Version classiqueVersion mobile

Byzance face aux ottomans

 | 
Raúl Estangüi Gómez

Conclusion générale

Texte intégral

1Nous avons vu qu’au cours du xive siècle, l’Empire byzantin connut plusieurs crises qui finirent par provoquer son déclin et favorisèrent la conquête par les Turcs ottomans de ses derniers territoires. Ces crises touchèrent tous les segments de la société et provoquèrent la désagrégation de l’économie. Selon l’historiographie, elles auraient même contribué à l’affaiblissement du pouvoir central et à limiter la capacité de l’État byzantin à défendre le territoire. Au xive siècle semblerait donc culminer un long processus, entamé plusieurs siècles auparavant, à l’époque des empereurs comnènes, qui aurait provoqué la fragmentation d’un Empire à l’origine fortement centralisé et son remplacement par plusieurs entités politiques.

2L’Empire byzantin durant la période tardive suit la même évolution que l’Europe occidentale où, à partir du xe siècle, on constate l’émergence d’une puissante aristocratie foncière. Ce phénomène y coïncide avec une période de croissance économique et de forte augmentation de la population, l’essor des revenus agraires ayant favorisé la montée en puissance des magnats locaux. À Byzance, ce furent les grands propriétaires qui devinrent le groupe le plus puissant de la société, au point que l’une des familles de cette élite, les Comnènes, s’empara du trône à la fin du xie siècle.

3Les empereurs comnènes consolidèrent leur autorité sur l’Empire grâce à leurs liens de parenté et à leurs relations personnelles avec d’autres magnats provinciaux. Le système mis en place par les empereurs de la dynastie des Comnènes se maintint jusqu’à la disparition de l’Empire byzantin au xve siècle. Or l’influence des grandes familles de l’aristocratie sur l’appareil de l’État atteignit son apogée après le coup d’État de Michel Palaiologos en 1258. Il s’était emparé du trône grâce à l’aide des principaux clans aristocratiques, qui s’étaient vus relégués au second plan par l’empereur précédent, Théodore II Laskaris. Durant les règnes de Michel VIII et de ses successeurs, la mainmise de l’aristocratie sur l’ensemble des institutions, ainsi que sur la vie économique et culturelle de l’Empire, ne fut pas contestée.

4L’évolution des campagnes du milieu du xiiie au milieu du xive siècle témoigne de cette forte emprise aristocratique. Les puissants acquirent alors de nombreux biens fonciers et constituèrent de grands domaines qu’ils exploitaient grâce au travail des paysans (parèques). De même, ils obtinrent des empereurs d’importants privilèges et des rentes fiscales qui contribuaient à augmenter leur fortune. Toutefois, à partir du début du xive siècle, la diminution des revenus agricoles, provoquée par un ralentissement de la croissance économique, entraîna des conflits au sein de ce groupe. Les grands propriétaires essayèrent alors d’acquérir plus de terres et d’augmenter la charge fiscale sur les paysans. Ceci suscita une rapide augmentation du prix de la terre et des denrées, et par conséquent un fort appauvrissement de la paysannerie qui contribua à aggraver la crise.

5Les tensions provoquées par la chute des revenus fonciers furent pour une large part à l’origine de deux guerres civiles qui secouèrent l’Empire byzantin dans la première moitié du xive siècle. Comme dans d’autres pays d’Europe, le ralentissement de la croissance économique et le manque de nouvelles terres provoquèrent de nombreuses confrontations au sein de l’aristocratie. Toutefois, à Byzance, il y eut un élément différenciateur qu’il convient de prendre en compte pour expliquer l’ampleur de ces conflits : la perte des territoires d’Asie Mineure avait provoqué le déplacement d’une partie de la population vers les provinces européennes de l’Empire, entraînant un déséquilibre démographique dans ces territoires.

6À l’instabilité politique, on peut ajouter en outre les effets d’une dégradation du climat (le début du « petit âge glaciaire ») et surtout l’arrivée de la peste noire à Constantinople en 1347 pour expliquer un amenuisement de l’activité économique. Mais, ce sont les conflits sociaux qui permettent de mieux expliquer la grande crise que traversa l’Empire à cette époque. À ce propos, il convient de souligner la montée en puissance dès le début du xive siècle d’un groupe d’hommes d’affaires et de marchands qui commençaient à exercer une forte emprise sur la vie économique de l’Empire. Ils étaient particulièrement influents dans les villes. Ce groupe joua un rôle important dans la deuxième guerre civile (1341-1354), car il s’opposa à l’ancienne aristocratie foncière.

