Version classiqueVersion mobile

Le changement en environnement

 | 
Martine Tabeaud

Deuxième partie. Les représentations

La représentation du changement dans les nouvelles relations internationales

Michel Goussot

Texte intégral

« Les choses ne changent pas, change ta façon de les voir, cela suffit. »

Lao TSEU

1L’espace mondial est devenu plus complexe, plus risqué et plus incertain. L’ordre westphalien instauré en 1 648 et confirmé par le congrès de Vienne en 1815 était fondé sur quelques puissances qui géraient les relations internationales. Aujourd’hui, avec près de 200 États, les relations internationales ont fondamentalement changé : le condominium russo-américain a géré de 1945 à 1990 l’espace mondial en fonction d’une guerre « froide » qui n’a jamais débouché sur l’hypothétique Troisième Guerre mondiale, c’est-à-dire le choc entre les deux blocs. Le monde était bipolaire et idéologique, il est devenu multipolaire sans idéologie marquante. La mondialisation ajoute, aux acteurs légitimes de l’ordre international que sont les États, de nouveaux acteurs transnationaux dont le contrôle échappe aux États. La régionalisation du monde complexifie les relations internationales. La notion même de sécurité a changé, du militaire prévalant avant 1990, on est passé à d’autres préoccupations : environnement, sécurité alimentaire, hyperterrorisme, choc des pays pauvres et émergents. L’ONU, créée en 1945, est aujourd’hui contestée.

Les anomies de l’ordre mondial

Les espoirs déçus après la chute du mur de Berlin

2En s’appuyant sur la tripartition du temps historique, comme l’évoquait Fernand Braudel, les changements des relations internationales seraient ainsi inscrits dans le temps « long » de la mondialisation commencée au xvie siècle avec les grandes découvertes et confirmée à la fin du xixe siècle pour se poursuivre avec la révolution des communications depuis 1945 : le temps s’accélère, l’immédiateté domine tout, la gestion des problèmes devient plus difficile. Le temps « moyen » correspondrait au déclin du rôle de l’État : de quelques puissances gérant l’espace mondial après 1648, la prolifération étatique rend difficile la notion même d’État souverain ; les États ne sont plus la seule unité de prise en compte de l’ordre mondial, les États se diluent dans des ensembles régionaux multiples à travers le monde ; la régulation de l’ensemble devient complexe et incertaine, la violence et les risques se multiplient face à d’innombrables acteurs non étatiques. Enfin, la bipolarité, inscrite dans le temps « court » si commode pour gérer l’espace mondial entre 1945 et 1991, a disparu au profit d’une multipolarité où les idéologies seraient remplacées par la culture, comme le pense F. Fukuyama.

3« La fin de l’histoire n’aura pas lieu » : les espoirs nés de la chute du mur de Berlin ont été déçus parce que fondés sur de « fausses illusions », l’ordre bipolaire ayant maintenu un équilibre trompeur cachant de nombreuses causes d’instabilité qui ont été négligées ou assimilées au seul affrontement Est-Ouest. Ceci a conduit à la notion de « conflits périphériques » où tout ce qui était conflictuel l’était nécessairement en marge du seul choc Est-Ouest (Vietnam, Proche et Moyen-Orient, Malouines...). Or ces conflits avaient bel et bien leurs propres logiques et, pour ce qui concerne le Proche, et le Moyen-Orient, ont perduré après la chute du Mur. Il en est de même de la fin du communisme en Europe orientale, des voix ont laissé entendre que la démocratie allait triompher partout : si Cuba et la Corée du Nord peuvent effectivement être considérées comme des « anachronismes », il n’en va pas de même de la Chine populaire créée en 1949 et... toujours communiste. Certes, la Chine joue le jeu des pays occidentaux en participant aux grandes institutions internationales depuis 1972, au Conseil de sécurité ou plus récemment à l’OMC, mais les violations des droits de l’homme (DDH) restent permanentes.

