Version classiqueVersion mobile

Byzance face aux ottomans

 | 
Raúl Estangüi Gómez

Introduction

Texte intégral

1Étudier l’exercice du pouvoir dans les territoires de l’Empire byzantin du milieu du xive au milieu du xve siècle peut paraître paradoxal en raison du fort rétrécissement des frontières de cet État à l’époque envisagée. En effet, après la conquête turque de l’Asie Mineure au début du xive siècle, la plupart des provinces européennes de l’Empire étaient tombées aux mains des Serbes et des Bulgares. Au milieu du xive siècle, Byzance était déjà réduite à quelques lambeaux de terre : une bande côtière le long de la mer de Marmara et de la mer Noire, une partie de la Macédoine orientale et du Péloponnèse, et quelques îles du nord de la mer Égée (Lemnos, Imbros, Thasos, Samothrace et Ténédos). L’ancien Empire romain d’Orient avait à cette époque les dimensions d’une principauté d’importance régionale.

2Entre la fin de la deuxième guerre civile (1341-1354) et la prise de Constantinople par les Ottomans en 1453, le territoire byzantin connut une histoire convulsive. Au cours de la seconde moitié du xive siècle, les dernières provinces byzantines furent victimes de l’avancée irrésistible des Turcs dans les Balkans. La plus grande partie du territoire fut occupée et Constantinople fut assiégée par Bayezid Ier dès 1394. Au début du xve siècle, la défaite ottomane à Ankara face aux Turco-Mongols de Tamerlan (juillet 1402) accorda aux Byzantins un répit et l’Empire récupéra à cette époque certains territoires. Toutefois, cette embellie fut temporaire : au cours des années 1420, la Macédoine tomba à nouveau au pouvoir des Turcs et le reste des territoires byzantins subit leurs attaques. En dépit de quelques efforts pour relever la puissance impériale au Péloponnèse, l’histoire de Byzance toucha à sa fin au milieu du xve siècle.

3De la fin de la deuxième guerre civile à la chute de Constantinople, la période est donc marquée par une forte crise dans les Balkans. Les sources témoignent des effets désastreux de la guerre dans les campagnes ; les dévastations provoquées par le passage des armées entraînèrent la fuite des paysans et la ruine des infrastructures agricoles. De plus, la consolidation de la domination ottomane impliqua de nombreuses confiscations de biens fonciers qui privèrent de revenus les grands propriétaires.

4L’historiographie a maintes fois décrit cette évolution catastrophique des campagnes byzantines durant la période tardive, même si, pour la plupart des spécialistes, les prémices de la crise étaient déjà perceptibles dans la première moitié du xive siècle. On considère que la période d’expansion économique, qui avait débuté au xie siècle, connut un certain ralentissement en raison d’une forte pression démographique dans les campagnes et d’une raréfaction des terres fertiles, du moins jusqu’à la grande peste de 1347 qui fit disparaître une partie importante de la population, même en milieu rural.

5C’est surtout grâce aux travaux de Jacques Lefort et d’Angéliki Laiou que l’on connaît mieux aujourd’hui l’évolution des campagnes byzantines à la fin du Moyen Âge. Ces deux historiens ont montré que, contrairement à l’opinion de leurs prédécesseurs, l’économie rurale de l’Empire ne connut pas un long déclin à partir du xie siècle mais une forte reprise, en raison notamment de l’expansion de la grande propriété foncière et des investissements productifs des puissants, du moins jusqu’au milieu du xive siècle. C’est une évolution similaire qui a été aussi constatée en Europe occidentale, mais, à Byzance, cet essor de l’économie agraire fut accompagné de forts bouleversements politiques : la période du xie au xive siècle est marquée, en effet, par l’installation des Turcs en Anatolie, par l’affranchissement des peuples slaves du pouvoir impérial dans les Balkans et, surtout, par l’occupation latine de Constantinople de 1204 à 1261, événement qui entraîna la fragmentation politique de l’ancien territoire sous domination byzantine. L’arrivée au pouvoir de la dynastie des Paléologues en 1259 et la reconquête de Constantinople ne mirent pas un frein à cette déconfiture politique, car l’Empire continua, durant l’époque ultérieure, à subir les effets des tensions internes et à faire l’objet des attaques de ses voisins. Néanmoins ces troubles politiques ne semblent pas avoir freiné la croissance économique avant le milieu du xive siècle.

