Version classiqueVersion mobile

Byzance face aux ottomans

 | 
Raúl Estangüi Gómez

Première partie. Un empire affaibli : les crises de la première moitié du xive siècle

Chapitre I. « Les malheurs du temps ». Les causes des fléaux qui affligent l’Empire

Texte intégral

  • 1 L’expression ἀνώμαλον τοῦ καιροῦ et d’autres semblables (par ex. ὑπὸ τῆς τοῦ καιροῦ καὶ τῶν πραγμά (...)
  • 2 Voir par exemple Europa 1400. Die Krise des Spätmittelalters, éd. F. Seibt et W. Eberhard, Stuttga (...)
  • 3 Sur les effets de la peste noire en Europe, voir le travail déjà classique de R. S. Gottfried, The (...)
  • 4 Certains historiens proposent une chronologie différente de la guerre civile, de 1341 (mort d’Andr (...)
  • 5 Les événements politiques de cette période seront développés plus en détail dans la deuxième parti (...)
  • 6 Pour le contexte religieux, voir le chapitre de M.-H. Congourdeau, Hésychasme et palamisme, dans H (...)

1L’expression « les malheurs du temps » apparaît souvent dans les sources byzantines du xive siècle, employée par les contemporains pour expliquer leur ruine financière ou la perte de leurs biens ou même pour évoquer l’insécurité dans laquelle ils se trouvaient1. En effet, le xive siècle fut à Byzance une époque de crise et de récession économique, de même d’ailleurs que dans le reste du continent européen2. La période la plus dramatique fut sans aucun doute la seconde moitié du siècle, après l’arrivée de la peste noire, qui emporta selon toute vraisemblance entre le tiers et les deux tiers de la population3. L’irruption de la peste à Byzance coïncida avec la fin d’une guerre civile qui avait duré treize ans (1341-1354)4 et qui avait laissé l’Empire dans un tel état de dénuement qu’il devint rapidement la proie de ses ennemis. Ce fut l’époque des premières conquêtes ottomanes dans les Balkans et des invasions serbe et bulgare de la Macédoine et du nord de la Thrace5. Ruiné du point de vue matériel et financier, l’Empire semblait déjà condamné à disparaître. Au-delà même de ces problèmes politiques, l’époque connut aussi des crises et des transformations profondes dans d’autres champs, en particulier religieux et sociaux, qui contribuèrent à leur tour à aiguiser les confrontations internes6.

2Le milieu du xive siècle fut donc un tournant capital dans l’histoire tardive de Byzance. Toutefois, les premiers indices de cette crise apparaissent dès le début du xive siècle, voire dès la fin du xiiie, à une époque où l’on peut encore parler de croissance sur le plan économique.

1. L’été indien de la croissance

3Une longue période de croissance économique s’achève dans la première moitié du xive siècle. Malgré une situation politique agitée et une dépendance commerciale à l’égard des Latins dans le domaine des échanges internationaux, les campagnes byzantines connaissent jusqu’à cette époque une incontestable prospérité. Dans les premières décennies du xive siècle encore, on constate une dense occupation du sol et des rendements agricoles élevés.

  • 7 La continuité, du point de vue économique, entre la période des xie-xiie siècles et l’époque posté (...)

4Du point de vue de l’organisation agraire, le « premier siècle paléologue » (1261-1341) ne représente nullement une rupture par rapport aux siècles précédents ; au contraire, il s’agit de l’apogée d’un lent processus entamé longtemps auparavant. Mis à part quelques particularités, on retrouve alors dans les campagnes byzantines les mêmes traits qui avaient caractérisé le monde rural aux xie-xiie siècles, à savoir la prééminence du grand domaine comme cadre principal de production agricole et la mise en exploitation de la terre en tant qu’investissement productif primordial7.

L’âge des puissants

  • 8 La bibliographie sur le sujet est très vaste. On ne citera ici que quelques études de base : N. Oi (...)
  • 9 Svoronos, Exploitation.
  • 10 Sur l’organisation productive d’un grand domaine byzantin, voir en dernier lieu Lefort, L’économie (...)

5Les xe-xie siècles avaient vu la montée en puissance dans l’Empire d’un groupe de magnats qui avaient réussi à accaparer un grand nombre de terres au détriment des communautés villageoises. Au cours du xe siècle déjà, on avait assisté à la concentration de biens fonciers aux mains de grands propriétaires. Ce fut à cette époque que l’expansion notable des biens fonciers fit du grand domaine la forme d’organisation socio-économique prééminente de la production agraire8. Les conditions de la mise en valeur de ces grandes propriétés ont été bien étudiées par les historiens, qui ont accepté, de manière générale, l’hypothèse de Nicolas Svoronos selon laquelle le grand domaine était exploité de manière indirecte9 ; les propriétaires préféraient donner leurs terres à bail et habiter dans les grandes villes, en particulier à Constantinople auprès de l’Empereur, leur mode de vie étant celui de rentiers du sol. Pour gérer leurs domaines, ils dépêchaient un intendant sur place qui logeait dans une résidence rurale (kathédra), depuis laquelle il organisait l’exploitation agricole et collectait les impôts des paysans10.

  • 11 Sur les privilèges fiscaux de l’aristocratie byzantine, voir infra, p. 71-84.

6Au cours du xie siècle, les puissants confortèrent leur ascension économique à la faveur des bouleversements dynastiques et, en particulier, avec l’arrivée au pouvoir de la dynastie des Comnènes, qui s’appuya sur cette élite pour s’emparer du trône. En échange de leur soutien, les empereurs de cette dynastie consolidèrent le patrimoine foncier de leurs partisans en leur distribuant des biens publics et de nombreux privilèges fiscaux11. L’octroi de rentes et de terres à ces aristocrates était aussi un moyen de rémunérer leurs services au sein de l’appareil d’État. Ces grands propriétaires constituèrent ainsi une sorte d’aristocratie de fonction, qui occupait les principaux postes de l’administration, de l’armée et de l’Église.

  • 12 Au xive siècle, l’aristocrate Iôannès Kantakouzènos, devenu empereur en 1347 sous le nom de Jean V (...)
  • 13 Sur la fortune des grands monastères byzantins de la fin du xe au milieu du xive siècle, voir Smyr (...)

7Les sources de l’époque qualifient les membres de ce groupe de dynatoi, c’est-à-dire de puissants, et bien que l’on ne puisse pas parler à Byzance d’une aristocratie aux contours bien délimités, ces hommes avaient conscience d’appartenir à un même groupe social12. Ils se distinguaient du reste de la société par leur mode de vie, leur fortune et leur rôle dans l’État. Ils étaient aussi les principaux bienfaiteurs des institutions ecclésiastiques, les fondateurs des monastères urbains et ruraux auxquels ils léguaient une bonne partie de leur fortune pour la préserver des confiscations impériales et des saisies du fisc. Ces institutions religieuses devinrent ainsi à leur tour de grands propriétaires fonciers13.

  • 14 Sur l’aristocratie à l’époque des Paléologues, voir, entre autres, Laiou, Byzantine Aristocracy ; (...)
  • 15 Les Palaiologoi étaient membres de la haute aristocratie depuis l’époque des Comnènes, voir J.-F. (...)
  • 16 Pachymérès I § 21 ; I, p. 9314-15.
  • 17 Voir les nombreux exemples cités par Kyritzès, The Byzantine Aristocracy.

8L’arrivée au pouvoir de la dynastie des Paléologues en 1259 fut loin de mettre un frein à l’influence des puissants dans la vie de l’Empire14. Pour consolider son autorité, l’empereur Michel VIII (1259-1282), usurpateur du trône issu lui aussi d’un des lignages les plus insignes de l’Empire15, eut besoin, comme à l’époque des Comnènes, de l’appui de la haute aristocratie. Il s’entoura de quelques représentants de la couche la plus élevée de la société, auxquels il accorda les postes-clefs de l’armée et de l’administration, remplaçant l’aristocratie au service de l’ancienne dynastie des Laskarides. Une constellation de rejetons de grandes familles aux noms prestigieux, comme les Kantakouzènoi, les Angéloi, les Philanthrôpènoi, les Tarchaneiôtai ou les Libadarioi, entre autres, accompagnait Michel VIII lors de son entrée à Constantinople en août 1261. Ils constituaient ce que l’historien contemporain Pachymérès définissait comme « la grande chaîne d’or » des familles byzantines (ἡ μεγαλογενὴς σειρὰ καὶ χρυσῆ)16. Après la reconquête de Constantinople, les grands lignages et les institutions ecclésiastiques récupérèrent leurs biens dans la capitale et des alliances se tissèrent entre la famille impériale et les membres les plus éminents de l’aristocratie. Une nouvelle hiérarchie se mit en place au palais en fonction du degré de parenté avec l’Empereur, et des titres honorifiques furent conférés au cercle le plus proche du souverain17.

  • 18 Voir Matschke, Fortschritt und Reaktion.

9Dans les campagnes, l’avènement des Palaiologoi renforça les tendances de l’époque précédente, scellant le triomphe sans partage de la grande propriété foncière. Les grands aristocrates reçurent du nouvel empereur des terres et des revenus fiscaux, l’administration des forteresses et des châteaux, la direction des principaux monastères, etc. De son côté, l’Église se vit, elle aussi, accorder d’immenses propriétés foncières et d’importants privilèges. Selon l’opinion de Klaus-Peter Matschke, cette influence des dynatoi dans l’administration provinciale et dans les villes de l’Empire dut même exercer un poids si considérable sur le reste de la société qu’il empêcha l’affirmation d’une classe moyenne byzantine fondée sur le commerce et les transactions financières18.

  • 19 Weiss, Kantakuzenos, p. 546. Sur l’idéal aristocratique de l’époque, voir aussi De Vries, L’élite b (...)
  • 20 L’idéologie de Palamas est particulièrement favorable aux puissants et réprime, presque avec viole (...)

10On ne tombera pas dans l’exagération si l’on affirme par ailleurs qu’au début de l’époque des Paléologues, peut-être déjà dès l’époque des Comnènes, on assiste à une véritable aristocratisation des mœurs. Günter Weiss a parlé d’un idéal du « guerrier athlétique », qui dénigre les offices de l’argent et de l’industrie et pour qui l’exploitation de la terre s’avère la seule source de richesse respectable19. La réforme religieuse entreprise par Grègorios Palamas au tournant des années 1340 n’est pas étrangère au renforcement de cette évolution ; on retrouve dans les écrits du théologien des passages qui prônent les vertus de la classe supérieure, propriétaire des grands domaines, et exhortent les pauvres à ne pas convoiter les richesses des puissants20.

11Mais, dès la seconde moitié du xiiie siècle et surtout dans les premières décennies du xive siècle, le système commence à se gripper : des indices trahissent alors un ralentissement de la croissance économique qui, couplé avec la réduction considérable des frontières de l’Empire, porte un coup sévère aux grandes fortunes. Ce contexte provoqua au sein de l’élite des tensions qui sont à l’origine des deux longues et destructrices guerres civiles au cours desquelles les confiscations et les saisies de biens devinrent monnaie courante. L’irruption de la seconde guerre civile marqua, de ce fait, la fin de l’âge des puissants.

12Dans ce premier chapitre, j’essaierai de proposer un bilan de la situation des campagnes byzantines à cette époque et des tendances qui ont favorisé la continuité de la prééminence absolue de la grande propriété et du rôle du grand domaine dans l’évolution économique de la période. Il s’agit d’identifier les causes qui ont conduit à l’effondrement du système et qui ont transformé profondément le visage de l’Empire et celui de la société byzantine au milieu du xive siècle.

Accroissement de la population et hausse de la demande en produits agricoles

  • 21 Pour une discussion des conditions de l’essor démographique qu’a connu l’Empire byzantin entre le (...)

13La période de croissance économique s’ouvrit au ixe siècle, lorsque l’Empire byzantin, comme d’ailleurs le reste de l’Europe, connut une hausse de la demande de produits agricoles en raison d’un essor progressif mais soutenu de la population21. Elle se poursuivit aux siècles suivants grâce aux changements survenus dans la société, comme le développement de la vie urbaine. Le retour dans les villes des couches supérieures de la société et la naissance d’une « proto-bourgeoisie » ont suscité de nouveaux besoins en ravitaillement des centres urbains, entraînant un essor des activités commerciales. Ce contexte de forte demande de denrées agricoles a impliqué des transformations dans la mise en valeur de la terre, orientées vers une augmentation des rendements. Une meilleure gestion des domaines et une exploitation plus rationnelle des ressources agraires ont permis d’élever la production et, par conséquent, d’accroître les revenus du groupe des propriétaires fonciers, largement bénéficiaires de cet essor de la demande.

  • 22 On avait considéré traditionnellement que la grande propriété foncière diminuait la productivité d (...)

14Il est admis aujourd’hui par la plupart des historiens que le grand domaine a joué un rôle important dans cette reconversion de la production rurale à Byzance à partir du xe siècle. Plusieurs spécialistes ont souligné que le grand domaine offre un cadre favorable aux investissements nécessaires à l’augmentation de la production, car le grand propriétaire – que ce soit l’État, un aristocrate ou un monastère – cherche toujours à majorer ses revenus et possède les ressources nécessaires pour le faire, contrairement au petit propriétaire paysan qui tend davantage vers l’autarcie22.

15Les améliorations effectuées dans le cadre du grand domaine peuvent être de deux types : extensives, lorsqu’il s’agit d’augmenter la surface de la terre cultivée, et intensives, s’il s’agit d’élever les ratios de productivité.

L’extension de la terre cultivée : défrichements de terres, fondations de nouveaux lieux d’habitation

16L’investissement extensif en milieu rural consiste à augmenter la surface de la terre cultivée. Dans certains climats plus humides, où l’on pratiquait la rotation triennale, on pouvait augmenter la quantité de terre cultivée en réduisant encore la durée de la jachère ; en revanche, dans les régions méditerranéennes, la précocité de la sécheresse estivale limitait les cultures de printemps, c’est pourquoi les rendements traditionnels des terres exploitées pouvaient difficilement y être dépassés. La seule solution qui restait consistait à défricher de nouvelles terres.

  • 23 Et même plus tôt, cf. Iviron I, no 9, de 995.
  • 24 Iviron III, no 54 (1139). Sur Radolibos, voir Lefort, Radolibos.
  • 25 A. Dunn, The Exploitation and Control of Woodland and Scrubland in the Byzantine World, Byzantine (...)
  • 26 J. Lefort, B. Geyer, Les niveaux du lac de Nicée au Moyen Âge, dans Castrum. 7, Zones côtières lit (...)
  • 27 G. Dagron, Minorités ethniques et religieuses dans l’Orient byzantin à la fin du xe et au xie sièc (...)

17Comme l’a souligné Jacques Lefort, les textes parlent rarement de façon explicite des défrichements, mais il y a suffisamment d’indices dans les sources pour supposer qu’ils furent importants à partir du xie siècle23 et jusqu’à la période des premiers Paléologues. Les actes de la pratique évoquent par exemple certaines activités impliquant de nouveaux défrichements ; ainsi au xiie siècle, dans le village de Radolibos en Macédoine orientale (un bien du monastère d’Iviron), les paysans avaient commencé à exploiter le versant du mont Pangée pour y couper du bois et faire paître le bétail en été24. Pour d’autres régions de l’Empire pour lesquelles on n’a pas conservé beaucoup d’actes, les archéologues ont trouvé des indices qui témoignent également en faveur d’une extension de la surface cultivée. Ils ont, par exemple, constaté un recul de la forêt à partir du ixe siècle25 et des aménagements aux abords des lacs, comme c’est le cas près du lac de Nicée, en Bithynie, pour lequel des données géographiques et archéologiques suggèrent qu’il fut abaissé par des moyens artificiels durant la période byzantine, afin de gagner à l’agriculture de grandes superficies de terres fertiles26. De même, dans les provinces récupérées sur les ennemis, en particulier en Syrie du Nord, on constate une politique de repeuplement et de reconstruction de l’économie rurale dirigée par l’État, qui a permis de nouvelles cultures27.

  • 28 Ces termes ne sont pas synonymes, chacun possède un sens propre. Voir le passage du Traité fiscal (...)
  • 29 Lefort, L’économie rurale, p. 439.
  • 30 Pour les références aux sources, voir Lefort, Radolibos, p. 217-218 [183-184].

18Lorsque l’extension des champs cultivés était importante, le défrichement était souvent suivi de la fondation d’un hameau ou d’une ferme isolée, désignés par les termes kathédra, agridion, proasteion et, à partir du xive siècle, zeugèlateion28. Les archives de l’Athos font état de la fondation de nombreux hameaux dans un contexte domanial depuis le ixe siècle et jusqu’à la première moitié du xive siècle29. Toujours dans le cas du village de Radolibos, on constate qu’un hameau fut installé à la fin du xiiie siècle sur le flanc du mont Pangée, à 600 m d’altitude, et qu’il correspondait à l’agridion dit « de Boriskos ». Le monastère d’Iviron, propriétaire de Radolibos, y avait installé un métoque dédié à saint Georges. Les actes de la première moitié du xive siècle concernant ce domaine montrent que ce hameau comptait alors une population de 14 feux et qu’il était spécialisé dans l’exploitation du bois30.

  • 31 Laiou, Agrarian Economy, p. 314 : « Land clearance and the placing of uncultivated land under cerea (...)
  • 32 Pour la seconde moitié du xiiie siècle, on possède moins d’informations, mais on sait, par exemple (...)
  • 33 Ibid., no 31 (1301), l. 62-65.
  • 34 Lavra II, no 108, l. 587.
  • 35 Docheiariou, p. 145-146.
  • 36 Vatopédi II, no 97, l. 13-14.

19Certains de ces défrichements furent réalisés par les paysans, peut-être dans le but d’augmenter leurs tenures, mais il ne fait aucun doute que la plupart d’entre eux étaient dus à l’initiative d’un puissant31. Pour la première moitié du xive siècle, les actes parlent souvent de défrichements réalisés par les grands propriétaires32 : par exemple, au début du xive siècle, le monastère de Vatopédi avait installé des paysans dans un kellydrion appelé Boditza, situé dans la commune du village de Sémalton, en Macédoine orientale, pour le mettre en valeur33. Un praktikon de 1321 mentionne une terre appartenant au monastère de Lavra, située dans la commune d’Hermèleia, qui avait été récemment défrichée34. Le hameau de Rousaiou en Chalcidique occidentale avait été repeuplé à l’initiative du monastère de Docheiariou avant 133835. Enfin, un acte de 1348 dit que les parèques de quelques puissants habitant Thessalonique s’étaient installés près du métoque de Vatopédi à Hermèleia et y avaient défriché plusieurs champs36.

  • 37 Lefort, Population et peuplement, p. 77 [242] : « L’image qu’on peut se faire de la Macédoine orien (...)
  • 38 Les actes suggèrent en effet un essor remarquable de la population : par exemple, les praktika du (...)
  • 39 Lefort, Les villages de Macédoine orientale, p. 294 [494].

20La fondation de ces hameaux a répondu non seulement à la nécessité d’exploiter de nouvelles terres, mais à une abondance démographique dans certaines régions de l’Empire ; ce facteur a aussi favorisé l’extension de la surface cultivée. En effet, beaucoup d’historiens ont décrit le monde byzantin de la première moitié du xive siècle comme un monde « plein »37, dans lequel le réseau de villages était devenu assez dense38. La preuve en est que la plupart des hameaux récemment fondés étaient localisés dans des lieux assez peu propices à l’habitat, à savoir près des côtes, au centre de dépressions ou en altitude39.

Les investissements à l’intérieur du grand domaine

  • 40 Laiou, Agrarian Economy, p. 352 et suiv. Pour les biens monastiques en particulier, voir Smyrlis, L (...)
  • 41 J. L. Teall, Byzantine Agricultural Tradition, DOP 25, 1971, p. 35-59, ici p. 42-44, et Lefort, L’ (...)
  • 42 Pour la distinction entre ces deux termes, voir l’exposé très complet de S. Dmitriev, Melioration (...)

21Outre l’extension des cultures, l’aménagement d’un domaine est aussi un moyen d’en accroître la production agricole. Il s’agit d’améliorer le rendement d’un terrain grâce à la construction de bâtiments agricoles, de canalisations pour l’irrigation, de moulins, de pressoirs, mais aussi grâce à l’achat d’animaux de trait et de bétail et à la plantation de jardins et de vignobles40. C’est par exemple ce que conseillent les traités d’agronomie destinés aux grands propriétaires lettrés41. Les termes utilisés dans les sources pour désigner l’amélioration d’un bien foncier sont beltiôsis et kalliergia42.

  • 43 La charistikè consistait en la cession conditionnelle et temporaire d’un monastère à un laïc, visa (...)
  • 44 Michel Psellos, Scriptora minora, éd. E. Kurtz et F. Drexl, Michaelis Pselli Scripta minora, t. 2, (...)
  • 45 Kazhdan, Agrarnye otnošenija, p. 53, a souligné l’importance de l’irrigation dans l’agriculture byz (...)
  • 46 Un canal (hydragôgos) qui amène de l’eau jusqu’à un moulin est mentionné par exemple dans l’acte d (...)
  • 47 Voir, par exemple, Lavra II, no 98 (1301), l. 40 (hydromylôn). On connaît aussi dans les grandes v (...)
  • 48 T. G. Koukoulis, A Late Byzantine Windmill at Kythera, £ dans Φιλολάκων. Lakonian Studies in Honou (...)
  • 49 Lefort, Radolibos, p. 218 [184].

