Version classiqueVersion mobile

Byzance face aux ottomans

 | 
Raúl Estangüi Gómez

Deuxième partie. Actions et réactions face à la conquête ottomane

Chapitre V. L’État et les grands propriétaires fonciers dans le troisième quart du xive siècle

Texte intégral

1Les années de la deuxième guerre civile et de la conquête serbe avaient été particulièrement difficiles pour l’ensemble de la société byzantine. On n’insistera pas davantage sur les conséquences néfastes des combats et sur les conditions de vie terribles provoquées par les troubles politiques. Après la fin des conflits, l’ordre semble néanmoins s’être imposé dans la plupart des anciens territoires de l’Empire byzantin. Ce ne fut peut-être pas le cas en Thrace, encore sous domination impériale, qui était ravagée régulièrement par les Turcs, mais ce le fut certainement dans le reste de la péninsule Balkanique à laquelle la domination serbe apporta temporairement la stabilité politique. En dépit de la crise dynastique survenue après la disparition du tsar Étienne Dušan (décembre 1355), les troubles dans les campagnes connurent une certaine accalmie dans le troisième quart du xive siècle. La législation serbe, respectueuse de la propriété des Grecs, ne faisait aucune discrimination envers les anciens sujets de l’empereur byzantin. On a vu aussi que la plupart des cadres de l’administration du nouvel Empire serbe dans ces régions étaient d’anciens membres de l’aristocratie byzantine et des archontes locaux. Enfin, l’Église byzantine, en particulier les grands monastères de l’Athos, bénéficia de la protection et de la générosité des souverains et d’aristocrates serbes.

  • 294 Pour une brève description de la situation économique de l’aristocratie byzantine à la fin de la p (...)

2Tout autre fut le sort de la haute aristocratie byzantine, qui avait jadis possédé d’énormes richesses et contrôlé pendant des siècles la vie économique de l’Empire. La conquête serbe avait entraîné la confiscation de ses biens fonciers et l’effondrement de sa fortune. Ce fut la dernière phase d’un long processus, qui avait débuté à la fin du xiiie siècle avec la conquête turque de l’Asie Mineure et qui avait provoqué un considérable appauvrissement des grands lignages de l’Empire. Refoulée par l’avancée ennemie, cette grande aristocratie s’était repliée sur les dernières villes byzantines, où elle possédait encore des biens immeubles. Ruinée et endettée auprès des banquiers, elle sollicitait à présent l’aide de la famille impériale. En effet, son influence sur la vie politique de l’Empire était encore grande et le prestige de ses membres toujours reconnu par le reste de la société. Ce capital symbolique permettait encore aux anciens aristocrates de jouer un rôle important dans la vie institutionnelle de l’Empire, car ils détenaient toujours les principaux postes de l’administration et de l’armée, et ils dominaient la vie culturelle et religieuse294.

3Les grands aristocrates avaient presque renoncé à tout espoir de reprendre un jour leurs anciennes propriétés, lorsque la province de Macédoine fut inopinément reconquise dans les années 1370, à la faveur de la disparition du despote Uglješa lors de la bataille de la Maritza (septembre 1371). La reconquête du pays impliqua la restitution des biens fonciers à leurs anciens propriétaires. Ce fut un moment d’espoir pour cette strate supérieure de la société byzantine, qui croyait avoir tout perdu. Toutefois, cette éclaircie devait être de courte durée, car ces années coïncidèrent avec le début de l’expansion turque en Macédoine. L’essor de la puissance ottomane et l’attitude de l’Empire à son égard provoquèrent un nouveau conflit au sein de la dynastie impériale et des élites. Ces événements déterminèrent l’évolution ultérieure de l’Empire, car ils entraînèrent la soumission temporaire de Byzance aux Ottomans.

1. La longue traversée du désert des grands propriétaires byzantins

4La fin de la guerre civile n’avait apporté aucun avantage aux grands propriétaires fonciers de l’Empire. Les dépenses et les pertes matérielles provoquées par les longues années de guerres ne furent pas compensées par de nouvelles concessions lors du retour de la paix, car la plupart des territoires étaient passés entre-temps aux mains de l’ennemi. Cette situation devait perdurer jusqu’à la reconquête de la Macédoine et frappa de plein fouet cette aristocratie jadis riche et puissante.

  • 295 Sur cette question, voir en dernier lieu Laiou, Economic Concerns, p. 211 et suiv. : « In Thessalo (...)

5Contrairement à ce que certains historiens ont pu écrire, peu d’aristocrates se décidèrent finalement, face à la disparition de leurs terres, à abandonner leur mode de vie traditionnel de grands rentiers pour se livrer aux activités financières et au commerce. La plupart des anciens magnats de l’Empire refusaient cette reconversion. Des textes émanant de cette élite reflètent une idéologie toujours profondément opposée au maniement et au prêt de l’argent. En matière économique, on constate un retour aux prescriptions des Pères de l’Église, qui représentaient une idéologie profondément réactionnaire295. Il n’en est pas moins vrai que les vicissitudes politiques de l’Empire obligèrent ces aristocrates à trouver des solutions alternatives pour préserver leur statut. Un repli sur les dernières villes qui restaient aux Byzantins, en particulier Constantinople, en quête d’une position à la cour, pouvait leur procurer quelques revenus. D’autres passèrent des accords avec les grands monastères orthodoxes, épargnés par les confiscations. En échange de ce qui leur restait de fortune, ces aristocrates obtenaient une cellule dans un de ces monastères et des pensions alimentaires pour eux et leurs familiers, afin d’assurer leur survie matérielle. Cette attitude est caractéristique d’une société conservatrice et montre à quel point les membres de cette élite furent dans l’ensemble incapables de s’adapter aux changements intervenus dans la société de leur temps.

Les vicissitudes de l’aristocratie après la deuxième guerre civile

6Bien que les sources parlent fréquemment des effets désastreux de la guerre et de la conquête ennemie sur les grandes fortunes, il est en général difficile de retracer l’histoire d’un lignage spécifique, l’évolution de sa fortune ainsi que le parcours de ses membres, en raison de la pauvreté et des lacunes de la documentation. Cela explique pourquoi l’historiographie s’est souvent contentée d’une rapide évocation de la condition de la grande propriété foncière à partir du milieu du xive siècle, constatant simplement que la haute aristocratie avait été privée de la plupart de ses biens fonciers et de ses sources de revenus. Cette approche superficielle a empêché de saisir les conséquences précises de la perte du patrimoine foncier sur le mode de vie des grands.

  • 296 Estangüi Gómez, Théodôra Palaiologina. Il s’agit d’une branche cadette de la dynastie des Angéloi d (...)
  • 297 Anna Palaiologina est mentionnée dans deux actes patriarcaux de janvier et août 1400 qui concernen (...)

7Dans un article publié en 2008, j’ai tenté de suivre l’histoire d’une de ces familles aristocratiques296. En retraçant la filiation de ce lignage, de la fin du xiiie au début du xve siècle, à partir de l’analyse de quelques termes de parenté, j’ai étudié l’implication de ses membres dans les événements contemporains et le rétrécissement progressif de leur fortune. En effet, des immenses domaines qu’ils avaient possédés en Asie Mineure, en Macédoine, en Thessalie et à Constantinople, il ne leur restait à la fin du xive siècle qu’une maison d’habitation et quelques vignobles dans la capitale. Anna Palaiologina, l’une des dernières représentantes connues de ce lignage, s’opposa même en justice à ses propres enfants pour la possession des épaves de cette fortune. Le récit circonstancié qu’elle fit en 1400 devant le tribunal patriarcal donne une image saisissante de cette déchéance et de l’état de dénuement où elle se trouvait. Elle reconnaissait même avoir sollicité de l’empereur Jean VII un prêt de 3 000 hyperpres afin de constituer sa dot au moment de son mariage avec l’aristocrate Komnènos Branas, vers 1391297.

8La situation d’Anna était sans doute comparable à celle de nombreux autres aristocrates byzantins à la fin du xive siècle. Le registre des actes du patriarcat – conservé pour cette période – témoigne en effet de multiples conflits opposant les membres de l’élite constantinopolitaine au sujet de petits lopins de terre sis à l’intérieur des murs de la capitale. Ces terrains constituaient les dernières reliques de leurs anciennes fortunes.

  • 298 Estangüi Gómez, Les Tzamplakônes. La famille des Tzamplakônes avait déjà fait l’objet d’une étude p (...)

9Toutefois, avant d’en arriver à ce point d’abaissement, l’aristocratie byzantine avait traversé de nombreuses vicissitudes dans ses tentatives pour sauvegarder ce qui restait de sa fortune foncière et pour préserver son statut à l’intérieur de l’Empire. Toujours grâce à l’étude des liens de parenté et de la prosopographie, j’ai pu élucider dans un autre article les réactions d’un groupe d’aristocrates byzantins issus de la famille Tzamplakôn, face à la disparition de leur patrimoine au lendemain de la guerre civile298.

10Les Tzamplakônes appartenaient au groupe des grands propriétaires fonciers de Macédoine. Originaires de la ville de Christoupolis, en Macédoine orientale, ils avaient possédé des biens situés dans la vallée du Strymon et dans la région du mont Pangée, ainsi que dans les environs de Thessalonique. Leur implantation en Macédoine remontait au xiiie siècle, lorsque l’empereur de Nicée Jean III Batatzès avait fait don, vers 1246, du domaine impérial de Prinarion au δομέστικος τῶν σχολῶν Tzamplakôn avec le droit de le transmettre à ses héritiers. Plusieurs actes de la pratique montrent comment Prinarion est passé ensuite aux enfants de ce premier Tzamplakôn, puis à leurs descendants.

  • 299 Dèmètrios Tzamplakôn était le fils du mégas papias Alexios Tzamplakôn (1327-1332) : PLP 27748.
  • 300 Sur ces deux personnages, voir supra, p. 47, n. 184 et p. 88, n. 357.
  • 301 Kantakouzènos III § 87 ; II, p. 5358-11.
  • 302 Dèmètrios lui-même le rapporte dans son testament, établi en 1366-1367, et conservé grâce à son re (...)
  • 303 Vatopédi II, no 118. L’acte ne mentionne pas l’endroit de rédaction, mais cette élection de sépultu (...)
  • 304 Sur la prise de Christoupolis par les Serbes et sa reconquête ultérieure par les frères Alexioi, v (...)
  • 305 Il s’agit d’une clause juridique contenue dans l’acte de donation de 1362 en faveur de Vatopédi, q (...)

11La biographie du mégas stratopédarchès Dèmètrios Tzamplakôn, descendant du Tzamplakôn arrivé en Macédoine avec l’empereur Jean III, offre un bon exemple d’aristocrate ruiné par la guerre civile299. Il était le frère du mégas doux Asômatianos Tzamplakôn et du mégas papias Arsénios Tzamplakôn, dont on a déjà souligné le rôle durant le règne de Kantakouzènos300. Contrairement à ses frères, Dèmètrios était un partisan de Jean V Palaiologos. Il prit part, avec son beau-père Kônstantinos Palaiologos, oncle de cet empereur, à la défense de Serrès contre Kantakouzènos et contre ses alliés serbes301. Après la chute de Serrès (1345), il s’enfuit avec son épouse Eudokia à Christoupolis, l’une des dernières possessions de l’Empire dans la région et le berceau de sa famille302. Cette ville ne fut cependant pas le refuge définitif de Dèmètrios et d’Eudokia. En 1362, ils se trouvaient déjà à Constantinople comme le suggère l’acte que Dèmètrios établit cette année-là en faveur de Vatopédi, par lequel il faisait don à ce monastère de sa part d’un domaine situé dans la vallée du Galikos, près de Thessalonique, en échange du droit d’être enterré dans le métoque que Vatopédi possédait dans la capitale, le sanctuaire de la Mère-de-Dieu Psychosôstria303. L’arrivée du couple à Constantinople avait sans doute été une conséquence de la prise de Christoupolis par les Serbes peu avant 1358304. L’étude de la documentation montre qu’en 1362, Dèmètrios Tzamplakôn se trouvait probablement déjà privé de la presque totalité de ses biens fonciers, à l’exception de ce bien sur le Galikos305.

  • 306 Pour le lieu de rédaction du testament de Dèmètrios Tzamplakôn, voir Estangüi Gómez, Les Tzamplakô (...)
  • 307 Sur ces événements, voir supra, p. 142-147.
  • 308 Estangüi Gómez, Les Tzamplakônes, Annexe, l. 24-25 (εὑρίσκεται ἐν τῇ Χριστοπόλει ὁσπήτιον γονικόν μ (...)

12Entre 1362 et 1366, Dèmètrios Tzamplakôn était de retour en Macédoine, puisque son testament définitif, rédigé en 1366 ou 1367, fut sans doute établi à Thessalonique306. Ce changement de résidence était certainement lié aux événements survenus dans la région à cette époque. La reconquête de Christoupolis par les frères Alexioi vers 1364 et le traité de Chrysoupolis conclu entre l’empereur Jean V et le seigneur serbe Jovan Uglješa en septembre 1365 avaient rendu le contexte plus favorable aux Byzantins307. La restauration de la souveraineté impériale sur la région côtière autour de Christoupolis avait peut-être entraîné la récupération de leurs biens par les anciens propriétaires. Ce fut du moins le cas de Dèmètrios Tzamplakôn qui, d’après son testament, légua à ses successeurs, à sa femme et à ses enfants une maison et deux champs situés à l’intérieur de Christoupolis et dans ses environs308.

  • 309 Pour l’histoire des autres membres de la famille, voir ibid.

13Dèmètrios Tzamplakôn dut mourir vers 1367, peu après avoir testé. On ignore le sort de sa femme et de leurs enfants. Ils demeurèrent peut-être dans la région jusqu’à la conquête ottomane, au début des années 1380. Quoi qu’il en soit, on retrouve à la même époque d’autres membres de la famille Tzamplakôn et de la branche Tzamplakôn-Kaballarios à Constantinople, dans l’entourage impérial309.

14L’histoire de Dèmètrios Tzamplakôn reflète les vicissitudes de l’aristocratie byzantine à cette époque. Ses fréquents changements de résidence, provoqués par l’avancée ennemie, témoignent des difficultés que créait le rétrécissement progressif des frontières de l’Empire. Enfin, même si les événements politiques survenus en Macédoine au milieu des années 1360 semblent avoir permis à une partie de cette aristocratie de rentrer en possession de quelques biens situés dans les territoires récupérés par les Byzantins, ces récupérations furent certainement très limitées.

Efforts des aristocrates pour préserver les restes de leur fortune : les accords passés avec les monastères

  • 310 Voir supra, p. 102-103.

15Devant l’avancée des ennemis de l’Empire, l’aristocratie byzantine essaya des solutions diverses pour préserver une partie de sa fortune. La plus usitée consista à passer des accords avec les grands monastères orthodoxes qui avaient réussi à conserver leur statut privilégié au long de cette période troublée. En effet, on a vu que, contrairement à celui de l’élite laïque, les Serbes avaient respecté le patrimoine foncier des moines, en contrepartie de leur soumission et de leur collaboration310. On verra que plus tard, lors de l’invasion ottomane, les monastères gardèrent également un statut privilégié et une partie de leur temporel.

  • 311 Dans certains cas, la pension était versée en argent : cf. par exemple Bénou, Codex B, no 175, et (...)
  • 312 La bibliographie sur l’adelphaton est abondante. On consultera en premier lieu Živojinović, Adelfa (...)
  • 313 Sur l’origine du contrat d’adelphaton et sur les autres termes employés dans les sources pour dési (...)

16Les accords passés entre aristocrates et moines revêtirent plusieurs modalités. La plus fréquente était la donation d’un ou plusieurs biens en échange d’une pension alimentaire versée par le monastère à titre viager311. Cette pratique a déjà fait l’objet de plusieurs études qui en ont établi les principales caractéristiques et ont mis à profit le grand nombre d’actes conservés témoignant de son fonctionnement312. À l’époque tardive, le terme technique employé est celui d’adelphaton, mais en fait, il s’agit d’une institution bien antérieure au xive siècle313.

  • 314 Sur les prix des adelphata, voir Laiou, Economic Activities of Vatopedi, p. 66-70.
  • 315 En 1353, le logothétès et plus tard mégas papias Géôrgios Doukas Nestongos et sa femme, Eudokia Pa (...)
  • 316 Ce fut le cas, par exemple, des trois adelphata établis par le pronoïaire Manouèl Déblitzènos dans (...)
  • 317 Les moines de Docheiariou s’étaient engagés à verser les revenus des trois adelphata acquis par Dé (...)
  • 318 Voir par exemple l’acte de Vatopédi III, no 181 (1398), concernant les adelphata acquis par le még (...)
  • 319 Par exemple, le neveu du mégas primmikèrios Iôannès, Théodôros Diplobatatzès (cf. note précédente) (...)

17Le prix d’un adelphaton oscillait entre 100 et 150 hyperpres314. Selon le statut du donateur ou la coutume du monastère, les conditions de l’adelphaton pouvaient varier. Dans certains cas, le contrat pouvait inclure plusieurs bénéficiaires (un couple, un père et un fils ou d’autres parents)315 ou la possibilité de transmettre la pension à un tiers par testament316 ; cette pratique devint courante vers la fin du xive siècle, lorsque les adelphata acquirent une grande importance dans la société. Selon le monastère, les pensions pouvaient être versées à l’extérieur, dans un métoque317, ou seulement à l’intérieur du couvent. Dans ce dernier cas, la personne acquérant un adelphaton devenait membre de la communauté monastique et partageait le régime de vie des moines. C’était le cas par exemple pour le monastère athonite de Vatopédi qui ne consentit jamais à verser une pension à l’extérieur de la presqu’île318. Toutefois, l’entrée du bénéficiaire d’un adelphaton dans la communauté monastique pouvait impliquer de nouvelles négociations visant à rendre plus « confortable » la vie au cloître de l’adelphatarios, car il était fréquent que le bénéficiaire ne voulût pas adopter les principes de renoncement propres à la vie monastique, et fît donc l’acquisition de cellules ou d’appartements privés pour lui-même et toute une suite de serviteurs319.

  • 320 On connaît aussi des exemples de monastères à Constantinople, dans lesquels plusieurs aristocrates (...)
  • 321 Voir Estangüi Gómez, Un retiro para privilegiados.
  • 322 Voir Živojinović, Adelfati, p. 253.

18En raison de sa situation privilégiée en regard des différents pouvoirs politiques qui contrôlaient la Macédoine, le Mont Athos devint dans la seconde moitié du xive siècle le lieu de prédilection des aristocrates byzantins pour l’acquisition d’adelphata320. Un grand nombre d’actes des archives athonites témoignent des nombreux accords de ce type passés entre moines et grands propriétaires. Ils vont de l’achat d’une simple pension viagère versée dans un métoque de Thessalonique à celle de cellules d’apparat à l’intérieur d’un monastère, voire de kellia situés dans la presqu’île athonite321. Vers la fin du xive siècle, lorsque l’avancée ottomane devint irrésistible, il y eut même des souverains orthodoxes qui établirent des adelphata pour eux-mêmes et pour leur famille dans les couvents de la Sainte Montagne322.

  • 323 Compte tenu des fournitures versées au titre d’un adelphaton acquis contre un paiement de 100 ou 1 (...)
  • 324 Je reprends ici l’analyse des lignes 9-18 du Protatôn, no 13 (juin 1406), p. 255.

19Les nombreuses acquisitions d’adelphata au cours du xive siècle enrichirent considérablement les monastères grâce aux donations d’argent et de biens fonciers323. Au début du xve siècle, Manuel II tenta de mettre un frein à cette pratique qui menaçait le mode de vie monastique, du fait que nombre de bénéficiaires d’un adelphaton n’étaient pas prêts à en embrasser la « simplicité ». Dans un acte de 1406, l’empereur souligne l’importance des principes de renoncement et d’obéissance, base du contrat entre les moines et Dieu. Par conséquent, celui qui entre dans un monastère ne doit rien avoir à payer et ne doit pas passer d’accord : il doit s’engager à obéir à l’higoumène et à vivre en paix avec ses frères. S’il veut faire une donation au monastère, il ne doit en tirer aucun avantage et ne pas conclure d’accord particulier à ce sujet. Dans le cas où il voudrait se retirer dans un kellion sans l’accord de l’higoumène et embrasser l’idiorythmie, il ne devra rien recevoir du monastère ni réclamer d’argent324.

  • 325 Pour le premier quart du xve siècle, on connaît deux contrats d’adelphata à l’Athos antérieurs à l (...)
  • 326 Les moines de Vatopédi, par exemple, adoptèrent le régime cénobitique en janvier 1449 (Vatopédi II (...)
  • 327 Voir E.A. de Mendieta, Le système cénobitique basilien comparé au système cénobitique pachômien, R (...)

20Les dispositions de cet acte, qui servit de nouveau typikon pour l’Athos, ne mirent certes pas un terme définitif à la concession d’adelphata325, mais elles annoncent un changement dans les coutumes des couvents grecs et en particulier ceux de l’Athos, qui se poursuivit au cours du xve siècle et qui contribua à un véritable renouveau de la vie monastique. À cette époque, la plupart des monastères de la Sainte Montagne commencèrent à abandonner le régime de l’idiorythmie, qu’ils avaient adopté dans le troisième quart du xive siècle, et dans lequel chaque moine vivait de manière indépendante et pouvait posséder des biens, pour adopter le régime cénobitique, selon lequel le monastère devenait une véritable communauté spirituelle dirigée par l’higoumène326. Toutefois, l’introduction du cénobitisme semble avoir été progressive : au xve siècle, par exemple, elle se serait limitée aux repas en commun et aux commémoraisons des défunts. Les moines auraient continué à posséder des biens et des cellules privées327.

  • 328 Les notables continuaient à fonder des monastères à cette époque, certes moins fréquemment qu’à la (...)

21Malgré les restrictions imposées à la concession d’adelphata et aux conditions d’acquisition de cellules, la vie monastique resta le choix privilégié des notables byzantins à la fin de leur vie. De même, la fondation de monastères continua à revêtir une importance toute particulière dans la société byzantine du xve siècle, parce qu’elle constituait toujours une marque de prestige social328.

  • 329 Laiou, Economic Activities of Vatopedi ; Saint-Guillain, L’Apocalypse et le sens des affaires ; et (...)
  • 330 Cf. Laiou, Economic Activities of Vatopedi. La pièce principale du dossier est un acte tiré des ar (...)
  • 331 En 1410, l’aristocrate Dèmètrios Gazès avait mis en dépôt 55 florins dans le monastère de Vatopédi (...)
  • 332 Nous connaissons les mêmes pratiques au sein de l’aristocratie serbe. Par exemple, en 1384, lors d (...)
  • 333 Le terme technique pour désigner un dépôt d’argent est parakatathèkè (Vatopédi II, no 124, l. 81-8 (...)

22Le rôle des institutions monastiques dans la préservation des fortunes aristocratiques ne se limita pas à cette époque à la concession d’adelphata. Ces dernières années, plusieurs auteurs ont souligné la fonction des grands monastères orthodoxes en tant que caisse de dépôts et bailleurs de fonds, en particulier durant les xive-xve siècles329. En effet, plusieurs actes témoignent de la décision de certains aristocrates de déposer une partie de leur fortune mobilière entre les murs d’un couvent pour la mettre à l’abri des confiscations et des troubles. Cependant je ne crois pas qu’il faille voir dans cette pratique la preuve d’une tentative de l’élite byzantine pour se livrer à des transactions financières ; le dépôt d’argent dans les monastères répondait simplement à la nécessité de mettre à l’abri les miettes d’une fortune déjà fort diminuée. Angéliki Laiou a étudié le cas de quelques aristocrates serbes et byzantins qui, dans le troisième quart du xive siècle, entretenaient des rapports financiers avec le monastère de Vatopédi330. Il reste néanmoins difficile de dire si ce type d’accord fut très fréquent331 : on n’a pas conservé beaucoup d’actes qui en parlent, hormis ceux relatifs à Vatopédi332. Il est vrai toutefois que les moines n’ont pas dû voir grand intérêt à conserver une documentation témoignant de pratiques mal vues par l’Église333.

  • 334 Sur cette question, voir en premier lieu Saint-Pantéléèmôn, p. 17. Voir aussi N. Dylevskij, Dogovo (...)
  • 335 Le texte a bénéficié d’une traduction en bulgare moderne : I. Dujčev, Rilskijat svetec i negovata (...)

23Même si elle ne fut peut-être pas très répandue, cette pratique perdura longtemps et fut employée par les monastères eux-mêmes pour mettre à l’abri leur propre argent et leurs objets précieux : par exemple, nous connaissons par un acte de 1466 le cas du monastère de Saint-Pantéléèmôn à l’Athos, qui servit un temps de coffre-fort pour le trésor du monastère bulgare de Rila334. Cet acte rend compte aussi de l’union existant à cette époque entre le monastère de Saint-Pantéléèmôn et le monastère de Rila335.

  • 336 On ne parlera pas ici des comptes bancaires que plusieurs hommes d’affaires byzantins, comme Nikol (...)
  • 337 Iorga, Notes et extraits, t. 1, p. 240 ; voir aussi Thiriet, Régestes, t. 2, no 1592, et Dölger, Re (...)
  • 338 Thiriet, Régestes, t. 3, no 2835 (le prôtostratôr Eudaimonoiôannès en 1450), et Sathas, Documents i (...)

24Même si cela sort du cadre des relations entre l’aristocratie foncière et les grands monastères, il convient aussi de souligner le rôle des colonies latines en Méditerranée orientale comme centres de dépôt d’argent336. Vers 1415, à l’occasion d’une attaque turque contre la ville byzantine de Zeitoun (l’actuelle Lamia), en Thessalie, le gouverneur byzantin, nommé Sébastopoulos, envoya des objets précieux dans l’île d’Eubée, alors sous domination vénitienne337. De même, plusieurs aristocrates du Péloponnèse déposèrent une partie de leur fortune dans les ports vénitiens de Coron et Modon338.

  • 339 Les citoyens de Constantinople auraient aussi déposé de l’argent dans des dépôts bancaires à Péra (...)

25Il est néanmoins peu vraisemblable que cette pratique consistant à déposer argent ou objets précieux dans les colonies latines ait été courante dans la société byzantine de l’époque. Les cas du Péloponnèse et de la côte de Thessalie constituent certainement des exceptions s’expliquant par leur voisinage avec les territoires sous domination occidentale339. En revanche, dans les autres régions de l’Empire, en Macédoine par exemple, où la présence latine était plus réduite, il est peu probable que de tels contacts aient existé.

  • 340 Pantocrator, no 9.
  • 341 Les donateurs prévoient que les dépenses et les revenus soient partagés leur vie durant et qu’aprè (...)
  • 342 Ibid., l. 16-18 : τὴν τοιαύτην τοίνυν πράξιν, ἣν κινηθέντες παρὰ Θεοῦ ἐποιήσαμεν, λέγομεν καὶ διαβε (...)

26Une dernière modalité d’accord entre l’aristocratie et les grands monastères orthodoxes est encore attestée par notre documentation. Il s’agit de la donation aux moines d’un bien foncier à condition d’en partager les revenus avec son ancien propriétaire. En août 1374, le mégas primmikèrios Iôannès et sa femme, Anna Asanina Kontostéphanina, firent ainsi donation aux moines du Pantokratôr à l’Athos de plusieurs vignes situées près de Chrysoupolis340. L’acte stipule que les dépenses pour la culture de la terre, ainsi que les revenus, devront être partagés entre les moines et les anciens propriétaires341. Dans le cas où ces derniers quitteraient la ville de Christoupolis, leur lieu de résidence à l’époque, pour s’installer à Constantinople ou ailleurs, les moines devraient continuer à leur verser la moitié des revenus de ces biens, là où ils habiteraient, jusqu’à leur mort342.

  • 343 Oikonomidès, Patronage, p. 110-111.
  • 344 Vatopédi II, no 141.

27Oikonomidès a vu dans cet acte de donation le moyen que ce couple d’aristocrates avait trouvé pour préserver une partie de ses ressources au cas où la région tomberait entre les mains des ennemis343. Il aurait pu mettre au crédit de son hypothèse le fait qu’à peine un an plus tôt, en 1373, le mégas primmikèrios Iôannès avait écrit au doge de Venise pour solliciter la concession de la citoyenneté vénitienne, ce qui prouve l’existence à l’époque d’une forte menace sur la région. Il est même vraisemblable que Iôannès craignait non seulement la chute de Chrysoupolis, mais aussi des autres territoires sous domination byzantine, ce qui l’aurait obligé à chercher refuge dans une des colonies vénitiennes. À la même date d’août 1374, Iôannès et sa femme établirent un autre acte de donation en faveur du monastère de Vatopédi, qui contient les mêmes dispositions que celui pour le Pantokratôr344.

  • 345 Saint-Pantéléèmôn, no 12.
  • 346 À la suite d’Oikonomidès, je considère peu vraisemblable que les Alexioi aient jamais atteint le c (...)

28On a déjà évoqué un acte d’août 1358, établi par l’aristocrate Anna Tornikina en faveur des frères Alexioi345, par lequel elle promet de remettre au monastère du Pantokratôr à l’Athos, fondation des Alexioi, la moitié de son domaine dotal de Beltzista, situé dans la vallée de l’Angitès, si ces derniers venaient à s’emparer de la région avant l’empereur byzantin. L’autre moitié devait rester au pouvoir de Tornikina. À mon sens, cet acte relève aussi des tentatives de cette aristocrate pour préserver (ou plutôt recouvrer) une partie de son patrimoine perdu lors de la conquête serbe. Devant l’ascension de ces deux frères, maîtres de la région côtière du Pangée, Anna Tornikina devait craindre que, si la région tombait entre leurs mains plutôt qu’entre celles de l’empereur Jean V, elle perde toute chance de rien récupérer. Rappelons que les Alexioi agissaient indépendamment de Constantinople ; or il est clair que cette femme faisait partie de l’entourage du souverain byzantin. C’est pourquoi, en accordant la moitié de son bien perdu au monastère fondé par les deux frères à l’Athos, elle essaya de s’assurer par avance au moins la restitution d’une moitié de son ancienne propriété. On ignore si le bien fut jamais recouvré par les moines du Pantokratôr346.

Le devenir de l’aristocratie foncière à l’intérieur de l’Empire : la question de sa « (re)conversion » aux affaires

  • 347 Kydônès, Correspondance I, lettre L89/T51. Il s’agit du conflit au sujet des ports de la côte bulga (...)
  • 348 Kydônès, Correspondance I, no 89, p. 12322-24. La « libéralité » de l’empereur envers les magnats d (...)
  • 349 Ibid., p. 12325-26.

29Malgré sa faiblesse économique, cette ancienne aristocratie était encore très puissante à l’intérieur de l’Empire dans les années suivant la deuxième guerre civile. Son ancien prestige lui procurait encore les moyens d’un train de vie aisé, grâce à l’appartenance de certains de ses membres à l’entourage impérial et à leur influence sur les décisions politiques. Positions à la cour et charges auliques étaient encore synonymes de rentes et de privilèges fiscaux. Il se peut même que l’Empereur ait essayé de compenser la perte des biens fonciers de l’aristocratie par des rétributions financières prises sur l’argent obtenu lors d’accords conclus avec des puissances étrangères. Dans une lettre de l’été 1364 à l’empereur Jean V, Dèmètrios Kydônès loue certes son souverain pour la récente victoire remportée sur les Bulgares347, mais glisse aussi une critique voilée quant aux bénéfices du conflit. Il insinue en effet que les compensations financières imposées aux ennemis de l’Empire (« ceux qui s’étaient enrichis à nos dépens ») non seulement avaient été peu élevées, mais avaient en outre surtout bénéficié aux magnats de l’Empire, et non aux caisses de l’État348 : « Vous faites goûter aux vôtres le sang des bêtes comme [s’ils étaient] des chiens de chasse, car vous pensez qu’il est plus digne d’un empereur de distribuer que de faire rentrer les impôts349. »

  • 350 C’est le cas de Kydônès lui-même, qui était le principal conseiller de l’empereur (mésazôn).
  • 351 Voir, par exemple, le renouvellement de la trêve entre Byzance et Venise d’octobre 1357 ; il fut s (...)
  • 352 Par exemple, un acte privé d’avril 1358 (Vatopédi II, no 110, l. 15) mentionne le familier (oikeio (...)
  • 353 Lors de son voyage en Italie (1369-1371), Jean V était accompagné par ses deux theioi (« oncles » (...)
  • 354 La politique de rapprochement avec la papauté et les puissances occidentales entreprise par l’empe (...)
  • 355 La charge de juge général revêtit une importance toute particulière dans l’appareil administratif (...)
  • 356 Voir l’exemple de la famille Oinaiôtès qui a donné deux juges généraux des Romains et plusieurs fo (...)

30Il est certain que par « les vôtres » Kydônès désignait l’entourage proche de l’Empereur, ceux qui occupaient les postes les plus élevés à la cour350. Ils ne nous sont pas tout à fait inconnus, car ils signent, après l’Empereur, les traités conclus avec les puissances étrangères351, sont mentionnés dans les actes de la pratique avec leurs titres auliques et la qualité de « serviteurs » (doulos) ou « familiers » (oikeios) de « Sa Majesté impériale »352, et accompagnent le souverain dans ses déplacements353. Leurs patronymes attestent qu’ils sont issus de la haute aristocratie foncière : Palaiologos, Métochitès, Tarchanéiôtès, Synadènos… À leurs côtés apparaissent d’autres personnages qui occupent aussi des postes importants dans l’appareil de l’État grâce à leur maîtrise du latin354 ou à leurs connaissances juridiques355. Ces derniers formaient une deuxième catégorie de fonctionnaires, une sorte de « noblesse de robe », moins influente que les grands aristocrates, mais au sein de laquelle s’étaient consolidées de véritables « dynasties » de fonctionnaires, se transmettant les charges de père en fils356. Leur rémunération dépendait presque exclusivement des rentes en argent versées par le trésor impérial.

  • 357 On a déjà parlé de l’émergence de ce groupe de marchands et d’hommes d’affaires dont la puissance (...)
  • 358 Sur Goudélès, voir PLP 4334 ; Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 3, p. 263 ; et plus récemme (...)
  • 359 Loukas Notaras devint mésazôn de l’empereur Jean VIII après 1425.
  • 360 Matschke, Tinnefeld, Gesellschaft, p. 160 et suiv.
  • 361 Th. Ganchou, La famille Koumousès (Κουμούσης) à Constantinople et Négrepont, avant et après 1453, (...)
  • 362 Cf. ibid., p. 52-54. Aux cas évoqués supra, on peut en ajouter d’autres, par exemple ceux des fami (...)

31Toutefois, à partir du dernier quart du xive siècle, l’irruption du groupe des marchands et des hommes d’affaires au sommet de l’administration brisa le quasimonopole de l’ancienne aristocratie foncière sur les postes les plus élevés357 : dès les années 1380, des personnages comme Géôrgios Goudélès et Nikolaos Notaras occupaient des postes très importants de l’administration, comme celui de mésazôn358. Au xve siècle, Dèmètrios Palaiologos Goudélès, sans doute un parent de Géôrgios Goudélès, et Loukas Notaras, fils de Nikolaos Notaras, accédèrent à cette fonction prestigieuse359. De même, on retrouve parmi les ambassadeurs des derniers empereurs byzantins quelques individus issus des milieux marchands, des membres des familles Sophianos, Korésès, Iagaris, etc.360 La charge de trésorier du dernier empereur byzantin était occupée par un certain Andronikos Koumousès, appartenant à une famille de marchands originaire de l’île vénitienne d’Eubée361. Nombre de ces hommes qui constituaient la nouvelle élite politique de l’Empire étaient en effet d’origine « étrangère », souvent des territoires grecs sous domination latine : outre l’exemple des Koumousès, on connaît les cas de Iôannès Trotzélos et de Nikolaos Pôlos, Crétois d’origine, qui firent de belles carrières dans la capitale de l’Empire à la veille de la chute362.

32Si l’ancienne aristocratie foncière avait réussi dans les premières années du règne de Jean V à s’opposer à l’entrée de ces hommes d’affaires dans l’appareil de l’État, au début des années 1380, la situation changea ensuite profondément. On verra dans la suite de ce chapitre que le renversement d’Andronic IV (1379) et la perte de la Macédoine (1383) portèrent un coup très sévère aux grands propriétaires fonciers et provoquèrent un changement profond dans la politique de l’Empire qui favorisa la position du groupe des marchands au faîte de l’État.

  • 363 Oikonomidès, Hommes d’affaires.
  • 364 Laiou, Byzantine Economy in Mediterranean Trade, et Ead., Greek Merchant.
  • 365 Voir par exemple Oikonomidès, Hommes d’affaires, p. 120 : « On a l’impression qu’au xive siècle il (...)
  • 366 On pense surtout aux entrées du livre de comptes de Giacomo Badoer (1437-1440) qui mentionnent de (...)
  • 367 Par exemple, un Dèmètrios Philommatès est attesté comme partenaire d’affaires du marchand vénitien (...)

33Depuis la publication en 1979 par Nicolas Oikonomidès d’une monographie consacrée aux hommes d’affaires grecs et latins à Constantinople aux xiiie-xve siècles363 et celle de deux articles d’Angéliki Laiou, parus entre 1980 et 1982, sur le commerce byzantin et sur le marchand byzantin aux xiiie-xve siècles364, une nouvelle représentation de l’aristocratie byzantine de la fin de la période des Paléologues s’est imposée aux historiens, car on a ensuite souvent parlé d’une « reconversion » de l’aristocrate byzantin en homme d’affaires365. Selon cette lecture, face à la contraction territoriale de l’Empire, l’ancienne élite se serait montrée beaucoup moins réticente que ses prédécesseurs de la première moitié du xive siècle à s’adonner aux activités commerciales. Les historiens ont convoqué plusieurs sources montrant des aristocrates en relation avec les milieux marchands de la capitale366. Cette interprétation ne m’en semble pas moins discutable. Les preuves sont insuffisantes pour affirmer que l’aristocrate qui avait été autrefois un grand propriétaire foncier devint brusquement dans la seconde moitié du xive siècle un marchand avisé. À la lumière de la documentation disponible, l’implication des notables byzantins dans les affaires commerciales paraît non seulement très modeste mais, dans la plupart des cas, limitée en fait à l’achat de produits manufacturés. À ma connaissance, aucun marchand ou homme d’affaires de cette période ne peut être identifié à un descendant de l’ancienne aristocratie foncière. À côté de Grecs originaires d’autres régions du monde égéen sous domination latine, on trouve essentiellement des notables issus de la petite aristocratie provinciale, en particulier celle du Péloponnèse367.

34Il y a certes à cette époque une implication plus marquée des fonctionnaires impériaux dans le commerce ; toutefois elle n’est pas la conséquence d’une réorientation des activités économiques de l’aristocratie, mais plutôt celle d’un changement de la politique commerciale de l’Empire à partir du dernier quart du xive siècle, sur lequel on aura l’occasion de revenir à la fin de ce livre.

  • 368 Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 223-224, rappelle l’opinion de Kydônès concernant les activit (...)
  • 369 Sur la famille de Kydônès, voir Saint-Guillain, Manouèl Kydônès. Sur la confiscation de ses biens (...)

35La correspondance de Kydônès s’avère à nouveau précieuse pour connaître le point de vue d’un membre de l’ancienne élite byzantine vis-à-vis de l’irruption de la nouvelle élite financière dans les cercles du pouvoir. Même si l’ancien mésazôn, qui s’était par ailleurs converti au catholicisme, s’était montré favorable au rapprochement avec les puissances occidentales, il resta toujours l’ennemi du monde des affaires et un exemple représentatif de l’ancien modèle de l’aristocrate-lettré368, incarné durant la période précédente par Théodôros Métochitès, Nikèphoros Choumnos ou Iôannès Kantakouzènos. La famille de Kydônès avait possédé de grandes propriétés foncières en Macédoine, qui lui avait été confisquées par les Serbes369.

  • 370 Dans sa lettre L237/T400, adressée à l’empereur Manuel II en 1390 (avant le mois d’avril), Kydônès (...)
  • 371 Kydônès, Correspondance II, no 372, p. 32020-21 (cité par Ganchou, Géôrgios Goudélès, p. 288).
  • 372 Voir les lettres de Kydônès de 1389/1390, L236/T399 et L239/T388. À propos de la vocation militair (...)

36Dans ses lettres des années 1380-1390, Kydônès exprime souvent un certain mépris à l’égard des hommes d’affaires parvenus au sommet de l’État grâce à leurs connaissances techniques en matière financière370. Pour lui, ce sont là des gens « qui ne connaissent d’autre chemin vers la gloire que le refus de toute culture371 ». Il constate en outre que cette nouvelle classe politique bafoue les principes de conduite et les idéaux de l’ancienne aristocratie, à savoir l’amour des belles-lettres et la science des armes372, et il déplore que nombre de ses membres, afin de ne pas trahir ces principes, en soient réduits à vivre comme de véritables paysans. Kydônès écrivit à Manuel II en 1389/1390 en lui recommandant un chevalier originaire de Picardie qui, ayant été au service du seigneur d’Ainos, voulait passer à l’armée byzantine :

  • 373 Kydônès Correspondance II, no 23117-21. Sur cette lettre voir aussi Tinnefeld, Demetrios Kydones. B (...)

Puisqu’il pensait que cela [c’est-à-dire vivre à Ainos] pouvait être nuisible à sa réputation militaire, il voulait échanger la richesse des pêcheurs contre la situation économique des bien-nés [donc les aristocrates] et il préférait, entrant au service de l’empereur, plutôt que d’être riche, rester aux côtés des paysans et des ouvriers agricoles pour lutter contre les troupes de l’ennemi373.

37Le témoignage de Kydônès est celui d’un aristocrate qui voyait avec dépit la montée en puissance d’un nouveau groupe social et la transformation de l’appareil politique de l’Empire. Comme Kydônès, les grands propriétaires fonciers se montraient méfiants à l’égard de ces changements et craignaient la perte de leurs privilèges s’ils ne contrôlaient plus l’administration. Poussés par cette crainte, nombre d’aristocrates tournèrent le dos à l’empereur Jean V et décidèrent de soutenir son fils Andronic IV qui, dans les années 1370, allait s’emparer du trône, plongeant l’Empire dans une nouvelle crise politique aux conséquences dramatiques.

2. La restauration des biens fonciers en Macédoine après la bataille de la Maritza (1371)

  • 374 La bataille eut lieu près du village de Tchernomen (aujourd’hui Orménion, en Thrace grecque), sur (...)
  • 375 Sur les conséquences de la bataille de la Maritza pour les principautés serbes, voir Soulis, The S (...)

38Le 26 septembre 1371, les troupes serbes subirent une terrible défaite au bord de la Maritza face aux beys turcs de Thrace374. Leurs commandants, Jovan Uglješa et le roi Vukašin, perdirent la vie lors des combats et les survivants se dispersèrent dans la région. Le chaos s’ensuivit et mit un terme définitif à l’hégémonie serbe sur la Macédoine et la Thessalie375. À la faveur de leur victoire, les Turcs soumirent le reste de la Thrace et imposèrent leur contrôle sur une partie de la Macédoine orientale. Toutefois, contrairement à ce que l’on aurait pu attendre, les Byzantins parvinrent aussi à tirer profit de la défaite serbe en reprenant plusieurs villes de Macédoine et en restaurant leur autorité sur les campagnes.

39La reconquête byzantine de la Macédoine eut des conséquences importantes pour la vie économique de l’Empire car elle permit, on l’a dit, la restitution aux propriétaires de leurs anciennes terres dans la région. Cette restitution revêtait une signification toute particulière pour la haute aristocratie, privée de la plupart de ses ressources financières depuis la fin de la deuxième guerre civile. C’était la première fois en trente ans que l’Empire recouvrait un nombre important de terres agricoles, puisque les campagnes militaires des années 1360, qui avaient eu lieu sur les côtes de la mer Noire et du nord de l’Égée, n’avaient permis que la récupération d’une étroite bande de terre adossée aux villes côtières, tandis que l’arrière-pays restait toujours aux mains des ennemis. La soumission de la Macédoine fut donc l’occasion pour les grands propriétaires de retrouver une partie du patrimoine qu’ils avaient perdu lors de la conquête serbe.

40Pour l’État byzantin ce fut aussi l’occasion de s’assurer de nouvelles ressources avec lesquelles financer la défense du territoire. De cette époque datent le fameux décret de confiscation de la moitié des biens monastiques pour les transformer en pronoiai militaires ainsi que d’autres mesures fiscales.

  • 376 Voir Lavra IV, p. 51-54 ; Ostrogorsky, Féodalité, p. 161 et suiv. ; Lemerle, Philippes, p. 214-215 (...)

41Les historiens ont déjà décrit la période de la reconquête byzantine de la Macédoine et ses conséquences économiques de manière plus ou moins exhaustive376. Toutefois, dès que l’on soumet leurs conclusions à l’épreuve de la documentation, bien des problèmes demeurent sans réponse, en particulier les questions de chronologie. La confrontation de sources de nature diverse (actes athonites, actes notariés latins, notices de manuscrits et sources narratives grecques), certaines inédites et d’autres récemment publiées, s’avère utile pour résoudre nombre de ces problèmes et pour reconstituer une séquence chronologique plus exacte de ces événements.

La reconquête byzantine de la Macédoine après 1371 : chronologie

  • 377 P. Papageorgiou, Αἰ Σέρραι καὶ τὰ προάστεια, τὰ περὶ τὰς Σέρρας καὶ ἡ μονὴ Ἰωάννου τοῦ Προδρόμου, (...)
  • 378 Le terme Éras pourrait être rapproché de la forme Ars, attestée par une source ottomane de 1388 : (...)
  • 379 Jireček, Geschichte der Serben, t. 1, p. 439 : « Eine griechische Notiz erwähnt im November 1371 de (...)
  • 380 Voir par exemple Halecki, Un empereur, p. 247-248 : « Ils [les Byzantins] occupèrent donc le pays (...)

42Depuis la publication en 1894 par Pétros Papagéorgiou d’une notice conservée dans un codex du Prôtaton athonite, l’historiographie a considéré que la reconquête de la Macédoine par les Byzantins s’était produite immédiatement après la défaite serbe sur les bords de la Maritza. La notice, datée de novembre 1371, dit qu’un despote anonyme fit alors son entrée dans une ville appelée Éras377. Papagéorgiou avait simplement proposé d’identifier le toponyme Éras à Serrès378, mais il ne s’était pas prononcé quant à l’identité du despote ; c’est Konstantin Jireček, au début du xxe siècle, qui y vit le premier une allusion au fils de Jean V, le futur empereur Manuel II, qui portait à l’époque le titre de despote et gouvernait Thessalonique379. L’historiographie n’a depuis jamais mis en doute cette identification, qui permettait de dater avec précision la conquête de la Macédoine orientale par les Byzantins entre septembre et novembre 1371380.

43Les actes conservés dans les archives de l’Athos confirment a priori ce rétablissement de l’autorité byzantine en Macédoine après 1371, car ils témoignent du retour à cette époque de quelques propriétaires byzantins dans leurs anciens domaines de la région, de la présence des agents impériaux dans les postes de l’administration locale et de moines grecs à la tête de la communauté athonite. Toutefois, l’étude de cette documentation révèle également un phénomène troublant : aucune transaction foncière dans la région ne date de la période qui suit immédiatement la bataille de la Maritza ; les premiers actes remontent seulement au début de l’année 1373 et ne concernent que la région proche de Thessalonique. Il faut même attendre 1375 pour trouver les premiers actes qui attestent la présence byzantine dans la vallée du Strymon ou dans la région de Berroia.

  • 381 Oikonomidès, Deblitzenoi, p. 183 : « It is not difficult to see what happened in eastern Macedonia (...)

44Ce laps de temps considérable demeure problématique si l’on accepte que la reconquête byzantine de la Macédoine ait eu lieu en automne 1371. Il est en effet difficile d’expliquer pourquoi les Byzantins auraient attendu plus d’un an dans le cas des terres proches de Thessalonique, et plus de trois ans pour le reste du pays, avant d’exercer leurs droits de propriété sur les terres, d’en faire donation aux monastères ou de procéder à leur vente. Nicolas Oikonomidès, troublé par ce constat, l’a expliqué par les particularités du contexte politique ; selon lui, l’empereur byzantin, conscient du danger turc, aurait préféré maintenir le statu quo foncier durant les premières années de la restauration byzantine en Macédoine, afin de gagner le soutien militaire des propriétaires établis sous l’ancienne domination serbe. Ce serait l’alliance byzantino-turque de mai 1373, conclue entre Jean V et Murad Ier pour mater la révolte conjointe de leurs enfants, les princes Andronic IV et Saudji, qui aurait finalement permis la restitution aux propriétaires byzantins de leurs anciens biens fonciers en Macédoine381.

