Version classiqueVersion mobile

Byzance face aux ottomans

 | 
Raúl Estangüi Gómez

Deuxième partie. Actions et réactions face à la conquête ottomane

Chapitre IV. Les efforts de redressement byzantins dans les Balkans

Texte intégral

  • 1 Pour la date, voir Schreiner, Kleinchroniken II, p. 283-284.
  • 2 Pour le contexte politique de la prise de Gallipoli par les Ottomans, voir D. M. Nicol, A. D. 1354 (...)

1Le 22 novembre 1354, Jean V fit son entrée à Constantinople, se proclamant empereur unique et obligeant Jean VI Kantakouzènos à abdiquer et à prendre l’habit monastique1. C’était la fin d’une guerre civile qui avait duré treize ans, depuis la mort de l’empereur Andronic III en juin 1341, et qui avait eu des conséquences catastrophiques pour l’Empire. Une bonne partie des provinces étaient tombées aux mains des Serbes et le reste du territoire byzantin était dévasté et ruiné par les troubles. La victoire de Jean V n’améliora guère la situation, car des hommes d’armes continuaient à ravager le pays et à semer le chaos çà et là. De plus, ce fut à cette époque que commença l’invasion ottomane de l’Europe. Dans la nuit du 1er au 2 mars 1354, un fort tremblement de terre secoua la Thrace, provoquant de sérieux dommages dans l’appareil défensif des villes de la région, parmi lesquelles l’important port de Gallipoli, clef du passage des Dardanelles, dont l’effondrement des murs permit aux Ottomans de s’emparer2.

2La prise de Gallipoli constitua le point de départ de la formidable avancée turque dans les Balkans au cours de la seconde moitié du xive siècle. Après Gallipoli, ce furent les villes de Thrace et ensuite les territoires chrétiens jusqu’au Danube qui tombèrent l’un après l’autre entre les mains des Ottomans. Gallipoli servait de tête de pont sur le continent, grâce à laquelle les Turcs passaient en grand nombre d’Asie en Europe et s’installaient dans les anciens territoires de l’Empire.

3Cette période de profond abaissement de la puissance byzantine coïncida exactement avec le règne effectif de Jean V (1354-1391). De fait, l’historiographie a depuis l’origine peint une image très négative de ces années ainsi que de l’action politique de ce souverain. Pourtant, dès son arrivée au pouvoir Jean V prit des mesures pour contrer la menace turque et éviter le complet effondrement des frontières. Il tissa des alliances avec les pouvoirs voisins et s’assura le soutien des puissances occidentales. À l’intérieur de l’Empire, il essaya de redresser la situation des campagnes par la fortification du territoire et favorisa les transferts de population afin d’accroître la main d’œuvre et de mettre en exploitation des champs jusqu’alors abandonnés. Enfin, il procéda aussi à la redistribution de terres entre les grands propriétaires et les petits cultivateurs et à la réorganisation des domaines publics en grandes fermes agricoles.

4Des mesures fiscales furent également mises en place par le gouvernement pour redresser les finances de l’État, dont la situation était catastrophique au sortir de la deuxième guerre civile, et pour faire face aux nouvelles dépenses engendrées par la guerre contre les Turcs. Dans les années qui suivirent sa prise du pouvoir, Jean V entreprit une profonde réforme monétaire qui entraîna le passage de l’hyperpre d’or à l’hyperpre d’argent ; de même, il introduisit de nouveaux impôts destinés à financer la défense du territoire et prit quelques dispositions concernant les privilèges fiscaux de certains groupes sociaux.

5Dans les pages suivantes, on traitera des efforts consentis pour préserver les derniers territoires sous domination byzantine, ainsi que des tentatives pour consolider les frontières. On étudiera également les mesures prises par le gouvernement pour redresser la production agricole. Quant à la fiscalité sous le règne de Jean V – troisième volet, pour ainsi dire, de la politique impériale –, elle sera traitée dans un chapitre à part, consacré à la fiscalité de toute la période, car elle ne peut pas être dissociée de l’époque ultérieure. Toutefois, il sera quand même question ici de quelques mesures fiscales visant plus particulièrement à financer la construction de fortifications et l’installation de paysans sur les terres de l’Empire, car elles font partie de la politique de redressement de la production agricole. Il faudra enfin s’interroger sur l’efficacité de toutes ces mesures, car, si elles ne mirent certes pas un terme à la poussée ottomane, elles pourraient ne pas être étrangères à la survie de l’Empire pendant encore une centaine d’années, jusqu’au milieu du xve siècle.

1. Les tentatives pour retablir les anciennes frontieres de l’Empire

  • 3 Voir par exemple R.-J. Loenertz, Une erreur singulière de Laonic Chalcocandyle : le prétendu secon (...)

6Le règne de Jean V demeure mal connu. La raison principale en est certainement le manque de sources ; la seconde moitié du xive siècle est une époque particulièrement mal documentée, car aucun chroniqueur n’est venu prendre le relais de Grègoras ou de Kantakouzènos qui posèrent la plume au début des années 1360. Les récits de Doukas et de Chalkokondylès, qui traitent de certains aspects de la fin du règne de Jean V, s’avèrent fort imprécis et sujets à caution puisque ces deux auteurs écrivaient dans la seconde moitié du xve siècle3.

  • 4 Halecki, Un empereur.
  • 5 Ce sont surtout les travaux de R.-J. Loenertz qui ont contribué à une meilleure connaissance de l’ (...)

7Les archives occidentales ont fourni, au contraire, un nombre considérable de sources concernant les relations de l’Empire avec les puissances latines, en particulier avec la papauté. Le livre d’Oskar Halecki sur la question de l’Union des Églises dans la période allant de 1355 à 1375, publié en 1930, reste l’étude fondamentale sur la politique internationale de Jean V4. En revanche, dans les quatre-vingts dernières années, peu d’études ont paru sur le sujet, seuls quelques articles traitant d’aspects ponctuels du long règne de cet empereur5.

  • 6 Le troisième tome des Actes de Vatopédi contient un grand nombre de documents inédits du dernier q (...)
  • 7 Après avoir soutenu Kantakouzènos durant la guerre civile, Kydônès s’était retiré dans le couvent (...)

8On dispose également de deux corpus de sources qui s’avèrent relativement riches pour la période et qui n’ont pas été suffisamment exploités. Leur mise à contribution est aujourd’hui facilitée par le travail d’édition et de commentaire des historiens. Il s’agit d’une part des actes conservés dans les archives des monastères athonites6 et d’autre part de la correspondance de Dèmètrios Kydônès qui fut durant de nombreuses années principal conseiller de Jean V7. Leur contenu nous renseigne sur des aspects de la vie interne de l’Empire, sur lesquels les autres types de sources se taisent ou donnent peu d’information.

Au lendemain de la guerre civile : organisation territoriale de l’Empire et état des provinces

  • 8 Jean V confina d’abord Matthaios dans l’île de Ténédos, puis il l’envoya auprès de son beau-frère (...)

9L’entrée de Jean V à Constantinople (novembre 1354) ne mit pas un terme définitif à la lutte contre les Kantakouzènoi. Après l’éviction de Jean VI, son fils aîné, Matthaios, continua à revendiquer le trône. Proclamé co-empereur en avril 1353 et couronné en février 1354, il avait reçu de son père le commandement d’une grande partie de la Thrace, avec sa capitale à Andrinople. Après des négociations qui n’aboutirent pas, Matthaios et Jean V reprirent les hostilités. Les combats se poursuivirent jusqu’en 1357, lorsque Matthaios fut fait prisonnier par le césar serbe Vojhna, puis livré à Jean V8. La fin du conflit fut proclamée au mois de décembre, lors d’une rencontre solennelle dans la tour d’Épibatai, ancien domaine du mégas doux Apokaukos, à laquelle assistèrent les principaux dignitaires de l’Empire.

  • 9 Kantakouzènos IV § 49 ; III, p. 3574-9.
  • 10 Jean VI dut convaincre son fils Matthaios de renoncer à son statut d’empereur et d’accepter le ran (...)
  • 11 Darrouzès, Regestes V, no 2403, p. 333-334.
  • 12 Kantakouzènos IV § 49 ; III, p. 3582-6.

10Les accords d’Épibatai conclurent la période des luttes entre Jean V et les Kantakouzènoi et jetèrent les bases de l’organisation territoriale de l’Empire durant le troisième quart du xive siècle. À Épibatai étaient présents Jean V, Matthaios Kantakouzènos et l’ex-empereur Jean VI (devenu le moine Iôasaph), avec leurs épouses respectives, ainsi que le patriarche Kallistos Ier de Constantinople, le patriarche Lazaros de Jérusalem, plusieurs métropolites et tous les sénateurs de la capitale9. Devant cette assemblée imposante, Matthaios prêta allégeance à Jean V et renonça à ses droits souverains10. Son serment fut confirmé par les membres du clergé11. En retour, Jean V accorda aux enfants de Matthaios, Iôannès et Dèmètrios, les titres respectifs de despote et de sébastokratôr, ainsi que le droit de « s’asseoir à sa table »12.

  • 13 Jean V avait déjà reconnu les droits des Kantakouzènoi sur le Péloponnèse peu après son arrivée au (...)

11On proclama à Épibatai l’unité de l’Empire sous la seule autorité de Jean V, tout en confirmant les droits de la famille Kantakouzènos sur les territoires byzantins du Péloponnèse. Rappelons qu’en 1348 l’empereur Jean VI avait accordé au frère de Matthaios, Manouèl Kantakouzènos, la direction de ce territoire. Après sa victoire, Jean V non seulement ne révoqua pas l’autorité de ce dernier, mais il permit à Matthaios de rejoindre son frère dans sa capitale de Mistra. Le Péloponnèse devait rester possession de la famille Kantakouzènos jusqu’en 138213.

  • 14 Selon l’opinion de Kydônès, qui écrivait au printemps 1387 à l’empereur Manuel II, le Péloponnèse (...)

12Le Péloponnèse fut durant le dernier siècle de l’histoire byzantine l’un des territoires les plus importants de l’Empire, en raison de sa superficie et de sa situation géographique, au carrefour des routes en provenance de l’Italie, du Proche-Orient et de la mer Noire. Du point de vue de la production agricole, on ne possède pas beaucoup de renseignements sur cette région, mais son importance en la matière a sans doute été exagérée par les historiens. La partie de la péninsule sous domination byzantine (au moins jusqu’au deuxième quart du xve siècle, lorsque qu’elle tomba presque entièrement sous la juridiction de l’Empire) était la moins fertile. Son niveau de production n’était certainement pas comparable à celui des riches plaines céréalières de Thrace ou des champs de Macédoine14.

  • 15 Voir supra, p. 93-95.
  • 16 Sur la situation en Macédoine au troisième quart du xive siècle, voir infra, p. 134-146.

13Les autres territoires de l’Empire restaient, après le traité d’Épibatai, sous l’autorité directe des Paléologues. On a vu que Thessalonique et sa région avaient déjà été cédées à Jean V par Jean VI dès 1349-1350 et qu’une partie de la province avait en outre été récupérée par les Byzantins sur les Serbes15. Lorsque Jean V quitta la Macédoine pour reprendre les hostilités en Thrace, il laissa sa mère, Anne de Savoie, à la tête de la région, où elle demeura jusqu’à sa mort, en 1365. On notera cependant qu’à partir de 1355, la domination byzantine en Macédoine se limita à nouveau à la seule ville de Thessalonique, le reste de la province étant retombé au pouvoir des Serbes16.

  • 17 Voir infra, p. 562-563.

14Quelques îles du nord de l’Égée restaient contrôlées par Constantinople : Imbros, Samothrace, Ténédos et, surtout, Lemnos qui était certainement la plus importante de toutes, en raison non seulement de son étendue (478 km2), mais parce que ses conditions naturelles étaient propices à l’agriculture. Le fait que le modelé de son relief ne soit pas très accidenté favorise en effet les cultures extensives, en particulier celles du blé et de l’orge, qui sont encore aujourd’hui les principales productions agricoles de l’île. Ces îles étaient, chacune, gouvernées par des képhalai ; grâce à la documentation athonite, on en connaît assez bien la liste17.

  • 18 En 1351, Jean V obtint le thème de Boléron avec les villes d’Ainos et de Didymotique. Toutefois, a (...)
  • 19 Durant le règne de Jean VI, Nikèphoros avait gouverné la région de l’Hellespont, mais en 1354 les (...)
  • 20 Sur la prise d’Andrinople et le rôle des beys turcs en Thrace, voir infra, p. 132-134.

15La Thrace était encore sous domination byzantine au lendemain de la guerre civile. Elle avait été particulièrement touchée par les années de luttes et les bouleversements politiques. En effet, la Thrace, principal théâtre des confrontations entre les partis opposés, avait été maintes fois partagée entre les belligérants ; Matthaios Kantakouzènos y détint une seigneurie dont les limites changèrent constamment au cours de la période, de même que Jean V qui posséda, de manière intermittente, des parties de la province18. Il convient également de signaler le rôle de Nikèphoros Doukas Angélos, héritier déchu de la dynastie d’Épire, qui s’était vu accorder certaines parties de la Thrace par Jean VI19. Après les accords d’Épibatai (décembre 1357), cette province revint en entier à Jean V ; mais la situation était ici devenue fort instable, en raison, on l’a dit, des incursions ottomanes en provenance de Gallipoli. En quelques années, la province fut épuisée par l’ennemi. Seules les villes côtières de la mer de Marmara et de la mer Noire échappèrent aux raids grâce à leurs fortifications et à leur ravitaillement par voie maritime. Le reste tomba rapidement aux mains des Turcs et des Serbes. La dernière ville située à l’intérieur du continent qui resta aux Byzantins fut Andrinople, prise par les beys turcs vers 1368-136920.

16Après la conquête turque de l’intérieur de la Thrace, les Byzantins possédaient seulement les bandes côtières le long de la Marmara et de la mer Noire. En dépit de leur superficie exiguë, elles devaient jouer un rôle considérable dans la vie économique de l’Empire jusqu’au milieu du xve siècle. Leur importance résidait surtout dans le fait qu’elles constituaient les débouchés principaux de la production agricole de Thrace. À partir du dernier quart du xive siècle, elles furent administrées par plusieurs membres de la dynastie.

  • 21 Ces trois îles échappèrent peut-être à l’autorité byzantine vers la fin du xive siècle. Elles sont (...)
  • 22 Sur la prise de Philadelphie par les Ottomans, voir Barker, Manuel II, p. 79-80, n. 211, et P. Sch (...)

17L’Empire possédait encore deux autres territoires, d’importance marginale : l’archipel des Sporades, constitué par les trois petites îles de Skiathos, Skopélos et Skyros21, et la ville anatolienne de Philadelphie, qui résista aux attaques des Turcs jusqu’à 139022. On ne sait presque rien sur leur situation à l’époque.

La reconquête des ports de la côte de la mer Noire : les relations entre Byzance et la Bulgarie dans le troisième quart du xive siècle

  • 23 Laiou, Constantinople and the Latins, p. 170.

18Les disputes territoriales entre l’Empire byzantin et la Bulgarie avaient été fréquentes depuis le xiiie siècle. On a vu que, durant la deuxième guerre civile, les Bulgares avaient réussi à s’emparer d’une partie de la Thrace, grâce à leur participation aux dissensions internes des Byzantins. Toutefois, ce fut surtout la domination sur la bande côtière de la mer Noire autour des villes de Mésembria, Anchialos et Sôzopolis qui fit l’objet de nombreux conflits entre les deux États. Contrôlée d’abord par Byzance durant la seconde moitié du xiiie siècle, elle avait été cédée au tsar bulgare par l’empereur Andronic II en 1307, après de longues années de guerres23. Dès son arrivée au pouvoir en 1354, l’empereur Jean V essaya de recouvrer la souveraineté sur ce territoire. Dans un contexte d’éclipse de la domination byzantine en Thrace, la conquête de ces villes côtières revêtait une importance toute particulière.

  • 24 Gjuzelev, Der letzte bulgarisch-byzantinische Krieg. La datation de la guerre byzantino-bulgare a (...)
  • 25 PRK III, no 261, p. 542-547 (= MM I, no 185, p. 432-433), l. 20-21 : ὠφέλειαν τῶν Χριστιανῶν, ῾Ρωμ (...)
  • 26 Sur l’épouse d’Andronic IV, nommée par l’historiographie Maria-Kyratza, voir PLP 16891, et P. Schr (...)
  • 27 Kydônès, Pro subsidio Latinorum, col. 976 A-B.
  • 28 Vers le milieu du xive siècle, le royaume de Bulgarie se trouvait divisé en quatre principautés : (...)

19L’histoire de la restauration byzantine sur cette partie de la côte de la mer Noire est assez complexe et demeure encore mal connue. Elle est étroitement liée à d’autres événements de la période, le voyage de l’empereur Jean V en Hongrie et la croisade du comte Amédée VI de Savoie, eux aussi très embrouillés. La dernière mise à jour sur la question est due à Vassil Gjuzelev dans un article de 1996, qui établit, de manière assurée, la date de la campagne de Jean V en Bulgarie au cours du printemps ou de l’été 136424. L’historien bulgare suppute les causes du conflit en partant des termes du traité conclu entre l’Empire et la Bulgarie en 1355. Toutefois, les clauses de cet accord ne sont guère connues. Un acte du synode daté du 17 août 1355 est ici notre seule source d’information et dit simplement que la paix était « à l’avantage des chrétiens, Romains et Bulgares, et au détriment des infidèles25 ». Cela suppose que les deux États avaient décidé de mettre fin à leurs rivalités après la deuxième guerre civile en raison de la menace ottomane, devenue plus pressante depuis la prise de Gallipoli. On sait aussi grâce à cet acte synodal qu’en échange de l’aide bulgare, l’empereur byzantin avait accepté de marier son fils aîné et héritier présomptif, le jeune Andronikos (futur empereur Andronic IV), à la fille du tsar bulgare, Keraca (en grec Kyratza), qui avait pris le nom chrétien de Maria26. L’union fut considérée comme indigne et honteuse par les Byzantins et fit scandale à Constantinople27. En Bulgarie, au contraire, elle revêtit une signification hautement prestigieuse pour la dynastie régnante, qui traversait de nombreuses difficultés internes28.

  • 29 Gjuzelev, Der letzte bulgarisch-byzantinische Krieg, p. 32-33.
  • 30 Le terminus ante quem pour cette campagne est peut-être fourni par la date d’un chrysobulle de Jea (...)

20Selon Gjuzelev, il serait vraisemblable qu’en plus de cette collaboration armée contre les Turcs et de l’union des deux dynasties, l’alliance de 1355 ait aussi comporté la cession des ports de la mer Noire à l’Empire, au titre de dot de la princesse Maria-Kyratza29. Le refus des Bulgares de céder finalement ces villes aux Byzantins aurait constitué, d’après lui, le casus belli de la campagne entreprise en 1364 par l’empereur Jean V contre les Bulgares de la côte de la mer Noire30.

  • 31 Kantakouzènos IV § 50 ; III, p. 362-363.
  • 32 Gjuzelev, Der letzte bulgarisch-byzantinische Krieg, p. 33. Gjuzelev met à profit le contenu d’une (...)

21Kantakouzènos nous renseigne sur cette campagne : les Byzantins prirent d’abord la ville d’Anchialos et mirent ensuite le siège devant Mésembria, sans réussir à s’en emparer31. Finalement, un accord fut conclu entre les rivaux, en vertu duquel les Bulgares reprirent les villes conquises contre versement aux Byzantins d’une forte somme d’argent32.

  • 33 Sur le voyage de Jean V en Hongrie, voir en premier lieu le chapitre du livre de Halecki, Un emper (...)
  • 34 Sur la guerre bulgaro-hongroise de 1365, voir V. Gjuzelev, La guerre bulgaro-hongroise au printemp (...)
  • 35 Au sujet de la politique religieuse de Louis Ier dans les Balkans, voir Gill, John V Palaeologus ( (...)
  • 36 Jean V dut s’arrêter dans la ville de Vidin avant de pénétrer en territoire bulgare. Les circonsta (...)

22Toutefois, la campagne de 1364 ne fut pas la dernière de ce conflit. Les difficultés entre les deux États réapparurent à l’occasion d’un voyage que Jean V entreprit à la cour du roi de Hongrie Louis Ier d’Anjou (1342-1382), durant l’hiver 1365-136633. L’empereur byzantin avait décidé d’aller jusqu’à Buda afin de persuader Louis Ier d’organiser une croisade contre les Turcs. La position de la Hongrie s’était considérablement renforcée dans les Balkans à partir de la conquête de la principauté bulgare de Vidin début juin 136534. Or les résultats de cet entretien entre les deux souverains furent décevants. Sans entrer dans les détails, disons simplement qu’aucune campagne militaire ne fut organisée à l’époque par la Hongrie contre les Turcs et que, au contraire, Louis Ier adopta une attitude très agressive envers les pays orthodoxes des Balkans35. On ne sait si le souverain bulgare était déjà au courant de l’échec des pourparlers entre l’empereur byzantin et le roi hongrois lorsqu’il décida d’empêcher Jean V de traverser ses domaines durant son voyage de retour vers Constantinople36. Quoi qu’il en soit, ce fut la cause d’un nouveau conflit entre l’Empire et la Bulgarie.

  • 37 Sur la croisade d’Amédée VI de Savoie, la bibliographie est très abondante. Je renvoie simplement (...)
  • 38 L’arrivée d’Amédée VI à Constantinople suscita les craintes des Byzantins, qui avaient encore le s (...)
  • 39 Dobrotitza était le frère de Balik, ancien seigneur de Karbona et allié de l’impératrice Anne de S (...)
  • 40 Les pourparlers ne se conclurent que le 14 février 1367 (Bollati, Spedizione in Oriente, § 420, p. (...)
  • 41 Cf. Gjuzelev, Dobrotitza (cité supra, n. 39), p. 199.

23Quelques mois plus tôt était arrivé à Constantinople le comte Amédée VI de Savoie, venu à la tête d’une armée pour combattre les Turcs37. En août 1366, avant d’accoster dans la capitale byzantine, Amédée avait pris l’important port de Gallipoli, qu’il devait placer peu après sous autorité byzantine38. La nouvelle de l’incident à la frontière bulgare provoqua la réaction d’Amédée qui se dirigea aussitôt vers la côte de la mer Noire afin d’obliger les Bulgares à laisser passer l’empereur. Fin octobre 1366, il avait déjà soumis les ports d’Agathopolis, Sôzopolis, Skaphida et Mésembria, et, quelques jours plus tard, il mit le siège devant la forteresse de Varna, afin de contraindre le seigneur bulgare Dobrotitza à servir d’intermédiaire entre le tsar bulgare et l’empereur39. Grâce à l’intervention de Dobrotitza, Jean V put poursuivre son chemin jusqu’aux ports de la côte bulgare. À Sôzopolis, des négociations furent ouvertes entre les deux parties (janvier-février 1367) ; elles avaient pour objet, entre autres, une nouvelle répartition des territoires de la côte bulgare, car Amédée accepta contre une somme d’argent de remettre aux Byzantins les ports conquis. Simultanément, un accord fut conclu entre Jean V, le tsar Ivan Alexandre et Dobrotitza, confirmant leur alliance contre les Turcs40. Ce fut peut-être alors que Dobrotitza reçut de Jean V le titre et les insignes de despote41, puisqu’il apparaît toujours par la suite comme l’allié de l’Empire.

  • 42 Tinnefeld, Vier Proomien, p. 191.

24La restitution de cette bande côtière de la mer Noire et l’alliance avec Dobrotitza avaient une importance hautement stratégique pour Byzance, car elles permettaient de renforcer la frontière septentrionale et de freiner l’avancée bulgare. Le commandement de cette région fut peu après accordé au despote Michaèl Palaiologos, fils de Jean V, qui devait épouser une fille de Dobrotitza et consolider ainsi l’autorité byzantine dans la région. Ce territoire apparaît alors désigné par l’expression « la terre impériale de la Zagora » (κλῆρον βασιλείας Ζαγοράν)42.

La situation en Thrace à la veille de la bataille de la Maritza

  • 43 Pour un aperçu général de la conquête turque de Thrace, voir en premier lieu Bogiatzès, Η πρώιμη ο (...)
  • 44 On se réfère ici notamment à la capture par le gouverneur byzantin de Vieille Phocée Léôn Kalothét (...)
  • 45 Cf. art. « Dimoteku » dans EI 2, t. 2, p. 299-300. Selon Beldiceanu-Steinherr, La conquête d’Andri (...)
  • 46 Les Ottomans avaient peut-être déjà pris à cette époque quelques villes situées sur la route relia (...)
  • 47 Sur ces premières attaques turques contre Constantinople, voir Halecki, Un empereur, p. 74,
  • 48 et Nérantzè-Barmazè, Κωνσταντινούπολη, p. 927-931.

25Plus importante encore que l’incorporation à l’Empire de la bande côtière de la mer Noire fut la restitution du port de Gallipoli par le comte Amédée VI de Savoie (1366). Ce fut la première victoire chrétienne en Europe face aux Ottomans, qui s’étaient déjà rendus maîtres d’une bonne partie de la Thrace orientale jusqu’à la Maritza, à l’exception de la ville d’Andrinople qui résistait encore aux assauts des ennemis. La chronologie de l’avancée ottomane demeure néanmoins imprécise43. Durant la seconde moitié des années 1350, les Ottomans lancèrent leurs premières offensives contre le territoire byzantin ; toutefois, certains événements les empêchèrent de consolider leurs positions en Thrace44. Ce ne fut qu’au début des années 1360 qu’ils réussirent à s’emparer de la région entre Andrinople et Constantinople ; en novembre 1361, ils avaient déjà pris Didymotique45, ainsi que quelques villes situées dans les alentours de la capitale byzantine46. À cette époque, les Turcs ravagèrent la banlieue de Constantinople et lancèrent leurs premières attaques contre ses remparts47. Plus au sud, la région de la basse vallée de la Maritza fut aussi le théâtre de quelques combats : la ville portuaire de Makrè semble déjà se trouver entre les mains des Ottomans dès 1361 et Traïanoupolis dès 136548.

  • 49 Murad entreprit à cette époque une campagne militaire dans la région d’Ankara : cf. Beldiceanu-Ste (...)

26Occupés par la situation politique en Anatolie, les souverains ottomans ne s’étaient presque jamais employés à la conquête de la Thrace. Après la mort du prince Süleymân Pacha en 1357, Orhan avait envoyé en Thrace son autre fils Murad, en compagnie d’un nouveau gouverneur de la région, Lâlâ Şahîn Pacha. Tous deux dirigèrent la guerre contre l’Empire pendant quelques années. La mort d’Orhan en 1362 obligea Murad à retourner en Asie, laissant Lâlâ Şahîn à la tête des forces ottomanes en Europe49.

  • 50 Sur ces personnages, voir ibid., p. 447-453. Voir aussi EI 2, t. 2, p. 738-739 (art. « Ewrenos »).

27Outre les Ottomans, des Turcs originaires des autres émirats d’Anatolie arrivèrent aussi à cette époque en Thrace afin de tirer profit de la conquête. Ils étaient dirigés par des chefs revêtus du titre de bey, parmi lesquels se distinguent Evrenos Bey de l’émirat de Karasi et Hâdji Ilbegi, arrivé en Thrace avant 1348 avec Umur Pacha de l’émirat d’Aydin. Ils avaient collaboré avec Süleymân Pacha dans ses campagnes, puis étaient restés en Europe après la mort de celui-ci. Ils jouèrent un rôle important dans la conquête de la Thrace50.

  • 51 Bollati, Spedizione in Oriente, § 515, p. 130 (turris castri vocati de Eneacossia) et § 523, p. 13 (...)
  • 52 Dans son discours Pro subsidio Latinorum (1366), Dèmètrios Kydônès parle de la réaction des Consta (...)

28À l’époque de la prise de Gallipoli par Amédée de Savoie (1366), les Ottomans s’étaient donc rendus maîtres d’une bonne partie du pays. La reconquête par les croisés en mai 1367 d’Ennéakosia (aujourd’hui Küçükçekmece) et de Kalon Néron (aujourd’hui Büyükçekmece), situés sur la côte de la mer de Marmara, à environ 25 km à l’ouest de Constantinople, montre quelle était alors l’avancée des Ottomans, déjà aux portes de la capitale51. Des sources contemporaines nous ont préservé l’écho du sentiment d’insécurité dans lequel vivait durant ces années la population de Constantinople, en raison de la proximité de l’ennemi52.

29La reprise de Gallipoli, ainsi que la restitution à l’Empire de quelques villes aux alentours de la capitale, mirent momentanément un frein à l’avancée turque. La perte de ce port privait les Ottomans de la capacité de traverser les Détroits à leur guise, puisque – comme l’a déjà souligné à juste titre Irène Beldiceanu-Steinherr – il n’existait à l’époque que trois voies de pénétration maritime en Thrace, par Constantinople, Gallipoli et Ainos, et toutes trois étaient aux mains des Byzantins. Les Ottomans se trouvaient donc coupés de leurs territoires en Thrace et tout transfert de forces d’une rive à l’autre n’était plus désormais possible qu’avec la collaboration des Byzantins.

  • 53 Beldiceanu-Steinherr, La conquête d’Andrinople, p. 453.

30Malgré cet avantage stratégique, la situation à l’intérieur de la Thrace était toutefois loin de s’être améliorée. Les beys, qui agissaient désormais de manière indépendante des Ottomans, continuaient à attaquer les territoires byzantins et à s’emparer des dernières villes appartenant encore à l’Empire. Vers 1368/1369, Andrinople fut prise par Hâdji Ilbegi et Evrenos53.

31Avec la progression des Turcs en Thrace, la situation des campagnes s’était progressivement dégradée. Le blocus des villes et l’interruption des communications terrestres les avaient plongées dans le chaos. Aucune autorité réelle ne s’exerçait plus sur cette région et les hommes d’armes étaient libres de tout ravager. Durant ces années, aucun propriétaire byzantin ne fut donc en mesure de rentrer la récolte, ce qui provoqua leur ruine financière. Quant à l’État byzantin, il s’avéra incapable de tirer profit de la reconquête de Gallipoli, car il ne disposait plus des ressources économiques suffisantes pour reprendre le dessus. À Constantinople, on commençait à voir la montée en puissance du voisin serbe, le despote Jovan Uglješa, comme le dernier espoir pour freiner l’avance turque.

La Macédoine à l’époque de la seconde domination serbe (1355-1371)

a) La région de Serrès sous l’autorité de la moniale Jelisaveta (1355-1365)

  • 54 Soulis, The Serbs, p. 90.
  • 55 Ibid., p. 96-98. Vukašin s’intitule roi pour la première fois dans un document qu’il délivre avec (...)

32La mort du tsar Étienne Dušan (décembre 1355) ouvrit une période de troubles politiques dans l’ensemble des territoires serbes. Profitant de la disparition du souverain, des archontes locaux s’affranchirent et essayèrent de détacher de l’autorité centrale les régions sous leur domination. Ces tendances séparatistes brisèrent l’unité de l’empire des Nemanjides et favorisèrent la création de petites entités indépendantes qui devaient désormais constituer la principale forme d’encadrement politique dans les Balkans. Le fils et successeur de Dušan, Étienne Uroš V (1355-1371), n’avait que 19 ans lorsqu’il monta sur le trône et, selon la plupart des sources, il était dépourvu du caractère énergique de son père54. Uroš V réussit néanmoins à conserver le pouvoir dans la capitale, Skopje, et dans la région environnante, grâce à l’aide du roi Vukašin, un ancien magnat de la cour de Dušan55. Sur le reste du territoire, il n’exerça en revanche qu’un pouvoir symbolique.

  • 56 Uroš V se trouvait à Serrès en mai 1356, lorsqu’il délivra un chrysobulle en faveur de la métropol (...)
  • 57 À la mort de son époux Dušan, Jelena prit l’habit monastique sous le nom de Jelisaveta. Durant cet (...)
  • 58 Lavra III, no 140. Voir aussi la traduction, presque contemporaine (novembre 1361), de cet acte en (...)

33Le jeune tsar détenait aussi une certaine autorité sur la Macédoine56, gouvernée par sa mère, la veuve de Dušan, la moniale Jelisaveta, comme le montrent plusieurs actes57. Par exemple, en octobre 1361, les moines de Lavra demandèrent à Uroš V la confirmation, par chrysobulle, de leurs droits sur le couvent de Tous-les-Saints et sur ses dépendances situées dans les environs de Serrès et de Zichna58.

  • 59 Voir supra, p. 93-95.
  • 60 La région était encore sous domination byzantine en septembre 1355, lorsque l’empereur Jean V déli (...)
  • 61 Le Serbe Dôrothéos du monastère de Chilandar a occupé la charge de prôtos de l’Athos de 1356 à 136 (...)
  • 62 Il s’agit de plusieurs copies d’actes délivrés peu après 1356, qui portent la signature du métropo (...)

34En Macédoine, la mort de Dušan coïncida sur le plan militaire avec la reprise par les Serbes des territoires cédés aux Byzantins au début des années 1350. Rappelons que, lors du séjour de Kantakouzènos à Thessalonique (1349-1350) et, plus tard, durant le mandat de Jean V dans cette région, des accords avaient été conclus entre le souverain serbe et les empereurs, restituant à ces derniers une partie du pays59. À partir de 135560, les Serbes reprirent le contrôle de la région, comme le montre la présence à cette époque d’un Serbe à la tête de la communauté de l’Athos61. De même, une série d’actes souscrits par un fonctionnaire de l’administration serbe montre que les alentours de Thessalonique échappaient également à la domination byzantine62.

  • 63 La situation politique de la Macédoine orientale fut très agitée à cette époque. Pour la période 1 (...)
  • 64 Kantakouzènos IV § 50 ; III, p. 360-362 : selon Kantakouzènos l’ambassade du patriarche à Serrès a (...)
  • 65 Des rapports étrois mais aussi difficiles : après la mort de Kallistos, le bruit s’était répandu q (...)

35La cause de l’abandon par les Byzantins du territoire cédé par les Serbes vers 1350 demeure incertaine. Plusieurs explications sont envisageables, y compris une offensive militaire contre l’Empire63. En effet, les rapports entre les deux États semblent avoir été plutôt cordiaux. En 1364, le patriarche de Constantinople, Kallistos Ier, avait pris la tête d’une ambassade pour se rendre auprès de la moniale Jelisaveta à Serrès, afin de rapprocher les Églises serbe et byzantine, séparées depuis la promotion de l’archevêque autocéphale de Peć au rang de patriarche en 134664. Kallistos mourut à Serrès en juillet 1364, victime de la peste, sans avoir atteint l’objectif de sa mission, mais le déroulement de cette ambassade témoigne des rapports étroits entre les deux États65.