7Sur le plan politique, la deuxième guerre civile eut des conséquences dramatiques pour l’ensemble de l’Empire, au point de mettre en danger sa survie. Les Serbes et les Bulgares profitèrent du conflit pour s’emparer d’une grande partie des territoires byzantins. Dans les campagnes, la confiscation des biens fonciers des grands propriétaires provoqua non seulement la ruine financière de ce groupe, mais aussi la désarticulation de la vie rurale. Les paysans furent obligés de quitter leurs villages pour se mettre à l’abri des armées, des brigands et des pirates qui ravageaient le territoire ; ils se réfugièrent dans les grandes villes ou dans des endroits bien protégés, par exemple dans les villages en amont ou dans les domaines fortifiés. L’habitat paysan connut alors une notable transformation. Toutefois, la menace la plus redoutable provenait des attaques des Turcs ottomans qui s’étaient installés dans le nord-ouest de l’Asie Mineure dès la fin du xiiie siècle. Ils étaient arrivés près de la frontière orientale byzantine, en quête de nouveaux pâturages et fuyant les Mongols qui ravageaient l’Asie centrale. En 1354, les Ottomans s’emparèrent du port de Gallipoli, sur la côte européenne. Ce fut le début de leur formidable avancée dans les Balkans.

8L’essor des Ottomans peut s’expliquer par leur situation géographique qui les maintenait éloignés des attaques des Mongols, mais la raison principale de leur succès semble avoir été leur structure sociale et leur grande force de combat. De plus, beaucoup d’hommes appartenant à d’autres tribus de la région, voire à d’autres populations, rejoignaient le chef ottoman en vue du butin obtenu lors des incursions en territoire ennemi. Les Byzantins ne disposaient pas d’une puissance militaire capable de faire face durablement aux Ottomans. Certains historiens ont expliqué cette infériorité par la politique des empereurs paléologues, qui auraient négligé la frontière orientale ou diminué le montant des pronoiai. Cependant, la raison principale de ce déséquilibre des forces semble avoir été plus profonde. La société byzantine avait depuis longtemps abandonné l’esprit martial des siècles précédents : dès le xie siècle, la vie urbaine s’était développée considérablement, entraînant l’apparition de métiers liés à l’activité artisanale et marchande. De plus, l’aristocratie byzantine n’était pas une aristocratie essentiellement militaire et résidait en majorité dans la capitale auprès de l’empereur ou dans les autres grandes villes. On trouvait certes des soldats byzantins dans les troupes impériales, mais le recours aux mercenaires étrangers, surtout turcs, était devenu une pratique courante à l’époque.

9Au lendemain de la deuxième guerre civile, les Turcs ravageaient les campagnes de Thrace et assiégeaient les principales villes de l’Empire, dans lesquelles la situation se dégradait profondément en raison non seulement des attaques de l’ennemi mais aussi de l’arrivée de paysans. L’irruption des Turcs dans les environs de la capitale, Constantinople, provoqua un véritable choc chez les contemporains.

10Contrairement à ce que prétend une grande partie de l’historiographie moderne, l’État byzantin réagit face à la pénétration des Turcs en Europe et au déclin de l’activité agricole. Les empereurs de cette période prirent des mesures énergiques pour répondre à la menace ennemie. Ils entreprirent la réfection des fortifications, ainsi que la construction de tours et d’enceintes dans les campagnes. L’exemple de l’île de Lemnos est significatif à ce sujet. De même, plusieurs souverains se mirent à la tête de leurs troupes, réussissant à récupérer plusieurs territoires, comme les ports de la côte de la mer Noire. Ils conclurent aussi quelques traités de paix avec leurs voisins. Dans les campagnes, l’État favorisa la mise en exploitation des biens abandonnés, grâce à la redistribution de terres entre les cultivateurs, au transfert de paysans et à la concession de privilèges et d’allègements fiscaux aux grands propriétaires, afin que ces derniers puissent restaurer leurs domaines.

