Version classiqueVersion mobile

Byzance face aux ottomans

 | 
Raúl Estangüi Gómez

Deuxième partie. Actions et réactions face à la conquête ottomane

Chapitre VI. L’effondrement de la domination chrétienne dans les Balkans (1383-1402)

Texte intégral

1La chute d’Andronic IV (1379) marqua le début d’une nouvelle ère dans l’histoire de Byzance. En effet, c’est à partir de ce moment que les Ottomans se lancèrent à la conquête d’une bonne partie des Balkans. Durant le dernier quart du xive siècle, ils envahirent la Macédoine, la Thessalie, la Bulgarie et arrivèrent jusqu’au Kosovo. En dépit de leurs fortifications parfois imposantes, les villes tombèrent les unes après les autres : Serrès (1383), Sofia (1385), Niš (1386), Thessalonique (1387) et Tirnovo (1393). À la fin du xive siècle, les Ottomans mirent le siège devant Constantinople elle-même. La marée turque semblait alors irrésistible et la plupart des seigneurs balkaniques décidèrent donc d’accepter le statut de vassal du souverain ottoman.

2Dans les campagnes, l’invasion ottomane constituait un événement sans précédent ; pour la première fois, ces territoires se trouvaient soumis à une autorité islamique. Il semblait donc que l’on dût s’attendre dorénavant à un changement radical du régime de la terre et de l’imposition fiscale, conformes au système appliqué dans le reste de l’État ottoman, c’est-à-dire un compromis entre la charî’a (loi islamique) et le droit coutumier. La maigre documentation qui nous est parvenue pour cette période – il s’agit essentiellement des actes conservés dans les archives de l’Athos – témoigne tout au contraire d’une étonnante continuité avec la situation antérieure. Cette documentation montre que les propriétaires chrétiens gardèrent au moins une partie de leurs biens et qu’ils continuèrent à en disposer librement, car ils pouvaient les vendre, les acheter ou en faire donation. Des tribunaux chrétiens continuaient à fonctionner et la plupart des institutions religieuses furent respectées. D’après cette documentation, rien n’indique que la situation des chrétiens ait alors considérablement changé ; bien au contraire, tout semble se passer comme à l’époque byzantine.

3C’est précisément en raison de cette documentation que certains historiens ont pu affirmer que le régime foncier et juridique des chrétiens ne connut pas de véritable transformation durant cette première période de l’occupation ottomane. Toutefois, on verra que la réalité fut plus complexe et que la situation évolua graduellement tout au long du dernier quart du xive siècle. En Macédoine par exemple, à la fin des années 1390, c’est-à-dire sous le règne de Bayezid Ier, le contexte était déjà très différent de celui des années 1380, sous son prédécesseur Murad Ier. Pour mieux saisir cette évolution, il faudra consulter non seulement cette documentation grecque éparse, conservée surtout dans les archives athonites, mais aussi des actes slaves et ottomans, auxquels l’accès est souvent plus difficile. Bien que très restreint, ce corpus autorise quelques conclusions qui peuvent nous aider à mieux comprendre l’histoire de ces territoires au début de la domination ottomane et à dresser un premier bilan de la situation des sociétés rurales des Balkans au début du xve siècle.

1. L’offensive ottomane dans le dernier quart du xive siècle

4La conquête ottomane des Balkans fut relativement rapide. À la fin des années 1380, les Turcs de Murad Ier avaient soumis la plus grande partie de la Bulgarie, ils étaient aux portes du Péloponnèse et arrivaient aux montagnes du Kosovo, territoire du prince serbe Lazar. En une décennie à peine, ils avaient conquis la presque totalité des principautés chrétiennes du sud des Balkans. Par rapport à la période précédente, lorsque les Turcs ravageaient la Thrace sans réussir à en prendre les villes ni à consolider leur domination sur la campagne, l’expansion sous le règne de Murad Ier prit une autre tournure. L’organisation de l’État ottoman avait en effet complètement changé durant les vingt années précédentes. L’élargissement des frontières en Anatolie et la reprise de la ville de Gallipoli avaient sans aucun doute contribué à consolider l’autorité du souverain turc sur les deux continents.

  • 692 Pour l’expansion ottomane dans les Balkans, je renvoie en général à Mantran, Empire ottoman, p. 42 (...)

5Il ne s’agit pas, dans les pages qui suivent, de donner une description exhaustive des étapes de la conquête ottomane des Balkans – d’autres historiens l’ont déjà fait692 – mais d’établir une chronologie fournissant un cadre fiable pour analyser ensuite l’évolution du régime foncier et l’attitude des autorités ottomanes envers leurs sujets chrétiens.

La situation de l’Empire au lendemain du règne d’Andronic IV : les traités de 1381 et 1382

  • 693 Pour un exposé plus détaillé des événements, voir Dennis, The Reign of Manuel II, p. 41-46.
  • 694 À la même époque, un traité fut conclu aussi entre les Génois de Péra et les Ottomans, mentionné p (...)

6Après l’éviction d’Andronic IV et le retour de Jean V sur le trône en 1379, les combats se poursuivirent entre les deux empereurs jusqu’au printemps 1381693. Au mois d’avril, deux accords furent conclus, d’abord entre les Génois de Péra, alliés d’Andronic IV, et Jean V, ensuite, quelques jours plus tard, entre les deux empereurs694. Un an après, en novembre 1382, un troisième traité fut signé, cette fois entre la commune de Gênes et l’empereur Jean V.

  • 695 Belgrano, Prima serie, no 26, p. 133-140.
  • 696 Kydônès, L219/T211 (à Radènos). Pour l’acte synodal: MM II, no 344; Darrouzès, Regestes VI, no 2717
  • 697 Dennis, The Reign of Manuel II, p. 145. Pour la référence à Doukas, voir note infra.

7De tous ces accords, nous n’avons conservé que la version génoise du traité de novembre 1382 conclu entre Gênes et l’Empire695. Les deux traités de 1381 ne sont connus que parce qu’ils sont évoqués dans la correspondance de Kydônès ainsi que dans un acte synodal de mai 1381696. George Dennis a par ailleurs remarqué que Doukas, l’historien du xve siècle, mentionne dans sa chronique une clause du traité entre Jean V et Andronic IV qui n’est pas connue par les sources contemporaines697. Grâce à ces témoignages, on peut reconstituer le contenu de ces accords perdus.

  • 698 L’acte synodal du 4 mai 1381 dit ainsi : « Selon l’accord [entre Jean V et Andronic IV], qu’ils re (...)
  • 699 Doukas XII § 4, p. 7325-28.

8Le traité entre Jean V et Andronic IV (fin avril 1381) altéra à nouveau l’ordre de succession au trône : Jean V, devenu l’empereur principal, proclama Andronic IV et son fils Jean VII comme ses successeurs698. Le passage de Doukas dit qu’en tant que co-empereur et prince héritier, Andronic IV reçut alors en apanage la bande côtière de la mer de Marmara qui incluait les villes de Sélymbria, Daneion, Héraclée, Raidestos et Panidos699. Il installa sa capitale à Sélymbria et après sa mort, survenue en 1385, son fils Jean VII lui succéda à la tête de cette région.

  • 700 Manuel semble avoir séjourné auprès de Murad en Asie Mineure durant l’année 1381 : Kydônès, L218/T (...)
  • 701 Voir à ce sujet les lettres que Kydônès adresse à Manuel II peu après son départ de Constantinople (...)

9Manuel II n’est pas mentionné dans les sources qui évoquent le traité de 1381. Le changement dans l’ordre de succession, avec la proclamation d’Andronic IV comme l’héritier au trône, impliquait la dégradation de son statut à celui de simple prince impérial. Il est d’ailleurs probable qu’il ait été absent de Constantinople lors des négociations et qu’il n’ait appris leur contenu que quelque temps plus tard, vers l’été 1382700. Quoi qu’il en soit, il décida alors de quitter inopinément Constantinople pour Thessalonique, où il s’installa comme gouverneur indépendant. La surprise que son départ de la capitale puis son installation en Macédoine provoquèrent chez ses contemporains semble suggérer que Jean V n’avait pas prévu de lui accorder le gouvernement de cette province à titre de compensation pour la perte de son statut d’héritier701.

  • 702 Belgrano, Prima serie, p. 133 : advertentes quemadmodum post pacem factam inter dictum dominum impe (...)

10En dépit des accords de 1381, la rivalité entre Jean V et Andronic IV perdura à Constantinople. Le traité de novembre 1382 signé entre les représentants de la commune de Gênes et Jean V évoque la méfiance existant entre les deux souverains, car il les exhorte à laisser de côté « tous les soupçons et doutes qui restaient dans leurs cœurs702 ». Ce traité de novembre 1382 inclut d’autres clauses visant à maintenir la paix entre le père et le fils : Jean V s’engageait à ne pas faire la guerre à son fils Andronic IV, ni au fils de celui-ci, Jean VII. Il promettait de respecter leur territoire et de leur porter assistance en cas d’attaque d’un ennemi, sauf s’il s’agissait de « Murad Bey et de ses Turcs ». Les Génois de Péra s’engageaient de leur côté à aider Jean V en cas d’attaque d’Andronic IV, de Jean VII ou d’un autre ennemi, à l’exception de Murad Bey. Enfin, Andronic IV devait également porter secours à son père en cas d’attaque d’un ennemi, y compris de son fils Jean VII. La clause concernant « Murad Bey et ses Turcs » révèle qui avait été le grand bénéficiaire de la paix.

  • 703 Les îles d’Imbros et Samothrace furent cédées à Niccolò Gattilusio, seigneur d’Ainos, en 1384 (Den (...)

11Après les accords de 1381-1382, la souveraineté de Byzance était partagée entre trois empereurs, chacun ayant sous son autorité une région déterminée. Jean V résidait à Constantinople et contrôlait la région proche de la capitale, la bande côtière de la mer Noire ainsi que les îles du nord de l’Égée (Imbros, Lemnos et Samothrace)703. Andronic IV et, plus tard, son fils Jean VII, régnaient sur la côte septentrionale de la mer de Marmara, dont la capitale était Sélymbria. Manuel II enfin, après avoir fui Constantinople en automne 1382, s’était installé à Thessalonique et gouvernait la Macédoine en tant que souverain indépendant.

  • 704 La dispute sur l’île de Ténédos ne finit pas avec le traité de Turin. Dans les années 1390, Venise (...)

12Venise et Gênes avaient également subi les conséquences néfastes de la guerre. Mis à part les pertes matérielles, les deux républiques avaient fini par céder du terrain dans leurs ambitions concurrentes de contrôle des Détroits. Le traité signé à Turin en août 1381 décidait que l’île de Ténédos devait être neutralisée, dépeuplée et ses fortifications détruites704. Même si l’accord de Turin visait à établir un statu quo dans la région, au fil du temps, il contribua à renforcer l’autorité des Ottomans sur les deux rives des Dardanelles. Au cours des dernières années du xive siècle, les deux républiques ne purent que constater l’essor de l’influence ottomane sur la région.

  • 705 Manouèl Kantakouzènos avait reçu la direction du Péloponnèse en 1349. On sait très peu de chose de (...)
  • 706 Dennis, The Reign of Manuel II, p. 43: « Sometime after this date [= 7 Avril 1380, mort de Manouèl (...)
  • 707 L’hypothèse d’un mandat de Théodôros en Macédoine est suggérée par la mention dans un acte athonit (...)
  • 708 La plupart des renseignements sur la vie de Théodôros proviennent de l’oraison funèbre composée pa (...)

13Plus au sud, la partie du Péloponnèse qui était sous domination byzantine connut aussi des changements significatifs à la même époque. Cette région avait été jusqu’alors dirigé par la famille Kantakouzènos. Le deuxième fils de l’empereur Jean VI, Manouèl Kantakouzènos, l’avait gouvernée pendant plus de trente ans jusqu’à avril 1380, date de sa mort705. Ce fut probablement alors que le despote Théodôros, dernier fils de Jean V, fut désigné pour administrer le Péloponnèse. Certains historiens pensent qu’avant de rejoindre la péninsule, Théodôros fut brièvement gouverneur de la Macédoine706, mais la date et les conditions de cette nomination restent difficiles à préciser707. Théodôros était resté à Constantinople avec son père et son frère Manuel durant leur emprisonnement, c’est-à-dire jusqu’en 1379708. Il semble qu’il n’arriva dans le Péloponnèse que vers la fin 1382.

  • 709 Sur la révolte de Iôannès Kantakouzènos, voir G. Gerola, L’effige del despota Giovanni Cantacuzeno (...)
  • 710 Selon l’Oraison funèbre, Matthaios aurait chargé son fils Iôannès du commandement de plusieurs for (...)
  • 711 Nicol, Kantakouzenos, p. 92 et 120 (avec bibliographie).

14À son arrivée, Théodôros dut faire face à la révolte de l’un des fils de Matthaios Kantakouzènos, le despote Iôannès Kantakouzènos709. Matthaios s’était chargé de diriger la région après la mort de son frère Manouèl, jusqu’à l’arrivée de Théodôros, mais il ne put arrêter son fils Iôannès, qui voulait s’emparer d’une partie du territoire710. À cette époque, l’ex-empereur Jean VI (le moine Iôasaph Kantakouzènos) se trouvait aussi dans le Péloponnèse. Il avait quitté Constantinople après l’accord d’avril 1381 entre Jean V et Andronic IV, pour rejoindre Matthaios. Tous deux moururent en juin 1383711.

  • 712 En 1379, le dernier empereur latin, Jacques des Baux, avait engagé cette compagnie de mercenaires (...)
  • 713 Après la mort du despote Iôannès Kantakouzènos (sur laquelle voir Manuel II, Oraison funèbre, p. 1 (...)
  • 714 En 1384, Théodôros épousa la fille aînée de Nerio, Bartolomea. Sur cette alliance, voir J. Chrysos (...)

15Les premières années de Théodôros comme gouverneur du Péloponnèse furent consacrées à mater la révolte du fils de Matthaios et à freiner les incursions de la compagnie navarraise, qui s’était installée dans le Péloponnèse, au nord de la frontière byzantine712. Vers 1383, le rebelle Iôannès Kantakouzènos mourut, ce qui contribua à stabiliser la situation à l’intérieur du territoire byzantin713. Vers la même époque, peut-être un peu plus tard, Théodôros conclut une alliance avec Nerio Acciaiuoli, le nouveau seigneur de Corinthe, afin de combattre ensemble les Navarrais714. Dans ses relations avec les Ottomans, Théodôros suivit la politique de son frère Manuel à Thessalonique, refusant dans un premier temps de prêter allégeance à Murad Ier. Durant quelques années, les deux princes Palaiologoi allaient ainsi s’opposer à l’avancée turque dans les Balkans.

Les derniers réduits byzantins face aux Ottomans : la conquête turque de la Macédoine (1383-1387)

  • 715 Sur la période du gouvernement de Manuel II à Thessalonique, de 1382 à 1387, l’étude de référence (...)
  • 716 Voir les lettres L244/T235, L247/T236 et L249/T237, adressées à l’empereur Manuel II.
  • 717 Pour la victoire de Serrès, voir Dennis, The Reign of Manuel II, p. 67-69. Kydônès mentionne les v (...)

16Après avoir pris connaissance du contenu de l’accord passé entre Jean V et Andronic IV, Manuel II s’était enfui à Thessalonique. La date de son arrivée a été établie par George Dennis : peu après la signature du traité entre Gênes et Jean V, donc vers novembre 1382715. Par son départ inopiné de Constantinople, Manuel avait manifesté son désaccord avec les termes du traité conclu entre son père et son frère, qui l’écartait définitivement de la succession au trône. Il s’opposait aussi à leur politique de soumission envers les Ottomans. Dès son arrivée à Thessalonique, Manuel refusa de prêter allégeance à Murad et résista par les armes à l’avancée ottomane. Ses premières actions remportèrent quelques succès. On en trouve l’écho dans les lettres que lui envoya à cette époque son ami Kydônès716. Elles font allusion à une première victoire dans la région de Serrès et à une autre un peu plus tard, peut-être durant l’été 1383, à l’occasion d’une opération terrestre et navale717. Le lettré byzantin raconte à son impérial ami l’impression qu’avaient produite à Constantinople les nouvelles de ses exploits en Macédoine et l’arrivée des trésors pris aux Turcs :

  • 718 Kydônès, Correspondance II, no 247, p. 15123-29.

Ils te voient comme un homme heureux et béni, non seulement parce tu t’es enrichi toi-même, mais parce tu as donné l’opportunité à tes hommes d’échanger leur pauvreté contre une aisance merveilleuse. On dit qu’un de tes hommes a envoyé à sa famille des vêtements et des objets en or, que vous avez capturés, et il a promis d’envoyer davantage à sa femme au printemps (on sait que plus précieux que les biens que l’on a sont les biens qui sont attendus). Crois-moi : les nouvelles au sujet des bénéfices obtenus n’ont pas échappé à notre attention, comme si c’étaient des traces que laissent les bêtes, qui n’échappent pas à l’attention des chiens de chasse718.

  • 719 Durant l’été 1383, Kydônès adresse une lettre à l’aristocrate Iôannès Asanès, alors en Eubée. Il m (...)
  • 720 Ce fut sans doute le cas de Théodôros Kantakouzènos et de Michaèl Astras, qui sont attestés en Mac (...)

17Les victoires remportées par Manuel en Macédoine et les richesses gagnées lors de ses campagnes poussèrent quelques aristocrates et capitaines d’aventure à quitter Constantinople pour rejoindre ce « nouvel empire » (néa archè) de Thessalonique, terme qu’emploie Kydônès pour qualifier le régime instauré par Manuel II en Macédoine719. Certains de ces aristocrates appartenaient aux grands lignages qui avaient autrefois possédé un important patrimoine foncier dans la région et dont bon nombre avaient vraisemblablement soutenu le coup d’État d’Andronic IV en 1376720.

  • 721 On a dit (cf. supra, n. 719) que dans sa lettre envoyée à Asanés durant l’été 1383, Kydônès dit qu (...)
  • 722 Voir les lettres de Kydônès L368/T354, L370/T353, L372/T355, L374/T358 et L381/ T357. Sur cette qu (...)

18La réaction de Jean V concernant la fuite de son fils et son attitude face aux Turcs semble avoir été à cette époque ambiguë. Si les victoires remportées sur l’ennemi devaient procurer à l’empereur une certaine satisfaction, ses engagements vis-à-vis de Murad et de son autre fils Andronic le laissaient dans une position inconfortable721. Toutefois, l’évolution ultérieure des événements, la perte de la Macédoine et la prise de Thessalonique par les Ottomans finirent par provoquer une certaine animosité de Jean V à l’égard de son fils, partagée sans doute par une bonne partie de la société byzantine722.

  • 723 Aux côtés de Hayreddin Pacha se trouvait Evrenos Bey, l’ancien chef turc établi en Thrace depuis l (...)
  • 724 Chalkokondylès I, p. 4210-13.
  • 725 Sur ces événements, voir Dennis, The Reign of Manuel II, p. 70 et 74-75. Parmi les captifs de Serr (...)

19La réponse ottomane aux succès remportés par Manuel en Macédoine fut effectivement énergique. Selon Chalkokondylès, Murad ordonna à Hayreddin Pacha, gouverneur des territoires turcs en Europe (beylerbey de Roumélie) et grand vizir723, de marcher contre la province byzantine de Macédoine724. Il ne s’agissait pas d’une simple campagne punitive contre un prince rebelle, mais de la soumission de la population et de l’annexion du territoire par l’État ottoman. Les premières attaques commencèrent au printemps ou au début de l’été 1383. À cette époque, l’arrière-pays semble avoir été déjà occupé par les Ottomans. Serrès tomba le 19 septembre. La ville fut pillée et beaucoup de ses habitants faits prisonniers725.

  • 726 Un acte athonite du xve siècle rappelle que le pronoïaire Manouèl Déblitzènos était mort à la bata (...)
  • 727 Kydônès nous a laissé dans ses lettres un témoignage de l’émotion que provoquèrent chez les contem (...)
  • 728 Avant de répondre à l’assaillant, Manuel avait réuni l’assemblée du peuple thessalonicien (ἐκκλησί (...)

20La prise de Serrès permit aux armées ottomanes de s’approcher de Thessalonique. Dans le village de Chortaïtès, où se trouvaient le fameux monastère du même nom, mais aussi une forteresse protégeant la banlieue de la capitale macédonienne, eut lieu la dernière bataille entre les troupes de Manuel II et celles de Hayreddin Pacha. La confrontation dut se produire vers la fin du mois de septembre ou au début du mois d’octobre 1383. Les troupes byzantines furent massacrées et beaucoup de pronoïaires périrent726. La bataille de Chortaïtès ouvrit aux Turcs la voie jusqu’à Thessalonique727. Arrivés devant les portes de la ville, ils en exigèrent la reddition, mais Manuel refusa de rendre la place et s’apprêta à soutenir un siège qui devait durer presque quatre ans, jusqu’au printemps 1387728.

  • 729 Parmi ceux qui étaient favorables à la reddition, il y avait plusieurs notables : Kydônès, Corresp (...)
  • 730 Cette homélie a été éditée dans Glabas, Homélies, no 30, p. 67-84, pour l’allusion à Saint-Sôzôn, (...)

21Durant ce siège, Manuel dut faire face à de nombreux obstacles venant de l’extérieur mais aussi de l’intérieur de la ville. En effet, il semble qu’une partie de la population, épuisée par l’effort financier que réclamait la guerre et par les difficultés consécutives au blocus, ait été favorable à une reddition729. Plus le siège durait, plus nombreux étaient ceux qui demandaient à l’empereur de capituler. Manuel se serait néanmoins montré déterminé à résister à l’ennemi et aurait essayé d’insuffler du courage au peuple de la ville par des discours et des harangues. Le rôle du métropolite Isidôros Glabas semble avoir été également important, car dans ses sermons il exhorta le peuple à se rassembler autour de l’empereur et à lui offrir un appui. Toutefois, les relations entre Glabas et Manuel II ne furent pas toujours cordiales durant les années difficiles du siège. Peu après le début du blocus, le métropolite prononça une homélie dans laquelle il dénonçait avec véhémence les extorsions commises par les fonctionnaires contre les biens ecclésiastiques. Il se référait en particulier à la confiscation du domaine de Saint-Sôzôn, qui était une propriété de l’Église de Thessalonique730.

  • 731 Dennis, The Reign of Manuel II, p. 91-95.

22La confiscation de certaines propriétés de l’Église rappelle le décret de « pronoïarisation » mis en place vers 1374 ou 1375. Manuel dut reprendre les mêmes mesures pour renforcer l’armée et trouver de nouvelles ressources économiques. Il s’agissait peut-être de révoquer certaines décisions de son frère Andronic IV qui, on l’a vu, avait été particulièrement favorable à la consolidation de la grande propriété ecclésiastique et laïque. Quoi qu’il en soit, la question de la confiscation de biens ecclésiastiques provoqua des tensions entre le prélat et l’empereur, au point que Glabas quitta Thessalonique pour Constantinople au printemps 1384. Il ne devait revenir en Macédoine qu’après la conquête ottomane de la ville au printemps 1387731.

  • 732 Je ne parlerai pas ici des contacts entre Manuel II et le pape Urbain VI. Sur cette question, voir (...)
  • 733 Sur Alexios Angélos Philanthrôpènos, voir PLP 29750.
  • 734 Dans un acte de 1381, Alexios dit posséder le gouvernement de la Blaquie (c’est-à-dire de la Thess (...)
  • 735 Il s’agit de deux actes de donation établis en faveur du monastère thessalonicien de la Néa Monè, (...)
  • 736 Il s’agit de son second acte de donation en faveur du monastère de la Néa Monè de Thessalonique : (...)