4Z. Laïdi en 1993 n’hésite pas à montrer qu’on « avait espéré dans l’euphorie qui accompagna la chute du Mur que le système international était mûr pour se refondre ». Là où des structures démocratiques sont tentées, elles échouent souvent : c’est la problématique de l’« État importé » qui se pose ici depuis 1990. La démocratie est ancrée dans l’histoire et la culture, elle ne peut pas forcément être reproduite ailleurs ; il en va de même des espoirs de l’OMC de transposer le grand marché mondial à partir des présupposés occidentaux du libre-échange, mais le choc Nord-Sud existe toujours bel et bien.

Un monde qui se veut « global », mais toujours fracturé

5La coupure du monde en deux existe toujours, mais cette fois liée à la mondialisation pour entrer en jeu dans les nouvelles représentations de l’espace mondial que A.G. Hopkins estime « irréductible à l’histoire de l’Occident » ; sa démarche consiste à établir des « séquences proches » où s’imbrique dans la longue durée ce que la science politique appelle « relations transnationales » : la compression du temps et de l’espace s’implique dans un processus de représentation propre aux sociétés avancées et qui modifie de fait l’approche des relations internationales classiques. Reste que, avec G.H. Soutou, « le thème de la mondialisation est si présent que les historiens des relations internationales ne peuvent pas le négliger [...] ce concept est néanmoins très vague [...] et peut se confondre avec la notion de modernité. [...] En revanche, convenablement précisé, il peut aider à appréhender les développements du système internationale et à scander les grands courants mondiaux depuis le xixe siècle ». En suivant d’autres auteurs, la mondialisation actuelle pourrait apporter une nouvelle forme d’idéologisation du monde avec le libéralisme. L’historien E. Hobsbawm insiste sur l’idée de modernité globale née au xixe siècle – à partir de ce moment-là, « l’histoire serait l’histoire du monde » – se référant à un dirigeant américain, le président Grant, qui en 1873 parle d’un « monde unique », quatre-vingt-six ans avant la thèse du village planétaire de M. McLuhan. Selon R. Robertson, c’est bien la contraction de l’espace-temps qui définit le mieux la deuxième mondialisation, il parle même de « compression du monde » : « La globalisation comme concept renvoie à la fois à la compression du monde et à l’intensification de la conscience du monde en tant que totalité. »

6La mondialisation devrait être « globale » et dont inclure tout le monde, c’est le thème du village planétaire proposé par M. McLuhan en 1959. Or, il n’en est rien, la mondialisation est exclusive, car fondée sur l’accès aux communications. Les pays avancés initient une économie globale, rejoints par les pays émergents et même quelques pays pauvres. Mais la communication est inégalitaire. 90 % des internautes sont dans les pays de la Triade, les États-Unis disposent de 75 millions de serveurs Internet, l’Afrique n’en compte en 2006 que 300 000. La seule ville de New York a plus de postes téléphoniques que toute l’Afrique subsaharienne, trois milliards de personnes ne composent jamais de numéros de téléphone. Certaines cultures, du fait de la mondialisation, sont dépossédées. Ne pas accéder aux NTIC, c’est être exclu de la connaissance, condition majeure du développement. La mondialisation produit, par ses acteurs géoéconomiques, une inégalité économique, elle coupe le monde en deux. Il y a de plus en plus de pauvres en Asie, en Afrique surtout, 219 millions (40 % du continent) avec moins d’un dollar par jour, et cela s’aggrave en termes relatifs. Au plan du commerce international, la mondialisation renforce les polarisations. La zone euro compte pour plus de 30 %, le Japon 6,7 %, l’Afrique moins de 2 % dans les exportations mondiales. Il n’y a que quatre États africains qui arrivent à dépasser le seuil : Afrique du Sud, Algérie, Nigeria, Libye, en raison du pétrole. L’OMC, forte de ses 149 membres, surtout des pays du Sud, dicte toujours sa loi géoéconomique au nom de la libéralisation dont les ONG réclament un moratoire.

