Version classiqueVersion mobile

Byzance face aux ottomans

 | 
Raúl Estangüi Gómez

Première partie. Un empire affaibli : les crises de la première moitié du xive siècle

Chapitre III. L’impact de la crise sur les provinces

Texte intégral

1Dans le premier chapitre, on a vu les raisons qui ont conduit l’Empire byzantin au bord de la désintégration au milieu du xive siècle. On y a pris en compte les bouleversements politiques et les changements qui s’étaient opérés dans la société du temps. Il s’agit d’aborder maintenant l’impact que ces transformations eurent sur les provinces : dans quelle mesure la guerre civile et plus tard l’occupation serbe et bulgare des territoires de l’Empire modifièrent le régime de la propriété foncière et comment la guerre et l’insécurité affectèrent la société rurale et transformèrent l’aspect des campagnes byzantines. Il s’agit en définitive de déterminer, au-delà des généralités, les effets concrets de la crise de la première moitié du xive siècle sur les territoires qui appartenaient alors à Byzance, afin de préciser la situation interne de l’Empire au lendemain de la deuxième guerre civile, qui coïncidait avec le début du long règne effectif de Jean V (1354-1391).

1. L’évolution de la propriete fonciere, de la deuxieme guerre civile a la conquete serbe (1341-1354)

2Les diverses crises de la première moitié du xive siècle entraînèrent des changements notables dans le régime de la propriété foncière de l’Empire, par exemple l’accroissement des grands domaines aux dépens de la propriété paysanne. De même, le transfert de population d’Asie en Europe, dès la fin du xiiie siècle, avait provoqué un manque de terres, ce qui fut l’une des causes de la première guerre civile.

3À l’époque de la deuxième guerre civile et sous le règne de Jean VI (1347-1354), la situation de la propriété foncière subit encore les conséquences des confiscations de terres opérées par les deux partis et de la conquête serbe et bulgare.

La dynamique des confiscations et des cessions de terres au cours de la guerre civile

4Durant la deuxième guerre civile, le nombre de terres qui changèrent de main du fait des confiscations fut considérable ; chaque parti récompensa ses soutiens avec les biens pris à ses adversaires. En peu d’années, beaucoup de grandes fortunes s’écroulèrent, victimes des confiscations, et, à l’inverse, certains individus parvinrent à se constituer de grands patrimoines fonciers.

  • 352 Kantakouzènos III § 29-30 ; II p. 183-185 ; et Grègoras XII § 14 ; II, p. 620.

5Au début du conflit, les partisans de Kantakouzènos furent les principales victimes des confiscations. Après le départ de l’usurpateur pour Didymotique, où il se fit proclamer empereur en octobre 1341, une bonne partie des biens des « kantakouzènistes » fut saisie par les fidèles à la régence. À Constantinople, par exemple, au cours de l’automne et de l’hiver 1341, la régence saisit les biens de la famille Kantakouzènos et de ses partisans352. Puis, au fur et à mesure que les révoltes et les émeutes populaires se répandaient dans l’ensemble des territoires de l’Empire, un grand nombre des dynatoi ralliés à la cause de l’usurpateur virent aussi leurs biens confisqués ; d’abord ceux qu’ils possédaient à l’intérieur des principales villes et plus tard dans l’arrière-pays.

  • 353 Dans son édition des nouveaux documents du monastère de Philothéou, Vassiliki Kravari a dressé un (...)
  • 354 L’acte porte la signature (l. 49) ὁ δοῦλος τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου καὶ βασιλέως Μιχαὴ (...)
  • 355 Lemerle, Karakala.
  • 356 La liste se complète avec le sébastos Mésopotamitès, le prôtasèkrètis Bardalès, le dioikètès Manou (...)
  • 357 En 1342, Arsénios Tzamplakôn fut envoyé par Kantakouzènos comme ambassadeur auprès du souverain se (...)

6Les actes conservés dans les archives de l’Athos permettent de se faire une idée assez précise de la situation créée en Macédoine à cette époque353. Les archives du monastère de Karakalla contiennent par exemple un acte qui éclaire l’évolution de la propriété foncière dans la région de Zichna, en Macédoine orientale. Il s’agit d’un praktikon daté de janvier 1342, par lequel le recenseur Michaèl Papylas met le pronoïaire Iôannès Margaritès en possession d’une rente fiscale (posotès) de 55 hyperpres, prise sur les biens des ennemis de la régence354. L’acte, édité et commenté par Paul Lemerle355, mentionne en effet la confiscation de biens de Kantakouzènos et de ses partisans, parmi lesquels on trouve le mégas papias Arsénios Tzamplakôn356, personnage qui joua un rôle de premier plan dans les événements de la guerre civile du côté de l’usurpateur357.

  • 358 358. Sur la carrière byzantine de Guy de Lusignan, voir PLP 92566 (Συργγείν).
  • 359 Sur Kônstantinos Palaiologos, voir Estangüi Gomez, Théodôra Palaiologina, p. 139-141 (avec bibliog (...)
  • 360 Kantakouzènos III § 32 ; II, p. 1963-9.
  • 361 Grègoras XII § 15 ; II, p. 623.

7Le recenseur Papylas agissait sur l’ordre de Guy de Lusignan, gouverneur du thème de Serrès-Christoupolis pour le compte de la régence358. Ce dernier fut en effet un fidèle partisan de Jean V Palaiologos et, après la proclamation de Jean VI Kantakouzènos à Didymotique, il ordonna la saisie des biens de ce dernier et de ses partisans qui se trouvaient dans le ressort de sa juridiction. C’est Kantakouzènos lui-même qui rapporte dans ses mémoires que Guy avait fait confisquer les biens de Kônstantinos Palaiologos, « oncle » de Jean V, qui, dans un premier temps, s’était rallié à sa cause et l’avait rejoint à Didymotique359. De retour en Macédoine début mars 1342, ayant pu mesurer l’ampleur du pillage de son patrimoine, Kônstantinos Palaiologos déserta le camp de Kantakouzènos et passa à celui de la régence. Il s’en alla à Serrès où il devait être nommé képhalè après le départ de Guy pour l’Arménie en 1343360. Grègoras évoque aussi, quoique de manière moins circonstanciée, les confiscations opérées par Guy de Lusignan361.

  • 362 Guillou, Prodrome, no 36, p. 118-119 ; Bénou, Codex B, no 206, p. 400-401. Voir aussi Verdure, Pro (...)
  • 363 L’acte est très endommagé aux lignes 4-5, où se trouve mentionnée l’origine des biens attribués à (...)

8Un autre acte, une ordonnance de l’empereur Jean V d’octobre 1342, conservée dans le cartulaire B du monastère de Saint-Jean-Prodrome près de Serrès, témoigne aussi de la confiscation de certains biens de Kantakouzènos et de ses partisans et de leur attribution à ce même Iôannès Margaritès qui avait bénéficié des confiscations dans la région de Zichna362. Par cette ordonnance, l’empereur accorda à Margaritès l’exemption fiscale pour les terres et les vignes qui lui avaient été concédées, ainsi que le droit de les transmettre héréditairement. La localisation de ces parcelles et la lecture du nom Tzamplakôn dans une ligne de l’acte, qui est endommagée, permettent de supposer qu’elles avaient appartenu aux mêmes propriétaires que les biens mentionnés dans le praktikon de Karakalla de janvier 1342. L’ordonnance de Jean V fut certes délivrée plusieurs mois plus tard, en octobre 1342 ; toutefois cette ordonnance n’est pas un acte de mise en possession mais un privilège fiscal pour des terres dont Margaritès était déjà en possession : sans doute, les avait-il acquises à la même époque que celles mentionnées dans le praktikon, c’est-à-dire au cours de l’hiver 1341-1342, lors de la série de confiscations réalisées par Guy de Lusignan dans la région de Serrès363.

  • 364 Voir Solovjev, Mošin, Grčke povelje, p. 142.

9La carrière de Iôannès Margaritès ne s’arrêta d’ailleurs pas là ; en 1345, lors de la conquête serbe de la Macédoine, il passa à l’ennemi, ce qui lui valut de nouvelles concessions et de nouvelles dignités364.

  • 365 Phil. Suppl., no 2. Le prénom Géôrgios a été écrit après grattage (cf. l. 2 et 20 de l’acte), d’où (...)
  • 366 Ibid., l. 8-15 : τοὺς εἰς τὸ περὶ τὴν Καλαμαρίαν χωρίον τὴν Ἐπάνω Ἀντιγονειαν παροίκους οὓς προκατ (...)
  • 367 Pour l’identification de ces personnages, voir Phil. Suppl., p. 295-296. Voir aussi Kyritzès, The (...)

10Un autre archonte de la même région, un nommé Géôrgios Margaritès, peut-être un parent du précédent, reçut de l’empereur Jean V en novembre 1342 un chrysobulle le mettant en possession d’une rente fiscale de 50 hyperpres365. Elle était constituée, nous dit l’acte, d’une part des parèques du village d’Épanô Antigoneia, à Kalamaria, qu’avaient détenus conjointement « l’infidèle » Dèmètrios Pharmakès et « l’infidèle » Nikèphoros Kantakouzènos, et d’autre part de plusieurs biens fonciers : la terre de « l’infidèle » dioikètès Manouèl, située à Néochôrion (Chalcidique occidentale), et la moitié du zeugèlateion de Tzainou, qui avait appartenu au « rebelle et infidèle » Kantakouzènos366. On notera que, parmi ces partisans de Kantakouzènos dont les biens ont été confisqués, certains figuraient déjà dans le praktikon de Karakalla de janvier 1342367.

  • 368 Voir le tableau récapitulatif dans Phil. Suppl., p. 294, fig. II.

11Nous possédons d’autres actes concernant la Macédoine orientale, qui parlent des confiscations de terres aux dépens des kantakouzènistes et de leur distribution ultérieure à des collaborateurs de la régence368. En revanche, on sait très peu de choses sur la situation dans les autres provinces de l’Empire, pour lesquelles on ne conserve pas d’archives. Les brèves mentions de Kantakouzènos et de Grègoras relatives aux confiscations de biens des puissants lors des révoltes populaires constituent nos seuls témoignages. Rien ne semble toutefois indiquer qu’ailleurs la situation ait été différente de celle qui prévalut en Macédoine.

Les lendemains de la victoire de Kantakouzènos et les efforts infructueux des grands propriétaires pour recouvrer leurs domaines

  • 369 Voir par exemple le cas de Iôannès et Manouèl Asanès, beaux-frères de Jean VI, qui reçurent des pr (...)
  • 370 Les Bulgares s’emparèrent d’une partie du nord de la Thrace en 1344, lorsque l’impératrice Anne de (...)

12Contrairement aux attentes des kantakouzènistes, leur victoire sur le parti de la régence n’entraîna pas une restauration de leur situation économique. Certes, lors de son arrivée au pouvoir, Jean VI permit à ses collaborateurs de récupérer les biens qui leur avaient été confisqués et récompensa ses plus fidèles partisans avec de nouvelles terres et des dignités auliques369. Toutefois, le butin à distribuer était déjà bien maigre puisque le territoire de l’Empire s’était considérablement réduit au cours du conflit, en raison des conquêtes serbe et bulgare370. De fait, la plupart des biens qui avaient été confisqués aux kantakouzènistes durant la guerre étaient passés entre-temps aux mains des envahisseurs.

  • 371 Pour la date et les circonstances historiques, voir Soulis, The Serbs, p. 25-27.
  • 372 Sur le séjour de Dušan à l’Athos, voir infra, p. 103.

13La situation des propriétaires fonciers en Macédoine orientale au lendemain de la prise de pouvoir par Kantakouzènos est la mieux connue grâce aux actes athonites. Rappelons le contexte politique dans cette province : après plusieurs tentatives, les troupes du tsar serbe Étienne IV Dušan avaient fait irruption dans le pays à la faveur de la prise de la ville de Serrès le 25 septembre 1345371. Elles prirent le reste de la région jusqu’aux portes mêmes de Thessalonique, y compris les monastères de l’Athos. La Macédoine, à l’exception de sa capitale, semble avoir été déjà entièrement contrôlée par les Serbes dès 1347, lorsque Dušan séjourna à l’Athos avec sa femme et son fils et délivra plusieurs chrysobulles en faveur des monastères, leur confirmant la possession de leurs propriétés situées dans la région372.

  • 373 Xéropotamou, no 26. Cet acte a bénéficié d’un commentaire détaillé dans l’article de Lemerle, Cons (...)
  • 374 Pour le contexte historique, voir Lemerle, Philippes, p. 198-202. On sait par une source serbe que (...)

14Plusieurs actes rendent compte de la situation des propriétaires byzantins à l’époque de la conquête serbe. Un des témoignages les plus anciens est la vente au monastère de Xèropotamou d’un domaine foncier situé à Hermèleia, en Chalcidique, appartenant à l’aristocrate Philippa Asanina373. L’acte fut établi à Thessalonique en juillet 1349, lorsque la ville était déjà encerclée par les troupes serbes. À l’époque, plus rien de la province de Macédoine ne restait aux mains des Byzantins374. En effet, l’acte dit que « l’occupation par les Serbes avait été totale » et qu’elle avait rendu impossible l’exploitation du bien de Philippa. C’est pourquoi cette aristocrate, qui connaissait déjà de sérieux problèmes financiers « en raison des dettes qu’avait laissées son défunt père », avait décidé de vendre son bien aux moines.

15Philippa faisait donc partie des propriétaires byzantins qui avaient perdu leurs biens lors de la conquête serbe et qui avaient été contraints de céder leurs terres dans l’urgence pour tirer un dernier bénéfice de cette vente. Ces transactions demandent néanmoins explication, puisque, au moment de ces ventes, les propriétaires ne détenaient effectivement plus les terrains qu’ils vendaient. En quoi consistait au juste ce type de ventes d’un bien n’appartenant plus au propriétaire et quel était l’intérêt des acheteurs dans un tel marché ?

  • 375 Xéropotamou, no 26, l. 14-19.
  • 376 Ibid., l. 19-23.

16Examinons les antécédents de la vente d’Hermèleia par Philippa Asanina. Grâce aux archives de Xèropotamou, on sait que ce bien appartenant à Philippa avait déjà fait partie d’un premier lot de terres que le père de cette aristocrate, Dèmètrios Asanès, avait accordées à Xèropotamou afin d’obtenir deux pensions viagères (adelphata) et le droit de se faire inhumer dans le monastère375. Par la suite, Philippa avait contesté cette donation, alléguant que, de ces terres données par son père, il fallait séparer la part de la dot de sa mère, qui lui revenait. Elle avait finalement obtenu gain de cause et ses parents avaient donné leur accord pour qu’un partage fût établi entre elle et le monastère376. L’irruption des Serbes dans la région avait néanmoins empêché Philippa d’entrer en possession de sa part de la terre. Incapable d’exploiter le bien qu’elle venait d’acquérir, elle s’était donc décidée à le céder au monastère contre un versement d’argent et la révocation des dettes qu’elle avait contractées à l’égard des moines. L’allusion aux « dettes laissées par son défunt père » pourrait, de fait, faire allusion aux dépenses réalisées par les moines pour les funérailles de ce dernier, ce qui contribuerait aussi à expliquer la décision de Philippa de choisir Xèropotamou comme acquéreur de son bien.

17En 1349, Philippa, n’ayant plus aucun contrôle effectif sur le terrain, ne faisait donc en réalité que vendre les droits qu’un tribunal byzantin lui avait reconnus sur une part du domaine paternel, dont le reste se trouvait déjà entre les mains des moines. L’intérêt de ces derniers s’explique parce que, en passant ce marché avec Phillipa, ils se procuraient des titres légaux supplémentaires qui établissaient leur droit de propriété sur le nouveau domaine auprès du souverain serbe, empêchant un autre prétendant de s’en saisir en les faisant valoir à son profit. L’attitude des autorités serbes fut au demeurant particulièrement favorable aux monastères de l’Athos, on le verra, car elles confirmèrent généreusement leurs titres de propriété.

  • 377 Petit, Actes de Chilandar, no 149.
  • 378 Zivojinović, Le domaine de Chilandar, p. 19-23. D’autres historiens avaient auparavant étudié cet (...)

18La confiscation des terres des propriétaires byzantins est attestée par un autre acte, tiré des archives de Chilandar, daté de septembre 1365377. Son authenticité a posé problème à certains historiens, car il ne porte que la signature imitée de l’empereur Jean V. Toutefois, dans un article de 1997, Mirjana Živojinović a prouvé qu’il s’agissait en fait d’un « faux diplomatique » établi par la chancellerie impériale byzantine elle-même, contenant la copie d’une ordonnance authentique de Jean V augmentée d’une clause ajoutée à la fin dans le but de mettre à jour le contenu du document précédent. Selon Živojinović, rien n’autorise à douter de l’historicité de l’acte ni de l’exactitude des renseignements qu’il fournit378.

  • 379 Le terme « archonte » témoignerait d’un statut social élevé. žIvojinović, Le domaine de Chilandar, (...)
  • 380 Avant 1353, Dušan avait déjà fait donation à Chilandar du village de Potholènos, pour lequel il av (...)