23Afin de pouvoir compter sur quelques soutiens externes lui permettant de s’opposer aux Ottomans, Manuel II avait établi des contacts avec les pouvoirs chrétiens voisins durant ces années du siège de Thessalonique, voire auparavant732. Le plus important de ces alliés fut le césar Alexios Angélos Philanthrôpènos, qui gouvernait la Thessalie733. Le parcours de ce personnage est assez confus, mais il aurait remplacé l’ancien souverain de la région, Iôannès Uroš Palaiologos, peu avant 1381. D’après la documentation qui nous est parvenue, Alexios semble avoir toujours reconnu l’autorité de l’empereur byzantin734. D’ailleurs, son titre de césar doit lui avoir été décerné par une autorité byzantine. Il paraît s’être rapproché du pouvoir en place à Thessalonique dès l’arrivée de Manuel en Macédoine, en 1382, car plusieurs actes révèlent qu’il avait reçu de cet empereur des biens fonciers situés en territoire byzantin735. On ignore toutefois les conséquences réelles de l’alliance entre Manuel et Alexios dans la lutte contre les Ottomans. En 1386, les troupes de Hayreddin envahirent la Thessalie et prirent Larissa, sa capitale. En dépit de ces défaites, Alexios put conserver une partie de la région sous son autorité. Il est attesté pour la dernière fois en décembre 1389736.

  • 737 Sur les relations entre ManuelII et Thomas Preljubovič, voir Dennis, The Reign of Manuel II, p. 10 (...)
  • 738 Cf. Nicol, Epiros, p. 142-143.
  • 739 L’Archimandreion était le nom sous lequel était connu le monastère de la Dormition de la Vierge à (...)
  • 740 Chronique de Iôannina, chap. 26, p. 48. Gabrièl fut nommé métropolite de Iôannina en 1386 (ibid., c (...)

24Thomas Preljubovič, seigneur de la ville de Iôannina, se joignit aussi à cette ligue antiturque informelle dirigée par Manuel II depuis Thessalonique737. Ancien gouverneur de la ville de Bodéna, en Macédoine occidentale, Preljubovič avait été chargé de l’administration de Iôannina vers 1366/1367738. Il avait épousé Maria Angélina Palaiologina, fille de l’ancien roi serbe Simeon Uroš († 1371) et belle-fille du puissant seigneur Radoslav Hlapen, qui gouvernait une grande partie de la Macédoine occidentale. Vers 1380, Preljubovič avait reconnu la suzeraineté ottomane sur la région et s’était allié avec le commandant Lâlâ Şahîn pour vaincre les Albanais commandés par Ghin Boua Spata. Toutefois, au cours de l’année 1382, il changea de politique et se rapprocha de Manuel II. Après septembre 1382, il envoya à Thessalonique une ambassade dirigée par Gabrièl, higoumène de l’Archimandreion739, pour faire acte de soumission à l’empereur. À son retour à Iôannina, Gabrièl était accompagné d’un archonte byzantin, un certain Mangaphas, qui apportait avec lui les insignes de despote, avec lesquels Preljubovič fut investi740.

  • 741 Sur Esau Buondelmonti, voir PLP 8147 (Ἰζαύ). Sur l’envoi des insignes de despote par Jean V depuis (...)

25L’alliance entre le despote Preljubovič et Manuel II ne semble pas avoir eu davantage de résultats pratiques. Il est vrai qu’à peine un an plus tard, en décembre 1384, le seigneur de Iôaninna fut assassiné et que lui succéda le Florentin Esau Buondelmonti, qui épousa sa veuve Maria Angélina. L’année suivante, Buondelmonti prêta allégeance à Murad et reçut de l’empereur Jean V les insignes de despote741.

  • 742 Sur cette alliance, voir la lettre envoyée par l’évêque d’Argos, le dominicain Giacomo Pigaloti, d (...)
  • 743 La délibération du sénat vénitien du 18 avril 1385 est éditée par Dennis, ibid., App. A, p. 163-16 (...)

26On a dit que le despote Théodôros Palaiologos, gouverneur du Péloponnèse depuis 1382, s’opposa aux Ottomans comme Manuel II le faisait à Thessalonique. Malgré la distance importante entre les deux territoires sous domination byzantine, plusieurs sources témoignent d’une alliance entre les deux frères pour combattre les Turcs, alliance à laquelle adhéra aussi Nerio Acciaiuoli, seigneur de Corinthe, dont la fille avait épousé Théodôros en 1384742. On sait par exemple que Manuel envoya vers l’hiver 1384-1385 un contingent de cent cavaliers pour aider Théodôros et Nerio à combattre leurs ennemis communs dans le Péloponnèse. De même, les deux frères envoyèrent une ambassade conjointe à Venise pour demander de l’aide dans leur lutte contre Murad Ier, ainsi que l’intervention de la république auprès du souverain ottoman afin de conclure un traité de paix avec ce dernier743.

  • 744 Ibid., p. 151-155. Pour la date de la prise de Thessalonique, voir supra, n. 728.
  • 745 Sur l’entretien entre Manuel et Murad, voir Dennis, The Reign of Manuel II, p. 158, et Barker, Man (...)

27L’alliance avec Théodôros ne permit pas de lever le siège de Thessalonique, qui tomba entre les mains des Ottomans au printemps 1387744. Manuel s’était enfui de la ville quelques jours plus tôt et se réfugia à Lesbos, auprès de son cousin Francesco II Gattilusio, qui lui permit de camper en dehors des murailles de Mytilène, en attendant la suite des événements. Peu de temps après, vers l’été 1387, Manuel se rendit de son plein gré auprès de Murad qui se trouvait alors à Brousse, sa capitale asiatique. Il prêta allégeance au souverain ottoman et dut reconnaître les clauses du traité de 1381. Puis, il se rendit à Constantinople pour solliciter le pardon de son père Jean V, qui l’envoya dans l’île de Lemnos, où il demeura jusqu’en 1389, à la veille du coup d’État de son neveu Jean VII745.

  • 746 Sur la soumission de Théodôros aux Ottomans et la campagne d’Evrenos Bey dans le Péloponnèse, voir (...)

28De son côté, Théodôros poursuivit ses campagnes pour consolider l’autorité byzantine dans la péninsule. Cependant, après avoir subi quelques défaites, il fut finalement contraint d’accepter lui aussi l’autorité ottomane. En effet en 1387, Théodôros fit appel à Evrenos Bey, le lieutenant ottoman dans la région, qui était devenu puissant en Thessalie après la soumission de Larissa en 1386, pour vaincre les archontes locaux qui ne reconnaissaient pas encore l’autorité des Paléologues et pour freiner les exactions de la compagnie navarraise. Théodôros, après avoir consolidé ainsi sa position dans le Péloponnèse, accepta de devenir le vassal de Murad et lui fit acte d’allégeance746. Dès lors plus aucun territoire byzantin ne s’opposait à la prééminence des Ottomans dans les Balkans.

La première grande offensive ottomane dans les Balkans : de la reprise de Gallipoli à la bataille de Kosovo Polje (1376-1389)

29L’arrivée au pouvoir d’Andronic IV avait été propice à la montée en puissance des Turcs en Europe. La cession de Gallipoli à la fin de l’été 1376 avait permis aux Ottomans d’unifier leurs territoires d’Asie et d’Europe. Murad pouvait à nouveau compter sur le soutien des beys turcs installés en Thrace. Dorénavant, avec le contrôle de Gallipoli, il n’était donc plus dépendant des Byzantins pour traverser les Détroits et faire passer des troupes d’Anatolie en Europe.

  • 747 Les conditions de vassalité imposées par les Ottomans aux Byzantins incluaient désormais le versem (...)

30Le gouvernement byzantin, satisfait de pouvoir conserver et mettre en valeur les quelques territoires acquis à la faveur de la désagrégation serbe, ne fit rien pour s’opposer à la pénétration turque dans les Balkans et à l’intérieur même de l’Empire. Lorsque Jean V revint sur le trône en 1379, en partie grâce au soutien de Murad, qui avait trouvé dans les disputes au sein de la famille impériale un levier pour exercer son contrôle sur l’Empire, il était impossible de revenir en arrière et l’ancien empereur dut renouveler les termes de l’accord passé entre son fils et Murad, dans des conditions au demeurant encore plus humiliantes747.

31À la même époque, les troupes ottomanes avançaient en Europe. Après avoir consolidé sa souveraineté sur la Thrace, Murad se tourna contre le royaume de Bulgarie. Les divisions internes de cet État permirent aux Ottomans de s’y imposer aisément. La plupart des spécialistes considèrent que la Bulgarie devint un État vassal des Turcs dès 1376, à l’occasion du mariage de Tamara, sœur du tsar bulgare Ivan Šišman, avec Murad. Toutefois, ce nouveau pas vers la dépendance envers le souverain ottoman n’empêcha pas les attaques et les raids contre la Bulgarie, qui continuèrent à ravager ce pays. Les seigneurs bulgares furent dépossédés de leurs territoires, tandis que les communautés rurales se dissolvaient, victimes des pillages. Les villes de Sofia et de Štip furent prises en 1385 et Preslav, Šumen et Silistria en 1388. À la fin de la décennie 1380, les Bulgares ne contrôlaient plus qu’une petite partie du territoire, autour de la principauté de Vidin, ainsi que la région proche de la mer Noire.

  • 748 Sur le knez Lazar Hrebeljanović, attesté comme souverain d’une partie du territoire serbe entre 13 (...)
  • 749 Pour les campagnes de Murad Ier en Serbie entre 1386 et 1389, voir Reinert, From Niš to Kosovo Pol (...)
  • 750 Ce sont les sources ottomanes qui rapportent que Lazar fit à cette époque acte d’allégeance à Mura (...)

32Les Ottomans continuèrent aussi leur avancée vers l’ouest, c’est-à-dire vers les territoires qui étaient restés sous souveraineté serbe. Après avoir occupé la Macédoine byzantine en 1383, ils s’engagèrent dans la conquête de la Thessalie et de la Macédoine occidentale. On ne connaît pas les dates exactes de la prise de Kastoria et Bitola, mais elles sont certainement antérieures à 1386, année de la soumission de Larissa. Vers la même époque, les Ottomans pénétrèrent aussi dans le territoire du prince (knez) serbe Lazar Hrebeljanović748. En 1386, ils prirent l’importante ville de Niš, qui contrôlait le passage vers la Serbie749. Il est difficile de déterminer si Lazar devint dès cette époque le vassal des Ottomans750.

  • 751 Sur la bataille de Bileća (1388), voir S. W. Reinert, A Byzantine Source on the Battles of Bileća (...)
  • 752 La bataille de Kosovo Polje (« champ des merles ») est l’un des événements les plus connus de l’hi (...)
  • 753 Il convient de souligner que ce fut peut-être à cette occasion qu’une fille du prince Lazar et de (...)
  • 754 Les Hongrois attaquèrent la Serbie dès novembre 1389, profitant de la commotion provoquée par la b (...)
  • 755 Sur la princesse Milica/Eugénia, voir PLP 91854 (Ἑλένη). Sur son fils Stefan Lazarević, voir PLP 2 (...)
  • 756 Sur Vuk Branković, voir PLP 3075 (Βοῦλκος). Il était le fils du noble serbe Branko Mladenović. Il (...)

33En août 1388, les Bosniaques remportèrent une victoire face aux Turcs à Bileća, ce qui força Murad à intervenir personnellement dans cette région des Balkans751. En juin 1389, son armée entra en territoire serbe et affronta une coalition de princes chrétiens, dirigée par le prince Lazar, dans les plaines du Kosovo. Le résultat de cette célèbre bataille fut incertain. Aussi bien Murad que le prince Lazar y laissèrent la vie. Dans les deux camps, le nombre de morts fut très élevé752. Toutefois, les Serbes, qui avaient épuisé leur capacité de résistance, n’étaient plus en mesure de s’opposer aux Turcs, dont la puissance militaire était supérieure. Après la mort de Lazar, sa veuve, la princesse Milica, devenue la moniale Eugénia, dut se résoudre à accepter pour son pays le statut de vassal de Murad753. La situation de la Serbie était à l’époque très difficile, car elle était menacée non seulement par les Ottomans, mais aussi par ses voisins du nord, les Hongrois754. Par ailleurs, la disparition du prince Lazar avait provoqué des conflits à l’intérieur de la principauté serbe : le fils aîné de Lazar, Stefan, étant mineur, ce fut sa mère, la moniale Eugénia, qui assuma la régence755 ; mais, dans les terres du sud, le seigneur Vuk Branković, ayant consolidé son autorité, se proclama gouverneur indépendant756. Branković refusa quant à lui d’accepter le statut de vassal des Ottomans, mais il subit une terrible défaite dans la forteresse de Skopje en janvier 1392 ; cet événement mit un terme définitif à sa résistance et l’obligea à accepter, lui aussi, les conditions du souverain turc, Bayezid Ier, le successeur de Murad Ier.

  • 757 Voir à ce sujet, Reinert, A Byzantine Source (cité supra, n. 751).

34À Byzance, les nouvelles concernant l’avancée ottomane devaient provoquer un profond sentiment d’impuissance. Afin d’éviter la confrontation, l’empereur avait été contraint d’envoyer de l’argent et des hommes qui contribuèrent, aux côtés des Turcs, à la prise des villes et à la soumission des autres peuples chrétiens des Balkans. Depuis la perte de la Macédoine en 1383 et de Thessalonique en 1387, nombre de Byzantins s’étaient persuadés que toute tentative de résistance aux Ottomans était vaine. Certains croyaient encore à la possibilité d’un secours extérieur, qui aurait pu renverser le cours des événements et libérer l’Empire de la pression des Ottomans, mais cette éventualité apparaissait de plus en plus hypothétique. Bien que les timides victoires serbes et bosniaques de la fin des années 1380 aient insufflé quelques espoirs, ceux-ci furent bientôt dissipés par la nouvelle de la bataille de Kosovo757. Or, la situation allait bientôt se dégrader davantage, car une nouvelle crise interne était sur le point d’éclater. Jean VII, le fils d’Andronic IV, avait hérité l’ambition de son père et s’apprêtait à prendre le pouvoir à Constantinople grâce à l’aide des Ottomans.

Byzance au bord de l’abîme : du coup d’État de Jean VII à l’entretien de Serrès (1390-1394)

35L’entente entre Jean V et son fils Andronic IV, conclue lors des accords de 1381 et ratifiée plus tard dans le traité byzantino-génois de 1382, ne dura pas longtemps. Depuis son apanage de Sélymbria, Andronic songea toujours à arracher le pouvoir à son père. Durant l’été 1385, il pénétra à la tête d’une armée sur les terres de Jean V et prit la forteresse de Mélantias, située près de Constantinople. Jean V lança une contre-offensive pour reprendre cette place et, au cours des combats, Andronic fut gravement blessé. À son retour à Sélymbria, il mourut. Sa place fut alors reprise par son fils Jean VII, qui songea également à s’installer sur le trône de son grand-père.

  • 758 Les rapports entre Jean V et Manuel II durant cette période demeurent peu clairs. Après la mort d’ (...)

36Proclamé co-empereur lors du couronnement de son père en septembre 1377 par le patriarche Makarios, Jean VII avait été reconnu par son grand-père Jean V comme l’héritier d’Andronic IV au trône de Constantinople lors des accords de 1382. On ne sait pas si la guerre de 1385 affecta le statut de Jean VII, mais la prise de Thessalonique par les Ottomans en 1387 et la disgrâce de Manuel II dut en quelque sorte conforter sa position aux yeux de la classe dirigeante de l’Empire. Quoi qu’il en soit, il semble qu’un statu quo s’était imposé à Constantinople concernant la question de la succession au trône dans ces années suivant la mort d’Andronic IV et la chute de Thessalonique758.

  • 759 Cet épisode a fait couler de l’encre : voir J. W. Barker, John VII in Genoa : A Problem in Late By (...)
  • 760 Voir à ce sujet les craintes exprimées par Kydônès dans la lettre adressée à Manuel II à Lemnos au (...)
  • 761 Sur ces événements, voir Reinert, The Palaiologoi.

37En avril 1389, Jean VII et sa mère Maria-Kyratza, devenue la moniale Makaria, accostèrent à Gênes759. Le motif de leur voyage n’est pas très clair, mais il était sans doute lié à une éventuelle lutte pour le pouvoir à Constantinople760. Jean VII n’était pas encore parvenu à un accord avec les autorités ligures lorsqu’arrivèrent à Gênes la nouvelle de la mort de Murad Ier à la bataille de Kosovo et celle de l’avènement de son fils Bayezid. Quittant alors l’Italie de manière précipitée, Jean VII se rendit auprès du nouveau souverain ottoman afin d’obtenir son soutien en vue d’une prise de pouvoir à Constantinople. Arrivé devant les murailles de la capitale, le jeune empereur parvint à rentrer dans la ville dans la nuit du 13 au 14 avril 1390, grâce à la collaboration de partisans au sein de la population constantinopolitaine761.

  • 762 Voir ibid., p. 331 (avec bibliographie).
  • 763 À son arrivée au pouvoir, Bayezid Ier éleva aussi ses exigences envers les puissances occidentales (...)

38Le règne de Jean VII fut néanmoins de courte durée. Au début du mois d’août 1390, Manuel II, à la tête d’une puissante flotte, rejoignit son père qui s’était enfermé dans sa forteresse de la Porte Dorée. Les combats se poursuivirent jusqu’au 17 septembre, lorsque Jean VII fut finalement obligé de se rendre. Bien que Manuel II et son père Jean V eussent repris le pouvoir sans l’aide de Bayezid Ier, ils ne tardèrent pas longtemps à entreprendre des négociations avec lui en vue de lui faire entériner leur position. Bayezid ne semble pas s’être opposé a priori à ce que Jean V et son deuxième fils reprennent le pouvoir, mais il se serait montré peu clair quant à la personne qui devait succéder au vieil empereur. Durant l’hiver 1390-1391, il obligea Manuel II et Jean VII à le suivre dans ses campagnes anatoliennes762. La dernière crise au sein de la dynastie impériale lui avait offert une occasion inespérée de durcir encore la position de vasselage à laquelle Byzance était réduite. Bayezid avait surtout exigé une forte augmentation du tribut versé par les Byzantins ainsi que la destruction de la forteresse de la Porte Dorée, qui avait servi de refuge à Jean V durant le coup d’État de Jean VII763.

  • 764 Kydônès, Correspondance II, nos 442 et 443.

39L’empereur Jean V mourut le 16 février 1391. L’avènement de Manuel II se serait alors déroulé sans opposition et avec l’accord de Bayezid qui aurait permis à Manuel de se rendre rapidement à Constantinople (mars 1391), à condition qu’il revînt ensuite aussitôt en Anatolie pour l’assister dans une nouvelle campagne militaire contre les autres émirats turcs d’Asie Mineure. Les dernières lettres de Kydônès, qui ne détenait plus aucun poste à la cour depuis plusieurs années, nous ont préservé le climat pessimiste qui régnait à cette époque dans la capitale byzantine764. Celle-ci n’avait jusqu’alors échappé à un véritable siège que grâce aux nombreuses concessions faites par les empereurs aux Ottomans et, surtout, du fait que ces derniers étaient occupés à consolider leurs frontières aussi bien en Asie qu’en Europe. Toutefois, une attaque de Constantinople apparaissait désormais chaque jour plus vraisemblable.

  • 765 Les raisons du changement d’attitude de Jean VII restent méconnues. Sur ce traité qui impliquait l (...)
  • 766 La chronologie du voyage de Manuel II à Serrès peut être reconstituée grâce à la documentation ath (...)
  • 767 Manuel II, Oraison funèbre, p. 14115-19 : ἦν ταυτί · καὶ ὁ Αἰθίοψ τὴν ψυχὴν οὐκ ἐδύνατο τὴν μελανία (...)
  • 768 Au mois de février, Bayezid conquit le comté latin de Salôna : Barker, Manuel II, p. 120 et n. 47.

40L’occasion se présenta à la suite des événements qui se produisirent à Serrès durant l’hiver 1393-1394. Bien que la reconstitution de cet épisode présente encore quelques zones d’ombres, l’essentiel est connu. Vers 1393, Manuel II avait essayé de mettre un terme au conflit avec son neveu Jean VII en passant un accord avec lui, aux termes duquel Manuel adopterait Jean comme « fils » et héritier au trône. L’entente semblait profitable aux deux parties qui pouvaient enfin mettre un terme à leur rivalité. Toutefois, Jean tourna casaque et révéla à Bayezid le contenu de l’accord, mettant ce dernier en fureur765. Ayant achevé ses campagnes en Asie, le souverain ottoman passa aussitôt en Europe avec l’intention de bouleverser le système politique hérité de l’époque de son père. Durant l’hiver 1393-1394, il convoqua dans la ville de Serrès tous ses vassaux chrétiens766, parmi lesquels les empereurs Manuel II et Jean VII, le despote Théodôros Palaiologos et les seigneurs serbes Stefan Lazarević, le fils du prince Lazar, et Konstantin Dejanović, gouverneur de la région au nord de la Macédoine et beau-père du souverain byzantin. Les sources sont peu claires, mais il semble que Bayezid ait voulu faire une démonstration de force devant ses vassaux. Selon les mots de Manuel II, Bayezid aurait fait aveugler les hommes qui accompagnaient l’empereur et aurait fait couper les mains de ses officiers767. L’empereur dit également que le souverain ottoman exigea de son frère Théodôros, arrivé à Serrès peu après son propre départ, de livrer Monemvasie et de l’accompagner dans une campagne en Thessalie durant les premiers mois de l’an 1394768.

  • 769 Manuel II, Oraison funèbre, p. 15714-19.
  • 770 Ibid., p. 1574-14. Sur ces événements, voir Loenertz, Pour l’histoire du Péloponnèse, p. 172-181.

41Après l’entretien de Serrès, Manuel II décida donc de rompre ses liens de vassalité avec Bayezid, et Théodôros fit de même, s’enfuyant en secret du campement ottoman. En représailles, dans les mois qui suivirent Bayezid chargea Evrenos Bey d’attaquer les territoires byzantins du Péloponnèse769, tandis que lui-même se repliait vers la Thrace, sous prétexte – écrit Manuel II dans l’Oraison funèbre – qu’il avait reçu une lettre du sultan d’Égypte demandant son aide pour combattre le Tatar Tamerlan770. En réalité, Bayezid recruta une armée nombreuse et adressa un ultimatum à Manuel II pour livrer Constantinople. Ainsi débuta le premier grand siège ottoman de la capitale byzantine, qui devait durer huit ans, jusqu’à la défaite turque à la bataille d’Ankara (juillet 1402).

Le premier siège de Constantinople par les Ottomans (1394-1402)

42Bayezid pensait que la dernière heure de Byzance avait sonné et qu’il était nécessaire à la consolidation du pouvoir ottoman de mettre fin à cet empire millénaire, réduit à l’époque à sa capitale et à quelques lambeaux de terre. C’était peut-être son intention dès son arrivée au pouvoir en 1389, mais la nécessité de renforcer la frontière orientale de l’État l’avait obligé dans un premier temps à porter son attention vers l’Asie Mineure. L’annexion de l’émirat des Djandarides (Kastamonu) et les successives victoires contre quelques petites principautés mineures du sud de l’Anatolie devaient permettre à Bayezid d’agir librement en Europe à partir de l’année 1393.

