Version classiqueVersion mobile

Byzance face aux ottomans

 | 
Raúl Estangüi Gómez

Troisième partie. Gouverner dans la tourmente : l’administration dans les provinces à l’époque de la conquête ottomane

Chapitre X. Contestation et défense des droits de l’État dans les provinces

Texte intégral

1La période de crise que traversa l’Empire byzantin aux xive-xve siècles fut propice à la remise en cause de l’autorité de l’État. Toutefois, ce n’est pas là un phénomène propre à Byzance, car on l’observe à la même époque dans d’autres régions d’Europe occidentale, où certains segments de la société contestèrent également l’autorité publique, en particulier en matière fiscale. Les principales causes de ces multiples mouvements contestataires semblent avoir été l’insécurité militaire et l’appauvrissement général de la société. Ce malaise général, auquel s’ajoutèrent les confrontations au sein de l’élite, entraîna des bouleversements dans la conception même du pouvoir. À Byzance, la pensée critique à l’égard de l’État connut un essor particulier durant les règnes des deux premiers empereurs paléologues, marqués par une dégradation de la situation politique, saisissante par son ampleur et sa rapidité.

  • 343 Voir par exemple Le monde byzantin III, p. 151-152, 154-155 et 160-161 (avec bibliographie).

2Cette forte contestation du pouvoir impérial au début de l’époque paléologue ne se limita pas à la dénonciation de la politique du souverain par certains intellectuels dans leurs écrits. Elle trouva aussi un large écho au sein de certains segments de l’aristocratie, qui prirent alors les armes contre l’empereur, mais aussi dans la rue où les milieux populaires protestaient également contre la politique du souverain. Le mécontentement général à l’égard de certaines mesures prises par l’État contribua à affaiblir les bases de la domination impériale dans les provinces et profita en définitive aux ennemis de Byzance. Cet aspect de la question a été abondamment analysé343.

  • 344 Sur l’Hexamilion, voir supra, p. 349-352.

3Le phénomène est en revanche moins bien connu pour la période qui nous occupe (milieu xive-milieu xve siècle). On a déjà eu l’occasion, dans les pages précédentes, d’évoquer l’attitude de quelques intellectuels byzantins comme Nikolaos Kabasilas, qui critiquèrent l’action des empereurs en matière fiscale comme en matière religieuse. Toutefois, la contestation la plus forte à cette époque fut le fait de l’aristocratie du Péloponnèse qui entra en révolte armée contre l’État. La cause principale de son mécontentement semble avoir été l’accroissement du prélèvement fiscal destiné à financer les travaux de l’Hexamilion, qui protégeait l’isthme de Corinthe344.

4Il convient toutefois d’insister sur un fait important : les oppositions violentes au pouvoir de l’État furent à cette époque bien plus limitées et moins virulentes qu’elles ne l’avaient été à l’époque précédente. Deux facteurs contribuèrent à cette atténuation de l’opposition à la politique impériale : tout d’abord la fin de la deuxième guerre civile, ensuite la montée en puissance des Ottomans en Europe. Ce fut en effet surtout la conquête turque qui mit un frein aux tendances contestataires, car elle encouragea la plus grande partie de la population à collaborer avec l’administration afin de conjurer l’effondrement total des défenses de l’Empire. Toutefois, l’État n’en fut pas moins souvent contraint de justifier la forte augmentation de la pression fiscale, en particulier lorsque celle-ci touchait les couches les plus élevées de la société, grâce à l’élaboration d’un nouveau discours politique fondé sur la notion de Providence divine mais aussi sur celle d’intérêt commun.

1. Les précédents : forte contestation de l’autorité impériale au début du xive siècle

5Le coup d’État de Michel VIII et l’aveuglement du jeune empereur Jean IV Laskaris furent la cause des premiers désordres dans les provinces orientales, dans lesquelles la dynastie des Laskarides était particulièrement populaire. Quelques années plus tard, la politique de rapprochement avec la papauté menée par Michel VIII, qui aboutit à l’Union des Églises grecque et romaine, proclamée lors du concile de Lyon de 1274, suscita une forte opposition à l’égard de la politique impériale, non seulement à l’intérieur de l’Église, mais aussi dans l’ensemble de la société, y compris au sein de la famille impériale. En revanche, ce fut surtout durant le règne d’Andronic II, fils et successeur de Michel VIII en 1282, qu’un certain nombre de lettrés dénoncèrent, sur un ton plus ou moins véhément, certaines pratiques de l’administration qu’ils déclaraient abusives.

  • 345 Angelov, Imperial Ideology.

6Le sujet est particulièrement vaste et ne peut être abordé sans mettre à contribution des sources de nature très diverse. L’ouvrage de Dimiter Angelov sur l’idéologie impériale et la pensée politique à Byzance de 1204 à 1330 offre la plus récente et probablement la meilleure mise au point sur cette question345. Angelov a étudié l’évolution du discours officiel depuis la prise de Constantinople par les croisés jusqu’à la fin de la première guerre civile. Il a évoqué tout particulièrement le point de vue de quelques lettrés laïcs et celui de quelques clercs à propos des droits du souverain en matières fiscale et ecclésiastique, et conclu que la plupart des critiques adressées à l’Empereur n’allaient pas jusqu’à remettre en cause son autorité, mais seulement l’usage que les Paléologues faisaient de la fiscalité et des droits régaliens. En effet, les sources confirment que, pour faire face aux difficultés liées au contexte politique, les premiers empereurs de la dynastie augmentèrent considérablement la pression fiscale.

Des contestations provoquées par un contexte politique difficile

7On a vu que, dès la fin du xiiie siècle, un grand nombre de réfugiés en provenance de l’Asie Mineure avaient afflué à Constantinople et dans les territoires byzantins d’Europe, en raison de la perte des territoires byzantins d’Anatolie. L’arrivée de cette population entraîna des conflits, notamment pour la possession de la terre. La situation se dégrada davantage encore au début du xive siècle, à partir de la défaite des armées byzantines à Bapheus, près de Nicomédie, le 27 juillet 1302. Après cette date, les Turcs occupèrent la plus grande partie des possessions anatoliennes de l’Empire et ravagèrent les derniers territoires qui lui restaient.

  • 346 Sur ces impôts, voir Kontogiannopoulou, La fiscalité sous les Paléologues, p. 23-25 (avec bibliogra (...)
  • 347 Sur la fiscalité durant le règne d’Andronic II, voir Laiou, Constantinople and the Latins, p. 187-1 (...)

8Afin d’éviter la perte totale de l’Asie Mineure, l’empereur Andronic II engagea des troupes mercenaires, ce qui l’obligea à prendre des mesures extraordinaires pour accroître les revenus de l’État. On peut grouper ces mesures en deux catégories : d’une part la résurrection de taxes qui étaient tombées en désuétude, prélevées en vertu de certains droits régaliens (concernant principalement la découverte des trésors, les droits d’héritage ou certaines peines pécuniaires)346, et d’autre part la réduction de la part des revenus fiscaux concédée jusqu’alors à des particuliers au titre des pronoiai. En outre, l’État ordonna aux producteurs de vendre une partie de leur récolte à un prix imposé, ce qui occasionna de fortes diminutions de revenu pour les propriétaires fonciers347.

  • 348 Sur les tentatives en vue de renverser la dynastie des Paléologues, voir supra, p. 36, n. 128. En 1 (...)

9L’augmentation de la charge fiscale, s’ajoutant à l’arrivée de nombreux réfugiés d’Anatolie, provoqua un sentiment d’intense malaise social dans l’Empire, en particulier à Constantinople. Le gouvernement fut débordé par les événements et la situation devint très vite difficile à gérer. Les critiques adressées à l’empereur Andronic II et à son entourage se multiplièrent, amplifiées par les sentiments hostiles envers la dynastie des Paléologues au sein de cette population originaire d’Asie Mineure. Les complots visant à renverser l’empereur se multiplièrent alors à Constantinople. La foule s’attaquait aussi fréquemment aux habitants les plus riches de la capitale ainsi qu’aux Occidentaux, et des émeutes de rue survenaient avec une inquiétante régularité348.

10Outre les réactions hostiles des milieux populaires et des plus démunis, les sources de l’époque témoignent également des réactions d’une partie des élites, qui produisit à cette époque de nombreux textes rhétoriques et littéraires reflétant une attitude contestataire.

Opposition de certains lettrés à la politique de Michel VIII et d’Andronic II

  • 349 Sur la pensée politique au xiie siècle, voir H.-G. Beck, Res Publica Romana : vom Staatsdenken der (...)
  • 350 Sur cette polémique, voir Angelov, Imperial Ideology, p. 292-296.
  • 351 Blemmydès livre quelques remarques concernant la fiscalité impériale dans un autre ouvrage, un miro (...)
  • 352 Il convient de souligner à ce propos que dans un panégyrique adressé à l’empereur Jean III Batatzès (...)

11L’opposition intellectuelle aux mesures fiscales prises par l’État n’est certes pas un phénomène nouveau. Au xiie siècle par exemple, les écrivains Iôannès Zônaras ou encore Michaèl Chôniatès avaient déjà fortement critiqué la politique des empereurs comnènes, en particulier leur système de gouvernement de l’Empire par l’octroi de charges à leurs parents et amis349. La question de la distribution des charges par l’Empereur s’était à nouveau trouvée au cœur du débat politique au xiiie siècle, lorsque plusieurs auteurs avaient abordé la question des droits du souverain en matière fiscale. Cette question des droits du fisc avait été par exemple le sujet d’une polémique opposant l’homme de lettres Nikèphoros Blemmydès et le souverain Théodore II Laskaris350. Blemmydès partait du postulat que l’Empereur ne possédait aucun bien en propre et n’était en fait que l’administrateur du patrimoine de l’Empire351. C’est pourquoi son rôle principal était de redistribuer cette richesse et non pas de la prélever par l’impôt. Blemmydès pensait que le souverain devait répartir la plus grande part de cette richesse au sein d’un groupe restreint de personnes constituant l’élite politique de l’Empire. Pour ses dépenses, il devait puiser dans l’argent déposé dans le Trésor impérial. Blemmydès n’acceptait le prélèvement fiscal qu’en cas d’urgence, mais, même alors, l’Empereur ne pouvait pas augmenter les recettes selon son bon vouloir352.

  • 353 Sur la critique des deux premiers empereurs paléologues par Pachymérès, voir Angelov, Imperial Ideo (...)
  • 354 Selon Angelov, ibid., p. 275-276, l’allusion de Pachymérès à la politique fiscale de l’empereur Thé (...)

12Durant la seconde moitié du xiiie et le premier quart du xive siècle, les critiques à l’égard du système fiscal devinrent plus fréquentes. On doit par exemple rappeler l’opinion de l’historien Géôrgios Pachymérès, très critique envers la politique financière de Michel VIII353, qu’il accuse d’avoir mis à l’encan les charges publiques, y compris les postes de collecteurs d’impôts. Selon Pachymérès, sa quête de nouvelles ressources financières aurait non seulement ruiné les provinces orientales mais l’ensemble de la population de l’Empire, et aurait également permis à un certain nombre de fonctionnaires de s’enrichir aux dépens du reste des contribuables. Pachymérès dresse en effet un bilan très négatif de la politique de Michel VIII, surtout par rapport à celle de ses prédécesseurs immédiats, les empereurs de Nicée Jean III Batatzès et Théodore II Laskaris, selon lui des modèles de gouvernants. Pachymérès souligne que Jean III avait par exemple décidé d’exempter ses sujets et d’affecter aux besoins de l’État les revenus qu’il tirait de l’exploitation des domaines publics. Quant à la politique de Théodore II, Pachymérès note que, même s’il préleva bien des taxes sur la population, cet empereur distribua aussi beaucoup d’argent de façon équitable354.

  • 355 Pachymérès III § 19 ; I, p. 28314-16.
  • 356 Le patriarche Iôannès XII s’était retiré de la vie publique à cause du mariage contraire aux canons (...)
  • 357 Cf. Angelov, Imperial Ideology, p. 296-297. Sur les réformes du clergé entreprises par le patriarch (...)
  • 358 L’abiôtikion, par exemple, permettait à l’administration de confisquer les biens d’un intestat sans (...)
  • 359 L’empereur fut contraint d’accéder aux demandes du patriarche en raison des protestations qui avaie (...)

