Version classiqueVersion mobile

Byzance face aux ottomans

 | 
Raúl Estangüi Gómez

Deuxième partie. Actions et réactions face à la conquête ottomane

Chapitre VII. La reprise du xve siècle

Texte intégral

  • 871 Sur la bataille d’Ankara, l’étude de Matschke, Die Schlacht bei Ankara, demeure fondamentale. Sur (...)
  • 872 Sur les quatre fils de Bayezid (Süleymân, Mehmed, ‘Isâ et Mûsâ), voir Zachariadou, Süleyman Çelebi (...)

1Le xve siècle s’ouvrit sur un événement qui changea le cours de l’histoire byzantine : le 28 juillet 1402, les troupes du Turco-Mongol Tamerlan infligèrent une terrible défaite aux Ottomans de Bayezid Ier dans les plaines situées près de la ville d’Ankara871. L’issue de cette bataille fut lourde de conséquences pour les Ottomans. Fait prisonnier, Bayezid mourut en captivité peu après, laissant quatre fils qui se disputèrent l’héritage paternel872. L’État ottoman se disloqua et entra dans une période de guerres internes et de conflits pour le pouvoir qui devait durer dix ans. Le fils aîné de Bayezid, Süleymân, réussit à passer en Europe grâce à l’aide des Génois, échappant au massacre, et se proclama maître de la Roumélie, c’est-à-dire de la partie européenne du territoire ottoman. En Anatolie, le pouvoir fut d’abord disputé entre Mehmed Çelebi et ‘ Isâ, le premier sortant finalement vainqueur de ce conflit, et plus tard, entre Mehmed et Süleymân qui était repassé en Asie. Vers 1409, Musa, le quatrième frère, entra aussi dans la compétition en s’alliant avec le seigneur valaque Mircea l’Ancien.

  • 873 Afin d’assurer la défense du territoire, le despote Théodôros Palaiologos avait cédé le Péloponnès (...)

2La mort de Bayezid et la confrontation entre ses successeurs bénéficièrent aux pouvoirs chrétiens de la région et en particulier à l’Empire byzantin, lequel était, à la veille de la bataille d’Ankara, réduit à sa capitale, Constantinople, à quelques territoires de la côte de la mer de Marmara et de la mer Noire, à quelques îles de l’Égée (Samothrace, Imbros et Lemnos) et à la ville de Monemvasie, dans le Péloponnèse873. Du reste, Constantinople, assiégée depuis 1394 par Bayezid, était à cette époque bien près de capituler.

3La défaite ottomane mit non seulement un terme au blocus de la capitale byzantine, mais elle permit en outre à l’Empire de recouvrer une partie importante des territoires perdus au cours du dernier quart du xive siècle. Afin de consolider sa position en Europe, l’émir Süleymân conclut en effet un traité avec les puissances chrétiennes de la région et leur fit d’importantes concessions. Pour Byzance, la plus importante fut sans doute la restitution de Thessalonique et d’une partie de la Macédoine.

  • 874 Lefort, Population et peuplement, p. 81-82 [246-247] : « La fin du xive siècle et le début du xve m (...)

4Au-delà de ce redressement inespéré de la situation politique, le début du xve siècle vit également s’annoncer la fin de la période de récession économique qu’avaient connue les territoires byzantins depuis le début du xive siècle. Dans certains villages, on peut constater une croissance de la population paysanne ainsi que la remise en exploitation de quelques régions qui avaient été abandonnées en raison des troubles de la période précédente874. Cette récupération fut néanmoins très lente et demeura toujours sous la menace des guerres et des raids ennemis. La seconde décennie du siècle fut de ce point de vue une période particulièrement agitée, coïncidant avec la fin de l’« interrègne » ottoman. La reprise économique se poursuivit néanmoins après l’achèvement de la conquête turque et fut alors favorisée par la stabilité politique de l’Empire ottoman.

1. Les nouvelles assises territoriales de l’Empire

  • 875 À l’époque, l’empereur Manuel II se trouvait en Europe occidentale et ne retourna dans l’Empire qu (...)
  • 876 L’acte est conservé dans ASV, Pacta, reg. VI, fol. 130v (olim 128v). La publication la plus récent (...)
  • 877 Ibid., p. 75. Cette datation est acceptée par Barker, Manuel II, p. 224 et n. 3, et par Matschke, D (...)

5Après s’être emparé du pouvoir en Europe, Süleymân, fils de Bayezid, conclut avec l’empereur Jean VII et avec d’autres pouvoirs de la région un accord par lequel il leur cédait plusieurs territoires et leur accordait certains privilèges fiscaux875. Le texte de cet accord est conservé seulement dans une traduction en dialecte vénitien876. Le document ne porte pas de date, mais selon l’analyse qu’en a faite l’historiographie moderne, le traité dut être signé au mois de janvier ou de février 1403 à Gallipoli877.

  • 878 Pour les conséquences de cet accord du point de vue fiscal, voir chapitre XI.
  • 879 Cf. Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 56-61. L’hypothèse d’un second accord conclu entre Manue (...)

6Son contenu permet de connaître l’étendue du territoire qui passa alors sous souveraineté byzantine878. Toutefois, dans l’étude approfondie qu’il lui a consacrée, Klaus-Peter Matschke a observé que la substance de ce traité ne correspond pas tout à fait aux témoignages de deux historiens grecs de la seconde moitié du xve siècle, Doukas et Chalkokondylès, qui nous ont tous deux laissé une description du territoire byzantin au lendemain de l’accord de 1403. Matschke a expliqué cette divergence en postulant l’existence d’un second traité qui aurait été conclu entre l’émir Süleymân et l’empereur Manuel II, après que ce dernier fut rentré d’Occident en juin 1403. Ce second traité aurait impliqué une augmentation substantielle des limites du territoire recouvré par les Byzantins879. Cette hypothèse, largement acceptée depuis sa publication par Matschke en 1981, me parait peu vraisemblable à la lumière d’autres sources contemporaines.

Le territoire acquis par Byzance en 1403 et la question d’un second traité

7Il convient d’abord d’examiner le contenu des deux catégories de sources de types différents dont nous disposons, l’acte en vénitien qui contient la traduction de l’accord de 1403 et les récits de Doukas et Chalkokondylès, afin de mieux saisir leurs différences.

  • 880 Dennis, Treaty of 1403, p. 78 : a mio pare Imperador de Griesi e a lo Imperio di Constantinopoli io (...)
  • 881 Dennis, Treaty of 1403, p. 78-79 : et ho dado Constantinopoli cum tute suo confine franche senza al (...)

8Le traité de janvier/février 1403 dit que Süleymân a restitué aux Byzantins la ville de Thessalonique avec sa forteresse (cula) et la région nommée la Calamarea, avec tout ce qui en dépendait, de même que la zone allant du fleuve Galikos jusqu’à la région appelée lo Paravardaro et jusqu’à la mer ; puis la région de Panidos à Mésembria et Palateoria, leurs châteaux, leurs salines et tout ce qui en dépendait880. Süleymân cédait aussi aux Byzantins les alentours de la capitale et la région allant de « la Parapolia » jusqu’à la ville de Panidos, les îles de Skopélos, Skiathos et Skyros, ainsi que quelques châteaux situés in Turchia et que possédait l’Empereur byzantin881.

  • 882 Doukas XVIII § 2, p. 112-113 : τὴν Θεσσαλονίκην καὶ τὰ Στρυμόνος ἄχρις αὐτοῦ Σητουνίου καὶ τὴν Πελο (...)
  • 883 Chalkokondylès I, p. 16316 : τὴν παράλιον τῆς Ἀσίας χώραν. Ces ports de la côte asiatique, situés e (...)

9Doukas, d’une part, raconte que Süleymân, après s’être rendu dans la capitale byzantine, promit de céder aux Byzantins la ville de Thessalonique, les régions allant du Strymon jusqu’à Zeitoun, le Péloponnèse et les territoires aux alentours de Constantinople, de Panidos jusqu’à Hiéron Stomion, sur la côte européenne du Bosphore, et de Hiéron Stomion jusqu’à Varna, avec tous les forts situés au bord de la mer882. D’autre part, Chalkokondylès donne une description des aspects territoriaux de l’accord semblable à celle de Doukas, quoique moins détaillée, mais il parle en outre de la cession d’une partie de la côte de l’Asie Mineure, ce qui coïncide avec le contenu du traité de janvier/février 1403 qui fait mention de châteaux situés in Turchia883.

10Matschke a certes raison de noter que le territoire passé sous souveraineté byzantine en 1403 est beaucoup plus étendu chez Doukas et Chalkokondylès que dans la version vénitienne du traité. En ce qui concerne la description de la région de Macédoine, les deux historiens grecs de la seconde moitié du xve siècle sont d’accord sur le fait que Süleymân aurait cédé aux Byzantins une vaste région allant du Strymon jusqu’à la ville de Zeitoun, c’est-à-dire l’actuelle Lamia en Thessalie, quand l’acte vénitien dit que l’Empire récupéra seulement la ville de Thessalonique avec sa forteresse, la région de la Calamarea – terme qui, selon Matschke, désignerait le territoire appelé en grec Kalamaria, c’est-à-dire la Chalcidique occidentale – et lo Paravardaro, soit le territoire situé entre le Galikos et le Vardar, une région peu étendue située à l’ouest de Thessalonique.

  • 884 Cf. Zachariadou, Süleyman Çelebi, en particulier p. 274-279.
  • 885 Pour l’interprétation des passages de Doukas et de Chalkokondylès, E. Zachariadou s’est fondée sur (...)
  • 886 Cf. Zachariadou, Süleyman Çelebi, p. 278: « In late xvth century Ottoman documents, the administra (...)

11Peu de temps après la publication de l’étude de Matschke, mais sans en avoir connaissance, Elizabeth Zachariadou a examiné à son tour le contenu de cet accord dans un article sur l’émir Süleymân, paru en 1983884. Elle s’est livrée, elle aussi, à une comparaison du texte vénitien de janvier/février 1403 et des récits de Doukas et de Chalkokondylès885. Les divergences qu’elle a relevées entre les deux sources sont cependant moins nombreuses. À propos du territoire cédé par Süleymân aux Byzantins en Macédoine, elle a souligné que le terme turc de Calamarea ne correspondait pas exactement au territoire que les Grecs appelaient Kalamaria (Chalcidique occidentale), car les actes ottomans montrent que la « Kalamaria » turque désigne l’ensemble de la Chalcidique, y compris la presqu’île de Kassandreia et le Mont Athos, c’est-à-dire le territoire qui va de Thessalonique jusqu’au Strymon886. Selon cette explication de l’usage turc du terme Calamarea, le texte vénitien du traité de 1403 concernant le territoire cédé par les Ottomans aux Byzantins en Macédoine orientale s’avère donc identique à la description qu’en donnent les deux historiens grecs.

12Elizabeth Zachariadou a toutefois rencontré plus de difficulté dans l’interprétation du passage de Doukas relatif au territoire situé à l’ouest de Thessalonique. Le problème principal réside dans l’identification du toponyme « Zeitoun » employé par Doukas. Matschke n’avait pas hésité à y voir une mention de la ville de Lamia en Thessalie, mais Zachariadou a considéré qu’il devait plutôt s’agir d’un village situé à l’embouchure du Strymon. Cette dernière interprétation me semble cependant peu probable, car Zeitoun près du Strymon est un tout petit village de Macédoine orientale, très peu connu. Or, dans son récit, l’historien grec se réfère principalement à des toponymes importants, tels Thessalonique, Panidos et Varna ; même Hiéron, à proximité de Constantinople, était une place forte bien connue, mentionnée par exemple par Kantakouzènos et Grègoras. En revanche, Zeitoun en Macédoine apparaît très rarement dans les sources. De plus, le texte de Doukas dit que Süleymân avait cédé « les [terres] du Strymon jusqu’à Zeitoun », phrase qui n’aurait pas de sens si les deux toponymes étaient situés dans la même région. Il me semble donc certain que le Zeitoun de Doukas est bien la ville de Thessalie, comme le pense Matschke. Toutefois, la possession de la ville de Zeitoun par les Byzantins s’explique autrement et ne justifie pas de supposer l’existence d’un second traité entre Manuel II et Süleymân.

  • 887 Frédéric III d’Aragon fut roi de Sicile de 1295 à 1337. Après la conquête du duché d’Athènes par l (...)
  • 888 Dennis, Treaty of 1403, p. 80 : per contra l’isola di Negroponte su la terre ferma li don infra ter (...)
  • 889 Le texte du traité est par endroits quelque peu obscur. En ce qui concerne la cession à Venise de (...)
  • 890 Dennis, Treaty of 1403, p. 80 : ch’el Marchexe de la Bondeniza non sia tegnudo altro salvo quelo ch (...)
  • 891 Dennis, Treaty of 1403, p. 80 : la Salona cum quele confine che manzava la Contessa le ho dade a lo (...)

13La région de Lamia/Zeitoun fit en effet à cette époque l’objet d’un âpre conflit qui opposait plusieurs pouvoirs chrétiens de la région. Cette ville avait été l’une des dépendances du comté latin de Salôna, depuis 1318 aux mains de la famille Fadrique de Aragón. À la fin du xive siècle, le territoire échut à une Byzantine, Hélénè Kantakouzènè, veuve du dernier comte887. En 1394, la région fut occupée par les Ottomans de Bayezid qui la détinrent jusqu’en 1402. Le traité de janvier/février 1403 prévoyait le partage du territoire de l’ancien comté entre plusieurs pouvoirs chrétiens de la région, Venise, le marquisat de Bodonitza et les chevaliers hospitaliers de Rhodes. À la première, Süleymân abandonna « en face de l’île de Négrepont sur la terre ferme, cinq milles vers l’intérieur888 ». Ce territoire incluait la bande côtière située entre les salines de Zeitoun et la ville de Ptèléon889. Süleymân confirma au marquis de Bodonitza, Giacomo Zorzi, ses anciennes possessions, et il renouvela les termes de l’accord que ce dernier avait avec Bayezid890. Enfin, il accorda aux chevaliers de Rhodes la ville de Salôna (aujourd’hui Amphissa) ainsi que les terres qui avaient appartenu à la comtesse, c’est-à-dire à Hélénè Kantakouzènè891. Ces terres incluaient au sud les ports de Vitrinitza et Galaxidi et au nord la ville de Zeitoun/Lamia.

  • 892 Luttrell, Zachariadou, Sources for Turkish History, doc. VII, p. 133 ; voir aussi commen­taire p. 6 (...)

14Certes, le traité de janvier/février 1403 ne dit rien à propos d’une présence byzantine à Zeitoun, contrairement au témoignage de Doukas. Toutefois, nous savons, grâce aux archives latines, que le despote Théodôros Palaiologos avait profité de l’affaiblissement de la puissance ottomane au lendemain de la bataille d’Ankara pour occuper par les armes une partie du comté de Salôna et en particulier la ville de Zeitoun. Un acte d’août 1404 parle des démarches entreprises par les Hospitaliers de Rhodes auprès des empereurs Manuel II et Jean VII afin de recouvrer les cités de Salôna et Zeitoun892. L’acte prévoyait que si les autorités byzantines refusaient de remettre les deux villes aux chevaliers, il leur serait demandé de verser 5 000 ducats à titre d’indemnité.

  • 893 Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 60.

15La demande des chevaliers de Rhodes auprès des autorités byzantines implique d’une part que les Byzantins contrôlaient de manière effective ces deux villes à l’époque et d’autre part que les Hospitaliers avaient acquis un droit de possession sur ces territoires. Or, le seul texte que nous connaissions qui mentionne de tels droits est l’accord conclu au début 1403 entre Süleymân et Jean VII. Si un second traité avait été signé entre le souverain ottoman et l’empereur Manuel II au retour de son voyage en Occident, vers juin 1403, les chevaliers n’auraient pu faire valoir leurs prétentions à Constantinople un an plus tard, en 1404. L’hypothèse de Matschke, qui connaissait aussi l’acte d’août 1404, selon laquelle Süleymân aurait mené un double jeu en proposant le même territoire à plusieurs pouvoirs me semble par ailleurs peu vraisemblable893.

  • 894 Sathas, Documents inédit, t. 2, no 340, p. 121 : gente sue [Manuel II] se intromittant et accipiant (...)

16Les protestations contre la présence byzantine dans la région de Zeitoun/Lamia concernèrent aussi la république de Venise qui, au mois d’avril 1404, dénonça l’intrusion de sujets de l’empereur dans les territoires proximo insule Nigropontis, alors que ces territoires leur avaient été accordés en vertu de l’accord cum Turco, c’est-à-dire avec Süleymân Çelebi894.

  • 895 La rétrocession du Péloponnèse à Byzance fut ratifiée par le traité de Vasilipotamo (5 mai 1404) : (...)

17L’opposition des chevaliers de Rhodes et des Vénitiens en 1404 à la présence byzantine à Zeitoun suggère donc que les Byzantins s’étaient effectivement emparés de cette ville et de sa région à la suite d’une campagne militaire et non pas en application d’un nouvel accord avec les Ottomans. Pourquoi Doukas dit-il alors que ce territoire avait été cédé par Süleymân à l’empereur byzantin ? En fait, il s’avère que l’historien grec n’était pas très bien renseigné sur le contenu de l’accord passé en 1403 entre les deux souverains. Il affirme par exemple que parmi les territoires cédés par les Ottomans aux Byzantins se trouvait aussi le Péloponnèse, ce qui est entièrement faux, puisque l’on sait que la partie byzantine de la péninsule fut rachetée en 1404 par le despote Théodôros Palaiologos aux chevaliers de Rhodes895.

  • 896 Bayezid semble avoir contrôlé une grande partie de la Dobroudja au lendemain de la bataille de Rov (...)
  • 897 En octobre 1402, Süleymân délivra un acte en faveur de Mircea, par lequel il reconnaissait la souv (...)

18Un autre passage du récit de Doukas pose également un problème, celui des limites du territoire byzantin sur la côte de la mer Noire. L’historien y rapporte que Süleymân aurait cédé à l’empereur les châteaux situés de Hiéron, près de Constantinople, jusqu’à Varna. Le traité de janvier/février 1403 indique cependant que la frontière s’arrêtait à Mésembria, c’est-à-dire à plusieurs kilomètres au sud. La différence entre les deux textes est donc loin d’être négligeable sur ce point. Malheureusement, nos connaissances sur la situation de cette région au début du xve siècle sont trop maigres pour en espérer une explication. L’important port de Varna, localisé au nord du territoire appelé la Dobroudja, avait été gouverné par le despote Dobrotitza pendant le troisième quart du xive siècle et plus tard par son successeur Ivanko. Une partie de la région avait été occupée par les Ottomans, peut-être dès la fin du règne de Murad Ier (1388-1389). Elle fut ensuite le théâtre des combats entre le seigneur valaque Mircea l’Ancien et Bayezid Ier896. Peu après la bataille d’Ankara, Mircea profita du chaos régnant dans l’État ottoman pour consolider sa souveraineté sur la Dobroudja, mais on ignore quelle partie du territoire passa alors sous domination valaque897. Aucune source contemporaine ne fait allusion à Varna et il est impossible d’en déterminer la situation politique au lendemain du traité byzantino-ottoman de 1403.

  • 898 Au début du xve siècle, la domination byzantine en Thessalie se consolida grâce à l’annexion de de (...)
  • 899 Dans son récit, Doukas dit que les Byzantins possédaient la région située entre le Strymon et Zeit (...)

19Le texte de Doukas relatif à l’étendue territoriale de l’Empire au lendemain de la bataille d’Ankara décrit en fait la situation à la fin du règne de Manuel II : Zeitoun au moins resta au pouvoir des Byzantins jusqu’aux années 1420898. L’historien, qui n’a pas dû avoir accès au contenu même du traité passé avec l’émir Süleymân, a pu supposer que l’extension des territoires qui étaient sous domination byzantine dans le premier quart du xve siècle avait été le fruit de cet accord, alors que nous avons vu que certains de ces territoires avaient connu en réalité une histoire différente899.

  • 900 Les sources ne s’accordent pas sur le lieu de la rencontre entre Manuel II et l’émir Süleymân : se (...)

20Le fait qu’il n’y ait aucune preuve de l’existence d’un second traité entre Manuel II et Süleymân n’implique pas que les deux souverains ne se soient pas rencontrés au retour de l’empereur de son voyage en Occident. En effet, plusieurs sources suggèrent qu’un entretien ait eu lieu à Gallipoli ou à Constantinople durant l’été 1403900. Lors de cet entretien, ils durent certes ratifier le contenu de l’accord conclu entre Süleymân et Jean VII, mais rien de plus.

Le rétablissement de l’administration byzantine en Macédoine : l’accord passé entre Jean VII et Manuel II

  • 901 Il n’est pas question d’aborder ici la série d’événements entre la bataille d’Ankara et l’arrivée (...)
  • 902 Voir Barker, Manuel II, p. 238-245. Sur Dèmètrios Laskaris Léontarès, voir aussi PLP 14676.
  • 903 Vatopédi III, no 191, l. 10, 14. Cet accord est qualifié d’horkômotikon.

21Les rapports de Manuel II avec Jean VII à son retour d’Occident s’avérèrent très difficiles. Nous n’en connaissons pas les raisons, mais il semble qu’à son arrivée à Constantinople durant l’été 1403, Manuel II se soit mis en colère contre son neveu, ce qui aurait provoqué la rupture d’un accord précédemment conclu, en vertu duquel Manuel avait cédé à Jean le gouvernement de Thessalonique. Manuel aurait alors exilé son neveu à Lemnos901. Toutefois, peu de temps après, Jean se rendit à Lesbos auprès de son beau-père Francesco II Gattilusio. Tous deux essayèrent ensuite de s’emparer par les armes de la capitale de la Macédoine, mais ils échouèrent (septembre 1403). Quoi qu’il en soit, il semble que cette démonstration de force ait suffit à faire changer d’avis Manuel, qui consentit à ce que son neveu devînt souverain de la deuxième ville de l’Empire. Manuel exigea néanmoins que son serviteur Dèmètrios Laskaris Léontarès demeurât aux côtés de Jean en tant que représentant du pouvoir centrale902. Un nouvel accord, qui est évoqué dans un acte de l’Athos de septembre 1404, mit un terme définitif aux différends entre l’oncle et le neveu et jeta les bases de la répartition de l’administration en Macédoine entre eux903.

  • 904 La personne choisie par Jean VII pour prendre possession de la ville de Thessalonique fut Dèmètrio (...)
  • 905 La réticence de certains officiers ottomans à céder aux Byzantins une partie du territoire accordé (...)

22Avant d’étudier le contenu de cet accord, il convient de souligner que le passage de la domination ottomane à la domination byzantine à Thessalonique et dans sa région entraîna de nombreuses difficultés avec les autorités turques. Par exemple, peu après la conclusion du traité de janvier/février 1403, l’empereur Jean VII envoya un fonctionnaire impérial pour prendre possession de la ville de Thessalonique, mais la garnison turque refusa de céder l’acropole904. Cet incident était peut-être lié à l’opposition d’un certain nombre d’officiers turcs à la cession de Thessalonique. Ces officiers auraient eu une grande influence à l’intérieur de l’État ottoman, car ils avaient été nommés par le défunt Bayezid pour diriger l’armée. Ils étaient présents lors des négociations entre Süleymân et les puissances chrétiennes, qui aboutirent à l’accord de janvier/février 1403905. Ce fut seulement lors du retour de Manuel II dans l’Empire, vers juin 1403, que les Ottomans acceptèrent de remettre en totalité la ville aux Byzantins.

