Version classiqueVersion mobile

Le changement en environnement

 | 
Martine Tabeaud

Première partie. Les faits

Le réchauffement climatique : un changement radical et catastrophique ?

Martine Tabeaud

Texte intégral

1Du cyclone Katrina aux tempêtes de 1999 en Europe, tout événement météorologique rare est désormais rattaché au changement « global » : mieux, il en serait la preuve. Or, le changement climatique souvent présenté comme une certitude est encore un objet de recherche scientifique et, comme pour toute science en train de se faire, son savoir progresse grâce à la saine controverse. D. Diderot n’a-t-il pas écrit : « Le doute est le premier pas vers la science ou la vérité ; celui qui ne discute rien ne s’assure de rien ; celui qui ne doute de rien ne découvre rien » (L’Encyclopédie). Voilà pourquoi certains spécialistes refusent l’alarmisme associé au réchauffement, d’autres contestent les résultats des modèles prospectifs. Les sceptiques se font peu entendre de peur que leurs propos soient mal compris, voire caricaturés. Tentons donc de résumer les arguments de ceux qui croient que le réchauffement contemporain n’est pas un changement radical, brutal et nécessairement alarmant.

I. Une question centrale : « la » température de l’atmosphère planétaire

1) La mesure et la remontée du temps

2La météorologie scientifique a émergé, il y a trois siècles, avec l’invention du thermomètre, qui mesure la température d’un lieu à un moment donné. Travailler sur « la » température de la Terre à l’échelle des milliers d’années suppose d’une part de déduire des mesures et des reconstitutions « une » moyenne planétaire la plus précise possible, et d’autre part de s’éloigner du présent vers le passé avec la même obsession de représentativité.

3Pour remonter le temps au-delà des enregistrements des appareils de mesure, on utilise des traces dans les solides : les sédiments, les formes de relief hérités, les cernes annuels de bois, les gaz prisonniers des glaces, la densité des squelettes d’animaux ou leur richesse en isotopes. Ces indicateurs permettent de reconstituer l’environnement dans lequel ils se sont formés. Les connaissances sur la radioactivité appliquée à des constituants comme le14 C,40 K,40 Ar,137 C,18 O permettent même de les dater. À l’échelle des temps historiques, les températures sont reconstituées à partir des sources indirectes : biomarqueurs, documents écrits, peintures, gravures, etc. Mais les traces sont spatialisées (échelle de la parcelle) et territorialisées (rôle des acteurs). De plus, les marqueurs biologiques ne répondent au changement climatique qu’avec un décalage, fonction de leur mobilité propre, de leur mode de reproduction, etc. Seule la succession de toutes les saisons météorologiques permet de définir un climat. Les informations les plus fréquentes portent seulement sur une saison, ou même un événement exceptionnel. Dans les archives par exemple, plus que l’aléa, c’est le risque qui est mentionné. Or la vulnérabilité d’une société change d’un lieu à un autre, d’une époque à une autre. Beaucoup d’indices localisés concordants sont nécessaires pour approcher une ambiance climatique dépassant l’échelle locale et il est indéniable que l’imprécision croît lorsque l’on remonte dans le passé.

4Les premiers thermomètres commencent à se diffuser au xviie siècle, un réseau européen est constitué en 1780 mais, au milieu du xixe siècle, par exemple, le réseau français ne compte encore que 24 stations. C’est avec les progrès de l’aviation militaire puis civile que les stations se multiplient sur les aéroports. Aujourd’hui il en existe huit fois plus. Mais le réseau n’est pas aussi dense dans certains pays pauvres ou faiblement peuplés. Par ailleurs, près des trois quarts de la planète sont recouverts d’océans, où les bouées fixes sont rares, les mesures par les bateaux marchands sont localisées sur les routes maritimes. Le calcul d’une moyenne « planétaire » ne peut être qu’une approximation. Les images satellitales, apparues vers 1960, apportent un complément appréciable mais ne permettent pas un travail sur la durée. Il n’existe donc que quelques longues séries remontant loin dans le passé (Padoue, Paris...). De plus, elles posent un problème quant à leur environnement. À la fin du xixe siècle, elles étaient encore entourées d’espaces non bâtis. Les températures relevées étaient très peu influencées par l’îlot de chaleur urbain, alors qu’aujourd’hui elles sont au cœur des agglomérations. À Paris-Montsouris, si les maximales sont stables, les minimales montrent une augmentation continue. Celle-ci atteint même + 1,1 °C si on compare les moyennes 1931-1960 et 1971-2000. L’écart centre-périphérie est de 1 à 2 °C en moyenne. Pour l’IPCC, Intergovernmental Panel on Climate Change, parfois appelé en français GIEC, Groupe intergouvememental d’experts sur l’évolution du climat, la contribution de l’effet des multiples îlots de chaleur urbains à l’augmentation planétaire est faible, de l’ordre de 0,05 °C (2001). Pourtant il est indéniable qu’à partir de la fin du petit âge de glace (PAG), depuis le milieu du xixe siècle, l’étalement urbain n’a fait qu’amplifier la hausse thermique. La place de l’urbanisation dans la hausse générale est sans doute minimisée, d’autant que lors des dernières décennies de nombreuses stations météorologiques « isolées » ont cessé de fonctionner.

