Versión clásicaVersión móvil

Le changement en environnement

 | 
Martine Tabeaud

Première partie. Les faits

Gradient, savoirs et mémoire : le changement observé et perçu dans la climatologie de l’Imerina centre-oriental (Madagascar)

Daniel Peyrusaubes

Texto completo

  • 1 Dictionnaire Littré.

1« Les hommes, dans une demeure si sujette aux changements [la Terre] [...] », Montesquieu, Lettres persanes, 113. Cette citation1, de façon dépouillée mais non moins orientée et explicite, invite à la notion de changement que l’homme est contraint de gérer tout au long de son existence. Le temps qui passe est intrinsèquement et potentiellement porteur de changement ; il peut aussi être le contraire, la stagnation. S’agissant des sociétés humaines, tout dépend finalement de la dynamique de chacune d’entre elles.

2Dans le cadre environnemental, les milieux dits « naturels », dans lesquels s’inscrivent les peuples, sont en perpétuel mouvement. Un domaine où la notion de changement trouve toute son acuité est celui de la climatologie. Notre propos se place dans ce champ physique, et sa spécificité tient de deux éléments. Le premier est que nous discutons de ce thème du changement au sein d’un espace géographique tropical d’altitude – les hautes terres centrales de Madagascar – où s’établit une transition bioclimatique de premier ordre dans la dynamique écologique générale. Le second est que l’approche proposée mobilise tant l’espace que le temps (qui passe), tant les savoirs définis comme savants que les connaissances des populations autochtones, ces dernières étant, ici, majoritairement rurales et à très faibles revenus.

3Dans un premier temps, nous illustrons cette notion de changement à l’échelle spatiale, à travers l’analyse d’un gradient climatique. Un second moment aborde le thème sur le plan chronologique, entre présent et passé. La réflexion se veut duale, entre certitudes et hypothèses scientifiques d’un côté, savoirs locaux et perceptions sociétales de l’autre.

Un gradient climatique comme marqueur spatial de changement

4Notion particulièrement générale, le changement donne la liberté de l’appréhender de multiples façons. Pour un géographe, l’aborder par l’espace est un réflexe. Dans le cas plus précis d’une étude de géoclimatologie, c’est-à-dire d’une climatologie menée par un géographe, cette approche prend le caractère de gradient, à savoir d’une transformation progressive des conditions climatiques dans un espace défini. Deux cas se présentent alors : soit cette transition est brutale et ne pose alors aucune difficulté quant à sa caractérisation, soit elle s’établit de manière plus subtile et progressive, compliquant par là même sa mise en évidence et son décryptage.

  • 2 Territoire de l’un des 18 groupes ethniques malgaches, les Merina.

5Le terrain d’étude concerne un espace géographique situé sur les hautes terres de l’île de Madagascar (océan Indien), précisément entre les terres centrales et sud-orientales de l’Imerina2. De la capitale Antananarivo aux falaises de l’Angavo – limite topographique entre versant oriental et versant occidental de la grande île à la latitude de l’Imerina (figure 1) – s’établit une lente interface bioclimatique. Ce secteur de transition se localise en fait au début de ce phénomène climatique est/ouest majeur. Celui-ci s’exerce entre l’étroite façade orientale indienne continuellement balayée par le flux humide de l’alizé du sud-est (c’est le domaine de la forêt primaire sempervirente) et le vaste versant ouest ouvert sur le canal du Mozambique, où les climats qui règnent alternent saison humide (de mousson principalement) et saison sèche. Cette typologie simple des climats de Madagascar est celle communément adoptée par les spécialistes, au premier rang desquels G. Donque (1975). En effet, cet auteur définit deux grands ensembles climatiques : celui du domaine au vent de l’alizé et celui sous le vent de l’alizé. Néanmoins, il prend soin, pour le second, de distinguer les hautes terres des autres espaces. C’est dire l’importance que revêt le caractère altitudinal. En effet, si l’agglomération tananarivienne se situe entre 1250 mètres (quartiers bas) et 1400 mètres sur le haut des collines, l’altitude s’accroît lentement vers l’est pour atteindre 1600 mètres en moyenne ; les sommets des plus hauts dômes granitiques avoisinent quant à eux 1 800 mètres.