  • 906 Voir Vatopédi III, no 189, l. 9 et suiv. La région de Thessalonique était aussi désignée comme « l (...)
  • 907 L’acte Vatopédi III, no 191, mentionne aussi un accord (horkômotikon) entre Manuel II et Süleymân (...)

23L’accord définitif conclu entre Manuel II et Jean VII à l’automne 1403 – dont nous ne connaissons le contenu que grâce à un acte athonite – prévoyait le partage de la Macédoine en deux circonscriptions : à Jean VII revenait le gouvernement de Thessalonique et de sa région proche, désignée dans les sources comme la région située « à l’intérieur de la frontière de Thessalonique » (ἐντὸς τοῦ συνόρου τῆς Θεσσαλονίκης), et à Manuel II la Chalcidique orientale, le Mont Athos et la rive droite du Strymon906. Le reste était aux mains des Ottomans. Jusqu’à la mort de Jean VII, en septembre 1408, cette répartition fut maintenue sans aucun changement. Durant cette période, les relations avec les Ottomans furent plutôt bonnes, ce qui permit la consolidation de l’administration impériale dans la région907.

L’arrivée de Jean VII et de son entourage aristocratique en Macédoine

24Le transfert de l’empereur Jean VII à Thessalonique à l’automne 1403 fut suivi de l’arrivée de plusieurs membres de la haute aristocratie qui était pour l’essentiel restée fidèle à la branche aînée des Paléologues. Les documents d’archives fournissent en effet le nom de plusieurs aristocrates qui occupaient les postes les plus importants de l’administration provinciale. Certains de ces aristocrates peuvent d’ailleurs être identifiés à des personnages connus de l’entourage de Jean VII.

  • 908 Vatopédi III, no 194.
  • 909 Xéropotamou, no 29 : les monocondyles de Michaèl Karantzès et de Géôrgios Prinkèps n’ont pas été lu (...)
  • 910 Mazaris, p. 36 (cf. infra, n. 915). Sur Karantzès (sans prénom), voir aussi, d’après cette seule so (...)

25Tel est par exemple le cas de Michaèl Karantzès qui est attesté comme recenseur de la région de Thessalonique en 1406-1407. À cette époque, il signe – avec Paulos Gazès – un acte de mise en possession d’un bien situé en Chalcidique en faveur du monastère de Vatopédi (mai 1406)908 et – avec le même Paulos Gazès et Géôrgios Prinkèps – un autre acte par lequel il règle un différend opposant les monastères de Xèropotamou et de Docheiariou au sujet d’un terrain à Hermèleia (mai 1407)909. Selon un passage de la satire de Mazaris intitulée Voyage aux Enfers, Karantzès avait déjà suivi Jean VII à Lemnos après son départ de Constantinople en 1403 et le suivit ensuite à Thessalonique, où il se serait considérablement enrichi grâce à l’exercice d’une fonction publique, vraisemblablement celle de recenseur du fisc dans laquelle il est attesté par la documentation athonite910.

  • 911 PLP 16117.
  • 912 Sur ce médecin nommé Pépagôménos, voir infra, p. 376.

26Disons un mot de cette source. Mazaris, un habitant de Constantinople employé dans l’administration impériale911, est l’auteur d’un récit satirique composé vers 1414, dans lequel il raconte un voyage aux Enfers. Dans ce monde de l’au-delà, Mazaris retrouve plusieurs membres de l’administration impériale déjà décédés, comme par exemple Manouèl Holobôlos, ancien chef de la chancellerie impériale. Mazaris mentionne également d’autres fonctionnaires impériaux encore vivants à l’époque. De ce fait, son récit s’avère une source particulièrement intéressante pour connaître le fonctionnement de l’administration byzantine et la vie interne de l’Empire à cette époque. Mazaris fournit notamment quelques renseignements sur l’entourage de Jean VII. Par exemple, dans un passage, il demande à un médecin appelé Pépagôménos pourquoi il est descendu aux Enfers912. Pépagôménos lui répond :

  • 913 Ὁ κολοιόφθαλμος Φῶξ. Selon E. Trapp, Probleme der Prosopographie der Palaiologenzeit, JÖB 27, 1978 (...)
  • 914 Cf. PLP 11775.
  • 915 Mazaris, p. 3611-29.

Je crois, mon garçon, que tu n’es arrivé à ce stade pour aucune autre raison que ta loyauté incontestable envers l’empereur [Manuel II], puisque tu n’as même pas songé à être déloyal envers lui malgré toutes les choses terribles qui te sont arrivées. Si, pendant ton séjour à Lemnos, ta foi s’était brisée, comme tant d’autres, en particulier le cocu Karantzès, maintenant décédé, dont la fortune s’élevait alors à soixante-dix pièces d’or, si tu avais accompagné le neveu de Sa Majesté, le prince dont le nom signifie « grâce » [Jean VII], à la ville de Philippe [Thessalonique], tu n’aurais jamais été calomnié par le faux Chios de Libye, ce comptable dégoûtant, et tu ne serais pas tombé victime du complot de Phôx œil de choucas913 – comme Klaudiôtès914 l’appelle –, le très respecté recenseur des territoires de la mer Noire et de la mer Blanche, qui sur le conseil de l’Esprit (ou plus probablement dans une attaque de démence) est maintenant devenu moine ; tu aurais argent en abondance, renommée, honneur et santé et aurais exercé d’importantes fonctions publiques, comme l’obscur Karantzès, celui qui est devenu fou à cause de ses cornes, comme Tarchaniôtès, celui qui a le visage couvert de suie, comme Machètarès, qui est de complexion de fil et de cuivre, et comme beaucoup d’autres915.

  • 916 Vatopédi III, no 191, l. 27. Ce rapprochement a été proposé par les auteurs du PLP 27464 et 27466.
  • 917 Cf. Mercati, Codices Vaticani, p. 300, et PLP 17532.
  • 918 Machètarès écrit un chrysobulle de Jean VII d’août 1404, l’acte Lavra III, no 155. Il signe au ver (...)
  • 919 Vatopédi III, no 198 (acte du prôtos Iérémias), l. 14 et signature au verso l. 35. Un Andronikos Ma (...)

27Dans ce passage, outre Karantzès, Mazaris parle de deux autres personnages qui avaient accompagné Jean VII de Lemnos à Thessalonique et qui s’étaient considérablement enrichis grâce à l’exercice d’importantes fonctions publiques : un nommé Tarchaneiôtès et un certain Machètarès. Le premier pourrait être l’homonyme qui agit comme agent du fisc au Mont Athos entre septembre 1403 et septembre 1404916. Machètarès doit être Alexios Machètarès, ancien membre de la chancellerie patriarcale à l’époque de la régence de Jean VII à Constantinople (1399-1403)917. Il est attesté en 1404 comme notaire de la chancellerie de cet empereur à Thessalonique918 et en 1407 en tant que représentant impérial à l’Athos919.

  • 920 Vatopédi III, no 189.
  • 921 Sur Michaèl Synadènos Astras, voir Estangüi Gómez, Théodôra Palaiologina, p. 162-165 et 167-168 (a (...)
  • 922 Vatopédi III, no 211 (septembre 1418) ; Docheiariou, no 56 (décembre 1418) ; Lavra III, no 165 (jan (...)
  • 923 Cf. Estangüi Gómez, Théodôra Palaiologina, p. 160, n. 124.
  • 924 Potamios, Lettres, no 11, p. 16-17 (pour le texte grec), p. 32 (pour la traduction) et p. 39 (pour (...)
  • 925 Pour la biographie de Théodôros Potamios (ca 1340-† ante 1414), voir ibid., p. 2-4, qui doit rempl (...)

28En dehors de la liste fournie par Mazaris, on connaît un recenseur nommé Astras, auteur d’un praktikon de septembre 1404920, qui pourrait aussi faire partie de ce groupe d’aristocrates ayant suivi Jean VII à Thessalonique. On sait qu’un Michaèl Synadènos Astras, proche de cet empereur, est attesté à Constantinople entre novembre 1399 et août 1400. Même s’il n’est pas possible d’identifier ce Michaèl Astras avec le recenseur de 1404, puisque le premier était déjà mort en août 1400, il s’agit probablement d’un parent921. Kônstantinos Palaiologos Oinaiôtès est attesté comme recenseur en Chalcidique bien après la mort de l’empereur Jean VII (septembre 1408), entre 1418 et 1421922. Toutefois, on sait que la famille Oinaiôtès avait soutenu le coup d’État d’Andronic IV en 1376 et était entrée en possession de biens fonciers en Macédoine à l’époque du règne de ce dernier923. On notera également que l’érudit Théodôros Potamios, qui faisait partie de la cour de Jean VII à Thessalonique, adressa une lettre au fils d’un Oinaiôtès anonyme924. Cette lettre ne contient certes aucun élément qui permette de la dater de la période 1403-1408, mais elle suggère l’existence de liens entre un (autre ?) membre de la famille Oinaiôtès et cet écrivain proche de Jean VII925.

  • 926 Vatopédi III, no 207.
  • 927 Pour les Tzamplakônes, voir supra, p. 187-189 ; pour les Radènoi, voir supra, p. 277, n. 719.

29Des actes du début du xve siècle mentionnent d’autres membres de la haute aristocratie qui occupaient des postes de l’administration en Macédoine : par exemple, en 1415, les agents du fisc Michaèl Tzamplakôn, Iôannès Radènos et Stéphanos Doukas Radènos entreprirent un recensement en Chalcidique926. Leurs noms de famille dénotent leur appartenance au milieu de la haute aristocratie. Nous avons vu que les Tzamplakônes et les Radènoi étaient des clans bien implantés en Macédoine927. Il est difficile de dire si tous ces individus étaient arrivés dans la région à la faveur du transfert de Jean VII comme gouverneur à Thessalonique. Quoi qu’il en soit, il est certain que la restauration byzantine en Macédoine provoqua – comme cela avait aussi été le cas dans les années 1370 – le retour d’un grand nombre d’aristocrates qui cherchaient à trouver un poste dans l’administration locale et, surtout, à rentrer en possession de quelques parcelles de terre.

2. L’état de la propriété foncière en Macédoine au début du xve siecle

30De l’ensemble de territoires qui revint aux Byzantins en 1403, le plus important fut, du point de vue tant stratégique qu’économique, la province de Macédoine. Il s’agit aussi de la région pour laquelle nous possédons le plus de sources.

31On vient de suggérer que la restauration de l’autorité impériale sur cette province dut permettre aux propriétaires byzantins, comme cela avait été le cas durant les années 1370, de rentrer en possession de leurs anciens biens fonciers. Il semble néanmoins que l’impact de cette restauration sur la fortune des grandes familles de l’aristocratie fut plus modeste qu’il ne l’avait été alors. La raison en était peut-être la situation de complet appauvrissement des principaux clans de l’Empire, qui les empêchait de tirer pleinement profit du nouveau contexte politique. Les actes montrent aussi un fort abaissement de la situation financière de ces élites locales, qui furent contraintes de vendre rapidement la plupart des biens récupérés.

32En dehors de l’aristocratie, deux autres groupes de la société profitèrent de la restauration byzantine en Macédoine : les grands monastères, en particulier ceux de l’Athos, et un certain nombre de pronoïaires qui avaient réussi à conserver leurs revenus au cours de la période de la domination ottomane. Ces deux groupes de la population consolidèrent à cette époque leur forte emprise sur la terre.

Le traité de 1403 et la restitution des biens fonciers

  • 928 Dennis, Treaty of 1403, p. 78 : in quelle contrade tuti queli Turchi che habia possession io li die (...)
  • 929 Ibid., p. 78 : et in questi luogi tuti queli si Griesi como Turchi che habia comprado alguna cossa (...)

33Le traité de 1403 entre l’émir Süleymân et l’empereur byzantin contient deux clauses concernant le statut de la propriété foncière. Dans la première, le souverain ottoman s’engageait à chasser les Turcs qui détenaient la possession de biens928. Il s’agissait probablement de personnes qui recevaient simplement les revenus fiscaux de la terre, au titre de leurs timars. Cela se déduit de la clause suivante, qui prévoyait que tous ceux, Grecs ou Turcs, qui avaient acheté un bien avec leur argent, pourraient continuer à le détenir sous l’autorité byzantine929.

34Le contenu du traité de 1403 assurait donc une certaine continuité dans le régime de la propriété foncière après le passage de la domination ottomane à la domination byzantine, car il autorisait les Turcs qui avaient acheté un bien à le conserver. En revanche, les biens qui étaient devenus biens publics à la faveur de l’occupation turque, soit parce qu’ils avaient été confisqués à leurs anciens propriétaires, soit parce qu’ils avaient été abandonnés, passèrent au début du xve siècle au pouvoir de l’État byzantin.

  • 930 Ainsi Schreiner, Zwei unedierte Praktika, p. 37, et Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 62-63.
  • 931 Voir en premier lieu le registre TD 3 de 1454-1455 pour la Macédoine orientale : Turski dokumenti (...)
  • 932 La population d’origine turque était certainement plus nombreuse dans les villes : voir les exempl (...)
  • 933 Cf. V. Mutafchieva, Problèmes fondamentaux de l’étude du vakif. Un élément de la structure socio-é (...)

35En raison de ces clauses du traité, certains ont postulé que l’élément turc devint prédominant dans les campagnes byzantines dès la première moitié du xve siècle930. Cette affirmation me semble exagérée, car les actes témoignent rarement de la présence de Turcs en milieu rural931. Il semble au contraire que la période de la domination ottomane (dernier quart du xive siècle) n’avait pas significativement modifié la composition ethnique de la société rurale en Macédoine, qui restait majoritairement grecque932. En revanche, pour ce qui est des droits de propriété, j’ai suggéré dans le chapitre précédent que la période de la première domination ottomane avait profondément transformé le statut de la propriété de la terre, car nous avons vu que durant le règne de Bayezid Ier les chrétiens s’étaient vu confisquer une bonne partie de leurs biens fonciers. De plus, il semble que ce souverain ait accordé de nombreux revenus fonciers à ses partisans933. Cela conduit à penser que le nombre des terres devenues biens publics durant le dernier quart du xive siècle dut être élevé.

36Perte des droits de propriété pour la population chrétienne et extension de la terre publique semblent donc avoir été le résultat de vingt ans de domination ottomane sur la Macédoine. Avec le retour de l’administration byzantine, certains propriétaires essayèrent de récupérer leurs anciens domaines, avec plus ou moins de succès. On possède plusieurs actes qui témoignent de la restitution de biens fonciers à quelques membres de l’aristocratie locale. Il s’agit toujours de biens dont ils avaient possédé antérieurement la pleine propriété, grâce à l’acquisition par achat ou par transmission héréditaire.

  • 934 Lavra III, no 156. Pour l’histoire du domaine, voir Lefort, Chalcidique occidentale, p. 163-165.

37Par exemple, peu après la restauration de l’autorité byzantine en Macédoine (avant décembre 1404), un membre de l’élite urbaine de Thessalonique, Kalè Thalassènè, récupéra son bien héréditaire d’Hagia Maria (ou Hagia Marina), situé en Chalcidique occidentale. La source précise que Kalè avait reçu ce bien en dot de ses parents, « il y a de nombreuses années » (πρὸ πολλῶν χρόνων), ce qui pourrait faire allusion à la période antérieure à la conquête ottomane, c’est-à-dire aux années 1370 ou au début des années 1380. Auparavant, le domaine d’Hagia Maria avait appartenu à la mère de Kalè. Le premier mari de cette dernière, un certain Manouèl Phaxènos, le lui avait donné en compensation de la perte de sa dot. Toutefois, le frère de Kalè, Dèmètrios Skampaulès, avait contesté les droits de sa sœur, alléguant que la moitié de la terre lui revenait en vertu d’un acte de donation de Manouèl Phaxènos. Finalement Skampaulès fut débouté par le tribunal de la métropole de Thessalonique et Kalè fut confirmée dans la propriété du terrain (décembre 1404)934.

  • 935 Lavra III, no 161, l. 39-42 : ὀφείλει τοινυν κατέχειν τὰ τοιαῦτα χωρία ἡ δηλωθεῖσα σεβασμία τῆς ἱερ (...)
  • 936 Sur le sens du terme palaiochôrion au xve siècle, voir infra, p. 483-484.
  • 937 Par exemple, en août 1405, Iakôbos Koutalès Tarchaneiôtès fit don à Vatopédi de sa part du palaioc (...)
  • 938 Il s’agit d’une décision du tribunal impérial de Thessalonique (sur cette institution, voir infra, (...)

38Les archives de l’Athos permettent de connaître le destin ultérieur du domaine d’Hagia Maria. Un acte de recensement établi en faveur de Lavra en avril 1409 dit que ce monastère avait récemment acquis le domaine d’Hagia Maria (qui est qualifié de palaiochôrion) car Skampaulès et Thalassènos l’avaient échangé contre un autre bien du monastère935. Ce passage suppose que Kalè (peut-être peu avant sa mort) avait finalement légué son bien dotal d’Hagia Maria conjointement à son époux Thalassènos et à son frère Dèmètrios Skampaulès. L’emploi du terme palaiochôrion pour désigner le bien pourrait suggérer qu’il était à l’époque en friche ; cette hypothèse est confortée par le fait qu’aucun paysan n’y est mentionné dans l’acte de recensement d’avril 1409936. L’état d’abandon de ce domaine permet de supposer que ce fut peut-être l’incapacité de le mettre en valeur qui poussa finalement Thalassènos et Skampaulès à le céder à Lavra, en échange d’un autre bien, sans doute moins important mais plus facile à exploiter pour eux. Nous possédons en effet plusieurs actes de la pratique, datant du début du xve siècle, qui témoignent aussi de la donation de biens fonciers aux grands monastères de l’Athos par des notables de Thessalonique937. Un acte d’octobre 1404 prévoit ainsi des versements de denrées alimentaires à une aristocrate en vertu de l’accord conclu avec le monastère par son mari défunt en 1381938.

  • 939 Dionysiou, no 11.
  • 940 Sur Dèmètrios [Doukas] Kabasilas, voir en premier lieu PLP 92224. Dèmètrios est mentionné pour la (...)
  • 941 Dionysiou, no 2. L’acte nous apprend que Dèmètrios Kabasilas et ses enfants avaient été faits priso (...)
  • 942 Xéropotamou, no 27 : prostagma de Jean V.
  • 943 Dèmètrios Kabasilas signa cette année-là comme témoin un acte de vente (Pantocrator, no 7). Pour l (...)
  • 944 Zographou, no 44.
  • 945 Lavra III, no 148. En 1377, Kabasilas est mentionné comme témoin d’une vente qui avait eu lieu « il (...)

39Les archives du monastère de Dionysiou ont conservé un autre dossier important pour l’étude de l’évolution de la propriété foncière en Macédoine au début du xve siècle. En juillet 1409, un membre de l’aristocratie locale, un certain Manouèl Kabasilas, est mis en possession par les agents du fisc des deux villages de Katakalè et Alaupochôrion, situés dans la presqu’île de Kassandreia, ainsi que d’une pêcherie939. L’acte de mise en possession dit que Manouèl est le fils de kyr Dèmètrios [Doukas] Kabasilas. Ce dernier avait été un personnage important à l’époque de la deuxième guerre civile et un grand propriétaire foncier de Macédoine940. Les archives de Dionysiou ont en effet conservé un chrysobulle de Jean VI Kantakouzènos délivré en 1347 en faveur de ce Dèmètrios Kabasilas, qui y est qualifié de mégas papias et de familier (oikeios) de l’empereur, par lequel il lui accorda à titre héréditaire, en récompense de ses services, plusieurs biens parmi lesquels le village de Katakalè941. Les archives des autres monastères athonites permettent de connaître la carrière ultérieure de Dèmètrios : en 1351, il est toujours attesté à Thessalonique, comme membre de l’administration locale942. Ensuite, il se replie dans d’autres villes de l’Empire, peut-être à Constantinople, puisque, en 1368, il fait partie de la suite impériale de passage à Christoupolis943. L’année suivante, au mois de mars 1369, il est de retour en Macédoine, au sein d’une commission de fonctionnaires, qui règle un différend au sujet d’un bien foncier situé près de Hiérissos944. Il s’agit certainement de la même personne que le mégas archôn Kabasilas mentionné dans un acte d’octobre 1377, toujours en Macédoine, où il semble qu’il s’était à nouveau établi vers la fin des années 1360, peut-être à la faveur de la nomination du despote Manouèl Palaiologos au poste de gouverneur de cette province945.

  • 946 Dionysiou, no 11, l. 1-2 : ἐπεὶ ἀπο τῶν δικαιωμάτων, ὧν ἐνεφάνησεν ἡμῖν ὁ υἱὸς τοῦ Καβάσιλα ἐκείνου (...)

40La date de l’acte de mise en possession en faveur de Manouèl Kabasilas, 1409, semble néanmoins un peu tardive, car les Byzantins avaient recouvré la région dès 1403 ou 1404. Ce laps de temps pourrait suggérer certaines difficultés de la famille à faire reconnaître ses droits de propriété ou simplement le désir du propriétaire de se faire délivrer un nouvel acte de mise en possession par les fonctionnaires du fisc, en profitant du fait qu’ils effectuaient à l’époque le recensement de toute la région. Quoi qu’il en soit, l’acte nous dit que Manouèl Kabasilas avait présenté aux autorités des titres de propriété, en vertu desquels il fut mis en possession946.

  • 947 Cf. ibid., p. 44.

41Nous ne connaissons pas l’évolution ultérieure du patrimoine foncier de Kabasilas, mais le fait que cet acte de 1409 et que le chrysobulle de Jean VI accordant à Dèmètrios Kabasilas la possession héréditaire de ces terres soient tous deux conservés dans les archives de Dionysiou suggère qu’elles passèrent, à une date imprécise, aux mains de ce monastère. De fait, le village de Katakalè, dans la presqu’île de Kassandreia, est connu aujourd’hui encore sous le nom de Dionysiou947.

  • 948 Par exemple, l’acte de délimitation dressé en 1421 par les recenseurs de Macédoine (Dionysiou, no  (...)
  • 949 En septembre 1420, une habitante de Thessalonique appelée Maria Hagioreitissa fit don au monastère (...)

42Ces témoignages sont les seules sources éclairant la restitution de biens fonciers aux aristocrates au début du xve siècle. Leur nombre très restreint empêche de tirer des conclusions définitives. Néanmoins, il semble que le nombre de terres appartenant aux familles des grands propriétaires fonciers s’était considérablement réduit. En effet, les actes de délimitation de cette époque, précieux pour connaître la distribution parcellaire d’un territoire, ne mentionnent presque jamais de grands propriétaires laïcs parmi les voisins des terres monastiques ou des terres du fisc948. Certes, cet argument a silentio n’est pas à lui seul concluant, mais il suggère une forte diminution de la grande propriété privée laïque dans la région. Cela n’est d’ailleurs pas étonnant puisque, après les confiscations opérées par les Serbes et plus tard par les Ottomans, les conflits avec d’autres propriétaires fonciers de la région et la destruction des archives familiales, l’aristocratie byzantine avait fini par perdre presque complètement ses assises territoriales. La ruine de cette vieille aristocratie est aussi suggérée par les donations de terres aux monastères en échange de pensions viagères ou d’autres biens fonciers. Cela laisse penser en effet que la restitution des biens fonciers en Macédoine au début du xve siècle n’avait pas suffi à renflouer cette élite très appauvrie. L’état de dénuement des grands propriétaires est même évoqué explicitement dans un acte de 1420 concernant un membre de la noblesse thessalonicienne949.