19On ne s’occupera ici que du premier acte qu’il contient, une ordonnance par laquelle l’empereur byzantin accorde au monastère de Chilandar, « à la demande de son oncle bien aimé kyr Stéphanos, empereur de Serbie », la possession du village de Potholènos, situé dans la région du Strymon, avec la rive attenante et sa pêcherie, ainsi qu’un domaine pris sur un territoire confisqué à cinq archontes (ἀρχόντων). Ce dernier point est particulièrement intéressant pour nous, d’autant plus que, d’après leurs noms, ces cinq archontes – Kalodioikètos, Achyraïtès, Palaiologos Kourbès, Mamônas et Tzimiskès – étaient des Byzantins379. Comme l’a souligné à juste titre Živojinović, ce document ne peut pas dater de septembre 1365 parce que « kyr Stéphanos, empereur de Serbie », c’est-à-dire Étienne IV Dušan, était mort en 1355. C’est pourquoi elle a proposé la date de 1353, à une époque où Jean V se trouvait en Macédoine380. La confiscation du domaine de Potholènos, qui avait appartenu à cinq archontes byzantins, doit donc dater de l’époque de la conquête serbe de la région, c’est-à-dire peu après 1345. Toutefois, le fait qu’Étienne Dušan ait demandé à l’empereur byzantin de confirmer à Chilandar la possession d’un bien pris à des propriétaires byzantins suggère un changement des conditions en Macédoine au début des années 1350.

  • 381 La chronologie du séjour de Kantakouzènos à Thessalonique que je propose ici (1349-1350) est diffé (...)
  • 382 On a vu qu’en 1348 Jean VI avait accordé à son fils Matthaios une partie de la Thrace et, un an pl (...)

20On a vu qu’en 1349, la ville de Thessalonique se trouvait dans une situation désespérée ; encore sous le contrôle des Zélotes, ennemis de Jean VI Kantakouzènos, elle supportait depuis des années le siège des Serbes. C’est pourquoi, malgré son opposition au pouvoir régnant à Constantinople, elle dut faire appel à Jean VI pour l’aider à écarter cette menace. Accompagné de son ancien rival et désormais associé, Jean V Palaiologos, Kantakouzènos se rendit en Macédoine et mit un terme au blocus serbe381. Mais son arrivée à Thessalonique entraîna aussi la fin du régime des Zélotes et la conclusion d’un accord avec le jeune Palaiologos, en vertu duquel ils se partageraient le contrôle de l’Empire : Jean VI conserverait Constantinople et les villes de Thrace et Jean V Thessalonique et ce qui restait de la Macédoine. Les autres provinces de l’Empire demeureraient entre les mains des deux fils de Jean VI, Matthaios et Manouèl382.

  • 383 Pour le détail des événements et les références aux sources, voir Soulis, The Serbs, p. 44-45. La (...)
  • 384 Kantakouzènos IV § 22 ; III, p. 155-156. Grègoras ne dit rien au sujet de cet accord. Voir aussi S (...)
  • 385 Certains historiens ont même douté de la véracité du récit de Kantakouzènos et pensé qu’un accord (...)

21Après le rétablissement de la paix à Thessalonique et l’accord conclu avec Jean V, Kantakouzènos décida d’entreprendre une expédition militaire dans la région afin de récupérer les villes qui étaient tombées entre les mains des Serbes. Lors de cette campagne, il reprit Berroia et Édesse (sous domination serbe depuis 1347 et 1343 respectivement) et marcha contre la place de Servia, située plus au sud, sans réussir finalement à s’en emparer383. Après cela, Kantakouzènos retourna à Thessalonique. Ce fut alors qu’une première rencontre eut lieu entre l’empereur byzantin et le tsar serbe. La substance de cet entretien nous est connue par le récit de Kantakouzènos qui dit que les deux souverains étaient arrivés à un accord selon lequel ils se partageraient la Macédoine et la Thessalie : Berroia et Édesse demereuraient aux mains des Byzantins et le reste au pouvoir des Serbes384. D’après Kantakouzènos, cet accord ne se matérialisa jamais, en raison d’un changement d’attitude du souverain serbe qui décida de reprendre aussitôt les hostilités385. On sait que peu après Kantakouzènos rentra à Constantinople et que Dušan se rendit maître de Berroia et d’Édesse.

  • 386 Kantakouzènos IV § 27 ; III, p. 207 ; et Grègoras XXVII § 26 ; III, p. 147.
  • 387 Voir par exemple Soulis, The Serbs, p. 49.
  • 388 N. Oikonomidès, Οἱ δύο Σερβικὲς κατακτήσεις τῆς Καλκιδικῆς τὸν ΙΔ´ αἰώνα, Δύπτυχα 2, 1980-1981, p. (...)

22Après le départ de Kantakouzènos, Jean V resta seul gouverneur de la Macédoine. Il est difficile de préciser quelle était alors l’étendue du territoire sous contrôle byzantin. Kantakouzènos et Grègoras parlent à cette époque d’un autre rapprochement entre Jean V et Dušan. Selon ces auteurs, Jean V aurait demandé l’aide du tsar serbe pour recouvrer le trône. Ce fut alors que Jean VI, averti du danger, aurait dépêché l’impératrice Anne de Savoie auprès de son fils, à Thessalonique, pour le convaincre d’abandonner son alliance avec les Serbes386. Aucun des deux chroniqueurs ne dit rien de ce qui s’est passé après l’arrivée d’Anne de Savoie en Macédoine, ce pourquoi l’historiographie a traditionnellement estimé que les contacts entre Jean V et Dušan se seraient alors interrompus, entraînant la fin des négociations387. Toutefois, l’analyse de documents d’archives a permis à Nicolas Oikonomidès de penser que cet accord fut effectivement conclu et qu’il dut impliquer le retour de l’autorité byzantine sur une partie importante de la Macédoine388.

  • 389 Ces villes se trouvaient au pouvoir de Dušan dès 1351 (cf. Soulis, The Serbs, p. 47 et surtout n. (...)

23Les actes de l’Athos témoignent certes de cette restauration de l’autorité byzantine. Il est néanmoins peu probable que cela ait été le résultat de ce traité entre Jean V et Dušan. Je pense, en revanche, que les terres reconnues par Dušan à l’Empire lors de cet accord d’automne 1350 faisaient partie du territoire déjà récupéré par Kantakouzènos lors de son séjour dans la région (1349-1350). Le court intervalle de temps écoulé entre les campagnes de Kantakouzènos (début 1350) et l’accord entre Jean V et Dušan (automne 1350) incite en effet à penser que l’Empire gardait encore la souveraineté sur la plupart de ces zones reconquises. En revanche, il paraît probable qu’en échange d’une aide militaire pour récupérer le trône, Jean V ait décidé d’abandonner une partie de ces conquêtes au profit des Serbes, ce qui expliquerait la récupération des villes d’Édesse et de Berroia par les troupes du tsar, dont témoignent les sources de la période389. D’après l’acte de Chilandar que nous avons analysé, la domination byzantine à cette époque se limitait à la rive droite du Strymon. De même, Oikonomidès a souligné que le fait que la charge de prôtos de l’Athos ait été à nouveau occupée après 1350 par des moines grecs doit impliquer aussi le retour de l’autorité impériale sur la Sainte Montagne.

24La récupération d’une partie de la Macédoine signifia sans doute la restitution de certains biens fonciers à leurs anciens propriétaires. Toutefois, ce va-et-vient entre les dominations serbe et byzantine ainsi que les guerres continuelles avaient dû affecter les conditions d’exploitation de la propriété foncière, rendant de fait improductives la plupart des terres.

Le régime foncier sous la domination serbe

  • 390 L’attitude de Dušan à l’égard de la propriété foncière byzantine n’a pas fait l’unanimité : Ostrog (...)
  • 391 Il s’agit d’un acte judiciaire (krisimographon) qui peut être daté de juin 1349 (Bénou, Codex B, n(...)
  • 392 La mention des « chrysobulles et prostagmata » délivrés par Dušan en faveur des villes byzantines (...)

25S’il est vrai que nombre de grands propriétaires byzantins furent privés de leurs biens lors de la conquête serbe, les actes de la période fournissent aussi l’exemple de certains Byzantins qui, grâce à leur ralliement à l’ennemi, réussirent à conserver les leurs et même à les arrondir à la faveur de la ruine de leurs anciens compatriotes. En fait, la documentation montre qu’en dehors du milieu aristocratique les confiscations opérées par les autorités serbes ne furent pas si générales que l’on aurait pu le penser et qu’elles ne touchèrent pas l’ensemble de la population390. Par exemple, un acte contenu dans le cartulaire du monastère du Prodrome près de Serrès mentionne un chrysobulle délivré par l’empereur Dušan en faveur des habitants de la ville de Zichna, en Macédoine orientale, leur permettant de conserver l’ensemble de leurs propriétés391. Cela fut sans doute aussi le cas pour les autres villes byzantines tombées sous domination serbe392.

  • 393 Soulis, The Serbs, p. 79 : « Dušan’s attitude in the conquered lands was not that of conqueror but (...)
  • 394 Sur l’idéologie de l’État serbe médiéval, voir Maksimović, L’Empire de Stefan Dušan.
  • 395 Dans les actes officiels, Dušan s’intitule « Stefan v’Hrista Boga [(blago) verni] car Sr’bljem i G (...)

26Ce respect de la propriété foncière des Byzantins répondait vraisemblablement à la volonté du tsar Étienne Dušan d’apparaître aux yeux de ses nouveaux sujets comme le successeur légitime des souverains byzantins393. Il ne s’agit pas d’aborder ici la question longuement débattue de la construction idéologique de l’État serbe médiéval394. Il convient simplement de souligner que le respect du statu quo foncier dans les régions conquises faisait partie de ce programme politique de Dušan, de même que l’emploi du grec par sa chancellerie et celui de symboles du pouvoir et d’une titulature qui imitaient ceux des empereurs de Constantinople395.

  • 396 Avant Dušan, les souverains serbes avaient déjà commencé à appliquer la législation byzantine dans (...)
  • 397 Sur la traduction en serbe de l’œuvre de Blastarès, voir J. Panev, La réception du Syntagma de Mat (...)
  • 398 La bibliographie sur l’œuvre législative de Dušan est très abondante en serbo-croate. Voir en angl (...)
  • 399 Voir par exemple Zakonik, § 39 (traduction Burr) : « And to the lords and the gentry, who live wit (...)
  • 400 Nous avons conservé l’original du chrysobulle délivré par le tsar Dušan le 27 mai 1350 en faveur d (...)

27Du point de vue de la législation, le souverain serbe avait aussi opté pour la continuité, ordonnant la compilation des plus importants textes juridiques byzantins396. Le nouveau corpus était constitué de trois codes : le Zakonik, compilation des lois byzantines, la traduction en serbe du Syntagma de Blastarès397 et la loi dite « de Justinien », extraite du Nomos géorgikos398. Dans ces textes, aucune distinction n’est faite entre la population serbe et la population grecque ; plus important encore, ils garantissent le statut de la propriété foncière de la haute et de la petite aristocratie serbe et byzantine399. Une preuve de cette parité des droits entre les deux peuples pourrait aussi être fournie par la composition de l’assemblée (sabor) convoquée à l’automne 1349 dans la ville de Skopje pour la promulgation officielle du Zakonik, à laquelle assistèrent, aux côtés des autorités serbes, des archontes grecs400.

a) Les propriétaires grecs dans l’empire d’Étienne IV Dušan

  • 401 En mai 1336, Dušan confirme par chrysobulle les donations faites par le prôtosébastos Chrelja au m (...)
  • 402 L’éditrice du codex B du couvent du Prodrome à Serrès, Lisa Bénou, a daté une série d’actes de don (...)

28La confiscation des biens de la grande aristocratie par les Serbes, que nous avons pu constater pour la seconde moitié des années 1340, semble donc avoir été un cas particulier, qui a touché simplement l’élite proche du pouvoir de Constantinople, apparentée à la dynastie régnante et détentrice des principaux postes de l’administration. De même, le groupe de pronoïaires installés dans les campagnes par le pouvoir impérial fut aussi atteint par la politique de confiscations de l’État serbe401. En définitive, furent privés de leurs terres uniquement ceux qui avaient servi le souverain byzantin dans les provinces. C’était naturel puisque le régime serbe devait veiller à démanteler l’ancien réseau provincial et à jeter les bases d’un nouveau système. Cela dit, on retrouve aussi quelques cas d’aristocrates byzantins qui décidèrent de collaborer avec l’envahisseur, prêtant allégeance au souverain serbe402. Aux yeux de leurs compatriotes, ils étaient sans doute des traîtres passés à l’ennemi, mais grâce à leur opportunisme politique, ils étaient non seulement parvenus à sauver leurs propriétés, mais pour certains d’entre eux à augmenter leurs ressources et à poursuivre de belles carrières.

  • 403 Sur Alexios Raoul, voir PLP 24111. Il convient de noter que l’identification de cet Alexios Raoul (...)
  • 404 . En 1334, Michaèl Synadènos acquit plusieurs biens situés dans les alentours de Serrès appartenant (...)

29Le cas de l’aristocrate Alexios Doukas Raoul en constitue un bon exemple : il est mentionné par plusieurs actes de la pratique, dans lesquels il est dit mégas domestikos de Serbie et parent du souverain serbe (sympenthéros et theios). Il exerça la fonction de képhalè de Zichna en 1355 et est attesté comme grand propriétaire foncier en Macédoine orientale et comme bienfaiteur du monastère de Saint-Jean-Prodrome près de Serrès et des monastères de l’Athos, auxquels il fit de nombreuses donations prises sur la fortune qu’il avait réussi à amasser à la faveur de sa fulgurante carrière politique403. On connaît aussi le cas d’un Michaèl Komnènos Synadènos qui exerçait les fonctions de juge à Zichna en 1349 : il pourrait s’agir de la même personne que ce Michaèl Synadènos, ancien propriétaire foncier byzantin attesté dans la région de Serrès avant et après la conquête serbe404.

  • 405 L’historiographie serbe a beaucoup écrit à propos de l’intégration d’une partie de l’élite byzanti (...)

30En dehors de la haute aristocratie, quelques archontes locaux byzantins s’étaient montrés favorables aux Serbes, déjà à la veille de la conquête, certainement dans l’espoir d’obtenir d’importantes rétributions lors du changement de régime. Leur collaboration lors de la prise des villes byzantines a peut-être été déterminante, dans la mesure où ils exerçaient une influence sur le reste de leurs concitoyens. La plupart passèrent du côté serbe à l’époque de la conquête et durent profiter de la volonté de l’empereur Étienne Dušan de maintenir le statu quo dans les régions conquises. Ce souverain décida aussi de conserver dans la mesure du possible les anciens cadres de l’administration byzantine ou de choisir de nouveaux fonctionnaires parmi la population grecque405.

  • 406 Prostagma de l’empereur Étienne Dušan pour le monastère du Prodrome de Serrès (avril 1346) : Guill (...)

31L’histoire de la ville de Serrès, le plus important centre urbain de la Macédoine serbe à cette époque, fournit de nombreux exemples de la participation des Grecs à la vie institutionnelle de l’empire de Dušan. On connaît plusieurs képhalai de cette ville qui portaient des noms grecs : par exemple, un certain Michaèl Abrampakès est attesté dans cette charge en 1346406. De fait, la plupart des charges locales de Serrès à l’époque étaient occupées par des personnes qui portent des noms grecs mais ne semblent pas avoir appartenu à l’ancienne aristocratie byzantine. On pourrait même songer à la mise en place d’une nouvelle hiérarchie constituée par des hommes issus d’un milieu social plus modeste, qui auraient bénéficié de l’occupation pour évincer l’ancienne élite byzantine et s’emparer des postes les plus convoités de l’administration.

  • 407 Phil. Suppl., no 3. La famille Rallès - Raoul avait possédé des biens en Macédoine à l’époque byza (...)
  • 408 Phil. Suppl., p. 301.
  • 409 Zographou, no 37.
  • 410 Cf. F. Taranovski, Istorija srpskog prava u nemanjićkoj državi, t. 1, Belgrade 1931, p. 17.

32Ces Grecs faisant partie de l’appareil étatique de l’Empire serbe reçurent de Dušan des terres qui avaient appartenu autrefois à leurs compatriotes. Par exemple, en juillet 1344, Dušan délivra un chrysobulle à plusieurs personnes désignées sous le terme d’« archontopouloi de la ville de Zichna ». Il les mettait en possession d’un domaine (zeugèlateion) qui avait appartenu à la famille byzantine Rallès407. Comme l’a indiqué l’éditrice de l’acte, Vassiliki Kravari, le terme archontopouloi traduit le serbe vlasteličići « qui désigne des membres de la petite aristocratie, auxquels étaient confiées des fonctions de responsabilité408 ». Vassiliki Kravari a mis à contribution un autre chrysobulle de Dušan pour le monastère de Zographou, daté de 1346, dans lequel des individus qualifiés d’archontopouloi exerçaient les mêmes fonctions que le képhalè409, ainsi qu’un chrysobulle délivré en 1362 par le fils de Dušan, Étienne V Uroš, en faveur de la commune de Dubrovnik, dans lequel les vlasteličići sont mentionnés en tant que responsables de la garde des marchés410.

33Les archontopouloi de Zichna étaient donc des Grecs qui remplissaient des tâches dans l’administration de la ville. L’octroi par le souverain serbe d’un domaine, ancienne propriété d’un aristocrate byzantin, était un moyen de rétribuer leurs services mais surtout de gagner leur allégeance. Notons également que le bien fut accordé avec les mêmes droits et privilèges que lorsqu’il était en possession de la famille Rallès, c’est-à-dire exempt de l’impôt et avec le droit d’installer des paysans « libres ». L’acte prévoit également que chaque archontopoulos puisse transmettre sa part du domaine à ses héritiers.