2) Une variabilité aux multiples causes

5Le système climatique n’est pas et n’a jamais été exempt de variations. Le climat actuel ne représente qu’une situation provisoire, l’expression d’un équilibre dynamique à la fois fragile et très complexe. Les composantes de ce système interagissent à des vitesses parfois très différentes : par exemple, aux échanges atmosphériques rapides parfois horaires ou journaliers, répond une circulation océanique lente, à l’échelle des années, voire des siècles parce qu’elle est dotée d’une forte inertie. Bien des causes sont à l’origine des changements climatiques. Il est commode d’opposer, parmi elles, celles qualifiées d’internes, spécifiques de la planète Terre, comme la dérive des continents, qui définit la répartition des terres et des mers, la surrection de chaînes de montagne, les éruptions volcaniques, l’activité de la biosphère marine et continentale, et celles dites externes, tributaires de l’émission solaire ou du rayonnement reçu par la planète selon, par exemple, sa distance au Soleil ou l’inclinaison de l’axe des pôles.

6La planète connaît depuis toujours des variations naturelles de températures, périodiques ou non. La température moyenne de la Terre oscille naturellement entre + 10 et + 16 °C. Depuis l’apparition de la vie sur Terre, elle est restée très stable autour de la température actuelle de 14 °C. Pour la période 1947-2007, la fourchette de températures moyennes est comprise entre – 58 °C et + 33 °C, ce qui souligne l’extrême hétérogénéité des valeurs mesurées et la signification très relative d’une moyenne planétaire. Quoi qu’il en soit, à l’échelle des milliers d’années, les hausses et baisses de la température planétaire sont dues aux cycles orbitaux de Milankovic, c’est-à-dire à la position de la Terre par rapport au Soleil. L’insolation reçue au cours des quatre cent mille dernières années explique les quatre alternances glaciaire/interglaciaire. Ils permettent aussi d’affirmer que la prochaine glaciation commencera dans quarante mille ans. Les variations pluriséculaires des taches solaires, qui modifient l’intensité de l’émission, permettent également d’expliquer le petit âge de glace (PAG) du xve au xixe siècle (minimum de Maunder). Par rapport aux deux-trois siècles doux qui l’ont précédé, il est marqué par un refroidissement net de 1,5 °C en été en Europe et par une pluviométrie soutenue. Le froid semble avoir connu deux maxima, l’un au xviie siècle sous le règne du Roi-Soleil et l’autre au début du xixe siècle. En Amérique du Nord, le second est plus marqué que le premier. Certains glaciers alpins reculent dès 1820, mais les étés restent maussades (grandes famines d’Irlande de 1846 à 1851). À partir de 1880, le climat se réchauffe partout : c’est la sortie du PAG. De plus, chaque grande période n’est pas uniforme. Par exemple, en Europe, les hivers présentent de façon cyclique tous les trente ans environ des caractéristiques qui modifient les moyennes annuelles. Les hivers sont tantôt dominés par le froid vif et la rareté des précipitations (comme dans les années 1950), tantôt par la douceur associée au vent et à la pluie (comme dans les années 1990). Des causes naturelles, comme les éruptions volcaniques, peuvent durant quelques mois modifier le climat d’une zone, voire d’un hémisphère. L’« année sans été » consécutive à l’explosion du volcan Tambora (Indonésie) en 1815 a été marquée en Europe par des pluies continuelles. Et de nombreuses causes relevant de la dynamique de l’atmosphère ne sont pas encore reconnues... À ces causes naturelles aux échelles fines s’ajoutent les effets des constructions urbaines, des défrichements, des drainages...

7En réalité, tous les facteurs interagissent sans cesse, mais avec un poids relatif qui dépend de l’échelle spatio-temporelle adoptée dans l’analyse. Dans cet emboîtement d’échelles, le découpage temporel s’opère selon des durées extrêmement différentes qui peuvent s’échelonner de la décennie jusqu’aux dizaines de millions d’années. Bref, l’approche multiscalaire est indispensable pour démêler l’écheveau complexe du système climatique et de ses variabilités.