  • 1 R. Robertson, Globalization : Time-Space and Homogeneity-Heterogeneity, Londres, 1995.

7La prise en compte de la mondialisation dans la représentation des relations internationales devient une des explications des changements. Selon B. Badie, on assisterait plutôt à une « réconciliation du mondial et du local ». O. Dollfus ou R. Robertson (Glocalization : Time-Space and Homogeneity-Heterogeneity1) montrent que la mondialisation, contrairement à une idée reçue, « redonne à l’État un rôle que la géographie nationale lui avait jadis retiré ». B. Badie condamne en revanche l’expression de R. Robertson glocalisation, qu’il considère « terrifiante », mais lui reconnaît justement de réunir deux notions totalement antithétiques et, sur ce plan, le néologisme revêtirait un certain intérêt. Ainsi, B. Badie montre que la mondialisation se nourrit de la « dynamique des productions locales », mais aussi des aménagements locaux, de l’initiative des villes devenues globales (S. Kassen), de la coopération active entre acteurs de l’espace mondial et surtout des collectivités et communautés de responsabilité ayant des besoins identiques ; c’est ce qui « mondialise » ou « globalise » à la fois la demande et l’offre ; les grands ensembles régionaux mondiaux dotés d’un centre et de périphéries seraient ainsi à la fois cause et conséquence de la mondialisation. L’auteur ajoute que « tout acteur local est un acteur international en puissance » dans la mesure où l’État westphalien est concurrencé au plan de la politique étrangère par des acteurs non étatiques qui agissent à l’international, le local devenant un levier de recomposition du monde. Les États qui se sont lancés dans des politiques de décentralisation territoriale sont ainsi en mesure de créer de fait des entités qui ont une part de responsabilité auparavant dévolue à l’État et lui seul, ce qui au plan mondial conduit à une « fièvre régionale », avec tous les risques que cela comporte. Selon J. Segard (L’économie de la panique. Faireface aux crises financières la mondialisation), c’est la dérégulation et l’intégration croissante des marchés financiers, le capitalisme de club ou d’alliances qui est né des interdépendances économiques globalisantes et ne crée cependant pas un « espace mondialisé ».

Des représentations des relations internationales multiples

8Le modèle fondé sur la souveraineté des États seuls acteurs légitimes de la scène internationale est battu en brèche par B. Jessop qui définit le principal changement par la montée en puissance des flux transnationaux, dont la terminologie apparaît dans les années 1980 et surtout 1990. Le concept s’oppose à « international » en ce sens que les relations ne sont plus fondées sur l’ordre des 192 États juxtaposés, mais bien transversales. J. Rosenau pour sa part évoque plutôt une « scène internationale dédoublée » à partir de deux modèles : d’une part, le modèle classique interétatique souverainiste « statocentré », d’autre part, le modèle « multicentré » où s’affrontent dans une complexité étonnante les collectivités étatiques nationales classiques et d’autres formes de gouvernance collective. Ces deux types d’acteurs ont des mobiles, des finalités et des modes d’action différents ; les deuxièmes, transnationaux », parasitent les pôles étatiques en les vidant de leur légitimité. M.-C. Smout va encore plus loin en parlant d’un « retournement du monde » pour désigner les incertitudes de l’après-guerre froide, la fragmentation du monde et la « fin des territoires » via la déterritorialisation du politique (B. Badie). A. Wolfers et F. Fukuyama estiment que la scène internationale est redevenue hétérogène depuis 1991, parlant de la « victoire des réseaux et des acteurs transnationaux sur les États bureaucratiques ». Fi. Bull va dans le même sens en insistant sur la puissance dominatrice des marchés financiers face aux États qui deviennent des entités pénétrées par des normes et des règles internationales, à l’image des Trading States (par exemple Myanmar qui accepte son insertion dans la mondialisation via des flux transnationaux touristiques, alors que c’est un des États les plus fermés de la planète).