36Si le règne de la moniale Jelisaveta à Serrès fut une période de calme relatif en Macédoine, tout changea autour de 1365, lorsqu’elle fut écartée du pouvoir par l’archonte Jovan Uglješa qui reprit dans un premier temps les hostilités contre les Byzantins.

b) La date du « coup d’État » de Jovan Uglješa : l’acte de Chilandar no 150 et la situation en Macédoine orientale

  • 66 Sur Uglješa, voir PLP 21150.
  • 67 Voir Kutlumus, no 29 et p. 432-433.
  • 68 L’acte est perdu, mais il est mentionné (avec sa date) dans l’inventaire des biens du monastère, c (...)
  • 69 Contrairement à l’opinion des éditeurs de Vatopédi II, qui ont écrit qu’Uglješa « exerçait déjà [e (...)
  • 70 Avant cet acte en faveur de Vatopédi, Uglješa avait fait au moins une autre donation aux moines at (...)

37Les origines d’Uglješa demeurent obscures66. Il semble que Dušan lui-même l’avait déjà placé à la tête de la région au nord de Serrès et qu’il faisait partie de l’entourage politique de la moniale Jelisaveta lorsque celle-ci décida de s’installer en Macédoine. Il avait épousé la fille du césar Vojhna, seigneur de la région de Drama67. Il était le frère du roi Vukašin, qui était lui-même – on l’a vu – l’allié du jeune tsar Uroš V à Skopje. Les conditions de la prise du pouvoir d’Uglješa à Serrès restent mal connues, de même que la date exacte de son « coup d’État ». Un acte de janvier 1365 le montre déjà en rapport avec le Mont Athos ; il s’agit de la donation aux moines de Vatopédi du monastère de la Vierge Spèlaiôtissa, situé à Melnik68. Cela n’implique pas qu’Uglješa était déjà à l’époque le maître de Serrès, mais simplement qu’il avait l’autorité sur la ville de Melnik et peut-être sur le territoire environnant69. La promulgation de cet acte en faveur du monastère le plus puissant de l’Athos pourrait néanmoins être le signe d’une volonté de rapprochement avec la communauté athonite, visant à cautionner les visées d’Uglješa sur l’ensemble de la région qui incluait la Sainte Montagne70.

  • 71 Voir supra, p. 92-93.
  • 72 Petit, Actes de Chilandar, no 150, l. 36-38 : † τὸν δὲ καιρὸν ὅταν κατήλθομεν εἰς τὴν Χρυσούπολιν (...)

38Uglješa est formellement attesté en Macédoine pour la première fois par un acte de l’empereur Jean V qui porte la date de septembre 1365, l’acte Chilandar no 150, auquel on a déjà fait allusion dans le chapitre précédent71. Il s’agit d’un acte de confirmation des biens que le monastère de Chilandar possédait dans la région du bas Strymon. Le texte dit qu’« à l’époque où nous [= Jean V] sommes arrivé à Chrysoupolis à bord de la flotte de guerre, vint auprès de nous le neveu [de l’impératrice de Serbie Jelena, c’est-à-dire Jovan Uglješa], en présence des moines de Chilandar...72 » L’allusion à une rencontre entre l’empereur byzantin et Uglješa constitue certes un premier indice de la prise du pouvoir par ce dernier en Macédoine. Toutefois, ce document présente quelques particularités qui ont conduit à tort les spécialistes à douter de son authenticité et à le dater de façon erronée.

  • 73 Rappelons que plusieurs historiens avaient mis en doute l’authenticité de cet acte parce qu’il por (...)
  • 74 Zivojinović, Le domaine de Chilandar, p. 18-19.

39On a déjà évoqué au sujet de cet acte l’analyse de Mirjana Živojinović, selon qui il s’agirait, non pas d’un « véritable faux », comme certains l’avaient pensé, mais d’un « faux diplomatique » délivré par la chancellerie byzantine73. D’après son hypothèse, on serait en présence d’une copie « officielle » de deux actes authentiques de Jean V relatifs aux biens de Chilandar en Macédoine : 1) la copie d’un chrysobulle confirmant la possession du village de Potholènos, près de Serrès, et 2) un texte ajouté – mentionnant la rencontre entre Jean V et Uglješa à Chrysoupolis – qui avait la valeur d’une ordonnance par laquelle l’empereur confirmait la possession des autres biens de Chilandar en Macédoine74.

  • 75 Cf. supra, p. 94.
  • 76 Zivojinović, Le domaine de Chilandar, p. 19 et 22.
  • 77 Ibid., p. 24. Le chrysobulle de Jean V de septembre 1365 pour Chilandar est l’acte édité par Petit (...)
  • 78 Živojinović date aussi des années 1370 les copies de deux chrysobulles d’Andronic II : Petit, Acte (...)

40Živojinović a néanmoins considéré comme suspecte la date de septembre 1365, portée à la fin du document. Il est certain qu’elle ne peut être celle du premier document, c’est-à-dire du chrysobulle, parce que l’acte dit qu’il fut délivré « à la demande du tsar Étienne Dušan », donc nécessairement avant la mort de ce dernier en décembre 1355. C’est pourquoi Živojinović a proposé de dater ce chrysobulle de 1353, à l’époque où Jean V séjournait en Macédoine75. La date de septembre 1365 pourrait en revanche s’appliquer au second acte, le texte ajouté ayant valeur d’ordonnance qui mentionne la rencontre entre Jean V et Uglješa. Toutefois, elle a préféré suivre ici l’avis d’Ostrogorsky qui proposait une autre date, celle de « la seconde moitié de l’année 1358 ou peu après », en raison des événements qui eurent lieu dans la région à cette époque et sur lesquels on va revenir76. Pour expliquer la date de septembre 1365, Živojinović a fait l’hypothèse d’une pure invention du copiste qui, incapable de lire la date sur le chrysobulle original, parce que « illisible ou disparue », se serait inspiré d’un autre acte original de Jean V existant dans les archives de Chilandar et daté de septembre 136577. Il ne faut en effet pas perdre de vue que l’acte qui nous est parvenu n’est qu’une copie, dont la rédaction doit être placée, toujours selon Živojinović, un peu plus tard, dans les années 1370, lorsque la Macédoine était à nouveau sous l’autorité byzantine et que les moines de Chilandar, comme d’autres propriétaires fonciers, demandèrent des copies de leurs titres de propriété78.

  • 79 Ostrogorsky, Serska oblast, p. 16.

41On a dit que la chronologie proposée par Živojinović suivait les conclusions d’Ostrogorsky, selon lesquelles la rencontre entre Jean V et Uglješa à Chrysoupolis daterait de la seconde moitié de l’an 1358, en raison du contexte historique de la Macédoine orientale. Pour Ostrogorsky cette rencontre aurait eu lieu peu après la reprise de Chrysoupolis par les Byzantins79.

  • 80 Diplomatarium II, p. 165, pour la demande de citoyenneté vénitienne, et p. 166-167, pour la traduc (...)
  • 81 Ibid. p. 165 : cum la nostra spada hauemo prexo castelli alguni de li Turchi pagani, et alguni de (...)

42Ostrogorsky connaissait un chrysobulle de mars 1357, par lequel l’empereur Jean V avait accordé à deux frères, nommés Alexios et Iôannès, la souveraineté sur les villes de Chrysoupolis et Anaktoropolis, ainsi que sur l’île de Thasos. Le chrysobulle original est perdu, mais le contenu en est préservé grâce à une traduction en dialecte vénitien qui accompagne la demande de citoyenneté vénitienne présentée en 1373 par l’un des deux frères, Iôannès80. En effet, dans sa lettre adressée au doge de Venise, Iôannès expliquait comment lui-même et son frère étaient arrivés en Macédoine et avaient arraché quelques châteaux des mains des Turcs et des Serbes. La possession leur en avait été ensuite accordée à titre héréditaire par ce même chrysobulle de l’empereur byzantin dont il joignait la traduction81.

  • 82 Pour les diverses hypothèses, voir Lavra III, p. 69-70, et Pantocrator, p. 11-12.
  • 83 Oikonomidès, Patronage. Il est curieux de remarquer que le problème avait été en réalité déjà réso (...)
  • 84 Kantakouzènos IV § 17 ; III, p. 114-115.
  • 85 Oikonomidès, Patronage, p. 106.
  • 86 Sur le conflit entre Matthaios Kantakouzènos et le césar Vohjna, voir Estangüi Gómez, La région de (...)
  • 87 Outre le chrysobulle de Jean V leur accordant la possession de Chrysoupolis, d’Anaktoropolis et de (...)
  • 88 Alexios porte pour la première fois le titre de mégas stratopédarchès et Iôannès celui de mégas pr (...)

43L’identité de ces frères, qui sont appelés par l’acte vénitien « les Alexioi », est demeurée longtemps un mystère pour les historiens82. Dans un article de 1994, Oikonomidès a réussi à reconstituer leur carrière à partir du récit de Kantakouzènos et des actes de l’Athos83. Pirates originaires de Bithynie, les Alexioi s’étaient établis en Macédoine à l’époque de la deuxième guerre civile, en s’emparant du port d’Anaktoropolis84. Dès leur arrivée en Europe, ils se déclarèrent fidèles à la cause de Jean V, empêchant Kantakouzènos de prendre possession d’Anaktoropolis. Quelque temps plus tard, peut-être après la fin de la guerre, ils se rendirent maîtres de l’île de Thasos, qui avait été sans doute occupée par des pirates turcs, et du port de Chrysoupolis, tombé en 1350 entre les mains des Serbes. Oikonomidès date ces conquêtes de la période postérieure à la mort d’Étienne Dušan (décembre 1355)85. En effet, ce fut peut-être à la faveur des luttes entre Matthaios Kantakouzènos et le césar serbe Vojhna que les Alexioi réussirent à gagner du terrain sur les Serbes86. Quoi qu’il en soit, au début de 1357, leur pouvoir s’exerçait déjà sur la bande côtière allant de Chrysoupolis à Anaktoropolis et sur l’île de Thasos. Cette année-là, ils se rendirent à Constantinople afin d’obtenir de Jean V la confirmation par chrysobulle de l’ensemble de leurs conquêtes87. Peu après l’obtention de ce chrysobulle, Alexios et Iôannès furent promus dans la hiérarchie aulique respectivement au rang de mégas stratopédarchès et de mégas primmikérios88.

  • 89 Saint-Pantéléèmôn, no 12.
  • 90 Voir Oikonomidès, Patronage, p. 107, et Petit, Actes de Chilandar, no 157 de novembre 1378. Sur le (...)

44Au cours de l’année 1358, les troupes des Alexioi avançaient déjà vers l’intérieur de la région, en amont des cours du Strymon et de l’Angitès. En août de cette année, l’aristocrate Anna Tornikina établit un acte en faveur des deux frères, dans lequel elle les félicite pour leurs victoires et espère qu’ils se rendront bientôt maîtres du bassin de l’Angitès, où elle possédait son ancien domaine dotal de Beltzista, qui lui avait été enlevé lors de la conquête serbe. Anna promettait aux deux frères de faire don de la moitié du bien au monastère qu’ils avaient fondé à l’Athos (le Pantokratôr) s’ils s’emparaient effectivement de la région89. Toutefois, il est probable que les troupes des deux frères n’atteignirent jamais le cours de l’Angitès. Leur juridiction devait s’arrêter à l’époque à Chantax, où on les voit agir en tant qu’autorités locales dans un conflit opposant les monastères de Zographou et Chilandar au sujet de quelques moulins90.

  • 91 En particulier, un chrysobulle du tsar Uroš V, daté de 1360/1361 et confirmant la possession de l’ (...)

45L’hypothèse d’Ostrogorsky selon laquelle la rencontre entre Jean V et Uglješa dut avoir lieu vers 1358 ou peu après découle donc de cette chronologie de l’avancée militaire des deux frères dans la région de Chrysoupolis. Toutefois, cette datation n’explique pas pourquoi les moines de Chilandar auraient sollicité en 1358 de l’empereur byzantin une nouvelle version du chrysobulle de 1353, confirmant leur possession sur le village de Potholènos, situé près de Serrès, et sur d’autres biens en Chalcidique et dans la vallée du Strymon, car on a vu que la juridiction byzantine était à l’époque limitée à Thessalonique et à la bande côtière entre Chrysoupolis et Anaktoropolis. Le reste de la région se trouvait en revanche sous l’autorité directe de la moniale Jelisaveta et de son fils, le tsar de Skopje, Étienne Uroš V, comme le montrent les actes délivrés entre 1355 et 1365 en faveur des monastères athonites91. Aucun indice d’un rétablissement de la souveraineté byzantine n’est au contraire attesté pour ces territoires à cette époque, ce qui rend peu probable la datation de 1358.

  • 92 Petit, Actes de Chilandar, no 149.
  • 93 Lavra III, no 142.

46En revanche, j’aimerais attirer l’attention sur le fait que la date de septembre 1365 que porte ce faux diplomatique est la même que celle de deux autres actes de Jean V aujourd’hui conservés dans les archives de l’Athos. Comme l’acte Chilandar no 150, il s’agit de deux documents confirmant la possession de moines sur leurs biens fonciers en Macédoine : un autre chrysobulle délivré en faveur de Chilandar, relatif aux droits de ce monastère sur Potholènos, près de Serrès, et sur le domaine de Lignon, à Kalamaria92, et un chrysobulle pour Lavra concernant la commune de Bernarou, située aussi dans la région de Serrès93. L’existence de ces deux autres documents impériaux, portant la même date et d’un contenu similaire à celui du faux diplomatique pour Chilandar, constitue un premier indice en faveur de l’authenticité de la date de septembre 1365.

  • 94 Un acte délivré par le conseil de l’Athos (Prôtaton) du mois de novembre 1366 mentionne une ordonn (...)

47Le fait d’avoir conservé trois chrysobulles impériaux datant de septembre 1365 et relatifs à des biens en Macédoine n’en est pas moins troublant, car il impliquerait que l’empereur byzantin avait récupéré l’autorité sur la région94. Or aucune source ne parle d’une restauration byzantine en Macédoine vers 1365 et tout semble indiquer que la région resta sous l’autorité serbe jusqu’au lendemain de la bataille de la Maritza (septembre 1371). Il reste néanmoins la mention de cette rencontre entre Jean V et Uglješa, qui pourrait avoir impliqué des changements politiques dans la région à cette époque.

c) Un traité inconnu entre Jovan Uglješa et l’empereur Jean V (septembre 1365). Un siège serbe de Thessalonique

  • 95 Vatopédi II, no 125. Sur Michaèl Astras Synadènos, voir Estangüi Gómez, Théodôra Palaiologina, p.  (...)
  • 96 Vatopédi II, no 125, l. 11-14 : ἃ δὴ καὶ ἐνώπιον τῆς κραταιᾶς καὶ ἁγίας βασιλείας αὐτοῦ καὶ τῶν ἐν (...)

48Un séjour de l’empereur Jean V en Macédoine dans la seconde moitié de l’année 1365 peut aussi être confirmé par le contenu d’un autre document athonite, établi en octobre 1366 en faveur de Vatopédi par l’aristocrate Michaèl Synadènos Astras95, fils du mégas stratopédarchès Géôrgios Synadènos Astras. Par cet acte, Michaèl Astras restituait aux moines de Vatopédi certains biens qui leur avaient été confisqués par son père à l’époque où celui-ci était gouverneur de Lemnos. Michaèl explique que son père avait déjà eu l’intention de restituer ces biens de son vivant, puisqu’il en avait fait la promesse devant l’empereur Jean V et en présence des moines de Vatopédi et du hiéromoine Grègorios Stylitès, mais qu’il n’avait pas eu le temps de le faire, parce qu’il était mort peu après96.

  • 97 La date de la mort d’Astras peut être établie de manière approximative grâce à la correspondance d (...)

49L’allusion à la mort d’Astras, qui survint à Thessalonique vers l’automne 136597, fournit la date approximative de cette promesse. La rencontre eut très certainement lieu à Thessalonique, car Astras était à l’époque gouverneur de cette ville. On sait par la correspondance de Kydônès qu’il fut nommé à ce poste vers le printemps ou l’été 1365 et qu’il se rendit en Macédoine directement depuis l’île de Lemnos, sans passer par Constantinople. Cette chronologie permet de placer la rencontre entre Astras et Jean V vers l’été 1365, c’est-à-dire à la même époque que l’entretien entre Uglješa et Jean V à Chrysoupolis mentionné dans l’acte Chilandar no 150.

  • 98 Kydônès, Correspondance I, p. 128-129 (L94/T61). Les envoyés de Thessalonique ont raconté les malh (...)
  • 99 Kydônès compare Constantinople à un grand vaisseau : « Il faut s’occuper de surcroît de nos malheu (...)
  • 100 Kydônès conseille aux Thessaloniciens de profiter de celui qui sera envoyé à la place de l’empereu (...)
  • 101 La dernière lettre envoyée par Kydônès à Astras lorsque ce dernier était encore à Lemnos doit date (...)

50Les circonstances politiques qui déterminèrent Jean V à se rendre en Macédoine durant cette année sont liées à la mort de sa mère, l’impératrice Anne de Savoie, disparue au printemps 1365, et peut-être aussi à une nouvelle menace serbe qui pesait sur Thessalonique. En effet, Kydônès fait allusion dans sa correspondance à la situation difficile dans laquelle se trouvait la capitale de Macédoine à l’époque. Dans une lettre adressée à un ami thessalonicien, qui peut être datée du printemps 1365, Kydônès parle de l’arrivée à Constantinople d’une ambassade envoyée par les citoyens de Thessalonique, apportant la nouvelle de la mort de l’impératrice et des « malheurs » qui menaçaient la ville. Selon cette lettre, les délégués thessaloniciens avaient sollicité l’aide de l’empereur afin de secourir leur cité98 ; mais celui-ci, dit Kydônès, était à l’époque occupé à la défense de la capitale de l’Empire, c’est pourquoi il ne pouvait se rendre immédiatement en Macédoine99. Il avait donc décidé d’y envoyer à sa place son homme de confiance, Géôrgios Astras, qui était gouverneur à Lemnos100. L’arrivée d’Astras à Thessalonique précéda par conséquent l’arrivée de Jean V ; elle doit dater, selon toute vraisemblance, de la fin du printemps ou du début de l’été 1365101.

  • 102 Loenertz, Dèmètrius Cydonès I, p. 62 : « L’impératrice douairière Anne Paléologine (Jeanne de Savo (...)
  • 103 Rappelons qu’un an plutôt, en juin 1364, le patriarche Kallistos Ier était arrivé à Serrès à la tê (...)

51Les expressions utilisées par Kydônès dans cette lettre pour décrire la situation de Thessalonique à l’époque – « les malheurs de la patrie » ou « la maladie de la ville » – reflètent un contexte de crise102. Toutefois, Kydônès n’est pas clair quant aux causes exactes de cette crise. Le danger pourrait correspondre à la menace d’une attaque imminente contre Thessalonique. Une pareille menace aurait été surprenante de la part de la veuve de Dušan, qui entretenait de bons rapports avec l’Empire à l’époque103, mais elle coïncide en revanche avec l’irruption d’Uglješa sur la scène politique de la région.

  • 104 Dans un acte de mars 1368, par exemple, Uglješa déplore l’action politique du défunt tsar Étienne (...)
  • 105 Bojović, L’idéologie, p. 381.
  • 106 M. Orbini, Il regno degli Slavi, hoggi corrottamente detti schiavoni, Pesaro 1601, p. 275. Bien qu (...)

52Les sources byzantines ont certes gardé un souvenir dans l’ensemble plutôt favorable d’Uglješa, parce que celui-ci devint plus tard un allié de l’Empire104. Toutefois, on retrouve des allusions à une guerre entre Uglješa et les Byzantins dans d’autres types de sources, par exemple, chez le « continuateur » de la Vita de l’archevêque Danilo II, qui dit qu’« Uglješa prenait les pays et les villes grecs »105, ainsi que dans l’ouvrage Il regno degli Slavi (1601) de Mauro Orbini, dans lequel on explique que, parmi les barons qui s’étaient imposés dans le territoire serbe à la mort du tsar Dušan, Uglješa était le plus puissant et le plus belliqueux, car il « haveva la guerra con la città di Salonicchio »106. En dépit des justes réserves que suscitent ces sources, en raison par exemple du caractère fort tardif du récit d’Orbini, ces témoignages se font l’écho d’un conflit qui semble avoir existé entre les Serbes d’Uglješa et les Byzantins autour de 1365.

  • 107 La courte durée du mandat d’Astras à Thessalonique est signalée par Kydônès dans une lettre adress (...)
  • 108 Kydônès, Correspondance I, p. 1379 (lettre L100/T65) : Ἱπποκράτους τῷ βασιλικῷ γενόμενος σώματι.
  • 109 On a déjà vu qu’Astras était, aux dires de Kydônès, comme un Asclépios contre les maladies des vil (...)
  • 110 Le destinataire, dont l’identité est inconnue, avait quitté Constantinople pour se rendre à Thessa (...)

53L’arrivée d’Astras à Thessalonique pourrait donc s’être produite alors que se dessinait la perspective d’un siège prolongé de la ville par les Serbes. Or Astras ne resta pas longtemps en poste car il décéda presque aussitôt107. Avant sa mort, arriva en Macédoine un personnage mystérieux, devenu, selon Kydônès, « l’Hippocrate du corps impérial108 ». Tinnefeld l’a identifié au médecin de l’empereur Jean V, mais je crois que la référence à Hippocrate doit être comprise comme une métaphore pour désigner un autre fonctionnaire qui se serait rendu à Thessalonique afin de prêter assistance à Astras dans sa lutte contre l’ennemi. En effet, le parallélisme entre la médecine et le gouvernement des hommes est fréquent chez Kydônès109. En outre, cette lettre précise que cet « Hippocrate » fut non seulement l’auteur d’un éloge funèbre d’Astras (que nous n’avons pas conservé), mais qu’il fut aussi le responsable de la « guérison » finale de la ville110. Nous sommes donc bien dans le registre de la métaphore médicale.

  • 111 L’objectif militaire du séjour de Jean V en Macédoine durant l’été 1365 est également suggéré par (...)

54Mis à part l’identité de cet « Hippocrate byzantin », la date de son arrivée à Thessalonique, peu avant la mort d’Astras, et son action auprès de celui-ci coïncident avec le séjour de Jean V en Macédoine, vers la fin de l’été 1365. Tout semble indiquer que l’on a affaire ici à une expédition dirigée depuis Constantinople pour mettre Thessalonique en état de défense, afin d’empêcher les Serbes de s’en emparer. La date de l’entretien de Chrysoupolis de septembre 1365 entre l’empereur et Uglješa, fournie par l’acte Chilandar no 150, gagne donc en crédibilité, puisque cette réunion semble avoir entériné la fin des conflits111. Il est par ailleurs très vraisemblable que ce fut à cette occasion que Jean V octroya à Uglješa le titre de despote, qu’il porte dans la documentation à partir de cette époque.

  • 112 Cette tendance avait commencé à se manifester après la mort d’Étienne Dušan en 1355 et sous le règ (...)
  • 113 Les archives de l’Athos ont conservé plusieurs actes de Jovan Uglješa en faveur des monastères, pa (...)
  • 114 Nous possédons plusieurs actes qui rendent compte des transactions foncières réalisées par des Byz (...)
  • 115 En 1366, Uglješa envoya à Constantinople une ambassade au sujet de la réconciliation des Églises. (...)

55La date de septembre 1365 marque en effet un tournant dans l’histoire des relations byzantino-serbes, car plus jamais ensuite les souverains serbes n’élevèrent de prétentions à la titulature impériale et aux prérogatives des souverains de Constantinople112. De plus, on a vu que la date de la rencontre à Chrysoupolis coïncide avec plusieurs actes de l’empereur byzantin relatifs à quelques biens fonciers situés dans la région du Strymon. Cela semble suggérer non seulement la confirmation en Macédoine du statu quo qui avait prévalu pendant le règne de la moniale Jelisaveta à Serrès, mais la reconnaissance par Uglješa de la souveraineté, du moins théorique, de Jean V sur ses territoires, car, en acceptant le rang de despote, il renonça à jamais porter les insignes impériaux ou à délivrer des chrysobulles113. Cela expliquerait en outre pourquoi les moines de l’Athos se firent délivrer à ce moment précis par Jean V des chrysobulles confirmant leurs biens dans la région que dominait Uglješa. Sur le plan de la propriété foncière, la rencontre de Chrysoupolis n’impliqua pas la restitution effective de leurs biens aux anciens propriétaires byzantins – cela n’eut lieu que dans les années 1370 –, mais peut avoir eu des conséquences sur la validité des titres de propriété des Byzantins comme le suggèrent certains documents114. Enfin, la rencontre de Chrysoupolis facilita aussi les négociations en vue de la réconciliation entre les Églises serbe et byzantine115.

56Somme toute, l’issue diplomatique trouvée par l’empereur Jean V à l’imbroglio politique en Macédoine était la plus adaptée aux conditions réelles de l’Empire. Incapable d’assumer financièrement une longue campagne militaire afin de soumettre la région par la force des armes, Jean V avait opté pour une solution d’économie qui lui permettait de conserver Thessalonique et de s’assurer l’alliance d’Uglješa. D’ailleurs, si les Ottomans venaient à progresser en Thrace (ce qui fut effectivement le cas), les forces du despote pourraient s’avérer hautement utiles pour l’Empire, s’interposant entre cet ennemi redoutable et les dernières possessions byzantines en Macédoine. De ce point de vue, l’accord conclu à Chrysoupolis avec Uglješa ne différait guère d’autres ententes passées entre Byzance et certains seigneurs de la guerre qui s’étaient taillé des principautés indépendantes dans les Balkans, en vue de combattre les Turcs avec leur aide.

Des « principautés byzantines » en marge de l’Empire

  • 116 Cf. supra, p. 62.

57On a vu qu’au cours de la période de la deuxième guerre civile, quelques entités politiques que l’on pourrait qualifier de « seigneuries » ou de « principautés » s’étaient consolidées en marge de l’Empire. C’étaient des territoires commandés par des hommes d’armes, des aventuriers qui, à la faveur des troubles provoqués par la guerre, s’étaient affranchis de l’autorité de l’État (qu’il s’agisse de l’Empire byzantin ou des États serbe ou bulgare). Même si la plupart d’entre eux avaient disparu après l’arrivée au pouvoir de Jean VI en 1347 (ce fut le cas par exemple du Serbe Momčilo, qui mourut pendant l’assaut d’une ville de Thrace116), quelques-uns survécurent au conflit et réussirent à renforcer leurs positions.

58L’Empire byzantin, faisant preuve de sa traditionnelle Realpolitik, tira profit de la situation et passa des accords avec ces « principautés ». En échange de leur allégeance, l’empereur accordait à ces chefs des titres auliques et la main d’une princesse byzantine. Certes, ces alliances ne donnaient aucune autorité concrète à l’empereur sur ces territoires, mais elles s’avérèrent utiles pour préserver les frontières des attaques des ennemis, en particulier des Ottomans, et pour maintenir le prestige du souverain constantinopolitain.

  • 117 Pantocrator, no 9 (1374), et Vatopédi II, no 141 (1374).

59Le cas probablement le plus représentatif de ces « principautés byzantines » est celui des frères appelés Alexioi, dont on a déjà retracé la carrière, leur arrivée en Europe depuis la Bithynie et la conquête de la côte de l’Égée entre Chrysoupolis et Anaktoropolis, ainsi que de l’île voisine de Thasos. En échange de leur allégeance, l’empereur Jean V leur avait reconnu par chrysobulle la possession héréditaire des territoires qu’ils avaient conquis et leur avait accordé des titres auliques (1357). Deux actes athonites révèlent également que l’un des frères avait épousé une femme issue de la haute aristocratie byzantine, Anna Asanina Kontostéphanina117.

  • 118 Pantocrator, no 9, l. 17 : ὑπάρχομεν εἰς τὸν παρόντα τόπον [Christoupolis] ἔχοντες τὴν πρόσκαιρον (...)
  • 119 Oikonomidès, Patronage, p. 107-108 ; Ganchou, Autonomie locale, p. 369-370 ; et Estangüi Gómez, Th (...)
  • 120 Dans l’acte Pantocrator, no 9 (1374), le mégas primmikèrios rappelle qu’il possédait la forteresse (...)
  • 121 Deux actes athonites de 1378 attestent la présence de Michaèl Synadènos Astras, theios d’Andronic (...)

60En 1374, le dernier survivant des deux frères, le mégas primmikèrios Iôannès, déclarait qu’il détenait la ville de Christoupolis (aujourd’hui Kavala) en vertu d’une proskairos archè, c’est-à-dire d’un « pouvoir temporaire »118. L’expression a fait couler de l’encre et la plupart des historiens se sont accordés sur le fait qu’il s’agissait de la concession par l’empereur de l’autorité sur un territoire à titre viager119. En d’autres termes, le mégas primmikèrios Iôannès gouvernait Christoupolis en qualité de simple représentant de Jean V, sa vie durant, et non pas en tant que seigneur de plein droit, comme c’était le cas pour les forteresses de Chrysoupolis, Anaktoropolis et l’île de Thasos120. Il se peut même qu’aux côtés du mégas primmikèrios, le gouvernement de Constantinople ait nommé là un fonctionnaire impérial représentant l’Empereur121.

  • 122 Sur la conquête serbe de Christoupolis et sa reconquête ultérieure par les Byzantins, voir Estangü (...)
  • 123 Oikonomidès, Patronage, p. 107-108. En été 1364, les frères Alexioi sollicitèrent du patriarche Ka (...)

61Il est en effet important de faire la distinction entre les deux types d’autorité exercés par le mégas primmikèrios Iôannès, d’une part sur Christoupolis et d’autre part sur Chrysoupolis, Anaktoropolis et Thasos, la première ville étant absente de la liste des territoires accordés en pleine propriété par Jean V en 1357 avec le droit de les transmettre héréditairement. La raison en était certainement qu’à cette époque, c’est-à-dire vers 1357, Christoupolis était encore aux mains des Serbes122 et qu’elle ne fut récupérée que vers 1364, grâce sans doute aux faits d’armes des frères Alexioi, qui sont qualifiés dans un acte synodal d’août 1365 de « seigneurs qui gouvernent à Christoupolis »123. C’était à l’époque où Jean V s’était rendu en Macédoine à bord de la flotte de guerre et avait réussi à consolider son autorité dans la région du bas Strymon. Il paraît en effet probable que la cession aux Alexioi de la proskairos archè sur Christoupolis soit contemporaine de cette expédition.

  • 124 L’emplacement des tombeaux des frères Alexioi est encore aujourd’hui visible dans le katholikon du (...)

62La région demeura aux mains des Alexioi jusqu’à la seconde moitié de la décennie 1380, lorsque les Ottomans se rendirent maîtres de la totalité de la Macédoine. Le mégas stratopédarchès Alexios finit vraisemblablement ses jours dans le monastère du Pantokratôr, dont son frère et lui-même avaient été les fondateurs124.

63L’empereur adopta des solutions politiques comparables dans d’autres contrées : au nord, on a évoqué l’alliance avec le Bulgare Dobrotitza, à qui Jean V conféra le titre de despote et dont la fille devait épouser le despote Michaèl Palaiologos ; au sud, sur l’embouchure de la Maritza, l’Empire aurait aussi consenti à ce qu’un rebelle, un certain Iôannès Libadarios, commandât l’important port d’Ainos. On peut certainement ajouter à cette liste la seigneurie du Serbe Uglješa, à qui l’on a vu que Jean V semble avoir accordé le titre de despote en septembre 1365. Enfin, l’Empire délégua aussi la souveraineté sur plusieurs îles et cités côtières à quelques capitaines de fortune : en 1358, Jean V conféra au Byzantin Léôn Kalothètos, qui tenait le port de Vieille Phocée, le titre de panhypersébastos. Plus significative encore par ses conséquences pour l’histoire de l’Empire fut la concession de l’île de Lesbos au Génois Francesco Gattilusio.

  • 125 G. T. Dennis, The Short Chronicle of Lesbos, 1355-1428, Lesbiaka 5, 1965, p. 123-142 (= Id., Byzan (...)
  • 126 Nicolò Ier Gattilusio est attesté comme seigneur d’Ainos en 1384 par la chronique dite de Lesbos ((...)
  • 127 C. Asdracha, Les prétentions politiques de Palamède Gattilusio (1409-1455), seigneur d’Ainos, d’Im (...)
  • 128 Ganchou, Héléna Notara Gateliousaina, p. 152, n. 48. Sur les monnaies des Gattilusio, voir S. Kofo (...)
  • 129 À l’occasion de la disparition de Francesco Ier en août 1384, Kydônès écrivit à son ami Radènos à (...)

64Ce fut son rôle déterminant dans la reprise du pouvoir par Jean V à Constantinople en décembre 1354 qui valut à Gattilusio la concession de Lesbos, ainsi que la main de la propre sœur de l’empereur, Maria Palaiologina125. Ses descendants gouvernèrent l’île de Lesbos jusqu’au lendemain de la chute de Constantinople en 1453 et étendirent en outre leur domination sur d’autres territoires de l’Empire, comme le port d’Ainos vers 1382 et les îles de Samothrace et d’Imbros dans la première moitié du xve siècle ou peu après126. Leur comportement vis-à-vis de l’Empire a fait néanmoins l’objet d’interprétations contradictoires ; certains ont vu dans les Gattilusio de véritables rivaux politiques du pouvoir constantinopolitain, d’autres ont plutôt reconnu en eux ses alliés fidèles127. En réalité, le cas des Gattilusio de Lesbos ne diffère guère de celui des autres seigneuries qui s’étaient créées à cette époque aux marges de l’Empire. Leur allégeance envers l’Empereur « est clairement démontrée par l’ostentation avec laquelle les Gattilusio manifestent au xve siècle leurs liens avec les Paléologues par le biais de leurs monnaies, blasons, inscriptions, et jusque dans leur vocabulaire administratif128 ». Les Gattilusio épousèrent plusieurs membres de la dynastie impériale et acceptèrent la présence de fonctionnaires impériaux à leurs côtés. Les territoires sous leur domination étaient considérés par les contemporains byzantins comme faisant effectivement partie de l’Empire et, à leurs yeux, ce ne fut qu’en tant que représentants de Constantinople qu’ils y gouvernèrent129.

65La période allant de la fin du xive siècle à la prise de Constantinople par les Ottomans en 1453 connaît d’autres exemples de seigneuries ou de « principautés » qui faisaient ainsi partie du cercle politique de l’Empire. Il ne s’agit pas d’en dresser ici la liste complète. L’essentiel est de voir comment leur examen démontre que le déclin politique de l’Empire n’avait pas bouleversé l’ordre de préséance dont le sommet était Constantinople, mais au contraire l’avait plutôt renforcé. En effet, contrairement à la première moitié du xive siècle, lorsque certains souverains slaves et latins avaient remis en cause la primauté byzantine, l’époque de la conquête ottomane des Balkans ne connaît plus aucune contestation de l’autorité impériale. Il faut tenir compte de cette prééminence, car elle fut primordiale dans l’action politique des empereurs byzantins de cette époque et – à la fin – pratiquement leur dernier atout pour s’opposer à l’avancée turque.

2. la fortification du territoire

66La rapide détérioration aux frontières de l’Empire durant la deuxième guerre civile entraîna une situation de forte instabilité dans les campagnes byzantines. Les dévastations provoquées par le passage des armées et les raids des ennemis avaient conduit à l’abandon des champs et à la fuite des paysans. Or, au lendemain de la guerre civile, la situation ne s’améliora guère : la prise de Gallipoli en 1354, la pénétration des Ottomans en Thrace, ainsi que l’intensification des attaques pirates contre les côtes contribuèrent à accentuer le climat d’insécurité en milieu rural, empêchant tout effort pour restaurer l’appareil de production agricole.