34Ces exemples permettent d’affirmer que, sous la domination serbe, les Grecs ne furent pas relégués au second plan. Au contraire, certains participèrent activement à la vie politique et administrative du nouvel empire de Dušan ; la plupart d’entre eux reçurent des biens ayant appartenu à l’ancienne aristocratie byzantine. Leur désavantage par rapport aux Serbes ne semble pas avoir été significatif. Or il convient aussi de connaître la situation de ceux-ci dans les territoires jadis byzantins, afin de déterminer leur rôle dans l’administration et l’impact de leur arrivée dans le régime des terres.

b) L’installation des Serbes dans les territoires conquis sur l’Empire byzantin

  • 411 Ce sont toutefois des estimations faites à partir d’un nombre de sources très restreint, qui ne pe (...)

35L’installation des Serbes dans les territoires qui avaient été antérieurement sous domination byzantine semble avoir été assez limitée411. Il y avait sans doute à cela une raison démographique ; les régions serbes de l’intérieur des Balkans étaient selon toute vraisemblance plus faiblement peuplées que celles appartenant à l’Empire byzantin.

  • 412 Voir G. Ostrogorsky, Étienne Dušan et la noblesse serbe dans la lutte contre Byzance, Byz. 22, 195 (...)
  • 413 Voir par exemple le chrysobulle de Dušan de mai 1346 délivré en faveur de Vatopédi : οἱ κατὰ καιρο (...)
  • 414 Le prôtostratôr Stanisas est le destinataire d’un prostagma de l’empereur Dušan délivré aux alento (...)
  • 415 Pour l’identification de ces personnages proposée par Lemerle, voir Kutlumus, App. II, p. 229. L’a (...)

36On connaît néanmoins quelques archontes serbes installés dans les territoires antérieurement byzantins ainsi que quelques-uns nommés aux plus hauts postes de l’administration412. En Macédoine par exemple, des gouverneurs d’origine serbe étaient appelés župani (ζουπάνοι) et remplissaient les fonctions de képhalai413. Vers 1348, un prôtostratôr nommé Stanisas, un Serbe, détenait l’autorité sur l’Athos414. Lemerle a proposé de l’identifier au kaballarios Stanésès ou au fils (en réalité frère) de ce dernier, un certain Géôrgios qui était képhalè de Hiérissos (ce qui pourrait expliquer sa juridiction sur la presqu’île athonite). Tous deux sont connus par un acte d’octobre 1366415.

  • 416 Le continuateur de Danilo II parle du remplacement des métropolites grecs par des Serbes : cf. Las (...)
  • 417 Jakov avait été auparavant supérieur du monastère des Saints-Archanges à Prizren. Sur ce personnag (...)
  • 418 Le premier prôtos serbe fut nommé au début de l’an 1348, lors du séjour de Dušan à l’Athos (cf. in (...)

37Les plus hauts postes de la hiérarchie ecclésiastique étaient également occupés par des Serbes416 : le célèbre Jakov, un ancien protégé de Dušan, fut placé à la tête de la métropole de Serrès vers 1348417. De même, les prôtoi du Mont Athos furent choisis parmi des moines serbes418.

  • 419 Kantakouzènos IV § 19-20 ; III, p. 127, 131 et 136, mentionne aussi la présence de dynatoi serbes (...)
  • 420 L’acte d’Andronic IV est édité dans Dölger, Schatzkammern, no 11. Pour l’ensemble du dossier, voir(...)
  • 421 Il s’agit du village de Néochôrion, cf. Lefort, Chalcidique occidentale, p. 108-109.

38Dušan a aussi dû renforcer la défense militaire du territoire grâce à l’installation de contingents serbes dans les principales villes. Kantakouzènos écrit dans ses mémoires, à propos de sa campagne en Macédoine occidentale en 1349-1350, que les villes d’Édesse et de Servia comptaient déjà à l’époque une importante garnison de soldats serbes419. Il faut également songer à l’installation de pronoïaires serbes dans les campagnes : un acte de l’empereur Andronic IV de novembre 1378, sur lequel on reviendra plus en détail, confirme à un pronoïaire serbe, un certain Radoslav Sampias, ses droits sur deux villages en Macédoine, avec le droit de les transmettre à ses enfants420. Ce fut sans doute durant les années de l’occupation serbe de la Macédoine que Sampias fut mis en possession de ces villages ; en effet, l’un de ces villages avait appartenu au monastère de Lavra jusqu’en 1345421.

  • 422 Vatopédi II, no 144 (1375), l. 19-20.

39La distribution de terres et de revenus fiscaux parmi les soldats serbes installés dans les territoires jadis byzantins se fit à partir de biens confisqués à la haute aristocratie. Aucune source ne le dit explicitement, mais les actes de la période le laissent entendre. On a vu par exemple le cas du zeugèlateion appartenant à la famille byzantine de Rallès, qui avait été accordé à un groupe d’archontopouloi grecs. Parfois, la difficulté est de savoir si les bénéficiaires étaient des pronoïaires serbes ou grecs : un acte tiré des archives de Vatopédi dit simplement qu’un bien ayant appartenu à un Byzantin fut saisi par les autorités serbes et donné en pronoia à plusieurs personnes (τῶν Σέρβων καὶ τοῦτο διδόντων προνοιαστικῷ τρόπῳ πρὸς διάφορα πρόσωπα)422.

  • 423 Sur la composition ethnique de l’Épire à cette époque, voir B. Osswald, The Ethnic Composition of (...)
  • 424 Même la Chronique de Iôannina, qui est très hostile au despote Thômas Preljubović, gouverneur de I (...)
  • 425 Le despote Thômas Preljubović constitue un bon exemple de cette nouvelle élite : fils d’un 425. Se (...)

40Les exemples étudiés ne concernent que la Macédoine. L’Épire et la Thessalie sont beaucoup moins bien documentées. Leur situation dut être comparable, mais il y a néanmoins des différences qui doivent être soulignées, en raison notamment de la « diversité ethnique » plus marquée en Épire et en Thessalie qu’en Macédoine ; leur emplacement géographique et leur histoire politique avaient favorisé l’installation de divers peuples dans ces régions au cours des siècles précédents. Grecs, Albanais, Juifs et Latins constituaient des groupes importants au sein de la population de la Thessalie et de l’Épire au xive siècle423. C’est pourquoi, même si les Serbes arrivèrent nombreux dans les années 1340 et 1350, leur impact sur la société fut certainement plus limité encore qu’en Macédoine. Les sources n’emploient jamais à propos de ces régions d’expressions faisant allusion à une « serbocratie » ou à la « tyrannie des Serbes », comme c’est le cas en Macédoine424. En Épire et en Thessalie, les Serbes semblent s’être très vite assimilés à la classe dirigeante locale. De cette intégration naquit une nouvelle élite qui gouverna ensuite la région pratiquement jusqu’à l’arrivée des Turcs425.

  • 426 À propos de l’importance symbolique du Mont Athos à l’époque, voir Nastase, Patronage, p. 71-87.

41L’empire de Dušan fut donc ce que l’on peut appeler un État « multiculturel », dans le sens où il n’y avait pas de véritable distinction du point de vue légal entre Serbes et Grecs. L’attitude de Dušan ne fut pas tant celle d’un conquérant que celle d’un souverain qui voulait apparaître comme le successeur légitime des empereurs byzantins. Afin de renforcer cette image d’un empereur romain et chrétien, Dušan réussit à s’assurer le soutien de l’influente communauté de l’Athos, centre de la spiritualité orthodoxe et véritable « œil de l’oikoumènè »426.

c) Les biens des monastères athonites lors de la conquête serbe

42Le début de l’avancée serbe dans les territoires de l’Empire byzantin fut sans aucun doute un motif d’alarme pour les moines de la communauté athonite. Tout d’abord en raison des confiscations que la conquête ennemie pouvait entraîner sur l’ensemble de leur patrimoine, mais aussi à cause des dégâts provoqués par les passages des armées. C’est pourquoi, peu après l’irruption des Serbes en territoire byzantin, les moines se rendirent auprès du souverain serbe. En échange de sa protection, ils lui firent allégeance et lui offrirent leur caution symbolique dans sa volonté d’apparaître comme le seul empereur romain chrétien légitime.

  • 427 À la tête de la délégation athonite se trouvait le prôtos de la communauté. D’autres autorités ecc (...)

43Lors du couronnement impérial de Dušan à Skopje par le patriarche serbe de Peć (Ioanikij), en avril 1346, une délégation des moines athonites était présente427. C’était la première fois que les moines de l’Athos soutenaient un souverain autre que l’empereur byzantin. Or, mis à part l’influence politique du nouvel empereur serbe, la situation interne à Byzance avait aussi incité les moines à ce choix politique. Le conflit entre un empereur mineur (Jean V) et un représentant de l’aristocratie (Jean VI) avait non seulement privé l’Empire du principe d’unité, mais il entraînait aussi, au plan matériel, de considérables dégâts sur l’ensemble des territoires byzantins. Les interminables guerres entre les diverses factions de l’aristocratie byzantine avaient mis l’État byzantin dans l’incapacité de mettre un frein aux abus et avaient fini par persuader les moines de la nécessité de soutenir un pouvoir fort, capable de maintenir l’ordre et de faire respecter les lois de la propriété privée.

  • 428 L’original de cet acte est perdu. Une copie ancienne est conservée dans les archives de Vatopédi ; (...)

44Dušan montra en effet une attitude bienveillante envers la Sainte Montagne et récompensa généreusement le soutien des moines par l’octroi de nombreux privilèges. La première de ses actions fut la confirmation de tous leurs biens et droits antérieurs ainsi que la concession de nouvelles exemptions par un « chrysobulle commun » (chrysoboullon koinon) qu’il délivra à l’ensemble des monastères en novembre 1345, c’est-à-dire à peine quelques mois après la conquête de Serrès428. Il convient de souligner que l’acte ordonne la restitution aux moines des biens qui avaient été déjà attribués aux propriétaires serbes, ce qui montre que la reconnaissance de l’autorité serbe par les Athonites se fit après les premières confiscations de biens.

  • 429 Sur le séjour de Dušan à l’Athos et l’attitude de ce souverain envers les monastères, voir G. Soul (...)

45En 1347, les moines accueillirent Dušan à l’Athos et, comme preuve de leur gratitude envers lui, ils lui accordèrent la permission de faire venir sa femme et son fils mineur. Ce fait sans précédent, qui violait tous les règlements de la Sainte Montagne, montre à quel point les relations entre les moines et le souverain serbe furent fortes429.

  • 430 Il n’est pas question de dresser ici la liste complète des actes délivrés par l’empereur serbe en (...)

46Presque toutes les différentes archives athonites ont en effet conservé un ou plusieurs actes délivrés par Dušan confirmant les titres de propriété des moines et accordant de nouveaux privilèges430. Après la mort en décembre 1355 du souverain serbe, les moines continuèrent à jouir de la protection et de la bienveillance des seigneurs serbes restés en place, au point que le troisième quart du xive siècle, pourtant une époque de forte crise économique et politique, constitua au contraire pour cette communauté un deuxième âge d’or, après celui de la fondation des premiers grands couvents athonites au xe siècle.

2. L’état des campagnes et les consequences sur la societe rurale

47Malgré la relative continuité que nous venons de constater dans le régime de la propriété foncière, la conquête serbe d’une bonne partie du territoire de l’Empire achevait une période qui s’avérait néfaste pour la situation des campagnes byzantines. Même si la plupart des propriétaires avaient réussi à garder leurs biens en dépit de la disparition de l’autorité impériale, les longues années de guerres avaient fini par rendre improductives de nombreuses terres. Contrairement à la crise de la première moitié du xive siècle, dans laquelle les effets du passage des armées furent plutôt limités, les conséquences de l’insécurité et des raids ennemis dans l’abandon des campagnes et la destruction de l’appareil de production agricole sont indéniables durant les années centrales du xive siècle.

48Sur le plan politique, la deuxième guerre civile vit un notable effacement de l’autorité publique dans les provinces. C’est pourquoi certaines formes de défense se mirent en place afin d’assurer la protection des communautés paysannes. En effet, au-delà des conséquences économiques, la deuxième guerre civile entraîna une forte désagrégation des structures politiques dans les campagnes.

49La ville byzantine apparaît au contraire à cette époque comme le dernier bastion de l’autorité impériale. Coupées de leur arrière-pays et entourées par l’ennemi, les villes de l’Empire survécurent grâce à leur approvisionnement par voie de mer et à la solidité de leurs remparts. Leur rôle dans la continuité de l’administration byzantine dans la seconde moitié du xive siècle est déterminant.

L’insécurité de l’espace rural

  • 431 Dans leur ouvrage sur la société tardobyzantine, Matschke et Tinnefeld ont constaté la faible part (...)

50Il est souvent difficile de mesurer l’impact des guerres sur les campagnes, parce que les populations rurales jouent rarement un rôle dans les événements politiques. De manière générale au Moyen Âge, la paysannerie est restée largement à l’écart des confrontations et des luttes pour le pouvoir et elle est demeurée simple témoin oculaire et victime des conflits qui déchiraient les couches les plus élevées de la société. Les guerres se décidaient principalement sur les champs de bataille et par la prise des villes. Le monde rural peut donc apparaître relativement stable à cette époque, en contraste avec les crises du monde urbain431.

  • 432 Les formes de brigandage dans les campagnes sont attestées à toutes les époques de l’histoire byza (...)

51La situation n’y était pas pour autant idyllique. Si elles étaient souvent épargnées par les guerres et les conflits politiques, les campagnes étaient en revanche continuellement soumises aux agressions des puissants et des brigands. C’est une caractéristique du monde rural médiéval, aussi bien à Byzance que dans les autres régions de l’Europe, qui explique dans une certaine mesure la mise en place de certaines formes de dépendance personnelle432.

  • 433 Pour la construction de forteresses par l’État à la fin du xiiie et dans la première moitié du xiv(...)

52À Byzance, le pouvoir de l’État avait joué un rôle important dans la sécurité des campagnes au cours des siècles précédents, à travers l’action des gouverneurs locaux et de l’armée, qui assuraient la défense du territoire et la protection de ses habitants. C’était en principe les pouvoirs publics qui étaient chargés du maintien d’un réseau de forteresses, même si à partir du xie siècle, on trouve de plus en plus souvent des fortifications privées. L’État était aussi responsable de la sécurité des chemins, des ponts et des passages de montagne, ainsi que de leur entretien433. Toutefois, à partir du début du xive siècle, la situation changea et les conditions des campagnes byzantines se dégradèrent ; les causes principales furent la piraterie turque et les ravages de la compagnie catalane, puis les guerres civiles.

  • 434 Kantakouzènos III § 62 ; II, p. 381. Traduction empruntée à De Vries, L’élite byzantine, p. 99.
  • 435 Un passage de la Geste d’Umur Pacha, ou plus exactement de l’œuvre du chroniqueur ottoman Enveri q (...)
  • 436 On a vu le cas de Iôannès Batatzès qui fit une carrière fulgurante au sein de l’administration imp (...)

53Plusieurs pages des mémoires de Kantakouzènos témoignent de la destruction provoquée par le passage des armées dans les campagnes durant la deuxième guerre civile. Kantakouzènos écrit à propos d’une attaque du parti de la régence contre la ville de Berroia en 1343 : « Les Perses [c’est-à-dire les Turcs] déferlaient pour piller et dans une seule journée ils saccagèrent tout le pays autour de Berroia et firent tout le mal du monde. Ils firent prisonniers des hommes et tuèrent le bétail, mirent le feu aux maisons dans les villages, bref, firent tout ce qu’un ennemi a coutume de faire […] Ils ruinaient ainsi certainement l’Empire romain434. » Kantakouzènos critique ici l’emploi des Turcs par la régence comme troupes de mercenaires. On peut toutefois trouver avec Eva van De Vries que Kantakouzènos « ne manquait pas de toupet » en reprochant à ses ennemis les mêmes pratiques dont il fit un large usage. Ses propos peuvent apparaître bien cyniques si l’on pense aux dévastations provoquées par ses propres alliés turcs dans les environs de Didymotique précisément au cours de l’hiver 1342-1343435. En fait, dans la plupart de ces cas, les commandants qui dirigeaient les contingents de mercenaires employés par l’armée byzantine étaient incapables de contrôler leurs troupes et de les empêcher de se livrer au pillage dans les campagnes en vue d’augmenter leur butin. Il y eut même des cas de troupes de mercenaires qui se révoltèrent contre leurs commandants436.

54Dans certains cas, la succession de confiscations et les changements dans le régime de la propriété foncière, que nous avons étudiés dans les pages précédentes, privèrent en outre les paysans de la protection de leurs anciens seigneurs, contribuant à augmenter le sentiment d’insécurité et d’impuissance.

  • 437 Pour un exposé plus détaillé des principaux épisodes de brigandage dans les campagnes byzantines, (...)

