielleute : sondern einer singet nur vor : und die andern all ihm nach, welches wunderlich zusammenklinget. Dazu die Zuseher offt überlaut lachen, solche schöne Zotten und Possen sungen sie. Da die Messe zu Ende, theilete man das Geweyhete auß, Reiß, Mandel und sonsten vielerley untereinander. Da hatten sie auch in einer Schachtel ein Beinlein von einem Arm deß Käysers Constantini auff dem Pulpet liegen, welches sie geküßt. Bisher haben sie es jährlich auff dieses Fest in einen kleinen Sarck geleget, ihrer [499B] vier es durch die Kirche getragen, da es dann etliche zur Erden niedergedruckt : etliche zur Erden niedergedruckt : etliche sind davon fast von Sinnen gekommen, daß sie nichts von sich selber gewußt : andere haben eine bleiche Todfarb überkommen etc. Es hat sich auch dieses Beinlein in der Bahr beweget, und gepoltert. Aber nun wollen dieses Umbtragen die Türcken nicht mehr leiden, darumb mans ins künfftig anstehen lassen muß. Vor dieser Kirchenthüren saß es voller Bettler, auch ihrer viel welche allerhand Schleckwerck von Mandeln, Zucker, Honig etc. feil hatten. Nacher der Messe zehrten sie redlich miteinander ausser der Kirchen im Vorhoff und in dem Garten, auch daheim in ihren Häusern.

47Da haben sie auch einen Gesundbrunnen, zu deme man etliche Staffeln hinunter gehet, und kommen Türcken und Griechen dazu, waschen sich darauß für das Fieber, und hängen Kertzlein, Haar, Lumpen etc. als anathemata, zum Gedächtnüß auff.

48Théophile de Janina, Ταμεῖον τῆς Ὀρθοδοξίας.

49[130] § 55 […] τὰ γινόμενα ἐν Μοναστηρίοις, καὶ χωρίων Ἐκκλησίαις πολλαῖς, ὁποῦ ἐν ταῖς Πανηγύρεσι, καὶ ἄλλαις Ἑορταῖς τῆς μνήμης τῶν Ἁγίων, καὶ τῆς Παναγίας, εὐγάζουν τὰς ἁγίας Εἰκόνας Χριστοῦ, Παναγίας, ἁγίου Δημητρίου, ἁγίου Γεωργίου, καὶ ἄλλων, καὶ πλήθους Λαοῦ ὄντος ἐπὤμων βαστάζουσιν αὐτὰς Λαϊκοί, καὶ οἱ τύχοντες, καὶ τρέχουσιν ὡς παράφρονες […]. [131] […] Νόμος τοὺς ἁρπάζοντας τὰς Εἰκόνας, καὶ ἀτάκτως βαδίζοντας, τοὺς Κληρικοὺς καθαίρει, καὶ τοὺς Λαϊκοὺς τοὺς ἀφορίζει βαρέως […].

50[132] § 56 […] δὲν συγχωρεῖται εἰς τοὺς Λαϊκοὺς οὔτε ἐπὤμων νὰ τὰς σηκώνουν, οὔτε νὰ τρέχουν, καὶ περιέρχωνται μὲ αὐτάς […]. […] τὰς Εἰκόνας μόνοι οἱ Ἱερεῖς νὰ ἐγείρωσι, καὶ ἐκ τῶν Ἐκκλησιῶν μετεὐλαβείας νὰ τὰς ἐκβάλλουν […].

Abréviations

51EPhS
ἐν Κωνσταντινουπόλει Ἑλληνικὸς φιλολογικὸς σύλλογος

52Gerlach
Stephan Gerlachs deß Aeltern Tage-buch, der von zween Glorwürdigsten Römischen Kaysern Maximiliano und Rudolpho
[…] an die Ottomanische Pforte zu Constantinopel abgefertigten […] Glücklichst-vollbrachter Gesandtschaft […], Francfort-sur-le-Main 1674

53Janin, CB
R. Janin, Constantinople byzantine : développement urbain et répertoire topographique, Paris 19642 (Archives de l’Orient chrétien 4A)