9J. Nye, dans Les paradoxes de la puissance, montre que les États-Unis inaugurent dès 1992 le Soft Power remplaçant le Hard Power, c’est-à-dire la suprématie du culturel et de l’économique sur le militaire. La puissance serait toujours multidimensionnelle – « on ne peut être puissant que s’il existe d’autres puissances » – ce que confirme B. Badie dans L’impuissance de la puissance. Comme le souligne G.J. Ikenberry dans « America’s Imperial Ambitions » (Foreign Affairs, octobre 2002), « le maintien de la paix et la reconstruction civile devront s’appuyer sur des coalitions d’États et d’organisations multilatérales qui ne peuvent être associées au processus que si les décisions initiales quant à l’emploi de la force militaire sont prises en consultation avec les autres grands partenaires ». Les États-Unis ne sont certainement que partiellement en position de contrôle d’un troisième niveau des RI qui voit le jeu des acteurs non étatiques se déployer : sociétés civiles, ONG, FMN, réseaux terroristes divers comme Al-Qaida. J. Rosenau en 1969 insistait déjà sur les liens qui permettent de penser l’articulation du système global et de ses sous-systèmes en proposant un cadre d’interactions interne-externe. Keohane et Nye en 1977 définissent l’idéal-type de l’« interdépendance complexe », Burton avait auparavant parlé de « société mondiale ». A. Wolfers avait aussi proposé sa théorie des boules de billard, dont l’entrechoquement évoquerait les principales relations d’unités étatiques closes sur elles-mêmes, et cette approche aurait fait place à l’idée d’une toile d’araignée faite d’une pluralité d’acteurs aux transactions enchevêtrées (théorie de Burton). Waltz, en distinguant le « système international » (ensemble des interactions entre acteurs) de la « structure internationale » (structuralistes) qui définit l’ordonnancement des parties du système, reformule à sa manière les principaux aspects du réalisme : les structures politiques internationales sont donc produites par l’interaction des acteurs, la question de savoir qui agit est donc fondamentale (États ? ONG ? FMN ?...)

Un monde devenu plus risqué ?

L’idée même de sécurité globale a changé

10Depuis 1990, la sécurité globale a changé de sens : de militaire, elle est devenue également économique, sociale et culturelle, avec le respect des identités et des diversités. Les notions de « sécurité alimentaire », de « sécurité écologique » préoccupent davantage : le sida qualifié de « pandémie », la grippe aviaire qui n’est pas encore une pandémie induisant une coopération internationale sous l’égide de l’OMS, la corruption, les narcotrafics, le blanchiment de l’argent « sale », le terrorisme émergent. Cette sécurité globale appelle des débats « planétaires » : dès 1992, avec le premier Sommet de la Terre à Rio, ce sont 175 États et 117 chefs d’État et de gouvernement qui se réunissent, pour parler non de guerres ou de sécurité militaire, mais bien de l’avenir de la planète. Des divergences sont apparues, les États-Unis ont pour leur part privilégié l’économie sur l’écologie (période électorale où Nixon se représente) et le Japon ne souhaite pas augmenter son aide au développement qui aurait dû passer à 0,7 % de son RNB ; la CEE manque alors de moyens et la France ainsi que les pays Scandinaves se prononcent eux pour le seuil de 0,7 % ; les pays du Sud sont très divisés, ceux de l’OPEP refusent toute taxation sur le pétrole. Le « nouvel ordre écologique » émanant de Rio est calqué sur le nouvel ordre mondial et souligne le poids du G7, or les pays riches sont paradoxalement ceux... qui polluent le moins ! Contrairement à l’idée largement admise que les États-Unis engagent le débat sur la Weser Acte, la conférence de Rio a eu le mérite de faire prendre conscience au monde entier de la question du développement et des ressources, notamment pour les gaz à effet de serre (154 pays signataires, mais sans les États-Unis), la préservation des forêts tropicales et boréales, un projet de convention sur la désertification, et surtout la surveillance de l’application de l’« Agenda 21 » pour le développement durable. Au sein des Nations unies, une commission est créée pour le « gouvernement global » en 1995, proposant notamment la mise en place d’un « Conseil de sécurité économique » (CSE), une autre commission dirigée par le Corps commun d’inspection de l’ONU imagine un « Conseil de sécurité globale » (CSG) composé de 23 chefs d’État représentant les pays riches et les plus peuplés, et s’articulant sur des organes régionaux. En 1995, la « Commission de la gouvernance globale » (CGG), intégrée à l’ONU, définit la gouvernance comme la « somme des pratiques par lesquelles individus et institutions, tant privées que publiques, gèrent leurs affaires communes ». L’idée est de surmonter les conflits d’intérêts et de mettre en place une démarche collective. Les problèmes abordés sont nombreux : scientifiques, techniques, économiques, juridiques, impliquant les États, les mouvements associatifs comme les ONG, les entreprises, des experts. Le monde ne fonctionne plus comme avant, même si des permanences subsistent, les États westphaliens sont toujours là, la fin de l’histoire, pas plus que la fin des territoires, n’a pas encore eu lieu.

