Desktop versionMobile Version

Le changement en environnement

 | 
Martine Tabeaud

Introduction

Martine Tabeaud

Volltext

1Dans le cadre de la réforme « LMD », les enseignants de géographie ont imaginé que l’organisation d’un colloque pourrait faire partie du cursus des étudiants de mastère deuxième année option recherche. La première promotion du mastère 2 recherche géographie environnement et paysages a initié ces colloques avec, en février 2006 à la Maison des sciences économiques, une journée de réflexion consacrée au « Changement en environnement ».

2À la suite de cette journée, ce livre rassemble des contributions scientifiques rédigées par des chercheurs de disciplines variées, autour d’une notion qui semble actuellement faire à la fois consensus et sujet de polémique, le changement environnemental. La confrontation de ces deux réalités, le changement, un processus en cours représentant une rupture, et l’environnement des sociétés, qu’il soit naturel, technologique ou autre, aboutit, semble-t-il, à une forme de contradiction volontaire dont il convient de se demander si celle-ci sous-tend des postures idéologiques ou bien un vide épistémologique. L’enjeu de cet ouvrage est de proposer un regard croisé, une mise en perspective de situations ou de thèmes scientifiques, permettant d’identifier comment peut être interprétée la nature de cette confrontation en tentant, en particulier, de comprendre la pertinence de l’idée de changement appliquée à des environnements actuels ou passés variés.

3L’environnement est un mot à la mode, comme développement durable, etc., que l’on emploie à toutes les sauces, d’autant que le terme ne se rattache pas spécifiquement à une école de pensée particulière. Chacun l’emploie dans des métiers très divers (la peinture, l’informatique, etc.) avec des sens différents. Il convient donc d’en donner une définition. Partons des dictionnaires. Le terme y apparaît ambigu car il est à la fois actif et passif ; actif (mettre autour), ou passif (être autour), c’est d’ailleurs ces deux sens que l’on retrouve en art (le pop’art par exemple, jeu dadaïste juxtaposant des objets hétéroclites). Le mot est apparu en 1300 en français, il n’est donc pas récent mais il fut peu usité. Il est revenu en français, autour des années 1960, par réemprunt à l’anglais où le mot signifiait : « ensemble des conditions naturelles et culturelles susceptibles d’agir sur les organismes vivants et leurs activités. » De là provient la première ambiguïté du mot : pour les Anglo-Saxons, la définition répond à une vision disons naturaliste tirant vers l’écologie, voire la physique (l’étude du fonctionnement des milieux où vivent et se reproduisent les êtres vivants). L’environnement « milieu physique » ou « milieu naturel » en quelque sorte. Pour les francophones (cf. P. George dans son « Que sais-je ? ») puis Burton en 1968 (dans The Quality of Environment), l’environnement est défini par et pour les sociétés humaines : « C’est l’ensemble des systèmes naturels et/ou artificialisés dans lesquels l’homme en tant qu’individu et/ou les sociétés interviennent ou sont intervenues, soit en les utilisant, soit en les aménageant. » L’environnement est donc territorialisé puisqu’il est approprié par au moins un groupe social.

4Qu’est-ce que le changement ? Le changement est l’action de changer, verbe employé dès 1120 à la place de muer. Le mot exprime à la forme transitive le fait de rendre autre, de modifier (changer en), à la forme intransitive, remplacer (changer de), et à la forme pronominale, devenir différent (se changer). Donc, un changement définit le passage d’une chose, d’un état à un autre : on parle en physique de changement d’état de la matière. Parfois on substitue à changement le terme de rupture qui insiste sur la soudaineté de la cessation. Le terme exprime le résultat d’une contrainte forte qui aboutit à la séparation en plusieurs éléments. Par ailleurs, dans le langage courant des journalistes, il est habituel d’utiliser indifféremment les termes de changement et d'évolution, comme s’ils avaient le même sens. On entend parler indistinctement d’évolution des mentalités après 1968 ou de changement des mentalités après 1968. Alors que l’emploi d’évolution implique une complexification si l’on se réfère à la biologie. La philosophie des Lumières, quant à elle, assimile changement et progrès. Or, le terme de progrès signifie plus que changement. Un progrès est un changement qui constitue par rapport à l’état précédent un véritable « plus », un « mieux ». Une tendance peut même être continue sans qu’il y ait progrès. La progression de l’obésité et de la malnutrition dans le monde en est un bon exemple. L’idée de progrès renvoie à une tendance à l’amélioration. Le progrès technique en est la meilleure illustration. Pour nous résumer, admettons que le changement est évolution et rupture.

5Avec, par exemple, la création en 1999 sur RFI de l’émission de radio « Le monde change », on pourrait se convaincre que le changement est une nouveauté. Le changement est dans tous les discours. Ne parle-t-on pas de changement climatique inédit, plaçant l’homme dans une position d’acteur et non plus de victime ou de spectateur ? de « nouveau changement de paradigme culturel pour l’Europe » issu du non au référendum sur la Constitution européenne ? de « parti politique radicalement différent des autres par son approche de la politique et les réformes proposées dans son programme » avec la création il y a un an d’un Mouvement de lutte pour le changement (MLC) ? de « redonner un sourire à l’entreprise en s’appuyant sur des séminaires pour les aider à changer » grâce aux offres de plusieurs firmes de consultants ?... Pourtant, selon Platon dans le Cratyle, son aîné Héraclite (dans la seconde moitié du vie siècle av. J.-C.) aurait dit : « Dans les mêmes fleuves nous entrons et nous n’entrons pas. Nous sommes et nous ne sommes pas », devenu le dicton populaire : « On ne se baigne jamais deux fois dans la même eau. » Héraclite a été le premier à conceptualiser le changement perpétuel, la mobilité constante des choses, intuition géniale de l’agitation des atomes, des théories scientifiques modernes sur l’évolution permanente. Au début du xxe siècle, avec la révolution technique de l’électricité, du moteur à explosion, du téléphone, avec la nouvelle conception du monde associée à l’impérialisme et au colonialisme, les Français ont certainement eu la certitude d’un changement aussi profond que celui éprouvé au tournant du siècle suivant par nos contemporains face à l’informatique, aux nouvelles technologies de l’information, à la société mondiale globalisée, aux acquis de la génétique, au « management environnemental », etc.