43Après avoir provoqué la rupture des liens avec les différents membres de la famille régnante de Byzance à l’occasion de la rencontre de Serrès, rien n’empêchait plus Bayezid de déclarer ouvertement la guerre à Byzance. Durant la première moitié de l’an 1394, il entreprit des préparatifs afin d’accroître la puissance militaire ottomane. C’est sans doute de cette époque que date une importante réforme foncière, sur laquelle on reviendra à la fin de ce chapitre, réforme qui entraîna le bouleversement du statut de la terre dans les provinces européennes soumises à la domination ottomane.

  • 771 Selon la plupart des sources, la construction d’Anadolu Hisar daterait de la période postérieure à (...)

44Vers la fin du printemps ou au début de l’été 1394, Bayezid se présenta devant les remparts de Constantinople à la tête d’une formidable armée. Son intention était de prendre la ville assez rapidement et par la force. Au cours de cette année (1394), il lança plusieurs attaques dont l’intensité plongea les Byzantins dans la crainte d’une chute imminente. Le blocus organisé par Bayezid était probablement le plus sérieux que la capitale byzantine ait jamais connu. Il avait non seulement coupé les routes terrestres, mais aussi neutralisé les accès par mer, grâce au contrôle du port de Gallipoli et, plus tard, à la construction d’une forteresse sur la rive orientale du Bosphore (Anadolu Hisar)771. Coupant l’accès à la ville aussi bien par les Dardanelles que par le Bosphore, les Ottomans interdisaient ainsi aux navires de porter secours à la population assiégée.

  • 772 Sur la croisade de Nicopolis, on consultera toujours avec profit l’ouvrage de J. Delaville Le Roul (...)
  • 773 À propos de quelques envois de blé de Venise à Constantinople durant ces années, voir Barker, Manu (...)

45Les espoirs de Bayezid se heurtèrent toutefois à l’inexpugnabilité des murailles de Constantinople. Les premiers échecs de l’armée ottomane lui imposèrent alors un changement de stratégie. Il escompta désormais réduire la ville par un long siège et par la faim. La rigueur de ce siège devait toutefois varier selon les périodes. Pour ne citer qu’un exemple, les violents assauts de l’été et de l’automne 1395 furent suivis d’une période de relative accalmie. Celle-ci était la conséquence de l’avancée des croisés du côté du Danube, à laquelle mit néanmoins un terme la célèbre bataille de Nicopolis où les Ottomans infligèrent une déroute à la coalition des forces chrétiennes (septembre 1396)772. De même, le blocus maritime de la capitale ne s’avéra pas toujours efficace, certains marchands parvenant à forcer les lignes ennemies et à faire ainsi rentrer du blé et d’autres denrées sur les marchés de la capitale773. Quant aux accès terrestres, quelques sorties de l’armée byzantine au-delà des remparts permirent ponctuellement de collecter quelques vivres dans les alentours de la ville.

  • 774 Sur la situation de la population de Constantinople durant le blocus et le commerce de denrées, vo (...)

46Néanmoins, la situation à l’intérieur de la ville se dégrada au fur et à mesure que le siège se prolongeait. La hausse du prix des denrées alimentaires et les difficultés pour se procurer du blé provoquèrent de nombreux conflits entre les habitants. Des attaques contre les maisons et contre les champs cultivés à l’intérieur des remparts étaient fréquentes. Un marché noir aurait même existé et les autorités auraient été impliquées dans le trafic frauduleux de certains produits agricoles774.

  • 775 ASV, Senato, Secreta, registro E (olim R), fol. 145r-v (décision du 7 avril 1397). Le contenu de c (...)

47Les mois qui suivirent la défaite de l’armée chrétienne à Nicopolis furent particulièrement difficiles pour les Constantinopolitains. Profitant des avantages que lui procura cette victoire, Bayezid redoubla ses attaques. Il croyait pouvoir briser leur résistance, après que la nouvelle de l’échec de la croisade eut mis le moral des habitants au plus bas. La situation semblait tellement désespérée que l’empereur Manuel II proposa aux Vénitiens de leur remettre Constantinople ou les îles de Lemnos et d’Imbros dans le cas où il serait obligé de s’enfuir775. Toutefois, en dépit de l’intensité des attaques ottomanes, les remparts de la capitale byzantine restèrent inébranlables. Finalement vers l’été 1397, Bayezid ordonna la fin des attaques. Le blocus n’en continua pas moins, mais prendre la ville par la force s’était avéré pour l’heure impraticable.

  • 776 Sur ces ambassades, voir Barker, Manuel II, p. 154-160.
  • 777 Peu après son arrivée à Constantinople, Boucicaut – accompagné de Manuel II – lança plusieurs atta (...)
  • 778 La décision de Manuel II de laisser la direction de Constantinople à son neveu et ancien rival Jea (...)
  • 779 Manuel s’arrêta à Monemvasie pendant environ un mois, durant lequel il passa un accord avec les au (...)
  • 780 Sur le séjour de Manuel II en Occident, voir Barker, Manuel II, p. 171-199.

48Toujours encerclée par les Turcs, Constantinople connut sans doute des conditions moins sévères après 1397. Durant cette période, l’empereur Manuel II envoya plusieurs ambassades en Occident pour y quérir de l’aide, mais les résultats furent plutôt limités, bien qu’au printemps 1399 une petite force commandée par le maréchal Boucicaut ait accosté à Constantinople776. L’arrivée de ce modeste contingent d’hommes donna quelques espoirs à la population assiégée777. Ce fut alors que Manuel II, conseillé par Boucicaut, décida d’entreprendre en personne un voyage diplomatique pour solliciter l’assistance des souverains occidentaux. La suite des événements est bien connue. Après s’être réconcilié avec son neveu Jean VII, à qui il laissa le gouvernement de la ville en son absence, Manuel II quitta Constantinople au mois de décembre 1399, accompagné du maréchal français778. En route, il fit escale à Monemvasie, où s’était réfugié son frère Théodôros, auquel il confia sa femme et ses enfants779. L’empereur arriva à Venise début avril 1400, première étape d’un long périple durant lequel Manuel visita Padoue, Milan, Paris et Londres. En même temps, l’empereur envoya des ambassadeurs dans d’autres royaumes de la chrétienté occidentale, ceux de la péninsule Ibérique par exemple, pour solliciter de l’aide. Le séjour de Manuel en Occident dura deux ans, pendant lesquels Constantinople continua de subir le blocus ottoman780. En dépit des inlassables efforts déployés par l’empereur et ses diplomates, les résultats des négociations furent dans l’ensemble décevants. Ils se traduisirent par de simples promesses d’une nouvelle expédition militaire ou de collectes d’argent pour porter assistance à l’empire d’Orient.

  • 781 Manuel apprit la nouvelle de la bataille d’Ankara à Paris vers la fin de l’été 1402 : cf. ibid., p (...)

49Découragé par les maigres résultats de son long séjour en Occident, Manuel s’apprêtait à rentrer à Byzance, lorsqu’il reçut à Paris la nouvelle d’un événement qui allait bouleverser totalement la situation en Orient : Bayezid avait été vaincu et capturé par Tamerlan lors d’une bataille près d’Ankara (28 juillet 1402)781. Il mourut en captivité peu après. Quant à ses fils, ils se disputaient maintenant l’héritage paternel. Malgré la menace que la présence de Tamerlan faisait peser sur la population anatolienne, ses troupes dévastant tout sur leur chemin, le blocus de Constantinople était levé et la capitale byzantine connaissait à nouveau une paix inespérée. Manuel se hâta de rentrer à Constantinople, car il fallait tirer profit de cette situation en obtenant des Ottomans en déroute un nouveau traité, plus avantageux que les précédents. Les conséquences de la bataille d’Ankara furent en effet décisives pour l’histoire byzantine de la première moitié du xve siècle.

2. La situation de la population chrétienne des Balkans à l’époque de la conquête ottomane

  • 782 Sur l’emploi de troupes turques par les empereurs byzantins durant les deux guerres civiles du xiv(...)

50Avant d’aborder le sort réservé par les Ottomans à la population chrétienne en Macédoine et dans le sud des Balkans, il faut rappeler que les Turcs n’arrivaient pas en terre tout à fait inconnue. Les sources nous apprennent qu’ils avaient déjà à maintes reprises traversé la mer depuis l’Asie Mineure pour intervenir dans les querelles intestines de Byzance. Après la mort d’Umur Pacha d’Aydin (1348), ce rôle était échu plus particulièrement aux Ottomans. Ce fut d’abord Süleymân Pacha qui franchit à plusieurs reprises les Dardanelles pour intervenir dans la guerre opposant le parti de Iôannès Kantakouzènos à celui de l’empereur Jean V dans les années 1340782.

  • 783 Beldiceanu-Steinherr, Le destin, p. 110, no 22. Tzympé, aujourd’hui Çimbi, dans l’Héllespont, fut d (...)

51Par ailleurs, le contexte politique de la deuxième moitié du xive siècle fut favorable à l’envahisseur, car la Serbie se trouvait affaiblie après la mort du tsar Étienne Dušan en 1355 ; en Bulgarie, les magnats locaux contestaient aussi l’autorité du souverain et, dans l’Épire et le Péloponnèse, les principautés grecques et latines rivalisaient constamment pour élargir leurs territoires les unes aux dépens des autres. Pour les Ottomans, ce fut donc une tâche facile de s’infiltrer dans les conflits internes qui divisaient les chrétiens, appuyant tantôt l’un tantôt l’autre au gré de leur intérêt. Ils réussirent ainsi à s’imposer dans toute la région. N’oublions pas non plus que ce fut l’empereur de Byzance qui installa le premier des Turcs comme troupes auxiliaires sur la côte septentrionale de l’Hellespont, à Tzympé783.

Conditions générales de la conquête ottomane dans les Balkans

  • 784 Voir Ead., Analyse de la titulature d’Orhan sur deux inscriptions de Brousse, Turcica 34, 2002, p. (...)
  • 785 Sur cette question, voir O. L. Barkan, Caractère religieux et caractère séculier des institutions (...)

52Les conditions dans lesquelles s’effectua la conquête ottomane en Macédoine et dans le sud des Balkans permettent d’expliquer pourquoi, pour les populations soumises, le poids de cette domination ne se fit sentir que très progressivement. Le changement de situation politique n’impliquait au début que la prise de butin par l’ennemi et le versement d’un tribut dans les régions qui acceptaient de se soumettre volontairement. Ce ne fut que par la suite que la population chrétienne fut confrontée aux prélèvements successifs d’impôts et aux modifications dans le statut de ses terres, qui furent alors justifiées par la loi religieuse (la charî’a). Toutefois, compte tenu de l’évolution de la conquête, il serait abusif de présenter les premiers combattants en Thrace et en Macédoine comme des propagateurs militants de la foi musulmane et de donner ce sens au mot gazi, qui dans ce contexte signifie simplement « guerrier »784. Les faits historiques ne confirment nullement cette interprétation (pourtant souvent invoquée par certains historiens), qui résulte d’une relecture tardive des événements opérée par les chroniqueurs ottomans de la seconde moitié du xve siècle. Les souverains ottomans, soutenus par les théologiens au service de l’État, eurent alors recours à cet argument pour justifier leurs programmes d’expansion ainsi que leurs exigences vis-à-vis de la population chrétienne785.

  • 786 Voir Inalcik, Status.
  • 787 Pour l’institution du timar, voir l’ouvrage fondamental de Beldiceanu, Le timar. Pour un exemple c (...)
  • 788 Sur ces impôts, voir infra, p. 462-463. La charî’a laissait une certaine marge de manœuvre aux aut (...)

53Les sources de la seconde moitié du xive et de la première moitié du xve siècle prouvent au contraire que l’attitude des premiers conquérants ottomans à l’égard des peuples conquis était nettement plus pragmatique. Ce pragmatisme fut d’ailleurs peut-être l’une des raisons de leur succès. Ils purent ainsi compter dans leur expansion sur la collaboration d’une partie de la population autochtone que le fanatisme religieux aurait pu autrement leur aliéner. En effet, après avoir soumis un territoire, les Ottomans y maintenaient la plupart des structures administratives, juridiques et fiscales préexistantes et y respectaient le statut de la propriété foncière786. Il est par exemple significatif que les anciens revenus fiscaux détenus par les Byzantins au titre de leurs pronoiai aient été maintenus par le conquérant sous la forme d’une nouvelle institution, le timar, qui présentait les mêmes caractéristiques que la pronoia byzantine et qui consistait à accorder à un bénéficiaire les impôts d’un certain nombre de paysans ainsi qu’un lopin à faire exploiter directement787. Dans un premier temps, le pouvoir ottoman exigeait seulement de la population chrétienne un impôt additionnel, l’ispendje, ainsi que la capitation788.

  • 789 Sur cette question, voir les régions étudiées dans le volume collectif Continuity and Change in La (...)
  • 790 C’est le cas dans l’île de Lemnos pour laquelle on a conservé une abondante documentation datant d (...)

54La continuité des institutions dans les campagnes immédiatement après la conquête est reflétée aussi par les premiers registres fiscaux ottomans. Ils témoignent d’une composition de la société rurale proche de celle de la période précédente789. Dans ce type de source, le nombre de musulmans est par exemple très réduit. Du reste, la comparaison des actes de la période byzantine avec ceux de la documentation ottomane trahit également une permanence des structures foncières790. En effet, l’État ottoman n’essaya jamais de remplacer la population autochtone par des musulmans en installant des paysans turcs d’Anatolie en Europe. On connaît seulement quelques cas de déportation à titre de punition. D’ailleurs, la plupart des conversions à l’islam se produisirent en milieu urbain, en particulier parmi les membres de l’élite sociale, parce que l’adoption de la religion de l’État ouvrait l’accès à des postes rémunérateurs et stratégiques dans l’administration et dans l’armée. Ces personnages fondèrent des medressés, des bains publics ou des institutions de bienfaisance dans les villes, ce qui leur permit de transmettre l’administration de ces biens non aliénables à leurs enfants.

  • 791 Les kânûnnâme furent d’abord appliqués dans les provinces européennes et beaucoup plus tard dans l (...)

55Il convient enfin de souligner que les souverains ottomans firent rédiger des recueils de lois, appelés kânûnnâme, qui incorporaient les traditions et les normes du droit coutumier en vigueur dans une région donnée leur arrivée. Cet effort de codification des lois antérieures à la conquête a également dû constituer un élément favorable aux yeux de la population autochtone791.

56Tout cela permet de mieux comprendre comment les Ottomans purent s’imposer assez vite et assez aisément dans les Balkans et intégrer à leur domination des peuples très différents. Toutefois, le contrôle des territoires par le pouvoir ottoman se durcit considérablement avec le temps, mais cette évolution se fit de manière très progressive. Par ailleurs, la soumission de peuples étrangers adopta plusieurs modalités qui allaient de la création d’un simple rapport de vassalité entre une petite puissance et les Ottomans jusqu’à la soumission d’un territoire par l’épée. De ce double processus, on trouve des exemples aussi bien en Asie Mineure que dans les Balkans. Dans les provinces byzantines, on commençait par verser un lourd tribut aux Ottomans en échange de la paix jusqu’au jour où ces provinces étaient incorporées à l’État par une expédition militaire.

  • 792 Lors d’une reddition négociée, que les Ottomans désignaient par le terme amanname, la ville receva (...)

57Toutefois, devant la menace d’une conquête sanglante, un territoire pouvait également offrir une reddition volontaire, ce qui modifiait considérablement les conditions de vie ultérieures et le statut de ses habitants. La capitulation pacifique permettait en principe de conserver quelques droits particuliers. Plusieurs villes byzantines se rendirent ainsi volontairement aux Ottomans et conservèrent pour cette raison une bonne partie de leurs anciens privilèges792. Ce fut, par exemple, le cas de Thessalonique, qui ouvrit ses portes aux Ottomans au printemps 1387.

Le statut de la population chrétienne en Macédoine

  • 793 Sur Isidôros Glabas, voir PLP 4223. Isidôros quitta Thessalonique au plus fort du blocus turc, en  (...)
  • 794 Sur Gabrièl de Thessalonique, voir PLP 3416. Ce personnage joua un rôle important dans la vie poli (...)
  • 795 Laourdas, Isidôros Glabas, sermon no 4, p. 5630-31 : ὅτε δὲ προσδοκῶντες ἦμεν παθεῖν τὰ δεινότατα, (...)
  • 796 Makrès, Συγγράμματα, p. 112-113.

58À en juger par les sources dont nous disposons, la situation de la population chrétienne en Macédoine ne semble pas avoir changé considérablement au lendemain de la conquête ottomane (1383), en particulier celle des habitants de Thessalonique, sa capitale (tombée en 1387). Plusieurs historiens ont déjà mis à profit sur ce point les homélies et les écrits des deux métropolites de Thessalonique de l’époque, Isidôros Glabas (1380-1396)793 et Gabrièl (1397-1416)794. Ils évoquent les conditions plutôt favorables accordées par les conquérants. Isidôros dit dans l’un de ses sermons que, contrairement à leurs craintes antérieures, les Thessaloniciens bénéficiaient de la « considérable bienveillance » du souverain à leur égard795 et l’encomium en l’honneur de Gabrièl raconte que lorsque celui-ci retourna à Thessalonique (peu avant 1394), la ville se trouvait encore sous la protection de saint Dèmètrios, signe d’une situation relativement favorable796.

  • 797 Smyrlis, The First Ottoman Occupation. Outre la continuité du point de vue judiciaire, les actes mo (...)
  • 798 Ibid., p. 343.
  • 799 Par exemple, dans une décision judiciaire de 1387, le logothétès de Serrès, qui agissait au nom du (...)

59Ces indices quant à l’attitude indulgente des Ottomans vis-à-vis des Thessaloniciens sont corroborés par une remarquable continuité sur le plan juridique ; des tribunaux, dont Kostis Smyrlis a récemment décrit le fonctionnement797, étaient alors composés d’officiers de la métropole et d’archontes laïcs chrétiens. Dans les actes délivrés par ces cours de justice, aucune mention n’est faite de l’autorité ottomane : « Had it not been for the date, it would have been impossible to say that these acts were not issued at a time when the Byzantines controlled Macedonia798 », écrit à ce propos Smyrlis. Il peut s’agir d’une spécificité propre à Thessalonique, puisque, à Serrès, même s’il y existait aussi des tribunaux chrétiens et si la législation byzantine y restait en vigueur, on trouve en revanche toujours dans les documents de cette époque des allusions aux autorités ottomanes799. Ce statut particulier pourrait être une conséquence de la reddition pacifique de Thessalonique, à laquelle on a fait allusion précédemment, Serrès ayant été au contraire conquise par l’épée.

  • 800 Il convient de souligner qu’en revanche, lorsque les Turcs s’emparèrent des territoires de l’Asie (...)
  • 801 Il s’agit de l’acte Vatopédi III, no 191, une ordonnance impériale (hypotypôsis) du 29 septembre 1 (...)

60Nonobstant les différences entre le statut des Thessaloniciens et celui des habitants de Serrès, les Ottomans firent partout preuve d’une tolérance particulièrement généreuse envers les institutions religieuses800. Outre les concessions accordées aux métropolites, ils consentirent à ce que d’autres autorités ecclésiastiques continuent à exercer leur juridiction sur les territoires occupés. Ce fut, par exemple, le cas du prôtos de l’Athos qui conserva une certaine autonomie dans l’administration de sa communauté et dans les affaires internes des monastères. Nous savons par un document du début du xve siècle que les moines de l’Athos versaient aux Ottomans des redevances et qu’ils purent en contrepartie conserver une partie de leur patrimoine foncier801.

  • 802 Sur le rang d’exarque dans l’Église byzantine aux diverses époques, consulter K. M. Rallès, Περὶ τ (...)

61Toutefois, plus important que le respect des privilèges dont jouissaient les monastères athonites fut le maintien de la juridiction du patriarcat de Constantinople, qui était encore à l’époque sous autorité byzantine, sur les territoires sous domination ottomane. Afin de mieux exercer cette autorité, le patriarcat accorda de plus amples prérogatives à une institution qui avait commencé à fonctionner dans les territoires tombés au pouvoir des Serbes dès le début des années 1370. Il s’agissait de l’exarque patriarcal, généralement un métropolite, qui était chargé de représenter le patriarche dans les territoires situés en dehors des frontières byzantines. De ce fait, il était muni de pleins pouvoirs en matière de juridiction ecclésiastique802.

  • 803 Pour la distinction entre « stavropégie » et droit patriarcal, voir C. Hannick, La discipline mona (...)
  • 804 En Macédoine, par exemple, la charge d’exarque était initialement liée à celle de métropolite de P (...)

62Le titre ecclésiastique d’exarque existait certes depuis le ve siècle, mais il changea de signification à partir de la seconde moitié du xive siècle, à une époque coïncidant avec le début de la domination ottomane sur une partie des Balkans. Parmi les nombreuses tâches de l’exarque, il était chargé de l’administration des biens qui dépendaient du patriarcat de Constantinople, de la collecte de leurs taxes, et il agissait comme juge dans les litiges opposant les institutions religieuses. Sa juridiction s’étendait en particulier sur les institutions religieuses ayant le rang de « stavropégiaques » et/ou de « patriarcales », c’est-à-dire les établissements qui n’étaient pas dépendants des métropolites locaux803. Au fur et à mesure que les exarques devinrent plus nombreux, le patriarcat attribua à chacun d’entre eux une circonscription administrative définie. Le titre d’exarque était alors souvent détenu par le métropolite de plus haut rang de chacune de ces circonscriptions804. Ces exarques agissaient avec la permission des autorités ottomanes.

63Les privilèges accordés par les conquérants aux chrétiens de Macédoine incluaient aussi d’autres droits au-delà du domaine religieux et juridique. Les sermons du métropolite Isidôros Glabas permettent de constater que les Thessaloniciens bénéficiaient d’un statut fiscal sans doute moins rigoureux qu’ailleurs et que certains notables locaux agissaient en tant qu’intermédiaires entre la population soumise et la nouvelle administration.

  • 805 Laourdas, Isidôros Glabas, sermon no 4, p. 55-60.
  • 806 Ibid., no 4, p. 55 : ἔπειτα οὐδὲ φεύγει τὰς συνεσφορὰς καὶ αὐτός· συνεισφέρει προθήκην ἔχων καὶ οὓς (...)
  • 807 Ibid., no 4, en particulier p. 56-57.
  • 808 Ibid., no 5, p. 60-65.

64Dans son sermon du 5 octobre 1393, Isidôros Glabas, craignant une crise interne à Thessalonique, exhortait le bas peuple à cesser ses critiques contre les « magistrats grecs ». Le peuple protestait surtout contre les fortes taxes qu’il était contraint de leur verser805. Isidôros essayait d’expliquer à ses concitoyens les dangers auxquels ces magistrats étaient exposés lorsqu’ils se rendaient auprès du souverain ottoman et il les exhortait donc à faire preuve de reconnaissance à leur égard puisque, grâce à eux806, Thessalonique se trouvait à l’abri de la colère et de l’oppression du conquérant807. Il ajoutait que les charges levées non seulement n’étaient pas très lourdes, mais qu’elles étaient versées aussi par les archontes eux-mêmes. Quelques jours plus tard, Isidôros adressa son sermon du 12 octobre 1393 aux magistrats de la ville qui voulaient se démettre de leurs fonctions en raison des critiques de la population. Isidôros les exhortait à demeurer à leur poste et à remplir leur devoir808.

