Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le saint, le moine et le paysan

 | 
Olivier Delouis
, 
Sophie Métivier
, 
Paule Pagès

Les Génois dans l’Empire byzantin

Michel Balard

Texte intégral

  • 1 Alexis Makrembolitès, Λόγος ἱστορικός, dans Ἀνάλεκτα Ἱεροσολυμιτικῆς Σταχυολογίας, éd. A. Papadopo (...)

1« Le premier Paléologue qui saisit le sceptre de l’Empire introduisit chez nous un peuple venant d’Italie, peuple hardi et dur, ingrat et cruel envers ses propres bienfaiteurs ; sa patrie était Gênes ou, pour s’exprimer plus naturellement, la géhenne du feu. » Alexis Makrembolitès, auteur d’un Logos historikos après 1350, fustige avec violence l’arrogance, la richesse et l’autonomie acquise au sein de l’Empire byzantin par la communauté génoise que les empereurs avaient autorisée avec la plus grande bienveillance à s’établir dans leur capitale1. Le ressentiment des Grecs envers l’impérialisme économique des marchands génois qui s’enrichissent à leurs dépens s’exprime dans mainte source byzantine des xive et xve siècles. Est-ce à dire que les Ligures ont détourné à leur profit les richesses de l’Empire, appauvri ses sujets en les évinçant des ressources du grand commerce, poussé les populations helléniques à accepter la domination ottomane et à refuser une alliance avec l’Occident qui aurait pu sauver l’Empire ?

  • 2 N. Oikonomidès, Hommes d’affaires grecs et latins à Constantinople ( xiiie-xve siècles), Montréal/ (...)
  • 3 M. Balard, La Romanie génoise ( xiie-début du xve siècle), 2 vol., Rome/Gênes 1978 (Bibliothèque d (...)

2Ces questions que posent la présence et l’activité des Génois au sein de l’Empire byzantin rejoignent celles qu’ont posées il y a quelques années les regrettés Nicolas Oikonomidès et Angeliki Laiou pour Gênes, et aujourd’hui Chryssa Maltezou pour Venise2. Pour y répondre il me semble opportun de rappeler dans quelles circonstances historiques les Génois se sont implantés dans l’Empire byzantin, les différentes étapes de la création de leurs comptoirs, avant de voir l’organisation de ceux-ci et l’activité économique qui s’y déploie3. Alors seulement pourra être apprécié l’impact de l’économie pré-capitaliste de Gênes sur le monde byzantin.

Limplantation des Génois dans lEmpire Byzantin

À Constantinople au xiie siècle

  • 4 L.-T. Belgrano, Il Registro della Curia arcivescovile di Genova, Atti della Società ligure di Stor (...)

3Il convient d’abord de noter le retard des Génois à s’implanter dans l’Empire byzantin par rapport aux Vénitiens (présence constatée dès le chrysobulle de 992) et aux Pisans (début du xiie siècle). La cause en est sans doute les gros intérêts économiques de Gênes dans les États francs de Syrie-Palestine et à Alexandrie, ce qui détourne nos marchands de Constantinople. Les premières démarches ont lieu en 1142 auprès de Jean II Comnène, au moment où celui-ci semble vouloir établir la souveraineté byzantine sur Antioche, où les Génois étaient installés dès la Première croisade (1098). Il faut cependant noter quelques traces d’une présence de marchands génois en Romanie avant 1155 : c’est ainsi que le Registrum curiae de l’archevêché de Gênes évoque les nefs qui viennent de Romanie dans les années 11404.

  • 5 I Libri iurium della Repubblica di Genova, vol. I/1, éd. A. Rovere, Gênes 1992 (Fonti per la stori (...)
  • 6 G. Bertolotto, A. Sanguineti, Nuova serie di documenti sulle relazioni di Genova coll’impero bizan (...)

4En 1155, un premier accord est conclu entre Gênes et Manuel Ier Comnène qui cherche une alliance en Italie contre Frédéric Ier Barberousse et les Normands. Le chrysobulle de 1155 accorde des gratifications annuelles à la Commune de Gênes et à l’archevêque, promet la concession d’un embolos et d’échelles (scalae) à Constantinople, la réduction du kommerkion à un taux de 4 % en échange d’une aide des Génois, qui obtiennent, après deux démarches diplomatiques difficiles, l’embolos de Santa Croce5. Il est situé hors de Constantinople, sans doute au pied de la colline de Galata, près du château Sainte-Croix. En 1162, les Pisans ruinent ce premier comptoir, pour annihiler une concurrence économique. Plusieurs ambassades se succèdent jusqu’en 1169, date à laquelle Gênes obtient la promesse d’un nouvel établissement, avec échelles et église, à Orcu, en dehors de Constantinople, sans doute à nouveau à proximité de Galata. Les exigences des Génois s’accroissent vite, car ils comprennent que le basileus cherche leur alliance militaire contre Frédéric Ier Barberousse. En mai 1170, ils reçoivent le quartier de Koparion, à l’intérieur cette fois de Constantinople, dans le voisinage du port du Néorion, sur la Corne d’Or : une échelle, des maisons, des boutiques leur sont ainsi accordées6. Ce succès ne dure pas : en 1182, à l’avènement d’Andronic Ier Comnène, la population de Constantinople, exaspérée par l’arrogance et la richesse des marchands occidentaux, se soulève et massacre les Latins.