22Michaèl Psellos (1018-ca 1081) rapporte dans l’une de ses œuvres qu’il fit en sorte d’améliorer les revenus des biens du monastère de Mèdikion, qu’il avait acquis en tant que charisticaire43, à travers l’achat d’animaux de trait, la plantation de vignes et la construction de canaux44. De leur côté, les actes de l’Athos révèlent depuis le xie siècle des cas concrets illustrant les résultats des investissements de ce type. On relève par exemple des travaux qui indiquent une grande attention portée à l’irrigation des champs45 : les textes mentionnent des puits (pègadion) et des citernes (kisterna) qui servaient de réservoirs d’eau, des canaux (kanalos ou hydragôgos) conçus pour amener l’eau jusqu’aux moulins, pour irriguer quelques jardins ou pour drainer l’eau des zones marécageuses46. Des moulins (mylôn) étaient aussi installés au bord des ruisseaux47. Des moulins à vent apparurent dès la fin du xiie siècle48. De même, le modelé fut parfois modifié pour améliorer les conditions de culture ; on installait des terrasses sur les flancs des collines pour planter des jardins où pour d’autres types de cultures49.

  • 50 Sur les contrats de location de vignes, jardins et moulins, voir les remarques de Smyrlis, La fort (...)

23Aménagés par les grands propriétaires, les biens de ce type (moulins, jardins, vignes, etc.) étaient souvent cédés en location à des paysans ou à des entrepreneurs privés afin d’assurer leur mise en exploitation. Ces contrats de location ont été étudiés par quelques chercheurs qui ont mis en lumière les conditions d’entretien et le partage des revenus entre propriétaire et locataire50.

  • 51 Dmitriev, Melioration (cité supra, n. 42), p. 74-75.
  • 52 Au début du xive siècle, le monastère de Vatopédi et un certain Géôrgios Sékountènos s’étaient ass (...)

24Une autre forme d’amélioration pouvait consister en la cession à bail d’un terrain en friche pour sa mise en culture. Cela permettait à des propriétaires sans moyens de mettre en valeur leurs terres et d’en tirer un bénéfice net. Dans cette modalité de contrat, le locataire versait une somme peu élevée et gardait ainsi, sinon la totalité, du moins une grande partie du revenu. Par ailleurs, il était aussi responsable du versement de l’impôt au fisc, ce qui était hautement profitable pour le propriétaire51. Enfin, on trouve encore une troisième voie pour l’exploitation d’un bien, qui consistait en l’association de plusieurs personnes pour remettre un bien abandonné en état de production52.

  • 53 Sur les fortifications en milieu rural, voir en premier lieu Lefort, Habitats fortifiés. On en a c (...)

25Indirectement liée à l’amélioration d’un terrain, la construction de tours et de fortifications se faisait aussi à l’initiative des grands propriétaires. On commence à avoir des attestations de ce type de bâtiments dès le ixe siècle, mais c’est à partir du xive, en raison du contexte politique, que leur nombre se multiplie. Ces tours et ces fortifications servaient principalement à assurer un refuge aux paysans en cas d’attaque ennemie et à stocker une partie de la récolte en vue de sa commercialisation ultérieure sur les marchés53.

Exemple de mise en exploitation d’un grand domaine : la fondation monastique de Théodôros Sarantènos à Berroia (1325)

  • 54 Sur le Prodrome de Berroia et son patrimoine, voir en premier lieu Smyrlis, La fortune, p. 84.
  • 55 Vatopédi I, no 64.
  • 56 Ibid., no 68.
  • 57 Vatopédi II, no 82.

26On a vu que les sources de la première moitié du xive siècle font état, de manière fréquente, des nouveaux défrichements et des investissements dans le cadre de la propriété foncière, ce qui témoigne d’une continuité de la tendance initiée au xe siècle. Pour illustrer ce processus, j’ai choisi un dossier tiré des archives du monastère de Vatopédi et relatif aux biens du monastère de Saint-Jean-Prodrome de Berroia, fondation de l’aristocrate Théodôros Sarantènos dans le premier quart du xive siècle54. La pièce principale de ce dossier est le testament de Sarantènos, rédigé en 1325, par lequel il lègue une partie de sa fortune à sa fondation de Berroia55. On a aussi conservé un chrysobulle d’Andronic III de 132956 mentionnant la cession de ce monastère, avec l’ensemble de ses biens, au couvent athonite de Vatopédi, ainsi qu’un praktikon de 1338 donnant une description du patrimoine foncier du Prodrome à cette époque57.

  • 58 Sur Sarantènos et sur l’histoire de la fondation, voir Vatopédi I, p. 348-349.

27Théodôros avait servi dans l’armée de l’empereur Andronic II (1282-1328). Il atteignit le faîte de sa carrière en 1324, lorsqu’il obtint le titre de pansébastos et, un an plus tard, celui de skoutérios. Il avait épousé Eudokia Komnènè Doukaina Angélina, issue de la plus haute aristocratie de l’Empire, qui mourut avant 1325. Le couple, dit le testament de Théodôros, avait eu de nombreux enfants, mais aucun d’entre eux n’avait survécu. C’est pourquoi les époux avaient décidé de fonder un monastère dédié au Prodrome, accomplissant ainsi le vœu du frère de Théodôros, Iôannès Sarantènos, qui était mort au combat. Le testament dit que la femme de Théodôros, Eudokia, avait dirigé les travaux de construction du monastère pendant que Théodôros séjournait à Constantinople auprès de l’empereur. Après la disparition de son épouse, Théodôros était rentré à Berroia pour achever les travaux et s’y retirer comme moine. Ce fut alors qu’il établit son testament afin de prescrire ce qui était nécessaire à l’entretien de l’institution. Quelques années plus tard, en 1328, Théodôros, craignant peut-être pour le devenir de sa fondation en raison des aléas de la guerre entre Andronic II et Andronic III, décida d’en faire donation au puissant monastère athonite de Vatopédi où il se retira et mourut peu après, en 133058.

28Le testament de 1325 dresse l’inventaire des biens légués au monastère du Prodrome de Berroia. Il débute par la liste des biens meubles, suivie de celle des champs et des bâtiments. Théodôros Sarantènos avait en fait transformé sa maison d’habitation à Berroia en monastère, en lui adjoignant une église et des cellules ; lui-même habitait une maison à étage (anôgaiokatôgon ou ospètion) à l’intérieur de la cour. Il s’agissait sans doute d’appartements de luxe, dans lesquels Sarantènos vivait entouré de serviteurs. Pour maintenir son train de vie, sans doute plus modeste que lorsqu’il était dans le siècle, il s’était réservé une partie des revenus des biens dont il avait doté sa fondation.

29Trois groupes de grands domaines, qualifiés de zeugèlateia, constituaient le gros de la fortune foncière du nouveau monastère :

  • Deux zeugèlateia dits respectivement de Komanitzè et Néochôrion59 qui provenaient de la dot de l’épouse de Théodôros. Ces domaines étaient situés à plusieurs kilomètres à l’est de Berroia et ils avaient été vraisemblablement gagnés sur la forêt qui couvrait encore en 1325 une partie de la terre cultivable. En effet, le texte mentionne des exploitations de bois (hylokopia). De plus, le toponyme « Néochôrion » doit faire allusion à un terrain récemment mis en exploitation et des défrichements (ékleiômata) effectués sur une partie de ces domaines sont également mentionnés60. En 1338, les deux domaines comportaient au total 3 600 modioi de terre de culture, 1 000 modioi de forêt (longos) et 20 modioi de vignes. Lorsque le Prodrome passa à Vatopédi, en 1329, les moines de ce monastère athonite y firent construire une tour. La délimitation de 1338 mentionne un canal d’irrigation (agôgos) qui descendait du ruisseau nommé Basilikos Potamos jusqu’à ces deux domaines61. Au sud, leur limite suivait un ruisseau (potokos) qui servait sans doute aussi à l’arrosage des cultures.
  • Le zeugèlateion de Skoteinou était aussi localisé à l’est de Berroia, mais plus près de la ville que ceux de Komanitzè et Néochôrion. Il avait appartenu à l’épouse du frère de Théodôros62. Avant 1325, le testament dit que ce bien ne comptait que 40 modioi de terre, mais que Théodôros l’avait accru grâce à l’acquisition de quelques parcelles voisines, jusqu’à constituer un champ de 200 modioi (250 en 1338). Sur ce domaine, il y avait une vigne, trois moulins formant un seul bâtiment63 et une tour construite peu avant 1338 par Vatopédi.
  • Le zeugèlation de Kritzista était localisé beaucoup plus à l’est de la ville de Berroia. En 1338, il comportait une surface de 840 modioi de terre arable et 1 000 modioi de terre marécageuse qui servaient de pâturage. Un village appelé Kritzista est mentionné à l’extérieur du domaine et ne semble pas avoir appartenu au monastère.
  • 64 Vatopédi II, no 82 l. 40-48 : 18 feux.
  • 65 Vatopédi I, no 68, l. 97-98. Le nombre de familles paysannes n’est pas précisé dans l’acte.

30Soulignons également, parce que ceci est important pour connaître l’état d’exploitation de ces terres, que le praktikon de 1338 mentionne des paysans installés (proskathèménoi) dans les domaines de Komanitzè et Néochôrion64 et le chrysobulle de 1329 des proskathèménoi à Kritzista65.

  • 66 Dans le cas de patrimoines plus vastes, par exemple ceux des grands monastères qui possèdent plus (...)

31La description des biens du monastère du Prodrome de Berroia, fournie par ces actes, permet de connaître dans le détail l’organisation productive d’un grand patrimoine foncier et son mode de mise en valeur au début de l’époque des Paléologues. Dans la théorie, chaque grand domaine comptait un centre d’exploitation et plusieurs terrains localisés en divers endroits. Dans le cas du Prodrome de Berroia, le centre de l’exploitation foncière est constitué par l’ensemble de bâtiments édifiés autour de l’ancienne maison de Sarantènos, qui abritait le monastère du Prodrome, situé à l’intérieur de la ville de Berroia66. Quant aux terrains, le Prodrome de Berroia possédait trois grandes fermes (zeugèlateia), qui avaient été établies sur un terrain gagné sur la forêt et par l’acquisition de parcelles contigües. Les actes donnent des renseignements précis qui permettent de connaître les investissements réalisés afin d’améliorer leur état d’exploitation : un canal d’irrigation qui déversait l’eau d’un ruisseau, ainsi que des moulins, des vignes et deux tours. De plus, des paysans ayant été installés pour le travail des champs sont mentionnés pour deux de ces domaines. Cette mention de « paysans installés » pourrait impliquer une exploitation directe de la terre par le propriétaire, mais je préfère laisser ici de côté cette question, qui sera abordée dans un autre chapitre.

  • 67 Voir les remarques de Lefort, L’économie rurale, p. 462-463, sur la comptabilité domaniale.
  • 68 Smyrlis, La fortune, p. 20 : « Il apparaît que les fondateurs ou dirigeants monastiques ont emprunt (...)

32L’exemple de la fortune foncière du Prodrome de Berroia permet d’affirmer que les monastères pouvaient effectivement être de bons gestionnaires d’un vaste patrimoine foncier, visant à tirer un plus haut profit économique du sol67. Malheureusement, nous n’avons pas conservé une documentation semblable nous renseignant sur le mode d’exploitation des grands domaines des laïcs à la même époque. On connaît certes leur existence, sur laquelle les sources donnent des indications plus ou moins détaillées, mais qui ne permettent pas d’en comprendre le fonctionnement dans le détail. Il est néanmoins vraisemblable que le mode d’exploitation d’un bien par un aristocrate était proche de la mise en valeur des biens ecclésiastiques, puisque les fondateurs de ces établissements monastiques étaient des grands propriétaires, comme dans le cas du Prodrome de Berroia, et l’un des buts motivant la fondation d’une telle institution était la préservation d’une partie des fortunes aristocratiques68.

33Le mode d’investissement dans la propriété foncière et les dépenses effectuées pour sa mise en valeur dénotent l’importance économique que la société byzantine attribuait à l’exploitation foncière et à la production agricole. D’autres exemples semblables à celui du Prodrome permettent d’affirmer qu’au début de la période des Paléologues, la terre constituait le principal capital financier et qu’elle était l’assise économique la plus importante des couches supérieures de la société. Il resterait à savoir quels étaient les taux de rendement de la terre afin de connaître le bénéfice qu’elle rapportait au propriétaire et au locataire. Toutefois, nous ne pouvons guère émettre à ce sujet que quelques hypothèses.

Les rendements agricoles des tenures paysannes à l’époque tardobyzantine

  • 69 Svoronos, Cadastre, p. 141, et surtout Id., Structures, p. 57, n. 32.
  • 70 Kaplan, Les hommes et la terre, p. 82, a conclu à des rendements encore plus bas mais pour une époq (...)
  • 71 Kondov, Weizenertrag, p. 108-109.
  • 72 Lefort, L’économie rurale, p. 424. Pour le passage du rendement au grain à un rendement en quintaux (...)
  • 73 Xéropotamou, no 9.
  • 74 Lefort, L’économie rurale, p. 424.

34Des données précises nous manquent sur les rendements agricoles des campagnes byzantines. Toutefois, l’historiographie a essayé de calculer la production en céréales par modios de terre. On a traditionnellement envisagé un rendement plutôt pauvre. Nicolas Svoronos69, suivi par d’autres historiens, a calculé un rendement de 3 ou 3,5 grains pour 1 semé70. Un autre historien, Nicolas Kondov, a toutefois mis en doute la pertinence de ces estimations et proposé, en se fondant sur des arguments agronomiques, un rendement plus élevé, allant de 4,2 à 5,2 grains71. Jacques Lefort accepte les chiffres proposés par Kondov car il en trouve confirmation dans certains actes de la pratique : sur la base, une fois encore, du cas bien étudié du village de Radolibos, la dimension des tenures au début du xiie siècle implique un rendement minimum de 5,3 quintaux de céréales à l’hectare72 ; pour la Chalcidique au xiiie siècle, le testament de Skaranos73 suppose un rendement presque semblable, de 5,4 quintaux d’orge à l’hectare74.

  • 75 Un agronome anonyme anglais de l’époque médiévale avance les rendements suivants : 1 : 8 pour l’or (...)

35Il s’agit là de chiffres élevés mais qui paraissent néanmoins vraisemblables puisqu’ils se rapprochent des données dont on dispose pour d’autres régions d’Europe à la même époque75. De plus, le fait que la pression fiscale supportée par la classe paysanne à l’époque tardive soit relativement élevée implique des rendements assez considérables, d’autant plus que, durant la période allant jusqu’au début du xive siècle, on sait que les paysans vivaient dans une certaine aisance économique. Les actes de la pratique révèlent que le cultivateur byzantin, depuis le xiie jusqu’au milieu du xive siècle, était, dans la plupart des cas, propriétaire de quelques biens meubles (surtout du bétail) et immeubles (vignes, jardins, quelques parcelles de terre, maisons, etc.). L’acquisition de ces biens suppose une disponibilité en argent et en conséquence un surplus qui ne peut s’expliquer, compte tenu de la charge fiscale, que si l’on accepte un rendement supérieur à 4 grains pour un.

  • 76 Lefort, L’économie rurale, p. 468-470.

36En effet, en se fondant sur des actes concernant la Macédoine orientale, Lefort a postulé l’existence d’un surplus équivalent à 23 % de la production dans le cas du propriétaire de la terre et à 14 % pour un locataire. Pour ses calculs, il a admis qu’un feu paysan composé de 4,3 membres et muni d’une paire de bœufs (zeugaratos) cultivait en moyenne une terre de 80 modioi, laissant en jachère 3/8 de cette terre, c’est-à-dire qu’il labourait une superficie égale à 50 modioi (environ 6 hectares). Quant au taux de prélèvement fiscal, Lefort a supposé qu’il était de 25 % dans le cas du propriétaire et 36 % dans le cas du locataire76.

  • 77 Patmos II, no 50. Cette distribution « théorique » de la surface cultivée est celle proposée par S (...)
  • 78 L’acte dit que toute la terre est de première qualité.
  • 79 Pour ce praktikon de 1073, Lefort a considéré, en appliquant les mêmes barèmes que pour la Macédoi (...)
  • 80 Ce résultat est assez élevé et contredit Svoronos, Structures, p. 58-60, qui avait supposé que ces (...)

37Les estimations de Lefort semblent pertinentes, mais elles ne sont peut-être pas applicables à l’ensemble des territoires de l’Empire. Par exemple, un praktikon de 1073 relatif à la région de Milet mentionne une tenure paysanne plus vaste, de 230 modioi, qui était sans doute exploitée par un paysan muni d’un attelage. Les dimensions de cette tenure permettent de penser que, compte tenu du nombre de paysans travaillant sur ce domaine, l’ensemble de la terre cultivable (5 525 modioi) devait être distribuée, théoriquement, en tenures d’au moins 150 modioi pour chaque zeugaratos, 100 modioi pour chaque boïdatos (possesseur d’un seul bœuf) et 75 modioi pour chaque aktèmôn (ne possédant aucun animal de trait)77. Dans ces cas-là, les revenus devaient être plus élevés que dans les cas étudiés par Lefort ; non seulement parce que ces tenures sont plus grandes, mais aussi parce qu’il s’agit de terres plus fertiles78. D’ailleurs, le taux des loyers versés est aussi supérieur à celui connu en Macédoine. Le surplus, obtenu en appliquant les mêmes calculs que Lefort79, peut atteindre les 6 nomismata pour un locataire zeugaratos, ce qui constitue un revenu très considérable80.

38Toutefois, il faudrait peut-être envisager pour d’autres régions des rendements nettement plus bas. Il convient en effet de prendre en compte non seulement la qualité du sol et les conditions climatiques, mais aussi les types de culture. Enfin, il faut supposer que les rendements ont dû augmenter entre le xie et le xive siècle, peut-être de manière significative, grâce aux investissements et à une meilleure gestion de la propriété foncière.

  • 81 Comme l’a aussi fait remarquer Oikonomidès, Fiscalité, p. 134 : « Lorsqu’on parle de parèques, il (...)

39Pour conclure, rappelons qu’un paysan de l’époque tardobyzantine, possédant un ou deux bœufs pour labourer sa terre, disposait d’un surplus annuel plus ou moins important qui lui permettait d’acheter des biens meubles et immeubles. L’importance de ces biens que le paysan possédait en pleine propriété doit d’autant plus être soulignée qu’elle a servi à arrondir les revenus des paysans et à compléter leur alimentation81. Ces hauts rendements ont permis de soutenir une fiscalité foncière plutôt élevée et des versements réguliers à l’État et aux grands propriétaires.

2. Un ralentissement du rythme de la croissance économique

40La croissance économique qui se poursuit dans la première moitié du xive siècle s’interrompt de manière abrupte au milieu du siècle, en raison de l’irruption de la peste noire et des événements politiques et militaires liés à la deuxième guerre civile byzantine (1341-1354). Toutefois, dès le début du xive siècle, parallèlement à l’essor démographique et aux hauts rendements agricoles, certains indices trahissent les premiers signes d’un ralentissement du rythme de la croissance. L’histoire de Byzance est, sur ce point aussi, proche de celle de l’Europe occidentale.

41Certains historiens ont parlé d’une conjoncture défavorable, associant guerres, épidémies et accidents météorologiques qui semblent fréquents dans cette première moitié du siècle. Mais leur impact sur l’économie a peut-être été exagéré et les causes de ce ralentissement paraissent avoir été plus profondes. Elles peuvent tenir à une véritable transformation du modèle de croissance qui aurait commencé à s’épuiser dès le début du xive siècle, voire plus tôt.

La rupture d’un équilibre précaire : la montée des prix du marché

  • 82 Harvey, Economic Expansion.
  • 83 Une estimation des prix du marché doit tenir compte également de la dévaluation de l’hyperpre qui, (...)

42On a vu que la croissance démographique se poursuivit, de manière presque ininterrompue, du xie jusqu’à la première moitié du xive siècle82, période pendant laquelle, mis à part quelques épisodes spécifiques, les campagnes byzantines connaissent leur plus forte densité d’occupation. Cet essor de la population a entraîné une augmentation de la demande en produits agricoles et, de ce fait, le besoin d’accroître les rendements. C’est pourquoi de nouvelles terres ont été défrichées et exploitées et des investissements effectués à l’intérieur des domaines. Or, il semblerait que l’extension de la surface cultivée et les rendements agricoles atteignent leur limite au début du xive siècle, lorsque l’on commence à exploiter des terres médiocres et d’accès plus difficile, provoquant un déséquilibre entre la croissance démographique et la production agricole. Logiquement, ce déséquilibre conduit dans un premier temps à une montée rapide du prix des denrées83.

  • 84 Pour une évolution du prix du blé, on consultera en dernier lieu Morrisson, Cheynet, Prices and Wa (...)
  • 85 La valeur de l’hyperpre de Crète n’est pas tout à fait la même que celle de l’hyperpre de Constant (...)
  • 86 Les calculs sont toujours faits en modioi thalassioi.
  • 87 Pour l’évolution du prix du blé en Crète aux xiiie-xive siècles, voir D. Tsoungarakès Ἡ σιτικὴ πολ (...)

43Entre le ixe et le xie siècle, on sait que le prix du blé resta stable, à environ 1/12 de nomisma par modios, mais qu’il augmenta vers la fin du xie siècle en raison des troubles politiques84. Faute de sources, l’évolution des prix pendant le xiie et le xiiie siècle nous échappe, mais elle a dû être marquée par la stabilité. Les données deviennent plus nombreuses dès la fin du xiiie. Durant cette période, on constate d’abord une relative stabilité, puis une montée rapide des prix dans toute l’aire égéenne : par exemple, en Crète pour laquelle on possède beaucoup d’informations, en 1271 le prix du blé était de 1/10 d’hyperpre85 par modios86, au début du xive siècle de 1/6 d’hyperpre et en 1344 de 1/4 d’hyperpre ; pour l’orge, un modios valait 1/15 d’hyperpre en 1271 et 1/4 en 136787. On est là devant une progression spectaculaire.

  • 88 Pour l’année 1366, on connaît aussi d’autres prix pour le blé à Constantinople : 3/8 d’hyperpre le (...)
  • 89 En 1289-1290, le prix du blé à Caffa était de 1/18 d’hyperpre de Constantinople (Balard, Actes de (...)
  • 90 Il s’agit des informations qui concernent l’ensemble de la « Romanie », terme qui désigne générale (...)