3) Une hausse globale incontestable depuis un siècle

8Malgré les difficultés inhérentes aux améliorations successives des appareils de mesure et à l’inégale répartition des stations de mesure sur les différents continents, les méthodes statistiques d’homogénéisation des données mettent en évidence une hausse des températures de l’ensemble de la planète depuis un siècle. Elle est estimée à 0,6 °C et résulte principalement d’une hausse des minimales nocturnes. Cette augmentation est régulière dans l’hémisphère austral et n’apparaît dans l’hémisphère boréal qu’à partir des années 1920. La décennie 1990-1999 serait, avec 1930-1939, parmi les plus chaudes depuis le début de la période dotée d’instruments de mesure, si elle n’est pas la plus chaude depuis l’optimum médiéval, comme l’affirme l’IPCC. La fin du xxe siècle a été particulièrement chaude et ce malgré l’effet de refroidissement dû à l’éruption volcanique du Pinatubo en 1991. Cette hausse moyenne de la température planétaire n’est pas homogène. Elle est également compatible avec une stabilité dans certaines régions au cours des dernières décennies, en particulier l’océan austral et l’Antarctique.

9La période actuelle est incontestablement marquée par un réchauffement d’ensemble qui devrait se confirmer dans les cinquante années à venir. Pourtant, le réchauffement récent n’excède pas pour le moment la variabilité « naturelle » de l’holocène dans une fourchette de + 2 °C à - 1 °C. Donc l’origine de la hausse constatée depuis cent cinquante ans est discutée : est-elle totalement dépendante de l’activité solaire ou pour moitié associée aux activités humaines ? Ce n’est pas le réchauffement contemporain qui fait débat, c’est son origine. Autrement dit, cette hausse est-elle sans précédent et donc anormale ?

4) Une affaire de norme ?

10Sur quelle durée calculer les moyennes des températures afin de définir des valeurs de référence ? D’une part, les comparaisons ne peuvent s’effectuer que sur des séries ayant une durée comparable : on ne peut comparer des données multimillénaires et des données séculaires. D’autre part, toute série de données doit être pluriannuelle afin de gommer les valeurs rares mais doit aussi tenir compte de l’évolution permanente du climat.

11L’Organisation météorologique mondiale (OMM) a donc défini des périodes de trente ans comme suffisantes et satisfaisantes. La valeur moyenne de toute grandeur sur une telle période est appelée « normale climatologique » en ce lieu pour ladite période. L’OMM recommande de choisir les périodes telles que 1901-1930, 1931-1960, 1961-1990 (1991-2020), qui définissent la succession des normales climatologiques standard afin d’effectuer des comparaisons entre stations de mesure, entre régions, etc. et entre périodes trentenaires. Le terme de normale prête donc à confusion car il n’a pas le même sens que dans le langage commun. La signification du terme « normal » en climatologie ne préjuge en rien de la distribution normale ou gaussienne de la grandeur considérée.

12La période de trente ans qui sert de calcul aux normales s’applique aux échelles spatiales locales, voire régionales à l’origine. Ces normales sont définies pour permettre d’intégrer l’évolution du climat. Donc, deux moyennes successives pour la même grandeur en un même lieu sont différentes. Au regard de la longue durée, laquelle est la plus pertinente ? D’autant que le climat d’une zone ou d’une portion de continent connaît des variabilités pluridécennales, pluriséculaires, etc. qui influent sur les moyennes. Les écarts à la normale définie sur toute la série, ou sur une période trentenaire comme 1961-1990, ou sur une autre période de trente ans s’en trouvent modifiés de quelques dixièmes de degré Celsius.

13Les courbes pluriséculaires comme celle de Mann qui figure dans le rapport de l’IPCC sont contestées pour leur allure dite « en crosse de hockey » et pour la quasi-stationnarité du climat antérieurement à l’époque actuelle. En effet, la variabilité des températures antérieurement au xxe siècle y apparaît très faible. Si le PAG est situé à moins d’un demi-degré d’écart avec le présent, l’optimum médiéval s’en démarque encore moins. Ce constat n’a pas manqué d’étonner. Des chercheurs comme von Storch, par exemple, ont utilisé des régressions afin de reconstituer une courbe de température sur mille ans, à partir de mesures et de reconstitutions sur des sites bien documentés en paléoclimatologie. Leurs résultats montrent que la courbe de Mann sous-estime beaucoup la variabilité à moyen et long terme, et quelle gomme donc la variabilité des siècles passés pour surestimer celle du présent.