  • 7 Ibid., p. 434-448.
  • 8 M. Balard, Les Génois en Romanie entre 1204 et 1261. Recherches dans les minutiers notariaux génoi (...)

5Les Génois négocient leur retour dans la capitale avec Isaac II Ange. En 1192, ils obtiennent une seconde échelle, de nouveaux entrepôts et le palais de Botaniate. Avec Alexis III, un nouvel agrandissement de leur comptoir leur est accordé : une troisième échelle, des maisons, des boutiques, de sorte que désormais le comptoir constitue un tout cohérent7. Deux ans plus tard, la prise de Constantinople par la Quatrième croisade, à laquelle les Génois n’ont pas participé, fait tout disparaître. Entre 1204 et 1261, nos marchands, à part quelques exceptions, sont pratiquement absents de l’Empire latin, où les Vénitiens règnent en maîtres8.

L’expansion (seconde moitié du xiiie siècle)

  • 9 C. Manfroni, Le relazioni fra Genova, l’impero bizantino e i Turchi, Atti della Società ligure di (...)

6Les déboires subis par Gênes dans le royaume de Jérusalem, où Vénitiens et Pisans ont réussi à chasser les Génois d’Acre, poussent la Commune à chercher sa revanche en s’alliant avec l’empire de Nicée. Michel VIII Paléologue a en effet besoin d’une puissance navale alliée pour lui permettre la reconquête de Constantinople. Les négociations ne traînent pas et en mars 1261 est conclu le traité de Nymphée9. En échange d’une flotte et d’une alliance offensive contre Venise, le basileus accorde aux Génois une totale franchise douanière dans les terres de l’Empire conquises ou à conquérir, un quartier dans Constantinople avec loggia, palais, église, bains, maisons, entrepôts, avec à sa tête un consul désigné par Gênes qui reçoit en outre les biens des Vénitiens dans la capitale. Un certain nombre de villes et de territoires de l’Empire sont ouverts au commerce génois : Thessalonique, Ania, Cassandria, Smyrne, Adramyttion, les îles de Crète, de Nègrepont (bien que ces deux îles ne soient plus sous souveraineté impériale), de Chio et de Lesbos. Enfin, et surtout, la mer Noire est ouverte aux hommes d’affaires génois, ce qui va permettre la fondation de Caffa (Théodosia) sur la côte de Crimée et d’un grand nombre de comptoirs sur les côtes pontiques.

  • 10 L.-T. Belgrano, Prima serie di documenti riguardanti la colonia di Pera, Atti della Società ligure (...)
  • 11 S. Eyice, Galata ve kulesi, Istanbul 1969.
  • 12 N. P. Medvedev, Dogovor Vizantii i Genui ot 6 maja 1352 [Le traité byzantino-génois du 6 mai 1352] (...)

7L’établissement des Génois à Galata a lieu vers 1267 sur les pentes de la colline de Sykae, face à la ville impériale, de l’autre côté de la Corne d’Or. Le lieu est appelé Péra dans les documents génois. Profitant des démêlés d’Andronic II avec la Compagnie catalane, les Génois obtiennent un premier agrandissement de leur comptoir en 1303 ; il a désormais un périmètre de 1 250 mètres, tracé au milieu des vignes et des dépendances des monastères constantinopolitains, entre l’Exartysis (ancien arsenal) et le château de Galata. La superficie est d’environ 6 hectares. Les Génois obtiennent même de pouvoir entourer leur comptoir d’un fossé, puis d’une muraille qui est construite après 131510. Les empiètements ne s’arrêtent pas là. En 1348, au moment de la « guerre latine » opposant les forces de Jean VI Cantacuzène aux Génois, ceux-ci érigent la tour du Christ, au sommet de Galata, tour qui subsiste aujourd’hui11. Puis, vainqueur de la coalition entre Grecs, Vénitiens et Catalans lors de la bataille du Bosphore, l’amiral Paganino Doria impose à Jean VI le traité de 1352 qui livre aux Génois toutes les terres comprises entre la tour de Galata et le château Sainte-Croix12.

  • 13 Balard, La Romanie génoise, t. 1, p. 188-198.