  • 2 Bertrand Badie, Un monde sans souveraineté, Paris, Fayard, 1999.
  • 3 H. Kissinger, La nouvelle puissance américaine, Paris, Fayard, 2003.
  • 4 T. de Montbrial, L’action et le système du monde, Paris, PUF, 2002.

11Quelle place l’État occupe-t-il aujourd’hui dans les relations internationales ? Dans l’utopie d’un État « mondial », certains auteurs insistent sur le dépérissement de l’État westphalien ou son rôle devenu plus relatif2, d’autres restent fidèles à la démarche réaliste de R. Aron, dans Paix et guerres entre les nations, ou de H. Kissinger qui conçoit le monde comme un ensemble de sous-équilibres régionaux3, M. Betti en revanche se félicite du déclin relatif des États en prônant le « droit d’ingérence » à des fins humanitaires ; T. de Montbrial4 pense que les États-nations ont déjà changé, mais la mondialisation ne les remet pas en cause en tant que tels, et il insiste sur la nouvelle notion de gouvernance, qui est une pratique souple de coordination entre les différents acteurs et pas un système hiérarchisé correspondant à la montée de la société civile au niveau international et à l’unification progressive du monde, sans toutefois que celle-ci débouchent sur un véritable gouvernement mondial : il n’y aurait donc pas globalisation totale, mais évolution des rapports interétatiques conduisant à une imbrication fonctionnelle croissante des États, formant de nouvelles unités politiques et des sous-ensembles régionaux à géométrie variable ; la souveraineté nationale n’a pas disparu, mais elle n’est plus absolue, comme dans le système international classique. Roseraie montre pour sa part que Singapour est l’archétype du territoire puissant sans État. La fin de la guerre froide redonne en fait de la vigueur à la notion de puissance, selon B. Basie. La fin du monde bipolaire ne crée pas pour autant un monde unipolaire (« deux moins un ne fait pas un ») : l’unilatéralisme fonderait en fait une des anomies de l’espace mondial, l’ingérence se banalise et les États instrumentalisent la mondialisation à leur profit. La nouvelle sécurité collective ne serait plus hobbesienne, l’interdépendance laissant peu de place à la gestion de la sécurité par la puissance. La violence internationale remet en cause la notion même de puissance des États, du fait de sa transnationalisation. La puissance est également contrôlée par la société civile émergente via les médias comme CNN.