  • 950 Par exemple, en 1407, les agents du fisc réglèrent un litige entre le monastère de Xèropotamou et (...)

43Un dernier élément confirmant cet effacement du rôle de la grande propriété laïque en Macédoine est le nombre très réduit de litiges fonciers entre moines et aristocrates. C’est une différence notable par rapport aux années 1370, émaillées d’un grand nombre de litiges de ce genre. Désormais, la plupart des conflits opposent les monastères entre eux950.

44En dépit de cet appauvrissement, il convient de ne pas oublier que certains aristocrates profitèrent du rétablissement de l’autorité byzantine pour obtenir des charges dans l’administration locale. On a vu par exemple le cas de ceux qui appartenaient à l’entourage de l’empereur Jean VII. Même si les sources manquent pour le prouver, il est vraisemblable qu’ils reçurent aussi de l’empereur des terres et surtout des revenus fiscaux.

45En dehors de la propriété aristocratique et de celle de l’État, les terres de Macédoine se trouvaient à cette époque principalement dans les mains de l’Église et dans celles d’un groupe de soldats pronoïaires qui avaient réussi à garder leurs biens durant la période de l’occupation ottomane.

La reprise du décret de « pronoïarisation » des biens monastiques

46Après le retour de l’administration impériale en Macédoine, les autorités byzantines confirmèrent aux monastères la possession de leurs anciens domaines dans la région. Les archives athonites contiennent plusieurs actes, délivrés par l’Empereur ou par des fonctionnaires du fisc, accordant aux moines la possession de terres qu’ils avaient détenues dans la période précédant la conquête ottomane.

  • 951 Vatopédi III, no 189. Il s’agit du village dit des « Trois Hermèleiai », du métoque d’Éladiaba (prè (...)
  • 952 Ibid., l. 8 : ὕστερον δὲ τὸ ἥμισυ αὐτῶν ἀποσπασθὲν τοῦ χωρίου διά τινας ἀνάγκας καὶ χρείας.
  • 953 Sur ce décret, voir supra, chap. V. 3.

47Par exemple, par un acte de septembre 1404, déjà signalé, le monastère de Vatopédi est mis en possession de quatre domaines situés en Chalcidique, qui avaient été confisqués par les Ottomans951. Le document montre néanmoins que les moines ne récupéraient que la moitié de leurs biens, car l’autre moitié « leur avait été soustraite en raison de certains besoins952 ». Il s’agit là d’une allusion au décret de « pronoïarisation » de la moitié des biens monastiques qui, on l’a vu, avait été instaurée par l’État byzantin au cours des années 1370953. Ce décret avait donc été repris en Macédoine lors du retour de l’administration impériale au début du xve siècle.

  • 954 Vatopédi III, no 199, l. 5-8 : ἐπεὶ δὲ τὰ πράγματα μέχρι τοῦ νῦν εἰς οὐδὲν ἦλθον βέλτιον διὰ τὰς κο (...)
  • 955 Sur ces redevances, voir infra, p. 487-498.

48Durant un séjour dans la ville de Thessalonique pendant l’hiver 1408-1409, l’empereur Manuel II expliqua les circonstances qui l’avaient poussé à réintroduire cette mesure : « Attendu que les affaires ne s’étaient en rien améliorées, en raison de nos péchés communs, mais qu’elles s’étaient au contraire détériorées, le malheur des temps a obligé – en dépit de notre désir – à imposer d’autres charges ; je ne parle pas de celles en vigueur pendant que les Turcs s’étaient emparés de tous [les biens] et les détenaient, mais de celles qui existaient aux époques antérieure et postérieure954. » En effet, outre la confiscation de la moitié des biens monastiques, l’État byzantin demanda aussi le versement de certaines redevances supplémentaires955.

49Cette mesure provoqua, on l’a déjà vu, des protestations dans les cercles monastiques et chez quelques intellectuels de la seconde moitié du xive et du début du xve siècle. Les documents athonites parlent souvent des démarches entreprises par les moines auprès des autorités pour récupérer une partie au moins de leurs biens confisqués. Il apparaît qu’outre la perte de la moitié des revenus, la présence d’un pronoïaire dans le même domaine ou dans un domaine voisin entraînait souvent des difficultés et des abus qui empêchaient la mise en exploitation de la terre et la perception des impôts. Ce pourquoi les moines demandèrent souvent à échanger avec le fisc les biens dont ils ne possédaient que la moitié contre un bien « en sa totalité », afin d’éviter les problèmes provoqués par la cohabitation avec un pronoïaire.

  • 956 Sur la donation de Lantzou à Vatopédi, voir supra, p. 221, n. 471.
  • 957 Vatopédi III, no 189, l. 27-30 : περὶ τὴν ῾Ρεντίναν ἕτερον μετόχιον τῆς αὐτῆς σεβασμίας μονῆς τοῦ Λ (...)

50Le domaine de Lantzou, situé dans la région des Lacs, propriété de Vatopédi depuis le troisième quart du xive siècle, fit par exemple souvent l’objet de conflits entre les moines, les pronoïaires et l’État. Ce domaine avait été donné par le despote serbe Jovan Uglješa au monastère de Vatopédi dans le troisième quart du xive siècle956. D’après le recensement de 1404, il avait été ensuite confisqué par les Turcs, puis, lors du retour de l’administration byzantine en Macédoine, restitué aux moines par l’empereur Jean VII957. Le recensement donne la liste des familles paysannes qui vivaient alors à Lantzou.

  • 958 Ibid., no 194. Les deux recenseurs sont Paulos Gazès et Michaèl Karantzès. Ils agissaient au nom de (...)
  • 959 Ibid., no 194, l. 11-14 : ὃ δὴ χωρίον καὶ ὀφείλει κατέχειν ἡ ῥηθεῖσα μονὴ μετὰ πάντων αὐτοῦ τῶν δικ (...)
  • 960 Ibid., no 200, l. 3 : τὸ ὅλον τοῦ Λάντζου ζευγηλατεῖον ; voir aussi l. 9-12 (liste de feux paysans) (...)

51Dans les années qui suivirent, Vatopédi reçut deux nouveaux documents confirmant ses droits de possession sur Lantzou. En mai 1406, deux recenseurs se rendirent dans ce village afin d’établir les limites du domaine qui appartenait à Vatopédi958. L’acte de mise en possession délivré à cette occasion précise que le monastère ne devait rencontrer à l’avenir aucun trouble de la part des pronoïaires qui détenaient les villages voisins de Sykéai et d’Akrôtèrion959. Lors du recensement général de la province de Macédoine, qui eut lieu en 1409, Vatopédi fut aussi confirmé dans la possession de la « totalité » de Lantzou960.

  • 961 Rappelons que le terme de basmoules (gasmouloi) servait à désigner des marins : cf. Bartusis, Byza (...)
  • 962 Vatopédi III, no 206.

52La situation de Lantzou commença à s’embrouiller à l’occasion de la visite de l’empereur Manuel II à Thessalonique durant l’hiver 1414-1415. À cette époque, les moines de Vatopédi se rendirent auprès du souverain et protestèrent parce que certains agents du fisc avaient commis à Lantzou des ingérences contraires à leurs privilèges. Quelques fonctionnaires, chargés du recrutement des basmoules, auraient enrôlé des hommes de ce village pour servir dans la flotte impériale961. C’était en contradiction avec les privilèges des moines, qui possédaient le domaine de Lantzou exempté de toutes les charges (éleuthéron) en vertu d’une ordonnance de feu l’empereur Jean VII. Manuel ordonna donc à son serviteur, Dèmètrios Laskaris Léontarès, de confirmer la possession de Vatopédi sur Lantzou ainsi que ses privilèges fiscaux (février 1415). L’acte précisait néanmoins que les moines devaient continuer à verser au fisc l’impôt de base de leurs parèques962.

  • 963 Ibid., no 207. Les moines devaient payer au pronoïaire, en deux versements, les 48 nomismata dus pa (...)
  • 964 Ibid., no 211.

53Toutefois, les contestations n’en restèrent pas là. Il semble que lors du nouveau recensement de la région, ordonné par l’empereur durant ce même séjour à Thessalonique, de nouveaux abus concernant Lantzou aient été commis par les agents du fisc. Un acte de mai 1415 dit que le village avait été confisqué en raison d’« un oubli ou d’une erreur » de la part de fonctionnaires qui avaient cru qu’il s’agissait d’un village du fisc, ce pourquoi ils l’avaient attribué à un pronoïaire. Peu avant son départ, l’empereur Manuel II eut encore le temps de charger son fils, le despote Andronikos Palaiologos, d’enquêter à nouveau sur la question. Celui-ci, ayant constaté que les moines avaient droit à la complète possession de Lantzou, ordonna aux agents du fisc de leur délivrer une nouvelle confirmation de leur possession du village, ainsi que de leurs privilèges fiscaux. Toutefois, cet acte, délivré en mai 1415 par les agents du fisc, introduit une nouveauté car il prescrit que les 48 nomismata que les moines acquittaient normale ment au fisc à titre d’impôt de leurs paysans (στιχικὸν τέλος) devraient dorénavant être versés au pronoïaire désigné par l’État963. Les mêmes dispositions furent confirmées par le despote dans une ordonnance de septembre 1418964.

  • 965 Ibid., no 217.

54Peu avant la chute de la Macédoine, en 1421, Vatopédi réussit à obtenir finalement du despote Andronikos l’exemption fiscale complète pour Lantzou, à condition que le monastère dépensât 50 nomismata à la célébration annuelle de la fête en l’honneur des apôtres Pierre et Paul965.

  • 966 Le cas du domaine de Vatopédi à Lantzou n’est pas le seul exemple d’abus commis par les agents du (...)
  • 967 Il convient de rappeler aussi qu’en 1409 les moines d’Esphigménou se plaignaient auprès de l’emper (...)

55Ce riche dossier concernant le domaine de Lantzou permet d’apporter quelques précisions sur le statut de la propriété monastique en Macédoine à cette époque et sur la nature des confiscations opérées en faveur des pronoïaires. Durant le premier quart du xve siècle, Lantzou fut victime de plusieurs ingérences des agents du fisc, qui essayèrent par tous les moyens de recruter des paysans pour l’armée impériale et de prélever de nouvelles charges. Les moines réussirent à préserver leurs droits en produisant des actes conservés dans leurs archives966. Toutefois, on a vu aussi qu’ils devaient verser au fisc l’impôt de leurs paysans. Cela constitue une nouveauté par rapport à l’époque antérieure à la conquête ottomane, lorsque les moines étaient complètement exemptés de tout paiement. Je reviendrai plus en détail sur cette question à la fin de ce livre, mais il est important de souligner ici que, à partir de 1415, les actes précisent que l’impôt des paysans doit être versé à un pronoïaire désigné par l’État. Il est difficile de dire si ce système constitua une nouveauté introduite par Manuel II lors de son séjour à Thessalonique en 1414-1415 ou s’il était en place auparavant. Quoi qu’il en soit, on a déjà dit que le décret de « pronoïarisation » des biens monastiques concernait non seulement la confiscation des terres appartenant en pleine propriété aux moines, mais aussi les impôts dus par les parèques de ces institutions. Peut-être cela n’avait-il pas beaucoup d’importance au xive siècle, puisque la plupart des parèques des monastères étaient de toute façon exemptés du versement des impôts au fisc. Mais, à partir du début du xve siècle, l’État byzantin réussit à augmenter de fait la charge fiscale grevant les biens monastiques967. Cela permit d’accroître les revenus versés aux pronoïaires en vue d’assurer la défense du territoire.

Pronoïaires en Macédoine au début du XVe siècle

56L’État byzantin accorda une importance considérable au financement des pronoïaires en Macédoine au début du xve siècle. On vient d’évoquer les mesures prises à l’égard de la propriété monastique et les efforts des agents du fisc pour collecter davantage de revenus, en vue de rétribuer ces hommes qui rendaient un service armé. En effet, les efforts des souverains byzantins et des agents du fisc pour consolider la position du groupe des pronoïaires répondaient au besoin de protéger la région contre les attaques de l’ennemi. On verra par la suite qu’en dépit du traité signé en 1403 entre Süleymân et Jean VII, le danger d’une nouvelle attaque turque ne disparut jamais complètement et que les guerres qui opposèrent les descendants de Bayezid durant la deuxième décennie du xve siècle affectèrent aussi souvent la population chrétienne.

57Le rôle majeur joué par les pronoïaires durant la période de la restauration byzantine en Macédoine est surtout suggéré par la documentation athonite qui mentionne fréquemment – on l’a vu – les taxes que les moines devaient leur verser. Malgré tout, ces actes fournissent peu de renseignements sur ces soldats qui constituaient peut-être le groupe le plus influent dans la région à cette époque. Le silence des sources athonites concernant les pronoiai pourrait s’expliquer par le statut juridique de ces biens, car il s’agissait de terres publiques ; leurs possesseurs ne pouvaient pas en disposer pleinement, ils ne pouvaient pas les vendre, les léguer ou les donner à une institution religieuse.

  • 968 Cf. PLP 24781.
  • 969 Un čelnik Radoslavos est attesté en 1365 comme gambros de la moniale Jelisaveta, souveraine de Ser (...)
  • 970 En novembre 1378, l’empereur Andronic IV accorda à Radoslav Sampias la possession hérédi­taire de (...)
  • 971 Les archives de Saint-Paul conservent trois exemplaires de l’acte de donation : l’original (A), un (...)
  • 972 Les archives de Saint-Paul ont conservé deux exemplaires du chrysobulle : l’original (A) et une co (...)

58Les archives du monastère athonite de Saint-Paul ont cependant conservé un riche dossier relatif à la fortune d’un pronoïaire serbe, nommé Radoslav Sampias968, qui était arrivé en Macédoine lors de l’occupation serbe, dans le troisième quart du xive siècle969. Il passa ensuite dans l’obédience byzantine à la faveur de la restauration impériale des années 1370 et, finalement, prêta allégeance au conquérant ottoman. Sampias constitue un cas particulièrement intéressant parce qu’il réussit non seulement à préserver ses biens lors des conquêtes successives de la région, mais il parvint à les transformer en biens patrimoniaux970. Au début du xve siècle, Sampias s’était vu confirmer ses biens par les autorités byzantines et, peut-être parce qu’il était alors âgé, avait décidé d’en faire don pour moitié au monastère de Saint-Paul971. La donation de Sampias fut ensuite confirmée par un chrysobulle de l’empereur Jean VII972.

  • 973 Sur le statut des pronoïaires byzantins lors du passage de la domination byzantine à la domina­tio (...)

59Le cas de ce Radoslav Sampias n’est pas unique. On a vu celui de Makarios Laskaris Bryennios, ancien pronoïaire byzantin qui s’était emparé d’un bien appartenant à un monastère de Thessalonique à la faveur de l’occupation ottomane. On a aussi évoqué certains documents parlant de propriétaires chrétiens qui firent donation de biens fonciers aux monastères de l’Athos à l’extrême fin du xive ou au tout début du xve siècle, c’est-à-dire sous occupation turque. Cela implique que ces personnages avaient réussi à conserver leurs pronoiai, voire à les convertir en biens patrimoniaux, lors de la conquête turque973.

  • 974 Beldiceanu, Beldiceanu-Steinherr, Un Paléologue inconnu, p. 8-9 : « En ce qui concerne le village d (...)

60Le fragment d’un registre fiscal ottoman de la seconde moitié du xve siècle, qui a fait l’objet d’une analyse éclairante par Nicoarã Beldiceanu et Irène Beldiceanu-Steinherr, montre également un Grec, un certain Palolog, c’est-à-dire Palaiologos, fils de Dimitri, lui-même fils d’un Laskaris, qui possédait le village de Verzani, dans la région de Serrès, en pleine propriété (mülk) en vertu des ordonnances délivrées par Bayezid Ier et par son fils Süleymân974. Ce Palolog/Palaiologos était certainement un descendant d’un pronoïaire byzantin qui avait possédé des terres dans la région.

61Ces exemples révèlent donc l’existence d’un groupe de pronoïaires grecs et serbes qui avaient conservé leurs biens en dépit des bouleversements politiques. Il peut s’agir d’une minorité, mais le phénomène n’en est pas moins révélateur d’une continuité dans l’organisation sociale de la propriété foncière entre la seconde moitié du xive et le milieu du xve siècle.

3. Des conditions précaires de mise en valeur

62La récupération des territoires par les Byzantins fut suivie de leur mise en exploitation. On a vu que durant la seconde moitié du xive siècle, les campagnes avaient subi les conséquences des conflits militaires. Beaucoup de paysans avaient fui leurs terres et de nombreux biens fonciers avaient été abandonnés. La période de domination ottomane (dernier quart du xive siècle) ne fut pas plus favorable à l’exploitation agricole. La conquête et les transformations dans le régime des terres durent au contraire dégrader davantage la situation du monde rural.

63Dans la première moitié du xve siècle, en revanche, les sources suggèrent le début d’une timide reprise dans les campagnes. On a alors des exemples d’efforts des grands propriétaires et de l’État pour remettre en exploitation des régions entières, et on constate un peu partout une augmentation, certes encore timide, de la population paysanne. Cette reprise est toutefois entravée par l’instabilité politique persistante, car les Ottomans continuent à ravager la région et des pirates attaquent toujours ses côtes, dévastant les campagnes et perturbant les travaux agricoles.

64L’instabilité politique ne put néanmoins que retarder la récupération économique des campagnes balkaniques. Après la chute de Byzance et grâce à l’unification politique des Balkans par les Ottomans, ces territoires connurent une formidable croissance, dont témoigne la documentation turque de la seconde moitié du xve siècle.

Restauration de structures d’exploitation agricole après 1402

  • 975 Le monastère dédié à la Mère de Dieu Néa Péribleptos avait été fondé au milieu du xive siècle par (...)
  • 976 Testament de Matthaios Ier, p. 478241-245.

65En 1407, le patriarche de Constantinople Matthaios Ier (1397-1410) rédigea un testament en faveur du monastère dédié à la Vierge Néa Péribleptos, appelé aussi « de Charseianitès » en l’honneur de son fondateur975. Le patriarche décrit la situation de ruine dans laquelle se trouvait alors cette fondation, en raison du premier siège de la capitale par les Ottomans (1394-1402) : « Lorsque le grand désastre nous a frappé – Dieu permet cela pour nous châtier, à cause des raisons que Lui seul connaît – les infidèles ont ravagé les environs [de la capitale] et les domaines [du monastère] ont été totalement détruits, comme d’ailleurs le reste [des biens en dehors des remparts] ; quelques petites racines sont restées, mais ni les arbres ni rien d’autre n’a survécu976. »

  • 977 Ibid., p. 480309-320: « … lorsque la paix a été restaurée dans les affaires temporelles, grâce à l’ (...)
  • 978 Que la tour de Charseianitès ait été située à l’extérieur de Constantinople est confirmée par le f (...)
  • 979 Testament de Matthaios Ier, p. 480321-333: « J’ai aussi demandé au saint empereur, qui avec bienvei (...)

66Matthaios déclare avoir entrepris « à grands frais » après la fin du blocus (1402) la restauration du monastère et de ses propriétés977, y compris une tour qui devait être située aux alentours de Constantinople et constituait peut-être le centre d’une exploitation domaniale formée de terres appartenant au monastère978. De plus, il rapporte qu’il avait lui-même prié l’empereur (Manuel II) d’accorder au monastère de Charseianitès des exemptions fiscales pour ses vignes, ses terres de labour et le reste de ses biens fonciers, afin de faciliter leur remise en exploitation. En échange de ces concessions, les moines devraient prier pour le souverain et le commémorer dans la liturgie979.

  • 980 Cf. Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 230-231.
  • 981 On a vu qu’au milieu du xive siècle, quelques paysans qui habitaient à Kassandreia avaient trouvé (...)
  • 982 En février 1407, Jean VII accorda à six monastères de l’Empire des revenus et des terres de la pre (...)
  • 983 L’ancien village de Mariskin était situé à quelques kilomètres à l’ouest de l’actuelle commune de (...)

67L’état catastrophique des biens fonciers de ce monastère situés dans les alentours de Constantinople ne semble pas avoir constitué une exception. Dans les autres régions de l’Empire, la situation était comparable. Et, comme dans la capitale, les autorités byzantines y avaient également favorisé, par des mesures fiscales, la mise en valeur de terres et d’autres biens immeubles abandonnés au cours de la seconde moitié du xive siècle980. En Macédoine par exemple, l’empereur Jean VII entreprit des travaux pour remettre en exploitation la presqu’île de Kassandreia, désertée dès le milieu du xive siècle981. Outre la construction d’un appareil défensif protégeant l’isthme de la presqu’île, Jean VII y accorda des terres aux grands propriétaires fonciers, en particulier aux grands monastères de Constantinople, de Thessalonique et de l’Athos, et les exempta de la plupart des charges fiscales982. Le cas de la donation au monastère athonite de Dionysiou du village de Mariskin, situé près de la côte nord-orientale de Kassandreia, est particulièrement intéressant à cet égard983.

  • 984 Il convient de rappeler qu’outre des raisons économiques, la donation de Mariskin à Dionysiou répo (...)
  • 985 Ibid., no 10. Sur quelques particularités diplomatiques de ce document, voir ibid., p. 81-82. On no (...)
  • 986 Ibid., no 13. L’empereur Manuel II avait déjà confirmé la donation de Mariskin à Dionysiou : ibid., (...)
  • 987 Ibid., no 13, l. 7-8.

68En août 1408, un mois avant de mourir984, Jean VII fit donation par chrysobulle aux moines de Dionysiou du palaiochôrion de Mariskin et de deux zeugaria de terre qui l’entouraient. Ces zeugaria devaient être « constitués » par l’État dans un délai de trois ans, avec tout leur équipement (apartèsis)985. Un acte délivré quelques années plus tard, en décembre 1414, par l’empereur Manuel II, qui séjournait alors à Thessalonique, nous apprend que les moines s’étaient engagés auprès de Jean VII à construire dans ce village une tour « pour la protection et la sûreté des habitants du lieu » (πρὸς φυλακὴν καὶ ἀσφάλειαν τῶν οἰκησόντων ἐν αὐτῶν)986. Toutefois, en 1414 les moines n’avaient pas encore exécuté cet engagement, en raison – disaient-ils – de la situation troublée et des combats (ἀνωμαλία τοῦ καιροῦ τῆς μάχης) qui avaient eu lieu à cette époque dans la région987. Il s’agit certainement d’une allusion à l’invasion de la Macédoine par Musa en 1411. En 1414, les moines avaient en outre demandé à l’empereur l’exemption fiscale pour les paysans « étrangers et inconnus du fisc » (ἀνθρώπους ξένους παντάπασι καὶ τῶ δημοσίω ἀνεπιγνώστους) qu’ils allaient faire venir « de l’extérieur » (ἔξωθεν), afin qu’ils puissent travailler la terre. Enfin, les moines renouvelaient leurengagement de finir la construction de la tour de Mariskin.

