Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le saint, le moine et le paysan

 | 
Olivier Delouis
, 
Sophie Métivier
, 
Paule Pagès

L’hagiographie chypriote et le modèle de la sainteté épiscopale

Bernard Flusin

Texte intégral

  • 1 Pour saint Thérapon, initialement honoré en Chypre, mais dont les reliques sont transférées à Cons (...)
  • 2 Sur les sanctuaires de Chypre, voir P. Maraval, Lieux saints et pèlerinages d’Orient. Histoire et (...)
  • 3 La tombe de saint Épiphane est mentionnée déjà par Sozomène, Histoire ecclésiastique VII, 2 (Sozom (...)

1L’hagiographie chypriote ancienne présente une particularité remarquable. Alors que les provinces voisines sur le continent – en Syrie, en Palestine, en Égypte – sont dominées par la sainteté ascétique et monastique, on n’écrit en Chypre aucune Vie qui serait consacrée à un saint moine local. On pourrait penser aux hasards de la conservation mais, si l’hagiographie chypriote n’est pas très abondante du ive au vie siècle, elle connaît une belle floraison au viie sans qu’aucun texte de cette époque ne célèbre un ascète du cru. On ne trouve pas non plus de textes consacrés à des martyrs1, si l’on excepte bien sûr les apôtres ou les évêques qui sont en même temps morts pour leur foi. De même, on ne trouve pas en Chypre à l’époque ancienne de sanctuaires qui soient consacrés à des saints moines, et guère à des martyrs2. L’île est dominée par la sainteté apostolique et épiscopale, et si l’on y vient en pèlerinage, c’est pour honorer Barnabé, apôtre et martyr, ou saint Épiphane, évêque de Constantia3. Cette prédominance de la sainteté épiscopale éveille l’attention et conduit à parcourir les textes anciens pour tenter de comprendre ce qu’est, en Chypre, le saint évêque que l’île semble avoir ainsi honoré presque exclusivement. Il y a là une voie d’accès privilégiée pour atteindre le type de christianisme qui s’est développé à époque ancienne dans l’île et pour corriger ainsi l’image qui ressort de l’attention peut-être excessive qu’on porte à l’hagiographie égyptienne ou syro-palestinienne et aux modèles de sainteté ascétique et monastique qu’elles ont promus avec tant de succès.

Le corpus

  • 4 D. Mouriki, The Cult of Saints in Medieval Cyprus as Attested by Church Decoration and Icon Painti (...)
  • 5 V. von Falkenhausen, Bishops and Monks in the Hagiography of Byzantine Cyprus, dans Medieval Cypru (...)

2Les particularités du culte des saints en Chypre, telles que nous venons de les rappeler pour commencer, avec la place singulière qu’y occupent les saints évêques, ont été mises en évidence il y a vingt ans par Doula Mouriki dans une étude portant sur la décoration des églises et sur les icônes chypriotes4. Ces premiers résultats ont été développés par Vera von Falkenhausen, qui poursuit dans les textes cette enquête commencée avec les monuments figurés5. Elle relève ainsi la prédominance pour l’île de Chypre dans le Synaxaire de Constantinople des saints évêques (vingt-quatre sont mentionnés) sur les martyrs (six martyrs non évêques pour Chypre dans le Synaxaire) et plus encore sur les moines (deux). Elle répartit en deux groupes les textes hagiographiques chypriotes selon qu’ils concernent l’apôtre de l’île, Barnabé, et ses premiers successeurs, ou bien des évêques des ive et ve siècles.

  • 6 Voir Asinou across Time, éd. A. Weyl Carr et A. Nicolaïdès, Washington DC 2012 (Dumbarton Oaks Stu (...)

3Cette répartition correspond à celle que pourrait inspirer aussi une belle fresque de l’abside de la Panagia Asinou, datée du début du xiie siècle, qui représente, comme il est normal derrière l’autel, les saints hiérarques : Basile de Césarée, Jean Chrysostome, Grégoire de Nazianze et autres6. Mais sous les fenêtres, dans un encadrement spécial, figurent deux saints liés étroitement à Chypre : saint Barnabé, l’apôtre de l’île, et saint Épiphane, métropolite de Salamine, tenant chacun un évangéliaire. Cette image est importante à plus d’un titre. Elle rappelle que la sainteté épiscopale n’est pas spécifiquement chypriote, elle souligne par sa position et sa conception les fonctions principales de l’évêque, la célébration de l’eucharistie et l’enseignement, mais elle est en même temps propre à Chypre en ce qu’elle met en évidence deux saints locaux, objets dans l’île d’un culte populaire qui a traversé les siècles. Elle désigne aussi deux époques différentes et deux groupes de saints : l’âge apostolique, avec Barnabé ; le premier siècle de l’Empire chrétien, avec Épiphane.

  • 7 Pour l’hagiographie chypriote, l’article de H. Delehaye, Saints de Chypre, An. Boll. 26, 1907, p.  (...)
  • 8 Actes et Passion (Περίοδοι καὶ μαρτύριον) de saint Barnabé par Marc (BHG 225, ClAp 285) : Actes de (...)
  • 9 Voir n. 3.
  • 10 Actes d’Héraclide, éd. Halkin.
  • 11 Vie de S. Auxibios de Soloi (BHG 204), éd. Noret. Le texte est antérieur à 649 et sans doute posté (...)
  • 12 L’auteur de la Vie de S. Auxibios se réfère à Col 4, 10, et 2 Tm 4, 7 (cf. Vie de S. Auxibios, éd.(...)
  • 13 La châsse de saint Tychikos à Néapolis est attestée au milieu du viie siècle par un récit d’Anasta (...)
  • 14 Vie de S. Auxibios, éd. Noret, § 13, p. 184-185.

4L’âge apostolique, ou celui qui suit immédiatement l’évangélisation de l’île, est illustré dans l’hagiographie chypriote par ce qu’on peut appeler le cycle de Barnabé7. Il comprend d’abord un court texte, les Voyages et le martyre (Περίοδοι καὶ μαρτύριον) de Barnabé par le Pseudo-Jean Marc, qui raconte l’évangélisation de Chypre, puis le martyre de l’apôtre près de Salamine8 : nous l’appellerons, avec son éditeur, les Actes de Barnabé. On peut y ajouter un texte plus tardif, du vie siècle, l’Éloge de S. Barnabé par Alexandre le Moine9. Le premier évêque de l’île, Héraclide, est le héros d’un récit écrit par le Pseudo-Rhodon : les Actes de S. Héraclide de Tamassos10. Vers 600, un hagiographe anonyme écrit aussi un texte consacré à un évêque de l’âge apostolique : la Vie de S. Auxibios de Soloi11. Ce texte, qui, s’il ne peut guère être considéré comme historique, a un bon enracinement local, se rattache explicitement aux Actes de Barnabé : Auxibios, d’origine romaine, est en effet baptisé et ordonné comme évêque par Jean Marc après le martyre de Barnabé. Plus tardif, il mentionne maintenant des cités comme sièges épiscopaux : Auxibios est évêque de Soloi, et Paul, mis au courant de la mort de Barnabé par Marc – avec lequel il était maintenant réconcilié12 –, envoie à Héraclide des chrétiens à ordonner pour Paphos (il s’agit d’Épaphras), Néapolis (Tychikos13), et d’autres cités14.

  • 15 Passion de S. Théodote de Cyrénie (BHG 2434) : éd. F. Halkin, La passion ancienne de S. Théodote, (...)
  • 16 Vie de S. Épiphane de Salamine (BHG 596-599), PG 41, col. 24-113. Voir C. Rapp, Epiphanius of Sala (...)
  • 17 Jean l’Aumônier, Vie de S. Tychon, éd. Usener.
  • 18 La Vie BHG 1648a, anonyme dans son témoin unique, est éditée sans nom d’auteur par P. Van den Ven,(...)

5Le deuxième groupe concerne des évêques du ive siècle ou du tout début du ve. Il comprend une brève Passion tardive de S. Théodote de Kyrénia, évêque et martyr15 ; au vie siècle, une Vie de S. Épiphane16, qui fut évêque de Salamine à la fin du ive siècle et au début du ve, et, pour le viie siècle, trois œuvres importantes sur des saints évêques du début du ive : la Vie de S. Tychon d’Amathonte par Jean l’Aumônier17 ; deux Vies de S. Spyridon de Trimithonte, la première attribuable à Léonce de Néapolis, et celle, parallèle pour sa première moitié, par Théodore de Paphos18.