55L’époque est donc celle d’un affaiblissement certain du pouvoir public dans les campagnes. Les constants revirements dans le pouvoir politique empêchaient l’administration d’organiser la défense du territoire et privèrent de la protection des gouverneurs locaux les populations, livrées aux ennemis et aux brigands437. Contrairement à d’autres périodes, durant lesquelles les crises politiques ne semblent pas avoir fondamentalement affecté le milieu rural, le territoire byzantin au milieu du xive siècle fut victime du déclin politique de l’Empire parce qu’il devint le champ de bataille où se réglèrent les conflits.

L’abandon des zones rurales et la fuite des paysans vers les villes

  • 438 Laiou, Peasant Society, p. 263 : « Invasions and instability in the countryside often caused a mov (...)
  • 439 Sur les formes de charité à l’époque byzantine tardive, voir D. Constantelos, Poverty, Society and (...)
  • 440 Cf. Laiou, Peasant Society, p. 263 (avec bibliographie). À ce sujet, voir aussi ce qu’écrit Ramón (...)

56L’insécurité dans les campagnes eut des effets néfastes sur la démographie, car elle provoqua l’abandon partiel de nombreuses zones rurales et l’afflux d’un grand nombre de cultivateurs dans les villes, en quête de la protection que leur offraient les enceintes fortifiées438. Il est même probable que la destruction de leurs récoltes ainsi que la perte de leurs biens aient poussé certains agriculteurs à chercher la charité des hôpitaux et des institutions pieuses situées dans les grands centres urbains439. Déjà à l’époque où la compagnie catalane faisait des ravages dans les campagnes byzantines, les paysans, écrit Pachymérès, avaient décidé de trouver refuge à l’intérieur de Constantinople et à Thessalonique440.

  • 441 Grègoras XV § 1 ; II, p. 74821-24. Traduction empruntée à Zakythinos, Crise économique, p. 70, qui (...)

57Presque un demi-siècle plus tard, à propos des conséquences de la deuxième guerre civile, Grègoras écrit : « Il ne reste plus aux malheureux habitants de Thrace ni bêtes de somme ni troupeaux, ni bœufs au moyen desquels les paysans travaillent le sol pour se procurer la nourriture quotidienne nécessaire à leur subsistance. Aussi la terre restait-elle inculte, la campagne était complètement déserte et, pour tout dire, dans un état sauvage441. »

  • 442 Sur Arsénios Tzamplakôn, voir supra, n. 357.
  • 443 Vatopédi II, no 105 (février 1355), l. 13-16 : ἀφιερῶ [Arsénios à Vatopédi] τοῦτο [le domaine de P (...)

58Même si ce n’est pas fréquent, les actes de la pratique ont parfois laissé aussi un témoignage sur l’état de dégradation et d’abandon des campagnes à cette époque. Deux actes de donation, établis en faveur de Vatopédi par le moine Arsénios Tzamplakôn en 1355 et 1356, constituent de bons exemples. Nous avons déjà eu l’occasion de parler de ce personnage à propos de son rôle comme partisan de Jean VI Kantakouzènos durant la deuxième guerre civile : il appartenait à la haute aristocratie de l’Empire et était propriétaire de nombreux biens fonciers en Macédoine442. Après la chute de Kantakouzènos (décembre 1354), Tzamplakôn fit don de ce qui lui restait d’un bien patrimonial situé dans les alentours de Thessalonique au monastère de Vatopédi pour s’y retirer comme moine. Dans ses deux actes de donation, conservés dans les archives de ce monastère, Arsénios nous a laissé une brève description de l’état dans lequel se trouvaient ces biens. Il explique que la plupart des paysans avaient disparu en raison des « bouleversements du temps » et qu’une part notable de ses terres était constituée par des tenures en déshérence (exaleimmata)443. Arsénios ne mentionne pas les causes de la disparition de ses paysans, mais il est certain qu’une partie avait été tuée par l’ennemi et que l’autre avait dû se réfugier ailleurs, peut-être à l’intérieur de la ville de Thessalonique.

  • 444 Grègoras XXIX § 2-4 ; III, p. 224-225.

59L’arrivée massive de paysans dans les grands centres urbains de l’Empire a dû rendre très difficiles leurs conditions de vie. Grègoras dit, par exemple, que beaucoup de ces réfugiés se mirent au service des puissants ou se livrèrent à la mendicité444. Or la situation de ces villes devait encore se dégrader davantage avec l’arrivée de la peste noire qui fit des ravages dans une population déjà bien affaiblie par les effets de la crise et par sa mauvaise alimentation, et qui vivait entassée dans des espaces souvent réduits et peu salubres, favorables à la propagation des maladies.

L’irruption de la peste noire

  • 445 La date de l’arrivée de la peste à Byzance est fournie par plusieurs chroniques brèves : cf. Congo (...)
  • 446 Kantakouzènos IV § 8 ; III, p. 49-53 ; et Grègoras XVI § 1 ; II, p. 797-798. Pour sa description d (...)
  • 447 Kydônès, Correspondance, no 88, p. 12243-46. Sur cette lettre, voir aussi Tinnefeld, Demetrios Kyd (...)

60La peste noire fit irruption dans l’Empire byzantin peu après la fin de la deuxième guerre civile, coïncidant avec la victoire de Kantakouzènos (février 1347). Elle arriva à Constantinople sur des bateaux génois en provenance de la colonie de Caffa durant l’hiver de 1347-1348445. Kantakouzènos et Grègoras ont laissé des descriptions détaillées et saisissantes des effets dévastateurs de l’épidémie446. Des échos de l’arrivée de la peste dans l’Empire se retrouvent également chez la plupart des auteurs byzantins de l’époque. Par exemple, l’érudit et homme politique Dèmètrios Kydônès la mentionne dans une lettre, datable de 1347-1348, qu’il adresse à un ami, peut-être un moine de l’Athos : « Le pire, c’est que chaque jour la grande ville se vide davantage, de sorte que [celle qui était] la plus grande est désormais considérée comme une petite [ville] remplie de tombeaux. Chaque jour, nous sommes occupés à accompagner des amis jusqu’à la sépulture et ce qui fait le plus mal c’est que les hommes s’évitent, car ils craignent le contact avec la maladie447. »

  • 448 Pour une chronologie de la peste à Byzance entre le milieu du xive et le milieu du xve siècle, voi (...)
  • 449 La peste du xive siècle semble avoir été plus pernicieuse que celle du vie siècle : cf. Kaplan, Le (...)
  • 450 L’impact de la peste sur la société rurale est toutefois difficile à mesurer. Laiou, Peasant Socie (...)

61À partir du milieu du xive siècle, les retours de la peste dans l’Empire devinrent fréquents et parfois d’une grande virulence448. Les conséquences sur la démographie furent dévastatrices449. Son impact sur les zones rurales fut peut-être moins grave que dans les villes, en raison des meilleures conditions sanitaires et de la densité plus faible d’habitants450. On verra qu’au cours de la seconde moitié du siècle certaines régions isolées de la campagne devinrent pour les élites un refuge face à l’épidémie : par exemple, en 1362, la cour impériale quitta Constantinople où sévissait la maladie et se replia dans l’île de Lemnos. Beaucoup de notables suivirent l’empereur Jean V dans sa fuite de la capitale, y compris le patriarche, et séjournèrent quelque temps dans cette île.

  • 451 Sphrantzès V § 1, p. 121-9.

62La peste fit aussi des ravages dans les petites agglomérations urbaines des provinces. Par exemple, dans la première moitié du xve siècle, le chroniqueur Géôrgios Sphrantzès dit que son gendre Grègorios Palaiologos Mamônas, habitant un kastron de la côte de la mer Noire, dont il tait le nom, périt avec sa femme et un de leurs enfants, victimes de l’épidémie451.

  • 452 Lefort, Population et peuplement, p. 78-81 [242-246].

63L’irruption de la peste à Byzance contribua donc à aggraver la crise démographique, provoquant une forte chute de la population452. Ses effets furent d’autant plus pernicieux qu’elle survint après de longues années de confrontations armées et s’abattit sur une population sans défense et affamée.

Ceux qui sont restés : la mise en place de formes de défense en milieu rural

  • 453 Matschke, Tinnefeld, Gesellschaft, p. 76-79, ont parlé de formes d’autodéfense chez quelques commu (...)

64Malgré le grand nombre des réfugiés, tous les paysans ne quittèrent pas la campagne. Toutefois, devant l’impuissance des autorités byzantines, ils cherchèrent des formes alternatives de défense. La solution la plus fréquente était de trouver la protection d’un puissant capable d’organiser une petite milice ou d’entretenir une fortification453.

  • 454 Vatopédi II, no 93. La date (mai 1346), ainsi que la notice de récognition signée par Iôannès, mét (...)
  • 455 Vatopédi II, no 97. Il s’agit d’un chrysobulle délivré par Dušan en avril 1348 durant son séjour à (...)
  • 456 Vatopédi II, no 111. Cet acte a été établi par le képhalè de Thessalonique, Stéphanos Radènos, ἐπὶ (...)
  • 457 Voir infra, p. 347-352.

65Vers le milieu du xive siècle, plusieurs paysans habitant la presqu’île de Kassandreia, au sud-ouest de la Chalcidique, vinrent s’installer dans le village fortifié de Saint-Mamas, en Chalcidique occidentale, près de l’isthme de Kassandreia. Ce village était à l’époque une possession du monastère de Vatopédi en vertu d’une donation du tsar serbe Étienne Dušan (mai 1346)454. Les moines y avait fait construire d’abord une tour puis une enceinte entourant l’ensemble des maisons. Vers 1348, ces paysans originaires de Kassandreia étaient déjà installés à Saint-Mamas et aidaient le monastère à finir les travaux de fortification du village455. Dix ans plus tard, les paysans s’opposèrent aux moines dans un litige au sujet du loyer qu’ils devaient verser au monastère au titre de leurs maisons situées à l’intérieur de l’enceinte fortifiée456. Indépendamment du résultat du conflit, ce qu’il importe de souligner est que le transfert de ces paysans fut permanent et qu’ils ne retournèrent plus à Kassandreia. Cette presqu’île était en effet une région particulièrement vulnérable aux attaques de l’ennemi. Si elle était d’accès difficile depuis le continent, elle était très exposée aux attaques de la piraterie puisque ses côtes n’offraient aucune protection naturelle. Cela explique en partie qu’au début du xve siècle le gouvernement byzantin ait entrepris des travaux de fortification dans la presqu’île pour protéger ses habitants des incursions turques et mettre ce territoire en exploitation457.

66Il est difficile de savoir à quel point les cas de paysans trouvant refuge dans le village fortifié d’un grand propriétaire étaient fréquents à l’époque. Je rappelle que ce fut précisément le groupe des grands propriétaires qui fut le plus affecté par les confiscations de terres opérées par les Serbes et par les révoltes populaires qui eurent lieu à cette époque. De ce fait, la situation de ces magnats était devenue elle-même fort précaire et leur capacité à assurer la protection des paysans d’autant plus limitée. Souvenons-nous de la description par l’aristocrate Arsénios Tzamplakôn de son domaine sis près de Thessalonique dans les années 1356-1358, qui témoigne de l’état de décadence dans lequel se trouvait son bien.

  • 458 Bien qu’à un moindre degré que les biens des laïcs, les terres appartenant aux monastères subirent (...)

67Le cas des monastères athonites – comme celui de Vatopédi propriétaire de Saint-Mamas – peut être une exception, car ils avaient bénéficié non seulement de la bienveillance du souverain serbe, mais aussi profité de la ruine des autres propriétaires byzantins pour accroître leur patrimoine. Grâce à leur statut auprès des autorités, les moines étaient presque les seuls en mesure d’effectuer des travaux sur leurs domaines et de bâtir des fortifications afin d’en améliorer la protection458.

  • 459 On pense en premier lieu aux seigneurs slaves Momčilo et Chrelja qui prirent part, avec leurs armé (...)
  • 460 On étudiera plus loin le cas des frères appelés « Alexioi », en réalité une compagnie de soldats o (...)

68Cela dit, un second groupe de propriétaires laïcs étaient aussi capables d’offrir une protection aux populations rurales : les capitaines d’aventure qui s’étaient taillé des seigneuries plus ou moins indépendantes à la faveur du chaos régnant. Dans la plupart des cas, c’étaient de véritables seigneurs de guerre qui disposaient de troupes à leur service et qui prirent part de manière active aux événements militaires459. On verra que certaines de ces seigneuries perdurèrent durant le troisième quart du xive siècle, jouant un rôle politique important dans l’histoire de la région460. Leurs maîtres firent bâtir des forteresses qui pouvaient servir de refuge aux paysans de la région environnante et les mettre à l’abri des exactions des ennemis.

La ruine des grands propriétaires fonciers

69Il n’est pas nécessaire d’insister sur les effets de la guerre pour les grandes fortunes de l’Empire, qui enregistrèrent des pertes considérables. Aux confiscations opérées par les conquérants s’ajoutèrent les destructions provoquées par l’action des mercenaires et des pillards dans les territoires qui restaient encore sous domination byzantine.

  • 461 Gabras, Correspondance, t. 2, no 217, l. 34-38. Ce passage est cité par Bartusis, Brigandage, p. 3 (...)

70Devant la vague de destructions qui balayait l’Empire, la grande aristocratie foncière se révéla impuissante. De cette impuissance, elle se plaint amèrement dans les écrits de l’époque. On citera par exemple la lettre que Michaèl Gabras adressa, dès 1322, au début de la première guerre civile, à un ami anonyme ; il y rend compte de l’état de sa fortune : « La terre qui constitue l’assise de mes modestes ressources a été pillée par ceux qui font le mal. Ils y mettent le feu aux maisonnettes, qui sont réduites en cendres, de sorte que plus aucune trace ne peut s’en retrouver461. »

  • 462 Oratio I, adressée à Kantakouzènos, éd. Loenertz dans Kydônès, Correspondance, t. 1, p. 1-10, ici (...)
  • 463 . Kabasilas, Correspondance, no 15, p. 85 : « Quelques bons parents de l’étranger qui tentent de m’ (...)
  • 464 MM II, no 595. Sur Anna Palaiologina, sa parenté avec la famille impériale et le sort de sa fortun (...)

71Concernant la deuxième guerre civile, on dispose de nombreux témoignages d’aristocrates ruinés qui rapportent les pillages qu’ont subis leurs biens. Vers 1346 par exemple, Dèmètrios Kydônès décrit la situation provoquée en Macédoine par l’irruption des troupes serbes : « Nous n’avions que les murs [des villes] pour nous protéger, et depuis ces murs, il nous fallait assister en spectateurs impuissants aux pillages de nos propriétés par les barbares462. » Quelques années plus tard, en 1363, l’érudit Nikolaos Kabasilas, issu du milieu aristocratique de Thessalonique, fait part à son ami Kydônès de la situation économique de sa famille après la mort de son père. Il relate que ses parents se déchiraient pour les derniers lopins de terre du patrimoine familial, situés dans les alentours de la capitale macédonienne463. Enfin, dans un acte du début du xve siècle, l’aristocrate Anna Palaiologina, apparentée à la dynastie régnante, qui vivait à l’époque dans une Constantinople assiégée par les Ottomans, décrit la ruine de sa fortune et retrace le dépècement progressif de son patrimoine au cours de la seconde moitié du xive siècle464.

  • 465 La Supplique est éditée par Congourdeau, Delouis, Supplique.

72L’une des conséquences immédiates de la décomposition des domaines fonciers fut l’endettement des grands propriétaires vis-à-vis des banquiers. C’est à nouveau Kabasilas qui s’en fait l’écho dans plusieurs de ses écrits, notamment dans une Supplique adressée à l’impératrice Anne de Savoie, lorsque celle-ci gouvernait Thessalonique, c’est-à-dire entre 1350 et 1365465. Dans cet écrit, Kabasilas demande la remise en vigueur d’une ancienne loi de l’empereur Andronic III, en vertu de laquelle les gens ruinés par la première guerre civile avaient été exonérés du paiement de leurs dettes :

  • 466 Ibid., p. 22735-43 ; trad. p. 226.

Désireux d’arrêter cette maladie [= la ruine des débiteurs], le très excellent empereur, qui a tiré du fait de t’épouser plus de bonheur que de tous ses autres motifs de félicité, a promulgué cette loi : qu’aucun de ceux qui sont tombés dans la tourmente commune et qui ont été dépouillés de tous leurs biens ne soit réduit par la loi sur les intérêts à abandonner à ses créanciers un manteau élimé ou une masure en ruines en paiement des intérêts. Par tourmente commune, je désigne le temps où la confusion a régné entre les empereurs, où les cités étaient malades, ayant bafoué la concorde, divisées en elles-mêmes et les unes contre les autres, où l’on tirait l’épée au mépris des lois, où le sang des chrétiens souillait les mains de leurs compatriotes466.

  • 467 Le traité Sur les intérêts est édité dans la PG, t. 150, col. 728-750. Sur ce traité, voir aussi M (...)

73On ne sait pas si l’impératrice prit en compte les recommandations de Kabasilas. Vers la même époque, cet homme de lettres écrivit un deuxième traité sur la même question, intitulé Sur les intérêts, dans lequel il dénonçait avec véhémence l’usage du prêt à intérêt et s’attaquait particulièrement aux banquiers de l’empire467. Les diatribes de Kabasilas contre les pratiques des hommes d’affaires de son temps expriment le désarroi d’une élite sociale en déclin qui avait perdu une bonne partie de son capital financier ; elles témoignent aussi des difficultés matérielles rencontrées par les aristocrates byzantins au lendemain de la deuxième guerre civile.

