Version classiqueVersion mobile

Le changement en environnement

 | 
Martine Tabeaud

Troisième partie. Les enjeux

Répondre au changement climatique par l’évaluation et la réduction des émissions de gaz à effet de serre à Paris

Julien Bigorgne

Texte intégral

1La question du changement climatique est une question de pollution globale. La mise en œuvre de solutions pratiques suppose un délicat jeu d’échelle, une articulation complexe entre politiques nationales et enjeux locaux.

2En France, le secteur du résidentiel/tertiaire (autrement dit : des logements et des bureaux) possède des potentiels de réduction des émissions de gaz à effet de serre importants. L’étude de l’Apur (Atelier parisien d’urbanisme) propose d’étudier cette question à l’échelle du territoire parisien. Après un court rappel des enjeux climatiques, la méthodologie de l’étude est exposée ici.

Bref historique de la question climatique

3Depuis le début de l’ère industrielle, le développement des sociétés humaines s’est bâti sur une utilisation toujours croissante d’énergie, essentiellement d’origine fossile. Le largage massif de gaz à effet de serre (GES) qui en découle perturbe l’équilibre thermique de la Terre et occasionne entre autres un réchauffement de l’atmosphère. Cette conséquence, pressentie dès la fin du xixe siècle, est accueillie par ses contemporains sans catastrophisme. Dans un monde marqué par l’optimisme et le progrès, le réchauffement global est perçu comme une nouvelle victoire de l’homme sur la nature, elle préfigure un monde où le climat est instrumenté, permettant à l’homme de se prémunir des famines et des glaciations à venir.

4Depuis la deuxième moitié du xxe siècle, la pression exercée par l’homme sur son environnement s’est énormément accrue : agriculture intensive, déforestations, urbanisation massive à l’échelle du globe, etc. Le Sommet de la Terre de Rio en 1992 marque une inversion de tendance, le début d’une prise de conscience de la pression anthropique.

5Désormais, la nature est à respecter, l’environnement à protéger.

6La mise en cause de l’homme dans le réchauffement global fait l’objet d’un consensus tardif dans la communauté scientifique, il aura fallu attendre pour cela l’acquisition de nombreuses données sur le climat passé et le cycle du carbone. À la fin des années 1980, un groupe d’experts internationaux se crée, dès lors la question climatique est de mieux en mieux documentée ; citons quelques idées fortes du dernier rapport de 2001 :

  • au xxe siècle, la température moyenne globale à la surface s’est accrue de 0,6 °C, le niveau des mers s’est élevé de 10 à 20 cm ;
  • les modèles climatiques prévoient une augmentation de 1,4 à 5,8 °C d’ici 2100 (figure 1), et une élévation de 9 à 88 cm du niveau moyen de la mer ;
  • d’autres changements s’inscrivent dans le sens d’un réchauffement global : multiplication de phénomènes extrêmes (El Niño, etc.), réduction de la couverture neigeuse et des glaces de mer, raccourcissement des saisons de gel, etc.

figure 1. Variations de température depuis l’an 1000 (GIEC, 2001)

figure 1. Variations de température depuis l’an 1000 (GIEC, 2001)

Les engagements de la France

7En 1997 est signé le protocole de Kyoto qui prévoit pour les pays développés une réduction de 5,2 % en moyenne des émissions de gaz à effet de serre sur la période 2008-2012, ce qui implique pour la France de retrouver sur cette période ses émissions de 1990. Cet engagement marque un premier accord de principe, mais n’est pas suffisant aux yeux de la communauté scientifique pour stabiliser les concentrations de CO2 dans l’atmosphère ; le bon ordre de grandeur correspond à une division par deux des émissions de 1990 pour ne pas dépasser un réchauffement de 2 °C et éviter un certain nombre de catastrophes majeures.

8Ceci a conduit le Premier ministre français à s’engager en mars 2003 sur une réduction d’émissions de GES par quatre d’ici 2050 (le « facteur 4 »).

Le secteur résidentiel/tertiaire en France

9Le secteur résidentiel/tertiaire est souvent présenté comme un secteur emblématique de la lutte contre le changement climatique en France. Il fait partie des principaux émetteurs de GES en France avec les transports, l’industrie et l’agriculture (tableau 1) ; il est aussi l’un des plus préoccupants de par la forte croissance des ses émissions, même si on n’atteint pas la progression des transports (due à sa très forte dépendance vis-à-vis des hydrocarbures).

tableau 1. Émissions de GES selon leurs sources en France (Citepa, 2000)

Source

Part des émissions totales ( %)

Évolution annuelle

Énergie

13

+ 3 %

Transport

27

+ 10,3 %

Industrie

21

- 6,5 %

Bâtiment

20

+ 2,1 %

Agriculture

16

+ 0,3 %

Déchets et divers

4

10L’habitat est présenté aujourd’hui comme « le » secteur accessible au facteur 4, c’est-à-dire un secteur où la mise en œuvre du facteur 4 n’implique pas de changements structurels importants (à l’inverse des transports ou de l’agriculture). D’après les professionnels du bâtiment, la généralisation aux bâtiments anciens de techniques d’isolation actuellement disponibles sur le marché permettrait de répondre aux impératifs du facteur 4. Une politique volontariste de l’État (réglementation contraignante, crédit d’impôt, etc.) en faveur de la rénovation des tissus anciens correspond à un gisement économique vraisemblablement conséquent, d’où le récent « lobbying » réalisé par les professionnels du secteur des BTP (bâtiments et travaux publics).

Le chauffage : un enjeu parisien des réductions d’émissions

11Il apparaît clairement qu’une politique nationale cohérente vis-à-vis du résidentiel/tertiaire ne peut faire l’économie d’une connaissance exhaustive des différents tissus urbains afin d’évaluer les potentiels d’économie qu’ils recèlent.