6Pour résumer : l’espace de recherche se place donc au début d’un important secteur de transition climatique, à la jonction entre un versant au vent et un versant sous le vent, l’ensemble en configuration d’altitude de moyenne montagne.

7L’obstacle topographique de direction générale nord-nord-est/sud-sud-ouest des falaises de l’Angavo au flux de l’alizé du sud-est détermine un processus dynamique atmosphérique essentiel dans la compréhension de la climatologie de Madagascar. Ce phénomène, appelé effet de foehn, consiste en la transformation thermo-hygrométrique d’une masse d’air, assez humide à l’origine, suite au franchissement d’un relief. Dans notre cas, l’air tropical saturé de l’océan Indien porté par le flux alizéen est contraint de s’élever face à l’obstacle montagneux. Le refroidissement (ou rafraîchissement) consécutif provoque une condensation importante et de copieuses précipitations. Franchissant la ligne faîtière de l’Angavo, cet air encore fortement nébuleux débute sa longue descente vers le littoral occidental. À la décompression opérée lors de son ascendance en versant est succède une phase inverse de compression progressive qui réchauffe et assèche la masse d’air. Ainsi, dans ce cadre spatial et climatique, la notion de « changement » trouve toute sa pertinence, renforcée par la dissymétrie des deux versants de l’île. Mais la localisation singulière des lieux d’étude, en partie amont de cet effet de foehn, rend inadéquat, du moins insuffisant, le concept classique de situation « au vent » (ou « au flux ») et de situation « sous le vent » (ou « sous le flux »). Le manque de données statistiques à l’échelle du secteur a également participé de cette réflexion. Cette stricte dualité ne convenant pas, nous proposons de la décliner en une étape intermédiaire que nous appelons l’« entre-deux-vents » (figure 2).

figure 1. Localisation générale du terrain d’étude en Imerina

figure 1. Localisation générale du terrain d’étude en Imerina

8Cet espace climatique, soumis au jeu saisonnier de l’alizé et de la mousson, trouve sa légitimité principalement en ririnina, terme malgache qualifiant la saison sèche et fraîche. Comme le suggère la figure 2, durant cette période de l’année (grosso modo de mai à août), c’est le flux renforcé de l’alizé qui commande majoritairement le temps sur la grande île ; en saison humide, appelée fahavaratra, le flux de mousson du nord-ouest alterne avec une circulation alizéenne qui a perdu de sa régularité et de sa puissance. Toutefois, en raison d’une forte inversion dynamique entre 2 000 et 2 500 mètres d’altitude, les processus pluviométriques sont quasiment inhibés, sauf en bordure orientale où quelques précipitations peuvent persister. C’est ici qu’intervient l’originalité des contrées d’Imerina oriental : des débordements nuageux par l’est ont lieu assez fréquemment, à l’origine d’un type de temps particulièrement typique des hautes terres centrales. Il s’agit de l’erika, terme vernaculaire signifiant bruine, crachin. Cette ambiance se caractérise par une forte humidité de basses couches, une nébulosité totale, de fines précipitations intermittentes, voire continues, qui trempent littéralement le climatologue de terrain (ou le randonneur non averti !) du fait d’un vent de sud-est modéré à fort qui s’établit lors de chaque épisode de ce type. La couche nuageuse, en fait pas très épaisse à cause de l’inversion, s’étiole et se désintègre peu à peu dans sa course vers l’ouest. Il est fréquent d’observer les premières belles éclaircies au niveau d’Antananarivo, sorte de porte de sortie de T« entre-deux-vents » merina.

