Version classiqueVersion mobile

Byzance face aux ottomans

 | 
Raúl Estangüi Gómez

Troisième partie. Gouverner dans la tourmente : l’administration dans les provinces à l’époque de la conquête ottomane

Chapitre IX. Les représentants de l’Empereur dans les provinces

Texte intégral

  • 166 Sur la fragmentation des thèmes à l’époque paléologue, voir supra, p. 67.

1L’administration des provinces de l’Empire byzantin tardif témoigne d’une certaine continuité par rapport aux époques précédentes. Les postes les plus élevés continuaient à être distribués aux parents de l’Empereur ou à de proches collaborateurs. Les notabilités locales occupaient les rangs inférieurs et constituaient une sorte de petite aristocratie de service qui assistait les hauts fonctionnaires de l’État. Ce système, mis en place par Alexis Ier Komnènos à la fin du xie siècle, perdura jusqu’à la fin de l’histoire byzantine sans connaître de transformations fondamentales. Toutefois, les bouleversements que vécut Byzance au xiiie et au xive siècle entraînèrent quelques changements, en particulier concernant l’organisation territoriale de l’Empire. Le système des thèmes, par exemple, semble avoir été remplacé par un réseau de circonscriptions territoriales plus réduites, qui facilitait le contrôle du territoire166.

  • 167 Maksimović, par exemple, emploie dans ses études une terminologie marxiste qui fait de l’Empire byz (...)
  • 168 Cette hiérarchie est décrite par le « Pseudo-Kôdinos », auteur anonyme d’un manuel de cour, compilé (...)

2Certains historiens, comme Ljubomir Maksimović ou Catherine Asdracha, considèrent que ce morcellement progressif des anciennes provinces de l’Empire constitue une preuve de l’affaiblissement du pouvoir central et de son contrôle sur les campagnes167. On vient de voir cependant que, à cette époque, les empereurs continuaient à exercer une forte emprise sur les provinces grâce à leurs fréquents déplacements. En ce qui concerne l’appareil bureaucratique, les fonctionnaires de l’État dans les provinces étaient nommés par l’Empereur et agissaient toujours en fonction de ses instructions. Ils affichaient leur attachement au souverain non seulement à travers la mention de leurs liens de parenté, mais aussi par leur titulature, car ils arboraient des titres appartenant à la hiérarchie aulique constantinopolitaine168. De plus, dans leurs signatures, ils se désignaient toujours comme « serviteurs » (douloi) et/ou « familiers » (oikeioi) du souverain.

3Le premier rang des fonctionnaires provinciaux était constitué par les gouverneurs. Leur juridiction pouvait s’étendre à un vaste territoire ou être au contraire limitée à une ville ou à une forteresse, mais leur autorité y était sans rivale. Ils détenaient toutes les compétences de l’administration, militaires et civiles. À leurs côtés, d’autres agents subordonnés agissaient avec plus ou moins d’indépendance à leur égard ; ils étaient envoyés directement depuis Constantinople pour assister les gouverneurs dans leurs tâches principales. Les sources font aussi apparaître deux autres catégories de fonctionnaires actifs dans les provinces qui dépendaient directement du souverain : les agents du fisc et les juges.

1. Les gouverneurs

  • 169 Sur cette question, voir supra, p. 68.

4Le remplacement de la charge de doux par celle de képhalè en qualité de gouverneur d’un thème ou d’une autre unité administrative fut l’un des changements les plus importants survenus dans l’organisation provinciale de l’Empire durant la première moitié du xive siècle169. Le poste de képhalè devint ainsi en pratique la charge la plus élevée de l’administration provinciale à cette époque. Le képhalè était considéré comme le représentant de l’Empereur dans une région ou dans une ville.

Le débat historiographique sur l’organisation administrative et le modèle de Ljubomir Maksimović

  • 170 Cf. S. P. Kyriakidès, Βυζαντιναὶ Μελέται, t. 4, Thessalonique 1937, et Théocharidès, Κατεπανίκια.
  • 171 Voir F. Dölger, Chronologisches und Diplomatisches zu Urkunden des Athoskloster Vatopedi, BZ 39, 19 (...)

5L’organisation interne de l’Empire byzantin à l’époque des Paléologues a soulevé un long débat parmi les historiens. On a souvent considéré que le territoire était divisé en plusieurs thémata, chaque théma étant divisé en plusieurs katépanikia. Stéphanos Kyriakidès et Géôrgios Théocharidès ont postulé que cette organisation administrative de l’Empire avait perduré jusqu’au milieu du xve siècle, c’est-à-dire jusqu’à la conquête ottomane170. Toutefois, leur hypothèse a été critiquée par Franz Dölger et Georges Ostrogorsky171. Ce dernier a fait valoir que Byzance avait subi, dès le milieu du xive siècle, une complète désagrégation de son organisation interne.

  • 172 Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 70-82 et p. 102-104: « The system of katepanik (...)

6Ljubomir Maksimović a suivit le schéma d’Ostrogorsky, tout en s’efforçant de le nuancer. Selon lui, le système des thémata aurait disparu dès la fin du xiiie siècle et aurait été alors remplacé par celui des katépanikia qui seraient devenus à partir de ce moment les principales unités administratives de l’Empire, un képhalè, la plus haute autorité locale, se trouvant à la tête de chacune d’entre elles. Maksimović considère que les îles constituent une exception puisqu’elles semblaient disposer chacune d’un képhalè, de même que les villes autonomes qui sont des unités administratives à part car elles se trouvent « coupées » de leur arrière-pays du fait des circonstances politiques172.

  • 173 Ibid., p. 82-83.

7Toutefois, à partir du milieu du xive siècle les katépanikia disparaissent complètement des sources. Maksimović pense que cela n’implique pas pour autant la disparition effective de cette forme d’organisation territoriale. Il fait valoir qu’à cette époque le fort rétrécissement des frontières de l’Empire peut avoir entraîné quelques changements dans la terminologie employée pour désigner les différentes circonscriptions administratives, mais que l’existence toujours attestée de képhalai à la tête de chaque unité territoriale constitue un indice certain de la continuité du système jusqu’à la fin de l’histoire byzantine173.

  • 174 Pour plus de détails sur l’emploi du terme théma à l’époque des Paléologues, voir ibid., p. 88 et s (...)
  • 175 Maksimović écrit que « the katepanikion was an administrative unit, while the theme had been transf (...)
  • 176 Voir par exemple l’acte Iviron IV, no 88 (avril 1344), l.1-3: θείω καὶ προσκυνητῶ προστάγματι τὴν (...)

8La documentation de l’époque est peu précise en ce qui concerne la terminologie. Par exemple l’emploi du terme théma, qui apparaît encore au xve siècle pour certaines régions, pose également des problèmes, parce que l’organisation « thématique » n’était plus en vigueur à la fin du xiiie siècle. Maksimović explique l’emploi de ce terme dans les sources comme le moyen de désigner simplement une zone géographique dont les frontières pouvaient varier selon les circonstances politiques, et non pas une entité administrative174. Il essaie de démontrer que l’expression n’avait plus un sens technique à l’époque et qu’elle servait essentiellement à décrire le territoire resté sous domination byzantine en Macédoine à partir du milieu du xive siècle. À cette époque déjà, ce terme n’aurait revêtu qu’un sens exclusivement fiscal175. En effet, ce sont les actes des agents du fisc qui emploient le plus souvent le mot théma pour désigner les régions de Thessalonique et de Berroia, alors qu’ils utilisent d’autres termes, comme par exemple kastron ou chôra, pour parler des autres régions176.

9Des actes récemment publiés et d’autres encore inédits, conservés dans les archives de Vatopédi, ne permettent pas de préciser davantage l’organisation territoriale de l’Empire byzantin à partir du milieu du xive siècle. Les seules attestations du terme théma demeurent celles relatives à la région de Thessalonique et par ailleurs le terme katépanikion ne semble plus attesté à cette époque.

10L’état de la recherche actuel confirme donc dans ses grandes lignes le modèle décrit par Maksimović et surtout que, à partir du milieu du xive siècle, les villes et les îles constituaient les principales unités de l’administration provinciale. La situation de crise, marquée par la perte de nombreux territoires au profit des Serbes et le danger pressant pesant sur le reste des territoires de l’Empire, dut contribuer à accélérer le processus de morcellement des circonscriptions administratives. Les villes constituaient les derniers bastions restés au pouvoir des Byzantins, alors que l’arrière-pays était continuellement ravagé par l’ennemi. Cette situation contribua à renforcer l’autonomie des autorités municipales et le transfert de compétences au képhalè.

Les fonctions du képhalè (milieu xive-milieu xve siècle)

  • 177 Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 124: « The kephale must in principle be regard (...)
  • 178 Sur les fonctions du képhalè, voir Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 117-166; Ma (...)

11En dépit de la diversité de termes employés pour désigner les circonscriptions administratives de l’Empire byzantin tardif (théma, synoron, nèsos…), chaque unité territoriale était contrôlée par un képhalè, principale autorité locale. On a dit qu’entre la fin du xiiie et le début du xive siècle, le képhalè avait finalement remplacé le doux177. À l’époque étudiée, il détenait toutes les compétences relatives à l’administration civile et militaire178.

  • 179 Voir Bénou, Codex B, no 210, p. 408-410 ; Verdure, Prodrome, no 62. Popolia est le nom de la région (...)
  • 180 Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 160-165, considère qu’au xve siècle les képhal (...)
  • 181 Ce sont les manuscrits Paris. gr. 2509, fol. 170 et Paris. gr. 2511, fol. 1-6, qui sont des formula (...)

12La nomination d’un képhalè venait souvent directement du souverain. Par exemple, dans un prostagma de juillet 1326 délivré en faveur du monastère du Prodrome de Serrès, l’empereur Andronic II déclare qu’Alexios Tzamplakôn a été nommé au poste de képhalè de Serrès et de la région de Popolia par « un ordre de Ma Majesté »179. À la fin de la période, certains képhalai agissaient sur l’ordre d’un autre membre de la dynastie impériale, par exemple d’un despote, mais cela n’impliquait pas pour autant un affaiblissement du pouvoir central180. La nomination des képhalai aurait toujours été une compétence de l’empereur, comme le suggère le fait que deux manuscrits copiés au xve siècle, conservés à la Bibliothèque nationale de France, contiennent la formule employée par le souverain pour nommer un képhalè. Cette formule est désignée par l’expression ἔνταλμα κεφαλατικίου181.

  • 182 Par exemple, Kônstantinos Palaiologos, « oncle » (theios) de l’empereur Andronic III, fut nommé kép (...)
  • 183 Ce fut par exemple le cas de Géôrgios Synadènos Astras, gouverneur de Lemnos, qui semble n’avoir eu (...)
  • 184 Au cours des années 1340 et 1350, de nombreuses villes, notamment en Thrace et en Macédoine, échure (...)

13L’étude prosopographique révèle par ailleurs que la plupart des képhalai étaient issus du milieu aristocratique. Il s’agissait généralement de membres de l’élite qui possédaient une fortune foncière personnelle dans la région qu’ils commandaient182. Toutefois, on connaît aussi le cas de képhalai complètement étrangers à l’endroit qu’ils étaient chargés de gouverner183. Quoi qu’il en soit, le choix de celui qui devait diriger une ville ou une région était dicté avant tout par ses liens de parenté avec l’Empereur et par sa position dans la hiérarchie aulique. Lors des deux guerres civiles, chacun des adversaires accorda ainsi à ses partisans le gouvernement des villes qui tombaient sous sa juridiction, afin de s’assurer le contrôle du territoire184.

  • 185 La plupart des historiens ont souligné le rôle du képhalè en tant que chef de l’armée locale : voir (...)
  • 186 Voir M. Bartusis, State Demands for the Billeting of Soldiers in Late Byzantium, ZRVI 26, 1987, p.  (...)
  • 187 Laiou, Morrisson, The Byzantine Economy, p. 209. Selon Matschke, Late Byzantine Kephalai, et Id., D (...)

14Parmi ses nombreuses compétences, le képhalè avait la responsabilité de diriger la défense de la ville et d’assurer l’entretien des milices municipales185. Pour cela, il avait le droit d’acheter en priorité les marchandises aux producteurs locaux et à un prix inférieur à celui du marché, souvent arrêté au préalable par les autorités. Ce droit d’achat privilégié est attesté dans les sources jusqu’au xive siècle sous le nom de mitaton186. Même si les sources n’emploient plus le terme durant la période tardive, le mitaton était sans doute encore en vigueur au début du xve siècle187.

  • 188 Vatopédi III, no 111.
  • 189 À Constantinople, les képhalai avaient le droit de mettre aux arrêts les particuliers : cf. Schilba (...)

15Toutefois, les compétences du képhalè n’étaient pas limitées à la défense du territoire. Il détenait aussi des prérogatives d’ordre judiciaire. Par exemple, en octobre 1358, Stéphanos Radènos, képhalè de Thessalonique, délivra un acte par lequel il mettait fin à un conflit qui opposait les moines de Vatopédi et certains parèques du village de Saint-Mamas, en Chalcidique occidentale188. Les sources fournissent d’autres exemples d’interventions de ce type189.

  • 190 Stéphanos Doukas Radènos est attesté comme recenseur du théma de Thessalonique de 1415 à 1420 (PLP (...)
  • 191 Ce fut par exemple le cas du képhalè de Christoupolis qui était chargé de collecter l’impôt appelé (...)

16Le képhalè pourrait avoir eu également des compétences fiscales. La question reste incertaine, mais il se peut que, dans certaines régions, la personne qualifiée de képhalè ait aussi rempli les fonctions d’apographeus. On reviendra sur cette question dans les pages concernant l’appareil fiscal dans les provinces. Ici, il convient simplement de souligner que les compétences fiscales du gouverneur sont attestées par exemple dans le cas de Stéphanos Doukas Radènos, képhalè de « l’île » de Kassandreia et membre du collège de recenseurs de la Macédoine durant le premier quart du xve siècle190. Disons également que l’on possède des actes de mise en possession de biens fonciers délivrés par des képhalai. De plus, certains gouverneurs collectaient des taxes dans leur ressort191.

  • 192 Un acte postérieur du tsar serbe Étienne Dušan suggère qu’il existait un képhalè de Hiérissos à l’é (...)
  • 193 Voir l’acte Vatopédi II, no 107 de mai 1356 : le prokathèménos de Thessalonique Michaèl (ou Kônstan (...)

17Dès la seconde moitié du xive siècle, l’installation d’un képhalè dans toutes les villes de l’Empire d’une certaine importance192 entraîna aussi des changements dans la hiérarchie administrative locale, par exemple la disparition du poste de prokathèménos, un officier subordonné au képhalè, qui était peut-être chargé de diriger les villes de deuxième rang. La dernière attestation du titre de prokathèménos date du troisième quart du xive siècle193. Un autre fonctionnaire de l’administration locale, le kastrophylax semble avoir en revanche survécu aux changements intervenus dans la seconde moitié du xive siècle, mais son rôle se trouva peut-être diminué.

  • 194 Par exemple, une inscription de 1355/1356 témoigne du rôle du kastrophylax Iôannès Chamaétos Koutal (...)

18Il était chargé d’organiser la défense des villes et de diriger les travaux de réparation des remparts et des tours de l’enceinte fortifiée194.

  • 195 On ne peut pas suivre Maksimović qui considère que la création du poste de katholikè képhalè fut mo (...)
  • 196 Sur le katholikè képhalè de la Morée, voir Zakythinos, Le despotat grec de Morée, t. 2, p. 59-71, e (...)

19Dans certaines régions, l’augmentation du nombre de képhalai conduisit à la création d’un nouveau poste de gouverneur, appelé katholikè képhalè (ou périéchousa képhalè), qui était responsable à son tour d’autres képhalai de rang inférieur, désignés parfois par l’expression mérikôs képhalatikeuôn (μερικῶς κεφαλατικεύων)195. Le katholikè képhalè était peut-être à la tête de la localité la plus importante de la province. Il est attesté pour l’île de Lemnos ainsi que pour le Péloponnèse, mais il se peut qu’il ait existé aussi dans d’autres régions de l’Empire196.

  • 197 Sur les gouverneurs de Constantinople, voir Matschke, Demarchen, et Id., Gouverneurs.

20En dernier lieu, il convient de rappeler que les deux plus grandes villes de l’Empire, Constantinople et Thessalonique, constituaient des cas à part, puisqu’elles étaient parfois commandées chacune par deux képhalai. Toutefois, le fonctionnement de ce système diarchique n’est pas clair197.

Autres représentants impériaux auprès des gouverneurs des provinces

21Si le rôle du képhalè en tant que gouverneur d’une ville ou d’une région ne fait aucun doute, la présence à ses côtés d’autres personnages envoyés par l’Empereur demeure problématique. Les sources parlent souvent de l’arrivée dans les territoires de l’Empire d’un haut fonctionnaire qui faisait partie de l’entourage impérial. Ce personnage ne porte jamais de titre le rattachant à l’administration locale et sa présence dans une ville ou dans une région semble temporaire. Il pourrait s’agir d’un fonctionnaire chargé par le souverain d’une mission spécifique. D’ailleurs, il délivrait alors des actes au nom de l’empereur et non en son nom propre.

  • 198 Sur Dèmètrios Phakrasès et son mandat à Thessalonique : cf. supra, p. 205-206.
  • 199 La fonction de Dèmètrios Palaiologos auprès de Manouèl est révélée par Kydônès dans sa correspondan (...)
  • 200 Dèmètrios Laskaris Léontarès délivra en février 1415 un acte en faveur du monastère de Vatopédi con (...)
  • 201 Sur Manouèl Eskammatisménos, voir PLP 91872.

22Ces représentants impériaux se trouvaient souvent auprès des autres membres de la dynastie des Paléologues placés à la tête d’une province ou d’une ville. Leur fonction était alors notamment celle de conseillers. Il faut toutefois souligner que leur rôle n’a jamais éclipsé celui des képhalai. En effet, la présence dans une province d’un représentant impérial n’impliquait pas la suppression du poste de képhalè, dont toutefois les compétences devaient être, dans ces cas, plus limitées. Ainsi, par exemple, à l’époque du gouvernement du despote Manouèl Palaiologos en Macédoine (1368-1373), l’empereur Jean V envoya à Thessalonique le mégas primmikèrios Dèmètrios Phakrasès pour occuper le poste de képhalè de la ville198 et, peu de temps après, le mégas domestikos Dèmètrios Palaiologos en tant que conseiller du jeune despote Manouèl Palaiologos199. Quelques années plus tard, au début du xve siècle, le despote Andronikos Palaiologos, fils de Manuel II, fut nommé, à l’âge de huit ans, à la tête de la province de Macédoine ; jusqu’à sa majorité, il fut conseillé par le serviteur impérial Dèmètrios Laskaris Léontarès200, alors que le poste de képhalè de Thessalonique était détenu, quant à lui, par Manouèl Eskammatisménos201.

  • 202 Sur le rôle de Manouèl Angélos à Ainos, voir Ganchou, Autonomie locale, p. 370. Manouèl Angélos dét (...)
  • 203 Sur Michaèl Astras, voir supra, p. 326, n. 921.
  • 204 Sur Dèmètrios Chrysolôras et sa relation avec l’empereur Manuel II, voir Manuel II, Lettres, p. xxx (...)