13Plusieurs patriarches de Constantinople critiquèrent également la politique fiscale de Michel VIII et d’Andronic II. Le patriarche Arsénios (1254-1260 et 1261-1264), adversaire acharné de Michel VIII en raison de son usurpation et de la mise à l’écart de l’empereur Jean IV Laskaris, ainsi que de la question de l’Union des Églises, dénonça la politique fiscale de Michel VIII et en particulier la forte augmentation des impôts355. Quelque temps plus tard, le patriarche Iôannès XII Kosmas (1294-1303) s’attaqua aussi à la politique fiscale de l’empereur Andronic II ; Pachymérès rapporte qu’il adressa au souverain une liste de demandes, parmi lesquelles un abaissement considérable du fardeau fiscal356. Son successeur le patriarche Athanasios Ier (1289-1293 et 1303-1309) persévéra dans cette contestation de la politique fiscale d’Andronic II357. En 1304, il promulgua en présence du synode un décret par lequel il demandait au souverain de prendre des mesures pour réformer les mœurs de la population ainsi que pour alléger la charge fiscale qui pesait sur elle. Le patriarche proposait par exemple le partage des droits régaliens entre l’État, l’Église et les contribuables358. Cette novelle fut confirmée par l’empereur en janvier 1305359.

14Toutefois, ce fut un intellectuel laïc, Thômas Magistros, qui entreprit la critique la plus systématique de la politique d’Andronic II. Il alla même jusqu’à remettre en question les fondements du pouvoir impérial. Certains historiens ont récemment suggéré que les idées de Magistros pourraient représenter celles des notabilités de Thessalonique, un groupe social dont l’importance s’affirmait à l’époque.

Le discours Περὶ βασιλείας de Thômas Magistros (peu avant 1304)360

  • 360 Sur ce traité, voir maintenant N. Gaul, Thomas Magistros und die spätbyzantinische Sophistik : Stud (...)

15L’ardeur avec laquelle Thômas Magistros critiqua la politique de l’empereur Andronic II a frappé les commentateurs modernes. Les termes particulièrement forts employés par ce lettré pour dénoncer certaines pratiques du pouvoir impérial à cette époque constituent un cas isolé dans l’histoire de la pensée politique byzantine.

  • 361 Sur Thômas Magistros, voir S. Skalistès, Θωμᾶς Μάγιστρος, βίος καὶ τὸ ἔργο του, Thessalonique 198 (...)
  • 362 Les liens de Magistros avec le monde des affaires à Thessalonique sont suggérés par le contenu de p (...)

16Magistros fut l’une des figures les plus importantes de la vie intellectuelle de Thessalonique durant la première moitié du xive siècle361. Il fut le maître de Grègorios Akindynos, plus tard célèbre pour sa critique des thèses de Palamas, et semble avoir appartenu aux milieux aisés de la capitale de la Macédoine, peut-être liés au monde des affaires, mais non à l’aristocratie foncière362.

  • 363 Le traité Sur la Majesté impériale de Magistros a fait l’objet de plusieurs éditions. La plus récen (...)
  • 364 Magistros prête un intérêt tout particulier à la philanthropie impériale, vertu qui impose au souve (...)
  • 365 Voir Magistros, Περὶ βασιλείας, ch. 5, p. 35-37 ; traduction empruntée à Laiou, Droits du fisc, p.  (...)

17Magistros exposa sa critique de la politique fiscale d’Andronic II dans son traité intitulé Sur la Majesté impériale (Περὶ βασιλείας)363. Ce texte porte principalement sur les droits des sujets et sur les droits et les devoirs des empereurs. En définitive, il s’agit d’un essai sur les rapports entre gouvernants et gouvernés. Magistros commence par souligner les vertus que doit posséder l’Empereur : la justice, la générosité et la philanthropie364. Il reprend là les thèmes principaux des éloges et de la propagande officiels, sinon qu’il utilise la référence à ces vertus impériales pour élaborer sa propre théorie du pouvoir : la justice, la générosité et la philanthropie de l’Empereur doivent s’exprimer par l’octroi de biens et de dons à ses sujets, sans en attendre aucune contrepartie. Le raisonnement de Magistros rappelle celui de Blemmydès, selon lequel l’Empereur ne possède aucun bien en propre, mais n’est qu’un administrateur des biens publics, dont la première tâche est de les redistribuer à ses sujets365.

  • 366 Magistros, Περὶ βασιλείας, ch. 9-10.
  • 367 Voir par exemple l’adresse de Nikolaos Lampènos à Andronic II : I. D. Polemis, Ὁ λόγιος Νικόλαος Λα (...)

18Sur le plan militaire, Magistros conseille à l’Empereur de favoriser les soldats en transformant leurs pronoiai en biens héréditaires366. Cette tendance s’était déjà manifestée dès la fin du xiiie siècle, mais elle ne touchait alors que les grands aristocrates. D’autres lettrés, contemporains de Magistros, avaient également plaidé en faveur de la transformation en biens héréditaires non seulement des grandes pronoiai mais aussi des autres pronoiai367. Pour Magistros, c’est un moyen d’assurer « l’amour » (philia) des sujets envers l’Empereur.

  • 368 Voir Magistros, Περὶ βασιλείας, ch. 20, 21 et 24.

19Quant à l’imposition fiscale, Magistros considère qu’elle est nuisible à la population. Même s’il admet l’existence de l’impôt de base, il se montre tout à fait hostile aux taxes secondaires. Dans le cas où l’État devrait faire face à des dépenses extraordinaires, l’Empereur devrait selon lui utiliser pour les couvrir l’argent thésaurisé dans les caisses publiques368.

  • 369 Ibid., ch. 23.
  • 370 Ibid., ch. 24. Cette allusion aux intérêts des marchands constitue aussi un autre indice qui parle (...)
  • 371 Cette idée est surtout développée dans son traité intitulé Περὶ πολιτείας : PG 145, ch. 8, col. 509 (...)

20Comme l’ont souligné Angéliki Laiou et Dimiter Angelov, les théories de Magistros font partie d’un programme de réformes, qui touche tous les aspects de la vie de l’Empire. Par exemple, Magistros aborde aussi la question de l’organisation des villes, dans lesquelles il propose la création d’entrepôts pour en assurer le ravitaillement369. Il engage en outre l’Empereur à protéger les marchands, y compris les marchands étrangers pourtant souvent rétifs à l’autorité impériale370. Soulignons encore que Magistros évite de parler des représentants de l’Empereur dans les villes ; partisan d’une autonomie accrue des sociétés urbaines, il est par exemple favorable à la création de milices, organisées et financées par les citadins et indépendantes de l’armée impériale371.

21Les idées de Magistros, surtout celles concernant la protection des marchands et la création de milices urbaines, allaient à l’encontre des intérêts des grands aristocrates qui entouraient le souverain. De fait, certains membres de la cour d’Andronic II ripostèrent à ces théories et contribuèrent par leurs écrits à renforcer intellectuellement l’autorité impériale et à justifier sa politique fiscale.

L’idéologie politique dans les cercles du pouvoir

  • 372 Pour plus de détails sur la pensée politique de Métochitès, voir Angelov, Imperial Ideology, p. 305 (...)
  • 373 Métochitès, Miscellanea, ch. 98 (« Sur la Majesté impériale »). Sur le concept de démocratie chez l (...)

22Théodôros Métochitès (1270-1332), logothète du génikon et principal conseiller (mésazôn) de l’empereur Andronic II, constitue l’exemple le plus évident d’une réponse intellectuelle aux critiques adressées à l’État. Dans son traité connu sous le titre de Miscellanea, qu’il écrivit dans les années 1320, ce savant et homme politique évoque les diverses opinions critiques à l’égard de l’action de l’État, notamment celles de Magistros et d’autres auteurs contemporains. Pour les réfuter, Métochitès suit un raisonnement différent372. Il commence par décrire les différents systèmes politiques – la monarchie, l’aristocratie et la démocratie – et donne de chacun des exemples historiques visant à montrer que le meilleur système politique est une monarchie dans laquelle l’autorité de l’Empereur ne peut être contestée373. Il met ensuite en œuvre la métaphore classique comparant la monarchie à un corps humain dont l’Empereur est la tête.

  • 374 Métochitès, Miscellanea, ch. 98, p. 635.
  • 375 Ibid., ch. 83, p. 544-549.
  • 376 Ibid., ch. 82, p. 539.
  • 377 Ibid., ch. 85, p. 550-556.

23Quant à la fiscalité, Métochitès la considère comme nécessaire parce que, comme un corps vivant a besoin d’air pour respirer, la monarchie a besoin d’argent pour payer l’armée et l’administration374 ; c’est pourquoi, l’Empereur doit se procurer par tous les moyens les ressources suffisantes pour couvrir ces dépenses375. Métochitès soutient en outre l’emploi de mercenaires dans la défense de l’Empire376 et, à propos de la distribution de la richesse, plaide en faveur d’un système de privilèges dans lequel l’Empereur accorderait biens et revenus à un groupe restreint incluant en particulier les hauts fonctionnaires au service de l’État377.

  • 378 Pour l’activité de Métochitès comme auteur de panégyriques et de préambules de chartes impériales, (...)

24Outre ce traité politique, Métochitès composa plusieurs panégyriques en l’honneur de l’empereur Andronic II. En tant que mésazôn, il rédigea également les prooimia de plusieurs chrysobulles impériaux ; ces prooimia étaient un élément important de la propagande impériale378.

  • 379 Pour la biographie de Grègoras, voir Guilland, Grégoras, p. 4-54, et Dieten, Nikephoros Gregoras, t (...)
  • 380 Grègoras VIII § 6 ; I, p. 3172-9.
  • 381 Sur le portrait des empereurs Andronic II et Andronic III par Grègoras, voir Angelov, Imperial Ideo (...)

25Élève de Métochitès, Nikèphoros Grègoras (1290/94-1358/61) était également proche du pouvoir politique, d’abord membre de la cour d’Andronic II puis ensuite de l’entourage du mégas domestikos Iôannès Kantakouzènos (futur Jean VI)379. Comme son maître, Grègoras fut un ardent défenseur des droits de l’empereur. Dans un passage de son Histoire, il justifie l’augmentation de la pression fiscale sous le règne d’Andronic II au nom de la nécessité de répondre à la dégradation du contexte politique380. Grègoras dresse un portrait globablement positif de l’empereur Andronic II, alors qu’il se montre en revanche très critique envers son petit-fils Andronic III, qu’il accuse d’avoir plongé l’Empire dans une grave crise interne en déclarant la guerre à son grand-père. Sous la plume de Grègoras, Andronic III apparaît comme un souverain plutôt indolent et préoccupé essentiellement par la chasse381.

Efforts pour renforcer l’autorité publique sous Andronic II : serment politique et politique des privilèges

  • 382 Pachymérès XII § 31 ; IV, p. 594-599 : Pachymérès se montre critique quant à la façon dont l’empere (...)

26Les protestations sociales autant que les critiques d’une partie de l’élite politique obligèrent l’État à prendre des mesures pour renforcer l’autorité du souverain. Pachymérès raconte ainsi que durant le mois de juin 1305, Andronic II fit rentrer l’armée dans Constantinople afin de mater les séditions urbaines. Il convoqua les principaux dignitaires au palais impérial et leur enjoignit de lui prêter serment de fidélité, avant de les envoyer parcourir la ville pour y faire prêter également serment au reste de la population382.

  • 383 Cf. Rochette, Empereurs et serment sous les Paléologues, dans Oralité et lien social, p. 157-167.

27On a déjà parlé de l’emploi du serment pour assurer la fidélité des sujets comme d’une pratique désormais courante au xive siècle. L’empereur l’exigea de la plupart des fonctionnaires, par exemple des juges généraux des Romains. Un manuscrit du début du xve siècle, déjà évoqué, contient la formule du serment prêté par les dignitaires qui entraient au service de l’administration. Cette formule mentionne la présence des Évangiles, de la Croix et de l’icône de la Vierge Hodègètria, qui servaient de support matériel à la prestation du serment383.

  • 384 Sur l’œuvre politique de Manouèl Moschopoulos, voir Angelov, Imperial Ideology, p. 310-347 ; Patlag (...)