67Afin d’éviter que les dernières villes et provinces byzantines ne tombent entre les mains des ennemis, le gouvernement impérial prit des mesures pour fortifier le territoire. Ces travaux consistaient non seulement dans la réfection des anciennes enceintes urbaines, mais aussi dans la construction de nouvelles fortifications dans les campagnes, dont les exemples les plus connus furent les deux grands murs élevés dans la première moitié du xve siècle pour protéger les accès du Péloponnèse et de la presqu’île de Kassandreia en Chalcidique. Ils sont certes les plus représentatifs, mais ils ne sont pas les seuls ; avant ces deux grands projets, les souverains byzantins avaient déjà entamé de nombreux travaux de fortifications. La plupart étaient des tours qui devaient procurer une protection aux communautés rurales et constituaient un endroit sûr où stocker la production agricole. Ces bâtiments seront au cœur de notre analyse dans les pages qui suivent ; nous réservons un chapitre à part – dans le cadre de l’étude de la reprise économique du début du xve siècle – à la construction de l’Hexamilion et de la muraille de Pallènè à Kassandreia.

La défense de la Thrace et les conséquences du tremblement de terre de 1354

68La conquête de la Thrace par les Ottomans, au lendemain de la prise de Gallipoli en mars 1354, fut, on l’a vu, assez rapide. Pourtant, les campagnes de Thrace étaient maillées d’un réseau dense de forteresses et de villes bien fortifiées. Des tours et des châteaux servaient de centres d’exploitation aux grands propriétaires. La forteresse d’Épibatai, près de Sélymbria, et le château de Pythion, près de Didymotique, furent utilisés par exemple comme « coffre-fort » par les grands lignages de l’Empire. Ce réseau se complétait par des bourgs fortifiés plus modestes, situés le long des principaux axes de communication reliant Constantinople aux centres urbains de la province.

  • 130 Bien qu’il soit difficile de mesurer l’intensité de ce tremblement de terre, il faut noter qu’il f (...)

69La relative facilité avec laquelle les Ottomans s’emparèrent de la région s’explique en premier lieu par sa géographie, car, excepté le fleuve Ébros (Maritza), aucune barrière naturelle n’empêchait l’envahisseur de parcourir les vastes plaines céréalières du centre. Depuis leur position de Gallipoli, les Ottomans étaient donc libres de ravager le territoire à leur guise. Cela entraîna dans un premier temps la perturbation des voies de communication et, peu après, la chute des villes. En second lieu, on peut également incriminer le mauvais état de conservation des fortifications byzantines, endommagées après le tremblement de terre de 1354. Le port de Gallipoli fut le premier à en subir les conséquences, mais il se peut que d’autres villes situées dans les environs de l’Hellespont aient aussi été frappées130. Cela semble avoir été par exemple le cas de l’importante ville portuaire d’Ainos, à l’embouchure de la Maritza.

  • 131 L’inscription est éditée par Asdracha, Inscriptions de Thrace orientale et Imbros, no 28, p. 257-2 (...)

70Une inscription conservée sur les remparts d’Ainos et portant les noms de Iôannès Libadarios et de Manouèl Angélos témoigne peut-être de la réfection de ces fortifications dans les années suivant 1356, date à laquelle ces deux personnages sont attestés comme gouverneurs de la ville131. Or, le besoin de réparer les murailles d’Ainos semble avoir été considéré comme une priorité par le gouvernement de Constantinople dès le retour au pouvoir de Jean V en 1354, comme suffit à le révéler le choix de Géôrgios Synadènos Astras comme gouverneur d’Ainos en 1355.

  • 132 Voir infra, p. 155-158.
  • 133 Astras dirigea les travaux de Sainte-Sophie, en collaboration avec l’architecte catalan Joan de Pe (...)
  • 134 Kydônès, Correspondance I, no 94, p. 128-129, en particulier p. 12925 (τῷ μετὰ τὸν βασιλέα

71Astras est en effet une figure centrale dans les efforts de fortification des territoires byzantins au lendemain de la guerre civile. Son rôle dans la construction de tours et de forteresses est bien attesté durant la période de son commandement dans l’île de Lemnos, entre 1359 et 1365132. Cet aristocrate avait une formation d’architecte, qu’il avait déjà mise à profit lors des travaux de restauration de Sainte-Sophie de Constantinople en 1346, travaux qu’il continua à diriger sous le règne de Jean VI et qui lui valurent peut-être le poste de gouverneur (képhalè) de la capitale133. Il est évident que la chute de Kantakouzènos ne mit nullement un terme à sa carrière, puisqu’il fut aussitôt choisi pour occuper le poste très convoité de gouverneur d’Ainos. Ce sont sans doute ses talents d’architecte qui firent de lui un homme fort du nouveau régime ; Dèmètrios Kydônès l’identifie dans une de ses lettres comme « le meilleur homme » de l’empereur Jean V134.

  • 135 Sur la prise d’Ainos en 1456, voir Ganchou, Héléna Notara Gateliousaina.
  • 136 Quelques grandes villes situées à l’intérieur, Andrinople et Didymotique, résistèrent un peu plus (...)

72Les travaux de réparation des murailles d’Ainos permirent à ses dirigeants, d’abord byzantins et, à partir de 1382, génois, de résister aux attaques des Turcs jusqu’au lendemain de la chute de Constantinople135. Outre la solidité de ses remparts, l’emplacement de cette ville, au bord de la mer, en facilitait la défense car il assurait le ravitaillement de la population par bateau en cas de longs blocus terrestres. Plus généralement, les grandes villes fortifiées situées sur les côtes furent les seules positions qui échappèrent quelque temps à la conquête ottomane136.

  • 137 Sur les fortifications de Constantinople, voir en premier lieu N. Asutay-Effenberger, The Land Wal (...)
  • 138 Pour un aperçu plus détaillé de l’histoire de Sélymbria, voir S. Eyice, Alexis Apocauque et l’égli (...)

73Le réseau des villes situées le long de la côte de la mer de Marmara contribuait aussi à la défense de Constantinople137. Sélymbria était la plus importante de ces villes. Elle avait été fondée sur une colline escarpée, près d’un port naturel. Sa localisation faisait d’elle l’avant-poste de la capitale, ce qui explique l’intérêt que les empereurs avaient toujours porté à l’état de ses fortifications. Au vie siècle, Justinien avait entrepris des travaux importants afin d’améliorer son appareil défensif. Après la Quatrième croisade, ce fut l’une des rares villes de Thrace qui échappa à la domination bulgare, ce qui prouve le bon état de ses remparts à l’époque. La ville joua aussi un rôle important dans la deuxième guerre civile et fut assiégée par les armées des deux partis138.

  • 139 Le texte est conservé dans deux manuscrits : Marcianus II, 168 (fol. 750r-750v) et Kamariotissa 51 (...)
  • 140 Magdalino, Selymbria, p. 311, l. 35-37 : καὶ μάλιστα περὶ θείων ἱερῶν ἀργῶν κειμένων παντάπασιν, ὅ (...)
  • 141 Ibid., p. 310 : « It was probably written before 1381, since it contains no reference to the Emper (...)

74Sous le règne de Jean V, les fortifications de Sélymbria firent l’objet de travaux de réparation. Un encomium rédigé en l’honneur de saint Agathonikos par le métropolite Philothéos de Sélymbria (ca 1365-ca 1389) parle de travaux de fortification dans cette ville, afin d’assurer la défense contre les attaques des « Agarènes » (c’est-à-dire des Turcs)139. Le texte mentionne la vente des objets sacrés de la métropole pour subvenir aux dépenses occasionnées par ces travaux140. L’encomium a été daté par son éditeur, Paul Magdalino, de peu avant 1381141.

  • 142 Covel, Voyages en Turquie, p. 43-51. Sur les murs de Sélymbria, voir aussi F. Dirimtekin, La forte (...)

75Les travaux auxquels fait allusion Philothéos de Sélymbria dateraient donc du troisième quart du xive siècle, soit à l’époque de la conquête d’une grande partie de la Thrace par les Ottomans. Grâce à ses remparts, Sélymbria resta aux Byzantins pendant toute la période. Ses murailles étaient encore impressionnantes lorsque le voyageur anglais John Covel visita la ville à la fin du xviie siècle142.

  • 143 Parmi ces villes figurait Héraclée de Thrace, dont la citadelle est située sur une presqu’île, pro (...)
  • 144 MM II, no 364, p. 61-64 : τὸν πύργον, ὡς ἔχειν σήμερον, οἰκοδομῆσαι (p. 63, l. 1). Voir aussi, Mit (...)
  • 145 Des maisons à louer et un entrepôt de blé situés en dehors des murailles de Constantinople, près d (...)
  • 146 Koutoulos est sans doute l’actuel Kurtulus, un quartier d’Istanbul. Sur cette forteresse, voir TIB(...)
  • 147 Iorga, Notes et extraits, t. 1, p. 71 : [7 décembre, 1401] ipse testis fuit missus in Grecia, ad q (...)
  • 148 Sphrantzès VII § 2, p. 165.
  • 149 Cf. Barker, Manuel II, p. 352, n. 99. En effet, en 1403, Clavijo dit que de Constantinople au terr (...)

76Les villes de la côte de la mer de Marmara donnaient aux Byzantins la capacité de contrôler une bande de terre allant de Panidos jusqu’à Constantinople, mais dont la profondeur devait toutefois être assez réduite143. Dans ce territoire, quelques grands propriétaires firent à cette époque bâtir (ou restaurer) des tours pour assurer la sécurité de leurs domaines : ce fut par exemple le cas du patriarcat qui ordonna la construction d’une tour dans son village d’Oikouménon144. Plus proche de Constantinople, quelques châteaux protégeaient la banlieue de la capitale. Il y avait alors à l’époque des maisons, des entrepôts marchands et même des institutions religieuses situés près de la Corne d’Or, en dehors des murailles145. À peine à 2 km vers l’intérieur, l’État avait fait bâtir une forteresse appelée Koutoulos146. Ce château joua un rôle important dans la défense de l’arrière-pays de la capitale ; peu avant 1401, lors du premier siège ottoman de Constantinople, il tomba aux mains de Bayezid Ier147. Il revint sous l’autorité byzantine au début du xve siècle, après le traité de Gallipoli (1403)148. Il servait peut-être à délimiter la frontière occidentale entre Byzantins et Ottomans149.

  • 150 Lampros, Ὑπόμνημα, Néos Hell. 7, 1910 p. 362 : Post Constantinopolim in parte occidentali Greci no (...)

77C’était la possession de ces places fortes et de ces forteresses qui rendait effective la domination byzantine sur son territoire en Thrace. Une description d’un auteur latin anonyme datant de l’an 1437 rend compte de la situation précaire du contrôle impérial sur les alentours de Constantinople. Elle précise que depuis Constantinople les Byzantins contrôlaient en temps de paix un territoire qui pouvait être parcouru à cheval en huit jours dans sa longueur et en deux jours à peine dans sa largeur, mais qu’en temps de guerre les Byzantins ne possédaient que les villes et les « forteresses maritimes », puisque les Turcs occupaient le reste du pays150.

  • 151 Clavijo, p. 150 (« Un poco adelante, pasaron cerca de dos castillos que están en dos oteros que es (...)

78Malgré les efforts déployés par les Byzantins, les fréquents raids lancés par les Ottomans contre les alentours de la capitale ainsi que le siège dirigé par Bayezid Ier (1394-1402) endommagèrent considérablement l’état des fortifications qui en protégeaient l’arrière-pays. Le témoignage de l’ambassadeur castillan González de Clavijo, qui séjourna à Constantinople en novembre 1403, rend compte du mauvais état des places fortes et des tours situées dans les environs de la capitale impériale151.

79La volatilité du contrôle byzantin en Thrace affecta l’état de l’agriculture. La proximité des Ottomans et l’absence d’une barrière naturelle entre les deux territoires dut rendre difficile la mise en culture des champs. Cette situation était funeste pour les grands propriétaires et les communautés rurales de la région qui subissaient continuellement les raids des Turcs. D’autres régions de l’Empire étaient plus préservées, comme les îles du nord de l’Égée. Néanmoins, des travaux de fortification furent là aussi entrepris, car leurs habitants devenaient souvent la proie des pirates.

Les travaux de fortification de l’île de Lemnos

  • 152 Voir par exemple l’acte Lavra III, no 127 de 1346, qui dit que « les moines du monastère impérial (...)

80La fortification de Lemnos est assez bien connue grâce à la documentation conservée dans les archives athonites. Cette île, dont on a brièvement évoqué l’importance pour l’Empire dès le milieu du xive siècle en raison de sa valeur agricole, avait déjà fait l’objet d’attaques turques dans les années de la deuxième guerre civile. Leurs effets ont pu être dévastateurs, car on relève alors de nombreux dégâts soufferts par les propriétés foncières de l’île152.

81Le modelé de Lemnos n’est pas très accidenté, ce qui favorise certes les activités agricoles, mais laisse aussi le territoire sans aucune défense naturelle face à la piraterie. Les plages de la côte offrent en effet de bonnes conditions pour l’accostage et les plaines de la partie centrale de l’île facilitent les communications. C’est pourquoi, lorsque l’on décida de fortifier l’île, un réseau de tours de guet et de fortifications rurales fut mis en place.

  • 153 La date de l’arrivée d’Astras à Lemnos peut être déterminée avec une certaine précision. Après son (...)
  • 154 Outre le kastron de Myrina, qui date de la première moitié du xiiie siècle, on connaît l’existence (...)
  • 155 Lavra III, no 127, l. 4-8 : εὐεργετηθῶσι τὸ ἐν τῆ νήσω Λήμνω παλαιοκάστελλον τὸ λεγόμενον τοῦ Κοντ (...)

82Les travaux de fortification de Lemnos furent entrepris pour la plupart à l’époque du gouvernement du mégas stratopédarchès Géôrgios Synadènos Astras, dont on a retracé la carrière153. Toutefois, quelques initiatives avaient été déjà prises durant la période antérieure154, en particulier à l’époque de la deuxième guerre civile lorsque fut restauré le château de Kontéas, dans la partie méridionale de l’île. En 1346, l’empereur Jean V avait accordé au monastère de Lavra ce château, appelé à l’époque palaiokastellon, c’est-à-dire « château abandonné », avec la terre de Trachysana qui l’entourait et faisait partie d’un domaine (zeugèlateion) impérial. L’acte de donation de Jean V dit que les moines devaient remettre le palaiokastellon en état et y établir des hommes afin de contribuer à la défense de l’île155. Cette donation était intervenue à un moment particulièrement délicat de la confrontation entre Jean V et Kantakouzènos, ce qui pourrait suggérer qu’elle représentait un enjeu politique.

  • 156 Kydônès, Correspondance II, p. 799-11 (lettre L46/T44).
  • 157 Un arsenal semble avoir existé dans l’île dès le début du xie siècle : cf. Malamut, Îles, p. 601.

83Ce fut néanmoins à partir de l’arrivée d’Astras que les travaux de fortification se multiplièrent à Lemnos. Kydônès y fait allusion dans une lettre qu’il lui adressa au début de son mandat (1358/1359) : « Maintenant, tu visites ses ports et tu fais construire des forteresses sur les hauteurs, tu converses avec les constructeurs de bateaux et tu rassembles une armée. Tu rivalises ainsi avec Chypre, et la Sicile, ou devrais-je dire avec la Bretagne, afin de rendre l’île impressionnante156. » Les allusions de Kydônès à l’érection de forteresses sur des points élevés de l’île et à l’attention portée par Astras aux ports ainsi qu’à la construction de bateaux sont très significatives des efforts de ce dernier pour renforcer la situation de Lemnos157. Les actes athonites corroborent de leur côté son activité telle qu’elle est évoquée par Kydônès.

  • 158 Vatopédi II, no 114 : ἀνεγείρω καὶ ἀνοικοδομήσω καὶ πῦργον εἰς ἀσφάλειαν τοῦ ἐκεῖσε χωρίου (l. 25) (...)
  • 159 C’était l’une des clauses de la donation de la tour de Moudros à Vatopédi par Astras : μέχρις ἂν ἐ (...)
  • 160 Vatopédi II, no 118, voir en particulier l. 8-10.
  • 161 Vatopédi III, no 165 (1387), l. 17 : εἰς τὸ χωρίον τὸ Μοῦνδρος πῦργον […] μετ᾽αὐλῆς ὡς καστέλλιον

84En juillet 1359, Astras établit un acte en faveur de Vatopédi, par lequel, outre quelques bénéfices fiscaux et la donation d’une terre, il mit le monastère en possession d’une tour qu’il avait fait construire pour protéger le village de Moudros158. Cette tour était située dans les environs du centre urbain. Sa localisation peut être précisée car des restes en sont encore repérables aujourd’hui. L’acte signale que, tant qu’Astras resterait en poste à Lemnos, la possession de la tour de Moudros devrait être partagée entre lui et le monastère, mais qu’après la fin de son mandat, elle deviendrait l’entière propriété des moines159. Toutefois, dans un chrysobulle de juillet 1362, à une époque où Astras était encore gouverneur de l’île, la tour de Moudros apparaît déjà comme la propriété des seuls moines, à titre patrimonial (κατὰ λόγον γονικότητος)160. Il faut donc supposer qu’entre 1359 et 1362, Astras changea les conditions de sa donation et qu’il décida finalement d’abandonner la pleine possession de la tour de Moudros à Vatopédi. Par la suite, les moines poursuivirent les travaux de fortification en accolant à la tour une cour fortifiée à l’intérieur de laquelle ils installèrent des maisons pour les paysans qui travaillaient dans leurs domaines. Ce bâtiment fortifié reçut le nom de kastellion161.

  • 162 Lavra III, no 141.
  • 163 Voir Lavra IV, p. 146.
  • 164 Kydônès, Correspondance I, p. 14626-27 (lettre L108/T55) : τὰ νῦν περὶ τὴν Λαύραν σοι πεπραγμένα. (...)

85Dans un autre chrysobulle de 1362, Jean V accorda à Astras le droit de faire construire une tour dans la presqu’île de Phakos, au sud de l’île, et de lui adjoindre une terre et des droits, afin de constituer un domaine, et ensuite d’en faire don à un monastère de l’Athos pour le salut de son âme162. La présence de ce chrysobulle dans les archives de Lavra fait supposer qu’Astras fit donation de la tour de Phakos à ce monastère, peut-être peu de temps après, même si aucun acte de Lavra n’en parle par la suite163. Notons qu’à la même époque, Kydônès écrivit au gouverneur de Lemnos pour le remercier d’une donation qu’il avait faite à Lavra afin d’intéresser son higoumène à la cause du frère de Kydônès, Prochoros, moine dans ce monastère, qui était en conflit avec une partie de la hiérarchie ecclésiastique en raison de son opposition aux thèses de Palamas164.

  • 165 La ville byzantine de Kastron s’appelle aujourd’hui Myrina, qui avait été son nom dans l’Antiquité (...)
  • 166 Kotzinos est située dans la partie septentrionale de l’île, au fond de la baie de Bournia. Kritobo (...)

86Outre la construction de tours dans la campagne, Astras entreprit des travaux de fortification dans les deux principales villes de l’île : Kastron (ou Palaiokastron) et Kotzinos. Ces agglomérations étaient constituées d’une ville basse, appelée emporion, et d’une acropole désignée comme le kastron et où résidaient les autorités urbaines et les membres de l’oligarchie. On connaît peu de choses sur l’histoire de ces villes avant le milieu du xive siècle. Kastro avait toujours été le principal centre urbain de Lemnos, ses fortifications dataient du début du xiiie siècle, lorsque l’île passa pour plus d’un demi-siècle sous domination latine165. Kotzinos n’est pas devenu un centre important avant le xive siècle, grâce au transfert de la population de l’ancienne Éphestia166.

  • 167 L’acte est conservé dans le folio 135v d’un manuscrit du xve siècle de la bibliothèque de Vienne ((...)
  • 168 Lavra III, App. XIV, l. 5-9 : ὁ περιπόθητος θεῖος τῆς βασιλείας μου κῦρις Μακάριος Γλαβὰς ὁ Ταρχαν (...)
  • 169 Ibid., l. 9 : εἴς τε σανίδια καὶ ἑτέραν ξυλὴν καὶ πρὸς τούτοις δώσητε αὐτῶ τεχνίτας δύο.

87En mai 1361, l’empereur Jean V écrivit aux higoumènes des monastères athonites, en particulier à ceux de Vatopédi et de Lavra, leur enjoignant de collaborer aux travaux de reconstruction et de fortification dans les deux villes de l’île167. L’empereur informa les moines qu’il allait envoyer son « oncle » (theios) kyr Makarios Glabas Tarchaneiôtès pour superviser les travaux et que les dépenses incomberaient au trésor impérial (bestiarion)168. Il demandait cependant aux moines de fournir des planches en bois et d’autres matériaux et de procurer le service de deux artisans jusqu’à la fin des travaux169. La lettre impériale ne mentionne pas Astras, mais on doit supposer, compte tenu de la chronologie, qu’il joua aussi un rôle dans cette entreprise.

  • 170 Voir Haldon, Limnos, p. 200, et Docheiariou, p. 301-303.
  • 171 Avant 1394, le monastère athonite du Pantokratôr fit construire une tour dans son domaine d’Anô Ch (...)
  • 172 Par exemple, en 1442, la forteresse de Kotzinos, alors sous le commandement du futur empereur Cons (...)
  • 173 Cf. infra, p. 169-173.
  • 174 Buondelmonti, Liber insularum, p. 53.
  • 175 E. Armao, In giro per il mar Egeo con Vincenzo Coronelli, Florence 1951, p. 61.

88L’ensemble des actes conservés est sans doute loin de faire l’inventaire complet de toutes les tours et fortifications élevées à Lemnos à l’époque byzantine. La toponymie de l’île rend compte par exemple des nombreux lieux appelés Kastro qui pourraient également témoigner de la présence d’une tour ou d’un château, dont certains au moins pourraient dater du mandat d’Astras ou de la période ultérieure170. En effet, après le départ d’Astras, les gouverneurs successifs de l’île poursuivirent la construction de fortifications, avec le concours des grands propriétaires171. Lemnos devint ainsi un territoire bien fortifié, à l’abri des attaques ennemies172. La croissance démographique que connaît l’île entre la seconde moitié du xive et la première moitié du xve siècle constitue une preuve de cette stabilité173. Le prêtre italien Cristoforo Buondelmonti, qui visita les îles grecques entre 1415 et 1420, a laissé une description de Lemnos où il constate sa prospérité : « [Cette île] se trouve en mer Égée et est entièrement plate et a un périmètre de cent milles. Les golfes et des ports y sont excellents et plusieurs villes y sont habitées174. » D’autres Occidentaux ont aussi signalé les fortifications de l’île. Au xviie siècle par exemple, Vincenzo Coronelli (ca 1690) parle de « molti buoni castelli »175.

  • 176 Piri Reis, Kitab-ı Bahriye, éd. E. Zekâi Ökte, Istanbul 1988, p. 50. Traduction empruntée à Lowry, (...)
  • 177 Sathas, Documents inédits, t. 7, p. 218.
  • 178 Lowry, Limnos, p. 34.

89Toutefois, il semble qu’à partir de la prise définitive de Lemnos par les Ottomans en 1479, l’état des fortifications de l’île se soit considérablement dégradé. Au début du xvie siècle, le cartographe turc Piri Reis (1521) écrivait que « l’île possède trois châteaux. Or deux sont à présent en ruines et le troisième abandonné, celui que les infidèles [c’est-à-dire les chrétiens] appellent Palaiokastro176 ». Un récit anonyme vénitien, reproduit au xvie siècle par l’annaliste Stefano Magno, raconte qu’après 1479 le sultan Mehmed II fit démolir toutes les fortifications de l’île177. Heath Lowry a néanmoins contesté l’historicité de ce témoignage et constate, à la lumière des registres ottomans, que la destruction des fortifications dut avoir lieu sous le règne de Bayezid II (1481-1512) et qu’elle n’affecta probablement que le kastron de Kotzinos, puisque la forteresse de Palaiokastron est toujours mentionnée dans les sources ultérieures et reste même aujourd’hui en bonne partie encore visible178. La fin de la guerre avec Venise et le début de la pax ottomanica ont dû rendre moins indispensable le maintien de telles fortifications, avec les dépenses qu’elles impliquaient.

Thessalonique, dernier bastion byzantin en Macédoine

  • 179 Sur le contexte politique de la Macédoine dans le troisième quart du xive siècle, voir supra, p. 1 (...)
  • 180 Bakirtzis, Urban Continuity, p. 62-63 (avec bibliographie).

90Malgré le climat de relative accalmie prévalant en Macédoine après la deuxième guerre civile, les murailles de Thessalonique durent résister à plusieurs attaques ennemies ; la plus importante fut certainement le blocus dirigé par le Serbe Uglješa vers 1365179. La presque totalité de l’arrière-pays échappa alors au contrôle des Byzantins. La possession de cette ville conférait toutefois encore à l’Empire une emprise considérable sur le territoire, surtout du point de vue des échanges commerciaux. La ville servait aussi de refuge aux populations paysannes des alentours et ce fut grâce à la possession de Thessalonique que les Byzantins furent capables de reconquérir une partie de la Macédoine au lendemain de la bataille de la Maritza (septembre 1371). De plus, Thessalonique continuait à exercer un rôle prépondérant sur la vie religieuse de la région, en dépit de l’influence croissante du Mont Athos sur les pays au sud des Balkans. Plusieurs communautés abandonnèrent leurs monastères ruraux à cette époque d’insécurité dans les campagnes et trouvèrent refuge à l’intérieur des murs de Thessalonique180. Durant la seconde moitié du xive siècle, deux importantes institutions religieuses furent fondées dans la ville : le monastère des Blatades et la Néa Monè.

  • 181 Sur les murailles de Thessalonique, voir entre autres Tafrali, Topographie de Thessalonique, p. 30 (...)
  • 182 L’Heptapyrgion fut considérablement remodelé après la seconde conquête turque de la ville en 1431 (...)
  • 183 Avant la Quatrième croisade, Thessalonique tomba deux fois entre les mains de l’ennemi : en 904 el (...)
  • 184 Pour un recueil des inscriptions conservées sur les murailles de Thessalonique, voir Spieser, Insc (...)
  • 185 Spieser, Inscriptions de Thessalonique, no 23, p. 170-171. L’inscription mentionne le πανσέβαστος (...)
  • 186 P. N. Papagéorgiou, Θεσσαλονίκης ΑΚΠΛ, Μακεδονικόν Ἡμερολόγιον 6, 1913, p. 23-25, avait transcrit (...)

91Thessalonique disposait de l’un des appareils défensifs les plus impressionnants des Balkans à cette époque. Elle avait été fortifiée durant le Bas-Empire romain : la première muraille, datant du iiie siècle, fut remplacée par une nouvelle enceinte plus solide à la fin du ive siècle afin de protéger la ville des attaques des Goths181. Cette muraille entourait la ville même du côté de la mer. La partie haute était couronnée par une forteresse, appelée Heptapyrgion, qui protégeait l’acropole182. Grâce à ses murailles, Thessalonique supporta de nombreux sièges183. Quelques inscriptions conservées rendent compte de travaux de réparation tout au long de la période byzantine184. À l’époque des Paléologues, une inscription de 1316 atteste par exemple certains travaux sur la muraille maritime185. Le monogramme d’Andronic III sur l’une des tours reliant l’acropole à la ville témoigne vraisemblablement de réparations réalisées durant le règne de cet empereur186.

92Dans les premières années du règne de Jean V, les travaux de fortification se poursuivirent, comme le montre une inscription portant la date de 1355-1356, c’est-à-dire à l’époque du gouvernement d’Anne de Savoie (1351-1365). Cette inscription parle de la construction d’une porte de la muraille, dans la partie située près de l’acropole :

  • 187 Cette inscription a été éditée plusieurs fois ; l’édition la plus récente est celle de Spieser, In (...)

La présente porte a été construite sur l’ordre de notre puissante et sainte maîtresse et impératrice, kyra Anna Palaiologina, alors que Iôannès Chamaétos Kou[talès ?] exerçait la charge de kastrophylax, en l’année 6864, indiction 9187.

  • 188 Voir infra, n. 192.

93Cette porte est située au sud-est de l’acropole, à quelques mètres à l’ouest de la tour appelée Trigonion. Sa proximité avec la partie des murailles réparée à l’époque d’Andronic III fait penser qu’il pourrait s’agir là de tout un secteur de l’enceinte situé entre la ville et l’acropole, qui fit l’objet d’importants travaux de rénovation dans les années centrales du xive siècle. Il s’agit en effet de l’un des points les plus vulnérables de la muraille ; c’est là que Murad II devait lancer son assaut final contre la ville en 1430188.

94Quelques années plus tard, durant le gouvernement du despote Manouèl (futur empereur Manuel II), entre 1368 et 1373, d’autres travaux de fortification furent accomplis. Une inscription atteste la construction d’une tour dans le mur nord de la ville :

  • 189 Cette inscription a été publiée par Duchesne, Bayet, Mémoire, no 107, et Tafrali, Topographie de T (...)

Par le pouvoir du très puissant despote Manouèl, Géôrgios Doukas Apokaukos a construit cette tour avec le mur depuis les fondations ; par le pouvoir du très puissant Manouèl189.

  • 190 Plusieurs sources emploient le terme « château » pour désigner le monastère de Chortaïtès : ASV, S (...)
  • 191 Sur l’emplacement du monastère de Chortaïtès, voir Dennis, The Reign of Manuel II, p. 75-76. Une p (...)
  • 192 Bakirtzis, Urban Continuity, p. 62-63 : « The Chortiates monastery on Mount Chortiates, which is me (...)
  • 193 Iviron II, no 52 (1104), l. 384, et Iviron III, no 76 (vers 1320). Voir aussi l’introduction d’Ivi (...)

95Près de Thessalonique se trouvait le monastère-forteresse de Chortaïtès, qui joua un rôle important dans la défense de la ville190. L’emplacement de ce monastère n’est pas assuré. Traditionnellement, on l’a localisé sur les flancs du mont Chortiatès, à une dizaine de kilomètres au sud-est de Thessalonique191. Toutefois, dans un article de 2003, Charalambos Bakirtzis a proposé de le situer plus près de la ville, sur les collines qui s’étendent au nord-est de celle-ci192. Plusieurs actes tirés des archives d’Iviron contredisent néanmoins l’hypothèse de Bakirtzis et invitent à revenir à l’ancienne localisation, dans la région du mont Chortiatès. Ces actes révèlent aussi que ce monastère possédait à l’intérieur de la ville un métoque et des biens dont certains étaient contigus à la muraille est193.

  • 194 Dennis, The Reign of Manuel II, p. 76, souligne que le début du siège de Thessalonique par les Ott (...)
  • 195 Des restes d’un aqueduc, de moulins et d’un canal d’irrigation sont encore visibles sur les flancs (...)
  • 196 Il s’agissait de moines du monastère des Blatades : Sathas, Μεσαιωνικὴ βιβλιοθήκη, t. 1, p. 257.

96L’importance de ce monastère résidait non seulement dans le fait qu’il s’agissait d’un fort situé à proximité de la ville, la clef qui ouvrait l’ager Thessalonicensis194, mais aussi dans la protection qu’il assurait au principal aqueduc approvisionnant la population en eau195. On ne sait pas si les Byzantins continuèrent à le contrôler à l’époque de la seconde domination serbe en Macédoine (1356-1371). Quoi qu’il en soit, il était repassé sous contrôle byzantin après le traité byzantino-turc de 1403 et semble avoir joué un rôle important dans la dernière époque byzantine de la ville. En 1430, quelques moines thessaloniciens conseillèrent à Murad II, s’il voulait prendre la ville, alors sous domination vénitienne, de conquérir d’abord le monastère de Chortaïtès et de couper ainsi le ravitaillement en eau de la population196.

  • 197 Sur le monastère des Blatades, voir Janin, Grands centres, p. 356-358.
  • 198 Voir G. Theocharidès, Οἱ ἱδρυταὶ τῆς ἐν Θεσσαλονίκῃ μονῆς τῶν Βλατάδων dans Πανυγυρικὸς Τόμος … Γρ (...)

97La défense de Thessalonique était en effet étroitement liée au fonctionnement des aqueducs et des citernes qui approvisionnaient la ville. Durant la seconde moitié du xive siècle, ces infrastructures firent l’objet de travaux d’entretien. Par exemple, vers 1360 trois citernes furent aménagées dans la cour du monastère du Pantokratôr, dit des Blatades, fondé par les frères Dôrothéos et Markos Blatès dans la partie nord de la ville197. Des fouilles archéologiques ont montré que c’était l’aqueduc venant du mont Chortiatès qui alimentait les citernes du couvent des Blatades198.

98Le rôle de cette institution religieuse dans l’approvisionnement en eau de la ville pourrait surprendre puisque cette tâche incombait en principe aux autorités urbaines. Toutefois, on a déjà souligné que, loin d’être séparées par une frontière étanche, les compétences de l’État et celles de l’aristocratie et de l’Église se chevauchaient. La construction du monastère des Blatades, à l’initiative de deux aristocrates, était aussi une contribution à la défense de la ville ; on notera d’ailleurs qu’il se situe près du secteur des murailles réparé sous les règnes d’Andronic III et d’Anne de Savoie. L’implication des institutions religieuses dans la défense du territoire est également attestée pour d’autres régions. On a vu par exemple le cas de la restauration du château de Kontéas, situé à Lemnos, par le monastère de Lavra, ainsi que celui des travaux dans la tour de Moudros accomplis par Vatopédi. Ces fortifications servaient aussi à protéger les côtes de Lemnos et offraient un refuge aux populations paysannes des environs. Il semble que la participation à la défense de l’Empire était devenue obligatoire pour l’ensemble de la population et que chacun devait y contribuer selon ses moyens.

Les sources de financement des travaux de fortification

  • 199 Sur la kastroktisia, voir l’étude fondamentale de S. Troianos, Καστροκτισία. Einige Bemerkungen üb (...)
  • 200 Pour les actes postérieurs à 1355, je n’ai trouvé qu’une seule attestation du terme kastroktisia, (...)

99La mise en place d’une fiscalité spécifique visant à financer les travaux de fortification dans les villes et dans les campagnes est attestée par de nombreuses sources. À Byzance, l’obligation fiscale de collaborer à la défense de l’Empire existait de longue date. Le devoir pour tous les contribuables d’aider à la construction ou à l’entretien des forteresses s’appelait la kastroktisia199. Cette charge existait déjà à l’époque mésobyzantine, lorsqu’elle revêtait la forme d’une corvée ; à partir du xiie siècle, elle prit la forme d’un impôt extraordinaire, versé en espèces. La kastroktisia apparaît souvent dans les actes de la seconde moitié du xiiie et de la première moitié du xive siècle, mais cette fois en tant que redevance régulière et non plus exceptionnelle, dont certains privilégiés étaient exemptés. Toutefois, à partir du milieu du xive siècle, le terme disparaît presque complétement de la documentation200.