23Le rôle des représentants impériaux revêtait une importance toute particulière dans les territoires qui échappaient à l’autorité directe de Constantinople. Il s’agit ici des territoires dont les empereurs furent obligés d’abandonner le contrôle en faveur d’autres souverains ou de seigneurs locaux. Ce fut par exemple le cas de la ville d’Ainos et de celle de Christoupolis, dont on a déjà parlé dans les chapitres précédents. Les empereurs byzantins réussirent ici à imposer la présence d’une personne de leur entourage qui faisait office de résident auprès du maître local. À Ainos, Jean V envoya ainsi Manouèl Angélos, un haut fonctionnaire de la cour, qui resta auprès de Libadarios, hégémôn de la ville202, et à Christoupolis, Andronic IV dépêcha Michaèl Astras, fils de l’ancien gouverneur de Lemnos Géôrgios Synadènos Astras, qui résida auprès du mégas primmikèrios Iôannès203. Enfin, le rôle de Dèmètrios Chrysolôras, personnage influent aux côtés de Jean VII à Sélymbria durant les années 1390 et plus tard mésazôn de cet empereur à Thessalonique au début du xve siècle, mérite également d’être mentionné ici, car Dèmètrios entretenait aussi des liens d’amitié très étroits avec Manuel II, ce qui suggère qu’il avait peut-être également été amené à jouer un rôle d’intermédiaire entre les deux souverains204.

24Quoi qu’il en soit, la présence de ces personnages dans les provinces de l’Empire et dans d’autres territoires frontaliers suppose une emprise directe du gouvernement central sur la périphérie de l’État ; elle s’exerçait par l’entremise de ces fonctionnaires qui incarnaient l’autorité impériale, même s’ils étaient dépourvus d’un titre correspondant à ce rôle au sein de l’administration. Leur fidélité au souverain ne semble pas faire de doute ; la plupart appartenaient au cercle des parents proches de l’Empereur ou étaient ses hommes de confiance.

2. Les agents du fisc

  • 205 Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 184 et suiv., distingue deux types de fonction (...)
  • 206 Ibid., p. 202: « There are three elements […] which indicate the specific and independent position (...)

25Dans son étude sur l’administration provinciale de l’empire des Paléologues, Ljubomir Maksimović a consacré un chapitre entier à l’appareil fiscal (« The Fiscal Apparatus »)205. Il a constaté que les agents du fisc constituaient un corps de fonctionnaires séparé, qui n’était pas subordonné au képhalè mais qui recevait ses ordres directement de l’Empereur. L’une des raisons invoquées par Maksimović pour expliquer cette indépendance de l’appareil fiscal vis-à-vis des gouverneurs est une disparité de la géographie administrative : les régions sur lesquelles agissaient les recenseurs auraient été plus étendues que celles que gouvernaient les képhalai206.

26Maksimović est arrivé sur ce point à des conclusions qui sont peut-être valables pour la période antérieure au milieu du xive siècle, mais qui doivent être nuancées pour l’époque ultérieure. L’étude des actes de la pratique confirme certes l’emprise du pouvoir central sur l’administration fiscale (on l’a déjà vu à propos des déplacements des empereurs dans les provinces), mais elle n’est pas aussi claire quant à l’indépendance des agents du fisc vis-à-vis des autorités locales et quant au rôle fiscal des képhalai, car on trouve par exemple des gouverneurs qui agissent en qualité de recenseurs et qui portent le titre d’apographeus. En fait, ce titre d’apographeus soulève de nombreuses questions auxquelles il n’est pas aisé de répondre. Il y a même des raisons de penser qu’il ne désignait pas un rang de l’administration, mais simplement une mission temporaire et spécifique qui pouvait être remplie par divers fonctionnaires.

La carrière de deux recenseurs : le hiéromoine Iôasaph et l’apographeus Paulos Gazès

27Les actes de l’Athos fournissent les noms de quelques agents du fisc. Ceux-ci validaient de leur signature des praktika ou des actes de mise en possession qui étaient remis aux monastères ou à des particuliers. Nous connaissons aussi d’autres noms grâce aux sources narratives ou à quelques notices de manuscrits. Toutefois, la plupart des apographeis demeurent inconnus. D’ailleurs, il est difficile de reconstituer leur carrière car, le plus souvent, ils ne sont mentionnés qu’à une seule occasion. On peut certes proposer des rapprochements avec des homonymes qui vécurent à la même époque, mais il convient de rester prudent, car l’usage des patronymes par les Byzantins de cette époque s’avère fort capricieux. Il y a pourtant deux exceptions, deux personnages qui agirent ensemble en tant que recenseurs de l’île de Lemnos en 1415 et dont la carrière est bien connue grâce à des mentions dans plusieurs sources. Il s’agit du hiéromoine Iôasaph et de l’apographeus Paulos Gazès.

  • 207 Lavra III, no 164. L’acte publié dans l’appendice no XVIII de Lavra III, un document du xixe siècle (...)
  • 208 Ibid., no 164, l. 1-2 : θείω καὶ προσκυνητῶ ὁρισμῶ τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου καὶ βασιλέω (...)
  • 209 Vatopédi III, no 205.
  • 210 Ibid., no 227, l. 90-96 : ὁ δὲ κραταιὸς καὶ ἅγιος ἡμῶν αὐθέντης καὶ βασιλεὺς […] ἀπελήθη δὲ καὶ θεῖ (...)

28Ces deux recenseurs signèrent ensemble un praktikon daté de 1415 concernant les biens du métoque de la Vierge Zôodochos Pègè, dite tou Synkéllou, possession de Lavra à Lemnos207. Cet acte dit qu’ils avaient été chargés par l’empereur Manuel II de procéder au recensement de l’île208. À la même époque, Iôasaph délivra, seul, un acte de mise en possession de la terre de Chaoulè en faveur de Vatopédi209. Le recensement de Lemnos entrepris par le collège Iôasaph-Gazès est également évoqué dans un praktikon pour Vatopédi de 1442. Cette mention plus tardive est importante parce qu’elle permet d’identifier le hiéromoine Iôasaph avec un personnage célèbre du règne de Manuel II : Iôasaph, métropolite d’Éphèse. L’auteur du praktikon de 1442, Théodôros Pépagôménos, ne laisse aucun doute à ce sujet : « Notre très puissant et saint maître et empereur [Manuel II] […] enjoignit, par une divine et vénérable ordonnance écrite, au très saint métropolite d’Éphèse, feu kyr Iôasaph, notre prédécesseur en tant que recenseur général (katholikos apographeus) [de l’île de Lemnos], de mettre ce monastère [de Vatopédi] en possession de cette terre [de Chaoulè] ; en exécution de la divine et vénérable ordonnance de sa très puissante et sainte Majesté, le métropolite s’est rendu sur place, accompagné du bien-aimé gambros de sa très puissante et sainte Majesté, le katholikè képhalè de l’île de Lemnos, Michaèl Palaiologos, et d’autres archontes, afin de dresser un acte de recensement210. »

  • 211 Voir PLP 8916, et A. Acconcia Longo, L’attività letteraria del giurista Ioasaf, dans Studi bizantin (...)
  • 212 L’appartenance de Iôasaph aux Xanthopouloi est suggérée par le fait même qu’il ait composé ces deux (...)
  • 213 Sur la campagne militaire de Manuel II à Thasos, voir supra, p. 380-381. L’expédition quitta Consta (...)

29La carrière de Iôasaph, métropolite d’Éphèse, est relativement bien connue211. Il semble avoir pris l’habit dès la fin du xive siècle dans le puissant monastère constantinopolitain des Xanthopouloi. Il était certainement encore jeune lorsqu’il composa deux monodies à la mémoire du fils du mésazôn Nikolaos Notaras, Iôannès Notaras, tué au combat durant le siège de Constantinople par Musa en 1411212. Le fait que ce soit à Iôasaph qu’ait été confiée la composition de ces monodies en l’honneur du fils aîné du principal conseiller byzantin est un indice de la notoriété dont jouissait ce moine à la cour impériale. Peu de temps après, l’empereur Manuel II le choisit pour faire partie de sa suite lors de son voyage à Thasos (1414), au cours duquel il procéda au recensement de l’île voisine de Lemnos213.

  • 214 Voir Mazaris, p. 20-22 et p. 104 pour le commentaire. Un autre moine célèbre des Xantho-pouloi fut (...)

30La désignation du hiéromoine Iôasaph des Xanthopouloi pour entreprendre le recensement de Lemnos pourrait paraître surprenante, car il s’agissait non seulement d’un ecclésiastique, mais aussi d’un personnage complètement étranger à l’île. Toutefois, au temps de Manuel II, les moines des Xanthopouloi étaient connus pour leurs compétences en matière de fiscalité et de comptabilité, ainsi que pour leur influence auprès du souverain. Dans son Voyage aux Enfers, Mazaris souligne que ces moines avaient « l’oreille de l’empereur comme personne d’autre » ; il les surnomme en outre plaisamment « les frères frauduleux » (ξανθοὶ ὕπουλοι), car ils « croient mieux remplir leurs devoirs envers Dieu en se consacrant en priorité à leurs biens temporels »214.

  • 215 Manuel II, Oraison funèbre, p. 70, voir aussi p. 41.
  • 216 Pour la date de la composition de l’Oraison funèbre, voir Patrinelis, Sofianos, Manuel Chrysoloras, (...)

31Son influence auprès de Manuel II et ses connaissances en fiscalité expliqueraient la désignation de Iôasaph comme « recenseur général » (katholikos apographeus) de l’île de Lemnos. On ignore la durée de ses fonctions comme agent du fisc. Peu de temps après, dès la fin 1415, Iôasaph se trouvait peut-être déjà dans le Péloponnèse, aux côtés de Manuel II. En effet, il est l’un des auteurs des quatre préfaces de l’Oraison funèbre composée par Manuel II en l’honneur de son frère défunt Théodôros, ancien gouverneur du Péloponnèse215. Or, on sait maintenant que la date de la rédaction définitive de l’Oraison est à placer vers 1415, peut-être alors que Manuel II se trouvait en Morée. Cette chronologie pourrait donc indiquer que l’arrivée de Iôasaph à Mistra se produisit la même année ou peu après216.

  • 217 Iôasaph porte déjà le titre de mégas prôtosynkellos dans le manuscrit de la Vaticane contenant les (...)
  • 218 Iôasaph accomplit deux ambassades auprès des papes : la première vers 1426, auprès de Martin V et l (...)
  • 219 En juillet 1425, le papas Iôasaph (PLP 8884) établit un acte de mise en possession (ἀπογραφικὸν γρά (...)
  • 220 Il n’y a aucune mention dans l’acte Dionysiou, no 22 d’un recensement de Lemnos ordonné par l’emper (...)

32Après son retour à Constantinople, Iôasaph fut nommé mégas prôtosynkellos du patriarcat, peu avant 1419217. Ce fut le début d’une brillante carrière ecclésiastique qui conduisit Iôasaph d’abord au poste d’higoumène du puissant monastère du Prodrome de Pétra et plus tard à celui de métropolite d’Éphèse (1433)218. Il mourut en 1437 et rien ne semble indiquer qu’il soit jamais retourné dans l’île de Lemnos. Son identification avec le papas Iôasaph attesté comme agent fiscal à Lemnos en 1425 est donc à rejeter219 : le titre de papas indique d’ailleurs que ce personnage appartenait au clergé séculier, alors que notre Iôasaph était à l’époque à la tête de l’un des monastères les plus influents de la capitale de l’Empire. Du reste, ce papas Iôasaph, qui dressa un acte en faveur du couvent de Dionysiou, ne me semble pas être l’auteur d’un recensement général de l’île220.

  • 221 La notice du PLP 3452 doit être complétée par les références données ci-dessous.
  • 222 Vatopédi III, no 184. Il s’agit de l’acte original, ce qui permet d’en comparer la signature avec c (...)
  • 223 Voir ibid., no 194 (mai 1406) ; Xéropotamou, no 29 (1407) ; Lavra III, no 161 (1409) ; Docheiariou, (...)
  • 224 Kugéas, Notizbuch, no 3, p. 144.

33Paulos Gazès est également bien connu, d’abord par la documentation athonite, puis par quelques notices comptables datant du premier quart du xve siècle et relatives à la métropole de Thessalonique221. Il est attesté pour la première fois à Thessalonique, comme témoin de la donation en mars 1400 d’un terrain en Chalcidique, faite par un certain Mpogdanos Phronimos au monastère de Vatopédi, c’est-à-dire à l’époque de la première domination ottomane en Macédoine222. De 1406 à 1409, il agit en tant que recenseur du fisc en Chalcidique223. En 1415, il entreprit le recensement de Lemnos avec le hiéromoine Iôasaph. Il est attesté pour la dernière fois en février 1419 ; à cette époque, il faisait partie du clergé des Asomates à Thessalonique224. Gazès ne semble donc pas avoir eu lui non plus de liens personnels avec Lemnos avant sa désignation en 1415 comme recenseur de l’île. Comme son collègue le hiéromoine Iôasaph, il fut sans doute choisi en raison de ses compétences en matière de fiscalité. On a vu que Gazès avait déjà agi pendant plusieurs années comme agent du fisc en Macédoine.

34La comparaison entre les carrières de ces deux recenseurs montre toutefois entre eux une différence de statut. Iôasaph appartenait à la fois au cercle proche de l’empereur Manuel II et à l’une des communautés monastiques les plus importantes de la capitale. Il était sans doute issu du milieu aristocratique. Paulos Gazès était en revanche un simple fonctionnaire de province. Il avait travaillé pour l’administration fiscale en Macédoine durant les premières années de la restauration byzantine dans la région. On ne connaît pas son origine sociale, mais sa présence à Thessalonique à l’époque de la domination ottomane suggère qu’il n’appartenait pas au milieu le plus élevé de la société byzantine. Il devait certes être un membre respecté de la communauté chrétienne de la capitale macédonienne, mais ses origines devaient tout de même être beaucoup plus modestes que celles du hiéromoine Iôasaph des Xanthopouloi.

  • 225 Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 199, a également évoqué des différences dans l (...)

35La différence sociale entre ces deux personnages implique probablement entre eux un rapport hiérarchique qui est reflété par la qualification de katholikos apographeus de Lemnos appliquée au seul Iôasaph. Ce titre rappelle celui de katholikè képhalè, auquel on a déjà fait allusion, et suggère que Iôasaph était le supérieur de Paulos Gazès, ainsi que d’autres simples apographeis qui devaient certainement être actifs dans l’île à l’époque. La mise en place de cette hiérarchie pourrait par ailleurs s’accompagner d’une répartition des tâches225. Gazès pourrait avoir été chargé de questions plus techniques liées au recensement que Iôasaph aurait supervisé. La documentation n’est pas suffisamment riche pour le prouver, mais la mise à contribution d’autres actes peut nous permettre d’apporter quelques précisions concernant la procédure et le fonctionnement des recensements provinciaux.

Les tâches des recenseurs et de leurs subordonnés

  • 226 Kantakouzènos III § 8 ; II, p. 6210-14.
  • 227 Sur cette question, voir supra, p. 73-80. Sur la terminologie employée dans les actes de recensemen (...)

36Dans son Histoire, Iôannès Kantakouzènos donne une description théorique de la fonction d’apographeus qu’il désigne par le terme exisôtès (péréquateur). Il s’agissait, dit l’ex-empereur, de prendre à ceux qui ont en trop et de donner à ceux qui n’ont pas assez, afin de pourvoir ces derniers de ce dont ils auraient besoin dans les guerres à venir226. En effet, les actes de recensement qui nous sont parvenus affirment que les agents du fisc recevaient l’ordre de procéder à « la vérification et à la péréquation des revenus fiscaux ». Les expressions employées peuvent varier, mais elles soulignent la nécessité de veiller à ce que les biens dont disposaient un particulier ou une institution correspondent à l’impôt qu’ils payaient ou s’accordent avec le montant de leur pronoia227. Cela constituait, on l’a vu, la base du financement de l’armée byzantine à l’époque tardive.

37Je reviendrai plus loin sur l’établissement de l’assiette fiscale, mais il convient de signaler dès à présent que l’impôt de base à Byzance aux xive-xve siècles était une taxe calculée à partir de plusieurs paramètres. L’impôt foncier n’était que l’un de ces paramètres, les autres dépendaient de la composition du feu paysan, du nombre d’animaux de trait et des propriétés (par exemple, des vignes ou des oliviers) qu’il possédait. Afin de dresser un inventaire complet de la composition de chaque feu paysan et de la terre cultivée, les apographeis se rendaient sur place et faisaient une enquête sur le terrain à l’occasion de chaque recensement. Ils procédaient ensuite à la délimitation des parcelles et à l’enregistrement des paysans ainsi que de leurs biens. Cette tâche demandait plusieurs mois de travail et la collaboration de plusieurs personnes.

  • 228 Dionysiou, no 20.

38Il est difficile de déterminer la composition de l’équipe qui accompagnait les recenseurs lors de leurs enquêtes sur le terrain, mais quelques actes fournissent des renseignements à ce sujet. Par exemple, un document fiscal de novembre 1421 livre des informations sur la technique du recensement. Il s’agit d’un acte de mise en possession, en faveur du monastère de Dionysiou, d’un terrain situé dans la presqu’île de Kassandreia, établi sur l’ordre du despote Andronikos Palaiologos par le collège de recenseurs de Macédoine, Stéphanos Doukas Radènos, Kônstantinos Palaiologos Oinaiôtès, Dèmètrios Hidrôménos et Iôannès Radènos228. La terre en question, qui dépendait du village de Mariskin (aujourd’hui Néa Phôkaia), avait été donnée aux moines par l’empereur Jean VII Palaiologos. Cette donation avait été ensuite confirmée par l’empereur Manuel II et plus tard par son fils, le despote Andronikos Palaiologos, qui, à la demande de l’higoumène du monastère, donna l’ordre aux recenseurs de procéder à la délimitation du terrain.

  • 229 Il s’agit de la presqu’île de Kassandreia.
  • 230 Ibid., l.9-13 : τούτου δὲ χάριν ὁρίσθημεν ἡμεῖς παρὰ τοῦ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου τοῦ πανευτυχεστάτου δε (...)

39Ceux-ci déclarent s’être rendus trois fois dans la région de Mariskin, accompagnés d’un géomètre, et avoir procédé à une enquête détaillée sur le terrain : « Nous avons reçu l’ordre de notre saint seigneur le bienheureux despote [Andronikos Palaiologos] de nous rendre sur cette île229 et de remettre cette terre de dix zeugaria située autour du village (kathédra) de Mariskin, accompagnés d’un géomètre, et après avoir bien étudié la question, selon sa divine et respectable ordonnance, nous avons établi la présente mise en possession, après avoir enquêté sur place à deux reprises, [la première] pour examiner les lieux et [la seconde] pour procéder au mesurage ; et plus récemment [une troisième fois], après avoir fait la mise en possession et l’arpentage de la terre conformément au registre, à sa forme et au mesurage, la délimitation étant ainsi…230 »

  • 231 Ibid., l. 31.
  • 232 Voir le commentaire d’Oikonomidès dans Dionysiou, p. 118-119. À la fin du xiiie ou au début du xive(...)

