Version classiqueVersion mobile

Byzance face aux ottomans

 | 
Raúl Estangüi Gómez

Troisième partie. Gouverner dans la tourmente : l’administration dans les provinces à l’époque de la conquête ottomane

Chapitre XII. La commercialisation des denrées agricoles

Texte intégral

1Une partie de la production agricole assurée par la société rurale a presque toujours été destinée à la commercialisation. À Byzance, même si l’idéal d’autarcie apparaît fréquemment dans les textes, les propriétaires fonciers ont bien souvent cherché à se procurer un revenu supplémentaire grâce à l’écoulement de leurs excédents agricoles sur le marché. Il est certes difficile de mesurer les bénéfices tirés de cette commercialisation, mais ils semblent avoir été assez élevés durant la période tardive, car à cette époque la Romanie devint pour l’Occident une source importante d’approvisionnement en matières premières agricoles et en denrées alimentaires.

2L’État byzantin joua toujours un rôle essentiel dans ce commerce, car non seulement il agissait comme intermédiaire entre producteurs et acheteurs mais il était également responsable de l’approvisionnement, notamment en denrées alimentaires, des grandes villes de l’Empire. Cela dit, la documentation de l’époque tardive témoigne d’une implication de l’État encore plus profonde qu’auparavant dans ces entreprises marchandes. Les sources montrent par exemple certains fonctionnaires chargeant des produits agricoles sur des navires impériaux en partance pour des territoires situés en dehors de l’Empire. En outre, il convient de prendre en considération le poids de la fiscalité qui pesait sur les activités commerciales, d’autant qu’il semble s’être accru à la fin de la période, vraisemblablement dans le but de compenser la perte d’autres revenus tirés auparavant de la fiscalité foncière.

1. L’âge d’or des échanges : de la prise de Constantinople par les croises a la fin de la deuxieme guerre civile (1204-1354)

  • 651 Hendy, Byzantium 1081-1204, p. 31-52.

3La période d’essor économique que connut le continent européen entre le viiie et le début du xive siècle bénéficia à l’activité commerciale de l’Empire byzantin, principalement grâce à son rôle d’intermédiaire entre l’Europe occidentale et l’Asie. Byzance était l’un des débouchés des principales routes de commerce avec l’Extrême-Orient, par lesquelles circulaient les épices, la soie, ainsi que les pierres et les métaux précieux, produits très convoités par les élites européennes651. Ce commerce de luxe fit de la capitale byzantine l’un des marchés internationaux les plus importants, non seulement en raison de sa situation à la croisée des routes commerciales, mais aussi en tant que marché de consommation de premier rang.

4Toutefois, à partir du xiie siècle, des changements notables se produisirent dans ce commerce, car les marchands occidentaux commencèrent alors à chercher aussi dans les ports du Levant des denrées agricoles. La progressive croissance économique en Europe avait provoqué une forte augmentation de la population que les marchés locaux furent bientôt incapables de ravitailler. C’est pourquoi la demande de produits agricoles s’accrut considérablement, entraînant un bouleversement dans la nature des échanges entre Orient et Occident.

Une augmentation de la demande occidentale en produits alimentaires au xiiie et dans la première moitié du xive siècle

  • 652 Venise prit aussi le contrôle des ports de Coron et Modon, situés dans le sud du Péloponnèse, et c (...)
  • 653 La conquête fut suivie de la confiscation des biens appartenant à l’État byzantin et aux grands pr (...)
  • 654 La Crète avait joué un rôle notable dans le commerce vénitien dès la seconde moitié du xiie siècle (...)
  • 655 Tafel, Thomas, Urkunden, t. 2, p. 129-142, ici, p. 132 et 140. Voir aussi D. Tsougarakès, Ἡ σιτικὴ (...)
  • 656 Voir D. Jacoby, Changing Economic Patterns in Latin Romania, dans The Crusades from the Perspectiv (...)
  • 657 Jacoby, Changing Economic Patterns, cité note précédente, p. 213-216, 218-229.
  • 658 Ibid., p. 203 (avec bibliographie).
  • 659 Ibid., p. 232-233.
  • 660 Par exemple, dans les territoires côtiers et dans les îles de l’Égée, les attaques pirates étaient (...)

5À l’époque de la conquête de Constantinople par les croisés en 1204 et de la consolidation des États latins d’Orient, les puissances occidentales cherchaient déjà à acquérir davantage de produits agricoles en échange de produits manufacturés issus de leur industrie. Venise, qui prit part à la croisade de 1204, réussit alors à instaurer un monopole commercial à Constantinople en faveur de ses citoyens et acquit quelques territoires en Méditerranée orientale à la faveur de la fragmentation territoriale de l’Empire. L’île de Crète fut la plus importante de ces acquisitions652, car non seulement elle bénéficiait d’un emplacement géographique privilégié, au carrefour des routes en provenance de la mer Noire et du Proche-Orient, mais ses conditions naturelles étaient également favorables aux activités agricoles653. Le système d’exploitation foncière imposé par Venise dans l’île de Crète constitue un cas exceptionnel d’intégration d’un ancien territoire byzantin dans l’économie européenne654. Dès l’occupation, Venise ordonna à ses colons feudataires, désormais principaux propriétaires fonciers de l’île, de vendre une partie de leur excédent en céréales à la métropole, au prix fixé à l’avance par l’État vénitien qui décidait aussi quelle quantité de blé serait destinée à la métropole et laquelle pourrait être librement commercialisée655. De même, la république accorda des avantages économiques à ses citoyens et prit quelques dispositions visant à limiter le rôle des Grecs dans le commerce656. Toutefois, en dépit de ces mesures protectionnistes, la conquête vénitienne favorisa les échanges et les productions de l’île, car la nouvelle administration introduisit des innovations financières et entreprit des investissements en milieu rural657. À partir du xive siècle, la participation des Grecs de Crète aux échanges interrégionaux s’intensifia, en particulier comme patrons de navires marchands. Le marché crétois s’enrichit en effet également grâce aux contacts avec d’autres ports de la Romanie latine et de l’Empire byzantin, et la croissance agricole se poursuivit jusqu’au milieu du xive siècle, lorsque la peste noire semble avoir affecté sérieusement la population paysanne de l’île658. Avec le temps, la forte demande de matières premières et l’essor des importations de produits manufacturés finirent néanmoins par provoquer le déclin de la production artisanale locale659. Ces caractéristiques de l’économie crétoise peuvent avoir été aussi celles d’autres territoires occupés par les Latins, même si les conditions de chaque territoire étaient différentes660.

  • 661 Contrairement à une idée largement acceptée par l’historiographie antérieure, D. Jacoby a démontré (...)
  • 662 Cf. G. I. Bratianu, La mer Noire, plaque tournante du trafic international à la fin du Moyen Âge, (...)
  • 663 Deux grandes routes menaient de la mer Noire vers l’Asie : la première partait de Trébizonde, pass (...)
  • 664 Une activité commerciale plus réduite subsista néanmoins dans cette partie de la Méditerranée orie (...)

6Durant la période de la domination latine, Constantinople ne perdit pas son rôle important dans les échanges661. La ville était à la jonction de deux réseaux de commerce, celui de la Méditerranée et celui de la mer Noire qui devint à cette époque une véritable plaque tournante du commerce international662. Contrôlé par les Byzantins jusqu’à 1204, l’accès de la mer Noire s’ouvrit ensuite aux marchands occidentaux à partir de la conquête latine de Constantinople. Par les ports du Pontos Euxinos s’écoulait la production des plaines russes et danubiennes (céréales, bois, fourrures, cire,…), mais, en outre, à partir du milieu du xiiie siècle, la mer Noire fut aussi le débouché principal des routes menant à l’Extrême-Orient663. À cette époque, la conquête mongole de l’Asie centrale avait favorisé la stabilité politique nécessaire à la circulation des marchandises, tandis que la destruction de Bagdad en 1258 et la prise d’Acre en 1291 avaient coupé les routes du Proche-Orient, déplaçant l’activité commerciale vers le nord664.

  • 665 Les Vénitiens furent à nouveau autorisés par Michel VIII à pénétrer en mer Noire à partir de 1268  (...)

7La reconquête byzantine de Constantinople en 1261 ne fit encore qu’amplifier le rôle de cette ville dans le commerce de la mer Noire : la chute de l’Empire latin mit un terme à l’hégémonie de Venise sur le commerce dans cette région et en ouvrit l’accès aux autres puissances occidentales. À Constantinople, les Génois obtinrent alors d’importants privilèges, notamment en 1267 la concession du quartier de Péra-Galata, situé sur la rive nord de la Corne d’Or, en face de Constantinople, qui devint un véritable comptoir du commerce génois en Orient. Toutefois, en dépit des conditions avantageuses dont ils bénéficiaient, les Génois ne parvinrent pas à monopoliser le grand commerce constantinopolitain et durent se contenter d’en partager les profits avec les autres puissances occidentales665. Les Vénitiens récupérèrent vite leur quartier commercial à l’intérieur de la capitale byzantine et d’autres États y obtinrent aussi des accords avantageux pour leurs propres marchands : Catalans, Pisans, Languedociens commerçaient alors à Constantinople. Un équilibre fragile s’établit, parfois rompu lorsque ces nations marchandes s’affrontaient dans des conflits armés dont, au bout du compte, l’Empire était souvent la principale victime.

8Cette époque faste des échanges internationaux que furent la fin du xiiie siècle et la première moitié du xive siècle, époque pendant laquelle le commerce des épices et de la soie coexistait avec celui des denrées agricoles et des matières premières, profita en effet à Constantinople et à l’Empire en général car ils y acquirent une place névralgique. Les produits venus d’Extrême-Orient, de la Russie et de la plaine danubienne parvenaient à Constantinople par la mer Noire et les produits manufacturés d’Occident par la Méditerranée. Les productions des provinces byzantines (blé, vin, huile, bois et miel notamment) s’y trouvaient également rassemblées.

  • 666 Le commerce de luxe se déplaça alors plus au sud, vers Alexandrie et Beyrouth qui rouvrirent leurs (...)

9La situation changea au milieu du xive siècle : les troubles politiques dans la région contrôlée par les khanats mongols provoquèrent l’effondrement des routes commerciales traversant l’Asie centrale et entraînèrent le déclin du rôle de l’espace pontique dans le commerce des épices666. Constantinople, lieu de contact entre mer Noire et Méditerranée, subit directement les conséquences de cette crise. Toutefois, la fermeture des routes d’Asie centrale n’entraîna pas la disparition totale des échanges dans la région. À cette époque, un changement important s’était déjà opéré dans ces transactions. Le commerce des épices et autres produits de luxe, comme la soie et les métaux précieux, avait été dépassé en importance par celui des denrées alimentaires et des matières premières, car la demande des pays occidentaux, liée notamment à la croissance démographique, n’avait cessé d’augmenter au cours de la première moitié du xive siècle.

  • 667 Le port de Thessalonique était par exemple le débouché des routes provenant des Balkans. Son empla (...)
  • 668 Sur les traités commerciaux entre les puissances occidentales et les émirats turcs d’Asie Mineure, (...)

10La Romanie et les côtes de la mer Noire étaient alors devenues deux régions particulièrement importantes pour l’exportation de céréales vers l’Occident. La production des possessions italiennes en Orient s’était avérée insuffisante pour répondre aux besoins de leurs métropoles : l’île de Crète, par exemple, ne fournissait qu’un tiers des importations en blé de Venise. Les ports de Crimée, ceux situés dans l’embouchure du Danube et sur les côtes de Thrace et ceux de Macédoine commencèrent à être fréquentés par les marchands occidentaux à la recherche du grain667. Des accords furent même passés avec les émirats turcs pour acheter des céréales d’Asie Mineure668.

Économie de marché et interventionnisme de l’État

  • 669 Cf. Laiou, Morrisson, The Byzantine Economy, p. 207-210 (avec bibliographie). À la fin du xie et a (...)
  • 670 Voir en premier lieu Laiou, Morrisson, The Byzantine Economy, p. 211, ainsi que C. Morrisson, L’ou (...)

11Selon l’historiographie récente, la Quatrième croisade aurait eu des conséquences favorables sur l’économie, car elle aurait favorisé la libéralisation du marché et entraîné la disparition des restrictions imposées par l’État byzantin aux marchands occidentaux669. À cette époque de forte hausse de la demande en produits agricoles, cela aurait facilité l’intégration de Constantinople et de l’espace pontique dans le réseau commercial des communes marchandes italiennes, grâce à une forte baisse des coûts de transport670.

  • 671 Le terme apparaît dès la fin du viiie siècle (cf. ODB, s.v. kommerkion [N. Oikonomidès], t. 2, p.  (...)

12Après la reconquête byzantine de Constantinople en 1261, la tendance ne se serait pas démentie. Les empereurs de la dynastie des Paléologues adoptèrent une politique de « privilèges » à l’égard des républiques marchandes italiennes, aliénant au passage en faveur des marchands occidentaux une partie des ressources que l’État tirait des échanges. Parmi les différentes concessions, la plus importante était l’exemption totale du kommerkion, un impôt équivalent à 10 % de la valeur de la transaction671.

  • 672 Sur les événements, voir Balard, La Romanie génoise, t. 1, p. 42-45. L’original en grec du traité (...)
  • 673 Ibid., p. 275 : ipsas mercationes, victualia et granum permittet extrahere de toto iam dicto imperi (...)

13Le 13 mars 1261, l’empereur Michel VIII, peu de temps avant la reconquête de Constantinople (25 juillet 1261), conclut à Nymphée, en Asie Mineure, un accord avec les Génois en vertu duquel, en échange d’une aide navale, il leur accordait l’exemption totale du kommerkion dans toutes les terres de l’Empire conquises ou à conquérir672. L’empereur leur permettait la libre exportation de grain et d’autres denrées alimentaires, sans aucun empêchement673, et leur cédait la possession de plusieurs comptoirs dans l’Empire : à Constantinople, à Thessalonique, à Anaia (près de l’île de Samos), à Smyrne, à Adramyttion et dans les îles de Chios et de Lesbos, ainsi qu’en Crète et à Négrepont (ces dernières de manière virtuelle puisqu’elles restaient à conquérir). En vertu de cet accord, les Génois étaient presque affranchis de la juridiction impériale ; ils posséderaient leur propre consul, une loggia dans chacun des comptoirs, des entrepôts et une église. Enfin, le traité de 1261 écartait tous les autres Occidentaux, à l’exception des Pisans, du commerce avec l’Empire et dans la mer Noire.

  • 674 I trattati con Bisanzio, 1265-1285, éd. M. Pozza et G. Ravegnani, Venise 1996 (Pacta Veneta 6), nos(...)
  • 675 Pachymérès II § 32 ; I, p. 2217-12 (traduction V. Laurent).

14Constantinople fut finalement conquise en juillet 1261 sans l’aide des Génois. Michel VIII s’efforça alors de limiter la puissance nouvelle des ses alliés en concluant en 1265 un autre traité avec les Vénitiens, par lequel il leur accordait des privilèges et des franchises fiscales. Ce traité, négocié par les ambassadeurs vénitiens, ne fut jamais ratifié et donc jamais appliqué ; toutefois, un autre, dont les termes étaient similaires, fut conclu trois ans plus tard674. L’empereur visait ainsi à opposer les deux communes afin qu’aucune des deux n’ait l’hégémonie sur le commerce en Romanie. Pachymérès résume la politique de Michel VIII à l’égard des puissances italiennes dans un passage des Relations Historiques : l’empereur « ne pouvait pas se fier aux Génois, qui étaient confinés dans la cité et s’y trouvaient nombreux […] Le fait donc de séparer les nations, de se ménager l’amitié de ceux qui étaient présents et d’affaiblir de loin par des présents les élans des absents montrait bien qu’il craignait leur coalition675 ».

