Version classiqueVersion mobile

Le changement en environnement

 | 
Martine Tabeaud

Troisième partie. Les enjeux

La stratégie d’adaptation au changement climatique élaborée par l’ONERC dans le cadre du Plan climat

Paul Vergès

Texte intégral

« Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots. »

Jean JAURÈS

1Le Sénat et l’Assemblée nationale ont voté à l’unanimité la loi créant l’ONERC (Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique) le 19 janvier 2001. Ces votes montrent la volonté du gouvernement de définir une stratégie d’adaptation au changement climatique. L’ONERC a ainsi pour mission d’informer sur les conséquences du réchauffement climatique et d’élaborer des documents de synthèse pour offrir au gouvernement, au Parlement, aux élus, aux collectivités, aux acteurs du développement les moyens d’élaboration d’une véritable politique de prévention et d’adaptation au changement du climat.

2À ce titre, nous reproduisons un extrait de l’allocution de clôture au colloque organisé par le Haut Comité français pour la défense civile sur le thème : Changements climatiques : quels impacts sur la protection des populations ? le 23 mars 2006.

L’expression d’une inquiétude [est] légitime face à des risques majeurs qui se précisent au fur et à mesure qu’avancent les connaissances scientifiques ; mais qui se précisent aussi au fur et à mesure que les changements climatiques s’inscrivent dans la réalité et nous dévoilent les prémices des bouleversements redoutés. [...]
[...] Je voudrais simplement formuler quelques observations d’ordre général.
Nous sommes avec les changements climatiques face à un véritable enjeu de civilisation. Enjeu de civilisation, encore trop souvent sous-estimé dans les sphères de décision, et qui pourtant dominera l’existence commune des hommes au cours de ce siècle et des siècles à venir.
La dérive du climat, devenue aujourd’hui incontestable, annonce des désordres colossaux qui refaçonneront aussi bien la géographie de la planète que les relations entre les États. De fait, la question du réchauffement climatique n’est pas une question exclusivement environnementale. Elle est devenue une question de sécurité, de sécurité collective qui au même titre que le terrorisme conditionnera la stabilité mondiale.
La combinaison et la simultanéité du réchauffement planétaire, des évolutions démographiques et des effets de la mondialisation ouvrent en effet une période de bouleversements sans précédents dans l’histoire de l’humanité.
A-t-on bien conscience que les graves fléaux qui affectent déjà la planète comme les guerres, la pauvreté, l’accès à l’eau, aux ressources risquent de s’en trouver aggravés ? A-t-on bien conscience que non pas dans un siècle mais dans les années et les décennies qui viennent l’humanité aura à gérer des dizaines de millions de réfugiés du climat ? A-t-on bien conscience que la multiplication des catastrophes naturelles risque d’être un facteur aggravant des inégalités entre le monde développé et les pays pauvres, une nouvelle fracture entre le Nord et le Sud ? A-t-on bien conscience aussi du risque souligné par l’OMS de la résurgence ici en Europe de maladies tropicales ou de l’émergence de nouveaux virus ?
J’ai toujours la faiblesse d’en revenir à mon île, La Réunion. La Réunion confrontée actuellement à l’épidémie du chikungunya. L’expérience que nous vivons aujourd’hui est une expérience grandeur nature, dans une toute petite île, de ce à quoi nombre de pays risquent d’être confrontés face aux risques sanitaires. Une expérience de laboratoire en quelque sorte.
J’ignore si le chikungunya est lié ou non au réchauffement planétaire bien que des scientifiques éminents ou même les médecins urgentistes aient fait le lien. Ce que je sais, c’est que face à l'imprévision, face à l’impréparation, face à la soudaineté et à la surprise, cette épidémie a révélé l’inadaptation de notre système sanitaire et emporté beaucoup de nos certitudes. Ce que je vois, c’est que cette épidémie qui frappe plus du quart de notre population déstabilise actuellement aussi bien notre économie que l’ensemble de la société réunionnaise.
Je pose la question : qu’en serait-il si 15 millions de compatriotes sur le continent se retrouvaient dans un temps record, c’est-à-dire en quelques mois, victimes d’une épidémie de ce type ? L’ONERC a très récemment organisé un colloque technique sur les risques sanitaires liés aux changements climatiques. Les experts ont confirmé que la France, mais plus largement les pays de la Méditerranée n’étaient pas à l’abri de la réintroduction de maladies que nous avions su éradiquer comme le paludisme. Nous devons nous préparer, nous adapter à cela. Et c’est un chantier immense qui passe bien sûr par la lutte sanitaire et l’organisation des services de secours mais aussi par la préparation de la société civile et la réappropriation d’une culture de la prévention, trop souvent oubliée avec la modernité et l’avancée des progrès techniques et scientifiques.