  • 809 C’est l’avis de Necipoğlu, Between the Ottomans and the Latins, p. 84-85, qui suit ici l’hypothèse (...)
  • 810 Ce régime est désigné sous le terme maktû’ : L.T. Darling, Revenue-raising and Legitimacy. Tax Col (...)
  • 811 Vatin explique que la population patmiote versait ses redevances à une personne, généralement un m (...)

65Selon plusieurs historiens, le contenu de ces sermons ferait allusion à une taxe supplémentaire versée par la population aux archontes afin de payer les frais de déplacement de ces derniers lorsqu’ils se rendaient auprès des autorités ottomanes809. Cette interprétation me semble aventureuse : ces deux sermons montrent simplement que la population de Thessalonique dut continuer à acquitter ses impôts aux archontes grecs au lieu de les verser directement à des fonctionnaires turcs. Ces archontes étaient responsables de la collecte de l’argent et de son versement au souverain ottoman ou à l’autorité subalterne déléguée par lui, ce qui explique la fréquence des voyages et les dangers auxquels Isidôros fait allusion. Il s’agit du reste d’un phénomène connu par ailleurs dans l’histoire de la conquête ottomane. On trouve par exemple des villes, des communautés religieuses ou des îles complètement autonomes du point de vue fiscal810. Dans les exemples attestés, les chefs de la communauté étaient en effet chargés de la perception des impôts et de leur versement aux autorités ottomanes811. Ce système évitait les confrontations entre occupés et occupants, mais avait l’inconvénient d’échapper au contrôle de l’administration centrale.

L’impact de la conquête ottomane sur le régime de la propriété foncière en Macédoine

  • 812 Par exemple, dans une lettre datant de l’époque du siège de Thessalonique, Kydônès fait allusion à (...)

66L’irruption des Ottomans en Macédoine en 1383 eut des conséquences importantes sur l’état des campagnes de la région. La guerre provoqua de nombreux dégâts dans l’arrière-pays et dans les alentours de Thessalonique. Nous possédons quelques sources contemporaines qui témoignent de ces effets désastreux812. Toutefois, la situation semble plus calme après la prise de Thessalonique en 1387 et la fin des hostilités. Les conditions relativement favorables imposées par les Ottomans à la population soumise eurent aussi des répercutions sur le plan de la propriété foncière, car beaucoup de chrétiens purent conserver leurs biens.

  • 813 La plupart des aristocrates perdirent leurs biens lors de la conquête ottomane, mais les exemples (...)
  • 814 Ce fut le cas par exemple de Radènos, ami de Kydônès, qui accompagna Manuel II à Lesbos et ensuite (...)
  • 815 Parmi les réfugiés à Sélymbria, on retrouve Philippos Tzykandylès, l’ancien ambassadeur de Jean V  (...)
  • 816 Ibid., p. 159 et suiv., j’ai étudié le cas de quelques aristocrates apparentés à la dynastie impéri (...)

67Ce ne fut toutefois pas le cas des grands aristocrates qui avaient aidé Manuel II dans sa lutte contre les Turcs. Les grandes familles de Thessalonique et de Constantinople, qui avaient récupéré une partie de leur fortune à la faveur de la restauration byzantine en Macédoine dans les années 1370, furent alors à nouveau dépouillées de leurs biens813. La perte de la région eut ainsi des conséquences terribles pour ce qui restait des grandes fortunes foncières de l’Empire. On a vu qu’un segment notable de l’aristocratie avait pris une part active dans la reconquête de la Macédoine, au point d’avoir soutenu le coup d’État d’Andronic IV pour préserver cet acquis. Après 1382, ce groupe s’était rallié et était resté fidèle à Manuel II, l’autre fils de Jean V, car il avait décidé de conserver la région et d’affronter par les armes la menace ottomane. Toutefois, la défaite des Byzantins en Macédoine et la chute de leur capitale avaient anéanti l’espoir de ces grandes familles de sauver leur patrimoine foncier. Obligés de quitter Thessalonique et par ailleurs tombés en disgrâce auprès de l’empereur Jean V, une partie de ces aristocrates suivirent Manuel II dans son périple jusqu’à Lesbos et plus tard à Lemnos814. Puis la plupart d’entre eux se replièrent auprès de Jean VII, le fils d’Andronic IV, à Sélymbria. Cette ancienne aristocratie constitua l’entourage de l’héritier de la branche aînée des Paléologues. Ses membres le soutinrent lors de son coup d’État de 1390 et se retranchèrent à nouveau à Sélymbria lors de la restauration de Jean V815. En décembre 1399, ils accompagnaient Jean VII à Constantinople à l’occasion de l’accord conclu avec Manuel II. Grâce à ce traité, ces aristocrates récupérèrent au moins les biens qu’ils avaient possédés dans la capitale816. Il s’agissait certes d’un maigre patrimoine, mais qui témoignait encore de leur emprise sur Constantinople.

  • 817 Sur la soumission des monastères athonites aux Ottomans, voir en premier lieu Oikonomidès, Monastè (...)
  • 818 Dèmètriadès, Athonite Documents, p. 50-51, a émis des réserves quant à une soumission générale des (...)
  • 819 Pour un aperçu général des conséquences de l’occupation ottomane sur les monastères, voir Oikonomi (...)

68Retournons en Macédoine. L’autre groupe de grands propriétaires qui avaient possédé la plupart des terres de la région était constitué par les monastères. Ceux-ci subirent également les effets de la conquête ottomane. Toutefois, il convient de faire une distinction entre les puissants monastères athonites et les autres établissements religieux de la région. Les premiers réussirent à passer – à une date semble-t-il assez haute – des accords avec le conquérant, ce qui leur permit de conserver une bonne partie de leurs biens817, même si – comme quelques historiens l’ont déjà noté – certains d’entre eux n’en subirent pas moins des confiscations durant les premières années de la domination ottomane818. Le deuxième groupe, constitué par les autres établissements monastiques de la Macédoine, connut une situation beaucoup plus difficile. Par exemple, pendant le blocus de la ville par les Turcs (1383-1387), les moines de Thessalonique furent empêchés de se rendre sur leurs terres situées à l’extérieur des murailles. Cela provoqua, outre des dégâts financiers considérables, dans certains cas la perte de leurs droits de propriété. Après la reddition de 1387, certains purent toutefois recouvrer leurs terres (ce fut le cas par exemple du monastère d’Akapniou), mais cette récupération fut lente et difficile, et nombre de ces institutions furent alors ruinées819.

  • 820 Durant le blocus de Thessalonique, le monastère d’Esphigménou s’était emparé d’un bien situé dans (...)
  • 821 Voir le cas d’Anataulas et du monastère d’Esphigménou, note précédente.
  • 822 D’après l’acte Esphigménou, no 30 (décision de février 1393 du tribunal de la métropole de Serrès) (...)

69La différence de traitement réservée par les conquérants aux établissements de l’Athos et aux autres monastères de la région provoqua un phénomène qui n’a peut-être pas été assez étudié. Grâce à l’attitude bienveillante des autorités ottomanes envers les moines de la Sainte Montagne, ceux-ci profitèrent de la confiscation des biens appartenant aux autres monastères de la région pour arrondir leur propre patrimoine. Les sources attestent l’usurpation par les moines de l’Athos des biens appartenant à des propriétaires de Thessalonique à l’époque du siège de la ville820. Toutefois, la fin du blocus et les conditions relativement favorables accordées à la population permirent aux Thessaloniciens de rentrer en possession de leurs anciens biens. Cela provoqua des conflits juridiques avec les moines de l’Athos qui avaient profité des années du blocus pour s’approprier leurs terres. Des accords furent alors passés qui permirent aux moines de conserver une bonne partie de leurs acquisitions en échange de pensions viagères accordées aux anciens propriétaires821. Quelques monastères de la ville récupérèrent néanmoins un certain nombre de leurs biens, même si, on l’a dit, les capacités financières de ces institutions pour remettre en état leurs anciens domaines étaient à l’époque fort réduites822.

  • 823 Nous connaissons le cas de Maria, veuve du riche pronoïaire Manouèl Déblitzènos, mort à la bataill (...)
  • 824 On a déjà évoqué le cas de Makarios Laskaris Bryennios qui possédait la moitié du village d’Achino (...)
  • 825 Voir G. Saint-Guillain, Abus de pouvoir ou gouvernance de proximité ? Administrateurs vénitiens et (...)
  • 826 Pour l’histoire de Radoslav Sampias, voir infra, p. 336-337. La famille Lyzikos était apparentée à (...)

70Outre les grands aristocrates et les monastères, il y avait en Macédoine un groupe de propriétaires de rang moyen formé par des notables locaux et des pronoïaires, dont la plupart étaient des soldats. Là encore, il faut se garder de généraliser, parce que l’on connaît des propriétaires qui furent privés de leurs biens lors de la conquête823, tandis que d’autres non seulement gardèrent leur patrimoine, mais reçurent des revenus supplémentaires de la main des conquérants824. Un riche dossier de sources byzantines, ottomanes et vénitiennes témoigne qu’un certain Lyzikos, issu d’une famille de propriétaires terriens byzantins, obtint, sous la domination ottomane, le poste de gouverneur de la ville de Zichna. En 1397, il faisait partie du corps expéditionnaire envoyé par Bayezid pour ravager le Péloponnèse, et ce fut lui qui négocia avec le gouverneur vénitien la reddition de la forteresse d’Argos ; peu après, il participa, avec ses frères, aux campagnes de Bayezid dans la haute vallée de l’Euphrate (1398-1399). En 1400/1401, il fut exempté par ce souverain du paiement du haradj825. L’histoire de Lyzikos est tout à fait exceptionnelle, parce qu’il s’agit du seul cas attesté dans la seconde moitié du xive siècle d’un membre de l’aristocratie byzantine qui soit devenu un fonctionnaire ottoman et qui ait donc éventuellement pu conserver un patrimoine foncier après la conquête de la Macédoine par les Turcs. Plusieurs pronoïaires réussirent aussi à garder leurs biens lors de la conquête ottomane (Makarios Laskaris Bryennios, Radoslav Sampias), mais leur statut social est bien inférieur à celui de Lyzikos qui appartenait à l’une des familles les plus importantes de la région de Berroia826.

  • 827 Voir supra, p. 291, n. 787.
  • 828 Dans les Balkans, le timar était une dotation domaniale qui n’était pas la propriété du détenteur. (...)

71Pour consolider leur autorité dans les régions récemment conquises, les Ottomans continuèrent à utiliser le système de la pronoia byzantine, consistant à accorder des revenus fiscaux et des terres en échange d’un service dû à l’État, mais ils désignèrent cette institution sous le terme de timar. Les similitudes entre la pronoia et le timar ont été déjà signalées par plusieurs historiens827 ; toutefois, il convient de rester prudent quant à leur signification. Le terme timar servait à désigner plusieurs réalités à l’intérieur même de l’Empire ottoman. En Anatolie centrale et orientale, l’institution était un héritage de la période seldjoukide, qui consistait à accorder à un bénéficiaire la partie des revenus fiscaux constituée par les impôts dits coutumiers ; en revanche, en Anatolie occidentale et dans les Balkans, le timar semble avoir été beaucoup plus proche du modèle de la pronoia byzantine. Il était composé d’une terre et d’impôts versés par un certain nombre de paysans828.

  • 829 Les sources turques du xve siècle révèlent l’existence de timariotes chrétiens en Macédoine, dont (...)

72La continuité de l’institution de la pronoia byzantine en Macédoine sous la domination ottomane témoigne de l’effort du nouveau régime pour s’attirer le soutien d’une partie influente de la population et consolider ainsi son autorité dans la région. L’état de la documentation ne permet pas toutefois d’évaluer le nombre des pronoïaires qui devinrent timariotes sous le nouveau régime829.

  • 830 Smyrlis, The First Ottoman Occupation, p. 339, souligne la coexistence des biens à titre conditionn (...)

73Ce bref aperçu permet de se faire une idée de la situation dans laquelle se trouvait la propriété foncière en Macédoine au début de la conquête ottomane. Cette image reste plus ou moins floue dans la mesure où l’on n’a conservé qu’un nombre très réduit de sources pour cette période. Cela dit, une chose au moins semble certaine : la conquête ottomane ne provoqua pas – du moins dans un premier temps – un bouleversement complet du régime de la terre. Les Ottomans décidèrent de respecter le statu quo foncier là où ils pouvaient obtenir par ce biais le soutien d’une partie de la population locale. La preuve en est fournie par le respect d’une grande partie des propriétés monastiques et la continuité d’un certain nombre des pronoiai de l’époque byzantine. Toutefois, il reste à déterminer dans quelle mesure les Ottomans acceptèrent l’existence de la propriété privée chez les chrétiens. Les actes athonites témoignent de transactions foncières et de dons de terres, ce qui montre que les particuliers chrétiens possédaient encore des biens patrimoniaux, mais il s’agit pour la plupart de biens modestes et de dimensions réduites830.

3. La dégradation du statut des populations chrétiennes sous le règne de Bayezid Ier

  • 831 Voir Dennis, The Second Turkish Capture of Thessalonica, p. 53, n. 2 (avec bibliographie).

74L’histoire de la première domination ottomane en Macédoine reste un sujet controversé. Se fondant sur la chronique ottomane de Nešri et sur celle du Grec Doukas, plusieurs historiens ont écrit que, entre l’occupation de Thessalonique par les Ottomans en 1387 et la restauration de la domination byzantine vers 1403/1404, il y aurait eu une seconde prise de Thessalonique par les Ottomans, laquelle aurait eu lieu en 1391 ou 1394. La raison de supposer une seconde prise de la ville n’étant pourtant pas très claire, d’autres historiens ont suggéré plutôt un changement de statut de la ville vers cette date. Selon cette dernière interprétation, les événements évoqués par les sources ne sont pas liés à une prise supposée de la ville en 1391 ou en 1394, succédant à un bref rétablissement de l’autorité byzantine, mais au contraire à un changement des conditions de vie de la population, qui aurait perdu une partie de ses droits et de ses privilèges831.

  • 832 Voir en premier lieu ibid., et plus récemment Smyrlis, The First Ottoman Occupation, p. 341, n. 54

75Les deux interprétations supposant soit une deuxième prise de la ville soit un changement de statut n’ont pourtant pas été confirmées par les dernières recherches. D’une part, aucun argument solide n’étaie l’hypothèse d’un événement militaire entre 1387 et 1403/1404 : les sources auxquelles on a eu recours sont fort tardives. D’autre part, la publication récente de quelques actes tirés des archives athonites et datant de l’extrême fin du xive siècle ou du début du xve siècle, a montré que le statut juridique des chrétiens n’avait pas sensiblement changé au cours de cette période832.

76La question mérite pourtant d’être reprise, car une nouvelle étude des sources contemporaines dégage en fait des indices en faveur d’un changement de situation dans la région à l’époque du retour de Bayezid Ier en Europe, entre la fin de l’année 1393 et le début 1394. Nous avons vu que cette époque coïncidait précisément avec un changement du contexte politique, provoqué par l’entretien de Serrès et le début du premier siège de Constantinople.

Les préparatifs du siège de Constantinople (1394)

  • 833 Sur le contexte politique à l’époque, voir supra, p. 286.
  • 834 Manuel II, Oraison funèbre, p. 15711-13 : ἀναλίσκει δὴ χρόνον οὐ σμικρὸν βάδην πορευόμενος, εἰ δὲ β (...)

77L’entretien organisé par Bayezid Ier dans la ville de Serrès durant l’hiver 1393-1394, auquel il convoqua ses vassaux chrétiens, avait mis – on l’a vu – un terme aux relations pacifiques entre l’État ottoman et l’Empire byzantin833. Peu de temps après, Bayezid lança des attaques contre la Thessalie et le Péloponnèse et fit des préparatifs pour assiéger la capitale byzantine. Un passage de l’oraison funèbre que composa l’empereur Manuel II en l’honneur de son frère le despote Théodôros vers 1407 rapporte que Bayezid, après l’épisode de Serrès, « s’attarda longtemps [dans la région] ; il avança très lentement, comme en cachette – si vous m’accordez cette expression – et il se rendit en Thrace, où il réunit, avec le mieux qu’il y trouva, une armée834 ». Peu après, Bayezid arriva devant les murailles de Constantinople, commençant ainsi le blocus qui dura – de manière plus ou moins continue – huit ans.

  • 835 Sur le devshirme, voir B.D. Papoulia, Ursprung und Wesen der “Knabenlese” im Osmanischen Reich, Mu (...)
  • 836 Cette homélie est éditée par B. Laourdas, Ἰσιδώρου ἀρχιεπισκόπου Θεσσαλονίκης ὁμιλία περὶ τῆς ἁρπα (...)

78La levée d’une armée en Thrace, à laquelle Manuel II fait allusion, supposerait non seulement le recrutement d’hommes, mais aussi la collecte de vivres, de montures et d’argent. Cela suggère la réalisation d’un recensement impliquant l’imposition de nouvelles taxes et peut-être la confiscation de terres. À cette époque, une homélie du métropolite Isidôros, délivrée le 28 février 1395, témoigne justement d’une nouvelle pratique des autorités ottomanes à Thessalonique : le souverain avait ordonné de réquisitionner parmi la population chrétienne des adolescents et des enfants destinés à être enrôlés dans l’armée. Il s’agit du système appelé devshirme, en vigueur dans l’Empire ottoman jusqu’au xviie siècle835. Son institution à Thessalonique vers la fin de l’année 1394 doit s’expliquer par les besoins de l’État ottoman de constituer alors une grande armée. Dans son homélie, Glabas essaie de réconforter ses concitoyens, les exhortant, malgré cette nouvelle charge, à se montrer obéissants envers leurs maîtres qui, du moins, leur laissent toujours la liberté de culte836.

79L’introduction de ce changement radical dans les régions sous souveraineté ottomane semble avoir été une décision personnelle de Bayezid, liée à sa volonté de prendre Constantinople par la force. En tout cas, aucune source ne témoigne à cette époque d’une révolte ou d’une tentative de la population chrétienne de s’affranchir par quelque moyen de la souveraineté ottomane, ce qui aurait pu justifier des représailles de la part du souverain turc. Sa démonstration de force lors de la réunion de Serrès, ordonnant la mutilation des marins qui accompagnaient Manuel II, pourrait en effet marquer un changement dans son attitude, qui aurait entraîné pour ses sujets chrétiens une dégradation considérable de leur statut.

80Dans la maigre documentation qui nous est parvenue pour cette époque, on trouve en effet d’autres indices qui attestent un changement du statut des biens fonciers des chrétiens à partir de l’arrivée de Bayezid en Europe et du début du siège de Constantinople.

L’évolution de la propriété des chrétiens en Macédoine à l’extrême fin du xive siècle : l’exemple des biens fonciers des monastères de l’Athos

  • 837 Sur le statut des moines de l’Athos dans l’Empire ottoman, voir supra, p. 298-299.

81Connaître l’impact de la politique de Bayezid Ier sur le statut de la propriété foncière des chrétiens en Macédoine n’est pas une tâche aisée, compte tenu du nombre très réduit de sources. La documentation la plus importante provient des archives du Mont Athos. Or, à quelques exceptions près, elle nous renseigne seulement sur l’état de la propriété monastique. C’est pourquoi, on pourrait avancer que cette documentation ne peut pas être représentative de la situation des biens appartenant aux chrétiens laïcs de Macédoine. On sait en effet que les moines de l’Athos bénéficiaient d’une position privilégiée au sein de l’État ottoman, grâce aux accords passés avec les souverains turcs, accords qui devaient connaître néanmoins une progressive dévaluation837.

  • 838 Cet acte est conservé dans les archives du monastère de Vatopédi : un résumé de son contenu et un (...)
  • 839 On a traditionnellement considéré que cet acte a été délivré à tous les monastères de l’Athos. Tou (...)
  • 840 Voir Vatopédi III, no 189, l.5 : ἡ δὲ τῶν ἀσεβῶν ἐπιδρομὴ καὶ περὶ πάντας αὐτῶν δυναστεία καὶ αὐτὰ (...)
  • 841 Vatopédi III, no 199, l. 7 : τὸν καιρὸν καθ᾽ὸν ἐξ ολοκλήρου ταῦτα ἔλαβον οἱ Τοῦρκοι καὶ εἶχον.

82Par ailleurs, cette documentation contient des renseignements apparemment contradictoires. Par exemple, un acte conservé dans les archives de Vatopédi, délivré par Murad II le 5 avril 1430 (quelques jours après la prise définitive de Thessalonique le 29 mars) en faveur des monastères de l’Athos, confirme la validité des actes de Mehmed Ier (1413-1421) et de Bayezid Ier (1389-1402)838 autorisant les moines à détenir la pleine propriété (mülk) de leurs biens et à ne rien verser à l’État au titre d’impôts ou de taxes extraordinaires839. Cet acte prouve que les moines de l’Athos avaient bien obtenu de Bayezid un document confirmant leurs privilèges fiscaux et leurs droits de propriété sur quelques biens en Macédoine. Toutefois, nous possédons aussi deux autres actes, tirés des mêmes archives de Vatopédi, qui prouvent au contraire que ce souverain procéda à la confiscation systématique des biens athonites. Le premier document est un praktikon de septembre 1404 qui dit que les monastères avaient perdu tous leurs biens en raison de « l’incursion et la domination des impies »840. Le second est une ordonnance de l’empereur Manuel II datée de 1408 qui se réfère à « une époque pendant laquelle les Turcs s’étaient emparés de tous [les biens ?] et les avaient possédés841 ».

83La contradiction entre l’acte de Murad II de 1430 et les deux actes byzantins du début du xve siècle pose un important problème pour comprendre l’évolution de la propriété monastique durant le règne de Bayezid. Le premier témoigne en effet d’une attitude assez favorable du souverain envers les moines alors que les deux autres laissent au contraire l’impression d’un net durcissement, impliquant jusqu’à la confiscation complète de leurs biens. Chacun des actes doit forcément comporter une part de vérité mais, extraits tous deux de leur contexte précis, ils ne peuvent pas être interprétés. En fait, Bayezid dut, au début de son règne (avant l’entretien de Serrès de 1393/1394), respecter la propriété monastique, avant d’ordonner leur totale confiscation lors des préparatifs pour le siège de Constantinople.

  • 842 Dèmètriadès, Athonite Documents, p. 46 (avec bibliographie). Fils adoptif de Pacha Yiğit Bey, Ishak (...)
  • 843 L’acte a été commenté par Dèmètriadès, Athonite Documents, no 4, p. 46 (commentaire), p. 55 (fac-s (...)

84Une étude plus approfondie de quelques documents ottomans du début du xve siècle permet de mieux cerner cette progressive précarisation de la propriété monastique. Le premier est un acte daté de 1426 et délivré en faveur du monastère de Lavra. Il confirme le respect initial de Bayezid à l’égard des droits des moines. On y apprend que le monastère avait reçu de « Bayezid Bey » la jouissance de la totalité du village de Pinsôn, en Chalcidique occidentale, alors que « seulement la moitié [du village] était jadis en leur possession [des moines de Lavra] » ; après quoi, un certain « Makriyani » aurait incité, sur de fausses allégations, un dénommé Haci Ivaz à lui accorder la moitié du village en tant que timar. À la demande des moines de Lavra, un certain Ishak – que Vasilis Dèmètriadès identifie à juste titre avec Ghazi Ishak Bey842 – leur restitua toutefois la propriété de Pinsôn843.