8Dans la seconde moité du xive siècle, Gênes annexe les deux bourgs qui flanquaient le comptoir – Spiga à l’ouest et Lagirio à l’est – et les entoure d’une enceinte construite entre 1387 et le début du xve siècle. À cette date, le comptoir a une superficie d’environ 37 hectares, forme un quartier clos, autonome, un véritable État dans l’État byzantin, avec son enceinte haute de 2 mètres, précédée d’un fossé de 15 mètres de large. Les tours sont espacées d’une trentaine de mètres et servent d’entrepôts et de greniers, avec au sommet l’énorme donjon cylindrique de la tour du Christ. Des portes peu nombreuses permettent l’accès : une seule vers le nord et six du côté maritime, où se situe l’activité économique. À l’intérieur se distinguent le palais de la commune ou palais du podestat, la maison de la Massaria (Trésorerie), de nombreuses églises et surtout le port qu’admirent tous les voyageurs de passage. Autour de Péra, vignes et vergers voisinent avec de belles villas construites hors de la ville13.

Le contrôle de la mer Égée (fin du xiiie-xive siècle)

  • 14 Id., The Genoese in the Aegean (1204-1566), Mediterranean Historical Review 4/1, 1989, p. 158-174.

9Pour les Génois le contrôle du grand axe maritime menant d’Italie à Constantinople et à la mer Noire est essentiel. Il s’agit pour eux d’obtenir des escales et de faire face à la concurrence avec Venise qui, à la suite de la Quatrième croisade, s’est largement implantée en mer Égée. Au cours du xive siècle, cet espace est en fait divisé en deux zones d’influence : l’ouest et le centre (duché de Naxos) pour Venise, l’est pour Gênes dont les tentatives de prendre pied sur les côtes de Thessalie et à Thessalonique n’ont pas été couronnées de succès14.

  • 15 L. Gatto, Per la storia di Martino Zaccaria signore di Chio, Bullettino dell’Archivio Paleografico (...)

10Deux territoires surtout passent sous la domination génoise : Phocée et Chio. Phocée ou plutôt les deux Phocée, l’Ancienne et la Nouvelle, ont été concédées par Michel VIII Paléologue aux deux frères Manuel et Benedetto Zaccaria, sans doute en 1267. Les deux Zaccaria y ont organisé l’exploitation de l’alun − ce double sulfate d’ammonium et de potassium indispensable pour le mordançage des tissus et la fixation des couleurs −, le transport du minerai en Occident sur leur propre flotte et sa commercialisation en Flandre. L’exploitation a été poursuivie, après la mort des deux frères, par Nicolino Zaccaria puis par Andreolo Cattaneo della Volta jusqu’en 1339, date à laquelle Andronic III restaure la souveraineté byzantine sur ces deux villes15.

  • 16 Ibid.

11L’île de Chio, quant à elle, commande les voies d’accès vers Phocée. Pour protéger l’exploitation de l’alun et son transport menacés par les corsaires turcs, Benedetto Zaccaria s’empare de l’île en 1304, puis fait légitimer son occupation par Andronic II. Il organise l’exploitation du mastic, résine du lentisque, véritable chewing-gum du Moyen Âge. La concession impériale est renouvelée en faveur de Paléologue Zaccaria en 1314, puis de ses deux fils, Benedetto II et Martino. Mais, au lieu de respecter la souveraineté byzantine, ceux-ci cherchent à fonder une dynastie et à faire de l’île une citadelle contre les Turcs. Ils prennent d’ailleurs le titre de « roi et despote de l’Asie mineure ». Quand Benedetto II, évincé par son frère, se réfugie à Constantinople, Andronic III en prend prétexte pour intervenir. En 1329, il suscite un mouvement nationaliste à Chio, organise une expédition navale et restaure la souveraineté byzantine16.

  • 17 Ph. P. Argenti, The Occupation of Chios by the Genoese and Their Administration of the Island 1346 (...)

12Pas pour longtemps d’ailleurs. En 1346, profitant de la faiblesse de la régence d’Anne de Savoie, Gênes met sur pied une expédition privée, dirigée par Simone Vignoso, qui, le 22 septembre 1346, s’empare de Chio et, quelques jours plus tard, de Phocée. Organisés en « mahone », les armateurs de l’expédition mettent en échec un soulèvement nationaliste dirigé par Constantin Tzybos et le métropolite de l’île. Les chefs du soulèvement sont condamnés à mort ou exilés et leurs biens confisqués. En 1355, lors de son avènement, Jean V Paléologue entérine la conquête génoise, en échange d’un tribut symbolique, qui tombe rapidement en désuétude. Pendant 220 ans, la Mahone est maîtresse de l’île17.

  • 18 Ibid., p. 170-175.