Dire tout cela, ce n’est pas faire preuve de catastrophisme. C’est simplement souligner ce qui est déjà contenu dans des dizaines et des dizaines de rapports. Et la responsabilité des élus et des décideurs consiste précisément à mettre ces données révélées par la communauté scientifique en rapport avec l’état du monde, avec l’ensemble des autres forces constantes et dynamiques qui modifient chaque jour, presque imperceptiblement, la vie sur la planète, comme la démographie ou la mondialisation par exemple, pour tenter de cerner au plus près les bouleversements annoncés.
Si nous gardons donc à l’esprit l’ampleur des bouleversements annoncés, comment dès lors ne pas s’interroger sur nos concepts de développement et nos modes de production que nous avons érigés en modèle et qui étendus à l’échelle mondiale conduiront la planète vers une impasse absolue ? En effet qu’en sera-t-il du réchauffement planétaire lorsqu’il faudra répondre aux besoins en énergie de 9 à 10 milliards d’habitants qui peupleront la planète vers 2050 ? Nous savons tous que l’extension à l’échelle mondiale de nos modes de production et du mode de vie occidental, qui est fondé sur une consommation irraisonnée des ressources naturelles épuisables, est sans avenir.
Permettez-moi de citer Tony Blair qui dans une conférence de presse le 30 janvier dernier disait, je le cite : « Il est à présent évident que l’émission des gaz à effets de serre, associée à l’industrialisation et la croissance économique d’une population qui a augmenté par six en deux cents ans, provoque un réchauffement climatique à un rythme insoutenable. » Je ferme les guillemets.
Voilà où nous en sommes un peu moins de quinze ans après la conférence de Rio, où pour la première fois pourtant l’homme reconnaissait, par un acte réel de civilisation, sa responsabilité directe dans les atteintes portées aux équilibres fondamentaux de la planète. Où en serons-nous dans quinze ans ?
Ce réchauffement qualifié d’insoutenable par Tony Blair aura-t-il emporté l’insoutenable légèreté d’aujourd’hui ? ! Faudra-t-il attendre la survenance et la multiplication des drames pour agir, ou saurons-nous dans un sursaut salvateur tirer dans toutes les instances, à tous les niveaux de décision les conséquences politiques des conclusions des experts ?
Ce que disent les experts est très clair. Pour reprendre les conclusions des scientifiques réunis l’année dernière à Exeter et que vous connaissez tous ici, « la Terre se réchauffe à un rythme effarant ». Mais pire, disent-ils, les changements climatiques sont déjà en cours.
Cela corrobore ce que nous voyons sous nos yeux avec la multiplication de phénomènes climatiques extrêmes. En Europe même, la multiplication ces dernières années d’inondations, de tempêtes aussi soudaines que violentes, de canicules pourrait ne pas être sans lien avec le réchauffement climatique.
Dès lors, je crois que l'on peut dire que le réchauffement n’est plus seulement un problème inscrit dans un espace-temps qui nous dépasse. C’est devenu, un problème actuel, un problème d’aujourd’hui. Ce n’est plus également une question mondiale et lointaine. C’est devenu, et ce le sera de plus en plus, une question régionale du fait même de ses impacts, de ses conséquences qui inquiètent les populations et posent de redoutables défis en termes de sécurité collective.
Parce que les résultats des politiques de réduction des émissions de gaz à effet de serre ne seront perceptibles que dans les générations, cela implique donc que dans l’intervalle nous devons préparer le pays, nos régions, la population à s’adapter aux impacts multiples générés par la dérive du climat.
Dérive climatique particulièrement sensible en Europe si Ton en croit l’Agence européenne de l’environnement qui indique dans son rapport que l’Europe se réchauffe plus vite que la moyenne du globe.
L’ONERC a tenu au mois de février un séminaire à Marseille avec l’ensemble des régions maritimes d’Europe. L’inquiétude des régions littorales est grande car elles figurent parmi les plus exposées face aux conséquences du réchauffement climatique.
Selon le conseiller de Tony Blair, sir David King, l’augmentation significative du niveau des mers aura des conséquences sur la géographie mondiale même.
