Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le changement en environnement

 | 
Martine Tabeaud

Première partie. Les faits

Le machinisme : un changement appliqué à l’architecture et à l’espace urbain

Gérard Monnier

Texte intégral

1Le machinisme est présent de longue date dans l’aménagement de l’espace, à commencer par le transport des matériaux et leur mise en œuvre. La traction animale d’engins à roues permettait le transport de matériaux de construction pondéreux ; sur le chantier des bâtisseurs de l’Antiquité, des engins permettaient de démultiplier les résistances, de déplacer des monolithes énormes grâce à des palans, des treuils, des cabestans. De l’Antiquité au Moyen Âge, les tâches de construction, qui ont pour finalité la ville bâtie, organisée et équipée, fixaient et concentraient au plus haut niveau du moment les savoirs techniques et leur application mécanique.

2Chacun sait que les modes d’utilisation de la force des éléments ont une histoire très ancienne : le moulin à vent, le moulin à eau sont des manifestations du machinisme, primitives mais substantielles ; ils ont une forte expression typologique dans les constructions qui les abritent. Les barrages qui fixent des retenues dans les sites qui s’y prêtent, comme les barrages établis au fil de l’eau, commandent les flux nécessaires aux turbines pour la production hydroélectrique. Celles-ci ont été longtemps installées dans de vastes volumes fermés, équipés de puissants ponts roulants pour l’extraction des turbines et pour leur maintenance, Pour cette seule fonction, le hall monumental de l’usine de Bollène (Vaucluse, Théo Sardnal arch., 1947-1952), construite pour la Compagnie nationale du Rhône, a un volume vacant de 180 m de long, de 20 m de large, de 27 m de haut. Peu d’équipements associent à cette échelle le machinisme et le bâti. Aujourd’hui, les éoliennes sont la forme récente de cette capture énergétique par des constructions adaptées à cette seule fin.

3Tout change avec la révolution industrielle et ses moteurs ; la motorisation et la mécanisation pénètrent dans les bâtiments, et d’abord dans les bâtiments qui abritent la production industrielle : la mine et l’usine sont les premiers lieux d’application à grande échelle de la mécanisation de l’espace bâti. Une des premières applications est l’installation d’une machine à vapeur, la pompe à feu, pour la distribution de l’eau sous pression dans un réseau de canalisations urbaines ; ce dispositif, mis au point par l’ingénieur James Watt dans les mines anglaises pour évacuer l’eau, est à l’origine de la pompe fournie, en 1779, aux frères Périer pour installer une pompe à feu à Chaillot.

4Puis le machinisme propose des articulations nouvelles de l’espace urbain ; si on propose de laisser ici de côté les systèmes de transport à distance, qui tissent des réseaux sur le territoire, chemins de fer, routes terrestres et aériennes, etc., il est patent que l’articulation de ces réseaux avec la ville s’est faite par des lieux d’échange, les gares, ferroviaires ou routières, où s’organise la rupture de charge entre les systèmes mécaniques et les espaces statiques de la ville. Très tôt, l’articulation des réseaux mécanisés avec les équipements urbains a été envisagée comme un système à grande échelle ; dès 1853, le projet initial des Halles de Paris, par exemple, propose d’équiper les sous-sols des pavillons à construire de gares souterraines reliées par voie ferrée aux six gares de Paris. Dans le monde anglo-saxon d’abord puis, un siècle plus tard, dans les métropoles du monde entier, le métro et le tramway commencent leur emprise sur le transport public urbain.

5Réponse adaptée à la forte dénivelée de sites urbains particuliers, ascenseurs publics et funiculaires se développent ; la culture urbaine ibérique se fait une spécialité de l’ascenseur public urbain : on construit des ascenseurs urbains au Portugal à Lisbonne, au Brésil à Salvador de Bahia et au Chili à Valparaiso.

