Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le saint, le moine et le paysan

 | 
Olivier Delouis
, 
Sophie Métivier
, 
Paule Pagès

Avant-propos

Hélène Ahrweiler

Texte intégral

1Ce souvenir remonte à plus de quarante ans, mais il est toujours vivant. Le jeune Michel Kaplan m’avait interrogée, lors d’un séminaire, sur le sens d’un passage de l’Éloge de Michel Cérulaire par Michel Psellos. Il préparait alors un mémoire sur le schisme de 1054 sous la direction de Paul Lemerle. Je vois encore son étonnement quand je lui présentai, une semaine plus tard, la traduction du texte, que j’avais préparée à son intention. Depuis lors, Michel Kaplan est devenu non seulement un très bon spécialiste des institutions byzantines (et pas uniquement celles concernant la terre) mais encore un fin connaisseur de la civilisation de cet empire naguère trop décrié. J’en veux pour preuve sa riche et très variée bibliographie.

2Il m’est impossible de citer les multiples domaines des études byzantines dont la connaissance a progressé grâce aux travaux de Michel Kaplan. Outre les questions agraires, dont il est devenu l’incontestable spécialiste, je mentionnerai seulement, à titre d’exemple, l’hagiographie, sans oublier ses contributions à l’étude de la société byzantine. Ses manuels, d’une écriture limpide, fondés sur une érudition certaine, sont devenus indispensables aux futurs byzantinistes et utiles à tout enseignant, comme le deviendra son tout dernier ouvrage : Pourquoi Byzance ? Un empire de onze siècles (2016).

3En ce qui concerne la qualité scientifique de l’œuvre de Michel Kaplan, qu’il me suffise de mentionner la haute estime que lui manifestait Nicolas Svoronos, fier de le considérer comme un digne successeur dans les épineuses recherches sur la vie rurale de Byzance et les problèmes fiscaux qui s’y rattachent.

4Je conclurai ces quelques lignes, qui ne prétendent nullement résumer ou présenter l’ensemble d’une œuvre multiple, en disant ma joie d’avoir eu dans la personne de Michel Kaplan mon successeur, de la chaire byzantine de la Sorbonne – faut-il rappeler qu’elle fut créée en 1899 pour Charles Diehl ? – jusqu’à la présidence de notre université, et d’avoir trouvé en lui un très bon collègue et un fidèle ami.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540