28Au début du xive siècle, Manouèl Moschopoulos, un lettré constantinopolitain proche de Maximos Planoudès, élabora une ébauche de théorie politique autour du serment prêté par les sujets à l’empereur384. Moschopoulos considère que l’allégeance des habitants d’une région envers le souverain est fondée sur l’existence d’un contrat politique, scellé par le serment de fidélité. L’auteur construit ainsi une théorie qui distingue trois types de situation : les relations entre les natifs et les dirigeants, celles entre le chef de la communauté et ses collaborateurs proches, et enfin celles des étrangers avec leur patrie d’adoption. Dans les trois cas, Moschopoulos parle de la nécessité d’un serment entre les différentes parties de la communauté politique afin d’assurer la coopération et la paix intérieure. Ce qu’il importe ici de souligner dans la théorie de Moschopoulos, c’est qu’il n’y parle plus de l’origine divine de l’autorité impériale, qui avait constitué depuis des siècles la base du pouvoir souverain à Byzance, mais d’une institution, le serment, qui permet le fonctionnement harmonieux de la communauté politique.

  • 385 Le premier document de ce type est un chrysobulle en faveur du siège de Kanina : P. Alexander, A Ch (...)
  • 386 Sur la politique de concession de privilèges fiscaux à l’époque des deux guerres civiles, voir supr (...)

29La prestation de serment s’accompagnait parfois de la concession de privilèges fiscaux. Cette pratique fut introduite par les empereurs byzantins de la fin du xiiie et de la première moitié du xive siècle. Le cas le plus typique en était l’octroi d’un revenu à un serviteur, à titre de pronoia, ou la transformation d’une pronoia en bien héréditaire. On notera que cette politique de distribution de privilèges faisait partie des mesures recommandées par les intellectuels de l’époque en vue de consolider l’autorité du souverain. À partir de la deuxième décennie du xive siècle, l’Empereur délivra aussi des privilèges aux villes ainsi qu’à certaines communautés. Ces privilèges impliquaient la soumission explicite de la population à l’autorité de l’Empereur, manifestée par la prestation du serment de fidélité385. L’époque des deux guerres civiles fut particulièrement propice à la promulgation de chartes de privilèges en faveur de dignitaires et de villes de l’Empire. Ce fut un moyen employé par chacune des factions en conflit pour rallier davantage de partisans à sa cause386.

2. Les réactions hostiles à la politique fiscale des empereurs Jean V et Manuel II

  • 387 À ce sujet, il convient de rappeler le contenu d’une lettre adressée vers 1362 par le patriarche Ka (...)

30Au lendemain de la guerre civile, l’empereur Jean V (1354-1391) prit des mesures énergiques pour protéger les frontières de l’Empire et rétablir l’état de la production agricole. Ces mesures impliquèrent une forte augmentation de la pression fiscale ainsi qu’une réduction considérable des privilèges de la classe dirigeante, en particulier ceux de l’Église387. Cette politique fut poursuivie par son fils, l’empereur Manuel II (1391-1425), mais elle provoqua de fortes contestations de la part de plusieurs segments de la société. Il semble néanmoins que la menace ottomane ait amorti les effets de cette contestation, car elle fournit à l’État les arguments nécessaires à la justification de sa politique de rigueur fiscale.

Rappel des mesures visant à freiner la ruine financière de l’État

  • 388 Cf supra, p. 163-166.
  • 389 Cette mesure concernait tout le territoire situé à proximité de Constantinople sur la bande côtière (...)

31L’un des aspects les plus importants de la politique entreprise par l’empereur Jean V au lendemain de la deuxième guerre civile fut la construction et la restauration des fortifications. On a déjà vu que ces travaux ne se limitaient pas aux enceintes des villes, mais comportaient aussi la construction dans les campagnes de tours et de forteresses qui aidaient à la surveillance et à la protection de la population paysanne. Or, cette fortification du territoire impliqua une forte augmentation de la pression fiscale à travers la création de nouvelles taxes et de corvées388. De plus, les efforts de Jean V pour augmenter les revenus des soldats contribuèrent aussi à alourdir la charge fiscale des populations rurales, en raison de l’installation des troupes dans les campagnes ou de l’attribution à ces soldats des impôts des paysans, versés au titre de leur pronoia militaire389.

  • 390 Il s’agit du célèbre décret de « pronoïarisation » des biens monastiques : cf. supra, p. 242-254.

32Afin de mettre en place ces mesures, l’État eut par ailleurs besoin de contraindre les grandes fortunes de l’Empire à le soutenir financièrement. Aristocrates et grandes institutions religieuses furent contraints à verser des taxes destinées au financement des travaux de fortification. De même, l’empereur dut solliciter de l’Église la cession de terres pour y installer des soldats et confisqua, dans les années 1370, la moitié des biens monastiques afin de constituer de nouvelles pronoiai militaires390.

  • 391 Pour la question des nouvelles taxes imposées à partir du début du xve siècle, voir infra, chapitre (...)

33Manuel II poursuivit en ce domaine la politique de son père. Après la restauration de l’autorité byzantine en Macédoine en 1403, il reprit le décret de confiscation de la moitié des biens monastiques et continua à limiter la portée des exemptions fiscales, veillant tout particulièrement au prélèvement des taxes destinées à la construction de fortifications dans les campagnes. De plus, Manuel profita de la fiscalité mise en place par les Ottomans durant le dernier quart du xive siècle pour augmenter la charge fiscale pesant sur les privilégiés391.

  • 392 Voir supra, p. 166.

34À propos de l’impact de cette fiscalité sur la population, il convient de rappeler le contenu de l’acte patriarcal de 1401 concernant une dispute entre les moniales du couvent de Magistros à Constantinople et un certain Eudokimos ; ce dernier s’était déclaré incapable de verser le loyer pour un jardin propriété des moniales, à cause des nouvelles taxes imposées pour financer la restauration des remparts de la ville392. Cet acte fut certes délivré durant la période du siège de Constantinople par Bayezid Ier (de 1394 à 1402), mais il témoigne certainement des difficultés plus générales auxquelles était confrontée la population byzantine en raison de la forte pression fiscale.

De quelques érudits opposés à la politique impériale

  • 393 Ce fut, par exemple, le cas de la charistikè, qui consistait en l’attribution par l’empereur de la (...)

35Durant la seconde moitié du xive siècle plusieurs lettrés s’étaient opposés à la politique des empereurs. Ainsi, Nikolaos Kabasilas dans un traité portant sur « les abus des archontes », et le métropolite Isidôros de Thessalonique dans plusieurs de ses homélies, protestèrent contre les confiscations de biens ecclésiastiques opérées par l’État en Macédoine. L’aliénation des biens religieux avait souvent fait l’objet de protestations de la part des milieux lettrés de la société byzantine393. Toutefois, les mesures adoptées dans la seconde moitié du xive siècle, qui supposaient la confiscation de biens détenus en pleine propriété, étaient d’une portée sans précédent.

36On a vu que Nikolaos Kabasilas construit sa critique à partir d’un raisonnement légaliste. Il dénonce en particulier la violation des lois concernant la propriété privée et la pleine possession d’un bien. Kabasilas fait allusion au droit canon et à l’inaliénabilité des biens ecclésiastiques. Quant à Isidôros Glabas, il s’éloigne des postulats juridiques et utilise des arguments religieux. L’opposition de Glabas à la politique de Manuel II provoqua son départ de Thessalonique en 1384.

  • 394 Sur la restauration de biens fonciers sous le règne d’Andronic IV, voir supra, p. 265-267.

37Outre les œuvres de Kabasilas et de Glabas, de nombreux documents d’archive témoignent de l’opposition du cercle monastique aux politiques de Constantinople. Ils parlent des démarches des moines, surtout ceux de l’Athos, auprès des empereurs pour protester au sujet des confiscations de leurs biens. La plupart de ces démarches s’avérèrent néanmoins infructueuses. D’ailleurs, c’est sans doute la rigueur avec laquelle Jean V et plus tard son fils Manuel II appliquèrent en Macédoine ces mesures concernant la propriété ecclésiastique qui provoqua le soutien des milieux monastiques au coup d’État d’Andronic IV (1376). On a dit que l’on pouvait déduire ce soutien de la conservation de plusieurs actes délivrés par cet empereur, qui témoignent de la restitution de biens fonciers aux grands monastères athonites394.

  • 395 Le texte est édité par Heisenberg, Kaiser Johannes Batatzes. Sur cette œuvre, voir aussi N. Festa, (...)
  • 396 Ibid., p. 265: Géôrgios de Pélagonie « avoided the clichés and the providential scheme of causality (...)
  • 397 Sur le problème de l’identification de Géôrgios de Pélagonie, voir ibid., p. 263-264, n. 25.
  • 398 L’œuvre de Géôrgios de Pélagonie contient quelques allusions aux événements historiques. Il mention (...)
  • 399 Angelov, Imperial Ideology, p. 264-265, mentionne un passage du texte dans lequel on parle de solda (...)
  • 400 Ibid., p. 1979-21. Voir la traduction anglaise de ce passage dans Angelov, Imperial Ideology, p. 28 (...)
  • 401 Heisenberg, Kaiser Johannes Batatzes, p. 2123-20.

38À ce propos, il convient d’évoquer également l’œuvre de Géôrgios de Pélagonie, auteur d’une Vie de saint Jean le Miséricordieux, présentant sous l’angle hagiographique le règne de Jean III Batatzès, qui pourrait avoir été écrite pour justifier la prise du pouvoir par Andronic IV. L’auteur y critique, en effet, fortement la politique des Paléologues et en particulier celle de l’empereur Jean V395. En dépit de son titre, cet ouvrage s’éloigne des modèles typiques de la littérature hagiographique. Par exemple, il fait rarement mention de miracles et qualifie simplement Jean III d’homme admirable et non pas de saint396. Géôrgios de Pélagonie semble avoir été un auteur laïc opposé aux idées de Palamas, mais son identité demeure encore problématique397. Selon Dimiter Angelov, la Vie de Jean Batatzès doit être postérieure à 1371, parce que son auteur mentionne la condition de vassal des empereurs byzantins envers les Turcs. En réalité, cet argument permet de repousser davantage encore la date de rédaction, car on a vu que la soumission de l’empire envers les Ottomans ne se produisit en fait qu’à partir de la prise du pouvoir par Andronic IV durant l’été 1376398. Si cette supposition est correcte, Géôrgios de Pélagonie aurait composé cette biographie de Jean III sous le règne d’Andronic IV, peut-être dans le but de critiquer la politique de son père Jean V et donc de justifier son coup d’État. En effet, l’œuvre semble avoir été composée pour être lue devant une assemblée laïque à Constantinople399 et elle s’attarde longuement sur la question de la succession au trône. Selon Géôrgios de Pélagonie, l’empereur ne doit pas hériter ses droits de son père, mais doit être désigné par un groupe d’« électeurs » (airetheis)400, comme cela avait été justement le cas de Jean III qui avait été choisi par l’empereur Théodore Ier Laskaris pour épouser sa fille et lui succéder sur le trône401.

  • 402 Ibid., p. 23125-33.
  • 403 Ibid., p. 2281-22933.
  • 404 Ibid., p. 19414-19, 19525-31, 20025-26, etc.

39Quant à la politique fiscale, Géôrgios de Pélagonie loue aussi en cette matière l’action de Jean Batatzès qui aurait distribué argent et biens prélevés sur son patrimoine402 et il critique au contraire la propension des Paléologues à augmenter les impôts et à confisquer les propriétés de leurs sujets403. Géôrgios de Pélagonie explique la conduite des empereurs de cette dynastie par leur mauvaise conscience, car ils auraient, selon lui, préféré une existence plus facile aux contraintes de la vie militaire, ayant totalement perdu l’esprit martial caractéristique des empereurs de Nicée404.

La révolte des archontes du Péloponnèse (fin xive-début xve siècle)

40Les mesures prises par l’État concernant la propriété foncière et l’imposition fiscale provoquèrent surtout une vive réaction dans le Péloponnèse. Entre la fin du xive et le début du xve siècle, les archontes locaux se rebellèrent à plusieurs reprises contre les autorités. Ils protestaient ainsi contre les nouvelles taxes exigées d’eux afin de financer les travaux de construction de l’Hexamilion.

  • 405 Pour plus de détails sur ces événements, voir Kalligas, Byzantine Monemvasia, p. 143-149.
  • 406 Selon Chalkokondylès I, p. 75, le despote Théodôros Palaiologos avait confisqué les propriétés de M (...)
  • 407 D’après une chronique brève, Théodôros aurait conclu un premier accord avec les rebelles en 1391-13 (...)