6Chronologiquement, la motorisation des espaces et des édifices commerciaux et industriels semble être venue la première ; des grues à vapeur équipent les nouveaux docks de Londres à étage, des monte-charge hydrauliques équipent les docks-entrepôts de Marseille ; dans les grands magasins des capitales, les ascenseurs sont luxueux.

7C’est la mécanisation (ascenseur, monte-charge) qui conditionne la haute valeur d’usage de la construction de grande hauteur : c’est un changement typologique radical, depuis le gratte-ciel (né à Chicago) jusqu’aux tours des banlieues. Son expression monumentale et symbolique inspire les architectes (Sant-Elia, Niemeyer, etc.). La cabine d’ascenseur apparente, à l’intérieur d’un atrium ou à l’extérieur du bâtiment, est fréquente aujourd’hui. L’ascenseur équipe le logement social (début en France en 1930, à Villeurbanne, à Drancy, à Châtenay-Malabry) ; le programme de la réhabilitation du logement social implique souvent aujourd’hui l’installation d’un ascenseur, lorsque c’est la seule façon de régler les questions liées à l’accessibilité des handicapés (cf. la réhabilitation des HBM de la cité Tony-Garnier, OPAC de Lyon, 1993-2000).

8Depuis les années 1930, l’escalier mécanique, dans les édifices publics et commerciaux, introduit une fluidité nouvelle pour la circulation d’un niveau à un autre ; son développement, ses applications ultérieures (le plan incliné pour le chariot dans les hypermarchés) modifient les usages de l’espace. Liée à une nouvelle distribution de l’espace, on note son apparition dans l’architecture d’un lycée, pour la circulation des élèves (lycée Camille-Sée, Paris XVe arrt, François Le Cœur arch., 1937). Depuis, ses applications à l’équipement urbain et sa nouvelle vitesse (9 km/h) permettent des « trottoirs » mécanisés et techniquement sophistiqués (station de métro Montparnasse, RATP).

9L’équipement des sites de montagne pour l’industrie des sports d’hiver impose la mise au point de toute une gamme de « remontées mécaniques », qui vont du téléphérique aux diverses variantes de la télécabine, du télésiège et du téléski.

10L’avancée la plus spectaculaire est l’application de la mécanisation à l’organisation de l’espace d’un bâtiment, pour le rendre capable d’accueillir plusieurs usages. La mécanisation a longtemps été réservée à l’équipement de la scène de théâtre, où le changement des rideaux de scène, des décors, plus ou moins lourds, était complété par des dispositifs de planchers mobiles, de trappes, etc. La maîtrise de la construction métallique semble étroitement associée aux premiers édifices dont l’espace principal est transformable, afin de répondre à des fonctions différentes et successives. Construite sur une ossature d’acier, la maison du peuple de Clichy (Beaudouin, Lods, Prouvé arch., 1937-1939) est à la fois un marché couvert (au rez-de-chaussée), une salle de spectacle, une salle de bal (à l’étage) ; un comble mobile, un plancher démontable mécanisé, un cloisonnement transformable permettent de modifier les surfaces utiles, de les mettre à l’abri ou de les ouvrir sous le ciel. Pénalisé par une maintenance défaillante pendant la guerre, cet équipement hors norme a fait l’objet d’une Restauration récente, mais qui n’a pas permis de retrouver l’intégralité des fonctions initiales. Il y a vingt ans, le relai de la transformation fonctionnelle mécanisée a été pris à Paris par le Palais omnisport de Bercy (Andrault et Parat arch., 1981-1983), qui, à son tour, et sans défaillances, se transforme tout au long de l’année en salle de spectacle, en lieu de compétitions sportives, en salle de concert. Dans le même esprit, à Saint-Denis, le récent Stade de France, par des tribunes basses rétractables, a une capacité qui évolue entre 70 000 (athlétisme) et 80 000 places (football, rugby, concerts et spectacles) (Macary, Zublena, Régembal et Costantini arch., 1995-1998). La mécanisation répond ainsi aux demandes de plusieurs valeurs d’usage.