  • 988 Ibid., nos 16 et 17. Le despote Andronikos, lors d’un voyage à Constantinople pour visiter son père (...)
  • 989 Ibid., no 18. En septembre 1420, le despote Andronikos accorda à Dionysiou, en vertu de cet horismo (...)
  • 990 Ibid., no 19.

69Dans les années suivantes, le despote Andronikos Palaiologos, qui gouverna Thessalonique et la Macédoine jusqu’à la conquête ottomane de la région en 1422 et la cession de sa capitale à Venise en 1423, accorda de nouvelles concessions aux moines de Dionysiou. Il leur attribua des terres supplémentaires à Mariskin et s’engagea à finir lui-même l’édification de la tour et à installer des hommes comme main d’œuvre988. En 1420, la terre du village de Mariskin était déjà en exploitation989. Un an plus tard, en 1421, quatre fonctionnaires du fisc procédèrent à la délimitation de cette terre, « avec l’aide d’un arpenteur (géômétrès) » : elle mesurait 2 135 modioi impériaux, c’est-à-dire dix zeugaria990.

70Tant le testament du patriarche Matthaios Ier pour le monastère de Charseianitès que le dossier concernant la donation de Mariskin à Dionysiou témoignent de la collaboration entre l’État et les grands propriétaires pour mettre en exploitation les biens fonciers ruinés ou abandonnés avant le début du xve siècle. Les mesures prises alors par l’administration impériale étaient les mêmes que celles que l’on a étudiées pour la seconde moitié du xive siècle, à savoir la distribution de terres, l’exemption fiscale pour les parèques afin d’attirer plus de main d’œuvre (en particulier celle venue de l’extérieur de l’Empire) et la construction de fortifications rurales.

71On verra à la fin de cette étude que les exemptions fiscales accordées par l’État ne concernaient pas l’ensemble des revenus versés par les paysans au fisc et que la dîme, par exemple, continuait à être collectée par les recenseurs. Cela permet de mieux comprendre l’intérêt immédiat que trouvait l’État à aider ainsi les grands propriétaires fonciers, comme les monastères de l’Athos, à restaurer l’appareil de production agraire de leurs domaines.

  • 991 Pour un résumé de la bibliographie antérieure concernant le cas des Argyropouloi, voir Matschke, D (...)
  • 992 Ibid., p. 164 : « Die Argyropouloi geben nicht nur Geld für die Pacht an die Iberonmönche aus, sond (...)
  • 993 Ibid., p. 164 : « Auf der anderen Seite sind sie aber auch nicht an der eigentlichen Produktion bet (...)
  • 994 Ibid., p. 167 : « Dölger bezeichnet sie, wie schon erwähnt, einmal als Gärtnereiunternehmer, ein an (...)
  • 995 Matschke met également à profit d’autres sources qui montrent des entrepreneurs urbains faisant ex (...)

72Outre les privilèges accordés par les autorités publiques, les grands propriétaires trouvèrent un autre moyen pour remettre en état leurs biens en cédant leur exploitation à un tiers. Ce dernier était chargé d’effectuer les travaux nécessaires pour restaurer le niveau de la production et pour attirer de la main d’œuvre. Il ne s’agit pas de la simple cession à bail d’un bien à un paysan ou à un autre propriétaire, mais d’un type de contrat qui supposait l’amélioration du terrain cédé en location. Les archives de l’Athos en ont conservé plusieurs exemples. Le plus connu est sans doute celui des Argyropouloi qui prirent à bail plusieurs jardins appartenant aux moines d’Iviron, situés dans la banlieue de Thessalonique. Le cas des Argyropouloi a particulièrement attiré l’attention des historiens991. Klaus-Peter Matschke a été le dernier à étudier en détail le dossier. Il considère que les Argyropouloi n’étaient pas de simples exploitants, mais des entrepreneurs chargés non seulement de la mise en culture des terres mais aussi de leur amélioration992. Selon Matschke, les Argyropouloi devaient employer des journaliers agricoles pour le travail de la terre993, versaient une rente fixe au monastère et gardaient pour eux le surplus de la production. Ceci l’a conduit à penser qu’ils étaient aussi impliqués dans le commerce de denrées agricoles à Thessalonique994. Matschke considère le cas des Argyropouloi caractéristique du modèle socio-économique de la période des Paléologues995. À partir du début du xive siècle, le groupe de marchands et d’hommes d’affaires qui s’adonnaient à des pratiques commerciales semble s’être engagé aussi dans l’exploitation de biens fonciers qui demandaient de grandes dépenses pour leur mise en culture. C’était sans doute le cas des jardins, qui nécessitaient la construction de canaux de dérivation et d’autres systèmes d’irrigation, mais il a pu en aller de même de certains types de bâtiments (boutiques, ateliers, moulins, etc.).

  • 996 Vatopédi III, no 186. L’acte ne porte que la mention du mois (septembre), mais non celle de l’année (...)

73Les actes athonites du début du xve siècle mentionnent des immeubles appartenant aux grands monastères athonites ainsi que des moulins qui étaient pris en location par des entrepreneurs. Les archives de Vatopédi contiennent, par exemple, un acte de bail, qui peut être daté de septembre 1401, par lequel un certain Manouèl Pothos prit en location du monastère un moulin situé dans la ville de Berroia996. Pothos s’engageait à apporter toutes les améliorations nécessaires pour que le moulin fonctionnât. Une clause à la fin du document précise que, si, au moment de la mort de Pothos, le moulin ne se trouvait pas en état de marche, les moines pourraient prélever sur son héritage l’argent nécessaire aux réparations. L’acte précise également que Pothos avait déjà pris auparavant en location ce moulin, mais qu’un différend l’avait opposé ensuite au monastère au sujet du loyer.

  • 997 Les témoins de l’acte sont en effet qualifiés d’archontes à la ligne 17. Ils s’appellent kyr Iôann (...)
  • 998 PLP 23450.

74Il est difficile de préciser le statut social de ce Pothos et de décider s’il prenait à bail le moulin de Vatopédi pour le faire exploiter par un tiers, comme dans le cas des Argyropouloi, ou s’il était lui-même l’exploitant. Rien dans l’acte ne fait allusion à sa profession ou à son rang social. Toutefois, le fait que les témoins du contrat soient des archontes et que Pothos signe de sa propre main constituent à mon sens des indices qui penchent pour un milieu aisé997. On notera qu’un homonyme est attesté à la même époque parmi les correspondants de l’empereur Manuel II998.

  • 999 Vatopédi III, no 168.
  • 1000 Ibid., l. 3 : προ χρόνων ἀτημεληθέντος ταῖς συγχύσεσι τοῦ καιροῦ καὶ το απο τοῦδε διαφθαρέντος.
  • 1001 Ibid., l.6-8 : καταβάλλωνται ἔξοδον ἀπὸ τῆς περιουσίας αὐτῶν καὶ ἀνακτήσωνται καὶ ἀνακαινίσωσι καὶ (...)
  • 1002 Vatopédi III, no 176, l. 21-23 : ὀφείλετε κατέχειν καὶ διενεργεῖν αὐτὸν ἢ δι᾽ὑμῶν αὐτῶν ἢ διὰ μισθω (...)
  • 1003 Ibid., no 180.
  • 1004 Ibid., no 210.

75À la fin du xive siècle, Manouèl Kanaboutzès et son fils Dèmètrios avaient pris en location un autre moulin qui appartenait au monastère de Vatopédi. Ce moulin était situé dans la localité de Thinos, à proximité de Thessalonique. L’acte du premier accord entre les Kanaboutzai et les moines de Vatopédi date de juin 1390999. Il précisait que le moulin se trouvait abandonné et ruiné « depuis longtemps, en raison des troubles du temps1000 ». En vertu de cet accord, les Kanaboutzai s’engageaient à remettre en exploitation ce bien et à l’exploiter contre versement d’un loyer (pakton) de 12 hyperpres. L’acte décrit la nature des travaux entrepris par les locataires : ils devaient restaurer le moulin et le canal, nettoyer le terrain et reconstruire une dérivation (désis) maçonnée avec des fondations de 7 spithames et une profondeur de 5 spithames1001. Six ans plus tard, le moulin était déjà en fonctionnement. À cette époque, le contrat fut renouvelé en dépit des différends qui avaient surgi entre les Kanaboutzai et les moines de Vatopédi. L’accord établi en février 1396 prévoyait les conditions du paiement du loyer et précisait que les Kanaboutzai devaient exploiter le moulin soit par eux-mêmes, soit par l’entremise d’un employé salarié1002. Après cet accord, les disputes entre les deux parties se poursuivirent et un acte de mai 1398 mit fin au contrat de location du moulin de Thinos1003. Toutefois, en décembre 1417, les moines de Vatopédi décidèrent d’accorder à nouveau aux Kanaboutzai l’exploitation de leur moulin de Thinos1004. Le contenu de l’accord suggère que le moulin était à nouveau tombé en ruine et qu’il ne produisait plus rien, car les Kanaboutzai s’engageaient à le remettre en état, à leurs frais, et à verser au monastère un loyer de 3 hyperpres pour son exploitation.

  • 1005 Les Kanaboutzai disposaient du soutien de Pétros Èndreiôménos, mégas chartophylax de la métropole (...)

76Le dossier relatif au moulin de Vatopédi à Thinos pose des problèmes qui demeurent insolubles. Par exemple, pourquoi les moines de Vatopédi acceptèrent-ils à chaque fois de louer à nouveau ce moulin aux Kanaboutzai, alors que ceux-ci s’étaient avérés de mauvais payeurs et des locataires assez chicaniers ? On ne saurait expliquer non plus de manière certaine la chute considérable du montant du loyer entre 1390 (12 hyperpres) et 1417 (3 hyperpres) : elle pourrait toutefois être imputée à l’état de ruine extrême dans lequel devait se trouver désormais le moulin. Quoi qu’il en soit, ce qui nous importe ici est la manière dont Vatopédi fit remettre son moulin en état de fonctionnement et assura son exploitation. Les Kanaboutzai, en dépit de leurs réticences à payer leur loyer, semblent avoir appartenu à un milieu social aisé1005. Ils avaient les moyens de réaliser des travaux importants dans le moulin et pouvaient le faire exploiter par l’entremise d’un salarié. Toutefois, les actes évoquent aussi les difficultés économiques qu’ils traversaient, ce qui montre que, en dépit de leur capacité d’investissement, ces entrepreneurs n’étaient pas non plus à l’abri des crises provoquées par les bouleversements politiques.

  • 1006 Xénophon, no 32.
  • 1007 Ces immeubles étaient situés dans le quartier des Asomates. Ils devaient faire partie du même pâté (...)

77En décembre 1419, le tribunal de la métropole de Thessalonique se prononça sur un différend qui opposait les moines de Xénophon à quelques membres de la famille Dadas1006. Ceux-ci avaient pris en location, quelques années auparavant, plusieurs immeubles sis à Thessalonique et appartenant au monastère de Xénophon1007. Les Dadas y avaient effectué des travaux pour constituer un débit de boissons (oinopôleion) qui leur rapportait annuellement un revenu de 30 hyperpres. Toutefois, ils ne versaient à Xénophon que 3 hyperpres à titre de loyer. Les moines portèrent donc plainte et obtinrent la restitution de leurs immeubles contre le remboursement du coût des améliorations.

  • 1008 Cf. Matschke, Tinnefeld, Gesellschaft, p. 129-132. Ceux-ci hésitent néanmoins sur le régime d’expl (...)

78L’accord entre la famille Dadas et le monastère de Xénophon témoigne une fois de plus des relations entre les grands propriétaires fonciers et les milieux entrepreneuriaux urbains. Certes, il ne s’agissait pas d’une nouveauté par rapport à la période précédente, mais il s’avère que ce type de contrat joua un rôle important dans la restauration de l’état d’exploitation des biens fonciers après les crises du milieu du xive siècle et la période de la domination ottomane. La documentation ne permet pas de savoir si les grands propriétaires laïcs imitèrent les grands monastères et cédèrent ou louèrent leurs biens aux entrepreneurs urbains. Matschke a mis en rapport les exemples des Argyropouloi et des Dadas avec un exemple certes bien antérieur, mais qui pourrait témoigner de la prise en location des biens d’un aristocrate laïc par un entrepreneur. Il s’agit du cas d’un certain Phrangopoulos qui faisait cultiver les terres de Nikèphoros Choumnos, conseiller de l’empereur Andronic II (1282-1328), et qui semble s’être enrichi considérablement grâce à l’exploitation, parfois frauduleuse, des biens de son maître1008.

79En conclusion, il semble que la fin de la domination ottomane et le retour de la Macédoine aux Byzantins aient permis non seulement au groupe des propriétaires fonciers de récupérer une partie de leurs biens, mais aussi aux milieux entrepreneuriaux urbains d’en assurer l’exploitation. En dépit des litiges dont témoignent les sources conservées, la collaboration entre propriétaires terriens et hommes d’affaires dut procurer des gains conséquents aux deux parties, car elle permettait l’exploitation de biens dont les propriétaires auraient été autrement incapables de tirer profit, en raison de l’étroitesse de leurs ressources économiques.

L’élevage dans l’île de Lemnos

  • 1009 Cela semble avoir été également le cas des autres îles du nord de l’Égée sous domination byzantine (...)
  • 1010 Lemnos avait été fortifiée durant le troisième quart du xive siècle, à l’époque du mandat de Géôrg (...)
  • 1011 Cf. supra, p. 176-179.

80Lemnos appartenait au petit nombre de territoires de l’Empire byzantin qui avaient échappé à la conquête ottomane dans le dernier quart du xive siècle1009. En dépit des attaques de pirates et d’une courte période pendant laquelle elle avait été occupée par les Vénitiens, durant le règne d’Andronic IV (1376-1379), Lemnos fut globalement épargnée par les troubles politiques qui secouaient le continent1010. C’est pourquoi l’État avait essayé de tirer profit de cette stabilité en mettant en exploitation davantage de terres et en en distribuant des parcelles à la population. De même, certains grands propriétaires, les plus importants monastères de l’Athos notamment, s’étaient efforcés au cours du xive siècle d’acquérir des biens dans l’île1011.

  • 1012 Une notice d’un manuscrit contenant les œuvres de Maxime le Confesseur précise qu’un moine nommé I (...)
  • 1013 Sur l’offre de Manuel II de vendre Lemnos aux Vénitiens et sur la possibilité de se réfugier dans (...)

81Durant le siège de Constantinople par les Ottomans (1394-1402), Lemnos était apparue comme un territoire de grande importance stratégique, non seulement comme source de ravitaillement pour la capitale1012, mais aussi comme base de repli pour la famille impériale. La sécurité de Lemnos était donc devenue une préoccupation de premier plan pour le souverain byzantin, au point de le conduire à envisager d’offrir l’île aux Vénitiens afin d’éviter qu’elle ne tombât aux mains des Turcs1013.

82Au xve siècle, les efforts visant à accroître l’exploitation agricole de Lemnos se poursuivirent. Outre l’extension de la superficie de la terre cultivée, on constate pour cette période un essor formidable de l’élevage de moutons. Cela fut peut-être une conséquence de la relative faiblesse démographique de l’île, en dépit des efforts de l’État en vue d’accroître la population paysanne. Toutefois, il se peut également que l’essor de l’élevage ait été le fruit des investissements spéculatifs des grands propriétaires fonciers.

  • 1014 Kydônès, Correspondance I, no 47, p. 8018-8119 : γάλα δὲ καὶ ἀρνία καὶ λήρους ἐγὼ μὲν οὐκ εἶπον ὥς (...)
  • 1015 Kydônès, L393/T375.

83L’élevage du bétail avait été une activité économique relativement importante à Lemnos dès le xive siècle, et peut-être même plus tôt. Dans une lettre que Kydônès envoie à son ami Géôrgios Synadènos Astras peu après la nomination de celui-ci comme gouverneur de Lemnos (ca 1358), il évoque les conditions de vie de son correspondant dans cette île. Dans un passage, Kydônès met l’accent sur le fait qu’Astras ne manquera ni de lait ni d’agneaux1014, ce qui constitue une claire allusion aux principales productions dérivées de l’élevage. Cette même activité est à nouveau évoquée par Kydônès dans une autre lettre qu’il envoie des années plus tard, en 1388, à Manuel II, à l’époque exilé à Lemnos. Dans cette lettre, Kydônès essaie de réconforter le jeune prince en lui disant de ne plus s’inquiéter parce que la galère à bord de laquelle voyage cette lettre porte aussi des cadeaux envoyés par son père, l’empereur Jean V, qui a décidé de lui pardonner au sujet de « l’affaire des moutons » (τὴν τῶν προβάτων ἀφέντος σοι δίκην)1015. Il semble que Manuel et ses serviteurs aient été accusés d’avoir fait main basse sur une cargaison de moutons (ou de peaux de mouton) à destination de Constantinople.

  • 1016 Cf. Sèphounakès, Μάντρες.

84Dans la première moitié du xve siècle, les allusions aux troupeaux de moutons et aux pâturages deviennent beaucoup plus fréquentes, ce qui semble suggérer que l’élevage connait un essor important à cette époque, parallèlement à la consolidation du patrimoine immobilier des monastères athonites à Lemnos. Il se peut en effet que les grands monastères, qui avaient acquis de vastes terrains, n’aient pas été en mesure de les mettre en exploitation en raison du manque de main d’œuvre, ou bien que ces terrains n’aient pas été suffisamment productifs, pour des raisons agrologiques ou climatologiques. En effet, la plupart des pâturages acquis par les monastères de l’Athos durant cette période étaient localisés dans une partie très aride de l’île, la presqu’île de Phakos. Étant donné son isolement du reste de l’île, on y faisait construire des bergeries, appelées mandra, dont la typologie est caractéristique de Lemnos. Il s’agissait de grands bâtiments qui possédaient parfois une cour à l’intérieur et des murs élevés. Ils devaient servir à parquer le bétail, à stocker la production et à assurer un refuge aux bergers1016.

85L’élevage des moutons à Lemnos semble avoir rapporté d’importants revenus à ces grands propriétaires, compte tenu du nombre de têtes de bétail qu’ils acquirent au xve siècle. Il convient de rappeler que cet essor de l’élevage coïncide avec une forte hausse de l’exportation de produits agricoles, que l’Empire connaît dès la fin du xiiie siècle. Par ailleurs, l’État tira aussi grand profit de cette activité économique grâce à la mise en place d’une fiscalité spécifique, sur laquelle je reviendrai à la fin de ce livre.

86L’importance de l’élevage dans la vie économique de Lemnos s’affirma après la disparition de Byzance, sous l’Empire ottoman. Les vestiges des anciennes mandres sont encore visibles dans la campagne lemniote.

Instabilité politique et poursuite des travaux de fortification en milieu rural

87L’accord conclu entre Byzance et l’État ottoman en 1403 ne mit pas un terme aux conflits entre les deux puissances. Au cours du premier quart du xve siècle, les attaques turques contre les territoires byzantins se poursuivirent. Parfois, il s’agissait simplement de brèves incursions, qui ne répondaient pas à une volonté de conquête. Elles étaient le fait de bandes de soldats ou de brigands qui parcouraient le pays en quête de butin, ou de pirates qui ravageaient les côtes. Mais Byzance fut également victime des crises politiques qui secouaient régulièrement l’État ottoman, principalement en raison des compétitions internes entre les fils de Bayezid.

88Cette instabilité politique obligea les autorités byzantines à renforcer les territoires qui étaient repassés sous leur contrôle, afin d’en assurer la mise en valeur. Cette initiative impliqua la poursuite de travaux de fortification de l’espace rural, entamés sous le règne de Jean V. Dans la seconde moitié du xive siècle, les Byzantins avaient entrepris la fortification des alentours de Constantinople, de l’île de Lemnos et de Thessalonique. Au xve siècle, ils élevèrent deux grands remparts destinés à empêcher l’accès terrestre à la presqu’île de Kassandreia, en Macédoine, et au Péloponnèse.

89La presqu’île de Kassandreia était un territoire très fertile. Son modelé peu accidenté était propice à la culture, mais cette absence de barrières naturelles l’exposait aux agressions extérieures. L’importance économique singulière de Kassandreia s’expliquait aussi par son rôle dans le ravitaillement de Thessalonique.

  • 1017 Sur le mur de Pallènè, voir ODB, s.v. Kassandreia [T.E. Gregory, A. Kazhdan], t. 2, p. 1109 ; voir (...)

90Le mur de Pallènè, situé à l’entrée de cette presqu’île, fut restauré durant le règne de Jean VII à Thessalonique (1403-1408)1017. Nous connaissons ces travaux grâce au préambule de ce chrysobulle que ce souverain délivra en février 1407 en faveur de six monastères de l’Empire, dont quatre monastères de l’Athos :

  • 1018 Vatopédi III, no 197, l. 10-17 : ἡ βασιλεία μου, κρίμασιν οἷς οἶδε Θεός, κύριος τῆς Θεσσαλονίκης γε (...)

Ma Majesté [Jean VII], devenue maîtresse de Thessalonique pour des raisons que seul Dieu connaît, étant en charge de toute sa région, attendu que c’est une loi pour tout Grec et barbare de lutter en faveur de ses congénères, et qu’il est une loi divine – plus importante que la précédente – qui prescrit à chacun de se consacrer aux autres, a voulu restaurer pour son peuple le mur de Pallènè que le père d’Alexandre a nommé Kassandreia, l’ayant construit depuis les fondations, et qui a ensuite été appelé Potidée. Je l’ai trouvé en ruine et défait, comme des murs qui se reflètent dans les eaux ou dans un miroir, ou comme le mur que Moïse a fait de nuit dans la mer, si bien qu’il ne ressemblait pas à un mur. Par notre décision, en dépensant non seulement tout l’argent possible, mais même au-delà de mes possibilités, sans l’aide de personne, seul Dieu me venant en aide, j’ai construit courtines et tours au-dessus des fondations antiques, non pas à l’identique mais bien meilleures et plus impressionnantes, pour qu’elles soient un refuge sûr pour les hommes pieux et qu’elles [constituent une menace] pour les autres […] C’est une bergerie où le loup ne peut dévorer le mouton. Je l’ai faite rapidement au cours de cette année, au point de rendre incrédules non seulement ceux qui entendent, mais aussi ceux qui voient ; j’ai fait creuser un fossé le long [du rempart], j’ai joint la mer du golfe Thermaïque à celle du golfe Toronaïque et j’ai transformé la terre ferme en une île, bien précieux pour les hommes pieux, obstacle pour les étrangers. Ensuite, j’ai installé dans l’île des bœufs, animaux très utiles, pour creuser des sillons, y ensemencer et battre le grain1018.

  • 1019 Sur les fouilles du mur de Pallènè, voir Th. Pazaras, Το διατείχισμα της Κασσάνδρειας, dans Πρακτι (...)