  • 382 Il convient de rappeler, parce que cela est important pour comprendre le contexte politique de l’é (...)

45L’hypothèse d’Oikonomidès est séduisante dans la mesure où elle permet d’expliquer l’écart considérable entre la bataille de la Maritza (1371) et les premières transactions foncières dans la région (1373/1375) ; toutefois, elle part du principe que la menace turque contre la Macédoine byzantine aurait été, sinon éliminée, du moins sérieusement diminuée à partir du traité byzantino-turc de mai 1373, permettant à l’État byzantin de rendre aux grands propriétaires de l’Empire leurs anciens biens fonciers sans crainte de mécontenter ceux qu’il devait pour cela exproprier. Certes, on verra que l’accord conclu en 1373 entre les Byzantins et les Ottomans favorisa effectivement la consolidation de l’autorité byzantine en Macédoine. Toutefois, ce traité ne semble pas avoir été la raison principale de la reprise byzantine dans la région : le premier acte relatif à la restauration byzantine en Macédoine date de février 1373, c’est-à-dire plusieurs mois avant la conclusion du traité byzantino-turc du mois de mai, ce qui montre que la situation en Macédoine avait déjà commencé à changer quelques mois avant ce traité382.

  • 383 Sur cette mesure, voir infra, p. 242-254.

46Il n’est du reste pas évident de voir quel intérêt aurait présenté le maintien du statu quo foncier en Macédoine pour faire face aux Turcs, puisque l’une des plus importantes mesures prises pour renforcer le territoire fut la transformation en pronoiai de la moitié des biens monastiques, afin de les distribuer aux soldats383. En d’autres termes, aussitôt qu’il en eut la possibilité, l’État byzantin modifia précisément le statu quo foncier afin de renforcer le groupe des propriétaires laïcs de l’Empire et de combattre le danger turc.

47Il est donc nécessaire d’expliquer autrement la situation après la bataille de la Maritza et le fait que le premier acte relatif à une transaction foncière en Macédoine date seulement de 1373. Il faudra ensuite revenir sur l’historicité de la notice du codex 21 du Prôtaton et sur l’identification du despote anonyme qui aurait pris possession de Serrès au mois de novembre 1371.

Au lendemain de la Maritza : les attaques turques contre Thessalonique et la victoire chrétienne dans les eaux de l’Athos (octobre 1372)

48Les sources montrent que le contexte politique de la Macédoine après la bataille de la Maritza (septembre 1371) fut très chaotique et que la région subit de fréquentes attaques turques. Par exemple, le texte serbe suivant, qui est contemporain des événements, décrit une situation fortement troublée :

  • 384 Ce passage fut écrit par le moine serbe Isaja à la suite de sa traduction en slave des œuvres de D (...)

Après la mort du despote Uglješa, les Ismaélites se répandirent et se dispersèrent sur toute la terre, comme des oiseaux dans l’air. Ils faisaient périr certains des chrétiens par l’épée, emmenaient d’autres en captivité et d’autres furent anéantis par une mort intempestive. Ceux que la mort avait épargnés périrent de la famine […] Ceux enfin qui furent épargnés aussi par la famine, furent attaqués, avec la permission divine, par des loups, nuit et jour, et furent dévorés par eux. Hélas, une vue triste était ce que l’on pouvait observer alors. La terre resta déserte de tous ses biens : gens, bétail, et fruits ! Il n’y avait alors ni prince, ni chef, ni gouverneur parmi les gens, ni sauveur, ni libérateur, mais tous furent emplis de crainte devant les Ismaélites, en sorte que même les cœurs des hommes les plus vaillants devinrent des cœurs très faibles de femmes […] Et alors les vivants estimaient heureux ceux qui étaient morts auparavant384.

  • 385 Kydônès, Correspondance I, p. 1109-11 (lettre L77/T95).
  • 386 Ibid., p. 11025-31 : « Puisque l’empereur t’a confié le gouvernement [de la ville], il faut, pour t (...)
  • 387 Ibid., p. 11039-40. Sur ce Phakrasès, voir PLP 29576.

49Une source byzantine témoigne des attaques turques contre Thessalonique. Il s’agit d’une lettre de Kydônès adressée au mégas primmikèrios Phakrasès, à l’époque képhalè, c’est-à-dire gouverneur, de la capitale de Macédoine, qui fait allusion à la situation de grave danger dans laquelle se trouvait la ville à l’époque : « J’ai entendu parler d’une armée qui est devant les portes [de la ville], du chef barbare, du butin qu’ils ont fait et de ceux auxquels il ne reste plus qu’à regarder depuis les remparts en pleurant385. » Kydônès s’inquiétait du sort de son ami, qui avait reçu de l’empereur Jean V la direction de la ville (τοῦ βασιλέως δέ σε τοῖς πράγμασιν ἐπιστήσαντος), et lui donnait quelques conseils pour gérer cette crise. Il craignait surtout les révoltes que pouvaient provoquer les rigueurs du blocus et met en garde son correspondant contre ces dangers qui pourraient entraîner une nouvelle émeute populaire, comparable à celles de l’époque des Zélotes dont le souvenir demeurait vivace parmi les Thessaloniciens. Kydônès lui conseilla de s’appuyer sur les notables pour en éviter le déclenchement386. À la fin de sa lettre, Kydônès essaie d’insuffler de l’espoir à son ami, en lui disant que l’empereur est décidé à ne pas laisser la ville sombrer et qu’au cours d’une conversation avec ce dernier, il lui a entendu dire que rien ne comptait plus en ce moment pour lui que délivrer la ville (de Thessalonique) du danger387.

  • 388 Cf. Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/2, p. 514. Cette chronologie est confortée par la p (...)
  • 389 Cf. Kydônès, Correspondance I, p. 109. La datation de Loenertz a été suivie par Dennis, The Reign (...)
  • 390 Chronicon breve Thessalonicense (éd. Loenertz dans Kydônès, Correspondance I, p. 174175), § 6 [1372(...)
  • 391 Voir par exemple Barker, Manuel II, p. 446-450.
  • 392 Voir le commentaire de Schreiner, Kleinchroniken II, p. 302-304 (avec bibliographie), et, plus réc (...)

50Dans le commentaire de cette lettre, Franz Tinnefeld a privilégié la date de novembre 1371, plutôt qu’une date postérieure au 10 avril 1372 (« nach 10.4.1372 [ ?] »)388, qui était celle proposée par Loenertz dans son édition389. Cette date, plus basse, repose sur l’existence d’une chronique brève grecque qui signale aussi une attaque turque contre Thessalonique le 10 avril 1372390. Longtemps contestée par l’historiographie391, l’historicité de cette notice ne fait plus de doute aujourd’hui392.

  • 393 Cela impliquerait d’aborder la question délicate de la date du retour du despote Manouèl à Thessal (...)

51Il n’est pas utile pour notre propos de nous attarder sur les arguments qui ont conduit Tinnefeld à préférer la date de novembre 1371, d’autant que cela nous entraînerait dans des discussions un peu longues393. Il suffit simplement de constater le climat d’insécurité qui, dès la fin 1371, prévalait en Macédoine et en particulier à Thessalonique.

  • 394 Par exemple, Oikonomidès, Deblitzenoi, p. 180, a écrit : « But the general situation was no longer (...)
  • 395 Selon Tinnefeld, lors de l’arrivée de Phakrasès à Thessalonique en provenance de Lemnos, la ville (...)

52Ce contexte d’insécurité contredit en effet l’interprétation de la notice du Prôtaton selon laquelle les Byzantins auraient repris Serrès dès novembre 1371. Cette difficulté n’a pas échappé à quelques historiens qui ont essayé de l’expliquer : d’après eux, une première avancée byzantine jusqu’à la vallée du Strymon (où se trouve Serrès) aurait été suivie d’une période de troubles durant laquelle les Turcs auraient ravagé la région394. L’hypothèse ne semble guère convaincante, car il est peu probable que les Byzantins aient été capables de couvrir la distance comprise entre Thessalonique et Serrès en à peine un mois, entre la fin septembre et le début novembre, date à laquelle Thessalonique se trouvait déjà encerclée par l’ennemi395.

  • 396 Voir PLP 5746.
  • 397 Sur cette question, voir Beldiceanu-Steinherr, Recherches, doc. no 30, p. 180-182 (avec bibliograp (...)
  • 398 Voir par exemple Kutlumus, no 33 (août 1375).
  • 399 Sur la prise de Serrès par les Ottomans, voir infra, p. 278.

53Somme toute, l’ensemble du dossier rend peu probable la possibilité d’une reconquête byzantine de la Macédoine dans les mois immédiatement postérieurs à la défaite serbe de la Maritza. C’est pourquoi il convient de considérer avec prudence l’information fournie par la notice du codex 21 du Prôtaton. Après tout, l’identification du despote anonyme avec le futur empereur Manuel II n’est qu’une simple possibilité : d’autres souverains portant le titre de despote étaient actifs dans la région à la même époque et ils avaient pu tout autant profiter de l’occasion pour s’emparer d’une partie de l’ancienne principauté d’Uglješa. On pourrait par exemple songer à Konstantin Dejanović, nommé despote par le défunt Dušan, qui s’était entre-temps taillé une principauté au nord de la Macédoine, autour de la ville de Melnik396. Par ailleurs, il convient de rappeler – car cette question aussi a fait couler beaucoup d’encre – que la ville de Serrès ne semble pas avoir été prise par les Ottomans vers 1372397 : la documentation grecque qui témoigne de la présence byzantine dans cette ville à partir de 1375 ne parle jamais de la présence antérieure des Turcs dans la ville398. Serrès ne semble être tombée aux mains des Ottomans que quelques années plus tard, en 1383399.

54Mis à part la situation incertaine à Serrès, il paraît clair que les Byzantins ne contrôlaient aucune autre partie de la Macédoine entre 1371 et 1372 et qu’aucun propriétaire byzantin ne put donc rentrer à cette époque en possession de ses anciens biens fonciers dans la région. Les ravages turcs dans les campagnes étaient fréquents et la situation à l’intérieur de Thessalonique s’était tellement dégradée que Constantinople y craignait à nouveau un conflit social.

  • 400 Un autre récit hagiographique « athonite », la Vie de saint Romylos, en particulier p. 142, témoig (...)
  • 401 Vie de saint Niphon, p. 24-25 : μετὰ τὸ ἀναιρεθῆναι τὸν δεσπότην Οὔγκλεσιν ὑπὸ τῶν Ἰσμαηλιτῶν, θρασ (...)

55La situation dut changer peu avant février 1373, date du premier acte témoignant d’une transaction foncière en Macédoine. Or, on a mention vers cette date d’une défaite turque face à une coalition de troupes byzantines et vénitiennes qui eut lieu selon une source grecque dans les eaux proches de l’Athos. La Vie de saint Niphon400, ermite à la Sainte Montagne, raconte qu’après avoir tué le despote Uglješa, les Turcs (« les Ismaélites ») se portèrent à l’assaut de l’Athos à bord d’un grand bateau de guerre. Ayant emporté les armes qu’ils avaient prises aux Serbes ainsi que leurs machines de siège, les Turcs – poursuit le texte – s’apprêtèrent à abattre les fortifications des moines ; « même le mégas primmikèrios [Iôannès], qui protégeait la côte, n’avait pas osé les affronter ! » Ce fut alors que trois grands navires vénitiens firent leur apparition et, rejoignant ceux du mégas primmikèrios, défirent les Turcs près du port de Lavra401.

  • 402 Oikonomidès, Deblitzenoi, p. 195, n. 33.

56Le récit de la Vie de saint Niphon est dépourvu de tout indice permettant de dater avec précision cet événement ou, du moins, de savoir s’il fut antérieur à février 1373, date de la première transaction foncière dans la région. Hormis la mention de la mort d’Uglješa (septembre 1371), rien dans le texte ne permet de préciser sa chronologie. Oikonomidès a proposé de dater cette bataille vers 1372, mais il n’a fourni aucun élément à l’appui de cette hypothèse402.

  • 403 Voir supra, p. 139.
  • 404 Voir aussi un autre passage de cette lettre dans lequel le mégas primmikèrios déclare avoir combat (...)
  • 405 ASV, Grazie 17, fol. 19v. L’acte ne se trouve pas dans les fonds Privilegii, où sont conservées en (...)

57Nous possédons pourtant plusieurs documents tirés des archives vénitiennes qui permettent d’être plus précis. Dans sa lettre au doge d’août 1373 où il sollicitait la concession de la citoyenneté vénitienne, le mégas primmikèrios Iôannès mentionne déjà cette bataille403. Il y dit avoir combattu les Turcs aux côtés du capitaine de la flotte vénitienne : la vostra signoria ha saoudo per altri et per lo mio signor vostro frar, lo capetanio de la vardia de le galee, lo qual ha vastadi li legni de li Turchi quando nui ieremo insembre404. Mieux encore, le privilège de citoyenneté vénitienne accordé en janvier 1374, à la suite de cette requête, au mégas primmikèrios mentionne précisément le nom de ce capitaine du Golfe, Marco Morosini, ainsi que celui de l’ancien baile de Négrepont, Bartolomeo Querini, car ils avaient soutenu la candidature de Iôannès auprès du sénat405.

  • 406 Cf. Thiriet, La Romanie vénitienne, p. 248. La nomination du capitaine du Golfe avait presque touj (...)
  • 407 Le 11 juillet 1372, Venise avait ordonné d’armer deux nouvelles galères pour renforcer la flotte d (...)

58Morosini, lo capetanio de la vardia de le galee avec lequel le mégas primmikèrios avait remporté sa victoire contre les Turcs, avait en effet occupé la charge de capitaine du Golfe durant l’année 1372. Cette fonction était un commandement militaire d’un an de la flotte vénitienne, qui devait veiller notamment à la protection des galées du marché durant leur traversée de la mer Adriatique406. Les galées du marché étaient des navires que l’État vénitien mettait chaque année à disposition des marchands selon une procédure d’enchères (incanto). Ils étaient organisés en convois (mudae) selon leur destination : le convoi de Romanie se rendait jusqu’à Tana ou Trébizonde. Normalement, la tâche du capitaine du Golfe était d’escorter les navires jusqu’à la sortie du « Golfe », c’est-à-dire de la mer Adriatique, jamais au-delà des ports de Coron et Modon. Toutefois, le mandat de Morisini en 1372 fut exceptionnel, car il dut accompagner les galées jusqu’en mer Égée en raison de la menace des Génois. À cette époque, un conflit opposait en effet Venise et Gênes au sujet du contrôle de l’île de Chypre407.

  • 408 Nanetti, Documenta Veneta Coroni & Methoni, no 4. 2, p. 210 : Domenico Regio, seneschalcus domini M (...)
  • 409 Dans le troisième quart du xive siècle, la domination vénitienne directe sur l’Eubée ne s’étendait (...)
  • 410 ASV, Senato, Misti, reg. 34, fol. 27v-28v. Cette décision n’est pas enregistrée dans Thiriet, Rége (...)
  • 411 Le 14 novembre 1372, un certain Stamis Capin de La Canée, embarqué sur la nef de Pietro Soranzo, d (...)
  • 412 Le 9 décembre 1372, le sénat vénitien décida de nommer un nouveau capitaine du Golfe : ASV, Senato (...)

59Grâce à la documentation d’archives, on connaît assez bien l’activité de Morosini et de sa flotte durant cette année : le 29 septembre 1372, il se trouvait dans le port de Coron408 ; ensuite, exécutant les ordres du sénat, Morosini se rendit à Négrepont409 où il devait attendre le retour des galées du marché en provenance de Constantinople et de la mer Noire pour les escorter à nouveau jusqu’au Péloponnèse410. Début novembre 1372, il se trouvait déjà au sud de la Grèce411, avant de pénétrer dans la mer Adriatique412.

  • 413 Un baile qui est probablement Querini était déjà nommé en mai 1372 lorsque les galées de Romanie r (...)

60Ce fut alors qu’il se trouvait basé à Négrepont que Morosini dut effectuer une incursion au large de la Macédoine, où il combattit les Turcs en face de l’Athos. Par conséquent, cette bataille dut se produire aux alentours du mois d’octobre 1372, date qui coïncide justement avec le début du mandat de Bartolomeo Querini à Négrepont (ca août 1372-mai 1374), l’autre personne qui témoigna en faveur du mégas primmikèrios pour l’obtention du droit de citoyenneté vénitienne413.

  • 414 Au début de l’année 1374, Bartolomeo Querini fut accusé par les autorités vénitiennes de mauvaise (...)
  • 415 Les relations commerciales entre l’Eubée et la Macédoine byzantine sont bien attestées pour le xiv(...)
  • 416 Koumanoudi, The Trial, p. 244, n. 33 et doc. A/5. Avant de se rendre dans l’île d’Andros, pour négo (...)

61La publication récente d’un dossier tiré des archives de Venise concernant un procès criminel auquel fut soumis Bartolomeo Querini à la fin de son mandat à Négrepont a mis en évidence les rapports existant entre la colonie vénitienne et les territoires byzantins du nord de l’Égée, en particulier la région sous la domination des frères Alexioi414. Ces rapports se fondaient sur un réseau commercial qui s’était constitué à partir des échanges entre la production agraire de Macédoine, dont les ports byzantins de la côte nord de l’Égée étaient le débouché principal, et la production manufacturée vénitienne qui arrivait à Négrepont415. Les conséquences de la défaite serbe à la Maritza et les attaques turques contre Thessalonique avaient dû affecter ce trafic, portant préjudice aux intérêts des Vénitiens comme des Byzantins416. Cela expliquerait l’implication des Italiens dans cette coalition conclue en octobre 1372, et qui devait viser en premier lieu à rétablir ces échanges interrompus par les attaques turques.

Le début de la reconquête byzantine (1373) : les conditions de la restauration de la propriété foncière

  • 417 La nouvelle du redressement de la situation en Macédoine ne semble pas être parvenue en Occident, (...)

62La défaite turque à proximité de l’Athos en octobre 1372 fut vraisemblablement un tournant dans l’histoire politique de la région. Elle a dû constituer le point de départ de la reconquête byzantine de la Macédoine. Bien sûr, d’autres événements, qui nous sont restés inconnus, ont pu aussi contribuer à un affaiblissement de la menace turque. Quoi qu’il en soit, la situation s’était suffisamment améliorée début 1373 pour que les Byzantins commencent à récupérer des territoires en Macédoine417. Les archives athonites ont conservé trois actes qui témoignent de ce retour de l’administration impériale dans une région proche de Thessalonique, la Chalcidique occidentale.

  • 418 Saint-Pantéléèmôn, no 12, l. 1-2 : ἐπιδὴ ἀπελήθην θείος καὶ προσκυνητὸς ὁρισμὸς τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγ (...)
  • 419 On ne possède aucun élément permettant d’établir la date de cette ordonnance. Dölger, Regesten V, (...)

63Avant de poursuivre, il faut signaler que ce fut précisément à cette époque que l’empereur Jean V délivra une ordonnance proclamant la restitution des biens fonciers en Macédoine. Un acte de 1375 en rappelle le contenu : « Notre puissant et saint seigneur et empereur a promulgué une sainte et vénérable ordonnance prescrivant que celui qui possédait un bien qui lui a été volé par quelqu’un, recouvre son bien en présentant un titre de propriété418. » Nous ne connaissons pas la date exacte à laquelle fut délivrée cette ordonnance, mais elle pourrait en effet dater du début 1373419.

  • 420 Docheiariou, no 41. L’acte est dressé par les serviteurs (douloi) de l’empereur, Géôrgios Doukas Tz (...)
  • 421 On a vu que cette compagnie des « Barbarènoi » s’était installée en Macédoine à l’époque de la pre (...)
  • 422 Ce chrysobulle est conservé dans les archives de Docheiariou : Docheiariou, no 27. Il fut délivré (...)

64On a dit que le document conservé le plus ancien attestant d’une transaction foncière entreprise par un Byzantin en Macédoine datait de février 1373. Il s’agit d’un acte établi par plusieurs fonctionnaires de l’administration de Thessalonique, agissant sur l’ordre du despote Manouèl Palaiologos, relatif à un différend qui opposait le monastère de Docheiariou au pronoïaire Iôannès Katzaras au sujet d’un terrain de 2 400 modioi situé à Patrikôna, dans la région de Kalamaria420. Katzaras réclamait cette terre, qui était à l’époque aux mains du monastère de Docheiariou, parce que son père, le mégas adnoumiastès [Géôrgios] Katzaras, l’avait détenue jusqu’à la conquête serbe, d’abord comme partie d’une pronoia collective avec la compagnie de soldats appelée « les Barbarènoi »421, et plus tard à titre personnel, en tant que bien patrimonial, en vertu d’un chrysobulle de l’empereur Jean V (1351)422. Iôannès Katzaras revendiquait à présent un droit de possession en tant qu’héritier de son père.

  • 423 Ces deux prostagmata ne sont plus conservés dans les archives du monastère. Dans son commentaire ((...)

65Toutefois, les moines, détenteurs effectifs du domaine, alléguaient que le bien leur avait déjà appartenu par le passé, à l’époque de la domination byzantine, avant d’être affecté à la compagnie des Barbarènoi ; plus tard (ca 1337), ils avaient en outre obtenu d’Andronic III deux prostagmata enjoignant à un fonctionnaire de retirer ce bien aux « Barbarènoi » et de le remettre au monastère423.

  • 424 Sur cette question, voir supra, p. 87-90.

66Les moines n’expliquaient pas toutefois dans quelles circonstances le bien avait été restitué à Katzaras par Jean V en 1351, et à quelle date et comment ils l’avaient ensuite récupéré et conservé jusqu’à 1373. Il est cependant facile de l’imaginer : après avoir été mis en possession de cette terre de Patrikôna par l’empereur Andronic III, les moines l’avaient perdue une nouvelle fois à l’époque de la deuxième guerre civile, lorsque le parti de Jean V avait effectué de nombreuses confiscations de terres – en particulier aux dépens des monastères – pour constituer de nouvelles pronoiai en faveur de ses partisans424. Katzaras dut recevoir ce bien à cette époque, avec le privilège de le détenir à titre héréditaire, comme ce fut le cas d’autres soldats, ainsi qu’on l’a vu. Ensuite, l’occupant serbe, qui opéra de nombreuses confiscations parmi le groupe des pronoïaires byzantins, dut se saisir du bien et le restituer au monastère athonite (après 1355).

67Ayant entendu les témoignages des deux parties et connaissant sans doute le reste de l’histoire, le tribunal demanda à Katzaras de produire un titre de propriété démontrant que son père avait possédé ce bien à titre individuel et pas seulement comme partie d’une pronoia collective avec les « Barbarènoi ». Incapable de fournir les preuves demandées, Katzaras fut finalement débouté par le tribunal, qui trancha en faveur des moines.

  • 425 Sur le régime foncier sous domination serbe, voir supra, p. 95-103.
  • 426 Rappelons par exemple que, lors de ce traité, les moines de Chilandar et ceux de Lavra s’étaient p (...)

68Le litige entre Katzaras et Docheiariou reflète la situation complexe créée en Macédoine par le retour de l’autorité byzantine dans la région. Les bouleversements politiques qu’avait connus l’Empire au cours du xive siècle avaient entraîné de nombreux changements dans le régime de la propriété foncière, car le même bien avait pu faire l’objet de plusieurs confiscations et saisies de la part du fisc, en particulier à l’époque des deux guerres civiles et plus tard lors de l’établissement de la domination serbe. De plus, les caractéristiques propres au système de la pronoia, ainsi que sa lente transformation en biens de type héréditaire, rendaient généralement très difficile de déterminer à qui revenait le droit de propriété. Rien d’étonnant donc à ce que durant les années 1370, de nombreux conflits aient éclaté entre plusieurs personnes et institutions religieuses pour le contrôle des biens fonciers. Rappelons en outre que les grands monastères orthodoxes (ceux de l’Athos principalement) et un groupe de petits propriétaires fonciers avaient profité de la conquête serbe pour arrondir leurs biens aux dépens des domaines confisqués aux grands aristocrates et aux pronoïaires byzantins425. Or, le rétablissement de l’administration byzantine en Macédoine ne signifia pas nécessairement l’abolition des transactions effectuées durant la domination serbe. Les autorités byzantines accordaient certes la priorité aux titres de propriété délivrés sous la domination impériale et révoquaient les transactions passées à l’époque des Serbes qui leur étaient contraires. Mais parfois les nouveaux propriétaires qui s’étaient emparés des terres à la faveur de la conquête ennemie possédaient aussi des titres délivrés par les autorités byzantines, soit parce qu’ils avaient détenu le même bien à une époque antérieure – comme ce fut le cas de Docheiariou à Patrikôna –, soit parce qu’ils avaient obtenu un acte de l’administration impériale, par exemple lors du bref rétablissement de l’autorité de Constantinople sur la Chalcidique au cours des années 1350, ou encore grâce aux conditions du traité passé entre Jean V et le despote Uglješa en 1365426.

  • 427 Voir par exemple Saint-Pantéléèmôn, no 12.

69D’autres circonstances pouvaient également entrer en ligne de compte, comme la perte des archives nobiliaires, résultant de fréquents changements de domicile427, ou les accords passés entre les anciens et les nouveaux propriétaires qui pouvaient aussi modifier les conditions des transactions foncières. Enfin, on verra aussi que les voisins pouvaient exercer leur droit de préemption sur un terrain, rendant la situation encore plus confuse. Grâce aux archives athonites, on peut se faire une idée de la complexité de ces litiges judiciaires des années 1370 en Macédoine.

  • 428 Docheiariou, no 42. Sur Mariana, voir Lefort, Chalcidique occidentale, p. 97-100.

70Le deuxième acte de la pratique qui date de la première moitié de 1373 fait partie d’un dossier de trois documents relatifs à un long conflit opposant plusieurs propriétaires fonciers. Il s’agit d’un acte privé, daté d’août 1373, par lequel l’aristocrate Anna Kantakouzènè Palaiologina vendait son bien dotal de Mariana, sis dans la région de Kalamaria (Chalcidique occidentale), au monastère de Docheiariou428. Les deux autres documents de ce dossier datent de janvier et février 1375 et furent délivrés respectivement par le patriarche Philothéos et par l’empereur Jean V.

  • 429 Sur ce personnage, voir supra, p. 197, n. 353.
  • 430 Comme le montre le fait que la terre de Mariana était un bien dotal. De plus, dans les lettres qu’ (...)
  • 431 Docheiariou, no 42, l. 12-16 : τὸ περὶ τὴν Καλαμαρίαν διακείμενον κτῆμα, τὸ ὀνομαζόμενον Μαριανά, ἦ (...)
  • 432 Ibid., l. 16-19 : ἀφ᾽οὗ δὲ παραχωρήσει Θεοῦ ἡ μὲν ἀρχὴ τῶν ῾Ρωμαίων εἰς γόνυ ἦλθεν καὶ ἐπὶ πολλοῖς (...)
  • 433 Ibid., l. 19-22 : ἐπανέρχεται δὲ μόλις μετὰ τῶν ἄλλων καὶ τοῦτο ὑπὸ τὴν τῶν ῾Ρωμαίων ἀρχὴν καὶ ἀποκ (...)
  • 434 Ibid., l. 22-26 : μὴ δυνάμενοι δὲ ὀφελῆσαι τοῦτο, μὴδὲ εἰς τὸ ἀρχαῖον ἀποκαταστῆσαι, ἐζητοῦμεν ὅπως (...)
  • 435 Ibid., l.1-2 : τὴν κάτωθεν γεγραμμένην πρᾶσιν στέργων καὶ συναινῶν αὐτῆ κατὰ πάντα προέταξα ἐνταῦθα (...)

71L’acte de 1373 décrit les conditions dans lesquelles Anna Kantakouzènè était rentrée en possession de son bien dotal de Mariana et pourquoi elle l’avait vendu aux moines de Docheiariou. Anna était mariée à un haut dignitaire byzantin, le mégas domestikos Dèmètrios Palaiologos, « oncle » (theios) de l’empereur Jean V429. Le couple était originaire de Macédoine430. Dans cet acte, Anna affirme qu’elle avait reçu le domaine de Mariana de ses parents à titre de dot et qu’elle en avait joui pendant quelques années, jusqu’à l’occupation de la Macédoine par les troupes du tsar Étienne Dušan (1345)431. Anna et son époux perdirent alors ce bien qui fut donné à d’autres propriétaires432. Durant cette époque troublée, la terre fut abandonnée et les paysans qui y étaient installés s’enfuirent. Anna déclarait que lorsqu’elle avait récupéré Mariana, à la faveur de la restauration byzantine, la terre était « vidée et dépourvue » d’hommes et de revenus433. C’est pourquoi elle avait décidé de vendre ce domaine au monastère de Docheiariou, puisqu’elle reconnaissait être incapable financièrement de le remettre en état. L’accord précise que le prix convenu entre l’aristocrate et les moines était de beaucoup inférieur à la valeur réelle du bien, mais qu’Anna avait fait don de la différence pour la commémoraison des âmes de ses parents, de la sienne et de celle de son époux434. L’acte porte la signature de Dèmètrios Palaiologos, qui donnait son accord à cette transaction435.

  • 436 Kydônès, Correspondance I, no 106, p. 14319-14432 : « Bien que ton absence nous soit un grand malhe (...)
  • 437 Il s’agit de la lettre de Kydônès L77/T95, sur laquelle voir supra, p. 205-206.
  • 438 Lettre L188/T161.

72Avant de poursuivre l’étude de ce document, il convient de s’arrêter sur l’histoire de ce couple et sur son rôle dans la province de Macédoine à cette époque. Le mégas domestikos Dèmètrios Palaiologos avait été envoyé par l’empereur Jean V à Thessalonique entre la fin 1371 et le début 1373 pour aider le despote Manouèl dans sa tâche de gouverneur de la région. Peu après son départ de Constantinople, Kydônès lui adressa une lettre dans laquelle, ayant déploré l’absence de son ami, il loue ses vertus et ses capacités dans la lutte contre l’ennemi qui menace toujours Thessalonique436. Dèmètrios Palaiologos faisait peut-être partie d’un détachement envoyé par Jean V en Macédoine après avoir reçu les nouvelles inquiétantes sur la situation de Thessalonique rapportées par le mégas primmikèrios Phakrasès dans sa lettre à Kydônès de la fin 1371437. Dèmètrios resta longtemps en Macédoine, sans doute en tant que représentant impérial. Il est attesté à Thessalonique jusqu’en 1376 par la correspondance de Kydônès438 et il dut probablement mourir vers cette date car il n’est plus mentionné ensuite dans les sources. Avant de disparaître, il s’était peut-être retiré au monastère de Docheiariou où il disposait d’une pension viagère, comme le montre la suite de l’affaire de Mariana.

  • 439 Sur le monastère d’Akapniou, voir Janin, Grands centres, p. 347-349.
  • 440 Docheiariou, no 43, l. 10-13.
  • 441 Sur la loi de préemption à Byzance, voir H. Saradi, The Neighbors’ Pre-emption Right. Notes on the (...)

73A priori, la vente du domaine de Mariana à Docheiariou n’avait donc rien d’extraordinaire. Elle suscita pourtant les protestations des moines de Vatopédi et d’Akapniou439, provoquant l’intervention du métropolite de Thessalonique, du patriarche de Constantinople et de l’empereur Jean V. Le contentieux principal provenait des revendications des moines d’Akapniou, qui contestaient la validité de la transaction. Les détails de leur argumentation peuvent être déduits de l’acte du patriarche Philothéos délivré quelque temps plus tard, en 1375440. En tant que voisins du domaine de Mariana, les moines d’Akapniou avaient sur le terrain un droit de préemption441, auquel ils avaient renoncé dans un premier temps parce que le prix auquel ce couple d’aristocrates vendait la terre de Mariana était très élevé. Cependant, les moines apprirent ultérieurement que le prix final auquel les moines de Docheiariou avaient acquis le domaine était en fait beaucoup plus bas, ce qui provoqua leurs protestations.

  • 442 Docheiariou, no 42, l.27 (πληροφορία πνευματική), et no 43, l.20.
  • 443 Smyrlis, La fortune, p. 139 : « Un autre terme parfois utilisé en liaison avec un accord d’adelphat (...)

74L’acte de 1373 contient quelques indices qui suggèrent l’existence d’un marché passé entre le mégas domestikos Dèmètrios Palaiologos et les moines de Docheiariou afin d’abaisser le prix de Mariana. Il emploie le terme plèrophoria442 qui, selon plusieurs commentateurs, peut suggérer l’acquisition d’adelphata dans un monastère443. Il est donc probable que le mégas domestikos ait acquis plusieurs pensions viagères à Docheiariou en échange d’une forte réduction du prix de vente de la terre de Mariana. Rappelons que l’acquisition d’adelphata était devenue à cette époque non seulement l’un des moyens les plus fréquents de s’assurer un lieu de retraite ou une rente sûre pour un avenir incertain, mais qu’elle était aussi un moyen de mettre à l’abri les reliquats des fortunes aristocratiques.

  • 444 Sur la distinction entre le droit de propriété du terrain et celui des biens situés « en surface » (...)
  • 445 Docheiariou, no 42, verso, l. 20-22.

75Par ailleurs, sachant que leur vente de Mariana était irrégulière et qu’elle pouvait être contestée par leurs voisins, auxquels ils n’avaient pas proposé l’acquisition du terrain au prix acquitté par Docheiariou, Dèmètrios et son épouse avaient pris quelques précautions. Ils avaient par exemple contraint les moines de Vatopédi à signer un acte de renonciation à leur droit de préemption. Vatopédi possédait un moulin situé à l’intérieur du domaine de Mariana, acquis d’Anna Kantakouzènè peu de temps auparavant et qui donnait au monastère un droit d’achat préférentiel sur le domaine qui l’environnait444. C’est pourquoi l’aristocrate avait menacé les moines d’annuler la vente de ce moulin s’ils n’acceptaient pas de signer un acte en vertu duquel ils renonçaient à contester la validité de la vente en faveur de Docheiariou. L’original de ce document est perdu, mais une copie figure au verso de l’acte de 1373 ; elle mentionne la souscription de plusieurs moines de Vatopédi qui donnent leur accord. Cette copie est authentifiée par le métropolite de Thessalonique, Dôrothéos, et par un fonctionnaire du fisc, le mégas chartoularios Laskaris Métochitès445.

  • 446 Sur l’activité des juges généraux en Macédoine, voir infra, p. 237-241.
  • 447 Il s’agit de l’acte déjà cité Docheiariou, no 43.
  • 448 Ibid., no 44.

76Personne ne put en revanche empêcher les moines du monastère thessalonicien d’Akapniou de protester contre cette transaction en faisant valoir leur droit de voisinage. Le différend fut porté une première fois devant les tribunaux de Thessalonique, peut-être en présence des juges généraux de la région446. Les juges tranchèrent, semble-t-il, en faveur des moines d’Akapniou, comme le suggère le fait que le mégas domestikos Dèmètrios Palaiologos dut peu après faire appel au patriarche Philothéos Kokkinos et au synode pour faire modifier le verdict en sa faveur447. Ce fut sans doute grâce à son influence à Constantinople que Dèmètrios obtint ainsi gain de cause en appel, alors que la loi donnait incontestablement raison aux moines d’Akapniou. Dèmètrios possédait l’un des titres auliques les plus élevés à cette époque et il était apparenté à l’empereur Jean V. En effet, peu après il sollicita et obtint, pour plus de sûreté, un prostagma de ce souverain, daté de février 1375, confirmant la décision synodale448. Ces actes sont conservés dans les archives du monastère de Docheiariou.

  • 449 Ibid., no 43, l. 3-5 : βουλόμενος [cf. ὁ μέγας δομέστικος κῦρ Δημήτριος ὁ Παλαιολόγος] ἀπεμπολῆσαι (...)
  • 450 Ibid., l.5-7 : παρέδωκε τοῦτο ψυχικῆς ἕνεκεν ὠφελείας αὐτοῦ πρὸς τοὺς ἐν τῆ σεβασμία μονῆ τοῦ Δοχει (...)
  • 451 Le patriarche rappelle l’accord passé entre Dèmètrios Palaiologos et les moines de Docheiariou et (...)
  • 452 JGR I, p. 203, l. 7-10.
  • 453 Docheiariou, no 43, l. 26-30 : ὡς εἴπερ καὶ πράσιν αὐτό τις ἐρεῖ, ἀλλ᾽ἐπειδὴ κατὰ τὴν τῆς νεαρᾶς ὑπ (...)

77L’acte du patriarche Philothéos explique l’argutie employée pour établir la validité de la transaction entre le mégas domestikos et Docheiariou : Dèmètrios Palaiologos et son épouse auraient d’abord proposé leur bien aux propriétaires voisins pour 2 000 hyperpres et personne n’aurait voulu l’acheter à ce prix449. Toujours selon le patriarche, ils l’offrirent ensuite aux moines de Docheiariou, auxquels ils voulaient faire don de leur bien pour le salut de leurs âmes ; toutefois, en raison « des troubles du temps » et de la situation de ruine financière dans laquelle se trouvaient les propriétaires, ceux-ci avaient « accepté » des moines le prix très inférieur de 600 hyperpres450. Tirant précisément argument de la différence considérable entre la somme acquittée et la valeur réelle du terrain, le patriarche faisait valoir que cette transaction devait en fait être considérée comme une simple donation et non comme une vente451. Or, selon la législation, le droit de préemption ne valait pas dans les cas de donations aux monastères452. En outre, poursuit Philothéos, « même si l’on appelait ceci une vente, il faudrait tenir compte de la prescription prévue par la novelle et pratiquée selon la coutume de la Grande Église, stipulant que ceux qui bénéficient de la préemption doivent revendiquer leur droit dans les six mois ; or, deux ans s’étant écoulés, ni les moines d’Akapniou ni personne d’autre n’a plus le droit de revendiquer le bien en vertu du droit de préemption453. »

  • 454 Voir supra, p. 30-32.

78Les mots du patriarche trahissent un procédé qu’avaient souvent employé les propriétaires byzantins depuis le xiiie siècle pour contourner la loi sur la préemption. On a déjà eu l’occasion d’en parler à propos de la vente de biens paysans aux grands propriétaires au début de la période des Paléologues454. Ce procédé consistait d’abord à proposer à la vente un bien foncier à un prix trop élevé, afin qu’aucun voisin – ou aucune autre personne ayant un droit d’achat préférentiel – ne soit intéressé par l’acquisition du terrain. Cela permettait ensuite au propriétaire de passer un contrat avec la personne de son choix, qui s’acquittait finalement d’un prix nettement plus bas. L’écart entre le prix initial et le prix payé était parfois justifié à titre de donation pieuse, en particulier lorsqu’il s’agissait de la vente d’un terrain à un monastère.

  • 455 Cf. Fögen, Zeugnisse, p. 332-336 : afin d’éviter les abus visant à détourner la loi sur la préempt (...)
  • 456 Voir par exemple le chapitre de la Peira 38 § 11, p. 153-154.
  • 457 Harménopoulos, Hexabiblos, p. 175 et suiv.

79La vente de Mariana à Docheiariou constitue un cas caractéristique de cette pratique, encore en usage à la fin du xive siècle, mais cette fois-ci, c’étaient des aristocrates qui aliénaient leurs biens au profit des grands monastères. Une autre source, un peu plus tardive, témoigne du même procédé. Il s’agit d’une sentence du tribunal ecclésiastique de Thessalonique de 1391 qui le condamne et propose d’autres solutions à ce problème juridique455. On trouve déjà dans les écrits des juristes des époques antérieures, en particulier aux xie et xiie siècles, des critiques à l’égard de cette astuce juridique456. Toutefois, à l’époque des Paléologues, la défense de la loi de préemption était tombée en désuétude : par exemple, dans son chapitre de l’Hexabiblos (milieu du xive siècle) concernant la loi de la préemption, Kônstantinos Harménopoulos reprend la législation des empereurs macédoniens des ixe et xe siècles, qui était – rappelons-le – particulièrement favorable aux droits des voisins, parents et co-contribuables, mais reconnaît qu’à son époque la plupart des prescriptions relatives à la préemption n’étaient plus en vigueur457.

  • 458 Docheiariou, p. 242.

80Il faut relever aussi que, dans sa sentence, le patriarche Philothéos fait allusion à une novelle impériale (néara) qui accordait aux voisins un délai de six mois pour contester la vente d’un terrain. Dans son commentaire de l’acte, Oikonomidès constate – non sans étonnement – que « la loi n’accorde que quatre mois » et il se demande si « le tribunal patriarcal aurait innové à ce sujet »458.

  • 459 Svoronos, Novelles, p. 47-71 ; traduction anglaise dans McGeer, The Land Legislation, doc. B. Sur l (...)

81Oikonomidès se réfère à la fameuse novelle de l’empereur Romain Ier Lékapènos de 928 qui prescrit effectivement un délai de trente jours seulement pour que les bénéficiaires de la loi (voisins, parents, co-contribuables, etc.) puissent préempter le bien vendu et un délai de quatre mois dans certains cas exceptionnels ; passé ce délai, le propriétaire pouvait vendre son bien à la personne de son choix459. Le patriarche Philothéos mentionne au contraire une loi prescrivant une période d’attente de six mois, laps de temps supérieur à celui établi par la novelle de 928. Il semble donc s’agir d’une loi différente. Par ailleurs, cette loi accordant six mois de délai pour l’achat d’un terrain favoriserait de ce fait les faibles, ce qui serait surprenant si elle avait été promulguée à l’époque paléologue, particulièrement avantageuse aux intérêts des puissants et qui avait vu l’abrogation de fait de presque toute la législation des empereurs macédoniens contre ces derniers.

  • 460 Voir les remarques de S. Perentidis, Le terme « Néara » sous les premiers Paléologues, Subseciva G (...)
  • 461 Schminck, Novellae extravagantes, p. 198, l. 12-15 : μέχρι γὰρ τοῦ πρώτου ἑξαμήνου τοῦ πρώτου χρόνο (...)
  • 462 Il convient de rappeler que la législation des empereurs macédoniens accordait un délai de vingt à (...)
  • 463 Cette Novelle a fait l’objet de plusieurs éditions : Svoronos, Novelles, p. 41. La meilleure (parc (...)

82En réalité, l’emploi du terme néara, qui est le plus souvent utilisé pour désigner les lois des empereurs de la période méso-byzantine460, et la mention d’un délai de six mois suffissent à identifier cette loi avec la Novelle 114 ou Novelle A de l’empereur Léon VI (886-912). Cette novelle accorde en effet aux voisins un délai de six mois « pour faire appel, rembourser le prix à l’acheteur et reprendre le bien immeuble461 ». Au premier abord, ce délai de six mois peut sembler plus favorable aux faibles que ceux que leur accorda plus tard la novelle de Romain Ier. En fait, la différence fondamentale par rapport à la législation ultérieure des Macédoniens était que cette période de six mois était décomptée à partir de la vente du bien et non pas à partir de la proposition de vente, comme c’était le cas dans les législations précédente et ultérieure. L’objectif de cette nouveauté (avant laquelle le délai atteignait 30 ans) était, selon la loi de Léon VI, que la transaction ne soit pas « bloquée » et qu’« elle ne traîne [pas] de jour en jour »462. Dans la pratique, cette loi supposait l’abrogation définitive du droit de préemption et était par conséquent à l’avantage des puissants et non en leur défaveur. La novelle dit autoriser toute « personne qui détient un bien immeuble à le vendre à qui elle veut, sans empêchement ni préavis »463.

  • 464 Ibid., p. 413-414, et Svoronos, Novelles, p. 29-33.
  • 465 Schminck, Novellae extravagantes : certaines maladresses et gaucheries dans le texte trahissent une (...)
  • 466 Le témoin le plus ancien date de la première moitié du xive siècle : il s’agit du Vind. iur. gr.2 (...)
  • 467 La législation concernant le droit de préemption avait déjà connu au cours des siècles des réécrit (...)

83Les historiens sont d’accord sur la signification de la « Novelle 114 de Léon VI » : elle défavorise la moyenne paysannerie et risque de faire monter le prix de la terre de façon exagérée464. Il ne serait donc pas étonnant qu’au xive siècle, lorsque le contexte était devenu particulièrement favorable aux puissants, elle ait été préférée au reste de la législation des Macédoniens. Toutefois une étude conduite par Andreas Schminck, qui n’a pas reçu toute l’attention qu’elle méritait, montre que cette loi n’est qu’un faux fabriqué durant la période tardive465. La tradition manuscrite permet même d’en fixer la date de fabrication au xiiie ou au xive siècle466. Cette falsification visait à révoquer complètement le droit de préemption et à donner toute latitude aux puissants pour s’emparer des terrains qui appartenaient aux petits propriétaires. Dans le cas de la vente de Mariana en 1373, elle servit à détourner les droits des voisins et à favoriser l’accord existant entre le propriétaire et l’acheteur467.

  • 468 Laiou, Η διαμόρφωσι, p. 346-347. Le même auteur a par ailleurs souligné la difficulté à connaître l (...)

84Angéliki Laiou a écrit que la vente de Mariana à Docheiariou en 1373 montrait à quel point le marché de la terre s’était libéralisé à la fin de la période byzantine, car les propriétaires avaient été contraints de vendre leur bien à un prix nettement plus bas que le prix normal468. Toutefois, on a vu que le prix auquel fut finalement vendu Mariana répondait à d’autres critères que le simple jeu du marché, car les propriétaires et les moines de Docheiariou étaient arrivés à un accord pour en abaisser le prix en échange de plusieurs pensions viagères. Cela s’était fait en dépit même de la législation qui était à l’avantage des moines d’Akapniou, voisins du domaine de Mariana. « On sent, dans toute cette argumentation, un certain malaise de la part du rédacteur, qui a voulu revêtir d’arguments juridiques une solution d’oikonomia », écrit Oikonomidès à propos de l’acte du patriarche Philothéos de 1375. En effet, l’influence du propriétaire, qui était mégas domestikos et proche parent de l’empereur, permit à ce couple d’aristocrates d’agir en dépit de la loi et de faire prévaloir ses intérêts au détriment de ceux des autres propriétaires de la région.

  • 469 Vatopédi III, no 179.
  • 470 La datation proposée par les éditeurs découle de la présence comme signataire de l’évêque de Renti (...)
  • 471 Le bien que Vatopédi possédait près du lac Bolbè était l’ancien domaine de feu Rallès, donation du (...)
  • 472 La date de la proclamation de Manuel II comme co-empereur est fournie par une chronique brève : vo (...)

85Un dernier document, tiré des archives de Vatopédi, évoque de manière indirecte le retour des Byzantins dans une autre partie de la Macédoine, la région des Lacs. Il s’agit d’un acte de délimitation d’un bien, propriété de Vatopédi, situé à proximité de Ploumiska, aux abords du lac Bolbè469. Il ne porte pas de date, mais ses éditeurs l’ont placé ca 1398470. En rappelant l’histoire du bien, l’acte évoque des événements précédents : il explique qu’afin d’accroître le domaine qu’ils possédaient déjà près du lac Bolbè, les moines de Vatopédi avaient obtenu du despote Uglješa la donation d’une parcelle de terre contiguë471. Plus tard l’empereur Manuel II, « lorsqu’il était encore despote » (βασιλεὺς ὁ κῦρ Μανουὴλ ἔτι ὢν δεσπότης), avait confirmé la propriété du monastère sur le domaine. La mention de Manuel II comme despote fournit un terminus ante quem pour l’occupation de cette région par les Byzantins au 25 septembre 1373472.

86Les trois actes que l’on vient d’analyser témoignent donc de l’occupation par les Byzantins de la région proche de Thessalonique : deux attestent le retour des propriétaires byzantins en Chalcidique et un dans la région du lac Bolbè, située un peu plus au nord. On notera que ces actes datent de la période comprise entre février et septembre 1373.

  • 473 J’ai décidé d’employer ici le terme « apanage » par commodité, conscient néanmoins des différences (...)
  • 474 L’édition la plus récente de ce chrysobulle est celle de Tinnefeld, Vier Prooimien, p. 178183 (ave (...)

87Avant de poursuivre au sujet de l’avancée byzantine en Macédoine, il convient de parler ici d’un acte important qui appartient aussi au corpus des sources concernant la reconquête de la région et le contexte politique. Il s’agit d’un chrysobulle de Jean V par lequel il accordait à son fils Manouèl, à titre d’apanage473, les territoires de Macédoine que ce dernier venait de reconquérir474.

La concession de la Macédoine à Manuel II : à propos de la date du chrysobulle de Jean V Ὅσοις ὁ Θεὸς ἄρχειν ἑτέρων

  • 475 Le document est conservé dans deux manuscrits du xve siècle : le plus ancien est le Paris. gr. 121 (...)
  • 476 En tant que mésazôn, Kydônès était chargé de la rédaction des chrysobulles, en particulier des pro (...)

