Version classiqueVersion mobile

Byzance face aux ottomans

 | 
Raúl Estangüi Gómez

Troisième partie. Gouverner dans la tourmente : l’administration dans les provinces à l’époque de la conquête ottomane

Chapitre XI. Le prélèvement de l’impôt en milieu rural

Texte intégral

  • 463 Voir par exemple Kontogiannopoulou, La fiscalité sous les Paléologues, p. 50 : « La diminution du n (...)
  • 464 La plupart de ces historiens postulent aussi que l’Empire avait perdu ses dernières ressources fina (...)

1Peu nombreux sont les historiens qui, analysant la fiscalité agraire de la période des Paléologues, en ont conduit l’examen jusqu’au « temps de l’invasion turque », pour reprendre l’expression de Georges Ostrogorsky dans les pages qu’il a consacrées à cette question. En effet, la plupart de ces travaux portent essentiellement sur la fin du xiiie et la première moitié du xive siècle et la part réservée au dernier siècle de la fiscalité byzantine y est souvent très réduite. La description de cette fiscalité tardive est en outre toujours dominée par le thème du déclin, en vertu duquel l’État aurait fini par perdre complètement le contrôle des finances publiques463. Selon cette historiographie, l’effondrement des revenus financiers expliquerait même pour une bonne part l’incapacité de l’Empire à s’opposer à la menace extérieure et à conjurer l’effondrement de ses défenses frontalières464.

  • 465 Pour cette époque, on n’a pas conservé, comme c’est le cas pour des époques précédentes, de traités (...)
  • 466 La plupart des actes relatifs à Lemnos pour cette époque sont conservés dans les archives du monast (...)

2En dépit de cet intérêt plutôt limité des historiens pour la fiscalité agraire durant cette période, celle-ci est comparativement bien documentée. Les archives du Mont Athos ont conservé un nombre important d’actes qui s’y rapportent. Ils concernent principalement deux des régions restées aux mains des Byzantins : la Macédoine et l’île de Lemnos. Cette documentation, riche en renseignements sur les pratiques de la fiscalité agraire465, a néanmoins l’inconvénient d’être inégalement répartie du point de vue chronologique : la seconde moitié du xive siècle est beaucoup moins bien documentée, les actes pour la Macédoine ayant été délivrés, pour la plupart, durant le premier quart du xve siècle, du fait que la province avait échappé au contrôle byzantin durant la seconde moitié du xive siècle et ne revint à l’Empire que pour une courte période, entre 1403 et 1423. Quant à l’île de Lemnos, restée de manière ininterrompue sous domination byzantine jusqu’à la prise de Constantinople (1453), la documentation est certes plus également répartie, mais elle est restée longtemps pour une bonne part inédite466.

3Si j’ai choisi d’aborder en premier lieu la fiscalité byzantine en Macédoine au début du xve siècle, ce n’est pas tant du fait de l’état des sources que pour des raisons de méthode, car il est nécessaire de répondre au préalable à une question qui a fait couler beaucoup d’encre, celle de l’influence ottomane sur la fiscalité byzantine.

1. Fiscalité ottomane et fiscalité byzantine au xve siècle

  • 467 En 1958, Ostrogorsky, État tributaire, a été le premier à soulever le problème de la fiscalité byza (...)

4En étudiant la documentation byzantine du début du xve siècle, plusieurs historiens ont réalisé que la fiscalité en Macédoine avait changé par rapport à l’époque précédente et que nombre de ses pratiques rappelaient celles de la fiscalité ottomane. Les causes de ce changement ainsi que la mesure dans laquelle un système fiscal avait pu influencer l’autre ont longtemps fait l’objet d’un débat467. L’hypothèse qui semble avoir finalement recueilli le plus large consensus est celle de Nicolas Oikonomidès. Selon lui, les changements opérés dans la fiscalité byzantine en Macédoine au xve siècle seraient dus à l’influence des Ottomans, qui avaient contrôlé la province entre 1383 et 1403. Oikonomidès argue en particulier du fait que la documentation grecque emploie à cette époque une terminologie et témoigne de procédés fiscaux qui étaient inconnus de la tradition byzantine antérieure mais que l’on retrouve en revanche dans les registres ottomans (tahrir deftereli). De même, il a constaté qu’aucun de ces éléments « nouveaux » n’est attesté à la même époque dans l’île de Lemnos, un territoire qui n’a justement pas connu de domination étrangère pendant toute la période.

L’hypothèse de Nicolas Oikonomidès : influence ottomane sur la fiscalité byzantine

  • 468 Oikonomidès, Le haradj. Cette première étude s’attarde surtout sur le sens du terme haradj et demeu (...)
  • 469 Cf. Oikonomidès dans Docheiariou, p. 274 : « Étant donné que la description détaillée subsiste à Le (...)
  • 470 Cf. Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 2: « Byzantine fiscal practices have received a demonstrably (...)

5Oikonomidès a abordé le problème de la fiscalité byzantine tardive en plusieurs occasions : une première fois dans son article sur le haradj dans l’Empire byzantin du xve siècle paru en 1969468, et à nouveau dans l’édition des Actes de Docheiariou, parue en 1984 dans la collection Archives de l’Athos469. En 1986, il a publié un dernier article réexaminant l’ensemble du débat, dans lequel il a traité de la question de manière plus approfondie470.

6Afin de mieux comprendre le contenu de ses articles, il convient de rappeler les points principaux du raisonnement par lequel Oikonomidès est arrivé à la conclusion que la fiscalité byzantine avait été influencée par la fiscalité ottomane.

a) Le mode de rédaction des derniers praktika byzantins

  • 471 Sur les praktika, voir supra, p. 74.
  • 472 Cf. Lefort, Praktika du xive siècle, p. 465.
  • 473 Avant la liste des biens, le praktikon commence toujours par une formule expliquant le procédé suiv (...)
  • 474 Parfois on enregistrait les délimitations des biens fonciers et les listes de paysans dans deux act (...)

7Rappelons qu’un praktikon est à cette époque un document utilisé pour établir la rente fiscale d’un particulier dans une région donnée471. Comme Jacques Lefort l’a souligné, ce type de document est souvent divisé en trois parties472 : a) la liste des biens recensés473 ; b) la liste détaillée des feux paysans qui paient leurs impôts au bénéficiaire du praktikon ; c) le calcul de la surface des champs, ou simplement la liste des parcelles, afin d’établir le montant de l’impôt foncier474. La description des biens contenue dans un praktikon permettait aux fonctionnaires du fisc de calculer l’assiette fiscale : l’impôt foncier auquel s’ajoutaient l’impôt des parèques et les charges supplémentaires, qui constituaient la rente, appelée posotès, que l’État abandonnait en faveur du bénéficiaire du praktikon, qu’il fût laïc ou ecclésiastique, à titre de pronoia ou oikonomia.

  • 475 On a conservé sept praktika pour les biens des Athonites en Macédoine datant du premier quart du xv(...)
  • 476 Cf. Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 11-13. Pour les praktika pour Lemnos, voir infra, p. 464-467

8Oikonomidès a signalé quelques changements dans le mode de rédaction des praktika du xve siècle en Macédoine475 par rapport à ceux des époques précédentes mais aussi à ceux de la même époque pour Lemnos476 :

91) La description des tenures paysannes devient beaucoup plus sobre, avec la seule mention du chef de famille – rarement suivie de celle d’un autre parent –, l’indication du nombre de bœufs et le montant de l’impôt correspondant. Un extrait d’un praktikon pour Iviron de la première moitié du xive siècle et deux exemples d’un praktikon pour Lavra du début du xve siècle permettent de constater les différences entre les deux modes de rédaction :

Acte Iviron III, no 70 (1301), l. 50-51 :

Ἰωάννης ὁ γαμβρὸς Δημητρίου τοῦ Χαλκέως, ἔχει γυναῖκα Εἰρήνην, υἱοὺς Μιχαὴλ καὶ Δημήτριον, γυναικάδελφον Νικόλαον, ζευγάριον α´, ἀργὰ β´, ὀνικὸν α´, ἀμπέλιον μοδίων β´, συκάμινα β´, χερσάμπελον μοδίων β´, τέλος ὑπέρπυρον ἓν ἥμισυ.
Iôannès, gambros de Dèmètrios Chalkéôs, a une femme Eirènè, des enfants Michaèl et Dèmètrios, un beau-frère Nikolaos, un attelage, 2 vaches, un âne, un vignoble de 2 modioi, 2 mûriers, un vignoble en friche de 2 modioi, [paie] un impôt de 1,5 hyperpres.

Acte Lavra III, no 161 (1409) :

  • 477 Lavra III, no 161, l. 24 (dans le village de Drymosyrta, katépanikion de Kalamaria).
  • 478 Ibid., l. 25 (même village).

Κώνστας υἱὸς τοῦ Σεβαστοῦ, ζευγάριον, νομίσματα ι´477
Δημήτριος γαμβρὸς τοῦ Στεφάνου, ἀργὸν, νομίσματα ς´478
Kônstas, fils de Sébastos, un attelage, 10 nomismata
Dèmètrios, gambros de Stéphanos, une vache, 6 nomismata.

  • 479 Voir aussi Vatopédi III, no 200 (1409), l. 17 : ὁμοῦ φαμελίαι ι´, χήρα μία, νομίσματα λη´. La même (...)

102) Avant de faire le calcul des impôts dus par les habitants d’un village, le recenseur du xve siècle donne le total des contribuables, en distinguant d’une part les veuves et d’autre part le reste des paysans479, une pratique qui, d’après Oikonomidès, n’apparaît pas dans la documentation antérieure :

11Lavra III, no 161 (1409), l. 15 :

12φαμελίας ε´, χήρας ι´ ὑπέρπυρα ὀκτακόσια
5 familles, 10 veuves, 80 hyperpres.

133) Les praktika du début du xve siècle ne feraient plus mention ni des terres, ni des délimitations foncières, ni du calcul des surfaces.

  • 480 Cf. Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 12.
  • 481 Ibid., p. 12-13: « The land was no longer considered as a source of tax per se […] Here again the c (...)

14Pour Oikonomidès ces changements sont clairement imputables à l’influence de la fiscalité ottomane. Selon lui, dans les actes de recensement ottomans, les descriptions des contribuables (raïa) sont brèves et très sobres et le nombre total de ces contribuables apparaît avant le chiffre des impôts ; de plus, les contribuables y sont également classés par catégories fiscales, à savoir paysans mariés (hane), veuves (bive) et célibataires (mücerred)480, et la terre ne constitue pas non plus un bien imposable : un paysan n’était jamais imposé en fonction de la terre qu’il cultivait, mais en fonction de sa production481.

b) Le vocabulaire des impôts

  • 482 Cf. Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 5-10. Voir aussi son premier article sur la question, Oikono (...)
  • 483 Le terme apparaît dans six actes portant sur la situation fiscale des biens fonciers en Macédoine : (...)
  • 484 Sur le haradj, voir H. Inalcik, dans EI2, t. 2, p. 576-580 (art. djizya), et C. Orhonlu, dans EI2, (...)

15Dans les actes du xve siècle relatifs à la Macédoine, on retrouve aussi une terminologie fiscale qui rappelle celle employée dans le système turc482. L’élément le plus frappant est l’emploi du terme charatzin483, transcription grecque du mot turc haradj, qui sert à désigner l’impôt foncier qui, dans les systèmes fiscaux musulmans, frappait spécifiquement les chrétiens et, plus généralement, les dhimmis484.

  • 485 Ostrogorsky, État tributaire, a été le premier à relever l’emploi du terme haradj dans la documenta (...)
  • 486 Vatopédi III, no 191, l. 29-30.

16Oikonomidès a souligné que le terme charatzin est employé par la documentation grecque comme synonyme du vocable télos ou de l’expression stichikon télos, qui indiquent l’impôt de base dans le système byzantin485. Selon son hypothèse le haradj turc aurait donc remplacé l’impôt de base byzantin. En effet, plusieurs documents de l’époque précisent explicitement que le charatzin était l’impôt que les chrétiens payaient au souverain durant les années de la domination ottomane en Macédoine (1383-1403). Un acte dit par exemple que les fonctionnaires byzantins « devaient percevoir [le haradj] suivant l’ancienne coutume, comme il était perçu du temps de l’émir (sic) Bayezid [Ier] », c’est-à-dire avant 1402486.

  • 487 Il s’agit du traité conclu entre l’empereur byzantin et le prince Süleymân Çelebi consécutif à la d (...)
  • 488 Oikonomidès, Le haradj, p. 682, cite le passage suivant du traité : ho dado Salonichi cum lo so cul (...)

17D’après Oikonomidès, si l’État byzantin avait décidé de conserver l’impôt turc après la récupération de la région, ç’aurait été afin de maintenir dans les régions recouvrées le statu quo foncier, tel que le révèlent les clauses du traité byzantinoottoman de 1403487. Par ce traité, explique Oikonomidès, l’État byzantin s’était simplement substitué à l’État ottoman dans les territoires récupérés, sans rien y changer du système fiscal alors existant488.

  • 489 Je ne parlerai pas ici de tous les impôts étudiés par Oikonomidès, mais seulement de ceux dont l’or (...)

18Outre le haradj, la documentation byzantine de l’époque mentionne d’autres impôts qui, même s’ils portent des noms purement grecs, pourraient, d’après Oikonomidès, provenir également du système ottoman, comme la dîme versée à l’État (dékaton) ou l’impôt de capitation appelé képhalatikion489. Ces termes ont fait aussi l’objet d’un long débat parmi les historiens et on aura l’occasion d’y revenir plus loin.

c) Les conséquences de la crise dans le système fiscal de l’époque tardive

  • 490 Cf. ibid., p. 14-24.
  • 491 Oikonomidès a constaté qu’à cette époque, le terme zeugarion (Schilbach, Metrologie, p. 67-70) sert (...)
  • 492 Oikonomidès a observé que l’impôt de base augmenta entre le xive et le xve siècle (cf. Oikonomidès, (...)

19Oikonomidès achevait son étude en soulignant quelques aspects nouveaux de la fiscalité de l’époque tardive qui ne peuvent pas en revanche s’expliquer complètement par une influence ottomane490. Ils doivent plutôt être imputés aux conditions désastreuses dans lesquelles se trouvaient les campagnes byzantines au début du xve siècle. Il a par exemple expliqué par un affaiblissement démographique les dimensions, exceptionnellement importantes, des tenures exploitées par les paysans de l’époque491. De même, il a souligné une diminution globale de la charge fiscale pesant sur chaque contribuable par une diminution de leur patrimoine foncier : les contribuables auraient payé moins d’impôt parce qu’ils auraient possédé moins de biens, et en particulier parce que, à cette époque, ils n’auraient plus détenu de terres en pleine propriété492.

20Pour résumer, Oikonomidès a relevé deux changements importants dans la fiscalité byzantine de l’époque tardive qu’il a tous deux attribués à l’influence des Ottomans, à savoir la rédaction plus schématique des praktika et l’emploi de certaines expressions nouvelles pour désigner les charges pesant sur les contribuables, notamment l’emploi du terme charatzin. Il a surtout appuyé son analyse sur le fait que ces changements ne sont pas attestés pour la même époque à Lemnos, une province byzantine qui n’avait pas connu la domination ottomane. Enfin, il a également pris en compte le contexte de déclin politique pour expliquer certains changements du système fiscal.

Quelques études récentes nuançant l’hypothèse d’Oikonomidès

21En 2002-2003, Jacques Lefort a consacré son séminaire de l’École Pratique des Hautes Études à l’analyse de la fiscalité en Macédoine au début du xve siècle. Ce réexamen de la question était justifié par quelques actes inédits tirés des archives du monastère de Vatopédi, sur lesquels l’équipe chargée de l’édition des Archives de l’Athos travaillait à cette époque. Il est arrivé à quelques conclusions remettant en question l’hypothèse avancée par Oikonomidès. Lefort a proposé d’autres explications aux « nouveautés » de la fiscalité byzantine, car il considère que l’influence a dû jouer en sens inverse, c’est-à-dire des Byzantins sur les Ottomans.

  • 493 Beldiceanu, Nasturel, Droits sur la terre.

22D’autres historiens, cette fois ottomanistes, ont de leur côté émis des avis qui viennent également nuancer les thèses d’Oikonomidès ; ainsi, Nicoară Beldiceanu et Irène Beldiceanu-Steinherr ont-ils préféré parler soit d’une influence réciproque entre les deux systèmes d’imposition, soit d’une influence en sens unique de la fiscalité byzantine sur l’ottomane493.

  • 494 J’ai eu accès aux conclusions de leurs recherches à travers des notes manuscrites de leurs séminair (...)

23Néanmoins, malgré l’existence de ces débats, aucune publication sur la question n’a vu le jour depuis les travaux d’Oikonomidès. Je ne dois donc qu’à l’obligeance d’Irène Beldiceanu-Steinherr et de Jacques Lefort d’avoir eu connaissance de leurs recherches, en grande partie inédites, qui ont constitué le point de départ de ma propre analyse494. Toutefois, avant d’aborder le vif du sujet, il est indispensable d’apporter quelques précisions quant à l’état de nos connaissances sur la fiscalité ottomane.

Les débuts mal connus de la fiscalité ottomane (xive-xve siècle)

  • 495 Voir par exemple Inalcik, The Problem of Relationship, et Cvetkova, Influence (cités supra, n. 467)

24Si la plupart des ottomanistes ont préféré rester prudents quant à l’idée d’une influence ottomane sur la fiscalité byzantine tardive, cela est dû notamment à l’état très fragmentaire dans lequel s’est conservée la documentation ottomane de l’époque. En effet, aucun registre du xive siècle n’a survécu et fort peu nous sont parvenus pour la première moitié du xve siècle. Par ailleurs, la plupart des spécialistes s’accordent sur le fait que, lorsque la documentation le permet, on constate que ce sont souvent les peuples conquis qui ont influencé les Ottomans et rarement le contraire495. Toutefois, la question des rapports entre les modèles administratifs ottoman et byzantin n’a pas été véritablement traitée du côté des ottomanistes, à l’exception de quelques réflexions disséminées çà et là.

25Une enquête menée par Irène Beldiceanu-Steinherr dans le cadre d’un séminaire qui s’est déroulé à l’École Pratique des Hautes Études a montré, à partir de l’examen des premiers registres fiscaux conservés, qu’il existait dans le jeune État ottoman du xve siècle plusieurs systèmes d’imposition, différents selon les régions. Beldiceanu-Steinherr individualise quatre zones selon la pratique fiscale en vigueur :

  • le territoire occupé autrefois par les Seldjoukides : plateau d’Anatolie centrale et Anatolie orientale ;

  • le territoire conquis par les Ottomans sur les Byzantins en Anatolie : Bithynie, Mésothynie et région de Pègai ;

  • la Thrace ;

  • la Macédoine et la Thessalie.

  • 496 Dans ces régions, il y a une survivance du système malikane-divane : cf. I. Beldiceanu-Steinherr, F (...)
  • 497 Voir l’article de Beldiceanu-Steinherr, Bithynie maritime.
  • 498 Beldiceanu, La communauté juive de Trikala.

26Selon elle, l’existence de quatre zones différant par le système d’imposition ne peut s’expliquer que par une influence des peuples conquis sur les pratiques fiscales des Ottomans. Dans chaque région, le vocabulaire et les critères servant à l’établissement de l’assiette fiscale changent. L’Anatolie centrale et orientale présente le système le plus primitif, semblable à celui des Seldjoukides, dans lequel on retrouve l’imposition par attelage, qui plus tard sera remplacée par un impôt sur la terre labourée496. En Bithynie, en Mésothynie et dans la région de Pègai, le système est différent ; plusieurs éléments indiquent que l’on a ici affaire à un héritage de la période byzantine497. En Thrace, les contribuables sont organisés par catégories fiscales selon le nombre d’animaux de trait qu’ils possèdent. On retrouve certes ici une imposition par attelage, comme c’est aussi le cas en Anatolie, mais il doit s’agir plutôt d’une survivance des pratiques byzantines qui distinguaient en fonction du bétail possédé trois catégories de cultivateurs (zeugaratoi, boïdatoi et aktèmones). Le langage fiscal change aussi en Thrace et l’on retrouve là pour la première fois le terme ispendje, appliqué exclusivement aux contribuables chrétiens. Comme l’a montré Nicoară Beldiceanu, il s’agit de l’impôt foncier et non d’une capitation498. Le terme est, d’après Irène Beldiceanu-Steinherr, sans doute d’origine grecque et dérivé du terme spondai, en raison des accords passés entre les nouveaux maîtres turcs et les Byzantins à l’heure de la conquête, afin de déterminer les nouvelles conditions fiscales des territoires soumis. En revanche, en Macédoine et en Thessalie, les contribuables ne sont plus enregistrés par catégorie, ce qui nous empêche de connaître le nombre de bœufs de chaque cultivateur. Dans la rubrique des revenus, on mentionne seulement l’ispendje, en général de 25 aspres par ménage et 6 aspres par veuve. On peut se demander s’il ne s’agit pas là d’un impôt forfaitaire.

27Ces différences entre les systèmes fiscaux de Thrace, de Macédoine et de Thessalie sont, d’après Irène Beldiceanu-Steinherr, nécessairement liées à la diversité des époques auxquelles s’est produite la conquête de chaque région. Les registres ottomans pour la Thrace présentent un modèle proche de celui en vigueur à Byzance dans la première moitié du xive siècle (plusieurs catégories de cultivateurs répartis selon la force de travail). En revanche, ceux concernant la Macédoine et la Thessalie tiennent compte des notions de feu et de tenure pour établir le barème de l’imposition paysanne ; comme on va le voir, on retrouve exactement les mêmes critères dans la fiscalité byzantine tardive.

28Laissons pour l’instant ces détails de côté et retenons de ce qui vient d’être dit l’idée suivante : aucun registre ottoman n’ayant été conservé pour la période antérieure à la reconquête byzantine de la Macédoine, nos connaissances sur les débuts de la fiscalité ottomane restent très limitées. C’est pourquoi les ressemblances entre les praktika byzantins du début du xve siècle et les registres ottomans de l’époque ultérieure ne permettent pas d’exclure la possibilité que ce soit les pratiques byzantines qui aient influencé par la suite les Ottomans, d’autant que l’on sait maintenant que des différences notables existaient entre la fiscalité appliquée en Macédoine et celle qui l’était dans les autres régions de l’Empire ottoman.

29Toutefois, si ce furent en définitive les pratiques fiscales des Byzantins qui influencèrent les Ottomans, il reste à expliquer pourquoi le système était différent à Lemnos de celui en vigueur en Macédoine à la même époque. Mais l’était-il vraiment ?

2. Un nouveau bilan des sources

30La publication relativement récente de quelques actes inédits tirés des archives athonites permet d’apporter de nouvelles données à propos de l’influence ottomane supposée sur la fiscalité byzantine tardive. Il convient tout d’abord de traiter la question des formes de la fiscalité en vigueur à Lemnos au début du xve siècle.

Les actes byzantins du xve siècle relatifs à Lemnos et la question du mode d’enregistrement des paysans

31Une analyse approfondie de la documentation conservée pour l’île de Lemnos au xve siècle montre que, contrairement au postulat d’Oikonomidès, il n’y avait pas de différences notables entre la fiscalité appliquée dans cette île et celle qui l’était en Macédoine à la même époque. On traitera de chaque caractéristique étudiée par Oikonomidès, mais le point essentiel concerne la description des feux paysans. Cette question constituera le fil conducteur de notre exposé, car il s’avère nécessaire d’expliquer ce changement dans le mode d’enregistrement des paysans, avant de pouvoir aborder les autres éléments « nouveaux » de la fiscalité du xve siècle.