  • 844 La candidature de ce personnage est à rejeter du fait qu’à son époque la région était à nouveau so (...)
  • 845 On sait, par d’autres exemples, que les Ottomans respectaient les titres de propriété délivrés par (...)

85En dépit du manque d’indications chronologiques, on peut reconstruire grâce à la prosopographie l’histoire du village de Pinsôn, tout d’abord durant la première occupation ottomane de la Macédoine (1383-1403), puis après la conquête turque de 1422. En effet, l’identification entre le « Bayezid Bey » mentionné dans l’acte et Bayezid Ier ne fait pas de doutes, en dépit de l’hypothèse de Vasilis Dèmètriadès qui avait proposé un rapprochement avec Amasyali Bayezid Pacha, beylerbey de Roumélie (m. ca 1421)844. Par ailleurs, la confiscation de Pinsôn par Haci Ivaz à l’instigation de ce « Makriyani » (certainement un Grec nommé Makrianès) se place en revanche à l’époque de la seconde occupation ottomane, au début des années 1420 (je laisse volontairement ce fait de côté parce qu’il sort de la période qui nous occupe, tout en rappelant simplement que le bien fut définitivement restitué au monastère en 1426). Ce qui nous intéresse ici est de relever que cet acte confirme à propos d’un monastère, à l’époque de Bayezid Ier, le droit de possession intégrale d’un bien que les moines détenaient déjà avant la conquête turque. Mieux encore, l’acte signale en outre que le souverain ottoman avait aussi donné à Lavra la partie de Pinsôn que le gouvernement byzantin lui avait confisquée lors du décret de « pronoïarisation » des années 1374-1375. Cette donation fut probablement motivée par le souhait de Bayezid de se créer des appuis en Macédoine, à l’époque de son avènement. La demande des moines fut sans doute appuyée par des actes attestant leurs droits de propriété sur Pinsôn845.

  • 846 Dèmètriadès, Athonite Documents, no 1, p. 43-44 (commentaire), p. 52 (fac-similé).
  • 847 L’historiographie a suivi là aussi l’interprétation de Dèmètriadès qui comporte de nombreuses erre (...)

86La restitution de Pinsôn en faveur de Lavra doit dater de la première époque du règne de Bayezid Ier, c’est-à-dire avant 1393, car un second document, plus tardif, également conservé dans les archives de Lavra, atteste une réalité diamétralement opposée. Il s’agit cette fois-ci de la confiscation par les autorités ottomanes d’un bien ayant appartenu à un monastère. L’acte, en turc, délivré en faveur des moines de Lavra, date de 1405846. Comme dans le cas précédent, il a fait l’objet de quelques interprétations erronées, ce qui a empêché de relever tout son intérêt847. Il convient donc de l’examiner à nouveau.

  • 848 Toxompous était un bien de Lavra depuis 1259 (donation de l’empereur Michel VIII Palaiologos) : cf (...)
  • 849 Ce résumé du contenu de l’acte est donné d’après l’analyse de Dèmètriadès, Athonite Documents, p.  (...)
  • 850 Sur Vuk Branković, qui régna sur une partie de la Serbie de 1389 à 1398, voir supra, p. 284, n. 75 (...)
  • 851 Sur ce personnage, voir Dèmètriadès, Athonite Documents, p. 48-49.
  • 852 Les notices ont été transcrites par Dèmètriadès, ibid., p. 43.
  • 853 En outre, selon Dèmètriadès, ces deux personnes pourraient n’en faire qu’une : cf. ibid., p. 43, n (...)

87L’acte concerne la restitution au monastère de Lavra de Toxompous (Dokisamba en turc), un village situé dans la vallée du Strymon, au bord du lac d’Achinos848. L’autorité qui délivre l’acte – non identifiée en raison du mauvais état de conservation – ordonne à un certain Georges et à un certain Şahin de remettre aux moines ce bien qui avait été cédé auparavant (au monastère ?) par un certain Vılk849. Georges pourrait être Géôrgios (ou Djuradj) Branković et Vılk serait son père Vuk Branković850. Le turc Şahin pourrait être Hadim Şehabeddin Şahin Pacha, un haut fonctionnaire du temps de Murad II, nommé au poste de beylerbey de Roumélie vers 1424/ 1425851. À propos de l’identité de l’auteur de l’acte, il convient de se reporter aux deux notices écrites en grec au verso de l’acte, qui permettent également de mieux comprendre l’ensemble de l’affaire. La première notice dit « ordre à Géôrgios de se retirer de Toxompous » (ὁρισμος προς τον γεώργιον να εξέλθη από του δοξομπού) et la seconde « [ordre] de Balaban Bey » (του παλαπάν πεϊ)852. La première notice ne pose pas de problème, elle se rapporte au contenu même du document, mais la seconde pourrait révéler, d’après Dèmètriadès, le nom de l’expéditeur : ce « Balaban Bey » doit être l’auteur de l’acte. Il pourrait s’agir de Deli Balaban Bey, qui avait pris part à l’occupation militaire de la Thrace et de la Macédoine dans les années 1370-1380 aux côtés de Kara Halil, Lâlâ Şahîn et Evrenos Bey, ou bien d’Ince Balaban Bey, le conquérant de la ville de Sofia en 1385853.

88Grâce à la prosopographie, on peut à nouveau reconstituer l’affaire : en 1405, l’auteur de l’acte ordonna au Serbe Djuradj Branković de remettre au monastère de Lavra le village de Toxompous qu’il détenait à titre de timar. Avant lui son père Vuk Branković avait déjà détenu ce village et l’avait donné au monastère. Lavra aurait donc subi deux confiscations et bénéficié de deux rétrocessions de son village de Toxompous, entre le fin du xive et le début du xve siècle.

  • 854 Lavra aurait perdu son bien de Toxompous à une date imprécise entre la conquête de la Macédoine pa (...)
  • 855 Cette rencontre est évoquée dans un acte d’Eugénia daté du 1er août 1398, par lequel la souveraine (...)
  • 856 La rencontre entre Eugénia et les moines de Lavra peut avoir eu lieu après la mort de Vuk Brankovi (...)
  • 857 On ne connaît pas l’histoire de Toxompous dans la première moitié du xve siècle, mais on notera qu (...)

89La date de la mort de Vuk Branković, en octobre 1398, constitue un terminus ante quem de la première restitution de Toxompous à Lavra854. Cette chronologie invite à mettre en rapport la première remise de ce village avec une rencontre qui eut lieu vers la même époque à Toxompous entre une délégation des moines de Lavra et la religieuse Eugénia, belle-mère de Vuk Branković et souveraine de Serbie. Cette rencontre est mentionnée dans un acte athonite de 1398, qui dit qu’Eugénia s’était rendue à Toxompous avant de retrouver Bayezid « dans la région de Serrès »855. Lorsqu’ils la rencontrèrent à Toxompous vers 1398, les moines de Lavra durent demander à Eugénia d’intercéder en leur faveur auprès de Bayezid au sujet de leur ancien domaine, alors entre les mains d’un timariote qui se trouvait être le gendre de la souveraine de Serbie856. La restitution de Toxompous à Lavra dura néanmoins fort peu de temps, parce que le village fut à nouveau confisqué et accordé alors au fils de Vuk, Djuradj Branković, et au turc Şahin, quelque temps avant 1405, date à laquelle il fut accordé pour la deuxième fois au monastère857.

90Ce dossier est intéressant pour notre propos, parce qu’il témoigne des confiscations successives d’un bien appartenant aux moines de l’Athos par les autorités ottomanes ainsi que de son ultérieure attribution à d’autres bénéficiaires, à titre de timar. Il atteste donc une attitude défavorable des autorités ottomanes envers la propriété monastique et une totale désinvolture à l’égard des droits de propriété des institutions ecclésiastiques durant cette période.

  • 858 Pour citer un seul exemple, le puissant seigneur serbe Jovan Dragaš, vassal des Ottomans, avait pr (...)
  • 859 L’encomium en l’honneur du métropolite Gabrièl dit que le prélat réussit à obtenir de Bayezid de « (...)
  • 860 Sur le conflit entre la Néa Monè et Akapniou au sujet de quelques biens fonciers et sur le rôle jo (...)

91Le dossier révèle également un phénomène important : l’influence au sein de l’État de certaines personnes qui agissaient en intermédiaires entre les chrétiens et les autorités turques. Ce fut peut-être grâce à leur influence auprès de l’aristocratie slave que les moines athonites conservèrent, malgré tout, une bonne partie de leurs biens fonciers durant cette époque troublée. Il se peut même qu’ils en aient tiré profit pour s’assurer la faveur du souverain ottoman858. Ce fut aussi le cas du métropolite Gabrièl de Thessalonique, qui intervint à plusieurs reprises auprès de Bayezid pour obtenir l’amélioration des conditions de vie de la population de Thessalonique859. Son influence profita également au monastère thessalonicien de la Néa Monè, dont il avait été le supérieur à l’époque byzantine, dans son conflit avec le monastère d’Akapniou au sujet de quelques biens situés dans la région proche de la capitale macédonienne860.

Diminution des biens détenus en pleine propriété sous le règne de Bayezid Ier

92Les exemples que l’on vient d’évoquer se font aussi l’écho d’une situation générale de la population chrétienne moins favorable que celle ayant prévalu durant la période précédente, c’est-à-dire avant l’arrivée de Bayezid en Europe et la rencontre à Serrès avec ses vassaux chrétiens (1393/1394). Ils montrent les difficultés auxquelles était désormais confrontée la population soumise et prouvent une nette dégradation de ses conditions de vie.

  • 861 Les archives de Vatopédi sont les seules à conserver un certain nombre d’actes témoignant de la pr (...)

93Si l’on sort du cadre du patrimoine monastique, une étude sur la totalité du corpus d’actes grecs de l’époque permet d’arriver à la conclusion que la propriété de biens fonciers aux mains des chrétiens connut un fort rétrécissement à la fin du xive siècle. Bien qu’elle n’ait pas complètement disparu, la possession de biens immeubles par les chrétiens devient alors moins fréquente dans la documentation. On constate également un autre phénomène, non moins révélateur, à savoir le fait que la plupart des transactions foncières connues ne concernent que des moulins à eau et des vignobles861.

94Ces deux types de biens, qui étaient le résultat d’un investissement productif, pouvaient en fait appartenir à une personne qui ne détenait pas pour autant la propriété du sol.

  • 862 Sur cette question, voir G. Weiss, Die Entscheidung des Kosmas Magistros über das Parökenrecht, By (...)
  • 863 Il convient également de souligner que la plupart des ateliers et des boutiques à l’intérieur de l (...)

95En d’autres termes, il ne fallait pas être le maître du terrain sur lequel était situé un moulin ou un vignoble pour en avoir la propriété. C’est le ius aedificandi du droit romain. À Byzance comme ailleurs, les droits du propriétaire du terrain et ceux du propriétaire d’un bien « en surface » pouvaient parfois entraîner des conflits judiciaires au sujet de l’exploitation et du partage des revenus862. La question pouvait devenir fort confuse si le propriétaire du bien « en surface » était un parèque du propriétaire du sol. Quoi qu’il en soit, le droit de propriété sur un bâtiment construit sur un terrain ou sur un vignoble ne donnait jamais lieu à un droit quelconque sur le terrain. Le fait que la plupart des actes conservés pour la période 1394-1403 témoignent de conflits au sujet de moulins et de vignes ne doit pas donc être fortuit et pourrait bien trahir un changement du statut juridique de la terre863.

Tableau récapitulatif des transactions foncières des années 1394-1403

Acte

Date

Lieu

Tribunal

Objet du procès

Vatopédi III 171

juil. 1394

Melnik

Métropole de Melnik

Le moulin construit par Iôannès Mylônas doit appartenir au monastère de la Spèlaiôtissa, métoque de Vatopédi

Vatopédi III 172

mai 1395

Serrès

Patriarcat

Un certain Kalodioikètos doit restituer à Vatopédi un moulin situé à Serrès

MM II 490 Vatopédi III 173

mai 1395

Melnik

Patriarcat

Le patriarche reconnaît les droits de Sophia, fille de Mylônas, sur le moulin de la Spèlaiôtissa

MM II 486 Vatopédi III 174

mai 1395

bas Strymon

Patriarcat

Le patriarche ordonne la destruction du moulin des moines de Kosinitza sur le Panax

Vatopédi III 176

fév. 1396

Thessalonique

acte d’accord

Les moines de Vatopédi donnent en location aux Kanaboutzai leur moulin situé à Thinos

Vatopédi III 178

peu après avril 1396

Thessalonique

Métropole de Thessalonique

Confirmation de la vente d’une vigne

Vatopédi III 180

mai 1398

Thessalonique

Métropole de Thessalonique

Le tribunal évince les Kanaboutzai du moulin de Vatopédi à Thinos

Vatopédi III 186

sept. 1401

Berroia

acte de bail

Manouèl Pothos prend à bail un moulin à Berroia

  • 864 Ce fut par exemple le cas du long procès opposant Iôannès Mylônas et sa fille Sophia aux moines de (...)
  • 865 En raison de la conquête ottomane, certaines métropoles restaient vacantes, parce que leur siège n (...)
  • 866 Vatopédi III, no 171 (juillet 1394), l. 4-5 : ὡς ἐμποδιζόμενος ἀπὸ ἀσθενείας, ἔτι γε μὴν καὶ ἀπὸ δο (...)
  • 867 MM II, no 473 ; Darrouzès, Regestes VI, no 2971. Sur Athanasios, voir PLP 355.
  • 868 En février 1395, Athanasios fit au patriarche un rapport au sujet de la décision de l’ancien exarq (...)

96On notera d’après ce tableau que la plupart des procès conservés concernant des biens fonciers en Macédoine eurent lieu immédiatement après le retour de Bayezid en Europe, en particulier durant l’année 1395. Quelques-uns furent jugés par des tribunaux locaux, d’autres par le tribunal du patriarcat de Constantinople. Dans certains cas, lorsqu’il s’agissait de biens appartenant aux grands monastères athonites, intervint l’exarque patriarcal de la région, dont on a vu que le rôle augmenta vers la fin du xive siècle, précisément à l’époque de l’avancée ottomane864. D’ailleurs, l’année 1394 vit un important changement dans la juridiction ecclésiastique de la Macédoine, qui est certainement à mettre en rapport avec l’arrivée de Bayezid : l’ancien exarque patriarcal, l’influent Matthaios Phakrasès, qui était métropolite de Serrès avec le rang de celui de Philippes865, décida de renoncer à son poste de représentant du patriarche. Un acte de Vatopédi dit qu’il était « empêché par la maladie et par les obligations auprès du grand seigneur », c’est-à-dire auprès de Bayezid866. Le patriarche de Constantinople, Antônios IV, essaya de rétablir l’ordre en nommant un nouvel exarque pour la région de Serrès et le Mont Athos, le hiéromoine Athanasios867. Toutefois, la situation ne redevint « normale » qu’en février 1395 lorsque Matthaios renonça à son rang de métropolite de Philippes, titre associé jusqu’alors à la charge d’exarque patriarcal868. À partir de cette date, Antônios IV décida de séparer le titre de métropolite de Philippes et la charge d’exarque ; il accorda le rang de Philippes « en supplément » (épidosis) au métropolite d’Ainos, tout en confirmant le hiéromoine Athanasios dans le poste d’exarque patriarcal.

  • 869 Cf. Darrouzès, Regestes VI, p. 256. L’arrivée du nouvel exarque dut également provoquer la requête (...)
  • 870 Voir, par exemple, l’arrivée du nouvel exarque patriarcal pour Thessalonique, le moine Nathanaèl, (...)

97Durant sa première année comme exarque, Athanasios voyagea partout en Macédoine, essayant de mettre un terme aux nombreux litiges entre les monastères et les propriétaires chrétiens de la région au sujet des moulins et des vignobles (voir tableau ci-dessus). Jean Darrouzès a expliqué les nombreux procès en Macédoine durant l’année 1395 par le simple remplacement au poste d’exarque de Matthaios par Athanasios : « L’arrivée d’un nouvel exarque annulait le mandat du métropolite de Serrès », écrit-il869. Cette interprétation me semble peu satisfaisante, car cela supposerait que chaque remplacement d’un exarque par son successeur aurait également entraîné un nombre considérable de procès. Or, les sources ne semblent pas soutenir cette hypothèse puisque nous ne connaissons pas d’autres cas ayant provoqué tant de conflits870. Il est en revanche beaucoup plus vraisemblable que les litiges qui éclatèrent en 1395 en Macédoine aient été simplement provoqués par un durcissement de la politique de Bayezid à l’égard du droit de propriété des chrétiens, mesure qui aurait bouleversé complètement le statut des biens fonciers dans la région.

***

98Au début de ce chapitre, on a souligné la difficulté de dresser un bilan des conséquences de la conquête ottomane des Balkans. Néanmoins, le matériel documentaire qui nous est parvenu semble indiquer que les conditions de vie ou tout au moins le statut foncier des populations chrétiennes se seraient considérablement dégradés à partir de l’arrivée en Europe de Bayezid Ier, vers la fin 1393. La confiscation de biens fonciers tout comme l’imposition de nouvelles taxes semblent avoir contribué à précariser le statut de la population autochtone sous la nouvelle administration. Même si la conquête turque avait initialement bénéficié à un groupe de propriétaires chrétiens (pronoïaires et monastères), cette situation ne se trouva pas confirmée sous le règne de Bayezid.

99On a souligné également le rôle joué auprès de ce souverain ottoman par certains individus appartenant à l’élite politique ou religieuse chrétienne. Ils intervinrent en faveur de leurs coreligionnaires afin d’éviter la dégradation de leur statut juridique ou la saisie de leurs biens fonciers. Ce rôle fut par exemple joué par la veuve du prince Lazar, la moniale Eugénia, qui servit d’intermédiaire entre Bayezid et la république de Raguse. Cela pourrait expliquer la continuité de certains établissements religieux pendant cette première époque de la domination ottomane.

100Dans le domaine juridictionnel, les Ottomans consentirent à reconnaître des tribunaux chrétiens et des institutions ecclésiastiques. Leur fonctionnement ne semble pas avoir subi d’interruption durant cette période et l’on connaît le cas de communautés religieuses, comme celle de l’Athos, qui bénéficièrent de certains privilèges sous la domination ottomane. Le patriarcat de Constantinople a pu également continuer à exercer son autorité sur les populations dorénavant soumises aux Ottomans grâce à la mise en place d’une nouvelle institution, l’exarque patriarcal. Ce système permit au patriarcat de continuer à percevoir des impôts et à exercer sa juridiction sur les territoires qui échappaient pourtant au contrôle politique de l’Empire byzantin. Cette séparation entre la juridiction ecclésiastique du patriarche et la souveraineté de l’empereur devait s’accentuer par la suite, permettant la survie de l’Église byzantine même après la disparition l’État byzantin.

Notes

692 Pour l’expansion ottomane dans les Balkans, je renvoie en général à Mantran, Empire ottoman, p. 42-54, et plus récemment à A. Külzer, Byzanz und die Osmanen, Historicum 40 (Byzanz I), 2001-2002, p. 15-20.

693 Pour un exposé plus détaillé des événements, voir Dennis, The Reign of Manuel II, p. 41-46.

694 À la même époque, un traité fut conclu aussi entre les Génois de Péra et les Ottomans, mentionné par le chroniqueur vénitien Daniele di Chinazzo (ibid., p. 44, n. 76).

695 Belgrano, Prima serie, no 26, p. 133-140.

696 Kydônès, L219/T211 (à Radènos). Pour l’acte synodal: MM II, no 344; Darrouzès, Regestes VI, no 2717.

697 Dennis, The Reign of Manuel II, p. 145. Pour la référence à Doukas, voir note infra.

698 L’acte synodal du 4 mai 1381 dit ainsi : « Selon l’accord [entre Jean V et Andronic IV], qu’ils restent non seulement en paix toute leur vie, mais qu’après le décès de notre empereur Jean Palaiologos la succession de l’Empire revienne à son fils Andronic et au fils de celui-ci Jean » (MM II, no 344, p. 26, l. 27-34).

699 Doukas XII § 4, p. 7325-28.

700 Manuel semble avoir séjourné auprès de Murad en Asie Mineure durant l’année 1381 : Kydônès, L218/T209 et L220/T213. Sur ces deux lettres, voir Dennis, The Reign of Manuel II, p. 48-49.

701 Voir à ce sujet les lettres que Kydônès adresse à Manuel II peu après son départ de Constantinople : Kydônès, L203/T233, L243/T234 et L247/T236. Dennis, The Reign of Manuel II, p. 46, a noté qu’Isidôros Glabas, à l’époque métropolite de Thessalonique, dit que Manuel n’était pas attendu dans la capitale de la Macédoine à l’époque (Laourdas, Isidôros Glabas, p. 317-9). Le statut de Manuel après les accords de 1381 demeure néanmoins une question problématique. Il est difficile de comprendre pourquoi Jean V, qui avait dû consentir à la dégradation de son deuxième fils, ne lui accorda pas l’administration d’un territoire pour compenser la perte de ses droits à la succession. L’empereur avait peut-être songé qu’il resterait à ses côtés à Constantinople, parce qu’il soupçonnait Andronic de vouloir tenter un nouveau coup de force. Toutefois, compte tenu des événements, Manuel ne semble pas avoir été d’accord avec les termes du traité, ce pourquoi il dut décider contre l’avis de son père de s’établir à Thessalonique.

702 Belgrano, Prima serie, p. 133 : advertentes quemadmodum post pacem factam inter dictum dominum imperatorem Iohannem ex una parte et dominum imperatorem Andronicum eius filium ex altera parte, alique suspiciones et dubitationes remanserunt in cordibus eorum, et volentes ipsas sendare, tolere et extrahere de dictis eorum cordibus

703 Les îles d’Imbros et Samothrace furent cédées à Niccolò Gattilusio, seigneur d’Ainos, en 1384 (Dennis, The Short Chronicle of Lesbos [cité supra, p. 148, n. 125], p. 126 [6], et M. Balard, The Genoese in the Aegean (1204-1566), Mediterranean Historical Review 4/1, 1989 [= Latins and Greeks in the Eastern Mediterranean after 1204, éd. B. Arbel, B. Hamilton, D. Jacoby, Londres 1989], p. 158-174, ici p. 161). Mais, au début du xve siècle, ces îles étaient revenues au pouvoir de l’Empire.

704 La dispute sur l’île de Ténédos ne finit pas avec le traité de Turin. Dans les années 1390, Venise continua à réclamer le contrôle sur l’île face aux protestations de Byzance qui voulait la récupérer. L’empereur semble même avoir entrepris des travaux pour relever ses fortifications. Sur cette question, voir J. Chrysostomides, Tenedos 1376 Revisited, dans Ead., Byzantium and Venice 1204-1453, Ashgate 2011 (Variorum Collected Studies Series 972), XI (avec bibliographie).

705 Manouèl Kantakouzènos avait reçu la direction du Péloponnèse en 1349. On sait très peu de chose de son gouvernement, mais il semble qu’il se soit consacré à consolider les conquêtes de la période précédente et à établir des alliances avec les pouvoirs locaux : Loenertz, Chronique moréote, § 6, p. 404, et § 8, p. 414-415, et Zakythinos, Le despotat grec de Morée, t. 1, p. 95-113.