14La hausse récente est considérée par le panel d’experts comme hors norme. Le rapport de l’IPCC dès 1995 indique qu’« un faisceau d’éléments suggère qu’il y a une influence perceptible de l’homme sur le climat global ».

II. Une relation déterminante : l’effet de serre et la température

1) Des GES en proportions inégales

15Alors que l’atmosphère est transparente au rayonnement venu du Soleil dans le visible, certains gaz dit « gaz à effet de serre » (GES) ont la propriété d’absorber le rayonnement infrarouge réémis par le sol. Cet effet de serre est bénéfique : il relève la température moyenne de l’atmosphère planétaire de 32 °C (+ 14 au lieu de - 18 °C). Les principaux GES sont la vapeur d’eau, le dioxyde de carbone (CO2), le méthane, l’oxyde nitreux et les chlorofluorocarbures. Ils n’ont pas tous la même capacité d’absorption du rayonnement infrarouge ni la même durée de vie dans l’atmosphère. Leur efficacité quant au processus d’effet de serre est variable. C’est la vapeur d’eau qui est la plus grande responsable de l’effet de serre, autour de 50 à 60 %. Le phénomène est aisément observable la nuit, en hiver, lorsque la température descend beaucoup plus bas en l’absence de nuages que lorsque le ciel reste couvert. La vapeur d’eau représente 3 à 4 % des gaz atmosphériques. Cette teneur dépend principalement de l’efficacité du cycle de l’eau, elle-même commandée par la température. Quand la planète est chaude, les océans sont plus vastes, l’évaporation s’accroît d’autant plus que l’air chaud emmagasine plus de vapeur d’eau. Au second rang des GES, on trouve le CO2. Il n’entre que pour approximativement 0,03 % des gaz atmosphériques, soit 100 fois moins que la vapeur d’eau. Pourtant, la modélisation du climat futur est effectuée avec le CO2 et non avec la vapeur d’eau, plus complexe à prendre en compte parce que l’état gazeux de l’eau est instable et dépend du franchissement d’un seuil thermique.

2) La corrélation CO2/température planétaire

16Les glaciologues, à partir des caractères des glaces de l’inlandsis antarctique extraites de la carotte de Vostok, ont montré que, depuis quatre cent mille ans, il existe une corrélation étroite entre les températures moyennes déduites des isotopes stables de l’O2 et les teneurs en GES. La covariation à cette échelle de temps des glaciaires/interglaciaires est établie. Elle l’est beaucoup moins antérieurement, au cours du secondaire et du primaire.

17Or, au xixe siècle, des savants comme Tyndall et principalement Arrhenius avaient calculé que si le CO2 disparaissait de l’atmosphère, la température diminuerait de 21 °C et qu’au contraire, si sa concentration doublait, la température augmenterait de 4 °C. Cela semblait alors une solution technique pour repousser la prochaine ère glaciaire.

18En 1957-1958, lors de la troisième année géophysique internationale, l’Américain C. Keeling mesure à Hawaï, pour la première fois, une teneur en CO2 de l’air. Hawaï est une région de forte activité volcanique et le CO2 figure parmi les trois principaux gaz émis lors d’éruptions (avec H2O et l’anhydride sulfureux), ce qui rend un peu suspecte la représentativité planétaire de ce site. Mais l’idée d’un lien entre CO2 et température de la planète fait son chemin. La teneur en CO2 est donc reconstituée pour la période antérieure à 1958 à partir des bulles d’air prisonnières des glaces. Comme du flocon à la glace dense, il faut huit cents ans environ pour que la bulle n’ait plus de contact avec l’atmosphère, la courbe obtenue est lissée sur huit cents ans. Avant le xixe siècle, le CO2 aurait été stable à 3 % près, autour d’une teneur en volume de 0,028 %, soit 280 ppmv.

  • 1 64 % des GES en excluant la vapeur d’eau.

19En 1958, les concentrations mesurées sont de 315 ppmv ; elles s’élèvent à 330 ppmv en 1974,360 ppmv en 1995. C’est la preuve que localement la teneur en CO2 augmente. Ce gaz qui selon l’IPCC « participe pour 64 % de l’effet de serre1 » expliquerait la hausse thermique concomitante. Les GES auraient depuis le début de l’ère industrielle augmenté l’énergie reçue par la planète de 2,45 W/m2. La covariation devient vite loi de cause à effet. D’autant que, en 1972, à la fin de la période des Trente Glorieuses, la courbe de Keeling est vulgarisée pour la première fois, par le rapport Meadows, The Limits to Growth, commandité par le Club de Rome. Ce « Rapport Meadows », en référence à deux de ses auteurs (D. Meadows, D. Meadows, J. Randers et W. Behrens), prévoit pour l’avenir une pénurie de matières premières, une hausse insupportable de la pollution, la fin de la croissance au cours du xxie siècle, l’effondrement inéluctable de l’écosystème mondial...

