Version classiqueVersion mobile

Byzance face aux ottomans

 | 
Raúl Estangüi Gómez

Première partie. Un empire affaibli : les crises de la première moitié du xive siècle

Chapitre II. Un affaiblissement de l’État ?

Texte intégral

  • 207 La Geschichte des Byzantinischen Staates de G. Ostrogorsky fut publiée pour la première fois à Muni (...)
  • 208 Les travaux d’Ostrogorsky ont inspiré l’œuvre d’un grand nombre d’historiens, par exemple Lj. Maksi (...)
  • 209 Ostrogorsky, Praktika.

1L’époque des Paléologues est traditionnellement considérée comme une période d’affaiblissement du pouvoir impérial, entendu comme l’incarnation de l’État au sens médiéval du terme. Depuis la synthèse majeure de Georges Ostrogorsky sur l’État byzantin207, la plupart des historiens considèrent que, durant les deux derniers siècles de son existence, l’Empire a connu une progressive désagrégation de ses institutions publiques et un effacement de l’autorité du souverain208. Partant de postulats marxistes, certains auteurs (et en premier lieu Ostrogorsky) ont attribué cet affaiblissement du pouvoir impérial à la féodalisation de la société byzantine à partir du xie siècle, dont la cause principale aurait été l’essor du système de la pronoia : une concession par l’État d’un revenu fiscal à une personne privée, en principe à titre viager. Ostrogorsky voyait dans l’institution de la pronoia un facteur décisif de la dissolution de l’État car elle supposerait une privatisation des fonctions publiques et serait devenue, dès la fin du xiiie siècle, héréditaire209. Il est vrai que la pronoia se prête bien à la comparaison avec le fief occidental puisqu’elle comprend aussi l’attribution au pronoïaire d’un certain nombre de paysans qui accomplissent des corvées pour son compte.

  • 210 Lemerle, The Agrarian History, p. 89, n. 1 et p. 201-202. Voir aussi Harvey, Economic Expansion, p. (...)
  • 211 Oikonomidès a vu le débat autour de la « féodalité byzantine » comme une simple guerre des mots : c (...)
  • 212 Voir par exemple Laiou, Morrisson, The Byzantine Economy, p. 224-227, qui reprennent les travaux de (...)

2D’autres historiens, au premier rang desquels Paul Lemerle210, ont ensuite remis en cause le parallélisme établi par Ostrogorsky entre pronoia et fief. Toutefois, malgré ces critiques qui portent davantage sur la terminologie que sur l’interprétation du phénomène historique lui-même211, l’historiographie postérieure a continué à parler d’un progressif effacement de la puissance publique dans l’Empire byzantin des xiiie-xive siècles et à en relever les nombreux symptômes dans les sources, par exemple l’émergence de pouvoirs locaux. Cette historiographie a par ailleurs établi un lien de causalité entre déclin de l’autorité impériale et déclin politique de l’Empire. Plus récemment, quelques auteurs ont cependant constaté que l’amenuisement de l’État n’avait pas affecté l’essor économique que connaît alors l’aire géographique de l’Empire212.

  • 213 A. Kazhdan, Derevnja i gorod v Vizantii ix-x vv. Očerki po istorii vizantijskogo feodalizma, Moscou (...)
  • 214 Id., State, Feudal and Private Economy in Byzantium, DOP 47, 1993, p. 83-100.
  • 215 Voir Oikonomidès, The Role of the Byzantine State, et Matschke, Das spätbyzantinische Konstantinope (...)

3Il ne s’agit là toutefois que d’une nuance par rapport à l’interprétation générale. À l’égard de cette dernière, certains spécialistes ont pris beaucoup plus nettement leurs distances en considérant que le rôle de l’État byzantin avait été prééminent durant toute la période médiévale. L’exemple le plus représentatif de cette tendance minoritaire est sans doute Alexander Kazhdan, qui a souligné l’emprise du pouvoir central sur la propriété du sol et la participation de l’aristocratie aux fonctions publiques, non pas comme force contestataire, mais comme rouage essentiel de l’appareil de l’État, contrairement aux pays occidentaux où – toujours selon cet auteur – une opposition plus marquée aurait existé entre la noblesse et le souverain. Kazhdan est même allé jusqu’à mettre en doute l’existence d’une propriété privée du sol ; partant de l’observation que la rente fiscale était souvent à Byzance identique à la rente foncière, il en est venu à considérer que toute la terre appartenait à l’État213. Critiqué par une partie de ses confrères, il a réaffirmé ses conclusions en les nuançant dans un article paru en 1993214. Par ailleurs, les travaux de Klaus-Peter Matschke et de Nicolas Oikonomidès ont également souligné le rôle prééminent de l’État jusqu’au xve siècle, mais d’un point de vue strictement économique215.

  • 216 Patlagean, Un Moyen Âge grec.

4Le débat autour du déclin de l’autorité publique durant les derniers siècles de Byzance n’a donc pas été tranché. Il a toutefois bénéficié tout récemment d’une synthèse vigoureuse et éclairante due à Évelyne Patlagean216. Elle y montre que Byzance n’a pas été étrangère à la « féodalisation » que connaît le reste de l’Europe, mais en prenant ce terme dans une acception anthropologique et non juridique ou économique et sans que cette évolution ait entraîné un affaiblissement de la puissance publique. Patlagean a apporté de nouvelles réponses aux questions liées à l’affaiblissement de l’État à Byzance, mais son étude demeure en partie entravée par une bibliographie datée, en particulier pour tout ce qui concerne la période tardive.

5Il nous faut donc reprendre les principaux points de cette question qui demeure centrale pour notre propos. Sans prétendre répondre à tous les problèmes posés par ce sujet, je me contenterai d’une mise au point sur les aspects les plus fondamentaux, afin de mieux comprendre les bases du pouvoir impérial à l’époque des Paléologues.

1. Pouvoir central et pouvoir local a Byzance : perspective historique

6L’Empire byzantin fut jusqu’au xiie siècle un État à l’administration centralisée, organisé tout entier autour du palais impérial. Toutefois, la prise de Constantinople par les croisés (1204) inaugura une nouvelle période de l’histoire de Byzance entraînant la cristallisation de pouvoirs territoriaux en dehors de la capitale : les seigneurs latins se répartirent la juridiction d’une partie de la péninsule des Balkans, des îles de l’Égée et du territoire entourant Constantinople, et des pouvoirs grecs se consolidèrent dans les anciennes provinces périphériques de l’Empire, à Nicée, en Épire et à Trébizonde. Un troisième groupe était constitué par les États slaves qui s’étaient formés dans les Balkans à la veille de 1204 : les royaumes serbe et bulgare. Presque tous revendiquaient pour eux-mêmes la titulature impériale et le modèle politique byzantin. L’État grec de Nicée finit par remporter la victoire, mais le retour à la situation antérieure à la Quatrième croisade s’avéra impossible, ce pourquoi un nouveau modèle de hiérarchie territoriale se mit en place dès la fin du xiiie siècle.

La reconquête de Constantinople en 1261 et le modèle impérial des premiers Paléologues

7La reprise de Constantinople par les armées de Nicée en juin 1261 était l’aboutissement d’un projet longuement mûri, censé précéder le retour à l’unité de l’Empire. L’œuvre politique de Michel VIII tendit en effet vers la réunification du territoire byzantin et la soumission des entités politiques indépendantes qui s’y étaient développées. Or, de ce point de vue, son règne fut un échec, car le retour à la situation antérieure à 1204 se révéla une chimère irréalisable.

  • 217 Sur la politique extérieure de Michel VIII, voir D. J. Geanakoplos, Emperor Michael Palaeologus and (...)
  • 218 Pachymeres III § 27 ; I, p. 3174-7.
  • 219 La fille de Iôannès Doukas épousa un neveu de Michel VIII, Andronikos Tarchanéiôtès : Pachymeres IV (...)
  • 220 Sur Jean II de Trébizonde, voir PLP 12106.
  • 221 Pour le mariage entre Maria Kantakouzènè et Konstantin Tich, voir Pachymeres V § 3 ; II, p. 44125-4 (...)

8Au début des années 1260, Michel VIII déploya des efforts considérables pour rétablir manu militari l’autorité impériale dans les territoires qui lui échappaient217. Plusieurs campagnes réussirent certes à porter les frontières de l’Empire plus à l’ouest, mais cette avancée fut rapidement freinée par la résistance des entités locales. L’empereur déploya alors une intense activité diplomatique visant à mettre en place un système de hiérarchies entre l’Empire et les États voisins. Ainsi, réussit-il à marier plusieurs princesses de sang impérial aux souverains balkaniques, tout en accordant à ces derniers des titres honorifiques dont l’acceptation équivalait à une reconnaissance tacite de leur subordination à l’égard de Constantinople. Par exemple, en 1264, la paix fut scellée avec l’Épire : l’héritier de cette principauté, Nikèphoros Angélos, épousa Anna Kantakouzènè, nièce de Michel VIII, et reçut de ce dernier le titre de despote218. En 1267, ce fut le tour de Iôannès Angélos Doukas, seigneur de Thessalie, qui, après avoir vaincu l’armée impériale, accepta néanmoins d’être nommé sébastokratôr par l’empereur et de se soumettre à son autorité219. Plus tard, en 1282, Michel VIII donna sa troisième fille, Eudokia, à l’empereur de Trébizonde Jean II, en accordant à ce dernier le titre de despote, dont il ne fit toutefois jamais usage220. À l’égard des dynastes qui n’étaient pas grecs, l’Empire suivit la même politique, tout en choisissant pour les alliances matrimoniales des princesses apparentées seulement au deuxième degré avec l’empereur : par exemple, en 1268 ou 1269 Michel VIII maria la fille de sa sœur au tsar bulgare Konstantin Tich et en 1279 sa fille illégitime au chef tatare Nogaï221.

  • 222 Sur la politique extérieure d’Andronic II, voir Laiou, Constantinople and the Latins.
  • 223 Les dissidences en Épire demeurèrent actives pendant tout le premier quart du xive siècle, empêchan (...)

9Cette stratégie fut poursuivie sous le règne d’Andronic II (1282-1328). Le coût financier exorbitant de la politique impériale de Michel VIII avait confirmé l’impossibilité de réunifier autrement l’ancien empire des Comnènes222. Le nouvel empereur refusa de poursuivre les ambitieux projets de son père et se contenta de développer les alliances de l’Empire, parfois avec des résultats avantageux : par exemple, en 1294 le projet de mariage (finalement non réalisé) entre la fille du despote d’Épire, Nikèphoros Angélos, et Michel IX, fils d’Andronic II, supposait le retour – du moins théorique – de l’Épire sous l’aile de Constantinople223.

10Même si le projet de réunification de l’Empire avait échoué, le modèle politique mis en place par Michel VIII et poursuivi par Andronic II avait le mérite de préserver l’idée impériale, grâce au principe de subsidiarité du pouvoir ; la nomination d’un despote ou d’un autre dignitaire, accompagnée de la cession de l’autorité politique sur un territoire, ne supposait pas un renoncement à l’éminente souveraineté Certes, il ne s’agissait que d’une autorité symbolique puisque ce principe de subsidiarité ne fonctionnait presque jamais de manière ascendante (autrement dit, l’empereur ne récupérait jamais par ce biais le pouvoir effectif sur un territoire), mais il servait à sauvegarder le prestige des souverains byzantins en leur accordant un droit de tutelle sur les puissances locales qui les entouraient.

Le principe de subsidiarité à l’intérieur de l’Empire

  • 224 La concession d’un territoire à un individu investi de tous les pouvoirs n’était pas complètement i (...)

11Durant la première moitié du xive siècle, après l’échec du projet de restauration d’un État centralisé, le principe de subsidiarité du pouvoir politique fut aussi appliqué à l’administration territoriale interne de l’Empire. L’État accordait à un individu le gouvernement d’un large segment de l’Empire224. Certains historiens ont rapproché cette évolution de la concession des apanages à partir du xiiie siècle dans le royaume de France, qui supposait également le transfert par le roi de l’administration d’un territoire à l’un de ses fils puînés. À Byzance, ces « apanages » visaient vraisemblablement à pallier l’inefficacité du pouvoir central dans la défense des provinces contre les attaques ennemies, ou bien à contenir les mouvements séditieux par lesquels auraient pu s’exprimer des tendances séparatistes.

  • 225 En la matière, les Paléologues ont innové en pratiquant en deux temps l’association de l’héritier : (...)
  • 226 Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 26, n. 62 : « In the second half of the fourte (...)

12Cette dérogation du pouvoir politique au principe d’unité commença au sommet de l’État par le partage de la dignité impériale elle-même. Le couronnement du fils premier-né du souverain comme co-empereur impliquait non seulement que l’héritier serait associé aux tâches politiques225, mais aussi qu’il assumerait le moment venu la direction d’une ou de plusieurs provinces. Au-delà du co-empereur, les autres membres de la famille impériale et ceux de la haute aristocratie furent aussi investis du commandement d’une province ou d’une ville. Certes, l’association de parents et de proches du souverain à l’exercice de l’autorité publique avait été déjà pratiquée par les empereurs Comnènes, mais à l’époque des Paléologues l’usage devient plus fréquent. Ce système, en phase de gestation jusqu’au milieu du xive siècle, atteint son plein épanouissement dans la seconde moitié du siècle, au point que l’on a pu écrire que l’Empire n’était à cette époque qu’« un conglomérat d’apanages tenus par divers membres de la dynastie »226, au premier rang desquels figuraient les enfants de l’Empereur régnant honorés du titre de despote ; ce rang qui, du moins à l’intérieur de l’Empire, n’avait jusqu’alors jamais été associé à l’exercice de l’autorité sur un territoire, devient à partir de la fin du xive siècle synonyme d’administration d’une province.

  • 227 Sur cet épisode, voir Laiou, Constantinople and the Latins, p. 229-232. Sur le séjour d’Eirènè de M (...)

13La question du partage de l’autorité politique entre les enfants du couple impérial fut posée pour la première fois au début du xive siècle dans le cadre d’un différend entre l’empereur Andronic II et sa seconde épouse, Eirènè (née Yolande) de Montferrat. Grègoras rapporte que l’impératrice avait demandé à son époux de partager le territoire de l’Empire entre les princes impériaux au détriment de l’unité de l’État. L’historien affirme qu’Andronic II s’y serait refusé en alléguant que le mode de gouvernement « chez les Romains » (c’est-à-dire à Byzance) n’était pas celui de la polyarchia, la division de l’autorité, mais de la monarchia, l’unité du pouvoir. L’impératrice, furieuse, se serait repliée à Thessalonique et y aurait entrepris des négociations avec les pouvoirs étrangers pour conclure des alliances matrimoniales en faveur de ses enfants, voire pour comploter contre l’Empire. Toujours selon Grègoras, les projets de l’impératrice échouèrent pour la plupart227.

  • 228 Notons que Pachymérès, généralement prolixe, ne dit rien de cet épisode. Il signale simplement que (...)
  • 229 Matschke, Fortschritt und Reaktion, p. 43-45.

14Nombre de commentateurs ont considéré que le récit de Grègoras illustrait l’existence d’une opposition entre une conception byzantine du pouvoir, héritée de la tradition romaine tardive et incarnée dans un Empire centralisé, et celle de l’Europe occidentale où l’autorité publique aurait été plus lâche, au point de se distinguer mal d’une forme privée d’autorité. Toutefois, l’organisation territoriale de l’Empire au début du xive siècle et à l’époque ultérieure, et notamment la concession aux princes et aux membres de l’aristocratie de provinces entières, montrent que les projets de l’impératrice n’étaient pas si étrangers à la mentalité byzantine de l’époque. Les propos prêtés par Grègoras à l’impératrice sont peut-être exagérés228 et motivés par une certaine hostilité de l’auteur à l’égard des Latins et par sa volonté de stigmatiser cette conception du pouvoir en la présentant comme d’origine étrangère. La réaction qu’il prête à Andronic II témoignerait alors moins d’une attitude commune à tous les Byzantins que des réticences d’une partie de l’élite politique face à ces innovations, et de son attachement à l’idée d’un Empire centralisé. L’épisode reflèterait non la résistance d’une tradition byzantine immuable face à des influences allogènes mais les débats politiques contemporains à l’intérieur de la classe dirigeante. Le fait que le principal représentant de la faction hostile à un partage du pouvoir ait été le propre maître de Grègoras, Théodôros Métochitès, n’est peut-être pas sans influencer la manière dont l’historien choisit de mettre en scène l’épisode229.