6La responsabilité de ce déclin politique a été souvent attribuée à l’évolution interne de la société et de l’économie byzantines, car le triomphe de la grande propriété aurait contribué à affaiblir le pouvoir de l’État dans les provinces. Les magnats auraient augmenté leur emprise sur la terre et obtenu la concession d’immenses privilèges fiscaux pour eux et pour leurs biens, au détriment du fisc qui se serait ainsi trouvé privé d’une bonne partie de ses ressources. À partir du xiie siècle, la mise en place d’un nouveau système de financement de l’armée, la pronoia, consistant à accorder les revenus fiscaux d’un village ou d’un groupe de contribuables à un soldat ou à un aristocrate, aurait également contribué à aliéner une grande partie des revenus de l’État. En définitive, cette évolution aurait tendu à accorder plus d’autonomie aux pouvoirs locaux et entraîné à terme la fragmentation politique de l’Empire.

  • 1 La bibliographie à ce sujet est abondante. Je renvoie simplement à Laiou, Morrisson, The Byzantine (...)

7Beaucoup d’auteurs ont considéré que cet affaiblissement de l’autorité impériale ne mit pas un frein à la croissance, parce que le déclin du pouvoir politique aurait justement permis aux grands propriétaires de disposer de plus de capital et de plus de facilités pour acquérir de nouvelles terres et les mettre en exploitation1. De même, la disparition temporaire de l’Empire byzantin au début du xiiie siècle et la fragmentation politique du territoire pourraient avoir eu des conséquences positives sur les échanges.

8Le déclin politique de l’Empire se serait poursuivi aux xive et xve siècles, mais à cette époque une forte crise sociale aurait finalement provoqué un ralentissement de la croissance économique ; plusieurs groupes de la société byzantine se seraient affrontés au cours des deux guerres civiles de la première moitié du xive siècle. La plupart des historiens admettent qu’à cette époque l’autorité directe des empereurs byzantins avait presque totalement disparu dans les campagnes : les révoltes en Asie Mineure, la concession de territoires aux membres de la famille impériale et l’apparition de petites principautés en marge de l’Empire auraient contribué à ébranler l’unité de l’État. Dans les provinces, la puissance publique aurait reculé devant les pouvoirs locaux, au point que la plupart des historiens considèrent qu’à la veille de la conquête ottomane, l’empereur n’aurait plus eu d’autorité que sur la ville de Constantinople.

  • 2 De nombreuses études sur ces sujets sont parues ces dernières années : voir par exemple Chrysostom (...)

9L’étude de l’exercice du pouvoir dans les campagnes à la fin du Moyen Âge peut donc sembler un sujet d’importance marginale dans l’histoire byzantine, surtout par rapport à d’autres phénomènes que connaît l’Empire à la même époque, par exemple les relations avec les puissances occidentales ou l’essor d’une nouvelle classe marchande à Constantinople2. La conservation d’un nombre relativement important de sources concernant la situation des campagnes byzantines à la fin de la période tardive et le fait qu’elles aient été jusqu’ici peu exploitées justifient cependant une recherche plus approfondie. Il se trouve que deux territoires restés au pouvoir des Byzantins presque jusqu’à la chute de Constantinople, la Macédoine et l’île de Lemnos, sont très bien documentés par les archives conservées à l’Athos, car les monastères possédaient alors la plupart de leurs domaines dans ces deux régions.

10Une première analyse de cette documentation fournit des indices qui vont à l’encontre de l’interprétation traditionnelle selon laquelle Byzance connut un fort affaiblissement du pouvoir de l’État dans les provinces à la fin de son histoire. Les sources de cette période rendent compte d’une notable continuité du rôle prééminent de l’État dans l’administration provinciale et dans l’économie rurale : par exemple, de nombreux témoignages montrent les efforts de l’administration impériale pour protéger le territoire des attaques ennemies et pour restaurer la production agraire au cours de la deuxième moitié du xive et au début du xve siècle. D’autres sources prouvent également la forte emprise de l’État sur la terre, car l’Empereur restait le seul à pouvoir distribuer des terres et des revenus fiscaux.