15Les historiens considèrent que la politique commerciale des premiers empereurs paléologues ruina les caisses de l’État au profit des communes italiennes. Toutefois, il faut nuancer cette interprétation trop pessimiste de l’historiographie, car à cette époque la plus grande part des recettes publiques provenait encore de la fiscalité agraire ; les bénéfices tirés des activités commerciales n’en représentaient en revanche qu’une part bien moindre. L’intérêt principal de l’État en matière commerciale était avant tout d’assurer le ravitaillement de la capitale et des grandes villes.

16Dans les premiers traités conclus entre l’empereur byzantin et les communes italiennes, la question de l’exportation du blé était du reste déjà l’un des sujets principaux des négociations. On constate une volonté claire de l’État de contrôler les quantités de grain exportées de l’Empire. Certes, les Génois avaient acquis par le traité de Nymphée la totale liberté d’exporter du grain de l’Empire dans les quantités qu’ils voudraient. Toutefois, en 1275, Michel VIII les obligea à se procurer une licentia pour exporter à l’avenir ce grain de l’Empire. Quant aux Vénitiens, ils avaient vu au contraire dans un premier temps leur droit d’acheter du grain limité en fonction des conditions du marché. Ainsi, le traité de 1265 stipulait que si le prix du grain dépassait un demi-hyperpre par modios de blé (50 hyperpres par centenarium dit le texte), les marchands vénitiens n’auraient plus le droit d’en acheter davantage. Le traité de 1268 introduisait une petite modification significative : les Vénitiens pourraient acheter tout le grain qu’ils voudraient, même si son prix dépassait un demi-hyperpre par modios, à condition d’obtenir une autorisation spéciale (licentia) de l’empereur.

17En 1277, l’empereur fit quelques nouvelles concessions aux marchands vénitiens. Il releva le prix maximal d’achat du blé sur le marché à partir duquel l’exportation leur en était interdite à un hyperpre le modios et il exempta du paiement du kommerkion le blé transporté en provenance de la mer Noire sur des bateaux vénitiens. Cela dit, l’empereur réaffirmait en même temps son contrôle sur l’exportation du blé produit dans l’Empire, puisqu’il en subordonnait l’achat à l’obtention préalable d’une licence du souverain. Les mêmes clauses furent renouvelées lors des traités de 1285 et de 1302, avant la grande crise provoquée par la perte de l’Asie Mineure et la conquête bulgare des ports de la mer Noire.

  • 676 Un groupe de documents génois datant de 1294 emploient l’expression camara imperii pour désigner c (...)

18Les sources judiciaires latines que nous avons conservées témoignent néanmoins d’une réalité un peu différente de l’image que donnent les accords conclus entre l’Empire et les communes italiennes. Elles montrent surtout la forte emprise que l’État byzantin gardait sur le commerce des denrées alimentaires. Plusieurs documents mentionnent par exemple de grands entrepôts, propriété de l’État, dans lesquels les marchands, byzantins et étrangers, avaient l’obligation de se rendre et de déposer leurs marchandises avant d’entrer dans la capitale. Ces entrepôts semblent avoir été localisés dans le port d’Héraclée, sur la mer de Marmara, ainsi qu’à Adramyttion, situé sur la côte asiatique, au nord de la mer Égée676.

  • 677 Sur cette affaire, voir Chrysostomides, Venetian Commercial Privileges, p. 314-315.

19À l’arrivée d’une cargaison de blé dans les entrepôts de l’État, les fonctionnaires byzantins se réservaient le droit de préempter la marchandise à un prix inférieur à celui du marché, au cas où le prix du blé aurait atteint une valeur supérieure à celle prévue dans les traités. En 1276, par exemple, le marchand vénitien Pietro Grisoni arriva à Constantinople avec une cargaison de 600 modioi de blé, qu’il avait achetée dans le port de Varna. À l’époque, le prix du blé dans la capitale byzantine était monté jusqu’à 160 ou 170 hyperpres par centenarium (1 centenarium = 100 modioi), ce qui constituait un prix excessif, révélateur d’une situation de disette. Les fonctionnaires proposèrent de lui acheter sa cargaison à 133 hyperpres par centenarium, mais Grisoni refusa et son blé fut confisqué par les autorités byzantines. Grâce à l’intervention du baile des Vénitiens, Pietro Badoer, Grisoni récupéra toutefois son blé, mais il fut empêché de le vendre sur le marché de Constantinople. Finalement, lorsque le prix du blé baissa, Grisoni reçut l’autorisation de vendre sa marchandise, au prix de 116 hyperpres, ce qui représenta une forte perte d’argent677.

  • 678 Ibid. p. 520 et 525.

20Plusieurs mentions datant de 1294 rapportent que le képhalè de Constantinople (capitaneus Constantinopoli), un certain Kinnamos, interdit à deux marchands génois, Ranieri Boccanegra et Ottobono Boccanegra, d’acheter du blé sur le marché de la ville, peut-être en raison d’une période de disette678.

  • 679 Voir par exemple G.I. Bratianu, La question de l’approvisionnement de Constantinople à l’époque by (...)
  • 680 Matschke, Das spätbyzantinische Konstantinopel, p. 129-133, et Id., Rechtliche und administrative O (...)

21On pourrait évoquer d’autres exemples de la même époque qui témoignent d’un contrôle étroit du commerce de denrées par l’État. Cet état de fait a été souvent attribué par les historiens à une volonté délibérée de l’empereur Michel VIII de conserver à l’État certaines prérogatives commerciales, alors que ses successeurs auraient finalement abandonné le contrôle du marché des denrées alimentaires aux Latins679. Klaus-Peter Matschke a nuancé cette interprétation, en soulignant que les successeurs de Michel VIII s’efforcèrent aussi de mettre un frein aux concessions, en limitant le nombre d’entrepôts italiens à Constantinople et en introduisant de nouvelles taxes sur les produits de consommation. Toutefois, Matschke n’en a pas moins conclu que ces mesures n’eurent en définitive qu’un effet limité680.

  • 681 Depuis l’Antiquité, la Thrace avait été le grenier de la capitale. Sur les problèmes d’approvision (...)
  • 682 Belgrano, Prima serie, p. 109.
  • 683 Les mêmes dispositions furent renouvelées lors du traité de 1308, conclu entre Gênes et Byzance ap (...)
  • 684 Diplomatarium I, p. 83.

22Les événements politiques survenus dans l’Empire entre la fin du xiiie et le début du xive siècle ne furent pas sans conséquences sur l’activité commerciale. La perte de l’Asie Mineure au profit des Turcs et l’occupation des ports de la mer Noire par les Bulgares perturbèrent le ravitaillement en blé de la capitale. Les années 1306-1307, pendant lesquelles la compagnie catalane ravageait la Thrace furent aussi particulièrement difficiles pour la population de Constantinople en raison des difficultés d’approvisionnement681. L’empereur fut alors contraint d’appliquer une politique plus sévère à l’égard des marchands occidentaux afin d’éviter une hausse exagérée des prix et une spéculation. On procéda également à des confiscations de grain et en 1304 l’empereur Andronic II interdit aux marchands génois de négocier le sel, le blé et le mastic de l’Empire682, tout en leur permettant de continuer à transporter comme auparavant les mêmes produits s’ils étaient en provenance des régions de la mer Noire683. L’accord conclu en 1310 entre Byzance et Venise prévoyait aussi des restrictions quant à l’achat de blé dans l’Empire. Il interdisait aux Vénitiens d’en acquérir si le prix du marché atteignait un hyperpre par modios684.

  • 685 Ibid., p. 125. Pour les détails concernant les négociations entre l’Empire et Venise, voir Chrysost (...)
  • 686 Diplomatarium I, p. 164-168, ici p. 165 : protestations contenues dans une lettre du baile Marco Mi (...)
  • 687 Voir à ce sujet les remarques de Chrysostomides, Venetian Commercial Privileges, p. 320, n. 122.

23Durant ces années du début du xive siècle, nombre de marchands importaient le blé de la mer Noire pour le vendre ensuite à Constantinople à des prix abusifs. C’est pourquoi l’État essaya aussi de limiter ces importations afin de contrôler la montée des prix. En 1317, par exemple, il interdit aux Génois la vente du blé de Varna et d’Anchialos à Constantinople et deux ans plus tard, en 1319, une ambassade byzantine fut envoyée à Venise pour y négocier la création d’un impôt frappant les ventes de blé étranger dans la capitale de l’Empire685. Durant quelques années, cette nouvelle taxe fut collectée en dépit des protestations de la communauté vénitienne de Constantinople686. Par le traité de 1324, l’empereur Andronic II, qui était à l’époque en guerre avec son petit-fils Andronic III, autorisa cependant les Vénitiens à vendre du blé de la mer Noire sur tous les marchés de l’Empire, à l’exception de celui de Constantinople. Quant au blé produit dans l’Empire, il confirma à son propos les dispositions des traités précédents687.

24En dépit de ses échecs militaires, Andronic II parvint donc à limiter l’impact des privilèges commerciaux accordés par son père Michel VIII aux communes italiennes, en particulier en ce qui concernait le commerce des denrées alimentaires. Son successeur, Andronic III (1328-1341), poursuivit cette politique, essayant par ailleurs de mettre un terme à la puissance des Occidentaux en mer Égée. Toutefois, les effets de cette politique furent en définitive limités car, après sa mort, sa veuve l’impératrice Anne de Savoie, au nom de son fils mineur Jean V, dut passer de nouveaux accords avec Gênes et Venise, par lesquels elle leur accordait davantage de privilèges en échange de leur aide dans le conflit qui l’opposait à l’aristocrate Iôannès Kantakouzènos.

L’ascension d’une classe marchande à Byzance : nouvelles mesures fiscales sur le commerce de denrées alimentaires. Le contexte de la deuxième guerre civile (1341-1354)

  • 688 Rappelons que ce groupe de marchands byzantins s’était consolidé pendant la première moitié du xiv(...)

25On a vu que l’arrivée au pouvoir d’Alexios Apokaukos, qui devint l’homme fort de la régence de Jean V (1341-1347), fut d’une certaine façon propice à l’ascension d’une classe marchande à Byzance. Apokaukos mit en place une série de mesures visant à renforcer les capacités navales des Byzantins, mais aussi à limiter les privilèges des marchands occidentaux. Il s’agissait de remettre l’homme d’affaires byzantin sur un pied d’égalité avec son concurrent latin688.

26Apokaukos imposa la création d’une nouvelle taxe sur les importations de blé en provenance de la mer Noire et des territoires qui avaient autrefois appartenu à l’Empire, comme les côtes de l’Asie Mineure. Il interdit aussi à tous les marchands étrangers de vendre du vin au détail à Constantinople. Enfin, afin de mieux contrôler le trafic naval et de surveiller la perception des taxes sur les transactions commerciales, Apokaukos rétablit un poste douanier dans le port d’Hiéron, à l’entrée nord du Bosphore. La mise en place de ces mesures provoqua à Constantinople les protestations des Génois et des Vénitiens.

27Après son entrée à Constantinople en 1347, Kantakouzènos poursuivit la politique économique de son défunt rival. Bien qu’il fût le représentant de la grande aristocratie foncière, Kantakouzènos n’en limita pas moins à son tour les privilèges des Occidentaux et chercha à réduire la dépendance de l’Empire à l’égard de leurs marines. Il ordonna la création de deux nouvelles taxes sur l’importation de blé dans l’Empire et l’achat du vin directement auprès des producteurs, mais, surtout, il obligea tous les marchands à payer le même taux au titre du kommerkion, à savoir 2 % de la valeur de la transaction. Non seulement ce nouveau décret mettait virtuellement fin aux privilèges les plus exorbitants des marchands occidentaux, mais il impliquait aussi une réduction de 80 % du kommerkion payé jusqu’alors par les marchands byzantins.

  • 689 Liber iurium, t. 2, col. 601 et suiv. ; nouvelle édition dans Medvedev, Le traité de 1352.

28Les nouvelles mesures adoptées par Kantakouzènos furent fortement contestées par les Latins, notamment par les Génois qui essayaient à cette époque de s’assurer le contrôle du commerce de la mer Noire. L’armement d’une nouvelle flotte par les Byzantins leur servit de prétexte pour déclarer à l’Empire en 1348 une guerre qu’ils remportèrent sans aucune difficulté. La défaite des Byzantins représentait un revers important pour la politique poursuivie par Kantakouzènos. Après quelques tentatives pour conclure une alliance de revers avec les Vénitiens et les Catalans, l’empereur fut finalement contraint de signer un nouveau traité avec les Génois le 6 mai 1352689.

29Les termes de ce traité étaient lourds de conséquences pour l’avenir de l’Empire, car ils mettaient un terme définitif aux tentatives des Byzantins pour rétablir leur puissance navale et limiter les privilèges commerciaux des Occidentaux. Ils empêchaient aussi la consolidation de la classe marchande byzantine.

30Le contenu de ce traité peut être résumé en quatre points fondamentaux :

  • Les Byzantins achetant des marchandises à Péra ne payeraient rien au titre du kommerkion, sauf dans le cas d’une transaction entre deux sujets de l’empereur.
  • Les marchandises achetées à Péra, y compris les céréales, ne seraient plus considérées comme importées et ne seraient donc plus soumises au nouvel impôt sur les importations.
  • Les producteurs de vin écoulant leur production à Péra ou « dans les villages » (expression sur laquelle on va revenir) seraient imposés par les autorités génoises à leur propre taux. Les Génois vendant du vin à Constantinople seraient, quant à eux, imposés par l’empereur au même tarif que les Byzantins.
  • Aucun navire byzantin n’aurait plus le droit de se rendre au nord-est de la mer Noire, dans le port de Tana ou en mer d’Azov, à moins qu’il ne fût accompagné d’un navire génois ou n’en eût reçu la permission des autorités génoises.

31Les clauses de ce traité sanctionnaient les privilèges des Génois dans l’Empire byzantin et leur abandonnaient l’hégémonie dans le commerce avec la mer Noire. Il convient toutefois de noter qu’en dépit de leur échec, les Byzantins parvinrent à maintenir quelques-unes des réformes introduites par Kantakouzènos durant son règne, par exemple l’augmentation du kommerkion et l’impôt sur la vente du vin. Ce traité n’en eut pas moins des conséquences également importantes pour la société byzantine, car il obligea les marchands byzantins à s’associer désormais aux marchands génois pour pouvoir faire du commerce avec les ports de la mer Noire. Cette mesure dut frustrer les attentes de la classe marchande de l’Empire qui voyait anéantis ses espoirs de s’imposer face à ses concurrents occidentaux. Désormais, les seuls marchands byzantins qui réussirent à faire fortune le firent grâce à leurs contacts avec les milieux d’affaires occidentaux. La plupart des commerçants de l’Empire durent en revanche se contenter d’un rôle secondaire dans les échanges commerciaux régionaux.

32Le traité de 1352 marqua donc le début d’une nouvelle période qui coïncida par ailleurs avec le déclin progressif du commerce des épices et des produits de luxe dans la mer Noire et avec l’avancée des Ottomans sur le continent européen. À cette époque, on constate également la poursuite des efforts de l’État byzantin pour augmenter son emprise sur le commerce des produits alimentaires et pour intervenir plus directement dans l’échange des marchandises. Il s’agissait en fait de compenser la perte des revenus liés à l’exploitation de la terre par une augmentation des recettes provenant de la vente des produits agricoles.

2. Des échanges dominés par l’exportation des denrées agricoles (milieu xive-milieu xve siècle)

33La forte demande en produits agricoles durant la première moitié du xive siècle avait provoqué la mise en place en Méditerranée orientale d’un système d’échanges dans lequel les pays occidentaux exportaient des produits manufacturés, issus de leurs industries urbaines en plein essor, et importaient des matières premières et des denrées alimentaires.

  • 690 Sur cette évolution, voir supra, p. 30-32.

34Cette économie de marché transforma aussi le mode de production agraire dans les pays exportateurs, y compris dans l’Empire byzantin. En effet, conséquence du profit élevé tiré de la vente des denrées agricoles, le propriétaire foncier byzantin cherchait à produire davantage pour le marché. Il orientait donc ses investissements vers la constitution de grands domaines spécialisés dans la culture d’un seul produit. Cette tendance fut favorisée par la vente aux grands aristocrates de leurs terres par les petits et moyens propriétaires entre la fin du xiiie et le début du xive siècle690.