11Cette collaboration entre l’État et les puissants doit être soulignée, car elle démontre que le gouvernement central s’appuya sur l’aristocratie et sur les principales institutions ecclésiastiques pour restaurer la production agricole. Il s’agit d’un aspect important parce que beaucoup d’historiens continuent encore à parler d’une forte contestation du pouvoir central par les magnats et les notables locaux. Néanmoins, on a vu le rôle fondamental joué par l’État dans l’administration provinciale lorsque l’on a étudié, par exemple, les déplacements des empereurs dans les provinces et la façon de nommer les principaux responsables de l’administration locale. On a pu constater également la forte emprise du souverain sur les derniers territoires de l’Empire, en dépit de la fragmentation géographique et des difficultés dans les communications. De plus, la concession de quelques territoires aux autres membres de la dynastie ne témoigne pas, comme on l’a prétendu, d’une désagrégation de l’autorité centrale, car c’était une façon de mieux gérer les territoires de la périphérie. Il convient de souligner que ce fut grâce à l’aristocratie que l’État put exercer son autorité dans les campagnes. Ces aristocrates agissaient en tant que gouverneurs des provinces et des villes, ils étaient responsables de la mise à jour du cadastre et du prélèvement des taxes. L’aristocratie faisait également partie des tribunaux, par exemple de celui des juges généraux des Romains, créé par Andronic III (1328-1341), qui étendait sa juridiction sur tous les habitants de l’Empire.

12Le rôle joué par les aristocrates dans l’appareil de l’État était un moyen de préserver les privilèges et le statut du groupe, car il leur permettait de garder la main sur la vie politique. Toutefois, cette prééminence de l’ancienne aristocratie commença à être ébranlée à partir du troisième quart du xive siècle, en raison de sa ruine financière : les plus importants lignages de l’Empire s’étaient vu confisquer la plupart de leurs biens fonciers du fait des conquêtes serbe et turque. Les seuls revenus qui leur restaient provenaient précisément de l’exercice de charges dans l’administration et des rentes concédées par les empereurs.

13Au début des années 1370, la restauration inattendue d’une partie de la province de Macédoine fut l’occasion pour ces aristocrates de rentrer en possession de leurs anciens domaines et de récupérer une partie de leur fortune. Mais, la situation était déjà devenue très difficile sur le plan politique, puisque les Ottomans avaient réussi à consolider leur présence en Europe et menaçaient la stabilité des territoires byzantins. C’est pourquoi Jean V dut prendre des mesures drastiques qui frustrèrent les attentes des grands propriétaires : il ordonna par exemple la confiscation de la moitié des biens monastiques et augmenta la charge fiscale pour renforcer la puissance militaire en Macédoine. Ces mesures s’avérèrent néanmoins insuffisantes pour freiner l’avance turque et, en 1375, Murad Ier fut en mesure d’exiger des Byzantins la restitution du port de Gallipoli en échange de la paix.

14La demande de Murad, qui avait comme seul but la soumission de l’Empire, était sans doute abusive, mais une partie de la société byzantine préférait alors rendre Gallipoli plutôt que de reprendre la guerre contre les Ottomans. À cette époque Dèmètrios Kydônès, principal conseiller de l’empereur Jean V, prononça un discours devant le sénat de Constantinople afin de convaincre ses concitoyens du danger qu’entraînerait la cession de ce port aux Ottomans. L’allusion faite par Kydônès à la nécessité de rentrer la récolte l’année suivante, principal argument de ses adversaires politiques, permet de comprendre les motivations de ceux qui étaient favorables à la paix avec les Turcs : il s’agissait de pouvoir remettre en exploitation les terres récemment recouvrées en Macédoine et d’obtenir le revenu de la vente de leur surplus agricole. Il n’y a donc pas de difficulté à reconnaître parmi ces gens les grands propriétaires fonciers, membres de la haute aristocratie de l’Empire.

