Version classiqueVersion mobile

Byzance face aux ottomans

 | 
Raúl Estangüi Gómez

Note bibliographique

Texte intégral

Lorsque cet ouvrage était en cours de publication est paru le livre de Mark Bartusis, Land and Privilege in Byzantium. The Institution of Pronoia, Cambridge 2012. Celui-ci traite de l’évolution de la pronoia tout au long de l’histoire byzantine et essaie de mieux déterminer les caractéristiques de cette institution, ainsi que sa signification historique. Bartusis évoque certains sujets que j’ai traités au cours des pages précédentes et pour lesquels nous sommes arrivés à des conclusions différentes. Ce n’est pas mon propos ici d’en discuter, car cela nécessiterait de longs raisonnements. Toutefois, j’aimerais préciser que, à mon avis, cet auteur accorde un sens trop étroit aux termes pronoia et oikonomia, en les réservant exclusivement à l’attribution par l’État de biens publics et/ou de revenus fiscaux à un individu, souvent un soldat. Il considère, par exemple, que les institutions ecclésiastiques n’étaient pas bénéficiaires de pronoiai ni d’oikonomiai (p. 313 : « monasteries and other religious foundations did not hold pronoiai or oikonomiai »). Bartusis élabore son hypothèse à partir de l’étude statistique du nombre d’occurrences de ces termes dans la documentation. Il considère que l’emploi peu fréquent de ces mots dans les actes relatifs aux biens monastiques suggère que ces termes ne revêtaient pas un sens technique lorsqu’il s’agissait de biens appartenant aux institutions religieuses, mais qu’ils étaient employés par commodité (p. 307-312). En outre, Bartusis ajoute que les biens accordés par l’État à titre de pronoiai ou d’oikonomiai étaient susceptibles d’être repris par le fisc, ce qui n’était pas le cas des biens monastiques et ecclésiastiques (p. 313 : « These [pronoiai or oikonomiai] were ordinarily limited concessions which ordinarily could be revoked by the state. Imperial grants to monasteries were never so regarded »). Toutefois, on a vu que l’État byzantin a souvent procédé à la confiscation ou à l’échange des biens appartenant aux institutions ecclésiastiques (cf. supra, p. 176-179 et 244-246). De même, je pense avoir démontré qu’il existait une séparation entre les biens détenus au titre de la rente fiscale des institutions ecclésiastiques et les biens détenus en pleine propriété (cf. supra, p. 80-84). C’est pourquoi la distinction opérée par Bartusis entre les biens accordés par l’État à un individu et ceux donnés à une institution ecclésiastique, au titre de leurs rentes fiscales, me semble superflue. De fait, l’emploi par les Byzantins euxmêmes d’expressions comme stratiôtikai oikonomiai et monastèriakai oikonomiai montre que nous sommes toujours en présence du même type de biens, qu’il s’agisse d’un bien militaire ou d’un bien monastique. Or cette nomenclature est encore en usage au milieu du xive siècle (cf., par exemple, Vatopédi II, no 88, acte de 1344).

L’emploi peu fréquent des termes pronoia et oikonomia dans la documentation monastique ne permet donc pas de conclure que les institutions ecclésiastiques ne faisaient pas l’objet de l’attribution de biens à titre conditionnel. De plus, l’étude de la documentation ne suggère aucune différence notable dans le statut juridique entre les biens détenus par un individu au titre de sa pronoia (ou oikonomia) et ceux possédés par un monastère au titre de sa rente fiscale. Il s’agit, dans les deux cas, de biens publics accordés par l’Empereur à titre conditionnel, c’est-à-dire susceptibles d’être repris ou échangés à tout moment par le fisc. Ce système avait été mis en place au xie siècle pour rémunérer les différents cadres de l’administration et de l’armée et semble être resté en vigueur jusqu’à la fin de l’État byzantin. Il fut, sans aucun doute, également utilisé pour subvenir aux besoins financiers des institutions religieuses de l’Empire.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search