11L’importance accordée par l’État aux questions relatives à l’administration territoriale et à la mise en exploitation des campagnes révèle le rôle majeur que jouait encore la production agraire dans la société byzantine durant la période tardive. En dépit des dimensions réduites du territoire de l’Empire, il semble que la possession de la terre soit restée longtemps l’assise principale de la richesse des Byzantins. De fait, au milieu du xive siècle, le contrôle de la terre devint l’enjeu majeur de la politique de l’Empire, en raison de la débâcle provoquée par l’invasion serbe. De l’exploitation des terres dépendaient non seulement la plupart des ressources financières de l’État, mais aussi la suprématie sociale d’une aristocratie consubstantielle à l’administration. En effet, les sources de cette époque rendent compte d’une collaboration étroite entre l’aristocratie et le pouvoir impérial, visant à relever l’état de la production agraire. Il s’agit d’un aspect important qui nous oblige à revenir sur le rôle des grands propriétaires fonciers dans l’économie et sur l’idée, longuement acceptée par l’historiographie, selon laquelle ils se seraient enrichis au détriment du fisc.

12L’étude du rôle de l’État dans les territoires byzantins après la deuxième guerre civile nécessite donc une analyse préliminaire du mode d’exploitation agricole et des principales sources de revenus de la société et de l’État byzantins, ainsi que des causes du ralentissement de la croissance économique au début du xive siècle. De même, il faut s’interroger sur la signification de la politique de privilèges fiscaux et sur le rôle de la pronoia dans le financement de l’armée et de l’administration. Il s’agit d’expliquer les raisons qui conduisirent la société byzantine à se déchirer lors des deux guerres civiles de la première moitié du xive siècle et d’estimer les conséquences négatives de ces conflits sur la production agraire.

13Après cette présentation de l’état des campagnes byzantines au sortir de la deuxième guerre civile, on décrira les efforts déployés par l’État pour remettre en exploitation le territoire. On essaiera de dresser un bilan de ce processus, mais cette démarche pose d’emblée quelques problèmes méthodologiques : en premier lieu, il est nécessaire de reprendre la chronologie de cette période, car le croisement des données de la documentation d’archives et des sources narratives a révélé des inexactitudes qu’il convient de rectifier en détail. En second lieu, il s’agit de réexaminer les caractères de l’administration provinciale, le rôle des empereurs et des fonctionnaires dans les provinces, ainsi que le problème de la fiscalité agraire, car celle-ci n’a pas été étudiée jusqu’ici de manière suffisante.

14L’étude des campagnes byzantines du milieu du xive au milieu du xve siècle permettra de mieux comprendre l’évolution de l’Empire byzantin à l’époque tardive et les conséquences de l’avancée ottomane sur l’ensemble de la société. Elle implique d’analyser les transformations entraînées par l’invasion turque dans un cadre géographique plus vaste, celui des Balkans ; cette nouvelle interprétation de l’exercice du pouvoir politique dans les campagnes pourra fournir des éléments pour appréhender une période cruciale de l’histoire, qui vit la disparition des États chrétiens du Sud-Est européen et la consolidation des Ottomans en Méditerranée orientale.

Quelques précisions sur l’état des sources et sur la méthodologie

  • 3 Il s’agit notamment des actes tirés des archives du monastère de Vatopédi datant de la période 137 (...)
  • 4 Ce projet prévoit la publication des actes concernant les délibérations du sénat de l’an 1335 jusq (...)