44On possède moins d’informations pour les territoires de l’Empire byzantin, mais on devine là aussi une forte augmentation : entre la fin du xiiie et le début du xive siècle, le prix du blé sur le marché de Constantinople passa de 1/13 d’hyperpre (moins qu’au xie siècle) à 1/4 d’hyperpre en 1343 et en 136688. Pour d’autres régions de l’aire économique byzantine, on possède des informations pour la fin du xiiie siècle qui donnent un prix de 1/18 ou 1/20 d’hyperpre le modios de blé, ce qui est un taux assez bas89, et de 1/3 ou encore 1/2 hyperpre en 1346-134790.

  • 91 Sur l’essor de la demande occidentale en produits agricoles dans l’Empire byzantin au xive siècle, (...)

45Malgré la pauvreté de notre documentation et en tenant compte des fluctuations monétaires et des crises périodiques qui ont pu affecter l’évolution des prix du marché, la tendance est évidente et montre que la première moitié du xive siècle a connu une forte hausse du prix des céréales. Les causes de cette évolution doivent être cherchées en premier lieu dans cet essor de la population qui a probablement entraîné à cette époque une demande excédant de plus en plus fréquemment les possibilités de la production agricole. Mais on peut également invoquer d’autres raisons qui ont dû contribuer à accentuer la courbe ascendante des prix, par exemple l’existence, dès la fin du xiiie siècle, d’une forte demande des pays occidentaux en produits agricoles91.

Vers un appauvrissement de la paysannerie

46La montée des prix agricoles ne s’est pas accompagnée d’une augmentation du revenu net du paysan byzantin parce que, à cette époque, il disposait individuellement de moins de terres à labourer, d’abord en raison de l’essoufflement de la mise en valeur de nouvelles terres, ensuite du fait d’une plus grande fragmentation du patrimoine paysan, elle-même provoquée par la croissance démographique.

  • 92 Laiou, Peasant Society, p. 207-208, relève aussi un appauvrissement de la paysannerie byzantine au (...)

47L’augmentation des prix du marché a donc bouleversé l’économie paysanne. L’agriculteur a dû consacrer plus d’argent à se nourrir, alors même qu’il disposait de moins de terres à travailler en raison de la surcharge démographique, et, par conséquent, de moins de surplus à écouler sur le marché. Cette situation a tourné au cercle vicieux et les paysans se sont trouvés contraints de vendre les biens dont ils étaient propriétaires, ce qui a mis un terme à cette « micropropriété paysanne » dont on a relevé l’importance pour l’économie paysanne de la période antérieure. En effet, une comparaison entre les praktika de la fin du xiiie ou du début du xive siècle et ceux du milieu du xive siècle montre que les paysans mentionnés par ces derniers détiennent moins de biens en propriété, alors que le nombre de feux n’a pas cessé d’augmenter92.

  • 93 Le nombre de familles a continué à s’accroître, même si leurs membres sont devenus moins nombreux. (...)
  • 94 Lefort, Population et peuplement, p. 76-77 [242].

48Constatons aussi un phénomène démographique : d’après les praktika, le nombre d’enfants par foyer paysan a commencé à diminuer à partir du deuxième quart du xive siècle93. Cela n’est probablement pas dû à une hausse de la mortalité, mais, comme l’a signalé Lefort, plutôt à une forte émigration provoquée par la pression démographique et le contexte économique. Il semblerait que, à cette époque, les tenures paysannes ne pouvaient plus nourrir l’ensemble des membres du foyer et que des enfants arrivés à l’âge adulte étaient ainsi contraints d’abandonner la maison familiale94. L’existence de cette migration « forcée » implique qu’à cette époque il n’y avait plus aucun revenu net pour le paysan et que la fragmentation de la propriété paysanne avait atteint son niveau maximal.

49La réduction progressive des biens tenus en propriété individuelle et la division des feux montrent à quel point la société paysanne byzantine était vulnérable au début du xive siècle. La conjonction de plusieurs facteurs avait entraîné un appauvrissement notable des couches inférieures de la société rurale et cela en quelques décennies à peine. Les premiers à tirer profit de cette situation furent les grands propriétaires, aristocrates et grands monastères.

La concentration des terres aux mains des puissants

50Les archives monastiques, en particulier celles de l’Athos, conservent pour cette époque plusieurs séries d’actes de vente établis par des paysans en faveur de grands propriétaires. Cela révèle l’appauvrissement de la paysannerie qui a dû vendre ses derniers biens pour survivre. Le prix peu élevé des terres, dont ces actes témoignent, est significatif de la rapidité du processus qui a poussé de nombreux agriculteurs à aliéner leurs biens dans un intervalle de temps très bref.

  • 95 Laiou, Agrarian Economy, p. 316.

51En effet, on ne peut pas suivre Angéliki Laiou lorsqu’elle écrit dans l’EHB (2002) que « the fact that the price of land in the countryside remained stable, or even decreased if the devaluation of the coinage is taken into account, suggests that there was no major overall demographic pressure95 ». Paradoxalement, la chute du prix de la terre est au contraire liée à la pression démographique, parce que celle-ci a provoqué la ruine des paysans et entraîné par conséquent un excès d’offre, inondant le marché de la terre de parcelles disponibles. Or les grands propriétaires sont les seuls en mesure d’acquérir ces biens, imposant les conditions et les prix de vente.

  • 96 Ead., H διαμόρφωσι, p. 343.
  • 97 MM IV, p. 399-411. Le prix de ces vignes est de 9-10 hyperpres le modios, ce qui est une valeur be (...)

52Laiou est revenue plus en détail sur la question du prix de la terre à Byzance dans un article paru en 2003, dans lequel elle n’a pas évoqué la question démographique, mais a voulu simplement constater que, contrairement à la période mésobyzantine, lorsque l’État jouait encore un rôle prédominant dans l’économie de l’Empire, la période tardive a vu le prix de vente des biens fonciers échapper à ce contrôle étatique et s’adapter aux conditions du marché, parfois en marge de la loi96. Elle a attiré l’attention sur une série d’actes de vente établis en 1271 et 1272, par lesquels plusieurs paysans de la région de Thessalie vendent leurs vignes à un couple d’aristocrates, Nikolaos Maliasènos et sa femme, qui voulaient doter leur nouvelle fondation du monastère du Prodrome de Néa Pétra. Dans ces actes, les paysans invoquent leur pauvreté comme la raison qui les a contraints à vendre leurs champs et assurent que le prix de vente était tellement élevé qu’ils ont décidé de faire donation au monastère de plus de la moitié du montant réel97.

  • 98 La loi de la protimèsis avait constitué depuis le ixe siècle un moyen de freiner l’expansion de la (...)

53En réalité, l’allusion à un prix de vente très élevé et à la donation d’une partie de ce prix à une institution ecclésiastique cache, comme l’a montré Angéliki Laiou, une ruse juridique pour contourner la loi sur la protimèsis. Cette loi sur la préemption en matière de transactions foncières prévoit que le vendeur d’une terre doit d’abord proposer celle-ci à ses voisins98. En proposant un prix nettement supérieur à celui du marché, le propriétaire s’assurait qu’aucun voisin n’accepterait la proposition d’achat et il était donc ensuite libre de vendre son bien à la personne de son choix. Une fois que les voisins déclinaient leur droit d’achat privilégié, le propriétaire rabaissait le prix de vente, en faisant don à l’acheteur de la différence entre le prix de départ et le prix réellement acquitté. Généralement, les bénéficiaires de ces donations furent les institutions pieuses, ce qui donnait plus de garanties à la transaction et évitait les contestations de la part des voisins. C’est pourquoi il n’est pas étonnant de voir en premier lieu les grands monastères bénéficier de la vente des terres par les paysans dans la première moitié du xive siècle.

  • 99 Les archives de Vatopédi ont conservé une série de 110 actes de vente de terres situées près de Se (...)

54En effet, le cas de ces actes de vente établis par des paysans de Thessalie ne constitue pas une exception. On possède d’autres exemples qui témoignent d’accords passés entre paysans et grands propriétaires afin d’abaisser le prix de vente des biens fonciers. Ces exemples permettent de mesurer la difficulté à laquelle sont confrontés les historiens lorsqu’ils cherchent à établir l’évolution du prix de la terre à partir des actes conservés. Ils révèlent aussi les formes de contrainte employées par les grands propriétaires pour obliger les paysans à vendre leurs biens dans des conditions peu favorables pour ces derniers99.

55Afin de compléter la description du contexte dans lequel se sont produites ces transactions et de mieux comprendre les raisons qui ont poussé les paysans à aliéner la plupart de leurs biens fonciers, il faut évoquer des facteurs conjoncturels qui ont contribué à dégrader davantage la situation financière de la société rurale. On parlera ici des guerres et des conditions climatiques, particulièrement défavorables à cette époque. Si ni les unes ni les autres n’expliquent à elles seules cet appauvrissement de la paysannerie, elles rendent plus cohérent le comportement des cultivateurs qui se sont débarrassés de leurs biens à n’importe quel prix, cherchant par-là à gagner aussi la protection des puissants.

Un contexte défavorable : inclémence climatique et insécurité des campagnes

  • 100 Vatopédi I, no 43.
  • 101 Ibid., no 43/VI-VIII.
  • 102 Ibid., no 43/XXI, l. 109-110.

56Entre 1308 et 1312, quelques habitants du village de Hiérissos ont vendu et donné des champs au monastère de Vatopédi100. Certains d’entre eux évoquent les raisons qui les ont poussés à aliéner leurs terres : trois actes d’avril 1308 mentionnent une famine qui a contraint des paysans à vendre leurs terres au monastère et ensuite à y chercher refuge101. Un acte, qui n’est pas daté, parle aussi d’une disette et l’attribue à « la dureté du temps » (βία τοῦ καιροῦ)102, expression qui selon les éditeurs du volume I des Actes de Vatopédi peut témoigner de conditions météorologiques difficiles, ayant entraîné une mauvaise récolte en 1307, et celle-ci la famine à laquelle feraient allusion ces trois actes d’avril 1308.

57Beaucoup d’historiens ont en effet évoqué la conjoncture climatique pour expliquer un plus faible rendement des activités agricoles durant la première moitié du xive siècle. On a même parlé à ce propos d’un « petit âge glaciaire ». Il convient toutefois de préciser que ce ne sont pas ces variations thermiques qui ont dû affecter notablement les rendements, car un hiver rude n’est pas forcément mauvais pour la récolte : les basses températures accélèrent la minéralisation de l’humus. En revanche, lorsque les sources parlent de la rudesse du temps, il faut plutôt penser à une plus forte pluviosité, qui a pu effectivement gêner les labours.

  • 103 Ibid., no 49.
  • 104 Sur l’évolution du climat dans les régions de l’Empire byzantin, voir J. Telelis, Medieval Warm Pe (...)

58Or, il est vrai que les sources byzantines parlent fréquemment de pluies torrentielles durant la première moitié du xive siècle : par exemple, une forte crue est attestée peu avant 1317 dans les environs de Thessalonique103 et, durant les années 1341-1343 et 1349-1350, on connaît de fortes pluies pour la Thrace et la Macédoine104.

59Ces exemples, loin de faire l’inventaire complet des intempéries ayant eu lieu à cette époque, doivent être interprétés comme des indices d’une notable dégradation climatique qui, à partir du début du xive siècle, a dû détériorer davantage les conditions de la production agricole. De manière générale, il est probable que cette conjoncture climatique défavorable ait contribué à rendre les conditions de vie des paysans plus difficiles. Les intempéries et un certain abaissement de la température ont dû affaiblir leur système immunologique et provoquer des maladies, non seulement en raison des virus, mais aussi d’une alimentation moins riche.

  • 105 Vatopédi I, no 43/VIII, l. 51.
  • 106 Pour les effets des incursions de la compagnie catalane dans les provinces de l’Empire byzantin, v (...)
  • 107 Muntaner, Crónica catalana, § 233 ; trad. Barberà, p. 120 : « [La compagnie] arriva à un cap nommé (...)
  • 108 M. Živojinović, Žitije arhiepiskopa Danila II kao izvor za ratovanja Katalanske kompanije (avec ré (...)

60Ce ne fut toutefois pas la seule cause des difficultés conjoncturelles rencontrées par la paysannerie à cette époque. Un autre acte, tiré lui aussi de la série d’actes de vente des paysans de Hiérissos à Vatopédi et daté également d’avril 1308, mentionne comme cause d’une vente une « crainte » (φόβος)105 que les éditeurs du volume I des Actes de Vatopédi ont mise en rapport, à juste titre me semble-t-il, avec l’arrivée des soldats de la compagnie catalane en Macédoine. En effet, on sait que cette compagnie de mercenaires, engagée par l’empereur Andronic II pour combattre les Turcs en Asie Mineure, provoqua de nombreuses dévastations dans les territoires de l’Empire. Partis de Gallipoli à l’été 1307, les Catalans se dirigèrent vers la Thrace puis arrivèrent en Macédoine, détruisant tout sur leur passage106. Ils s’installèrent dans la presqu’île de Kassandreia et de là, dans la seconde moitié de 1307, en 1308 et au début de 1309, lancèrent des attaques contre la Chalcidique et en direction de Thessalonique107. On connaît des incursions catalanes jusqu’à l’Athos à travers la vie de l’archevêque Danilo II, qui était à l’époque higoumène du couvent de Chilandar108.

  • 109 Voir par exemple les réflexions de Jacoby, Démographie, p. 178-179, et Laiou, Peasant Society, p.  (...)
  • 110 D. Duran i Duelt, La companyia catalana i el comerç d’escleus abans de l’assentament als ducats d’ (...)
  • 111 Voir un passage de Pachymérès concernant la situation en Bithynie au début du xive siècle : « Mais (...)
  • 112 Voir par exemple l’acte de Lavra II, no 100 (1305), par lequel le monastère de Lavra reçoit un mon (...)

61Les incursions des Catalans en Macédoine dans les années 1307-1309 ont certainement provoqué des dégâts dans l’appareil de production agricole de la région109. Les sources notariales vénitiennes attestent la revente comme esclaves en Crète de nombreux Grecs capturés par la compagnie en Thrace et en Macédoine110. Or cet épisode ne constitue pas un cas isolé puisque d’autres attaques sont attestées par les sources de l’époque, qui parlent de ravages fréquents et de dévastations. À partir de la perte de l’Asie Mineure, au début du xive siècle, le climat d’insécurité dans l’Empire s’est accru111 : l’installation d’émirats turcs sur les côtes asiatiques favorisa les activités de la piraterie contre les côtes et les îles de l’Égée112. Enfin, la pression des Serbes, Bulgares et Latins sur les frontières des Balkans s’accrut sans cesse tout au long de la période.

62L’impact que ces raids du début du xive siècle ont pu avoir sur la société paysanne et sur les conditions d’exploitation de ses biens fonciers est difficile à mesurer. Certes, les allusions dans les sources aux ravages dans les campagnes sont assez explicites et indiquent qu’ils ont dû avoir des effets considérables, obligeant beaucoup de paysans à quitter leur lieu d’habitation et à chercher refuge ailleurs. Mais leurs conséquences sur la démographie paysanne sont peut-être à nuancer, car il s’agit pour la plupart d’épisodes sporadiques. En effet, on a déjà vu que les actes fiscaux de la période ne témoignent pas d’une véritable chute de la population jusqu’au milieu du xive siècle, lorsque les longues années de guerres et surtout l’irruption de la peste noire ont dû en effet réduire considérablement le nombre d’habitants de l’Empire.

La rétraction progressive des frontières : la perte du patrimoine foncier et la concentration des hommes dans la partie européenne de l’Empire

  • 113 Il faut penser que jusqu’au dernier tiers du xiiie siècle, l’empire de Nicée puis l’Empire byzanti (...)

63Dès la fin du xiiie siècle, un autre phénomène affecte l’état des campagnes : la contraction considérable des frontières de l’Empire, entraînant la réduction du nombre de terres disponibles et un afflux massif d’émigrés dans les territoires qui restaient sous domination byzantine113.

  • 114 Pour les événements politiques de la période, voir Laiou, Constantinople and the Latins.
  • 115 Concernant l’évolution de la frontière orientale sous le règne de Michel VIII, voir G. Arnakis, By (...)

64C’est surtout durant le long règne de l’empereur Andronic II (1282-1328) que Byzance a connu un fort rétrécissement de son territoire, particulièrement en Orient avec la perte de l’essentiel des territoires asiatiques114. L’histoire de ces événements a été bien retracée par les historiens qui ont également évoqué les raisons expliquant la rapide détérioration de l’autorité byzantine dans la région115. Ce qui importe ici est de relever les conséquences de la perte de ces territoires pour la société rurale.

  • 116 Avant la Quatrième croisade, l’Asie Mineure constituait déjà la base de la fortune foncière de nom (...)
  • 117 Ces grands propriétaires apparaissent souvent dans le cartulaire de Lembos, qui concerne la région (...)

65Les provinces d’Asie Mineure avaient constitué l’assise principale des grandes fortunes de l’aristocratie et de l’Église jusqu’à la fin du xiiie siècle ; c’était là que les empereurs de Nicée avaient accordé des revenus à ceux qui avaient quitté Constantinople après 1204 et qui s’étaient repliés sur cet « empire en exil »116. Les familles des Komnènoi, Angéloi, Doukai, Tarchaneiôtai, Tornikioi, Mélissènoi, etc., possédaient de nombreux biens dans la région, situés en particulier près de Nymphée, véritable capitale de l’État de Nicée, et autour de Smyrne117.

  • 118 Pachymérès XI § 18 ; IV, p. 44713-19. Sur la perte de leurs biens fonciers par les puissants en Asi (...)
  • 119 Smyrlis, La fortune, p. 77-82.
  • 120 Patmos I, no 44 (1340) : ἀπώλεσεν ὑπὸ τῆς ἀνωμαλίας τοῦ καιροῦ τὰ προσόντα αὐτῇ κτήματα καὶ μετόχι (...)
  • 121 C’est le cas, par exemple, du couvent sur le mont Galèsion, qui disparaît des sources à cette époq (...)

66Dès le début du xive siècle, les sources témoignent des conséquences de l’invasion turque pour ces grands propriétaires. On connaît, par exemple, le cas de Michel IX, co-empereur d’Andronic II, qui fit compenser la perte de son patrimoine en Asie Mineure par la confiscation des biens du despote Michaèl Angélos, tombé en disgrâce, situés pour la plupart en Europe118. De nombreuses institutions religieuses, qui possédaient aussi des biens dans la région, subirent le même sort que l’aristocratie laïque. Ainsi, le monastère de Patmos, qui détenait près de Milet (Palatia) plusieurs domaines d’une superficie supérieure à 13 000 modioi119, se vit privé de ce patrimoine foncier par la conquête turque. C’est du moins ce que laisse entendre le contenu d’un chrysobulle délivré par l’empereur Andronic III en faveur de ce monastère, par lequel Patmos est mis en possession d’un bien situé à Chios, le métoque de Saint-Thomas, « pour compenser, dit l’acte, les pertes de métoques et de domaines provoquées par les troubles du temps120 ». À la différence du couvent de Patmos qui était situé dans le Dodécanèse, la plupart des institutions religieuses qui se trouvaient en Anatolie non seulement perdirent leurs biens fonciers lors de la conquête mais finirent tout simplement par disparaître121.

  • 122 Voir par exemple la Vie de saint Grégoire le Sinaïte (BHG 722), éd. H.-V. Beyer, Kallist I Patriar (...)
  • 123 Pachymérès X § 26 ; IV, p. 3691-22.
  • 124 Laiou, The Provisioning of Constantinople. L’arrivée massive de population émigrée à Constantinople (...)
  • 125 Laiou, Peasant Society, p. 129.

67La perte de ces biens fonciers par l’aristocratie et par les institutions religieuses ne fut pas la seule conséquence de la conquête turque de l’Asie Mineure. Celle-ci entraîna aussi l’exode d’une partie de la population paysanne et urbaine de l’autre côté de l’Hellespont. Les Vies de saints de l’époque témoignent, en effet, de la fuite en masse d’habitants de l’Anatolie vers les territoires européens122. L’historien Pachymérès parle également de paysans traversant les Détroits en grand nombre123. On connaît du reste par la correspondance du patriarche Athanasios Ier (1289-1293 et 1303-1309) de nombreux exemples d’émigrés asiatiques à Constantinople au début du xive siècle et les difficultés qui en découlèrent pour l’approvisionnement de la capitale124. Beaucoup d’entre eux furent aussi engagés par les grands propriétaires pour travailler sur leurs domaines en Thrace et en Macédoine, en tant que main d’œuvre salariée125.

  • 126 Sur les compagnies d’armes, voir infra, p. 40-43. Certains de ces soldats passèrent aussi aux Turc (...)
  • 127 On sait que certains rejoignirent même la compagnie catalane : cf. Pachymérès XIII § 11 ; IV, p. 6 (...)
  • 128 Vers 1305, un certain Iôannès Drimys, issu du groupe des pronoïaires anatoliens, tenta de renverse (...)

68Le groupe qui semble avoir été le plus touché par la perte de l’Asie Mineure fut celui des pronoïaires qui avaient été installés dans les régions frontalières de l’Est par les empereurs de Nicée pour protéger l’Empire des attaques ennemies. La politique fiscale de Michel VIII avait déjà porté un premier coup à leurs revenus, en raison d’un accroissement des recettes en espèces perçues par le fisc. Mais, avec l’arrivée des Turcs, leur ruine fut complète et beaucoup passèrent en Europe comme compagnies d’armes126 ou simplement pour se livrer au pillage127. Il y eut même des tentatives dirigées par ces pronoïaires en vue de renverser la dynastie régnante128.

69Dans les provinces byzantines d’Europe, l’arrivée de ces pronoïaires anatoliens fut une source de conflits au sein du groupe des propriétaires fonciers autour du contrôle de la terre. À partir de la deuxième décennie du xive siècle, le conflit s’aggrava, préparant le terrain qui conduisit à la première guerre civile entre Andronic II et son petit-fils Andronic III.