  • 468 Sur cette question, voir Estangüi Gómez, Les Tzamplakônes.

74Outre ces textes théoriques, quelques documents rendent compte également des cas des aristocrates qui mirent en gage une partie de leurs biens pour emprunter de l’argent liquide, par exemple le testament de l’aristocrate Dèmètrios Tzamplakôn (1366-1367) et le livre de comptes d’un fonctionnaire de la métropole de Thessalonique du début du xve siècle468.

75Cet appauvrissement considérable du groupe des dynatoi aura des conséquences très lourdes pour l’évolution de l’Empire dans la seconde moitié du siècle.

3. Les transformations de l’habitat rural

76L’insécurité dans les campagnes et la crise démographique du xive siècle ont provoqué des transformations dans le mode d’occupation du sol qui ont laissé des traces, encore repérables aujourd’hui, dans le réseau des villages de certaines régions des Balkans. De manière générale, il s’agit de l’abandon des agglomérations en piémont ou en bord de mer au profit des sites perchés, plus faciles à défendre en cas d’attaque de l’ennemi. C’est une évolution lente, qui a dû se produire tout au long du xive siècle. Dans la seconde moitié de ce siècle, elle connut cependant une accélération considérable.

  • 469 Pour les fouilles archéologiques réalisées en Grèce, voir The Archaeology of Medieval Greece, éd. (...)
  • 470 Pour l’état actuel des fouilles concernant l’Asie Mineure, voir les publications du British Instit (...)
  • 471 Voir Lefort, Chalcidique occidentale. La région de Smyrne, en Asie Mineure, peut aussi être étudié (...)
  • 472 Voir aussi l’étude de Kravari, Macédoine occidentale.
  • 473 La Bithynie au Moyen Âge.

77L’étude de l’occupation du sol dans l’Empire byzantin demeure un sujet difficile, qui a bénéficié d’un intérêt inégal selon les régions. Par exemple, l’archéologie a bien étudié la structure des villages du Proche-Orient pour la période protobyzantine, mais les fouilles concernant d’autres régions de l’Empire sont encore peu nombreuses. Certes, ces dernières années ont vu des progrès considérables en ce domaine pour la Grèce469 et pour l’Anatolie470, mais ces recherches avancent lentement et donnent encore peu de résultats exploitables. En dehors de l’archéologie, les documents d’archives fournissent la plupart des renseignements disponibles pour l’étude de l’habitat à partir du xie siècle. Or ces sources ont aussi leurs limites notamment parce que, on l’a vu, elles sont assez inégalement réparties d’un point de vue géographique : la Macédoine est de loin la région la mieux connue grâce aux actes de l’Athos471. L’ouvrage collectif consacré aux Paysages de Macédoine a mis à profit cette documentation ainsi que les récits des voyageurs pour l’étude du paysage dans cette région472. Les campagnes de prospection, comme celle qui a été menée en Bithynie, tentent de combler le manque de sources documentaires en mettant à contribution les compétences de chercheurs venus de plusieurs disciplines473. Terminons ce tour d’horizon en évoquant d’autres méthodes, comme la toponymie, la photographie aérienne ou la paléogéographie, qui s’avèrent utiles pour connaître l’organisation de l’espace à l’époque médiévale et qui n’ont pas encore été exploitées suffisamment pour Byzance.

  • 474 Fotini Kondyli de l’université de Birmingham a soutenu en 2008 une thèse qui porte comme titre « L (...)

78Pour la période qui nous occupe, le cas de l’île de Lemnos mérite d’être souligné car il est particulièrement bien documenté, même si des recherches en matière d’archéologie médiévale sur cette île manquent encore aujourd’hui474. Elle est connue par les actes athonites de la période allant du milieu du xive siècle jusqu’à la seconde moitié du xve et pour la période post-byzantine par plusieurs registres ottomans qui complètent une longue série documentaire permettant d’étudier l’occupation du sol au cours de plusieurs siècles. Enfin, il convient également de souligner la parution assez récente du volume 10 de la TIB consacré aux îles du nord de l’Égée et la publication de cartes géologiques au 1/500 000 par l’IGME (Institut de Géologie et d’Exploration minérale) grec, qui constituent de bons outils de travail.

Abandon des lieux d’habitation et concentration de l’habitat

  • 475 M. Kaplan a déjà souligné le glissement sémantique entre les termes chôra (territoire) et chôrion  (...)
  • 476 Voir la description du village que donne le Traité fiscal (p. 115) : « La propriété dispersée (ktè (...)

79Jusqu’au xive siècle, le village byzantin avait été une forme d’habitat ouvert ; aucune barrière physique ne séparait les maisons de la terre environnante. De fait, le terme chôrion, employé par les sources, désigne indistinctement un groupe de maisons et le territoire de la commune villageoise475. Il ne faut pas pour autant croire que le village byzantin relève d’une forme d’habitat dispersé, ce que les sources appellent d’un terme différent, ktèsis476. Pour l’État, le village constituait un ensemble fiscal, dont les impôts pouvaient faire l’objet d’une rente accordée à un particulier (oikonomia). Le village était aussi considéré comme une personne juridique, de telle sorte qu’il pouvait recevoir des privilèges ou aller en justice.

  • 477 Il convient néanmoins de préciser qu’il y a aussi des villae dans les territoires byzantins du Pro (...)

80L’Empire byzantin comptait depuis longtemps un réseau plus ou moins dense de villages. Ce réseau était ancien dans certaines régions du Proche-Orient, de l’Anatolie et des Balkans, où il remontait peut-être à l’époque hellénistique et ne connut pas d’interruption jusqu’aux siècles médiévaux. En effet, contrairement à la partie occidentale de l’Europe, dans laquelle les villages avaient cédé pour une part la place aux grands domaines comme forme principale de l’organisation productive, dans les territoires de l’ancien Empire romain d’Orient les transformations économiques opérées durant les siècles de l’Antiquité tardive n’avaient pas affecté l’habitat de manière considérable477.

  • 478 Voir, par exemple, Lefort, Population et peuplement, p. 79 [244].

81À partir du milieu du xive siècle, peut-être déjà un peu avant, on commence à constater à Byzance l’abandon de nombreux villages, que les sources qualifient désormais de palaiochôria. Les historiens expliquent ce phénomène par la crise démographique que connaît l’Empire à l’époque478. La mortalité fut sans doute alors accrue, on l’a vu, par le passage des armées, plutôt que par les seuls effets de la peste. Toutefois, une forte baisse de la population paysanne ne peut pas expliquer à elle seule la désertion des lieux d’habitation, car un village peut perdre la moitié de ses habitants sans cesser pour autant d’exister. En revanche, l’abandon de certains villages doit s’expliquer en raison d’un transfert de population vers les villes et d’une tendance à la concentration de l’habitat, liés à l’insécurité de l’espace rural. Il me semble donc que la raison principale qui pouvait déterminer l’abandon d’un village était qu’il ne possédait pas de fortification et/ou qu’il se trouvait dans un endroit peu propice à sa défense, par exemple dans une plaine maritime ou à l’entrée d’une vallée.

82On a vu qu’au cours des deux guerres civiles et, de manière singulière, durant la seconde, le climat d’insécurité dans les campagnes de l’Empire s’était accru de façon considérable. Nombre de paysans avaient alors abandonné leurs maisons et cherché refuge à l’intérieur des villes fortifiées, d’autres avaient sollicité la protection des puissants qui possédaient des tours ou des forteresses dans les campagnes. On a cité plus haut le cas du village de Saint-Mamas, qui avait été entouré d’une enceinte à l’initiative du monastère de Vatopédi pour abriter des paysans venus de la presqu’île de Kassandreia.

  • 479 . On a déjà dit que la présence de fortifications rurales était devenue fréquente dès le xie siècle (...)
  • 480 . Sur les vestiges de fortifications d’époque byzantine, voir par exemple D. Eugenidou, Κάστρα Μακε (...)
  • 481 Voir les index des volumes de la collection Archives de l’Athos.
  • 482 Voir, par exemple, Kastrin dans la vallée du Strymon, au début du xive siècle (cf. Lefort, Populat (...)

83À cette époque, la présence d’un bâtiment fortifié était devenue un élément presque essentiel du village byzantin479 ; en témoignent les nombreuses mentions de tours et de châteaux dans les sources écrites de la période, ainsi que la conservation fréquente de vestiges de fortifications qui semblent dater de cette époque480. Mais on constate pour la fin du xive et le début du xve siècle un phénomène qui atteste aussi l’importance des fortifications rurales : l’emploi fréquent dans les actes du terme pyrgos (tour) pour désigner le village, de celui de kastron (citadelle) pour une ville de taille moyenne et de kastellion (château) pour un centre d’exploitation domanial481. De même, la multiplication de certains toponymes comme Kastelli, Kastro, Palaiokastro ou Palaiomonastèri révèle aussi le rôle primordial de ces types de construction482.

  • 483 Iviron III, p. 44 et fig. 3, p. 46.
  • 484 Iviron IV, no 87A (avril 1341), l. 233 : τὸ εὑρίσκεσθαι νῦν ἄοικα ἀπὸ τῆς ἐπιθέσεως τῶν Τούρκων.
  • 485 Ibid., l. 234-237 : ἐπεὶ οἱ εἰς τὰ εἰρημένα ἀγρίδια, τὸν Ὀβηλὸν καὶ τὴν Δοβροβίκειαν, εὑρισκόμενοι (...)
  • 486 C’est un fait qui n’a pas été suffisamment souligné par l’historiographie : avant la deuxième guer (...)

84Quelques rares actes mentionnent parfois explicitement la raison de l’abandon des lieux d’habitation. On connaît par exemple le cas de deux hameaux (agridia) appartenant au monastère d’Iviron, Obèlos et Dobrobikeia, situés dans la région du Pangée483, qui furent momentanément abandonnés « en raison des incursions des Turcs » vers 1341484 : « Les parèques du monastère habitant ces hameaux se sont établis sur des domaines d’archontes ou de militaires ; lorsque le monastère les recherchera, il devra pouvoir les reprendre librement, sans en être empêché par ceux qui détiennent ces domaines485. » L’allusion aux raids des Turcs en 1341 peut être relative à des attaques de la piraterie turque sur les côtes de Macédoine. Toutefois, on peut songer aussi aux pillages des Turcs engagés comme mercenaires dans l’armée byzantine au temps d’Andronic III486. Quel que fût le motif exact qui poussa les paysans d’Obèlos et de Dobrobikeia à quitter leurs maisons, il est certain que la raison générale de leur désertion était l’insécurité. Ces deux villages n’offraient vraisemblablement pas une protection suffisante à leurs habitants ; ils ne possédaient sans doute pas de murs, car ils ne sont jamais qualifiés de kastra ni de pyrgoi.

  • 487 Cf. Lefort, Chalcidique occidentale, p. 97-99. Sur la donation de Mariana à Docheiariou, voir infr (...)

85L’histoire du village de Mariana, en Chalcidique occidentale, fournit un autre exemple intéressant de la désertion d’un habitat trop exposé aux attaques de l’ennemi. Mariana est situé dans une région de collines peu prononcées qui n’offrent aucune défense naturelle. Il fut déserté à l’époque de la conquête serbe, vers le milieu du xive siècle. Un acte de 1373 dit que le village avait été abandonné en raison de la « tyrannie des Serbes ». Cette année-là, à la faveur de la première restauration byzantine en Macédoine, il fut récupéré par son ancien propriétaire byzantin, l’aristocrate Anna Kantakouzènè Palaiologina, laquelle en fit donation au monastère de Docheiariou, qui entreprit aussitôt des travaux pour la fortification du site. Les moines y firent construire une tour qui est encore visible aujourd’hui (le village est d’ailleurs appelé pyrgos dans la documentation ultérieure) et installèrent des paysans qui sont mentionnés dans un acte de 1375487.

86Les exemples évoqués montrent à quel point la continuité des habitats ruraux dans la seconde moitié du xive siècle tenait à leur fortification. En effet, on verra par la suite que les efforts entrepris aux époques ultérieures pour repeupler certaines régions abandonnées furent systématiquement accompagnés de la fortification de l’habitat.

Peuplement en amont et abandon des régions côtières

  • 488 Un acte du xie siècle mentionne l’évêché « de Kassandreia et Bryai ». La même titulature double ap (...)
  • 489 Pour la date de l’abandon de Bryai, voir la nouvelle version de l’article de J. Lefort, En Macédoi (...)
  • 490 Situés un peu plus au nord de Bryai, mais toujours dans la plaine de Kalamaria, se trouvent les vi (...)

87On a vu que les premiers villages à être désertés furent ceux situés près des côtes, parce qu’ils étaient plus exposés aux attaques des pirates. Le cas du village de Mariana en est sans doute un exemple, mais l’on pourrait en citer d’autres comme celui de Bryai, situé dans la plaine maritime de Kalamaria. Entre le xie et le xiiie siècle, il avait été un village fortifié (kastron) d’une certaine importance, qui put même servir de résidence à l’évêque de Kassandreia488. Bryai semble pourtant être déserté dès le début du xive siècle puisqu’il est qualifié alors de palaiokastron489. Son abandon fut certainement causé par sa localisation, près de la côte490.

  • 491 Pachymérès VII § 37 ; III, p. 12112-17 : « L’empereur envoya ordonner aux habitants du littoral, q (...)
  • 492 Cf. TIB 12, s.v. Epibatai. La forteresse de Pythion, en Thrace, fut construite par l’aristocrate I (...)

88À partir de la fin du xiiie siècle, les habitants des villages côtiers ou de ceux situés à l’entrée des vallées commencèrent à se replier vers l’arrière-pays. Pachymérès dit que, à la fin de 1285 ou au début de 1286, l’empereur Andronic II ordonna aux habitants de l’Empire de s’en aller vers l’intérieur des terres, afin d’éviter les attaques des pirates, et aux habitants de Thrace et de Macédoine de chercher refuge dans les forteresses locales491. Vers la même époque, certains grands propriétaires firent construire des forteresses en bord de mer pour servir d’asile aux populations en cas d’attaque de l’ennemi. La forteresse d’Épibatai, bâtie sur la côte de la mer de Marmara dans les environs de Sélymbria, constitue un bon exemple de ce type de construction, mais il n’est certainement pas le seul492.

  • 493 Mis à part les villages qui furent fondés au xxe siècle avec la population venue d’Asie Mineure : (...)
  • 494 Sur les fortifications de Lemnos, voir infra, p. 154-158.

89Dans l’île de Lemnos, les villageois fondèrent de nouveaux habitats au fond des vallées, souvent en amont, sur une colline. Une prospection sur place m’a permis en effet de repérer des vestiges de maisons abandonnées et de la céramique sur la côte, qui semblent dater de l’époque médiévale. De plus, un coup d’œil à la carte actuelle permet de constater que la plupart des villages lemniotes sont localisés vers l’intérieur493. Font seulement exception les trois villes de l’île, Palaiokastron (Myrina), Moudros et Kotzinos, qui possédaient des fortifications494.

Désarticulation des voies de communication et fragmentation de l’espace politique

  • 495 La Via Egnatia, principale voie de communication terrestre qui reliait Constantinople à Thessaloni (...)

90Les incursions ennemies et les guerres perturbèrent aussi les communications terrestres. La présence de bandits et de pillards sur les chemins, le passage de mercenaires, ainsi que la dégradation des infrastructures avaient rendu très difficiles les déplacements à l’intérieur des terres495. Par ailleurs, l’abandon des villages avait affecté le système d’entretien des ponts, des routes et des embarcadères, effectué par des corvées publiques incombant aux habitants du lieu.

  • 496 Laiou, Agrarian Economy, p. 364-365.
  • 497 Voir N. Oikonomidès, Pour une typologie des villes « séparées » sous les Palaiologoi, dans Geschic (...)

91Les conséquences de la dégradation des communications terrestres furent nombreuses : d’abord, les échanges de produits et l’écoulement de la production agricole sur le marché devinrent plus compliqués, ce qui contribua à dégrader davantage les finances des grands propriétaires fonciers. Plus important fut l’isolement des villes, souvent coupées de leur arrière-pays. En effet, les principaux centres urbains survivaient, entourés par l’ennemi, grâce à leurs enceintes fortifiées. Souvent, la seule possibilité d’y accéder était la mer. Les problèmes liés au ravitaillement et à la défense du pays environnant rendirent de ce fait très difficiles les conditions de vie des populations urbaines496. À partir du milieu du xive siècle, nous connaissons plusieurs exemples de ces villes momentanément ou plus durablement « isolées » : Thessalonique encerclée par les Serbes, Christoupolis aux mains des frères Alexioi et Philadelphie, située au cœur d’une Asie Mineure turque497. De même, quelques villes devinrent à cette époque des entités politiques à part, en raison même de leur isolement ; ce fut le cas de Iôannina, Kastoria ou Ainos, qui furent gouvernées pendant un temps par des seigneurs indépendants.

Notes

352 Kantakouzènos III § 29-30 ; II p. 183-185 ; et Grègoras XII § 14 ; II, p. 620.

353 Dans son édition des nouveaux documents du monastère de Philothéou, Vassiliki Kravari a dressé un tableau résumant l’ensemble des informations dont on dispose sur les confiscations de terres à l’époque de la deuxième guerre civile : Phil. Suppl., p. 294, fig. II. Le tableau n’est néanmoins pas complet, puisqu’il ne mentionne pas la confiscation des biens de Kônstantinos Palaiologos, « oncle » de Jean V, durant l’hiver 1341-1342.

