Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le saint, le moine et le paysan

 | 
Olivier Delouis
, 
Sophie Métivier
, 
Paule Pagès

Intrigues à la cour de Constantinople : le délitement d’une faction (1057-1081)

Jean-Claude Cheynet

Texte intégral

  • 1 La carrière militaire de Constantin est inconnue. Un sceau de l’ancienne collection Shaw (inv. 113 (...)
  • 2 J.-C. Cheynet, Pouvoir et contestations à Byzance (963-1210), Paris 1990 (Byz. Sorb. 9), p. 343.

1L’arrivée au pouvoir d’Isaac Comnène fut, sur le plan politique, le moment clé entre la fin de la dynastie macédonienne et l’établissement définitif de la nouvelle famille qui, dans ses diverses branches, régna jusqu’à la fin de l’Empire. L’ensemble de l’armée participa aux combats fratricides, ce qui ne fut pas sans conséquences sur la solidité de la frontière orientale. Nos sources sont plutôt bien documentées et nous avons une connaissance assez précise des dirigeants des deux camps qui s’étaient formés. Parmi ceux dont les chroniqueurs ont retenu les noms lors de l’affrontement décisif près de Nicée, en août 1057, avaient combattu du côté des vainqueurs, outre Isaac Comnène, Katakalon Kékauménos, Romain Sklèros, qui commandaient le centre de la ligne de bataille, Constantin Doukas1 et son frère Jean, Nicéphore Botaneiatès, Michel Bourtzès et Léon Antiochos, responsables des ailes. S’y ajoutait le soutien à Constantinople de Michel Cérulaire, le patriarche, de ses neveux et sans doute de Michel Psellos, qui étaient, comme la plupart des autres conjurés, d’anciens protégés de l’empereur Constantin Monomaque2. On pourrait y joindre quelques proches parents d’Isaac, son frère Jean et ses deux neveux, Michel Kontostéphanos et Théodore Dokeianos. Les Comnènes, les Doukai et les Dokeianoi forment un noyau d’origine paphlagonienne mais ces familles, ou au moins les deux premières, étaient, de longue date, établies à la cour impériale, même si les liens avec la Paphlagonie n’étaient pas rompus. On y verra, non pas une simple coïncidence, mais l’indice que ces familles continuaient à se fréquenter une fois installées à Constantinople. Ce groupe s’est constitué sous le règne de Monomaque et, dans une certaine mesure, résultait des efforts de Basile II pour forger une aristocratie plus docile.

2Il est aujourd’hui possible de préciser l’attitude du groupe vainqueur en 1057, à l’issue d’une guerre civile brève, mais intense. La prosopographie a accompli de grands progrès, en particulier grâce à l’exploitation des sceaux, qui ont permis de mieux connaître les carrières des officiers de la seconde moitié du xie siècle, principaux acteurs de la vie politique à partir de 1057. La victoire d’Isaac ouvrit une période d’instabilité d’un quart de siècle où se succédèrent, à la suite de complots ou de coups d’État, six empereurs, en sus d’une régence de quelques mois : Isaac Comnène, Constantin Doukas, Eudocie Makrembolitissa, Romain Diogénès, Michel Doukas, Nicéphore Botaneiatès et Alexis Comnène. On note que parmi eux, trois participèrent au succès d’Isaac, et que deux sont des membres de sa famille, seul Diogénès n’étant pas cité parmi les officiers de 1057. Nous ignorons quelle fut son attitude à ce moment, notons toutefois qu’il fut l’un des fidèles généraux de Constantin X Doukas et un compagnon d’arme de Nicéphore Botaneiatès. Cela suggère qu’il était du camp de Comnène, mais il n’occupa pas une position éminente lors de la bataille ou peut-être n’y fut-il pas présent pour une raison qu’on ne peut déterminer.

Un groupe victorieux, mais composite

3Des mécanismes conduisirent à briser les alliances conclues en 1057, sans remettre en cause la prise du pouvoir par la faction mise en place à ce jour de septembre 1057 où Isaac Comnène monta sur le trône. Comprendre les évolutions des rapports entre les protagonistes de la rébellion permet de mesurer les limites des diverses solidarités mises en œuvre par Isaac Comnène : liens de camaraderie militaire, liens du sang et affinités politiques. La faction victorieuse, en effet, était constituée de différents éléments dont les spécificités réapparurent rapidement après la prise de pouvoir d’Isaac.

  • 3 O. Karageorgiou, « Ἀπο Λάμπης λαμπῆρα φωσφόρον ἐπιδημῆσαι τοῖς βασιλείοις προεσήμανον » (Attaleiat (...)
  • 4 J.-C. Cheynet, La famille Bourtzès, dans Id., La société byzantine : l’apport des sceaux, Paris 20 (...)

4Il y eut d’abord, comme il était naturel, une vaste distribution de postes et de dignités, un enrichissement général grâce à ces promotions : Isaac devint empereur, son frère, Jean, fut promu domestique des Scholes d’Occident. D’autres généraux devinrent curopalates : Romain Sklèros et Katakalon Kékauménos, mais ils ne semblent pas avoir reçu de commandements opérationnels, peut-être en raison de leur âge avancé. Le gain de Constantin Doukas reste inconnu ; celui de son frère, Jean, fut relativement modeste puisqu’il se retrouva à Édesse, à la tête d’une garnison importante, mais fort éloignée de la capitale. Nicéphore Botaneiatès ne fut pas oublié, mais sans qu’on puisse dire précisément quel poste il occupa, car les étapes de sa carrière sont mal datées, la plupart n’étant connues que par les sceaux. En 1062, il avait obtenu l’un des postes les plus importants de l’Occident, le duché de Thessalonique, et se targuait alors de la dignité de proèdre. Auparavant, il avait été magistre et duc de l’Opsikion, puis, sans doute, duc d’Antioche et Édesse à une date très difficile à déterminer avec précision, mais postérieure à 10573. Enfin Michel Bourtzès, simple vestarque en 1057, fut promu magistre et stratège des Anatoliques4.

5Les décennies suivantes furent marquées par la rivalité entre les Comnènes et les Doukai, ces deux familles dominantes étant elles-mêmes partagées entre diverses branches aux intérêts qui se révélaient parfois divergents. De façon exceptionnelle, notre documentation est particulièrement dense pour la seconde moitié du xie siècle et rend possible la compréhension des fractures internes à ce vaste parti.

Les limites de la solidarité familiale

  • 5 H. Grégoire, Du nouveau sur l’histoire bulgaro-byzantine. Nicétas Pégonitès vainqueur du roi bulga (...)