figure 2. Schéma climatique moyen durant fahavaratra (a) et durant ririnina (b) à la latitude d’Antananarivo

figure 2. Schéma climatique moyen durant fahavaratra (a) et durant ririnina (b) à la latitude d’Antananarivo

9Comme il n’existe pas de donnée statistique autre que la pluviométrie de saison chaude d’un poste climatologique localisé à proximité des falaises de l’Angavo (site du lac de Tsiazompaniry), force est d’exploiter d’autres sources de connaissance. L’observation personnelle en est une ; mais elle est du registre de l’instantané ou du court terme dans le cadre de missions en temps limité. Elle demeure néanmoins fort instructive lorsqu’elle s’opère, par exemple, au cours de trajets en taxi-brousse (donc à vitesse lente) entre la capitale et les terres plus orientales. Plus original, en revanche, est le gisement des savoirs autochtones recueillis in situ. Il permet de pallier le manque de connaissances dites scientifiques, mais aussi de les compléter parfois et de faire valoir l’intérêt de prendre en considération ce type d’informations. Ces contrées d’Imerina sont majoritairement rurales et agraires ; il s’agit donc de populations très sensibles à leur cadre de vie et en particulier au climat qui le caractérise. Le gradient en question, c’est-à-dire ce changement subtil mais bien réel des conditions atmosphériques entre les environs d’Antananarivo et les terres d’altitude plus à l’est, est parfaitement perçu et connu des paysans. Du fait des liens étroits (commerce, services, emplois...) qu’ils ont tissés avec la capitale, ces terriens décrivent avec suffisamment de finesse et d’affirmation leur environnement climatique ; ne pas en tenir compte serait un non-sens. Ainsi, tous les témoignages font état d’un double gradient, thermique et pluviométrique. Confirmation est donnée (par rapport à de fortes présomptions scientifiques), d’ouest en est, d’une chaleur estivale qui s’atténue et d’une fraîcheur de saison sèche qui s’accentue. De même, une humidité de basses couches plus importante, par épisodes, durant ririnina, est systématiquement décrite : plus de nébulosité, plus de bruine, plus de vent... c’est le théâtre ambianciel de l’erika ! Finalement, dans cette quête d’un changement des conditions du climat au sein d’un espace géographique aux paysages de collines et de vallées, le croisement entre un savoir savant très limité et des connaissances vernaculaires, certes qualitatives mais suffisamment affirmatives et convergentes pour confirmer ce gradient, montre la pertinence et la légitimité que l’on doit accorder à cette méthode de travail.

La dimension temporelle du climat en Imerina : un changement mesuré et perçu ?

10C’est l’autre acception donnée habituellement au substantif changement ; c’est même probablement celle qui vient le plus spontanément à l’esprit. La dimension du temps qui passe semble, pour le quidam, la plus immédiate et la plus accessible. Sauf qu’elle implique la mobilisation d’une fonction physiologique, cérébrale, sujette à discussions nourries, voire controversées chez certains chercheurs : la mémoire. Nous y reviendrons.

11Dans le cadre de notre recherche, l’un des questionnements majeurs relève de la temporalité des éléments producteurs du temps sensible des lieux. Clairement, comment ont évolué les précipitations, les températures, le vent... dans le temps ? C’est une interrogation récurrente en climatologie. Pour pouvoir y apporter une réponse, il est nécessaire de posséder un corpus statistique de taille suffisante, avec peu de lacunes et sur une longue durée. La base minimale préconisée par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) est de trente années. Cela pouvait paraître bien court il y a quelques décennies quand la problématique d’un changement climatique en possible accélération n’était pas encore posée. Depuis, le contexte scientifique a fortement évolué sur cette question, et il se pourrait que trente années de mesures soient finalement, au xxie siècle, tout à fait adéquates pour une telle étude.