54Janin, ÉM
R. Janin, La géographie ecclésiastique de l’Empire byzantin. I, Le siège de Constantinople et le patriarcat œcuménique. 3, Les églises et les monastères, Paris 19692

55Müller-Wiener Bildlexikon
W.
Müller-Wiener, Bildlexikon zur Topographie Istanbuls : Byzantion, Konstantinupolis, Istanbul bis zum Beginn des 17. Jahrhunderts, Wiesbaden 1977

56Papachristodoulou, Anasténaria
P.
Papachristodoulou, ΤἈναστενάρια, οἱ Καλόγεροι, Σεϊμένηδες κοἱ Πιτεράδες, Ἀρχεῖον τοῦ Θρακικοῦ λαογραφικοῦ καὶ γλωσσικοῦ Θησαυροῦ 15, 1950, p. 267-367

57Papadopoulos-Kérameus, Églises
A.
Papadopoulos-Kérameus, Ναοὶ τῆς Κωνστανινουπόλεως κατὰ τὸ 1593 καὶ 1604, EPhS 28, 1904, p. 18-145

58Sarlak, Églises
E.
Şarlak, Istanbul’un 100 kilisesi, Istanbul 2010

Notes

1 Voir Ch. Hannick, Jérémie II Tranos, le dialogue avec les protestants (1573-1581), dans La théologie byzantine et sa tradition. 2, (xiiie -xixe s.), éd. C. G. Conticello et V. Conticello, Turnhout 2002, p. 558-561.

2 Pour un aperçu de cette correspondance, voir M. Crusius, Turcogræciæ libri octo, Bâle 1584 (réimpr. Modène 1972), passim.

3 Pour une biographie du personnage, voir A. Ferus, Die Reise des kaiserlichen Gesandten David Ungnad nach Konstantinopel im Jahre 1572, mémoire de maîtrise, université de Vienne, novembre 2007 (http://www.yumpu.com/de/document/view/5006119/magisterarbeit-etheses-universitat-wien), p. 37-45.

4 Gerlach, p. 1.

5 Allgemeine deutsche Biographie 9, Leipzig 1879, p. 23 (J. Hartmann).

6 Pour une synthèse sur le sujet, voir S. Yérasimos, À propos des sürgün du Karaman à Istanbul, dans Syncrétismes et hérésies dans l’Orient seldjoukide et ottoman, xive-xviiie siècle. Actes du colloque du Collège de France, octobre 2001, éd. G. Veinstein, Paris 2005, p. 353-362.

7 Forteresse édifiée par Mehmet II en 1457/1458 ; Müller-Wiener, Bildlexikon, p. 297.

8 Cf. Müller-Wiener, Bildlexikon, p. 147, plan ; Z. Karaca, Konstantinos (Ayios) – Eleni (Ayia) kilisesi, Dünden bugüne Istanbul ansiklopedisi 5, Istanbul 1994, p. 60-61 ; Şarlak, Églises, p. 47-48.

9 Le vendredi 27 suivant, Gerlach (p. 186) précise que la rue se nomme « rue des Caramaniens » à cause de l’origine des habitants (de religion grecque mais parlant le turc et très peu le grec), et qu’il s’y trouve « de belles maisons, grandes et larges avec de beaux jardins ».

10 Gerlach, p. 173.

11 Alors établi dans l’ancien monastère de la Vierge Péribleptos : Janin, ÉM, p. 218-222 ; Müller-Wiener, Bildlexikon, p. 200-201 ; Şarlak, Églises, p. 50-51.

12 Théodore Stoudite (759-826), dont le monastère Saint-Jean Prodrome de Stoudios, devenu Imrahor camii, se trouve immédiatement à proximité de Saint-Constantin : Janin, ÉM, p. 430-440 ; Müller-Wiener, Bildlexikon, p. 147-152.

13 Gerlach, p. 217.

14 Le verbe employé ici, springen, « sauter », peut aussi signifier « danser » (voir plus bas).

15 Gerlach, p. 348-349.

16 Saint-Georges au Kyparission : Janin, CB, p. 377 ; Id., ÉM, p. 70 ; Müller-Wiener, Bildlexikon, p. 201, plan ; Şarlak, Églises, p. 41-42.