6Même les liens familiaux les plus proches n’interdisent pas des rivalités au sein des principales lignées. Dès le moment du coup d’État, le beau-frère d’Isaac, le bulgare Aarôn, était resté fidèle à Michel VI. De même, un dénommé « Pizonit » selon Matthieu d’Édesse, qui avait un commandement en Orient, avait refusé de se joindre aux rebelles5. Il s’agit presque à coup sûr d’un Pègônitès, qui appartenait donc à la même famille qu’Irène, l’épouse de Jean Doukas, l’un des meneurs du mouvement.

  • 6 Aarôn était proèdre et duc de Mésopotamie en avril 1059 d’après le testament de Boïlas (P. Lemerle (...)
  • 7 Sceau inédit Fogg 1410, mentionné dans I. Jordanov, Les descendants du tsar bulgare Ivan-Vladislav (...)
  • 8 A.-K. Wassiliou-Seibt l’identifie également à Théodore Pègonitès, patrice, anthypatos et duc du Pa (...)

7Les attaches familiales ne sont tout de même pas sans effet, car elles protègent contre l’adversité. Après la défaite, en 1057, du camp légitimiste auquel Aarôn avait prêté son concours, lui-même ainsi que les Pègônitai restèrent au sommet de l’armée. Aarôn, en effet, choisi comme catépan de Mésopotamie par Isaac, obtint, après un certain temps, la dignité de proèdre6. Ultérieurement, il fut promu prôtostratôr par Constantin X, cette fois-ci sans nouvel échelon de dignité7. Théodore Pègônitès, dont on ne sait pas de façon sûre s’il s’agit du stratège de 10578, occupa la charge de duc d’Édesse, titré magistre, sous le même empereur. Théodore appartenait à une génération plus jeune que celle de Nicétas, le vainqueur de Jean-Vladislav à Dyrrachion. Personnage, en son temps, le plus en vue de sa famille, il pourrait être son fils et dans cette hypothèse, il serait le beau-frère du césar Jean Doukas.

8Le premier affrontement, qui opposa le patriarche Michel Cérulaire au nouvel empereur Isaac Comnène, est resté fameux. En dehors du heurt entre deux fortes personnalités et deux conceptions des rapports entre le basileus et le patriarche, cette première fissure a privé Isaac Comnène du soutien d’un grand réseau constantinopolitain, celui des Makrembolitai. Cette rupture, qui aliéna également à Isaac une partie du clergé de Sainte-Sophie, contribua aux conditions de son abdication et à l’impopularité de sa famille dans la capitale, qui persistait encore au début du règne de son neveu Alexis.

Isaac comnène abdique, fait exceptionnel

  • 9 Michel Psellos, Chronographie, éd. et trad. É. Renauld, Paris 19672 (Collection byzantine), II, t. (...)
  • 10 Wassiliou-Seibt, Der Familienname Pegonites (cité n. 8), p. 310. L’oraison funèbre pourrait être p (...)
  • 11 Psellos rappelle qu’il était « selon une parenté spirituelle » le frère du père d’Eudocie (Psellos (...)
  • 12 P. Gautier, Quelques lettres de Psellos inédites ou déjà éditées, REB 44, 1986, p. 111-197, ici no(...)

9Le renoncement d’Isaac Comnène en faveur de Constantin Doukas marqua une autre étape qui reste en partie obscure. Michel Psellos nous a laissé une version où il joue un rôle majeur dans la transmission du pouvoir9 ; chacun sait que Psellos ne cherche pas à écrire une histoire scrupuleuse et minutieuse des événements, mais à dresser, outre des portraits impériaux, le sien propre. Il n’était pas, à titre personnel, particulièrement lié à Constantin, mais plutôt à son frère Jean, le futur césar. La correspondance entre les deux hommes ne laisse guère de doute sur l’amitié de Jean à l’égard de Psellos. Ce fut à ce dernier que fut laissé le soin de composer l’oraison funèbre d’Irène Pègônitissa, peut-être vers 106010. Si Psellos avait été en contact avec Constantin, c’était par l’épouse de ce dernier, Eudocie Makrembolitissa, nièce du patriarche Cérulaire, que Psellos appelle aussi sa nièce, sans que ce terme présuppose une quelconque parenté entre les deux, mais plutôt une forme de séniorité ou de supériorité intellectuelle11. Cependant, les lettres envoyées par Psellos, lorsqu’Eudocie devint régente, montrent une vraie intimité, mais il est difficile de déterminer si cette proximité date du moment où Cérulaire était patriarche ou seulement de la fréquentation assidue de la cour de Monomaque12. Il est certain que les mauvaises relations entre le chronographe et le patriarche à la fin de sa vie n’ont pas influencé les rapports avec les autres membres de la famille Cérulaire.

  • 13 K. Inoue, The Rebellion of Isaakios Komnenos and the Provincial Aristocratic Oikoi, BSl. 54, 1993, (...)
  • 14 J.-C. Cheynet, Les Dalassènoi, dans Id., La société byzantine (cité n. 4), t. 2, p. 427-432.

10Il semble aussi que Psellos ait été en relation avec des membres de l’illustre lignée des Dalassènoi, puisque au moins une lettre adressée à un Dalassènos nous est parvenue. Bien qu’aucun Dalassènos ne soit connu pour avoir participé au coup d’État de 1057, il est certain qu’en tant que belle-sœur du nouvel empereur, Anne Dalassènè s’était élevée dans la hiérarchie, devenant par son époux curopalatissa, et tous ses parents avec elle. Cette lignée avait eu longtemps les faveurs d’une partie de l’aristocratie byzantine et probablement des habitants de Constantinople, au point que Constantin Dalassènos fut plusieurs fois considéré comme un bon candidat au trône dès la fin du règne de Constantin VIII. Petite-fille d’un Adrien Dalassènos, il est possible qu’Anne Dalassènè eût pour frère ou cousin germain un Adrien, duc d’Antioche en 105913. Un de ses parents, peut-être très proche, Théodore, obtint de hautes dignités et fonctions, il était proèdre et duc de Thessalonique et Serrès en 106214.

  • 15 L’éloge fut prononcé à l’occasion de la commémoraison de la mort de Cérulaire, sans doute en 1060/ (...)
  • 16 Attaleiatès, Histoire (cité n. 1), p. 45. L’historien parle d’une très proche parenté : τῆς ἀγχιστ (...)
  • 17 Psellos, Chronographie (cité n. 9), II, t. 1, p. 142-143.