11Une application déjà ancienne de la mécanisation concerne les installations de parking urbain des automobiles ; stimulé par le coût du foncier, un dispositif de monte-charge et de passerelles organise, dès 1905, la distribution des automobiles dans les différents niveaux d’un parking aérien (rue de Ponthieu, Perret frères arch.). Dans la mesure où il fait l’économie du volume important des rampes d’accès, ce dispositif est souvent utilisé aujourd’hui pour des parkings souterrains privés.

12À côté de ces mécanisations apparentes, les mécanisations cachées ; il faut mentionner l’impact considérable de la mécanisation pour la circulation sous pression des fluides, pour le chauffage et la climatisation. Depuis quarante ans, la ventilation mécanique contrôlée (VMC) a transformé les usages, la salubrité et la qualité de vie dans les immeubles collectifs, à partir de turbines aspirantes placées au sommet de l’édifice. La sécurité des ouvrants, les porte-pare-feu sont des dispositifs électromécaniques qui répondent aux normes de la sécurité des bâtiments.

13Les conséquences de la mécanisation sur l’économie du bâtiment sont évidemment considérables, bien que peu souvent évoquées, sinon par les professionnels eux-mêmes. Je cite ici l’architecte Pierre Dufau, qui fonde ses analyses sur des études comparées des coûts de construction d’édifices parisiens :

Alors qu’en 1856 les lots techniques représentaient 3 à 4 % du coût global, le pourcentage était passé à 30 et 35 % en 1977. Et ce n’était pas l’exemple le plus frappant. La comparaison entre un hôtel particulier construit parc Monceau et un immeuble parisien de qualité équivalente montrait que le technique passait de 3 % à 40 %. Pour un immeuble de grande hauteur, en 1970, le pourcentage était de plus de 50 % (Pierre DUFAU, Un architecte qui voulait être architecte, Paris, Londres, 1989, p. 124).

14Des questions nouvelles découlent de cette mécanisation généralisée : la formation et la compétence de la main-d’œuvre dans des secteurs techniques diversifiés, l’entretien et la maintenance de ces équipements mécaniques, avec des conséquences fortes sur la sécurité des personnes (entretien des ascenseurs). La réglementation et le droit suivent avec retard ces changements techniques, qui exercent une pression considérable sur la valeur d’usage de tout bâtiment urbain.

15La mécanisation de l’espace urbain détermine, à côté des dispositifs fixes, permanents, des dispositifs mobiles ; le plus ancien est lié à la lutte contre l’incendie, avec les pompes à bras sur roue, d’où découle tout le matériel automoteur des pompiers. Des engins mécaniques temporaires répondent aujourd’hui à toutes sortes de demandes : le monte-meubles, la grande roue, les manèges et les attractions foraines, etc.

16Et, bien entendu, ce rapide inventaire serait incomplet s’il ne mentionnait pas la mécanisation du chantier de construction et l’impact de l’industrie, et donc indirectement de ses machines, sur les matériaux de construction et sur les procédés. Je me contenterai de mentionner deux réalisations récentes, proches l’une de l’autre sur le même site : l’emploi généralisé et apparent du fil d’acier tissé dans la Bibliothèque de France (BnF), et qui résulte d’une collaboration de l’architecte Perrault avec Usinor et le tisseur GKD ; la préfabrication en Alsace de la partie centrale (500 tonnes, 102 m de long) de la passerelle en acier Simone-de-Beauvoir (qui relie le parc de Bercy à la BnF, Feichtinger arch., RFR bureau d’études), et son transport d’une seule pièce par voie d’eau (via la Manche et la Seine).

17Les effets du machinisme appliqué aux bâtiments n’ont pas fini de bouleverser l’art de bâtir, des concepts aux pratiques.

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site