Et lorsqu’on a à l’esprit que le continent européen est de tous les continents le plus découpé, avec le plus grand nombre de façades maritimes, cela soulève de multiples questions. Comment en effet ne pas s’interroger sur les conséquences de la fonte des glaces libérant le littoral du continent blanc, sur le choix des routes maritimes et sur le volume du trafic portuaire ? Quels seront les impacts, positifs ou négatifs, pour les ports d’Europe de l’ouverture de nouvelles voies navigables au Nord ?
Comment ne pas s’inquiéter de la question de l’élévation du niveau de l’océan et donc de la protection des populations qui en majorité vivent sur le littoral, de la protection aussi des sites industriels et des équipements touristiques quand ceux-ci sont situés près du rivage ?
Dérive climatique en Europe, et particulièrement marquée en France : de nombreux scientifiques nous disent maintenant qu’ils sont en peine de fixer une limite supérieure au réchauffement climatique global. Faut-il donc attendre jusqu’à 10°C de réchauffement en France à la fin du siècle ?
De plus, en France, le réchauffement estival sera nettement plus marqué que le réchauffement hivernal. Cela confirme que des épisodes caniculaires similaires ou pires à celui de 2003 se représenteront inévitablement, et sans doute avant quelques dizaines d’années.
On observe un recul important de la totalité des glaciers de montagne en France, directement attribuable à l’augmentation de température.
Les rythmes naturels sont déjà fortement modifiés. Par exemple, il est constaté que les dates de vendanges ont avancé de près de trois semaines en cinquante ans. La croissance des peuplements forestiers a également augmenté de 30 % en un siècle. Nombre de déplacements vers le nord de certaines espèces animales ont également été constatés, y compris dans les océans.
Comment intégrer, avec la dose d’incertitudes inhérentes au sujet, ces préoccupations dans l’élaboration de nos politiques sectorielles ? C’est tout l’enjeu, c’est toute la difficulté, c’est très modestement l’ambition de l’ONERC de contribuer à avancer dans la recherche de solutions pour aider les territoires à affronter dans les meilleures conditions les impacts liés au changement climatique.
Le premier rapport de l’ONERC s’efforce donc de proposer les grandes lignes d’un cadre général pour la mise en œuvre d’une stratégie d’adaptation à la dérive du climat.
En matière d’adaptation aux conséquences du réchauffement climatique, si on excepte les mesures qui ont été prises après la catastrophe de la canicule de l’été 2003, force est de constater que rien n’existe aujourd’hui.
Nous abordons donc un domaine nouveau, relevant de la gestion des risques, dont les conséquences, sociales, économiques, sanitaires et environnementales sont colossales et porteuses d’éléments de déstabilisation de l’économie française comme de changements profonds sur les modes de vie des Français.
C’est bien une approche en termes de gestion des risques qu’il faut adopter pour se préparer au changement climatique. Les approches de type coûts/bénéfices ont jusqu’à présent échoué en raison des incertitudes, encore plus importantes sur l’évaluation de la vulnérabilité que sur l’évaluation de ce que sera le climat futur. Pour l’approche en termes de gestion des risques, qui fait maintenant consensus, les acteurs de la défense civile sont au premier rang.
Pour l’avenir, les simulations prévoient en France une aggravation générale des événements extrêmes de grande échelle, même si elles demeurent plus incertaines en ce qui concerne ceux de petite échelle, dont les propriétés physiques sont encore assez imparfaitement prises en compte par les modèles. Aucun modèle à notre connaissance ne prévoit un adoucissement des conditions météorologiques ou climatiques.
Nous ne savons pas encore exactement quels seront les prochains phénomènes météorologiques dont les conséquences frapperont l’opinion. Ce seront peut-être des inondations comme celles qui ont ravagé l’Est de l’Europe en 2002, ou une nouvelle canicule, ou davantage d’incendies de forêt, ou des propagations de maladies.
Il faut tout envisager, et s’y préparer. Une des leçons de la canicule de l’été 2003 est que le changement climatique peut frapper là où l’on ne l’attend pas. Seuls quelques spécialistes de la biométéorologie avaient entrevu la possibilité d’une telle hécatombe.
Force est donc de constater qu’à ce jour, en l’absence de mesures d’adaptation, la France n’est pas à l’abri de nouvelles catastrophes.