41On a vu que les premiers efforts pour construire un rempart protégeant l’isthme de Corinthe dataient de l’arrivée en Morée du fils de Jean V, le despote Théodôros Palaiologos. À cette époque, l’un des fils de l’ex-empereur Matthaios Kantakouzènos s’était déjà révolté contre Théodôros, soutenu par une partie de l’aristocratie moréote qui refusait de prêter son concours au nouveau représentant de Constantinople. Les combats se prolongèrent pendant plusieurs années et ce fut finalement grâce à l’aide des Ottomans que Théodôros vint à bout des révoltés405. La ville de Monemvasie, port important situé dans la partie sud-est de la péninsule, fut particulièrement difficile à réduire, car la puissante famille Mamônas, qui la contrôlait, s’opposa longtemps à l’autorité de Théodôros406. Ce dernier ne s’empara finalement de Monemvasie que vers 1394407.

42Après la mort de Théodôros en 1407, la situation politique du Péloponnèse ne s’améliora guère. Lors de son premier voyage dans cette province, l’empereur Manuel II dut faire face à une nouvelle révolte des archontes. Dans une lettre adressée au futur patriarche de Constantinople Euthymios II, l’empereur parle des luttes intestines qui déchiraient à l’époque la région. D’après le contenu de cette lettre, on sait que l’empereur remporta finalement la victoire :

  • 408 Manuel II, Lettres, no 51, p. 14711-25.

Il paraît que c’est la destinée du Péloponnèse de préférer les rixes intestines à la paix ; même si l’un ne fournit pas à l’autre un prétexte de rixe, personne n’est assez sot pour ne pas en inventer de soi-même ; car tous veulent faire usage des armes – et s’ils les employaient là où il faut, leur situation serait meilleure. Et moi, étant au courant de tout cela, je ne me soucie de rien autant que d’arriver à les réconcilier entre eux. Ces préoccupations m’ont souvent empêché de manger et de dormir suffisamment et j’ai négligé tout à fait les choses nécessaires. C’est la cause par laquelle tu as été privé de mes lettres habituelles. Et tu dois le supporter humblement ; mieux, tu devrais te réjouir parce que ce qui nous a empêché d’écrire pour ton plaisir s’est avéré une corvée agréable à Dieu, et également agréable à nous-même. En effet, je suis content de la façon dont les choses se sont déroulées, et j’espère qu’elles seront accomplies de la manière qu’aurait souhaitée n’importe quel homme qui se réjouit du bonheur de ses proches. Sois certain que tout s’est déroulé selon nos désirs, et qu’il peut continuer à en être ainsi, car nous avons maintenant raison d’espérer en vertu des choses qui précèdent408.

  • 409 Ibid., no 68, p. 206-218.
  • 410 Ibid., p. 20943-47 : καὶ πρό γε πάντων ἐκεῖνο τοὖργον, τὸ τοῖς πλείοσι δοκοῦν παντάπασιν ἀνήνυτον, (...)
  • 411 Ibid., p. 20948-49 : ταῦτα δὴ καὶ τὰ τοιαῦτα, καὶ ὁ κολοφὼν τῶν κακῶν, τὸ ἐνίων δύστροπον καὶ ἀχάρι (...)
  • 412 Sur cette invasion des Ottomans dans le Péloponnèse, voir supra, p. 301 et 351.
  • 413 Sur les réflexions de l’empereur Manuel II concernant l’utilité de l’Hexamilion pour la production (...)
  • 414 Manuel II, Lettres, no 68, p. 20975-21191.

43En dépit de la victoire remportée par Manuel II vers 1407, les archontes du Péloponnèse persévérèrent durant les années suivantes dans leur attitude contestataire. Lors de son deuxième voyage dans la région, Manuel fut à nouveaux aux prises avec les rebelles. Il en parle dans une lettre adressée à deux moines de l’Athos, David et Damianos, qu’il avait rencontrés durant son séjour à Thessalonique à l’hiver 1415-1416409. L’empereur raconte qu’après avoir accosté dans le Péloponnèse, il dut y accomplir de nombreuses tâches, parmi lesquelles il mentionne la construction de l’Hexamilion, « cette tâche dont la plupart des gens pensent qu’elle est complètement inutile », mais qui « peut bénéficier, avec l’aide de la Grâce divine, à tous ceux qui sont à l’intérieur [du Péloponnèse] en les libérant de la peur410 ». L’empereur fait ensuite allusion « au pire de nos problèmes, à savoir l’obstination et l’ingratitude de certains hommes411 ». Le souverain se plaignait de « la trahison et la tromperie » de certains, qui avaient envers lui une énorme dette, car il les avait délivrés par le passé du danger de voir « leurs villes saccagées lors de la première invasion de l’ennemi ». Manuel II fait ici allusion à la première invasion du Péloponnèse par les armées de Bayezid Ier dans les années 1390. À cette époque, les Turcs avaient déjà détruit une partie des fortifications précédemment relevées par le despote Théodôros Palaiologos412. L’empereur ne manque pas de rappeler l’utilité de l’Hexamilion pour les habitants du Péloponnèse qui pouvaient désormais travailler la terre en toute tranquillité413. Il souligne également le fait qu’ils ne devaient plus se cacher dans « des caves ou des forteresses » pour échapper à l’ennemi414.

  • 415 Ibid., p. 211100-101 : δεῖν δὲ οἶμαι διελόντας, δηλῶσαι τὴν ἐν σφίσι διαφοράν. τριχῇ δὴ πάντων μεμε (...)
  • 416 Ibid., p. 211102-213115.
  • 417 Ibid., p. 213116-215172.
  • 418 Ibid., p. 213148-150.
  • 419 Ibid., p. 215173-217197.
  • 420 Ibid., p. 215180.

44Dans cette longue lettre, Manuel opère une classification en trois groupes de la société du Péloponnèse415. Il évoque d’abord ceux qui appartiennent à l’aristocratie et soutiennent la politique impériale parce qu’ils souhaitent vivre sans crainte de l’ennemi. C’est pourquoi, « ils ont apporté tout ce qui était nécessaire à la construction des murs » (κομίζοντες ὧνπερ ἔδει τείχεσιν)416. L’empereur fait sans doute allusion ici aux impôts et aux taxes supplémentaires destinés au financement des travaux de fortification. Le second groupe appartient également à l’aristocratie du Péloponnèse mais ceux qui le composent se sont pour leur part opposés à la construction de l’Hexamilion417. D’après l’empereur, la cause fondamentale de leur opposition aurait été leur refus de se soumettre à l’autorité du représentant de Constantinople, à cette époque le despote Théodôros, fils de Manuel II. L’empereur déclare en effet que l’Hexamilion était pour eux comme « un étau autour du cou, car il les empêchait de continuer à perpétrer leurs outrages antérieurs et les obligeait à faire acte d’allégeance envers le despote418 ». Enfin, il parle d’un troisième groupe au sein de la société locale, formé par les gens du peuple419. D’après le contenu de la lettre, certains d’entre eux avaient soutenu les archontes rebelles, mais l’empereur se montre compréhensif à leur égard, car il reconnaît qu’ils avaient enduré des difficultés considérables et qu’« ils avaient néanmoins aidé [aux travaux de construction] dans toute la mesure de leurs moyens420 ».

  • 421 En 1415, l’empereur byzantin avait demandé au sénat vénitien de restituer les paysans et les marins (...)

45La documentation vénitienne témoigne aussi du poids sur l’ensemble de la population des impôts destinés à la construction de l’Hexamilion. Plusieurs actes du sénat rapportent par exemple que nombre de paysans s’enfuirent du territoire byzantin afin de trouver refuge dans les possessions vénitiennes et d’échapper ainsi au fardeau fiscal421.

  • 422 Mazaris, p. 84-86.
  • 423 Ibid., p. 8414-15.
  • 424 Ibid., p. 8427-866.
  • 425 Sur ces personnages, voir les commentaires des éditeurs de Mazaris : ibid., p. 118-119, et de Georg (...)
  • 426 Chronique des Tocco, p. 480 ; voir aussi Schreiner, Kleinchroniken II, p. 404, et Barker, Manuel II(...)
  • 427 Chalkokondylès I, p. 173.

46Outre la lettre adressée par l’empereur Manuel II aux hiéromoines David et Damianos, une autre source évoque la révolte des archontes du Péloponnèse. Il s’agit du Voyage aux Enfers de Mazaris, qui fait allusion à une rébellion contre le souverain422. Mazaris critique l’attitude de ces rebelles, qu’il qualifie de « créatures répugnantes », et loue au contraire le comportement de l’empereur qui a entrepris une campagne militaire pour les soumettre423. Il mentionne également la construction de machines de siège, la conclusion d’accords ainsi que de nombreuses dépenses424. Mazaris donne en outre les noms de deux des chefs des révoltés, Krokodeilos et Hélèabourkos425. La chronique des Tocco signale effectivement que le 15 juillet 1415 l’empereur Manuel II remporta une victoire sur un certain Héliabourkos à Mandinia, ville située au sud du Péloponnèse426. Après la bataille de Mandinia, la rébellion semble s’être éteinte. Selon Chalkokondylès, historien de la seconde moitié du xve siècle, Manuel II aurait fait déporter certains des rebelles à Constantinople après avoir fait raser leurs châteaux427.

47La fin de la révolte des archontes permit à l’empereur de consolider son autorité dans le Péloponnèse. On a vu que durant le deuxième quart du xve siècle, le contrôle de cette province fut partagé entre plusieurs membres de la famille impériale. Durant cette période, les Byzantins réussirent à soumettre la plus grande partie de la péninsule et à occuper temporairement l’Attique. La victoire remportée par Manuel II en juillet 1415 dut en outre augmenter les ressources financières de l’administration et de l’armée dans cette province.

3. La propagande impériale

48Les réactions de plusieurs segments de la société byzantine à l’égard des mesures de rigueur fiscale adoptées par les souverains montrent à quel point celles-ci s’avérèrent impopulaires. Ces mesures avaient augmenté considérablement la charge pesant sur les contribuables et limité la portée des privilèges des élites sociales. Toutefois, elles étaient nécessaires à la survie de l’État. Afin de justifier ses demandes, le gouvernement eut recours aux instruments de la propagande.

Les principaux instruments de la propagande impériale : la propagande écrite

  • 428 Cf. Angelov, Imperial Ideology, p. 29.
  • 429 À propos de l’influence des lettrés qui écrivaient des textes de propagande, voir Angelov, Imperial (...)

49Dimiter Angelov a classé en deux catégories les textes produits par la propagande impériale durant le xiiie et le début du xive siècle : les préambules des documents officiels, appelés prooimia, et les discours en l’honneur de l’empereur428. Il en a étudié la composition et le contenu, ainsi que le niveau de langue. Il conclut qu’il s’agit de pièces rhétoriques rédigées dans un style précieux et maniéré, issues de la plume des intellectuels appartenant aux cercles de la cour, car on sait que la rédaction de ces textes constituait souvent une condition indispensable pour obtenir une promotion dans la hiérarchie aulique429.

  • 430 Cf. Angelov, Imperial Ideology, p. 29-30. La plupart de ces documents étaient des chrysobulles, c’e (...)
  • 431 Voir, par exemple, le chrysobulle pour la ville de Iôannina de février 1319 : MM V, p. 77-84 (résum (...)

50Angelov décrit plus particulièrement les prooimia comme des textes courts dans lesquels un seul aspect de l’idéologie impériale est généralement évoqué, souvent l’une des vertus indispensables du souverain430. Le destinataire de ces textes était le bénéficiaire de l’acte ; il pouvait s’agir d’un aristocrate, d’un simple soldat ou d’une institution religieuse, mais aussi d’une ville dans le cas des chrysobulles communs431. Les actes délivrés en faveur de puissances étrangères entrent également dans cette dernière catégorie.

  • 432 Les deux manuscrits qui contiennent cette collection de prooimia sont le cod. Barocci 131 et le cod (...)
  • 433 Par exemple, l’acte Chilandar no 34, un chrysobulle d’Andronic II daté de juillet 1317, utilise le (...)

51Il s’agissait d’un type de texte assez stéréotypé, qui répondait à des critères préétablis. De fait, on a conservé plusieurs manuscrits contenant une collection de prooimia qui servaient de modèles au personnel de la chancellerie impériale pour produire de nouveaux documents432. On peut en effet constater, d’après les actes conservés, que certains prooimia étaient copiés sur d’autres433.

  • 434 Il suffit de comparer la liste des chrysobulles avec préambule publiée par Angelov, Imperial Ideolo (...)
  • 435 La délivrance d’un chrysobulle suivait l’octroi d’un privilège ou la confirmation d’une donation pi (...)

