Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le saint, le moine et le paysan

 | 
Olivier Delouis
, 
Sophie Métivier
, 
Paule Pagès

Trois raisins de Dionysos byzantin

Ilias Anagnostakis

Texte intégral

  • 1 Photius, Epistulae et Amphilochia, éd. B. Laourdas et L. G. Westerink, t. 2, Leipzig 1984 (Biblioth (...)

1Dans une épître adressée au métropolite de Nicomédie, le patriarche Photius rapporte une fable d’Ésope sur les trois raisins du dieu Dionysos, qui symbolisent l’action du vin sur l’organisme humain : le premier raisin représente le bon usage, la consommation mesurée, le deuxième, qui est d’ailleurs une offre à Aphrodite, symbolise le plaisir et la mollesse, et le troisième est l’Hybris, la dépendance, la réduction à l’état de bête1. Ce mythe, qui nous est transmis seulement par Photius, est en fait une variante de la conception antique notoire sur l’effet des quantités de vin absorbé : le premier verre revigore, le second détend, le troisième enivre. Nous avons choisi ces trois raisins de Dionysos comme titre de ces trois notes sur la vigne et le vin, que nous offrons en hommage à Michel Kaplan. Le dieu du vin accompagnait en effet en toute sagesse nos conversations, particulièrement au printemps 2006 à Spolète, à l’automne 2010 à Paris et à Tours, en mai 2012 à Athènes, lorsque nous partagions des moments privilégiés autour d’un verre en étudiant vignes, vins, problèmes de viticulture byzantine, économie agricole et conceptions byzantines du boire. Et puisque Photius adresse cette fable au hiérarque d’une région de Byzance réputée pour ses vignes et ses vins, la Bithynie, le premier raisin aura donc trait à un cépage de cette province. Suivront le raisin de la volupté, qui en l’occurrence ne concernera pas tant la déesse de l’amour que la première expression méso-byzantine attestée du plaisir du vin et de la vie par Léon le Mathématicien, et enfin le troisième raisin, celui des débordements de l’Hybris et de la façon extrême dont les moines de Byzance avaient coutume d’y faire face.

Le raisin mersitis

  • 2 Géoponiques, éd. H. Beckh, Geoponica sive Cassiani Bassi scholastici De re rustica eclogae, Leipzi (...)
  • 3 Au sujet de l’influence romaine sur la viticulture en Bithynie, voir l’étude d’I. Anagnostakis, T. (...)
  • 4 Géoponiques, (cité n. 2), V.2, 10-12. La vigne est mersitis (μερσῖτις), mais le vin, mersitès (μερ (...)
  • 5 Anagnostakis, Βυζαντινός οινικός πολιτισμός (cité note précédente), p. 38-41 ; Id., Les noms de vig (...)
  • 6 H.-L. Fernoux, Notables et élites des cités de Bithynie aux époques hellénistique et romaine ( iii(...)

2Dans les Géoponiques, les raisins éponymes et les vins aminéens de Bithynie dont parle Florentinus2 posent la question de l’influence de la domination romaine sur la viticulture et la production de certains vins dans cette région. Dans une de nos études, nous soutenons en effet que c’est avec l’installation romaine, voire plus tôt, que débute une adaptation de la viticulture bithynienne à la production de vins blancs semblables à ceux dont les Romains étaient amateurs3. Un de ces vins, le mersitès (μερσίτης), dont nous allons traiter dans la présente note, est produit par le cépage mersitis (μερσῖτις)4. Très vraisemblablement, à côté des cultures traditionnelles destinées à produire des vins passerillés, des vins doux et des vins de garde, se répand la culture des vignes arbustives, qui constituait le mode de culture principal de l’Italie du Nord et qui était familier aux Romains5. Cette question n’a jusqu’à présent fait l’objet d’aucune étude approfondie. Les recherches ayant trait à l’économie de cette région au cours de la période hellénistique et romaine ou concernant l’installation des Romains et leurs possessions foncières en Bithynie passent sous silence la viticulture et la production vinicole dans la plupart des cas6. Mais il est vrai que l’on manque (à notre connaissance) de preuves évidentes et que, à part quelques généralités, on ne trouve presque rien sur les domaines viticoles bithyniens de l’époque hellénistique et romaine.

  • 7 A. Gonzales, Les limites d’un territoire en Bithynie romaine, Dialogues d’histoire ancienne 23/2, (...)
  • 8 Gonzales, Les limites d’un territoire en Bithynie romaine (cité note précédente), p. 248-262. Voir (...)
  • 9 Nous renvoyons pour plus de détails à Anagnostakis, Βυζαντινός οινικός πολιτισμός (cité n. 4), p.  (...)

3Cependant les chercheurs considèrent comme allant de soi que la Bithynie a toujours été une région viticole mais, quand ils parlent, très brièvement d’ailleurs, de la viticulture bithynienne de l’époque romaine, ils ne renvoient qu’aux sources byzantines, qui sont à vrai dire beaucoup plus explicites quant à la chronologie ou à l’emplacement des vignobles7. Certes, les études fondées sur l’épigraphie énumèrent de nombreux propriétaires, par exemple dans le territoire de Nicée (agglomération rurale qui tirait ses richesses de l’exploitation agricole) dont la majeure partie aurait été occupée par la moyenne et la grande propriété, celle-ci étant gérée par des oikonomoi8. Quoi qu’il en soit, nous considérons que nous avons pour la première fois à notre disposition des preuves suffisamment éloquentes pour soutenir l’idée d’une circulation, voire d’un commerce, d’un vin de choix, le mersitès, provenant de la province romaine de Bithynie et du Pont et destiné à l’Égée, tout autant que celle de l’influence considérable des Romains sur la viticulture et la production de vins aminéens. Mais avant tout, tournons-nous brièvement vers ce que nous appelons le contexte ampélographique bithynien, c’est-à-dire celui qui est formé par les autres variétés à côté desquelles Florentinus cite le raisin mersitis9.

  • 10 Id., Βυζαντινός οινικός πολιτισμός (cité n. 4), p. 38-41 ; Id., Les noms de vignes et de raisins à (...)

4Dans les Géoponiques, les citations de Florentinus, probablement originaire ou grand propriétaire de la Bithynie romaine, fournissent la description détaillée de variétés caractéristiques des vignobles de sa région au iiie siècle de notre ère : aminnios, mersitis, drosallis, leukothrakia ou leukè, et bôlènè. Ce sont toutes des vignes arbustives, dendritides et anadendrades, certaines tardives comme les aminnios ampelos, que Florentinus présente comme étant des variétés bithyniennes ayant une relation avec la vigne aminnios, l’aminéenne, qui produisait le vin homonyme préféré à l’époque romaine. La façon dont il les relie à l’aminnios prouve le besoin de souligner leurs qualités « aminéennes », de les comparer avec ce cépage et ce vin, le plus connu et le plus en vogue à son époque. En outre, toutes ces variétés donnent, selon Florentinus, des vins excellents, surtout les aminnios, mersitis et drosallis qui produisent un vin doux, probablement le « (vin) doux bithynien », le glykys bithynos des médecins du vie siècle10.

  • 11 Géoponiques, V.2, 10-12. Nous reproduisons la traduction de J.-P. Grélois et J. Lefort, Géoponique (...)

5Parmi toutes ces variétés, s’appuyant sur une source plus ancienne, Diophane vraisemblablement, Florentinus choisit de développer son propos sur le mersitis et l’extension géographique de sa culture à son époque, au iiie siècle après J. C.11 :

10. La vigne dite mersitis est meilleure que toutes les autres, car c’est elle qui, en Bithynie, produit le vin appelé dendrogalènos et, en d’autres lieux, le tiarènos, à Tion en Paphlagonie le tianos, et à Héraclée du Pont le vin le plus remarquable (héracleôtès). Partout où l’on aura planté ce cépage, il produira un fruit bien meilleur que les autres, car son raisin est très doux à consommer, semblable à du nectar, si bien que les abeilles le butinent pour s’en nourrir. 11. De plus, ce cépage produit beaucoup, au point de porter des grappes sur tout le cep, de forme arrondie, aux grains si translucides que les pépins et les membranes transparaissent clairement. Les pédoncules qui tiennent la grappe en l’air sont le plus souvent durs et ligneux. 12. Il se plaît surtout aux arbres, à leur hauteur et à l’épaisseur de leur feuillage. Le vin de ces vignes demande que l’on en ôte continuellement la lie.

  • 12 Décidément, mersitis était la vigne arbustive par excellence, puisque, en dehors de sa description (...)
  • 13 Grélois, Lefort, Géoponiques (cité n. 2), p. 75, n. 221. Sur Tiarai, L. Robert, Villes d’Asie Mine (...)
  • 14 Grélois, Lefort, Géoponiques (cité n. 2), p. 75, n. 222. Sur Tios et son vin, L. Robert, À travers (...)
  • 15 Sur les vins d’Héraclée cités par les anciens, Belke, Paphlagonien und Honōrias (cité note précéde (...)
  • 16 Decker, Tilling the Hateful Earth (cité n. 12), p. 131-132, n. 27 ; Anagnostakis, Les noms de vign (...)

6Florentinus rapporte que cette variété de vigne et le vin homonyme furent assez répandus du littoral de la mer Égée jusqu’aux rivages du Pont, préférence sans doute due au fait que « [cette] vigne est meilleure que toutes les autres […] et […] produit un fruit bien meilleur que les autres » et que « ce cépage produit beaucoup, au point de porter des grappes sur tout le cep ». Ainsi, la variété mersitis fut cultivée dans certains lieux (chôria) de Bithynie (sans spécification du nom de la ville, seulement du nom du vin, dendrogalènos12, à Tiarai (ville de Mysie) d’où le nom de vin tiarènos13, à Tieion/Tios de Paphlagonie d’où le nom de tianos14 et enfin à Héraclée du Pont, textuellement « au Pont d’où vient le vin héracleôtès, le plus remarquable » (héracleôtès episèmotatos)15 (figure 1). En rapportant ainsi les lieux (appellations d’origine ou plutôt dénominations géographiques), les noms et les qualités de ces vins du cépage mersitis, Florentinus consigne une évaluation de ce vin dont les critères d’appréciation sont ceux de l’époque romaine. Jusqu’à aujourd’hui ont été proposées des identifications du mersitis avec certaines variétés aminéennes, mais surtout avec le muscat petit grain, assimilé à son tour à l’antique apiana, le « raisin des abeilles », pour la bonne raison que Florentinus souligne que « son raisin est très doux à consommer, semblable à du nectar » et que « les abeilles le butinent pour s’en nourrir16 ».

Figure 1 - Les vins mersitès

  • 17 Le mersitès de Chion fut mis en rapport avec celui de Florentinus pour la première fois dans Anagn (...)
  • 18 Nous résumons le contenu des dix premières lettres d’après A. Billault, Les lettres de Chion d’Hér (...)
  • 19 P.-L. Malosse, Lettres de Chion d’Héraclée, Salerne 2004 (Cardo 1), p. 83-84.
  • 20 I. Düring, Chion of Heraklea, A Novel in Letters, Göteborg 1951 (réimpr. New York 1979), p. 22-24  (...)

7La réputation du mersitès, particulièrement de celui d’Héraclée du Pont, devait connaître une large extension au-delà des lieux de sa production. Alors qu’il n’existe pas la moindre attestation de circulation de ce vin de Bithynie à l’époque romaine et proto-byzantine, nous avons repéré un témoignage sur le commerce du vin mersitès d’Héraclée17. C’est le seul témoignage connu jusqu’à aujourd’hui sur l’exportation vers l’Égée de ce vin éponyme et il se trouve dans une lettre (lettre 6) de Chion d’Héraclée. Chion, pseudonyme d’un auteur inconnu, a rédigé un roman épistolaire qui est une biographie fictionnelle composée de lettres imaginaires. Dans les quatre premières lettres, Chion, jeune homme d’une des meilleures familles d’Héraclée du Pont, se rend à Athènes pour y étudier la philosophie. En chemin, il écrit à son père ainsi qu’à sa mère. Il narre les événements notables de son voyage : sa rencontre avec Xénophon d’Athènes à Byzance, à l’occasion de troubles dans l’armée de l’Anabase ; une tempête en mer ; des troubles à Périnthe. Les lettres 5 à 10 comprennent des récits et anecdotes relatifs à sa vie à Athènes et, particulièrement, à l’Académie où il suit l’enseignement de Platon18. Dans ces lettres fictives, Chion se réfère de façon répétée aux commerçants et à leurs voyages, notamment à ceux qui les conduisent dans le Pont, à Byzance, à Périnthe et Sèlymbria, à Chio ; beaucoup de commerçants séjournent un temps dans la ville de Byzance, d’autres descendent jusqu’à Athènes ; il cite le nom de nombreux négociants du Pont, de Lemnos ou d’autres régions (lettres 7 et 8)19. Certains anachronismes et données linguistiques contenus dans ces lettres, ainsi que toute l’atmosphère qui les imprègne, attestent qu’il s’agit d’un auteur et d’une œuvre du ier-iie ou même du ive siècle de otre ère20.

  • 21 Chion dHéraclée, éd. Düring (cité note précédente), lettre 6, p. 56-57. Hercher publie mersitou o (...)
  • 22 Ibid., p. 55 et 57 ; Malosse, Lettres de Chion d’Héraclée (cité n. 19), p. 33 ; P. A. Rosenmeyer, (...)
  • 23 Le vin myrsin(it) ès et myrsininon, le myrsinaton élaion ou myrsinélaion, l’huile fabriquée exclus (...)

8Chion rapporte donc dans la lettre 6 de l’édition Hercher que vingt amphores de vin mersitès partent du Pont pour Athènes. C’est certainement d’Héraclée du Pont, sa ville d’origine, que part ce vin envoyé par son père Matris. Ce renseignement trouve évidemment sa confirmation absolue dans les informations fournies par Florentinus sur la production du mersitès d’Héraclée du Pont, le vin le plus remarquable, l’héracleôtès episèmotatos. Si Hercher publie mersitès, Düring retient myrsinitès, ignorant les Géoponiques, tandis que les manuscrits proposent mersitès, et il inaugure ainsi toute une tradition d’interprétations erronées concernant ce vin. Il avance les lectures myrsinitès ou myrtitès par référence à Dioscoride qui mentionne ces vins « flavoured with myrtle21 ». La recherche contemporaine fondée sur l’édition de Düring a interprété le myrsinitès de Chion comme étant un « vin de myrte22 ». Nous croyons qu’il n’y a aucune raison d’adopter la lecture myrsinitès qui renvoie à un vin qui pourrait être produit partout, un vin médicinal fait avec des grains de myrte, où l’on a fait macérer des branches de myrte (feuilles, grains, écorce, bois)23, tandis que mersitès est en fin de compte un vin de pays bien connu et bien documenté, un produit de la vigne mersitis.

  • 24 Déjà mersynè chez Constantin VII Porphyrogénète, De Ceremoniis, éd. J.J. Reiske, Constantini Porph (...)