354 L’acte porte la signature (l. 49) ὁ δοῦλος τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου καὶ βασιλέως Μιχαὴλ Πάπυλας, écrite de la main du scribe et suivie d’un monocondyle que Lemerle n’a pas su lire (Lemerle, Karakala, p. 286). Oikonomidès, Notes sur un praktikon, p. 339, n. 12, a proposé une lecture de ce monocondyle qui semble recevable : ὁ ἔνοχος, soit « le responsable ». Sur Iôannès Margaritès, voir PLP 16850.

355 Lemerle, Karakala.

356 La liste se complète avec le sébastos Mésopotamitès, le prôtasèkrètis Bardalès, le dioikètès Manouèl et l’ἐπὶ τῶν ἀναμνήσεων Spingès.

357 En 1342, Arsénios Tzamplakôn fut envoyé par Kantakouzènos comme ambassadeur auprès du souverain serbe Étienne Dušan, mais fut fait prisonnier par un bandit serbe nommé Tzimpanos qui le livra au parti de la régence à Thessalonique. Dans cette ville, le peuple lui infligea un châtiment honteux et confisqua les propriétés qu’il possédait dans la région environnante. Une partie de ses biens fut accordée en récompense à ce Tzimpanos qui l’avait livré : Kantakouzenos III § 42 ; II, p. 256-257. Sur Arsénios Tzamplakôn, voir Estangüi Gomez, Les Tzamplakônes.

358 358. Sur la carrière byzantine de Guy de Lusignan, voir PLP 92566 (Συργγείν).

359 Sur Kônstantinos Palaiologos, voir Estangüi Gomez, Théodôra Palaiologina, p. 139-141 (avec bibliographie).

360 Kantakouzènos III § 32 ; II, p. 1963-9.

361 Grègoras XII § 15 ; II, p. 623.

362 Guillou, Prodrome, no 36, p. 118-119 ; Bénou, Codex B, no 206, p. 400-401. Voir aussi Verdure, Prodrome, no 150. L’acte est adressé à un Margaritès sans prénom ; l’identification avec le Iôannès Margaritès bénéficiaire du praktikon de janvier 1342 ne semble pas faire de doute : cf. Lemerle, Karakala, p. 295. Dans l’acte, Margaritès est qualifié d’oikeios, soit familier, de l’empereur Jean V.

363 L’acte est très endommagé aux lignes 4-5, où se trouve mentionnée l’origine des biens attribués à Margaritès. À partir de la lecture de l’éditeur, Guillou : ἀπὸ τε Τζακω[…] ὑποστάσεων καὶ δημοσιακῶν, Lemerle propose de voir là une mention de l’oikonomia de Tzamplakôn, confisquée avant janvier 1342, puis transformée en bien du fisc. Il ne peut pas y avoir de confusion entre ces terres et les champs mentionnés dans le praktikon de Karakalla de janvier 1342, même si les unes comme les autres avaient appartenu à Arsénios Tzamplakôn : comme l’a souligné Lemerle, les terres dont il est question dans l’ordonnance de Jean V d’octobre 1342 venaient d’être exemptées du paiement de l’impôt et accordées à Margaritès à titre héréditaire, alors que les terres mentionnées dans le praktikon de janvier 1342 étaient déjà libres de toute charge. Lemerle a pensé que Margaritès avait acheté les autres champs au fisc, en vue d’arrondir les biens qu’il possédait déjà dans cette région depuis janvier 1342 ; l’empereur lui aurait ensuite accordé le privilège de les posséder sans rien verser au fisc et à titre patrimonial (Lemerle, Karakala, p. 295, n. 30). Toutefois, il me semble plus vraisemblable qu’il s’agisse d’une seconde attribution de terres à ce partisan de la régence, plutôt que d’une acquisition par achat.

364 Voir Solovjev, Mošin, Grčke povelje, p. 142.

365 Phil. Suppl., no 2. Le prénom Géôrgios a été écrit après grattage (cf. l. 2 et 20 de l’acte), d’où les réserves exprimées par l’éditrice à propos de l’identité du bénéficiaire (cf. ibid., p. 292-293). Quoi qu’il en soit, la distinction entre ce personnage et Iôannès Margaritès est assurée : ibid., p. 295.

366 Ibid., l. 8-15 : τοὺς εἰς τὸ περὶ τὴν Καλαμαρίαν χωρίον τὴν Ἐπάνω Ἀντιγονειαν παροίκους οὓς προκατεῖχεν ὁ ἄπιστος Φαρμάκης Δημήτριος, ἀλλὰ δὴ καὶ οὓς κατεῖχεν ὁ ἄπιστος Καντακουζηνὸς Νικηφόρος, καὶ τὴν γῆν τοῦ ἀπίστου Μανουὴλ τοῦ διοικητοῦ τὴν εἰς τὸ Νεοχώριον μοδίων ὡσεὶ ἐκατὸν πεντήκοντα, ἔτι δὲ καὶ τὸ ἥμισυ τοῦ […] ζευγηλατείου τοῦ καλουμένου Τζάνου, ὅπερ προκατείχετο παρα τοῦ ἀποστάτου καὶ ἀπιστου Καντακουζηνοῦ. Notons que l’autre moitié du zeugèlateion de Tzainou était échue à Iôannès Margaritès.

367 Pour l’identification de ces personnages, voir Phil. Suppl., p. 295-296. Voir aussi Kyritzès, The Byzantine Aristocracy, p. 368-369.

368 Voir le tableau récapitulatif dans Phil. Suppl., p. 294, fig. II.

369 Voir par exemple le cas de Iôannès et Manouèl Asanès, beaux-frères de Jean VI, qui reçurent des privilèges et des biens fonciers : cf. supra, p. 53, n. 206.

370 Les Bulgares s’emparèrent d’une partie du nord de la Thrace en 1344, lorsque l’impératrice Anne de Savoie leur céda la ville de Philippoupolis et toutes les autres villes du thème de Sténimachos-et-Tzépaina, en vue de conclure une alliance avec le tsar Ivan Alexandre (Kantakouzènos III § 66 ; II, p. 406). Sur le thème de Sténimachos-et-Tzépaina, voir Asdracha, Rhodopes I, p. 184-185. Ce furent les Serbes qui emportèrent la part du lion : dans les années 1342-1343, ils prirent plusieurs villes d’Albanie et du nord de l’Épire et une partie de la Macédoine occidentale (cf. Kravari, Macédoine occidentale, p. 68) ; dès 1345, ils conquirent la plus grande partie de la Macédoine orientale et à partir de 1347-1348, la Thessalie et le reste de l’Épire, jusqu’aux frontières du duché catalan d’Athènes (voir, pour une chronologie plus détaillée, Soulis, The Serbs, p. 19-39 et notes, en particulier n. 199). Voir, ici même, Carte 1.

371 Pour la date et les circonstances historiques, voir Soulis, The Serbs, p. 25-27.

372 Sur le séjour de Dušan à l’Athos, voir infra, p. 103.

373 Xéropotamou, no 26. Cet acte a bénéficié d’un commentaire détaillé dans l’article de Lemerle, Constantin Harménopoulos.

374 Pour le contexte historique, voir Lemerle, Philippes, p. 198-202. On sait par une source serbe que cette même année Dušan avait essayé de prendre Thessalonique (Soulis, The Serbs, p. 42).

375 Xéropotamou, no 26, l. 14-19.

376 Ibid., l. 19-23.

377 Petit, Actes de Chilandar, no 149.

378 Zivojinović, Le domaine de Chilandar, p. 19-23. D’autres historiens avaient auparavant étudié cet acte sans parvenir à des conclusions définitives concernant la question de son authenticité : Dölger, Regesten V, no 3103 ; Ostrogorsky, Serska oblast, p. 15-16 ; et D. Korać, Sveta Gora pod srpskom vlašću, ZRVI 31, 1992, p. 85-86.

379 Le terme « archonte » témoignerait d’un statut social élevé. žIvojinović, Le domaine de Chilandar, p. 21, a identifié les noms de ces archontes à ceux de propriétaires bien attestés dans la région durant la période byzantine. On a vu que les Achyraïtai étaient venus d’Asie Mineure au début du xive siècle (voir supra, p. 42).

380 Avant 1353, Dušan avait déjà fait donation à Chilandar du village de Potholènos, pour lequel il avait délivré deux chrysobulles en faveur des moines (žIvojinović, Le domaine de Chilandar, p. 17-18). Sur cet acte, voir aussi infra, p. 138-141.

381 La chronologie du séjour de Kantakouzènos à Thessalonique que je propose ici (1349-1350) est différente de celle traditionnellement admise par l’historiographie ; sa démonstration sera conduite ailleurs. La fin du blocus serbe de Thessalonique fut surtout le résultat des tractations diplomatiques qui suivirent la guerre entre Byzance et Gênes (1348-1349). Après la défaite de l’Empire, Gênes consolida son rôle de premier plan sur le Bosphore. Venise, craignant la montée en puissance de sa rivale, avait décidé de conclure un nouveau traité avec Byzance (9 septembre 1349) par lequel elle renforçait ses liens avec l’Empire. L’une des conséquences immédiates de cet accord fut l’interruption des pourparlers entre Venise et le souverain serbe, qui avait essayé de s’assurer la collaboration des Italiens.

382 On a vu qu’en 1348 Jean VI avait accordé à son fils Matthaios une partie de la Thrace et, un an plus tard, en 1349, à son fils Manouèl le Péloponnèse. Quant aux îles du nord de l’Égée (Lemnos, Imbros, Samothrace et Ténédos), leur statut ne semble pas défini, mais on sait qu’elles demeuraient fidèles à l’empereur Jean V.

383 Pour le détail des événements et les références aux sources, voir Soulis, The Serbs, p. 44-45. La défense serbe de Servia fut dirigée par Grigor Preljub, gouverneur de Thessalie.

384 Kantakouzènos IV § 22 ; III, p. 155-156. Grègoras ne dit rien au sujet de cet accord. Voir aussi Soulis, The Serbs, p. 46-47.

385 Certains historiens ont même douté de la véracité du récit de Kantakouzènos et pensé qu’un accord conclu entre Byzantins et Serbes prévoyant un partage du territoire n’avait jamais existé : voir par exemple Jireček, Geschichte der Serben, t. 1, p. 402.

386 Kantakouzènos IV § 27 ; III, p. 207 ; et Grègoras XXVII § 26 ; III, p. 147.

387 Voir par exemple Soulis, The Serbs, p. 49.

388 N. Oikonomidès, Οἱ δύο Σερβικὲς κατακτήσεις τῆς Καλκιδικῆς τὸν ΙΔ´ αἰώνα, Δύπτυχα 2, 1980-1981, p. 294-299.

389 Ces villes se trouvaient au pouvoir de Dušan dès 1351 (cf. Soulis, The Serbs, p. 47 et surtout n. 43). La chronique dite « de Proclus et Comnenus » ou « de Iôannina » mentionne certes la prise de Berroia par Radoslav Hlapen, mais elle ne précise pas les circonstances de la conquête ni la date : Chronique de Iôannina, § VI (οὗτος τοίνυν ὁ Χλάπενος εἷς ὢν τῶν Σερβικῶν σατραπῶν καί τινα φρούρια ἐκ τῶν ῾Ρωμαϊκῶν ὁρίων εἰληφὼς, ἀλλὰ δὴ καὶ τὴν μεγαλόδοξον πόλιν Βέῤῥοιαν). Sur Radoslav Hlapen, voir PLP 30848. 1

390 L’attitude de Dušan à l’égard de la propriété foncière byzantine n’a pas fait l’unanimité : Ostrogorsky, Féodalité, p. 205, considère que les expropriations de terres furent nombreuses et que l’aristocratie byzantine, surtout le groupe des pronoïaires, subit de fortes pertes. Les principaux bénéficiaires de cette politique auraient été, selon lui, les nobles serbes et les monastères de l’Athos. Soulis, The Serbs, exprime une opinion beaucoup plus nuancée : mis à part quelques confiscations opérées au sein de l’ancienne élite byzantine, il penche plutôt pour un maintien du statu quo foncier. L’opinion de Soulis est confirmée par les documents d’archives qui révèlent en effet une continuité non seulement dans le régime foncier, mais aussi du point de vue institutionnel. Voir aussi Laiou, In the Medieval Balkans, p. 152-153, qui parle d’une « redistribution de terres en faveur des conquérants ». Toutefois, l’auteur pense aussi que les propriétaires grecs ne furent pas dépossédés de la totalité de leurs anciens biens.

391 Il s’agit d’un acte judiciaire (krisimographon) qui peut être daté de juin 1349 (Bénou, Codex B, no 172 ; Verdure, Prodrome, no 170), selon lequel la femme d’un certain Basilikos était restée à Zichna alors que son époux s’était enfui à Constantinople. Ayant été privée de son ancienne tenure (hypostasis), elle s’était rendue auprès de l’empereur serbe et avait obtenu de lui un acte de confirmation de sa propriété. Cela avait été aussi le cas, dit l’acte, des autres habitants de Zichna, qui avaient reçu du souverain un chrysobulle les remettant en possession de leurs anciens biens fonciers. Sur cet acte, voir aussi L. Mavrommatis, Sur les antagonismes en Macédoine sous la domination serbe, dans Byzantium and Serbia in the 14th Century, Athènes 1996, p. 330-337.

392 La mention des « chrysobulles et prostagmata » délivrés par Dušan en faveur des villes byzantines figure également dans le code juridique serbe appelé Zakonik, source importante pour l’étude du régime foncier entre les dominations byzantine et serbe. Voir à ce sujet Zakonik, § 124 (traduction Burr) : « Of the Law in Towns : Greek towns which the Lord Tsar has taken, whatsoever chrysobulls and prostagmata have been granted to them, whatsoever they have and hold up to the time of this council, let them hold, and it is confirmed to them and let no man take aught from them. »

393 Soulis, The Serbs, p. 79 : « Dušan’s attitude in the conquered lands was not that of conqueror but that of the legitimate successor of the Byzantine emperors. »

394 Sur l’idéologie de l’État serbe médiéval, voir Maksimović, L’Empire de Stefan Dušan.

395 Dans les actes officiels, Dušan s’intitule « Stefan v’Hrista Boga [(blago) verni] car Sr’bljem i Gr’kom », soit « Stefan dans le Christ Dieu [fidèle] empereur des Serbes et des Grecs », et en grec Στέφανος ἐν Χριστῷ τῷ Θεῷ πιστὸς βασιλεὺς καὶ αὐτοκράτωρ Σερβίας καὶ ῾Ρωμανίας, soit « Stéphanos dans le Christ Dieu fidèle empereur et autokratôr de Serbie et Romanie ». Il s’agit certes d’une titulature qui n’est pas identique à celle des empereurs byzantins, mais qui ne serait pas moins révélatrice des ambitions politiques du souverain serbe : cf. N. Oikonomidès, Emperor of the Romans – Emperor of the Romania, dans Byzantium and Serbia in the 14th Century, Athènes 1996, p. 123-125.

396 Avant Dušan, les souverains serbes avaient déjà commencé à appliquer la législation byzantine dans les territoires pris à l’Empire : cf. A. Solovjev, Der Einfluß des byzantinischen Rechts auf die Völker Osteuropas, Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte 76, 1959, p. 432-458.

397 Sur la traduction en serbe de l’œuvre de Blastarès, voir J. Panev, La réception du Syntagma de Matthieu Blastarès en Serbie, Études balkaniques 10, 2003, p. 27-45.

398 La bibliographie sur l’œuvre législative de Dušan est très abondante en serbo-croate. Voir en anglais Soulis, The Serbs, p. 68-81 (avec bibliographie).

399 Voir par exemple Zakonik, § 39 (traduction Burr) : « And to the lords and the gentry, who live within my state, both Serbs and Greeks, to whom was given land as patrimony and in chrysobulls before my reign and who held it up to the day of this council, these patrimonies are confirmed. » Pour une discussion du contenu du Zakonik quant à l’« égalité » entre Serbes et Grecs, voir Soulis, The Serbs, p. 82-84 (avec bibliographie).

400 Nous avons conservé l’original du chrysobulle délivré par le tsar Dušan le 27 mai 1350 en faveur du noble Ivanko Probištitović, mentionnant la composition du sabor de 1349 : éd. V. Aleksić, Povelja Cara Stefana Dušana Vlasteličiću Ivanku Probištitoviću, Stari srpski arhiv 8, 2009, p. 69-80.

401 En mai 1336, Dušan confirme par chrysobulle les donations faites par le prôtosébastos Chrelja au monastère de Chilandar. Il s’agissait de plusieurs biens situés dans la région de Štip, qui avaient été confisqués à certains pronoïaires grecs (éd. Novaković, Zakonski spomenici, p. 399-401 ; pour la date, voir Ostrogorsky, Féodalité, p. 204, n. 2).