15La plupart des sources qui ont été utilisées dans cette étude sont publiées et bien connues des historiens. Seuls un certain nombre de documents tirés des archives de l’Athos3, ainsi que des actes notariés conservés dans les archives italiennes sont encore inédits. Je n’en donne que les extraits qui intéressent mon analyse, car leur publication est imminente : les documents de l’Athos seront publiés prochainement dans la collection des Archives de l’Athos et les actes notariés latins dans d’autres séries, comme celle des Registri del Senato (serie Misti), contenant les décisions du sénat vénitien du xive siècle, éditée par l’Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti4.

  • 5 La publication des archives conservées dans les monastères de l’Athos a commencé en 1945 et se pou (...)
  • 6 Pour un aperçu du nombre d’actes conservés dans les archives de l’Athos et leur distribution par p (...)
  • 7 Une autre fondation de la seconde moitié du xive siècle est le monastère de Simonopétra, mais nous (...)
  • 8 Voir par exemple le cas du monastère de Kutlumus qui fut restauré par les voïvodes de Valachie, gr (...)

16Les actes de l’Athos constituent la source principale pour connaître la situation des campagnes byzantines à la fin du Moyen Âge5. Pour cette époque, le nombre d’actes conservés est relativement élevé, du moins par rapport aux périodes précédentes6. La seconde moitié du xive siècle fut, en dépit des bouleversements politiques, l’une des époques dorées de la communauté monastique de l’Athos et fut propice à la fondation de quelques nouveaux monastères qui ont conservé leurs archives. C’est le cas par exemple des monastères de Dionysiou ou du Pantokratôr, dont les actes ont été particulièrement utiles pour reconstituer la période qui fait l’objet de cette étude7. De même, d’autres monastères plus anciens connurent un renouveau à cette période, qui leur permit d’augmenter leur richesse foncière8. Toutefois, ce sont les actes conservés dans les archives de Vatopédi qui constituent le dossier le plus important.

  • 9 Pour l’histoire de Vatopédi et l’état de ses archives, voir Smyrlis, La fortune, p. 96-98.

17Le monastère de Vatopédi remonte au xe siècle. Cependant, la plupart des actes conservés dans ses archives sont postérieurs au xiiie siècle. Dès les premiers siècles de son histoire, Vatopédi fut une institution importante qui occupait déjà le troisième rang dans la hiérarchie des monastères athonites, après Lavra et Iviron9. À partir du début du xive siècle, Vatopédi parvint à élargir son patrimoine grâce aux donations des empereurs et de la haute aristocratie ; il remplaça alors Iviron au deuxième rang de la hiérarchie et acquit une fortune comparable à celle de Lavra.

  • 10 Quelques actes sont néanmoins édités, mais ces éditions anciennes sont parfois assez fautives.
  • 11 La publication du troisième volume des Actes de Vatopédi est prévue pour l’année 2014.

18La publication des archives de Vatopédi est assez récente ; le premier volume des Actes de Vatopédi, contenant les documents de 980 à 1329, est paru en 2001 ; le second, contenant les actes de 1329 à 1377, en 2006. Il reste un troisième groupe d’actes, de 1377 à 1500, qui est en bonne partie inédit10. Ce dossier constitue la source principale de notre étude11. Il s’agit d’un corpus d’actes très riche, en particulier pour la seconde moitié du xive et le début du xve siècle, une période pour laquelle nous manquons cruellement d’autres types de sources, en particulier de sources historiographiques.

  • 12 Cette période n’est pas uniforme du point de vue du nombre d’actes conservés, car les années 1379- (...)
  • 13 Sur l’étude de ces deux manuscrits, voir Darrouzes, Registre synodal.

19Avant de décrire l’état de ces sources narratives, il convient de faire rapidement allusion aux autres fonds diplomatiques conservés. Après les archives de l’Athos, ce sont les actes du patriarcat de Constantinople qui constituent le corpus le plus important. Ils sont copiés dans un registre qui couvre la période de 1315 (début du patriarcat de Iôannès XIII Glykys) à 140212. Ce registre contient les décisions et les comptes-rendus des séances tenues par le synode de Constantinople et par le patriarche. Il est divisé en deux manuscrits de la bibliothèque nationale d’Autriche, les codex Vindobonenses hist. Graeci 47 et 4813.