  • 230 Après la mort de Stéphanos Gabrièlopoulos en 1332, le gouvernement de la Thessalie fut accordé à Mi (...)
  • 231 Dans ses mémoires, Kantakouzènos raconte que son père avait été gouverneur du Péloponnèse à la fin (...)
  • 232 Xéropotamou, no 21 (parakéleusis du despote Dèmètrios Palaiologos à Léôn Kalognomos, prokathèménos (...)
  • 233 Patlagean, Un Moyen Âge grec, p. 337.

15C’est sous les règnes d’Andronic II et de son petit-fils Andronic III que l’on voit se manifester les premiers exemples effectifs de cession à une personne d’une province en pleine autorité. Les territoires les plus éloignés de la capitale furent sans doute les premiers à être accordés à un gouverneur autonome pour des raisons pratiques. Ce fut le cas de la Thessalie, annexée à l’Empire en 1332230, et peut-être également de la partie du Péloponnèse sous domination byzantine231. Moins éloignée de Constantinople que ces provinces, la Macédoine reçut pourtant aussi une administration plus ou moins autonome à cette époque : en 1322, le despote Dèmètrios Palaiologos, troisième enfant né du mariage d’Andronic II et d’Eirènè de Montferrat, fut nommé épitropos, c’est-à-dire administrateur de la région. Il signa plusieurs actes de la pratique qui témoignent de son autorité232 et dans lesquels il s’applique l’expression ἡ βασιλεία μου, « Ma Majesté impériale », ce qui a déconcerté Évelyne Patlagean parce que, écrit-elle, Dèmètrios « n’a jamais été associé à l’Empire »233. En réalité, cette expression n’implique pas nécessairement l’obtention de la dignité impériale ; elle signifie simplement que l’auteur de l’acte participe de l’autorité de l’Empereur en tant que son représentant. Loin de sous-entendre une revendication au trône, cette formulation rend compte d’un renforcement de l’autorité impériale, incarnée localement par un autre membre de la dynastie que le souverain en personne. En effet, on verra qu’au xve siècle, les despotes gouvernant les provinces de l’Empire employaient la même formulation en tant que représentants de Constantinople.

16D’ailleurs, la mise en place d’administrations autonomes dans certaines provinces de l’Empire durant les trois premières décennies du xive siècle ne semble pas avoir entraîné un effacement de l’autorité impériale : le principe de subordination fut respecté et l’attachement envers Constantinople ne fut pas remis en cause.

  • 234 Grègoras écrit que Kantakouzènos détacha une partie de l’État des Romains pour que son fils Matthai (...)

17Les années de la seconde guerre civile renforcèrent toutefois la tendance décentralisatrice. Pour s’assurer un plus large soutien des provinces, chacun des partis en compétition pratiqua des concessions territoriales. Kantakouzènos se servit par exemple de la cession de villes et de territoires à ses enfants pour renforcer son propre pouvoir. En 1342, il accorda à son fils aîné Matthaios le commandement (archè) des villes qui s’étaient soumises à lui. Un an plus tard (1343), il donna à son fils cadet Manouèl le gouvernement de Berroia et des villes environnantes, que celui-ci conserva jusqu’à la conquête de la région par les Serbes en 1345. Manouèl fut transféré plus tard, en 1349, dans le Péloponnèse, où il demeura jusqu’en 1380. Quant à Matthaios, il reçut en 1348 une partie de la Thrace234.

  • 235 Sur ce document, inséré dans les mémoires de Kantakouzènos, voir H. Hunger, Urkunden und Memoirente (...)

18Outre les membres de la famille proche, des aristocrates reçurent aussi le commandement de certaines régions durant la période de la deuxième guerre civile. Par exemple en 1342, Kantakouzènos récompensa Iôannès Angélos de son soutien en lui remettant par chrysobulle une partie de la Thessalie. Le contenu de ce chrysobulle est reproduit par l’empereur déchu lui-même dans ses mémoires et il s’avère très utile pour connaître les bases théoriques sur lesquelles fut assis le principe de subsidiarité à l’intérieur de l’Empire235. L’acte affirme que Iôannès Angélos est placé à la tête des villes, des places fortes et des campagnes de cette région dont il peut conserver tout le revenu. Il doit préserver leur intégrité et veiller en particulier sur la frontière avec le despotaton, c’est-à-dire avec l’Épire. Il reçoit aussi le droit de rattacher à son autorité les places prises par les armes. En échange, il doit prêter son concours à Kantakouzènos dans la guerre civile, avec les forces « romaines et albanaises » levées par lui-même. De plus, Kantakouzènos se réserve le droit de nommer les officiers locaux sans qu’Angélos puisse y faire obstacle.

19Le modèle appliqué dans le reste des territoires de l’Empire cédés en « apanage » fut sans doute le même : cession de la juridiction et des revenus fiscaux en échange de la défense du territoire et de la prestation du service armé à l’Empereur en cas de nécessité. Ce dernier se réservait par ailleurs le droit de nommer les cadres de l’administration locale. Certes, le système ne remettait pas en cause le principe de la souveraineté impériale, mais il témoignait d’une certaine incapacité de Constantinople à assurer la défense armée du territoire. Il n’est donc pas surprenant que, à la faveur des troubles militaires, la période des guerres civiles ait contribué davantage encore à la formation de pouvoirs locaux qui contestaient directement la souveraineté de Constantinople.

Tendances séparatistes durant le premier siècle de la période des Paléologues

20Les révoltes internes qui avaient joué un rôle important dans la désagrégation de l’Empire à la veille de 1204 ne disparurent pas au long du xiiie siècle et reprirent de l’importance dès la première moitié du xive siècle, s’opposant à l’effort d’unification des premiers Paléologues.

  • 236 Matschke, Fortschritt und Reaktion, p. 41-42.

21L’Asie Mineure fut le théâtre des principales tentatives de dissidence. Les causes en étaient multiples, mais la plus importante fut sans doute la relégation de l’Anatolie au statut de territoire périphérique. Par ailleurs, les fréquentes incursions turques et la politique fiscale de l’État dans la région, à laquelle on a déjà fait allusion, ne contribuèrent sans doute pas à étouffer les braises de la dissidence. L’épisode le plus connu est la révolte dirigée par Alexios Philanthrôpènos, petit-neveu de Michel VIII, nommé en 1293 au poste de gouverneur de la région. Le rebelle tenta de soustraire l’Anatolie à l’autorité impériale. Sa tentative échoua, selon Klaus-Peter Matschke en raison des menaces externes qui auraient obligé les milieux séparatistes à se rallier à l’autorité centrale pour éviter l’effondrement définitif de leurs défenses militaires236.

  • 237 M. Bartusis, Chrelja and Momčilo : Occasional Servants of Byzantium in Fourteenth Century Macedonia (...)

22La période des guerres civiles fut la plus propice aux tendances séparatistes. À cette époque, les tentatives de sécession se multiplièrent. Plusieurs seigneurs de la guerre, par exemple le Bulgare Momčilo ou le Serbe Chrelja, réussirent même à se tailler des principautés indépendantes à la faveur de la confusion générale créée lors de la deuxième guerre civile237. Incapable de les réprimer par les armes, le pouvoir central suivit à l’égard de ces « chefferies » la même politique que vis-à-vis des pouvoirs étrangers, c’est-à-dire qu’il essaya de ramener ces « rebelles » à l’obédience en leur accordant des titres auliques et des privilèges dont l’acceptation équivalait à une reconnaissance de l’autorité théorique de Constantinople. Ainsi, l’impératrice Anne de Savoie octroya à Momčilo le rang de despote, alors que Kantakouzènos le nomma sébastokratôr. Il s’agissait des plus hauts titres de la hiérarchie byzantine. Ce fut finalement le hasard qui fit que le territoire détaché par Momčilo retournât à l’Empire, car le Bulgare trouva la mort sous les murailles de la ville de Périthéôrion.

  • 238 Kantakouzènos I § 28 ; I, p. 137.

23Outre ces seigneurs de la guerre d’origine étrangère, certains gouverneurs byzantins profitèrent aussi du contexte troublé pour s’affranchir du pouvoir central. Par exemple en 1328, le gouverneur de Melnik, Nikèphoros Basilikos, soumit cette ville à son pouvoir personnel durant une brève période238. La plupart de ces tentatives de constitution de principautés échouèrent cependant, d’abord en raison de leur manque de légitimité, ensuite parce qu’elles furent interrompues par les débuts de la conquête ottomane en Europe. Dans ce contexte, il s’avérait préférable de soutenir le pouvoir central plutôt que de se soumettre à l’ennemi.

2. L’aristocratie au service de l’Etat

  • 239 Laiou, Byzantine Aristocracy, p. 139-140.
  • 240 Angelov, Imperial Ideology, tabl. 3, entre les p. 119-122. Les révoltes en Asie Mineure dirigées pa (...)

24Dans leur effort pour restaurer l’autorité impériale, les empereurs Paléologues comptèrent sur le soutien de la grande aristocratie. Malgré quelques voix dissidentes, l’aristocratie, qu’elle fût laïque ou ecclésiastique, se mit volontairement au service de la puissance publique et elle prospéra donc au sein de l’administration, de l’Église et de l’armée. Les plus brillantes carrières se firent au service de l’Empereur. Les cas de Théodôros Métochitès et de Nikèphoros Choumnos en constituent de bons exemples239. Ce serait en effet une erreur de voir dans la distribution de revenus et de charges aux représentants des grandes familles byzantines un indice de l’affaiblissement de l’État et de l’aliénation des recettes publiques au profit des fortunes privées. En effet, on ne retrouve pas à Byzance un parti aristocratique opposé à la dynastie et les cas de séditions ou de contestations de l’autorité furent relativement peu nombreux et voués à l’échec240.

25Face à l’émiettement territorial du monde byzantin au xive siècle, l’aristocratie fut l’alliée privilégiée de l’autorité impériale. Elle représentait l’Empereur dans les provinces, dirigeait les armées et la flotte et fournissait les principaux agents de l’administration fiscale. Ses membres souscrivaient les actes de la pratique avec le titre de doulos, c’est-à-dire serviteur, de l’Empereur, ce qui constitue un signe incontestable de leur attachement à la dynastie et de leur implication dans la fonction publique.

La mise en place d’un système de réseaux

a) Le rôle de la parenté

26On a souvent écrit que la famille des Paléologues a administré l’Empire comme s’il s’agissait de son bien patrimonial. L’affirmation est exagérée mais comporte un fond de vérité. En effet, les empereurs distribuèrent entre leurs parents la direction des provinces de l’Empire et ils les placèrent à la tête de l’administration, de l’armée et des principales institutions. Les Paléologues ne firent d’ailleurs que poursuivre la pratique antérieure des empereurs comnènes.

  • 241 Voir A. P. Kazhdan, S. Ronchey, L’aristocrazia bizantina dal principio dell’xi alla fine del xii se (...)
  • 242 Patlagean, Un Moyen Âge grec.

27Ce rôle de la parenté dans l’exercice du pouvoir à Byzance a été plusieurs fois souligné par les historiens241, la dernière à le faire ayant été Évelyne Patlagean242. Elle a rappelé comment les liens de parenté ont structuré la société byzantine. Héritière de Rome, Byzance conserva le système romain de la parenté fondé sur la notion abstraite du « degré de parenté » (gradus) dont le comput était centré sur l’ego. Plus tard, la législation chrétienne codifia les normes en usage depuis le ive siècle. Le xe siècle vit la montée en puissance des grandes familles de l’aristocratie. À la fin du xie siècle, après les premières tentatives aristocratiques pour s’emparer du pouvoir, ce furent les Comnènes qui parvinrent à installer la première véritable dynastie d’aristocrates sur le trône. Appuyés sur leur réseau, ils réorganisèrent la structure de l’État, plaçant leurs parents à la tête des principaux postes de l’administration.

  • 243 Sur la titulature à l’époque des Comnènes, voir L. Stiernon, Notes de titulature et de prosopograph (...)
  • 244 Pseudo-Kodinos, Traité des Offices.

28Sous les Paléologues, l’organisation administrative de l’Empire s’était maintenue proche du modèle instauré par les Comnènes243. Le Traité des offices du Pseudo-Kôdinos, manuel de la titulature aulique composé au milieu du xive siècle, montre que l’exercice de la fonction publique continua à être rempli par la parenté impériale244. On a déjà fait l’inventaire des noms des grandes familles qui entouraient Michel VIII lors de son entrée dans la capitale et noté leur rôle prééminent dans la vie économique et politique de l’Empire. Ce rôle s’est perpétué jusqu’à la seconde moitié du xive siècle.

b) Les fidélités jurées dans l’exercice du pouvoir

  • 245 Les actes de ce colloque ont été publiés dans Oralité et lien social.
  • 246 Sur l’utilisation politique du serment à Byzance, voir l’étude fondatrice de N. Svoronos, Le sermen (...)

29Un colloque tenu à Paris en mai 2007 portant sur « Oralité et lien social (Occident, Byzance, Islam) », a mis en relief le rôle du serment et de la parole donnée dans la société byzantine et dans la pratique du pouvoir245. Il est certain que le serment servit, avec les liens de parenté, à renforcer les relations entre individus et à articuler l’action de l’État246.

  • 247 Sur l’interdiction canonique du serment et l’opinion de l’Église à ce sujet, voir O. Delouis, Églis (...)
  • 248 Patlagean, Un Moyen Âge grec, p. 186-188.
  • 249 Akropolitès, ch. 38, p. 6119-24.
  • 250 Ibid., ch. 40, p. 6719-20.

30L’usage du serment est omniprésent dans la vie politique de l’Empire à toutes les époques. Malgré les interdictions canoniques concernant la foi jurée, rappelées régulièrement par les hommes d’Église247, l’Empereur l’exigea de la plupart de ses serviteurs. Toutefois, il semble qu’un changement se soit opéré en 1204 et que l’usage du serment fut ensuite plus répandu. La raison en est fondamentalement politique. On a vu que la fragmentation du territoire et la difficulté de replacer sous la coupe de Constantinople les différentes communautés politiques issues de la conquête latine de l’Empire avaient mis en place des mécanismes liés à la décentralisation du pouvoir impérial. Or il se trouve que, dans ce nouvel ordre international, le serment joua un rôle important, nouant les relations entre pouvoirs rivaux248. Les alliances tissées au fil du xiiie siècle et dans la première moitié du xive siècle étaient, comme on l’a vu, scellées par des unions matrimoniales et par l’octroi de titres auliques aux souverains étrangers, mais aussi sanctionnées par la pratique du serment. Akropolitès en parle à propos de l’acte de soumission de Manouèl Angélos, frère de Michaèl d’Épire, à Jean III Batatzès vers 1237. Ce dernier, dit le chroniqueur, « le reçut cordialement, en tant que parent et que despote de longue date », il lui donna de l’argent et six vaisseaux de guerre et l’envoya en expédition, après lui avoir fait jurer « des serments redoutables »249. Plus tard, Jean III retourna en Orient, laissant Iôannès Angélos, fils de Théodôros d’Épire, comme despote, « après l’avoir lié par les serments habituels et des présents adéquats250 ».

  • 251 Voir, à ce sujet, la théorie de Manouèl Moschopoulos sur le serment : Angelov, Imperial Ideology, p (...)
  • 252 Selon A. Laiou, The Emperor’s Word : Chrysobulls, Oaths and Synallagmatic Relations in Byzantium (1 (...)
  • 253 Voir les chrysobulles accordés aux villes de Monemvasie en 1284 (MM V, p. 154-155), Kroai en 1288 ((...)
  • 254 En juin 1305, en raison des tumultes qui agitaient Constantinople, l’empereur Andronic II demanda à (...)

31À l’intérieur de l’Empire, la pratique du serment est également attestée. D’un côté, on peut parler de l’existence d’un contrat politique entre le souverain et ses sujets, auquel certains théoriciens de l’époque font allusion251. Il impliquait un acte de soumission des sujets envers l’Empereur, peut-être sans contrepartie252. Les modalités de ce type de contrat nous sont peu connues ; quelques privilèges impériaux furent accordés à certaines villes mais aussi à des particuliers en rétribution d’un acte d’allégeance253 et l’on connaît des cas précis où le peuple prêta serment de fidélité à l’Empereur, mais cela ne semble pas avoir constitué la norme254.

  • 255 Maksimovic, Administration under the Palaiologoi, p. 23-25, et R. Rochette, Empereurs et serment so (...)
  • 256 Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III, p. 295. Cette institution annonce celle des juges gé (...)
  • 257 Kantakouzenos I § 2 ; I, p. 1618-172.
  • 258 Formulaire conservé dans le ms. Paris. gr. 2511, édité dans Sathas, Μεσαιωνικὴ βιβλιοθήκη, t. 6, p. (...)