40Ce procédé suivi par les agents du fisc pour mesurer un terrain constituait le premier pas pour l’établissement de l’impôt foncier. Il s’agissait sans doute de la phase la plus technique du recensement, car elle demandait des connaissances scientifiques afin de calculer la surface du terrain. On notera que les recenseurs disent s’être rendus sur le terrain accompagnés d’un géomètre, c’est-à-dire d’une personne qui possédait les connaissances techniques pour accomplir l’arpentage du bien en question. L’acte dit que la surface était calculée suivant la formule κατὰ κεφαλὴν καὶ πόδας, « selon le sommet et la base »231 ; il s’agit d’une méthode bien connue par les traités de géométrie, consistant à multiplier la moyenne des deux côtés opposés par la moyenne des deux autres côtés, le résultat étant divisé par deux232.

  • 233 Sur le titre de géomètre, voir Géométries du fisc, p. 248-249. Les auteurs de cette étude notent qu (...)
  • 234 Xéropotamou, no 19. La lecture de J. Bompaire du nom du géomètre, « Nikolaos Pikrokladès », a été c (...)
  • 235 Petit, Actes de Chilandar, no 88, p. 188, l. 18.
  • 236 Matschke, Tinnefeld, Gesellschaft, p. 49.

41La charge de géomètre est déjà attestée durant la période précédente, pour des subordonnés des agents du fisc233. En mai 1319 par exemple, le géômétris Nikolaos Pikrogélastès procéda, sur l’ordre des apographeis du thème de Thessalonique (collège Kounalès-Konténos-Kalognomos), à la délimitation d’un bien appartenant au monastère de Xèropotamou234. Un acte de 1328, tiré des archives de Chilandar, mentionne un géômétris qui avait été sous les ordres de Dèmètrios Apelméné, apographeus du thème de Thessalonique de 1300 à 1304235. Dans les années 1340, le célèbre Patrikiôtès, qui travailla pour Kantakouzènos, est qualifié de géographe, terme qui pourrait faire allusion à ses connaissances en matière de géométrie236.

  • 237 Vatopédi II, no 147. Sur ce recensement, voir supra, p. 265-266 et 370.
  • 238 Ibid., l. 43-44. Voir aussi le commentaire ibid., p. 409.
  • 239 MM II, no 550, p. 349 ; voir aussi Darrouzès, Regestes VI, no 3063. Sur ce personnage, voir PLP 246 (...)
  • 240 Lavra III, App. XVI : fragment d’un praktikon, daté de mai 1410, concernant les biens de Lavra dans (...)
  • 241 Mazaris, p. 32, l. 1, parle d’un certain Ôkimos, un « mort-vivant », et de son homonyme « le callig (...)
  • 242 MM II, no 550, p. 349 ; voir aussi Darrouzès, Regestes VI, no 3063.
  • 243 MM II, no 553, p. 354-355 ; voir aussi Darrouzès, Regestes VI, no 3108. Il s’agit d’une décision sy (...)
  • 244 Saint-Pantélèmôn, no 18.

42Pour la période qui nous occupe, les sources mentionnent à plusieurs reprises des géomètres. En 1375, le mégas chartoularios Laskaris Métochitès, auteur d’un recensement général de la Macédoine, délivra un praktikon en faveur du monastère de Vatopédi, donnant la délimitation de son domaine de Stylarion, en Chalcidique237. Après en avoir mesuré les contours, ce furent des « géomètres expérimentés » (ἐμπειρικοὺς γεωμέτρας) qui, selon Métochitès, firent le calcul de sa superficie238. Théophylaktos Basilikos est attesté comme géomètre à Constantinople en novembre 1397239 et plus tard, en 1410, à Lemnos240. À cette époque, il portait aussi les titres d’exarque et de taboullarios. En 1414, Mazaris (Voyage aux Enfers) signale que Basilikos exerçait à la chancellerie impériale, en collège avec un homonyme, qui était notaire241. Les actes du registre patriarcal mentionnent d’autres géomètres dans la Constantinople de la fin du xive siècle, par exemple un certain Makrènos, qui agit en collège avec ce même Théophylaktos Basilikos242. Même s’ils ne sont pas qualifiés de géomètres, quelques fonctionnaires semblent également avoir eu des compétences dans le mesurage et la délimitation de parcelles de terre. Il s’agit par exemple de Manouèl Balsamôn, logothétès du patriarcat de Constantinople, qui agit en collège avec Dèmètrios Blasès et Géôrgios Byziôtès243. Un acte athonite de mai 1419 mentionne également un membre de la chancellerie de Thessalonique exerçant la fonction de géomètre. Il s’agit du prôtonotarios Manouèl Chôniatès, qui procéda, sur l’ordre du recenseur Stéphanos Doukas Radènos, à la délimitation d’un bien foncier appartenant au monastère de Saint-Pantéléèmôn244.

  • 245 Il faut noter que la plupart des traités de géométrie fiscale sont conservés dans des manuscrits à (...)
  • 246 Voir ibid., p. 248-249.
  • 247 Lefort, La représentation de l’espace, p. 104 [p. 361] dit que « les géomètres étaient des notaires (...)

43Les exemples mentionnés ci-dessus suggèrent que la charge de géomètre était remplie le plus souvent par un simple fonctionnaire de l’administration. On a vu par exemple des cas de notaires, qui constituaient sans doute le groupe de fonctionnaires le mieux formé de l’appareil bureaucratique245. En effet, un traité du xive siècle remarque que la géométrie fiscale est devenue « la science des notaires » et explique que les géomètres s’étaient auparavant « beaucoup exercés à la connaissance, mais que le sort a voulu qu’aujourd’hui ils ne se consacrent qu’à la pratique, du fait des péripéties et des troubles de la vie »246. Rien ne laisse donc penser qu’il existait à cette époque un véritable corps de géomètres, au service des agents du fisc ; il s’agissait plutôt de fonctionnaires de l’administration civile ou ecclésiastique qui remplissaient temporairement les tâches des géomètres247.

44Il se peut que cela ait été aussi valable pour le poste d’apographeus qui semble avoir été rempli par d’autres fonctionnaires de manière temporaire. Rappelons, par exemple, le cas du hiéromoine Iôasaph, appartenant à la communauté monastique des Xanthopouloi. Il avait agi en tant que katholikos apographeus de Lemnos de manière temporaire en 1415, après quoi, il retourna à Constantinople où il poursuivit sa carrière au sein du clergé de la capitale. Paulos Gazès, même s’il agit comme apographeus en Macédoine vers 1408-1409 et plus tard à Lemnos en 1415, ne participa plus aux recensements qui eurent lieu dans ces deux régions durant les années suivantes. Il est attesté comme membre du clergé de Thessalonique en 1419. D’ailleurs la plupart des apographeis n’accomplirent, semble-t-il, qu’un seul recensement au cours de leur carrière.

  • 248 Le haut niveau social de certains recenseurs est attesté par leur position dans la hiérarchie auliq (...)

45On sait par ailleurs qu’un certain nombre des recenseurs de cette période étaient aussi des aristocrates. On a vu, par exemple, qu’une partie des agents du fisc de Macédoine au début du xve siècle appartenaient à l’entourage proche de l’empereur Jean VII248. La tâche de recenseur rapportait peut-être d’importants revenus. Toutefois, la plupart des agents du fisc semble avoir été des képhalai de villes ou de provinces.

Le rôle des képhalai et des autres fonctionnaires dans l’administration fiscale

  • 249 Lavra III, no 139.

46On a déjà évoqué plusieurs passages des documents qui suggèrent une forte implication des képhalai dans les tâches de l’administration fiscale. Rappelons par exemple qu’en juin 1361, le mégas stratopédarchès Géôrgios Synadènos Astras, à l’époque gouverneur de Lemnos, délivra un praktikon en faveur du monastère de Lavra249. De même, dans son acte de mise en possession de la terre de Chaoulè en faveur de Vatopédi, délivré en 1415, le hiéromoine Iôasaph déclare s’être rendu sur place afin de faire la délimitation du terrain, accompagné du katholikè képhalè de Lemnos, Michaèl Palaiologos, et d’autres archontes.

  • 250 Lavra II, nos 95 (mai 1303), 96 (janvier 1304) et 99 (octobre 1304). Il contresigna un acte de l’ar (...)
  • 251 Lavra II, no 106, voir en particulier l. 37-45.
  • 252 Pantocrator, no 20, l. 5-8.
  • 253 PLP 23999. Il signa aussi les actes Vatopédi III, nos 211 et 212, qui étaient jusqu’ici inédits.

47La participation de gouverneurs dans des opérations fiscales est attestée dès la période précédente. Au début du xive siècle, par exemple, le képhalè et doux de Lemnos Kônstantinos Tzyrapès dirigea un recensement de l’île et délivra plusieurs actes fiscaux en faveur de Lavra250. En 1319, l’empereur Andronic II chargea le nouveau képhalè et doux de Lemnos Théodôros Padyatès de corriger quelques abus commis par Tzyrapès lors de son recensement et de confirmer les possessions de Lavra dans l’île, telles qu’elles apparaissaient dans le praktikon « récemment établi par Tzyrapès, qui a procédé, il y a peu, au recensement [de Lemnos] »251. Si l’on en vient à la période qui nous occupe, la documentation d’archives fournit encore un exemple relatif à Lemnos. Il s’agit d’un acte de novembre 1394, délivré par le collège de recenseurs Sébastopoulos-Iagoupès-Théologitès en faveur du Pantokratôr, qui dit que le prôtobestiaritès Théodôros Palaiologos, oncle de l’empereur Manuel II et képhalè de l’île, en collège avec les recenseurs Doukas Cheilas, Iôannès Meizomatès et d’autres archontes, avait délimité et borné un terrain et l’avait remis aux moines de ce monastère252. En dehors de Lemnos, on connaît le cas de Stéphanos Doukas Radènos, qui agit en tant que recenseur en Macédoine de 1415 à 1421 et est attesté à la même époque comme képhalè de la presqu’île de Kassandreia253.

  • 254 Kônstantinos Tzyrapès, doux-képhalè et recenseur de Lemnos au début du xive siècle (cf. supra, p. 6 (...)

48Il se peut d’ailleurs que, durant cette période, beaucoup d’autres apographeis soient des gouverneurs qui ne mentionnent pas leur rang de képhalè. L’ensemble d’actes délivrés par Stéphanos Doukas Radènos, képhalè de Kassandreia et recenseur de Macédoine, fournit une preuve de ce phénomène. Radènos signa les praktika qu’il délivra simplement en tant qu’apographeus sans jamais mentionner sa charge de képhalè. C’est seulement grâce à la conservation d’un acte administratif relatif à la presqu’île de Kassandreia que l’on sait que Radènos était non seulement recenseur mais aussi gouverneur de cette région254. Cet emploi capricieux de la titulature par les Byzantins empêche donc de tirer des conclusions trop définitives, mais il se peut que la plupart des gouverneurs aient agi à un moment donné en tant qu’apographeis de la région qu’ils commandaient.

  • 255 Sur ce personnage, voir PLP 10529. Entre 1317 et 1334, Kalognômos signe un acte de Xèropotamou en m (...)

49Mis à part les képhalai, la documentation athonite témoigne aussi de la participation d’autres fonctionnaires de l’administration locale dans la mise à jour du cadastre. Par exemple, dans le premier quart du xive siècle, Léôn Kalognomos, prokathèménos de la ville de Drama, délivra plusieurs actes fiscaux et accomplit plusieurs recensements dans la province de Macédoine255.

50On peut conclure que l’appareil fiscal de l’Empire byzantin tardif manquait d’uniformité. N’importe quel fonctionnaire pouvait remplir le poste d’apographeus, des hauts fonctionnaires, des aristocrates, des gouverneurs de régions ou de villes, des fonctionnaires de l’administration locale, etc. On a vu que le même phénomène peut être aussi constaté pour les géomètres, subordonnés des apographeis, qui étaient souvent des notaires au service de la chancellerie impériale ou patriarcale. On peut en déduire qu’il n’existait pas une administration fiscale à proprement parler, mais que certains fonctionnaires civils et ecclésiastiques remplissaient ponctuellement les tâches liées au recensement et à la perception des impôts. Il est en revanche difficile d’accepter, comme le voudrait Maksimović, l’existence d’un véritable « fiscal apparatus ». Notons enfin que le terme employé par les Byzantins pour désigner le fisc était dèmosion, le même mot qui servait pour parler de l’État ; c’est une preuve supplémentaire qui suggère que tout « serviteur » ou « familier » de l’Empereur était susceptible de remplir le rôle d’agent du fisc.

51Avant de clore cette étude de l’administration fiscale, il convient de souligner un dernier aspect du poste d’apographeus : le fait que cette charge pouvait être exercée par des laïcs aussi bien que par des ecclésiastiques. Cet effacement progressif des frontières entre les juridictions civile et religieuse est l’une des caractéristiques de l’administration de l’époque des Paléologues ; elle est aussi attestée au sein des institutions juridiques, qui constituent le troisième groupe de fonctionnaires représentant l’Empereur dans les provinces.

3. Les juges généraux des Romains

  • 256 L’étude pionnière fut celle de L. Petit, La réforme judiciaire d’Andronic Paléologue (1329), EO 9, (...)
  • 257 Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III ; Id., Le tribunal impérial, et Id., Juges généraux.

52L’institution des juges généraux des Romains constitue un aspect important de l’action du pouvoir central dans les provinces de l’Empire byzantin tardif. Cette institution fut créée au début du règne d’Andronic III, vers 1329, et subsista jusqu’à la chute de Constantinople. Elle a fait l’objet de plusieurs études256, les plus importantes étant les trois articles que lui a consacrés Paul Lemerle257. La publication récente de quelques actes inédits tirés des archives de l’Athos permet d’apporter certaines précisions aux thèses avancées jusqu’ici.

53Dans les pages précédentes, on a déjà évoqué le rôle des juges généraux et leur implication dans les conflits survenus entre propriétaires fonciers, en particulier à l’époque de la première restauration byzantine en Macédoine, durant les années 1370. On a aussi souligné leur participation aux deux voyages d’inspection de l’empereur Manuel II dans plusieurs provinces de l’Empire, en 1406-1407 et 1414-1416. Dans ce qui suit, il s’agit d’éclairer les bases du fonctionnement de cette institution, de déterminer ses compétences et d’étudier la liste des membres connus. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, il convient de rappeler quelles furent les origines de ce tribunal, ainsi que le contexte de sa création.

Rappel historique de la réforme judiciaire d’Andronic III

  • 258 Cf. Id., La réforme judiciaire d’Andronic III, p. 294, n. 1.
  • 259 On connaît l’existence de ce tribunal grâce au témoignage de Pachymérès (ibid., p. 295) et au disco (...)
  • 260 Pachymérès parle de la vénalité de ces juges et du mécontentement populaire : cf. Lemerle, La réfor (...)
  • 261 Cf. Id., Le tribunal impérial, p. 371-372.

54Plusieurs historiens ont déjà analysé la réforme de la justice et des institutions judiciaires entreprise par les premiers empereurs de la dynastie des Paléologues. On sait que Michel VIII prit quelques mesures en ce sens après la reconquête de Constantinople258, mais ce fut son fils Andronic II qui, en 1296, instaura un tribunal composé de douze juges choisis parmi les principaux dignitaires ecclésiastiques et laïcs de rang sénatorial. Il s’agissait d’un tribunal suprême qui pouvait juger toutes les causes et dont les sentences étaient sans appel. Son autorité était égale à celle de l’Empereur et ses membres devaient prêter serment lorsqu’ils entraient en charge259. Toutefois, aux dires de Pachymérès, le tribunal déçut vite les grands espoirs mis en lui260. Quelques actes témoignent par ailleurs des difficultés auxquelles il se heurta dans son action261.

  • 262 La création du tribunal des juges généraux des Romains est rapportée par Grègoras IX § 4-5 ; I, p.  (...)

55Peu après la fin de la première guerre civile (1321-1328), Andronic III décida d’introduire une nouvelle réforme de la justice, dont les innovations devaient cette fois-ci perdurer jusqu’à la fin de l’Empire. Il créa un nouveau tribunal composé de quatre juges, deux laïcs et deux ecclésiastiques (dont l’un devait être un évêque), qui agissaient aussi en collège. La réforme mise en place par Andronic III se fondait sur celle de son grand-père, car il s’agissait là également d’une haute cour dont les décisions étaient sans appel. Sa juridiction était universelle ; tous les fonctionnaires et les hauts dignitaires y étaient soumis, y compris l’empereur lui-même262.

  • 263 Cet horkômotikon prostagma est édité dans JGR, t. 1, p. 580-581 (« Coll. V, Nov. XLI ») ; voir auss (...)
  • 264 Cf. ibid., p. 316, n. 50 et p. 319, n. 66.
  • 265 Selon Grègoras, les quatre juges devaient prononcer des φρικωδέστατοι ὅρκοι avant leur entrée en fo (...)
  • 266 JGR, t. 1, p. 581-582 (« Coll. V, Nov. XLII ») = Dölger, Regesten IV, no 2805 ; et JGR, t. 1, p. 58 (...)

56Les quatre juges instaurés par Andronic III portaient le titre officiel de juges généraux des Romains (καθολικοὶ κριταὶ τῶν ῾Ρωμαίων). L’empereur s’était engagé par un horkômotikon prostagma à les protéger de toute menace, eux-mêmes ainsi que leurs descendants263. Il avait également assuré leur indépendance financière par l’attribution d’importants revenus fiscaux264. En contrepartie, avant d’entrer en fonction, chaque juge devait jurer de ne pas se laisser corrompre et de ne pas outrepasser ses compétences265. En 1334, cinq ans après la création de ce tribunal, l’empereur Andronic III délivra deux autres prostagmata par lesquels il confirmait et élargissait les compétences du collège des juges généraux. En particulier, l’empereur accordait aux juges la capacité d’agir en dehors de la capitale et « comme les chefs de tous ceux qui habitent les villes et les campagnes » (ὡς κεφαλάδας τῶν ἐν τοῖς κάστροις τε καὶ χώραις πάντων). De plus, il rappela que tous ses serviteurs et familiers (οἵ τε προσγενεῖς ἄρχοντες καὶ οἱ λοιποὶ ἄρχοντες καὶ τὰ ἀρχοντόπουλα τῆς βασιλείας μου) étaient soumis à leur juridiction266.

  • 267 Esphigménou, no 19. Cet acte est une décision du tribunal des quatre juges qui porte comme titre σε (...)
  • 268 PLP 9027.
  • 269 PLP 11781. Kleidas prêta, à l’occasion de son entrée en fonction comme juge général, un serment qui (...)
  • 270 PLP 91682.
  • 271 PLP 17240.
  • 272 L’acte Zographou, no 28, un acte de vente de 1330, porte la signature du mégas dioikètès Glabas (cf (...)

57On connaît la composition du premier collège des juges généraux des Romains. Un acte d’Esphigménou de 1334 porte les signatures des quatre magistrats267 : Iôsèph, métropolite d’Aprôs (en Thrace)268, le diacre Grègorios Kleidas, dikaiophylax269, le mégas dioikètès [Géôrgios ?] Glabas270 et Nikolaos Matarangos271. Il s’agit là du seul document qui nous soit parvenu dans lequel tous les membres du collège signent ensemble. Les autres actes contiennent seulement la souscription d’un ou de deux juges généraux272.

