Version classiqueVersion mobile

Byzance face aux ottomans

 | 
Raúl Estangüi Gómez

Troisième partie. Gouverner dans la tourmente : l’administration dans les provinces à l’époque de la conquête ottomane

Conclusion

Texte intégral

1Après avoir étudié les différents niveaux d’exercice du pouvoir dans les provinces (l’empereur, l’administration locale, les juges généraux des Romains et la propagande impériale) et les principales sources de revenu de l’État, l’une des constatations les plus frappantes est la forte emprise que le gouvernement central gardait sur les villes et sur les campagnes, à cette époque de déclin politique de l’Empire. Il s’agit là d’une différence fondamentale par rapport à la thèse de l’historiographie traditionnelle qui avait cru pouvoir conclure à un net affaiblissement de l’autorité centrale dans la plupart des régions de l’Empire en dehors de Constantinople. Il suffit pourtant d’évoquer la chronologie des séjours des empereurs dans les provinces ou le contrôle exercé par les souverains dans la nomination des principaux cadres de l’administration locale pour constater leur mainmise sur l’ensemble des régions qui constituent alors l’Empire. Les deux facteurs qui semblent néanmoins avoir contribué le plus à l’exercice de cette autorité publique dans les provinces furent la nomination des membres de la dynastie aux postes de gouverneurs provinciaux et la création par l’empereur Andronic III du tribunal des juges généraux des Romains. Rappelons que les chrysobulles délivrés par Andronic III attribuaient à ces magistrats la plus haute autorité sur l’ensemble de ses sujets aussi bien à Constantinople que dans les provinces, y compris sur les gouverneurs locaux (képhalai). On a vu également que les juges généraux étaient à l’occasion dépêchés à l’étranger, parce qu’ils jouissaient par délégation de toutes les prérogatives de l’autorité impériale. La création de cette institution constitue un signe indiscutable du renforcement du pouvoir étatique et de la transformation, encore à peine amorcée, de Byzance en un État moderne.

2Il convient de noter que cette évolution se produisit entre le début et la seconde moitié du xive siècle. Il semble que la montée de la puissance des Ottomans au cours de cette période ait contribué à renforcer l’autorité impériale et à mettre un frein aux critiques et aux tentatives de contestation à son égard. Le rapide effondrement des frontières et la ruine des puissants jouèrent paradoxalement en faveur de la consolidation du pouvoir de l’État dans les provinces. En dépit de quelques écrits dénonçant la confiscation des biens ecclésiastiques et de la révolte des archontes du Péloponnèse, l’action du gouvernement devint plus difficile à contester à la fin de la période byzantine. Les disputes au sein de la famille impériale, nombreuses à cette époque, même si elles polarisent les factions politiques, ne semblent pas avoir contribué à affaiblir le rôle du souverain principal, car elles ne visaient plus à soustraire une partie du territoire à l’autorité centrale.

3Cette consolidation de la puissance publique explique en définitive la capacité de l’État à prendre certaines mesures qui ont peu de précédents dans la longue histoire de Byzance, comme la confiscation de la moitié des biens monastiques ou la suppression de certains privilèges fiscaux. En effet, le pouvoir qu’avait l’État d’exercer son autorité dans les provinces permit une augmentation de la charge fiscale sur la plus grande partie de la population, mais aussi un contrôle plus étroit des revenus financiers de l’Empire. D’une part, les paysans payaient comparativement plus que ceux des époques antérieures ; ils supportaient une charge fiscale élevée alors qu’ils ne possédaient presque aucun bien en pleine propriété. D’autre part, l’État réussit à cette époque à imposer certains propriétaires qui avaient bénéficié par le passé d’importants avantages fiscaux. Ce fut notamment le cas des monastères de l’Athos. Outre l’imposition directe sur l’activité agricole, l’État possédait aussi lui-même de vastes domaines, qu’il exploitait directement ou qu’il remettait à un particulier à titre de pronoia. Les terres appartenant à l’État devinrent très nombreuses après la défaite ottomane à Ankara et le retour de l’administration byzantine dans certains territoires. À cette époque, l’empereur byzantin récupéra pour lui-même les terres qui avaient brièvement appartenu au souverain turc.

4Durant la période tardive, l’exploitation de la propriété foncière continua donc à rapporter des bénéfices notables à l’État byzantin. Néanmoins, la part des revenus directement tirés de l’exploitation foncière dans le budget de l’État diminua progressivement en raison du fort rétrécissement des frontières et de la menace ennemie. C’est pourquoi l’État n’eut d’autre recours que d’augmenter son prélèvement sur une autre source de revenu : la commercialisation de la production agraire. En effet, à partir du milieu du xive siècle, on constate une volonté accrue de l’administration de taxer les transactions de matières premières et de denrées alimentaires. Les premières mesures mises en place à l’époque de la régence de Jean V et sous le règne de Jean VI Kantakouzènos visaient notamment à imposer les marchands occidentaux et à contrôler l’évolution des prix du marché. L’État byzantin put profiter également de son rôle de grand propriétaire foncier pour exporter du blé vers les pays occidentaux et, durant les périodes de paix avec les Ottomans, les ports de l’Empire furent aussi utilisés comme lieu de chargement pour les produits de l’arrière-pays aux mains des Turcs. La mise en place de cette fiscalité pesant sur les transactions commerciales, de même que l’exportation de produits agricoles, purent compenser dans une certaine mesure le déclin des revenus tirés de l’exploitation agraire. Toutefois, les fréquentes crises politiques entraînèrent souvent l’interruption des échanges, si bien que, en dépit des efforts remarquables déployés par l’administration, Byzance fut, durant l’ultime phase de son histoire, presque constamment un État aux abois.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search