32D’un autre côté, les fonctionnaires prêtaient serment au souverain lors de leur prise de fonction255. Par exemple, dans son discours adressé aux douze juges qui faisaient partie du nouveau tribunal cré en 1296, Andronic II rappelle leur obligation de prêter serment256. Kantakouzènos signale l’obligation de prêter serment non seulement à l’Empereur régnant, mais aussi aux associés au trône257. Enfin, un manuscrit du xve siècle contient la copie du formulaire du serment prêté par les dignitaires entrant au service de l’Empereur258.

  • 259 J.-Cl. Cheynet, Foi et conjuration à Byzance, dans Oralité et lien social, p. 265-279, ici p. 267.
  • 260 La seconde moitié du xie siècle fournit plusieurs exemples de ce phénomène : voir ibid. Au début du (...)
  • 261 Dans l’article cité précédemment, Cheynet évoque le cas de l’adelphopoièsis ou affrairement, sorte (...)
  • 262 Voir les exemples donnés par Patlagean, Un Moyen Âge grec, p. 168-169. Il convient également de sou (...)

33Ces témoignages concernant des engagements par la foi jurée impliquaient des rapports verticaux et ascendants de fidélité des sujets envers l’Empereur. En revanche, des liens horizontaux, établis entre individus appartenant à un même niveau social, sont moins fréquemment attestés. Les empereurs se montrèrent toujours hostiles à ce type d’engagements qui créaient des solidarités au sein d’un même groupe259. Ils craignaient la formation de réseaux sociaux qui pouvaient échapper à leur contrôle et offrir un terrain propice aux complots contre leur autorité260. La pratique du serment entre personnes privées était ainsi interdite et condamnée par l’Église, de même que l’affrairement261. Des liens d’amitié (symphilioutai) entre personnes pouvaient aussi créer des solidarités, mais ces liens étaient moins forts ; c’est pourquoi ils n’étaient pas en principe incompatibles avec le serment de fidélité envers l’Empereur262.

  • 263 Sur les oikeioi, voir J. Verpeaux, Les oikeioi. Notes d’histoire institutionnelle et sociale, REB 2 (...)
  • 264 Des hommes (anthrôpoi) du kaisar Komnènos Stratègopoulos agissent en tant que collecteurs d’impôts (...)

34Des cas de patronage entre deux personnes de rang différent coexistent en effet avec l’obédience à l’égard de l’Empereur. Il s’agissait dans la plupart des cas d’un puissant qui étendait sa protection sur une personne de niveau social inférieur, désigné par les sources comme son familier (oikeios)263 ou son homme (anthrôpos)264. Les sources ne mentionnent jamais l’existence d’un serment dans ce type d’engagement. Il semble probable qu’il ne se soit agi que d’une déclaration orale de fidélité.

  • 265 Patlagean a hésité à voir des modifications dans la valeur publique du serment après 1204, tout en (...)

35Somme toute, le serment revêtait avant tout une dimension publique265. On a constaté que son rôle dans la formation des clientèles au sein de l’aristocratie était limité, alors qu’il servit à renforcer le service de l’État. Son usage avait été courant dans l’empire des Comnènes, à une époque où les relations personnelles occupaient l’avant-scène de l’action politique. À l’époque des Paléologues, l’usage du serment se répandit, au point de devenir obligatoire pour les fonctionnaires et les cadres de l’administration.

La pratique du pouvoir dans les provinces

  • 266 Le système des thèmes était déjà en place au début du viiie siècle, bien que leur nombre ait été ré (...)
  • 267 J.-Cl. Cheynet, Du stratège de thème au duc : chronologie de l’évolution au cours du xie siècle, TM(...)

36L’empire des Paléologues était divisé en plusieurs unités administratives, héritières pour une bonne part de l’organisation thématique des siècles précédents. Le thème était une circonscription administrative, à la fois civile et militaire, d’une étendue à l’origine considérable266. Les thèmes furent réorganisés sous Basile II (976-1025) et des innovations furent aussi introduites à l’époque des Comnènes. La plus importante fut sans doute le remplacement du stratège, ancien dirigeant du thème, par un duc (doux), qui avait été en principe un militaire avec des pouvoirs plus étendus267.

  • 268 Maksimovic, Administration under the Palaiologoi, p. 70 et suiv.

37À l’époque des Paléologues, on retrouve encore des allusions aux circonscriptions qualifiées de thémata et aux dignitaires qui portent le titre de doux. Toutefois, la signification de ces termes avait entre-temps changé et, si certaines régions continuaient à être désignées comme thémata, on peut douter que l’expression ait continué à revêtir un véritable sens technique. À cette époque, d’autres unités administratives ont été mises en place, des circonscriptions en général plus petites, comme les katépanikia, les villes autonomes ou les îles268. Quant au doux, il resta un fonctionnaire de l’administration provinciale jusqu’au début du xive siècle, mais il n’était plus le gouverneur de la province ; le doux était chargé plutôt de questions judiciaires, bien que ses compétences ne soient pas tout à fait claires. En effet, l’étude de l’organisation provinciale sous les Paléologues est une tâche difficile : les structures en évoluèrent constamment en raison surtout du progressif rétrécissement des frontières de l’Empire.

  • 269 L’acte, qui se trouve dans le ms. Patmiacus 447 du xvie siècle (Sakkelion, Patmos, p. 201-202), a é (...)
  • 270 Ibid., p. 38024-27.
  • 271 Ibid., p. 38031-43.
  • 272 Ibid., p. 38256-57. Il est probable qu’à cette époque le poste de képhalè ne concerne encore que la (...)
  • 273 Ibid., p. 38485-91. Ce passage permet de constater que le doux n’avait pas d’autorité en matière fi (...)
  • 274 Cette évolution a été progressive, c’est pourquoi l’on retrouve encore au début du xive siècle des (...)
  • 275 Sur cette réforme judiciaire, voir infra, p. 414-417.
  • 276 L’empereur se réservait la nomination des képhalai, soit à travers un ordre (horismos), soit par de (...)

38Un acte préservé dans un manuscrit de Patmos, non daté mais attribué à l’empereur Michel VIII (1259-1282), s’avère utile pour connaître la pratique du pouvoir dans les provinces de l’Empire au début de l’époque des Paléologues269. Il nous intéresse parce qu’il propose une classification sociale des dignitaires provinciaux : ce sont en premier lieu des frères de l’Empereur, en deuxième ses autres parents « par le sang ou par l’alliance » et en troisième ses parents plus éloignés270. Cet acte confirme l’importance accordée sous les Paléologues à la parenté dans l’exercice du pouvoir dans les provinces. Par ailleurs, il prend des dispositions en vue d’assurer le bon exercice de l’autorité publique, il prévoit des châtiments dans le cas d’une mauvaise gestion ou d’abus271 et précise l’étendue des compétences des gouverneurs dans les provinces. L’acte mentionne plusieurs types de fonctionnaires : les képhalai, les stratopédarches et les doukes. Il semble que les deux premières catégories aient eu des tâches militaires272, tandis que la troisième était, on l’a dit, liée à l’administration judiciaire273. Le système était sans doute hérité de l’empire de Nicée, puisque cet acte de Michel VIII fut délivré selon toute vraisemblance au tout début de son règne, vers 1259. Toutefois, au cours de la période des Paléologues, des transformations se sont produites ; la plus importante fut la disparition du doux et la concentration des pouvoirs entre les mains du képhalè qui apparaît alors comme la plus haute autorité politique dans les provinces274. Le changement dut se produire dans la première moitié du xive siècle, provoqué sans doute par les réformes judiciaires d’Andronic II et d’Andronic III, qui durent vider de tout contenu la charge de doux275. La fonction de képhalè resta ensuite la plus importante charge de l’administration territoriale jusqu’en 1453. La nomination des képhalai était une compétence exclusive de l’Empereur qui choisissait pour cette fonction des personnes de son entourage276.

  • 277 Sur cette question, voir Matschke, Das spätbyzantinische Konstantinopel, p. 138 et suiv.

39Le képhalè avait un grand nombre de subordonnés qui remplissaient des tâches liées à l’exercice direct de l’autorité : des juges, des fonctionnaires urbains, des agents du fisc, des gouverneurs de forteresses, etc.277. Ils étaient issus de l’élite locale et assistaient le képhalè dans ses fonctions. Des changements les ont aussi affectés entre la fin du xiiie siècle et la fin du xive, mais la documentation dont on dispose ne permet pas de saisir complètement les raisons de cette évolution.

40Au-delà des particularités de chaque période, il est important de souligner la continuité essentielle entre ce système et celui de l’époque précédente, car le pouvoir dans les provinces a continué d’être exercé par une aristocratie proche de l’Empereur et subordonnée à son autorité.

À l’ombre du pouvoir

41En dehors des personnages issus des grands lignages de l’Empire, on doit relever les cas d’un certain nombre d’individus qui sont parvenus au sommet de la hiérarchie grâce à leur cursus au sein de l’appareil de l’État. Il s’est souvent agi de carriéristes qui cherchaient avant tout à assurer leur propre réussite économique et sociale.

  • 278 Pour la carrière de Batatzès, voir Gregoras XV § 11 ; II, p. 741-743. Ce personnage a attiré l’atte (...)
  • 279 Sur l’origine de cette famille et son ascension politique, voir J.-Cl. Cheynet, Philadelphie, un qu (...)
  • 280 Gregoras XV § 11 ; II, p. 7417.
  • 281 Cette année-là, Batatzès fut chargé du recensement de la région de Constantinople, en collaboration (...)
  • 282 Les archives de l’Athos ont conservé six actes fiscaux signés par Iôannès Batatzès qui permettent d (...)
  • 283 Gregoras XV § 11 ; II, p. 74110. Juste avant lui, ce fut sans doute Michaèl Monomachos qui fut gouv (...)
  • 284 Pour ce titre qui n’est pas répertorié dans l’entrée du PLP (citée supra, n. 278), voir Docheiariou (...)
  • 285 Kantakouzenos III § 76 ; II, p. 475. Pour les lieux cités, voir TIB 12, p. 578-579 (Péristasis) et (...)

42L’exemple de Iôannès Batatzès († 1345) est représentatif de ce type particulier d’ascension sociale278. Il appartenait peut-être à une branche de la famille des Batatzai qui s’était illustrée à l’époque des Comnènes et était même parvenue au trône au xiiie siècle, mais qui avait perdu beaucoup de son prestige avec l’arrivée au pouvoir des Paléologues279. Grègoras dit d’ailleurs que ce Iôannès Batatzès était de naissance obscure280, ce qui pourrait témoigner au moins d’une situation sociale peu aisée. Même si l’on peut soupçonner l’historien de mentir à propos de son statut d’origine afin de le déprécier, il n’en reste pas moins que l’ascension fulgurante de Batatzès fut perçue par ses contemporains comme une vertigineuse promotion sociale, inédite à l’époque : il exerça les fonctions d’agent du fisc et de « recenseur général » dans les régions de Constantinople (1334)281 et de Thessalonique (1341-1342)282 et, plus tard (1344), celle de gouverneur (épitropè) de la capitale macédonienne283. Grègoras écrit qu’il s’était enrichi considérablement grâce à ces activités, ce qui lui avait permis un bel avancement dans la hiérarchie aulique de l’Empire : il fut nommé prôtokynégos, mégas chartoularios, mégas droungarios de la Veille284 et mégas stratopédarchès. De plus, grâce à cet argent, il disposa de troupes de mercenaires et cumula des biens fonciers, comme le village de Polyboton et la forteresse de Tèristasis (ou Péristasis) en Thrace, qu’il fit fortifier à ses frais et livra plus tard, à l’automne 1344, à Kantakouzènos285.

  • 286 Gregoras XV § 11 ; II, p. 743. Sur la fin de Batatzès et son implication dans les événements de la (...)

43La chronologie de sa carrière permet de constater que ce fut surtout grâce au chaos provoqué par la deuxième guerre civile que Batatzès put jouer un rôle de premier plan dans la vie politique de l’Empire. Ses ressources financières faisaient de lui un allié utile pour les deux partis. C’est pourquoi ses changements de camp sont alors constants et visent à tirer le plus grand profit des événements. Il avait marié son fils à la fille du patriarche Iôannès XIV Kalékas, ce qui le rapprocha dans un premier temps du parti de la régence, mais très vite il passa du côté de Kantakouzènos, qui lui avait proposé un titre plus élevé. Batatzès conclut un accord avec l’émir de Karasi, dont le fils Süleymân avait épousé sa fille. Sa carrière fut toutefois précocement interrompue peu après l’assassinat d’Apokaukos (juin 1345), lorsqu’il tomba victime de la colère de ses propres alliés turcs. Les motifs exacts de leur mécontentement demeurent inconnus286.

  • 287 Sur l’ascension sociale d’Alexios Apokaukos, voir supra, p. 44-45.
  • 288 Kantakouzenos III § 89 ; II, p. 55120-23. Voir aussi Gregoras XV § 1 ; II, p. 7413-16. Le parti pro (...)

44Le cas de l’ascension sociale de Batatzès est sans doute le plus remarquable par sa dimension politique, mais il n’est pas unique. On a déjà évoqué l’exemple d’Apelméné qui collabora avec Kantakouzènos et dont Grègoras écrit qu’il s’était considérablement enrichi grâce aux fonctions qu’il avait détenues auprès de l’usurpateur. De même, on pourrait penser à Alexios Apokaukos, qui, aux dires de Kantakouzènos et de Grègoras, s’était aussi enrichi considérablement grâce à ses fonctions comme agent du fisc287. L’accumulation exorbitante d’argent et de biens par ces personnages résultait sans doute en partie d’un exercice frauduleux de leurs fonctions officielles, comportement que les chroniqueurs de l’époque ne renoncent pas à critiquer, témoignant de la corruption existant dans l’exercice de l’autorité publique. Cette corruption n’était pas sans coût politique, car l’imposition de charges trop élevées et de services trop lourds sur la population affaiblissait le prestige du souverain, qui était le responsable ultime de ces exactions. Ce fut surtout à l’époque de la deuxième guerre civile que ces comportements devinrent particulièrement fréquents, entraînant la désaffection d’une partie de la population pour la cause de l’Empire et son passage à l’ennemi. Le cas de la ville de Serrès, qui se rendit aux Serbes le 24 septembre 1345, constitue un bon exemple de ce phénomène. D’après Kantakouzènos, les Serbes entrèrent dans la ville grâce à la collaboration d’une partie de la population qui leur était favorable288.

3. La politique des privilèges dans l’État byzantin tardif

45Les empereurs byzantins ont toujours accordé des privilèges à leurs sujets afin d’accroître leur prestige. Cette pratique devint courante au xie siècle en raison des bouleversements politiques et fut poursuivie, au cours du siècle suivant par les empereurs comnènes jusqu’à la prise de Constantinople par les croisés en 1204. Sous les Paléologues, la politique des privilèges atteint un nouveau sommet, comme en témoigne le grand nombre d’actes mentionnant des exemptions fiscales.

  • 289 L’interprétation traditionnelle de l’immunité en Europe occidentale a du reste fait aussi l’objet d (...)

46En raison du parallélisme formel entre cette institution et l’immunité du Moyen Âge occidental (privilegium emunitatis ou inmunitas), beaucoup d’historiens ont interprété la concession de privilèges à des personnes privées comme un trait caractéristique de la « féodalité » byzantine, un indice de l’affaiblissement de la puissance publique et de la privatisation des ressources fiscales. Toutefois, à Byzance ces privilèges étaient simplement fiscaux, rarement administratifs ou judiciaires. Ils étaient à la base du système de rémunération des cadres de l’armée et de l’administration et demeuraient toujours révocables par l’État289.

L’exemption fiscale à Byzance

  • 290 L’exemption peut concerner un service rendu à l’État, traduit souvent par un versement en espèces. (...)
  • 291 L’impôt sur la terre était conçu comme un droit régalien par excellence, dont l’exemption constitua (...)

47L’exemption fiscale a toujours été la forme de privilège préférée par l’État byzantin à l’égard des particuliers. Elle est désignée par le terme exkouseia (ou par le verbe exkouseuô) et implique une forme de dévolution d’impôts, le bénéficiaire étant exonéré du paiement d’une taxe, généralement en espèces290. Elle exemptait normalement un particulier du paiement des impôts secondaires mais rarement de l’impôt foncier de base, dont la remise était effectuée par une procédure spéciale291. Toutefois, l’exkouseia byzantine pouvait comporter aussi une autre modalité : le bénéficiaire pouvait recevoir les impôts d’autres contribuables. Dans ce cas, l’État abandonnait au profit d’un particulier une partie de ses recettes fiscales. À nos yeux, ces deux modalités de l’exkouseia ne sont pas de même nature : la première est une exonération fiscale, la seconde une rente sur les revenus du fisc. L’État byzantin ne faisait en revanche aucune distinction entre les deux. Il s’agissait simplement de la dévolution d’une taxe à un particulier.