13Au nord de Chio, Mytilène passe également sous la domination indirecte de Gênes. Après une tentative infructueuse de Domenico Cattaneo pour s’emparer de l’île, un aventurier Francesco Gattilusio, qui a aidé Jean V à acquérir le pouvoir, obtient en récompense l’île de Mytilène et la main de Marie, sœur du basileus. Pendant un siècle, jusqu’à la conquête turque, Lesbos est possession des Gattilusio qui étendent leur domination sur plusieurs îles du nord de l’Égée, Énos et Samothrace. Les Génois, malgré tout, échouent à s’emparer de Ténédos, île à l’entrée des Détroits, qui devient l’enjeu d’une guerre sévère entre Gênes et Venise (1378-1381), et dont les fortifications sont finalement démantelées18.

Les comptoirs pontiques

  • 19 G. I. Bratianu, La mer Noire, des origines à la conquête ottomane, Munich 1969, p. 204-249.
  • 20 M. Berindei, G. Veinstein, La Tana-Azaq de la présence italienne à l’emprise ottomane (fin xiiie-m (...)

14Le traité de Nymphée a autorisé les marchands génois à pénétrer en mer Noire, où s’effectue dans les années 1260 la rencontre historique entre les Mongols et les Occidentaux19. Les Vénitiens avaient possédé pendant l’empire latin de Constantinople un petit comptoir, création de Byzance, Soldaia, sur les côtes de Crimée. Vers 1275, les Génois négocient auprès du khan de la Horde d’Or la concession d’une ancienne colonie grecque, Théodosia, alors en ruines, et édifient la ville de Caffa, qui, pendant deux siècles, constitue le cœur des possessions génoises en mer Noire, proche de l’arrivée à Tana de la célèbre route mongole de la soie et des épices. Au cours du xive siècle, Gênes étend sa domination sur l’ensemble de la Riviera criméenne, d’abord à Cembalo (Balaklava), puis à Soldaia elle-même, enlevée aux Vénitiens en 1365. À Tana, à l’embouchure du Don, les comptoirs génois et vénitien coexistent, mais sont sous la menace constante des Mongols20.

  • 21 Balard, La Romanie génoise, t. 1, p. 130-142.

15Tous les rivages pontiques voient se développer l’emprise génoise. À l’ouest il s’agit de Vicina, sur l’une des bouches du Danube, de Kilia et Licostomo, à l’embouchure du fleuve, de Moncastro sur le Dniestr. À l’est, nos marchands se rendent dans les zones de traite des esclaves, sur les côtes caucasiennes. Au sud, non sans concurrence avec les Vénitiens, les Génois ont obtenu des Grands Comnènes la concession d’un comptoir à Trébizonde, nommé le Léontokastron, qui commande la seconde voie mongole menant par Tabriz vers la Perse et l’Asie centrale. De Trébizonde à Constantinople, s’échelonnent des escales utilisées par nos marchands, qui y installent une petite garnison : Simisso, Sinope, Samastri jalonnent la route maritime qui mène à Trébizonde puis à Tana21.

  • 22 G. Pistarino, I Gin dell’oltremare, Gênes 1988 (Civico Istituto Colombiano. Studi e Testi, Serie S (...)

16Au total, on peut parler de véritable « Commonwealth » génois, pour reprendre une expression de notre regretté collègue Geo Pistarino22 : non point des colonies de peuplement, mais des escales, des comptoirs hiérarchisés, sous l’autorité d’officiers nommés par la métropole à laquelle ils doivent chaque année rendre compte de leur gestion. Car pour les Génois ce qui importe avant tout est l’exploitation de la mer et de ses richesses.

L’organisation des comptoirs génois dans lEmpire byzantin

  • 23 Balard, La Romanie génoise, t. 1, p. 327-334.

17Pressés par les menaces extérieures, les Paléologues ont dû abandonner aux Génois le droit de s’administrer eux-mêmes et d’être jugés par leurs propres représentants, même dans des causes les opposant à des sujets byzantins. Ce n’est pas tout à fait ce que prévoyaient à l’origine les privilèges concédés. Le traité de Nymphée (1261) place Grecs et étrangers sous la juridiction du basileus, celle du podestat ne concernant que ses compatriotes. Mais, par des empiètements progressifs, les différends mixtes d’abord, puis les causes opposant des Grecs de Péra glissent au pouvoir des autorités génoises. En 1376, Andronic IV accepte qu’au criminel un Grec coupable de blessure grave soit jugé selon le droit latin. À la fin du xive siècle, les sujets de l’Empire résidant à Péra n’ont plus grande chance d’être justiciables du basileus23.