706 Dennis, The Reign of Manuel II, p. 43: « Sometime after this date [= 7 Avril 1380, mort de Manouèl Kantakouzènos] and before May 1381 when the civil war in Constantinople came to an end, Theodore was nominated to rule the Morea. » Sur cette question, qui reste difficile à élucider, voir les réflexions de Barker, Manuel II, p. 43, n. 119. Voir note suivante.

707 L’hypothèse d’un mandat de Théodôros en Macédoine est suggérée par la mention dans un acte athonite de 1384 d’une ordonnance du despote Théodôros accordant au césar de Thessalie, Alexios Philanthrôpènos, le kastron de Kolydros, situé près de Thessalonique. Sur cette question, voir V. Laurent, Une nouvelle fondation monastique des Choumnos : la Néa Moni de Thessalonique, REB 13, 1955, p. 109-132, et R.-J. Loenertz, Un prostagma perdu de Théodore Ier Paléologue regardant Thessalonique (1380/82 ?), EEBS 25, 1955, p. 170-172. Sur la chronologie, voir aussi les remarques dans Lavra III, p. 118. Toutefois, il convient de rappeler le passage de Chalkokondylès I, p. 483-7, selon lequel Théodôros se serait arrêté à Thessalonique simplement pour rendre visite à son frère avant de rejoindre sa destination finale, le Péloponnèse. Ce bref séjour à Thessalonique pourrait expliquer pourquoi il délivra un acte en faveur du césar de Thessalie, sans qu’il soit nécessaire de supposer une période de gouvernement de Théodôros en Macédoine. Toutefois rien de cela n’est sûr, car le témoignage de Chalkokondylès est, on l’a vu, très imprécis sur les événements du xive siècle.

708 La plupart des renseignements sur la vie de Théodôros proviennent de l’oraison funèbre composée par son frère l’empereur Manuel II en 1407, qui a été éditée, traduite et commentée par Julian Chrysostomides : Manuel II, Oraison funèbre. Manuel dit que Théodôros, même s’il avait eu l’occasion de quitter Constantinople à l’époque du coup d’État d’Andronic IV, préféra rester aux côtés de son père et de son frère et partager leur sort en prison (cf. ibid., p. 101-109).

709 Sur la révolte de Iôannès Kantakouzènos, voir G. Gerola, L’effige del despota Giovanni Cantacuzeno, Byz. 6, 1931, p. 379-387, et Kalligas, Byzantine Monemvasia, p. 143-145. Les enfants de Matthaios semblent avoir suivi leur père dans le Péloponnèse après le traité d’Épibatai de 1357.

710 Selon l’Oraison funèbre, Matthaios aurait chargé son fils Iôannès du commandement de plusieurs forteresses dans le Péloponnèse (Manuel II, Oraison funèbre, p. 11722).

711 Nicol, Kantakouzenos, p. 92 et 120 (avec bibliographie).

712 En 1379, le dernier empereur latin, Jacques des Baux, avait engagé cette compagnie de mercenaires navarrais pour consolider sa domination sur la principauté d’Achaïe et s’emparer des duchés d’Athènes et Néopatras. Après la mort de Jacques des Baux en 1383, la compagnie prit le contrôle de ces deux duchés jusqu’à leur conquête par Nerio Acciaiuoli à la fin des années 1380. Dans l’oraison funèbre en l’honneur de son frère, Manuel II dit qu’à cette époque les villes du Péloponnèse étaient victimes des incursions des Latins voisins ainsi que des Turcs : « Ils attaquaient soit par terre avec la cavalerie, soit par mer avec des bateaux pirates » (Manuel II, Oraison funèbre, p. 1157-10). Sur la compagnie des Navarrais en Grèce, voir Loenertz, Athènes et Néopatras I et II ; Id., Hospitaliers et Navarrais ; et A. Luttrell, Appunti sulle compagnie navarresi in Grecia, Rivista di studi bizantini e slavi 3, 1984, p. 113-127 (= Id., The Hospitallers of Rhodes and the Mediterranean World, Aldershot 1992 [Variorum Collected Studies Series 360], VIII).

713 Après la mort du despote Iôannès Kantakouzènos (sur laquelle voir Manuel II, Oraison funèbre, p. 1195), certains archontes locaux continuèrent à contester l’autorité de Théodôros. Il convient de souligner le rôle de la famille des Mamônas, originaires de la ville de Monemvasie, qui refusèrent pendant longtemps de reconnaître l’autorité des Paléologues : voir infra, p. 444.

714 En 1384, Théodôros épousa la fille aînée de Nerio, Bartolomea. Sur cette alliance, voir J. Chrysostomides, An Unpublished Letter of Nerio Acciaiuoli (30 October 1384), Βυζαντινά 7, 1975, p. 120-123 (= Ead., Byzantium and Venice, 1204-1453, Aldershot 2011 [Variorum Collected Studies Series 972], V).

715 Sur la période du gouvernement de Manuel II à Thessalonique, de 1382 à 1387, l’étude de référence reste celle de Dennis, The Reign of Manuel II. Pour la question de la date de l’arrivée de Manuel II à Thessalonique, voir ibid., p. 57-60.

716 Voir les lettres L244/T235, L247/T236 et L249/T237, adressées à l’empereur Manuel II.

717 Pour la victoire de Serrès, voir Dennis, The Reign of Manuel II, p. 67-69. Kydônès mentionne les victoires remportées par Manuel lors d’une bataille navale et d’une bataille terrestre dans une lettre adressée à cet empereur vers l’été 1383 : Kydônès, Correspondance II, no 312, p. 23817-19 (πλὴν κοινῇ πάντες ᾖδον τὴν ναυμαχίαν καὶ τὴν ταύτῃ συναφθεῖσαν πεζομαχίαν καὶ τὴν ἐν ἀμφοτέραις νίκην). Pour la datation de cette lettre, voir Dennis, The Reign of Manuel II, p. 72, n. 53, et Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 3, no 255. Manuel II fait lui-même allusion à une bataille navale contre les Turcs dans son Discours adressé aux Thessaloniciens : cf. infra, n. 728.

718 Kydônès, Correspondance II, no 247, p. 15123-29.

719 Durant l’été 1383, Kydônès adresse une lettre à l’aristocrate Iôannès Asanès, alors en Eubée. Il met cet ami en garde contre les rumeurs circulant à Constantinople à propos de son absence qui a fait croire à l’empereur qu’il s’est rendu à Thessalonique, dans le « nouvel empire » (Kydônès, Correspondance II, no 264, p. 17579-80 : εἰσὶ δ᾽οἳ καὶ τὸν βασιλέα πείθουσιν, ὡς εἰς Θεσσαλονίκην καὶ τὴν νέαν ἀρχὴν διανοῇ μεταβῆναι). Le fait que Jean V soupçonne Asanès de vouloir se rendre à Thessalonique (peut-être avec raison) montre que d’autres aristocrates l’ont déjà fait, ainsi que l’a relevé Dennis, The Reign of Manuel II, p. 59 (« If Asanes is accused – with or without reason – of wanting to go there, it would seem to imply that examples existed of such an emigration »). Dans sa lettre L247/T236, Kydônès signale que beaucoup ont l’intention de quitter Constantinople pour rejoindre Manuel en Macédoine : πολλοὺς γάρ σοι τοιούτους ὥσπερ ἀποικίαν στελλομένους παρ᾽ἡμῶν ἥξειν προσδόκα (Kydônès, Correspondance II, p. 15131-32). Toutefois, Kydônès craint aussi l’échec de cette entreprise. Dans une lettre qu’il adresse à Radènos durant l’été 1383, il dit que si les compagnons de l’empereur Manuel, « la fine fleur de l’aristocratie », perdaient la partie, l’Empire « serait balayé comme une plante arrachée de la racine » (ibid., no 248, p. 15331-35).

720 Ce fut sans doute le cas de Théodôros Kantakouzènos et de Michaèl Astras, qui sont attestés en Macédoine en 1376 et qui semblent y avoir rejoint Manuel quatre ans plus tard. Sur cette question, voir Estangüi Gómez, Théodôra Palaiologina, p. 168, n. 148 (avec références aux sources). On a vu que le même phénomène s’était déjà produit en 1375, lors de la campagne de Jean V en Macédoine (cf. supra, p. 237).

721 On a dit (cf. supra, n. 719) que dans sa lettre envoyée à Asanés durant l’été 1383, Kydônès dit que l’absence prolongée de son correspondant dans la capitale et le soupçon qu’il s’était rendu à Thessalonique pouvaient provoquer la ruine de « sa maison » (Kydônès, Correspondance II, no 264, p. 174). Toutefois, dans sa lettre à Manuel, après que celui-ci eut remporté ses premières victoires sur les Ottomans, Kydônès parle des « louanges de l’empereur » et de l’opinion favorable de « la grande assemblée », c’est-à-dire du sénat, à son égard (ibid., no 247, p. 1509 : οἱ τοῦ βασιλέως ἔπαινοι προχωροῦσιν ; et p. 15132-33 : αὕτη δ᾽ἡμῖν ἡ φήμη καὶ τὸ μέγα συνέδριον ἔσεισε, καὶ πάντων ἀκούσῃ τὰ τάλαντα καὶ τὸν ἄργυρον καὶ τοὺς στατῆρας ὑμνούντων).

722 Voir les lettres de Kydônès L368/T354, L370/T353, L372/T355, L374/T358 et L381/ T357. Sur cette question, voir aussi Loenertz, Manuel II à Lemnos, p. 120, n. 2.

723 Aux côtés de Hayreddin Pacha se trouvait Evrenos Bey, l’ancien chef turc établi en Thrace depuis le milieu du xive siècle : voir supra, p. 133-134. Sur Hayreddin Pacha, voir PLP 11097 (Καραλίμπασιας Χαϊρατίνης), et EI 2, t. 2, p 456 (art.» Djandarlı »).

724 Chalkokondylès I, p. 4210-13.

725 Sur ces événements, voir Dennis, The Reign of Manuel II, p. 70 et 74-75. Parmi les captifs de Serrès se trouvait le métropolite Matthaios Phakrasès, qui fut un personnage important de la vie religieuse de l’Empire à la fin du xive siècle (PLP 29584).

726 Un acte athonite du xve siècle rappelle que le pronoïaire Manouèl Déblitzènos était mort à la bataille de Chortaïtès contre les Turcs : Docheiariou, no 58 (1419), l. 14-15 (ὁ Δοβλητζηνός, μετὰ καιρὸν ἀπελθὼν ἐν τῆ μάχη τῶν Τούρκων εἰς τὸν Χορταΐτην ἐκ βασιλικῆς προστάξεως, ἐτελεύτησεν ἐκεῖ).

727 Kydônès nous a laissé dans ses lettres un témoignage de l’émotion que provoquèrent chez les contemporains la prise de Serrès et la défaite de Chortaïtès. Voir par exemple sa lettre L289/T272, adressée à son ami Radènos (traduction Cammelli, Démétrius Cydonès, no 40, p. 107-108) : « Après la nouvelle relative à Serrès, après l’énorme butin et toutes les orgies qu’ils [ = les Ottomans] ont faits aux frais de la patrie, la fortune, en nous décochant un coup encore plus grave, celui de Chortiatos [sic], nous a frappés en plein cœur » (Kydônès, Correspondance II, p. 2099-12).

728 Avant de répondre à l’assaillant, Manuel avait réuni l’assemblée du peuple thessalonicien (ἐκκλησία τοῦ δήμου) pour s’assurer de son soutien durant le siège. À cette occasion, l’empereur prononça un discours (συμβουλευτικός) exhortant les Thessaloniciens à la résistance. Il a été édité par B. Laourdas, Ὁ « Συμβουλευτικὸς πρὸς τοὺς Θεσσαλονίκεις » τοῦ Μανουὴλ Παλαιολόγου, Μακεδονικά 3, 1955, p. 290-307. Pour une analyse de son contenu, voir Dennis, The Reign of Manuel II, p. 81-84. Pour la date de la prise de Thessalonique, voir la discussion de Schreiner, Kleinchroniken II, p. 332-333 (« 1387 März-Mai [ ?] »).

729 Parmi ceux qui étaient favorables à la reddition, il y avait plusieurs notables : Kydônès, Correspondance II, no 324, p. 25439-42.

730 Cette homélie a été éditée dans Glabas, Homélies, no 30, p. 67-84, pour l’allusion à Saint-Sôzôn, voir p. 83. Sur la confiscation de ce bien, voir Dennis, The Reign of Manuel II, p. 89-91. Sur Isidôros Glabas, voir infra, p. 293, n. 793.

731 Dennis, The Reign of Manuel II, p. 91-95.

732 Je ne parlerai pas ici des contacts entre Manuel II et le pape Urbain VI. Sur cette question, voir ibid., p. 136-150.

733 Sur Alexios Angélos Philanthrôpènos, voir PLP 29750.

734 Dans un acte de 1381, Alexios dit posséder le gouvernement de la Blaquie (c’est-à-dire de la Thessalie) « grâce à la Providence divine et à l’autorité de nos puissants, saints et pieux seigneurs et empereurs » (L. Heuzey, Jugement synodal en faveur du couvent de la Panaghia des Grandes-Portes, Revue des études grecques 32, 1919, p. 302-319, ici p. 306). Ces empereurs étaient ceux de Byzance, c’est-à-dire Jean V, Andronic IV et Manuel II, comme l’ont suggéré R.-J. Loenertz, Notes sur le règne de Manuel II à Thessalonique, BZ 50, 1957, p. 390-396, ici p. 390-394, et Dennis, The Reign of Manuel II, p. 104.

735 Il s’agit de deux actes de donation établis en faveur du monastère thessalonicien de la Néa Monè, fondé par l’aristocrate Makarios Choumnos : Lavra III, nos 150 (1384) et 151 (1389). Par ces actes, Alexios fit don à la Néa Monè de deux biens fonciers qu’il avait reçus de Manuel II et de son frère le despote Théodôros Palaiologos : le kastron de Kolydros et le monydrion de Sainte-Phôtis, sis à l’intérieur de Thessalonique. Sur ces actes, voir supra, p. 275, n. 707.

736 Il s’agit de son second acte de donation en faveur du monastère de la Néa Monè de Thessalonique : Lavra III, no 151. Il eut pour successeur un certain Manouèl Angélos Philanthrôpènos, sans doute son fils ou son frère, attesté entre 1392 et 1394 (PLP 29771).

737 Sur les relations entre ManuelII et Thomas Preljubovič, voir Dennis, The Reign of Manuel II, p. 105-108. Sur Thomas, voir PLP 23721.

738 Cf. Nicol, Epiros, p. 142-143.

739 L’Archimandreion était le nom sous lequel était connu le monastère de la Dormition de la Vierge à Iôannina : cf. ibid., p. 152.

740 Chronique de Iôannina, chap. 26, p. 48. Gabrièl fut nommé métropolite de Iôannina en 1386 (ibid., chap. 23, p. 50-51).

741 Sur Esau Buondelmonti, voir PLP 8147 (Ἰζαύ). Sur l’envoi des insignes de despote par Jean V depuis Constantinople, voir Chronique de Iôannina, chap. 32, p. 50.

742 Sur cette alliance, voir la lettre envoyée par l’évêque d’Argos, le dominicain Giacomo Pigaloti, depuis Venise, au cardinal Angelo Acciaiuoli, à Florence, en janvier ou février 1385 (éd. Rubió, Diplomatari, no 574, p. 611-613) et un acte des archives de Venise (voir note suivante). Un passage de la chronique de l’historien espagnol du xvie siècle Jerónimo Zurita y Castro, fondée sur des documents authentiques aujourd’hui perdus, témoigne également de cette alliance entre Théodôros et Manuel II (cf. R.-J. Loenertz, Une page de Jérome Zurita relative aux duchés catalans de Grèce, REB 14, 1956, p. 158-168 [= Id., Byzantina et Franco-Graeca. Articles parus de 1935 à 1966, éd. P. Schreiner, Rome 1970, p. 371-382]). Sur cette question, voir aussi Dennis, The Reign of Manuel II, p. 119-128.

743 La délibération du sénat vénitien du 18 avril 1385 est éditée par Dennis, ibid., App. A, p. 163-164.

744 Ibid., p. 151-155. Pour la date de la prise de Thessalonique, voir supra, n. 728.

745 Sur l’entretien entre Manuel et Murad, voir Dennis, The Reign of Manuel II, p. 158, et Barker, Manuel II, p. 61-65. Sur le séjour de Manuel II à Lemnos, voir Loenertz, Manuel II à Lemnos.

746 Sur la soumission de Théodôros aux Ottomans et la campagne d’Evrenos Bey dans le Péloponnèse, voir Loenertz, Pour l’histoire du Péloponnèse, p. 168-170, et Reinert, From Niš to Kosovo Polje, p. 195-199.

747 Les conditions de vassalité imposées par les Ottomans aux Byzantins incluaient désormais le versement d’un lourd tribut, supérieur à celui que versait déjà Andronic IV, ainsi que l’envoi de troupes et la participation d’un membre de la famille impériale lors des campagnes du souverain ottoman.

748 Sur le knez Lazar Hrebeljanović, attesté comme souverain d’une partie du territoire serbe entre 1371 et 1389, voir PLP 14331 (Λάζαρος).

749 Pour les campagnes de Murad Ier en Serbie entre 1386 et 1389, voir Reinert, From Niš to Kosovo Polje. Vers la même époque, Lazar infligea une défaite aux Ottomans à Pločnik, localité située à l’ouest de Niš.

750 Ce sont les sources ottomanes qui rapportent que Lazar fit à cette époque acte d’allégeance à Murad, alors que les chroniques serbes n’en disent rien : cf. Reinert, From Niš to Kosovo Polje, p. 177-179.

751 Sur la bataille de Bileća (1388), voir S. W. Reinert, A Byzantine Source on the Battles of Bileća (?) and Kosovo Polje: Kydones’ Letters 396 and 398 Reconsidered, dans Studies in Ottoman History in Honour of Professor V. L. Ménage, éd. C. Heywood et C. Imber, Istanbul 1994, p. 249-272. Sur les conséquences immédiates de la victoire de Bileća, voir Jireček, Geschichte der Serben, t. 2, p. 119. En 1388, les armées de Murad avaient lancé une nouvelle attaque contre la Bulgarie : cf. Reinert, From Niš to Kosovo Polje, p. 184-185.

752 La bataille de Kosovo Polje (« champ des merles ») est l’un des événements les plus connus de l’histoire médiévale des Balkans. Elle a fait l’objet d’une riche littérature épique en langue serbe qui mélange les faits réels et légendaires. Le comportement de Vuk Branković durant les combats et l’assassinat de Murad par le noble serbe Miloš Obilić sont, par exemple, deux questions encore controversées. Par ses conséquences décisives sur l’histoire de la Serbie, cette bataille est devenue importante dans l’idéologie nationaliste serbe contemporaine. La bibliographie sur cet événement est donc très riche : voir par exemple T. Emmert, The Battle of Kosovo : Early Reports of Victory and Defeat, dans Kosovo, Legacy of a Medieval Battle, éd. W. Vucinich et T. Emmert, Minneapolis 1991, p. 19-40.

753 Il convient de souligner que ce fut peut-être à cette occasion qu’une fille du prince Lazar et de la princesse Milica, Olivera (Maria), épousa le fils de Murad, Bayezid.

754 Les Hongrois attaquèrent la Serbie dès novembre 1389, profitant de la commotion provoquée par la bataille de Kosovo.

755 Sur la princesse Milica/Eugénia, voir PLP 91854 (Ἑλένη). Sur son fils Stefan Lazarević, voir PLP 26763 (Στέφανος).

756 Sur Vuk Branković, voir PLP 3075 (Βοῦλκος). Il était le fils du noble serbe Branko Mladenović. Il épousa la fille de Lazar, Mara.

757 Voir à ce sujet, Reinert, A Byzantine Source (cité supra, n. 751).

758 Les rapports entre Jean V et Manuel II durant cette période demeurent peu clairs. Après la mort d’Andronic IV en 1385, Jean V envoya un ambassadeur (nommé Palaiologos) auprès de Hayreddin Pacha, qui dirigeait le siège de Thessalonique, afin d’arranger un accord entre Manuel II et les Ottomans. Les négociations échouèrent : cf. Loenertz, Manuel II à Lemnos, p. 118. Après la perte de Thessalonique, les rapports entre père et fils semblent s’être dégradés. À cette époque, une partie de l’élite politique de Constantinople aurait soutenu la candidature du jeune Jean VII : voir à ce sujet la correspondance de Kydônès, analysée par Loenertz, ibid., p. 119-122, et Barker, Manuel II, p. 63-65. Voir aussi les remarques de Ganchou, Géôrgios Goudélès, p. 291.

759 Cet épisode a fait couler de l’encre : voir J. W. Barker, John VII in Genoa : A Problem in Late Byzantine Source Confusion, OCP 28, 1962, p. 213-238.

760 Voir à ce sujet les craintes exprimées par Kydônès dans la lettre adressée à Manuel II à Lemnos au lendemain de la bataille de Kosovo (15 juin 1389) : Kydônès, Correspondance II, no 396. Sur cette lettre, voir l’étude déjà évoquée de Reinert, A Byzantine Source (cité supra, n. 751), p. 259-264, et Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 4, no 383, p. 111-112.

761 Sur ces événements, voir Reinert, The Palaiologoi.

762 Voir ibid., p. 331 (avec bibliographie).

763 À son arrivée au pouvoir, Bayezid Ier éleva aussi ses exigences envers les puissances occidentales. Il décida par exemple de faire passer la taxe pour l’exportation du blé d’un demi-hyperpre par modios à un hyperpre. Sur cette question, voir aussi infra, p. 517.

764 Kydônès, Correspondance II, nos 442 et 443.

765 Les raisons du changement d’attitude de Jean VII restent méconnues. Sur ce traité qui impliquait l’adoption par Manuel II de son neveu Jean VII et, en retour, du fils de Manuel, le futur Jean VIII, par Jean VII, voir Barker, Manuel II, p. 112, et Balard, La Romanie génoise, t. 1, p. 97.

766 La chronologie du voyage de Manuel II à Serrès peut être reconstituée grâce à la documentation athonite : voir infra, p. 371-373.

767 Manuel II, Oraison funèbre, p. 14115-19 : ἦν ταυτί · καὶ ὁ Αἰθίοψ τὴν ψυχὴν οὐκ ἐδύνατο τὴν μελανίαν ἀπονίψασθαι, ἀλλὰ πρῶτον ἐξεμέσας τὴν ὀργὴν δι᾽ὧν εἰς τοὺς ἡμετέρους ἐξύβρισεν, ἐκκόψας μὲν ὀφθαλμοὺς ἐκ τοῦ ναυτικοῦ, ἀποκόψας δὲ χεῖρας καὶ πολλὰ τισι τῶν ἐν τέλει ἐπαγαγὼν εἰς αἰσχύνην.

768 Au mois de février, Bayezid conquit le comté latin de Salôna : Barker, Manuel II, p. 120 et n. 47.

769 Manuel II, Oraison funèbre, p. 15714-19.

770 Ibid., p. 1574-14. Sur ces événements, voir Loenertz, Pour l’histoire du Péloponnèse, p. 172-181.

771 Selon la plupart des sources, la construction d’Anadolu Hisar daterait de la période postérieure à la bataille de Nicopolis (septembre 1396 ; voir note suivante). Sur cette question, voir Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 77-78.