12Sur notre terrain, la rareté de longues séries de données météorologiques en divers sites a, dans un premier temps, diminué nos prétentions d’analyse temporelle. En effet, seule la ville d’Antananarivo est correctement documentée sur ce sujet. La perspicacité du chercheur doit alors se manifester. Si les chiffres manquent, alors partons à la rencontre de la parole et du discours autochtones. Nous avons précisé plus haut combien ces communautés rurales merina étaient sensibles à leur climat. Dans la mesure où cette population est sédentaire pour sa majorité, mais qu’elle anime néanmoins une circulation régulière avec la capitale, il y a là l’assurance d’un recul temporel suffisant (celui d’une vie d’homme). Condition sine qua non pour explorer la problématique du changement. Cette circulation « interne » a d’ailleurs montré son importance dans l’identification du gradient. Seulement, cette source de connaissances relève exclusivement de la mémoire, donc de souvenirs plus ou moins précis, d’images personnelles inégalement mobilisées. Les détracteurs, ou du moins les plus sceptiques, de la pertinence scientifique de ce vecteur de connaissances évoquent principalement la volatilité de cette fonction cérébrale et sa propension à ne retenir que les moments les plus forts d’une vie. C’est peut-être vrai, et alors ? Est-ce suffisant pour se priver d’un savoir local qui montre toute sa valeur dans un cadre temporel plus court ? Un fait essentiel, qui concerne l’identité des populations rencontrées, nous incite à répondre par la négative. Nous sommes en présence de personnes au niveau de vie très bas, très faiblement alphabétisées (les adultes surtout, les enfants d’aujourd’hui bénéficiant d’une meilleure scolarisation) et à l’existence commandée presque exclusivement par les travaux agricoles. Sans parler d’isolement, les occasions de contact avec le monde « extérieur » sont limitées. En particulier avec le monde des médias qui, dans nos campagnes développées par exemple, tendent à homogénéiser les rythmes de vie (rural/urbain), et diffusent à foison des informations en tous genres... et en particulier, ces dernières années, en matière de changement climatique. Plutôt incongrue dans notre discussion sur le changement en environnement, cette idée de l’influence des médias sur le mental d’une population rurale prend tout son sens dès lors que ladite influence s’exerce très peu, voire pas du tout ! C’est l’argument que nous privilégions dans l’intérêt porté à la parole des paysans merina. Ici, point de matraquage médiatique, tant télévisuel qu’écrit : la télévision a très peu pénétré ces espaces orientaux du fait, entre autres, d’un réseau électrique absent de la plupart des villages et hameaux visités, et la presse quotidienne malgache est peu diffusée (rappelons aussi un taux d’illettrisme important). Si bien que les déclarations des uns et des autres respirent l’authenticité d’un vécu et d’un perçu très personnels en matière de climat.

13Mais alors, quid de ces témoignages ? Participent-ils efficacement d’une source de connaissances utiles sur le sujet ? Sont privilégiés deux thèmes systématiquement évoqués lors des discussions : les précipitations et les températures. Ces deux descripteurs physiques sont en effet parmi les mieux perçus par les individus. D’autre part, des mesures instrumentales existent. S’agissant des pluies annuelles, les locaux soulignent une arrivée plus tardive des premières pluies de saison humide (or, l’on connaît leur part essentielle dans un système rizicole). L’étude de la date du début de fahavaratra (saison des pluies) réalisée sur la période 1953-2003 montre non pas un déclenchement plus tardif des premières précipitations, mais une fenêtre temporelle plus grande (sur 6 décades entre 1967 et 2003, contre 4 décades entre 1953 et 1970) ; ce sensible changement a pu potentiellement perturber, à l’échelle d’une vie humaine, la perception des paysans à ce sujet. Il n’empêche qu’un réel décalage est évoqué. De plus, une majorité d’autochtones insistent sur une baisse du total annuel des pluies au cours de ces dernières années. La tendance lisible sur plus d’un siècle de précipitations enregistrées à Antananarivo (figure 3) semble corroborer cette affirmation. Quoique faible sur le long terme, elle est plus significative sur les récentes décennies : la première moitié des années 1980 fut très arrosée (précipitations annuelles supérieures à 1 500 mm pour une moyenne de 1322 mm), les années suivantes nettement moins. Cette nuance montre toutefois une des limites de la mémoire humaine, celle de l’existence probable d’un seuil temporel au-delà duquel la fiabilité des propos s’amenuiserait. Il n’empêche qu’analyse statistique et vécu sont convergents. S’agissant de la température, quelques témoignages de vieux autochtones attestent d’une chaleur en hausse durant l’été et d’une moindre fraîcheur en ririnina.

