Version classiqueVersion mobile

Byzance face aux ottomans

 | 
Raúl Estangüi Gómez

Deuxième partie. Actions et réactions face à la conquête ottomane

Conclusion

Texte intégral

1Malgré la fin tragique de l’Empire en 1453, on peut dresser un bilan plutôt positif de l’action de l’État durant le dernier siècle d’histoire byzantine. Après la crise de la deuxième guerre civile (1341-1354), l’État byzantin prit des mesures pour freiner la désagrégation territoriale et la destruction des campagnes. On a examiné les actions entreprises par l’empereur Jean V afin de mettre un coup d’arrêt à l’écroulement de la puissance byzantine. Il n’est pas exagéré de dire que ces mesures rencontrèrent un certain succès. Dans les années 1360, l’Empire récupéra certains territoires, réussit à restaurer l’appareil défensif de quelques villes et à remettre en exploitation certains biens fonciers abandonnés durant la période de la guerre civile. L’événement le plus important de ces années fut la reprise du port de Gallipoli en 1366, grâce à l’assistance de l’armée croisée du comte Amédée de Savoie. Cet événement permit de mettre un frein à l’avancée turque en Europe. Il convient toutefois de ne pas attribuer ces exploits de la politique byzantine seulement au rapprochement avec les puissances occidentales. Durant ces années du début de son règne, Jean V tissa aussi des liens avec ses voisins balkaniques et réussit à mettre en place un réseau de principautés plus ou moins subordonnées à l’autorité de Constantinople, qui servait à protéger les frontières de l’Empire.

2Ce fut paradoxalement la récupération de territoires en Macédoine et la restauration de la production agraire qui provoquèrent la crise qui allait précipiter Byzance dans l’abîme. La défaite du despote serbe Jovan Uglješa à la bataille de la Maritza (septembre 1371), face aux beys turcs de Thrace, permit aux Byzantins de recouvrer une bonne partie de la Macédoine et aux grands propriétaires, qui avaient subi des pertes considérables lors de la deuxième guerre civile, de rentrer en possession de leurs biens fonciers dans la région. Toutefois, la disparition de cet allié de l’Empire et l’effondrement de sa principauté mirent en évidence la fragilité du système, puisque les villes de Constantinople et de Thessalonique se trouvaient désormais sous la menace directe de l’ennemi turc qui ravageait à nouveau les campagnes. Cette situation obligea les Byzantins à choisir entre la confrontation directe avec les Ottomans ou l’acceptation du statut d’État tributaire.

3Les écrits de Démétrios Kydônès, ancien conseiller de Jean V, montrent que la grande aristocratie était dans l’ensemble favorable au rapprochement avec les Ottomans, car il lui permettait de mettre en exploitation ses biens fonciers en Macédoine. Les membres de ce groupe savaient que la reprise des hostilités signifierait la perte complète de leur fortune, de leurs revenus et de leur prééminence sociale. Ils appuyèrent donc le coup d’État d’Andronic IV afin d’écarter du pouvoir son père Jean V, qui avait décidé de combattre l’ennemi par tous les moyens. Ce choix politique fut lourd de conséquences, puisqu’il permit aux Ottomans de recouvrer leur tête de pont en Europe, Gallipoli (1376), et de jouer un rôle important dans la vie politique de Byzance. Les Ottomans profitèrent des rivalités internes de la dynastie impériale pour obtenir des avantages politiques. Les années 1380 virent le déclin politique de l’Empire et la perte de ses derniers territoires en Europe.

4La situation se rétablit temporairement après la bataille d’Ankara (juillet 1402), mais, au cours du dernier quart du xive siècle, des transformations importantes s’étaient déjà produites dans les anciens territoires byzantins, qui empêchaient un renversement radical de la situation. En effet, durant la période de la première domination ottomane de la Macédoine (1383-1403), nombre de propriétaires chrétiens avaient déjà perdu leurs biens fonciers. Ce fut surtout le cas de la grande aristocratie qui fut alors dépouillée de la presque totalité de son patrimoine et contrainte de se replier sur les dernières villes de l’Empire, auprès des souverains. D’autres Byzantins passèrent néanmoins du côté ottoman ; ils devinrent timariotes ou fonctionnaires de l’administration. Certains monastères essayèrent aussi de s’attirer la bienveillance des conquérants en leur prêtant soutien et collaboration. Dans ce contexte, il convient de rappeler l’attitude initialement favorable de la nouvelle administration envers les chrétiens.

5La période de 1350 à 1450 fut une phase de transition à peine interrompue par une brève éclaircie, le rétablissement de l’autorité byzantine au début des années 1400. L’État byzantin essaya à cette occasion de mettre en place des mesures (dont certaines étaient nouvelles) visant à renforcer son emprise sur le territoire. Toutefois, la fin de la guerre civile ottomane et l’unification du territoire sous Murad II (1421) vinrent confirmer la supériorité turque sur l’ancien Empire romain d’Orient. Le traité signé en 1424 confirma le déséquilibre définitif entre les deux États, augurant déjà de la fin prochaine de Byzance.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search