52Pour la période qui nous occupe, un changement se produit toutefois par rapport à l’époque précédente, puisque le nombre de chrysobulles avec prooimion diminue434. Cette évolution s’explique d’abord par le nombre plus réduit de chrysobulles délivrés par les derniers empereurs Paléologues (conséquence peut-être du contexte économique)435 ; ensuite par une mutation de l’idéologie impériale qui provoqua des changements dans la composition des chrysobulles.

  • 436 Les différences entre les chancelleries de Jean V et de Manuel II et celles d’Andronic IV et Jean V (...)

53Dans le cadre de cette évolution générale, une distinction semble toutefois exister entre la chancellerie de Jean V et de Manuel II et celle de leurs rivaux Andronic IV et Jean VII. La première paraît avoir adopté des méthodes plus « modernes », influencées peut-être par les chancelleries occidentales, comme un système plus précis de datation ; au contraire, la chancellerie d’Andronic IV et de Jean VII resta fidèle aux pratiques traditionnelles byzantines436. Par exemple, en ce qui concerne les prooimia, quelques chrysobulles délivrés par Jean VII contiennent de longs préambules, comme à l’époque d’Andronic II. Cet attachement à la tradition faisait sans doute partie de l’image politique que ces souverains voulaient diffuser.

54L’autre type de texte signalé par Angelov et qui servait d’instrument de la propagande impériale était les panégyriques en l’honneur du souverain. Il s’agissait de discours prononcés lors des grandes cérémonies ou les jours de fête. Ces textes évoquent les vertus du souverain et son image publique. La pratique en avait été instaurée à l’époque des Comnènes, même si l’on en connaît déjà quelques exemples aux époques antérieures. Le nombre en est assez élevé pour les règnes des deux premiers empereurs paléologues, en particulier sous Andronic II.

  • 437 Sur cette question, voir aussi Kiousopoulou, Emperor or Manager, p. 116: « As to their reception, e (...)

55À partir du règne d’Andronic III, la pratique des panégyriques en l’honneur du souverain semble avoir décliné. Grègoras rapporte que cet empereur avait décidé de simplifier considérablement le rituel de la cour afin de rompre avec les habitudes de son grand-père Andronic II. Cette tendance semble se confirmer à l’époque ultérieure et se maintient jusqu’à la fin de l’Empire. Nous avons en effet conservé fort peu de panégyriques adressés aux derniers empereurs paléologues. Toutefois, pour cette période, on rencontre d’autres types d’écrits qui servent également à louer les vertus et les capacités des souverains ainsi que des autres membres de la dynastie : il s’agit principalement d’oraisons funèbres et de sermons religieux. Il convient également de signaler un dernier type de textes, celui des « conseils » ou des « miroirs du prince » dans lesquels l’auteur dispense au souverain des recommandations sur l’art de gouverner. La plupart des écrits de ce type qui datent de la période tardive peuvent être considérés aussi comme des textes de propagande, dans lesquels les auteurs rappellent les principaux traits de la politique impériale. Ces textes étaient certainement écrits pour être lus devant une assemblée de notables437.

Propagande et théorie du pouvoir

  • 438 Zgoll, Heiligkeit.
  • 439 Les vertus traditionnelles de la majesté impériale à Byzance étaient le zèle religieux, la défense (...)
  • 440 Voir par exemple l’éloge de Matthaios Kantakouzènos, fils de Jean VI, par Nikolaos Kabasilas : Zgol (...)

56La parution en 2007 d’un essai dû à Christian Zgoll sur la conception du pouvoir à partir de l’étude de la correspondance de Dèmètrios Kydônès a apporté du nouveau sur l’évolution de l’idéologie impériale au xive siècle438. Cet essai a d’abord constaté une progressive « désacralisation » de la figure du souverain byzantin et souligné l’élaboration d’un nouveau discours s’appuyant principalement sur les qualités « humaines » de l’empereur. Zgoll a relevé dans les lettres de celui qui fut le principal conseiller de Jean V de nombreux exemples de l’éclipse de la figure de l’empereur en tant que représentant de Dieu439. Ce sont désormais des vertus telles que l’honneur, la justice ou le courage qui apparaissent comme ses principaux attributs indispensables. Cette constatation importante n’est pas exclusivement limitée aux écrits de Kydônès. Zgoll a relevé des exemples similaires dans d’autres écrits de l’époque, miroirs du prince, panégyriques ou oraisons funèbres440.

  • 441 Kydônès, Correspondance I, no 14, p. 42-43, ici p. 42; voir aussi Tinnefeld, Demetrios Kydones. B (...)

57Au cours du xiiie et du xive siècle, le pouvoir impérial paraît en effet avoir perdu une bonne partie de son prestige mystique en raison des fréquentes attaques dont la politique des souverains Paléologues avait été l’objet. On a déjà évoqué les contestations de la politique de Michel VIII et de celle de son fils Andronic II. Toutefois, ce fut l’usurpation de Jean VI Kantakouzènos qui provoqua le plus fort bouleversement dans la conception du pouvoir impérial. Dans une de ses lettres, Kydônès dit que Jean VI est parvenu au trône non par un effet de la Providence divine, mais par ses propres vertus441. L’écart est grand par rapport à l’idéologie politique des périodes précédentes, lorsque l’intervention active de Dieu était déterminante dans l’avènement du souverain, y compris en cas d’usurpation. On constate indubitablement qu’à partir de l’époque des Paléologues, la nature mystique du pouvoir tend à s’effacer progressivement, remplacée par une idéologie plus humaniste.

  • 442 Ce traité porte le titre de Ὑποθῆκαι βασιλικῆς ἀγωγῆς : éd. PG 156, col. 313-384.
  • 443 Voir à ce sujet, Barker, Manuel II, p. 84, n. 1 et p. 420. Pour l’image de l’empereur byzantin comm (...)

58La même pensée imprègne le traité écrit par Manuel II pour l’éducation de son fils, le futur Jean VIII442. Manuel y parle des vertus que doit posséder le souverain et fait spécialement mention de la prudence, de la justice et de la sagesse. Il attire l’attention sur l’importance de l’éducation, qui doit faire du prince un « roi-philosophe », idée que l’on retrouve aussi chez Kydônès à propos de Manuel lui-même443.

  • 444 Tinnefeld, Vier Prooimien, p. 178, l. 11-12 : τηρεῖται μέντοι παρὰ τῶν ἐπιγινομένων τὰ πρεσβεῖα τῇ (...)

59À partir du milieu du xive siècle se consolide ainsi peu à peu un discours nouveau, qui met surtout en avant les capacités humaines des empereurs et accorde moins d’importance à l’origine divine de leur autorité. Dans le prooimion que Kydônès rédigea pour le chrysobulle de Jean V en faveur de son fils Manuel II, accordant à ce dernier le gouvernement de la Macédoine (1373), sa nature (physis) d’être humain apparaît comme la principale qualité attendue du souverain. L’acte affirme que, même si Dieu a laissé les hommes gouverner, il a voulu que la nature humaine demeurât et que le pouvoir ne fût qu’un ornement de celle-ci : « La préséance – dit Kydônès – est accordée à la nature des hommes, comme mère de tout et foyer commun444. »

  • 445 Manuel II, Oraison funèbre. L’Oraison funèbre en l’honneur de Théodôros fut déclamée à Mistra peu a (...)
  • 446 Voir par exemple le panégyrique rédigé par Isidôros de Kiev en l’honneur des empereurs Manuel II et (...)

60Dans l’Oraison funèbre en l’honneur de son frère défunt, le despote Théodôros Palaiologos († 1407), Manuel II trace un portrait favorable de l’ancien gouverneur du Péloponnèse. Ce texte, certainement l’une des œuvres majeures de la propagande impériale de la fin de la période byzantine, donne une version volontairement schématique et idéalisée de l’évolution de cette province depuis l’avènement de Théodôros en 1382. Manuel explique que la bonne situation dans laquelle se trouvait le Péloponnèse, épargné par la conquête turque et les nombreux ravages de l’ennemi, était entièrement due au courage, à l’intelligence et aux capacités personnelles de son frère445. Les éloges délivrés à cette époque en l’honneur d’autres membres de la famille impériale suivent la même ligne d’interprétation de la politique impériale et de ses effets446.

61Dans les autres territoires de l’Empire, où la situation était moins aisée à présenter sous un jour heureux que celle du Péloponnèse, la propagande impériale se servait d’autres arguments qui laissaient prudemment de côté les capacités individuelles des membres de la dynastie ; le déclin incontestable de l’État était ici expliqué par les péchés collectifs. Certains lettrés imputaient par exemple une part de la responsabilité de la deuxième guerre civile aux factions sociales qui s’étaient affrontées à la faveur du conflit et critiquaient tout particulièrement l’attitude du peuple qui s’était révolté contre les aristocrates.

  • 447 Certains auteurs écrivirent que la perte des repères moraux et les vices de la société avaient atti (...)
  • 448 Voir l’édition de Vatopédi III, no 197, l. 4-5 : τὸ δὲ χεῖρον, ὡς τούτω μὴδὲ δύναμις ἦν ἐπανορθώσεω (...)
  • 449 Ibid., l. 8-9 : εἰ γοῦν ἅπασι χρέος αὐτό, πολλῶ γε μᾶλλον ἁρμόζει τοῖς βασιλεῦσι δυοῖν ἕνεκα, τῶ μὲ (...)
  • 450 Ibid., l. 13-14 : βουλῆ δὲ καὶ γνώσει πλείστη χρησάμενος ἡμετέρα, ἔτι καταβαλὼν οὐ μόνον ὅσον εἰς δ (...)
  • 451 Ibid., l. 10-11 : ἐπεὶ νόμος ἕλληνι καὶ βαρβάρω παντὶ μέχρι αἵματος ὑπὲρ τῶν ὁμοφύλων ἀγωνίζεσθαι, (...)
  • 452 Le traité rédigé par Manuel II pour l’éducation de son fils, le futur Jean VIII, dit que l’empereur (...)

62L’idée d’un « châtiment divin » servait également à justifier les mesures sévères adoptées par l’État. Dans ce cas, l’Empereur était chargé de faire expier leurs péchés à ses sujets et de recouvrer ainsi la faveur divine. L’idée du péché apparaît donc souvent dans les écrits officiels447. Par exemple, dans le prooimion du chrysobulle délivré en février 1407 en faveur de six monastères de l’Empire, Jean VII s’attarde sur l’idée du péché originel et de la rédemption : « Pour revenir à sa dignité première, il manque [à l’homme] trois choses : l’humilité, à la place de sa vantardise première, la soumission, à la place de sa désobéissance première, et enfin d’être prêt à mourir pour sa race, contre laquelle il a précédemment agi, après avoir été trompé448. » Jean VII explique ensuite que « si c’est un devoir pour tous, cela convient encore plus aux empereurs, pour deux raisons. La première est qu’ils doivent de multiples grâces au Seigneur, qui les honore plus que tous. La seconde est qu’ils doivent être un modèle pour tous449 ». C’est pour ces motifs que ce souverain explique avoir fait reconstruire le mur de Pallènè, à l’entrée de la presqu’île de Kassandreia, « en dépensant non seulement tout l’argent possible, mais même au-delà de ses possibilités, sans l’aide de personne, mais tous s’étant opposés à Ma Majesté, seul Dieu lui venant en aide450 ». En effet, c’était, dit-il, de son devoir, parce que « c’est une loi pour tout Grec et tout barbare de lutter en faveur de ses congénères et c’est une loi divine, plus importante que la précédente, qui prescrit à chacun de se consacrer aux autres451 ». La propagande officielle présentait donc l’Empereur comme un modèle de vertu : un homme certes, mais qui entretenait des rapports privilégiés avec Dieu, parce qu’il était celui qui suivait de plus près l’enseignement du Christ452.

  • 453 En 1403, l’empereur Manuel II écrivit deux textes relatifs à la défaite des troupes ottomanes en As (...)
  • 454 Dans un discours prononcé vers 1408, un autre homme de lettres, Iôannès Chortasménos, qualifie la v (...)

63La défaite subie par les Ottomans à Ankara (juillet 1402) servit enfin de prétexte à l’État byzantin pour renforcer l’idée selon laquelle Dieu récompensait les gouvernants méritants. Nombre d’écrits issus des cercles officiels attribuèrent en effet la défaite turque à l’intervention de la Providence divine qui avait décidé d’aider l’Empire en raison de la politique vertueuse de ses souverains453. Cette preuve du soutien divin servit donc à justifier en retour l’action impériale et les mesures prises en matière de fiscalité454.