11L’entrée au Stoudios d’Isaac constitua donc une première et grave fracture dans la coalition de 1057, en déplaçant le centre de gravité en faveur de Constantin Doukas et, indirectement, de l’ancien patriarche Cérulaire. Au reste, un des premiers gestes du nouvel empereur fut de commander un éloge du patriarche par le meilleur rhéteur de son temps, Michel Psellos, ami des neveux et de la nièce du défunt, devenue impératrice15. Les perdants furent les Comnènes, puisque Jean, frère d’Isaac et époux d’Anne Dalassènè, déclina la succession, pour des raisons inconnues, mais qui pourraient tenir à son caractère. À part lui, aucun adulte n’était apte à prendre le pouvoir, ses fils étant fort jeunes. Il est possible qu’au moment de l’avènement d’Isaac, une convention avec Constantin Doukas ait prévu que ce dernier succédât au nouvel empereur, en cas d’empêchement de ce dernier. Michel Attaleiatès note également que les deux hommes étaient unis par des liens de parenté, sans qu’il soit possible de préciser s’il s’agit seulement des mariages au sein de leurs familles respectives contractés avec des femmes issues des Dalassènoi16. Psellos, qui fait allusion à un tel accord, fut certes parmi les artisans de la proclamation de Constantin, mais cela n’implique pas nécessairement l’invention d’un accord de gouvernement conclu entre les chefs rebelles avant leur victoire et qui réservait une place de choix à Constantin17.

  • 18 Étienne Kontostéphanos avait été domestique des Scholes d’Occident lors de la campagne malheureuse (...)
  • 19 V. S. Šandrovskaja, W. Seibt, Byzantinische Bleisiegel der Staatlichen Ermitage mit Familiennamen.(...)

12Les deux neveux d’Isaac Comnène, Michel Kontostéphanos et Théodore Dokeianos, étaient issus de familles un peu moins célèbres, car, avant ces mariages avantageux avec les sœurs d’Isaac, elles sont peu citées par les chroniques, notamment la première des deux18. Les sceaux suggèrent une activité plus intense des Dokeianoi, mais pas avant le second quart du xie siècle, lorsque Romain Dokeianos, si le nom gravé sur le sceau est bien Dokeianos, était spatharocandidat et tourmarque. Il semble appartenir à la même génération que Nicéphore, catépan d’Italie avant son parent Michel. La fortune des Dokeianoi était, semble-t-il, assez récente19.

  • 20 On dispose de trois exemplaires dans l’ancienne collection Zacos, de trois à Dumbarton Oaks, d’un (...)

13Les Dalassènoi furent les autres perdants, car, par les enfants d’Anne Dalassènè, neveux d’Isaac Comnène, ils pouvaient accéder à l’Empire. C’est bien ainsi que la belle-sœur de l’empereur le perçut, même si son époux semble avoir accepté sans récrimination l’avènement de Constantin Doukas. On ne sait si Jean conserva sa charge de domestique des Scholes d’Occident durant le règne de Doukas, mais aucun autre n’est cité et aucun sceau n’est rattachable à ce règne, alors que celui de Jean est connu en plusieurs exemplaires20. Nous ignorons si la première union de Constantin Doukas avec une Dalassènè, fille de Constantin et petite cousine d’Anne, avait renforcé les liens entre les deux lignées ou si la fin de ce mariage, en raison du décès de l’épouse, les avait rompus. Curieusement, il ne semble pas que l’empereur Constantin ou Jean Comnène aient eu le projet de renforcer les rapports entre leurs deux familles par un mariage, alors que Jean avait des filles nubiles qu’il donna en mariage à Jean Tarônitès et à Nicéphore Mélissènos, que le césar Jean avait au moins un fils en âge de se marier et que l’empereur Constantin avait également engendré plusieurs fils.

De nouvelles fissures sous les Doukai

  • 21 Nicetae Choniatae Historia, éd. I. A. Van Dieten, Berlin/New York 1975 (CFHB 11. Series Berolinens (...)

14L’avènement de Constantin X Doukas ne mit pas fin aux divisions de la coalition de 1057. Au contraire, c’est le début des relations complexes entre Anne, représentante des Comnènes, et les deux branches des Doukai, chacune ayant ses alliés. Car les rapports du nouvel empereur avec son frère Jean, pourtant rapidement promu césar, ne furent pas toujours excellents, selon le témoignage indirect de Psellos. Cette tension reste pour nous inexplicable. Est-ce qu’il apparaissait que le successeur potentiel de Constantin, son fils aîné Michel, n’aurait pas été à la hauteur de sa tâche, alors que la pression des ennemis aux frontières s’accentuait ? Or, les fils du césar étaient de bons officiers et l’idée de remplacer Constantin par Jean pour sauver l’Empire pouvait trouver des partisans. Ce fut bien cette configuration qui, en 1195, provoqua le remplacement et l’aveuglement d’Isaac II Ange par son frère Alexis, car le premier avait été incapable d’enrayer l’expansion des Bulgares dans les Balkans21.

  • 22 Gautier, Quelques lettres (cité n. 12), no 8, p. 136-139.
  • 23 Ibid., nos 1 et 2, p. 126-128.

15Des lettres de Psellos montrent le césar quelque peu en disgrâce22. En dehors de ces relations complexes avec son frère, Constantin X Doukas, malgré quelques complots mineurs, jouit d’un règne assez paisible. Psellos, qui pourtant avait soutenu dès 1057 la candidature d’un Doukas au trône, connut un temps de défaveur, dont témoignent des lettres au césar Jean23. Les raisons de cet éloignement restent inconnues, mais elles manifestent l’instabilité des positions à la cour. La régence d’Eudocie Makrembolitissa, malgré les précautions prises par son époux, conduisit à de nouveaux troubles, dont le déroulement exact ne se laisse guère reconstituer. Michel Doukas était l’héritier légitime de son père, mais ses capacités à gouverner semblent avoir été mises en doute par l’élite constantinopolitaine, au moment où le besoin d’une épée se faisait sentir, en raison des puissants raids turcs qui désormais inquiétaient toutes les provinces d’Asie Mineure.

  • 24 N. Oikonomidès, Le serment de l’impératrice Eudocie (1067). Un épisode de l’histoire dynastique de (...)
  • 25 A.-K. Wassiliou, Die Neffen des Patriarchen Michael I. Kerullarios (1043-1058) und ihre Siegel. Ik (...)

16Le serment que l’empereur, à la veille de sa mort, fit prêter par son épouse, l’impératrice Eudocie, impliquait de ne pas introduire au palais ses cousins germains, neveux du patriarche Cérulaire24. Ils occupaient des postes importants sous Constantin Doukas, qui ne pouvait se permettre de s’aliéner une des familles les plus importantes de Constantinople25, mais ils étaient clairement mis à l’écart pour le pouvoir suprême. Cela prouve l’intelligence politique de l’empereur. Il avait compris qu’Eudocie gouvernerait par elle-même, sans attachement particulier à ses fils.

Romain Diogénès, un intrus, allié dAnne Dalassènè ?

  • 26 Psellos, Chronographie (cité n. 9), II, t. 1, p. 155-156.
  • 27 Gautier, Quelques lettres (cité n. 12), no 35, p. 191-194.
  • 28 Attaleiatès, Histoire (cité n. 1), p. 77.