9Bien que l’étymologie de mersitès nous échappe, les types myrtos, myrtia, myrsinè et, en byzantin démotique, mers(y)inè, le myrte, qui donne le vin et l’huile myrtitès et myrsin(it)ès, pourraient avoir un rapport, du moins étymologique, avec mersitès24. Ainsi l’appellation mersitis et mersitès pourrait-elle être un type démotique de Bithynie et du Pont (comme d’ailleurs dans le cas du vin dendrogalènos) et être donnée à une variété de vigne et à son vin, chose très courante dans la viticulture où l’on attribue aux raisins et aux vins des noms d’animaux et de plantes. Quoi qu’il en soit, ce vin d’une vigne appelée mersitis ne doit en aucun cas être confondu avec les vins de myrte.

  • 25 En guise de bibliographie sommaire, voir Fernoux, Notables et élites des cités de Bithynie (cité n (...)
  • 26 Robert, À travers l’Asie Mineure (cité n. 14), p. 75-76 ; Fernoux, Notables et élites des cités de (...)
  • 27 Preuve bien plus solide et convaincante qu’une simple représentation de Dionysos sur les monnaies  (...)
  • 28 Chion dHéraclée, éd. Hercher (cité n. 21), lettre 6, p. 198. Éd. et traduction anglaise, Düring, (...)

10Dans les travaux sur l’exportation de produits de la région du Pont, cette référence de Chion au mersitès n’a jamais été exploitée ni mise en relation avec celle de Florentinus. Nous savons que le commerce de Bithynie, particulièrement celui d’Héraclée vers l’Égée et les régions du Danube, s’était intensifié depuis l’époque hellénistique25. Nous connaissons aussi l’importance économique de villes comme Prousias de l’Hypios, Bithynion-Claudiopolis, villes situées à l’est de Nicomédie et dont les activités de négoce connurent un développement notable au cours de la période romaine. Ce commerce était, d’un certain côté, facilité par l’abondance de bois provenant des montagnes alentour, qui était utilisé pour la construction navale, ainsi que par la production de blés, de vin et de minerais26. Avec le témoignage de Chion (lettre 6), et malgré son contexte fictionnel, nous disposons d’une preuve supplémentaire de la production vinicole dans la région et du commerce d’un vin portant le nom de mersitès27. Mais ce qui est encore plus important, c’est que ce témoignage ainsi que les informations ampélographiques fournies par Florentinus sur un vin de vigne arbustive apparenté aux vins aminéens constituent des indices sur la promotion et la prédominance, dans certains milieux de l’Orient grec, des préférences et des goûts romains en matière de vigne et de vin. Nous donnons ici la traduction de l’épître de Chion28 :

Phaidimos m’a porté une rhodienne (rhodia) de salaison, cinq amphores de miel et vingt jarres de vin mersitès et en plus trois talents d’argent. Je le remercie de s’être acquitté de cette tâche et je te suis reconnaissant à toi du soin que tu prends de moi. Je voudrais d’ailleurs que tu m’envoies quelques primeurs des produits de la région, si le temps l’autorise. En effet, cela permet de faire plaisir aux autres amis et de ruser avec l’incorruptible Platon. D’autre part, me trouvant précisément à Athènes à m’entretenir avec Platon, je n’ai pas un seul désir d’argent, et il est peut-être pour le moins incongru d’avoir vogué vers la Grèce afin d’être moins attachés à l’argent et que l’amour de l’argent vogue vers nous en provenance du Pont. Tu feras donc meilleure action en nous envoyant tout ce qui est un rappel de la patrie et non de la richesse.

Léon le Mathématicien et le vin transformé en glace, les amphores qui éclatent sous le gel et la joie de vivre

  • 29 Traduction inédite de Danielle Morichon, d’après l’édition L. G. Westerink, Leo the Philosopher : (...)

Bien froide est la vieillesse ; et par nature ma complexion
est hélas flegmatique ; puis le mois de février lui aussi est
fort froid ; quant au signe du Verseau,
qui vire en ce moment et rencontre le soleil,
5 il transforme le vin en glace en certains parages
tout comme il fait éclater les amphores sous le gel.
La maison où je suis établi à présent est de nouveau
recouverte de neige et supporte difficilement l’hiver ;
le vent de Thraskias est rigoureux et âpre ;
10 mordant, funeste, il porte en lui les souffles du Tartare.
En effet, le vent du sud a délaissé nos climats.
Comment, en me voyant pris au milieu
de tant de froidures, l’infortuné,
m’exhortes-tu à porter de l’eau à ma bouche, très cher ?
15 Si tu parviens à me convaincre, je deviendrai ou bien neige
ou grêlon. Et mort, je paraîtrai aux nécrophores
aussi intouchable qu’un cristal de glace,
ainsi gagné par ta réfrigérante stimulation.
Rends-toi donc dans les contrées de l’Inde,
20 dans les villes des Agèsymbes et des Blemmyes
où l’on dit que les vignes ne poussent pas,
c’est là-bas que tu dois faire montre de ta médecine, grand sage.
Car pour nous, ta science ne nous fait pas besoin,
si nous tenons à vivre et à voir le soleil29.

  • 30 I. Anagnostakis, Όταν το κρασί γίνεται πάγος, Athènes 1998. Il s’agit d’une édition à part tirée d (...)
  • 31 Id., Cold and Wine. On the Freezing of Wine and on Vases Broken by the Frost : The Late Antique and (...)
  • 32 Anagnostakis, Όταν το κρασί γίνεται πάγος (cité n. 30), p. 14-15, 26-28 (p. 198-199, 210-212). Voi (...)

11Dans ce poème de Léon le Mathématicien (790/800-après 869), la référence au froid qui gèle le vin et fait éclater les amphores ainsi que les injonctions à boire de l’eau d’un médecin avaient déjà éveillé l’intérêt de la recherche lorsque, il y a longtemps, débuta une étude sur la viticulture byzantine et la production de vin sous des climats froids30. Cette étude, qui fut suivie de l’examen d’autres thèmes comme la viticulture et le refroidissement du climat, le vin lors d’années sans été31, s’était également penchée sur l’étrange incident survenu dans les celliers du général Bélisaire, qui nous est rapporté par Procope. Mais le vin de Bélisaire, à la différence de celui de Léon, commença à bouillir lorsque le temps se réchauffa au printemps 533, brisant les couvercles des jarres et débordant, huit mois après la vendange. Nous avons interprété cet incident comme une fermentation retardée du moût, conséquence du froid brusque qui, survenu à l’époque de la vendange, interrompit ou empêcha la fermentation, phénomène qui peut être mis en relation avec les hivers volcaniques et les perturbations climatiques attestés au cours de la décennie 53032. Cette recherche a donc mis en valeur la riche documentation antique et byzantine concernant le vin qui gèle sous les climats froids, mais elle n’a pas suffisamment exploité, même si elle l’avait relevé, un sujet d’intérêt tout à fait particulier dans la carrière de Léon. Ce sujet, qui transparaît allusivement dans le poème, se cache derrière les vers « il transforme le vin en glace en certains parages/tout comme il fait éclater les amphores sous le gel ». Mais avant de nous pencher sur ce postulat littéraire et en partie prosopographique, passons en revue les éléments concernant le refroidissement du climat au temps de Léon.

  • 33 M. Mccormick, P.E. Dutton, P.A. Mayewski, Volcanoes and the Climate Forcing of Carolingian Europe, (...)

12En effet, en dépit de leurs divergences dans l’interprétation, les chercheurs s’accordent sur un refroidissement du climat entre 500 et 850/1000. Dans une étude relativement récente où sont exploitées les données du GISP2 (Greenland Ice Sheet Project Two) sur l’étude du climat européen entre 750 et 950, on constate, sur la base du témoignage des sources et des données paléo-climatiques fournies par les glaciers, un refroidissement réel et un recul des cultures33. Dans cette étude est aussi examiné le rude hiver de 763-764 qui sévit dans toute l’Europe. Il s’agit d’un hiver volcanique qui eut lieu vingt années avant la naissance de Léon le Mathématicien (autour de 790) et qui, avec d’autres hivers du ixe siècle, nous permet d’intégrer dans un contexte historique et climatique les propos sur le froid présents dans le poème de Léon.

  • 34 Théophane, Chronographie, éd. C. de Boor, Theophanis Chronographia, Leipzig 1883-1885, t. 1, p. 434 (...)
  • 35 Chronicon Moissiacense, éd G. H. Pertz, Hanovre 1826 (MGH. Scriptores 1), p. 294 : gelu magnum Gal (...)
  • 36 Ibid., p. 881-883. Pour les sources byzantines, voir Telelis, Μετεωρολογικάφαινόμενα (cité n. 34), (...)
  • 37 M.-F. Auzépy, La Vie de Jean de Gothie (BHG 891), dans La Crimée entre Byzance et le Khaganat khaz (...)
  • 38 André de Bergame, Historia, éd. G. Waitz, Hanovre 1878 (MGH. Scriptores rerum Langobardicarum), 10(...)

13Au cours de l’hiver 763-764, selon Théophane, « au début du mois d’octobre il fit un grand froid très âpre, non seulement dans nos contrées, mais qui plus est vers l’est et le nord et l’ouest, au point que la mer se pétrifia sur la rive nord du Pont jusqu’à une distance de cent milles ». Toujours selon sa description, en février des blocs de glace passèrent le Bosphore, gelèrent les détroits « et arrivèrent à Constantinople jusqu’en Propontide et aux îles et remplit de blocs de glace tout le littoral jusqu’à Abydos »34. Ce « grand froid très âpre », qui dut rester longtemps dans les mémoires, et que Léon connaissait comme un événement exceptionnel, unique, dont on a conservé des histoires d’animaux pris au piège des glaces et de jeux d’enfants sur les icebergs, frappa des régions de la Propontide réputées depuis longtemps pour leur viticulture, et détruisit généralement les cultures, ainsi que le révèlent les sources : « Une grande période de froid frappa la Gaule, l’Illyrie et la Thrace, le gel détruisit une multitude d’oliviers et de figuiers35. » La Thrace est une région régulièrement mentionnée comme touchée par les chutes de neige et le gel. Les rudes hivers (mais aussi les étés et les automnes froids et humides) attestés par les données paléo-climatiques du GISP236 notées pour 750-751, 763-764, 773, 820-824, qui détruisirent les cultures et ne permirent pas la maturation des raisins et la production de vin, furent causés par des éruptions volcaniques. Un autre cas de froid intense survenu au cours de la période 815-842 (qui vit vraisemblablement la rédaction de la Vie de Jean de Gothie) doit être également suspecté derrière le miracle du saint survenu à Gothie de Crimée : « Deux hommes, qui se disputaient à propos d’un vin qui était dans un pithos et qui ne s’étaient pas calmés malgré la médiation du saint, s’en allant, trouvèrent le vin objet de la dispute gelé dans le pithos, et l’ayant découpé comme du fromage, ils le jetèrent dehors37. » Pour en finir avec les dures périodes hivernales qui coïncident à peu près avec celles de l’époque de Léon, notons l’hiver particulièrement long et rude de 859-860 qui détruisit les vignes d’Europe occidentale et gela le vin dans les récipients : vinum intra vascula glaciavit38. Nous constatons encore une fois que l’image du vin qui gèle et qui brise son récipient est employée pour décrire le froid absolu et ses destructions des cultures, exactement comme le rapporte Léon.

  • 39 Sur Léon, Théophane continué, éd. I. Bekker, Bonn 1828 (CSHB), p. 185-197. P. Lemerle, Le premier (...)
  • 40 Iliade 1, 420 ; 18, 186 ; 17, 234. Baldwin, The Epigrams of Leo the Philosopher (cité n. 29), p. 1 (...)

14La question se pose donc de savoir si ces changements climatiques, ces rudes hivers dont nous avons parlé, se reflètent de quelque manière dans le poème de Léon. Sûrement, lorsque ce dernier mentionne qu’il habite « au milieu de tant de froidures » ; à mi-chemin de ce ixe siècle qui connut tant de rudes hivers, il ne s’agit pas d’un simple cliché ou d’un emprunt, il doit décrire une situation climatique bien réelle qui influa sur les cultures et le comportement des gens en Propontide et dans la région du nord de l’Égée, c’est-à-dire entre Constantinople et Thessalonique. Léon était né à Constantinople. En ce qui concerne son expérience des contrées septentrionales de l’empire, à notre connaissance, il vécut à Thessalonique dont il fut trois années le métropolite (840-843). Ensuite, il passa le reste de sa vie à Constantinople39. Il avait donc vécu dans le nord de la Macédoine et de la Thrace et connaissait ces régions vinifères que les vents du nord exposent aux rigueurs de l’hiver. D’ailleurs, ces adjectifs dyscheiméros et aganniphos, par lesquels il décrit le climat de son lieu de séjour, il les emprunte à Homère qui les emploie pour parler des régions du nord de l’espace helladique, de Dodone et de l’Olympe respectivement40. Assurément, le climat froid décrit dans le poème est donc celui de la région de Thessalonique et de Constantinople et généralement de la Thrace, où le vent de nord-ouest nommé Thraskias est véritablement éprouvant en février.

  • 41 Horace, Epodon Liber 13 et Carmina I, 9.1-15. Voir aussi R. S. Kilpatrick, An Interpretation of Hor (...)
  • 42 Virgile, Georgicon, III, 360-366. La similitude avec le poème de Léon avait déjà été remarquée par (...)
  • 43 Ovide, Tristia, III, 3, 23-24 : nudaque consistunt, formam servantia testae, vina, nec hausta meri, (...)
  • 44 Ovide, Tristia, III, 3, 71-72 : noc hic pampinea dulcis latet uva sub umbra, nec cumulant altos fer (...)

15Les thèmes du froid et du vent du nord, du vin solidifié sous l’effet du gel qui fait éclater les récipients qui le contiennent, des bains froids, de la vieillesse et du vin qui réchauffe (indépendamment du contexte climatique), s’inscrivent dans une tradition littéraire considérable. Ils sont admirablement exploités par les poètes latins et on a même proposé de voir un rapport entre la critique de l’époque d’Auguste exercée contre les bains froids par Horace et Pline et celle du poème de Léon41. De leur côté, Virgile et Ovide se référant aux Scythes d’Istros et aux montagnes thraces du Rhodope donnent des descriptions vigoureuses et colorées des nuits glacées. Ainsi, Virgile rapporte que dans les contrées du Nord les vins gèlent et sont découpés à la hache (caeduntque securibus umida vina)42, motif que nous avons vu répété ultérieurement dans la Vie de Saint Jean de Gothie, tandis qu’Ovide, qui fut exilé dans la région, nous dit que le vin prend la forme du vase et que les gens boivent des morceaux de glace de vin43. Borée, continue Ovide, transforme les fleuves et les mers en marbre du battement de ses ailes et les navires s’immobilisent sur les rives prises dans les glaces : il n’y faut par conséquent chercher ni doux raisins ni moût chaud, ni même les fruits du soleil44.

  • 45 . Il est intéressant d’ailleurs de noter qu’une récente monographie consacrée aux Pères Cappadocien (...)
  • 46 Basile de Césarée, Homélie sur les quarante martyrs (BHG 1205), PG 31, col. 508-525, spécialement (...)
  • 47 Grégoire de Nysse, Sur les quarante martyrs (BHG 1208), PG 46, col. 777.
  • 48 Ibid., col. 777. Voir aussi ce que rapporte Strabon, Géographie, XI, 14, 4 : « En cette Arménie se (...)