88La conservation de ce chrysobulle est due à la notoriété de son auteur, Dèmètrios Kydônès ; le texte en est copié dans deux manuscrits contenant les œuvres de ce lettré byzantin475. Intéressé exclusivement par les qualités littéraires de cet acte, le copiste n’a pas cru utile d’en reproduire l’intégralité, laissant de côté les parties « plus techniques », en particulier celle donnant la date, qui aurait été d’une grande utilité pour la reconstitution de la chronologie de cette période476.

  • 477 Il s’agit de la lettre L79/T85, datée par Loenertz de « 1371-1372 » et par Tinnefeld de « Herbst 1 (...)
  • 478 Lettre L346/T331.

89Ce chrysobulle est aussi mentionné dans deux lettres de Kydônès adressées à Manuel II. La première fut écrite peu après la rédaction de l’acte impérial, afin de remercier le prince d’un cadeau qu’il lui avait offert en récompense de son labeur comme auteur du chrysobulle477. La lettre porte un titre énigmatique : « À un empereur qui est encore despote. » Dans la seconde lettre, datée de 1387, Kydônès fait simplement allusion au chrysobulle, sans donner aucun autre renseignement sur son contenu478.

  • 479 Voir par exemple Dölger, Regesten V, no 3130 : « Nov./Dez. 1371 ». Dans son édition de la lettre d (...)
  • 480 Après s’être rendu à Rome, où il se convertit au catholicisme (octobre 1369), Jean V arriva à Veni (...)

90On notera que ni le chrysobulle ni les deux lettres de Kydônès ne contiennent aucun élément qui permette d’établir une chronologie précise. Tout ce que l’on peut dire est que la décision de Jean V d’accorder à Manouèl la province de Macédoine en apanage doit être de peu postérieure à la reconquête de la région par Manouèl. C’est pourquoi les historiens, se fondant sur le témoignage de la notice du codex 21 du Prôtaton (fixant la conquête de Serrès en novembre 1371), l’ont daté de l’automne 1371 ou de l’hiver suivant479. Jean V l’aurait donc délivré peu après son retour d’Italie, pour remercier son fils non seulement d’avoir reconquis la Macédoine, mais aussi de lui avoir apporté son secours à Venise, où il avait été retenu par ses créanciers480.

91Compte tenu des éléments que j’ai évoqués plus haut et qui rendent extrêmement improbable le retour de l’administration byzantine dans la région avant la fin 1372 ou le début 1373, il convient de reconsidérer la date proposée par les historiens pour ce chrysobulle ainsi que pour la lettre L79/T85 de Kydônès.

  • 481 Je reprends ici le titre que porte le manuscrit de la British Library : Προοίμιον χρυσοβούλλου, ὃ (...)
  • 482 K.E. Zachariae von Lingenthal, Prooemien zu Chrysobullen von Demetrius Cydones, Sitzungsberichte d (...)
  • 483 Halecki, Un empereur, p. 247-248 : « C’est alors [= novembre 1371], probablement, que l’empereur Je (...)

92À la différence des autres textes de Kydônès, le chrysobulle de Jean V « en faveur de son fils »481 est riche en renseignements historiques explicites. Depuis sa première édition par Zachariae von Lingenthal en 1888482, il a attiré l’attention des chercheurs, qui l’ont utilisé pour déterminer les conditions dans lesquelles le despote Manouèl fut mis en possession de la Macédoine483. L’acte contient en effet des informations sur la manière dont Manouèl s’était emparé de plusieurs villes de la région et avait assuré leur défense contre la menace turque. Je donne ci-dessous la traduction de la partie finale du chrysobulle, contenant les dispositions prises par l’empereur en faveur de son fils :

  • 484 Tinnefeld, Vier Prooimien, p. 182204-183243.

Nous [Jean V] le déclarons à présent maître de ce qui est le fruit de ses fatigues ; puisque parmi les villes de Macédoine et de Thessalie, certaines s’étaient depuis longtemps éloignées de l’empire des Romains et furent asservies longtemps par les barbares voisins [= les Serbes], les autres [villes] attendaient de subir le même sort assez vite ; mais [Manouèl], par ses efforts, a délivré les premières du joug des Serbes – auquel elles avaient été d’abord soumises – et les autres, il les a encouragées lorsqu’elles perdaient leur souffle, en posant [devant elles], comme un rempart, les villes qu’il avait d’abord conquises, et c’est ainsi qu’il a aidé les unes avec les autres, en rendant à l’empire des Romains ce dont il avait été privé par le passé. Nous voulons donc que ces [villes] lui soient soumises sa vie durant, même si l’on pense qu’il s’agit pour lui d’une petite récompense par rapport à ses nombreux efforts, et parce que pour ces villes c’est une garantie. Qui aurait sinon plus de droit de bénéficier de ces villes que celui qui les a délivrées de la servitude ? Et ces villes, à qui d’autre feront-elles plus confiance qu’à celui qui a encouru tant de dangers pour elles ? Qui en prendra soin mieux que celui qui a longtemps combattu pour ces villes avant même de les acquérir et qui ne lâchera plus les armes ? En effet, la rapacité des barbares [les Turcs] et leur désir constant de faire la guerre nous a conduit [à prendre cette décision], parce qu’ils ne sont pas partis après qu’il les eut affrontés à plusieurs reprises et les eut vaincus ; ils gardent encore leur violence habituelle, de sorte que les villes ressemblent au corps qui, ayant été momentanément délivré de la mort, lutte encore contre de nombreuses maladies et qui a besoin pour sa santé de nombreux médecins et de nombreux remèdes. Mais, pourquoi dis-je tout cela ? Les villes sont à présent dans un danger plus grave qu’auparavant ! Certes, les dommages provoqués par les Serbes ont été considérables pour les Romains, mais le plus important de ces dommages était d’avoir porté atteinte à la gloire [de l’Empire] parce qu’il n’est pas dans les habitudes des Romains d’être asservis, et que les généraux romains risquaient de perdre la réputation de leur « race ». À présent, l’armée des infidèles, ayant traversé d’Asie en Europe et attaqué les villes, elle détruit tout ce qu’il y a de bon : les âmes – en les obligeant à abjurer le Dieu véritable –, les corps – en se servant de l’épée, du feu et de toute forme d’horreur –, et que dire de la liberté et de la richesse, qui n’existent plus pour les esclaves ? À présent, ce malheur détruit les villes avec la permission de Dieu ; c’est pourquoi, un homme averti sait à combien de dangers est exposé celui qui est à présent couronné ; on dirait qu’il ne ressemble pas à quelqu’un qui a reçu un commandement, mais plutôt la tâche d’en acquérir un, car la couronne n’est pas pour lui la fin des combats, mais le début d’autres encore plus difficiles484.

  • 485 Ibid., p. 179, l. 55 : στεφάνων ἀξίαν ἐροῦσι τὴν ἀρετήν.
  • 486 Ibid., l. 61 : ἀλλ᾽οὕτω γε καὶ τοὺς πολεμίους στεφανώσομεν πρὸ τῶν ὑπηκόων.
  • 487 Kydônès, Correspondance I, no 79, p. 11210-11 : ἐκεῖνον μὲν γὰρ ὁ πάντα ἄριστος βασιλεὺς καὶ πατὴρ (...)

93Les allusions à la reprise de plusieurs villes « en Macédoine et en Thessalie » par le despote Manouèl, ainsi qu’à la menace des Turcs (« l’armée des infidèles qui était passée d’Asie en Europe ») ne permettent pas de préciser la chronologie. Elles conviennent également à tout le début des années 1370. Toutefois, d’autres passages du chrysobulle orientent vers la seconde moitié de 1373. Jean V parle ici de son fils comme « celui qui est à présent couronné » et de « la couronne » qu’il a reçue. Ce ne sont pas là les seules allusions à un couronnement de Manouèl. Avant ce passage, l’empereur a parlé de la vertu de son fils qui est digne d’être couronnée485 et du fait que même ses ennemis lui donneraient la couronne à cause de son courage486. Enfin, dans sa lettre L79/T85 adressée à Manouèl, contemporaine du chrysobulle, Kydônès parle aussi de la couronne que son père, l’empereur, « a tressée » pour lui487.

  • 488 Schreiner, Kleinchroniken I, chr. 9/24-26 et 29, p. 95-96 ; II, p. 304-305 et 309-310.

94Rappelons qu’après une tentative de révolte d’Andronic IV en mai 1373, laquelle échoua, l’empereur Jean V décida d’altérer l’ordre de succession au trône et proclama Manouèl co-empereur le 25 septembre 1373488. Les diverses allusions dans le chrysobulle à la couronne et au couronnement de Manouèl constituent, à mon sens, des indices certains qui penchent pour une datation vers septembre 1373 (en tout cas après mai 1373).

  • 489 Voir Barker, Manuel II, p. 12-13 et n. 30. On a vu plus haut (cf. supra, p. 223-224, n. 480) qu’il (...)
  • 490 Barker, Manuel II, p. 19, n. 44. Barker s’est fondé sur une hypothèse de Halecki, qui fut l’un des (...)
  • 491 Voir Tinnefeld, Vier Prooimien, p. 187, et Id., Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/2, p. 478, n. 8.

95Ces passages n’ont pas échappé aux commentateurs, mais ceux-ci, persuadés que ce chrysobulle ne pouvait dater que de l’hiver 1371-1372, ont essayé de leur trouver d’autres explications. Ainsi, John Barker, dans sa biographie de l’empereur Manuel II, avait émis l’hypothèse que cet acte trahissait la pensée d’un Jean V, qui, fâché contre son fils Andronic IV pour avoir refusé de lui porter secours à Venise489, aurait envisagé un changement dans l’ordre de succession au trône dès son retour d’Italie en octobre 1371490. Ce changement ne se produisit cependant que deux ans plus tard, en septembre 1373, et après une véritable révolte armée du prince héritier contre son père. L’interprétation de Barker a été rejetée à juste titre comme invraisemblable par Tinnefeld ; néanmoins, l’historien allemand n’a pas trouvé d’argument pour remettre en cause la datation traditionnelle du chrysobulle et de la lettre de Kydônès (hiver 1371-1372) et explique les multiples mentions de la couronne comme des allusions à la couronne de despote (« die Krönung der Despoten »). Tinnefeld sait que Manouèl est attesté comme despote depuis 1355, lorsqu’il avait cinq ans, mais il suppose que ces mentions de la couronne font allusion à une cérémonie plus solennelle, à l’époque de sa nomination comme gouverneur de Macédoine. Manouèl aurait alors reçu les insignes du despotat, lors d’une cérémonie semblable à celle décrite dans le traité du Pseudo-Kôdinos491.

  • 492 Dennis, The Reign of Manuel II, p. 13 (« In summer 1369, if not earlier, Manuel was appointed gover (...)
  • 493 Sur les apanages et leur rôle dans l’administration provinciale, voir supra, p. 58-62.

96L’explication de Tinnefeld n’est toutefois guère satisfaisante, car Manouèl avait été déjà nommé gouverneur de Macédoine vers 1368, avant le départ de Jean V pour l’Italie492. Même si, à cette époque, l’étendue de cette « province » se limitait à la ville de Thessalonique et à sa proche banlieue, il n’y a pas de raison de penser qu’il ne possédait pas à cette époque les insignes propres à son rang, y compris la couronne de despote. De plus, le chrysobulle dont il est question n’est nullement un acte de nomination de Manouèl en tant que gouverneur de la Macédoine, mais un acte par lequel celui-ci est mis en possession de cette région en tant qu’apanage, ce qui impliquait par exemple la perception des impôts ou la nomination des cadres de l’administration493.

  • 494 Tinnefeld, Vier Prooimien, p. 1784-5.
  • 495 Ibid., p. 17811-12.
  • 496 Ibid., p. 17942-46.
  • 497 Ibid., p. 17946-49.
  • 498 Ibid., p. 181175-182181.

97Outre la mention de la couronne, qui doit faire allusion à la proclamation de Manouèl comme co-empereur en septembre 1373, d’autres passages de ce chrysobulle pourraient suggérer également que l’acte fut délivré après le changement dans l’ordre de succession au trône. En effet, certaines phrases visent à justifier le choix de Jean V de couronner son deuxième fils au détriment de l’aîné. L’acte parle longuement des qualités que doit posséder un bon souverain et du traitement que celui-ci doit accorder à ses enfants. Le chrysobulle dit que le pouvoir politique (ἄρχειν καὶ βασιλεύειν) est un don que Dieu a concédé à certains hommes, mais qui doit rester subordonné à la nature humaine (ἀνθρωπεία φύσις), qui est aussi un don divin et a ses propres règles : « Le pouvoir n’est qu’un simple ornement de la nature humaine », dit l’acte494. Tous deux doivent se conjuguer dans l’action d’un bon souverain, mais toujours « la priorité est accordée à la nature495 ». C’est pourquoi il est normal que celui qui règne, c’est-à-dire l’Empereur, aime ses enfants, conformément aux lois de la nature, et récompense les hommes les meilleurs, car cela est propre aux lois de la Majesté. Or, il peut arriver d’aimer ses enfants et de les récompenser selon leurs mérites. En effet, c’est le devoir de l’Empereur, dit l’acte, de rendre hommage à la vertu de ses enfants. Ce fut le cas de Manouèl. Jean V dit à son sujet : « Dieu nous a donné un fils qui est un homme admirable, que nous aimons comme un père et duquel nous nous sentons fier ; nous éprouvons [envers lui] un sentiment de respect comme envers un homme vertueux, c’est pourquoi nous voulons lui accorder un privilège pour ses vertus496. » Néanmoins, l’empereur reconnaît qu’il y avait dans son entourage de gens qui s’opposaient à cette mesure : « Nous refusons d’accorder de l’importance à des critiques injustes, puisque certains, qui ont l’esprit étroit, examinent les choses importantes de façon étroite et pensent que les pères doivent récompenser les autres plutôt que leurs [propres enfants], même si [ces derniers] sont les meilleurs497. » Jean V se demande donc : « Pourquoi passerais-je sous silence la vertu de celui qui non seulement prend soin de nous par sa noblesse, avec une telle présence d’esprit et un tel courage, mais aussi de celui qui a encouru avec nous les pires dangers pour les affaires publiques, celui qui est aimé par ses parents et par ceux qui le regardent, celui qui possède de la sagesse et qui combat la violence et le désordre, celui qui serait couronné même par ses ennemis à cause de ses vertus ; enfin [sa vertu] n’est-elle pas digne de la plus grande couronne498 ? »

  • 499 Ibid., p. 181139.
  • 500 Ibid., p. 188.
  • 501 Si Tinnefeld rejette l’hypothèse de Barker, qui pensait que le contenu de ce chrysobulle trahissai (...)
  • 502 ASV, Senato, Misti, reg. 34, fol. 45v (19 avril 1373). L’empereur Jean V avait demandé au sénat vé (...)
  • 503 ASV, Senato, Misti, reg. 34, fol. 56 (21 juin 1373) : quod iocalia domini imperatoris Constantinop (...)

98Mis à part ce long raisonnement pour justifier la décision de Jean V de récompenser Manouèl, on notera que rien n’est dit d’Andronic IV. L’empereur va même jusqu’à qualifier Manouèl de « son plus cher [enfant] » (τὸν φίλτατόν μοι)499, ce qui aurait été inconcevable en 1371 ou 1372, lorsque Andronic était encore l’héritier présomptif. Tinnefeld explique cela par l’irritation qu’éprouvait Jean V à l’égard de son aîné, à cause de l’épisode survenu à Venise l’année précédente, et il considère que ce changement d’attitude de l’empereur envers son fils aîné pourrait être à l’origine de la révolte de ce dernier en mai 1373500. Toutefois, rien ne semble indiquer un abaissement du statut d’Andronic IV, au moins de manière officielle, avant le couronnement de Manouèl en septembre 1373501. Par exemple, la correspondance de Kydônès, principale source de renseignements pour la période, ne dit rien à propos d’une disgrâce du jeune prince à cette époque, non plus que la documentation latine. Quant à la révolte de mai 1373, elle doit s’expliquer non pas par les rumeurs d’un changement dans l’ordre de succession, mais en raison de la reprise des contacts entre Jean V et Venise, vers 1372-1373, au sujet de la cession de Ténédos. En avril 1373, le sénat vénitien donnait l’ordre à son ambassadeur, Donato Tron, de se rendre à Constantinople pour s’entretenir avec l’empereur byzantin502. Deux mois plus tard, en juin 1373, avant que la nouvelle de la révolte d’Andronic n’arrivât en Occident, le sénat consentait à embarquer les bijoux de la couronne byzantine – dont la restitution était l’une des conditions imposées par les Byzantins pour la cession de Ténédos – à bord de l’une des galées du marché qui partaient pour Constantinople503.

  • 504 La collaboration des Génois dans la révolte de mai 1373 est suggérée par un passage de la chroniqu (...)
  • 505 Cf. Barker, Manuel II, p. 25, et infra, p. 263.

99La nouvelle de la cession immédiate de cette île aux Vénitiens dut certainement alarmer les Génois qui avaient en Andronic IV leur plus fidèle allié. Un passage de la chronique du Vénitien Caroldo (du xvie siècle mais fondée sur des sources plus anciennes) semble indiquer que les Génois auraient incité le jeune prince à se révolter504. Quelques années plus tard, en 1376, on verra que les Génois apportèrent aussi leur soutien à Andronic IV lors de son coup d’État505.

  • 506 Cf. Angelov, Imperial Ideology, p. 29.
  • 507 Cf. infra, p. 361 (pour Michel IX) et supra, p. 127 (pour Matthaios Kantakouzènos).

100Aucune des hypothèses avancées par l’historiographie moderne pour dater ce chrysobulle de la fin de 1371 ou du début de 1372 n’est donc recevable. Le contenu de l’acte incite au contraire à le dater de septembre 1373, c’est-à-dire à l’époque du changement dans l’ordre de succession au trône de Byzance et de la proclamation du despote Manouèl comme co-empereur de Jean V. Il est d’ailleurs probable que cet acte fut composé pour être lu publiquement lors de la cérémonie de proclamation. Cela était fréquent506. La concession d’une province de l’Empire en apanage au futur héritier était désormais habituelle, comme en témoignent les cas de Michel IX sous Andronic II et de Matthaios Kantakouzènos sous Jean VI507.

  • 508 Voir supra, p. 223, n. 477.
  • 509 Voir le commentaire de Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/2, p. 433-434. Voir aussi la let (...)
  • 510 Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/1, p. 140.
  • 511 Selon certains auteurs, Manuel aurait été simplement proclamé empereur (basileus) le 25 septembre (...)

101La nouvelle datation du chrysobulle de Jean V pour son fils implique aussi une nouvelle datation de la lettre L79/T85 de Kydônès à Manuel II, que Tinnefeld a placée à l’automne 1371 ou à l’hiver 1371/72508. Cette lettre porte, on l’a dit, un titre énigmatique : « À un empereur qui est encore despote. » Il est énigmatique parce que dans les autres lettres adressées par Kydônès à Manouèl durant les années où ce dernier était despote, il n’est jamais question de sa future dignité impériale. Kydônès écrit toujours au prince comme « despote » ou comme « despote Manouèl Palaiologos »509. Il en va de même pour les autres personnes qui détinrent ce rang, y compris pour Matthaios Kantakouzènos, qui lui aussi accéda à la dignité impériale en 1353510. Le titre « À un empereur qui est encore despote » ne peut donc s’expliquer simplement comme une référence aux éventuels développements futurs de la carrière de Manouèl. Il convient en revanche parfaitement si le destinataire avait été déjà proclamé empereur (25 septembre 1373), mais n’en avait pas encore reçu les insignes lors d’un couronnement solennel (début 1374 ?)511.

  • 512 Voir par exemple Loenertz, Démétrius Cydonès II, p. 6, et Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. (...)

102Proposer cette nouvelle chronologie du chrysobulle de Jean V pour Manuel et de la lettre L79/T85 nous oblige à évoquer la question, aussi problématique, de la retraite de Kydônès de la vie politique : selon les spécialistes, il aurait quitté son poste de principal conseiller à l’époque du retour de Jean V d’Italie, c’est-à-dire dès la fin 1371512. Il faudra reconsidérer leurs arguments, car il est peu probable que Kydônès ait rédigé ce chrysobulle en 1373 s’il n’occupait plus alors la charge de mésazôn de Jean V. Cette question sera traitée dans les pages suivantes, à propos du séjour de cet empereur en Macédoine.

La campagne militaire de Jean V en Macédoine : 1374-1375. La conquête de la vallée du Strymon et de la région de Berroia

  • 513 Le recours de Jean V au souverain ottoman Murad Ier pour l’aider à étouffer la révolte de son fils (...)

103Les débuts de la reconquête byzantine de la Macédoine coïncidèrent avec une période d’importants changements dans le contexte politique de l’Empire. On a brièvement parlé de la révolte, finalement réprimée, de l’héritier au trône Andronic IV en mai 1373. Outre ses répercussions dans l’ordre de succession, cette tentative de rébellion eut aussi des conséquences sur les relations entre Byzance et les Ottomans, puisque l’empereur Jean V fut obligé de solliciter l’aide militaire de Murad Ier pour mater la rébellion de son fils513. Embarquées sur des navires byzantins, les troupes ottomanes traversèrent les Détroits pour combattre le prince byzantin et ses alliés turcs. C’était la première fois depuis 1366, date de la reprise de Gallipoli par Amédée de Savoie, que les Ottomans reprenaient pied sur le sol européen. Cet événement allait avoir de considérables conséquences pour l’histoire de cette région.

  • 514 Le séjour de l’empereur Jean V en Asie Mineure, combattant aux côtés de Murad Ier, pourrait être s (...)
  • 515 Voir Ostrogorsky, État tributaire. Barker, Manuel II, p. 18 parle de « state of vasselage to the O (...)
  • 516 En 1374, l’empereur Jean V écrivit au pape Grégoire XI une lettre dans laquelle il qualifiait l’ac (...)
  • 517 ASV, Senato, Misti, reg. 34, fol. 123 (14 juillet 1374) : intelleximus nuper nova de armata, que f (...)

104On ignore quels furent les termes de la collaboration byzantino-turque et la contrepartie due par les Byzantins en échange de l’aide des Ottomans ; Jean V pourrait s’être rendu en Asie durant l’été 1373 pour aider Murad à réprimer la rébellion de son fils Saudji514 mais, s’il le fit, ce fut en tant qu’allié et non pas comme vassal, contrairement à ce que beaucoup d’historiens ont écrit515. En effet, l’entente de 1373 ne supposait pas la transformation de Byzance en état tributaire des Ottomans, mais simplement la collaboration armée entre deux États516. L’année suivante arriva à Venise la nouvelle de l’équipement d’une flotte armée conjointement par les Byzantins et les Ottomans517.

  • 518 Manouèl Doukas Tarchaneiôtès est attesté comme képhalè de Serrès en août-octobre 1375 (Kutlumus, n(...)
  • 519 En réalité, nous n’avons conservé qu’un seul acte original de Jean V pour cette époque : Docheiari (...)
  • 520 Kydônès, Correspondance II, no 168, p. 39-40.
  • 521 Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 2, no 146, p. 22-24. Il s’agit de la seule source qui parl (...)

105En Macédoine, la période de l’entente byzantino-turque coïncide avec les premiers indices du retour de l’autorité byzantine dans des contrées plus éloignées de Thessalonique, la vallée du Strymon et la région de Berroia. La paix avec les Ottomans semble avoir permis aux Byzantins de consolider leur autorité et d’élargir leurs possessions dans le pays. Durant les années 1374-1375, une bonne partie de l’ancienne province de Macédoine passa au pouvoir impérial et d’importants changements administratifs y eurent lieu, par exemple l’installation d’un képhalè byzantin à Serrès et celle d’un Grec à la tête de la communauté athonite518. Les actes de l’Athos rendent compte alors de nombreuses transactions foncières et de longs procès. On les étudiera en détail dans les pages suivantes. Auparavant, j’aimerais démontrer que la restitution d’une bonne partie de la Macédoine aux Byzantins fut due à une campagne de l’empereur Jean V dans la région durant les années 1374-1375. En effet, pour cette période nous connaissons plusieurs actes délivrés par l’empereur Jean V relatifs à la Macédoine, ce qui constitue un premier indice de la présence du souverain dans la région519. Toutefois, la preuve fondamentale est une lettre de Kydônès (L168/T146), adressée au mégas domestikos Dèmètrios Palaiologos, qui fait allusion à un séjour de l’empereur en Macédoine. Cette lettre peut être placée vers l’hiver 1374-1375520, même si Tinnefeld a proposé de la dater de la période « avant septembre 1373521 ».

  • 522 Kydônès, Correspondance II, no 168, p. 4025 : ἐπεὶ δ᾽ἀπῴκισμαι τῆς τραπέζης.
  • 523 Ibid., p. 4033-34 : κἀμὲ τῶν κρύβδην διαβολῶν ἀπαλλάξεις, αἷς ἔτος ἤδη τουτὶ δεύτερον παλαίων ἀπείρ (...)
  • 524 Ibid., p. 394-5 : ἡ μὲν φήμη καὶ μέχρις ὑμῶν δραμεῖσθαι τὸν βασιλέα, ὀψόμενον μὲν τὴν πόλιν καὶ τὴν (...)

106Lorsqu’il écrivit sa lettre L168/T146, Kydônès n’était plus au service de l’empereur : il déclare avoir été « séparé de la table [impériale]522 » depuis « deux ans », durant lesquels il a supporté les « calomnies cachées » de ses ennemis523. C’est pourquoi, il a décidé d’écrire à son ami, l’influent mégas domestikos Dèmètrios Palaiologos, qui détient à l’époque un poste important de l’administration à Thessalonique, pour qu’il intercède auprès de l’empereur en sa faveur, car Kydônès vient d’apprendre que Jean V s’est récemment rendu en Macédoine en raison d’un nouveau danger qui menace la région524. L’allusion aux deux ans pendant lesquelles Kydônès s’est battu contre les calomnies constitue le seul repère chronologique pour dater cette lettre et par conséquence ce séjour de Jean V en Macédoine.

  • 525 Kydônès, Correspondance II, p. 39 : « Lesbi, 1373-1374 ? »

107Loenertz et Tinnefeld s’accordent sur le fait que l’éloignement de Kydônès de la « table impériale » correspond à la période de congé du mésazôn, qu’ils font débuter à l’automne ou l’hiver 1371, peu après le retour de Jean V d’Italie. Selon ce raisonnement, la lettre de Kydônès à Dèmètrios Palaiologos (et le séjour de Jean V en Macédoine) devrait être placée deux ans plus tard, c’est-à-dire vers l’automne ou l’hiver 1373. Dans son édition de la lettre, Loenertz a proposé la date de 1373-1374 suivie d’un point d’interrogation. Cette chronologie impliquerait que Kydônès écrivît la lettre à Lesbos, où il s’était retiré dès septembre 1373525.

  • 526 Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 2, p. 24.
  • 527 Ibid., p. 24 : « Tatsächlich aber befindet sich Kyd[ones] “im zweiten Jahr” seitdem. »

108Toutefois, Tinnefeld a trouvé de quoi mettre en doute la datation de Loenertz, puisque le contenu de la lettre suggère au contraire qu’elle fut écrite à Constantinople. Il a noté l’emploi de l’adverbe ἐνταῦθα (« ici même ») à la ligne 6 qui suppose que Kydônès se trouvait dans la capitale, puisque l’ancien mésazôn parle « des choses merveilleuses » accomplies par Jean V là où il écrit, ce qui ne s’applique évidemment pas à Lesbos526. Tinnefeld propose donc comme date l’an « 1373, avant septembre » (« 1373, vor September ») et explique que l’allusion aux « deux ans », durant lesquels Kydônès avait fait l’objet de calomnies, signifierait en réalité que l’on était, au moment où il écrivait, « au cours de la deuxième année » suivant son départ des affaires527.

  • 528 Kydônès, Correspondance II, p. XIV. Les livres XVI-XL font partie du recueil des manuscrits AU qui (...)

109Plusieurs arguments s’opposent néanmoins à la datation de Tinnefeld. Le premier et le plus important est la place de cette lettre dans les cahiers des « copie-lettres » des manuscrits contenant la correspondance de Kydônès, puisqu’elle fait partie du cahier 27 du livre XVII, dont les dates extrêmes proposées par Loenertz sont 1373 (après le départ de Kydônès pour Lesbos)-1379528. En deuxième lieu, la chronologie des événements de l’année 1373 (révolte d’Andronic IV, séjour de Jean V en Asie Mineure et couronnement de Manuel II à Constantinople) ne laisse guère de temps pour un voyage de Jean V à Thessalonique.

  • 529 La date du retour de Kydônès à Constantinople après son séjour à Lesbos n’est pas connue, mais ell (...)

110La lettre doit donc être postérieure à 1373, mais l’emploi de l’adverbe ἐνταῦθα à la ligne 6, relevé par Tinnefeld, implique qu’elle fut écrite par Kydônès à Constantinople, c’est-à-dire forcément après son séjour à Lesbos, à l’époque de son retour à Constantinople, au cours de l’hiver 1374-1375529.

  • 530 Kydônès, Correspondance II, no 132, p. 16-8 : « Cette colère était due au fait que j’étais venu à M (...)
  • 531 Loenertz, Jean V à Venise, p. 227-228.

111Cette datation explique d’ailleurs pourquoi Kydônès demanda à son ami le mégas domestikos Dèmètrios Palaiologos, alors à Thessalonique, d’intercéder auprès de l’empereur. Kydônès venait de rentrer dans la capitale, peut-être avec l’espoir de recouvrer sa position à la cour, lorsqu’il dut apprendre le départ du souverain pour la Macédoine. Toutefois, Kydônès n’essaya pas d’écrire directement à Jean V, craignant que ce dernier fût encore en colère contre lui pour s’être retiré à Lesbos depuis l’automne 1373530. On sait en effet que les relations entre l’empereur byzantin et le seigneur de cette île, Francesco Ier Gattilusio, s’étaient considérablement dégradées dans les années précédentes à cause de la question de Ténédos. La décision de Jean V de céder l’île aux Vénitiens devait contrarier Gattilusio qui aurait sans doute préféré voir flotter à l’entrée des Détroits, donc à proximité de sa seigneurie, l’étendard de ses compatriotes génois531.

  • 532 Les historiens ont expliqué l’éloignement de Kydônès de ses fonctions comme principal conseiller p (...)
  • 533 Dans sa correspondance, Kydônès parle en très mauvais termes de Philothéos Kokkinos. Par exemple, (...)
  • 534 Dans sa lettre L181/T97, Kydônès dit à un ami anonyme qu’il vient « à peine » de commencer à vivre (...)

112Par ailleurs, l’allusion aux « deux années » pendant lesquelles l’ancien mésazôn avait subi les calomnies de ses ennemis n’invalide nullement une datation de la lettre à l’hiver 1374-1375. Comme Tinnefeld l’a souligné, l’expression implique que Kydônès était alors au cours de la « deuxième année » de sa « disgrâce ». Toutefois, contrairement à ce que l’on a pu écrire, il n’est pas certain que Kydônès ait quitté ses fonctions de principal conseiller immédiatement après le retour de Jean V d’Italie. Ses relations avec l’empereur après 1371 restent un sujet controversé, dont la chronologie demeure imprécise. Il serait trop long et hors de propos d’exposer ici tous les arguments qui permettent de penser qu’il demeura en fait à son poste jusqu’en 1373532. Certes, le départ de Kydônès de Constantinople semble avoir été motivé par les attaques répétées dont il faisait l’objet de la part des cercles palamites proches du patriarche Philothéos Kokkinos, ainsi que de la part de certains personnages très influents à la cour, comme l’ancien empereur Jean Kantakouzènos533. Toutefois, rien ne laisse penser à une « disgrâce » de Kydônès auprès de Jean V entre la fin 1371 et l’été 1373. Le ressentiment éprouvé par l’empereur à l’égard de son ancien serviteur aurait été motivé par la décision de ce dernier de quitter la capitale et de s’en aller dans l’île de Lesbos. De fait, dans la lettre L181/T97, qui date de la période « peu après septembre 1373 », Kydônès dit qu’il venait « à peine » de quitter son poste au palais impérial534. Si l’on situe donc ce départ peu avant cette date, vers l’été 1373, il est parfaitement exact que lorsqu’il écrivit sa lettre à Dèmètrios Palaiologos, durant l’hiver 1374-1375, Kydônès se trouvait alors dans le cours de sa « deuxième année » loin de « la table impériale ».

113Soulignons également en passant que cette datation de la prise de congé de Kydônès, vers la fin de l’été ou début de l’automne 1373 est la seule possible si l’on accepte la nouvelle datation proposée plus haut pour le chrysobulle de Jean V en faveur de son fils Manuel (incipit : Ὅσοις ὁ Θεὸς ἄρχειν ἑτέρων), délivré à l’occasion de la proclamation de ce dernier comme co-empereur, vers septembre 1373, puisque ce fut Kydônès, en qualité de mésazôn, qui le rédigea.

114Quant au séjour de Jean V en Macédoine, pouvons-nous en préciser davantage la chronologie ? La lettre au mégas domestikos Dèmètrios Palaiologos et le prostagma de Jean V de février 1375 pour Docheiariou constituent les seules sources qui suggèrent la présence de l’empereur en Macédoine. Elles ne permettent certes pas de fixer avec précision les dates de l’expédition. Toutefois, étant donné qu’il n’était pas fréquent d’entreprendre un voyage de ce genre durant les mois d’hiver, on peut supposer que le départ de l’empereur dut se produire au cours de l’été 1374 et qu’il dut rentrer dans sa capitale au début du printemps 1375, passant l’hiver dans ses quartiers à Thessalonique. Cette chronologie coïnciderait avec la plupart des actes qui parlent de transactions de biens fonciers en Macédoine occidentale (dans la région de Berroia) et en Macédoine orientale (dans la vallée du Strymon). Grâce à ce corpus d’actes, on peut d’ailleurs tracer les limites approximatives de la reconquête byzantine en Macédoine durant ces années : de la ville de Berroia, à l’ouest, jusqu’à Serrès, à l’est. Cette région incluait la Chalcidique, y compris le Mont Athos, ainsi que la région des Lacs.

Les transactions foncières en Macédoine (1373-1376)535

  • 535 Dans ce tableau, on ne tient pas compte des actes concernant les transactions foncières qui ont co (...)

Archives

Type d’acte

Date

Domaine/région

Docheiariou, no 41

Acte de trois fonctionnaires

Février 1373

Patrikôna/Kalamaria

Docheiariou, no 42

Acte de vente

Août 1373

Mariana/Kalamaria

Actes de Chilandar, no 155

Acte de donation

Juin 1374

Bresnitza/bas Strymon

Docheiariou, no 43

Décision synodale

Janvier 1375

Mariana/Kalamaria

Docheiariou, no 44

Prostagma de Jean V

Février 1375

Mariana/Kalamaria

Vatopédi II, no 144

Acte de juges généraux

Juin 1375

Berroia

Vatopédi II, no 145

Acte d’accord

Juillet 1375

Kokkométrou/Berroia

Kutlumus, no 32

Consultation du mégas chartophylax

Peu avant août 1375

Klopotica/Serrès

St-Pantéléèmôn, no 15

Acte d’accord

Août 1375

Antzista/bas Strymon

Kutlumus, no 33

Acte de la métropole de Serrès

Août 1375

Klopotica/Serrès

Kutlumus, no 34

Acte de juges généraux

Octobre 1375

Klopotica/Serrès

Vatopédi II, no 142

Prostagma de Jean V

1375 plutôt qu’« entre 1369 et 1375 »

Stylarion/Kalamaria

Vatopédi II, no 147

Praktikon

Décembre 1375

Stylarion/Kalamaria

Acte perdu : cf. Docheiariou, no 48

Acte d’accord

1375 ou 1376

Hermèleia

Vatopédi II, no 148

Acte de délimitation

Mars 1376

Saint-Mamas/Kalamaria

Vatopédi II, no 149

Acte de bail

Mars 1376

Berroia

Vatopédi II, no 152

Acte de donation

Novembre 1376

Arianitou/Berroia

Phil. Suppl., no 6

Acte de donation

Décembre 1376

Mperzitzikon/Serrès

Les litiges entre les propriétaires fonciers. L’activité judiciaire des années 1374-1375

  • 536 Un ami proche de Kydônès nommé Radènos fut l’un des notables de Constantinople qui suivirent Jean (...)

115La reconquête d’une grande partie de la Macédoine entre 1374 et 1375 entraîna, comme cela avait été le cas en 1373, de nombreux litiges entre plusieurs propriétaires au sujet de la restitution de leurs biens fonciers. La conquête avait attiré non seulement les anciens propriétaires de Macédoine, mais aussi quelques aristocrates en provenance de Constantinople qui espéraient tirer profit des victoires byzantines. Leurs espoirs furent bientôt déçus en raison de l’opposition acharnée des monastères et des autres magnats de la région536.

  • 537 Lemerle, Juges généraux, p. 35-41, a été le premier à s’intéresser à l’activité judiciaire en Macéd (...)
  • 538 Sur les compétences de ces juges généraux et la différence avec les juges généraux des Romains, vo (...)
  • 539 Chilandar, no 154.
  • 540 Ibid., l. 8-9 : ὥστε ἀντικριθῆναι ἐπὶ τοῦ εὐαγοῦς βασιλικοῦ σεκρέτου.
  • 541 Ibid., l. 61-63. Ils signent simplement comme douloi, c’est-à-dire serviteurs, de l’empereur, mais (...)
  • 542 Sur Dèmètrios Angélos Manikaïtès, voir PLP 16635.
  • 543 Par exemple, l’acte Docheiariou, no 42 (août 1373) fut rédigé par le clerc Iôannès Sgouropoulos su (...)

116La période 1374-1375 nous a laissé un grand nombre d’actes qui témoignent de cette intense activité judiciaire537. À cette époque deux juges du tribunal impérial, qualifiés de juges généraux, étaient actifs dans la région afin de régler les conflits relatifs aux biens fonciers538. Le témoignage le plus ancien sur l’activité de ces juges généraux est un acte d’avril 1374, conservé dans les archives de Chilandar539. Il s’agit d’un accord entre les héritiers du mégas konostaulos Géôrgios Isaris et les moines de ce monastère. Le texte dit que l’affaire avait été portée devant le tribunal impérial pour y être jugée540. L’acte contient en effet les signatures de deux juges généraux, Dèmètrios Angélos Manikaïtès et Nikètas Sôtèriôtès, protonotaire541. Ces deux personnages sont aussi bien connus par d’autres sources de l’époque : Manikaïtès avait été un fonctionnaire constantinopolitain proche des cercles palamites542 et Sôtèriôtès avait fait partie de la chancellerie de Thessalonique. Ce dernier est attesté en Macédoine dès les années 1360 à la tête du collège des notaires543. Il semble avoir été promu au poste de juge général à l’époque de la reconquête pour collaborer avec Manikaïtès.

  • 544 Lavra III, no 145.
  • 545 Ibid., l. 19 : ἐνώπιον ἡμῶν ἡ παροῦσα γενομένη διάλυσις ὑπεγραφη διὰ τὸ ἀσφαλές.

117Les deux magistrats agissaient peut-être déjà en Macédoine en tant que juges généraux dès février 1374, lorsqu’ils signèrent un acte d’accord entre un serviteur de l’empereur, Alexios Komnènos Masgidas, et les moines de Lavra544. La phrase qui précède leurs souscriptions suggère qu’ils occupaient déjà à l’époque la charge de juges, car ils y déclarent que « le présent accord a été signé devant nous par sûreté545 ».

118Il convient de noter que ces deux actes de février et d’avril 1374, qui portent les signatures de ces deux juges, ne concernent aucun bien foncier. Ils sont relatifs à des dépôts d’argent dans les monastères de l’Athos. Nous sommes donc peut-être seulement au début de la campagne de Jean V en Macédoine, alors que la reconquête byzantine n’a pas encore débuté.

  • 546 Vatopédi II, no 144.
  • 547 Sur la fondation du couvent du Prodrome à Berroia et sa donation à Vatopédi, voir supra, p. 22-25.
  • 548 Vatopédi II, no 144, l. 24-26 : τῆς δὲ τῶν Σέρβων τυραννίδος ἐλευθέρας γενομένης Βερροίας, παραγινό (...)
  • 549 Ibid., l. 52, 75, 82-84. Cet acte est qualifié de τὸ τῶν καθολικῶν κριτῶν γράμμα. Voir aussi ibid., (...)

119Il faut attendre plus d’un an, au mois de juin 1375, pour trouver la première décision judiciaire relative à un terrain sis en Macédoine. Il s’agit d’un acte tiré des archives de Vatopédi qui reconnaît les droits de ce monastère sur le couvent dédié à Saint-Jean-Prodrome situé à Berroia546. L’acte contient des renseignements intéressants sur les conditions de la restitution des biens fonciers en Macédoine à cette époque. Les moines de Vatopédi avaient porté plainte devant le tribunal impérial parce que deux aristocrates de la ville de Berroia, l’archontissa Arianitissa, veuve de l’éparque Arianitès, et son gendre Iôannès Gabras réclamaient la possession du monastère du Prodrome de Berroia en tant qu’héritiers de Théodôros Sarantènos, fondateur de cette institution dans le premier quart du xive siècle547. Les moines de Vatopédi déclarèrent qu’ils avaient perdu la propriété du Prodrome en raison de l’occupation serbe, mais qu’après avoir produit les pièces justificatives correspondantes, ils avaient obtenu de l’empereur Jean V un chrysobulle leur en restituant la possession, lorsque « Berroia avait été libérée de la tyrannie des Serbes »548. Toutefois, Arianitissa et Gabras avaient ensuite revendiqué la possession du Prodrome. Ce n’était pas la première fois que la famille de Théodôros Sarantènos tentait de faire valoir ses droits sur le couvent. L’acte dit qu’un autre parent, un certain Loubros, avait déjà contesté la validité des titres de propriété de Vatopédi sur ce bien ; Loubros avait néanmoins été débouté par une autre décision du tribunal impérial549.

  • 550 Les moines avaient perdu l’acte de donation de Sarantènos en faveur de Vatopédi (cf. ibid., l. 73- (...)

120Lors du procès, en juin 1375, les moines produisirent à nouveau les documents qui attestaient leurs droits sur ce couvent, y compris la décision des juges généraux qui tranchait en leur faveur dans le conflit avec Loubros550. Les réclamations d’Arianitissa et de son gendre Gabras furent donc finalement rejetées et les moines de Vatopédi reçurent un nouvel acte des juges généraux les confirmant dans leurs droits. Cet acte, conservé dans les archives de Vatopédi, porte au recto la signature du métropolite de Thessalonique Dôrothéos et d’un fonctionnaire impérial, Géôrgios Doukas Tzykandylès, et au verso celles des deux juges, Dèmètrios Angélos Manikaïtès et Nikètas Sôtèriôtès.

  • 551 Vatopédi II, no 149. Sur Alexios Tzamplakôn, voir Estangüi Gómez, Les Tzamplakônes.

121Toujours à propos de la restitution du Prodrome de Berroia à Vatopédi, un acte plus tardif, établi en mars 1376, mentionne une autre décision judiciaire – sans doute délivrée par les mêmes juges généraux – ainsi qu’un acte de Jean V confirmant au monastère ses droits sur un verger situé à l’intérieur de la ville de Berroia, dont la propriété lui avait été disputée par l’aristocrate Alexios Tzamplakôn551.

122Tout ce dossier concernant la restitution du couvent du Prodrome de Berroia à Vatopédi permet de suivre l’activité du tribunal impérial en Macédoine durant les années 1374-1375. Ces actes montrent le type de conflits qui survinrent à cette époque, opposant entre eux les anciens propriétaires byzantins pour la récupération de leur patrimoine dans la région.

  • 552 Kutlumus, no 34. Les archives du monastère d’Alypiou sont aujourd’hui conservées à Kutlumus à la su (...)
  • 553 En réalité, l’acte Kutlumus, no 19 (février 1341) ne parle pas d’Alypiou mais seulement du couvent (...)
  • 554 Sur ce personnage, voir infra, p. 416-417.
  • 555 La ville de Serrès tomba aux mains des Serbes en septembre 1345, mais depuis 1342 la région avait (...)
  • 556 On notera qu’en août 1375 le métropolite de Serrès était toujours un Serbe, Theodosije. La continu (...)

123Les archives du monastère de Kutlumus ont conservé un autre document délivré par le collège des juges généraux Manikaïtès et Sôtèriôtès. L’acte, daté d’octobre 1375, met fin à un différend entre les moines du couvent athonite d’Alypiou et un certain Korésès à propos d’un terrain situé dans la commune de Klopotica près de Serrès552. Comme dans le cas du Prodrome de Berroia, la conquête serbe de la Macédoine avait entraîné une situation irrégulière ; le conflit remontait ici au deuxième quart du xive siècle, lorsque Korésès avait contesté le droit d’Alypiou sur Klopotica553. En février 1341, le juge général des Romains Nikolaos Matarangos554 avait délivré une décision judiciaire (σεκρετικὴ διάγνωσις) en faveur des moines ; c’était à la veille de l’invasion de la Macédoine. Les Serbes ayant occupé la région, les moines ne purent entrer en possession effective du terrain555. Avec le retour de l’administration byzantine dans la région (vers 1374), Alypiou chercha à nouveau à recouvrer son bien à Klopotica, ce pourquoi il fit appel aux autorités de Serrès, auxquelles fut présenté l’acte du juge Matarangos556. Korésès contesta alors les droits d’Alypiou, mais le gouverneur et le métropolite de Serrès, flanqués d’autres archontes locaux, tranchèrent contre lui en faveur du monastère athonite. Cette décision des autorités locales de Serrès (août 1375) fut confirmée en octobre 1375 par un acte du tribunal des juges généraux, qui siégeait à Thessalonique.

  • 557 La date du retour de Jean V à Constantinople est difficile à préciser, mais il était déjà dans la (...)
  • 558 L’acte Vatopédi II, no 149, est un contrat de bail entre Alexios Tzamplakôn et le monastère de Vat (...)

124La date de ce dernier document, octobre 1375, suggère que le collège de juges formé par Manikaïtès et Sôtèriôtès continua à agir en Macédoine même après le départ de Jean V pour Constantinople557. Du reste, un acte de mars 1376, déjà signalé, atteste encore la présence de ces juges à Thessalonique à cette époque558.

  • 559 Par exemple, l’ensemble de documents relatifs au domaine de Klopotica, propriété du monastère d’Al (...)
  • 560 Sur cet acte, voir supra, p. 232, n. 519.

125Il est difficile de déterminer la durée totale de l’activité de ce tribunal dans la région, mais les longs procès décrits dans les actes que l’on vient d’étudier montrent à quel point la tâche des juges dut être lente et fastidieuse. Comme on l’a vu à propos des premiers conflits survenus en 1373 (affaires Katzaras-Docheiariou et Mariana), la situation était rendue particulièrement complexe par les nombreuses pièces justificatives qui se contredisaient, les délais de prescription et d’autres clauses légales qui pouvaient affecter la validité des droits sur un même bien foncier. Durant les années 1373-1375, des copies et de nouveaux actes de confirmation furent sollicités par les propriétaires afin d’appuyer leurs revendications, des faux furent fabriqués et des accords amiables furent passés entre les parties en conflit559. Durant son séjour en Macédoine, l’empereur Jean V délivra plusieurs décrets visant à mettre un peu d’ordre dans le régime de la terre. On a déjà parlé de l’ordonnance impériale prescrivant la restitution des biens fonciers à leurs anciens propriétaires sur présentation de titres de propriété valables. On ne sait pas si cet acte fut délivré en 1373, durant les premiers mois de la reconquête byzantine, ou plus tard, au cours du séjour de l’empereur en Macédoine. Ce chrysobulle est mentionné par plusieurs actes de la période 1375-1381560.

  • 561 Dölger, Regesten V, no 3144. L’ordonnance est mentionnée dans Kutlumus, no 31, l. 14, et Chilandar, (...)

126Quelques documents athonites du début de 1375 évoquent également une autre ordonnance de l’empereur concernant cette fois-ci l’état de la propriété foncière à l’intérieur de la Sainte Montagne. Selon ces actes, l’empereur avait ordonné que le Prôtaton reprenne les kellia qui avaient été distribués durant la période des prôtoi serbes561. Par cette mesure, l’empereur essayait de rétablir le patrimoine de la principale institution de la communauté athonite et de remédier aux abus commis par certains monastères, en particulier ceux qui étaient dirigés par des Serbes, durant les années de l’occupation ennemie.

  • 562 Voir Kutlumus, no 34, l. 112-113. De manière plus allusive, dans Kutlumus, no 33, l. 55-57.