32Lorsque Oikonomidès affirmait que les descriptions des paysans contenues dans les praktika établis pour la Macédoine étaient différentes de celles dont on disposait pour Lemnos, il songeait au type de description qu’illustre l’exemple suivant, tiré d’un acte du début du xve siècle, relatif à plusieurs tenures paysannes dans l’île :

  • 499 Pantocrator, Appendice, l. 49-62 : Νικόλαος ὁ Καρτζαμπλᾶς ἔχει γυναῖκα Φεγγώ, παιδία Μανουὴλ, Δημήτ (...)

Nikolaos Kartzamplas a une femme Phengô, des enfants Manouèl, Dèmètrios et Géôrgios, une maison à deux niveaux dans le kastron et une autre à un niveau, qu’il a achetées à Strongylos, et, dans le village de Kédros, il a d’autres maisons avec cour et aire à battre, un demi-zeugarion [= un bœuf], 2 chevaux, 2 ânes, 50 moutons, 8 porcs, une vigne à Gerna […] de 1 1/2 modios ; on lui a donné [une partie] de la terre du village… [délimitation] ; cette terre fait 400 modioi ; il a aussi un terrain à vigne de 1/2 modios ; et une autre terre dans le même village… [délimitation] ; cette terre fait 150 modioi ; il a une autre terre à Sgourou […] de 50 modioi. Il doit donner au titre [du télos] 12 hyperpres, et pour le bigliatikon 3 hyperpres. Toute sa terre fait 600 modioi499.

  • 500 Cf. Kravari, L’enregistrement des paysans, p. 199.

33L’acte dont provient cet extrait, qui contient plusieurs descriptions similaires de tenures paysannes, est conservé dans les archives du monastère athonite du Pantokratôr. La traduction est empruntée à un article de Vassiliki Kravari sur l’enregistrement des paysans dans les praktika byzantins du xie au xve siècle500, dans lequel l’auteur examine aussi les différences existant entre les praktika du xve siècle pour la Macédoine et les actes pour Lemnos. Elle les explique à partir de la thèse d’Oikonomidès, c’est-à-dire en raison de l’influence des pratiques ottomanes sur celles des Byzantins. Outre cet acte du Pantokratôr, il existe deux autres actes presque identiques et datant de la même époque, conservés dans les archives de Dionysiou (Dionysiou, no 21) et Docheiariou (Docheiariou, no 60). On a déjà eu l’occasion d’évoquer ces actes dans les chapitres précédents. On s’attardera ici simplement sur le mode d’enregistrement des paysans.

  • 501 Dionysiou, no 21, l. 1-3 : ἀρχόμεθα γράφειν τα ὁροθέσια τῶν χοραφίων τῆς Βουνεάδας καταλεπτὸν ἐκ τὴ (...)

34La différence entre ce type d’acte et les listes des paysans de Macédoine au xve siècle saute immédiatement aux yeux. Toutefois, contrairement à ce que les historiens ont pensé, ces disparités ne s’expliquent pas par la mise en place d’une méthode d’enregistrement distincte, mais simplement parce que l’on a affaire en réalité à deux types de documents différents : la description de tenures paysannes de Lemnos que l’on vient de lire n’est pas tirée d’un praktikon, mais d’un extrait du cadastre général de l’île. Il suffit de relever la première phrase de l’acte de Dionysiou, no 21, qui précède immédiatement la description des tenures, pour en avoir la certitude : « Description des limites des champs de Bounéada faite d’après le grand cadastre (mégalè thèsis)501. »

  • 502 On retrouve ici un procédé semblable à celui des isokôdika du xiie siècle. Sur cette question, voir (...)

35La présence de ces extraits de cadastre dans les archives athonites s’explique à son tour par la politique d’acquisition de biens fonciers à Lemnos poursuivie par ces monastères au xve siècle et non pas parce que ces paysans étaient des parèques des moines. Ces derniers eurent besoin de ces extraits du cadastre pour disposer d’une description précise des terres qu’ils voulaient s’approprier et, peut-être, pour s’en servir comme titres de propriété auprès des agents du fisc502.

36Quoi qu’il en soit, ces documents ne sont pas des praktika et par conséquent leur comparaison avec les praktika contemporains pour la Macédoine n’est pas pertinente. En revanche, Vassiliki Kravari évoque, dans ce même article consacré à l’enregistrement des paysans, deux autres actes concernant Lemnos tirés des archives de Vatopédi qu’elle qualifie également de praktika. Or ils présentent un formulaire tout à fait différent. Il s’agit des actes :

  • Vatopédi III, no 227 : praktikon de Théodôros Pépagôménos (juin 1442) ;

    • 503 Ces deux actes des archives de Vatopédi sont restés inédits jusqu’à présent.

    Vatopédi III, no 236 : praktikon de Iôannès Palaiologos Kantakouzènos (mars 1463)503.

  • 504 Vatopédi III, no 227, l. 126 et 134, et no 236, l. 84. Concernant l’utilisation de cette expression (...)
  • 505 Voir d’autres praktika conservés pour Lemnos au xve siècle : Lavra III, no 164 (août 1415) ; Dionys (...)

37Le fait que ces actes en faveur du monastère de Vatopédi (rappelons que les autres actes pour Lemnos ne portent pas l’adresse à un monastère) se décrivent eux-mêmes comme σιγιλλιῶδες ἀπογραφικὸν καὶ ἐνυπόγραφον γράμμα504 montre qu’il s’agit bien cette fois-ci de praktika délivrés par le fisc byzantin. L’intérêt de ces deux actes de Vatopédi réside pour nous dans le fait qu’il s’agit des seuls véritables praktika relatifs à Lemnos contenant une description de parèques qui nous soient parvenus pour le xve siècle505 ; en voici quelques extraits :

Γεώργιος ὁ Πλατώνης, ἐχει Λεβετζερίναν, υἱὸν Μελαχρηνόν, ζευγάριον
(Vatopédi III, no 227, l. 56-57)
Géôrgios Platônès a [une femme] Lébétzérina, un fils Mélachrènos, un attelage.

Κώστας ὁ Μέρως, ἔχει Μαρίαν, υἱὸν Ιωάννην καὶ Μανουὴλ, ζευγάριον, ἄλογον, πρόβατα
(Vatopédi III, no 236, l. 70-71)
Kôstas Mérôs a [une femme] Maria, un fils Iôannès et Manouèl, un attelage, un cheval, du bétail.

Ἰωάννης ὁ Βαρδαλάς, ἔχει ἄλογον καὶ ζευγαρίου ἥμισυ (Vatopédi III, no 236, l. 72)
Iôannès Bardalas a un cheval et la moitié d’un attelage.

  • 506 Quelques différences subsistent néanmoins entre les deux descriptions : la plus importante est la m (...)

38Les différences entre ces formulations et l’acte de Dionysiou, no 21, l’acte du Pantocrator, App., et l’acte de Docheiariou, no 60 sont aussi considérables et frappantes que le sont au contraire les similitudes entre ces descriptions de paysans de Lemnos et celles des praktika du xve siècle pour la Macédoine ; le principe est le même : mention du responsable fiscal, de quelques parents, du nombre d’animaux de trait et du bétail, sans qu’aucun bien foncier soit évoqué506.

39On admettra donc qu’au xve siècle, le mode de description des tenures paysannes était identique en Macédoine et à Lemnos.

Le témoignage de trois praktika de la seconde moitié du xive siècle

  • 507 Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 13, n. 50: « Paul Gazes became apographeus of Lemnos in 1415: wo (...)

40Étant donné que les praktika du xve siècle conservés pour Lemnos sont assez tardifs (1442 et 1463), on aurait pu songer, dans leur cas aussi, à une influence ottomane sur la fiscalité de l’île. Une telle influence a du reste été envisagée. Oikonomidès a par exemple noté que la nomination de Paulos Gazès, l’un des auteurs du recensement de 1409 en Macédoine, au poste d’apographeus de Lemnos en 1415 est peut-être à mettre en rapport avec une volonté d’« exporter » le système fiscal de Thessalonique dans l’île507. Certes, les territoires restés aux Byzantins jusqu’au milieu du xve siècle ont pu subir l’influence de l’ennemi ottoman dans certains aspects de leur administration, en raison du déclin politique de l’Empire. Toutefois, tel n’est pas le cas pour la question qui nous occupe. Les archives de Vatopédi ont conservé deux autres praktika relatifs à Lemnos datant de la seconde moitié du xive siècle qui contiennent déjà le même type de description simplifiée des feux paysans :

    • 508 L’acte n’est pas signé ; pour l’identification du recenseur, voir supra, p. 369.

    Vatopédi II, no 128 : praktikon de [Manouèl Trichas]508 (juillet 1368),

  • Vatopédi III, no 165 : praktikon de Phôkas Sébastopoulos (juin 1387).

41En voici quelques extraits :

Γεώργιον τὸν Καμαρωμένον, ὃς ἐχει γυναῖκα Εἰρήνην, υἱοὺς Μανουὴλ καὶ Ἰωάννην,
οἵκημα, ζευγαρίου ἥμισυ (Vatopédi II, no 128, l. 47-48)
Géôrgios Kamarôménos, qui a une femme Eirènè, des enfants Manouèl et Iôannès, une maison, la moitié d’un attelage.

Θεόδωρον τὸν Λαγούδην, ὃς εχει γυναῖκα Ἄνναν (Vatopédi II, no 128, l. 49)
Théodôros Lagoudès, qui a une femme Anna
.

Κωνσταντῖνος ὁ Σεριώτης, εχει γυναῖκα Σπηλαιώτισσαν, θυγατέρα Καλήν, ἄλογον,
ζευγάριον (Vatopédi III, no 165, l. 62-63)
Kônstantinos Sériôtès a une femme Spèlaiôtissa, une fille Kalè, un cheval, un attelage.

Μιχαὴλ ὁ Κοντοβράκης, εχει γυναῖκα Μαρίαν, υἱὸν Γεώργιον, ζευγάριον
(Vatopédi III, no 165, l. 65)
Michaèl Kontobrakès a une femme Maria, un fils Géôrgios, un attelage.

42Le contenu de ces deux praktika montre que le changement dans le mode d’enregistrement des paysans s’était déjà produit à Lemnos avant la conquête ottomane de la Macédoine en 1383.

  • 509 Vatopédi II, no 147. Pour la date de cet acte, voir Oikonomidès, À propos des armées, p. 360, n. 50

43Grâce au travail de datation d’Oikonomidès et des éditeurs du deuxième volume des Actes de Vatopédi, on connaît aussi l’existence d’un troisième praktikon attribuable à la seconde moitié du xive siècle et relatif à la Macédoine. Il appartient au dossier d’actes concernant le village de Saint-Mamas et la terre de Stylarion, biens du monastère de Vatopédi situés en Chalcidique. Ce praktikon fut établi par le mégas chartoularios Laskaris Métochitès. Il a été daté de décembre 1375509. L’intérêt pour nous réside dans le fait que ce praktikon contient une description des parèques de Vatopédi, la seule qui nous soit parvenue pour la seconde moitié du xive siècle en Macédoine. Or elle est, elle aussi, très brève et pratiquement identique dans sa forme à celles des praktika pour Lemnos et la Macédoine au xve siècle :

Θεόδωρον τὸν υἱὸν τοῦ Καλέκα, ἔχοντα βοΐδιον (Vatopédi II, no 147, l. 7-8)
Théodôros, fils de Kalékas, a un bœuf.

Καλὴν χήραν τὴν γυναῖκα τοῦ Καλοθέτου ἐκείνου (Vatopédi II, no 147, l. 9)
La veuve Kalè, épouse de feu Kalothétos.

Κωνσταντῖνον τὸν υἱὸν τοῦ Κηπωροῦ, ἔχοντα ζευγάριον (Vatopédi II, no 147, l. 11)
Kônstantinos, fils de Kèpôros, a un attelage

44À la lumière de ces exemples, on ne peut plus retenir l’hypothèse d’Oikonomidès selon laquelle le mode d’enregistrement des paysans dans les praktika byzantins du xve siècle aurait été influencé par les pratiques ottomanes. Ce mode de rédaction simplifié et sommaire semble être apparu à Byzance avant le début du xve siècle, puisqu’il y en a des exemples dans les actes de la seconde moitié du xive siècle, c’est-à-dire durant la période antérieure à la conquête ottomane de la région.

45En fait, ce type de description de paysans, brève et simplifiée, se retrouve même bien avant, dans quelques praktika de la première moitié du xive siècle, voire encore plus tôt. On constate dans cette documentation d’archives que deux types de description de paysans coexistaient, l’une détaillée et l’autre plus brève. Toutefois, la différence ne semble pas tant résider dans la méthode employée par les fonctionnaires pour enregistrer les cultivateurs que dans le niveau de richesse de ces paysans.

3. Deux catégories de contribuables paysans à Byzance

  • 510 Sur les modalités d’établissement de l’impôt dans la première moitié du xive siècle, voir Lefort, F (...)

46On a souvent dit que les praktika de la première moitié du xive siècle se caractérisaient par leur souci de donner des paysans une description très longue et très détaillée, incluant la liste des membres de leur famille, de leurs biens meubles et immeubles et des charges qui les frappaient510. Toutefois, les praktika de cette période font état aussi d’un type de paysan qui ne possédait aucun bien immeuble et très peu de biens meubles. Les descriptions de leurs tenures sont toujours très brèves et très schématiques, comme le seront celles des praktika du xve siècle et de la seconde moitié du xive :

Μιχαὴλ ἱερεὺς ὁ Καμπίτης, ἔχει γυναῖκα Μαρίαν, ζευγάριον (Vatopedi II, no 82, l. 42)
Le pretre Michael Kampites a une femme Maria, un attelage.

Γεώργιος ὁ Καμμυτζοβούκκης, ἔχει γυναῖκα Εἰρήνη, βοΐδιον (Vatopedi II, no 82, l. 42)
Georgios Kammytzoboukkes a une femme Eirene, un bœuf.

  • 511 Vatopédi II, no 82, l. 40-41 : οἱ δὲ προσκαθήμενοι τῶν εἰρημένων ζευγηλατείων τοῦ τε Κομανίτζη καὶ (...)
  • 512 Cf. par exemple ibid., l. 44-45 : Νικόλαος ὁ Γεγραμμένος ἔχει γυναῖκα Μαρίαν, βοΐδιον, ἀργόν ; ou l (...)

47Ces exemples sont tirés d’un praktikon de 1338 pour Vatopédi, signé par le recenseur Kônstantinos Makrènos, concernant les biens du monastère dans la région de Berroia en Macédoine occidentale. Les paysans mentionnés étaient installés sur les domaines (zeugèlateia) de Komanitzè et Makrochôrion, propriétés de Vatopédi511. Les exemples choisis ici sont représentatifs de l’ensemble des descriptions paysannes enregistrées dans ce praktikon : aucune ne mentionne de biens fonciers, tout au plus quelques têtes de bétail, et il n’est pas question non plus de leur taux d’imposition512. Ces paysans sont désignés dans l’acte comme des proskathèménoi, terme dont le sens premier est « ceux qui sont installés sur place ».

À propos des termes paroikoi et proskathèménoi

  • 513 Sur les proskathèménoi, voir Kravari, L’enregistrement des paysans, p. 195, n. 45. Certains actes, (...)

48Un coup d’œil à la documentation montre que les paysans appelés proskathèménoi n’ont jamais beaucoup de biens immobiliers et ne possèdent jamais de biens fonciers. S’ils sont redevables de l’impôt, celui-ci est toujours très faible513. On constate en effet que les descriptions des proskathèménoi contenues dans les praktika de la première moitié du xive siècle sont très nettement distinctes de celles des autres paysans qualifiés simplement de paroikoi.

  • 514 Vatopédi II, no 81.

49Prenons l’exemple d’un acte de la première moitié du xive siècle comprenant une liste de paysans paroikoi et une autre liste de paysans proskathèménoi. Il s’agit d’un praktikon établi en 1338 pour Vatopédi qui dresse l’état de la fortune de ce monastère en Chalcidique et dans la région des Lacs514. Dans le village de Saint-Mamas, situé en Chalcidique occidentale, Vatopédi possédait un métoque appelé Saint-Georges, dans lequel le monastère avait fait construire une tour. L’acte de recensement enregistre seize familles de paroikoi qui dépendaient du monastère. Le recenseur en donne la liste, avec mention pour chaque feu du responsable fiscal, de parents, de bétail, de parcelles de vigne et de la terre détenue en propriété, puis de l’impôt versé au monastère :

  • 515 Le terme hypotélès est difficile à interpréter. Pour Lefort, Fiscalité, p. 340-341 [46-48], il pour (...)

Ἰωάννης ὁ υἱὸς τοῦ Πρωτοζευγῆ, ἔχει γυναῖκα Μαρίαν, υἱὸν [vacat], θυγατέρα [vacat], ζευγάριον, ἀργὰ β´, ἀμπέλιον ἐκ προικὸς ὑποτελὲς μοδίου ἡμίσεος, νομίσματος δίμοιρον (Vatopedi II, no 81, l. 62-63)
Ioannes fils de Protozeuge a une femme Maria, un fils [vacat], une fille [vacat], un attelage, 2 vaches, une vigne hypoteles515 par la dot de 1/2 modios, impot 1/2 nomisma.

Xήρα Καλὴ ἡ τοῦ Καρύδη, ἔχει θυγατέρα Μαρίαν, γαμβρὸν ἐπ᾽αὐτῆ Ἰωάννην ἱερέα, ἐγγόνην Ἄνναν, ζευγάριον, ἀμπέλιον μοδίων γ´, καὶ γῆν μοδίων ν´, ἐσωθύριον μοδίων δ´, τέλος νομίσματα δύο (Vatopedi II, no 81, l. 57-58)
La veuve Kalè, celle de Karydès, a une fille Maria, un beau-fils (gambros) Iôannès prêtre, une petite-fille Anna, un attelage, une vigne de 3 modioi, et une terre de 50 modioi, un terrain à l’intérieur du village de 4 modioi, impôt 2 nomismata.

50Le même acte mentionne un autre métoque propriété de Vatopédi, celui de Saint-Dèmètrios, situé dans le katépanikion d’Hermèleia. L’acte dit qu’« il y a peu de temps » le monastère y avait fait construire une tour près de laquelle il avait fait installer des paysans qualifiés de proskathèménoi. Il s’agissait de six feux dont le recenseur donne la description :

Γεώργιος ὁ Τζερνοῦχος, ἔχει γυναῖκα Εἰρήνην, υἱὸν Ἰωάννην ὑπομάζιον, ἀργὸν α´, τέλος νομίσματος τέταρτον (Vatopédi II, no 81, l. 9-10)
Géôrgios Tzernouchos a une femme Eirènè, un fils mineur Iôannès, une vache, impôt 1/4 nomisma.

Γεώργιος Γερίλας, ἔχει γυναῖκα Καλήν, θυγατέρα Μαρίαν, χοιρους δ´, τέλος νομίσματος ἕκτον (Vatopédi II, no 81, l. 11)
Géôrgios Gérilas a une femme Kalè, une fille Maria, 4 porcs, impôt 1/6 nomisma.

  • 516 Là où Makrènos écrit boïdion (un bœuf), Batatzès mentionne un demi-zeugarion, ce qui revient au mêm (...)

51À ces quelques descriptions de paysans proskathèménoi, on pourrait en ajouter d’autres : par exemple celles des paysans installés dans le domaine de Rousaiou, bien du monastère de Docheiariou, dont la liste a été donnée en 1338 par le même recenseur Makrènos (Docheiariou, no 19, l. 11-14), et en 1341, lors d’un nouveau recensement, par Iôannès Batatzès (Docheiariou, no 20, l. 42 : καὶ προσκαθήμενοι ἐν τῆ τοιαύτη γῆ [τοῦ ῾Ρωσαίου). Il y a peu de changements entre les deux listes516.

  • 517 Les biens décrits dans un praktikon appartiennent au parèque en pleine propriété. En revanche, la p (...)
  • 518 Les proskathèménoi exploitaient les terres de l’État ou d’un grand propriétaire foncier grâce au tr (...)
  • 519 Les 16 feux de paroikoi que Makrènos a recensés dans le village de Saint-Mamas paient en tout 11 5/ (...)

52La comparaison entre les descriptions des paysans qualifiés simplement de paroikoi et celles des paysans proskathèménoi révèle en revanche des différences notables. La plus évidente concerne l’étendue des descriptions. Dans le cas des paroikoi, elles sont assez longues, car ces paysans possèdent de nombreux biens en pleine propriété, y compris des biens fonciers517, alors que les descriptions des proskathèménoi sont beaucoup plus brèves, du fait que ces paysans ne possèdent jamais de biens fonciers en pleine propriété, mais simplement quelques têtes de bétail518. Une autre différence concerne l’impôt versé, parce que celui des proskathèménoi est beaucoup moins élevé que celui des paroikoi, en raison de la différence de niveaux de fortune519.

53À partir des exemples étudiés, il est également facile de constater que les listes des proskathèménoi de la première moitié du xive siècle ressemblent beaucoup à celles des paysans enregistrés dans les praktika de la seconde moitié du xive siècle et de la première moitié du xve. Cela m’amène à penser que les paysans mentionnés dans les praktika de la fin de la période devaient appartenir, eux aussi, à cette catégorie de paysans proskathèménoi. Certes, si dans les actes de la seconde moitié du xive siècle pour la Macédoine et pour Lemnos, les paysans sont souvent désignés par ce terme de proskathèménoi, dans les praktika du xve siècle la terminologie est en revanche plus vague ; ces documents préfèrent les termes génériques d’anthrôpoi ou paroikoi alors que celui de proskathèménoi y est plus rare.

54La principale difficulté pour expliquer ce phénomène vient de notre ignorance quant à l’usage précis que les Byzantins faisaient des termes paroikos et proskathèménos. L’historiographie s’est souvent heurtée au problème de la terminologie employée par les sources pour désigner les différentes catégories de paysans à Byzance. Même si elle n’est pas parvenue à donner une explication tout à fait satisfaisante de ce vocabulaire, il est utile de connaître les différentes interprétations proposées pour le terme proskathèménos, afin de mieux cerner le statut de ce type de paysan.

Les proskathèménoi dans l’historiographie

  • 520 Svoronos, Exploitation, p. 327 écrit qu’« avec les siècles, les divers groupes de paysans dépendant (...)

55Le terme proskathèménos est mentionné dans la plupart des travaux consacrés à la paysannerie byzantine. Les proskathèménoi ont été souvent rapprochés des paysans désignés comme « libres » (éleuthéroi) et/ou « inconnus du fisc » (ἀνεπίγνωστοι τῷ δημοσίῳ), voire de ceux qui sont appelés douloparoikoi et dont les traits distinctifs sont loin d’être clairs. La plupart des historiens se sont accordés sur le fait qu’il s’agissait de paysans plus pauvres que la moyenne, installés par le maître du sol sur les terres qu’ils cultivaient : seul Nicolas Svoronos a proposé une interprétation différente – et qu’il faut écarter d’emblée –, selon laquelle le terme proskathèménos n’aurait pas de sens technique et désignerait l’ensemble des paysans dépendants d’un grand domaine « à quelque titre que ce soit »520.

  • 521 B.A. Pančenko, Krest’janskaja sobstvennost’ v Vizantii, IRAIK 9, 1904, p. 1-234, ici p. 191, et B.T (...)
  • 522 Mošin, Δουλικὸν ζευγάριον, p. 121 et suiv.