18Pour des communautés dont l’existence repose sur le grand commerce maritime, les exemptions fiscales constituent les privilèges les plus importants. L’exemption totale du kommerkion est accordée aux Génois par le traité de Nymphée. L’atout décisif vient du fait que les sujets de l’Empire restent soumis à un kommerkion de 10 % dans l’ensemble de leurs affaires. Conscient de cette concurrence inégale, relevée par Nicéphore Grégoras, lorsqu’il compare les revenus douaniers de Péra et de Constantinople, Jean VI Cantacuzène a voulu revenir sur ces avantages exorbitants et reconstituer une flotte byzantine, rendant moins indispensables les coûteux services des Occidentaux. La « guerre latine » de 1348-1349, puis la guerre des Détroits (1351-1352) ont réduit ses efforts à néant. La disparité de traitement entre les hommes d’affaires occidentaux, Génois et Vénitiens, d’une part, et leurs homologues byzantins, de l’autre, est au cœur du problème de la survie de l’Empire, et de l’attitude adoptée par celui-ci vis-à-vis de l’Occident.

  • 24 Ibid., p. 359-368.

19Ces privilèges d’exterritorialité ont permis aux Génois de s’organiser de manière autonome. Ils attribuent à leur représentant à Constantinople le titre de « podestat », substitué à celui de consul et vicecomes que celui-ci portait jusque-là. Administrateur du pouvoir exécutif, chef du pouvoir judiciaire, le podestat de Péra occupe un rang éminent et étend son autorité à l’ensemble des Génois résidant ou voyageant en Romanie. Au cours du xive siècle, sa juridiction se restreint toutefois au comptoir de Péra, le consul de Caffa étendant la sienne à l’ensemble des comptoirs pontiques. Le podestat est assisté de deux conseils, comprenant autant de nobles que de membres du popolo. Il dirige la politique générale du comptoir, est responsable du budget et surtout doit rendre la justice selon les statuts de Gênes. Il occupe un rang honorable dans la hiérarchie des offices auliques byzantins, intervient constamment à la cour impériale et influence même le sort de l’Empire par ses intrigues et ses relations avec les dignitaires byzantins. Il s’immisce dans les luttes intestines, les guerres civiles, les désaccords entre les membres de la famille impériale, qui, depuis le règne d’Andronic II, ébranlent de plus en plus Byzance. Il aide la révolte d’Andronic III, puis participe à un complot pour renverser le basileus, favorise d’abord Jean Cantacuzène contre Anne de Savoie, pour aider ensuite l’impératrice, après l’entrée de Cantacuzène à Constantinople. Bref, comme le note Grégoras, « en secret avec malice il vient en aide soit aux uns soit aux autres », n’ayant en vue que ses propres intérêts ou ceux de ses compatriotes. Dans les dernières années du règne de Jean V, les intrigues redoublent. Andronic IV et son fils Jean VII reçoivent des subsides du podestat, qui, en août 1390, se rend à la Porte Dorée pour réconcilier les deux empereurs, Jean V et son petit-fils. Bref, pour reprendre quelques expressions de Pachymère et de Grégoras, les Génois et leur chef, « se moquant et se raillant chaque jour davantage de l’impuissance des Romains, font de l’empereur un objet de rire et de dénigrement ». En affaiblissant ainsi le trône impérial, les autorités de Péra ne se rendaient pas compte qu’elles compromettaient leur propre avenir, le sort de leur comptoir étant par la géographie et l’histoire indissolublement lié à celui de Constantinople24.

  • 25 Ibid., p. 368-376.
  • 26 Argenti, The Occupation of Chios (cité n. 17), t. 1, p. 416-473 ; Balard, La Romanie génoise, t. 1 (...)

20L’organisation des autres comptoirs génois ne diffère guère de celle de Péra. À Caffa, il s’agit d’un consul, nommé par la métropole pour une durée d’environ un an, mais pour éviter des déplacements coûteux, il arrive que trois personnages se succèdent dans les fonctions de trésoriers et de consul. Ce dernier a une compétence qui s’élargit à l’ensemble des comptoirs génois dans les zones pontiques, au point que les comptes de certains d’entre eux sont établis par les trésoriers de Caffa, ne serait-ce que pour la gestion des soudoyers qui assurent la défense des petits comptoirs25. À Chio, la gestion est quelque peu différente, en raison du partage des compétences entre la commune de Gênes et la Mahone : à la première la souveraineté, à la seconde la gestion concrète et le bénéfice des revenus de l’île et des deux Phocée. Le podestat de Chio est certes nommé par le doge de Gênes, mais sur une liste de candidats que lui présentent les Mahonais26. Que ce soit à Péra ou ailleurs, les officiers nommés par la métropole sont en principe soumis à une enquête à leur sortie de charge. Les quelques comptes rendus d’enquête conservés montrent que la concussion, le favoritisme et l’absence de rigueur sont des plaies courantes de ces administrations coloniales. Par exemple, les officiers nommés n’ont pas le droit de participer à la mise aux enchères de la perception des gabelles ni à l’activité économique. En fait, ces interdictions sont très souvent tournées, au point que le désordre s’installe, que le déficit s’aggrave et que la Commune est alors contrainte de céder ses droits au Banco di San Giorgio, l’organisme regroupant les créanciers de l’État, qui en 1453 prend en charge l’ensemble de l’administration des comptoirs pontiques, sans pouvoir empêcher, malgré les réformes entreprises, que ceux-ci tombent en 1475 au pouvoir des Ottomans.