17Lorsque Romain Diogénès complota sous la courte régence d’Eudocie, il est difficile d’établir s’il avait déjà des partisans à Constantinople. Le pardon que lui accorda si facilement Eudocie au moment de son procès pour lèse-majesté et le mariage qui suivit de très peu suggèrent que des forces très importantes soutenaient Diogénès. Malheureusement nos sources sont peu prolixes sur ces événements. Pour Psellos, Diogénès fut personnellement choisi par l’impératrice, qui ne prit le conseil ni de son beau-frère, le césar Jean, ni de lui-même26, indice qu’Eudocie savait que sa décision rencontrerait leur opposition. La correspondance de Psellos montre que l’impératrice lui manifesta une grande hostilité au début de son règne conjoint avec Diogénès27. Nous ignorons quels conseillers avaient incité celle-ci à choisir ce général qui, aux yeux d’Attaleiatès, était le meilleur choix possible en l’absence de Nicéphore Botaneiatès, alors duc d’Antioche, auquel l’historien voue une admiration indéfectible28. Botaneiatès, de plus, comptait parmi les conjurés de 1057 et, après Comnène puis Doukas, pouvait être pris en considération, Sklèros et Kékauménos étant trop âgés. Ce fut sans doute pour cette raison que Diogénès, monté sur le trône, envoya Botaneiatès dans des provinces presque dépourvues de troupes, l’Hellade et le Péloponnèse.

18La carrière de Romain Diogénès est assez mal connue, en dehors des postes qu’il a tenus sur la frontière danubienne. La famille avait quelques liens avec plusieurs membres de la coalition de 1057. La mère de Romain était fille de Basile Argyros, frère de l’empereur Romain III, et les fils de Basile Argyros étaient au nombre des stratèges rebelles de 1057. Romain Diogénès était donc leur neveu. Il épousa la sœur du prince bulgare, Samuel Alousianos, petit-fils du tsar Jean-Vladislav ; or le chef de la rébellion, Isaac Comnène, était marié à Catherine de Bulgarie, fille du tsar. Une petite-fille du même tsar, Marie, fut donnée en mariage sous Constantin X à Andronic, fils du césar Jean Doukas. Ainsi, la famille royale bulgare unit par ses alliances de nombreuses familles de l’aristocratie militaire. Diogénès n’est donc pas isolé, mais bien inséré dans un réseau. Cependant nous avons vu que les liens par alliance ne garantissaient pas la loyauté.

19L’arrivée de Diogénès au pouvoir déstabilise le petit cercle impérial, car l’impératrice Eudocie lui donne rapidement deux fils, des porphyrogénètes, ce qui implique le souhait de fonder une dynastie et donc une redistribution des cartes. Le césar Jean était, à ce moment, le responsable des intérêts de la famille Doukas, puisque Michel VII était incapable d’assumer cette charge. Il était donc celui qui avait le plus à perdre avec la nouvelle donne. Cependant, lorsqu’il fut mis devant le fait accompli, il félicita l’impératrice, sans essayer de résister, pour conserver une place à la cour et suivre ainsi les activités du nouveau couple impérial. Lui et ses fils ne furent écartés que progressivement. Le césar fut relégué dans ses domaines bithyniens, mais restait à proximité de la capitale, ce qui lui permit d’intervenir immédiatement au palais en septembre 1071. Son fils Andronic fut placé sous surveillance par Romain Diogénès qui néanmoins lui confia un commandement lors de la campagne de Mantzikert.

20En 1067, à la mort de Jean Comnène, son épouse, Anne Dalassènè, décida d’assouvir ses ambitions politiques, étant descendante d’une lignée qui avait jadis compté un prétendant sérieux au trône et son beau-frère l’ayant occupé. Elle n’avait pas les mêmes positions que son époux, davantage pour des raisons personnelles, car son objectif était d’assurer à ses fils la plus haute position possible, voire qu’ils recouvrent le trône.

  • 29 Psellos a donné le récit le plus détaillé de ces événements : Chronographie (cité n. 9), II, t. 1, (...)
  • 30 Nicephori Bryennii historiarum libri quattuor, éd. et trad. P. Gautier, Bruxelles 1975 (CFHB 9. Se (...)
  • 31 Hypothèse intéressante de J.-F. Mourtoux, L’avènement de Jean II : querelles de succession et prin (...)

21Il est bien connu qu’elle a parié sur le succès de Diogénès et a joué sur deux atouts. Tout d’abord elle s’est employée à forger un mariage, puisqu’elle donna sa fille Théodora au fils aîné de Romain, Constantin. Un fils né de ce mariage aurait pu accéder à l’Empire. D’autre part elle a placé son fils aîné, Manuel, aux côtés de Romain qui en fit son prôtostratôr et l’un de ses généraux préférés, en lui conférant le titre fort rare encore de curopalate que portait déjà son père Jean. Elle s’opposa clairement aux Doukai et en paya le prix lorsque ceux-ci reprirent le pouvoir, après le coup d’État du césar qui replaça Michel VII sur le trône comme empereur effectif29. Elle échappa de peu à l’emprisonnement. On ne connaît malheureusement pas la date des fiançailles du troisième fils d’Anne, Alexis, le futur empereur que sa mère avait voulu faire participer à la campagne de Mantzikert. Alexis devait s’unir avec la fille d’un Argyros, sans doute l’un des participants de la rébellion de 105730. Si c’était sous le règne de Romain Diogénès, ce qui n’est pas impossible, car les fiançailles pouvaient se conclure à un âge précoce, alors Alexis devenait un proche parent par alliance de Romain dont la mère était la fille de Basile Argyros31.

La rivalité entre les deux branches des Doukai

  • 32 Psellos, Chronographie (cité n. 9), II, t. 1, p. 172-176.
  • 33 Attaleiatès, Histoire (cité n. 1), p. 154-155.

22Mais la fracture existant entre la lignée de l’empereur Constantin et celle de son frère Jean joua à nouveau. La personnalité de Michel VII n’est pas facile à cerner d’après nos sources. Michel Psellos, qui fut son précepteur, ne tarit pas d’éloges sur ses qualités, notamment intellectuelles32. Michel Attaleiatès, au contraire, accable non pas tant l’empereur que ses ministres et tout particulièrement Niképhoritzès, pour mieux justifier la révolte de Botaneiatès33. Dans les faits, il semble avoir laissé gouverner ses principaux ministres, sans que nous sachions quelle part personnelle il prit aux affaires.

23La défaite et la capture de Diogénès, sans doute favorisées par Andronic Doukas, laissèrent l’impératrice devant un dilemme insoluble, car son époux avait emmené en campagne des généraux et des administrateurs qui lui étaient favorables, mais qui soit avaient trouvé la mort, soit avaient été faits prisonniers, soit, comme Attaleiatès, étaient éloignés de la capitale.

  • 34 A. Vratimos, Eudokia Makrembolitissa : Was She Implicated in the Removal of Her Husband, Romanos D (...)