  • 273 Grègoras XI § 4 ; I, p. 536-538. Sur le procès de 1337, voir aussi Lemerle, La réforme judiciaire d (...)
  • 274 On a conservé un plaidoyer composé après le procès de 1337 en faveur des juges condamnés : Ἀπολογία (...)
  • 275 Voir la longue lettre adressée à l’empereur Andronic III par le prôtasèkrètis Léôn Bardalès peu apr (...)

58En dépit des efforts de l’autorité impériale pour assurer l’indépendance et l’intégrité de ces magistrats, de nouvelles accusations de corruption virent le jour au cours de l’année 1337. L’empereur convoqua alors à Sainte-Sophie, sous sa présidence et celle du patriarche, un tribunal composé d’évêques et de prêtres devant lesquels les juges se défendirent de ces accusations. Toutefois, selon Grègoras, la procédure confirma le bien-fondé des soupçons273 : trois des juges furent condamnés et bannis de la capitale, et leurs biens confisqués274. Le métropolite d’Aprôs perdit quant à lui son siège et quelques collaborateurs des juges furent également condamnés275.

  • 276 Kutlumus, no 19. Pour un commentaire plus détaillé du contenu de cet acte, voir Lemerle, La réforme (...)
  • 277 Sur la réhabilitation de Glabas et sa fonction comme juge général à Thessalonique en 1344, voir l’a (...)

59Lors du procès de 1337, Nikolaos Matarangos fut en revanche déclaré innocent et put donc conserver sa charge de juge général. Un acte de Kutlumus témoigne de son activité à la tête de ce tribunal en 1341276. Il se peut par ailleurs que le mégas dioikètès Glabas ait été pour sa part réhabilité et rétabli dans sa charge vers 1344. À cette époque, Glabas avait été promu au rang de λογοθέτης τῶν οἰκειακῶν et agissait en tant que juge général à Thessalonique277.

Le fonctionnement du tribunal des juges généraux après le procès de 1337 : l’interprétation de Paul Lemerle

60L’institution des juges généraux des Romains se maintint après le procès de 1337 et la condamnation de trois des membres de ce tribunal. Les sources de la période comprise entre la fin du règne d’Andronic III et la chute de l’Empire continuent à mentionner le tribunal impérial (basilikon sékréton) ainsi que des juges généraux agissant à Constantinople et dans les provinces. Le mode de fonctionnement de ce tribunal après 1337 n’en a pas moins posé quelques problèmes à l’historiographie.

  • 278 Cf. Lemerle, Le tribunal impérial, p. 376.
  • 279 Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III, p. 303-304, a invoqué un acte, qualifié de sékrétikè (...)
  • 280 Cf. Lemerle, Le tribunal impérial, p. 375. Pour le commentaire de ce groupe d’actes tiré des archiv (...)

61Le premier point de divergence entre les interprétations qui ont été proposées concerne la question du maintien de la collégialité. Paul Lemerle a déjà souligné que le seul acte signé par l’ensemble du collège, c’est-à-dire par les quatre juges généraux, était l’acte Esphigménou no 19, de 1334. Les autres actes délivrés par cette institution durant le règne d’Andronic III comme dans la période ultérieure portent simplement la signature d’un ou de deux juges. Lemerle a donc conclu que « de la collégialité réelle des premières années de l’institution, on a passé à une collégialité qui reste entière dans son principe, mais qui n’est plus que de principe278 ». En d’autres termes, les sources montreraient qu’un juge général des Romains pouvait délivrer seul un acte au nom de l’ensemble de ses collègues, c’est-à-dire en tant que représentant de l’institution279. Cela n’affectait ni la validité ni la force de ses décisions. Sur ce point, Lemerle a invoqué pour preuve un passage d’un acte de Kutlumus où il est affirmé que « personne ne peut annuler un acte des juges généraux, sauf celui qui l’a établi, ou avec son assentiment l’un de ses collègues, également juge général280 ».

  • 281 Dans son premier article sur les juges généraux (Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III), Le (...)

62Lemerle explique ce phénomène par les circonstances historiques : la fragmentation territoriale de l’Empire et les difficultés de communication qui en résultèrent auraient obligé les juges à se déplacer dans les provinces et à se répartir la tâche. Toutefois, il considère que, « même faisant des tournées lointaines », quatre juges généraux ne pouvaient pas suffire à juger toutes les causes de l’Empire ; aussi, à partir des années 1340, « voit-on apparaître des juges généraux locaux ». Lemerle a cité en faveur de cette interprétation plusieurs exemples de juges qui portent dans leur titulature la mention d’une ville ou d’une région. Il a relevé par exemple l’expression « juges généraux de Thessalonique » (καθολικοὶ κριταὶ τῆς Θεσσαλονίκης) dans un acte de l’Athos de la seconde moitié du xive siècle281.

  • 282 Concernant les juges généraux locaux, il convient d’apporter quelques précisions au sujet de Kônsta (...)
  • 283 Cf. Lemerle, Le tribunal impérial, p. 380 : « Nous avons donc, en fait, trois séries parallèles… »

63Lemerle a donc distingué trois types de juges dans les sources conservées : d’une part les juges généraux des Romains (καθολικοὶ κριταὶ τῶν ῾Ρωμαίων), « qui pendant quelque temps existèrent seuls pour tout l’empire, puis furent en fait, sans que leur titre change, les juges généraux de Constantinople » ; d’autre part, les juges généraux locaux, qui au lieu des mots tôn Rômaiôn, complètent leur titulature du nom d’une ville ou d’une région282. Enfin, il a trouvé des juges généraux agissant en dehors des frontières de l’Empire byzantin, en Serbie et à Trébizonde283. Selon l’hypothèse de Lemerle, l’institution créée par Andronic III aurait donc subi une importante transformation au cours de la seconde moitié du xive siècle. D’après lui, la juridiction des juges généraux des Romains aurait été en pratique limitée à Constantinople, alors que des juges généraux locaux auraient parallèlement été mis en place dans chaque région et dans chaque ville de l’Empire. Lemerle admet l’existence de ces juges généraux locaux en Macédoine, à Lemnos ainsi que dans le Péloponnèse.

  • 284 Voir par exemple Vatopédi II, p. 393, et Morrisson dans Le monde byzantin III, p. 159.

64Cette classification a été généralement acceptée par l’historiographie284. Il convient néanmoins d’y apporter quelques nuances, car en réalité les juges généraux locaux ne semblent pas avoir fait partie de la même institution que les juges généraux des Romains. En effet, on va voir que le collège de magistrats créé par Andronic III continua à fonctionner non seulement à Constantinople, mais aussi dans les autres régions de l’Empire en tant que plus haute institution judiciaire.

Juges généraux des Romains et juges généraux locaux

  • 285 Voir par exemple Vatopédi II, no 144 (verso), l.9-11 : + Οἱ δουλοι τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγίου ἡμῶν αὐθέ (...)
  • 286 Voir par exemple Petit, Actes de Chilandar, no 154 (avril 1374), p. 325, l. 26.
  • 287 Kutlumus, no 34, l. 104.

65L’étude des actes de l’Athos confirme l’existence de deux catégories de juges suprêmes à l’intérieur de l’Empire : ceux qui signent comme katholikoi kritai tôn Rômaiôn et ceux qui portent simplement le titre de katholikoi kritai, suivi du nom d’une ville ou d’une région. La titulature employée dans les actes de la pratique ne laisse sur ce point aucun doute ; c’est le cas, par exemple, des deux juges, Dèmètrios Angélos Manikaïtès et le prôtonotarios Nikètas Sôtèriôtès, qui établirent durant les années 1374-1375 plusieurs actes relatifs aux territoires byzantins en Macédoine. Ils ne signent jamais en tant que « juges généraux des Romains », mais simplement comme serviteurs (douloi) de l’empereur285. Leurs décisions sont qualifiées de sékrétikon sèmeiôma et leur tribunal est appelé katholikos krisis286. L’acte Kutlumus no 34 parle d’un document délivré par eux comme d’une « décision judiciaire des juges généraux de Thessalonique » (ἑτέρα σεκρετικὴ διάγνωσις τῶν τῆς Θεσσαλονίκης κατολικῶν κριτῶν)287.

  • 288 Vatopédi II, no 144, l.52 (γράμμα καθολικῶν κριτῶν τῶν ῾Ρωμαίων), l. 71-75 et l. 82.

66En revanche, les mêmes Manikaïtès et Sôtèriôtès mentionnent dans leurs actes plusieurs décisions de juges généraux des Romains qui concernent des biens fonciers situés en Macédoine288. Cela implique que le choix des mots n’était pas fortuit et qu’ils faisaient bien la distinction entre les deux institutions ; la leur, celle des « juges généraux de Thessalonique » et celle, plus importante, des « juges généraux des Romains ».

  • 289 Lemerle, Juges généraux, p. 40, n. 1.
  • 290 Il s’agit de l’acte Vatopédi II, no 124. Sur le juge Théophylaktos Dermokaïtès, voir PLP 91760 et i (...)

67Les décisions des juges généraux des Romains évoquées par Manikaitès et Sôtèriôtès appartiennent à la période antérieure à la conquête serbe de la région, c’est-à-dire avant le milieu des années 1340289. Toutefois, les archives de l’Athos contiennent aussi d’autres actes délivrés par des juges généraux des Romains après le milieu du xive siècle qui concernent plusieurs régions de l’Empire en dehors de Constantinople. On a conservé par exemple un acte du juge général des Romains Théophylaktos Dermokaïtès, daté de 1366 et relatif à une affaire opposant plusieurs aristocrates de Macédoine, dont certains habitant le territoire sous domination serbe, au monastère de Vatopédi à l’Athos, qui dépendait à l’époque du despote Uglješa290. Le contenu de cet acte montre qu’un juge général des Romains pouvait agir dans un territoire éloigné de Constantinople et qui, en outre, ne dépendait pas directement de l’autorité de l’empereur byzantin. Dans le cas présent, il s’agit du territoire gouverné par le despote serbe Uglješa, mais il faut rappeler que celui-ci avait conclu en septembre 1365 avec l’empereur Jean V un traité en vertu duquel il avait reconnu la souveraineté byzantine sur son territoire.

  • 291 Ce mégas skeuophylax et diacre pourrait être Iôannès Syropoulos qui figure avec la même titulature (...)
  • 292 Vatopédi III, no 204, l. 62 : ἐπέστημεν καὶ τοῖς ἐκεῖσε τοπίοις.
  • 293 Cf. supra, p. 382, n. 112.

68D’autres documents athonites sont plus clairs encore en ce qui concerne la juridiction des juges généraux des Romains dans les provinces de l’Empire. Ils témoignent notamment des nombreux déplacements de ces fonctionnaires en dehors de Constantinople, ce qui contredit l’interprétation proposée par Lemerle selon laquelle les juges généraux des Romains auraient toujours siégé dans leur tribunal de Constantinople. Un acte des archives de Vatopédi constitue une pièce particulièrement importante de ce dossier. On y a fait brièvement allusion dans les chapitres précédents. Il s’agit d’un document qualifié de sékrétikon gramma et délivré le 10 décembre 1414 en faveur de Vatopédi par deux juges généraux des Romains, un diacre et skeuophylax de la Grande Église, dont le nom n’est pas conservé291, et le célèbre Géôrgios Gémistos (le philosophe Pléthon). Cette décision met fin à un différend qui opposait les moines de Vatopédi à un groupe de notables de Chalcidique au sujet des droits de propriété sur quelques champs de la région. Il n’y a pas de doute que cet acte ait été délivré à Thessalonique, car il y est dit que les juges se sont rendus personnellement sur les terrains qui faisaient l’objet du procès292. La date que porte l’acte, le 10 décembre 1414, montre d’ailleurs que cette décision coïncide avec le séjour de l’empereur Manuel II à Thessalonique. De fait, l’acte mentionne également quelques personnages de l’entourage impérial qui intervinrent dans le procès293.

  • 294 Lavra III, no 160.
  • 295 Sur la chronologie de ce voyage de l’empereur Manuel II, voir supra, p. 378.

69Quelques années auparavant, en juin 1407, deux autres juges généraux des Romains, le métropolite Eustathios de Berroia et Géôrgios Oinaiôtès, délivrèrent un acte, conservé dans les archives de Lavra, relatif à un différend au sujet de la possession d’une icône qui se trouvait dans l’île d’Imbros294. Rien dans l’acte n’indique que cette décision ait été rendue lors d’un séjour des juges à Imbros, mais on a vu dans les pages précédentes que la date de juin 1407 semblait justement coïncider avec une tournée de l’empereur Manuel II dans les îles du nord de la mer Égée, avant qu’il ne se rende dans le Péloponnèse. Or, le métropolite Eustathios de Berroia, l’un des deux juges, est attesté un peu plus tard dans le Péloponnèse auprès du souverain295.

  • 296 Nous ne possédons aucun acte qui témoigne du rôle du souverain en tant que juge suprême.

70Les deux exemples que l’on vient d’examiner montrent que les juges généraux des Romains continuaient à se rendre dans toutes les régions de l’Empire afin d’y statuer dans les conflits judiciaires. On a vu aussi que dans deux cas, en 1407 et en 1414, ils accompagnaient l’empereur dans ses voyages. Les juges généraux semblent en effet faire partie de l’entourage proche du souverain, car ils étaient les représentants délégués de la justice impériale296. Rien ne paraît donc indiquer que leur autorité ait diminué durant cette période à cause de l’apparition de juges généraux locaux. L’existence de ces deux types de juges pourrait suggérer simplement la mise en place d’une hiérarchie.

  • 297 MM II, no 597, p. 424-426.
  • 298 Ibid., p. 424, l. 3-4 : κριτῶν ὄντων τότε τοῦ μητροπολίτου Νικομηδείας, τοῦ Ἀλουσιάνου, τοῦ Καβαλλα (...)
  • 299 Ibid., p. 424, l. 17-19 : τοῖς νῦν οὖσι (cf. εἰς τὸ βασιλικὸν σέκρετον), τῷ τε τιμιωτάτῳ μεγάλῷ σκέ (...)

71Quant au nombre de juges du tribunal impérial, ainsi qu’au maintien du principe de collégialité, les sources parlent souvent de trois ou quatre membres. Par exemple, un acte synodal du patriarche Matthaios Ier, daté du mois d’août 1400, mentionne deux collèges successifs de juges généraux des Romains, chacun composé de trois membres297. Le premier de ces deux tribunaux (basilikon sékréton) doit dater d’une période antérieure à 1400, car tous ses membres sont qualifiés de défunts dans l’acte synodal : ce sont le métropolite de Nicomédie, Alousianos et Kaballaropoulos298. Le second tribunal, celui qui était effectivement en poste en août 1400, était aussi composé de trois membres : le diacre et mégas skeuophylax de la Grande Église Iôannès Syropoulos, Chrysoképhalos et Oinéôtès299. On a déjà rencontré certains de ces personnages. « Oinéôtès » est Géôrgios Oinaiôtès, l’un des signataires de l’acte de juin 1407 établi en faveur de Lavra à propos d’une icône de l’île d’Imbros. À cette époque, il siégeait avec Eustathios de Berroia, qui était parvenu entre-temps à la dignité de juge général des Romains. L’autre personnage que nous avons déjà évoqué est le mégas skeuophylax Iôannès Syropoulos, qui semble être aussi l’un des auteurs de l’acte du 10 décembre 1414 en faveur de Vatopédi en collaboration avec un autre juge général des Romains, Géôrgios Gémistos.

  • 300 Lemerle, Le tribunal impérial, p. 382 : « Ce n’est probablement pas par une rencontre fortuite que (...)
  • 301 G. Théocharidès, Quatre juges généraux, p. 495-500.
  • 302 Pour les données biographiques sur ces quatre juges, voir infra, p. 568-569.
  • 303 On a vu que Géôrgios Gémistos signa l’acte Vatopédi III, no 204 en tant que juge général des Romain (...)
  • 304 Il s’agit du testament de Géôrgios Goudélès : voir infra, p. 426.
  • 305 Pour l’identification du métropolite d’Ankara, juge général des Romains dans Mazaris, avec Eustathi (...)

72Ces exemples montrent d’une part que la charge de juge général des Romains n’était pas limitée à une courte durée (on a vu au contraire que certains de ses détenteurs étaient morts en poste, ce qui pourrait indiquer qu’elle était viagère) et d’autre part que le principe de collégialité avait été maintenu, ainsi que celui de la participation conjointe de laïcs et d’ecclésiastiques, prévue par la réforme d’Andronic III. Il convient néanmoins de souligner que dans les deux cas, le nombre de juges qui composaient le tribunal était de trois, et non plus de quatre, comme cela avait été la norme à l’époque d’Andronic III300. En revanche, Mazaris dans son Voyage aux Enfers parle pour l’an 1414 de quatre membres de ce collège. Il en cache les véritables noms derrière quelques jeux de mots auxquels Géôrgios Théocharidès a proposé des solutions qui semblent convaincantes301. D’après l’hypothèse de Théocharidès, ce collège était composé de Géôrgios Gémistos, du [mégas] skeuophylax de la Grande Église Iôannès Syropoulos, du prôtostratôr Géôrgios Phakrasès et du métropolite d’Ankara302. L’acte de Vatopédi du 10 décembre 1414, dont Théocharidès n’avait pas connaissance, confirme en partie ses déductions, car il est signé par le mégas skeuophylax de la Grande Église et par Géôrgios Gémistos303. Un acte de 1422 connu par une traduction latine pourrait par ailleurs corroborer son identification de l’un des juges avec le prôtostratôr Phakrasès304. Quant au métropolite d’Ankara, il doit être identifié à Eustathios de Berroia, que l’on a vu signer un acte en 1407 en tant que juge général des Romains305.

  • 306 Pour la période de vacance du tribunal des juges généraux des Romains à la fin du xive siècle, voir (...)

73Il semble donc qu’en définitive non seulement le principe de collégialité mais également le chiffre de quatre membres avaient été maintenus. Du reste, on notera que, comme à l’époque d’Andronic III, ce tribunal était toujours formé de deux laïcs et de deux ecclésiastiques, dont l’un était un évêque ou un métropolite. Il pouvait arriver que, du fait des circonstances, le chiffre de quatre juges généraux des Romains se trouvât réduit à trois, comme ce fut le cas à la fin du xive siècle, mais cette diminution était peut-être simplement temporaire, résultant d’une vacance précédant le choix d’un nouveau candidat. L’acte synodal d’août 1400 parle même d’une période durant laquelle le tribunal impérial dans son ensemble avait été vacant du fait de la disparition de tous ses membres306.

  • 307 MM II, no 435, p. 169.
  • 308 Une consultation des actes du registre patriarcal de cette période montre que Makarios de Nicomédie (...)
  • 309 À moins de penser que le mégas sakellarios de la Grande Église Dèmètrios Gémistos ait signé l’acte (...)