56L’historiographie russe a été la première à essayer de déterminer le sens du terme proskathèménos. Boris Pančenko et Boris Gorianov voulaient y voir des paysans venus d’ailleurs, qui n’étaient pas originaires des villages dans lesquels ils avaient été installés521. Vladimir Mošin pensait qu’il s’agissait de paysans dépendants installés depuis peu sur les terres qu’ils travaillaient, ce pourquoi ils n’avaient pas encore été enregistrés dans un praktikon, enregistrement qui en aurait fait des paroikoi. Selon le même Mošin, les obligations des proskathèménoi à l’égard des grands propriétaires auraient été plus lourdes que celles des simples paroikoi522.

  • 523 Charanis, Social Structure, p. 141-142.

57Peter Charanis est d’accord pour admettre qu’il devait exister une différence de statut entre les paysans proskathèménoi et les paroikoi, mais souligne que rien dans les sources ne permet d’inférer, comme l’a fait Mošin, que les obligations des proskathèménoi envers leurs seigneurs étaient plus importantes que celles des paroikoi. En revanche, Charanis semble accepter l’opinion de Mošin selon laquelle le terme proskathèménos désignerait un cultivateur à peine installé sur une terre et pas encore enregistré dans un praktikon, ce qui expliquerait pourquoi il n’est pas appelé paroikos523.

  • 524 G. Ostrogorsky, Agrarian Conditions in the Byzantine Empire in the Middle Ages, dans The Cambridge (...)
  • 525 Ostrogorsky, Féodalité, p. 109 : « S’installant sur les domaines de monastères ou de propriétaires (...)
  • 526 Ibid., p. 344 : il existait « trois catégories fondamentales de la paysannerie dans la dernière épo (...)
  • 527 Voir la critique de Karayannopulos dans BZ 50, 1957, p. 175-176.
  • 528 Cf. Ostrogorsky, Paysannerie, p. 29 : « Les parèques que les moines établiront sur leur terre […] d (...)
  • 529 Cf. Ostrogorsky, Féodalité, p. 109.
  • 530 En dépit des longues discussions sur la terminologie employée pour désigner les paysans dans la doc (...)

58Cette hypothèse a également été acceptée par Georges Ostrogorsky dans son chapitre de la Cambridge Economic History consacré aux conditions agraires dans l’Empire byzantin524 ainsi que dans ses travaux ultérieurs sur le « féodalisme » à Byzance525. Il définit ce type de paysans comme une catégorie fiscale à part526, qu’il identifie aux éleuthéroi, c’est-à-dire aux paysans qui, d’après lui, n’étaient inscrits dans aucun praktikon et étaient donc « disponibles » pour être installés sur les terres d’un grand propriétaire ou de l’État. Le terme « libre » est, selon Ostrogorsky, à prendre strictement au sens fiscal : il s’agissait de paysans ayant fui les terres qu’ils travaillaient et ne possédant aucun bien527. Ils étaient aussi qualifiés d’« étrangers et indigents », parce qu’ils n’avaient pas de terres à cultiver528. D’après Ostrogorsky, les grands seigneurs, ayant besoin de main d’œuvre pour travailler sur leurs domaines, les y installaient et, après avoir pris à bail une parcelle appartenant au propriétaire de la terre, ces paysans étaient désormais qualifiés de paroikoi529. Selon le raisonnement d’Ostrogorsky, le terme proskathèménos aurait donc été employé par les Byzantins simplement pour désigner un paysan qui était dans une situation juridique transitoire ; il avait abandonné la condition d’éleuthéros ou d’inconnu du fisc lorsqu’il avait été installé sur la terre d’un grand seigneur, à la suite de quoi il allait devenir un paroikos530.

  • 531 Laiou, Peasant Society, p. 245: « Its paroikoi [of the domains of Xenophon] were, for the most part (...)
  • 532 Ibid., p. 160.

59Dans son étude sur la société paysanne à l’époque des Paléologues, Angéliki Laiou a développé de nouvelles réflexions sur le sens du terme proskathèménos. Elle accepte le lien entre les proskathèménoi et les éleuthéroi qui étaient, dit-elle, « for the most part, very poor »531. Elle note par ailleurs que « they [les proskathèménoi] were peasants who had probably come from elsewhere and were eking a living on the lands of the monastery, sometimes simply as day-laborers ». Laiou a souligné que ces paysans qui ne possédaient rien pouvaient parfois être appelés aktèmones (« propertyless »)532. Elle a aussi souligné la mobilité de ces paysans et suggéré qu’il pourrait parfois s’être agi de paysans exploitant un grand domaine en tant que salariés agricoles.

  • 533 Ibid., p. 246-247: « The inhabitants of Stomion were called “salaried” peasants in 1300, and “poor (...)

60À partir de quelques actes du début du xive siècle tirés des archives de Xénophon, Laiou a constaté que, dans la société rurale byzantine, deux types d’exploitations paysannes coexistaient, l’une constituée par des tenures de paroikoi, qui prenaient à bail, sans doute depuis longtemps, une parcelle de terre et possédaient une certaine quantité de biens en propriété, l’autre composée de proskathèménoi, moins nombreux, qui travaillaient comme salariés, versaient une partie de la récolte au propriétaire de la terre et ne possédaient que peu de biens en propriété533.

  • 534 Cf. Lefort, Société rurale, Index.
  • 535 Kravari, L’enregistrement des paysans, p. 196.
  • 536 Ibid., p. 196, n. 47. V. Kravari fournit encore l’exemple d’un autre acte de Vatopédi, le praktikon(...)

61On notera que Laiou n’a pas repris l’hypothèse d’Ostrogorsky selon laquelle un proskathèménos serait un paysan « nouveau venu » qui ne serait destiné à devenir un paroikos que plus tard, lorsqu’il aurait été inscrit dans un praktikon. Pour elle, les deux termes désignent au contraire deux formes distinctes d’exploitants agricoles. C’est pourtant l’hypothèse d’Ostrogorsky qui a fait le plus d’adeptes parmi les historiens : « un paysan récemment installé » écrit ainsi Jacques Lefort dans l’index de son recueil d’articles sur la société rurale et l’histoire du paysage à Byzance534. La même définition figure dans l’article de Vassiliki Kravari sur l’enregistrement des paysans dans les praktika byzantins : « Le plus souvent ces paysans [c’est-à-dire les proskathèménoi] ne paient pas d’impôt ; on a parfois l’impression – voire l’information – qu’il s’agit de nouveaux venus, à qui des terres n’ont pas encore été attribuées535. » À ce propos, le même auteur fournit comme exemple le praktikon de Vatopédi daté de 1338, que l’on a évoqué plus haut, par lequel le recenseur Makrènos met le monastère en possession de ses biens en Chalcidique : « Il est question, dit-elle, d’une tour construite il a peu de temps (νεωστί) sur le domaine de Saint-Dèmètrios (région d’Hermèleia, Chalcidique orientale) et de proskathèménoi περὶ αὐτόν [la tour], qui ne doivent donc pas être là depuis longtemps536. »

  • 537 Cf. Docheiariou, p. 144-146. Voir ODB, s.v. proskathemenos [M. Bartusis], t. 3, p. 1738: « Smetanin (...)

62Dans son commentaire aux actes de Docheiariou, Oikonomidès écrit à propos des proskathèménoi de Rousaiou que ces paysans « semblent tous [être] des nouveaux-venus ». Il essaie en outre de démontrer que la plupart des familles devaient être de jeunes couples sans enfants, venus récemment d’ailleurs pour s’installer dans le domaine du monastère. D’après lui, on est ici devant un cas « de repeuplement et de remise en valeur d’un bien [dirigé par un monastère] qui était, semble-t-il, abandonné »537.

  • 538 Voir Vatopédi II, p. 162.

63Plus récemment, les éditeurs du deuxième volume des Actes de Vatopédi ont écrit à propos d’un praktikon de 1338 : « On notera que les paysans de Komanitzè, désignés comme proskathèménoi et non comme parèques, ne sont pas imposés ; peut-être s’agit-il de paysans récemment installés sur ce domaine538. »

Une nouvelle définition du terme proskathèménos

  • 539 Le premier praktikon de la série relative au domaine de Stomion, propriété de Xénophon, date de 130 (...)

64Parmi les diverses hypothèses émises jusqu’à présent, celle de Laiou semble toutefois la plus pertinente. Quelques actes tirés de la documentation d’archives suggèrent en effet que le terme proskathèménos était employé pour désigner des paysans qui travaillaient sur les terres appartenant à un grand seigneur, vraisemblablement contre versement d’une partie de la récolte, et que le terme ne désigne pas forcément un paysan « nouveau venu ». Le riche dossier d’actes concernant le domaine de Xénophon à Stomion, étudié par Ostrogorsky et Laiou, montre par exemple que les paysans qui y avaient été installés continuaient à être qualifiés de proskathèménoi vingt ans plus tard. Mieux encore, les descendants des premiers cultivateurs installés à Stomion continuent par la suite à être désignés comme proskathèménoi539.

  • 540 Vatopédi I, no 31 (1301), l. 62-65 : ἕτερον χωρίον ἐπιλεγόμενον Σέμελτον μετὰ τοῦ ἐκεῖσε ἀμπελῶνος (...)

65Quelques actes tirés des archives de Vatopédi, publiés plus récemment, confirment que le terme proskathèménos n’était pas employé simplement pour désigner un paysan « nouveau venu ». Par exemple, les paysans qui travaillaient dans le kellydrion de Boditza, bien de Vatopédi situé dans le village de Sémalton, sont qualifiés de proskathèménoi dans deux chrysobulles de l’empereur Andronic II de 1301 (Vatopédi I, no 31) et 1329 (Vatopédi I, no 68)540. Ces actes ne donnent pas la liste de paysans, mais à moins de penser qu’ils soient tous morts ou aient tous abandonné les terres qu’ils cultivaient entre 1301 et 1329, les paysans installés à Boditza étaient encore qualifiés de proskathèménoi vingt-huit ans plus tard, une période de temps suffisante, me semble-t-il, pour qu’un paysan n’ait plus été considéré comme un « nouveau venu ».

  • 541 Ibid., l. 67-69 : μετόχιον εἰς ὄνομα τιμώμενον τῶν Ἁγίων Ἀναργύρων μετὰ τῶν ἐν αὐτῶ προσκαθημένων. (...)

66Les archives de Vatopédi fournissent encore un autre exemple qui permet d’observer ce même phénomène, à savoir la permanence en un même lieu de paysans toujours appelés proskathèménoi à l’issue de cette longue résidence, en l’occurrence une soixantaine d’années. Il s’agit d’un dossier de plusieurs actes couvrant la période entre 1297 et 1359, relatif au métoque des Saints-Anargyres, situé près de la ville de Drama et devenu au début du xive siècle une dépendance de Vatopédi541.

67La mise à contribution d’un quatrième groupe d’actes tiré des archives de Vatopédi et datant de la période entre le milieu du xive et le milieu du xve siècle, vient confirmer l’hypothèse de Laiou selon laquelle les paysans proskathèménoi ne prenaient pas à bail les terres qu’ils exploitaient (comme c’était le cas des paroikoi), mais travaillaient au contraire directement celles qui appartenaient en pleine propriété au seigneur.

Le rôle des proskathèménoi dans l’exploitation en faire-valoir direct d’un grand domaine foncier

68On a vu que la principale différence entre les paysans appelés simplement paroikoi et ceux qui sont désignés par le terme proskathèménoi était leur niveau de richesse. On a vu également que les proskathèménoi étaient des paysans que les grands seigneurs faisaient venir pour travailler dans leurs domaines, mais que la question demeurait toutefois de savoir si ces paysans devenaient par la suite de simples paroikoi. Quelques actes tirés des archives de Vatopédi montrent l’évolution sur un siècle d’un domaine dans lequel les moines de ce monastère avaient installé des proskathèménoi. Il semble que ces paysans ne prirent jamais leurs terres à bail, mais continuèrent à les travailler pour le compte du monastère.

  • 542 Le terme employé, οἰκήματα, peut signifier une ou plusieurs maisons. D’après d’autres passages de l (...)
  • 543 Vatopédi III, no 165, l. 9-16 : καὶ περὶ τὸ ἀνατολικὸν μέρος τοῦ Ἐλαδικοῦ μετόχιον τοῦ Ἁγίου Ἰωάννο (...)
  • 544 Ibid., l.66 : Μιχαὴλ ὁ Λοῦμπος, ὁ ἀνωτέρω καταγραφόμενος εἰς τὸ μετόχιον τοῦ Θεολόγου, εχει γυναῖκα (...)
  • 545 Il convient de ne pas oublier que la moitié de la surface de la terre n’était pas exploitée en rais (...)

69Ce dossier est constitué de plusieurs actes parmi lesquels il faut relever en particulier le praktikon de 1387, délivré par le recenseur Phôkas Sébastopoulos. Il contient des renseignements intéressants sur le mode d’installation des paysans proskathèménoi et sur leur implication dans l’exploitation du sol. Cet acte donne par exemple une description particulièrement détaillée du fonctionnement d’une petite dépendance de Vatopédi, le métoque de Saint-Jean-le-Théologien situé quelques kilomètres au sud de Moudros, sur le flanc est du mont Éladikos. D’après ce praktikon, cette unité d’exploitation agraire était constituée d’une terre d’une superficie de 350 modioi, soit un peu plus de 30 ha, qui s’étendait autour d’un centre d’exploitation (kathédrotopion) et d’une maison (oikèmata)542 dans laquelle habitait « depuis peu » un parèque du monastère nommé Loumpos543. Ce parèque Loumpos est mentionné plus loin parmi les autres paysans proskathèménoi du monastère sous son nom complet : « [Il s’agit de] Michaèl Loumpos, dit l’acte, qui a été inscrit plus haut dans le métoque du Théologien, il a une femme, Maria, une fille, Kalè, un attelage544. » Loumpos exploitait seul avec son attelage, aidé simplement de sa famille, cette terre de 350 modioi. Contrairement à ce qu’ont écrit beaucoup d’historiens, cette superficie n’est pas trop étendue pour un seul parèque qui possède un attelage. En effet, elle correspond plus ou moins à la quantité de terre désignée dans les sources de l’époque par le terme zeugarion, c’est-à-dire l’étendue de terre qui pouvait être cultivée par une paire de bœufs au cours d’une année545. Toute la terre appartenait en pleine propriété à Vatopédi, y compris la maison dans laquelle habitait Loumpos.

  • 546 Vatopédi III, no 165, l. 17-18 : πῦργον ὃν ἀνήγειρεν ἐκ βάθρων ἡ τοιαύτη θεία μονὴ μετ᾽αὐλῆς ὡς κασ (...)

70Le même mode d’exploitation est décrit par le praktikon de 1387 à propos de l’autre domaine que Vatopédi possédait dans l’île, celui situé près du village de Moudros. À cette époque, le domaine de Moudros couvrait une superficie totale de 5 500 modioi, soit un peu plus de 500 ha, auxquels il fallait ajouter les deux tiers de l’îlot de Patrikia. L’acte dit que le centre d’exploitation du domaine était constitué d’une tour et d’une cour fortifiée à l’intérieur de laquelle se trouvaient quelques maisons à étage dans lesquelles habitaient les proskathèménoi546. À proximité de ces bâtiments, il y avait encore trois moulins à vent, une vigne récemment plantée par le monastère ainsi que deux jardins. La terre cultivable de 5 500 modioi entourait complètement le centre d’exploitation.

  • 547 Ibid., l. 80-81.
  • 548 Ibid., l. 57-58 : πλησίον τοῦ τοιούτου χωρίου [τοῦ Μούνδρου] γῆς χερσαία καὶ ἀνήρωτος, ἐδόθη αὐτοῖς (...)
  • 549 Le contenu du document permet de conclure que le travail de 41 familles paysannes suffit à labourer (...)

71Un passage de ce praktikon rappelle que Vatopédi devait avoir la « pleine autorité » (τελείαν δεσποτείαν καὶ κυριότητα) sur les familles de proskathèménoi installées dans son domaine de Moudros547. Le sens juridique de cette expression peut ne pas apparaître tout à fait clair, mais il semble que ces paysans ne pouvaient pas louer de terres à un autre propriétaire ou même à l’État, ni rendre un quelconque service à un tiers. On a vu que ces paysans n’habitaient pas dans le village, mais résidaient dans les maisons appartenant au monastère. Les descriptions que donne d’eux le praktikon montrent qu’ils ne possédaient aucun bien foncier – ce qui est normal pour des proskathèménoi –, mais seulement quelques têtes de bétail, qu’ils faisaient d’ailleurs paître dans les champs accordés dans ce but par l’État au monastère548. Ces indices suggèrent une exploitation du domaine de Moudros en faire-valoir direct549.

  • 550 Sur le bigliatikon, voir supra, p. 165.

72Les modalités du régime d’exploitation des terres de Vatopédi à Moudros nous échappent, mais on verra plus loin, en étudiant les taxes versées par les paysans au propriétaire, qu’il existait un contrat de métayage prévoyant le partage de la récolte entre propriétaire et cultivateur, en principe par moitié. Les paysans devaient en outre une série de corvées. Envers le fisc, ils étaient seulement redevables de l’impôt appelé bigliatikon et relatif au droit de guet550.

  • 551 Vatopédi III, no 205 (acte de mise en possession).
  • 552 Sur l’acquisition de Chaoulè par Vatopédi, voir supra, p. 382.

73Dans les décennies qui suivirent le recensement de 1387, le patrimoine de Vatopédi dans l’île s’accrut, grâce surtout à l’acquisition en 1414 de 1 500 modioi de terre supplémentaires dans la région de Chaoulè, au sud de Moudros551. Une partie de cette terre provenait de plusieurs lots qui avaient été précédemment distribués par l’État à certains paysans et qui se trouvaient sans doute abandonnés à l’époque552. Vatopédi en constitua un nouveau domaine qu’il mit en exploitation grâce à l’installation de nouveaux proskathèménoi.

  • 553 Vatopédi III, no 236, l. 7 (οἱκοχαλάσματα), l. 14 (ανεμομίλωνας τρεῖς, ἀφ᾽ὧν ἐνεργούσιν οἱ δύο) et (...)

74Après 1453, le passage de la domination byzantine à celle des Ottomans et les guerres qui opposèrent Turcs et Latins pour le contrôle de l’île ne laissèrent pas les biens de Vatopédi indemnes : le praktikon délivré en 1463 en faveur du monastère (Vatopédi III, no 236) montre que le métoque de Saint-Jean le Théologien était tombé en ruine, que l’un des trois moulins à vent ne fonctionnait plus et surtout qu’un grand nombre de parèques avaient été tués553. Toutefois, la documentation ottomane montre aussi que, sous le nouveau régime, les moines continuèrent à détenir ces terres en pleine propriété et à les exploiter grâce au travail de leurs paysans.

Le statut de la terre exploitée par les proskathèménoi : le sens du terme zeugèlateion

  • 554 Voir par exemple Vatopédi II, no 82 (1338), l. 8-12: ἐκτὸς δὲ καὶ κάτωθεν τῆς αὐτῆς πόλεως ὑπὸ τὸ α (...)
  • 555 Lavra II, no 71 (1259), l. 63-64 : ζευγηλατεῖον ὁ Πισσὼν μετὰ τῶν ἐν αὐτῶ προσκαθημένων ; voir auss (...)

75Dans la documentation du xive siècle, il est fréquent de trouver le terme proskathèménos associé à un type de terrain qualifié de zeugèlateion. Par exemple, dans le premier quart du xive siècle, le monastère de Vatopédi acquit dans la région de Berroia deux domaines, Komanitzè et Makrochôrion, qualifiés de zeugèlateia et exploités par des proskathèménoi554. C’est le cas aussi du zeugèlateion de Pinsôn qui appartenait à Lavra dès la seconde moitié du xiiie siècle et dont les paysans sont aussi désignés comme proskathèménoi555.

  • 556 Dans la collection Archives de l’Athos, le terme zeugèlateion est traduit simplement par domaine. L (...)
  • 557 Voir pour la période de l’empire de Nicée, M. Angold, A Byzantine Governement in Exile, Oxford 1975 (...)

76L’historiographie a traditionnellement rendu ce terme simplement par « domaine » ou « ferme bien équipée » ; il me semble toutefois que le mot comporte un sens plus technique. Il doit désigner le domaine mis en exploitation de manière directe par son propriétaire556. Étymologiquement, le mot indique la possession d’une paire de bœufs, mais il est vrai qu’à partir du xie siècle le mot zeugèlateion est utilisé pour désigner un bien foncier. Certes, son emploi par les sources n’est pas très répandu, mais il n’est jamais aléatoire : un bien appelé dans un acte zeugèlateion est aussi désigné par ce même terme dans le reste des sources disponibles ; il n’est jamais qualifié ailleurs de proasteion, ktèma ou gè, c’est-à-dire par d’autres termes servant à désigner un terrain. Quelques historiens ont postulé qu’il se serait agi de biens appartenant au fisc, puisque l’on retrouve souvent l’expression basilika zeugèlateia557, mais la documentation athonite montre que le terme pouvait aussi être appliqué à un bien appartenant à un propriétaire privé.

  • 558 Vatopédi III, no 194, l. 1-2.

77Un passage d’un acte de mai 1406 permet de mieux saisir le signification du terme zeugèlateion. Il y est dit que les moines de Vatopédi possédaient le village de Lantzou comme leur zeugèlateion ἐπεὶ προκατεῖχον οἱ […] μοναχοὶ τὸ […] χωρίον τοῦ Λάντζου εἰς ζευγηλατεῖον αὐτῶν)558. C’est la seule occurrence que j’ai rencontrée d’un village (chôrion) désigné par le terme zeugèlateion. Toutefois, ce phénomène doit s’expliquer par l’évolution du statut du bien de Lantzou après le retour de l’administration byzantine en Macédoine en 1403.

  • 559 Sur l’acquisition de Lantzou par Vatopédi, voir supra, p. 221, n. 471.
  • 560 Vatopédi III, no 190.
  • 561 Ibid., no 189.
  • 562 La référence à « la moitié » de ce village fait allusion au décret de « pronoïarisation » de la moi (...)

78On a déjà eu l’occasion de parler du domaine de Lantzou dans les chapitres précédents. On sait qu’il s’agissait d’un bien accordé par le despote Uglješa au monastère de Vatopédi durant le troisième quart du xive siècle559. Il fut confisqué par le souverain ottoman Bayezid Ier à la fin du siècle, puis en septembre 1404, c’est-à-dire quelques mois après la restauration byzantine dans la région, l’empereur Jean VII, gouverneur de Thessalonique, en remit par prostagma la pleine possession à Vatopédi560. À la même époque, Jean VII chargea également le recenseur Astras de délivrer en faveur de ce monastère un praktikon, lui confirmant la propriété de ses biens en Macédoine561. L’acte dit que Vatopédi possédait en Macédoine plusieurs biens : la moitié du village dit « des trois Hermèleiai »562, le métoque d’Éladiaba, celui de Prosphorion et celui de Lantzou. On notera qu’à cette époque Lantzou est simplement mentionné comme métoque.

  • 563 Vatopédi III, no 194, l. 3-4 : ὡρίσθημεν οὖν καὶ ἡμεῖς ἵνα ἐπιστατήσωμεν τοπικῶς καὶ ἴδωμεν ἀκριβῶς (...)
  • 564 Ibid., l. 11-12 : ὃ δὴ χωρίον καὶ ὀφείλει κατέχειν ἡ ῥηθεῖσα μονὴ μετὰ πάντων αὐτοῦ τῶν δικαίων καὶ (...)

