Version classiqueVersion mobile

Le changement en environnement

 | 
Martine Tabeaud

Troisième partie. Les enjeux

Changement de techniques pour les travaux urbains de réseau et impacts environnementaux

Mohsen Hassine

Texte intégral

1Les nouvelles préoccupations environnementales ont transformé les modes de fonctionnement des entreprises travaillant dans le secteur du bâtiment et des travaux publics. Il est aujourd’hui primordial de préserver la qualité de l’environnement lors d’un chantier. À l’aide d’un exemple concernant les travaux sur les réseaux sera mise en évidence la transformation des techniques pour réduire les impacts négatifs des chantiers en milieu urbain.

2Les travaux sur les réseaux, pourtant nécessaires – construire, remplacer, réparer –, remettent en cause l’ordre et la tranquillité du cadre de vie des citoyens des villes et perturbent leur environnement quotidien. Ces travaux exercés par définition sur le domaine public, c’est-à-dire « au grand jour » et au cœur de la vie quotidienne, sont assujettis à des contraintes multiples qui n’ont généralement rien à voir avec leur finalité originale : circulation automobile et piétonnière, encombrement du sous-sol, stationnement, nuisances sonores, etc.

3Traditionnellement, l’évaluation économique d’un projet de construction est fondée sur ses coûts directs. Mais les nuisances induites par les travaux ont aussi des coûts sociétaux venant s’ajouter à ces coûts directs pour en constituer le coût global (coût global = coût direct + coût sociétal). En théorie économique, le coût sociétal peut se définir comme l’ensemble des inconvénients que représente l’activité pour la société. La solution économiquement la plus avantageuse pour la construction d’un ouvrage devient celle qui optimise ce coût global. Il est ainsi de plus en plus absurde et antiéconomique de continuer de construire ou de renouveler des réseaux d’eau, d’assainissement, etc. avec des techniques traditionnelles (ouverture de tranchées).

4La liste non exhaustive ci-après des inconvénients et des coûts sociétaux qui en découlent témoigne, s’il en était nécessaire, de la mieux-disante des techniques de pose de réseaux sans tranchée (tubage, forage dirigé, extraction de conduites, éclatement, chemisage, etc.) par rapport à la pose avec des méthodes traditionnelles.

Des gênes et des nuisances des chantiers traditionnels

La gêne à la circulation automobile et piétonnière

5L’emprise du chantier plus ou moins grande, pendant une durée plus ou moins longue sur la voie publique occasionne des effets significatifs sur les déplacements :

  • la circulation des engins de chantier perturbe le trafic ;
  • les déviations/changement de direction, etc. barrent partiellement ou totalement certaines voies et entraînent des retards dans le temps de déplacement ;
  • l’accessibilité des lieux publics et privés est diminuée (gênes pour les riverains, les piétons, les livraisons, le courrier, la collecte des ordures ménagères, etc.) ;
  • les possibilités de stationnement de surface sont réduites (occupation par le chantier de places de stationnement, itinéraire de délestage supprimant les places, etc.).

La dégradation de l’environnement immédiat

  • Le bruit généré par les engins est souvent perçu désagréablement (marteaux-piqueurs, pelles hydrauliques, camions de transport de déblais et de remblais, compacteurs, etc.) ; les vibrations provoquées par les engins de démolition peuvent avoir un impact physique et psychologique sur les individus ;
  • la pollution de l’air par les gaz d’échappement est accentuée en raison du trafic ralenti par le chantier ;
  • la poussière générée par le terrassement et transportée par le vent peut avoir des effets aggravants aux endroits sensibles, comme près des hôpitaux ou des laboratoires ;
  • des dommages peuvent être causés aux constructions voisines et aux structures souterraines (lors du battage des palplanches par exemple) ; des casses peuvent être occasionnées aux réseaux souterrains des concessionnaires, avec les risques potentiels d’accidents et de situations d’urgence (électrocution, évacuation du quartier en raison d’une fuite de gaz) ; les coûts de réparation et les pertes d’exploitation commerciale peuvent être importants ;
  • des espaces verts peuvent être endommagés et certains arbres inévitablement abattus ;
  • une tranchée entraîne nécessairement la démolition de surfaces de revêtement (enrobés, asphalte, pavage, etc.) dont l’âge de certaines n’est pas élevé ; quelle que soit la qualité de rétablissement de celles-ci, les cicatrices (joints de bords) affaiblissent à moyen terme la structure de la voirie et présentent un rendu esthétique décrié par les riverains et les gestionnaires de voirie.