  • 292 Voir, par exemple, la donation d’une terre faite par Michel VII Doukas en février 1073 à son cousin (...)

48Le système byzantin de l’exkouseia connaît d’ailleurs une troisième modalité, la concession d’une terre pour son exploitation. À partir du xie siècle, il est fréquent que l’État accorde à une personne ou à une institution une parcelle de terre, exemptée du paiement des impôts292. À première vue, cela peut paraître une donation, mais en termes de comptabilité fiscale, elle équivalait à une rente en argent, correspondant à l’impôt foncier versé au titre de cette terre.

  • 293 La disparition progressive des rogai et leur remplacement par la concession d’avantages économiques (...)

49Les bénéficiaires de la politique de privilèges de l’État deviennent nombreux à partir du xie siècle : fonctionnaires, militaires, membres de la haute aristocratie et du clergé, etc. C’est que, à partir de cette époque, l’État préfère rémunérer ses serviteurs par ce système, au lieu de continuer à verser des rentes en argent (rogai)293. Ce procédé d’allocation de revenus pris à la source ne différait que techniquement de la concession de rentes en espèces et il avait surtout l’avantage de simplifier la fiscalité.

50Cette politique de privilèges fiscaux a pourtant influencé l’évolution économique de l’Empire. Tout d’abord, elle a impliqué une diminution considérable de la circulation monétaire et a mis à la disposition de l’élite politique un surplus agricole plus important, qu’elle a ensuite écoulé sur le marché. Le numéraire obtenu était destiné à la consommation, en particulier celle de matières premières puis de produits fabriqués en Occident, faisant entrer l’Empire dans l’économie de marché installée en Europe après l’an 1000.

  • 294 Ostrogorsky, Paysannerie, p. 29, dit que les paysans « libres » ne possédaient pas de terre propre (...)
  • 295 Oikonomides, Fiscalité, p. 214-218.

51En outre, cette politique joua un rôle important dans le défrichement de la terre, parce qu’elle stimulait l’emploi de la main d’œuvre paysanne par les propriétaires. En effet, la remise des impôts dus par les cultivateurs qui travaillaient un grand domaine permit l’exploitation de terres dans des conditions plus avantageuses ; les grands propriétaires attiraient des paysans sur leurs terres grâce aux exemptions fiscales dont ils jouissaient. Pour le fisc l’avantage était évident puisque cela permettait de mettre en exploitation des terres abandonnées. Même si, dans la plupart des cas, ces propriétaires ne versaient rien au titre de l’impôt, le gain de l’État n’en était pas moins important, car ce procédé lui permettait de rétribuer un fonctionnaire à travers la concession d’une terre abandonnée, donc sans rien dépenser. L’État encourageait encore les puissants à installer plus de paysans sur leurs domaines en accordant des franchises supplémentaires, mais imposait comme condition qu’il s’agisse de paysans sans occupation, qui n’étaient pas employés dans l’exploitation d’un autre bien. Les privilèges impériaux et les actes fiscaux qualifient ces paysans nouveaux d’« étrangers et inconnus du fisc », précisément en raison de leur qualité de paysans « non occupés » ou « libres »294. L’objectif de cette politique était d’accroître le nombre de bras labourant la terre sans porter préjudice à un autre propriétaire ou à l’État (s’il s’agissait des paysans du fisc). Afin de garder le contrôle de la situation, l’administration mettait à jour périodiquement, lors du recensement de chaque province, la liste des contribuables et des paysans travaillant dans un domaine295.

  • 296 Ibid., p. 212-213.

52Il est vrai aussi que cette politique favorisa l’essor de la grande propriété et la position prééminente des puissants dans la société byzantine et qu’elle contribua à détériorer la situation de ceux qui ne bénéficiaient pas de ces avantages fiscaux. Cela explique par exemple, dans un contexte de difficultés économiques, l’aliénation des terres des petits propriétaires en faveur des magnats296.

Le système de la pronoia

  • 297 Il y eut, depuis le xie siècle, des essais de la part des empereurs pour limiter le caractère héréd (...)
  • 298 La bibliographie sur la pronoia byzantine est abondante et ancienne. Les premiers à l’avoir étudiée (...)
  • 299 Dans un acte datable de 1183, il est question d’une pronoiatikè dôréa (cf. S. Xanthoudides Τὸ δίπλω (...)

53Même si le système de l’exkouseia était avantageux pour le fisc, le caractère héréditaire de ces privilèges constituait un danger potentiel pour l’État, puisque ces revenus échappaient pour toujours à son contrôle297. Demeurait certes le recours à une politique de confiscations et à l’augmentation de la charge fiscale pour rééquilibrer les recettes, mais ces mesures avaient un coût politique qui pouvait s’avérer très lourd. La mise en place à partir du xie siècle, pour récompenser les serviteurs de l’État, d’un système de concessions de revenus fiscaux à titre viager (et non plus de biens patrimoniaux) visait donc à limiter la portée de ces privilèges. Ce mécanisme est célèbre dans l’historiographie sous le nom de pronoia298. Toutefois, il ne fut pas le seul. Pronoiai, dôreai et charistikai constituaient en effet des aspects différents d’un même phénomène : la concession d’un bien ou d’un revenu fiscal à titre conditionnel299.

  • 300 Un acte de 1162, conservé dans les archives de Lavra (Lavra I, no 64), délivré par Iôannès Kontosté (...)
  • 301 Pour le procédé d’attribution d’une pronoia, voir Oikonomides, La pronoia au xiiie siècle, p. 167-1 (...)
  • 302 Il pouvait s’agir par exemple d’un loyer versé pour un bien immeuble ou pour l’exploitation des bât (...)

54La pronoia comportait les mêmes avantages économiques que l’exkouseia (simplification administrative et attraction de la main d’œuvre paysanne), tout en limitant la transmission héréditaire des privilèges. C’est pourquoi, à partir du milieu du xiie siècle, elle devint le principal moyen de rétribution de l’armée300. Avec le temps, elle fut aussi employée pour rétribuer les fonctionnaires de l’administration, le personnel de la cour et les membres du clergé. Les pronoiai étaient promulguées par l’Empereur qui délivrait au bénéficiaire un acte de concession, généralement un chrysobulle301. C’était ensuite que les agents du fisc rédigeaient la description de la rente fiscale du bénéficiaire. Ils souscrivaient un document, appelé praktikon, contenant la liste des contribuables (généralement des paysans) qui versaient leurs impôts au bénéficiaire, ainsi que la description des autres redevances et biens immeubles détenus par le pronoïaire302. Chacun de ces éléments produisait un revenu qui contribuait au montant total (posotès) de la pronoia. Celui-ci était exprimé, à la fin du praktikon, en pièces d’or (nomismata ou hyperpres). Lors de chaque recensement, chaque pronoia était révisée et mise à jour.

  • 303 Un manuscrit de la bibliothèque vaticane (Vat. gr. 867) a conservé un document célèbre parmi les hi (...)

55De tous les biens accordés au pronoïaire, le seul versement « réel » en espèces était l’impôt dû par les paysans, appelé oikouménon, dont le montant représentait habituellement la moitié du revenu de la pronoia303. Le reste, c’est-à-dire l’autre moitié de la rente, bien qu’exprimé en monnaie, ne correspondait à aucun versement en espèces car il s’agissait souvent d’un bien foncier. La quantité d’argent associée à un bien foncier indiquait le revenu théorique que le bénéficiaire pouvait tirer de son exploitation. La terre, par exemple, était comptée au taux normal de sa valeur fiscale, à savoir 1 nomisma pour 50 modioi. C’était la somme qu’une personne devait payer au titre de l’impôt foncier et que le fisc lui remettait.

La pronoia au temps des Paléologues

56Avec l’avènement de la dynastie des Paléologues, la pronoia apparaît comme le principal moyen de financement de l’armée et de l’administration et remplace la plupart des autres privilèges fiscaux accordés aux aristocrates et aux institutions religieuses.

  • 304 Pachymeres II § 1 ; I, p. 13118-21 ; et II § 5 ; I, p. 1393-8.
  • 305 Ostrogorsky, Féodalité, p. 95, a fait valoir que la transformation des pronoiai en biens héréditair (...)

57La perte des privilèges héréditaires posa problème aux puissants dont la position devenait par trop dépendante de la faveur impériale, les empêchant de consolider durablement leur patrimoine. C’est pourquoi, à l’occasion du changement de dynastie, Michel VIII accorda la transformation des biens pronoïaires en biens héréditaires, afin de gagner le soutien de l’armée et de l’aristocratie304. Toutefois, cette concession pourrait ne pas avoir été générale305 ; la possibilité de transformer une pronoia en bien héréditaire était pour les empereurs byzantins un instrument politique pour s’attirer davantage de soutiens. Enfin, la pronoia apparaît à cette époque au centre du débat sur la propriété privée et sur les droits de l’État concernant la redistribution des biens fonciers.

  • 306 Sur le mode de financement de l’armée à l’époque des Paléologues, voir Bartusis, Byzantine Army, p. (...)
  • 307 Nous possédons, en effet, un nombre très réduit de praktika délivrés en faveur de soldats. Outre l’ (...)

58On traitera d’abord du premier niveau de la pronoia, celui des biens affectés au financement des soldats306. Vu son caractère ordinaire, il s’agissait du type le plus répandu, même s’il est le moins connu de nous en raison du petit nombre de documents le concernant307.

a) La pronoia militaire. L’exemple de la pronoia de Basileios Bérilas (1323)

  • 308 L’acte est conservé dans un manuscrit de la bibliothèque de l’université de Cambridge (Add. 2603). (...)
  • 309 Sur le mégas allagion, voir M. Bartusis, The Megala Allagia and the Tzaousios : Aspects of Provinci (...)
  • 310 Schreiner, Zwei unedierte Praktika, p. 376 : ἐν τῷ κατεπανικίῳ Ρεντίνης εἰς τὸ χωρίον τὴν Λαγγαβίκε (...)
  • 311 Ibid., p. 3819 (entre crochets apparaît le texte reconstitué par Oikonomides, Notes sur un praktiko (...)
  • 312 Schreiner, Zwei unedierte Praktika, p. 3823-24 : γῆν ἀπὸ τῆς περιοχῆς τοῦ αὐτοῦ χωρίου μοδίων δισχι (...)

59Le praktikon délivré en faveur du soldat Basileios Bérilas daté de 1323 constitue l’un des rares documents qui nous soient parvenus concernant une pronoia militaire308. L’acte est signé par le recenseur du thème de Thessalonique, Géôrgios Pharisaios, sur l’ordre de l’empereur Andronic II Palaiologos ; par ce document, kyr Basileios Bérilas, du mégas allagion de Thessalonique309, était mis en possession d’un montant (poson) de 80 hyperpres, qui constituait sa rente fiscale (oikonomia). Cette rente fiscale était composée de l’impôt versé par 13 tenures paysannes du village de Langabikeia (katépanikion de Rentina), dont le total (5,8 nomismata) constituait l’oikouménon310, ainsi que de quelques biens fonciers avec leurs revenus. Quelques-uns de ces biens fonciers sont comptés, dit le praktikon, au titre d’anti oikouménon, à raison de 2/3 de leur valeur réelle : par exemple, Bérilas reçut dans le village de Langabikeia des moulins et des terrains pour y bâtir d’autres moulins, le tout valant 9 nomismata ; ce revenu compte, dit l’acte, pour 6 nomismata au titre d’anti oikouménon311. De même, une terre de 2 000 modioi, « avec les noyers qui s’y trouvent et les terrains pour les jardins », qui a une valeur de 40 nomismata, compte pour 26 nomismata au titre d’anti oikouménon312. La liste des biens de Bérilas se termine par l’énumération d’autres taxes, droits supplémentaires et terres qui complétaient sa rente fiscale.

  • 313 En réalité, il s’agit de 81 hyperpres et 5/6. La différence entre ce chiffre et le revenu théorique (...)

60La somme totale des revenus de Bérilas (80 hyperpres)313 est donc divisée – comme c’est normal dans toute pronoia – entre l’oikouménon, constitué de l’impôt des parèques, et les biens fonciers. Chaque partie devait représenter théoriquement la moitié du revenu global ; dans le cas de la pronoia de Bérilas, cela équivaudrait à 40 hyperpres. Or l’impôt versé par les parèques (5,8 hyperpres) ne constitue en réalité qu’une petite fraction de cette quantité, le complément étant constitué par les autres redevances qui comptent au titre d’anti oikouménon (35,3 hyperpres).

  • 314 Ibid., p. 341-344.
  • 315 Schreiner, Zwei unedierte Praktika, p. 3827-28 : γῆν ἣν προκατεῖχεν ἀνακεκοινωμένην μετὰ τῆς δοθείσ (...)

61Oikonomidès a expliqué la signification du terme anti oikouménon314 : il s’agit des revenus (tirés de terres mais aussi d’autres droits, comme le droit d’exploitation de moulins, le loyer des vignes ou les droits de pâturage) qui étaient accordés au pronoïaire au lieu d’un oikouménon réel, c’est-à-dire de l’argent versé par les paysans au titre de leur impôt. S’ils comptent pour 2/3 de la valeur monétaire réelle, c’est qu’ils ne représentaient pas un versement en espèces, mais simplement un revenu théorique. Par exemple, le praktikon dit que la terre que Bérilas avait reçue au titre d’anti oikouménon était « sans habitants »315, ce qui indique qu’elle était en friche et qu’elle ne rapportait aucun bénéfice au moment où Bérilas fut mis en possession.

  • 316 Cf. supra, p. 40. 316.

62Il faut retenir de l’exemple de Bérilas que contrairement à une idée reçue concernant la pronoia, celle-ci ne constituait pas une aliénation considérable de recettes du fisc. En effet, la part des impôts réels accordés au pronoïaire représente à peine 8 % de sa rente fiscale. En revanche, on constate que la part des biens en friche ou abandonnés est importante et qu’elle constitue le principal moyen de financement du soldat. Comme on l’a déjà dit, cette solution était doublement profitable pour l’État, car elle permettait non seulement le financement de l’armée sans versement de numéraire, mais aussi la mise en exploitation de terres abandonnées. Rappelons que Kantakouzènos a souligné dans ses mémoires l’intérêt pour le fisc de donner des terres aux soldats parce que, dit-il, cela « ne privait la caisse publique d’aucun revenu »316.

  • 317 Les conditions de la mise en culture des pronoiai militaires sont mal connues. Il semble que les pr (...)
  • 318 Notons, par exemple, que les terres données à Bérilas étaient de deuxième et troisième qualité :
  • 319 Kantakouzenos III § 8 ; II, p. 58.

63La mise en culture des terres en friche entraînait des difficultés en raison des conditions d’exploitation et de la qualité des terres, qui ne semble pas avoir été très bonne317. Il s’agissait généralement de biens qui n’étaient pas très productifs ou qui étaient d’accès difficile318. Ces difficultés ont rendu laborieuse la mise en valeur de ces terres et ont dû empêcher ces soldats de percevoir la totalité de leur revenu. Dans un autre passage de ses mémoires, Kantakouzènos explique que les pronoïaires étaient mécontents parce qu’ils n’arrivaient pas à toucher intégralement le revenu de leurs pronoiai319.

  • 320 Pachymeres VII § 25 ; III, p. 8110-14.
  • 321 Voir Ostrogorsky, Féodalité, p. 357-358, qui cite les sources. À titre d’exemple, voir aussi l’acte(...)

64Outre cette dévaluation des pronoiai militaires, les mesures fiscales adoptées au début de l’époque des Paléologues contribuèrent aussi à détériorer davantage la situation de ces pronoïaires. On a déjà parlé de la politique de Michel VIII et d’Andronic II en Asie Mineure, qui avait imposé aux soldats pronoïaires des versements en espèces. Pachymérès expose en outre qu’au début du xive siècle, Andronic II obligea tous les pronoïaires à payer un impôt équivalant à 10 % de l’oikouménon de leurs parèques, pour financer la guerre en Thessalie320. Il s’agit, selon toute vraisemblance, de la taxe appelée ôphéleia qui apparaît dans les actes de la pratique de l’époque et qui représente en effet le dixième des redevances des parèques321.