79Deux ans plus tard, en 1406, l’empereur Jean VII ordonna à deux recenseurs, Paulos Gazès et Michaèl Karantzès, de mettre Vatopédi en possession de la terre du village (chôrion) de Lantzou563. L’acte fiscal de mai 1406 décrit les limites de la terre de Lantzou et confirme à Vatopédi la propriété du village « avec tous ses droits et son territoire »564. C’est cet acte qui précise que les moines devaient posséder le village de Lantzou comme leur zeugèlateion.

  • 565 Vatopédi III, no 200.
  • 566 En août 1404, Jean VII avait délivré un prostagma confirmant à Vatopédi ses droits sur 28 feux pays (...)
  • 567 Ibid., no 200, l. 26 : καὶ ὁμοῦ τὰ πάντα [c’est-à-dire les parèques], τοῦ τε ζευγηλατείου τοῦ Λάντζ (...)
  • 568 Voir par exemple ibid., no 207 (1415), l.2-4 : τὸ περὶ τὴν ῾Ρεντίναν μετόχιον […] τὸ ἐπονομαζόμενον (...)

80En 1409, les recenseurs du thème de Thessalonique dressèrent un nouveau praktikon pour les biens de Vatopédi en Chalcidique565, confirmant les moines de ce monastère dans la possession de Lantzou, qui est cette fois qualifié seulement de zeugèlateion, de la tour (pyrgos) d’Éladiaba, de la tour de Prosphorion et de la moitié de la tour d’Hermèleia, ainsi que des familles des paysans (phamiliai) que le monastère possédait à Saint-Mamas566. Dans un autre passage de l’acte, les biens désignés ci-dessus comme pyrgoi sont appelés chôria, mais Lantzou apparaît en revanche toujours comme zeugèlateion567. En effet, Lantzou est désormais appelé zeugèlateion par le reste des actes du dossier et jamais chôrion ou pyrgos568. Quant aux autres biens de Vatopédi en Macédoine, Hermèleia, Prosphorion, Éladiaba et Saint-Mamas, ils ne sont jamais désignés par le terme zeugèlateion, ce qui implique une différence avec Lantzou.

  • 569 Il convient également de rappeler que le domaine de Lantzou fit l’objet de nombreuses confiscations (...)
  • 570 La terre () de Stylarion est aussi mentionnée dans les actes du xve siècle en tant que bien de Va (...)

81Cette différence pourrait s’expliquer par le fait que le bien de Lantzou était le seul à comporter la possession d’un terrain ; on notera que le seul acte de mise en possession d’un terrain en faveur de Vatopédi qui nous soit parvenu pour cette époque est précisément relatif à la terre de Lantzou569. En effet, il semble que les droits d’un grand propriétaire comme Vatopédi sur les biens désignés par le mot chôrion n’impliquaient pas la possession d’un terrain mais simplement des droits de type fiscal sur les parèques qui y habitaient570.

  • 571 Sur le zeugèlateion de la famille Skampaulès et son évolution au début du xve siècle, voir supra, p (...)
  • 572 Cf. par exemple Vatopédi III, no 205 (1415), à propos du zeugèlateion impérial de Chaoulè à Lemnos.
  • 573 Voir supra, p. 182, n. 292.

82Avant d’aborder la question du statut fiscal des paysans, rappelons simplement que d’autres actes du début du xve siècle mentionnent aussi des zeugèlateia et il s’agit en effet toujours de terrains appartenant en pleine propriété à un individu ou à une institution, qui n’étaient pas exploités par des parèques. C’est le cas par exemple du domaine d’Hagia Maria ou Hagia Marina, qui faisait partie de la fortune patrimoniale de la famille Skampaulès, originaire de Thessalonique. Le bien est appelé zeugèlateion dans un acte délivré en 1404 par le tribunal de la métropole, mais il n’était pas en exploitation à l’époque571. Par ailleurs, le terme zeugèlateion était aussi employé pour désigner les grands domaines fonciers appartenant à l’État572. Les actes mentionnent parfois le nom de certains fonctionnaires qui étaient chargés de la gestion de ces fermes573.

83Cette définition provisoire du terme zeugèlateion et le fait qu’il soit toujours associé à des paysans proskathèménoi suggèrent qu’il devait s’agir de grands domaines, toujours détenus en pleine propriété et mis en exploitation de manière directe. D’ailleurs, on notera que le terme zeugèlateion désigne souvent un grand domaine éloigné des agglomérations urbaines, ce qui empêchait les paysans d’un village voisin de prendre en location une partie au moins de sa surface.

Les palaiochôria et la question de la densité démographique

84Avant de clore ce chapitre sur les formes d’organisation sociale de la production agraire, il convient d’attirer l’attention sur un terme qui devient courant à partir du milieu du xive siècle : le palaiochôrion. L’historiographie s’accorde à penser que ce mot sert à désigner les villages ou les hameaux désertés et que les nombreuses allusions dans les sources de cette période aux palaiochôria s’expliquent par la forte crise démographique de la seconde moitié du xive siècle.

  • 574 Lavra III, no 165, l. 22-23.

85Cette interprétation doit néanmoins être nuancée. Le terme palaiochôrion désigne certes l’emplacement d’une communauté villageoise disparue, mais n’implique pas pour autant la désertion des terres agricoles. Un acte de 1420 parle par exemple des hommes (anthrôpoi) qui habitent dans la résidence rurale et siège d’exploitation (kathédra) d’un palaiochôrion574. Le terme palaiochôrion s’applique donc à cette époque à un domaine foncier établi sur le territoire d’un village disparu. Il convient donc de rester prudent lorsque l’on parle de crise démographique en milieu rural à partir des seules mentions de palaiochôria. On a déjà vu que la désertion de certains lieux d’habitation avait été la conséquence d’une concentration de l’habitat paysan vers d’autres endroits mieux protégés, plutôt que d’une forte hausse de la mortalité ou d’un déclin démographique prononcé.

  • 575 Vatopédi II, no 128, l. 15 (παλαιοχώριον δημοσιακόν).
  • 576 Les palaiochôria sont toujours des biens patrimoniaux : Chilandar, no 67 (1321), et Lavra III, no 1 (...)
  • 577 Ibid., no 127 : en 1346, l’empereur Jean V accorda par chrysobulle au monastère de Lavra le palaiok (...)

86Quoi qu’il en soit, ce qu’il nous importe avant tout de souligner ici est le sens du terme palaiochôrion pour désigner une unité de production agricole, car il se peut que beaucoup de palaiochôria soient devenus à cette époque des fermes appartenant à l’État575 ou à un grand propriétaire576. D’ailleurs, tous ces palaiochôria semblent avoir été mis en exploitation grâce à l’installation de paysans proskathèménoi, ce qui suggère aussi un faire-valoir direct. On a vu également que l’État pouvait distribuer aux grands propriétaires des biens qui étaient qualifiés de palaiochôria (ou d’autres termes équivalents), afin de mettre en valeur une région et de la repeupler577.

87Résumons-nous. Les sources de la pratique révèlent l’existence de deux catégories fiscales de cultivateurs : les paroikoi ordinaires, qui prenaient à bail des terres appartenant à l’État ou à un grand propriétaire, et dont le taux d’imposition était établi d’après leur richesse, c’est-à-dire d’après les biens qu’ils possédaient en pleine propriété, et d’après leur force de travail, ce qui équivalait à la quantité de terre qu’ils prenaient en location (bail perpétuel), et les proskathèménoi qui étaient installés sur les grands domaines de l’État ou sur ceux de grands propriétaires, afin de les mettre en exploitation, contre versement d’une rente. Le taux d’imposition de ces derniers était donc beaucoup plus bas, puisqu’ils ne possédaient pas beaucoup de biens en pleine propriété.

88L’étude de la documentation suggère que cette dernière catégorie de paysans était devenue la plus fréquente à Byzance à partir du milieu du xive siècle. Cela fut sûrement une conséquence des bouleversements politiques de la période qui auront appauvri considérablement le groupe des paysans au point de les empêcher de continuer à prendre à bail les terres qu’ils cultivaient. En effet, même si un groupe de paysans plus ou moins aisés put se maintenir dans l’île de Lemnos, un territoire qui n’avait pas connu la domination étrangère à la fin du xive siècle, les conditions de la paysannerie dans le reste de l’Empire durent se dégrader bien davantage, en particulier en raison de la politique du souverain ottoman Bayezid Ier qui avait ordonné la confiscation de la plupart des biens détenus en pleine propriété par les chrétiens, à l’exception de quelques biens meubles. Cet appauvrissement de la paysannerie doit avoir entraîné la prépondérance du faire-valoir direct dans le mode d’exploitation agraire que je crois pouvoir observer à la fin de la période byzantine. Le changement radical dans le mode de faire-valoir de la terre expliquerait par ailleurs la disparition du terme proskathèménos dans les sources du xve siècle, car il serait devenu superflu de maintenir la distinction entre deux catégories de paysans dont l’une n’existait plus guère : le paroikos, un paysan relativement aisé, aurait donc presque disparu à cette époque.

4. Typologie des prélèvements fiscaux

89Nicolas Oikonomidès a suggéré que les pratiques ottomanes avaient influencé non seulement le mode de rédaction des praktika, mais aussi les impôts du système fiscal byzantin du xve siècle. Il convient de rappeler par exemple l’emploi du mot turc charatzin, qui sert alors à désigner l’impôt de base, l’importance nouvelle de la dîme ainsi que l’apparition d’un nouvel impôt de capitation. Ces trois taxes rappellent effectivement le système d’imposition ottoman postérieur. Toutefois, de même que pour le mode d’enregistrement des paysans dans les praktika, les changements dans le système fiscal byzantin au début du xve siècle peuvent également s’expliquer par les transformations de l’organisation sociale de la production. Nous aborderons d’abord la question de l’impôt de base, chapitre fondamental de la fiscalité, ainsi que celle des différents barèmes d’imposition paysanne. On examinera ensuite les autres impôts.

L’impôt de base

90Il s’agit là du prélèvement qui est véritablement au cœur du système fiscal. Dans les praktika du xve siècle, son montant apparaît toujours après la description de chaque feu paysan. Il reçoit plusieurs appellations : télos, stichikon télos, zeugaratikion. Quelques sources l’appellent aussi charatzin, transcription grecque du terme turc haradj, ce pourquoi certains historiens ont pensé qu’il s’agissait d’un impôt d’origine turque.

a) Les barèmes d’imposition paysanne

  • 578 Il s’agit du recensement réalisé par Paulos Gazès et Géôrgios Prinkèps, ordonné par l’empereur Manu (...)
  • 579 Oikonomidès a parlé de cinq catégories fiscales de paysans : zeugarion, boïdion, argon, sans chepte (...)

91Pour l’étude des barèmes d’imposition paysanne, on utilisera la série de praktika établis en 1409 en faveur de plusieurs monastères athonites, parce qu’il s’agit là de la liste la plus complète que nous possédions578. Le nombre total de feux paysans enregistrés dans ces actes est de 195, parmi lesquels on peut distinguer six catégories579 :

  • ceux qui possèdent une paire de bœufs (zeugarion) : 32,

  • ceux qui possèdent un seul bœuf (boïdion) : 26,

  • ceux qui possèdent une vache (argon) : 91,

  • ceux dont une veuve est responsable : 27,

  • ceux qui ne possèdent rien : 13,

  • ceux qui sont célibataires, leur nom apparaissant suivi de celui de leur mère : 6.

92À partir de cette classification, on peut constater que le groupe le plus nombreux est celui des paysans qui ne sont propriétaires que d’une vache pour labourer la terre. En revanche, les paysans disposant d’une paire de bœufs ne représentent que 18 % du total des feux recensés. On verra qu’ils sont aussi ceux qui supportent la charge fiscale la plus élevée.

  • 580 Sur les conditions fiscales des biens monastiques, voir infra, p. 333-336.

93Avant d’étudier l’impôt qui frappe chaque catégorie paysanne, il est nécessaire de souligner que les praktika établis pour Vatopédi et Docheiariou contiennent des taux inférieurs à ceux du praktikon pour Lavra. Pour expliquer ce phénomène, Oikonomidès a suggéré que, dans les actes pour Vatopédi et Docheiariou, seul serait exprimé le tiers du total de l’impôt que les moines devaient verser au fisc, les deux autres tiers ayant été cédés aux monastères en vertu du traité passé entre l’empereur Manuel II et les moines athonites au lendemain du retour de l’administration byzantine en Macédoine en 1403580. En effet, si l’on triple ces quantités, on arrive à des montants proches de ceux attestés dans le praktikon de Lavra.

  • 581 Un zeugarion de Vatopédi verse 6 nomismata, soit 18 nomismata d’impôt, ce qui est un chiffre except (...)
  • 582 La moyenne de l’impôt versé par les parèques possédant un zeugarion mentionnés dans l’acte de Vatop (...)

94Après ces ajustements, on observe que l’impôt payé par les paysans qui possèdent un zeugarion (18 % du total des feux) varie de 9 à 15 nomismata581. L’impôt est en moyenne d’environ 12 nomismata582.

  • 583 La moyenne des impôts versés par les boïdia de l’acte de Vatopédi III, no 200 est de 3,4 nomismata, (...)

95Les paysans qui possèdent un bœuf (boïdion) représentent 13,3 % des feux recensés. Leur impôt varie de 5 à 15 nomismata, mais ces deux chiffres sont exceptionnels : la plupart des boïdia versent un impôt compris entre 8 et 12 nomismata, la moyenne étant d’environ 9,8 nomismata583.

  • 584 Ce résultat est proche du triple de 2,8 nomismata qui est le taux moyen de l’impôt versé par les pa (...)

96Les paysans qui possèdent une vache (argon) constituent la catégorie la plus nombreuse (46 %). Leur impôt peut aller de 3 à 15 nomismata, mais la plupart versent entre 6 et 9 nomismata (72 sur 91 familles). Ils paient en moyenne environ 7,7 nomismata584.

97Les paysans qui n’ont pas d’animaux de trait constituent la catégorie la moins nombreuse (6,6 %). Ils paient un impôt allant de 1 à 3 nomismata.

98Les veuves (13,8 %) versent un impôt très faible, dont la moyenne est d’environ 3,4 nomismata.

  • 585 Il convient d’apporter quelques précisions concernant le statut fiscal des veuves, car Oikonomidès (...)
  • 586 Voir par exemple Docheiariou, no 53, l. 7 : « Stanilas, avec sa mère, [a] une vache » (ὁ Στανίλας μ (...)

99La dernière catégorie que j’ai signalée est celle des paysans célibataires ou jeunes mariés, qui sont enregistrés avec leur mère. Après la disparition du père de famille, la mère veuve jouait le rôle de chef du feu jusqu’à la majorité du fils, lorsque ce dernier devenait le responsable fiscal585. Les paysans qui appartiennent à cette catégorie ne sont pas très nombreux : huit occurrences dans les trois praktika de 1409. Leur impôt est plutôt faible (7,6 nomismata), mais quelques-uns, qui possèdent des animaux de trait, paient jusqu’à 12 nomismata.586

  • 587 Voir par exemple Vatopédi III, no 200, l. 14 : « La veuve Arétè [a] un bœuf » (χήρα ἡ Ἀρετή βοΐδιον (...)

100La première constatation qui s’impose est que l’impôt dû par chaque feu paysan peut varier sensiblement, de 1 jusqu’à 18 nomismata. En outre, il y a une corrélation évidente entre le taux d’imposition et le nombre d’animaux de trait : les parèques qui sont propriétaires d’une paire de bœufs paient un impôt plus élevé que ceux qui n’en ont pas. Toutefois, les irrégularités et les variations sont trop nombreuses et importantes pour que la possession de bœufs puisse expliquer à elle seule le taux d’imposition. Par exemple, on a vu que les veuves sont redevables d’un impôt plus faible, même lorsqu’elles possèdent un zeugarion ou un boïdion587.

  • 588 Voir par exemple Vatopédi III, no 200, l. 13 : « Dèmètrios Dèmanos et son fils, [ont] une vache » ( (...)

101Il faut aussi relever les cas de parèques qui sont mentionnés avec un autre membre de leur famille : certains paysans sont enregistrés avec le nom de leur mère, ce sont de jeunes célibataires dont l’impôt semble un peu plus faible ; les noms d’autres paysans sont suivis de la mention d’un fils. Dans ces derniers cas, l’impôt est au contraire au-dessus de la moyenne588. Cela peut suggérer que l’on a affaire à deux tenures indivises et que la surface exploitée est plus étendue, ce pourquoi l’impôt est aussi plus élevé.

  • 589 Cette méthode d’imposition est très proche de l’impôt versé par les paysans ottomans (ispendje ou r (...)

102Trois critères semblent donc déterminer le montant de l’impôt de base : la possession d’animaux de trait, le statut de veuve ou de jeune célibataire du contribuable et la mention d’autres membres de la famille ayant atteint l’âge adulte. Ces trois critères déterminent la capacité d’un feu à exploiter un terrain et, par conséquent, la quantité de terre qu’il peut labourer. L’impôt était proportionnel à la force de travail589.

b) Le terme haradj dans les actes byzantins du xve siècle : une justification de la réduction des privilèges fiscaux

  • 590 Ibid.
  • 591 Le mot haradj servait à désigner l’impôt forfaitaire versé dans le cadre du système du maktu : cf. (...)

103Les actes grecs du xve siècle font parfois usage du terme charatzin, transcription grecque du mot turc haradj, pour désigner l’impôt de base versé par les paysans. Toutefois, selon la plupart des spécialistes, les Ottomans employaient eux-mêmes le mot haradj pour désigner un impôt de capitation, alors que l’impôt de base que les paysans payaient au titre de leurs tenures était appelé ispendje dans le cas de paysans chrétiens et resm-i čift dans le cas de paysans musulmans590. De manière peu fréquente, la documentation ottomane peut aussi employer le terme haradj pour désigner un impôt forfaitaire dû par une certaine catégorie de contribuables591. Or il est clair qu’aucun de ces deux cas n’est celui des actes byzantins de l’époque.

  • 592 Vatopédi III, no 199, l. 16 : ἀπὸ τοῦ χαρατζίου αὐτῶν, ὅπερ ἐχάρισεν ἰδίως πρὸς ἡμᾶς ὁ μέγας ἀμηρᾶς
  • 593 Ce traité est évoqué dans un acte impérial de la période : ibid., no 191, l. 24-27.

104De fait, l’emploi dans les actes byzantins du terme charatzin en lieu et place des expressions grecques comme télos ou stichikon télos ne semble revêtir aucun sens technique. Il servait simplement à l’État byzantin pour justifier une augmentation de la charge fiscale sur les terres qui avaient été exemptées par le passé du paiement des impôts, comme c’était le cas des biens des monastères athonites. Dans un acte de 1408, l’empereur Manuel II affirmait : « [Les moines doivent payer] leur haradj, dont le grand amiras [= Süleymân Çelebi] nous a personnellement gratifié592. » Ce passage fait directement allusion aux termes du traité de 1403 par lequel le souverain ottoman avait accordé à l’empereur byzantin les impôts que les Ottomans percevaient sur la population en Macédoine. En reprenant la terminologie ottomane, l’empereur byzantin voulait signifier que ce n’était pas lui qui avait décidé de supprimer les privilèges de l’Église (privilèges qui avaient été accordés par les empereurs byzantins précédents), mais que c’étaient les Ottomans qui l’avaient fait. Après le retour de l’administration byzantine en Macédoine, Manuel II avait néanmoins accepté de passer un accord avec les moines, en vertu duquel il les exempta simplement des 2/3 des impôts qu’ils payaient aux Ottomans, conservant 1/3 au profit du fisc593.

  • 594 Le terme zeugaratikion ne se trouve que dans l’acte de Vatopédi III, no 189 (praktikon d’Astras de  (...)

105Que le terme charatzin (haradj) ne revête aucun sens technique est confirmé par le fait que seul l’empereur l’emploie dans ses actes. Il n’apparaît qu’une seule fois dans un acte d’un fonctionnaire du fisc, un praktikon de 1409. Ailleurs, on le trouve toujours remplacé par d’autres termes équivalents : télos, stichikon télos, zeugaratikion594, chrysotéleia, etc.

c) Le montant de l’impôt

  • 595 Cf. Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 18, tableau I.

106Plusieurs historiens ont constaté que l’impôt payé par les paysans byzantins en Macédoine au début du xve siècle était considérablement plus élevé que celui acquitté par ceux de la première moitié du xive siècle. D’après la documentation conservée, l’impôt moyen des parèques de Macédoine au début du xive siècle était de 1 nomisma, avec des variations de 0,17 à 4. Au xve siècle, l’impôt de base variait en moyenne entre 7 et 10 nomismata par feu595.

  • 596 Docheiariou, p. 274, et Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 23-24.

107Nicolas Oikonomidès a essayé de donner une explication à cette augmentation. Il a d’abord tenté de justifier l’écart par une dévaluation de la monnaie byzantine, mais il s’est rendu compte que cet argument n’était pas suffisant : la diminution de la valeur de la monnaie ne peut expliquer qu’un écart de 30 %. C’est pourquoi il a supposé que cette augmentation de l’impôt de base pouvait s’être accompagnée de l’élimination des autres redevances que les parèques versaient à l’État et à leurs seigneurs, par exemple le loyer de la terre, c’est-à-dire la dîme qui, selon cet historien, représentait 1/10 de la production. En effet, si l’on prend en compte l’ensemble des impôts versés par un feu paysan, et non le seul impôt de base, alors la charge fiscale supportée par les paysans au début du xive siècle s’avère plus élevée que celle versée par leurs successeurs du xve siècle596.

  • 597 Dans son article de 1974 sur les barèmes d’imposition paysans au xive siècle, J. Lefort avait cru q (...)
  • 598 Laiou, Peasant Society, p. 163-164, pense que l’emploi des termes zeugarion ou boïdion désigne non (...)

108Il n’en demeure pas moins qu’il faut expliquer pourquoi l’impôt de base versé par les paysans avait augmenté considérablement d’un siècle à l’autre. La question est très complexe, mais on peut essayer de donner une explication de ce phénomène à partir d’un changement dans la fiscalité byzantine entre la première moitié du xive siècle et le xve siècle, provoqué par le fort appauvrissement de la paysannerie. Jacques Lefort a montré que l’impôt de base au xiiie et dans la première moitié du xive siècle était une taxe pesant à la fois sur le feu paysan et les biens lui appartenant en pleine propriété597. Il grevait aussi la force de travail, c’est-à-dire le nombre d’animaux de trait que le paysan possédait598. Il est donc difficile d’admettre que le barème d’imposition paysanne soit resté inchangé, car les paysans du xve siècle payaient davantage alors qu’ils ne possédaient – on l’a vu – presque aucun bien en propriété. Il se peut d’ailleurs que les animaux de trait enregistrés dans les praktika aient appartenu en réalité aux grands propriétaires.

109Dans ce contexte social d’une paysannerie fortement appauvrie, il n’y avait plus de sens pour le fisc à continuer de faire peser sur les familles de parèques un impôt dont la valeur dépendait essentiellement de leur niveau de richesse. On a du reste constaté qu’au xve siècle l’impôt de base était calculé entièrement en fonction de la force de travail du feu paysan.

  • 599 On notera que certaines communautés villageoises ne payaient rien au titre de képhalatikion. Je n’a (...)
  • 600 Selon Oikonomidès, vers 1420 un képhalatikion de 1/2 nomisma aurait été imposé aux veuves (Oikonomi (...)

110Par ailleurs, les sources de cette période témoignent d’un autre impôt que versaient presque toutes les familles paysannes, une forme de capitation. Elle est désignée par le terme képhalatikion et sa valeur est de 1 nomisma par feu599, à l’exception des veuves qui en étaient exemptées600.