17 La suite de la phrase impose de comprendre ici qu’il s’agit en fait de Saint-Constantin.

18 Gerlach, p. 406.

19 Petite monnaie d’argent (en turc « akçe ») dont 40 valaient un thaler (cf. Gerlach, p. 31).

20 Gerlach, p. 499.

21 La région de Lârende, l’antique Laranda, aujourd’hui Karaman, sur le versant nord du Taurus cilicien : K. Belke, M. Restle, Galatien und Lykaonien, Vienne 1984 (TIB 4), p. 197-198.

22 Yérasimos, À propos des sürgün (cité n. 6), p. 355-356.

23 Ibid., p. 360.

24 À noter que, selon Aşıkpaşazade, Mehmet II avait fait déporter de Karaman en 1468 des « gens habiles dans leur art » : Von Hirtenzelt zur Hohen Pforte : Frühzeit und Aufstieg des Osmanenreiches nach der Chronik « Denkwürdigkeiten und Zeitläufte des Hauses ʿOsman », trad. R. Kreutel, Graz/Vienne/Cologne 1959 (Osmanische Geschichtsschreiber 3), § 143, p. 240.

25 N. de Nicolay, Dans l’empire de Soliman le Magnifique, présenté et annoté par M.-C. Gomez-Géraud et S. Yérasimos, Paris 1989 (réédition des Quatre premiers livres des navigations et pérégrination de N. de Nicolay, Lyon 1567-1568), p. 229.

26 Hans Dernschwam’s Tagebuch einer Reise nach Konstantinopel und Kleinasien (1553/55), éd. F. Babinger, Munich/Leipzig 1923 (réimpr. Berlin/Munich 1986, avec une postface de R. Schnur), p. 52 ; Ein Fugger-Kaufmann im Osmanischen Reich : Bericht von einer Reise nach Konstantinopel und Kleinasien 1553-1555 von Hans Dernschwam, Francfort-sur-le-Main 2012 (adaptation en allemand moderne et éd. H. Hattenhauer et U. Bake), p. 73.

27 A. Papadopoulos-Kérameus, Κατάλογος τῶν ἐν τῷ Ἑλληνικῷ Φιλολογικῷ Συλλόγῳ χειρογράφων βιβλίων, EPhS, supplément aux t. 20-22, 1892, nos 11, 5, p. 95-96 ; Id., Églises, p. 140, n. 30.

28 Janin, CB, p. 418.

29 Paul d’Alep, Voyage du patriarche Macaire d’Antioche, éd. et trad. B. Radu, PO 107 (t. 22/1), Paris 1930 (réimpr. Turnhout 1989), p. 109.

30 Papadopoulos-Kérameus, Églises, p. 140, n. 30.

31 Şarlak, Églises, p. 47-48 (1689) ; S. Pétridès, Églises grecques de Constantinople en 1652, EO 4, 1900, p. 47 (1782), sans qu’il soit possible de choisir entre les deux incendies qui touchèrent cette année-là Samatya, le 24 juillet et le 21 août ; cf. A. M. Schneider, Brände in Konstantinopel, BZ 41, 1941, p. 399.

32 Gerlach, p. 485.

33 Ibid., p. 368.

34 Ibid., p. 289-290. L’épigramme a été publiée par Crusius (cité n. 2), p. 259-260.

35 Cf. Janin, CB, p. 451-452 ; Id., ÉM, p. 223-228 ; Şarlak, Églises, p. 42-43 ; en dernier lieu : S. Efthymiadis, Le monastère de la Source à Constantinople et ses deux recueils de miracles. Entre hagiographie et patriographie, REB 64-65, 2006-2007, p. 283-309.

36 C’est-à-dire de la Source d’or, appellation empruntée aux Grecs de l’époque par les voyageurs occidentaux ; voir par exemple P. Gilles, Itinéraires byzantins, trad. J.-P. Grélois, Paris 2007 (Centre de Recherche d’Histoire et Civilisation de Byzance. Monographies 28), p. 440.