Lexploitation économique de la Romanie génoise

21Les interventions répétées des autorités coloniales auprès de la cour byzantine cherchent à obtenir surtout le maintien et l’élargissement des privilèges concédés par les basileis, afin que se pratiquent dans les meilleures conditions possibles les activités commerciales de leurs ressortissants.

22Celles-ci se développent avec le support de techniques éprouvées, dont font foi les minutiers notariaux qui nous sont parvenus. Accomendacio, societas maris, contrats de change maritime, de prêt, de change sec et de nolisement, mandats et procurations, voilà les types de contrats communément en usage en Italie, et qui ont pu influencer le mode d’activité des hommes d’affaires byzantins eux-mêmes. On voit se former de véritables compagnies gréco-génoises, en accord avec la pratique notariale occidentale, comme pour le transport du blé danubien jusqu’à Constantinople. Nos marchands y ont importé l’usage des grands livres, des livres secrets et des livres de caisse, tenus en partie double, mais il n’est pas certain que leurs homologues byzantins soient parvenus à ce raffinement extrême des techniques comptables.

23La présence génoise à Péra et dans les autres comptoirs n’est pas uniquement celle des hommes d’affaires utilisant les techniques raffinées, issues de plusieurs siècles de pratique notariale. L’émigration outre-mer concerne aussi des boutiquiers et des artisans qui, partis le temps d’un voyage, se sont établis probablement sans esprit de retour. Eux aussi bénéficient des privilèges accordés à leurs compatriotes qui mettent en vente les matières premières importées ou les denrées alimentaires, ce qui les met dans une position avantageuse par rapport au petit commerce byzantin. Leur organisation est calquée sur celle des métiers de la métropole.

  • 27 A. E. Laiou, Constantinople and the Latins. The Foreign Policy of Andronicus II, 1282-1328, Cambri (...)

24Si le commerce de détail et l’artisanat latin n’ont pas eu à Constantinople la liberté totale qu’ils auraient pu espérer, le grand commerce au contraire s’est développé dans des conditions privilégiées. Il concerne d’abord le ravitaillement de la capitale byzantine et des régions pontiques. Les accusations du patriarche Athanase contre les Génois rappellent quel rôle ceux-ci ont joué dans l’approvisionnement en blé de Constantinople, dont les autorités doivent veiller à des fournitures régulières pour maintenir l’ordre public27. De ce fait, elles veulent interdire toute exportation quand le blé dépasse un certain prix sur le marché, toute importation dans la capitale de blé étranger, lorsque le prix en est trop bas. Ces mesures sont en totale contradiction avec les dispositions du traité de Nymphée autorisant les Génois à exporter de l’Empire toute marchandise en franchise. Les autorités byzantines ne peuvent réagir contre ces concessions imprudentes qu’en multipliant les tracasseries et en imposant aux marchands d’acquérir des licences d’exportation, négociées âprement auprès des commerciaires.

  • 28 Balard, La Romanie génoise, t. 2, p. 842-848.

25Le vin de Provence et d’Italie du Sud, et même des côtes méridionales de la mer de Marmara, donne lieu à d’importants transports vers Constantinople et Péra, où la cabella vini rapporte autant que l’ensemble des autres gabelles. À l’exception du sel, dont les Byzantins semblent s’être réservé le monopole de vente, l’approvisionnement de Constantinople en denrées de première nécessité est passé graduellement aux mains des Génois, au cours du xive siècle28.

  • 29 Bratianu, La mer Noire (cité n. 19).
  • 30 Balard, La Romanie génoise, t. 2, p. 684.

26La capitale byzantine est aussi le point où le trafic régional de la mer Noire se relie au grand commerce entre l’Orient et l’Occident. Mais peut-être vaut-il mieux considérer que ce dernier se prolonge au-delà de Constantinople pour se raccorder à Tana ou à Trébizonde aux grandes routes caravanières qui traversent l’épaisseur du continent asiatique29. En ce sens le comptoir génois de la Corne d’Or joue plutôt le rôle d’escale et d’entrepôt du commerce pontique et asiatique que de marché d’exportation proprement dit. Cette fonction d’entrepôt est documentée par les lettres de chargement conservées dans les archives Datini, le marchand de Prato. Entre 1380 et 1410, les lignes maritimes de Constantinople et de la mer Noire ont perdu de leur importance, face à la croissance du trafic en provenance de Syrie ou d’Alexandrie. Les nefs génoises chargent à Péra peu de soie et d’épices, mais surtout des produits agricoles des régions pontiques, cuir, cire, grains et fromages, parfois de l’alun provenant de Koloneia (Karahisar) et d’Ulubad, au sud de la mer de Marmara. À la fin du xive siècle, le commerce des épices et des produits de luxe ne touche plus guère le comptoir de Péra, dont la part dans le trafic international entre l’Orient et l’Occident a beaucoup diminué, comme l’atteste l’évolution des karati Peyre, taxe prélevée sur toutes les marchandises échangées entre le comptoir génois d’une part, Gênes et les régions pontiques d’autre part30.

