Version classiqueVersion mobile

Le changement en environnement

 | 
Martine Tabeaud

Première partie. Les faits

Les apports de l’archéologie environnementale à la compréhension du changement actuel

Marie-Christine Marinval et Jessica Giraud

Texte intégral

1Aujourd’hui, les questions environnementales occupent une place centrale dans les débats de société, de l’échelle locale au niveau planétaire. Si nous prenons en compte le temps long, c’est-à-dire celui de l’archéologue et de l’historien, nous pouvons reformuler certaines de ces questions fortement débattues. Par exemple :

  • Assistons-nous à un changement climatique brutal et jamais subi par nos sociétés par le passé ?
  • Vivons-nous une crise de la biodiversité sans précédent, comme jamais aucune de nos sociétés n’a eu à y faire face par le passé ?
  • Entrons-nous dans une phase de changement environnemental intense déclenchée en grande partie par notre espèce et ce depuis un siècle ou deux ?

2Notre crainte majeure est de savoir comment nos sociétés actuelles vont traverser cette crise, s’y adapter ou non. Cette angoisse va, pour certains, jusqu’à faire redouter la disparition de notre propre espèce.

3Autrement dit, nos sociétés subissent-elles pour la première fois de leur histoire une crise environnementale aussi majeure ou sommes-nous plutôt en train de prendre conscience que nous vivons dans un monde où le changement environnemental est permanent mais à des degrés différents suivant les siècles en fonction des modifications « naturelles » (géologiques, climatiques...) et suivant nos activités (usages des terres et de l’eau, exploitation des ressources biologiques, énergétiques et minérales, densité de population humaine et zones d’installation de nos groupes sociaux...) ?

4Il est donc indispensable d’interroger l’histoire et l’archéologie pour d’une part connaître les changements environnementaux qui se sont produits par le passé, analyser ce qui provient de changements « naturels » ou de cochangements mettant en jeu des modifications à la fois naturelles et sociétales, et d’autre part regarder comment ils ont été perçus et vécus par nos sociétés.

5Quelques ouvrages récents vont dans ce sens. Référons-nous, par exemple, à deux livres en langue française, l’un portant sur l’histoire du climat et l’autre sur la notion de crise environnementale.

6Tout d’abord, l’ouvrage dirigé par E. Bard (2006), L’Homme face au climat, dans lequel plusieurs articles retracent l’histoire du climat depuis mille ans en Europe occidentale à partir de sources écrites (relevés de comptes, dates des vendanges, événements météorologiques consignés...). Il retrace les effets sur l’agriculture et plus particulièrement sur la viticulture (Le Roy Ladurie, 2006, et Van Engelen, 2006). O. Bar-Yosef analyse le rôle possible des changements climatiques sur les populations du Proche-Orient au début de l’holocène (Bar-Yosef, 2006) et notamment sur les premières communautés d’éleveurs et d’agriculteurs. Quant à D. Michelet, il essaie de mettre en perspective la part des changements climatiques dans les effondrements des civilisations précolombiennes de méso-Amérique (Michelet, 2006).

7Le second livre est la publication d’un séminaire réunissant des représentants des sciences sociales, des sciences de la vie et de la terre, sous le titre Temps et espaces des crises de l’environnement (Beck et al, 2006). Cet ouvrage souligne que les perspectives de la longue durée et des interactions des sociétés avec leur milieu n’ont pas encore reçu suffisamment d’attention de la part de la communauté des scientifiques. Parmi les nombreux articles de cet ouvrage, retenons-en trois : celui de G. Vernet sur l’histoire des écosystèmes méditerranéens, durant une partie de l’holocène correspondant au néolithique, à partir des restes anthracologiques (charbon de bois) (Vernet, 2006), ou encore celui de Van der Leeuw, qui analyse dans quelles conditions (sociales, économiques, résilience...) une crise environnementale se déclare dans une société (Van der Leeuw, 2006), et celui de Muxart qui développe une approche interdisciplinaire de l’analyse des anthroposystèmes dans la longue durée (Muxart, 2006).