Des hommes de lettres au service de l’État

64Dèmètrios Kydônès (1324/1325-1397) fut le principal conseiller (mésazôn) de l’empereur Jean V durant la plus grande partie de son règne. Il fut aussi l’auteur des prooimia de quelques chrysobulles et consacra aux empereurs Jean VI et Jean V plusieurs écrits dans lesquels il évoqua la question de l’autorité impériale. Enfin, sa correspondance, en bonne partie conservée, est également une source importante pour l’étude de l’idéologie impériale de l’époque tardive. Kydônès constitue un cas exemplaire de lettré ayant consacré l’essentiel de sa vie à la politique, comme l’avaient été avant lui Théodôros Métochitès et Nikèphoros Choumnos, tous deux conseillers d’Andronic II, et qui collaborèrent également à la construction du discours officiel.

  • 455 Sur l’activité littéraire de l’empereur Manuel II, voir Barker, Manuel II, p. 395-439.

65Durant cette période de l’histoire byzantine, plusieurs empereurs possédaient également une formation intellectuelle qui leur permettait de contribuer eux-mêmes à l’élaboration de ce discours. Ce fut en particulier le cas de Jean VI Kantakouzènos et de Manuel II Palaiologos. Leurs œuvres fournissent d’importants éléments pour l’étude de la conception du pouvoir455.

  • 456 La dernière mise à jour sur la question est celle de Kiousopoulou, Emperor or Manager, p. 114-127.
  • 457 Bryennios prononça plusieurs discours devant la population de Constantinople : Joseph Bryennios, We (...)
  • 458 PLP 8300.
  • 459 Sur les écrits d’Isidôros de Kiev, je renvoie simplement à l’article d’O. Schmitt, cité supra, n. 4 (...)

66Il convient toutefois d’attirer également l’attention sur un autre groupe d’intellectuels dont le rôle politique a été à peine souligné456. Ces érudits occupaient des postes plus ou moins importants dans l’appareil bureaucratique des derniers empereurs Paléologues et certains faisaient aussi partie de la hiérarchie ecclésiastique. L’analyse de l’œuvre politique de ces érudits de la fin de la période byzantine nécessite un travail plus spécifique, qui dépasse le cadre de ce livre. Contentons-nous simplement d’en relever ici quelques exemples, comme celui de Iôsèph Bryennios, prédicateur de la cour au début du xve siècle, qui prononça plusieurs sermons devant l’aristocratie de Constantinople. Bryennios y parle de la volonté divine et de l’obligation de ceux qui possèdent plus que les autres de collaborer avec l’État pour la défense de l’Empire457. Isidôros, futur métropolite de Kiev458, composa aussi plusieurs écrits en l’honneur des empereurs Manuel II et Jean VIII. Il met surtout l’accent sur les exploits militaires et diplomatiques de ces empereurs : leurs victoires en Macédoine et dans le Péloponnèse, ainsi que leur rôle dans les travaux de reconstruction des fortifications de Constantinople. Sous la plume d’Isidôros, les règnes de ces deux empereus apparaissent sous un jour très positif459.

  • 460 Le premier discours adressé à l’empereur Manuel II est édité par A. Ellissen, Analekten der mittel- (...)

67Évoquons pour conclure les traités rédigés par le lettré et philosophe Géôrgios Gémistos, surnommé Pléthon, au sujet du bon gouvernement et de l’administration du Péloponnèse, qu’il adressa à l’empereur Manuel II et à son fils le despote Théodôros Palaiologos. Ces discours, datant de la fin des années 1410, ont été souvent interprétés par l’historiographie comme des conseils sur la façon de mieux gouverner le Péloponnèse, voire des remontrances implicites. Toutefois, lorsqu’on les étudie en détail, on constate que les mesures évoquées par Pléthon rappellent celles déjà adoptées par l’État à cette époque, à savoir la construction de l’Hexamilion, la distribution de parcelles de terre aux soldats, le prélèvement d’un pourcentage de la récolte, etc. Il se peut donc que ces écrits aient été également destinés à justifier l’action de l’État dans cette région460.

  • 461 Par exemple, vers 1414, l’homme de lettres et ambassadeur impérial Manouèl Chrysolôras adressa à l’ (...)
  • 462 Th. Ganchou, Iôannès Argyropoulos, Géôrgios Trapézountios et le patron crétois Géôrgios Maurikas, T (...)

68D’autres intellectuels dispensèrent aussi leur avis sur la façon dont l’Empire devait être gouverné. La plupart s’accordent à célébrer la politique officielle461. La raison principale du soutien sans faille apporté par ces intellectuels à la politique de l’État était peut-être le contrôle étroit exercé par l’Empereur sur la vie culturelle de l’Empire462. Quoi qu’il en soit, il est certain que la formidable production littéraire de la fin de l’époque des Paléologues contribua, sinon à consolider effectivement l’autorité impériale sur l’ensemble des territoires de l’Empire, du moins à justifier l’action du gouvernement vis-à-vis des couches les plus élevées de la société.

Notes

343 Voir par exemple Le monde byzantin III, p. 151-152, 154-155 et 160-161 (avec bibliographie).

344 Sur l’Hexamilion, voir supra, p. 349-352.

345 Angelov, Imperial Ideology.

346 Sur ces impôts, voir Kontogiannopoulou, La fiscalité sous les Paléologues, p. 23-25 (avec bibliographie).

347 Sur la fiscalité durant le règne d’Andronic II, voir Laiou, Constantinople and the Latins, p. 187-188 ; Ead., Droits du fisc, p. 101-105 ; et supra, p. 77-78.

348 Sur les tentatives en vue de renverser la dynastie des Paléologues, voir supra, p. 36, n. 128. En 1305, le général byzantin Théodôros Raoul Mouzakios et le Catalan Ferrán d’Aunés tentèrent un complot pour déposer l’empereur : cf. A. Failler, Ferran d’Aunés gentilhomme catalan, REB 53, 1995, p. 327-333.

349 Sur la pensée politique au xiie siècle, voir H.-G. Beck, Res Publica Romana : vom Staatsdenken der Byzantiner, Sitzungsberichte der Bayerischen Akademie der Wissenschaften, Philosophische Klasse 2, 1970, p. 7-41, en particulier p. 16, et P. Magdalino, Aspects of Twelfth-Century Byzantine Kaiserkritik, Speculum 58, 1983, p. 326-346 (= Id., Tradition and Transformation in Medieval Byzantium, Londres 1991 [Variorum Collected Studies Series 343], VIII).

350 Sur cette polémique, voir Angelov, Imperial Ideology, p. 292-296.

351 Blemmydès livre quelques remarques concernant la fiscalité impériale dans un autre ouvrage, un miroir du prince intitulé Vaillance impériale : H. Hunger, I. Ševčenko, Des Nikephoros Blemmydes Βασιλικὸς Ἀνδριάς und dessen Metaphrase von Georgios Galesiotes und Georgios Oinaiotes, Vienne 1986 (WBS 18), p. 44 § 1-2 et p. 64 § 67-72. Toutefois, c’est surtout grâce à la réponse de l’empereur Théodore II que l’on connaît les principaux points de divergence entre les deux hommes : N. Festa, Theodori Ducae Laskaris Epistulae CCXVII, Florence 1898, no 44. Sur la correspondance de Théodore II, voir aussi les remarques du compte rendu d’A. Heisenberg, à l’édition de Festa dans BZ 9, 1900, p. 211-222.

352 Il convient de souligner à ce propos que dans un panégyrique adressé à l’empereur Jean III Batatzès vers 1237-1239, Blemmydès prie ce souverain de se montrer généreux envers tous ses sujets : Nicephori Blemmydae curriculum vitae et carmina, éd. A. Heisenberg, Leipzig 1896, p. 107 et 217.

353 Sur la critique des deux premiers empereurs paléologues par Pachymérès, voir Angelov, Imperial Ideology, p. 269-280.

354 Selon Angelov, ibid., p. 275-276, l’allusion de Pachymérès à la politique fiscale de l’empereur Théodore II pourrait renvoyer aux mesures prises par ce souverain contre les puissants.

355 Pachymérès III § 19 ; I, p. 28314-16.

356 Le patriarche Iôannès XII s’était retiré de la vie publique à cause du mariage contraire aux canons conclu entre la princesse byzantine Simônis, qui n’était qu’une enfant, et le roi serbe Milutin. Prié par l’empereur de reprendre sa charge, Iôannès XII lui avait adressé une liste de demandes, parmi lesquelles certaines concernaient la politique fiscale : Pachymérès X §9 ; IV, p. 323-327.

357 Cf. Angelov, Imperial Ideology, p. 296-297. Sur les réformes du clergé entreprises par le patriarche Athanasios Ier, voir ibid., p. 371-372, et A.-M. Talbot, The Patriarch Athanasius (1289-1293 ; 1303-1309) and the Church, DOP 27, 1973, p. 11-28.

358 L’abiôtikion, par exemple, permettait à l’administration de confisquer les biens d’un intestat sans enfants. La novelle de l’Église prévoyait désormais le partage d’un tel héritage, un tiers allant à l’État, un tiers à l’Église et le dernier aux parents les plus proches. Sur l’abiôtikion, voir supra, p. 381, n. 100.

359 L’empereur fut contraint d’accéder aux demandes du patriarche en raison des protestations qui avaient lieu à cette époque à Constantinople. Nous possédons plusieurs versions de cette novelle. La plus longue, conservée dans le Paris. gr. 1351A, est éditée dans JGR, t. 1, p. 533-536. La version brève, contenue dans le Paris. gr. 1357, est éditée dans Harménopoulos, Hexabiblos, p. xxii-xxviii, et dans Rallès–Potlès, t. 5, p. 121-126. Voir aussi les remarques de Laurent, Régestes IV, no 1607.

360 Sur ce traité, voir maintenant N. Gaul, Thomas Magistros und die spätbyzantinische Sophistik : Studien zum Humanismus urbaner Eliten in der frühen Palaiologenzeit, Wiesbaden 2011 (Mainzer Veröffentlichungen zur Byzantinistik 10).

361 Sur Thômas Magistros, voir S. Skalistès, Θωμᾶς Μάγιστρος, βίος καὶ τὸ ἔργο του, Thessalonique 1984. Sur l’activité philologique de Magistros, voir Wilson, Scholars of Byzantium, p. 247-249.

362 Les liens de Magistros avec le monde des affaires à Thessalonique sont suggérés par le contenu de plusieurs traités concernant la vie urbaine. Dans son traité Περὶ πολιτείας, Magistros donne des conseils aux citoyens de sa ville natale en matière de guerre et de civisme : éd. PG 145, col. 496-548. Le discours adressé au peuple de Thessalonique au sujet de la concorde parle des conflits internes à la population de la ville : éd. par B. Laourdas, Θωμᾶ Μαγίστρου τοῖς Θεσσαλονικεῦσι περὶ ὁμονοίας, Ἐπιστημονικὴ Ἐπετηρὶς Σχολῆς Νομικῶν καὶ Οἰκονομικῶν Ἐπιστημῶν 12, 1969, p. 751-775. Angelov, Imperial Ideology, p. 298, n. 54, signale l’existence d’un discours inédit de Magistros, conservé dans le Vat. gr. 714, fol. 161r-173r, contenant aussi des aspects relatifs à la vie urbaine. Il s’agit d’une invective contre un individu qui était entré de manière illégale dans le monastère où résidait Magistros.

363 Le traité Sur la Majesté impériale de Magistros a fait l’objet de plusieurs éditions. La plus récente est celle de Cacciatore : Magistros, Περὶ βασιλείας. Voir les remarques d’Angelov, Imperial Ideology, p. 189, n. 27, concernant la tradition manuscrite du texte.

364 Magistros prête un intérêt tout particulier à la philanthropie impériale, vertu qui impose au souverain de se montrer généreux envers ses sujets. Par ailleurs, le thème de la justice impériale avait une longue tradition dans la littérature politique byzantine.