3) Le tournant de 1850 : la fin du PAG et la révolution industrielle

20Autour de 1850 se place une période clé : c’est le début des mesures de température dans la plupart des stations météorologiques, la sortie du PAG, le début de la hausse thermique dans l’hémisphère austral, suivi quelques décennies plus tard par l’hémisphère nord, l’accroissement des GES et la révolution industrielle en Europe. Le synchronisme entre ces faits a largement participé à l’affirmation d’un rapport entre le dégazage issu de la combustion des énergies fossiles et la hausse des températures.

21Au milieu du xixe siècle, le charbon est le combustible le plus utilisé pour l’industrie, les transports et le chauffage. La production est de 100 millions de tonnes en 1865. La production augmente jusqu’en 1913, ensuite elle décline car l’invention du moteur électrique met fin à l’usage industriel du charbon. Or une tonne de pétrole ne produit que 76 % du CO2 produit par une tonne de charbon. La consommation est à 75 % européenne en 1872, 50 % en 1900. Les villes industrielles se localisent uniquement en Europe et aux États-Unis, donc dans l’hémisphère Nord. Elles occupent souvent des sites de cuvette qui les rendent célèbres pour leur smog local. La diffusion de la pollution se fait sur des distances faibles. Dès lors, il est difficile d’imaginer qu’immédiatement après la révolution industrielle toute la troposphère ait pu être si vite modifiée, y compris au-delà de l’équateur météorologique jusqu’à l’Antarctique. Ceci suppose des relais improbables par les vents synoptiques sans qu’aucune modification chimique de l’air emprisonné dans les précipitations neigeuses tassées ensuite dans les glaces continentales intervienne.

4) La température déterminant les teneurs en GES ?

22L’expérience banale de l’ouverture d’une bouteille d’eau gazeuse (gazéification issue de l’addition de CO2) à diverses températures montre facilement l’instabilité de la réaction chimique :

23CO2 + H2O => H2CO3 (acide carbonique).

24Le CO2 est d’autant moins soluble que la température augmente, et inversement pour la pression. Ne pourrait-on imaginer que le réchauffement post-glaciaire a pour conséquence une libération de gaz prisonnier, ce qui a été observé après chaque déglaciation. En conséquence, la température pilote la composition chimique de l’atmosphère. Cela permettrait d’expliquer pourquoi les teneurs en GES étaient quatre fois plus élevées il y a cent millions d’années, que premièrement les teneurs soient constantes à températures variables comme au cours de l’optimum médiéval ou du PAG, que deuxièmement les périodes de récession économique du xxe siècle ne se lisent pas sur la courbe du CO2 et, troisièmement que, entre 1950 et 1980 environ, les températures baissent alors que la courbe du CO2 émis dans l’atmosphère s’infléchit nettement à la hausse. D’ailleurs, à regarder de près la superposition des courbes de températures et de teneurs en CO2 de l’atmosphère depuis quatre cent cinquante mille ans, publiées par l’IPCC, la variation de température précède de quelque huit cents ans celle du CO2 ! Ce décalage correspond au temps que met en moyenne le CO2 dissous dans l’eau de mer pour passer dans l’atmosphère (Caillon, 2003).

25Le caractère « inédit » de la teneur actuelle de CO2 est contesté par Beck, qui a recensé dans la littérature scientifique aux xixe et xxe siècles des mesures plus élevées qu’aujourd’hui. Quoi qu’on fasse, pour l’IPCC, la quantité de CO2 dans l’atmosphère devrait continuer à grimper car ce gaz a une durée de vie de cent ans dans l’atmosphère. Mais, avec l’augmentation de la population et l’élévation du niveau de vie des populations des pays émergents, les concentrations ne peuvent que s’élever. Les modèles du futur établis par des physiciens et des économistes se fondent sur plusieurs niveaux d’émissions et envisagent des concentrations autour de 500 ppmv en 2050-2060, jusqu’à 950 en 2100. Le « facteur 4 », inscrit dans la loi POPE (loi no 2005-781 du 13 juillet 2005 fixant les orientations de la politique énergétique), qui précise que « la lutte contre le changement climatique est une priorité de la politique énergétique qui vise à diminuer de 3 % par an en moyenne les émissions de gaz à effet de serre de la France [...] », découle de ces hypothèses. Remarquons tout de même que dans cent ans, l’augmentation du CO2 s’arrêtera sans doute pour de tout autres raisons : la volonté de ne plus consommer d’énergies fossiles ou la carence de matière première (épuisement des réserves évaluées à quarante ans pour le pétrole, soixante ans pour le gaz). Donc, au-delà, le taux de CO2 devrait diminuer à nouveau en quelques siècles, surtout si la population se stabilise autour de 9 milliards.