  • 14 Sur l’état des archives de Patmos après la disparition de l’autorité byzantine, voir Saint-Guillai (...)
  • 15 Les actes des Météores ont été publiés par Bees, Météores I et II, au début du xxe siècle. Une nou (...)

20Les autres fonds diplomatiques du « monde byzantin » au sens large conservent très peu d’actes pour cette époque ; les archives du monastère de Patmos, par exemple, n’ont gardé presque aucun document byzantin pour la période postérieure à 1350. Le rétrécissement progressif de l’autorité impériale avait laissé l’île de Patmos, située au sud de la mer Égée, en dehors des frontières byzantines dès le début du xive siècle, ce qui avait provoqué la disparition presque complète des liens entre le pouvoir de Constantinople et ce monastère14. La seconde moitié du xive siècle vit le développement d’une nouvelle communauté monastique grecque en Thessalie, dans la région des Météores. Toutefois, ses premiers couvents n’ont presque pas conservé d’actes pour la période, même si leurs archives sont assez riches pour les siècles ultérieurs15.

  • 16 Pour le typikon de la Néa Monè, voir Laurent, Néa Moni ; pour le typikon de Charseianitès, voir Hu (...)

21Signalons en dernier lieu des règles de fondation de monastères (typika), qui contiennent de nombreuses informations sur le mode de gestion des grandes fortunes foncières monastiques. Pour la période qui nous occupe, nous n’en avons conservé que très peu : le typikon de Makarios Choumnos pour la Néa Monè de Thessalonique et le testament en forme de typikon du patriarche Matthaios Ier pour le monastère de Charsianeitès à Constantinople en constituent presque les seuls exemples16. Il s’agit dans les deux cas de couvents urbains qui possédaient des biens situés à proximité des villes, c’est pourquoi l’intérêt de ces sources pour notre propos reste limité.

  • 17 L’Histoire romaine (῾Ρωμαικὴ ἱστορία) de Nikèphoros Grègoras couvre la période de 1204 à 1359, tou (...)
  • 18 Les chroniques de Sphrantzès et de Doukas offrent un récit des événements de l’histoire byzantine (...)
  • 19 Les correspondances les plus importantes utilisées dans cette étude ont été celles de Dèmètrios Ky (...)
  • 20 Sans donner une liste exhaustive des textes utilisés dans cette étude, on citera, à titre d’exempl (...)

22Nous disposons donc essentiellement de deux importants corpus de sources diplomatiques pour l’étude de la vie rurale dans l’Empire byzantin durant la période tardive : les actes de l’Athos et, en second lieu, le registre du patriarcat de Constantinople. Ces deux groupes de documents ne compensent pourtant pas la pauvreté des sources narratives pour la période allant du milieu du xive au début du xve siècle. En effet, après les œuvres historiques de Nikèphoros Grègoras (ca 1290-1360) et de Iôannès Kantakouzènos (ca 1293-1383)17, aucun auteur ne prend le relais avant les années 1450, avec la génération de Sphrantzès, Doukas, Chalkokondylès et Kritoboulos d’Imbros, dont les informations sur l’époque précédant le deuxième quart du xve siècle sont peu fiables18. Faute d’un chroniqueur contemporain, on doit faire appel à d’autres types de sources narratives, dont l’interprétation s’avère souvent moins aisée. C’est le cas par exemple des lettres d’érudits, qui contiennent des informations historiques utiles mais qui sont généralement dépourvues de toute indication chronologique19. De même, les textes législatifs, rhétoriques et de contenu religieux contiennent des renseignements utiles, à condition de pouvoir interpréter correctement leur niveau de langue et leur style souvent très alambiqué20. La mise à contribution des actes athonites a permis d’éclairer le contenu de ces sources et de mieux en tirer profit du point de vue historique.

  • 21 Oikonomidès, Patronage, constitue l’une des rares contributions exploitant à la fois des informatio (...)
  • 22 Pour la liste des textes de Kydônès utilisés dans cette étude, voir infra, p. 547-549.