35À partir du milieu du xive siècle, la conjoncture se renversa en raison d’un progressif ralentissement de la croissance économique et d’une baisse de la population, intensifiés par la peste noire. Cette crise provoqua une réduction des échanges en Méditerranée orientale, modérée dans la seconde moitié du xive siècle, mais qui s’aggrava vers la fin du siècle en raison du contexte politique.

La commercialisation du grain dans l’Empire durant la seconde moitié du xive siècle

36Le grain était le principal produit agricole de l’Empire. À l’époque des Paléologues, la plupart des terres céréalières étaient entre les mains des grands propriétaires fonciers, aristocrates et grands monastères, ainsi que dans celles de l’État. L’Asie Mineure, la Thrace, la Macédoine et la Thessalie en étaient les principales régions de production.

37À partir de la première moitié du xive siècle, la perte de l’Asie Mineure et les troubles politiques en Thrace, provoqués notamment par le passage de la compagnie catalane et par les deux guerres civiles, avaient entraîné une baisse de la production de céréales de l’Empire et même rendu difficile le ravitaillement de Constantinople. C’est pourquoi les empereurs, dès l’époque d’Andronic II, avaient exercé un contrôle plus étroit sur l’exportation de denrées alimentaires afin d’éviter les pénuries. Les nombreuses clauses des traités commerciaux entre Byzance et les républiques italiennes visaient ainsi à encadrer et limiter la vente de blé.

38Dans la seconde moitié du xive siècle, les conquêtes serbes puis ottomanes entraînèrent la perte de la Macédoine et de la Thrace, les deux principaux centres de production céréalière de l’Empire. Hormis la période de dix ans pendant laquelle la Macédoine revint au pouvoir des Byzantins (ca 1373-1383), l’Empire ne contrôlait plus à cette époque qu’une étroite bande côtière au bord de la mer de Marmara, entre Constantinople et Panidos, et une autre au bord de la mer Noire, entre Constantinople et Mésembria ; il possédait aussi quelques îles du nord de la mer Égée, ainsi que le Péloponnèse. Toutefois, la production agricole de ces territoires ne devait qu’à grand peine suffire à ravitailler une ville comme Constantinople, qui comptait encore plus de 50 000 habitants. Le territoire côtier sous domination byzantine était exigu et parmi les possessions égéennes, seule l’île de Lemnos semble avoir été relativement riche en grain.

  • 691 Balard, La Romanie génoise, t. 2, p. 758 (d’après ASG, San Giorgio, Gabella grani 1384, fol. 8r), q (...)
  • 692 Un ordre de paiement émis le 19 juillet 1389 en faveur de Manouèl Kabasilas (Balard, La Romanie gé (...)

39La documentation de la seconde moitié du xive siècle témoigne pourtant d’un phénomène à cet égard très étonnant, puisque l’on constate à cette époque l’exportation depuis l’Empire de grandes quantités de blé vers les colonies latines et l’Europe occidentale. Plusieurs actes notariés latins évoquent par exemple deux grands transports de blé à Gênes, en 1384 et en 1389/1390, pour le compte d’un patron de navire, Manouèl Kabasilas. Il s’agissait la première fois, en 1384, de 3 667 mines de grain, soit près de 302 tonnes, que Kabasilas avait chargées dans un port nommé Aristo691. La seconde mention, en 1389, concernait une quantité encore plus considérable puisqu’elle s’élevait à 5 421 mines de blé (environ 446 tonnes). À cette occasion, Kabasilas agissait sur l’ordre de l’empereur byzantin qui était aussi le propriétaire du navire sur lequel la cargaison de blé fut transportée692.

  • 693 Voir Laiou, Byzantine Economy in Mediterranean Trade, p. 220, et Ead., The Greek Merchant, ici p.  (...)
  • 694 Cf. Balard, La Romanie génoise, t. 1 p. 94, n. 320 : « Jean VII est à Gênes en mai 1389 où on le r (...)

40Cette affaire a fait couler beaucoup d’encre, en particulier à propos de l’identité de l’empereur qui avait chargé Kabasilas d’acheminer cette énorme quantité de grain jusqu’à Gênes en 1389, car à cette époque il y avait deux souverains à Byzance : Jean V régnait sur Constantinople et son petit-fils Jean VII sur Sélymbria. La difficulté vient du fait que les actes qui mentionnent le nom du souverain le font sous une forme peu explicite, puisqu’ils le désignent comme « Kaloiannès, empereur des Romains » (Chaloianni imperator Romeorum), une formulation qui peut convenir autant à Jean V qu’à Jean VII. Angéliki Laiou a rejeté l’hypothèse de John Barker, selon qui il s’agirait de Jean V, et a penché plutôt pour Jean VII693. Son opinion semble d’autant mieux fondée que la chronologie du voyage de Kabasilas à Gênes coïncide précisément avec un séjour de Jean VII dans cette ville, en compagnie de sa mère Maria-Kyratza de Bulgarie, afin de préparer un coup d’État contre son grand-père694.

  • 695 Cf. Laiou, Byzantine Economy in Mediterranean Trade, p. 219.
  • 696 Chrysostomides, Venetian Commercial Privileges, doc. 15, p. 350-352. Elle n’a pas expliqué le conte (...)

41Les deux transports de blé à Gênes en 1384 et 1389 ne sont pas les seuls cas de vente d’une grande quantité de grain provenant de l’Empire à des Latins. On en connaît deux autres exemples qui datent de la même époque. En septembre 1386, le Byzantin Iôannès Eudaimonoiôannès transporta 994 modioi de grain sur une nef impériale jusqu’à la colonie génoise de Caffa, à l’époque assiégée par les Tatars et donc dépendante des importations navales pour son ravitaillement695. Par ailleurs, en 1389 l’empereur Jean V confisqua la cargaison de blé de deux bateaux appartenant au marchand vénitien Ermolao Bon sous le prétexte qu’il s’agissait du blé que les autorités byzantines lui avaient précédemment vendu696.

  • 697 Cf. Laiou, Agrarian Economy, p. 368-369.

42Mis à part les difficultés d’interprétation que présentent les détails de chaque affaire, ces exemples posent un problème d’ensemble, car ils témoignent de l’exportation de grandes quantités de blé en provenance d’un État qui, à cette époque, ne disposait presque plus de terres cultivables. Par ailleurs, la vente de telles quantités de grain aux marchands étrangers s’oppose totalement aux efforts des empereurs précédents pour limiter la sortie des céréales de l’Empire. Laiou a considéré qu’à cette époque l’État byzantin fut amené à subordonner les impératifs du ravitaillement des centres urbains à ses besoins financiers immédiats, privilégiant donc les profits de l’exportation du blé par rapport à la satisfaction des besoins des marchés locaux697.

  • 698 Cf. Musso, Navigazione e commercio, tableau 2.

43On notera pourtant que rien dans la documentation ne nous oblige à penser que le blé vendu dans ces cas provenait intégralement du territoire byzantin. En effet, les sources ne disent rien de l’origine du blé. Elles mentionnent simplement les ports de chargement de la marchandise, dont la plupart étaient situés dans le territoire gouverné par Jean VII, c’est-à-dire dans la région côtière de la mer de Marmara proche de Constantinople. Ainsi, en 1384, Kabasilas avait chargé son grain dans un port nommé Aristo, forme latine sous laquelle se dissimule probablement le toponyme grec de Raidestos, dont l’importance comme marché de grain est attestée depuis le xie siècle. Dans un autre document génois de 1384, on mentionne également du grain provenant de Sélymbria698.

  • 699 Le contrat est perdu, mais on en connaît le contenu grâce aux autres pièces du dossier.
  • 700 Musso, Navigazione e commercio, doc. 5, p. 237) : ... tradicionem et consignacionem dittorum modior (...)
  • 701 Résumé dans Balard, Péra, doc. 96, p. 40.
  • 702 Résumé ibid., doc. 107, p. 43.

44Un dossier d’actes datant de 1389-1390, publié par Gian Giacomo Musso, fournit des informations supplémentaires sur le mode de chargement des denrées en Thrace. Le premier acte est une plainte déposée par le marchand vénitien Alvise Bragadin le 2 mars 1390 devant le podestat de Péra contre Iane Draperio, citoyen de la colonie génoise, au sujet d’une cargaison de 3 000 modioi de grain, que Bragadin lui avait achetés en exécution d’un contrat passé le 22 novembre 1389 à Péra699. Par cet acte, Draperio s’était engagé à livrer au Vénitien « 1 000 modioi de blé au lieu-dit de Panidos, ou dans l’une des échelles de Grèce [dans l’Empire byzantin] dans lesquelles sont souvent chargés les navires, ou en Turchia [dans l’Empire ottoman] dans les lieux et échelles qui sont sous la domination du seigneur turc Ihallabi [Bayezid Ier ], c’est-à-dire autour de la bouche d’Abydos [détroit des Dardanelles] » et les autres « 2 000 modioi de blé […] au lieu de Lo Porro ou dans la région de Panidos ou dans n’importe quel endroit de Grèce dans lequel sont souvent chargés les navires, c’est-à-dire autour de la bouche d’Abydos, ou dans les lieux de chargement de Turchia, dans un ou deux lieux de chargement de Turchia, autour de Camali et Scorpiata »700. En dépit de ces précisions minutieuses, la livraison n’avait pas eu lieu parce que, d’après Iane Draperio, Bragadin ne lui avait pas versé la somme convenue et n’avait pas nolisé de navire pour effectuer le chargement701. Le 20 avril 1390, un jugement fut rendu : Draperio s’engagea, après avoir reçu le paiement dû, à livrer à Bragadin les 3 000 modioi de grain qu’il lui avait vendus sur la récolte de 1389, soit dans le port de Panidos soit dans celui de Daneion702.

  • 703 L’identification proposée par Laiou, Byzantine Economy in Mediterranean Trade, p. 219 entre « Lo P (...)
  • 704 Ibid., p. 752.

45Il convient de noter d’abord la mention dans ces actes de plusieurs ports situés dans les terres contrôlées par Jean VII ; c’était le cas de Panidos comme de Daneion, des lieux dans lesquels les marchands achetaient traditionnellement du blé. Toutefois, ces actes parlent aussi d’autres ports, plus petits, citant quelques toponymes dont la localisation n’est pas assurée703. Ils étaient situés dans le territoire sous domination byzantine ou ottomane, « autour de la bouche d’Abydos » (le détroit des Dardanelles). Ils sont désignés en outre comme des « échelles » (scallae) et les actes précisent que les marchands « avaient l’habitude de charger là leurs navires ». Il doit s’agir des mêmes lieux que les caricatoria frumenti dont Michel Balard a souligné l’importance au xive siècle pour le commerce génois du blé704. L’avantage de ces ports par rapport aux grands marchés était que dans ces scallae les marchands achetaient directement aux producteurs sans passer par des intermédiaires officiels, ce qui leur permettait de payer moins de taxes.

  • 705 Vatopédi II, no 97 (chrysobulle d’Étienne Dušan de 1348), l. 9-10. Sur les ports des grands monastè (...)
  • 706 Docheiariou, no 33 (chrysobulle de Jean V de 1355), l. 18.
  • 707 Voir Smyrlis, La fortune, p. 226, n. 333. Cet auteur a souligné que les moines transportaient parf (...)

46On connaît en effet plusieurs échelles maritimes localisées aux environs ou à l’intérieur des grands domaines fonciers. Par exemple, au milieu du xive siècle, le monastère de Vatopédi possédait une « échelle » (skala) à Léontaria et un petit port (paraskalion) appelé Mikra Thalattè situé en Chalcidique occidentale, au nord de la presqu’île de Kassandreia705. Le monastère de Docheiariou possédait lui aussi une échelle (skala) dans son domaine de Diabolokampos situé dans la région de Kalamaria (Chalcidique occidentale)706. Il y avait aussi des échelles dans le delta du Strymon, utilisées pour écouler la production agricole des grands domaines fonciers de la région707.

47La mention, dans ce dossier d’actes notariés latins des années 1389-1390, des ports situés dans le territoire de Jean VII pourrait certes suggérer que le blé provenait de ce territoire qui était alors encore sous domination byzantine, peut-être plus précisément des domaines impériaux, en raison de l’implication du souverain dans son exportation. Toutefois, ces actes parlent aussi d’autres lieux de chargement qui se trouvent, quant à eux, situés en territoire ottoman, comme Camali ou Scorpiata. En fait, les actes ne semblent pas faire de distinction entre les ports sous domination byzantine et les échelles sous domination ottomane.

  • 708 On connaît encore un autre document de la même période qui témoigne de l’achat de blé en territoir (...)
  • 709 Pour les liens entre les Draperio et les grands lignages byzantins de l’époque, voir Ganchou, Auto (...)

48Cela suggère d’une part qu’à cette époque il n’y avait pas de restrictions à l’exportation du blé byzantin et d’autre part que les conditions d’achat étaient les mêmes en territoire byzantin ou ottoman708. On notera de plus que le marchand génois chargé d’acheter le blé n’était autre que Iane Draperio, habitant de la colonie de Péra, dont la famille entretenait des liens très étroits avec la haute aristocratie constantinopolitaine709. La participation de Draperio dans cette affaire pourrait donc témoigner aussi des activités du milieu d’affaires byzantin, impliqué dans l’achat de blé non seulement dans les possessions de l’Empire mais aussi en territoire turc.

  • 710 La situation devait être la même sur la côte de la mer Noire, où les Byzantins possédaient les por (...)

49Cette liberté d’exportation du blé depuis le territoire ottoman et la facilité avec laquelle il était possible de le transporter en territoire byzantin m’amènent à penser que le grain vendu par les agents du souverain byzantin était en fait pour l’essentiel d’origine turque. Cela semble la solution la plus logique si l’on prend en compte les dimensions désormais exiguës du territoire byzantin. De plus, il convient de souligner que les débouchés traditionnels de la riche production agricole de l’arrière-pays de Thrace, à l’époque au pouvoir des Ottomans, étaient les ports de la côte de Marmara que les Byzantins contrôlaient encore710.

  • 711 Cet acte a bénéficié de plusieurs éditions, dont la plus récente est celle de Fleet, The Treaty of (...)
  • 712 Ibid., p. 15 : et ultra promixit prefactus dominus Armiratus facere et curare ita et sic quod omnia (...)
  • 713 Ibid., p. 26-27.

50On possède un document contemporain qui parle des privilèges commerciaux que les marchands byzantins possédaient dans l’Empire ottoman à cette époque. Il s’agit du traité conclu en 1387 entre Murad Ier et la commune de Gênes711. Parmi ses clauses, il y en a une qui concerne l’exportation de blé du territoire ottoman : Murad accordait aux Génois les mêmes privilèges que ceux dont bénéficiaient déjà les marchands vénitiens, arabes et byzantins (Greci)712. Le traité ne spécifie pas de quels privilèges il s’agissait, mais d’autres actes latins de l’époque disent que les Vénitiens acquittaient une taxe de 0,5 hyperpre pour 100 modioi de blé acheté, ce qui constituait une charge particulièrement peu élevée pour l’exportation de grain713.

  • 714 Sur les conditions politiques de l’époque, voir supra, p. 263-264.

51Le contexte historique explique les conditions relativement favorables des marchands byzantins dans l’Empire ottoman, car, après le coup d’État d’Andronic IV (1376) et les accords passés avec Jean V (1381-1382), les relations entre Byzance et l’Empire ottoman s’était considérablement améliorées. À cette époque, les Byzantins étaient devenus tributaires des Turcs et leur versaient une lourde contribution, mais il se peut qu’en échange ils aient eu plus de liberté pour faire du commerce en territoire ottoman714. Ce contexte éclaire d’ailleurs la chronologie des transactions commerciales que l’on a étudiées, car elles datent toutes des années 1380.