III. Une communication à sens unique : s’interroger ou caricaturer ?

26Le réchauffement climatique, changement inédit ou non, est au centre des problèmes que nos sociétés auront à affronter dans les décennies à venir en matière d’environnement. Cela lui confère une dimension socio-économique et politique indéniable.

1) L’idée d’un changement

27Suggérer que les activités humaines commencent à avoir une influence sur le climat place désormais l’homme et les groupes sociaux dans une position inédite face au climat. Alors que depuis le début de l’histoire de l’humanité ils n’ont fait que subir, ils sont devenus acteurs du climat, même si ce n’est qu’involontairement. La vision occidentale de l’homme tout-puissant perpétue d’une autre manière les idéologies marxistes, elles-mêmes aboutissement de la philosophie des Lumières. Et, comme l’écrit Boia : « Il n’y a aucun secret que le cataclysme climatique est annoncé de nos jours par ceux qui ne croient pas aux vertus de la civilisation technologique. Et contesté non moins fortement par les partisans de ce type de civilisation. Écologistes contre libéraux : les uns et les autres manipulent les mêmes données mais mises au service des idéologies opposées. Leurs scénarios s’inscrivent [...] dans des schémas historiques [...] qui ne sont pas inventés aujourd’hui : d’une part, le Progrès [...], d’autre part, le spectre de la décadence [...] »

28Après la conférence de Rio puis Tchernobyl, le débat scientifique sur l’origine du réchauffement est sorti des joutes entre scientifiques pour devenir politique, stratégique. La première phrase de l’introduction au rapport de l’IPCC prend position : The IPCC was established by the WMO and the UNEP in 1988. The aim was, and remains, to provide an assessment of the understanding of all aspects of climate change, including how human activities can cause such changes and can be impacted by them. It had become widely recognised that human-influenced emissions of greenhouse gases have the potential to alter the climate System.

2) Une entreprise sans précédent de communication scientifique

29Le « changement climatique » fait l’objet d’un souci de transmission du savoir sans équivalent, et peut-être sans précédent, dans la recherche scientifique. Ce qui ne peut s’expliquer seulement par le caractère planétaire du risque. D’abord, l’IPCC produit tous les cinq ans environ une synthèse de l’état des connaissances en trois volumes énormes publiés, pour le dernier, par Cambridge University Press en 2001 (The Scientific Basis, 881 p., Impacts, Adaptation, and Vulnerability, 1032 p„ Mitigation, 762 p.). Les rapports sont téléchargeables sur Internet ainsi que des résumés d’une centaine de pages. De plus, plusieurs milliers de sites Internet résument, exposent, discutent les synthèses de l’IPCC dans plusieurs langues : anglais, français, espagnol, chinois, russe, japonais... Depuis trente ans, les articles dans les revues de climatologie et les ouvrages sur le changement climatique représentent probablement des milliards de pages. Des revues ont même été créées spécialement pour publier le « savoir nouveau » (Climate Change, par exemple, qui se décrit ainsi : An Interdisciplinary, International Journal Devoted to the Description, Causes and Implications of Climatic Change, en 1977 chez Springer Verlag, et en langue française La Lettre « Changement global », émanation du CNFCG (Comité national français du changement global) en 1994, L’Usine à GES en 2004, etc.). En ce qui concerne les livres, au moins quatre ou cinq titres « majeurs » sortent chaque année chez les grands éditeurs français.

30Parler ainsi massivement du changement climatique relève d’une entreprise concertée. Cela peut permettre d’organiser un transfert de connaissances des « experts » vers la société civile.

3) Un optimum aux conséquences seulement négatives ?

31L’image positive du réchauffement du climat s’est détériorée rapidement au cours des vingt dernières années. Parmi les ouvrages les plus récents, nombreux sont ceux dont le titre est éloquent : Terre, fin de partie (2005), Le climat est-il devenu fou ? (2002), Climat : chronique d’un bouleversement annoncé (2004), Climat ça va chauffer ! (2004) Le climat : jeu dangereux (2004), Le grand dérèglement du climat (2005), etc. Pourtant, dans le passé, les périodes chaudes étaient appelées optimums.