Limage de lépiscopat dans le cycle de Barnabé

6Les textes du cycle de Barnabé, d’exploitation difficile, peuvent paraître décevants d’un point de vue historique. Ils renseignent pourtant, sans doute plutôt pour les débuts de l’Empire chrétien que pour l’âge apostolique, sur la relation entre Chypre et son épiscopat. Examinons d’abord les Actes de Barnabé, qui – après les Actes des apôtres canoniques – racontent l’évangélisation de l’île et qu’on lie habituellement à la question de son autocéphalie, âprement disputée au début du ve siècle et réglée une première fois par le concile d’Éphèse en 431. La question sera rouverte plus tard, et, comme on sait, ce sera la découverte de la tombe de saint Barnabé dans les années 480 qui établira définitivement l’indépendance de l’Église chypriote : le métropolite de Salamine fait valoir devant l’empereur Zénon que Salamine, tout comme Antioche, est un siège apostolique. Il obtient ainsi gain de cause.

  • 19 Μαθόντες οἱ Ἰουδαῖοι, λαβόντες τὸν Βαρνάβαν νυκτὸς ἔδησαν ἐν σχοινίῳ κατὰ τοῦ τραχήλου, καὶ σύραντ (...)
  • 20 M. Starowieyski, Datation des Actes (Voyages) de St. Barnabé (BHG 225 ; ClAp 285) et du Panégyriqu (...)

7Ce rappel fait comprendre les raisonnements qui ont conduit à dater les Actes de Barnabé entre 431 et 490, l’idée générale étant que, d’une part, si les évêques chypriotes, en 431, avaient connu ce texte, ils en auraient fait état, d’autre part que, si les rédacteurs des Actes avaient eu connaissance de la découverte du corps de Barnabé, ils n’auraient pas dit, comme ils le font19, que ce corps avait été réduit complètement en cendres. Voici par exemple ce qu’on lit dans un article de 1994 : « En recueillant les traditions locales et en prenant en considération la situation de Chypre à l’époque, on a composé une longue histoire des voyages des Apôtres et sanctifié ainsi les origines des communautés ecclésiales qui existaient au ve siècle. On a reconnu aussi l’origine apostolique à l’épiscopat de Chypre, car le premier évêque chypriote, Héraclide, a été sacré évêque par S. Barnabé (Actes 17). Comme on ne trouvait aucune tradition sur le tombeau de l’Apôtre, on a raconté l’histoire de sa crémation20. »

  • 21 Actes de Barnabé, éd. Bonnet, § 20, p. 299, l. 18-19 (Amathonte) ; § 21, p. 300, l. 4 (Kition).
  • 22 Au début de son texte, le Pseudo-Jean Marc se présente comme ceci : « Moi, Jean [...], qui étais a (...)

8Ce point de vue ne paraît cependant guère tenable. Si l’enracinement chypriote du texte et la connaissance par l’auteur de la topographie de l’île sont indéniables, la première moitié du texte se déroule sur le continent, qui occupe ainsi une place importante. D’autre part, il est faux de dire que l’auteur a voulu sanctifier « les origines des communautés ecclésiales qui existaient au ve siècle ». Au contraire, les cités de l’île – en tout cas les cités côtières – qui seront au ve siècle des sièges épiscopaux, sont présentées sous un jour défavorable : elles sont aux mains des païens ou des Juifs, et le restent. Les apôtres quittent Amathonte et Kition en secouant la poussière de leurs chaussures, ce qui est une singulière façon de sanctifier ces villes21. L’argument selon lequel les évêques chypriotes auraient cité les Actes de Barnabé au concile d’Éphèse n’est pas décisif et l’on peut même douter qu’il soit pertinent. C’est un argument tiré d’un silence, et il faudrait aussi montrer qu’en 431 ce texte, s’il avait été produit, aurait pu servir d’argument. Mais son autorité est bien douteuse, tant son décalage avec les Actes canoniques est flagrant. L’image qu’il donne par exemple de Jean Marc – l’auteur supposé du texte – est inconciliable avec ce qu’on lit dans les Actes des apôtres22. Au concile, d’autre part, l’argument de l’apostolicité de l’Église chypriote n’aurait sans doute pas prévalu. Le terminus a quo de 431 pour la rédaction de l’essentiel des Actes ne paraît donc pas assuré.

  • 23 Ibid., § 18, p. 298, l. 17 (κατηντήσαμεν ἐν τῇ Παλαιᾷ Πάφῳ). Sur les tremblements de terre qui dét (...)
  • 24 Kαὶ κατασχόντες τὸν Βαρνάβαν ἐζήτησαν παραδοῦναι Ὑπάτῳ ἡγεμόνι τῆς Σαλαμίνης, Actes de Barnabé, éd (...)
  • 25 Salamine, après les tremblements de terre, est reconstruite par Constance, qui lui donne son nom ( (...)

9Quelle date adopter alors ? Sans doute ne faut-il pas remonter trop haut. Le fait qu’en un endroit du texte, Barnabé et ses compagnons arrivent près de « l’ancienne Paphos23 » semble indiquer que le rédacteur écrit après les tremblements de terre qui ont ravagé cette cité au ive siècle. De même, lorsqu’il est arrêté par des Juifs à Salamine, Barnabé doit être conduit devant le gouverneur qui est dans cette ville24 : c’est la situation administrative qui règne dans l’île à partir du milieu du ive siècle. La seconde partie du ive siècle paraît donc être la date la plus haute qu’on puisse soutenir25. Pour la date la plus basse, l’invention des années 480 peut être retenue comme terminus ante quem. Une date haute, dans la deuxième partie du ive siècle, paraît possible parce que, précisément, l’auteur des Actes donne du christianisme en Chypre une image archaïque, éloignée des réalités du ve siècle.

  • 26 Actes de Barnabé, éd. Bonnet, § 16-17, p. 298, l. 5-15.

10Ce qui est important dans ce texte, le plus ancien de tout le dossier que nous examinons ici, c’est en effet l’image que l’auteur veut donner de l’épiscopat chypriote à l’âge apostolique. Dans les Actes de Barnabé, il est question de deux évêques. Le premier et le plus important est Héraclide, dont l’ordination est contée par le Pseudo-Jean Marc en ces termes : « Nous allâmes à la cité [variante : bourgade] de Lampadistès, d’où Timon était originaire. Nous y trouvâmes Héraklios, qui était là, et nous fûmes accueillis chez lui. Il était originaire de Tamassos et était venu visiter ses parents. Barnabé, l’ayant vu, le reconnut. Il l’avait naguère rencontré avec Paul à Kition. Il reçut l’Esprit saint à l’occasion de son baptême. (Barnabé) changea son nom pour celui d’Héraclide. Après que nous l’eûmes ordonné comme évêque pour Chypre, ayant affermi une Église à Tamassos, nous le laissâmes là pour qu’il gouverne les frères habitant cet endroit26. »

  • 27 Ac 13, 4-12.
  • 28 Actes de Barnabé, éd. Bonnet, § 17, p. 298, l. 12.
  • 29 Χειροτονήσαντές τε αὐτὸν ἐπίσκοπον τῇ Κύπρῳ καὶ ἐκκλησίαν ἐπιστηρίξαντες ἐν Ταμάσῳ κατε-λείψαμεν α (...)

11On voit la trame narrative. Barnabé connaît Héraklios depuis son premier voyage en Chypre en compagnie de saint Paul. La référence est ici aux Actes canoniques des apôtres, où, cependant, il n’est pas question d’Héraklios27. L’ordination épiscopale suit aussitôt le baptême, qui avait été l’occasion de changer le nom du nouveau chrétien, non plus Héraklios (Ἡράκλειος), mais Héraclide : Ἡρακλείδης/-κλίδιος28. Mais le plus important est le ressort où Héraclide exercera ses fonctions épiscopales. Établi plus particulièrement à Tamassos, où il gouverne l’Église qui vient d’être fondée, il est nommé par Barnabé « pour Chypre », c’est-à-dire pour l’ensemble de l’île29. On ne peut désigner plus clairement le premier siège de Chypre. Rappelons que Barnabé, d’après ses Actes, ne fonde aucune Église, ni à Paphos, qui reste obstinément païenne, ni à Salamine, à la fois païenne et juive.

  • 30 « Le lendemain, nous allâmes dans une bourgade (kômè) où demeurait Aristoklianos. C’était un lépre (...)
  • 31 Sozomène, Histoire ecclésiastique VII 19, 2, éd. Bidez et Hansen (cité n. 3), p. 330, l. 14-15.