37 D’où son nom turc de Balıklı (balık = poisson).

38 Gerlach, p. 185-186.

39 Ibid., p. 341.

40 Cf. Janin, ÉM, p. 286-289.

41 Voir par exemple J. Covel, Voyages en Turquie (1675-1677), éd. et trad. J.-P. Grélois, Paris 1998 (Réalités byzantines 8), p. 336-337.

42 Gerlach, p. 171 (à Chalcédoine) ; p. 255 (à Palorme/Bandırma) ; p. 377 (hagiasma de saint Jean-Baptiste entre Sainte-Sophie et le Sérail) ; p. 368 (Hagia-Paraskeuè à Hasköy) ; p. 487 (Hagia-Phôteinè au-delà d’Eyüp).

43 Yérasimos, À propos des sürgün (cité n. 6), p. 361.

44 Cf. RE III, 1897, col. 159. Sur le maintien du culte des sources, voir F. W. Hasluck, Christianity and Islam under the Sultans, 2 vol., Oxford 1929, p. 105-112 ; J.-P. Roux, Les traditions des nomades de la Turquie méridionale : contribution à l’étude des représentations religieuses des sociétés turques, Istanbul/Paris 1970, p. 159-166.

45 Ibid., p. 164, p. 204-205 ; pl. 9.

46 Gerlach, p. 406. Papadopoulos-Kérameus (Églises, p. 139, n. 29) voyait dans ces Turcs les chrétiens turcophones, sans prendre garde que Gerlach, comme tous les voyageurs, fait de turc le synonyme de musulman.

47 Gerlach, p. 186.

48 Ibid., p. 499.

49 Théophile de Janina, Ταμεῖον τῆς Ὀρθοδοξίας, Venise 1788, p. 130-132.

50 Aujourd’hui Demirköy, district de Kırklareli (Thrace turque).

51 Papachristodoulou, Anasténaria, p. 356-359.

52 Un exemple : Ὁ Γεωργὴς ὁ Κοτρωνὴς’γαπᾷ τὸ μουνὶ πολύ, / καὶ ἀπ’τὴ διαστρεμνιά του γαμεῖ καὶ τὴν πεθερά του, « Georges Kotrônès aime beaucoup le c…, et dans sa perversité il b… même sa belle-mère » (ibid., p. 359).

53 Ibid., p. 265-332.

54 Il est à remarquer que l’étude de 1873, signée An. Chourmouziadès, ne montre guère de bienveillance vis-à-vis de ce qu’elle considère comme une hérésie : ibid., p. 269.

55 Ce groupe de villages est situé dans l’arrière-pays d’Ahtopol (en grec Agathoupolis), près de la frontière bulgaro-turque ; ibid., p. 275, carte.

56 Ibid., p. 304. Devenu bulgare, le village a gardé son nom (Kosti).

57 Ibid., p. 294 et 308.

58 Pour une description détaillée du rituel exécuté dans le village d’Hagia Hélènè (Serrès) le 21 mai 1950, voir ibid., p. 312-316.

59 Ibid., p. 330-331.

60 Ibid., p. 320.

61 Ibid., p. 362-365. À titre d’exemple, l’un de ces chants commence par ce distique : Ἀνάμεσα στὸ Μπεηογλοῦ κιἀνάμεσα στὴν Πόλη/κερὰ Βδοκιὰ πουλεῖ κρασὶ γιὰ τοὺς ἀνδρειωμένους, « Dans Beyoğlu et dans la Ville, Dame Eudocie vend du vin pour les vaillants ».

62 Ibid., p. 269. Sur ce point l’attitude de l’Église orthodoxe ne semble pas avoir changé de nos jours.

63 Ibid., p. 271, n. 2.

64 Les icônes, datant de « 700 ans », auraient été trouvées à Kôstè, « sous les ruines » : ibid., p. 331.

65 Ibid., p. 327.

Notes de fin

1 L’auteur remercie M.-É. Handman, E. Nonveiller et O. Delouis pour leur précieux apport de documentation concernant les Anasténaria. On trouvera une liste d’abréviations en fin d’article.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540