65L’évolution de la pronoia entre la fin du xiiie et le début du xive siècle impliqua donc d’un côté la diminution considérable du montant des redevances « réelles » (impôts versés par les parèques) du pronoïaire et d’un autre côté l’augmentation du nombre des terres en friche accordées. De plus, l’introduction de nouvelles charges fiscales contribua à dégrader la situation financière de ces soldats. Cette conjoncture engendra, dans le groupe des pronoïaires, des frustrations qui eurent, on l’a vu, des conséquences dans l’évolution des deux guerres civiles. La période postérieure au milieu du xive siècle impliqua aussi des changements dans la composition des pronoiai ainsi que dans la situation socio-économique de leurs détenteurs, sur lesquels on reviendra dans les chapitres suivants.

b) Les revenus des privilégiés : aristocrates et grands monastères

66Aristocrates et institutions ecclésiastiques continuèrent à recevoir de nombreux privilèges à l’époque des Paléologues. La concession de revenus fiscaux pratiquée par les empereurs comnènes se poursuivit durant cette période au profit des parents et des proches de l’Empereur, et de ceux qui avaient soutenu le coup d’État de 1258 ; ils occupaient désormais les principaux postes de l’administration. Les membres de l’aristocratie et du clergé reçurent d’immenses domaines, exemptés du paiement des impôts, des parèques et des droits d’exploitation de biens publics. Toutefois, la plupart de ces privilèges étaient accordés à titre viager, ce qui signifiait qu’après la mort du bénéficiaire, les revenus retournaient au fisc.

  • 322 Ostrogorsky, Féodalité, p. 132 et suiv., pense qu’une pronoia qualifiée de gonikotès ne pouvait pas (...)
  • 323 On a vu, par exemple, que Kantakouzènos transforma certaines pronoiai en biens transmissibles pour (...)

67Si deux systèmes de privilèges avaient coexisté durant la période des Comnènes, ceux transmissibles et ceux conférés à titre viager, les donations à titre viager l’emportèrent à l’époque des Paléologues. Toutefois, on a vu que l’Empereur usa de la possibilité de transformer un bien concédé en pronoia en bien héréditaire comme d’un outil politique pour s’attirer des soutiens322. Outre le cas de Michel VIII lors de son avènement au pouvoir, les guerres civiles furent aussi un contexte favorable à l’extension du privilège d’hérédité accordé aux biens pronoïaires323.

  • 324 Cf. par exemple Lavra II, no 89 (chrysobulle d’Andronic II de 1298), l. 190-191.

68Au cours de la période tardive, les empereurs ajoutèrent au droit de transmission héréditaire d’autres clauses de type fiscal qui aboutissaient à protéger les biens des puissants de toute réclamation de la part des agents du fisc. Les grands monastères et d’autres institutions religieuses bénéficièrent par exemple d’un droit d’immunité supplémentaire qui supposait l’interdiction pour les recenseurs de pénétrer sur leurs domaines324.

69La documentation témoigne en effet de la constitution à cette époque de grandes fortunes aristocratiques, à la faveur de la concession de pronoiai. Le temporel monastique est, par ailleurs, très bien documenté en raison de la relative abondance des actes conservés qui s’y rapportent. Toutefois, de nombreuses questions demeurent sans réponse, par exemple celles concernant les propriétés des familles appartenant à l’aristocratie provinciale, puissante en milieu rural mais éloignée des cercles de la cour. Il est difficile de mesurer l’importance de leurs biens ainsi que le statut de ceux-ci, mais ces patrimoines étaient certainement plus modestes que ceux de la haute aristocratie.

  • 325 Patlagean, Un Moyen Âge grec, p. 348 et suiv., a constaté que la pronoia et la politique de privilè (...)
  • 326 Dans un chrysobulle de 1289, l’empereur Andronic II déclare que nul, pas même un monastère, n’a la (...)
  • 327 Sur les confiscations de biens monastiques, voir Smyrlis, The State, the Land and Private Property.

70En dépit de la concession de nombreux privilèges fiscaux et de la transformation des biens pronoïaires en biens héréditaires, on est loin de pouvoir parler d’une perte du contrôle de l’État sur la terre325. On a vu tout d’abord que tout changement dans le statut d’un bien foncier nécessitait une autorisation impériale ; en outre, lors de chaque succession au trône, l’ensemble des détenteurs de privilèges de l’Empire devaient se procurer un acte du nouveau souverain confirmant leurs anciens titres de propriété326, qui leur était demandé lors des recensements pratiqués périodiquement dans les provinces. Toute terre dont la possession n’était pas appuyée par un acte écrit retournait immédiatement au fisc pour être ensuite attribuée à un autre bénéficiaire. Enfin, l’Empereur gardait encore la possibilité de procéder à une redistribution des biens fonciers à travers la confiscation de terres et la révocation de privilèges. Les biens monastiques firent souvent l’objet de ces confiscations, parce que, étant donné le caractère perpétuel des monastères, les biens qui leur avaient été attribués à titre de pronoiai ne retournaient jamais au fisc327. On doit mentionner aussi le cas d’adversaires politiques des empereurs, qui voyaient leurs biens confisqués par l’État.

  • 328 Sur les protestations d’un groupe de lettrés contre les confiscations de biens fonciers par l’État, (...)

71Malgré les protestations d’un groupe de juristes, l’Empereur n’a jamais renoncé à son droit de confisquer les biens fonciers328. On verra qu’à partir du milieu du xive siècle les circonstances politiques contraignirent l’État à prendre des mesures particulièrement énergiques en vue de disposer de plus de terres pour renforcer le groupe des soldats pronoïaires.

Un aspect particulier de la politique des privilèges des empereurs byzantins : les monastères et les institutions ecclésiastiques. Revenus et service d’État

72Bien que l’on ait déjà évoqué les privilèges accordés à l’Église par les empereurs byzantins, l’étude de la propriété des institutions ecclésiastiques et des monastères mérite d’être traitée à part en raison de son importance. Comme l’aristocratie, les monastères, les évêchés et le patriarcat de Constantinople avaient reçu en donation de nombreuses terres, ainsi que des privilèges et des immunités fiscales. Ce furent en effet les empereurs qui contribuèrent en premier lieu à la formation des grands patrimoines monastiques et ecclésiastiques, bien qu’il faille prendre également en compte les particuliers, principalement les aristocrates, dont les donations participèrent aussi à la consolidation du riche temporel du clergé.

  • 329 Patlagean, Un Moyen Âge grec, p. 275-279. Elle prend comme exemple le typikon du monastère du Panto (...)

73Évelyne Patlagean a évoqué la propriété ecclésiastique en distinguant en fonction de leur origine trois catégories de biens329 :

  • Propriété privée : il s’agit de biens immeubles acquis par achat ou en vertu d’une donation d’un particulier.

  • Unités fiscales : des proasteia (domaines) et des chôria (villages) qui constituaient des unités à l’égard du fisc. Leurs revenus pouvaient être cédés par l’Empereur à une institution ecclésiastique. Dans ce cas, il n’y a pas d’emprise sur la terre.

  • Biens militaires (soumis à la strateia) : ils sont désignés par le patronyme de leur ancien détenteur. Il s’agit de biens originellement accordés en pronoia à un soldat, qui sont passés dans le temporel d’une institution ecclésiastique par donation impériale. Ces biens n’étaient pas en principe exemptés pour autant de leurs obligations militaires (qui se traduisaient par un versement en espèces), c’est-à-dire que les privilèges du monastère y étaient limités.

  • 330 Patlagean, Un Moyen Âge grec, p. 259.
  • 331 En effet, les actes de l’Athos parlent souvent des échanges de terres et de droits entre les monast (...)

74À la lumière de cette classification, Patlagean a souligné que l’octroi de biens et de privilèges à l’Église n’altéra pas le fonctionnement du dèmosios (fisc), comme en témoignent les nombreuses restrictions imposées aux privilèges accordés330. Elle interprète les constants remaniements fonciers des biens de l’Église, auxquels font souvent allusion les actes de la pratique, comme des transferts à l’intérieur du publicum. Pour elle, la confiscation de terres, l’échange de propriétés ou l’attribution de paysans ne changent en rien le régime de ces biens, car qu’il s’agisse de terres de l’Église ou du fisc, elles continuent à appartenir à l’État. Patlagean relève en effet l’« instabilité » de la propriété ecclésiastique dans les sources, ce qui constitue pour elle une preuve de la nature publique des biens ecclésiastiques331.

  • 332 Patlagean, Un Moyen Âge grec, p. 259.

75Pour prouver cette hypothèse, elle met à contribution l’exemple de la fondation du monastère de Saint-Jean à Patmos. En 1088, le moine Christodoulos obtint de l’empereur Alexis Ier la donation définitive de l’île de Patmos, exemptée de tout impôt. En échange, Christodoulos devait remettre au fisc tous les biens qu’il détenait dans l’île de Kôs et à Strobèlos, où il s’était rendu accompagné d’un « homme de l’empereur », sans doute un agent du fisc. L’échange pratiqué par Christodoulos était en effet possible parce que ces biens demeuraient propriété du fisc332.

  • 333 Sur le procédé de l’hikanôsis, voir Oikonomides, Fiscalité, p. 27-28.
  • 334 Sur les confiscations de terres à l’époque d’Alexis Ier, voir Iviron II, p. 27-33. Sur la politique (...)

76Une autre preuve du transfert de biens entre l’Église et l’État, qui confirme l’hypothèse d’Évelyne Patlagean, est apportée par le fonctionnement d’un mécanisme fiscal appelé hikanôsis, c’est-à-dire « mise en équivalence ». Ce procédé consistait à ajuster la superficie des biens cédés par l’État à la valeur fiscale de la rente (oikonomia) de chaque bénéficiaire, permettant ainsi d’éviter les abus et la concentration de trop de biens. En effet, si l’on dépassait la valeur fiscale de la rente accordée, il fallait reprendre la quantité en surplus (périsseia), ce qui entraînait souvent la confiscation de terres333. L’hikanôsis constituait donc un procédé efficace pour contrôler l’expansion de la propriété ecclésiastique, car, en augmentant la valeur fiscale de la terre, on diminuait mécaniquement la superficie du domaine. En ce sens, la réforme fiscale entreprise au début du règne d’Alexis Ier, avec l’introduction du système de l’épibolè, semble avoir eu pour objet de mettre à disposition de l’État davantage de terres, qui étaient en grande partie entre les mains de l’Église334.

77Je crois néanmoins que la classification des biens ecclésiastiques proposée par Patlagean peut être encore simplifiée en distinguant seulement deux catégories : les biens détenus en pleine propriété et ceux détenus à titre conditionnel. Les premiers faisaient partie du patrimoine du monastère, que l’on pourrait appeler « privé » ; bien qu’en principe inaliénables, ils pouvaient être vendus ou cédés en location en vue d’obtenir un revenu, mais ils ne pouvaient pas en théorie faire l’objet d’un échange avec le fisc ni être confisqués. Les seconds, en revanche, avaient été acquis grâce à la politique de redistribution des revenus fiscaux réalisée par l’État et demeuraient donc en principe à la disposition des autorités.

  • 335 Iviron II, p. 50. C’est le frère de l’empereur, le sébastokratôr Isaakios Komnènos, qui agit en tan (...)
  • 336 Ibid., no 50, l. 67 : ἡ […] καλούμενον καὶ ἐν τῆ κατὰ τὴν Ἱερισσὸν Ἀρσενικεία διακείμενον, ὅπερ οὐκ (...)

78En 1101, les biens détenus par le monastère d’Iviron dans la région de Hiérissos, en Chalcidique, avaient fait l’objet d’une « révision » par le logariastès du sébastokratôr Isaakios Komnènos, un certain Sgouros335. Plusieurs biens de ce monastère avaient été confisqués en raison des mesures fiscales adoptées par Alexis Ier. Sgouros dresse l’inventaire des biens détenus par le monastère et écrit que le domaine d’Arsénikeia (d’une superficie de 3 200 modioi) n’avait pas été enregistré avec les autres biens parce que lui-même l’avait soustrait du patrimoine des moines et aussitôt rangé parmi les biens despotika, c’est-à-dire les biens en pleine propriété, qui faisaient l’objet d’une liste à part336.

  • 337 Ibid., no 53, l. 522 (διὰ τῶν χωραφίων τῶν δεσποτικῶν).
  • 338 Ibid., p. 253. Les éditeurs renvoient à l’acte de Patmos II, no 50, l. 231, 257, à propos de maison (...)
  • 339 Voir, par exemple, Iviron II, no 53, l. 524 : χωράφιον τὸ κατεχόμενον παρὰ Μιχαὴλ πρεσβυτέρου.

79Ce document est important pour l’étude du régime de la propriété ecclésiastique, car il fait une distinction claire entre les biens despotika, détenus en pleine propriété, et les biens à titre conditionnel, c’est-à-dire les biens qui faisaient partie de l’oikonomia du monastère. Dans le cadastre de Radolibos (première décennie du xiie siècle), la liste des tenures paysannes (stasis) est suivie de l’inventaire de 19 champs appelés eux aussi despotika337. Les éditeurs de cet acte considèrent vraisemblable que ces biens despotika aient été « des biens d’Iviron autres que ceux formant les tenures des parèques338 ». Certains de ces champs étaient loués à des paysans339. Je crois qu’il s’agit là aussi, sans aucun doute, de biens qui appartenaient au monastère en pleine propriété.

  • 340 Vatopédi I, no 21. Les éditeurs ont attribué la paternité de l’acte à un certain Michaèl Élaiodôrit (...)
  • 341 Ibid., no 21, l. 4-5 : ὅθεν καὶ ὁφείλουσιν οἱ ἐν τη τοιαὔτη σεβασμία μονῆ ἀσκοῦμενοι μοναχοὶ κατέχε (...)

80À l’époque des Paléologues, la distinction entre biens détenus en pleine propriété et biens cédés à titre conditionnel demeure valide. Par exemple, vers la fin du xiiie siècle ou au début du xive, un membre de la famille Komnènos Philès Kantakouzènos, appartenant aux notables de la ville de Melnik, dont l’identité demeure inconnue, fit donation d’une partie de sa fortune au monastère de la Spèlaiôtissa pour y être enseveli340. L’acte indique que les moines devaient posséder ces biens au même titre que le donateur les avait détenus avant eux, c’est-à-dire en tant que biens transmissibles (gonikothen) et non pas faisant partie du montant de la rente fiscale (oikonomia)341.

  • 342 Docheiariou, no 23. L’auteur de l’acte signe simplement comme Iôannès Doukas, mais il doit s’agir e (...)
  • 343 Sur les recensements effectués par Manouèl Chagérès, voir Lavra III, p. 41.
  • 344 La confiscation pratiquée par Chagérès s’est produite à l’époque de la deuxième guerre civile, qui (...)
  • 345 Pour l’histoire du bien, voir Docheiariou, p. 139-141.
  • 346 Ce périorismos d’Arsénikas n’est pas conservé, mais son contenu doit être très proche de l’acte de (...)
  • 347 Parmi les actes de recenseurs précédents, il faut compter un document du recenseur Dèmètrios Kontén (...)
  • 348 En effet, la terre de Diabolokampos appartenant à Docheiariou a fait l’objet de plusieurs confiscat (...)
  • 349 L’acte de l’empereur Andronic III est perdu (voir Docheiariou, p. 141, doc. h), mais nous avons con (...)
  • 350 Cet acte est perdu, il daterait de la période 1341-1344.