  • 601 C’est un taux qui est attesté pour la fin du xiiie siècle en Macédoine : Iviron III, no 67 (1295), (...)

111Compte tenu de cette distinction entre ces deux impôts, l’un grevant la force de travail et l’autre constituant une forme de capitation, il convient de noter que la valeur du premier est proche du revenu versé par les paysans du xive siècle à titre de loyer de la terre (qui reçoit plusieurs noms : pakton, mortè ou dékateia). Ce revenu correspondait à 1/10e de la valeur du bien, c’est-à-dire qu’un paysan payait par exemple au début du xive siècle 0,1 nomisma pour chaque modios de terre cultivée601. Or, on a vu qu’au début du xve siècle un paysan muni d’un attelage (zeugarion) payait un impôt d’environ 12 nomismata. Ce chiffre correspond au loyer d’une terre de 120 modioi, ce qui constitue la surface normale d’une parcelle désignée aussi par le terme zeugarion.

112Tout cela supposerait que les barèmes d’imposition n’avaient pas tellement changé entre le xive et le xve siècle : ce qu’un parèque versait au xive siècle au titre de loyer pour la terre qu’il cultivait était devenu l’impôt de base du paysan du xve siècle, tandis que l’impôt de base au xive siècle, calculé en fonction de la richesse personnelle, était devenu au xve siècle un impôt fixe sur les feux. Cette évolution s’était produite en raison des transformations qui avaient affecté la société paysanne : les paysans, qui possédaient désormais moins de biens en pleine propriété, supportaient une charge fiscale globalement moins lourde, mais néanmoins plus élevée individuellement que celle d’un paysan pauvre du début du xive siècle.

113En tout cas, l’impôt de base, dont la valeur correspondait au loyer de la terre, semble avoir été versé par les paysans à l’État, même si ce dernier n’était pas le propriétaire de la terre. Cela constitue une différence par rapport à l’époque précédente. Toutefois, les actes du xve siècle parlent aussi d’un autre ensemble de redevances qui sont cette fois-ci qualifiées de dîmes et qui étaient versées au propriétaire.

La dîme et le montant de la rente seigneuriale

  • 602 Sur la dîme à Byzance, voir H.F. Schmid, Byzantinisches Zehnwesen, JÖB 6, 1957, p. 45-110.
  • 603 N. Oikonomidès, Terres du fisc et revenu de la terre aux xe-xie siècles, dans Hommes et richesses d (...)

114Le terme de dîme (dékatos, dékateia) n’apparaît pas souvent dans le langage fiscal byzantin avant le milieu du xive siècle602. Aux xiiie et xive siècles, il était devenu synonyme des termes mortè et pakton qui désignaient un pourcentage de la récolte versé par le cultivateur au propriétaire de la terre, à titre de loyer. Nicolas Oikonomidès a étudié les différents types de contrats et a constaté la diversité des modalités de rémunération du propriétaire, selon le pourcentage de la récolte qui lui était versé603.

  • 604 Dans la série des praktika de 1409, que nous avons étudiée plus haut, la dîme représente 34 % de l’ (...)
  • 605 Cf. par exemple Lavra III, no 155, l. 24, 29-30 et 39.
  • 606 Cf. par exemple Docheiariou, no 53, l.22 (δέκατον τῶν γενημάτων τῶν ζευγαρίων), ou Dionysiou, no 10 (...)

115À partir du milieu du xive siècle, les occurrences du terme dékateia se multiplient et l’importance économique de cette redevance semble croître604. Les actes utilisent plusieurs expressions : « dîme des terres arables » (δέκατον τῶν ζευγαρίων)605 ou « dîme de la récolte » (δέκατον τῆς γεννηματικῆς κατασπορᾶς)606, mais il s’agit toujours de la même charge fiscale.

  • 607 La même hypothèse est avancée par Kontogiannopoulou, La fiscalité sous les Paléologues, p. 33.

116Oikonomidès a écrit que la dîme des siècles précédents différait de celle attestée par la documentation du xve siècle. Selon lui, la dîme de la période la plus tardive était devenue une redevance régulière en espèces qui était toujours versée à l’État, et non plus une rente due au propriétaire de la terre. Oikonomidès attribue une fois encore cette évolution à l’influence de la dîme ottomane (üsr), qui était en effet une redevance versée par les contribuables à l’État turc607. Certes, la dîme de l’État ottoman est caractéristique du système malikane-divane, c’est-à-dire du système hérité des Turcs seldjoukides, qui fut en vigueur seulement dans la partie la plus orientale de l’Empire turc. En revanche, en Europe la dîme semble toujours correspondre à la rente seigneuriale, comme c’était le cas à l’époque byzantine.

  • 608 En 1404, l’empereur Jean VII accorda à plusieurs monastères de l’Athos la dîme sur quelques-uns de (...)
  • 609 Un acte de 1419 en faveur du monastère de Chilandar témoigne du partage de la dîme versée par un pa (...)
  • 610 Docheiariou no 53, l.22 : τήν τε δεκατίαν τῶν γενημάτων τῶν ζευγαρίων αὐτῶν [des moines de Docheiar (...)
  • 611 L’acte qui semble avoir posé le plus de difficultés aux commentateurs est sans doute celui de Diony (...)

117Les actes du xve siècle parlent certes d’une dîme qui était versée à l’État, puisque l’Empereur en accorda parfois le revenu à certains monastères, à titre de donation pieuse608. Toutefois, on possède d’autres actes qui parlent aussi d’un partage de cette dîme entre plusieurs propriétaires609, ou d’une dîme que les paysans versaient aux moines pour labourer les terres d’un monastère610. Les exemples évoqués montrent que la dîme du xve siècle n’était pas fondamentalement distincte de celle des époques précédentes, car elle était toujours perçue par le propriétaire de la terre611. S’il y a davantage de mentions d’une dîme perçue par le fisc, c’est simplement que l’État s’était emparé de la plupart des terres après la période de la domination ottomane. Cela explique aussi l’importance accrue de cette redevance d’origine domaniale dans la fiscalité tardive.

118Outre la dîme sur la terre, les actes de cette période font aussi allusion à la dîme sur le vin et à la dîme sur les ruches (mélissoennomion). Il s’agit là aussi d’une taxe qui impliquait le versement d’un pourcentage de la production agricole au propriétaire du bien. Or, il convient de rappeler que la propriété de ces biens « en surface », comme les vignes ou les ruches, n’était pas liée à la possession du sol. C’est pourquoi ces dîmes étaient spécifiques, car leur bénéficiaire n’était pas nécessairement la même personne que le propriétaire du terrain.

La terre comme bien imposable

  • 612 Sur les conditions de la propriété foncière en Macédoine au début du xve siècle, voir supra, chap. (...)
  • 613 Cf. Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 13 : « We see that the land was no longer considered as a so (...)

119Les actes fiscaux de la fin de la période tardive font rarement allusion à l’impôt foncier et à la terre comme objet d’imposition. Cela ne signifie pas forcément que la fiscalité foncière ait disparue. Il faut plutôt expliquer cette discrétion par la forte diminution des biens fonciers détenus en pleine propriété après la période de domination ottomane612. Cet effacement de la fiscalité foncière a été néanmoins interprété par Nicolas Oikonomidès comme une autre influence de la fiscalité ottomane, puisque – d’après lui – le droit islamique prescrirait que toutes les terres doivent appartenir au souverain613. Jusqu’à une date récente, un grand nombre de byzantinistes ont adhéré à cette hypothèse.

  • 614 Smyrlis, The State, the Land and Private Property.
  • 615 Sur les palaiochôria, voir supra, p. 483-484.
  • 616 Lavra III, no 161, l. 48-50.
  • 617 Vatopédi III, no 214, l. 7-8 : εὐεργετοῦμεν αὐτῆ ὃ ἤτησε, τὸ εἰρημένον ἥμισυ ἡμέτερον τῆς γῆς τοῦ ε (...)
  • 618 Ibid., no 200, l. 37-39 et no 211, l. 28-30.

120Le problème de la fiscalité foncière en Macédoine au début du xve siècle a été récemment évoqué par Kostis Smyrlis qui, après avoir procédé à une étude détaillée des sources, est arrivé à la conclusion que la terre n’avait pas cessé d’être un bien imposable en Macédoine dans le premier quart du xve siècle614. Smyrlis a mis par exemple à contribution l’acte de Paulos Gazès et de Géôrgios Prinkèps de 1409, par lequel le monastère de Lavra échange avec le fisc quelques biens en Chalcidique. Dans ce document, il est question de terres, dont plusieurs sont qualifiées de palaiochôria615, de moulins à eau, de vignobles et de jardins. L’acte dit que les moines sont propriétaires de la moitié des parèques, de la terre et de l’eau du palaiochôrion de Sykai, dans la région de Rentina616. Smyrlis mentionne aussi un acte de 1420, tiré des archives de Vatopédi, par lequel le despote Andronikos Palaiologos ordonne la restitution à ce monastère de la totalité du village de Sôsiana « avec toute sa terre »617. Enfin, il rappelle que deux documents de 1409 et 1418 s’appuient sur un acte de délimitation de la terre de Stylarion, signé par le recenseur Laskaris Métochitès en mars 1376, pour prouver les droits de possession du monastère de Vatopédi sur ce terrain618.

  • 619 Sur ce collège de recenseurs, voir supra, p. 408.
  • 620 Cf. Dionysiou, no 20. En août 1408, un mois avant sa mort, l’empereur Jean VII avait donné au monas (...)
  • 621 Docheiariou, no 53, l. 26-29 : ἔτι τὲ τὰ ἐν τοῖς τοιούτοις χωρίοις δουλικὰ ζευγάρια τῆς μονῆς ἐλεύθ (...)

121Aux exemples donnés par Smyrlis, on pourrait ajouter l’acte de Dionysiou no 20, un acte de mise en possession (engraphos paradosis) établi par le collège de recenseurs Radènos-Oinaiôtès-Hidrôménos-Radènos619, relatif à une terre de 10 zeugaria dans la presqu’île de Kassandreia, en Macédoine620. L’acte contient la délimitation (périorismos) du domaine, qui fait 2 135 modioi. De même, un passage du praktikon de 1409 pour Docheiariou évoque l’impôt foncier : « Que les terres du monastère (doulika zeugaria) dans ces villages [soient] exemptées, telles qu’elles sont, à l’abri de toute charge fiscale et toute autre réclamation impériale ; de même, pour les moulins à eau du monastère à Hermèleia et à Mariana, les vignes, vergers et arbres fruitiers, ainsi que leur pêcherie à Kalokampos621. » On pourrait enfin rappeler ici tout ce que l’on a dit dans les pages précédentes sur le zeugèlateion de Lantzou. Les allusions aux droits de possession de quelques terrains et aux actes de mise en possession établis par les agents du fisc au début du xve siècle suggèrent en fait que l’imposition fiscale de la terre n’avait pas disparu à cette époque dans les provinces byzantines.

L’ennomion : la taxe sur le bétail

  • 622 Sur l’ennomion, voir Oikonomidès, Fiscalité, p. 72-76 (avec bibliographie), et ODB, s.v. ennomion [ (...)
  • 623 Voir par exemple l’acte Patmos II, no 50 (praktikon de 1073).
  • 624 Voir par exemple l’acte Lavra II, no 109 (praktikon de 1321), l. 972-973 et 985-987. Le ratio de 1 (...)
  • 625 C’est le cas par exemple dans l’acte Iviron III, no 86 (praktikon de 1341), dans lequel l’ennomion (...)

122Le terme ennomion est connu dès la période hellénistique. À Byzance, il est attesté pour la première fois dans la Peira (xie siècle), mais il est probable qu’il ait déjà été employé auparavant622. D’après les sources des xie-xiie siècles, l’ennomion semble avoir été une redevance versée par le propriétaire du bétail au propriétaire du terrain de pâturage. De ce point de vue, l’ennomion est assimilé à une dîme623, payée en espèces et proportionnelle au nombre de têtes de bétail624. Les actes de la période ultérieure (quelques-uns déjà au xiie siècle) témoignent ensuite d’une évolution de l’ennomion qui devint un impôt régulier perçu par l’État625.

  • 626 Voir par exemple Pantocrator, no26 (praktikon de 1464), l. 28-29 : « [Les moines du Pantocrator] on (...)
  • 627 On constate une différence dans l’attitude de l’État à l’égard de cet impôt selon les régions. Par (...)

123Dans la première moitié du xve siècle, l’ennomion était en effet payé au fisc. À cette époque, lorsque les souverains et les gouverneurs des provinces (en particulier ceux de l’île de Lemnos) accordaient des pâturages aux grands monastères, ils gardaient le revenu de l’ennomion au profit des caisses de l’État. Il arrivait parfois qu’ils exemptent un monastère du paiement de l’ennomion pour un nombre déterminé de têtes de bétail, mais il s’agissait toujours d’une franchise partielle626. En général, l’État se montrait particulièrement attaché à ses droits sur l’ennomion ; cela doit s’expliquer par l’importance économique acquise par l’élevage à cette époque627.

  • 628 Cf. Vatopédi III, no 236 (praktikon de 1463), l.75 : ἰδίος δὲ ἵνα λαμβάνει ἡ μονῆ καὶ τὸ ενὄμιν τῶν (...)

124La transformation de l’ennomion en impôt régulier ne semble pas avoir entraîné pour autant la disparition complète des redevances perçues par les propriétaires de pâturages. Ceux-ci semblent avoir continué à collecter des redevances des paysans qui faisaient paître le bétail sur leurs terres628.

Une fiscalité adaptée aux besoins de l’époque : le versement de fournitures en nature

  • 629 La bibliographie sur l’oikomodion à l’époque mésobyzantine est abondante : voir en dernier lieu Oik (...)
  • 630 Sur l’oikomodion à l’époque des Paléologues, voir Dionysiou, p. 153-154, et Kontogiannopoulou. La f (...)
  • 631 Le versement en blé et en orge est parfois exprimé par le terme composé σιτόκριθον : Xéropotamou, n(...)
  • 632 Les calculs ont été réalisés à partir des données fournies par Schilbach, Metrologie, p. 67-70 (zeu (...)

125La documentation de l’époque tardive parle de nombreux versements en nature au fisc. C’est le cas par exemple de la taxe appelée oikomodion. Le nom est bien attesté dans la documentation byzantine depuis le xie siècle : il s’agissait d’un impôt secondaire, dont le taux était faible629. Au début de l’époque des Paléologues, il figure toujours parmi la liste des impôts supplémentaires (épèreiai)630. Selon Oikonomidès, à cette époque, c’était une prestation payée en nature et calculée en proportion de l’impôt de base, à raison de 0,5 ou 1 modios de blé et 0,5 ou 1 modios d’orge pour un impôt annuel de 1 à 3 hyperpres631. Ce n’était pas en effet un impôt très lourd : 35 litres de blé par hectare de terre, soit 0,5 % de la récolte d’après les rendements céréaliers des terres de Macédoine calculés pour le xive siècle632.

  • 633 L’existence de cet impôt à Lemnos à la fin de la période n’a pas été relevée par A. Kontogiannopoul (...)
  • 634 Dionysiou, no 26, l. 13-14.

126Dès la seconde moitié du xive siècle, l’oikomodion devient une prestation régulière et son importance s’accroît de manière considérable en raison des besoins en ravitaillement des principaux centres urbains de l’Empire. Les sources relatives à Lemnos de la fin du xive et du début du xve siècle y font régulièrement allusion parmi les taxes versées à l’État633. En août 1430, le despote Dèmètrios Palaiologos, à l’époque gouverneur de Lemnos, délivra en faveur du monastère de Dionysiou un horismos par lequel il accordait aux moines une rente annuelle en vivres de 8 modioi de blé, qui devait être prélevée sur le revenu de l’oikomodion (ἀπὸ τοῦ οἰκομοδίου) et versée à ce couvent par les fonctionnaires chargés de la perception de cet impôt dans l’île (οἱ κατὰ καιροὺς διενεργοῦντες τὸ οἰκομόδιον ὑπηρέται τοῦ δημοσίου)634. Le despote ne faisait là que rétablir une ancienne rente en nature que l’empereur Jean V avait accordée aux moines de Dionysiou et que l’empereur Jean VIII leur avait ensuite retirée en échange de quelques terres dans la région de Bounéada.

  • 635 Ibid., no 5.

127Les archives de Dionysiou ont conservé l’acte de donation de Jean V. Il s’agit d’un prostagma délivré le 3 juin 1382, par lequel l’empereur exemptait les moines du paiement de tout impôt pour leurs biens situés dans l’île de Lemnos et leur accordait une rente annuelle en vivres de 16 modioi de blé, 4 modioi de légumes secs et 3 kantaria de fromage, qui devaient être pris – dit l’acte – sur les « revenus fiscaux » de Lemnos (ἀπὸ τῶν ἐν τῆ τοιαύτη νήσω Λήμνω δημοσιακῶν δουλειῶν)635.

  • 636 Lavra III, no 169, l. 13-16 : ὀφείλουσι τοίνυν καὶ οἱ κατὰ καιροὺς εἰς τὴν Λῆμνον κεφαλατικεύοντες (...)

128Un acte des archives de Lavra fournit un autre exemple de donation à un monastère de vivres pris sur les revenus de Lemnos. En 1445, l’empereur Jean VIII délivra un prostagma en faveur du monastère de Tous-les-Saints, par lequel il accordait à cet établissement, récemment fondé à l’Athos, une rente annuelle de 3 modioi de blé et 2 modioi de légumes secs, qui devait être prélevée sur les revenus de Lemnos636.

  • 637 Ibid., no 157.
  • 638 Ibid., l. 6-8 et 14-16 (reprise du dispositif) : ὑπάρχωσι δὲ καὶ τὰ ἐν ἀυτοῖς τοῖς κατὰ τὴν Λῆμνον (...)
  • 639 Ibid., l. 17-20.

129À propos du versement de redevances en nature, il convient d’étudier un dernier document important qui est conservé dans les archives de Lavra. Il s’agit d’un prostagma délivré par Manuel II en mai 1405 en faveur des moines de ce monastère637. L’importance de cet acte réside dans le fait qu’il parle du rôle de ces prélèvements en nature pour le ravitaillement de Constantinople durant le siège de Bayezid Ier (1394-1402). Dans ce prostagma, l’empereur rapporte que les moines avaient demandé que les doulika zeugaria des métochia de Lavra à Lemnos (c’est-àdire les terres appartenant au monastère en pleine propriété) soient libres et exemptés de la livraison habituelle de blé à raison de 2 modioi par zeugarion et au prix d’achat de 4 hyperpres le modios638. L’empereur accédait à leur demande, mais précisait que « s’il survenait une disette à Constantinople, en ce cas [les moines] seraient soumis à la fourniture régulière de blé, car il est juste alors que tous viennent en aide à celle qui est la mère de toutes les autres villes639 ».

  • 640 Selon Oikonomidès cette redevance serait toujours restée une charge supplémentaire et elle n’aurait (...)
  • 641 Oikonomidès, Fiscalité, p. 97-99.

130L’allusion dans cet acte au prix d’achat du modios de blé sur le marché implique que les grands propriétaires étaient dans l’obligation de vendre à l’État une partie de leur production de blé à un prix fixé d’avance. Cette vente « forcée » d’un produit agricole était connue de la fiscalité byzantine depuis l’Antiquité tardive. À l’époque des « siècles obscurs » (viie-viiie siècle), elle était appelée synônè et, selon plusieurs spécialistes, son rôle aurait alors été très important en raison du déclin de la circulation monétaire. La synônè aurait été ensuite progressivement remplacée par un paiement en espèces, acquitté par tous les cultivateurs de l’Empire, propriétaires ou non, ayant un statut économique relativement aisé640. Parallèlement à la « monétarisation » de la synônè apparut une nouvelle charge qui avait pour objet la livraison obligatoire de denrées agricoles à l’État ; son nom, exônèsis, soit « achat », suggère l’obligation de vendre à l’État une partie de la récolte. Les produits ainsi acquis semblent avoir été dès l’époque mésobyzantine destinés à l’approvisionnement de Constantinople641.

  • 642 Sur la sitarkia, voir en premier lieu Oikonomidès, The Role of the Byzantine State, p. 1037. Kontog (...)
  • 643 Mošin, Akti.

131Au début de l’époque des Paléologues, le terme d’exônèsis disparaît des sources et d’autres expressions viennent le remplacer pour indiquer le versement de denrées, destiné à assurer le ravitaillement des centres urbains. Par exemple, au xiiie siècle, on trouve une prestation en blé appelée sitarkisè kastrou, qui concernait vraisemblablement l’approvisionnement des places fortifiées. Dans la première moitié du xive siècle, il est aussi question d’un impôt nommé sitarkia, payé en espèces642. Vladimir Mošin a pensé que la sitarkia et l’oikomodion étaient des charges proches643, dont la principale différence était le mode de perception : la première en espèces et la seconde en nature.

  • 644 Les gouverneurs achetaient de denrées sur le marché pour l’approvisionnement des milices locales : (...)

132Il est difficile de dire si la sitarkia continuait à exister dans l’Empire byzantin du xve siècle. L’obligation de vendre à l’État 2 modioi de grain par zeugarion, mentionnée dans le prostagma de Manuel II de 1405, pourrait concerner le même impôt que l’oikomodion puisqu’il s’agit de la même quantité de céréales. En effet, l’indication du prix d’achat des céréales ne signifiait pas que l’État payait cette somme au monastère, mais elle servait simplement pour indiquer la quantité de blé versée au prix d’achat prioritaire acquitté par les fonctionnaires de l’État644.

  • 645 Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 10, et Id., The Role of the Byzantine State, p. 1038.
  • 646 Vatopédi III, no 199, l. 19-21.
  • 647 Lavra III, no 161, l. 37-38 : τοῦ κοκκιατικοῦ τοῦ παρὰ τῶν ζευγαρίων τῶν παροίκων ὀφειλομένου· τὰ γ (...)
  • 648 Ibid., no 162, l. 24.

133Outre l’oikomodion, les sources du xve siècle parlent aussi d’un nouveau versement en nature : le kokkiatikon. Selon Oikonomidès, il aurait été créé par Manuel II dans le but de financer la reconstruction d’une flotte de guerre. En effet, le terme kokkiatikon dérive du mot latin coca, qui désigne un type de navire645. Dans son prostagma de décembre 1408 pour l’ensemble des monastères de l’Athos, Manuel II autorisait les moines à ne plus verser « le koilon de blé par zeugarion pour la biscotte des galères » (ζευγάριν κοιλὸν σιτάριν ὑπὲρ ἀπαξειμαδίου τῶν κατέργων) dans les terres qu’ils exploitaient directement (doulika zeugaria), même s’il ordonnait que les parèques des moines (qui exploitaient leurs terres en régime de location) continuent à payer cette redevance646. Peu de temps après, en 1409, les recenseurs de la province de Macédoine procédèrent à l’application des mesures prises par l’empereur dans ce prostagma pour l’Athos : « Quant au kokkiatikon versé par les parèques au titre de leurs terres, en effet, les terres du monastère ne doivent rien payer à ce sujet647. » L’exemption du paiement du kokkiatikon fut confirmée en avril 1409 par une ordonnance du despote Andronikos Palaiologos648.

  • 649 Ibid., no 164, l. 22-24: ταῦτα πάντα ὀφείλει κατέχειν εἰρημένος θεῖος ναὸς […] ἐλεύθερα καὶ ἀκατα (...)
  • 650 Ibid., no 167, l. 22-23.

