Versión clásicaVersión móvil

Le changement en environnement

 | 
Martine Tabeaud

En guise de conclusion

Xavier Browaeys y Martine Tabeaud

Texto completo

1Travailler sur le changement en environnement oblige à considérer en même temps tout ce qui relève des sciences exactes et tout ce qu’apportent les sciences humaines et sociales.

2Pour certains chercheurs, le curseur penche plutôt du côté de la démonstration scientifique stricte à fondement expérimental, pour d’autres, il glisse vers des explications plus sociales. Cela renvoie à la nature et à la place de la preuve dans l’appréciation du changement. Les argumentations ne sont pas du même ordre. Les théories scientifiques sont fondées sur des faits quantifiables, reproductibles, universels. Tout le travail de la recherche est de découvrir et de réfuter les théories précédentes. En science, une théorie est normalement incomplète ; elle ne résoud pas un problème mais le déplace par mutation, ce qui engendre d’autres incertitudes. « Ce qui n’est pas entouré d’incertitudes ne peut être la vérité », énonce R. Frydman (« Quelles hypothèses pour la théorie économique ? », Cahiers économiques, n° 24-25,1994, Paris, L’Harmattan). Les sciences humaines ne découvrent pas des vérités mais construisent des interprétations du « réel » appréhendé à partir de faits avérés. Ce ne sont que des écoles de pensée dont les concepts, les méthodes et les raisonnements sont vulnérables par objection, par comparaison des observations, par contre-exemple. C’est la première difficulté des études sur l’environnement que d’agencer, de faire se compléter ces deux approches scientifiques.

3Le second écueil est d’oublier que la connaissance ne peut être indépendante des idées dans l’air du temps. Les articles sur le changement climatique de cet ouvrage le montrent bien. La vérité du moment ne repose pas sur son adéquation au réel mais sur un consensus librement admis par la majorité des membres d’une communauté scientifique. Mais, dans tous les cas, des chercheurs en marge avancent des théories et des constructions qui s’opposent à l’orthodoxie dominante. Ils n’ont pas nécessairement tort. Au contraire du savoir avéré, en science en train de se faire, la controverse est habituelle et aide à faire avancer la connaissance. S’ajoute à cela la tentation en environnement de faire de la prospective et celle-ci est échafaudée grâce à une modélisation organisée à partir de variables contemporaines projetées dans le futur. « L’avenir est inscrit dans le passé. » Ce dispositif par définition ne tient pas compte des changements scientifiques et sociétaux. Or ces changements, qu’ils soient des évolutions ou des ruptures, ont toujours existé. Au-delà des conditions matérielles, ils ont engendré d’autres manières de penser. Une révolution technique peut remettre en cause à tout moment les manières de faire et de penser. Parmi des milliers d’objets, la locomotive, l’automobile, l’ordinateur... ont bouleversé nos comportements et nos manières de penser l’environnement. Il n’y a pas de raisons que d’autres techniques ne produisent pas les mêmes effets. L’avenir n’est pas écrit.

4Le changement est une question politique, au sens grec de « gestion des affaires de la cité ». Longtemps on n’a considéré que le progrès, sans prendre en compte ses dégâts, sans la moindre attention aux ressources et aux pollutions. Les rapports entre les sociétés humaines et leurs territoires s’en sont trouvés, souvent fortement altérés, parfois pour plusieurs décennies, voire plusieurs siècles. N’oublions pas tout de même que, dans le même temps, l’espérance de vie augmentait et le niveau de vie s’élevait. Aujourd’hui, la prise de conscience de la nécessaire attention à l’environnement est générale. Hans Jonas a formalisé dans les premiers l’idée d’obligations à imposer à l’homme dans son rapport à l’avenir. « Agis de façon que les effets de ton action ne soient pas destructeurs pour la possibilité future d’une telle vie. » Ces propos ont été entendus même si les politiques concrètes ne suivent pas toujours. L’évolution des textes nationaux et internationaux, ainsi que de la jurisprudence, tend progressivement à donner consistance au concept de dommage écologique. L’article 2 de la charte française de l’environnement affirme : « Toute personne a le devoir de prendre part à la préservation et à l’amélioration de l’environnement. » C’est un réel progrès mais on ne peut dissocier l’homme de la planète et la planète de l’homme. L’équilibre entre l’économique, le social et le « naturel » dépend de chaque aire culturelle, de chaque génération. En un mot, le développement durable ne peut être que territorialisé et temporalisé, c’est-à-dire délimité. Les « lois intangibles » ne sont que des contraintes localisées et momentanées. La notion de capacité de charge limite imposée par la nature est donc une illusion. L’environnement durable est affaire de mesure et de régulation à différentes échelles et dans les deux dimensions du changement : l’évolution et la rupture.

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search