6Chacun, et cela d’autant plus qu’il vieillit, a le sentiment d’être entré dans une époque nouvelle. C’est une manière de se donner bonne conscience, de croire à une supériorité par rapport aux époques précédentes. C’est aussi une manière de se rassurer, car les Occidentaux n’acceptent pas aisément que le changement puisse être une simple répétition et encore moins une détérioration, une dégradation irréversible. Le changement n’est donc qu’une manière de voir. Chaque matin, en nous regardant dans le miroir, nous nous reconnaissons et pourtant nos cellules ont changé. Notre perception est insuffisante pour lire autre chose que la continuité. Nous privilégions l’évolution. Mais si, d’aventure, nous ne nous reconnaissons plus, si nous éprouvons le monde qui nous entoure comme « différent », alors c’est la rupture. Deux réactions sont possibles : soit l’excitation, soit la peur ! Et les neurobiologistes nous enseignent que ces réactions opposées dépendent des neuromédiateurs et en particulier de la sécrétion individuelle de neurotonine. Selon le contexte dans lequel un individu vit, le frileux, amateur d’évolution lente, pourra être perçu par le groupe social auquel il appartient comme fiable ou comme lâche, alors que l’ami des risques, que stimulent les ruptures, sera perçu comme un pionnier ou un instable... Toute société est donc composée de ces deux types d’individus qui ne feront pas la même lecture de leur environnement. Et, selon le paradigme du moment, l’importance accordée aux individus par rapport à la collectivité, les uns ou les autres seront vilipendés... C’est le système de valeurs qui dans un groupe légitime ou disqualifie telle conduite, telle perception. Le changement n’est donc accepté que s’il est tolérable dans le système de préférences collectives qui est censé assurer la résilience d’une société, d’une civilisation. Charles de Gaulle ne disait-il pas : « Naturellement, les Français, comme de tout temps, ressentent en eux des courants. Il y a l’éternel courant du mouvement qui va aux réformes, qui va aux changements, qui est naturellement nécessaire, et puis, il y a aussi un courant de l’ordre, de la règle, de la tradition, qui, lui aussi, est nécessaire. C’est avec tout cela qu’on fait la France. » (Entretien durant la campagne électorale de 1965, dans D. Begoc, 2007, Dictionnaire des citations politiques, 2007.)

7Le changement semble vécu aujourd’hui comme un choc civilisationnel car il serait planétaire et sans retour : réchauffement du climat, érosion de la biodiversité... Les questions environnementales, et en particulier la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, sont au cœur des débats contemporains, que ce soit dans les entreprises, dans les villes, dans les collectivités territoriales. Et, bien souvent, il ne s’agit même plus d’intégrer le changement mais de l’anticiper... Aussi convient-il de s’interroger sur les faits, les représentations et les enjeux du changement contemporain.

8Dans la première partie, c’est du savoir qu’il sera question à partir des évolutions écologiques « naturelles » (H. Regnauld), des révolutions techniques et en particulier du machinisme (G. Monnier), des limites de la connaissance avec l’exemple du réchauffement planétaire (M. Tabeaud), des apports de l’archéologie environnementale (M.-C. Marinval) et enfin il sera question de la légitimité des savoirs (D. Peyrusaubes).

9La seconde partie sera consacrée aux représentations du changement, dans les relations internationales depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale (M. Goussot), dans l’aménagement urbain autour d’un élément nouvellement perçu comme naturel (A. Tissier), dans la perception du temps météorologique (M. de La Soudière) et dans la pratique de recherche et d’enseignement des géographes (Y. Calbérac).

10Quant aux enjeux, qui feront l’objet de la troisième partie, ils seront abordés à partir des exemples de la stratégie française d’adaptation au changement climatique (P. Vergès), du plan climat parisien (J. Bigorgne), des modalités de limitation des nuisances lors des chantiers urbains (M. Hassine), de la haute qualité environnementale appliquée aux zones d’activité (G. Mc Dwyer) et même de la valorisation des goûts de terroir en gastronomie (O. Etcheverria).

Autor

Docteure en géographie, spécialiste de climatologie, Martine Tabeaud est actuellement professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle est membre du gdr Riclim. Elle a créé avec Martin de la Soudière en 2002 un réseau international sur la perception du climat. En 2007, elle a créé avec Xavier Browaeys doc2geo, un site de films documentaires de géographie accessibles sur Internet. Elle est autrice d’une dizaine d’ouvrages, dont plusieurs manuels de climatologie chez Armand Colin et des livres sur l’environnement (parmi eux, Ile-de-France, avis de tempête force 12 paru aux Publications de la Sorbonne en 2003, ainsi que Le changement en environnement paru en 2008 aux Publications de la Sorbonne).

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search