91La presqu’île de Kassandreia a effectivement l’avantage d’être reliée au continent par un isthme étroit de 1,5 km. Au ive siècle avant Jésus Christ, Cassandre, général macédonien et plus tard roi de Macédoine de 306 à 297 av. J.-C. (et non Philippe II comme le dit le chrysobulle), fit construire un mur qui protégeait l’accès à l’isthme. Il fut appelé Potidée. Selon Procope, cette fortification, qui était tombée plus tard en ruine, fut restaurée au vie siècle par Justinien. Les travaux entrepris par Jean VII réutilisaient les anciennes fondations pour relever l’appareil défensif. Les fouilles archéologiques ont montré que ce rempart était long de 1 200 mètres et comportait 18 tours, distantes de 60 mètres l’une de l’autre1019. En plus du mur de Pallènè, Jean VII fit construire un château (phrourion) à Skordichès, une place située vers l’intérieur de la presqu’île mais dont la localisation exacte est inconnue, et il chargea également les moines de Dionysiou de bâtir une tour à Mariskin, près de la côte nord.

  • 1020 Iorga, Notes et extraits, t. 1, p. 495-497 ; Mertzios, Μνημεῖα, p. 74 (cité dans Lavra III, p. 146) (...)

92Grâce à ses fortifications, Kassandreia ne tomba pas aux mains des Ottomans en 1422, lorsque le reste de la Macédoine fut occupé par l’ennemi. En 1429, les Vénitiens, qui à l’époque contrôlaient Thessalonique et ses alentours, décidèrent à la demande de leurs sujets de fortifier Kassandreia, ce qui montre que les remparts, redressés par Jean VII, nécessitaient déjà des réparations1020. Après la conquête définitive de la région par les Ottomans, le mur fut détruit et il n’en reste plus aujourd’hui que les fondations.

  • 1021 Vatopédi III, no 197, l. 27-28.

93Outre les travaux de fortification, le passage du chrysobulle traduit ci-dessus fait allusion aux autres mesures prises par Jean VII et destinées à favoriser la mise en exploitation de la presqu’île : il déclare y avoir importé des bœufs pour « creuser des sillons, y ensemencer et battre le grain ». Ailleurs, l’acte mentionne également des terres de labour (zeugaria) appartenant au fisc, des villages « dans lesquels les bœufs labourent » et « des hommes qui y habitent »1021.

  • 1022 ODB, s.v. Hexamilion [T. E. Gregory], t. 2, p. 927-928.
  • 1023 Une équipe formée par les universités de Californie à Los Angeles et de l’Ohio a mené une étude su (...)

94Plus au sud, dans le Péloponnèse, les autorités byzantines avaient aussi entrepris la fortification de l’isthme de Corinthe. Nombre de sources nous renseignent sur ce grand rempart, appelé Hexamilion, qui mesurait 6 km de long. Beaucoup d’historiens ont étudié son histoire et les efforts déployés par les empereurs byzantins du xve siècle pour relever cette construction1022. De plus, on dispose des résultats des fouilles réalisées par l’École américaine d’archéologie en Grèce, qui donnent une description assez précise de la structure et de la typologie de ses défenses1023.

  • 1024 Cf. Barker, Manuel II, p. 311.

95L’Hexamilion fut construit, comme le mur de Pallènè, sur des fondations remontant à l’Antiquité. Il semble d’ailleurs que des travaux de réfection aient déjà été entrepris avant le xive siècle1024. Ce fut toutefois à la fin du Moyen Âge que les Byzantins déployérent les efforts les plus conséquents pour remettre en état cet appareil défensif, afin de protéger le Péloponnèse des incursions.

  • 1025 Cf. par exemple ibid., p. 273, n. 130: « This project was not to be carried out until Manuel’s lat (...)
  • 1026 Il est peu probable que Théodôros ait envisagé la reconstruction de l’Hexamillion avant cette date (...)
  • 1027 Cette ambassade fut envoyée par Théodôros après la signature de la paix avec Venise (27 mai 1394)  (...)
  • 1028 Ibid., no 153, p. 301-303 (25 août 1394) ; voir aussi Thiriet, Régestes, t. 1, no 864.
  • 1029 Chrysostomides, Monumenta, no 157, p. 309 (27 août 1394).

96La plupart des historiens pensent que le début de ces travaux remonte au deuxième voyage de l’empereur Manuel II dans le Péloponnèse, en 1415-14161025. Toutefois, plusieurs sources prouvent que les premières initiatives datent en fait de la fin du xive siècle, à l’époque du gouvernement du despote Théodôros Palaiologos (1382-1407), fils de l’empereur Jean V. La première mention de l’Hexamilion date du mois d’août 13941026. Elle figure dans deux actes du sénat vénitien relatifs à une ambassade envoyée par Théodôros à la république afin de lui demander son aide dans la guerre contre les Ottomans1027. L’ambassadeur de Théodôros aurait sollicité une aide financière pour la reconstruction de l’Hexamilion, la contribution des Vénitiens étant justifiée parce que, selon le despote, il servait à la protection de tout le pays et de ses habitants (magnam securitatem toti patrie que includitur in eo et habitatoribus illius)1028. Ces actes parlent déjà de serallei et muri fiendi ad Hecximilli (« fermeture et murs qui doivent être faits à l’Hexamilion »). Dans sa réponse, le sénat vénitien évitait de s’engager à soutenir les frais de construction de l’édifice mais se montrait prêt à collaborer à sa défense1029. Par la suite, la question de l’Hexamilion revient souvent dans la documentation relative aux ambassades échangées entre le despote et Venise ; le principal objet de discussion entre eux était de savoir qui allait contrôler l’accès au Péloponnèse.

  • 1030 La forteresse de Léontarion fut finalement libérée par le commandant byzantin Dèmètrios Palaiologo (...)

97On ignore l’état d’avancement des travaux lorsque, un an plus tard, en 1395, les forces ottomanes pénétrèrent dans le Péloponnèse, ravageant tout sur leur passage. Elles occupèrent même la forteresse de Léontarion qui venait d’être restaurée par les Byzantins1030. Toutefois, les Ottomans se retirèrent peu après en Thessalie.

  • 1031 Chrysostomides, Monumenta, no 192, p. 382-383 (peu avant 26 mars 1397). Il s’agit du document prése (...)
  • 1032 Sur cette campagne, qu’une partie de l’historiographie avait traditionnellement attribuée à Evreno (...)

98Les travaux étaient déjà bien avancés au début 1397, lorsque le despote Théodôros céda à Venise la ville de Corinthe afin que la république puisse « fermer » (serar) l’Hexamilion avant le mois d’août, le danger turc se faisant de plus en plus pressant1031. En effet, à cette époque, ayant vaincu les croisés à Nicopolis (septembre 1396), Bayezid Ier envoya Yaqûb Pacha, gouverneur (beylerbey) de Roumélie, et son lieutenant Timurtash Bey contre le Péloponnèse1032. Au printemps 1397, les troupes turques détruisirent l’Hexamilion et ravagèrent à nouveau la région.

  • 1033 Sur la contribution des Occidentaux au financement des travaux de l’Hexamilion, voir en premier li (...)
  • 1034 Sur cette question, voir infra, p. 443-447.

99Les autorités byzantines reprirent les travaux de reconstruction de l’Hexamilion au cours de la première moitié du xve siècle. Les gouverneurs de cette région et les empereurs de Constantinople consacrèrent des efforts considérables à l’aboutissement du projet. Ils envoyèrent des ambassadeurs à Venise pour demander de l’aide financière et obtinrent aussi du pape la proclamation d’indulgences pour la levée de taxes visant à contribuer à la réfection de ces remparts1033. La population autochtone fut également soumise à une lourde fiscalité pour financer ces dépenses. Même les groupes privilégiés furent contraints d’y contribuer, ce qui n’alla pas sans quelques protestations1034.

100Durant les deux voyages effectués par Manuel II dans le Péloponnèse, en 1407 et en 1414-1415, l’empereur porta un intérêt tout particulier à la construction de l’Hexamilion. Après lui, son fils Jean VIII en poursuivit les travaux, avec l’aide des autres membres de la dynastie qui gouvernaient directement le Péloponnèse. L’Hexamilion joua un rôle important dans la consolidation de l’autorité byzantine dans la région au cours des années 1430 et 1440. En 1446, deux ans après l’occupation byzantine d’Athènes et de Thèbes, le sultan Murad II lança une attaque dévastatrice contre le Péloponnèse et ordonna la destruction de l’Hexamilion. Le pays fut ravagé et les Byzantins durent abandonner définitivement leurs espoirs d’accroître leur domination sur la Grèce continentale. On ne sait pas si l’Hexamilion connut des réparations dans les années suivantes. Le Péloponnèse fut finalement conquis par les Ottomans en 1460.

101Dans une lettre de 1416, l’empereur Manuel II soulignait l’importance de l’Hexamilion pour la vie économique et pour les habitants du Péloponnèse :

  • 1035 Manuel II, Lettres, no 68 (aux moines David et Damianos du Mont Athos), p. 20961-73et trad. anglais (...)

Maintenant, ils peuvent cultiver sans crainte leurs champs, rendre labourables des terres incultes et semer là où, autrefois, se dressaient des arbres ; ils peuvent voir avec allégresse onduler les champs de blé et, avec encore plus d’allégresse, les faucher, semer des cultures qui avaient été négligées, renouveler les vignobles laissés autrefois desséchés et y planter d’autres pieds de vignes ; se repaître de la vue des fruits de leur labeur comme on le ferait de la vue d’un ami, et s’en régaler jusqu’à satiété. S’ils le veulent, ils peuvent aussi en vendre les surplus à plus haut prix ou, ce qui est encore mieux et en tout cas non moindre, ils peuvent désormais engraisser leurs troupeaux de bœufs, de moutons et autres quadrupèdes. Depuis qu’ils ne doivent plus vivre dans l’angoisse des invasions des barbares, rien ne les empêche plus comme par le passé de s’installer même sur les zones frontières et les abords des forteresses isolées, de les cultiver comme ils l’entendent, qu’il s’agisse de plaines comme de lieux auparavant inaccessibles.
Pour faire court, je crois vraiment qu’eux et ceux qui tirent d’eux leurs revenus sont aujourd’hui en mesure d’accomplir toutes choses qu’ils n’auraient jamais jusque-là tenu pour possible de mettre en œuvre, même en rêve1035.

  • 1036 LPP III, p. 251-253, 261 et 310-311. Sur ces textes, voir Woodhouse, Plethon, p. 100-105, et infra(...)
  • 1037 LPP IV, p. 33-34. Résumé du contenu de cette lettre dans A. Vacalopoulos, Origins of the Greek Nat (...)

102Le même enthousiasme à propos de cette construction transparaît dans les écrits de quelques intellectuels de l’époque. C’est par exemple le cas du savant et philosophe Géôrgios Gémistos Plèthôn qui adressa à l’empereur Manuel II et à son fils le despote Théodôros Palaiologos, gouverneur du Péloponnèse, deux traités dans lesquels il prodigue des conseils pour la meilleure administration de cette province1036. De même, le futur cardinal de l’Église romaine, Bessarion, écrit dans une lettre de 1444 que l’Hexamilion était le moyen le plus sûr de défendre l’isthme1037.

103Les efforts pour élever des remparts et des tours dans les campagnes et le besoin d’isoler certains territoires de l’Empire du reste du continent afin de les protéger trahissent les difficultés rencontrées par les Byzantins pour développer la production agraire au début du xve siècle. La persistance d’un contexte politique troublé au lendemain de la bataille d’Ankara ne permit pas la complète reprise économique des territoires des Balkans.

La reprise des hostilités avec les Ottomans

  • 1038 Sur la fin de Süleymân et la montée de Musa, voir Kastritsis, The Sons of Bayezid, p. 153-158.
  • 1039 Sur ces événements, voir ibid., p. 168-170. Sur le siège de Constantinople, voir en particulier Ac (...)

104Au début du xve siècle, Byzance avait connu une période de relative accalmie. Toutefois, on a vu que cette période fut interrompue en raison des fréquents conflits qui opposèrent les enfants de Bayezid Ier. Ces guerres s’avérèrent en effet néfastes pour l’ensemble des territoires de l’Empire. La victoire de Musa Çelebi sur Süleymân en février 1411 mit un terme provisoire aux relations pacifiques entre les Ottomans et les Byzantins1038. Peu de temps après, Musa assiégea Constantinople et lança des attaques contre les régions de Thessalonique et de Sélymbria1039.

  • 1040 La participation des Byzantins au conflit entre Mehmed et Musa est évoquée par Doukas XIX § 10, p. (...)
  • 1041 Pour un exposé plus détaillé des événements, voir Kastritsis, The Sons of Bayezid, p. 179-194.
  • 1042 Sur le traité conclu entre Manuel II et Mehmed Ier en 1413, voir Barker, Manuel II, p. 288.
  • 1043 Sur cet épisode, ibid., p. 339-346.

105À l’instigation des Byzantins, un autre fils de Bayezid, le prince Mehmed Çelebi était passé à cette époque d’Asie en Europe pour s’opposer à Musa1040. Après quelques échecs, Mehmed remporta une victoire écrasante contre son frère dans la bataille de Çamurlu (5 juillet 1413)1041. Cette victoire marqua la fin de la guerre civile ottomane, après quoi un traité de paix fut conclu entre Mehmed et l’empereur byzantin Manuel II, par lequel le souverain ottoman acceptait de rendre à l’Empire tous les territoires que lui avait arrachés Musa1042. À la suite de ce traité, les années du règne de Mehmed Ier (1413-1421) furent relativement calmes pour les territoires byzantins. Le souverain ottoman avait besoin de cette entente avec l’Empire pour mettre de l’ordre à l’intérieur de son propre État. Mais un nouveau conflit éclata bientôt entre les deux puissances à l’occasion de la révolte du « faux » Mustapha qui, prétendant être un fils de Bayezid Ier, disputait le pouvoir à Mehmed. Mustapha trouva refuge auprès des Byzantins à Thessalonique, ce pourquoi Mehmed mit le blocus devant cette ville, exigeant que le rebelle lui fût remis (automne 1416). Finalement, le conflit s’apaisa avec l’arrivée à Thessalonique de l’héritier du trône byzantin, le co-empereur Jean VIII, qui réussit à conclure un accord avec l’assaillant. Par cet accord, Mustapha devait rester au pouvoir des Byzantins en tant que prisonnier et Mehmed s’engageait à verser une pension annuelle pour son entretien1043. Cet accord fut un véritable tour de force de la diplomatie byzantine, car il permit aux Byzantins de garder sous la main un prétendant au trône ottoman, qu’ils pouvaient utiliser en cas de crise interne de l’État turc. Il convient de souligner le mérite personnel de Jean VIII dans la conclusion de cet accord, puisque l’attitude du prince est représentative de la pensée politique d’une nouvelle génération de Byzantins, qui croyait à la possibilité d’un rétablissement de la puissance militaire de l’Empire et d’une victoire sur les Ottomans. Cette pensée politique, dont Jean VIII était le plus ardent défenseur, s’opposait à celle, plus prudente, de la génération précédente, incarnée par son père Manuel II, pour qui le seul moyen de préserver l’Empire était la cohabitation plus ou moins pacifique avec les Ottomans.

106La rupture entre ces deux conceptions de la politique turque de l’Empire éclata à l’occasion de la disparition du sultan Mehmed Ier, en mai 1421. Jean VIII voulait profiter de cette mort pour provoquer un nouveau conflit à l’intérieur de l’État ottoman. Le jeune co-empereur avait songé à utiliser le prisonnier Mustapha pour arracher le pouvoir au fils de Mehmed Ier, le prince Murad. L’alliance avec Mustapha devait permettre aux Byzantins de récupérer de nouveaux territoires, dont l’important port de Gallipoli.

  • 1044 L’assaut général fut lancé le 24 août 1422, mais il échoua complètement.

107En dépit de son opposition personnelle au projet, Manuel II laissa carte blanche à son fils, qui relâcha Mustapha et l’aida avec des hommes et de l’argent. Cependant, le plan échoua immédiatement puisque Mustapha, après avoir remporté quelques premiers succès, tourna le dos à ses alliés byzantins. Au reste, Murad réussit finalement à s’imposer, infligeant une terrible défaite à ses ennemis. L’empereur byzantin se trouvait donc désormais dans une position particulièrement inconfortable, car il avait provoqué la rupture avec les Ottomans et avait essayé de renverser l’héritier légitime du trône sultanien. C’est pourquoi, après avoir éliminé son rival Mustapha (début 1422), Murad II décida d’exercer des représailles contre l’Empire et mit le siège devant Constantinople. Il s’agissait de l’attaque la plus importante depuis le long siège de Bayezid Ier, à la fin du xive siècle. Une fois de plus, les fortifications de la capitale byzantine résistèrent à la violence de l’offensive ottomane, mais il semble que les dégâts aient été cette fois considérables1044.

  • 1045 Durant les mois du siège de Constantinople, avait éclaté en Asie Mineure la révolte du jeune frère (...)
  • 1046 Selon Kugéas, Notizbuch, p. 148 § 49, un certain Bürak (identifié à Evrenosoghlu Barak) dirigea le (...)
  • 1047 Doukas XXVIII § 8, p. 239, dit que Murad, n’ayant pu conquérir Constantinople, se tourna contre la (...)

108N’ayant pu conquérir Constantinople, Murad II fut contraint de se replier en Asie où il dut faire face à de nouvelles menaces1045. Une fois sa position consolidée, le sultan reprit ses attaques contre l’Empire. Il occupa rapidement la Macédoine et mit le siège devant Thessalonique1046. Au début de 1423, les Ottomans lancèrent à nouveau des attaques contre le Péloponnèse1047.

  • 1048 Plusieurs historiens ont déjà souligné qu’il ne s’agissait nullement d’une vente et que Venise ne (...)
  • 1049 Sur la période de la domination vénitienne à Thessalonique et sur son siège par les Ottomans, voir (...)
  • 1050 Les documents relatifs à la prise de Thessalonique par les Ottomans ont été publiés par Sathas, Do (...)

109La situation semblait tellement désespérée que le gouverneur byzantin de Thessalonique, le despote Andronikos Palaiologos, décida de céder cette ville aux Vénitiens afin qu’elle ne tombât pas au pouvoir des Ottomans1048. La cession de Thessalonique incluait aussi celle de la presqu’île de Kassandreia qui avait échappé à la conquête turque grâce aux travaux de fortifications dont elle avait bénéficié précédemment. En septembre 1423, les troupes vénitiennes firent leur entrée dans Thessalonique1049. Le siège devait encore se prolonger durant sept ans, jusqu’en 1430, lorsque la ville et son hinterland furent finalement pris par Murad II1050.

  • 1051 Les pertes enregistrées par les Byzantins lors du traité de 1424 sont rapportées par Doukas XXIX § (...)

110La fin du siège de Constantinople et la cession de Thessalonique aux Vénitiens provoquèrent un changement dans les relations entre Byzantins et Ottomans. Au cours des années 1423-1424, alors que le co-empereur Jean VIII était à Venise, l’empereur Manuel II et son fils le despote Kônstantinos (le futur empereur Constantin XI) conclurent un nouveau traité avec Murad II, qui détermina le contexte politique du deuxième quart du xve siècle. Par ce traité, signé le 20 janvier 1424, Byzance reconnaissait la perte de la Macédoine, de la côte de Thessalie proche de Zeitoun et de quelques places de la côte de la mer Noire. De plus, l’Empire s’engageait à verser à nouveau un tribut, ce qui signifiait le retour à sa condition d’État vassal des Ottomans1051.

111Le traité de 1424 mettait ainsi un terme à une période durant laquelle l’État byzantin s’était efforcé de redresser sa situation financière et de consolider ses frontières. On en revenait à une situation comparable à celle de la fin du xive siècle, lorsque Byzance n’était qu’une puissance subordonnée aux Ottomans. Durant le deuxième quart du xve siècle, l’empereur Jean VIII essaya sans succès d’obtenir de l’Occident un secours pour libérer l’Empire de l’emprise des Ottomans. Durant ces années d’attente, la situation politique fut paradoxalement plutôt tranquille, mais la menace turque planait néanmoins plus que jamais sur Constantinople.

112La période qui suivit immédiatement le traité turco-byzantin de 1424 vit la montée en puissance des Ottomans et la consolidation de leur pouvoir dans l’ensemble des Balkans. Il n’est pas question de donner ici un récit détaillé de leurs conquêtes. Il suffit simplement de signaler que, durant ces années, les Ottomans affermirent leur contrôle sur l’Albanie et sur la Serbie : en octobre 1430, Murad occupa Iôannina et sa région ; le 27 août 1439, Murad s’empara de Smederevo et de la région minière de Novo Brdo ; et en avril 1440, il mettait déjà le siège devant Belgrade, à l’époque entre les mains des Hongrois, sans réussir néanmoins à s’en emparer. Cette expansion n’alla pas toutefois sans difficultés. Le début des années 1440 s’avéra en effet peu favorable aux Ottomans ; les succès remportés par le voïvode de Transylvanie, Jean Hunyadi, la résistance du timariote albanais Gjergj Kastrioti, surnommé Skanderberg, et le conflit avec l’émir de Karaman, Ibrahim, réussirent à affaiblir notablement leur position. L’occasion fut également saisie par le despote Kônstantinos Palaiologos, à l’époque gouverneur du Péloponnèse, dont les Byzantins contrôlaient désormais la presque totalité, pour étendre quelque peu son influence sur la Grèce centrale. En raison des succès remportés par ses adversaires, Murad préféra conclure à Andrinople en juin 1444 un traité avec plusieurs puissances chrétiennes. En vertu de cet accord, il rendit la Serbie à la famille des Branković. Le souverain ottoman put alors concentrer ses efforts sur les guerres contre les émirats d’Anatolie.

113L’année 1444 vit également l’avancée d’une formidable armée croisée, constituée par plusieurs puissances chrétiennes et qui pénétra en territoire ottoman. Tandis que ces troupes traversaient le Danube et ravageaient le pays autour de Vidin et de Nicopolis, une flotte s’approchait des Détroits. Murad rencontra l’armée chrétienne près de la ville côtière de Varna et lui infligea une terrible défaite (10 novembre 1444). Le roi Ladislas de Hongrie et le légat pontifical, le cardinal Cesarini, y trouvèrent la mort ; le reste de l’armée chrétienne prit la fuite. La victoire de Varna fut sans aucun doute un événement majeur dans l’histoire de la conquête ottomane des Balkans, car elle permit à Murad de consolider enfin son pouvoir dans cette région.

114Après avoir renforcé sa position sur la frontière danubienne, le sultan se tourna contre le Péloponnèse afin de mettre un terme aux tentatives d’expansion du despote Kônstantinos Palaiologos. En 1446-1447, il lança une attaque contre la région, lors de laquelle il détruisit complètement l’Hexamilion. Kônstantinos fut contraint de reconnaître sa suzeraineté.

115La mort de Murad II en février 1451 et l’accession au trône de Mehmed II ouvrirent une nouvelle période de l’histoire de l’État ottoman. Dès son arrivée au pouvoir, le jeune souverain se prépara à porter le coup de grâce à l’Empire byzantin. Fin 1452, il mit le siège devant Constantinople et après quelques assauts, le 29 mai 1453, il réussit finalement à percer les défenses byzantines, grâce notamment à l’emploi de l’artillerie, et à prendre possession de la capitale impériale. À la suite de cet événement, la plupart des territoires qui appartenaient encore aux Byzantins se soumirent, à l’exception du Péloponnèse qui résista jusqu’en 1460.