12Le deuxième évêque dont il est question est un certain Aristoklianos, un lépreux guéri et ordonné comme évêque à Antioche par Paul et Barnabé, qui l’envoient ensuite dans sa bourgade en Chypre, entre Kition et Amathonte30. On voit que l’auteur n’a pas peur de faire ordonner à Antioche un évêque chypriote, détail qui peut appuyer la datation que nous avons proposée tout à l’heure, avant la période la plus chaude du conflit entre Antioche et l’Église de Chypre. Mais surtout, Aristoklianos, même si l’on ignore le nom de son siège, est l’évêque d’une bourgade, kômè, et non d’une cité, polis. Au ive siècle, Sozomène, dans un passage souvent cité, indiquera comme une particularité de Chypre qu’il y a dans cette île des évêques pour de simples bourgades31. Nous en voyons un ici.

13Pour le texte ancien que sont les Actes de Barnabé, le centre de la chrétienté semble donc être Tamassos, dont l’évêque est ordonné « pour Chypre ». Le christianisme, excepté Tamassos, apparaît comme un phénomène rural, avec un évêque dans une kômè. Les centres urbains sont réfractaires à l’évangélisation. Les Actes de Barnabé semblent ainsi déconnectés de la structure classique de l’Église chypriote telle qu’elle s’établit à la fin du ive siècle, avec une métropole, Salamine, et des suffragants dans les nombreuses cités de l’île. Mais les Actes tiennent compte de ce qui apparaît comme une particularité archaïque, l’existence d’évêques dans de simples kômai, et décrivent une christianisation qui va de l’intérieur (Tamassos) vers la côte, et des campagnes vers les villes.

Saint Héraclide de Tamassos

  • 32 Pour Halkin (cf. Les Actes apocryphes de saint Héraclide de Chypre, disciple de l’apôtre Barnabé, (...)
  • 33 Actes d’Héraclide, éd. Halkin, p. 141 (Héraclide, au début du récit, ordonne une diaconesse) ; p.  (...)
  • 34 Ibid., p. 147-148. Notre traduction est en partie conjecturale. On pourra comparer avec la version (...)

14Les Actes de S. Héraclide, pour leur part, sont un texte du ve-vie siècle sans doute32, qui se rattache de façon lâche aux Actes de Barnabé et leur est certainement postérieur, mais qui montre aussi une évidente contamination avec la légende de saint Spyridon dont il sera question tout à l’heure. Le héros, saint Héraclide, au début du récit est déjà évêque, et nous le voyons actif à Tamassos, où il développe l’Église, mais aussi ailleurs en Chypre, en particulier à Paphos qu’il cherche en vain à convertir et dans laquelle il n’arrive pas à pénétrer33. À sa mort, il choisit et ordonne lui-même son successeur, Mnason, qui, comme lui, est originaire de Tamassos et qui l’avait accompagné comme didaskalos pendant sa vie. Organisation du clergé, lutte contre les païens, œuvre d’évangélisation : il y a là les thèmes classiques qu’on s’attend à voir traiter dans la Vie d’un saint évêque, surtout pour l’époque apostolique. On trouve aussi dans ce texte un document plus original, important pour l’image de l’épiscopat. Il s’agit d’une prétendue lettre que les apôtres Paul et Barnabé auraient adressée à Héraclide et dont l’intérêt vient de ce qu’elle donne une courte définition du rôle assigné à l’évêque. Voici en effet, d’après le texte grec, assez gravement mutilé, ce que Paul et Barnabé disent à Héraclide : « Toi qui as obtenu le sacerdoce, lutte pour apporter à ceux qui sont dans le danger le sacrifice non sanglant. N’hésite pas à annoncer l’évangile aux habitants de Paphos. Rassasie les nourrissons en faisant couler des sources de lait ; tends une main pleine de pain à la mère de l’enfant qui a faim. Pour le vieillard, sois un bâton, apaise les douleurs par la douceur de tes admonestations, offre de ta main le pain, de ta langue la bonne espérance, ouvre les églises pour les captifs34. » On voit quelle est l’image du parfait évêque qui se dégage. Un prêtre qui célèbre le sacrifice ; un évangélisateur ; un refuge et un soutien dans les épreuves, mais surtout un nourricier qui donne le lait aux nourrissons, le pain aux enfants qui ont faim.

Saint Tychon et la vigne

15Les anciens textes chypriotes sur les apôtres et les évêques des premiers temps chrétiens montrent donc l’enracinement rural plutôt qu’urbain de l’épiscopat dans l’île et, à côté d’aspects plus attendus, peuvent insister sur le rôle nourricier de l’évêque. C’est cette fonction qu’illustre aussi un texte du second groupe que nous avons défini : la Vie de S. Tychon, écrite par un autre évêque lui aussi chypriote, le patriarche d’Alexandrie Jean l’Aumônier, qui, après avoir quitté Alexandrie en 617 devant la menace perse, retourne dans sa patrie, Chypre. C’est là qu’il meurt, et il sera enterré à Amathonte, auprès de saint Tychon.

  • 35 Sur l’époque à laquelle Tychon peut avoir vécu, et sur sa prétendue ordination par Épiphane (« abe (...)
  • 36 Vie abrégée de S. Tychon (BHG 1860), éd. Usener, Der heilige Tychon (cité note précédente), p. 150 (...)
  • 37 Ibid., p. 150, l. 11.
  • 38 Ibid., p. 150, l. 12-20.
  • 39 CPG 7882 (= BHG 886-886c). Léonce de Néapolis, Vie de Saint Jean l’Aumônier, éd. A.-J. Festugière (...)

16Tychon, pour sa part, est un ancien évêque d’Amathonte qui semble avoir vécu au ive siècle, puisqu’il a dû se défendre devant un gouverneur païen35 et qu’il a eu, dans sa patrie, fort à faire avec d’autres païens. Sa Vie par Jean l’Aumônier n’est conservée que dans un manuscrit. Elle est mutilée du début mais un abrégé vient dans une certaine mesure compenser cette perte36. Nous apprenons ainsi que Tychon était né de pieux parents qui le consacrèrent à Dieu, et surtout que son père était boulanger37. Tychon, encore enfant, chargé de vendre les pains de son père, les distribuait gratuitement aux pauvres et, à son père qui s’inquiète et s’irrite de cette conduite, il répond qu’il a prêté l’argent à Dieu et obtenu de lui un reçu (πιττάκιον ὁμολογίας) garantissant que ce qu’on lui devait serait payé au centuple (ἑκατονπλασίονα λήψεσθαι τὸν μισθόν) : de fait, le père de Tychon trouve dans son grenier cent fois plus de blé qu’il n’y en avait entreposé38. On comprend ce qui, dans la figure de Tychon, a pu intéresser Jean l’Aumônier, qui, lorsqu’il est patriarche d’Alexandrie, y implante une forme d’épiscopat somme toute chypriote, et l’on voit aussi se dessiner une continuité entre la Vie de Tychon par Jean et la Vie de Jean l’Aumônier par Léonce de Néapolis39.

  • 40 Jean lAumônier, Vie de S. Tychon, éd. Usener, p. 119-129.

17Le miracle du blé multiplié figurait dans le début perdu de la Vie de Tychon par Jean. La partie conservée aujourd’hui contient un autre récit de miracle, exceptionnellement long40. Peu avant sa mort, dont il est averti par Dieu, Tychon plante une vigne sur un terrain appelé prophétiquement Ἀμπελών. Il surveille les ouvriers, ramasse un plant qu’ils ont jugé sec et rejeté, le bénit et le plante en demandant à Dieu quatre grâces : que le pied de vigne revive, qu’il soit fécond, qu’il produise en abondance des raisins doux et, surtout, précoces. Il annonce aux ouvriers qui sont là qu’il va mourir mais que le miracle de ce raisin précoce sera lié à sa commémoration. Sa prédiction semble s’accomplir lorsque, l’an d’après, le pied de vigne produit du raisin pour l’anniversaire de la mort du saint, le 16 juin, c’est-à-dire étonnamment tôt, alors qu’aucun raisin n’est encore mûr en Chypre. Mais le miracle ne s’arrête pas là. Désormais, c’est chaque année que, pour le 16 juin, on récolte dans cette vigne des raisins mûrs. La veille, les grains peuvent être encore petits et verts mais ils mûrissent pendant la nuit, alors qu’on célèbre la veillée du saint, ou bien encore au matin lors de la synaxe, pendant l’évangile ou même après.