134Le terme kokkiatikon apparaît aussi dans la documentation relative à Lemnos. Dans leur praktikon de 1415 pour Lavra, les recenseurs Paulos Gazès et le hiéromoine Iôasaph exemptaient les biens de l’église de la Zôodochos Pègè du paiement du kokkiatikon et de l’oikomodion649. Dans un horismos de décembre 1429, le despote Dèmètrios Palaiologos ordonna aux agents du fisc de ne pas exiger des parèques du monastère de Lavra le paiement du kokkiatikon, car les moines en avaient été exemptés par chrysobulle650.

135La mise en place de ces versements en nature afin d’approvisionner les principaux centres urbains et de constituer une nouvelle flotte sont certainement à mettre en rapport avec l’ensemble des mesures prises par l’État byzantin dès le milieu du xive siècle afin d’assurer la protection de ses frontières.

***

136La fiscalité byzantine durant la période tardive demeure un sujet mal connu. L’une des raisons de cette difficulté – mis à part le manque habituel de sources byzantines – vient souvent du fait que l’on ne connaît encore que de manière imprécise la fiscalité de la période précédente. Toutefois, on a constaté une continuité entre le système d’imposition paysanne au début du xive et celui du début du xve siècle. L’hypothèse d’Oikonomidès selon laquelle la fiscalité byzantine de la fin de la période tardive aurait subi une importante influence de la fiscalité ottomane est à rejeter totalement. Il n’en est pas moins vrai que la période de la domination turque entraîna des changements dans la fiscalité, mais plutôt en raison de transformations internes dans l’organisation sociale de la production : elle imposa par exemple des changement notables dans le régime de la propriété foncière et un fort appauvrissement des contribuables. Au xve siècle, la plupart des paysans byzantins semblent appartenir à la catégorie des proskathèménoi, qui étaient – on l’a vu – des paysans ne possédant presque aucun bien en pleine propriété et qui travaillaient les terres d’un grand propriétaire foncier ou de l’État. Cette quasi-absence de biens détenus en pleine propriété suffit à expliquer le mode bref et simplifié d’enregistrement des parèques dans les praktika byzantins tardifs.

137La politique de confiscations poursuivie par le souverain Bayezid Ier aurait fini par dépouiller le paysan byzantin des derniers biens fonciers qui lui restaient en pleine propriété. Il serait néanmoins inexact d’attribuer l’entière responsabilité de cet appauvrissement à la période de la domination ottomane, car la condition économique du parèque avait commencé à se dégrader dès le début du xive siècle, voire plus tôt, en raison des crises périodiques et des bouleversements politiques. Ce changement dans le statut de la paysannerie aura entraîné aussi des transformations dans la mise en exploitation des biens fonciers. En effet, il se peut que le faire-valoir direct ait à cette époque gagné de l’importance par rapport au mode d’exploitation indirect qui avait prévalu durant la période précédente.

138Le changement dans le niveau de richesse des paysans byzantins et dans la forme d’exploitation des grands domaines eut aussi des conséquences néfastes sur la rente foncière des grands propriétaires et de l’État. Toutefois, cette diminution des revenus fiscaux fut peut-être compensée par la commercialisation des produits agricoles.

Notes

463 Voir par exemple Kontogiannopoulou, La fiscalité sous les Paléologues, p. 50 : « La diminution du nombre des impôts à partir du milieu du 14e siècle, et notamment au 15e siècle, est un indice de la dévastation que les finances publiques avaient subie pendant les guerres civiles, la fiscalité ne pouvant plus fonctionner régulièrement. »

464 La plupart de ces historiens postulent aussi que l’Empire avait perdu ses dernières ressources financières, celles tirées du commerce, au profit des puissances italiennes. Sur cette question, voir infra, chapitre XII.

465 Pour cette époque, on n’a pas conservé, comme c’est le cas pour des époques précédentes, de traités fiscaux ou de sources législatives. Les sources athonites sont certes très riches, mais il s’agit d’une documentation biaisée, car elle ne concerne, dans la plupart des cas, que les grands domaines monastiques.

466 La plupart des actes relatifs à Lemnos pour cette époque sont conservés dans les archives du monastère de Vatopédi, dont l’édition est récente.

467 En 1958, Ostrogorsky, État tributaire, a été le premier à soulever le problème de la fiscalité byzantine à l’époque tardive. Il ne s’est néanmoins intéressé qu’à l’emploi du terme haradj dans les sources byzantines ; d’après lui, il se serait agi d’une taxe spéciale qui frappait les biens des chrétiens sous domination ottomane. Plus tard, d’autres historiens ont abordé la question d’une manière plus large ; entre autres H. Inalcik, The Problem of Relationship between Byzantine and Ottoman Taxation, dans Akten des XI. Internat. Byzantinistenkongresses, Munich 1960, p. 237-242 ; B. Cvetkova, Influence exercée par certaines institutions de Byzance et des Balkans du Moyen Âge sur le système féodal ottoman, Byzantinobulgarica 1, 1962, p. 237-257 ; A. Bakalopoulos, Ἱστορία τοῦ νέου ἐλληνισμοῦ, t. 2, Thessalonique 1964, p. 21 ; H. Inalcik, Turkish Archival Materials and Byzantine History, dans Eighth Annual Byzantine Studies Conference, University of Chicago 1982. Abstracts of Papers, Chicago 1982, 21-22 ; et Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 64-75. La plupart de ces travaux sont antérieurs à ceux d’Oikonomidès (voir note suivante).

468 Oikonomidès, Le haradj. Cette première étude s’attarde surtout sur le sens du terme haradj et demeure prudente quant au véritable poids de l’influence ottomane sur les structures byzantines : « La facilité avec laquelle la fiscalité ottomane a été acceptée, l’équivalence évidente entre le haradj et le στιχικὸν τέλος, invitent à penser que le régime fiscal des Ottomans, tel qu’il était appliqué dans la région de Thessalonique dans les dernières années du xive siècle, devait présenter des ressemblances avec celui des Byzantins. Influence réciproque ou unilatérale ? » (ibid., p. 687).

469 Cf. Oikonomidès dans Docheiariou, p. 274 : « Étant donné que la description détaillée subsiste à Lemnos pendant le xve s., mais disparaît dans la région de Thessalonique qui, elle, avait subi l’occupation turque et dans laquelle les autorités byzantines appliquaient le système d’imposition turc (haradj), on peut se demander si cette sobriété des praktika n’est pas due à l’influence de l’administration ottomane de la fin du xive s. Cette même influence expliquerait aussi pourquoi les veuves constituent ici une catégorie fiscale à part. »

470 Cf. Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 2: « Byzantine fiscal practices have received a demonstrably important Ottoman influence […] The institutional innovations which can be recorded, can be attributed to the Ottomans provided that they do not appear at the same time in regions which did not know any Ottoman occupation. For all practical purposes, we are limited in comparing Thessalonica and Chalcidike to the island of Lemnos, both reasonably well known thanks to the monastic archives of Mount Athos. »

471 Sur les praktika, voir supra, p. 74.

472 Cf. Lefort, Praktika du xive siècle, p. 465.

473 Avant la liste des biens, le praktikon commence toujours par une formule expliquant le procédé suivi par le recenseur : Lefort, Fiscalité, p. 317 [26].

474 Parfois on enregistrait les délimitations des biens fonciers et les listes de paysans dans deux actes différents : cf. par exemple Lavra II, nos 108 et 109, datés de 1321.

475 On a conservé sept praktika pour les biens des Athonites en Macédoine datant du premier quart du xve siècle : Vatopédi III, no 189 (septembre 1404) ; ibid., no 200 (avril 1409) ; Lavra III, no 161 (avril 1409) ; Docheiariou, no 53 (mai 1409) ; Vatopédi III, no 211 (septembre 1418) ; Lavra III, no 165 (janvier 1420) ; et Vatopédi III, no 216 (août 1420).

476 Cf. Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 11-13. Pour les praktika pour Lemnos, voir infra, p. 464-467.

477 Lavra III, no 161, l. 24 (dans le village de Drymosyrta, katépanikion de Kalamaria).

478 Ibid., l. 25 (même village).

479 Voir aussi Vatopédi III, no 200 (1409), l. 17 : ὁμοῦ φαμελίαι ι´, χήρα μία, νομίσματα λη´. La même distinction entre contribuables se trouve dans une ordonnance impériale de la même époque : il s’agit d’un prostagma, daté de 1404 (Vatopédi III, no 188), par lequel Jean VII accorde aux moines de Vatopédi la possession de 16 paysans et de 2 veuves (l. 2, τοὺς εἰκοσιἕξ ἀνθρώπους αὐτῶν μετὰ καὶ τῶν δύο χηρῶν γυναικῶν). Les termes φαμελία (famille) et ἄνθρωπος (homme) sont souvent employés à cette époque pour désigner les feux paysans.

480 Cf. Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 12.

481 Ibid., p. 12-13: « The land was no longer considered as a source of tax per se […] Here again the change may be attributed to the Ottomans. In the defters, land does not appear normally as a taxable commodity, not even in the detailed defters […] Land is taxed through the persons who exploit it. Very seldom are pieces of land mentioned as producing an income per se. » Voir aussi Kravari, L’enregistrement des paysans, p. 197.

482 Cf. Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 5-10. Voir aussi son premier article sur la question, Oikonomidès, Le haradj, et quelques allusions dans Docheiariou.

483 Le terme apparaît dans six actes portant sur la situation fiscale des biens fonciers en Macédoine : quatre actes impériaux (cf. infra) et deux actes de l’administration, un praktikon, Lavra III, no 161 (avril 1409), l. 66, et un acte d’un fonctionnaire, Vatopédi III, no 206 (février 1415), l. 13.

484 Sur le haradj, voir H. Inalcik, dans EI2, t. 2, p. 576-580 (art. djizya), et C. Orhonlu, dans EI2, t. 4, p. 1085-1087 (art. kharadj, III. – Turquie ottomane) concernant surtout l’époque moderne. On lira également avec profit la contribution de Cl. Cahen dans EI2, t. 4, p. 1062-1066 (art. kharadj, I. – Islam classique), pour les premiers usages de cet impôt dans les pays islamiques. Le haradj était aussi appliqué dans le système fiscal d’Iran à l’époque ilkhanide : voir A. K. S. Lambton dans EI2, t. 4, p. 1066-1085 (art. kharadj, II. – Iran). L’étymologie du terme haradj n’est pas claire ; l’hypothèse selon laquelle il dériverait du grec χορηγία (cf. P. Schwarz, Die Herkunft von arabisch harãğ (Grund -) steuer, Der Islam 6, 1916, p. 97-99) n’est appuyée sur aucun document historique : la lecture par V. Mošin du terme χορηγεῖον dans un acte de l’empereur Manuel II daté de 1408 (= Vatopédi III, no 199), qui viendrait soutenir cette interprétation, comme l’avait cru dans un premier temps Oikonomidès (cf. Oikonomidès, Le haradj, p. 684-685), a été depuis corrigée par Lemerle dans Lavra IV, p. 56, n. 257 (« l. 18, χαράτζιν »). La même remarque que celle de Lemerle figure dans Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 67-68. Il ne faut pas confondre le haradj, taxe foncière, avec le bash-haradj qui était une capitation.

485 Ostrogorsky, État tributaire, a été le premier à relever l’emploi du terme haradj dans la documentation byzantine. Il postulait que le haradj était une taxe spéciale versée au souverain turc par tous les contribuables chrétiens à titre de tribut. Son hypothèse a été contestée par Oikonomidès, Le haradj, qui a démontré l’équivalence entre le haradj et les termes télos et stichikon télos, en mettant à contribution plusieurs actes athonites, tout particulièrement l’acte Docheiariou, no 52 (prostagma de Manuel II 1409/1414), l. 10-11 (περὶ τοῦ τέλους, ὃ ἔδιδον εἰς τοὺς Τούρκους, όνομαζόμενον παρ᾽ἐκείνοις χαράτζιν).

486 Vatopédi III, no 191, l. 29-30.

487 Il s’agit du traité conclu entre l’empereur byzantin et le prince Süleymân Çelebi consécutif à la défaite ottomane d’Ankara (juillet 1402), sur lequel voir supra, p. 316-322 (éd. Dennis, Treaty of 1403).

488 Oikonomidès, Le haradj, p. 682, cite le passage suivant du traité : ho dado Salonichi cum lo so cula et quelo che li daua a mio pare [] franco et libero, io le ho dade senza alguni tributi a mio pare lo imperador et a lo imperio de Griesi, [] franche senza algun tributo. Selon Oikonomidès, ces lignes montrent qu’« en 1403, l’État byzantin, se substitue à l’Empire ottoman en Macédoine » et que désormais « il a le droit de percevoir les impôts que les Ottomans percevaient ». Plus loin, l’auteur ajoute qu’« il est évident que Byzance a voulu garder le statu quo fiscal dans les régions recouvrées » (p. 687). Voir aussi Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 2-4: « As far as taxes and their collection were concerned, the Byzantine Emperor considered himself as the direct successor of the Sultan. »

489 Je ne parlerai pas ici de tous les impôts étudiés par Oikonomidès, mais seulement de ceux dont l’origine ottomane lui semble la plus sûre. Pour les autres, voir Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 5-10.

490 Cf. ibid., p. 14-24.

491 Oikonomidès a constaté qu’à cette époque, le terme zeugarion (Schilbach, Metrologie, p. 67-70) sert à désigner une surface de terre allant selon les régions de 134 à 250 modioi, voire davantage, ce qui correspond presque au double du zeugarion des époques antérieures. Il a rapproché ces dimensions de celles d’un čift ottoman, mais sans y voir pour autant cette fois une influence ottomane. Il a attribué cette différence à une pression démographique très faible, imposant aux paysans de cultiver des parcelles plus étendues. Voir, outre les travaux d’Oikonomidès déjà cités, ses remarques dans Dionysiou, p. 146 : « Cela me semble indiquer un fort affaiblissement démographique dans la région. »

492 Oikonomidès a observé que l’impôt de base augmenta entre le xive et le xve siècle (cf. Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 19 : « What is very spectacular is the increase of the tax from the xivth to the xvth century »), mais qu’au contraire, la plupart des taxes secondaires disparurent. À partir de l’étude des taxes versées par un parèque de Macédoine au début du xive siècle et par un autre au début du xve siècle, Oikonomidès a constaté que le fardeau fiscal avait diminué considérablement entre les deux époques, en raison de la suppression de la plupart des charges supplémentaires (cf. Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 23 : « According to the xivth century Byzantine system, this peasant should have paid in taxes and rent the equivalent of 52-37 nomismata […] ; according to the xvth century Ottoman system, he should have paid only 27 nomismata »).

493 Beldiceanu, Nasturel, Droits sur la terre.

494 J’ai eu accès aux conclusions de leurs recherches à travers des notes manuscrites de leurs séminaires à l’EPHE – IVe section, mais aussi grâce à la disponibilité dont ils ont fait preuve pour discuter avec moi de ces sujets. Je tiens à leur exprimer ici mes plus vifs remerciements pour leur amabilité et leur générosité scientifique.

495 Voir par exemple Inalcik, The Problem of Relationship, et Cvetkova, Influence (cités supra, n. 467).

496 Dans ces régions, il y a une survivance du système malikane-divane : cf. I. Beldiceanu-Steinherr, Fiscalité et formes de possession de la terre arable dans l’Anatolie préottomane, Journal of the Economic and Social History of the Orient 19/3, 1976, p. 233-322.

497 Voir l’article de Beldiceanu-Steinherr, Bithynie maritime.

498 Beldiceanu, La communauté juive de Trikala.

499 Pantocrator, Appendice, l. 49-62 : Νικόλαος ὁ Καρτζαμπλᾶς ἔχει γυναῖκα Φεγγώ, παιδία Μανουὴλ, Δημήτριον καὶ Γεώργιον, ὁσπήτι εἰς τὸ κάστρον ἀνώγι καὶ κατώγι, καὶ ἄλλο χαμώγι, τὰ ὁποῖα ἀγόρασεν ἀπὸ τὸν Στρογγυλὸν, καὶ εἰς τὸ χωρίον τοῦ Κέρδου ἔχει ἄλλα ὁσπήτια μὲ αὐλὴν καὶ ἁλωνοτόπι, ζευγάρι μισό, ἄλογα δύω, γαϊδούρια δύω, πρόβατα 50, χοίρους 8, ἀμπέλι εἰς τοὺ Γερνᾶ καὶ εἰς τὸ Πλακωτὸν κοντὰ εἰς τῆς Εἰρήνης τοῦ Ἁλιζέου μοδίων ἑνὸς ἥμισυ· ἐδόθη εἰς αὐτὸν καὶ ἀπὸ τὴν γῆν τοῦ χωρίου, […] καὶ εἶναι γῆ μοδίων τετρακοσίων· ἔχει καὶ ἀμπελοτόπι μοδίου μισοῦ· καὶ ἄλλην γῆν εἰς τὸ αὐτὸ χωρίον, […] καὶ εἶναι γῆ μοδίων ἑκατὸν πεντῆκοντα· ἔχει ἄλλην γῆν εἰς τοῦ Σγούρου κοντὰ εἰς τοῦ γαμβροῦ του καὶ εἰς τὴν τοῦ Μοναχίτου μοδίων πενῆντα· ἔχει νὰ δίδῃ δόσιμον ὑπέρπυ. δώδεκα, βιγλιάτικον ὑπέρπυρα τρία. ὅλη ἡ γῆ τούτου εἶναι μοδίων 600. Je rappele que l’acte Pantocrator, Appendice, est une traduction en grec moderne de l’acte original, qui est perdu.

500 Cf. Kravari, L’enregistrement des paysans, p. 199.

501 Dionysiou, no 21, l. 1-3 : ἀρχόμεθα γράφειν τα ὁροθέσια τῶν χοραφίων τῆς Βουνεάδας καταλεπτὸν ἐκ τὴν μεγάλην θέσιν τῆς Λήμνου : Κώστας ὁ Λαγκαδιώτης ἔχει οἴκημα… La confusion entre praktikon et acte de recensement résulte parfois des titres imprécis attribués aux actes par les éditeurs des volumes de la collection des Archives de l’Athos : l’acte Dionysiou, no 21 est ainsi qualifié par son éditeur, N. Oikonomidès, de « description de bornes », alors que l’acte Docheiariou, no 60, dont la teneur est presque identique, porte le titre de praktikon. La dénomination la plus juste est sans doute celle donnée par V. Kravari à propos de l’acte du Pantokratôr publié en appendice au même volume : « recensement de six tenures ». Comme on l’a rappelé au début de ce chapitre et dans la première partie de cette étude, un praktikon est simplement l’attribution par l’État d’une rente fiscale à un bénéficiaire, alors que la catégorie des « actes de recensement » est plus large ; on peut y inclure aussi un extrait tiré du cadastre, comportant une description de biens fonciers avec mention de l’impôt qui les grève. Sur l’existence, contestée par certains historiens (Svoronos, Oikonomidès), d’un cadastre à l’époque des Paléologues, voir Lefort, Praktika du xive siècle. Sur la mégalè thésis de Lemnos, voir Dionysiou, p. 141-143. En général sur cette question, voir Estangüi Gómez, Quelques paysans aisés.

502 On retrouve ici un procédé semblable à celui des isokôdika du xiie siècle. Sur cette question, voir Oikonomidès, Fiscalité, p. 63-64 : « Au-delà de la preuve de propriété, l’isokôdikon fournissait aussi la description détaillée de la terre et les impôts dus par les cultivateurs qui y vivaient […] il servait de base pour la rédaction du praktikon. »

503 Ces deux actes des archives de Vatopédi sont restés inédits jusqu’à présent.

504 Vatopédi III, no 227, l. 126 et 134, et no 236, l. 84. Concernant l’utilisation de cette expression pour désigner un praktikon, voir Kravari, L’enregistrement des paysans, p. 187-188, n. 3.

505 Voir d’autres praktika conservés pour Lemnos au xve siècle : Lavra III, no 164 (août 1415) ; Dionysiou, no 25 (mai 1430) ; Pantocrator, no 25 (septembre 1442) ; inédit de Saint-Paul de janvier 1463 (cf. Chrysochoïdès, Catalogue Saint-Paul, p. 261) ; Pantocrator, no 26 (mars 1464) ; et Phil. Suppl., no 7 (sans date).

506 Quelques différences subsistent néanmoins entre les deux descriptions : la plus importante est la mention, en Macédoine, de l’impôt de base pour chaque feu paysan. Cela est dû simplement au fait que les paysans de Vatopédi à Lemnos étaient exemptés du paiement des impôts (cf. supra, p. 170-173).

507 Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 13, n. 50: « Paul Gazes became apographeus of Lemnos in 1415: would this have been part of an effort to “export” the fiscal system of Thessalonica? »

508 L’acte n’est pas signé ; pour l’identification du recenseur, voir supra, p. 369.

509 Vatopédi II, no 147. Pour la date de cet acte, voir Oikonomidès, À propos des armées, p. 360, n. 50.

510 Sur les modalités d’établissement de l’impôt dans la première moitié du xive siècle, voir Lefort, Fiscalité.

511 Vatopédi II, no 82, l. 40-41 : οἱ δὲ προσκαθήμενοι τῶν εἰρημένων ζευγηλατείων τοῦ τε Κομανίτζη καὶ τοῦ Μακροχωρίου ἔχουσι κατ᾽ὄνομα οὕτως [suit la liste des paysans].

512 Cf. par exemple ibid., l. 44-45 : Νικόλαος ὁ Γεγραμμένος ἔχει γυναῖκα Μαρίαν, βοΐδιον, ἀργόν ; ou l. 47, Μανουὴλ ὁ Ἰωνᾶς, ἔχει γυναῖκα Ἄνναν, βοΐδιον.

513 Sur les proskathèménoi, voir Kravari, L’enregistrement des paysans, p. 195, n. 45. Certains actes, qui étaient à l’époque encore inédits, ont été publiés depuis dans la collection des Archives de l’Athos. Un proskathèménos était redevable au moins du paiement de l’impôt personnel. Si, dans certains actes, il n’est pas question de cet impôt, c’est que les paysans jouissent d’une exemption fiscale.

514 Vatopédi II, no 81.

515 Le terme hypotélès est difficile à interpréter. Pour Lefort, Fiscalité, p. 340-341 [46-48], il pourrait désigner la vigne qui est imposée à un taux inférieur au taux normal, parce qu’une partie de l’impôt irait au fisc.

516 Là où Makrènos écrit boïdion (un bœuf), Batatzès mentionne un demi-zeugarion, ce qui revient au même. En revanche, Batatzès omet les surnoms et n’enregistre que les prénoms. Pour le reste, nous sommes devant le même principe de rédaction : pas de biens fonciers, un peu de bétail, quelques animaux de trait, et pas d’impôt.

517 Les biens décrits dans un praktikon appartiennent au parèque en pleine propriété. En revanche, la parcelle de terre qui constituait la partie la plus importante de l’exploitation paysanne n’apparaît jamais dans les actes fiscaux, parce qu’elle n’est pas la propriété du parèque. Il s’agit généralement de la propriété de l’État ou d’un puissant qui l’a cédée au parèque à titre de bail perpétuel transmissible de père en fils (statut de la paroikia). La quantité de terre exploitée par un parèque dépendait de la force de travail dont il disposait, c’est-à-dire du nombre d’animaux de trait et des enfants d’âge adulte. On notera que cette capacité de travail est décrite dans les praktika, permettant aux agents du fisc de connaître la quantité de terre mise en exploitation par le feu paysan.