402 L’éditrice du codex B du couvent du Prodrome à Serrès, Lisa Bénou, a daté une série d’actes de donation établis en faveur de ce monastère par Eirènè Palaiologina Choumnaina (PLP 30936), fille de Nikèphoros Choumnos, ancien principal conseiller de l’empereur Andronic II, des années de l’occupation serbe de la Macédoine (après 1345) : cf. Codex B, actes nos 173-175. Cette datation, qui n’a pas été remise en cause par Marc Verdure dans son étude des actes du Prodrome, ni par Smyrlis, La fortune, p. 91, impliquerait que cette grande aristocrate byzantine eût conservé ses biens lors de l’invasion serbe. Toutefois, l’analyse prosopographique oblige à modifier la datation de ces actes. Cette analyse sera conduite ailleurs.

403 Sur Alexios Raoul, voir PLP 24111. Il convient de noter que l’identification de cet Alexios Raoul avec le doux Raoul, un des instigateurs de l’assassinat d’Apokaukos en 1345, proposée par G. Ostrogorsky, Alexios Raul, Grossdomestikos von Serbien, dans Festschrift Percy Ernst Schramm, Wiesbaden 1964, t. 1, p. 340-352, a été réfutée par Dieten, Nikephoros Gregoras, t. 3, p. 341 ; voir aussi PLP 24096.

404 . En 1334, Michaèl Synadènos acquit plusieurs biens situés dans les alentours de Serrès appartenant à trois douloi de l’empereur Andronic III : Bénou, Codex B, no 56 ; Verdure, Prodrome, no 125. Plus tard, en 1347, déjà sous la domination serbe, Synadènos acheta une maison à une certaine Maria Philomatinè, toujours à Serrès : Bénou, Codex B, no 57 ; Verdure, Prodrome, no 164. Il apparaît encore une fois comme témoin dans un acte daté de février 1349 par lequel une autre aristocrate grecque, Eirènè Komnènè Kontostéphanina, vendit un champ au monastère du Prodrome : Bénou, Codex B, no 55 ; Verdure, Prodrome, no 169.

405 L’historiographie serbe a beaucoup écrit à propos de l’intégration d’une partie de l’élite byzantine dans l’administration de l’empire des Nemanjides : voir par exemple M. Zivojinović, Sudstvo u grčkim oblastima srpskog carstva, ZRVI 10, 1967, p. 197-249 ; Lj. Maksimović, Karakter poreskog sistema u grčkim oblastima srpskog carstva, ZRVI 17, 1976, p. 101-125 ; et B. Ferjančić, Vizantijski i srpski Ser u xiv stoleću, Belgrade 1994, p. 70 et suiv.

406 Prostagma de l’empereur Étienne Dušan pour le monastère du Prodrome de Serrès (avril 1346) : Guillou, Prodrome, no 42, p. 134-135 ; Bénou, Codex B, no 48, p. 102-103 ; et Verdure, Prodrome, no 163.

407 Phil. Suppl., no 3. La famille Rallès - Raoul avait possédé des biens en Macédoine à l’époque byzantine : voir par exemple Fassoulakis, Raoul-Ral(l)es, no 24. Il y a peut-être des liens entre les Raoul, anciens propriétaires en Macédoine, et Alexios Doukas Raoul, mégas domestikos de Serbie, déjà mentionné.

408 Phil. Suppl., p. 301.

409 Zographou, no 37.

410 Cf. F. Taranovski, Istorija srpskog prava u nemanjićkoj državi, t. 1, Belgrade 1931, p. 17.

411 Ce sont toutefois des estimations faites à partir d’un nombre de sources très restreint, qui ne permettent pas d’arriver à des conclusions définitives.

412 Voir G. Ostrogorsky, Étienne Dušan et la noblesse serbe dans la lutte contre Byzance, Byz. 22, 1952, p. 156-157.

413 Voir par exemple le chrysobulle de Dušan de mai 1346 délivré en faveur de Vatopédi : οἱ κατὰ καιροὺς κεφαλατικεύοντες ζουπᾶνοι (cf. Vatopédi II, no 93, l. 24). Sur cette question, voir aussi Soulis, The Serbs, p. 80.

414 Le prôtostratôr Stanisas est le destinataire d’un prostagma de l’empereur Dušan délivré aux alentours de l’an 1348, lui ordonnant d’exempter les couvents athonites du versement de la taxe sur le blé. Cet acte est conservé dans les archives de Kutlumus : cf. Lemerle, Solovjev, Trois chartes, p. 130. La même personne est mentionnée dans un acte de Vatopédi qui date de 1358. À cette époque, il semble toujours exercer une autorité sur les monastères de l’Athos, puisque les moines de Vatopédi lui avaient demandé la permission de se rendre auprès du gouverneur byzantin de Thessalonique (cf. Vatopédi II, no 111, l. 3-4 : γνώμη καὶ θελήσει καὶ τοῦ αὐθέντου καὶ ἀδελφοῦ ἡμῶν πρωτοστράτορος τοῦ Στανίσα πρὸς ἡμᾶς παραγενόμενοι).

415 Pour l’identification de ces personnages proposée par Lemerle, voir Kutlumus, App. II, p. 229. L’acte d’octobre 1366 est tiré des archives de Chilandar. Il s’agit d’un jugement du tribunal ecclésiastique de Serrès, par lequel un certain mégas primmikèrios Isaris est débouté de ses prétentions sur l’héritage de son gendre Géôrgios Stanésès (Petit, Actes de Chilandar, no 151). L’acte dit que ce dernier était le frère (autadelphos, l. 1-2) du kaballarios Stanésès et non pas le fils comme l’a écrit à tort Lemerle. Sur cette identification, voir aussi Ostrogorsky, Serska oblast, p. 95.

416 Le continuateur de Danilo II parle du remplacement des métropolites grecs par des Serbes : cf. Lascaris, Le patriarcat de Peć, p. 172.

417 Jakov avait été auparavant supérieur du monastère des Saints-Archanges à Prizren. Sur ce personnage, voir PLP 7904, et Z. Gavrilović, The Gospels of Jakov of Serres (London, B.L., Add. MS 39626), the Family Branković and the Monastery of St. Paul, Mount Athos, dans Through the Looking Glass. Byzantium through British Eyes, Papers from the Twenty-ninth Spring Symposium of Byzantine Studies (London, March 1995), éd. R. Cormack et E. Jeffreys, Aldershot 2000, p. 135-144.

418 Le premier prôtos serbe fut nommé au début de l’an 1348, lors du séjour de Dušan à l’Athos (cf. infra, p. 103). Il s’agit d’Antônios de Chilandar, sur lequel voir PLP 91253. Sur la période de la domination serbe sur l’Athos, voir Prôtaton, p. 137-139, et Lavra IV, p. 41-49.

419 Kantakouzènos IV § 19-20 ; III, p. 127, 131 et 136, mentionne aussi la présence de dynatoi serbes dans ces villes (cité par M. Bartusis, The Settlement of Serbs in Macedonia in the Era of Dušan’s Conquests, dans Studies on the Internal Diaspora of the Byzantine Empire, éd. H. Ahrweiler et A. Laiou, Washington 1998, p. 151-159, ici p. 153).

420 L’acte d’Andronic IV est édité dans Dölger, Schatzkammern, no 11. Pour l’ensemble du dossier, voir infra, p. 336-337. La Macédoine était dans les années 1370 passée à nouveau sous domination byzantine.

421 Il s’agit du village de Néochôrion, cf. Lefort, Chalcidique occidentale, p. 108-109.

422 Vatopédi II, no 144 (1375), l. 19-20.

423 Sur la composition ethnique de l’Épire à cette époque, voir B. Osswald, The Ethnic Composition of Medieval Epirus, dans Imagining Frontiers, Contesting Identities, éd. S. G. Ellis et L. Klusáková, Pise 2007, p. 125-154.

424 Même la Chronique de Iôannina, qui est très hostile au despote Thômas Preljubović, gouverneur de Iôannina (1367-1384), n’emploie jamais de termes semblables. Sur l’usage de cette source pour connaître les conditions de vie de la population épirote à cette époque, voir S. Šarkić, The Application of Dušan’s Code according to the Chronicle of Ioannina, dans Κατευόδιον !. In memoriam Nikos Oikonomides, éd. S. Troianos, Athènes 2008, p. 161-171.

425 Le despote Thômas Preljubović constitue un bon exemple de cette nouvelle élite : fils d’un 425. Serbe, Grigor Preljub († 1357), et époux d’une Grecque, Maria Angélina († 1394). À son propos, voir PLP 23721 (Θωμᾶς Πρέλουμπος). Au xve siècle, Giourgès Izaoul, réfugié épirote à la cour de Constantinople, était le fils d’un Italien, Esau Buondelmonti, despote d’Épire (1385-1411), et d’une Serbe, Eudokia Balšić. Sur ce personnage, voir maintenant Th. Ganchou, Giourgès Izaoul de Ioannina, fils du despote Esau Buondelmonti, ou les tribulations balkaniques d’un prince d’Épire dépossédé, Medioevo greco 8, 2008, p. 159-199.

426 À propos de l’importance symbolique du Mont Athos à l’époque, voir Nastase, Patronage, p. 71-87.

427 À la tête de la délégation athonite se trouvait le prôtos de la communauté. D’autres autorités ecclésiastiques s’étaient rendues à cette cérémonie, notamment Syméôn, patriarche bulgare de Tirnovo, et Nikolaos, archevêque autocéphale d’Ochrid. Le début de la conquête de la Macédoine par Dušan revêtit une forte charge symbolique. Il est significatif que la proclamation impériale de Dušan se soit produite très peu de temps après la prise de Serrès (25 septembre 1345), vers la fin de l’année 1345, peut-être le jour de Noël. Le couronnement à Skopje eut lieu le 16 avril 1346, le jour de Pâques. Sur cet événement, voir Jireček, Geschichte der Serben, t. 1, p. 211-236 ; Soulis, The Serbs, p. 32 (avec bibliographie) et, plus récemment, Maksimović, L’empire de Stefan Dušan, p. 423.

428 L’original de cet acte est perdu. Une copie ancienne est conservée dans les archives de Vatopédi ; elle est authentifiée par le métropolite de Vidin Mitrofan’ (signature slave) à une date qui nous est inconnue (cf. Vatopédi II, no 92). Au début du xxe siècle, A. Solovjev et V. Mošin avaient consulté une autre copie de ce chrysobulle dans les archives de Lavra, mais elle n’a pas été retrouvée par la suite (Lavra III, p. 210-211). Un autre chrysobulle délivré par Dušan, en janvier 1346, pour le monastère d’Iviron mentionne ce chrysobulle commun pour tout l’Athos et explique que le souverain serbe avait accordé de nouveaux privilèges aux moines en contrepartie de leur allégeance : Iviron IV, no 89, l. 4-8, ἡ βασιλεία μου πάσας τὰς ἐν τῶ ἁγίω ὄρει τῶ Ἄθω διακειμένας μονὰς ἀναδεξαμένη, ὅλη ψυχῆ προσελθούσας καὶ ὑποταγείσας αὐτῇ, διὰ χρυσοβούλλου κοινοῦ πάσαις αὐταῖς πλουσίαν ἐχωρήγησε καὶ παρέσχε τὴν ευεργεσίαν, ὡς εἶναι τοὺς ἐνασκουμένους αὐταῖς μοναχοὺς ἀπερισπάστους καὶ ἀθορύβους πρὸς τὸ ἔργον αὐτὸ τοῦ Θεοῦ.

429 Sur le séjour de Dušan à l’Athos et l’attitude de ce souverain envers les monastères, voir G. Soulis, Tsar Stephen Dušan and Mount Athos, Harvard Slavic Studies 2, 1954, p. 125-139, et, plus récemment, M. Zivojinović, De nouveau sur le séjour de l’empereur Dušan à l’Athos, ZRVI 21, 1982, p. 119-126.

430 Il n’est pas question de dresser ici la liste complète des actes délivrés par l’empereur serbe en faveur des Athonites. Toutefois, il convient de souligner qu’il y a parfois des incertitudes concernant l’authenticité de certaines de ces pièces (cf. Lavra IV, p. 41-42, n. 191).

431 Dans leur ouvrage sur la société tardobyzantine, Matschke et Tinnefeld ont constaté la faible participation de la société villageoise dans les mouvements contestataires du milieu du xive siècle : Matschke, Tinnefeld, Gesellschaft, p. 80 (voir aussi quelques réflexions dans A. Laiou, Peasant Rebellion : Notes on its Vocabulary and Typology, dans Ordnung und Aufruhr im Mittelalter. Historische und juristische Studien zur Rebellion, éd. M.-Th. Fögen, Francfort-sur-le-Main 1995, p. 99-117, en particulier p. 113-114). Ils se sont néanmoins demandés si une partie des participants aux émeutes n’était pas composée d’ouvriers agricoles et de journaliers, employés sur les domaines situés dans la banlieue des principales villes. Ils ont évoqué le cas du dèmos de Didymotique et des villages voisins, qui s’était révolté contre la femme de Kantakouzènos, Eirènè Asanina, ravageant les champs, les vignobles et les jardins des alentours, propriétés des puissants (Kantakouzènos III § 48 ; II, p. 288). Ces auteurs ont postulé que ces actions pouvaient constituer un indice de l’emploi de certains des membres du dèmos en tant que salariés sur ces domaines.

432 Les formes de brigandage dans les campagnes sont attestées à toutes les époques de l’histoire byzantine, mais elles furent plus ou moins virulentes en fonction du contexte politique. Dans l’acte de Michel VIII concernant l’administration provinciale (cf. supra, p. 68), l’empereur interdit l’utilisation par les gouverneurs de pillards comme soldats, pratique qui semble répandue à l’époque (cf. Burgmann, Magdalino, Michael VIII on Maladministration). Selon les éditeurs de cet acte, il pouvait s’agir de bandits, soit agissant avec la connivence des autorités locales, soit circulant en toute impunité sous le prétexte de collaborer avec le gouverneur dans sa tâche de maintien de « la loi et [de] l’ordre ».

433 Pour la construction de forteresses par l’État à la fin du xiiie et dans la première moitié du xive siècle, cf. Bartusis, Byzantine Army, p. 286-287. La mention dans les sources de « chemins publics » ou de « chemins impériaux » est significatif de la nature de ce type d’infrastructures : voir par exemple Vatopédi I, no 23 (1296), l. 7 (odos dèmosiakè) ; Lavra II, no 90 (1300), l. 72 (dèmosia odos) ; Vatopédi I, no 45 (1312), l. 35 (odos basilikè) ; Vatopédi II, no 122 (1365-1371), l. 12 (odos basilikè). La population les entretenait par des corvées publiques.

434 Kantakouzènos III § 62 ; II, p. 381. Traduction empruntée à De Vries, L’élite byzantine, p. 99.

435 Un passage de la Geste d’Umur Pacha, ou plus exactement de l’œuvre du chroniqueur ottoman Enveri qui en transmet la substance, relatif aux événements de l’hiver 1342-1343, parle des dévastations dans les alentours de la ville de Didymotique dues aux soldats envoyés par l’émir d’Aydin pour aider Kantakouzènos à conquérir Constantinople : I. Mélikoff-sayar, Le destân d’Umûr Pacha (Düstürnâme-i Enverî), Paris 1954, p. 93-95 ; voir aussi Lemerle, Aydin, p. 136-137. Cet épisode est également évoqué par Kantakouzènos dans ses mémoires (Kantakouzènos III § 57 ; II, p. 346-349), sans allusion ici aux conséquences néfastes sur l’arrière-pays. Sur les effets des ravages provoqués par les armées en Thrace à l’époque de la deuxième guerre civile, voir en général C. Asdracha, Formes de brigandage pendant la deuxième guerre civile byzantine au xive siècle, Études balkaniques 7/3, 1971, p. 118-120.

436 On a vu le cas de Iôannès Batatzès qui fit une carrière fulgurante au sein de l’administration impériale et qui fut assassiné par des troupes turques qu’il avait engagées pour combattre dans la deuxième guerre civile : voir supra, p. 69-70.

437 Pour un exposé plus détaillé des principaux épisodes de brigandage dans les campagnes byzantines, voir Bartusis, Brigandage.

438 Laiou, Peasant Society, p. 263 : « Invasions and instability in the countryside often caused a movement of peasants not only into safer rural areas but also into the fortified towns. »

439 Sur les formes de charité à l’époque byzantine tardive, voir D. Constantelos, Poverty, Society and Philanthropy in the Late Mediaeval Greek World, New Rochelle 1992 (Studies in the Social and Religious History of the Mediaeval Greek World 2).

440 Cf. Laiou, Peasant Society, p. 263 (avec bibliographie). À ce sujet, voir aussi ce qu’écrit Ramón Muntaner dans sa chronique sur l’expédition des Catalans pour l’an 1305 : « Nous fûmes très satisfaits d’apprendre qu’il y avait là [à Apros] château et bourg ; car nous étions persuadés que la veulerie de ces gens était si grande que, sitôt en difficulté, leur premier mouvement serait de courir au château et au bourg d’Apros » (Muntaner, Crónica catalana, § 221 ; trad. Barberà, p. 82-83).

441 Grègoras XV § 1 ; II, p. 74821-24. Traduction empruntée à Zakythinos, Crise économique, p. 70, qui mentionne aussi plusieurs passages de Kantakouzènos concernant les effets de la première guerre civile sur les campagnes : « La Thrace tout entière, à l’exception des villes, était devenue déserte à cause de la guerre » (Kantakouzènos III § 76 ; II, p. 47623-24) et « les paysans, qui supportent la plus lourde charge des impôts, quittèrent leurs villages, reculant devant les soldats du vieil empereur [Andronic II] qui mettaient tout à sac » (Kantakouzènos I § 28 ; I, p. 1372-5).