  • 41 Ibid., § 15, l. 1-§ 17, l. 30, p. 125-128.

18Voici ce qu’écrit Jean l’Aumônier : « Parfois, la vigne acquitte sa dette quand l’heure dépasse un peu ce moment […] de sorte que, par ce retard, elle fait obstacle aux mystères du Christ. Car il est impossible de célébrer les mystères vivifiques du Christ si la vigne de Tychon n’a pas d’abord produit du raisin mûr, pour qu’il en soit mêlé aux saints mystères, qu’avec eux il soit placé sur le saint autel, qu’il soit sanctifié par la présence de l’Esprit saint et distribué aux fidèles pour qu’ils y communient (τοῖς πιστοῖς εἰς μετάληψιν δίδοσθαι) […] À peine le grand prêtre qui célèbre les mystères reçoit-il les grappes tachetées de grains blancs et noirs et les pose-t-il sur la sainte table, que, tandis qu’il célèbre le sacrifice non sanglant et qu’il prononce les paroles secrètes, il voit la diversité des couleurs s’effacer, le noir l’emportant sous l’effet d’une force invisible et encerclant les autres couleurs41. »

19On voit quel rite marque la messe de saint Tychon à Amathonte à l’époque ancienne. Le raisin miraculeux, le 16 juin, est porté à l’église, déposé sur l’autel, étroitement associé aux espèces consacrées, puis distribué aux participants à la fête, qui le mangent ou l’emportent chez eux, où il répandra ses grâces.

  • 42 Voir en particulier Usener, Der heilige Tychon (cité n. 35), p. 17-33 (« Heidnische unterlage » ; (...)
  • 43 H. Delehaye, L’ancienne hagiographie byzantine. Les sources, les modèles, la formation des genres,(...)

20On sait quelle est la théorie que l’éditeur allemand de la Vie de S. Tychon, Hermann Usener, a développée à propos de ce saint42. Pour lui, qui voit dans certains saints chrétiens les successeurs de dieux païens, Tychon d’Amathonte, dont l’historicité est mal établie, est tout simplement un avatar de Priape. Il fait partie des divinités dionysiaques, et c’est ce que montre, outre son nom, bien attesté dans l’Antiquité comme celui d’un « démon » proche de Priape, le lien aussi qui s’établit, comme nous l’avons vu, entre saint Tychon et la vigne. L’idée que le saint évêque d’Amathonte est en somme un dieu ithyphallique sous un masque chrétien – « le dieu Priape revêtu d’une chape d’évêque », dit Delehaye43 – peut surprendre, et sa simplicité mécanique inspirer de fortes réserves, mais avant de rejeter cette thèse dans son ensemble, il faut compléter le dossier.

  • 44 Vie de S. Épiphane, § 31, PG 41, col. 61-64.
  • 45 Ibid., § 33, col. 65.

21La première partie – essentiellement monastique – de la Vie de S. Épiphane, en Palestine, s’achève par un miracle de la pluie, que le saint fait tomber par ses prières, mettant ainsi un terme à une famine44. Épiphane quitte ensuite son monastère et, après un pèlerinage à Jérusalem, embarque à Césarée pour Chypre où il veut rendre visite à saint Hilarion, alors installé près de Paphos. Celui-ci, tandis qu’Épiphane s’apprête à repartir pour la Palestine, l’engage à se rendre à Salamine et une tempête miraculeuse contraint en effet le saint à gagner cette cité, dont l’évêque venait de mourir45. Comme on le voit, nous sommes au moment crucial où la Vie change d’aspect : Épiphane, moine palestinien, va devenir un évêque chypriote.

  • 46 Ibid., § 34, col. 65-68 ; en particulier col. 68B5-7 (Ὡς οὖν ἤγγισαν Ἐπιφανίῳ, ἦν Ἐπιφάνιος ἔχων μ (...)
  • 47 Ibid., § 35, col. 69A5-11.

22Le synode de Chypre, réuni, est à la recherche du bon candidat pour le siège de Salamine. C’est alors que Pappos, l’évêque de Kythréa, doyen du synode, a de Dieu la révélation qu’il faut consacrer Épiphane qui, entre temps, s’est rendu au marché pour acheter du raisin avant d’embarquer pour la Palestine. Pappos, venu avec trois autres évêques et deux diacres, le trouve alors qu’il tient à la main deux belles grappes, ainsi que l’argent pour les payer. Pappos emmène Épiphane et l’ordonne de force diacre, prêtre, et enfin évêque46. Il raconte plus tard à Épiphane quelle avait été sa vision lors du synode. Une voix lui avait dit : « Lève-toi, prends un diacre avec toi et descends au marché. Il y aura là-bas un moine achetant au marchand deux grappes. Il a avec lui deux moines, et pour la tête, c’est celle d’Élisée. C’est lui qu’il faut ordonner évêque47. » On voit quelle est l’image d’Épiphane autour de laquelle est construit ce récit important dans l’économie de l’œuvre : un nouvel Élisée, mais avec à la main deux lourdes grappes de raisin, et c’est à cela qu’on reconnaît le futur évêque de Salamine : serait-ce – avec la monnaie que tient saint Épiphane – un attribut épiscopal, au moins dans la grande île ? Le lien entre Tychon et la vigne ne serait donc pas spécifique, puisque nous le retrouvons, sur le mode mineur, dans le dossier d’Épiphane. Mais le rapprochement pourra ne pas convaincre. Quittons le raisin pour d’autres miracles.

23Saint Spyridon, le saint évêque de Trimithonte, est une figure chypriote populaire et particulièrement sympathique. Nous avons conservé de lui une Vie du viie siècle par l’évêque Théodore de Paphos et une autre due sans doute à Léonce de Néapolis, mais il existait, pour ce saint du ive siècle dont l’existence historique ne fait pas de doute, des Vies plus anciennes.

  • 48 Théodore de Paphos, Vie de S. Spyridon, éd. van den Ven, p. 2-4.
  • 49 Ibid., p. 7.
  • 50 Ibid., § 1, p. 10-11.
  • 51 Ibid., § 2, p. 11-14.
  • 52 Ibid., § 3, p. 14-21.

24Spyridon était un berger marié et père de famille, qui, après la naissance de ses enfants, vivait dans la chasteté. Il s’occupait surtout de ses troupeaux et, comme il était hospitalier et humble, il lavait lui-même les pieds des hôtes qu’il accueillait48. Sa vertu lui vaut d’être élu comme évêque de Trimithonte sous l’empereur Constantin le Grand49 et, d’après son hagiographe, le début de son épiscopat est marqué par trois miracles. À l’époque, Chypre connaissait une terrible sécheresse mais, après la prière de Spyridon, dont c’est le premier miracle, une pluie abondante arrose enfin les terres de l’île50. Quelques années plus tard, la famine se faisant sentir, un pauvre vient demander à un riche propriétaire de lui donner, pour sa famille qui meurt de faim, un peu du blé qu’il accumule dans ses greniers. Le riche rejette durement cette demande, et le pauvre s’en plaint à Spyridon. À la prière du saint, dont c’est le deuxième miracle, la pluie tombe, les greniers du riche propriétaire s’effondrent, le blé se répand partout, charrié par l’eau qui ruisselle, et chacun peut puiser ce dont il a besoin51. Le riche propriétaire ne s’amende pas pour autant mais, alors qu’un autre pauvre, une autre année, lui demande encore du blé qu’il ne peut payer, il exige une garantie, que le pauvre est bien en peine de lui donner. Le pauvre se tourne alors vers Spyridon, qui lui confie un collier d’or qu’il pourra remettre en gage au riche jusqu’à ce qu’il lui paie son dû. C’est en fait le troisième miracle de Spyridon : car celui-ci, qui n’a pas beaucoup d’argent, n’avait pas de collier d’or chez lui bien sûr, mais à sa prière, un serpent s’était métamorphosé en collier52.

  • 53 Cf. Usener, Der heilige Tychon (cité n. 35), p. 34-46. Les rites que la Vie de S. Tychon atteste p (...)