16Les Pères grecs répètent la même chose que les Latins dans leurs panégyriques des Quarante martyrs de Sébaste. Le martyre des Quarante sur le lac gelé de Sébaste donne l’occasion aux Pères Cappadociens d’introduire dans leurs panégyriques et homélies nombre de renseignements sur les conséquences du froid intense45. Après un bain chaud, cette fois-ci, symbole de la tentation de la vie terrestre, du choix à opérer entre vie céleste et vie terrestre, se joue le drame de l’exposition sur la glace et des effets du froid sur l’organisme humain et l’agriculture. Ici, désormais, ce n’est pas seulement le cruel Borée qui est mis en évidence, mais bien la barbarie des persécuteurs et la froideur des sentiments. Basile de Césarée et Grégoire de Nysse, dans leurs homélies sur le martyre des Quarante sur le lac de Sébaste, décrivent minutieusement le climat glacé du Pont et du Caucase, là où tout gèle, eau, huile, vin, où tout se pétrifie et fait éclater les récipients46. Selon Grégoire de Nysse, « l’hiver fait que l’on peut passer à pied les fleuves navigables, il transforme l’eau vive en pierre et fait que tout ce qui est mou devient dur et tout ce qui est dur se brise et vole en éclats. Il en est de même du vin, qui gèle et prend la forme de la jarre qui le contient et de l’huile fluide qui devient solide dans son récipient, et du verre et du récipient d’argile que brise la solidification des liquides47. » Et, comme pour répéter l’avertissement d’Ovide, ils nous conseillent de ne rechercher en ces parages ni vignes ni raisins, car c’est comme y rechercher les produits de l’Inde : « Et le temps (du martyre) hivernal et le lieu l’Arménie, un pays où, vous le savez bien, les hivers sont très durs à supporter (dyscheiméros) […] on ignore chez eux la vigne et celui qui n’a pas voyagé hors du pays n’a jamais vu de grappe et demande ce qu’est un raisin, tout comme nous, nous posons des questions sur ce qui se passe chez les habitants de l’Inde48. »

  • 49 J. Koder, Climatic Change in the Fifth and Sixth Centuries ?, dans The Sixth Century : End or Begi (...)
  • 50 Léon dit « les villes des Agèsymbes » : il s’agit d’un hapax. Les Agèsymbes étaient sans aucun dou (...)
  • 51 J. L. Teall, The Byzantine Agricultural Tradition, DOP 25, 1971, p. 41, n. 15 ; Anagnostakis, Όταν (...)
  • 52 Théophane Cont., p. 191 ; Lemerle, Le premier humanisme byzantin (cité n. 39), p. 156.

17Ainsi qu’on le remarque aisément, ce panégyrique de Grégoire de Nysse et les homélies sur les Quarante martyrs de Basile de Césarée s’appuient, pour décrire le froid intense et le gel, sur une tradition antique bien connue concernant les effets du froid sur les cultures et la vie quotidienne. Quelle peut être la relation entre le poème de Léon et les Vies des Quarante martyrs du froid ainsi que la littérature élaborée autour de ce martyre ? Les similitudes que l’on peut y trouver constituentelles des lieux communs ne permettant nulle autre interprétation ? Cette répétition épigrammatique décrit-elle, en dépit des influences des anciens, une circonstance climatique réelle du ixe siècle, en des temps d’ailleurs caractérisés par un refroidissement intense du climat49 ? Le froid rigoureux vécu par Léon ramène-t-il à son esprit le froid de Sébaste et la littérature sur les amphores de vin gelé qui explosent, l’absence de viticulture dans deux régions extrêmes et opposées, le Nord et le Sud, et les comparaisons des mœurs œnophiles avec celles des habitants de l’Inde50 et de l’Égypte ? Quelle peut donc être la relation des Quarante martyrs des glaces de Sébaste avec le poème de Léon, quand on dit que, le jour de la fête de ces saints (le 9 mars), le temps tourne au plus froid du mois ? Car, selon les Géoponiques (I, 5.5), « [c]ertains disent d’après une observation que, du 7 mars jusqu’au 14 du même mois, l’air devient généralement plus froid. C’est en effet durant ces jours que les Quarante martyrs ont été livrés aux glaces. » Cette référence constitue l’une des rares additions ultérieures au texte des Géoponiques51. Enfin, le poème de Léon nous procure un témoignage de plus sur les préoccupations du savant byzantin concernant les cultures et le climat, puisque nous savons que, métropolite de Thessalonique entre 840 et 843, il s’intéressa aux influences climatologiques et astrologiques sur les cultures de la région, c’est-à-dire à l’agronomie52.

  • 53 Kédrénos, éd. I. Bekker, Bonn 1838-1839 (CSHB), t. 2, p. 168. Lemerle, Le premier humanisme byzant (...)

18Ces questions peuvent trouver une réponse dans les infimes éléments de biographie dont nous disposons sur Léon. Bien avant de devenir métropolite de Thessalonique, et à la suite de l’intérêt que le calife al-Maʾmūn et l’empereur Théophile auraient manifesté pour sa personne, Léon fut envoyé enseigner dans l’école d’une annexe de l’église des Quarante martyrs à proximité du forum de Constantin53. Il acquit donc une relation professionnelle presque directe avec les Quarante martyrs du froid sur le lac de Sébaste, qui étaient de toute évidence les saints patrons de son école. Les panégyriques et les Vies des Quarante martyrs de Sébaste, à plus forte raison le texte de Grégoire de Nysse, étant lus tout aussi bien dans l’église que dans l’école où exerçait Léon, nous considérons que ces textes ont enrichi sa poésie. Le thème du froid extrême décrit par Grégoire de Nysse est introduit dans le poème de Léon sous cette forme : « Il transforme le vin en glace en certains parages/tout comme il fait éclater les amphores sous le gel. » Ainsi, Léon se fonde sur une mémoire littéraire qui correspond à la réalité climatique de son époque.

  • 54 V. Laurent, Une homélie inédite de l’archevêque de Thessalonique Léon le Philosophe sur I’Annoncia (...)
  • 55 T.A. Senina, Notices sur l’atmosphère intellectuelle à l’époque du second iconoclasme, Scrinium 4, (...)
  • 56 Westerink, Leo the Philosopher (cité n. 29), p. 201-222, et l’édition p. 205-222. Dans son rapport (...)

19On a déjà constaté dans d’autres de ses écrits que Léon, en bon Byzantin, pensait en citations. Dans son homélie sur l’Annonciation prononcée le 25 mars 842, considérée comme l’« œuvre [singulière] d’un savant et curieux antiquaire54 », Léon imite saint Grégoire le Théologien55. De surcroît, on pourrait caractériser aussi, comme l’« œuvre d’un savant et curieux antiquaire plus que d’un pieux ecclésiastique », un autre texte poétique de Léon où il fait une longue allusion aux Quarante martyrs, ce qui vient confirmer notre hypothèse. Dans ce poème de 640 hexamètres sur Job ou la résignation, que le Paris. gr. 2075 attribue à « Léon le Philosophe56 », l’histoire de Job offre des modèles d’endurance face aux épreuves, aux souffrances et au chagrin, entre autres la patience et l’absence de chagrin de la mère de l’un des martyrs de Sébaste tels qu’ils nous sont décrits dans une homélie de Basile de Césarée. Sans dévier de sa position chrétienne, ce long poème constitue un hymne à la patience humaine, à la consolation, au plaisir et à la réjouissance, au soleil et à l’espoir : minimes y sont les références théologiques et le seul motif chrétien est celui de l’attitude de cette mère. Il semblerait donc que Léon s’attache à une approche pratique du problème du chagrin, une approche humaniste, pourrions-nous dire, et fort peu théologique. Ce n’est ainsi pas un hasard si le poème s’ouvre sur le joyeux « Commençons par la joie – et ces remèdes au chagrin… » pour poursuivre plus bas, après avoir mentionné Job et principalement une foule d’exemples antiques de mauvaise fortune et de vicissitudes, sur la nécessité d’être gais et de chanter, dans quelque sort fâcheux que nous nous trouvions : « Il nous faut autant être gais et chanter que nous connaissons de privations » (v. 225) et, plus bas, « il faut être de bonne humeur » (v. 277).

  • 57 Sur les questions de l’attribution de ces deux poèmes à Léon, mais aussi de la détermination chron (...)
  • 58 Basile de Césarée, Homélie sur les quarante martyrs (BHG 1205), PG 31, col. 517A.
  • 59 Westerink, Leo the Philosopher (cité n. 29), p. 219, v. 501-502, p. 222, v. 629-632. La référence (...)

20Nous sommes donc d’avis, pour conclure, que ces deux poèmes sont indubitablement des œuvres de Léon le Mathématicien qui, ayant enseigné des années durant dans cette école annexe à l’église des Quarante martyrs, y transpose des thèmes puisés à une production hagiologique qui lui était particulièrement familière, comme celle du martyre sur le lac gelé de Sébaste. Le refroidissement du climat et les rudes hivers du ixe siècle évoquent et actualisent l’histoire du froid mortel des Quarante martyrs, un froid qui, à en croire Grégoire de Nysse et tant d’autres, solidifie le vin et fait éclater les récipients sous le gel57. Enfin, il faut noter que dans les panégyriques des Quarante martyrs, la vision dominante de la vie, compte tenu des particularités inhérentes à chaque cas, est la suivante : « Rigoureux est l’hiver mais chaud est le paradis – douloureuse la congélation mais doux est le repos éternel58. » En d’autres termes, dans ce cas précis, en même temps que sont reconnues l’endurance et la foi, c’est bien le martyre qui est loué, le martyre par le froid perçant qui conduit au doux repos du paradis, à savoir, selon une lecture plus triviale et prosaïque, à la mort. Au contraire, Léon, bien qu’il exploite la thématique de ces panégyriques, recherche la vie, qui peut s’avérer d’ailleurs, selon les circonstances, un douloureux martyre. Mais l’objet de sa quête, c’est éviter de mourir de froid grâce au remède qui réchauffe, au vin… « si nous voulons vivre et voir le soleil » ! En cette occurrence, vigne, vin et soleil ne sont pas des symboles littéraires, mythologiques ou théologiques, mais d’authentiques références « de bien-être climatique », même si Léon, féru de classicisme littéraire, introduit dans le poème de La Résignation toute la symbolique du renouveau byzantin, le Christ et les cieux chrétiens auprès de Zeus et, en lieu et place de l’alléluia, chante le bachique Euoi Euan59.

  • 60 G. Apollinaire, Alcools, Paris 1913.

21Cette voix oenophile de Léon qui réclame le vin et le soleil dans la Macédoine et la Thrace aux rudes hivers trouve un écho inattendu mais d’inspiration commune chez Guillaume Apollinaire dans La Chanson du Mal-Aimé du recueil Alcools60 :

J’ai hiverné dans mon passé
Revienne le soleil de Pâques
Pour chauffer un cœur plus glacé
Que les quarante de Sébaste
Moins que ma vie martyrisés.

Déracinement des vignobles : livresse et lautarcie

  • 61 Vie de Nil de Rossano (BHG 1370) [désormais cité Vie de Nil de Rossano], éd. G. Giovanelli, Bίος κ (...)
  • 62 Vie de Nil de Rossano, p. 89 (18212).
  • 63 Ibid., p. 89 (18220-21).
  • 64 Ibid., p. 89 (18215-27).

22En Calabre, au milieu du xe siècle, saint Nil le Jeune ordonna aux moines de déraciner les vignobles de la communauté de Saint-Adrien, qu’il avait fondée sur son domaine près de Rossano. Cet événement déconcertant au premier abord, selon la Vie du saint, « n’avait jamais été vu ni entendu ». Le récit rapporte que le saint, qui est décrit à maintes reprises comme évitant scrupuleusement le vin, considéra qu’ils avaient planté beaucoup trop de vignes dans le monastère, bien au-delà de ce dont il était besoin, et que cela avait atteint un point superflu. Il décida donc de les faire déraciner afin de n’en laisser que le strict nécessaire (autarkes). C’est ainsi que, un beau matin, après matines, saint Nil, la hache sur l’épaule, conduisit les moines à l’endroit le meilleur et le plus fertile du vignoble, et ils entamèrent le déracinement61. Il est d’ailleurs intéressant de noter que la Vie du saint utilise à cet endroit le verbe hormô qui dénote la violence dans la décision et l’action, une quasi-attaque contre un ennemi malin : le saint se rua donc contre le vignoble et ses moines firent de même, après une prière et sans avoir proféré un seul mot, et trois heures durant ils déracinèrent les ceps62. Cet incident, si l’on en croit la Vie, connut un immense retentissement ; il provoqua étonnement, doute et force commentaires, de l’Italie du Sud à la péninsule balkanique, de la Sicile au mont Athos63, et constitua le grand sujet de conversation de son époque. Il fut considéré comme inexplicable sous de nombreux aspects et il fit même naître le scepticisme chez nombre de cocénobites du saint, qui, malgré l’absurdité de l’ordre, toujours selon la Vie, y obéirent pourtant et l’appliquèrent. Un monastère qui détruisait ses vignes était en vérité quelque chose d’inouï et d’incompréhensible et les interprétations qui en furent données à l’époque étaient les suivantes : a) la colère de saint Nil, b) l’ivresse ou la folie des moines, c) l’impuissance à parvenir à cultiver ces trop abondants vignobles. Mais elles sont toutes rejetées par la Vie qui propose comme explications l’épreuve de l’obéissance, le combat contre le superflu et la vertueuse autarcie des moines64. Avant de nous livrer à une analyse plus poussée des interprétations données par la Vie, il serait intéressant de rechercher s’il existe à des périodes plus anciennes des déracinements de vignes similaires, et d’examiner les relations qu’ils peuvent avoir entre eux. L’incident est-il isolé ou bien en trouve-t-on d’autres témoignages ? Si tel est le cas, quelle explication en est donnée ? Quel était donc le but d’une telle action et dans quel contexte social et économique s’inscrit-elle ? Si, d’un autre côté, il s’agit d’une simple invention de l’entourage du saint et de l’auteur de la Vie, par quels précédents idéologiques et littéraires est-elle dictée ? Car si, dans la Vie de saint Nil, l’ordre de déraciner des vignobles est présenté comme une mise à l’épreuve de l’obéissance et de l’abstinence des moines, le thème a par ailleurs une riche préhistoire œnophobique qu’il vaut la peine de rappeler brièvement, en insistant particulièrement sur ses élaborations byzantines.

  • 65 Iliade 6, v. 130-140. Sur la légende de Lycurgue, RE, s.v. « Lykurgo » ; C. Vatin, P. Bruneau, Lyc (...)
  • 66 Strabon, VII, 3,11.
  • 67 Mircea Eliade, examinant l’influence de Zalmoxis sur Decenaeus et Burebista, rapporte simplement l (...)