23L’analyse croisée des documents d’archives et des sources narratives permet d’aboutir à des résultats nouveaux et intéressants. Cette méthode, peu employée par les historiens, qui se sont souvent limités à étudier les deux types de sources séparément21, m’a permis, d’une part, de placer les actes de la pratique dans leur contexte historique et, d’autre part, de préciser la chronologie de certains textes littéraires ainsi que leur contenu. Je pense en particulier aux textes de l’érudit et principal conseiller de Jean V, Dèmètrios Kydônès, qui a laissé une riche correspondance et quelques discours politiques, dont l’intérêt pour l’histoire de la seconde moitié du xive siècle est tout à fait exceptionnel22.

  • 23 Nombreux sont les historiens qui, ces dernières années, ont utilisé cette documentation pour mieux (...)

24Enfin, il convient de mentionner aussi les sources écrites dans d’autres langues que le grec. On a déjà fait allusion aux actes conservés dans les archives italiennes, qui sont en grande partie inédits ; les sources narratives occidentales doivent être également mises à profit. L’ensemble de cette documentation a permis souvent de combler les nombreuses lacunes des sources grecques23. De même, on doit signaler l’intérêt des sources slaves et ottomanes, dont l’utilisation par les byzantinistes est souvent insuffisante en raison de l’obstacle de la langue. Toutefois, la publication récente de quelques traductions et l’aide de certains collègues m’ont permis de recourir à un corpus de sources qui livre parfois des renseignements intéressants sur la situation des campagnes balkaniques à la fin du Moyen Âge.

25Ce bilan des sources impose deux constatations : d’une part, pour cette époque, l’étude de la documentation n’en est qu’à ses débuts ; d’autre part, de nombreuses difficultés résultent de la dispersion des fonds et de la variété des sources. Ce corpus riche reste encore insuffisamment exploité en raison du manque d’études critiques.

Note sur la transcription des termes grecs et des noms propres

26Pour la transcription des termes grecs, j’ai choisi de suivre un système d’équivalences entre chaque lettre de l’alphabet grec et une lettre ou un groupe de lettres de l’alphabet latin. Je renonce ainsi à la « francisation » des termes en vue d’un usage plus cohérent de la terminologie. Cette règle posée, il convient d’y signaler quelques exceptions. Il s’agit des noms dont j’ai conservé la transcription française en raison de leur usage répandu dans la bibliographie :

  • Les noms de règne des empereurs, par exemple Jean V ou Manuel II, et les noms des dynasties (Paléologues, Comnènes). Cela ne s’applique pas toutefois aux noms
  • de famille : j’ai donc écrit Jean VI Kantakouzènos ou Michel VIII Palaiologos.
  • Les macro-toponymes, comme les noms des grandes villes (Constantinople, Andrinople, Didymotique…), des régions (Thrace, Chalcidique, Morée…) et des îles (Lemnos, Crète, Samothrace, Eubée…). De plus, j’ai employé certains termes créés par l’historiographie moderne pour désigner des régions précises, par exemple la région des Lacs en Macédoine occidentale. En revanche, les micro-toponymes sont transcrits suivant la règle générale (Mégalè Rachè, Néochôrion, Hermèleia…).
  • Les noms des grands monastères, par exemple Vatopédi au lieu de Batopédi, ou Iviron au lieu de monastère des Ibères. Toutefois, j’ai écrit Pantokratôr au lieu de Pantocrator et Xèropotamou au lieu de Xéropotamou.

27J’ai choisi de transcrire en caractères latins les noms communs suivant le même système de transcription, mais lorsqu’il s’agit d’un terme ou d’une expression qui contient trois mots ou plus, j’en donne la transcription en alphabet grec : par exemple j’ai écrit mégas doux, mais ἐπὶ τῆς τραπέζης.

28Pour le groupe de lettres γγ, j’ai transcrit « ng » et pour ντ en début de mot « d ».

29L’esprit rude est rendu par un « h » : par exemple Ἑλένη donne Hélénè.

Note sur la transcription des documents diplomatiques grecs

  • 24 Dionysiou, p. 29.
  • 25 F. Dölger, H. Grégoire, V. Laurent, P. Lemerle, M. Manoussakas, S. G. Mercati, Règles à suivre pou (...)