Notes

871 Sur la bataille d’Ankara, l’étude de Matschke, Die Schlacht bei Ankara, demeure fondamentale. Sur les campagnes de Tamerlan, voir Alexandrescu-Dersca, La campagne de Timur, et B. Forbes Manz, The Rise and Rule of Tamerlan, Cambridge 1989.

872 Sur les quatre fils de Bayezid (Süleymân, Mehmed, ‘Isâ et Mûsâ), voir Zachariadou, Süleyman Çelebi, et Kastritsis, The Sons of Bayezid.

873 Afin d’assurer la défense du territoire, le despote Théodôros Palaiologos avait cédé le Péloponnèse aux chevaliers de Rhodes, à l’exception du port de Monemvasie, dernier bastion sous souveraineté byzantine dans la région : cf. supra, p. 289, n. 779.

874 Lefort, Population et peuplement, p. 81-82 [246-247] : « La fin du xive siècle et le début du xve montrent des signes de reprise démographique et économique. » Pour les territoires sous domination vénitienne, F. Thiriet a constaté qu’« avec les premières années du xve siècle, les épidémies sont moins fréquentes et moins meurtrières, les guerres sont moins proches […] Le travail rural apparaît plus aisé, sinon plus rémunérateur » : F. Thiriet, La condition paysanne et les problèmes de l’exploitation rurale en Romanie gréco-vénitienne, Studi veneziani 9, 1967, p. 35-69 (= Id., Études sur la Romanie gréco-vénitienne ( xe- xve siècles), Londres 1977 [Variorum Collected Studies Series 60], XIII), ici p. 65-66. Au début du xve siècle, la rapide réduction des forêts en Crète témoigne également d’un essor de la population : Ch. Gasparès, Φυσικό και αγροτικό τοπίο στη μεσαιωνική Κρήτη. 13ος-14ος, Athènes 1994, p. 25-33.

875 À l’époque, l’empereur Manuel II se trouvait en Europe occidentale et ne retourna dans l’Empire qu’après avoir appris la défaite turque. Outre Jean VII, les Génois, les Vénitiens, le duc de l’Archipel, la Mahone de Chios et les Hospitaliers de Rhodes conclurent ce traité avec Süleymân.

876 L’acte est conservé dans ASV, Pacta, reg. VI, fol. 130v (olim 128v). La publication la plus récente est celle de Dennis, Treaty of 1403 (avec bibliographie).

877 Ibid., p. 75. Cette datation est acceptée par Barker, Manuel II, p. 224 et n. 3, et par Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 40. Les négociations longues et souvent difficiles entre les parties impliquées expliquent le laps de temps de six mois entre la défaite ottomane à Ankara et la signature du traité. En effet, il semble qu’un groupe de commandants ottomans se soit opposé à un bon nombre de clauses exigées par les chrétiens. Sur cette question et en particulier sur le débat autour de la reddition de Gallipoli aux Byzantins, voir ibid., p. 89-107.

878 Pour les conséquences de cet accord du point de vue fiscal, voir chapitre XI.

879 Cf. Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 56-61. L’hypothèse d’un second accord conclu entre Manuel II et Süleymân avait été également suggérée par Dennis, Treaty of 1403, p. 76-77, mais cet auteur pensait que le contenu devait en être presque identique à celui du premier traité: « Whether Manuel also met with Suleyman there [Gallipoli] or later in Constantinople, he definitely in some form or other ratified the treaty or concluded another one with him which, in any case, must have been almost identical with that made by John VII. »

880 Dennis, Treaty of 1403, p. 78 : a mio pare Imperador de Griesi e a lo Imperio di Constantinopoli io ho dado Salonichi cum la Calamarea cum tute le lor pertinentie, como havemo parlado, e di lo Galicho fina lo Paravardaro e fina a la marina franco e libero, et ho dado Salonichi cum lo so cula, e quelo che li dava a mio pare io i lo dono, e ho li dado da lo Panido fina in Mesembria e la Palateoria insembre et le suo castelle e saline et con tute le lor pertinentie… Selon Zachariadou, Süleyman Çelebi, p. 277-278 (suivi par Kastritsis, The Sons of Bayazid, p. 54), Palateoria pourrait correspondre à la ville de Périthéôrion (Buru ou Buri en turc), en Thrace occidentale (sur laquelle, voir P. Soustal, Thrakien (Trakē, Rodopē und Haimimontos), Vienne 1991 [Tabula Imperii Byzantini 6], p. 394-395). Un passage de la chronique de Doukas suggère que, au début du règne de Murad II (1422), Périthéôrion jouissait d’un statut d’autonomie, car la ville fut accordée alors par le souverain ottoman au Génois Giovanni Adorno, à titre viager (Doukas XXVII § 6, p. 227). Ce statut d’autonomie s’expliquerait mieux si auparavant, au début du xve siècle, Périthéôrion avait appartenu aux Byzantins.

881 Dennis, Treaty of 1403, p. 78-79 : et ho dado Constantinopoli cum tute suo confine franche senza algun tributo de la Parapolia fino al Panido, et in questi luogi che o dado al Imperador ch’el possa murar castelli et ogni forteza ondi li plaxe a tuto so plaser. Item in Turchia queli castelli che tegniva lo Imperador tuti li ho dadi […] Item, per contra Salonicho io li ho dado el Scopelo, el Sciato et lo Sciro, et ho li dado fina X novembre in qua lo trabuto de li diti luogi. Le terme de Parapolia désigne la banlieue de Constantinople (cf. Lappa-Zizikas, Kosmidion, p. 265 et 267, et Zachariadou, Süleyman Çelebi, p. 279, n. 46).

882 Doukas XVIII § 2, p. 112-113 : τὴν Θεσσαλονίκην καὶ τὰ Στρυμόνος ἄχρις αὐτοῦ Σητουνίου καὶ τὴν Πελοπόννησον, τὰ δὲ τῆς πόλεως πέριξ ἀπὸ Πανίδου μέχρι Ἱεροῦ Στομίου καὶ ἀπὸ τοῦ Ἱεροῦ Στομίου μέχρι Βάρνας ἅπαντα τὰ παράλια κάστρα τὰ ἐν τῷ Εὐξείνῳ κείμενα. Sur le château de Hiéron, situé sur le Bosphore, voir supra, p. 154, n. 151.

883 Chalkokondylès I, p. 16316 : τὴν παράλιον τῆς Ἀσίας χώραν. Ces ports de la côte asiatique, situés en face de Constantinople, ont été localisés par Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 57.

884 Cf. Zachariadou, Süleyman Çelebi, en particulier p. 274-279.

885 Pour l’interprétation des passages de Doukas et de Chalkokondylès, E. Zachariadou s’est fondée sur l’analyse de Bakalopoulos, Les limites de l’Empire byzantin, p. 56-65.

886 Cf. Zachariadou, Süleyman Çelebi, p. 278: « In late xvth century Ottoman documents, the administrative term Kalamaria includes the whole peninsula of Chalkidike. » Elle renvoie à sa propre publication des actes ottomans tirés des archives du monastère athonite de Dionysiou : Ead., Ottoman Documents. Sur l’emploi du terme Kalamaria pour désigner seulement la Chalcidique orientale, voir Lefort, Chalcidique occidentale, p. 7 et n. 1, qui mentionne, outre les actes ottomans publiés par Zachariadou, le contenu d’un acte grec, Docheiariou, no 53 (1409), confirmant cette interprétation. Dans son commentaire de cet acte, Oikonomidès avait rejeté comme « fantaisiste » l’hypothèse de G. Théocharidès, Καλαμαρία, Μακεδονικά 17, 1977, p. 259-297, selon laquelle le terme Kalamaria englobait Hiérissos ; Oikonomidès fondait sa critique sur le contenu d’un acte de Vatopédi de 1408 (Mošin, Akti, p. 166, l. 29 = Vatopédi III, no 199, l. 19). Toutefois, un acte ottoman du xve siècle (Zachariadou, Ottoman Documents, p. 20, n. 22) dit que Gomatou, qui est proche de Hiérissos, fait partie de la Kalamaria.

887 Frédéric III d’Aragon fut roi de Sicile de 1295 à 1337. Après la conquête du duché d’Athènes par la compagnie catalane, il envoya son fils bâtard Alfonso Fadrique de Aragón gouverner ses territoires de Grèce. Sur le comté de Salôna sous domination de la Couronne d’Aragon, voir K. M. Setton, Catalan Domination of Athens, Londres 19752.

888 Dennis, Treaty of 1403, p. 80 : per contra l’isola di Negroponte su la terre ferma li don infra terra mia cinque.

889 Le texte du traité est par endroits quelque peu obscur. En ce qui concerne la cession à Venise de territoires situés en face de Négrepont, Süleymân introduit une clause dont le sens n’est pas clair : e si in questi fosse saline ni scala, ch’el si mio. Dennis, Treaty of 1403, p. 82, a traduit ce passage par « but saltworks and ports shall be mine ». Toutefois, nous possédons une autre source contemporaine qui permet de mieux saisir la signification de ce passage. Il s’agit d’un rapport que Pietro Zeno, seigneur d’Andros, présent aux négociations de Gallipoli, fit à l’époque au sénat vénitien ; éd. dans Dennis, Treaty of 1403, p. 82-85, ici p. 84 : fo concesso fina a mia cinque infra terra quanto dura la longeza de l’isola de Nigroponte, trazando le saline de lo Ziton et el comerchio de la scala de li formenti che insira de li suo luogi a li qual suo baroni proferissemo de marzaria per la dita concession ducati do milia. Comme Zachariadou, Süleyman Çelebi, p. 281, n. 58, l’a noté, ce texte signifie que les Vénitiens devaient verser aux fonctionnaires turcs (suo baroni) une partie du revenu (2 000 ducats) des salines et de la vente du blé dans les ports de la région. L’expression ch’el si mio fait allusion au revenu et non pas à la possession des territoires.

890 Dennis, Treaty of 1403, p. 80 : ch’el Marchexe de la Bondeniza non sia tegnudo altro salvo quelo che lo iera tegnudo per avanti a mio pare. Selon le rapport de Pietro Zeno, on sait que le marquis de Bodonitza avait déjà conclu un accord avec celui qui est appelé « le seigneur de Zeitoun ». Lorsque ce traité fut découvert par les Ottomans, « qui étaient ses voisins », ceux-ci attaquèrent le marquis et firent de nombreux dégâts dans ses territoires. Le commandant turc Evrenos Bey, qui était le maître de la région, avait reçu l’ordre d’attaquer et de conquérir le marquisat : el marchexe de la Bondeniza, citadin vostro, havera habudo algun tratado in lo Ziton, el qual iera stado descoverto e zustificadi plusor, per lo qual tratado queli Turchi che iera li suo vesini i fasea grande guerra e dani. e adeso de nuovo Vranes, che e signor circa presso queste parte, havea comandamento de andar ad asidiarlo e desfarlo del tuto (Dennis, Treaty of 1403, p. 83-84). « Le seigneur de Zeitoun » avec lequel s’était accordé le marquis de Bodonitza doit sans doute être identifié avec Théodôros Palaiologos, qui était déjà – comme on va le voir – en possession de cette ville.

891 Dennis, Treaty of 1403, p. 80 : la Salona cum quele confine che manzava la Contessa le ho dade a lo Hospedal de Rudo franche et libere. La traduction Dennis (ibid., p. 82: « I have given Salona and its land which had been attacked by the Countess to the Hospitallers of Rhodes ») est inexacte. Le sens du terme manzava est celui de « commander ». Je ne suis pas d’accord avec la traduction proposée par Zachariadou, Süleyman Çelebi, p. 282, n. 60 : « had revenues ».

892 Luttrell, Zachariadou, Sources for Turkish History, doc. VII, p. 133 ; voir aussi commen­taire p. 61-62 et n. 153. Toutefois, ces auteurs disent qu’au début 1403, Zeitoun avait été occupée par le marquis de Bodonitza. Ils s’appuient sur la traduction que fait Dennis du passage du traité de janvier/février 1403 relatif à cette région, ce qui est surprenant parce que Zachariadou elle-même avait déjà rejeté la traduction de ce passage par Dennis dans son article sur Süleymân Çelebi (cf. supra, n. 890). On sait par ailleurs que les revendications des Hospitaliers auprès du souverain byzantin échouèrent, car il semble que la domination des chevaliers sur le comté de Salôna se soit en définitive limitée à une brève occupation de la ville de Galaxidi (Luttrell, Zachariadou, Sources for Turkish History, p. 64-65).

893 Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 60.

894 Sathas, Documents inédit, t. 2, no 340, p. 121 : gente sue [Manuel II] se intromittant et accipiant de illis locis que habueramus et habuere debeamus per pacem factam cum Turco in territorio proximo insule Nigropontis.

895 La rétrocession du Péloponnèse à Byzance fut ratifiée par le traité de Vasilipotamo (5 mai 1404) : cf. Barker, Manuel II, p. xxx.

896 Bayezid semble avoir contrôlé une grande partie de la Dobroudja au lendemain de la bataille de Rovina (17 mai 1395), lors de laquelle s’étaient affrontées les troupes ottomanes et celles de Mircea l’Ancien (cf. ibid., p. 127-129).

897 En octobre 1402, Süleymân délivra un acte en faveur de Mircea, par lequel il reconnaissait la souveraineté de ce dernier sur la Dobroudja (en turc Deliorman). Sur ce document, voir Zachariadou, Süleyman Çelebi, p. 272-274, et Kastritsis, The Sons of Bayezid, p. 51. Sur le contexte historique, voir Papacostea, La Valachie, et plus récemment D. Muresan, Zographou et la transmission de l’idée impériale bulgare en Moldavie, Bulgaria mediaevalis 2, 2011, p. 705-755, ici p. 720-722.

898 Au début du xve siècle, la domination byzantine en Thessalie se consolida grâce à l’annexion de deux villes situées à proximité de Zeitoun, Stylida et Aulaki. Ce territoire fut ensuite la cible d’attaques turques, ce qui obligea les autorités impériales à le céder aux Vénitiens. Zeitoun resta néanmoins au pouvoir des Byzantins : cf. Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 60-61.

899 Dans son récit, Doukas dit que les Byzantins possédaient la région située entre le Strymon et Zeitoun/Lamia. Cela impliquait la soumission de la côte entre la Macédoine et la Thessalie. Toutefois, nous savons que certains ports situés au nord de Zeitoun, comme Ptèléon, étaient toujours au pouvoir des Vénitiens en 1411, lors du traité conclu par la république avec le souverain ottoman Musa : Valentini, AAV 6, p. 151-162, 167-168 et 177-179.

900 Les sources ne s’accordent pas sur le lieu de la rencontre entre Manuel II et l’émir Süleymân : selon Konstantin le Philosophe, p. 21-22, les deux souverains se retrouvèrent à Gallipoli, mais Doukas écrit que Süleymân se rendit à Constantinople. Barker, Manuel II, p. 251, n. 86, pense que l’entretien auquel font allusion les deux historiens correspond en réalité au traité conclu entre Jean VII et Süleymân en janvier/février 1403 à Gallipoli. Toutefois, une troisième source, les comptes de la Massaria de Péra (Iorga, Notes et extraits, t. 1, ici p. 62), ne laisse pas de doutes sur le fait que Süleymân se rendit bien à Constantinople durant l’été 1403.

901 Il n’est pas question d’aborder ici la série d’événements entre la bataille d’Ankara et l’arrivée de Manuel II à Constantinople. L’important est qu’avant son arrivée dans la capitale, Manuel avait passé un accord avec son neveu, en vertu duquel il lui cédait Thessalonique. Cette question sera traitée plus en détail par Th. Ganchou dans une étude spécifique.

902 Voir Barker, Manuel II, p. 238-245. Sur Dèmètrios Laskaris Léontarès, voir aussi PLP 14676.

903 Vatopédi III, no 191, l. 10, 14. Cet accord est qualifié d’horkômotikon.

904 La personne choisie par Jean VII pour prendre possession de la ville de Thessalonique fut Dèmètrios Laskaris Léontarès. Le métropolite Syméôn de Thessalonique rapporte que, pour éviter un massacre de la population grecque de la ville, Léontarès décida de se retirer et qu’il fut plus tard rappelé par les Ottomans pour occuper l’acropole : Balfour, Symeon of Thessalonica, p. 4424-452.

905 La réticence de certains officiers ottomans à céder aux Byzantins une partie du territoire accordé dans le traité de 1403 est évoquée par Pietro Zeno dans son rapport au sénat vénitien : dapuo azonti in Garipoli al vero le proferte fate per i suo i parse asay e trovasse de li esser vegnudo Jº so capetanio che se chiama Vranes [Evrenos Bey] et altri a chi despiase asay de la cose dade a lo Imperio […] Stesemo in Garipoli plu de zorni VIII avanti che esso e li suo baroni volesse zurar li pati de la dita paxe. In le fin, luy voleva li fosse lasado bona parte de li confini de borgi dadi a lo Imperador (Dennis, Treaty of 1403, p. 82-83). Sur cette question, voir Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 58-59, et Kastritsis, The Sons of Bayezid, p. 53.

906 Voir Vatopédi III, no 189, l. 9 et suiv. La région de Thessalonique était aussi désignée comme « le thème de Thessalonique » (cf. l. 2). Les montagnes du Bertiskos et du Kerdyllion, situées au nord de la région des Lacs, formaient vraisemblablement la limite entre la circonscription de Thessalonique et le territoire contrôlé par Manuel II, qui est défini comme la région « à l’extérieur de la frontière [de Thessalonique] » (cf. l. 14 : ἔξω τοῦ συνόρου).

907 L’acte Vatopédi III, no 191, mentionne aussi un accord (horkômotikon) entre Manuel II et Süleymân (l. 7, 15-16), qui contenait des dispositions relatives au statut du Mont Athos. Il pourrait s’agir d’un accord conclu entre les deux souverains au retour de Manuel d’Occident en juin 1403 (cf. supra, p. 322).

908 Vatopédi III, no 194.

909 Xéropotamou, no 29 : les monocondyles de Michaèl Karantzès et de Géôrgios Prinkèps n’ont pas été lus par l’éditeur, J. Bompaire.

910 Mazaris, p. 36 (cf. infra, n. 915). Sur Karantzès (sans prénom), voir aussi, d’après cette seule source, PLP 11117.

911 PLP 16117.

912 Sur ce médecin nommé Pépagôménos, voir infra, p. 376.

913 Ὁ κολοιόφθαλμος Φῶξ. Selon E. Trapp, Probleme der Prosopographie der Palaiologenzeit, JÖB 27, 1978, p. 187, il s’agirait du recenseur de Lemnos Phôkas Sébastopoulos, attesté dans le dernier quart du xive siècle. Toutefois, je pencherais plutôt pour un membre de la famille Foscolo, d’origine vénitienne : en grec Φούσκουλος (cf. PLP 30064 [Φούσκουλος, Νικόλαος] et 30065 [Φούσκουλος, Φραντζέσκος]) et aussi Φώσκολος (cf. PLP 30245 [Φώσκολος, Ἀνδρέας]). L’expression « les territoires de la mer Noire et de la mer Blanche » doit faire allusion à la bande de terre située au bord de la mer Noire et de la mer de Marmara.

914 Cf. PLP 11775.

915 Mazaris, p. 3611-29.

916 Vatopédi III, no 191, l. 27. Ce rapprochement a été proposé par les auteurs du PLP 27464 et 27466.

917 Cf. Mercati, Codices Vaticani, p. 300, et PLP 17532.

918 Machètarès écrit un chrysobulle de Jean VII d’août 1404, l’acte Lavra III, no 155. Il signe au verso : † ἐγράφη διὰ χειρὸς Ἀλεχίου τοῦ Μαχητάρη †.

919 Vatopédi III, no 198 (acte du prôtos Iérémias), l. 14 et signature au verso l. 35. Un Andronikos Machètarès fait partie de la liste des nobles thessaloniciens contenue dans un document vénitien de 1425 : Mertzios, Μνημεῖα, p. 48, pl. 2a-3a.

920 Vatopédi III, no 189.

921 Sur Michaèl Synadènos Astras, voir Estangüi Gómez, Théodôra Palaiologina, p. 162-165 et 167-168 (avec bibliographie). Fils du mégas stratopédarchès Géôrgios Synadènos Astras, ancien gouverneur de Lemnos (sur lequel, voir supra, p. 151, n. 133 et p. 154-158), Michaèl Astras était allé en Macédoine à la faveur de la restauration byzantine des années 1370 et avait représenté l’empereur Andronic IV dans la région de Christoupolis (cf. supra, p. 147, n. 121).

922 Vatopédi III, no 211 (septembre 1418) ; Docheiariou, no 56 (décembre 1418) ; Lavra III, no 165 (janvier 1420) ; Vatopédi III, no 218 (avril 1421) ; et Dionysiou, no 20 (novembre 1421).

923 Cf. Estangüi Gómez, Théodôra Palaiologina, p. 160, n. 124.

924 Potamios, Lettres, no 11, p. 16-17 (pour le texte grec), p. 32 (pour la traduction) et p. 39 (pour le commentaire).

925 Pour la biographie de Théodôros Potamios (ca 1340-† ante 1414), voir ibid., p. 2-4, qui doit remplacer les informations contenues dans l’entrée du PLP 23601. Potamios composa une oraison funèbre à la mort de Jean VII (septembre 1408), éditée par S. Lampros, Θεόδωρος ὁ Ποτάμιος καὶ ἡ εἰς Ἰωάννην τὸν Παλαιολόγον μονῳδία αὐτοῦ, Δελτίον τῆς Ἱστορικῆς καὶ Ἐθνολογικῆς Ἑταιρείας τῆς Ἑλλάδος 2, 1885, p. 48-62, qui pensait que l’empereur défunt était Jean V. Pour l’identification avec Jean VII, voir Agapitos, Kaiser Ioannes VII.

926 Vatopédi III, no 207.

927 Pour les Tzamplakônes, voir supra, p. 187-189 ; pour les Radènoi, voir supra, p. 277, n. 719.

928 Dennis, Treaty of 1403, p. 78 : in quelle contrade tuti queli Turchi che habia possession io li die cazar via de la.

929 Ibid., p. 78 : et in questi luogi tuti queli si Griesi como Turchi che habia comprado alguna cossa per la soa moneda che li sia soy. L’interprétation d’Oikonomidès, Le haradj, p. 682, sur ces deux passages est peu claire : « Suleyman s’engage à retirer du territoire rendu à Byzance tous les Turcs qui y avaient occupé des biens fonciers : au contraire, les ventes des biens fonciers à des Grecs ou à des Turcs, conclues durant la domination ottomane, resteront valables. » En revanche, Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 62, pense qu’il faut faire ici une distinction entre les biens détenus en pleine propriété et les biens à titre conditionnel. Sur le statut de la terre en Macédoine au début du xve siècle, voir aussi Oikonomidès, Ottoman Influence, p. 3-4.