  • 31 Ibid., p. 682-683.
  • 32 Nicéphore Grégoras, Histoire, éd. L. Schopen, Nicephori Gregorae Byzantina historia, 3 vol., Bonn (...)

27En 1342, les enchères des karati Peyre laissent prévoir un trafic de 1,5 million de livres, compte non tenu des frais d’exploitation et des bénéfices des fermiers adjudicataires31. On rappellera que Nicéphore Grégoras a relevé qu’en 1348 les recettes de la douane de Péra s’élèvent à 200 000 hyperpères, celles de Constantinople à seulement 30 00032. Mais la guerre des Détroits fait tomber les enchères des karati au tiers de leur montant de 1342 et, malgré un relèvement éphémère en 1361 et 1370, la chute est continue jusqu’à la fin du siècle. En 1398, la valeur du commerce maritime de Péra n’est plus que le dixième de ce qu’elle était en 1342. Une légère reprise s’esquisse à partir de 1406, mais jamais avant la chute de Péra et de Constantinople aux mains des Ottomans en 1453 on ne retrouvera les valeurs des années 1340.

  • 33 M. Balard, Les hommes d’affaires occidentaux ont-ils asphyxié l’économie byzantine ?, dans Europa (...)

28Au terme de cette analyse succincte des colonies marchandes génoises et de leurs activités dans l’Empire byzantin, on peut se demander dans quelle mesure les Génois ont véritablement détourné à leur profit les richesses de l’Empire et ont laissé celui-ci exsangue face à l’avance ottomane33. Les chiffres donnés par Nicéphore Grégoras ou par les archives génoises attestent sans aucun doute l’extraordinaire prospérité de Péra dans les années 1330-1350. C’est alors que le comptoir s’entoure d’une enceinte, défie les autorités byzantines, annihile les efforts de Jean VI pour reconstituer une flotte et protéger les hommes d’affaires grecs. Incontestablement ceux-ci jouent un rôle modeste dans le système du commerce international dominé par les Italiens. Ils ne pénètrent guère en Occident et ne s’occupent que du trafic régional de matières premières ou de denrées alimentaires. Mais peut-on dire pour autant que l’exploitation de la Romanie par les Génois a conduit au déclin de l’Empire ?

  • 34 Laiou, The Byzantine Economy in the Mediterranean Trade System (cité n. 2).

29Les hommes d’affaires génois par leurs techniques, par leurs réseaux d’affaires, mais aussi par leur recours à la bourgeoisie byzantine ont en quelque sorte servi de modèle à celle-ci, à un moment où les revenus de la terre n’étaient plus ce qu’ils étaient, en raison du recul territorial de Byzance. Leurs activités ont eu un effet d’entraînement sur les mésoi byzantins s’éveillant tardivement aux activités commerciales. En 1360-1361, Génois et Grecs sont associés pour l’exportation des céréales danubiennes de Kilia. La bourgeoisie byzantine cherche à acquérir la citoyenneté génoise (ou vénitienne), pour nouer des relations d’affaires fructueuses avec les Occidentaux. Ceux-ci ont ainsi aidé à l’essor d’un capital mobilier byzantin. Mais les jours de l’Empire étaient comptés : le temps a manqué pour que se constitue une accumulation suffisante de capital. Les colonies génoises se sont certes enrichies au détriment de l’Empire. Elles ont aussi été à l’origine d’une transformation économique et sociale qui aurait pu faire accéder Byzance, État terrien, au capitalisme commercial et financier des Occidentaux34.

Notes

1 Alexis Makrembolitès, Λόγος ἱστορικός, dans Ἀνάλεκτα Ἱεροσολυμιτικῆς Σταχυολογίας, éd. A. Papadopoulos-Kérameus, t. 1, Saint-Pétersbourg 1891 (réimpr. Bruxelles 1963), p. 147.

2 N. Oikonomidès, Hommes d’affaires grecs et latins à Constantinople ( xiiie-xve siècles), Montréal/Paris 1979 ; A. E. Laiou, The Byzantine Economy in the Mediterranean Trade System, Thirteenth-Fifteenth Centuries, DOP 34-35, 1980-1981, p. 177-222, repris dans Ead., Gender, Society and Economic Life in Byzantium, Aldershot 1992 (Variorum Collected Studies Series 370), no VII ; Ch. Maltezou, I Greci tra Veneziani e Genovesi, dans Genova, Venezia, il Levante nei secoli xii-xiv . Atti del convegno internazionale di studi, Genova-Venezia, 10-14 marzo 2000, éd. G. Ortalli et D. Puncuh, Gênes 2001 (= Atti della Società ligure di Storia patria n. s. 41/1 [115]), p. 189-199.