25Ce groupe de miracles assurant l’abondance et sa distribution dans la communauté est significatif. Rappelons-nous la lettre de saint Paul à Héraclide : l’évêque donnera le lait aux nourrissons, le pain aux enfants. Spyridon fait tomber la pluie, distribue le blé. Tychon, fils d’un boulanger, donne du pain, multiplie le blé, fait pousser la vigne. Le saint évêque assure la fécondité du pays et sa prospérité par sa sainteté personnelle mais aussi parce qu’il est le détenteur légitime du sacerdoce. Si l’on veut revenir à Usener, on pourra bien sûr remarquer que cette fonction qu’assume maintenant le saint évêque était autrefois prise en charge par certaines divinités qui, comme Dionysos ou d’autres, sont liées à la production agricole et à l’abondance économique. On retiendra aussi le beau dossier liturgique qu’a réuni le savant allemand pour le lien entre la viticulture et le sacrifice eucharistique53.

L’évêque dans la société

  • 54 Vie de S. Épiphane, § 53, PG 41, col. 89C -92D.
  • 55 Ibid., § 54, col. 92B -93B.
  • 56 Voir en particulier A. Guillaumont, Le dépaysement comme forme d’ascèse dans le monachisme ancien, (...)
  • 57 Ἄνθρωπος εἶ, ἢ ἀσώματος φύσις; (Théodoret, Histoire philothée, XXVI, 23, éd. et trad. P. Canivet e (...)

26L’évêque n’assure pas seulement par sa sainteté la prospérité de l’île et la fécondité du sol. Nous le voyons avec le deuxième miracle de Spyridon, il veille à ce que cette prospérité profite raisonnablement à tous, à ce que le blé soit distribué. On trouvera la même leçon dans la Vie de S. Épiphane, avec des miracles inspirés sans doute d’une Vie ancienne de Spyridon : Épiphane, lors d’une famine, trouve miraculeusement dans un temple fermé suffisamment d’or pour acheter à une riche égoïste le blé nécessaire pour nourrir la ville54 ; une autre fois, alors que le mauvais riche importe du blé de Calabre, une tempête miraculeuse fait que la cargaison de blé est rejetée sur le rivage de Salamine, où chacun peut ainsi ramasser ce dont il a besoin55. Il s’agit ici du rôle social de l’évêque, que je voudrais maintenant souligner. Nous avons affaire en effet à une forme bien spécifique de sainteté, surtout si on la compare au modèle dominant dans l’hagiographie byzantine ancienne, celle du saint ascète ou du saint moine. Antoine Guillaumont a bien montré les traits fondamentaux sur lesquels s’édifie cette sainteté monastique56. À la base se trouve un retrait de la société : l’anachorèse, qui conduit Antoine au désert, la xéniteia, qui conduit l’ascète, comme Abraham, à quitter son pays pour une terre étrangère. C’est après avoir quitté famille et patrie que le moine parvient à la sainteté, dont il fait bénéficier la société, mais de l’extérieur. Dans le monachisme syrien, les formes spectaculaires d’une ascèse extrême semblent même conduire le saint hors des limites de l’humanité, et l’on se rappelle la question que pose à Syméon l’un de ses visiteurs : « Es-tu un homme57 ? » Pour les saints évêques, en Chypre, une telle question n’aurait pas de sens et, outre leur humanité, leur enracinement social est au contraire solidement affirmé.

  • 58 Vie de S. Auxibios, éd. Noret, § 3, p. 178.
  • 59 Vie de S. Épiphane, § 1, PG 41, col. 24B1-2.
  • 60 Actes de Barnabé, éd. Bonnet, § 17, p. 298 (Héraclide). L’origine de Tychon n’est pas précisée, ma (...)

27Notons d’abord que les saints évêques chypriotes sont rarement des étrangers. Certes, Auxibios de Soloi était romain, nous dit-on58 ; Épiphane, qui était moine en Palestine avant de devenir métropolite de Salamine, est un cas à plusieurs égards atypique59. Mais Barnabé est chypriote ; Héraclide, évêque de Tamassos, est originaire de cette cité, de même que Tychon est originaire d’Amathonte, et Spyridon d’un village dépendant de Trimithonte, ou des environs60.

  • 61 Vie de S. Auxibios, éd. Noret, § 20, p. 192-193.
  • 62 Actes d’Héraclide, éd. Halkin, p. 141 (Théodore est enterré auprès de Chrysippe, père de Mnason, e (...)
  • 63 Jean l’Aumônier, Vie de S. Tychon, éd. Usener, p. 132-135.
  • 64 Théodore de Paphos, Vie de S. Spyridon, éd. Van den Ven, § 7, p. 34-35.

28Voilà pour la patrie, qu’on ne quitte guère. Intéressons-nous maintenant à la famille. Ici encore Épiphane est à part mais même le Romain Auxibios de Soloi a avec lui en Chypre son frère Thémistagoras. Il l’ordonne comme diacre de l’Église de Soloi, et sa femme Timô comme diaconesse61. Saint Héraclide reste lié à sa sœur Hérakliadinè et prie sur sa tombe. Son successeur, Mnason, veille sur le tombeau de son propre père, à Tamassos62. Saint Tychon, évêque d’Amathonte, a sa mère auprès de lui jusqu’à sa propre mort, dont il cherche à l’avance à la consoler63. Quant à Spyridon, quand il était berger avant d’être évêque, il était marié et avait des enfants. Certes, sa femme, avec laquelle il vivait dans la chasteté, meurt avant son ordination, mais pendant son épiscopat il a auprès de lui sa fille, qui meurt elle aussi avant lui64.

29Cette double appartenance, à une famille toujours proche et à l’Église qu’on gouverne, ne va pas sans quelque difficulté. Comme souvent, c’est dans les récits de miracles qu’on trouve la trace de certains conflits et de la façon dont ils sont résolus. On sait que l’un des problèmes que pose l’épiscopat chrétien est qu’il ne faut pas que l’évêque confonde ses propres biens et ceux de son Église, danger qui est plus grand s’il a des parents proches. C’est, me semble-t-il, le sens qu’on peut donner à un miracle fameux qui, dans l’hagiographie chypriote, se retrouve à la fois dans la Vie de S. Spyridon et dans celle de saint Héraclide. Je l’analyserai ici dans la première, où il a de bonnes chances d’avoir figuré initialement.

  • 65 Ibid., § 7, p. 34-36. Pour un miracle semblable, cf. Actes d’Héraclide, éd. Halkin, p. 154.

30Alors que Spyridon revient, nous dit-on, du concile de Nicée, il trouve sa fille Irène morte. Une femme, en larmes, se présente devant lui et lui dit qu’elle avait confié à Irène des bijoux en or, et qu’Irène a rendu l’âme avant de les restituer. Spyridon se rend alors sur la tombe de sa fille et lui dit : « “Irène, mon enfant, au nom de Notre Seigneur Jésus-Christ, dis-moi où tu as mis le bijou de cette femme, que tu as reçu d’elle en dépôt ?” Et elle, se relevant comme si elle n’avait été qu’endormie, salua respectueusement le juste, son père, et lui dit : “Messire mon père, le bijou est caché en tel endroit de la maison.” Le saint lui répondit : “Dors désormais, mon enfant, jusqu’à ce que le Seigneur vienne te réveiller avec tous.” Sur ces mots […], il alla chez lui, chercha et trouva le bijou, qu’il remit à sa propriétaire65. »

31Le succès d’un tel récit vient certainement de ce qu’il raconte la résurrection d’un mort, un type de miracle qu’on rencontre à plusieurs reprises dans l’hagiographie chypriote. Mais, outre qu’il montre que l’épiscopat – non plus, du reste, que la mort – n’interrompt pas les liens familiaux, il me semble avoir un sens précis : il n’y a pas de risque que la famille de l’évêque accapare injustement des biens qui ne lui appartiennent pas. Le saint évêque, au prix parfois d’un miracle, sait rendre à chacun son dû.

  • 66 Théodore de Paphos, Vie de S. Spyridon, éd. Van den Ven, § 21, p. 93-95.

32L’évêque, qui n’est pas coupé de sa famille, ne l’est pas non plus de la vie économique de sa cité ou de sa bourgade, et cela de la manière la plus concrète. Nous avons vu tout à l’heure, avec le miracle du blé répandu, qu’il veillait à une répartition juste des biens nécessaires. Surtout, Spyridon n’a pas hésité à prêter à un pauvre un collier d’or qui servira de garantie pour un achat de blé. L’attention est ici détournée par le prodige du serpent transformé en collier mais, pour le fond, nous voyons l’or de l’Église employé dans des affaires locales. Un autre miracle montre l’évêque ouvrant généreusement ses coffres pour le patron d’un navire de commerce, à plusieurs reprises, et sachant aussi se faire restituer entièrement ce qu’il a prêté66. On voit ainsi l’Église, en quelque sorte, accomplir avec succès la fonction d’un banquier.