442 Sur Arsénios Tzamplakôn, voir supra, n. 357.

443 Vatopédi II, no 105 (février 1355), l. 13-16 : ἀφιερῶ [Arsénios à Vatopédi] τοῦτο [le domaine de Prinarion] μετὰ πάσης τῆς περιοχῆς καὶ νομῆς καὶ τῶν δικαίων αὐτοῦ, καθὼς ἀρχῆθεν τοῦτο ἐκεκτήμην, ἤγουν τῶν παροίκων πάντων τῶν ἀρτίως εὑρισκομένων ἀπὸ τῆς τοῦ καιροῦ συγχύσεως καὶ ἀνομαλίας, ὡσαύτως καὶ τὰς ὑποστάσεις πάσας τὰς ἐξαλειμματικάς. Voir aussi ibid., no 107 (mai 1356), l. 7 : τῶν ἐξαλειμμάτων τῶν παροίκων μου, οἵτινες ἔλειψαν ἀπὸ τῆς συγχύσεως τοῦ καιροῦ.

444 Grègoras XXIX § 2-4 ; III, p. 224-225.

445 La date de l’arrivée de la peste à Byzance est fournie par plusieurs chroniques brèves : cf. Congourdeau, La peste noire, p. 152.

446 Kantakouzènos IV § 8 ; III, p. 49-53 ; et Grègoras XVI § 1 ; II, p. 797-798. Pour sa description de la peste, Kantakouzènos s’est inspiré du récit de Thucydide concernant la peste athénienne de 430 av. J.-C. Deux articles sont parus la même année à ce sujet : H. Hunger, Thukydides bei Johannes Kantakuzenos. Beobachtungen zur Mimesis, JÖB 25, 1976, p. 185-188, et T. S. Miller, The Plague in John VI Cantacuzenus and Thucydides, Greek, Roman and Byzantine Studies 17, 1976, p. 385-395.

447 Kydônès, Correspondance, no 88, p. 12243-46. Sur cette lettre, voir aussi Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1/1, no 21.

448 Pour une chronologie de la peste à Byzance entre le milieu du xive et le milieu du xve siècle, voir Congourdeau, La peste noire, p. 149-163.

449 La peste du xive siècle semble avoir été plus pernicieuse que celle du vie siècle : cf. Kaplan, Les hommes et la terre, p. 459-461 (avec bibliographie).

450 L’impact de la peste sur la société rurale est toutefois difficile à mesurer. Laiou, Peasant Society, p. 296-297, écrit prudemment : « In 1347, the plague would strike, and although its effects would be most concentrated in the cities, the village population too may have been somewhat affected. »

451 Sphrantzès V § 1, p. 121-9.

452 Lefort, Population et peuplement, p. 78-81 [242-246].

453 Matschke, Tinnefeld, Gesellschaft, p. 76-79, ont parlé de formes d’autodéfense chez quelques communautés paysannes.

454 Vatopédi II, no 93. La date (mai 1346), ainsi que la notice de récognition signée par Iôannès, métropolite de Skopje (l. 37), suggèrent que cet acte fut délivré en faveur des moines de Vatopédi à l’occasion de leur séjour à Skopje pour assister au couronnement impérial de Dušan. En effet, nous avons conservé d’autres chrysobulles pour d’autres monastères athonites délivrés à la même date : cf. Iviron IV, p. 119.

455 Vatopédi II, no 97. Il s’agit d’un chrysobulle délivré par Dušan en avril 1348 durant son séjour à l’Athos. Par cet acte, le souverain serbe confirme à Vatopédi l’ensemble de ses droits, y compris sur Saint-Mamas, ainsi que sur les paysans qui y étaient installés, appelés « Kassandrènoi ». Vatopédi est également mis en possession des tenures patrimoniales (gonika staseis) que ces paysans possédaient à Kassandreia (ibid., l. 12). L’acte dit que les moines avaient fait construire antérieurement à Saint-Mamas une tour faisant partie du bâtiment du métoque dédié à saint Georges, que le monastère y possédait de longue date (ibid., l. 8-9 : ἐν ὧ δὴ χωρίω προωκοδόμισε καὶ πῦργον ἡ τοιαύτη σεβασμία μονὴ εἰς τὸ ἀρχαίον αὐτῆς ἐκεῖσε μετόχιον τὸ εἰς ὄνομα τιμώμενον τοῦ μεγαλομάρτυρος Γεωργίου). Puis, l’acte de Vatopédi II, no 111 de 1358 (sur lequel voir note suivante) dit que les paysans « Kassandrènoi » participèrent à cette époque à la construction d’une enceinte fortifiée (ibid., l. 19-20). Cet acte parle de l’utilité de l’enceinte contre les attaques des ennemis : ἐξησφαλίσαντο διὰ τὴν τῶν ἐχθρῶν ἔφοδον. Pour plus de détails sur l’histoire de Saint-Mamas, voir le commentaire de l’acte dans Vatopédi II, p. 274 (L’affaire).

456 Vatopédi II, no 111. Cet acte a été établi par le képhalè de Thessalonique, Stéphanos Radènos, ἐπὶ τῆς τραπέζης, et par un μέγας δρουγγάριος τῆς βίγλης dont l’identité demeure inconnue.

457 Voir infra, p. 347-352.

458 Bien qu’à un moindre degré que les biens des laïcs, les terres appartenant aux monastères subirent aussi des déprédations du fait du contexte politique. Notons par exemple que le chrysobulle d’Étienne Dušan pour Xèropotamou, daté de 1346, parle de dégâts (φθορά καὶ καινοτομία) dans les biens de ce monastère (Xéropotamou, no 25, l. 20), provoqués sans doute par les événements de la deuxième guerre civile.

459 On pense en premier lieu aux seigneurs slaves Momčilo et Chrelja qui prirent part, avec leurs armées, à la deuxième guerre civile. Il faudrait encore évoquer le cas du Byzantin Iôannès Batazès, qui avait engagé des mercenaires turcs pour son propre compte : voir supra, p. 70.

460 On étudiera plus loin le cas des frères appelés « Alexioi », en réalité une compagnie de soldats originaire d’Asie Mineure, qui s’emparèrent d’une partie de la côte de la Macédoine orientale à la faveur du chaos régnant et constituèrent là une sorte de seigneurie quasi indépendante aux marges de l’Empire : voir infra, p. 146-148.

461 Gabras, Correspondance, t. 2, no 217, l. 34-38. Ce passage est cité par Bartusis, Brigandage, p. 386.

462 Oratio I, adressée à Kantakouzènos, éd. Loenertz dans Kydônès, Correspondance, t. 1, p. 1-10, ici p. 3-4.

463 . Kabasilas, Correspondance, no 15, p. 85 : « Quelques bons parents de l’étranger qui tentent de m’arracher ceux de mes biens qui ont échappé aux Serbes. »

464 MM II, no 595. Sur Anna Palaiologina, sa parenté avec la famille impériale et le sort de sa fortune, voir Estangüi Gómez, Théodôra Palaiologina, p. 161-165.

465 La Supplique est éditée par Congourdeau, Delouis, Supplique.

466 Ibid., p. 22735-43 ; trad. p. 226.

467 Le traité Sur les intérêts est édité dans la PG, t. 150, col. 728-750. Sur ce traité, voir aussi Matschke, Tinnefeld, Gesellschaft, p. 93-94, et M.-H. Congourdeau, Nicolas Cabasilas et son discours sur les intérêts, dans Pour l’amour de Byzance. Hommage à Paolo Odorico, éd. Ch. Gastgeber et alii, Francfort-sur-le-Main 2013 (Eastern and Central European Studies 3), p. 73-88.

468 Sur cette question, voir Estangüi Gómez, Les Tzamplakônes.

469 Pour les fouilles archéologiques réalisées en Grèce, voir The Archaeology of Medieval Greece, éd. P. Lock et G. D. R. Sanders, Oxford 1996, et les travaux de Ch. Bouras.

470 Pour l’état actuel des fouilles concernant l’Asie Mineure, voir les publications du British Institute at Ankara (BIAA), en particulier la revue Anatolian Archaeology (15 volumes, depuis 1995).

471 Voir Lefort, Chalcidique occidentale. La région de Smyrne, en Asie Mineure, peut aussi être étudiée grâce au cartulaire de la Lembiotissa, mais pour une période plus restreinte : cf. par exemple Ahrweiler, Smyrne, et plus récemment, D. Kyritzès, K. Smyrlis, Les villages du littoral égéen de l’Asie Mineure au Moyen Âge, dans Les villages, p. 437-451.

472 Voir aussi l’étude de Kravari, Macédoine occidentale.

473 La Bithynie au Moyen Âge.

474 Fotini Kondyli de l’université de Birmingham a soutenu en 2008 une thèse qui porte comme titre « Late Byzantine Rural Sites in the Northern Aegean : Their Archaeology and Distribution Patterns ». On espère que sa publication comblera ce manque d’études archéo-logiques sur Lemnos à l’époque médiévale. F. Kondyli a présenté une communication intitulée « Late Byzantine Settlement and their Hinterland : The Case of Lemnos », lors du 21e congrès international d’études byzantines, tenu à Londres en août 2006 (voir le résumé dans Proceedings of the 21st International Congress of Byzantine Studies, London 21-26 August 2006, t. 3 [Abstracts of Communication], éd. F. K. Haarer et E. Jeffreys, Londres 2006, p. 78). Plus récemment, elle a publié un article relatif à Lemnos : F. Kondyli, Tracing Monastic Economic Interest and their Impact on the Rural Landscape of Late Byzantine Lemnos, DOP 64, 2010, p. 129-150, mais ses conclusions me semblent loin d’être convaincantes.

475 M. Kaplan a déjà souligné le glissement sémantique entre les termes chôra (territoire) et chôrion : Kaplan, Les hommes et la terre, p. 95. Selon le Code rural, le territoire d’un village était délimité par des bornes. Ce territoire comprenait des jardins, des vignes, de la terre arable et des terres en friche ; de même, il pouvait inclure de la forêt, que les villageois exploitaient, ou des pâturages, dans lesquels chaque habitant du village pouvait amener son bétail. On a vu qu’à partir du xie siècle des terres en friche appartenant au ressort du village avaient commencé à être exploitées afin d’augmenter la superficie mise en culture : cf. supra, p. 18.

476 Voir la description du village que donne le Traité fiscal (p. 115) : « La propriété dispersée (ktèsis) et le village (chôrion), qui, sur tous les autres plans sont semblables, diffèrent en ceci, qui remonte à longtemps : le siège du village est unique et les habitations des villageois sont au même endroit, voisines les unes des autres, tandis que le siège de la propriété dispersée est multiple ; les maisons des habitants sont dispersées, très isolées les unes des autres, chacune étant sur son propre petit bien. » (traduction J. Lefort, M. Kaplan). Sur le village byzantin, voir en dernier lieu Laiou, The Byzantine Village, p. 36-37.

477 Il convient néanmoins de préciser qu’il y a aussi des villae dans les territoires byzantins du Proche-Orient (Palestine, Syrie) et dans le Péloponnèse. On trouve également de grandes fermes dans certaines régions des Balkans, mais il semble qu’elles y aient été minoritaires par rapport aux villages (cf. Laiou, The Byzantine Village, p. 37).

478 Voir, par exemple, Lefort, Population et peuplement, p. 79 [244].

479 . On a déjà dit que la présence de fortifications rurales était devenue fréquente dès le xie siècle, dans le but d’améliorer la productivité. Mais c’est à partir du xive siècle seulement, et notamment de l’époque des guerres civiles, que le nombre de ces bâtiments s’accroît de manière considérable en raison de la menace ennemie : voir chapitre suivant.

480 . Sur les vestiges de fortifications d’époque byzantine, voir par exemple D. Eugenidou, Κάστρα Μακεδονίας και Θράκης. Βυζαντινή καστροκτισία, Athènes 1997.

481 Voir les index des volumes de la collection Archives de l’Athos.

482 Voir, par exemple, Kastrin dans la vallée du Strymon, au début du xive siècle (cf. Lefort, Population et peuplement, p. 80 [245]) ; les toponymes actuels Kastri et Kastria près du village de Polygyros, dans la région de Kalamaria, qui pourraient correspondre à des fortifications médiévales (cf. Lefort, Chalcidique occidentale, p. 129) ; encore un village nommé Kastrin à Lemnos (cf. Lavra IV, Index) et le village nommé Kastron en Chalcidique, qui pourrait être Hermèleia (cf. ibid., p. 81, n. 117).

483 Iviron III, p. 44 et fig. 3, p. 46.

484 Iviron IV, no 87A (avril 1341), l. 233 : τὸ εὑρίσκεσθαι νῦν ἄοικα ἀπὸ τῆς ἐπιθέσεως τῶν Τούρκων.

485 Ibid., l. 234-237 : ἐπεὶ οἱ εἰς τὰ εἰρημένα ἀγρίδια, τὸν Ὀβηλὸν καὶ τὴν Δοβροβίκειαν, εὑρισκόμενοι πάροικοι τῆς τοιαύτης μονῆς ἐξωκίσθησαν ἀπὸ τῆς τῶν ἐχθρῶν ἐπιθέσεως καὶ ἀπῆλθον καὶ προσκάθηνται ἀλλαχοῦ ἐν διαφόροις ἀρχοντικοῖς καὶ στρατιωτικοῖς κτήμασιν, ὀφείλει τὸ μέρος τῆς τοιαύτης μονῆς ἵνα, ὁπότε ἀναζητήση, λαμβάνη ἀκωλύτως αὐτοὺς καὶ μὴδὲμίαν εὑρίσκειν ἐπὶ τοῦτο παρὰ τῶν κατεχόντων τὰ κτήματα, ἐν οἷς οὗτοι προσκάθηνται, διενόχλησιν.

486 C’est un fait qui n’a pas été suffisamment souligné par l’historiographie : avant la deuxième guerre civile, les Turcs constituaient déjà l’une des principales forces de l’armée byzantine (cf. Bartusis, Byzantine Army, p. 51). On sait également qu’après les campagnes militaires, les contingents turcs se livraient souvent au pillage des populations rurales. Pour quelques exemples de l’époque d’Andronic III, voir ibid., p. 249.

487 Cf. Lefort, Chalcidique occidentale, p. 97-99. Sur la donation de Mariana à Docheiariou, voir infra, p. 214-221.

488 Un acte du xie siècle mentionne l’évêché « de Kassandreia et Bryai ». La même titulature double apparaît au xiie et au xiiie siècle (cf. Lefort, Chalcidique occidentale, p. 50).

489 Pour la date de l’abandon de Bryai, voir la nouvelle version de l’article de J. Lefort, En Macédoine orientale au xe siècle, dans Occident et Orient au xe siècle, Paris 1979 (Publications de l’université de Dijon 57), p. 251-272, repris dans Id., Société rurale, p. 63-80, ici p. 80, n. 131.

490 Situés un peu plus au nord de Bryai, mais toujours dans la plaine de Kalamaria, se trouvent les villages d’Abramitai et Néochôrion 2 qui furent aussi abandonnés durant l’occupation serbe (cf. Lefort, Chalcidique occidentale, p. 25-27 et p. 108-109). La presqu’île de Kassandreia, qui est peu accidentée, était abandonnée au début du xve siècle (cf. Lefort, Population et peuplement, p. 80 [245] et n. 72).

491 Pachymérès VII § 37 ; III, p. 12112-17 : « L’empereur envoya ordonner aux habitants du littoral, qui constituaient pour les pirates une proie toute prête, de se replier plus à l’intérieur des terres, pour qu’ils évitent de là les difficultés, et il fit enfermer les habitants de la Thrace et de la Macédoine continentales dans les forteresses locales, qui ne procuraient pas une grande sûreté, car il savait que les envahisseurs allaient attaquer, si personne ne faisait obstacle, ce qui paraissait alors impossible » (traduction A. Failler).

492 Cf. TIB 12, s.v. Epibatai. La forteresse de Pythion, en Thrace, fut construite par l’aristocrate Iôannès Kantakouzènos (futur empereur Jean VI), sous le règne d’Andronic III : Kantakouzènos III § 32 ; II, p. 19519-20.

493 Mis à part les villages qui furent fondés au xxe siècle avec la population venue d’Asie Mineure : par exemple Néa Koutali, sur la côte méridionale.

494 Sur les fortifications de Lemnos, voir infra, p. 154-158.

495 La Via Egnatia, principale voie de communication terrestre qui reliait Constantinople à Thessalonique, était devenue à cette époque impraticable : cf. A. Laiou, Η Θεσσαλονίκη, η ενδοχώρα της και ο οικονομικός της χώρος στην εποχή των Παλαιολόγων, dans Βυζαντινὴ Μακεδονία, 324-1430, Thessalonique 1995, p. 185-186, et N. Oikonomidès, The Medieval Via Egnatia, dans The Via Egnatia under Ottoman Rule (1380-1699), éd. E. Zachariadou, Réthymnon 1997, p. 9-16.

496 Laiou, Agrarian Economy, p. 364-365.

497 Voir N. Oikonomidès, Pour une typologie des villes « séparées » sous les Palaiologoi, dans Geschichte und Kultur der Palaiologenzeit, éd. W. Seibt, Vienne 1996, p. 169-175.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search