772 Sur la croisade de Nicopolis, on consultera toujours avec profit l’ouvrage de J. Delaville Le Roulx, La France en Orient au xiv e siècle, t. 1, Paris 1886, p. 246-299. Voir aussi A. S. Atiya, The Crusade of Nikopolis, Londres 1934 (réimpr. New York 1978) ; Setton, Papacy, t. 1, p. 358-369 ; É. Gaucher, Deux regards sur une défaite : Nicopolis (d’après la chronique du religeux de Saint-Denis et le Livre des faits de Boucicaut), Cahiers de recherches médiévales et humanistes 1, 1996, p. 93-104 ; et Nicopolis, 1396-1996. Actes du colloque international, éd. G. Paviot et M. Chauney-Bouillot, Dijon 1997 (= Annales de Bourgogne 68/3).

773 À propos de quelques envois de blé de Venise à Constantinople durant ces années, voir Barker, Manuel II, p. 125 (décembre 1394) et 130 (décembre 1395), et Ganchou, Géôrgios Goudélès, p. 300-302.

774 Sur la situation de la population de Constantinople durant le blocus et le commerce de denrées, voir D. Bernicolas-Hatzopoulos, The First Siege of Constantinople by the Ottomans (1394-1402) and its Repercussions on the Civilian Population of the City, Études byzantines/ Byzantine Studies 10/1, 1983, p. 39-51, et N. Necipoğlu, Economic Conditions in Constantinople during the Siege of Bayezid I (1394-1402), dans Constantinople and its Hinterland (Papers from the Twenty-seventh Spring Symposium of Byzantines Studies, Oxford, April 1993), éd. C. Mango et G. Dagron, Aldershot 1995, p. 157-167.

775 ASV, Senato, Secreta, registro E (olim R), fol. 145r-v (décision du 7 avril 1397). Le contenu de cet acte a été mal compris par Thiriet, Régestes, t. 1, no 932, p. 218, comme l’a souligné Barker, Manuel II, p. 146, n. 38, qui a surtout exploité l’information selon laquelle Manuel II avait songé une première fois à abandonner le trône au profit de son neveu. Cet aspect est important et doit être souligné parce qu’il explique mieux la décision de Manuel de confier la direction de la capitale à Jean VII lors de son départ pour l’Occident en décembre 1399. Ce changement d’attitude à l’égard de son rival peut s’expliquer en partie par la dégradation des rapports entre Jean VII et Bayezid après la bataille de Nicopolis (1396) : le jeune empereur aurait enfin compris l’intention du souverain ottoman de s’emparer de la capitale byzantine et de conquérir ce qui restait de l’Empire. Sur le plan de la politique internationale, après Nicopolis, les regards se tournaient vers Venise, qui semblait la seule puissance à même de fournir de l’aide. Rappelons qu’en 1388 avait été conclue une ligue anti-turque entre les Génois de Péra, la seigneurie de Lesbos, la Mahone de Chios et les chevaliers de Rhodes (cf. Balard, La Romanie génoise, t. 1, p. 95), à laquelle l’empereur byzantin adhéra après 1394, lorsque ses liens de vassalité avec Bayezid furent rompus ; la république de Venise la rejoignit vers 1396.

776 Sur ces ambassades, voir Barker, Manuel II, p. 154-160.

777 Peu après son arrivée à Constantinople, Boucicaut – accompagné de Manuel II – lança plusieurs attaques contre quelques châteaux ottomans situés sur la rive asiatique du Bosphore : cf. ibid., p. 163, n. 71 (avec bibliographie).

778 La décision de Manuel II de laisser la direction de Constantinople à son neveu et ancien rival Jean VII fut sans doute imposée par la popularité ce dernier dans la ville (voir infra, p. 298). Sur cette question, il convient d’attirer l’attention sur un passage de la chronique de Doukas : « L’empereur Manuel voyait les citoyens divisés en deux camps, l’un était contre et la condamnait [la proposition de Bayezid de céder la ville à Jean VII, après quoi il signerait la paix], alors que l’autre l’encourageait fortement et s’écriait “que Jean rentre et que les scandales prennent fin” » (Doukas XIV § 3, p. 8318-20).

779 Manuel s’arrêta à Monemvasie pendant environ un mois, durant lequel il passa un accord avec les autorités vénitiennes afin d’obtenir pour sa famille l’autorisation de se replier en Crète ou dans les ports de Coron ou Modon si les Ottomans s’emparaient du Péloponnèse (Iorga, Veneția in Marea neagrã, doc. no LIX, p. 1118). Le despote Théodôros avait passé un accord semblable quelque temps auparavant. Durant le séjour de Manuel à Monemvasie (ou peu après), des accords furent aussi conclus avec les Hospitaliers de Rhodes afin d’assurer la protection du Péloponnèse. Rappelons que la ville de Corinthe leur avait déjà été cédée en 1397. Pour le séjour de Manuel II et de sa famille à Monemvasie, voir Djurić, Le crépuscule, p. 90-97.

780 Sur le séjour de Manuel II en Occident, voir Barker, Manuel II, p. 171-199.

781 Manuel apprit la nouvelle de la bataille d’Ankara à Paris vers la fin de l’été 1402 : cf. ibid., p. 219.

782 Sur l’emploi de troupes turques par les empereurs byzantins durant les deux guerres civiles du xive siècle, voir supra, p. 38, 105 et 116.

783 Beldiceanu-Steinherr, Le destin, p. 110, no 22. Tzympé, aujourd’hui Çimbi, dans l’Héllespont, fut d’ailleurs le premier quartier général de Süleymân Pacha, le fils d’Orhan, avant la conquête de Gallipoli.

784 Voir Ead., Analyse de la titulature d’Orhan sur deux inscriptions de Brousse, Turcica 34, 2002, p. 223-240, ici p. 228-230.

785 Sur cette question, voir O. L. Barkan, Caractère religieux et caractère séculier des institutions ottomanes, dans Contributions à l’histoire économique et sociale de l’Empire ottoman, éd. J.-L. Bacqué-Grammont et P. Dumont, Louvain 1983, p. 11-58, en particulier p. 19-22, et H. Inalcik, Islamization of Ottoman Laws on Land and Land Taxes, dans Festgabe an Joseph Matuz. Osmanistik-Turkologie-Diplomatik, éd. Ch. Franger et K. Schwarz, Berlin 1992, p. 101-118.

786 Voir Inalcik, Status.

787 Pour l’institution du timar, voir l’ouvrage fondamental de Beldiceanu, Le timar. Pour un exemple concret, voir I. Kolovos, A Biti of 1439 from the Archives of the Monastery of Xeropotamou (Mount Athos), Chilandarski sbornik 11, 2004, p. 295-305.

788 Sur ces impôts, voir infra, p. 462-463. La charî’a laissait une certaine marge de manœuvre aux autorités ottomanes parce qu’elle accordait aux non-musulmans pratiquant l’une des religions du Livre, c’est-à-dire aux chrétiens et aux juifs, le statut de dhimmi, qui leur laissait la liberté de culte en contrepartie du versement d’un impôt supplémentaire, appelé en Asie la djizya. Sur le statut de dhimmi, voir Cl. Cahen, article Dhimma, dans EI 2, t. 2, p. 234-238. Il y eut néanmoins plus tard des peuples entiers qui se convertirent finalement en masse à l’islam, comme par exemple les Bosniaques et une partie des Albanais, ainsi que quelques groupes de Roumains. En Anatolie, certaines communautés encore non musulmanes avant l’époque ottomane embrassèrent également la religion de l’État.

789 Sur cette question, voir les régions étudiées dans le volume collectif Continuity and Change in Late Byzantine and Early Ottoman Society, éd. A. Bryer et H. Lowry, Birmingham/ Washington 1986. Voir aussi note suivante.

790 C’est le cas dans l’île de Lemnos pour laquelle on a conservé une abondante documentation datant de la période byzantine tardive et un registre ottoman de la fin du xve siècle : Lowry, Limnos.

791 Les kânûnnâme furent d’abord appliqués dans les provinces européennes et beaucoup plus tard dans les provinces anatoliennes et arabes. En effet, le système fut en principe conçu pour asseoir les bases de la domination ottomane dans les territoires dont la population était très majoritairement chrétienne : cf. H. Inalcik, article Kānūn, dans EI2, t. 4, p. 582-584. Afin de réunir la masse de règlements en vigueur dans l’Empire, le sultan Mehmed II promulgua dans les dernières années de son règne un fameux kânûn qui comprenait trois livres traitant successivement du droit pénal, du statut des timariotes et des paysans (raïa), des nomades et des habitants de certaines régions des Balkans, dont l’organisation – comme l’ont montré les nombreuses études de N. Beldiceanu – remontait en grande partie à l’époque byzantine.

792 Lors d’une reddition négociée, que les Ottomans désignaient par le terme amanname, la ville recevait un document délivré par le gouverneur turc stipulant ses droits et privilèges. Voir le cas de Iôannina qui se rendit aux Ottomans en 1430 (cf. Amantos, Ἀναγνώρισις, et A. Rigo, Lo Horismòs di Sinân Pascià, la pressa di Iôannina (1430) et la « lettera » del sultano Murâd II, Thesaurismata 28, 1998, p. 57-78) ou celui de la colonie génoise de Péra en 1453, après la chute de Constantinople (cf. E. Dalleggio d’Alessio, Le texte grec du traité conclu par les Génois de Galata avec Mehmet II le 1er juin 1453, Ελληνικά 11, 1939, p. 119-123).

793 Sur Isidôros Glabas, voir PLP 4223. Isidôros quitta Thessalonique au plus fort du blocus turc, en 1384, et se réfugia à Constantinople où il demeura jusqu’en 1389 ; au mois d’avril, il prenait encore part aux séances du synode (par exemple MM II, nos 403, 405 et 406), mais au mois de juillet il n’était plus là (MM II, no 409), ce qui pourrait indiquer qu’il était déjà reparti pour la Macédoine. Après son retour, Isidôros délivra deux sermons le 5 et le 12 octobre 1393, dont le contenu est intéressant pour connaître la situation de Thessalonique : ils sont édités dans Laourdas, Isidôros Glabas, nos 4 et 5, p. 55-65, et ont bénéficié d’une longue analyse de Dennis, The Second Turkish Capture of Thessalonica, p. 56-58. D’autres homélies délivrées par Isidôros au cours du blocus turc et après son retour de Constantinople ont été éditées par B. Christophoridès : Glabas, Homélies. Voir aussi l’étude d’A. E. Bakalopoulos, Οἱ δημοσιευμένες ὁμιλίες τοῦ Ἀρχιεπισκόπου Θεσσαλονίκης Ἰσιδώρου ὡς ἱστορικὴ πηγὴ γιὰ τὴ γνώση τῆς πρώτης Τουρκοκρατίας στὴ Θεσσαλονίκη (1387-1403), Μακεδονικά 4, 1955-1960, ainsi que Necipoğlu, Between the Ottomans and the Latins, p. 84-87.

794 Sur Gabrièl de Thessalonique, voir PLP 3416. Ce personnage joua un rôle important dans la vie politique de son époque et dans les relations entre les Thessaloniciens et Bayezid Ier. Gabrièl fut à la tête du monastère de la Néa Monè de Thessalonique de 1374 jusqu’à 1384, date à laquelle il s’en alla à Constantinople en raison des difficultés provoquées par le blocus. À Constantinople, il dirigea le couvent du Saint-Sauveur de Chôra et, en 1389, fut nommé métropolite de Chalcédoine, rang qu’il conserva lorsqu’il retourna à Thessalonique, peu avant janvier 1394 (MM II, no 453, p. 200-202 ; voir aussi Darrouzès, Regestes VI, no 2943). Après la mort d’Isidôros (11 janvier 1396), un conflit survint au sujet de sa succession entre Gabrièl et le moine Nathanaèl, exarque patriarcal de l’Occident, mais ce fut Gabrièl qui fut nommé durant l’été 1397. Sa dernière mention comme métropolite de Thessalonique date de 1416. On conserve une série d’homélies prononcées par Gabrièl comme métropolite de Thessalonique durant ces années ; quelques-unes sont publiées par Laourdas, Gabrièl de Thessalonique, Homélies, mais beaucoup demeurent inédites et pourraient livrer encore des renseignements intéressants. La plupart des données biographiques proviennent d’un encomium rédigé après la mort de Gabrièl, dont l’auteur serait – d’après Loenertz, Écrits, p. 189-190 – le prédicateur de la cour Makarios Makrès († 1426), sur lequel voir PLP 16379. Ce texte a bénéficié de plusieurs éditions ; la plus récente est celle d’A. Argyriou : Makrès, Συγγράμματα, p. 101-120. Sur l’utilité de ce texte pour connaître la situation de Thessalonique à l’époque de la domination turque, voir Dennis, The Second Turkish Capture of Thessalonica, p. 58-59, et Necipoğlu, Between the Ottomans and the Latins, p. 84.

795 Laourdas, Isidôros Glabas, sermon no 4, p. 5630-31 : ὅτε δὲ προσδοκῶντες ἦμεν παθεῖν τὰ δεινότατα, τότε καὶ ψυχαγωγίας, ἴστε δὲ τοῦτο πάντες, ἀπηλαύσαμεν οὐ μετρίας.

796 Makrès, Συγγράμματα, p. 112-113.

797 Smyrlis, The First Ottoman Occupation. Outre la continuité du point de vue judiciaire, les actes montrent aussi que la plupart des postes de l’administration étaient toujours occupés par les Byzantins.

798 Ibid., p. 343.

799 Par exemple, dans une décision judiciaire de 1387, le logothétès de Serrès, qui agissait au nom du métropolite captif, dit avoir reçu l’autorité du patriarche et du gouverneur ottoman de la région, « mon seigneur et frère kyr Ibrahim, celui qui a les droits du képhalatikion » (Esphigménou, no 28, l.13 : τῶ ἀνδρικωτάτω αὐθέντη καὶ ἀδελφῶ μου κῦρ τῷ Μπραΐμῃ, τοῦ τὰ δίκαια τοῦ κεφαλατητίου κατέχοντος). Il s’agit d’Ibrahim Pacha, fils de Hayreddin Pacha, vizir de Murad Ier : PLP 8231. Voir d’autres exemples dans Smrylis, The First Ottoman Occupation, p. 343 et suiv.

800 Il convient de souligner qu’en revanche, lorsque les Turcs s’emparèrent des territoires de l’Asie Mineure, ils ne permirent pas aux métropolites grecs de regagner leurs sièges, ce qui entraîna une progressive disparition de la pratique religieuse chrétienne dans la région : cf. Vryonis, Decline, p. 351-402.

801 Il s’agit de l’acte Vatopédi III, no 191, une ordonnance impériale (hypotypôsis) du 29 septembre 1404 par laquelle l’empereur Manuel II donnait des instructions à son serviteur Dèmètrios Boullôtès concernant la communauté de l’Athos. L’acte parle de la perception des impôts (douleiai) versés par les moines aux Turcs : cf. l. 3-4. Sur l’évolution du patrimoine foncier athonite sous domination ottomane, voir infra, p. 298-300.

802 Sur le rang d’exarque dans l’Église byzantine aux diverses époques, consulter K. M. Rallès, Περὶ τῶν ἐκκλησιαστικῶν τίτλων τῶν ὑπερτίμων καὶ ἐξάρχων, Comptes-rendus de l’Académie d’Athènes 13, 1938, p. 155-162 ; V. Grumel, Titulature de métropolites byzantins. II, Métropolites hypertimes, dans Mélanges Louis Petit, Paris 1948 (Archives de l’Orient chrétien 1), p. 152-184. Pour les exarques du xive siècle, voir Darrouzès, Offikia, p. 131, et, de manière plus générale, M. Païzè-Apostolopoulou, Ο θεσμός της πατριαρχικής εξαρχίας, 14ος-19ος αιώνας, Athènes 1995.

803 Pour la distinction entre « stavropégie » et droit patriarcal, voir C. Hannick, La discipline monastique du patriarcat de Constantinople du xive au xvie siècle, dans Le patriarcat œcuménique de Constantinople aux XIVe- XVIe siècles : rupture et continuité (Actes du colloque international, Rome 5-7 décembre 2005), éd. D. Murešan et P. Odorico, Paris 2007, p. 387-406.

804 En Macédoine, par exemple, la charge d’exarque était initialement liée à celle de métropolite de Philippes : Vatopédi III, no 171.

805 Laourdas, Isidôros Glabas, sermon no 4, p. 55-60.

806 Ibid., no 4, p. 55 : ἔπειτα οὐδὲ φεύγει τὰς συνεσφορὰς καὶ αὐτός· συνεισφέρει προθήκην ἔχων καὶ οὓς ὑπὲρ σοῦ πόνους καὶ κινδύνους.

807 Ibid., no 4, en particulier p. 56-57.

808 Ibid., no 5, p. 60-65.

809 C’est l’avis de Necipoğlu, Between the Ottomans and the Latins, p. 84-85, qui suit ici l’hypothèse de Tafrali, Thessalonique au quatorzième siècle, p. 78-79. À partir du contenu de ces deux sermons, Necipoğlu considère que « the city maintained a semi-autonomous status, and the task of administration remained in the hands of the local Greek magistrates » et que les archontes « were the ones who acted as mediators between the Thessalonians and the Ottomans » (ibid., p. 78).

810 Ce régime est désigné sous le terme maktû’ : L.T. Darling, Revenue-raising and Legitimacy. Tax Collection and Finance Administration in the Ottoman Empire, 1560-1660, Leyde 1996, p. 103 et suiv., et H. Inalcik, Military and Fiscal Transformation in the Ottoman Empire, 1600-1700, Archivum Ottomanicum 6, 1980, p. 283-337, ici p. 333-334. On connaît par exemple le cas des communautés religieuses qui apportaient elles-mêmes leurs impôts aux autorités ottomanes : celle des monastères des Météores (cf. J. C. Alexander, The Monasteries of the Meteora during the First Two Centuries of Ottoman Rule, JÖB 2, 1982, p. 95-103, ici p. 97-98) et celle de l’Athos (cf. Zachariadou, Ottoman Documents). N. Vatin, Les Patmiotes, contribuables ottomans (xve-xviie siècles), Turcica 38, 2006, p. 123-153, a étudié le cas de l’île de Patmos qui avait un statut fiscal particulier : l’île, appartenant au monastère de Saint-Jean le Théologien depuis l’époque byzantine, était une sorte de « république monastique » qui serait devenue vassale du sultan à partir de 1453 (« une sorte de minuscule puissance tributaire »). Patmos conserva des privilèges et notamment une autonomie fiscale qu’elle garda même après sa pleine intégration dans l’Empire ottoman. Sur Patmos à l’époque ottomane, voir aussi N. Vatin, G. Veinstein, Trois documents signés du şehzâde Mustafà b. Süleymân conservés au monastère de Patmos, Σύμμεικτα 12, 1998, p. 237-269. La communauté juive de Safed bénéficiait également de ce régime: D. Goffman, The Jews of Safad and the Maktu System in the Sixteenth Century: A Study of Two Documents from the Ottoman Archives, Journal of Ottoman Studies 3, 1982, p. 81-90.

811 Vatin explique que la population patmiote versait ses redevances à une personne, généralement un moine, qui était chargée de les remettre aux autorités ottomanes (cf. Vatin, Les Patmiotes [cité note précédente], p. 139 et suiv.). On sait également qu’à l’Athos, c’était aussi un moine qui versait les impôts des monastères aux autorités ottomanes : cf. Lemerle, Wittek, Recherches, p. 458 et suiv.

812 Par exemple, dans une lettre datant de l’époque du siège de Thessalonique, Kydônès fait allusion à la destruction des champs et du marché situés en dehors de la ville : « Ce n’est pas la première fois qu’une grande ville [Thessalonique] a supporté la violence des Barbares, a fermé ses portes par crainte de l’ennemi et a vu du haut de ses murs ses faubourgs dévastés et son marché, florissant auparavant, réduit à la misère » (Kydônès, Correspondance II, no 299, p. 21613-21716 ; traduction de Cammelli, Démétrius Kydonès, no 48, p. 122). Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 3, no 289, propose de dater cette lettre de l’hiver 1384-1385 ou du printemps 1385.

813 La plupart des aristocrates perdirent leurs biens lors de la conquête ottomane, mais les exemples manquent. Géôrgios Prinkèps, aristocrate de Macédoine, se trouvait à Constantinople en juillet 1394. Il sollicita du synode la reconnaissance de son droit de propriété sur une vigne, que sa sœur lui contestait. Il déclarait que c’était là tout ce qui restait de l’héritage de leur père : MM II, no 471, p. 221-223 ; voir aussi Darrouzès, Regestes VI, no 2967. Il pourrait s’identifier au recenseur homonyme (PLP 23746).

814 Ce fut le cas par exemple de Radènos, ami de Kydônès, qui accompagna Manuel II à Lesbos et ensuite à Ténédos, où il mourut (cf. Dennis, Rhadenos, p. 271), et de Michaèl Astras qui est attesté à Lemnos vers 1387 : cf. Estangüi Gómez, Théodôra Palaiologina, p. 168, n. 148.

815 Parmi les réfugiés à Sélymbria, on retrouve Philippos Tzykandylès, l’ancien ambassadeur de Jean V : cf. ibid., p. 163, n. 133.

816 Ibid., p. 159 et suiv., j’ai étudié le cas de quelques aristocrates apparentés à la dynastie impériale qui, après avoir soutenu le coup d’État d’Andronic IV en 1376, restèrent fidèles à la branche aînée des Paléologues. En effet, ils se rendirent à Sélymbria auprès de Jean VII lorsque celui-ci fut évincé du pouvoir en 1390. Après leur départ de la capitale, ils y laissèrent l’administration de leurs biens à un parent, Michaèl Astras, un ancien compagnon d’armes de Manuel II. En 1399, lorsqu’ils revinrent à Constantinople, à la faveur de l’accord entre les deux empereurs, ils recouvrèrent une partie de leurs biens, mais leur ruine financière entraîna de nombreux litiges devant le tribunal patriarcal, à propos desquels nous avons conservé quelques actes. Sur le retour des archontes à Constantinople en décembre 1399, voir aussi les exemples cités par Th. Ganchou, Autour de Jean VII : luttes dynastiques, interventions étrangères et résistance orthodoxe à Byzance, dans Coloniser au Moyen Âge, éd. M. Balard et A. Ducellier, Paris 1995, p. 367-385, ici p. 370.

817 Sur la soumission des monastères athonites aux Ottomans, voir en premier lieu Oikonomidès, Monastères, p. 1-6. Sur l’évolution de la propriété monastique à cette époque, voir N. Necipoğlu, Byzantine Monasteries and Monastic Property in Thessalonike and Constantinople during the Period of Ottoman Conquests (Late Fourteenth and Early Fifteenth Centuries), The Journal of Ottoman Studies 15, 1995, p. 123-135.

818 Dèmètriadès, Athonite Documents, p. 50-51, a émis des réserves quant à une soumission générale des monastères athonites aux Ottomans et pense que ce processus fut beaucoup plus long et progressif. Plus récemment, Smyrlis, The First Ottoman Occupation, p. 331, a souligné les pertes enregistrées par plusieurs couvents athonites durant la période de la première domination ottomane en Macédoine. Sur la confiscation de biens monastiques par les Ottomans, voir aussi mes remarques infra, p. 304-309.