12La guerre a changé de sens avec la fin de la bipolarité, c’est le thème de la nouvelle conflictualité internationale (NCI) ; des conflits sont antérieurs à la chute du Mur, d’autres n’avaient pas éclaté du fait de la gestion par le condominium russo-américain, et les trois quarts des conflits ont lieu au Moyen-Orient, en Asie du Sud-Est, en Afrique subsaharienne. Les nouveaux conflits sont rarement interétatiques, car les problèmes naissent souvent de situations difficiles intra-étatiques. Le mobile étatique tend à disparaître derrière celui des sociétés : ainsi l’action de G. Bush en Irak vise à éradiquer le terrorisme et à transformer la société irakienne. La notion même de paix aurait changé. De la paix « positive » liée à la démocratie, au multilatéralisme et au commerce des années 1960, on serait passé à une paix loin des préoccupations militaires. Ainsi, le PNUD crée la notion de « sécurité humaine » fondée sur les droits de l’homme. L’ONU invente les concepts de State Building et de Peace Building, où la communauté internationale doit aider les pays pauvres à sortir de guerres de plus en plus longues : il faut sept ans pour reconstruire un pays africain au sortir de la guerre.

La montée des risques autres que les guerres

13Nous rappellerons que la notion de risque est composite, produit d’un aléa et d’une vulnérabilité, l’aléa étant la probabilité d’occurrence d’un phénomène et la vulnérabilité le niveau de conséquence prévisible de ce phénomène. L’hyperterrorisme, expression avancée par F. Heizbourg, induit des changements et des risques nouveaux à l’échelle de la planète, que le terrorisme antérieur ne produisait pas ; ainsi les actions terroristes régionales en Irlande, dans les régions du Pays basque ou en Corse ne produisent pas de changements planétaires ; il en va tout autrement avec l’hyperterrorisme qui peut changer la donne mondiale : Al-Qaida représente une forme nouvelle d’action terroriste, non territorialisée, donc difficile à identifier, recourant à des moyens stupéfiants, nécessitant une médiatisation mondiale et une préparation qui n’est plus celle de groupes qu’on pourrait qualifier d’amateurs, mais bien d’une organisation mondiale de plusieurs centaines, voire de milliers de personnes au sein de nébuleuses présentes partout, actives ou « dormantes », utilisant toutes les trames de la mondialisation et l’interdépendance des structures de l’espace mondial ; ainsi les attentats du 11 septembre 2001 qui aboutissent à la destruction en direct des Twin Towers du World Trade Center de New York ont été conçus pour être vus partout, pour que « l’on sache » ; les moyens sont violents et stupéfiants au sens strict du terme ; la menace est alors permanente ; Al-Qaida frappe ailleurs, le risque est permanent et la catastrophe est attendue, peu prévisible ; tout terroriste poursuit un but précis, mais l’interprétation se fait surtout dans les pays touchés.

14F. Heisbourg estime que le xxie siècle a commencé avec de « très grandes catastrophes » riches d’enseignement sur la vulnérabilité des sociétés, quelles soient développées ou non développées ; ainsi les attaques du 11 septembre à New York on fait plus de 3 000 victimes et des dizaines de milliards de dollars sont partis en fumée. Les effets immédiats sont connus et identifiés, et les effets induits sont immenses : ainsi, la représentation que les États-Unis se sont faite de ces attentats a provoqué un changement profond dans la politique sécuritaire américaine et dans son action dans le monde ; Washington, en s’estimant « en guerre » le soir du 11 septembre 2001, change fondamentalement la donne de la politique extérieure américaine, prolongeant les attentats par une réplique cataclysmique avec la guerre en Irak (plus de 200 milliards de dollars à ce jour), requérant la mobilisation de moyens militaires énormes, ce qui prive les États-Unis d’une éventuelle intervention ailleurs dans le monde.

15Les risques débouchant à terme sur des catastrophes, ont changé de sens : ainsi, on peut prévoir que les rétroactions homme-nature se traduiront par de « nouvelles » catastrophes, à la fois plus nombreuses que par le passé et surtout plus destructrices et plus meurtrières, comme les pandémies liées à nos modes de vie et à la mondialisation, catastrophes climatiques prévues par les modèles de réchauffement climatique et aux effets induits par la concentration de populations en des lieux devenus vulnérables par cet effet seul.