  • 201 Ce chrysobulle de l’empereur Jean VIII délivré en octobre 1428 confirmait la pronoia de Pléthon (L (...)
  • 202 Il s’agit de l’argyrobulle du 202. despote Théodôros Palaiologos de novembre 1427 (LPP IV, p. 104- (...)

100La disparition du terme kastroktisia ne signifie pas que l’État ait renoncé à lever des taxes pour le financement des travaux de fortification. Dans un acte de 1428, l’empereur Jean VIII confirme à Géôrgios Gémistos Pléthon la possession de deux villages (Phanarion et Brysis) dans le Péloponnèse, avec tous leurs revenus, à l’exception des « képhalaia qui sont et seront fixés pour l’Hexamilion » (il s’agit là de la fortification qui protégeait l’entrée de l’isthme de Corinthe)201. Plusieurs historiens ont identifié ces képhalaia à la taxe appelée phlôriatikon qui est mentionnée dans les autres actes du dossier concernant Pléthon. Ces actes reprennent le dispositif de l’acte de 1428 mais, au lieu de se référer aux képhalaia, ils mentionnent un impôt appelé phlôriatikon et consacré également aux travaux de l’Hexamilion202.

  • 203 MM V, p. 174-175.

101Par ailleurs, un acte de 1442, délivré par le despote Théodôros Palaiologos, à l’époque gouverneur du Péloponnèse, établit que le revenu de l’abiôtikion (part de l’héritage perçue par le fisc lorsque les défunts mouraient intestats) devait être consacré à la reconstruction et fortification du kastron de Monemvasie203.

  • 204 Cf. Branousès, Institutions, et Bartusis, State Demands, p. 206-207.
  • 205 LPP IV, p. 190-191.

102La comparaison entre le chrysobulle de Jean VIII de 1428 en faveur de Pléthon et cet acte du despote Théodôros pour les habitants de Monemvasie a servi de base à certains historiens qui proposent l’identification entre le phlôriatikon et l’abiôtikion, parce que les deux taxes étaient collectées pour la reconstruction de l’Hexamilion204. Toutefois, le contenu d’un autre acte concernant le Péloponnèse permet de nuancer cette interprétation. En 1450, le despote Dèmètrios Palaiologos, qui gouvernait à l’époque une partie de la péninsule, délivra une nouvelle ordonnance en faveur des habitants de Monemvasie, les exemptant non seulement de l’abiôtikion, mais aussi du kommerkion et des autres droits qui étaient perçus, dit l’acte, pour les travaux des murailles de leur kastron205. Cet acte montre qu’outre l’abiôtikion et le phlôriatikon, le revenu d’autres impôts, comme le kommerkion, pouvait être affecté aussi au financement des travaux de fortification. En d’autres termes, au xve siècle l’État avait abandonné la perception d’un impôt spécifique consacré aux fortifications, comme cela avait été le cas de la kastroktisia, et avait décidé d’affecter à ces dépenses les revenus de diverses taxes qui, en principe, n’avaient rien à voir avec la défense du territoire. Ce changement doit sans doute s’expliquer par une forte augmentation des coûts liés à la construction des forteresses, pour lesquels l’ancienne fiscalité était devenue insuffisante. Cela expliquerait d’ailleurs pourquoi l’acte de Jean VIII de 1428 emploie le pluriel, képhalaia, pour parler des impôts destinés au financement de l’Hexamilion.

103La part des revenus fiscaux destinée aux travaux de fortification devait varier selon les époques et les besoins. L’acte du despote Théodôros de 1442 pour Monemvasie ne parle que de l’abiôtikion, alors que celui de son frère Dèmètrios de 1450 nomme aussi le kommerkion, une taxe grevant les échanges commerciaux, qui était devenue très importante à l’époque tardive, surtout dans une ville comme Monemvasie, un des principaux ports de l’Empire.

  • 206 Vatopédi II, no 114.
  • 207 Ibid., l. 47-50 : ὅσοι προσκαθήμενοι ἔλθωσιν εἰς τὸν τόπον ὃν ἀρτίως ἔλαβον οἱ τιμιώτατοι μοναχοὶ τ (...)

104Bien que nous soyons ici en présence de plusieurs actes accordant des exemptions fiscales, la dispense des taxes affectées à la défense devait être plutôt inhabituelle. Rappelons par exemple que, des revenus fiscaux abandonnés à Pléthon et à ses enfants, l’État avait spécifiquement exclu les redevances versées au titre des képhalaia pour l’Hexamilion. La même prudence s’observe dans un acte du gouverneur de Lemnos, Géôrgios Synadènos Astras, daté de juillet 1359, en faveur de Vatopédi206. Outre la donation de quelques parcelles de terre, Astras y octroyait des privilèges fiscaux pour les paysans que les moines allaient installer sur leur domaine de l’île. Il accordait l’exemption complète de tous les képhalaia levés à l’époque à Lemnos durant la première année, puis il prolongeait ce privilège durant les années à venir, mais à l’exception de l’impôt de la bigla et de la dîme des animaux, qui devaient continuer à être versés au fisc207.

  • 208 Il s’agit de l’ennomion, sur lequel voir infra, p. 493-494.
  • 209 Voir par exemple Iviron III, no 58 (chrysobulle de Michel VIII de 1259), l. 49 ; ibid., no 72 (chr (...)
  • 210 Sur le bigliatikon, voir Lemerle, Karakala, p. 444.
  • 211 Outre l’acte d’Astras pour Vatopédi de 1359, les actes de la période témoignent des réticences de (...)

105Laissons de côté la « dîme des animaux » qui n’a rien à voir avec la défense du territoire208. La bigla en revanche était une redevance due pour le service de guet. Elle est attestée dans les actes de la période des Paléologues, qui l’appellent aussi bigliatikon ou apobiglisis209. Il s’agit de l’ancien service de la garde des fortifications, assuré autrefois par la population et qui s’était transformé en un versement en espèces210. Dans les actes de la seconde moitié du xiiie et de la première moitié du xive siècle, cet impôt fait souvent partie de la liste des taxes dont les grands monastères et autres privilégiés étaient exemptés. Le fait qu’à partir du milieu du xive siècle le bigliatikon ne soit plus mentionné parmi les exemptions fiscales, mais qu’au contraire le fisc soit très attentif à son prélèvement, montre à quel point cet impôt était devenu important dans le financement de la défense du territoire211. Il a dû servir notamment à payer la solde des sentinelles et l’entretien des tours de garde qui protégeaient les campagnes des attaques de l’ennemi.

  • 212 Dans la seconde moitié du xiiie siècle, l’empereur Michel VIII avait accordé des privilèges fiscau (...)

106Au-delà de la mise en place de ces mesures de prélèvement, l’État était également prêt à accorder des franchises à tous ceux qui collaboraient personnellement à la défense du territoire, ceux qui remplissaient des tâches dans les milices locales et ceux qui prêtaient leur concours financier à la construction de nouveaux bâtiments défensifs212.

  • 213 MM II, no 651, p. 501-502 ; voir aussi Darrouzes, Regestes VI, no 3212.
  • 214 MM II, no 651, p. 50113-15 : ἄλλα ἐπ᾽ἄλλοις προεφασίσατο, καὶ δημοσίας ἀπαιτήσεις καὶ ζημίας καὶ σ (...)
  • 215 Hunger, Testament Matthaios I., p. 301.
  • 216 On ne sait pas quel poids accorder aux corvées imposées à la population pour la construction et la (...)

107Le poids de cette fiscalité liée à la défense de l’Empire pouvait être plus ou moins lourd selon les circonstances politiques. Par exemple un acte synodal de mai 1401 témoigne de la charge que représentaient ces impôts pour la population de Constantinople. À cette époque, les moniales du couvent de Magistros à Constantinople portèrent plainte devant le synode contre un certain Géôrgios Eudokimos, car ce dernier refusait de verser le loyer pour un jardin appartenant au monastère213. Eudokimos allégua le manque d’argent puisque des nouvelles taxes avaient été imposées pour la reconstruction des fortifications de la capitale214. Nous sommes là à l’époque du premier siège de Constantinople par les Ottomans (1394-1402) et la survie de l’Empire dépendait alors de la solidité de ses remparts. De même, le patriarche Matthaios Ier dit dans son testament, qui date également de cette époque, que tous les citoyens devaient collaborer aux travaux de réparation des murailles215. Cette collaboration impliquait sûrement outre le versement des taxes extraordinaires, attestées par l’acte de 1401, des corvées216.

108Les exigences du fisc byzantin suscitèrent les protestations d’une partie de la population, en particulier des membres de l’élite sociale, qui voyaient leurs privilèges atteints en raison des besoins de la politique impériale. Ces protestations provoquées par les demandes accrues du fisc feront l’objet d’un chapitre à part.

3. Les efforts pour remettre en exploitation les campagnes

109On a vu que les troubles de la deuxième guerre civile avaient entraîné l’abandon et la ruine de nombreuses zones rurales de l’Empire. Ce fut la conséquence immédiate du passage des armées et de l’irruption de la peste. Cette tendance semble s’être poursuivie durant la seconde moitié du xive siècle, en dépit des efforts de fortification du territoire entrepris par l’État, car les raids des ennemis demeurèrent fréquents, empêchant la mise en exploitation des biens fonciers.

110Afin de remettre en culture les campagnes, l’État byzantin adopta des mesures visant à accroître la main d’œuvre paysanne disponible. Tout d’abord il essaya d’attirer vers les territoires de l’Empire des hommes qui habitaient des régions désormais sous souveraineté étrangère. Ce fut en premier lieu vers les îles du nord de l’Égée, en particulier vers Lemnos, qui avaient été en bonne partie épargnées par les bouleversements de la crise et qui connaissaient encore une certaine stabilité. À partir du début du xve siècle, le contexte politique plus favorable permit d’appliquer cette même politique de transfert de paysans étrangers dans les provinces du continent.

111Outre les transferts de population, l’État procéda aussi à une redistribution des terres abandonnées. Il accorda des terres aux propriétaires qui étaient en mesure de les exploiter, par exemple aux grands monastères athonites, et distribua des lopins au sein de la population paysanne afin d’en assurer la mise en culture. Cette politique de gestion des biens fonciers révèle la forte emprise sur le sol que l’État byzantin détenait à cette époque. Les sources de l’époque montrent aussi que cette politique incluait la confiscation de certains domaines à leurs anciens propriétaires, ainsi que la formation de nouvelles unités de production dirigées par des fonctionnaires publics, appelées zeugèlateia.

Les transferts de population paysanne vers les îles de l’Empire. Le cas de Lemnos

  • 217 Sur les conditions d’occupation des îles à l’époque médiévale, voir P. Horden, N. Purcell, The Cor (...)
  • 218 Pour les îles de l’Égée, voir de manière générale Ahrweiler, Byzance et la mer ; E. Kolodny, La po (...)
  • 219 À propos de la production agricole des îles de l’Égée, voir Thiriet, La Romanie vénitienne, p. 163 (...)

112Le transfert de population vers les îles de l’Égée permit de mettre en exploitation des régions qui avaient connu traditionnellement un faible taux d’occupation217. En effet, c’est une caractéristique structurelle du monde insulaire : les îles, mondes clos, ne bénéficiaient pas, comme le continent, des mouvements migratoires réguliers pour compenser les conséquences d’une mortalité élevée. Une épidémie ou une période de mauvaises récoltes pouvaient effectivement emporter une bonne partie de la population insulaire. Dans les îles de la mer Égée, la situation était encore plus mauvaise, parce que les conditions géographiques et climatologiques étaient peu favorables à l’occupation humaine218 ; au manque d’eau il faut ajouter les conditions difficiles de l’exploitation agricole, dues au modelé de ces îles, souvent trop rocailleuses pour y cultiver aisément la terre. Néanmoins, des travaux d’aménagement du territoire furent entrepris avec grand soin depuis l’Antiquité pour favoriser l’exploitation agricole219.

  • 220 En particulier sur la piraterie turque contre les îles sous domination latine et le commerce des e (...)

113Il faut également tenir compte des conditions particulièrement difficiles du xive siècle en Méditerranée orientale, liées à l’essor de la piraterie à cette époque. Ces attaques contre les côtes provoquèrent la fuite des paysans, mais surtout la capture d’hommes destinés au commerce des esclaves. On retrouve en effet dans les documents d’archives latins de nombreuses attestations d’hommes et de femmes originaires des îles de l’Égée qui étaient vendus sur les marchés d’Asie Mineure220.

114Pour connaître les conditions de la vie paysanne dans les îles byzantines, les actes que nous avons conservés sont en nombre très réduit et ils ne concernent en réalité pratiquement qu’un seul cas, celui de Lemnos. De plus, il s’agit exclusivement d’actes conservés dans les archives athonites, qui ne parlent donc que de biens monastiques. Malgré ces limitations, ce corpus est relativement abondant si l’on compare avec d’autres régions de l’Empire à d’autres époques ; l’île de Lemnos, on l’a dit, constitue un excellent champ d’étude de la société paysanne byzantine durant la période tardive.

  • 221 La plupart des historiens sont en effet d’accord sur le fait que Lemnos était peu peuplée à l’époq (...)
  • 222 Un praktikon de 1348 pour Vatopédi (Vatopédi II, no 98) et un autre de 1355 pour Lavra (Lavra III, (...)
  • 223 Par exemple, les actes de Dionysiou, nos 21 (peu avant 1425) et 25 (1430) rendent compte de plusie (...)
  • 224 Les actes relatifs au domaine foncier de Patmos à Lemnos montrent que, entre la fin du xiiie siècl (...)

115Plusieurs historiens ont parlé de la faiblesse démographique de Lemnos au Moyen Âge221, en particulier à partir du milieu du xive siècle, en raison des nombreuses allusions dans les sources aux tenures abandonnées222 et aux parcelles singulièrement étendues223. Ce sont deux indices qui donnent certes l’impression d’une occupation lâche du sol. Je préfère néanmoins rester prudent quant aux estimations sur la population de l’île. Il convient de noter, par exemple, que Lemnos comptait à l’époque trois villes d’une certaine importance (Myrina, Kotzinos et Moudros) et un réseau plutôt dense de villages, ce qui implique un certain poids démographique. De même, quelques éléments sur le niveau d’exploitation de l’île indiquent qu’à cette époque les domaines agricoles comptaient un nombre considérable de cultivateurs224. Enfin, l’étendue assez élevée des parcelles pourrait simplement répondre à un certain niveau d’aisance des paysans et/ou au type de culture.

  • 225 La faible densité démographique de Lemnos pourrait expliquer l’essor de l’élevage au xve siècle (v (...)

116Pour autant, il ne s’agit nullement de suggérer à l’inverse une occupation élevée du sol. Lemnos était sans doute, comme d’autres îles de l’Égée, une région assez peu peuplée, relativement peu mise en valeur, mais quand même fort loin d’être déserte225. Il faut avant tout souligner que la mise en œuvre, à partir du milieu du xive siècle, de quelques initiatives visant à l’installation de paysans permit d’augmenter la main d’œuvre disponible et d’exploiter un plus grand nombre de terres. De même, les conditions favorables à la mise en culture de l’île, grâce à sa stabilité politique et à ses caractéristiques géographiques, contribuèrent à l’accroissement de l’activité agricole durant cette période.

  • 226 Kantakouzènos I § 51 ; I, p. 2594-10. Il est peut-être question de la terre donnée à ces Coumans à (...)

117Avant de poursuivre, rappelons que le transfert d’hommes du continent vers les îles byzantines ne fut pas un phénomène exclusif de la seconde moitié du xive siècle : vers 1327, par exemple, lorsque s’acheva la phase initiale de la première guerre civile, l’empereur Andronic II ordonna l’installation de deux mille Coumans de Thrace dans les îles de Lemnos, Thasos et Lesbos226. Il s’agissait sans doute de troupes auxiliaires de l’armée byzantine qui avaient servi pendant le conflit et qui n’avaient alors plus d’occupation. Elles furent employées comme main d’œuvre pour travailler la terre. Un autre indice du transfert de population est fourni par l’étude de l’anthroponymie dans les actes de la pratique, qui témoignent, dès la fin du xiiie siècle, de la présence d’étrangers à Lemnos. Toutefois, le nombre de ces émigrés semble avoir été plutôt restreint et leur impact sur la mise en exploitation du territoire dut être beaucoup moins important que durant la période ultérieure.

  • 227 Vatopédi III, no 161. Sur la tour de Moudros, cf. supra, p. 156.
  • 228 Ibid., no 161, en particulier l. 6 : ἀλλὰ δὴ καὶ μετὰ τῶν ἄλλων τῶν ἐσυστερον μετωκισθησομένων ἐκε (...)
  • 229 Vatopédi III, no 165, l. 61 : ἀπὸ τῶν ἐν τῆ δύσει μετοχίων αὐτῶν ἢ καὶ ἀλλαχόθεν.

118Du transfert de paysans du continent à Lemnos durant la seconde moitié du xive siècle témoigne un chrysobulle de mai 1380 délivré par Jean V en faveur du monastère de Vatopédi. Par cet acte, l’empereur confirme aux moines de ce monastère leurs droits sur le village de Moudros, sur les paysans qu’ils y avaient installés (proskathèménoi), ainsi que sur la tour qu’ils avaient fait construire pour protéger leur bien227 ; mais surtout, il leur accorde la permission de faire venir à Lemnos des hommes venant de leurs autres métoques228. Un praktikon délivré quelques années plus tard, en 1387, précise qu’il s’agissait de métoques situés dans l’Occident sur le continent229.

119C’est la première fois que l’on fait allusion à cette époque de manière explicite au transfert d’hommes depuis le continent vers les îles. On notera d’ailleurs que pour installer de nouveaux paysans, les grands propriétaires avaient besoin de l’autorisation impériale. Toutefois, dès le milieu du xive siècle, les gouverneurs byzantins avaient déjà adopté quelques mesures pour faciliter l’installation de main d’œuvre productive dans l’île.

  • 230 Vatopédi II, no 114. Sur cet acte, voir supra, p. 164-165.

120En 1359, un acte de Géôrgios Astras – tiré lui aussi des archives de Vatopédi et déjà signalé – prévoyait des exemptions fiscales pour les paysans que les moines allaient installer sur leur domaine de Moudros. Astras, gouverneur de l’île à l’époque, avait exempté les paysans nouveaux venus du paiement de tous les impôts pendant la première année et de toutes les taxes à l’exception de celle de la bigla dans les années à venir230. Cet acte, antérieur de quelques années au chrysobulle de 1380, ne spécifie pas l’origine des paysans que Vatopédi devait installer à Moudros, s’ils devaient venir du continent ou des autres îles voisines, pas plus que leur statut social.

  • 231 Voir les exemples cités dans les notes suivantes.
  • 232 On retrouve dans certains actes le terme xénochôritai pour désigner les paysans qui n’habitaient p (...)

121D’autres actes du troisième quart du xive siècle sont en revanche plus précis sur cette question du statut des paysans installés à Lemnos. Ils les qualifient souvent « d’étrangers et d’inconnus du fisc » (ξένοι καὶ τῶ δημοσίω ἀνεπιγνώστοι)231. Cette formulation, dont on a eu l’occasion de parler brièvement à propos de la mise en exploitation des biens des pronoïaires durant la première moitié du xive siècle, signifie qu’il s’agissait de paysans qui n’étaient pas inscrits sur le rôle du fisc ou sur le praktikon d’un autre propriétaire, c’est-à-dire des paysans qui ne versaient rien à l’État au titre de l’impôt et qui ne travaillaient pas les terres d’un autre propriétaire (soit à titre de locataire soit comme salarié). Le terme « étranger » signifiait en principe qu’il s’agissait de paysans non inscrits dans les actes de recensement, peut-être parce qu’ils venaient d’une autre région232. À Lemnos ce fut souvent le cas, surtout à partir du dernier quart du xive siècle.

  • 233 Vatopédi II, no 128, l. 45-46 : προσκαθημένους οὗς ἤφερον οἱ μοναχοὶ ξένους καὶ τῶ δημοσίω ἀνεπιγν (...)
  • 234 Neuf de ces familles paysannes sont mentionnées sans enfants (cela pouvait peut-être signifier que (...)
  • 235 Vatopédi II, no 128, l. 52-55 : εἴπερ δὲ ἐπιμεληθῶσι καὶ φέρωσιν ἀφ᾽ἑτέρας χώρας ἑτέρους ἀνθρώπους (...)
  • 236 Le praktikon de 1368 dit simplement que Vatopédi devait détenir tous les biens sans être importuné (...)

122Par exemple, un praktikon de 1368 également relatif aux biens de Vatopédi à Lemnos emploie l’expression « étrangers et inconnus du fisc » pour parler des paysans que les moines avaient fait venir et installer dans leur métoque de Moudros233. L’acte donne une liste de seize familles paysannes, dont la composition suggère qu’il s’agissait de jeunes couples récemment formés234. L’acte prévoit, pour la première fois notons-le, que les moines fassent venir d’autres paysans « d’ailleurs » (ἀφ᾽ἑτέρας χώρας) ; ce sont ces derniers qui sont qualifiés d’« étrangers et inconnus du fisc ». Les moines devaient détenir les nouveaux venus dans les mêmes conditions que ceux qui étaient déjà installés à Moudros235, c’est-à-dire avec la franchise totale des impôts, à l’exception du bigliatikon, comme l’avait déjà prescrit l’acte délivré par Astras en 1359236.

  • 237 Vatopédi III, no 165.

123Le praktikon de juin 1387 pour Vatopédi constitue une source très riche pour étudier l’état d’exploitation des biens de ce monastère dans l’île et les paysans qui s’y étaient installés. Cet acte signale que lors du recensement précédent, en 1368, le monastère possédait 16 familles paysannes et qu’ensuite il avait reçu le chrysobulle de l’empereur Jean V lui accordant le droit de faire venir des paysans « étrangers et inconnus du fisc » de ses métoques d’Occident ou d’ailleurs237. Le praktikon de 1387 enregistre en effet une liste de 42 feux de paysans nouveaux venus, parmi lesquels sont mentionnés les 16 familles de 1368. L’acte dit qu’ils étaient tous exemptés du paiement des impôts, à l’exception du bigliatikon, ce qui est en accord avec les dispositions de l’acte d’Astras de 1359. Le recenseur, auteur du praktikon, ajoute à la fin une clause qui rappelle les clauses similaires des actes précédents, à savoir que le monastère continuera à détenir tous les paysans « étrangers et inconnus du fisc » qu’il fera venir par la suite, exemptés du versement des taxes à l’exception du bigliatikon.

124Le praktikon de 1387 permet en outre de mieux comprendre l’extension des droits accordée à Vatopédi par le chrysobulle de Jean V de 1380, surtout par rapport aux actes précédents. Selon ce praktikon, le chrysobulle de 1380 autorisait les moines non seulement à faire venir des paysans « d’ailleurs », mais aussi à les transférer depuis leurs propres métoques du continent. Cette dernière mesure comportait en effet une augmentation des droits par rapport à l’acte d’Astras de 1359, car celui-ci ne concernait que l’installation des paysans qui n’étaient sur aucune autre terre.

  • 238 Déjà au début du xive siècle, les moines de Patmos avaient mis à l’abri plusieurs de leurs parèque (...)

125En fin de compte, l’intérêt pour l’État consistait à attirer la plus grande quantité possible de main d’œuvre résidant en dehors des frontières de l’Empire. Et il faut rappeler qu’à cette époque (1380), la plupart des domaines athonites se trouvaient déjà sous souveraineté étrangère, serbe et ottomane. D’autre part, les moines pouvaient trouver intérêt à faire venir dans les îles des paysans de leurs domaines continentaux pour les mettre à l’abri de l’instabilité politique et militaire238.

  • 239 En 1106, l’empereur Alexis Ier Komnènos accorda au monastère de l’Éléousa, près de Strumica (Macéd (...)

126Par conséquent, l’État et les grands propriétaires tiraient tous deux des avantages de l’installation de paysans dans les îles qui restaient à l’Empire. Pour mettre en œuvre cette politique, l’État byzantin avait eu recours à une pratique bien connue depuis le xiie siècle pour assurer la mise en culture des grands domaines fonciers, à savoir l’octroi de privilèges fiscaux aux paysans « étrangers et inconnus du fisc » pour leur installation sur ces biens239. Grâce à cette initiative, l’État encourageait les exploitants à trouver de nouveaux cultivateurs et à augmenter ainsi la masse des contribuables de l’Empire. La nouveauté au xive siècle par rapport aux périodes précédentes consistait en la permission de transférer des paysans qui travaillaient déjà sur les grands domaines situés dans le continent vers les îles. Cette décision était motivée par le contexte politique particulier de l’époque.

  • 240 Phil. Supp., no 7. L’acte est conservé par une copie datant du xve ou du xvie siècle (cf. ibid., p (...)
  • 241 Ibid., l. 26-31 : ἐπὶ δὲ ἐζητήθη πρὸς ἡμᾶς παρὰ τῶν μοναχῶν ὡς ἂν ἐπιμεληθῶσιν καὶ φέρωσιν ἀνθρώπου (...)

127L’arrivée de paysans à Lemnos et leur installation sur les terres des grands propriétaires pouvaient néanmoins entraîner des conflits entre les propriétaires et les agents du fisc. Même si les actes que nous avons étudiés montrent que les paysans « nouveaux venus » bénéficiaient de la franchise des taxes, il semble que des abus aient été commis par les percepteurs. Un autre acte athonite de la même époque en rend compte. Il s’agit d’un praktikon en faveur du monastère de Philothéou qui peut être daté de 1387 ou 1388240. L’acte dit que les moines de ce monastère devaient posséder « les hommes qu’ils feront venir éventuellement de loin et installeront dans le métoque [de Lemnos] ; [les moines ont demandé] que les agents du fisc n’aient pas le droit de détacher [du métoque] certains de ces [hommes] pour les soumettre au fisc, dès lors que [les moines] auront déclaré ces hommes aux képhalai successifs et aux agents du fisc [… les recenseurs] ordonnent que si les moines agissent ainsi, [les hommes] en question seront libres et que le fisc ne les inquiétera pas241 ». Il s’agit certes du seul témoignage qui reflète cette pratique abusive des fonctionnaires du fisc. Toutefois, il se peut qu’elle ait été assez fréquente, puisque l’administration trouvait dans l’arrivée aux îles de ces nouveaux paysans une source de revenus supplémentaire.

  • 242 Il s’agit des actes de Vatopédi III, nos 227 et 236.

128Le transfert de paysans vers Lemnos se poursuivit dans la première moitié du xve siècle : deux praktika pour Vatopédi, datés de 1442 et 1463, reprennent les mêmes clauses que le praktikon de 1387 et confirment les avantages fiscaux accordées au monastère pour l’installation de parèques dans son domaine de Moudros242.

L’installation de paysans étrangers dans les autres provinces de l’Empire à partir du début du xve siècle

129Au début du xve siècle, le retour de conditions politiques plus favorables permit le rétablissement de l’autorité byzantine dans plusieurs territoires des Balkans. On reviendra sur le contexte politique, mais il est intéressant de constater ici que les mesures appliquées pour le transfert de population du continent vers les îles de l’Égée furent alors mises en place dans les provinces continentales de l’Empire. Nous ne possédons pas beaucoup de témoignages sur cette politique, mais trois mentions dans les sources de l’époque suffisent à mon avis à prouver l’existence d’un effort pour repeupler certaines régions continentales par le transfert de paysans venus d’ailleurs.

  • 243 Docheiariou, no 53, l. 31-33 : ὡσαύτως ὀφείλουσιν ἔχειν ἐπ᾽ἀδείας φέρειν ἀπὸ τῶν ἐκτὸς τοῦ τῆς Θεσ (...)

130La première mention est contenue dans un acte de recensement du premier quart du xve siècle concernant les biens du monastère de Docheiariou en Macédoine. Il s’agit d’un praktikon établi par les recenseurs Paulos Gazès et Géôrgios Prinkèps en mai 1409, dans lequel on lit : « [Les moines] doivent avoir la permission de faire venir des régions extérieures au territoire de Thessalonique des hommes libres et inconnus du fisc, autant qu’ils en trouveront, de les installer dans leurs villages et de les détenir sans contestation avec leur parèques inscrits243. » La formulation rappelle beaucoup celle des mesures prises à Lemnos durant la seconde moitié du xive siècle.

  • 244 Lavra III, no 161, l. 50-52 : ἐδόθη τοῖς εἰρημένοις μοναχοῖς ἄδεια προσκαθίσαι ἐν τοῖς αὐτῶν μετοχ (...)
  • 245 MM 171-174, ici p. 172, l. 17-18 : εἴτε πάροικοί εἰσιν, εἴτε ἐλεύθεροι, εἴτε ἄλλοι ὁποῖοί εἰσιν. L (...)

131Un autre praktikon de la même époque (avril 1409), concernant aussi la Macédoine, délivré cette fois au monastère de Lavra, mentionne les exemptions fiscales dont jouissaient les hommes « libres et inconnus du fisc » installés sur les domaines du monastère : « Il a été accordé auxdits moines [de Lavra] le droit d’installer dans leurs métoques des hommes libres et inconnus du fisc, autant qu’ils pourront en trouver et y installer, de les détenir eux aussi avec ceux qui sont inscrits, sans contestation, libres de toute charge fiscale244. » La troisième et dernière mention concerne le Péloponnèse. Il s’agit d’un acte délivré en faveur de la ville de Monemvasie par le despote Théodôros Palaiologos, le fils de Manuel II, qui fut gouverneur du Péloponnèse de 1407 à 1443, par lequel tous les habitants de l’Empire étaient autorisés à installer des parèques ou des « hommes libres » dans la ville de Monemvasie245.

132La comparaison des sources concernant Lemnos, la Macédoine et le Péloponnèse est intéressante parce qu’elle révèle que l’État prit durant cette période des mesures identiques dans plusieurs régions de l’Empire. Cette uniformité de la législation mise en place témoigne d’une cohésion du point de vue institutionnel qui contraste avec l’image donnée par certains historiens d’une fragmentation de l’Empire en petites entités territoriales largement indépendantes.

L’impact démographique du transfert de paysans étrangers dans les provinces de l’Empire : essai d’étude d’anthroponymie paysanne

133L’incidence des mesures adoptées sur la démographie de l’Empire est néanmoins difficile à évaluer. Nous ne possédons pas beaucoup de chiffres sur la population et les seules données quantitatives dont on dispose quant au nombre de cultivateurs d’un domaine proviennent de la série de praktika concernant les biens de Vatopédi à Lemnos, qui s’étale entre le milieu du xive et le milieu du xve siècle. Bien qu’il ne s’agisse que d’un seul exemple, ces actes de Vatopédi fournissent une information précieuse parce qu’ils permettent d’étudier l’évolution de la population paysanne sur un domaine particulier. Les listes montrent en effet une augmentation progressive du nombre des parèques tout au long de la période.

  • 246 Il se peut également que d’autres familles paysannes portant un patronyme qui dénote leur origine (...)

134Cette augmentation du nombre des cultivateurs fut sans doute due, au moins en partie, aux mesures adoptées par l’État visant au transfert d’hommes en provenance d’autres régions. L’étude de l’anthroponymie paysanne dans ces actes montre en effet que plusieurs de ces parèques étaient originaires d’autres territoires, soit du continent soit des autres îles de l’Égée. Comme l’a souligné Angéliki Laiou dans son livre sur la société paysanne à l’époque des Paléologues, les surnoms des paysans byzantins dénotent parfois une caractéristique particulière de la personne, un métier, un trait physique et souvent une origine étrangère. Dans ce dernier cas, une personne appelée Sériôtès serait « celui qui vient de Serrès ». Ceci dit, il ne s’agit pas d’une règle fixe. Il peut y avoir des paysans étrangers qui portent un nom de famille qui ne trahit pas leur origine246. C’est pourquoi on se gardera de tirer trop de conclusions à partir de l’étude de l’anthroponymie paysanne. Il s’agit simplement d’un indice qui peut permettre de constater le poids de la population étrangère dans l’île à cette époque.

  • 247 De Monemvasie : Lavra III, no 136, l. 21, τοῦ Μονεμβασιώτου.
  • 248 Ibid., l. 128, τὸν Ἀλβανίτην.
  • 249 De Kalamaria, c’est-à-dire de Chalcidique : ibid., l. 27, Ἰωάννου γαμβροῦ τοῦ Καλαμαρᾶ.
  • 250 Ces paysans sont, pour la plupart, originaires des autres îles du nord de l’Égée, comme l’île de C (...)

135Avant d’aborder le dossier des praktika pour Vatopédi, arrêtons nous sur un praktikon pour Lavra daté de 1355, car il s’agit de l’un des plus anciens contenant une liste de parèques de Lemnos. D’après leurs noms, quelques paysans étaient déjà à cette époque originaires de la péninsule Balkanique : du Péloponnèse247, d’Albanie248 et de la Macédoine249. On en trouve aussi qui sont venus des autres îles de l’Égée250. Compte tenu de la date de ce praktikon, 1355, il faut imaginer que certains de ces parèques s’étaient déjà installés à Lemnos au cours de la première moitié du xive siècle. Ils étaient peut-être arrivés à Lemnos par leurs propres moyens, échappant à la situation de chaos dans laquelle se trouvaient les autres régions de l’Empire à cette époque.

  • 251 Vatopédi III, no 165, l. 62 et 68 respectivement.
  • 252 Ibid., l. 70.
  • 253 Ibid., l. 71.
  • 254 Vatopédi III, no 227, l. 80-81 : ξένον παρὰ τῶν τιμιωτάτων μοναχῶν τῆς μονῆς εἰσαχθέντα Θεόδωρον τὸ (...)

136Quant aux praktika pour Vatopédi, ils mentionnent des paysans originaires de Macédoine, dont certains étaient peut-être venus des domaines appartenant aux moines. Le praktikon de 1368 mentionne, par exemple, deux paysans qui étaient venus de Serrès (Kônstantinos Sériôtès et Théodôros Sériôtès)251, un de Drama (Géôrgios Dramiôtès)252 et un autre de Thrace (Iôannès Boulérènos)253. Le praktikon de 1442 mentionne un étranger originaire de la ville de Iôannina, en Épire254.

  • 255 Originaires de la vallée du Strymon sont mentionnés Théodôros Strymônitès, habitant du village d’É (...)
  • 256 Théodôra veuve de Boulérènos habitant du village de Drymosyrta (ibid., l. 24) et Iôannès Xanthos ( (...)

137Les praktika qui sont conservés pour la Macédoine du début du xve siècle témoignent aussi de la présence d’un certain nombre de paysans originaires des territoires situés en dehors des frontières de l’Empire. Notons néanmoins qu’ils ne sont pas très nombreux et la plupart proviennent de la région de Berroia et de la vallée du Strymon, là où les monastères athonites avaient possédé d’importants biens fonciers255. On retrouve également quelques parèques originaires de Thrace, qui s’étaient peutêtre enfuis à l’époque de la conquête turque de la province, durant le troisième quart du xive siècle256.