32Les études historiques ont montré que, durant les périodes chaudes, les sociétés repoussent leurs limites. Le radoucissement postglaciaire, au Moyen-Orient et sans doute aussi ailleurs, permet le passage à l’agriculture. Avec la domestication des plantes et des animaux, les mêmes territoires vont nourrir des populations plus nombreuses. En Europe, une révolution technologique a lieu : c’est l’âge du bronze et le développement de l’usage de l’écriture. De même, du xe au xiiie siècle, en Europe l’optimum médiéval permet la conquête de nouveaux espaces (le Groenland, si souvent évoqué), le progrès des échanges et la naissance de sociétés de marchands et de banquiers, les grands défrichements agricoles pour des assolements limitant de plus en plus la jachère, l’expansion urbaine et le mouvement communal. The three centuries, from about 1000 to about 1300, became one of the most optimistic, prosperous, and progressive periods in European history, d’après C. Van Doren. Cette période « chaude » et faste est attestée en Russie, avec la colonisation agricole vers le nord, en Asie et la migration vers la Mandchourie, la vallée de l’Amour et les îles septentrionales du Japon. En Amérique, les populations indigènes étendent leurs aires de culture vers le nord en suivant le Mississippi, le Missouri et l’Illinois. À la fin du xiiie siècle, des crises secouent les sociétés et l’innovation se ralentit. Le PAG va conduire à plus d’isolement, des famines récurrentes, beaucoup moins d’innovation. Il faudra attendre le milieu du xixe siècle pour que la révolution industrielle transforme radicalement les sociétés. Il faut se méfier des affirmations péremptoires sur ces liens déterministes mais, à l’inverse, aucune raison majeure ne permet d’affirmer que le réchauffement contemporain aura des conséquences principalement négatives pour l’ensemble de l’humanité. Retenons qu’il y a 5 °C d’écart entre la température moyenne de Lille et celle de Marseille – ville qui est loin d’être invivable-, que le réchauffement au Canada, en Russie augmentera les surfaces agricoles, ouvrira des littoraux jusque-là englacés, permettra d’exploiter plus facilement des ressources après fusion de la banquise ou du pergélisol.

4) Faire la part de l’incertitude et des marges d’erreur ?

33Le discours transmis par la presse, la télévision, la publicité (« Faisons vite, ça chauffe ! ») est très affirmatif. Les sources d’incertitude sont pourtant nombreuses : depuis des erreurs quantifiables dans les mesures, dans les reconstitutions des données jusqu’à des projections incertaines sur le fonctionnement du système planétaire et même les choix économiques.

34La marge d’erreur tolérée par l’Office météorologique mondial dans la calibration du thermomètre est de 0,2 °C ; les thermomètres à maximum sont par exemple gradués au 0,5 °C près et la marge d’erreur d’un thermographe doit rester inférieure à 1 °C. Donc la hausse séculaire de 0,6 °C devrait toujours être accompagnée d’une incertitude de + ou - 0,2 °C, soit une marge d’erreur égale à deux tiers de la valeur estimée de la hausse séculaire. Quant à la marge d’erreur de datation de l’âge du CO2 des bulles d’air des glaces d’inlandsis, elle est d’après les géologues de plusieurs siècles, temps mis par la particule d’air piégée dans le flocon de neige pour passer du névé à la glace qui n’est plus en contact avec l’atmosphère...

35De son côté, la technique de modélisation actuelle introduit de l’incertitude. Elle vient :

  • premièrement, des hypothèses discutables de départ concernant la croissance démographique et économique, les progrès technologiques et l’approvisionnement énergétique,
  • deuxièmement, de la simplification du fonctionnement physique planétaire, compte tenu des connaissances du moment (mauvaise prise en compte des nuages et des aérosols par exemple),
  • troisièmement, des éléments du système non intégrés au modèle (les « surprises » ou événement brefs par exemple).

36Plus la marge d’erreur est importante, plus il est difficile de définir à coup sûr la réalité. Le troisième rapport de l’IPCC propose une évaluation du réchauffement à l’horizon 2100 comprise entre + 1,4 °C et + 5,8 °C. Pour l’Europe de l’Ouest, la fourchette est plus large : soit un réchauffement de + 2 à + 6 °C soit un refroidissement de – 4 °C si la dérive nord-atlantique n’atteint plus les côtes à ces latitudes. Ces incertitudes devraient conduire à la modestie car elles correspondent à peu de chose près aux variabilités thermiques du quaternaire !