24Si Eudocie restait fidèle à son époux, elle n’avait plus ou avait peu de soutien au palais, et si elle s’éloignait de Diogénès, elle devait se rapprocher de ses adversaires. Dans les deux hypothèses, elle risquait de perdre le pouvoir au profit du césar. Or sa situation devint encore plus difficile lorsque la nouvelle, vraiment imprévisible, de la libération presque immédiate de l’empereur Romain Diogénès, parvint à Constantinople. Un article récent essaie de déterminer si Eudocie fut ou non à l’origine du décret impérial qui ordonnait la déchéance de Romain34. L’auteur répond par la négative, ce qui est exact tant que l’empereur Romain fut libre de ses mouvements.

25En 1072, le césar Jean et son fils Andronic furent les vrais vainqueurs de la guerre civile qui les opposa à Romain Diogénès. Cependant le césar garda peu de temps sa position prééminente et Michel Psellos cessa vite d’être écouté, le pouvoir passa alors aux mains d’autres ministres, Jean de Sidé et Niképhoritzès. Cette rupture rappelle celle des débuts du règne de Constantin X et peut-être pour la même raison. Un groupe autour de Michel VII craignait une prise de pouvoir du césar et de ses fils et la mise à l’écart de l’empereur. En dehors des Diogénai, les autres perdants furent Anne Dalassènè et les siens. Celle-ci fut même officiellement accusée devant un tribunal et bannie.

  • 35 Le sceau d’Isaac, protoproèdre et domestique des Scholes d’Orient, a été proposé dans une vente au (...)
  • 36 Bryennios, Histoire (cité n. 30), p. 169. Bryennios ne précise pas si Andronic est domestique des (...)

26Dès cet instant, Michel VII ou son principal conseiller, Niképhoritzès, cherchèrent à éloigner le césar, en lui confiant des missions dangereuses en Orient, face à Roussel de Bailleul qui s’était révolté, et face aux Turcs toujours plus nombreux. Michel VII devait chercher des appuis hors de sa famille, mais toujours dans le même groupe des anciens comploteurs de 1057. Il était naturel qu’il se tournât vers le puîné des Comnènes, Isaac, qui avait sans doute subi les conséquences du pari perdu de sa mère sur le succès de Romain Diogénès, mais qui, à titre personnel, n’avait obtenu aucune faveur de l’empereur déchu. Isaac Comnène, qui se trouvait encore célibataire, fut uni avec une cousine germaine de l’impératrice Marie d’Alanie. Michel VII espérait s’assurer la fidélité d’Isaac en lui offrant d’entrer dans la famille impériale. Désireux d’imiter Basile II qui, acculé par les rébellions d’Asie Mineure, avait enrôlé un contingent russe de plusieurs milliers d’hommes, le basileus Michel fit appel à des secours venus d’Alanie pour combattre les Turcs, ce qui renforçait la place d’Isaac marié à une Alaine. En dépit de son âge, un peu plus d’une vingtaine d’années, Isaac fut promu protoproèdre, une très haute dignité, inférieure toutefois à celle de curopalate que Romain Diogénès avait accordée à son frère aîné Manuel, et nommé domestique des Scholes d’Anatolie35, charge de premier ordre, exercée jadis par son oncle Isaac et par son frère Manuel. Si les informations données par Attaleiatès et Bryennios sont exactes, Isaac remplaçait Andronic Doukas, le cousin germain de l’empereur. Isaac se fit battre et prendre par les Turcs près d’Ancyre et Andronic Doukas retrouva, semble-t-il, la charge dans ces circonstances puisque, à ce titre, il participa aux côtés de son père à la bataille malheureuse de Zompos où il fut gravement blessé36.

  • 37 Ibid., p. 177-179.
  • 38 On a conservé des exemplaires de son sceau lorsqu’il est devenu le moine Ignace. S’il a abandonné (...)

27En dépit de l’échec d’Isaac, Michel VII lui offrit le commandement de l’armée à Antioche, charge que plusieurs membres du groupe de 1057 avaient occupée auparavant. C’était un poste clé qui contrôlait toute la structure militaire du sud-est de l’Anatolie et qui était d’autant plus stratégique depuis l’invasion turque. Michel VII autorisa Isaac à suivre son beau-frère, Constantin, fils de Romain IV, qui trouva rapidement la mort dans un engagement malheureux. Cette faveur invite à reconsidérer les rapports entre Michel VII et les Diogénai, y compris Romain, qui ne furent pas aussi empreints d’hostilité que Psellos veut le faire croire. La nomination d’Isaac n’est pas datée avec précision, mais suit de peu la défaite et la capture du césar Jean et de son fils Andronic par Roussel de Bailleul. L’attitude du césar à l’égard de Roussel fut ambiguë. Les renseignements les plus détaillés viennent de Nicéphore Bryennios qui a épousé l’arrière-petite-fille du césar et donc ménage le personnage et sa descendance par laquelle il a été informé. Bryennios prétend que Roussel a forcé la main du césar, mais, quelques lignes plus loin, il révèle que Jean Doukas s’est comporté comme un candidat à l’empire fort diligent37. Lorsque le césar fut racheté par son neveu et revint vers Constantinople, il craignit d’être châtié comme un rebelle et renonça apparemment à la conquête du pouvoir et même au jeu de la politique constantinopolitaine, en se faisant tonsurer, tout en conservant son titre de césar38. La compétition entre les deux branches des Doukai reprit de plus belle. Michel VII avait marqué un point par le mariage d’Isaac Comnène. L’union du frère cadet de ce dernier, Alexis, fut l’objet d’intenses négociations.

28Comme nous l’avons dit plus haut, Alexis fut d’abord fiancé à la fille d’un Argyros dont nous ignorons le prénom. Kônstantinos Barzos avance l’hypothèse qu’il s’agit du Lombard jadis commandant des forces byzantines en Italie. Argyros, en effet, est toujours désigné dans les sources par son seul nom. Cependant l’hypothèse est à rejeter, car la famille de cet Argyros, qui portait en second nom celui de Mélès, n’avait pas un statut de premier ordre. Il s’agit donc bien d’un membre inconnu de la famille Argyros, une descendante de Basile Argyros selon toute probabilité. On restait entre rebelles de 1057. La jeune fille étant morte prématurément peu avant 1077, le césar, qui allait perdre son fils Andronic en raison de la santé fort dégradée de celui-ci, proposa d’unir Alexis à sa petite-fille Irène. Marie de Bulgarie, épouse d’Andronic et mère d’Irène, était très favorable à cette union. L’ancienne famille royale bulgare, dont les membres avaient été unis à des rejetons de l’aristocratie micrasiatique par Basile II, s’était « orientalisée » et, par les liens du mariage, associait nombre de grandes lignées d’Asie Mineure.