81Un acte dressé en septembre 1344 par le prôtobestiaritès Iôannès Doukas en faveur du monastère de Docheiariou fournit une preuve supplémentaire de la distinction entre les deux régimes de la propriété ecclésiastique342. Par cet acte, le prôtobestiaritès remettait aux moines la totalité de leur domaine de Diabolokampos, situé en Chalcidique, dont une partie leur avait été contestée par le recenseur Manouèl Chagérès343. L’acte commence par expliquer que, lorsque Chagérès avait effectué le recensement du thème de Kalamaria, il avait retiré du temporel de Docheiariou une partie du bien appelé Diabolokampos et l’avait rattachée à la terre fiscale (dèmosieusa gè). C’est pourquoi, le hiéromoine Niphôn, higoumène du monastère, s’était présenté devant le prôtobestiaritès et avait porté plainte contre Chagérès. Un tribunal fut alors constitué en présence de Iôannès Doukas ; devant lui, Chagérès répondit qu’il avait détaché une partie du domaine de Diabolokampos parce qu’elle constituait un supplément (périsseia) de la rente fiscale du monastère344. L’higoumène objecta que cette terre ne pouvait pas lui être retirée parce qu’il s’agissait d’une terre qui avait appartenu au monastère depuis sa fondation (ktètorikèn gèn, cf. l. 12), trois cents ans auparavant, et avait été achetée par le fondateur qui en avait fait don à Docheiariou345. L’higoumène reconnaissait néanmoins être incapable de produire des titres de propriété pour le prouver, puisque ceux-ci avaient été perdus à cause de la conquête latine. Niphôn présenta toutefois une délimitation (périorismos) établie par un certain Arsénikas, doux de Berroia et recenseur de la région de Thessalonique, soixante-dix ans auparavant (donc vers 1274)346 ; elle incluait déjà les terres détachées par Chagérès. L’higoumène produisit aussi d’autres actes des recenseurs précédents qui incluaient tous des informations sur la terre en litige347. Chagérès continua pourtant à contester le statut patrimonial de cette terre, en alléguant qu’elle avait été déjà une fois enlevée au monastère et donnée à un certain Néokastritès et à la compagnie d’hommes d’armes dites des Barbarènoi348. L’higoumène reconnut ce fait, mais répliqua qu’il s’agissait d’une action injuste, la preuve en étant que le défunt empereur Andronic III avait restitué cette terre à son couvent au moyen d’une ordonnance. Il présenta également au tribunal cet acte impérial par lequel Andronic III enjoignait à un recenseur en poste à l’époque, un certain Kônstantinos Makrènos, de restituer ce bien au monastère en tant que bien transmissible (κατὰ λόγον γονικότητος)349. Plus tard, l’empereur Jean V avait aussi délivré un acte de confirmation de l’ordonnance de son père350. Finalement, en vertu des pièces documentaires présentées par l’higoumène et de la longue jouissance du bien, le prôtobestiaritès ordonna la restitution à Docheiariou du bien enlevé par Chagérès et la confirmation des droits du monastère.

  • 351 Vatopédi I, no 22, l. 5 : τῆς ἀποσπασθείσης γῆς τῆς ἁγιωτάτης ἐπισκοπῆς Ἀναστασιουπόλεως.

82Les deux exemples que l’on vient d’examiner montrent clairement une distinction entre deux types de biens monastiques : ceux détenus en pleine propriété et ceux accordés à titre de rente fiscale. Je ne me suis référé ici qu’au cas des monastères athonites, parce qu’ils sont les mieux documentés ; mais la concession de rentes fiscales par l’État à d’autres institutions ecclésiastiques devait être tout aussi fréquente. Un acte de la seconde moitié du xiiie siècle, tiré des archives de Vatopédi, mentionne par exemple la terre qui avait été « retirée » par le fisc à l’évêché d’Anastasioupolis351. Nous sommes certainement là encore face à un cas de bien accordé à un évêque au titre de son oikonomia, donc susceptible d’être confisqué ou échangé par le fisc.

83La concession de revenus fiscaux en faveur des institutions ecclésiastiques répondait aussi au principe de rémunération des services rendus à l’État. Il s’agissait d’abord de rétribuer la prière pour le salut de l’Empereur et de tous les chrétiens. En outre, l’Église, comme l’aristocratie, remplissait aussi des fonctions publiques ; les hommes d’Église étaient employés comme ambassadeurs auprès des puissances étrangères ou comme agents du fisc. Enfin, l’Église s’était mise au service de l’État dans la codification des normes sociales, en particulier en matière de parenté et d’alliance, et était la garante du serment en tant qu’institution publique.

***

84À la question de savoir si l’État byzantin s’est affaibli durant la période tardive plusieurs réponses sont possibles. On a vu qu’il y eut en effet une fragmentation de l’autorité territoriale au lendemain de 1204, avec la constitution de plusieurs entités régionales indépendantes. La reconquête de Constantinople en 1261 n’aboutit certes pas à la reconstruction de l’empire des Comnènes, mais il n’en est pas moins vrai qu’elle conféra aux souverains byzantins ultérieurs une sorte d’autorité symbolique sur les autres pouvoirs du bassin égéen et des Balkans. Plus d’un potentat local se tourna alors vers l’empereur de Constantinople afin d’obtenir de lui un titre aulique légitimant son pouvoir. Ce système ne rendait pas aux souverains byzantins le contrôle effectif sur un territoire, mais il avait le mérite de préserver intacte l’idée d’unité impériale et de contribuer à la création de liens entre Constantinople et les autres principautés des Balkans.

85Le même principe fut progressivement mis en œuvre à l’intérieur de l’Empire au cours de la première moitié du xive siècle. En effet, les dissensions internes et la menace ennemie obligèrent alors les empereurs à déléguer la souveraineté sur les provinces aux différents membres de la famille impériale et aux représentants les plus éminents de l’aristocratie. Les cas que l’on connaît montrent que le système ne provoqua pas un affaiblissement de l’autorité publique, grâce à l’allégeance maintenue de l’élite byzantine envers le pouvoir impérial. En effet, contrairement à une idée répandue dans l’historiographie, l’aristocratie laïque et ecclésiastique contribua au maintien de l’autorité impériale et au fonctionnement de l’État. Les cas de trahison et de révoltes sont trop peu nombreux et conjoncturels pour que l’on puisse parler d’un véritable déclin de l’influence impériale dans les provinces. Les raisons de cette fidélité de l’aristocratie envers le souverain tiennent notamment aux caractéristiques de la fiscalité byzantine, fondée sur un système de privilèges. La rétribution des notables byzantins, à travers la pronoia et la concession de biens héréditaires, avait créé un lien solide entre l’Empereur et les puissants. Ces derniers avaient compris que leur sort et celui de leur fortune étaient irrémédiablement liés au destin de l’Empire. La perte de l’Asie Mineure au début du xive siècle le confirma.

86Toutefois, ce fut paradoxalement cette aristocratie, principal soutien du pouvoir impérial, qui, au cours des deux guerres civiles, provoqua la crise qui devait conduire l’Empire au bord de l’abîme. On le verra, les conséquences de ces guerres furent catastrophiques, pour l’aristocratie mais aussi pour le pouvoir impérial. La tentative de Kantakouzènos pour s’emparer du trône et remplacer la dynastie des Paléologues offrit aussi l’occasion au souverain serbe Étienne Dušan de se faire proclamer « empereur des Serbes et des Romains », portant ainsi un coup sévère au prestige des souverains byzantins et les privant de leur capacité exclusive à octroyer des titres de la hiérarchie aulique. Néanmoins, malgré la perte de territoires et la crise politique, l’autorité de l’Empereur byzantin connut un redressement aussi spectaculaire que paradoxal à partir de la seconde moitié du xive siècle. Le mérite en revient à l’avancée des Ottomans.

Notes

207 La Geschichte des Byzantinischen Staates de G. Ostrogorsky fut publiée pour la première fois à Munich en 1940. Une deuxième édition, augmentée et mise à jour, a paru en 1952.

208 Les travaux d’Ostrogorsky ont inspiré l’œuvre d’un grand nombre d’historiens, par exemple Lj. Maksimović qui a consacré un livre à l’administration provinciale sous les Paléologues : Maksimović, Administration under the Palaiologoi.

209 Ostrogorsky, Praktika.

210 Lemerle, The Agrarian History, p. 89, n. 1 et p. 201-202. Voir aussi Harvey, Economic Expansion, p. 5-12 et 72 (avec bibliographie).

211 Oikonomidès a vu le débat autour de la « féodalité byzantine » comme une simple guerre des mots : cf. Oikonomides, Fiscalité, p. 154, n. 3.

212 Voir par exemple Laiou, Morrisson, The Byzantine Economy, p. 224-227, qui reprennent les travaux de Matschke, Oikonomidès, Balard, Lefort et Laiou, entre autres.

213 A. Kazhdan, Derevnja i gorod v Vizantii ix-x vv. Očerki po istorii vizantijskogo feodalizma, Moscou 1960.

214 Id., State, Feudal and Private Economy in Byzantium, DOP 47, 1993, p. 83-100.

215 Voir Oikonomidès, The Role of the Byzantine State, et Matschke, Das spätbyzantinische Konstantinopel.

216 Patlagean, Un Moyen Âge grec.

217 Sur la politique extérieure de Michel VIII, voir D. J. Geanakoplos, Emperor Michael Palaeologus and the West, 1258-1282 : A Study in Byzantine-Latin Relations, Cambridge (Massachusetts) 1959.

218 Pachymeres III § 27 ; I, p. 3174-7.

219 La fille de Iôannès Doukas épousa un neveu de Michel VIII, Andronikos Tarchanéiôtès : Pachymeres IV § 26 ; II, p. 4018-14.

220 Sur Jean II de Trébizonde, voir PLP 12106.

221 Pour le mariage entre Maria Kantakouzènè et Konstantin Tich, voir Pachymeres V § 3 ; II, p. 44125-44310 ; pour le mariage entre Euphrosynè Palaiologina et Nogaï, voir ibid., V § 3 ; II, p. 44324-4452.

222 Sur la politique extérieure d’Andronic II, voir Laiou, Constantinople and the Latins.

223 Les dissidences en Épire demeurèrent actives pendant tout le premier quart du xive siècle, empêchant la restauration effective de la souveraineté impériale dans la région. Ce fut encore la diplomatie qui réussit à amarrer ce territoire dans l’orbite de l’Empire jusqu’à son annexion définitive par Andronic III autour de 1340. Sur l’histoire de l’Épire durant la première moitié du xive siècle, voir Nicol, Epiros, p. 35-106, et sur l’occupation byzantine, ibid., p. 107-122.

224 La concession d’un territoire à un individu investi de tous les pouvoirs n’était pas complètement inédite : dès le Xe siècle, on connaît des exemples de territoires cédés à une personne privée. Ce phénomène pouvait prendre sa source dans l’abandon par l’État des revenus fiscaux d’une région au profit d’un particulier. Ainsi, en 989 l’empereur Basile II avait assigné au curopalate Bardas Sklèros les recettes fiscales de deux provinces. À l’époque des Comnènes, les exemples de ce type deviennent plus nombreux : par exemple, Nikèphoros Mélissènos, après avoir tenté d’usurper le trône, fut créé kaisar et « se contenta », dit une source contemporaine, de l’administration de Thessalonique et de sa région.

225 En la matière, les Paléologues ont innové en pratiquant en deux temps l’association de l’héritier : le premier-né était proclamé Empereur pratiquement à sa naissance, puis, dans un second temps, vers seize ans, il était couronné et recevait ainsi l’intégralité des prérogatives impériales. Sur cette question, voir A. Failler, La proclamation impériale de Michel VIII et d’Andronic II, REB 44, 1986, p. 237-251, et la thèse inédite de R. Rochette, Le ciel et le sang. Le pouvoir impérial à l’époque des Paléologues (1261-1453), université Paris 1, 2010, p. 53-132.

226 Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 26, n. 62 : « In the second half of the fourteenth century and in the fifteenth century the empire was virtually a conglomerate of appanages. » Voir aussi Id., Geneza i karakter apanaža u Vizantiji, ZRVI 14/15, 1973, p. 103-154.

227 Sur cet épisode, voir Laiou, Constantinople and the Latins, p. 229-232. Sur le séjour d’Eirènè de Montferrat à Thessalonique, voir Malamut, Cinquante ans à Thessalonique, p. 266-274, qui donne parfois une nouvelle interprétation des événements.

228 Notons que Pachymérès, généralement prolixe, ne dit rien de cet épisode. Il signale simplement que l’impératrice s’était installée à Thessalonique pour conclure des alliances matrimoniales avec les pouvoirs voisins : Pachymeres XII § 34 ; IV, p. 6091-5.

229 Matschke, Fortschritt und Reaktion, p. 43-45.

230 Après la mort de Stéphanos Gabrièlopoulos en 1332, le gouvernement de la Thessalie fut accordé à Michaèl Monomachos, ancien gouverneur de Thessalonique. Kantakouzènos l’appelle épitropos (administrateur) de Thessalie (Kantakouzenos III § 31 ; II, p. 19023-1911). Il resta en poste jusqu’en 1342, lorsque Kantakouzènos récompensa Iôannès Angélos avec le gouvernement d’une partie de la Thessalie, la Blaquie, en échange de son soutien dans la guerre civile (voir page suivante).

231 Dans ses mémoires, Kantakouzènos raconte que son père avait été gouverneur du Péloponnèse à la fin du xiiie siècle. Toutefois, cette mention n’implique pas qu’il ait détenu tous les pouvoirs sur la région ; il s’agissait peut-être d’un commandement plus ordinaire.

232 Xéropotamou, no 21 (parakéleusis du despote Dèmètrios Palaiologos à Léôn Kalognomos, prokathèménos de Drama), et no 23 (parakéleusis du despote Dèmètrios Palaiologos au monastère de Xèropotamou).

233 Patlagean, Un Moyen Âge grec, p. 337.

234 Grègoras écrit que Kantakouzènos détacha une partie de l’État des Romains pour que son fils Matthaios la commandât sa vie durant comme un gouvernement autonome, avec des insignes particuliers et une dignité située au-dessous de l’impériale mais au-dessus de toutes les autres dignités (Gregoras XVI § 4 ; II, p. 81413-16).

235 Sur ce document, inséré dans les mémoires de Kantakouzènos, voir H. Hunger, Urkunden und Memoirentext : Der chrysoboullos logos des Johannes Kantakuzenos für Johannes Angelos, JÖB 27, 1978, p. 107-125.

236 Matschke, Fortschritt und Reaktion, p. 41-42.

237 M. Bartusis, Chrelja and Momčilo : Occasional Servants of Byzantium in Fourteenth Century Macedonia, BSl. 41, 1980, p. 201-221.

238 Kantakouzènos I § 28 ; I, p. 137.

239 Laiou, Byzantine Aristocracy, p. 139-140.

240 Angelov, Imperial Ideology, tabl. 3, entre les p. 119-122. Les révoltes en Asie Mineure dirigées par un membre de l’aristocratie constituaient une exception, car elles comportaient des revendications de la population, en particulier d’ordre fiscal.

241 Voir A. P. Kazhdan, S. Ronchey, L’aristocrazia bizantina dal principio dell’xi alla fine del xii secolo, Palerme 1997 (Nuovo prisma 3), et Cheynet, Pouvoir et contestations, p. 261-301.

242 Patlagean, Un Moyen Âge grec.

243 Sur la titulature à l’époque des Comnènes, voir L. Stiernon, Notes de titulature et de prosopographie byzantines. Sébaste et gambros, REB 23, 1965, p. 222-244.

244 Pseudo-Kodinos, Traité des Offices.

245 Les actes de ce colloque ont été publiés dans Oralité et lien social.

246 Sur l’utilisation politique du serment à Byzance, voir l’étude fondatrice de N. Svoronos, Le serment de fidélité à l’empereur byzantin et sa signification constitutionnelle, REB 9, 1951, p. 106-142.

247 Sur l’interdiction canonique du serment et l’opinion de l’Église à ce sujet, voir O. Delouis, Église et serment à Byzance : norme et pratique, dans Oralité et lien social, p. 212-246.

248 Patlagean, Un Moyen Âge grec, p. 186-188.

249 Akropolitès, ch. 38, p. 6119-24.

250 Ibid., ch. 40, p. 6719-20.

251 Voir, à ce sujet, la théorie de Manouèl Moschopoulos sur le serment : Angelov, Imperial Ideology, p. 310-347 ; Patlagean, Un Moyen Âge grec, p. 189 ; et P. Guran, Une théorie politique du serment au xive siècle : Manuel Moschopoulos, dans Oralité et lien social, p. 169-185.

252 Selon A. Laiou, The Emperor’s Word : Chrysobulls, Oaths and Synallagmatic Relations in Byzantium (11th-12th c.), TM 14 (= Mélanges Gilbert Dagron), 2002, p. 347-362, en particulier p. 360-361, la rétribution impériale est accordée sous la forme d’un chrysobulle qui ne mentionne pas l’engagement entre les deux parties, ni à plus forte raison l’existence d’un serment. Le chrysobulle apparaît ainsi formellement comme l’effet de la générosité impériale. Voir aussi Patlagean, Un Moyen Âge grec, p. 186, qui diverge sur ce point de l’interprétation de Laiou, en mettant en avant la place des notions de foi (pistis) et de service (douleia) dans ce type d’engagement. Plus récemment, R. Rochette, Empereurs et serment sous les Palaiologoi, dans Oralité et lien social, p. 157-167, ici p. 160, estime que « les sujets se soumettent à l’empereur sans contrepartie ».