  • 5 Pierre Bloc-Duraffour, Les villes dans le monde, Paris, Armand Colin, collection « Synthèse », 2002

16L’urbanisation en soi est également un facteur de changement : selon F. Heisbourg, l’urbanisation amplifie les risques. Pierre Bloc-Duraffour5 montre que les villes du monde regroupent plus d’habitants qu’il n’y en avait sur la planète en 1950 (soit plus de 2,6 milliards de citadins !) avec une progression annuelle de 65 millions de nouveaux citadins, c’est-à-dire chaque année l’équivalent de la France ; 300 agglomérations millionnaires existent aujourd’hui dans le monde, assemblant le sixième de la population mondiale ; sur les 17 plus grosses villes, 12 se trouvent dans les pays du Sud ; on est passé en un siècle de 10 % de taux d’urbanisation à plus de 50 % pour atteindre certainement en 2025 les deux tiers de la population mondiale. On doit prendre en considération la nécessité, pour les organisations internationales onusiennes et autres, pour les grandes entreprises globales, pour les fournisseurs de services et les opérateurs d’infrastructures critiques (du type Internet) un relèvement du niveau de risque dans les prévisions et l’organisation même, surtout lorsque leur activité est exposée à ces risques au plan mondial.

17L’Administration Clinton avait proposé dès 1992 une nouvelle carte du monde fondée sur une redéfinition des États en fonction de leur spécificité et de leurs risques potentiels. Ainsi, Madeleine Albright en 1992 invente le concept de Collapsed State à propos de la Somalie (perte de souveraineté et de structures politiques), justifiant l’ingérence des États-Unis comme sauveurs. La notion d’État-voyou est inventée au milieu des années 1990 pour désigner des États qui menacent la paix du monde en ne respectant pas les règles onusiennes ; la carte est alors très précise : Cuba, Irak, Syrie, Corée du Nord, Libye ; ces États ne peuvent en attaquer d’autres, mais peuvent menacer régionalement et engendrer des conflits ou accueillir des structures terroristes. Les États-malins (Cunning States) profitent d’un statut régional exceptionnel, comme le Qatar ou certains États d’Asie centrale (Kazakhstan), où les États-Unis ont trouvé un relais militaire au moment de la guerre en Afghanistan. La notion d’État-rentier est appliquée aux pays exportateurs de pétrole, celle d’État-client à de petits États comme le Zimbabwe, la Syrie ou Cuba, intégrés dans des circuits transnationaux de type mafieux. Singapour, selon Rosencrace, serait un État virtuel sans territoire.

Un rapport au temps nouveau

  • 6 François Hartog est spécialiste de la Grèce antique et directeur d’études à l’EHESS.

18Le rapport au temps a changé dans sa représentation. Ainsi, F. Hartog6 montre que, de la Grèce antique à la Révolution française, les dirigeants politiques vivaient par rapport au passé pour comprendre ce qui leur arrivait au présent, c’est l’« histoire maîtresse de vie » et des « leçons de l’histoire », toute exemplarité venait du passé. À l’époque de la Renaissance on élève le présent à la hauteur de la grandeur passée d’Athènes et de Rome ; avec la Révolution française, les hommes se tournent vers le futur, la perfectibilité et le progrès arrivent comme mots d’ordre ; aujourd’hui, les hommes vivent dans le présent. F. Hartog montre que les technologies de l’information engendrent « de l’immédiateté qui permet au présent de se regarder comme déjà passé » ; les images des attentats du 11 septembre ont été diffusées en boucle dans le monde entier, provoquant haine ou joie (Wim Wenders, dans The Land of Plenty). L’événement qui était en train de se passer était présenté « avec le regard que la postérité pourrait en avoir. Le fondamentalisme religieux serait ainsi une « manifestation extrême » du présentisme, notamment par l’usage des nouvelles technologies d’information ou par les textes lus par Ben Laden comme des textes du Prophète ; cette perspective de revenir aux temps mythiques des fondateurs est en fait très vague : F. Hartog montre que l’action est marquée par ce qu’il appelle le « présentisme », ajoutant que « se faire sauter avec un avion ou une voiture piégée n’est pas vraiment destiné à instaurer une société radieuse sur Terre et n’est pas tourné vers le futur ». Le terrorisme serait ainsi un des avatars de la globalisation.