  • 257 Lavra III, no 152, l. 13 : ὁ δὲ μοναχὸς Ἰωαννίκιος ἐκεῖνος ξένος.

138En dehors des sources fiscales, on trouve rarement la mention d’étrangers installés sur les terres de l’Empire. Un acte du patriarche Antônios IV, daté de février 1392, mentionne un moine nommé Iôannikios, habitant Lemnos, qui est qualifié d’étranger257. Sa présence dans l’île n’a sans doute rien à voir avec les efforts pour mettre en exploitation la région, elle est peut-être simplement significative des conditions favorables que présentait Lemnos à l’époque pour les hommes du continent ; sa relative stabilité politique ainsi que les bonnes conditions économiques faisaient d’elle une destination attirante pour une population ruinée par la crise.

Confiscation et redistribution de biens fonciers à Lemnos

139La politique de transfert de population paysanne dans les îles de l’Égée fut complétée par la redistribution par l’État de biens fonciers abandonnés aux grands propriétaires et aux agriculteurs.

  • 258 Vatopédi II, no 98.
  • 259 Ibid., l. 52-59 : ἐδόθη ἀρτίως παρ᾽ἐμοῦ καὶ εἰς τὸ εἰρημένον χωρίον τὸ Μενάλουπον ἐξάλειμμα Γεωργίο (...)
  • 260 Les dimensions de ces tenures s’accordent bien avec celle d’une unité d’exploitation paysanne moye (...)
  • 261 Il s’agit de l’acte de Lavra III, no 136.
  • 262 Voir par exemple ibid., l. 73-74 : ἔχει καὶ εἰς τὸ Πτέριον ἐξάλειμμα, ὅπερ καὶ προκατεῖχεν, Ἰωάννο (...)

140Un praktikon de juillet 1348 en faveur de Vatopédi témoigne déjà de l’attribution au monastère de nombreux biens abandonnés dans l’île de Lemnos258. L’acte fut dressé sur l’ordre de l’empereur Jean VI Kantakouzènos, peu après son arrivée au pouvoir (février 1347), par le recenseur Iôannès Krybitziôtès. Dans la liste des biens, on observe une division entre ceux qui appartenaient depuis un certain temps déjà à Vatopédi et ceux qui lui avait été récemment attribués. L’acte dit que le monastère fut mis en possession (ἐδόθη) de plusieurs tenures en déshérence (ἐξάλειμμα) situées dans les villages de Ménaloupon, Lagôodontou et Répanidion et désignées par le nom de leurs anciens détenteurs, sans doute des parèques qui étaient morts entre-temps259. Il s’agissait vraisemblablement d’anciens parèques du fisc260 : leur disparition (par mort ou désertion) avait provoqué le retour de ces biens au fisc qui pouvait alors les attribuer à un nouveau propriétaire. Le praktikon d’octobre 1355 délivré en faveur de Lavra261 témoigne d’une situation semblable, à savoir l’attribution de nombreuses tenures en déshérence, dites exaleimmata, à ce monastère, avec la mention des noms de leurs anciens détenteurs262.

141Après le praktikon de 1348, par lequel Vatopédi avait reçu beaucoup de tenures abandonnées, le praktikon de 1368 dresse un état totalement renouvelé de la fortune du monastère. Au lieu d’une longue liste de biens qualifiés d’exaleimmata, Vatopédi détient alors, outre son métoque de Saint-Jean-le-Théologien, deux grands domaines fonciers dans l’île, l’un situé au nord de Moudros, d’une surface de 2 000 modioi, et l’autre à l’ouest de Moudros, d’une surface de 1 000 modioi. Il n’y est plus fait aucune mention d’exaleimmata.

  • 263 Vatopédi II, no 114. Sur d’autres aspects du contenu de cet acte, voir supra, p. 164-165.
  • 264 Ibid., no 117.
  • 265 Les terres provenant d’exaleimmata que Vatopédi possédait en 1348 étaient localisées en plusieurs (...)

142Le domaine de 2 000 modioi avait été une donation d’Astras, gouverneur de l’île : l’acte de juillet 1359 mentionne une première donation de 1 000 modioi263, puis un chrysobulle de confirmation de l’empereur Jean V de juillet 1362 parle déjà de 2 000 modioi de terre264. La différence entre les deux chiffres implique qu’Astras avait donné à Vatopédi un deuxième lot de terres entre 1359 et 1362. La superficie totale de ce domaine (2 000 modioi) étant proche de celle des 2 300 modioi de terres provenant des exaleimmata que le monastère détenait en 1348, il est fort possible qu’Astras ait donné cette propriété de 2 000 modioi à Vatopédi en échange des tenures abandonnées qu’il détenait auparavant265.

  • 266 Vatopédi II, no 117, l. 3 : ὅντινα δὴ πῦργον μετὰ καὶ γῆς δισχιλίων μοδίων πλησίον τούτου διακειμέν (...)
  • 267 On a vu que le terme « métoque » servait à désigner un centre d’exploitation domanial : cf. supra, (...)

143Le chrysobulle de Jean V de 1362 rapporte qu’Astras avait constitué un métoque avec la tour qu’il avait fait bâtir à Moudros et cette terre de 2 000 modioi et qu’ensuite, il l’avait remis au monastère266. L’expression « constituer un métoque » (ἀποκατέστησεν εἰς μετόχιον) fait certainement allusion au rassemblement d’un groupe de terres contiguës afin d’en former une seule unité d’exploitation, c’est-à-dire un grand domaine foncier267. La constitution d’un métoque n’implique peut-être pas sa mise en exploitation immédiate ; ni l’acte de donation d’Astras de 1359 ni le chrysobulle de 1362 ne font mention de paysans installés sur ces terres données à Vatopédi. Au contraire, le praktikon de 1368, qui contient la description de ce domaine, dit que c’est le monastère qui a fait venir les seize familles de parèques qui cultivaient la terre à Moudros.

  • 268 Vatopédi II, no 128, l. 27-29 : ἐπεὶ δὲ ἔδοξε καλὸν ἡμῖν τὲ καὶ τοῖς μοναχοῖς καὶ ἀντὶ τῆς ἐπιλήπο (...)
  • 269 Ibid., p. 40-41.
  • 270 Vatopédi II, no 125 : acte d’octobre 1366. Sur cet acte, voir aussi supra, p. 142.
  • 271 Ibid., p. 41 : les éditeurs remarquent que « nous ne connaissons pas les raisons de ces modificati (...)

144Outre le domaine de 2 000 modioi, le praktikon de 1368 mentionne aussi un second bien de 1 000 modioi situé également à proximité de ce village, mais apparemment séparé du premier. Cette terre, dit le praktikon, avait été échangée avec le fisc contre une partie de la « terre de Chrysobergès » (500 modioi) et la « terre de Chaoulè » (500 modioi)268, deux biens qui avaient été donnés au monastère par Théodôra Kantakouzènè et son fils Jean VI aux alentours de 1348269. Plus tard, le gouverneur Astras les avait confisqués, sans doute peu avant son départ pour Thessalonique (1365), car ce fut son fils Michaèl Astras qui en mit à nouveau le monastère en possession par un acte de 1366270. Ce fut donc peu après la restitution de ces deux biens (entre 1366 et 1368) que les moines procédèrent à un échange contre un autre bien du fisc, constituant une seule unité d’exploitation située plus près de leur grand domaine de Moudros271.

  • 272 Sur le regroupement des biens afin de constituer de grands domaines fonciers, voir Smyrlis, La for (...)

145L’évolution de la fortune foncière de Vatopédi à Lemnos durant le troisième quart du xive siècle répond donc à une volonté de rassembler le plus grand nombre de terres possible. Ce phénomène n’est certainement pas propre à cette seule époque, puisque l’on retrouve les mêmes procédés aux périodes précédentes272. Toutefois, il faut attirer l’attention sur le rôle déterminant joué par l’État dans ce processus au xive siècle.

  • 273 Saint-Pantéléèmôn, no 16, l. 5-8 : « Ma Majesté prescrit par la présente ordonnance que soit donné (...)

146Vatopédi ne fut pas le seul monastère de l’Athos à se faire accorder des terres à Lemnos. Dans la seconde moitié du xive siècle et jusqu’à la disparition de l’Empire, les empereurs et les gouverneurs de l’île continuèrent à distribuer des terres aux monastères et prêtèrent leur concours à la formation de grands domaines fonciers. Toutefois, les autorités agirent avec prudence à l’heure d’attribuer de nouvelles terres aux monastères, évitant de donner des biens qui étaient déjà en culture. En 1406 par exemple, l’empereur Manuel II, accédant à la demande de son neveu le despote de Serbie, donna au monastère slave de Saint-Pantéléèmôn à l’Athos une parcelle de terre qui devait être prise sur la terre impériale (c’est-à-dire publique) de Lemnos. L’empereur ordonnait donc aux fonctionnaires de l’île de procéder à cette attribution, mais il prescrivait que ce champ soit pris hors de la partie de la terre publique qui était mise en culture273.

  • 274 De manière exceptionnelle, l’État pouvait faire donation à certains monastères de paysans pour cul (...)

147Le fait que la plupart des terres accordées aux monastères à Lemnos à partir du milieu du xive siècle soient des terres en friche témoigne à mon sens de l’objectif principal de ces donations : favoriser leur mise en exploitation. En effet, on a vu que les monastères, soucieux de rentabiliser ces donations, installèrent aussitôt des paysans et veillèrent à améliorer les conditions de la mise en culture274.

148On ne sait pas si cette politique qui consistait à accorder des terres aux grands monastères pour assurer leur gestion concerna aussi les grandes fortunes aristocratiques de l’Empire. La documentation reste muette quant à la distribution éventuelle de biens fonciers à l’aristocratie laïque.

149Compte tenu des pertes foncières subies par ce groupe en raison du rétrécissement des frontières de l’Empire, on serait en effet tenté d’imaginer que l’État les ait compensées en lui attribuant des biens situés dans les provinces qui restaient byzantines. Toutefois, dans le cas de l’île de Lemnos, pour laquelle la documentation est abondante, les sources ne semblent pas confirmer cette hypothèse. Les praktika conservés mentionnent rarement des biens entre les mains des grands aristocrates parmi les terres contiguës à celles des monastères. Ils témoignent en revanche d’une prépondérance de la moyenne paysannerie, qui était constituée de cultivateurs installés sur les terres du fisc.

La gestion des biens publics : faire-valoir direct et attribution aux paysans

  • 275 Un acte de 1344 mentionne un certain Arsénikas, doux de Berroia et intendant des zeugèlateia impér (...)
  • 276 Un acte de 1321 dit que toute la commune d’un village constituait un domaine impérial : τῆς ὅλης π (...)
  • 277 Oikonomidès, The Role of the Byzantine State, p. 994-995.

150On connaît mal les formes de la mise en exploitation de la terre fiscale à l’époque tardive. On sait toutefois qu’existaient de « grandes fermes » impériales qui sont désignées par le terme zeugèlateia275. C’étaient sans doute de vastes domaines exploités de manière directe par l’État276, héritiers des anciens grands domaines publics autrefois qualifiés d’épiskepsis. Ils avaient été nombreux depuis le xie siècle277. On verra plus loin que le terme de zeugèlateion servait aussi à désigner des domaines appartenant aux propriétaires privés, dont la caractéristique principale était le faire-valoir direct.

  • 278 Pour le statut du parèque, voir en premier lieu Karayannopulos, Ein Problem, et infra, p. 469-475. (...)

151En revanche, la plupart des autres terres publiques semblent avoir été exploitées de manière indirecte, à travers la concession des terres aux paysans contre versement d’un loyer. Ces agriculteurs étaient considérés comme parèques du fisc (qualifiés de basilikoi paroikoi ou dèmosiakoi paroikoi) et leur statut était héréditaire. Ils bénéficiaient des conditions liées au bail de type perpétuel caractéristique de la paroikia, comme c’était le cas aussi des parèques de grands propriétaires278.

  • 279 L’acte du Pantocrator est publié en Appendice parce qu’il n’est conservé qu’en traduction moderne. (...)
  • 280 Pour plus de détails sur ces actes, voir Estangüi Gómez, Quelques paysans aisés.
  • 281 Voir par exemple Dionysiou, no 21 : ὁμοίως ἐδόθη αὐτῶ ετέρα γῆ εἰς τὸν Ἅγιον Γεώργιον τὰ Νεώματα ( (...)
  • 282 Dionysiou, p. 146.
  • 283 Voir par exemple Docheiariou, no 60 : ἀπὸ τῶν ὑποστάσεων τῶν Φρυδάδων μερίδα τρίτην (l. 25-26) ou (...)
  • 284 Il y avait certes quelques tenures qui s’étaient transmises de père en fils (voir par exemple Pant (...)

152Ce sont à nouveau les actes relatifs à Lemnos qui nous renseignent le mieux sur la distribution des biens du fisc à la population paysanne. Je fais ici allusion à trois actes tirés des archives du Pantokratôr, de Dionysiou et de Docheiariou, qui contiennent la description de plusieurs tenures paysannes à Lemnos279. Ces actes datent de la fin du xive ou du début du xve siècle. Ils témoignent de l’attribution de terres publiques aux paysans280. En effet, plusieurs biens sont précédés par la forme verbale « on lui a donné » qui indique leur attribution au paysan281, et d’autres biens portent le qualificatif d’« impérial » qui suggère leur origine publique282. La plupart des terres données provenaient de tenures (hypostasis) qui avaient été exploitées antérieurement par d’autres paysans283. Leur transmission était effectuée par l’État284. Enfin, ces paysans étaient soumis aux redevances au titre du loyer pour la terre qu’ils cultivaient.

  • 285 Voir par exemple Dionysiou, no 21, l. 15-25 : le paysan nommé Chatzilalas détenait à Saint-Georges (...)
  • 286 Dionysiou no 21, l. 90.

153Il faut souligner que chaque lot de terres était exploité par deux paysans, dont chacun possédait la moitié du lot285. L’étendue de leurs tenures était en principe identique, ce qui suggère une planification préalable dans la distribution de ces biens fonciers. Si l’une des familles disparaissait, un autre paysan y était installé avec ses parents et était désigné par le terme de « remplaçant »286.

154L’avantage pour le fisc de partager ainsi l’exploitation d’une tenure entre deux paysans ne me semble pas tout à fait clair, mais il a peut-être un lien avec une certaine forme de solidarité à l’égard de l’impôt ; ces paysans étaient des tenanciers installés par les autorités sur des terres publiques qu’ils cultivaient et au titre desquelles ils versaient un métayage au fisc. Cela n’empêchait pas qu’ils détiennent d’autres biens à côté, parfois en pleine propriété, au titre desquels ils verseraient l’impôt foncier.

Biens du fisc ou biens de la Couronne ?

  • 287 Oikonomidès, The Role of the Byzantine State, p. 1050.

155L’importance des biens publics dans l’Empire byzantin tardif semble donc avoir été considérable. Dans son article sur le rôle de l’État byzantin dans l’économie, publié dans l’Economic History of Byzantium, Nicolas Oikonomidès a écrit qu’à l’époque des Paléologues, « the emperors participated little, and only sporadically, in the development of the agricultural economy287 ». Cette affirmation doit être reconsidérée à la lumière de l’évolution du régime foncier à Lemnos durant la seconde moitié du xive siècle, telle que l’on vient de la décrire.

  • 288 Selon Oikonomidès, cette distinction aurait existé au moins jusqu’à l’époque des Comnènes : « In t (...)

156Dans l’empire des Paléologues, la part de la terre publique semble être demeurée prépondérante et la propriété privée plutôt minoritaire. On a vu qu’une grande partie de la terre publique restait entre les mains des soldats et des puissants, mais seulement au titre de leurs pronoiail oikonomiai, c’est-à-dire en tant que concessions viagères et par conséquent révocables. De même, il y avait aussi un grand pourcentage de terres qui restait sous l’administration directe de l’État. Or la relative importance de cette terre publique nous conduit à poser la question de son statut car, outre les terres accordées en pronoiai, les historiens ont souvent fait la distinction entre terres du fisc et terres de la Couronne288.

  • 289 Dans le Bas-Empire romain existaient la comitiva sacrarum largitionum qui était chargée de l’aerar (...)
  • 290 Oikonomidès, The Role of the Byzantine State, p. 993.
  • 291 A. Failler, L’éparque de l’armée et le bestiariou, REB 45, 1987, p. 199-203, ici p. 202.
  • 292 On a vu par exemple que l’empereur Michel IX, fils et co-régent d’Andronic II, possédait des biens (...)
  • 293 Voir par exemple Smyrlis, La fortune, p. 160-161 : « Par terres fiscales, j’entends ici non seulem (...)

157En effet, il est traditionnel dans l’historiographie consacrée à Byzance d’effectuer une distinction entre les biens appartenant au Trésor public et les biens de la dynastie régnante. Il s’agirait plus précisément d’un héritage du Bas-Empire romain qui avait connu, en effet, une telle distinction289. Pour la période mésobyzantine, Oikonomidès a écrit en particulier que : « The [state] vestiarion [is] not to be confused with the emperor’s own personal vestiarion290. » Pour la période tardive, l’historiographie n’a pas donné encore une réponse satisfaisante à la question de la distinction entre biens du fisc et biens de la Couronne. On tend certes à penser que cette frontière s’effaça progressivement291, bien que l’on retrouve dans la documentation des allusions aux biens détenus par le co-empereur, par l’impératrice, ainsi que par les enfants du couple impérial292. Cette documentation montre néanmoins qu’il ne s’agit pas de terres détenues en pleine propriété ou avec le droit de les transmettre héréditairement, mais qu’elles comptent aussi au titre de la rente fiscale (pronoia ou oikonomia) des bénéficiaires, pour subvenir aux dépenses de leurs maisons. Après la mort du bénéficiaire, ces biens retournaient au fisc293.

***

158On a vu qu’au lendemain de la deuxième guerre civile, l’État byzantin essaya par tous les moyens de mettre un frein à l’avancée ottomane et de remettre en état les campagnes. L’action politique de l’empereur Jean V durant les premières années de son règne visa à conclure des alliances avec les pouvoirs balkaniques slaves et à obtenir l’aide occidentale pour organiser une croisade contre les Turcs. Malgré la consolidation incontestable de la présence ottomane en Europe, on peut conclure que, de ce point de vue, la politique de Jean V porta certains fruits. Après quelques années de conflits, ce souverain réussit à arracher aux Bulgares une partie de la côte de la mer Noire et à signer un traité avec leur souverain. Du côté serbe, le coup d’État de Jovan Uglješa en Macédoine aboutit à la conclusion d’un accord avec les Byzantins, en vertu duquel celui-ci renonça à toute prétention à la dignité impériale et reconnut la souveraineté byzantine sur les territoires qu’il gouvernait en Macédoine. Cet accord de Chrysoupolis de septembre 1365 marqua le début de la réconciliation entre Serbes et Byzantins et s’avéra décisif pour la collaboration de ces deux peuples dans la lutte contre les Ottomans. De même, la politique de rapprochement avec les puissances occidentales et la papauté donna quelques résultats notables, comme la restitution du port de Gallipoli par Amédée de Savoie en 1366. L’action politique durant les premières années du règne de Jean V fut complétée par la reconnaissance en faveur de quelques soldats de fortune de la domination qu’ils exerçaient effectivement sur des régions en marge de l’Empire. Cette solution assurait la défense des frontières tout en sauvegardant le prestige du souverain byzantin.

159Dans les provinces, la sécurité dépendait de la résistance des villes fortifiées et de la construction de nouvelles forteresses. De nombreux travaux de fortification furent entrepris à cette époque. Quelques villes, comme Thessalonique, connurent un véritable programme de réfection de leurs défenses ainsi que de leur système de ravitaillement en eau au cas où elles devraient supporter un long siège. Dans d’autres régions, comme l’île de Lemnos ou le Péloponnèse, des tours furent élevées en milieu rural afin de renforcer la sécurité.

160Outre la fortification du territoire, d’autres mesures furent mises en place en vue d’assurer une exploitation plus efficace des ressources foncières et humaines. Grâce à la distribution de privilèges fiscaux, l’État facilita le transfert de paysans dans les régions sous domination impériale et leur installation dans les terres qui étaient restées incultes. Les effets de cette politique sont difficiles à mesurer en raison de l’état fragmentaire de notre documentation, mais l’étude du cas de Lemnos révèle une augmentation du nombre de paysans cultivant la terre entre le milieu du xive et le milieu du xve siècle. À l’image plutôt désastreuse que donnaient de Lemnos les praktika du milieu du xive siècle succède une autre beaucoup plus favorable dans les actes de la seconde moitié du siècle. On y voit les efforts des grands monastères athonites pour remettre en exploitation les biens que l’Empereur et les fonctionnaires de l’administration leur avaient accordés. Par ailleurs, l’État assura la mise en culture de terres publiques à travers la formation de grandes fermes impériales, qui étaient exploitées en faire-valoir direct, et par la distribution de lots de terres parmi la population paysanne de l’île.

161Ce bilan assurément positif permit un certain redressement de la puissance byzantine à la fin des années 1360, qui se poursuivit dans les années suivantes avec la reconquête de la province de Macédoine. L’avènement définitif de la puissance ottomane, au cours du dernier quart du xive siècle, fut la conséquence des circonstances politiques et de la crise sociale qui secoua l’Empire à la fin des années 1370. Toutefois, cet abaissement ultérieur du pouvoir byzantin ne doit pas masquer l’importance des mesures prises par l’État au lendemain de la guerre civile.

Notes

1 Pour la date, voir Schreiner, Kleinchroniken II, p. 283-284.

2 Pour le contexte politique de la prise de Gallipoli par les Ottomans, voir D. M. Nicol, A. D. 1354 – Annus fatalis for the Byzantine Empire, dans Geschichte und Kultur der Palaiologenzeit, éd. W. Seibt, Vienne 1996, p. 163-168, et E.A. Zachariadou, Natural Disasters : Moment of Opportunity, dans Natural Disasters in the Ottoman Empire, éd. Ead., Réthymnon 1999, p. 7-11.

3 Voir par exemple R.-J. Loenertz, Une erreur singulière de Laonic Chalcocandyle : le prétendu second mariage de Jean V Paléologue, REB 15, 1957, p. 176-184.

4 Halecki, Un empereur.

5 Ce sont surtout les travaux de R.-J. Loenertz qui ont contribué à une meilleure connaissance de l’histoire politique de l’Empire dans la seconde moitié du xive siècle ; quelques-uns sont cités dans la bibliographie. Une monographie sur le règne de Jean V a été publiée en serbe : R. Radić, Vreme Jovana V Paleologa (1332-1391)/The Time of John V Palaiologos (1332-1391), Belgrade 1993 (Institut for Byzantine Studies. Serbian Academy of Sciences and Arts Studies 19), avec un résumé en anglais. C’est une synthèse des travaux publiés précédemment, qui a le mérite d’apporter une vision d’ensemble de la période. Toutefois, elle ne vient pas en éclairer les aspects les plus mal connus. Sur les premières années du règne de Jean V, voir aussi Nérantzè-barmazè, Κωνσταντινούπολη.

6 Le troisième tome des Actes de Vatopédi contient un grand nombre de documents inédits du dernier quart du xive siècle.

7 Après avoir soutenu Kantakouzènos durant la guerre civile, Kydônès s’était retiré dans le couvent constantinopolitain des Manganes. Peu après, il fut appelé par Jean V pour occuper le poste de mésazôn (principal conseiller). Il demeura dans cette charge jusqu’aux alentours de l’année 1373. Le changement d’orientation de la politique byzantine à l’époque et surtout sa confrontation avec le patriarche Philothéos obligèrent alors Kydônès à renoncer à son poste et à se retirer temporairement des affaires. Après le coup d’État d’Andronic IV (1376-1379) et la fin des hostilités entre celui-ci et Jean V, Kydônès fut à nouveau désigné comme mésazôn vers l’hiver 1382-1383. Il fut finalement renvoyé au cours de l’année 1386, lorsqu’il fut remplacé par l’homme d’affaires Géôrgios Goudélès. La correspondance de Kydônès, éditée par Loenertz en deux volumes de la collection Studi e Testi, no 186 (1956) et no 208 (1960), a en outre bénéficié de la traduction en allemand et du commentaire de Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe. Outre la correspondance de Kydônès, on possède pour la période d’autres collections de lettres, toutefois moins riches : celles de Kabasilas, de l’empereur Manuel II, de Manouèl Kalékas et de Théodôros Potamios. Pour les œuvres de Kydônès que j’ai utilisées dans cette étude, voir infra, p. 547-549.

8 Jean V confina d’abord Matthaios dans l’île de Ténédos, puis il l’envoya auprès de son beau-frère Francesco Gattilusio, seigneur de l’île de Lesbos : Kantakouzènos IV § 45 ; III, p. 325-336 ; et Grègoras XXXVII § 64-66 ; III, p. 564-565. Pour les combats entre Matthaios et le Serbe Vojhna, voir Lemerle, Philippes, p. 205-206, et infra, p. 140.

9 Kantakouzènos IV § 49 ; III, p. 3574-9.

10 Jean VI dut convaincre son fils Matthaios de renoncer à son statut d’empereur et d’accepter le rang de simple citoyen, tout en gardant toutefois une préséance protocolaire sur le reste de la famille impériale, à l’exception du prince Andronikos, héritier du trône (Kantakouzènos IV § 47 ; III, p. 34522-3474 ; et IV § 49 ; III, p. 35617-3573).

11 Darrouzès, Regestes V, no 2403, p. 333-334.

12 Kantakouzènos IV § 49 ; III, p. 3582-6.

13 Jean V avait déjà reconnu les droits des Kantakouzènoi sur le Péloponnèse peu après son arrivée au pouvoir, lors des accords de Gratianou passés avec Matthaios Kantakouzènos en 1355, qui furent néanmoins aussitôt invalidésen raison de la reprise des hostilités : Kantakouzènos IV § 42 ; III, p. 31111-3132. Manouèl Kantakouzènos détint le pouvoir dans le Péloponnèse sans interruption pendant toute cette période. Il mourut en avril 1380. Son frère, Matthaios, gouverna la région jusqu’en 1382, date de l’arrivée de Théodôros Palaiologos, fils de Jean V. Pour l’histoire du Péloponnèse à cette époque, voir infra, p. 274-276.

14 Selon l’opinion de Kydônès, qui écrivait au printemps 1387 à l’empereur Manuel II, le Péloponnèse « a peu de ressources, insuffisantes même pour ceux qui l’habitent » : Kydônès, Correspondance II, no 342, p. 27953-54 τἀν Πελοποννήσῳ μικρά τε ὄντα καὶ μηδὲ τοῖς προλαβοῦσιν ἀρκοῦντα). Sur cette lettre voir aussi, Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 3, no 329.

15 Voir supra, p. 93-95.

16 Sur la situation en Macédoine au troisième quart du xive siècle, voir infra, p. 134-146.

17 Voir infra, p. 562-563.

18 En 1351, Jean V obtint le thème de Boléron avec les villes d’Ainos et de Didymotique. Toutefois, après sa défaite à Pythion (1352), il dut se replier sur l’île de Ténédos (début 1353) : cf. Asdracha, Rhodopes I, p. 180-184 et 199-200.

19 Durant le règne de Jean VI, Nikèphoros avait gouverné la région de l’Hellespont, mais en 1354 les Turcs s’en étaient emparés (Kantakouzènos IV § 42 ; III, p. 21112-14). Ensuite, il était devenu maître (épitropos) de la ville d’Ainos, à l’embouchure de la Maritza (Grègoras XXIX § 38 ; III, p. 2493-5 ; pour la chronologie de ces événements, voir Ganchou, Autonomie locale, p. 363-365). Après l’arrivée au pouvoir de Jean V (décembre 1354), Nikèphoros dut accepter la présence à ses côtés d’un gouverneur choisi par le nouvel empereur, Synadènos Astras (ibid., p. 365 et n. 57). Peu après, il quitta la Thrace pour se rendre en Thessalie afin d’essayer de récupérer une partie de son héritage, profitant du chaos provoqué par les morts, presque simultanées, du tsar Étienne Dušan et du césar Preljub (décembre 1355). L’entreprise n’eut guère de succès puisque Nikèphoros tomba aux mains de ses ennemis lors de la bataille d’Achélôos en 1358 (cf. Soulis, The Serbs, p. 111-112, et Ganchou, Autonomie locale, p. 359).

20 Sur la prise d’Andrinople et le rôle des beys turcs en Thrace, voir infra, p. 132-134.

21 Ces trois îles échappèrent peut-être à l’autorité byzantine vers la fin du xive siècle. Elles sont mentionnées dans le traité de 1403 conclu entre l’empereur byzantin et le fils de Bayezid Ier, Süleymân Çelebi, parmi les territoires restitués à l’Empire (cf. infra, p. 317). Au cours du xve siècle, ces îles passèrent sous souveraineté vénitienne, mais on ne sait pas quand exactement (certainement après 1453). Le monastère athonite de Lavra détint dans l’île de Skyros le couvent de Saint-Georges, qui lui fut accordé par le patriarche Athanasios Ier en 1289. Les moines en étaient toujours les maîtres à la fin du xve siècle, lorsque l’île était déjà sous domination vénitienne (Lavra III, App. XIX, p. 220-221). Le couvent de Saint-Georges existe encore aujourd’hui. Il est dit aussi Épanô ou Épanôtou (cf. Lavra IV, p. 149). Djurić, Le crépuscule, p. 32-33, dit que ces îles « ne cessèrent [pas] d’appartenir formellement à l’empire, mais, en pratique, elles étaient totalement contrôlées par des pirates indépendants. Ce n’est qu’après la chute de Constantinople, en 1453, que Venise assuma l’administration de ces îles » et, plus loin, p. 126, « personne n’exerça de véritable pouvoir sur ces îles jusqu’en 1454 ». Toutefois, l’auteur ne cite aucune source à l’appui de cette interprétation.

22 Sur la prise de Philadelphie par les Ottomans, voir Barker, Manuel II, p. 79-80, n. 211, et P. Schreiner, Zur Geschichte Philadelpheias im 14. Jahrhundert (1293-1390), OCP 35, 1969, p. 375-431.

23 Laiou, Constantinople and the Latins, p. 170.

24 Gjuzelev, Der letzte bulgarisch-byzantinische Krieg. La datation de la guerre byzantino-bulgare a dépendu du long débat historiographique autour de la date de la mort du patriarche Kallistos Ier (1363 ou 1364), car le récit de Kantakouzènos dit que les deux événements furent contemporains (Kantakouzènos IV § 50 ; III, p. 360-363). La mise à contribution par Gjuzelev de la Vita de Théodosios de Tirnovo (éd. V. N. Zlatarski, Sbornik za narodni umotvorenija, nauka i knižnina 20, 1904) permet de reconstituer la chronologie de la fin de la vie du patriarche et ne laisse pas de doute sur la date de sa mort, le 20 juillet 1364 à Serrès, au cours d’une ambassade auprès de la moniale Jelisaveta, veuve d’Étienne Dušan.

25 PRK III, no 261, p. 542-547 (= MM I, no 185, p. 432-433), l. 20-21 : ὠφέλειαν τῶν Χριστιανῶν, ῾Ρωμαίων καὶ Βουλγάρων, καὶ βλάβην τῶν ἀσεβῶν. Voir aussi Darrouzès, Regestes V, no 2381.

26 Sur l’épouse d’Andronic IV, nommée par l’historiographie Maria-Kyratza, voir PLP 16891, et P. Schreiner, Una principessa bulgara a Genova, dans Genova e la Bulgaria nel Medioevo, Gênes 1984, p. 223-233.

27 Kydônès, Pro subsidio Latinorum, col. 976 A-B.

28 Vers le milieu du xive siècle, le royaume de Bulgarie se trouvait divisé en quatre principautés : la région autour de la capitale, Tirnovo, restait aux mains du tsar Ivan Alexandre ; en marge de ce territoire s’étaient consolidées d’autres principautés quasi indépendantes, Vidin, la Dobroudja et Velbâžd. Sur l’histoire de la Bulgarie à cette époque, voir en dernier lieu Fine, Late Medieval Balkans, p. 270-275 et p. 366-368.

29 Gjuzelev, Der letzte bulgarisch-byzantinische Krieg, p. 32-33.

30 Le terminus ante quem pour cette campagne est peut-être fourni par la date d’un chrysobulle de Jean V délivré à son « oncle » (theios) Manassès Tarchaneiôtès le 27 août 1364 (Vatopédi II, no 119), qui peut suggérer la présence de l’empereur dès cette date dans la capitale de l’Empire.

31 Kantakouzènos IV § 50 ; III, p. 362-363.

32 Gjuzelev, Der letzte bulgarisch-byzantinische Krieg, p. 33. Gjuzelev met à profit le contenu d’une lettre de Kydônès à Jean V, qui doit être datée de l’époque de la guerre byzantinobulgare : Kydônès, L89/T51 (été 1364) (sur la façon de citer cette source, voir supra, p. 9). Kydônès critique ici les conditions imposées aux Bulgares après la guerre : « Ne croyez pas avoir exigé d’eux le châtiment mérité » (οὔπω νομίζεις τὴν προσήκουσαν δίκην αὐτοὺς ἀπαιτῆσαι). Selon Gjuzelev, cela doit faire allusion à la décision de l’empereur de restituer les villes conquises aux Bulgares, qui dut décevoir une partie de la classe politique de l’Empire.

33 Sur le voyage de Jean V en Hongrie, voir en premier lieu le chapitre du livre de Halecki, Un empereur, p. 111 et suiv. D’autres travaux ont paru depuis, traitant de certains aspects du voyage et des relations entre l’Empire et la Hongrie à l’époque : P. Wirth, Die Haltung Kaiser Johannes V. bei den Verhandlungen mit König Ludwig von Ungarn zu Buda im Jahre 1366, BZ 56, 1963, p. 271-272 ; E. Zachariadou, The Conquest of Adrianople by the Turks, Studi veneziani 12, 1970, p. 211-217 (= Ead., Romania and the Turks (c. 1300-c.1500), Londres 1985 [Variorum Collected Studies Series 211], XII) ; F. Pall, Encore une fois sur le voyage diplomatique de Jean V Paléologue en 1365-1366, RESEE 9, 1971, p. 535-540 ; M. Holban, Autour du voyage de l’empereur Jean V à Bude (printemps 1366) et de ses répercussions sur le Banat, dans Actes du XIVe Congrès international des études byzantines (Bucarest, 6-12 septembre 1971), t. 2, éd. M. Berza et E. Stănescu, Bucarest 1975, p 121-125 ; J. Gill, John V Palaeologus at the Court of Louis I of Hungary (1366), BSl. 38, 1977, p. 31-38.

34 Sur la guerre bulgaro-hongroise de 1365, voir V. Gjuzelev, La guerre bulgaro-hongroise au printemps 1365, Byzantinobulgarica 6, 1980, p. 153-172 (= Id., Medieval Bulgaria, Byzantine Empire. Black Sea, Venice, Genoa, Villach 1988, p. 231-250).