figure 3. Précipitations annuelles, Antananarivo (1881-2003)

figure 3. Précipitations annuelles, Antananarivo (1881-2003)

14Ici, la prudence prévaut et demande de prendre un minimum de précautions. En particulier, s’assurer que l’interlocuteur a toujours vécu au même endroit et qu’il est en bonne santé ! Cette fois encore, les deux savoirs sont convergents. En effet, ces affirmations rejoignent la très nette tendance de l’évolution des températures minimales et maximales absolues mesurées dans la capitale malgache ces quarante dernières années (figures 4 et 5). Nonobstant le (faible) risque d’erreur de lecture instrumentale, la hausse thermique tant nocturne que diurne est manifeste sur cette période. L’observation de ce même paramètre thermique en moyenne mensuelle montre une tendance identique, si ce n’est en intensité, du moins en direction (figure 6). S’il n’est pas sérieux de tirer une conclusion définitive sur un réchauffement effectif du climat dans cette région du monde – il faudrait au moins procéder à une étude comparative avec d’autres sites de l’Imerina–, une première impression tendancielle est néanmoins perceptible du point de vue du savoir savant... confirmée par celui du savoir vernaculaire.

figure 4. Températures minimales absolues annuelles, Antananarivo (1961-2003)

figure 4. Températures minimales absolues annuelles, Antananarivo (1961-2003)

figure 5. Températures maximales absolues annuelles, Antananarivo (1961-2003)

figure 5. Températures maximales absolues annuelles, Antananarivo (1961-2003)

figure 6. Températures maximales et minimales moyennes annuelles, Antananarivo (1961-2003)

figure 6. Températures maximales et minimales moyennes annuelles, Antananarivo (1961-2003)

Conclusion

15Peut-on, de ces exemples et remarques sur le thème du changement dans le domaine du climat en Imerina centre-oriental, tirer quelques conclusions définitives ?

16L’existence d’un gradient climatique dans ces contrées d’altitude des hautes terres malgaches ne fait aucun doute. La situation de conditions de recherche peu aisées rend le dialogue entre savoirs savants et savoirs vernaculaires particulièrement pertinent et fécond ; d’ailleurs, pourquoi ne qualifierions-nous pas ces derniers de « savants » également ? Le changement dans l’espace des conditions atmosphériques est pleinement ressenti, vécu et précisément décrit par la population.

17Cette météorosensibilité est-elle tout aussi convaincante dans la dimension temporelle du changement ? L’avis est plus réservé, plus nuancé. Si nous restons persuadés de l’intérêt scientifique à accorder aux témoignages de ces paysans, nous entendons néanmoins les doutes et les critiques qu’ils peuvent provoquer. On ne peut, bien sûr, se contenter de cette seule source de connaissances dans un domaine de recherche aussi instrumentalisé que la climatologie. Il faut concevoir ces savoirs de nature qualitative comme des compléments à ne pas négliger. S’agissant du changement climatique par exemple – thème on ne peut plus évalué, discuté, critiqué par des chercheurs de tous bords –, il nous paraît intéressant d’exploiter ce gisement d’informations qu’est la mémoire de l’homme. En effet, si les investigations dans le lointain (paléoclimatologie) sont absolument nécessaires et fondamentales pour comprendre le passé afin de mieux prévoir le futur climatique, celles sur le court terme – quelques décennies – nous semblent tout aussi passionnantes à explorer. C’est le chercheur qui vit dans son temps, qui tente de capter les changements les plus subtils de l’environnement qu’il étudie. En matière de climat, la variabilité est omniprésente. Celle pleinement perceptible par l’homme relève de la pulsation, de quelques années à quelques décennies (Vigneau, 2005). Nonobstant le caractère parfois subjectif de sa mémoire, l’être humain reste un acteur et un observateur précieux des écosystèmes dans lesquels il vit, notamment quand il est en symbiose avec les éléments, tels ces riziculteurs malgaches.