  • 39 Bryennios, Histoire (cité n. 30), p. 219-223.

29Le projet du césar se trouva immédiatement concurrencé par un autre que tenta de mettre en œuvre le frère de Michel VII, Kônstantios, qui proposa à Alexis sa propre sœur, la porphyrogénète Zoé. Finalement Alexis choisit Irène Doukaina, contre l’avis de sa mère, Anne Dalassènè, dont il était censé suivre fidèlement tous les avis. Ce refus d’Alexis, très politique, montre que nous manquons de quelques éléments d’information, notamment sur les garanties et les promesses que fit le césar39.

Nicéphore Botaneiatès, lultime recours ?

30L’incompétence confirmée de Michel VII et son appel systématique aux Turcs pour abattre ses adversaires en Anatolie finirent par provoquer sa chute en 1078. Une fois de plus, les intrigues palatiales révèlent la complexité des rapports de force. Le renversement de Michel VII aurait dû provoquer l’arrivée d’une nouvelle équipe au pouvoir. Il n’en fut rien, si l’on excepte le renvoi et l’assassinat de son principal conseiller et responsable des finances, Niképhoritzès. Les généraux de l’armée d’Orient, les frères Comnènes, Nicéphore Botaneiatès et Nicéphore Mélissènos, subissaient de nombreux échecs, mais les Constantinopolitains ne se tournèrent pas vers les officiers de l’armée d’Occident, pourtant en bien meilleure condition. Nicéphore Botaneiatès, qui appartenait au groupe des officiers de 1057, l’emporta, mais il était fort âgé et dépourvu de fils pour lui succéder. Son avènement était une façon de temporiser en attendant l’empereur susceptible de redresser l’Empire. Chacun des empereurs précédents lui avaient accordé une promotion, même Romain Diogénès, qui l’avait envoyé en Hellade et dans le Péloponnèse, lui avait offert la dignité de protoproèdre, dont il fut sûrement un des premiers honorés.

31Peut-être avait-il négocié le ralliement des frères Comnènes. De fait, il conserva Alexis Comnène comme l’un de ses principaux généraux et le césar Doukas comptait parmi les conseillers du nouvel empereur, qui n’était pas, semble-t-il, très expérimenté dans les intrigues de cour. Ce fut le césar qui conseilla à Botaneiatès d’épouser Marie d’Alanie, en dépit des difficultés de l’entreprise puisque l’ancien époux de Marie, l’empereur renversé, était toujours vivant. Cet avis était fondé sur le danger qu’il y aurait à introduire au palais une belle-famille qui s’efforcerait d’acquérir influence et richesse.

  • 40 Michel Attaleiatès voit en Alexis Comnène un remplaçant possible à Nicéphore III, car il apprécie (...)

32Cependant, l’entourage personnel de Nicéphore cherchait une solution qui lui assurerait la pérennité, d’autant plus que le vieil empereur, dans un premier temps, songeait à laisser le pouvoir aux jeunes Comnènes. C’est Michel Attaleiatès, partisan inconditionnel de Botaneiatès, qui l’affirme ; or le chroniqueur n’a pas connu la révolution de 1081 et il ne s’agit donc pas pour lui d’un éloge du futur vainqueur de la compétition. Comme l’a remarqué Dimitris Krallis, les Comnènes et notamment Alexis jouissent dans son Histoire d’une image favorable40. Dès lors, les frères Comnènes, qui étaient les garants du maintien des droits de leurs familles et de celles de leurs épouses, constituaient un obstacle. De leur côté, si Nicéphore reconstituait une faction différente par sa composition de celle formée en 1057, ils risquaient d’être hors jeu, voire de perdre leur fortune.

33Or, peut-être sous l’influence de Borile et de Germain, ses proches serviteurs dont le destin était lié au sien, Nicéphore, originaire de Phrygie, décida de s’appuyer sur d’autres familles de l’ouest de l’Asie Mineure, ses propres parents, les Synadènoi, les Paléologues et les Goudélai. Il fut contrecarré par les Doukai, qui avaient a priori le plus d’atouts, disposant au palais du jeune prince porphyrogénète, Constantin. Le césar Jean semble avoir manœuvré pour prévenir cette évolution qui inquiétait et les Comnènes et les Doukai. Il se concilia Georges Paléologue qui s’opposa vivement à son père, fervent partisan de Botaneiatès. Le césar donna pour épouse à Georges, sa petite-fille Anne, sœur d’Irène, la future impératrice. Nous ignorons la date du mariage, ce qui interdit de déterminer de façon sûre les motivations de Jean Doukas. Si c’est avant la chute de son neveu Michel VII, il s’agit seulement de rallier une famille qui commence à compter. C’est l’hypothèse la moins probable car Anne était la cadette d’Irène et ses fiançailles durent être postérieures à celles de sa sœur. Dans ce cas, le mariage aurait été conclu sous Botaneiatès et aurait eu pour but de priver le vieil empereur d’un soutien important en cas de conflit.

  • 41 Anne Comnène, Alexiade, éd. et trad. B. Leib (Collection byzantine), Paris 19672, p. 84-87. Annae (...)

34Comme cela a été maintes fois signalé, le conciliabule de Skiza41 conclut logiquement ces intrigues et calculs qui conduisirent à choisir le puîné Alexis, face à son frère Isaac, plus expérimenté, qui avait probablement les faveurs de l’armée. Anne Dalassènè, tacticienne accomplie, a été dépassée par le césar Jean. L’habit monastique, porté par l’une comme par l’autre, n’avait nullement refréné leurs ardeurs politiques.

  • 42 Sur l’importance des Arméniaques au xie siècle, voir P. Magdalino, The Byzantine Army and the Land (...)

35Cet épisode de la vie politique de l’Empire offre plusieurs enseignements. Le coup d’État de 1057 marque l’avènement d’un groupe de familles, liées par le sang et originaires de l’Anatolie, tout particulièrement du thème des Arméniaques, au sein duquel se trouve le fondateur de la dynastie destinée à succéder à la dynastie macédonienne. L’opinion publique, celle des élites de la capitale ou des armées, n’imagine pas d’autre issue. Un stratège relativement isolé, comme Georges Maniakès, n’aurait plus sa chance. Le rôle des réseaux est fondamental : celui des Comnènes était sans doute plus large que celui des Doukai en 1057, disposant de meilleurs relais, y compris dans le thème des Arméniaques, zone d’influence des Doukai des ixe et xe siècles et désormais celle des Dokeianoi, cousins des Comnènes ; Anne Dalassènè veilla à conserver cet avantage42.