23La mythologie attribue le déracinement des vignes à Lycurgue, roi de Thrace, qui, d’après différentes versions, avait voulu chasser Dionysos de son pays et interdire son culte. Lycurgue, ivre ou frappé de folie, avait commencé à couper les vignes et fut tenu pour le premier tyran œnophobe, représenté avec une grosse hache65. La Thrace mais aussi tout le nord de la péninsule balkanique ont été considérés au cours des âges romain et byzantin comme les espaces où se déroulaient de tels incidents de prohibition de la viticulture ou de déracinement des vignes existantes. C’est ainsi que de telles actions sont attribuées à deux figures emblématiques de ces régions, au roi des Gètes Burebista, au ier siècle avant notre ère, et à Krum, chef des Bulgares, à la fin du viiie-début du ixe siècle de notre ère. On estime que le cas d’œnophobie de Burebista, roi dace qui régna de 82 à 44 avant notre ère et réalisa l’unification des populations thraces, a fourni aux Byzantins les éléments de l’histoire de l’œnophobie du Bulgare Krum. Au-delà de l’interdiction de boire du vin, qui caractérise ces deux cas et qui les distingue de celui de Nil (chez ce dernier il n’est en effet pas question d’une quelconque interdiction faite aux autres, mais d’un choix personnel d’ascèse), le trait dominant dans ces trois récits est l’arrachage des vignobles, également justifié, ainsi que nous allons le voir, par des mesures d’ascèse pythagoricienne ou chrétienne touchant à l’interdiction et à l’abstinence. Strabon nous dit ainsi que Burebista, pour mieux se faire obéir des Gètes, s’était aidé de Decenaeus à qui les Gètes avaient conféré le titre de Dieu, et que ces derniers se laissèrent persuader de couper leurs vignes et de renoncer à l’usage du vin66. Strabon effectue une corrélation entre « l’œuvre législative » de Burebista et de Decenaeus et l’influence de l’enseignement de Zalmoxis, l’esclave légendaire de l’abstinent Pythagore, dont la Chrestomathie du ixe-xe siècle indique qu’il a persuadé les Gètes de « faire comme Pythagore » (pythagorizein)67.

  • 68 A. Aymard, L’interdiction des plantations de vignes en Gaule transalpine sous la république romain (...)
  • 69 Photius, Bibliothèque, t. 5, éd. et trad. R. Henry, Paris 1967 (Collection des universités de Fran (...)
  • 70 Philostrate, Vie d’Apollonius (cité n. 59), VI, 42.
  • 71 Photius, Bibliothèque, t. 5 (cité n. 69), p. 1905-10.
  • 72 Ce récit est mis en relation avec l’histoire de Krum, G. I. Kazarow, Die Gesetzgebung des bulgaris (...)
  • 73 Vie de Nicéphore de Latmos (BHG 1338), éd. T. Wiegand, Milet. 3.1, Der Latmos, Berlin 1913, p. 157- (...)

24Un autre déracinement de vignes est aussi mentionné en 92 de notre ère sous l’empereur Domitien. Par un édit, ce dernier imposa d’arracher des vignobles dans les provinces romaines. En effet, une opinion répandue était qu’il désirait par cette action protéger la viticulture italienne, mais on considère aujourd’hui qu’il ordonna la destruction des vignes les moins bonnes qui prenaient abusivement la place des céréales68. Ce qui nous intéresse ici, ce ne sont pas tant l’historicité et l’interprétation de cet édit que sa réception. Apollonius de Tyane, « qui a vécu dans la vertu et qui a imité toute sa vie la sagesse de Pythagore69 », rapporte à sa façon cet arrachage qu’il rapproche de l’émasculation. D’après la Vie d’Apollonius de Flavius Philostrate, Apollonius relate que Domitien interdit non seulement l’arrachage des organes génitaux et la plantation des vignes, mais qu’il institua surtout l’arrachage de toutes les vignes existantes70. Dans sa Bibliothèque, Photius le répète en ces termes : « L’empereur Domitien, dit l’auteur, interdit par une loi d’émasculer des hommes et de planter des vignes ; il fit même couper celles qui existaient. Apollonius aurait dit à ce propos : “Pour moi, je n’ai besoin ni de parties sexuelles ni de vin, mais cet excellent homme n’a pas vu qu’en épargnant les humains, il châtrait la terre”71. » Nous ignorons dans quelle mesure cette histoire peut avoir inspiré des récits semblables à l’époque byzantine, comme ceux concernant Krum72 et Nil. Il faut cependant noter les positions pythagoriciennes et ascétiques d’Apollonius ainsi que celles, supposées, sur l’émasculation qui sont également reproduites dans une Vie du xe siècle73.

  • 74 Suidae Lexicon (cité n. 69), p. 483-484, beta 423, s.v. « Βούλγαροι ». Sur Krum dans les sources et (...)
  • 75 Suidae Lexicon (cité n. 69), p. 483-484, beta 423, s.v. « Βούλγαροι ». G. Moravcsik, Byzantinoturci (...)
  • 76 A. Avenarius, Die Avaren in Europa, Bratislava 1974, p. 184-185. Pohl, Die Awaren (cité n. 74), p. (...)
  • 77 Pohl, Die Awaren (cité n. 74), p. 198, et n. 42-44. Voir aussi V. Beševliev, Die protobulgarische (...)
  • 78 Kazarow, Die Gesetzgebung (cité n. 72), p. 254-257. I. Dujčev, [sans titre], BSl. 22, 1961, p. 65. (...)

25On date autour de l’an 800 un autre ordre présumé de déracinement de vignes dans la région de Thrace, qui constitue le témoignage byzantin principal sur le sujet examiné. Krum, chef primitif mais doué de grandes qualités de commandement et d’organisation, après avoir soumis les Avars, s’occupa à renforcer l’influence bulgare en Pannonie, résista parallèlement à tout ce qui appartenait à la culture de ses habitants et même s’y opposa, si l’on en croit les informations sauvegardées dans le lemme « Boulgaroi » de la Souda de la deuxième moitié du xe siècle74. Il y est présenté comme s’adressant aux Avars, avant de prendre des mesures législatives, et leur demandant les raisons pour lesquelles leurs chefs et leur nation ont péri. Il apprend donc, entre autres choses, que la cause essentielle de cette destruction a été l’abondance du vin, la boisson et l’ivresse. Viticulteurs, négociants, commerçants, riches, rusés, ivrognes : c’est exactement à ces caractéristiques des Avars que Krum, toujours selon la Souda, va s’opposer par l’instauration de règles. Donc, il « imposa par des décrets législatifs l’arrachage des vignes […] et par d’autres mesures il fit disparaître tous les Avars du premier au dernier75 ». On pourrait parler de l’exploitation fictionnelle dans la Souda, sous forme de légende, d’un fait bien connu : l’activité viticole et commerciale des Avars le long du Danube et en Europe centrale au cours des viie et viiie siècles76. En revanche l’attitude œnophobique de Krum a été contestée par la recherche à de multiples occasions et on a soutenu que sa législation, visant surtout la soumission des viticulteurs avars conquis, présente les caractéristiques d’un protectionnisme économique (protektionistische Massnahme)77. On a souligné aussi que le passage de la Souda traitant de l’interdiction de la viticulture et de la consommation de vin par Krum reproduit tout simplement une fiction (transmise d’une source écrite ou orale) fondée sur ce que rapportent Strabon ou Apollonius de Tyane, et qu’ainsi s’explique une telle contradiction avec l’information dont nous disposons sur les celliers pleins de vin de la cour de Krum78.

  • 79 Voir à ce sujet Id., Η παροινία των Βαλκανίων : Η μέθη του πολέμου και το ποτήρι του Κρούμου, dans(...)
  • 80 Moravcsik, Byzantinoturcica, t. 2 (cité n. 75), p. 5-7, 23-27. Anagnostakis, Paroinia en pourpre ( (...)
  • 81 Chrestomathie de Strabon, VII 12 et 47, VIII 21.

26On ne peut qu’être d’accord avec ces propositions et objections des chercheurs, mais, à notre avis, il y a plus : des facteurs particuliers ont favorisé l’attribution de pratiques œnophobiques aux Bulgares, indépendamment de l’historicité de leur attitude face au vin79. Chez Strabon particulièrement, comme dans la Souda, l’espace et l’action des deux chefs barbares mais sages sont les mêmes : le territoire et l’acte de Krum correspondent à ceux du roi des Gètes Burebista. Brièvement, notons que les anciens appelaient Scythes les Gètes, comme d’ailleurs les Byzantins nommaient Scythes et Scythes-Slaves les Avaro-Slaves et les Bulgares. Tous ces peuples de la Thrace et surtout du nord des Balkans, à l’exception des Avars, eurent toujours la réputation (depuis Lycurgue, on l’a vu) de peuples qui ne connaissaient ni ne consommaient le vin. Scythes et Gètes avaient toujours été considérés comme des « hippêmolgoï » (« ceux qui traient les chevaux » pour se nourrir), consommateurs, en outre, du lait d’autres animaux et évitant la viande. Ces qualificatifs offraient un terrain favorable pour que ces mœurs soient confondues avec les suggestions alimentaires dites pythagoriciennes et pour qu’elles soient attribuées par les Byzantins aux nouveaux Scythes, les Slaves et les Bulgares, afin de les caractériser80. Outre la similitude dans les deux cas rapportés par la Souda et Strabon de l’arrachage des vignes, on peut noter, dans la narration, la même mise en évidence de la sagesse d’une grande autorité, le même relief accordé à la figure d’un grand chef d’État législateur. On a l’impression que le passage de Strabon, qui déploie devant nos yeux toute la puissance de Burebista poussant ses courses par delà la Thrace jusqu’à la Macédoine et l’Illyrie, ruinant toutes les tribus de la région et exterminant en sus les Boïens, constitue la source d’inspiration de la Souda lorsqu’elle souligne le grand pouvoir de Krum qui extermine ses ennemis, en l’occurrence les Avars, et pille la Thrace, la Macédoine et l’Illyrie. Dans les deux cas est accentuée la sagesse d’un chef barbare et son « œuvre législative ». Strabon effectue la corrélation entre l’influence de l’enseignement du pythagoricien Zalmoxis et les chefs des Scythes/Gètes, Burebista et Decenaeus, mais, en fin de compte, Krum également pourrait se voir appliquer ce « faire comme Pythagore » (pythagorizein) de la Chrestomathie du ixe-xe siècle, qui nomme les Bulgares et les Slaves de la péninsule hellénique Skythai et Skythai Sklaboi81. Cette appellation, entre autres facteurs, sert selon moi l’élaboration de ce présumé renoncement au vin et de cet arrachage des vignes par ces nouveaux barbares de la péninsule, les nouveaux Scythes, Slaves et Bulgares.

  • 82 Vita Basilii, éd. et trad. I. Ševčenko, Chronographiae quae Theophanis continuati nomine fertur li (...)
  • 83 Vie de Nil de Rossano, p. 49-50 (807-16). Nil, sans que sa Vie mentionne nommément ce fleuve, effe (...)
  • 84 Palladios, Histoire Lausiaque, éd. G. J. M. Bartelink, Palladio. La storia Lausiaca, Vérone 1974, (...)
  • 85 Vie de Paul le Jeune (BHG 1474), éd. T. Wiegand, Milet. 3.1, Der Latmos, Berlin 1913, p. 105-135, (...)

27Ainsi, la question se pose de savoir si l’acte de Nil est à associer au « faire comme Pythagore » des histoires précédentes, quand par ailleurs le saint, sobre et abstinent, a pour lieu d’ascèse la région même, Crotone, où vécut le philosophe. De plus, leurs vies présentent quelques points communs, comme la création d’une quasi-secte dans le même espace géographique, le régime alimentaire et l’abstinence de vin, les conflits avec le pouvoir, la pérégrination avec des adeptes dans la Calabre et ailleurs. Y aurait-il un reflet de la légende pythagoricienne ou des traditions anciennes du pays dans la Vie de Nil ? On a repéré en effet, dans divers textes byzantins et même dans la Vie du saint, des réminiscences de traditions antiques de Grande Grèce, probablement toujours vivantes, comme celles, pour n’en donner que deux exemples, qui concernent la bataille de la rivière Sagra82 et le passage thérapeutique du fleuve Krathis83. Se pourrait-il donc que l’ordre donné par Nil ait quelque lointain rapport avec Burebista, Krum et les prônes de Pythagore ? Cette attitude de rejet du vin et l’incident de la destruction des vignes seraient-ils des éléments pythagoriciens intégrés à la littérature chrétienne ? L’attitude négative face au vin est considérée par les Byzantins comme un extrémisme pythagoricien et manichéen d’une part, mais aussi comme une attitude excessive des ascètes, d’Égypte surtout, à peine admise en tant que suprême exploit de quelques anachorètes de renom, et que l’on condescend à tolérer par égard pour eux. Notons que l’Égypte fut toujours vue comme un pays de sagesse et d’ascèse et fut visitée par les pythagoriciens Zalmoxis, Decaeneus et Apollonius. Quoi qu’il en soit, dans les Vies des saints et les traités ascétiques, rares sont les références à Pythagore et presque toutes se réfèrent à son silence et à ses mœurs de buveur d’eau84. En revanche, la Vie de Paul le Jeune souligne la géographie commune de leurs actions (par exemple l’île de Samos) et rapporte que Paul a pratiqué l’ascèse dans la grotte de Pythagore85. Or, rien de tel dans la Vie de saint Nil, on n’y relève pas une seule référence au philosophe. Bien que l’action de Nil présente des points communs avec la vie légendaire de Pythagore, j’estime qu’il est impossible d’y repérer un quelconque rapport avec les soi-disant injonctions pythagoriciennes, ainsi qu’il appert au contraire dans le cas de Burebista et, par extension, de Krum.

  • 86 Il existe aussi d’autres récits sur l’arrachage des vignes, comme celui de Manuel Paléologue, Décl (...)
  • 87 Vie de Nil de Rossano, p. 48 (765-7), p. 73 (1443), p. 106 (23019), p. 64 (1201-7) : Antoine, Sabb (...)
  • 88 Sur ce régime à Byzance, I. Anagnostakis, The Raw and the Cooked : Ways of Cooking and Serving Foo (...)
  • 89 Vie de Nil de Rossano, p. 56 (9217-19), p. 62 (1167-10), p. 63-64 (1201-19), 64 (1221-5).
  • 90 Ibid., p. 64 (1208-19).
  • 91 Ibid., p. 69 (13217-25). Vie de saint Fantin, éd. E. Follieri, La vita di san Fantino il Giovane ( (...)
  • 92 Vie de Nil de Rossano, p. 86 (17619-23).
  • 93 Ibid., p. 58-59 (104-106).
  • 94 Ibid., p. 59 (1061-3). Dans d’autres cas, la Vie se réfère par le mot « extrémité » à l’attitude as (...)