12L’Apur mène depuis 2006 un diagnostic des performances thermiques des bâtiments parisiens. Cette étude évalue les économies d’énergie atteignables à Paris et elle tente de mesurer l’importance des émissions de GES liées à l’utilisation des bâtiments.

13L’habitat parisien est quasi exclusivement composé d’immeubles collectifs (à 99 %). Ce bâti date majoritairement des xixe et xxe siècles, son fort caractère patrimonial l’a très largement préservé des opérations de démolitions de l’après-guerre. À Paris, 90 % des immeubles ont été construits avant 1975 (figure 2) et ne répondent donc à aucune réglementation thermique.

14Ce point laisse penser que le bâti est faiblement performant du point de vue thermique, ce qui légitime une étude spécifique de ses besoins en matière de chauffage.

Réalisation d’une typologie de l’habitat parisien

15De manière générale, pour calculer les consommations énergétiques d’un bâtiment, il faut pouvoir répondre à un certain nombre de questions : quels sont les matériaux de construction ? Quelle est l’épaisseur des murs ? Quelle surface occupent les vitrages ? Comment est orienté le bâtiment (les façades orientées au sud profitent mieux de la chaleur du soleil) ? Les bâtiments aux alentours apportent-ils de l’ombre ? Quels types d’équipements de chauffage sont utilisés (convecteurs électriques, chaudières gaz, etc.) ?

16Toute personne qui veut faire construire le sait, répondre à toutes ces questions et mener une étude thermique peuvent s’avérer fastidieux.

17Si on s’intéresse à tout Paris à la fois, il faut faire le travail sur chaque bâtiment, c’est-à-dire 94 000 fois ! Comme cela est impossible, on procède autrement, on procède par regroupement.

18En fait, les tissus parisiens se sont constitués par grandes périodes, chaque période répondant à ses propres logiques, ses propres matériaux de construction, ses propres règles de prospect. Ce qui rend possible une approche globale. Notons qu’à l’inverse aujourd’hui les projets de construction ont tous leurs particularités, chaque architecte défend une logique qui est la sienne (en termes de matériaux, d’équipements, etc.), ainsi le regroupement du bâti est tout à fait impossible sur la période moderne, ce qui ne remet pas en cause l’exercice que nous effectuons dans la mesure où le bâti récent ne pèse pas grand-chose dans la somme des bâtiments parisiens.

figure 2. Date d’achèvement des immeubles parisiens (Apur, 2006)

figure 2. Date d’achèvement des immeubles parisiens (Apur, 2006)

19L’étude de l’Apur s’est attachée dans un premier temps à faire une typologie des bâtiments parisiens, ainsi pour chaque grande période de construction on a détaillé les caractéristiques communes qui permettent d’évaluer les performances thermiques.

20Pour illustrer ceci, prenons un exemple. L’entre-deux-guerres, à Paris, est une période de construction massive, on construit des logements ouvriers, les « habitations bon marché » (HBM) : les murs sont en briques (parfois recouverts d’enduit), les planchers en béton armé, l’épaisseur des murs tourne autour de 30 cm, la hauteur des bâtiments suit une règle stricte dépendant de la largeur des voies, etc. Ces critères communs à la période de construction 1918-1939 permettent d’aboutir aux calculs thermiques (ici on est autour de 200 kWh/m2/an pour les besoins de chauffage).

21Dans un futur proche, cette typologie sera croisée avec le SIG (système d’information géographique) de l’Apur, qui renseigne pour chaque bâtiment sur l’orientation, la mitoyenneté et la largeur des voies. Ainsi le calcul théorique des consommations de chauffage sur tout Paris est rendu possible et devrait aboutir sur une première évaluation courant 2007.

Que faire d’un tel travail ?

22Une fois que l’on sait ce que consomme le site parisien pour ses besoins de chauffage, on peut commencer à se poser la question du « facteur 4 » en termes réels. La discussion sur la mise en œuvre pratique du « facteur 4 » démarre ainsi que l’analyse d’éventuelles solutions de rénovations du bâti. À ce stade, trois choses rentrent en compte si on veut infléchir les consommations énergétiques des besoins de chauffage : les équipements (en privilégiant l’achat de chaudières performantes), le mode de facturation du chauffage (les modes collectifs n’incitent pas aux économies d’énergie, à l’inverse des modes individuels) et enfin les performances mêmes des bâtiments (en jouant sur l’isolation). Ce dernier point est sûrement le plus problématique, dans le cas parisien aucune rénovation lourde n’est possible à cause de la très forte valeur patrimoniale du bâti ; la rénovation légère (par exemple en rajoutant une couche d’isolant à l’intérieur même des logements) fait perdre en surface, ce qui risque de ne pas rendre cette option très populaire compte tenu du niveau actuel du prix du foncier. La question de la rénovation est une question cruciale à Paris car le gisement d’économies d’énergie est important, mais c’est aussi une question complexe qui ne peut être déclinée de manière systématique.

Bibliographie

Sources

CITEPA, 2000, Inventaire départementalisé des émissions de polluants atmosphériques en France, 6 p. [http://www.citepa.org/].

Intergovernmental Panel on Climate Change, 2001, Climate Change 2001 : The Scientific Basis, J.T. Houghton et al. (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, p. 881.

Table des illustrations

Titre figure 1. Variations de température depuis l’an 1000 (GIEC, 2001)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37536/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre figure 2. Date d’achèvement des immeubles parisiens (Apur, 2006)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37536/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 585k

Auteur

Ingénieur environnement atelier d’urbanisme de la Ville de Paris Apur, 17, boulevard Morland, 75181 Paris cedex 04

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search