253 Voir les chrysobulles accordés aux villes de Monemvasie en 1284 (MM V, p. 154-155), Kroai en 1288 (Solovjev, Mošin, Grčke povelje, p. 316-317) et Iôannina en 1319 (MM V, p. 77-84). Sur ces documents, la bibliographie est assez abondante et on ne citera ici que quelques travaux fondamentaux : E. Frances, La féodalité et les villes byzantines aux xiiie et xive siècles, BSl. 16, 1955, p. 76-96 ; Z. Pljakov, Le statut de la ville byzantine balkanique aux xiiie-xive siècles, Études balkaniques 3, 1985, p. 73-96 ; et Kyritzes, “Common Chrysobulls”.

254 En juin 1305, en raison des tumultes qui agitaient Constantinople, l’empereur Andronic II demanda à toute la population de prêter un serment de fidélité envers lui et son fils, le co-empereur Michel IX : Pachymeres XII § 31 ; IV, p. 595-599.

255 Maksimovic, Administration under the Palaiologoi, p. 23-25, et R. Rochette, Empereurs et serment sous les Palaiologoi (cité supra, n. 252), ici p. 157-160.

256 Lemerle, La réforme judiciaire d’Andronic III, p. 295. Cette institution annonce celle des juges généraux instaurée quelques années plus tard par Andronic III (voir infra, p. 414-417).

257 Kantakouzenos I § 2 ; I, p. 1618-172.

258 Formulaire conservé dans le ms. Paris. gr. 2511, édité dans Sathas, Μεσαιωνικὴ βιβλιοθήκη, t. 6, p. 652, no 18.

259 J.-Cl. Cheynet, Foi et conjuration à Byzance, dans Oralité et lien social, p. 265-279, ici p. 267.

260 La seconde moitié du xie siècle fournit plusieurs exemples de ce phénomène : voir ibid. Au début du xive siècle, Dèmètrios (Michaèl) Angélos obligea ses partisans à lui prêter serment : Angelov, Imperial Ideology, p. 341-342.

261 Dans l’article cité précédemment, Cheynet évoque le cas de l’adelphopoièsis ou affrairement, sorte d’union rituelle entre deux personnes sur la foi jurée et s’interroge sur sa portée réelle dans la société, qui a peut-être été exagérée par l’historiographie : Cheynet, Foi et conjuration (cité supra, n. 259), p. 268, n. 13. Sur l’adelphopoièsis ou adelphopoiia, voir É. Patlagean, Christianisation et parentés rituelles : le domaine de Byzance, Annales ESC 33, 1978, p. 625-636 (= Ead., Structure sociale, famille, chrétienté à Byzance, IVe-XIe siècle, Londres 1981, [Variorum Collected Studies Series 134], XII) ; Cl. Rapp, Ritual Brotherhood in Byzantium, Traditio 52, 1997, p. 285-326 ; et, plus récemment, G. Sideris, L’adelphopoièsis aux viie-xe siècles à Byzance : une forme de fraternité jurée, dans Oralité et lien social, p. 281-292.

262 Voir les exemples donnés par Patlagean, Un Moyen Âge grec, p. 168-169. Il convient également de soulever un cas exceptionnel qui, à ma connaissance, n’a pas été signalé par l’historiographie, à savoir le serment prêté par le co-empereur Andronic III à l’aristocrate Syrgiannès en 1320, à la veille de son coup d’État. Il s’agit d’un cas tout à fait hors norme car l’empereur s’y engage auprès d’une personne privée à lui accorder un certain nombre de privilèges si celle-ci l’aide à parvenir au pouvoir. Grègoras constitue la seule source à s’en faire écho : Gregoras VIII § 4 ; I, p. 3016.

263 Sur les oikeioi, voir J. Verpeaux, Les oikeioi. Notes d’histoire institutionnelle et sociale, REB 23, 1965, p. 89-99.

264 Des hommes (anthrôpoi) du kaisar Komnènos Stratègopoulos agissent en tant que collecteurs d’impôts sur ses domaines (MM IV p. 390 [1270 ?]). Sur les anthrôpoi, voir Patlagean, Un Moyen Âge grec, p. 171 et suiv., et J.-Cl. Cheynet, L’« homme » du basileus, dans Puer Apuliae. Mélanges offerts à Jean-Marie Martin, éd. E. Cuozzo et alii, Paris 2008 (Centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance. Monographies 30), p. 139-154. D’autres termes peuvent aussi indiquer un lien de dépendance entre deux hommes : voir par exemple le cas des oikeiotatoi du mégas papias Dèmètrios Kabasilas en 1347 (Dionysiou, no 2, l. 19).

265 Patlagean a hésité à voir des modifications dans la valeur publique du serment après 1204, tout en soulignant néanmoins, à juste titre, une évolution entre les xie et xiie siècles et la période ultérieure pour ce qui concerne les engagements définis simplement par la foi (pistis) et le service (douleia) : Patlagean, Un Moyen Âge grec, p. 192.

266 Le système des thèmes était déjà en place au début du viiie siècle, bien que leur nombre ait été réduit à l’époque. Ils se multiplièrent par la suite, au cours des ixe et xe siècles, et leur étendue diminua.

267 J.-Cl. Cheynet, Du stratège de thème au duc : chronologie de l’évolution au cours du xie siècle, TM 9, 1985, p. 181-194 (= Id., The Byzantine Aristocracy and its Military Function, Aldershot 2006 [Variorum Collected Studies Series 859], XI).

268 Maksimovic, Administration under the Palaiologoi, p. 70 et suiv.

269 L’acte, qui se trouve dans le ms. Patmiacus 447 du xvie siècle (Sakkelion, Patmos, p. 201-202), a été publié par Burgmann, Magdalino, Michael VIII on Maladministration. Les auteurs penchent pour une datation antérieure à la reconquête de Constantinople (1261), c’est-à-dire peu après le coup d’État de 1258, peut-être dans le cadre d’un effort de propagande de Michel VIII pour consolider son autorité dans les provinces : ibid., p. 386-387. L’acte se qualifie lui-même de basilikos horismos (ibid., p. 3781) et aussi de prostagma (ibid., p. 38021 et p. 384105).

270 Ibid., p. 38024-27.

271 Ibid., p. 38031-43.

272 Ibid., p. 38256-57. Il est probable qu’à cette époque le poste de képhalè ne concerne encore que la direction des armées d’une province. L’explication des compétences du képhalè proposée par Lj. Maksimović est peu claire : Maksimović, Administration under the Palaiologoi, p. 117 et suiv. Le képhalè avait pour tâches, entre autres, le recrutement des troupes dans les provinces et leur approvisionnement : Bartusis, Byzantine Army, p. 34 et p. 236-237. L’acte parle aussi des stratopédarches (Burgmann, Magdalino, Michael VIII on Maladministration, p. 38274, 78), mais il ne dit rien de leurs compétences.

273 Ibid., p. 38485-91. Ce passage permet de constater que le doux n’avait pas d’autorité en matière fiscale, comme certains historiens l’ont suggéré : voir par exemple Maksimovic, Administration under the Palaiologoi, p. 109.

274 Cette évolution a été progressive, c’est pourquoi l’on retrouve encore au début du xive siècle des personnages qui cumulent les titres de doux et de képhalè : voir par exemple la signature du sébastos Kônstantinos Tzyrapès, doux et képhalè de l’île de Lemnos, dans Lavra II, no 100, l. 29-30 (1305), ou les mentions de Kônstantinos Doukas Nestongos comme doux et képhalè en 1302-1304 dans MM IV, p. 25813 (doux), et Pachymeres XI § 24 ; IV, p. 47119 (képhalè de Magnésie ?). Selon A. Failler, Kônstantinos Doukas Nestongos était gouverneur du thème, plutôt que de la ville de Magnésie (ibid., p. 470, n. 24).

275 Sur cette réforme judiciaire, voir infra, p. 414-417.

276 L’empereur se réservait la nomination des képhalai, soit à travers un ordre (horismos), soit par des actes de nomination (entaltèria prostagmata) : ibid., p. 382, l. 74, et p. 384, l. 84. Sur les képhalai à partir du milieu du xive siècle, voir infra, p. 396-401.

277 Sur cette question, voir Matschke, Das spätbyzantinische Konstantinopel, p. 138 et suiv.

278 Pour la carrière de Batatzès, voir Gregoras XV § 11 ; II, p. 741-743. Ce personnage a attiré l’attention des historiens, qui ont consacré plusieurs pages à sa carrière : voir notamment F. Barisic, Iovan Vatac, protokinig, Zbornik Filozofskog Fakulteta 11/1, 1970, p. 283-287, et K. Amantos, Ἡ οἰκογένεια Βατάτζη, EEBS 21, 1951, p. 177. Pour d’autres références bibliographiques, voir l’entrée du PLP 2518 et, plus récemment, la notice que lui consacre Lappa-Zizicas, Kosmidion, p. 258-260.

279 Sur l’origine de cette famille et son ascension politique, voir J.-Cl. Cheynet, Philadelphie, un quart de siècle de dissidence, 1182-1206, dans Philadelphie et autres études, sous la dir. d’H. Ahrweiler, Paris 1984 (Byz. Sorb. 4), p. 39-54 ; J. S. Langdon, Backgrounds to the Rise of the Vatatzai to Prominence in the Byzantine Oikoumene, 997-1222, dans Τὸ Ἐλλενικόν, Studies in Honor of Speros Vryonis, Jr., t. 1, New Rochelle/New York 1993, p. 178-207. Sur le déclin de la famille dans la deuxième moitié du xiiie siècle et au début du xive, voir Ganchou, Théodôros Batazès, p. 75-79 (avec mention de notre personnage).

280 Gregoras XV § 11 ; II, p. 7417.

281 Cette année-là, Batatzès fut chargé du recensement de la région de Constantinople, en collaboration avec le recenseur Patrikiôtès, qui était aussi un homme d’affaires connu de l’époque : sur le recensement Batatzès-Patrikiôtès de 1334, voir Lappa-Zizikas, Kosmidion, p. 258 ; sur l’activité antérieure de Patrikiôtès comme agent du fisc, voir Lavra III, no 122, l. 3-4, et aussi Lappa-Zizikas, Kosmidion, p. 262 (avec bibliographie).

282 Les archives de l’Athos ont conservé six actes fiscaux signés par Iôannès Batatzès qui permettent de reconstituer la chronologie de sa carrière en tant que collecteur d’impôts : cf. Lavra III, p. 16-17, et Docheiariou, p. 150. Batatzès est mentionné comme katholikos apographeus dans l’acte de Docheiariou, no 23, l. 24.

283 Gregoras XV § 11 ; II, p. 74110. Juste avant lui, ce fut sans doute Michaèl Monomachos qui fut gouverneur de Thessalonique entre 1342 et 1344 (voir Nicol, Kantakouzenos, p. 50-54).

284 Pour ce titre qui n’est pas répertorié dans l’entrée du PLP (citée supra, n. 278), voir Docheiariou, no 23 (septembre 1344), qui nous apprend qu’à l’époque Batatzès était à Constantinople, du côté de la régence. Un peu plus tard, lorsqu’il se rallia à Kantakouzènos, Batatzès acquit la dignité plus élevée de mégas stratopédarchès.

285 Kantakouzenos III § 76 ; II, p. 475. Pour les lieux cités, voir TIB 12, p. 578-579 (Péristasis) et p. 599 (Polyboton).

286 Gregoras XV § 11 ; II, p. 743. Sur la fin de Batatzès et son implication dans les événements de la deuxième guerre civile, voir Lemerle, Aydin, p. 219-220, et, plus récemment, E. A. Zachariadou, The Emirate of Karasi and that of the Ottomans : Two Rival States, dans The Ottoman Emirate (1300-1389), éd. Ead., Réthymnon 1993 (Halcyon Days in Crete 1), p. 225-236.

287 Sur l’ascension sociale d’Alexios Apokaukos, voir supra, p. 44-45.

288 Kantakouzenos III § 89 ; II, p. 55120-23. Voir aussi Gregoras XV § 1 ; II, p. 7413-16. Le parti pro-serbe de Serrès aurait été animé par l’aristocrate Manouèl Asanès, oncle de l’épouse de Jean VI Kantakouzènos, Eirènè Asanina. Sur le passage d’une partie de l’élite byzantine du côté serbe, voir le chapitre suivant.

289 L’interprétation traditionnelle de l’immunité en Europe occidentale a du reste fait aussi l’objet d’une critique radicale par B. H. Rosenwein, Negociating Space. Power, Restraint and Privileges of Immunity in Early Medieval Europe, Ithaca 1999, qui a démontré l’utilité de l’immunité et de l’exemption fiscale pour consolider l’autorité du pouvoir royal durant le haut Moyen Âge et le premier âge féodal.

290 L’exemption peut concerner un service rendu à l’État, traduit souvent par un versement en espèces. C’est le cas par exemple du service militaire (strateia).

291 L’impôt sur la terre était conçu comme un droit régalien par excellence, dont l’exemption constituait une exception. Cette remise pouvait porter sur un village ou sur une personne physique ou morale. Elle pouvait être temporaire ou permanente, c’est-à-dire transmise par voie héréditaire. Sur l’exemption de l’impôt foncier, voir Oikonomides, Fiscalité, p. 179 et suiv.

292 Voir, par exemple, la donation d’une terre faite par Michel VII Doukas en février 1073 à son cousin Andronikos Doukas, qui l’avait soutenu dans sa lutte pour le trône : Patmos I, no 1.

293 La disparition progressive des rogai et leur remplacement par la concession d’avantages économiques au cours du xie siècle a été expliquée par N. Oikonomides, Title and Income at the Byzantine Court, dans Byzantine Court Culture from 829 to 1204, éd. H. Maguire, Washington 1997, p. 199-215 (= Id., Social and Economic Life in Byzantium, éd. E. Zachariadou, Ashgate 2005 [Variorum Collected Studies Series 799], XVII).

294 Ostrogorsky, Paysannerie, p. 29, dit que les paysans « libres » ne possédaient pas de terre propre et n’avaient pas d’obligations fiscales envers l’État. Le terme « libre » (ἐλεύθερος) désigne dans la terminologie fiscale de l’époque une personne ou un bien qui est libre d’impôts. L’une des raisons de ne pas payer d’impôts pouvait être que la personne en question ne possédait rien.

295 Oikonomides, Fiscalité, p. 214-218.

296 Ibid., p. 212-213.

297 Il y eut, depuis le xie siècle, des essais de la part des empereurs pour limiter le caractère héréditaire des privilèges et des biens cédés aux particuliers. Par exemple, l’empereur Michel VII Doukas limita la transmission des places fortes (kastra) à deux personnes successives : cf. N. Oikonomides, Donations of Castles in the Last Quarter of the 11th Century (Dölger, Regesten, no 1012), dans Polychronion. Festschrift F. Dölger, Heidelberg 1966, p. 413-417. L’empereur Isaac Ier Komnènos (1057-1059) révoqua beaucoup de privilèges accordés par ses prédécesseurs et prit des mesures visant à augmenter les rentrées de l’État : Attaleiates, Miguel Ataliates. Historia, introducción, edición, traducción y comentario, éd. I. Pérez Martín, Madrid 2002 (Nueva Roma 15), p. 60-61.

298 La bibliographie sur la pronoia byzantine est abondante et ancienne. Les premiers à l’avoir étudiée ont été surtout les byzantinistes russes du xixe siècle : voir par exemple F. I. Uspenskij, Značenie vizantijskoj i južnoslavjanskoj pronii, dans Sbornik˝ statej po slavjanovedeniju sostavlennyj i izdannyj učenikami V. I. Lamanskogo, Saint-Pétersbourg 1883, p. 1-32. Elle a fait aussi l’objet des travaux d’autres historiens slaves : voir par exemple P. Mutafciev, Vojniški zemi i vojnici v Vizantija prez xiii-xiv v., Spisnie na Bulgarskata Akademija na naukite, Kniga 27, Klon istorikofilologičen i filosofsko obščestven 15, Sofia 1923, p. 1-113 (= Izbrani proizvedenija I, éd. Id., Sofia 1973, p. 518-652). La question a été complètement renouvelée lors de la publication du livre d’ostrogorsky, Féodalité. Sur la pronoia, voir aussi Lemerle, The Agrarian History, ici p. 222, Oikonomides, La pronoia au xiiie siècle, et Kazhdan, Pronoia.

299 Dans un acte datable de 1183, il est question d’une pronoiatikè dôréa (cf. S. Xanthoudides Τὸ δίπλωμα (προβελέγιον) τῶν Σκορδιλὼν Κρήτες, Επετηρίς Εταιρείας Κρητικών Σπουδών 2, 1939, p. 298-312).