74L’étude de la documentation suggère que le principe de collégialité était également maintenu lorsque les juges se rendaient dans les provinces de l’Empire. Les actes délivrés par ce tribunal à Thessalonique (en 1414) ou à Imbros (en 1407) furent signés à chaque fois par deux juges, un laïc et un ecclésiastique dans les deux cas. Lorsque deux juges généraux des Romains quittaient Constantinople, deux autres restaient dans la capitale. Par exemple, en mars 1393, le métropolite Makarios de Nicomédie signe en tant que juge général des Romains un acte de vente d’un bien foncier situé dans les alentours de Constantinople307. Makarios semble en effet être resté dans la capitale pendant l’essentiel de son mandat308. Toutefois, on ne connaît pas le nom de son collègue à l’époque, car il est le seul juge à avoir signé l’acte de 1393309.

Un décret de Manuel II concernant le fonctionnement du tribunal des juges généraux des Romains : l’hypotypôsis de 1398

  • 310 Sur le type de document qualifié d’hypotypôsis, voir Dölger, Karayannopulos, Byzantinische Urkunden (...)
  • 311 Schilbach, Hypothyposis, p. 44-49.
  • 312 L’acte commence par une adresse aux juges généraux des Romains « qui ont été rétablis par une ordon (...)

75En 1968, Erich Schilbach a publié un acte important pour l’histoire de l’institution des juges généraux des Romains. Il s’agit d’un document d’archives copié dans un manuscrit du xvie siècle, conservé à la bibliothèque nationale Széchényi à Budapest. Ce document contient une ordonnance impériale, qualifiée d’hypotypôsis. Ce type de document présente des caractéristiques proches de celles du prostagma. Il est par exemple signé par un ménologe de la main de l’empereur, mais il ne comporte pas d’autres éléments de datation, ce qui empêche de déterminer avec certitude l’année de son émission et l’identité de son auteur310. Selon Schilbach, il pourrait avoir été délivré en juin 1398 par l’empereur Manuel II. Avec quelques précautions, cette hypothèse semble recevable311. L’acte fut délivré après une période de vacance du tribunal impérial. À cette époque, l’empereur prit de nouvelles dispositions et en rappela d’autres qui étaient déjà en vigueur concernant le fonctionnement de ce tribunal ainsi que les fonctionnaires qui étaient à son service312.

  • 313 Cf. ibid., p. 51, l.3 - p. 52, l.2.
  • 314 L’hypotypôsis fait allusion à la loi qui prévoyait l’élection de « juges arbitres » entre les parti (...)
  • 315 Schilbach, Hypothyposis, p. 52, l. 8-24. L’acte écrit délivré par les juges généraux des Romains es (...)
  • 316 Ibid., p. 52, l. 16-18 et 38-39.
  • 317 La charge de déphensôr doit encore faire l’objet d’une étude approfondie : outre les remarques fait (...)

76L’empereur commence par souligner l’obligation faite aux juges de prendre leurs décisions de manière impartiale, sans se laisser influencer « par amitié, par haine ou par une autre raison quelconque ». Le souverain fait ici allusion aux serments prêtés par les juges lors de leur prise en charge313. Il confirme également leur juridiction sur tous les sujets de l’Empire, ceux-ci étant dans l’obligation de se présenter devant le tribunal impérial s’ils y sont convoqués. L’acte distingue ensuite les trois types de procès qui pouvaient être soumis au tribunal des juges généraux des Romains, à savoir les procès en matière civile (kosmikè), pénale (pragmatikè) et/ou concernant la propriété d’un bien (ktèmatikè). L’acte décrit la procédure suivie dans chaque cas. Les parties en conflit pouvaient (si elles le souhaitaient) choisir d’abord des « juges arbitres » (airétoi kritai), afin d’arriver à un accord à l’amiable314. Si cela s’avérait impossible ou ne donnait pas les résultats attendus, c’était alors aux juges généraux des Romains de reprendre l’affaire. L’empereur indique qu’ils devaient entendre les déclarations (hypothésis) des différentes parties en litige et prononcer un verdict qu’ils devaient remettre par écrit315. L’acte mentionne aussi des représentants (entoleis) chargés de transmettre les décisions des juges aux personnes concernées et d’agir au nom de quiconque ignorerait son propre droit ou ne serait pas en mesure de le défendre lui-même316. L’acte parle enfin d’une nouvelle institution, créée à cette époque, qui était au service des juges généraux des Romains : le déphensôr317.

  • 318 Schilbach, Hypothyposis, p. 53, l. 5-7 et l. 31-35. L’acte parle « d’enfermer, de libérer, de confi (...)
  • 319 Ibid., p. 52, l. 29-31.
  • 320 Une décision synodale de juin 1401 parle d’un acte délivré par le déphensôr Bryennios Léontarès en (...)
  • 321 Schilbach, Hypothyposis, p. 53, l. 1-5.
  • 322 Ibid., p. 54, l. 1-4. Cette mesure permettait à l’Empereur de garder le contrôle sur les déphensore (...)

77La principale fonction de ces déphensores était d’appliquer les décisions des juges généraux des Romains, car aucun autre fonctionnaire n’en avait le pouvoir318. Ils devaient également transmettre la décision judiciaire à celles des parties intéressées qui n’étaient pas présentes lors de la lecture du verdict319. On sait par un acte de la pratique que les déphensores délivraient à cette occasion un document écrit contenant la décision des juges320. Si quelqu’un faisait ou disait quelque chose d’impropre à l’une des parties ou bien aux juges eux-mêmes, les déphensores devaient adresser une admonestation à la personne responsable ; si le délit était plus grave, ils devaient en faire un rapport à l’Empereur, qui statuerait321. Les déphensores devaient se conduire conformément à leur hypotypôsis ; dans le cas contraire, les juges généraux pouvaient les réprimander en privé, mais la décision finale concernant leur conduite relevait exclusivement du souverain322.

  • 323 Ibid., p. 53, l. 15-21. L’hypotypôsis des juges généraux des Romains fait allusion à un règlement ((...)
  • 324 Ibid., p. 53, l. 27-28. Il semble qu’entre la fin du xive et le début du xve siècle le terme gramma (...)

78L’acte mentionne encore une autre catégorie de fonctionnaires placés sous la juridiction des juges généraux des Romains. Il s’agit des taboullarioi, c’est-à-dire des notaires. L’acte stipule qu’aucun taboullarios ne peut rédiger un document public (politikon symbolaion) ou l’enregistrer s’il n’est pas en possession d’un prostagma délivré par l’Empereur et lui accordant la capacité d’agir en tant que notaire impérial323. Si un taboullarios contrevenait à la loi, les juges étaient censés en faire rapport à l’Empereur qui prendrait les mesures adéquates. Tous les actes judiciaires (krisimographa) ainsi que toutes les décisions délivrées par les juges généraux des Romains devaient être rédigés par le secrétaire du tribunal, qui est qualifié de γραμματικὸς τῆς κρίσεως324.

  • 325 Ibid., p. 53, l. 39-40 et p. 54, l. 1.

79En dernier lieu, l’hypotypôsis prévoyait que seuls les gouverneurs (képhalai) et les juges généraux des Romains avaient la capacité d’envoyer quelqu’un en prison325.

80Ce document est donc singulièrement important pour connaître le fonctionnement du tribunal impérial, la liste des fonctionnaires qui collaboraient avec les juges généraux des Romains ainsi que les compétences précises de ces derniers. Quelques actes de la pratique permettent de compléter nos connaissances sur leurs activités, en particulier celles qui se rapportaient au droit foncier.

Les compétences des juges généraux

  • 326 Ganchou, Géôrgios Goudélès.
  • 327 Sur ces personnages, voir infra p. 569.

81L’hypotypôsis délivrée selon toute vraisemblance par l’empereur Manuel II en 1398 parle, on l’a vu, de trois types de litiges : ceux relatifs au droit civil (kosmikè), ceux relatifs au droit pénal (pragmatikè) et ceux qui concernaient la propriété privée (ktèmatikè). Étant donné la nature de la documentation conservée, pour l’essentiel tirée des archives de l’Athos, la plupart des témoignages qui nous sont parvenus appartiennent à cette dernière catégorie et concernent plus spécifiquement des conflits relatifs à la propriété foncière. Les moines conservèrent les actes de ce type comme preuves de leurs droits de possession sur certains domaines. Nous possédons toutefois également deux actes du tribunal impérial qui portent sur des questions financières, plus particulièrement l’achat d’adelphata dans les monastères : l’acte Vatopédi, no 125 de juin 1366 et l’acte synodal d’août 1400, auxquels on a déjà fait allusion plus haut. Un acte récemment publié par Thierry Ganchou offre en outre de nouveaux renseignements sur l’activité des juges généraux des Romains326. Il s’agit de la traduction en latin du testament de Géôrgios Goudélès, ancien principal conseiller de Jean V et important homme d’affaires byzantin. Le document porte en effet la signature de deux juges généraux des Romains : Dèmètrios Phakrasès Palaiologos et Dèmètrios Perdikas, mégas sakellarios327. Cet exemple montre la compétence exercée par ces magistrats dans la garantie de la validité juridique des dispositions testamentaires.

  • 328 MM III, p. 105 : ἐπεὶ ἀπέστειλεν ἡ βασιλεία μου τὸν τιμιώτατον δικαιοφύλακα κῦρ Γρηγόριον τὸν Κλειδ (...)
  • 329 La version grecque du traité de 1362 ne qualifie que Théophylaktos Dermokaitès de juge général des (...)
  • 330 Le nom de Dermokaïtès apparaît dans une lettre du pape de 1367 ; à cette époque, il était revêtu de (...)

82Il convient de souligner en dernier lieu le rôle des juges généraux des Romains en tant que représentants de l’empereur byzantin à l’étranger. Le premier exemple en fut Grègorios Kleidas, membre du premier collège de juges généraux, qui fut envoyé comme ambassadeur au doge de Venise en 1332328. Deux juges du troisième quart du xive siècle sont attestés dans le même rôle : Théophylaktos Dermokaïtès et Kônstantinos Kaballaropoulos qui, en 1362, entreprirent une ambassade auprès de la commune de Venise, pour conclure le renouvellement de la trêve entre l’Empire et la république329. En juin 1366, Dermokaïtès signa l’acte Vatopédi no 164 qui mettait fin à un conflit opposant plusieurs aristocrates au monastère de Vatopédi. Un an plus tard, il quitta à nouveau l’Empire à la tête d’une ambassade envoyée au pape Urbain V330.

  • 331 Andronikos Oinaiôtès était vraisemblablement un parent de Géôrgios Oinaiôtès qui fut juge général d (...)
  • 332 Sur l’ambassade d’Oinaiôtès à Venise, voir Diplomatarium II, p. 82 et suiv., no 49. Sur Oinaiôtès, (...)
  • 333 ASV, Privileggi 1, fol.61 (iudex olim universalis Romanorum), cité dans Kydônès, Correspondance II, (...)

83Andronikos Oinaiôtès, attesté comme juge général des Romains vers 1369-1371331, prit part à l’ambassade de 1362 auprès de la commune de Venise332. On ne sait pas s’il était déjà entré en fonction comme juge. Les sources de l’époque suggèrent qu’il était un bon connaisseur du latin. Un autre juge général des Romains qui avait des rapports avec l’Occident latin était Thômas Doukas Alousianos qui reçut la citoyenneté vénitienne en novembre 1383, lors d’une autre ambassade dans cette ville333.

  • 334 Syropoulos, p. 176 (cité par Lemerle, Juges généraux, p. 43). On notera qu’à cette époque l’un des (...)

84Un dernier témoignage, datant de la fin de la période byzantine, rend compte du rôle des juges généraux dans les voyages des empereurs à l’étranger. Il s’agit d’un passage des Mémoires de l’ecclésiarque Sylbestros Syropoulos : en 1437, peu avant le départ de Jean VIII et du patriarche Iôsèph II pour le concile qui devait se tenir à Florence afin de conclure l’Union des Églises grecque et latine, Syropoulos avait essayé de trouver un moyen pour ne pas y prendre part. Il avait demandé au mésazôn Loukas Notaras d’intervenir auprès de Jean VIII afin de le persuader de la nécessité de laisser dans la capitale quelqu’un à la tête du tribunal des juges généraux (katholikon kritèrion). Notaras insista surtout sur le fait que les collègues de Syropoulos n’avaient pas la moindre compétence en matière juridique334. Les efforts de Syropoulos furent vains, car il accompagna finalement Jean VIII en Italie.

Les juges généraux des Romains en Serbie au xive siècle

  • 335 Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III, p. 312-314, et Id., Le tribunal impérial, p. 378, p. (...)
  • 336 Pour Orestès, voir PLP 21097.
  • 337 Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III, p. 312.

85Dans ses articles sur les juges généraux, Lemerle a également mentionné des « juges généraux de Serbie »335. Il a relevé le nom de plusieurs personnes qui portaient le titre de juge général et étaient actifs dans la principauté serbe de Serrès. C’est le cas par exemple d’un certain Orestès et de Dèmètrios Komnènos Eudaimonoiôannès, tous deux attestés par plusieurs actes de Chilandar comme serviteurs du despote Jovan Uglješa336. Lemerle a souligné que ces personnages portaient le titre de katholikos kritès « duquel seuls les mots tôn Rhômaiôn ont naturellement disparu337 ».

  • 338 Ibid., p. 313-314.

86Il a également souligné que « si les juges généraux sont ainsi bien attestés dans les territoires soumis à la domination serbe, ils n’y avaient certainement pas la même importance et le même rôle que dans l’empire grec : ni Orestès ni Eudaimonoiôannès ne signent seuls et souverainement les documents que nous avons cités, mais comme simples membres d’un tribunal nombreux, et qui comprend des personnages considérables. C’est le titre, plus que la fonction, qui semble avoir été conservé338 ».

  • 339 Sur Antônios de Larissa (PLP 1098), voir l’étude déjà ancienne de N. Béès, Zur Schriftstellerei der (...)
  • 340 Antônios porte le titre de juge général des Romains dans un acte délivré en faveur du monastère du (...)
  • 341 Antônios authentifia de sa signature l’acte Vatopédi II, no 107 (+ Ὁ μητροπολίτης Λαρίσσης ὑπέρτιμο (...)

87Nous sommes pourtant bien là en présence du même phénomène qui s’observe à Byzance : l’omission des mots tôn Rhômaiôn suggère qu’il ne s’agit pas de la même institution, mais confirme qu’il convient d’opérer ici aussi une distinction entre les juges généraux d’une ville ou d’une région et les juges généraux des Romains. En effet, on connaît aussi pour la Serbie le cas d’un magistrat qui porte le titre de juge général des Romains ; il s’agit du métropolite Antônios de Larissa qui était actif dans l’Empire serbe durant les années 1350-1360339. Antônios délivra plusieurs documents avec ce titre, le plus élevé de la hiérarchie juridique. Il s’agit d’actes qui concernent les territoires sous domination du tsar Simeon Uroš, le beau-frère du tsar Étienne Dušan340. Les archives de l’Athos ont conservé aussi plusieurs actes byzantins qui furent validés plus tard par Antônios de Larissa, à l’époque de la deuxième conquête serbe de la Macédoine (ca 1355)341.

88L’activité du métropolite de Larissa en tant que juge général des Romains montre encore une fois l’influence des institutions byzantines dans l’Empire serbe du xive siècle et suggère les prétentions des souverains slaves à imiter les empereurs de Constantinople. Toutefois, après la disparition du souverain serbe Étienne IV Dušan (fin 1355), les ambitions serbes de supplanter le souverain byzantin se dissipèrent progressivement. Le traité de septembre 1365 entre Jean V et le Serbe Jovan Uglješa y mit un terme définitif. Uglješa, qui reçut de l’empereur Jean V les insignes de despote, renonça à toute prérogative empiétant sur celles qui appartenaient à la dignité impériale. Cela explique le rôle plus limité des juges de Serrès, comparable à celui des juges généraux locaux byzantins, ainsi que la disparition à cette époque des juges généraux des Romains en Serbie.

***

89Les trois catégories de fonctionnaires que nous avons étudiées (gouverneur, recenseur et juge) constituaient les rangs les plus élevés de l’administration provinciale. On a vu surtout le rôle primordial du képhalè dans les villes et les campagnes de l’Empire byzantin tardif. Il était le responsable non seulement de la sécurité de leurs habitants, mais aussi du bon fonctionnement de la justice et du ravitaillement. Le képhalè avait remplacé à cette époque d’autres fonctionnaires locaux des époques précédentes et détenait un pouvoir plus étendu.

  • 342 Il faudrait souligner qu’au xve siècle la charge de chef de la chancellerie, appelé aussi prôtonota (...)

90En revanche, les agents du fisc ne semblent pas avoir été à proprement parler des fonctionnaires de l’administration provinciale. L’étude de la documentation suggère qu’il s’agissait d’individus par ailleurs bien placés dans l’administration ou proches de l’Empereur, qui remplissaient temporairement les tâches de recenseur. En dernier lieu, on a parlé des juges généraux des Romains et des juges généraux des villes et des provinces. Les premiers furent mis en place par l’empereur Andronic III à l’occasion d’une importante réforme du système judiciaire. Les sources témoignent de leur continuité jusqu’à la fin de l’Empire. Les juges des autres catégories étaient simplement des juges locaux, dont les fonctions existaient depuis plus longtemps. L’adjectif « général » (katholikos) leur fut peut être appliqué en raison de la mise en place d’une hiérarchie au sein de l’appareil bureaucratique des provinces, comme ce fut le cas aussi, on l’a vu, pour les gouverneurs (katholikè képhalè) ou pour les recenseurs du fisc (katholikos apographeus)342. Le mode d’action de ces fonctionnaires ainsi que la titulature qu’ils affichent suggèrent également l’existence d’un lien étroit avec l’Empereur. On notera par exemple que la plupart d’entre eux étaient qualifiés de « serviteurs » ou de « familiers » du souverain et qu’ils déclaraient agir à chaque fois en vertu d’un « ordre impérial » ou par le pouvoir que leur avait conféré l’Empereur. La mise en place de cette administration restructurée fut donc fondamentale pour l’exercice du pouvoir de l’État dans les provinces et assura la cohésion territoriale de cet empire fragmenté et cerné par l’ennemi.

Notes

166 Sur la fragmentation des thèmes à l’époque paléologue, voir supra, p. 67.

167 Maksimović, par exemple, emploie dans ses études une terminologie marxiste qui fait de l’Empire byzantin des xive-xve siècles un exemple d’État « féodal ». En dépit de cette grille de lecture, ses conclusions s’avèrent utiles.

168 Cette hiérarchie est décrite par le « Pseudo-Kôdinos », auteur anonyme d’un manuel de cour, compilé au milieu du xive siècle, désigné comme le Traité des offices et attribué à tort à Kôdinos. Sur cet ouvrage, voir supra, p. 64.

169 Sur cette question, voir supra, p. 68.

170 Cf. S. P. Kyriakidès, Βυζαντιναὶ Μελέται, t. 4, Thessalonique 1937, et Théocharidès, Κατεπανίκια.

171 Voir F. Dölger, Chronologisches und Diplomatisches zu Urkunden des Athoskloster Vatopedi, BZ 39, 1939, p. 321-340, ici p. 332, n. 2, et G. Ostrogorsky, Das byzantinische Kaiserreich in seiner inneren Struktur, Historia Mundi 6, 1958, p. 445-473, ici p. 472. Voir aussi Lemerle, Philippes, p. 222, qui parle d’un Empire « en état permanent d’urgence ».