  • 715 C’est l’historien Doukas qui raconte que Bayezid avait interdit l’exportation de blé vers l’Empire (...)

52La situation changea totalement avec l’arrivée en Europe de Bayezid Ier (1393) et le bouleversement des équilibres diplomatiques que représentèrent l’accession au pouvoir de ce souverain et ses plans pour mettre fin à l’existence de l’Empire byzantin. En effet, Bayezid Ier ordonna à cette époque d’interrompre l’exportation de blé vers les territoires byzantins et il doubla la taxe acquittée par les marchands occidentaux pour l’achat de blé, la faisant passer de 0,5 à 1 hyperpre par centaine de modioi715.

  • 716 Ce point est précisé dans une clause du traité de février 1403 : Tute le scale che ho sia aperte e (...)

53Après la défaite des Ottomans à Ankara (juillet 1402), les marchands occidentaux et byzantins reçurent à nouveau la permission de se rendre dans les ports turcs pour y charger des marchandises716, mais il semble que les niveaux de grain exporté à l’époque aient déjà commencé à chuter.

Une forte baisse du commerce de grain en Romanie à partir de la fin du xive siècle

  • 717 Cf. Balard, La Romanie génoise, t. 2, p. 868.

54En dépit des exemples d’importantes cargaisons de blé et d’autres denrées agricoles destinées au ravitaillement de quelques colonies latines et de villes de l’Occident, le trafic commercial en Romanie et dans la mer Noire connut les premiers signes du déclin dès le milieu du xive siècle. Les chiffres provenant de la documentation génoise étudiée par Balard témoignent d’une réduction du volume de grain importé à cette époque de Romanie717.

  • 718 Sur le contexte politique, voir M. Berindei, G. Veinstein, La Tana-Azaq de la présence italienne à (...)

55Les causes de ce déclin sont multiples. Il s’explique en partie par la réouverture des ports du Proche-Orient et de l’Égypte, délaissés par les marchands occidentaux après la chute des derniers États latins de Terre Sainte à la fin du xiiie siècle. À partir des années 1345-1350, on constate un renversement de la tendance. Cette époque voit une forte reprise des échanges avec l’Orient musulman, suscitée par le relâchement des interdictions pontificales ainsi que par la dégradation du contexte politique dans l’espace pontique. En effet, les troubles dans les khanats mongols et les campagnes des Tatars contre les villes côtières de la mer Noire obligèrent les marchands occidentaux à retourner dans le sud. La situation se dégrada davantage encore vers la fin du xive siècle, lorsque le redoutable Tamerlan ravagea la région proche de la mer Noire. En 1395, par exemple il détruisit complètement la ville de Tana718. À cette époque, l’activité commerciale de ces ports s’était déjà réduite considérablement par rapport à ce qu’elle était au début du xive siècle, se résumant désormais à la vente des esclaves, du poisson séché et du cuir.

  • 719 Cf. F. Thiriet, Quelques observations sur le trafic des galées vénitiennes d’après les chiffres de (...)
  • 720 Cf. Balard, La Romanie génoise, t. 2, p. 683.

56Le déclin du commerce pontique eut des conséquences importantes sur le volume des échanges à Constantinople. Par exemple, au début du xve siècle, Venise avait décidé de réduire le nombre de galères mises périodiquement à disposition des marchands de la république pour faire du commerce avec la Romanie : des huit galères prévues jusque-là, on n’en garda que deux ou trois. À cette époque, le commerce avec l’Égypte en serait même venu à représenter 51 % des transactions commerciales vénitiennes en Méditerranée orientale719. La même constatation vaut pour le commerce génois : en 1398 la valeur du commerce maritime de Péra n’était plus que le dixième de ce qu’elle était en 1342720.

  • 721 Sur l’activité commerciale à Constantinople à cette époque, voir aussi J.-Cl. Hocquet, Giacomo Bad (...)
  • 722 Sur cette question, voir K.-P. Matschke, Bedeutung des Schwarzmeerraumes für Stadtwirtschaft und S (...)

57Toutefois, la capitale byzantine continua au xve siècle à conserver un réel dynamisme. Le livre de comptes du marchand vénitien Giacomo Badoer, qui séjourna à Constantinople trois ans, de 1436 à 1439, témoigne de l’activité commerciale de la ville à cette époque721. De plus, Constantinople semble être devenue alors le lieu de repli de quelques familles de marchands installées auparavant dans les villes du nord de la mer Noire, qui, en raison des troubles politiques dans cette région, auraient voulu transférer le centre de leurs activités dans la capitale byzantine722.

La commercialisation du vin

  • 723 Laiou, Η διαμόρφωση, p. 346.
  • 724 Ead., Agrarian Economy, ici p. 360-364.
  • 725 Par exemple, le monastère de Vatopédi possédait dans son domaine de Moudros, à Lemnos, une vigne d (...)

58Au xive siècle, la viticulture connaît un essor considérable, provoqué par une hausse de la demande interne mais surtout externe, dont on a déjà signalé les causes. Cet essor eut des conséquences immédiates sur la société rurale et en particulier sur le marché de la terre, car la haute rentabilité de ce type de culture fit monter rapidement les prix des terrains et poussa certains propriétaires à planter des vignes sur des espaces jusqu’alors consacrés à la céréaliculture723. Les documents d’archives révèlent cet effort pour acquérir et planter des vignobles sur les terres nouvellement mises en exploitation. Laiou a estimé qu’à l’époque la vigne devait déjà représenter une part très élevée de la surface cultivée, environ 16 %724. Cette tendance semble se maintenir au cours de la seconde moitié du xive siècle725.

  • 726 Ce phénomène n’est pas exclusif aux territoires de l’Empire byzantin ; en Crète vénitienne, par ex (...)

59En effet, les bénéfices tirés de la commercialisation du vin représentaient une contribution importante aux revenus des grands propriétaires fonciers et des locataires de leurs terres726. Les actes parlent non seulement des vignes que faisaient planter les moines de l’Athos dans leurs domaines, mais ils mentionnent également des entrepôts domaniaux situés à proximité de leurs biens, qui servaient à stocker la production et comme centre de redistribution auprès des marchands. Ces bâtiments reçoivent les noms de kapèlion ou oinopôleion.

  • 727 Vatopédi III, no 165, l. 74-75 : περι μέντοι τοῦ εὑρισκομένου ἐν τῶ αὐτῶ χωρίω (Μοῦδρος, cf. l. 17) (...)
  • 728 Sur la prise en location de moulins et de jardins au début du xve siècle, voir supra, p. 341-345.

60De tels entrepôts domaniaux sont attestés par exemple à Lemnos à la fin du xive siècle par le praktikon du recenseur Phôkas Sébastopoulos de juin 1387, délivré en faveur de Vatopédi. Cet acte parle d’un kapèlion situé dans le village de Moudros, près de la côte sud de l’île, dans lequel on vendait le vin. De plus, l’acte fournit des renseignements sur le mode d’exploitation de ce kapèlion. Il parle notamment d’une personne qui prenait à charge le kapèlion de Moudros pour la durée d’une année et qui devait verser à l’État et au monastère, propriétaire du bâtiment, une partie du revenu727. Il s’agit certainement d’un particulier, un homme d’affaires ou une association d’hommes d’affaires, qui prenait à bail l’exploitation de cet entrepôt en échange d’un revenu fixe versé au fisc et au monastère. Ce mode d’exploitation du kapèleion de Moudros rappelle beaucoup la prise en location de moulins et de jardins appartenant aux monastères athonites par des entrepreneurs privés au début du xve siècle728.

  • 729 Lavra III, App. XVIII (1415), l. 38-40 : ἔτι εὐεργετήθη ἡ τοιαύτη μονή, διὰ τοῦ θείου καὶ σεπτοῦ πρ (...)
  • 730 Le terme oinopôleion est également employé par les sources grecques de la période tardive pour dés (...)
  • 731 Lavra II, no 99 (1304), l.27 : ὑννοπούλου [sic], et Lavra III, no 139 (1361), l.33 : οἰνοπώλου. Ces (...)

61Le monastère de Lavra possédait aussi un autre entrepôt de vin dans son métoque de Gomatou, situé sur la côte nord de l’île de Lemnos. Un acte de recensement de 1415 mentionne un prostagma de l’empereur Manuel II en vertu duquel les moines de Lavra devaient détenir l’oinopôleion de Gomatou exempt de toute charge729. On notera qu’ici le terme employé n’est plus celui de kapèleion mais celui d’oinopôleion qui en est un synonyme730. Deux actes des archives de Lavra datant du début du xive siècle mentionnent déjà cet oinopôleion de Gomatou. Leurs éditeurs ont pensé qu’il s’agissait d’un toponyme, mais le contenu de l’acte de 1415 ne laisse pas de doutes sur le fait que le terme désigne bien un entrepôt domanial destiné à écouler la production de vin de la vallée de Gomatou731.

62Bien que l’on n’en possède pas d’autres témoignages, des entrepôts domaniaux devaient exister dans d’autres régions et les marchands s’y rendaient pour acheter du vin directement auprès des producteurs. Il devait s’agir d’un phénomène semblable à l’achat de blé dans les petites scallae ou caricatoria frumenti de la côte de la mer de Marmara évoqués plus haut.

3. Les revenus de la commercialisation des denrées agricoles

63Au fur et à mesure que le territoire de l’Empire se réduisait, la part des revenus de l’État tirée de l’activité commerciale s’accroissait. On a dit qu’au xiiie et au début du xive siècle, les empereurs byzantins avaient accordé aux marchands étrangers d’importants privilèges et des franchises commerciales, ce qui ne compromettait pas les revenus de l’État qui, à cette époque, provenaient encore essentiellement de la fiscalité agraire. Toutefois, la crise que traversèrent les campagnes byzantines au xive siècle et la perte progressive des territoires obligèrent le souverain à limiter considérablement la portée de ces privilèges et à augmenter la charge fiscale grevant les échanges commerciaux.

64Il n’y a pas lieu de traiter ici l’ensemble de cette question, qui nécessiterait une étude plus approfondie. Ce qu’il nous importe de souligner, ce sont les efforts de l’État pour tirer davantage profit de la commercialisation de la production agricole à cette époque, lorsque les revenus fiscaux qu’il tirait de la terre eurent diminué. On a vu qu’à la fin du xive siècle certains marchands byzantins transportaient du blé vers les colonies latines et jusqu’à Gênes pour le compte de l’empereur. Ce n’est là qu’un exemple parmi d’autres du rôle direct de l’État dans la commercialisation des denrées. À partir du milieu du xive siècle, on constate également une forte augmentation de la pression fiscale sur l’achat des produits agricoles. Cette fiscalité ne toucha pas seulement les marchands, mais aussi les producteurs qui étaient contraints de vendre une partie de leur surplus aux fonctionnaires de l’État.

La fiscalité grevant la vente des produits agricoles

  • 732 D’après Oikonomidès, Hommes d’affaires, p. 45, le taux de 2 % était pratiqué « un peu partout en M (...)
  • 733 Sur cette question, voir supra, p. 509-510.

65Le kommerkion, on l’a vu, était une taxe qui grevait toutes les transactions commerciales. La politique du premier empereur de la dynastie des Paléologues, Michel VIII, avait permis aux marchands occidentaux d’en être à nouveau largement exemptés, au détriment de leurs concurrents byzantins qui devaient continuer à verser un kommerkion équivalant à 10 % du montant de la transaction. Au milieu du xive siècle, les mesures adoptées par Alexios Apokaukos et plus tard par l’empereur Jean VI Kantakouzènos visaient à corriger ce déséquilibre. Désormais, tous les marchands, byzantins et latins, étaient obligés de verser un kommerkion de 2 % du montant de la transaction732. Toutefois, les Génois, après avoir vaincu les Byzantins lors de la bataille du Bosphore (1352), en obtinrent l’exemption pour les marchandises achetées dans leur colonie de Péra733.

  • 734 Voir par exemple Necipoğlu, Between the Ottomans and the Latins, p. 192, n. 30: « Venetian and Gen (...)
  • 735 Par exemple, en 1409 l’empereur Manuel II s’était plaint auprès de la commune vénitienne des abus (...)
  • 736 J’ignore pourquoi Badoer emploie alternativement ces deux expressions, el chomerchio de l’Imperado (...)
  • 737 Badoer, p. 200, 272, 284, 286 et passim.
  • 738 Ibid., p. 307.
  • 739 Ibid., p. 308.
  • 740 Voir par exemple ibid., p. 15 (kommerkion de 0,75 % pour une cargaison de soie), p. 103 (1,25 % po (...)
  • 741 Cf. Ganchou, Théodôros Batatzès, p. 93.
  • 742 Ganchou explique ce phénomène par le système d’affermage mis en place par l’État byzantin pour l’a (...)

66Après la réforme du kommerkion au milieu du xive siècle, il n’est pas aisé de suivre l’histoire de cet impôt jusqu’à la chute de l’Empire. Les traités conclus à cette époque entre Byzance et les républiques italiennes ne font plus jamais allusion au kommerkion. Certains historiens ont écrit que, durant cette période, les Vénitiens et les Génois furent à nouveau complètement exemptés de son paiement734. Nous avons effectivement conservé quelques documents latins qui témoignent des protestations des empereurs byzantins concernant les abus commis par les marchands occidentaux au sujet des droits de la douane de Constantinople735. Toutefois, le fait même que ces actes aient pu être considérés comme des exactions tend à démontrer que ces marchands ne bénéficiaient plus en droit d’une exemption totale. Du reste, aucune source ne dit explicitement que les Occidentaux, en particulier les Vénitiens et les Génois, ne versaient plus rien au titre du kommerkion. Bien au contraire, le livre de comptes du marchand vénitien Giacomo Badoer (1436-1439), qui constitue une source très riche pour l’étude de la fiscalité sur le commerce à Constantinople à l’époque tardive, mentionne à plusieurs reprises el chomerchio de l’Imperador ou el chomerchio de Griexi736. Il s’agit dans la plupart des cas d’une taxe équivalant à 1 % de la valeur de la marchandise (una per cº)737, mais on trouve aussi des allusions à un kommerkion de 1,25 % (1 1/4 per cº)738 ou de 0,75 % (3/4 per cº)739. La raison de ces différences n’est pas claire, mais elles pourraient s’expliquer par la catégorie de marchandise vendue740. En effet, certains historiens ont déjà constaté qu’à cette époque eut lieu une « parcellisation du kommerkion » ou un « cloisonnement du kommerkion, produit par produit »741. Grâce à cette variation du kommerkion en fonction des produits, le fisc pouvait mieux ajuster son prélèvement sur les échanges742.

  • 743 Cf. Oikonomides, The Role of the Byzantine State, p. 1007 : « In the rest of the empire, it [le ko (...)
  • 744 Badoer, p. 253.
  • 745 Ibid., p. 89.
  • 746 Ibid., p. 83 et 265. Badoer parle également du « kommerkion des Génois » (chomerchio de Zenoexi).

67Il convient de ne pas oublier que le kommerkion n’était pas perçu simplement à Constantinople, mais aussi dans tous les autres ports et marchés de l’Empire743, et même dans des États voisins, son taux pouvant du reste varier d’un endroit à l’autre. Ainsi Badoer mentionne-t-il par exemple un kommerkion de 2 % dans le port ottoman de Gallipoli744 et un autre, de 2 % également, dans les douanes de la colonie génoise de Simiso, sur la côte de la mer Noire745. De même, à l’intérieur de Constantinople, les fonctionnaires de chaque communauté de marchands étrangers prélevaient leur propre kommerkion. Dans le cas des Vénitiens, Badoer parle du chomerchio di 1 per c° che pagemo al nostro bailo746.