15La décision de Jean V de s’opposer aux exigences de Murad Ier explique la nouvelle crise qui secoua l’Empire : l’ancienne aristocratie, de connivence avec les Génois et les Turcs, décida de prêter son soutien au jeune co-empereur Andronic IV pour fomenter un coup d’État à l’été 1376 et renverser l’ancien souverain. Dès son arrivée au pouvoir, Andronic conclut un accord avec les Ottomans, par lequel il leur céda Gallipoli et reconnut son statut de vassal du souverain turc. Outre ses conséquences politiques, l’arrivée au pouvoir d’Andronic IV signifiait le triomphe des grands propriétaires fonciers, car il permettait aux Byzantins de conserver la Macédoine à l’abri des attaques ennemies. Plusieurs documents de cette époque témoignent en effet de la restitution aux grands propriétaires de certains biens confisqués durant le règne de Jean V.

16Mal connues, les causes de la chute d’Andronic IV en 1379 sont sans doute à mettre en rapport avec l’influence écrasante acquise par les Ottomans durant son règne. Quoi qu’il en soit, sa chute mit un terme presque définitif à la mainmise de l’ancienne aristocratie sur l’administration. À Constantinople, par exemple, l’empereur Jean V accorda la charge de principal conseiller à un homme d’affaires, Géôrgios Goudélès, qui n’appartenait pas à la haute aristocratie. D’autres membres de la nouvelle élite économique entrèrent à cette époque à la cour et occupèrent les postes les plus convoités auprès du souverain. Cela répondait à un changement radical dans la politique de l’Empire, qui visait à privilégier les ressources tirées de l’activité commerciale au détriment de l’exploitation des biens fonciers. Au cours de la décennie 1380, on connaît plusieurs exemples de marchands byzantins qui transportèrent de grandes cargaisons de denrées agricoles vers les colonies latines d’Orient ou à Gênes. Les empereurs semblent aussi avoir pris part à ce commerce. Il s’avère donc qu’à cette époque, les Byzantins agissaient comme intermédiaires entre les producteurs locaux déjà sous domination ottomane et les puissances occidentales, car ils jouissaient de conditions avantageuses dans la commercialisation de la production agricole des territoires turcs.

17Bien que cette activité commerciale semble témoigner de contacts plutôt pacifiques entre Turcs et Byzantins, le dernier quart du xive siècle connut un fort rétrécissement du territoire byzantin et, plus généralement, chrétien dans les Balkans : les Turcs prirent la Macédoine en 1383 et sa capitale, Thessalonique, en 1387. Dans les années suivantes, une bonne partie des territoires serbes et bulgares tomba entre les mains de Murad et de son successeur Bayezid Ier. L’affaiblissement du pouvoir chrétien durant cette période eut des conséquences sur l’évolution des campagnes sous domination ottomane, puisque, même si durant le règne de Murad Ier (1362-1389) les biens des chrétiens furent respectés, à l’époque de Bayezid Ier (1389-1402) le statut de la propriété foncière fut bouleversé. Les sources témoignent de la confiscation des biens fonciers et de l’imposition de nouvelles charges et, en dépit de quelques cas isolés, la population chrétienne connut à cette époque une forte dégradation de ses conditions de vie.

18Au début du xve siècle, la défaite infligée par Tamerlan aux troupes ottomanes entraîna un retournement de la situation ; l’Empire ottoman entra alors en crise interne du fait des rivalités entre les fils de Bayezid. Byzance et les autres États chrétiens de la région profitèrent de cet avantage pour signer un nouveau traité avec les Ottomans, en vertu duquel ils récupérèrent une partie de leurs anciens territoires. Byzance reprit par exemple la souveraineté sur la Macédoine et sur la ville de Thessalonique, ainsi que sur les deux bandes côtières situées au bord de la mer de Marmara et de la mer Noire, tout près de Constantinople. Par ailleurs, l’Empire maintenait sa domination sur les îles du nord de l’Égée et sur une grande partie du Péloponnèse.