28Au terme de cet examen86, nous considérons que, indépendamment de l’historicité de certains événements, tels que l’édit de Domitien ou l’arrachage des vignes du monastère de Nil, le thème du déracinement des vignes est très ancien et, de manière diachronique, trouve des situations et des pratiques qui suscitent son actualisation. En d’autres termes, un contexte historique favorable facilite son adaptation dans les récits des différentes époques. Pourtant, nous ne pensons pas que l’incident rapporté par la Vie de saint Nil constitue une actualisation de ce vieux thème. Bien que partageant de nombreux détails avec les histoires similaires que nous avons mentionnées plus haut, il s’insère difficilement dans cette tradition narrative qui n’a sur lui qu’une infime influence. Le point commun (indépendamment de la manière dont il est interprété ou justifié par le biographe du saint) est l’attitude négative de Nil face à la consommation de vin, conduite abstinente associée à l’ordre de déraciner le vignoble. Nous soupçonnons que sous ces éléments communs se cachent probablement des traditions et des pratiques ascétiques poussées à l’extrême, si l’on en juge par les modèles ascétiques du saint auxquels la Vie se réfère de façon répétée, qui sont ceux des ascètes de la Thébaïde d’Égypte. Par ailleurs, ce n’est pas un hasard si le récit du déracinement du vignoble est précédé d’une allusion à ces fameux anachorètes87. Nil, tout comme eux, est présenté comme cultivant l’idéal d’une omophagie et d’une xérophagie réduites à la portion congrue, comme opposé à l’ingestion d’aliments humides (hygrophagie)88 et, par conséquent, hostile à l’absorption d’eau durant des mois entiers. Une fois, il ne but ni ne mangea pendant vingt jours ; une autre, il ne toucha à rien de liquide au cours d’une année complète, à l’exception d’un seul mois89. Il s’efforçait d’imiter les Pères du Désert, mais il savait aussi que cette ascèse avait causé la mort du frère boulanger qui, travaillant au four, n’avait jamais rien bu de liquide, et c’est ainsi qu’il modéra cette abstinence excessive90. Mais il était surtout opposé à la consommation de vin. Ainsi que son père spirituel, saint Fantin, il n’en buvait pas ; il ne mangeait pas non plus de pain, mais Fantin le persuada de renoncer à cette dernière ascèse91. Si l’on en croit la Vie, le caractère extrême de cette abstinence détournait même beaucoup de moines de le suivre et nombre de laïcs alléguaient en effet qu’ils n’auraient jamais le courage de devenir moines à ses côtés car « ils ne pourraient pas vivre sans vin »92. La rumeur était fort répandue que le saint avait déclaré la guerre au vin et que, « recherchant la plus haute ascèse », il évitait tout autant le pain que le vin. C’est ce qui transparaît dans l’incident mettant en scène Nil et l’higoumène Ioannis dans un couvent de la région de Merkourion. Ce dernier, afin de vérifier que la rumeur concernant Nil était véridique et qu’il ne suivait pas, en effet, les commandements de Dieu, invita le saint et lui offrit un grand verre de vin en lui demandant de le boire. Nil, après l’avoir prié de bénir le breuvage, obéit à l’injonction de l’higoumène et but d’un seul trait, gardant par devers lui son propre jugement, ainsi que la Vie interprète l’incident93. Le fait que, immédiatement après, la Vie montre l’higoumène enjoignant Nil de ne pas s’adonner à une ascèse faite d’épreuves extrêmes, mais de la pratiquer avec mesure (symmetrôs)94, renforce notre hypothèse que, en vérité, l’attitude négative et excessive du saint envers le vin est à mettre en relation avec son ordre de déraciner les vignes. L’impression créée (car il s’agit seulement d’une allusion implicite) est que Nil, de même qu’il considérait que les femmes étaient un mal nécessaire, faisant preuve par là d’une misogynie très outrée au vu des données méso-byzantines, voyait le vin ainsi, tout au moins en ce qui le concernait personnellement, ne faisant de concession que pour le vin de l’Eucharistie.

  • 95 E. Amélineau, Les moines égyptiens. Vie de Schnoudi, Paris 1889 (Annales du musée Guimet 1), p. 31 (...)

29Bien que, à notre connaissance, il n’y ait pas dans les Vies des saints byzantins de tels incidents de quasi-œnophobie accompagnée de dévastation de vignobles, il existe pourtant une tradition de destruction des vignes chez les Pères du Désert. Aux ive-ve siècles, dans la région de Panopolis, l’abbé Shénouté (ca 360-ca 450) terrorisait et détruisait des régions entières appartenant surtout à des païens, propriétaires de vignes et producteurs de vin, qui employaient des ouvriers chrétiens sur l’île de Panéhiou, laquelle fournissait des vins succulents. Les riches païens payaient les pauvres cultivateurs chrétiens en nature, leur octroyant en salaire les vins gâtés. Shénouté se rendit alors sur cette île et frappa le tronc d’un palmier de son bâton : l’île, ses vignes et ses habitations s’enfoncèrent au milieu du fleuve Nil et les eaux les recouvrirent. Une autre fois, Shénouté livra aux flammes le village de Pihamaloli (pressoir à raisin) parce que les vignes y étaient nombreuses et que les habitants en buvaient le vin plus que de raison, et c’est de cette manière que le village disparut avec ses habitants95. Ainsi, un ascète immodéré, Shénouté, détruisit les vignes des païens de l’Égypte, précisément à l’époque et dans la région où vivaient nombre des modèles ascétiques de Nil. Nous avons là le cas d’un autre ascète « excessif » et d’un autre Nil, le fleuve, qui ruinent les vignobles. En l’occurrence, on considère que ce qui est en question, ce sont la volupté et les débordements païens. Il existe donc un précédent, mais dans un contexte historique et social différent, celui de la lutte entre chrétiens et païens.

  • 96 Vie de Nil de Rossano, p. 108-109 (236). Bornons-nous à signaler que Nil entretenait probablement (...)
  • 97 Les manichéens, les pauliciens, les bogomiles et les cathares étaient opposés à la procréation et (...)
  • 98 Vie de Nil de Rossano, p. 89-90 (182-187).

30Finalement, le cas de Nil de Calabre, tel qu’il est transmis par le récit sur la destruction du vignoble, n’est à rattacher à aucune des narrations sur les destructions de vignes que nous avons mentionnées, à l’exception peut-être de la dernière, celle de l’ascète Shénouté, avec laquelle il semble entretenir des liens et dont il faut examiner plus avant l’influence. Abstraction faite des pistes de recherche probables qui nous permettraient de comprendre la relation, quelle qu’elle soit, qu’entretiennent le saint ou sa Vie avec les événements similaires rapportés par la Vie d’un ascète « extrême » en langue copte96, ce que nous considérons comme plus important est cette attitude déjà notée, extrêmement négative (chrétienne et probablement manichéenne) à l’égard du vin, qui éclaire dans une certaine mesure l’ordre du saint de déraciner les vignes de Calabre. Il se peut que son comportement ait été provocateur à tel point qu’il fut blâmé comme hérétique, Arménien, Franc et surtout Bulgare, ce qui par une voie inattendue nous fait retrouver la Bulgarie « œnophobe » de la Souda, paulicienne et bogomile au temps de Nil97 ! Mais nous croyons enfin que ce sont les causes avancées pour justifier l’incident qui présentent le plus grand intérêt (la colère de Nil, l’ivresse ou la folie des moines, l’impuissance à cultiver ces trop abondants vignobles), surtout celles qu’adopte et met en relief le biographe du saint : l’épreuve de l’obéissance, le combat contre le superflu qui conduit à la vertueuse autarcie des moines98.

  • 99 A. Guillou, Production and Profits in the Byzantine Province of Italy (Tenth to Eleventh Centuries (...)
  • 100 Vie de Nil de Rossano, p. 82-83 (168-170) et p. 87 (17823-35)
  • 101 L’achat de vignes est mentionné de façon symbolique lorsque Nil abandonne sa famille pour se retir (...)
  • 102 M. Kaplan, Les hommes et la terre à Byzance du vie au xie  siècle : propriété et exploitation du s (...)
  • 103 Vie de Nil de Rossano, p. 88-89 (1827-10).
  • 104 A. E. Laiou, The Byzantine Village (5th-14th Century), dans Les villages dans L’Empire byzantin ( (...)

31Cet incident du vignoble de Calabre au milieu du xe siècle et toute la Vie de saint Nil offrent donc une foule d’éléments qui, au-delà de leur aspect littéraire, permettent d’étudier non seulement des attitudes historico-sociales extrêmes mais aussi la production agricole et l’économie de cette contrée au cours de la période byzantine. La viticulture constituait l’une des plus importantes activités de la région99 et la famille de Nil, en particulier, possédait des vignes fertiles, même dans la propriété où le saint avait fondé sa communauté monastique. Contrairement aux vignobles et aux forêts qui dominaient dans la région de Rossano, la superficie de la terre plantée en blés paraît fort réduite. Ainsi, Nil, malgré l’image d’ascète insouciant créée par son biographe, se souciait soit de l’approvisionnement et de la multiplication des bœufs destinés au labour, soit du défrichement des terres en vue de la culture des céréales100. Nil, encore laïc, avait acheté des vignes et, une fois devenu moine, avait vendu du blé et du vin contre cent pièces d’or dont il avait besoin pour racheter des prisonniers101. Cependant, selon son biographe, une telle abondance de vignes fertiles, une si riche production vinicole semblaient scandaleuses à un saint abstinent. C’est ainsi que Nil, soit pour suivre de vieux modèles ascétiques soit mû par le besoin de davantage de sol destiné aux céréales et autres cultures vivrières, ou bien encore parce que cette fertilité et cette abondante production accumulaient des surplus difficiles à gérer ou à écouler, ou enfin parce que, tout simplement, il ne pouvait les cultiver, se livra à cet acte de déracinement. Absolument justifié par la logique byzantine de l’autosuffisance, il s’inscrit aussi parfaitement dans la conception de l’autarcie comme vertu monastique qu’a étudiée Michel Kaplan102. Du reste, son biographe montre Nil s’adressant à ses compagnons en ces termes : « Nous avons planté davantage de vignes que nous n’en avons besoin, venez, coupons-les et laissons seulement le strict nécessaire (autarkes)103. » Qu’un tel raisonnement, quoique littérairement connoté, est à l’origine d’une agriculture bloquée par l’autarcie, c’est ce que Michel Kaplan a soutenu dans son livre, jugé à bon droit comme un « monumental work104 ».

32À la fin des vendanges et ce troisième raisin ayant été pressé, on constate que la destruction d’un vignoble est justifiée dans les récits examinés, quelle que soit leur époque, soit par la prévention des effets de l’ivresse (Lycurgue, Burebista, Krum) soit par la promotion et la protection d’autres cultures, par exemple des céréales (Domitien, Nil). Les besoins d’une communauté, monastique dans notre cas, exigent, pour imposer les changements, le recours aux justifications morales. Ainsi l’abstinence et la lutte contre l’ivresse constituent-elles un argument majeur (Shénouté, Nil). De plus, même si le récit de la destruction du vignoble de Nil peut être rapproché d’autres incidents semblables avec lesquels il a certains points en partage, c’est l’idéal de l’autarcie qui prévaut et fait que l’incident calabrais tranche sur les autres narrations.

  • 105 Ibid., p. 494-495, 524 et suiv.
  • 106 Michel Psellos, Lettres, éd. K. B. Sathas, Μεσαιωνικὴ Βιβλιοθήκη, t. 5, Paris/Venise 1876, no 29, (...)
  • 107 Michel Psellos, Éloge du vin, éd. A. R. Littlewood, Michaelis Pselli oratoria minora, Leipzig 1985 (...)

33Cette autarcie que Michel Kaplan, très justement, considère être surtout pour les moines « un idéal de départ » et qu’il définit par opposition à la puissance et à la richesse, nous la repérons difficilement dans d’autres monastères, par exemple ceux du mont Athos ou de Bithynie des xe ou xie siècles105, où le vin commercialisé coule en abondance. Michel Psellos, dans les couvents de Bithynie qui lui furent donnés en charistikè, reçoit et applique des conseils sur la plantation de vignes, qui l’orientent vers une agriculture spéculative106 ; il écrit le premier éloge médiéval du vin dans lequel, à l’opposé de Nil, loin d’arracher les vignes, il montre l’un des convives priant le médecin de lui arracher les dents : « Qu’est-il besoin, en effet, des dents à cet endroit, qui entravent par trop sa consommation et ne laissent pas s’écouler en abondance le vin chéri107 ? »

Notes

1 Photius, Epistulae et Amphilochia, éd. B. Laourdas et L. G. Westerink, t. 2, Leipzig 1984 (Bibliotheca scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana), no 277, p. 227-229. Photius donne βότρυς, mais nous avons préféré pour notre titre le raisin plutôt que la grappe. Sur cette fable, V. Grumel, Une fable d’Esope dans Photius. Les trois grappes, Annuaire de l’Institut de Philologie et d’Histoire 11 (Mélanges Henri Grégoire, Vol. 3), 1951, p. 129-132 ; B. E. Perry, An Aesopic Fable in Photius, BZ 46, 1953, p. 308-313.

2 Géoponiques, éd. H. Beckh, Geoponica sive Cassiani Bassi scholastici De re rustica eclogae, Leipzig 1895 (Bibliotheca scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana), IV.1-3, V.2. Nous utilisons la traduction de J.-P. Grélois et J. Lefort, Géoponiques, Paris 2012 (Centre de Recherche d’Histoire et Civilisation de Byzance. Monographies 38), p. 75. Sur Florentinus, C. Guignard, Sources et constitution des Géoponiques à la lumière des versions orientales d’Anatolius de Béryte et de Cassianus Bassus, dans Die Kestoi des Julius Africanus und ihre Überlieferung, éd. M. Wallraff et L. Mecelli, Berlin/New York 2009 (Texte und Untersuchungen zur Geschichte der altchristlichen Literatur 165), p. 337-342.

3 Au sujet de l’influence romaine sur la viticulture en Bithynie, voir l’étude d’I. Anagnostakis, T. Boulay, Les grands vignobles bithyniens aux époques romaine et protobyzantine, dans Propriétaires et citoyens dans l’Orient romain, éd. F. Lerouxel et A.-V. Pont, Bordeaux 2016, p. 25-49.

4 Géoponiques, (cité n. 2), V.2, 10-12. La vigne est mersitis (μερσῖτις), mais le vin, mersitès (μερσίτης). Sur la faute de l’éditeur qui donne mersitès pour la vigne et le raisin, faute reproduite ensuite par la bibliographie, voir I. Anagnostakis, Βυζαντινός οινικός πολιτισμός. Το παράδειγμα της Βιθυνίας, Athènes 2008 (Το Βυζάντιο σήμερα 6), p. 39, 112 n. 124. L’orthographe correcte était déjà proposée par J. C. Niclas, Geoponicorum sive De re rustica libri XX, Leipzig 1781, p. 317.

5 Anagnostakis, Βυζαντινός οινικός πολιτισμός (cité note précédente), p. 38-41 ; Id., Les noms de vignes et de raisins à Byzance. Continuité et rupture avec la viticulture de l’antiquité tardive, dans La viticulture grecque de l’époque hellénistique à l’époque byzantine : une approche interdisciplinaire des techniques viticoles grecques, Actes du colloque international de Tours, 12-13 novembre 2010, Tours/Turnhout 2014 (Food & History 11/2, 2013), p. 35-59. Id., The Sweet Wine of Bithynia in the Byzantine Era, à paraître dans les actes du colloque international Of Vines and Wines. The Production and Consumption of Wine in Anatolian Civilizations through the Ages, Istanbul 3-4 décembre 2011.