8Dans le vaste ensemble de ce qu’est devenue, aujourd’hui, l’archéologie, réunissant plusieurs champs disciplinaires, il en est un qui est particulièrement concerné par ces questions : celui de l’archéologie environnementale. Durant la décennie 1980, l’archéologie française, mais aussi internationale, s’est dotée véritablement de deux nouvelles approches : l’archéobotanique et l’archéozoologie, tandis qu’une troisième émergeait timidement : la géoarchéologie. En 1990, un tournant a été pris, avec la création d’une formation doctorale à l’échelle nationale, « Environnement et Archéologie », réunissant des universités de sciences sociales et de sciences de la vie et de la terre. En 2005, avec la réforme universitaire, la spécialité de mastère recherche « Archéologie environnementale » a vu le jour à Paris 1. Durant ces quinze années, les disciplines « archéonaturalistes » se sont largement développées, répondant à des questions d’ordre climatique, systémique (anthropisation des écosystèmes) ou recherchant l’histoire de la domestication des plantes et des animaux, l’histoire de l’agriculture et de l’élevage, à travers le monde, sur plus de dix mille ans. Les premières assises d’« Environnement et Archéologie » se sont tenues à Nanterre en 1999 (Van der Leeuw et Thiébault, 2000).

9Nous sommes donc passés, de 1990 à 2005, de l’« Environnement et Archéologie » juxtaposition de deux termes, l’un recouvrant un concept, l’autre une discipline, à un mastère d’« Archéologie environnementale », nouveau champ de recherche. Aujourd’hui largement employé dans la communauté des archéologues, il n’a curieusement pas encore fait l’objet d’une véritable définition. Je propose donc de définir l’archéologie environnementale comme l’étude de l’ensemble des relations entre les sociétés humaines et leurs milieux, dans le temps et dans l’espace. Elle regroupe la géoarchéologie, l’archéobiologie et l’archéogéographie, et se situe à l’interface des sciences de l’homme, des sciences du vivant et des sciences de la terre. Elle permet non seulement de suivre et de comprendre la coévolution des sociétés et des milieux quelles fréquentent sur le temps long (siècles et millénaires), mais elle participe également à la modélisation des scénarios non seulement du passé mais aussi prédictifs.

10Retenons plus particulièrement l’archéobiologie et l’archéogéographie. L’archéobiologie est l’étude des relations entre les sociétés humaines et le monde du vivant, dans le temps et dans l’espace (stratégies d’exploitation du monde vivant, choix alimentaires, fabrication d’anthroposystèmes...) (M.-C. Marinval, à paraître). Elle regroupe l’archéobotanique (palynologie, carpologie, dendrologie, xylologie, anthracologie...) et l’archéozoologie.

11Dès 1984, un petit groupe de chercheurs ressentant le besoin d’une réflexion plus interdisciplinaire autour de la question de l’homme et l’animal, ont créé l’association « L’Homme et l’animal, société de recherche interdisciplinaire » (HASRI) qui publie la revue Anthropozoologica. Le titre reprend le terme « anthropozoologie » employé par Poplin pour définir l’étude de l’ensemble des relations entre les hommes et les animaux, dans le temps et dans l’espace. Il n’existe pas encore, à ma connaissance, le même type d’approche dans le cadre de l’étude des relations homme/plantes que l’on pourrait nommer « anthropobotanique ». Les disciplines de l’archéobotanique et de la botanique restent, davantage, chacune dans son champ d’étude et ses problématiques spécifiques. Nous pouvons d’ailleurs souligner une différence majeure entre archéozoologues et archéobotanistes : l’archéozoologue travaille sur l’ensemble des restes fossilisés d’un animal (tous les restes d’un squelette par exemple) pour élaborer son corpus de données sur lequel il discute ses résultats, tandis que l’archéobotaniste se spécialise sur une partie ou un organe de la plante (grain de pollen pour le palynologue, graine ou fruit pour le carpologue, bois brûlé pour l’anthracologue...). Cette situation explique probablement les niveaux différents d’approche des questions environnementales d’une discipline à l’autre.