  • 67 Ibid., § 10, p. 53-56.
  • 68 Jean LAumônier, Vie de saint Tychon, éd. Usener, § 10, p. 120 ; § 20, p. 130.

33Car si l’évêque, par lui-même, n’est pas riche, il ne vit pas non plus dans la pauvreté, et son Église, en tout cas, peut avoir des biens. Spyridon, une fois évêque, n’a pas perdu ses compétences de berger et un autre récit de miracle nous le montre vendant cent chèvres à un maquignon. Celui-ci, indélicat, n’en paie que quatrevingt-dix-neuf et croit que Spyridon, qui ne compte pas l’argent, ne s’en apercevra pas. Mais la centième chèvre refuse de suivre l’acquéreur malhonnête, dont la faute est ainsi découverte67. Sans doute ce troupeau appartient-il à Spyridon lui-même plutôt qu’à son Église, mais les vignes et les champs de blé dont s’occupe saint Tychôn appartiennent, elles, plutôt à l’Église de Trimithonte68.

  • 69 Ibid., § 14, p. 63-65 (et citation de 1 Co 2, 9).

34Cette activité économique de l’Église est soumise à certaines limites. Nous l’avons déjà vu, l’évêque lui-même n’a pas de fortune et sa famille ne doit pas s’enrichir malhonnêtement. L’accumulation des richesses par l’Église semble faire elle-même l’objet de débats. Toujours dans la Vie de S. Spyridon, nous voyons le saint, en compagnie de son prétendu disciple, l’évêque Triphyllios de Lédra, traverser le Pentadaktylos. Triphyllios, charmé par la beauté des champs et des cultures qui s’offrent à ses yeux, se met à désirer les acquérir, « en pensant que cela serait bien pour son Église ». Spyridon lui rappelle qu’il ne convient pas de se laisser aller à de telles pensées, mais que Triphyllios doit plutôt aspirer aux biens célestes, « que l’œil n’a pas vus, dont l’oreille n’a pas entendu parler »69. Des bornes, donc, mais, dans l’ensemble, l’hagiographie chypriote montre que la fonction d’agent ou, idéalement, de régulateur économique est assumée ouvertement par l’Église.

35Pour terminer, je voudrais souligner un autre aspect du rôle que joue le saint évêque dans la société à laquelle il appartient, et je partirai là encore d’un miracle de Spyridon.

  • 70 Jn 8, 1-11.
  • 71 Théodore de Paphos, éd. van den Ven, Vie de S. Spyridon, § 15, p. 65-71.

36On ne s’étonnera pas qu’il y ait en Chypre des marins. L’un d’entre eux, originaire de Trimithonte, après avoir embarqué, reste absent pendant deux ans. À son retour, il a la surprise de voir que sa femme attend un enfant, ce dont il déduit qu’elle ne lui a pas été parfaitement fidèle. Désemparé, il se confie à son évêque, Spyridon, auquel il remet toute l’affaire. Spyridon enquête sur ce cas assez clair bien que la femme nie avoir trompé son mari et prétende que, si le bébé était resté deux ans dans son ventre, c’est qu’il attendait pour naître le retour de son père. Le marin, homme sage et bon chrétien, dit pour sa part qu’il n’est pas du tout intéressé à ce qu’on exécute sa femme, qu’il demande simplement à être débarrassé d’elle sans bruit, et qu’elle aille où bon lui semble avec l’enfant à naître qui n’est pas de lui. Spyridon l’approuve. Certes, la loi prévoit de mettre à mort l’adultère, mais le marin a raison de se montrer plus accommodant. On voit ici, implicitement, la référence à l’épisode, dans l’évangile, de la femme adultère70, et la loi qui prévoit de mettre à mort l’épouse coupable est à chercher dans le texte de Jean aussi bien que parmi les lois romaines. Mais la femme, à qui l’on propose cet arrangement, ne l’entend pas de cette oreille et persiste dans ses dénégations. Spyridon appelle alors sur elle la justice de Dieu : elle ne pourra pas enfanter. Et de fait, peu après, elle meurt en accouchant. Spyridon, ému de ce qu’il a fait, s’interdit depuis ce jour de juger personne. Quant aux gens de la ville, effrayés, ils veillent désormais à ne pas offenser le saint par leur comportement71.

37On voit ici l’évêque dans son rôle de juge, assurant le bon fonctionnement de la société dans une affaire grave. Et l’on voit la complexité du récit. Avec l’assentiment du mari trompé et conformément à l’enseignement évangélique, Spyridon tout d’abord entend dépasser la loi humaine et laisser vivre la femme adultère. C’est celle-ci, par son obstination dans le mensonge et son refus de faire pénitence, qui provoque sa perte. L’évêque est doux comme la loi évangélique mais redoutable comme la justice de Dieu. Et toute la cité le craint.

38Voilà l’image de l’évêque que transmet l’ancienne hagiographie chypriote. Elle met en avant son rôle de prêtre qui offre le sacrifice eucharistique, son rôle aussi d’enseignement avec l’évangile que, comme Barnabé, il tient à la main. Mais elle insiste sur d’autres attributs : le saint évêque assure la prospérité de l’île, participe à sa vie économique, distribue la prospérité, rend éminemment la justice. Il est au centre de la société à laquelle il appartient, qu’il fait vivre et qu’il régule. Sans doute y a-t-il là un apport important pour l’image qu’on peut se faire de la société protobyzantine, au moins dans certaines régions, mais aussi, plus généralement, pour l’histoire de la sainteté chrétienne.

Abréviations

39Actes de Barnabé
Acta Barnabae, éd. M. Bonnet, dans Acta Apostolorum apocrypha, Partis alterius, volumen alterum, éd. R. A. Lipsius et M. Bonnet, Leipzig 1903, rééd. Hildesheim 1958, p. 292-302

40Actes d’Héraclide
Actes de S. Héraclide de Tamasos par Rhodon (BHG 743), éd. F. Halkin, Les Actes apocryphes de saint Héraclide de Chypre, disciple de l’apôtre Barnabé, An. Boll. 82, 1964, p. 133-169

41Jean LAumônier, Vie de S. Tychon
Vie de S. Tychon d’Amathonte (BHG 1859, CPG 7977), éd. H. Usener, Sonderbare Heilige. 1, Der heilige Tychon, Leipzig 1907

42Théodore de Paphos, Vie de S. Spyridon
Vie de S. Spyridon (BHG 1647), éd. P. Van den Ven, La légende de S. Spyridon, évêque de Trimithonte, Louvain 1953 (Bibliothèque du Muséon 33), p. 1-103

43Vie de S. Auxibios
Vie de S. Auxibios de Soloi (BHG 204), éd. J. Noret, dans P. Van Deun, J. Noret, Hagiographica Cypria, Turnhout 1993 (Corpus Christianorum. Series Graeca 26), p. 177-202

Notes

1 Pour saint Thérapon, initialement honoré en Chypre, mais dont les reliques sont transférées à Constantinople, la collection de miracles par André de Crète (Laudatio de miraculis s. Therapontis [BHG 1798, CPG 8196], éd. L. Deubner, De incubatione capita quattuor, Leipzig 1900, p. 120-134) a pour cadre la capitale, et non l’île. Il est intéressant de noter que l’auteur de la Vie abrégée du même saint (BHG 1797, éd. Deubner, ibid., p. 120-125) fait de Thérapon un évêque de Chypre.

2 Sur les sanctuaires de Chypre, voir P. Maraval, Lieux saints et pèlerinages d’Orient. Histoire et géographie. Des origines à la conquête arabe, Paris 1985, p. 358-361, qui répertorie dix sanctuaires, dont huit sont consacrés à de saints évêques, un seul, en un lieu inconnu, à un martyr, saint Artémon, originaire de Laodicée de Syrie, le titulaire du dixième (Kampanopétra de Salamine) restant inconnu.