172 Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 70-82 et p. 102-104: « The system of katepanikia finally replaced the remnants of the theme organisation. This process reached its culmination in the first half of the fourteenth century. » L’auteur souligne que le katépanikion correspondait parfois simplement à une ville et à la région environnante, ce pourquoi le terme katépanikion pouvait être aussi synonyme de kastron ; mais d’autres expressions pouvaient être employées, comme topothésia, topos, périochè, etc. Maksimović considère que la disparition du système des thèmes fut l’une des conséquences de l’évolution de l’État byzantin vers le féodalisme. Il mentionne par ailleurs (ibid., p. 87) le contenu d’un chrysobulle de Jean V de 1356, significatif de l’organisation territoriale de l’Empire à cette époque. Par cet acte, l’empereur exempta le bateau du monastère de Vatopédi du paiement des impôts dans la ville de Constantinople et « dans toutes les [autres] villes fortifiées et les îles de Ma Majesté » (τὰ λοιπὰ κάστρα πάντα καὶ τὰς νήσους τῆς βασιλείας μου, cf. Vatopédi II, no 109, l. 12-13). Par ailleurs, les écrits des auteurs byzantins du xive siècle ne s’avèrent pas très utiles pour connaître l’organisation administrative de l’Empire à cette époque. Par exemple, Kantakouzènos et Grègoras parlent simplement d’éparchies (ἐπαρχία), ce qui est un terme archaïque (cf. Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 48 et suiv.) que Maksimović pense pouvoir interpréter dans ce contexte comme un synonyme de katépanikion (ibid., p. 81-82).

173 Ibid., p. 82-83.

174 Pour plus de détails sur l’emploi du terme théma à l’époque des Paléologues, voir ibid., p. 88 et suiv.

175 Maksimović écrit que « the katepanikion was an administrative unit, while the theme had been transformed into a fiscal district entrusted to a tax controller […] For all these reasons, it is most probable that the katepanikion was an independent unit. This makes the problem of the diffusion of katepanikia even more acute » (ibid., p. 80). L’expression « thème de Thessalonique » apparaît effectivement toujours dans les actes de type fiscal: voir par exemple un acte établi en 1418 en faveur de Vatopédi par plusieurs fonctionnaires du fisc qui déclarent avoir procédé au recensement du théma de la ville de Thessalonique (ποιουμένους τὴν ἀπογραφικὴν ἐξίσωσιν καὶ ἀποκατάστασιν τοῦ θέματος τῆς θεοσώστου ταύτης καὶ περιφανοῦς πόλεως Θεσσαλονίκης, cf. Vatopédi III, no 211, l. 6).

176 Voir par exemple l’acte Iviron IV, no 88 (avril 1344), l.1-3: θείω καὶ προσκυνητῶ προστάγματι τὴν ἀπογραφικήν ἐξίσωσιν καὶ ἀποκατάστασιν τῆς χώρας καὶ τῶν κάστρων Βολεροῦ, Πωπολίας, Σερρῶν, Μελενίκου, Στρυμμόνος, ἔτι τὲ τοῦ θέματος τῆς πόλεως Θεσσαλονίκης καὶ ΒερροίαςSur l’emploi du terme chôra et ses significations, voir Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 71-72.

177 Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 124: « The kephale must in principle be regarded as an imperial official or plenipotentiary. »

178 Sur les fonctions du képhalè, voir Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 117-166; Matschke, Late Byzantine Kephalai, p. 139-147; et Bartusis, Byzantine Army, p. 33-34.

179 Voir Bénou, Codex B, no 210, p. 408-410 ; Verdure, Prodrome, no 62. Popolia est le nom de la région qui s’étend entre le cours inférieur du Strymon et le Symbolon (Iviron IV, no 85).

180 Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 160-165, considère qu’au xve siècle les képhalai s’étaient mis au service de détenteurs des apanages et il donne l’exemple de Géôrgios Gémistos (Pléthon) qui avait reçu du despote Théodôros [II] Palaiologos, gouverneur du Péloponnèse, le commandement du village de Phanarion, dans l’Argolide. Toutefois, il ne dit pas qu’un peu plus tard, en 1428, Pléthon reçut un chrysobulle de l’empereur Jean VIII et en 1449 un autre de l’empereur Constantin XI.

181 Ce sont les manuscrits Paris. gr. 2509, fol. 170 et Paris. gr. 2511, fol. 1-6, qui sont des formulaires de chancellerie (Omont, Inventaire, t. 2, p. 274-276). Pour leur datation, voir K.-P. Matschke, Rolle und Aufgaben der Demarchen in der spätbyzantinischen Haupstadt. Ein Beitrag zur Rolle der Stadt und der spätbyzantinischen Haupstadt. Ein Beitrag zur Rolle der Stadt und der städtischen Bevölkerung in Byzanz, Jahrbuch für Geschichte des Feudalismus 1, 1977, p. 211-231, ici p. 211 (= Id., Das spätbyzantinische Konstantinopel, p. 153). La formule de nomination du képhalè a été éditée par Sathas, Μεσαιωνικὴ βιβλιοθήκη, t. 6, p. 642-643. Sur cette question, voir aussi Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 123-125.

182 Par exemple, Kônstantinos Palaiologos, « oncle » (theios) de l’empereur Andronic III, fut nommé képhalè de la ville de Serrès peu après 1342. Il faisait partie d’un puissant clan familial qui possédait un vaste patrimoine foncier en Macédoine orientale : cf. Estangüi Gómez, Théodôra Palaiologina, p. 139.

183 Ce fut par exemple le cas de Géôrgios Synadènos Astras, gouverneur de Lemnos, qui semble n’avoir eu aucun lien avec l’île avant sa nomination comme képhalè.

184 Au cours des années 1340 et 1350, de nombreuses villes, notamment en Thrace et en Macédoine, échurent aux partisans des deux camps. À cette époque, certains postes de gouverneurs de villes furent aussi achetés par des riches. Ce fut par exemple le cas de Iôannès Batatzès (cf. supra, p. 69-70) qui acheta le poste de képhalè de Thessalonique à l’impératrice Anne de Savoie : Grègoras XIV § 11 ; II, p. 74110.

185 La plupart des historiens ont souligné le rôle du képhalè en tant que chef de l’armée locale : voir par exemple Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 129 (avec bibliographie) et 146. L’obligation de surveiller le territoire était appelée apobiglisis. Les képhalai étaient également responsables de l’approvisionnement des milices locales : cf. supra, p. 68, n. 272. Toutefois, il convient de préciser que les képhalai n’étaient pas les commandants des troupes régulières, mais simplement de la garnison d’une ville ou d’une forteresse. En revanche, les armées composées de mercenaires et de pronoïaires étaient dirigées par l’empereur lui-même ou par d’autres dignitaires de la cour impériale, par exemple le mégas domestikos ou le mégas stratopédarchès : Bartusis, Byzantine Army, p. 241.

186 Voir M. Bartusis, State Demands for the Billeting of Soldiers in Late Byzantium, ZRVI 26, 1987, p. 115-120.

187 Laiou, Morrisson, The Byzantine Economy, p. 209. Selon Matschke, Late Byzantine Kephalai, et Id., Das spätbyzantinische Konstantinopel, p. 145-147, les képhalai auraient bénéficié de leur position privilégiée pour faire du commerce. Sur le rôle des képhalai dans la commercialisation de produits agricoles, voir infra, p. 523 et 527.

188 Vatopédi III, no 111.

189 À Constantinople, les képhalai avaient le droit de mettre aux arrêts les particuliers : cf. Schilbach, Hypothyposis, p. 53, l. 39-41. Pour les compétences juridiques des képhalai, voir aussi Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 149-152.

190 Stéphanos Doukas Radènos est attesté comme recenseur du théma de Thessalonique de 1415 à 1420 (PLP 23991). Il signe comme képhalè de l’île de Kassandreia l’acte Saint-Pantéléèmôn, no 18, daté de mai 1419. Les auteurs du PLP ont consacré une entrée différente au képhalè de Kassandreia (PLP 23999), mais il n’y a pas de doutes sur le fait qu’il s’agit bien de la même personne que le recenseur de Thessalonique. En tant que gouverneur de la presqu’île de Kassandreia, Radènos délivra un autre acte en faveur d’un monastère de l’Athos, l’acte Vatopédi III, no 212 (ca 1419). Sur le rôle du képhalè en tant qu’agent du fisc, voir Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 154-156, en particulier n. 186, et infra, p. 412-413.

191 Ce fut par exemple le cas du képhalè de Christoupolis qui était chargé de collecter l’impôt appelé skaliatikon dans le village de Chantax. Il s’agissait d’un droit versé par les bateaux qui traversaient les bouches du Strymon : cf. Zographou, no 32, l. 39-40. Sur cet impôt, voir aussi infra, p. 523.

192 Un acte postérieur du tsar serbe Étienne Dušan suggère qu’il existait un képhalè de Hiérissos à l’époque byzantine et qu’il avait alors une certaine autorité sur la presqu’île athonite : Vatopédi II, no 92 (novembre 1345), l. 23.

193 Voir l’acte Vatopédi II, no 107 de mai 1356 : le prokathèménos de Thessalonique Michaèl (ou Kônstantinos ?) Amasianos. Sur le prokathèménos, voir Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 168-174, et Bartusis, Byzantine Army, p. 33-34. À l’époque antérieure au milieu du xive siècle, le prokathèménos était chargé de l’administration civile, alors que le kastrophylax était le responsable de la défense de la ville.

194 Par exemple, une inscription de 1355/1356 témoigne du rôle du kastrophylax Iôannès Chamaétos Koutalès dans la réparation d’une partie des murailles de Thessalonique : cf. supra, p. 160. Sur les fonctions du kastrophylax, voir Bartusis, Byzantine Army, p. 313-314.

195 On ne peut pas suivre Maksimović qui considère que la création du poste de katholikè képhalè fut motivée par le désir de Constantinople « to etablish firmer control over the provinces, which were increasingly concerned with their own problems and living their own life » (Id., Administration under the Palaiologoi, p. 144). Le cas de Lemnos, par exemple, contredit son hypothèse, puisqu’il s’agit d’un territoire qui resta la plupart du temps sous l’autorité directe de l’empereur de Constantinople : voir à ce sujet les remarques de Maksimović lui-même, ibid., p. 145, n. 155.

196 Sur le katholikè képhalè de la Morée, voir Zakythinos, Le despotat grec de Morée, t. 2, p. 59-71, et Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 131-133. Pour Lemnos, voir ibid., p. 145, n. 155. Michaèl Palaiologos, gambros de l’empereur Manuel II, est attesté comme katholikè képhalè de Lemnos en 1415 (Vatopédi III, no 205, l. 7).

197 Sur les gouverneurs de Constantinople, voir Matschke, Demarchen, et Id., Gouverneurs.

198 Sur Dèmètrios Phakrasès et son mandat à Thessalonique : cf. supra, p. 205-206.

199 La fonction de Dèmètrios Palaiologos auprès de Manouèl est révélée par Kydônès dans sa correspondance : cf. supra, p. 215-216.

200 Dèmètrios Laskaris Léontarès délivra en février 1415 un acte en faveur du monastère de Vatopédi confirmant quelques dispositions d’ordre fiscal prises par l’empereur Manuel II lors de son séjour à Thessalonique en 1414-1415 : Vatopédi III, no 206. Léontarès signe l’acte en tant que serviteur de l’empereur : ὁ δοῦλος τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου καὶ βασιλέως Δημήτριος ο Λεοντάρης. Sur ce personnage, voir PLP 14676.

201 Sur Manouèl Eskammatisménos, voir PLP 91872.

202 Sur le rôle de Manouèl Angélos à Ainos, voir Ganchou, Autonomie locale, p. 370. Manouèl Angélos détenait aussi le titre de juge général.

203 Sur Michaèl Astras, voir supra, p. 326, n. 921.

204 Sur Dèmètrios Chrysolôras et sa relation avec l’empereur Manuel II, voir Manuel II, Lettres, p. xxxiv-xxxv.

205 Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 184 et suiv., distingue deux types de fonctionnaires du fisc : les officiers du cadastre ou apographeis (« Cadastral Officials », ibid. p. 186 et suiv.) et les collecteurs de taxes ou énergountes (« Tax Officials », ibid. p. 217 et suiv.). Cependant, je n’ai rien trouvé dans les sources qui confirme cette distinction pour la période postérieure au milieu du xive siècle.

206 Ibid., p. 202: « There are three elements […] which indicate the specific and independent position of the tax-inspectors in the provincial administration. First of all, there is their special place, alongside the kephalai but not subordinate to them […] Then there is the fact that they are linked with the administrative centre of the state [c’est-à-dire le pouvoir impérial], from which they receive their instructions, and not with the local governors, whose districts were sometimes quite small, in most cases smaller than the areas over which the apographeis exercised their authority. » Selon Maksimović, le territoire sur lequel s’exerçait l’autorité du recenseur était qualifié de théma dans les sources (par exemple, le théma de Thessalonique) et englobait plusieurs katépanikia.

207 Lavra III, no 164. L’acte publié dans l’appendice no XVIII de Lavra III, un document du xixe siècle, pourrait avoir été copié sur un acte fiscal établi aussi par ces deux recenseurs : cf. supra, p. 382.

208 Ibid., no 164, l. 1-2 : θείω καὶ προσκυνητῶ ὁρισμῶ τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου καὶ βασιλέως τὴν ἀπογραφικὴν ἐξίσωσιν καὶ ἀποκατάστασιν πάντων τῶν ἐν τῆ θεοσώστω νήσω Λήμνω ποιούμενοι ; aussi ibid., l. 24-25 : ὁ δοῦλος τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου καὶ βασιλέως Παῦλος Ὁ ΓΑΖΗΣ, ὁ ἐλάχιστος ἐν ἱερομονάχοις ἹΩΑΣΑΦ.

209 Vatopédi III, no 205.

210 Ibid., no 227, l. 90-96 : ὁ δὲ κραταιὸς καὶ ἅγιος ἡμῶν αὐθέντης καὶ βασιλεὺς […] ἀπελήθη δὲ καὶ θεῖος καὶ προσκυνητὸς ἔγγραφος ὁρισμὸς πρὸς τὸν πρὸ ἡμῶν καθολικὸν ἀπογραφέα τὸν πανιερώτατον μητροπολίτην Ἐφέσου τὸν κῦρ Ἰωάσαφ ἐκεῖνον ὡσἂν παραδοθῇ πρὸς τὸ μερος τῆς αὐτῆς μονὴς ἡ εἰρημένη γῆ, ἰδοὺ κατὰ τὸν εἰς τοῦτο θεῖον καὶ προσκυνητὸν ὁρισμὸν τῆς κραταιᾶς καὶ ἁγίας βασιλείας αὐτοῦ τοπικῶς ἐκεῖσε παραγενόμενος ὁ εἰρημένος μητροπολίτης ὡς τὸ παρ᾽ἐκείνου πρακτικὸν διαλαμβάνει, μετὰ καὶ τοῦ περιποθήτου γαμβροῦ τῆς κραταιᾶς καὶ ἁγίας βασιλείας αὐτοῦ καὶ καθολικῆς κεφαλῆς τῆσδε τῆς νήσου Λήμνου κυροῦ Μιχαὴλ τοῦ Παλαιολόγου ἐκεινου καὶ ἑτέρων ἀρχόντων, παραδεδώκασι τὴν εἰρημενην γῆν. Dans l’acte Vatopédi III, no 205, daté de janvier 1415, le hiéromoine Iôasaph dit aussi « s’être rendu sur place, conformément à l’ordre de l’empereur, accompagné de Michaèl Palaiologos, gambros de l’empereur, katholikè képhalè de Lemnos, et d’autres archontes… » Il se peut que le recenseur de 1442 se soit fondé sur le contenu de cet acte pour rédiger son praktikon.

211 Voir PLP 8916, et A. Acconcia Longo, L’attività letteraria del giurista Ioasaf, dans Studi bizantini e neogreci. Atti del IV Congresso nazionale di studi bizantini, Lecce-Calimera 21-24 apr. 1980, Galatina 1983, p. 333-341. Sur le recenseur de Lemnos, voir PLP 8883. Les deux entrées doivent maintenant être fondues. Iôasaph est peut-être la même personne que le copiste du Par. gr. 1213, contenant les œuvres de Dèmètrios Kydônès et de Nikolaos Kabasilas : cf. supra, p. 222, n. 475.

212 L’appartenance de Iôasaph aux Xanthopouloi est suggérée par le fait même qu’il ait composé ces deux monodies en l’honneur de Iôannès Notaras, dont la famille était la principale bienfaitrice de ce monastère dans lequel ses membres défunts étaient inhumés : Acconcia Longo, Versi di Ioasaf ieromonaco, p. 279, v. 92-93, 104-105 et p. 268. Le monastère des Xanthopouloi avait été fondé à la fin du xive siècle par le patriarche Kallistos II Xanthopoulos (Kalékas, Correspondance, p. 84-85). Lorsqu’il monta sur le trône patriarcal, en mai 1397, Kallistos dut fournir une série de documents témoignant de ses capacités à diriger l’Église. Ces actes étaient signés par des hiéromoines et des pères spirituels, dont la plupart faisaient sans doute partie de la communauté des Xanthopouloi, dans laquelle Kallistos avait vécu jusqu’à cette date. Parmi les signataires figure un hiéromoine Iôasaph qui pourrait être identifié au nôtre (MM II, no 12, p. 292 ; voir aussi Darrouzès, Regestes VI, no 3052, et PLP 8894).

213 Sur la campagne militaire de Manuel II à Thasos, voir supra, p. 380-381. L’expédition quitta Constantinople le 25 juillet 1414.

214 Voir Mazaris, p. 20-22 et p. 104 pour le commentaire. Un autre moine célèbre des Xantho-pouloi fut Syméôn, élu métropolite de Thessalonique vers 1416 : voir Balfour, Symeon of Thessalonica, p. 280-283 (« Spiritual friendship with the Basileus may be one reason why Symeon was called upon, despite his reluctace, to become Archbishop of Thessalonica »).

215 Manuel II, Oraison funèbre, p. 70, voir aussi p. 41.

216 Pour la date de la composition de l’Oraison funèbre, voir Patrinelis, Sofianos, Manuel Chrysoloras, p. 35-52. La nouvelle datation implique que l’empereur Manuel II dut achever son discours durant son séjour dans le Péloponnèse en 1415-1416. Outre celle de Iôasaph, les trois autres préfaces de l’Oraison sont dues à Géôrgios Gémistos (Pléthon), à Matthaios Chrysoképhalos et à Dèmètrios Magistros.

217 Iôasaph porte déjà le titre de mégas prôtosynkellos dans le manuscrit de la Vaticane contenant les deux monodies pour Iôannès Notaras, composées vers 1411/1412. Toutefois, je pense qu’à cette époque il ne détenait pas encore ce titre, car il ne signa les actes de l’Athos datant de 1415 que comme hiéromoine. En outre, d’après le relevé des filigranes, la partie du manuscrit qui contient les écrits de Iôasaph fut copiée (ou recopiée ?) au plus tôt en 1419, à une époque où il était effectivement en possession de sa nouvelle dignité. Pour l’étude du manuscrit, voir Acconcia Longo, Versi di Ioasaf ieromonaco, p. 240, n. 4.