19Toutes les sociétés cependant n’ont pas le même rapport au temps : ainsi l’Europe occidentale et l’Europe orientale n’ont pas le même rapport au temps que les États-Unis ; aux États-Unis, le futurisme est un fait de civilisation, et dans le cadre du messianisme propre à la culture américaine (America is Process), nation « biblique », dit F. Hartog, nation qui bouge tout le temps et qui est mobile par définition, tout en prenant conscience des peurs nouvelles que sont le terrorisme ou la maîtrise de risques anthropiques, comme l’a montré la catastrophe de La Nouvelle-Orléans fin 2005. L’ouragan Katrina a montré les insuffisances du système américain de gestion des crises, la vulnérabilité de la région étant connue de longue date ; de même, l’Administration Clinton avait eu connaissance de la préparation d’attentats majeurs depuis le premier contre le World Trade Center en 1993 ; le problème est certainement dans l’incapacité ou le manque de résilience de la société civile américaine, qui abandonne les plus démunis en laissant s’effondrer l’armature civique, comme le fut la faible capacité de résilience française face à la canicule en août 2003. Les Chinois ont une approche de la globalisation positive en ce sens quelle signifie développement futur, et tout ce qui valorise le présent comme le temps réel des technologies leur convient.

Bibliographie

Bibliographie

Chatillon F., 2006, Les relations internationales, Paris, La Documentation française, série « Les Notices ».

Badie B., 2006, L’impuissance de la puissance, Paris, Fayard.

Hartog F., 2003, Régimes d’historicité, présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil.

Hermant D., 2006, « Violence politique, attentats et kamikazat, l’hypothèque du 11/09 », Cultures et Conflits, n° 63.

Moreau-Defarges P., 2006, Relations internationales, t. 1, Questions internationales, Paris, Point Seuil.

Moreau-Defarges P., 2003, L’ordre Mondial, Paris, Armand Colin, coll. « U ».

Keohane R., Nye J., 1977, Power and Interdépendance, Boston, Little Brown.

Kissinger FL, 1996, Diplomatie, Paris, Fayard.

Nye J., 1992, Le leadership américain : quand les règles du jeu changent, Nancy, Presses universitaires de Nancy.

Huntington S., mars-avril 1999, « The Lonely Superpower », Foreign Affairs, 78.

Ikenberry G.J., septembre 2003, « Is the American Multilateralism in Décline ? », Perspectives on Politics, 1.

Rosecrance J., 2003, Turbulence in World Politics, Princeton, Princeton University Press.

Goussot M., 2006-2007, International Relations : Change and Continuity, Perspectives, cours polycopié, IEP de Paris, deuxième année, étudiants internationaux.

Walt S., mai 1998, « International Relations : One World, Many Théories », Foreign Policy 110.

Morgenthau H., 1967, Politics among Nations : The Struggle for Power and Peace, New York.

Weber C., 2001, International Relations Theory :A Critical Introduction, New York.

Ohmae K., 1999, The Borderless World, New York, Harper Business.

Notes

1 R. Robertson, Globalization : Time-Space and Homogeneity-Heterogeneity, Londres, 1995.

2 Bertrand Badie, Un monde sans souveraineté, Paris, Fayard, 1999.

3 H. Kissinger, La nouvelle puissance américaine, Paris, Fayard, 2003.

4 T. de Montbrial, L’action et le système du monde, Paris, PUF, 2002.

5 Pierre Bloc-Duraffour, Les villes dans le monde, Paris, Armand Colin, collection « Synthèse », 2002.

6 François Hartog est spécialiste de la Grèce antique et directeur d’études à l’EHESS.

Auteur

Professeur à l’Institut d’études politiques IEP, 27, rue St-Guillaume, 75006 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search