35 Au sujet de la politique religieuse de Louis Ier dans les Balkans, voir Gill, John V Palaeologus (cité supra, n. 33).

36 Jean V dut s’arrêter dans la ville de Vidin avant de pénétrer en territoire bulgare. Les circonstances de ce blocus restent mal connues. Se fondant sur le récit de la Chronique de Savoie, du xve siècle (éd. Historiae patriae monumenta, Scriptores, t. 1, 1840, p. 300-314), quelques historiens ont parlé d’un emprisonnement de l’empereur byzantin par le souverain bulgare. Toutefois, Pall, Encore une fois sur le voyage (cité supra, n. 33), a montré que le témoignage de la Chronique de Savoie n’était pas entièrement fiable, parce que trop tardif, et qu’en réalité Jean V n’avait eu à souffrir que d’un impedimentum pour traverser la Bulgarie, comme l’indique le livre de comptes de l’expédition d’Amédée édité par Bollati, Spedizione in Oriente, une source contemporaine. La démonstration conduite par Pall n’a pas été prise en compte par tous les historiens, et il est encore fréquent de lire que Jean V fut le captif du tsar bulgare : voir par exemple Nicol, The Last Centuries, p. 264-265 (« And so it came about that the one true Emperor of the Romans, despised, mistrusted and far from home, found himself the captive of his Christian neighbours »), et plus récemment Laiou, Morrisson dans Le monde byzantin III, p. 44.

37 Sur la croisade d’Amédée VI de Savoie, la bibliographie est très abondante. Je renvoie simplement à Halecki, Un empereur, p. 138 et suiv.

38 L’arrivée d’Amédée VI à Constantinople suscita les craintes des Byzantins, qui avaient encore le souvenir des dégâts provoqués par la compagnie catalane, et peut-être aussi de la Quatrième croisade. Avant que les troupes d’Amédée ne s’emparent du port de Gallipoli, Kydônès avait prononcé un discours devant le sénat de la capitale, lors duquel il persuada ses compatriotes qu’il fallait accepter l’aide des Latins : Kydônès, Pro subsidio Latinorum. Pour la date de ce discours, voir Mercati, Notizie, p. 506 ; Halecki, Un empereur, p. 143, n. 1 ; et Gill, John V Palaeologus (cité supra, n. 33), p. 31, n. 3. Voir aussi Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/1, p. 65, et Malamut, Les discours de Démétrius Cydones, p. 205-212.

39 Dobrotitza était le frère de Balik, ancien seigneur de Karbona et allié de l’impératrice Anne de Savoie à l’époque de la guerre civile. En 1346, Dobrotitza avait été envoyé à Constantinople avec des troupes pour soutenir la régence. Ce fut à cette époque qu’il épousa une fille du défunt Alexios Apokaukos (Schreiner, Brachea Chronika, p. 148). Après la mort de son frère Balik, Dobrotitza lui succéda à la tête de la seigneurie de Karbona. Sur Dobrotitza, voir maintenant V. Gjuzelev, Magnificus dominus Dobrotitza – pravus et crudelis inimicus Comunis Ianuae et omnium Ianuensium, dans Byzantina Mediterranea. Festschrift für Johannes Koder zum 65. Geburtstag, éd. Kl. Belke et alii, Vienne/Cologne/Weimar 2007, p. 197-203.

40 Les pourparlers ne se conclurent que le 14 février 1367 (Bollati, Spedizione in Oriente, § 420, p. 107). Sur les négociations de Sôzopolis, voir Holban, Autour du voyage (cité supra n. 33), qui met à profit un acte tiré des archives de Budapest, provenant des archives de la famille Himffy, gouverneurs hongrois du banat de Vidin de 1365 à 1377. Ce document contient le compte rendu qu’un certain Waychna adressa à Pierre Himffy, seigneur de Vidin, à propos des tractations qui eurent lieu à Sôzopolis. Mis à part quelques détails fantaisistes, l’acte parle notamment de l’alliance entre l’empereur byzantin et le tsar bulgare et des projets pour arracher Vidin aux mains des Hongrois. Les négociations entre Amédée et Jean V se poursuivirent à Constantinople jusqu’au mois de mars (Bollati, Spedizione in Oriente, § 441, p. 118-119).

41 Cf. Gjuzelev, Dobrotitza (cité supra, n. 39), p. 199.

42 Tinnefeld, Vier Proomien, p. 191.

43 Pour un aperçu général de la conquête turque de Thrace, voir en premier lieu Bogiatzès, Η πρώιμη οθωμανοκρατία, et A. Külzer, Byzanz und die Osmanen, Historicum, Zeitschrift für Geschichte 20, 2001-2002, p. 9-20, en particulier p. 16-18. Voir aussi les chapitres d’I. Beldiceanu-Steinherr, « Les débuts [de l’État ottoman] : Osmân et Orkhân », et de N. Vatin, « L’ascension des Ottomans (1362-1451) », dans Mantran, Empire ottoman, p. 15-80, en particulier, p. 22-25 et 38-41.

44 On se réfère ici notamment à la capture par le gouverneur byzantin de Vieille Phocée Léôn Kalothétos (cf. infra, p. 148), en 1356, du prince Halil, fils d’Orhan, dont la libération se produisit grâce à l’entremise de Jean V. Un accord fut conclu entre l’empereur et les Ottomans à la suite de cet épisode, qui permit aux Byzantins de maintenir provisoirement le statu quo en Thrace. Sur cet événement, voir F. Tinnefeld, Kaiser Johannes V. Palaiologos und der Gouverneur von Phokaia 1356-1358 : ein Beispiel für den Verfall der byzantinischen Zentralgewalt um die Mitte des 14. Jahrhunderts, Rivista di studi byzantini e slavi 1, 1981 (= Miscellanea Agostino Pertusi, t. 1), p. 259-272. En 1357 mourut Süleymân Pacha, fils d’Orhan, qui avait dirigé les campagnes ottomanes en Thrace : cf. Beldiceanu-Steinherr, Le destin, p. 109-115. Après la mort de Süleymân, un nouvel accord fut signé entre Byzance et les Ottomans : Grègoras XXXVII § 58-59 ; III, p. 561.

45 Cf. art. « Dimoteku » dans EI 2, t. 2, p. 299-300. Selon Beldiceanu-Steinherr, La conquête d’Andrinople, p. 448, n. 55, Didymotique a pu être occupée une première fois en 1359 et changer ensuite plusieurs fois de mains.

46 Les Ottomans avaient peut-être déjà pris à cette époque quelques villes situées sur la route reliant Andrinople et Constantinople, comme Tyroloe ou Tzouroullos (auj. Çorlu), Messènè (auj. Misinli) et Arcadioupolis (auj. Lüleburgaz). Sur ces villes, voir TIB 12, p. 274-267 (« Arkadiupolis »), p. 530-532 (« Mesēnē »), p. 684-688 (« Tzurulon »).

47 Sur ces premières attaques turques contre Constantinople, voir Halecki, Un empereur, p. 74,

48 et Nérantzè-Barmazè, Κωνσταντινούπολη, p. 927-931.

Pour Makrè, voir un acte synodal de juillet 1361 qui dit que le métropolite de cette ville avait perdu son siège sous la pression de l’ennemi (PRK III, no 263, p. 556-560 ; voir aussi Darrouzès, Regestes V, no 2436, p. 363-364). Pour Traïanoupolis, voir l’acte de transfert du titulaire de ce siège à la métropole de Lacédémone (juin 1365) : MM I, no 208, p. 465-468 ; voir aussi Darrouzès, Regestes V, no 2491, p. 411-412. Sur l’utilité des actes tirés du registre patriarcal pour dater l’avancée ottomane en Thrace, voir S. Vryonis, Decisions of the Patriarcal Synod in Constantinople as a Source for Ottoman Religious Policy in the Balkans prior to 1402, ZRVI 19, 1980, p. 283-297.

49 Murad entreprit à cette époque une campagne militaire dans la région d’Ankara : cf. Beldiceanu-Steinherr, La conquête d’Andrinople, p. 443-446.

50 Sur ces personnages, voir ibid., p. 447-453. Voir aussi EI 2, t. 2, p. 738-739 (art. « Ewrenos »).

51 Bollati, Spedizione in Oriente, § 515, p. 130 (turris castri vocati de Eneacossia) et § 523, p. 131 (castro Caloneyro). Amédée quitta Byzance au mois de juin 1367, accompagné de deux ambassadeurs byzantins. Sur les résultats des négociations entre le comte de Savoie et l’empereur, voir Halecki, Un empereur, p. 149-150.

52 Dans son discours Pro subsidio Latinorum (1366), Dèmètrios Kydônès parle de la réaction des Constantinopolitains qui s’enfermaient derrière les remparts de la ville, en raison des attaques des Turcs (PG 154, col. 967A et 1004C). Cette proximité menaçante des Turcs est aussi évoquée dans un chrysobulle de Jean V qui date de la même période : Perria, Due documenti, p. 276, l. 6-7 pour le texte grec, et p. 266 pour l’analyse.

53 Beldiceanu-Steinherr, La conquête d’Andrinople, p. 453.

54 Soulis, The Serbs, p. 90.

55 Ibid., p. 96-98. Vukašin s’intitule roi pour la première fois dans un document qu’il délivre avec le tsar Étienne Uroš V en 1366 (ibid., p. 214 n. 99).

56 Uroš V se trouvait à Serrès en mai 1356, lorsqu’il délivra un chrysobulle en faveur de la métropole de Melnik : Novaković, Zakonski spomenici, p. 308-310.

57 À la mort de son époux Dušan, Jelena prit l’habit monastique sous le nom de Jelisaveta. Durant cette période jusqu’à 1365, elle résida dans la ville de Serrès : cf. Soulis, The Serbs, p. 90-91. Sur Jelena/Jelisaveta, voir PLP 6006. Sur la co-souveraineté entre Étienne et sa mère, voir une notice dans un manuscrit, écrite par Jakov, métropolite de Serrès, qui parle des événements de septembre 1360 « durant le règne de l’empereur Stéfan Uroš et de sa mère la moniale Jélisaveta » : Stojanović, Zapisi i natpisi, t. 1, no 116.

58 Lavra III, no 140. Voir aussi la traduction, presque contemporaine (novembre 1361), de cet acte en serbe : Lavra IV, actes serbes no 2. Pour la localisation du couvent de Tous-les-Saints et de ses biens fonciers, voir ibid., p. 120, n. 402.

59 Voir supra, p. 93-95.

60 La région était encore sous domination byzantine en septembre 1355, lorsque l’empereur Jean V délivra au monastère de Docheiariou un chrysobulle de confirmation de toutes ses propriétés situées en Chalcidique occidentale : Docheiariou, no 33. On ne retiendra pas comme preuve de la domination byzantine sur la Macédoine le contenu d’un chrysobulle délivré par le même empereur aux moines de Vatopédi en septembre 1356 et confirmant l’ensemble de leurs biens situés dans différentes régions, pas seulement en Macédoine : Vatopédi II, no 108. Cette confirmation englobe des biens qui étaient déjà assurément en dehors des frontières de l’Empire, par exemple dans les villes de Serrès et de Zichna, toutes les deux sous domination serbe à l’époque. Les raisons qui conduisirent les moines à solliciter de Jean V un tel chrysobulle restent inconnues, mais il se peut que, lors de l’arrivée au pouvoir de cet empereur, ils aient trouvé convenable de se procurer auprès de lui une confirmation supplémentaire de leurs possessions, compte tenu de l’instabilité générale.

61 Le Serbe Dôrothéos du monastère de Chilandar a occupé la charge de prôtos de l’Athos de 1356 à 1366 : Prôtaton, p. 138-139. Voir sa signature en slavon, par exemple dans Docheiariou, no 37 (décembre 1361), l. 24, et Vatopédi II, no 123 (janvier 1366), l. 19. Dôrothéos semble avoir eu comme successeur Sabas, sur lequel voir Prôtaton, p. 139 : voir sa signature, par exemple dans Kutlumus, no 25 (février 1369), l. 22, et Petit, Actes de Chilandar, no 153 (décembre 1370), l. 28.

62 Il s’agit de plusieurs copies d’actes délivrés peu après 1356, qui portent la signature du métropolite Antônios de Larissa : voir par exemple l’acte de Vatopédi II, no 107, qui concerne un bien foncier situé près du fleuve Galikos. Sur Antônios de Larissa, qui agit comme « juge général des Romains » dans l’Empire serbe du troisième quart du xive siècle, voir infra, p. 428.

63 La situation politique de la Macédoine orientale fut très agitée à cette époque. Pour la période 1355-1356, on connaît les confrontations armées opposant les forces de Matthaios Kantakouzènos à celles du césar serbe Vojhna et les attaques que les frères désignés comme « les Alexioi », seigneurs de la côte entre Chrysoupolis et Anaktoropolis (cf. infra), lancèrent contre la principauté de Serrès. L’occupation serbe de la Macédoine s’expliquerait fort bien dans un tel contexte. Toutefois, il est aussi possible qu’elle ait été le fruit de l’accord conclu en 1356 entre Jean V et Vojhna, en échange de la libération de Matthaios Kantakouzènos, fait prisonnier par les Serbes. Pour plus de détails sur ces événements, voir Estangüi Gómez, La région de Christoupolis.

64 Kantakouzènos IV § 50 ; III, p. 360-362 : selon Kantakouzènos l’ambassade du patriarche à Serrès avait aussi une finalité politique et visait à conclure une alliance contre les Turcs. Pour la chronologie de l’ambassade du patriarche Kallistos à Serrès, voir Gjuzelev, Der letzte bulgarisch-byzantinische Krieg. Sur cette ambassade, voir aussi Rigo, Teofane di Nicea, p. 118-119.

65 Des rapports étrois mais aussi difficiles : après la mort de Kallistos, le bruit s’était répandu que le patriarche était mort empoisonné par les Serbes (Kantakouzènos IV § 50 ; III, p. 362). La rumeur reflétait sans doute l’hostilité de certains groupes de la classe dirigeante byzantine à l’égard des Serbes : cf. Halecki, Un empereur, p. 78.

66 Sur Uglješa, voir PLP 21150.

67 Voir Kutlumus, no 29 et p. 432-433.

68 L’acte est perdu, mais il est mentionné (avec sa date) dans l’inventaire des biens du monastère, conservé dans les archives de Vatopédi : Vatopédi II, no 120, l. 1.

69 Contrairement à l’opinion des éditeurs de Vatopédi II, qui ont écrit qu’Uglješa « exerçait déjà [en janvier 1365] la réalité du pouvoir dans la principauté serbe de Serrès » (p. 300). Il est néanmoins intéressant de souligner leur remarque sur l’emploi du qualificatif endoxotatos dans l’acte, qui laisserait comprendre qu’Uglješa n’était pas encore en possession du titre de despote à l’époque : « Il n’obtint ce titre qu’en août ou septembre de la même année. » En effet, l’adjectif employé pour désigner un despote est celui de eutychestatos (cf. par exemple Petit, Actes de Chilandar, no 149, l. 2-3 : εὐτυχέστατος δεσπότης τῆς Σερβίας κῦρ Ἰωάννης ὁ Οὔγκλεσις). Sur la signification de l’épithète endoxotatos, voir Kyritzès, The Byzantine Aristocracy, p. 31. On notera par ailleurs que la moniale Jelisaveta est encore attestée comme ayant la souveraineté sur Serrès par un acte d’août 1365 : Esphigménou, no 27.

70 Avant cet acte en faveur de Vatopédi, Uglješa avait fait au moins une autre donation aux moines athonites : un prostagma délivré par un grand voévode (veliki voevoda) nommé Uglješa et daté d’un mois d’octobre de l’indiction 12 est conservé dans les archives de Kutlumus. Lemerle (Kutlumus, p. 231) a souligné qu’il pourrait s’agir du même Uglješa et le document dater de 1358, mais il a aussi signalé l’existence d’un césar Uglješa dans la région de Zichna au début du xve siècle, qui est un homonyme. Sur cette question, voir aussi Lemerle, Solovjev, Trois chartes, p. 142-146. Dans mon étude, Estangüi Gómez, La région de Christoupolis, je montre que le contexte politique permet d’affirmer que l’auteur de l’acte de Kutlumus est le futur despote Uglješa et que le document doit dater de 1358 comme l’avait pensé Lemerle. Par ailleurs, G. Smyrnakis a édité un autre document d’Uglješa, un chrysobulle daté d’octobre 1364, en faveur du monastère de Simonopétra (éd. G. Smyrnakis, Τὸ ἅγιον ὄρος, Athènes 1903, p. 93). Toutefois, Oikonomidès a démontré dans Dionysiou, p. 6-7, qu’il s’agissait cette fois d’un faux.

71 Voir supra, p. 92-93.

72 Petit, Actes de Chilandar, no 150, l. 36-38 : † τὸν δὲ καιρὸν ὅταν κατήλθομεν εἰς τὴν Χρυσούπολιν μετὰ τῶν κατέργων, καὶ ἦλθεν ὁ ἀνεψιὸς τῆς [δεσποίνης Σερβίας] καὶ ἐνώθην μετ᾽ἐμοῦ, παρόντων καὶ τῶν τοιούτων μοναχῶν τοῦ Χιλανταρίου. La ligne 37 est endommagée, ce qui affecte la lecture du texte. La reconstitution de la phrase que je propose, « le neveu de l’impératrice de Serbie », et l’identification de ce neveu avec Jovan Uglješa sont suggérées par le texte d’un autre acte de la même époque édité par Petit, ibid., no 149, l. 1-3 : ὁ περιπόθητος ἀνεψιὸς τῆς ὑψηλοτάτης δεσποίνης Σερβίας καὶ περιποθήτου ἀδελφῆς τῆς βασιλείας μου, εὐτυχέστατος δεσπότης τῆς Σερβίας κῦρ Ἰωάννης ὁ Οὔγκλεσις. Zivojinović, Le domaine de Chilandar, p. 21, propose la même identification et, tacitement, la même correction, sans toutefois signaler la lacune que présente l’acte : « Le texte commence par l’information que Jean V et Jean Uglješa, neveu de la despoina de Serbie Jelena, veuve de Dušan, se sont rencontrés à Chrysopolis, en présence des moines de Chilandar. »

73 Rappelons que plusieurs historiens avaient mis en doute l’authenticité de cet acte parce qu’il porte à la fin une signature imitée de Jean V.

74 Zivojinović, Le domaine de Chilandar, p. 18-19.

75 Cf. supra, p. 94.

76 Zivojinović, Le domaine de Chilandar, p. 19 et 22.

77 Ibid., p. 24. Le chrysobulle de Jean V de septembre 1365 pour Chilandar est l’acte édité par Petit, Actes de Chilandar, no 149.

78 Živojinović date aussi des années 1370 les copies de deux chrysobulles d’Andronic II : Petit, Actes de Chilandar, nos 23 (mars 1306) et 96 (mars 1324). Sur la confirmation de titres de propriété et la confection de copies durant les années de la reconquête byzantine de la Macédoine, voir infra, p. 239-240.

79 Ostrogorsky, Serska oblast, p. 16.

80 Diplomatarium II, p. 165, pour la demande de citoyenneté vénitienne, et p. 166-167, pour la traduction du chrysobulle de 1357.

81 Ibid. p. 165 : cum la nostra spada hauemo prexo castelli alguni de li Turchi pagani, et alguni de li Serui ; et si ne ha facto lo imperador la concession d’oro, che nui habiamo, zo che nui hauemo aquistado, et nui et li nostri fiioli.

82 Pour les diverses hypothèses, voir Lavra III, p. 69-70, et Pantocrator, p. 11-12.

83 Oikonomidès, Patronage. Il est curieux de remarquer que le problème avait été en réalité déjà résolu trente ans auparavant par R.-J. Loenertz, qui avait informé par lettre G. Théocharidès de l’identité des deux frères : cf. Théocharidès, Eine Vermächtnisurkunde, p. 494. La lettre de Loenertz est apparemment passée complètement inaperçue du reste des historiens.

84 Kantakouzènos IV § 17 ; III, p. 114-115.

85 Oikonomidès, Patronage, p. 106.

86 Sur le conflit entre Matthaios Kantakouzènos et le césar Vohjna, voir Estangüi Gómez, La région de Christoupolis.

87 Outre le chrysobulle de Jean V leur accordant la possession de Chrysoupolis, d’Anaktoropolis et de Thasos, les frères Alexios et Iôannès obtinrent la confirmation par l’empereur et le patriarche Kallistos Ier de leur acquisition d’un kellion au Mont Athos, premier pas vers la fondation sur la Sainte Montagne de leur monastère dédié au Pantokratôr : Pantocrator, nos 4 et 5 (avril 1357).

88 Alexios porte pour la première fois le titre de mégas stratopédarchès et Iôannès celui de mégas primmikérios dans un acte de juin 1357 en faveur du monastère de Lavra (Lavra III, no 137). Cette promotion avait eu lieu entre le mois de mars, date d’un chrysobulle dans lequel Alexios est encore dit mégas primmikérios et Iôannès prôtosébastos, et le mois de juin.

89 Saint-Pantéléèmôn, no 12.

90 Voir Oikonomidès, Patronage, p. 107, et Petit, Actes de Chilandar, no 157 de novembre 1378. Sur le conflit qui opposa Chilandar et Zographou au sujet des moulins de Chantax, voir Laiou, Simon, Eine Geschichte von Mühlen.

91 En particulier, un chrysobulle du tsar Uroš V, daté de 1360/1361 et confirmant la possession de l’un des biens mentionnés dans le « faux diplomatique » de Jean V de 1353, Ptéléa dans la région du Strymon : Korablev, Chilandar slave, no 53. Pour l’identification de ce bien, voir Zivojinović, Le domaine de Chilandar, p. 23.

92 Petit, Actes de Chilandar, no 149.

93 Lavra III, no 142.

94 Un acte délivré par le conseil de l’Athos (Prôtaton) du mois de novembre 1366 mentionne une ordonnance de l’empereur « kyr Iôannès Palaiologos », c’est-à-dire Jean V, relative à une affaire qui opposait les moines de Chilandar à ceux de Zographou au sujet de quelques moulins situés dans le cours du Chantax : Chilandar, no 152, l. 23-24. L’ordonnance de l’empereur byzantin confirmait la décision du Prôtaton et interdisait aux moines de Zographou de faire appel, ce qui constitue une preuve supplémentaire d’un rétablissement de l’autorité byzantine sur la région du bas Strymon.

95 Vatopédi II, no 125. Sur Michaèl Astras Synadènos, voir Estangüi Gómez, Théodôra Palaiologina, p. 162 et n. 131.

96 Vatopédi II, no 125, l. 11-14 : ἃ δὴ καὶ ἐνώπιον τῆς κραταιᾶς καὶ ἁγίας βασιλείας αὐτοῦ καὶ τῶν ἐνασκουμένων τῆ μονῆ ταύτη μοναχῶν, ἔτι τὲ καὶ τοῦ τιμιωτάτου ἐν ἱερομονάχοις καὶ πνευματικοῦ πατρὸς κυροῦ Γρηγορίου τοῦ ἐπονομαζομένου Στυλίτου, ὑπέσχετο ἀπολύσειν καὶ ἐπανασώσειν τῆ σεβασμία ταύτη μονῆ, καὶ ἔμελλεν οὕτω ποιήσειν εἰ μὴ φθάσας ὁ θάνατος ἐκώλυσε τοῦτο.

97 La date de la mort d’Astras peut être établie de manière approximative grâce à la correspondance de Kydônès : voir Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/1, p. 251.

98 Kydônès, Correspondance I, p. 128-129 (L94/T61). Les envoyés de Thessalonique ont raconté les malheurs que subissait la ville à l’époque (cf. l. 4-5 τῶν τῆς πατρίδος συμφορῶν, §) et prié l’empereur d’user de son art pour guérir la ville de sa maladie (cf. l. 10-12, εὖ δὲ ἡμῖν ἡ πόλις βεβούλευται πέμψασα πρέσβεις τοὺς ἐροῦντας τῷ βασιλεῖ τὴν τύχην αὐτῆς καὶ δεησομένους, ἢ δι᾽ ἑαυτοῦ παραγενόμενον τῷ νοσήματι χρῆσθαι τῇ τέχνῃ).

99 Kydônès compare Constantinople à un grand vaisseau : « Il faut s’occuper de surcroît de nos malheurs, sans priver le grand vaisseau de son pilote pour le faire monter dans une barque, puisque, si le grand vaisseau coule, se soucier du reste n’est qu’une folie » (Kydônès, Correspondance I, p. 12913-15 [lettre L94/T61]). La menace qui pèse sur Constantinople à l’époque est certainement celle des Turcs qui s’étaient déjà rendus maîtres des alentours de la capitale (cf. supra, p. 133-134).

100 Kydônès conseille aux Thessaloniciens de profiter de celui qui sera envoyé à la place de l’empereur, parce qu’il est le plus capable de tirer parti de la situation. Selon Kydônès, « nul n’ignorait qu’Astras était comme un Asclépios pour les maladies des villes » (Kydônès, Correspondance I, p. 12925-29 [L94/T61] : ὥστε νῦν μὲν χρῆσθε τῷ μετὰ τὸν βασιλέα δυναμένῳ πράγμασι χρῆσθαι. τοῦτον γὰρ ὑμῖν ἀνθ᾽ἑαυτοῦ κέκρικεν ἐκεῖνος ἀρκέσαι. πάντως δὲ τὸν Ἀστρᾶν οὐκ ἀγνοεῖς, ὃς Ἀσκληπιός τις εἶναι δοκεῖ νοσήμασι πόλεων, φύσεως μὲν φιλοτιμίᾳ τἀγαθὰ τούτων αὔξων, τὰ δὲ λυμαινόμενα τούτοις προσχωρεῖν οὐκ ἐῶν).

101 La dernière lettre envoyée par Kydônès à Astras lorsque ce dernier était encore à Lemnos doit dater du printemps 1365 (cf. Kydônès, Correspondance I, lettre L96/T60). Il se peut que l’impératrice Anne ait été encore vivante à l’époque, parce que l’érudit ne fait aucune mention du poste vacant de gouverneur de Thessalonique.

102 Loenertz, Dèmètrius Cydonès I, p. 62 : « L’impératrice douairière Anne Paléologine (Jeanne de Savoie), mère de Jean V, meurt à Thessalonique. La ville étant menacée par un danger grave… »

103 Rappelons qu’un an plutôt, en juin 1364, le patriarche Kallistos Ier était arrivé à Serrès à la tête d’une ambassade ayant pour but le rapprochement entre les Églises serbe et byzantine (cf. supra, p. 136).

104 Dans un acte de mars 1368, par exemple, Uglješa déplore l’action politique du défunt tsar Étienne Dušan à l’égard de l’Empire byzantin et reconnaît la suprématie de l’Église byzantine : « Après que Dušan se fut proclamé empereur de la Serbie et de la Romanie, il devint arrogant à cause de l’importance de sa dignité et de la grandeur de son autorité […] Il a injustement arraché des provinces et des cités à l’empire et, ayant injustement ordonné dans sa terre un faux patriarche, il sépara son peuple du corps de l’Église œcuménique » (Solovjev, Mošin, Grčke povelje, p. 262-264).

105 Bojović, L’idéologie, p. 381.

106 M. Orbini, Il regno degli Slavi, hoggi corrottamente detti schiavoni, Pesaro 1601, p. 275. Bien que l’auteur se soit appuyé sur des sources contemporaines, qu’il cite, son œuvre doit être utilisée avec prudence, car Orbini utilise ces sources sans critique préalable.

107 La courte durée du mandat d’Astras à Thessalonique est signalée par Kydônès dans une lettre adressée à Tarchaneiôtès, habitant de Thessalonique. Voir Kydônès, Correspondance I, p. 13656-57 (lettre L98/T64) : οἶμαι δέ σε καὶ τῶν τῆς ἀρχῆς αὐτοῦ προοιμίων καλῶν πειραθῆναι.

108 Kydônès, Correspondance I, p. 1379 (lettre L100/T65) : Ἱπποκράτους τῷ βασιλικῷ γενόμενος σώματι.

109 On a déjà vu qu’Astras était, aux dires de Kydônès, comme un Asclépios contre les maladies des villes. L’empereur Jean Kantakouzènos apparaît aussi sous les traits d’Hippocrate, dans une lettre de 1345 : cf. Kydônès, Correspondance I, p. 3465 (lettre L7/T8). Pour l’emploi des métaphores médicales par Kydônès, voir Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/1, p. 125, n. 25.

110 Le destinataire, dont l’identité est inconnue, avait quitté Constantinople pour se rendre à Thessalonique (cf. Kydônès, Correspondance I, p. 1374-5, ἀλγῶν ὅτι μοι τὴν ψυχὴν οὐκ ἄρδει τὸ τῆς σῆς φωνῆς ῥεῦμα, χαίρω πάλιν, χαίροντα μὲν ἀκούσας σε τὸν πλοῦν ἠνυκέναι…) D’après Kydônès, il aurait assisté Astras dans la maladie, mais au moment de la mort de celui-ci, il ne se trouvait pas dans la capitale de la Macédoine : était-il en campagne auprès de l’empereur ? Ce n’est qu’après son enterrement, qu’il avait appris la nouvelle de la mort d’Astras et qu’il avait composé une oraison funèbre en son honneur (ibid., l. 12 et suiv.).

111 L’objectif militaire du séjour de Jean V en Macédoine durant l’été 1365 est également suggéré par la mention dans l’acte Chilandar no 150 de la flotte de guerre avec laquelle Jean V était arrivé à Chrysoupolis (cf. supra, p. 138). Il convient également de signaler qu’à cette époque les Byzantins reprirent la région de Christoupolis des mains des Serbes (cf. infra).

112 Cette tendance avait commencé à se manifester après la mort d’Étienne Dušan en 1355 et sous le règne de sa veuve à Serrès.

113 Les archives de l’Athos ont conservé plusieurs actes de Jovan Uglješa en faveur des monastères, parmi lesquels il y a un chrysobulle souscrit par lui en qualité de despote : l’acte de Vatopédi III, no 137. Il a été considéré par les éditeurs comme un original, mais le fait que la souscription soit différente de celle figurant au bas des autres actes originaux du despote permet de douter de son authenticité.

114 Nous possédons plusieurs actes qui rendent compte des transactions foncières réalisées par des Byzantins en Macédoine dans la période postérieure à 1365 : voir par exemple Vatopédi II, no 121 (novembre 1365), et Docheiariou, no 38 (juin 1366). Notons qu’un acte beaucoup plus tardif, de 1414, dit que deux propriétaires byzantins avaient réussi à constituer une exploitation agricole dans la région de Lankada « à l’époque durant laquelle Uglješa était en paix avec [les Byzantins] » : Vatopédi III, no 204, l. 19-20.

115 En 1366, Uglješa envoya à Constantinople une ambassade au sujet de la réconciliation des Églises. Quelques mois plus tard, fin 1366 ou début 1367, le patriarche Philothéos Kokkinos dépêcha Théophanos, métropolite de Nicée, auprès du despote serbe. Cette ambassade remporta un grand succès, car en mars 1368, en présence de Théophanès de Nicée, Uglješa délivra un acte proclamant le retour à l’obédience de Constantinople des métropolites qui étaient sous sa juridiction : cf. Rigo, Teofane di Nicea, p. 124-125. Cette réconciliation fut proclamée solennellement en mai 1371, à l’occasion d’une nouvelle ambassade du despote serbe à Constantinople sollicitant de l’aide dans la lutte contre les Turcs (cf. ibid., p. 126-127). La réconciliation définitive eut lieu en juin 1375 : voir infra, p. 259.

116 Cf. supra, p. 62.

117 Pantocrator, no 9 (1374), et Vatopédi II, no 141 (1374).

118 Pantocrator, no 9, l. 17 : ὑπάρχομεν εἰς τὸν παρόντα τόπον [Christoupolis] ἔχοντες τὴν πρόσκαιρον ταύτην ἀρχήν.

119 Oikonomidès, Patronage, p. 107-108 ; Ganchou, Autonomie locale, p. 369-370 ; et Estangüi Gómez, Théodôra Palaiologina, p. 156, n. 112.

120 Dans l’acte Pantocrator, no 9 (1374), le mégas primmikèrios rappelle qu’il possédait la forteresse de Chrysoupolis à titre héréditaire en vertu d’un chrysobulle de l’empereur et qu’il pouvait disposer à son gré des biens qui s’y trouvaient : ἐπεὶ ἡ Χρυσούπολις τὸ φρούριον διὰ θείου καὶ προσκυνητοῦ χρυσοβούλλου τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου καὶ βασιλέως ἐδόθη ἡμῖν κατὰ λόγον γονικότητος, ὥστε ἔχειν ἡμᾶς ἐπ᾽ἀδείας ποιεῖν ἐν τοῖς προγενομένοις ἡμῖν ἐν ταύτη κτήμασιν ὅσα καὶ βουλόμεθα (l. 7-8).

121 Deux actes athonites de 1378 attestent la présence de Michaèl Synadènos Astras, theios d’Andronic IV, comme représentant de cet empereur à Christoupolis aux côtés du mégas primmikèrios Iôannès : Estangüi Gómez, Théodôra Palaiologina, p. 168, n. 146 (avec renvoi aux sources). À Ainos, qui était tombée sous l’autorité d’un certain Iôannès Libadarios après une révolte du dèmos en 1356, on connaît la présence d’un fonctionnaire impérial, l’ἐπὶ τοῦ κανικλείου Manouèl Angélos. Selon Ganchou, Autonomie locale, p. 370, c’était aussi en vertu d’une proskairos archè que Libadarios gouvernait Ainos.

122 Sur la conquête serbe de Christoupolis et sa reconquête ultérieure par les Byzantins, voir Estangüi Gómez, La région de Christoupolis.

123 Oikonomidès, Patronage, p. 107-108. En été 1364, les frères Alexioi sollicitèrent du patriarche Kallistos Ier, qui passa par la région lors de son ambassade à Serrès (supra, p. 136), la nomination de Pétros, évêque de Polystylos, comme métropolite de Christoupolis. C’est la preuve que la ville était déjà entre leurs mains (la date « été 1364 » découle de la nouvelle datation du voyage de Kallistos Ier à Serrès démontrée par Gjuzelev, Der letzte bulgarisch-byzantinische Krieg). L’acte d’août 1365, dans lequel les Alexioi sont qualifiés de « seigneurs qui gouvernent à Christoupolis » (ἄρχοντες οἵτινες ἄρχουσι τῆς Χριστοπόλεως) émane du patriarche Philothéos Kokkinos : MM I, p. 475-476 ; voir aussi Darrouzès, Regestes V, no 2501.

124 L’emplacement des tombeaux des frères Alexioi est encore aujourd’hui visible dans le katholikon du monastère.

125 G. T. Dennis, The Short Chronicle of Lesbos, 1355-1428, Lesbiaka 5, 1965, p. 123-142 (= Id., Byzantium and the Franks, 1350-1420, Londres 1982 [Variorum Collected Studies Series 150], I, p. 3-22), ici p. 128-129 [p. 8-9] (avec renvoi aux autres sources). Sur Francesco Ier Gattilusio, voir aussi PLP 16888.