  • 747 Lavra II, n no 104, l. 168-169.
  • 748 Cf. Matschke, Commerce, p. 802 (avec bibliographie).
  • 749 Lavra II, no 104, l. 99.
  • 750 Cet impôt est parfois appelé poriatikon. Il s’agit d’une taxe grevant le droit de passage des rivi (...)
  • 751 I. Sakkéliôn, Μιχαὴλ Παλαιολόγου ἀνέκδοτον χρυσόβουλλον περὶ τῶν παρ᾽αὐτοῦ τῇ Ἐκκλησία δωρηθέντων (...)

68Le kommerkion était perçu par l’État là où les transactions commerciales avaient lieu. Nous possédons quelques actes qui témoignent ainsi du prélèvement de cette taxe dans certains villages en Macédoine. Par exemple, un praktikon de 1317 dit que dans le village de Toxompous on prélevait 50 hyperpres au titre du kommerkion, du gomariatikon, de l’opsônion et du katagôgion747. Cette liste suggère qu’outre la taxe sur les transactions commerciales, les paysans de ce village devaient verser une redevance sur la cargaison des marchandises dans les bateaux (gomariatikon), une taxe sur la vente du poisson (opsônion) et une sur le logement (katagôgion)748. Ce même acte mentionne aussi un parèque qui est qualifié de marchand (pragmateutès)749. Au xiiie siècle, dans les villages de Thermon et Loulon, situés près de la côte de Smyrne, l’État byzantin prélevait aussi le kommerkion ainsi que deux autres taxes en rapport avec l’activité commerciale, le poron750 et le topiatikon751.

69Le prélèvement du kommerkion dans ces villages suggère l’existence de foires ou de petits marchés dans les campagnes. Le village de Toxompous, par exemple, était situé au bord du lac Achinos, un lieu stratégique sur les routes commerciales qui traversaient la vallée du Strymon, reliant la mer Égée et l’intérieur de la péninsule Balkanique. Thermon et Loulon étaient situés également près de la mer, dans les alentours de la ville de Smyrne. Il s’agissait de ces petits ports dans lesquels les marchands venaient charger du blé et d’autres produits agricoles.

  • 752 Le skaliatikon apparaît dans plusieurs actes grecs de la pratique : cf. Kontogiannopoulou, La fisc (...)
  • 753 Ibid., p. 37, n. 200.
  • 754 Ibid., p. 37, n. 202.
  • 755 Par exemple, Badoer enregistre dans son livre de comptes le paiement du skaliatikon (scaliaticho) (...)

70Afin de donner une liste plus complète, mais encore loin d’être exhaustive, des taxes prélevées par l’État dans les ports où les marchands chargeaient leurs navires de blé et d’autres produits agricoles, il convient de mentionner la taxe du skaliatikon qui était un droit sur les quais (échelles)752, l’antinaulon, un droit de douane frappant les navires commerciaux selon leur tonnage753, et le liméniatikon, un droit de mouillage des bateaux dans les ports754. Ces taxes étaient perçues au nom de l’État par les képhalai des villes755. Parfois l’empereur attribuait leur revenu à un particulier au titre de sa rente fiscale (pronoia ou oikonomia) ou accordait des exemptions afin de favoriser l’écoulement de la production des grands domaines.

Un impôt spécifique créé au milieu du xive siècle : la taxe sur la vente du vin

  • 756 Kantakouzènos IV § 12 ; III, p. 8023-811 : τοὺς δὲ περὶ γεωργίαν ἠσχολημένους οἴνου ὑπὲρ μεντήκοντα (...)
  • 757 Medvedev, Le traité de 1352, p. 16960-64 : Item extitit per pactum, quod si aliquis Grecus vendider (...)

71Au milieu du xive siècle, l’État byzantin profita de l’essor du commerce du vin pour créer une nouvelle taxe grevant sa production et sa commercialisation. Selon un passage de son Histoire, Jean VI Kantakouzènos avait ordonné aux producteurs de vin de verser au fisc 1 nomisma pour 50 modioi de vin produits et aux marchands de payer 2 nomismata pour 50 modioi de vin achetés756. Il s’agissait d’une taxe relativement élevée qui dut susciter les protestations des républiques marchandes italiennes. C’est pourquoi, lorsque Gênes signa en 1352 la paix avec Byzance, elle exigea quelques aménagements de cet impôt. Le contenu du traité prévoyait que les Byzantins qui vendraient du vin à Péra et in burgis devraient simplement payer les taxes de la commune génoise. En revanche, les Génois qui voudraient vendre du vin à Constantinople continueraient à s’acquitter du nouvel impôt selon les conditions précédemment imposées par Jean VI757.

  • 758 Oikonomidès, Hommes d’affaires, p. 50.
  • 759 Bertolotto, Nuova serie, p. 554.
  • 760 Contrairement à ce qu’écrit Balard, La Romanie génoise, t. 1, p. 437, la cession des revenus de l’ (...)
  • 761 Ganchou, Théodôros Batatzès, p. 85-86, a reconnu dans le terme « Agirioti » du traité de 1376 les h (...)

72Nicolas Oikonomidès a souligné l’importance de cette clause du traité de 1352, mais il en a exagéré les conséquences sur la vie économique de l’Empire car il a interprété l’expression in burgis comme « les villages [des Grecs] (donc, les producteurs locaux)758 ». Cette interprétation signifierait que les Génois auraient prélevé des taxes dans tous les villages de l’Empire ! En fait, l’expression in burgis fait simplement allusion aux deux petits bourgs qui se trouvaient sur les flancs de la colline de Péra, en face de Constantinople, appelés Lagirio et Spiga. En effet, un an avant le traité de 1352, les Génois avaient déjà réussi à y imposer une gabelle sur la vente de vin759. Le traité passé avec Byzance ne faisait donc qu’entériner l’emprise économique des Génois sur ces deux bourgs voisins de leur comptoir de Péra, tout en y préservant la juridiction théorique de l’Empire760. Quelques années plus tard, en 1376, l’empereur Andronic IV décida d’élargir les droits des Génois sur Lagirio, mais il n’est pas certain qu’il leur ait alors cédé la complète souveraineté sur ce territoire761.

  • 762 Xénophon, no 32 (1419), l. 10.

73La conclusion du traité de 1352 entre Byzance et les Génois de Péra ne mit pas un terme aux protestations des Latins contre le maintien de cette taxe pesant sur la vente du vin. Elles démontrent que l’État byzantin réussissait à maintenir une forte emprise sur ce marché et à restreindre les droits des Occidentaux sur l’importation du vin dans l’Empire. D’ailleurs, il convient de signaler qu’à Constantinople l’empereur limita par exemple le nombre de tavernes, appelées oinopôleia762, que pouvaient posséder les Vénitiens et continua à prélever 1 nomisma pour 50 modioi de vin vendus par les marchands vénitiens.

  • 763 Voir par exemple Lavra III, no 161 (1409), l. 28, 33 et 36-37. L’équivalence entre les deux termes (...)
  • 764 Lavra III, no 157, l. 8-9 : ἔτι δὲ διατηρεῖται καὶ τὸ καλούμενον τοῦ Γομάτου μετόχιον ἀυτῶν ἐλεύθερ (...)
  • 765 Ibid., l. 9-10 : ὅπερ διὰ τὴν τῆς μάχης ἀνάγκης ἔθηκεν ἐκεῖσε [c’est-à-dire à Lemnos] ὁ περιπόθητος (...)
  • 766 Medvedev, Le traité de 1352, p. 16964-66 : Et predicta locum habeant durante guerra catalanorum et (...)
  • 767 Voir PLP 1486 ; exkursus dans Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/2, p. 577-579.
  • 768 Vatopédi II, no 128.
  • 769 Vatopédi III, no 165.

74Kantakouzènos signale dans son Histoire que cet impôt grevait la vente de vin dans les villes et dans les ports de l’Empire, mais aussi la production de vin dans les campagnes. La documentation conservée dans les archives de l’Athos fait effectivement allusion à cette nouvelle taxe qui reçoit plusieurs dénominations : kapèliatikon, oinopôleion ou dékaton oinou763. Les actes suggèrent que les revenus de cet impôt étaient employés pour la défense du territoire. Par exemple, en 1405, l’empereur Manuel II délivra un prostagma par lequel il exempta les moines de Lavra du paiement du kapèliatikon dans leur métoque de Gomatou, situé au nord de Lemnos764. Dans cet acte, l’empereur expliquait que le kapèliatikon avait été introduit dans l’île de Lemnos par l’aristocrate Andréas Asanès « en raison des nécessités du combat765 ». Le traité de 1352 entre Byzance et les Génois envisage aussi que l’impôt sur la vente de vin puisse servir à financer des dépenses liées à la guerre766. Toutefois, la documentation d’archives suggère que sa mise en place à Lemnos fut plus tardive. Pour établir cette chronologie, j’ai eu recours à quelques actes tirés des archives de Vatopédi, car la mention d’Andréas Asanès dans l’acte de 1405 n’est pas très utile, étant donné que la biographie de ce personnage demeure fort mal connue767. En effet, c’est la comparaison entre un praktikon de 1368768 et un autre de 1387769, tous deux en faveur de Vatopédi, qui permet de conclure que cet impôt fut mis en place à Lemnos entre ces deux dates ; les deux actes donnent une description des biens de Vatopédi à Lemnos, mais seul le second fait allusion au kapèliatikon de Moudros.

  • 770 Ibid., no 199, l. 7-8 : οὐ λέγω δὲ τὸν καιρὸν καθ᾽ὸν ἐξ ολοκλήρου ταῦτα ἔλαβον οἱ Τοῦρκοι καὶ εἶχον (...)
  • 771 Vatopédi III, no 199, l. 11 : τὸ γεωργούμενον κρασίον παρ᾽αὐτῶν.

75Le kapèliatikon semble avoir été aussi introduit en Macédoine à la même époque, coïncidant avec la reconquête de la province par les Byzantins dans les années 1370 : lors de sa visite à Thessalonique en 1408, Manuel II parle de certaines charges fiscales dont il décida alors d’exempter les moines et qui avaient été créées avant la conquête turque de la Macédoine (1383)770, parmi lesquelles il mentionne le kapèliatikon que les moines payaient sur le vin qu’ils produisaient771.

L’État byzantin et les grands propriétaires fonciers dans la commercialisation des produits agricoles à la fin de la période byzantine

76La réforme du kommerkion au milieu du xive siècle avait visé à favoriser le groupe des marchands byzantins et des hommes d’affaires de l’Empire, puisqu’elle les plaçait sur un pied d’égalité avec leurs concurrents latins. Toutefois, il semble que la politique de l’État byzantin concernant le commerce des denrées agricoles à partir du milieu du xive siècle ait cherché davantage à protéger les intérêts des grands propriétaires fonciers qui pouvaient être lésés par les fluctuations du marché. On a vu que la commercialisation de la production agricole était devenue au bas Moyen Âge l’une des sources de revenu les plus importantes du grand propriétaire.

77La chute des prix des denrées agricoles entraînait donc une forte diminution des revenus tirés de leur commercialisation. Cette chute des prix pouvait être provoquée soit par une importation massive des produits venus de l’étranger soit par l’obtention de privilèges commerciaux par quelques marchands, qui étaient ainsi en position d’obliger les producteurs à baisser considérablement leurs prix pour demeurer compétitifs.

  • 772 Diplomatarium II, p. 83-85.
  • 773 Chrysostomides, Venetian Commercial Privileges, p. 303.

78Plusieurs décisions des empereurs Jean V et Manuel II visèrent donc à favoriser les grands propriétaires byzantins en limitant l’importation des produits étrangers. Par exemple, en 1362 l’ambassadeur dépêché par Jean V auprès du sénat vénitien, Andronikos Oinaiôtès, protesta contre l’importation de vin étranger dans l’Empire, car il n’était pas soumis au même impôt que le vin produit par les propriétaires byzantins772. C’est pourquoi l’empereur, par l’entremise de son ambassadeur, demanda la mise en place d’un embargo de quatre ou cinq ans sur les vins étrangers. Le sénat vénitien s’y opposa catégoriquement, mais il semble que l’empereur n’ait tenu aucun compte de ses objections puisque, un an plus tard, le baile des Vénitiens envoya une lettre à sa métropole en se plaignant de l’interdiction impériale d’importer du vin à Constantinople773.

79Le conflit devait encore durer quelque temps, puisque, en dépit des protestations de la république, l’embargo concernant le vin étranger était encore en vigueur dans l’Empire à la veille du coup d’État d’Andronic IV en 1376. Toutefois, après la prise du pouvoir par cet empereur, la situation changea complètement, car il dut céder aux demandes de ses alliés génois qui avaient soutenu son usurpation. Cela impliqua l’éloignement temporaire des Vénitiens du commerce de Constantinople et l’élargissement des privilèges des citoyens de la république ligure. Il se peut que l’octroi de nouveaux droits commerciaux aux Génois ait provoqué les protestations du groupe des grands propriétaires byzantins qui, eux aussi, avaient soutenu le coup d’État d’Andronic IV dans l’espoir d’en obtenir plus de privilèges. En retour, la restauration de Jean V sur le trône de Constantinople en 1379 et les traités de 1382 furent propices aux intérêts des marchands vénitiens. Par la suite, on ne rencontre plus aucune mention de l’embargo sur les vins étrangers. C’est qu’à cette époque, l’Empire avait perdu la plupart de ses terres productives.

  • 774 Ibid., doc. no 18, p. 353-354 : Unam novam gabellam impositam esse, videlicet, quod de vino quod Ve (...)
  • 775 Vatopédi III, no 199.

80Au début du xve siècle, après la conclusion de la paix avec les Ottomans et le retour des Byzantins en Macédoine, Manuel II essaya à nouveau de limiter les privilèges des marchands occidentaux. En 1418, il rappelait par exemple aux Vénitiens l’obligation de verser l’impôt sur le vin pour leurs tavernes à Constantinople774. De même, cet empereur prit quelques dispositions concernant la vente de vin dans les provinces. Dans son acte de 1408 en faveur de la communauté athonite, Manuel II autorisait les gouverneurs (képhalai) et les autres fonctionnaires de l’administration à vendre du vin dans les entrepôts situés sur les domaines appartenant aux monastères de l’Athos, mais il leur interdisait de vendre leur vin en premier, car, dit l’acte, cela aurait constitué un monopolion, ce à quoi l’empereur s’opposait formellement. De même, Manuel II ordonnait que tout le vin venu d’ailleurs pour être vendu dans ces entrepôts fut également soumis au paiement du kapèliatikon775. Par cet acte, l’empereur reprenait donc la politique de son père Jean V visant à protéger les intérêts des grands propriétaires fonciers byzantins.

  • 776 Sathas, Documents inédits, t. 1, no 97, p. 158-160, ici p. 159 : Ceterum ad unam alteram partem per (...)
  • 777 ASV, Senato, Secreti 18, fol. 206v-207r (résumé dans Thiriet, Régestes, t. 3, no 2831, p. 158).

81Après la reprise des hostilités avec les Ottomans en 1422, la pression fiscale sur les marchands occidentaux augmenta. En 1423 par exemple l’empereur Manuel II décida d’imposer aux tavernes des Vénitiens dans le Péloponnèse la même taxe sur la vente du vin776. Peu avant la chute de Constantinople, en 1450, l’empereur Constantin XI prit de nouvelles mesures afin de contrôler l’évolution des prix du vin sur le marché de la capitale, et ordonna à cette fin d’imposer par une nouvelle taxe le vin importé d’Andrinople777.

  • 778 Ce dossier d’actes a été publié par Chrysostomides, Venetian Commercial Privileges, p. 322-327.

82Les restrictions imposées au commerce du vin ne furent pas les seules mesures adoptées par l’État byzantin pour contrôler les prix du marché des denrées agricoles et protéger ainsi les grands propriétaires fonciers. La documentation latine témoigne également des efforts des empereurs pour limiter les droits des Occidentaux dans la commercialisation du blé. Ce fut surtout l’empereur Jean V qui essaya de freiner l’importation de blé venu de l’étranger et d’appliquer aux marchands latins les mêmes taux que ceux auxquels étaient soumis les marchands byzantins. Les négociations entre l’Empire et les autorités vénitiennes au cours du troisième quart du xive siècle rendent compte des conditions de la vente de blé par les marchands de la république778.