Bibliografía

Bibliographie indicative

Alternatives Sud, 2006, Changements climatiques : impasses et perspectives. Points de vue du Sud, Paris, Centre tricontinental-Éditions Syllepse, 209 p.

Blanc-Pamard C., 1989, « Riz, risques et incertitudes : d’une maîtrise à une dépendance. L’exemple des riziculteurs des Hautes Terres malgaches », dans M. Eldin, P. Milleville, Le risque en agriculture, Paris, Orstom, p. 437-452.

Boko M., Bokonou-Ganta E., Perard J., 1990, « Contraintes climatiques et croyances en Afrique tropicale : essai d’ethnoclimatologie », Publication de l’AIC, vol. 3, p. 163-171.

Boia L., 2004, L’homme face au climat : l’imaginaire de la pluie et du beau temps, Paris, Les Belles Lettres, 207 p.

Bonnemaison J., 1971, « Des riziculteurs d’altitude : Tsarahonenana », Études rurales, 37/38/39, p. 326-344.

Donque G., 1975, Contribution géographique à l’étude du climat de Madagascar. Antananarivo, 478 p.

Dubreuil V., Marchand J.-P., 1997. Le climat, l’eau et les hommes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 333 p.

Lamarre D., Pagney P., 1999, Climats et sociétés, Paris, Armand Colin, 272 p.

Katz E., Goloubinoff M., Lammel A., 2002, Entre ciel et terre. Climat et sociétés, Paris, Ibis Press-IRD éd., 509 p.

Peyrusaubes D., 2006, « Ma part de nuage » : climat et société en Imerina centre-oriental (Madagascar), thèse de doctorat, géographie, université de Poitiers, UFR Sciences humaines et arts, 1 vol., 369 p.

Rakoto Ramiarantsoa H., 1995, Chair de la terre, œil de l’eau. Paysanneries et recompositions des campagnes en Imerina (Madagascar), Paris, Orstom, coll. « À travers champs », 370 p.

Tabeaud M., 2005, « Une relation ambivalente de la nature : l’exemple de la pluie », dans P. Arnould, E. Glon (dir.), La nature a-t-elle encore une place dans les milieux géographiques ?, Paris, Publications de la Sorbonne.

Vigneau J.-P., 2005, Climatologie, Paris, Armand Colin, 200 p.

Notas

1 Dictionnaire Littré.

2 Territoire de l’un des 18 groupes ethniques malgaches, les Merina.

Índice de ilustraciones

Título figure 1. Localisation générale du terrain d’étude en Imerina
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37494/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 201k
Título figure 2. Schéma climatique moyen durant fahavaratra (a) et durant ririnina (b) à la latitude d’Antananarivo
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37494/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 194k
Título figure 3. Précipitations annuelles, Antananarivo (1881-2003)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37494/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 258k
Título figure 4. Températures minimales absolues annuelles, Antananarivo (1961-2003)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37494/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 128k
Título figure 5. Températures maximales absolues annuelles, Antananarivo (1961-2003)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37494/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 117k
Título figure 6. Températures maximales et minimales moyennes annuelles, Antananarivo (1961-2003)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/37494/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 125k

Autor

PRAG à l’université de Poitiers, département de géographie, 97, avenue du Receur-Pineau, 86000 Poitiers

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search