819 Pour un aperçu général des conséquences de l’occupation ottomane sur les monastères, voir Oikonomidès, Monastères, p. 4 : « Non seulement les moines ont gardé leurs biens mais aussi ils ont profité de la conquête turque pour les agrandir […] Les monastères athonites sont bel et bien restés en possession de tous leurs domaines après la conquête ottomane. Mais ceci ne fut pas nécessairement le cas de tous les monastères en dehors de l’Athos ; nous savons, par exemple, que parmi les couvents thessaloniciens, la Néa Monè a gardé son domaine et l’a même agrandi, tandis que Akapniou et le couvent du Prodrome [à Serrès] ont été privés d’une très grande partie, sinon de tous leurs biens. »

820 Durant le blocus de Thessalonique, le monastère d’Esphigménou s’était emparé d’un bien situé dans la commune de Portaréa, en Chalcidique occidentale, qui avait été confisqué à un Byzantin nommé Géôrgios Anataulas, puis donné à un musulman. En février 1388, Anataulas passa un accord avec Esphigménou, par lequel il renonça à ses droits sur ce bien à Portaréa en échange d’une pension viagère : Esphigménou, no 29. Voir aussi le cas du monastère de Kutlumus qui, durant les années du siège de Thessalonique, s’empara de plusieurs biens en Chalcidique, qui avait été abandonnés par leurs propriétaires byzantins : cf. Estangüi Gómez, Un prostagma de Jean VIII, p. 79-80.

821 Voir le cas d’Anataulas et du monastère d’Esphigménou, note précédente.

822 D’après l’acte Esphigménou, no 30 (décision de février 1393 du tribunal de la métropole de Serrès), durant le siège de Thessalonique, les Ottomans auraient confisqué la moitié du village d’Achinos, situé dans la vallée du Strymon, qui appartenait au monastère thessalonicien d’Akapniou, afin de la donner au pronoïaire byzantin qui était en possession de l’autre moitié du village, un certain Makarios Laskaris Bryennios. Après la reddition de Thessalonique en 1387, le monastère d’Akapniou récupéra sa partie du village d’Achinos, mais, ruiné par les longues années du siège, il fut contraint de la vendre. Plusieurs monastères athonites essayèrent alors de s’en emparer, faisant valoir leur droit de préemption en tant que voisins, et ce fut finalement celui d’Esphigménou qui l’emporta. Pour les différents procès qu’entraîna cette affaire, voir Chilandar, nos 158 (1388) et 160 (décembre 1392), ainsi que Smyrlis, The First Ottoman Occupation, p. 333, et Necipoğlu, Between the Ottomans and the Latins, p. 88-89.

823 Nous connaissons le cas de Maria, veuve du riche pronoïaire Manouèl Déblitzènos, mort à la bataille de Chortaïtès (septembre/octobre 1383), qui perdit ses biens lors du siège de Thessalonique. Après le décès de son mari, elle demanda au tribunal de la métropole d’estimer les biens de celui-ci afin d’établir la part qui lui en revenait au titre de sa dot (Docheiariou, no 49). Le tribunal établit qu’elle devait posséder des champs d’une valeur de 800 hyperpres, mais, à l’époque, la ville étant assiégée, il avait été impossible d’établir le nombre exact de terrains qui correspondait à cette somme. Après la fin du blocus et lorsque la situation se fut rétablie (avril 1387), Maria trouva que « la plupart de ces champs étaient occupés par les impies » (Docheiariou, no 58, l. 19). Après le retour de la domination byzantine au début du xve siècle, la fille du couple, essaya de récupérer les biens de son père. Pour plus de détails sur cette affaire, voir Oikonomidès, Deblitzenoi.

824 On a déjà évoqué le cas de Makarios Laskaris Bryennios qui possédait la moitié du village d’Achinos et qui, durant le siège de Thessalonique, reçut l’autre moitié, qui avait appartenu au monastère d’Akapniou. Necipoğlu, Between the Ottomans and the Latins, p. 87-89, croit que ce groupe de propriétaires chrétiens s’était mis en contact avec les Ottomans avant la prise de Thessalonique pour leur offrir sa collaboration et en tirer avantage. Elle évoque à ce sujet le cas de ces δοκοῦντες, c’est-à-dire « hommes de renom », dont parle le métropolite Symeôn de Thessalonique (1416/17-1429), qui, au début des années 1420, étaient prêts à rendre la ville aux Ottomans pour obtenir en échange des cadeaux et des charges politiques (cf. Balfour, Symeon of Thessalonica, p. 56 pour le texte grec et p. 157-158 pour le commentaire), mais rien ne permet de prouver le même phénomène pour les années 1380.

825 Voir G. Saint-Guillain, Abus de pouvoir ou gouvernance de proximité ? Administrateurs vénitiens et administrés à travers l’exemple de la prise d’Argos par les Ottomans en 1397, dans Βενετία Άργος. Σημάδια της βενετικής παρουσίας στο Άργος και στην περιοχή του (Άργος, 11 Οκτωβρίου 2008), éd. Ch. Maltezou et A. Panopoulou, Athènes/Venise 2010, p. 81-119, ici p. 101-103. Le passage de la chronique ottomane qui mentionne Lyzikos a été traduit et commenté par P. Wittek, La descendance chrétienne de la dynastie Seldjouk en Macédoine, EO 33, 1934, p. 409-412. Il a été réexaminé, à la lumière des actes grecs tirés des archives de l’Athos, par E. Zachariadou, Οι χριστιανοί απόγονοι του Ιζζεδδίν Καϊκαούς στη Βέροια, Μακεδονικά 6, 1964-1965, p. 62-74, ici p. 63-64 et 73-74.

826 Pour l’histoire de Radoslav Sampias, voir infra, p. 336-337. La famille Lyzikos était apparentée à la famille Soultanos (ibid., p. 73), dont plusieurs membres sont attestés comme grands propriétaires dans la région de Berroia : cf. Vatopédi II, no 82.

827 Voir supra, p. 291, n. 787.

828 Dans les Balkans, le timar était une dotation domaniale qui n’était pas la propriété du détenteur. Il se composait de deux parties distinctes : une tenure personnelle (hâss čiftlik) et des tenures de raïas. On aura l’occasion de parler plus en détail du timar dans les chapitres suivants. La bibliographie sur la question est assez riche : voir en premier lieu Beldiceanu, Le timar. Sur le timar en Macédoine, voir Dèmètriadès, Ottoman Chalkidiki, et Id., Φορολογικὲς κατηγορίες τῶν Χωριῶν τῆς Θεσσαλονίκης κατὰ τὴν Τουρκοκρατία, Μακεδονικά 20, 1980, p. 375-462.

829 Les sources turques du xve siècle révèlent l’existence de timariotes chrétiens en Macédoine, dont les origines remontent à l’époque de la première domination ottomane : voir par exemple le timariote étudié par Beldiceanu, Beldiceanu-Steinherr, Un Paléologue inconnu, qui pourrait éventuellement être un descendant de ce Makarios Laskaris Bryennios, possesseur de la moitié du village d’Achinos.

830 Smyrlis, The First Ottoman Occupation, p. 339, souligne la coexistence des biens à titre conditionnel et en pleine propriété: « The overall image is one of a mixed system of full ownership and timar type lands, which is similar to the system the Byzantines already used before the Ottomans came. »

831 Voir Dennis, The Second Turkish Capture of Thessalonica, p. 53, n. 2 (avec bibliographie).

832 Voir en premier lieu ibid., et plus récemment Smyrlis, The First Ottoman Occupation, p. 341, n. 54.

833 Sur le contexte politique à l’époque, voir supra, p. 286.

834 Manuel II, Oraison funèbre, p. 15711-13 : ἀναλίσκει δὴ χρόνον οὐ σμικρὸν βάδην πορευόμενος, εἰ δὲ βούλει, φεύγων οὑτωσὶ λάθρα· διατρίβει δὲ ἐν Θρᾴκῃ, συνάγει δὲ στρατιὰν ὅθεν τε καὶ ὅπως ἧν δυνατὸν αὐτῷ.

835 Sur le devshirme, voir B.D. Papoulia, Ursprung und Wesen der “Knabenlese” im Osmanischen Reich, Munich 1963. La première allusion à cette pratique apparaît dans la Vie de saint Philothéos de l’Athos, composée dans la seconde moitié du xive siècle : cf. Ead., Die Vita des Heiligen Philotheos vom Athos, Südost-Forschungen 22, 1963, p. 259-280. Sur cette institution, voir aussi V.L. Ménage, Some Notes on the Devshirme, Bulletin of the School of Oriental and African Studies 29, 1966, p. 64-78.

836 Cette homélie est éditée par B. Laourdas, Ἰσιδώρου ἀρχιεπισκόπου Θεσσαλονίκης ὁμιλία περὶ τῆς ἁρπαγῆς τῶν παίδων καὶ περὶ τῆς μελλούσης κρίσεως, Ελληνικά 4, 1953, p. 389-398. Elle a été traduite en anglais par A. C. Hero, The First Byzantine Eyewitness Account of the Ottoman Institution of Devşirme: The Homily of Isidore of Thessalonike Concerning the “Seizure of the Children”, dans Τὸ Ἑλληνικόν. Studies in Honor of Speros Vryonis, Jr., t. 1, éd. J.S. Langdon et alii, New Rochelle 1993, p. 135-143. Sur cette source, voir aussi S. Vryonis, Isidore Glabas and the Turkish Devshirme, Speculum 31/3, 1956, p. 433-443, et Dennis, The Second Turkish Capture of Thessalonica, p. 58.

837 Sur le statut des moines de l’Athos dans l’Empire ottoman, voir supra, p. 298-299.

838 Cet acte est conservé dans les archives du monastère de Vatopédi : un résumé de son contenu et un commentaire seront donnés dans le troisième volume des Actes de Vatopédi. En attendant, voir Dèmètriadès, Athonite Documents, p. 47 (commentaire) et 56 (fac-similé), et Kolovos, Το Άγιον Όρος, p. 113-114.

839 On a traditionnellement considéré que cet acte a été délivré à tous les monastères de l’Athos. Toutefois, la mention d’un village en particulier, Kosinitza (inconnu par ailleurs), pourraît indiquer qu’il ne concerne qu’un seul monastère, sans doute Vatopédi puisque l’acte est conservé dans ses archives.

840 Voir Vatopédi III, no 189, l.5 : ἡ δὲ τῶν ἀσεβῶν ἐπιδρομὴ καὶ περὶ πάντας αὐτῶν δυναστεία καὶ αὐτὰ τὰ αὑτῶν ἀφήρπασεν. Il s’agit du praktikon d’Astras délivré peu après le retour de l’administration byzantine en Macédoine en 1403/1404.

841 Vatopédi III, no 199, l. 7 : τὸν καιρὸν καθ᾽ὸν ἐξ ολοκλήρου ταῦτα ἔλαβον οἱ Τοῦρκοι καὶ εἶχον.

842 Dèmètriadès, Athonite Documents, p. 46 (avec bibliographie). Fils adoptif de Pacha Yiğit Bey, Ishak était basé dans la ville de Skopje, où il ordonna vers 1439 de bâtir une mosquée et d’autres institutions pieuses. Il mourut peu avant février 1445.

843 L’acte a été commenté par Dèmètriadès, Athonite Documents, no 4, p. 46 (commentaire), p. 55 (fac-similé). Sur l’histoire de Pinsôn, propriété de Lavra depuis le xe siècle, voir Lefort, Chalcidique occidentale, p. 123-125.

844 La candidature de ce personnage est à rejeter du fait qu’à son époque la région était à nouveau sous souveraineté byzantine. On sait par ailleurs que le monastère de Lavra fut mis en possession de « la totalité » du village de Pinsôn en 1409 (Lavra III, no 161) et qu’il la détenait toujours en janvier 1420 (Lavra III, no 169), c’est-à-dire à l’époque de la mort d’Amasyali Bayezid Pacha. Dèmètriadès, Athonite Documents, a tort lorsqu’il écrit que la confiscation de la moitié de Pinsôn dut avoir lieu vers 1408. En fait, la moitié de Pinsôn fut confisquée une première fois dans les années 1370, puis une seconde fois après le retour de l’administration byzantine en 1403. L’erreur de Dèmètriadès vient d’une mauvaise lecture de l’introduction de Lavra IV, p. 53 (cf. Dèmètriadès, Athonite Documents, p. 46, n. 39).

845 On sait, par d’autres exemples, que les Ottomans respectaient les titres de propriété délivrés par les autorités byzantines : voir les cas étudiés dans Smyrlis, The First Ottoman Occupation.

846 Dèmètriadès, Athonite Documents, no 1, p. 43-44 (commentaire), p. 52 (fac-similé).

847 L’historiographie a suivi là aussi l’interprétation de Dèmètriadès qui comporte de nombreuses erreurs (cf. infra, n. 854) : voir par exemple Smyrlis, The First Ottoman Occupation, p. 334.

848 Toxompous était un bien de Lavra depuis 1259 (donation de l’empereur Michel VIII Palaiologos) : cf. Lavra II, no 163.

849 Ce résumé du contenu de l’acte est donné d’après l’analyse de Dèmètriadès, Athonite Documents, p. 43.

850 Sur Vuk Branković, qui régna sur une partie de la Serbie de 1389 à 1398, voir supra, p. 284, n. 756. Son fils, Djuradj Branković (PLP 3076 [Βοῦλκος Γεώργιος]), gouverna la Serbie de 1427 à 1456 et reçut les insignes de despote en 1429. Il épousa en 1414 la Byzantine Eirènè Palaiologina Kantakouzènè.

851 Sur ce personnage, voir Dèmètriadès, Athonite Documents, p. 48-49.

852 Les notices ont été transcrites par Dèmètriadès, ibid., p. 43.

853 En outre, selon Dèmètriadès, ces deux personnes pourraient n’en faire qu’une : cf. ibid., p. 43, n. 10 (avec bibliographie). On connaît un autre Balaban Bey qui fit construire un imaret à Andrinople dans la première moitié du xve siècle. Il s’agit de l’ancien sancak bey de Menteše mort en 1446 : cf. T. Gökbilgi, Edirne ve Paşa Livası. Vakiflar-mülkler-mukataalar ( xv - xvi a.), Istanbul 1952, p. 223.

854 Lavra aurait perdu son bien de Toxompous à une date imprécise entre la conquête de la Macédoine par les Ottomans (1383) et la mort de Vuk Branković en 1398. Ma reconstitution de l’affaire est différente de celle proposée par Dèmètriadès, parce que cet auteur fait de Vuk Branković le fils du prince Lazar († 1389), ce qui est évidemment une erreur puisque Vuk était le fils de l’aristocrate serbe Branko Mladenović et l’époux de Mara, la fille de Lazar : sur ce personnage, voir supra, p. 284, n. 756. Il y a en effet un fils du prince Lazar qui s’appelle Vuk (PLP 91546 [Βοῦλκος]), mais c’était un enfant avant 1405. Il mourut jeune, en 1410, en combattant contre les Turcs.

855 Cette rencontre est évoquée dans un acte d’Eugénia daté du 1er août 1398, par lequel la souveraine restituait aux moines de Lavra une terre située dans le village de Parakinov Brod, en Serbie : Lavra IV, acte serbe no 7. Je reproduis ici l’analyse de S. Ćirković (ibid., p. 187) : « La princesse se rendit chez le grand seigneur [Bayezid Ier], elle rencontra à Doxome sous Serrès le prôtos Jérémie et les vieillards de Lavra. » Konstantin le Philosophe, dans sa biographie du prince Stefan Lazarević, parle en effet de ce voyage d’Eugénia auprès de Bayezid, « à proximité de Serrès », et il rajoute qu’Eugénia voulait disculper son fils de sa participation à la croisade du roi de Hongrie (c’est-à-dire à la croisade de Nicopolis). La chronique place cette rencontre durant l’année 1398, ce qui s’accorde bien avec la date de l’acte d’Eugénia pour Lavra (Lavra IV, acte serbe no 7). Par ailleurs, Ćirković mentionne une rencontre antérieure entre Eugénia et Bayezid, qu’il date de 1396 en raison du contenu d’une lettre du 13 novembre de cette année dans laquelle les autorités de Raguse (Dubrovnik) remercient la moniale d’avoir obtenu du « grand seigneur », c’est-à-dire du souverain ottoman, la liberté de mouvement dans le pays pour les marchands ragusains : cf. Lavra IV, p. 188 (avec bibliographie).

856 La rencontre entre Eugénia et les moines de Lavra peut avoir eu lieu après la mort de Vuk Branković. Dans ce cas, les moines auraient profité de la disparition du timariote pour se faire restituer le village.

857 On ne connaît pas l’histoire de Toxompous dans la première moitié du xve siècle, mais on notera que dans la seconde moitié du siècle, le village échut à nouveau à un membre de la famille Branković, Mara, qui était à l’époque veuve du sultan Murad II : cf. Beldiceanu-Steinherr, Mara Branković.

858 Pour citer un seul exemple, le puissant seigneur serbe Jovan Dragaš, vassal des Ottomans, avait profité de l’arrivée de Bayezid en Europe (automne 1393) pour demander la permission de donner au monastère athonite de Vatopédi le monastère dédié à la Pantanassa, situé dans la ville de Melnik, avec ses biens : Vatopédi III, no 169 (octobre 1393). Cet acte a déjà été publié par V. Laurent, Un acte grec inédit du despote serbe Constantin Dragaš, REB 5, 1947, p. 171-184, publication qui comporte quelques erreurs.

859 L’encomium en l’honneur du métropolite Gabrièl dit que le prélat réussit à obtenir de Bayezid de « grands cadeaux » pour la population de Thessalonique : Makrès, Συγγράμματα, p. 115-117. Sur cette question, voir Dennis, The Second Turkish Capture of Thessalonica, p. 58-59, et Necipoğlu, Between the Ottomans and the Latins, p. 86.

860 Sur le conflit entre la Néa Monè et Akapniou au sujet de quelques biens fonciers et sur le rôle joué dans l’affaire par le métropolite, voir ibid., p. 94-97 (avec bibliographie).

861 Les archives de Vatopédi sont les seules à conserver un certain nombre d’actes témoignant de la propriété de quelques biens fonciers par des chrétiens : 1) L’acte Vatopédi III, no 177 de mars 1396 concerne la donation d’un terrain et la vente à Vatopédi de quelques vignes appartenant à un chrétien. Il est d’ailleurs intéressant de relever la distinction entre la propriété du terrain et celle des vignes. L’acte Vatopédi III, no 178 (peu après avril 1396) est la confirmation de cette vente par le synode de la métropole de Thessalonique ; il ne mentionne que les vignes et non les terrains. 2) L’acte Vatopédi III, no 184 (mars 1400) concerne la donation à Vatopédi par un certain Mpogdanos Phronimos d’une terre à Raphalion (Macédoine occidentale). Il porte au verso une notice de corroboration en arabe du qadi de Thessalonique. 3) L’acte Vatopédi III, no 185 (septembre 1401) concerne une autre donation au monastère, cette fois d’une église à Gallipoli, avec ses biens, qui appartenaient à un certain Grègorios Exakoustos. Je laisse de côté l’acte Vatopédi III, no 179, une description des limites d’un bien de Vatopédi situé dans la région de Ploumiska : dans l’édition des Actes de l’Athos, il portera la date « [vers 1398] », mais ce n’est qu’une datation approximative d’après la prosopographie ; en réalité, l’acte ne comporte aucun élément permettant d’en cerner précisément la chronologie et rien n’empêche de le dater de la période antérieure à l’arrivée de Bayezid en Europe (fin 1393). D’ailleurs, un acte de 1404 (Vatopédi III, no 189 = praktikon d’Astras) dit que les moines avaient finalement perdu la possession de ce bien situé dans la région de Ploumiska (il s’agit du zeugèlateion de Lantzou, sur lequel voir infra, p. 480-482). On ne tiendra pas davantage compte ici des documents relatifs aux biens situés à l’intérieur de la presqu’île athonite, comme par exemple Vatopédi III, no 182.

862 Sur cette question, voir G. Weiss, Die Entscheidung des Kosmas Magistros über das Parökenrecht, Byz. 48, 1978, p. 477-500, et Docheiariou, p. 117-118. Sur le ius aedificandi au Moyen Âge, voir de manière plus générale Le sol et l’immeuble. Les formes dissociées de propriété immobilière dans les villes de France et d’Italie ( xiie- xixe siècle), éd. O. Faron et É. Hubert, Lyon 1994 (Collection d’histoire et d’archéologie médiévale 2).

863 Il convient également de souligner que la plupart des ateliers et des boutiques à l’intérieur de la ville de Thessalonique étaient encore en 1400 aux mains des églises et des monastères locaux : cf. N. Oikonomidès, Το μερίδιο των μοναστηριών στην αγορά της τουρκοκρατούμενης Θεσσαλονίκης (1400), Δεμέτρια 28, 1995 (= 7th Scholarly Symposium, « Christian Thessalonica », Stauropegial and Parochial Monasteries), p. 73-79 ( = Id., Society, Culture and Politics in Byzantium, éd. E. Zachariadou, Aldershot 2005 [Variorum Collected Studies Series 824], XXIV).

864 Ce fut par exemple le cas du long procès opposant Iôannès Mylônas et sa fille Sophia aux moines de la Spèlaiôtissa, métoque de Vatopédi, et du procès au sujet du moulin sur le Panax, dans lequel les moines de Vatopédi étaient confrontés à ceux de Kosinitza.

865 En raison de la conquête ottomane, certaines métropoles restaient vacantes, parce que leur siège ne pouvait plus être effectivement occupé. Elle étaient alors souvent attribuées à d’autres métropolites en épidosis. Ces métropolites ayant d’autres sièges en épidosis occupaient dans la hiérarchie épiscopale le rang le plus élevé parmi leurs titres. Dans le cas de Matthaios Phakrasès, il avait « le rang de Philippes », beaucoup plus élevé que celui de Serrès.

866 Vatopédi III, no 171 (juillet 1394), l. 4-5 : ὡς ἐμποδιζόμενος ἀπὸ ἀσθενείας, ἔτι γε μὴν καὶ ἀπὸ δουλειῶν ἀναριθμήτων τοῦ τὴν ἠγεμονίαν δεσπόζοντος.

867 MM II, no 473 ; Darrouzès, Regestes VI, no 2971. Sur Athanasios, voir PLP 355.

868 En février 1395, Athanasios fit au patriarche un rapport au sujet de la décision de l’ancien exarque : MM II, no 480 ; Darrouzès, Regestes VI, no 2981.

869 Cf. Darrouzès, Regestes VI, p. 256. L’arrivée du nouvel exarque dut également provoquer la requête des moines de Kutlumus auprès du patriarche, afin de proclamer leur indépendance à l’égard du représentant patriarcal : cf. Kutlumus, no 40. Sur ce dernier acte, voir aussi le commentaire de Darrouzès, ibid., no 3002.

870 Voir, par exemple, l’arrivée du nouvel exarque patriarcal pour Thessalonique, le moine Nathanaèl, après la mort en 1396 du métropolite Isidôros Glabas. Même si ce changement provoqua une situation très confuse du point de vue de la juridiction ecclésiastique en Macédoine, puisque Nathanaèl et Gabrièl, métropolite de Chalcédoine, se disputèrent le trône épiscopal, la nomination de Nathanaèl au poste d’exarque n’entraîna pas de conflits au sujet des biens fonciers dans la ville et ses alentours. Ce fut finalement Gabrièl qui fut nommé métropolite de Thessalonique et Nathanaèl garda l’exercice de la juridiction patriarcale.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search