6 H.-L. Fernoux, Notables et élites des cités de Bithynie aux époques hellénistique et romaine ( iiie  siècle av. J.-C. -iiie siècle ap. J.-C.), Essai d’histoire sociale, Lyon 2004 (Collection de la Maison de l’Orient méditerranéen 31. Série épigraphique 5) ; G. Salmeri, Central Power Intervention in the Roman Empire : The Case of Pontus and Bithynia, dans Patterns in the Economy of Roman Asia Minor, éd. S. Mitchell et C. Katsari, Swansea 2005, p. 187-206.

7 A. Gonzales, Les limites d’un territoire en Bithynie romaine, Dialogues d’histoire ancienne 23/2, 1997, p. 261-262 ; Fernoux, Notables et élites des cités de Bithynie (cité note précédente), p. 262 et suiv. ; J.-P. Brun, Archéologie du vin et de l’huile dans l’Empire romain, Paris 2004 (Collection des Hespérides), p. 91.

8 Gonzales, Les limites d’un territoire en Bithynie romaine (cité note précédente), p. 248-262. Voir aussi l’utilisation de la documentation épigraphique dans Anagnostakis, Boulay, Les grands vignobles bithyniens (cité n. 3).

9 Nous renvoyons pour plus de détails à Anagnostakis, Βυζαντινός οινικός πολιτισμός (cité n. 4), p. 38-41 ; Id., Les noms de vignes et de raisins à Byzance (cité n. 5).

10 Id., Βυζαντινός οινικός πολιτισμός (cité n. 4), p. 38-41 ; Id., Les noms de vignes et de raisins à Byzance (cité n. 5) ; Id., The Sweet Wine of Bithynia (cité n. 5).

11 Géoponiques, V.2, 10-12. Nous reproduisons la traduction de J.-P. Grélois et J. Lefort, Géoponiques (cité n. 2), p. 75. Voir aussi la traduction de ce passage par Vassiliki Kravari qui donne en français les noms de vins à l’accusatif grec (tiarènon, tianon, etc.), V. Kravari, Évocations médiévales, dans La Bithynie au Moyen Âge, éd. B. Geyer et J. Lefort, Paris 2003 (Réalités byzantines 9), p. 67. Pour la traduction anglaise, A. Dalby, Geoponika. Farm Work, Totnes 2011, p. 124.

12 Décidément, mersitis était la vigne arbustive par excellence, puisque, en dehors de sa description par Florentinus comme cépage « qui se plaît surtout aux arbres », le nom de son vin en Bithynie, dendrogalènos, est un dérivé de dendrogalia, nom grec moderne, non attesté par ailleurs dans les textes anciens et byzantins et signifiant couleuvre, reptile qui grimpe dans les arbres. Par conséquent, dendrogalènos est un vin produit par une vigne qui, comme le reptile dendrogalia, grimpe aux arbres. Sur la remarque que dendrogalènos « was predominantly produced in the arbustum », M. Decker, Tilling the Hateful Earth. Agricultural Production and Trade in the Late Antique East, Oxford/New York 2009 (Oxford Studies in Byzantium), p. 131, n. 26.

13 Grélois, Lefort, Géoponiques (cité n. 2), p. 75, n. 221. Sur Tiarai, L. Robert, Villes d’Asie Mineure. Études de géographie ancienne, Paris 19622, p. 84 et n. 6. J. Stauber, Die Bucht von Adramytteion. 1, Topographie (Lokalisierung antiker Orte, Fundstellen von Altertümern), Bonn 1996 (Inschriften griechischer Städte aus Kleinasien 50), p. 327-330.

14 Grélois, Lefort, Géoponiques (cité n. 2), p. 75, n. 222. Sur Tios et son vin, L. Robert, À travers l’Asie Mineure : poètes et prosateurs, monnaies grecques, voyageurs et géographie, Athènes 1980 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 239), p. 176-189 ; K. Belke, Paphlagonien und Honōrias, Vienne 1996 (TIB 9), p. 142 et p. 276-278 ; W. Anderson, Late Byzantine Occupation of the Castle at Tios, Anatolia Antiqua 17, 2009, p. 266. B. Öztürk, The History of Tieion/Tios (Eastern Bithynia) in the Light of Inscriptions, dans Exploring the Hospitable Sea. Proceedings of the International Workshop on the Black Sea in Antiquity Held in Thessaloniki, 21-23 September 2012, éd. M. Manoledakis, Oxford 2013 (BAR International Series 2498), p. 147-164, notamment p. 156.

15 Sur les vins d’Héraclée cités par les anciens, Belke, Paphlagonien und Honōrias (cité note précédente), p. 142 ; Grélois, Lefort, Géoponiques (cité n. 2), p. 75, n. 223 ; Dalby, Geoponika (cité n. 11), p. 124, n. 3.

16 Decker, Tilling the Hateful Earth (cité n. 12), p. 131-132, n. 27 ; Anagnostakis, Les noms de vignes et de raisins à Byzance (cité n. 5), n. 8.

17 Le mersitès de Chion fut mis en rapport avec celui de Florentinus pour la première fois dans Anagnostakis, Βυζαντινός οινικός πολιτισμός (cité n. 4), p. 39, 112 n. 124.

18 Nous résumons le contenu des dix premières lettres d’après A. Billault, Les lettres de Chion d’Héraclée, REG 90, 1977, p. 29-37, notamment p. 30.

19 P.-L. Malosse, Lettres de Chion d’Héraclée, Salerne 2004 (Cardo 1), p. 83-84.

20 I. Düring, Chion of Heraklea, A Novel in Letters, Göteborg 1951 (réimpr. New York 1979), p. 22-24 ; Malosse, Lettres de Chion d’Héraclée (cité note précédente), p. 101-104, qui date les lettres du ive siècle de notre ère.

21 Chion dHéraclée, éd. Düring (cité note précédente), lettre 6, p. 56-57. Hercher publie mersitou oinou sans proposer aucune autre lecture dans l’apparat critique de son édition, s’appuyant sur le Mazarineus 4454 qui appartient à la même tradition que celle du Vaticanus gr. 1309 de l’édition Düring : voir R. Hercher, Epistolographi Graeci, Paris 1873 (réimpr. Amsterdam 1965), p. XXXII-XXXIII et p. 198. En revanche Düring, dans Düring, Chion of Heraklea, op. cit., p. 56, publie myrsinitou oinou, traduit « wine flavoured with myrtle » et donne dans l’apparat critique « μυρσινίτου scripsi μερσίτου codd ald », avec le commentaire suivant, p. 92 : « Μυρσινίτης and μυρτίτης οἶνος are both used by Dioscurides for wine flavoured with myrtle and both readings are equally possible. Less likely, though for more common, is μυρίτης οἶνος. »

22 Ibid., p. 55 et 57 ; Malosse, Lettres de Chion d’Héraclée (cité n. 19), p. 33 ; P. A. Rosenmeyer, Ancient Epistolary Fictions : The Letter in Greek Literature, Cambridge 2001, p. 239-240 ; Ead., Ancient Greek Literary Letters : Selections in Translation, Londres 2006, p. 86.

23 Le vin myrsin(it) ès et myrsininon, le myrsinaton élaion ou myrsinélaion, l’huile fabriquée exclusivement avec le myrte, sont mentionnés dans les Géoponiques et souvent dans les traités médicaux : Géoponiques, VII.35. Le vin doux myrsitès d’Aetius peut être notre mersitès : A. Olivieri, Aëtii Amideni libri medicinales V-VIII, Berlin 1950 (Corpus medicorum Graecorum 8.2), § 84. 4 (oinou glykeos myrsitou). Ces vins médicinaux (skeuastoi) comme le myrsinitès n’étaient pas destinés à être bus, ce qui exclut que le me(y)rsitès ait un rapport quelconque avec ce genre de vins, S. Kourakou-Dragona, La vigne et le vin dans le monde grec ancien, Athènes 2013, p. 223-239.

24 Déjà mersynè chez Constantin VII Porphyrogénète, De Ceremoniis, éd. J.J. Reiske, Constantini Porphyrogeniti imperatoris De cerimoniis aulae Byzantinae libri duo, t. 1, Bonn 1829 (CSHB), p. 49919.

25 En guise de bibliographie sommaire, voir Fernoux, Notables et élites des cités de Bithynie (cité n. 6), p. 29-30 ; S. Mitchell, C. Katsari, Introduction : The Economy of Roman Asia Minor, dans Patterns in the Economy of Roman Asia Minor (cité n. 6), p. XVIII-XX.

26 Robert, À travers l’Asie Mineure (cité n. 14), p. 75-76 ; Fernoux, Notables et élites des cités de Bithynie (cité n. 6), p. 238 ; Mitchell, Katsari, Introduction (cité n. 25), p. XIX-XX.

27 Preuve bien plus solide et convaincante qu’une simple représentation de Dionysos sur les monnaies : voir Fernoux, Notables et élites des cités de Bithynie (cité n. 6), p. 238. De plus, on a retrouvé récemment dans la région des pressoirs et de la céramique destinée au transport du vin : voir E. Lafli, Archäologische Evidenzen zum Weinanbau im südwestlichen Paphlagonien in römischer und frühbyzantinischer Zeit, dans Die Schätze der Erde : natürliche Ressourcen in der antiken Welt, Stuttgarter Kolloquium zur historischen Geographie des Altertums 10, 2008, éd. E. Olshausen et V. Sauer, Stuttgart 2012 (Geographica historica 28), p. 261-279.

28 Chion dHéraclée, éd. Hercher (cité n. 21), lettre 6, p. 198. Éd. et traduction anglaise, Düring, Chion of Heraklea (cité n. 20), p. 56-57 avec des commentaires sur la mesure rhodia, le tarichos (salaison ou poisson fumé), le mersitès, p. 91-92. Traduction française, Malosse, Lettres de Chion d’Héraclée (cité n. 19), p. 33-35, et commentaires p. 33, n. 23-24. Sur la promotion par les Romains, dans certains milieux de l’Orient grec, des pratiques et des goûts pour le vin blanc et doux ou aminnios, Anagnostakis, Boulay, Les grands vignobles bithyniens (cité n. 3).

29 Traduction inédite de Danielle Morichon, d’après l’édition L. G. Westerink, Leo the Philosopher : Job and Other Poems, Illinois Classical Studies 11, 1986, p. 200, no 10. Voir aussi B. Baldwin, The Epigrams of Leo the Philosopher, BMGS 14, 1990, p. 15.

30 I. Anagnostakis, Όταν το κρασί γίνεται πάγος, Athènes 1998. Il s’agit d’une édition à part tirée du volume Αμπελοοινική ιστορία στο χώρο της Μακεδονίας και της Θράκης, Πρακτικά 5ο Τριήμερου Εργασίας, Νάουσα 17-19 Σεπτεμβρίου 1993, Athènes 1998, p. 187-231, avec résumé en français, p. 542-543.

31 Id., Cold and Wine. On the Freezing of Wine and on Vases Broken by the Frost : The Late Antique and Early Byzantine Evidence, dans Pour une poétique de Byzance. Hommage à Vassilis Katsaros, éd. S. Efthymiadis et al., Paris 2015 (Dossiers byzantins 16), p. 25-45. Voir aussi Id., Βυζαντινός οινικός πολιτισμός (cité n. 4), chap. « Ψύχος και οίνος », p. 25-35.

32 Anagnostakis, Όταν το κρασί γίνεται πάγος (cité n. 30), p. 14-15, 26-28 (p. 198-199, 210-212). Voir aussi Id., Paroinia en pourpre : le pouvoir du vin et l’ivresse du pouvoir à Byzance, Olio e vino nell’Alto Medioevo, Atti della LIV Settimana di studio (Spoleto, 20-26 avril 2006), Spolète 2007 (Settimane di studio del Centro Italiano di studi sull’alto Medioevo), t. 2, p. 913-915. L’étude annoncée dans ce dernier ouvrage, Les caves de Bélisaire et les caveat chez Procope, a été répartie en deux travaux distincts : chap. « Ψύχος και οίνος », dans Βυζαντινός οινικός πολιτισμός (cité n. 4), p. 28-31, et Procopius’s Dream before the Campaign against Vandals. A Reading of Wars III.12.1-5, dans Dreaming in Byzantium and Beyond, éd. C. Angelidi et G. T. Calofonos, Farnham/Burlington 2014, p. 79-94.

33 M. Mccormick, P.E. Dutton, P.A. Mayewski, Volcanoes and the Climate Forcing of Carolingian Europe, A.D. 750-950, Speculum 82, 2007, p. 865-891.

34 Théophane, Chronographie, éd. C. de Boor, Theophanis Chronographia, Leipzig 1883-1885, t. 1, p. 434-435 ; Nicéphore, Histoire brève, éd. et trad. C. Mango, Nikephoros, Patriarch of Constantinople. Short History, Washington DC 1990 (CFHB 13), p. 144-148, § 74. I. G. Telelis, E. Chrysos, The Byzantine Sources as Documentary Evidence for the Reconstruction of Historical Climate, European Climate Reconstructed from Documentary Data : Methods and Results, éd. B. Frenzel et al., Stuttgart 1992, p. 17-31. I. Telelis, Medieval Warm Period and the Beginning of the Little Ice Age in Eastern Mediterranean. An Approach of Physical and Anthropogenic Evidence, dans Byzanz als Raum. Zu Methoden und Inhalten der historischen Geographie des oestlichen Mittelmeerraumes, éd. K. Belke et al., Vienne 2000 (Veröffentlichung der Kommission für die Tabula Imperii Byzantini 7), p. 223-243. Voir aussi I. G. Telelis, Μετεωρολογικά φαινόμενα και κλίμα στο Βυζάντιο, t. 1, Athènes 2004, p. 342-353 nos 271-273. Id., Climatic Fluctuations in the Eastern Mediterranean and the Middle East AD 300-1500 from Byzantine Documentary and Proxy Physical Paleoclimatic Evidence – A Comparison, JÖB 58, 2008, p. 167-207.

35 Chronicon Moissiacense, éd G. H. Pertz, Hanovre 1826 (MGH. Scriptores 1), p. 294 : gelu magnum Gallias, Illyricum et Thraciam deprimit, et multae arbores olivarum et ficulnearum decoctae gelu aruerunt ; sed et germen messium aruit. Voir McCormick, Dutton, Mayewski, Volcanoes (cité n. 33), p. 879-880.

36 Ibid., p. 881-883. Pour les sources byzantines, voir Telelis, Μετεωρολογικάφαινόμενα (cité n. 34), p. 379-385. Voir davantage de détails dans Anagnostakis, Cold and Wine (cité n. 31).

37 M.-F. Auzépy, La Vie de Jean de Gothie (BHG 891), dans La Crimée entre Byzance et le Khaganat khazar, éd. C. Zuckerman, Paris 2006 (Centre de Recherche d’Histoire et Civilisation de Byzance. Monographies 25), p. 79-85, particulièrement p. 85114-117.