365 Voir Magistros, Περὶ βασιλείας, ch. 5, p. 35-37 ; traduction empruntée à Laiou, Droits du fisc, p. 99 : « Pour être précis, ce que tu nous donnes ne consiste pas en dons qui proviennent de ta part, tu ne les fournis pas de tes propres moyens, mais tu nous rends ce qui nous appartient, et que tu gères pour nous et pour le salut commun (koinè sôtèria). »

366 Magistros, Περὶ βασιλείας, ch. 9-10.

367 Voir par exemple l’adresse de Nikolaos Lampènos à Andronic II : I. D. Polemis, Ὁ λόγιος Νικόλαος Λαμπηνὸς καὶ τὸ Ἐγκώμιον αὐτοῦ εἰς τὸν Ἀνδρόνικον Β´ Παλαιολόγον, Athènes 1992, p. 67-68.

368 Voir Magistros, Περὶ βασιλείας, ch. 20, 21 et 24.

369 Ibid., ch. 23.

370 Ibid., ch. 24. Cette allusion aux intérêts des marchands constitue aussi un autre indice qui parle en faveur de l’appartenance de Magistros au milieu commerçant de Thessalonique.

371 Cette idée est surtout développée dans son traité intitulé Περὶ πολιτείας : PG 145, ch. 8, col. 509B-512A.

372 Pour plus de détails sur la pensée politique de Métochitès, voir Angelov, Imperial Ideology, p. 305-308.

373 Métochitès, Miscellanea, ch. 98 (« Sur la Majesté impériale »). Sur le concept de démocratie chez les Byzantins, voir G. Brătianu, « Démocratie » dans le lexique byzantin à l’époque des Paléologues, dans Mémorial Louis Petit, Mélanges d’histoire et d’archéologie byzantines, Bucarest 1948 (Archives de l’Orient chrétien 1), p. 32-40, et Id., Empire et démocratie à Byzance, BZ 37, 1937, p. 86-111.

374 Métochitès, Miscellanea, ch. 98, p. 635.

375 Ibid., ch. 83, p. 544-549.

376 Ibid., ch. 82, p. 539.

377 Ibid., ch. 85, p. 550-556.

378 Pour l’activité de Métochitès comme auteur de panégyriques et de préambules de chartes impériales, voir Angelov, Imperial Ideology, p. 72-74.

379 Pour la biographie de Grègoras, voir Guilland, Grégoras, p. 4-54, et Dieten, Nikephoros Gregoras, t. 1, p. 1-33.

380 Grègoras VIII § 6 ; I, p. 3172-9.

381 Sur le portrait des empereurs Andronic II et Andronic III par Grègoras, voir Angelov, Imperial Ideology, tableau 4, entre les pages 257-260.

382 Pachymérès XII § 31 ; IV, p. 594-599 : Pachymérès se montre critique quant à la façon dont l’empereur mena toute l’affaire.

383 Cf. Rochette, Empereurs et serment sous les Paléologues, dans Oralité et lien social, p. 157-167.

384 Sur l’œuvre politique de Manouèl Moschopoulos, voir Angelov, Imperial Ideology, p. 310-347 ; Patlagean, Un Moyen Âge grec, p. 189 ; et P. Guran, Une théorie politique du serment au xive siècle : Manuel Moschopoulos, dans Oralité et lien social, p. 169-185.

385 Le premier document de ce type est un chrysobulle en faveur du siège de Kanina : P. Alexander, A Chrysobull of the Emperor Andronikos II Palaeologus in Favor of the See of Kanina in Albania, Byz. 15, 1940-1941, p. 167-207 (= Id., Religious and Political History and Thought in the Byzantine Empire, Londres 1978 [Variorum Collected Studies Series 71], V) ; voir aussi Dölger, Regesten IV, no 2305. En 1319, Andronic II délivra un privilège à tous les habitants de la ville de Iôannina : MM V, p. 77-84 ; voir aussi Dölger, Regesten IV, no 2412. Angelov, Imperial Ideology, p. 343 et n. 118, a souligné qu’à cette occasion la population de Iôannina prêta serment à l’empereur Andronic II. Pour des actes similaires en faveur d’autres villes de l’Empire, voir supra, p. 65, n. 253.

386 Sur la politique de concession de privilèges fiscaux à l’époque des deux guerres civiles, voir supra chapitres II et III.

387 À ce sujet, il convient de rappeler le contenu d’une lettre adressée vers 1362 par le patriarche Kallistos Ier à l’empereur Jean V, dénonçant la forte augmentation de la charge fiscale : PRK III, no 260, p. 538-542 (= MM I, no 184, p. 430-431) ; voir aussi Darrouzès, Regestes V, no 2437.

388 Cf supra, p. 163-166.

389 Cette mesure concernait tout le territoire situé à proximité de Constantinople sur la bande côtière de la mer de Marmara : cf. supra, p. 245-246.

390 Il s’agit du célèbre décret de « pronoïarisation » des biens monastiques : cf. supra, p. 242-254.

391 Pour la question des nouvelles taxes imposées à partir du début du xve siècle, voir infra, chapitres XI et XII.

392 Voir supra, p. 166.

393 Ce fut, par exemple, le cas de la charistikè, qui consistait en l’attribution par l’empereur de la gestion d’un monastère à un laïc. Cette pratique fut très critiquée au cours du xie siècle. De même, les mesures entreprises par les empereurs comnènes visant à limiter les privilèges des moines firent l’objet des réactions hostiles de la part de certains lettrés contemporains. En 1092-1093, par exemple, le moine Iôannès, ancien patriarche d’Antioche, prononça un discours dénonçant l’ordre de l’empereur Alexis Ier Komnènos de confisquer une partie du trésor de l’Église pour payer les dépenses de l’État : JGR, t. 4, chapitre XXII.

394 Sur la restauration de biens fonciers sous le règne d’Andronic IV, voir supra, p. 265-267.

395 Le texte est édité par Heisenberg, Kaiser Johannes Batatzes. Sur cette œuvre, voir aussi N. Festa, À propos d’une biographie de St. Jean le Miséricordieux, VV 13, 1906, p. 1-35. Sur Géôrgios de Pélagonie, voir Angelov, Imperial Ideology, p. 263-267.

396 Ibid., p. 265: Géôrgios de Pélagonie « avoided the clichés and the providential scheme of causality characteristic of saints’ lives ».

397 Sur le problème de l’identification de Géôrgios de Pélagonie, voir ibid., p. 263-264, n. 25.

398 L’œuvre de Géôrgios de Pélagonie contient quelques allusions aux événements historiques. Il mentionne par exemple le conflit entre Jean VI et les Génois en 1348, ou la conquête d’Andrinople par les Turcs, en 1368 ou 1369. Toutefois, l’élément le plus important est l’allusion au statut de tributaires ottomans des Byzantins, qui permet de dater ce texte de la période après 1376 : καὶ δουλεύουσι νῦν αἰσχρῶς δυσμενέσι βαρβάροις φόρους ἀπάγοντες, καὶ ποιοῦσι κατ᾽ἀνάγκην τὰ προσταττόμενα (Heisenberg, Kaiser Johannes Batatzes, p. 19419-21). L’éditeur du texte, Heisenberg, pensait qu’il datait de 1361, parce que c’était la date à laquelle on croyait alors qu’Andrinople était tombée aux mains des Turcs. Cette datation est à écarter, comme l’est celle de Festa, À propos d’une biographie (cité supra n. 395), p. 15-17, qui penchait pour le début du xve siècle. Selon Angelov, Imperial Ideology, p. 264, n. 27, le fait que l’auteur se réfère à la soumission des empereurs aux Turcs permet de dater ce texte « not long after 1371 », parce que « as a result of the battle on the Maritza, Byzantium began to pay tribute to the Turks ». Toutefois, nous avons vu que la bataille de la Maritza n’impliqua pas la soumission des Byzantins aux Turcs (voir supra, p. 230-231).

399 Angelov, Imperial Ideology, p. 264-265, mentionne un passage du texte dans lequel on parle de soldats et de marins vivant à Constantinople : Heisenberg, Kaiser Johannes Batatzes, p. 2281-21.

400 Ibid., p. 1979-21. Voir la traduction anglaise de ce passage dans Angelov, Imperial Ideology, p. 283.

401 Heisenberg, Kaiser Johannes Batatzes, p. 2123-20.

402 Ibid., p. 23125-33.

403 Ibid., p. 2281-22933.

404 Ibid., p. 19414-19, 19525-31, 20025-26, etc.

405 Pour plus de détails sur ces événements, voir Kalligas, Byzantine Monemvasia, p. 143-149.

406 Selon Chalkokondylès I, p. 75, le despote Théodôros Palaiologos avait confisqué les propriétés de Mamônas, « seigneur » de Monemvasie. Sur cette question, voir Loenertz, Pour l’histoire du Péloponnèse, p. 175-176. Le principal représentant de la famille Mamônas est souvent appelé par les historiens Paulos, d’après le témoignage du Chronicon maius de Makarios Mélissènos (Pseudo-Sphrantzès, p. 198), mais il convient de rester prudent à ce sujet car il s’agit là en réalité d’une source du xvie siècle. Sur cette question, voir aussi Kalligas, Byzantine Monemvasia, p. 147.

407 D’après une chronique brève, Théodôros aurait conclu un premier accord avec les rebelles en 1391-1392 : Schreiner, Kleinchroniken I, 32 § 28, p. 233 ; II, p. 346-347. Pour la prise définive de Monemvasie par Théodôros en 1394, voir Kalligas, Byzantine Monemvasia, p. 147 et n. 19.

408 Manuel II, Lettres, no 51, p. 14711-25.

409 Ibid., no 68, p. 206-218.

410 Ibid., p. 20943-47 : καὶ πρό γε πάντων ἐκεῖνο τοὖργον, τὸ τοῖς πλείοσι δοκοῦν παντάπασιν ἀνήνυτον, τὸ τειχίζειν λέγω τὸν Ἰσθμόν, ὡς ἄν, συναιρομένης τῆς θείας χάριτος, ἅπασι τοῖς ἔνδον οἰκοῦσιν ἀφοβίαν χαρισαίμεθα.

411 Ibid., p. 20948-49 : ταῦτα δὴ καὶ τὰ τοιαῦτα, καὶ ὁ κολοφὼν τῶν κακῶν, τὸ ἐνίων δύστροπον καὶ ἀχάριστον.

412 Sur cette invasion des Ottomans dans le Péloponnèse, voir supra, p. 301 et 351.

413 Sur les réflexions de l’empereur Manuel II concernant l’utilité de l’Hexamilion pour la production agricole de cette province, voir supra, p. 351-352.

414 Manuel II, Lettres, no 68, p. 20975-21191.

415 Ibid., p. 211100-101 : δεῖν δὲ οἶμαι διελόντας, δηλῶσαι τὴν ἐν σφίσι διαφοράν. τριχῇ δὴ πάντων μεμερισμένων

416 Ibid., p. 211102-213115.

417 Ibid., p. 213116-215172.

418 Ibid., p. 213148-150.

419 Ibid., p. 215173-217197.

420 Ibid., p. 215180.

421 En 1415, l’empereur byzantin avait demandé au sénat vénitien de restituer les paysans et les marins qui avaient trouvé refuge dans les territoires de la république pour échapper au paiement des taxes destinées à la construction de l’Hexamilion. Le sénat donna son accord seulement pour les marins : voir la réponse du 23 septembre 1415 dans ASV, Misti, registro 51, fol. 67-68 (résumé dans Iorga, Notes et extraits, t. 1, p. 239-240, et dans Thiriet, Régestes, t. 2, no 1592, p. 138 ; voir aussi Dölger, Regesten V, no 3352, p. 102). En 1418, l’empereur byzantin demanda à nouveau la restitution des paysans qui avaient quitté le territoire de l’Empire : réponse du sénat du 11 juin dans Sathas, Documents inédits, t. 3, no 731, p. 177 ; résumé dans Thiriet, Régestes, t. 2, no 1697, p. 165. Sur ces demandes de l’empereur byzantin auprès du sénat vénitien, voir aussi Barker, Manuel II, p. 314-315, n. 25 et 26.

422 Mazaris, p. 84-86.

423 Ibid., p. 8414-15.

424 Ibid., p. 8427-866.

425 Sur ces personnages, voir les commentaires des éditeurs de Mazaris : ibid., p. 118-119, et de George Dennis dans Manuel II, Lettres, p. 218.

426 Chronique des Tocco, p. 480 ; voir aussi Schreiner, Kleinchroniken II, p. 404, et Barker, Manuel II, p. 317, p. 31.

427 Chalkokondylès I, p. 173.

428 Cf. Angelov, Imperial Ideology, p. 29.

429 À propos de l’influence des lettrés qui écrivaient des textes de propagande, voir Angelov, Imperial Ideology, p. 161-166. Pour l’étude d’un cas particulier, voir J. Verpeaux, Le cursus honorum de Théodore Métochite, REB 18, 1960, p. 195-198.