36Cette victoire ne met pas fin aux rivalités, même si elles sont désormais confinées à quelques familles. C’est que les liens du sang, même entre frères, ne suffisent pas à pacifier les ambitions antagonistes, et les alliances au sein des familles se modifient constamment au gré des événements. Cependant, les rapports ne dégénèrent plus au point que les vaincus (parfois pour un temps limité) perdent la vue ou subissent des mutilations, l’exil ou l’entrée au monastère devenant les châtiments les plus répandus, punitions éminemment réversibles. Le sort réservé à Romain Diogénès constitua une exception et une faute dont chacun, chez les Doukai, essaya de s’exonérer. Cependant la privation des yeux restait la punition en vigueur si le coupable n’appartenait pas au groupe de 1057, comme Nicéphore Bryennios, puis Nicéphore Basilakios, révoltés à la tête des armées d’Occident, en firent la dure expérience.

37Aucune branche d’une famille ne peut espérer l’emporter seule et chacune doit chercher des alliances souvent fragiles. Ces combinaisons ont permis la prise de pouvoir d’Alexis Comnène, qui n’était pas l’aîné de la fratrie, mais le soutien indéfectible de sa mère n’aurait pas suffi, et son succès reposait sur l’appui d’une branche des Doukai, conduite de longue date par le césar Jean Doukas. La politique matrimoniale, qui ne garantissait pas une alliance indéfectible, fut pourtant le principal substitut à la lutte armée. L’importance des liens du sang fut sanctionnée par la nouvelle hiérarchie établie par l’empereur Alexis Comnène.

38Les affrontements perdurèrent après avril 1081, mais désormais Alexis lui-même était à la manœuvre. Tant qu’il ne fut pas assuré de son maintien au pouvoir et de la transmission de l’Empire à un fils porphyrogénète, il jugea indispensable de se concilier les deux branches de l’ancienne famille impériale des Doukai en fiançant sa fille aînée à Constantin, fils de l’empereur Michel VII, preuve que les deux illustres lignées ne pouvaient triompher qu’une fois unies dans toutes leurs composantes.

Notes

1 La carrière militaire de Constantin est inconnue. Un sceau de l’ancienne collection Shaw (inv. 1136) nous fait connaître un Constantin Doukas, magistre et duc. Au revers de la bulle est représenté un buste de la Vierge, orante, portant le médaillon de l’Enfant. Il date du troisième quart du xie siècle. Il pourrait avoir appartenu à son neveu homonyme, le fils du césar Jean, mais les sceaux de ce dernier sont tous bilatéraux. Si la bulle est à attribuer au futur empereur, elle aura été frappée postérieurement à 1057, quand Constantin n’était que vestarque (Michaelis Attaleiatae Historia, éd. E. Tsolakis, Athènes 2011 [CFHB 50. Series Atheniensis], p. 45), et antérieurement à décembre 1059, quand il monta sur le trône.

2 J.-C. Cheynet, Pouvoir et contestations à Byzance (963-1210), Paris 1990 (Byz. Sorb. 9), p. 343.

3 O. Karageorgiou, « Ἀπο Λάμπης λαμπῆρα φωσφόρον ἐπιδημῆσαι τοῖς βασιλείοις προεσήμανον » (Attaleiates XII 9-10, p. 175). On the Way to the Throne : The Career of Nikephoros III Botaneiates before 1078, dans Hypermachos. Studien zu Byzantinistik, Armenologie und Georgistik. Festschrift für Werner Seibt zum 65. Geburtstag, éd. Ch. Stavrakos, A.-K. Wassiliou et M. K. Krikorian, Vienne 2008, p. 128-129.

4 J.-C. Cheynet, La famille Bourtzès, dans Id., La société byzantine : l’apport des sceaux, Paris 2008 (Bilans de recherche 3), t. 2, p. 355.

5 H. Grégoire, Du nouveau sur l’histoire bulgaro-byzantine. Nicétas Pégonitès vainqueur du roi bulgare Jean Vladislav, Byz. 12, 1937, p. 282-291.

6 Aarôn était proèdre et duc de Mésopotamie en avril 1059 d’après le testament de Boïlas (P. Lemerle, Cinq études sur le xie  siècle byzantin, Paris 1977 [Le monde byzantin], p. 39). Cependant tous les exemplaires des sceaux d’Aarôn duc d’Édesse lui donnent le titre de magistre (dernière édition avec mention des autres bulles : W. Seibt, Ein Blick in die byzantinische Gesellschaft. Die Bleisiegel im Museum August Kestner, Rahden [Westf.] 2011, no 19).

7 Sceau inédit Fogg 1410, mentionné dans I. Jordanov, Les descendants du tsar bulgare Ivan-Vladislav à Byzance [en bulgare], Archeologia 4, 1996, p. 15.

8 A.-K. Wassiliou-Seibt l’identifie également à Théodore Pègonitès, patrice, anthypatos et duc du Paradounavon, connu par un sceau : A.-K. Wassiliou-Seibt, Der Familienname Pegonites auf byzantinischen Siegeln und in anderen schriftlichen Quellen, dans Byzantina Realia, éd. S. Kotzabassi et G. Mavromatis, Berlin / New York 2009 (Byzantinisches Archiv 22), p. 307-308.

9 Michel Psellos, Chronographie, éd. et trad. É. Renauld, Paris 19672 (Collection byzantine), II, t. 1, p. 143.

10 Wassiliou-Seibt, Der Familienname Pegonites (cité n. 8), p. 310. L’oraison funèbre pourrait être postérieure de quelques années, si l’on tient compte de la prosopographie de la famille Doukas et de l’âge des petits-fils qu’elle a connus.

11 Psellos rappelle qu’il était « selon une parenté spirituelle » le frère du père d’Eudocie (Psellos, Chronographie [cité n. 9], II, t. 1, p. 154). Le prénom de ce Makrembolitès reste inconnu, mais le contemporain de l’historien, qui s’appelait Jean, occupa les hautes fonctions de juge dans deux des grands thèmes de l’Empire, l’Opsikion et les Anatoliques. Les Makrembolitai restèrent durablement au premier plan jusqu’à la fin du xiie siècle (H. Hunger, Die Makremboliten auf byzantinischen Bleisiegeln und in sonstiger Überlieferung, Studies in Byzantine Sigillography 5, 1998, p. 1-28, particulièrement pour Jean, p. 10-13).

12 P. Gautier, Quelques lettres de Psellos inédites ou déjà éditées, REB 44, 1986, p. 111-197, ici no 35 p. 193. Psellos explique qu’il connaissait bien son père. Eudocie a bénéficié à plusieurs reprises d’envoi de pains : Μεσαιωνικὴ Βιβλιοθήκη ἢ Συλλογὴ ἀνεκδότων μνημείων τῆς Ἑλληνικῆς ἱστορίας, t. 5, éd. K. N. Sathas, Venise 1876, nos 53 et 132 ; Michaelis Pselli scripta minora magnam partem adhuc inedita. 2, Epistulae, éd. E. Kurtz et F. Drexl, Milan 1941, nos 271 et 272.