3. Tensions sociales au temps des guerres civiles (1321-1354)

  • 129 Pour un aperçu général des deux guerres civiles byzantines, voir F. Tinnefeld, Zur Krise des Spätm (...)

70La période d’un peu plus d’un quart de siècle comprise entre 1321 et 1354 est marquée par deux longues guerres civiles au cours desquelles plusieurs groupes de la société byzantine s’affrontent129. On a évoqué rapidement les conséquences catastrophiques que ces deux conflits entraînèrent pour l’Empire. Leur impact sur l’état des campagnes sera étudié dans le troisième chapitre de cette étude. Dans les pages qui suivent, il sera question des processus qui ont conduit à l’antagonisme entre plusieurs secteurs de la société. Le contrôle de la terre et des revenus fonciers a joué un rôle important dans cette évolution.

Bref rappel des événements

  • 130 Sur la première guerre civile, voir Laiou, Constantinople and the Latins, p. 284-300 ; Lemerle, Ph (...)
  • 131 En vertu du traité de 1321, le pays à l’ouest de Christoupolis et Constantinople échut à Andronic (...)
  • 132 Cf. Nicol, The Last Centuries, p. 161-162 (avec bibliographie).
  • 133 Grègoras IX § 6 ; I, p. 425.

71La première guerre civile opposa le jeune Andronic III à son grand-père Andronic II entre 1321 et 1328130. Le conflit connut plusieurs périodes de relative accalmie pendant lesquelles les deux empereurs se partageaient le pouvoir131. Finalement, Andronic III triompha d’Andronic II qui se retira dans un monastère où il mourut en 1332132. Après la fin du conflit, les partisans de ce dernier furent assassinés ou emprisonnés et leurs biens confisqués133.

  • 134 Il n’existe pas de monographie sur la deuxième guerre civile et la bibliographie sur le sujet est (...)

72Plus virulente encore que la première fut la deuxième guerre civile qui éclata à la mort d’Andronic III en juin 1341134. Son héritier, Jean V, étant âgé de huit ans, un conseil de régence fut établi, mais, contrevenant aux dispositions du défunt empereur, le mégas domestikos Iôannès Kantakouzènos tenta d’en prendre le contrôle, rencontrant l’opposition du patriarche Iôannès XIV Kalékas et de l’impératrice Anne de Savoie (Anna Palaiologina). Celle-ci pouvait compter par ailleurs sur le soutien du puissant Alexios Apokaukos, ancien ministre d’Andronic III. En octobre 1341, Kantakouzènos quitta Constantinople et se fit proclamer empereur à Didymotique (en tant qu’empereur il est compté comme Jean VI). Une période de luttes suivit entre les partisans de Kantakouzènos et ceux de la régence de Constantinople.

73Les premières années du conflit donnèrent l’avantage au parti de la régence. Mais, l’échec du siège de Pythion pendant l’été 1344 et l’assassinat d’Apokaukos en juillet 1345 marquèrent un tournant. Dans leur confrontation, les deux partis firent également appel aux forces étrangères : Kantakouzènos utilisa d’abord des troupes serbes puis engagea des Turcs qui lui permirent de remporter la victoire finale. Il fit son entrée à Constantinople en 1347.

74Une fois au pouvoir, Kantakouzènos dut faire face à de nouvelles et pressantes difficultés en raison de la ruine de l’Empire après de longues années de conflit. Le plus urgent était sans doute la menace extérieure. Au cours des années 1340, les ennemis de l’Empire avaient commencé à occuper une bonne partie des territoires byzantins en Europe ; les villes tombaient l’une après l’autre aux mains des Serbes et des Bulgares et les campagnes étaient constamment ravagées par les armées. Les caisses de l’État étaient vides et les ressources fiscales épuisées. Enfin, la peste noire fit son apparition dans l’hiver 1347-1348 à Constantinople, puis elle se répandit dans les autres villes de l’Empire.

75Quant à l’opposition politique interne, elle ne disparut pas pendant le règne de Jean VI, car Thessalonique persista dans son refus de reconnaître l’autorité de Kantakouzènos et l’héritier légitime Jean V reprit les hostilités contre lui dès 1350 afin de recouvrer le pouvoir effectif. Il réussit finalement à s’en emparer en décembre 1354 grâce à l’aide du Génois Francesco Gattilusio et, surtout, au rejet de la politique de Kantakouzènos par la population de Constantinople. En effet, la même année, un tremblement de terre avait endommagé les fortifications des villes de Thrace et avait ainsi permis aux Ottomans de se rendre maîtres de l’important port de Gallipoli, clef du passage des Détroits. Désormais, les Turcs étaient libres de ravager le pays jusqu’aux portes mêmes de la capitale. Il était évident pour tous que Jean VI était l’un des responsables de l’installation des Turcs sur le sol européen : il les y avait lui-même introduits en employant des troupes turques durant la guerre civile.

76Après presque quinze ans de confrontations internes et de conquêtes ennemies, l’Empire était au bord de la désintégration politique, à la merci des seigneurs de la guerre et de mercenaires étrangers. Quelles avaient été les causes profondes de ces deux guerres civiles qui avaient conduit au déclin de l’Empire dans l’intervalle d’à peine une génération ? Quels en étaient les enjeux pour les partis qui s’affrontaient ?

La perte de l’Asie Mineure, cause de la première guerre civile (1321-1328). Le rôle du groupe des anciens pronoïaires anatoliens

  • 135 Laiou, Constantinople and the Latins, p. 284. Sur Métochitès, voir I. Ševčenko, Theodore Metochites (...)
  • 136 Syrgiannès (PLP 27167) était le fils d’un dignitaire étranger, Sytzigan, un Couman qui avait fait (...)

77Nul ne doute que la première guerre civile entre Andronic II et Andronic III ait été un conflit entre deux factions de l’élite dominante. Angéliki Laiou a parlé d’un conflit générationnel : le jeune Andronic III, entouré par de proches collaborateurs de son âge, comme Iôannès Kantakouzènos, Syrgiannès, Alexios Apokaukos et Théodôros Synadènos, se serait opposé à la vieille classe politique entourant son grand-père, représentée avant tout par le principal conseiller de ce dernier, Théodôros Métochitès135. Il y avait certes des motivations personnelles dans les deux camps. Le cas de Syrgiannès, dont l’ambition est attestée par ses contemporains, en constitue un exemple136. Mais, au-delà de ces motivations individuelles, cette guerre fut provoquée par un contexte économique défavorable, lié notamment à la perte de l’Asie Mineure.

  • 137 Matschke, Fortschritt und Reaktion, p. 47-49. Ce livre, inspiré de postulats marxistes, est néanmoi (...)
  • 138 Sur les conséquences de la politique fiscale des Paléologues sur le groupe des pronoïaires asiatiq (...)
  • 139 Cette explication est souvent invoquée par l’historiographie pour expliquer la perte de la région. (...)

78Klaus-Peter Matschke a sans doute proposé le tableau le plus articulé du contexte politique137, cherchant à mettre en évidence une rivalité entre le groupe des grands propriétaires fonciers, principaux bénéficiaires de la politique impériale, et celui des pronoïaires dont le statut s’était considérablement dégradé sous les premiers Paléologues138. Il a vu dans ce dernier groupe une sorte de petite et moyenne aristocratie militaire, majoritaire en Asie Mineure où l’existence de la grande propriété aurait été – d’après lui – plus limitée qu’en Europe. Matschke explique que la politique fiscale imposée en Anatolie par Michel VIII, et continuée par son fils Andronic II, aurait détérioré considérablement leur statut, provoquant une forte opposition de ce groupe des pronoïaires à la politique impériale. Ce fut la cause des nombreuses révoltes et séditions, déjà évoquées plus haut, dès le dernier quart du xiiie siècle dans la partie orientale de l’Empire139.

  • 140 Matschke cite Ostrogorsky, Féodalité, p. 146, qui a qualifié le règne de l’empereur Andronic II d’ (...)
  • 141 Matschke, Fortschritt und Reaktion, p. 48-49.

79Matschke pense qu’avec la conquête turque, l’opposition des pronoïaires d’Asie Mineure disparut, mais qu’en Europe, la dégradation du statut des pronoïaires ne fit qu’exacerber leur comportement. Il en attribue toujours la responsabilité à la politique d’Andronic II, qui avait favorisé l’extension de la grande propriété, en particulier celle des monastères, au détriment des pronoiai de Macédoine et de Thrace140. C’est la raison, explique-t-il, pour laquelle ce groupe des pronoïaires européens aurait poussé le jeune Andronic III à se révolter, afin d’en finir avec la politique du vieil empereur et de mettre un frein aux exactions des magnats. Matschke a mis à contribution plusieurs passages des mémoires de Kantakouzènos et du récit de Grègoras, qui suggèrent, en effet, la collaboration des pronoïaires de Thrace aux actions d’Andronic III et de ses partisans141.

80L’analyse conduite par Matschke est certes recevable dans ses grandes lignes, mais il conviendrait d’y apporter quelques précisions, en particulier concernant le rôle de l’élément asiatique. Il faut tout d’abord réexaminer l’affirmation selon laquelle la concentration de la grande propriété foncière aurait été plus faible en Asie Mineure qu’en Europe. Dans les pages précédentes, on a évoqué les cas du co-empereur Michel IX qui possédait la plupart de ses biens en Asie Mineure et du monastère de Patmos qui détenait une immense fortune foncière dans la région de Milet. On a conservé aussi dans le cartulaire du monastère de la Lembiotissa, certes pour une époque un peu antérieure, des actes qui témoignent de l’existence de nombreux grands domaines dans les environs de Smyrne. Ces exemples ne sont certes pas abondants, mais ils semblent représentatifs d’un régime foncier globalement semblable à celui existant dans la partie européenne de l’Empire.

81Que la grande propriété était bien implantée en Asie Mineure au début du xive siècle n’empêche pas pour autant que, comme Matschke l’a souligné, le groupe des pronoïaires y ait été nombreux et influent. C’était le cas en particulier dans les régions frontalières, où ils avaient été installés par les empereurs de Nicée. Il ne s’agit donc pas ici de sous-estimer leur rôle dans les mouvements contestant la politique de Michel VIII et d’Andronic II. En revanche, leur importance dans les événements de la première guerre civile doit être davantage soulignée, car ils passèrent en grand nombre d’Asie en Europe dès le début du xive siècle, précisément en raison de la conquête turque.

  • 142 Pachymérès parle à plusieurs reprises des soldats en provenance d’Asie Mineure qui fuyaient en Occ (...)

82On a déjà évoqué les conséquences néfastes de l’arrivée de ces pronoïaires en Europe, leur emploi en tant que bandits et pillards, ainsi que leurs tentatives pour renverser la dynastie régnante qui ont, en effet, provoqué une situation politique très instable. Les empereurs semblent en avoir été conscients et, pour conjurer le péril, ils ont essayé de réinsérer ces soldats dans l’armée impériale142. Toutefois, ce fut le jeune Andronic III qui en tira le plus grand profit.

  • 143 Kantakouzènos I § 33 ; I, p. 16422-16517. L’utilité de cette mesure pour le fisc viendrait du fait (...)

83Au début de la guerre civile, Andronic III prit une importante mesure visant à favoriser le statut de ces soldats originaires d’Asie Mineure, afin d’obtenir leur soutien. Elle est rapportée par Kantakouzènos dans ses mémoires : en juillet 1322, lors d’une rencontre à Épibatai entre les deux empereurs, Andronic III demanda à son grand père de respecter les dispositions qu’il avait prises à l’égard de ceux qu’il qualifie de « soldats mercenaires » (μισθοφορικοῦ τῆς στρατιᾶς), parce que ces mesures étaient non seulement utiles à l’armée mais aussi au fisc ; il s’agissait d’augmenter leur solde et d’accorder à chaque soldat un lopin de terre d’une valeur de 10 hyperpres143. Certes, Kantakouzènos ne révèle pas l’identité des bénéficiaires, mais le rapprochement proposé par Nicolas Oikonomidès entre cette mesure et un acte de la pratique, transmis par les archives athonites, ne laisse aucun doute sur le fait qu’elle s’adressait principalement aux soldats originaires d’Asie Mineure.

  • 144 Kutlumus, no 20.
  • 145 Sur la ville de Klazoménai et sa région, voir Ahrweiler, Smyrne, p. 28, n. 147, p. 48-51 et 61.
  • 146 La ville de Smyrne a été prise par les Turcs d’Aydin peu avant 1317, mais la région échappait au c (...)
  • 147 Oikonomidès, À propos des armées, p. 368-369 : « Je pense qu’il faut rapprocher la situation du gro (...)

84L’acte est un chrysoboullon sigillion délivré en novembre 1342144 par l’empereur Jean V, accordant à une compagnie de soldats, appelés klazoménitai, le privilège de posséder à titre héréditaire leurs parcelles de 12 et 10 hyperpres situées dans la région de Serrès, en Macédoine orientale. L’appellation klazoménitai montre que ces soldats étaient originaires de la ville de Clazomènes (Klazoménai, aujourd’hui Urla), à quelques kilomètres à l’ouest de Smyrne145. Leur arrivée en Europe doit être donc bien antérieure à 1342 car c’est aux alentours du premier quart du xive siècle que la région tomba aux mains des Turcs146. La coïncidence entre la valeur fiscale de leurs terres et celle des terres accordées par Andronic III a permis à Oikonomidès de postuler que cette compagnie d’hommes d’armes devait faire partie des « soldats mercenaires » engagés par Andronic III au début de la guerre civile147. Notons enfin que la concession de Jean V en 1342, accordant ces terres à titre héréditaire, implique qu’elles avaient été initialement cédées à titre viager et qu’elles auraient dû retourner au fisc après la mort du bénéficiaire.

85Excepté le cas des soldats klazoménitai, on n’a pas d’autre exemple explicite de la participation d’émigrés anatoliens à la première guerre civile. Toute estimation sur leur nombre relève de l’hypothèse, mais, compte tenu de leur arrivée massive en Europe dès le début du xive siècle et de leur situation peu aisée, il est vraisemblable que leur nombre ne fut pas négligeable. En fait, on connaît d’autres groupes de soldats en provenance des régions situées en dehors des frontières byzantines qui s’étaient installés dans l’Empire à la même époque, mais essayer de déterminer leur origine simplement à partir de leur dénomination s’avère une tâche difficile :

  • 148 Ibid., p. 361-363 (avec références aux sources).
  • 149 On notera que le patronyme Barbarènos est attesté en Macédoine pour quelques paysans : cf. par exe (...)

86Les Barbarènoi – Des soldats appelés barbarènoi avaient reçu des terres en Chalcidique autour des années 1321-1325148. Ils constituaient une compagnie de soldats sous les ordres du mégas adnoumiastès Géôrgios Katzaras. Oikonomidès a proposé d’y voir des Berbères originaires d’Afrique du Nord. Cette hypothèse est peu convaincante, mais aucune autre identification ne paraît meilleure149.

  • 150 Kantakouzènos II § 25 ; I, p. 4557-10.
  • 151 Xénophon, no 23, l. 28 et 33. Le rapprochement entre le village appelé Krètikoi et celui mentionné (...)
  • 152 Deux sources presque contemporaines mentionnent l’installation des Crétois en Asie Mineure : Pachy (...)

87Les Crétois – Kantakouzènos, dans le deuxième livre de ses mémoires, dont la chronologie couvre les années 1330, parle d’un village « des Crétois », situé près du lac Bolbè en Macédoine. Il était dénommé ainsi, dit l’auteur, parce qu’il était habité par des soldats venus de l’île de Crète150. Ce doit être le même village que celui appelé Krètikoi dans un acte de 1335151. Cette chronologie permet simplement de songer à l’installation de ces Crétois aux alentours du premier quart du xive siècle, peut-être à l’époque de la première guerre civile. Quant à leur origine, il n’est pas impossible qu’au lieu de soldats originaires de Crète, il s’agisse plutôt de contingents de cavaliers crétois transportés, vers la fin des années 1290, par l’empereur Andronic II en Asie Mineure pour combattre les Turcs152.

  • 153 Kantakouzenos III § 29 ; II, p. 18013. Sur les soldats achyraïtai, voir Bartusis, Byzantine 153. Ar (...)
  • 154 Achyraous était encore aux mains des Byzantins en 1304, à l’époque du passage de la compagnie cata (...)
  • 155 Un Kônstantinos Achyraïtos est attesté à Zichna dans les années 1320-1330 : Petit, Actes de Chilan (...)

88Les Achyraïtai – Dans un autre passage de ses mémoires, cette fois concernant les événements de la deuxième guerre civile, Kantakouzènos parle d’une autre compagnie d’armes appelée « des Achyraïtai »153, dénomination qui indique que ces soldats étaient originaires de la ville d’Achyraous (aujourd’hui Balıkesir), située dans la région de Mysie154. Leur arrivée en Europe et leur implication dans les événements de la première guerre civile nous sont inconnues, mais notons qu’il y a des individus originaires d’Achyraous attestés en Macédoine dès les années 1320155.

  • 156 Oikonomidès, Hommes d’affaires, p. 68-70.
  • 157 Id., À propos des armées, en particulier p. 369-371. Sur l’organisation des compagnies de soldats, (...)
  • 158 Oikonomidès, À propos des armées, p. 358-359.
  • 159 Vers la fin du conflit, en 1327, Andronic III réitéra sa promesse d’augmenter les revenus et les s (...)

89À partir des exemples étudiés, on constate que ces soldats s’étaient organisés en compagnies d’hommes d’armes suivant le modèle d’association entrepreneuriale de la societas italienne ou de la synthrophia grecque156. Ils agissaient comme mercenaires et proposaient leurs services aux magnats, comme l’a bien souligné Oikonomidès157. Afin de gagner leur soutien dans sa lutte pour le trône, Andronic III leur avait donné des terres (certes insuffisantes pour couvrir leurs besoins mais qui leur permettaient de s’établir durablement), tout en continuant à leur verser une solde en tant que mercenaires. Oikonomidès a souligné les avantages du nouveau système pour le fisc byzantin158 : « C’était une solution moins coûteuse pour le trésor que celle des mercenaires permanents. » Toutefois, il convient de préciser qu’elle était tout de même plus lourde que le système traditionnel de la pronoia. L’adoption de cette mesure par Andronic III était donc probablement dictée par son utilité politique plutôt que par ses éventuels bénéfices fiscaux, car elle permettait au jeune empereur de s’attirer le soutien militaire de ce groupe d’émigrés159. En effet, il semble que le transfert de pronoïaires d’Asie en Europe au début du xive siècle ait permis à une partie de l’aristocratie byzantine de s’imposer et de prendre le contrôle de l’État.

90Par ailleurs, la concession de si petits lopins de terre à ces soldats pourrait constituer un indice du manque de terres et de l’existence d’un conflit autour de la possession de biens fonciers. Toutefois, les grands aristocrates qui soutenaient la révolte d’Andronic III visaient plutôt les postes-clefs de l’administration que de nouvelles propriétés. Mis à part quelques confiscations opérées au détriment des collaborateurs proches d’Andronic II, le reste des aristocrates et des grands propriétaires conserva intacte sa fortune, du moins si l’on compare avec la situation engendrée par la deuxième guerre civile.

Peuple versus aristocratie ? « Lutte des classes » au temps de la deuxième guerre civile (1341-1347) : le point de vue de l’historiographie marxiste

  • 160 Dans son livre sur Kantakouzènos, G. Weiss a décrit le dèmos comme un vaste groupe englobant un la (...)
  • 161 Quelques historiens ont proposé des théories fantaisistes sur les revendications du dèmos : Weiss,(...)

91La deuxième guerre civile opposa elle aussi plusieurs groupes de l’élite byzantine. Toutefois, on a souvent insisté sur la participation à ces événements du dèmos, un terme qui se traduit par « peuple », mais qui inclut en fait plusieurs strates de la société, allant des couches les moins favorisées au groupe des marchands et des artisans160. Beaucoup d’historiens ont cherché les causes de l’implication des couches populaires dans leur frustration face au rôle politique et économique marginal auquel elles étaient cantonnées161. Il est vrai que, à cette époque, la grande aristocratie contrôlait les principaux postes de l’administration et de l’armée, qu’elle était propriétaire de la plupart des terres et des revenus de l’Empire et qu’elle exerçait le monopole des activités économiques, non seulement en milieu rural mais aussi dans les villes où elle était propriétaire de boutiques, ateliers et maisons. Rappelons également que cette grande aristocratie byzantine exerçait une influence prépondérante sur la vie religieuse et intellectuelle. Cette situation n’est guère différente de celle de la période précédente, mais au xive siècle elle devient plus évidente en raison des changements qui s’étaient produits dans la société. En effet, certains habitants des villes de l’Empire étaient parvenus à cette époque à la richesse grâce au commerce et aux activités financières, mais voyaient leur ascension sociale bloquée par le poids écrasant de cette aristocratie toute-puissante.

92Selon l’historiographie marxiste, cette confrontation sociale latente provoqua la polarisation de deux partis qui s’opposèrent pour le contrôle de l’Empire : le dèmos soutenait le parti de la régence de Jean V Palaiologos, et les dynatoi l’usurpateur Iôannès Kantakouzènos. Selon cette lecture, la deuxième guerre civile n’aurait pas été un simple conflit pour le trône mais plutôt une véritable guerre sociale. Effectivement, les sources parlent souvent des émeutes du peuple contre les dynatoi « cantacuzénistes », terme forgé par l’usurpateur dans ses mémoires pour désigner ceux qui s’étaient ralliés à sa cause. Kantakouzènos dit que leurs maisons furent brûlées, leurs possessions ravagées et leurs richesses volées à cause du soutien qu’ils lui apportaient. Quant au dèmos, après s’être rendu maître d’une ville, il faisait acte d’allégeance au parti de la régence de Constantinople et reconnaissait Jean V comme souverain légitime.