518 Les proskathèménoi exploitaient les terres de l’État ou d’un grand propriétaire foncier grâce au travail de leurs propres bêtes, mais souvent aussi grâce aux animaux du seigneur. Sur les conditions d’exploitation de la terre par les proskathèménoi, voir infra, p. 477-479. On notera que dans le praktikon de Vatopédi relatif à son métoque d’Hermèleia, aucun proskathèménos ne possède d’animaux de trait. La raison en est sans doute qu’il s’agit d’une terre de mise en culture récente, comme le montre le fait qu’une tour y a été construite depuis peu.

519 Les 16 feux de paroikoi que Makrènos a recensés dans le village de Saint-Mamas paient en tout 11 5/12 nomismata au titre de leur impôt (cf. Vatopédi II, no 81, l. 55-66). Les proskathèménoi, au nombre de 6, paient, quant à eux, 1 1/4 nomisma (cf. ibid., l. 1-12).

520 Svoronos, Exploitation, p. 327 écrit qu’« avec les siècles, les divers groupes de paysans dépendants se confondirent, même du point de vue juridique, bien que les sources byzantines les désignent par une série de termes : paroikoi, douloparoikoi, douleutai, proskatheménoi, ce qui laisse penser qu’entre ces groupes de paysans dépendants existaient des nuances, portant plutôt, à mon avis, sur le degré de leur dépendance économique par rapport au grand domaine, que sur leur statut personnel […] De tous ces termes, le plus général proskatheménoi, désigne tous les paysans dépendants, à quelque titre que ce soit, d’un grand domaine. » Voir aussi Id., Les privilèges de l’Église, p. 357, n. 155 : « Proskathèménos est un nom collectif et général qui, employé seul, peut désigner n’importe quel tenancier sous n’importe quel contrat ou condition, la nature du contrat ou le statut juridique du paysan étant précisés par le terme spécial qui accompagne le terme proskathèmenos, dont justement on veut préciser ces éléments. C’est ainsi que nous trouvons dans les documents προσκαθήμενοι πάροικοι, … π. δουλοπάροικοι, … προσκαθήμενοι μίσθαρνοι, … π. ἐλύθεροι … »

521 B.A. Pančenko, Krest’janskaja sobstvennost’ v Vizantii, IRAIK 9, 1904, p. 1-234, ici p. 191, et B.T. Gorianov, Vizantijskoe kretjanstvo pri Paleologah, VV 3, 1950, p. 19-50, ici p. 27.

522 Mošin, Δουλικὸν ζευγάριον, p. 121 et suiv.

523 Charanis, Social Structure, p. 141-142.

524 G. Ostrogorsky, Agrarian Conditions in the Byzantine Empire in the Middle Ages, dans The Cambridge Economic History of Europe from the Decline of the Roman Empire. T. 1, The Agrarian Life of the Middle Ages, éd. J.H. Clapham et E. Power, Cambridge 1942, p. 194223, ici p. 221: « Usually peasants who had settled on the land of an estate only a short time back were so described. After a definitive time they became paroikoi and could be inscribed as such at the next official inspection, whether as zeugaratoi or as boidatoi, according to the possessions which they had meanwhile acquired. »

525 Ostrogorsky, Féodalité, p. 109 : « S’installant sur les domaines de monastères ou de propriétaires laïques, [les proskathèménoi] deviennent leurs habitants, et se transforment ensuite en paroikoi » ; cf. également Ostrogorsky, Praktika, p. 332 : « [À Stomion], nous trouvons installés un certain nombre de paysans, en tout six familles avec vingt-sept membres, tous probablement nouveaux venus et désignés pour cette raison comme προσκαθήμενοι μίσθαρνοι. » Sur le terme de mistharnos, voir infra.

526 Ibid., p. 344 : il existait « trois catégories fondamentales de la paysannerie dans la dernière époque de Byzance, les parèques, les proskathémènes, les éleuthères ».

527 Voir la critique de Karayannopulos dans BZ 50, 1957, p. 175-176.

528 Cf. Ostrogorsky, Paysannerie, p. 29 : « Les parèques que les moines établiront sur leur terre […] doivent être ἐλεύθεροι καὶ ἀτελεῖς, ne possédant pas de terre propre et n’ayant pas d’obligations fiscales envers l’État », et, plus loin, p. 36 : « La définition du statut de ces nouveaux [venus], imprécise et variable au commencement, se stabilise et on les désigne dans des termes fermement établis, comme “homme libres” (ἐλεύθεροι) et étrangers (ξένοι), parfois comme “indigents” (πτωχοί), comme “inconnus du fisc” (ἀνεπίγνωστοι τῷ δημοσίῳ) et de plus en plus souvent aussi comme “non-inscrits dans les praktika d’autres propriétaires” (μὴ καταγεγραμμένοι ἐν πρακτικοῖς τινων ἄλλων). » D. Jacoby, Une classe fiscale à Byzance et en Romanie latine : les inconnus du fisc, éleuthères ou étrangers, dans Actes du XIVe Congrès international des études byzantines (Bucarest, 1971), t. 2, Bucarest 1975, p. 139152 ( = Id., Recherches sur la Méditerranée orientale du XIIe au XVe siècle, Londres 1979 [Variorum Collected Studies Series 105], III), a évoqué l’existence, dans les territoires grecs sous domination latine, de paysans ayant le statut d’éleuthéroi, « étrangers » ou « inconnus du fisc », et qualifiés de forenses, extranei ou agrafi. En effet, il existe une continuité entre Byzance et les États latins dans la terminologie désignant les différents types de paysans, bien que leur situation du point de vue juridique n’ait pas été la même : Id., Les États latins en Romanie : phénomènes sociaux et économiques (1204-1350 environ), dans XVe Congrès international d’études byzantines (Athènes, 1976). Rapports et co-rapports. I/3, Histoire. La symbiose dans les États latins formés sur les territoires byzantins : phénomènes sociaux, économiques, religieux et culturels, Athènes 1976, p. 1-51 (=Id., Recherches sur la Méditerranée orientale du XIIe au XVe siècle, op. cit., I), ici p. 35-42.

529 Cf. Ostrogorsky, Féodalité, p. 109.

530 En dépit des longues discussions sur la terminologie employée pour désigner les paysans dans la documentation de l’époque, Ostrogorsky s’est avoué incapable de donner une définition claire du terme proskathèménos : « Souvent les parèques sont nettement distingués des douloparèques et douleutes, aussi bien que des éleuthères et même des proskathémènes. On a souvent essayé de délimiter le sens exact de tous ces termes et le statut juridique de tous ces groupes […] Bien que cela puisse paraître paradoxal, une étude plus minutieuse ne fait qu’augmenter les difficultés, au lieu de les écarter. Ce qui semble sûr après avoir interrogé une dizaine de documents, ne le paraît plus dès qu’on en consulte deux fois autant. C’est que les documents où l’on trouve des informations sur ces différents catégories de la paysannerie byzantine, ne sont ni conséquents ni assez précis dans l’emploi des termes » (Ostrogorsky, Paysannerie, p. 69-70). A. Každan, Agrarnye otnošenija v Vizantii xiii-xiv vv., Moscou 1952, p. 134, et Id., Derevnja i gorod v Vizantii ix-x vv. Očerki po istorii vizantijskogo feodalizma, Moscou 1960, p. 98, souligne aussi la difficulté de préciser le sens de cette terminologie.

531 Laiou, Peasant Society, p. 245: « Its paroikoi [of the domains of Xenophon] were, for the most part, very poor, and were repeatedly described as “poor”, proskathemenoi and eleutheroi. » Laiou considère, comme Ostrogorsky et contrairement à Karayannopulos, qu’est qualifié d’éleuthéros le paysan qui n’est inscrit ni au cadastre ni dans le praktikon d’un pronoïaire, c’est-à-dire qui n’est pas considéré comme contribuable parce qu’il ne possède rien. Ibid., p. 160, n. 39: « The fact that the eleutheroi were poor peasants who were not inscribed on the tax-lists of the state or of individuals, has, by now, been well established. »

532 Ibid., p. 160.

533 Ibid., p. 246-247: « The inhabitants of Stomion were called “salaried” peasants in 1300, and “poor free” peasants in 1320; it is very exceptional for the entire population of a village to be described in these terms […] There are, then, two distinct types of settlement. One includes a seizable number of stable households, and its paroikoi own a certain amount of property, small though that amount is. The other type has a small population, without much continuity over time, and with less than the average property. These peasants, variously described as “salaried”, “poor”, eleutheroi, were a shifting population, and were not always inscribed on the praktika. »

534 Cf. Lefort, Société rurale, Index.

535 Kravari, L’enregistrement des paysans, p. 196.

536 Ibid., p. 196, n. 47. V. Kravari fournit encore l’exemple d’un autre acte de Vatopédi, le praktikon de Phôkas Sébastopoulos de 1387, sur lequel je vais revenir.

537 Cf. Docheiariou, p. 144-146. Voir ODB, s.v. proskathemenos [M. Bartusis], t. 3, p. 1738: « Smetanin […], however, considers proskathemenoi as a specific, large group of dependent peasants, second only to the paroikoi, who either had no land whatsoever or leased it under worse conditions than paroikos. The term itself and its combination with words denoting the status of “strangeness” indicates that in many cases proskathemenoi were newcomers who in course of time were gradually transformed into ordinary dependent peasants. »

538 Voir Vatopédi II, p. 162.

539 Le premier praktikon de la série relative au domaine de Stomion, propriété de Xénophon, date de 1300 (Xénophon, no 4) et contient une liste des paysans salariés (προσκαθήμενοι μισθαρνοί) qui travaillent pour le monastère, par exemple Γεώργιος Κάλενος, ὃς ἔχει γυναῖκα Μαρίαν, υἱοὺς Ἰωάννην καὶ Θεόδωρον, θυγατέρα Θεοδώραν (l. 6-8). Le deuxième praktikon date de 1318 (Xénophon, no 12) et donne une liste des 17 paysans appelés simplement paroikoi. En dépit de la différence dans la terminologie, on constate que le statut de ces paysans n’a pas changé. Ils détiennent très peu de biens (cf. l. 12 et suiv.) ; seules deux familles, celles de Manouèl Hiéryssiôtès (l. 5-6) et de Géôrgios, gambros de Lachanas (l. 7), possèdent une vigne, mais ces vignes sont qualifiées d’hypotélès (sur ce terme, cf. supra, p. 470, n. 515). Il se peut que le terme paroikos ait été ici employé sans aucun sens technique, mais simplement comme synonyme de paysan. En effet, dans le troisième praktikon délivré deux ans plus tard, en 1320 (Xénophon, no 13), les paysans de Stomion sont à nouveau qualifiés de proskathèménoi. Leur description est identique à celle du praktikon de 1318 (cf. l. 9-20). Plus tard, en 1322, l’empereur Andronic II délivra en faveur de Xénophon un chrysobulle de confirmation de tous ses biens (Xénophon, no 17) : « Dans le katépanikion de Kalamaria, en vertu des titres de propriété du fondateur, le métochion dit Stomion comportant une terre de 2 410 modioi, où sont installés des paysans pauvres, libres et non inscrits dans les praktika d’autrui… » Cette expression doit, à mon sens, faire allusion aux paysans proskathèménoi, non seulement en raison de l’emploi du verbe installer (προσκάθηνται), mais aussi de la proximité de la condition juridique des paysans proskathèménoi et des paysans qualifiés de « pauvres » (πτωχοί) et/ou « libres » (ἐλεύθεροι). Enfin, un quatrième praktikon établi en 1338 par Kônstantinos Makrènos (Xénophon, no 25) mentionne aussi le bien de Stomion et ses paysans. Quoique ces derniers ne soient qualifiés par aucun terme, leur statut ne semble pas avoir changé entre-temps ; le recenseur fournit la liste des 19 feux, dont le niveau de richesse est toujours pratiquement le même, à l’exception de quelques modioi de vigne acquis par quelques-uns. L’impôt, bien qu’un peu plus élevé en raison de ces parcelles de vignes, continue à être inférieur à celui des paroikoi. Parmi les familles paysannes enregistrées dans ce dernier acte, six au moins descendaient des familles mentionnées en 1318 et 1320.

540 Vatopédi I, no 31 (1301), l. 62-65 : ἕτερον χωρίον ἐπιλεγόμενον Σέμελτον μετὰ τοῦ ἐκεῖσε ἀμπελῶνος καὶ τῶν λοιπῶν δικαίων αὐτοῦ, ἐν οἷς εὑρίσκεται καὶ κελλίδριον ἐπονομαζόμενον Βοδίτζα μετὰ τῶν ἐν αὐτῶ προσκαθημένων.

541 Ibid., l. 67-69 : μετόχιον εἰς ὄνομα τιμώμενον τῶν Ἁγίων Ἀναργύρων μετὰ τῶν ἐν αὐτῶ προσκαθημένων. L’acte de 1359 (Vatopédi II, no 113) nous dit que le métoque des Saints-Anargyres avait été enlevé à Vatopédi par l’ancien métropolite de Drama Xylochartès, « en raison des troubles du temps » (διὰ γοῦν τὴν ἀνωμαλίαν καὶ σύγχησιν τοῦ καιροῦ καὶ τῶν πραγματῶν). Ce passage fait peut-être allusion aux conflits consécutifs à la mort du tsar Étienne Dušan en 1355. Le bien avait été ensuite détenu par les métropolites successifs, mais il était tombé en ruine et « il ne s’y trouvait ni bœuf ni blé ni vin ni petit bétail ni outil » (ὡς μὴδὲ τὸ οἱὀνοῦν εἰς αὐτὰ εὑρίσκεσθαι, ἢ βοΐδιον ἢ γέννημα ἢ κρασὶν ἢ κτῆνος ἢ ἐργαλεῖον τι γεωργικόν). C’est pourquoi, dit l’acte, peu avant 1359, le césar Vojhna décida de restituer ces monydria à Vatopédi avec leurs biens, moulins, vignes, jardins, champs en divers lieux, proskathèménoi, ainsi que l’église de Sainte-Phôteinè avec un champ qui l’entourait.

542 Le terme employé, οἰκήματα, peut signifier une ou plusieurs maisons. D’après d’autres passages de l’acte, j’ai préféré le traduire par « une maison », mais l’autre possibilité ne peut pas être écartée.

543 Vatopédi III, no 165, l. 9-16 : καὶ περὶ τὸ ἀνατολικὸν μέρος τοῦ Ἐλαδικοῦ μετόχιον τοῦ Ἁγίου Ἰωάννου τοῦ Θεολόγου, ἐν ὧ καθεδροτόπιον καὶ οἰκήματα, εἰς ἃ εὑρίσκεται ἀρτίως πάροικος τῆς αὐτῆς μονῆς ὁ Λοῦμπος· καὶ γῆ περὶ τὸ αὐτὸ μετόχιον, ἥτις ἄρχεται [suit la délimitation]. Καὶ ἔστι γῆς μοδίων τριακοσίων πεντήκοντα.

544 Ibid., l.66 : Μιχαὴλ ὁ Λοῦμπος, ὁ ἀνωτέρω καταγραφόμενος εἰς τὸ μετόχιον τοῦ Θεολόγου, εχει γυναῖκα Μαρίαν, θυγατέρα Καλὴν, ζευγάριον.

545 Il convient de ne pas oublier que la moitié de la surface de la terre n’était pas exploitée en raison du système de rotation biennale. Sur le zeugarion à Lemnos à l’époque tardive, voir aussi Estangüi Gómez, Quelques paysans aisés.

546 Vatopédi III, no 165, l. 17-18 : πῦργον ὃν ἀνήγειρεν ἐκ βάθρων ἡ τοιαύτη θεία μονὴ μετ᾽αὐλῆς ὡς καστέλλιον ἐκτισμένης, εἰς ἣν κέκτηται οἰκήματα ἀνωγαιωκάτωγα, ἐν ἧ καὶ τινῶν προσκαθημένων οἰκήματα.

547 Ibid., l. 80-81.

548 Ibid., l. 57-58 : πλησίον τοῦ τοιούτου χωρίου [τοῦ Μούνδρου] γῆς χερσαία καὶ ἀνήρωτος, ἐδόθη αὐτοῖς καὶ ὁ βουνὸς ὁ λεγόμενος Μεγάλη ῾Ράχη χάριν τῆς νομῆς τῶν τῆς μονῆς ζώων καὶ τῶν ζώων τῶν προσκαθημένων αὐτῶν.

549 Le contenu du document permet de conclure que le travail de 41 familles paysannes suffit à labourer 5500 modioi de terre : en faisant un calcul rapide, on peut déduire que chaque paysan cultivait une surface d’environ 135 modioi, ce qui est vraisemblable. Il faut souligner que, vers 1387, le recenseur Phôkas Sébastopoulos avait accordé au monastère une terre supplémentaire pour la mettre en culture, mais cette fois en régime de location, contre un versement de 33 nomismata (cette information provient du praktikon de 1442 : Vatopédi III, no 227, l. 111-121 ; l’acte n’indique pas la superficie de cette terre). La prise en location de cette autre terre montre que la main d’œuvre dont Vatopédi disposait à Lemnos suffisait largement à exploiter les 5500 modioi du domaine de Moudros.

550 Sur le bigliatikon, voir supra, p. 165.

551 Vatopédi III, no 205 (acte de mise en possession).

552 Sur l’acquisition de Chaoulè par Vatopédi, voir supra, p. 382.

553 Vatopédi III, no 236, l. 7 (οἱκοχαλάσματα), l. 14 (ανεμομίλωνας τρεῖς, ἀφ᾽ὧν ἐνεργούσιν οἱ δύο) et l. 65 (ἐκαταφθάρισαν). Pour le contexte historique, P. Topping, Latins on Lemnos before and after 1453, dans Continuity and Change in Late Byzantine and Early Ottoman Society, éd. A. Bryer et H. Lowry, Birmingham/Washington 1986, p. 217-234.

554 Voir par exemple Vatopédi II, no 82 (1338), l. 8-12: ἐκτὸς δὲ καὶ κάτωθεν τῆς αὐτῆς πόλεως ὑπὸ τὸ αὐτὸ μετόχιον ζευγηλατεῖα δύο, τοῦ Κομανίτζη καὶ τὸ Μακροχώριον λεγόμενα, μετὰ τῶν ἐν αὐτοῖς ἁπάντων προσκαθημένων, τοῦ ἐν αὐτοῖς γεγονότος παρὰ τῆς αὐτῆς μονῆς πύργου, τοῦ πλησίον τοῦ αὐτοῦ πύργου ἀμπελίου τοῦ ὡσεὶ μοδίων εἴκοσιν, τῆς ὑπέργου ἐν δυσὶ τμήμασιν αὐτῶν γῆς τῶν ὡσεὶ μοδίων τρισχιλίων ἑξακοσίων καὶ τοῦ πλησίον καὶ κάτωθεν αὐτῆς λόγγου ὡσεὶ μοδίων χιλίων. Pour l’acquisition de ces biens fonciers par Vatopédi, voir supra, p. 22-23.

555 Lavra II, no 71 (1259), l. 63-64 : ζευγηλατεῖον ὁ Πισσὼν μετὰ τῶν ἐν αὐτῶ προσκαθημένων ; voir aussi d’autres exemples dans Lavra II, no 89 (1298), l. 98-101 et l. 149-150 ; Vatopédi I, no 68 (1329), l. 97-98 ; Lavra III, no 118 (1329), l. 90-94 et l. 153-154 ; ibid., no 140 (1361), l. 12-13 et 15.

556 Dans la collection Archives de l’Athos, le terme zeugèlateion est traduit simplement par domaine. Lefort, Bolbos, p. 467 [82], n. 3, traduit zeugèlateion par domaine et explique qu’il s’agit d’un terme équivalant à proasteion, métochion, pyrgos, ou chôrion. Dans son chapitre sur « Le domaine de Lavra sous les Paléologues » (Lavra IV, p. 65-173), N. Svoronos donne une définition plus précise du terme : « Une grande ferme bien équipée » (ibid., p. 113).

557 Voir pour la période de l’empire de Nicée, M. Angold, A Byzantine Governement in Exile, Oxford 1975, p. 126.

558 Vatopédi III, no 194, l. 1-2.

559 Sur l’acquisition de Lantzou par Vatopédi, voir supra, p. 221, n. 471.

560 Vatopédi III, no 190.

561 Ibid., no 189.

562 La référence à « la moitié » de ce village fait allusion au décret de « pronoïarisation » de la moitié des biens monastiques, mis en place dans les années 1370 et repris lors du retour de l’administration byzantine en Macédoine en 1403. Sur les conditions fiscales des biens monastiques en Macédoine au début du xve siècle, voir supra, p. 333-336.

563 Vatopédi III, no 194, l. 3-4 : ὡρίσθημεν οὖν καὶ ἡμεῖς ἵνα ἐπιστατήσωμεν τοπικῶς καὶ ἴδωμεν ἀκριβῶς τὰ σύνορα τοῦ τοιούτου χωρίου καὶ παραδώσωμεν ταῦτα πρὸς αὐτούς [aux moines de Vatopédi].

564 Ibid., l. 11-12 : ὃ δὴ χωρίον καὶ ὀφείλει κατέχειν ἡ ῥηθεῖσα μονὴ μετὰ πάντων αὐτοῦ τῶν δικαίων καὶ προνομίων.

565 Vatopédi III, no 200.

566 En août 1404, Jean VII avait délivré un prostagma confirmant à Vatopédi ses droits sur 28 feux paysans dans le village de Saint-Mamas, situé dans la région de Kalamaria (ibid., no 188). Les paysans de Saint-Mamas ne sont pas mentionnés dans le praktikon d’Astras de septembre 1404, peut-être parce que le recenseur n’eut pas le temps de procéder à leur enregistrement. Lors du recensement suivant, en 1409, les familles paysannes de Saint-Mamas sont cette fois-ci mentionnées dans le praktikon délivré en faveur de Vatopédi.

567 Ibid., no 200, l. 26 : καὶ ὁμοῦ τὰ πάντα [c’est-à-dire les parèques], τοῦ τε ζευγηλατείου τοῦ Λάντζου καὶ τῶν δηλωθέντων τεσσάρων χωρίων.

568 Voir par exemple ibid., no 207 (1415), l.2-4 : τὸ περὶ τὴν ῾Ρεντίναν μετόχιον […] τὸ ἐπονομαζόμενον τοῦ Λάντζου, ὃ παρ᾽ἡμῖν λέγεται ζευγηλατεῖον.

569 Il convient également de rappeler que le domaine de Lantzou fit l’objet de nombreuses confiscations au cours du premier quart du xve siècle : cf. infra, p. 334-335.

570 La terre () de Stylarion est aussi mentionnée dans les actes du xve siècle en tant que bien de Vatopédi, mais elle n’est jamais qualifiée de zeugèlateion : elle était exploitée par les paysans qui habitaient dans le village de Saint-Mamas (Vatopédi II, no 147, l. 2-3 : τὸ Στυλάριον μετὰ τῆς γῆς καὶ τῶν ἀνθρώπων αὐτοῦ τῶν εὑρισκομένων καὶ κατοικούντων ἐν τῶ Ἁγίῳ Μάμαντι).

571 Sur le zeugèlateion de la famille Skampaulès et son évolution au début du xve siècle, voir supra, p. 329-330.

572 Cf. par exemple Vatopédi III, no 205 (1415), à propos du zeugèlateion impérial de Chaoulè à Lemnos.

573 Voir supra, p. 182, n. 292.

574 Lavra III, no 165, l. 22-23.

575 Vatopédi II, no 128, l. 15 (παλαιοχώριον δημοσιακόν).

576 Les palaiochôria sont toujours des biens patrimoniaux : Chilandar, no 67 (1321), et Lavra III, no 156 (1404).

577 Ibid., no 127 : en 1346, l’empereur Jean V accorda par chrysobulle au monastère de Lavra le palaiokastellon de Kontéas, situé dans l’île de Lemnos, avec la terre voisine de Trachysana, qui comptait auparavant – dit l’acte – comme zeugèlateion impérial, afin que les moines remettent en état le palaiokastellon et y installent des hommes (anthrôpoi). Le terme palaiokastellon semble désigner un domaine sur lequel avait anciennement existé un village fortifié.