126 Nicolò Ier Gattilusio est attesté comme seigneur d’Ainos en 1384 par la chronique dite de Lesbos (Dennis, Chronicle of Lesbos, p. 15), mais deux lettres de Kydônès le montrent déjà en possession de cette ville depuis au moins 1382 (Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/1, p. 195-199). Sur la domination des Gattilusio sur les îles d’Imbros et de Samothrace, voir Ganchou, Héléna Notara Gateliousaina, p. 142, n. 3, et infra, p. 274, n. 703. Ajoutons qu’en décembre 1383, Andronic IV, à l’époque gouverneur de la côte de la mer de Marmara, délivra un prostagma en faveur de Lavra, concernant les biens du monastère situés dans les alentours d’Ainos : Lavra III, no 166. Cet acte mentionne les gouverneurs (κεφαλαττικεύοντες) d’Ainos, mais rien n’indique que la ville échappait alors à la souveraineté byzantine. Pour la datation de cet acte, longtemps controversée, voir la démonstration conduite par Svoronos dans Lavra IV, p. 123, n. 410.

127 C. Asdracha, Les prétentions politiques de Palamède Gattilusio (1409-1455), seigneur d’Ainos, d’Imbros et de Samothrace, dans Oriente e Occidente tra Medioevo ed Età Moderna. Studi in onore di Geo Pistarino, t. 1, Gênes 1997, p. 41-45, a interprété l’attitude des Gattilusio à l’égard de l’Empire comme une preuve de leur volonté de s’en affranchir politiquement et de revendiquer une pleine souveraineté dans les territoires qui étaient sous leur domination. Ganchou, Héléna Notara Gateliousaina, p. 152, n. 48, a contesté cette interprétation, mettant à profit un passage de la chronique de Kritoboulos qui témoigne de la présence des délégués de l’empereur de Constantinople dans les îles tenues par les Gattilusio (Kritoboulos, p. 8528-862).

128 Ganchou, Héléna Notara Gateliousaina, p. 152, n. 48. Sur les monnaies des Gattilusio, voir S. Kofopoulos, A. Mazarakis, I Gattilusio : revisioni genealogiche et numismatiche, dans Πρακτικά συνεδρίου. Οι Γατελούζοι της Λέσβου, Athènes 1996 (Μεσαιωνικά τετράδια 1), p. 399-434.

129 À l’occasion de la disparition de Francesco Ier en août 1384, Kydônès écrivit à son ami Radènos à Thessalonique pour lui faire part de la mauvaise nouvelle. Dans sa lettre, Kydônès fait l’éloge du défunt et exprime ses craintes sur le plan politique : « Maintenant [c’est-à-dire après la mort de Francesco] ont poussé un soupir de soulagement Turcs, Syriens, Phéniciens et les Barbares qui habitent près des bouches du Nil et que la crainte qu’ils avaient de lui et qu’ils portaient dans leur cœur empêchait de dormir… » (Kydônès, Correspondance II, no 273, p. 19240-43 ; voir aussi Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 3, no 284, p. 158-161).

130 Bien qu’il soit difficile de mesurer l’intensité de ce tremblement de terre, il faut noter qu’il fut ressenti à Constantinople, comme en témoignent plusieurs sources contemporaines.

131 L’inscription est éditée par Asdracha, Inscriptions de Thrace orientale et Imbros, no 28, p. 257-259, photo pl. 110b. Sur le contexte historique, voir Ganchou, Autonomie locale (avec référence aux sources).

132 Voir infra, p. 155-158.

133 Astras dirigea les travaux de Sainte-Sophie, en collaboration avec l’architecte catalan Joan de Peralta. Sur la formation d’Astras comme architecte, voir Kantakouzènos IV § 4 ; III, p. 3013 (περὶ οἰκοδομίας ἔχων εὐφυῶς). En 1352, tous deux souscrivirent le traité de paix avec Gênes en qualité de capitaneis Constantinopoli, soit gouverneurs de la capitale ; Astras portait à l’époque le titre de mégas hétaireiarchès (Liber iurium, no 203, col. 606 ; nouv. éd. Mambrini, Libri iurium, t. 2/3, p. 479-485, no 315 : et etiam presentibus magno drogario vigilie domino Iohanne de P(er)alta et magno eteriarcha domino Georgio Astra, familiaribus imperii et nunc existentibus capitaneis Constantinopoli... [p. 484]). Après l’entrée de Jean V à Constantinople, Peralta, resté fidèle à Kantakouzènos, semble être tombé en disgrâce puisqu’il disparaît des sources. Astras dut en revanche se ranger immédiatement du côté de Jean V : après 1354, les sources le qualifient désormais de mégas stratopédarchès, ce qui signifiait à l’époque une promotion du 27e au 10e rang dans la hiérarchie aulique (Pseudo-Kôdinos, Traité des Offices, p. 300). Sur Astras, on consultera en premier lieu Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/1, p. 250-254, et PLP 1598. Les travaux de restauration de Sainte-Sophie s’achevèrent au début du règne de Jean V. Cet empereur se fit représenter dans une mosaïque sous la coupole de la basilique, aujourd’hui disparue mais connue grâce aux dessins des Fossati : cf. C. Mango, Materials for the Study of the Mosaics of St. Sophia at Istanbul, Washington 1962, p. 67 et suiv. Sur cette mosaïque, voir aussi M. Della Valle, Committenza artistica e produzione di codici al tempo di Anna Paleologina (1345-1365 ca), Rivista dell’Istituto Nazionale d’Archeologiae Storia dell’Arte (3e série) 19-20, 1996-1997, p. 424-425, qui suppose l’existence, en face du portrait de Jean V, d’une autre mosaïque représentant sa mère, Anne de Savoie.

134 Kydônès, Correspondance I, no 94, p. 128-129, en particulier p. 12925 (τῷ μετὰ τὸν βασιλέα

δυναμένῳ πράγμασι χρῆσθαι) ; voir aussi Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/2, no 61, § p. 169-170.

135 Sur la prise d’Ainos en 1456, voir Ganchou, Héléna Notara Gateliousaina.

136 Quelques grandes villes situées à l’intérieur, Andrinople et Didymotique, résistèrent un peu plus que d’autres aux attaques ottomanes grâce à leurs solides fortifications. Une inscription sur les murs d’Andrinople et portant le nom d’un empereur Jean pourrait témoigner de travaux de fortification sous le règne de Jean VI, selon l’hypothèse d’Asdracha, Inscriptions de Thrace orientale et Imbros, no 15.

137 Sur les fortifications de Constantinople, voir en premier lieu N. Asutay-Effenberger, The Land Walls of Constantinople. Studies in the History of their Topography and Construction, Berlin 2007. Sur les travaux de restauration des murailles de Constantinople à l’époque envisagée, voir K.-P. Matschke, Builders and Building in Late Byzantine Constantinople, dans Byzantine Constantinople. Monuments, Topography and Everyday Life, éd. N. Necipoğlu, Leyde 2001 (The Medieval Mediterranean 33), p. 315-328.

138 Pour un aperçu plus détaillé de l’histoire de Sélymbria, voir S. Eyice, Alexis Apocauque et l’église byzantine de Sélymbria (Silivri), Byz. 24, 1964, p. 77-104.

139 Le texte est conservé dans deux manuscrits : Marcianus II, 168 (fol. 750r-750v) et Kamariotissa 51 (53) (fol. 309r-309v). Il a été édité, traduit et commenté par Magdalino, Selymbria. Sur Philothéos de Sélymbria, voir PLP 29896.

140 Magdalino, Selymbria, p. 311, l. 35-37 : καὶ μάλιστα περὶ θείων ἱερῶν ἀργῶν κειμένων παντάπασιν, ὅτι διεπράθησαν δι᾽ἀνάγκην ὑπὲρ αἰχμαλώτων καὶ τῆς πόλεως, καὶ ὀχύρωμα ἐγεγόνει διὰ τὴν τῶν Ἀγαρηνῶν ἐπιβουλὴν τηνικαῦτα.

141 Ibid., p. 310 : « It was probably written before 1381, since it contains no reference to the Emperor Andronikos IV who resided at Selymbria after that date. »

142 Covel, Voyages en Turquie, p. 43-51. Sur les murs de Sélymbria, voir aussi F. Dirimtekin, La forteresse byzantine de Sélymbria, dans Actes du Xe Congrès international d’Études byzantines, Istanbul 15-21. ix. 1955, Istanbul 1957, p. 127-129.

143 Parmi ces villes figurait Héraclée de Thrace, dont la citadelle est située sur une presqu’île, protégée par une haute falaise du côté de la mer (voir Covel, Voyages en Turquie, p. 121).

144 MM II, no 364, p. 61-64 : τὸν πύργον, ὡς ἔχειν σήμερον, οἰκοδομῆσαι (p. 63, l. 1). Voir aussi, Mitsiou, Administration.

145 Des maisons à louer et un entrepôt de blé situés en dehors des murailles de Constantinople, près du rivage de la Corne d’Or, sont mentionnés dans un acte de 1342 (Lavra III, no 123). Plus au sud, près de la Porte Dorée, mais toujours à l’extérieur des murs, se trouvait le célèbre sanctuaire de la Zôodochos Pègè (cf. Janin, Constantinople, p. 223-228).

146 Koutoulos est sans doute l’actuel Kurtulus, un quartier d’Istanbul. Sur cette forteresse, voir TIB 12, p. 482.

147 Iorga, Notes et extraits, t. 1, p. 71 : [7 décembre, 1401] ipse testis fuit missus in Grecia, ad quoddam castrum positum in Grecia, quod erat tunc Turchorum, vocatum Cotolo. Voir aussi Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 77.

148 Sphrantzès VII § 2, p. 165.

149 Cf. Barker, Manuel II, p. 352, n. 99. En effet, en 1403, Clavijo dit que de Constantinople au territoire turc « ha muy poco […] no más de tres millas » (Clavijo, p. 146). La tour que Clavijo appelle « de la Trapea » (ibid., p. 150) avait été bâtie par les Génois au bord de la mer pour protéger Péra : cf. Balard, La Romanie génoise, t. 1, p. 192.

150 Lampros, Ὑπόμνημα, Néos Hell. 7, 1910 p. 362 : Post Constantinopolim in parte occidentali Greci non dominantur in illa parte, nisi spacium terre in longitudine octo dierum equestre ambulando et in latitudine duorum dierum vel minus quam terram dominatur imperator Grecorum in pace ad suum libitum, in guerra autem cum infidelibus exceptis aliquibus civitatibus et castris marinis totum ab infidelibus occupatur. Le territoire sous domination byzantine en Thrace en 1437 était plus ou moins identique à celui de la fin du xive siècle, après la chute d’Andrinople (1368/1369) : cf. infra, p. 354.

151 Clavijo, p. 150 (« Un poco adelante, pasaron cerca de dos castillos que están en dos oteros que están juntos con el mar ; e el un castillo ha nombre Girol de la Grescia e el otro, Girol de la Turquía ; […] e el de Grecia está despoblado e destruido ; e el de Torquía está poblado ») et p. 151 (« E en la tierra de Grecia e de la Turquía, parescieron acerca del mar muchas iglesias e edificios derrocados »). Les deux châteaux appelés « Girol de la Grescia » et « Girol de la Turquía » sont les deux places fortes de Hiéron, sur les deux rives du Bosphore : cf. TIB 12, p. 412-413. Voir aussi Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 79.

152 Voir par exemple l’acte Lavra III, no 127 de 1346, qui dit que « les moines du monastère impérial de Lavra […] dont les biens [à Lemnos] ont subi de grands dommages, se trouvent dans la gêne… » À la même époque, l’higoumène et les hiéromoines de Lavra s’étaient rendus dans cette île afin d’y constater les dommages subis par leurs biens (Lavra III, no 125). Sur les attaques des pirates contre Lemnos, voir aussi Haldon, Limnos, p. 183.

153 La date de l’arrivée d’Astras à Lemnos peut être déterminée avec une certaine précision. Après son éviction d’Ainos (au cours de l’année 1356, cf. Ganchou, Autonomie locale, p. 367-368), il rentra à Constantinople et y demeura quelque temps jusqu’à son départ pour Lemnos : le 8 octobre 1357, il était encore dans la capitale, lorsqu’il signa le renouvellement de la trêve avec Venise (MM III, p. 126, et Diplomatarium II, no 21, p. 43). Kydônès signale dans une lettre qu’il s’était enfui de Constantinople comme d’une prison, c’est-à-dire en cachette et de façon inattendue (Kydônès, Correspondance I, p. 794 [lettre L46/T44]). Cette affirmation laisse penser que le départ d’Astras pour Lemnos avait surpris même l’entourage de l’empereur. Le premier document délivré par Astras en tant que gouverneur de Lemnos est un acte de donation pour Vatopédi de juillet 1359 (Vatopédi II, no 114) ; toutefois, son arrivée dans l’île doit être antérieure au moins de quelques mois, car cet acte mentionne la fin des travaux de la tour de Moudros, dont la construction avait déjà été ordonnée par Astras. La date de l’entrée en charge d’Astras comme gouverneur de Lemnos doit donc être comprise entre la fin de 1357 et le début de 1359.

154 Outre le kastron de Myrina, qui date de la première moitié du xiiie siècle, on connaît l’existence dans l’île de quelques fortifications antérieures au milieu du xive siècle ; le château de Sphoungaras, près de la baie de Gomatou, est par exemple mentionné dans un praktikon de 1284 comme palaiokastron (Lavra II, no 73, l. 8 et 28). L’endroit est aujourd’hui connu sous le nom de Mikro Kastelli (cf. Haldon, Limnos, p. 202). De plus, la chronique de Marino Sanudo Torsello (Istoria del Regno di Romania) indique pour le xiiie siècle que « questa isola avea molti castelli » (Sanudo, p. 137).

155 Lavra III, no 127, l. 4-8 : εὐεργετηθῶσι τὸ ἐν τῆ νήσω Λήμνω παλαιοκάστελλον τὸ λεγόμενον τοῦ Κοντέα, μετὰ τῆς περὶ αὐτὸ γῆς τῶν Τραχυσάνων, ἥτις κατελογίζετο πρότερον ὡς ζευγηλατεῖον τῆς βασιλείας μου, καὶ ἀνακτίσωσι καὶ περιποιηθῶσι τὸ τοιοῦτον παλαιοκάστελλον καὶ κατοικίσωσιν ἐν αὐτῶ ἀνθρώπους καὶ εὑρίσκηται τοῦτο εἰς δεφένδευσιν καὶ προσοχὴν καὶ σὺν Θεῶ ἀσφάλειαν τῆς τοιαύτης νήσου. Les biens de Lavra à Kontéas ont été recensés en août 1346 (Lavra III, no 126). Sur cette question, voir aussi Lavra IV, p. 143-144. Sur Kontéas, voir TIB 10, p. 198-199. Les ruines d’une fortification sont encore visibles à 1 km au sud-est de l’actuel village de Kontias, sur un promontoire peu élevé, situé près de la mer. Les dimensions de ces vestiges font penser qu’il devait s’agir d’une forteresse qui servait avant tout de poste de garde de la côte. Un autre château (kastellion), appelé Hexadaktylos, est mentionné dans un praktikon de 1355 pour Lavra entre Kontéas et la côte (Lavra III, no 136, l. 62).

156 Kydônès, Correspondance II, p. 799-11 (lettre L46/T44).

157 Un arsenal semble avoir existé dans l’île dès le début du xie siècle : cf. Malamut, Îles, p. 601.

158 Vatopédi II, no 114 : ἀνεγείρω καὶ ἀνοικοδομήσω καὶ πῦργον εἰς ἀσφάλειαν τοῦ ἐκεῖσε χωρίου (l. 25). Le village de Moudros est situé au fond de la baie qui porte son nom, au sud de l’île. Je ne connais aucune source qui parle d’une enceinte l’entourant. Cette tour donnée à Vatopédi constitue, me semble-t-il, son seul appareil défensif. Sur Moudros, voir aussi TIB 10, p. 236 (« Mudros »).

159 C’était l’une des clauses de la donation de la tour de Moudros à Vatopédi par Astras : μέχρις ἂν ἐν τοῖς ζῶσι καταλέγωμαι καὶ εὑρίσκωμαι ἐν τῆ Λήμνω, ἵνα συνεπεξουσιάζωμεν ἀμφότεροι, ἐγὼ τὲ καὶ οἱ μοναχοί, τοῦ τοιούτου πύργου, καὶ δεσπόζωσιν αὐτοὶ τούτου ὁμοίως ἐμοὶ καὶ ἐγὼ ὁμοίως αὐτοῖς. Ἐπειδὰν δὲ βουλήσει Θεοῦ ἢ ἀπὸ τῶν ἐνταῦθα ἐξέλθω καὶ μεταβῶ εἰς ἕτερον τόπον ἢ τὸ χρεὼν λειτουργήσω, ἵνα κατέχωσι τὸν πῦργον οἱ ῥηθέντες μοναχοὶ κατὰ τελείαν δεσποτείαν καὶ κυριότητα (Vatopédi II, no 114, l. 37-40).

160 Vatopédi II, no 118, voir en particulier l. 8-10.

161 Vatopédi III, no 165 (1387), l. 17 : εἰς τὸ χωρίον τὸ Μοῦνδρος πῦργον […] μετ᾽αὐλῆς ὡς καστέλλιον

162 Lavra III, no 141.

163 Voir Lavra IV, p. 146.

164 Kydônès, Correspondance I, p. 14626-27 (lettre L108/T55) : τὰ νῦν περὶ τὴν Λαύραν σοι πεπραγμένα. Tinnefeld propose de dater cette lettre de l’automne 1363. On aura l’occasion de Prochoros Kydônès, qui fut finalement condamné par le patriarche Philothéos de reparler en 1368 : cf. infra, p. 365-366.

165 La ville byzantine de Kastron s’appelle aujourd’hui Myrina, qui avait été son nom dans l’Antiquité. À l’époque médiévale, elle est aussi connue sous le nom de Palaiokastron, qui sert peut-être à la distinguer de Kotzinos, l’autre ville fortifiée de l’île, de fondation plus récente. Sur Kastron/Palaiokastron, voir TIB 10, p. 246-248. Dans le premier registre ottoman pour l’île de Lemnos (TT 25), daté de 1490, il est question de deux toponymes : Kastron (Kasri) et Palaiokastron (Pali Kasri). Selon Beldiceanu, Lemnos à la fin du xve siècle, p. 249-250, il doit s’agir dans les deux cas de la ville de Myrina, mais Haldon, Limnos, p. 203-204, et Lowry, Limnos, p. 29, pensent qu’il s’agit de Kastron et de Kotzinos.

166 Kotzinos est située dans la partie septentrionale de l’île, au fond de la baie de Bournia. Kritoboulos dit qu’elle était la deuxième ville la plus importante de l’île (Kritoboulos III, 14,4). Sur Kotzinos, voir TIB 10, p. 201-202.

167 L’acte est conservé dans le folio 135v d’un manuscrit du xve siècle de la bibliothèque de Vienne (Vindob. Phil. gr. 241). Il porte le titre πρόσταγμα εἰς τὴν Λαύραν κῦρ Ἰωάννου τοῦ Παλαιολόγου τοῦ πατρὸς κῦρ Μανουήλ. Il n’est daté que par le quantième (23), le mois (mai) et l’indiction (14). Il a été édité et commenté pour la première fois par Hunger, Kaiser Johannes V., qui l’a daté de mai 1376 (même datation dans Dölger, Regesten V, no 3151, et dans Haldon, Limnos, p. 179, n. 56). Il est réédité dans le volume III des Actes de Lavra, App. XIV, mais les éditeurs proposent une autre datation, plus vraisemblable, celle de mai 1361, en raison des données biographiques concernant Makarios Glabas Tarchaneiôtès : PLP 27497.

168 Lavra III, App. XIV, l. 5-9 : ὁ περιπόθητος θεῖος τῆς βασιλείας μου κῦρις Μακάριος Γλαβὰς ὁ Ταρχανειώτης ὡρίσθη καὶ ἀπέρχεται εἰς τὴν νῆσον Λῆμνον διὰ δουλείας ἀναγκαίας. Διορίζεται γοῦν πρὸς ὑμᾶς ἡ βασιλεία μου, ἵνα μετὰ ἐξόδου τοῦ θεοφρουρήτου βεστιαρίου βοηθήσητε τούτω εἰς πᾶν ὅπερ ἂν χρειασθῆ τῆς ἀπὸ τῶν αὐτόθι συνδρομῆς καὶ βοηθείας, χάριν τῆς ἀνακτίσεως καὶ περιποιήσεως τοῦ τε Παλαιοκάστρου καὶ τοῦ Κοτζίνου.

169 Ibid., l. 9 : εἴς τε σανίδια καὶ ἑτέραν ξυλὴν καὶ πρὸς τούτοις δώσητε αὐτῶ τεχνίτας δύο.

170 Voir Haldon, Limnos, p. 200, et Docheiariou, p. 301-303.

171 Avant 1394, le monastère athonite du Pantokratôr fit construire une tour dans son domaine d’Anô Chôrion, près du village de Pispéragos (auj. Pédinon) : Pantocrator, no 20, l. 8. Vers le troisième quart du xive siècle, les moines de Philothéou firent fortifier un moulin (pyrgomylona) qu’ils possédaient à Palaiokastron : Phil. Supp., no 7, l. 36.

172 Par exemple, en 1442, la forteresse de Kotzinos, alors sous le commandement du futur empereur Constantin XI, supporta un siège des Ottomans : cf. infra, p. 391.

173 Cf. infra, p. 169-173.

174 Buondelmonti, Liber insularum, p. 53.

175 E. Armao, In giro per il mar Egeo con Vincenzo Coronelli, Florence 1951, p. 61.

176 Piri Reis, Kitab-ı Bahriye, éd. E. Zekâi Ökte, Istanbul 1988, p. 50. Traduction empruntée à Lowry, Limnos, p. 14. Il existe une traduction en allemand du texte de Piri Reis : P. Kahle, Bahrije. Das türkische Segelhandbuch fûr das Mitteländische Meer vom Jahre 1521, 2 vol., Berlin/Leipzig 1926-1927.

177 Sathas, Documents inédits, t. 7, p. 218.

178 Lowry, Limnos, p. 34.

179 Sur le contexte politique de la Macédoine dans le troisième quart du xive siècle, voir supra, p. 134-146.

180 Bakirtzis, Urban Continuity, p. 62-63 (avec bibliographie).

181 Sur les murailles de Thessalonique, voir entre autres Tafrali, Topographie de Thessalonique, p. 30-114 ; M. Vickers, The Date of the Walls of Thessalonica, Istanbul Arkeoloji Müzeleri Yıllığı 15-16, 1969, p. 313-318 ; G. Gounarès, Τα τείχη της Θεσσαλονίκης, Thessalonique 1976, et G. M. Bélénès, Τα τείχη της Θεσσαλονίκης από τον Κάσσανδρο ως τον Ηράκλειο, Thessalonique 1998. Sur ce dernier titre, voir le compte rendu de J.-M. Spieser, Les remparts de Thessalonique. À propos d’un livre récent, BSl. 60, 1999, p. 557-574.

182 L’Heptapyrgion fut considérablement remodelé après la seconde conquête turque de la ville en 1431 pour abriter la résidence du gouverneur ottoman. Cette forteresse reçut en turc le nom de Yedi Kule.

183 Avant la Quatrième croisade, Thessalonique tomba deux fois entre les mains de l’ennemi : en 904 elle fut prise par les Arabes et en 1185 par les Normands. Sur les prises de Thessalonique, voir Odorico, Thessalonique, en particulier p. 9-34.

184 Pour un recueil des inscriptions conservées sur les murailles de Thessalonique, voir Spieser, Inscriptions de Thessalonique.

185 Spieser, Inscriptions de Thessalonique, no 23, p. 170-171. L’inscription mentionne le πανσέβαστος λογοθέτης τοῦ στρατιωτικοῦ Hyaléas, képhalè de Thessalonique. Lemerle, Philippes, p. 224, n. 7, a suggéré l’identification de ce personnage avec un mégas adnoumiastès du même nom, signataire de l’acte Petit, Actes de Chilandar, no 123 (1333).

186 P. N. Papagéorgiou, Θεσσαλονίκης ΑΚΠΛ, Μακεδονικόν Ἡμερολόγιον 6, 1913, p. 23-25, avait transcrit le monograme comme ἀκ(ρό)π(ο)λ(ις). Ultérieurement, Tafrali, Topographie de Thessalonique, p. 46, a reconstitué Ἀ(νδρόνι)κ(ος) Π(αλαιο)λ(όγος). Sur cette inscription, voir aussi Bakirtzis, Urban Continuity, p. 41.

187 Cette inscription a été éditée plusieurs fois ; l’édition la plus récente est celle de Spieser, Inscriptions de Thessalonique, no 28, p. 175-176. L’état de conservation en est mauvais, ce pourquoi la lecture de plusieurs lettres a posé problème, en particulier la dernière lettre de l’an du monde et le nom de famille du kastrophylax. Pour l’an du monde, Tafrali, Topographie de Thessalonique, p. 48, avait lu γ´= 6863 (1354/55), un chiffre qui ne correspond pas à l’indiction θ´-(9), dont la lecture est certaine. Loenertz, Chronologie de Nicolas Cabasilas, p. 217, n. 2, constatant cette difficulté, a considéré la reconstitution de Tafrali incertaine et a préféré, sous réserve, le chiffre, - pour l’an du monde = 6864 (1355/56). Spieser, Inscriptions de Thessalonique, no 28, p. 175-176, est d’accord avec la restitution de Loenertz (« après examen de la pierre, il semble qu’on puisse la garder l. 9 : [δ´] : restitution obligée à cause de l’indiction »). La transcription du nom du kastrophylax reste plus problématique. Tafrali avait transcrit :/7 κα[στρο]φύλακος Ἰώ(άννου) [τοῦ] Χαμαετοῦ/8 Κον…, mais Loenertz a proposé d’enlever l’article [τοῦ] devant Chamaétos et de le placer au début de la ligne 8, précédant ce mot dont les seules lettres certaines sont « Ko ». Le début de la ligne 8 est donc transcrit par Loenertz ainsi : [τ]οῦ Κο… Plus récemment, Spieser, reprenant une hypothèse de Papagéorgiou, a reconstitué cette ligne de la manière suivante : [τ]οῦ κοια[ίστορος], c’est-à-dire « le questeur ». Dans l’entrée du PLP consacrée à ce personnage (30538), le titre koiaistôr est accompagné d’un point d’interrogation, à juste titre me semble-t-il, parce que cette titulature est quasiment inconnue pour l’époque des Paléologues et n’apparaît que dans les cercles lettrés de la cour de Constantinople (cf. Index PLP, s.v.). Le fait que ce terme soit précédé de l’article [τ]οῦ suggère au contraire qu’il peut s’agir du nom de famille principal du kastrophylax, comme par exemple Koutalès, famille bien attestée à cette époque à Thessalonique.

188 Voir infra, n. 192.

189 Cette inscription a été publiée par Duchesne, Bayet, Mémoire, no 107, et Tafrali, Topographie de Thessalonique, p. 44, et, plus récemment, par Spieser, Inscriptions de Thessalonique, no 29, p. 176-177, qui a depuis corrigé sa lecture du nom du commanditaire (doux Géôrgios Apokaukos) par celle de γεώργιος δοὺ[ξ] ἀποκαυκος dans Id., Inscriptions de Thessalonique : addenda et corrigenda, TM 7, 1979, p. 333-340, et fait le rapprochement avec un Géôrgios Doukas Apokaukos, mégas droungarios à Constantinople en 1342 (PLP 1183). Voir aussi Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 83, n. 240. Notons également qu’un Géôrgios Apokaukos est attesté à Constantinople en 1403 (PLP 1181). Le personnage de l’inscription de Thessalonique doit être distingué d’un autre Géôrgios Doukas, oikeios de l’empereur Manuel II à Thessalonique en 1375 (il signe l’acte de Vatopédi II, no 145, l. 22), qui doit être en revanche identifié à Géôrgios Doukas Tzykandylès, actif à Thessalonique entre 1373 et 1381 (PLP 28126).

190 Plusieurs sources emploient le terme « château » pour désigner le monastère de Chortaïtès : ASV, Senato, Secreta, reg. 10, fol. 173 (castrum Cortiati), cité dans Iorga, Notes et extraits, t. 1, p. 480, et Konstantin le Philosophe, p. 50 (градб Хортиятб). À propos des événements de la première guerre civile, Grègoras raconte que le gouverneur de Thessalonique de l’époque, Kônstantinos Palaiologos, un fils d’Andronic II, trouva refuge dans le monastère de Chortaïtès lors de l’avancée des troupes d’Andronic III : Grègoras VIII § 11 ; I, p. 356-357 ; voir aussi Dieten, Gregoras, t. 2/1, p. 165-166.

191 Sur l’emplacement du monastère de Chortaïtès, voir Dennis, The Reign of Manuel II, p. 75-76. Une petite église édifiée à la fin du xiie siècle, dédiée à la Transfiguration (Métamorphôsis), subsiste encore aujourd’hui sur l’un des flancs du mont Chortiatès, qui pourrait être identifiée avec l’une des dépendances du monastère de Chortaïtès : N. Nikonanos, Ἡ ἐκκλησία τῆς Μεταμόρφωσης τοῦ Σωτῆρος στὸ Χορτιάτη, dans Κέρνος, Τιμητικὴ προσφορὰ στὸν καθηγητὴ Γεώργιο Μπακαλάκη, Thessalonique 1972, p. 102-110.

192 Bakirtzis, Urban Continuity, p. 62-63 : « The Chortiates monastery on Mount Chortiates, which is mentioned by Gregoras in 1322 and by Anagnostes in 1430 as a monastery very close to the eastern wall of Thessalonike and not in the foothills of Mount Chortiates. » La localisation de Chortaïtès près de la muraille orientale est due à un passage d’Anagnostès, qui écrit qu’en 1430, « Mourad en personne […] ne cessa à aucun moment de combattre dans la zone qui s’étend du Trigonion – comme on l’appelle – jusqu’où se trouve le monastère de Chortaïtès » (Anagnostès, éd. Bekker, p. 30 § 29 ; trad. Odorico, Thessalonique, p. 272).

193 Iviron II, no 52 (1104), l. 384, et Iviron III, no 76 (vers 1320). Voir aussi l’introduction d’Iviron III, p. 40. Suivant Janin, Grands centres, p. 414-415, le monastère de Chortaïtès auquel fait allusion Anagnostès, proche de la tour du Trigonion, doit être identifié avec le métoque que ce monastère possédait à l’intérieur de la ville (voir note précédente).

194 Dennis, The Reign of Manuel II, p. 76, souligne que le début du siège de Thessalonique par les Ottomans en 1383 fut précédé de la prise de la forteresse de Chortaïtès. Matschke, Die Schlacht bei Ankara, p. 85, n. 256, a suggéré que ce château peut avoir été détruit par les Ottomans dans les années 1380 et restauré plus tard.

195 Des restes d’un aqueduc, de moulins et d’un canal d’irrigation sont encore visibles sur les flancs du mont Chortiatès : cf. Siaxambani, Watermills, p. 338-341.

196 Il s’agissait de moines du monastère des Blatades : Sathas, Μεσαιωνικὴ βιβλιοθήκη, t. 1, p. 257.

197 Sur le monastère des Blatades, voir Janin, Grands centres, p. 356-358.

198 Voir G. Theocharidès, Οἱ ἱδρυταὶ τῆς ἐν Θεσσαλονίκῃ μονῆς τῶν Βλατάδων dans Πανυγυρικὸς Τόμος … Γρηγορίου τοῦ Παλαμᾶ, Thessalonique 1960, p. 49-70, et Bakirtzis, Urban Continuity, p. 60.

199 Sur la kastroktisia, voir l’étude fondamentale de S. Troianos, Καστροκτισία. Einige Bemerkungen über die finanziellen Grundlagen des Festungsbaues in byzantinischen Reich, Byzantina 1, 1969, p. 39-57, et Oikonomidès, Fiscalité, p. 110-111. Pour la période qui nous occupe, voir Bartusis, State Demands, et Kontogiannopoulou, La fiscalité sous les Paléologues, p. 19.

200 Pour les actes postérieurs à 1355, je n’ai trouvé qu’une seule attestation du terme kastroktisia, dans le chrysobulle en faveur des Monemvasiotes installés à Constantinople, que l’historiographie a longtemps considéré comme un faux ou attribué à l’empereur Andronic III (1336) et que, plus récemment, E. Kislinger a attribué – de manière convaincante – à Jean V et daté de la période 1367-1373 (Kislinger, Privilegurkunde, p. 226, l. 33).

201 Ce chrysobulle de l’empereur Jean VIII délivré en octobre 1428 confirmait la pronoia de Pléthon (LPP III, p. 331-333, ici p. 331, l. 9-10 : τῶν ὑπὲρ τοῦ Ἑξαμιλίου ἀποταχθέντων ἢ ἀποταχθησομένων κεφαλαίων).

202 Il s’agit de l’argyrobulle du 202. despote Théodôros Palaiologos de novembre 1427 (LPP IV, p. 104-105, ici p. 104, l. 21), de l’argyrobulle du despote Théodôros Palaiologos de septembre 1433 (ibid., p. 106-109, ici p. 107, l. 14 et p. 108, l. 8), du chrysobulle de l’empereur Constantin XI de février 1449 (ibid., p. 19-22, ici p. 20, l. 11 et p. 21, l. 3) et de l’argyrobulle du despote Dèmètrios Palaiologos de juillet 1450 (ibid., p. 192-195, ici p. 192, l. 7 et 11 et p. 193, l. 12 et 24). Le phlôriatikon est mentionné aussi dans un horismos du despote Thômas Palaiologos de 1436 ou 1451 pour une compagnie de soldats albanais (cf. Zakythinos, Le despotat grec de Morée, t. 2, p. 237-238, et 351 ; voir aussi Branouses, Institutions, p. 81-88). Sur le phlôriatikon, voir ODB, s. v. kastroktisia [A. Kazhdan], t. 2, p. 1112. Sur l’Hexamilion, voir infra, p. 349-352.

203 MM V, p. 174-175.

204 Cf. Branousès, Institutions, et Bartusis, State Demands, p. 206-207.

205 LPP IV, p. 190-191.

206 Vatopédi II, no 114.

207 Ibid., l. 47-50 : ὅσοι προσκαθήμενοι ἔλθωσιν εἰς τὸν τόπον ὃν ἀρτίως ἔλαβον οἱ τιμιώτατοι μοναχοὶ τοῦ Βατοπεδίου περὶ τὸ χωρίον τοῦ Μούδρου, τὸν μὲν πρῶτον χρόνον διατελῶσιν ἀνενόχλητοι καὶ ἀναπαίτητοι παντὸς κεφαλαίου κειμένου ἐνταῦθα, ἀπὸ δὲ τοῦ δευτέρου χρόνου καὶ εἰς το εξῆς διδῶσι μόνον τὸ τεταγμένον τέλος τῆς βίγλης, εἴπερ ἔχουσι ζῶα καὶ τὴν νενομισμένη δεκατίαν.