  • 162 Kantakouzènos III § 14 ; II, p. 89 ; et Grègoras XII § 6 ; II, p. 591.
  • 163 Magdalino, Byzantine Snobbery, p. 61-63, et plus récemment G. Makris, Alexios Apokaukos und sein Po (...)
  • 164 Voir Magdalino, Byzantine Snobbery, p. 62 : « Apokaukos was not born into the same social bracket (...)

93Les historiens ont en outre utilisé la personnalité même des deux chefs des partis opposés afin d’illustrer la composition sociale de ces deux groupes qui s’affrontèrent dans les années 1340. Le chef du parti de la régence de Jean V, Alexios Apokaukos, personnage de basse extraction d’après le témoignage de Grègoras et de Kantakouzènos, était parvenu à la richesse au terme d’un parcours qui justifierait qu’on le qualifiât d’« homme nouveau »162. L’historiographie plus récente a toutefois nuancé ce point et suggéré l’appartenance d’Apokaukos à l’aristocratie locale de Sélymbria, propriétaire de vastes domaines dans la région. Les commentaires de Grègoras et de Kantakouzènos sur ses origines n’auraient visé qu’à rabaisser le statut de leur adversaire politique, afin de le dévaloriser aux yeux de leurs contemporains163. Il n’en demeure pas moins que, s’il n’était pas un fils du peuple, Apokaukos n’appartenait pas au même milieu que les très grands aristocrates qui faisaient partie de l’entourage et de la parentèle de l’empereur. Le dédain avec lequel Kantakouzènos traite son adversaire dans ses mémoires n’est donc pas dénué de toute justification164.

  • 165 Kantakouzènos II § 5 ; I, p. 337-339 ; et III § 14 ; II, p. 90-91. Voir note suivante.
  • 166 Chez Kantakouzènos, le récit de la carrière d’Apokaukos est très confus, voire contradictoire, à c (...)
  • 167 Grègoras rapporte qu’Apokaukos s’était considérablement enrichi durant le règne d’Andronic II grâc (...)
  • 168 À la fin du xiiie siècle, l’empereur Andronic II avait fait démanteler la flotte de guerre, ce qui (...)

94Apokaukos devait sa réussite et son influence à une belle carrière au sein de l’administration impériale. Son premier emploi, dans les années 1310, avait été celui de commis au service de plusieurs percepteurs impériaux. Plus tard, s’étant rallié au camp d’Andronic III durant la première guerre civile, il fut élevé au poste de trésorier (ταμίας δὲ τῶν βασιλικῶν ἀπεδείκνυτο χρημάτων), grâce, précisément, à la faveur de Kantakouzènos165. Plus tard, durant le règne d’Andronic III, il fut nommé mésazôn, terme qui sert alors à désigner la charge de principal conseiller166. Il semble qu’il ait été à cette époque l’un des hommes les plus riches de l’Empire, grâce notamment à son implication dans les affaires commerciales167. Après la mort d’Andronic III (1341), il devint commandant en chef de la flotte (mégas doux), qu’il fit armer en grande partie à ses propres frais168. Dès le début de la guerre civile, il soutint le parti de la régence de Jean V.

  • 169 Sur Kantakouzènos, voir en premier lieu l’entrée du PLP 10973. Le livre de V. Parisot, Cantacuzène (...)
  • 170 La famille Kantakouzènos était originaire de Didymotique. Un Kantakouzènos était déjà vers 1100 ca (...)
  • 171 F. Tinnefeld, Stammte Kaiser Johannes VI. Kantakuzenos von einer Tarchaneiotes-Linie ab ?, BSl. 56 (...)
  • 172 Kantakouzènos donne une description de son cheptel qui est devenue célèbre dans l’historiographie (...)
  • 173 Après que Kantakouzènos eut quitté Constantinople en octobre 1341 pour se rendre dans sa ville nat (...)

95Iôannès Kantakouzènos, mégas domestikos durant le règne d’Andronic III, était au contraire un représentant typique de la grande aristocratie foncière byzantine169. Il était descendant de l’une des familles les plus importantes de l’Empire170 : son père avait été gouverneur du Péloponnèse et sa mère était étroitement apparentée à la famille régnante171. Il était propriétaire de nombreux domaines répartis dans plusieurs régions de l’Empire172. Il avait soutenu Andronic III lors de sa révolte contre son grand-père Andronic II et durant le règne d’Andronic III (1328-1341), Kantakouzènos joua un rôle de premier plan dans le gouvernement, aux côtés d’Apokaukos qui, on l’a vu, détenait à la même époque le titre de mésazôn. Lorsqu’il se révolta après le décès d’Andronic III, Kantakouzènos envoya des lettres aux principaux représentants de l’aristocratie pour les rallier à sa cause173. Il semble avoir été le porte-parole des puissants.

96Ces deux hommes symbolisent donc, pour la majorité des historiens, les deux groupes de la société byzantine qui s’affrontent au milieu du xive siècle pour contrôler le pouvoir dans l’Empire. On sait que ce furent finalement Kantakouzènos et ses partisans qui l’emportèrent. Toutefois, à cette époque le contexte général s’était tellement dégradé que ce ne fut qu’une victoire à la Pyrrhus, car l’Empire entrait alors dans une nouvelle phase de son histoire, celle de la lutte pour la survie.

97L’issue de la guerre civile aurait eu pour l’historiographie des conséquences très lourdes sur l’économie de Byzance, car le triomphe de Kantakouzènos, et avec lui de la grande aristocratie foncière, aurait définitivement interdit au groupe le plus dynamique de la société byzantine, celui des hommes d’affaires, d’appliquer les mêmes processus précurseurs du capitalisme, qui commençaient à se mettre en place à la même époque dans d’autres régions d’Europe, ce que Matschke qualifie de « progrès » (Fortschritt).

La guerre civile, conflit interne à l’élite de l’Empire sur fond de crispation sociale ? Le rôle des marchands et des hommes d’affaires

  • 174 L’une des rares exceptions est le livre de De Vries, L’élite byzantine, auquel on aura encore l’oc (...)

98En dépit d’un positionnement idéologique différent, la recherche ultérieure est restée très influencée par les travaux des historiens marxistes, ce qui l’a conduite à proposer une analyse simpliste des causes de la deuxième guerre civile, en la considérant avant tout comme une lutte du dèmos, au sens large du terme, contre les dynatoi174. Ce n’est pas que ce conflit n’ait pas impliqué un affrontement entre plusieurs groupes de la société byzantine, mais il est avéré que la composition des deux partis opposés ne répond pas uniquement à des critères sociaux.

  • 175 Kantakouzènos III § 36 ; II, p. 2188-13.
  • 176 Isaakios Asanès (PLP 1494) avait été mégas doux sous le règne d’Andronic III. Après l’assassinat d (...)
  • 177 Géôrgios Choumnos avait fait une belle carrière durant le règne d’Andronic III : gouverneur de The (...)
  • 178 PLP 93286.
  • 179 Andronikos Palaiologos (PLP 21433) appartenait à une branche collatérale de la dynastie des Angélo (...)
  • 180 Le dépouillement des sources fournit de nombreux exemples d’autres aristocrates qui s’opposèrent à (...)

99En fait, si l’on établit la liste des hommes qui prêtèrent leur soutien à l’un ou l’autre parti, on constate que cette division sociale est plus apparente et revendiquée par certains auteurs de l’époque que réelle. Par exemple, le 19 novembre 1341, à l’occasion du couronnement de Jean V Palaiologos, plusieurs membres de la haute aristocratie de l’Empire étaient présents et furent honorés des titres les plus élevés de la hiérarchie aulique, afin de constituer le nouveau cabinet du jeune empereur175 : Isaakios Asanès obtint le titre de panhypersébastos176, Géôrgios Choumnos celui de mégas stratopédarchès177, Iôannès Gabalas celui de prôtosébastos178 et Andronikos Palaiologos également celui de mégas stratopédarchès179. Outre ces exemples, on connaît d’autres familles de l’aristocratie foncière de l’Empire qui soutinrent la régence, peut-être simplement par intérêt personnel, lequel n’est pas moins significatif de la complexité sociale de ce parti180.

  • 181 Kantakouzènos III § 40 ; II, p. 246-247.
  • 182 Ibid., III § 11 ; II, p. 58-64.

100Ce n’est pas seulement l’entourage de Jean V qui rassemblait des personnages issus de couches sociales diverses : parmi les partisans de Kantakouzènos, il y avait aussi des homines novi qui n’appartenaient pas au milieu aristocratique et qui s’étaient enrichis grâce aux affaires ; c’est le cas, par exemple, d’un nommé Apelméné, personnage d’humble origine qui était monté dans la hiérarchie grâce au service dans l’administration181, ou de l’influent Patrikiôtès, ancien agent du fisc qui avait aidé Kantakouzènos à financer le recrutement de ses soldats et qui disparut durant l’automne 1342, victime de la colère du peuple de Constantinople182.

  • 183 La carrière de Iôannès Batatzès est assez représentative à ce sujet : voir infra, p. 69-70.
  • 184 Nous avons l’exemple de la famille des Tzamplakônes, dont deux membres, Arsénios et Asômatianos, é (...)
  • 185 De Vries, L’élite byzantine, p. 60-61, n. 21 et 22, est du même avis.

101Enfin, on rencontre des aristocrates et des hommes politiques qui changent constamment de camp selon leurs intérêts de l’heure183. Même à l’intérieur d’un seul clan familial, il pouvait y avoir des cantacuzénistes et des loyalistes184. Cela suffit à montrer à quel point nous n’avons pas affaire à deux groupes homogènes ayant chacun des objectifs collectifs et structurellement opposés à ceux de l’autre groupe. Toute tentative visant à dégager une idéologie cohérente derrière l’action de l’un ou l’autre parti s’avère donc nécessairement vaine185. Il est peut-être exact que les puissants eurent globalement une certaine préférence pour le parti cantacuzéniste parce que le renversement de la dynastie régnante aurait nécessairement impliqué de nouvelles concessions de terres et de privilèges, comme cela avait été le cas lors du coup d’État de Michel VIII Palaiologos, un peu moins d’un siècle auparavant. Mais, du côté du dèmos, les objectifs étaient beaucoup plus divers encore, car on a vu que ce terme désignait un spectre très large de la société. En fait, il vaut mieux considérer le ralliement de larges segments du dèmos à la cause de la régence comme un phénomène purement conjoncturel et opportuniste.

  • 186 La situation de complet dénuement dans laquelle se trouvaient la plupart des gens du peuple est si (...)
  • 187 Voir les réflexions du patriarche Philothéos dans sa Vie de saint Sabas, p. 193-195, à propos de l (...)
  • 188 Voir par exemple le discours de Nikèphoros Choumnos adressé aux Thessaloniciens, Θεσσαλονικεῦσι συ (...)

102Les couches populaires urbaines, qui ont participé de manière très active aux émeutes, n’avaient qu’une seule motivation : échapper à la domination des puissants et à leur situation de misère186. En effet, à partir du deuxième quart du xive siècle, un sentiment d’oppression s’était généralisé dans les villes. Comme celle de la paysannerie à la même époque, la condition des populations urbaines se détériora, en raison des guerres continues et de l’arrivée des émigrés d’Asie Mineure. En outre, le comportement traditionnel des aristocrates envers le reste de la population ne contribuait pas à calmer les esprits. On a vu comment une tendance plus prononcée vers l’« aristocratisation » de la société à l’époque des Paléologues était à la base d’une littérature exaltant les valeurs du noble guerrier et du mépris avec lequel les puissants se comportaient envers ceux qui gagnaient leur vie de leurs mains. Ces préjugés aristocratiques, certes communs à d’autres époques, devinrent alors insuportables au reste de la population byzantine, en raison des mauvaises conditions économiques de l’Empire187. En effet, même les auteurs contemporains issus du milieu aristocratique comprenaient cette réaction du peuple, qui le conduisait à se heurter aux puissants lorsque l’occasion s’en présentait188. Au contraire, nul ne signale une quelconque revendication politique à la faveur de ces émeutes populaires. Par exemple, dans son récit de la révolte du peuple d’Andrinople, Kantakouzènos va jusqu’à mettre en doute la fidélité de celui-ci envers Jean V et le soupçonne de vouloir simplement s’emparer des biens des riches, sous prétexte de défendre les droits de l’héritier légitime :

  • 189 Kantakouzènos III § 28 ; II, p. 1779 -1782.

Le peuple (dèmos) de toutes les cités [de l’Empire] pensait qu’il fallait acclamer l’empereur Palaiologos comme son souverain. Quant aux aristocrates (aristoi), il y avait ceux qui se ralliaient sincèrement à l’empereur Kantakouzènos et ceux que les pauvres (aporoi) – qui voulaient tout révolutionner – ont accusés, sans la moindre preuve, de la même chose. Il était facile de s’attaquer [aux aristocrates] parce qu’ils avaient de l’argent dont les pauvres voulaient s’emparer et parce qu’ils ne voulaient pas s’associer à l’infamie du peuple ; celui-ci éprouvait déjà auparavant une grande haine envers les aristocrates. En temps de paix, il avait été opprimé par ceux-ci et espérait surtout piller leurs biens, qui étaient nombreux, sous le moindre prétexte, osant la pire des choses. Les séditieux qui étaient composés surtout des plus pauvres, des pillards et des voleurs, poussés par la misère, étaient prêts à tout et encouragèrent les [autres] gens du peuple à faire de même, feignant d’être favorables à l’empereur Palaiologos. C’est pourquoi ils se proclamèrent eux mêmes les plus fidèles189.

  • 190 C’est le cas par exemple de la ville d’Ainos qui se révolta en 1355 contre le gouverneur, Géôrgios (...)

103On pourrait penser que Kantakouzènos remet en question à des fins de propagande la fidélité du peuple envers Jean V, en vue de discréditer les actions de la plèbe. Toutefois, d’autres indices permettent de penser que, en effet, une partie du peuple n’a soutenu la cause de Jean V que pour des motifs opportunistes. Notons par exemple qu’après l’arrivée au trône de Jean V, en décembre 1354, la population de certaines villes s’est à nouveau révoltée contre les gouverneurs désignés par le souverain légitime190.

  • 191 Kantakouzènos III § 28 ; II, p. 1769.
  • 192 Il est en effet peu vraisemblable que le peuple ait pu agir sans la direction de « leaders » qui s (...)
  • 193 Beaucoup de questions concernant la révolte des Zélotes à Thessalonique demeurent encore aujourd’h (...)
  • 194 PLP 17977.
  • 195 Kantakouzènos III § 28 ; II, p. 17610-12.
  • 196 M. Angold, Archons and Dynasts : Local Aristocracies and the Cities of the Later Byzantine Empire, (...)

104Kantakouzènos explique dans ses mémoires que ce seraient des agitateurs qui auraient incité le peuple à se révolter contre les aristocrates ; il les qualifie de dèmagôgoi191. Ceux-ci étaient sans doute des gens proches du régime de Constantinople, qui se servirent des émeutes populaires pour éviter qu’une ville ou l’autre tombe aux mains des cantacuzénistes192. Notons par exemple qu’à Thessalonique, la révolte des Zélotes avait été dirigée par deux membres de la famille des Palaiologoi, Michaèl et Andréas, dont les liens avec la dynastie régnante ne peuvent pas être prouvés, mais qui étaient certainement membres de l’aristocratie proche du pouvoir193. À partir de 1349, la ville, toujours contrôlée par les Zélotes, fut gouvernée par le prôtosébastos Alexios Métochitès, fils de l’ancien principal conseiller d’Andronic II, Théodôros Métochitès, et fidèle partisan de Jean V194. De même, à Andrinople, un certain Branos dirigea la révolte du peuple contre les puissants. Kantakouzènos affirme qu’il s’agissait d’un homme issu de la populace, qui gagnait sa vie avec une pioche et avec ses mains195. Toutefois, Michael Angold a émis des réserves à propos de l’identité de ce personnage et voit derrière ce témoignage de l’usurpateur un nouvel artifice visant à discréditer l’un de ses adversaires politiques. Ce Branos pourrait être en réalité un membre de la noble famille des Branades et un partisan de Jean V196.

  • 197 À propos des guerres civiles, Laiou, In the Medieval Balkans, p. 151, écrit : « The overall explan (...)

105Derrière chaque épisode de révolte urbaine semble donc se cacher une tentative d’une partie de l’élite locale pour évincer la faction rivale, utilisant comme prétexte son ralliement à la cause de Kantakouzènos. De fait, ce dernier affirme, dans son passage concernant la révolte du dèmos d’Andrinople, qu’il y avait des aristocrates qui s’étaient sincèrement attachés à sa cause mais que d’autres furent accusés de le faire simplement parce que le peuple voulait s’emparer de leurs richesses. Se servant du soutien du peuple, certains notables ont dû profiter de la situation pour trancher leurs rivalités personnelles et, comme on le verra, accroître leur patrimoine foncier grâce aux biens confisqués à leurs adversaires. Il est vraisemblable qu’un grand nombre d’aristocrates furent accusés injustement de « cantacuzénisme », simplement pour saisir leurs biens197.

106De ce point de vue, la deuxième guerre civile ne fut pas très différente de la première, car elle impliquait aussi une lutte au sein de l’élite pour le contrôle des ressources économiques et en particulier des biens fonciers. Toutefois, il est vrai que le conflit qui éclata dans les années 1340 fut l’occasion pour un groupe de la société qui n’avait jamais participé aux décisions politiques de revendiquer un rôle plus important dans la vie de l’Empire. Il s’agit de marchands et d’hommes d’affaires et non de membres des couches populaires. Ils appartenaient eux aussi au dèmos, comme les ouvriers, les artisans ou les agriculteurs, mais leur position économique était beaucoup plus aisée. C’est pourquoi leurs motivations n’étaient pas les mêmes : ils profitèrent de la lutte entre plusieurs groupes de l’aristocratie pour réclamer plus de participation dans l’exercice du pouvoir.

  • 198 Au début du xive siècle, le mésazôn d’Andronic II, Théodôros Metochitès, haut représentant de la v (...)

107Pour illustrer la position du groupe des marchands et hommes d’affaires, il convient de revenir à nouveau sur l’attitude de l’aristocratie à l’égard du dèmos. On a déjà parlé du mépris de l’élite envers les milieux populaires. Toutefois, ce sont les manieurs d’argent qui sont l’objet des plus féroces diatribes des intellectuels issus des milieux aristocratiques. Les exemples dans la littérature de l’époque sont abondants et ils ne manquent pas d’intérêt pour se représenter la mentalité de la société byzantine contemporaine. Ces auteurs parlent du milieu des marchands et des prêteurs avec le même mépris et dédain qu’ils appliquent aux hommes issus de la populace198.

  • 199 Manouèl Philès, auteur de nombreux poèmes en l’honneur des membres de la plus haute aristocratie b (...)
  • 200 Dans une lettre que l’érudit Michaèl Gabras adresse à l’influent Théodôros Xanthopoulos, il critiq (...)

108Il est facile de deviner, derrière ces témoignages, la jalousie d’une ancienne aristocratie, qui voyait son patrimoine foncier rétrécir rapidement du fait de la conquête turque, à l’égard d’un nouveau groupe d’hommes riches, qui devait faire étalage de sa fortune dans les rues de la capitale et même à la cour impériale199. Les plaintes au sujet de l’arrogance et de l’insolence de ces parvenus sont, en effet, fréquentes dans les écrits de l’époque200.

  • 201 Les marins jouèrent un rôle primordial dans la révolte des Zélotes à Thessalonique en 1342 (Kantak (...)
  • 202 Il n’est pas étonnant de voir des hommes d’affaires et des gens de mer collaborer étroitement avec (...)

109Pour sa tentative de conquête du pouvoir, ce groupe d’hommes d’affaires a pu compter sur l’aide des marins dont beaucoup – on l’a dit – travaillaient pour le compte des marchands byzantins, sur leurs bateaux privés. Ces hommes de mer ont en effet participé de manière active aux émeutes qui se sont produites au cours du conflit contre l’aristocratie cantacuzéniste201. Le rattachement du groupe des hommes d’affaires et des marins à la cause de la régence doit s’expliquer par une convergence d’intérêts, plutôt que par un légitimisme dynastique : il n’y a aucun indice de la formation d’un parti favorable à Apokaukos issu du milieu social des marins et des marchands avant la restauration de la flotte, début 1342. D’ailleurs, les rapports entre les hommes de mer et Apokaukos ne furent pas toujours faciles, comme Matschke l’a montré. Ce ralliement tardif des marins et des hommes d’affaires à la cause de la régence oblige donc à rester prudent quant aux origines sociales de la deuxième guerre civile et évoque un conflit qui aurait progressivement muté. De conflit entre deux groupes de l’aristocratie foncière, la guerre civile serait devenue une lutte entre les anciens magnats et ce nouveau patriciat urbain202.

  • 203 Matschke, Flotte in der Burgerkriegsperiode, p. 197 [314].

110En effet, la plupart des aristocrates se montraient hostiles à la politique d’Apokaukos. Ce n’est pas qu’ils réprouvaient les mesures adoptées par le mégas doux, bien que la plupart n’aient pas très bien saisi leur importance pour la survie économique de l’Empire ; mais il est clair qu’ils regardaient avec appréhension l’entrée de ce groupe d’hommes nouveaux dans la vie politique de l’Empire. C’est vrai non seulement de l’aristocratie cantacuzèniste, mais aussi de celle qui soutenait la régence de Jean V : par exemple, le mégas stratopédarchès Géôrgios Choumnos, conseiller de l’impératrice Anne de Savoie, s’opposa à la rénovation de la flotte entreprise par Apokaukos. Lorsqu’en 1342 ce dernier rentra victorieux, à bord de ses nouveaux navires, de son expédition à Thessalonique et fut accueilli avec enthousiasme par le peuple de la capitale, Choumnos se retira de la vie politique et entra dans un monastère203.