127Les efforts pour limiter les conséquences de la domination serbe sur le régime foncier en Macédoine obligèrent aussi l’empereur à déclarer que la période de la « serbocratie » ne devait pas être prise en compte dans le délai de prescription pour revendiquer un terrain562. En effet, nombreux étaient les propriétaires, serbes et grecs, qui, profitant de l’attitude bienveillante du tsar, s’étaient emparés de manière plus ou moins légitime de biens qui avaient appartenu à la haute aristocratie byzantine et au groupe des pronoïaires. Après le retour de l’autorité impériale, vers 1374, faute de titres de propriétés valables, ils essayèrent de faire valoir la loi sur la prescription trentenaire pour appuyer leurs prétentions sur les terrains occupés. Contraint sans doute par la grande aristocratie constantinopolitaine, principale victime des confiscations durant la période serbe, l’empereur dut promulguer cette ordonnance afin de rétablir l’état des choses antérieur à la conquête serbe. Toutefois, la mesure la plus importante prise par Jean V en Macédoine fut la transformation en pronoia de la moitié des biens monastiques.

3. La transformation en pronoiai de la moitié des biens monastiques en Macédoine

  • 563 Le terme « pronoïarisation » (προνοιασθῶσι) est employé par le prostagma de Manuel II de 1408, qui (...)
  • 564 Ostrogorsky, Féodalité, p. 155 et suiv.

128L’importance du décret de « pronoïarisation »563 de la moitié des biens monastiques en Macédoine réside d’abord dans son caractère général, puisqu’il affectait tous les monastères de la région ; ensuite dans sa durée, car il fut repris dans la première moitié du xve siècle, lorsque la Macédoine fut à nouveau sous autorité byzantine, et il resta en vigueur jusqu’à la conquête définitive de la province par les Ottomans au début des années 1420. Les historiens sont tous d’accord sur sa portée, mais ils diffèrent quant à son contenu. Le sens même du terme « pronoïarisation » a fait l’objet d’un débat depuis la publication par Georges Ostrogorsky de son livre sur la pronoia564. La principale difficulté est de savoir si ce décret affecta les droits de propriété des monastères sur leurs terres ou s’il s’agissait simplement de la confiscation des revenus fiscaux de ces terres.

  • 565 Voir par exemple ibid., p. 52 : « Dans les territoires redevenus grecs, Manuel dut prendre des mes (...)
  • 566 Vatopédi III, no 199, l. 1-3 : εὐθὺς μετὰ τὸν θάνατον τοῦ δεσπότου τῆς Σερβίας τοῦ Οὔγγλεση ἐκείνου (...)

129On a souvent attribué la paternité du décret à Manuel II durant ses années comme gouverneur en Macédoine (1368-1373)565, parce que le seul acte qui mentionne explicitement cette mesure est un prostagma de cet empereur de 1408, dans lequel le souverain rappelle les circonstances qui avaient obligé l’État à prendre cette décision : « Aussitôt après la mort du despote de Serbie, feu Uglješa, les attaques incessantes menées par les Turcs étant insupportables, il avait paru bon, en vue du bien commun, de transformer en pronoiai la moitié des métoques des moines de l’Athos, de Thessalonique et d’ailleurs, pour que tout ne disparaisse pas566. » Toutefois, il est plus vraisemblable que l’auteur de cette ordonnance ait été Jean V, non seulement parce qu’il était à l’époque l’empereur principal, mais aussi parce que l’on verra que ce décret fut promulgué lors de son séjour dans la région en 1374-1375.

La signification du décret. Le sens du terme « pronoïarisation »

  • 567 Il faut rappeler qu’à l’époque de Lemerle, contrairement à aujourd’hui, on ne connaissait aucun ac (...)
  • 568 Lemerle dans Lavra IV, p. 52-53 : « Le monastère n’est pas dépossédé des biens ainsi visés, mais i (...)

130L’hypothèse d’Ostrogorsky selon laquelle cette mesure supposait la confiscation de la moitié des biens monastiques a été contestée par Paul Lemerle, qui a proposé une autre solution se fondant sur l’étude des actes fiscaux de la première moitié du xve siècle567. Lemerle a noté que, dans ces actes plus tardifs, on ne parle pas de la confiscation de terres, mais seulement des impôts que les parèques des monastères devaient verser aux pronoïaires. C’est pourquoi il a supposé que cette mesure impliquait simplement l’attribution des revenus fiscaux des paysans aux soldats et non pas la confiscation de terres. En d’autres termes, les paysans, au lieu de payer la totalité de leurs impôts aux moines, devaient en verser la moitié aux soldats désignés par l’État comme nouveaux bénéficiaires des versements réalisés par ces paysans568.

  • 569 Docheiariou, p. 273 : « On est donc conduit à penser que la transformation des biens monastiques en (...)
  • 570 Oikonomides, The Role of the Byzantine State, p. 1048.
  • 571 Bartusis, Byzantine Army, p. 169.

131La question a été aussi traitée par Nicolas Oikonomidès dans son commentaire des Actes de Docheiariou. Il s’y montre d’accord en principe avec la solution de Lemerle quant à la nature des revenus attribués aux soldats. Toutefois, il suggère aussi que l’État s’appropria non seulement la moitié des impôts des parèques, mais aussi la moitié des autres revenus fiscaux appartenant aux monastères569. Cette distinction entre les taxes des parèques et les redevances fiscales liées à la possession de la terre n’apparaît plus dans un article plus récent d’Oikonomidès sur le rôle de l’État dans l’économie byzantine, paru dans l’Economic History of Byzantium (2002). Dans cette dernière contribution, l’auteur ne parle que des revenus que les moines payaient au titre de leurs terres : « This measure meant that the monasteries, which until that time had enjoyed complete tax exemption, were now obliged to pay to the pronoia holders assigned to them one-half of the tax that would ordinarily have been paid on their land570. » L’interprétation avancée ici par Oikonomidès suit les conclusions de Mark Bartusis dans son livre sur l’armée byzantine à l’époque des Paléologues571.

  • 572 Smyrlis, The State, the Land and Private Property, p. 67, n. 43.
  • 573 Ibid., p. 71 : « Thanks to the documentation coming from Vatopedi there can be no doubt as to the n (...)
  • 574 L’acte Vatopédi II, no 147 de 1375 est un acte de recensement par lequel le monastère était mis en (...)
  • 575 Vatopédi III, no 154. En juin 1377, le mégas primmikèrios Dèmètrios Phakrasès délivra cet acte par (...)
  • 576 Vatopédi II, no 130.
  • 577 La terre de Raphalion est désignée au xie siècle par le nom de son ancien propriétaire, kyr Isméno (...)

132Le sens du décret de « pronoïarisation » des biens monastiques a fait encore l’objet d’une dernière analyse conduite par Kostis Smyrlis, qui y a également présenté l’état de la question572. Smyrlis a constaté, à la lumière de deux actes de Vatopédi datant des années 1370, que la « pronoïarisation » comporta non seulement l’attribution de la moitié des impôts des paysans aux pronoïaires, mais aussi la confiscation des terres des monastères, comme l’avait avancé Ostrogorsky573. Le premier acte étudié par Smyrlis suggère que Vatopédi s’était vu confisquer la moitié de sa terre de Stylarion574 ; le second parle de l’attribution de sa terre de Raphalion à une compagnie de soldats575. Les deux domaines faisaient partie de la fortune patrimoniale de Vatopédi, dont le monastère possédait la pleine propriété ; Stylarion avait été donné à Vatopédi par le mégas domestikos Alexios Laskaris Métochitès en 1369576 et Raphalion était un bien du monastère depuis le xie siècle577.

133Toutefois, Smyrlis n’a pas expliqué pourquoi, par ailleurs, plusieurs actes du xve siècle disent que les parèques des monastères versaient une partie de leurs impôts aux pronoïaires désignés par l’État. Dans ces cas, les pronoïaires ne semblent absolument pas détenir la terre, mais seulement ses revenus fiscaux, comme Lemerle et Oikonomidès l’ont souligné. En fait, cela ne contredit pas l’hypothèse énoncée par Ostrogorsky et reprise par Smyrlis. L’explication de cette contradiction apparente réside dans le mode de possession de la terre. Dans les cas étudiés par Smyrlis, ceux des terres de Raphalion et de Stylarion, le monastère de Vatopédi possédait non seulement la propriété de la terre mais en détenait aussi l’exploitation directe, car aucun parèque n’est mentionné à leur propos. En revanche, dans les actes du xve siècle utilisés par Lemerle et Oikonomidès pour appuyer leurs hypothèses, il s’agit de terres données en location, sous un régime de bail à long terme (paroikia), dans lequel le propriétaire du terrain ne peut pas chasser le paysan de sa parcelle. Dans le régime de la paroikia, le propriétaire perçoit simplement la rente fiscale, c’est pourquoi, dans leur cas, le décret général de « pronoïarisation » ne concernait bien que les redevances des parèques et non pas la terre qu’ils travaillaient. Je ne m’attarderai pas davantage ici sur ce problème ; la question du partage des revenus fiscaux entre les monastères et les pronoïaires au xve siècle, ainsi que le mode d’exploitation de la terre seront traités plus en détail dans les chapitres suivants.

  • 578 Le projet s’inspirait directement du système des soldats-paysans appelés akritai que les empereurs (...)

134La confiscation de terres qui appartenaient en pleine propriété aux monastères constituait en revanche une mesure tout à fait exceptionnelle. L’Empereur avait déjà eu recours par le passé aux biens de l’Église pour subvenir aux besoins financiers de l’armée, mais il avait rarement saisi les terres qui faisaient partie du patrimoine ecclésiastique. Dans son Histoire, Pachymérès parle du projet conçu au début du xive siècle par l’empereur Andronic II d’installer des soldats-paysans sur les frontières d’Asie Mineure pour freiner l’avancée turque grâce aux pronoiai de l’Église. Le projet consistait à affranchir les paysans qui versaient leurs impôts aux institutions ecclésiastiques pour constituer un groupe de petits paysans propriétaires qui se battraient contre l’ennemi pour défendre leurs propres terres. Toutefois, l’expression « pronoiai de l’Église » implique que cette mesure ne concernait pas les terres propriété des institutions ecclésiastiques578. Si elle échoua finalement, c’est que les Turcs s’emparèrent des territoires byzantins avant qu’elle ait pu être mise en pratique.

  • 579 Voir les exemples cités par Smyrlis, The State, the Land and Private Property, p. 59-61.

135En tant que représentant de l’État, l’Empereur avait le droit de redistribuer les biens d’origine publique. Il pouvait confisquer les redevances qui faisaient partie des rentes fiscales (oikonomia/pronoiai) attribuées aux monastères et aux églises pour les accorder à d’autres bénéficiaires. Plus rarement, le souverain ordonnait la confiscation de biens détenus en pleine propriété par les institutions ecclésiastiques579.

  • 580 Docheiariou, no 33. L’acte Lavra III, no 131 (vers 1351/1352) dit que les monastères versaient à ce (...)
  • 581 Docheiariou, no 33, l. 12 et suiv.
  • 582 Sur la confiscation de biens monastiques en Macédoine dans les années 1350, voir Smyrlis, La fortu (...)

136La situation commença à changer à partir du milieu du xive siècle, lorsque le rétrécissement des frontières de l’Empire obligea à prendre des mesures plus énergiques. Lors de son arrivée à Thessalonique en 1350, l’empereur Jean VI Kantakouzènos procéda à une confiscation systématique de la moitié des biens monastiques en Macédoine, y compris des biens en pleine propriété. La seule source qui en parle est un chrysobulle de Jean V délivré quelques années plus tard, en septembre 1355, et confirmant aux moines de Docheiariou la restitution des biens que son prédécesseur leur avait confisqués pour être donnés aux soldats580. Cet acte ne laisse pas de doutes sur la nature des mesures prises par Kantakouzènos581, visant à renforcer la situation en Macédoine contre les Serbes après sa campagne militaire de 1350. Toutefois, peu après l’arrivée au pouvoir de Jean V, la province fut reprise par l’ennemi et les monastères récupérèrent alors la plupart de leurs biens confisqués582.

  • 583 MM I, no 252, p. 507-508. Cet acte a été traduit en anglais par Charanis, Monastic Properties, p.  (...)
  • 584 MM I, no 252, p. 507 : ὁ βασιλεὺς ὁ ἅγιος βούλεται καταστῆσαι στρατιώτας ἐν τοῖς χωρίοις ἔξω τῆς Κ (...)
  • 585 Ibid., p.507 : ὡς ἂν παραλαβὼν ὁ βασιλεὺς ὁ ἅγιος ταῦτα ποιήσῃ ἐπ᾽αὐτοῖς, ὅπερ βούλεται, κατέχειν γ (...)
  • 586 Laiou, Peasant Society, p. 218, et Bartusis, Byzantine Army, p. 104-105, pensent que le projet n’ab (...)

137N’ayant effectué aucun gain territorial significatif durant les premières années de son règne, Jean V ne fut pas obligé de prendre des mesures trop drastiques sur les biens de l’Église pour renforcer l’armée. Néanmoins, un acte de novembre 1367 révèle une tentative de cet empereur pour installer des soldats sur le territoire de deux villages appartenant au patriarcat de Constantinople, Oikouménon et Pasparas583. L’acte, aujourd’hui bien connu des chercheurs, dit que le souverain voulait installer des soldats dans les villages situés entre Constantinople et Sélymbria et leur en attribuer les champs et les terres584. L’empereur avait demandé à l’Église de lui céder ces villages pour l’installation des soldats en échange d’un revenu équivalent585. Toutefois, le patriarche et le synode avaient refusé de donner leur accord parce que, selon les saints canons, ils n’avaient ni le pouvoir ni le droit d’aliéner les biens de l’Église. C’est pourquoi Jean V modifia les termes de sa demande et sollicita alors simplement l’installation des soldats sur les terres de ces villages, contre le versement du loyer (mortè) à l’Église. La réponse du patriarche et du synode fut à nouveau négative, parce que les canons leur interdisaient aussi de céder l’exploitation de ces biens à un tiers, y compris à l’Empereur. On ne sait pas si Jean V put finalement mettre son projet en pratique en dépit des réticences des prélats, ou s’il l’abandonna586. Quoi qu’il en soit, le fait que le souverain ait accepté la possibilité de continuer à verser la mortè à l’Église montre qu’il n’avait pas l’intention de révoquer les droits de propriété du patriarcat sur les deux villages, mais simplement d’en accorder l’exploitation aux soldats pour leur entretien.

138La reconquête de la Macédoine durant les années 1370 obligea cependant Jean V à se montrer plus ferme et à prendre les mêmes mesures que Kantakouzènos vingt ans auparavant, en vue de renforcer la région et d’y consolider l’autorité byzantine. Le décret de « pronoïarisation » entraîna en effet la confiscation systématique de la moitié de toutes les terres qui appartenaient aux monastères. L’ampleur de cette mesure provoqua une forte contestation de la part des moines et de certains secteurs de la société.

Les protestations contre la transformation en pronoiai des biens monastiques

139Plusieurs sources de la seconde moitié du xive et du début du xve siècle se font l’écho des protestations soulevées par le décret de « pronoïarisation ». L’étude de ces témoignages permet de mieux saisir les conséquences de cette mesure sur l’ensemble du patrimoine monastique.

  • 587 Vatopédi III, no 199.

140La communauté athonite fut particulièrement touchée par les mesures adoptées dans les années 1370. Certes, nous n’avons conservé aucun texte d’origine monastique dénonçant les mesures prises par l’État à l’époque de la restauration byzantine en Macédoine, mais plusieurs actes du début du xve siècle rendent compte des protestations des moines auprès des autorités contre la confiscation de leurs biens. Par exemple, lors de son séjour à Thessalonique durant l’hiver 1408-1409, l’empereur Manuel II reçut la visite de moines de l’Athos qui sollicitèrent la suspension des mesures qui pesaient sur leurs biens. Dans son célèbre prostagma délivré le 12 décembre 1408 pour tous les monastères de l’Athos, l’empereur Manuel II justifie la mise en œuvre du décret de « pronoïarisation » des biens monastiques « en vue du bien commun » et rappelle que l’État avait eu l’intention de restituer leurs biens aux moines dans les plus brefs délais, mais, « comme les affaires ne s’étaient en rien améliorées », il n’avait pas été possible de procéder jusqu’alors à cette restitution587.

  • 588 L’acte de Manuel II de 1409 s’étant trouvé très endommagé, les moines de Docheiariou profitèrent d (...)
  • 589 Ibid., l. 12-13 : τῆς δὲ Ἑρμηλίας ἵνα ἔχωσι τὸ ἥμισυ μέρος, τὸ δὲ ἥμισυ ἵνα ἔνι τοῦ δημοσίου, ὡς κα (...)

141Peut-être pour apaiser les moines, l’empereur Manuel II leur accorda l’exemption de quelques impôts qui grevaient leurs biens et accepta de leur restituer une partie de leurs terres. Par exemple, en 1409 il accorda aux moines de Docheiariou « la totalité » de leur village de Mariana qu’ils avaient acquis en 1373 de l’aristocrate Anna Kantakouzènè Palaiologina588. Les moines de Docheiariou avaient demandé aussi la restitution de leur bien d’Hermèleia, mais l’empereur avait refusé, ordonnant qu’il restât aux mains du fisc « comme tous les autres domaines monastiques »589.

  • 590 Lavra III, no 161 (avril 1409) : les recenseurs Paulos Gazès et Géôrgios Prinkèps procédèrent sur l (...)

142De même, Manuel II consentit à l’échange de quelques biens entre les monastères et le fisc, les moines étant prêts à abandonner une partie des biens dont ils ne possédaient que « la moitié » en échange de la restitution de « la totalité » d’autres domaines. Pour les moines, cette solution était plus avantageuse parce qu’elle leur évitait de partager leurs revenus avec les pronoïaires et d’être victimes des fréquents abus qui en découlaient590.

  • 591 Le texte a comme titre « Discours au sujet des abus des archontes sur les biens sacrés » (λόγος πε (...)
  • 592 Ševčenko, « Anti-zealot » Discourse [avec bibliographie antérieure], qui contient l’édition la plus (...)
  • 593 Ševčenko a démontré que cette œuvre, longtemps considérée comme un traité contre les Zélotes, ne p (...)
  • 594 M.-H. Congourdeau, Les énigmes du discours de Nicolas Cabasilas contre les archontes, Nea Rhomè 7 (...)
  • 595 Smyrlis, The State, the Land and Private Property, p. 69 et suiv., revient sur le contenu du discou (...)

143En dehors des cercles athonites, nous possédons un texte d’un lettré byzantin, Nikolaos Kabasilas, dénonçant la confiscation des biens monastiques par les fonctionnaires publics591. Il s’agit là d’un texte important tant par son ampleur que par son contenu, et que les historiens ont abondamment commenté. Ihor Ševčenko lui a consacré plusieurs articles592 et a conclu qu’il s’agissait d’un texte qui avait fait l’objet de plusieurs réécritures, mais qui semblait porter sur les confiscations opérées en Macédoine durant les années 1370593. Plus récemment, Marie-Hélène Congourdeau a repris le dossier et elle a préféré rester plus prudente quant à la chronologie : elle a suggéré que ce texte a pu connaître plusieurs remaniements tout au long de la seconde moitié du xive siècle, mais que sa première version pourrait dater des années 1340594. Mis à part les doutes qui découlent de sa datation, le texte de Kabasilas est certainement le témoignage le plus représentatif du point de vue du parti opposé à la saisie des biens monastiques par l’État595.

  • 596 Kabasilas soulignait que parmi les archontes certains étaient mauvais (τοὺς μὲν πονηροὺς τῶν ἀρχόν (...)
  • 597 Après son retour de Constantinople, où il avait été formé aux disciplines scientifiques et à la rh (...)
  • 598 Ševčenko, « Anti-Zealot » Discourse, p. 92, § 4. Selon Kabasilas, les archontes s’emparaient de l’a (...)
  • 599 Ibid., p. 92-93, § 5.
  • 600 Ibid., p. 93, § 6 : « Les administrateurs des affaires publiques – disent-ils – doivent toujours ag (...)
  • 601 Ševčenko, « Anti-Zealot » Discourse, p. 93, § 6 : selon Kabasilas, les archontes justifiaient la co (...)
  • 602 Ibid., p.93, § 6. l.23-25 : οἷς [= aux moines] μικρὰ μὲν πρὸς τῆν τράπεζαν ἀρκεῖ, μικρὰ δὲ πρὸς τὴν (...)
  • 603 Ibid., p. 93, § 6, l. 26-27 : τὸ γὰρ ἑστάναι τείχη καὶ νόμους εἶναι πάντων μὲν ἀναγκαιότατον αὐτοῖς (...)

144Écrit dans un langage soutenu et recherché, le traité de Kabasilas essaie de démontrer l’illégalité des mesures prises par l’État contre les propriétés des monastères596. Kabasilas construit son discours comme s’il était devant un tribunal et fait étalage de ses connaissances en matière juridique597. Après l’introduction, il présente les chefs d’accusation, qui sont au nombre de deux : la confiscation des biens monastiques598 et la corruption des laïcs et des clercs599. Il passe ensuite à l’exposé des arguments de la défense (plaidoyer), puis en réfute un par un les arguments. L’exposé de Kabasilas permet de connaître les raisons qui avaient poussé l’État à confisquer les biens des monastères : les archontes, désignés comme « les administrateurs des affaires publiques », justifiaient leurs actions par le souci du bien commun600. Ils disaient confisquer les propriétés des moines pour équiper les soldats et pour bâtir des remparts qui aideraient à la défense des temples et des lois601. Selon Kabasilas, les archontes auraient conclu qu’il ne servait à rien qu’une telle quantité de richesses demeurât aux mains des moines et des clercs, parce que « peu de choses suffisent pour leur table, et peu pour les autres besoins matériels, puisqu’ils demeurent chez eux, qu’ils vivent à l’abri et ne sont exposés à aucun danger602 ». En fin de compte, les archontes, explique Kabasilas, prétendaient agir au profit des moines, car la construction de remparts et la défense des lois étaient aussi de l’intérêt de ces derniers ; or « c’était là l’œuvre des soldats »603.

  • 604 Le droit inaliénable sur la propriété privée constitue le principal argument de la défense constru (...)
  • 605 Ševčenko, « Anti-Zealot » Discourse, p.94, §10, l.9-10 : ὅτι μὲν γὰρ τῶν ὄντων τοῖς ἀρχομένοις τὴν (...)
  • 606 Sur l’inaliénabilité des biens monastiques, voir Kaplan, Les moines et leurs biens fonciers, p. 21 (...)
  • 607 Ibid., p. 95-96, § 12, l. 3-7 : εἰ μὲν οὖν καὶ χωρῶν καὶ οἰκιῶν καὶ τῶν ἄλλων κτήσεων δεσπότας εἶνα (...)
  • 608 Sur la gestion des biens monastiques, voir Ševčenko, « Anti-Zealot » Discourse, p.97, § 16, l. 8 e (...)
  • 609 Ibid., p.98, §17, l.6-7 : καθάπερ γὰρ δύο ταῦτα πράγματα, χωρὶς μὲν τὸ λαβεῖν χωρὶς δὲ τὸ χρῆσθαι.
  • 610 Étant parvenu au bout de son argumentation légaliste, Kabasilas accuse les autorités d’injustice. (...)
  • 611 Cette idée est développée dans les paragraphes 21-23.
  • 612 Ibid., p. 101, § 21, l. 21-22 : ἃ γὰρ τὴν πόλιν ἀνέστησας ἀναλώσας, ταῦτ᾽ἐκτήσω τοὺς νόμους ἠδικηκὼ (...)
  • 613 Ibid., p. 104, § 26, en particulier l. 8-14.

145Kabasilas réfute l’argumentation des archontes en partant d’un point de vue légaliste, selon lequel les autorités publiques ne peuvent pas disposer des biens privés604 : « Que la gestion des biens des sujets doit être confiée aux archontes, on peut le dire, certes, mais pour les biens publics, pas pour les biens privés605. » Kabasilas est amené ici à préciser le statut juridique de la propriété monastique, car celle-ci possédait certaines caractéristiques spécifiques par rapport aux autres « biens privés » : les biens qui appartenaient à une communauté monastique étaient inaliénables606 ; mais ils appartenaient en pleine propriété au monastère en tant qu’institution, les moines en étant seulement les détenteurs (kyrioi) et non pas les propriétaires (despotai). Cela signifiait qu’ils disposaient seulement de leur usufruit, mais qu’ils ne pouvaient pas vendre ces biens ou les céder à d’autres personnes, y compris à l’État607. De même, étant donné qu’il s’agissait de biens privés, l’État n’avait pas non plus la capacité de s’en saisir. Les archontes n’avaient pas le droit d’invoquer une mauvaise gestion aux mains des monastères pour les confisquer608, car cela violait, selon Kabasilas, le droit de la propriété privée. Ce sont deux choses différentes, dit-il, « le fait de prendre et le fait d’utiliser »609. Et puisque la question qui l’occupe ne concerne que la première, c’est-à-dire « le fait de prendre », Kabasilas conclut que les archontes ont commis un acte illégal610, puisqu’ils ont pris ces biens sans l’autorisation de leurs propriétaires, d’autant qu’il s’agit de biens ecclésiastiques, qui sont par définition « inaliénables ». Pour Kabasilas, la finalité, c’est-à-dire « le bon usage » de ces biens ou « le bien de la communauté », ne justifie pas les méthodes employées611. Il accuse les autorités d’avoir violé « deux genres de lois, celle qui concerne les biens sacrés et celle qui concerne les biens privés »612. Le respect de la propriété privée est fondamental pour Kabasilas, parce que, sans cela, toute l’économie s’effondrerait613.

  • 614 Ibid., p. 104, § 27, l. 1-3 : παρὰ πάντα δὲ ταῦτα πρὸς τὰ πράγματα συγκεχωρήσθω δύνασθαί τι καὶ τὸν (...)
  • 615 Les lois sacrées ont été édictées par les apôtres et par les pasteurs des Églises conformément aux (...)
  • 616 Pour ce raisonnement, voir ibid., p. 105-106, §§ 29-30.
  • 617 Ibid., p. 108, § 32, l. 24-27 : ὅθεν οὐκ ἀπὸ τῶν ἐνίοις εἰργασμένων τοὺς νόμους κρινοῦμεν, ἀλλ᾽ἀπὸ (...)

146La seconde partie du raisonnement de Kabasilas s’appuie sur des considérations d’ordre théologique : « Admettons que Dieu aussi a quelque pouvoir sur les événements, que tout ne dépend pas de notre sagesse, et que pour les cités quelque chose vient aussi de Sa providence614. » Selon Kabasilas, si Dieu réprouvait l’action des archontes, parce que ceux-ci avaient transgressé les lois sacrées en confisquant les biens des monastères, on ne pouvait espérer tirer aucun bénéfice de ces choses, puisque la faveur divine leur serait contraire615. Les archontes, sous prétexte de faire usage de leur autorité, ne peuvent pas agir contre les lois de Dieu, au risque de commettre « les pires audaces »616. Kabasilas conclut en disant que « nous ne jugerons pas les lois à partir des actes de quelques-uns, mais à partir des lois nous éprouverons les actes de chacun, et c’est selon cette règle que nous distinguerons des méchants ceux qui se conduisent bien617 ».

  • 618 Sur l’arrivée de Manuel II à Thessalonique en 1382, voir infra, p. 276.
  • 619 Pour les homélies d’Isidôros Glabas, voir Glabas, Homélies. Sur la carrière du métropolite et ses (...)

147Quelques-uns des arguments employés par Kabasilas furent aussi invoqués par Isidôros Glabas dans plusieurs de ses écrits. Le métropolite de Thessalonique, qui fut en poste entre 1380 et 1384 et à nouveau entre 1386 et 1396, critique à maintes reprises les confiscations des biens monastiques opérées par Manuel II après son arrivée à Thessalonique vers 1382618. Glabas met en doute l’utilité de cette mesure, car seul Dieu peut aider les habitants de Thessalonique et, en privant « les maisons de Dieu » de leurs propriétés, on ne peut que s’attirer la colère divine619.

  • 620 Voir supra n. 600. Sur la propagande officielle visant à justifier les mesures prises par l’État a (...)

148Le discours de Kabasilas, et à un moindre degré les écrits d’Isidôros Glabas, fournissent des renseignements intéressants sur le contenu du décret de « pronoïarisation » et sur les arguments avancés par les autorités pour justifier la confiscation des biens monastiques. En effet, certains actes officiels de la fin du xive et du début du xve siècle visent à justifier l’ampleur des mesures adoptées : dans ces documents, les autorités publiques font valoir que la finalité de cette mesure – « le bon usage » et « le bien commun » – en justifie à elle seule la mise en œuvre620.

La date et le contexte historique du décret

  • 621 Vatopédi III, no 199, l. 1.
  • 622 Voir par exemple, Lavra IV, p. 52 : « au lendemain de la Marica », ou Bartusis, Byzantine Army, p. (...)

149L’allusion, trop vague, à la période « peu après la mort du despote de Serbie, feu Uglješa » dans l’acte de Manuel II de décembre 1408 ne permet pas de dater avec précision le décret de « pronoïarisation »621. L’historiographie l’a traditionnellement placé à l’époque de la défaite serbe de la Maritza, vers 1371 ou « peu après », ce qui le faisait coïncider avec les débuts de la reconquête byzantine de la Macédoine622. Toutefois, la nouvelle chronologie de l’avancée byzantine et le séjour de l’empereur Jean V dans cette région (1374-1375) invitent à reconsidérer la date traditionnellement admise. Une nouvelle datation peut d’ailleurs éclairer les raisons qui conduisirent le souverain byzantin à prendre cette mesure drastique.

  • 623 Voir par exemple le cas de l’aristocrate Alexios Palaiologos qui, ayant perdu ses titres de propri (...)
  • 624 On a vu le cas du mégas domestikos Dèmètrios Palaiologos et de son épouse Anna Kanta-kouzènè Palai (...)
  • 625 Il s’agit de la lettre L188/T161. Sur Radènos, voir supra, p. 237, n. 536. Selon Kydônès, Radènos (...)

150Le décret de « pronoïarisation » visait en même temps à limiter l’excessive influence des grands monastères sur la propriété foncière dans la région et à mettre à disposition de l’État davantage de terres à accorder en pronoïai aux soldats. Les institutions monastiques, en particulier celles de l’Athos, durent probablement remporter une grande part des procès judiciaires qui eurent lieu à cette époque au sujet des biens fonciers, principalement grâce à la bonne conservation de leurs archives et à leur influence auprès des pouvoirs publics en Macédoine. Les moines durent présenter à l’appui de leurs revendications des actes délivrés par les Serbes aussi bien que par les Byzantins, firent confirmer leurs diplômes par les autorités ecclésiastiques en poste dans les années 1370 et eurent recours, au besoin, à la fabrication de faux. En revanche, les autres propriétaires, principalement ceux de rang moyen, avaient non seulement perdu leurs titres lors des troubles et durant l’exil623, mais ils cédaient fréquemment aux pressions des moines en échange de l’octroi de pensions viagères624. C’est pourquoi, loin de favoriser le groupe des propriétaires laïcs de l’Empire, le retour de l’administration byzantine en Macédoine ne fit vraisemblablement que confirmer la prééminence de la grande propriété monastique. On pourrait par exemple évoquer le contenu d’une lettre de Kydônès qui fait allusion aux difficultés financières que traversait à cette époque son ami Radènos, parti en Macédoine vers l’été 1375 dans l’espoir d’un retour de fortune625.

  • 626 Il faut peut-être aussi songer à un accroissement des privilèges fiscaux accordés par les souverai (...)

151La restauration de l’autorité byzantine en Macédoine ne semble pas avoir davantage favorisé le redressement des finances publiques, puisque le nombre de biens du fisc dans la région avait considérablement diminué à l’époque de la domination serbe626. Durant cette période, une bonne partie des terres et des revenus de l’État avait été cédée à des propriétaires privés, comme le prouvent les nombreuses donations du tsar Étienne Dušan aux monastères de l’Athos, ainsi que la confiscation des biens détenus en pronoiai afin de les concéder aux moines. Il est certes difficile de mesurer les conséquences réelles de cette politique sur l’ensemble des terres de la Macédoine et de chiffrer, même approximativement, le pourcentage des terres publiques qui passa alors aux monastères, mais ce dernier pourrait avoir été conséquent.

  • 627 L’ordonnance de Jean V fut confirmée par le patriarche Philothéos Kokkinos en janvier 1375 : voir (...)

152Nous connaissons pour la même époque un cas qui peut constituer un parallèle à la politique de distribution de biens publics entreprise par les souverains serbes. Il s’agit de la distribution par les prôtoi serbes aux grands monastères de l’Athos de la plupart des kellia du Prôtaton. On a vu en effet que l’une des mesures prises par Jean V lors de son séjour en Macédoine avait été l’abrogation de ces donations de kellia en vue de contrecarrer l’appauvrissement de l’institution centrale de l’Athos, qui agissait comme représentante de l’empereur au sein de la communauté monastique627.

  • 628 Sur la présence des Athonites dans la vie politique de la principauté serbe de Serrès, voir Ostrog (...)

153Cette politique de distribution des terres publiques aux particuliers répondait au besoin de consolider l’autorité serbe sur la région en s’appuyant sur les élites locales et en particulier sur les monastères athonites qui possédaient déjà un large réseau de propriétés dans la région. Ces derniers semblent avoir joué un rôle important dans l’administration de la Macédoine dans les années 1350 et 1360, les moines figurant alors au sein des principaux tribunaux ainsi que des conseils des seigneurs serbes établis à Serrès. Il n’est du reste pas étonnant que ces souverains aient contribué activement à l’enrichissement des moines et à la fondation de nouveaux monastères sur la Sainte Montagne. Parallèlement, ils favorisèrent l’établissement des moines serbes à la tête des grands monastères de l’Athos comme moyen d’augmenter leur propre influence sur la vie interne de la communauté628.

154Dans les années 1370, le rôle prééminent des moines de l’Athos et le nombre important des biens qu’ils avaient réussi à obtenir au cours de la période de la domination serbe apparurent sans doute aux yeux du souverain byzantin comme l’un des principaux obstacles à la consolidation de son autorité et au renflouement du groupe des grands propriétaires laïcs. Ce fut sans doute la raison principale qui poussa Jean V à confisquer la moitié des biens monastiques, mais pas avant d’avoir recouvré une bonne partie de la province, c’est-à-dire vers 1375.

  • 629 Vatopédi II, nos 147 (décembre 1375) et 148 (mars 1376). Ces actes furent dressés par le mégas char (...)

155Il est par ailleurs vraisemblable que la mise en œuvre d’un tel décret, qui remettait totalement en cause le statu quo foncier dans la région, ait nécessité une mise à jour préalable du cadastre. Nous allons voir en effet que plusieurs actes de la fin de l’année 1375 et du début 1376 suggèrent que, précisément à cette époque, on procéda à un recensement de la province de Macédoine629. Enfin, la mise en place du décret de « pronoïarisation » coïncida avec la montée en puissance des Ottomans, qui faisait planer à nouveau la menace d’une invasion ennemie en Macédoine. L’attribution de biens monastiques aux pronoïaires contribua certes à améliorer les conditions de défense du territoire, mais cela s’avéra en définitive insuffisant pour conjurer la conquête ottomane.

4. L’aristocratie foncière et le coup d’État d’Andronic IV

156La reconquête d’une partie de la Macédoine avait enfin apporté à Jean V la récompense de tous ses efforts. On a vu qu’après la deuxième guerre civile, ce souverain avait poursuivi une subtile politique d’alliances avec les pouvoirs slaves des Balkans et de rapprochement avec l’Occident afin de restaurer l’Empire dans ses frontières antérieures et de freiner l’avancée ottomane. Aux yeux des Byzantins, le résultat de cette politique avait été néanmoins modeste et le prix payé élevé, car les nombreuses guerres et les fréquentes humiliations reçues des Latins n’avaient permis de récupérer que quelques villes de la côte de la mer Noire et le port de Gallipoli. Même si leur importance stratégique était reconnue par les contemporains, aucune de ces conquêtes n’avait permis aux sujets de l’empereur de recouvrer une partie de leur ancien patrimoine foncier et, ce qui était encore plus grave, aucune de ces conquêtes n’avait ralenti le rapide appauvrissement de l’aristocratie. Toutefois, la situation avait complètement changé en 1373, en particulier depuis l’accord conclu entre l’empereur et le souverain ottoman, lorsque l’autorité byzantine s’était trouvée consolidée en Macédoine et qu’une partie de la province était revenue au pouvoir de l’Empire.

157En 1375, une majorité de la société byzantine pensait que la collaboration avec les Ottomans était plus avantageuse que la politique de rapprochement avec l’Occident, car la paix avec les Turcs avait permis de rétablir en partie le contrôle sur les campagnes et de remettre en culture les terres qui restaient à l’Empire. Pour la première fois en vingt ans, les grands propriétaires fonciers pouvaient faire rentrer la récolte et songer à restaurer leur ancien train de vie. Néanmoins, la situation allait bientôt se détériorer, car le souverain ottoman Murad posa de nouvelles conditions pour reconduire la paix conclue en 1373 : vers l’été 1375, il exigea des Byzantins la reddition du port de Gallipoli, qui lui permettrait dorénavant de traverser librement les Détroits sans l’aval de l’Empire. En termes politiques, la reddition de Gallipoli signifiait la reconnaissance par Byzance de sa soumission envers les Ottomans. L’autre option, leur refuser ce port, supposait le retour aux armes et l’abandon de tout espoir de rétablir la situation économique dans les campagnes.

Ottomans et Byzantins vers 1375. La pénétration turque dans l’Empire

  • 630 La lettre du pape est éditée dans Acta Gregorii XI, no 134. Voir aussi Halecki, Un empereur, p. 30 (...)
  • 631 La lettre de Jean V n’est pas conservée : voir Dölger, Regesten V, no 3143. On sait, d’après la ré (...)
  • 632 Sur la visite de Jean V à Buda en 1366, voir supra, p. 130. Le pape écrivit à Louis de Hongrie le (...)

158Le 28 janvier 1375, le pape Grégoire XI écrivit à l’empereur Jean V dans des termes que Halecki a qualifié de « chaleureux et aimables »630. Peu avant, le pontife avait reçu une lettre de l’empereur que lui avait apportée l’évêque Jean de Tabriz à son retour d’Orient631. Bien que la lettre impériale ne soit pas conservée, il est facile d’en deviner le contenu à partir de la réponse du pape : Jean V avait informé Grégoire XI de la dégradation de la situation politique de l’Empire. Malgré la trêve conclue en 1373, une nouvelle confrontation avec les Ottomans paraissait désormais fort probable. La preuve en était que le souverain byzantin demandait au pape d’exhorter le roi de Hongrie, Louis d’Anjou, à prêter sa collaboration à la lutte contre les Turcs. L’empereur rappelait au pontife que, lors de sa visite à Buda dix ans auparavant, en 1366, Louis de Hongrie avait promis d’aider l’Empire si Jean V embrassait le catholicisme632. L’ayant fait, l’empereur demandait à présent l’aide promise, en particulier l’envoi des troupes à Constantinople.

  • 633 Le 13 février 1375, le pape écrivit aux frères dominicains installés à Constantinople et à Péra po (...)
  • 634 En janvier 1375, le pape écrivit aussi au moine Iôasaph Kantakouzènos pour le féliciter de son att (...)

159Malgré la gravité de ces informations, la lettre de Jean V avait rempli le pape Grégoire XI d’optimisme, car il y annonçait la fin prochaine de l’entente entre Byzantins et Ottomans et le retour à la politique de rapprochement avec les puissances occidentales. Outre cette lettre, le témoignage oral de l’évêque de Tabriz vint renforcer ses espoirs ; celui-ci, qui avait séjourné quelques jours à Constantinople dans son voyage de retour en Occident, avait vu comment, à l’issue des débats tenus en octobre 1374 entre certains dominicains installés à Constantinople et des prélats orthodoxes, beaucoup des Byzantins avaient décidé de se convertir au catholicisme633. L’ex-empereur Jean VI, à l’époque le moine Iôasaph, présent lors de ces discussions, aurait même reconnu alors le primat de l’Église romaine634.

  • 635 Dennis, The Reign of Manuel II, p. 36 : ceterum quia intelleximus, quod iidem Turchi, post factam p (...)

160Toutefois, le rapport de Jean de Tabriz confirmait aussi les informations inquiétantes sur la situation à Constantinople. Il avait raconté au pape que, grâce à la trêve conclue avec les Byzantins, les Ottomans se rendaient en grand nombre dans la capitale de l’Empire et s’y livraient à des abus. Le témoignage de l’évêque de Tabriz, ainsi que l’urgence avec laquelle Jean V sollicitait l’aide de l’Occident, avaient suffià alarmer Grégoire XI. Dans sa lettre à Jean V, le pontife ne cachait pas sa préoccupation et prévenait l’empereur que les Turcs pouvaient tromper sa confiance et s’emparer par surprise de sa capitale635.

  • 636 Cf. supra, p. 233, n. 529.
  • 637 Sur cette question, voir Halecki, Un empereur, p. 308-311, et Estangüi Gómez, Un monastère catholi (...)

161À l’époque où Grégoire XI écrivait à Jean V, une ambassade du pape était déjà en route vers Constantinople. Elle était peut-être arrivée dans l’Empire dès la fin de janvier 1375636. Grégoire rappelait dans sa lettre l’objet de la mission de ses émissaires, à savoir faciliter la conclusion d’une union des Églises ; à ce propos, il ne manquait pas de faire allusion à la réaction de l’Église orthodoxe qui s’était livrée à une véritable persécution contre les Byzantins ayant embrassé le catholicisme637. Le pape demandait à l’empereur de les protéger et de mettre un frein à ces exactions.

  • 638 Raynaldus, 1375, no 6, et G. Fejér, Codex diplomaticus Hungariae ecclesiasticus et civilis, t. 9/5, (...)
  • 639 La lettre à Louis de Hongrie est éditée dans Raynaldus, 1375, nos 7 et 8, et celle à Jeanne de Sic (...)

162Quant à la lutte contre les Turcs, le pape y avait déjà montré son engagement. Le même mois de janvier, il avait écrit au roi de Hongrie, l’exhortant à collaborer à l’organisation d’une croisade visant à aider Byzance à se libérer des Turcs638. Le problème fut certainement abordé lors des entretiens entre les envoyés du pape et l’empereur. Aucune source n’évoque l’issue de ces pourparlers, mais leur contenu peut être déduit des deux lettres que le pape envoya en octobre 1375 au roi Louis de Hongrie et à la reine Jeanne de Sicile639.

  • 640 Cerasoli, Gregorio XI (cité note précédente), p. 6 : Civitas Constantinopolitana […] in magno perdi (...)
  • 641 Luttrell, Gregory XI and the Turks, p. 408. Cette information figure dans une lettre du 22 novembre (...)
  • 642 Cette information importante est presque passée inaperçue. Seul Luttrell, Gregory XI and the Turks (...)

163Le ton alarmant employé dans ces deux lettres montre que les émissaires du pape avaient constaté sur place la gravité de la situation. Grégoire incitait les deux souverains à collaborer à une coalition chrétienne pour freiner l’avancée turque et pour aider l’Empire car, si Constantinople tombait, « le reste des régions de l’Orient chrétien serait considérées comme perdues640 ». Il semble que, lors de ses conversations avec les envoyés pontificaux, l’empereur Jean V était même allé jusqu’à proposer au pape la cession de Thessalonique et d’une « autre » ville de l’Empire pour les mettre sous la protection des chevaliers hospitaliers de Rhodes641. Cette information montre à quel point l’empereur se trouvait incapable de freiner la poussée turque642.

La question de la reddition de Gallipoli aux Ottomans : une nouvelle datation du discours de Kydônès De non reddenda Gallipoli (été 1375)

  • 643 Le fait qu’Andronic IV ait livré Gallipoli aux Ottomans après son arrivée au pouvoir confirme les (...)

164Il est facile d’imaginer quelle était l’autre ville, en plus de Thessalonique, que Jean V était prêt à céder au pape et aux chevaliers de Rhodes pour éviter qu’elle ne tombât entre les mains de l’ennemi. Il ne peut s’agir que du port de Gallipoli. Il constituait le principal objectif politique des Ottomans depuis qu’ils l’avaient perdu en 1366643. On n’insistera pas sur son importance stratégique ; il était indispensable au contrôle de l’un des passages des Détroits. L’intérêt de Murad pour Gallipoli explique le changement de sa politique et l’évolution de ses relations avec les Byzantins vers 1375.

165Après avoir traversé les Détroits en 1373 pour aider Jean V à mater la révolte de son fils Andronic IV, nombre de Turcs durent rester sur le sol européen : Kydônès dit par exemple qu’ils étaient nombreux à Constantinople à la veille du coup d’État d’Andronic IV en 1376. Ils avaient commencé à consolider leur position en Europe, mais Gallipoli leur était nécessaire pour faire passer des troupes d’Asie en Thrace. En 1375, Murad imposa aux Byzantins la reddition de cette ville comme condition sine qua non d’un renouvellement de la trêve.

  • 644 Ce discours est généralement connu sous son titre latin, Oratio de non reddenda Gallipoli (incipit (...)
  • 645 La précision chronologique « durant l’été » vient d’un passage du discours, sur lequel on aura l’o (...)

166La proposition de Murad fit l’objet d’un discours que Dèmètrios Kydônès prononça devant le sénat de la capitale. Son contenu témoigne des discussions passionnées que cette question provoqua à Constantinople644. Ce discours est essentiel pour comprendre le climat politique à la veille du coup d’État d’Andronic IV, mais il n’a pas réellement été exploité à cette fin, car jusqu’à présent il a été daté soit de l’été 1371 soit de l’été 1377 ou 1376645.

  • 646 Après avoir déclaré le retour sous la juridiction de Constantinople des métropoles qui étaient sou (...)
  • 647 Voir Charanis, Strife, p. 296-297, et Barker, Manuel II, p. 16, n. 38 et p. 460-461. L’hésitation (...)

167L’argument principal invoqué par les historiens en faveur de l’été 1371 est une allusion de Kydônès à une ambassade serbe qui venait de se rendre à Constantinople afin de conclure avec les Byzantins une alliance contre les Turcs. Or, on sait que le despote Uglješa, peu avant la bataille de la Maritza, avait envoyé à Constantinople une délégation chargée de réclamer l’aide militaire de l’Empire et de traiter la question de la réconciliation des Églises serbe et byzantine646. Quant à ceux qui ont pensé que le texte devait dater de l’été 1377 ou de l’été 1376, ils ont simplement invoqué à l’appui de leur hypothèse la date de la reddition définitive de Gallipoli aux Ottomans par Andronic IV. Selon ces auteurs, Kydônès aurait prononcé alors devant le sénat de Constantinople (et en présence de l’empereur ?) un discours dans lequel il s’opposait avec véhémence à la remise de ce port, mais son effort aurait été vain, l’empereur Andronic ayant finalement cédé aux instances des Turcs647.

168Aucune des hypothèses ne me semble recevable. Il est invraisemblable qu’en 1371, Murad Ier ait exigé des Byzantins la remise de Gallipoli. À cette époque, les Ottomans n’avaient aucune moyen d’agir en Europe sans l’aide des Byzantins (ils ne contrôlaient pas les Détroits) et ils étaient donc dans l’incapacité de réclamer cette ville par la force des armes. Même dans le cas, peu probable, où Andronic IV – qui gouvernait alors à Constantinople en l’absence de son père – aurait promis dès cette époque Gallipoli aux Ottomans contre leur aide pour s’emparer du pouvoir, il n’aurait évidemment pas demandé l’avis du principal conseiller de Jean V et il n’aurait surtout pas convoqué une séance du sénat pour y discuter les points de vue des uns et des autres. Il en va de même pour 1376 ou 1377 : il est peu probable qu’après son coup d’État, Andronic IV ait convoqué le sénat pour écouter l’avis d’un Kydônès qui incarnait le parti de son père déposé.

  • 648 Voir Lascaris, Le patriarcat de Peć ; Laurent, L’archevêque de Peć ; Soulis, The Serbs, p.105 ; et (...)
  • 649 Rappelons que la partie du registre patriarcal concernant les années 1375-1379 n’est pas conservée (...)
  • 650 La source la plus importante est l’œuvre du continuateur de l’archevêque Danilo II (voir Danilo II (...)

169La date de l’été 1375 est en revanche beaucoup plus vraisemblable, car elle coïncide avec la dégradation des rapports byzantino-ottomans que nous avons évoquée et précède le coup d’État d’Andronic IV, qui entraîna la perte effective de Gallipoli. De plus, l’argument de l’ambassade serbe convient aussi parfaitement pour cette date : vers juin 1375, une délégation du prince serbe Lazar arriva dans la capitale de l’Empire pour conclure une alliance avec les Byzantins. Les Serbes promirent de soumettre le reste de leurs métropoles à l’autorité du patriarcat constantinopolitain et d’aider l’empereur dans la lutte contre les Turcs648. Si cette ambassade n’a pas attiré toute l’attention qu’elle méritait de la part des historiens qui ont étudié ce discours, c’est peut-être parce qu’aucune source grecque n’en parle649. Seules en témoignent quelques chroniques serbes, dont il n’y a pas à douter de l’historicité650.