430 Cf. Angelov, Imperial Ideology, p. 29-30. La plupart de ces documents étaient des chrysobulles, c’est-à-dire qu’ils relevaient du type d’acte le plus solennel délivré par la chancellerie impériale. Toutefois, Angelov a relevé des documents d’autres types comportant un prooimion : par exemple deux horismoi de Michel VIII (Burgmann, Magdalino, Michael VIII on Maladministration ; MM V, p. 239-240, horismos de 1272 pour l’higoumène du monastère de Sainte-Catherine au mont Sinaï) et un chrysoboullon sigillion de l’empereur Andronic II pour le monastère de Lavra (Lavra II, no 94, 1302).

431 Voir, par exemple, le chrysobulle pour la ville de Iôannina de février 1319 : MM V, p. 77-84 (résumé par Dölger, Regesten IV, no 2390).

432 Les deux manuscrits qui contiennent cette collection de prooimia sont le cod. Barocci 131 et le cod. Palatinus gr. 356. Ils ont été édités par Hunger, Prooimion, p. 218-245 (pour vingt d’entre eux) et par Browning, Prooimia (pour onze autres). Pour la datation de ces deux manuscrits (fin du xiiie siècle), voir maintenant D. Angelov, The Confession of Michael VIII Palaiologos and King David, JÖB 56, 2006, p. 193-204, ici p. 198-199.

433 Par exemple, l’acte Chilandar no 34, un chrysobulle d’Andronic II daté de juillet 1317, utilise le même préambule que l’acte Chilandar no 29, un autre chrysobulle du même empereur daté de novembre 1313. Ce préambule fut rédigé par Nikèphoros Choumnos (Hunger, Prooimion, p. 37 et 73, et n. 87).

434 Il suffit de comparer la liste des chrysobulles avec préambule publiée par Angelov, Imperial Ideology, tableau I, entre les pages 31-38, et la nôtre, voir infra, p. 552-553.

435 La délivrance d’un chrysobulle suivait l’octroi d’un privilège ou la confirmation d’une donation pieuse.

436 Les différences entre les chancelleries de Jean V et de Manuel II et celles d’Andronic IV et Jean VII feront l’objet ailleurs d’une étude sur la chancellerie impériale à l’époque des Paléologues.

437 Sur cette question, voir aussi Kiousopoulou, Emperor or Manager, p. 116: « As to their reception, encomia and funeral oration were as a rule composed in order to be read out before an audience. »

438 Zgoll, Heiligkeit.

439 Les vertus traditionnelles de la majesté impériale à Byzance étaient le zèle religieux, la défense de la foi et la piété : sur cette question, voir par exemple H. Hunger, Konstantinopel und Kaisertum als « neue Mitte » des oströmischen Reiches, dans Id., Reich der neuen Mitte. Der christliche Geist der byzantinischen Kultur, Graz/Vienne/Cologne 1965, chapitres I et II, p. 37-107, en particulier p. 42.

440 Voir par exemple l’éloge de Matthaios Kantakouzènos, fils de Jean VI, par Nikolaos Kabasilas : Zgoll, Heiligkeit, p. 129-130 et n. 539.

441 Kydônès, Correspondance I, no 14, p. 42-43, ici p. 42; voir aussi Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/1, no 29, p. 210-213.

442 Ce traité porte le titre de Ὑποθῆκαι βασιλικῆς ἀγωγῆς : éd. PG 156, col. 313-384.

443 Voir à ce sujet, Barker, Manuel II, p. 84, n. 1 et p. 420. Pour l’image de l’empereur byzantin comme « roi-philosophe » dans la période précédente, voir Radošević, Patron of Learning.

444 Tinnefeld, Vier Prooimien, p. 178, l. 11-12 : τηρεῖται μέντοι παρὰ τῶν ἐπιγινομένων τὰ πρεσβεῖα τῇ φύσει ὡς ἂν μητρί τε τῶν πάντων καὶ ἑστίᾳ κοινῇ.

445 Manuel II, Oraison funèbre. L’Oraison funèbre en l’honneur de Théodôros fut déclamée à Mistra peu après la mort du despote en 1407, devant une assemblée de notables (cf. Barker, Manuel II, p. 525).

446 Voir par exemple le panégyrique rédigé par Isidôros de Kiev en l’honneur des empereurs Manuel II et Jean VII : LPP III, p. 200 et suiv. Sur ce panégyrique, voir O. Schmitt, Kaiserrede und Zeitgeschichte im späten Byzanz : ein Panegyrikos Isidors von Kiew aus dem Jahre 1429, JÖB 48, 1998, p. 209-242.

447 Certains auteurs écrivirent que la perte des repères moraux et les vices de la société avaient attiré la colère de Dieu sur les Byzantins : cf. M.-H. Congourdeau, Les problèmes moraux dans l’Église byzantine, dans Histoire du christianisme. T. 6, Un temps d’épreuves, 1274-1449, éd. J.-M. Mayeur et alii, Paris 1990, p. 500-519 (avec bibliographie).

448 Voir l’édition de Vatopédi III, no 197, l. 4-5 : τὸ δὲ χεῖρον, ὡς τούτω μὴδὲ δύναμις ἦν ἐπανορθώσεως πώποτε· τριῶν γὰρ ἐδεῖτο μεγάλων ἐλθεῖν εἰς τὸ πρῶτον ἀξίωμα, ταπεινώσεως μὲν ἀντὶ προτέρας ἀλαζονείας, ὑπακοῆς δὲ πάλιν ἀντὶ προτέρας παρακοῆς, καὶ τελευταῖον τοῦ θανεῖν ἑτοίμως ὑπὲρ τοῦ γένους καθ᾽οὗ πρότερον αὐτὸς ἀπατηθεὶς ἔπραξεν. Cet acte est cité supra, p. 347-348.

449 Ibid., l. 8-9 : εἰ γοῦν ἅπασι χρέος αὐτό, πολλῶ γε μᾶλλον ἁρμόζει τοῖς βασιλεῦσι δυοῖν ἕνεκα, τῶ μὲν ὡς πολλαπλασίους ὀφείλουσι χάριτας τῶ δεσπότη ἅτε καὶ τῶν ἄλλων εἰς πλάτος παρ᾽αὐτοῦ τιμωμένοις, τῶ δὲ καὶ ὡς τῶν ἄλλων ἐσομένοις κανόνα.

450 Ibid., l. 13-14 : βουλῆ δὲ καὶ γνώσει πλείστη χρησάμενος ἡμετέρα, ἔτι καταβαλὼν οὐ μόνον ὅσον εἰς δύναμιν χρήματα, ἀλλὰ σχεδὸν ὅσον καὶ ὑπὲρ τὴν ἐμὴν ἀφίκετο δύναμιν, τῶν ἄλλων ἁπάντων οὐ μόνον εἰς βοήθειαν ὄντων ἀλλὰ καὶ ἐναντιουμένων τὴ βασιλεία μου, μόνου βοηθοῦντος Θεοῦ μοι.

451 Ibid., l. 10-11 : ἐπεὶ νόμος ἕλληνι καὶ βαρβάρω παντὶ μέχρι αἵματος ὑπὲρ τῶν ὁμοφύλων ἀγωνίζεσθαι, νόμος δὲ Θεοῦ πάλιν τοῦ πρώτου θεοειδέστερος καὶ λαμπρότερος ἕκαστον ἑαυτὸν παρακελευόμενος ὑπὲρ ἑτέρου διδόναι.

452 Le traité rédigé par Manuel II pour l’éducation de son fils, le futur Jean VIII, dit que l’empereur imite le Christ plutôt comme serviteur de la communauté que comme gouvernant (PG 156, col. 373).

453 En 1403, l’empereur Manuel II écrivit deux textes relatifs à la défaite des troupes ottomanes en Asie Mineure : une action de grâces à Dieu (éd. PG 156, col. 280C-281A, et Legrand, Lettres de Manuel Paléologue, p. 103-104 ; traduction anglaise dans Barker, Manuel II, p. 513-514) et un texte en forme de psaume commémorant la chute de Bayezid (éd. PG 156, col. 281A-C, et Legrand, Lettres de Manuel Paléologue, p. 104, avec traduction française ; sur ce texte, voir aussi Barker, Manuel II, p. 514-517). À la même époque, le savant Dèmètrios Chrysolôras rédigea une action de grâces à la Vierge : P. Gautier, Action de grâces de Démétrius Chrysoloras à la Théotocos pour l’anniversaire de la bataille d’Ankara (28 juillet 1403), REB 19, 1961, p. 340-357. On possède encore un autre texte anonyme qui célèbre la défaite ottomane et la fin du blocus de la capitale byzantine : P. Gautier, Un récit inédit du siège de Constantinople par les Turcs (1394-1402), REB 23, 1965, p. 100-117. Sur ces textes, voir aussi Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 14-16.

454 Dans un discours prononcé vers 1408, un autre homme de lettres, Iôannès Chortasménos, qualifie la victoire de Tamerlan de don divin, mais il considère qu’elle fut surtout possible grâce à la politique de l’empereur Manuel II : Chortasménos, p. 217-224.

455 Sur l’activité littéraire de l’empereur Manuel II, voir Barker, Manuel II, p. 395-439.

456 La dernière mise à jour sur la question est celle de Kiousopoulou, Emperor or Manager, p. 114-127.

457 Bryennios prononça plusieurs discours devant la population de Constantinople : Joseph Bryennios, Werke, 3 vol., éd. E. Bulgarès et Th. Mandakès, Leipzig 1768-1784. Les discours sont publiés dans le deuxième volume. Dans un de ces discours, qui peut être daté de 1415 (ibid., p. 273-282), il rappelle l’aide accordée par Dieu aux Byzantins dans la défense de Constantinople, mais il exprime aussi sa conviction qu’Il n’aide que les peuples qui le méritent. C’est pourquoi il exhorte les membres les plus riches de la société à apporter leur soutien financier aux travaux de fortification de la capitale. Bryennios prononça le 14 avril 1419 un autre discours (ibid., p. 244-273) dans lequel il réclamait la promulgation de diverses lois visant à limiter les abus des puissants, dont d’autres auteurs contemporains critiquèrent aussi l’attitude. Dans son action de grâces à la Mère de Dieu délivrée en 1403, Dèmètrios Chrysolôras (voir référence supra, n. 453) fait aussi appel aux plus aisés afin qu’ils partagent leurs biens avec les indigents et qu’ils abandonnent leurs mauvaises habitudes, car il s’agissait pour eux de gagner le soutien divin.

458 PLP 8300.

459 Sur les écrits d’Isidôros de Kiev, je renvoie simplement à l’article d’O. Schmitt, cité supra, n. 446.

460 Le premier discours adressé à l’empereur Manuel II est édité par A. Ellissen, Analekten der mittel-und neugriechischen Literatur, IV. 2, Leipzig 1860, p. 41-59 ; voir aussi PG 160, col. 821-840, et LPP III, p. 246-265. Le second discours à Manuel II est intitulé περὶ τοῦ ἰσθμοῦ (« au sujet de l’isthme ») ; il est édité par LPP III, p. 309-312 (mais l’éditeur se trompe lorsqu’il écrit qu’il fut adressé à Jean VIII). Le discours adressé au despote Théodôros Palaiologos est édité par Ellissen, Analekten, op. cit., p. 60-84 ; voir aussi PG 160, p. 841866, et LPP IV, p. 113-135.

461 Par exemple, vers 1414, l’homme de lettres et ambassadeur impérial Manouèl Chrysolôras adressa à l’empereur Manuel II un discours sur les affaires de l’État, dans lequel il faisait la louange de la politique impériale. Peu de temps auparavant, l’empereur avait envoyé à Chrysolôras une copie de son oraison funèbre en l’honneur de Théodôros Palaiologos pour qu’il la corrigeât : cf. Patrinelis, Sofianos, Manuel Chrysoloras.

462 Th. Ganchou, Iôannès Argyropoulos, Géôrgios Trapézountios et le patron crétois Géôrgios Maurikas, Thesaurismata 38, 2008, p. 105-212, donne l’exemple de Iôannès Argyropoulos qui ouvrit une école privée à Constantinople vers 1421-1423 avec l’accord des empereurs Manuel II et Jean VIII.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search