3 La tombe de saint Épiphane est mentionnée déjà par Sozomène, Histoire ecclésiastique VII, 2 (Sozomenus, Kirchengeschichte, éd. J. Bidez et G. C. Hansen, Berlin 19952 [GCS N.F. 4], p. 342-344). C’est le seul sanctuaire chypriote où se rend le pèlerin de Plaisance : Antonini Placentini itinerarium, éd. P. Geyer, Itineraria et alia geographica, Turnhout 1975 (Corpus Christianorum. Series Latina 175), p. 129. Le pèlerinage à la tombe de saint Barnabé, après l’invention de 490, est attesté dans l’éloge du saint par Alexandre le Moine, où, dans la description qu’il fait du sanctuaire, l’auteur mentionne certaines dispositions prises pour les hôtes qui viennent y séjourner (Alexandre Le Moine, Éloge de S. Barnabé [BHG 226, CPG 7400], éd. P. van Deun, dans P. van Deun, J. Noret, Hagiographica Cypria, Turnhout 1993 [Corpus Christianorum. Series Graeca 26], p. 116-119, ici p. 119, l. 834-838).

4 D. Mouriki, The Cult of Saints in Medieval Cyprus as Attested by Church Decoration and Icon Painting, dans ‘The Sweet Land of Cyprus’. Papers Given at the Twenty-Fifth Jubilee Spring Symposium of Byzantine Studies, Birmingham, March 1991, éd. A. A. M. Bryer et G. S. Georghallides, Nicosie 1993, p. 238-245.

5 V. von Falkenhausen, Bishops and Monks in the Hagiography of Byzantine Cyprus, dans Medieval Cyprus : Studies in Art, Architecture and History in Memory of Doula Mouriki, éd. N. Patterson-Ševčenko et C. Moss, Princeton 1999, p. 21-33.

6 Voir Asinou across Time, éd. A. Weyl Carr et A. Nicolaïdès, Washington DC 2012 (Dumbarton Oaks Studies 43), fig. 6.5, p. 214.

7 Pour l’hagiographie chypriote, l’article de H. Delehaye, Saints de Chypre, An. Boll. 26, 1907, p. 161-301, reste une référence indispensable, même si beaucoup des références qu’il donne demandent à être rafraîchies. Le savant bollandiste, pour désigner le groupe de textes que nous appelons cyle de Barnabé, emploie l’expression « cycle du Ps.-Jean Marc ».

8 Actes et Passion (Περίοδοι καὶ μαρτύριον) de saint Barnabé par Marc (BHG 225, ClAp 285) : Actes de Barnabé, éd. Bonnet.

9 Voir n. 3.

10 Actes d’Héraclide, éd. Halkin.

11 Vie de S. Auxibios de Soloi (BHG 204), éd. Noret. Le texte est antérieur à 649 et sans doute postérieur à 600 : voir J. Noret, L’expédition canadienne à Soli et ses résultats pour l’intelligence et la datation de la Vie de S. Auxibe, An. Boll. 104, 1986, p. 445-452.

12 L’auteur de la Vie de S. Auxibios se réfère à Col 4, 10, et 2 Tm 4, 7 (cf. Vie de S. Auxibios, éd. Noret, § 12, p. 184, l. 177-179).

13 La châsse de saint Tychikos à Néapolis est attestée au milieu du viie siècle par un récit d’Anastase le Sinaïte (cf. CPG III, 7758BC) : voir A. Binggeli, Anastase le Sinaïte, « Récits sur le Sinaï » et « Récits utiles à l’âme ». Édition, traduction, commentaire, 2 vol., thèse de doctorat, université Paris IV-Sorbonne, 2001, t. 1, p. 219.

14 Vie de S. Auxibios, éd. Noret, § 13, p. 184-185.

15 Passion de S. Théodote de Cyrénie (BHG 2434) : éd. F. Halkin, La passion ancienne de S. Théodote, évêque de Cyrénie en Chypre, An. Boll. 99, 1981, p. 238-246. Halkin date le texte du ixe siècle, après le rétablissement des images. Le fragment conservé relate l’interrogatoire et les tortures de saint Théodote, qui, relâché, meurt deux ans plus tard.

16 Vie de S. Épiphane de Salamine (BHG 596-599), PG 41, col. 24-113. Voir C. Rapp, Epiphanius of Salamis : The Church Father as Saint, dans ‘The Sweet Land of Cyprus’ (cité n. 4), p. 169-187.

17 Jean l’Aumônier, Vie de S. Tychon, éd. Usener.

18 La Vie BHG 1648a, anonyme dans son témoin unique, est éditée sans nom d’auteur par P. Van den Ven, La légende de S. Spyridon, évêque de Trimithonte, Louvain 1953 (Bibliothèque du Muséon 33), p. 104-128. On l’attribue à Léonce de Néapolis : voir CPG III 7884. La Vie par Théodore de Paphos (BHG 1647) est également éditée par P. Van den Ven, op. cit., p. 1-103. Les deux textes dépendent d’une même œuvre disparue : une Vie iambique par un Pseudo-Triphyllios de Lédra. Sur Triphyllios, voir F. Halkin, La Vie de S. Triphyllios, évêque en Chypre, An. Boll. 66, 1948, p. 11-26.

19 Μαθόντες οἱ Ἰουδαῖοι, λαβόντες τὸν Βαρνάβαν νυκτὸς ἔδησαν ἐν σχοινίῳ κατὰ τοῦ τραχήλου, καὶ σύραντες ἐπὶ τὸ ἱπποδρόμιον ἀπὸ τῆς συναγωγῆς καὶ περάσαντες ἔξω τῆς πύλης περιστάντες κατέκαυσαν αὐτὸν πυρί, ὥστε καὶ τὰ ὀστᾶ αὐτοῦ κονίαν γενέσθαι (Actes de Barnabé, éd. Bonnet, § 23, p. 301). Jean Marc réussit à dérober les cendres de Barnabé, qu’il dépose dans une grotte avec les « enseignements que (Barnabé) avait reçus de Matthieu » (ibid., § 24, p. 301). La découverte de la relique de Barnabé sous Zénon, le saint tenant l’évangile de Matthieu sur sa poitrine, paraît incompatible avec cette tradition, même s’il y a d’importants éléments communs.

20 M. Starowieyski, Datation des Actes (Voyages) de St. Barnabé (BHG 225 ; ClAp 285) et du Panégyrique de St. Barnabé par Alexandre le Moine (BHG 226 ; CPG 7400 ; ClAp 286), dans Philohistôr. Miscellanea in honorem Caroli Lagae septuagenarii, éd. A. Schoors et P. Van Deun, Louvain 1994 (Orientalia Lovaniensia Analecta 60), p. 193-198, ici p. 197.

21 Actes de Barnabé, éd. Bonnet, § 20, p. 299, l. 18-19 (Amathonte) ; § 21, p. 300, l. 4 (Kition).

22 Au début de son texte, le Pseudo-Jean Marc se présente comme ceci : « Moi, Jean [...], qui étais auparavant serviteur du grand-prêtre de Zeus Cyrille, et qui maintenant ai reçu la grâce de l’Esprit saint par Paul, Barnabé et Silas [...], qui m’ont baptisé à Iconium » (ibid., § 1, p. 292, l. 8-13). Cette présentation contredit ce qu’on lit en Ac 12, 12 et 25.

23 Ibid., § 18, p. 298, l. 17 (κατηντήσαμεν ἐν τῇ Παλαιᾷ Πάφῳ). Sur les tremblements de terre qui détruisent Paphos en 332, 342 et 365, cf. A. Papagheorgiou, Cities and Countryside at the End of Antiquity and the Beginning of the Middle Ages in Cyprus, dans ‘The Sweet Land of Cyprus’ (cité n. 4), p. 27-57, spécialement p. 27-30.

24 Kαὶ κατασχόντες τὸν Βαρνάβαν ἐζήτησαν παραδοῦναι Ὑπάτῳ ἡγεμόνι τῆς Σαλαμίνης, Actes de Barnabé, éd. Bonnet, § 23, p. 300, l. 21-22.

25 Salamine, après les tremblements de terre, est reconstruite par Constance, qui lui donne son nom (Constantia). Le gouverneur de la province de Chypre, quitte Paphos pour Salamine-Constantia à une date inconnue, mais sans doute de peu postérieure à cette reconstruction.

26 Actes de Barnabé, éd. Bonnet, § 16-17, p. 298, l. 5-15.

27 Ac 13, 4-12.

28 Actes de Barnabé, éd. Bonnet, § 17, p. 298, l. 12.

29 Χειροτονήσαντές τε αὐτὸν ἐπίσκοπον τῇ Κύπρῳ καὶ ἐκκλησίαν ἐπιστηρίξαντες ἐν Ταμάσῳ κατε-λείψαμεν αὐτὸν εἰς κατοίκησιν τῶν ἐκεῖσε κατοικούντων ἀδελφῶν (ibid., § 17, p. 298, l. 13-15).