3 M. Balard, La Romanie génoise ( xiie-début du xve siècle), 2 vol., Rome/Gênes 1978 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 235) [cité désormais Balard, La Romanie génoise].

4 L.-T. Belgrano, Il Registro della Curia arcivescovile di Genova, Atti della Società ligure di Storia patria 2/2, 1862.

5 I Libri iurium della Repubblica di Genova, vol. I/1, éd. A. Rovere, Gênes 1992 (Fonti per la storia della Liguria 1), doc. no 181, p. 262-264.

6 G. Bertolotto, A. Sanguineti, Nuova serie di documenti sulle relazioni di Genova coll’impero bizantino, Atti della Società ligure di Storia patria 28/2, 1897, p. 364-367.

7 Ibid., p. 434-448.

8 M. Balard, Les Génois en Romanie entre 1204 et 1261. Recherches dans les minutiers notariaux génois, Mélanges d’archéologie et d’histoire publiés par l’École française de Rome 78, 1966, p. 467-502, repris dans Id., La mer Noire et la Romanie génoise ( xiiie-xve siècles), Londres 1989 (Variorum Collected Studies Series 294), no I.

9 C. Manfroni, Le relazioni fra Genova, l’impero bizantino e i Turchi, Atti della Società ligure di Storia patria 28/3, 1898, p. 791-809.

10 L.-T. Belgrano, Prima serie di documenti riguardanti la colonia di Pera, Atti della Società ligure di Storia patria 13/2, 1877, p. 103-106.

11 S. Eyice, Galata ve kulesi, Istanbul 1969.

12 N. P. Medvedev, Dogovor Vizantii i Genui ot 6 maja 1352 [Le traité byzantino-génois du 6 mai 1352], VV 38, 1977, p. 161-172.

13 Balard, La Romanie génoise, t. 1, p. 188-198.

14 Id., The Genoese in the Aegean (1204-1566), Mediterranean Historical Review 4/1, 1989, p. 158-174.

15 L. Gatto, Per la storia di Martino Zaccaria signore di Chio, Bullettino dell’Archivio Paleografico Italiano n.s. 2, 1956, p. 325-345.

16 Ibid.

17 Ph. P. Argenti, The Occupation of Chios by the Genoese and Their Administration of the Island 1346-1566, 3 vol., Cambridge 1958, t. 1, p. 86-369 ; Balard, La Romanie génoise, t. 1, p. 119-126.

18 Ibid., p. 170-175.

19 G. I. Bratianu, La mer Noire, des origines à la conquête ottomane, Munich 1969, p. 204-249.

20 M. Berindei, G. Veinstein, La Tana-Azaq de la présence italienne à l’emprise ottomane (fin xiiie-milieu xvie siècle), Turcica 8/2, 1976, p. 110-201.

21 Balard, La Romanie génoise, t. 1, p. 130-142.

22 G. Pistarino, I Gin dell’oltremare, Gênes 1988 (Civico Istituto Colombiano. Studi e Testi, Serie Storica 11) ; Id., Genovesi d’Oriente, Gênes 1990 (Civico Istituto Colombiano. Studi e Testi, Serie Storica 14) ; Id., I signori del mare, Gênes 1992 (Civico Istituto Colombiano. Studi e testi, Serie storica 15).

23 Balard, La Romanie génoise, t. 1, p. 327-334.

24 Ibid., p. 359-368.

25 Ibid., p. 368-376.

26 Argenti, The Occupation of Chios (cité n. 17), t. 1, p. 416-473 ; Balard, La Romanie génoise, t. 1, p. 376-386.

27 A. E. Laiou, Constantinople and the Latins. The Foreign Policy of Andronicus II, 1282-1328, Cambridge MA 1972 (Harvard Historical Studies 88), p. 198-199.

28 Balard, La Romanie génoise, t. 2, p. 842-848.

29 Bratianu, La mer Noire (cité n. 19).

30 Balard, La Romanie génoise, t. 2, p. 684.

31 Ibid., p. 682-683.

32 Nicéphore Grégoras, Histoire, éd. L. Schopen, Nicephori Gregorae Byzantina historia, 3 vol., Bonn 1829-1855 (CSHB), t. 2, p. 842.

33 M. Balard, Les hommes d’affaires occidentaux ont-ils asphyxié l’économie byzantine ?, dans Europa medievale e mondo bizantino : contatti effettivi e possibilità di studi comparati, éd. G. Arnaldi et G. Cavallo, Rome 1997 (Nuova studi storici 40), p. 255-265.

34 Laiou, The Byzantine Economy in the Mediterranean Trade System (cité n. 2).

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site