578 Il s’agit du recensement réalisé par Paulos Gazès et Géôrgios Prinkèps, ordonné par l’empereur Manuel II après la mort de son neveu Jean VII (cf. supra, p. 379). On a conservé dans les archives de l’Athos trois praktika délivrés à cette occasion : Lavra III, no 161, Docheiariou, no 53, et Vatopédi III, no 200.

579 Oikonomidès a parlé de cinq catégories fiscales de paysans : zeugarion, boïdion, argon, sans cheptel et veuves (Docheiariou, p. 274). Je crois que l’on peut en ajouter une sixième constituée par les paysans célibataires.

580 Sur les conditions fiscales des biens monastiques, voir infra, p. 333-336.

581 Un zeugarion de Vatopédi verse 6 nomismata, soit 18 nomismata d’impôt, ce qui est un chiffre exceptionnellement élevé, mais je crois que cela s’explique parce que ce paysan est inscrit avec son fils : Μανουὴλ ὁ Κυριακὸς ἔχων υἱόν, ζευγάριον, νομίσματα ς´ (Vatopédi III, no 200, l. 23).

582 La moyenne de l’impôt versé par les parèques possédant un zeugarion mentionnés dans l’acte de Vatopédi III, no 200, est de 4,3 nomismata, donc environ le tiers de 12 nomismata.

583 La moyenne des impôts versés par les boïdia de l’acte de Vatopédi III, no 200 est de 3,4 nomismata, ce qui est à peine un peu plus du tiers de 9,8 nomismata.

584 Ce résultat est proche du triple de 2,8 nomismata qui est le taux moyen de l’impôt versé par les paysans propriétaires d’un argon mentionnés dans l’acte de Vatopédi III, no 200.

585 Il convient d’apporter quelques précisions concernant le statut fiscal des veuves, car Oikonomidès a suggéré qu’il témoignait lui aussi d’une influence ottomane sur les pratiques byzantines. En fait, les veuves sont attestées par la documentation byzantine comme une catégorie fiscale indépendante depuis le xiie siècle : cf. Lefort, La transmission des biens, p. 171 [353]. Un traité fiscal chypriote du xiiie siècle confirme qu’à l’époque byzantine elles bénéficiaient déjà d’un allègement de la charge fiscale. En revanche, les veuves n’apparaissent pas dans le système fiscal ottoman le plus ancien, celui en vigueur dans les territoires d’Anatolie orientale, qui avait été hérité des autres peuples turcs d’Asie Mineure (voir I. Beldiceanu-Steinherr, Abdal, l’étrange destin d’un mot. Le problème abdal vu à travers les registres ottomans, Turcica 36, 2004, p. 37-90, ici p. 61-76).

586 Voir par exemple Docheiariou, no 53, l. 7 : « Stanilas, avec sa mère, [a] une vache » (ὁ Στανίλας μετὰ τῆς μητρὸς αὐτοῦ, ἀργόν), il paie en impôt 4 nomismata » (× 3 = 12 nomismata).

587 Voir par exemple Vatopédi III, no 200, l. 14 : « La veuve Arétè [a] un bœuf » (χήρα ἡ Ἀρετή βοΐδιον), elle paie d’impôt 2 nomismata (× 3 = 6 nomismata), alors que le chiffre normal pour un boïdion est de 9,8 nomismata.

588 Voir par exemple Vatopédi III, no 200, l. 13 : « Dèmètrios Dèmanos et son fils, [ont] une vache » (Δημήτριος ὁ Δημάνος καὶ ὁ υἱὸς αὐτοῦ, ἀργόν), ils payent en impôt 4 nomismata » (× 3 = 12 nomismata), alors que le chiffre normal pour un argon est de 3 nomismata.

589 Cette méthode d’imposition est très proche de l’impôt versé par les paysans ottomans (ispendje ou resm-i čift) : cf. Beldiceanu, Nasturel, Droits sur la terre, p. 79-96.

590 Ibid.

591 Le mot haradj servait à désigner l’impôt forfaitaire versé dans le cadre du système du maktu : cf. supra, p. 297, n. 810.

592 Vatopédi III, no 199, l. 16 : ἀπὸ τοῦ χαρατζίου αὐτῶν, ὅπερ ἐχάρισεν ἰδίως πρὸς ἡμᾶς ὁ μέγας ἀμηρᾶς.

593 Ce traité est évoqué dans un acte impérial de la période : ibid., no 191, l. 24-27.

594 Le terme zeugaratikion ne se trouve que dans l’acte de Vatopédi III, no 189 (praktikon d’Astras de 1404). Le même mot apparaît parfois dans des actes de la période antérieure, en particulier dans quelques actes grecs du tsar serbe Étienne Dušan (cf. par exemple Iviron III, no 89 [1346]), mais il semble s’agir d’un autre impôt.

595 Cf. Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 18, tableau I.

596 Docheiariou, p. 274, et Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 23-24.

597 Dans son article de 1974 sur les barèmes d’imposition paysans au xive siècle, J. Lefort avait cru que la composition du feu ne jouait aucun rôle dans l’établissement de l’impôt (Lefort, Fiscalité, p. 332 [40]). Toutefois, il est revenu sur la question lors de son séminaire de l’EPHE en 1991-1992, ce qui a donné lieu à plusieurs notes dans les tomes III et IV des Actes d’Iviron : voir Iviron III, p. 153-154, 191, 215-216, 242 et 261, et Iviron IV, p. 58-59 et 81.

598 Laiou, Peasant Society, p. 163-164, pense que l’emploi des termes zeugarion ou boïdion désigne non seulement le nombre de bœufs dont disposait le parèque, mais aussi la quantité de terre qu’il pouvait mettre en exploitation : « I am inclined to the view that the peasant who owned a zeugarion (oxen) also had hereditary rights of possession upon a piece of land, and that these rights are subsumed under the heading zeugarion. » Laiou parle ici des droits de possession héréditaires que le parèque acquérait après trente ans consécutifs d’exploitation d’un terrain. Toutefois, il ne faut pas confondre les droits de possession de la terre avec sa pleine propriété, qui revenait à l’État ou à un grand propriétaire. Ce point est particulièrement important pour comprendre la fiscalité byzantine de cette époque.

599 On notera que certaines communautés villageoises ne payaient rien au titre de képhalatikion. Je n’ai pas d’explication pour ce fait. Ce pourrait être une conséquence des conditions dans lesquelles certaines régions revinrent aux Byzantins au début du xve siècle, car il semblerait que le képhalatikion n’était pas versé dans les communes situées en Chalcidique orientale. Un impôt appelé képhalatikion existait déjà dans la première moitié du xive siècle, mais sa signification était différente ; il s’agissait d’une charge due au gouverneur (képhalè) d’une ville. Sur le képhalatikion au xve siècle, voir en dernier lieu Docheiariou, p. 275-276.

600 Selon Oikonomidès, vers 1420 un képhalatikion de 1/2 nomisma aurait été imposé aux veuves (Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 21).

601 C’est un taux qui est attesté pour la fin du xiiie siècle en Macédoine : Iviron III, no 67 (1295), l. 34-35.

602 Sur la dîme à Byzance, voir H.F. Schmid, Byzantinisches Zehnwesen, JÖB 6, 1957, p. 45-110.

603 N. Oikonomidès, Terres du fisc et revenu de la terre aux xe-xie siècles, dans Hommes et richesses dans l’Empire byzantin. II, viiie-xve siècle, éd. V. Kravari, J. Lefort et C. Morrisson, Paris 1991 (Réalités byzantines 3), p. 321-337. Plusieurs chercheurs ont suggéré l’existence dès le xiie siècle d’un type de contrat de métayage qui aurait impliqué le versement d’un tiers de la récolte au propriétaire : cf. Lefort, L’économie rurale, p. 474.

604 Dans la série des praktika de 1409, que nous avons étudiée plus haut, la dîme représente 34 % de l’ensemble des impôts, soit un tiers de la charge fiscale due par les paysans.

605 Cf. par exemple Lavra III, no 155, l. 24, 29-30 et 39.

606 Cf. par exemple Docheiariou, no 53, l.22 (δέκατον τῶν γενημάτων τῶν ζευγαρίων), ou Dionysiou, no 10, l.13 et 19 (κατασπορὰ τῶν ζευγαρίων).

607 La même hypothèse est avancée par Kontogiannopoulou, La fiscalité sous les Paléologues, p. 33.

608 En 1404, l’empereur Jean VII accorda à plusieurs monastères de l’Athos la dîme sur quelques-uns de leurs biens, mais non sur la totalité : par exemple, il donna à Vatopédi la dîme de son métoque à Hermèleia (Vatopédi III, no 189, l. 17), et à Lavra celle de Drymosyrta, à la demande de l’impératrice Eirènè Gattilusio (Lavra III, no 155, l. 24).

609 Un acte de 1419 en faveur du monastère de Chilandar témoigne du partage de la dîme versée par un parèque entre un certain Pétros Palaiologos, propriétaire du parèque, et les moines de Chilandar qui étaient les propriétaires de la terre que labourait ce paysan : Petit, Actes de Chilandar, no 30 ; pour la datation de cet acte, voir Dölger, Byzantinische Diplomatik, p. 99.

610 Docheiariou no 53, l.22 : τήν τε δεκατίαν τῶν γενημάτων τῶν ζευγαρίων αὐτῶν [des moines de Docheiariou].

611 L’acte qui semble avoir posé le plus de difficultés aux commentateurs est sans doute celui de Dionysiou, no 18 (1420), par lequel le despote Andronikos Palaiologos ordonna aux paysans du village de Mariskin, situé à Kassandreia, de verser la dîme aux moines de Dionysiou, « ce qui n’est accordé à aucun autre monastère ». Ce passage a fait croire à Oikonomidès que la dîme était une prérogative de l’État (cf. Dionysiou, p. 108). Toutefois, l’acte Dionysiou, no 17, l. 12, dit explicitement que les paysans de Mariskin n’appartiendront au monastère qu’après la mort du despote Andronikos ; jusqu’à cette date, ils dépendent du fisc, c’est pourquoi ils devraient normalement verser leur dîme à l’État.

612 Sur les conditions de la propriété foncière en Macédoine au début du xve siècle, voir supra, chap. VII. 2.

613 Cf. Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 13 : « We see that the land was no longer considered as a source of tax per se ; only the persons who were going to settle on it would have to pay tax and tithe. »

614 Smyrlis, The State, the Land and Private Property.

615 Sur les palaiochôria, voir supra, p. 483-484.

616 Lavra III, no 161, l. 48-50.

617 Vatopédi III, no 214, l. 7-8 : εὐεργετοῦμεν αὐτῆ ὃ ἤτησε, τὸ εἰρημένον ἥμισυ ἡμέτερον τῆς γῆς τοῦ εἰς τοῦ Λαγκαδᾶ παλαιοχωρίου τῶν Σοσιανῶν, ὥστε ἔχειν ὁμοῦ τὸ ὅλον καὶ τὴν γῆν πᾶσαν αὐτοῦ.

618 Ibid., no 200, l. 37-39 et no 211, l. 28-30.

619 Sur ce collège de recenseurs, voir supra, p. 408.

620 Cf. Dionysiou, no 20. En août 1408, un mois avant sa mort, l’empereur Jean VII avait donné au monastère de Dionysiou la terre de Mariskin avec le village (palaiochôrion) du même nom (ibid., no 10).

621 Docheiariou, no 53, l. 26-29 : ἔτι τὲ τὰ ἐν τοῖς τοιούτοις χωρίοις δουλικὰ ζευγάρια τῆς μονῆς ἐλεύθερα, ὅσα τὲ καὶ οἷα, καὶ ἀνενόχλητα ἀπὸ παντὸς δημοσιακοῦ βάρους καὶ πάσης ἑτέρας βασιλικῆς ἀπαιτήσεως · ὡσαύτως καὶ τοὺς εἰς τὴν Ἑρμύλειαν καὶ τὰ Μαριανὰ ὑδρομύλωνας τῆς τοιαύτης μονῆς, ἀμπέλιά τε καὶ περιβόλια καὶ δένδρα ὁπωροφόρα, σὺν αὐτοῖς δὲ καὶ τὸ εἰς τὸν Καλόκαμπον ἁλιοτόπιον αὐτῶν. Sur l’expression doulika zeugaria (terres exploitées directement par le monastère), voir infra, p. 497.

622 Sur l’ennomion, voir Oikonomidès, Fiscalité, p. 72-76 (avec bibliographie), et ODB, s.v. ennomion [M. Bartusis], t. 1, p. 701.

623 Voir par exemple l’acte Patmos II, no 50 (praktikon de 1073).

624 Voir par exemple l’acte Lavra II, no 109 (praktikon de 1321), l. 972-973 et 985-987. Le ratio de 1 nomisma comme ennomion de 100 moutons est déjà présent dans le Tarif fiscal du Parisinus, du xie siècle (Géométries du fisc, p. 63).

625 C’est le cas par exemple dans l’acte Iviron III, no 86 (praktikon de 1341), dans lequel l’ennomion (l. 50, 99, 227, 288, 331) semble correspondre au choiroprobaton qui était un impôt sur le bétail. Sur cette question, voir aussi les remarques de N. Svoronos dans Lavra IV, p. 162.

626 Voir par exemple Pantocrator, no26 (praktikon de 1464), l. 28-29 : « [Les moines du Pantocrator] ont reçu, par ordonnance du despote Dèmètrios Palaiologos, une autre bergerie à Phakos, dite tou Péri, dans toute son étendue, qui fait 3 nomismata [d’impôt], ainsi que l’ennomion pour 300 moutons » (ἔτι ἐβεργετήθησαν καὶ διὰ ὁρισμοῦ τοῦ δεσπότου κυροῦ Δημητρίου τοῦ Παλαιολογου ἑτέραν εἰς τὸν Φακὸν μάνδραν τοῦ Περί μετὰ τῆς νομῆς καὶ περιοχῆς αὐτῆς, νομίσματα οὖσα γ´, ὁσαύτως ἐνομίου προβάτων τριακοσίων).

627 On constate une différence dans l’attitude de l’État à l’égard de cet impôt selon les régions. Par exemple, en Macédoine les empereurs accordèrent souvent l’exemption complète de l’ennomion : voir le chrysobulle de Jean V pour Vatopédi en 1356 (Vatopédi II, no 108, l. 51, 62). De même, au début du xve siècle, Manuel II renouvela l’exemption de l’ennomion pour les biens des Athonites en Macédoine : ibid., no 199 (1408), l. 19. En revanche, les souverains et les fonctionnaires publics se montrèrent beaucoup plus réticents à abandonner complètement cet impôt dans les terres situées dans l’île de Lemnos : voir, par exemple, l’acte de Géôrgios Synadènos Astras pour Vatopédi en 1359, dans lequel cette taxe est appelée dékateia (ibid., no 114, l. 49-50). Cela était peut-être dû au rôle majeur de l’élevage dans l’économie de l’île : voir supra, p. 345-347.

628 Cf. Vatopédi III, no 236 (praktikon de 1463), l.75 : ἰδίος δὲ ἵνα λαμβάνει ἡ μονῆ καὶ τὸ ενὄμιν τῶν προβάτων αὐτῶν [des parèques]. Dans cet acte, qui est rédigé dans une langue très fautive, l’ennomion est appelé énomin (l. 80).

629 La bibliographie sur l’oikomodion à l’époque mésobyzantine est abondante : voir en dernier lieu Oikonomidès, Fiscalité, p. 82-83 (voir aussi pour d’autres références n. 140), et ODB, s.v. oikomodion [Id.], t. 3, p. 1516.

630 Sur l’oikomodion à l’époque des Paléologues, voir Dionysiou, p. 153-154, et Kontogiannopoulou. La fiscalité sous les Paléologues, p. 27. Quelques exemples : Iviron III, no 74 (1316), l. 338-339 : ὑπὲρ οἰκομοδίου ἀνὰ ἑνὶ ἑκάστω ὑπερπύρω τοῦ τέλους τῶν τοιούτων παροίκων σίτου μόδιον ἀνονικὸν ἓν καὶ κριθῆς ὁμοίως μόδιον ἀνονικὸν ἓν ; Lavra II, no 104 (1317), l. 176 ; Xénophon, no 15 (1321), l. 29, no 16 (1321), l. 28-29 ; Vatopédi I, no 30 (1321), l. 48-49.

631 Le versement en blé et en orge est parfois exprimé par le terme composé σιτόκριθον : Xéropotamou, no 18c (1317/18), l.2 ; Esphigménou, no 14 (1318), l. 228-229 ; et Xénophon, no 15 (1321), l. 30. Toutefois, J. Bompaire, Sur trois termes de la fiscalité byzantine, Bulletin de correspondance hellénique 80, 1956, p. 625-631, ici p. 630-631, a montré que le mot sitokrithon ne revêtait pas un sens technique, mais servait simplement à spécifier le type de versement que l’on réalisait au titre de l’oikomodion : orge et blé. Géôrgios Pachymérès y fait allusion dans un passage de ses Relations historiques, lorsqu’il parle des mesures prises par l’empereur Andronic II pour payer la compagnie catalane : « [L’empereur] avait décidé d’augmenter aussitôt la faible taxe reçue de chaque cultivateur et il envoie l’ordre de prélever auprès de chacun des cultivateurs six modioi locaux de blé et quatre d’orge pour la récolte d’un zeugarion » (traduction Failler ; Pachymérès XII § 8 ; IV, p. 539] : τὸ ἀφ᾽ἑνὸς ἑκάστου τῶν γεωργούντων ὑπὲρ συγκομιδῆς ζευγίτιδος σίτου μὲν μοδίους ἕξ, κριθῆς δὲ μοδίους τέσσαρας τοπικοὺς μοστάσσει πράττει). Certains historiens ont pensé que Pachymérès parlait ici d’une nouvelle taxe introduite par Andronic II : voir par exemple Laiou, Droits du fisc, p. 103-104 ; Angelov, Imperial Ideology, p. 291 (qui date la mesure de 1305) ; plus récemment Kontogiannopoulou, La fiscalité sous les Paléologues, p. 44 ; et, plus nuancé, ODB, s.v. sitokrithon [A. Kazhdan], t. 3, p. 1907. En réalité, l’impôt décrit par Pachymérès correspond à l’oikomodion, car il s’agit d’une quantité de blé et d’orge versée tous les ans pour chaque zeugarion. On notera également que Pachymérès qualifia cette taxe de « faible », ce qui s’accorde bien avec la valeur de l’oikomodion.

632 Les calculs ont été réalisés à partir des données fournies par Schilbach, Metrologie, p. 67-70 (zeugarion), p. 103-108 (modios) et p. 158-159 (koilon). Pour la production céréalière en Macédoine, voir Lefort, L’économie rurale, p. 425 et n. 198.

633 L’existence de cet impôt à Lemnos à la fin de la période n’a pas été relevée par A. Kontogiannopoulou dans son article sur la fiscalité à l’époque des Paléologues.

634 Dionysiou, no 26, l. 13-14.

635 Ibid., no 5.

636 Lavra III, no 169, l. 13-16 : ὀφείλουσι τοίνυν καὶ οἱ κατὰ καιροὺς εἰς τὴν Λῆμνον κεφαλατικεύοντες καὶ οἱ τὰς δημοσιακὰς δουλείας ἐνοχοποιούμενοι […] διδόναι πρὸς τὴν εἰρημένην σεβασμίαν μονὴν τὰ εἰρημέν τρία μόδια τὸ σιτάριν […] L’empereur fit cette donation pour le salut de l’âme d’une « bienheureuse despoina » (ὑπὲρ τῆς ψυχῆς τῆς μακαρίτιδος δεσποίνης, l. 5-6), qui ne peut être que sa troisième femme, Maria Komnènè, morte le 17 décembre 1439, et non pas sa mère l’impératrice veuve Hélènè Dragasès, morte seulement en 1450, contrairement à ce qu’ont écrit les éditeurs (ibid., p. 192-193).

637 Ibid., no 157.

638 Ibid., l. 6-8 et 14-16 (reprise du dispositif) : ὑπάρχωσι δὲ καὶ τὰ ἐν ἀυτοῖς τοῖς κατὰ τὴν Λῆμνον μετοχίοις ἀυτῶν ἰδίως δουλικὰ ζευγάρια τοῦ μοναστηρίου τῆς ἀυτῆς Λαύρας ἐλεύθερα καὶ ἀκαταζήτητα ἀπὸ τοῦ συνήθως διδομένου σίτου τῶν ἀνὰ δύο μοδίων εἰς τὸ ζευγάριον ἐπὶ ἀγορᾶ τεσσάρων ὑπερπύρων εἰς τὸ μόδιν.

639 Ibid., l. 17-20.

640 Selon Oikonomidès cette redevance serait toujours restée une charge supplémentaire et elle n’aurait jamais remplacé l’impôt foncier, contrairement à l’opinion d’autres historiens : Oikonomidès, Fiscalité, p. 70-71. Sur la synônè, voir aussi M. Kaplan, Quelques remarques sur la vie rurale à Byzance au ixe siècle d’après la correspondance d’Ignace le diacre, dans Οι σκοτεινοί αιώνες του Βυζαντίου (7ος - 9ος), éd. E. Kountoura-Galaki, Athènes 2001 (Διεθνή συμπόσια 9), p. 365-376.

641 Oikonomidès, Fiscalité, p. 97-99.

642 Sur la sitarkia, voir en premier lieu Oikonomidès, The Role of the Byzantine State, p. 1037. Kontogiannopoulou, La fiscalité sous les Paléologues, p. 30, qui suit Dölger, Beiträge, p. 59, et P. Lemerle, Un chrysobulle d’Andronic II Paléologue pour le monastère de Karakala, Bulletin de correspondance hellénique 60, Paris/Athènes 1936, p. 428-446 (= Id., Le monde de Byzance : Histoire et institutions, Londres 1978, [Variorum Collected Studies Series 86], XVII), ici p. 443, n. 3. Ces auteurs pensent que la sitarkia était la même chose que la synônè, mais cela n’est pas si clair.

643 Mošin, Akti.

644 Les gouverneurs achetaient de denrées sur le marché pour l’approvisionnement des milices locales : cf. supra, p. 399.

645 Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 10, et Id., The Role of the Byzantine State, p. 1038.

646 Vatopédi III, no 199, l. 19-21.

647 Lavra III, no 161, l. 37-38 : τοῦ κοκκιατικοῦ τοῦ παρὰ τῶν ζευγαρίων τῶν παροίκων ὀφειλομένου· τὰ γαρ δουλικὰ τῆς μονῆς ζευγάρια οὐκ ὀφείλουσι τοῦτο.

648 Ibid., no 162, l. 24.

649 Ibid., no 164, l. 22-24: ταῦτα πάντα ὀφείλει κατέχειν εἰρημένος θεῖος ναὸς […] ἐλεύθερα καὶ ἀκαταδούλωτα ἀπὸ τε τῆς δόσεως τοῦ κοκκιατικοῦ καὶ τοῦ οἰκομοδίου, χάριν ψυχικῆς σωτηρίας τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου καὶ βασιλέως. La donation impériale fut sans doute accordée par l’empereur Manuel II à l’occasion de son séjour dans la région en 1414, voir supra, p. 380-382.

650 Ibid., no 167, l. 22-23.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search