  • 651 Cf. Loenertz, Démétrius Cydones II, p. 6. Pour la date de cette réconciliation, voir aussi Tinnefe (...)
  • 652 Kydônès, De non reddenda Gallipoli, col. 100919-22 : ἡ μὲν οὖν βουλὴ καὶ ἡ καθημέραν γινομένη πρὸς (...)
  • 653 Ibid., col. 101222-10136. Kydônès dit que Gallipoli était la plus précieuse des possessions de l’Em (...)
  • 654 Ibid., col. 10165-101741. Voir par exemple col. 101721-26 : πάντως ἀνάγκη κύπτειν εἰς γῆν, καὶ συγχ (...)

170Durant l’été 1375, Kydônès pouvait sans conteste participer aux séances du sénat et y parler au nom de l’empereur parce qu’il s’était déjà réconcilié avec ce dernier651. Dans son discours, l’ancien conseiller principal se prononce contre la cession de Gallipoli à Murad, même si celui-ci l’avait exigée comme condition de la paix652. Il rappelle l’importance stratégique de ce port, dont la perte avait déjà provoqué de terribles conséquences par le passé, et souligne que renoncer à la possession de cette ville supposerait de laisser aux Ottomans le contrôle des Détroits et de la région environnante653. Pour Kydônès, cela signifiait céder au chantage de l’ennemi ; pire encore, cela constituait une humiliation à l’égard des Occidentaux qui s’étaient emparés de Gallipoli dix ans auparavant et l’avaient rendue à l’Empire. Toute l’Europe serait scandalisée si les Byzantins y renonçaient à présent et, par conséquent, l’Église romaine n’aiderait plus l’Empire à lutter contre les barbares654.

  • 655 Ibid., col. 10247-16 : οὗτοι δὲ μετὰ τὴν Μυσῶν πρότερον τὴν Τριβαλῶν νῦν ἄγουσι καὶ φέρουσι βασιλεί (...)
  • 656 Ibid., col. 10339-12 : ἀλλὰ μὴν καὶ παρὰ τῶν Τριβαλῶν ἥκουσι πρέσβεις, ἀξιοῦντες κοινῇ τοὺς κοινοὺς (...)

171Même en cédant Gallipoli, continuait Kydônès, l’Empire ne jouirait jamais d’une paix durable puisque, après avoir vaincu les Serbes et les Bulgares, les Ottomans se retourneraient contre Constantinople et demanderaient enfin « notre liberté et notre capitale »655. Selon l’orateur, l’attitude de Murad montrait que la guerre était de toute façon inévitable et qu’il valait mieux l’entreprendre tout de suite, dans les meilleures conditions possibles, car on pouvait compter sur le soutien des Serbes, dont une ambassade avait été récemment reçue à la cour impériale656.

  • 657 Ibid., col. 1009 : καὶ τό γε πλεῖστον τῆς πόλεως, καὶ τῶν συμβουλεύειν εἰωθότων, φασὶ δεῖν ἤδη διδό (...)
  • 658 Ibid., col. 102030-31 : ἐν ἀκμῇ μὲν τὸν σῖτον.
  • 659 Ibid., col. 102819-35 ; voir par exemple l. 21-23 : μηδὲ ἐρωτᾶτε, εἰ δίκαιον ἀντεχομένους ταύτης ἀπ (...)

172Bien que les arguments de Kydônès puissent nous paraître aujourd’hui lucides autant que fondés, la plupart des Constantinopolitains étaient d’un avis contraire657. Après avoir bénéficié de quelques mois de paix, ils ne voulaient pas revenir à l’état de guerre antérieur, « parce que le blé avait poussé », dit Kydônès658, et ils voulaient faire rentrer la récolte de cette année659.

  • 660 Voir par exemple Halecki, Un empereur, p. 244 : « Il était facile à Cydonès de répondre à l’object (...)

173La plupart de ceux qui ont étudié le discours de Kydônès sont d’accord pour qualifier cet argument de la récolte de « superficiel » et certains ont même pensé que le principal conseiller de Jean V cachait les véritables mobiles du parti adverse pour donner plus de force à son propre discours660. En effet, entendu hors du contexte, justifier la cession de l’important port de Gallipoli par la nécessité de faire rentrer tranquillement la récolte durant une année peut paraître un argument frivole. Toutefois, cette phrase apparemment banale traduit avec ironie mais exactement les motifs réels pour lesquels la plupart des membres du sénat s’opposaient à la guerre contre les Turcs, préférant rendre Gallipoli en échange de la paix. Ce souci de « rentrer la récolte » doit être mis en rapport avec l’exploitation des biens fonciers que les grands aristocrates venaient à peine de récupérer en Macédoine. La possibilité d’exploiter à nouveau ces terres leur offrait l’espoir de rétablir les fondements économiques de leur antique prédominance sociale.

  • 661 Kydônès, De non reddenda Gallipoli, col. 102835-41 : ἔστω γὰρ, καὶ συγκεχωρήσθω τὴν Καλλίπολιν ἐκδό (...)
  • 662 Ibid., col. 102847-49 : τί ποτ᾽αὐτοῖς δώσομεν ὑπὲρ τῆς κομιδῆς τῶν ὡραίων ; Σηλυβρίαν ἐρεῖ τις ἢ Πε (...)

174« Consentons donc à livrer Gallipoli pour pouvoir collecter le blé ! » – s’écriait Kydônès – « mais nous allons collecter en abondance seulement durant l’année en cours », puisque, argumentait-il, les Turcs ne respecteront pas leurs promesses : « Ils ont souvent promis beaucoup de choses et ils ont toujours fait le contraire de ce qu’ils avaient promis661. » Kydônès pensait qu’après s’être emparés de Gallipoli, les Turcs réclameraient d’autres villes à l’empereur. L’année suivante, demande Kydônès, « que leur donnera-t-on pour pouvoir rentrer la récolte ? Sélymbria ou Périnthos [Héraclée] ? Soit tout ce qui reste de la gloire de l’Empire662. »

  • 663 Ibid., col. 10295-7 : νῦν μὲν καὶ μὴ γεωργοῦσιν ἡμῖν ἡ θάλαττα τὰ παρὰ τῶν ἄλλων γεωργούμενα κομιεῖ (...)
  • 664 On a vu que sur ce point Kydônès changea d’avis dans les années suivantes : cf. supra, p. 200-201.

175Kydônès exhortait l’assemblée des notables à se tourner vers la mer : « Maintenant que nous ne pouvons pas cultiver la terre, la mer fournit les fruits cultivés par d’autres663. » Or, abandonner la terre pour la mer impliquait céder le pas aux classes marchandes et aux hommes d’affaires de la capitale. Kydônès demandait implicitement donc à l’ancienne aristocratie sinon de renoncer à ses privilèges et à son rôle politique, du moins de les partager avec ces « nouveaux riches » qui devenaient de plus en plus influents à Constantinople664.

176Pour les grands aristocrates, il s’agissait de sacrifier leur source traditionnelle de richesse pour le salut de l’Empire, de reprendre à nouveau les armes contre les Turcs, de se replier une fois encore derrière les remparts des villes et d’attendre le secours de l’Occident. Les magnats avaient déjà vécu cela durant le troisième quart du xive siècle, lorsque les Serbes et plus tard les Turcs avaient commencé à ravager le pays. Durant cette période, ils s’étaient endettés et considérablement appauvris, même ceux d’entre eux qui, restés proches de l’empereur, n’en avaient pas moins vu leur rôle politique commencer à décliner. Ils avaient pu constater tout au long de cette période que la politique de rapprochement avec l’Occident avait donné peu de fruits. En ce qui les concernait, ils n’avaient réussi à recouvrer aucun des territoires qu’ils avaient perdus et leur situation financière ne s’était en rien améliorée. En revanche, depuis environ un an que durait la paix avec les Ottomans, une bonne partie de la Macédoine était revenue sous l’autorité byzantine, leur permettant de récupérer plusieurs de leurs anciens domaines fonciers. C’est pourquoi, malgré les sombres prémonitions de Kydônès, ils continuaient à penser que la collaboration avec les Ottomans pouvait leur permettre de conserver leurs terres tout en leur épargnant les attaques continuelles de ces derniers.

177Pourtant, en dépit de l’hostilité des grands aristocrates, l’opinion exprimée par Kydônès prévalut, parce qu’elle était partagée par l’empereur Jean V qui, vers la même époque, avait fait part aux envoyés du pape de son désir de remettre Thessalonique et une autre ville de l’Empire, certainement Gallipoli, sous l’autorité du pontife pour empêcher leur capture par les Ottomans. La reprise des hostilités avec Murad semblait donc imminente, mais le coup de force d’Andronic IV en juillet 1376 entraîna un changement de la politique de l’Empire.

Le pronunciamiento d’août 1376 et ses répercussions sur la situation de la propriété foncière

  • 665 Pour un exposé plus détaillé de ces événements, voir Barker, Manuel II, p. 27 et suiv., et Dennis, (...)

178Écarté du pouvoir après sa rébellion de 1373, Andronic IV avait été déporté dans l’île de Lemnos et, plus tard, placé en résidence surveillée dans un monastère de Constantinople. Dans la première moitié de l’année 1376, il réussit à s’échapper et trouva refuge dans la colonie génoise de Péra, en face de Constantinople. Au mois de juillet de la même année, il mettait le siège devant la capitale byzantine et, le 12 août, il y fit son entrée triomphale, accompagné de sa femme et de son fils Jean VII. L’empereur Jean V et ses deux autres fils Manuel II et Théodôros se replièrent dans la forteresse de la Porte Dorée, mais ils furent finalement capturés et enfermés dans une tour de la capitale665.

  • 666 Sur la question de Ténédos, voir supra, p. 223, n. 480 (avec bibliographie).
  • 667 Après l’échec de l’ambassade d’Andrea Gradenigo durant l’été 1375 pour renouveler l’accord entre B (...)
  • 668 Liber iurium, t. 2, no 250, p. 819-821 ; nouv. éd. Mambrini, Libri iurium, t. 2/3, p. 523-526, no 3 (...)
  • 669 Sur cet épisode, voir Loenertz, Notes d’histoire et de chronologie, p. 167 ; Thiriet, L’occupation (...)
  • 670 En riposte à la prise de Ténédos par les Vénitiens en octobre 1376, les Génois attaquèrent les ter (...)

179Pour son coup d’État, Andronic IV put compter sur le soutien d’alliés étrangers, les Génois et les Ottomans. On a vu que les premiers avaient trouvé dans le jeune prince le meilleur défenseur de leurs intérêts, en particulier à propos de l’épineuse question de Ténédos. Andronic IV pourrait s’être opposé à la cession de cette île aux Vénitiens dès 1370, lors du voyage de son père Jean V en Italie, et à nouveau en mai 1373, lors de sa révolte conjointe avec un prince ottoman666. Dans la première moitié de 1376, la reprise des contacts entre Jean V et les Vénitiens au sujet de Ténédos avait à nouveau alarmé les Génois, qui firent appel à Andronic IV pour s’emparer de l’île667. En effet, peu après son arrivée au pouvoir, Andronic délivra un document en faveur des Génois, daté du 23 août 1376, leur accordant la possession de Ténédos668. Toutefois, tout ne devait pas se dérouler comme les Génois l’avaient espéré, puisque la garnison de l’île refusa de laisser entrer leurs navires et permit au contraire l’accostage des navires vénitiens, en octobre de la même année669. Ce fut le début d’une longue guerre, connue sous le nom de « guerre de Chioggia », qui opposa pendant cinq ans les deux républiques italiennes670.

  • 671 Andronic IV se serait rendu auprès de Murad (en Anatolie ?) à une date indéterminée entre son coup (...)
  • 672 J’ai présenté plus haut des réserves quant à la possibilité que Byzance soit devenu un État vassal (...)

180Le soutien accordé par Murad à Andronic répondait à son propre désir de s’emparer de Gallipoli, que Jean V lui avait refusée. L’usurpateur se serait rendu auprès du souverain ottoman pour lui remettre les clefs de la ville, peut-être dès septembre 1376671. Toutefois, les exigences des Ottomans en échange de leur concours dans le coup d’État d’Andronic IV allaient bien au-delà de la seule remise de Gallipoli. Murad réclamait aussi du nouvel empereur le versement d’un tribut en argent et l’envoi de troupes pour combattre ses ennemis, allant jusqu’à demander la participation personnelle de l’empereur à ses campagnes militaires. Ce fut en effet à cette époque que l’Empire byzantin devint véritablement un état vassal des Turcs672.

  • 673 L’intérêt pour l’histoire byzantine de la chronique de Caroldo, qui écrivait certes au début du xv (...)
  • 674 Passage édité par Loenertz, Jean V à Venise, p. 230-231, et Chrysostomides, Studies, p. 168-169 : (...)

181Andronic IV avait certainement bénéficié d’un autre soutien pour son coup d’État : celui de la grande aristocratie byzantine. La participation de cette dernière apparaît plus discrètement dans les sources que l’appui des Génois et des Ottomans, mais l’aide d’autres « amis » d’Andronic n’en est pas moins mentionnée par deux chroniqueurs médiévaux, Daniele di Chinazzo, contemporain des faits (« e altri amixi de lo fiolo delo imperador »), et Andrea de Redusiis de Quero, qui fut chancelier de la commune de Trévise au début du xve siècle (« cum amicis Chirandronici »). Ces « amis » (visiblement des Byzantins) ne peuvent guère être que des membres de l’aristocratie. Une version de la chronique vénitienne de Gian Jacopo Caroldo673, s’inspirant au xvie siècle de ces sources médiévales, les paraphrase fort judicieusement de la manière suivante : « Les Génois, ayant pris connaissance de l’accord conclu entre Jean [V] et la Seigneurie [de Venise] par l’entremise de Marco Giustinian, firent guérir Andronic [IV], lui fournirent de l’argent et des hommes et lui accordèrent la possibilité, avec l’aide des nobles ennemis de son père (“baroni inimici del padre”), de se faire empereur et de mettre son père en prison674. »

  • 675 Ce fut le cas par exemple de l’aristocrate Théodôra Palaiologina Philanthrôpènè et de son entourag (...)
  • 676 Des actes du registre patriarcal postérieur à la chute d’Andronic IV (1382) parlent du départ d’un (...)
  • 677 Kydônès fait vraisemblablement allusion à l’opposition que certains de ses compatriotes manifestai (...)

182Le rattachement d’une partie importante de l’aristocratie à la cause d’Andronic IV est cependant également suggéré par la documentation byzantine ultérieure. Des parents proches de l’empereur Jean V, des membres de son entourage et des hauts fonctionnaires de son administration sont attestés par la suite auprès d’Andronic IV et de son fils Jean VII675. D’ailleurs, plusieurs sources témoignent aussi d’une certaine préférence de la population de Constantinople pour la branche aînée des Paléologues676. La raison principale de ce soutien serait toujours la paix avec les Ottomans, car c’était la condition indispensable pour l’exploitation des champs et toute autre activité économique677.

  • 678 Il s’agit des actes Vatopédi III, no 155 (juin 1377) ; Lavra III, no 149 (mai 1378) ; Zographou, n(...)
  • 679 L’original n’est pas conservé, ce qui empêche d’en étudier le ménologe pour déterminer son auteur. (...)
  • 680 Voir Vatopédi II, p. 385. Le recensement de décembre 1375 est l’acte Vatopédi II, no 147.

183Après son avènement, Andronic IV récompensa les grandes fortunes foncières par de nouveaux biens. Nous connaissons en effet plusieurs documents conservés dans les archives athonites qui datent du règne de cet empereur, entre 1376 et 1379, et qui témoignent de la concession de terres et de revenus à certains aristocrates ainsi qu’aux institutions monastiques de Macédoine. Ces archives athonites préservent au moins cinq actes délivrés par Andronic IV en faveur de monastères ou d’aristocrates678. Arrêtons-nous simplement sur l’un d’eux, parce qu’il a été jusqu’à présent considéré à tort comme un prostagma de l’empereur Jean V. Il est édité dans le volume II des Actes de Vatopédi sous le no 142, avec le titre « ordonnance de Jean V Paléologue »679. Par ce document, un empereur ordonne que la partie du domaine de Stylarion, en Chalcidique occidentale, qui avait été soustraite à Vatopédi par le prôtostratôr Chrysos, soit restituée au monastère. L’acte ne comporte aucun élément de datation. Les éditeurs ont proposé de le situer « entre 1369 et 1375 » en raison de plusieurs indices : 1) Il est nécessairement postérieur à la donation de Stylarion à Vatopédi par le mégas domestikos Alexios Métochitès, ancien gouverneur de Thessalonique, en juin 1369. 2) Il est probablement postérieur à 1371, date admise par les éditeurs pour le décret de « pronoïarisation » de la moitié des biens monastiques, car il est question d’un morcellement de cette terre. 3) Il est – selon ses éditeurs – antérieur à décembre 1375, date d’un recensement par lequel le domaine de Stylarion fut divisé en deux parties, Vatopédi recevant alors les deux tiers de chaque partie (c’est-à-dire que le fisc confisquait le tiers de Stylarion)680.

  • 681 Pour ce personnage, voir supra, p. 253, n. 629.
  • 682 Ici, l’empereur en question est Jean V qui avait séjourné en Macédoine durant une partie de l’anné (...)
  • 683 Vatopédi II, no 147, l. 43-44 : ὁμοῦ σχοινία φδ´, ἃ κατὰ τετραγωνικὴν πλευράν, ἀφηρημένων τῶν δεκάτ (...)
  • 684 La moitié de la terre de Stylarion fut divisée en deux moitiés et chaque moitié en trois parties, (...)

184Le recensement de décembre 1375, argument principal des éditeurs pour attribuer le prostagma à Jean V, est attesté par un praktikon du mégas chartoularios Laskaris Métochitès681. L’empereur avait ordonné à Métochitès de procéder à l’enregistrement des parèques possédés par Vatopédi dans la commune de Saint-Mamas ainsi que de la terre de Stylarion, sauf le tiers des parèques et de la terre qui devait revenir au fisc682. Métochitès procéda à la délimitation de la terre de Stylarion : « En tout 504 schoinia, qui, selon les côtés diminués du dixième, font selon les géomètres expérimentés une superficie de 6 361,5 modioi683. » On notera que cette quantité correspond environ à la moitié de la terre donnée au monastère par le mégas domestikos Alexios Métochitès en décembre 1369, laquelle mesurait – dit l’acte de donation – « environ 13 000 modioi ». Ensuite, l’agent du fisc procéda à la répartition ordonnée par l’empereur : deux tiers pour le monastère et un tiers pour le fisc. En tout, ont écrit les éditeurs de Vatopédi II, « il ne reste donc à Vatopédi en [décembre] 1375 qu’environ 4 200 modioi de terre »684.

  • 685 Il s’agit de l’acte Vatopédi III, no 155, déjà mentionné (cf. supra, p. 265, n. 678).

185Lorsque Métochitès dressa cet acte de décembre 1375, Vatopédi avait donc déjà été privé de la moitié de la terre de Stylarion et il se trouvait alors privé d’un tiers supplémentaire de ce qui lui restait. Des 13 000 modioi en 1369, il ne conservait, six ans plus tard, en 1375, que 4 200 modioi. Or, cela oblige à dater le prostagma attribué par ses éditeurs à Jean V (Vatopédi II, no 142) d’une époque postérieure à l’acte de recensement de Laskaris Métochitès de décembre 1375. Si le prostagma avait daté d’avant décembre 1375, le monastère aurait possédé au moment de la confiscation par Métochitès la totalité de la terre de Stylarion, c’est-à-dire « environ 13 000 modioi », et non la moitié. Il n’y a donc pas d’autre possibilité que d’admettre que Vatopédi fut mis en possession de la totalité de Stylarion après la date de décembre 1375 et vraisemblablement sous le règne d’Andronic IV ; le contenu de ce prostagma est au demeurant très proche d’une autre ordonnance délivrée par le même empereur en juillet 1377, par laquelle il remet à Vatopédi la partie d’un autre domaine, la terre de Raphalion, qui avait été auparavant accordée à une compagnie de soldats685.

  • 686 On ne sait rien de l’attitude des moines athonites à l’égard du coup d’État d’Andronic IV, mais ét (...)
  • 687 T. Bertelè, L’iperpero bizantino dal 1261 al 1453, Rivista italiana di numismatica e scienze affin (...)
  • 688 Voir par exemple Kydônès, Correspondance II, no 167 p. 3813-19 (traduction française de Cammelli, (...)
  • 689 À propos de la fin du règne d’Andronic IV, Chalkokondylès raconte un épisode étonnant. Selon ce ch (...)
  • 690 Pour le fil des événements, voir Barker, Manuel II, p. 31-36 (avec bibliographie).

186On ne sait pas si ces mesures, qui revenaient sur les conséquences du décret de « pronoïarisation » des biens monastiques promulgué par l’empereur Jean V, étaient de portée générale ou si elles étaient bornées à quelques cas particuliers. Quoi qu’il en soit, elles sont significatives de la politique d’Andronic IV, favorable à la restitution des biens fonciers aux grands propriétaires qui – on l’a dit – avaient soutenu son coup d’État686. L’entente avec les Ottomans et l’attitude d’Andronic IV avaient donc largement profité au groupe des magnats qui pouvaient, enfin, profiter d’un contexte favorable leur permettant de mettre en exploitation leurs biens fonciers. Toutefois, après quelques mois, les premiers signes d’instabilité du nouveau régime apparurent687. Les Ottomans, même s’ils avaient respecté leur accord avec le nouvel empereur et consenti à la consolidation de la domination byzantine en Macédoine, devinrent très nombreux à l’intérieur de l’Empire et en particulier à Constantinople. Leurs ingérences dans le fonctionnement de l’État étaient fréquentes et leur comportement apparut arrogant et insupportable à la population, du moins aux dires de Kydônès688. Au bout de quelques années, le nouveau régime avait sans doute perdu une bonne partie de ses soutiens en raison de sa dépendance à l’égard des Ottomans689. Vers juin 1379, l’empereur Jean V et ses fils, Manuel et Théodôros, réussirent à s’échapper de leur prison puis à reprendre le pouvoir à Constantinople690. Andronic IV fut contraint de s’enfuir auprès de ses alliés de Péra et les combats entre les deux empereurs se poursuivirent jusqu’au printemps 1381. Vers la fin du mois d’avril, un accord fut finalement conclu entre Andronic IV et son père Jean V, mettant un terme aux conflits et établissant les bases de la nouvelle organisation territoriale de l’Empire.

  • 691 Après s’être enfuis de leur prison à Constantinople, Jean V et ses enfants se rendirent auprès de (...)

187La fin des combats inaugura une nouvelle période de l’histoire byzantine, dans laquelle le souverain ottoman apparut comme le véritable maître du jeu politique. Quant à Byzance, elle n’était plus en mesure de s’opposer à l’avancée turque, confirmant son statut d’État vassal des Ottomans691, tandis que Gênes et Venise, à cause de leur rivalité, avaient également perdu leur capacité d’agir contre les Turcs. Murad était alors prêt à entreprendre la conquête des Balkans.

***

188Le début des années 1370 constitue une période cruciale de l’histoire de l’Empire byzantin tardif. La reconquête d’une partie de la Macédoine avait engendré un débat, qui allait devenir récurrent, à propos de la possibilité et de la nécessité de cohabiter pacifiquement avec les Turcs, fermement établis sur le sol de Thrace depuis le milieu du xive siècle, ou de s’opposer au contraire à eux par les armes. Ce débat traduisait aussi les tensions internes qui parcouraient la société byzantine depuis des décennies, en raison de l’opposition entre l’ancienne aristocratie foncière et le groupe des marchands et des hommes d’affaires. La rivalité entre ces deux groupes avait déjà été l’une des causes de la deuxième guerre civile, mais l’accession au trône de Jean VI (1347) et plus tard celle de Jean V (1354) n’avaient pas permis de mettre un terme définitif au conflit. Le troisième quart du xive siècle avait été en effet une période d’attente, durant laquelle l’ancienne aristocratie avait essayé de survivre grâce à son rôle politique auprès de l’Empereur, alors que la situation géopolitique avait favorisé la montée en puissance du groupe des marchands, qui entretenait des liens étroits avec les cercles financiers latins.

189Toutefois, les événements politiques des années 1370 (défaite serbe à la Maritza, rivalité entre Gênes et Venise, révoltes d’Andronic IV) modifièrent les rapports de forces et donnèrent l’occasion aux grands aristocrates de prendre le dessus en recouvrant une partie de leurs anciens biens fonciers. Après les premiers succès, la collaboration avec les Ottomans était apparue comme une condition indispensable pour assurer la domination byzantine en Macédoine et donc permettre la mise en valeur des biens fonciers. Les débats qui eurent lieu à Constantinople durant l’été 1375 mirent en évidence l’opposition de la grande aristocratie (peut-être aussi d’une bonne partie de la population) à la politique de résistance à l’invasion turque en Europe grâce à l’aide de l’Occident, voulue par Jean V. Ces aristocrates virent en Andronic IV une alternative politique et formèrent un parti autour de lui.

190L’arrivée de ce parti au pouvoir implique toutefois en pratique la soumission de Byzance à l’égard des Ottomans, puisque ce fut à cette époque que l’empereur accepta de devenir le vassal du souverain turc et de lui payer un lourd tribut. À l’intérieur de l’Empire, le triomphe d’Andronic IV fut aussi celui des grands propriétaires fonciers. Plusieurs actes de la pratique témoignent en effet de l’attitude bienveillante d’Andronic à l’égard de ces groupes de la société byzantine. Toutefois, les bases sur lesquelles s’appuyait le nouveau régime étaient fort instables en raison de son entière dépendance envers les Turcs. Cette fragilité provoqua vers 1379 un nouveau bouleversement qui chassa Andronic du trône et permit le retour de Jean V. Mais, malgré le rétablissement de l’ancien empereur, l’Empire n’était désormais plus en mesure de renverser le cours des événements. Le souverain ottoman était entre-temps devenu le maître et l’arbitre de la situation et la conquête des derniers territoires byzantins n’était plus qu’une question de temps.

191L’échec d’Andronic IV entraîna la chute définitive du groupe des grands aristocrates. Les années 1380 virent l’irruption des marchands et des hommes d’affaires dans l’entourage proche de l’empereur, ainsi que leur accès aux principaux postes de l’administration centrale. Dans le dernier quart du xive siècle, Byzance perdit ses derniers territoires et dut trouver de nouvelles sources de financement à travers les revenus du commerce et les taxes qui grevaient les échanges. Cette réorientation de l’économie impériale arriva néanmoins trop tard et elle ne put empêcher le déclin politique de l’Empire. Vers la fin du siècle, les Ottomans étaient déjà prêts à s’emparer de Constantinople.

Notes

294 Pour une brève description de la situation économique de l’aristocratie byzantine à la fin de la période des Paléologues, voir Matschke, Tinnefeld, Gesellschaft, p. 56-57.

295 Sur cette question, voir en dernier lieu Laiou, Economic Concerns, p. 211 et suiv. : « In Thessalonike of the fourteenth century, there seems to have been vivid concern about lending at interest, and a generally negative attitude, in the texts that have survived. » Voir aussi supra, p. 51.

296 Estangüi Gómez, Théodôra Palaiologina. Il s’agit d’une branche cadette de la dynastie des Angéloi d’Épire, apparentée aux Palaiologoi. En revanche, le cas, étudié par Oikonomidès, de la famille Déblitzènoi ne saurait être représentatif du groupe des grands magnats de l’Empire ; même si elle réussit à acquérir un important patrimoine foncier en Macédoine, à la faveur de ses exploits militaires, cette famille était issue du groupe des archontes locaux (cf. ibid., p. 125, n. 1).

297 Anna Palaiologina est mentionnée dans deux actes patriarcaux de janvier et août 1400 qui concernent la même affaire : MM II, no 537, p. 329-333, et no 595, p. 422-423 ; voir aussi Darrouzès, Regestes VI, nos 3092 et 3155.

298 Estangüi Gómez, Les Tzamplakônes. La famille des Tzamplakônes avait déjà fait l’objet d’une étude par G. Théocharidès, Οἱ Τζαμπλάκωνες, Μακεδονικά 5, 1961-1963, p. 153-183. Toutefois, bien que fondé sur la riche documentation des archives de Vatopédi, l’article de Théocharidès contient de nombreuses erreurs, en particulier dans la reconstitution des liens de parenté.

299 Dèmètrios Tzamplakôn était le fils du mégas papias Alexios Tzamplakôn (1327-1332) : PLP 27748.

300 Sur ces deux personnages, voir supra, p. 47, n. 184 et p. 88, n. 357.

301 Kantakouzènos III § 87 ; II, p. 5358-11.

302 Dèmètrios lui-même le rapporte dans son testament, établi en 1366-1367, et conservé grâce à son remploi comme page de garde du manuscrit Vaticanus gr. 2176, fol. 1v, dont je fournis une nouvelle édition dans l’article mentionné supra : « Lorsque nous avons quitté Serrès pour Christoupolis… » (cf. Estangüi Gómez, Les Tzamplakônes, Annexe, l. 31, ὅταν ἐξηρχόμην ἀπὸ τῶν Σερρῶν πρὸς τὴν Χριστούπολιν ἀπερχόμενος).

303 Vatopédi II, no 118. L’acte ne mentionne pas l’endroit de rédaction, mais cette élection de sépulture et la signature d’un dignitaire de la Grande Église (c’est-à-dire du patriarcat) suggèrent que l’acte fut établi à Constantinople. Les autres parts du domaine du Galikos avaient appartenu aux deux frères de Dèmètrios, Asômatianos et Arsénios, qui en avaient déjà fait don à Vatopédi : ibid., p. 293.

304 Sur la prise de Christoupolis par les Serbes et sa reconquête ultérieure par les frères Alexioi, voir Estangüi Gómez, La région de Christoupolis.

305 Il s’agit d’une clause juridique contenue dans l’acte de donation de 1362 en faveur de Vatopédi, qui suggère que Dèmètrios avait perdu la plupart de ses biens immeubles, y compris les biens apportés par sa femme en qualité de dot. Pour plus de détails, voir Estangüi Gómez, Les Tzamplakônes.

306 Pour le lieu de rédaction du testament de Dèmètrios Tzamplakôn, voir Estangüi Gómez, Les Tzamplakônes.

307 Sur ces événements, voir supra, p. 142-147.

308 Estangüi Gómez, Les Tzamplakônes, Annexe, l. 24-25 (εὑρίσκεται ἐν τῇ Χριστοπόλει ὁσπήτιον γονικόν μοι. τοῦτο οὖν καὶ τὴν Βάσοβαν ἀφίημι τῇ γυναικί μου καὶ τῷ παιδίῳ μου, τὴν δὲ Πεστρόβαν ἀφίημι τῷ υἱῷ μου). Après la récupération des biens fonciers situés à Christoupolis et dans ses alentours, Dèmètrios Tzamplakôn prit de nouvelles dispositions pour compenser la disparition de la dot de sa femme : εἰ οὖν ἦν ἡμέτερον τί καὶ ηὑρίσκετο, ἔμελλον ἐπαφεῖναι ἵνα ἱκανοποιηθῆ πρῶτον ἡ προὶξ τὴς γυναικός μου, καθ᾽ἃ ἀπαιτοῦσιν οἱ εὐσεβεῖς νόμοι πρὸ παντὸς ἄλλου πᾶσαν γυναῖκα εἰς τὴν οἰκείαν προῖκα (ibid., Annexe, l. 22-23).

309 Pour l’histoire des autres membres de la famille, voir ibid.

310 Voir supra, p. 102-103.

311 Dans certains cas, la pension était versée en argent : cf. par exemple Bénou, Codex B, no 175, et Verdure, Prodrome, no 185 (août-décembre 1355). Les fournitures versées au titre d’un adelphaton sont qualifiées de diakonia : cf. par exemple Vatopédi III, no 181 (1398), l. 4.

312 La bibliographie sur l’adelphaton est abondante. On consultera en premier lieu Živojinović, Adelfati ; Ead., Monaški adelfati ; Oikonomidès, Deblitzenoi ; Laiou, Economic Activities of Vatopedi ; et Smyrlis, La fortune, p. 138-145.

313 Sur l’origine du contrat d’adelphaton et sur les autres termes employés dans les sources pour désigner cette institution, voir Smyrlis, La fortune, p. 138-139.

314 Sur les prix des adelphata, voir Laiou, Economic Activities of Vatopedi, p. 66-70.

315 En 1353, le logothétès et plus tard mégas papias Géôrgios Doukas Nestongos et sa femme, Eudokia Palaiologina Nestongonisè, firent donation au monastère du Prodrome à Serrès d’un verger (parabolion) en échange d’une rente viagère qui devait être partagée entre eux deux (Bénou, Codex B, no 61, et Verdure, Prodrome, no 177). Cet accord fut confirmé en 1355 (Bénou, Codex B, no 62, et Verdure, Prodrome, no 182). Ce dernier acte prévoit qu’à la mort d’un conjoint, l’autre doit continuer à percevoir la moitié de la rente.

316 Ce fut le cas, par exemple, des trois adelphata établis par le pronoïaire Manouèl Déblitzènos dans le monastère de Docheiariou en 1381 : dans son contrat avec les moines, il prévoit la transmission de ces rentes à une deuxième personne de son choix (Docheiariou, no 48, l. 35-49). Sur Manouèl Déblitzènos et ses adelphata, voir Oikonomidès, Deblitzenoi.

317 Les moines de Docheiariou s’étaient engagés à verser les revenus des trois adelphata acquis par Déblitzènos (cf. supra) dans leur métoque situé à Thessalonique : Docheiariou, no 48 (1381).

318 Voir par exemple l’acte de Vatopédi III, no 181 (1398), concernant les adelphata acquis par le mégas primmikèrios Iôannès dans le monastère de Vatopédi en faveur de son neveu Théodôros Diplobatatzès. Les moines de ce monastère refusèrent de verser les fournitures accordées en dehors du monastère, car « ce n’était pas leur coutume » (l. 7, οἱ δὲ συνήθειαν τοιαύτην μὴ ἔχοντες).

319 Par exemple, le neveu du mégas primmikèrios Iôannès, Théodôros Diplobatatzès (cf. note précédente), possédait des « cellules appropriées » à l’intérieur du monastère de Vatopédi et deux serviteurs : Vatopédi III, no 181 (1398), l. 4 (κελλία ἁρμόδια […] καὶ ὑπειρέτας διττούς). En dépit de ce régime spécial, Diplobatatzès ne put supporter « l’austérité de l’Athos » et voulut retourner dans le monde, ce qui entraîna un conflit entre lui et les moines au sujet des adelphata. Nous connaissons aussi le cas d’autres adelphata que l’on pourrait dire « de caractère mixte », parce qu’ils comportaient d’une part le versement en faveur de quelqu’un d’une pension viagère à l’extérieur du monastère et d’autre part le droit d’entrée au monastère pour un autre membre de sa famille. C’est le cas de l’adelphaton acquis par Géôrgios Anataulas dans le monastère d’Esphigménou vers 1388 : en échange de son bien à Portaréa, Anataulas conclut un accord avec les moines de ce monastère, en vertu duquel il deviendrait moine à Esphigménou, tandis que son fils, Théodôros, recevrait une pension à l’extérieur du couvent. Comme moine, Anataulas devait travailler la terre : ἐκδουλεύοντι ἀόκνως ἔνθα προσταχθῆ (Esphigménou, no 29, l. 12).

320 On connaît aussi des exemples de monastères à Constantinople, dans lesquels plusieurs aristocrates acquirent des adelphata : par exemple, vers la fin des années 1340, l’érudit et homme politique Dèmètrios Kydônès acquit un adelphaton dans le monastère de Saint-Georges des Manganes (Kantakouzènos IV § 16 ; III, p. 107-108 ; voir aussi Loenertz, Démétrius Cydonès I, p. 53).

321 Voir Estangüi Gómez, Un retiro para privilegiados.

322 Voir Živojinović, Adelfati, p. 253.

323 Compte tenu des fournitures versées au titre d’un adelphaton acquis contre un paiement de 100 ou 150 hyperpres, les historiens ont établi que chaque pension représentait entre 15% et 20% de l’investissement initial, ce qui laissait un bénéfice modeste au monastère, surtout si le bénéficiaire vivait longtemps ou s’il avait le droit de léguer sa rente à un second bénéficiaire (voir par exemple Laiou, Economic Activities of Vatopedi, p. 66-67, et Smyrlis, La fortune, p. 145). Toutefois, il est difficile de mesurer la rentabilité des adelphata car, dans la plupart des cas, les moines versaient des produits issus du surplus agricole de leurs terres et ils obtenaient en échange un bien foncier qui produisait lui aussi un bénéfice et qui pouvait d’ailleurs être amélioré grâce aux investissements productifs.

324 Je reprends ici l’analyse des lignes 9-18 du Protatôn, no 13 (juin 1406), p. 255.

325 Pour le premier quart du xve siècle, on connaît deux contrats d’adelphata à l’Athos antérieurs à l’acte de Manuel II (Vatopédi III, nos 192 [1405] et 196 [1406]) et deux autres qui lui sont postérieurs (ibid., nos 201 [1410] et 215 [1420]).

326 Les moines de Vatopédi, par exemple, adoptèrent le régime cénobitique en janvier 1449 (Vatopédi III, no 231). Dans son épître au grand prince de Moscou Basile III, vers 1518-1519, le moine Maximos le Grec dit que le monastère de Lavra suit l’idiorythmie, alors que Dionysiou est depuis sa fondation (fin du xive siècle) un koinobion : cf. N. V. Sínícyna, Les types de monastère en Russie, dans Moines et monastères dans les sociétés de rite grec et latin, éd. J.-L. Lemaître, M. Dmitriev et P. Gonneau, Paris 1996 (Hautes études médiévales et modernes 76), p. 10-35, ici p. 15-16. Aujourd’hui, la plupart des couvents athonites suivent le régime cénobitique.

327 Voir E.A. de Mendieta, Le système cénobitique basilien comparé au système cénobitique pachômien, Revue de l’histoire des religions 152/1, 1957, p. 31-80. À Byzance, le système cénobitique s’est répandu aux xie-xiie siècles à partir du programme de réformes développé par le monachisme stoudite : D. Krausmüller, The Abbots of Evergetis as Opponents of “Monastic Reform” : A Reappraisal of the Monastic Discourse in 11th and 12th Century Constantinople, REB 69, 2011, p. 111-134.

328 Les notables continuaient à fonder des monastères à cette époque, certes moins fréquemment qu’à la fin du xiiie ou au début du xive siècle, en raison du contexte économique : voir, par exemple, la fondation à l’Athos du monastère placé sous le vocable de Tous-les-Saints par un moine nommé Mélétios, qui reçut le soutien de l’empereur Jean VIII (Lavra III, no 169 [1445]) et de l’aristocratie constantinopolitaine (ibid., no 170 [1445/1447]).

329 Laiou, Economic Activities of Vatopedi ; Saint-Guillain, L’Apocalypse et le sens des affaires ; et Smyrlis, La fortune, p. 228 et suiv.

330 Cf. Laiou, Economic Activities of Vatopedi. La pièce principale du dossier est un acte tiré des archives de Vatopédi, l’acte Vatopédi II, no 124, une décision des juges généraux des Romains délivrée en juin 1366, qui met fin à un conflit opposant un aristocrate, Stéphanos Kalothétos, et le monastère de Vatopédi. L’acte dit que Kalothétos avait déposé de l’argent dans le monastère pour y obtenir plusieurs pensions viagères, argent qu’il voulut récupérer plus tard, renonçant aux pensions acquises dans le monastère, et qui est à la base de son différend avec les moines. Cette affaire impliquait aussi le mégas primmikèrios Iôannès et Alexios Doukas Raoul, qui avaient tous deux déposé d’importantes quantités d’argent et d’objets précieux à Vatopédi.

331 En 1410, l’aristocrate Dèmètrios Gazès avait mis en dépôt 55 florins dans le monastère de Vatopédi : Vatopédi III, no 201, l. 4.

332 Nous connaissons les mêmes pratiques au sein de l’aristocratie serbe. Par exemple, en 1384, lors de la mort du despote Thômas Preljubović, seigneur de Iôannina, sa veuve Maria Angélina fit un important dépôt d’argent et d’objets précieux au monastère du Grand Météore : Béès, Météores II, no 5, p. 20-23. Voir d’autres cas dans Zachariadou, A Safe and Holy Mountain, p. 130-132.

333 Le terme technique pour désigner un dépôt d’argent est parakatathèkè (Vatopédi II, no 124, l. 81-82 et 84 ; voir aussi Harménopoulos, Hexabiblos, III § 9). Dans sa lettre au mégas primmikèrios Phakrasès de l’été 1371 (L29/T75), Dèmètrios Kydônès emploie ce terme pour expliquer qu’il a confié son amitié à son correspondant comme s’il s’agissait d’un dépôt d’argent (Kydônès, Correspondance I, p. 586, no 29 ; voir aussi Tinnefeld , Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/2, no 75 p. 430 et p. 431, n. 1). L’emploi métaphorique de ce terme technique dans un contexte littéraire pourrait témoigner de la fréquence de cette pratique.

334 Sur cette question, voir en premier lieu Saint-Pantéléèmôn, p. 17. Voir aussi N. Dylevskij, Dogovor 1466 goda meždu bolgarskim Ryl’skim monastyrem i obitel’ju Pantelejmona-Russikom na Afone, Études balkaniques 2, 1969, p. 81-98, et Id., Permana Rousskaïa publikacija dog Vora 1466 g. meždu bolgarskim rylskim monastyrem i obitel’ju Pantelejmona-Russikon na Afone, Études balkaniques 4, 1976, p. 110-115.

335 Le texte a bénéficié d’une traduction en bulgare moderne : I. Dujčev, Rilskijat svetec i negovata obitel, Sofia 1947, p. 284-286.

336 On ne parlera pas ici des comptes bancaires que plusieurs hommes d’affaires byzantins, comme Nikolaos Notaras ou Géôrgios Goudélès, avaient ouverts dans les colonies latines et dans leurs métropoles italiennes (cf. Ganchou, Le rachat des Notaras, p. 160 et suiv.). D’autres aristocrates, moins familiarisés avec les transactions financières, mais en contact avec les Latins, comme Dèmètrios Kydônès, Géôrgios Philanthrôpènos ou Isidôros de Kiev, déposèrent aussi de l’argent dans les banques italiennes : cf. Matschke, Tinnefeld, Gesellschaft, p. 178-180 (avec bibliographie).

337 Iorga, Notes et extraits, t. 1, p. 240 ; voir aussi Thiriet, Régestes, t. 2, no 1592, et Dölger, Regesten V, no 3352. Au début du xve siècle, les citoyens d’Athènes, à l’époque sous l’autorité du Florentin Antonio Acciaiuoli, avaient déposé de l’argent et des objets précieux à Négrepont ; le marquis de Bodonitza en avait fait autant, et avait même envoyé dans l’île plusieurs de ses sujets pour les protéger des ravages turcs. Sur cette question, voir Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 60-61.

338 Thiriet, Régestes, t. 3, no 2835 (le prôtostratôr Eudaimonoiôannès en 1450), et Sathas, Documents inédits, t. 3, no 731 (Sophianos en 1418) et no 937 (Manoli magaducha dictus prostostratora en 1429). Sur ces personnages, voir Matschke, Rechenbücher, p. 187.

339 Les citoyens de Constantinople auraient aussi déposé de l’argent dans des dépôts bancaires à Péra dès le début du xive siècle : cf. Oikonomidès, Hommes d’affaires, p. 83, n. 136.

340 Pantocrator, no 9.

341 Les donateurs prévoient que les dépenses et les revenus soient partagés leur vie durant et qu’après leur mort ils reviennent au seul monastère : ibid., l.8-12 (τάττομεν οὖν ἵνα παρ᾽όλην τὴν ζωὴν ἡμῶν ἐνεργῆται τὸ τοιοῦτον ἀμπέλιον ἐπ᾽ίσης παρ᾽ἀμφοτέρων τῶν μερῶν, ἤγουν παρ᾽ἡμῶν αὐτῶν καὶ τοῦ μέρους τῆς εἰρημένης σεβασμίας μονῆς, καὶ ἐν τῶ καιρῶ τοῦ τρύγους χωρίζηται πρῶτον μὲν ἡ ἔξοδος τοῦ ἀμπελίου ἀπὸ τῆς ἐπικαρπίας τούτου, καὶ ἔκτοτε τὸ πλέον μερίζηται ἐπ᾽ίσης καὶ λαμβάνη τὸ μὲν ἥμισυ ταύτης τὸ μοναστήριον, τὸ δὲ ἥμισυ ἡμεῖς· μετὰ δὲ τὴν παρέλευσιν ἡμῶν ἔχει τὸ ὅλον καὶ νέμηται ἀκωλύτως καὶ ἀνεμποδίστως τὸ μοναστήριον).

342 Ibid., l. 16-18 : τὴν τοιαύτην τοίνυν πράξιν, ἣν κινηθέντες παρὰ Θεοῦ ἐποιήσαμεν, λέγομεν καὶ διαβεβαιούμεθα ἔχειν τὸ στέργον καὶ ἀπαράτρεπτον, οὐ μόνον τό γε νῦν ἔχον, ὅτε ὑπάρχομεν εἰς τὸν παρόντα τόπον ἔχοντες τὴν πρόσκαιρον ταύτην ἀρχήν, ἀλλὰ εἴτε εἰς τὴν Πόλιν καταντήσομεν, εἴτε εἰς τὴν Θεσσαλονίκην, εἴτε ἀλλαχοῦ ποῦ, ἔχειν τὸ ἀμετακίνητον.

343 Oikonomidès, Patronage, p. 110-111.

344 Vatopédi II, no 141.

345 Saint-Pantéléèmôn, no 12.

346 À la suite d’Oikonomidès, je considère peu vraisemblable que les Alexioi aient jamais atteint le cours de l’Angitès en Macédoine orientale : cf. supra, p. 140.

347 Kydônès, Correspondance I, lettre L89/T51. Il s’agit du conflit au sujet des ports de la côte bulgare de la mer Noire : Mésembria, Anchialos, Sôzopolis et Agathopolis. Sur cette question, voir supra, p. 128-132.

348 Kydônès, Correspondance I, no 89, p. 12322-24. La « libéralité » de l’empereur envers les magnats de l’Empire apparaît dès la première phrase de cette lettre : « C’est bien un homme, un empereur, un exemple de magnanimité et de toutes les bonnes qualités, celui qui non seulement assume lui-même les pires des dangers, mais qui met à disposition de tous les récompenses du combat, même de ceux qui sont restés loin des combats » (ibid., l. 4-7).

349 Ibid., p. 12325-26.

350 C’est le cas de Kydônès lui-même, qui était le principal conseiller de l’empereur (mésazôn).

351 Voir, par exemple, le renouvellement de la trêve entre Byzance et Venise d’octobre 1357 ; il fut signé par le mégas domestikos Dèmètrios Palaiologos, le mégas domestikos Alexios [Laskaris Métochitès] Atouémès, le mégas logothétès Nikèphoros Laskaris Métochitès et le mégas stratopédarchès Géôrgios Synadènos Astras (MM III, no 29, p. 126).

352 Par exemple, un acte privé d’avril 1358 (Vatopédi II, no 110, l. 15) mentionne le familier (oikeios) de l’empereur, le mégas hétaireiarchès Tarchaneiôtès, propriétaire foncier à Thessalonique. Vers 1366, Stéphanos Radènos, ἐπὶ τῆς τραπέζης, était serviteur (doulos) de l’empereur et possédait un grand domaine dans les alentours de Constantinople, situé dans la forteresse d’Ennéakosia (Vatopédi II, no 126). Il avait été képhalè de Thessalonique à l’époque du gouvernement d’Anne de Savoie (Vatopédi II, no 110).

353 Lors de son voyage en Italie (1369-1371), Jean V était accompagné par ses deux theioi (« oncles » au sens large) : le mégas domestikos Dèmètrios Palaiologos (PLP 21455 et exkursus dans Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/2, p. 426-430) et un certain Andronikos Palaiologos qui, selon Dölger (compte rendu de Halecki, Un empereur, par F. Dölger dans BZ 33, 1933, p. 132-136, ici p. 134), pourrait être l’exadelphos (cousin ?) d’Andronic III attesté comme sénateur à Constantinople vers 1337 (PLP 21434). Le mégas domestikos Dèmètrios Palaiologos est attesté comme grand propriétaire foncier en Macédoine dans le troisième quart du xive siècle : cf. infra, p. 214-221.