12L’archéogéographie est la dernière née. Durant la deuxième moitié de la décennie 1990, G. Chouquer organisa plusieurs colloques traitant des formes des paysages en archéologie (Chouquer, 1996 et 1997) puis publia, en 2000, un essai intitulé L’étude des paysages. Essais sur leurs formes et leur histoire. En parallèle, S. Van der Leeuw et moi-même avons mis en place, à partir de 1998, un enseignement de maîtrise d’archéologie dénommé « Archéologie du paysage » à Paris 1. L’année suivante, nous avons ouvert, en DEA « Environnement et Archéologie », une nouvelle spécialité (option) que j’ai proposé d’appeler « Archéogéographie » non seulement parce que ce terme s’homogénéise avec ceux des autres spécialités enseignées (archéobotanique, archéozoologie et géoarchéologie) mais aussi parce que, à mes yeux, il correspond tout à fait à ce que doit recouvrir ce nouveau champ de recherche. Ce terme a été retenu et fait son chemin. G. Chouquer l’a également adopté et en donne comme définition l’étude de l’espace des sociétés du passé et de ses dynamiques, dans toutes ses dimensions. Il en fait l’« histoire de la transformation de l’espace géographique en écoumène habité, exploité, aménagé, transmis, hérité » (Chouquer, 2004). Giraud en donne une définition légèrement différente, considérant qu’elle a pour objet l’analyse et la reconstitution des anthroposystèmes actuellement disparus dans toutes leurs dimensions (Giraud, 2006).

13Les biologistes, les écologues et de nombreuses associations de protections de la nature soulèvent la question d’une crise actuelle de la biodiversité. D’après les données des paléontologues, elle serait la sixième du genre mais, nouveauté, elle serait due principalement à une seule espèce, la nôtre (Lévêque et Mounolou, 2001, Barbault, 2006). La biodiversité a été définie par Wilson (Wilson et Peter, 1988, et Wilson, 1992), comme les propriétés qu’ont les systèmes vivants d’être distincts, c’est-à-dire dissemblables. Les écologues distinguent trois niveaux : la diversité génétique, la diversité spécifique et la diversité écosystémique. Une grande partie de la communauté des scientifiques « naturalistes » ne retiennent dans ce concept que les espèces qu’ils qualifient de « naturelles » ou « sauvages ». C’est ainsi que les espèces domestiques sont considérées comme relevant de l’agriculture, de la zootechnie et des sciences vétérinaires. Mais, comme pour beaucoup d’archéobiologistes, la biodiversité comprend à la fois tout animal ou végétal entretenant des relations ou non avec l’homme, ayant subi ou non des modifications morphologiques, comportementales ou génétiques par ce dernier. Qu’il s’agisse du sanglier ou du cochon transgénique, du saumon de l’Atlantique ou du saumon d’élevage, de la douve ou de la sangsue, du pâturin ou du blé, du chêne pédonculé ou du noyer, ils appartiennent tous à la diversité animale et végétale. La biodiversité actuelle est l’héritage direct des changements climatiques depuis dix-huit mille ans mais aussi des pratiques agro-sylvo-pastorales depuis au moins six à huit mille ans.