300 Un acte de 1162, conservé dans les archives de Lavra (Lavra I, no 64), délivré par Iôannès Kontostéphanos, doux de Thessalonique, est devenu célèbre dans l’historiographie de la pronoia à l’époque des Comnènes, car il parle des détenteurs d’une pronoia liée à un service armé (le bénéficiaire est désigné d’ailleurs comme stratiotès). Deux autres actes, conservés aussi dans les archives de Lavra (ibid., nos 65 et 66), mentionnent des pronoiai attribuées aux Coumans du thème de Mogléna, situé au nord-ouest de Thessalonique : leur emploi comme soldats est vraisemblable.

301 Pour le procédé d’attribution d’une pronoia, voir Oikonomides, La pronoia au xiiie siècle, p. 167-174. Chôniatès parle aussi du diplôme délivré par l’empereur à chaque détenteur d’une pronoia (Choniates, p. 273).

302 Il pouvait s’agir par exemple d’un loyer versé pour un bien immeuble ou pour l’exploitation des bâtiments agricoles : voir infra, p. 76-78, le cas de la pronoia de Bérilas.

303 Un manuscrit de la bibliothèque vaticane (Vat. gr. 867) a conservé un document célèbre parmi les historiens ; il s’agit d’un formulaire d’attribution de parèques à un pronoïaire, à usage des fonctionnaires du fisc. L’acte porte le titre suivant : παράδοσις παροίκων παρὰ τοῦ κατὰ χώραν δουκὸς πρὸς στρατιώτην (soit « attribution des parèques à un pronoïaire par le duc d’une région »). Le document, qui ne porte pas de mentions chronologiques, a été daté de la seconde moitié du xiiie siècle. Éditions : Th. Uspenskij, Vizantijskie zemlemery, Trudy VIgo arheologičeskogo Sjezda 1884, t. 2, Odessa 1888, p. 334-335 ; Ferrari, Formulari notarili, p. 81-83 ; et Oikonomides, La pronoia au xiiie siècle.

304 Pachymeres II § 1 ; I, p. 13118-21 ; et II § 5 ; I, p. 1393-8.

305 Ostrogorsky, Féodalité, p. 95, a fait valoir que la transformation des pronoiai en biens héréditaires ne concerna que quelques aristocrates et non pas l’ensemble des pronoïaires.

306 Sur le mode de financement de l’armée à l’époque des Paléologues, voir Bartusis, Byzantine Army, p. 157 et suiv.

307 Nous possédons, en effet, un nombre très réduit de praktika délivrés en faveur de soldats. Outre l’exemple de Basileios Bérilas, on connaît trois autres dossiers : 1) les pronoiai de Michaèl Sabentzès et de Nikolaos Maroulès de février 1321, Xénophon, nos 15 et 16 ; 2) la pronoia de Michaèl Monomachos de 1333, Zographou, no 29 ; et 3) la pronoia de Iôannès Margaritès de janvier 1342, Lemerle, Karakala. Les autres praktika conservés ont été accordés à de grands monastères.

308 L’acte est conservé dans un manuscrit de la bibliothèque de l’université de Cambridge (Add. 2603). Il a été publié par Schreiner, Zwei unedierte Praktika, p. 36-46. La datation proposée par Schreiner, 1368, a été corrigée par Oikonomides, Notes sur un praktikon, p. 335-346. Pour le prénom Basileios et non Manouèl, voir Xénophon, p. 138.

309 Sur le mégas allagion, voir M. Bartusis, The Megala Allagia and the Tzaousios : Aspects of Provincial Military Organization in Late Byzantium, REB 47, 1989, p. 343-350, et plus généralement Id., Byzantine Army, p. 193-196.

310 Schreiner, Zwei unedierte Praktika, p. 376 : ἐν τῷ κατεπανικίῳ Ρεντίνης εἰς τὸ χωρίον τὴν Λαγγαβίκειαν, ἀφ᾽ἧς προκατεῖχεν οἱκούμενον (suit la liste des parèques avec leur impôt, l. 7-15).

311 Ibid., p. 3819 (entre crochets apparaît le texte reconstitué par Oikonomides, Notes sur un praktikon, p. 345) : [τοῦ] μύλωνος τόπον ὑπερπύρου δίμοιρον · [ὁμοῦ τὰ τῶν] μυλώνων καὶ τῶν μυλονοτόπων ὑπέρπυρα ἐννέα, [ἀντὶ οἰκουμένου ὑπέρπυρα ἕξ].

312 Schreiner, Zwei unedierte Praktika, p. 3823-24 : γῆν ἀπὸ τῆς περιοχῆς τοῦ αὐτοῦ χωρίου μοδίων δισχιλίων μετὰ τῶν ἐκεῖσε καρυιῶν καὶ τῶν κηπωροτοπίων εἰς ὑπέρπυρα τέσσαρα ἀντὶ οἰκουμένου ὑπέρπυρα εἴκοσι ἕξ.

313 En réalité, il s’agit de 81 hyperpres et 5/6. La différence entre ce chiffre et le revenu théorique de 80 hyperpres n’est pas très importante. Oikonomides, Notes sur un praktikon, p. 345, explique que « les fonctionnaires du fisc pouvaient difficilement arriver à composer un revenu dont le montant réel fût rond et identique au chiffre de la rémunération annuelle accordée au pronoiaire ». Il reste néanmoins des questions non résolues concernant les impôts perçus par Bérilas : voir ibid., p. 345, n. 25.

314 Ibid., p. 341-344.

315 Schreiner, Zwei unedierte Praktika, p. 3827-28 : γῆν ἣν προκατεῖχεν ἀνακεκοινωμένην μετὰ τῆς δοθείσης αὐτῷ ἀντὶ οἰκουμένου.

316 Cf. supra, p. 40. 316.

317 Les conditions de la mise en culture des pronoiai militaires sont mal connues. Il semble que les pronoïaires faisaient exploiter les terres accordées par le fisc grâce aux corvées fournies par les parèques (Lefort, L’économie rurale, p. 405 ; A. Stauridou-Zaphraka, Ἡ ἀγγαρεία στό Βυζάντιο, Βυζαντινά 11, 1982, p. 23-54 ; Laiou, Agrarian Economy, p. 334 et suiv.).

318 Notons, par exemple, que les terres données à Bérilas étaient de deuxième et troisième qualité :

Schreiner, Zwei unedierte Praktika, p. 3828-29 (τὸ εἶναι αὐτὴν δευτέρας καὶ τρίτης ποιότητος).

319 Kantakouzenos III § 8 ; II, p. 58.

320 Pachymeres VII § 25 ; III, p. 8110-14.

321 Voir Ostrogorsky, Féodalité, p. 357-358, qui cite les sources. À titre d’exemple, voir aussi l’acte Iviron III, no 70 (1301), l. 28 : oikouménon de 30 hyperpres et ôphéleia de 3 hyperpres.

322 Ostrogorsky, Féodalité, p. 132 et suiv., pense qu’une pronoia qualifiée de gonikotès ne pouvait pas être aliénée, seulement léguée.

323 On a vu, par exemple, que Kantakouzènos transforma certaines pronoiai en biens transmissibles pour s’attirer le soutien de leurs détenteurs (cf. supra, p. 52).

324 Cf. par exemple Lavra II, no 89 (chrysobulle d’Andronic II de 1298), l. 190-191.

325 Patlagean, Un Moyen Âge grec, p. 348 et suiv., a constaté que la pronoia et la politique de privilèges développée à l’époque des Paléologues n’ont pas constitué un élément de désagrégation des institutions publiques. Elle est d’accord pour reconnaître la finalité fondamentalement militaire de la pronoia, son utilité pour le pouvoir et le fait que son hérédité demeurait limitée à des cas précis et restait toujours « étroitement encadrée ». Elle conclut son analyse de la pronoia en évoquant le problème de ce que l’historiographie antérieure a qualifié de « dérive seigneuriale », visant par là certains comportements des puissants qui auraient pu tenter de remplacer l’État dans ses fonctions les plus essentielles. Elle évoque à ce propos une confusion entre la corvée publique et celle due par les paysans dépendants, le droit de bâtir des fortifications dans les campagnes et le droit d’administrer la justice. Toutefois, Patlagean constate que, dans la plupart des cas, les puissants qui s’emparèrent des droits publics étaient du côté de ce qu’elle qualifie de publicum, c’est à dire du côté du fisc. C’est pourquoi cette évolution n’a pas entraîné une diminution de la puissance publique (cf. aussi ibid., p. 285).

326 Dans un chrysobulle de 1289, l’empereur Andronic II déclare que nul, pas même un monastère, n’a la pleine possession d’un bien si une ordonnance impériale ne le confirme pas (MM V, p. 254).

327 Sur les confiscations de biens monastiques, voir Smyrlis, The State, the Land and Private Property.

328 Sur les protestations d’un groupe de lettrés contre les confiscations de biens fonciers par l’État, voir infra, p. 432-437 et 441-443.

329 Patlagean, Un Moyen Âge grec, p. 275-279. Elle prend comme exemple le typikon du monastère du Pantokratôr à Constantinople, fondé au xiie siècle par l’empereur Jean II Komnènos et sa femme (éd. et trad. P. Gautier, Le typikon du Christ Sauveur Pantocrator, REB 32, 1974, p. 1-145).

330 Patlagean, Un Moyen Âge grec, p. 259.

331 En effet, les actes de l’Athos parlent souvent des échanges de terres et de droits entre les monastères et le fisc. Voir, par exemple, Vatopédi I, no 14 (1239-1240 ?), à propos d’un échange de terres klasmatiques, détachées de la fortune du monastère de Sisôè et de l’évêché de Hiérissos, et attribuées à Vatopédi en compensation pour la perte de son domaine à Éladiaba.

332 Patlagean, Un Moyen Âge grec, p. 259.

333 Sur le procédé de l’hikanôsis, voir Oikonomides, Fiscalité, p. 27-28.

334 Sur les confiscations de terres à l’époque d’Alexis Ier, voir Iviron II, p. 27-33. Sur la politique de cet empereur à l’égard des monastères, voir R. Morris, Monks and Laymen in Byzantium, 843-1118, Cambridge 1995, p. 280-295, et M. Angold, Church and Society in Byzantium under the Comneni, 1081-1261, Cambridge 1995, p. 273-276 et p. 320-321. La mise en place du système de l’épibolè pour calculer la valeur fiscale de la terre doit être rapprochée des efforts d’Alexis Ier pour appliquer l’hikanôsis aux biens de l’Église, voir à ce sujet Svoronos, Épibolè ; et Oikonomides, Fiscalité, p. 56-61.

335 Iviron II, p. 50. C’est le frère de l’empereur, le sébastokratôr Isaakios Komnènos, qui agit en tant que représentant de l’État, car il a reçu les droits du fisc dans cette région.

336 Ibid., no 50, l. 67 : ἡ […] καλούμενον καὶ ἐν τῆ κατὰ τὴν Ἱερισσὸν Ἀρσενικεία διακείμενον, ὅπερ οὐκ ἀνεγράφη ἐνταῦθα διὰ τὸ ἀφαιρεθῆναι παρ᾽ἡμῶν καὶ εἰς τὰ δεσποτικὰ ἀφορισθῆναι ἀρτίως. Sgouros explique que les biens qu’il avait soustraits au temporel d’Iviron avaient été ensuite remis par lui au responsable (pronoètès) du domaine fiscal (épiskepsis) dans la région d’Arrabénikia et de Hiérissos ; c’est ensuite que le sébastokratôr Isaakios Komnènos avait décidé de remettre au monastère le bien d’Arsénikeia, mais cette fois en tant que bien de plein droit.

337 Ibid., no 53, l. 522 (διὰ τῶν χωραφίων τῶν δεσποτικῶν).

338 Ibid., p. 253. Les éditeurs renvoient à l’acte de Patmos II, no 50, l. 231, 257, à propos de maisons de maître sur un domaine, qualifiées également de despotika.

339 Voir, par exemple, Iviron II, no 53, l. 524 : χωράφιον τὸ κατεχόμενον παρὰ Μιχαὴλ πρεσβυτέρου.

340 Vatopédi I, no 21. Les éditeurs ont attribué la paternité de l’acte à un certain Michaèl Élaiodôritès Spanopoulos, στρατοπεδάρχης τῶν ἀλλαγίων, en raison de sa qualité de premier signataire (sa signature est suivie de celles de plusieurs officiers de la métropole de Melnik et au verso figure aussi celle du dikaiô du métropolite). Cette interprétation impliquerait que Spanopoulos était le père d’un certain Théodôros Komnènos Philès Kantakouzènos qui est mentionné dans l’acte. Il est difficile d’admettre pareil lien de parenté : les noms de famille Komnènos Philès Kantakouzènos dénotent l’appartenance à la plus haute aristocratie, alors que ceux d’Élaiodôritès Spanopoulos suggèrent un milieu social beaucoup plus modeste. Certes, l’acte a été écrit à la première personne, mais cela n’implique pas nécessairement que Spanopoulos en soit l’auteur, car le document conservé n’est qu’une copie (cf. ibid., p. 172). Il est donc probable que Michaèl Élaiodôritès Spanopoulos ne soit qu’un fonctionnaire de l’administration locale qui, avec quelques membres de la métropole, authentifia la copie destinée à être conservée dans les archives de Vatopédi, lorsque le couvent de la Spèlaiotissa, bénéficiaire originel de la donation, passa sous la dépendance du monastère athonite (vers 1365). En revanche, le père de Théodoros Komnènos Philès Kantakouzènos devait sans doute porter un ou plusieurs de ces patronymes, au moins le dernier (Kantakouzènos) qui servait à indiquer, en principe, la filiation paternelle.

341 Ibid., no 21, l. 4-5 : ὅθεν καὶ ὁφείλουσιν οἱ ἐν τη τοιαὔτη σεβασμία μονῆ ἀσκοῦμενοι μοναχοὶ κατέχειν αὐτὸ ἀναφερέτως καὶ ἀναποσπάστος, καθῶς εἶχον καγῶ τοῦτο γονικῶθεν ἐκτὸς τοῦ ποσοῦ τῆς οἱκονομίας μου.

342 Docheiariou, no 23. L’auteur de l’acte signe simplement comme Iôannès Doukas, mais il doit s’agir en réalité du fils du mégas doux Alexios Apokaukos, comme Oikonomidès l’a souligné dans son commentaire de l’acte (ibid., p. 168). En effet, les membres de cette famille utilisaient souvent le patronyme Doukas seul, passant sous silence celui d’Apokaukos (cf. aussi Polemis, Doukai, p. 101). Iôannès Doukas [Apokaukos] fut gouverneur de Thessalonique de 1343 à 1345, jusqu’à son massacre par les Zélotes (cf. PLP 1187).

343 Sur les recensements effectués par Manouèl Chagérès, voir Lavra III, p. 41.

344 La confiscation pratiquée par Chagérès s’est produite à l’époque de la deuxième guerre civile, qui vit le fisc opérer de nombreux remaniements des biens fonciers en vue de remplir ses caisses. Pour un aperçu plus détaillé de la situation des propriétaires terriens à l’époque de la deuxième guerre civile, voir le chapitre suivant.

345 Pour l’histoire du bien, voir Docheiariou, p. 139-141.

346 Ce périorismos d’Arsénikas n’est pas conservé, mais son contenu doit être très proche de l’acte de Docheiariou, no 19, qui est un acte d’avril 1338 signé par Kônstantinos Makrènos et contenant la description du domaine de Diabolokampos. L’acte d’Arsénikas fut émis vers 1274, donc sous le règne de Michel VIII.

347 Parmi les actes de recenseurs précédents, il faut compter un document du recenseur Dèmètrios Konténos, aujourd’hui perdu, mais qui peut être daté vers 1315-1316 par comparaison avec une copie d’un acte de ce recenseur conservée dans les archives de ce monastère (Docheiariou, no 15).

348 En effet, la terre de Diabolokampos appartenant à Docheiariou a fait l’objet de plusieurs confiscations : la première daterait du tout début du xive siècle, lors du recensement dirigé par Dèmètrios Apelméné (1300-1304) (ibid., p. 140). L’histoire de ce bien dans la première moitié du xive siècle est très complexe et difficile à reconstituer.

349 L’acte de l’empereur Andronic III est perdu (voir Docheiariou, p. 141, doc. h), mais nous avons conservé celui de Kônstantinos Makrènos mettant Docheiariou en possession de cette terre (ibid., no 18) : elle était cédée à titre transmissible (κατὰ λόγον γονικότητος, cf. l. 11).

350 Cet acte est perdu, il daterait de la période 1341-1344.

351 Vatopédi I, no 22, l. 5 : τῆς ἀποσπασθείσης γῆς τῆς ἁγιωτάτης ἐπισκοπῆς Ἀναστασιουπόλεως.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search