354 La politique de rapprochement avec la papauté et les puissances occidentales entreprise par l’empereur Jean V au cours des années 1350 et 1360 assurait aux bons connaisseurs du latin et d’autres langues occidentales une place importante à la cour et dans l’entourage du souverain. Ce fut le cas, par exemple, de Philippos Tzykandylès qui accompagna Jean V dans son voyage en Italie et effectua plusieurs ambassades auprès du pape et du roi de Chypre. À la fin du xive siècle, il faisait partie de l’entourage de l’empereur Jean VII et épousa une descendante de la famille impériale : cf. Estangüi Gómez, Théodôra Palaiologina, p. 163 et n. 133. Un autre personnage qui excellait en latin était Michaèl Strongylos, qui accompagna Jean V dans ses voyages en Hongrie et en Italie : le PLP n’a pas consacré d’entrée à ce personnage car il n’est mentionné par aucune source grecque ; sur lui, voir Halecki, Un empereur, p. 156 et 195-196. Enfin, un certain Alexios Laskaris est attesté en 1349 comme interprète officiel de la cour (diermèneutès). Il devint plus tard mégas hétaireiarchès. Il accompagna aussi l’empereur Jean V dans le voyage en Italie (cf. PLP 14526 ; Halecki, Un empereur, p. 94, n. 2 et p. 192 ; et infra, p. 365). À partir du milieu du xive siècle, le poste de diermèneutès fut souvent occupé par des marchands et des hommes d’affaires, comme Nikolaos Notaras : PLP 20733.

355 La charge de juge général revêtit une importance toute particulière dans l’appareil administratif des derniers Paléologues (cf. infra, p. 414-427). Par exemple, la carrière de l’ἐπὶ τοῦ κανικλείου Manouèl Angélos (PLP 91040), juge général et représentant de Jean V à Ainos (cf. supra, p. 147, n. 121), témoigne de l’influence de ce fonctionnaire au sein de l’administration impériale.

356 Voir l’exemple de la famille Oinaiôtès qui a donné deux juges généraux des Romains et plusieurs fonctionnaires du fisc : PLP 21023-21025, 21027, 21028 et 21031.

357 On a déjà parlé de l’émergence de ce groupe de marchands et d’hommes d’affaires dont la puissance s’était affirmée durant la première moitié du xive siècle. Ils s’étaient opposés à l’ancienne aristocratie au cours de la deuxième guerre civile, mais la défaite contre les Génois dans la guerre dite du Bosphore (1350-1352) et le rapide déclin politique de l’Empire à cette époque frustrèrent leurs aspirations. C’est pourquoi leur réussite économique passait désormais par l’association avec des partenaires occidentaux. Ce fut donc grâce à leurs contacts avec les Génois et les Vénitiens que certains Byzantins, comme Géôrgios Goudélès et Nikolaos Notaras, parvinrent à faire fortune, en faisant par exemple du commerce avec les colonies génoises de la mer Noire et la Crète vénitienne.

358 Sur Goudélès, voir PLP 4334 ; Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 3, p. 263 ; et plus récemment Ganchou, Géôrgios Goudélès. Sur Notaras, voir Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 175 et suiv. Matschke a suggéré qu’avant Géôrgios Goudélès, qui devint mésazôn vers 1386, un membre de la famille Eudaimonoiôannès, originaire du Péloponnèse et lui aussi lié aux milieux marchands, aurait pu occuper le poste de mésazôn (Matschke, Emigration und Immigration von und nach Konstantinopel im Vorfeld der türkischen Eroberung, dans Id., Das spätbyzantinische Konstantinopel, p. 429, n. 80), mais il n’y a aucune certitude sur ce point. En 1390, par exemple, un Michaèl Eudaimonoiôannès faisait partie d’un groupe de burgenses Constantinopoli qui se trouvaient pour affaires dans la colonie génoise de Caffa (Matschke, Tinnefeld, Gesellschaft, p. 175-176).

359 Loukas Notaras devint mésazôn de l’empereur Jean VIII après 1425.

360 Matschke, Tinnefeld, Gesellschaft, p. 160 et suiv.

361 Th. Ganchou, La famille Koumousès (Κουμούσης) à Constantinople et Négrepont, avant et après 1453, dans Βενετία – Εύβοια : από τον Έγριπο στο Νεγροπόντε, éd. Ch. Maltézou, Venise 2006, p. 45-107, ici p. 63-64. Ganchou mentionne, d’après la documentation latine, d’autres fonctionnaires de l’appareil financier byzantin à l’époque de Constantin XI : le camerlingo Dèmètrios Kolybas et le camerarius Iôannès Mamalès (ibid., p.63, n.47 ; voir aussi Matschke, Tore, p. 55, n. 96). Un membre de la famille Koumousès faisait déjà partie de l’entourage de l’empereur Jean VII lors de son coup d’État à Constantinople en 1390 : kyr Théodôros Koumousès fut témoin du traité conclu entre cet empereur et la république de Venise le 3 juin 1390 (MM III, no 33, p. 143 [version grecque], et Diplomatarium II, no 135, p. 229 [version latine] ; voir aussi Ganchou, La famille Koumousès, op. cit., p. 56-58).

362 Cf. ibid., p. 52-54. Aux cas évoqués supra, on peut en ajouter d’autres, par exemple ceux des familles Korésès et Iérakès, respectivement originaires de Chios et de Rhodes. Sur Nikolaos Pôlos, voir maintenant Th. Ganchou, La fraternas societas des Crétois Nikolaos et Géôrgios Pôlos (Polo), entre Constantinople et Moncastro : affaires, dévotion et humanisme, Thesaurismata 39-40, 2009-2010, p. 111-228.

363 Oikonomidès, Hommes d’affaires.

364 Laiou, Byzantine Economy in Mediterranean Trade, et Ead., Greek Merchant.

365 Voir par exemple Oikonomidès, Hommes d’affaires, p. 120 : « On a l’impression qu’au xive siècle il y a eu un changement profond dans les activités économiques des aristocrates. En effet, les sources du xive et du xve siècle montrent clairement que l’aristocratie byzantine est de plus en plus active dans les affaires commerciales. » Voir aussi Matschke, Tinnefeld, Gesellschaft, p. 159.

366 On pense surtout aux entrées du livre de comptes de Giacomo Badoer (1437-1440) qui mentionnent de grands aristocrates de la capitale byzantine, avec lesquels le marchand vénitien eut des rapports commerciaux : voir les exemples mentionnés par Oikonomidès, Hommes d’affaires, p. 121-122.

367 Par exemple, un Dèmètrios Philommatès est attesté comme partenaire d’affaires du marchand vénitien Giacomo Badoer à Constantinople à la fin des années 1430. La famille Philommatès est représentative de cette petite aristocratie locale (cf. PLP 29914-29932). Dans le courant du xve siècle, certains de ses membres devinrent sujets vénitiens : cf. Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 154, n. 63. Un autre représentant de la petite aristocratie du Péloponnèse semble être ce « Todaro Rali » (Théodôros Rallès), lui aussi partenaire de Badoer : Ganchou, La fraternas societas (cité supra, n. 362), p. 139. On ne peut admettre non plus que Géôrgios Goudélès ou Nikolaos Notaras aient appartenu par leur naissance à la haute aristocratie byzantine, celle des Kantakouzènoi, des Asanai ou des Tarchaneiôtai : un simple coup d’œil au PLP permet de constater qu’avant la fin du xive siècle, les Goudélès et les Notarades n’étaient que de simples notables locaux. Des Goudélès sont certes attestés au sein de l’aristocratie du xie siècle (cf. Cheynet, Pouvoir et contestations, p. 351, n. 78), mais après l’avènement des Komnènoi ils disparaissent presque complètement des sources. Au xiiie siècle, un Goudélès (prénommé Tyranos) avait quelques propriétés situées dans la région de Mantaia, près de Smyrne (cf. Ahrweiler, Smyrne, p. 170), mais la liste de ses biens (connue grâce au cartulaire de la Lembiotissa) montre qu’il s’agit d’une fortune modeste.

368 Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 223-224, rappelle l’opinion de Kydônès concernant les activités financières et ses commentaires déplaisants à l’occasion de ses séjours à Venise, une ville qui était – d’après le Byzantin – entièrement vouée à l’argent (voir en particulier la lettre L443/T428 au moine Maximos Chrysobergès).

369 Sur la famille de Kydônès, voir Saint-Guillain, Manouèl Kydônès. Sur la confiscation de ses biens par les Serbes, voir supra, p. 111.

370 Dans sa lettre L237/T400, adressée à l’empereur Manuel II en 1390 (avant le mois d’avril), Kydônès parle de Géôrgios Goudélès, mésazôn de Jean V depuis fin 1386, sur un ton indéniablement dédaigneux : ὅτι καὶ βασιλεὺς ὡς ἔοικεν ἐπὶ τῶν πραγμάτων ἀληθείας πάνυ φροντίζοντα τὸν ἄνδρα εὑρὼν ὑπὲρ πάντας ἆραι τοῦτον οὐκ ὤκνησε, καὶ τὰς πάντων βιασάμενος ψήφους (Kydônès, Correspondance II, no 237, p. 1381-13918 ; voir aussi le commentaire de Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 4, no 400, p. 151-153). Voir aussi Ganchou, Géôrgios Goudélès, p. 286-290.

371 Kydônès, Correspondance II, no 372, p. 32020-21 (cité par Ganchou, Géôrgios Goudélès, p. 288).

372 Voir les lettres de Kydônès de 1389/1390, L236/T399 et L239/T388. À propos de la vocation militaire de l’aristocratie byzantine, soulignons un passage dû à la plume de l’empereur Manuel II qui, en parlant de la formation de son frère le despote Théodôros Palaiologos, se réfère aux « activités propres aux jeunes hommes […] tels les exercices militaires, la chasse et les combats qui procurent de la force et de la santé aux corps bien musclés » (Manuel II, Oraison funèbre, p. 105, l. 22-25).

373 Kydônès Correspondance II, no 23117-21. Sur cette lettre voir aussi Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 4, no 395, p. 143-145, et Bartusis, Byzantine Army, p. 209-210. Les « pêcheurs » sont sans doute les marchands de poisson, dont le commerce était à l’époque hautement profitable : voir Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 4, p. 145, n. 5, et Ganchou, Théodôros Batatzès. Dans deux autres lettres, Kydônès parle des richesses que procure la mer (L63/T94a et L261/T251). Sur cette question, voir aussi Loenertz, Trois lettres, p. 443-445. L’opposition entre le monde de la mer (les marchands) et le monde de la terre (les grands propriétaires fonciers) apparaît déjà chez Kantakouzènos, qui accusait le mégas doux Apokaukos de « vouloir négliger complètement la terre ferme et s’en tenir aux îles et à la mer, et inviter les Byzantins [c’est-à-dire les Constantinopolitains] à tirer leur subsistance de la mer en s’adonnant au commerce maritime » (Kantakouzènos III §87 ; II, p. 5378-10). On verra que dans les années 1370, lorsqu’il avait prononcé son discours De non reddenda Gallipoli, Kydônès avait au contraire essayé de convaincre ses concitoyens de préférer la mer à la terre, afin de ne pas céder au chantage des Ottomans. Il est vrai qu’ensuite Kydônès semble avoir changé d’opinion, peut-être parce qu’il s’était vu écarter du pouvoir précisément par « un homme de la mer », Géôrgios Goudélès (cf. supra, p. 198, n. 358).

374 La bataille eut lieu près du village de Tchernomen (aujourd’hui Orménion, en Thrace grecque), sur la rive droite de la Maritza, à une journée de distance de la ville d’Andrinople. La date exacte est fournie par un certain nombre de chroniques brèves : cf. Schreiner, Kleinchroniken II, p. 301. Comme l’a montré Beldiceanu-Steinherr, La conquête d’Andrinople, ce ne furent pas les Ottomans qui emportèrent cette victoire, mais les Turcs installés en Thrace, affranchis de l’autorité ottomane après la restitution de Gallipoli à l’Empire en 1367 (cf. supra, p. 134).

375 Sur les conséquences de la bataille de la Maritza pour les principautés serbes, voir Soulis, The Serbs, p. 98-101.

376 Voir Lavra IV, p. 51-54 ; Ostrogorsky, Féodalité, p. 161 et suiv. ; Lemerle, Philippes, p. 214-215 ; et Oikonomidès, Deblitzenoi, p. 180-186.

377 P. Papageorgiou, Αἰ Σέρραι καὶ τὰ προάστεια, τὰ περὶ τὰς Σέρρας καὶ ἡ μονὴ Ἰωάννου τοῦ Προδρόμου, BZ 3, 1894, p. 225-329, ici p. 316, n. 2 : ἔτει ςωπ [a. C. 1371] ἰνδικτιῶνος ι μηνὶ Νοεμβρίω εἰσῆλθεν ὁ εὐτυχέστατος δεσπότης εἰς τὰς Ἔρας, ἐπαράλαβεν εὐδοκοῦντος θεοῦ τὴν αὐθεντίαν ☼ [= ἡλίου] κύκλοι κ´καὶ ( [= σελήνης] β´. La notice est conservée dans le codex 21 du Prôtaton. S. Lampros, Catalogue of the Greek Manuscripts on Mount Athos, t. 1, Cambridge 1895, p. 4, signale que ce volume est un manuscrit en parchemin datant du xiiie siècle. Il s’agit d’un synaxaire du Prôtaton allant du mois de septembre au mois de février. Lors d’une exposition à Paris sur les trésors du Mont Athos (avril-juillet 2009), ce manuscrit a été montré pour la première fois au public et j’ai eu l’occasion de l’examiner : la notice est dans le folio 1r du manuscrit. Elle est reproduite trois fois, par trois mains différentes d’époque byzantine. Voir le catalogue de l’exposition : Le mont Athos et l’Empire byzantin. Trésors de la Sainte Montagne, Paris 2009, p. 252, fig. 140.

378 Le terme Éras pourrait être rapproché de la forme Ars, attestée par une source ottomane de 1388 : cf. Beldiceanu-Steinherr, Recherches, p. 247 et n. 20.

379 Jireček, Geschichte der Serben, t. 1, p. 439 : « Eine griechische Notiz erwähnt im November 1371 den Einzug eines ungenannten Despoten in Serrai, zur Übernahme der Regierung. Es war ohne Zweifel der Despot Manuel Palaiologos, der spätere Kaiser, damals Statthalter von Thessalonich. »

380 Voir par exemple Halecki, Un empereur, p. 247-248 : « Ils [les Byzantins] occupèrent donc le pays qui avait appartenu à Ougliécha, et dès le mois de novembre 1371, un despote grec, sans aucun doute Manuel Paléologue, despote de Thessalonique, fit son entrée à Serrès. » Voir aussi, entre autres, Loenertz, Manuel Paléologue, p. 278 ; Lemerle, Philippes, p. 214-215 ; Dennis, The Reign of Manuel II, p. 32-33 ; et Barker, Manuel II, p. 16-17.

381 Oikonomidès, Deblitzenoi, p. 183 : « It is not difficult to see what happened in eastern Macedonia after 1371. During the first phase, the Byzantine gouvernment very cautiously avoided any radical change of the status quo established by the Serbs : the Turkish menace was an obvious reason dictating that the Byzantines should not displease their newly recovered subjets. »

382 Il convient de rappeler, parce que cela est important pour comprendre le contexte politique de l’époque, que, depuis la conquête de Gallipoli par Amédée de Savoie en 1366, les Ottomans n’avaient presque plus d’autorité sur la Thrace et qu’ils avaient besoin des Byzantins pour traverser les Détroits.

383 Sur cette mesure, voir infra, p. 242-254.

384 Ce passage fut écrit par le moine serbe Isaja à la suite de sa traduction en slave des œuvres de Denis l’Aréopagite : édition dans Stojanović, Zapisi i natpisi, t. 3, no 4944, p. 43 ; la traduction française est empruntée à Dujčev, La conquête turque, p. 22-23. Voir aussi, R. Mihaljcić, Les batailles de la Maritza et de Kosovo. Les dernières décennies de la rivalité serbo-byzantine, dans Byzantium and Serbia in the 14th century, Athènes 1996, p. 97-109, en particulier p. 102.

385 Kydônès, Correspondance I, p. 1109-11 (lettre L77/T95).

386 Ibid., p. 11025-31 : « Puisque l’empereur t’a confié le gouvernement [de la ville], il faut, pour tenir tête aux coups de la fortune, invoquer celui qui est le seul capable d’empêcher pareils malheurs [= les émeutes populaires], c’est-à-dire il faut t’appuyer sur les puissants, mais qu’ils évitent eux aussi d’offenser qui que ce soit. Car il importe beaucoup de conseiller les puissants [et de les persuader] que ce n’est pas le moment de songer à s’enrichir, ni d’irriter davantage des hommes en proie au désespoir. Il faut au contraire, dans les circonstances [présentes], qu’ils se conduisent de façon à plaire au peuple et qu’ils s’efforcent de se le rendre solidaire. »

387 Ibid., p. 11039-40. Sur ce Phakrasès, voir PLP 29576.

388 Cf. Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/2, p. 514. Cette chronologie est confortée par la position de cette lettre dans les cahiers des copies des lettres : elle est conservée dans le recueil B, celui du manuscrit Burneyan 75 de la British Library (sur lequel voir Loenertz, Recueils de lettres, p. 49 et suiv., en particulier p. 62 [B88]), qui couvre la période 13461373/1374 [cf. ibid., p. 63]).

389 Cf. Kydônès, Correspondance I, p. 109. La datation de Loenertz a été suivie par Dennis, The Reign of Manuel II, p. 33 et 55-56.

390 Chronicon breve Thessalonicense (éd. Loenertz dans Kydônès, Correspondance I, p. 174175), § 6 [1372. IV. 6-10, Thessalonicae] : κατὰ τὴν ς´ τοῦ ἀπριλλίου μηνός, τῆς ι´ ἰνδικτιῶνος, ἡμέρᾳ τρίτῃ, ἐξῆλθεν ἀπὸ τὴν Θεσσαλονίκην ὁ δεσπότης ὁ Παλαιολόγος μετὰ κατέργου, τῇ ἑνδεκάτῃ τοῦ αὐτοῦ, ἐπὶ ἡμέρᾳ σαββάτῳ, ἠπιλάλησαν οἱ Μουσουλμάνοι εἰς τὴν Θεσσαλονίκην. La chronique est rééditée dans Schreiner, Kleinchroniken I, chr. 49/6, p. 351.

391 Voir par exemple Barker, Manuel II, p. 446-450.

392 Voir le commentaire de Schreiner, Kleinchroniken II, p. 302-304 (avec bibliographie), et, plus récemment, A. Rigo, La « Cronaca delle Meteore ». La storia dei monasteri della Tessaglia tra xiii e xvi secolo, Florence 1999 (Orientalia Venetiana 8), p. 179-180.

393 Cela impliquerait d’aborder la question délicate de la date du retour du despote Manouèl à Thessalonique après son séjour à Venise auprès de son père Jean V (cf. infra, p. 223, n. 480). La plupart des historiens s’accordent sur le fait qu’il dut rentrer vers la fin de 1371, mais la date précise demeure problématique. Le fait que Kydônès ne mentionne pas Manouèl dans cette lettre à Phakrasès a été interprété par Dennis et Tinnefeld comme la preuve que Manouèl n’était pas encore rentré en Macédoine. La lettre, forcément postérieure au 28 octobre 1371 (date de l’arrivée de Jean V à Constantinople), fournirait donc un terminus post quem pour le retour de Manouèl en Macédoine. Sur ce retour, voir aussi Barker, Manuel II, p. 14 : « He seems to have been back in Thessalonica by the winter of 1371-72 » ; mais Barker ne donne aucun élément à l’appui de cette chronologie. Voir aussi les remarques de Schreiner, Kleinchroniken II, p. 304.

394 Par exemple, Oikonomidès, Deblitzenoi, p. 180, a écrit : « But the general situation was no longer rosy, for a new and more dreadful ennemie, the Ottomans, now became a major power in the Balkans. In spring 1372, the Turks launched several important though unsuccessful attacks, one of which reached Thessalonica itself. »

395 Selon Tinnefeld, lors de l’arrivée de Phakrasès à Thessalonique en provenance de Lemnos, la ville était déjà investie par les Turcs : « Nach Thessalonike beorderte, daß Phakrases nach der Schlacht bei Černomen bald die Stadt von Türken bedroht sah und einen Hilferuf an Kyd. richtete (5ff.) » (Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/2, p. 517). Dans ce cas, le début des attaques turques contre Thessalonique daterait d’avant novembre 1371, puisque Phakrasès avait été nommé képhalè de cette ville par Jean V durant le séjour du souverain à Lemnos, au plus tard à la mi-octobre 1371 (cf. ibid., p. 431).

396 Voir PLP 5746.

397 Sur cette question, voir Beldiceanu-Steinherr, Recherches, doc. no 30, p. 180-182 (avec bibliographie), et Zachariadou, Early Ottoman Documents, p. 10-11.

398 Voir par exemple Kutlumus, no 33 (août 1375).

399 Sur la prise de Serrès par les Ottomans, voir infra, p. 278.

400 Un autre récit hagiographique « athonite », la Vie de saint Romylos, en particulier p. 142, témoigne aussi de la menace turque qui pesait à l’époque sur la Sainte Montagne, mais il ne parle pas de cette bataille en face de l’Athos. Sur cette question, voir Dionysiou, p. 8-9 et n. 29.

401 Vie de saint Niphon, p. 24-25 : μετὰ τὸ ἀναιρεθῆναι τὸν δεσπότην Οὔγκλεσιν ὑπὸ τῶν Ἰσμαηλιτῶν, θρασυνθέντες οἱ τοιαῦτοι Ἰσμαηλῖται συνῆξαν στόλον μέγαν πλοίων καὶ ἦλθον κατὰ τοὺ Ἁγίου Ὄρους καὶ κατὰ πάντων τῶν χριστιανῶν μετὰ τῶν ὅπλων τῶν Σερβῶν, βαστάζοντες καὶ τειχομαχικὰ ἐργαλεῖα διὰ τὰ κάστρη τοῦ Ἁγίου Ὄρους, ὡς γοῦν ἦλθον, ἰδόντες αὐτοὺς ἅπαντες ἐτρόμαξαν, τοσοῦτον ὅτι καὶ ὁ μέγας πριμικήριος οὐκ ἐτόλμησε καταπροσωπῆσαι αὐτούς. Καὶ ἀπὸ τοῦ φόβου μὴ ἔχοντες ἄλλο τι δρᾶσαι, ἔπεσον εἰς ἱκεσίαν πρὸς τὸν οἰκτίρμονα Θεὸν καὶ εἰς τὴν πάναγνον αὐτοὺ μητέρα τὴν τοῦ Ἁγίου Ὄρους καὶ πάντων τῶν χριστιανῶν μεσίτριαν καὶ τροφὸν καὶ βοήθειαν · καὶ οὐκ ἀπέτυχον. Ἀπέστειλεν οὖν καὶ ὁ τότε προιστάμενος τῆς ἱερᾶς Λαύρας πρὸς τὸν ὅσιον, διαγγέλλων αὐτῷ τὴν βίαν καὶ τὴν ἀνάγκην ἥτις ἦλθεν ἐκ τῶν ἀπροσδοκήτων, ἐκλιπαρῶν αὐτὸν τοῦ ποιῆσαι εὐχὴν πρὸς τὸν Κύριον ὅπως ῥυσθῶμεν ἐκ τοῦ παρόντος κινδύνου […] Ὃ καὶ γένονε · εὐθὺς καὶ ἀπροσδοκήτως ἦλθον τρία μεγάλα καὶ θαυμαστὰ πλοῖα τῶν Βενετίκων ὡπλισμένα εἰς τὴν Λαύραν · καὶ μαθόντες περὶ τῶν Ἰσμαηλιτῶν τὴν ἔφοδον, συνήχθησαν μετὰ τοῦ πριμικηρίου καὶ συνέβαλον πόλεμον καὶ κατὰ κράτος κατέλυσαν αὐτοὺς κατὰ τὴν πρόρρησιν τοῦ ἁγίου · καὶ λαβόντες αὐτῶν πάντα τὰ πλοῖα μετὰ τῶν ὅπλων καὶ πάντων ὧν ἐκέκτηντο, ἠφάνισαν αὐτοὺς παντελῶς.

402 Oikonomidès, Deblitzenoi, p. 195, n. 33.

403 Voir supra, p. 139.

404 Voir aussi un autre passage de cette lettre dans lequel le mégas primmikèrios déclare avoir combattu les Turcs : Sapia la signoria vostra, che io sempre me son vostro amigo et proprio vostro et del comun de Veniexia per li tempi passadi. No me venne destro de mostrarve l’amor de scriverve et per zo no scrissi. Mo al prexente ve scrivo per mostrarve che per li tempi passadi iera vostro amigo… ni no è altro lo nostro servixio, se no esser sempre contra li Turchi (Diplomatarium II, p. 165).

405 ASV, Grazie 17, fol. 19v. L’acte ne se trouve pas dans les fonds Privilegii, où sont conservées en principe les concessions de citoyenneté vénitienne, comme, par exemple, celle en faveur de Dèmètrios Kydônès du 20 janvier 1391 (cf. Saint-Guillain, Manouèl Kydônès, p. 344). La concession de citoyenneté à Iôannès (appelé par erreur Alexios) est reproduite en revanche dans les Commemoriali, y complétant le « dossier » dont disposait la république à propos du mégas primmikèrios : Diplomatarium II, doc. 98, p. 164-165 (Privilegium civilitatis de gratia domini Alexii, domini Christopoli – a. d. 1374, die 10 m. Januarii).

406 Cf. Thiriet, La Romanie vénitienne, p. 248. La nomination du capitaine du Golfe avait presque toujours lieu vers la fin décembre ou au mois de janvier, quelques jours avant la mise aux enchères des galées da mercato (sur cette question, voir Stöckly, Le système de l’Incanto). L’acte de nomination de Marco Morosini n’est pas conservé, mais le 23 novembre 1371, le sénat avait déjà pris des dispositions pour l’élection d’un nouveau capitaine du Golfe qui devait remplacer Vittore Pisani, devenu plus tard châtelain de Coron et Modon (Senato. Deliberazioni miste, t. 20, no 1058, p. 561). L’une des premières mentions de Morosini comme capitaine du Golfe date du 22 février 1372 : ibid., no 1106, p. 588 (nobilis vir ser Marcus Mauroceno capitaneus Culphi). Morosini fut remplacé vers la fin 1372 par Pietro Mocenigo, futur baile de Négrepont (1374-1376).

407 Le 11 juillet 1372, Venise avait ordonné d’armer deux nouvelles galères pour renforcer la flotte du Golfe à cause de la menace génoise (ASV, Senato, Misti, reg. 34, fol. 19r ; Thiriet, Régestes, t. 1, no 511). La guerre entre les deux républiques éclata lors du couronnement du jeune roi Pierre II en octobre 1372 et les hostilités ne prirent fin qu’en octobre 1374.

408 Nanetti, Documenta Veneta Coroni & Methoni, no 4. 2, p. 210 : Domenico Regio, seneschalcus domini Marci Maureceno capitanei galearum Culphy, fait quittance à Chalo Sumarii, habitant de Coron.

409 Dans le troisième quart du xive siècle, la domination vénitienne directe sur l’Eubée ne s’étendait que sur une petite partie de l’île, le reste était au pouvoir des « seigneurs tierciers ». Venise ne s’empara de la totalité de l’île qu’après la mort de Giorgio III Ghisi, seigneur du tiers central, en 1390.

410 ASV, Senato, Misti, reg. 34, fol. 27v-28v. Cette décision n’est pas enregistrée dans Thiriet, Régestes.

411 Le 14 novembre 1372, un certain Stamis Capin de La Canée, embarqué sur la nef de Pietro Soranzo, donna procuration à Pietro Darduino, comite sur la galère de Négrepont, ad presens existenti in portu Mothoni, pour recevoir les biens d’un tiers (Nanetti, Documenta Veneta Coroni & Méthone, no 3, 68, p. 172-173). La galère de Pietro Soranzo était l’une des quatre galées de Romanie de l’an 1372 (cf. par exemple ASV, Senato, Misti, reg. 34, fol. 7r : Quarta galea deliberata fuit nobili viro ser Petro Superantio quondam ser Francisci).

412 Le 9 décembre 1372, le sénat vénitien décida de nommer un nouveau capitaine du Golfe : ASV, Senato, Misti, reg. 34, fol. 36r ; résumé dans Thiriet, Régestes, t. 1, no 517.

413 Un baile qui est probablement Querini était déjà nommé en mai 1372 lorsque les galées de Romanie reçurent ordre de le conduire à son poste (ASV, Senato, Misti, reg. 34, fol. 7r). Ces galées n’avaient pas quitté Venise fin juillet de la même année (ibid., fol. 21v).

414 Au début de l’année 1374, Bartolomeo Querini fut accusé par les autorités vénitiennes de mauvaise conduite dans sa gestion comme baile de Négrepont et fit l’objet d’un long procès. Il était rentré à Venise à l’automne 1374. Les pièces de ce dossier ont été publiées par Koumanoudi, The Trial. Pour les échanges commerciaux entre l’Eubée et le territoire contrôlé par les frères Alexioi, voir ibid., p. 249-250 et doc. A/8, l. 116-119, p. 280 : et in hoc tempore [] due galiote fratris condam Alexii, domini Cristopoli, venerunt in Fiteleo [= Ptèléon, sur la côte de Thessalie, sous domination vénitienne depuis 1322] et iverunt et in Nigroponte et venerunt postea onuste furmento et leguminibus et aliis blaudis.

415 Les relations commerciales entre l’Eubée et la Macédoine byzantine sont bien attestées pour le xive siècle : F. Thiriet, Les Vénitiens à Thessalonique dans la première moitié du xive siècle, Byz. 22, 1952, p. 323-332, en particulier p. 327-332, et Matschke, Fortschritt und Reaktion, p. 50. La nature des échanges entre ces deux régions pouvait certes changer en fonction du contexte politique : par exemple, en 1372-1373, à l’époque du mandat de Querini à Négrepont, les navires du mégas primmikèrios Iôannès étaient venus en Eubée charger des denrées alimentaires, ce qui était sans doute une conséquence des difficultés d’approvisionnement des villes de la côte en raison de l’occupation turque du continent. La même situation s’était produite en mars 1350, lorsque la ville de Thessalonique, assiégée par les troupes serbes du tsar Étienne Dušan, avait sollicité du sénat vénitien la possibilité de laisser ses marchands importer des denrées depuis l’Eubée (Senato. Deliberazioni miste, t. 13, no 18, p. 11). Toutefois, il est plus vraisemblable qu’en temps de paix, les échanges aient été au contraire fondés sur l’exportation de matières premières et de produits agricoles depuis la Macédoine et sur l’importation de produits finis en provenance des territoires vénitiens. Sur les routes commerciales qui débouchaient à Thessalonique, voir Laiou, In the Medieval Balkans, p. 145-146.

416 Koumanoudi, The Trial, p. 244, n. 33 et doc. A/5. Avant de se rendre dans l’île d’Andros, pour négocier le mariage entre Maria Sanudo – demi-sœur du duc de l’Archipel Nicolò III dalle Carceri – et Boniface Fadrique de Aragón – fils du comte de Salona –, le capitaine du navire, Giovanni Miani, avait été chargé par le baile de poursuivre deux bateaux turcs (due barche Turchorum) qui avaient été aperçus près des côtes de l’Eubée. La date de l’expédition de Miani n’est pas établie, mais elle eut certainement lieu vers l’été 1372, au moment de l’arrivée de Querini à Négrepont. L’intensité des raids turcs en Eubée s’était considérablement accrue dès le milieu du xive siècle, sans doute en raison de la consolidation de la présence turque sur la côte de l’Asie Mineure : en 1359, par exemple, les marchands de Négrepont avaient déjà demandé au sénat de transporter leurs marchandises jusqu’à Thessalonique sur la galère armée de l’île (Senato. Deliberazioni miste, t. 16, no 104, p. 55).

417 La nouvelle du redressement de la situation en Macédoine ne semble pas être parvenue en Occident, peut-être parce que l’avancée byzantinne était encore très limitée à cette époque : le 21 juin 1373, le pape écrivait à l’empereur Jean V une lettre où il déplorait les conditions dans lesquelles se trouvaient les deux principales villes de l’Empire en raison de la menace turque. Dans cette lettre, le pontife informait le souverain byzantin des démarches visant à réunir une flotte pour aider l’Empire, et des préparatifs concernant la proclamation de l’Union des Églises : Mollat, Lettres secrètes du pape Grégoire XI, t. 1, p. 269-270, no 1933. Cet acte a été commenté par Halecki, Un empereur, p. 281 ; Eszer, Laskaris Kalopheros, p. 130 ; et Luttrell, Gregory XI and the Turks, p. 407.

418 Saint-Pantéléèmôn, no 12, l. 1-2 : ἐπιδὴ ἀπελήθην θείος καὶ προσκυνητὸς ὁρισμὸς τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου καὶ βασιλέως ὁρίζων ὅτι, ὅστις εἴχεν κτίμα τὶ καὶ ἡπάχθη παρά τινος, φέρων δικαίομα ἐπαρη τὸ κτίμα αὐτοῦ. Cet acte, qualifié ici d’horismos, c’est-à-dire « ordonnance », serait en fait un chrysobulle d’après l’acte Docheiariou, no 48, l. 7-10, daté de 1381. L’hypothèse d’Oikonomidès, Deblitzenoi, p. 146, n. 45, selon laquelle il s’agirait d’un chrysoboullos horismos ne me paraît pas convaincante : ce type d’acte n’est plus attesté dans la seconde moitié du xive siècle. En fait, le terme horismos ne semble revêtir ici aucun sens technique, il sert simplement à désigner une ordonnance impériale, quel qu’en soit le type diplomatique.

419 On ne possède aucun élément permettant d’établir la date de cette ordonnance. Dölger, Regesten V, no 3146, a proposé « ca 1375 vor Aug[ust] », en raison de la date de l’acte de Saint-Pantéléèmôn, no 12, qui la mentionne ; mais une date plus haute est tout aussi envisageable, car des transactions foncières eurent lieu dans la région dès 1373. Oikonomidès, Deblitzenoi, p. 183, postule aussi 1373.

420 Docheiariou, no 41. L’acte est dressé par les serviteurs (douloi) de l’empereur, Géôrgios Doukas Tzykandylès et Laskaris Képhalas, et par le serviteur (doulos) du despote, Laskaris Métochitès, mégas chartoularios (ibid., l. 53-56). Ils délivrèrent cet acte sur l’ordre du despote : τὸ παρὸν ἡμέτερον γράμμα, ὁρισμῶ τοῦ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου τοῦ πανευτυχεστάτου δεσπότου γεγονός, ἐπεδόθη αὐτοῖς … (l. 51-52). Iôannès Katzaras est qualifié dans l’acte de familier du despote : ὁ οἰκεῖος τῶ ἁγίω ἡμῶν αὐθέντη τῶ πανευτυχεστατω δεσπότη κῦρ Ἰωάννης ὁ Κατζαρᾶς (l. 1). Sur Patrikôna, voir Lefort, Chalcidique occidentale, p. 116-117.

421 On a vu que cette compagnie des « Barbarènoi » s’était installée en Macédoine à l’époque de la première guerre civile : cf. supra, p. 41.

422 Ce chrysobulle est conservé dans les archives de Docheiariou : Docheiariou, no 27. Il fut délivré en janvier 1351, à l’époque de la première restauration byzantine en Macédoine, après la campagne de Jean VI et l’accord conclu entre Jean V et le tsar Étienne Dušan (cf. supra, p. 93-94).

423 Ces deux prostagmata ne sont plus conservés dans les archives du monastère. Dans son commentaire (Docheiariou, p. 233), Oikonomidès identifie ces actes aux documents mentionnés ibid. p. 141, doc. h et j.

424 Sur cette question, voir supra, p. 87-90.

425 Sur le régime foncier sous domination serbe, voir supra, p. 95-103.

426 Rappelons par exemple que, lors de ce traité, les moines de Chilandar et ceux de Lavra s’étaient procuré des actes de l’empereur Jean V confirmant leurs droits de propriété sur plusieurs villages situés dans la vallée du Strymon et en Chalcidique, territoires alors sous le contrôle effectif du despote Uglješa : cf. supra, p. 141.

427 Voir par exemple Saint-Pantéléèmôn, no 12.

428 Docheiariou, no 42. Sur Mariana, voir Lefort, Chalcidique occidentale, p. 97-100.

429 Sur ce personnage, voir supra, p. 197, n. 353.

430 Comme le montre le fait que la terre de Mariana était un bien dotal. De plus, dans les lettres qu’adressa Kydônès au mégas domestikos, il parle de Thessalonique comme de leur ville d’origine.

431 Docheiariou, no 42, l. 12-16 : τὸ περὶ τὴν Καλαμαρίαν διακείμενον κτῆμα, τὸ ὀνομαζόμενον Μαριανά, ἦν μὲν ἄνωθεν καὶ ἐκ προγόνων διαφέρον ἐμοὶ καὶ εἰς προῖκα δοθὲν καὶ ἀποκληρωθέν, ὥσπερ δὴ τοῖς ἄλλοις μου ἀδελφοῖς ἄλλα ἐκ τῶν γονικῶν ἡμῶν κτημάτων ἀπεκληρώθησαν, πολλοῖς δὲ καὶ διαφόροις κομῶν ἀγαθοῖς, κατείχετο παρ᾽ἡμῶν, ἕως καθαρὰν εἰρήνην ἦγε τὰ πράγματα καὶ ἡ τῶν ῾Ρωμαίων ἀρχὴ διετηρεῖτο ἀπὸ Θεοῦ ἀνεπηρέαστός τε καὶ ἀστασίαστος.

432 Ibid., l. 16-19 : ἀφ᾽οὗ δὲ παραχωρήσει Θεοῦ ἡ μὲν ἀρχὴ τῶν ῾Ρωμαίων εἰς γόνυ ἦλθεν καὶ ἐπὶ πολλοῖς χρόνοις οὐκ ἴσχυσεν ἀνανεῦσαι, γέγονε δὲ τὰ πάντα σχεδὸν ὑπὸ τὴν ἀρχὴν καὶ ἐξουσίαν καὶ δυναστείαν τῶν Σέρβων, ὑποκύπτει μὲν καὶ τὸ τοιοῦτον κτῆμα τῆ δυναστεία καὶ ταῖς ἀδίκοις χερσὶν ἀφαιρεῖται δ[…] ἀλλὰ δὴ καὶ πεδίον ἀφανισμοῦ γίνεται.

433 Ibid., l. 19-22 : ἐπανέρχεται δὲ μόλις μετὰ τῶν ἄλλων καὶ τοῦτο ὑπὸ τὴν τῶν ῾Ρωμαίων ἀρχὴν καὶ ἀποκαθίσταται πρὸς ἡμᾶς ἡ τούτου δεσποτεία καὶ κυριότης γυμνή τε καὶ ἔρημος τῶν ἐν αὐτῆ παρακαθημένων ἀνθρώπων καὶ τῶν ἄλλων εἰσόδων, ἅσπερ εἶχεν ἐκ συνηθείας καὶ ἧς εἶχεν […] κ[…]ιότητος.

434 Ibid., l. 22-26 : μὴ δυνάμενοι δὲ ὀφελῆσαι τοῦτο, μὴδὲ εἰς τὸ ἀρχαῖον ἀποκαταστῆσαι, ἐζητοῦμεν ὅπως ἂν ἀποκαταστήσωμεν αὐτὸ εἴς τι μοναστήριον δυνάμενον σὺν Θεῶ βοηθῆσαι αὐτῶ, καὶ ἔχη τοῦτο του λοιποῦ κατὰ δεσποτείαν ἀνθ᾽ἡμῶν αὐτῶν καὶ λαβεῖν μὲν καὶ ἀπὸ τοῦ τιμήτατος, ὅσον ἂν τάξωμεν καὶ συμβιβασθῶμεν, ἀφεῖναι δὲ καὶ τὸ πλέον, ὅσουπερ ἐστὶν ἄξιον, μνημοσύνου χάριν τῶν ψυχῶν τῶν ἁγίων μου αὐθεντῶν τῶν γονέων μου. Anna mentionne plus loin les commémoraisons pour le salut de son âme et de celle de son époux (l. 30-31 : τῶν ψυχῶν τῶν ἁγίων μου αὐθεντῶν τῶν γονέων μου καὶ ἡμῶν αὐτῶν).

435 Ibid., l.1-2 : τὴν κάτωθεν γεγραμμένην πρᾶσιν στέργων καὶ συναινῶν αὐτῆ κατὰ πάντα προέταξα ἐνταῦθα. Ὁ δοῦλος τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου καὶ βασιλέως Δημήτριος Παλαιολόγος † Ὁ μεγας δομέστικος †.

436 Kydônès, Correspondance I, no 106, p. 14319-14432 : « Bien que ton absence nous soit un grand malheur, la ville natale [Thessalonique] tire profit [de ta présence là-bas], car elle est pour l’essentiel libérée de son affliction. Je suis convaincu que tu lui seras utile en tous les aspects, comme orateur devant le peuple, comme commandant des armées et comme conseiller, et que tu [seras utile aussi] en tout au magnifique despote [Manouèl Palaiologos] ; il est noble, ce pourquoi il est aimé par les [Thessaloniciens]. Il est évident qu’il ne se séparera pas de toi, qu’il te gardera pour lui-même et se servira pour tout de ton conseil, surtout maintenant, qu’il faut des hommes qui possèdent l’intelligence et la vertu d’un Thémistocle, qui puissent s’opposer à l’attaque des athées, dont la force a augmenté pour notre malheur. Il [c’est-à-dire le despote Manouèl] a montré ses capacités et essaie de sauver la ville de cette tempête. Il n’oubliera pas ton art qui est tout à fait convenable aux temps et aux affaires actuels ! Sachant que notre ville en tirera un grand profit, la douleur que nous éprouvons à cause de ton absence diminue, car le bon citoyen doit privilégier les intérêts de la communauté sur les siens propres. » Voir aussi la traduction et le commentaire de Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/2, no 84, p. 473-476 : sa datation de la lettre, « ca. Herbst 1371 », doit être élargie, la lettre pouvant avoir été écrite aussi tard que le début de 1373.

437 Il s’agit de la lettre de Kydônès L77/T95, sur laquelle voir supra, p. 205-206.

438 Lettre L188/T161.

439 Sur le monastère d’Akapniou, voir Janin, Grands centres, p. 347-349.

440 Docheiariou, no 43, l. 10-13.

441 Sur la loi de préemption à Byzance, voir H. Saradi, The Neighbors’ Pre-emption Right. Notes on the Byzantine Documents of Transactions, Δίπτυχα 6, 1994-1995, p. 267-289 ; voir aussi supra, p. 37, n. 98.

442 Docheiariou, no 42, l.27 (πληροφορία πνευματική), et no 43, l.20.

443 Smyrlis, La fortune, p. 139 : « Un autre terme parfois utilisé en liaison avec un accord d’adelphaton était plèrophoria. »

444 Sur la distinction entre le droit de propriété du terrain et celui des biens situés « en surface », voir infra, p. 309-310.

445 Docheiariou, no 42, verso, l. 20-22.

446 Sur l’activité des juges généraux en Macédoine, voir infra, p. 237-241.

447 Il s’agit de l’acte déjà cité Docheiariou, no 43.

448 Ibid., no 44.

449 Ibid., no 43, l. 3-5 : βουλόμενος [cf. ὁ μέγας δομέστικος κῦρ Δημήτριος ὁ Παλαιολόγος] ἀπεμπολῆσαι ἔδειξε τοῦτο πρὸς τοὺς ἐν αὐτῶ πλησιασμοῦ δίκαιον ἔχοντας, καὶ μὴ βουληθέντος τινὸς ἐξωνήσασθαι τοῦτο, εἰς δισχίλια καὶ πλέον ὑπέρπυρα ποσουμένου τοῦ τιμήματος τούτου.

450 Ibid., l.5-7 : παρέδωκε τοῦτο ψυχικῆς ἕνεκεν ὠφελείας αὐτοῦ πρὸς τοὺς ἐν τῆ σεβασμία μονῆ τοῦ Δοχειαρίου. καὶ εἶχε μὲν ἔφεσιν καὶ προθυμίαν τελείως αὐτὸ τῆ μονῆ ἀφιερῶσαι, διὰ δὲ τὴν τοῦ καιροῦ δυσχέρειαν καὶ τὴν τῶν πραγμάτων στενοχωρίαν ἔλαβεν ἐξ αὐτῶν μόνα ὑπέρπυρα ἑξακόσια.

451 Le patriarche rappelle l’accord passé entre Dèmètrios Palaiologos et les moines de Docheiariou et explique que, le moment venu, le mégas domestikos ira vivre dans le monastère. Cela confirme qu’il s’agissait d’un contrat d’adelphaton : ibid., l. 19-21 (ὅτι οὐκ ἐξεποιήσατο τοῦτο ὁ μέγας δομέστικος, ἀλλ᾽ἀφιέρωσε τοῦτο πρὸς τὴν μονήν, ὁμοῦ μὲν διὰ ψυχικὴν αὐτοῦ σωτηρίαν, ὁμοῦ δὲ καὶ ἵνα πληροφορίαν ἀπὸ τούτου κτησάμενος, ὅταν αὐτῶ δῶ ὁ καιρός, κατοικήση ἐκεῖ).

452 JGR I, p. 203, l. 7-10.

453 Docheiariou, no 43, l. 26-30 : ὡς εἴπερ καὶ πράσιν αὐτό τις ἐρεῖ, ἀλλ᾽ἐπειδὴ κατὰ τὴν τῆς νεαρᾶς ὑποτύπωσιν καὶ τὴν ἐνεργουμένην ἐνταῦθα ἐν τῆ καθ᾽ἡμᾶς ἁγιωτάτη τοῦ Θεοῦ Μεγάλη Ἐκκλησία συνήθειαν μέχρι καὶ ἑξαμηνιαίου καιροῦ εἶχον ἄδειαν οἱ πλησιασταὶ τὸ οἰκεῖον δίκαιον ἀπαιτεῖν καὶ κινεῖν, παρῆλθον δὲ ἐξ εκείνου καὶ μέχρι του δεῦρο χρόνοι δύο, οὐδεμίαν ἔχουσιν ἄδειαν, οὔτε οἱ ἐν τῆ τοῦ Ἀκαπνίου, οὔτε οἱ ἄλλοι πλησιασταί, τοῦτο ἀνακαλεῖσθαι καὶ πλησιασμὸν προβαλέσθαι.

454 Voir supra, p. 30-32.

455 Cf. Fögen, Zeugnisse, p. 332-336 : afin d’éviter les abus visant à détourner la loi sur la préemption, la décision du tribunal de Thessalonique prévoit que le voisin paie simplement le prix final d’achat et non le premier prix proposé par le vendeur.

456 Voir par exemple le chapitre de la Peira 38 § 11, p. 153-154.

457 Harménopoulos, Hexabiblos, p. 175 et suiv.

458 Docheiariou, p. 242.

459 Svoronos, Novelles, p. 47-71 ; traduction anglaise dans McGeer, The Land Legislation, doc. B. Sur la législation des empereurs macédoniens, voir aussi Kaplan, Les hommes et la terre, p. 414-444.

460 Voir les remarques de S. Perentidis, Le terme « Néara » sous les premiers Paléologues, Subseciva Groningana. Studies in Roman and Byzantine Law 4 (= Novella Constitutio. Studies in Honour of Nicolaas van der Wal), 1990, p. 163-176.

461 Schminck, Novellae extravagantes, p. 198, l. 12-15 : μέχρι γὰρ τοῦ πρώτου ἑξαμήνου τοῦ πρώτου χρόνου ἔκκλητον ποιεῖν οἱ γειτνιῶντες καὶ οὕτως, ἀναστρεφομένης τῆς τιμῆς τῷ ἐξωνησαμένῳ, λαμβάνειν τὸ τοιοῦτον ἀκίνητον.

462 Il convient de rappeler que la législation des empereurs macédoniens accordait un délai de vingt à quarante ans pour contester la validité d’une transaction après l’acte de vente. Ce délai est différent de celui de trois ou quatre mois à partir de la proposition de vente jusqu’au moment de la transaction effective.