30J’ai suivi les principes de l’édition diplomatique des volumes de la collection Archives de l’Athos, tels qu’ils sont expliqués par Nicolas Oikonomidès dans les Actes de Dionysiou24. Ces principes suivent, pour la plupart, les règles approuvées par le Congrès international des Études Byzantines tenu à Palerme en 1951 : « L’original doit être édité tel qu’il se présente, c’est-à-dire avec toutes les fautes et les irrégularités orthographiques qui souvent nous renseignent sur l’expéditeur ou sa chancellerie25. » Esprits et accents sont reproduits tels qu’ils figurent dans le document, excepté devant une ponctuation où l’on ramène le grave à l’aigu ; dans les cas douteux, j’ai suivi les corrections des éditeurs.

Note sur la citation des autres sources

31Les œuvres des historiens byzantins sont citées de la manière suivante : Kanta-kouzenos I § 27 ; I, p. 135 ; c’est-à-dire le nom de l’auteur, suivi d’abord d’un chiffre romain indiquant le livre de l’œuvre, ensuite d’un chiffre arabe pour le numéro du chapitre, puis d’un autre chiffre romain pour le tome de l’édition et, enfin, de la page de l’édition, en indiquant – si nécessaire – le numéro des lignes.

32Pour la correspondance de Dèmètrios Kydônès, j’ai adopté le système abrégé employé par Franz Tinnefeld (cf. Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe, t. 1, p. 293 et 298) : par exemple, pour la lettre éditée par Raymond-Joseph Loenertz sous le numéro 89, traduite et commentée par Tinnefeld avec le numéro 51, on écrira L89/T51.

Notes

1 La bibliographie à ce sujet est abondante. Je renvoie simplement à Laiou, Morrisson, The Byzantine Economy, p. 155-160, qui apportent la dernière mise à jour sur la question.

2 De nombreuses études sur ces sujets sont parues ces dernières années : voir par exemple Chrysostomides, Venetian Commercial Privileges ; Matschke, Das spätbyzantinische Konstantinopel ; Ganchou, Théodôros Batatzès ; Kiousopoulou, Emperor or Manager.

3 Il s’agit notamment des actes tirés des archives du monastère de Vatopédi datant de la période 1377-1500 et du monastère de Saint-Paul. Les photographies de ces actes sont conservées au Centre d’Histoire et Civilisation de Byzance (Collège de France).

4 Ce projet prévoit la publication des actes concernant les délibérations du sénat de l’an 1335 jusqu’à 1381 (début de la guerre de Chioggia entre Venise et Gênes). À ce jour, douze volumes ont été publiés. Toutefois, il ne s’agit pas de la seule publication des actes conservés dans les archives de Venise. Depuis 1947, le Comitato per la pubblicazione delle fonti relative alla storia di Venezia a assuré la publication d’autres fonds ; citons à titre d’exemple les décisions du Conseil des Dix ou les actes notariés provenant des anciennes archives de Candie, parmi les sources qui intéressent le plus directement l’histoire byzantine.

5 La publication des archives conservées dans les monastères de l’Athos a commencé en 1945 et se poursuit.

6 Pour un aperçu du nombre d’actes conservés dans les archives de l’Athos et leur distribution par périodes, voir Smyrlis, La fortune, tabl. 1, p. 26. On tirera profit également de l’introduction consacrée par cet auteur à l’étude de la documentation monastique : ibid., p. 23-25.

7 Une autre fondation de la seconde moitié du xive siècle est le monastère de Simonopétra, mais nous n’avons pas encore trouvé d’actes du Moyen Âge dans ses archives. Sur les actes de Simonopétra, voir Dionysiou, p. 6-7.

8 Voir par exemple le cas du monastère de Kutlumus qui fut restauré par les voïvodes de Valachie, grâce au rôle de son higoumène Charitôn : cf. Kutlumus, p. 5 et suiv.