19Le retour de l’autorité byzantine sur l’ensemble de ces territoires permit au fisc impérial de redresser en partie l’état des finances publiques. Grâce à l’accord conclu avec le souverain ottoman, l’empereur reçut un nombre considérable de biens fonciers, ceux-là même qui avaient été confisqués par les autorités turques sous le règne de Bayezid. Cet arrangement mit à la disposition de l’État de nombreuses terres qu’il distribua aux grands propriétaires ou qu’il fit exploiter directement. De plus, la pression fiscale dans les campagnes se trouva accrue. L’État réussit surtout à imposer les biens des monastères qui étaient auparavant exemptés. La mention dans plusieurs sources grecques du terme turc haradj indique que les autorités byzantines continuaient à prélever les taxes qui avaient frappé les biens des monastères durant la domination ottomane. Toutefois, il ne faut pas en déduire que la fiscalité byzantine subit une forte influence de la fiscalité turque ; l’étude de la documentation révèle que la fiscalité agraire à Byzance au début du xve siècle n’avait pas changé par rapport à celle du siècle précédent. Les actes reflètent simplement des transformations dans le mode d’exploitation de la terre : nombre de paysans avaient été chassés de leurs tenures et étaient désormais contraints de travailler en tant qu’ouvriers agricoles sur les terres de l’État et des grands propriétaires.

20Les conditions d’exploitation de la terre demeurent pourtant difficiles à cerner. Outre les conséquences de la conquête ottomane, il faut aussi prendre en considération l’évolution générale de l’économie européenne. La forte hausse de la demande de l’Occident en produits agricoles entraîna une transformation dans la mise en exploitation des terres par les grands propriétaires, car ils privilégièrent désormais le faire-valoir direct et une certaine spécialisation des productions. Ce phénomène est attesté par exemple pour Lemnos, où on constate un important essor de l’élevage. Cette évolution dut rapporter d’importants bénéfices non seulement aux particuliers mais aussi à l’État, qui adapta la fiscalité à ce nouveau contexte économique.

21Au début du xve siècle, la restauration byzantine en Macédoine et en Thrace permit aux grands propriétaires de rentrer en possession d’une partie de leurs anciens domaines. Toutefois, on constate une différence par rapport à la première restauration byzantine en Macédoine durant les années 1370 : au xve siècle, la plupart des magnats n’avaient plus la capacité de remettre leurs biens en exploitation, car ils étaient ruinés. Cela explique pourquoi tant de propriétaires firent don aux monastères de leurs anciens biens patrimoniaux en échange d’une rente viagère ou d’un autre bien plus facilement exploitable. Plusieurs monastères cédèrent, quant à eux, leurs biens à quelques entrepreneurs en échange d’une rente. Ce fut le cas par exemple pour des jardins et des moulins situés aux alentours de Thessalonique, mais aussi pour des boutiques à l’intérieur des villes.

22La timide restauration économique au début du xve siècle ne put empêcher une nouvelle dégradation du contexte politique à partir des années 1420. Après la période des crises internes, l’État ottoman s’était consolidé et poursuivait son expansion. Byzance n’avait aucune chance de résister à l’avancée de cette puissance qui s’étendait désormais sur une bonne partie de l’Anatolie et des Balkans et qui disposait de ressources bien plus importantes que l’Empire, dont le territoire était devenu exigu. À cette époque, l’État byzantin tirait ses principaux revenus de l’activité commerciale de Constantinople. De fait, une nouvelle classe marchande, originaire en partie des territoires grecs sous domination latine, avait prospéré grâce au rôle économique de la capitale byzantine.

23En revanche, dans les anciennes campagnes byzantines, l’autorité ottomane se consolida. L’attitude des souverains turcs durant la première moitié du xve siècle fut de manière générale moins intransigeante que celle adoptée par Bayezid Ier à la fin du xive siècle. Dans cette nouvelle période de l’expansion ottomane, les souverains décidèrent de respecter les structures foncières ainsi que les coutumes des peuples conquis, afin d’asseoir leur domination sur le territoire. Ceci devait changer par la suite, mais dans un premier temps la politique ottomane dans les Balkans s’avéra plus souple que celle mise en place lors de la conquête des territoires byzantins en Asie Mineure et dans les premières phases de la conquête en Europe. Ce phénomène s’explique en partie parce que la pression démographique exercée par les conquérants était devenue beaucoup plus faible : les registres ottomans montrent que la présence des Turcs dans les territoires balkaniques restait minoritaire, contrairement aux territoires asiatiques ou même à la Thrace, où l’immigration turque avait été plus importante.