  • 779 Le terme employé en grec est celui de prosphorion et en latin celui de raybe : ibid., p. 323, n. 1 (...)

83Les traités commerciaux de la seconde moitié du xive siècle montrent que les Vénitiens avaient l’autorisation de vendre le blé partout dans l’Empire : s’ils voulaient le faire sur les marchés officiels779, ils devaient s’acquitter du même impôt que les autres marchands, c’est-à-dire payer un kommerkion de 2 %. En revanche, s’ils décidaient de vendre leur blé ailleurs, ils en étaient complètement exemptés. Ce fut pourquoi Jean V essaya de limiter leurs privilèges en leur proposant un marché qui leur fût propre et sur lequel ils ne paieraient rien, à condition de ne pas vendre du blé dans d’autres endroits de l’Empire. Toutefois, les Vénitiens refusèrent l’offre du souverain.

84Les négociations concernant la vente du blé se poursuivirent jusqu’à la veille du coup d’État d’Andronic IV. On a déjà vu que l’avènement de cet empereur mit un terme temporaire au commerce des Vénitiens à Constantinople. Plus tard, après la restauration de Jean V et les accords passés avec les Génois en 1382, la question du commerce du blé ne fut plus abordée.

  • 780 Sur cette évolution, voir supra, p. 197-201.

85La fin des efforts de l’État pour protéger les producteurs de blé byzantins coïncide donc avec la perte de la Macédoine et la consolidation du pouvoir ottoman en Europe. En effet, les années 1380 avaient été propices à l’importation de denrées agricoles des territoires turcs dans l’Empire : les ports byzantins servaient à cette époque de centre de fret aux marchands occidentaux. L’État byzantin devait tirer profit de ce revirement de situation. On a vu le rôle joué alors par quelques marchands byzantins agissant directement pour le compte de leur empereur. D’ailleurs, on ne peut manquer de mettre en rapport cette évolution avec les transformations contemporaines au sein des cadres les plus élevés de l’administration, en particulier le remplacement au sommet de l’appareil d’État des membres de l’ancienne aristocratie par des marchands et des hommes d’affaires780.

86La politique impériale essayait ainsi de s’adapter au nouveau contexte politique régional. Face au rétrécissement progressif des territoires et à l’hégémonie ottomane sur le continent, les Byzantins tentaient de tirer davantage profit de ce qui leur restait, à savoir les ressources du commerce et de la mer. L’avènement de Bayezid Ier et sa campagne pour conquérir les derniers territoires de l’Empire mirent néanmoins un frein à ces échanges. Le commerce avec Constantinople s’interrompit et les ressources financières de l’État en furent très sévèrement amputées.

  • 781 Sur ce commerce, voir Ganchou, Théodôros Batazès, et Id., La famille Koumousès (Κουμούσης) à Const (...)

87Après la défaite turque à Ankara (juillet 1402) et le retour de l’administration byzantine dans quelques territoires précédemment perdus, les empereurs se montrèrent à nouveau favorables aux grands propriétaires fonciers en leur accordant franchises et privilèges fiscaux afin de leur permettre de remettre en état leurs domaines, ainsi que des conditions avantageuses pour la commercialisation de leur production. Toutefois, contrairement au troisième quart du xive siècle, lorsque l’État essaya de protéger les producteurs locaux par une interdiction d’importer des denrées agricoles, les empereurs évitèrent à cette occasion de trop limiter le commerce dans le marché de Constantinople. Les seules dispositions prises par les souverains byzantins au xve siècle touchèrent la défense des droits du fisc concernant les taxes douanières. C’est que les conditions du commerce des denrées agricoles à Constantinople avaient changé : la chute des comptoirs latins de la mer Noire avait provoqué le transfert d’une bonne partie de l’activité commerciale de ces régions dans la capitale de l’Empire. Cette activité semble avoir augmenté les bénéfices fiscaux tirés de l’activité marchande au profit du fisc byzantin781.

Notes

651 Hendy, Byzantium 1081-1204, p. 31-52.

652 Venise prit aussi le contrôle des ports de Coron et Modon, situés dans le sud du Péloponnèse, et constituant des escales maritimes précieuses. Sur ces événements, voir de manière générale S. Borsari, Il dominio veneziano a Creta nel xiii secolo, Naples 1963 ; Id., Studi sulle colonie veneziane in Romania nel xiii secolo, Naples 1966 ; et Thiriet, La Romanie vénitienne, p. 64-104. Quelques grandes familles vénitiennes, de leur propre initiative et en qualité de croisés, s’emparèrent de certaines îles de l’Égée, créant des seigneuries insulaires qui étaient reliées entre elles à travers un réseau de solidarités et de fidélités. Sur les îles de l’Égée sous domination vénitienne, voir G. Saint-Guillain, L’Archipel des seigneurs. Pouvoirs, société et insularité dans les Cyclades à l’époque de la domination latine ( xiii e- xv e siècle), thèse de doctorat, université Paris 1, 2003 ; et Id., Les conquérants de l’archipel : l’empire latin de Constantinople, Venise et les premiers seigneurs des Cyclades, dans Quarta crociata : Venezia, Bisanzio, Impero latino, éd. G. Ortalli, G. Ravegnani et P. Schreiner, Venise 2006, t. 1, p. 125-237.

653 La conquête fut suivie de la confiscation des biens appartenant à l’État byzantin et aux grands propriétaires. Toutefois, la documentation suggère une notable continuité dans les activités agricoles par rapport à la période byzantine : voir, par exemple, D. Jacoby, From Byzantium to Latin Romania : Continuity and Change, Mediterranean Historical Review 4, 1989, p. 10-23 (= Latins and Greeks in the Eastern Mediterranean after 1204, éd. B. Arbel, B. Hamilton et D. Jacoby, Londres 1989) ; Gallina, Una società coloniale, p. 31-58, 71-72 et 78-79 ; et Gasparès, Η γη και οι αγρότες, p. 143-175.

654 La Crète avait joué un rôle notable dans le commerce vénitien dès la seconde moitié du xiie siècle : voir D. Jacoby, Byzantine Crete in the Navigation and Trade Networks of Venice and Genoa, dans Oriente e Occidente tra medioevo ed età moderna : Studi in onore di Geo Pistarino, éd. L. Balletto, Gênes 1997, p. 517-540. Pour la période ultérieure, voir Id., La colonisation militaire vénitienne de la Crète au xiiie siècle : une nouvelle approche, dans Le partage du monde : Échanges et colonisation dans la Méditerranée médiévale, éd. M. Balard et A. Ducellier, Paris 1998 (Byz. Sorb. 17), p. 297-313 (= Id., Latins, Greeks and Muslims: Encounters in the Eastern Mediterranean, 10th-15th Centuries, Aldershot 2009 [Variorum Collected Studies Series 914], IV).

655 Tafel, Thomas, Urkunden, t. 2, p. 129-142, ici, p. 132 et 140. Voir aussi D. Tsougarakès, Ἡ σιτικὴ πολιτικὴ τῆς Βενετίας στὴν Κρήτη τὸν 13ο-14ο αἰώνα, Μεσαιωνικὰ καὶ νέα ἑλληνικά 3, 1990, p. 333-385.

656 Voir D. Jacoby, Changing Economic Patterns in Latin Romania, dans The Crusades from the Perspective of Byzantium and the Muslim World, éd. A. Laiou et R. Parviz Mottahedeh, Washington 2001, p. 197-233, ici p. 218, 230-231. L’attitude de Venise à l’égard des grands propriétaires grecs de Crète conduisit ces derniers à plusieurs révoltes au cours du xiiie et du xive siècle. Sur cette question, voir Borsari, Il dominio, cité supra, n. 652, p. 27-66 ; et Ch. Gasparès, Η κρητική επανάσταση του 1333. Η επανάσταση των « άλλων » Καλλέργηδων, Κρητικά χρονικά 32, 2012, p. 79-105. Mais, en 1363, les feudataires vénitiens eux-même se soulevèrent contre leur mère-patrie, dont ils se sentaient de moins en moins proches et qu’ils percevaient comme prédatrice : sur cette révolte, voir notamment S. McKee, Uncommon Dominion : Venetian Crete and the Myth of Ethnic Purity, Philadelphie 2000, en particulier p. 133-167.

657 Jacoby, Changing Economic Patterns, cité note précédente, p. 213-216, 218-229.

658 Ibid., p. 203 (avec bibliographie).

659 Ibid., p. 232-233.

660 Par exemple, dans les territoires côtiers et dans les îles de l’Égée, les attaques pirates étaient plus fréquentes, en particulier après la conquête turque de l’Asie Mineure : D. Jacoby, Catalans, Turcs et Vénitiens en Romanie (1305-1332) : un nouveau témoignage de Marino Sanudo Torsello, Studi Medievali 15, 1974, p. 217-261 (= Id., Recherches sur la Méditerranée orientale du xiie au xve siècle, Londres 1979 [Variorum Collected Studies Series 105], V). Pour la situation en Morée, voir R. Hiestand, Nova Francia–nova Graecia : Morea zwischen Franken, Venezianern und Griechen, dans Die Kultur Griechenlands in Mittelalter und Neuzeit, éd. R. Lauer et P. Schreiner, Göttingen 1996, p. 55-72 ; et D. Jacoby, Italian Migration and Settlement in Latin Greece : The Impact on the Economy, dans Die Kreuzfahrerstaaten als multikulturelle Gesellschaft : Einwanderer und Mindermeiten im 12. und 13. Jahrhundert, Munich 1997 (Schriften des Historischen Kollegs, Kolloquien 37), p. 97-128 (= Id., Byzantium, Latin Romania and the Mediterranean, Aldershot 2001 [Variorum Collected Studies Series 703], IX). Voir aussi le cas de l’île de Chios, sous influence génoise depuis le début du xive siècle : Ph. P. Argenti, The Occupation of Chios by the Genoese and their Administration of the Island 1346-1566, 3 vol., Cambridge 1958.

661 Contrairement à une idée largement acceptée par l’historiographie antérieure, D. Jacoby a démontré que les activités commerciales demeurèrent prospères dans la capitale de l’Empire latin : D. Jacoby, Venetian Settlers in Latin Constantinople (1204-1261) : Rich or Poor ?, dans Ricchi e poveri nelle società dell’Oriente grecolatino, éd. Ch. A. Maltezou, Venise 1998 (Biblioteca dell’Istituto di Studi bizantini e post-bizantini di Venezia 19), p. 181-204 (= Id., Byzantium, Latin Romania, cité note précédente, VII), et Id., The Economy of Latin Constantinople, dans Urbs capta. The Fourth Crusade and its Consequences, éd. A. Laiou, Paris 2005 (Réalités byzantines 10), p. 195-214. Pour l’impact de la conquête latine de Constantinople sur l’économie des autres régions de l’Empire byzantin, voir C. Morrisson, L’ouverture des marchés après 1204 : un aspect positif de la IVe croisade ?, dans Urbs capta, op. cit., p. 215-232, dont on ne peut pas toutefois retenir toutes les conclusions.

662 Cf. G. I. Bratianu, La mer Noire, plaque tournante du trafic international à la fin du Moyen Âge, RESEE 21, 1944, p. 36-69. Avant le xiiie siècle, la mer Noire n’avait guère eu d’importance dans le commerce méditerranéen ; la plupart des routes reliant l’Asie orientale à la Méditerranée passaient alors par Bagdad et débouchaient ensuite dans les ports du Proche-Orient. À cette époque, les régions pontiques fournissaient Constantinople en denrées alimentaires et le commerce semble y avoir été totalement fermé aux navires occidentaux. Toutefois, M.-E. Martin, The First Venetians in the Black Sea, Archeion Pontou 35, 1979, p. 111-122, parle d’une présence, certes réduite, de marchands vénitiens en mer Noire avant 1204.

663 Deux grandes routes menaient de la mer Noire vers l’Asie : la première partait de Trébizonde, passait par Erzerum et Tabriz, capitale des il-khans de Perse, puis par le sud de la Caspienne ; elle se poursuivait jusqu’à Samarcande, Almaligh, centre du khanat mongol du Turkestan, et finalement jusqu’à Khanbalig (Pékin). La seconde était la voie du Cathay, décrite par Pegolotti : elle partait de Tana, à l’embouchure du Don, arrivait à Saraï et rejoignait ensuite Astrakhan sur la Volga ; elle contournait la mer Caspienne par le nord avant d’atteindre Almaligh, où elle rejoignait la route précédente pour diverger soit vers Karakorum, soit vers Khanbalig (Francesco Balducci Pegolotti, La pratica della mercatura, éd. A. Evans, Cambridge 1936, p. 21-23).

664 Une activité commerciale plus réduite subsista néanmoins dans cette partie de la Méditerranée orientale, surtout dans les ports du royaume de la Petite Arménie, avec lequel Venise conclut des accords : I trattati con il regno armeno di Cilicia, 1201-1333, éd. A. Sopracasa, Rome 2001 (Pacta Veneta 8).

665 Les Vénitiens furent à nouveau autorisés par Michel VIII à pénétrer en mer Noire à partir de 1268 : cf. D. Jacoby, La Venezia d’oltremare nel secondo Duecento, dans Storia di Venezia dalle origini alla caduta della Serenissima. II, L’età del Comune, éd. G. Cracco et G. Ortalli, Rome 1995, p. 263-299.

666 Le commerce de luxe se déplaça alors plus au sud, vers Alexandrie et Beyrouth qui rouvrirent leurs ports aux marchands occidentaux vers 1350.

667 Le port de Thessalonique était par exemple le débouché des routes provenant des Balkans. Son emplacement sur la Via Egnatia lui procurait également une situation géographique remarquable, à mi-chemin entre les ports de la côte dalmate et Constantinople. Selon Dèmètrios Kydônès, la ville était fréquentée par des marchands venus de tous les coins du monde : Dèmètrios Kydônès, Monodia occisorum Thessalonicae, éd. PG 109, col. 641.

668 Sur les traités commerciaux entre les puissances occidentales et les émirats turcs d’Asie Mineure, voir en tout premier lieu Zachariadou, Trade and Crusade.

669 Cf. Laiou, Morrisson, The Byzantine Economy, p. 207-210 (avec bibliographie). À la fin du xie et au xiie siècle, les Vénitiens, puis d’autres communes italiennes, obtinrent de nombreux privilèges dans l’Empire grâce à la politique des souverains comnènes et anges : I trattati con Bisanzio, 992-1198, éd. M. Pozza et G. Ravegnani, Venise 1993 (Pacta Veneta 4). On trouvera une analyse critique des principales sources dans les chapitres rédigés par G. Saint-Guillain dans Économie et société à Byzance ( viiie- xiie siècle). Textes et documents, éd. S. Métivier, Paris 2007 (Byz. Sorb. 24), p. 255-282.

670 Voir en premier lieu Laiou, Morrisson, The Byzantine Economy, p. 211, ainsi que C. Morrisson, L’ouverture des marchés après 1204 : un aspect positif de la IVe croisade ?, (cité supra, n. 661), ici p. 227-230, et A.E. Laiou, Monopoly and Privileged Free Trade in the Eastern Mediterranean (8th-14th century), dans Chemins d’outre-mer. Études d’histoire sur la Méditerranée médiévale offertes à Michel Balard, éd. D. Coulon et alii, Paris 2004 (Byz. Sorb. 20), t. 2, p. 511-526, ici p. 525-526.

671 Le terme apparaît dès la fin du viiie siècle (cf. ODB, s.v. kommerkion [N. Oikonomidès], t. 2, p. 1141-1142).

672 Sur les événements, voir Balard, La Romanie génoise, t. 1, p. 42-45. L’original en grec du traité est perdu et l’on ne conserve que deux copies presque contemporaines en latin. La meilleure édition est aujourd’hui celle de I Libri iurium della Repubblica di Genova, t. 1/4, éd. S. Dellacasa, Rome 1998 (Pubblicazioni degli Archivi di Stato. Fonti 28), p. 271-285, no 749.