9 Pour l’histoire de Vatopédi et l’état de ses archives, voir Smyrlis, La fortune, p. 96-98.

10 Quelques actes sont néanmoins édités, mais ces éditions anciennes sont parfois assez fautives.

11 La publication du troisième volume des Actes de Vatopédi est prévue pour l’année 2014.

12 Cette période n’est pas uniforme du point de vue du nombre d’actes conservés, car les années 1379-1402 sont beaucoup mieux documentées. La raison de cette augmentation du nombre d’actes pour la fin du xive siècle n’est pas claire, mais, mis à part les aléas de la conservation matérielle, il se peut qu’il y ait eu des transformations dans les compétences de ce tribunal à cette époque.

13 Sur l’étude de ces deux manuscrits, voir Darrouzes, Registre synodal.

14 Sur l’état des archives de Patmos après la disparition de l’autorité byzantine, voir Saint-Guillain, L’Apocalypse et le sens des affaires.

15 Les actes des Météores ont été publiés par Bees, Météores I et II, au début du xxe siècle. Une nouvelle édition de ces actes s’avère indispensable.

16 Pour le typikon de la Néa Monè, voir Laurent, Néa Moni ; pour le typikon de Charseianitès, voir Hunger, Testament Matthaios I.

17 L’Histoire romaine (῾Ρωμαικὴ ἱστορία) de Nikèphoros Grègoras couvre la période de 1204 à 1359, toutefois la partie la plus intéressante est évidemment celle dont Grègoras fut témoin oculaire, c’est-à-dire de 1320 à 1359. Les mémoires de Jean Kantakouzènos couvrent aussi la période qui va de l’avènement d’Andronic III en 1321 jusqu’aux premières années du règne de Jean V.

18 Les chroniques de Sphrantzès et de Doukas offrent un récit des événements de l’histoire byzantine tardive : le Chronicon minus de Sphrantzès couvre la période 1413-1477 et l’Histoire de Doukas s’étend de l’an 1341 (début de la deuxième guerre civile byzantine) à l’an 1462 (prise de Mytilène par les Ottomans). L’Histoire de Chalkokondylès, qui couvre la période 1298-1463, et l’Histoire de Kritoboulos d’Imbros, qui commence en 1451 et se termine en 1461, traitent des progrès des Ottomans et de la consolidation de leur pouvoir en Europe.

19 Les correspondances les plus importantes utilisées dans cette étude ont été celles de Dèmètrios Kydônès, de Nikolaos Kabasilas et de Iôannès Chortasménos. Sur l’utilisation des correspondances byzantines comme source historique, voir l’étude fondamentale d’A. Laiou, The Correspondence of Gregorios Kyprios as a Source for the History of Social and Political Behavior in Byzantium, dans Geschichte und Kultur der Palaiologenzeit, éd. W. Seibt, Vienne 1996, p. 91-108.

20 Sans donner une liste exhaustive des textes utilisés dans cette étude, on citera, à titre d’exemple, le discours politique de Kydônès intitulé Oratio de non reddenda Gallipoli ou les sermons du métropolite de Thessalonique Isidôros Glabas des années 1380. Mérite une attention particulière le texte de Mazaris intitulé Voyage aux Enfers, dans lequel l’auteur décrit avec ironie l’entourage de l’empereur Manuel II vers l’an 1414 : pour plus d’information sur ce texte, voir infra, p. 325.

21 Oikonomidès, Patronage, constitue l’une des rares contributions exploitant à la fois des informations tirées de la documentation athonite et des sources narratives.

22 Pour la liste des textes de Kydônès utilisés dans cette étude, voir infra, p. 547-549.

23 Nombreux sont les historiens qui, ces dernières années, ont utilisé cette documentation pour mieux connaître l’histoire byzantine. Il suffit de citer les travaux de K.-P. Matschke, de M. Balard, de Th. Ganchou ou de G. Saint-Guillain.

24 Dionysiou, p. 29.

25 F. Dölger, H. Grégoire, V. Laurent, P. Lemerle, M. Manoussakas, S. G. Mercati, Règles à suivre pour l’édition des actes byzantins, REB 10, 1952, p. 124-128, ici p. 124.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search