Version classiqueVersion mobile

Byzance face aux ottomans

 | 
Raúl Estangüi Gómez

Avant-propos

Texte intégral

1Cet ouvrage est la version remaniée de ma thèse de doctorat, soutenue en mars 2012 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il s’agit aussi de l’aboutissement de près de dix ans de recherches, depuis la préparation en 2003 d’un mémoire portant sur la fortune foncière des monastères de l’Athos durant la seconde moitié du xive siècle. C’est là un long parcours que je n’aurais pu accomplir sans le soutien et les encouragements de beaucoup de personnes que j’aimerais ici remercier.

2En premier lieu, ma gratitude va à mon directeur de thèse, Michel Kaplan, qui a accepté de suivre mon travail dès ses débuts. Ma dette envers lui est grande : non seulement il m’a formé et aidé, mais ce sont aussi ses propres travaux qui m’ont conduit à m’intéresser à l’histoire de la fiscalité agraire et du monde rural à Byzance. Je voudrais lui exprimer toute ma reconnaissance pour son soutien, sa disponibilité, ses conseils, et pour avoir accueilli cet ouvrage dans la collection qu’il dirige.

3Durant ces années de formation et de recherche, j’ai fait la connaissance de plusieurs chercheurs qui ont partagé avec moi leurs idées et m’ont offert leurs suggestions. Je pense tout particulièrement à Jacques Lefort, qui m’a d’abord permis d’assister à son séminaire à l’EPHE, au cours duquel j’ai découvert l’histoire des monastères de l’Athos et la richesse de leurs archives, puis qui m’a proposé d’intégrer l’équipe préparant l’édition du troisième volume des Actes de Vatopédi. Je voudrais remercier tous les membres de cette équipe, en particulier Vassiliki Kravari, qui s’est toujours montrée prête à m’aider lorsqu’un texte byzantin devenait un peu difficile.

4J’ai pu profiter également de l’aide et des conseils de plusieurs chercheurs qui fréquentent régulièrement la Bibliothèque byzantine du Collège de France et sont, pour la plupart, membres du Centre d’Histoire et Civilisation de Byzance (UMR 8167, Orient et Méditerranée). Je voudrais leur exprimer, à eux aussi, ma gratitude. Je pense, en premier lieu, à Guillaume Saint-Guillain, qui a suivi toutes les étapes de ce travail et m’a toujours fait part de ses judicieuses remarques. Je lui en suis très reconnaissant ; sans sa patience et sa générosité, ce travail n’aurait pas pu voir le jour. J’ai beaucoup appris sur l’histoire de l’empire des Paléologues avec Thierry Ganchou. Je lui saurai toujours gré de sa sollicitude et de sa bienveillance à mon égard. Je me sens aussi particulièrement obligé envers Irène Beldiceanu-Steinherr, qui m’a aidé à mieux connaître l’histoire de l’État ottoman et à déchiffrer les sources turques. Je ne voudrais pas oublier non plus les autres chercheurs qui ont partagé leurs connaissances avec moi et qui ont fait preuve d’une grande disponibilité à mon égard : je pense en particulier à Marie-Hélène Congourdeau, à Sophie Métivier, à Brigitte Mondrain, à Inmaculada Pérez Martín, à Antoine Pietrobelli et à Jean-François Vannier. Enfin, mais peut-être avant tout, je veux remercier Paule Pagès de m’avoir aidé à transformer ma thèse en livre et d’avoir si minutieusement relu et corrigé cet ouvrage pour en éliminer les trop nombreuses imperfections que j’y avais laissées.

5Ma reconnaissance va aussi, en dehors du cadre académique, à toutes les personnes qui m’ont aidé et encouragé à parcourir ce long chemin : à Hicham Hamze-Khaddaj, qui est aussi l’auteur des cartes qui figurent en annexe de ce livre, à Marta, à Cristina, à Silvia et à Noelia. Je remercie ma famille et mes parents, María Petra et Francisco, qui m’ont toujours soutenu.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search