208 Il s’agit de l’ennomion, sur lequel voir infra, p. 493-494.

209 Voir par exemple Iviron III, no 58 (chrysobulle de Michel VIII de 1259), l. 49 ; ibid., no 72 (chrysobulle de Michel IX de 1310), l. 68 ; Vatopédi III, no 165 (praktikon de 1387), l. 74 et 81. Le terme apobiglisis est utilisé par exemple dans un acte de 1462 du despote Dèmètrios Palaiologos, lorsqu’il était gouverneur de Lemnos sous l’autorité ottomane : ibid., no 234, l. 10 et 11.

210 Sur le bigliatikon, voir Lemerle, Karakala, p. 444.

211 Outre l’acte d’Astras pour Vatopédi de 1359, les actes de la période témoignent des réticences de l’État à céder l’impôt de la bigla : voir par exemple Vatopédi III, no 165 (1387), l. 74, 81, et no 227 (1442), l. 85, 127. En dehors de Lemnos, les actes qui parlent du bigliatikon sont moins nombreux : voir par exemple un acte de 1419 relatif à un bien de Vatopédi en Macédoine et qui mentionne le service de la bigla (Vatopédi III, no 213, l. 9). Sur le bigliatikon à Lemnos, voir Haldon, Limnos, p. 166. Le même impôt existait dans les territoires sous domination latine : J. Richard, Agricultural Conditions in the Crusader States, dans A History of the Crusades. V, The Impact of the Crusades on the Near East, éd. K. Setton, Wisconsin 1985, p. 251-295, parle d’une taxe appelée vigliatico prélevée dans les îles d’Eubée, de Tinos et de Mykonos.

212 Dans la seconde moitié du xiiie siècle, l’empereur Michel VIII avait accordé des privilèges fiscaux à certains paysans, habitant près des côtes, dits prosalentai, en échange de leurs services dans la flotte impériale : cf. Lavra II, p. 17-18. Un acte fiscal du premier tiers du xve siècle (Docheiariou, no 60) mentionne un paysan, nommé Géôrgios Moschatos, qui jouit d’une exemption d’impôts partielle grâce à la basmoullikè douleia et aux autres services qu’il remplissait. Cette basmoullikè douleia est vraisemblablement le service dans la marine de guerre. Sur cette question, voir Docheiariou, p. 306. En 1325, le monastère de Chilandar accéda à la demande du Prôtaton de construire une tour de veille sur son domaine de Komitissa, situé à l’entrée de la presqu’île de l’Athos, qui servait à la protection de toute la communauté. En échange, les moines de Chilandar bénéficiaient de franchises fiscales : Dölger, Schatzkammern, no 93 ; voir aussi G. Ostrogorsky, Komitisa i svetogorski manastiri, ZRVI 13, 1971, p. 227-234, et Bartusis, Byzantine Army, p. 316. Un acte du despote Andronikos Palaiologos, fils de Manuel II, de mai 1419 (Vatopédi III, no 213) mentionne une exemption fiscale accordée au village de Prosphorion, bien de Vatopédi, parce que sa tour servait de bigla et contribuait à l’intérêt commun (cf. l. 8-9 : τὸ δὲ διὰ τὴν κοινὴν πάντων σύστασιν καὶ ὠφελειαν, ἐπειδὴ εἰς βίγλας ἀρμώζη ὁ τοιούτος πύργος).

213 MM II, no 651, p. 501-502 ; voir aussi Darrouzes, Regestes VI, no 3212.

214 MM II, no 651, p. 50113-15 : ἄλλα ἐπ᾽ἄλλοις προεφασίσατο, καὶ δημοσίας ἀπαιτήσεις καὶ ζημίας καὶ συγκροτῆσεις εἰς ἀνάκτισιν τοῦ κάστρου, δι᾽ἃς οὐκ ἐδίδου αὐταῖς τὸ τέλος κατὰ τὸ ἀκέραιον.

215 Hunger, Testament Matthaios I., p. 301.

216 On ne sait pas quel poids accorder aux corvées imposées à la population pour la construction et la réparation des forteresses et remparts. Il est en effet vraisemblable que, durant les principaux sièges, la population ait collaboré activement au maintien des murs. Toutefois, cela ne suppose pas l’existence d’une corvée régulière imposée par l’État à ses sujets, puisque les sources parlent d’ouvriers salariés pour la construction des forteresses (cf. Bartusis, Byzantine Army, p. 290). Notons néanmoins qu’en Serbie la population était tenue de réparer les forteresses. Par exemple, le Zakonik prévoit une corvée appelée gradozidanije qui consistait en la reconstruction des fortifications par les habitants du lieu (Zakonik, art. 127 ; voir aussi Bartusis, Byzantine Army, p. 290-291). Un acte de la moniale Eugénia, veuve du prince serbe Lazar, et de ses fils Stefan et Vuk Lazarević, daté de 1394/95 (Lavra IV, Actes serbes, no 6) parle d’un impôt nommé biglja, qui est la version serbe de l’impôt byzantin de la bigla. Dans un acte de janvier 1427, le despote Stefan Lazarević (ibid., Actes serbes, no 10) exemptait les villages dépendant du monastère de Lavra de l’obligation de fournir la corvée pour la construction des forteresses, s’ils prenaient part aux travaux de restauration de la forteresse de Belgrade.

217 Sur les conditions d’occupation des îles à l’époque médiévale, voir P. Horden, N. Purcell, The Corrupting Sea. A Study of Mediterranean History, Oxford 2000 ; H. Bresc, Îles et tissu « connectif » de la Méditerranée médiévale, Médiévales 47, 2004, p. 123-138.

218 Pour les îles de l’Égée, voir de manière générale Ahrweiler, Byzance et la mer ; E. Kolodny, La population des îles grecques : essai de géographie insulaire en Méditerranée, Aix-en-Provence 1974 ; Malamut, Îles ; et G. Saint-Guillain, Seigneuries insulaires : les Cyclades au temps de la domination latine (xiiie-xve siècle), Médiévales 47, 2004, p. 31-45.

219 À propos de la production agricole des îles de l’Égée, voir Thiriet, La Romanie vénitienne, p. 163 et 326 ; Zachariadou, Prix et marchés, p. 292-293 et 305 ; Gallina, Una società coloniale, p. 130 ; et plus récemment Saint-Guillain, Amorgos, p. 116-120.

220 En particulier sur la piraterie turque contre les îles sous domination latine et le commerce des esclaves, voir Zachariadou, Holy War in the Aegean, p. 217-218, et Saint-Guillain, Amorgos, p. 113-116.

221 La plupart des historiens sont en effet d’accord sur le fait que Lemnos était peu peuplée à l’époque : voir Svoronos dans Lavra IV, p. 147 (« Pendant cette longue période d’un siècle et demi, Lavra n’a cessé, certes, d’accroître son domaine à Lemnos, mais cette accumulation de terres ne s’accompagne sûrement pas d’un progrès de leur mise en valeur »), Laiou, Agrarian Economy, p. 365-366 (« The worst problem was the depopulation of the countryside, brought about by the wars and the outbreaks of the plague […] This stark picture of decline of human and animal resources is made even starker in the records for the island of Lemnos… ») et Lefort, L’économie rurale, p. 412 (« C’est seulement dans une région dépeuplée comme l’était l’île de Lemnos au début du xve siècle que l’on retrouve de très vastes exploitations, de 100 modioi ou même bien davantage, jusqu’à 600 modioi ; mais elles n’étaient sans doute pas entièrement mises en culture »).

222 Un praktikon de 1348 pour Vatopédi (Vatopédi II, no 98) et un autre de 1355 pour Lavra (Lavra III, no 136) témoignent de nombreuses tenures en déshérence (exaleimmata) qui avaient été accordées aux monastères de l’Athos. Sur cette question, voir infra.

223 Par exemple, les actes de Dionysiou, nos 21 (peu avant 1425) et 25 (1430) rendent compte de plusieurs tenures paysannes de grande étendue (environ 300 modioi).

224 Les actes relatifs au domaine foncier de Patmos à Lemnos montrent que, entre la fin du xiiie siècle et le deuxième quart du xive siècle, le nombre de parèques dépendant du monastère augmenta (Patmos II, no 74 et Patmos I, no 16 et App. I et II). Toutefois, cette documentation s’arrête avant le milieu du xive siècle sans que l’on puisse constater les effets de la deuxième guerre civile sur le nombre de parèques. Sur les biens de Patmos à Lemnos, voir de manière générale TIB 10, p. 269. Le nombre de parèques installés sur les terres de Vatopédi n’a pas cessé d’augmenter non plus jusqu’au milieu du xve siècle.

225 La faible densité démographique de Lemnos pourrait expliquer l’essor de l’élevage au xve siècle (voir infra, p. 345-347). Toutefois, il se peut aussi que cette activité économique ait été simplement le fruit des investissements productifs des monastères pour exploiter des terres qui n’étaient pas labourables, comme la presqu’île de Phakos.

226 Kantakouzènos I § 51 ; I, p. 2594-10. Il est peut-être question de la terre donnée à ces Coumans à Lemnos dans un acte de Vatopédi de 1348, qui mentionne « la terre qui avait été détenue par les Turcs » (γῆν ἣν κατεῖχον οἱ Τοῦρκοι, cf. Vatopédi II, no 98, l. 23 ; voir aussi les notes, p. 219).

227 Vatopédi III, no 161. Sur la tour de Moudros, cf. supra, p. 156.

228 Ibid., no 161, en particulier l. 6 : ἀλλὰ δὴ καὶ μετὰ τῶν ἄλλων τῶν ἐσυστερον μετωκισθησομένων ἐκεῖσε παρ᾽αὐτῶν ἀπὸ τῶν μετοχίων αὐτῶν. Le chrysobulle de confirmation est un type d’acte qui était devenu peu fréquent à cette époque de l’histoire byzantine en raison du rétrécissement des frontières de l’Empire : l’acte Vatopédi III, no 161, fut délivré au lendemain de la restauration de Jean V sur le trône de Contantinople en 1379, après l’usurpation de son fils Andronic IV.

229 Vatopédi III, no 165, l. 61 : ἀπὸ τῶν ἐν τῆ δύσει μετοχίων αὐτῶν ἢ καὶ ἀλλαχόθεν.

230 Vatopédi II, no 114. Sur cet acte, voir supra, p. 164-165.

231 Voir les exemples cités dans les notes suivantes.

232 On retrouve dans certains actes le terme xénochôritai pour désigner les paysans qui n’habitaient pas sur le même domaine : cf. Lavra II, no 109 (1321), l. 972-973 et 985-987. Il n’est pas certain que les termes xénoparoikoi et xénochôritai soient équivalents, comme semble le suggérer Svoronos dans Lavra IV, p. 168.

233 Vatopédi II, no 128, l. 45-46 : προσκαθημένους οὗς ἤφερον οἱ μοναχοὶ ξένους καὶ τῶ δημοσίω ἀνεπιγνώστους.

234 Neuf de ces familles paysannes sont mentionnées sans enfants (cela pouvait peut-être signifier que les enfants étaient en bas âge), cinq avec un ou deux enfants et deux individus sont célibataires.

235 Vatopédi II, no 128, l. 52-55 : εἴπερ δὲ ἐπιμεληθῶσι καὶ φέρωσιν ἀφ᾽ἑτέρας χώρας ἑτέρους ἀνθρώπους ξένους καὶ τῶ δημοσίω ἀνεπιγνώστους καὶ προσκαθήσουσιν εἰς τὸ δηλωθὲν μετόχιον αὐτοῦ τοῦ Μούδρου, ὀφείλουσιν κατέχειν καὶ τούτους ὡς καὶ τοὺς καταγραφομένους ἄνωθεν ἑτέρους αὐτῶν προσκαθημένους.

236 Le praktikon de 1368 dit simplement que Vatopédi devait détenir tous les biens sans être importuné et en percevoir tout le revenu comme l’avait ordonné l’empereur ταῦτα δὲ πάντα ὀφείλει κατέχειν καὶ νέμεσθαι ἡ δηλωθεῖσα σεβασμία βασιλικὴ μονὴ τοῦ Βατοπεδίου ἀνενοχλήτως παντάπασι καὶ ἀδιασίστως καὶ τὴν ἐξ αὐτῶν πασαν ἀποφέρεσθαι πρόσοδον καθῶς ὁ κραταιὸς καὶ ἅγιος ἡμῶν αὐθέντης καὶ βασιλεὺς διορίσατο (ibid., l. 55-57). L’ordonnance impériale à laquelle fait allusion le praktikon est un chrysobulle délivré par Jean V en juillet 1362 (Vatopédi II, no 117), par lequel Vatopédi recevait la confirmation de ses droits sur le métoque de Moudros. Le chrysobulle ne fait aucune allusion au statut fiscal de la terre ou des paysans de Vatopédi, mais il est certain qu’ils jouissaient déjà des privilèges accordés par Astras trois ans plutôt (Vatopédi II, no 114).

237 Vatopédi III, no 165.

238 Déjà au début du xive siècle, les moines de Patmos avaient mis à l’abri plusieurs de leurs parèques dans leur domaine de Saint-Jean de Stylos en Crète, par crainte des attaques turques : Saint-Guillain, L’Apocalypse et le sens des affaires, p. 773-774.

239 En 1106, l’empereur Alexis Ier Komnènos accorda au monastère de l’Éléousa, près de Strumica (Macédoine), l’exemption fiscale pour 12 parèques « libres et non soumis à l’impôt » (ἐλεύθεροι καὶ ἀτελεῖς), que les moines allaient installer sur leurs domaines (Éléousa, p. 28-29). Dans d’autres actes, on retrouve l’expression équivalente καὶ μήτε γῆν ἰδίαν ἔχοντας, μήτε δημοσιακοῖς χαρτίοις ἐγγεγραμμένους, c’est-à-dire « ceux qui ne possèdent pas de terre en propre et ne sont pas inscrits dans les actes du fisc » : cf. Patmos I, no 18, l. 427-428 (lysis d’Alexis Ier Komnènos, 1099 ou 1114).

240 Phil. Supp., no 7. L’acte est conservé par une copie datant du xve ou du xvie siècle (cf. ibid., p. 323). Il ne porte aucune marque d’authentification ni mention de la date. Son éditrice, V. Kravari, l’a daté avec prudence de la « fin du xive ou début du xve siècle ». Toutefois, elle précise que « ce praktikon a été établi sous le règne de l’empereur qui avait donné l’ordre à Trichas de procéder au recensement de Lemnos (cf. l. 10 de notre document) ». Lorsque V. Kravari releva ce fait, on ignorait encore que Trichas avait effectué son recensement en 1368, c’est pourquoi elle a songé à identifier l’empereur avec Manuel II : « Il est difficile d’admettre que cet empereur soit Jean V, qui est mort en 1391, à une date assez proche, selon nous, du recensement de Trichas ; il ressort en effet de notre document que ce recensement lui était bien antérieur (cf. l. 9 : πρὸ χρόνων). Dans ce cas, l’empereur en question serait Manuel II… » Il n’y a désormais plus de doutes sur le fait que l’empereur qui ordonna la rédaction du praktikon pour Philothéou était bien Jean V et que le seul recensement de l’île après celui de Trichas et avant la mort de cet empereur est celui de 1387-1388 réalisé par le collège Sébastopoulos-Cheilas (sur lequel, voir infra, p. 370).

241 Ibid., l. 26-31 : ἐπὶ δὲ ἐζητήθη πρὸς ἡμᾶς παρὰ τῶν μοναχῶν ὡς ἂν ἐπιμεληθῶσιν καὶ φέρωσιν ἀνθρώπους ἀπὸ πέραν καὶ πρὸσκαθήσωσην εἰς τὸ μετόχιον, ἐξουσιάζην αὐτῶν καὶ μὴ ἐξείναι τῆς τὰ δημόσια ἐνεργούσιν ἀπὸσπάσαι τινὰς ἐξ αὐτῶν καὶ εἰσσάξαι εἰς τὸ δημόσιον, δείξαντας πρώτερον τοὺς τιοῦτους ἀνθρώπους τοῖς κατὰ κερὸν ἐνταύθα κεφαλατικεύουσι καὶ τοῖς τὰ δημόσια ὑπηρετοῦσιν […] ἐἂν ἡ μοναχοὶ τούτο ποιήσωσιν, ἔχειν τοὺς ριθεντας ἐλευθερίαν καὶ ἀνενοχλησίαν ἀπὸ τοῦ μέρους τοὺ δημοσίου.

242 Il s’agit des actes de Vatopédi III, nos 227 et 236.

243 Docheiariou, no 53, l. 31-33 : ὡσαύτως ὀφείλουσιν ἔχειν ἐπ᾽ἀδείας φέρειν ἀπὸ τῶν ἐκτὸς τοῦ τῆς Θεσσαλονίκης συνόρου χωρῶν ἀνθρώπους ἐλευθέρους καὶ τῶ δημοσίω ἀνεπιγνώστους, ὅσους ἂν καὶ εὕρωσι, καὶ προσκαθίσαι ἐν τοῖς τοιούτοις χωρίοις ἀυτῶν, καὶ ἔχειν καὶ τούτους μονομερῶς μετὰ καὶ τῶν ἀναγεγραμμένων παροίκων αὐτῶν ἀνενοχλήτως τὲ καὶ ἀδιασείστως.

244 Lavra III, no 161, l. 50-52 : ἐδόθη τοῖς εἰρημένοις μοναχοῖς ἄδεια προσκαθίσαι ἐν τοῖς αὐτῶν μετοχίοις ἀνθρώπους ἐλευθέρους καὶ τῶ δημοσίω ἀνεπιγνώστους, ὅσους ἂν δηλαδὴ δυνηθῶσιν εὑρεῖν καὶ προσκαθίσαι, κατέχειν τὲ καὶ τούτους μετὰ καὶ τῶν ἀναγεγραμμένων ἀνενοχλήτως καὶ ἀδιασείστως ἐλευθέρους τὲ καὶ ἀκαταζητήτους ἀπὸ πάσης καὶ παντοίας δημοσιακῆς ἀπαιτήσεως καὶ βάρους.

245 MM 171-174, ici p. 172, l. 17-18 : εἴτε πάροικοί εἰσιν, εἴτε ἐλεύθεροι, εἴτε ἄλλοι ὁποῖοί εἰσιν. L’acte ne porte pas de date.

246 Il se peut également que d’autres familles paysannes portant un patronyme qui dénote leur origine étrangère, puissent néanmoins avoir été installées dans leur terre d’accueil depuis plusieurs générations.

247 De Monemvasie : Lavra III, no 136, l. 21, τοῦ Μονεμβασιώτου.

248 Ibid., l. 128, τὸν Ἀλβανίτην.

249 De Kalamaria, c’est-à-dire de Chalcidique : ibid., l. 27, Ἰωάννου γαμβροῦ τοῦ Καλαμαρᾶ.

250 Ces paysans sont, pour la plupart, originaires des autres îles du nord de l’Égée, comme l’île de Chios (ibid., l. 29, Εὐστρατίου τοῦ Χιώτου), de Samothrace (ibid., l. 99, Γρηγορίου τοῦ Σαμοθρακίτου) et de Lesbos (ibid., l. 42, Γεωργίου γαμβροῦ τοῦ Μιτυληναίου). Il y est peut-être aussi question d’un paysan de Mykonos (ibid., l. 37, Μηκωνιάτου).

251 Vatopédi III, no 165, l. 62 et 68 respectivement.

252 Ibid., l. 70.

253 Ibid., l. 71.

254 Vatopédi III, no 227, l. 80-81 : ξένον παρὰ τῶν τιμιωτάτων μοναχῶν τῆς μονῆς εἰσαχθέντα Θεόδωρον τὸν ἀπὸ τὰ Ἰάνινα.

255 Originaires de la vallée du Strymon sont mentionnés Théodôros Strymônitès, habitant du village d’Éladiaba (Vatopédi III, no 200, l. 17) et Thômas Strymônitès du village de Saint-Mamas (ibid., l. 22). Dans un praktikon de 1418 pour Vatopédi, il est question d’un Théodôros Strymmonitès, habitant du village d’Hermèleia (Vatopédi III, no 211, l. 25). Originaires de la région de Berroia sont Konstas Béroiôtès du village de Drymosyrta (Lavra III, no 161, l. 21) et Iôannès Berroiôtès du village de Gomatou (ibid., l. 64).

256 Théodôra veuve de Boulérènos habitant du village de Drymosyrta (ibid., l. 24) et Iôannès Xanthos (peut-être aussi « le blond ») du village d’Éladiaba (Vatopédi III, no 200, l. 12).

257 Lavra III, no 152, l. 13 : ὁ δὲ μοναχὸς Ἰωαννίκιος ἐκεῖνος ξένος.

258 Vatopédi II, no 98.

259 Ibid., l. 52-59 : ἐδόθη ἀρτίως παρ᾽ἐμοῦ καὶ εἰς τὸ εἰρημένον χωρίον τὸ Μενάλουπον ἐξάλειμμα Γεωργίου τοῦ Γουλιαμῆ καὶ τῶν ἀδελφῶν αὐτοῦ Εἰρήνης καὶ Καλῆς, ἅτινα ἔχουσι ἀμπελοτόπιον μοδίων δ´ καὶ γῆν μοδίων σ´, κηποτόπιον μοδίων γ´… Il est intéressant de relever que, dans cette description d’une tenure foncière, on ne parle pas de vignes ou de jardins, mais de la terre pour planter des vignes (ampélotopion) ou de la terre pour planter un jardin (kèpotopion), ce qui suggère l’état d’abandon de ces parcelles. Sur le terme ampélotopion, voir Lefort, L’économie rurale, p. 419, n. 151 : « Le terme ampélotopion désigne sans doute un terrain préparé pour une plantation de vigne. » Sur le kèpotopion, voir aussi Lavra IV, p. 91, n. 194.

260 Les dimensions de ces tenures s’accordent bien avec celle d’une unité d’exploitation paysanne moyenne, entre 50 et 200 modioi de terre. Sur les dimensions des tenures paysannes, voir supra, p. 26.

261 Il s’agit de l’acte de Lavra III, no 136.

262 Voir par exemple ibid., l. 73-74 : ἔχει καὶ εἰς τὸ Πτέριον ἐξάλειμμα, ὅπερ καὶ προκατεῖχεν, Ἰωάννου ἱερέως τοῦ Ἰωαννακίου καὶ Νικολάου τοῦ ἀδελφοῦ αὐτοῦ, ἅτινα ἔχουσι γῆν μοδίων σ´.

263 Vatopédi II, no 114. Sur d’autres aspects du contenu de cet acte, voir supra, p. 164-165.

264 Ibid., no 117.

265 Les terres provenant d’exaleimmata que Vatopédi possédait en 1348 étaient localisées en plusieurs endroits de Lemnos : à Ménaloupon (cf. Vatopédi II, no 98, l. 32-33, 35-38, 40-41 et 52-54), à Lagôodontou (ibid., l. 12 et 54-57), à Répanidion (ibid., l. 11, 58-59 et 68-70), à Akrôtèrion (ibid., l. 13-14), à Bounaria (ibid., l. 11), à Strobyléa (ibid., l. 33-34), à Tygkônin (ibid., l. 34), à Sinapida (ibid., l. 41-42) et à Lankada (ibid., l. 42). Quelques-uns de ces toponymes sont peut-être de simples lieux-dits, d’autres désignent des villages d’une certaine importance, comme Lagôodontou ou Répanidion. Quoi qu’il en soit, on notera qu’aucun de ces biens n’est localisé à Moudros.

266 Vatopédi II, no 117, l. 3 : ὅντινα δὴ πῦργον μετὰ καὶ γῆς δισχιλίων μοδίων πλησίον τούτου διακειμένης ἀποκατέστησεν εἰς μετόχιον προσκυρώσας.

267 On a vu que le terme « métoque » servait à désigner un centre d’exploitation domanial : cf. supra, p. 24, n. 66.

268 Vatopédi II, no 128, l. 27-29 : ἐπεὶ δὲ ἔδοξε καλὸν ἡμῖν τὲ καὶ τοῖς μοναχοῖς καὶ ἀντὶ τῆς ἐπιλήπου γῆς τῶν πεντακοσίων μοδίων τῆς ἀγορᾶς τοῦ Χρυσοβέργη, ἔτη δὲ καὶ ἀντὶ τῆς τοῦ Χαούλη γῆς τῶν πεντακοσίων μοδίων τῆς εὐεργετηθήσης ἀρτίως πρὸς αὐτοὺς δοθῆ ἑτέρα γῆ εἰσόποσος ταύτης, ἤδη παρεδόθη πρὸς αὐτοὺς ἡ τοιαύτη γῆ τῶν χιλίων μοδίων οὕτως [suit la délimitation]. La terre de Chrysobergès avait une superficie de 700 modioi, mais le monastère de Vatopédi décida d’échanger seulement 500 modioi, gardant la possession des autres 200 modioi, qui sont délimités dans ce praktikon de 1368 (cf. ibid., l. 24-27).

269 Ibid., p. 40-41.

270 Vatopédi II, no 125 : acte d’octobre 1366. Sur cet acte, voir aussi supra, p. 142.

271 Ibid., p. 41 : les éditeurs remarquent que « nous ne connaissons pas les raisons de ces modifications. On peut penser que Vatopédi a abandonné des biens au nord et au sud de Moudros pour arrondir ce domaine vers l’est, mais cela n’est qu’une hypothèse ».

272 Sur le regroupement des biens afin de constituer de grands domaines fonciers, voir Smyrlis, La fortune, p. 131-132.

273 Saint-Pantéléèmôn, no 16, l. 5-8 : « Ma Majesté prescrit par la présente ordonnance que soit donné au susdit monastère de notre saint martyr Pantéléèmôn trois zeugaria [de terre], pris sur la terre impériale, libre et de qualité supérieure, hors des zeugèlatéia impériaux » (ὅθεν καὶ διορίζεται ἡ βασιλεία μου δια του παροντος αὐτῆς προστάγματος ἵνα δοθῆ πρὸς τὸ εἰρημένον μοναστήριον τοῦ αγίου μου μάρτυρος Παντελεήμονος, ἀπὸ ἐλευθέρας βασιλικῆς γῆς τῆς κρείττονος ποιότητος καὶ ἔξω οὔσης τῶν βασιλικῶν ζευγηλατείων, γῆ ζευγαρίων τριῶν).

274 De manière exceptionnelle, l’État pouvait faire donation à certains monastères de paysans pour cultiver leurs terres. En 1361 par exemple, Géôrgios Synadènos Astras mit Lavra en possession de vingt familles de parèques contre versement d’un impôt de 40 hyperpres (Lavra III, no 139).

275 Un acte de 1344 mentionne un certain Arsénikas, doux de Berroia et intendant des zeugèlateia impériaux de la région de Thessalonique, qui était actif durant le règne de Michel VIII : πρῶτον μὲν ἡμῖν περιορισμὸν ἐμφανίζει τοῦ τοιούτου κτήματος πρὸ ἑβδομήκοντα χρόνων ἤδη γεγενημένον παρὰ τοῦ δουκὸς Βερροίας καὶ τῶν περὶ τὴν Θεσσαλονίκην βασιλικῶν ζευγηλατείων τοῦ Ἀρσενικᾶ (Docheiariou, no 23, l. 17-18). La délimitation d’un bien foncier appartenant à Docheiariou, contenue dans un acte du recenseur Kônstantinos Makrènos de 1338, mentionne un zeugèlateion impérial (βασιλικὸν ζευγηλατεῖον) : Docheiariou, no 19, l. 22.

276 Un acte de 1321 dit que toute la commune d’un village constituait un domaine impérial : τῆς ὅλης περιοχῆς τοῦ βασιλικοῦ ζευγηλατείου χωρίου τοῦ Μακρογένους (Lavra II, no 110, l. 4-5). Cet acte est signé par « les serviteurs de notre puissant et saint seigneur et empereur, les recenseurs du thème de Thessalonique et intendants des domaines impériaux, le sébastos Kônstantinos Pergamènos et Géôrgios Pharisaios » (οἱ δοῦλοι τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου καὶ βασιλέως ἀπογραφεῖς τοῦ θέματος Θεσσαλονίκης καὶ ἔνοχοι τῶν τοιούτων ζευγη-λατείων τῶν βασιλικῶν σεβαστὸς Κωνσταντῖνος ὁ Περγαμηνος καὶ Γεώργιος ὁ Φαρισαιος, ibid., l. 22-25). Un chrysobulle de Jean V, daté d’août 1346, dit que la terre de Trachysana, située à Lemnos, avait été enregistrée en tant que « zeugèlation de Ma Majesté » (κατελογίζετο πρότερον ὡς ζευγηλατεῖον τῆς βασιλείας μου) avant d’être donnée au monastère de Lavra : Lavra III, no 127, l. 6. Et toujours à Lemnos, plusieurs zeugaria de terre furent détachés du zeugèlateion impérial de Chaoulè pour être donnés à Vatopédi : Vatopédi II, no 128 (1368), l. 8.

277 Oikonomidès, The Role of the Byzantine State, p. 994-995.

278 Pour le statut du parèque, voir en premier lieu Karayannopulos, Ein Problem, et infra, p. 469-475. Sur les parèques du fisc, voir Ostrogorsky, Paysannerie, p. 11-24.

279 L’acte du Pantocrator est publié en Appendice parce qu’il n’est conservé qu’en traduction moderne. Les deux autres actes sont l’acte de Dionysiou, no 21, et l’acte de Docheiariou, no 60.

280 Pour plus de détails sur ces actes, voir Estangüi Gómez, Quelques paysans aisés.

281 Voir par exemple Dionysiou, no 21 : ὁμοίως ἐδόθη αὐτῶ ετέρα γῆ εἰς τὸν Ἅγιον Γεώργιον τὰ Νεώματα (l. 15-16) ou ἐδόθη αὐτῶ καὶ ἡ εἰς τὴν Μέλισσαν γῆ ἡ μετα τοῦ Λαγκαδιώτη ἡ ἡμίσεια (l. 35-37). On retrouve la même expression dans l’acte Esphigménou, no 8 (vers 1300), qui témoignerait donc du même procédé à propos d’une terre de Macédoine.

282 Dionysiou, p. 146.

283 Voir par exemple Docheiariou, no 60 : ἀπὸ τῶν ὑποστάσεων τῶν Φρυδάδων μερίδα τρίτην (l. 25-26) ou χωράφια ἀπὸ τῆς ὑποστάσεως τοῦ Μελαμπῆ τὰ ἡμίση (l. 33).

284 Il y avait certes quelques tenures qui s’étaient transmises de père en fils (voir par exemple Pantocrator, Appendice, l. 34 : γῆν ἀπὸ τὸ πατρικόν του ὑποστατικόν), mais la plupart de ces transferts de terres ne semblent pas pouvoir s’expliquer par l’héritage : « On constate que seule une partie d’une tenure provient certainement d’un héritage ; toutes les autres parcelles avaient antérieurement appartenu à des personnes aux noms de famille différents de ceux des détenteurs du moment » (commentaire d’Oikonomidès à l’acte de Docheiariou, no 60, p. 305). Oikonomidès constate aussi qu’il y a trop de biens pour que la dot puisse expliquer tous les transferts. C’est pourquoi il a conclu que le rôle de l’État dans la répartition de lots de terre entre les paysans avait dû être important, notamment en raison de l’emploi de la forme verbale « a été donné » : « Il me semble plus vraisemblable que nous sommes devant une politique systématique de redistribution de terres à de jeunes paysans tenus à les mettre en valeur » (ibid., p. 305).

285 Voir par exemple Dionysiou, no 21, l. 15-25 : le paysan nommé Chatzilalas détenait à Saint-Georges ta Néômata la moitié d’un terrain de 300 modioi, l’autre moitié ayant été donnée à Langadiôtès (ὁμοίως ἐδόθη αὐτῶ [= Langadiôtès] ετέρα γῆ εἰς τὸν Ἅγιον Γεώργιον τὰ Νεώματα […] καὶ ἔστι γῆ μοδίων τ´, ἀφ᾽ὧν ἡ ἡμίσεια ρν´ τούτω καὶ ἡ ἡμίσεια τὸ Χατζίλαλα). L’acte Docheiariou, no 60, s’exprime autrement, mais il parle toujours de « moitiés » de biens : Ἰωάννης ὁ τοῦ Πετρου Καζάνου ἔχει […] ἐσωθύριον τὸ μετὰ τοῦ Μαρμαρᾶ τὸ ἥμισυ (l. 31), εἰς τὰ Μοίρα τοῦ Στιβανοῦ, τὸ μετὰ τοῦ Μαρμαρᾶ, τὸ ἥμισυ, μοδίων ε´ (l. 34), εἰς τὸ Τζυγκώνιν, τὸ μετ᾽αὐτοῦ [= Marmaras] τὸ ἥμισυ, μοδίων δ´ (l. 35), etc.

286 Dionysiou no 21, l. 90.

287 Oikonomidès, The Role of the Byzantine State, p. 1050.

288 Selon Oikonomidès, cette distinction aurait existé au moins jusqu’à l’époque des Comnènes : « In the new state economy of the Komnenoi, the distinction between the revenue of state and the revenue of the crown was, of course, retained » (cf. ibid., p. 995).

289 Dans le Bas-Empire romain existaient la comitiva sacrarum largitionum qui était chargée de l’aerarium sacrum, ou « biens du fisc », et la res privata qui regroupait les biens de l’empereur : cf. Ma.-J. García Garrido, Diccionario de jurisprudencia romana, Madrid 20003, s.v. Pour la période byzantine, voir Kaplan, Propriétés, p. 10-15, et Id., Quelques aspects des maisons divines du vie au ixe siècle, dans Ἀφιέρωμα στὸν Νίκο Σβορῶνο, éd. B. Kremmydas, Ch. Maltézou et N. M. Panagiôtakès, Réthymnon 1986, t. 1, p. 70-96, ici p. 70-75 (= Id., Byzance. Villes et campagnes, p. 138-156).

290 Oikonomidès, The Role of the Byzantine State, p. 993.

291 A. Failler, L’éparque de l’armée et le bestiariou, REB 45, 1987, p. 199-203, ici p. 202.

292 On a vu par exemple que l’empereur Michel IX, fils et co-régent d’Andronic II, possédait des biens en Asie Mineure qui faisaient partie de son oikonomia (cf. supra, p. 35). Pachymérès parle d’un certain Kaloeidas qui était intendant des biens de l’impératrice Théodôra Palaiologina, femme de Michel VIII (Pachymérès VI § 25 ; II, p. 6219-10 : ἐξυπηρετούμενος τῶν ταμιείων). Les biens de l’impératrice sont également mentionnés dans l’acte de Lembos, no 99 (1270 ?), éd. MM I, p. 175-176.

293 Voir par exemple Smyrlis, La fortune, p. 160-161 : « Par terres fiscales, j’entends ici non seulement les biens appartenant au fisc proprement dit, mais aussi ceux appartenant à des maisons pieuses et à des membres de la famille impériale. » En effet, dans la documentation de cette époque, on ne retrouve pas une distinction réelle entre les biens de l’Empereur et les biens du fisc. Il est également difficile de savoir si une partie des revenus des biens publics était destinée à une « cassette » pour les dépenses de la maison impériale. Cela semble toutefois improbable, puisque les sources ne témoignent pas de l’existence d’une administration spécifique pour de tels revenus.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search