14Pour suivre cette coévolution homme/monde vivant, nous proposons le concept de biodiversité historique comme l’étude, dans le temps et dans l’espace, de la dynamique coévolutive des systèmes sociaux et des systèmes du vivant (C. Beck et M.-C. Marinval, 2004). Pour y accéder, deux types de sources sont à notre disposition. D’une part, les sources sédimentées (ou archéologiques), c’est-à-dire tous les témoins bioarchéologiques conservés dans les sédiments (comme les restes osseux, les coquilles de mollusques, les carapaces d’insectes, les œufs d’helminthes, les grains de pollen, les restes de graines et de fruits, les restes de bois, les spores de champignons...) et les restes de structures archéologiques comme celles liées à l’exploitation animale (pêcherie, enclos...) ou végétale (aire de battage, silo à grains...), ou encore le matériel qui lui est lié (poids de pêche, nasses, sonnailles, fers, faucilles...). Ces restes biologiques se trouvent accumulés et conservés soit par des filtres d’accumulation naturelle comme les tourbières (pièges à pollen, à macrorestes végétaux, à insectes), soit par des agents accumulateurs comme des animaux (tanière de carnivore, lieu de repos de rapaces nocturnes) ou l’homme lui-même (lieux de rejets des déchets alimentaires, de boucherie, de l’artisanat sur matière animale ou végétale, lieux de stockage de réserves alimentaires, offrandes funéraires...). D’autre part, les sources écrites ou documentées qui deviennent de plus en plus nombreuses au cours du millénaire médiéval (sources normatives, judiciaires, narratives, documents administratifs et comptables...). Ce sont là deux ensembles de sources aux modes de production totalement différents, relevant de champs disciplinaires différents, qui demandent des outils d’analyse adaptés.

15Les biologistes, les écologues et certains archéozoologues ajoutent d’autres critères de qualification des espèces en fonction de l’espace occupé par chacune d’elle et de la densité de sa population. Ainsi, chaque espèce est considérée comme ayant occupé et comme devant occuper une aire géographique déterminée, souvent qualifiée et pensée comme « naturelle » et appelée aire de répartition d’origine. À partir de là, ils définissent la notion d’autochtones et d’allochtones, d’indigènes et d’étrangères (voire d’aliens), de natives et d’invasives.

16La vie est par nature un processus qui conduit à l’expansion. Potentiellement, toute espèce est ou a été un « envahisseur » (R. Barbault, 1996). Il est donc difficile, voire impossible dans ces conditions de définir une aire de répartition d’origine et naturelle pour chaque espèce. Aujourd’hui comme hier, chacune des espèces occupe une place différente et variable dans les écosystèmes et les anthroposystèmes. Et, d’autre part, me semble-t-il, est reposé le concept même de spéciation et d’espèce. N’y a-t-il pas continuum d’une espèce à l’autre en cours de spéciation. Comment, dans ce cas, donc, définir une zone native avec des limites géographiques nettes pour chaque espèce, sachant qu’il n’y a pas de biologistes et de paléontologues qui se soient véritablement accordés sur une définition claire et commune d’une espèce (Mayr, 1989, Lévêque et Mounolou, 2001) ?

17Pascal, Lorvelec et Vigne, dans leur récent ouvrage intitulé Invasions biologiques et extinctions. 11 000 ans d’histoire des vertébrés en France, adoptent comme définition d’une espèce allochtone : une espèce, une sous-espèce, une entité de rang inférieur, ou une partie d’individu (œuf fécondé, fruit, organe végétatif) qui se trouve à l’extérieur de son aire de répartition naturelle. À partir de là, toute espèce considérée en dehors de son aire de répartition est qualifiée d’invasive (Pascal, Lorvelec et Vigne, 2006).

18On peut s’interroger sur les critères de référence : sur quelle échelle de temps, à partir de quel laps de temps une espèce présente est-elle considérée non plus comme allochtone mais comme autochtone ? Comment sont définis les frontières et le passage d’un état à un autre ? Pascal, Lorvelec et Vigne répondent de la façon suivante : présentant une synthèse, à partir des données archéozoologiques et biologiques, à l’échelle de la France, depuis le début du dernier réchauffement climatique (fin de la dernière glaciation), ils proposent de considérer comme autochtone de France toute espèce qui était présente sur le territoire national au début de l’holocène, c’est-à-dire neuf mille deux cents ans avant J.-C. C’est ainsi que le mouflon de corse (Ovis orientalis), présenté par les zoologistes comme une espèce endémique de Corse et ayant été classé sur la liste des espèces à protéger, devient une espèce strictement allochtone car arrivée seulement sur Pile vers 5600 avant J.-C., que la carpe (Cyprinus carpio), vécue par les pêcheurs comme une espèce courante de nos rivières, est elle aussi classée dans les invasives car elle n’est arrivée seulement qu’au cours des xiie-xiiie siècles, pour être élevée en pisciculture (Marinval et Benarrous, 2005). Dans ce cas, le saumon, présent depuis au moins le paléolithique supérieur (20 000 av. J.-C.), serait classé dans les autochtones tandis que l’esturgeon européen, espèce considérée en voie d’extinction et protégée, fait partie des allochtones car il ne semble venir se reproduire dans nos rivières qu’il y a seulement trois mille ans (Marinval, 2004).