Conclusion

37Le principe de responsabilité s’applique assurément au réchauffement contemporain, qui est une certitude. Son origine est toutefois incertaine. Si ce n’est peut-être pas un « changement radical », il aura modifié l’approche des États, des entreprises, des collectivités à leur environnement. Il apparaît désormais indéniable que l’industrialisation s’est faite à grands coups de pollution, avec une philosophie sans égards pour les ressources de la planète, une vision d’un monde à conquérir sans limites. Il convient maintenant de ne pas faire n’importe quoi et de réfléchir collectivement et individuellement aux conséquences des actions sur les territoires.

38Mais penser l’environnement implique d’intégrer la variabilité du et des climat(s) car la stabilité à quelque échelle que ce soit n’a jamais existé. Enfin, les connaissances techniques contemporaines permettent de penser que la plupart des sociétés pourront mieux qu’autrefois faire face au réchauffement, voire pour certaines en tirer profit, si leur politique ne se concentre pas seulement sur l’atténuation du réchauffement mais prend en compte assez tôt l’adaptation. Les révolutions agricoles ou industrielles sont nées d’innovations qui ont modifié radicalement les modes de production et très largement accru l’espérance de vie. Pourquoi n’en serait-il pas de même au xxie siècle ?

39L’Histoire n’est jamais écrite à l’avance. Reste à refuser le catastrophisme ambiant.

Bibliographie

Bibliographie

Acot P., 2004, Histoire du climat, Paris, Perrin, coll. « Tempus ».

Ammerman A.J., Cavalli-Sforza L.L., 1984, The Neolithic Transition and the Genetics ofPopulations in Europe, Princeton, Princeton University Press.

Beck E.G., 2007, « 180 years accurate CO2-gas analysis of air by Chemical methods », Energy and Environment, no 2, 28, p. 259-282.

Boia L., 2004, L’homme face au climat, Paris, Les Belles Lettres.

Caillon N„ Severinghaus J.P., Jouzel J., Barnola J.M., Kang J., Lipenkov V.Y., 2003, « Timing of CO2 and temperature changes across termination-III », Science, 299, p. 1728-1731.

Claiborne R., 1970, Climate, Man, and History, New York, W.W. Norton.

Deland A., 1987, Fielding’s Far East, New York, Fielding Travel Books.

Esper J., Cook E.R., Schweingruber F.H., 2002, « Low frequency signals in long tree-ring chronologies for reconstructing past temperature variability », Science, 295, p. 2250-2253.

Guerrien B., 2007, L’illusion économique, Paris, Omnisciences, coll. « Les essais ».

Intergovernmental Panel on Climate Change, 2001, Climate Change 2001 : The Scientific Basis, Houghton J.T. et al. (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, p. 881.

Lamb H., 1977, Climatic History and the Future, Princeton, Princeton University Press.

Lamb H., 1982, Climate, History and the Modem World, New York, Methuen.

Mac Neill W.H., 1963, The Rise of the West : A History of the Human Community, Chicago, The University of Chicago Press.

Lomborg B., 2004, L’écologie sceptique, Paris, Le Cherche Midi.

Mann M.E., Bradley R.S., Hughes M.K., 1998, « Global-scale temperature patterns and climate forcing over the past six centuries », Nature, 392, p. 779-787.

Mann M.E., Bradley R.S., Hughes M.K., 1999, « Northern Hemisphere temperatures during the past millennium : inferences, uncertainties, and limitations », Geophysical Research Letters, 26, p. 759-762.

Mann M.E., Jones P.D., 2003, « Global surface temperature over the past two millennia », Geophysical Research Letters, vol. 30, no 12.

Maasch K.A. et al., 2005, « A 2000-year context for modem climate change », Geografiska Annaler, 87a, p. 7-15.

Nesmes-Ribes E., Thuillier G., 2000, Histoire solaire et climatique, Paris, Belin.

Pirenne H., 1938, Economic and Social History of Médieval Europe, New York, Harcourt, Brace and Co.

Storch H. von et al, 2004, « Reconstructing past climate from noisy data », Science, 306, p. 679-682.

Van Doren C., 1991, A History of Knowledge : Past, Present, and Future, New York, Ballantine Books.

Notes

1 64 % des GES en excluant la vapeur d’eau.

Auteur

Professeur à l’université Paris-Panthéon-Sorbonne, Institut de géographie, 191, rue Saint-Jacques, 75005 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search