930 Ainsi Schreiner, Zwei unedierte Praktika, p. 37, et Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 62-63.

931 Voir en premier lieu le registre TD 3 de 1454-1455 pour la Macédoine orientale : Turski dokumenti za istorijata na makedonskiot narod. Opširen popisen defter od Xv vek. IV, éd. M. Sokoloski et A. Stojanovski, Skopje 1978. Pour la date de ce registre, voir M. Ursinus, An Ottoman Census Register fort the Area of Serres of 859 H. (1454-1455) ? A Reconsideration of the Date of Composition of Tahrir Defteri TT3, Südost-Forschungen 45, 1986, p. 25-36. Les actes de l’Athos révèlent certes la présence de quelques paysans installés dans les biens des monastères qui portent le patronyme Tourkopoulos : cf. Lavra III, no 161 (1409), l. 24 et 29-30 ; il semble aussi que les souverains ottomans aient essayé d’attirer des Turcs en provenance d’Asie Mineure dans les territoires aux alentours de Thessalonique : cf. Dèmètriadès, Ottoman Chalkidiki, p. 43. Mais, les conséquences démographiques de cette politique sont difficiles à mesurer. Necipoğlu, Between the Ottomans and the Latins, p. 99-102, à la suite d’autres spécialistes, souligne le rôle de la concession par les souverains ottomans de terres en timar ou en tant que vakıf (donation pieuse) comme un moyen pour installer une population turque dans les territoires conquis : voir, par exemple, le cas de Molla Bahaeddin, originaire de la ville de Tokat en Asie Mineure, qui était arrivé en Macédoine avant la conquête de Serrès (1383). Il obtint de Bayezid Ier deux villages en pleine propriété : Beldiceanu-Steinherr, Recherches, no 50, p. 244-247. Sur cette question, voir aussi Balta, Vakifs, p. 36-37.

932 La population d’origine turque était certainement plus nombreuse dans les villes : voir les exemples donnés par Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 63-64, et Jacoby, Foreigners and the Urban Economy, p. 119-123. On constate la même chose en Bithynie selon Beldiceanu-Steinherr, La population non-musulmane en Bithynie, p. 10 : « D’une façon générale on peut affirmer que le nombre des non-musulmans est restreint dans les villes et qu’il va en décroissant jusqu’à la fin du xvie siècle. Les autochtones avaient déserté en grande partie les agglomérations urbaines avant la conquête et ceux qui sont restés les quittent ou se convertissent peu à peu à l’islam. »

933 Cf. V. Mutafchieva, Problèmes fondamentaux de l’étude du vakif. Un élément de la structure socio-économique des Balkans sous la domination ottomane (xve-xixe s.), Studia Balcanica 14, 1979, p. 90-126 (= Ead., Le vakif : un aspect de la struture socio-économique de l’Empire ottoman, Sofia 1981, p. 7-66, ici p. 19).

934 Lavra III, no 156. Pour l’histoire du domaine, voir Lefort, Chalcidique occidentale, p. 163-165.

935 Lavra III, no 161, l. 39-42 : ὀφείλει τοινυν κατέχειν τὰ τοιαῦτα χωρία ἡ δηλωθεῖσα σεβασμία τῆς ἱερᾶς Λαύρας μονὴ μονομερῶς ὡς εἴρηται μετὰ τῶν δικαίων πάντων καὶ προνομίων αὐτῶν παλαιῶν τε καὶ νέων καὶ τῶν περὶ αὐτὰ παλαιοχωρίων, ἤγουν τῶν μὲν εἰς τὰ Δριμόσυρτα οὕτως ὀνομαζομένων τοῦ […] τὴς Ἁγίας Μαρίας, ὅπερ νεοστὶ παρεδόθη πρὸς τὴν μονὴν ἀφιερώσεως τρόπω καὶ ἀνταλλαγῆς παρά τε τοῦ Σκαμπαύλη καὶ τοῦ Θαλασσηνοῦ.

936 Sur le sens du terme palaiochôrion au xve siècle, voir infra, p. 483-484.

937 Par exemple, en août 1405, Iakôbos Koutalès Tarchaneiôtès fit don à Vatopédi de sa part du palaiochôrion dit tou Koutalè, situé dans la région des Lacs, en échange d’une pension viagère (Vatopédi III, no 192). Le nom du terrain, tou Koutalè, montre qu’il s’agit d’un bien patrimonial. La famille Koutalès est bien attestée en Macédoine au xive siècle : Koutalès était le patronyme du métropolite de Thessalonique en 1334 (PLP 13616). Tarchaneiôtès ne s’était pas encore retiré à Vatopédi en août 1420, lorsque son accord avec les moines fut ratifié par le despote Andronikos Palaiologos (Vatopédi III, no 215).

938 Il s’agit d’une décision du tribunal impérial de Thessalonique (sur cette institution, voir infra, p. 419-423) d’octobre 1404, par laquelle le monastère de Docheiariou devait reprendre le versement annuel de trois pensions viagères à Maria Déblitzènè, épouse de feu Manouèl Déblitzènos, qui avait acheté plusieurs adelphata dans le monastère : Docheiariou, no 51. En décembre 1419, un nouvel accord fut conclu entre la fille de Déblitzènos, Théodôra, et les moines de Docheiariou : ibid., no 57.

939 Dionysiou, no 11.

940 Sur Dèmètrios [Doukas] Kabasilas, voir en premier lieu PLP 92224. Dèmètrios est mentionné pour la première fois dans un acte de juillet 1341, établi à Thessalonique, avec son père Géôrgios et son frère Iôannès (Lavra III, App. XII).

941 Dionysiou, no 2. L’acte nous apprend que Dèmètrios Kabasilas et ses enfants avaient été faits prisonniers par les Zélotes à Thessalonique, que leurs biens avaient été confisqués et qu’ils avaient été enfin expulsés de la cité (cf. ibid., l. 16-18). Nous connaissons aussi le cas d’un parent de cette famille, l’écrivain et érudit Nikolaos Kabasilas (qui se rattachait aux Kabasilaioi par sa mère) : il échappa de justesse au massacre des notables perpétré par les Zélotes (cf. R.-J. Loenertz, Note sur une lettre de Démétrius Cydonès à Jean Cantacuzène, BZ 44, 1951, p. 405-407). Outre le village de Katakalè, Kabasilas reçut les biens d’un certain Gabras et d’un certain Géôrgios Pharmakès, qui étaient décédés à l’époque.

942 Xéropotamou, no 27 : prostagma de Jean V.

943 Dèmètrios Kabasilas signa cette année-là comme témoin un acte de vente (Pantocrator, no 7). Pour le contexte historique de cet acte, voir infra, p. 364-366.

944 Zographou, no 44.

945 Lavra III, no 148. En 1377, Kabasilas est mentionné comme témoin d’une vente qui avait eu lieu « il y a bien des années » (ibid., l. 4, πρὸ χρόνων πολλῶν).

946 Dionysiou, no 11, l. 1-2 : ἐπεὶ ἀπο τῶν δικαιωμάτων, ὧν ἐνεφάνησεν ἡμῖν ὁ υἱὸς τοῦ Καβάσιλα ἐκείνου κῦρ Δημητρίου, Μανουὴλ ὁ Καβασιλας, ἰσχυρῶν ὄντων καὶ ἀναντιρήτων, ἀλλὰ δὴ καὶ τοῦ προγεγονότος ἐκείνω παραδοτηρίου γράμματος, εὕρομεν … Le pronom ἐκείνω pourrait signifier que l’acte de mise en possession (παραδοτήριος γράμμα) était destiné au père de Manouèl, Dèmètrios Kabasilas : voir le commentaire d’Oikonomidès dans Dionysiou, p. 85.

947 Cf. ibid., p. 44.

948 Par exemple, l’acte de délimitation dressé en 1421 par les recenseurs de Macédoine (Dionysiou, no 20) mentionne parmi les voisins du bien du monastère de Dionysiou situé à Mariskin, dans la presqu’île de Kassandreia, un bien appartenant au monastère thessalonicien des Blatades, des biens impériaux, d’autres appartenant à l’évêché de Kassandreia ainsi que les terres (dikaia) de trois villages, Myriandrion, Hagios Paulos et Karbéa. Le village d’Hagios Paulos appartenait au monastère athonite de Saint-Paul, pour lequel on a conservé aussi un acte de délimitation, daté de 1445 (Oikonomidès juge à bon droit cette date suspecte : Dionysiou, p. 118). Cet acte est édité par Dölger, Schatzkammern, no 45/6. L’acte de Saint-Paul mentionne un bien de Dionysiou et quelques terres impériales (basilika topia), mais il ne fait pas davantage allusion aux biens d’aristocrates.

949 En septembre 1420, une habitante de Thessalonique appelée Maria Hagioreitissa fit don au monastère de Dionysiou de son kellion héréditaire dit des Quarante-Martyrs, situé dans le quartier de l’Omphalos (Dionysiou, no 19). Maria déclare être passée de la richesse à l’extrême pauvreté en raison du malheur des temps, ce qui l’empêchait de prendre soin de ce kellion (cf. ibid., l.7-8 : ἐπειδὴ γὰρ ὑπό τε τῆς ἀνωμαλίας καὶ καιρικῆς στενώσεως τῶν πραγμάτων εἰς τοσαύτην ἔνδειαν κατήντησα ἐκ πλούτου καὶ δόξης καὶ εὐημερίας, ὡς μήτε ἑαυτὴν δύνασθαι ἐξοικονομεῖν ὡς δεῖ, μήτε τῶν προσόντων μοι γονικῶν ἐπιμελεῖσθαι κτημάτων…). À propos de l’appauvrissement de l’aristocratie en Macédoine, voir Necipoğlu, Between the Ottomans and the Latins, p. 59 et suiv.: « In the period following the return of Thessalonike to the Byzantine Empire, there were other Thessalonians with wealthy family backgrounds who, like Manuel Deblitzenos’ daughter, were hard-pressed and impoverished. »

950 Par exemple, en 1407, les agents du fisc réglèrent un litige entre le monastère de Xèropotamou et celui de Docheiariou au sujet de quelques terrains à Hermèleia (Xéropotamou, no 29). En 1414 éclatèrent plusieurs conflits concernant les biens des monastères athonites (par exemple Docheiariou, no 54, et Vatopédi III, no 204). La raison en était sûrement l’invasion de la Macédoine par Musa, qui eut des conséquences sur l’état de la propriété foncière (cf. infra, p. 352-353).

951 Vatopédi III, no 189. Il s’agit du village dit des « Trois Hermèleiai », du métoque d’Éladiaba (près de Hiérissos), du métoque de Prosphorion (à l’entrée de l’Athos) et du domaine de Lantzou (dans la région des Lacs). Sur la confiscation de ces biens par les Ottomans, voir supra, chap. VI. 3.

952 Ibid., l. 8 : ὕστερον δὲ τὸ ἥμισυ αὐτῶν ἀποσπασθὲν τοῦ χωρίου διά τινας ἀνάγκας καὶ χρείας.

953 Sur ce décret, voir supra, chap. V. 3.

954 Vatopédi III, no 199, l. 5-8 : ἐπεὶ δὲ τὰ πράγματα μέχρι τοῦ νῦν εἰς οὐδὲν ἦλθον βέλτιον διὰ τὰς κοινὰς ἁμαρτίας, ἀλλὰ καὶ ἐπὶ τὸ χεῖρον ἐξέπεσον, ὁ δύστηνος οὗτος καιρὸς ἠνάγκασε καὶ μὴ βουλομένων ἡμῶν ἵνα προστεθῶσιν ἐν τοῖς τοιούτοις καὶ ἕτερα τινὰ μερικώτερα ἐπιβαρή· οὐ λέγω δὲ τὸν καιρὸν καθ᾽ὸν ἐξ ολοκλήρου ταῦτα ἔλαβον οἱ Τοῦρκοι καὶ εἶχον, ἀλλὰ καὶ τὸν προ τούτου καὶ τὸν μετέπειτα. On a déjà parlé de cet acte dans les pages précédentes, car il s’agit de la seule source qui parle de manière spécifique du décret de « pronoïarisation » des biens monastiques.

955 Sur ces redevances, voir infra, p. 487-498.

956 Sur la donation de Lantzou à Vatopédi, voir supra, p. 221, n. 471.

957 Vatopédi III, no 189, l. 27-30 : περὶ τὴν ῾Ρεντίναν ἕτερον μετόχιον τῆς αὐτῆς σεβασμίας μονῆς τοῦ Λάντζου, ὃ πάλαι μὲν κατεῖχον οἱ μοναχοί, ὑστερήθησαν δὲ καὶ αὐτοῦ, ἀρτίως δὲ εὐεργετηθὲν αὐτοῖς διὰ θείου καὶ προσκυνητοῦ προστάγματος τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου καὶ βασιλέως [Jean VII].

958 Ibid., no 194. Les deux recenseurs sont Paulos Gazès et Michaèl Karantzès. Ils agissaient au nom de l’empereur Jean VII. Sur le domaine de Vatopédi à Lantzou, voir infra, p. 480-482.

959 Ibid., no 194, l. 11-14 : ὃ δὴ χωρίον καὶ ὀφείλει κατέχειν ἡ ῥηθεῖσα μονὴ μετὰ πάντων αὐτοῦ τῶν δικαίων καὶ προνομίων […] ἀνενοχλήτως τὲ καὶ ἀδιασείστως ἀπὸ τῶν κατὰ καιροὺς προνοιαρίων τῶν ἑκατέρωθεν τούτου χωρίων, ἤγουν τῶν Συκεῶν καὶ τοῦ Ἀκρωτηρίου.

960 Ibid., no 200, l. 3 : τὸ ὅλον τοῦ Λάντζου ζευγηλατεῖον ; voir aussi l. 9-12 (liste de feux paysans). Sur ce recensement, voir infra, p. 379-380 et 550-551.

961 Rappelons que le terme de basmoules (gasmouloi) servait à désigner des marins : cf. Bartusis, Byzantine Army, p. 69-70.

962 Vatopédi III, no 206.

963 Ibid., no 207. Les moines devaient payer au pronoïaire, en deux versements, les 48 nomismata dus par les paysans (cf. l. 12-13, διδῶσι [les moines] δὲ μόνον πρὸς τὸν ἀποταχθέντα προνοιάριον κατὰ τὸ παρὸν ὑπὲρ τῶν εὑρισκομένων ἐκεῖσε φαμιλιῶν διὰ δύο καταβολῶν νομίσματα τεσσαρακονταοκτὼ καὶ οὐ πλέον).

964 Ibid., no 211.

965 Ibid., no 217.

966 Le cas du domaine de Vatopédi à Lantzou n’est pas le seul exemple d’abus commis par les agents du fisc byzantin contre les biens d’un monastère. On connaît en 1418 les protestations des moines de Docheiariou contre trois fonctionnaires qui reconnurent aussi leur « erreur » dans le prélèvement des taxes sur les parèques du monastère : Docheiariou, no 56.

967 Il convient de rappeler aussi qu’en 1409 les moines d’Esphigménou se plaignaient auprès de l’empereur des taxes trop élevées que supportaient leurs parèques : Esphigménou, no 31.

968 Cf. PLP 24781.

969 Un čelnik Radoslavos est attesté en 1365 comme gambros de la moniale Jelisaveta, souveraine de Serrès : Esphigménou, no 27, l. 2 et 28 et p. 159 (« prosopographie »).

970 En novembre 1378, l’empereur Andronic IV accorda à Radoslav Sampias la possession hérédi­taire de deux villages, Abramitai et Néochôrion, situés dans la région de Kalamaria, faisant partie de sa pronoia : l’acte est édité par Dölger, Schatzkammern, no 11, p. 48-49 ; voir aussi Binon, Les origines légendaires, no 8, p. 263-265, et Chrysochoïdès, Catalogue Saint-Paul, no 2, p. 255-256. Les archives de Saint-Paul ont aussi conservé de cet acte une copie du début du xve siècle, délivrée par le métropolite Gabrièl de Thessalonique, à l’époque de la donation de ces deux villages à Saint-Paul (cf. infra). Dans les mêmes archives se trouve un acte ottoman délivré en 1386, confirmant à Radoslav Sampias les revenus de ces deux villages. En raison de sa date, les historiens l’ont attribué à Murad Ier: voir V. Boškov, Jedan originalan Nišan Murata I. iz 1386. godine u Manastiru Svetog Pavla na Svetoj Gori, Prilozi za Orijentalnu Filologiju 27, 1977 (1979), p. 225-246. Toutefois, ce document a soulevé de nombreux problèmes : il a été considéré comme un faux par N. Beldiceanu, I. Beldiceanu-Steinherr, Un faux document ottoman concernant Radoslav Sampias, Turcica 12, 1980, p. 161-168. Mais, dans un article plus récent, ces mêmes auteurs sont revenus sur leur affirmation et ont considéré qu’il s’agissait d’un acte authentique, tout en soulignant que le nom du souverain n’y était pas mentionné : N. Beldiceanu, I. Beldiceanu-Steinherr, Documents ottomans en rapport avec l’Europe du sud-est (fin du xive-début du xvie siècle), dans, Kanzleiwesen und Kanzleisprachen im östlichen Europa, éd. Ch. Hannick, Cologne/Weimar/Vienne 1999 (Archiv für Diplomatik, Schriftgeschichte, Siegel- und Wappenkunde 6), p. 143-174, ici p. 149, n. 26. Entre la rédaction de cet article (en 1991) et sa publication (en 1999), H. G. Majer a publié une nouvelle étude pour démontrer l’authenticité de l’acte, tout en l’attribuant toujours à Murad Ier: H.-G. Majer, Some Remarks on the Document of Murad I from the Monastery of St. Paul on Mount Athos (1386), dans Mount Athos in the 14th-16th Centuries, Athènes 1997 (Ἀθωνικὰ Σύμμεικτα 4), p. 33-39. Irène Beldiceanu-Steinherr et moi-même préparons une nouvelle étude sur cet acte, qui espère résoudre la question de son authenticité et celle de l’identité de son auteur.

971 Les archives de Saint-Paul conservent trois exemplaires de l’acte de donation : l’original (A), une copie du début du xve siècle, authentifiée par le métropolite Gabrièl de Thessalonique (B), et une copie du début du xxe siècle (C). L’original est édité par Hagiopaulitès, p. 704-706, et dans Hagios Paulos Xèropotamitès, 1958, p. 103-106. Voir aussi Binon, Les origines légendaires, no 19, p. 278-281, et Chrysochoïdès, Catalogue Saint-Paul, no 27 (A), 27a (B) et 27b (C), p. 276-277.

972 Les archives de Saint-Paul ont conservé deux exemplaires du chrysobulle : l’original (A) et une copie du début du xve siècle, authentifiée par le métropolite Gabrièl de Thessalonique (B). L’original est édité par Hagiopaulitès, p. 706-707 ; par Binon, Les origines légendaires, no 20, p. 284-286 ; par A. Kazhdan, Dva pozdnevizantijskih akta iz sobranija P.I. Sevast’janova, VV 2 (27), p. 314-315 ; et dans Hagios Paulos Xèropotamitès, 1958, p. 106-109. Voir aussi Chrysochoïdès, Catalogue Saint-Paul, no 3 (A) et 3a (B).

973 Sur le statut des pronoïaires byzantins lors du passage de la domination byzantine à la domina­tion ottomane à la fin du xive siècle, voir supra, p. 300-302.

974 Beldiceanu, Beldiceanu-Steinherr, Un Paléologue inconnu, p. 8-9 : « En ce qui concerne le village de Verzani, ce Paléologue produisit au moment du recensement un acte de Bayezid Ier(1389-1402) et un autre de l’émir Süleymân (1403-1411), de même qu’un bérat délivré par Murad II. Le registre antérieur corroborait également le fait que le village était sa pleine propriété. »

975 Le monastère dédié à la Mère de Dieu Néa Péribleptos avait été fondé au milieu du xive siècle par Iôannès Charseianitès, un partisan de Jean VI Kantakouzènos. Dans les années qui suivirent l’éviction de ce dernier (1354), Charseianitès tomba en disgrâce, mais – grâce à l’influence retrouvée de Kantakouzènos et à celle des higoumènes du monastère – sa fondation n’en connut pas moins un essor remarquable. L’importance de ce monastère dans la Constantinople de la fin du xive siècle est illustrée par la carrière de deux de ses moines, qui devinrent patriarches : Neilos Kérameus (1380-1388) et Matthaios Ier(1397-1410). D’après le testament de ce dernier, le monastère de Charseianitès aurait toutefois montré de premiers signes de décadence dès l’époque du patriarcat de Neilos. Sur ce monastère, voir Janin, Constantinople, p. 501-502, et Typika and Testaments, p. 1625-1626. Voir aussi Darrouzès, Regestes VI, no 3283, p. 498-500.

976 Testament de Matthaios Ier, p. 478241-245.

977 Ibid., p. 480309-320: « … lorsque la paix a été restaurée dans les affaires temporelles, grâce à l’ineffable sollicitude de Dieu envers nous ; Il a écrasé la fierté des Barbares, les poussant à la complète destruction, et a permis que le saint Empereur revînt d’Italie dans sa ville et son royaume ; tout le monde a commencé alors à restaurer ses terres, et moi aussi, je me suis efforcé d’améliorer autant que j’ai pu les biens [du monastère], qui avaient été complètement dévastés par le long siège. J’ai restauré à grands frais ces [propriétés], de mon mieux, ainsi que la tour qui avait été brûlée par les infidèles et qui risquait de s’effondrer de manière imminente. C’est pourquoi, grâce à l’aide de Dieu, j’ai pu les améliorer et les accroître, afin de fournir à la communauté du monastère un revenu suffisant. »

978 Que la tour de Charseianitès ait été située à l’extérieur de Constantinople est confirmée par le fait que « les infidèles » y avaient mis le feu (voir note précédente). Nous avons vu pour la même époque d’autres biens de l’Église, situés à proximité de Constantinople, qui étaient protégés par des tours et des fortifications : cf. supra, p. 153.

979 Testament de Matthaios Ier, p. 480321-333: « J’ai aussi demandé au saint empereur, qui avec bienveillance l’a ordonné, que le fisc prélève seulement 3 hyperpres par an pour chaque 100 mesures de vin produit dans les biens [du monastère] et, des deux zeugaria de terres que nous possédons, qu’un zeugarion soit exempt pour toujours et ne soit pas redevable de la dîme coutumière de la récolte, et que toute notre terre soit complètement libre des taxes, comme c’était le cas auparavant. Que la plupart de nos vignobles abandonnés, situés en dehors [de Constantinople] soient exempts de l’impôt. Ce pourquoi je vous prie que chaque semaine les moines de ce saint monastère célèbrent une liturgie solennelle en l’honneur du saint empereur et de sa famille. »

980 Cf. Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 230-231.

981 On a vu qu’au milieu du xive siècle, quelques paysans qui habitaient à Kassandreia avaient trouvé refuge dans le village de Saint-Mamas, en Chalcidique occidentale, appartenant au monastère de Vatopédi : cf. supra, p. 109-110.

982 En février 1407, Jean VII accorda à six monastères de l’Empire des revenus et des terres de la presqu’île de Kassandreia, qu’il avait fait fortifier. À cette occasion, il délivra un chrysobulle en six exemplaires, dont on a conservé trois originaux (pour Lavra, Vatopédi et Xèropotamou) et une copie (pour Saint-Paul) : Xéropotamou, no 28 ; Lavra III, no 159 ; et Vatopédi III, no 197. La copie de l’acte pour Saint-Paul est inédite.

983 L’ancien village de Mariskin était situé à quelques kilomètres à l’ouest de l’actuelle commune de Néa Phôkaia, qui se trouve sur la côte. Le monastère de Dionysiou a conservé une église, dédiée à Saint-Jean-Prodrome, qui peut être l’ancien métoque : cf. Dionysiou, p. 83. La tour que les moines édifièrent effectivement à Mariskin est encore visible aujourd’hui. Compte tenu de sa localisation, elle servait avant tout à surveiller la côte et à protéger le village des attaques des pirates.