  • 204 Kantakouzènos III § 11 ; II, p. 58-64, dit que l’argent pour payer les stratiotes lui fut prêté par (...)
  • 205 Par exemple, en octobre 1349, Kantakouzènos ordonna par chrysobulle (Docheiariou no 26) la transfo (...)

111L’opposition des grands propriétaires fonciers à ces mesures en faveur du groupe des marchands explique aussi pourquoi, au début de la guerre civile, Iôannès Kantakouzènos préféra se tourner vers l’influent groupe des stratiôtai, anciens alliés d’Andronic III. Il leur adressa des lettres et paya les arrérages de leur solde, dit-il dans ses mémoires204. Il adopta aussi des mesures favorables aux pronoïaires de Thrace et de Macédoine, en ordonnant la transformation d’une partie de leurs revenus en biens patrimoniaux205.

  • 206 Dans un passage de sa chronique, Grègoras note qu’après sa prise du pouvoir (1347), Kantakouzènos (...)

112La victoire de Kantakouzènos (1347) n’entraîna pourtant pas l’enrichissement de ce groupe d’aristocrates et de pronoïaires qui l’avait soutenu206, car la situation de l’Empire, envahi par l’ennemi, n’était pas propice à la distribution de terres et obligea l’usurpateur à prendre des mesures urgentes, visant à redresser les finances publiques. L’ironie du sort fit qu’il dut se tourner alors vers ses anciens adversaires, le groupe des marchands, et prendre des dispositions destinées à accroître leurs privilèges, dans l’espoir de relever ainsi les bénéfices que le fisc tirait des échanges. Mais le programme réformateur de Kantakouzènos arriva trop tard et échoua, principalement en raison de l’opposition des puissances occidentales qui se trouvaient lésées par les mesures adoptées. Cet échec impliqua certes l’impossibilité pour les hommes d’affaires de l’Empire d’atteindre leurs objectifs, laissant ce processus historique inachevé, mais il n’explique pas pour autant le déclin de l’Empire, qui est plutôt le résultat des circonstances politiques.

***

113La situation de l’Empire au lendemain de la deuxième guerre civile contraste avec celle du début de la période des Paléologues, qui s’était ouverte avec la reconquête de Constantinople et des provinces des Balkans. Dans les campagnes, le contexte s’est considérablement détérioré ; d’une phase de croissance économique qui a vu la consolidation de grandes fortunes foncières, on est passé à une phase de crise et d’appauvrissement. Cette détérioration du contexte économique est imputable à plusieurs causes que j’ai essayé de mettre en évidence dans les pages précédentes : la perte de l’Asie Mineure et un ralentissement de la croissance agricole furent sans doute les plus déterminantes. Toutefois, ce sont les deux guerres civiles que Byzance a connues dans l’intervalle d’à peine une génération qui ont provoqué les plus grands dégâts. Déchiré par des conflits internes au sein de l’aristocratie, motivés principalement par le désir de s’approprier la terre, l’Empire s’est abîmé dans une guerre qui l’a laissé à la merci de ses ennemis. Le projet de restauration de l’autorité impériale entrepris dans la seconde moitié du xiiie siècle a ainsi complètement échoué et l’Empire dut alors consacrer les dernières forces qui lui restaient à conjurer sa complète disparition. La situation était certainement désespérée en raison de la vitesse à laquelle périclitaient les dernières provinces de l’Empire. En l’espace d’à peine un siècle, les Byzantins avaient vu leur monde s’effondrer autour d’eux.

114On pourrait alléguer une certaine insouciance de la part des élites byzantines, qui avaient privilégié leurs intérêts au détriment de ceux de la communauté. On ne saurait en effet nier leur part de responsabilité dans le déclin politique de l’Empire, mais cela implique aussi de souligner la faiblesse de l’État qui s’est avéré incapable de contenir une aristocratie tumultueuse. L’historiographie s’accorde d’ailleurs pour l’essentiel sur le fait que l’autorité impériale s’est considérablement affaiblie à cette époque, abandonnant une bonne partie de ses prérogatives aux particuliers. Cette « privatisation » de l’action publique peut effectivement avoir eu des conséquences sur l’évolution politique de l’Empire et expliquer la détérioration du contexte économique. Toutefois, de nouvelles considérations sur le rôle des élites dans l’administration sont venues nuancer ces postulats et remettent en question l’existence même d’une claire distinction entre les sphères privée et publique.

Notes

1 L’expression ἀνώμαλον τοῦ καιροῦ et d’autres semblables (par ex. ὑπὸ τῆς τοῦ καιροῦ καὶ τῶν πραγμάτων ἀνωμαλίας καὶ ἀταξίας), que l’on peut traduire aussi par « les troubles du temps » ou « l’instabilité des temps », apparaissent souvent dans les actes de la pratique : voir par exemple Vatopédi II, no 103 (1350), l. 23-24 ; no 107 (1356), l. 6 ; Docheiariou, no 41 (1373), l. 33. Elles sont également employées par les souverains de l’époque dans leurs propres actes : voir par exemple Vatopédi II, no 93 (chrysobulle d’Étienne Dušan de 1346), l. 7, ou Docheiariou, no 52 (prostagma de Manuel II de 1409), l. 7-8.

2 Voir par exemple Europa 1400. Die Krise des Spätmittelalters, éd. F. Seibt et W. Eberhard, Stuttgart 1984.

3 Sur les effets de la peste noire en Europe, voir le travail déjà classique de R. S. Gottfried, The Black Death : Natural and Human Disaster in Medieval Europe, New York 1985.

4 Certains historiens proposent une chronologie différente de la guerre civile, de 1341 (mort d’Andronic III) à 1347 (entrée de Kantakouzènos à Constantinople et couronnement comme empereur à Sainte-Sophie). Mais, le règne de ce dernier, de 1347 à 1354, ne se distingue pas de la période précédente. Au cours de ces années, les luttes entre les diverses factions se poursuivirent et l’on y constate les mêmes tendances générales. On pourrait encore faire durer la période de guerre civile jusqu’en 1357, date de l’accord conclu entre Jean V, Jean VI et Matthaios Kantakouzènos, qui mit un terme définitif aux conflits internes. J’ai décidé de « couper » chronologiquement en 1354, parce que cette date est particulièrement significative ; c’est celle de la première conquête par les Ottomans d’une ville d’Europe, le port de Gallipoli.

5 Les événements politiques de cette période seront développés plus en détail dans la deuxième partie de cet ouvrage. Toutefois, rappelons que les Serbes d’Étienne Dušan avaient commencé leur expansion en Macédoine et en Thessalie dès les années 1340.

6 Pour le contexte religieux, voir le chapitre de M.-H. Congourdeau, Hésychasme et palamisme, dans Histoire du christianisme. T. 6, Un temps d’épreuves (1274-1453), Paris 1990, p. 557-563. Pour l’évolution de la société durant ces siècles, voir le livre de Matschke, Tinnefeld, Gesellschaft.

7 La continuité, du point de vue économique, entre la période des xie-xiie siècles et l’époque postérieure à la prise de Constantinople par les croisés en 1204 a été déjà soulignée par l’historiographie : voir Laiou, Agrarian Economy, p. 311, n. 1.

8 La bibliographie sur le sujet est très vaste. On ne citera ici que quelques études de base : N. Oikonomidès, The Social Structure of the Byzantine Countryside in the First Half of the Tenth Century, Σύμμεικτα 10, 1996, p. 103-124 ; Svoronos, Structures ; et Lefort, L’économie rurale, surtout p. 451 et suiv.

9 Svoronos, Exploitation.

10 Sur l’organisation productive d’un grand domaine byzantin, voir en dernier lieu Lefort, L’économie rurale, p. 404-407.

11 Sur les privilèges fiscaux de l’aristocratie byzantine, voir infra, p. 71-84.

12 Au xive siècle, l’aristocrate Iôannès Kantakouzènos, devenu empereur en 1347 sous le nom de Jean VI, raconte dans ses mémoires une séance du sénat lors de laquelle il aurait employé, devant ses pairs, la formule suivante : « Nous, dynatoi, qui possédons de belles propriétés sur terre » (Kantakouzènos I § 38 ; I, p. 18322-23).

13 Sur la fortune des grands monastères byzantins de la fin du xe au milieu du xive siècle, voir Smyrlis, La fortune.

14 Sur l’aristocratie à l’époque des Paléologues, voir, entre autres, Laiou, Byzantine Aristocracy ; Kyritzès, The Byzantine Aristocracy ; et Matschke, Tinnefeld, Gesellschaft.

15 Les Palaiologoi étaient membres de la haute aristocratie depuis l’époque des Comnènes, voir J.-F. Vannier, Les premiers Paléologues. Étude généalogique et prosopographique, dans J.-Cl. Cheynet, J.-F. Vannier, Études prosopographiques, Paris 1986 (Byz. Sorb. 5), p. 123-187.

16 Pachymérès I § 21 ; I, p. 9314-15.

17 Voir les nombreux exemples cités par Kyritzès, The Byzantine Aristocracy.

18 Voir Matschke, Fortschritt und Reaktion.

19 Weiss, Kantakuzenos, p. 546. Sur l’idéal aristocratique de l’époque, voir aussi De Vries, L’élite byzantine, p. 53-57. Très éclairant sur de nombreux points, le livre de De Vries donne, me semble-t-il, une description par trop négative et psychologisante du groupe des puissants : « Chaque dynatos ne pensait qu’à son propre profit au détriment des autres, parents ou non […] la haine et le mépris de part et d’autre divisaient les familles anciennes et les homines novi » (ibid., p. 57).

20 L’idéologie de Palamas est particulièrement favorable aux puissants et réprime, presque avec violence, les aspirations des groupes sociaux inférieurs visant à une répartition plus équitable des richesses. Un passage de l’homélie 31 est particulièrement éclairant à ce sujet : « Les pauvres donc (je veux dire pauvre du point de vue matériel) méritent le salut s’ils souffrent en humilité. Si, par contre, ils ne veulent pas être humbles, mais deviennent orgueilleux, alors ils font preuve de totale méchanceté […] Celui qui est pauvre, mais se révolte contre son sort, n’est pas dans un état d’esprit qui témoigne de contrition, convenant à l’humilité. Il ne supporte pas noblement la pauvreté qui est son sort, il murmure contre Dieu, il accuse Sa juste Providence, en la rejetant comme injuste » (Hom. 31, PG 151, col. 393 B-D-396 A, traduction empruntée à De Vries, L’élite byzantine, p. 183). Voir aussi les remarques d’A. Laiou, Saints and Society in the Late Byzantine Empire, dans Charanis Studies. Essays in Honor of Peter Charanis, New Brunswick 1980, p. 84-114 : « Even in their performance of miracles, the saints of Philotheos favored the aristocracy : the great majority of their miracles were performed for members of the upper class. This is particularly the case with Saint Gregory Palamas and Saint Isidore, both of whom served as high members of the secular clergy, lived in cities, and were in close contact with the Byzantine aristocracy » (ibid., p. 104).

21 Pour une discussion des conditions de l’essor démographique qu’a connu l’Empire byzantin entre le ixe et le xive siècle, voir Lefort, L’économie rurale, p. 432-436.

22 On avait considéré traditionnellement que la grande propriété foncière diminuait la productivité de la terre et freinait la croissance économique (cf. par exemple Svoronos, Structures, ou Zakythinos, Crise économique), mais A. Harvey a mis en évidence que les grands propriétaires ont contribué de manière décisive à l’augmentation de la production agricole à l’époque mésobyzantine et qu’ils ont joué un rôle important dans l’expansion économique de l’Empire : Harvey, Economic Expansion. J. Lefort, M. Kaplan, A. Laiou et K. Smyrlis, entre autres, ont contribué à confirmer l’interprétation de Harvey, en particulier grâce à l’analyse des actes de la pratique. On constate donc pour Byzance la même évolution que celle remarquée pour l’Occident européen, par exemple par P. Toubert, La part du grand domaine dans le décollage économique de l’Occident (viiie-xe siècle), dans La croissance agricole du haut Moyen Âge : chronologie, modalités, géographie, Auch 1990 (Journées internationales d’histoire du Centre culturel de l’abbaye de Flaran 10), p. 53-86.

23 Et même plus tôt, cf. Iviron I, no 9, de 995.

24 Iviron III, no 54 (1139). Sur Radolibos, voir Lefort, Radolibos.

25 A. Dunn, The Exploitation and Control of Woodland and Scrubland in the Byzantine World, Byzantine and Modern Greek Studies 16, 1992, p. 235-298 ; ou Paysages, p. 108-114 pour la région du Strymon.

26 J. Lefort, B. Geyer, Les niveaux du lac de Nicée au Moyen Âge, dans Castrum. 7, Zones côtières littorales dans le monde méditerranéen au Moyen Âge : défense, peuplement, mise en valeur, éd. J.-M. Martin, Rome/Madrid 2001, p. 77-93, et B. Geyer dans La Bithynie au Moyen Âge, p. 153-174.

27 G. Dagron, Minorités ethniques et religieuses dans l’Orient byzantin à la fin du xe et au xie siècle : l’immigration syrienne, TM 6, 1976, p. 177-216.

28 Ces termes ne sont pas synonymes, chacun possède un sens propre. Voir le passage du Traité fiscal (p. 115) correspondant aux agridia et aux proasteia, traduit par Lefort, L’économie rurale, p. 438. Je reviendrai sur les zeugèlateia dans le chapitre XI. Le même phénomène de défrichement de terres peut être observé dans d’autres régions de la Méditerranée orientale, cette fois sous domination latine : voir par exemple Ch. Gasparès, Il villaggio a Creta Veneziana (xiii-xv sec.), dans Les villages, p. 237-246, ici p. 240.

29 Lefort, L’économie rurale, p. 439.

30 Pour les références aux sources, voir Lefort, Radolibos, p. 217-218 [183-184].

31 Laiou, Agrarian Economy, p. 314 : « Land clearance and the placing of uncultivated land under cereal cultivation required some organization, and was probably best done by relatively large units such as a monastery or the state. »

32 Pour la seconde moitié du xiiie siècle, on possède moins d’informations, mais on sait, par exemple, que des défrichements (ékleiômata) furent réalisés à cette époque dans la presqu’île de Longos, en Chalcidique : Vatopédi I, no 22, l. 4.

33 Ibid., no 31 (1301), l. 62-65.

34 Lavra II, no 108, l. 587.

35 Docheiariou, p. 145-146.

36 Vatopédi II, no 97, l. 13-14.

37 Lefort, Population et peuplement, p. 77 [242] : « L’image qu’on peut se faire de la Macédoine orientale dans la première moitié du xive siècle est en tout cas celle d’une région où l’occupation du sol est complète, où la population est dense, peut-être plus dense qu’elle ne l’avait jamais été. »

38 Les actes suggèrent en effet un essor remarquable de la population : par exemple, les praktika du début du xive siècle mentionnent plus de familles paysannes qu’on n’en relevait aux xiie-xiiie siècles (cf. en dernier lieu, ibid., p. 73-75 [238-240]).

39 Lefort, Les villages de Macédoine orientale, p. 294 [494].

40 Laiou, Agrarian Economy, p. 352 et suiv. Pour les biens monastiques en particulier, voir Smyrlis, La fortune, p. 240-244.

41 J. L. Teall, Byzantine Agricultural Tradition, DOP 25, 1971, p. 35-59, ici p. 42-44, et Lefort, L’économie rurale, p. 465. Les typika de fondation des monastères contiennent aussi des conseils pour la gestion des domaines monastiques.

42 Pour la distinction entre ces deux termes, voir l’exposé très complet de S. Dmitriev, Melioration (beltiosis) in Byzantine Documents (xth-xvth Centuries), JÖB 49, 1999, p. 61-89.

43 La charistikè consistait en la cession conditionnelle et temporaire d’un monastère à un laïc, visant en principe au rétablissement d’une institution en ruine. Voir en dernier lieu Smyrlis, La fortune, p. 170-171 et n. 455 (avec bibliographie).

44 Michel Psellos, Scriptora minora, éd. E. Kurtz et F. Drexl, Michaelis Pselli Scripta minora, t. 2, Milan 1941, lettre no 89. Sur Psellos charisticaire, voir M. Kaplan, Les monastères et le siècle à Byzance : les investissements des laïques au xie siècle, Cahiers de civilisation médiévale 27, 1984, p. 71-83 (= Id., Byzance. Villes et campagnes, p. 123-137).

45 Kazhdan, Agrarnye otnošenija, p. 53, a souligné l’importance de l’irrigation dans l’agriculture byzantine. Pour l’usage de l’eau à Byzance, voir M. Gérolymatou, La gestion de l’eau dans les campagnes byzantines (8e-15e siècle), REB 63, 2005, p. 195-205.

46 Un canal (hydragôgos) qui amène de l’eau jusqu’à un moulin est mentionné par exemple dans l’acte de Vatopédi I, no 22 (1287), l. 5. D’autres exemples dans Lavra II, no 90 (1300), l. 305 (pègadion) ; Xèropotamou, no 20 (1320-1321), l. 15 (kisterna) ; Iviron II, no 52 (1104), l. 302 (physkina) ; Iviron I, no 10 (996), l. 49 (kanalos) ; des rouissoirs (linobrocheion) dans Iviron III, no 70 (1301), l. 323, et Lavra II, no 111 (1321), l. 6 ; des viviers (bibarion) dans Lavra II, no 97 (1304), l. 43, et Xénophon, no 25 (1338), l. 120, etc.

47 Voir, par exemple, Lavra II, no 98 (1301), l. 40 (hydromylôn). On connaît aussi dans les grandes villes des moulins actionnés par des animaux : cf. Smyrlis, La fortune, p. 119-120, n. 181.

48 T. G. Koukoulis, A Late Byzantine Windmill at Kythera, £ dans Φιλολάκων. Lakonian Studies in Honour of Hector Catling, éd. J. M. Sanders, Londres 1992, p. 155-163 ; et D. Dèmètrokallès, Οἱ ἀνεμόμυλοι τῶν Βυζαντινῶν, Παρνασσός 20, 1978, p. 141-144.

49 Lefort, Radolibos, p. 218 [184].

50 Sur les contrats de location de vignes, jardins et moulins, voir les remarques de Smyrlis, La fortune, p. 185-187. Pour plus de détails sur les vignes, voir M. Kaplan, Quelques remarques sur les contrats de bail pour les vignes du monastère de Vatopédi, dans Byzantium. State and Society. In Memory of Nikos Oikonomidès, éd. A. Avraméa, A. Laiou et E. Chrysos, Athènes 2003, p. 283-295.

51 Dmitriev, Melioration (cité supra, n. 42), p. 74-75.

52 Au début du xive siècle, le monastère de Vatopédi et un certain Géôrgios Sékountènos s’étaient associés pour reconstruire un moulin près du Galikos, qui avait été détruit par une crue, sur un terrain appartenant à la métropole de Thessalonique. Le revenu devait être partagé entre Vatopédi, Sékountènos et la métropole : Vatopédi I, no 49 (1317).

53 Sur les fortifications en milieu rural, voir en premier lieu Lefort, Habitats fortifiés. On en a conservé dans les campagnes des vestiges qui sont néanmoins difficiles à dater. Or la documentation mentionne déjà de telles constructions pour les xie-xiiie siècles : le kastellion de Libysdos aurait été édifié avant 1104 par le monastère d’Iviron (Iviron II, no 52, l. 184-185) et, dans son typikon du xie siècle, Pakourianos prévoit la construction d’une tour pour la sûreté d’une hôtellerie (Lemerle, Cinq études, p. 151). Au xiie siècle, plusieurs métoques dépendant d’Iviron étaient fortifiés : cf. par exemple Iviron II, no 52 (1104), l. 186-193, 228-230 et 428-440.

54 Sur le Prodrome de Berroia et son patrimoine, voir en premier lieu Smyrlis, La fortune, p. 84.

55 Vatopédi I, no 64.

56 Ibid., no 68.

57 Vatopédi II, no 82.

58 Sur Sarantènos et sur l’histoire de la fondation, voir Vatopédi I, p. 348-349.

59 Ces deux domaines sont décrits séparément dans le testament de 1325, mais délimités ensemble dans le praktikon de 1338 (Vatopédi II, no 82, l. 48-71).

60 Vatopédi I, no 64, l. 162-163.

61 Vatopédi II, no 82, l. 58.

62 Ibid., p. 350.

63 Vatopédi I, no 64, l. 88. Ces moulins étaient peut-être situés au bord du ruisseau nommé Basilikos Potamos qui limitait le domaine au nord.

64 Vatopédi II, no 82 l. 40-48 : 18 feux.

65 Vatopédi I, no 68, l. 97-98. Le nombre de familles paysannes n’est pas précisé dans l’acte.

66 Dans le cas de patrimoines plus vastes, par exemple ceux des grands monastères qui possèdent plus de terres, éloignées entre elles, on trouve souvent des métoques situés dans la campagne et dans lesquels habitait un gestionnaire (oikonomos) : cf. Smyrlis, La fortune, p. 188 et suiv.

67 Voir les remarques de Lefort, L’économie rurale, p. 462-463, sur la comptabilité domaniale.

68 Smyrlis, La fortune, p. 20 : « Il apparaît que les fondateurs ou dirigeants monastiques ont emprunté les pratiques employées pour l’exploitation des domaines de l’État et de l’aristocratie, dont ils étaient souvent issus. » Même remarque dans Laiou, Peasant Society, p. 12, Harvey, Economic Expansion, p. 4-5, et Lefort, L’économie rurale, p. 458.

69 Svoronos, Cadastre, p. 141, et surtout Id., Structures, p. 57, n. 32.

70 Kaplan, Les hommes et la terre, p. 82, a conclu à des rendements encore plus bas mais pour une époque plus haute.

71 Kondov, Weizenertrag, p. 108-109.

72 Lefort, L’économie rurale, p. 424. Pour le passage du rendement au grain à un rendement en quintaux/ha réalisé par Lefort : rendement par grain × 0,128 (quintal ensemencé par modios) × le nombre de modioi par hectare (selon Lefort le modios en Macédoine semble compter 1 250 m2). Les actes suggèrent un rendement de 5,1 grains pour 1 modios.