673 Ibid., p. 275 : ipsas mercationes, victualia et granum permittet extrahere de toto iam dicto imperio omnibus et singulis Ianuensibus et deferre libere et expedite, sine aliquo impedimento dacite, commergii seu exactionis.

674 I trattati con Bisanzio, 1265-1285, éd. M. Pozza et G. Ravegnani, Venise 1996 (Pacta Veneta 6), nos 3-5.

675 Pachymérès II § 32 ; I, p. 2217-12 (traduction V. Laurent).

676 Un groupe de documents génois datant de 1294 emploient l’expression camara imperii pour désigner ces grands entrepôts de blé : Bertolotto, Nuova serie, p. 514 et suiv.

677 Sur cette affaire, voir Chrysostomides, Venetian Commercial Privileges, p. 314-315.

678 Ibid. p. 520 et 525.

679 Voir par exemple G.I. Bratianu, La question de l’approvisionnement de Constantinople à l’époque byzantine et ottomane, Byz. 5, 1929, p. 83-107, ici p. 100-101, qui attribue à Michel VIII « le dernier effort de l’étatisme, que Byzance a reçu en héritage des empereurs romains du quatrième siècle » et compare sa politique avec celle de ses successeurs sous lesquels « l’empire est incapable de résister à la pression des colonies italiennes ».

680 Matschke, Das spätbyzantinische Konstantinopel, p. 129-133, et Id., Rechtliche und administrative Organisation der Warenversorgung im byzantinischen Raum : die Strukturen des 13. bis 15. Jahrhunderts, dans Handelsgüter und Verkehrswege, éd. E. Kislinger, J. Koder et A. Külzer, Vienne 2010 (Veröffentlichungen zur Byzanzforschung 18), p. 205-221.

681 Depuis l’Antiquité, la Thrace avait été le grenier de la capitale. Sur les problèmes d’approvisionnement de Constantinople au début du xive siècle, voir Laiou, The Provisioning of Constantinople, qui met à contribution la correspondance entre le patriarche Athanasios Ier et l’empereur Andronic II.

682 Belgrano, Prima serie, p. 109.

683 Les mêmes dispositions furent renouvelées lors du traité de 1308, conclu entre Gênes et Byzance après l’épisode de la compagnie catalane : voir Balard, La Romanie génoise, t. 1, p. 63-65.

684 Diplomatarium I, p. 83.

685 Ibid., p. 125. Pour les détails concernant les négociations entre l’Empire et Venise, voir Chrysostomides, Venetian Commercial Privileges, p. 319-320. Les deux ambassadeurs byzantins à Venise en 1319 étaient le dikaiophylax de la Grande Église Grègorios Kleidas (dont le nom apparaît sous la forme Gregorius Clidas dans la documentation latine), plus tard juge général des Romains, et le sébaste Andronikos Hiérakitès, juge à Constantinople, (appelé Andronicus Ierochites en latin, cf. PLP 8093).

686 Diplomatarium I, p. 164-168, ici p. 165 : protestations contenues dans une lettre du baile Marco Minotto au doge de mars 1320.

687 Voir à ce sujet les remarques de Chrysostomides, Venetian Commercial Privileges, p. 320, n. 122.

688 Rappelons que ce groupe de marchands byzantins s’était consolidé pendant la première moitié du xive siècle grâce à ses contacts avec les Latins et à l’essor d’une petite industrie et d’un artisanat locaux. Vers le milieu du siècle, ce groupe était désormais bien établi dans les villes les plus importantes, où il contrôlait les principales sources d’enrichissement. Toutefois, il se heurta à l’opposition de la grande aristocratie foncière lors de la deuxième guerre civile. Sur ces événements, voir supra, p. 51-53.

689 Liber iurium, t. 2, col. 601 et suiv. ; nouvelle édition dans Medvedev, Le traité de 1352.

690 Sur cette évolution, voir supra, p. 30-32.

691 Balard, La Romanie génoise, t. 2, p. 758 (d’après ASG, San Giorgio, Gabella grani 1384, fol. 8r), qui ne mentionne néanmoins pas le lieu de cargaison : voir Laiou, Byzantine Economy in Mediterranean Trade, p. 220. La cargaison était répartie entre 34 marchands dont 24 grecs.

692 Un ordre de paiement émis le 19 juillet 1389 en faveur de Manouèl Kabasilas (Balard, La Romanie génoise, t. 2, p. 758 et 760) précise que la vente de cette cargaison de grain avait été réalisée à Péra en 1388 entre l’empereur byzantin, représenté par Manouèl Kabasilas et le Pérote Luchino Draperio, et le podestat de Péra qui agissait au nom de la commune de Gênes. Le 15 avril 1389, le navire de Kabasilas arriva à Gênes et le 19 juillet de la même année, il reçut un paiement de la commune. En février 1390, Kabasilas était encore à Gênes où il reçut 34 livres pour la vente du grain impérial (cf. J. Barker, John VII in Genoa : A Problem in Late Byzantine Source Confusion, OCP 28, 1962, p. 236-237). Enfin, un acte d’octobre-novembre 1390 indique que Kabasilas n’avait vendu que 445 mines de grain avant son départ de Gênes et que ce furent feu Luchino Draperio et Giovanni de Rapallo qui reçurent l’autorisation de vendre le reste pour le compte de l’empereur (Balard, Péra, doc. 138, p. 50-54).

693 Voir Laiou, Byzantine Economy in Mediterranean Trade, p. 220, et Ead., The Greek Merchant, ici p. 108.

694 Cf. Balard, La Romanie génoise, t. 1 p. 94, n. 320 : « Jean VII est à Gênes en mai 1389 où on le reconnaît comme basileus » et il « en repart en décembre 1389 ou en janvier 1390 sur la galère de Quilico de Tadeis ». Balard n’a pas évoqué la présence de Maria-Kyratza aux côtés de son fils, signalée par E. Lappa-Zizicas, Le voyage de Jean VII Paléologue en Italie, REB 34, 1976, p. 139-142.

695 Cf. Laiou, Byzantine Economy in Mediterranean Trade, p. 219.

696 Chrysostomides, Venetian Commercial Privileges, doc. 15, p. 350-352. Elle n’a pas expliqué le contexte de cette confiscation de blé par l’empereur, qui demeura un motif de discorde entre Venise et Byzance jusqu’au début du xve siècle. À l’époque de la confiscation, Jean V savait déjà que son petit-fils Jean VII s’apprêtait à s’emparer de Constantinople avec l’aide de l’Ottoman Bayezid Ier ; c’est pourquoi il fit confisquer toutes les marchandises et ordonna à la population de la ville de s’approvisionner en blé pour deux ans (cf. Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 126-127).

697 Cf. Laiou, Agrarian Economy, p. 368-369.

698 Cf. Musso, Navigazione e commercio, tableau 2.

699 Le contrat est perdu, mais on en connaît le contenu grâce aux autres pièces du dossier.

700 Musso, Navigazione e commercio, doc. 5, p. 237) : ... tradicionem et consignacionem dittorum modiorum mille frumenti in loco Pannidi seu in una ex scalis Grecie in quibus solita sunt navigia honerari, seu in Turchia, videlicet in locis et scalis dominacionis domini Ihallabi Turchi, videlicet a buccha Avis citra [...] consignare dicta modia duo milia frumenti dicto Lodisio seu legiptime persone pro eo in loco de lo Porro seu in partibus Pannidi vel alibi in locis Grecie ad loca solita navigia honerari, videlicet a bucha Avis citra, seu in locis Turchie carregatoriis in uno loco vel duobus tantum ex locis Turchie carregatoriis a Camali et Scorpiata citra, ipsis duobus locis comprehensis. Cet acte a également été résumé dans Balard, Péra, doc. 95, p. 40; et cité dans Id., La Romanie génoise, t. 2, p. 752-753, n. 84, Laiou, Byzantine Economy in Mediteranean Trade, p. 219, et K. Fleet, Ottoman Grain Exports from Western Anatolia at the End of the Fourteenth Century, Journal of Economic and Social History of the Orient 40, 1997, p. 283-293.

701 Résumé dans Balard, Péra, doc. 96, p. 40.

702 Résumé ibid., doc. 107, p. 43.

703 L’identification proposée par Laiou, Byzantine Economy in Mediterranean Trade, p. 219 entre « Lo Porro or Lo Gollo » et le toponyme actuel de Porto-Lagos est bien sûr à rejeter, puisque ce dernier se trouve sur la côte nord de la mer Égée, au sud-ouest de la Thrace, une région qui, à l’époque, échappait au contrôle des Byzantins et qui est très éloignée du détroit des Dardanelles. Il faut également rejeter l’identification entre Lo Porro et Lo Gollo qui sont deux toponymes distincts, comme l’a signalé Balard, La Romanie génoise, t. 2, p. 752-753, n. 84 : « Lo Porro et Golli sont aussi fréquentés par des marchands de Chio, importateurs de grain. »

704 Ibid., p. 752.

705 Vatopédi II, no 97 (chrysobulle d’Étienne Dušan de 1348), l. 9-10. Sur les ports des grands monastères athonites, voir Smyrlis, La fortune, p. 225-226.

706 Docheiariou, no 33 (chrysobulle de Jean V de 1355), l. 18.

707 Voir Smyrlis, La fortune, p. 226, n. 333. Cet auteur a souligné que les moines transportaient parfois une partie de leur production agricole jusqu’à Constantinople pour l’écouler sur le marché urbain et qu’ils acquirent à cette fin des entrepôts tout au long de la Corne d’Or, afin d’entreposer leurs marchandises. Sur l’activité commerciale dans l’embouchure du Strymon, voir A. Dunn, Loci of Maritime Traffic in the Strymon Delta (iv-xviii cc.) : Commercial, Fiscal and Manorial, dans Οἱ Σέρρες καὶ ἡ περιοχή τους ἀπὸ τὴν ἀρχαία στὴ μεταβυζαντινὴ κοινωνία, Thessalonique 1998, t. 1, p. 339-360.

708 On connaît encore un autre document de la même période qui témoigne de l’achat de blé en territoire ottoman. En 1390, un autre marchand génois, Brancaleone Grillo, s’était engagé à se rendre à Panidos ou « dans un lieu compris entre Ténédos et Chio » pour y charger 3 000 mines de grain nouveau et les transporter à Gênes : Balard, Péra, doc 126, p. 47-48. En effet, l’expression « entre Ténédos et Chio » désigne une partie de la côte d’Asie Mineure qui était au pouvoir des Ottomans.

709 Pour les liens entre les Draperio et les grands lignages byzantins de l’époque, voir Ganchou, Autonomie locale.

710 La situation devait être la même sur la côte de la mer Noire, où les Byzantins possédaient les ports les plus importants, Mésembria, Sôzopolis et Anchialos, débouchés de la production agricole du nord de la Thrace. Toutefois, il convient de différencier cette région, appelée par les sources « Zagora », et les ports situés plus au nord, autour de l’embouchure du Danube, qui échappaient à cette époque au contrôle de l’Empire et étaient le principal débouché de la production céréalière des plaines danubiennes. En effet, la documentation contemporaine fait clairement la distinction : par exemple, pour les cargaisons de blé enregistrées à Gênes au début de l’année 1358, en provenance de sa colonie de Péra, 707 mines (soit 57974 kg) provenaient des ports de la Zagora, 1500 mines (soit 123000 kg) de Romanie et 8227 mines (soit 674 614 kg) des ports situés dans l’embouchure du Danube : V. Gjuzelev, Du commerce génois dans les terres bulgares durant le xive siècle, Bulgarian Historical Review 6/4, 1979, p. 36-58, ici p. 44 (= Id., Medieval Bulgaria, Byzantine Empire, Black Sea Venice – Genoa, Villach 1988, p. 327-350). Le blé appelé « de la Romanie » était principalement chargé dans les ports de la mer de Marmara. Le livre de comptes de l’expédition du comte Amédée de Savoie de l’année 1366-1367 fournit quelques informations sur le chargement de grain dans les ports de la Zagora : Bollati, Spedizione in Oriente, no VIII, 4 (vente de grain à un marchand de Mésembria), no XXVI, p. 8 (blada dicti Prothoniscairo de Mesembria) ; on y mentionne aussi des patrons de navire grecs qui faisaient le trajet entre Sôzopolis et Constantinople : ibid., no 490, p. 125 (Kônstantinos Disypatos), et no 542, 134 (Laskaris Trissiasqui). Il ressort de la documentation notariale qu’à côté de la cire et du miel, le blé était le produit le plus apprécié par les marchands dans ces régions. Selon Pegolotti, le blé d’Anchialos était avec celui de Caffa le meilleur de la mer Noire : Pegolotti, La pratica della mercatura (cité supra, p. 502, n. 663) p. 42.

711 Cet acte a bénéficié de plusieurs éditions, dont la plus récente est celle de Fleet, The Treaty of 1387, qui en fournit une traduction anglaise.

712 Ibid., p. 15 : et ultra promixit prefactus dominus Armiratus facere et curare ita et sic quod omnia et singula navigia Ianuensium et qui pro Ianuensibus tractantur et reputantur poterunt in totto teritorio suo victualibus honerari solvendo dicto magnifico domino Moratobei vel factoribus suis pro quolibet modio Romanie grani ordei milli et alliorum leguminum illud quod solvent Saraceni, Greci, Veneti et allteri qui minus solvent.

713 Ibid., p. 26-27.

714 Sur les conditions politiques de l’époque, voir supra, p. 263-264.

715 C’est l’historien Doukas qui raconte que Bayezid avait interdit l’exportation de blé vers l’Empire byzantin : « Il empêcha l’envoi annuel de blé en provenance d’Asie vers les îles, Lesbos, Chios, Lemnos, Rhodes et ainsi de suite » (Doukas XIII § 2, p. 471). En 1390, l’ambassadeur vénitien Francesco Querini s’était rendu auprès de Bayezid, qui venait à peine d’accéder au pouvoir, pour présenter ses condoléances à la mort de son père Murad Ier et demander l’exemption complète de la taxe sur les exportations de blé. Non seulement le nouveau souverain ottoman refusa de diminuer cette charge, mais il la fit passer à un hyperpre (Chrysostomides, Monumenta, no 68). Sur la dégradation des conditions d’achat du blé dans l’Empire ottoman à la fin du xive siècle, voir Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 126.

716 Ce point est précisé dans une clause du traité de février 1403 : Tute le scale che ho sia aperte e che quanto gran che li vora e li possa tuor […] e che in tuti li luogi onde eli vuol i possa prender (Dennis, Treaty of 1403, p. 79).

717 Cf. Balard, La Romanie génoise, t. 2, p. 868.

718 Sur le contexte politique, voir M. Berindei, G. Veinstein, La Tana-Azaq de la présence italienne à l’emprise ottomane (fin xiiie-milieu xvie siècle), Turcica 8, 1976, p. 110-201, et S. P. Karpov, Genova e Venezia. Rivalità e collaborazione a Trebisonda e Tana, secoli xiii-xiv, dans Genova, Venezia, il Levante nei secoli xii-xiv, éd. G. Ortalli et D. Puncuh, Gênes 2001, p. 257-272.

719 Cf. F. Thiriet, Quelques observations sur le trafic des galées vénitiennes d’après les chiffres des incanti, Studi in onore di A. Fanfani, t. 3, Milan 1962, p. 493-522, ici, p. 502-504. Sur le système des mude vénitiennes, voir supra, p. 209.

720 Cf. Balard, La Romanie génoise, t. 2, p. 683.

721 Sur l’activité commerciale à Constantinople à cette époque, voir aussi J.-Cl. Hocquet, Giacomo Badoer, marchand-drapier à Constantinople et les draps du nord de l’Europe, Atti dell’Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti 160, 2002, p. 71-89 ; Id., Ships, Sailors and Maritime Activity in Constantinople (1436-1440), Journal of European Economic History 30, 2001, p. 533-567 ; M. Balard, Giacomo Badoer et le commerce des esclaves, dans Milieux naturels, espaces sociaux. Études offertes à Robert Delort, éd. É. Mornet et F. Morenzoni, Paris 1997, p. 555-564 ; et Ganchou, Théodôros Batatzès.