24Il convient de prendre en compte l’attitude des autorités ottomanes envers la population chrétienne pour comprendre l’avancée turque dans les Balkans durant la première moitié du xve siècle. En effet, après l’échec des autorités byzantines à maintenir la sécurité dans les campagnes, les grands propriétaires fonciers se montrèrent disposés à passer des accords avec l’envahisseur pour préserver leur fortune. La cohabitation avec les Ottomans s’était révélée le seul moyen pour ces magnats d’assurer leur influence et leur statut. Or la décision de collaborer avec l’envahisseur entraînait la rupture entre ce groupe de puissants et l’État byzantin. Il se trouva certes plusieurs membres de la dynastie régnante qui essayèrent de gagner le soutien des aristocrates en menant une politique de collaboration avec les Turcs (ce fut le cas d’Andronic IV, de Jean VII ou encore du despote Dèmètrios Palaiologos au xve siècle), mais leur capacité à agir fut toujours limitée précisément par leur dépendance envers les souverains ottomans. Au demeurant, la rupture entre l’État byzantin et l’ancienne aristocratie foncière compromettait les chances d’une restauration de l’autorité impériale dans les campagnes.

25Sous la domination ottomane, la croissance économique des campagnes anciennement byzantines s’accéléra du fait de la stabilité politique. Les registres ottomans témoignent d’une croissance démographique en milieu rural et d’une augmentation de la superficie mise en culture. Cette période de croissance bénéficia dans un premier temps au groupe des anciens propriétaires fonciers byzantins qui recouvrèrent leurs revenus agricoles. Ce fut par exemple le cas des monastères de l’Athos, qui s’étaient vu confirmer leurs biens par les conquérants. En fait, la conquête ottomane semble avoir entraîné moins de changements dans l’organisation sociale de la production agricole que ce que l’interprétation traditionnelle a laissé entendre. Toutefois, même si, dans les campagnes ottomanes du début de l’époque moderne, on retrouve les mêmes structures foncières que dans les campagnes de la fin de l’Empire byzantin (concentration de l’habitat rural, concession aux puissants des tenures à titre conditionnel et tendance à la spécialisation dans la mise en valeur), le passage de la domination byzantine à la domination ottomane fut loin d’être sans conséquences. Les déséquilibres persistants entre la minorité musulmane et la grande masse de la population chrétienne laissaient présager les conflits des siècles à venir.

26L’étude du rôle de l’État byzantin dans les campagnes et de ses relations avec la société rurale du milieu du xive au milieu du xve siècle permet de mieux comprendre les circonstances dans lesquelles se produisit la disparition de Byzance et la formation de l’Empire ottoman. Loin d’être la conséquence d’une prétendue décadence politique, il s’agit d’un processus complexe, dans lequel intervinrent plusieurs phénomènes. Certains historiens ont essayé de chercher les causes du déclin de Byzance dans l’évolution de ses institutions et dans l’ascension d’une puissante aristocratie qui aurait fini par priver l’État d’une grande partie de ses revenus. Au contraire, l’étude des institutions byzantines à l’époque tardive révèle peu d’indices d’un amenuisement des droits du souverain en matière fiscale.

27Le déclin de l’Empire provient d’autres causes, liées notamment à la consolidation des États voisins : la Serbie, la Bulgarie et, surtout, l’État ottoman. La pression exercée sur ses frontières par ces nouvelles entités politiques provoqua de fortes tensions au sein de la société byzantine, car les sociétés médiévales avaient consolidé leur prospérité grâce à l’expansion territoriale. Le rétrécissement des frontières de l’Empire entraîna la perte des revenus fonciers, tandis que la capacité des Ottomans à former un vaste empire à la place de l’ancien empire d’Orient permit de restaurer la stabilité et la prospérité des campagnes, tout en préservant l’ancien système d’exploitation agricole. Cette continuité des structures foncières dans les campagnes permet de mieux comprendre la facilité avec laquelle les Ottomans consolidèrent leur domination sur les Balkans, ainsi que les caractéristiques d’une société qui continua à tirer l’essentiel de ses revenus de l’exploitation de la terre.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search