984 Il convient de rappeler qu’outre des raisons économiques, la donation de Mariskin à Dionysiou répondait aussi à la volonté de Jean VII d’assurer le salut de son âme.

985 Ibid., no 10. Sur quelques particularités diplomatiques de ce document, voir ibid., p. 81-82. On notera que le terme zeugarion sert à désigner, outre la paire de bœufs, la surface de terre que l’on peut labourer à l’aide d’un attelage : μετὰ τῶν ἐκεῖσε [à Mariskin] παρὰ τῆς βασιλείας μου γενησομένων δύο ζευγαρίων, ἅπερ ὀφείλουσι γενέσθαι καὶ βελτιωθῆναι καὶ παραδοθῆναι αὐτοῖς [aux moines], […] μεταξὺ χρόνων τριῶν (ibid., l. 8-9).

986 Ibid., no 13. L’empereur Manuel II avait déjà confirmé la donation de Mariskin à Dionysiou : ibid., l. 5-6. Cela s’était produit lors de son séjour à Thessalonique durant l’hiver 1408-1409 (cf. infra, p. 379-380).

987 Ibid., no 13, l. 7-8.

988 Ibid., nos 16 et 17. Le despote Andronikos, lors d’un voyage à Constantinople pour visiter son père l’empereur Manuel II, vers l’été 1416 (ibid., p. 105), séjourna quelque temps à l’Athos, dans le monastère de Dionysiou. Durant ce séjour, très impressionné par le mode de vie des moines – dit l’acte –, le despote décida d’accroître les privilèges de leur bien à Mariskin.

989 Ibid., no 18. En septembre 1420, le despote Andronikos accorda à Dionysiou, en vertu de cet horismos, des avantages supplémentaires pour le village de Mariskin ainsi que la propriété d’une pêcherie voisine.

990 Ibid., no 19.

991 Pour un résumé de la bibliographie antérieure concernant le cas des Argyropouloi, voir Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 160 et suiv.

992 Ibid., p. 164 : « Die Argyropouloi geben nicht nur Geld für die Pacht an die Iberonmönche aus, sondern auch Geld für die Verbesserung der Produktionsbedingungen und –mittel. »

993 Ibid., p. 164 : « Auf der anderen Seite sind sie aber auch nicht an der eigentlichen Produktion beteiligt, weder direkt durch eigene Arbeit oder den Einsatz von Lohnarbeitern zur Erzeugung landwirtschaftlicher Produkte. »

994 Ibid., p. 167 : « Dölger bezeichnet sie, wie schon erwähnt, einmal als Gärtnereiunternehmer, ein anderes Mal als geschäftstüchtige Lebensmittelgroßhändler. Bei dieser zweiten Version bezieht er sich augenscheinlich auf den Umstand, daß die Gärtner neben ihren Pachtgel-dern auch eine größere Menge Obst und Gemüse an die Argyropuloi abliefern mußten, vielleicht mehr als die Familie selbst verbrauchen konnte. » Matschke donne ensuite l’exemple du père de Radènos, l’ami de Kydônès qui s’en alla à Thessalonique en 1375 (cf. supra, p. 237, n. 536), lequel était aussi un riche marchand de produits agricoles entre Thessalonique et Constantinople.

995 Matschke met également à profit d’autres sources qui montrent des entrepreneurs urbains faisant exploiter des biens fonciers par une main d’œuvre salariée. Il invoque par exemple le Dialogue entre le riche et le pauvre d’Alexios Makrembolitès, qui montrerait un conflit entre un riche entrepreneur et un petit exploitant (c’est aussi l’opinion de Ševčenko, l’éditeur de ce texte : Makrembolitès, Dialogue, p. 200).

996 Vatopédi III, no 186. L’acte ne porte que la mention du mois (septembre), mais non celle de l’année. La date de 1401 découle de l’analyse prosopographique.

997 Les témoins de l’acte sont en effet qualifiés d’archontes à la ligne 17. Ils s’appellent kyr Iôannès Sgouropoulos et kyr Manouèl Monomachos. Ils signent tous deux le document. Sgouropoulos était le représentant de Vatopédi à Thessalonique : il apparaît dans d’autres actes concernant les biens de ce monastère en Macédoine.

998 PLP 23450.

999 Vatopédi III, no 168.

1000 Ibid., l. 3 : προ χρόνων ἀτημεληθέντος ταῖς συγχύσεσι τοῦ καιροῦ καὶ το απο τοῦδε διαφθαρέντος.

1001 Ibid., l.6-8 : καταβάλλωνται ἔξοδον ἀπὸ τῆς περιουσίας αὐτῶν καὶ ἀνακτήσωνται καὶ ἀνακαινίσωσι καὶ ἀνακαθάρωσι τόν τε μύλωνα καὶ τὸ ὑδραγώγιον ἔτι γε μὴν τὸ τόπιον, καὶ τὴν δέσην ἀνακτίσωσιν ἐξ αὐτῶν θεμελίων ἔμμαζον, καὶ τὸν μὲν θεμέλιον ἀποκαταστήσωσιν ἑπτὰ πιθαμῶν, τὸ δὲ ἀνώτερον πέντε. Le spithame est une unité de longueur valant un peu plus de 23 cm : Schilbach, Metrologie, Index, s.v. σπιθαμή.

1002 Vatopédi III, no 176, l. 21-23 : ὀφείλετε κατέχειν καὶ διενεργεῖν αὐτὸν ἢ δι᾽ὑμῶν αὐτῶν ἢ διὰ μισθωτοῦ διενεργητοῦ παρὰ πᾶσαν τὴν ζωὴν σοῦ τοῦ Δημητρίου, τὴν ἐξ αὐτοῦ πᾶσαν πρόσοδον ἀποφερόμενοι μονομερῶς καὶ διδόντες εὐγνωμόνως μόνον ἀνυστερήτως τὰ δώδεκα ὑπέρπυρα κατ᾽ἔτος πρὸς τὴν μονὴν μετὰ ἀποδείξεως.

1003 Ibid., no 180.

1004 Ibid., no 210.

1005 Les Kanaboutzai disposaient du soutien de Pétros Èndreiôménos, mégas chartophylax de la métropole de Thessalonique. Ce dernier fut un personnage influent de cette ville entre la fin du xive et le début du xve siècle : PLP 91958.

1006 Xénophon, no 32.

1007 Ces immeubles étaient situés dans le quartier des Asomates. Ils devaient faire partie du même pâté de maisons que le métoque que Xénophon possédait dans ce quartier dédié à la Vierge (cf. Xénophon, p. 30). L’acte décrit ces biens : il s’agissait de cinq épiceries (ergastèria sardamarika) et de trois grandes maisons avec un mûrier et leur propre cour.

1008 Cf. Matschke, Tinnefeld, Gesellschaft, p. 129-132. Ceux-ci hésitent néanmoins sur le régime d’exploitation de la terre de Choumnos par Phrangopoulos, car il est possible qu’il ne se soit agi que d’un simple administrateur de bien indélicat, et non pas d’un locataire.

1009 Cela semble avoir été également le cas des autres îles du nord de l’Égée sous domination byzantine, Imbros et Samothrace. Ténédos avait été « internationalisée » en vertu du traité de Turin (1382), même si les autorités byzantines essayèrent d’en recouvrer la souveraineté tout au long des années 1390.

1010 Lemnos avait été fortifiée durant le troisième quart du xive siècle, à l’époque du mandat de Géôrgios Synadènos Astras : cf. supra, p. 154-158.

1011 Cf. supra, p. 176-179.

1012 Une notice d’un manuscrit contenant les œuvres de Maxime le Confesseur précise qu’un moine nommé Iakôbos, anepsios d’un certain Alexios Meizomatès, habitant l’île de Lemnos, a acheté ce manuscrit à un marchand de Constantinople en janvier 1401 (cf. J.A.M. Sonder-kamp, Zur Textgeschichte des « Maximos » Florilegs. Eine bisher unbeachtete Handschrift in Hannover, JÖB 26, 1977, p. 243-244). Cela suggère l’existence de liens commerciaux entre l’île et la capitale de l’Empire à l’époque du blocus turc : cf. Matschke, Tinnefeld, Gesellschaft, p. 244 et n. 256 (« Das ist die Zeit der ersten großen Belagerung der byzanti­nischen Hauptstadt und vielleicht wurden in dieser Zeit nicht nur Reliquien und Ikonen, sondern auch Bücher aus der Stadt weggeschafft und mit Gewinn verkauft, durch auswärtige und durch einheimische Kaufleute »). La famille Meizomatès est attestée à Lemnos à la fin du xive et au xve siècle : un Iôannès Meizomatès est recenseur (apographeus) de Lemnos avant 1388 (PLP 94129) et un Meizomatès de prénom inconnu est attesté au xve siècle (PLP 17617). En mai 1405, l’empereur Manuel II délivra un prostagma en faveur des moines de Lavra par lequel il exempta leurs biens situés à Lemnos du paiement de plusieurs charges, dont la livraison annuelle en blé. Toutefois, l’empereur précisait que ce privilège ne jouerait pas si une disette survenait à Constantinople, car « il est juste que tous viennent en aide à celle qui est la mère de toutes les autres villes » : Lavra III, no 157, en particulier l. 17-24. Sur le contenu de cet acte, voir aussi infra, p. 495-496.

1013 Sur l’offre de Manuel II de vendre Lemnos aux Vénitiens et sur la possibilité de se réfugier dans l’île au cas où Constantinople aurait été prise par les Ottomans, voir infra, p. 373.

1014 Kydônès, Correspondance I, no 47, p. 8018-8119 : γάλα δὲ καὶ ἀρνία καὶ λήρους ἐγὼ μὲν οὐκ εἶπον ὥς ἐστί σοι περισπούδαστον. Le contenu de cette lettre demeure quelque peu obscur, mais il semble que Kydônès s’efforce de résoudre un différend qu’il a eu avec Astras avant le départ de celui-ci pour Lemnos, peut-être à cause d’une différence entre leurs salaires respectifs. Sur cette lettre, voir Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/1, no 45.

1015 Kydônès, L393/T375.

1016 Cf. Sèphounakès, Μάντρες.

1017 Sur le mur de Pallènè, voir ODB, s.v. Kassandreia [T.E. Gregory, A. Kazhdan], t. 2, p. 1109 ; voir aussi P. Androudès, Ο βυζαντινός πύργος στη θέση Πίνακα της Κασσάνδρας στη Χαλκιδική, Βυζαντιακά 26, 2007, p. 247-270.

1018 Vatopédi III, no 197, l. 10-17 : ἡ βασιλεία μου, κρίμασιν οἷς οἶδε Θεός, κύριος τῆς Θεσσαλονίκης γενόμενος καὶ τῶν περὶ αὐτὴν ἁπάντων πεποιημένος τὴν πρόνοιαν, ἐπεὶ νόμος ἕλληνι καὶ βαρβάρω παντὶ μέχρι αἵματος ὑπὲρ τῶν ὁμοφύλων ἀγωνίζεσθαι, νόμος δὲ Θεοῦ πάλιν τοῦ πρώτου θεοειδέστερος καὶ λαμπρότερος ἕκαστον ἑαυτὸν παρακελευόμενος ὑπὲρ ἑτέρου διδόναι, ἐβουλήθην ὑπὲρ τοῦ γένους ἐγὼ τὸ περὶ τὴν Παλήνην ἀνανεώσασθαι τεῖχος, ὃ Κασάνδριαν μὲν ὁ τοῦ Ἀλεξάνδρου πατὴρ ἐκεῖνος ὠνόμασεν, ἐκ βάθρων πεποιημένος αὐτό, οἱ δὲ μετ᾽αὐτὸν ἐν ὑστέρω Ποτίδαιαν. Καὶ εὗρον ἐπι τοσοῦτον ἐριμμένον αὐτὸ καὶ διαλυθὲν ὥσπερ τὰ ἐν τοῖς ὕδασιν ἢ τὰ ἐν κατόπτροις τείχη φαινόμενα, ἢ καὶ ἃ Μωσῆς ὁ μέγας ἐκεῖνος ἐδημιούργη νυκτερινὰ καὶ θαλάσσια, τοιοῦτον ἦν ὡς μηδὲ ὁμοίωμα τείχους φαίνεσθαι· βουλῆ δὲ καὶ γνώσει πλείστη χρησάμενος ἡμετέρα, ἔτι καταβαλὼν οὐ μόνον ὅσον εἰς δύναμιν χρήματα, ἀλλὰ σχεδὸν ὅσον καὶ ὑπὲρ τὴν ἐμὴν ἀφίκετο δύναμιν, τῶν ἄλλων ἁπάντων οὐ μόνον οὐκ εἰς βοήθειαν ὄντων ἀλλὰ καὶ ἐναντιουμένων τῆ βασιλεία μου, μόνου βοηθοῦντος Θεοῦ μοι, ὠκοδόμησα τείχη καὶ πύργους ἐπάνω τῶν παλαιῶν θεμελίων, οὐκ ἐν ὁμοίω τῶν πάλαι, ἀλλὰ πολὺ βελτίονα καὶ θαυμασιώτερα τῶν ποτέ, ὡς εἶναι μὲν ἐυσεβέσιν ἀσφάλειαν, οῦκ ἀσφαλὲς δὲ τοῖς ἄλλοις, σχῆμα φαιδρὸν μὲν ἰδεῖν, πολὺ δὲ φαιδρότερον ἐννοῆσαι, καὶ λαμπρὸν μὲν ὁράσει, πολὺ δὲ τῆ διανοία λαμπρότερον, καὶ τερπμνὸν μὲν ἀκοῆ, λογισμοῖς δὲ τερπνότερον, μάνδρα τίς ἐστιν, ἧς ὁ λῦκος ἀδυνατεῖ σπαράξαι τὸ πρόβατον· ἐποιησάμην δὲ πρὸς βραχὺν αὐτὸ χρόνον, ὡς οὐ μόνον ἀκούουσιν ἀλλ᾽ἀπιστεῖσθαι καὶ τοῖς ὁρῶσι, καὶ ὤρυξα τάφρον περὶ αὐτό, καὶ ἥνωσα τὴν ἐν τῶ κόλπω τῶ Θερμαϊκῶ θάλασσαν μετὰ τῆς ἐν τῶ κόλπω τῶ Τορωναϊκῶ θαλάσσης, καὶ νῆσον ἠργασάμην τὴν ἤπειρον, κάλλιστον εὐσεβέσι κτῆμα καὶ τοῖς ἀλλογενέσιν ἀνάρμοστον. Εἶτα βόας ἀνεθέμην τῆ νήσω, ὠφελιμότατα βίω ζῶα αὔλακας ἀνατέμνειν καὶ σπεῖραι σῖτον αὐταῖς.

1019 Sur les fouilles du mur de Pallènè, voir Th. Pazaras, Το διατείχισμα της Κασσάνδρειας, dans Πρακτικά του πρώτου πανελλήνιου συμπόσιου ιστορίας και αρχαιολογίας της Χαλκιδικής, Πολύγυρος 1984, Thessalonique 1987 (Χρονικά της Χαλκιδικής. Supplément 1), p. 157-192.

1020 Iorga, Notes et extraits, t. 1, p. 495-497 ; Mertzios, Μνημεῖα, p. 74 (cité dans Lavra III, p. 146). Voir aussi le résumé de Thiriet, Régestes, t. 2, no 2149.

1021 Vatopédi III, no 197, l. 27-28.

1022 ODB, s.v. Hexamilion [T. E. Gregory], t. 2, p. 927-928.

1023 Une équipe formée par les universités de Californie à Los Angeles et de l’Ohio a mené une étude sur cette fortification. Elle a utilisé différentes approches méthodologiques : archéologie, topographie et analyse des textes historiques. Les résultats de cette entreprise ont été publiés dans T. E. Gregory, Isthmia. V, The Hexamilion and the Fortress, Princeton 1993.

1024 Cf. Barker, Manuel II, p. 311.

1025 Cf. par exemple ibid., p. 273, n. 130: « This project was not to be carried out until Manuel’s later visit, in 1415 »; voir aussi Gregory, Isthmia (cité supra, n. 1023).

1026 Il est peu probable que Théodôros ait envisagé la reconstruction de l’Hexamillion avant cette date. En effet, ce fut à partir de 1394, avec la reprise des hostilités avec les Turcs, que la fortification de l’Isthme dut apparaître comme une nécessité pour protéger le territoire des raids de l’ennemi. Pour les activités de Théodôros à son arrivée au Péloponnèse (fin 1382 ou début 1383) et la guerre contre les Turcs (début 1394), voir Loenertz, Pour l’histoire du Péloponnèse, p. 166-181, et Manuel II, Oraison funèbre, p. 16-19.

1027 Cette ambassade fut envoyée par Théodôros après la signature de la paix avec Venise (27 mai 1394) : cf. Zakythinos, Le despotat de Morée, t. 1, p. 154-155. Le 24 juillet 1394, le même ambassadeur avait demandé au sénat des navires pour reprendre la ville de Monemvasie aux Turcs : Chrysostomides, Monumenta, no 145, p. 283-285.

1028 Ibid., no 153, p. 301-303 (25 août 1394) ; voir aussi Thiriet, Régestes, t. 1, no 864.

1029 Chrysostomides, Monumenta, no 157, p. 309 (27 août 1394).

1030 La forteresse de Léontarion fut finalement libérée par le commandant byzantin Dèmètrios Palaiologos Rallès, à la tête d’un contingent formé de troupes byzantines et albanaises : Schreiner, Kleinchroniken I, chr. 33/18, p. 245 (4 juin 1395).

1031 Chrysostomides, Monumenta, no 192, p. 382-383 (peu avant 26 mars 1397). Il s’agit du document présenté par Théodôros à Franceschino Gezo, chancelier à Modon, lors de la cession de Corinthe aux Vénitiens. Le principal souci de Théodôros était l’achèvement des travaux de l’Hexamilion : io don la chastellania de Chuaranto ad altri, debieli dir, che io el faço per serar el Xamili cum quelli che io torò.

1032 Sur cette campagne, qu’une partie de l’historiographie avait traditionnellement attribuée à Evrenos Bey, voir Saint-Guillain, Abus de pouvoir ou gouvernance de proximité ? (cité supra, p. 301, n. 825), p. 88, n. 21.

1033 Sur la contribution des Occidentaux au financement des travaux de l’Hexamilion, voir en premier lieu Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 208 et suiv. En avril 1418, le pape Martin V délivra une bulle proclamant des indulgences pour rassembler de l’argent destiné à la construction de l’Hexamilion (cf. Gill, Council, p. 23).

1034 Sur cette question, voir infra, p. 443-447.

1035 Manuel II, Lettres, no 68 (aux moines David et Damianos du Mont Athos), p. 20961-73et trad. anglaise p. 208. Voir aussi Loenertz, Épître (avec résumé en français). Cette lettre a été aussi traduite par Barker, Manuel II, p. 302-308.

1036 LPP III, p. 251-253, 261 et 310-311. Sur ces textes, voir Woodhouse, Plethon, p. 100-105, et infra, p. 453-454.

1037 LPP IV, p. 33-34. Résumé du contenu de cette lettre dans A. Vacalopoulos, Origins of the Greek Nation : The Byzantine Periode, 1204-1461, New Brunswick 1970, p. 172-178.

1038 Sur la fin de Süleymân et la montée de Musa, voir Kastritsis, The Sons of Bayezid, p. 153-158.

1039 Sur ces événements, voir ibid., p. 168-170. Sur le siège de Constantinople, voir en particulier Acconcia Longo, Versi di Ioasaf ieromonaco.

1040 La participation des Byzantins au conflit entre Mehmed et Musa est évoquée par Doukas XIX § 10, p. 129.

1041 Pour un exposé plus détaillé des événements, voir Kastritsis, The Sons of Bayezid, p. 179-194.

1042 Sur le traité conclu entre Manuel II et Mehmed Ier en 1413, voir Barker, Manuel II, p. 288.

1043 Sur cet épisode, ibid., p. 339-346.

1044 L’assaut général fut lancé le 24 août 1422, mais il échoua complètement.

1045 Durant les mois du siège de Constantinople, avait éclaté en Asie Mineure la révolte du jeune frère de Murad, un autre prince appelé Mustapha, qui bénéficiait du soutien de plusieurs puissances anatoliennes : les Karamanides, les Germiyânides et les Djandarides. Il compta également sur l’aide des Byzantins. Finalement, Murad l’emporta et le second Mustapha fut exécuté le 20 février 1423.

1046 Selon Kugéas, Notizbuch, p. 148 § 49, un certain Bürak (identifié à Evrenosoghlu Barak) dirigea le siège de Thessalonique et prit la Kalamaria, c’est-à-dire la Chalcidique.

1047 Doukas XXVIII § 8, p. 239, dit que Murad, n’ayant pu conquérir Constantinople, se tourna contre la Thessalie et le Péloponnèse.

1048 Plusieurs historiens ont déjà souligné qu’il ne s’agissait nullement d’une vente et que Venise ne paya rien pour l’acquisition de Thessalonique : voir par exemple Djurić, Le crépuscule, p. 222 et n.3.

1049 Sur la période de la domination vénitienne à Thessalonique et sur son siège par les Ottomans, voir P. Lemerle, La domination vénitienne à Thessalonique, Miscellanea Giovanni Galbiati III, Milan 1951 (Fontes Ambrosiani 27), p. 219-225, et Melville-Jones, Venice and Thessalonica. Le récit du métropolite Syméôn fournit de nombreux renseignements sur la situation de Thessalonique à cette époque : Balfour, Symeon of Thessalonica, p. 172-188.

1050 Les documents relatifs à la prise de Thessalonique par les Ottomans ont été publiés par Sathas, Documents inédits, t. 1, nos 86-89. Voir aussi le récit de Iôannès Anagnostès, traduction par Odorico, Thessalonique, p. 255 et suiv.

1051 Les pertes enregistrées par les Byzantins lors du traité de 1424 sont rapportées par Doukas XXIX § 1, p. 24523-26 : « L’empereur Jean [VIII] conclut un accord de paix éternelle avec Murad [II]. Il lui céda les villes et les villages de la mer Pontique, à l’exception des forts dont il n’avait pas pu s’emparer lors de la guerre, tels Mésembria, Derkos et d’autres ; il lui céda également Zeitoun et les autres terres du Strymon [= la Macédoine] et convint de lui donner tous les ans un tribut de trois cent mille aspres. » Sur les conditions de la paix de 1424, voir aussi Djurić, Le crépuscule, p. 236 et n. 3. Les limites de l’Empire byzantin après le traité de 1424 restent néanmoins difficiles à établir, surtout en ce qui concerce la côte de la mer Noire. Il semble que les Byzantins aient conservé toute la bande côtière de Constantinople jusqu’à Mésembria, puisque le port d’Agathopolis, à mi-chemin entre les deux, est mentionné par Badoer (1436-1440) comme étant toujours sous souveraineté byzantine (Badoer, p. 102, 108, 148). Par ailleurs, l’Ekthésis chronika mentionne aussi la ville de Médeia parmi celles qui s’étaient rendues aux Ottomans au lendemain de la prise de Constantinople en 1453 : Ekthésis chronika, p. 1720-21.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search