722 Sur cette question, voir K.-P. Matschke, Bedeutung des Schwarzmeerraumes für Stadtwirtschaft und Stadtgesellschaft von Konstantinopel in spätbyzantinischer Zeit : das Chogia-Ise-Puzzle, dans Id., Spätbyzantinische Konstantinopel, p. 491-541.

723 Laiou, Η διαμόρφωση, p. 346.

724 Ead., Agrarian Economy, ici p. 360-364.

725 Par exemple, le monastère de Vatopédi possédait dans son domaine de Moudros, à Lemnos, une vigne de 40 modioi (Vatopédi III, no 165, l. 16-17), une superficie importante.

726 Ce phénomène n’est pas exclusif aux territoires de l’Empire byzantin ; en Crète vénitienne, par exemple, l’exportation de vin était particulièrement profitable à cette époque : cf. Gasparès, Η γη και οι αγρότες, p. 85-86, 210-213, 217-223 et passim ; D. Jacoby, Creta e Venezia nel contesto economico del Mediterraneo orientale fin alla metà del Quattrocento, dans Venezia e Creta. Atti del convegno internazionale di studi, Iraklion-Chanià, 30 settembre-5 ottobre 1997, éd. G. Ortalli, Venise 1998, p. 73-106 ( = Id., Commercial Exchange across the Mediterranean : Byzantium, the Crusader Levant, Egypt and Italy, Ashgate 2005 [Variorum Collected Studies Series 836] VII) ; Gallina, Una società coloniale, p. 34-58, 131-139 et passim.

727 Vatopédi III, no 165, l. 74-75 : περι μέντοι τοῦ εὑρισκομένου ἐν τῶ αὐτῶ χωρίω (Μοῦδρος, cf. l. 17) καπηλείου, ὁ συμφωνήσας εὑρίσκεσθαι ἐν αὐτῶ χρονικῶς καὶ πωλεῖν οἶνον καπηλικῶς εἰς ὅσον ἂν τάξη καὶ συμφωνήση, τοῦ συμφωνηθέντος τὸ ἥμισυ [καπηλιατικοῦ, cf. l. 82] ὀφείλει λαμβάνειν τὸ μέρος τῆς μονῆς καὶ τὸ ἥμισυ ὁ δημόσιος. Le kapèleion de Moudros est aussi mentionné dans les praktika successifs dressés en faveur de Vatopédi : ibid., no 227 (1442), l. 85-87, et ibid., no 236 (1463). En 1462, le despote Dèmètrios Palaiologos, alors gouverneur de l’île de Lemnos pour le compte des Ottomans, accorda à Vatopédi la totalité de l’impôt payé au titre du kapèleion de Moudros (ibid., nos 233 et 234). Sur l’impôt appelé kapèliatikon, voir infra, p. 525-526.

728 Sur la prise en location de moulins et de jardins au début du xve siècle, voir supra, p. 341-345.

729 Lavra III, App. XVIII (1415), l. 38-40 : ἔτι εὐεργετήθη ἡ τοιαύτη μονή, διὰ τοῦ θείου καὶ σεπτοῦ προστάγματος τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου καὶ βασιλέως κατὰ τὴν ιβ´ ἰνδικτιῶνα, ἔχειν καὶ τὸ εἰς τὸ Γομάτου οἰνοπωλεῖον αὐτῆς ἐλεύθερον.

730 Le terme oinopôleion est également employé par les sources grecques de la période tardive pour désigner les tavernes urbaines : Xénophon, no 32 (1419), l. 10.

731 Lavra II, no 99 (1304), l.27 : ὑννοπούλου [sic], et Lavra III, no 139 (1361), l.33 : οἰνοπώλου. Ces termes, dont le premier est une faute du scribe, sont mentionnés à l’occasion de la description des limites du métoque de Gomatou (périorismos), ce pourquoi les éditeurs de Lavra se sont demandés s’ils n’indiquaient pas plutôt un toponyme, un lieu-dit (cf. Lavra IV, Index grec). Il faudrait, dans les deux cas, supprimer la majuscule de l’édition.

732 D’après Oikonomidès, Hommes d’affaires, p. 45, le taux de 2 % était pratiqué « un peu partout en Méditerranée orientale ».

733 Sur cette question, voir supra, p. 509-510.

734 Voir par exemple Necipoğlu, Between the Ottomans and the Latins, p. 192, n. 30: « Venetian and Genoese merchants were paying no kommerkion at this time [1439] » et p. 67, « the kommerkion-exempt Venetian merchants ». Oikonomidès, Hommes d’affaires, p. 52, avait toutefois souligné les réticences des derniers empereurs byzantins à accorder de nouveaux privilèges aux marchands étrangers, tout en rappelant l’influence prépondérante des Vénitiens et des Génois à l’époque : « Malgré leur faiblesse croissante, les empereurs ont refusé pendant longtemps de permettre l’installation et d’accorder des nouveaux privilèges à des Occidentaux autres que les tout-puissants Vénitiens et Génois. »

735 Par exemple, en 1409 l’empereur Manuel II s’était plaint auprès de la commune vénitienne des abus commis par les marchands de la république au sujet du kommerkion (super facto defraudationis comerclorum) : Iorga, Notes et extraits, t. 1, p. 180. Quelques années plus tard, en 1418, l’empereur faisait savoir au sénat vénitien que ses revenus du kommerkion étaient à cette époque presque nuls, car les marchands de cette république aidaient d’autres marchands, y compris des Byzantins, à frauder les fonctionnaires chargés du prélèvement de cette taxe : Chrysostomides, Venetian Commercial Privileges, doc. no 19, p. 354-355.

736 J’ignore pourquoi Badoer emploie alternativement ces deux expressions, el chomerchio de l’Imperador et el chomercio de Griexi, mais je pense qu’il doit s’agir de la même taxe.

737 Badoer, p. 200, 272, 284, 286 et passim.

738 Ibid., p. 307.

739 Ibid., p. 308.

740 Voir par exemple ibid., p. 15 (kommerkion de 0,75 % pour une cargaison de soie), p. 103 (1,25 % pour le froment) et p. 196 (1 % pour le savon).

741 Cf. Ganchou, Théodôros Batatzès, p. 93.

742 Ganchou explique ce phénomène par le système d’affermage mis en place par l’État byzantin pour l’administration du kommerkion.

743 Cf. Oikonomides, The Role of the Byzantine State, p. 1007 : « In the rest of the empire, it [le kommerkion] was collected in the marketplace, at fairs, and perhaps at the borders. »

744 Badoer, p. 253.

745 Ibid., p. 89.

746 Ibid., p. 83 et 265. Badoer parle également du « kommerkion des Génois » (chomerchio de Zenoexi).

747 Lavra II, n no 104, l. 168-169.

748 Cf. Matschke, Commerce, p. 802 (avec bibliographie).

749 Lavra II, no 104, l. 99.

750 Cet impôt est parfois appelé poriatikon. Il s’agit d’une taxe grevant le droit de passage des rivières et des goulets (cf. Kontogiannopoulou, La fiscalité sous les Paléologues, p. 36, n. 198).

751 I. Sakkéliôn, Μιχαὴλ Παλαιολόγου ἀνέκδοτον χρυσόβουλλον περὶ τῶν παρ᾽αὐτοῦ τῇ Ἐκκλησία δωρηθέντων κτημάτων, Πανδώρα 15, 1864, p. 27-32, ici p. 29. Selon Ahrweiler, Smyrne, p. 58, les villages de Thermon et Loulon devaient se trouver dans le voisinage de Prinobaris (aujourd’hui Burunabat), à l’est de Smyrne.

752 Le skaliatikon apparaît dans plusieurs actes grecs de la pratique : cf. Kontogiannopoulou, La fiscalité sous les Paléologues, p. 37, n. 203.

753 Ibid., p. 37, n. 200.

754 Ibid., p. 37, n. 202.

755 Par exemple, Badoer enregistre dans son livre de comptes le paiement du skaliatikon (scaliaticho) d’Agathopolis au képhalè de la ville : Badoer, p. 148.

756 Kantakouzènos IV § 12 ; III, p. 8023-811 : τοὺς δὲ περὶ γεωργίαν ἠσχολημένους οἴνου ὑπὲρ μεντήκοντα χοῶν χρυσίον ἓν τελεῖν τοὺς μέντοι ἐκ τῶν γεωργούντων ὠνουμένους διπλάσιον παρέχειν. Le terme archaïsant de χοῦς est vraisemblablement employé ici comme synonyme de μέτρον : cf. Schilbach, Metrologie, p. 114, et Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 204. Je ne partage pas l’avis de Matschke sur le sens de cette mesure. Selon lui, l’introduction de cette taxe aurait visé à favoriser les producteurs de vin, donc les grands propriétaires fonciers, au détriment des marchands. Je pense que cette taxe ne visait qu’à accroître les revenus fiscaux de l’État, en profitant de l’essor qu’avait connu la commercialisation du vin au cours de la première moitié du xive siècle.

757 Medvedev, Le traité de 1352, p. 16960-64 : Item extitit per pactum, quod si aliquis Grecus vendiderit in Peyra vel in burgis vinum, quod comergium impositum secundum ordinationem sindicorum comunis, huismodi Grecus debeat soluere prout alii Ianuensses et similiter comergiarii imperii nostri coligant et accipiant impositum per nos comergium a Ianuenssibus vinum vendentibus in Constantinopoli prout ab aliis Grecis.

758 Oikonomidès, Hommes d’affaires, p. 50.

759 Bertolotto, Nuova serie, p. 554.

760 Contrairement à ce qu’écrit Balard, La Romanie génoise, t. 1, p. 437, la cession des revenus de l’impôt sur le vin n’impliquait pas l’abandon aux Génois de la souveraineté sur ces deux bourgs.

761 Ganchou, Théodôros Batatzès, p. 85-86, a reconnu dans le terme « Agirioti » du traité de 1376 les habitants du bourg de Lagirio, « qui bordait Péra à l’est ». Toutefois, il n’est pas certain qu’Andronic IV ait alors cédé aux Génois la complète souveraineté sur Lagirio : le traité de 1376 prévoyait certes l’abandon à la commune de Péra des droits sur les habitants de Lagirio, mais la cession de ces droits devait surtout concerner le prélèvement de taxes. En effet, le traité stipule que les habitants de Lagirio devaient en revanche continuer à être jugés en matière criminelle selon le droit byzantin et que les sujets de l’empereur resteraient sous souveraineté impériale. Par ailleurs, le texte contient encore une autre clause limitant les droits des Génois sur ce territoire, car il réservait au souverain byzantin les revenus fiscaux de la pêche (exceptis iuribus piscium). En effet, l’acte prévoyait que tous ceux qui vendaient leur pêche devaient verser au fisc byzantin le kommerkion des poissons (quis vel qui ex predictis negocians vel negociantes artem piscandi teneanter solvere comerihium piscium integrum et completum). Il s’agit d’une clause importante dans la mesure où la pêche dans le Bosphore était devenue à cette époque une activité économique fort rentable. Ces restrictions à la juridiction génoise sur Lagirio suggèrent donc l’existence d’un statut particulier dans ce territoire qui ne pouvait pas être considéré comme une possession génoise à part entière, mais plutôt comme une possession byzantine dont la souveraineté était partagée avec la colonie génoise de Péra.

762 Xénophon, no 32 (1419), l. 10.

763 Voir par exemple Lavra III, no 161 (1409), l. 28, 33 et 36-37. L’équivalence entre les deux termes a été signalée par Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 10 et n. 36, qui l’a mise en rapport avec la taxe ottomane sur la production et la vente du vin (cf. Id., Haradj, n. 21).

764 Lavra III, no 157, l. 8-9 : ἔτι δὲ διατηρεῖται καὶ τὸ καλούμενον τοῦ Γομάτου μετόχιον ἀυτῶν ἐλεύθερον καὶ ἀκαταζήτητον τοῦ καπηλιατικοῦ…

765 Ibid., l. 9-10 : ὅπερ διὰ τὴν τῆς μάχης ἀνάγκης ἔθηκεν ἐκεῖσε [c’est-à-dire à Lemnos] ὁ περιπόθητος ἐξάδελφος τῆς βασιλείας μου κῦρ Ἀνδρέας ὁ Ἀσάνης.

766 Medvedev, Le traité de 1352, p. 16964-66 : Et predicta locum habeant durante guerra catalanorum et uenetorum cum janenssibus uel quousque comergium uini esset disobligatum si pignoraretur occasione dicte guerre.

767 Voir PLP 1486 ; exkursus dans Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/2, p. 577-579.

768 Vatopédi II, no 128.

769 Vatopédi III, no 165.

770 Ibid., no 199, l. 7-8 : οὐ λέγω δὲ τὸν καιρὸν καθ᾽ὸν ἐξ ολοκλήρου ταῦτα ἔλαβον οἱ Τοῦρκοι καὶ εἶχον, ἀλλὰ καὶ τὸν προ τούτου καὶ τὸν μετέπειτα. En 1386, le village de Bernarou sur le Strymon payait le kapèliatikon au monastère de Lavra (Kutlumus, no 38, l. 5-6). À cette époque la Macédoine était déjà sous domination ottomane, mais cet acte pourrait suggérer la concession, avant la conquête ottomane de la région (1383), d’un privilège par lequel l’État byzantin avait cédé aux moines de Lavra les revenus de l’impôt sur la production de vin du village de Bernarou.

771 Vatopédi III, no 199, l. 11 : τὸ γεωργούμενον κρασίον παρ᾽αὐτῶν.

772 Diplomatarium II, p. 83-85.

773 Chrysostomides, Venetian Commercial Privileges, p. 303.

774 Ibid., doc. no 18, p. 353-354 : Unam novam gabellam impositam esse, videlicet, quod de vino quod Veneti nostri pro eorum victu et usu in domibus suis consumant et bibunt solvere debeant unum caratum pro quolibet mitro, et illud idem solvi debeat de vino quod in tabernis nostris in Constantinopoli venditur… Voir aussi Thiriet, Régestes, t. 2, no 1688, p. 163.

775 Vatopédi III, no 199.

776 Sathas, Documents inédits, t. 1, no 97, p. 158-160, ici p. 159 : Ceterum ad unam alteram partem per quam dici fecit deliberasse ob guerram Turchorum in qua est ponere de novo aliquod datium super vinum subditis suis et ponendo illud dictis suis subditis non videt volendo quod habeat effectum posse aliter facere quam ponere etiam similiter dictum datium subditis et fidelibus nostris et asserit habuisse consilium posse ob dictam guerram hoc licite facere, et precatur nostrum dominium quod velit ad istud assentire, promittendo nobis quod preterita dicta guerra ipsum datium removebitur etc. Contrairement à Chrysostomides, Venetian Commercial Privileges, p. 310-311, qui considère qu’il s’agit d’une « new tax on wine », je pense que cet impôt est identique à celui prélevé sur les tavernes des Vénitiens à Constantinople.

777 ASV, Senato, Secreti 18, fol. 206v-207r (résumé dans Thiriet, Régestes, t. 3, no 2831, p. 158).

778 Ce dossier d’actes a été publié par Chrysostomides, Venetian Commercial Privileges, p. 322-327.

779 Le terme employé en grec est celui de prosphorion et en latin celui de raybe : ibid., p. 323, n. 130.

780 Sur cette évolution, voir supra, p. 197-201.

781 Sur ce commerce, voir Ganchou, Théodôros Batazès, et Id., La famille Koumousès (Κουμούσης) à Constantinople et Négrepont, avant et après 1453, dans Βενετία-Ευβοία. Από τον Ἐγριπο στο Νεγροπόντε, Venise/Athènes 2006, p. 45-107.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search