La dégradation de l’environnement au sens large

  • Une partie des nuisances sont dispersées au niveau du département, de la région, voire du pays : les camions qui transportent les matériaux de déblais et de remblais, parfois sur des dizaines de kilomètres, encombrent les voies de circulation, génèrent du bruit et polluent l’air tout au long de leur parcours ; n’oublions pas que « les poids lourds sont responsables de 49 % des émissions polluantes de la circulation automobile » ;
  • l’ouverture des tranchées induit une plus grande consommation de matières premières et une augmentation des déchets : remblais issus des carrières, déblais nécessitant des décharges, consommation d’énergie non renouvelable par le transport de ces matériaux à raison d’environ 2 MJ/tonne/km.

Les conséquences économiques

  • Un chantier qui dure, peut occasionner une baisse d’activité aux commerces et entreprises environnants (CA moindre pour le commerçant et recettes publiques en taxes et impôts moindres pour les collectivités) ; la durée des travaux risque de faire perdre à cet environnement commercial son équilibre forgé sur des longues années ;
  • le transport de milliers de tonnes de matériaux de déblais/remblais (environ 2 tonnes par mètre de tranchée non profonde) contribue à l’usure du patrimoine routier ; pour se fixer les idées, un camion de 38 tonnes use une autoroute 400 000 fois plus qu’une voiture particulière ;
  • la saignée linéaire d’une voie de circulation réduit sa durée de vie de trente ans à environ dix ans, d’où les conséquences économiques de son renouvellement prématuré.

Un inventaire chiffré non exhaustif des avantages des chantiers en techniques sans tranchée (TST)

6Sur une année civile, il est possible de récapituler les avantages quantifiés de la réalisation d’environ 10 kilomètres de canalisations d’eau potable en techniques sans tranchée et d’une centaine de kilomètres de branchements d’eau en région parisienne (tableau ci-dessous) :

Impact minimisé

Avantage quantifié

Coût sociétal (k€)

Bruit réduit

4 400 kdB x h

Voir modèle de calcul allemand fondé sur la méthode d’évitement

Déchets inertes économisés

88 000 T

880

Grave naturelle préservée

58 000 T

800

Grave traitée préservée

30 000 T

510

Revêtement de chaussée économisé

50 000 m2

2 800

Réduction consommation hydrocarbures

105 000 l

105

Réduction émission NOx

24 T

Réduction émission particules

500 kg

Espace de circulation non rentabilisé

(1 à 70 € le m2/jour)

Place de stationnement mobilisé

(1 à 2 € le m2/jour)

Conclusion

7Cette présentation des conséquences et des coûts sociétaux occasionnés par les chantiers traditionnels de pose de canalisations en milieu urbain se veut non exhaustive. Elle permet toutefois de justifier l’utilisation de techniques alternatives innovantes.

8Pour l’avenir, il faut espérer un développement de la prise de conscience, au niveau des donneurs d’ordre (maîtres d’ouvrage et d’œuvre), des problèmes et de la décision de choix en faveur de solutions économiquement certes les plus avantageuses, mais intégrant dans l’évaluation des solutions et le choix final leurs coûts sociétaux cachés.

Bibliographie

Bibliographie

Lenglet F., 1992, « L’Europe doit repenser ses transports », L’Expansion, no 427.

Moch A., octobre 1988, « Les effets psychologiques du bruit », La Recherche.

Auteur

Directeur Qualité Environnement, 28, rue de la Baume, 75008 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search