73 Xéropotamou, no 9.

74 Lefort, L’économie rurale, p. 424.

75 Un agronome anonyme anglais de l’époque médiévale avance les rendements suivants : 1 : 8 pour l’orge, 1 : 7 pour le seigle, 1 : 6 pour le pois, 1 : 6 pour le méteil, 1 : 5 pour le froment et 1 : 4 pour l’avoine. Toutefois, ces chiffres dépassent les rendements des terres de l’évêché de Winchester qui sont connus sur un siècle et demi (entre 1200 et 1350) : 1 : 4 pour le blé, 1 : 3,9 pour l’orge, 1 : 2,8 pour l’avoine (cf. L’économie médiévale, p. 150-151).

76 Lefort, L’économie rurale, p. 468-470.

77 Patmos II, no 50. Cette distribution « théorique » de la surface cultivée est celle proposée par Svoronos, Structures, p. 55, n. 24.

78 L’acte dit que toute la terre est de première qualité.

79 Pour ce praktikon de 1073, Lefort a considéré, en appliquant les mêmes barèmes que pour la Macédoine orientale, que la tenure « théorique » moyenne de chaque zeugaratos était de 86 modioi et celle de chaque boïdatos de 43 modioi et que chaque paysan possédait un surplus d’environ 3 nomismata (cf. Lefort, L’économie rurale, p. 472). Cette distribution de la terre impliquerait qu’une partie de celle-ci n’était pas mise en culture. Toutefois, l’hypothèse de Svoronos selon laquelle la totalité de la surface était mise en valeur par les paysans enregistrés me paraît plus probable.

80 Ce résultat est assez élevé et contredit Svoronos, Structures, p. 58-60, qui avait supposé que ces tenures suffisaient à peine à subvenir aux besoins des cultivateurs. Il avait postulé une pression fiscale trop élevée.

81 Comme l’a aussi fait remarquer Oikonomidès, Fiscalité, p. 134 : « Lorsqu’on parle de parèques, il faut toujours tenir présent à l’esprit que, malgré le principe de non-propriété foncière, la plupart d’entre eux possédaient en réalité une petite tenure en pleine propriété, fournissant un revenu bien plus substantiel que les terres louées. »

82 Harvey, Economic Expansion.

83 Une estimation des prix du marché doit tenir compte également de la dévaluation de l’hyperpre qui, au début du xive siècle, connaît un fort abaissement du fait des événements politiques, mais celle-ci est loin d’expliquer seule la montée des prix. Pour l’évolution de la monnaie byzantine à cette époque et pour les causes de sa dévaluation, voir Grierson, Catalogue, et Morrisson, Byzantine Money : Its Production and Circulation, dans EHB, t. 3, p. 909-966.

84 Pour une évolution du prix du blé, on consultera en dernier lieu Morrisson, Cheynet, Prices and Wages, p. 830 et suiv. Selon ces auteurs, lorsque l’on parle de modioi, il s’agit du thalassios modios (17,084 litres), dix-huit fois plus petit que le politikos modios (environ 322 litres) : cf. Schilbach, Metrologie, p. 95.

85 La valeur de l’hyperpre de Crète n’est pas tout à fait la même que celle de l’hyperpre de Constantinople. Au milieu du xive siècle, le premier représentait 1/3 du ducat vénitien et le second 1/2 ducat. Les deux monnaies connaissent une dépréciation de leur valeur durant le siècle suivant.

86 Les calculs sont toujours faits en modioi thalassioi.

87 Pour l’évolution du prix du blé en Crète aux xiiie-xive siècles, voir D. Tsoungarakès Ἡ σιτικὴ πολιτικὴ τῆς Βενετίας στὴν Κρήτη τὸν 13°-14° αἰώνα, Μεσαιωνικὰ καὶ Nέα Ἑλληνικὰ, 1990, p. 333-385. Voir aussi Morrisson, Cheynet, Prices and Wages, tabl. 6 et p. 831, n. 44 : « The price of wheat doubled in Crete during the 14th century, from 16 hyperpyra per 100 measures (or modioi thalassioi) to 35. »

88 Pour l’année 1366, on connaît aussi d’autres prix pour le blé à Constantinople : 3/8 d’hyperpre le modios et 1/5 le modios. Il s’agit dans tous les cas de prix assez élevés, comme l’ont fait remarquer Morrisson, Cheynet, Prices and Wages, p. 827, n. 34. Ces informations sont tirées du livre de comptes de l’expédition d’Amédée de Savoie à Byzance (1366-1367) : Bollati, Spedizione in Oriente.

89 En 1289-1290, le prix du blé à Caffa était de 1/18 d’hyperpre de Constantinople (Balard, Actes de Caffa, nos 335 et 419). En 1290-1294, le prix du blé sur le marché de Raidestos, appartenant à l’Empire byzantin, était de 1/20 d’hyperpre par modios (Bertolotto, Nuova serie, p. 511).

90 Il s’agit des informations qui concernent l’ensemble de la « Romanie », terme qui désigne généralement dans les sources latines le territoire de l’Empire byzantin : R. Morozzo della Rocca, Lettere di mercanti a Pignol Zucchello, 1336-1350, Venise 1957, p. 73. Pour d’autres références, voir Zachariadou, Prix et marchés.

91 Sur l’essor de la demande occidentale en produits agricoles dans l’Empire byzantin au xive siècle, voir infra, chap. XII.

92 Laiou, Peasant Society, p. 207-208, relève aussi un appauvrissement de la paysannerie byzantine au cours de la première moitié du xive siècle, qu’elle attribue néanmoins à un déclin démographique. Elle estime que les paysans ont été contraints par les grands propriétaires à vendre leurs terres, mais n’en précise pas les modalités (« There were mechanisms which impeded the consolidation of property in the hands of the peasants »). Toutefois, Lefort a montré qu’il n’y a aucun indice d’une crise démographique, puisque le nombre de feux n’a cessé d’augmenter entre le début et le milieu du xive siècle (cf. par exemple Lefort, Population et peuplement, p. 75-76 [241] : « Entre 1320 et 1340, la population s’accroît dans six agglomérations sur dix, et au total elle augmente aussi »).

93 Le nombre de familles a continué à s’accroître, même si leurs membres sont devenus moins nombreux. Voir Laiou, Peasant Society, p. 280-294 : « It is clear […] that the age structure of our population changed significantly from 1300-1301 to 1338-1341. The proportion of older people in the population increased […] This increase took place at the expense of the younger element of the population, which experienced a decline. »

94 Lefort, Population et peuplement, p. 76-77 [242].

95 Laiou, Agrarian Economy, p. 316.

96 Ead., H διαμόρφωσι, p. 343.

97 MM IV, p. 399-411. Le prix de ces vignes est de 9-10 hyperpres le modios, ce qui est une valeur beaucoup moins élevée que le prix des vignes en Macédoine à la même époque (plus de 16 hyp., cf. par exemple Iviron III, no 67).

98 La loi de la protimèsis avait constitué depuis le ixe siècle un moyen de freiner l’expansion de la grande propriété foncière : cf. E. Papagianni, Protimesis (Preemption) in Byzantium, dans EHB, t. 3, p. 1071-1082. Toutefois, dès l’époque des Comnènes, des procédés avaient été mis en place pour la détourner : voir, de manière générale, Svoronos, Novelles. L’un de ces procédés était l’antichrèsis : voir R. Macrides, Justice under Manuel I Komnenos. Four Novels on Court Business and Murder, FM 6, 1984, p. 99-205, en particulier p. 178, et, plus récent, D. Papadatou, Antichresis in Byzantine Law, REB 66, 2008, p. 209-220.

99 Les archives de Vatopédi ont conservé une série de 110 actes de vente de terres situées près de Serrès (ca 1 400 modioi), qui ont été établis dans l’intervalle de quelques mois, entre novembre 1337 et mars 1338, en faveur de l’aristocrate Théodôra Kantakouzènè, mère du futur empereur Jean VI (1347-1354) : Vatopédi II, no 80. Un tel nombre d’actes à si peu d’intervalle témoigne de l’ascendant de cette aristocrate qui s’est emparée de nombreuses parcelles de terre dans la même région. Le prix de ces champs, peu élevé, oscillant entre 0,5 et 1 hyperpre le modios, pourrait indiquer, sinon un arrangement entre l’acheteur et les anciens propriétaires, peut-être une conjoncture défavorable qui a poussé les paysans à aliéner une partie de leur patrimoine à bas prix.

100 Vatopédi I, no 43.

101 Ibid., no 43/VI-VIII.

102 Ibid., no 43/XXI, l. 109-110.

103 Ibid., no 49.

104 Sur l’évolution du climat dans les régions de l’Empire byzantin, voir J. Telelis, Medieval Warm Period and the Beginning of the Little Ice Age in Eastern Mediterranean, dans Byzanz als Raum, p. 223-244, et Id., Climatic Fluctuations in the Eastern Mediterranean and the Middle East AD 300-1500 from Byzantine Documentary and Proxy Physical Paleoclimatic Evidence – A Comparison, JÖB 58, 2008, p. 167-207.

105 Vatopédi I, no 43/VIII, l. 51.

106 Pour les effets des incursions de la compagnie catalane dans les provinces de l’Empire byzantin, voir Lavra IV, p. 26-28, et Laiou, Constantinople and the Latins, p. 220-226.

107 Muntaner, Crónica catalana, § 233 ; trad. Barberà, p. 120 : « [La compagnie] arriva à un cap nommé Cassandria, qui est un promontoire à vingt milles de la ville de Salonique. Ils campèrent à l’entrée de ce cap, et de là ils firent des incursions jusqu’à la ville de Salonique et à travers tout le pays, car ils trouvèrent là une contrée qu’ils n’avaient pas encore pillée. Ils se mirent donc à saigner à blanc ce pays comme nous l’avions fait des régions de Gallipoli, de Constantinople et d’Andrinople. » Dans un autre passage de sa chronique, Muntaner dit qu’« exception faite des villes de Constantinople, Andrinople, Christopolis et Salonique, il n’y eut de cité, ni de bourg, ni toute autre place, que nous n’ayons mis à feu et à sang, si ce n’est les forts situés dans les montagnes » (§ 228 ; p. 103). Cette dernière affirmation est sans doute exagérée, mais témoigne de la violence et de la rapacité avec lesquelles agirent ces soldats de la compagnie catalane (cf. aussi Lavra IV, p. 27, n. 118).

108 M. Živojinović, Žitije arhiepiskopa Danila II kao izvor za ratovanja Katalanske kompanije (avec résumé en anglais), ZRVI 19, 1980, p. 251-273. Nous n’avons pas d’informations sur d’autres attaques contre les autres monastères athonites.

109 Voir par exemple les réflexions de Jacoby, Démographie, p. 178-179, et Laiou, Peasant Society, p. 240-241.

110 D. Duran i Duelt, La companyia catalana i el comerç d’escleus abans de l’assentament als ducats d’Atenes i Neopatria, dans De l’esclavitud a la llibertat : Esclaus i lliberts a l’edat mitjana. Actes del Col.loqui internacional celebrat a Barcelona, del 27 al 29 de maig de 1999, éd. M. T. Ferrer i Mallol et J. Mutgé i Vives, Barcelone 2000 (Anuario de estudios medievales. Anejo 38), p. 557-571.

111 Voir un passage de Pachymérès concernant la situation en Bithynie au début du xive siècle : « Mais les Turcs établis à l’est de la rive opposée [du Bosphore] ne s’en tiraient pas non plus à leur honneur, mais ils attaquaient souvent et mettaient à mal un grand nombre de gens sortis pour la vendange » (Pachymérès XIII § 27 ; IV, p. 68928-30 ; traduction A. Failler).

112 Voir par exemple l’acte de Lavra II, no 100 (1305), par lequel le monastère de Lavra reçoit un monydrion à Lemnos pour y installer les moines qui avaient quitté l’îlot d’Hagios Eustratios, chassés par les Turcs. Ces pirates étaient parfois des chrétiens passés sous la domination turque.

113 Il faut penser que jusqu’au dernier tiers du xiiie siècle, l’empire de Nicée puis l’Empire byzantin avaient réussi à accroître leurs frontières grâce à la politique de conquêtes entreprise par leurs souverains. L’occupation de nouveaux territoires favorisait l’expansion de la grande propriété et une augmentation des revenus du fisc.

114 Pour les événements politiques de la période, voir Laiou, Constantinople and the Latins.

115 Concernant l’évolution de la frontière orientale sous le règne de Michel VIII, voir G. Arnakis, Byzantium’s Anatolian Provinces during the Reign of Michael Paleaologus, Actes du XIIe Congrès international d’études byzantines, Ohrid 1961, Belgrade 1963-1964, t. 2, p. 37-44. Pour la conquête turque des provinces byzantines de l’Asie Mineure entre la fin du xiiie et le début du xive siècle, voir A. Failler, Les émirs turcs à la conquête de l’Anatolie au début du 14e siècle, REB 52, 1994, p. 69-112, et Beldiceanu-Steinherr, Bithynie maritime. Sur les débuts de l’État ottoman, voir aussi le livre de R. P. Lindner, Explorations in Ottoman Prehistory, Ann Arbor 2007, et son compte rendu par I. Beldiceanu-Steinherr, dans Turcica 40, 2008, p. 395-407.

116 Avant la Quatrième croisade, l’Asie Mineure constituait déjà la base de la fortune foncière de nombreuses familles constantinopolitaines. Mais la conquête latine provoqua une augmentation de leur patrimoine dans la région, au détriment même d’une aristocratie locale moins influente. Sur la fuite des notables constantinopolitains à Nicée après 1204, voir par exemple le témoignage de Michaèl Choniatès, Michaelis Choniatae Epistulae, éd. F. Kolovou, Berlin 2001 (CFHB 41), p. 284-285. Sur la concession de biens fonciers par les empereurs de Nicée, voir H. Ahrweiler, La politique agraire des empereurs de Nicée, Byz. 28, 1958, p. 51-66 (= Ead., Études sur les structures administratives et sociales de Byzance, Londres 1971 [Variorum Collected Studies Series 5], IV).

117 Ces grands propriétaires apparaissent souvent dans le cartulaire de Lembos, qui concerne la région de Smyrne (cf. Ahrweiler, Smyrne, p. 25). Par exemple, pour la famille Tarchaneiôtès en Anatolie, voir Beldiceanu-Steinherr, Ganchou, Tarḫāniyāt, p. 69.

118 Pachymérès XI § 18 ; IV, p. 44713-19. Sur la perte de leurs biens fonciers par les puissants en Asie Mineure, voir Laiou, Constantinople and the Latins, p. 118.

119 Smyrlis, La fortune, p. 77-82.

120 Patmos I, no 44 (1340) : ἀπώλεσεν ὑπὸ τῆς ἀνωμαλίας τοῦ καιροῦ τὰ προσόντα αὐτῇ κτήματα καὶ μετόχια. Sur la perte des biens fonciers du monastère de Patmos en Asie Mineure au début du xive siècle, voir Saint-Guillain, L’Apocalypse et le sens des affaires, qui a montré comment les moines, face à la disparition de leur patrimoine foncier, se sont livrés aux activités financières pour assurer leur survie économique.

121 C’est le cas, par exemple, du couvent sur le mont Galèsion, qui disparaît des sources à cette époque : cf. R. Greenfield, The Life of Lazaros of Mt. Galesion : An Eleventh-Century Pillar Saint. Introduction, Translation and Notes, Washington 2000, p. 61-67.

122 Voir par exemple la Vie de saint Grégoire le Sinaïte (BHG 722), éd. H.-V. Beyer, Kallist I Patriarh Konstantinopolja : Žitie i dejatel’nost’iže vo svjatyh otca našego Grigorija Sinaita, Ekaterinburg 2006, et celle de Makarios de Constantinople (BHG 1000), cf. Talbot, Hagiography in Late Byzantium, p. 182.

123 Pachymérès X § 26 ; IV, p. 3691-22.

124 Laiou, The Provisioning of Constantinople. L’arrivée massive de population émigrée à Constantinople en ce début du xive siècle provoqua aussi des conflits internes dans la ville ; à cette époque, il y eut un complot pour rendre la capitale à l’empereur latin de Constantinople, Charles de Valois (cf. Ead., Constantinople and the Latins, p. 217-218). Sur l’arrivée de réfugiés à Thessalonique, voir Malamut, Cinquante ans à Thessalonique, p. 271 et 279.

125 Laiou, Peasant Society, p. 129.

126 Sur les compagnies d’armes, voir infra, p. 40-43. Certains de ces soldats passèrent aussi aux Turcs.

127 On sait que certains rejoignirent même la compagnie catalane : cf. Pachymérès XIII § 11 ; IV, p. 64318-19 ; et XIII § 27 ; IV, p. 6896-7 ; voir aussi Muntaner, Crónica catalana § 203 ; trad. Barbera, p. 46-47.

128 Vers 1305, un certain Iôannès Drimys, issu du groupe des pronoïaires anatoliens, tenta de renverser la dynastie des Paléologues en se prétendant héritier des Laskarides (cf. A. Failler, Le complot antidynastique de Jean Drimys, REB 54, 1996, p. 235-244). Sur les révoltes anti-dynastiques au début du xive siècle, voir Angelov, Imperial Ideology, p. 316-321.

129 Pour un aperçu général des deux guerres civiles byzantines, voir F. Tinnefeld, Zur Krise des Spätmittelalters in Byzanz, dans Europa 1400 – Die Krise des Spätmittelalters (cité supra, n. 2), p. 284-294.

130 Sur la première guerre civile, voir Laiou, Constantinople and the Latins, p. 284-300 ; Lemerle, Philippes, p. 192-194 ; et Bosch, Andronikos III., p. 9-12. On tirera également profit des commentaires de Dieten, Nikephoros Gregoras, t. 2/1.

131 En vertu du traité de 1321, le pays à l’ouest de Christoupolis et Constantinople échut à Andronic II et la Thrace, entre Christoupolis et Sélymbria, à Andronic III (cf. Kantakouzènos I § 23 ; I, p. 115).

132 Cf. Nicol, The Last Centuries, p. 161-162 (avec bibliographie).

133 Grègoras IX § 6 ; I, p. 425.

134 Il n’existe pas de monographie sur la deuxième guerre civile et la bibliographie sur le sujet est très dispersée. On trouvera quelques éléments dans Charanis, Internal Strife ; Lemerle, Aydin ; Soulis, The Serbs, p. 11-51 ; et De Vries, L’élite byzantine, p. 51-77.

135 Laiou, Constantinople and the Latins, p. 284. Sur Métochitès, voir I. Ševčenko, Theodore Metochites, the Chora and the Intellectual Trends of his Time, dans The Kariye Djami, éd. P. A. Underwood, t. 4, New York 1975, p. 19-55.

136 Syrgiannès (PLP 27167) était le fils d’un dignitaire étranger, Sytzigan, un Couman qui avait fait une brillante carrière à Byzance, et d’une petite-nièce de Michel VIII. Selon Grègoras VIII § 4 ; I, p. 2995-12, Syrgiannès songeait à gouverner une partie de l’Empire de manière indépendante et changea de camp plusieurs fois. Outre l’entrée du PLP, voir sur ce personnage la notice de Dieten, Nikephoros Gregoras, t. 2/1, p. 117-126, qui corrige sur plusieurs points l’article de S. Binon, À propos d’un prostagma inédit d’Andronic III Palaiologos. Le sens de θεῖος et de γαμβρός, BZ 38, 1938, p. 133-155 et p. 377-407.

137 Matschke, Fortschritt und Reaktion, p. 47-49. Ce livre, inspiré de postulats marxistes, est néanmoins utile pour l’étude de la période. Sur les causes de la première guerre civile, on consultera aussi Bosch, Andronikos III.

138 Sur les conséquences de la politique fiscale des Paléologues sur le groupe des pronoïaires asiatiques, voir aussi infra, p. 77-78.

139 Cette explication est souvent invoquée par l’historiographie pour expliquer la perte de la région. Voir cependant l’opinion plus nuancée de Laiou concernant la politique d’Andronic II dans cette région : cf. Laiou, Droits du fisc, en particulier p. 104.

140 Matschke cite Ostrogorsky, Féodalité, p. 146, qui a qualifié le règne de l’empereur Andronic II d’« âge d’or » de la grande propriété monastique.

141 Matschke, Fortschritt und Reaktion, p. 48-49.

142 Pachymérès parle à plusieurs reprises des soldats en provenance d’Asie Mineure qui fuyaient en Occident « pour ne pas mourir de faim » et qui furent engagés dans l’armée byzantine comme mercenaires : Pachymérès XI § 9 ; IV, p. 42515-16 ; XI § 12 ; IV, p. 43322-24 ; et XI § 19 ; IV, p. 44722-24.

143 Kantakouzènos I § 33 ; I, p. 16422-16517. L’utilité de cette mesure pour le fisc viendrait du fait qu’il s’agissait sans doute de terres abandonnées.

144 Kutlumus, no 20.

145 Sur la ville de Klazoménai et sa région, voir Ahrweiler, Smyrne, p. 28, n. 147, p. 48-51 et 61.

146 La ville de Smyrne a été prise par les Turcs d’Aydin peu avant 1317, mais la région échappait au contrôle des Byzantins depuis au moins une quinzaine d’années. Notons que dans une lettre de 1300, Maximos Planoudès décrit la ville de Smyrne comme étant déjà encerclée par l’ennemi : cf. ibid., p. 41.

147 Oikonomidès, À propos des armées, p. 368-369 : « Je pense qu’il faut rapprocher la situation du groupe des Klazoménitai de celle créée dans l’Empire en 1322 grâce aux mesures prises par Andronic III Palaiologos, qui consistaient en effet à attribuer aux mercenaires des posotètés de 10 nomismata. »

148 Ibid., p. 361-363 (avec références aux sources).

149 On notera que le patronyme Barbarènos est attesté en Macédoine pour quelques paysans : cf. par exemple Lavra II, nos 105 (1317) et 112 (1321 ?).