218 Iôasaph accomplit deux ambassades auprès des papes : la première vers 1426, auprès de Martin V et la seconde en 1431 auprès d’Eugène IV (Syropoulos, p. 115, n. 2 et 123, n. 5, qui qualifie Iôasaph d’higoumène du monastère du Prodrome de Pétra et de mégas prôtosynkellos). À son retour d’Italie (1433), il fut promu au rang de métropolite d’Éphèse.

219 En juillet 1425, le papas Iôasaph (PLP 8884) établit un acte de mise en possession (ἀπογραφικὸν γράμμα) en faveur du monastère de Dionysiou à l’Athos : Dionysiou, no 22. Le rapprochement avec le hiéromoine Iôasaph a été proposé par N. Oikonomidès dans son commentaire de l’acte (ibid. p. 126), mais celui-ci ne connaissait pas à l’époque l’identité du hiéromoine Iôasaph des Xanthopouloi. On connaît un autre hiéromoine Iôasaph attesté à Lemnos dans le premier quart du xve siècle. Il s’agit de la personne chargée en 1408 par l’empereur Manuel II d’aller chercher dans cette île, en compagnie d’un certain Aspiétès (sur ce personnage, cf. PLP 1567 et 1568), la copie d’un acte destiné au dossier relatif au procès contre Makarios, métropolite d’Ankara : Laurent, Trisépiscopat, p. 161.

220 Il n’y a aucune mention dans l’acte Dionysiou, no 22 d’un recensement de Lemnos ordonné par l’empereur ou par un despote.

221 La notice du PLP 3452 doit être complétée par les références données ci-dessous.

222 Vatopédi III, no 184. Il s’agit de l’acte original, ce qui permet d’en comparer la signature avec celle des actes de recensement de la période ultérieure.

223 Voir ibid., no 194 (mai 1406) ; Xéropotamou, no 29 (1407) ; Lavra III, no 161 (1409) ; Docheiariou, no 53 (1409) ; Vatopédi III, no 200 (1409) ; et Dionysiou, no 11 (1409).

224 Kugéas, Notizbuch, no 3, p. 144.

225 Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 199, a également évoqué des différences dans le statut social des recenseurs, mais il n’en a pas tiré de conclusions, considérant qu’il n’y avait pas de véritable hiérarchie dans l’appareil de l’administration fiscale : « It is characteristic that between apographeis of lower social rank and their titled colleagues one cannot discern any elements of a relationship between subordinates and their superiors. »

226 Kantakouzènos III § 8 ; II, p. 6210-14.

227 Sur cette question, voir supra, p. 73-80. Sur la terminologie employée dans les actes de recensement, voir Dölger, Schatzkammern, p. 191 et suiv., et Lefort, Fiscalité, p. 316-317 [26].

228 Dionysiou, no 20.

229 Il s’agit de la presqu’île de Kassandreia.

230 Ibid., l.9-13 : τούτου δὲ χάριν ὁρίσθημεν ἡμεῖς παρὰ τοῦ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου τοῦ πανευτυχεστάτου δεσπότου ἐπὶ τῶ ἀπελθεῖν περὶ τὴν νῆσον ταύτην καὶ παραδοῦναι τὴν τοιαύτην γῆν τῶν δέκα ζευγαρίων κύκλωθεν τῆς καθέδρας τοῦ Μαρισκίου μετὰ γεωμέτρου τὲ καὶ στοχασμοῦ τοῦ προσήκοντος, ἰδοὺ κατὰ τὸν θεῖον καὶ προσκυνητὸν ὁρισμὸν αὐτοῦ, τῆν παροῦσαν τῆς γῆς παράδοσιν ἐξεθέμεθα τοπικῶς ἐπιστάντες καὶ ἄλλοτε μὲν δὶς διὰ τὸ ἀναθεωρῆσαι τὸν τόπον καὶ ἔνθα ὁ μερισμὸς ἔμελλε γενέσθαι καὶ ἡ τομή, ἀρτίως δὲ μετὰ τὸ παραδοῦναι καὶ ἀναμετρῆσαι τὴν γῆν καθὼς ἔχει θέσεώς τε καὶ σχηματισμοῦ καὶ ἀναμετρήσεως, ἧς ὁ περιορισμὸς ἔχει οὕτως.

231 Ibid., l. 31.

232 Voir le commentaire d’Oikonomidès dans Dionysiou, p. 118-119. À la fin du xiiie ou au début du xive siècle, l’intellectuel Iôannès Pédiasimos, consul des philosophes (PLP 22235), critiquait le travail des géomètres au service du fisc, « barbares ignorants de la géométrie », car ils enseignaient – selon lui – les lignes, les angles et les superficies « d’une façon barbare, ignorante et bonne pour les rustres » : cf. Iôannès Pédiasimos, Abrégé sur le mesurage et le partage de la terre, éd. G. Friedlein, Die Geometrie des Pediasimus, Programm zur öffentlichen Preise-Vertheilung an der Studien-Anstalt Ansbach, 1866, p. 3-40, ici p. 7 (traduction espagnole de ce passage par I. Pérez Martín, Al calor del texto antiguo : la lectura de textos matemáticos en Bizancio, dans Relegados al margen : marginalidad y espacios marginales en la cultura medieval, éd. I. Monteira Arias et alii, Madrid 2009, p. 55-68, ici p. 62, n. 41). Pour Pédiasimos, l’objet de la géométrie était de mesurer les superficies, alors que la technique employée par les agents du fisc afin de procéder à la délimitation des biens fonciers relevait du domaine de la géodésie. Sur cette question, voir aussi Matschke, Tinnefeld, Gesellschaft, p. 48-49.

233 Sur le titre de géomètre, voir Géométries du fisc, p. 248-249. Les auteurs de cette étude notent que « le terme de géomètre est rare dans les sources byzantines ». Outre les exemples mentionnés ci-dessous, ils évoquent le titre de métrètès qui apparaît dans quelques sceaux du xie siècle (cf. ibid., p. 248, n. 7). Sur les géomètres, voir aussi Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 215-217.

234 Xéropotamou, no 19. La lecture de J. Bompaire du nom du géomètre, « Nikolaos Pikrokladès », a été corrigée par A. Guillou dans un compte rendu publié dans la BZ 58, 1965, p. 378 ; sur ce personnage, voir aussi PLP 23196 (qui mentionne la correction).

235 Petit, Actes de Chilandar, no 88, p. 188, l. 18.

236 Matschke, Tinnefeld, Gesellschaft, p. 49.

237 Vatopédi II, no 147. Sur ce recensement, voir supra, p. 265-266 et 370.

238 Ibid., l. 43-44. Voir aussi le commentaire ibid., p. 409.

239 MM II, no 550, p. 349 ; voir aussi Darrouzès, Regestes VI, no 3063. Sur ce personnage, voir PLP 2461.

240 Lavra III, App. XVI : fragment d’un praktikon, daté de mai 1410, concernant les biens de Lavra dans l’île de Lemnos.

241 Mazaris, p. 32, l. 1, parle d’un certain Ôkimos, un « mort-vivant », et de son homonyme « le calligraphe lépreux » (τὸν νεκρέγερτον ῎Ωκιμον, καὶ τὸν τούτου ὁμώνυμον, τὸ εἰς κάλλος γράφοντα κέληφον). Trapp, Mazaris, p. 97-98, a très judicieusement remarqué que le nom grec Ôkimos est un synonyme de Basilikon pour désigner le « basilic ». Les actes du patriarcat parlent en effet d’un second Théophylaktos Basilikos, contemporain du précédent ; il est attesté comme notarios impérial en 1390 et 1406 (il est le scribe de la version grecque du renouvellement de la trêve avec Venise) : MM III, p. 143 et 152-153. Voir aussi PLP 2462.

242 MM II, no 550, p. 349 ; voir aussi Darrouzès, Regestes VI, no 3063.

243 MM II, no 553, p. 354-355 ; voir aussi Darrouzès, Regestes VI, no 3108. Il s’agit d’une décision synodale de février 1400 concernant le prix de vente d’un bien foncier appartenant à l’aristocrate Iakôbos Tarchaneiôtès.

244 Saint-Pantélèmôn, no 18.

245 Il faut noter que la plupart des traités de géométrie fiscale sont conservés dans des manuscrits à contenu juridique, ce qui suggère le lien de cette science avec d’autres « savoirs » de l’administration étatique : cf. Géométries du fisc, p. 31.

246 Voir ibid., p. 248-249.

247 Lefort, La représentation de l’espace, p. 104 [p. 361] dit que « les géomètres étaient des notaires au service des bureaux provinciaux du fisc, où ils avaient appris l’art de mesurer les terres grâce à des instructions fiscales ». Toutefois, cette explication me semble peu précise, car il n’y a aucune institution qui puisse être identifiée aux « bureaux provinciaux du fisc ».

248 Le haut niveau social de certains recenseurs est attesté par leur position dans la hiérarchie aulique. Par exemple, Kônstantinos Makrènos, recenseur en Macédoine durant les années 1330, détint le titre de domestique des thèmes, Iôannès Batatzès était prôtokynègos et Géôrgios Synadènos Astras mégas stratopédarchès. Sur les aristocrates appartenant à la suite de Jean VII, qui remplirent les fonctions d’apographeis, voir supra, p. 324-327.

249 Lavra III, no 139.

250 Lavra II, nos 95 (mai 1303), 96 (janvier 1304) et 99 (octobre 1304). Il contresigna un acte de l’archevêché de Lemnos émis aussi en faveur de Lavra : ibid., no 100 (décembre 1305).

251 Lavra II, no 106, voir en particulier l. 37-45.

252 Pantocrator, no 20, l. 5-8.

253 PLP 23999. Il signa aussi les actes Vatopédi III, nos 211 et 212, qui étaient jusqu’ici inédits.

254 Kônstantinos Tzyrapès, doux-képhalè et recenseur de Lemnos au début du xive siècle (cf. supra, p. 68, n. 274), en offre un autre exemple. Il n’emploie sa titulature complète, ὁ δοῦλος τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου καὶ βασιλέως δούξ κεφαλὴ καὶ ἀπογραφεὺς τῆς νήσου Λήμνου σεβαστὸς Κωνσταντῖνος ὁ Τζυράπης, que dans un seul acte : Lavra II, no 95, l. 16-17 ; dans les deux autres actes qu’il signe, il se qualifie simplement soit de gouverneur de Lemnos (ὁ δοῦλος τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου καὶ βασιλέως δούξ καὶ κεφαλὴ τῆς νήσου Λήμνου σεβαστὸς Κωνσταντῖνος ὁ Τζυράπης : ibid., no 96, l. 22-23), soit de recenseur (ὁ δοῦλος τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου καὶ βασιλέως ἀπογραφεὺς τῆς νήσου Λήμνου σεβαστὸς Κωνσταντῖνος ὁ Τζυράπης : ibid., no 99, l. 227-228).

255 Sur ce personnage, voir PLP 10529. Entre 1317 et 1334, Kalognômos signe un acte de Xèropotamou en même temps comme βασιλέως ἀπογραφεὺς τοῦ θέματος Θεσσαλωνίκης et comme ὁ προκαθήμενος Δράμας : Xéropotamou, no 22. Pour la période mésobyzantine, nous connaissons un notaire de la chancellerie patriarcale nommé Adam, qui en 1073 établit un praktikon en faveur du monastère de Patmos : Patmos II, no 50.

256 L’étude pionnière fut celle de L. Petit, La réforme judiciaire d’Andronic Paléologue (1329), EO 9, 1906, p. 134-138.

257 Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III ; Id., Le tribunal impérial, et Id., Juges généraux.

258 Cf. Id., La réforme judiciaire d’Andronic III, p. 294, n. 1.

259 On connaît l’existence de ce tribunal grâce au témoignage de Pachymérès (ibid., p. 295) et au discours composé par Nikèphoros Choumnos pour l’empereur Andronic II à l’occasion de la création du tribunal (Anecdota Graeca, t. 2, p. 85 et suiv.).

260 Pachymérès parle de la vénalité de ces juges et du mécontentement populaire : cf. Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III, p. 295

261 Cf. Id., Le tribunal impérial, p. 371-372.

262 La création du tribunal des juges généraux des Romains est rapportée par Grègoras IX § 4-5 ; I, p. 436-437. Sur ce passage, voir Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III, p. 295-296, et Dieten, Nikephoros Gregoras, t. 2/2, p. 226-227.

263 Cet horkômotikon prostagma est édité dans JGR, t. 1, p. 580-581 (« Coll. V, Nov. XLI ») ; voir aussi Dölger, Regesten IV, no 2747 (date : « 1329 Mai-Dezember »), et les remarques de Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III, p. 298-299 (pièce no 3), ainsi que de Kresten, Ein Indizienprozeß, p. 316, n. 50 et p. 318-319, qui le date d’avril 1330-avril 1331.

264 Cf. ibid., p. 316, n. 50 et p. 319, n. 66.

265 Selon Grègoras, les quatre juges devaient prononcer des φρικωδέστατοι ὅρκοι avant leur entrée en fonctions (Grègoras IX § 5 ; I, p. 4383-4). Ces serments nous sont parvenus en deux versions, copiées dans plusieurs manuscrits : la première, qui figure dans le Paris. gr. 1356 sous le titre de ὁρκωμοτικὸν τῶν καθολικῶν κριτῶν τῶν γενομένων παρὰ τοῦ εὐσεβοῦς βασιλέως κυροῦ Ἀνδρονίκου τοῦ Παλαιολόγου γεγονὸς καθ´ὃν καιρὸν ἐσφραγίσθησαν, est un texte contenant les formules solennelles prononcées par chaque juge (cf. Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III, p. 296, et Kresten, Ein Indizienprozeß, p. 317-318 et n. 59) ; la seconde est le serment de l’un des quatre juges, Grègorios Kleidas (cf. Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III, p. 296-298, et Kresten, Ein Indizienprozeß, p. 318 et n. 60).

266 JGR, t. 1, p. 581-582 (« Coll. V, Nov. XLII ») = Dölger, Regesten IV, no 2805 ; et JGR, t. 1, p. 583 (« Coll. V, Nov. XLIII ») = Dölger, Regesten IV, no 2806. Sur ces actes et leur datation, voir Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III, p. 299-301, et Kresten, Ein Indizienprozeß, p. 321, n. 72.

267 Esphigménou, no 19. Cet acte est une décision du tribunal des quatre juges qui porte comme titre σεκρετικὴ ἔγγραφος διάγνωσις καὶ ἀπόφασις (cf. l. 34).

268 PLP 9027.

269 PLP 11781. Kleidas prêta, à l’occasion de son entrée en fonction comme juge général, un serment qui nous est parvenu grâce à sa conservation dans plusieurs manuscrits. Sur cet acte : Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III, p. 297-298, et aussi Kresten, Ein Indizienprozeß, p. 318, n. 60.

270 PLP 91682.

271 PLP 17240.

272 L’acte Zographou, no 28, un acte de vente de 1330, porte la signature du mégas dioikètès Glabas (cf. p. 68, l. 128-130). Selon Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III, p. 309, n. 3, Glabas aurait signé en tant que simple témoin et non pas en qualité de juge. Glabas est également mentionné dans une lettre du 24 octobre 1336 (PRK II, no 111, p. 104-116, en particulier l. 84-123 [= MM I, no 77, p. 177] ; voir aussi Darrouzès, Regestes V, p. 135-136). Iôsèph, métropolite d’Aprôs, est mentionné dans le compte rendu d’un procès synodal contre le métropolite de Philippes, établi vers la fin 1335 ou le début 1336 : PRK II, no 109, p. 86-94, ici l. 75 (= MM I, no 75, p. 168-171) ; pour l’identification du métropolite d’Aprôs, voir Darrouzès, Regestes V, no 2172, p. 131-132.

273 Grègoras XI § 4 ; I, p. 536-538. Sur le procès de 1337, voir aussi Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III, p. 301-302, et Kresten, Ein Indizienprozeß, p. 330, n. 98.

274 On a conservé un plaidoyer composé après le procès de 1337 en faveur des juges condamnés : Ἀπολογία τῶν καταδικασθέντων καθολικῶν κριτῶν, éd. G. J. Théocharidès, Die Apologie der verurteilten höchsten Richter der Römer, BZ 56, 1963, p. 69-100. Sur ce plaidoyer, voir les remarques de Lemerle, Juges généraux, p. 31-32, et Kresten, Ein Indizienprozeß, p. 326, n. 90 et 91.

275 Voir la longue lettre adressée à l’empereur Andronic III par le prôtasèkrètis Léôn Bardalès peu après la conclusion du procès de 1337 : éd. C. Dyobouniôtès, Λέοντος πρωτασηκρῆτις ὑπόμνησις πρὸς τὸν βασιλέα Ἀνδρόνικον Παλαιολόγον τὸν νέον, Πρακτικὰ τῆς Ἀκαδημίας Ἀθηνῶν 9, 1934, p. 296-298. Ce texte a été traduit et commenté par I. Ševčenko, Léon Bardalès et les juges généraux ou la corruption des incorruptibles, Byz. 19, 1949, p. 247-259 (= Id., Society and Intellectual Life in Late Byzantium, Londres 1981 [Variorum Collected Studies Series 137], VIII). Voir également les remarques de Lemerle, Juges généraux, p. 32-34. Une décision synodale d’avril 1342 (PRK II, no 136, p. 286-290 [= MM I, no 99, p. 226-227] ; Darrouzès, Regestes V, no 2227, p. 179-180) mentionne un certain Michaèl Kabasilas qui avait été au service du métropolite Iôsèph d’Aprôs à l’époque où celui-ci était juge général et fut soupçonné de vénalité lors du procès de 1337 (cf. Lemerle, Juges généraux, p. 32, n. 1). Voir aussi les remarques de Kresten, Ein Indizienprozeß, p. 326, n. 88.

276 Kutlumus, no 19. Pour un commentaire plus détaillé du contenu de cet acte, voir Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III, p. 304.

277 Sur la réhabilitation de Glabas et sa fonction comme juge général à Thessalonique en 1344, voir l’acte Docheiariou, no 23, l. 8-9.

278 Cf. Lemerle, Le tribunal impérial, p. 376.

279 Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III, p. 303-304, a invoqué un acte, qualifié de sékrétikè diagnôsis, délivré par le juge Nikolaos Matarangos, agissant seul, en février 1341 : il s’agit de l’acte Kutlumus, no 19. De même (ibid., p. 306), il a relevé un passage de l’acte Kutlumus, no 33 (août 1375) dans lequel il est fait allusion à une décision du juge Nikolaos Matarangos, de peu postérieure à février 1341, laissant le soin d’examiner l’affaire à son collègue le juge Glabas.

280 Cf. Lemerle, Le tribunal impérial, p. 375. Pour le commentaire de ce groupe d’actes tiré des archives de Kutlumus, voir Id., La réforme judiciaire d’Andronic III, p. 303-308.

281 Dans son premier article sur les juges généraux (Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III), Lemerle avait hésité à admettre l’existence de katholikoi kritai locaux. Toutefois, dans sa deuxième étude (Id., Le tribunal impérial), il ne doute plus de cette hypothèse et signale plusieurs cas de juges qui portent dans leur titulature la mention d’une ville ou d’une province. Ainsi, mentionne-t-il le cas de Kônstantinos Harménopoulos, qui signe comme κριτὴς τὴς θεοσώστου πόλεως Θεσσαλονίκης (Petit, Actes de Chilandar, no 134, p. 282), ou celui du tribunal impérial de Sélymbria (ἐν τῇ βασιλικῇ τῆς Σηλυβρίας κρίσει) alors que cette ville était la capitale de Jean VII (MM II, no 652, p. 502-505).