De nombreux dispositifs actuels ou projets en cours, qui ont été conçus pour le climat observé dans le passé, pourront se révéler mal adaptés au climat futur.
Il est donc nécessaire de s’assurer, dans tous les domaines de l’activité humaine et de l’environnement, que les meilleures dispositions possibles sont ou seront prises face à cette évolution du climat.
En premier lieu, les travaux sur la vulnérabilité et l’adaptation doivent se reposer sur un choix de scénarios climatiques, dont les caractéristiques correspondent au mieux aux besoins pour les études locales sur l’adaptation. Une approche qualitative et pratique de la vulnérabilité doit être poursuivie et généralisée, notamment par la production de cartes illustrant les principaux points sensibles sous une forme imagée et synthétique. Il s’agit d’élaborer une cartographie régionale des impacts.
Un examen des procédures de gestion de crise, sous la responsabilité du ministère de l’Intérieur, est également prévu dans le cadre du Plan climat 2004, pour tenir compte au mieux des effets du changement climatique.
La canicule de l’été 2003 a mis en évidence le fait que certains systèmes, souvent par ailleurs très sophistiqués, et précisément pour cette raison, sont extrêmement sensibles aux événements extrêmes dès que certains seuils sont franchis. Ce travail devra être conduit avec les concepteurs et les gestionnaires de ces systèmes, et devra être suivi d’une réflexion sur les mesures d'adaptation à prendre.
Par ailleurs, la mobilisation des acteurs locaux et des collectivités territoriales est essentielle dans la réussite d’une politique d’adaptation et c’est là le défi et l’objectif de l’ONERC que de contribuer à sensibiliser sur cette question et à mettre à disposition de tous les outils nécessaires pour la traiter. On conduira donc, d’abord dans le cadre de projets pilotes, un examen et une hiérarchisation des actions prioritaires, au niveau local.
Nous abordons l’adaptation de manière très pratique, à travers des projets de démonstration concrets, même s’ils sont de taille modeste, afin de développer la réflexion, les réflexes et les mécanismes pour sa prise en compte. L’implication des collectivités territoriales est indispensable, car c’est à ce niveau que la vulnérabilité peut être le plus concrètement évaluée, et que se feront sentir les effets du changement climatique. À cet égard, nous avons signé récemment deux conventions liant l’ONERC à deux communes pour leur apporter notre expertise en matière d’adaptation. Ce qui est très intéressant, c’est que cela se fait à l’initiative de ces communes et surtout qu’il s’agit de communes de quelques centaines d’habitants seulement.
Une panoplie d’outils méthodologiques à l’usage des décideurs à tous les niveaux est développée. Je ne présenterai pas en détail l’ensemble des recommandations de l’ONERC qui sont contenues dans notre rapport au Premier ministre et au Parlement.
La stratégie nationale d’adaptation que l’ONERC a élaborée dans le cadre du Plan climat, sous la responsabilité du délégué interministériel au Développement durable, traduit quelques-unes de ces recommandations. Nous espérons à présent que celle-ci sera adoptée rapidement, pour que notre pays soit doté d’un véritable plan d’adaptation, impliquant l’ensemble des acteurs concernés. Mais il est bien évident que, faute de moyens suffisants à la hauteur de l’enjeu, notre pays accumulera du retard et perdra la course de vitesse aujourd’hui engagée.
Pour relever ce défi, nous gagnerons à travailler ensemble, à échanger nos expériences et nos informations. [...]

Auteur

Président de l’ONERC, Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique, 39, rue Saint-Dominique, 75007 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search