463 Cette Novelle a fait l’objet de plusieurs éditions : Svoronos, Novelles, p. 41. La meilleure (parce qu’elle tient compte de tous les manuscrits) et la plus récente est celle de Schminck, Novellae extravagantes, p. 198, ici l. 2-3 : ἔξεστι τῷ κατέχοντι ἀκίνητόν τι διαπιπράσκειν, πρὸς ὃ ἄρα καὶ βούλεται πρόσωπον, ἀνεπικωλύτως τε καὶ ἀνεπιφωνήτως. Sur l’interprétation du terme ἀνεπικωλύτως, voir Svoronos, Novelles, p. 44-45. Voir aussi la traduction anglaise de McGeer, The Land Legislation, p. 36. Le contenu de cette novelle a suscité de nombreuses interprétations sur le sens de la politique agraire de l’empereur Léon VI, auquel plusieurs historiens ont attribué une volonté réformatrice : voir par exemple Lemerle, The Agrarian History, p. 90-91, et Kaplan, Les hommes et la terre, p. 410-414.

464 Ibid., p. 413-414, et Svoronos, Novelles, p. 29-33.

465 Schminck, Novellae extravagantes : certaines maladresses et gaucheries dans le texte trahissent une composition tardive. En en faisant endosser la paternité à Léon VI, un empereur connu pour son activité de législateur, le faussaire essayait de donner plus de crédibilité à son document : voir sur cette question l’article de S. N. Troianos, Die Wirkungsgeschichte der Novellen Leons VI. im 14. Jahrhundert, dans Geschichte und Kultur der Palaiologenzeit, éd. W. Seibt, Vienne 1996, p. 235-244.

466 Le témoin le plus ancien date de la première moitié du xive siècle : il s’agit du Vind. iur. gr.2 (Hunger, Kresten, Katalog, p. 3-6). La novelle est au folio 377v.

467 La législation concernant le droit de préemption avait déjà connu au cours des siècles des réécritures et des interprétations successives qui la rendaient plus propice aux intérêts des puissants : voir par exemple Svoronos, Novelles, p. 3, 57 et 185.

468 Laiou, Η διαμόρφωσι, p. 346-347. Le même auteur a par ailleurs souligné la difficulté à connaître les prix réels des transactions à l’époque tardive, en raison des ruses employées par les propriétaires pour détourner la loi.

469 Vatopédi III, no 179.

470 La datation proposée par les éditeurs découle de la présence comme signataire de l’évêque de Rentina Xénophon, aussi signataire de l’acte de Vatopédi III, no 181, qui porte la date de 1398.

471 Le bien que Vatopédi possédait près du lac Bolbè était l’ancien domaine de feu Rallès, donation du despote Uglješa (Vatopédi II, no 122). Ce bien se trouvait situé dans l’actuelle commune de Néa Apôllonia, qui est à proximité du village byzantin de Lozikion (aujourd’hui Mélissourgos) ; il était donc voisin du domaine de Ploumiska, appartenant aussi à ce monastère (cf. ibid., p. 36, n. 304). La localisation de ces deux biens correspond au domaine que la documentation du xve siècle appelle tou Lantzou et qui est la seule propriété que Vatopédi possédait dans la région à cette époque. Le terme tou Lantzou vient du nom du dernier propriétaire avant Vatopédi : cf. Pavlikianov, Unknown Slavic Charter. Sur l’histoire de Lantzou, voir l’introduction à Vatopédi III, et ici même, p. 334-335.

472 La date de la proclamation de Manuel II comme co-empereur est fournie par une chronique brève : voir infra, p. 225, n. 488.

473 J’ai décidé d’employer ici le terme « apanage » par commodité, conscient néanmoins des différences par rapport à sa signification pour la France médiévale. Il permet de distinguer le rôle d’un simple gouverneur, placé à la tête d’une ville ou d’une province, de celui d’un membre de la dynastie chargé d’administrer une partie de l’Empire. On a déjà vu que la formation d’« apanages » à Byzance n’a pas supposé la fragmentation du pouvoir impérial, car les membres de la dynastie participaient aussi de l’autorité impériale : cf. supra, p. 58-62.

474 L’édition la plus récente de ce chrysobulle est celle de Tinnefeld, Vier Prooimien, p. 178183 (avec bibliographie).

475 Le document est conservé dans deux manuscrits du xve siècle : le plus ancien est le Paris. gr. 1213 (fol. 382v-387r), copié par le moine Iôasaph du monastère des Xanthopouloi, au début xve siècle (ce copiste est peut-être la même personne que le futur métropolite d’Éphèse et recenseur de Lemnos en 1415, sur lequel voir infra, p. 403-406, mais la démonstration reste à faire ; sur ce copiste, voir PLP 8912). Ce manuscrit contient plusieurs écrits de Dèmètrios Kydônès et de Nikolaos Kabasilas, ainsi qu’une lettre du métropolite Neilos Kabasilas, oncle du précédent. Voir Omont, Inventaire, t. 1, p. 266-267 ; S. Lampros, Ἀναγραφὴ ἔργων Νικολάου Καβάσιλα καὶ Δημητρίου Κυδώνη ἐν τῷ Παρισιακῷ κώδικι 1213, Néos Hell. 2, 1905, p. 299-323 ; Tinnefeld, Vier Prooimien, p. 15-16 ; et plus récemment Ph. Hoffman, Un recueil de fragments provenant de Minoïde Mynas : le Paris. Supp. gr. 681, Scriptorium 41/1, 1987, p. 115-127. Le second manuscrit est le Burneyan 75 de la British Library (fol. 311v-314v) du deuxième quart du xve siècle, qui est aussi un témoin important des œuvres de Kydônès et de Nikolaos Kabasilas. Sur ce manuscrit, voir J. Forshall, Catalogue of Manuscripts in the British Museum, New Series, t. 1, part. 2, The Burney Manuscripts, Londres 1840, p. 31-34 ; Loenertz, Recueils de lettres, p. 23-24 (attribution à Iôasaph de Xanthopouloi, corrigée dans Kydônès, Correspondance I, p. IV) ; et Tinnefeld, Vier Prooimien, p. 16-17.

476 En tant que mésazôn, Kydônès était chargé de la rédaction des chrysobulles, en particulier des prooimia, c’est-à-dire des introductions des actes : F. Dölger, Die Kaiserurkunde der Byzantiner als Ausdruck ihrer politischen Anschauungen, dans Byzanz und die europäische Staatenwelt, éd Id., Ettal 1953, nouv. éd. Darmstadt 1964, p. 9-69, ici 23-25 ; sur les prooimia, voir aussi Hunger, Prooimion, et O. Mazal, Die Prooimien der byzantinischen Patriarchenurkunden, Vienne 1974 (Byzantina Vindobonensia 7). Sur les fonctions du mésazôn à la tête de la chancellerie, voir Loenertz, Le chancelier impérial, et les remarques de Dieten, Gregoras, t. 2/1, p. 131-133, n. 35. Pour le chrysobulle de Jean V en faveur de son fils Manouèl, Kydônès semble avoir rédigé l’essentiel de l’acte, y compris la dispositio. Nous avons conservé trois autres prooimia rédigés par Kydônès, qui ont été eux aussi copiés dans des manuscrits, dont le Paris. gr. 1213 et le Burneyan 75. Tinnefeld, Vier Prooimien, a donné une édition critique qui remplace celle de Zachariae von Lingenthal (fondée sur un seul manuscrit, aujourd’hui perdu), sur laquelle voir infra, p. 224, n. 482.

477 Il s’agit de la lettre L79/T85, datée par Loenertz de « 1371-1372 » et par Tinnefeld de « Herbst 1371/Winter 1371/2 ».

478 Lettre L346/T331.

479 Voir par exemple Dölger, Regesten V, no 3130 : « Nov./Dez. 1371 ». Dans son édition de la lettre de Kydônès de 1387 [L346], Loenertz propose de dater le chrysobulle Ὅσοις ὁ Θεὸς ἄρχειν d’autumno vel hieme 1371/2 (Kydônès, Correspondance II, p. 285).

480 Après s’être rendu à Rome, où il se convertit au catholicisme (octobre 1369), Jean V arriva à Venise pour traiter la question de Ténédos. L’empereur avait promis l’île aux Vénitiens contre un prêt en argent et la restitution des bijoux de la couronne byzantine, que sa mère Anne de Savoie avait remis en gage d’un prêt à l’époque de la deuxième guerre civile (Dölger, Regesten V, no 2891, p. 9-10). Toutefois, alors que Jean V était encore à Venise, arriva la nouvelle que les Byzantins ne consentaient pas à céder Ténédos. Les Vénitiens refusèrent alors de rendre les bijoux à Jean V, qui se trouvait dans l’incapacité de rembourser les créanciers auxquels il avait lui-même emprunté de l’argent durant son séjour à Venise. Ce fut Manouèl, à l’époque gouverneur de Thessalonique, qui accourut au secours de son père, avec de l’argent qu’il avait pris aux églises et aux monastères. Pour plus de détails sur cet épisode, voir Loenertz, Jean V à Venise ; J. Chrysostomides, John V Palaeologus in Venice (1370-1371) and the Chronicle of Caroldo : A Reinterpretation, OCP 31, 1965, p. 76-84 (= Ead., Byzantium and Venise, 1204-1453, Farnham 2011 [Variorum Collected Studies Series 922], I) ; et Barker, Manuel II, p. 13, n. 30 et App. I, p. 443-445. Le chrysobulle de Jean V pour Manouèl fait en effet allusion à cet épisode et au rôle joué par le jeune despote dans la « libération » de l’empereur à Venise (cf. infra). L’offre de la cession de Ténédos en échange de la restitution des bijoux de la Couronne et d’une aide financière pour la lutte contre les Turcs était apparue pour la première fois quelques années auparavant, en 1363, lors des projets pour constituer une ligue antiturque : F. Thiriet, Una proposta di lega antiturcica tra Venezia, Genova e Bisanzio nel 1363, Archivio storico italiano 113, 1955, p. 321-334 (= Id., Études sur la Romanie gréco-vénitienne, xe- xve siècles, Londres 1977 [Variorum Collected Studies Series 60], IV). La décision de ne pas céder Ténédos aux Vénitiens a été attribuée par Chalkokondylès au co-empereur Andronic IV, qui était resté en qualité de régent à Constantinople, mais le témoignage de l’historien du xve siècle doit être accueilli avec prudence, car il a pu confondre cet épisode avec la cession ultérieure de l’île aux Génois par Andronic IV en 1376 (cf. infra, p. 263).

481 Je reprends ici le titre que porte le manuscrit de la British Library : Προοίμιον χρυσοβούλλου, ὃ ἐποίησεν εἰς τὸν αὑτοῦ υἱόν (Tinnefeld, Vier Prooimien, p. 178 et apparat critique).

482 K.E. Zachariae von Lingenthal, Prooemien zu Chrysobullen von Demetrius Cydones, Sitzungsberichte der königlich-preussischen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, 1888, p. 1409-1422 ; réimpr. dans Id., Kleine Schriften zur römischen und byzantinischen Rechtsgeschichte,t. 2, éd.R. Fischer et R. Grosse, Leipzig 1973, p. 536-549.

483 Halecki, Un empereur, p. 247-248 : « C’est alors [= novembre 1371], probablement, que l’empereur Jean V, récompensant tous les mérites de ce fils favori [= Manouèl], lui confia toute la Macédoine avec les revenus de cette province. Dans le long chrysobulle rédigé à cette occasion par Cydonès lui-même, il est dit expressément que Manuel avait délivré les villes de cette province du joug serbe, et il y est exprimé l’espoir que le jeune prince saurait les défendre également, le cas échéant, contre les infidèles. » Voir aussi Charanis, Strife, p. 293 ; Dennis, The Reign of Manuel II, p. 33 ; Barker, Manuel II, p. 14 ; et Lavra IV, p. 51.

484 Tinnefeld, Vier Prooimien, p. 182204-183243.

485 Ibid., p. 179, l. 55 : στεφάνων ἀξίαν ἐροῦσι τὴν ἀρετήν.

486 Ibid., l. 61 : ἀλλ᾽οὕτω γε καὶ τοὺς πολεμίους στεφανώσομεν πρὸ τῶν ὑπηκόων.

487 Kydônès, Correspondance I, no 79, p. 11210-11 : ἐκεῖνον μὲν γὰρ ὁ πάντα ἄριστος βασιλεὺς καὶ πατὴρ ἔπλεξέ σοι τὸν στέφανον.

488 Schreiner, Kleinchroniken I, chr. 9/24-26 et 29, p. 95-96 ; II, p. 304-305 et 309-310.

489 Voir Barker, Manuel II, p. 12-13 et n. 30. On a vu plus haut (cf. supra, p. 223-224, n. 480) qu’il convenait en réalité de rester prudent au sujet du rôle d’Andronic IV dans cette affaire, car l’information provient de l’historien Laonikos Chalkokondylès (seconde moitié du xve siècle), qui n’est pas toujours bien renseigné quant aux événements de cette période éloignée de lui.

490 Barker, Manuel II, p. 19, n. 44. Barker s’est fondé sur une hypothèse de Halecki, qui fut l’un des premiers à étudier en détail ce chrysobulle. En fait, Halecki, Un empereur, p. 303-304, ayant remarqué l’emploi des termes « couronné » et « couronne », pensait que le chrysobulle faisait bien allusion au « vrai couronnement » de Manouèl comme empereur, mais il le datait de la fin 1371, car on n’avait pas encore découvert la chronique qui fournit la date précise du 25 septembre 1373. Halecki pensait donc que le changement dans l’ordre de succession était la cause de la révolte d’Andronic IV, et non le contraire. Barker, connaissant en revanche la date du couronnement de Manouèl en septembre 1373, essaya néanmoins de concilier cette information avec le raisonnement de Halecki ; c’est pourquoi il suppose que, dès son retour à Constantinople en octobre 1371, Jean V avait déjà l’intention « to bestow the crown on Manuel ».

491 Voir Tinnefeld, Vier Prooimien, p. 187, et Id., Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/2, p. 478, n. 8.

492 Dennis, The Reign of Manuel II, p. 13 (« In summer 1369, if not earlier, Manuel was appointed governor of Thessalonica, a position presumably meant to be permanent »), et ibid., n. 38. La nomination de Manouèl comme gouverneur de Thessalonique (et de Macédoine) date en réalité de 1368, lors d’un séjour de l’empereur Jean V dans cette ville, avant son départ pour l’Italie (cf. infra, p. 364-366). Un passage de ce chrysobulle dit que, lorsque l’empereur Jean V est parti en Italie, « il a fallu que quelqu’un reste en tant que gouverneur de Thessalonique et des Macédoniens, qui se trouvaient sous la menace des Barbares » (Tinnefeld, Vier Prooimien, p. 181, l. 140-142 : ἔδει γὰρ Θεσσαλονίκῃ καὶ Μακεδόσι μεῖναί τινα κυβερνήτην ὑπὸ τῶν βαρβάρων χειμαζομένοις).

493 Sur les apanages et leur rôle dans l’administration provinciale, voir supra, p. 58-62.

494 Tinnefeld, Vier Prooimien, p. 1784-5.

495 Ibid., p. 17811-12.

496 Ibid., p. 17942-46.

497 Ibid., p. 17946-49.

498 Ibid., p. 181175-182181.

499 Ibid., p. 181139.

500 Ibid., p. 188.

501 Si Tinnefeld rejette l’hypothèse de Barker, qui pensait que le contenu de ce chrysobulle trahissait l’intention de Jean V de couronner son deuxième fils et de dégrader son aîné, il accepte l’idée d’un refroidissement dans les relations entre Jean V et son héritier, en raison de l’attitude de ce dernier durant son mandat à Constantinople en tant que régent (13691371). Toutefois, la question des rapports entre père et fils après 1371 et jusqu’à la révolte de mai 1373 demeure confuse : voir supra, p. 223-224, n. 480, mes réserves quant au rôle d’Andronic IV dans la question de la cession de Ténédos et dans l’envoi d’argent à Jean V en 1370. Quoi qu’il en soit, aucun changement dans l’ordre de succession ne fut proclamé à l’époque. Comme l’a écrit Loenertz : « Ne cherchons pas dans les sources historiques la preuve d’un soupçon, qui par sa nature, est destiné à demeurer tel » (Loenertz, Jean V à Venise, p. 228).

502 ASV, Senato, Misti, reg. 34, fol. 45v (19 avril 1373). L’empereur Jean V avait demandé au sénat vénitien de lui envoyer un ou deux hommes avec lesquels s’entretenir sans besoin d’interprète : quia imperator Constantinopolis nos per suas litteras requisivit ut mittamus ad eum unum vel duos fideles nostros, cum quo vel quibus oretenus, absque aliquo interpetre, loqui possit, et hec posset esse res que multum faceret pro factis nostris, et vir nobilis ser Donatus Truno presentialiter ad dictas partes accedit de quo plene confidere possumus, vadit pars quod scribatur dicto domino imperatori quod dicere et exponere potest ipsi ser Donato quicquid sibi placet, quia de ipso plene confidimus. Et committatur dicto ser Donato quod secrete per suas litteras nobis scribat quicquid dominus imperator sibi dixerit quam citius esse potest. Voir aussi résumé de Thiriet, Régestes, t. 1, no 521.

503 ASV, Senato, Misti, reg. 34, fol. 56 (21 juin 1373) : quod iocalia domini imperatoris Constantinopolis possint mitti Constantinopolim cum galeis viagii Romanie sine nabulo, et cum hac conditione incantentur galee predicte. Résumé dans Thiriet, Régestes, t. 1, no 523.

504 La collaboration des Génois dans la révolte de mai 1373 est suggérée par un passage de la chronique de Caroldo (cod. Marcian. It. VII 128a) : Genouesi non poteuano tolerar che la Signoria hauesse Tenedo. Caloianni [= Jean V] haueua molti figliuoli, tra gli altri Chirandronico. Il quale con il fauor de molti baroni et de Genouesi, et con intellegenza de Çelebi, figliol di Amorat, machinaua priuar il padre et farsi imperatore. Ce passage est édité par Loenertz, Jean V à Venise, App. I, p. 230-231. Sur la chronique de Caroldo et ses différentes versions, voir infra, p. 264.

505 Cf. Barker, Manuel II, p. 25, et infra, p. 263.

506 Cf. Angelov, Imperial Ideology, p. 29.

507 Cf. infra, p. 361 (pour Michel IX) et supra, p. 127 (pour Matthaios Kantakouzènos).

508 Voir supra, p. 223, n. 477.

509 Voir le commentaire de Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/2, p. 433-434. Voir aussi la lettre L23/T83, de la même époque, adressée simplement à « un despote ».

510 Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/1, p. 140.

511 Selon certains auteurs, Manuel aurait été simplement proclamé empereur (basileus) le 25 septembre 1373 et couronné de manière solennelle quelque temps plus tard, peut-être peu avant mars 1374, puisqu’un acte du sénat vénitien du 9 mars 1374 parle de l’empereur « récemment couronné », c’est-à-dire Manuel, et de son supposé mariage : cum isti ambaxiatores dominorum imperatorum Constantinopolis antiqui et novi instanter supplicent nobis quod occasione matrimonii domini despoti coronati de novo imperatoris, habent necessario cito redire in Constantinopolim, quod possint levari super istis duabus galeis Communis (ASV, Senato, Misti, reg. 34, fol. 88). Cette source a troublé l’historiographie qui ne connaît aucune femme de Manuel II avant son union avec Hélénè Dragasès en 1391 : voir par exemple Dennis, The Reign of Manuel II, p. 27 et n. 7, et Barker, Manuel II, p. 23, n. 53. Sur la question du couronnement de Manuel II en 1373, voir aussi les remarques de P. Schreiner, Hochzeit und Krönung Kaiser Manuel II. im Jahre 1392, BZ 60, 1967, p. 70-85, ici p. 73-75, qui considère que Manuel ne fut pas couronné de manière solennelle avant 1392.

512 Voir par exemple Loenertz, Démétrius Cydonès II, p. 6, et Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/1, p. 27.

513 Le recours de Jean V au souverain ottoman Murad Ier pour l’aider à étouffer la révolte de son fils Andronic s’explique par la collaboration de ce dernier avec un prince ottoman. Traditionnellement, on a identifié ce prince au fils de Murad, Saudji, mais quelques indices permettent de supposer que ce fut en réalité Ismaël Çélébi, fils de Süleymân Pacha, ancien gouverneur ottoman de Thrace. Saudji se révolta, en effet, contre son père à la même époque, mais en Asie Mineure. Il avait peut-être profité pour cela du séjour de son père en Europe. Cette question sera traitée en détail dans une étude que je prépare en collaboration avec Irène Beldiceanu-Steinherr.

514 Le séjour de l’empereur Jean V en Asie Mineure, combattant aux côtés de Murad Ier, pourrait être suggéré par deux lettres de Kydônès : L193/T106 et L194/T107. Loenertz, Démétrius Cydonès I, p. 71, date ces lettres de l’été 1373, et Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/2, p. 544-545, du printemps 1374 (la position de ces deux lettres dans les manuscrits semble indiquer qu’elle furent écrites à la même époque). Toutefois, cette dernière datation est peu probable : il est certain que Kydônès écrivit sa lettre L194/T107 à Constantinople (cf. en particulier Kydônès, Correspondance I, p. 67, l. 5 et 8), c’est-à-dire avant son départ pour Lesbos (vers septembre 1373) ou après son retour dans la capitale durant l’hiver 13741375 (pour la date de ce retour, voir infra, p. 233-235). Toutefois, certains arguments suggèrent une datation encore plus basse, vers 1377-1378 : pour la démonstration, voir infra, p. 267, n. 688. Mis à part le possible témoignage de la correspondance de Kydônès, les sources ottomanes font aussi allusion à une campagne de Murad Ier en Asie Mineure à cette époque, contre son fils aîné, le prince Saudji, qui s’était réfugié à Dēmētoka, en Mysie (cf. Loenertz, Andronic IV). Au xve siècle, Chalkokondylès parle de la participation de l’empereur byzantin à une campagne de Murad Ier en Anatolie (Chalkokondylès I, p. 375-6), mais la chronologie est imprécise.

515 Voir Ostrogorsky, État tributaire. Barker, Manuel II, p. 18 parle de « state of vasselage to the Osmanlis ». Voir aussi, plus récemment, Necipoğlu, Between the Ottomans and the Latins, p. 29, et Laiou, Morrisson dans Le monde byzantin III, p. 45.

516 En 1374, l’empereur Jean V écrivit au pape Grégoire XI une lettre dans laquelle il qualifiait l’accord avec les Ottomans de simple treuga : cf. infra, p. 256, n. 635.

517 ASV, Senato, Misti, reg. 34, fol. 123 (14 juillet 1374) : intelleximus nuper nova de armata, que fit per dominum imperatorem Constantinopolitanum et per Moratum. Voir aussi le résumé de Thiriet, Régestes, t. 1, no 541. Dans une lettre aux Hospitaliers de Rhodes du 21 septembre 1374, le pape fait allusion pour la première fois à l’alliance byzantino-turque : … praesertim moderno tempore, quo inter Grecos et Turchos quedam impia colligatio adversus fideles Christi, ut dicitur, esse factam (Halecki, Un empereur, p. 301, n. 3).

518 Manouèl Doukas Tarchaneiôtès est attesté comme képhalè de Serrès en août-octobre 1375 (Kutlumus, no 34, l. 106). Le moine Gérasimos est mentionné pour la première fois comme prôtos de l’Athos en juin 1374 (Chilandar, no 155 [signature au verso]) ; voir aussi d’autres mentions dans Kutlumus, no 31 (1375) et dans Vatopédi II, no 143 (1375). Le dernier prôtos serbe de l’Athos pourrait avoir été Sabas (dernière mention dans l’acte Vatopédi II, no 138, de juin 1371).

519 En réalité, nous n’avons conservé qu’un seul acte original de Jean V pour cette époque : Docheiariou, no 44 (prostagma de février 1375). L’acte de Vatopédi II, no 142 (conservé en copie) est attribué par les éditeurs des Archives de l’Athos à Jean V et daté de la période « entre 1368 et 1375 », mais je pense qu’il s’agit en fait de la copie d’un prostagma d’Andronic IV délivré vers 1377 : cf. infra, p. 265-266. Toutefois, outre ces deux chartes, plusieurs actes athonites des années 1375-1376 mentionnent d’autres ordonnances impériales non conservées mais contemporaines : par exemple, l’acte de Vatopédi II, no 149 (mars 1376), mentionne un prostagma de l’empereur « délivré récemment » (cf. l. 8). Sur ce document perdu, voir Dölger, Regesten V, no 3149. L’acte de Docheiariou, no 48 (vers 1381), parle d’un chrysobulle et d’un prostagma délivrés par Jean V cinq ans auparavant, c’est-à-dire vers 1375. Sur le chrysobulle, voir Dölger, Regesten V, no 3146 ; Saint-Pantéléèmôn, no 15 ; Oikonomidès, Deblitzenoi, p. 183 ; et mes remarques dans Estangüi Gómez, Théodôra Palaiologina, p. 157, n. 115, ainsi que supra, p. 211-212. D’autres actes emploient simplement le terme horismoi, qui peut se référer à de simples ordonnances orales : Chilandar, no 156, l. 2 et 5 (janvier 1375) ; Kutlumus, no 31, l. 14 (janvier 1375) ; Vatopédi II, no 144, l. 1, 119 et au verso, l. 1 (juin 1375) et no 147, l. 1 et 4 (décembre 1375) ; ces horismoi n’en suggèrent pas moins également la présence de l’empereur dans la région.

520 Kydônès, Correspondance II, no 168, p. 39-40.

521 Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 2, no 146, p. 22-24. Il s’agit de la seule source qui parle explicitement du séjour de Jean V en Macédoine. La mention du mois de septembre s’explique par le départ à cette date de Kydônès pour l’île de Lesbos : cf. infra, p. 233-234.

522 Kydônès, Correspondance II, no 168, p. 4025 : ἐπεὶ δ᾽ἀπῴκισμαι τῆς τραπέζης.

523 Ibid., p. 4033-34 : κἀμὲ τῶν κρύβδην διαβολῶν ἀπαλλάξεις, αἷς ἔτος ἤδη τουτὶ δεύτερον παλαίων ἀπείρηκα.

524 Ibid., p. 394-5 : ἡ μὲν φήμη καὶ μέχρις ὑμῶν δραμεῖσθαι τὸν βασιλέα, ὀψόμενον μὲν τὴν πόλιν καὶ τὴν μετὰ τὴν πρώτην τῇ παρουσίᾳ κοσμήσοντα. Il n’y a pas de doutes sur le fait que l’empereur dont parle Kydônès est Jean V. L’ancien mésazôn chante les louanges du souverain et de son correspondant ; ce dernier devait jouer le rôle de principal conseiller de l’empereur. Kydônès invoque, en outre, l’ancienne amitié qui l’unissait à ce mégas domestikos (tous deux avaient fait partie de la suite qui accompagna Jean V lors de son voyage en Italie, 1369-1371) pour que ce dernier agisse en sa faveur auprès du souverain. Pour plus de détails sur cette lettre, voir Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 2, p. 24.

525 Kydônès, Correspondance II, p. 39 : « Lesbi, 1373-1374 ? »

526 Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 2, p. 24.

527 Ibid., p. 24 : « Tatsächlich aber befindet sich Kyd[ones] “im zweiten Jahr” seitdem. »

528 Kydônès, Correspondance II, p. XIV. Les livres XVI-XL font partie du recueil des manuscrits AU qui contient les lettres écrites après le départ de Kydônès pour Lesbos. Cet argument avait été sans doute pris en compte par Loenertz lorsqu’il proposa la date de 1373-1374 et Lesbos comme lieu de rédaction.

529 La date du retour de Kydônès à Constantinople après son séjour à Lesbos n’est pas connue, mais elle peut être plus ou moins déduite. Dans sa lettre L140/T150, adressée à un ami résidant dans l’île de Naxos durant l’année 1375, Kydônès dit qu’il avait participé aux entretiens entre l’empereur Jean V et les légats envoyés par le pape à Constantinople fin 1374. Traditionnellement, on a situé ces entretiens vers l’hiver 1374/1375, date de l’arrivée de l’ambassade pontificale dans l’Empire, mais si, comme je le pense, l’empereur n’était pas à l’époque encore rentré de Macédoine, elles durent avoir lieu quelque temps plus tard, au printemps 1375. La date du départ des légats vers Rome, au cours de l’été 1375, ne s’oppose pas à cette hypothèse (ils sont attestés à Rome pour la première fois le 27 octobre 1375 : cf. Halecki, Un empereur, p. 312 et n. 2). L’arrivée de Kydônès à Constantinople doit être donc antérieure au printemps 1375, date du retour de Jean V de Macédoine. Sur le retour de Kydônès à Constantinople, voir aussi Loenertz, Démétrius Cydonès II, p. 16, et Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/1, p. 29, n. 153.

530 Kydônès, Correspondance II, no 132, p. 16-8 : « Cette colère était due au fait que j’étais venu à Mytilène, quand cela m’était interdit et que je m’étais rendu auprès de quelqu’un à qui l’empereur avait des torts à reprocher. » Depuis Lesbos, Kydônès avait déjà écrit à l’impératrice Hélénè Kantakouzènè, épouse de Jean V, pour qu’elle intercédât auprès des deux empereurs en sa faveur : « Je te supplie donc de les rendre plus indulgents pour moi » (ibid., no 134, p. 427-28).

531 Loenertz, Jean V à Venise, p. 227-228.

532 Les historiens ont expliqué l’éloignement de Kydônès de ses fonctions comme principal conseiller par la déception de l’empereur à son retour d’Italie face à la pauvreté des résultats concrets de sa politique de rapprochement avec les puissances occidentales (cf. par exemple Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/1, p. 26). Le séjour à Rome et plus tard à Venise avait été en effet très éprouvant pour le souverain et pour sa suite. Toutefois, même si l’expérience du voyage en Italie avait été décevante, on sait que l’empereur ne mit pas pour autant un terme définitif à ses contacts avec les Latins. On a déjà parlé par exemple de l’ambassade que lui envoya en 1372 la commune de Venise ; cette ambassade avait sans doute pour objet la cession de Ténédos (cf. supra, p. 228). La principale source sur laquelle on s’est appuyé pour dater la retraite de Kydônès de l’automne 1371 est une longue épître adressée à Jean V, l’« Adresse à l’empereur Jean Palaiologos » (Τῷ βασιλεῖ Ἰωάννῃ τῷ Παλαιολόγῳ, éd. Loenertz dans Kydônes, Correspondance I, p. 10-23), dans laquelle Kydônès prie l’empereur de lui donner congé. Il déclare être las des attaques des ennemis déclarés autant que des embûches de ceux qui intriguent dans l’ombre et auxquels l’empereur a prêté l’oreille. Kydônès signale ceux qui suivent la théologie de Grègorios Palamas comme les auteurs des diatribes dirigées contre lui et souligne que « l’empereur lui-même se laisse ébranler par leur éloquence et impressionner par la solennité de leurs vêtements prélatices » (analyse de Loenertz, Démétrius Cydonès II, p. 22 ; pour le texte grec, voir Kydônès Correspondance I, p. 1932-35). Ce texte ne porte néanmoins pas de date ; les seules références chronologiques sont la mention du « récent voyage en Italie » et le désir de Kydônès de partir à Rome « l’hiver prochain ». Ces indications n’impliquent pas forcément une datation à l’automne 1371.

533 Dans sa correspondance, Kydônès parle en très mauvais termes de Philothéos Kokkinos. Par exemple, il dit avoir été très mal accueilli en 1371, à son retour d’Italie, par cet « homme maudit » : voir la lettre L34/T78. Rappelons qu’en 1368, le frère de Kydônès, Prochoros, avait été condamné par le tribunal patriarcal en raison de son opposition aux thèses palamites. Sur les attaques des hauts dignitaires constantinopolitains contre Kydônès, voir les lettres au moine Iôasaph (ancien empereur Jean VI) (L400/T93), à Théodôros Méliténiôtès (L151/T94). Sur cette question, voir de manière plus générale Estangüi Gómez, Un monastère catholique.

534 Dans sa lettre L181/T97, Kydônès dit à un ami anonyme qu’il vient « à peine » de commencer à vivre dans l’oisiveté : ἐμοὶ δὲ τὸ σὺν ἀπραγμοσύνῃ ζῆν νῦν μόλις κατώρθωται (Kydônès, Correspondance II, p. 535-6), claire allusion à l’abandon de ses fonctions publiques (cf. Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/2, p. 521) : « Si un jour j’arrive à nouveau à une situation qui demande beaucoup de mots, je te livrerai un discours magnifique » (ibid., p. 538-9), dit-il à son ami pour justifier la concision de sa lettre. La datation de cette lettre peut être précisée d’après sa place dans les cahiers de copie-lettres des manuscrits de la période (après septembre 1373) : voir Kydônès, Correspondance II, p. XIV.

535 Dans ce tableau, on ne tient pas compte des actes concernant les transactions foncières qui ont comme objet la vente ou la location d’immeubles à l’intérieur de Thessalonique : Vatopédi II, nos 139 (1373), 140 (1374), 146 (1375), et 150 (1376) ; il en va de même des accords concernant des héritages : Lavra III, no 145 (1374), et Actes de Chilandar, no 154 (1374).

536 Un ami proche de Kydônès nommé Radènos fut l’un des notables de Constantinople qui suivirent Jean V en Macédoine. Il arriva à Thessalonique vers l’été ou l’automne 1375 dans l’espoir de faire fortune. Sa carrière nous est relativement bien connue grâce à la correspondance de Kydônès qui rend compte, par exemple, des difficultés financières auxquelles Radènos fut confronté peu après son arrivée. Sur Radènos et sa relation avec Kydônès, voir Dennis, Radhenos, et Tinnefeld, Freundschaft.

537 Lemerle, Juges généraux, p. 35-41, a été le premier à s’intéresser à l’activité judiciaire en Macédoine dans les années 1374-1375.

538 Sur les compétences de ces juges généraux et la différence avec les juges généraux des Romains, voir infra, p. 419-427.

539 Chilandar, no 154.

540 Ibid., l. 8-9 : ὥστε ἀντικριθῆναι ἐπὶ τοῦ εὐαγοῦς βασιλικοῦ σεκρέτου.

541 Ibid., l. 61-63. Ils signent simplement comme douloi, c’est-à-dire serviteurs, de l’empereur, mais aux lignes 26-27, on parle de καθολικῆς κρίσεως, παρουσία δὲ τῶν ὡς μαρτύρων μεθ᾽ἡμῶν ὑπογράψαι ὀφειλόντων προσώπων.

542 Sur Dèmètrios Angélos Manikaïtès, voir PLP 16635.

543 Par exemple, l’acte Docheiariou, no 42 (août 1373) fut rédigé par le clerc Iôannès Sgouropoulos sur l’ordre de Sôtèriôtès (cf. l. 83-85). Pour une biographie du personnage, voir ibid., p. 211.

544 Lavra III, no 145.

545 Ibid., l. 19 : ἐνώπιον ἡμῶν ἡ παροῦσα γενομένη διάλυσις ὑπεγραφη διὰ τὸ ἀσφαλές.

546 Vatopédi II, no 144.

547 Sur la fondation du couvent du Prodrome à Berroia et sa donation à Vatopédi, voir supra, p. 22-25.

548 Vatopédi II, no 144, l. 24-26 : τῆς δὲ τῶν Σέρβων τυραννίδος ἐλευθέρας γενομένης Βερροίας, παραγινόμεθα μὲν πρὸς τὸν κραταιὸν καὶ ἅγιον ἡμῶν αὐθέντην καὶ βασιλεά, ποριζόμεθα δὲ ὁρισμὸν αὐτοῦ ἀποδιδόντα ἡμῖν τὸ μετόχιον ἡμῶν ὥστε πάλιν κατασχεῖν αὐτὸ καὶ δεσπόζειν αὐτοῦ καθὼς καὶ πρότερον.

549 Ibid., l. 52, 75, 82-84. Cet acte est qualifié de τὸ τῶν καθολικῶν κριτῶν γράμμα. Voir aussi ibid., l. 118 : κρίσεις καὶ ἀποφάσεις.

550 Les moines avaient perdu l’acte de donation de Sarantènos en faveur de Vatopédi (cf. ibid., l. 73-74), mais ils gardaient – nous dit l’acte – les chrysobulles et les autres ordonnances impériales, ainsi qu’un acte patriarcal et des actes de recensement qui prouvaient leurs droits sur le couvent du Prodrome.

551 Vatopédi II, no 149. Sur Alexios Tzamplakôn, voir Estangüi Gómez, Les Tzamplakônes.

552 Kutlumus, no 34. Les archives du monastère d’Alypiou sont aujourd’hui conservées à Kutlumus à la suite de l’union entre les deux couvents dans la première moitié du xve siècle (cf. Kutlumus, p. 15 et suiv.). Ce document fait partie d’un important dossier de cinq actes qui ont été copiés l’un après l’autre sur une bande de papier et authentifiés par l’évêque de Hiérissos et de l’Athos, Isaakios. Le premier document est daté de novembre 1287 (Kutlumus, no 4) ; il s’agit de l’acte de vente du terrain de Klopotica au monastère du Christ Sauveur de Latomou, qui devint plus tard métoque d’Alypiou. Le deuxième document est la décision délivrée en février 1341 par le juge général des Romains, Nikolaos Matarangos, confirmant le droit de possession du terrain de Klopotica au monastère du Christ Sauveur (Kutlumus, no 19). Le troisième document est une consultation du képhalè de Serrès, Manouèl Doukas Tarchaneiôtès, auprès de son père le mégas chartophylax de Thessalonique au sujet de la validité de l’acte de Matarangos relatif au bien de Klopotica (Kutlumus, no 32). Cet acte ne porte pas de date, mais il doit être de peu antérieur à août 1375, date du document suivant, le quatrième, qui est la décision de la métropole de Serrès d’août 1375 déclarant que le terrain de Klopotica appartient au monastère d’Alypiou, maison mère de l’ancien couvent du Christ Sauveur de Latomou (Kutlumus, no 33 ; cet acte est aussi conservé par ailleurs en original). Le cinquième et dernier acte est notre document, la décision des juges généraux d’octobre 1375.

553 En réalité, l’acte Kutlumus, no 19 (février 1341) ne parle pas d’Alypiou mais seulement du couvent du Christ Sauveur de Latomou, qui avait acquis le terrain de Klopotica à la fin du xiiie siècle (cf. note précédent). Latomou était devenu plus tard métoque d’Alypiou.

554 Sur ce personnage, voir infra, p. 416-417.

555 La ville de Serrès tomba aux mains des Serbes en septembre 1345, mais depuis 1342 la région avait été le théâtre d’opérations militaires et de fréquentes razzias (cf. supra, p. 90, n. 370 et p. 91).

556 On notera qu’en août 1375 le métropolite de Serrès était toujours un Serbe, Theodosije. La continuité de sa présence sous l’autorité byzantine était sans doute motivée par l’accord conclu entre le despote serbe Jovan Uglješa et le patriarcat de Constantinople, en vertu duquel les métropoles serbes qui étaient sous domination d’Uglješa se placèrent sous l’obédience de l’Église byzantine : Darrouzès, Regestes V, no 2611 (mai 1371). Fin 1375 ou début 1376, Matthaios Phakrasès succéda à Theodosije (ibid., no 2667).

557 La date du retour de Jean V à Constantinople est difficile à préciser, mais il était déjà dans la capitale lors de la cérémonie solennelle de réconciliation des Églises serbe et byzantine, en mars-avril 1375 (cf. infra, p. 259).

558 L’acte Vatopédi II, no 149, est un contrat de bail entre Alexios Tzamplakôn et le monastère de Vatopédi au sujet d’un verger situé à l’intérieur de Berroia. Il fut établi « avec l’assentiment du tribunal impérial » (εἰδήσει καὶ γνώμη καὶ τοῦ εὐαγοῦς βασιλικοῦ σεκρέτου, cf. l. 2) et les signatures de Dèmètrios Angélos Manikaïtès et de Nikètas Sôtèriôtès figurent au verso.

559 Par exemple, l’ensemble de documents relatifs au domaine de Klopotica, propriété du monastère d’Alypiou, fut recopié sur une seule feuille de papier, authentifiée par Isaakios, évêque de Hiérissos et de l’Athos, attesté comme tel entre 1378 et 1389. Plusieurs copies d’actes athonites portent l’authentification de Théodosios, évêque d’Ardaméri dans les années 1360-1370 : cf. Docheiariou, p. 142 et 206. Une copie d’un chrysobulle de Jean V pour Vatopédi confirmant au monastère la possession de tous ses biens porte la signature d’authentification de Pétros, attesté comme métropolite de Christoupolis entre 1365 et 1374 : Vatopédi II, no 108 (copie C). Deux copies de l’acte de donation par Alexios Laskaris Métochitès de son domaine de Stylarion en faveur de Vatopédi (juin 1369) datent de la même époque : la première est authentifiée par Dôrothéos Blatès, métropolite de Thessalonique entre 1371 et 1379, et la seconde par Isaakios, évêque de Hiérissos et de l’Athos, dont on vient de parler (Vatopédi II, no 130, p. 343-344). Pour les faux : voir par exemple le faux chrysobulle d’Étienne Dušan publié dans l’Appendice VI de Vatopédi II, p. 438-440, qui porte la signature imitée de Pétros, métropolite de Christoupolis (1365-1374).

560 Sur cet acte, voir supra, p. 232, n. 519.

561 Dölger, Regesten V, no 3144. L’ordonnance est mentionnée dans Kutlumus, no 31, l. 14, et Chilandar, no 156, l. 2-9. Le décret impérial fut confirmé par un acte du patriarche Philothéos : cf. Kutlumus, no 31, l. 14.

562 Voir Kutlumus, no 34, l. 112-113. De manière plus allusive, dans Kutlumus, no 33, l. 55-57.

563 Le terme « pronoïarisation » (προνοιασθῶσι) est employé par le prostagma de Manuel II de 1408, qui est la seule source à faire directement allusion à cette mesure (cf. infra) : cf. Vatopédi III, no 199, l. 2.

564 Ostrogorsky, Féodalité, p. 155 et suiv.

565 Voir par exemple ibid., p. 52 : « Dans les territoires redevenus grecs, Manuel dut prendre des mesures exceptionnelles pour faire face à la situation et se procurer des ressources. »

566 Vatopédi III, no 199, l. 1-3 : εὐθὺς μετὰ τὸν θάνατον τοῦ δεσπότου τῆς Σερβίας τοῦ Οὔγγλεση ἐκείνου διὰ τὴν ἐπίθεσιν τὴν τότε γεγονυίαν παρὰ τῶν Τούρκων φορτικὴν οὖσαν ἄγαν καὶ συνεχεῖ, σκέψεως γενομένης πρὸς τὸ κοινῆ λυσιτελοῦν, ἔδοξεν ἵνα προνοιασθῶσι τὰ ἡμίση τῶν μετοχίων τῶν τε Ἁγιοριτῶν καὶ τῶν Θεσσαλονικαίων καὶ ἁπλῶς πάντα, διὰ τὸ μήποτε ἅπαντα συλλήβδην χαθῶσιν. Avant sa publication dans la collection Archives de l’Athos, cet acte important était connu grâce à l’édition de Mošin, Akti, p. 164-167.

567 Il faut rappeler qu’à l’époque de Lemerle, contrairement à aujourd’hui, on ne connaissait aucun acte fiscal contemporain de la date du décret, c’est-à-dire des années 1370.

568 Lemerle dans Lavra IV, p. 52-53 : « Le monastère n’est pas dépossédé des biens ainsi visés, mais il en perd provisoirement la rente normale de base, au profit de ceux auxquels elle est attribuée en pronoia. »

569 Docheiariou, p. 273 : « On est donc conduit à penser que la transformation des biens monastiques en pronoiai n’avait point affecté les droits de propriété des monastères sur la terre ; elle n’avait touché que la jouissance, les revenus – revenus fiscaux aussi bien que revenus du propriétaire. »

570 Oikonomides, The Role of the Byzantine State, p. 1048.

571 Bartusis, Byzantine Army, p. 169.

572 Smyrlis, The State, the Land and Private Property, p. 67, n. 43.

573 Ibid., p. 71 : « Thanks to the documentation coming from Vatopedi there can be no doubt as to the nature of the confiscation. The state took away lands. »

574 L’acte Vatopédi II, no 147 de 1375 est un acte de recensement par lequel le monastère était mis en possession d’environ 6300 modioi de terre à Stylarion, soit la moitié de la terre qui avait été donnée à Vatopédi par le mégas domestikos Alexios Laskaris Métochitès en 1369 (Vatopédi II, no 130).

575 Vatopédi III, no 154. En juin 1377, le mégas primmikèrios Dèmètrios Phakrasès délivra cet acte par lequel il remettait le monastère de Vatopédi en possession de la moitié de la terre de Raphalion qui lui avait été confisquée pour être accordée à la compagnie d’armes d’un certain Sgouros. Cet acte fut dressé sur l’ordre de l’empereur Andronic IV (cf. ibid., no 155).

576 Vatopédi II, no 130.

577 La terre de Raphalion est désignée au xie siècle par le nom de son ancien propriétaire, kyr Isménos : cf. Vatopédi I, p. 35.

578 Le projet s’inspirait directement du système des soldats-paysans appelés akritai que les empereurs de Nicée avaient installés sur la frontière orientale au début du xiiie siècle pour défendre le pays contre les Turcs : A. Failler, Pachymeriana alia, REB 51, 1993, p. 238-260, ici p. 248-258, et Smyrlis, La fortune, 180-181.

579 Voir les exemples cités par Smyrlis, The State, the Land and Private Property, p. 59-61.

580 Docheiariou, no 33. L’acte Lavra III, no 131 (vers 1351/1352) dit que les monastères versaient à cette époque des redevances aux soldats.

581 Docheiariou, no 33, l. 12 et suiv.

582 Sur la confiscation de biens monastiques en Macédoine dans les années 1350, voir Smyrlis, La fortune, p. 181.

583 MM I, no 252, p. 507-508. Cet acte a été traduit en anglais par Charanis, Monastic Properties, p. 115-116.

584 MM I, no 252, p. 507 : ὁ βασιλεὺς ὁ ἅγιος βούλεται καταστῆσαι στρατιώτας ἐν τοῖς χωρίοις ἔξω τῆς Κωνσταντινουπόλεως μέχρι τῆς Σηλυβρίας, οἷς καὶ βούλεται δοῦναι τὰ ἐν αὐτοῖς χωράφια καὶ τὴν γῆν πᾶσαν τὴν ἐν αὐτοῖς.

585 Ibid., p.507 : ὡς ἂν παραλαβὼν ὁ βασιλεὺς ὁ ἅγιος ταῦτα ποιήσῃ ἐπ᾽αὐτοῖς, ὅπερ βούλεται, κατέχειν γὰρ μέλλει ταῦτα μέχρι χρόνου ἑνὸς, καὶ εἰ μὲν ποιήσει, ὅπερ βούλεται, καθέξει ταῦτα καὶ εἰσέτι καὶ δώσει τῇ ἐκκλησίᾳ ἑτέραν πρόσοδον, ἴσην τοῖς κτήμασι τούτοις, εἰ δὲ οὐ ποιήσει, ὅπερ βούλεται, ἀντιστραφήσονται ταῦτα πρὸς αὐτήν.

586 Laiou, Peasant Society, p. 218, et Bartusis, Byzantine Army, p. 104-105, pensent que le projet n’aboutit pas parce que, en 1384, les deux villages étaient abandonnés.

587 Vatopédi III, no 199.

588 L’acte de Manuel II de 1409 s’étant trouvé très endommagé, les moines de Docheiariou profitèrent d’un autre séjour de cet empereur à Thessalonique en 1414 pour solliciter un nouveau prostagma confirmant le contenu de l’acte précédent. Ce prostagma de 1414, conservé dans les archives du monastère, reprend les termes de l’acte perdu de 1409. Voir Docheiariou, no 52 : οἱ ἐνασκούμενοι τῆ μονῆ τοῦ Δοχιαρίου ἀνέφερον τῆ βασιλεία μου ὅπως εἶχον τὰ Αμαριανὰ ἐξωνησάμενοι αὐτὰ ἀπὸ τῆς μεγάλης δομεστικίσης Παλαιολογίνης ἐκείνης, ὡς διαλαμβάνει τὸ περι τούτου παρ᾽αὐτῆς γενόμενον γράμμα… (l. 3-5) Ἡ βασιλεία μου γοῦν, εὐμενῶς προσδεξαμένη τὴν αὐτῶν παράκλησιν, ἔχει θέλημα καὶ διορίζεται διὰ τοῦ παρόντος αὐτῆς προστάγματος ἵνα ἡ εἰρημένη μονὴ τοῦ Δοχιαρίου ἔχη καὶ πάλιν, ὥσπερ καὶ πρίν, ὅλον τὸ χωρίον τὰ εἰρημένα Ἀμαριανά (l. 8-10).