38 André de Bergame, Historia, éd. G. Waitz, Hanovre 1878 (MGH. Scriptores rerum Langobardicarum), 108-9, p. 227 : fuit gelus gravissimus… vitae… siccaverunt, et vinum intra vascula glaciavit, quae aetiam per foramen spinarum nihil exiebat, donec rumperetur ipsa glatia cum fuste ab ante ipsa spina ; McCormick, Dutton, Mayewski, Volcanoes (cité n. 33), p. 885.

39 Sur Léon, Théophane continué, éd. I. Bekker, Bonn 1828 (CSHB), p. 185-197. P. Lemerle, Le premier humanisme byzantin, Paris 1971 (Bibliothèque byzantine. Études 6), p. 148-176, considère le poème comme une œuvre de vieillesse, p. 175, n. 105 ; H. Hunger, Die hochsprachliche profane Literatur der Byzantiner, Munich 1978, t. 1, p. 18-19, et t. 2, p. 237-239 ; N. G. Wilson, Scholars of Byzantium, Londres 1983, p. 79-84 ; V. Katsaros, Leo the Mathematician, His Literary Presence in Byzantium during the 9th Century, dans Science in Western and Eastern Civilization in Carolingian Times, éd. P.L. Butzer et D. Lohrmann, Bâle 1993, p. 383-398. Sur une tradition erronée qui veut que son lieu d’origine soit Hypate ou son lieu d’ascèse Andros, C. Angelidi, Le séjour de Léon le Mathématicien à Andros : réalité ou confusion ?, dans ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler, Paris 1998 (Byz. Sorb. 16), t. 1, p. 1-7.

40 Iliade 1, 420 ; 18, 186 ; 17, 234. Baldwin, The Epigrams of Leo the Philosopher (cité n. 29), p. 16.

41 Horace, Epodon Liber 13 et Carmina I, 9.1-15. Voir aussi R. S. Kilpatrick, An Interpretation of Horace, Epodes 13, The Classical Quarterly N. S. 20/1, 1970, p. 135-141. Sur la critique exercée contre les bains froids (Pline, Histoire naturelle, 29, 10), et sur la poésie de l’époque d’Auguste et leur grande similitude (« do catch the eye ») avec le poème de Léon, Baldwin, The Epigrams of Leo the Philosopher (cité n. 29), p. 15-16. Voir aussi M. D. Lauxtermann, The Byzantine Epigram in the Ninth and Tenth Centuries. A Generic Study of Epigrams and Some Other Forms of Poetry, thèse, université d’Amsterdam, 1994, p. 194-195, p. 237-248 ; Anagnostakis, Όταν το κρασί γίνεται πάγος (cité n. 30), p. 23-25.

42 Virgile, Georgicon, III, 360-366. La similitude avec le poème de Léon avait déjà été remarquée par J.-F. Boissonade, Anecdota Graeca e codicibus regiis, t. 2, Paris 1830 (réimpr. Hildesheim 1962), p. 469 n. 2. Sur la remise en question de la crédibilité de ces descriptions et sur la bibliographie qui s’y rattache, Anagnostakis, Cold and Wine (cité n. 31), p. 29-31.

43 Ovide, Tristia, III, 3, 23-24 : nudaque consistunt, formam servantia testae, vina, nec hausta meri, sed data frusta bibunt. Voir aussi Boissonade, Anecdota Graeca (cité n. 42), p. 469 n. 2.

44 Ovide, Tristia, III, 3, 71-72 : noc hic pampinea dulcis latet uva sub umbra, nec cumulant altos fervida musta lacus. Sur le gel, d’après les sources, du fleuve Istros (Danube) mais aussi des autres fleuves du nord des Balkans et du Pont-Euxin à partir du ive siècle, voir Telelis, Μετεωρολογικά φαινόμενα (cité n. 34), p. 126-127 no 53, p. 133-134 no 58, p. 142-145 no 68. Id., Weather and Climate as Factors Affecting Land Transport and Communications in Byzantium, Byz. 77, 2007, p. 450-451 no 55.

45 . Il est intéressant d’ailleurs de noter qu’une récente monographie consacrée aux Pères Cappadociens est intitulée Kingdom of Snow : R. Van Dam, Kingdom of Snow. Roman Rule and Greek Culture in Cappadocia, Philadelphie 2002.

46 Basile de Césarée, Homélie sur les quarante martyrs (BHG 1205), PG 31, col. 508-525, spécialement col. 513-516 ; Grégoire de Nysse, Discours sur les quarante martyrs (BHG 1207), PG 46, col. 757-771, particulièrement col. 765-768 ; Grégoire de Nysse, Sur les quarante martyrs, discours panégyrique (BHG 1208), ibid., col. 773-788, spécialement col. 777. Sur les extraits ayant trait au froid et leurs parallèles avec le poème de Léon, voir Anagnostakis, Όταν το κρασί γίνεται πάγος (cité n. 30), p. 30-33 (214-217).

47 Grégoire de Nysse, Sur les quarante martyrs (BHG 1208), PG 46, col. 777.

48 Ibid., col. 777. Voir aussi ce que rapporte Strabon, Géographie, XI, 14, 4 : « En cette Arménie se trouvent de nombreuses montagnes et de plateaux, où nulle vigne ne croît aisément. »

49 J. Koder, Climatic Change in the Fifth and Sixth Centuries ?, dans The Sixth Century : End or Beginning ?, éd. P. Allen et E. Jeffreys, Brisbane 1996 (Byzantina Australiensia 10), p. 270-285. R. Hodges, Dark Age Economics : The Origins of Towns and Trade, AD 600-1000, New York 1982, p. 139 ; D. Keys, Catastrophe. An Investigation into the Origins of the Modern World, Londres 1999, p. 9-75. Voir aussi les études rassemblées dans Plague and the End of Antiquity, the Pandemic of 541-750, éd. L. K. Little, Cambridge 2007.

50 Léon dit « les villes des Agèsymbes » : il s’agit d’un hapax. Les Agèsymbes étaient sans aucun doute le peuple vivant dans le pays Agisymba, près des Troglodytes, des Anthropophages et de l’Inde, considéré comme un pays inconnu et mentionné uniquement ( ?) par Ptolémée, Géographie, I, 7, 2 ; I, 8 1 ; I, 10, 1 passim. Léon possédait ou avait fait copier un Ptolémée, le Vatic. gr. 1594, « l’un de nos plus anciens manuscrits en minuscules, du ixe siècle » : Lemerle, Le premier humanisme byzantin (cité n. 39), p. 169 ; Wilson, Scholars, p. 83.

51 J. L. Teall, The Byzantine Agricultural Tradition, DOP 25, 1971, p. 41, n. 15 ; Anagnostakis, Όταν το κρασί γίνεται πάγος (cité n. 30), p. 19-20 (p. 203-206). Voir aussi les légendes byzantines sur le froid de mars : I. Anagnostakis, Graos Gala : Une légende byzantine des Jours de la Vieille (pastoralisme au féminin et destruction de l’environnement à Byzance), dans Ζώα και περιβάλλον στο Βυζάντιο (7ος -12ος αι.), éd. I. Anagnostakis, T. G. Kolias et E. Papadopoulou, Athènes 2011 (Διεθνή Συμπόσια 21), p. 475-505.

52 Théophane Cont., p. 191 ; Lemerle, Le premier humanisme byzantin (cité n. 39), p. 156.

53 Kédrénos, éd. I. Bekker, Bonn 1838-1839 (CSHB), t. 2, p. 168. Lemerle, Le premier humanisme byzantin (cité n. 39), p. 151 ; Wilson, Scholars, p. 80. Sur l’église, R. Janin, La géographie ecclésiastique de l’Empire byzantin. I, Le siège de Constantinople et le patriarcat œcuménique. 3, Les églises et les monastères, Paris 19692, p. 482-486. Au cours du siège d’Amorium (le fort aux quarante tours) par les Arabes le 12 août 838, Léon prédit, dit-on, la prise de la ville ; selon une fiction forgée ultérieurement, Léon lui-même ou l’un de ses élèves, homonyme, eut un lien avec la trahison qui permit la conquête d’Amorium. Cette conquête eut pour conséquence le martyre de quarante-deux personnes d’Amorium, comparées aux martyrs de Sébaste en raison de leur nombre mais aussi de la géographie : voir Lemerle, Le premier humanisme byzantin (cité n. 39), p. 152-153.

54 V. Laurent, Une homélie inédite de l’archevêque de Thessalonique Léon le Philosophe sur I’Annonciation (25 mars 842), dans Mélanges Eugène Tisserant, t. 2, Rome 1964 (Studi e Testi 232), p. 281-302. Sur l’« œuvre d’un savant et curieux antiquaire », voir Lemerle, Le premier humanisme byzantin (cité n. 39), p. 157.

55 T.A. Senina, Notices sur l’atmosphère intellectuelle à l’époque du second iconoclasme, Scrinium 4, 2008, p. 318-340, particulièrement p. 328-333.

56 Westerink, Leo the Philosopher (cité n. 29), p. 201-222, et l’édition p. 205-222. Dans son rapport paru dans l’Annuaire de l’École pratique des hautes études. IVe section : Sciences historiques et philologiques, 1968-1969, p. 255, P. Lemerle indique : « (Joseph) Paramelle a préparé l’édition] [qu’il confia par la suite à Westerink] d’un poème inédit de 640 hexamètres, sur Job et la résignation, que le Paris. gr. 2075 attribue à “Léon le Philosophe” (Léon VI ? Léon le Mathématicien ?). »

57 Sur les questions de l’attribution de ces deux poèmes à Léon, mais aussi de la détermination chronologique vraisemblable de la rédaction de Job, datée de la période post-byzantine, hypothèse qu’il rejette, voir Westerink, Leo the Philosopher (cité n. 29), p. 196, 201-205.

58 Basile de Césarée, Homélie sur les quarante martyrs (BHG 1205), PG 31, col. 517A.

59 Westerink, Leo the Philosopher (cité n. 29), p. 219, v. 501-502, p. 222, v. 629-632. La référence à Zeus et Mousonios, dont Westerink se demande quelle est la source, provient à notre avis de la Vita Apollonii de Philostrate, éd. C. L. Kayser, Flavii Philostrati opera, t. 1, Leipzig 1870 (réimpr. Hildesheim 1964), IV, 45-46.

60 G. Apollinaire, Alcools, Paris 1913.

61 Vie de Nil de Rossano (BHG 1370) [désormais cité Vie de Nil de Rossano], éd. G. Giovanelli, Bίος καὶ πολιτεία τοῦ ὁσίου πατρὸς ἡμῶν Νείλου τοῦ Νέου, Grottaferrata 1972, p. 89-90 ; éd. et trad. en grec moderne Sœur Maxime, Ὁ Ὅσιος Νεῖλος ὁ Καλαβρός. Βίος τοῦ ὁσίου Νείλου τοῦ Νέου (910-1004), Ormylia Chalkidiki 1991, p. 182-187. Nous renvoyons dorénavant aux deux éditions, car seule la seconde, notée entre parenthèses, indique les lignes. Trad. italienne G. Giovanelli, Vita di S. Nilo fondatore e patrono di Grottaferrata, Grottaferrata 1966.

62 Vie de Nil de Rossano, p. 89 (18212).

63 Ibid., p. 89 (18220-21).

64 Ibid., p. 89 (18215-27).

65 Iliade 6, v. 130-140. Sur la légende de Lycurgue, RE, s.v. « Lykurgo » ; C. Vatin, P. Bruneau, Lycurgue et Ambrosia sur une nouvelle mosaïque de Délos, BCH 90, 1966, p. 391-427, particulièrement p. 402-408 sur les sources de la légende.

66 Strabon, VII, 3,11.

67 Mircea Eliade, examinant l’influence de Zalmoxis sur Decenaeus et Burebista, rapporte simplement l’extrait de Strabon concernant l’arrachage des vignes : M. Eliade, De Zalmoxis à Gengis-Khan. Études comparatives sur les religions et le folklore de la Dacie et de l’Europe orientale, Paris 1970, p. 64-65 ; sur la confusion des Gètes, des Daces et des Goths avec les Scythes au cours de l’époque romaine tardive et du Moyen Âge, ibid., p. 75-80. Sur le pythagorizein des Gètes, Strabon, VII, 3, 5, XVI, 2, 39 ; Chrestomathie de Strabon, éd. K. Müller, Geographici graeci minores, t. 2, Paris 1861, VIII, 12, p. 567-568.

68 A. Aymard, L’interdiction des plantations de vignes en Gaule transalpine sous la république romaine, dans Mélanges géographiques offerts en hommage à M. Daniel Faucher, Toulouse 1948, p. 27-47. A. Tchernia, La crise de l’Italie impériale et la concurrence des provinces, Les Cahiers du Centre de recherches historiques 37, 2006, p. 137-156. B. Gallinato-Contino, L’arrachage, de Domitien au droit contemporain, dans Histoire et actualité du droit viticole. La robe et le vin, Bordeaux 2010, p. 7-22.

69 Photius, Bibliothèque, t. 5, éd. et trad. R. Henry, Paris 1967 (Collection des universités de France. Série grecque), p. 19023-24. Philostrate, Vie d’Apollonius (cité n. 59), VI, 11. A. J. Francis, Subversive Virtue : Asceticism and Authority in the Second-Century Pagan World, University Park 1995. Le lexique Souda reproduit l’information qu’Apollonius avait composé une Vie de Pythagore, Suidae Lexicon, éd. A. Adler, t. 1, Leipzig 1928, p. 307-308, alpha 3420, s.v. « Ἀπολλώνιος ».

70 Philostrate, Vie d’Apollonius (cité n. 59), VI, 42.

71 Photius, Bibliothèque, t. 5 (cité n. 69), p. 1905-10.

72 Ce récit est mis en relation avec l’histoire de Krum, G. I. Kazarow, Die Gesetzgebung des bulgarischen Fürsten Krum, BZ 16, 1907, p. 254-257. I. Dujčev, La chronique byzantine de l’an 811, TM 1, 1965, p. 229-230.

73 Vie de Nicéphore de Latmos (BHG 1338), éd. T. Wiegand, Milet. 3.1, Der Latmos, Berlin 1913, p. 157-171, ici p. 164. Sur Apollonius et les conseils de Pythagore concernant la nourriture et le vin, Philostrate, Vie d’Apollonius (cité n. 59), I, 7-8 ; III, 40 ; V, 23 ; VI, 27.

74 Suidae Lexicon (cité n. 69), p. 483-484, beta 423, s.v. « Βούλγαροι ». Sur Krum dans les sources et pour la bibliographie, PmbZ no 4164. W. Pohl, Die Awaren. Ein Steppenvolk in Mitteleuropa 567-822 n. Chr., Munich 1988 (Frühe Völker), p. 320-328.