30 « Le lendemain, nous allâmes dans une bourgade (kômè) où demeurait Aristoklianos. C’était un lépreux qui avait été purifié à Antioche et Paul et Barnabé l’avaient ordonné (κατεσφράγισεν) comme évêque et l’avaient envoyé dans sa bourgade à Chypre parce qu’il y avait là beaucoup de païens » (ibid., § 20, p. 299, l. 13-16).

31 Sozomène, Histoire ecclésiastique VII 19, 2, éd. Bidez et Hansen (cité n. 3), p. 330, l. 14-15.

32 Pour Halkin (cf. Les Actes apocryphes de saint Héraclide de Chypre, disciple de l’apôtre Barnabé, An. Boll. 82, 1964, p. 136), les Actes d’Héraclide s’inspirent des Actes de Barnabé et leur sont de peu postérieurs.

33 Actes d’Héraclide, éd. Halkin, p. 141 (Héraclide, au début du récit, ordonne une diaconesse) ; p. 149-152 (mission d’Héraclide à Paphos).

34 Ibid., p. 147-148. Notre traduction est en partie conjecturale. On pourra comparer avec la version arménienne, éditée et traduite par M. van Esbroeck : « Car vous avez reçu la prêtrise de Dieu et vous offrez la victime non sanglante du sacrifice nouveau : ayez donc compassion de ceux qui se trouvent dans la mêlée du combat en vous tenant devant, et comme des pasteurs en vous battant contre les loups, et sans la paresse de l’ignorance vous prêcherez la parole de Dieu à ceux qui ont établi leur demeure à Paphos, et en leur donnant à boire le lait, enfants, et en achevant d’être le bâton pour les vieillards, guérissant les maux, apportant le discours modéré avec en main le pain et en bouche le bon espoir, en ouvrant les églises à ceux qui sont exilés par Satan et en rassemblant à l’intérieur tout le monde pour la pénitence, soyez les visiteurs de tous et estimez unique tout un chacun dans l’amour » (M. van Esbroeck, Les actes arméniens de saint Héraclide de Chypre, An. Boll. 103, 1985, p. 115-162, ici p. 161).

35 Sur l’époque à laquelle Tychon peut avoir vécu, et sur sa prétendue ordination par Épiphane (« aber nur die synaxarien wissen davon »), voir H. Usener, Sonderbare Heilige. 1, Der heilige Tychon, Leipzig 1907, p. 11-12, à compléter par les remarques de P. Maas, dans sa recension de l’ouvrage d’Usener, BZ 17, 1908, p. 609-613.

36 Vie abrégée de S. Tychon (BHG 1860), éd. Usener, Der heilige Tychon (cité note précédente), p. 150-154.

37 Ibid., p. 150, l. 11.

38 Ibid., p. 150, l. 12-20.

39 CPG 7882 (= BHG 886-886c). Léonce de Néapolis, Vie de Saint Jean l’Aumônier, éd. A.-J. Festugière et L. Rydén, Léontios de Néapolis, Vie de Syméon le Fou et Vie de Jean de Chypre, Paris 1974 (Bibliothèque archéologique et historique 95), p. 402, 406. Sur cette œuvre importante, voir V. Déroche, Études sur Léonce de Néapolis, Uppsala 1995 (Studia Byzantina Upsaliensia 3).

40 Jean lAumônier, Vie de S. Tychon, éd. Usener, p. 119-129.

41 Ibid., § 15, l. 1-§ 17, l. 30, p. 125-128.

42 Voir en particulier Usener, Der heilige Tychon (cité n. 35), p. 17-33 (« Heidnische unterlage » ; « Die wunderrebe des Dionysos und des h. Tychon »).

43 H. Delehaye, L’ancienne hagiographie byzantine. Les sources, les modèles, la formation des genres, Bruxelles 1991 (Subs. Hag. 73), p. 41. Delehaye note ensuite que la « fantaisie » d’Usener « n’a pas eu, auprès des savants sérieux, plus de succès que d’autres du même genre ».

44 Vie de S. Épiphane, § 31, PG 41, col. 61-64.

45 Ibid., § 33, col. 65.

46 Ibid., § 34, col. 65-68 ; en particulier col. 68B5-7 (Ὡς οὖν ἤγγισαν Ἐπιφανίῳ, ἦν Ἐπιφάνιος ἔχων μετὰ χεῖρας τοὺς βοτρύας καὶ τὸ τίμημα αὐτῶν).

47 Ibid., § 35, col. 69A5-11.

48 Théodore de Paphos, Vie de S. Spyridon, éd. van den Ven, p. 2-4.

49 Ibid., p. 7.

50 Ibid., § 1, p. 10-11.

51 Ibid., § 2, p. 11-14.

52 Ibid., § 3, p. 14-21.

53 Cf. Usener, Der heilige Tychon (cité n. 35), p. 34-46. Les rites que la Vie de S. Tychon atteste pour Chypre, où le raisin est mêlé avec les espèces eucharistiques, ne sont pas isolés. Ils ont été condamnés par le concile Quinisexte : ibid., p. 42-43 ; cf. Conc. Trull., c. 28 (P.-P. Joannou, Discipline générale antique [ iie-ixe s.]. 1. 1, Les canons des conciles ocuméniques, Grottaferrata 1962 [Fonti 9], p. 101-111).

54 Vie de S. Épiphane, § 53, PG 41, col. 89C -92D.

55 Ibid., § 54, col. 92B -93B.

56 Voir en particulier A. Guillaumont, Le dépaysement comme forme d’ascèse dans le monachisme ancien, dans École pratique des Hautes Études, Ve section : Sciences religieuses, Annuaire 1968-1969, 76, Paris 1968, p. 31-58 (repris dans Id., Aux origines du monachisme chrétien. Pour une phénoménologie du monachisme, Bégrolles-en-Mauges 1979 [Spiritualité orientale 39], p. 89-116).

57 Ἄνθρωπος εἶ, ἢ ἀσώματος φύσις; (Théodoret, Histoire philothée, XXVI, 23, éd. et trad. P. Canivet et A. Leroy-Molinghen, Théodoret de Cyr, Histoire des moines de Syrie, t. 2, Paris 1979 [SC 257], p. 206).

58 Vie de S. Auxibios, éd. Noret, § 3, p. 178.

59 Vie de S. Épiphane, § 1, PG 41, col. 24B1-2.

60 Actes de Barnabé, éd. Bonnet, § 17, p. 298 (Héraclide). L’origine de Tychon n’est pas précisée, mais, quand l’évêque d’Amathonte Mnèmonios l’ordonne comme diacre pour son église alors que son père vient de mourir et qu’il a distribué ses biens aux pauvres, il ne semble pas aller le chercher bien loin : Vie abrégée de S. Tychon, éd. Usener (cité n. 36), p. 150-151. Théodore de Paphos dit simplement de Spyridon qu’il était Chypriote : Théodore de Paphos, Vie de S. Spyridon, éd. van den Ven, p. 2, l. 19-20. La Vie par Léonce de Néapolis précise qu’il était originaire du village d’Askias (éd. Van Den Ven [cité n. 18], p. 104, l. 19).

61 Vie de S. Auxibios, éd. Noret, § 20, p. 192-193.

62 Actes d’Héraclide, éd. Halkin, p. 141 (Théodore est enterré auprès de Chrysippe, père de Mnason, en présence de celui-ci, encore didascale) ; p. 153 (Héraklide et sa sœur Héraklidianè).

63 Jean l’Aumônier, Vie de S. Tychon, éd. Usener, p. 132-135.

64 Théodore de Paphos, Vie de S. Spyridon, éd. Van den Ven, § 7, p. 34-35.

65 Ibid., § 7, p. 34-36. Pour un miracle semblable, cf. Actes d’Héraclide, éd. Halkin, p. 154.

66 Théodore de Paphos, Vie de S. Spyridon, éd. Van den Ven, § 21, p. 93-95.

67 Ibid., § 10, p. 53-56.

68 Jean LAumônier, Vie de saint Tychon, éd. Usener, § 10, p. 120 ; § 20, p. 130.

69 Ibid., § 14, p. 63-65 (et citation de 1 Co 2, 9).

70 Jn 8, 1-11.

71 Théodore de Paphos, éd. van den Ven, Vie de S. Spyridon, § 15, p. 65-71.

Auteur

Université Paris-Sorbonne
École pratique des Hautes Études (Section des sciences religieuses)
UMR 8167 Orient et Méditerranée

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site