13 K. Inoue, The Rebellion of Isaakios Komnenos and the Provincial Aristocratic Oikoi, BSl. 54, 1993, p. 270, n. 17. Je remercie J.-F. Vannier pour la référence.

14 J.-C. Cheynet, Les Dalassènoi, dans Id., La société byzantine (cité n. 4), t. 2, p. 427-432.

15 L’éloge fut prononcé à l’occasion de la commémoraison de la mort de Cérulaire, sans doute en 1060/1061.

16 Attaleiatès, Histoire (cité n. 1), p. 45. L’historien parle d’une très proche parenté : τῆς ἀγχιστείας ἐγγύτατος.

17 Psellos, Chronographie (cité n. 9), II, t. 1, p. 142-143.

18 Étienne Kontostéphanos avait été domestique des Scholes d’Occident lors de la campagne malheureuse de Basile II contre les Bulgares en 986, mais ensuite aucun membre de la famille n’est cité dans les chroniques. Le sceau du patrice Basile Kontostéphanos, orné d’un buste de saint Michel au droit, peut être daté du milieu du xie siècle (Vente Sternberg no XI, novembre 1991, lot no 1047). Les Dokeianoi sont plus présents en raison du rôle de Michel Dokeianos, probable père de Théodore, dans les combats contre les Petchénègues, où il perdit la vie (Ioannis Scylitzae Synopsis historiarum, éd. I. Thurn, Berlin/New York 1973 [CFHB 5. Series Berolinensis], p. 470 ; Empereurs de Constantinople, trad. B. Flusin et comment. J.-C. Cheynet, Paris 2003 [Réalités byzantines 8], p. 388).

19 V. S. Šandrovskaja, W. Seibt, Byzantinische Bleisiegel der Staatlichen Ermitage mit Familiennamen. 1, Sammlung Lichačev. Namen von A bis I, Vienne 2005 (Veröffentlichungen der Kommission für Byzantnistik 10/1), no 71. Le commentaire présente les sceaux des Dokeianoi contemporains.

20 On dispose de trois exemplaires dans l’ancienne collection Zacos, de trois à Dumbarton Oaks, d’un autre passé en vente aux enchères et d’une pièce au musée Bénaki (dernière édition : O. Karageorgiou, Die Sigillographische Sammlung des Benaki Museums in Athen, Studies in Byzantine Sigillography 9, 2006, p. 33-47, ici p. 45-46).

21 Nicetae Choniatae Historia, éd. I. A. Van Dieten, Berlin/New York 1975 (CFHB 11. Series Berolinensis), p. 448-452.

22 Gautier, Quelques lettres (cité n. 12), no 8, p. 136-139.

23 Ibid., nos 1 et 2, p. 126-128.

24 N. Oikonomidès, Le serment de l’impératrice Eudocie (1067). Un épisode de l’histoire dynastique de Byzance, REB 21, 1963, p. 101-128 (repris dans Id., Documents et études sur les institutions de Byzance [ viie- xve s.], Londres 1976 [Variorum Collected Studies Series 47], no III), ici p. 119.

25 A.-K. Wassiliou, Die Neffen des Patriarchen Michael I. Kerullarios (1043-1058) und ihre Siegel. Ikonographie als Ausdrucksmittel der Verwandtschaft, Bulgaria Mediaevalis 2 (Studies in Honour of Professor Vassil Gjuzelev), 2011, p. 107-120.

26 Psellos, Chronographie (cité n. 9), II, t. 1, p. 155-156.

27 Gautier, Quelques lettres (cité n. 12), no 35, p. 191-194.

28 Attaleiatès, Histoire (cité n. 1), p. 77.

29 Psellos a donné le récit le plus détaillé de ces événements : Chronographie (cité n. 9), II, t. 1, p. 163-166.

30 Nicephori Bryennii historiarum libri quattuor, éd. et trad. P. Gautier, Bruxelles 1975 (CFHB 9. Series Bruxellensis), p. 221.

31 Hypothèse intéressante de J.-F. Mourtoux, L’avènement de Jean II : querelles de succession et principes de légitimité ( xe-xiie siècles), thèse de doctorat, université Paris IV-Sorbonne, 2012, p. 244.

32 Psellos, Chronographie (cité n. 9), II, t. 1, p. 172-176.

33 Attaleiatès, Histoire (cité n. 1), p. 154-155.

34 A. Vratimos, Eudokia Makrembolitissa : Was She Implicated in the Removal of Her Husband, Romanos Diogenes, from Power ?, REB 71, 2013, p. 277-284.

35 Le sceau d’Isaac, protoproèdre et domestique des Scholes d’Orient, a été proposé dans une vente aux enchères (vente Triton CXI, no 1172).

36 Bryennios, Histoire (cité n. 30), p. 169. Bryennios ne précise pas si Andronic est domestique des Scholes d’Orient, mais c’est vraisemblable, car seules furent engagées des troupes des provinces d’Orient.

37 Ibid., p. 177-179.

38 On a conservé des exemplaires de son sceau lorsqu’il est devenu le moine Ignace. S’il a abandonné son portrait antérieur orné de la couronne de césar, il continue à mentionner sa dignité (G. Zacos, A. Veglery, Byzantine Lead Seals, t. 1, Bâle 1972, no 2685). Sur l’identification du césar avec le moine Ignace, cf. M. Kouroupou, J.-F. Vannier, Commémoraisons des Comnènes dans le typikon liturgique du monastère du Christ Philanthrope (ms. Panaghia Kamariotissa 29), REB 63, 2005, p. 45, no 26.

39 Bryennios, Histoire (cité n. 30), p. 219-223.

40 Michel Attaleiatès voit en Alexis Comnène un remplaçant possible à Nicéphore III, car il apprécie les qualités de ce jeune général qui a mené à bien les missions qu’on lui a confiées. Il a aussi une opinion positive à l’égard de son frère Isaac, qui avait pourtant subi des échecs (D. Krallis, Michael Attaleiates and the Politics of Imperial Decline in Eleventh-Century Byzantium, Tempe [Ariz.] 2012 [Arizona Center for Medieval and Renaissance Studies], p. 215-219) ; en revanche il apprécie peu les Doukai (ibid., p. 105-106).

41 Anne Comnène, Alexiade, éd. et trad. B. Leib (Collection byzantine), Paris 19672, p. 84-87. Annae Comnena. Alexias. Pars prior, Prolegomena et textus, éd. D. R. Reinsch et A. Kambylis (CFHB 40/1. Series Berolinensis), Berlin/New York 2001, p. 72-74.

42 Sur l’importance des Arméniaques au xie siècle, voir P. Magdalino, The Byzantine Army and the Land : From stratiotikon ktema to Military pronoia, dans Το εμπόλεμο Βυζάντιο (9ος-12ος αι.)/Byzantium at War (9th-12th c.), Athènes 1997, p. 26-32.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540