19Mais ce qui nous semble plus intéressant, c’est de suivre l’histoire de la biodiversité en fonction à la fois des changements climatiques et des transformations des anthroposystèmes. C’est ainsi que l’arrivée de la carpe, nouvelle espèce domestique, transforme le paysage et l’économie régionaux. Il y a création d’un système agropiscicole qui va à son tour induire d’autres changements dans la biodiversité, comme par exemple favoriser l’extension de la loutre consommatrice de poissons (Marinval et Bennarous, 2005 ; Beck et Marinval, 2004). Et aujourd’hui, une région comme la Brenne, riche en étangs, construits pour l’essentiel au cours des xive et xve siècles, est devenue parc naturel régional.

20Au terme de ces quelques réflexions, nous voudrions soulever la question des représentations, des choix des pas de temps et des échelles d’observation, de la notion d’état initial de référence. Le changement est actuellement vécu comme un choc de civilisation, une crise environnementale profonde, mais n’est-il pas plutôt une crise des représentations dans laquelle la mondialisation joue sa part, non pas d’uniformisation, mais de mélanges des références (Roué, 2006) ?

Bibliographie

Bibliographie

Barbault R., 1996, « Invasions biologiques », Encyclopedia universalis.

Barbault R., 2006, Un éléphant dans un jeu de quilles. L’homme dans la biodiversité, Paris, Seuil, coll. « Science ouverte », 265 p.

Bard E. (dir.), 2006, L’homme face au climat, Paris, Odile Jacob, 446 p.

Bar-Yosef O., 2006, « L’impact des changements climatiques du Dryas récent et de l’Holocène inférieur sur les sociétés de chasseurs-cueilleurs et d’agriculteurs du Proche-Orient », dans E. Bard (dir.), L’homme face au climat, Paris, Odile Jacob, p. 283-302.

Beck C., Luginbül Y., Muxart T., 2006, Temps et espaces des crises de l’environnement, [Versailles], Éd. Quae, coll. « Indisciplines », 410 p.

Beck C„ Marinval M.-C., 2004, « Pour une approche de la “biodiversité historique” : l’exemple médiéval », dans J. Burnouf et P. Leveau (dir.), Fleuves et marais, au croisement de la nature et de la culture, Paris, CTHS, p. 177-183.

Chouquer G. (dir.), 1996,1997, Les formes du paysage, Paris, Errance, 3 tomes.

Chouquer G., 2000, L’étude des paysages. Essais sur leurs formes et leur histoire, Paris, Errance.

Chouquer G., 2004, « Crise et recomposition des objets : les enjeux de l’archéogéographie », Études rurales, Objets en crise, objet recomposés, n° 167-168, p. 13-32 [http://etudesrurales.revues.org/document2930html].

Giraud-Gernez J., 2006, « Essai de modélisation d’un ancien anthroposystème : la province du Ja’alan (Sultanat d’Oman) au iiie av. J.-C. », dans Interactions Nature-Société. Analyses et modèles, Actes du colloque international, La Baule, 3-6 mai 2006, 5 p.

Le Roy Ladurie E., 2006, « Canicule, fraîcheurs et vendanges (France xv-xixe siècle) », dans E. Bard (dir.), L’homme face au climat, Paris, Odile Jacob, p. 247-262.

Lévêque C., Mounolou J.-C., 2001, Biodiversité. Dynamique biologique et conservation, Paris, Dunod, 248 p.