589 Ibid., l. 12-13 : τῆς δὲ Ἑρμηλίας ἵνα ἔχωσι τὸ ἥμισυ μέρος, τὸ δὲ ἥμισυ ἵνα ἔνι τοῦ δημοσίου, ὡς καὶ τὰ ἄλλα κτήματα τῶν μοναστηρίων.

590 Lavra III, no 161 (avril 1409) : les recenseurs Paulos Gazès et Géôrgios Prinkèps procédèrent sur l’ordre de Manuel II à l’échange de plusieurs biens entre le monastère de Lavra et le fisc.

591 Le texte a comme titre « Discours au sujet des abus des archontes sur les biens sacrés » (λόγος περὶ τῶν παρανόμως τοῖς ἄρχουσιν ἐπὶ τοῖς ἱεροῖς τολμωμένων). Le terme d’archontes désigne ici les fonctionnaires publics qui, sous prétexte d’agir en vue du bien commun, procédaient à la confiscation des biens de l’Église. Le texte dénonce aussi la corruption des fonctionnaires et les abus commis par certains évêques (peut-être aussi par le patriarche) qui s’appropriaient les biens d’autres églises ou prélevaient abusivement de lourdes taxes sur les fidèles et les monastères.

592 Ševčenko, « Anti-zealot » Discourse [avec bibliographie antérieure], qui contient l’édition la plus récente du discours ; voir aussi Id., Draft, et Id., Postscript. Les conclusions de Ševčenko ont été reprises par G.T. Dennis, Nicholas Cabasilas Chamaètos and his Discourse on Abuses Committed by Authorities against Sacred Things, Byzantine Studies/Études byzantines 5, 1978, p. 80-87 (= Id., Byzantium and the Franks 1350-1420, Londres 1982 [Variorum Collected Studies Series 150], XI). Voir aussi P. Charanis, Observations on the « Anti-Zealot » Discourse of Cabasilas, RESEE 9, 1971, p. 369-376.

593 Ševčenko a démontré que cette œuvre, longtemps considérée comme un traité contre les Zélotes, ne pouvait pas concerner la crise thessalonicienne des années 1340. Dans son premier article, Ševčenko, « Anti-zealot » Discourse, avait postulé que le texte critiquait les pratiques du parti de la régence, dirigé par Alexios Apokaukos, et des adversaires religieux de son auteur, Hyakinthos, métropolite de Thessalonique († 1346), et le patriarche Iôannès Kalékas (1334-1347) ; c’est pourquoi il avait proposé la date de 1344. Toutefois, en 1960, Dennis, The Reign of Manuel II, p. 90, n. 30, et Ševčenko, Draft, p. 187-188, ont suggéré la possibilité que cet écrit fasse plutôt allusion aux mesures prises par l’État byzantin en Macédoine durant les années 1370. Le raisonnement de Ševčenko s’appuie sur l’étude des manuscrits, puisque les folios 65-72 du Paris. gr. 1276, contenant la première version du discours, avec des annotations de la main de Kabasilas lui-même, datent – d’après le relevé des filigranes – de la période 1375-1388. Dans un troisième article, Ševčenko, Postscript, revient sur la question de la date du discours. Malgré l’étude codicologique et le contexte historique, il a finalement préféré ne pas avancer une réponse trop définitive : « Exactly when, where, and against whom the Discourse was written, I do not know. »

594 M.-H. Congourdeau, Les énigmes du discours de Nicolas Cabasilas contre les archontes, Nea Rhomè 7 (= Χρόνος συνήγορος. Mélanges André Guillou, éd. L. Bénou et Cr. Rognoni), 2011, p. 169-188.

595 Smyrlis, The State, the Land and Private Property, p. 69 et suiv., revient sur le contenu du discours et le met en rapport avec les confiscations des années 1370.

596 Kabasilas soulignait que parmi les archontes certains étaient mauvais (τοὺς μὲν πονηροὺς τῶν ἀρχόντων) et ne pouvaient être corrigés que par la force, alors que d’autres étaient sages et bons (οἳ σοφοί τέ εἰσι καὶ χρηστοί) ; c’est à ces derniers qu’il adressait son discours : Ševčenko, « Anti-Zealot » Discourse, p. 91-92, § 1-3.

597 Après son retour de Constantinople, où il avait été formé aux disciplines scientifiques et à la rhétorique, Kabasilas suivit une formation en droit auprès des juristes de Thessalonique rassemblés autour du monastère de kyr Isaakios (cf. Congourdeau, Delouis, Supplique). Vers la fin de sa vie, au début des années 1390, il fut invité par l’empereur Manuel II à occuper le poste de juge général des Romains, la plus haute charge judiciaire dans l’Empire. Dans sa correspondance, Kabasilas fait parfois allusions aux termes juridiques. Sur cette question, voir Kabasilas, Correspondance, p. 180-183.

598 Ševčenko, « Anti-Zealot » Discourse, p. 92, § 4. Selon Kabasilas, les archontes s’emparaient de l’argent et des produits agricoles, ainsi que des paysans, des hameaux et des villages (οἱ [= les archontes] δὲ ἀφαιρούμενοι τὰ μὲν ἑαυτοῖς τὰ δὲ ἄλλοις παρέχουσι χρῆσθαι, μάλιστα μὲν ἀργύριον καὶ πυροὺς καὶ κριθὰς καὶ οἶνον καὶ ἄλλους τῶν χωρῶν τόκους, ἐνίοτε δὲ καὶ γεωργοὺς καὶ συνοικίας καὶ αὐτὰ τὰ χωρία).

599 Ibid., p. 92-93, § 5.

600 Ibid., p. 93, § 6 : « Les administrateurs des affaires publiques – disent-ils – doivent toujours agir en veillant à ce qui est utile à la communauté » (l. 2 : χρῆναι, φασὶ, τοὺς ἐπιμελητὰς τῶν κοινῶν πρὸς τὸ κοινῇ λυσιτελές). Smyrlis, The State, the Land and Private Property, p. 70, a noté la proximité entre les arguments des archontes selon Kabasilas et le contenu du prostagma de Manuel II de décembre 1408 qui explique les raisons qui avaient poussé l’État à maintenir le décret de « pronoïarisation » après 1403 « en vue du bien commun » : πρὸς τὸ κοινῆ λυσιτελοῦν (Vatopédi III, no 199, l. 2).

601 Ševčenko, « Anti-Zealot » Discourse, p. 93, § 6 : selon Kabasilas, les archontes justifiaient la confiscation des biens monastiques en faisant valoir qu’ils seraient employés à nourrir les pauvres, à pourvoir aux besoins des clercs, à orner les églises et, surtout, à équiper des soldats qui devaient donner leur vie pour la défense de ces temples, des lois et des remparts (cf. l. 15-17 : τὶ δεινὸν εἰ τῶν ἀνακειμένων τοῖς φροντιστηρίοις πολλῶν ὄντων λαβόντες ἔνια πένητας μὲν θρέψομεν ἱερεῦσι δὲ χορηγήσομεν νεὼς δὲ κοσμήσομεν ; et l. 20-22 : εἰ δὲ καὶ στρατιώτας ἀπὸ τούτων ὁπλίσομεν ὑπὲρ τῶν ἱερῶν τούτων καὶ τῶν νόμων καὶ τῶν τειχῶν ἀποθανουμένους).

602 Ibid., p.93, § 6. l.23-25 : οἷς [= aux moines] μικρὰ μὲν πρὸς τῆν τράπεζαν ἀρκεῖ, μικρὰ δὲ πρὸς τὴν ἄλλην τοῦ βίου παρασκευὴν, οἴκοι καθημένοις καὶ ὑπὸ στέγην ζῶσι καὶ πρὸς μηδένα παραταττομένοις κίνδυνον.

603 Ibid., p. 93, § 6, l. 26-27 : τὸ γὰρ ἑστάναι τείχη καὶ νόμους εἶναι πάντων μὲν ἀναγκαιότατον αὐτοῖς, ἔργον δὲ στρατιωτῶν, εἴ τις ἐν ἀνθρώποις σκοποῖ.

604 Le droit inaliénable sur la propriété privée constitue le principal argument de la défense construite par Kabasilas. Sur cette question, voir Laiou, Economic Concerns, p. 207-208.

605 Ševčenko, « Anti-Zealot » Discourse, p.94, §10, l.9-10 : ὅτι μὲν γὰρ τῶν ὄντων τοῖς ἀρχομένοις τὴν οἰκονομίαν τοῖς ἄρχουσιν ἀνακεῖσθαι δεῖ, φαίην ἂν, ἀλλ᾽οὐ τῶν ἰδιωτικῶν, ἀλλὰ τῶν κοινῶν, et, plus loin, ibid., p. 96, § 14, l. 9-10 : [aux archontes] καὶ μὴν δέδεικται τῶν κοινῶν ἐπιμελητὰς εἶναι μόνον ὑμᾶς, ἰδίᾳ δ᾽ἕκαστον τῶν ἑαυτοῦ.

606 Sur l’inaliénabilité des biens monastiques, voir Kaplan, Les moines et leurs biens fonciers, p. 211-212 [217-218], et Smyrlis, La fortune, p. 104, n. 43. Kabasilas explique qu’en cas d’extrême nécessité, les moines pouvaient aliéner une partie de leur patrimoine, mais avec l’accord des autorités : Ševčenko, « Anti-Zealot » Discourse, p. 97, § 16, l. 15-18.

607 Ibid., p. 95-96, § 12, l. 3-7 : εἰ μὲν οὖν καὶ χωρῶν καὶ οἰκιῶν καὶ τῶν ἄλλων κτήσεων δεσπότας εἶναι χρὴ τούτους νομίζειν μήπω ζητῶμεν· ὅτι δὲ καὶ τῶν καρπῶν καὶ τῶν προσόδων αἱ τῶν κτησαμένων ἐντολαὶ κυρίους εἶναι βούλονται τὰ μὲν εἰς τὴν αὐτῶν ἑκάστου χρείαν τὰ δ᾽εἰς τὸ κοινὸν ἀναλίσκειν, οὐκ ἂν δέοι λόγου δεικνύναι, et p. 97-98, § 16, l. 4-6. On retrouve le même argument dans la réponse du synode de 1367 à la requête de l’empereur Jean V d’installer des soldats dans deux villages appartenant au patriarcat situés à proximité de Constantinople (MM I, no 252, p. 507-508 ; voir supra, p. 245-246). Dans cet acte, le patriarche Philothéos Kokkinos répond : « Je n’ai pas l’autorisation de donner à quiconque les biens de l’Église, car je n’en suis que le gardien, selon la prescription des saints canons, je peux disposer du revenu en maître et en faire ce que je veux, mais non des propriétés elles-mêmes, car je ne suis qu’un gardien » (ἐγὼ οὐκ ἔχω ἄδειαν ἐκδοῦναί τινί τι τῶν τῆς ἐκκλησίας κτημάτων, φύλαξ γάρ εἰμι τούτων κατὰ τὴν τῶν ἱερῶν κανόνων διαταγὴν, καὶ τῶν μὲν προσόδων αὐτῶν εἰμι κύριος κατὰ πάντα καὶ ἐξουσιαστὴς, ὥστε ποιεῖν ἐπ᾽αὐτοῖς πᾶν, ὅπερ βούλομαι, τῶν δὲ ὑποκειμένων αὐτῶν καὶ τῶν κτημάτων οὐχὶ, ἀλλὰ φύλαξ μᾶλλόν εἰμι).

608 Sur la gestion des biens monastiques, voir Ševčenko, « Anti-Zealot » Discourse, p.97, § 16, l. 8 et suiv. Voir aussi ibid., p.99, §20, l.1-3 : οὐκοῦν ἀπὸ τοῦ χρήσασθαι καλῶς ἀπολογία πρὸς τὸ λαβεῖν οὐδεμία, ἀλλ᾽αὐτὸ τὸ λαμβάνειν οἴκοθεν ὡς μετὰ τοῦ δικαίου καὶ τοῦ νόμου γίνεται δεῖξαι δεῖ, τούτου δὲ μὴ δειχθέντος, ὁμολογεῖν ἀδικεῖν.

609 Ibid., p.98, §17, l.6-7 : καθάπερ γὰρ δύο ταῦτα πράγματα, χωρὶς μὲν τὸ λαβεῖν χωρὶς δὲ τὸ χρῆσθαι.

610 Étant parvenu au bout de son argumentation légaliste, Kabasilas accuse les autorités d’injustice. Dans cette partie de son discours, Kabasilas emploie à plusieurs reprises les adverbes « injustement » (kakôs) et « illégalement » (adikôs), ainsi que d’autres termes apparentés : cf. par exemple ibid., p.98, §16, l.48 (ἀδικεῖς) ; p.98, §17, l.4 (κακῶς […] ἀδίκως) ; p.99, §18, l.3 (ἀδίκως) ; p.99, §19, l.4 (ἠδίκηκας) ; et p.100, §21, l.7 (κακῶς). Dans les lignes suivantes, Kabasilas qualifie les archontes de tyrans parce qu’ils ont consenti à trangresser les lois et à asservir leurs administrés dans le but de s’armer et pour leur propre bénéfice (cf. ibid., p. 103, § 24).

611 Cette idée est développée dans les paragraphes 21-23.

612 Ibid., p. 101, § 21, l. 21-22 : ἃ γὰρ τὴν πόλιν ἀνέστησας ἀναλώσας, ταῦτ᾽ἐκτήσω τοὺς νόμους ἠδικηκὼς ἀμφοτέρους, τόν τε περὶ τῶν ἱερῶν κείμενον καὶ τὸν ἰδιωτικόν.

613 Ibid., p. 104, § 26, en particulier l. 8-14.

614 Ibid., p. 104, § 27, l. 1-3 : παρὰ πάντα δὲ ταῦτα πρὸς τὰ πράγματα συγκεχωρήσθω δύνασθαί τι καὶ τὸν θεὸν, καὶ μὴ πάντα τῆς ἡμετέρας ἐξηρτῆσθαι σοφίας, ἀλλ᾽εἶναί τι ταῖς πόλεσι καὶ παρὰ τῆς ἐκείνου προνοίας.

615 Les lois sacrées ont été édictées par les apôtres et par les pasteurs des Églises conformément aux décisions du Christ : ibid., p. 106, § 30.

616 Pour ce raisonnement, voir ibid., p. 105-106, §§ 29-30.

617 Ibid., p. 108, § 32, l. 24-27 : ὅθεν οὐκ ἀπὸ τῶν ἐνίοις εἰργασμένων τοὺς νόμους κρινοῦμεν, ἀλλ᾽ἀπὸ τῶν νόμων ἑκάστου πράξεις δοκιμάσομεν, καὶ τούτῳ τῷ κανόνι τοὺς ὀρθῶς βιοῦντας εἰσόμεθα καὶ τοὺς μοχθηρούς.

618 Sur l’arrivée de Manuel II à Thessalonique en 1382, voir infra, p. 276.

619 Pour les homélies d’Isidôros Glabas, voir Glabas, Homélies. Sur la carrière du métropolite et ses relations avec Manuel II, voir infra, p. 279, 293, n. 793 et p. 296.

620 Voir supra n. 600. Sur la propagande officielle visant à justifier les mesures prises par l’État au détriment des puissants, voir infra, p. 447-454.

621 Vatopédi III, no 199, l. 1.

622 Voir par exemple, Lavra IV, p. 52 : « au lendemain de la Marica », ou Bartusis, Byzantine Army, p. 169 : « Shortly after the battle of Marica in 1371. »

623 Voir par exemple le cas de l’aristocrate Alexios Palaiologos qui, ayant perdu ses titres de propriété, fit don de son bien patrimonial d’Antzista au monastère des Russes : Saint-Pantéléèmôn, no 15.

624 On a vu le cas du mégas domestikos Dèmètrios Palaiologos et de son épouse Anna Kanta-kouzènè Palaiologina qui vendirent leur bien de Mariana à Docheiariou en vertu d’un accord passé avec les moines : cf. supra, p. 214-221.

625 Il s’agit de la lettre L188/T161. Sur Radènos, voir supra, p. 237, n. 536. Selon Kydônès, Radènos était endetté auprès d’un fonctionnaire du fisc, Iôannès Kantakouzènos, fils du mégas domestikos Dèmètrios Palaiologos. Ces « dettes » pourraient avoir été consécutives à un recensement de la province entrepris durant l’année 1375 par le mégas chartoularios Laskaris Métochitès (sur ce recensement, voir infra, p. 265-266). On a vu que Radènos faisait partie des aristocrates qui suivirent Jean V en Macédoine. Mis à part quelques brefs séjours à Constantinople, Radènos resta à Thessalonique, auprès de Manuel II, jusqu’à la conquête ottomane de 1387.

626 Il faut peut-être aussi songer à un accroissement des privilèges fiscaux accordés par les souverains serbes aux monastères et aux grands propriétaires laïcs dans le troisième quart du xive siècle.

627 L’ordonnance de Jean V fut confirmée par le patriarche Philothéos Kokkinos en janvier 1375 : voir supra, p. 241, n. 561. La décision provoqua les protestations des moines et certains kellia parvinrent à se soustraire à leur restitution au Prôtaton : voir par exemple Chilandar, no 156.

628 Sur la présence des Athonites dans la vie politique de la principauté serbe de Serrès, voir Ostrogorsky, Relations byzantino-serbes, p. 50-53.

629 Vatopédi II, nos 147 (décembre 1375) et 148 (mars 1376). Ces actes furent dressés par le mégas chartoularios Laskaris Métochitès, sur lequel voir PLP 17983.

630 La lettre du pape est éditée dans Acta Gregorii XI, no 134. Voir aussi Halecki, Un empereur, p. 307-308, et Mollat, Lettres secrètes du pape Grégoire XI, no 3118, p. 99. Il ne s’agit pas de reprendre ici la question, très large, des relations entre Jean V et Grégoire XI. On en trouvera un exposé assez détaillé dans Halecki, Un empereur, p. 248 et suiv. Il faut toutefois signaler que leurs rapports s’étaient fortement dégradés en raison du traité conclu entre les Byzantins et les Ottomans en 1373. L’année suivante, l’empereur envoya comme ambassadeur au pape l’interprète Philippos Tzykandylès, qui l’avait accompagné en Italie en 1369-1370 (cf. supra, p. 197, n. 354). L’objet de l’ambassade était d’expliquer à Grégoire XI les raisons qui avaient poussé l’empereur à signer une trêve avec Murad Ier et à modifier l’ordre de succession au trône. La réponse pontificale, datée du 13 décembre 1374, est pleine de reproches et reflète la déception du pontife (cf. Halecki, Un empereur, p. 306). Le 13 février 1375, Philippos Tzykandylès était encore à Venise, sur le point de s’embarquer pour Constantinople : ASV, Senato Misti, reg. 34, fol. 158r.

631 La lettre de Jean V n’est pas conservée : voir Dölger, Regesten V, no 3143. On sait, d’après la réponse du pape, qu’elle était écrite en lettres rouges et comportait une traduction en latin faite par Manouèl Sgouropoulos, un Byzantin converti au catholicisme, à qui le pape écrivit le 28 janvier 1375 pour le remercier de son labeur : ASVat, Reg. Vat. 271, fol. 4. Voir aussi Mollat, Lettres secrètes du pape Grégoire XI, no 3132, p. 101. Sur Manouèl Sgouropoulos, voir Delacroix-Besnier, Dominicains, p. 157 et 193. L’évêque de Tabriz était le dominicain Jean de Rouen.

632 Sur la visite de Jean V à Buda en 1366, voir supra, p. 130. Le pape écrivit à Louis de Hongrie le 18 janvier 1375 : ASVat, Reg. Vat. 271, fol. 5v, et Raynaldus, 1375, no 6.

633 Le 13 février 1375, le pape écrivit aux frères dominicains installés à Constantinople et à Péra pour les féliciter des résultats obtenus lors des discussions avec les Byzantins en octobre précédent. La lettre est éditée dans Halecki, Un empereur, pièce justificative no 28, p. 391-392. Fin janvier 1375, le pape écrivit au doge de Venise (Mollat, Lettres secrètes du pape Grégoire XI, no 3122, p. 100) et au baile des Vénitiens à Constantinople (ibid., no 3173, p. 106) au sujet d’une chapelle que la communauté vénitienne à Constantinople avait cédée aux dominicains pour y fonder un couvent.

634 En janvier 1375, le pape écrivit aussi au moine Iôasaph Kantakouzènos pour le féliciter de son attitude à l’égard de la papauté : Raynaldus, 1375, nos 2-3, et Acta Gregorii XI, no 136. Voir aussi Halecki, Un empereur, p. 310, et Mollat, Lettres secrètes du pape Grégoire XI, no 3119, p. 100.

635 Dennis, The Reign of Manuel II, p. 36 : ceterum quia intelleximus, quod iidem Turchi, post factam per te treugam cum ipsis, prefatam civitatem [c’est-à-dire Constantinople] in non parva multitudine intrare in illaque nonnulla enormia patrare presumunt, timemus, ne Tuam Serenitatem decipientes, eamdem occupent civitatem. À la même date, Grégoire XI adressa aussi une lettre à l’empereur Manuel II dans les mêmes termes que celle à son père (Acta Gregorii XI, no 135).

636 Cf. supra, p. 233, n. 529.

637 Sur cette question, voir Halecki, Un empereur, p. 308-311, et Estangüi Gómez, Un monastère catholique.

638 Raynaldus, 1375, no 6, et G. Fejér, Codex diplomaticus Hungariae ecclesiasticus et civilis, t. 9/5, Budapest 1838, no 12, p. 52-53.

639 La lettre à Louis de Hongrie est éditée dans Raynaldus, 1375, nos 7 et 8, et celle à Jeanne de Sicile dans F. Cerasoli, Gregorio XI e Giovanna I regina di Napoli : documenti inediti dell’Archivio Vaticano, Archivio storico per le province napoletane 25, 1900, p. 6-8. Cette dernière lettre est citée et partiellement traduite par N. Housley, The Avignon Papacy and the Crusades : 1305-1378, Oxford 1986, p. 117.

640 Cerasoli, Gregorio XI (cité note précédente), p. 6 : Civitas Constantinopolitana […] in magno perdicionis periculo constituta, qua perdita reputarentur perdite omnes alie partes fidelium Orientis. Passage cité par Halecki, Un empereur, p. 314, n. 4.

641 Luttrell, Gregory XI and the Turks, p. 408. Cette information figure dans une lettre du 22 novembre 1375 de Cristoforo da Piacenza, procureur à Avignon, à Louis II de Gonzague, seigneur de Mantoue, lui rapportant ce qui se passait à l’époque à la cour pontificale : … ordinatur pasagium contra Turchos pro liberatione partium Grecie et imperator Constantinopolitanus promitit dare domino pape civitatem Salonichi et quandam alliam quas tenebunt fratres Ierosolimitani et in eis residebunt. Le document est édité par A. Segre, I dispacci di Cristoforo da Piacenza, procuratore mantovano alla corte pontificia : 1371-1383, Archivio storico italiano(5e serie) 43, 1909, p. 27-95, ici p. 80-82.

642 Cette information importante est presque passée inaperçue. Seul Luttrell, Gregory XI and the Turks, p. 408 et n. 71, l’a relevée, mais il n’en a pas tiré toutes les conclusions. Luttrell, Latin responses, p. 127, a souligné la participation des Hospitaliers de Rhodes aux négociations entre le pape et l’empereur byzantin. Selon lui, il y avait à cette époque à Avignon et à Rhodes un parti favorable au transfert de l’ordre des îles au continent. Sur cette question, voir aussi Luttrell, The Hospitallers of Rhodes, p. 98-101. On notera que deux des quatre émissaires envoyés par le pape à Constantinople en 1374-1375 étaient des Hospitaliers (cf. Halecki, Un empereur, p. 292). De son côté, le pape voulait impliquer davantage les chevaliers dans la défense de la chrétienté en Orient : par exemple, en septembre 1374, le pontife leur avait confié la défense de Smyrne, leur attribuant un subside annuel de 3000 ducats prélevés sur les décimes de Chypre (cf. ibid., p. 300-301).

643 Le fait qu’Andronic IV ait livré Gallipoli aux Ottomans après son arrivée au pouvoir confirme les ambitions des Turcs sur ce port vers 1375. Luttrell, Gregory XI and the Turks, p. 408, a déjà proposé cette identification : « The “other” city was Gallipoli. »

644 Ce discours est généralement connu sous son titre latin, Oratio de non reddenda Gallipoli (incipit : Ἔδει μὲν ὦ ἄνδρες…). À ma connaissance, il n’est conservé que dans trois manuscrits : le célèbre Paris. gr. 1213 (fol. 371-380), le Laur. 59, 24 (fol. 39-49) et le Coisl. 315 (fol. 679-699). L’édition de la PG 154, col. 1009-1036, est fondée seulement sur le Paris. gr. 1213.

645 La précision chronologique « durant l’été » vient d’un passage du discours, sur lequel on aura l’occasion de revenir, dans lequel Kydônès dit que ceux qui étaient favorables à la cession de Gallipoli aux Ottomans invoquaient comme argument principal la nécessité d’assurer la paix, au moins momentanément, pour pouvoir « rentrer la récolte » de l’année en cours : cf. par exemple Halecki, Un empereur, p. 244.

646 Après avoir déclaré le retour sous la juridiction de Constantinople des métropoles qui étaient sous son autorité (mars 1368), le despote Uglješa envoya début 1371 une ambassade à Constantinople pour demander une aide financière et militaire contre les Turcs (cf. supra, p. 145, n. 115). On ne connaît pas les résultats de cette ambassade, mais au mois de mai 1371, le patriarche Philothéos Kokkinos promulga un décret déclarant officiellement le retour au patriarcat des métropoles serbes sous la souveraineté du despote : MM I, no 300 (résumé par Darrouzès, Regestes V, no 2611). Le discours de Kydônès a été daté de 1371 par Mercati, Notizie, p. 141, n. 2 et p. 506 ; Halecki, Un empereur, p. 243-246 ; Loenertz, Démétrios Cydonès II, p. 11 ; Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/1, p. 65 ; et Malamut, Les discours de Démétrius Cydonès, p. 212-215. Pour la question de l’ambassade serbe, voir en particulier Ostrogorsky, Serska oblast, p. 138, n. 54.

647 Voir Charanis, Strife, p. 296-297, et Barker, Manuel II, p. 16, n. 38 et p. 460-461. L’hésitation entre 1376 et 1377 vient de la difficulté à dater avec précision la remise de Gallipoli aux Ottomans. Sur cette question, voir la discussion de Schreiner, Kleinchroniken II, p. 315316, et de Tinnefeld, Demetrius Kydones. Briefe, t. 2, no 172, p. 74-78.

648 Voir Lascaris, Le patriarcat de Peć ; Laurent, L’archevêque de Peć ; Soulis, The Serbs, p.105 ; et Prôtaton, p. 139, n. 281. Ces auteurs se sont surtout intéressés aux questions ecclésiastiques, par exemple à l’emploi du titre de patriarche par les Serbes à partir de 1375. La précision de la date de juin 1375 vient du récit du continuateur de Danilo II, qui dit que le prince Lazar envoya cette ambassade « aussitôt après la mort du patriarche Sabas IV », survenue le 29 avril de la même année (cf. infra, n. 650). La date de l’arrivée à Constantinople est donc à placer aux alentours du mois de juin. Le 3 octobre 1375 les ambassadeurs étaient de retour en Serbie puisque ce fut alors que Jefrem fut nommé archevêque-patriarche de Peć.

649 Rappelons que la partie du registre patriarcal concernant les années 1375-1379 n’est pas conservée. Malamut, Les discours de Démétrius Cydonès, p. 212, n. 63, considère que l’ambassade serbe à laquelle fait allusion Kydônès doit être celle envoyée par Uglješa en 1371 et non pas celle du prince Lazar, parce que celui-ci – dit-elle – « ne se trouvait pas confronté directement avec les Turcs avant le milieu des années 1380 ». Toutefois, l’ambassade de 1375, qui avait pour objectif principal la réconciliation définitive entre les Églises serbe et byzantine, s’inscrivait dans une politique initiée par Uglješa en 1365, qui reconnaissait la souveraineté, du moins symbolique, de l’Empire byzantin sur les pays serbes (cf. supra, p. 145). Il n’y donc pas à s’étonner que Lazar ait proposé à l’empereur de Constantinople son soutien militaire dans la lutte contre les Ottomans. De fait, la promesse de cette aide militaire permet de mieux expliquer les conditions de l’accord de 1375, car il fut très favorable aux Serbes en matière ecclésiastique : ceux-ci obtenaient le maintien du titre de « patriarche » pour l’archevêque de Peć, même si ce dernier devait repasser sous l’autorité du patriarche de Constantinople. Laurent, L’archevêque de Peć, p. 310, a pensé aussi que seule la situation politique pouvait expliquer les conditions favorables faites aux Serbes en 1375 : il a souligné qu’« en cette époque tragique où les Balkans succombent progressivement à la conquête turque la conjoncture politique pèse lourdement sur les décisions de caractère ecclésiastique ».

650 La source la plus importante est l’œuvre du continuateur de l’archevêque Danilo II (voir Danilo II, ici p. 381 ; trad. française dans Bojović, L’idéologie, ici p. 563), à laquelle il faut ajouter la Vie de Jefrem, patriarche de Peć à partir d’octobre 1375 (éd. S. Novaković, Život srpskogo patrijarha Jefrema, Starine 16, 1884, p. 35-40), et celle du moine Isaïas, qui prit part à cette ambassade (éd. N. Dučić, Starine hilandarske, Glasnik 56, 1884, p. 63-77).

651 Cf. Loenertz, Démétrius Cydones II, p. 6. Pour la date de cette réconciliation, voir aussi Tinnefeld, Freundschaft, p. 238, n. 5.

652 Kydônès, De non reddenda Gallipoli, col. 100919-22 : ἡ μὲν οὖν βουλὴ καὶ ἡ καθημέραν γινομένη πρὸς ἀλλήλους ἐν ταῖς ἐκκλησίαις ἀντιλογία περὶ τῶν ἐν Χεῤῥσονήσῳ πραγμάτων ἐστὶ καὶ τῆς Καλλιπόλεως ; ἣν ὁ Μουράτης παρ᾽ἡμῶν ὑπὲρ τῆς εἰρήνης αἰτεῖ.

653 Ibid., col. 101222-10136. Kydônès dit que Gallipoli était la plus précieuse des possessions de l’Empire et son meilleur atout dans la lutte contre les Barbares (cf. ibid., col. 101218-21 : ἣν [= Gallipoli] ἀεὶ πάντων τῶν ἡμετέρων κτημάτων ἡγούμεθα τιμιώτερον καὶ μεγίστην ἡμῖν συντέλειαν πρὸς τὸν τῶν βαρβάρων πόλεμον παρασχέσθαι δυνάμενον).

654 Ibid., col. 10165-101741. Voir par exemple col. 101721-26 : πάντως ἀνάγκη κύπτειν εἰς γῆν, καὶ συγχωρεῖν μετ᾽αἰσχύνης οἷς λέγουσι, τῷ πηδὲν ἔχειν δίκαιον ἀντειπεῖν. Καὶ μὴν οὐ πρὸς ἐκείνους μόνον, ἀλλὰ καὶ πρὸς πάντας τοὺς τὴν Εὐρώπην οἰκοῦντας Χριστιανοὺς, οἴεσθαι χρὴ τὸν αὐτὸν ὑμῖν εἶναι λόγον.

655 Ibid., col. 10247-16 : οὗτοι δὲ μετὰ τὴν Μυσῶν πρότερον τὴν Τριβαλῶν νῦν ἄγουσι καὶ φέρουσι βασιλείαν· τοσοῦτον ἀναπνεῖν ἡμῖν συγχωροῦντες, ὅσον πρὸς ἐκείνους ἠσχόληνται. Εἰ δὲ δὴ καὶ τἀκεῖ διοικήσονται, ἐπανήξουσι μὲν ἡμῖν φοβεροὶ, ζητήσουσι δὲ οὐ τὴν Καλλίπολιν τότε, οὐδὲ περὶ φόρων τότε ἀκριβολογήσονται, οὐδὲ στάχυσιν οὐδ᾽ἀμπέλοις ἀπειλήσουσιν ἐπιθήσεσθαι· ἀλλ᾽ἀπαιτήσουσι τὴν ἐλευθερίαν, καὶ τὸ χρῆναι μετὰ τῶν ἄλλων καὶ ἡμᾶς γνῶναι τοὺς ὄντας δεσπότας. Voir aussi col. 102853-54 : ἐκείνων μὲν τὴν πόλιν αἰτούντων καὶ τὴν ἐλευθερίαν.

656 Ibid., col. 10339-12 : ἀλλὰ μὴν καὶ παρὰ τῶν Τριβαλῶν ἥκουσι πρέσβεις, ἀξιοῦντες κοινῇ τοὺς κοινοὺς πολεμίους ἀμύνασθαι, καὶ γάμους αἰτοῦντες, καὶ χρήματα ὑμισχνούμενοι, δι᾽ὧν οἵονται κινήσειν ἡμᾶς.

657 Ibid., col. 1009 : καὶ τό γε πλεῖστον τῆς πόλεως, καὶ τῶν συμβουλεύειν εἰωθότων, φασὶ δεῖν ἤδη διδόναι, καὶ μὴ μέλλει ὡς καὶ τῆς ἀναβολῆς φανερὸν κίνδυνον ἐχούσης τῇ πόλει. À partir de la col. 1020, l. 13, Kydônès parle des raisons qui poussaient le reste de l’assemblée à préférer la reddition de Gallipoli aux Ottomans : « C’est pourquoi, s’il fallait que vous délibériez pour donner Gallipoli, rien d’autre ne me semble envisageable que de demander ce qu’il y a de plus glorieux et de plus avantageux pour tous » (ὥσθ᾽ὄταν εἰ δέοι τὴν Καλλίπολιν διδόναι βουλεύησθε, οὐδὲν ἕτερόν μοι δοκεῖτε ποιεῖν, ἢ ζητεῖν πότερον ἐνδοξότερον, καὶ τοῖς ὅλοις λυσιτελέστερον).

658 Ibid., col. 102030-31 : ἐν ἀκμῇ μὲν τὸν σῖτον.

659 Ibid., col. 102819-35 ; voir par exemple l. 21-23 : μηδὲ ἐρωτᾶτε, εἰ δίκαιον ἀντεχομένους ταύτης ἀπολέσαι τὸ θέρος, πρὸς ὃ πάντα ἀνάγετε.

660 Voir par exemple Halecki, Un empereur, p. 244 : « Il était facile à Cydonès de répondre à l’objection, si superficielle, que la paix était indispensable pour sauver la récolte de cette année […] Mais il est évident que la partie adverse a dû opposer à sa thèse d’autres arguments, moins aisés à réfuter. »

661 Kydônès, De non reddenda Gallipoli, col. 102835-41 : ἔστω γὰρ, καὶ συγκεχωρήσθω τὴν Καλλίπολιν ἐκδότας, τὸν σῖτον κομίσασθαι· οὕτω μὲν οὖν ἓν τὸν παρὸν μόνον ἔτος ἐν ἀφθόνοις διάξομεν. Καίτοι τις ἂν ἴσως εἴποι διὰ τὴν τῶν βαρβάρων ἀπιστίαν μηδὲ τοῦτο βέβαιον εἶναι. Πολλὰ γὰρ πολλάκις ὑπισχνούμενοι, ἐναντία τὰ τέλη τοῖς ὑπεσχημένοις ἐξήνεγκαν.

662 Ibid., col. 102847-49 : τί ποτ᾽αὐτοῖς δώσομεν ὑπὲρ τῆς κομιδῆς τῶν ὡραίων ; Σηλυβρίαν ἐρεῖ τις ἢ Πείρινθον, ὥσπερ οἱ τὸ λοιπὸν ἀεὶ τῆς οὐσίας ἐνεχυράζοντες. Périnthos est le nom ancien d’Héraclée, aujourd’hui Marmara Ereğli, à 90 km à l’ouest de Constantinople.

663 Ibid., col. 10295-7 : νῦν μὲν καὶ μὴ γεωργοῦσιν ἡμῖν ἡ θάλαττα τὰ παρὰ τῶν ἄλλων γεωργούμενα κομιεῖ. Et plus loin, l. 10-11 : τότε γᾶρ ἀντὶ τῶν ἀγρῶν ἡμῖν ἡ θάλαττα γίνεται.

664 On a vu que sur ce point Kydônès changea d’avis dans les années suivantes : cf. supra, p. 200-201.

665 Pour un exposé plus détaillé de ces événements, voir Barker, Manuel II, p. 27 et suiv., et Dennis, The Reign of Manuel II, p. 37 et suiv.

666 Sur la question de Ténédos, voir supra, p. 223, n. 480 (avec bibliographie).

667 Après l’échec de l’ambassade d’Andrea Gradenigo durant l’été 1375 pour renouveler l’accord entre Byzance et Venise, le sénat chargea le nouveau capitaine du Golfe, Marco Giustinian, ainsi que deux provéditeurs, Pietro Corner et Marino Memo, de reprendre les discussions avec l’empereur Jean V. Les instructions du sénat aux ambassadeurs datent du 12 mars 1376 (ASV, Senato, Misti, reg. 35, fol. 97v-99 ; résumé dans Thiriet, Régestes, t. 1, no 175). Ils arrivèrent à Constantinople fin mai et, peu de temps après, un accord fut conclu avec le souverain, qui incluait l’occupation conjointe de Ténédos par Venise et par l’Empire. Sur le déroulement de cette ambassade, voir Chrysostomides, Studies, p. 151-154. Sur le contenu économique des ambassades de Gradenigo et Giustiniani, voir infra, p. 527.

668 Liber iurium, t. 2, no 250, p. 819-821 ; nouv. éd. Mambrini, Libri iurium, t. 2/3, p. 523-526, no 320. Sur cet acte, voir Barker, Manuel II, p. 29, n. 72.

669 Sur cet épisode, voir Loenertz, Notes d’histoire et de chronologie, p. 167 ; Thiriet, L’occupation de Ténédos, p. 226-227 ; et Barker, Manuel II, p. 29-30.

670 En riposte à la prise de Ténédos par les Vénitiens en octobre 1376, les Génois attaquèrent les territoires de Venise en Italie. Après avoir vaincu une partie de la flotte vénitienne devant Pola en mai 1379, ils prirent la petite ville de Chioggia, située à l’entrée sud de la lagune, et mirent le siège devant Venise. Le retour du reste de la flotte vénitienne qui était dans l’Adriatique, mit un terme à la menace génoise. Les deux républiques signèrent un accord le 8 août 1381 à Turin, sous les auspices du comte Amédée VI de Savoie (cf. infra, p. 274).

671 Andronic IV se serait rendu auprès de Murad (en Anatolie ?) à une date indéterminée entre son coup d’État de juillet 1376 et le printemps 1377. Sur cette question, voir Barker, Manuel II, p. 458-461.

672 J’ai présenté plus haut des réserves quant à la possibilité que Byzance soit devenu un État vassal des Turcs dès 1373 : cf. infra, p. 230-231.

673 L’intérêt pour l’histoire byzantine de la chronique de Caroldo, qui écrivait certes au début du xvie siècle mais était bien renseigné sur les événements de l’époque antérieure grâce à l’accès aux registres du sénat, a été maintes fois souligné par les historiens ; aux articles de Loenertz et Chrysostomides, cités dans la note suivante, il faut ajouter l’étude de F. Thiriet, Les chroniques vénitiennes de la Marcienne et leur importance pour l’histoire de la Romanie gréco-vénitiennne, Mélanges de l’École française de Rome 66, 1954, p. 241-292 (= Id., Études sur la Romanie gréco-vénitienne, xe- xve siècles, Londres 1977 [Variorum Collected Studies Series 60], III), en particulier p. 266-272. On trouvera aussi quelques réflexions dans Halecki, Un empereur, p. 241.

674 Passage édité par Loenertz, Jean V à Venise, p. 230-231, et Chrysostomides, Studies, p. 168-169 : Genouesi, intesa la compositione fatta tra Caloiani et la Signoria con il mezzo di messer Marco Justiniano, feceno medicar Chirandronico et lo souuennero di denari et di gente, et gli diedero tal fauore che con aiuti delli baroni, inimici del padre, el si fece imperatore et teneua il padre in pregione. Pour la comparaison entre les textes de Chinazzo, Redusiis de Quero et Caroldo, voir ibid., p. 133-135. Daniele di Chinazzo écrivit à Venise pendant la guerre de Chioggia (1376-1381) sa Cronica de la guerra da Veniciani a Zenovesi, et Andrea de Redusiis de Quero est l’auteur d’un Chronicon Tarvisinum a 1368-1428. Cette version de la chronique de Gian Jacopo Caroldo est contenue dans le manuscrit Marc. It VII 128a du xvie siècle, qui, d’après l’analyse de Chrysostomides, appartient à un groupe de manuscrits qui transmet une version un peu différente de l’originale, contenue dans trois manuscrits : Marc. It. VII 803 ; Marc. It. VII 2448 ; et Palat. Vind. 6170. Le Marc. It. VII 128a reprend, certes, pour la plupart des chapitres, le contenu de ces trois manuscrits, mais la partie qui nous concerne est différente. La mention des baroni inimici del padre n’apparaît pas dans la version originale. Selon la démonstration de Chrysostomides, l’auteur du Marc. It VII 128a a puisé ces renseignements chez Daniele di Chinazzo et Andrea de Redusiis de Quero. Par ailleurs, l’allusion à la guérison d’Andronic IV renvoie à un épisode mal connu de la révolte de mai 1373 : Jean V aurait fait aveugler son fils sur l’ordre de Murad Ier, mais cette opération ne serait pas allée jusqu’à priver réellement le jeune prince de la vue, puisque par la suite il fut, semble-t-il, soigné. Sur cette question controversée, voir Barker, Manuel II, p. 24, n. 57.

675 Ce fut le cas par exemple de l’aristocrate Théodôra Palaiologina Philanthrôpènè et de son entourage familial, qui étaient apparentés à la dynastie régnante : cf. Estangüi Gómez, Théodôra Palaiologina, p. 167-169.

676 Des actes du registre patriarcal postérieur à la chute d’Andronic IV (1382) parlent du départ d’un grand nombre d’habitants de Constantinople pour Sélymbria, résidence de l’empereur déchu : cf. infra, p. 298, n. 816.

677 Kydônès fait vraisemblablement allusion à l’opposition que certains de ses compatriotes manifestaient à son égard dans une lettre de 1379 adressée à l’empereur Manuel II. Voir Kydônès, Correspondance II, no 309 (traduction française dans Cammelli, Démétrius Cydonès, no 27) : « Je le sais, moi aussi, j’agirai en honnête homme, en aimant ma patrie, en la soutenant autant que je pourrai, surtout quand elle a besoin de gens pour l’aider ; mais il faut ajouter aux raisons invoquées en faveur de cela une autre considération : [on peut se demander] si la patrie, de son côté, le veut et si elle accepte les conseils de ceux qui sont dévoués à ses intérêts, et, si, au contraire, elle ne méprise pas celui qui la conseille ainsi, si elle ne l’entrave pas, si elle ne le repousse pas, si elle ne le menace pas de dangers, lorsqu’il s’exprime en toute franchise, et si elle ne se confie pas aux hommes politiques, qui agissent plus en faveur de ses ennemis que dans ses intérêts, et ne laisse voir la tribune envahie par les flatteurs et les gens méprisables. »

678 Il s’agit des actes Vatopédi III, no 155 (juin 1377) ; Lavra III, no 149 (mai 1378) ; Zographou, no 47 (juillet 1378) ; Saint-Paul, no 2 (novembre 1378) ; et, enfin, Vatopédi II, no 142, qui a été attribué, à mon sens d’une manière erronée, à Jean V.

679 L’original n’est pas conservé, ce qui empêche d’en étudier le ménologe pour déterminer son auteur. Il a été édité pour la première fois par Dölger, Byzantinische Diplomatik, p. 325-326, qui l’a daté de ca 1380.

680 Voir Vatopédi II, p. 385. Le recensement de décembre 1375 est l’acte Vatopédi II, no 147.

681 Pour ce personnage, voir supra, p. 253, n. 629.

682 Ici, l’empereur en question est Jean V qui avait séjourné en Macédoine durant une partie de l’année 1374 et le début de 1375 : cf. supra, p. 230-236. L’ordre impérial, qui avait été sans doute transmis de façon orale, est devenu un acte écrit dans Dölger, Regesten V, no 3309, avec la date erronée de 1405, parce qu’à l’époque le dossier avait été daté du début du xve siècle.

683 Vatopédi II, no 147, l. 43-44 : ὁμοῦ σχοινία φδ´, ἃ κατὰ τετραγωνικὴν πλευράν, ἀφηρημένων τῶν δεκάτων, ποιεῖ κατὰ τοὺς ἐμπειρικοὺς γεωμέτρας ἐμβαδὸν γῆς μοδίους Ϛτξα´ (ἥμισυν).

684 La moitié de la terre de Stylarion fut divisée en deux moitiés et chaque moitié en trois parties, dont deux restaient au monastère et une allait au fisc. En tout, le monastère devait posséder quatre sixièmes du terrain, soit les deux tiers : ibid., l. 44-56.

685 Il s’agit de l’acte Vatopédi III, no 155, déjà mentionné (cf. supra, p. 265, n. 678).

686 On ne sait rien de l’attitude des moines athonites à l’égard du coup d’État d’Andronic IV, mais étant donné le nombre d’actes de celui-ci et de son fils Jean VII en faveur des monastères de la Sainte Montagne, il est probable qu’elle ait été plutôt favorable.

687 T. Bertelè, L’iperpero bizantino dal 1261 al 1453, Rivista italiana di numismatica e scienze affini 5e série, 59, 1957, p. 70-89, suggère, sans preuves concluantes, qu’Andronic IV entreprit une réforme monétaire.

688 Voir par exemple Kydônès, Correspondance II, no 167 p. 3813-19 (traduction française de Cammelli, Démétrius Cydonès, no 25) : « Notre fléau de vieille date, les Turcs, sont devenus plus redoutables pour nous, rendus arrogants par l’alliance signée avec le nouvel empereur contre son père. Bien qu’ils aient pris Gallipoli, comme prix de celle-ci, bien qu’ils se soient emparés en outre de beaucoup d’autres choses qui nous appartenaient, bien qu’ils se soient fait payer tant d’argent qu’on ne pourrait facilement le compter, ils n’ont pas encore été assez payés, disent-ils, de leur aide ; ils commandent en maîtres absolus et nous devons obéir en tout, ou, si nous négligeons quelque ordre, on nous emprisonne. » Cette lettre date de ca novembre 1376 selon Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 2, no 172. La lettre L194/T107 (cf. supra, p. 231, n. 514), datée de l’été 1373 ou du printemps 1374 par Tinnefeld, pourrait en fait avoir été écrite aussi sous le règne d’Andronic IV. Kydônès l’adressa à un ami faisant partie de la suite d’un empereur qui était en campagne chez l’ennemi. Cet empereur pourrait être Andronic IV qui, en qualité de vassal, put prendre part à une campagne de Murad Ier. La place de cette lettre dans le livre XIX des cahiers des copie-lettres, dont les dates extrêmes sont septembre 1373-1379 (cf. Kydônès, Correspondance II, p. XIV), autorise cette datation plus basse. Dans cette lettre, Kydônès parle de la situation lamentable dans laquelle se trouvait Constantinople, dont la population avait été tuée, noyée, livrée à l’esclavage, et dont les rues étaient remplies de plaintes et de païens. Kydônès compare la situation de la capitale byzantine avec celle d’un « navire en péril » qui a perdu son capitaine (cf. l. 9-10 : ταύταις γὰρ ἡ δυστυχὴς ἐκείνη τριήρης ληφθεῖσα ταῖς συμφοραῖς ἡμᾶς περιέβαλεν).

689 À propos de la fin du règne d’Andronic IV, Chalkokondylès raconte un épisode étonnant. Selon ce chroniqueur, Murad se serait alors renseigné sur l’opinion des habitants de Constantinople, qui préféraient comme souverain l’empereur Manuel II ou le fils de Murad, Bayezid, à l’empereur Andronic IV (Chalkokondylès, I, p. 5714-19 ; cité par Barker, Manuel II, p. 34, n. 88). Bien que l’historicité de cette anecdote soit douteuse, elle pourrait néanmoins refléter l’état de mécontentement régnant à l’époque à Constantinople à l’encontre de l’usurpateur.

690 Pour le fil des événements, voir Barker, Manuel II, p. 31-36 (avec bibliographie).

691 Après s’être enfuis de leur prison à Constantinople, Jean V et ses enfants se rendirent auprès de Murad pour obtenir son soutien. En échange de l’aide ottomane, Jean V dut faire de nouvelles concessions qui incluaient une forte augmentation du tribut versé : voir par exemple Dennis, The Reign of Manuel II, p. 41.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search