75 Suidae Lexicon (cité n. 69), p. 483-484, beta 423, s.v. « Βούλγαροι ». G. Moravcsik, Byzantinoturcica, t. 2, Berlin 1958 (Berliner byzantinistische Arbeiten 11), p. 51-53, 173-174 ; sur le vaste problème des sources, mais particulièrement sur la source inconnue dans le lemme « Bulgares », ibid., p. 512-515. Pohl, Die Awaren (cité note précédente), p. 195-198, 322, 327. T. Olajos, Le lexique « Souda » à propos des Avars, Acta antiqua Academiae Scientiarum Hungaricae 41, 2001, p. 119-124.

76 A. Avenarius, Die Avaren in Europa, Bratislava 1974, p. 184-185. Pohl, Die Awaren (cité n. 74), p. 32-44, 195-198. A. Schwarz, Pannonien im 9. Jahrhundert und die Anfänge der direkten Beziehungen zwischen dem ostfränkischen Reich und den Bulgaren, dans Grenze und Differenz im Frühen Mittelalter, éd. W. Pohl et H. Reimitz, Vienne 2000, p. 99-104, avec référence au dictionnaire Souda, p. 100, n. 8. H. Reimitz, Grenzen und Grenzüberschreitungen im karolingischen Mitteleuropa, dans Grenze, op. cit., p. 105-166.

77 Pohl, Die Awaren (cité n. 74), p. 198, et n. 42-44. Voir aussi V. Beševliev, Die protobulgarische Periode der bulgarischen Geschichte, Amsterdam 1981, p. 262.

78 Kazarow, Die Gesetzgebung (cité n. 72), p. 254-257. I. Dujčev, [sans titre], BSl. 22, 1961, p. 65. Selon La chronique byzantine de l’an 811, lorsque Nicéphore Ier envahit la cour de Krum, « il ouvrit les celliers et distribua le vin à tous les siens pour qu’ils bussent à satiété » (Dujčev, La chronique byzantine [cité n. 72], texte p. 21220-21 et commentaires p. 229-230). Anagnostakis, Paroinia en pourpre (cité n. 32), p. 939-940.

79 Voir à ce sujet Id., Η παροινία των Βαλκανίων : Η μέθη του πολέμου και το ποτήρι του Κρούμου, dans Τέχνη και τεχνική στα αμπέλια και τους οινεώνες της Β. Ελλάδος, 9o Τριήμερο εργασίας, Αδριανή Δράμας, 25-27 Ιουνίου 1999, Athènes 2002, p. 138-167, avec résumé en français (La paroinia balkanique : l’ivresse de la guerre et la coupe de Krum) p. 349-350. Voir aussi Id., Paroinia en pourpre (cité n. 32), p. 938-942.

80 Moravcsik, Byzantinoturcica, t. 2 (cité n. 75), p. 5-7, 23-27. Anagnostakis, Paroinia en pourpre (cité n. 32), p. 940-941. Id., Η παροινία των Βαλκανίων (cité note précédente), p. 144-147 ; T. žIvković, The Culture of Wine in the South Slavs in Early Middle Age : The Byzantine Influence, dans Τέχνη και τεχνική (cité note précédente), p. 127-137.

81 Chrestomathie de Strabon, VII 12 et 47, VIII 21.

82 Vita Basilii, éd. et trad. I. Ševčenko, Chronographiae quae Theophanis continuati nomine fertur liber quo Vita Basilii Imperatoris amplectitur, Berlin/Boston 2011 (CFHB 42), chap. 69-70, p. 236-243. L’histoire d’Adrien de la Vita Basilii a été élaborée en recyclant un ancien récit et semble être calquée sur la bataille de la rivière Sagra entre Locres (Epizephyrioi Locroi) et Crotone au vie siècle avant notre ère. L’histoire antique et l’histoire byzantine relient toutes deux, à travers la communication démoniaque, les deux mêmes régions, Lacédémone et le sud de l’Italie ou la Sicile. I. Anagnostakis, Το επεισόδιο του Αδριανού : « Πρόγνωσις » και « τελεσθέντων δήλωσις », dans Η επικοινωνία στο Βυζάντιο : πρακτικά του Β'Διεθνούς Συμποσίου, Αθήνα, 4-6 Οκτωβρίου 1990, éd. N. G. Moschonas, Athènes 1993, p. 195-226. E. Kislinger. Regionalgeschichte als Quellenproblem. Die Chronik von Monembasia und das sizilianische Demenna. Eine historisch-topographische Studie, Vienne 2001 (Veröffentlichung der Kommission für die Tabula Imperii Byzantini 8), p. 110-114. S. Caruso, La χώρα τῶν Σαλινῶν nella agiografia storica italo-greca, dans Ad contemplandam sapientiam : studi di filologia, letteratura, storia in memoria di Sandro Leanza, Soveria Mannelli 2004, p. 67-68. Voir, en dernier lieu, I. Anagnostakis, A. Kaldellis, The Textual Sources for the Peloponnese, A.D. 582-959 : Their Creative Engagement with Ancient Literature, GRBS 54, 2014, p. 105-135, et sur l’histoire d’Adrien et Sagra, p. 123-128.

83 Vie de Nil de Rossano, p. 49-50 (807-16). Nil, sans que sa Vie mentionne nommément ce fleuve, effectue un passage thérapeutique et initiatique qui renvoie aux propriétés miraculeuses, réputées dans l’antiquité, du Krathis, fleuve voisin de la patrie du saint. E. Follieri, L’ingresso nella vita monastica di Nilo da Rossano, dans Polypleuros Nous : Miscellanea für Peter Schreiner zu seinem 60. Geburtstag, éd. C. Scholz et G. Makris, Munich/Leipzig 2000 (Byzantinisches Archiv 19), p. 14-15. A. Luzzi, La Vita di san Nilo da Rossano tra genere letterario e biografia storica, dans Les Vies des saints à Byzance, genre littéraire ou biographie historique ?, Paris 2004 (Dossiers byzantins 4), p. 181-182, n. 30.

84 Palladios, Histoire Lausiaque, éd. G. J. M. Bartelink, Palladio. La storia Lausiaca, Vérone 1974, préface 11.1-2 ; Vie de saint Arsène, éd. F. Halkin, Hagiographica inedita decem, Turnhout 1989 (Corpus Christianorum. Series Graeca 21), p. 91-110, chap. 15, ici p. 108653-657.

85 Vie de Paul le Jeune (BHG 1474), éd. T. Wiegand, Milet. 3.1, Der Latmos, Berlin 1913, p. 105-135, § 25.2.

86 Il existe aussi d’autres récits sur l’arrachage des vignes, comme celui de Manuel Paléologue, Déclamation à un ivrogne, éd. Boissonade, Anecdota Graeca, t. 2 (cité n. 42), p. 274-307. Le savant médecin, fils d’un incurable buveur, prend en charge le gouvernement de sa patrie après l’avoir sauvée de la peste. Dans son effort pour guérir son géniteur aviné, il ordonne que l’on arrache toutes les vignes sur le territoire de son père ; furieux, ce dernier a recours à la justice pour renier son fils et accuser sa femme d’adultère, dans la mesure où un tel homme qui n’aime pas le vin ne peut pas être son vrai fils.

87 Vie de Nil de Rossano, p. 48 (765-7), p. 73 (1443), p. 106 (23019), p. 64 (1201-7) : Antoine, Sabbas, Arsène de Nitrie ; p. 64 (1208-19) : le boulanger de Thébaïde. Nil est considéré par ses contemporains comme un saint Antoine, p. 73 (2467).

88 Sur ce régime à Byzance, I. Anagnostakis, The Raw and the Cooked : Ways of Cooking and Serving Food in Byzantium, dans Flavours and Delights. Tastes and Pleasures of Ancient and Byzantine Cuisine, éd. Id., p. 175-181. Voir aussi Id., Le manger et le boire dans la Vie de saint Nil de Rossano : l’huile, le vin et la chère dans la Calabre Byzantine xe-xie s., dans Identità euro-mediterranea e paesaggi culturali del vino e dell’olio, éd. A. Pellettieri, Foggia 2014, p. 179-196.

89 Vie de Nil de Rossano, p. 56 (9217-19), p. 62 (1167-10), p. 63-64 (1201-19), 64 (1221-5).

90 Ibid., p. 64 (1208-19).

91 Ibid., p. 69 (13217-25). Vie de saint Fantin, éd. E. Follieri, La vita di san Fantino il Giovane (Subs. Hagiogr. 77), Bruxelles 1993, § 21.

92 Vie de Nil de Rossano, p. 86 (17619-23).

93 Ibid., p. 58-59 (104-106).

94 Ibid., p. 59 (1061-3). Dans d’autres cas, la Vie se réfère par le mot « extrémité » à l’attitude ascétique excessive de Nil, p. 121 (2703). Sur le monachisme de la région, D. P. Hester, Monasticism and Spirituality of the Italo-Greeks, Thessalonique 1992 (Ανάλεκτα Βλατάδων 55), p. 200-221. S. Efthymiadis, Les saints d’Italie méridionale (ixe-xiie s.) et leur rôle dans la société locale, dans Byzantine Religious Culture : Studies in Honor of Alice-Mary Talbot, éd. D. Sullivan, E. Fisher et S. Papaioannou, Leyde/Boston 2011 (The Medieval Mediterranean 92), p. 347-372, notamment, sur le vin, p. 359.

95 E. Amélineau, Les moines égyptiens. Vie de Schnoudi, Paris 1889 (Annales du musée Guimet 1), p. 313-314, 317 ; Id., Monuments pour servir à l’histoire de l’Égypte chrétienne aux ive et ve  siècles, t. 4, fasc. 2, Paris 1895, p. 643 ; Vie de Shenoute (BHO 1075), trad. D. N. Bell, Besa, The Life of Shenoute, Kalamazoo 1983 (Cistercian Studies 73). A. G. Lopez, Shenoute of Atripe and the Uses of Poverty : Rural Patronage, Religious Conflict and Monasticism in Late Antique Egypt, Berkeley 2013 (The Transformation of the Classical Heritage 50), p. 90 et suiv.

96 Vie de Nil de Rossano, p. 108-109 (236). Bornons-nous à signaler que Nil entretenait probablement des rapports avec des ecclésiastiques d’Afrique (ou s’agit-il d’une élaboration de son biographe ?), et que son entourage surtout était en relation avec les melchites du Caire à l’époque du saint ou un peu plus tard : voir V. von Falkenhausen, La Vita di s. Nilo come fonte storica per la Calabria bizantina, Atti del Congresso internazionale su S. Nilo di Rossano, 28 settembre-1 ottobre 1986, Rossano-Grottaferrata 1989, p. 293-295 ; Luzzi, La Vita di san Nilo da Rossano (cité n. 83), p. 186-188.

97 Les manichéens, les pauliciens, les bogomiles et les cathares étaient opposés à la procréation et s’abstenaient de viande et de vin, mais en même temps étaient accusés d’ivresse, de débauche et de fornication. Le fait que la foule appelle Nil « Boulgare Kalogère » (cf. Bougre <Bulgarus>, nom donné aux Cathares), en raison de son comportement et de son apparence, renforce la probabilité qu’il y ait une connotation bogomile à cette appellation, Vie de saint Nil, p. 86 (17426). Sur les doctrines des Bogomiles « contre l’oblation du pain et du vin » et leur diffusion en Occident, C. Astruc et al., Les sources grecques pour l’histoire des Pauliciens d’Asie Mineure, TM 4, 1970, p. 2121-25, p. 8712, p. 12711-14, p. 13111-18 ; H.-C. Puech, A. Vaillant, Le traité contre les bogomiles de Cosmas le prêtre bulgare, Paris 1945 (Travaux publiés par l’Institut d’études slaves 21), p. 139, 166 et passim. I. Dujčev, I rapporti fra la Calabria e la Bulgaria nel Medioevo, dans Atti IV Congresso Storico Calabrese, Naples 1969, p. 235-250 ; Falkenhausen, La Vita di s. Nilo (cité n. 96), p. 285-286. Sur les connotations « bogomiles », je remercie Charis Messis de m’avoir communiqué ses idées. Sœur Maxime, dans son édition et traduction de la Vie de Nil de Rossano, p. 339, voit, mais sans référence à l’abstinence de Nil ou à l’arrachage de vignoble, une injure contre les Bogomiles.

98 Vie de Nil de Rossano, p. 89-90 (182-187).

99 A. Guillou, Production and Profits in the Byzantine Province of Italy (Tenth to Eleventh Centuries) : An Expanding Society, DOP 28, 1974, p. 89-109 avec une édition et traduction en anglais du passage sur le vignoble, p. 92 et 105-106. G. Noyé, Économie et société dans la Calabre byzantine (ive-xie siècle), Journal des savants 2000, no 2, p. 209-280, et, sur la viticulture et le vin, p. 216-219, 223-224, 231-238, 242-243, 248, 255-256, 266. M. Kaplan, La viticulture byzantine (viie-xie siècles), dans Olio e vino nell’alto Medioevo (cité n. 32), p. 163-207, particulièrement p. 176-177, 184, 195. Voir aussi Anagnostakis, Le manger et le boire (cité n. 88)

100 Vie de Nil de Rossano, p. 82-83 (168-170) et p. 87 (17823-35)

101 L’achat de vignes est mentionné de façon symbolique lorsque Nil abandonne sa famille pour se retirer dans son monastère : ibid., p. 49 (801-5) ; vente du blé et du vin : ibid., p. 109 (2401-14). Guillou parle d’un excès de production et de consommation de vin en Calabre byzantine : Guillou, Production (cité n. 99), p. 92.

102 M. Kaplan, Les hommes et la terre à Byzance du vie au xie  siècle : propriété et exploitation du sol, Paris 1992 (Byz. Sorb 10), p. 492-522.

103 Vie de Nil de Rossano, p. 88-89 (1827-10).

104 A. E. Laiou, The Byzantine Village (5th-14th Century), dans Les villages dans L’Empire byzantin ( ive-xve siècle), éd. J. Lefort, C. Morrisson et J.-P. Sodini, Paris 2005 (Réalités byzantines 11), p. 35 : « monumental work […] extensive and systematic use of hagiographic sources, not exhaustively used by historians before ». Sur une agriculture bloquée par l’autarcie, Kaplan, Les hommes et la terre (cité n. 102), p. 523 et suiv.

105 Ibid., p. 494-495, 524 et suiv.

106 Michel Psellos, Lettres, éd. K. B. Sathas, Μεσαιωνικὴ Βιβλιοθήκη, t. 5, Paris/Venise 1876, no 29, p. 467 ; Kaplan, Les hommes et la terre (cité n. 102), p. 494-495 ; Id., La viticulture byzantine (cité n. 99), p. 196, 205-207.

107 Michel Psellos, Éloge du vin, éd. A. R. Littlewood, Michaelis Pselli oratoria minora, Leipzig 1985 (Bibliotheca scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana), no 30 ; trad. par J.-B. Clérigues, dans Voyage aux pays du vin des origines à nos jours. Histoire, anthologie, dictionnaire, éd. F. Argod-Dutard, P. Charvet et S. Lavaud, Paris 2007 (Bouquins), p. 148-152.

Table des illustrations

Légende Figure 1 - Les vins mersitès
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37612/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 198k

Auteur

Ethniko Idryma Ereunôn
Institouto Vyzantinôn Ereunôn

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540