Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Géographes d’al-Andalus

 | 
Emmanuelle Tixier du Mesnil

Deuxième partie. Les permanences du discours géographique sur al-Andalus

Les permanences du discours géographique sur al-Andalus

Testo integrale

  • 1 Sur le concept de « lieu commun », cf. notamment J. Le Goff, Saint Louis, Paris, Fayard, 1998 ; J. (...)
  • 2 J. Dakhlia, Le divan des rois, le politique et le religieux dans l’Islam, op. cit., p. 12.

1« Al-Andalus va jusqu’à Narbonne », écrit Ḥimyarī au début du xive siècle, alors que ne reste plus en la possession de l’Islam que le petit royaume de Grenade. La reprise d’une telle assertion n’est pas la simple conséquence d’une pratique assidue de la compilation : la géographie, pensant transcender l’histoire, se prétend intemporelle. Elle répète de siècle en siècle les figures qui constituent le socle de son discours. Ce sont des lieux communs1, au sens propre du terme, des topoi qui retiennent généralement peu l’attention de l’historien. Ce « lourd appareil de stéréotypes et de clichés2 » s’avère cependant être une source inépuisable de renseignements sur la façon dont les géographes, de Rāzī à Ḥimyarī, ont conçu l’espace et l’histoire d’al-Andalus.

Note

1 Sur le concept de « lieu commun », cf. notamment J. Le Goff, Saint Louis, Paris, Fayard, 1998 ; J. Dakhlia, Le divan des rois, le politique et le religieux dans l’Islam, Paris, Aubier, 1988 ; et surtout, toujours de J. Dakhlia : « La question des lieux communs : des modèles de souveraineté dans l’Islam méditerranéen », dans B. Lepetit (éd.), Les formes de l’expérience : une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, 1995, p. 39-61.

2 J. Dakhlia, Le divan des rois, le politique et le religieux dans l’Islam, op. cit., p. 12.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540