Pascal M., Lorvelec O., Vigne J.-D., 2006, Invasions biologiques et extinctions. 11 000 ans d’histoire des vertébrés en France, Paris, Belin/Versailles, Éd. Quae, 350 p.

Marinval M.-C., Bennarous R., 2005, « La carpe (Cyprinus carpio), cette orientale qui séduit l’Occident au Moyen Âge », dans La production des étangs du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Actes de la journée d’étude 2005 du Groupe d’histoire des zones humides. Textes réunis et présentés par J.-M. Derex, p. 9-22.

Marinval M.-C., 2004, « Les poissons migrateurs du bassin versant de la Loire (France) : bilan préliminaire de leur histoire commune avec les sociétés humaines, de la fin de la dernière glaciation jusqu’à nos jours », dans La migration des animaux : connaissances zoologiques et exploitations anthropologiques selon les espèces, les lieux et les époques, Journée d’étude université de Liège, 22 mars 2003, L. Bodson, université de Liège (Belgique), 2004, p. 61-94.

Marinval M.-C., 2004, « Val d’Orléans : la faune liée au milieu aquatique depuis 2000 ans et son évolution. Bilan des connaissances à partir des données archéozoologiques », dans Approche archéologique de l’environnement et de l’aménagement du territoire ligérien, Actes du colloque, Muséum d’Orléans, 14-15-16 novembre 2002, Fédération archéologique du Loiret et Études ligériennes, p. 133-139.

Marinval M.-C., à paraître, Anthropobiodiversité en Europe occidentale durant l’holocène, 400 p.

Mayr E., 1982 [trad. 1989], Histoire de la biologie. Diversité, évolution et hérédité, Paris, Fayard, coll. « Le temps des sciences », 894 p.

Michelet D., 2006, « Conditions climatiques et ruptures dans l’histoire de la Méso-Amérique précolombienne : au-delà des soliloques disciplinaires », dans E. Bard (dir.), L’hommeface au climat, Paris, Odile Jacob, p. 303-318.

Muxart T., 2006, « Essai sur une approche interdisciplinaire de l’analyse des anthroposystèmes dans la longue durée », dans C. Beck, Y. Luginbül, T. Muxart, Temps et espaces des crises de l’environnement, [Versailles], Éd. Quae, coll. « Indisciplines », p. 393-400.

Roué M., 2006, « Le désert, le wilderness et la forêt : éthique protestante et naissance de l’écologisme », dans C. Beck, Y. Luginbül, T. Muxart, Temps et espaces des crises de l’environnement, [Versailles], Éd. Quae, coll. « Indisciplines », p. 287-300.

Van der Leeuw S., Thiébault S. (dir.), 2000, Environnement et Archéologie, Les Nouvelles de l’archéologie, n° 78.

Van der Leeuw S., 2006, « Crises vécues, crises perçues », dans C. Beck, Y. Luginbül, T. Muxart, Temps et espaces des crises de l’environnement, [Versailles], Éd. Quae, coll. « Indisciplines », p. 351-368.

Van Engelen A.F.V., 2006, « Le climat du dernier millénaire en Europe », dans E. Bard (dir.), L’homme face au climat, Paris, Odile Jacob, p. 319-340.

Vernet J.-L., 2006, « La crise des écosystèmes méditerranéens à l’Holocène », dans C. Beck, Y. Luginbül, T. Muxart, Temps et espaces des crises de l’environnement, [Versailles], Éd. Quae, coll. « Indisciplines », p. 175-190.

Wilson E.O., 1992, The Diversity of Life, Allen lane, Penguin Press.

Wilson E.O., Peter F.M. (éd.), 1988, Biodiversity, Washington D.C., National Academy Press.

Auteurs

PRAG à l’université Paris-Panthéon-Sorbonne, Institut d’histoire de l’art et archéologie, 3, rue Michelet, 75006 Paris

ATER à l’université Paris-Panthéon-Sorbonne, Institut d’histoire de l’art et archéologie, 3, rue Michelet, 75006 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search