150 Kantakouzènos II § 25 ; I, p. 4557-10.

151 Xénophon, no 23, l. 28 et 33. Le rapprochement entre le village appelé Krètikoi et celui mentionné par Kantakouzènos a été proposé par Lemerle dans Kutlumus, p. 357. Théodôridès, Πίνακας, p. 390, a suggéré l’identification avec l’actuel Scholari.

152 Deux sources presque contemporaines mentionnent l’installation des Crétois en Asie Mineure : Pachymérès IX § 8 ; III, p. 23527-2371, et Sanudo, p. 171. Sur ce passage de la chronique de Sanudo, voir E. Zachariadou, Cortazzi καὶ ὄχι Corsari, Thesaurismata 15, 1978, p. 62-65.

153 Kantakouzenos III § 29 ; II, p. 18013. Sur les soldats achyraïtai, voir Bartusis, Byzantine 153. Army, p. 203.

154 Achyraous était encore aux mains des Byzantins en 1304, à l’époque du passage de la compagnie catalane (cf. Pachymérès XI § 21 ; IV, p. 46528-29). Sur Achyraous, Ahrweiler, Smyrne, p. 69.

155 Un Kônstantinos Achyraïtos est attesté à Zichna dans les années 1320-1330 : Petit, Actes de Chilandar, nos 53 et 69, et Bénou, Codex B, nos 64, 68 et 129.

156 Oikonomidès, Hommes d’affaires, p. 68-70.

157 Id., À propos des armées, en particulier p. 369-371. Sur l’organisation des compagnies de soldats, voir aussi Bartusis, Byzantine Army, p. 199-205.

158 Oikonomidès, À propos des armées, p. 358-359.

159 Vers la fin du conflit, en 1327, Andronic III réitéra sa promesse d’augmenter les revenus et les salaires de ceux qui servaient dans l’armée (Kantakouzènos I § 56 ; I, p. 28717-23).

160 Dans son livre sur Kantakouzènos, G. Weiss a décrit le dèmos comme un vaste groupe englobant un large segment de la société, des plus pauvres aux marchands, en passant par les paysans, les artisans, les marins ou les scribes. La seule chose qu’avaient en commun les membres du dèmos était leur non-appartenance au groupe beaucoup plus restreint des dynatoi. On verra que certains auteurs de l’époque, comme Kantakouzènos, font parfois la distinction à l’intérieur du dèmos entre les pauvres (aporoi) et les classes moyennes (mésoi), dont les intérêts étaient fort distincts. La conflictualité sociale qui se dégage des événements de la deuxième guerre civile a été un sujet de prédilection pour l’historiographie marxiste : voir par exemple les chapitres de Matschke, Fortschritt und Reaktion, concernant la deuxième guerre civile.

161 Quelques historiens ont proposé des théories fantaisistes sur les revendications du dèmos : Weiss, Kantakuzenos, p. 74, a parlé d’un « Mitspracherecht » des couches populaires et Charanis, Internal Strife, p. 219-220, fait même allusion à une « democratic tendency » et écrit que la « populace » était « conscious of its constitutional rights as to the creation of an emperor », ce qui est tout à fait inconcevable pour Byzance au xive siècle, où l’Empereur était toujours un autocrate par la grâce de Dieu. Voir la critique justifiée de ces auteurs par De Vries, L’élite byzantine, p. 51-52, n. 1.

162 Kantakouzènos III § 14 ; II, p. 89 ; et Grègoras XII § 6 ; II, p. 591.

163 Magdalino, Byzantine Snobbery, p. 61-63, et plus récemment G. Makris, Alexios Apokaukos und sein Porträt im Codex Paris. gr. 2144, dans Geschehenes und Geschriebenes. Studien zu Ehren von Günther S. Henrich und K.-P. Matschke, éd. S. Kolditz et R. C. Müller, Leipzig 2005, p. 157-180.

164 Voir Magdalino, Byzantine Snobbery, p. 62 : « Apokaukos was not born into the same social bracket as Cantacuzenus. » L’auteur souligne une certaine ambiguïté dans la définition de l’aristocratie à Byzance et, reprenant les thèses de Kazhdan, il distingue plusieurs niveaux sociaux en son sein. À propos des préjugés sociaux chez Kantakouzènos, voir aussi Laiou, Byzantine Aristocracy, p. 138-139.

165 Kantakouzènos II § 5 ; I, p. 337-339 ; et III § 14 ; II, p. 90-91. Voir note suivante.

166 Chez Kantakouzènos, le récit de la carrière d’Apokaukos est très confus, voire contradictoire, à cause de sa volonté de discréditer son rival. Il écrit par exemple qu’après la fin de la première guerre civile en 1328, Andronic III nomma Apokaukos au poste de mésazôn (εἰς τὸ μεσάζειν τοῖς πράγμασι κατέστη: Kantakouzènos III § 14 ; II, p. 9016), mais l’aurait fait à contrecœur et seulement pour contenter Kantakouzènos qui avait, à l’époque, de l’amitié pour Apokaukos. Kantakouzènos dit que ce dernier ne se chargeait que des affaires peu importantes et qu’il laissait les autres à l’Empereur et à lui-même. Andronic III se serait toujours méfié d’Apokaukos même après sa nomination comme mésazôn, c’est pourquoi il l’aurait relevé de toutes ses fonctions peu avant sa mort. C’est Kantakouzènos lui-même qui les lui aurait rendues aussitôt après (ibid., III § 15 ; II, p. 99).

167 Grègoras rapporte qu’Apokaukos s’était considérablement enrichi durant le règne d’Andronic II grâce à la prise à ferme des salines : Grègoras VIII § 4 ; I, p. 301.

168 À la fin du xiiie siècle, l’empereur Andronic II avait fait démanteler la flotte de guerre, ce qui laissa beaucoup de marins sans emploi. Pachymérès dit que nombre d’entre eux passèrent alors à l’ennemi, en particulier aux Turcs, et devinrent des pirates, tandis que d’autres s’adonnèrent aux métiers manuels (Pachymérès VII § 26 ; III, p. 8318-19). Grègoras confirme en quelque sorte ce témoignage et rapporte que les gens de mer se dispersèrent dans différentes occupations : certains se mirent au service des Latins pour servir sur leurs bateaux de guerre et de commerce, d’autres furent engagés par des Byzantins fortunés qui possédaient des bateaux privés et d’autres encore devinrent paysans (Grègoras VI § 3 ; I, p. 175). Parmi les historiens modernes qui ont traité la question, il faut signaler les travaux de Matschke : cf. par exemple Matschke, Flotte in der Burgerkriegsperiode. Apokaukos décida de relever la flotte au début de l’année 1342, avec l’argent qu’il avait confisqué aux partisans de Kantakouzènos et avec le sien propre.

169 Sur Kantakouzènos, voir en premier lieu l’entrée du PLP 10973. Le livre de V. Parisot, Cantacuzène, homme d’État et historien, Paris 1845, bien que très ancien, est toujours utile et contient des renseignements intéressants. Plus récemment, la monographie de Weiss, Kantakuzenos, est moins une biographie qu’une étude de la société de l’époque. La longue notice de Nicol, Kantakouzenos, p. 35-103, et le livre qu’il a consacré à l’empereur (Id., The Reluctant Emperor : A Biography of John Cantacuzene, Byzantine Emperor and Monk, c. 1295-1383, Cambridge 1996), ne sont que des résumés des mémoires de Kantakouzènos, dépourvus de distance critique. Plus intéressants sont les commentaires de van Dieten dans sa traduction de Grègoras : cf. Dieten, Nikephoros Gregoras, passim. Il existe par ailleurs une vaste bibliographie sur le contexte politique de son règne : voir entre autres Lemerle, Aydin ; E. Werner, Johannes Kantakuzenos, Umur Pasha und Orchan, BSl. 26, 1965, p. 255-276 ; E. Frances, Quelques aspects de la politique de Jean Cantacuzène, RSBN 5, 1968, p. 167-176 ; A. Failler, Note sur la chronologie du règne de Jean Cantacuzène, REB 29, 1971, p. 293-302 ; Id., Nouvelle note sur la chronologie du règne de Jean Cantacuzène, REB 34, 1976, p. 119-124 ; et J. Gill, John VI Cantacuzène and the Turks, Βυζαντινά 13, 1985, p. 57-76.

170 La famille Kantakouzènos était originaire de Didymotique. Un Kantakouzènos était déjà vers 1100 capitaine dans l’armée d’Alexis Ier Komnènos : cf. Nicol, Kantakouzenos, no 1, p. 3.

171 F. Tinnefeld, Stammte Kaiser Johannes VI. Kantakuzenos von einer Tarchaneiotes-Linie ab ?, BSl. 56, 1995, p. 201-208 (avec bibliographie).

172 Kantakouzènos donne une description de son cheptel qui est devenue célèbre dans l’historiographie moderne comme illustration de la richesse des grands aristocrates byzantins à la veille de la deuxième guerre civile. Il déclare avoir possédé, avant leur confiscation par le gouvernement de la régence en octobre 1341, 500 bœufs, 1 000 animaux de trait, 2 500 juments, 200 chameaux, 300 mulets, 500 ânes, 50 000 porcs et 70 000 moutons (Kantakouzènos III § 30 ; II, p. 185).

173 Après que Kantakouzènos eut quitté Constantinople en octobre 1341 pour se rendre dans sa ville natale, Didymotique, plusieurs gouverneurs « de l’Occident » (ἐκ δὲ τῆς ἑσπέρας) se rendirent auprès de l’usurpateur : le prôtostratôr Théodôros Synadènos, le pinkernès Iôannès Angélos, le mégas papias Arsénios Tzamplakôn et le seigneur serbe Chrelja (Kantakouzènos III § 10 ; II, p. 77-78). Après sa proclamation comme empereur à Didymotique, Kantakouzènos accorda des terres et des revenus à ses partisans : ibid., III § 28 ; II, p. 1755-9.

174 L’une des rares exceptions est le livre de De Vries, L’élite byzantine, auquel on aura encore l’occasion de se référer.

175 Kantakouzènos III § 36 ; II, p. 2188-13.

176 Isaakios Asanès (PLP 1494) avait été mégas doux sous le règne d’Andronic III. Après l’assassinat d’Apokaukos en juillet 1345, il fut désigné chef de la régence. Isaakios était le frère d’Andronikos Asanès (PLP 1489), beau-père de Kantakouzènos.

177 Géôrgios Choumnos avait fait une belle carrière durant le règne d’Andronic III : gouverneur de Thessalonique en 1328, sénateur ἐπὶ τῆς τραπέζης, et gouverneur de Constantinople en 1339 (PLP 30945). La seconde épouse d’Apokaukos était une nièce de Choumnos.

178 PLP 93286.

179 Andronikos Palaiologos (PLP 21433) appartenait à une branche collatérale de la dynastie des Angéloi et était apparenté en ligne féminine à celle des Palaiologoi. À cette époque, ou peu avant, il épousa une fille d’Apokaukos. Sur lui et sur sa famille, voir maintenant Estangüi Gómez, Théodôra Palaiologina. D. Kyritzès a souligné le problème que pose la nomination de deux mégaloi stratopédarchai à la même date (Kyritzès, The Byzantine Aristocracy, p. 35).

180 Le dépouillement des sources fournit de nombreux exemples d’autres aristocrates qui s’opposèrent à Kantakouzènos : voir par exemple le cas du mégas primmikèrios Iôannès Palaiologos, commandant des troupes à cheval à Didymotique (PLP 21483).

181 Kantakouzènos III § 40 ; II, p. 246-247.

182 Ibid., III § 11 ; II, p. 58-64.

183 La carrière de Iôannès Batatzès est assez représentative à ce sujet : voir infra, p. 69-70.

184 Nous avons l’exemple de la famille des Tzamplakônes, dont deux membres, Arsénios et Asômatianos, étaient de fidèles partisans de Kantakouzènos, alors que leur frère, Dèmètrios, s’était rallié au parti de la régence (cf. Estangüi Gómez, Les Tzamplakônes). De même, les enfants du mégas doux Apokaukos, Iôannès et Manouèl, étaient passés du côté cantacuzéniste : cf. PLP 21267 pour Manouèl Apokaukos et 1187 pour Iôannès. La « trahison » de ce dernier à la cause de son père lui valut la mort des mains des Zélotes, en juillet 1345, à Thessalonique où il exerçait les fonctions de gouverneur de la ville.

185 De Vries, L’élite byzantine, p. 60-61, n. 21 et 22, est du même avis.

186 La situation de complet dénuement dans laquelle se trouvaient la plupart des gens du peuple est signalée par Alexios Makrembolitès, auteur du milieu du xive siècle, qui se fait le porte-parole des classes non aristocratiques. Dans son Dialogue entre un riche et un pauvre, Makrembolitès dénonce la situation des plus démunis qui endurent les abus des puissants (texte édité par Ševčenko, voir : Makrembolitès, Dialogue). Sur son œuvre, voir C. P. Kyrris, Éléments traditionnels et éléments révolutionnaires dans l’idéologie d’Alexios Makrembolitès et d’autres intellectuels byzantins du xive siècle, dans Actes du XIVe Congrès international des Études byzantines, Bucarest 1975, t. 2, p. 177-188, et De Vries, L’élite byzantine, p. 251 et suiv. (avec réf. aux autres écrits de Makrembolitès).

187 Voir les réflexions du patriarche Philothéos dans sa Vie de saint Sabas, p. 193-195, à propos de la rapidité avec laquelle les émeutes se répandaient dans l’Empire.

188 Voir par exemple le discours de Nikèphoros Choumnos adressé aux Thessaloniciens, Θεσσαλονικεῦσι συμβουλευτικὸς περὶ δικαιοσύνης, éd. J. F. Boissonade, Anecdota Graeca, t. 2, p. 137-187, dans lequel l’auteur réprouve l’action des aristocrates à l’égard du peuple. Il les accuse de déposséder les plus pauvres, de s’emparer de leurs maisons et de leurs terres et de bâtir de somptueux palais de deux ou trois étages qui empêchent les plus démunis de profiter même de l’air et du soleil. Sur ce discours de Choumnos, voir aussi De Vries, L’élite byzantine, p. 60, n. 20. Un autre auteur contemporain qui parle du mécontentement du peuple à l’égard des puissants est Thômas Magistros, Τοῖς Θεσσαλονικεῦσι περὶ ὁμονοίας, éd. B. Laourdas, Ἐπιστημονικὴ Ἐπετηρὶς Σχολῆς Νομικῶν Θεσσαλονίκης 12, 1969, p. 751-775. L’intérêt de Magistros est moindre à cause du style rhétorique de l’auteur qui abuse souvent des topoi de l’Antiquité grecque classique.

189 Kantakouzènos III § 28 ; II, p. 1779 -1782.

190 C’est le cas par exemple de la ville d’Ainos qui se révolta en 1355 contre le gouverneur, Géôrgios Synadènos Astras, envoyé par Jean V pour réparer les fortifications (voir infra, p. 151).

191 Kantakouzènos III § 28 ; II, p. 1769.

192 Il est en effet peu vraisemblable que le peuple ait pu agir sans la direction de « leaders » qui se seraient servis des émeutes comme instrument pour parvenir à leurs propres objectifs politiques.

193 Beaucoup de questions concernant la révolte des Zélotes à Thessalonique demeurent encore aujourd’hui sans réponse. Pour un état de la question, voir Barker, Late Byzantine Thessalonike, p. 29-33 (« Appendix 2 : Interpretations of the Zealots »). Pour Michaèl Palaiologos, voir PLP 21527, et pour Andréas Palaiologos, PLP 21425. Voir, en outre, le recueil de sources publié par M.-H. Congourdeau, Les Zélotes. Une révolte urbaine à Thessalonique au 14e siècle, Paris 2013 (Textes, Dossiers, Documents 18).

194 PLP 17977.

195 Kantakouzènos III § 28 ; II, p. 17610-12.

196 M. Angold, Archons and Dynasts : Local Aristocracies and the Cities of the Later Byzantine Empire, dans The Byzantine Aristocracy, ix to xiii Centuries, éd. Id., Oxford 1984 (BAR Series 221), p. 236-253, en particulier p. 248. J’ai aussi exprimé des réserves quant à l’identité du patronyme Branos qui pourrait en fait cacher un membre de la famille aristocratique des Branades, alliée à une branche collatérale des Palaiologoi (Estangüi Gómez, Théodôra Palaiologina, p. 166-167). Ganchou, Autonomie locale, p. 361-362, a souligné que, de manière similaire, c’est aussi afin de rabaisser socialement Iôannès Libadarios, coupable d’avoir chassé sa fille d’Ainos en 1355, que Kantakouzènos choisit de l’appeler Limpidarios, forme populaire et donc dépréciative du patronyme aristocratique Libadarios.

197 À propos des guerres civiles, Laiou, In the Medieval Balkans, p. 151, écrit : « The overall explanatory variable for the wars is that they were conflicts between members of the feudal aristocracy of all the states involved ; the aristocracy had most of its wealth and power from land ; therefore, the redistribution aspect of the wars is really that of distribution of resources and revenues between members of the feudal aristocracy. »

198 Au début du xive siècle, le mésazôn d’Andronic II, Théodôros Metochitès, haut représentant de la vie intellectuelle de l’Empire à cette époque, considère les marchands comme « les ennemis directs de la culture » : H. Hunger, Der Ἠθικός des Theodoros Metochites, dans Πεπραγμένα τοῦ θ´ Διεθνοῦς Βυζαντινολογικοῦ Συνεδρίου Θεσσαλονίκης, t. 3, Athènes 1958, p. 144.

199 Manouèl Philès, auteur de nombreux poèmes en l’honneur des membres de la plus haute aristocratie byzantine du règne d’Andronic II, se plaint de l’attitude de ces gens qui sont parvenus rapidement à la richesse parce qu’ils se sont livrés aux « métiers des artisans » (τεχνῶν βαναύσων), oubliant les sciences et les beaux-arts. Philès constate avec amertume qu’à la table des aristocrates il n’y a plus de bon poisson ni de caviar, mais que ni l’un ni l’autre ne manquent aux banquets des tanneurs, des marchands et des bâtisseurs (Philès, t. 2, p. 416). À propos de ce poème, voir aussi Matschke, Tinnefeld, Gesellschaft, p. 136.

200 Dans une lettre que l’érudit Michaèl Gabras adresse à l’influent Théodôros Xanthopoulos, il critique l’attitude d’un homme – dont il ne révèle pas l’identité – qui avait été auparavant au service de son correspondant et qui était devenu riche. Il déplore sa présomption et son obstination à ne pas écouter les conseils de celui qui avait été son maître et il le compare à un enfant fanfaron. De ce fait, Gabras met en garde son correspondant contre les hommes qui sont arrivés récemment à la richesse et souligne qu’ils doivent être rappelés à l’ordre : Gabras, Correspondance, t. 2, no 94.

201 Les marins jouèrent un rôle primordial dans la révolte des Zélotes à Thessalonique en 1342 (Kantakouzènos III § 42 ; II, p. 256) et dans le massacre des dynatoi à Constantinople en 1345 (Grègoras XIV § 10 ; II, p. 736).

202 Il n’est pas étonnant de voir des hommes d’affaires et des gens de mer collaborer étroitement avec le mégas doux Apokaukos dans la politique d’État : par exemple, un marin nommé Τζεγραίτις ou Τζεφρέ, sans doute Geoffroy, est désigné par Kantakouzènos comme oikétès d’Apokaukos (Kantakouzènos III § 88 ; II, p. 544). Un certain Andréas Phakiolatos, également d’origine latine (Facciolati), collabora aussi avec le mégas doux et, après la mort de ce dernier, prit la direction de la flotte impériale. Toutefois, il passa plus tard du côté cantacuzèniste, jouant un rôle important dans les travaux de renouvellement de la flotte entrepris par Jean VI. Sur ce personnage, voir PLP 29559 ; Matschke, Flotte in der Burgerkriegsperiode, p. 201-203 [317-319] ; et Dieten, Nikephoros Gregoras, t. 3, p. 359, n. 422-424, p. 361, n. 446-449, et p. 376, n. 473.

203 Matschke, Flotte in der Burgerkriegsperiode, p. 197 [314].

204 Kantakouzènos III § 11 ; II, p. 58-64, dit que l’argent pour payer les stratiotes lui fut prêté par Patrikiôtès, riche percepteur impérial, tué par la foule en 1342. Grègoras XII § 6 ; II, p. 595-596, confirme le témoignage de Kantakouzènos quant à la mort de Patrikiôtès, mais déclare que ce fut l’usurpateur qui paya de sa poche.

205 Par exemple, en octobre 1349, Kantakouzènos ordonna par chrysobulle (Docheiariou no 26) la transformation d’une partie de la pronoia de Dèmètrios Déblitzènos en bien transmissible (κατὰ λόγον γονικότητος). Pour Oikonomidès, l’octroi d’un tel privilège signifie que Déblitzènos avait été un partisan de Kantakouzènos durant la guerre civile (cf. Oikonomidès, Deblitzenoi, p. 178).

206 Dans un passage de sa chronique, Grègoras note qu’après sa prise du pouvoir (1347), Kantakouzènos fut contraint de distribuer des terres à ses partisans : Grègoras XVI § 4 ; II, p. 8189-17. Dans un premier temps, certains collaborateurs proches de l’usurpateur réussirent à s’emparer de quelques biens, comme ce fut par exemple le cas des frères de sa femme, Manouèl et Iôannès Asanès, qui obtinrent d’immenses propriétés dans la région de Traïanopolis, en Thrace, près de l’embouchure de la Maritza : ibid., XVI § 1 ; II, p. 797. Mais, ce ne fut que temporaire puisque l’arrivée des Turcs, peu de temps après, devait les priver de toutes leurs propriétés.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search