282 Concernant les juges généraux locaux, il convient d’apporter quelques précisions au sujet de Kônstantinos Harménopoulos, le célèbre juriste. Selon Lemerle, il doit s’agir d’un juge général de Thessalonique, parce que, dans une lettre du patriarche Philothéos Kokkinos adressée à ce magistrat, celui-ci est qualifié de καθολικὲ κριτὰ Ἁρμενόπουλε (éd. Harménopoulos, Hexabiblos, p. 822-826). Il se peut en effet qu’Harménopoulos ait possédé ce titre vers la fin de sa carrière ; on notera que la lettre du patriarche Philothéos fut écrite lors du second pontificat de ce dernier, c’est-à-dire après 1364 (voir à ce sujet J. Verpeaux, Un témoin de choix des œuvres de Constantin Harménopoulos : le Vaticanus Ottobonianus gr. 440, REB 21, 1963, p. 221-231, en particulier p. 230-231). Dans les actes de la pratique qui portent la signature du juriste, Harménopoulos est qualifié simplement de juge et de nomophylax du tribunal impérial : voir Petit, Actes de Chilandar, no 134 (1345), p. 282, l. 112-114 (ὁ δοῦλος τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου καὶ βασιλέως, Κωσταντῖνος σεβαστὸς καὶ κριτὴς τῆς θεοσώστου πόλεως Θεσσαλονίκης ὁ Ἁρμενόπουλος) et l’acte Xéropotamou, no 26 (1349), l. 96-97 (copie : εἶχε καὶ ὑπογραφήν· ὁ δοῦλος τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου καὶ βασιλέως Κωνσταντῖνος σεβαστὸς κριτὴς τῆς θεοσώστου πόλεως Θεσσαλονίκης καὶ τοῦ εὐαγοῦς βασιλικοῦ σεκρέτου ὁ νομοφύλαξ ὁ Ἁρμενόπουλος). Sur ce personnage, voir aussi Lemerle, Constantin Harménopoulos.

283 Cf. Lemerle, Le tribunal impérial, p. 380 : « Nous avons donc, en fait, trois séries parallèles… »

284 Voir par exemple Vatopédi II, p. 393, et Morrisson dans Le monde byzantin III, p. 159.

285 Voir par exemple Vatopédi II, no 144 (verso), l.9-11 : + Οἱ δουλοι τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου καὶ βασιλέως Δημήτριος Ἄγγελος + ὁ Μανικαΐτης + καὶ Νικήτας Σωτηριώτης ὁ πρωτονοτάριος +.

286 Voir par exemple Petit, Actes de Chilandar, no 154 (avril 1374), p. 325, l. 26.

287 Kutlumus, no 34, l. 104.

288 Vatopédi II, no 144, l.52 (γράμμα καθολικῶν κριτῶν τῶν ῾Ρωμαίων), l. 71-75 et l. 82.

289 Lemerle, Juges généraux, p. 40, n. 1.

290 Il s’agit de l’acte Vatopédi II, no 124. Sur le juge Théophylaktos Dermokaïtès, voir PLP 91760 et infra, p. 566.

291 Ce mégas skeuophylax et diacre pourrait être Iôannès Syropoulos qui figure avec la même titulature dans un acte synodal de 1400 (MM II, no 597, p. 424-426). Sur Iôannès Syropoulos, juge général des Romains, voir infra p. 568-569.

292 Vatopédi III, no 204, l. 62 : ἐπέστημεν καὶ τοῖς ἐκεῖσε τοπίοις.

293 Cf. supra, p. 382, n. 112.

294 Lavra III, no 160.

295 Sur la chronologie de ce voyage de l’empereur Manuel II, voir supra, p. 378.

296 Nous ne possédons aucun acte qui témoigne du rôle du souverain en tant que juge suprême.

297 MM II, no 597, p. 424-426.

298 Ibid., p. 424, l. 3-4 : κριτῶν ὄντων τότε τοῦ μητροπολίτου Νικομηδείας, τοῦ Ἀλουσιάνου, τοῦ Καβαλλαροπούλου, ἐκείνων.

299 Ibid., p. 424, l. 17-19 : τοῖς νῦν οὖσι (cf. εἰς τὸ βασιλικὸν σέκρετον), τῷ τε τιμιωτάτῳ μεγάλῷ σκέυοφύλακι τῆς καθ᾽ἡμᾶς ἁγιωτάτης τοῦ Θεοῦ μεγάλης ἐκκλησίας διακόνῳ κῦρ Ἰωάννῃ τῷ Συροπούλῳ καὶ τοῖς οἰκείοις τῷ κρατίστῳ καὶ ἁγίῳ μου αὐτοκράτορι τῷ τε Χρυσοκεφάλῳ καὶ τῷ Οἰνεώτῃ.

300 Lemerle, Le tribunal impérial, p. 382 : « Ce n’est probablement pas par une rencontre fortuite que ce collège, comme le précédent, comprend trois membres, dont le premier est un ecclésiastique et les deux autres des laïcs. On est tenté d’en déduire que c’est, à cette époque, la composition normale du tribunal des Juges généraux des Grecs, qui aurait donc perdu l’un des deux ecclésiastiques qui figuraient au collège initial. »

301 G. Théocharidès, Quatre juges généraux, p. 495-500.

302 Pour les données biographiques sur ces quatre juges, voir infra, p. 568-569.

303 On a vu que Géôrgios Gémistos signa l’acte Vatopédi III, no 204 en tant que juge général des Romains et non pas comme « juge général de Morée ». Il n’y a donc pas, dans ce passage de Mazaris, un « mélange de juges généraux des Grecs [c’est-à-dire des Romains] et de Morée » comme l’avait suggéré Lemerle, Juges généraux, p. 42. Mazaris mentionne au contraire tous les magistrats qui siégeaient en 1414 au tribunal des juges généraux des Romains.

304 Il s’agit du testament de Géôrgios Goudélès : voir infra, p. 426.

305 Pour l’identification du métropolite d’Ankara, juge général des Romains dans Mazaris, avec Eustathios de Berroia, voir la démonstration infra, p. 568.

306 Pour la période de vacance du tribunal des juges généraux des Romains à la fin du xive siècle, voir Schilbach, Hypothyposis, p. 47 et suiv.

307 MM II, no 435, p. 169.

308 Une consultation des actes du registre patriarcal de cette période montre que Makarios de Nicomédie participa à la plupart des séances du synode de 1385 à 1397, date approximative de sa mort. En septembre 1394, Makarios de Nicomédie apposa sa signature à un acte par lequel une moniale nommée Eugénia donnait à son fils, le hiéromoine Théophanès, un vignoble situé dans la région proche de Constantinople : Hunger, Zwei byzantinische Urkunden, p. 304-306. Makarios ne mentionne pas sa qualité de juge général des Romains ; toutefois, il se peut qu’il souscrive cet acte, en vertu de son autorité comme membre du tribunal impérial, pour en confirmer la validité, puisqu’il s’agit d’une disposition testamentaire. Sur la capacité des juges généraux des Romains pour valider les testaments, voir infra, p. 426. L’acte semble avoir été signé par six autres personnes, comme le prévoyait la loi byzantine pour les documents de ce type (cf. ibid., p. 298 et 304). Toutefois, le mauvais état de conservation ne permet pas de lire ces signatures. Au verso, figure celle du mégas sakellarios de la Grande Église, Dèmètrios Gémistos.

309 À moins de penser que le mégas sakellarios de la Grande Église Dèmètrios Gémistos ait signé l’acte de septembre 1394 (cf. note précédente) en qualité de juge général des Romains. On notera que celui-ci signa aussi « par sécurité » : ἡ παροῦσα πρᾶξις καὶ συμφωνία εἰδήσει ἡμετέρᾳ γενομένη ὑπεγράφη καὶ παρ᾽ἐμοῦ δι᾽ἀσφάλειαν. Ὁ μέγας σακελλάριος τῆς ἁγιωτάτης τοῦ θεοῦ μεγάλης ἐκκλησίας διάκονος Δημήτριος ὁ Γέμιστος (Hunger, Zwei byzantinische Urkunden p. 306, l. 1-2 du verso).

310 Sur le type de document qualifié d’hypotypôsis, voir Dölger, Karayannopulos, Byzantinische Urkundenlehre, p. 79.

311 Schilbach, Hypothyposis, p. 44-49.

312 L’acte commence par une adresse aux juges généraux des Romains « qui ont été rétablis par une ordonnance de Ma Majesté » et ceux qui seraient à leur service : cf. ibid., p. 51, l. 1-3 (οἱ ἀποκατασταθέντες ὁρισμῷ τῆς βασιλείας μου καθολικοὶ κριταὶ τῶν ῾Ρωμαίων οἵ τε νῦν ὄντες καὶ οἱ ἐσόμενοι κατὰ καιροὺς καὶ οἵτινες ἂν προστεθεῖεν πρὸς καιρὸν).

313 Cf. ibid., p. 51, l.3 - p. 52, l.2.

314 L’hypotypôsis fait allusion à la loi qui prévoyait l’élection de « juges arbitres » entre les parties opposées : cf. ibid. p. 52, l. 6-8. Des « juges arbitres » sont mentionnés dans deux actes de Kutlumus qui appartiennent au dossier concernant la restitution du bien de Klopotica au monastère d’Alypiou : cf. Kutlumus, no 32, l. 43, et no 33, l. 29, 37, 54 et 79.

315 Schilbach, Hypothyposis, p. 52, l. 8-24. L’acte écrit délivré par les juges généraux des Romains est qualifié de dikaion krisimographon (cf. ibid., p. 52, l. 24).

316 Ibid., p. 52, l. 16-18 et 38-39.

317 La charge de déphensôr doit encore faire l’objet d’une étude approfondie : outre les remarques faites par Schilbach, ibid., p. 61-62, voir aussi la communication de S. Hagen, « Defensores » in Late Byzantium (1398-1453), dans Proceedings of the 21st International Congress of Byzantine Studies, London, 21-26 August, 2006, t. 3, Aldershot / Burlington 2006, p. 31-32. Des sources postérieures à 1398 mentionnent quelques déphensores : Isaakios Asanès (PLP 1493) est attesté comme déphensôr à Héraclée en janvier 1400 (MM II, no 538, p. 333) ; Bryennios Léontarès (PLP 14669) à Sélymbria vers 1400 (MM II, no 652, p. 502-505) ; Dèmètrios Boullôtès (PLP 3084) fut nommé déphensôr du Mont Athos par l’empereur Manuel II en 1404 (Vatopédi III, no 191) ; Alexandros Laskaris (PLP 14523) et Strabonitès Doukas (PLP 26853) signèrent en tant que déphensores l’acte Lavra III, no 160, délivré en 1407 par deux juges généraux des Romains, lors d’un séjour à Imbros (cf. supra, p. 375) ; enfin, un certain Phakrasès (PLP 29568) était déphensôr à Thessalonique en 1422 (Kugéas, Notizbuch, p. 48).

318 Schilbach, Hypothyposis, p. 53, l. 5-7 et l. 31-35. L’acte parle « d’enfermer, de libérer, de confisquer (ἀμαχεύειν) [des biens] ou d’apposer un sceau [à un acte] ».

319 Ibid., p. 52, l. 29-31.

320 Une décision synodale de juin 1401 parle d’un acte délivré par le déphensôr Bryennios Léontarès en faveur de la moniale Kallonè Pouzoulou : MM II, no 652, p. 502-505, ici, p. 503, l. 4-5.

321 Schilbach, Hypothyposis, p. 53, l. 1-5.

322 Ibid., p. 54, l. 1-4. Cette mesure permettait à l’Empereur de garder le contrôle sur les déphensores. La création de cette institution était-elle donc un moyen pour le souverain de mieux contrôler le fonctionnement de la justice ?

323 Ibid., p. 53, l. 15-21. L’hypotypôsis des juges généraux des Romains fait allusion à un règlement (taxis) des taboullarioi. Il convient toutefois de noter que l’acte mentionne une exception, celle des archontes patriarcaux (πλὴν τῶν πατριαρχικῶν ἀρχόντων), qui semblent pouvoir agir sans aucune ordonnance impériale.

324 Ibid., p. 53, l. 27-28. Il semble qu’entre la fin du xive et le début du xve siècle le terme grammatikos avait remplacé celui de prôtonotarios : cf. Oikonomidès, La chancellerie impériale, p. 170-172. On notera que certains juges généraux des Romains et d’autres juges généraux détenaient aussi la charge de prôtonotarios ou grammatikos, voir par exemple Géôrgios Scholarios (voir infra, p. 569) et Nikètas Sôtèriotès (voir supra, p. 237).

325 Ibid., p. 53, l. 39-40 et p. 54, l. 1.

326 Ganchou, Géôrgios Goudélès.

327 Sur ces personnages, voir infra p. 569.

328 MM III, p. 105 : ἐπεὶ ἀπέστειλεν ἡ βασιλεία μου τὸν τιμιώτατον δικαιοφύλακα κῦρ Γρηγόριον τὸν Κλειδᾶν ; pour la version latine du traité, voir Diplomatarium I, p. 230-234, no 118. Lemerle a écrit que « le titre de katholikos kritès ne lui est pas donné dans cette pièce officielle où cette fonction n’a rien à voir » (Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III, p. 309, n. 1). Toutefois, je crois que c’était précisément sa qualité de juge général des Romains qui conférait à Kleidas la capacité de représenter le souverain à l’étranger.

329 La version grecque du traité de 1362 ne qualifie que Théophylaktos Dermokaitès de juge général des Romains (MM III, p. 129, τὸν καθολικὸν κριτὴν τῶν ῾Ρωμαίων κῦρ Θεοφύλακτον τὸν Δερμοκαίτην καὶ κῦρ Κωνσταντῖνον τὸν Καβαλλαρόπουλον) ; cependant, la version latine attribue aussi à Kaballaropoulos le titre de juge (Diplomatarium II, p. 87-92, no 53, Constantinum Cavalaropulum iudicem). Pour plus de détails sur ces personnages, voir infra, p. 566-567.

330 Le nom de Dermokaïtès apparaît dans une lettre du pape de 1367 ; à cette époque, il était revêtu de la dignité de parakoimoménos. Sur cette ambassade, voir Halecki, Un empereur, p. 162-169. Sur la mort de Dermokaïtès à Venise (1367), voir Perria, Due documenti, p. 290. Sur Dermokaïtès, voir infra, p. 566.

331 Andronikos Oinaiôtès était vraisemblablement un parent de Géôrgios Oinaiôtès qui fut juge général des Romains au début du xve siècle. Sur l’existence de dynasties de hauts fonctionnaires dans l’appareil administratif de l’État byzantin tardif, cf. supra, p. 197.

332 Sur l’ambassade d’Oinaiôtès à Venise, voir Diplomatarium II, p. 82 et suiv., no 49. Sur Oinaiôtès, voir infra, p. 567.

333 ASV, Privileggi 1, fol.61 (iudex olim universalis Romanorum), cité dans Kydônès, Correspondance II, p. 86, n. 208. Alousianos signa comme témoin le traité de novembre 1382 entre Andronic IV et Jean V devant les représentants des communes de Péra et de Gênes (Belgrano, Prima serie, p. 140). Pour la biographie de ce juge général des Romains, voir infra, p. 567.

334 Syropoulos, p. 176 (cité par Lemerle, Juges généraux, p. 43). On notera qu’à cette époque l’un des juges généraux des Romains était Géôrgios Scholarios (cf. Blanchet, Scholarios, p. 316-318).

335 Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III, p. 312-314, et Id., Le tribunal impérial, p. 378, p. 2.

336 Pour Orestès, voir PLP 21097.

337 Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III, p. 312.

338 Ibid., p. 313-314.

339 Sur Antônios de Larissa (PLP 1098), voir l’étude déjà ancienne de N. Béès, Zur Schriftstellerei der Antonios von Larissa, BNJ 12, 1936, p. 300-319, et plus recémment P. Magdalino, Antonios of Larissa, the « New Theologian », First Annual Byzantine Studies Conference, Abstract of Papers, Cleveland 1975, p. 41 et suiv. Sur la fin de l’épiscopat d’Antônios, voir Darrouzès, Regestes V, p. 533. Le successeur d’Antônios à la tête de la métropole de Larissa fut Neilos (PLP 20043).

340 Antônios porte le titre de juge général des Romains dans un acte délivré en faveur du monastère du Grand Météore en juin 1359 (date proposée par l’éditeur : Béès, Météores II, p. 18). Il arbore la même charge dans un prostagma de Simeon Uroš de mai 1362 (ibid., no 22, p. 89, et Solovjev, Mošin, Grčke povelje, no 33, p. 240, l. 98-101).

341 Antônios authentifia de sa signature l’acte Vatopédi II, no 107 (+ Ὁ μητροπολίτης Λαρίσσης ὑπέρτιμος καὶ ἔξαρχος Δευτέρας Θετταλίας καὶ πάσης Ἑλλαδος Ἀντώνιος), qui est la copie de l’acte de donation à Vatopédi par Arsénios Tzamplakôn de son bien patrimonial situé près du Galikos. Les archives de ce monastère ont conservé un autre acte qui porte sa signature, l’acte Vatopédi II, no 104, concernant le village de Saint-Mamas en Chalcidique. Mais, cette fois, sa souscription est beaucoup plus brève : + Ὁ μητροπολίτης Λαρίσσης. L’examen de l’écriture ne laisse pas de doutes sur le fait qu’il s’agit de la même personne (cf. Vatopédi II, p. 243). Toutefois, selon ses éditeurs, cet acte doit dater d’une époque un peu plus haute, vers 1351. À cette époque, Antônios résidait à Thessalonique, alors sous domination byzantine (il quitta cette ville en 1356 pour aller s’établir en Thessalie), et il ne devait pas encore détenir la fonction de juge général des Romains. En effet, il faut rappeler qu’en 1351, la région de Saint-Mamas était encore sous domination byzantine (cf. supra, p. 109-110), ce qui impliquerait qu’Antônios de Larissa agissait ici simplement en tant que fonctionnaire de l’Empire byzantin et non pas comme juge de l’Empire serbe. Antônios dut commencer sa carrière à Thessalonique comme fonctionnaire local et, à partir de 1356, il s’établit en Thessalie où il devint juge général des Romains dans la principauté de Simeon Uroš.

342 Il faudrait souligner qu’au xve siècle la charge de chef de la chancellerie, appelé aussi prôtonotarios, était désignée par le terme katholikos sékrétarios. Dans son préambule du Premier traité sur la procession du Saint-Esprit (1445), Géôrgios Scholarios se présente ainsi : ἦν δὲ τότε ὁ συγγραψάμενος καθολικὸς σεκρετάριος τοῦ βασιλέως Ἰωάννου [VIII]… (cité par Blanchet, Scholarios, p. 318-319, n. 16). Au sujet des fonctions que comporte l’adjectif katholikos, il convient de lire les remarques de M.-H. Blanchet à propos de la charge de « katholikos didaskalos » dans REB 64-65, 2006-2007, p. 376-378.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search